Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Première partie. L’élaboration et la mise en œuvre de la politique Allemande de l’URSS

Chapitre III. Le double jeu Soviétique : révélation d’une seconde option, la conversion au Socialisme

Texte intégral

Le silence sur cette option

1Le problème de cette seconde option est que, contrairement à la précédente, elle n’a pas fait l’objet des réflexions d’une commission, ce qui rend son étude plus difficile. Elle resta entourée d’un halo de secret et de silence qui serait préjudiciable à sa mise en œuvre. M.I. Semirâga, ancien membre de l’Administration militaire soviétique en Allemagne, révélait ainsi dans ses Mémoires que les exécutants soviétiques eux-mêmes ne faisaient que des conjectures et des suppositions à son égard :

  • 1 M.l. Semirâga, Kak my upravlâli Germaniej, Moscou, Rossijskaâ političeskaâ enciklopediâ, 1995, p. 6 (...)

« À la veille de l’effondrement du fascisme, Staline n’a formulé que quelques principes décousus sur les voies de règlement de la question allemande après la guerre. Il est possible que ce soit un choix délibéré car la direction soviétique n’avait pas intérêt à formuler et à révéler prématurément une conception globale dans la mesure où certains de ses aspects auraient pu susciter le mécontentement de la communauté internationale et créer une menace pour le maintien de l’unité de la coalition antihitlérienne »1.

2Le silence régnait même jusque dans les documents d’archives, où l’on ne trouve au mieux que des allusions discrètes. Rarement les diplomates de la commission Litvinov ou Majskij évoquèrent cette option et, lorsqu’ils le firent, cela ressemblait fort à un conformisme sans conviction. Ceci prouve aussi l’efficacité du système soviétique : ces diplomates travaillaient à une autre option, en supposant qu’elle était celle de la direction. Après avoir envoyé le 9 novembre 1943 sa note présentant les grands axes du plan de travail de sa commission de réparations, Majskij, dans une autre note à Molotov le 20 novembre 1943, avait précisé par exemple :

  • 2 AVPRF, Fonds 06, opis’ 06, delo 166, papka 16, 1. 12.

« Il va de soi que le plan de travail que j’ai proposé n’est conçu qu’au cas où la guerre n’amènerait pas en Allemagne de véritable révolution prolétarienne. Si une telle révolution devait avoir lieu, ce plan n’aurait plus de raison d’être et il nous faudrait examiner à nouveau la situation nouvellement créée pour tirer les conclusions qui s’imposent »2.

3Mais l’on devine que Majskij écrivait un peu ces phrases par automatisme et cela deviendrait très net un mois plus tard, dans sa note du 11 janvier 1944 à Molotov, où il évoquait la lourde pression qui pèserait sur l’Allemagne de l’après-guerre, en laissant entrevoir comme une rédemption possible :

  • 3 AVPRF, Fonds 06, opis’ 06, delo 145, papka 14, 1. 8.

« (...) Bien sûr, la pression qui s’exercera sur l’Allemagne après la guerre pourra et devra être progressivement levée, au fur et à mesure des succès obtenus dans la rééducation du peuple allemand (...). Si, ou plutôt quand ce peuple allemand empruntera sincèrement les voies d’une Allemagne socialiste, la pression pourra être levée. Mais, pour l’instant, ce ne sont là que des paroles. La période d’immédiate après-guerre doit être placée sous le signe d’un châtiment que l’Allemagne a mérité de par les crimes qu’elle a commis »3.

  • 4 Le 19 novembre 1945, il avait informé Molotov que sa commission pouvait être dissoute car son trava (...)

4Et pourtant, lorsque cette option fut réellement mise en application, à partir de mai-juin 1945, ces diplomates en devinrent les premières victimes ; toutes leurs réflexions sur l’après-guerre furent scellées et les présidents des trois commissions poliment remerciés, c’est-à-dire mis sur la touche : Litvinov alla à la retraite4 et Majskij fut relégué à l’Académie des sciences. Dans ses mémoires, V.S. Semenov raconte d’ailleurs comment la décision fut prise :

  • 5 W.S. Semjonow, Von Stalin bis Gorbatschow. Ein halbes Jahrhundert in diplomatischer Mission 1939-19 (...)

« J’étais dans le bureau de Molotov quand Staline l’appela pour lui demander : – Que faisons-nous de Majskij ? Peut-être devrions-nous le nommer à l’Académie des Sciences ? A-t-il écrit des travaux scientifiques ? Molotov répondit qu’il avait à son actif quelques petites études sur la Mongolie et plusieurs articles sur les problèmes du mouvement ouvrier international. – Bon, alors il devra siéger à l’Académie car nous n’avons plus de travail pour lui »5.

  • 6 Son rôle était aussi moins important...
  • 7 Voir à ce titre son accession au pouvoir et l’élimination de ses adversaires dans les années 20, da (...)

5Seul Vorochilov continua d’occuper des fonctions étatiques en restant membre du Bureau politique jusqu’en 19606. Si ce silence est problématique pour l’historien à la recherche de preuves, il avait cependant ses raisons d’être, la première étant que l’URSS était une dictature où la direction n’était pas tenue de rendre des comptes à la base ; il suffit de se souvenir du commentaire de V.S. Semenov lorsqu’il intégra le Commissariat du Peuple des Affaires étrangères : toute question de politique internationale était taboue et nul ne pouvait en discuter librement. Mais ce n’est pas la seule explication : un tel comportement s’expliquait en fait surtout par les doutes éprouvés par la direction soviétique quant à la possibilité effective de mettre en œuvre cette option. Une telle incertitude était suscitée à la fois par la prise en compte de nouveau déterminante des Alliés et par l’attitude des Allemands eux-mêmes ; elle justifierait une méthode que Staline avait su éprouver avec brio jusque-là, la non-compromission personnelle et la prudence7.

Une dualité persistante

Les termes de l’équation

  • 8 V. Chentalinski, Les surprises de la Loubianka, nouvelles découvertes dans les archives littéraires (...)

6Cette seconde option, la conversion de l’Allemagne au socialisme, s’inscrivait dans la continuité de la stratégie que Staline avait déjà eu l’occasion d’exposer dans ses grandes lignes à Dimitrov, le 7 septembre 1939, mais elle nécessitait des réaménagements préalables car la situation internationale était devenue tout autre. Si Staline avait fondé, à cette époque-là, une possible soviétisation de l’Allemagne sur un affaiblissement dans la guerre qui l’opposerait aux Occidentaux, par ricochet eux-mêmes affaiblis, cette donnée n’était désormais plus valable puisque l’URSS avait basculé dans les hostilités, plus tôt, et sans doute autrement qu’elle n’avait pu l’imaginer. La soviétisation du vaincu présupposait toujours son affaiblissement, mais celui-ci n’était plus possible que par un accord avec les Occidentaux pour imposer un traité de paix sévère. Ainsi, paradoxalement, sans le concours allié, il apparaissait difficile, voire même impossible, pour les Soviétiques d’espérer imposer leur stratégie allemande. L’affaiblissement, que l’URSS avait également escompté des démocraties occidentales dans la guerre, s’avérait nettement moins problématique puisque, dans le cadre de l’idéologie marxiste-léniniste, la paix revenue devait attiser de nouvelles contradictions entre les pays capitalistes et déboucher sur une grave crise de surproduction qui balayerait inéluctablement leur système. Cette refonte stratégique par rapport à 1939 appelle plusieurs remarques : elle met d’abord en lumière l’importance, pendant les hostilités, du traité de paix pour les Soviétiques, qui a été passée à tort sous silence dans l’historiographie occidentale. Comment, en effet, les contemporains auraient-ils pu imaginer que cette guerre ne se conclurait pas par un traité de paix ? La conférence de la Paix en 1919 ou les négociations de Brest-Litovsk s’étaient déroulées peu de temps après la capitulation et l’armistice. Pourquoi en serait-il allé autrement avec la Seconde Guerre mondiale ? Cette refonte met d’autre part en évidence le pragmatisme et l’opportunisme que les biographes de Staline ont maintes fois relevés mais aussi l’impossibilité de comprendre la politique allemande de ce dernier si l’on n’a pas en tête le schéma idéologique très manichéen des Soviétiques. Il ne préjuge nullement des convictions communistes de Staline mais sa vision des choses était marquée, de manière indélébile, par ces conceptions. La dualité de la position soviétique à l’égard des Occidentaux que nous avions déjà pu relever lors la définition de ses buts de guerre, acquiert maintenant une autre dimension : à la détermination, conjuguée au ménagement, vient se substituer la méfiance. Et la presse nationale soviétique fut l’un des cadres où s’exprima cette nouvelle dualité. Le rôle spécifique de cette dernière est important à souligner. N’oublions jamais que l’URSS était une dictature et aucune parution n’était possible sans l’assentiment du Kremlin ou du NKVD, le Commissariat du Peuple des Affaires intérieures. Mais il ne faudrait pas croire que tout s’est passé dans une atmosphère de contrainte et de pression : nombre de représentants de la littérature soviétique, d’Il’â Ehrenbourg à Alexis Tolstoï, en passant par Mikhaïl Boulgakov et Mikhaïl Koltsov se compromirent, sans se faire prier, en accomplissant les besognes que leur commandait le NKVD. Ainsi, retrouve-t-on, par exemple, Tolstoï, Ehrenbourg et Koltsov comme chroniqueurs accrédités aux procès politiques truqués dans les années 1936-37, puis, plus tard, Ehrenbourg, au début des années 50, comme défenseur et justificateur de la vague d’antisémitisme d’État auprès des intellectuels occidentaux8.

  • 9 J. Stalin, « 26-aâ godovŝina Velikoj Okt’âbrskoj Socialističeskoj Revolucii », dans Vnešnaâ politik (...)

7Mais revenons à la dualité soviétique envers les Occidentaux. Nous connaissons déjà les motifs de ménagement : les alliés occidentaux étaient un adversaire idéologique, mais un appui militaire, un soutien économique et une reconnaissance politique internationale nécessaires. De surcroît, l’URSS avait besoin des Occidentaux pour imposer à l’Allemagne un traité de paix sévère. Un épisode dans la presse fut à ce titre très significatif car une véritable mise en scène allait y être instaurée. Le 14 avril 1945, parut dans la Pravda un article de G. Aleksandrov « Tovariŝ Erenburg upraŝaet » (les simplifications du camarade Ehrenbourg) qui était une réponse à la prise de position de l’écrivain Il’â Ehrenbourg dans « Hvatit ! » (ça suffit !), Krasnaâ zvezda, le 11 avril 1945. Ehrenbourg y dénonçait avec beaucoup de cynisme la disproportion des combats sur les fronts occidental et oriental, reprochant aux Occidentaux de laisser la sale besogne aux Soviétiques dans la lutte contre l’Allemagne nazie : « Königsberg n’a pas été pris par téléphone (...). Nous ne prenons pas Vienne avec des appareils-photos ». Dans sa réponse à Ehrenbourg, Aleksandrov l’accusa de simplifier les choses, de ne pas prendre en compte tous les paramètres sur les théâtres d’opérations et de porter un jugement trop sévère sur les alliés occidentaux. Il est bien sûr évident que cette polémique n’est pas innocente : l’article d’Ehrenbourg présentait un point de vue autorisé que l’on a pu relever à maintes occasions dans la presse pendant la guerre. La dénonciation soudaine de l’excès de sévérité envers les alliés ne fait que mettre plus encore en évidence à la fois la justesse des reproches qui leur sont adressés et la volonté, affichée par les Soviétiques, de compromis et de mise en sourdine de tous leurs ressentiments. D’autres exemples ont pu être relevés dans la presse : les publicistes s’employèrent régulièrement à tenter d’amoindrir le danger bolchevique, à déjouer les efforts pour noircir et calomnier les Soviétiques, tout en prônant le maintien après la guerre de l’alliance avec les Occidentaux. La volonté de calmer les inquiétudes occidentales était aussi apparue au niveau officiel. Ainsi, en novembre 1943, les Soviétiques avaient-ils annoncé officiellement leur programme d’organisation de la paix ; il comportait des perspectives qui ne pouvaient que séduire un auditoire occidental : libération des peuples européens des envahisseurs fascistes, aide au rétablissement de leur indépendance, autodétermination politique pour les peuples libérés, châtiment exemplaire pour les fauteurs de guerre, instauration des mesures nécessaires pour prévenir toute résurgence de la menace allemande, coopération économique, culturelle et politique entre les peuples européens9.

  • 10 FRUS, Diplomatic Papers. The Conferences at Malta and Yalta 1945, Washinghton, 1955, p. 628.

8Attachons-nous maintenant au second terme de l’équation ménagement-méfiance. Cette dernière est de deux ordres : méfiance géostratégique, si l’on peut dire, car les Soviétiques ne voulaient pas d’ingérence occidentale dans leurs affaires allemandes, et méfiance idéologique aussi car ils doutaient de la sincérité et de la capacité alliées à juguler la puissance allemande. Leur attitude dans la question du démembrement allait déjà dans ce sens puisque leurs tentatives pour pousser les Occidentaux à se prononcer avaient relevé en fait d’un test politique afin de savoir quelles mesures radicales ils étaient prêts à envisager pour affaiblir l’agresseur. Une telle manœuvre trahissait déjà nettement leurs inquiétudes et leurs doutes quant à la volonté occidentale d’imposer une paix ferme, d’empêcher la signature d’un deuxième traité de Versailles, quant à un possible isolationnisme américain et à l’absence d’une politique extérieure américaine constructive, perçus comme une volonté probable de se désengager des affaires européennes : les Soviétiques ne voulaient surtout pas d’une répétition de l’Histoire qui aurait rendu caduque l’exécution du traité de paix car leurs exigences en cette matière étaient drastiques : démilitarisation, éradication du nazisme et paiement de réparations. Or, ils pouvaient avoir des motifs d’inquiétude en entendant un Roosevelt annoncer par exemple, à la conférence de Yalta, que les troupes américaines ne resteraient pas stationnées en Europe plus de deux ans après la fin de la guerre10.

Les avocats du diable

  • 11 Voir Izvestiâ depuis le 24 juin 1941.

9On avait déjà vu poindre les inquiétudes soviétiques dans les réflexions des commissions sur l’après-guerre mais elles allaient largement déborder ce cadre, à partir du second semestre 1944, en envahissant la presse de guerre. Une pléthore d’articles sur les leçons à tirer de la Première Guerre mondiale allait occuper alors les colonnes des journaux et des revues. Leur insistance sur la nécessité d’une fermeté vis-à-vis de l’Allemagne devait en fait parfaitement trahir l’impuissance et l’absence d’alternatives des Soviétiques. Le paradoxe de la politique soviétique, c’est qu’elle a forgé une multitude d’options, a envisagé toutes les alternatives possibles, mais elle n’avait d’alternative réelle que celle de passer par une collaboration, du moins apparente avec les Occidentaux en Allemagne, pour pouvoir imposer un traité de paix sévère. Celui-ci était la condition sine qua non de la soviétisation depuis que les visions staliniennes en 1939 avaient été bouleversées par l’évolution de la situation internationale. Les articles sur la Première Guerre mondiale s’inscrivent tout à fait dans la lignée de ce que la presse soviétique avait publié sur l’agresseur depuis les premiers jours de l’attaque allemande11, où celui-ci était dépeint en des termes virulents : « la sombre force fasciste », « les barbares et les agresseurs fascistes », « la horde maudite », « l’ennemi perfide et scélérat », « les monstres fascistes dégénérés »... Les agresseurs étaient présentés comme des bêtes fauves, carnassières, cannibales et chaque jour, les publicistes rivalisaient dans leur description dénonciatrice. Hitler avait eu droit à un traitement de faveur car les portraits dressés étaient corrosifs, du style de celui relevé dans les Izvestiâ du 25 juillet 1941 :

« Hitler est un monstre engendré dans les cuisines diaboliques de l’impérialisme. Ce n’est pas du sang humain qui coule dans ses veines mais un précipité chimique venimeux. Ce n’est pas un cœur humain qui bat dans sa poitrine mais le moteur d’énormes entreprises ».

10Le dictateur nazi devait aussi être souvent dépeint comme un nécrophile et un exterminateur de peuples. Avec les premières exactions allemandes, la virulence des publicistes s’était accrue notablement et était apparue la volonté de faire payer l’Allemagne pour les crimes commis. Un article décisif en ce sens avait été publié dans les Izvestiâ, le 4 octobre 1941. Signé par V. Ivanov et intitulé « Barbare », ce fut la première évocation des atrocités nazies dans ce quotidien ; les mots de vengeance et de fermeté y constituaient un leitmotiv obsédant. Le ton était dur et sans complaisance aucune :

« Il est des mots que l’on peut appeler l’habit de l’assassin, du violeur, du pilleur. Ils sont apparus il y a fort longtemps et les plus anciens d’entre eux viennent de ces lieux où, peut-être aujourd’hui encore, ils nichent, enveloppés dans la famée du feu des cannibales. Ils sont apparus dans les marécages glauques de l’Afrique ou dans les déserts sablonneux de l’Asie, traînant derrière eux l’horreur, la mort et la destruction. (...) Barbare ! Voilà un de ces mots anciens, sanglants et monstrueux (...) »

11Après ce préambule, l’auteur évoquait avec force détails les exactions commises par des soldats allemands en ponctuant chaque description de cette litanie « soldats allemands, infâmes descendants de barbares et barbares eux-mêmes ». La fin de l’article se terminait en malédictions :

« Allemands – descendants de barbares et barbares eux-mêmes, que soit damnée leur mémoire ! (...) Allemands – descendants de barbares et barbares eux-mêmes, ma terre sera votre tombe et votre malédiction éternelle. C’est pour toutes ces raisons que le paysan et la paysanne russes refusent la clémence et la pitié. C’est pour toutes ces raisons qu’une lutte impitoyable avec les asservisseurs, les barbares avance dans les profondeurs de la nuit et dans l’éclat du jour ».

  • 12 Le thème de la vengeance et du châtiment devait devenir récurrent à partir de juin-juillet 1943.

12Certes, nous l’avons vu, cette fermeté répondait à des exigences galvanisatrices et mobilisatrices : exhorter la population soviétique à défendre son territoire agressé, mais elle annonçait aussi une volonté de fermeté intransigeante vis-à-vis de l’Allemagne qui avait la responsabilité des hostilités et, de ce fait, devait être durement sanctionnée12. Les articles sur les leçons à tirer de la Première Guerre mondiale s’inscrivirent en toute logique dans cette optique. Ils apparurent quand se posa le problème de la punition à infliger aux Allemands : l’article d’Il’â Ehrenbourg, « L’avocat du diable », paru dans la revue Vojna i rabočij klass le 1er août 1944, lança le coup d’envoi de la campagne en faveur d’une paix sévère. Critique d’un ouvrage paru en Grande-Bretagne sur l’avenir de l’Allemagne, l’article d’Ehrenbourg dénonçait la propension de son auteur, H.N. Brailsford, à défendre les Allemands et l’idée d’une paix douce pour l’après-guerre au nom de l’impossibilité de juger les crimes commis et de la nécessité de rétablir l’Allemagne sur le plan économique :

  • 13 I. Ehrenbourg, op. cit., p. 26.

« Les autruches se cachent la tête dans le sable quand on les attaque car ce sont des oiseaux bêtes. Les défenseurs des Allemands se cachent la tête dans le sable quand, sous leurs yeux, on torture les femmes et les enfants des autres car ce ne sont pas des oiseaux bêtes mais des politiciens rusés »13.

13Une série d’articles fit écho à celui-ci dans les Izvestiâ dès le mois de septembre : toute la presse anglo-saxonne fut minutieusement répertoriée et les prises de position en faveur d’une paix douce sévèrement condamnées. Dans la chronique « Questions internationales », un observateur anonyme écrivait ainsi le 7 septembre 1944 :

  • 14 La prise de position du pape en faveur de la clémence vis-à-vis des Allemands durant l’été 1944 a d (...)

« Il faut remarquer que l’imminence du jugement des criminels fascistes active toute une série d’avocats prêts à offrir leurs services aux brigands hitlériens pour leur défense. Ils essaient d’éloigner l’épée de la justice de la tête des assassins fascistes et de leurs subordonnés (...) »14.

14Ces dénonciations des « avocats du diable » se poursuivirent tardivement, jusqu’en février 1945. Leur tonalité était exactement semblable d’un auteur à l’autre :

  • 15 B. Lavrenev, « Razgovor o čelovekolûbcah », Izvestiâ du 20/02/45, p. 3.

« Durant quelques années, les loups répandirent sur la terre la mort et l’horreur avec une grande furie. Aujourd’hui, ils ont la queue basse et se mettent à hurler de peur. Ils supplient leurs avocats d’intercéder en leur faveur et de prouver qu’ils sont des séraphins inoffensifs aux âmes pures. En vain ! Des ruines de Sébastopol, Stalingrad, Minsk, (...) s’élèvent des millions de mains mortes dénonçant du doigt leurs assassins. Ces mains exigent une vengeance »15.

  • 16 E. Tarle, « Ot agressii k kapitulacii 1914-1918 », Vojna i rabočij klass, 1/08/44, p. 9-11 ; M. Gal (...)

15Les publicistes justifiaient la nécessité d’une telle fermeté par un retour sur l’histoire des négociations de paix, à la fin de la Première Guerre mondiale, qui avaient vu les alliés s’affronter dans des intérêts divergents, laissant ainsi le potentiel militaire de l’Allemagne intact16. Boris Lavrenev, dans sa « Conversation sur les philanthropes » le 20 février 1945, mettait aussi en garde contre la ruse des Allemands. Remarquant que ceux-ci, chaque fois qu’ils entreprenaient une guerre, se préparaient à toute éventualité finale, la victoire ou la défaite, avec une attention particulière pour cette dernière, l’auteur, dans sa narration des événements de novembre 1918- 1919, se faisait le porte-parole des préoccupations soviétiques :

  • 17 Izvestiâ, 20/02/45, p. 3.

« Quand, en 1918, sous les coups des armées alliées, le front allemand s’effondra à l’Ouest, l’État-major allemand, pour éviter le règlement de compte impitoyable des vainqueurs avec la machine de guerre allemande, s’empressèrent, selon un plan mûrement et minutieusement établi, de transférer le pouvoir à des généraux-laquais entraînés et à des illusionnistes avec en tête Scheidemann. Les négociations de paix avec l’Entente ne furent pas menées par les Prussiens tonitruants, mais par les « démocrates » soigneusement peignés du Kaiser, qui avaient « renversé » leur chef sur l’ordre et avec l’assentiment des généraux compromis. Par cette mascarade, avec le sourire tendre de la République de Weimar, dissimulant le rictus de l’hyène, il fut possible de tromper non seulement le juriste Wilson mais aussi ces tigres de la politique qu’étaient Clemenceau et Poincaré. Les militaires allemands, se mettant provisoirement à l’ombre, purent ainsi conserver leur appareil meurtrier, pour, au moment voulu, le mettre dans les mains des brigands hitlériens, afin d’élaborer et de commettre un nouveau crime contre la paix et l’humanité »17.

16C’était à la fois un plaidoyer contre toute velléité de clémence et une critique voilée de la naïveté occidentale. Il justifiait la méfiance éprouvée par les Soviétiques envers leurs alliés mais aussi leurs inquiétudes quant à un possible redressement rapide de l’Allemagne.

17La presse se faisait ici le reflet des incertitudes au sommet. En août 1944, dans un entretien avec le Premier Ministre polonais, Mikolajczyk, Staline aurait ainsi laissé percer son inquiétude face à une résurgence de la menace allemande :

  • 18 Propos rapportés par H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit der aus (...)

« Les Allemands retrouveront leur force, C’est un peuple puissant. Après le triomphe de Bismarck en 1871, ils n’ont eu besoin que de 40 ans pour lancer une nouvelle agression. Lorsque celle-ci échoua, il a suffi d’une période de redressement de 20 à 25 ans pour qu’ils fassent une nouvelle tentative, cette fois, presque fructueuse. Et qui sait aujourd’hui si, dans 20 ou 25 ans, ils ne seront pas à nouveau prêts au combat ? Oui, l’Allemagne est un pays puissant même si Hitler met tout en œuvre pour l’affaiblir. Nous sommes persuadés que le danger renaîtra du côté de l’Allemagne. Pour cette raison, les discussions en cours actuellement à Washington sur la sécurité collective sont très urgentes. Je suis moi-même partisan de toutes les mesures possibles et impossibles de répression contre l’Allemagne »18 .

18En avril 1945, au cours de la visite d’une délégation du gouvernement yougoslave pour la signature d’un pacte d’assistance mutuelle, Staline aurait pressenti que le relèvement allemand pourrait aller encore plus vite :

  • 19 M. Djilas, Conversations avec Staline, Paris, Gallimard, 1962, p. 147.

« Ils vont se relever et très vite. C’est une nation hautement industrialisée, dotée d’une forte classe ouvrière très qualifiée et d’une élite technique. Donnez-leur douze à quinze années et ils seront de nouveau sur pied »19.

19Dans ce contexte délicat de méfiance et de ménagement tout à la fois envers les Occidentaux, car ils étaient indispensables pour juguler la puissance allemande, les Soviétiques allaient développer leur deuxième option politique, la conversion de l’Allemagne au socialisme. Par quel biais pouvaient-ils opérer ? Ayant une marge de manœuvre étroite, ils devaient recourir essentiellement à deux moyens indirects pour tenter de réaliser leurs objectifs : l’appel aux Allemands et le Parti Communiste d’Allemagne (Kommunistische Partei Deutschlands).

L’appel aux Allemands

La distinction peuple-dirigeants

  • 20 Ou au plus tôt le 23 février 1942 avec l’ordre du Commissariat du Peuple à la Défense, signé par St (...)
  • 21 Izvestiâ, 24/06/41, p. 1.

20Les historiographes occidentaux font très souvent débuter l’appel au peuple allemand, lancé par les Soviétiques en mai-juin 1945, au début de l’occupation20. Ils le présentent comme une composante idéologique de la stratégie soviétique de conquête de toute l’Allemagne, une fois les projets de démembrement rejetés et l’Armée Rouge entrée sur le territoire allemand. Mais la réalité est un peu plus complexe. L’appel aux Allemands est bien antérieur à l’abandon des plans de démembrement et à l’occupation du vaincu. L’examen du quotidien national, les Izvestiâ, révèle que dès les premiers jours de la guerre, les Soviétiques déclenchèrent une propagande destinée aux soldats de la Wehrmacht mais aussi, de façon plus générale, à l’ensemble du peuple allemand. Les voies qu’empruntait cette propagande sont intéressantes à étudier : jamais, en effet, les Soviétiques n’allaient intervenir directement ; ils laissèrent parler des Allemands, en l’occurrence des prisonniers de guerre... Voyez, semblait dire la propagande, ce ne sont pas des Soviétiques qui écrivent, ce sont des Allemands qui parlent à d’autres Allemands (et quoi de plus convaincant en effet !). Les Soviétiques se voulaient ainsi neutres et endossaient l’habit de témoins des aspirations allemandes, ce qui conférait bien entendu une portée plus grande à leurs messages. Nous verrons qu’ils maintiendront cette même tactique tout au long de la période stalinienne. Un des aspects de cette propagande était la distinction établie entre le peuple allemand et ses dirigeants ; il allait subir quelques évolutions au cours des hostilités. Dans le premier compte rendu des événements que firent les Izvestiâ, le 24 juin 1941, le gouvernement soviétique donna certes l’ordre « (...) d’arrêter l’invasion des brigands et de chasser les armées allemandes du territoire de notre patrie »21 mais aussitôt, il circonscrivit l’adversaire réel :

  • 22 Izvestiâ, ibid., p. 1.

« Cette guerre ne nous est pas imposée par le peuple allemand, par les travailleurs allemands, les paysans et les intellectuels dont nous connaissons parfaitement les souffrances mais par la clique des dirigeants fascistes et avides de sang de l’Allemagne, qui ont asservi les Français, les Tchèques, les Polonais, les Serbes, les Norvégiens, les Belges, les Danois, les Hollandais, les Grecs et les autres peuples »22.

  • 23 Izvestiâ des 24/06 et 25/06/41.
  • 24 Les mots fasciste ou hitlérien accompagnent toujours les adjectifs nemeckij ou germanskij qui signi (...)
  • 25 Izvestiâ du 26/06/41.

21Dans les slogans du Comité central du PC publiés dans les Izvestiâ, le 31 octobre 1941, à l’occasion du 24e anniversaire de la Révolution d’Octobre, le pouvoir officiel consacrait encore cette dissociation entre le peuple allemand et ses dirigeants : « À bas les agresseurs et exterminateurs fascistes allemands ! » ; « Mort aux chiens hitlériens sanguinaires ! » (points 3 et 4) ; « Bonjour au peuple allemand tenu sous le joug de la bande des Cent Noirs hitlériens, nous lui souhaitons de vaincre Hitler le sanguinaire ! » (point 7). L’agresseur était ainsi clairement désigné, que ce fût dans les discours officiels ou dans les commentaires des publicistes : le dirigeant allemand, ce « monstre fasciste », cette « bête fasciste », ce « bonze fasciste », cette « clique sanguinaire fasciste » était le seul responsable et le seul coupable23. Au début de la guerre, il était rarement dépeint comme un Allemand seulement24. Les premiers mois, les Izvestiâ lancèrent parallèlement une campagne en faveur de la désertion dans l’armée allemande ; des articles à forte teneur idéologique parurent, dépeignant la démoralisation des soldats depuis l’entrée en guerre contre l’URSS, patrie du socialisme25. Le 27 juin, le quotidien relatait ainsi la désertion d’un soldat du Reich, Alfred Lisskov, et présentait ses motivations en des termes très manichéens :

« Depuis longtemps, mon désir avait mûri de fuir le monde détesté des horreurs hitlériennes. (...) Maintenant, j’ai laissé derrière moi cette patrie placée sous le joug du fascisme, affamée, souffrant des horreurs de la guerre dans lesquelles Hitler le maudit et ses sbires l’ont précipitée. (...) Le peuple allemand veut la paix. Un jour encore avant l’agression infâme des fascistes contre l’URSS, personne ne pouvait croire que cela se produirait. Cette guerre que Hitler, la bête enragée, a imposée au peuple allemand ne peut être populaire dans notre patrie ».

22La confession du soldat se terminait par un appel direct à la rébellion de toute l’armée allemande et au renversement d’Hitler :

  • 26 Izvestiâ, 27/07/41, p. 2.

« Soldats allemands ! Vous devez contribuer au plus vite à la lutte contre le fascisme. Retournez vos armes contre Hitler et contre sa clique qui dirige actuellement l’Allemagne. Par cela, vous accomplirez une œuvre sainte. Le jour tant attendu par le peuple allemand viendra où le fascisme honni sera éradiqué pour toujours ! En luttant contre le fascisme, je remplis mon devoir devant mon peuple »26.

23La population allemande, fatiguée et démoralisée par la guerre avec l’URSS, voulait la paix car elle avait pris conscience de l’absence de perspective d’une telle guerre :

« La majorité du peuple allemand prend de plus en plus conscience de la catastrophe vers laquelle conduit ce maniaque sanguinaire qu’est Hitler. Le sentiment se renforce également que la seule voie de salut pour l’Allemagne passe par la destruction de l’hitlérisme ».

24De semblables appels à la rébellion furent lancés auprès des soldats roumains, hongrois – ils débutèrent respectivement le 22 juillet et le 5 août 1941. Staline en personne apporta sa voix à ce concert de mobilisation. Le 6 novembre 1941, il devait déclarer lors d’une session solennelle au Conseil de Moscou :

  • 27 Izvestiâ, 6/11/41, p. 1.

« Quand les Hitlériens s’évertuaient à rassembler l’Allemagne, éclatée du fait du traité de Versailles, ils pouvaient bénéficier de l’appui du peuple allemand, mû par l’idéal de rétablir leur pays. Mais après que cela fût fait, et que les Hitlériens s’engagèrent dans la voie de l’impérialisme, dans la voie de la conquête de terres étrangères et de l’asservissement de peuples étrangers, transformant les peuples européens et ceux de l’URSS en ennemis irréductibles de l’actuelle Allemagne, se produisait dans le peuple allemand une mutation profonde contre la poursuite de la guerre (...). Seuls ces imbéciles d’Hitlériens ne peuvent imaginer que non seulement l’arrière européen mais aussi celui de l’Allemagne représente un volcan prêt à entrer en éruption et à enterrer les aventuriers hitlériens »27.

25Puis, le 23 février 1942, jour anniversaire de l’Armée rouge, un ordre du Commissariat du Peuple à la Défense, signé de Staline, stipulait que l’Armée rouge ne souhaitait pas la destruction du peuple allemand. Deux phrases de ce discours devaient connaître par la suite une certaine célébrité :

  • 28 Izvestiâ, 23/02/42, p. 1.

« Il serait ridicule de confondre la clique de Hitler avec le peuple allemand, avec l’État allemand. L’Histoire a montré que les Hitler vont et viennent mais le peuple allemand demeure »28.

Une caution discrète

  • 29 De semblables conférences se dérouleront chez les prisonniers roumains – compte rendu dans les Izve (...)

26Cet appel au peuple allemand acquit une autre dimension avec la première conférence des prisonniers de guerre allemands, publiée dans les Izvestiâ le 15 novembre 1941, et accompagnée d’une Déclaration au peuple allemand, en page une29. Le ton en était emphatique et dramatique tout à la fois. Le message délivré par la Déclaration était un appel au soulèvement de la population allemande :

« La Déclaration (...) représente le fruit d’une réflexion profonde et amère sur le destin de notre patrie (...). Il existe deux Allemagnes : l’Allemagne des parasites fascistes et l’Allemagne des travailleurs ; l’Allemagne des brigands et des assassins bestiaux et l’Allemagne du peuple honnête et laborieux. (...) Au nom de cette Allemagne populaire véritable, ses fils, abhorrant le fascisme, déclarent au monde entier : le peuple allemand ne veut pas périr avec Hitler. Il a son propre chemin à suivre et ce chemin conduit, grâce à la défaite et au renversement d’Hitler, à la paix, à la liberté et à l’indépendance de l’Allemagne ».

27La seule façon pour l’Allemagne de sortir de l’impasse où elle se trouvait était de combattre activement et de renverser Hitler :

« Une action à tous niveaux pour assurer la défaite militaire d’Hitler et une lutte déterminée pour son renversement, voilà le pas décisif à franchir pour rétablir la confiance entre les peuples allemand et soviétique. Dans cette confiance réside la garantie décisive de la liberté et de l’indépendance de l’Allemagne ».

28Renverser Hitler, certes, mais pour quelle nouvelle Allemagne ? L’avenir envisagé dans la Déclaration était de paix, de liberté, d’indépendance, mais il avait aussi un modèle suggéré, l’URSS. Des allusions indirectes évoquaient la référence à suivre :

  • 30 Izvestiâ, 15/11/41, p. 2.

« La détermination des ouvriers et des paysans russes nous étonne, nous les Allemands. Ils puisent leur détermination irrépressible de lutter dans le patriotisme de la population défendant son pays, dans la volonté surhumaine d’un peuple défendant son ordre socialiste, dans lequel la terre, les usines, les entreprises n’appartiennent pas à des propriétaires ou à des capitalistes mais aux ouvriers et aux paysans. Un tel peuple est invincible »30.

29La voie à emprunter apparaissait dans le parallèle établi entre la chute du tsarisme et celle à venir d’Hitler :

  • 31 Izvestiâ, ibid., p. 2.

« Hitler essaie de nous effrayer en affirmant que sa chute entraînerait soi-disant la mort de l’Allemagne. Mais des pays sont-ils déjà morts d’avoir renversé un gouvernement inapte ? Bien au contraire ! Le renversement d’un gouvernement inapte sauve le pays de la catastrophe. C’est un fait notoire qu’en 1917, alors que la Première Guerre mondiale atteignait son paroxysme, le peuple russe a renversé le gouvernement tsariste. Celui-ci, semblable au régime hitlérien, avait tenté d’effrayer le peuple russe en affirmant que la chute du tsarisme conduirait à la mort du peuple russe. Il est évident que la Russie et le peuple russe n’ont pas péri. Le renversement du régime despotique fut la condition de la renaissance de la Russie »31.

30Les allusions se firent moins discrètes à la fin de la Déclaration, ce qui était possible, rappelons-le, dans la mesure où c’étaient des prisonniers allemands qui s’exprimaient. S’il n’existait aucune prise de position officielle ou journalistique en faveur de la conversion de l’Allemagne au socialisme, ce qui se comprend aisément dans le cadre de la position soviétique, l’intervention de ces Allemands, retenus dans des camps soviétiques était bien évidemment manipulée et répondait à des objectifs de propagande précis :

  • 32 Izvestiâ, ibid., p. 2.

« Le renversement d’Hitler permettra à notre peuple de prendre le destin de l’Allemagne en mains. Il créera une nouvelle Allemagne dans laquelle le peuple sera le maître dans sa maison. Dans cette Allemagne, une constitution véritablement démocratique garantira au peuple tous ses droits et toutes ses libertés. Les organisations de travailleurs, de paysans, d’employés et d’intellectuels seront dirigées non par des fonctionnaires nazis désignés d’en haut mais par des personnalités librement élues, responsables et dignes de confiance »32.

31La propagande soviétique proclamait, en des termes semblables, tous les paramètres de la société socialiste. Le 30 janvier 1942, les Izvestiâ publièrent une « adresse d’hommes politiques allemands au peuple allemand » qui incitait au renversement d’Hitler et déclarait :

« Notre peuple détient une grande responsabilité. Mais celle de la classe ouvrière est particulièrement élevée car elle constitue la majorité écrasante dans le pays et la force sociale la plus importante ».

32Le document, sans aucun commentaire apposé, était signé des noms de Walter Ulbricht, Gustav Grundelach, Wilhelm Pieck, Gustav Sobottka, Anton Ackermann, et de quelques écrivains comme F. Wolf. C’était le premier écho des communistes allemands en exil à Moscou à l’appel des prisonniers de guerre : il se voulait discret, général et n’affichait pas son appartenance politique. Les appels se poursuivirent, réitérant les mêmes thèmes.

  • 33 Izvestiâ du 28/10/42.
  • 34 Izvestiâ du 7/11/42.

33L’automne 1942 vit des changements intervenir dans la propagande soviétique car la guerre perdurait, contrairement aux prévisions annoncées en 1941 ; la grande bataille de Stalingrad commençait et les Allemands ne se retournaient toujours pas contre Hitler. Ceci allait marquer une certaine rupture dans le discours de propagande et un changement de tonalité. À partir de cette époque, en effet, le mot nemec (allemand) apparut de plus en plus sans son corollaire jusque-là habituel, « fasciste ». Dans les Slogans du Comité central du PC, à l’occasion du 25e anniversaire de la Révolution d’Octobre, par exemple, si la distinction était toujours faite entre le peuple allemand et ses dirigeants, en revanche l’évocation d’un soutien à sa lutte contre le régime disparut33. Dans son rapport, lors de la session extraordinaire au Conseil des députés de Moscou, le 6 novembre 1942, Staline n’hésita pas à faire l’amalgame entre les Allemands et les fascistes : son discours était truffé de qualificatifs tels que « les agresseurs allemands », « les Allemands », ce qui ne se trouvait dans aucune intervention antérieure. Et cependant, il affirmait en parallèle que « (...) l’objectif de l’URSS n’est pas de détruire l’Allemagne, ce qui est impossible tout comme de détruire la Russie, mais de détruire l’État hitlérien »34. Les articles consacrés à la démoralisation de la population et du soldat allemands face à la guerre contre l’URSS diminuaient ; depuis le printemps 1942, les Izvestiâ ne publiaient plus de déclaration de prisonniers de guerre allemands. Le 22 juin 1943, dans une rétrospective sur les deux années de guerre écoulées que le Sovinformburo (bureau d’informations officielles) faisait paraître dans les Izvestiâ, la manière de parler de la population allemande se démarqua nettement des évocations précédentes :

« En deux années de guerre, la situation politique de l’Allemagne fasciste s’est considérablement détériorée, l’arrière hitlérien s’est affaibli. Cela est visible car l’incertitude et la panique croissent dans la population allemande. Les Allemands cessent de croire aux fables hitlériennes sur la victoire des troupes allemandes sur le front oriental. La presse fasciste et la radio menacent de plus en plus de répression les Allemands qui se laisseraient aller à la panique et aux doutes ».

  • 35 Nulle part il n’est question du parti communiste allemand en exil et cependant les personnalités si (...)

34Les piques acerbes contre la naïveté de la population allemande qui avait cru aux belles paroles de Hitler, au lieu de se rebeller contre lui, se multiplièrent, faisant éclater l’amertume d’un Alexis Tolstoï dans les Izvestiâ du 5 août 1943 : « Le peuple allemand n’a pas craché dans l’œil de son séducteur et a suivi Hitler dans les meurtres et les pillages ». Ces reproches s’accompagnèrent alors inévitablement de l’évocation d’une certaine responsabilité du peuple allemand. Les Soviétiques ne commirent cependant jamais l’amalgame entre cette responsabilité et celle que détenaient, à leurs yeux, les dirigeants allemands ; ils donnèrent à la première une connotation essentiellement nationale en voulant désormais rendre le peuple allemand responsable de l’avenir de sa nation et en faisant dépendre celui-ci de la seule attitude allemande. La propagande passa bien évidemment toujours par le biais des prisonniers de guerre allemands. Le 22 juillet 1943, la parution dans les Izvestiâ, sans aucun commentaire de la part des publicistes soviétiques, du Manifeste du comité national Freies Deutschland, adressé au peuple et à l’armée allemands, entrait tout à fait dans cette optique. Il faisait suite à la conférence, les 12 et 13 juillet 1943 à Moscou, des prisonniers de guerre allemands, auxquels s’étaient joints, selon le compte rendu des Izvestiâ, des personnalités syndicalistes, politiques et des anciens députés du Reichstag35. Le ton du Manifeste était très éloquent dans son exhortation :

  • 36 Izvestiâ, 22/07/43, p. 3.

« Allemands ! Les événements exigent de nous une décision immédiate. Au moment d’un danger mortel, pesant sur notre patrie et la menaçant dans son existence même, a été organisé le comité national l’Allemagne libre »36.

  • 37 Izvestiâ, ibid., p. 3.

« Le comité national exprime les pensées et les espoirs de millions d’Allemands sur le front et à l’arrière, emplis d’angoisse pour le destin de leur patrie »37.

35Si le Manifeste reprenait les thèmes déjà développés en 1941 dans la presse soviétique, à savoir la culpabilité de Hitler, responsable de la honte et du malheur allemands, l’absence de perspective de cette guerre et la victimisation du peuple allemand, il se voulait alarmiste, préoccupé par la passivité allemande et prédisait de ce fait un avenir sombre pour la nation :

« La poursuite de cette guerre sans issue serait équivalente à la mort de la nation (...). Mais l’Allemagne ne doit pas mourir ! Notre patrie aura-t-elle un avenir, là est toute la question aujourd’hui. Si le peuple allemand continue de tolérer avec résignation et soumission qu’on le conduise à la mort, alors chaque jour passant, la guerre non seulement épuisera et assèchera ses forces mais elle augmentera aussi sa culpabilité. Alors Hitler ne sera renversé que par la force des armées alliées. Et cela signifiera la fin de notre indépendance nationale, de notre existence étatique et le démembrement de notre patrie ».

36La référence à un démembrement possible apparaissait encore avec netteté dans le paragraphe où il était question de la rébellion allemande :

« Si le peuple allemand prend à temps son courage à deux mains et prouve qu’il veut être un peuple libre ; s’il se montre déterminé à libérer l’Allemagne d’Hitler, alors il aura gagné le droit de décider de son destin et les autres peuples le tiendront en considération. C’est la seule façon de sauver l’existence même, la liberté et l’honneur de la nation allemande (...) ».

37Ce n’était cependant pas la première fois que l’avenir national allemand était ainsi menacé. Déjà, à l’occasion de la première Déclaration au peuple allemand en novembre 1941, il avait été discrètement question d’une responsabilité des Allemands s’ils ne se prenaient pas en mains : pour la première fois, le destin de l’Allemagne avait été délibérément mis enjeu et se révélait conditionné par l’attitude des Allemands eux-mêmes. Autrement dit, la distinction établie entre le peuple et ses dirigeants ne serait maintenue que si le premier se montrait digne de cette distinction :

  • 38 Izvestiâ du 15/11/41, première conférence des prisonniers de guerre allemands et première Déclarati (...)

« (...) Mais les travailleurs allemands savent bien que la naissance d’une Allemagne libre ne se fera pas d’elle-même, par une simple défaite militaire. Honte à nous, Allemands, si cette défaite de l’Allemagne se produit sans notre participation, sans notre engagement actif. Alors, dans ce cas, le peuple silencieux et passif partagerait inéluctablement la responsabilité des exactions hitlériennes »38.

  • 39 Izvestiâ des 22 et 23/07/44.
  • 40 E. Frolov, « Vnutrennij krisis gitlerovskoj Germanii », Vojna i rabočij klass, 1/08/44, p. 3-6.
  • 41 « Tovariŝ Erenburg uproŝaet », Pravda du 14/04/45 et « Hvatit ! », Krasnaâ Zvezda, 11/04/45.

38Et le comité national d’afficher ses ambitions pour l’Allemagne libérée d’Hitler et de proposer une série de mesures urgentes : abolition des lois raciales, renversement du régime hitlérien, rétablissement des droits politiques et des acquis sociaux, liberté de parole, de pensée, de presse, de réunion, de conscience et de croyance, liberté économique, reconnaissance des propriétés, confiscation des biens fascistes, libération des victimes et jugement des criminels. Comme ce nouvel appel resterait lui aussi sans réponse, les descriptions de l’état moral et physique catastrophique de la population allemande se multiplièrent dans la presse nationale en 1944 : cela sonnait comme une punition légitime de ce qu’elle n’avait pu faire le choix nécessaire au bon moment, mais en même temps, l’espoir d’un effondrement de l’Allemagne hitlérienne sur elle-même résonnait encore parfois. Ainsi, la tentative d’attentat contre Hitler le 20 juillet 1944 fit-elle l’objet d’une narration double : c’était le signe d’une « profonde crise politique en Allemagne », « d’une lutte politique intestine au caractère menaçant pour le régime hitlérien »39 occasionnant l’appel de 16 généraux allemands aux généraux et aux officiers des forces armées allemandes dans les Izvestiâ du 25 juillet 1944, celui du Général Feldmarshall von Paulus au peuple allemand et aux prisonniers de guerre allemands le 8 août 1944, celui d’autres généraux allemands le 26 septembre 1944 et le 15 décembre 1944. Mais l’attentat était aussi perçu comme une fourberie de l’État-major allemand qui comprenait désormais qu’il avait fait fausse route avec Hitler et qui essayait de sauver sa peau : « Ils reprochaient à Hitler non pas son aventurisme de brigand ni son banditisme sanguinaire mais seulement son absence de succès »40. Ce double langage de la presse nationale persista jusqu’au printemps 1945, ce qui conféra à la notion de responsabilité du peuple allemand un caractère flou et mal déterminé. L’attaque de G. Aleksandrov contre l’article d’I. Ehrenbourg « Hvatit ! »41, en avril 1945, leva quelques ambiguïtés car il dénonçait l’affirmation selon laquelle

  • 42 « Hvatit ! », ibid.

« Tous les Allemands sont semblables et répondront de ce fait pareillement des crimes hitlériens. (...) Il n’y a pas d’Allemagne : il y a seulement une bande colossale qui s’enfuit lorsqu’il est question de responsabilité »42.

39Cela, écrivait Aleksandrov, ne correspondait pas à la réalité :

  • 43 « Tovariŝ Erenburg uproŝaet », Pravda, op. cit.

« Aujourd’hui, et particulièrement depuis quelques mois, tout un chacun peut se persuader que les Allemands sont différents, combattent de manière différente et se comportent différemment. Les uns luttent par tous les moyens possibles et avec une détermination obstinée contre le fascisme, le parti fasciste, l’Etat fasciste et la bande d’Hitler. Les autres préfèrent s’abstenir d’une lutte active pour l’hitlérisme, attendre ou même se constituer prisonniers »43.

40Cette prise de position d’Aleksandrov rejoignait les premiers appels aux Allemands lancés dans la presse nationale, où la distinction entre peuple et dirigeants était nettement établie, et où n’apparaissait qu’une vision déformée et idyllique de la résistance allemande. Elle voulait se démarquer ostensiblement du message d’Ehrenbourg et le traitait comme s’il était un fait unique et malheureux dans la presse soviétique : « Il n’est pas inutile de dire que l’opinion d’I. Ehrenbourg dans ce domaine ne reflète nullement celle de la société soviétique » (ce qui était bien entendu inexact car de nombreux articles relevés dans les Izvestiâ étaient de la même veine). Et l’auteur de conclure en rappelant que « l’Armée rouge ne liquide que les fascistes » et que « le peuple soviétique n’a jamais assimilé la population allemande et la clique conservatrice et criminelle fasciste de l’Allemagne ». Cet article d’Aleksandrov trouva un écho dans l’ordre du Commandement suprême n° 20, paru dans les Izvestiâ du 1er mai 1945, et qui voulait dénoncer les mensonges de la propagande nazie :

« La propagande fasciste mensongère effraie à dessein la population allemande avec des balivernes insensées qui claironnent que les armées alliées veulent exterminer le peuple allemand. Il n’entre pas dans la tâche des Nations Unies de détruire le peuple allemand. Au contraire, son but est d’éradiquer le fascisme et le militarisme allemand, de punir sévèrement les criminels de guerre et de contraindre les Allemands à réparer les dommages qu’ils ont causés aux autres peuples. Mais les Nations Unies ne toucheront nullement au peuple allemand pacifique, si celui-ci exécute loyalement les exigences des puissances militaires alliées ».

  • 44 La discrétion de cette propagande peut toutefois amener à penser qu’ils avaient aussi envisagé un é (...)

41Ainsi, à la veille de l’occupation, les récentes critiques sur la passivité allemande semblaient un peu oubliées ; la distinction entre les Allemands était clairement rétablie, rendant désormais caduque toute menace d’un démembrement. En revanche, si l’évocation de la responsabilité du peuple dans son ensemble se faisait moins tranchée, elle demeurait cependant une réalité que les Soviétiques s’emploieraient à mieux définir à partir de juin 1945. C’était bien sûr la perspective d’une occupation imminente qui justifiait ce revirement brusque dans la propagande divulguée par les Soviétiques. Mais quel était le bilan de cette dernière après quatre années de guerre ? On ne peut dire qu’elle ait eu les effets escomptés. Son objectif, dès les premiers jours des hostilités, avait été d’établir d’emblée une distinction entre le peuple allemand et ses dirigeants afin de montrer que les Soviétiques n’incriminaient pas les Allemands eux-mêmes et n’attribuaient la responsabilité du conflit qu’aux seuls dirigeants allemands. Cette disculpation devait cependant se révéler conditionnelle et par là même ambiguë : les Allemands devaient prouver qu’ils n’étaient nullement responsables du conflit en renversant Hitler et ses partisans. Leur seule voie de salut résidait, de surcroît, dans l’établissement d’une Allemagne démocratique sur le modèle discrètement suggéré de l’URSS (démocratique s’entend bien sûr dans l’acception socialiste du terme). Mais la passivité des Allemands avait entraîné des modifications dans le message soviétique : la menace devenait effective puisque y apparaissait la mention d’une responsabilité allemande. Certes, celle-ci n’était pas équivalente à la responsabilité des dirigeants allemands, mais elle pouvait se révéler en fait plus grave car les Soviétiques lui avaient donné un caractère extrême en mettant en jeu l’avenir même de la nation allemande. Ils montraient ainsi, en brandissant la menace d’un démembrement, à laquelle, rappelons-le, les dirigeants n’avaient jamais réellement adhéré, qu’ils pensaient toucher les Allemands à leur point sensible. Cette instrumentalisation fut une erreur d’appréciation et un échec car les Allemands persistèrent dans leur passivité malgré les exhortations soviétiques. Si l’étonnante persévérance de l’URSS dans ce discours jusqu’à la fin de la guerre rappelle certes son absence d’alternative dans le contexte de l’alliance de guerre, elle prouve son malaise face à l’absence de rébellion allemande qui remet en cause ses schémas conceptuels de soulèvement révolutionnaire façon 1917 et elle souligne aussi la lenteur du régime soviétique à s’adapter à des circonstances nouvelles, à réorienter sa position idéologique44.

Le Parti communiste d’Allemagne

L’exil à Moscou

  • 45 L’histoire du KPD à cette période mériterait un examen détaillée et approfondi dans les archives so (...)
  • 46 Voir les témoignages directs d’E. Gniffke, Jahre mit Ulbricht, Cologne, Verlag Wissenschaft und Pol (...)
  • 47 Voir supra, même chapitre.
  • 48 Ce programme d’action sera consigné dans le Protokoll der KPD-Führung vom 6/02/44, IfGA. ZPA, NL 36 (...)
  • 49 Celle-ci ne s’était pas effectuée sans résistance, voir H. Weber, Die Wandlung des deutschen Kommun (...)
  • 50 Le contrôle du dictateur soviétique sur le secrétariat de l’Internationale communiste connut son ap (...)

42L’ancienneté de l’appel aux Allemands montre bien qu’il s’inscrivait dans une perspective stratégique plus large. Et une rétrospective succincte des activités du Parti communiste allemand en exil à Moscou depuis l’avènement de Hitler au pouvoir et son interdiction en 193345 va prouver que l’option de la conversion de l’Allemagne au socialisme était toujours restée à l’ordre du jour malgré les bouleversements survenus depuis 1939. Chez ces communistes, l’optimisme était de rigueur au début des années 40 et s’organisait : ils s’employaient en premier lieu à reconstituer leurs forces. Des écoles dites antifascistes avaient ainsi vu le jour dans les camps de prisonniers de guerre allemands, réservoir très commode de recrues auxquelles on apportait un enseignement marxiste-léniniste46. Les communistes encadraient et coordonnaient, d’autre part, le mouvement d’opposition au régime hitlérien des officiers allemands qui avait trouvé sa consécration avec la création, les 12 et 13 juillet 1943, à Krasnogorsk, près de Moscou, du Freies Deutschland (l’Allemagne libre), clôturant la conférence de prisonniers de guerre47. Ce regroupement se faisait leur porte-parole auprès des soldats et de la population allemande pour appeler au renversement du régime hitlérien et à l’établissement d’une Allemagne nouvelle et démocratique. Cet objectif allait sous-tendre les réflexions stratégiques de la direction du KPD. Le Comité central du KPD créa ainsi, le 6 février 1944, une commission de travail chargée d’examiner la situation allemande de l’après-guerre dans l’optique d’une prise de pouvoir rapide48. Mais cette activité fébrile ne devait cependant pas cacher une marge de manœuvre inexistante : les communistes allemands étaient en effet placés sous surveillance et tutelle directes des Soviétiques et devaient en permanence rendre des comptes à ces derniers, via leur intermédiaire, l’ex-Secrétaire général du Komintern, devenu chef du bureau d’Information internationale du CC-PC depuis décembre 1943, le Bulgare G. Dimitrov. Cette subordination datait en fait de la mise au pas du KPD en 192549. Cette absence d’autonomie, fruit d’une subordination totale à la dictature stalinienne et d’un fort centralisme hiérarchique était d’ailleurs à l’image de celle de l’ancienne Direction de l’Internationale communiste où Dimitrov et D. Manuilsky, élu au comité exécutif du Komintern puis à son Præsidium de 1924 à 1943, avaient été de fidèles lieutenants de Staline et défenseurs de l’idée de subordonner les intérêts de la classe ouvrière à ceux de la politique extérieure soviétique50.

  • 51 Stiftung Archiv der Parteien und Massenorganisationen der DDR im Bundesarchiv, SAPMO-BA, ZPA, EA 12 (...)
  • 52 RCHIDNI, « Spravočnik o rukovoditelâh Socialističeskoj Edinoj Partii Germanii », Fonds 17, opis’ 12 (...)

43Les communistes allemands étaient ainsi subordonnés à la Direction politique centrale de l’Armée rouge qui, immédiatement après l’agression allemande, avait créé une Septième Section, chargée de propagande et de contre-propagande sur le front et dans les camps de prisonniers. Jusqu’à la fin de l’année 1944, elle concentrerait son attention essentiellement sur la diffusion du message du Freies Deutschland, et les communistes allemands seraient son auxiliaire principal. A. Ackermann devait d’ailleurs se souvenir par la suite de son travail avec la Septième Section. Avec le Comité national, il écrivait pamphlets, articles, appels à la rébellion des soldats de la Wehrmacht et du peuple allemand dans l’espoir que ces diffusions servent de point de ralliement pour les Allemands ou du moins contribuent, par leurs exhortations à la résistance domestique, à favoriser la progression de l’Armée rouge51. La marge de manœuvre des communistes en exil à Moscou n’était donc qu’apparente. Un document de la Commission de politique extérieure du Comité central du PC, daté du 7 décembre 1946, montra d’ailleurs que tous les dirigeants étaient soigneusement fichés, que l’on suivait leur évolution idéologique année après année et que l’on prenait en note tous leurs moindres faux pas politiques52. Et cette tutelle révèle un problème de divergence de vues car les Soviétiques n’affichaient pas une fébrilité semblable à celle des communistes allemands. Ils s’employaient au contraire à canaliser l’énergie et l’exubérance de ces derniers. Ce fut le corollaire de la discrétion officielle qu’ils apportaient à leur caution. Staline lui-même devait en donner un bon exemple au cours d’un entretien avec A. Eden, le 21 octobre 1943. Interrogé sur les activités du comité national Freies Deutschland, il aurait eu cette réponse explicite :

  • 53 AVPRF, Fonds 048, opis’ 52-a, delo 3, papka 458, 1. 17, cité par G.P. Kynin et J. Laufer dir., op. (...)

« Le Comité allemand, c’est un organe de propagande... Bien sûr, dans ce Comité, il y a des gens pour rêver qu’ils vont décider du sort de l’Allemagne. Mais il faut se souvenir qu’aucun gouvernement digne de ce nom ne traitera avec des prisonniers de guerre »53.

44La circonspection du Kremlin n’allait pas être sans poser des problèmes avec les communistes impatients à l’approche de la défaite nazie : en 1944- 1945, l’évolution de la situation politique de l’Allemagne s’adaptait en effet totalement au cadre des théories léninistes de défaitisme révolutionnaire, la guerre y ayant provoqué l’affaiblissement propice à la révolution. Il était donc compréhensible que le KPD pensât en profiter.

  • 54 Copie en a été transmise par D.S. Manuil’skij, alors membre de la direction politique de l’Armée ro (...)
  • 55 AVPRF, ibid., 1. 2-3.

45Les Soviétiques, eux, n’envisageaient pas les choses de cette manière depuis leur propre entrée en guerre et dans le nouveau contexte international (Les échecs répétitifs des expériences révolutionnaires dans la République de Weimar avaient sans doute aussi leur part de responsabilité dans la prudence soviétique). Un autre facteur ne pouvait d’ailleurs que les conforter dans leur attitude de prudence : c’était celui de l’état des forces communistes en Allemagne. L’atteste indirectement le rapport de l’idéologue du KPD, Anton Ackermann, daté du 7 janvier 1944 et intitulé « Sur quelles forces peut réellement s’appuyer le mouvement démocratique en Allemagne, orienté vers une amitié indéfectible avec l’URSS ? »54. Ackermann y étudiait les humeurs politiques en Allemagne, constatait l’existence d’un contexte « relativement favorable » pour créer un large mouvement progressiste-démocratique en précisant que « pour les couches les plus progressistes, il serait évident que ce mouvement devait être national, anti-impérialiste, démocratique et pro-soviétique, c’est-à-dire qu’il devait être avant tout orienté vers une amitié étroite avec l’URSS »55. Ackermann s’interrogeait ensuite sur les moyens de cette politique : sur quelles forces pouvait s’appuyer ce mouvement ? Sur « la partie la plus déterminée et la plus progressiste de la classe ouvrière », affirmait-il. Il y aurait une lutte pour conquérir cette dernière et elle serait conduite par les trois plus importants groupes politiques : le parti communiste, la social-démocratie et le parti catholique. Ackermann analysait alors les chances du KPD en dressant un état des lieux de ses forces en Allemagne :

  • 56 Président du KPD de 1925 à 1933, arrêté, déporté au camp de concentration de Buchenwald de 1933 à 1 (...)
  • 57 Ibid., 1. 5. Les concepts de fascisme et d’antifascisme seront abordés dans la seconde partie, au c (...)

« Tout indique que la masse ouvrière, qui se trouvait auparavant sous l’influence du KPD, s’activera dans le même esprit au cours de l’effondrement du régime hitlérien déjà effectif et deviendra une des plus importantes forces dirigeantes pour le rassemblement de larges couches sociales. Seule une partie insignifiante des 300 000 anciens membres du KPD a trahi le Parti et est passée dans le camp des fascistes. Les cadres les meilleurs ont été éliminés physiquement. Une grande partie du KPD, qui a aujourd’hui perdu provisoirement toute perspective et toute croyance en un possible renversement d’Hitler, se mettra à participer activement, sous l’influence des événements, à la vie politique. Les informations en provenance d’Allemagne et les renseignements des prisonniers de guerre montrent que la majorité du KPD a conservé la foi dans le Parti et que beaucoup sont restés actifs et ont maintenu le contact entre eux, il est vrai de manière cependant assez lâche. Il existait encore récemment des organisations locales essayant de travailler. Malgré les persécutions subies par les cadres du Parti et l’exécution de beaucoup d’entre eux, il en reste encore aujourd’hui des milliers et de nouveaux ont fait leur apparition – ils viennent en majorité des organisations sociales mais, ce sont aussi des enfants de communistes et quelquefois des anciens sociaux-démocrates. Ils développent une grande activité et joueront assurément un rôle considérable dans l’effondrement du régime hitlérien. Il est vrai que ces cadres sont le plus souvent sectaires et peu en contact avec les masses. Mais leur autorité s’est accrue considérablement du fait des persécutions orchestrées par les fascistes et du fait qu’ils se présentent, à tous points de vue et en particulier dans leurs relations suivies avec l’URSS, comme la seule force opposée au fascisme. À cela s’ajoute aussi le fait qu’ils sont toujours restés fidèles et loyaux envers l’URSS. La puissance de cette dernière augmente l’influence des travailleurs à la sensibilité communiste. Le nom d’anciens dirigeants communistes comme Thälmann56, est populaire parmi les ouvriers et de source sûre, nous savons que les interventions radiodiffusées des vieux communistes connus sont écoutées avec attention. De surcroît, pour l’influence politique future des communistes, un facteur a son importance : il s’agit des programmes du Freies Deutschland, diffusés par les communistes qui sont les seules déclarations atteignant actuellement plus ou moins la population (...) »57.

  • 58 Ibid., 1. 5.

46Il est frappant de constater les pas en avant suivis aussitôt de reculs et de réserves de la part d’Ackermann. Il essayait de présenter son état des lieux sous la meilleure lumière possible, mais l’impression qui en ressort est plutôt négative : les forces du KPD étaient décimées, le constat était clair. Il allait donc falloir concentrer les efforts et les réflexions sur les moyens de mettre en œuvre la nouvelle stratégie en tenant compte de cet affaiblissement sur le terrain. Cela revenait à poser une autre question « qui n’a pas encore été abordée à ce jour » et qu’Ackermann attaquait de front, « à savoir celle de l’organisation politique des travailleurs : fallait-il envisager un seul parti de la classe ouvrière ou un parti démocratique progressiste du peuple ? »58. Cette deuxième hypothèse allait finalement être privilégiée car, en fait, le KPD n’avait pas le choix. Dans un discours devant l’école du Parti n° 12, le 10 mars 1945, W. Pieck l’avouerait sans détour, en insistant toutefois sur le caractère provisoire de cette situation :

  • 59 IfGA, ZPA, NL 36 /421, Bl. 112-122 et 130-137, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 241-242.

« Nous ne pouvons pas compter sur le fait que le KPD sera le seul parti et ce, même si nous nous attelons avec toute notre énergie au travail. Le KPD ne pourra pas être le grand parti du peuple travailleur. Mais ce sera et ce doit être le résultat de notre politique et non son commencement. (...) Le KPD doit être et sera la plus grande force nationale unificatrice et de par son influence, il contraindra les autres partis soit à participer à ce front de lutte, soit à s’opposer à celui-ci en s’isolant ainsi de la population »59.

  • 60 AVPRF, op. cit., 1. 7.

47Le KPD constituerait donc l’avant-garde de la classe ouvrière mais devrait s’appuyer sur une forte organisation syndicale et attirer le plus grand nombre possible des membres ou sympathisants des anciens partis politiques de la République de Weimar. Ceux-ci étaient présentés comme des rivaux idéologiques à conquérir ; leurs atouts et leurs faiblesses étaient minutieusement analysés. Le SPD serait, parmi eux, l’adversaire le plus difficile à circonvenir : « À de rares exceptions, les dirigeants sociaux-démocrates, tant en Allemagne qu’en exil, n’ont pas changé, comptent parmi les pires réactionnaires qui soient et défendent une politique dirigée contre l’URSS » (les années 30 ne étaient ainsi pas oubliées quand, dans la stratégie de front populaire antifasciste et d’union de la classe ouvrière pour lutter contre le national-socialisme, mise en avant par l’Internationale communiste, lors de son 7e Congrès mondial en 1935, l’alliance avec la social-démocratie avait été cependant dédaignée et celle-ci combattue). Mais la position des sociaux-démocrates sur le futur de l’Allemagne n’était pas encore fermement établie et ils ne constituaient pas un groupe homogène. Il serait donc possible de jouer sur leurs divisions d’autant que beaucoup, parmi les sociaux-démocrates restés en Allemagne, étaient partisans d’une unité de la classe ouvrière, d’une collaboration avec les communistes et avaient renoncé à leur ancienne attitude hostile envers l’URSS60. Parmi les dirigeants actuels du SPD, notait Ackermann, on pouvait ainsi distinguer trois groupes :

  • 61 Ibid, 1. 9.

« Le groupe des vieux dirigeants réactionnaires chez qui la haine envers l’URSS et les communistes et les liens avec les cercles capitalistes, aujourd’hui essentiellement étrangers, écartent tout le reste. – Le groupe des hésitants qui, sous la pression de la masse, a incliné vers la coopération avec les communistes dans le passé ; il montre aujourd’hui les mêmes dispositions. – Le groupe des sociaux-démocrates réellement de gauche, que l’on peut, sur la base de notre programme actuel, amener à une totale unité et dont les positions se sont rapprochées des nôtres sur les questions fondamentales. Ils sont pour un parti unique de la classe ouvrière sur des principes révolutionnaires »61.

48Toute la stratégie à mettre en œuvre était ainsi conçue en termes de lutte et de conquête : l’on comprend bien ici qu’il s’agissait de la lutte pour le gain de l’Allemagne face aux autres partis, mais aussi face aux Occidentaux qui allaient essayer, écrivait Ackermann par exemple, de prendre les communistes de vitesse dans la question des syndicats :

  • 62 Ibid., 1. 6.

« Les syndicats britanniques et américains déploient de grands efforts pour créer une nouvelle union syndicale pour toute l’Allemagne, comme en témoignent déjà les émissions britanniques radiodiffusées à l’intention des travailleurs allemands »62.

49Une telle entreprise demandait bien évidemment des préparatifs sérieux : être les premiers sur le terrain à l’heure de la défaite, être bien formés sur le plan idéologique et déployer une propagande sur mesures.

Les préparatifs de l’action

  • 63 Zentrales Parteiarchiv SED-ZPA, NL 36 /544, Bl. 41 (Rs)-42, publié par G. Keiderling, op. cit., p.  (...)
  • 64 Entretien Pieck-Dimitrov du 9 septembre 1944, ZPA, NL/36, 545, Bl. 10-12 et 36-40, ibid., p. 26.
  • 65 ZPA, NL/36, 545, Bl. 14 et 43-45, ibid., p. 28.
  • 66 Ibid., p. 30.
  • 67 IfGA, ZPA, NL36/421, Bl. 2-20, ibid., p. 151, 153.

50À l’approche de l’Armée rouge en Poméranie orientale, W. Pieck, le Secrétaire général du KPD, demanda le 13 juillet 1944 à son intermédiaire Dimitrov auprès des Soviétiques, « l’autorisation d’envoyer en Allemagne un grand nombre de cadres pour organiser la lutte contre le régime hitlérien »63. Si l’action était jugée prématurée par les Soviétiques, ceux-ci requéraient tout de même « une liste des camarades susceptibles d’être envoyés prochainement en Allemagne »64. Ils autorisaient par ailleurs la création d’une école du KPD près de Moscou, « l’école pour le pays »65, qui ouvrit ses portes de septembre 1944 à décembre 1945. Le KPD y préparerait « la victoire du marxisme-léninisme dans une société recomposée »66. Le 9 janvier 1945, W. Pieck en résumait l’enseignement : désigner nettement l’ennemi du peuple allemand, à savoir le trio de l’impérialisme, du fascisme et du prussianisme réactionnaire ; indiquer au peuple allemand les moyens de vaincre cet ennemi, en lui opposant un front uni ; expliquer le rôle historique joué par les Soviétiques dans la guerre, persuader la population que son intérêt national était d’encourager l’amitié la plus étroite possible avec l’URSS et de réparer les dommages occasionnés ; créer une organisation solide pour diriger le combat avec le KPD à sa tête. Elle s’appellerait « le bloc de la démocratie combattante »67. Pieck insistait sur la nécessité d’une totale clarté sur l’objectif final :

  • 68 Ibid., p. 153.

« Nous ne renonçons pas à notre objectif, l’instauration du socialisme ni à notre effort stratégique pour atteindre cet objectif mais nous devons avoir clairement à l’esprit que le chemin qui conduira au socialisme en Allemagne sera différent de celui que nous avions pu imaginer auparavant. La nouveauté en Allemagne est que nous devons mettre un terme à la crise historique profonde dans laquelle est plongée la nation entière ; pour ce faire, nous devons constituer un large front qui débordera la classe ouvrière afin de pouvoir exécuter cette tâche »68.

  • 69 Ibid., p. 154.

51Les circonstances actuelles de l’Allemagne n’étaient pas toutes favorables à cette politique, continuait-il, mais le KPD aurait cependant certains atouts, comme par exemple, l’occupation militaire soviétique, l’aide que pourrait lui apporter l’Armée rouge et la démocratisation qui se mettrait en place dans les autres pays européens sous l’égide de l’URSS. De toute façon, prévenait Pieck, la nouvelle stratégie exigeait « un sacrifice total, un travail habile et un combat sur une longue durée ; tout ce que nous faisons aujourd’hui est d’une importance capitale »69. Et Pieck de conclure son discours à l’école du Parti n° 12 par un panégyrique de l’URSS en termes grandiloquents :

  • 70 IfGA, ZPA, NL 36/421, Bl. 2-20, ibid., p. 157. Ce passage ne sera pas reproduit dans W. Pieck, Gesa (...)

« Nous marcherons aux côtés de la grande Armée rouge, parfois en avant, parfois en arrière ; nous coopérerons avec leurs organes en Allemagne et leur accorderons toute notre aide pour l’exécution de leurs tâches durant l’occupation militaire. Nous ferons cela dans l’intérêt du peuple allemand qui a tout à gagner d’une occupation sans tension car elle en sera plus douce. Nous assistons enthousiasmés aux succès quotidiens de la grande Armée rouge avec laquelle nous nous sentons liés par toutes les fibres de notre corps. Nous regardons avec une immense admiration le grand peuple soviétique qui, à l’arrière, dans les usines comme dans les kolkhozes, réalise de fantastiques performances pour approvisionner le front. Notre plus grand respect, notre gratitude et notre amour vont au sage guide du peuple soviétique et de l’Armée rouge, qui, par son génie dans l’art de la guerre, a su libérer la terre soviétique des envahisseurs fascistes et assurer la victoire de l’Armée rouge ; il est l’ami de l’humanité progressiste, il est notre chef, notre guide et notre ami à nous, communistes ; c’est dans l’esprit du camarade Staline que nous accomplirons notre travail, ici, à l’école et plus tard, dans notre pays »70.

52Mais Pieck n’en avait pas fini :

  • 71 G. Keiderling, op. cit., p. 142. Ce passage sera également supprimé dans l’édition des œuvres de W. (...)

« Je voudrais ajouter quelque chose sur le caractère de notre école : ce n’est pas une école ouverte à tous ; elle relève du secret, ce qui signifie que les camarades ne devront révéler ni aujourd’hui ni demain, en dehors de cette enceinte, qu’ils ont participé à ces cours et devront également taire les noms de leurs camarades de classe. Les règles de la conspiration doivent être scrupuleusement observées »71.

53Les communistes eurent beau accorder toute leur attention et tout leur zèle à cette formation idéologique, un problème de taille demeurait : celui des communistes restés en Allemagne et qui n’avaient pas subi de recyclage. Ils étaient restés attachés aux traditions : « Il est vrai que parmi les anciens communistes en Allemagne, on peut noter une forte influence sectaire », avait d’ailleurs dit Ackermann dans son rapport de janvier 1944. Et d’expliquer aussitôt ce qu’il entendait par ce terme étrange :

  • 72 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 101, papka 17, 1. 5 février 1944.

« Beaucoup s’orientent vers l’établissement immédiat du pouvoir soviétique et ne comprennent pas l’importance d’une vaste politique nationale ; ils s’opposent farouchement à quelque forme que ce soit de démocratie bourgeoise. Déjà le slogan de république démocratique, avancé par la direction du parti en 1935-1937, a rencontré une forte résistance chez ces vieux communistes allemands »72.

  • 73 Pour ses conséquences, voir infra, chapitre V.
  • 74 RCHIDNI, « Spravočnik o rukovoditelâh Socialističeskoj Edinoj Partii Germanii », Fonds 17, opis’ 12 (...)

54Le document de la Commission de politique extérieure du Comité central du PC, en date du 7 décembre 1946, fit lui aussi mention de cette dichotomie tactique73. Des critiques émises à l’encontre des communistes allemands, ressortait le portrait idéal de ce que devait être le nouveau dirigeant : bon administrateur, il possédait une solide formation marxiste mais n’affichait pas une politique trop ouvertement communiste. L’excès marxiste ou communiste y était dénoncé comme une preuve de « sectarisme » ou de « formalisme »74. Les vieux cadres qui affichaient cette tendance furent d’ailleurs la bête noire de W. Ulbricht qui se montra excessivement zélé pour dénoncer leur inadaptation aux nouvelles réalités politiques et stratégiques ; il leur préféra largement le groupe des prisonniers de guerre communistes, plus malléables et dont on pouvait faire une nouvelle génération de fonctionnaires, étrangers aux erreurs passées du KPD, fidèles à l’URSS et prêts à défendre sa ligne politique démocratique-progressiste. Dans une résolution de la direction de l’école du Parti, le 31 octobre 1944, il déplora ainsi le manque de cadres compétents :

  • 75 IfGA, ZPA, NL 36/530, Bl. 37, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 34.

« Les rares fonctionnaires survivants doivent rattraper un retard politique après des années d’isolement dans les camps de concentration et dans les asiles et de par leur autarcie idéologique imposée par le fascisme avant de prétendre être en mesure de maîtriser l’exécution des tâches nationales du Parti. Dans un tel contexte, le Comité central du Parti considère la formation de nouveaux cadres comme une nécessité première »75.

55Leur rééducation idéologique était difficile, Ackermann en était lui aussi parfaitement conscient, mais il se montrait plus conciliant qu’Ulbricht quand il écrivait dans son rapport de janvier 1944 :

  • 76 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 101, papka 17, 1. 5.

« Les communistes devront mettre en œuvre une grande politique d’éclaircissement pour convaincre les vieux travailleurs, conscients des luttes sociales, de la justesse de leur politique afin de leur donner la possibilité d’être des combattants actifs »76.

56La propagande déployée par le KPD en action se montra elle aussi énergique. De manière frappante, elle se calqua sur celle des Soviétiques en reprenant exactement les mêmes thèmes et les mêmes manipulations conceptuelles : l’appel aux Allemands, la distinction entre le peuple et ses dirigeants, l’incitation à la lutte et au renversement d’Hitler. Dans ses principes de base pour la propagande en Allemagne, le 1er février 1945, le KPD écrivit ainsi :

  • 77 IfGA, ZPA, NL 36/544, Bl. 96-103, G. Keiderling, ibid., p. 171.

« Le peuple allemand n’a rien à craindre de l’URSS, qui a érigé en loi l’amitié entre les peuples. Si les forces nationales démocratiques, antifascistes prennent en mains le combat contre l’ennemi de l’humanité, contre le nazisme, elles regagneront la confiance du grand peuple soviétique. Plus le peuple allemand participera au combat pour vaincre son propre ennemi, la bande nazie, moins l’Armée rouge sera obligée de débarrasser les villes allemandes des bandes SS »77.

  • 78 IfGA, ZPA, NL 36/499, Bl. 210-214, ibid., p. 28.
  • 79 IfGA, ZPA, NL 36/544, Bl. 96-103, ibid., p. 171.

57Il en fut de même de la menace quant à l’avenir de la nation allemande. « Le programme d’action de la démocratie combattante », élaboré le 21 octobre 1944, reprit, outre l’idée des préjudices causés au peuple allemand par la politique agressive hitlérienne, celle de la remise en cause de l’unité nationale allemande78. La menace sous-tendait toujours le discours sur la vanité de toute résistance face à la supériorité de l’Armée rouge : « La poursuite du combat est un crime contre la nation elle-même »79. Plus loin, les crimes hitlériens étaient encore abordés de la même manière :

« Alors que le parti nazi avant 1933 avait réussi à tromper beaucoup d’Allemands en leur faisant croire qu’Hitler voulait sortir l’Allemagne de la guerre, il est aujourd’hui notoire que le gouvernement hitlérien a conduit l’Allemagne à la crise et à la catastrophe, qu’il a couvert de honte le nom allemand, qu’il a ruiné la patrie et mis en question l’avenir de la nation ».

  • 80 Voir supra, même chapitre. Izvestiâ du 23/07/44.

58C’étaient des thèmes déjà développés par le Manifeste du Freies Deutschland80. Ce discours perdura même après la capitulation inconditionnelle de l’Allemagne :

  • 81 Discours de Pieck à l’école antifasciste n° 27 de Krasnogorsk, le 25 mai 1945, IfGA, ZPA, NL 36/421 (...)

« La poursuite de la guerre signifierait la fin de notre nation. Si le peuple allemand continue de se laisser conduire sans résistance et passivement dans le crime, alors il deviendra non seulement de plus en plus faible et impuissant mais sa culpabilité augmentera car Hitler ne sera plus renversé que par les armes des Alliés. Cela signifierait la fin de notre liberté nationale, de notre État et ce serait le démembrement de 81
notre patrie »81.

59Devant l’insuccès de ce thème, les communistes commencèrent à moduler différemment leur propagande envers le peuple allemand avec l’idée que seule la classe ouvrière dirigée par le KPD défendait les intérêts de la nation allemande. Les deux furent confondus. Ce thème fit florès pendant au moins toute la période d’occupation. Le KPD orienta aussi sa propagande contre celle des Nazis qui dénonçait la volonté alliée de séparer les territoires de la Prusse orientale du reste de l’Allemagne. Il chercha à démontrer que ces territoires étaient slaves avant que d’être allemands et qu’ils furent annexés et colonisés par l’impérialisme prussien :

  • 82 Ibid., p. 172.

« L’existence du peuple allemand ne dépend pas du nombre de kilomètres carrés mais de son amitié avec l’URSS et les autres peuples, de l’éradication définitive du fascisme, de la construction d’un nouvel ordre démocratique, du travail véritable pour reconstruire l’Allemagne et payer les réparations pour les dommages causés dans les autres pays. (...) Il faut créer une unité dans le combat de tous les opposants à Hitler pour sauver la nation »82.

60Si la reprise des thèmes de propagande soviétiques apparaissait donc de manière indiscutable ici, elle s’enrichissait cependant de nouveaux éléments. Le discours exploitait en effet l’absence de rébellion allemande comme justification de la volonté de placer l’Allemagne sous l’égide soviétique en conférant à la sévérité de l’URSS un caractère moral de châtiment nécessaire et de soumission inéluctable. La propagande jouait ainsi sur l’existence d’une double dette de l’Allemagne envers l’URSS : la première ayant commis des crimes infâmes, elle devait être sévèrement châtiée et payer pour ses exactions ; les Allemands ne pouvaient qu’accepter ce châtiment. Mais l’URSS cependant se montrait prête à les aider à retrouver le droit chemin. Ils devaient donc s’incliner devant sa mansuétude et rendre hommage à la grandeur d’âme soviétique en acceptant, par conséquent, son égide. C’était la seule voie de rédemption possible. Ces thèmes furent repris dans la propagande que le KPD voulait diffuser par la radio et dans les journaux des zones occupées :

  • 83 IfGA, ZPA, NL 36/502, Bl. 54-60, le 18 février 1945, ibid., p. 219.

« Il faut montrer à la population que la seule façon pour le peuple allemand de prétendre à une existence honnête et à un retour dans la communauté des peuples épris de paix est d’exécuter honorablement toutes les conditions imposées par les Alliés, de renoncer à toute idée de revanche, de démocratiser la nation allemande et de rendre populaire une politique de loyauté honnête et amicale envers le grand peuple soviétique et tous les peuples démocratiques »83.

  • 84 Voir A. Fischer, Sowjetische Deutschlandpolitik im Zweiten Weltkrieg 1941-1945, op. cit., p. 156 et (...)

61Ce devoir de gratitude des Allemands envers les Soviétiques renvoyait également à la persistance diffuse d’un complexe d’infériorité de ces derniers, hérité de l’histoire des relations entre les deux pays : le devoir de gratitude apparaissait ainsi comme un moyen détourné de se venger de l’arrogance et de la hauteur germaniques ressenties depuis des décennies par les Slaves sur le plan militaire et culturel84.

  • 85 IfGA, ZPA, NL 36/545, Bl. 17-19 et 52-53, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 30-31.

62La progression de l’Armée rouge en territoire allemand pendant l’hiver 1945 et les succès obtenus par la diplomatie soviétique à la conférence de Yalta bousculèrent quelque peu les préparatifs du KPD. Le 6 février 1945, au cours de leur entretien avec G. Dimitrov et les représentants militaires soviétiques Svostov et Gulâev, collaborateurs de la direction politique centrale de l’Armée rouge, W. Pieck, W. Ulbricht et A. Ackermann reçurent enfin des directives : dans le sillage des premiers fronts biélorusse et ukrainien ainsi que du second front biélorusse, ils devaient « constituer trois groupes de camarades d’une loyauté à toute épreuve » qui seraient envoyés dans les régions allemandes occupées pour être subordonnés aux directions politiques des fronts et ce, afin d’apporter leur appui aux organes d’occupation85. La mission des communistes allemands que proposaient les Soviétiques était donc une mission d’appoint, en retrait de l’Armée rouge. Toute la tactique prudente de l’URSS s’exprimait ici. On était loin des rêves de soulèvement élaborés par le KPD ! Une telle mise en retrait, si elle trouvait des adeptes comme W. Ulbricht, ne satisfaisait pas tous les communistes allemands. Et W. Pieck, leur Secrétaire général, était de ceux-là. Sa correspondance avec G. Dimitrov dénotait à cet égard un certain agacement teinté d’impuissance, d’autant que la mission avait un caractère des plus flous. La lettre qu’il écrivit ainsi à Dimitrov, le 15 février, si elle soulignait sans aucune ambiguïté la subordination du KPD aux Soviétiques, dissimulait mal son irritation de voir le KPD laissé dans l’expectative et l’improvisation mais trahissait aussi une certaine incompréhension vis-à-vis de la tactique mise en œuvre par l’URSS :

  • 86 IfGA, ZPA, NL 36/544, Bl. .131-132, ibid., p. 190.

« Des décisions ont-elles déjà été prises sur les mesures à mettre en œuvre dans les régions occupées par l’Armée rouge et comment doit être réparti le travail entre les groupes de camarades ? Quelles directives doit-on donner à ceux qui partiront avec les premiers fronts ukrainien et biélorusse ? Les groupes de travail peuvent-ils créer des commissions qui constitueraient l’organe dirigeant des forces démocratiques antifascistes ? Quelles seront leurs prochaines missions ? Quand le travail dans les entreprises peut-il être mis en place ? Quand pourra-t-on commencer les préparatifs pour regrouper les syndicats ? A-t-on l’autorisation d’éditer le journal de Freies Deutschland en Silésie ? Est-il judicieux de regrouper les membres du Freies Deutschland dans une vaste organisation démocratique (...) ? Est-il judicieux de créer dans les villages des organisations de paysans ? Comment doit être mise sur pied l’organisation du KPD ? Quelle littérature antifasciste doit être immédiatement imprimée dans les régions occupées par l’Armée rouge ? »86.

63Un autre entretien entre Pieck et le collaborateur du Comité central du PC, Panûškin, le 17 février 1945, en présence d’Ulbricht et d’Ackermann, ne clarifia pas plus la situation. Il confirma plutôt la volonté de maintenir encore l’expectative :

« Il faut envoyer dans les régions libérées de petits groupes d’hommes à la loyauté fermement éprouvée, pour, en collaboration avec la direction politique de l’Armée rouge, établir un état des lieux des forces communistes et sociales-démocrates (...). Ces petits groupes – 5 à 6 hommes – doivent seconder le travail des organes d’occupation et de la direction politique de l’Armée rouge mais ils n’ont pas de mission officielle ».

  • 87 Comprendre ici du Freies Deutschland, IfGA, ZPA, NL 36/ 545, Bl. 20, ibid., p. 206.

64La création du KPD et des commissions populaires locales viendrait plus tard mais « elles ne doivent pas s’inscrire dans le prolongement du Comité national »87. Les Soviétiques d’ailleurs ne firent rien par la suite pour soutenir le Freies Deutschland en Allemagne que les communistes voulaient mettre en première ligne. Et cette organisation antifasciste fut dissoute le 30 octobre 1945 sur décision du Bureau politique du CC-PC.

  • 88 Attestation pour chaque individu ; elle décrit son parcours social, politique et idéologique. Elle (...)
  • 89 IfGA, ZPA, NL 36/517, Bl. 116-123, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 33.

65Pieck lança les préparatifs de cette opération mais ne se priva jamais, dans ses comptes rendus à Dimitrov, d’envoyer quelques piques aux Soviétiques dont le pragmatisme visiblement ne lui seyait guère. Le 26 février, quand il remit à Gulâev une liste des 46 cadres du KPD pressentis pour la mission, il s’excusa de n’avoir pu rédiger une harakteristika exhaustive pour chacun88, n’ayant pu avoir accès à toutes les données les concernant : les Soviétiques n’avaient pas jugé utile de les leur remettre...89 Le recrutement fut aussi difficile car les Soviétiques avaient procédé à un isolement des communistes allemands sur leur territoire. Furent de ce fait recherchés jusque dans l’Oural et le Kazakhstan ceux qui travaillaient dans l’appareil du Parti, dans les rédactions de ses publications et dans les écoles.

  • 90 A. Vaksberg, Hôtel Lux. Les partis frères au service de l’Internationale communiste, Paris, Fayard, (...)

66À partir du 15 avril 1945, les candidats retenus suivirent une formation spéciale à l’hôtel Lux, rue Gorki à Moscou90. Pieck en avait souligné la nécessité dans une lettre à Dimitrov le 16 février 1945, imputant en partie aux Soviétiques cette responsabilité :

  • 91 IfGA, ZPA, NL 36/531, Bl. 93, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 34. On pourrait s’étonner, dev (...)

« Les participants au cours seront en général de vieux cadres du Parti, émigrés depuis longtemps en URSS, mais ces dernières années, ils ont été coupés de toutes relations avec l’organisation du Parti. Une partie d’entre eux était instructeur dans les camps de prisonniers de guerre. Le cours devra essentiellement familiariser ces camarades avec la politique du parti et surtout avec celle de l’URSS, avant leur départ en Allemagne »91.

67Dans ce contexte où l’impatience fébrile des Allemands était muselée par la prudence de Soviétiques dominateurs et avares d’explications, se déploya donc la mission d’appoint du KPD auprès de l’Armée rouge. Elle partait sans directive précise. Des trois groupes ainsi expédiés en Allemagne, un surtout laissa son nom dans les archives de l’occupation soviétique, le « groupe Ulbricht » ; Berlin était son objectif.

Le groupe Ulbricht et la prise de Berlin

  • 92 Izvestiâ, 23 février 1945, Brat’â Tur, « Razgovor s Berlinom », p. 3.

« L’artillerie soviétique se fait déjà entendre à Berlin. Il est fort probable que bientôt Hitler, croyant, comme on le sait, dans les prédictions des étoiles, et désespérant de la perspicacité de ses généraux, demandera à son astrologue courtisan : « Mais regarde donc, mon doux, dans ta longue vue si les Soviétiques sont encore loin de Berlin ? » L’astrologue, après y avoir jeté un regard, d’horreur se mettra à balbutier : « Ils sont déjà là, mein Führer... – À quelles étoiles tu peux voir ça, crétin ! – Aux étoiles qu’ils portent sur leurs toques ! »92.

  • 93 G. Keiderling, op. cit., p. 36.

68Être à Berlin le premier était le vœu de chacun des Alliés de la coalition anti-hitlérienne. Au printemps 1945, la prophétie de F.D. Roosevelt se réalisait : la course à la montre vers Berlin démarrait. Fin mars 1945, une offensive des alliés occidentaux sur le Rhin perçait le front allemand et le 11 avril, la deuxième Panzer-Division de l’armée américaine atteignait l’Elbe, au sud de Magdebourg. Les chances alliées d’atteindre Berlin les premiers étaient donc très réelles d’autant que les Soviétiques n’y étaient pas encore prêts même si Staline avait annoncé le 1er avril que l’Armée rouge se préparait à la prise de Berlin avec des forces de second rang. Churchill se montrait résolument partisan d’une prise immédiate de la ville et de l’avancée la plus profonde possible en Allemagne orientale mais D. Eisenhower, le commandant en chef des forces alliées, renonça au dernier moment à marcher sur Berlin pour rencontrer l’Armée rouge sur la ligne Erfurt-Leipzig-Dresde93. Les Soviétiques avaient donc le champ libre pour investir la capitale du IIIe Reich les premiers. Les historiens imputèrent ce revirement américain à la crainte de lourdes pertes humaines du fait de la résistance acharnée des Allemands. Il est vrai que les Soviétiques y perdirent 300 000 hommes mais pour eux, la prise de Berlin revêtait un caractère stratégique et symbolique considérable. Le maréchal Jukov le soulignait dans ses Mémoires :

  • 94 G.K Jukov, Vospominaniâ i razmyšleniâ, Moscou, Novosti, t. III, 1995, p. 218.

« Avec la prise de Berlin étaient enfin résolues les questions militaires et politiques fondamentales dont dépendaient, à maints égards, l’après-guerre en Allemagne et sa position sur la scène internationale européenne »94.

  • 95 Ibid., p. 218.

69L’opération de Berlin, telle qu’elle fut déclenchée par les Soviétiques le 16 avril 1945, reposait sur l’offensive simultanée de trois fronts : le premier front biélorusse, commandé par le Maréchal G.K. Jukov, devait se diriger sur Berlin et Brandebourg, le deuxième front biélorusse, commandé par le colonel-général V.I. Čuikov vers Mecklembourg et la mer Baltique, le premier front ukrainien, commandé par le Maréchal I.S. Konev, vers Sachsen, Lausitz et Dresde. Cette dernière grande offensive de la Seconde Guerre mondiale se déploya à une grande échelle : plus de deux millions et demi de soldats soviétiques y participèrent, appuyés par 6 200 tanks et 7 500 avions95. Jukov atteindra Berlin le 21 avril 1945.

  • 96 Voir le compte rendu de N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occu (...)

70Mais la victoire était, oserait-on dire, essentiellement symbolique car la ville était dévastée, sa vie sociale et politique désorganisée et sa population apeurée. En effet, l’annonce de l’arrivée de l’Armée rouge en Allemagne avait provoqué un vent de panique, avivé par la propagande nazie qui prédisait un massacre généralisé par les Soviétiques96. Cet état d’esprit de la population allemande avait déjà fait l’objet de nombreux rapports chez les Soviétiques. Citons pour exemple quelques extraits du compte rendu rédigé par le général de brigade Burcev, commandant de la 7e direction politique de l’Armée rouge, le 24 mars 1945. Beaucoup d’Allemands ont fui à l’annonce de l’arrivée des soldats soviétiques et « la population restée sur place est pétrifiée de peur devant l’Armée rouge ». Les habitants de la Silésie

« (…) sont persuadés que les Russes organiseront très prochainement le massacre de la population civile. Devant les soldats soviétiques et leurs officiers, beaucoup d’Allemands, parmi eux de nombreux vieillards et des enfants, lèvent les bras au ciel comme s’ils quémandaient la clémence ».

71Les scènes de panique étaient légion : drapeau blanc aux fenêtres, cas de suicides, Allemands qui se faisaient passer pour des Juifs, des Polonais ou des communistes. Les questions fusaient :

  • 97 Rapport d’information du général de brigade Burcev sur la situation dans les territoires allemands (...)

« Quel sort nous attend ? Nous autorisera-t-on à rester chez nous ou serons-nous envoyés dans des camps ? Combien de terres les Soviétiques laisseront-ils aux Allemands ? Les vaincus resteront-ils citoyens allemands ? »97.

72Au cours de sa mission de reconnaissance dans les territoires allemands juste investis par l’Armée rouge, le collaborateur du Commissariat du peuple aux Affaires étrangères, V. Semenov, devait lui aussi noter le 8 avril 1945 :

  • 98 Semenov à Vychinskij, 8/04/45, AVPRF, Fonds 082, opis’30, delo 63, papka 134, Ge 720,1. 55.

« La population suppose dans sa majorité que l’arrivée de l’Armée rouge va s’accompagner de changements considérables au niveau des structures politiques et sociales de l’Allemagne. Elle éprouve un sentiment de panique et toutes sortes de rumeurs et de suppositions ont cours actuellement »98.

73En attendant la mise en place des institutions d’occupation décidées par les accords interalliés, les militaires détinrent les pouvoirs politiques dans les régions investies. Et la tâche se révéla rude dans ce contexte de ruines et de panique. Les missions assignées par la session d’instruction de la direction politique du 2e front biélorusse, le 13 mai 1945, rendaient compte du caractère herculéen des mesures à prendre : il fallait apaiser le vent de panique en popularisant les déclarations de Staline sur le peuple allemand, rétablir des conditions de vie minimales, organiser un travail de propagande dans la population en dénonçant le fascisme et en développant l’amitié envers les Soviétiques. Le point 9 des instructions stipulait à ce titre :

  • 99 AVPRF, Fonds 082, opis’ 27, papka 121, delo 10, Ge 123a, 1. 16.

« Il faut créer des conditions telles que les Allemands se tournent seulement vers l’URSS. Nous devons être leurs seuls maîtres (...) Le nouvel État allemand sera voisin de l’URSS. Son destin dépendra de l’établissement d’une amitié étemelle avec l’URSS »99.

  • 100 Die deutsche Zeitung, journal de l’Armée rouge en allemand, paraît dès le 20 mai 1945.

74Il fallait aussi convaincre les Allemands que l’alliance de guerre avec les Occidentaux serait poursuivie dans l’après-guerre : celle-ci était ainsi vue comme un instrument d’apaisement. Cette propagande devait s’appuyer sur tous les supports de communication possibles : diffusion de journaux100, cinéma. La direction politique du 2e front biélorusse requérait des rapports quotidiens et détaillés sur l’évolution de la situation dans la zone qu’elle couvrait. Il en fut de même pour chaque direction politique de front. Semenov s’attachait, quant à lui, dans son compte rendu, à des problèmes d’un autre ordre, liés au manque de préparation et de compétence des militaires soviétiques pour remédier efficacement à la désorganisation de la vie politique et sociale allemande. Il en dressait un tableau sans ménagement :

  • 101 Rapport de V. Semenov à A.A. Vychinskij sur la situation en Allemagne dans les territoires occupés (...)

« Le principal obstacle pour mettre en œuvre les premières mesures indispensables à la renaissance de la vie publique est l’absence aujourd’hui d’organes administratifs locaux fonctionnant normalement. Pratiquement toutes les fonctions de direction pèsent sur les épaules des commandants militaires qui ont des assistants dans les domaines politique et administratif, des traducteurs et un nombre très insuffisant de soldats de l’ Armée rouge – 6 à 20 hommes –. La commandanture est engorgée d’éléments disparates qui rendent la purge nécessaire. Avant l’arrivée de notre groupe, le commandement du front, conformément à l’ordre de la Stavka, avait donné comme consigne aux directions politiques des fronts, via les commandantures, de mettre en poste des bourgmestres issus de la population locale. Mais les critères de choix n’ont pas été clairement définis. Et, dans les directions politiques de l’Armée, on remarque une tendance à ne choisir que des bourgmestres communistes ou ouvriers »101.

75Et Semenov de proposer des solutions :

  • 102 Ibid., 1. 56.

« Apparemment, la mise en place d’organes administratifs locaux allemands serait d’un grand secours pour régler ce problème. Il faudrait sélectionner les meilleurs éléments pour travailler avec ceux du groupe Ackermann »102.

  • 103 Le groupe Ulbricht qui nous intéresse au premier chef est composé de Fritz Erpenbeck, Otto Fischer, (...)

76Ces critiques, exposées le 8 avril 1945, furent rapidement prises en compte par la direction soviétique. S’il fut impossible de trouver les documents d’archives qui attestent des décisions adoptées, l’envoi des trois groupes de communistes en Allemagne va en fait constituer l’une des réponses données à ce problème. Mobilisés depuis le 6 février mais restés sans mission précise, ils rejoignirent, le 30 avril, leur front d’affectation respectif103.

  • 104 Propos rapportés dans G. Keiderling, ibid., préface de W. Leonhard, p. 11.
  • 105 Ibid., p. 12. Dans un rapport à I. Serov le 6 mai 1945, il dira encore : « On cherchait des figures (...)

77La première mission du groupe Ulbricht, assignée le 1er mai 1945, fut de « chercher et de nommer des antifascistes pour les administrations des vingt districts de Berlin » et parallèlement d’appuyer la campagne de propagande antifasciste des Soviétiques dans la population104. Ulbricht définit le mieux la situation que les Soviétiques voulaient instaurer en Allemagne : « Cela doit avoir des apparences démocratiques mais nous devons avoir les rênes bien en mains »105. Il fallait en effet et aussi vite que le permettaient les circonstances, investir les postes clefs des administrations locales en se couvrant avec des sociaux-démocrates, des membres de partis bourgeois et des spécialistes sans parti pour ensuite appeler à la formation d’un large mouvement d’union antifasciste et démocratique.

  • 106 Le groupe sera d’ailleurs agrandi à partir du 10 mai avec l’entrée en jeu d’anciens fonctionnaires (...)
  • 107 Voir le compte rendu détaillé ibid., p. 47-50.

78Le groupe Ulbricht eut peu de temps pour opérer car tout devait être mis en place entre le 9 mai, date de la capitulation inconditionnelle de l’Allemagne signée à Karlshorst, et le 5 juin 1945, date de l’entrée en fonction des institutions quadripartites dans les zones occupées. Début mai, les directives données au groupe furent un peu modifiées du fait de la désorganisation extrême en Allemagne : la propagande antifasciste fut reléguée derrière la lutte contre la misère et pour la reconstruction106. Le groupe Ulbricht poursuivit sa recherche de cadres pour les administrations de districts et pour la magistrature de Berlin dans des circonstances difficiles107. Les nominations furent, de ce fait, souvent le fruit du hasard ou de l’opportunité même si les critères de sélection étaient a priori sévères. Le 6 mai, Ulbricht devait par exemple répéter que

  • 108 IfGA, ZPA, NL 182/851, Bl. 29-30 publié ibid, p. 49.

« Le chef du personnel des administrations locales doit être un communiste éprouvé. (...) Les fonctionnaires responsables dans les administrations ne peuvent être que des cadres formés en URSS familiarisés avec la nouvelle ligne politique et habitués aux contacts avec les instances soviétiques, y compris le NKVD »108.

79Des purges ponctuelles résolvaient régulièrement cette contradiction. W. Thiele devait ainsi raconter dans ses Mémoires :

  • 109 IfGA, ZPA, EA 1593/3, Bl. 573., ibid., p. 49. Les nominés seront présentés le 15 mai à Mikoyan, vic (...)

« La loyauté politique était ce qui primait avant toute chose. Les compétences n’étaient pas l’élément déterminant car elles pouvaient être acquises sur le terrain. Celui qui ne se montrait pas apte à assumer sa charge était tout bonnement remplacé »109.

  • 110 Allgemeine Zeitung du 29 août 1945 donnera la liste des 20 bourgmestres de district : 6 communistes (...)
  • 111 E. Gniffke et W. Leonhard y font référence dans leurs témoignages sur cette période.
  • 112 Voir IfGA, ZPA, NL 182/950, Bl. 292, cité par G. Keiderling, op. cit., p. 46.

80La création des partis politiques, une fois autorisée le 10 juin 1945, il fallut assouplir quelque peu la représentation communiste dans les instances administratives locales car les adversaires demandèrent l’application du principe de parité. Même si le tableau général changea ainsi un peu en automne 1945, la domination communiste était maintenue110. Au cours de cette mission, Ulbricht se révéla un homme de main indispensable pour les Soviétiques : il accepta sans broncher sa position de rapporteur consultatif dans les conseils de guerre du premier front biélorusse – quand il était autorisé à y participer – ; sa servilité, ses multiples contacts établis avec les occupants soviétiques, son efficacité étaient autant de qualités appréciées par la puissance occupante111. Il sut de surcroît introduire et reproduire fidèlement le système décisionnel pyramidal stalinien en Allemagne : un protocole de la direction économique du Comité central du Parti socialiste unifié, daté du 9 mai 1947, rapportait les plaintes des cadres sans cesse écartés de tout contact avec les membres de la SV AG au profit des seuls Ulbricht, Pieck, Fechner et Grotewohl112. Sans la bénédiction tacite des Soviétiques, jamais Ulbricht n’aurait pu se montrer aussi actif et entreprenant. Des éléments comme lui étaient indispensables car les Soviétiques eux-mêmes ne furent pas sans poser des problèmes à la bonne marche de cette opération : l’incompétence ou le despotisme de certains commandants militaires rivalisèrent avec un intérêt en général peu marqué pour les activités des communistes allemands. Malgré ces conditions difficiles et en dépit du fait aussi que le KPD ne pouvait agir en son nom propre, le groupe Ulbricht accomplit sa mission avec succès ; elle revêtait pour son chef un caractère de modèle :

  • 113 W. Ulbricht, Zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung. Aus Reden und Aufsätzen 1933-1946, vol. (...)

« C’était notre ligne politique pour toute l’Allemagne ! C’est pour cette raison qu’il était d’une importance capitale que nous mettions en place l’ordre antifasciste-démocratique à Berlin, la capitale. Cela prenait figure d’exemple pour toute l’Allemagne »113.

81Elle prit fin aux environs du 11 juin 1945 mais beaucoup de ses acteurs devaient par la suite rester sur place et occuper des fonctions importantes. Mais il ne faudrait cependant pas négliger les insuffisances : le KPD n’a pas eu de rôle dirigeant dans la reconstruction matérielle de Berlin, n’a pas fortement mobilisé la population. Son atout le plus grand a été sa rapidité et sa capacité d’organisation.

  • 114 Un exemple parmi d’autres en est donné dans le rapport du 8 avril 1945 de V.S. Semenov. Il y parle (...)
  • 115 AVPRF, Fonds 082, opis’ 27, delo 10, papka 121, Ge 123a, 1. 16.

82Cette présentation des activités des communistes allemands à l’heure de la défaite du IIIe Reich fait apparaître la démarche tactique des Soviétiques non seulement très prudente mais aussi très pragmatique : la conversion au socialisme était certes l’objectif à atteindre, mais les bouleversements stratégiques impliqués par la guerre et un contexte interallié contraignant excluaient toute répétition de 1917. L’URSS ne souhaitait pas non plus mettre en péril ce qu’elle voulait obtenir d’un traité de paix avec l’Allemagne. Et on a vu que ses exigences en la matière étaient drastiques. Le pragmatisme de sa politique tenait donc à la multiplicité des options politiques envisagées de manière simultanée dans un contexte international de surcroît difficile. Les Soviétiques, dans ce cadre, n’accordèrent qu’une portée somme toute limitée aux instruments d’action dont ils disposaient, à savoir la propagande tournée vers le peuple allemand et le Parti communiste allemand : leur caution se fit toujours discrète. Une telle circonspection, un tel pragmatisme excluaient indiscutablement si ce n’est une stratégie, du moins une tactique clairement définie au préalable : l’absence de commissions n’est donc pas si étonnante dans ce contexte...114 Mais, et c’est le revers de la médaille, ils impliquaient aussi inévitablement des contradictions et des ambiguïtés et ne pouvaient que poser des problèmes d’interprétation et d’exécution sur le terrain car le dogmatisme de la doctrine marxiste-léniniste ne se prêtait pas à autant de flexibilité. La propagande au sujet de la définition de la responsabilité allemande dans la guerre en fournit d’ailleurs de bons exemples. Durant les derniers mois du conflit, on avait assisté à un retour en force de la distinction entre peuple et dirigeants allemands. Si elle était le fait du discours officiel, il n’en était pas tout à fait de même au niveau des institutions soviétiques... Ainsi, les instructions données par la Direction politique de l’Armée rouge au 2e front biélorusse, le 13 mai 1945, insistaient sur la responsabilité de la population allemande qui avait « soutenu Hitler et sa clique et voulu vivre aux crochets des Russes, des Polonais, des Français... Le peuple allemand devait supporter un lourd fardeau et travailler durement pour réparer les dommages causés par la guerre »115. L’examen de la période d’occupation va confirmer le pragmatisme et les ambiguïtés de cette politique tous azimuts, à la fois au niveau interallié et dans la zone d’occupation soviétique.

Notes

1 M.l. Semirâga, Kak my upravlâli Germaniej, Moscou, Rossijskaâ političeskaâ enciklopediâ, 1995, p. 6-7.

2 AVPRF, Fonds 06, opis’ 06, delo 166, papka 16, 1. 12.

3 AVPRF, Fonds 06, opis’ 06, delo 145, papka 14, 1. 8.

4 Le 19 novembre 1945, il avait informé Molotov que sa commission pouvait être dissoute car son travail était terminé, AVPRF, Secrétariat Vychinski, Fonds 07, opis’ 10, delo 66, papka 6.

5 W.S. Semjonow, Von Stalin bis Gorbatschow. Ein halbes Jahrhundert in diplomatischer Mission 1939-1991, op. cit., p. 161.

6 Son rôle était aussi moins important...

7 Voir à ce titre son accession au pouvoir et l’élimination de ses adversaires dans les années 20, dans notamment M. Heller et A. Nekrich, L’utopie au pouvoir. Histoire de l’URSS de 1917 à nos jours, op. cit., p. 183-229.

8 V. Chentalinski, Les surprises de la Loubianka, nouvelles découvertes dans les archives littéraires du KGB, trad., Paris, Robert Laffont, 1996 et J. Guisnel, « Qui a peur des archives de Moscou ? », Le Point, 30/11/1996, p. 58-74.

9 J. Stalin, « 26-aâ godovŝina Velikoj Okt’âbrskoj Socialističeskoj Revolucii », dans Vnešnaâ politika Sovetskogo Soûza v period Velikoj Otečestvennoj Vojny, op. cit., vol. I, p. 118.

10 FRUS, Diplomatic Papers. The Conferences at Malta and Yalta 1945, Washinghton, 1955, p. 628.

11 Voir Izvestiâ depuis le 24 juin 1941.

12 Le thème de la vengeance et du châtiment devait devenir récurrent à partir de juin-juillet 1943.

13 I. Ehrenbourg, op. cit., p. 26.

14 La prise de position du pape en faveur de la clémence vis-à-vis des Allemands durant l’été 1944 a d’ailleurs suscité dans la presse anglo-saxonne des dénonciations virulentes que les publicistes soviétiques reprirent avec force citations.

15 B. Lavrenev, « Razgovor o čelovekolûbcah », Izvestiâ du 20/02/45, p. 3.

16 E. Tarle, « Ot agressii k kapitulacii 1914-1918 », Vojna i rabočij klass, 1/08/44, p. 9-11 ; M. Galaktionov, « Voenno-istoričeskie uroki », Vojna i rabočij klass, 1/08/44, p. 6-9 ; P. Dmitriev, « Nekotorie problemy obespečeniâ mira i bezaposnosti posle vojny », Vojna i rabočij klass, 1/08/44, p. 14-18.

17 Izvestiâ, 20/02/45, p. 3.

18 Propos rapportés par H.P. Schwarz, Vom Reich zur Bundesrepublik. Deutschland im Widerstreit der aussenpolitischen Konzeptionen in den Jahren der Besatzungsherrschaft 1945-1949, Stuttgart, Klett-Cotta, 2e éd., 1980, p. 223.

19 M. Djilas, Conversations avec Staline, Paris, Gallimard, 1962, p. 147.

20 Ou au plus tôt le 23 février 1942 avec l’ordre du Commissariat du Peuple à la Défense, signé par Staline à l’occasion de l’anniversaire de l’Armée rouge, voir W. von Buttlar, op. cit., p. 126.

21 Izvestiâ, 24/06/41, p. 1.

22 Izvestiâ, ibid., p. 1.

23 Izvestiâ des 24/06 et 25/06/41.

24 Les mots fasciste ou hitlérien accompagnent toujours les adjectifs nemeckij ou germanskij qui signifient allemand en russe.

25 Izvestiâ du 26/06/41.

26 Izvestiâ, 27/07/41, p. 2.

27 Izvestiâ, 6/11/41, p. 1.

28 Izvestiâ, 23/02/42, p. 1.

29 De semblables conférences se dérouleront chez les prisonniers roumains – compte rendu dans les Izvestiâ du 25 janvier 1942 ; chez les prisonniers finlandais – Izvestiâ du 18/02/42 ; chez les prisonniers hongrois – Izvestiâ du 22/02/42 ; chez les prisonniers autrichiens – Izvestiâ du 27/03/42.

30 Izvestiâ, 15/11/41, p. 2.

31 Izvestiâ, ibid., p. 2.

32 Izvestiâ, ibid., p. 2.

33 Izvestiâ du 28/10/42.

34 Izvestiâ du 7/11/42.

35 Nulle part il n’est question du parti communiste allemand en exil et cependant les personnalités signataires du Manifeste ne sont autres que ses dirigeants : A. Ackermann, W. Ulbricht, W. Pieck, G. Sobottka, F. Wolf...

36 Izvestiâ, 22/07/43, p. 3.

37 Izvestiâ, ibid., p. 3.

38 Izvestiâ du 15/11/41, première conférence des prisonniers de guerre allemands et première Déclaration au peuple allemand.

39 Izvestiâ des 22 et 23/07/44.

40 E. Frolov, « Vnutrennij krisis gitlerovskoj Germanii », Vojna i rabočij klass, 1/08/44, p. 3-6.

41 « Tovariŝ Erenburg uproŝaet », Pravda du 14/04/45 et « Hvatit ! », Krasnaâ Zvezda, 11/04/45.

42 « Hvatit ! », ibid.

43 « Tovariŝ Erenburg uproŝaet », Pravda, op. cit.

44 La discrétion de cette propagande peut toutefois amener à penser qu’ils avaient aussi envisagé un échec éventuel ! Elle le rendait moins criant.

45 L’histoire du KPD à cette période mériterait un examen détaillée et approfondi dans les archives soviétiques car elle reste assez mal connue à ce jour.

46 Voir les témoignages directs d’E. Gniffke, Jahre mit Ulbricht, Cologne, Verlag Wissenschaft und Politik, 2e éd., 1990 et W. Leonhard, Die Revolution entlässt ihre Kinder, Cologne, Berlin, Kiepenhauer und Witsch, 2e éd., 1987. De semblables écoles existaient aussi dans les camps de prisonniers roumains, hongrois et finlandais.

47 Voir supra, même chapitre.

48 Ce programme d’action sera consigné dans le Protokoll der KPD-Führung vom 6/02/44, IfGA. ZPA, NL 36/499, Bl. 83 ff, publié par G. Keiderling, « Gruppe Ulbricht » dans Berlin – April bis Juni 1945. Von den Vorbereitungen im Sommer 1944 bis zur Wiedergründung der KPD im Juni 1945. Eine Dokumentation, Berlin, Arno Spitz, 1993, p. 26.

49 Celle-ci ne s’était pas effectuée sans résistance, voir H. Weber, Die Wandlung des deutschen Kommunismus. Die Stalinisierung der KPD in der Weimarer Republik, Francfort/Main, 1969 et le témoignage de R. Fisher, Stalin und der deutsche Kommunismus, Berlin, Dietz-Berlin-Verlag, t. II : Die Bolschewisierung des deutschen Kommunismus ab 1925, 1991. Elle souligne notamment le rôle qu’a pu y jouer D.S. Manuil’skij, l’émissaire soviétique et, côté allemand, W. Ulbricht et W. Pieck qui ont su atomiser le KPD en y introduisant le système soviétique des cellules décisionnelles. W. Ulbricht avait été remarqué par Staline dès 1923 pour ses connaissances en structures d’organisation du Parti.

50 Le contrôle du dictateur soviétique sur le secrétariat de l’Internationale communiste connut son apogée de 1939 à 1943 ; il ne préjuge toutefois pas de l’alignement de tous les partis communistes nationaux sur Moscou, à l’image du PCF et du parti britannique à la veille de la Seconde guerre mondiale. Pour plus de détails, voir K. Mc Dermott et J. Agnew, The Comintern. A History of International Communism from Lenin to Stalin, 1996 et M. Narinsky et J. Rojahn, Centre and Periphery. The History of the Comintern in the light of New Documents, Amsterdam, International Institute of Social History, 1996.

51 Stiftung Archiv der Parteien und Massenorganisationen der DDR im Bundesarchiv, SAPMO-BA, ZPA, EA 1291/4, Ackermann, bb. 652-653, cité par N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 20.

52 RCHIDNI, « Spravočnik o rukovoditelâh Socialističeskoj Edinoj Partii Germanii », Fonds 17, opis’ 128, delo 62, 58 1 ; envoi de M. Souslov à A.A. Kuznecov.

53 AVPRF, Fonds 048, opis’ 52-a, delo 3, papka 458, 1. 17, cité par G.P. Kynin et J. Laufer dir., op. cit., p. 664.

54 Copie en a été transmise par D.S. Manuil’skij, alors membre de la direction politique de l’Armée rouge et du Conseil de propagande politique et militaire, à Molotov, l’original étant au Département d’Information internationale du Comité central du PC à la demande de Ponomarev le 14 février 1944. Le document ne comporte pas le nom du destinataire, AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 101, papka 17, 1. 2-16.

55 AVPRF, ibid., 1. 2-3.

56 Président du KPD de 1925 à 1933, arrêté, déporté au camp de concentration de Buchenwald de 1933 à 1944 et exécuté par les SS en 1944.

57 Ibid., 1. 5. Les concepts de fascisme et d’antifascisme seront abordés dans la seconde partie, au chapitre V.

58 Ibid., 1. 5.

59 IfGA, ZPA, NL 36 /421, Bl. 112-122 et 130-137, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 241-242.

60 AVPRF, op. cit., 1. 7.

61 Ibid, 1. 9.

62 Ibid., 1. 6.

63 Zentrales Parteiarchiv SED-ZPA, NL 36 /544, Bl. 41 (Rs)-42, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 26.

64 Entretien Pieck-Dimitrov du 9 septembre 1944, ZPA, NL/36, 545, Bl. 10-12 et 36-40, ibid., p. 26.

65 ZPA, NL/36, 545, Bl. 14 et 43-45, ibid., p. 28.

66 Ibid., p. 30.

67 IfGA, ZPA, NL36/421, Bl. 2-20, ibid., p. 151, 153.

68 Ibid., p. 153.

69 Ibid., p. 154.

70 IfGA, ZPA, NL 36/421, Bl. 2-20, ibid., p. 157. Ce passage ne sera pas reproduit dans W. Pieck, Gesammelte Reden und Schriften, vol. VI, 1939 bis Mai 1945, Berlin-Est, 1979.

71 G. Keiderling, op. cit., p. 142. Ce passage sera également supprimé dans l’édition des œuvres de W. Pieck.

72 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 101, papka 17, 1. 5 février 1944.

73 Pour ses conséquences, voir infra, chapitre V.

74 RCHIDNI, « Spravočnik o rukovoditelâh Socialističeskoj Edinoj Partii Germanii », Fonds 17, opis’ 128, delo 62, 58 1.

75 IfGA, ZPA, NL 36/530, Bl. 37, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 34.

76 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 101, papka 17, 1. 5.

77 IfGA, ZPA, NL 36/544, Bl. 96-103, G. Keiderling, ibid., p. 171.

78 IfGA, ZPA, NL 36/499, Bl. 210-214, ibid., p. 28.

79 IfGA, ZPA, NL 36/544, Bl. 96-103, ibid., p. 171.

80 Voir supra, même chapitre. Izvestiâ du 23/07/44.

81 Discours de Pieck à l’école antifasciste n° 27 de Krasnogorsk, le 25 mai 1945, IfGA, ZPA, NL 36/421, Bl. 206-214, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 397.

82 Ibid., p. 172.

83 IfGA, ZPA, NL 36/502, Bl. 54-60, le 18 février 1945, ibid., p. 219.

84 Voir A. Fischer, Sowjetische Deutschlandpolitik im Zweiten Weltkrieg 1941-1945, op. cit., p. 156 et W. von Buttlar, Ziele und Zielkonflikte der sowjetischen Deutschlandpolitik 1945- 1947, op. cit., p. 127-129.

85 IfGA, ZPA, NL 36/545, Bl. 17-19 et 52-53, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 30-31.

86 IfGA, ZPA, NL 36/544, Bl. .131-132, ibid., p. 190.

87 Comprendre ici du Freies Deutschland, IfGA, ZPA, NL 36/ 545, Bl. 20, ibid., p. 206.

88 Attestation pour chaque individu ; elle décrit son parcours social, politique et idéologique. Elle était indispensable à l’époque soviétique notamment pour trouver du travail.

89 IfGA, ZPA, NL 36/517, Bl. 116-123, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 33.

90 A. Vaksberg, Hôtel Lux. Les partis frères au service de l’Internationale communiste, Paris, Fayard, 1993.

91 IfGA, ZPA, NL 36/531, Bl. 93, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 34. On pourrait s’étonner, devant ces récriminations de Pieck, que les Soviétiques l’aient laissé par la suite à la tête du futur Parti socialiste unifié. La réponse est donnée partiellement dans la propre harakteristika de Pieck : il est un symbole pour les communistes allemands et sa popularité est grande. Les Soviétiques ne pouvaient prendre le risque de s’en défaire brusquement. Pieck connaîtra peu à peu l’éclipse politique après juin 1945 pour laisser la place à des hommes plus dynamiques, plus entreprenants et surtout moins critiques, Spravočnik o rukovoditelâh socialističeskoj edinoj partii Germanii, RCHIDNI, Fonds 17, opis’ 128, delo 62, 7 décembre 1946.

92 Izvestiâ, 23 février 1945, Brat’â Tur, « Razgovor s Berlinom », p. 3.

93 G. Keiderling, op. cit., p. 36.

94 G.K Jukov, Vospominaniâ i razmyšleniâ, Moscou, Novosti, t. III, 1995, p. 218.

95 Ibid., p. 218.

96 Voir le compte rendu de N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945-1949, op. cit., p. 33.

97 Rapport d’information du général de brigade Burcev sur la situation dans les territoires allemands libérés par l’Armée rouge, transmis par Smirnov à V.G. Dekanozov, le 24/03/45, « Položenie v germanskih territoriâh osvoboždënnyh Krasnoj Armiej », AVPRF, Fonds 082, opis’ 27, delo 10, papka 121, Ge 123a, 1. 2-3.

98 Semenov à Vychinskij, 8/04/45, AVPRF, Fonds 082, opis’30, delo 63, papka 134, Ge 720,1. 55.

99 AVPRF, Fonds 082, opis’ 27, papka 121, delo 10, Ge 123a, 1. 16.

100 Die deutsche Zeitung, journal de l’Armée rouge en allemand, paraît dès le 20 mai 1945.

101 Rapport de V. Semenov à A.A. Vychinskij sur la situation en Allemagne dans les territoires occupés par l’Armée rouge, 8/04/45, AVPRF, « Položenie v Germanii v territoriâh, osvoboždënnyh Krasnoj Armiej », Fonds 082, opis’ 30, delo 63, papka 134, Ge 720,1. 55.

102 Ibid., 1. 56.

103 Le groupe Ulbricht qui nous intéresse au premier chef est composé de Fritz Erpenbeck, Otto Fischer, Gustav Gundelach, Richard Gyptner, Walter Köppe, Wolfgang Leonhard, Hans Mahle, Karl Maron et Otto Winzer, dans G. Keiderling, op. cit., p. 39. A. Ackermann dirigera le groupe affecté au front ukrainien et G. Sobottka celui du second front biélorusse. Totalement subordonnés à la direction politique de leur front, ils rendent des comptes directement à G. Dimitrov, laissant ainsi souvent leur propre Secrétaire général sans informations. Celui-ci s’en plaindra discrètement dans une lettre à Dimitrov le 28 mai 1945, IfGA, ZPA, NL 36/ 544, Bl. 207, publié par G. Keiderling., ibid., p. 44.

104 Propos rapportés dans G. Keiderling, ibid., préface de W. Leonhard, p. 11.

105 Ibid., p. 12. Dans un rapport à I. Serov le 6 mai 1945, il dira encore : « On cherchait des figures de proue pour le navire de l’Amirauté », IfGA, ZPA, NL 182/851, Bl. 86-89.

106 Le groupe sera d’ailleurs agrandi à partir du 10 mai avec l’entrée en jeu d’anciens fonctionnaires restés en Allemagne illégalement : Ottomar Geschke, Sepp Hahn, Waldemar Schmidt, Willy Sägehecht, Hans Jendretsky. La mission sera aussi prolongée de 50 jours le 1er juin 1945, IfGA, ZPA, NL 182/851, Bl. 313, publié par G. Keiderling, op. cit., p. 43.

107 Voir le compte rendu détaillé ibid., p. 47-50.

108 IfGA, ZPA, NL 182/851, Bl. 29-30 publié ibid, p. 49.

109 IfGA, ZPA, EA 1593/3, Bl. 573., ibid., p. 49. Les nominés seront présentés le 15 mai à Mikoyan, vice-président du Conseil des Commissaires du Peuple en visite d’inspection depuis le 9 mai, à Jukov et Bersarin.

110 Allgemeine Zeitung du 29 août 1945 donnera la liste des 20 bourgmestres de district : 6 communistes, 4 sociaux-démocrates, 1 chrétien-démocrate, 1 libéral-démocrate et 8 sans parti.

111 E. Gniffke et W. Leonhard y font référence dans leurs témoignages sur cette période.

112 Voir IfGA, ZPA, NL 182/950, Bl. 292, cité par G. Keiderling, op. cit., p. 46.

113 W. Ulbricht, Zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung. Aus Reden und Aufsätzen 1933-1946, vol. II, Zusatzband, Dietz-Ost-Berlin, 1966, éd. 1968, p. 219.

114 Un exemple parmi d’autres en est donné dans le rapport du 8 avril 1945 de V.S. Semenov. Il y parle en effet du travail de collaboration qu’il va mettre en œuvre entre son équipe et les commandants de l’Armée rouge « afin de résoudre les problèmes posés dans l’esprit de l’orientation qui nous a été donnée », AVPRF, Fonds 082, opis’ 30, delo 63, papka 134, 1. 58, souligné par nous.

115 AVPRF, Fonds 082, opis’ 27, delo 10, papka 121, Ge 123a, 1. 16.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search