Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Première partie. L’élaboration et la mise en œuvre de la politique Allemande de l’URSS

Chapitre II. Une première approche pour l’Allemagne : la neutralisation politique, militaire et économique

Texte intégral

Les délibérations secrètes aux commissions du Commissariat du Peuple des Affaires étrangères

1Dès les premiers mois de l’alliance, l’URSS, tout comme ses partenaires occidentaux, ne doutait plus de l’issue du conflit et réfléchissait déjà à la situation internationale de l’après-guerre. L’Allemagne allait être de ce fait au cœur de ses analyses et de ses scénarios de règlement européen. Éviter toute résurgence d’une menace de sa part constitua le leitmotiv lancinant des réflexions élaborées.

  • 1 AVPRF, Fonds 3, opis’ 63, delo 237, 1. 53 et Istočnik. Vestnik Arhiva Prezidenta Rossijskoj Federac (...)
  • 2 AVPRF, ibid., 1. 53 et Istočnik, ibid., p. 124.
  • 3 Présidée par M.M. Litvinov, vice-Commissaire du Peuple des Affaires étrangères en 1941- 1946 et com (...)
  • 4 Présidée par K.E. Vorochilov, maréchal de l’URSS, depuis 1940 vice-président du Conseil des Commiss (...)
  • 5 Sa composition est plus hétéroclite que celle des deux précédentes puisque seulement deux membres d (...)

2Le 26 décembre 1941, S.A. Lozovskij, vice-Commissaire du Peuple des Affaires étrangères, envoya une note à Staline proposant de constituer deux commissions préparatoires secrètes, l’une financière et économique, afin d’évaluer les dommages causés par la guerre, l’autre politique pour notamment élaborer un projet de neutralisation de l’Allemagne1. Le 28 janvier 1942, le Bureau politique du Comité central du PC décida la création d’une commission de préparation de documents diplomatiques sur l’après-guerre sous la direction de V.M. Molotov et mobilise tous les experts politiques, militaires, économiques sur cette question2. Deux autres commissions virent le jour le 4 septembre 1943, au Commissariat du Peuple des Affaires étrangères, l’une présidée par M.M. Litvinov, pour préparer les traités de paix avec les forces de l’Axe et l’ordre international de l’après-guerre3, l’autre dirigée par K.E. Vorochilov pour élaborer les conditions d’armistice4. Le 14 novembre 1943, une troisième devait être constituée, la commission Majskij, pour évaluer les dommages causés par l’Allemagne hitlérienne et ses satellites à l’URSS5. Le dénominateur commun de toutes les propositions faites dans le cadre de ces commissions sur l’après-guerre fut une extrême fermeté requise vis-à-vis de l’Allemagne vaincue : elles visèrent en priorité son affaiblissement politique, économique et militaire, considéré comme une des conditions sine qua non de la sécurité future de l’URSS. De 1943 à 1945, les voies et les moyens pour atteindre ce triple objectif furent au cœur des préoccupations des diplomates.

La neutralisation politique

  • 6 Note sur le démembrement allemand, AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 122, papka 1. 8, 1. 4, daté de (...)
  • 7 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 121, papka 18, 1. 3.

3Dans l’optique de l’affaiblissement politique de l’Allemagne, l’examen des archives révéla la place de choix accordée à l’idée d’une décentralisation du Reich. Toute centralisation devait être en effet systématiquement rejetée. Une note non signée en juillet 1943 préconisait « une lutte énergique contre toute tentative d’imposer artificiellement ou par la force un système étatique centralisé en Allemagne »6. Les divers rapports consultés font preuve d’une grande unanimité sur cette question : « La décentralisation doit revêtir des formes qui excluent tout retour à un système étatique centralisé », écrivait A.Z. Suric le 11 octobre 1943, dans une étude sur la décentralisation de l’Allemagne7. Le même mois, D.Z. Manuilskij, dans une note d’information sur les traditions historiques des États allemands unis, soulignait de son côté

  • 8 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, papka 18, delo 120, 1. 2.

« (...) la nécessité, dans l’intérêt du progrès général, de la sécurité européenne et du développement démocratique du peuple allemand, de rejeter l’idée de la centralisation allemande et de rétablir les séparations historiques entre les différents États unifiés »8.

  • 9 Voir supra, AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, papka 14, delo 145, 1. 2-41 ; également APFR, Fonds 3, opis’ (...)

4Mais, si ce rejet paraissait acquis, il restait à préciser ce que ces diplomates entendaient par décentralisation. S’agissait-il de promouvoir un démembrement en plusieurs entités étatiques ou de constituer un ensemble d’États fédérés ? Pour Majskij, la réponse ne faisait pas de doute et en fait ne se posait même pas. Dans sa note du 1 1 janvier 1944, adressée à Molotov9, il assimilait en effet tout bonnement neutralisation politique et démembrement, jugé prioritaire au même titre que l’occupation, pour au moins dix ans, de points stratégiques en Allemagne :

  • 10 Istočnik, ibid., p 126.

« Il me semble que nous devons avoir comme objectif la neutralisation la plus complète possible de l’Allemagne (...), c’est-à-dire que nous devons mettre au point des conditions telles que l’Allemagne ne soit même plus en mesure de penser à une quelconque agression. Pour ce faire, il est à mon avis impératif (...) de démembrer l’Allemagne en quelques entités étatiques plus ou moins indépendantes »10.

  • 11 AVPRF, Fonds 07, opis’ 5, delo 35, papka 38, inv. 352, 1. 4.
  • 12 Note sur la décentralisation de l’Allemagne, 11 octobre 1943, AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 121, (...)

5Même tonalité chez Litvinov. Le 9 septembre 1943, dans la note à Staline et Molotov qui énumérait les tâches de sa commission, Litvinov avait posé d’emblée, comme une évidence, diverses variantes de démembrement à étudier : devaient être détachées d’office la Prusse orientale, la Silésie, Dantzig, la région de Memel, l’Alsace-Lorraine, la Sarre, le canal de Kiel ; devaient être modifiées les frontières germano-soviétique, germano-polonaise, germano-danoise, germano-française11. Le diplomate A.Z. Suric, ancien plénipotentiaire en Allemagne de 1934 à 1937, allait se montrer plus nuancé dans sa réponse. S’il privilégiait lui aussi l’option du démembrement de l’Allemagne (« Le démembrement représente sans conteste le moyen le plus efficace pour affaiblir l’Allemagne... »12), il faisait cependant judicieusement remarquer qu’il devait être mûrement réfléchi :

  • 13 AVPRF, ibid., 1. 1.

« Le degré d’efficacité ne dépendra pas tant de la forme de décentralisation que du contenu concret qui lui sera donné. Supposons que l’Allemagne soit démembrée en deux États : une Allemagne du Nord et une Allemagne du Sud. Si toute la Prusse actuelle est conservée dans les limites du premier, avec la poudrière que constitue la région Rhénanie-Westphalie, on ne pourra pas parler d’un quelconque affaiblissement de l’Allemagne. Tout le potentiel allemand sera conservé et l’État puissant du Nord serait en mesure, dans un laps de temps rapide, de soumettre sans difficulté à sa volonté l’Allemagne du Sud beaucoup plus faible. Une telle résolution serait ainsi bien moins efficace dans ses résultats que la formation de quelques fédérations à des conditions préalablement définies. La décentralisation, quelle qu’elle soit, doit comporter une mesure radicale, seule capable de casser réellement la puissance militaire de l’Allemagne. Et cette mesure, c’est le démembrement de l’actuelle Prusse »13.

  • 14 AVPRF, ibid., 1. 2.
  • 15 AVPRF, ibid., 1. 2.
  • 16 Note sur le démembrement allemand, AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 122, papka 18, 1. 1, daté de ju (...)
  • 17 Note de Kuznecov, Commissaire du Peuple de la flotte militaire de l’URSS, à Litvinov, 11 octobre 19 (...)

6Si la Prusse devait perdre au minimum sa partie orientale, la Silésie, Suric insistait aussi sur le détachement de la région Rhénanie-Westphalie, car ainsi « le problème de l’affaiblissement de l’Allemagne serait aux trois quarts résolu »14. Le cœur industriel de l’Allemagne devait devenir une entité distincte, ce qui serait grandement facilité par les tendances séparatistes de cette région, estimait-il, même si les autres régions allemandes protesteraient assurément contre l’amputation de ce potentiel industriel et économique. Pour Suric donc, « ne doit être adoptée que la forme de décentralisation qui permettra d’atteindre l’objectif fondamental qui est de casser nettement et pour longtemps la puissance militaire allemande »15. Mais Suric n’était pas le seul à prôner l’idée d’une neutralisation maximale de la Prusse, comme condition essentielle à la prévention de toute résurgence de la menace allemande. Les projets qu’il fut permis de consulter s’articulaient tous autour de cette mesure, jugée indispensable, car la Prusse incarnait « l’avant-poste de l’impérialisme allemand dirigé contre la Russie »16, « la place d’armes stratégique au long des siècles pour la mise en œuvre d’une politique expansionniste allemande vers l’Est »17.

  • 18 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 124, papka 18, 1. 1.
  • 19 AVPRF, ibid., 11. 1-2.

7En octobre 1943, Eugène S. Varga, l’économiste membre de l’Académie des Sciences de l’URSS, présenta, dans le cadre de la commission Litvinov, un rapport spécial de l’Institut d’économie et de politique mondiales sur les variantes possibles du démembrement allemand et leurs conséquences économico-sociales. Leur but, écrivait-il, était de désarmer économiquement l’Allemagne, de tirer profit de ses divisions historiques pour créer des États indépendants et de compenser le déplacement de la frontière orientale de la Pologne par des territoires dans le nord-est allemand18. La première variante prévoyait l’autonomisation de la Prusse, de l’Allemagne du Sud, Autriche comprise et la création d’un État-tampon composé de la région rhénane ; la seconde reprenait le même découpage en proposant de dissocier l’Autriche de l’Allemagne du Sud ; la troisième envisageait un éclatement en sept États : la Prusse, l’Autriche, la Bavière, la Saxe, le Wurtemberg, la Bade et un État-tampon rhénan. Les territoires occupés après 1937 seraient évidemment détachés : la région des Sudètes, le couloir de Dantzig, la Silésie orientale, l’Alsace-Lorraine ; la Prusse orientale serait attribuée à la Pologne et la Sarre à l’Etat-tampon rhénan19. Sur la base de statistiques d’avant-guerre, Varga allait passer en revue, dans un inventaire fastidieux de dix-neuf pages, chaque entité ainsi créée pour évaluer ses ressources industrielles, agricoles et énergétiques et déterminer quelle alternative se révélerait la plus avantageuse pour neutraliser l’Allemagne. Quelle que fût l’option retenue cependant, elle allait buter sur un constat d’insuffisance : un démembrement de l’Allemagne ne saurait être réellement effectif sans un fort contrôle pour empêcher toute résurgence de la menace allemande. C’était la conclusion générale à laquelle aboutissait Varga au terme de son analyse détaillée :

  • 20 AVPRF, ibid., 11. 5.

« Chacune des trois variantes envisagées signifie une réduction considérable du potentiel militaire actuel de l’Allemagne et notamment de la Prusse. Toutefois, s’il n’est pas instauré de contrôle permanent, en dépit du détachement des régions de l’industrie lourde, bassin de la Ruhr et Haute-Silésie, les ressources économiques et humaines laissées à la Prusse seront suffisantes pour équiper une armée dont les effectifs atteindraient la moitié de ceux de l’armée allemande actuelle et seraient pratiquement équivalents à ceux de l’armée française juste avant la guerre. L’éventualité d’une telle évolution de la Prusse serait grandement contrecarrée si la basse Silésie était octroyée à la Tchécoslovaquie. Dans le cas d’un démembrement total de l’Allemagne, le potentiel militaire de la composante non prussienne serait insignifiant. En cas, par contre, d’unification de toutes les provinces du Sud avec l’Autriche, l’Allemagne du Sud aurait un potentiel militaire environ égal à la moitié de celui de la Prusse, considérée dans ses nouvelles frontières »20.

8Le 11 octobre 1943, Suric appuyait les conclusions d’E. Varga :

  • 21 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 121, papka 18, 1.5.

« Tous (les) chiffres, relevés essentiellement dans le rapport présenté par E. Varga conduisent à conclure inéluctablement que la Prusse, même cantonnée dans des limites réduites, sera un pays au potentiel militaire assez fort. Dans les décennies à venir, elle sera en mesure de créer une année d’environ 4 millions d’hommes »21.

9Mais Suric, à l’instar de Varga, ne poussait pas plus avant sa réflexion. Les seules précisions qu’il fut possible de recueillir sur cette idée de contrôle viennent de la note de Majskij, datée du 11 janvier 1944. Il y jugeait indispensable une occupation de points stratégiques pour une longue période, au moins de dix ans :

  • 22 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 145, papka 14, 1. 4.

« L’ampleur et la pression de cette occupation peuvent bien évidemment varier en fonction des circonstances. Ainsi, il est fort possible que durant les premières années de l’après-guerre, cette occupation soit plus intensive et qu’ensuite, son ampleur et sa pression se réduiront »22.

10Mais quelles formes devait-elle revêtir concrètement ? Et par qui devait-elle être imposée ? Majskij n’en disait mot.

11Le contraste allait alors être frappant. Si leurs propositions de démembrement étaient élaborées de façon extrêmement, voire excessivement minutieuse, elles butaient cependant sur le même constat d’insuffisance : la nécessité de mesures supplémentaires de contrôle était évoquée mais n’était nulle part développée comme s’il y avait une incapacité à imaginer quelles formes il pourrait prendre. Et les membres de la commission Litvinov allaient en fait se cacher derrière le flou des positions des partenaires de la coalition anti-hitlérienne quant au devenir politique de l’Allemagne pour ne pas avoir à répondre à cette question. L’un d’entre eux au moins, Manuilskij, allait déroger à la règle du silence. Sa note sur les plans de restructuration politique intérieure pour l’Allemagne de l’après-guerre, le 23 décembre 1943, n’était apparemment qu’un compte rendu des plans radicaux et modérés occidentaux sur l’après-guerre, extraits de la presse anglo-saxonne. Cependant, la présentation en était si habilement établie que l’on finit par oublier qu’elle ne faisait que rapporter un point de vue extérieur. Ses larges citations coïncidaient de façon si troublante avec les préoccupations soviétiques déjà évoquées que l’on peut légitimement supposer que Manuilskij adhérait aussi à leur vision du règlement de la sécurité européenne :

  • 23 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 123, papka 18, 1. 14 citant le Times du 10/12/43. Cette vision de (...)

« Si le démembrement allemand était le moyen unique ou juste pour garantir la sécurité en Europe, alors il faudrait prendre la responsabilité de cette tentative aussi désespérée soit-elle. Cependant, de tels plans ne seraient que des palliatifs de sécurité, erronés et dangereux par la déformation qu’ils opéreraient de la nature réelle du problème. La sécurité pour de longues années ne pourra être assurée que par le biais d’une hégémonie puissante et structurée (...) que devraient assumer en Europe la Grande-Bretagne et l’URSS »23.

12L’agacement que les membres de la commission Litvinov affichaient ainsi devant l’opacité des intentions occidentales corrobore cette hypothèse. Les comptes rendus de la presse britannique et américaine sur les perspectives envisagées faisaient l’objet, depuis le début de la guerre, de rapports systématiques, très détaillés, scrupuleusement consignés dans les archives du Ministère soviétique des Affaires étrangères. Dans une note adressée à Litvinov, le 9 octobre 1943, Manuilskij commentait ainsi les projets pour l’Allemagne de l’après-guerre, exposés dans la presse occidentale :

  • 24 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 125, papka 18, 1. 10-11.

« Si l’on analyse toutes ces interventions sur les mesures à prendre pour empêcher une nouvelle agression de la part de l’Allemagne, l’absence de propositions concrètes saute aux yeux concernant (...) l’occupation de l’Allemagne et le rôle qui incombe à l’URSS. Il manque de même des indications précises sur les futures entités étatiques de l’Allemagne à démembrer (...). Les propositions faites sur les mesures à prendre pour liquider le potentiel militaro-industriel allemand ont un caractère très flou (...) »24.

13Les années passant, les incertitudes ne furent pas levées ; si les positions restaient les mêmes, la commission Litvinov n’hésitait plus à se déterminer essentiellement en fonction de ce qu’elle pouvait supposer des orientations occidentales sur le devenir politique allemand. Ses propositions s’articulaient en fait toujours plus largement autour de cette problématique. C’est, par exemple, très net dans le résumé des délibérations de sa commission des 12 et 16 janvier 1945. Ce n’était pas le démembrement en soi de l’Allemagne qui lui posait problème, mais la façon de la démembrer afin d’assurer au mieux les intérêts militaires et économiques de l’URSS face aux prétentions des autres vainqueurs. Litvinov multipliait à l’envi les hypothèses, l’URSS ne devant pas être prise au dépourvue par une initiative alliée :

  • 25 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 115, papka 18, 1. 34.

« Il faut supposer que la Prusse orientale sera en partie rattachée à l’URSS, en partie à la Pologne et que la Silésie du Nord reviendra à la Pologne. On peut poser la question du transfert d’une partie de la Silésie du Sud à la Tchécoslovaquie (qui émet des prétentions discrètes à ce sujet). Dans le cas très vraisemblable d’une internationalisation du canal de Kiel, tout le territoire au Nord de ce canal reviendrait au Danemark (...). On peut encore détacher de l’Allemagne l’île du Helgoland en faveur du Danemark ou de l’Angleterre, et l’île de Rügen pour l’URSS. Les Pays-Bas ont déjà affiché leurs prétentions vis-à-vis de l’Allemagne et revendiqué l’embouchure de l’Ems. La France convoite sans doute le bassin de la Sarre et toute la rive gauche du Rhin. Nous devons rejeter de telles prétentions françaises non fondées »25.

14Après ces réductions de territoires, Litvinov s’interrogeait sur les structures étatiques de ce qui resterait de l’Allemagne :

  • 26 AVPRF, ibid., 1. 36.

« Il y aura sans doute peu de partisans du maintien d’un État centralisé en Allemagne. La discussion portera sans doute sur sa décentralisation sous forme d’une fédération ou d’une union d’États sur le modèle de ce qui existait déjà avant l’unification allemande en 1871 ou sur son démembrement en États indépendants et séparés »26.

15Devant l’incertitude des positions alliées, il s’avouait plutôt partisan d’un démembrement maximal de l’Allemagne :

  • 27 AVPRF, ibid., 1. 37. Le 17 janvier, Vychinskij transmet cette note à Molotov en précisant qu’il jug (...)

« Dans la mesure cependant où les Alliés chercheront sans doute à maintenir l’unité de l’Allemagne, nous devons partir de l’hypothèse première d’un démembrement maximal pour ensuite faire des concessions si nécessaire »27.

  • 28 L’utilisation de ce terme sera assez équivoque dans les écrits soviétiques car historiquement, le r (...)
  • 29 Note sur les plans de restructuration politique intérieure de l’Allemagne après la guerre, 23 décem (...)
  • 30 AVPRF, ibid., 1. 53.
  • 31 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 122, papka 18, 1. 6-7.

16Au contraire de la presse occidentale, les Soviétiques ne voulaient pas prendre au sérieux la menace d’un quelconque revanchisme allemand en cas de démembrement28. Cette crainte motivait, dans leur analyse, la préférence que cette presse accordait à une solution fédérative. L’interprétation soviétique évolua, en 1944-1945, vers une critique non voilée : la prise en compte du revanchisme masquait pour elle la volonté d’une paix adoucie. Manuilskij interprétait notamment les plans fédératifs occidentaux comme la volonté de « sauver la réaction allemande »29 et soulignait leur nette tendance anti-soviétique en ce que ces plans « prétendument temporisateurs (...) comptent bien gâter les fruits de la victoire des armes soviétiques sur l’adversaire fasciste »30. L’incertitude quant aux positions alliées poussa quand même la commission Litvinov à s’intéresser à l’idée d’une fédération pour l’Allemagne, mais d’une façon qui restait malgré tout secondaire : Suric, par exemple, fut l’un des rares à s’être penché sur la question. Il admit que si l’option d’une fédération devait être retenue, il faudrait résoudre le problème du degré d’indépendance de chacun des États ainsi constitués : « Bien sûr, si l’on crée une fédération allemande, il serait souhaitable dans l’intérêt de la paix et de la prévention contre toute velléité agressive de la part de l’Allemagne, d’instituer une indépendance complète des différents États »31. La raison qu’invoquaient les Soviétiques pour ne pas craindre le revanchisme allemand était historique :

  • 32 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 108, papka 17, 1. 3.

« L’unité de l’Allemagne s’est accomplie en 1864-1871 dans une atmosphère, artificiellement créée et entretenue, de battage et de grands cris sur la soi-disant fièvre du peuple allemand, saisi brusquement du désir de s’unir autour de la Prusse des Hohenzollern. Bismarck a prussifié l’Allemagne par la force, exploitant habilement les uns et les autres, ce que peu ont compris, pour non pas mettre en place une Allemagne unie mais étendre les frontières de la Prusse dans toutes les directions »32.

17L’unification bismarckienne était perçue par la presse allemande, rapportaient les membres de la commission Litvinov, comme « une trahison de la patrie allemande » et ses partisans n’étaient en fait que des impérialistes belliqueux et expansionnistes :

  • 33 AVPRF, ibid., 1. 4.

« Les éléments du peuple allemand qui ont justement considéré cette unification comme une condition indispensable à la création, au cœur de l’Europe, d’un vaste camp militaire ne pouvaient être que satisfaits de la prussification de l’Allemagne »33.

  • 34 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 121, papka 18, 1. 3.

18Un des seuls, pour qui pouvait se poser le problème nationaliste en Allemagne, était Suric qui rejetait l’idée d’un démembrement trop radical car « (des États trop petits) se révèleraient très vite incapables de survivre et créeraient ainsi les conditions propices à un nouveau mouvement d’unification »34. Dans sa note du 11 janvier 1944 à Molotov, Majskij se montra aussi plus nuancé en reconnaissant qu’un démembrement pouvait réveiller dans le peuple allemand des tendances nationalistes et déboucher sur une unification :

  • 35 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 145, papka 14, 1. 5-6.

« Une telle évolution des choses est très possible. Cependant, je pense qu’un démembrement est utile car il constituera pour une longue période un facteur important de l’affaiblissement de l’Allemagne. Surmonter le morcellement exigera des Allemands de grandes pertes d’énergie nationale qui pourrait, en d’autres circonstances, être dirigée dans une voie plus dangereuse »35.

19Litvinov lui fit écho dans sa note du 9 septembre 1943 :

  • 36 AVPRF, Fonds 07, opis’ 5, delo 35, papka 38, 1. 140.

« L’idée d’un élan inéluctable des Allemands vers la réunification n’est pas dépourvue de fondement (...) mais le souci d’établir une paix durable dont la violation serait encore plus préjudiciable à l’économie mondiale, doit dominer de telles considérations. Laissons les Allemands se bercer de l’idée d’une réunification ; ils ne pourront de toute façon pas la mettre en œuvre avant au moins de longues décennies pendant lesquelles il sera possible de profiter des biens de ce monde »36.

  • 37 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 142, papka 14, 1. 117-118, protocole n° 4 du 14 mars 1944.

20En fait, ces positions parallèles de Majskij et de Litvinov sont intéressantes en ce sens qu’elles posent le problème de la sincérité du rejet soviétique de toute idée de revanchisme, en en prenant le contre-pied : le discours très idéologique sur Bismarck ne cachait-il pas, en fait, plutôt une certaine impuissance ? Des velléités nationalistes étaient inévitables à plus ou moins long terme, mais on n’avait pas en vue de meilleure solution que le démembrement pour assurer une neutralisation temporaire de l’Allemagne. Litvinov devait le reconnaître lui-même franchement au cours d’une session de sa commission, le 14 mars 1944, consacrée à l’étude du rapport consacré à l’Allemagne. B.E. Stein n’y cacha pas ses doutes quant à la faisabilité d’un démembrement du fait de la probable contestation nationale allemande. Litvinov s’avoua également inquiet mais déclara ne pas voir d’autre alternative que le démembrement. Un désarmement et un contrôle sévères pouvaient constituer une garantie suffisante contre une résurgence du militarisme et du revanchisme allemands, mais ils présupposaient le maintien impératif de l’unité de vue entre les vainqueurs alliés. Comme il ne fallait pas compter là-dessus, il n’y avait pas d’alternative au démembrement37.

21Au terme de cette analyse des documents diplomatiques qu’il nous a été donné de consulter aux archives du Ministère des Affaires étrangères, la détermination donc mais aussi les ambiguïtés, les silences, les non-dits des propositions sur la neutralisation politique de l’Allemagne de l’après-guerre ressortaient de manière très marquée. La commission Litvinov optait résolument pour le démembrement de l’Allemagne, jugé plus apte à l’affaiblir durablement, mais en même temps, elle laissait entendre, sans plus s’appesantir, qu’il ne pouvait être qu’une mesure transitoire, faisant apparaître ainsi nettement les limites de ses projets.

La neutralisation économique et militaire

  • 38 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 167, papka 16, 1. 4.

22En revanche, les positions sur la neutralisation économique ou militaire furent beaucoup plus tranchées, plus précises et sans ambiguïtés. Par neutralisation économique et militaire en 1943-1944, il fallait entendre une volonté de désarmement à la fois économique, par l’obtention de réparations pour les dommages « sans précédent dans l’histoire de la Russie » causés par les agresseurs nazis, et militaire pour « réduire au maximum le potentiel militaire de l’Allemagne »38. Dans sa note du 11 janvier 1944, Majskij préconisait ainsi un désarmement militaire sévère :

  • 39 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 145, papka 14, 1. 6.

« Dans l’Allemagne de l’après-guerre ou dans les États allemands nés de son démembrement, il est bien évident qu’aucune force armée ne peut être autorisée si ce n’est policière. (...) Dans un avenir beaucoup plus lointain, on pourra procéder à des modifications selon les circonstances. Cependant, dans la première période de l’après-guerre, l’Allemagne ou les États allemands ne devront posséder que des forces de police »39.

23Litvinov, dans la formulation des objectifs de sa commission le 9 septembre 1943, se montrait tout aussi déterminé dans sa définition du désarmement :

  • 40 AVPRF, Fonds 07, opis’ 5, delo 35, papka 38, 1. 5 et 38.

« Nécessité d’un désarmement presque total de l’Allemagne, au sens d’une dissolution de son armée, d’une suppression de sa flotte militaire et de son aviation, de la recherche de tout regroupement à caractère militaire, de la destruction de l’industrie militaire de l’Allemagne (...) ; plus autres mesures d’affaiblissement du potentiel militaire de l’Allemagne et contrôle sur l’exécution des mesures de désarmement »40.

24L’idée d’un contrôle était ici plus franchement abordée, avec à l’arrière plan l’ombre du traité de Versailles qui avait réglé la fin de la Première Guerre mondiale, en 1919 :

  • 41 AVPRF, ibid., 1. 107-108. Sur le traité de Versailles, voir P. Renouvin, Histoire des Relations Int (...)

« Les garanties pour l’exécution des mesures du long désarmement d’un État aussi puissant que l’Allemagne dépendent uniquement du contrôle établi. Un contrôle idéal ne sera sans doute pas réalisable si de surcroît, plusieurs États doivent le mettre en œuvre. Toute imperfection ou toute défection dans le contrôle ouvrent la voie à des violations des mesures de désarmement ce qu’a parfaitement montré l’expérience du contrôle instauré par le traité de Versailles »41.

25Les manquements de ce dernier revenaient de manière lancinante dans les préoccupations de Litvinov :

« L’examen de mesures concrètes pour le désarmement de l’Allemagne doit impérativement prendre en compte les décisions correspondantes du traité de Versailles et les erreurs qui furent commises à cette occasion. Mais l’Allemagne a violé les clauses de ce traité qui s’est révélé un instrument inadapté ».

  • 42 AVPRF, Fonds 07, opis’ 5, delo 35, papka 38, 1. 37.
  • 43 AVPRF, ibid., 1.56.

26La responsabilité en incombait aux dispositions mêmes de ce traité mais aussi aux insuffisances du système de contrôle, disait Litvinov. « La guerre actuelle montre que ces mesures furent insuffisantes. Il est donc inévitable de recourir à des méthodes plus radicales »42. Litvinov préconisait donc la création, de préférence avant l’armistice, d’une commission militaire composée de représentants des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’URSS pour élaborer les principes et les méthodes d’un désarmement de l’Allemagne. Dix-huit principes devaient régir la tâche de cette commission, citons-en simplement les plus importants : remise par l’Allemagne de toutes les armes en sa possession ; interdiction de constituer des forces armées maritimes, aériennes ou terrestres ; suppression de l’État-major et de toutes les institutions militaires ; interdiction de créer des sociétés ou unions officielles ou volontaires à caractère militaire ; interdiction rigoureuse d’un quelconque enseignement militaire ; détermination par la commission militaire interalliée des effectifs de police de toute l’Allemagne et de leurs composantes destinées au maintien de l’ordre intérieur mais ces forces de police ne pourraient disposer que d’armes blanches et de revolvers ; interdiction de produire des armes sur le territoire allemand ; surveillance des aéroports et aérodromes ; constitution d’une liste des entreprises de l’industrie militaire qui devraient être remises à l’ONU au titre des réparations et interdiction d’importer de l’armement ; sanctions économiques ou militaires à prévoir en cas de violation43.

27Ces références multiples et répétées aux erreurs du traité de Versailles étaient autant de piques à l’adresse des Occidentaux, seuls partie au Traité et donc seuls responsables de son application et de son échec (C’était faire fi du rôle joué par les accords de coopération économique et militaire passés entre l’Allemagne et l’URSS dans les années vingt et trente). Elles étaient aussi le prétexte facile à une position intransigeante envers les Occidentaux en matière de désarmement industriel. Cette inflexibilité cachait en fait à la fois la volonté de la commission Majskij de recevoir des subsides, des dédommagements et ses préoccupations devant une possible renonciation des Occidentaux aux réparations. À ce titre donc, Majskij ne tempérait à aucun moment sa fermeté et prônait un profil délibérément dur par rapport aux Occidentaux :

  • 44 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 145, papka 14, 1. 6-7.

« J’estime cependant que, quelles que soient les circonstances, nous devons insister sur une liquidation maximale du potentiel militaire de l’Allemagne pour obtenir des alliés l’acceptation la plus large possible de notre programme dans ce domaine »44.

28Dans une note à Molotov, le 9 octobre 1944, Majski écrivait que l’URSS devait exploiter sa position de force par rapport aux Alliés, divisés dans leurs intérêts et désireux d’obtenir son intervention dans la guerre contre le Japon :

  • 45 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 165, papka 16, 1. 11.

« C’est pourquoi nous avons tout lieu de croire que l’URSS dans sa lutte pour défendre son plan de réparations, semble assez bien année et que les concessions des Britanniques et des Américains seront d’autant plus grandes que l’URSS se montrera opiniâtre dans l’exposé de son point de vue sur la question des réparations »45.

29Mais si cette intransigeance soviétique devait échouer, Majskij se montrait prêt à souscrire à un argument carrément libéral. Il devait préciser en effet qu’il n’y avait pas d’inquiétudes à se faire pour le commerce entre les États-Unis, la Grande-Bretagne et l’URSS dans l’après-guerre. Les exigences soviétiques en matière de réparations n’en constitueraient pas un obstacle :

  • 46 Majskij à Molotov le 9 octobre 1944, AVPRF, ibid., 1. 59-60.

« Dans les faits et dans les chiffres, l’expérience le montre, nous pourrions prouver que l’industrialisation en URSS, comme ailleurs, conduit à un développement du marché, que les besoins de l’URSS en matière d’équipement sont immenses et que le volume des commandes soviétiques en Grande-Bretagne et aux États-Unis après la guerre dépendra uniquement de ces derniers. Avec de bonnes conditions de crédit, les États-Unis et la Grande-Bretagne n’auraient pas à craindre que les réparations allemandes leur fassent concurrence sur le marché soviétique »46.

La prise en compte de ces délibérations par les instances suprêmes

30De même que pour les réflexions élaborées sur la politique européenne de l’URSS, les réactions du Comité d’État de Défense (GKO) à ces travaux restent en grande partie inconnues et, de ce fait, on peut bien sûr s’interroger sur leur rôle et leur influence dans la prise de décision ultime en politique extérieure. Et pourtant, il existe là aussi des éléments de réponse indirecte. D’une part, les commissions avaient poursuivi leurs recherches jusqu’en 1945, envoyé régulièrement leurs rapports aux instances suprêmes, ce qui prouvait tout au moins qu’elles avaient l’aval tacite, si ce n’était explicite, du Comité pour le faire. D’autre part, la confrontation de leurs délibérations avec les positions officielles soviétiques pendant les négociations interalliées offrent de précieux renseignements sur le sort effectif réservé aux réflexions des diplomates. Ainsi, la position stalinienne sur la question de la neutralisation économique et militaire de l’Allemagne allait rejoindre, dans une adéquation presque parfaite, les propositions émises par la commission Majskij. L’une et l’autre feraient montre d’une détermination semblable par rapport aux Occidentaux.

31L’exemple spécifique de la question des réparations est le plus probant. Dans une lettre à Staline le 19 décembre 1944, Majskij lui demandait de revenir sur le montant des réparations qu’il avait envisagé, 5 milliards de dollars :

  • 47 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 169, papka 17, 1. 73.

« Je vous prie expressément de prendre connaissance de la note envoyée à Molotov le 15 décembre dans laquelle je répondais à sa question concernant la somme des réparations que nous devions avancer lors des négociations interalliées »47.

32Molotov avait formulé cette demande le 11 décembre dans un entretien avec Majskij qui avait rédigé alors une note de 20 pages : « Quel montant de réparations doit-il être alloué à l’URSS ? ». Dans sa lettre à Staline, Majskij ne se gêna pas pour dire : « Le chiffre que vous avancez me paraît trop petit » ; il serait même inférieur au montant exigé à la Finlande et Majskij de préconiser des exigences plus élevées dans une argumentation courageuse de deux pages :

  • 48 AVPRF, ibid., 1. 74. Il faut rappeler ici que le 28 juillet 1944, dans le premier compte rendu que (...)

« Il me semble que nous avons tout à fait le droit de prétendre recevoir au moins 10 milliards de dollars. Si l’on retenait le chiffre de 5 milliards, le potentiel militaire de l’Allemagne serait à peine entamé et son désarmement économique (...) serait peu efficace. Si le contenu de cette note ne vous convainc pas, convoquez-moi et je vous exposerai tous les éclaircissements complémentaires nécessaires »48.

33Majskij insista aussi sur la convocation de la commission interalliée à Moscou et non pas à Londres car

  • 49 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 169, papka 17, 1. 74-75.

« Il (le problème des réparations) est excessivement complexe. Il exige des connaissances d’expert, une bonne maîtrise de tous les détails de ce problème. Le montant des réparations que nous avons avancé sera contesté et critiqué par les alliés. Il faudra les expliquer, les défendre et les justifier. À Londres, nous n’avons pas un seul homme un tant soit peu versé dans le problème des réparations. Au contraire, les Britanniques disposeront là-bas de toute une batterie d’experts. Les États-Unis possèdent à Londres de puissantes organisations économiques et amèneront aussi leurs experts compétents pour les négociations. Nous serons alors au sein de la Commission européenne consultative dans une position inconfortable. À l’inverse, si les négociations se déroulent à Moscou, nous pourrions mettre à profit la présence des membres et des matériaux de la commission consacrée à l’évaluation des préjudices causés qui travaille depuis plus d’une année sur le problème des réparations »49.

  • 50 AVPRF, ibid., 1. 40.

34Dès le 3 novembre 1944, dans une note à Molotov, Majskij avait déjà poussé à la création sans délai d’une commission interalliée de réparations, pour profiter de l’absence de position ferme de la part des Britanniques ou des Américains sur la question. Il proposait sa tenue au mois de décembre mais elle ne se réunirait en fait qu’en juin 194550.

  • 51 FRUS, 1945, p. 661.
  • 52 J. Foschepoth, « Britische Deutschlandpolitik zwischen Yalta und Potsdam », Vierteljahrshefte für Z (...)
  • 53 J. Foschepoth, ibid., p. 682.

35À la conférence de Yalta, lors de la première session plénière le 5 février 1945, Majskij présenta en personne le plan de réparations soviétique. Deux jours plus tard, Molotov transmit aux Ministres des Affaires étrangères deux documents de délibération qui posaient les principes fondamentaux des exigences alliées en matière de réparations et l’organisation d’un comité interallié de réparations. Elles reprenaient littéralement les propositions de la commission Majskij : 1) Les pays qui avaient supporté le plus lourd fardeau de la guerre et qui avaient organisé la victoire sur l’ennemi ont des prétentions prioritaires en matière de réparations ; 2) Les réparations devaient être prélevées, dans un intervalle de deux ans après la fin de la guerre, sur le potentiel national allemand – étaient concernés usines, biens mobiles, machines, biens à l’étranger, navires... Étaient également à prélever, pendant une période de dix ans, des livraisons sur la production courante. La somme totale des réparations s’élevait à 20 milliards de dollars dont 10 devaient revenir à l’URSS, 8 aux États-Unis et à la Grande-Bretagne, 2 aux autres États. Un comité interallié de réparations, établi à Moscou, devait élaborer un plan détaillé de réparations. Les représentants des trois grandes puissances y participeraient ainsi que ceux des autres États pour certaines délibérations51. À ce plan jugé trop sévère, les Britanniques opposèrent, le 10 février, une contre-proposition qui préconisait certes de briser le potentiel militaire allemand mais pas son potentiel industriel global, ce qui excluait des mesures de désindustrialisation trop draconiennes et des exigences en matière de réparations trop élevées. Ils jugeaient la garantie de l’autosuffisance économique allemande plus urgente que la fixation d’un montant de réparations52. Les Soviétiques se montrèrent irrités par la position britannique qui souhaitait, dirent-ils, « retirer le moins possible de l’Allemagne ». Staline alla même jusqu’à demander si les Britanniques ne préféraient pas à tout hasard n’accorder aucune réparation aux Soviétiques. Devant la volonté américaine de compromis, Churchill accepta de signer un protocole sur les principes fondamentaux d’une politique commune en matière de réparations sans cependant lier son gouvernement à une somme préétablie53. Américains et Soviétiques s’accordèrent sur un montant global de 20 milliards de dollars dont cinquante pour cent reviendraient à l’URSS. Le document signé reconnaissait, sur la base des propositions soviétiques, la légitimité des pays victimes de l’agression allemande à recevoir des réparations, l’objectif de casser le potentiel militaire allemand et le recours à la main-d’œuvre allemande au titre des réparations. Les questions en suspens étaient renvoyées à l’examen du comité interallié qui devait se réunir à Moscou en juin 1945.

36La position des instances suprêmes soviétiques sur la question de la neutralisation politique allait être en revanche beaucoup plus ambiguë. Une rétrospective des négociations interalliées sur ce point va mettre à jour un certain nombre d’ambivalences.

Les Soviétiques dans les discussions interalliées sur le démembrement

  • 54 Sovetsko-anglijskie otnošeniâ vo vremâ Velikoj Otečestvennoj Vojny 1941-1945, Moscou, t. I, p. 184.
  • 55 Elle agite les historiographes occidentaux et russes depuis de longues années, les uns désignant Ch (...)
  • 56 AVPRF, Fonds 048, opis’ 11, delo 1, papka 64, 1. 68. cité par G.P. Kynin, « Antigitlerovskaâ koalic (...)

37Dès les premiers mois de la coalition, les Alliés réfléchissaient déjà à la façon d’empêcher toute résurgence de la menace allemande, et partant, au devenir politique de l’Allemagne : cette dernière question fut au cœur de la correspondance, des entretiens et des conférences entre les dirigeants soviétiques, britanniques et américains pendant toute la durée du conflit. Elle prit d’emblée la forme d’une discussion sur le démembrement du Reich dont l’analyse révèle très vite les faux-semblants de la position soviétique : dans les comptes rendus soviétiques officiels, il n’est nulle part fait mention d’un quelconque projet soviétique de démembrement ni d’une approbation éventuelle des projets anglo-saxons. Une phrase cependant n’a pas été censurée dans un message de Churchill à Staline le 17 octobre 1944 : « Je savoure à l’avance notre conversation prévue ce soir sur le démembrement de l’Allemagne »54. Il n’a pas été possible de trancher la question de savoir qui le premier a posé l’idée d’un démembrement de l’Allemagne dans la coalition anti-hitlérienne55, mais l’important n’est pas là : il est plutôt dans le constat d’une certaine unanimité à vouloir envisager cette option. L’historien russe G.P. Kynin le fait remarquer dans son article « La coalition anti-hitlérienne et la question de la construction étatique de l’Allemagne de l’après-guerre ». Il signale d’ailleurs la première fois où Staline a évoqué la question du démembrement : en novembre 1941. La direction du Parti communiste britannique avait prié le Comité central du PC d’expliciter une phrase prononcée par Staline dans un discours, le 6 novembre 1941 : « Quand les Hitlériens étaient en train de réunir les terres allemandes et de réunifier la région du Rhin, de l’Autriche..., on pouvait en toute légitimité les appeler nationalistes ». Le 21 novembre, une réponse officieuse était envoyée à la direction du Parti britannique qui disait notamment ceci : « En ce qui concerne le point de vue du camarade Staline sur l’Autriche, la région du Rhin, il estime que l’Autriche doit être détachée de Berlin et devenir un État indépendant ; quant à l’Allemagne elle-même, et notamment la Prusse, elle doit être à l’avenir démembrée en quelques États plus ou moins indépendants ». Aux communistes britanniques ne fut communiquée que la référence au détachement de l’Autriche56.

De 1941 à 1944

  • 57 AVPRF, ibid., 1. 20-22-28, cité par G.P. Kynin, ibid., p. 166.
  • 58 W. Churchill, The Grand Alliance, Londres, 1950, p. 628 et O.A. Ržeševskij, « Vizit A. Idena v Mosk (...)
  • 59 O.A. Ržeševskij, ibid., p. 91-100.
  • 60 AVPRF, Fonds 06, opis’ 4, delo 335, papka 30, 1. 39, cité par G.L. Kynin, op. cit., p. 167.
  • 61 FRUS, 1943, vol. I, p. 721-723.
  • 62 C. Hull, The Memoirs of C. Hull, New-York, MacMillan Compagny, 1948, vol. II, p. 1285.
  • 63 C. Hull, ibid., p. 1287 et G.L. Kynin, op. cit., p. 169.
  • 64 Moskovskaâ Konferenciâ Ministrov Inostrannyh Del SSSR. SŠA i Velikobritanii 19-30 oktâbrâ 1943 goda(...)
  • 65 Teheran Papers, p. 553.
  • 66 Teheran Papers, p. 510.
  • 67 Teheran Papers, p. 600.
  • 68 FRUS, 1943, p. 879.
  • 69 W. Churchill, Memoirs, op. cit., p. 318.
  • 70 C. Bohlen, Witness to History, New-York, Londres, p. 146 ; il fut l’interprète de Roosevelt.

38Mais revenons aux négociations interalliées. Lors d’un premier entretien le 16 décembre 1941, le Ministre des Affaires étrangères britannique, Eden, discuta du démembrement avec Molotov et Staline. Pendant les préparatifs de ces négociations, l’ambassadeur soviétique à Londres, I.M. Majskij avait informé le Commissariat du Peuple des Affaires étrangères des positions britanniques sur le devenir de l’Allemagne. Il avait présenté notamment les points de vue de Churchill et d’Eden selon lesquels la liquidation du danger allemand était possible grâce à un désarmement total de l’Allemagne pour au moins une génération et par un démembrement en plusieurs entités prévoyant avant tout le détachement de la Prusse du reste de l’Allemagne57. Sur cette base, Staline avança donc l’idée d’un détachement de la région du Rhin de la Prusse, d’un rattachement de la Prusse orientale à la Pologne et du rétablissement de l’indépendance autrichienne. Il évoqua également l’éventualité d’une Bavière indépendante, mais sans apporter aucune précision à ce projet58. Eden répondit que le gouvernement britannique n’avait encore pris aucune décision sur cette question mais qu’en principe, il ne s’y opposait pas et était prêt à étudier toute forme d’affaiblissement de l’Allemagne59. Pendant la visite de Churchill à Moscou en août 1942, la question du démembrement ne fut évoquée qu’incidemment. Le Britannique déclara qu’il fallait « détruire le militarisme prussien et le nazisme en Allemagne et désarmer l’Allemagne après la guerre » ; Staline ajouta qu’il fallait « affaiblir l’Allemagne en détachant la région de la Ruhr »60. Le 24 octobre 1943, lors de la Conférence des Ministres des Affaires étrangères à Moscou, Cordell Hull, le Secrétaire d’État américain transmit à Molotov un mémorandum détaillé sur l’Allemagne, intitulé « Les principes fondamentaux de la capitulation allemande »61. Le lendemain, le commissaire du peuple rapporta l’enthousiasme de Staline à la lecture de ces propositions qu’il souhaitait associer au projet soviétique62. Il devait ajouter cependant que son gouvernement n’avait pu encore accorder toute son attention au traitement de la question de l’Allemagne après la guerre mais qu’un démembrement n’était pas exclu63. Dans le protocole secret de la Conférence des Ministres des Affaires étrangères, il est dit : « (La conférence) a donné lieu à un échange de vues qui a montré une unanimité sur les problèmes fondamentaux. La question est transmise à la Commission consultative européenne pour un examen plus détaillé »64. Puis eut lieu du 28 novembre au 1er décembre 1943, la conférence de Téhéran, première rencontre au sommet entre les trois partenaires de l’alliance, consacrée à la coopération militaire, à la coopération de l’après-guerre et au maintien de la paix dans le monde. Staline, surtout dans les conversations non officielles, se laissa aller à des plaisanteries, des provocations. Ainsi, le 29 novembre 1943, lorsque Churchill exprima son souhait d’une paix douce pour l’Allemagne, Staline rétorqua qu’il préférait liquider l’État-major allemand65 mais sans donner plus de détails sur la position des Soviétiques. Le soir du premier jour des négociations, Roosevelt déclara, pendant le banquet, que le mot « Reich » devait disparaître des consciences allemandes et même de la langue allemande ; ce à quoi Staline rétorqua que c’était insuffisant : pour empêcher toute aventure allemande à l’avenir, les Alliés se devaient d’établir des bases militaires à des endroits stratégiques en Allemagne66. Staline approuva immédiatement l’idée du Président de créer cinq États allemands indépendants67 même s’il donna l’impression de vouloir être encore plus radical : il lâcha, par exemple, qu’il fallait « faire éclater les tribus allemandes ». Il se montra de surcroît hostile à toute allusion à la nécessité de reconstruire l’Allemagne ou à celle d’avoir une Allemagne saine dans une Europe saine68. Il jugea par contre insuffisamment fermes les propositions émises par Churchill d’isoler la Prusse et de rattacher la Bavière à une fédération du Danube69. Staline l’accusa, en plaisantant, de faire montre de sympathie envers l’Allemagne70 tout en mettant en garde contre la volonté inévitable des Allemands de se réunifier :

  • 71 FRUS, 1943, p. 602.

« Quelles que soient les mesures prises, les Allemands auront toujours une forte tendance à vouloir s’unifier. Ce serait une erreur de vouloir unir Allemands et Hongrois car les premiers établiraient un contrôle des derniers, leur marge de manœuvre s’élargirait ce qui serait très dangereux. L’objectif de toute organisation internationale de maintien de la paix doit être la neutralisation de cette tendance allemande par le biais de sanctions notamment économiques et en cas de nécessité par la force afin de prévenir cette unification et cette régénération... Les nations victorieuses doivent disposer de suffisamment de forces pour vaincre les Allemands, s’il leur prenait l’envie de reprendre le chemin de la guerre. – Churchill : Staline préfère une Europe de petits États, séparés, isolés, faibles ?... – Staline : non pas l’Europe mais l’Allemagne... »71.

  • 72 Rétrocession à l’URSS des territoires attribués à la Pologne au lendemain de la Première Guerre mon (...)
  • 73 La CCE se réunit en novembre 1943 sur décision de la conférence des Ministres des Affaires étrangèr (...)

39Aucune décision concrète ne devait être prise entre les trois hommes sur le devenir politique de l’Allemagne à la conférence de Téhéran si ce n’est un accord verbal sur l’attribution de territoires allemands à l’est de l’Oder à la Pologne, en échange du rétablissement de la ligne Curzon72. Le compte rendu laconique qu’en donnèrent les Izvestiâ, le 4 décembre 1943, aurait d’ailleurs très bien pu servir de communiqué commun : « Pendant la conférence, furent examinées les questions concernant la conduite de la guerre contre l’Allemagne ainsi qu’une série de questions politiques ». En janvier 1944, dans le cadre des décisions de Téhéran, les Britanniques proposèrent de discuter à la Commission consultative européenne73 de la création d’un Comité de démembrement. Dans une lettre du 25 janvier 1944, le vice-Ministre britannique des Affaires étrangères, Sir W. Strang, informa le représentant soviétique F. Gusev de sa volonté de poser le problème de la création d’un tel comité lors de la seconde session de la Commission, le 26 janvier 1944 :

  • 74 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, papka 16, delo 158, 1. 3-5.

« Il avait insisté, rapporte Gusev, sur l’importance et l’urgence de la question du démembrement et annoncé que sa délégation disposait d’une quantité considérable de matériaux sur cette question, élaborés par des cercles non officiels, et que de ce fait il était prêt à mettre ces documents à la disposition d’un comité d’étude »74.

  • 75 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 838, papka 70, 1. 16-17.

40Les représentants soviétique et américain (J. Winant) approuvèrent le principe de la création de ce comité spécial puis Strang leur soumit un projet sur la question du démembrement élaboré par la délégation britannique. Au cas où une décision consacrant le démembrement serait adoptée, celui-ci prévoyait d’examiner le nombre d’entités à constituer, le moment favorable à sa mise en œuvre, les mesures pour empêcher toute réunification, ses avantages et inconvénients pour les Nations Unies et enfin ses aspects économiques, politiques et militaires. J. Winant, après avoir déclaré que cette question était trop importante pour être résolue immédiatement, préféra son renvoi à la session suivante. La commission décida alors de créer un comité de démembrement composé de deux membres de chaque délégation et d’examiner la question des tâches de ce comité lors de la troisième réunion75. Le 30 janvier 1944, le Commissariat du peuple des Affaires étrangères fit parvenir au gouvernement britannique sa réponse à la note du 25 janvier sur la question de l’examen du démembrement de l’Allemagne. Il y était dit que

« Le gouvernement soviétique, comme il l’avait déjà déclaré lors de la Conférence des Ministres des Affaires étrangères de Moscou et lors de la Conférence de Téhéran, n’a pas d’objection à ce que la Commission consultative européenne procède à un examen approfondi de cette question ».

  • 76 Ibid.
  • 77 Protocole de la 3e session de la Commission consultative européenne, 25/1/44, Public Record Office, (...)
  • 78 AVPRF, op. cit., 1. 27-28. W. Strang, dans un entretien ce même jour avec Gusev, l’avait exhorté à (...)
  • 79 AVPRF, Fonds 06, opis’ 7a, delo 19, papka 73, 1. 2-5 et aussi AVPRF, Fonds 0512, opis’ 2, delo 4, p (...)
  • 80 APRF, Fonds 45, opis’ 1, delo 283, 1. 80-85, dans Istočnik. Vestnik Arhiva Prezidenta Rossijkoj Fed (...)

41Il estimait cependant que la Commission devait, en premier lieu, examiner les conditions de reddition des États ennemis et des questions relatives à la mise en place du mécanisme nécessaire à l’exécution de ces conditions. Une fois seulement ces questions résolues, elle pourrait examiner en détail le problème de l’Allemagne76. Le 18 février 1944, la troisième session de la Commission aborda à nouveau le projet des tâches du comité de démembrement, mais le représentant soviétique déclara que la délégation soviétique ne disposait pas d’assez de matériaux et d’experts pour examiner cette question et que pour cette raison, il n’était pas en mesure d’exprimer son opinion sur ce projet77. W. Strang demanda alors si, du fait que sa délégation et celle des États-Unis disposaient d’un nombre considérable de matériaux sur cette question, il ne serait pas possible de procéder à un échange de vues informel sur cette question sous l’égide de la Commission, sans établir de comité, mais en instituant simplement des sessions composées des membres des délégations britannique et américaine et si possible soviétique. Gusev rétorqua que cette question méritait la plus grande attention mais qu’il n’était pas encore prêt à autoriser un membre de sa délégation à se joindre aux sessions de travail sur ce point. Il fut alors décidé de reporter l’examen des tâches du comité à une autre session de la Commission mais cette question ne devait plus être abordée dans cette enceinte interalliée78. Du 9 au 17 octobre 1944, Churchill fit une visite à Moscou. Le 9, en présence de l’ambassadeur américain Harriman, Churchill devait déclarer, qu’à l’instar de Roosevelt, il était partisan de traiter sévèrement l’Allemagne et proposa que les Ministres des Affaires étrangères des trois puissances examinassent la question du démembrement et présentassent des propositions communes. Staline approuva cette idée ajoutant qu’à son avis, le traité de Versailles avait été un traité boiteux et n’avait engendré en Allemagne qu’un sentiment de revanche. Si les Alliés ne privaient pas l’Allemagne d’une possible revanche, les guerres seraient inévitables tous les 25-30 ans79. Le 17 octobre 1944, au cours d’un entretien avec Staline et Molotov, Churchill et Eden interrogés par le chef du Kremlin sur le démembrement allemand, avaient déclaré que trois variantes étaient actuellement à l’étude en Grande-Bretagne. La troisième retenait plus volontiers leur attention : elle prévoyait l’établissement d’un contrôle international sur la Ruhr, la Sarre et le Rhin après leur détachement du reste de l’Allemagne. Staline approuva ce plan soulignant que l’industrie lourde de l’Allemagne était la source de sa force. Ce à quoi Churchill rétorqua que la Prusse détenait à ses yeux la responsabilité de tous les maux. Staline préconisa donc d’en faire un État indépendant après rattachement à l’URSS et à la Pologne de certaines parties de son territoire. Churchill, quoique n’ayant pas arrêté définitivement sa position sur ce point, estimait qu’une grande partie de la Prusse, notamment la Silésie devait revenir à la Pologne, la région de Königsberg à l’URSS et que le canal de Kiel devait être neutralisé et placé sous contrôle international, comme la Ruhr et la Westphalie. Staline demanda alors s’il fallait faire de ces deux régions un État indépendant. Churchill rétorqua qu’il n’y avait pas songé mais avait essentiellement en vue la destruction de l’industrie allemande. Staline approuva le projet britannique de démembrement en trois États – Prusse ; zone de contrôle international sur la Ruhr, la Westphalie et le Rhin ; État austro-bavarois, incluant des provinces de l’Allemagne du Sud –, notant que le démembrement de l’Allemagne en trois États était mieux que le démembrement en cinq États proposé par Roosevelt à Téhéran80.

De février à mai 1945

  • 81 W. Churchill, Memoirs, op. cit., p. 210.
  • 82 A. Fischer, Sowjetische Deutschlandpolitik im Zweiten Weltkrieg 1941-1945, Stuttgart, 1975, p. 123.
  • 83 Yalta Papers, p. 612.
  • 84 J. Foschepoth, « Britische Deutschlandpolitik zwischen Jalta und Potsdam », Vierteljahrshefte für Z (...)
  • 85 J. Foschepoth, ibid., p. 677.
  • 86 Yalta Papers, p. 615.
  • 87 Marienfeld, Konferenzen über Deutschland, cité dans W. von Buttlar, Ziele und Zielkonflikte in Deut (...)

42Le 5 février 1945, lors de la seconde session de la conférence de Yalta, Staline rappela que la question du démembrement de l’Allemagne avait été à l’ordre du jour de la conférence de Téhéran puis de la visite de Churchill à Moscou en octobre 194481. Il avait eu l’impression alors que tous étaient unanimes sur la nécessité de cette mesure mais aucune décision cependant n’avait été encore adoptée. La rapidité de l’évolution sur les théâtres d’opération en Allemagne vaincue commandait maintenant un règlement définitif82. Il ne pouvait être question déjà, déclara-t-il, d’établir un plan détaillé de démembrement mais l’acceptation de principe des Alliés et leur détermination pouvaient apparaître dans un paragraphe supplémentaire ajouté à l’acte de capitulation pour contraindre le gouvernement allemand, quel qu’il soit, à se plier à une telle mesure83. Ni Churchill ni Roosevelt ne s’opposèrent en principe à l’idée de démembrement : Roosevelt se déclara prêt à suivre Staline dans son exigence, faisant remarquer que le découpage de l’Allemagne en zones d’occupation pourrait constituer une première étape vers le démembrement. Tout en réitérant sa proposition de constituer un État allemand au Sud avec Vienne comme capitale, Churchill mit néanmoins en garde contre tout règlement hâtif de cette question complexe qui ne saurait être résolue en cinq ou six jours84. Un examen des données historiques, ethnographiques et économiques s’imposait au préalable ; il préconisait donc la convocation d’un comité spécial pour examiner divers projets et soumettre une recommandation sur cette question. Il ne voyait ni la nécessité ni l’intérêt d’inscrire l’idée de démembrement dans l’acte de capitulation. Une capitulation inconditionnelle supposait le transfert aux Alliés de larges droits et de ce fait, il n’y avait aucune raison d’associer les Allemands aux discussions85. Staline se rallia à cette dernière réserve mais demanda simplement que la formulation de la volonté de démembrement coïncidât avec celle des conditions de capitulation86. Les trois ne purent alors s’entendre, dans le communiqué final, que sur le plus petit dénominateur commun, à savoir l’idée d’instituer un comité de démembrement qui devrait s’attacher à examiner, de manière approfondie, les aspects historiques, ethnographiques et économiques de ce problème87.

  • 88 Yalta Papers, p. 978.
  • 89 J. Foschepoth, op. cit., p. 678.
  • 90 Foreign Office 371/46871/C849, cité par J. Foschepoth, ibid., p. 690.

43Les Ministres des Affaires étrangères furent chargés d’examiner plus précisément cette question du démembrement. Le 7 février 1945, Eden, Molotov et Stettinius s’accordèrent pour modifier l’article 12 des conditions de capitulation allemande en ajoutant simplement le terme de démembrement. Il devrait désormais stipuler, qu’une fois les Alliés en charge du pouvoir politique en Allemagne et « dans l’exercice de ce pouvoir, ils prendr (aient) toutes les mesures notamment de désarmement total, de démilitarisation et de démembrement de l’Allemagne qu’ils juger (aient) nécessaires pour garantir la paix et la sécurité futures »88. Les Ministres devaient également décider de donner suite à la proposition de Churchill de confier l’examen de cette question à une commission spéciale interalliée. Stettinius proposa la Commission consultative européenne. Devant le refus soviétique d’y voir participer la France, un nouveau comité fut créé, composé côté britannique d’Eden et de W. Strang, côté soviétique et américain des ambassadeurs accrédités à Londres, F.T. Gusev et John C. Winant89. Eden devait y reposer d’emblée le problème de la participation française mais ses deux interlocuteurs renverraient cette question à une date ultérieure : « (elle) sera discutée quand le comité aura progressé dans ses délibérations »90. Le 7 mars 1945, lors de la première réunion, Gusev déclara que ce comité avait pour tâche « d’élaborer un plan concret des structures territoriales allemandes qui empêcherait les Allemands de faire renaître leur puissance militaire et qui permettrait d’écarter pour toujours le danger d’une agression allemande ». Il ajouta que

  • 91 AVPRF, Fonds 048, opis’ 11, delo 2, papka 64, 1. 52-54, cité par G.L. Kynin, op. cit., p. 173.

« des mesures de désarmement général, de démilitarisation et de désarmement économique devaient être ajoutées à celles concernant les structures territoriales allemandes qui prévoyaient notamment l’éradication du militarisme prussien »91.

  • 92 FO 371/46871/C849, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 691.

44Ce même jour, A. Eden soumit à ses partenaires les grandes lignes d’un projet qui ne considérait plus le démembrement que d’une manière accessoire, « en cas de nécessité », l’objectif prioritaire des Alliés étant la prévention d’une résurgence de la menace allemande, le désarmement, la démilitarisation, la destruction et le contrôle de l’industrie allemande92. Le 26 mars, le Kremlin faisait dire par le biais de F. Gusev :

« Le gouvernement soviétique ne comprend pas la décision de la conférence de Crimée quant à la question du démembrement de l’Allemagne comme une obligation impérative mais simplement comme une possibilité afin de faire pression sur l’Allemagne au cas où les autres moyens mis en œuvre s’avèreraient insuffisants pour rendre ce pays inoffensif ».

  • 93 Le 10 avril 1945, Roosevelt aurait demandé à J. Winant de reporter toute décision définitive et de (...)
  • 94 FO 371/46872/ C 1490 et FO 371/46872/C 1354, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 691.

45Le 6 avril, Winant approuva cette interprétation de Yalta93 et lors de la seconde et dernière réunion de la commission sur le démembrement, le 11 avril, on annonça simplement qu’un accord sur les grandes lignes était intervenu94.

  • 95 P.E. Mosely, « Die Friedenspläne der Alliierten und die Aufteilung Deutschlands. Die alliierten Ver (...)
  • 96 Keesings Archiv der Gegenwart, 15 (1945), p. 218 et p. 257.
  • 97 AVPRF, Fonds 06, opis’ 7, delo 286, papka 30, 1. 56-57-60.

46Il existait cependant un second document sur les conditions de capitulation allemande et ce, depuis qu’à Yalta, il avait été décidé d’introduire l’idée du démembrement dans l’acte final. Le premier avait été en effet élaboré dans le cadre de la Commission consultative européenne et avait été défendu par les trois puissances alliées jusqu’à fin 1944. La France, informée de ce texte en janvier 1945, demanda à la Commission consultative européenne d’être associée aux signataires du document. Mais elle ne fut pas informée des modifications apportées à l’article 12 de l’acte final lors de la conférence de Yalta puisque Américains et Soviétiques s’opposaient à sa participation au comité spécial de démembrement. Un second acte était donc né. Mais, un dilemme devait surgir quant au choix final du texte de capitulation allemande suite au consensus survenu en avril sur la question du démembrement. Le 1er mai, la Commission consultative européenne accueillit la France comme signataire de l’acte de capitulation. Les Soviétiques refusaient toujours de répondre à la demande britannique d’informer la France des modifications survenues à Yalta dans l’acte de capitulation allemande. Devant l’impossibilité de trancher, les deux versions allaient être purement et simplement abandonnées. Dans l’intervalle, les militaires avancèrent une proposition d’acte succinct pour ne pas perdre de temps en pourparlers95. À la victoire, deux documents apparurent : l’acte militaire de capitulation, le 8 mai 1945, puis la déclaration politique sur la défaite et l’occupation de l’Allemagne, le 5 juin 1945. Nulle référence n’y est plus faite au démembrement allemand96. Le 9 mai 1945, l’Union Soviétique faisait publier dans les Izvestiâ : « L’Union Soviétique fête la victoire mais n’a pas l’intention de démembrer ou de détruire l’Allemagne ». C’est la seule référence explicite de la part d’un membre de la coalition anti-hitlérienne au rejet de l’idée du démembrement car, dans la correspondance diplomatique, elle n’apparaît pas. Le 19 août 1945, l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Moscou, A.C. Carr, faisait ainsi demander au Commissariat du Peuple des Affaires étrangères si le gouvernement soviétique était d’accord pour reconnaître qu’il n’y avait plus de nécessité à poursuivre les travaux de la commission de démembrement de l’Allemagne. Le 21 août, Molotov répondait que « (…) dans la situation actuelle, il n’y avait pas de nécessité à poursuivre les travaux de la commission de démembrement de l’Allemagne »97.

  • 98 « K voprosu o buduŝej zapadnoj granice Pol’ši », Vojna i rabočij klass, 18, 15/09/44, p. 26.

47De l’attitude des dirigeants soviétiques sur le devenir politique allemand dans les conférences interalliées ressortait ainsi clairement leur volonté de ne pas s’engager ouvertement. Quoique les Soviétiques eussent émis quelques idées, elles étaient restées essentiellement verbales, de même que leur approbation des propositions alliées de démembrement qui n’avait jamais été accompagnée d’un projet concret. Nous avons vu pourtant que ce n’était pas faute d’en avoir élaboré... Ces plans existaient, tous plus radicaux et plus précis les uns que les autres, mais ils n’ont pas été exploités. Comment expliquer cette carence dans la mesure où les interventions de Staline reprenait assez fidèlement les variantes de démembrement élaborées par la commission Litvinov ? La presse de guerre s’était également faite muette sur cette question. Aucune publication n’a pu être relevée sur le démembrement de l’Allemagne. Dans les Izvestiâ ou dans la revue Vojna i rabočij klass, ne furent publiés que des articles évoquant la modification nécessaire des frontières allemandes. Ils prirent souvent un caractère éminemment idéologique en dénonçant les partisans en Occident de l’intangibilité des frontières allemandes et en se faisant les défenseurs d’une Pologne forte face à l’Allemagne98. Un tel paradoxe commande une explication.

Les raisons d’une telle attitude

Le facteur occidental

  • 99 Sa position est en fait plus complexe car, s’il est partisan du démembrement allemand, il ne souhai (...)
  • 100 Note du Ministre des Affaires étrangères du 27 novembre 1944 à Churchill : Confederation, Federatio (...)
  • 101 O.A. Ržeševskij, « Vizit A. Idena v Moskvu v dekabre 1941g », op. cit., p. 91-100.
  • 102 Voir J. Foschepoth, op. cit., p. 685.
  • 103 J. Foschepoth, ibid., p. 681 et H. Graml, op. cit., p. 44.

48C’est dans la position même des Anglo-saxons sur la question du démembrement qu’il faut chercher un premier élément de réponse. Car, si la lecture de la rétrospective des négociations interalliées sur cette question fait apparaître les faux-semblants de la position soviétique, elle révèle aussi, côté anglo-saxon, une absence de clarté qui ne sera levée qu’après la conférence de Crimée. La question du démembrement était en effet loin de faire l’unanimité dans les cercles dirigeants britanniques ou américains. Jusqu’à la conférence de Yalta, les Britanniques n’eurent pas une conception clairement définie de leur politique allemande. L’approbation d’un démembrement allemand par Churchill99 obligeait le gouvernement britannique à défendre une ligne politique qui était loin de recueillir tous les suffrages : Eden, par exemple, se montrait plus favorable à l’idée d’une décentralisation et d’une fédéralisation de l’Allemagne. Il considérait le démembrement comme un risque de laminage de l’économie nationale allemande qui aurait fatalement des répercussions sur l’économie européenne100. La réserve d’Eden avait déjà été perceptible lors du premier entretien avec Staline, le 16 décembre 1941 : il y avait en effet déclaré que le gouvernement britannique n’avait encore pris aucune décision sur cette question mais qu’en principe, il ne s’y opposait pas et était prêt à étudier toute forme d’affaiblissement de l’Allemagne101. Selon J. Foschepoth, la décision prise à Yalta de créer deux comités distincts pour le démembrement et les réparations dues par l’Allemagne allait avoir de lourdes conséquences, à la fois sur le plan des conceptions politiques britanniques car celles-ci jusqu’alors ne dissociaient pas les deux questions, et sur le plan des relations interalliées car les divergences d’intérêts entre Britanniques et Soviétiques allaient se faire de plus en plus marquées. Les prétentions affichées par les Soviétiques en matière de réparations à Yalta devaient constituer à ce titre un vrai détonateur et opérer une réorientation – il serait plus juste de dire une clarification – de la politique allemande de Londres. Les inquiétudes que suscitait la montée en puissance de l’URSS en Europe firent craindre aux Britanniques de se retrouver seuls face à cette prédominance et souhaiter l’émergence d’un contrepoids tant par la participation pleine et entière de la France aux négociations interalliées102 que par le refus d’une neutralisation économique de l’Allemagne. Une telle position devait se heurter en fait inéluctablement à l’idée d’un démembrement de l’Allemagne103.

  • 104 J. Foschepoth, ibid., p. 696.

49La thèse défendue dans le mémorandum du chancelier de l’Échiquier Anderson le 22 mars devant le War Cabinet allait peu à peu poser les jalons de la nouvelle politique britannique, en reprenant les conceptions d’Eden avancées en novembre 1944 : parce que de fortes exigences en matière de réparations, alliées à un démembrement de l’Allemagne en plusieurs entités politiques, auraient des répercussions néfastes pour le relèvement économique de la Grande-Bretagne mais aussi de toute l’Europe, « la sécurité par rapport à l’Allemagne devait être désormais atteinte moins par la destruction que par la conservation et le relèvement du niveau de l’économie allemande dans l’après-guerre »104 : cela supposait donc le rejet d’une politique de réparations qui briserait l’ensemble du potentiel industriel allemand. L’Allemagne ne devait pas être acculée financièrement, mais devait être en mesure de payer ses importations indispensables, les frais d’occupation et de rembourser les dettes d’avant-guerre du troisième Reich, ce qui excluait donc des exigences trop fortes en matière de réparations. Cette nouvelle définition des intérêts britanniques allait à l’encontre des décisions adoptées à Yalta par les Alliés. Conscient des difficultés qu’une telle réorientation engendrerait face à des Soviétiques intransigeants en matière de neutralisation, Anderson voulait assumer pleinement les conséquences politiques de ses réflexions dans l’optique d’une Allemagne occupée :

  • 105 FO 371/45775/UE 1159, cité par J. Foschepoth, ibid., p. 696.

« Si nous supposons que la zone d’occupation russe inclura progressivement la région de Berlin, et se transformera en un système gouvernemental ou administratif conforme aux visées de la politique russe, nous pouvons alors imaginer qu’il pourrait y avoir une Allemagne occidentale unifiée qui serait intégrée à l’économie générale des pays occidentaux européens »105.

  • 106 Pour un exposé plus détaillé des positions des partisans d’une paix dure, voir J. Foschepoth, ibid.(...)

50Mais cette thèse, par les conséquences politiques qu’elle supposait pour le maintien de la coopération alliée ne pouvait être imposée immédiatement. Les Britanniques voulaient toujours maintenir la coalition antihitlérienne. L’abandon de l’option du démembrement par les Alliés en mars 1945 permit d’accepter la primauté de la notion de sécurité en dépit du maintien de divergences au sein du War Cabinet sur la définition des intérêts économiques de la Grande-Bretagne106 :

  • 107 FO 371/45779/ UE, p. 2, cité par J. Foschepoth, ibid., p. 699.

« (...) le gouvernement de sa Majesté estime que la sécurité est plus importante que les réparations ; il est essentiel que les décisions prises concernant les réparations ne portent pas préjudice à cette politique jusqu’à ce qu’un accord soit conclu pour détruire le potentiel militaire allemand »107.

  • 108 C. Hull, The Memoirs of C. Hull, vol. II, op. cit., p. 1287.
  • 109 « Memorandum Germany : Partition » du 27 juillet 1943, recommandation « The Political Reorganizatio (...)
  • 110 H. Graml, ibid., p. 25 et voir supra, A. Kaspi, Franklin D. Roosevelt, op. cit.
  • 111 H. Morgenthau, L’Allemagne est notre problème, Paris, Plon, 1947 et H.G. Gelber, op. cit., p. 382-3 (...)
  • 112 H.G. Gelber, ibid., p. 381-383.
  • 113 H. Graml, op. cit., p. 55.

51À Yalta, les Américains s’étaient fait très discrets sur la question du démembrement laissant le premier rôle aux Soviétiques et aux Britanniques mais cette discrétion était circonstancielle : la polémique autour de la question du démembrement allemand ne s’était nullement relâchée aux Etats-Unis. L’attitude de C. Hull lors de la conférence des Ministres des Affaires étrangères de Moscou en 1943, avait été à ce titre bien révélatrice des forces en présence : il déclara à Molotov et Eden que les experts américains étaient sceptiques quant à l’utilité et la faisabilité d’un démembrement durable, semblant plutôt vouloir une décentralisation politique de l’Allemagne mais avoua que « les cercles dirigeants des États-Unis » privilégiaient, quant à eux, la thèse du démembrement108. Le Département d’État avait déjà, à plusieurs reprises, rejeté l’idée d’un démembrement de l’Allemagne, lui préférant celle d’une fédération : pour ne pas mettre en péril les impératifs de sécurité de ses voisins, elle devait se démocratiser. Afin d’éviter toute résurgence d’une menace, il fallait certes briser son potentiel militaire par le démontage de ses industries guerrières et l’affaiblir en fédéralisant ses structures politiques mais il fallait cependant lui assurer le maintien d’un niveau de vie minimal109. En été 1944 cependant, les projets sur l’Allemagne élaborés par le Département d’État et le Ministère de la guerre ne trouvèrent pas l’agrément du Président Roosevelt. Dans ses conceptions, l’Allemagne n’occupait pas de position particulière : certes, c’était l’adversaire à abattre dans cette guerre mondiale mais, elle « n’a (vait) qu’une signification fonctionnelle ; elle (était) le ciment de l’alliance et aussi le catalyseur du futur système d’équilibre des puissances mondiales et de l’organisation des Nations Unies »110. De surcroît, Roosevelt était partisan d’une attitude ferme envers cette Allemagne qui s’était laissée séduire par la dictature nazie aux théories national-socialistes racistes et impérialistes. Début septembre 1944, son ministre des finances, Henry Morgenthau lui soumit un « Programme pour empêcher le déclenchement d’une troisième guerre mondiale par l’Allemagne » qui préconisait un châtiment sévère pour le vaincu : abstraction faite du jugement des criminels de guerre, des expropriations foncières et de la dénazification culturelle, il recommandait de détruire le potentiel industriel allemand et de répartir entre les vainqueurs les industries-clefs ; de démembrer l’Allemagne en détachant la Prusse orientale, le Schleswig du Sud, la Sarre, la région comprise entre la Moselle et le Rhin. Le reste de l’Allemagne devait être démembré pour constituer trois États : une Allemagne du Nord, une Allemagne du Sud et une zone internationale composée de la Ruhr, de la Westphalie, et du littoral de la mer du Nord ; l’Autriche avait à redevenir un État indépendant. Morgenthau préconisait que les entités politiques créées en Allemagne revêtissent un caractère fortement décentralisé et fédéral et qu’un contrôle économique international rigoureux d’au moins vingt ans fût instauré sur les industries de la Ruhr. De surcroît, l’Allemagne devait payer des réparations et mettre à la disposition des vainqueurs une main-d’œuvre obligatoire. Morgenthau prévoyait finalement un retrait rapide des troupes américaines d’Europe et la responsabilité de l’exécution de ce programme aux voisins de l’Allemagne, l’URSS devant y détenir le rôle majeur111. Ce plan fut remodelé lors de la rencontre Roosevelt-Churchill à Québec, le 15 septembre 1944, mais sur le document où les deux hommes apposèrent leur signature, demeurait tout de même la référence explicite à la transformation de l’Allemagne vaincue en État pastoral et rural. Devant les réactions virulentes du Secrétaire d’État aux Affaires étrangères C. Hull et de celui à la guerre, Stimson, Roosevelt fut obligé de retirer son soutien à ce projet, fin septembre. Churchill tout aussi exposé aux critiques, se justifia en prétextant que ce n’était qu’un engagement à étudier la question112. Mais le Département d’État avait fort à faire face aux conseillers de Roosevelt, partisans d’une politique dure envers l’Allemagne, et d’une opinion publique hostile aux Allemands : il réussit cependant à atténuer les rigueurs de l’orientation américaine dans la directive JCS 1067, élaborée en septembre 1944 dans l’esprit du plan Morgenthau, qui définissait la politique d’occupation américaine en Allemagne113. À la suite à la demande de Roosevelt, le 28 février 1945, d’accorder la politique allemande et les décisions de Yalta, le Département d’État reprit l’offensive et le 10 mars 1945, Stettinius déposa un mémorandum à l’attention de Roosevelt intitulé Draft Directive for the Treatment of Germany qui préconisait le maintien de l’unité politique et économique allemande pour assurer la viabilité et la stabilité de l’Europe, conformément aux intérêts américains. Il encourageait le développement de l’économie allemande dans un esprit bien éloigné de la directive JCS 1067. Le paragraphe I 1/2 stipulait ainsi :

« Le gouvernement militaire interallié, prévu par les accords internationaux sur les mécanismes de contrôle de l’Allemagne, entrera en fonction en tant que gouvernement central de l’Allemagne. L’autorité du Conseil de Contrôle s’imposera à toute l’Allemagne. Les zones d’occupation seront plus des domaines d’application des décisions du Conseil de Contrôle que des régions où les commandants de zone possèdent une large marge de pouvoir autonome ».

52Le paragraphe III-6 décrétait, quant à lui :

  • 114 FRUS, 1945, vol. III, p. 434.

« Pour appliquer et indiquer sa politique et ses directives, le Conseil de Contrôle recourra largement aux institutions de transmission centralisées placées sous la garde et le contrôle des troupes d’occupation. Là où les administrations centralisées allemandes apparaissent toujours nécessaires pour appliquer les décisions adoptées, il faut les rétablir ou les remplacer au plus vite »114.

  • 115 H. Graml, op. cit., p. 56.
  • 116 Informal Record of a Meeting in the Office of the Secretary of State, 15/3/45, dans FRUS, 1945, vol (...)
  • 117 FRUS, 1945, vol. III, p. 471.
  • 118 H. Graml, « Zwischen Yalta und Potsdam. Zur amerikanischen Deutschlandplanung im Frühjahr 1945 », V (...)

53Ceci constituait une tentative ingénieuse du Département d’État de saper les fondements de l’option de démembrement par la mise en avant des structures quadripartites décidées à Londres puis à Yalta. Une fois ces structures mises en place, il serait en effet quasiment impossible de faire marche arrière pour relancer l’option de démembrement115. Morgenthau ne s’y trompa pas qui, le 15 mars, accuse ses collègues du Département d’État de vouloir « maintenir et rétablir la puissance du Reich allemand »116. Roosevelt parapha le mémorandum de Stettinius le 12 mars 1945. En dépit des efforts déployés par Morgenthau pour faire revenir Roosevelt sur son accord, le 22 mars, Roosevelt, les représentants des ministères des Finances, des Affaires étrangères et de la Guerre signaient un Memorandum Regarding American Policy for The Treatment of Germany qui accordait une grande autonomie au futur gouverneur militaire et préconisait la décentralisation des structures politiques allemandes117. Le maintien de l’unité économique et politique de l’Allemagne était ainsi sanctionné, tout comme les conceptions fédéralistes. Parallèlement à ces débats, l’Office of Military Government for Germany, United States – OMGUS – qui, avant la prise en mains des affaires en Allemagne, reçut l’appellation de US Group, Control Council USGCC –, fut chargé d’élaborer des recommandations pour le travail futur du gouverneur militaire de la zone américaine en mars 1945. Elles marquaient la défaite des conceptions de Morgenthau, déjà amorcée à Yalta, car elles ne considéraient pas le gouvernement militaire dans la zone américaine en Allemagne comme un simple organe exécutif de la Maison Blanche ou des Ministères. Le gouvernement militaire rejeta les projets de démembrement et opta pour une décentralisation des structures politiques du Reich vaincu au sens d’une fédération s’appuyant sur les Länder allemands existants qui ne devait cependant pas compromettre l’existence des institutions centrales, alliées ou allemandes. Tout comme le Département d’État, il considérait cette solution comme un compromis avec les thèses sur le démembrement118.

54Cette rétrospective rapide des positions britannique et américaine sur la politique à l’égard du devenir politique allemand montre que, longtemps sujettes à polémique et à controverse, elles ne furent clairement établies qu’après la conférence de Yalta. Celle-ci a amorcé une rupture dans ces politiques en zigzag quand les Soviétiques prirent l’offensive sur la question des réparations. Elle devait entraîner la levée des ambiguïtés des uns et des autres et partant, des Soviétiques eux-mêmes, sur la question du démembrement.

Le sens du revirement du 26 mars 1945

  • 119 Citons seulement W. von Buttlar, Ziele und Zielkonflikte der sowjetischen Deutschlandpolitik 1945-1 (...)
  • 120 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, papka 18, delo 115, 1. 5.
  • 121 FO 371/46872/C1352, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 691.

55Les historiens occidentaux ont voulu considérer mars 1945 comme le moment-clef de l’abandon de l’idée de démembrement allemand par les Soviétiques119. On peut en effet légitimement considérer qu’il se situa à cette date-là, non en raison des motifs avancés traditionnellement, mais simplement parce qu’à ce moment-là, les Occidentaux avaient clairement signifié leur rejet de cette option. Une bonne illustration en est fournie avec l’épisode du Comité de démembrement. L’attitude de l’ambassadeur soviétique à Londres, F. Gusev, y fut très révélatrice. Dans une note adressée à Molotov et Litvinov, le 14 février 1945, Gusev s’était interrogé sur les modalités de ce démembrement : « Quelles doivent être les futures entités de l’Allemagne démembrée ? Quand doit débuter ce démembrement ? Quels organes interalliés doivent diriger cette entreprise ? (...) »120. Lorsque le ministre britannique des Affaires étrangères, Eden, avait soumis, le 7 mars, la proposition qui rejetait implicitement cette idée, Gusev avait dénoncé ce manquement à Yalta dans une lettre à Molotov le 15 mars : le problème, devait-il écrire, n’est pas de savoir si l’Allemagne doit être démembrée mais de savoir simplement comment elle doit l’être121. Le 26 mars 1945 cependant, le Kremlin approuvait la formule des Britanniques et la commission ne se prononçait sur aucun plan de démembrement.

56Que conclure de cet épisode ? Gusev, pourtant représentant soviétique officiel au Comité de démembrement, n’avait été informé d’aucun revirement officiel avant le début de la réunion. Ce ralliement sans résistance des Soviétiques ne leur ressemble pas quand ils ont une question à cœur : ils n’avaient, rappelons-nous, nullement fléchi face aux réticences britanniques sur la question des réparations. Cette absence de combativité fait donc douter avec raison que le démembrement ait jamais véritablement eu leur faveur. Un autre indice vient confirmer ce scepticisme : lors de la visite du représentant du Gouvernement provisoire de la France, le Général de Gaulle à Moscou en décembre 1944. Le 10, il avait signé avec Staline un pacte d’amitié et d’assistance mutuelle. Bien que de Gaulle apportât l’assentiment de la France au détachement de la Prusse orientale, de la Poméranie et du Schleswig à la Pologne, il se heurta à un refus poli de la part de son hôte lorsqu’il en vint à aborder la question du rattachement de la Sarre à la France et demanda que les régions du Rhin et de la Westphalie soient instituées en États autonomes.

  • 122 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 115, papka 18, 1. 5-6.
  • 123 Voir J.J. Becker / S. Bernstein, Victoire et frustration 1914-1929, Nouvelle histoire de la France (...)

57L’attitude des Soviétiques dans les négociations interalliées renseigne sur l’essence même de leur politique allemande. Le fait que, dans les archives, on puisse trouver des variantes élaborées de démembrement, jusqu’en février 1945 au moins, et que Staline aille verbalement dans le même sens face à Churchill ou Roosevelt prouve en effet une chose : si la ligne politique que la commission Litvinov défendait n’était pas à l’ordre du jour, elle restait une éventualité en réserve. Mais que Staline ait envisagé cette option ne préjuge en rien de son adhésion à cette idée. Et, nous venons de le voir, rien n’atteste ici que ce fut le cas. Par contre, si les Occidentaux avaient opté pour un démembrement, les Soviétiques n’auraient pas été pris au dépourvu et auraient pu avancer des propositions concrètes. Les rares recommandations de Molotov qu’il a été possible de trouver dans les archives corroborent cette idée. Avant la première session du comité, Molotov avait demandé à F. Gusev d’écouter l’exposé de son président, A. Eden, et de déclarer ensuite que la délégation soviétique présenterait ses conceptions après l’examen des propositions britanniques122. Mais ils doutaient eux-mêmes de la volonté occidentale de démembrer l’Allemagne bien avant le printemps 1945 : les archives qui ont scrupuleusement relevé tous les articles de la presse occidentale et les rares réflexions lâchées par les diplomates anglo-saxons à ce sujet les avaient mis en garde dès 1943 sur le fait que cette option risquait de faire long feu. Il semblerait en fait que les Soviétiques avaient compris avant les Anglo-Saxons qu’une telle option servait mal les intérêts de ces derniers. De surcroît, les Soviétiques analysaient la politique allemande des Occidentaux en fonction des positions que ces derniers avaient affichées lors de la Conférence de Paix du 18 janvier au 28 juin 1919. Or là, contrairement aux Français, ni les Britanniques ni les Américains n’envisageaient de démembrement de l’Allemagne. Le livre publié par le Britannique J.M. Keynes en novembre 1919, Les conséquences économiques de la paix, qui devait connaître un large succès dans l’après-guerre, avançait la thèse que les Anglo-Saxons devaient défendre après Yalta, à savoir que le rétablissement économique européen était conditionné par celui de l’Allemagne123.

  • 124 Voir supra, même chapitre. De plus, elle comportait un gros risque : celui de compter avec l’hostil (...)

58Si le paradoxe de la non-exploitation des plans de démembrement aux négociations interalliées a été résolu, un autre désormais a pris sa place : se pose en effet maintenant le problème de savoir pourquoi les Soviétiques ne voulaient pas d’un démembrement dont les commissions sur l’après-guerre avaient pourtant dit qu’il était le moyen le plus efficace pour affaiblir l’Allemagne et empêcher durablement toute résurgence d’une menace. Une première raison pourrait être avancée : souvenons-nous que ces commissions avaient reconnu elles-mêmes implicitement les insuffisances de cette mesure et son aspect somme toute provisoire124. Certes, elles n’avaient finalement pas rejeté les projets de démembrement mais pour une raison bien différente, liée à la nature même du régime despotique de l’URSS : ces commissions étaient chargées de travailler sur la question du démembrement, de chercher les voies et les moyens de sa résolution dans l’intérêt de l’URSS, non d’aboutir à une conclusion d’infaisabilité ; leur marge de manœuvre inexistante explique les ambiguïtés, les non-dits et les faux-fuyants de leurs réflexions. Staline a commandé des plans de démembrement, on élabore des plans de démembrement... Dans la conclusion d’une note consacrée à l’après-guerre en Allemagne, M.M. Litvinov montrait bien qu’il ne savait pas quel sort serait réservé à ses réflexions ni quelles étaient les orientations réelles du Kremlin. Il travaillait à l’aveuglette et sur ordre :

  • 125 « Zapiska Zamestitelâ Narodnogo Komissara Inostrannyh Del SSSR M.M. Litvinov Narodnomu Komissaru In (...)

« Nous nous sommes efforcés de ne vous donner qu’un bref aperçu des questions énumérées ci-dessus. Il va de soi que nous pouvons, à votre demande, présenter chaque question de façon plus large, avec le matériel dont nous disposons. Si des informations complémentaires sont nécessaires ou si des questions qui vous intéressent ont été négligées, nous pouvons vous présenter des notes supplémentaires conformément à vos indications »125.

59Mais ce n’est pourtant pas la raison essentielle. Le vrai motif est que Staline avait en réserve une autre option pour le devenir politique de l’Allemagne vaincue. Il n’avait envisagé la solution la plus extrême, le démembrement total, que pour la maintenir tant que la situation internationale ne la rendait pas caduque. D’ailleurs, un rejet de l’idée du démembrement, parce qu’il se révèlerait insuffisant à juguler définitivement la menace allemande, ne ferait que confirmer l’existence ou du moins la nécessité d’une autre alternative.

Notes

1 AVPRF, Fonds 3, opis’ 63, delo 237, 1. 53 et Istočnik. Vestnik Arhiva Prezidenta Rossijskoj Federacii, 4 (1995), p. 124.

2 AVPRF, ibid., 1. 53 et Istočnik, ibid., p. 124.

3 Présidée par M.M. Litvinov, vice-Commissaire du Peuple des Affaires étrangères en 1941- 1946 et composée de S.A. Lozovski, mêmes fonctions de 1939 à 1946, trois autres collaborateurs de ce Commissariat, A.Z. Suric, G.F. Saksin et Stein, Manuilskij du Comité central du PC et de la direction politique principale de l’Armée rouge, l’académicien et historien E.V. Tarle, dans Istočnik, ibid., p. 149.

4 Présidée par K.E. Vorochilov, maréchal de l’URSS, depuis 1940 vice-président du Conseil des Commissaires du Peuple et président de sa Commission de Défense ; D.M. Šapošnikov, maréchal de l’URSS, vice-Commissaire du Peuple de la Défense 1937-1943, membre de l’Académie militaire de l’État-major général de 1943 à 1945 ; V.P. Potemkine, vice-Commissaire du Peuple des Affaires étrangères de 1937 à 1949 ; I.M. Majskij, mêmes fonctions de 1943 à 1946 ; A.A. Ignatiev, lieutenant-général et diplomate ; S.T. Bazarov, collaborateur du Commissariat du Peuple des Affaires étrangères ; S.B. Krylov, membre de ce même Commissariat et du Tribunal international 1946-1952 ; P.M. Galaktionov, historien militaire et journaliste, dans Istočnik, ibid., p 149. Les travaux de cette commission seront plus précisément étudiés dans la seconde partie, au chapitre IV, car ils sont d’ordre plus opérationnel et technique.

5 Sa composition est plus hétéroclite que celle des deux précédentes puisque seulement deux membres du Commissariat du Peuple des Affaires étrangères en feront partie : I.M. Maijskij et G.P. Arkad’ev. Le Gosplan est représenté par V.V. Kuznecov, M.Z. Saburov et N.M. Siluânov ; E.I. Bavarin du Commissariat du Peuple aux Affaires intérieures et l’académicien E.S. Varga complètent cette commission, AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 166, papka 16, 1. 9-10.

6 Note sur le démembrement allemand, AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 122, papka 1. 8, 1. 4, daté de juillet 1943. Ce document ne peut figurer dans les délibérations de la commission Litvinov car il est antérieur à sa création. On peut supposer qu’il fut élaboré dans la commission de préparation de documents diplomatiques sur l’après-guerre dirigée par Molotov, à partir du 28 janvier 1942. Voir supra, Istočnik, op. cit., p 124.

7 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 121, papka 18, 1. 3.

8 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, papka 18, delo 120, 1. 2.

9 Voir supra, AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, papka 14, delo 145, 1. 2-41 ; également APFR, Fonds 3, opis’ 63, delo 237, 1. 52-93, reproduit dans Istočnik, op. cit., p. 124-144.

10 Istočnik, ibid., p 126.

11 AVPRF, Fonds 07, opis’ 5, delo 35, papka 38, inv. 352, 1. 4.

12 Note sur la décentralisation de l’Allemagne, 11 octobre 1943, AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 121, papka 18, 1. 1.

13 AVPRF, ibid., 1. 1.

14 AVPRF, ibid., 1. 2.

15 AVPRF, ibid., 1. 2.

16 Note sur le démembrement allemand, AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 122, papka 18, 1. 1, daté de juillet 1943.

17 Note de Kuznecov, Commissaire du Peuple de la flotte militaire de l’URSS, à Litvinov, 11 octobre 1944, à la veille de la conférence de Yalta, AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 115, papka 18, 1.3. Il y propose de partager la Prusse orientale entre l’URSS et la Pologne.

18 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 124, papka 18, 1. 1.

19 AVPRF, ibid., 11. 1-2.

20 AVPRF, ibid., 11. 5.

21 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 121, papka 18, 1.5.

22 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 145, papka 14, 1. 4.

23 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 123, papka 18, 1. 14 citant le Times du 10/12/43. Cette vision de l’hégémonie des deux puissances européennes renvoie d’ailleurs aux réflexions de Majskij en 1944, voir chapitre I.

24 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 125, papka 18, 1. 10-11.

25 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 115, papka 18, 1. 34.

26 AVPRF, ibid., 1. 36.

27 AVPRF, ibid., 1. 37. Le 17 janvier, Vychinskij transmet cette note à Molotov en précisant qu’il juge personnellement nécessaire de démembrer l’Allemagne en cinq États, AVPRF, Fonds 07, opis’ 10, delo 112, papka 16, 1. 1-5.

28 L’utilisation de ce terme sera assez équivoque dans les écrits soviétiques car historiquement, le revanchisme allemand date de l’après-1919 et désigne la volonté de révision du traité de Versailles en Allemagne. Surtout pendant la période d’occupation 1945- 1949, les Soviétiques lui donneront une connotation nettement idéologique, conservatrice : le revanchisme, dirigé contre l’URSS, est activé par les cercles occidentaux qui veulent rétablir dans leurs privilèges la Prusse militariste, les monopoles industriels et militaires.

29 Note sur les plans de restructuration politique intérieure de l’Allemagne après la guerre, 23 décembre 1943, AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 123, papka 18, 1. 53.

30 AVPRF, ibid., 1. 53.

31 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 122, papka 18, 1. 6-7.

32 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 108, papka 17, 1. 3.

33 AVPRF, ibid., 1. 4.

34 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 121, papka 18, 1. 3.

35 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 145, papka 14, 1. 5-6.

36 AVPRF, Fonds 07, opis’ 5, delo 35, papka 38, 1. 140.

37 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 142, papka 14, 1. 117-118, protocole n° 4 du 14 mars 1944.

38 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 167, papka 16, 1. 4.

39 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 145, papka 14, 1. 6.

40 AVPRF, Fonds 07, opis’ 5, delo 35, papka 38, 1. 5 et 38.

41 AVPRF, ibid., 1. 107-108. Sur le traité de Versailles, voir P. Renouvin, Histoire des Relations Internationales, t. III : de 1871 à 1945, op. cit.

42 AVPRF, Fonds 07, opis’ 5, delo 35, papka 38, 1. 37.

43 AVPRF, ibid., 1.56.

44 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 145, papka 14, 1. 6-7.

45 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 165, papka 16, 1. 11.

46 Majskij à Molotov le 9 octobre 1944, AVPRF, ibid., 1. 59-60.

47 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 169, papka 17, 1. 73.

48 AVPRF, ibid., 1. 74. Il faut rappeler ici que le 28 juillet 1944, dans le premier compte rendu que Majskij fait parvenir à Molotov, il prévoyait des chiffres beaucoup plus élevés pour l’Allemagne et ses satellites : « (...) Il ne serait pas raisonnable que l’URSS avance des exigences en matière de réparations supérieures à 75 milliards de dollars pour compenser ses pertes matérielles directes », AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 164, papka 16, 1. 59. Dans une autre note datée de 1944, qui précise la composition de la commission Majskij et ses fonctions, ces dernières furent évaluées à 130-150 milliards de dollars au minimum, AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 167, papka 16, 1. 2.

49 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 169, papka 17, 1. 74-75.

50 AVPRF, ibid., 1. 40.

51 FRUS, 1945, p. 661.

52 J. Foschepoth, « Britische Deutschlandpolitik zwischen Yalta und Potsdam », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 30 (1982), p. 681.

53 J. Foschepoth, ibid., p. 682.

54 Sovetsko-anglijskie otnošeniâ vo vremâ Velikoj Otečestvennoj Vojny 1941-1945, Moscou, t. I, p. 184.

55 Elle agite les historiographes occidentaux et russes depuis de longues années, les uns désignant Churchill – A.M. Filitov, Germanskij vopros : ot raskola k ob"edineniû. Novoe pročenie, op. cit. ; W. Loth, Stalins itngeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte, op. cit., p. 17 – ; les autres Staline – W. von Buttlar, op. cit., et H. Graml, op. cit.

56 AVPRF, Fonds 048, opis’ 11, delo 1, papka 64, 1. 68. cité par G.P. Kynin, « Antigitlerovskaâ koaliciâ i vopros o poslevoennom ustrojstve Germanii », dans Vtoraâ mirovaâ vojna. Aktual’nye problemy, op. cit., p. 166.

57 AVPRF, ibid., 1. 20-22-28, cité par G.P. Kynin, ibid., p. 166.

58 W. Churchill, The Grand Alliance, Londres, 1950, p. 628 et O.A. Ržeševskij, « Vizit A. Idena v Moskvu v dekabre 1941g », Novaâ i novejšaâ istoriâ, 2 (1994), p. 92.

59 O.A. Ržeševskij, ibid., p. 91-100.

60 AVPRF, Fonds 06, opis’ 4, delo 335, papka 30, 1. 39, cité par G.L. Kynin, op. cit., p. 167.

61 FRUS, 1943, vol. I, p. 721-723.

62 C. Hull, The Memoirs of C. Hull, New-York, MacMillan Compagny, 1948, vol. II, p. 1285.

63 C. Hull, ibid., p. 1287 et G.L. Kynin, op. cit., p. 169.

64 Moskovskaâ Konferenciâ Ministrov Inostrannyh Del SSSR. SŠA i Velikobritanii 19-30 oktâbrâ 1943 goda, Moscou, 1978, p. 341.

65 Teheran Papers, p. 553.

66 Teheran Papers, p. 510.

67 Teheran Papers, p. 600.

68 FRUS, 1943, p. 879.

69 W. Churchill, Memoirs, op. cit., p. 318.

70 C. Bohlen, Witness to History, New-York, Londres, p. 146 ; il fut l’interprète de Roosevelt.

71 FRUS, 1943, p. 602.

72 Rétrocession à l’URSS des territoires attribués à la Pologne au lendemain de la Première Guerre mondiale.

73 La CCE se réunit en novembre 1943 sur décision de la conférence des Ministres des Affaires étrangères de Moscou en 1943 et fut chargée d’élaborer l’acte de capitulation allemande et les conditions d’occupation alliée.

74 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, papka 16, delo 158, 1. 3-5.

75 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 838, papka 70, 1. 16-17.

76 Ibid.

77 Protocole de la 3e session de la Commission consultative européenne, 25/1/44, Public Record Office, Foreign Office, 371 405 80, 186, cité par W. Loth, op. cit., p. 18.

78 AVPRF, op. cit., 1. 27-28. W. Strang, dans un entretien ce même jour avec Gusev, l’avait exhorté à accélérer l’étude des tâches de ce comité, dans AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, papka 16, delo 158, 1. 5.

79 AVPRF, Fonds 06, opis’ 7a, delo 19, papka 73, 1. 2-5 et aussi AVPRF, Fonds 0512, opis’ 2, delo 4, papka 8, 1. 27.

80 APRF, Fonds 45, opis’ 1, delo 283, 1. 80-85, dans Istočnik. Vestnik Arhiva Prezidenta Rossijkoj Federacii, n° 4/1995, p. 148-150.

81 W. Churchill, Memoirs, op. cit., p. 210.

82 A. Fischer, Sowjetische Deutschlandpolitik im Zweiten Weltkrieg 1941-1945, Stuttgart, 1975, p. 123.

83 Yalta Papers, p. 612.

84 J. Foschepoth, « Britische Deutschlandpolitik zwischen Jalta und Potsdam », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 30/07/82, p. 677.

85 J. Foschepoth, ibid., p. 677.

86 Yalta Papers, p. 615.

87 Marienfeld, Konferenzen über Deutschland, cité dans W. von Buttlar, Ziele und Zielkonflikte in Deutschland, op. cit., p. 29 et Yalta Papers, p. 612.

88 Yalta Papers, p. 978.

89 J. Foschepoth, op. cit., p. 678.

90 Foreign Office 371/46871/C849, cité par J. Foschepoth, ibid., p. 690.

91 AVPRF, Fonds 048, opis’ 11, delo 2, papka 64, 1. 52-54, cité par G.L. Kynin, op. cit., p. 173.

92 FO 371/46871/C849, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 691.

93 Le 10 avril 1945, Roosevelt aurait demandé à J. Winant de reporter toute décision définitive et de voir venir, dans H. Strauss, The Division and Dismemberment of Germany, cité par G.L. Kynin, op. cit., p. 174.

94 FO 371/46872/ C 1490 et FO 371/46872/C 1354, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 691.

95 P.E. Mosely, « Die Friedenspläne der Alliierten und die Aufteilung Deutschlands. Die alliierten Verhandlungen von Yalta bis Potsdam », Europa-Archiv, 5 (1950), p. 3032-3043, p. 3041.

96 Keesings Archiv der Gegenwart, 15 (1945), p. 218 et p. 257.

97 AVPRF, Fonds 06, opis’ 7, delo 286, papka 30, 1. 56-57-60.

98 « K voprosu o buduŝej zapadnoj granice Pol’ši », Vojna i rabočij klass, 18, 15/09/44, p. 26.

99 Sa position est en fait plus complexe car, s’il est partisan du démembrement allemand, il ne souhaite pas d’amputations trop marquées, voir W. Churchill, Memoirs, vol. VI, op. cit p. 327.

100 Note du Ministre des Affaires étrangères du 27 novembre 1944 à Churchill : Confederation, Federation and Decentralisation of the German State and the Dismemberment of Prussia, Public Record Office – PRO –, London, Prime Minister-PM- 3/192/2, cité par K. Sainsbury, « British Policy and German Unity at the End of the Second World War », The English Historical Review, 94 (1979), p. 794. Ces idées devaient être reprises quelques mois plus tard dans le mémorandum d’Anderson, voir infra.

101 O.A. Ržeševskij, « Vizit A. Idena v Moskvu v dekabre 1941g », op. cit., p. 91-100.

102 Voir J. Foschepoth, op. cit., p. 685.

103 J. Foschepoth, ibid., p. 681 et H. Graml, op. cit., p. 44.

104 J. Foschepoth, ibid., p. 696.

105 FO 371/45775/UE 1159, cité par J. Foschepoth, ibid., p. 696.

106 Pour un exposé plus détaillé des positions des partisans d’une paix dure, voir J. Foschepoth, ibid., p. 698-699.

107 FO 371/45779/ UE, p. 2, cité par J. Foschepoth, ibid., p. 699.

108 C. Hull, The Memoirs of C. Hull, vol. II, op. cit., p. 1287.

109 « Memorandum Germany : Partition » du 27 juillet 1943, recommandation « The Political Reorganization of Germany » du 23 septembre 1943, dans Post War Foreign Policy Preparation 1939-1945, Department of State Publication 3580, Washington 1950, p. 554 et 558 cité par H. Graml, op. cit., p. 55.

110 H. Graml, ibid., p. 25 et voir supra, A. Kaspi, Franklin D. Roosevelt, op. cit.

111 H. Morgenthau, L’Allemagne est notre problème, Paris, Plon, 1947 et H.G. Gelber, op. cit., p. 382-383.

112 H.G. Gelber, ibid., p. 381-383.

113 H. Graml, op. cit., p. 55.

114 FRUS, 1945, vol. III, p. 434.

115 H. Graml, op. cit., p. 56.

116 Informal Record of a Meeting in the Office of the Secretary of State, 15/3/45, dans FRUS, 1945, vol. III, p. 433.

117 FRUS, 1945, vol. III, p. 471.

118 H. Graml, « Zwischen Yalta und Potsdam. Zur amerikanischen Deutschlandplanung im Frühjahr 1945 », Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 24 (1976), p. 316.

119 Citons seulement W. von Buttlar, Ziele und Zielkonflikte der sowjetischen Deutschlandpolitik 1945-1947, op. cit., p. 29 ; A. Fischer, Sowjetische Deutschlandpolitik im Zweiten Weltkrieg 1941-1945, op. cit., p. 132 ou W. Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte ?, op. cit., p. 19.

120 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, papka 18, delo 115, 1. 5.

121 FO 371/46872/C1352, cité par J. Foschepoth, op. cit., p. 691.

122 AVPRF, Fonds 0512, opis’ 4, delo 115, papka 18, 1. 5-6.

123 Voir J.J. Becker / S. Bernstein, Victoire et frustration 1914-1929, Nouvelle histoire de la France contemporaine, n° 12, Paris, Seuil.

124 Voir supra, même chapitre. De plus, elle comportait un gros risque : celui de compter avec l’hostilité permanente de la population allemande pour celui qui aurait imposé un démembrement.

125 « Zapiska Zamestitelâ Narodnogo Komissara Inostrannyh Del SSSR M.M. Litvinov Narodnomu Komissaru Inostrannyh Del SSSR V.M. Molotovu. Obraŝenie s Germaniej i drugimi vražeskimi stranami v Evrope », 9/10/43, AVPRF, Fonds 012, opis’ 9, papka 132, delo 4, 1. 209, publié par G.K. Kynin / J. Laufer dir., SSSR i germanskij vopros 1941-1949..., t. I : 22 iûn’ 1941-8 maâ 1945, op. cit., p. 305.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search