Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Au sujet de la méthode

Texte intégral

  • 1 Entre la soutenance et l’édition de cette thèse, l’un des spécialistes de l’étude de la question al (...)
  • 2 Buttlar n’a ainsi travaillé que sur deux années 1945-1947 : W. von Buttlar, Ziele und Konflikte der (...)
  • 3 A.M. Filitov, Germanskij vopros : ot raskola k ob"edineniû. Novoe pročenie, op. cit. ; P. Guillen, (...)
  • 4 W. Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte ?, op. cit. et N.M. Naimark, T (...)
  • 5 Citons par exemple pour les monographies : G. Wettig, Die sowjetische DeutschlandPolitik in der Ära (...)

1Notre démarche appelle toutefois un certain nombre de remarques préliminaires sur la méthode de recherche et d’analyse adoptée et sur les difficultés rencontrées au cours de l’élaboration de ce travail. Bien que la politique allemande de Staline ait donné lieu à de multiples hypothèses, celles-ci n’ont, jusqu’à une époque très récente, jamais été vérifiées et très peu d’ouvrages de synthèse générale existent sur la période qui nous intéresse ici, 1941-19551. La position de l’URSS dans l’alliance qui se met en place dès 1941 n’avait jamais pu faire, jusqu’à ces dernières années, l’objet d’une étude poussée dans l’histoire des relations internationales, par manque de sources soviétiques fiables : les archives étaient inaccessibles jusqu’en 1991 et les documents officiels de la politique extérieure n’offraient qu’un compte rendu tronqué des entretiens et conférences interalliés. La consultation des documents diplomatiques britanniques et américains a certes permis de poser les grandes lignes de la politique stalinienne mais n’a été en mesure ni d’en saisir la genèse et l’évolution, ni d’en cerner les rouages décisionnels et le poids des acteurs en présence. L’ouverture des archives nationales de la Fédération de Russie a permis de progresser dans leur compréhension. Certes, celles de la Présidence restèrent fermées et il ne fut pas possible d’avoir accès aux documents de Staline lui-même, le décideur en matière de politique étrangère. À supposer cependant qu’ils existent encore, ils ne permettraient sans doute pas d’évacuer tous les doutes, toutes les hypothèses, car Staline a imposé une relecture de l’Histoire soviétique et de son rôle personnel dès la fin des années vingt : il est vraisemblable donc qu’il a sélectionné ou même détruit les documents les plus compromettants pour l’image qu’il voulait laisser dans l’histoire. D’autre part, beaucoup de décisions n’ont été consignées nulle part, sont restées orales. Ce constat signifie donc qu’il faut accepter l’idée d’une impossibilité de traiter de manière exhaustive la politique stalinienne. Cette réserve faite, il est possible de progresser dans sa compréhension par une confrontation rigoureuse et permanente des sources aujourd’hui disponibles. Seul, l’ouvrage de Gerhard Wettig, publié en 1999, fait référence à la politique allemande de l’URSS pendant les années 1941-1945, mais d’une manière beaucoup plus synthétique que la nôtre. Une autre publication importante à ce jour, faite à la fin de l’année 1996, est celle du premier tome des documents d’archives du Ministère soviétique des Affaires étrangères consacré à la question allemande dans la politique soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale avec la collaboration de l’Université Humboldt de Berlin, de l’Institut d’Histoire contemporaine de Potsdam et celui de Cologne : ils recoupent exactement les documents qui ont été exploités dans le cadre de notre première partie. Il existe, en revanche, des études de la période d’occupation soviétique (1945-1949) mais, outre qu’elles ne reposent pas sur la consultation d’archives soviétiques, elles sont soit fragmentaires2, soit recentrées dans un cadre plus global, la question allemande et les Alliés3. Deux ouvrages parus récemment se veulent plus précis : celui de Wilfried Loth, mais, outre qu’il fait débuter la politique allemande de l’URSS en 1945, il présente le défaut majeur de ne s’appuyer que sur des documents d’archives allemands, et celui de Norman M. Naimark, qui a travaillé sur des archives soviétiques et allemandes mais ne s’est attaché à décrire que des aspects de l’histoire de la zone d’occupation de 1945 à 1949, sans analyser ni le processus de formation ni l’évolution de la politique allemande de l’URSS4. Sur la dernière période, il existe des monographies générales sur l’histoire de la RDA mais seuls des articles ont exploité les archives soviétiques sur des points précis, contestés dans l’historiographie, notamment la question des notes diplomatiques de l’URSS en 19525. Notre recherche bibliographique a ainsi abouti à un constat paradoxal : la littérature sur la période étudiée est abondante, du fait du contexte très idéologisé de la bipolarité naissante, mais assez pauvre ou générale sur la politique allemande de Staline. S’il était certes indispensable de replacer notre thème dans son contexte européen, si l’évocation des positions occidentales était incontournable pour saisir et comprendre la politique allemande de l’URSS entre 1941 et 1955, il ne pouvait nullement s’agir de les approfondir dans le cadre de ce travail. Celui-ci a de même été amené à aborder des points contestés dans l’historiographie ; leur étude exhaustive ne pouvant se justifier ici, ils furent évoqués avec la prudence d’usage.

2Pour ce travail se posait le problème de la collecte des documents nécessaires. Elle justifia un séjour de trois années à Moscou afin de fréquenter les centres d’archives mais aussi les bibliothèques de la capitale russe. Pour notre étude, furent consultés, non sans certaines difficultés d’accès, au Ministère des Affaires étrangères : les fonds 082 (comptes rendus sur l’Allemagne), 06 (secrétariat de Molotov), 0512 (commissions sur la construction de l’après-guerre 1942-1945), 07 (secrétariat de Vychinskij), 19 (secrétariat de Bogomolov) et 48f-48z (histoire de l’occupation quadripartite) ; au Centre russe de conservation et d’étude des documents en histoire contemporaine : les fonds 17 et 38 de la Commission de Politique extérieure du Comité central du PC. Les archives sont présentées dans les notes de bas de page en respectant la nomenclature en vigueur dans les centres de documentation russe. Les archives allemandes n’ont pas été consultées directement car de nombreuses publications sur des points qui intéressent notre recherche ont été faites depuis l’ouverture des archives est-allemandes et les copies des sessions et des protocoles du SED se trouvent à Moscou.

3Pourrait se poser la question de l’authenticité des documents d’archives soviétiques : il est bien sûr impossible de répondre avec certitude à cette question mais leur abondance, l’existence de copies multiples conservées dans différents centres de documentation permettent les recoupements nécessaires à la vérification. De même, leur confrontation avec les documents diplomatiques déjà publiés aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en RFA ou en France, a permis d’élucider de nombreux points controversés dans l’historiographie.

  • 6 Voir l’argumentation de B. Bonwetsch, « Stalins Äusserungen zur Politik gegenüber Deutschland 1939- (...)
  • 7 L’historienne T.S. Bušueva a publié, dans Novyj mir, 12 (1994), cette variante du discours découver (...)

4En revanche, l’authenticité du discours prononcé par Staline, le 19 août 1939, devant le Bureau politique du PC, pour justifier la signature du pacte Molotov-Ribbentrop de non-agression mutuelle fait l’objet d’une controverse entre chercheurs occidentaux qui le qualifient de faux6 et historiographes russes qui reconnaissent que son authenticité n’est pas établie mais veulent voir en Staline son auteur7.

5S’il n’a pas été possible de trancher cette question, plusieurs indications toutefois sur les intentions stratégiques de Staline en 1939 ont pu être relevées à partir des notes prises par G. Dimitrov, le Secrétaire général de l’Internationale communiste, lors de sa rencontre avec le dictateur soviétique, le 7 septembre 1939, pour élaborer une directive d’action du Komintern après le déclenchement de l’offensive allemande en Pologne. Les documents d’archives consultés sur la période postérieure viendront confirmer les non-dits des déclarations de Staline à Dimitrov qui, en ce qui nous concerne, n’avaient été découvertes, tout comme le discours du 19 août 1939, qu’une fois la première partie rédigée...

6 Cette recherche s’est trouvée confrontée d’autre part à la question de sa nature même : il ne pouvait être question de faire seulement de l’histoire diplomatique, parce que la compréhension de la politique allemande de Staline nécessitait de faire la lumière sur le processus de décision et sur les rouages des institutions soviétiques. Le travail sur ces deux plans, interallié et interne, nous a contraints à les distinguer en permanence et à les présenter sur le mode action-réaction : action soviétique et réaction occidentale dans la première partie, puis action occidentale et réaction soviétique dans la seconde. Certes, ce cloisonnement est artificiel, mais il nous a paru cependant le plus à même d’exposer de façon cohérente la dynamique du processus et les positions des uns et des autres.

7Enfin, quelques remarques d’ordre pratique. Ce travail ne présente pas en annexes de photocopies d’archives pour plusieurs raisons : outre qu’une publication nécessitait une autorisation préalable du centre de documentation détenteur, il n’y avait pas lieu de reproduire des documents entiers quand seulement un paragraphe ou quelques phrases étaient consacrés au sujet étudié. Ce constat justifie par là même l’abondance délibérée des citations proposées dans le corps de ce travail. Parallèlement aux archives, furent aussi dépouillées les publications historiographiques consacrées à ce sujet ; elles sont essentiellement en allemand et en russe. Les titres des ouvrages, des revues, les noms propres en langue russe sont en translittéré, exception faite des noms les plus connus comme ceux de Staline, Krouchtchev, Gorbatchev dont la transcription française est reprise ici. Dans les citations, les notes de bas de pages ou dans les sources bibliographiques, la transcription des noms propres est celle donnée par l’auteur de l’ouvrage référencé. La traduction de tous les documents d’archives soviétiques ou allemands, de même que celle des citations des ouvrages historiographiques en russe, en allemand ou en anglais, est de l’auteur.

Notes

1 Entre la soutenance et l’édition de cette thèse, l’un des spécialistes de l’étude de la question allemande en Allemagne a publié une monographie embrassant également cette période : G. Wettig, Bereitschaft zu Einheit in Freiheit ? Die sowjetische Deutschland-Politik 1945- 1955, Münich, Olzog, 1999. Il n’y présente toutefois qu’une brève synthèse de la politique allemande de l’URSS dans les années 1941-1945.

2 Buttlar n’a ainsi travaillé que sur deux années 1945-1947 : W. von Buttlar, Ziele und Konflikte der sowjetischen Deutschlandpolitik 1945-1947, Stuttgart, Klett-Cotta, 1980.

3 A.M. Filitov, Germanskij vopros : ot raskola k ob"edineniû. Novoe pročenie, op. cit. ; P. Guillen, La question allemande 1945-1995, Paris, Imprimerie nationale éditions, 1996 ; H. Graml, Die Alliierten und die Teilung Deutschland. Konflikte und Entscheidungen 1941- 1948, Francfort, Fischer Taschenbuch Verlag, 1985.

4 W. Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Moskau die DDR nicht wollte ?, op. cit. et N.M. Naimark, The Russians in Germany. A History of the Soviet Zone of Occupation 1945- 1949, Cambridge, Massachussets, Belknap Press of Harvard University Press, 1995.

5 Citons par exemple pour les monographies : G. Wettig, Die sowjetische DeutschlandPolitik in der Ära Adenauer, Bonn, Bouvier Verlag, 1997, H. Weber, Die DDR 1945-1986, Munich, Oldenbourg, 1988 et pour les articles, G. Wettig, « Die Deutschland-Note vom 10. März 1952 auf der Basis diplomatischer Akten des russischen Aussenministeriums. Die Hypothese des Wiedervereinigungsangebots », Deutschland-Archiv, 7 (1993), p. 786-805.

6 Voir l’argumentation de B. Bonwetsch, « Stalins Äusserungen zur Politik gegenüber Deutschland 1939-1941. Quellenkritische Bemerkungen », dans G.R. Ueberschär et L.A. Bezymenskij éd., Der deutsche Angriff auj die Sowjetunion 1941. Die Kontroverse um die Präventivkriegsthese, Darmstadt, Primus Verlag, 1998, p. 145-154.

7 L’historienne T.S. Bušueva a publié, dans Novyj mir, 12 (1994), cette variante du discours découverte dans le fonds secret des archives spéciales de l’URSS, au Centre de conservation des collections documentaires historiques. La publication sera reprise par U.N. Afanas’ev dir., Vojna 1939-1945 : dva podhoda, Moscou, Rossijskij Gosudarstvennij Gumanitamij Universitet, 1995, vol. I, p. 136-137.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search