Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Première partie. L’élaboration et la mise en œuvre de la politique Allemande de l’URSS

Chapitre I. Un État totalitaire dans une coalition démocratique

Texte intégral

« Embauché de gré ou de force par Timour (Tamerlan) comme bouffon, Nasr Eddin ne cesse de lui prodiguer d’ineptes conseils et de l’accabler de ses sornettes. Le Tatare en a bien vite assez, et un jour, il l’interrompt au beau milieu d’une de ses absurdités favorites : – Cesse donc un peu, chien du diable, avec tes sottises ! Je me demande bien d’où tu tiens une telle insolence à mon égard. – Ô Seigneur, elle ne provient que de la médiocrité de ma position ! Fais seulement de moi ton vizir et tu verras comme je suis obséquieux et de bon conseil ».
J.L. Maunoury, Hautes sottises de Nasr Eddin Hodja, Paris, Phébus, 1994, p. 54.

Les spécificités du régime soviétique

Le sens de l’impréparation du 22 juin 1941

  • 1 Le dernier ouvrage publié sur cette question est celui de G. Gorodetsky, Le grand jeu de dupes. Sta (...)
  • 2 « Čevo stoât polkovodčeskie kačestva Stalina », discours inédit du Maréchal G.K. Jukov, projet d’al (...)
  • 3 M. Zaharov, « Načal’nyj period Velikoj Otečestvennoj Vojny i ego uroki », Voenno-istoričeskij žurna (...)
  • 4 2 817 000 morts, blessés ou disparus dans les trois premiers mois de la guerre. A.A. Pečenkin, « Go (...)

1Avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en 1939, les ambitions hégémoniques hitlériennes ont profondément bouleversé la configuration internationale et suscité la naissance d’une alliance de guerre étonnante par le côtoiement et la collaboration des puissances qui la composèrent, la Grande-Bretagne et les États-Unis, deux démocraties occidentales parlementaires et libérales et l’Union Soviétique, le premier État socialiste, un régime totalitaire. Revenir sur les spécificités de cette dernière lors du déclenchement de la guerre s’impose pour comprendre la nature de l’alliance qui allait se mettre en place. La Grande Guerre patriotique (Velikaâ Otečestvennaâ vojna) a constitué un tournant décisif dans l’évolution politique intérieure et extérieure de l’URSS, et pourtant celle-ci fut prise au dépourvu lorsque les hostilités débutèrent, le 22 juin 1941. Les raisons de cette impréparation des Soviétiques à l’attaque allemande font aujourd’hui l’objet d’études et d’analyses nombreuses tant en Russie qu’en Occident1. Dans le cadre de notre étude, elle n’est importante à souligner que pour ce qu’elle révèle de la nature du régime soviétique, de son mode de fonctionnement, de ses orientations en politique extérieure et pour les conséquences qu’elle entraînera, notamment sur le plan des relations interalliées. L’impréparation soviétique était imputable directement, selon le Maréchal G.K. Jukov, à l’essence même du régime soviétique, autoritaire et fortement idéologisé, qui donnait une vision déformante et presque surréaliste de la situation réelle. Du fait, par exemple, que l’idéologie communiste « (…) dénigrait gratuitement tout ce qui venait de l’étranger », la valeur de la stratégie militaire dite bourgeoise avait été niée et gommée, tandis qu’en contrepartie, la stratégie soviétique et l’Armée Rouge avaient été encensées « (...) ce qui a, sans nul doute, émoussé la vigilance du peuple soviétique et ne l’a pas mobilisé pour une préparation active du pays à la défense »2. Cette désorientation du peuple soviétique se trouva encore aggravée par les erreurs d’appréciation politiques et stratégiques du haut commandement militaire et du gouvernement soviétiques qui trahissaient, dans leur riposte, une totale incompréhension de la situation et une méconnaissance grossière des faits. Alors, par exemple, que la progression des chars allemands était largement engagée du fait de l’absence de résistance et de la désorganisation soviétique, les commandants des fronts reçurent comme premier ordre, le 22 juin, de lancer « de profondes contre-offensives afin de défaire l’essentiel des forces de l’ennemi et de porter les opérations sur son territoire »3. Il va sans dire que celles-ci occasionnèrent de nombreuses pertes inutiles4. Mais la responsabilité directe de cette impréparation et de ces dysfonctionnements tenait au fait que l’URSS était placée sous la coupe d’un parti unique autoritaire, le PC, Parti communiste russe, et de son Secrétaire Général, J.V. Staline.

  • 5 Voir à ce titre l’étude établie sur la base des protocoles du Bureau politique par O. Khlevniouk, L (...)
  • 6 Pour une étude plus approfondie du système soviétique, voir M. Heller et A. Nekrich, L’utopie au po (...)

2Sous l’impulsion de ce dernier, les échelons supérieurs du pouvoir avaient en effet été totalement réorganisés au cours des années 30 dans le sens d’un renforcement de la centralisation. Le Bureau politique du Comité central, organe collectif de pouvoir, avait vu peu à peu ses fonctions s’amoindrir au profit d’un groupe étroit formé de Staline et de ses collaborateurs les plus proches. Pour conserver un semblant de légalité, ceux-ci se réunissaient en commissions spécialisées qui tranchaient en réalité toutes les questions importantes. Staline s’était arrogé de surcroît un droit exclusif sur la politique étrangère5. Parallèlement, on avait assisté à un renforcement des structures gouvernementales de l’URSS et notamment de son Conseil des Commissaires du Peuple, investi lui aussi par des comités spéciaux dont la composition était exactement la même que celles des commissions du Bureau politique. L’accroissement du rôle du Conseil des Commissaires du Peuple avant la guerre avait souligné la volonté de fusion des instances suprêmes du Parti et de l’État. Hiérarchisation, centralisation et concentration politiques étaient ainsi les maîtres-mots du régime que Staline cherchait à consolider. Répression et terreur périodiques lui donnaient sa légitimité6.

  • 7 T. Konovalova, La démission de Litvinov : cause ou conséquence du changement de la politique extéri (...)

3Il nous faut revenir sur l’un des commissariats, celui des Affaires étrangères, à la fois parce qu’il aura une place importante dans les réflexions que nous allons développer dans ce travail mais aussi parce qu’il illustre bien l’évolution des structures politiques soviétiques à la fin des années 30. La démission, le 3 mai 1939, de Maxime M. Litvinov du poste de Commissaire du Peuple des Affaires étrangères et son remplacement par le Président du Conseil des Ministres et membre du Bureau politique du Comité central du PC, Vâčeslav M. Molotov, avait marqué symboliquement la transformation de cet organisme : par une série de purges, il avait été séparé de ses éléments les plus qualifiés auxquels avaient succédé des cadres jeunes, formés dans les écoles du Parti, mais sans aucune expérience de la vie diplomatique ni connaissance des langues étrangères. Le critère essentiel qui avait motivé leur recrutement était leur loyauté envers le Parti et l’idéologie marxiste-léniniste. Tous les collaborateurs du NKID étaient désormais membres du PC et de l’organisation du Parti du Commissariat, chargée de la formation idéologique de ces cadres. Ceux-ci avaient donc pour tâche essentielle d’exécuter les décisions des organes dirigeants du Parti7.

  • 8 Témoignage de Jukov, op. cit., p. 145 et 147.

4Dans le contexte du déclenchement de la guerre en Europe en 1939, le fait qu’un homme puisse décider seul des questions de politique étrangère a eu des implications graves. La première erreur politique de Staline fut de méconnaître apparemment les intentions allemandes. Pourtant, les avertissements et les mises en garde, notamment du réseau de renseignements soviétiques, n’avaient guère manqué. Mais Staline, et par ricochet les autres dirigeants soviétiques qui ne voulaient pas prendre le risque de le contredire, a très longtemps voulu ignorer les concentrations de troupes allemandes sur les frontières soviétiques. À la réalité des incursions allemandes dans le territoire soviétique, Staline opposa un leitmotiv régulier et entêtant, « ne pas répondre aux provocations allemandes », durant de longues semaines et même jusque dans les premières heures du conflit8. Cette volonté d’ignorer l’imminence du conflit transparaissait de façon criante, dans le communiqué de l’agence TASS publié le 14 juin 1941, une semaine avant l’agression allemande :

  • 9 Communiqué de l’agence TASS, Pravda, 14 juin 1941.

« Selon les données officielles, l’Allemagne observe avec la même fermeté que l’URSS, les conditions imposées par le pacte germano-soviétique de non-agression. En vertu de cela, les rumeurs sur l’intention de l’Allemagne de rompre ce pacte et de préparer une attaque contre l’URSS sont, de l’avis des cercles dirigeants soviétiques, dénuées de tout fondement. Ces derniers temps, les transferts de troupes allemandes, dégagées des opérations dans les Balkans et replacées dans les régions orientales et nord-orientales allemandes, relèvent apparemment d’autres motifs n’ayant aucun rapport avec les relations germano-soviétiques »9.

5La presse officielle s’en était déjà fait d’ailleurs indirectement l’écho dans sa relation des hostilités entre l’Europe de l’Ouest et l’Allemagne nazie, en ne les évoquant qu’en seconde ou même dernière page, pendant le premier semestre 1941. Les Izvestiâ, par exemple, consacraient systématiquement et exclusivement leur page de garde aux sessions du Parti, aux récompenses octroyées par Staline aux scientifiques, aux littéraires, aux militaires, bref à l’ensemble des acteurs méritants de l’édification de la société socialiste. Cela relevait d’une volonté délibérée, non d’occulter la guerre ou de nier son existence, mais de montrer qu’elle ne concernait pas l’URSS. Le jour du déclenchement des hostilités contre l’URSS par l’Allemagne, rien ne transparut ainsi de la déclaration de guerre remise pendant la nuit par l’ambassadeur du Reich, le comte von Schulenburg, à Molotov, le Commissaire du Peuple des Affaires étrangères. La première allocution officielle sur la guerre sera transmise le 22 juin et publiée dans les Izvestiâ seulement le 24. Comment expliquer cette attitude ? Staline a-t-il cru à une tentative de désinformation de la part des Anglais ou des Allemands ? Gustav Hilger, un diplomate allemand, le pense effectivement quand il raconte une entrevue secrète organisée en mai 1941 entre l’ambassadeur allemand à Moscou, l’ambassadeur soviétique à Berlin, Dekanozov et lui-même. Les Allemands prirent l’initiative de prévenir explicitement les Soviétiques de la prochaine offensive de Hitler contre l’URSS :

  • 10 G. Hilger et A.G. Meyer, The Incompatible Allies. A Memoir-History of German-Soviet Relations 1918- (...)

« Dès le départ, nous avions dit à Dekanozov que nous agissions de notre propre initiative et à l’insu de nos supérieurs. Il faudra que vous parliez au Commissaire des Affaires étrangères, ne cessa-t-il de nous répéter. À l’évidence, il ne pouvait croire que nous courions délibérément et consciemment le plus grand danger dans le but de faire un dernier effort pour sauver la paix. Il a dû croire que nous agissions pour le compte d’Hitler et que nous essayions de pousser le Kremlin dans une voie qui nuirait à son prestige et à ses intérêts concrets »10.

  • 11 G. Gorodetsky, op. cit. Pour cet auteur, la politique étrangère soviétique relève essentiellement d (...)

6Pour Gabriel Gorodetsky, dans un ouvrage publié en 1999, Staline, soucieux uniquement de préserver la neutralité de l’URSS dans le conflit européen et de préparer une conférence de paix où seraient révisés les accords géopolitiques imposés à la Russie dans l’entre-deux-guerres, s’est laissé aveugler par sa méfiance viscérale envers la Grande-Bretagne et a méconnu le danger allemand. Sa détermination à apaiser l’Allemagne est à l’origine de l’impréparation militaire soviétique en juin 194111. Quelle que soit l’orientation envisagée, le constat de la surprise des Soviétiques reste cependant valable. Et ses implications politiques sont nettement perceptibles.

  • 12 En présence de Molotov, Jdanov et Manuilskij.

7L’ignorance délibérée des violations par l’Allemagne du pacte Ribbentrop-Molotov du 23 août 1939 trahissait un profond désarroi dans les orientations de politique étrangère de l’URSS car l’agression allemande remettait en cause une stratégie dûment pré-établie. Staline en avait donné les grandes lignes, le 7 septembre 1939, lors d’un entretien avec G. Dimitrov12, le Secrétaire général de l’Internationale communiste, destiné à élaborer la directive de neutralité du Komintern, quelques jours après le déclenchement des hostilités allemandes en Pologne et quelques semaines après la signature du pacte Ribbentrop-Molotov de non agression mutuelle, le 23 août 1939.

8Staline y expliquait et justifiait l’acceptation de ce pacte germano-soviétique par la conviction que la guerre allait éclater entre l’Allemagne et les puissances occidentales. C’était une réalité inéluctable avec laquelle l’URSS devait composer au mieux de ses intérêts. La signature du pacte avec l’Allemagne résultait d’un calcul des implications que pourrait avoir pour les Soviétiques ce conflit imminent.

9Face à Dimitrov, Staline se montrait donc froidement réaliste derrière un discours idéologique :

  • 13 Notes de Dimitrov citées par F.I. Firsov, « Arhivy Kominterna i vešnaâ politika SSSR v 1939-1941 », (...)

« Deux groupes d’États capitalistes (riches ou pauvres en colonies, en approvisionnement en matières premières...) vont se faire la guerre pour la domination du monde et la répartition de ses richesses. Nous n’avons aucune objection à ce qu’ils se fassent la guerre et s’affaiblissent mutuellement. Ce serait plutôt une bonne chose si les positions des plus riches pays capitalistes (et notamment de l’Angleterre) étaient ruinées par la main même de l’Allemagne. Sans le savoir et sans le vouloir, Hitler est en train d’enterrer le système capitaliste.
La position des communistes au pouvoir n’a rien à voir avec celle des communistes dans l’opposition. Nous sommes les maîtres dans notre maison. Les communistes dans les pays capitalistes se trouvent dans l’opposition et la bourgeoisie est là-bas aux commandes.
Nous pouvons manœuvrer de manière à exciter une partie contre l’autre afin qu’elles s’entredéchirent encore plus. Le pacte de non-agression aide indiscutablement l’Allemagne. A la première occasion, nous devons exciter l’autre partie. (...)
Nous aurions préféré conclure un accord avec les soi-disants pays démocratiques et avons conduit des négociations dans ce but avec eux. Mais les Anglais et les Français voulaient nous tenir en esclavage sans rien nous donner en échange. Il va de soi que nous ne voulons pas être des esclaves (...).
Nous devons dire la chose suivante à la classe ouvrière : la guerre va éclater pour la domination du monde. Les dirigeants des pays capitalistes mènent la guerre au nom de leurs intérêts impérialistes. Cette guerre n’apportera aux ouvriers et aux travailleurs que privations et souffrances. Nous devons lutter résolument contre la guerre et ses partisans. Prônez la neutralité des pays bourgeois neutres. Défendez la neutralité de votre pays mais soutenez la guerre dans les autres pays pour gagner facilement en importance. Le Præsidium de l’IC doit élaborer et publier cette thèse »13.

  • 14 Les raisons invoquées sont les suivantes : dans les années 20 et 30, de prétendus protocoles du Bur (...)
  • 15 Voir le texte de ce discours dans la variante publiée par T. Buŝueva dans Novij mir, 12 (1994).

10Ces indications données par Staline paraissent de prime abord moins sensationnelles que le protocole du discours devant le Bureau politique le 19 août 1939 dont l’authenticité est largement contestée en Occident14. Le dictateur soviétique y aurait exposé les motifs de refus d’un traité d’assistance mutuelle avec la France et la Grande-Bretagne aux conséquences fâcheuses pour l’URSS parce qu’il l’obligerait à rechercher un modus vivendi avec les démocraties occidentales. Un pacte de non-agression avec l’Allemagne permettrait non seulement à l’URSS de se tenir écartée du conflit le plus longtemps possible, mais également de tirer profit des bouleversements induits par la guerre et de l’affaiblissement des belligérants pour imposer, dans un premier temps, la soviétisation de l’Allemagne puis, le cas échéant, celle de la France, tout en accordant à l’URSS des avantages géostratégiques certains (destruction de la Pologne, liberté d’action dans les pays Baltes, en Bessarabie, cession de la Roumanie, de la Bulgarie et de la Hongrie comme zones d’influence). Staline aurait défendu l’idée de faire durer la guerre le plus longtemps possible afin d’épuiser les deux adversaires15.

11Toutefois, les indications staliniennes données à Dimitrov le 7 septembre, si elles traduisaient la prudence du dictateur, étaient aussi fort instructives pour ce qu’elles laissaient entrevoir à mots couverts de ses arrières-pensées. Si on les décrypte quelque peu, le cynisme, l’opportunisme mais aussi certaines convictions idéologiques du dictateur soviétique transparaissent indiscutablement : la guerre était inévitable, certes, du fait des ambitions hégémoniques allemandes, mais l’URSS pouvait en retirer des avantages certains dans la lutte qui l’opposait aux régimes capitalistes. Dans cette guerre entre l’Allemagne et les démocraties occidentales, Staline voyait la destruction annoncée du système capitaliste, ce qui logiquement, si on poursuit son raisonnement de chef d’État d’un pays marxiste-léniniste, ouvrait la voie au triomphe du socialisme dans les pays défaits. Cependant, il ne pipait mot des voies et des moyens de cette soviétisation. Il se contentait de rappeler, avec une prudence et un pragmatisme maintes fois décrits par ses biographes, que l’on ne pourrait espérer une répétition du soulèvement révolutionnaire à la façon de 1917.

  • 16 Le modèle de la guerre de tranchées franco-allemande de 1914-1918 n’était pas si loin...
  • 17 Staline à Mereckov, le vice-Commissaire du Peuple à la Défense, dans Mereckov, Na službe narodu, Mo (...)

12Le déclenchement des hostilités en Europe occidentale, avec l’invasion de la Pologne le 1er septembre 1939, avait donc fait le jeu soviétique qui comptait sur une longue guerre occidentale-allemande16, sur un affaiblissement des belligérants et la ruine du système capitaliste dont l’URSS pourrait tirer profit. L’effondrement fulgurant des Pays-Bas, de la Belgique et de la France en mai 1940 et la résistance solitaire de la Grande-Bretagne enfonçaient un coin dans la stratégie soviétique mais, même au premier semestre 1941, l’URSS pensait encore pouvoir reculer l’échéance de la guerre : « Nous ne pourrons bien sûr pas rester en dehors de la guerre jusqu’en 1943. On nous y conduira contre notre gré. Mais, il n’est pas exclu que nous restions en dehors des hostilités jusqu’en 1942 »17.

Le renforcement de la centralisation

  • 18 A.A. Pečenkin, ibid., p. 127.
  • 19 A.A. Pečenkin, ibid., p. 12.
  • 20 Directive du 29/6/41 après accord de Staline et de Malenkov, Izvestiâ KPSS, 6 (1991), p. 217-220.
  • 21 Voir Istočnik, Vestnik arhiva Prezidenta Rossijskoj Federacii, 2 (1995), p. 117-118.
  • 22 A. Knight, Béria, Paris, Aubier, p. 172-173.
  • 23 A. Knight, ibid., p. 173 ; O. Khlevniouk, Le cercle du Kremlin. Staline et le Bureau politique dans (...)
  • 24 A.A. Pečenkin, op. cit., p. 131.
  • 25 A.A. Pečenkin, ibid., p. 130. La Stavka est le grand Quartier général-Stavka Verhovnogo Glavnokoman (...)

13L’attaque allemande du 22 juin 1941 allait bousculer ces schémas stratégiques conceptuels et nécessiter une réponse rapide de la part du Kremlin. Il allait en donner plusieurs, au niveau intérieur et extérieur. La précipitation et l’improvisation qui les caractérisèrent furent longtemps dissimulées par la nature dictatoriale du régime soviétique et masquées par son atmosphère de terreur et de méfiance. La première, d’ordre plutôt opérationnel, fut de parachever le processus de réaménagement des structures institutionnelles soviétiques vers un renforcement de la centralisation. Il apparaît nettement à travers la création, le 22 juin 1941, du Comité d’État de la Défense (GKO – Gosudarstvennij Komitet Oborony), noyau politique décisionnel composé de quelques membres du Bureau politique du Comité central du PC sous la présidence de Staline : Molotov, Commissaire du Peuple des Affaires étrangères et vice-président du GKO, le maréchal Vorochilov, vice-président du Conseil des Commissaires du Peuple depuis 1940, Béria, chef du Commissariat du Peuple des Affaires intérieures (NKVD), Malenkov, secrétaire du Comité central et Voznessenskij, président du Gosplan18. À peine formé, le GKO allait subir diverses modifications. Le 30 juin, Molotov, Béria, Malenkov et Vorochilov proposèrent de créer un organe spécial de direction avec les pleins pouvoirs, prévoyant de nommer Mikoyan et Voznessenskij simples plénipotentiaires mandataires du GKO. Cette décision fit l’objet, le même jour, d’un arrêté du Présidium du Soviet Suprême, du Conseil des Commissaires du Peuple et du Comité central du PC. Le 3 juillet, Kaganovitch rejoignit le duo des mandataires du GKO. Le 4 février 1942, les trois en devinrent finalement membres à part entière19. Toutes les activités du pays furent être désormais subordonnées à la défense du pays20. Les tâches à accomplir furent réparties entre les membres du GK021. Ainsi, quelques hommes seulement eurent en charge l’ensemble des questions militaires, économiques et politiques du pays. Tous les pouvoirs, toutes les compétences furent concentrés entre les mains du noyau décisionnel du GKO, « véritable conseil de guerre »22 : tous les organes du gouvernement, du Parti et de l’armée furent subordonnés au GKO, qui devint responsable de la production économique et militaire, des questions relatives à la Sécurité de l’État et de l’ordre public ; les décisions relatives à la politique étrangère continuèrent bien évidemment de relever d’un seul homme, Staline23. L’arbitraire, voire l’illégalité furent inéluctablement le corollaire de ce pouvoir gigantesque incontrôlé. Aucune réglementation n’existait sur le mode de fonctionnement du GKO, « au-dessus de toutes les structures étatiques de l’URSS »24. N’ayant donc pas d’infrastructures particulières, il opérait avec celles du Comité central, des Commissariats du Peuple et des institutions locales : les procédures d’accord étaient ainsi simplifiées à l’extrême. Ses sessions n’étaient pas régulières, dans la mesure où elles ne relevaient que de la volonté de son président, Staline. Il n’y avait aucun secrétaire, aucun protocole... Les décisions importantes étaient prises à table ou dans la datcha de Staline. Mais comme les membres du GKO occupaient diverses fonctions, il était difficile de savoir à quelle réunion on se trouvait : « En fonction du caractère de la question étudiée, Staline donnait l’ordre d’enregistrer la solution retenue soit comme une directive de la Stavka, soit comme un arrêté du Comité central ou du Conseil des Commissaires du Peuple, soit comme une décision du GKO »25. On imagine bien aisément que leur exécution présentait de ce fait de grandes difficultés. Souvent, il fallait les modifier ou les corriger ; A.V. Hrulev, Général d’armée, Commissaire du Peuple des voies de communication et intendant principal du commandement de l’Armée rouge d’août 1941 à 1943, en témoigna :

  • 26 N.G. Pavlenko, Razmyšleniâ o sud’be polkovodca, Moscou, 1989, p. 48-49.

« Pour beaucoup de membres de l’entourage de Staline, l’important était de ne pas contester une décision prise par Staline, de saisir ses ordres au vol et de les exécuter sur-le-champ. Certains pensent que Staline n’oubliait jamais rien (...). En vérité, il s’en fallait de beaucoup. Comme il devait chaque jour résoudre des centaines de questions, importantes ou anodines, il lui arrivait parfois de donner des ordres contradictoires, qui s’annulaient les uns, les autres. Et, dans la mesure où il n’y avait aucun sténogramme ou protocole, certaines de ses décisions restaient lettre morte. Bien sûr, ceux qui se risquaient à ne pas les appliquer se ménageaient toujours une issue, en reportant la responsabilité sur quelqu’un d’autre... »26.

14À ces dysfonctionnements dus à une centralisation excessive et à la précipitation, venaient s’ajouter des problèmes liés à la personnalité même du dictateur : le Commissariat du Peuple de la Défense, l’État-major, par exemple, ne jouissaient pas de la confiance de Staline et étaient désorganisés à la suite des purges continuelles qui avaient décimé les rangs de l’armée soviétique en 1937-39 et qui continuèrent avec les premières défaites.

15La seconde réponse à l’attaque allemande fut une réorientation radicale en politique extérieure : le pacte Ribbentrop-Molotov avait vécu, l’URSS allait se tourner maintenant vers les démocraties occidentales, la Grande-Bretagne et les États-Unis pour organiser la lutte contre l’Allemagne nazie. Mais pour quelle alliance de guerre ? Il n’entre pas dans le cadre de cette étude de réécrire l’histoire de la coalition anti-hitlérienne mais, dans la mesure où la politique spécifiquement allemande de l’URSS se définira largement par rapport à celle des Occidentaux, il nous est apparu nécessaire, pour une meilleure compréhension de ses ambitions, de ses objectifs et de ses moyens, de replacer la position soviétique dans son contexte interallié.

Les objectifs politiques, militaires et économiques de l’URSS dans l’alliance de guerre

La définition de ses intérêts de sécurité

16Les archives du Ministère des Affaires étrangères ont été d’un grand secours pour élucider ce point : certes, nous savons aujourd’hui que ce Ministère n’a eu qu’un rôle purement consultatif dans la pyramide décisionnelle soviétique, ce qui se conçoit aisément car, dans la logique de son pouvoir autoritaire, le Kremlin réunissait des commissions consultatives mais n’était pas tenu de faire connaître sa position à ces rouages subalternes. C’était une conséquence directe du mode de fonctionnement unilatéral du système stalinien. Le silence du Kremlin sur ses grandes orientations de politique étrangère au sein même de l’appareil d’État soviétique fut ainsi une caractéristique constante du régime despotique de Staline pendant et après la guerre. Le diplomate Vladimir S. Semenov, dans des mémoires posthumes parues en 1995, se souvient parfaitement de cette atmosphère de secret :

  • 27 W.S. Semjonow, Von Stalin bis Gorbatschow. Ein halbes Jahrhundert in diplomatischer Mission 1939-19 (...)

« Dans tous les commissariats du Peuple et dans toutes les institutions, chacun n’avait en tête que cette guerre longue et éprouvante et le travail de reconstruction des régions de l’URSS où les fascistes hitlériens avaient laissé une terre brûlée. De plus, et cela se comprenait facilement, régnait partout le secret le plus absolu. Il était interdit d’évoquer les grandes questions politiques avec qui que ce soit. Les fonctions d’obscur conseiller au Commissariat du Peuple des Affaires étrangères de l’URSS m’ouvraient certes de nombreuses portes mais mes interlocuteurs m’écoutaient et arboraient soudain des masques impénétrables quand je m’enquérais prudemment de leurs activités et de leurs réflexions sur l’après-guerre »27.

  • 28 Durant la guerre, le NKID fut réorganisé deux fois, en 1941 et 1944 ; son bon fonctionnement fut en (...)

17Cependant, Vâčeslav M. Molotov, numéro deux soviétique pendant toute la période de la guerre, était à la tête du Commissariat du Peuple des Affaires étrangères de 1939 à 194928, et nous allons le voir, les réflexions ou les notes des diplomates sur la politique européenne à conduire allaient recouper, de manière frappante, les positions que défendrait Staline face aux Alliés. En confrontant les documents diplomatiques officiels et les archives, on est amené à penser que l’influence fut, si l’on peut dire, réciproque : soit les diplomates abondaient dans le sens de ce qu’ils croyaient savoir des orientations staliniennes, soit Staline lui-même s’inspirait de leurs réflexions. Calculer le degré de cette influence est malheureusement impossible. La présentation des objectifs soviétiques dans l’alliance anti-hitlérienne, tels qu’ils furent envisagés au Commissariat du Peuple des Affaires étrangères, et leur confrontation avec les positions staliniennes vont parfaitement illustrer ce propos.

18Dès les premiers mois des hostilités, le cadre de la coalition fut bien délimité par les Soviétiques, conscients que la rivalité des intérêts politiques et idéologiques qui les opposait à leurs partenaires ne pouvait être simplement biffée par les circonstances : le 26 décembre 1941, le vice-Commissaire du Peuple des Affaires étrangères, S.A. Lozovskij, exhorta Staline à déjà se préparer à la future conférence de paix entre vainqueurs. Le réalisme commandait et justifiait son empressement :

  • 29 Istočnik. Vestnik Arhiva Prezidenta Rossijskoj Federacii, 4 (1995), p. 115 et APRF, Fonds 3, opis’ (...)

« Bien que la guerre s’étende et qu’on ne sache pas quand elle se terminera, son issue est déjà claire. L’Allemagne, le Japon, l’Italie et leurs alliés seront écrasés. De ce fait, il est temps de commencer la préparation de la conférence de paix dont la tâche sera bien plus complexe que celle de la conférence de paix de Paris réunie après l’effondrement de l’Allemagne dans la guerre 1914-1918. La complexité de la situation viendra de ce que quatre grandes puissances seront sur la touche, l’Allemagne, le Japon, l’Italie et la France. L’URSS, la Grande-Bretagne et les États-Unis devront se charger du règlement de paix. La puissance qui se révèlera la plus forte sur le plan économique et militaire à la fin de la guerre aura le dernier mot dans cette conférence »29.

19Parce que l’URSS ne partait pas en position de force, Lozovskij préconisait l’offensive dans la conduite des négociations perçues comme une sorte de guerre diplomatique et idéologique :

  • 30 Istočnik, ibid., p. 115.

« Dans cette conférence, nous aurons comme adversaires non seulement le bloc formé par la Grande-Bretagne et les États-Unis mais aussi d’autres États capitalistes – Pologne, Tchécoslovaquie...– qui tous ensemble s’efforceront de préserver leur système capitaliste et de l’introduire dans les États vaincus »30.

  • 31 Voir à ce titre infra, la première rencontre avec le Ministre britannique des Affaires étrangères, (...)
  • 32 « Ce qui inclut les questions de frontières, les problèmes industriels, financiers, militaires et c (...)
  • 33 Lettre de Majskij à Molotov, « Les fondements souhaitables du monde de demain », réflexions envoyée (...)

20Le déroulement des entretiens interalliés montra que Staline avait prêté une oreille attentive et même souvent anticipé les conseils du vice-Commissaire du Peuple31. Il allait faire preuve d’une grande détermination, voire d’une grande crânerie, pour défendre les intérêts soviétiques. Mais quels étaient-ils au fait ? Dans sa note du 21 décembre 1941, Lozovskij n’en faisait qu’une brève esquisse : assurer et consolider les frontières de 1941 de l’URSS, qu’elles soient terrestres ou maritimes (préserver donc l’accès aux mers Baltique et Noire ; reconnaître le maintien du partage de la Pologne effectué lors du pacte Molotov-Ribbentrop en août 1939 avec l’Allemagne et celui dans l’URSS de la Bessarabie, des États baltes et d’une partie de la Finlande) ; évaluer les dommages financiers et économiques causés par l’Allemagne nazie et ses satellites ; neutraliser l’Allemagne et ses alliés32. Quelques années plus tard, le 11 janvier 1944, une note envoyée par le vice-Commissaire du Peuple des Affaires étrangères, I. Majskij, à Molotov33, détaillait plus nettement ces objectifs :

  • 34 Ibid., p. 124.

« Il me semble que notre objectif concret dans la construction de la paix future et de l’ordre d’après-guerre doit être la création d’une situation telle qu’elle garantisse, pour une longue période, la sécurité de l’URSS et le maintien de la paix, pour le moins en Europe et en Asie »34.

  • 35 Ibid., p. 125.
  • 36 Ibid., p. 125.
  • 37 Yougoslavie, Bulgarie, la Grèce est une exception car « L’URSS a beaucoup moins d’intérêts en Grèce (...)
  • 38 Ibid., p. 132.
  • 39 Ibid., p. 127. Les perspectives de faire de la Pologne un allié de l’URSS ne doivent pas être négli (...)

21Établissant grossièrement ce laps de temps à 30-50 ans maximum, ce qui permettrait à l’URSS de devenir assez puissante pour ne plus craindre aucune agression, il précisait alors « les bases de la paix future conformes aux intérêts » (soviétiques) : « Pour atteindre cet objectif, il faut avant tout que l’URSS sorte de la guerre actuelle avec des frontières stratégiques avantageuses : celles de 1941 doivent être rétablies (...) »35. Cette consolidation était primordiale et commandait la politique européenne que Majskij préconisait : la frontière avec la Tchécoslovaquie devait être impérativement assurée (elle était considérée comme une alliée future solide), des pactes d’assistance mutuelle devaient être conclus avec la Finlande et la Roumanie, prévoyant l’établissement de bases militaires dans ces pays et l’accès aux réseaux ferroviaires et routiers pour l’URSS36. De tels pactes étaient aussi à conclure avec les pays balkaniques37. Pour ce qui était de la Turquie, Majskij préconisait de « contrecarrer son renforcement » après la guerre, qu’elle y eût participé ou non d’ailleurs, et d’« exclure impérativement son immixtion dans les affaires balkaniques » ; le Dodécanèse ne devait pas lui revenir : « Nous devons recourir à tous les moyens et toutes les méthodes possibles pour affaiblir la position de la Turquie dans son rôle de sentinelle des détroits »38. Une autre condition essentielle de la sécurité de l’URSS restait bien évidemment la neutralisation de l’Allemagne, tout comme la résistance à la formation d’États ou de fédérations en Europe qui risqueraient de disposer de puissantes forces terrestres : « Le plus avantageux pour nous, dans l’Europe de l’après-guerre, serait de n’y voir qu’une seule puissance terrestre, l’URSS et une seule puissance maritime, la Grande-Bretagne »39.

22Cette définition des intérêts de sécurité de l’URSS, matérialisée par la position de Staline dans les négociations internationales, apparut ainsi très tôt dans les réflexions des diplomates : elle recommandait la consolidation de l’Union Soviétique comme seule puissance terrestre continentale en Europe et impliquait donc la neutralisation de l’Allemagne, l’opposition à la formation de tout bloc d’États qui pourrait concurrencer l’hégémonie terrestre de l’URSS et l’assurance de ses débouchés dans les mers Baltique, Noire et Méditerranée. L’ambition effrontée de ces réflexions esquissées dès 1941, époque à laquelle l’URSS n’avait absolument pas les moyens d’une telle politique, est à ce titre remarquable. Si elle illustrait bien les conceptions toujours très idéologisées des Soviétiques, elle soulignait aussi la perception toute léniniste qu’ils avaient de la guerre : parce qu’elle était considérée comme un bouleversement majeur des structures et des cadres existants, comme l’apparition possible d’une nouvelle ère, c’était une occasion de tirer son épingle du jeu. L’offensive y occupait tout naturellement une position centrale : Staline, même s’il avait peu d’atouts en mains, la privilégia en effet toujours sur les théâtres d’opérations, face aux divisions allemandes comme dans les conférences interalliées, face aux Anglo-Saxons, lorsqu’il s’agissait des problèmes européens. Si elle s’avéra souvent une erreur meurtrière dans le premier cas, elle fut à l’origine de succès diplomatiques certains dans le second.

Un dualisme précoce dans sa perception des Occidentaux

23Paradoxes et ambiguïtés truffaient cependant une telle tactique : d’un côté, l’URSS devait se montrer déterminée pour garantir ses intérêts de sécurité mais de l’autre, elle devait manœuvrer habilement et ménager ses partenaires. En effet, Majskij ne cessait de le souligner, le facteur déterminant dans la satisfaction de ces objectifs serait la position adoptée par les Occidentaux du fait que

  • 40 Istočnik, ibid., p. 139-140.

« (...) après l’effondrement de l’Allemagne et du Japon, en présence d’une France et d’une Italie relativement faibles, ne resteront plus dans le monde que quatre grandes puissances, l’URSS, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la Chine, celle-ci n’étant qu’une grande puissance nominative pour encore une génération selon toutes les estimations. La direction des affaires mondiales sera donc assumée par l’URSS, les États-Unis et la Grande-Bretagne ; l’évolution des événements dépendra en grande partie du caractère de leurs rapports »40.

  • 41 Comme au Moyen-Orient par exemple, avait constaté Majskij au terme d’un voyage en Égypte et en Iran (...)
  • 42 Ibid., p. 132.
  • 43 Seuls les Izvestiâ et la revue Vojna i rabočij klass ont été systématiquement dépouillés sur cette (...)
  • 44 Izvestiâ du 7/12/43 à propos de la conférence de Téhéran.

24L’URSS devrait certes exploiter les possibilités qui lui seraient offertes après la guerre d’asseoir son influence dans certaines parties du monde41, mais il lui faudrait faire preuve d’une grande prudence afin d’éviter tout conflit avec les Occidentaux42. Ce souci très net pendant toute la période des hostilités a suscité une propagande sur mesure ; la presse de guerre43 fut mise ainsi au service d’un discours revisité : oublié brusquement l’antagonisme idéologique, les Occidentaux étaient désormais présentés de manière positive, sans connotation idéologique. Nombreux furent les articles de publicistes qui dépeignaient la nouvelle alliance sous des couleurs lumineuses et sereines : « Les rencontres précédentes des Alliés avaient toujours montré cette même communauté de vues dans la compréhension des buts et des tâches à accomplir »44.

25Les Soviétiques voulaient préserver cette alliance pour la période de la guerre mais aussi après la victoire : une si bonne entente, disaient-ils, n’a en effet pas de raison de se briser si vite. Chaque réunion interalliée était ainsi l’occasion de rappeler sa longévité prévisible : après la conférence des Ministres des Affaires étrangères à Moscou, du 19 au 30 octobre 1943, par exemple, les Izvestiâ annoncèrent la création de la Commission consultative européenne en soulignant le renforcement ainsi opéré de la coopération internationale :

  • 45 Izvestiâ du 2/11/43, p. 1.

« Cette commission, qui doit notamment élaborer les recommandations communes des trois gouvernements alliés vient s’ajouter aux canaux diplomatiques déjà existants et constitue une nouvelle forme de coopération permanente »45.

26Même tonalité lors du compte rendu de la conférence de Téhéran :

  • 46 Izvestiâ du 7/12/43.

« La rencontre historique de Téhéran est marquée par une ferme volonté et par la détermination des Alliés de mettre un terme le plus rapidement possible, par des coups destructifs communs, à la furie sanguinaire du fascisme et d’ouvrir ainsi à l’humanité, la voie vers une longue période de coopération pacifique »46.

  • 47 Sur l’entre-deux-guerres, voir N. Werth, Istoriâ sovetskogo gosudarstva, 1900-1990, 2e éd., Moscou, (...)
  • 48 Izvestiâ du 7/12/43.
  • 49 Ibid.
  • 50 Perepiska Predsedatelâ Soveta Ministrov SSSR s Presidentami SŠA i Prem ’er-Ministrami Velikobritani (...)
  • 51 Vojna i rabočij klass, n° 15, 1/08/44, p. 6-9.

27En fait, une étude plus approfondie de la presse de guerre appuyée par la consultation des archives met en évidence les besoins qu’avaient les Soviétiques d’une alliance stable et durable avec les Occidentaux. Sur le plan politique tout d’abord : l’URSS avait été écartée de la scène européenne après la Révolution de 1917 et la mise en place d’une coalition anti-hitlérienne allait lui permettre de réintégrer ce concert international, lui conférer une légitimité et un statut de puissance mondiale47. L’étude des Izvestiâ montre l’importance pour les Soviétiques de cette reconnaissance : les accords conclus avec les alliés étaient qualifiés « d’une importance colossale », « d’une signification historique pour le destin du monde entier »48. L’URSS s’octroyait d’ailleurs, pour une bonne part, son nouveau statut. Le compte rendu de la Conférence de Téhéran fut explicite à cet égard : « Pendant quatre jours, les hommes politiques les plus importants de notre époque se sont réunis, autour d’une table ronde, pour échanger leurs points de vues et leurs décisions »49. Staline avait d’ailleurs catégoriquement refusé la participation d’autres États à la conférence de Téhéran dans une lettre à Churchill datée du 12 novembre 194350. Cet auto-encensement alla crescendo avec les victoires sur les théâtres d’opération : 1943 fut l’année des victoires de Stalingrad et de Koursk. Son corollaire tout naturel fut la revendication de participer au règlement de paix en Europe et dans le monde. Un journaliste militaire, le Général de brigade M. Galaktionov, donna à cette revendication ses lettres de noblesse, dans un article intitulé « Les leçons historico-militaires »51 qui prétendait tirer les leçons de la Première Guerre mondiale. La non-participation de la Russie au règlement européen de 1919 y était considérée comme l’un des facteurs qui avaient contribué à l’éclatement de la Seconde Guerre mondiale. La collaboration de l’URSS à tout nouveau règlement européen était donc impérative : c’était encore une légitimation de son statut et de son rôle.

  • 52 Pendant la période de son accession au pouvoir, Staline a déjà eu l’occasion d’éprouver cette métho (...)
  • 53 Izvestiâ, 7/11/41, p. 1.
  • 54 Izvestiâ CK-KPSS, 6 (1990), p. 201.
  • 55 Grif sekretnosti snât…, p. 351-355, cité par A.A. Pečenkin, op. cit., p. 133.

28Les Soviétiques encourageaient l’établissement et le maintien de bonnes relations avec les Occidentaux également pour des raisons militaires. L’Allemagne était un adversaire redoutable, dépeint comme une bête fauve, sanguinaire et cannibale. La force et la brutalité permanentes des qualificatifs dans la presse était certes destinée à durcir la mobilisation et à galvaniser la résistance de la population soviétique, mais elle montrait aussi que l’URSS était réellement consciente d’avoir affaire à un adversaire dangereux dans son organisation et sa détermination. Il fallait donc une alliance soudée et inébranlable, qui devrait se poursuivre après la guerre pour éviter toute résurgence de la menace allemande : l’URSS montrait ainsi qu’elle avait besoin du concours occidental pour asseoir une paix solide et durable. Il fallait des attaques sur tous les fronts pour assener aux Nazis des coups définitifs. Cette idée d’une offensive tous azimuts fut prépondérante dans le discours soviétique et trouva sa concrétisation dans l’exigence de l’ouverture d’un second front en Europe occidentale. Celle-ci était primordiale à plusieurs titres : elle aidait tout d’abord à camoufler les erreurs stratégiques du commandement militaire soviétique. Lors du 24e anniversaire de la Révolution d’Octobre, Staline, dans une allocution publiée par les Izvestiâ le 7 novembre 1941, déclarait que la raison essentielle des défaites qu’enregistrait l’Armée rouge tenait justement à l’absence de ce second front52. Il était vrai cependant que l’URSS devait supporter l’essentiel des attaques allemandes : à l’été 1941, 70 % des forces allemandes étaient concentrées sur le front germano-soviétique ; durant le premier semestre 1944, à la veille du débarquement en Normandie, cette proportion s’élevait encore à 63 % ; même après l’ouverture du second front, elle était encore de l’ordre de 55 à 57 %. Cette exigence révélait aussi les difficultés économiques et militaires dans lesquelles se débattait l’URSS au début de la guerre. Dans la même allocution, Staline osa tout de même évoquer le manque de tanks et d’avions pour expliquer les défaites militaires soviétiques53. Sous la coupe du GKO, dont les deux tiers des décisions étaient consacrées aux problèmes d’économie militaire et à l’organisation de la production militaire, l’URSS s’était pourtant transformée en vaste laboratoire militaire au service du front dès 194254 mais les dysfonctionnements économiques étaient patents du fait de l’impréparation antérieure. L’évacuation des entreprises industrielles et militaires fut organisée au pied levé, occasionnant beaucoup de pertes : de juin à décembre 1941, l’Armée Rouge perdit 20 500 tanks mais n’en reçut que 5 600 ; dans le même temps, 17 900 avions furent détruits par les Allemands contre 9 900 construits. Fin décembre 1941, la production militaire connut une crise55. L’URSS avait donc indéniablement besoin de l’aide économique et militaire des Britanniques et des Américains pendant la guerre mais aussi pour sa reconstruction à venir ; Majskij, dans ses réflexions, ne le cachait pas :

  • 56 Istočnik, op. cit., p. 136.

« En premier lieu, il est absolument évident que ces deux puissances vont jouer un rôle fondamental dans les échanges commerciaux du monde de l’après-guerre. Deuxièmement, et c’est particulièrement important, la Grande-Bretagne et les États-Unis peuvent être une source d’aide exceptionnelle pour la reconstruction de l’économie de l’URSS, ce bien sûr, à certaines conditions »56.

29Dans une précédente note à Molotov le 5 janvier 1944, le même Majskij n’hésita d’ailleurs pas à parler de dette morale des Occidentaux vis-à-vis des Soviétiques qui ont subi des dommages sans précédent dans leur histoire :

  • 57 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 168, papka 18, 1. 8. Dans sa note du 11 janvier 1944, Majskij prévoi (...)

« Tout cela crée une situation dans laquelle l’aide au rétablissement économique de l’URSS par ses alliés puissants et qui ont moins souffert prend un caractère de dette, proportionnelle à celle qui les lie aujourd’hui dans la guerre »57.

30Il ne faudrait cependant pas garder de la perception que les Soviétiques avaient de la coalition la vision d’un bloc monolithique car ils y percevaient des failles qui laissaient augurer une évolution favorable à leurs intérêts : Majskij, par exemple, était nettement conscient que la nature des rapports entre la Grande-Bretagne et les États-Unis allait être modifiée du fait de la guerre, à l’avantage des derniers :

  • 58 Ibid., p. 141.

« Il y a tout lieu de croire que l’Angleterre sortira de la guerre considérablement appauvrie et affaiblie par rapport au passé. Toutes ces années, elle a consommé, par exemple, presque tous ses investissements étrangers et a été obligée de contracter des dettes auprès des États-Unis et de payer ses torpilleurs aux Américains avec ses bases militaires et ses territoires. (...) La situation économique globale de la Grande-Bretagne sera difficile après la guerre et elle aura de graves problèmes à affronter, notamment celui d’un chômage massif »58.

  • 59 Ibid., p. 142.

31Les États-Unis, à l’inverse, forts de leur situation économique consolidée, pourraient mener une « offensive impérialiste »59. Majskij augurait une « guerre économique et politique » des Britanniques avec les Américains :

  • 60 Ibid., p. 143.

« Son système socio-économique et ses traditions culturelles et historiques pousseront l’Angleterre vers l’Amérique mais, celle-ci sera son adversaire puissant et son concurrent direct sur le marché international, dans les colonies, l’aviation civile, la flotte commerciale... »60.

  • 61 Istočnik, ibid., p. 143. Dans une note du 15 novembre 1944, Litvinov assoit la nécessaire collabora (...)
  • 62 Istočnik, ibid., p. 143.

32Même si tout opposait la Grande-Bretagne à l’URSS, sur les plans politique et socioculturel, elle serait contrainte de s’en rapprocher car « (...) sa lutte principale dans l’après-guerre, serait dirigée contre les États-Unis »61. L’URSS avait donc intérêt au maintien de la puissance britannique et à la préservation notamment d’une forte marine de guerre « (...) car, ainsi, l’Angleterre pourrait nous servir de contre-balancier à l’expansion impérialiste des États-Unis »62. Majskij craignait de la part de ces derniers, non une attaque militaire directe, car les territoires étaient géographiquement trop éloignés, mais une politique tendant notamment à faire renaître une Allemagne ou un Japon forts, à inciter, en Europe, à la création d’un bloc hostile à l’URSS ou pire encore, à s’allier avec la Chine contre l’URSS. Dans sa conclusion, Majskij résumait ainsi les lignes

  • 63 Ibid., p. 143.

« (...) d’une politique extérieure possible et souhaitable pour l’après-guerre : renforcement des relations amicales avec les États-Unis et la Grande-Bretagne ; exploitation, dans l’intérêt soviétique, des divergences anglo-américaines dans l’optique de nouer des contacts plus étroits avec l’Angleterre ; renforcement de l’influence soviétique en Chine ; transformation de l’URSS en pôle d’attraction pour tous les États, petits et moyens, véritablement démocratiques, pour tous les éléments véritablement démocratiques de tous les pays, surtout en Europe ; soutien à la neutralisation, sur la scène internationale, de l’Allemagne et du Japon, jusqu’au moment où ces pays feront montre d’une volonté réelle d’emprunter les rails de la démocratie véritable et du socialisme »63.

  • 64 P. Soudoplatov, New Times, 15 (1992), p. 42, et Krouchtchev, « Memuary Nikity Sergueïeviča Hruseva  (...)

33Ces réflexions de Majskij étaient une synthèse essentielle des préoccupations soviétiques. Elles révélaient une URSS opportuniste : en dépit d’un fourvoiement stratégique jusqu’en 1941, elle prétendait, dans les circonstances nées de la guerre, jouer un rôle non plus seulement européen mais aussi mondial. Elles révélaient également une URSS pragmatique : l’Occident était un adversaire idéologique mais, pendant le conflit, il donnait à l’Union soviétique une reconnaissance politique, lui apportait un appui militaire et un soutien économique nécessaires. L’intérêt direct de ces réflexions, que justifient les larges citations, réside dans la mise à plat de ces préoccupations, dans les hypothèses et les calculs avancés, ce qu’évidemment, Staline saurait camoufler dans les négociations. Ce dernier rechercherait-il de surcroît à creuser la possibilité d’aboutir à une paix séparée avec les Allemands ? La question aujourd’hui n’est malheureusement pas encore tranchée64. En confrontant ces archives et les positions officielles soviétiques, on va pouvoir constater à quel point Staline, dans les négociations qui s’engagèrent avec les Occidentaux pour lutter contre l’Allemagne nazie et ses satellites, a admirablement joué la carte soviétique, privilégiant l’offensive pour masquer ses faiblesses, ses ambiguïtés et ses contradictions, jouant aussi sur les divergences et les besoins occidentaux. L’examen des réactions alliées, durant ces négociations, l’atteste.

Les réactions des Alliés

Côté britannique

  • 65 Y seront présents également Molotov, l’ambassadeur soviétique à Londres, Maijskij, et son homologue (...)
  • 66 Arhiv Prezidenta Rossijskoj Federacii, APRF, Fonds 45, opis’ 1, delo 279, 11. 10-21, cité par O.A R (...)

34Staline afficha les prétentions soviétiques dès le premier entretien sur la conduite des hostilités et l’organisation de la paix et de la sécurité en Europe après la guerre, le 16 décembre 1941 avec le Ministre des Affaires étrangères britannique, Eden65. Il soutint d’emblée l’idée d’insérer un protocole secret dans le futur accord pour fixer le schéma général de la réorganisation des frontières européennes et avança ainsi les propositions suivantes : la Pologne occidentale devait inclure la Prusse orientale et le corridor de Dantzig, ce qui impliquait le déplacement des populations allemandes de ces territoires vers l’Allemagne ; la frontière orientale de la Pologne, commune avec celle de l’URSS, devait être le fleuve Niemen ; le sud de la Pologne suivrait le tracé, modifiable sur certains points, de la ligne Curzon. Il faudrait de même que la Tchécoslovaquie soit rétablie dans ses anciennes frontières, incluant la région des Sudètes. Elle pouvait être agrandie au sud au détriment de la Hongrie. La Yougoslavie devait également retrouver ses frontières et englober des territoires italiens comme Trieste, Fiume, des îles dans l’Adriatique. La Grèce devait être rétablie dans ses anciennes frontières. L’avenir de la France comme grande puissance semblait plus incertain du fait du régime pétainiste : si elle devait connaître une longue période de dépression dans l’après-guerre, il serait souhaitable, selon Staline, que la Grande-Bretagne y possédât quelques bases militaires et maritimes. De même, les Pays-Bas et la Belgique devaient impérativement conclure des accords militaires avec cette dernière. L’URSS ne s’opposait pas à ce qu’elle eût des bases militaires en Norvège ou au Danemark, à condition d’accorder des garanties de libre circulation dans la mer Baltique à quelques puissances... Staline, d’autre part, jugeait indispensable le rétablissement de l’URSS dans ses frontières de 1941, avant l’agression nazie, ce qui signifiait le maintien en son sein de l’Ukraine et de la Biélorussie occidentales, des États baltes, de la partie annexée de la Finlande, de la Bessarabie et de la Bukovine du Nord. Au nom de la sécurité nationale soviétique, Staline demandait aussi des bases militaires en Roumanie et en Finlande. Il termina enfin son exposé sur la nécessité d’imposer à l’Allemagne le paiement de réparations et de créer en Europe un conseil militaire des pays démocratiques qui disposerait d’une force armée66.

  • 67 O.A. Ržeševskij, ibid., p. 142-143. Eden, dans ses Mémoires, attribue cette riposte à Molotov, dans (...)
  • 68 AVPRF, Fonds 45, delo 231, l. 12, cité par O.A Ržeševskij, op. cit., p. 150.

35Le Britannique réagit avec une certaine réserve en faisant remarquer que la Grande-Bretagne restait attachée au respect de la Charte de l’Atlantique (signée en août 1941 entre les États-Unis et la Grande-Bretagne, elle rejetait toute idée d’agrandissement territorial et toute modification territoriale sans l’assentiment librement exprimé des peuples concernés) et que toute reconstruction de l’Europe nécessitait des discussions préalables avec les États-Unis. Cependant, si l’URSS se contentait de demander la reconnaissance des frontières de 1939 et non celles de 1941, elle bénéficierait du soutien britannique. La Grande-Bretagne montrait ainsi qu’elle ne souhaitait pas bouleverser l’équilibre des forces en Europe. Staline poursuivit son offensive en rétorquant que sans un accord préalable sur la question des frontières entre l’URSS et la Grande-Bretagne, les relations entre ces deux pays ne sauraient être fondées sur une base solide67. Les Soviétiques jouaient la carte de l’effronterie en connaissance de cause : les Britanniques, en effet, ne voulaient et ne pouvaient pas s’aliéner le partenaire soviétique, indispensable à l’alliance tant que le Japon et l’Allemagne n’étaient pas vaincus et tant que les Occidentaux n’étaient pas physiquement présents en Europe. De surcroît, pensaient-ils, une approbation maintenant n’engageait pas la suite des événements. La note du Foreign Office au Département d’État américain le 14 février 1942, qui concédait qu’une approbation des .prétentions soviétiques était inévitable dans les circonstances actuelles, s’inscrivait tout à fait dans cette logique. Le 20 mai 1942, Molotov put donc constater à son arrivée à Londres pour négocier le traité d’alliance avec les Britanniques, que ceux-ci étaient prêts à reconnaître, mais seulement implicitement, la présence soviétique dans les Pays baltes. Le projet d’accord présenté par Eden ne faisait en effet nulle mention de la question des frontières soviétiques de 1941, au désappointement de Molotov et de Majskij qui expédièrent le 24 mai à Staline un télégramme laconique : le projet britannique n’était pas acceptable en l’état car « il ne constituait qu’une déclaration vide, dont l’URSS n’avait nul besoin »68. Les directives que Molotov reçut le même jour de Moscou furent une première manifestation de la dualité de la position soviétique à l’égard des Occidentaux, toute de ménagement, de compromis apparent et de détermination :

  • 69 Ibid., 1. 97, cité par O.A. Ržeševskij, ibid., p. 150.

« Nous avons reçu le projet que t’a remis Eden. Nous ne le considérons pas comme une déclaration vide mais reconnaissons au contraire que c’est un document important. Il n’y est certes pas question de la sécurité des frontières ce qui n’est finalement pas si mal car cela nous laisse les mains libres. La question des frontières ou plutôt des garanties de sécurité de nos frontières sur telle ou telle portion du territoire de notre pays sera résolue par la force... Il serait donc souhaitable de signer au plus vite ce traité et de s’envoler pour l’Amérique. Instance »69.

Côté américain

  • 70 Voir A. Kaspi, Franklin D. Roosevelt, Paris, Fayard, 1988, p. 389.
  • 71 A. Kaspi, ibid., p. 389.
  • 72 Voir H. Michel, La Seconde Guerre mondiale, Paris, PUF, 1969, t. Il, p. 21-36.

36Les réactions américaines aux prétentions soviétiques furent quelque peu différentes. Les divergences au sommet, marquées par la forte emprise du Président Franklin D. Roosevelt sur le Département d’État70, furent d’abord le reflet d’une perception du conflit demeurée longtemps floue, mêlée d’incertitude, d’incompréhension et de méconnaissance. Les États-Unis étaient entrés dans la guerre, après 27 mois de neutralité, de septembre 1939 à décembre 1941, marqués par une absence de clarté dont le Président Roosevelt était largement responsable71 : dans le cadre de la campagne électorale (il briguait un troisième mandat en 1940), dans un pays de tradition isolationniste, Roosevelt avait suivi l’évolution de l’opinion publique pour mener sa politique étrangère et faire accepter l’engagement américain dans la guerre. Après les secousses dans l’opinion suscitées par la défaite de la France en juin 1940, l’attaque de Pearl Harbor le 7 décembre 1941 entraîna l’entrée dans le conflit et dans l’alliance anti-hitlérienne d’un pays au potentiel économique et industriel considérable72. Une fois son pays dans la guerre, Roosevelt se montra déterminé dans la défense de l’alliance. En 1942-1943, cependant, les Britanniques la dominaient. Ceux-ci, forts de leur expérience acquise depuis 1939, et rehaussés du prestige de la lutte solitaire contre les Nazis, y jouissaient d’une puissante influence puis, les États-Unis, une fois lancés par leur spectaculaire effort de guerre, s’imposèrent. Le dialogue anglo-américain allait de plus en plus laisser la place à la discussion entre Soviétiques et Américains.

  • 73 J.B. Duroselle, De Wilson à Roosevelt. La politique extérieure des États-Unis 1913-1945, Paris, A. (...)
  • 74 A. Kaspi, op. cit., p. 556.
  • 75 P. Renouvin, Histoire des Relations Internationales, t. III : De 1871 à 1945, Paris, Hachette, rééd (...)

37Cette évolution des rapports interalliés ne devait pas rester sans conséquences pour l’avenir de l’Europe et de l’Allemagne. Roosevelt avait en effet ses principes pour la défense de la grande Alliance : si les intérêts américains devaient être sauvegardés, il estimait que l’esprit de compromis et de dialogue, face aux Soviétiques, devait l’emporter sur l’intransigeance. Le Président Roosevelt se montra un partisan réellement convaincu de la solidité de l’amitié soviéto-américaine. Depuis leur entrée dans la guerre, les Américains considéraient l’URSS comme un allié à part entière et Roosevelt se dépensa sans compter pour l’aider : la loi prêt-bail, qu’il avait signée le 11 mars 1941 afin d’équiper l’Angleterre en matériel militaire fut étendue à l’URSS qui reçut à ce titre des crédits considérables, de l’ordre d’un milliard de dollars73. Le Président américain, comme la majorité de ses concitoyens, ne croyait pas à la volonté expansionniste soviétique en Europe. Un sondage en 1942 révélait que 72 % des personnes interrogées préféraient voir la Russie dominer l’Europe plutôt que l’Allemagne nazie ; c’était surtout la catégorie des hommes d’affaires qui tranchait par son optimisme : en 1943, 48 % estimaient que l’URSS ne chercherait pas à imposer un régime communiste en Europe74. Roosevelt avait une vision wilsonienne de l’après-guerre à laquelle il voulait, coûte que coûte, rattacher l’URSS. La signature, le 1er janvier 1942, de la Déclaration des Nations Unies entre une vingtaine de nations fut un premier pas dans cette voie. Le wilsonisme était au cœur de la diplomatie américaine : droit à l’autodétermination, combat pour une économie mondiale moins sujette aux crises graves et déstabilisantes, propices à l’émergence de dictatures, fondation d’une organisation internationale qui, par la sécurité collective, garantirait le maintien de la paix, des libertés publiques et individuelles, autant de principes que Roosevelt reprenait à son compte. Toutefois, son adhésion était empreinte de réalisme : conscient des erreurs de l’ancien Président, il ne se pressait pas pour afficher un programme de paix net et tranché même si l’opinion publique américaine prenait de plus en plus fait et cause pour l’engagement dans une organisation internationale. Et pourtant, l’idée d’une organisation des nations chargée de maintenir la paix, une fois les deux principaux responsables de la guerre vaincus, fit son chemin, s’affranchissant peu à peu de l’influence wilsonienne : le projet, au départ très flou, prit une forme définitive à la conférence de Dumbarton Oaks les 21-28 septembre 1944 qui réunit Soviétiques, Américains et Britanniques auxquels vinrent se joindre les Chinois du 29 septembre au 7 octobre75. L’avenir des Nations Unies apparaissait donc à Roosevelt comme directement dépendant de l’ancrage des Soviétiques à cette organisation. Persuadé de son jugement sur l’URSS et mû par le désir de s’assurer de la coopération soviétique, Roosevelt ne s’opposa pas aux prétentions du Kremlin en Europe orientale. Plusieurs exemples illustrent cette politique américaine de conciliation. Celui des États baltes est significatif : leur annexion en 1939 par l’URSS contredisait les principes de la Charte de l’Atlantique et donc de la Déclaration des Nations Unies signée par l’URSS. Roosevelt ne pouvait promettre à Staline qu’il conserverait cet acquis territorial. Seule la conférence de paix pourrait trancher ; or, Roosevelt avait une marge de manœuvre étroite face à un Staline qui prétendait que ces peuples s’étaient librement exprimés : à Téhéran, il entérina implicitement cette annexion. Parallèlement, les prétentions soviétiques sur la région de Memel et sur celle de Königsberg n’y rencontrèrent aucune opposition. De même, Roosevelt y garda un silence prudent sur la question polonaise, prétextant la présence aux États-Unis d’une minorité polonaise dont il devait tenir compte pour une éventuelle nouvelle candidature aux élections présidentielles ; les Américains y laissèrent donc Britanniques et Soviétiques s’accorder sur le dédommagement à donner à la Pologne amputée de territoires à l’Est en faveur de l’URSS : elle devait obtenir que sa frontière occidentale s’arrêtât à l’Oder-Neisse, grignotant ainsi sur l’Allemagne orientale.

  • 76 N. Werth, Istoriâ sovetskogo gosudarstva 1900-1991, op. cit., p. 322-324.
  • 77 F.B. Misse, « Le rôle des États-Unis dans les conférences de Malte et de Yalta », Revue d’histoire (...)

38Cet accord verbal fut toutefois remis en cause après la constitution, en juillet 1944, du gouvernement provisoire de Lublin, soutenu par les Soviétiques. Les Occidentaux cherchèrent alors à limiter le plus possible l’avancée de la Pologne à l’ouest. Le désaccord éclata à la conférence de Yalta, en février 1945 : Staline voulait fixer la frontière germano-polonaise sur la ligne Oder-Neisse occidentale, Churchill et Roosevelt sur la ligne Oder-Neisse orientale. La différence portait sur 26 000 km2 et 3,5 millions d’habitants. Si le communiqué final de la conférence retenait le principe de cessions territoriales « substantielles », les parties reportaient cependant la question du tracé définitif de la frontière occidentale polonaise à la future conférence de paix76. La volonté de conciliation américaine fut aussi nette lors de la conférence de Yalta, notamment toujours sur la question polonaise. Certes, Roosevelt n’appréciait pas le partage de la Pologne entre Allemands et Soviétiques en 1939 mais il n’éprouvait pas de sympathie particulière pour le gouvernement polonais en exil à Londres et la progression des armées soviétiques le poussait à un réalisme passif. Il voulait tout de même défendre le principe des élections libres en Pologne et souhaitait un gouvernement sur la base d’éléments du gouvernement en exil à Londres et d’éléments du comité de Lublin, soutenus directement par les Soviétiques77.

  • 78 Voir G. Kennan, Memoirs, vol. I, 1925-1950, op. cit., p. 134.
  • 79 G. Kennan, ibid., p. 219.
  • 80 Foreign Relations of United States, Diplomatic Papers, Department of States, 1942, vol. III, Washin (...)
  • 81 E. Krautkrämer, Internationale Politik im 20. Jahrhundert. Dokumente und Materialen, vol. II, Franc (...)

39Mais il ne faudrait pas croire que la position du Président, même si elle était largement représentative, faisait l’unanimité dans les cercles dirigeants américains. Des mises en garde s’élevaient ; ainsi Georges Kennan, bras droit d’Averell Harriman à l’ambassade des États-Unis à Moscou, essayait, par exemple, de tempérer un tel enthousiasme en soulignant les risques qu’il comportait à long terme pour les intérêts américains, mais ses rapports répétés restèrent sans effet sur le Département d’État78. Il ne croyait pas plus à la volonté de Staline de coopérer après la guerre ; cette croyance était chimérique : « Staline après tout n’accordait aucune importance à l’idée d’un monde pacifique. L’intéressait uniquement un monde où il pourrait asseoir son propre pouvoir personnel »79. Autres voix discordantes, celle de C. Hull ou de S. Welles, le sous-secrétaire d’État jusqu’en 1943. Lorsque Lord Halifax, ambassadeur britannique aux États-Unis informa ce dernier des exigences soviétiques, il s’emporta. Un soutien aux buts de guerre du Kremlin signifierait « un mépris souverain des principes défendus par notre gouvernement ». Si l’on devait certes prendre en compte les intérêts de sécurité soviétiques, on ne pouvait tolérer que « des millions de personnes fussent assujettis à la domination soviétique » alors qu’ils auraient souhaité conserver leur indépendance et qu’ils s’opposaient énergiquement à une quelconque suprématie soviétique80. Hull s’était aussi opposé à toute référence directe à la mention d’arrangements territoriaux dans le traité d’alliance entre la Grande-Bretagne et l’URSS, le 20 mai 1942, obligeant cette dernière à accepter un texte final qui ne renfermait aucun accord sur les frontières et qui stipulait même, dans l’article 5, que l’URSS ne chercherait « ni à s’agrandir ni à s’immiscer dans les affaires intérieures d’autres pays »81. Mais ces oppositions, ponctuelles, n’influèrent pas de ce fait sur la politique extérieure américaine que Roosevelt dirigeait largement.

40Dans ce contexte où les États-Unis toléraient implicitement l’avancée de l’influence soviétique en Europe orientale malgré les mises en garde britanniques, allait se poser le problème du devenir allemand, avant même que les armes ne fussent déposées. Si l’URSS chercha, là aussi, à défendre ses intérêts, elle ne recourut pas systématiquement à la tactique de l’offensive, déployée dans les conférences interalliées pour les problèmes européens et qui s’était révélée pourtant payante. L’Allemagne était l’adversaire de la coalition anti-hitlérienne : l’URSS devait donc tenir grand compte de la position de ses alliés sans l’aide militaire, économique desquels elle ne pouvait en venir à bout. Mais ce n’était pas la seule raison : l’URSS allait penser à un traité de paix draconien et elle aurait besoin de ses partenaires pour espérer l’imposer. La dualité de sa position par rapport aux Alliés, si elle fut bien gérée pour les problèmes de l’Europe orientale, allait éclater dans la politique allemande.

Notes

1 Le dernier ouvrage publié sur cette question est celui de G. Gorodetsky, Le grand jeu de dupes. Staline et l’invasion allemande, Paris, Les Belles Lettres, 1999, trad. 2000. Voir aussi G.R. Ucberschär et L.A. Bezymenskij éd., Der deutsche Angriff auf die Sowjetunion 1941. Die Kontroverse um die Präventivkriegsthese, Darmstadt, Primus Verlag, 1998 ; le recueil d’articles d’U.N. Afanas’ev dir., Vojna 1939-1945 : dva podhoda, Moscou, Rossijskij Gosudarstvennij Gumanitarnij Universitet, 1995, vol. I ; W. Mihalki dir., Vtoraâ mirovaâ vojna. Diskussii. Osnovnye tendencii. Resultaty issledovanij. Moscou, Progress-AkademiâVes’ mir izd., 1996, (traduit de l’allemand, Der Zweite Weltkrieg, Münich, R. Piper, 1989) et M.I. Mel’tûhov, « Predystoriâ Velikoj Otečestvennoj vojny... », dans G.A. Bordûgov dir., Istoričeskie issledovaniâ v Rossii. Tendencii poslednih let, Moscou. AIRO-XX, 1996, p. 278- 307.

2 « Čevo stoât polkovodčeskie kačestva Stalina », discours inédit du Maréchal G.K. Jukov, projet d’allocution au Plenum du CC-PCUS adressé à N.S. Krouchtchev, 19 mai 1956, n° 72-s, APFR, Fonds 2, opis’ 1, delo 188, 11. 4-30, Istočnik. Vestnik arhiva Prezidenta Rossijskoj Federacii, 2 (1995), p. 144-155.

3 M. Zaharov, « Načal’nyj period Velikoj Otečestvennoj Vojny i ego uroki », Voenno-istoričeskij žurnal, 7 (1961), p. 9.

4 2 817 000 morts, blessés ou disparus dans les trois premiers mois de la guerre. A.A. Pečenkin, « Gosudarstvennij Komitet Oborony v 1941g », Otečestvennaâ istoriâ, 4/5 (1994), p. 135.

5 Voir à ce titre l’étude établie sur la base des protocoles du Bureau politique par O. Khlevniouk, Le cercle du Kremlin. Staline et le bureau politique dans les années 30. Les jeux du pouvoir, Paris, Seuil, 1996, p. 254-255.

6 Pour une étude plus approfondie du système soviétique, voir M. Heller et A. Nekrich, L’utopie au pouvoir. Histoire de l’URSS de 1917 à nos jours, Paris, Calmann-Levy, 1982. Sur le mythe du système stalinien comme bloc monolithique et discipliné, voir la mise au point établie par M.M. Gorinov, « Sovetskaâ istoriâ 1920-1930 h godov : ot mifov k real’nosti », dans G.A. Bordûgov, op. cit., p. 239-277.

7 T. Konovalova, La démission de Litvinov : cause ou conséquence du changement de la politique extérieure de l’URSS ?, Diplôme d’Études et de Recherches du CUF, MGU, Moscou, 1997, p. 60-85.

8 Témoignage de Jukov, op. cit., p. 145 et 147.

9 Communiqué de l’agence TASS, Pravda, 14 juin 1941.

10 G. Hilger et A.G. Meyer, The Incompatible Allies. A Memoir-History of German-Soviet Relations 1918-1941, New-York, The Mac Millan Company, 1953, p. 331-332.

11 G. Gorodetsky, op. cit. Pour cet auteur, la politique étrangère soviétique relève essentiellement d’une Realpolitik pondérée. De ce fait, il ne conçoit la neutralité recherchée par Staline que comme servant « des intérêts prosaïques : veiller à ce que la Russie ne fût pas impliquée dans la guerre tout en ménageant les conditions favorables pour les négociations d’après-guerre », ibid., p. 30-31. Si Staline ne concevait effectivement pas la neutralité comme le prélude à la révolution mondiale, cela n’excluait cependant pas qu’il comptât l’exploiter si possible en vue d’étendre le système socialiste à de nouveaux territoires et populations..., voir infra.

12 En présence de Molotov, Jdanov et Manuilskij.

13 Notes de Dimitrov citées par F.I. Firsov, « Arhivy Kominterna i vešnaâ politika SSSR v 1939-1941 », Novaâ i novejšaâ istoriâ, 6 (1992), p. 12-35.

14 Les raisons invoquées sont les suivantes : dans les années 20 et 30, de prétendus protocoles du Bureau politique ont circulé en Occident mais aucun n’a pu être authentifié. Les délibérations de ces réunions n’étaient de surcroît pas consignées par écrit. Enfin, aucune réunion du Bureau politique n’était prévue à la date du 19 août 1939, selon le journal des visites au cabinet de Staline au Kremlin, voir E. Jäckel, « Über eine angebliche Rede Stalins vom 19. August 1939, Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, 6 (1958), p. 380-389 ; B. Bonwetsch, « Stalins Äusserungen zur Politik gegenüber Deutschland 1939-1941. Quellenkritische Bemerkungen », dans G.R. Ueberschär et L.A. Bezymenskij éd., Der deutsche Angriff auf die Sowjetunion 1941. Die Kontroverse um die Präventivkriegsthese, Darmstadt, Primus Verlag, 1998, p. 145-154. Ce protocole du discours de Staline devant le Bureau politique a alimenté la thèse infondée selon laquelle le dictateur aurait, en signant le pacte de non-agression mutuelle avec l’Allemagne, volontairement déclenché la guerre, voir notamment l’ouvrage de V. Souvorov, ex-officier de l’Armée rouge exilé en Grande-Bretagne en 1983, Der Eisbrecher. Hitler in Stalins Kalkül, Stuttgart, 1989 (trad. russe 1993).

15 Voir le texte de ce discours dans la variante publiée par T. Buŝueva dans Novij mir, 12 (1994).

16 Le modèle de la guerre de tranchées franco-allemande de 1914-1918 n’était pas si loin...

17 Staline à Mereckov, le vice-Commissaire du Peuple à la Défense, dans Mereckov, Na službe narodu, Moscou, 1971, p. 202, cité par A.A. Pečenkin, op. cit., p. 127.

18 A.A. Pečenkin, ibid., p. 127.

19 A.A. Pečenkin, ibid., p. 12.

20 Directive du 29/6/41 après accord de Staline et de Malenkov, Izvestiâ KPSS, 6 (1991), p. 217-220.

21 Voir Istočnik, Vestnik arhiva Prezidenta Rossijskoj Federacii, 2 (1995), p. 117-118.

22 A. Knight, Béria, Paris, Aubier, p. 172-173.

23 A. Knight, ibid., p. 173 ; O. Khlevniouk, Le cercle du Kremlin. Staline et le Bureau politique dans les années 30. Les jeux du pouvoir, op. cit., p. 254-255.

24 A.A. Pečenkin, op. cit., p. 131.

25 A.A. Pečenkin, ibid., p. 130. La Stavka est le grand Quartier général-Stavka Verhovnogo Glavnokomanduûšego. Elle fut organisée après la création du GKO.

26 N.G. Pavlenko, Razmyšleniâ o sud’be polkovodca, Moscou, 1989, p. 48-49.

27 W.S. Semjonow, Von Stalin bis Gorbatschow. Ein halbes Jahrhundert in diplomatischer Mission 1939-1991, Berlin, Nicolai, 1995, p. 157.

28 Durant la guerre, le NKID fut réorganisé deux fois, en 1941 et 1944 ; son bon fonctionnement fut entravé par la mobilisation de nombre de ses membres en 1941 et par l’évacuation à Kujbyšev du Conseil des Commissaires du Peuple, des différents commissariats dont le NKID. En décembre 1941, une partie du gouvernement soviétique dont quelques diplomates revint à Moscou. L’appareil du NKID ne devait réintégrer la capitale qu’en août 1943. Les questions concernant l’Allemagne furent traitées successivement par le Département d’Europe centrale, dirigé par V.N. Pavlov puis à partir d’août 1941, par le Troisième Département européen, composé de 8 à 14 membres et dirigé par V.S. Semenov (jusqu’en février 1942), G.M. Puškin (jusqu’en août 1942), V.M. Berežkov (jusqu’en août 1943). En septembre 1943, cette direction se stabilisait avec la nomination de A.A. Smirnov, voir G.P. Kynin et J. Laufer dir., SSSR i germanskij vopros 1941-1949 : dokumenty iz Arhiva vnešnej politiki Rossijskoj Federacii. Die UdSSR und die Deutsche Frage 1941-1949 : Dokumente ans dem Archiv für Aussenpolitik der Russischen Federation, t. I : 22 iûl’ 1941-8 maâ 1945, Moscou, Meždunarodnye otnošeniâ, 1996, p. 23-27.

29 Istočnik. Vestnik Arhiva Prezidenta Rossijskoj Federacii, 4 (1995), p. 115 et APRF, Fonds 3, opis’ 63, delo 237, 11. 1-3.

30 Istočnik, ibid., p. 115.

31 Voir à ce titre infra, la première rencontre avec le Ministre britannique des Affaires étrangères, Eden, le 16 décembre 1941. La teneur de la note de S.A. Lozovskij révèle qu’il n’était pas au courant de la position défendue par Staline lors de cette conversation au sommet.

32 « Ce qui inclut les questions de frontières, les problèmes industriels, financiers, militaires et comprend aussi la question de la construction étatique future des États vaincus, l’Allemagne en tête », Istočnik, op. cit., p. 115.

33 Lettre de Majskij à Molotov, « Les fondements souhaitables du monde de demain », réflexions envoyées, dira-t-il, « sur sa propre initiative et dans l’espoir qu’elles serviront de base matérielle à la position soviétique », le 11/01/44, AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 145, papka 14, 11. 2-41 et Istočnik. Vestnik Arhiva Prezidenta Rossijskoj Federacii, 4 (1995), p. 124. Adressé également à Staline, Vorochilov, Béria, Mikoyan, Litvinov et Dekanozov.

34 Ibid., p. 124.

35 Ibid., p. 125.

36 Ibid., p. 125.

37 Yougoslavie, Bulgarie, la Grèce est une exception car « L’URSS a beaucoup moins d’intérêts en Grèce que dans les autres pays balkaniques contrairement à la Grande-Bretagne », ihid., p. 130.

38 Ibid., p. 132.

39 Ibid., p. 127. Les perspectives de faire de la Pologne un allié de l’URSS ne doivent pas être négligées, il faut donc appuyer son agrandissement territorial à l’Ouest tout en restant ferme quant à ses frontières orientales avec l’URSS : Lvov et Vilnius restent en URSS ; la France doit être encouragée dans son rétablissement de puissance européenne mais de second rang seulement car elle ne doit affaiblir la position de l’URSS en Europe ; Majskij en escompte une alliance dans l’avenir au service de la politique européenne de l’URSS.

40 Istočnik, ibid., p. 139-140.

41 Comme au Moyen-Orient par exemple, avait constaté Majskij au terme d’un voyage en Égypte et en Iran en 1943, Istočnik, ibid., p. 132.

42 Ibid., p. 132.

43 Seuls les Izvestiâ et la revue Vojna i rabočij klass ont été systématiquement dépouillés sur cette période car tous les autres journaux et périodiques sont de la même veine.

44 Izvestiâ du 7/12/43 à propos de la conférence de Téhéran.

45 Izvestiâ du 2/11/43, p. 1.

46 Izvestiâ du 7/12/43.

47 Sur l’entre-deux-guerres, voir N. Werth, Istoriâ sovetskogo gosudarstva, 1900-1990, 2e éd., Moscou, Progress-Akademiâ, Ves’ mir, 1996, p. 265-294.

48 Izvestiâ du 7/12/43.

49 Ibid.

50 Perepiska Predsedatelâ Soveta Ministrov SSSR s Presidentami SŠA i Prem ’er-Ministrami Velikobritanii vo vremâ Velikoj Otečestvennoj vojny 1941-1945gg, Ministerstvo Inostrannyh Del SSSR, Moscou, Gospolitizdat, t. I, 2e éd., 1989, p. 206.

51 Vojna i rabočij klass, n° 15, 1/08/44, p. 6-9.

52 Pendant la période de son accession au pouvoir, Staline a déjà eu l’occasion d’éprouver cette méthode qui consiste à chercher des boucs émissaires pour masquer ses erreurs ; voir notamment M. Lewin, La formation du système soviétique. Essais sur l’histoire sociale de la Russie dans l’entre-deux-guerres, tr. de l’anglais, Paris, Gallimard, 1985. Cette absence d’un second front trouvera, dans la propagande de guerre, un corollaire facile : celui d’une absence de combativité des Occidentaux, laissant les basses œuvres à l’URSS. La diabolisation de l’envahisseur allemand renverra, selon la même logique, à une volonté de camoufler l’impréparation soviétique de 1941.

53 Izvestiâ, 7/11/41, p. 1.

54 Izvestiâ CK-KPSS, 6 (1990), p. 201.

55 Grif sekretnosti snât…, p. 351-355, cité par A.A. Pečenkin, op. cit., p. 133.

56 Istočnik, op. cit., p. 136.

57 AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 168, papka 18, 1. 8. Dans sa note du 11 janvier 1944, Majskij prévoit, au nom de cette dette alliée, la livraison de marchandises pendant 5 à 10 ans après la guerre, Istočnik, ibid., p. 137.

58 Ibid., p. 141.

59 Ibid., p. 142.

60 Ibid., p. 143.

61 Istočnik, ibid., p. 143. Dans une note du 15 novembre 1944, Litvinov assoit la nécessaire collaboration entre Britanniques et Soviétiques sur « (...) la base d’une délimitation à l’amiable des sphères de sécurité en Europe selon le principe du voisinage le plus proche. L’URSS peut considérer comme relevant de sa sphère maximale d’intérêts la Finlande, la Suède, la Pologne, la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, les pays slaves de la péninsule Balkanique et la Turquie. Dans la sphère de sécurité britannique entrent indéniablement les Pays-Bas, la Belgique, la France, l’Espagne, le Portugal et la Grèce. (...) Troisièmement, les pays suivants constitueront une sphère neutre : la Norvège, le Danemark, l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie. Les deux parties coopéreront avec ces pays sur des bases semblables en instituant des consultations permanentes » AVPRF, Fonds 06, opis’ 6, delo 143, papka 14, 11. 31, 89. Nous verrons plus précisément quel sort Staline réservera à ces perspectives.

62 Istočnik, ibid., p. 143.

63 Ibid., p. 143.

64 P. Soudoplatov, New Times, 15 (1992), p. 42, et Krouchtchev, « Memuary Nikity Sergueïeviča Hruseva », Voprosy istorii, 6 (1990), p. 68, soutiennent l’idée de la volonté soviétique de rechercher une paix séparée avec les Nazis V.S. Semenov, sans en rejeter le principe, souligne que ces projets n’eurent aucun résultat mais furent un excellent moyen de pression sur les Occidentaux, voir W.S. Semjonow, Von Stalin bis Gorbatschow. Ein halbes Jahrhundert in diplomatischer Mission 1939-1991, op. cit., p. 116-156. Enfin, G.P. Kynin et J. Laufer, pour leur part, rejettent l’idée d’une volonté soviétique d’aboutir à une paix séparée mais pour l’année 1944 seulement, voir G.P. Kynin et J. Laufer dir., op. cit., p. 684.

65 Y seront présents également Molotov, l’ambassadeur soviétique à Londres, Maijskij, et son homologue britannique, S. Kripps, voir Vnešnaâ politika Sovetskogo Soûza v period otečestvennoj vojny, t. I, Moscou, OGIZ, 1946, p. 192-193.

66 Arhiv Prezidenta Rossijskoj Federacii, APRF, Fonds 45, opis’ 1, delo 279, 11. 10-21, cité par O.A Ržeševskij, « K istorii anglo-sovetskogo dogovora 1942g », dans O.A. Ržeševskij dir., Vtoraâ mirovaâ vojna. Aktual’nye problemy, Moscou, Nauka, p. 137-139.

67 O.A. Ržeševskij, ibid., p. 142-143. Eden, dans ses Mémoires, attribue cette riposte à Molotov, dans A. Eden, op. cit., p. 376.

68 AVPRF, Fonds 45, delo 231, l. 12, cité par O.A Ržeševskij, op. cit., p. 150.

69 Ibid., 1. 97, cité par O.A. Ržeševskij, ibid., p. 150.

70 Voir A. Kaspi, Franklin D. Roosevelt, Paris, Fayard, 1988, p. 389.

71 A. Kaspi, ibid., p. 389.

72 Voir H. Michel, La Seconde Guerre mondiale, Paris, PUF, 1969, t. Il, p. 21-36.

73 J.B. Duroselle, De Wilson à Roosevelt. La politique extérieure des États-Unis 1913-1945, Paris, A. Colin, 1960, p. 307-312.

74 A. Kaspi, op. cit., p. 556.

75 P. Renouvin, Histoire des Relations Internationales, t. III : De 1871 à 1945, Paris, Hachette, rééd., 1994.

76 N. Werth, Istoriâ sovetskogo gosudarstva 1900-1991, op. cit., p. 322-324.

77 F.B. Misse, « Le rôle des États-Unis dans les conférences de Malte et de Yalta », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, 75 (juillet 1969), p. 41-70.

78 Voir G. Kennan, Memoirs, vol. I, 1925-1950, op. cit., p. 134.

79 G. Kennan, ibid., p. 219.

80 Foreign Relations of United States, Diplomatic Papers, Department of States, 1942, vol. III, Washington, 1961, p. 517.

81 E. Krautkrämer, Internationale Politik im 20. Jahrhundert. Dokumente und Materialen, vol. II, Francfort/Main-Berlin-Münich, p. 82.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search