Version classiqueVersion mobile

Puissance de l’URSS, misères de l’Allemagne

 | 
Laure Castin-Chaparro

Introduction

Texte intégral

  • 1 C. De Gaulle, Discours et messages, t. IV, Pour l’effort : août 1962-décembre 1965. Conférence de p (...)

« Le problème allemand est, par excellence, le problème européen. Européen, figurez-vous, depuis l’avènement de l’Empire romain, c’est-à-dire depuis que l’Europe historique a cessé de se limiter au bassin de la Méditerranée pour se porter sur le Rhin. Européen, à cause de l’emplacement des Germains au centre de notre continent, entre Gaulois, Latins et Slaves. Européen, parce qu’une longue et dure histoire l’a empli de ferments et chargé de séquelles qui ont laissé, chez tous les pays voisins de ce pays en perpétuel devenir, de cruelles rancœurs et de multiples préventions. Européen, parce que le peuple allemand est un grand peuple, sur le plan de l’activité économique, comme dans le domaine de la pensée, de la science ou de l’art, ou en matière de capacité militaire, et que l’Europe voit en lui une partie essentielle d’elle-même. Européen, enfin, parce que, depuis toujours, l’Allemagne ressent une angoisse, parfois une fureur, suscitée par sa propre incertitude au sujet de ses limites, de son unité, de son régime politique, de son rôle international, et qui font que ce destin apparaît perpétuellement au continent tout entier comme d’autant plus inquiétant qu’il reste indéterminé »1.

  • 2 J. Bainville, L’Allemagne, Paris, Plon, 1939, vol. I, p. 165.
  • 3 Voir F. L’Huillier, L’Allemagne de 1830 à nos jours. Une problématique de l’unité, Berne, Peter Lan (...)
  • 4 Voir E. Mosse Werner, The European Powers and The German Question 1848-1958, Cambridge, Cambridge U (...)

1Ces quelques phrases résument brièvement l’essence de la question allemande : l’unité étatique et nationale d’un pays dynamique et vigoureux, situé au cœur de l’Europe, ne suscite qu’appréhensions chez ses voisins. L’Allemagne s’est heurtée à ce constat chaque fois qu’elle s’est rassemblée, depuis l’éveil de sa conscience nationale, après la Révolution française et l’occupation napoléonienne. Les inquiétudes européennes étaient accrues, de surcroît, par l’indécision dont les Allemands eux-mêmes faisaient preuve sur leur destin national, son aire d’établissement territorial, la stabilité de ses structures socio-politiques : devaient-ils, en effet, n’être qu’une Kulturnation et conserver les particularismes du Saint Empire romain germanique, « masse diverse, malléable, sans capitale fixe et sans limites précises, avec des flux et des reflux séculaires »2, où la conscience d’être allemand se nourrissait seulement de son appartenance à une communauté d’esprit, de culture, de sentiments germaniques3 ? Si cette option avait la faveur des puissances européennes, pour lesquelles l’émiettement de l’Allemagne était une condition indispensable de l’équilibre des forces en Europe4, elle rivalisait avec les revendications pour l’unification des pays allemands qui agitèrent cette vaste coulée au centre de l’Europe, tout au long du xixe siècle. Mais quelles formes pourrait revêtir une nation allemande rassemblée : fédérales, confédérales ou unitaires ?

  • 5 M. Stürmer, Das ruhelose Reich. Deutschland 1866-1918, Berlin, Severin und Siedler, 1983, vol. III, (...)
  • 6 Voir notamment la dénonciation du traité de Versailles et de ses conséquences politiques en Europe (...)

2En 1871, la proclamation du Reich bismarckien sembla trancher en faveur de l’État fédéral « petit allemand », dominé par la Prusse et dont l’Autriche était exclue. Bismarck devait s’employer à apaiser les inquiétudes des voisins européens que préoccupait le renforcement de la puissance allemande, par un système complexe d’alliances où le Reich se posait modestement en gardien du statu quo européen. Mais l’œuvre du chancelier allemand recelait un ensemble de contradictions inconciliables. La nation allemande, organisée désormais autour d’un État fort, qui louvoyait perpétuellement entre l’unitarisme et le fédéralisme pour ne pas remettre en selle les particularismes, vivait prisonnière de la difficile conciliation entre une monarchie absolue, militaire et un État libéral, démocratique et constitutionnel. Les discordances, croissantes dès la fin du xixe siècle, entre les exigences intérieures liées à l’industrialisation et aux mutations de la société allemande et une politique extérieure qui cantonnait le Reich au seul rôle de gardien du statu quo européen, ébranlèrent l’œuvre bismarckienne. L’Allemagne wilhelmienne chercha, jusqu’en 1914, à concilier politique intérieure et extérieure par la conquête d’une place au soleil sur la scène internationale5. La Première Guerre mondiale sonna le glas de ce dynamisme économique, militaire, démographique, industriel qui menaçait d’englober la majeure partie de l’Europe dans l’orbite allemande. Si l’épreuve de la guerre avait montré que les craintes des voisins européens n’étaient pas vaines, l’existence étatique de l’Allemagne n’avait toutefois pas été remise en cause, à la conférence de la paix à Versailles, en 1919, car les Anglo-Saxons établissaient une corrélation étroite entre le redressement européen et celui de l’Allemagne ; ils considéraient, de surcroît, cette dernière comme un rempart contre la menace communiste qui se profilait à l’est depuis la Révolution russe de 1917. Mais l’unité allemande avait cependant alimenté débats et polémiques, notamment chez le voisin français que préoccupait le maintien d’une Allemagne forte dans une Europe morcelée après l’effondrement des empires austro-hongrois et ottoman6.

  • 7 P. Hassner, « L’Allemagne entre l’Est et l’Ouest », Revue française de Science Politique, 2/7 (1987 (...)
  • 8 Voir H. Rumpf, Vom Niemandsland zum deutschen Kernstaat, Beiträge zur Entwicklung der Deutschlandfr (...)

3En 1933, le Troisième Reich naissait sur la ruine de la République de Weimar, épuisée par sa quête d’une légitimité politique nationale, par ses efforts pour se dégager des contraintes du traité de paix dans une politique de bascule entre l’Ouest et l’Est, par ses difficultés économiques et sociales. Le nouveau Reich était un État unitaire, à vocation « grande allemande », qui inquiéta de nouveau le reste de l’Europe par ses visées territoriales pangermanistes, par une idéologie clamant la supériorité de la race aryenne et par un système politique rejetant le libéralisme et la démocratie. En 1945, il s’effondrait dans la Seconde Guerre mondiale et disparaissait avec la défaite et la capitulation inconditionnelle de l’Allemagne devant l’alliance étonnante mais victorieuse, forgée dans la guerre, de deux puissances démocratiques et libérales, la Grande-Bretagne et les États-Unis, et du premier État socialiste, l’Union Soviétique. Si l’idée d’un démembrement était abandonnée, le devenir étatique de l’Allemagne devait être, en revanche, tranché lors des conférences de Yalta et de Potsdam. Le vaincu n’était désormais plus un acteur de la scène internationale mais l’objet de la politique étrangère des puissances victorieuses qui assumaient le pouvoir suprême en Allemagne et s’engageaient, malgré une division en zones d’occupation, à en préserver l’unité politique et économique jusqu’au rétablissement d’un gouvernement général allemand. Le IIIe Reich était mort mais les Alliés voulaient préserver la continuité politique de l’Allemagne. La question de l’existence étatique de ce pays, lancinante depuis le xixe siècle, allait désormais interférer avec les difficultés de l’alliance anti-hitlérienne : « L’Allemagne défaite se retrouva prise dans l’étau de l’antagonisme naissant soviéto-américain et le sort réservé à ce vaincu devint conforme à la logique de la bipolarité émergente »7. Il fut divisé en 1949 en deux États distincts et rivaux, symboles de l’existence de deux camps antagonistes, l’Europe occidentale et démocratique face à l’Europe orientale et soviétisée. L’un et l’autre s’opposèrent de surcroît dans leur revendication d’une légitimité nationale : la République fédérale d’Allemagne s’inscrivit constamment depuis sa création dans la continuité du Reich, déclarant de ce fait être seule habilitée à parler au nom des Allemands, tandis que la République démocratique allemande prétendit d’abord étendre son pouvoir étatique à tout le territoire de l’État global puis, à partir de 1955, elle défendit la théorie de l’existence de deux États indépendants et souverains, successeurs du Reich disparu8. En dépit de leur accession à la souveraineté cette même année, l’un et l’autre restaient toutefois soumis aux droits et obligations des puissances victorieuses sur l’Allemagne entière pour la signature d’un traité de paix.

4L’Allemagne offrait le même visage mutilé que l’Europe divisée : chacun des deux États était solidement ancré à son bloc politique, économique et militaire respectif ; de par leur position centrale au cœur de l’Europe, ils apparaissaient de surcroît comme des maillons indispensables à la sécurité et au maintien de l’équilibre des forces sur le continent. Symbole vivant de la division européenne et de l’antagonisme virulent entre l’Est et l’Ouest, l’Allemagne incarnait un enjeu fondamental pour la sécurité européenne.

  • 9 J. Lévesque, 1989, la fin d’un empire. L’URSS et la libération des pays de l’Europe de l’Est, Paris (...)

5 L’accession au pouvoir d’un nouveau Secrétaire Général à la tête du Parti communiste de l’Union soviétique, Mikhaïl S. Gorbatchev, en 1985, bouleversa le statu quo établi en Europe car il prôna une nouvelle politique extérieure, la Nouvelle Pensée, où la sécurité ne devait plus être assurée par une politique de confrontation permanente, de surenchère militaire avec le bloc occidental, mais devait procéder de la mise en place d’un nouvel ordre international, fondé sur un rapprochement progressif et contrôlé des deux blocs. Cette politique préconisée reposait sur la nécessité de réformer le socialisme en URSS et de relancer la compétitivité de cette dernière par une restructuration économique, politique et sociale interne. Cette entreprise concernait de même les démocraties populaires d’Europe orientale. Les aléas de ce « pari réformiste »9 de Mikhaïl S. Gorbatchev et la réactualisation de la question nationale allemande, suscitée par les espoirs nés de la défense, dans la Nouvelle Pensée, du principe de l’autodétermination des peuples, allaient provoquer la faillite de ce processus rénovateur. L’exacerbation brutale de ce dernier problème avec l’exode massif de la population est-allemande à l’automne 1989, alliée aux problèmes économiques croissants du monde socialiste et à ses menaces de désintégration politique et militaire, allait ainsi contraindre l’URSS à accepter l’idée d’une unification allemande rapide (Moscou donnerait son aval en février 1990 et l’unification serait effective le 3 octobre 1990). Elle ne pourrait non plus rien opposer à l’intégration de l’Allemagne unie dans l’OTAN (accords de Želežnovodsk de juillet 1990 entre M.S. Gorbatchev et le Chancelier de la RFA, H. Kohl, et Traité de Moscou le 12 septembre de la même année entre les quatre puissances victorieuses de la Seconde Guerre mondiale). La question de l’existence étatique de l’Allemagne ne trouva ainsi de règlement qu’au terme de quarante-cinq années après la capitulation de l’Allemagne nazie et ce, dans le contexte de la fin de la bipolarité et de l’effondrement de l’URSS.

  • 10 Voir J. Lévesque, L’URSS et sa politique internationale de Lénine à Gorbatchev, Paris, A. Colin, 19 (...)

6Ce parallèle entre la fin de l’URSS et la reconstitution nationale allemande fait écho à celui qui existe entre l’instauration de la division allemande et la montée en puissance de l’État soviétique sur la scène internationale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, et à celui, décelable aussi entre l’effondrement de la Russie tsariste en 1917, favorisant l’émergence difficile d’un État nouveau, l’URSS, et le maintien de l’intégrité étatique et nationale allemande en 1919, qui ne sapait pas les fondements de la puissance allemande : on ne peut que s’interroger sur la réalité et l’effectivité de ces parallèles. Ils réactualisent une question héritée du xixe siècle quand la constitution du Reich bismarckien avait semblé coïncider avec l’affaiblissement et le repli sur elle-même de la Russie, ébranlée par la guerre de Crimée. Ces simultanéités suscitent un ensemble d’interrogations légitimes : dans quelle mesure, en effet, la question nationale allemande pourrait-elle être conditionnée par la politique russe ? Son règlement dépendrait-il de Moscou ? Ni l’absence de la Russie au règlement de paix à Versailles en 1919, ni l’acceptation de la réunification allemande, en 1990. par une URSS en pleine restructuration interne, ne permettent de trancher cette question : dans les deux cas, l’effacement russe de la scène européenne ne fait que laisser subsister le constat d’un parallèle possible. En revanche, une lecture de l’histoire nationale allemande faite en considérant la position adoptée par l’URSS lors de la Seconde Guerre mondiale pourrait ouvrir des pistes de réflexion plus constructives de par le fait que ce pays s’est s’imposé comme l’un des protagonistes du règlement allemand. Mais, du seul constat de la participation soviétique aux négociations internationales sur l’Allemagne, il serait hâtif de conclure à une influence déterminante de l’URSS sur le règlement de la question nationale allemande : une telle influence présupposerait à la fois une distanciation de l’URSS dans les négociations avec ses partenaires de la coalition anti-hitlérienne et une position de force pour imposer ses choix politiques. Si la participation de l’URSS aux conférences internationales sur l’Allemagne a coïncidé avec son acquisition, définitive sur les théâtres d’opérations militaires, d’un statut de grande puissance européenne et internationale10, cette montée en puissance s’est-elle manifestée dans une politique allemande spécifique ?

  • 11 M.S. Gorbatchev reprend cette même thématique dans son ouvrage Perestroïka. Vues neuves sur notre p (...)

7Toute tentative de réfléchir à ces questions se heurte cependant d’emblée à des difficultés d’ordre idéologique car, dans le cadre de l’antagonisme Est-Ouest qui affermit les visions strictement bipolaires, la politique allemande de l’URSS a en effet fait l’objet, depuis la Seconde Guerre mondiale, de perceptions radicalement opposées au sein des cercles dirigeants anglo-saxons puis, dans un prolongement logique, de controverses et de polémiques nourries dans l’historiographie occidentale. Que voulait l’Union soviétique ? Une Allemagne unie ou divisée, une Allemagne socialiste sur le modèle soviétique ou un régime parlementaire de type occidental dans une Allemagne neutralisée sur le plan militaire ? Le discours soviétique officiel a toujours prétendu que l’URSS s’en était tenue au respect des décisions adoptées lors des conférences interalliées en 1945, à Yalta puis à Potsdam. Les dirigeants soviétiques ont, de ce fait, toujours pointé un doigt réprobateur sur l’Occident, accusé d’avoir provoqué la division de l’Allemagne en créant un bloc d’intégration en Europe occidentale hostile à l’URSS. La formation de la RDA a ainsi été présentée, de manière immuable, comme la conséquence obligée de la « séparation de l’Allemagne occidentale », comme une mesure de défense afin de préserver les acquis des transformations politiques, économiques et sociales, mises en œuvre dans la partie orientale du pays dès la capitulation de l’Allemagne nazie11.

  • 12 W. Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Stalin die DDR nicht wollte ?, Berlin, Rowohlt, 1994 ; A.M (...)

8Les publications récentes à ce sujet veulent jeter un regard nouveau sur la politique allemande des Soviétiques après l’effondrement de l’URSS et la fin de la guerre froide12. Elles prétendent que, sans renoncer à la perspective à long terme d’une révolution socialiste en Allemagne, Staline visait à l’établissement d’une Allemagne de l’après-guerre unie, souveraine et démocratique, selon le modèle occidental, et qui serait un voisin amical et pacifique pour l’URSS. Les garanties de sa neutralisation militaire et de l’accès aux ressources minières du bassin de la Ruhr devaient être élaborées dans le cadre de la poursuite de la collaboration avec les États-Unis et la Grande-Bretagne, partenaires dans la lutte et dans la victoire sur l’Allemagne nazie. Dans cette thèse, la réalité des tentatives soviétiques pour maintenir le régime quadripartite, et donc, par ricochet, l’alliance avec les puissances occidentales, est jugée incontestable. La question de l’obtention de réparations est considérée comme ayant aussi largement dicté leur attitude pour le maintien de la collaboration avec les Occidentaux dans l’après-guerre. La démarcation croissante qu’opéra la politique menée par l’URSS dans sa zone d’occupation par rapport aux décisions de Potsdam fut interprétée, avant tout, comme le fruit de divergences fondamentales entre dirigeants soviétiques et communistes allemands, suggérant ainsi l’existence d’une marge de manœuvre de ces derniers par rapport aux Soviétiques. Enfin, lorsque l’État ouest-allemand fut érigé et qu’il fut question de l’intégrer dans l’Organisation de l’Atlantique Nord, les Soviétiques auraient été prêts à accorder à l’Allemagne son autodétermination politique au prix de sa neutralité militaire.

  • 13 J. Lévesque, « Quelques paradoxes de la politique internationale de l’URSS », Communisme, 49-50 (19 (...)

9Cette thèse présente ainsi l’histoire de la question nationale allemande depuis 1945 comme une série de malentendus entre Soviétiques et Occidentaux et tend à incriminer ces derniers pour la division de l’Allemagne. Le refus que les Soviétiques opposèrent ensuite toujours à la reconnaissance de la souveraineté de la RDA proviendrait, dans cette optique, de ce qu’ils se réservaient la possibilité de la sacrifier sur l’autel d’une solution quadripartite du problème allemand. Cette thèse qui postule la volonté soviétique de toujours maintenir la collaboration avec les Occidentaux pour assurer en priorité la neutralisation militaire et économique du voisin allemand, insiste sur le fait que l’URSS, éprouvée par la guerre, ne pouvait obtenir l’affaiblissement de l’Allemagne sans le concours de l’Occident et notamment des États-Unis, première puissance économique mondiale en 1945. Ses arguments renouent avec l’analyse de la politique extérieure soviétique qui présente l’URSS comme une puissance traditionnelle et dont la phraséologie révolutionnaire occupe une place somme toute marginale au regard d’objectifs marqués par « l’héritage géopolitique de la Russie tsariste »13.

  • 14 G.F. Kennan, Memoirs, vol. I : 1925-1950, Londres, Hutchinson and Co LTD, 1967 ; B. Meissner, Russl (...)
  • 15 Meissner, sur ce point, se démarque en affirmant que l’URSS était prête à accepter la réunification (...)

10À l’inverse, des acteurs politiques ou des historiographes, tels que Georges Kennan, Konrad Adenauer ou Boris Meissner14, ont insisté sur les spécificités du régime dictatorial soviétique et de son idéologie marxiste-léniniste pour dénier à l’URSS toute volonté réelle de collaboration avec les Occidentaux et affirmer sa volonté d’instaurer une Allemagne socialiste dans sa zone d’occupation, dès le lendemain de la défaite nazie ; sa transformation en République démocratique en 1949 leur apparut comme un prolongement logique de la politique « séparatiste » soviétique. Certains, parmi les partisans de cette thèse ne virent, de ce fait, dans les propositions soviétiques de réunification allemande, en 1952, que des manœuvres de propagande sans réel fondement15. Cette thèse qui prône l’absence d’alternative à une politique d’intégration occidentale des zones occupées par la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis part donc du postulat que l’URSS est une puissance révolutionnaire, radicalement différente des autres États de par son idéologie marxiste-léniniste qui interdit toute collaboration durable.

  • 16 H. Paris, Stratégies soviétique et américaine, Paris, Les sept épées, 1980, p. 11.

11La confrontation de ces deux thèses essentielles montre que les différents auteurs opèrent une distinction assez notable entre les motivations possibles des Soviétiques dans leur politique allemande. La première thèse fait primer le réalisme politique, omettant de rappeler suffisamment que la légitimité politique de l’État soviétique est tout de même fondée, depuis la Révolution de 1917, sur les conceptions marxistes-léninistes de confrontation et de victoire inéluctables du socialisme sur le capitalisme, que celles-ci définissent la politique extérieure soviétique et que l’instauration de la dictature stalinienne ne les a pas remises en question. Selon le Général Henri Paris, « ce ne sont ni des mots vains, ni le simple habillage d’une politique de puissance mais le moule des esprits et des conceptions dans la société soviétique tout entière »16. Il importe, à ce titre, d’en mesurer toutes les implications. De ce fait, même si les partisans de cette thèse évoquent, sans plus de précisions, une socialisation à long terme de l’Allemagne, leur idée cependant de laisser s’établir, avec le concours des puissances capitalistes, une Allemagne unie, pacifique, amie de l’URSS, voire démocratique sur le modèle occidental, est difficilement convaincante car elle suppose, d’une part, une confiance de l’URSS envers ses partenaires, confiance que son idéologie dément catégoriquement et, d’autre part, la conviction de pouvoir faire plébisciter, à terme, par les Allemands, la voie socialiste, dans un processus démocratique et légal. Mais quelle certitude pouvaient avoir les Soviétiques du succès de cette entreprise qui semblait de surcroît, plutôt favorable aux sociaux-démocrates allemands, défenseurs de cette conception ?

12La seconde thèse, en revanche, fait primer les considérations idéologiques pour juger la politique des Soviétiques délibérément « séparatiste ». Or, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’URSS n’est pas le seul vainqueur ; elle occupe en effet l’Allemagne défaite avec la Grande-Bretagne, la France et surtout les États-Unis, première puissance économique mondiale, et les Occidentaux administrent, de surcroît, le cœur industriel de l’Allemagne. La position de l’URSS en 1945 est-elle ainsi réellement si forte qu’elle puisse faire fi des positions alliées et négliger les ressources économiques des trois autres zones d’occupation ? De surcroît, si l’URSS stalinienne cherchait à établir un régime socialiste en Allemagne, pouvait-elle se contenter de ne l’établir que dans une partie de l’Allemagne vaincue, quand Lénine, en 1917, voyait l’Allemagne entière comme le foyer de la révolution mondiale ?

13L’insatisfaction suscitée par l’absence de réponse convaincante à ces questions oblige à concilier plus nettement les deux composantes de ces thèses afin de mieux saisir la globalité de la politique allemande de l’URSS sur cette période. L’URSS voulait convertir l’Allemagne entière au socialisme, sans l’étape préalable des concessions démocratiques et libérales, que prévoyait la première thèse historiographique. De par ses spécificités idéologiques et son dogmatisme irréductible qui ne souffrait aucun compromis, sinon tactique et provisoire, avec ses partenaires de la coalition antihitlérienne, l’État soviétique ne pouvait pas imaginer une collaboration effective avec les Occidentaux pour gérer l’Allemagne défaite en 1945. Mais parallèlement, si l’URSS, à cette date, était reconnue comme une puissance internationale, ayant participé à l’alliance victorieuse contre l’Allemagne nazie, elle sortait affaiblie par les années de guerre et désireuse à la fois de se reconstruire et de préserver sa sécurité en Europe. À ce titre, la neutralisation militaire et économique de l’Allemagne, que néglige la seconde thèse historiographique, était importante. L’URSS, éprouvée par la guerre, ne pouvait cependant obtenir l’affaiblissement du vaincu sans le concours de l’Occident, partenaire de la victoire et présent également en Allemagne au lendemain de la défaite. Non seulement cet affaiblissement était nécessaire sur le plan sécuritaire, mais il devait également faciliter la soviétisation. Contrainte donc, à ce double titre, d’inclure les Occidentaux dans son scénario allemand, l’URSS ne pouvait que tenter d’endormir leur méfiance et leurs inquiétudes, suscitées par la nature de son régime, en simulant un jeu démocratique en Allemagne, ce qui obligeait inéluctablement sa politique à un fort pragmatisme. Et parce qu’elle devait nécessairement prendre en compte les partenaires occidentaux, l’URSS chercha, dès les premiers jours de la guerre, à instrumentaliser, en les exacerbant, les aspirations nationales allemandes afin de gagner la population allemande à sa cause. Elle se posa ainsi inlassablement en puissance occupante modèle, défenseur ardent des intérêts nationaux allemands, soucieux de prouver ses intentions démocratiques et pacifiques pour le nouvel État.

14Mais l’existence d’une dualité entre la forte idéologisation de la politique soviétique et la nécessaire prise en compte des Occidentaux conférait en fait une marge de manœuvre étroite à la politique allemande de l’URSS après la guerre, contrainte de louvoyer en permanence entre le pragmatisme et le dogmatisme. L’abandon par les Occidentaux de la politique de collaboration avec l’URSS allait en faire éclater les limites, mettre à jour l’incapacité soviétique, due à son dogmatisme idéologique, de changer de politique car tout compromis aurait jeté le discrédit sur la nature même du régime soviétique qui fondait sa raison d’être dans son opposition et sa supériorité sur les régimes capitalistes. Cette incapacité impliquait, de ce fait, inéluctablement l’échec des ambitions staliniennes. La continuité dans la conviction, chez les Soviétiques, de pouvoir instrumentaliser les aspirations nationales allemandes illustre cet emprisonnement et montre de même que la construction de la zone soviétique et la création de la RDA en 1949 n’étaient pas une fin en soi : l’URSS, prisonnière d’une stratégie qu’elle ne pouvait remettre en cause, cautionna ces dernières pour ne renoncer ni à la logique du déterminisme historique ni à la logique sécuritaire. En dépit donc de l’absence de perspectives qu’offrait sa politique allemande, l’URSS n’eut d’autre alternative que de la maintenir de façon immuable et remarquable. Aussi, et quoiqu’elle ne voulût pas du réarmement ouest-allemand, ses propositions de traité de paix pour une Allemagne unie et neutre sur le plan militaire en 1952 ne peuvent être interprétées comme une volonté soudaine de renouer les négociations interalliées pour aboutir à un compromis qui lui aurait permis au moins de satisfaire la logique sécuritaire. L’URSS ne chercha en fait inlassablement qu’à détacher la RFA du bloc occidental en jetant le discrédit sur ce dernier et en y semant la discorde. Le renforcement soviétique sur la scène internationale sut cependant masquer l’échec des ambitions staliniennes car, du fait même de cette montée en puissance, l’URSS a pu peser sur le processus allemand et empêcher l’intégration de l’Allemagne entière à l’Ouest. Parce que les Soviétiques ne pouvaient faire basculer cette dernière dans la sphère soviétique, elle resterait divisée. Si le renforcement de l’URSS sur la scène internationale établit clairement une influence décisive de Moscou sur le règlement de la question nationale allemande, l’échec de la politique stalinienne prouve cependant que cette influence n’est pas exclusive. Les positions des puissances occidentales sont également déterminantes pour le devenir étatique de la nation allemande. S’il semble donc avoir matière à établir un parallèle et une rationalité dans la simultanéité entre la montée en puissance de l’Union soviétique et la division de l’Allemagne sur la scène internationale, ce n’est pas parce que l’URSS avait souhaité la division allemande mais parce que, échouant dans son désir de gagner toute l’Allemagne au socialisme, elle était cependant en mesure de figer une évolution contraire à ses intérêts.

15Mener à bien cette étude nécessitera de réfléchir sur les raisons qui contraignirent l’URSS à prendre l’Occident en compte, puis sur la réalité de ses spécificités idéologiques. Ce travail devra ensuite définir l’articulation entre ces divers éléments et étudier leurs effets et leurs implications. Il nécessitera de même d’analyser le processus de décision en Union soviétique et dans la zone d’occupation en Allemagne, d’étudier le poids réel des acteurs politiques et diplomatiques en présence et de leur marge de manœuvre, car la confrontation des thèses historiographiques existantes, de leurs hypothèses contradictoires sur les objectifs, la genèse et l’évolution de la politique allemande de l’URSS, a mis en évidence une méconnaissance globale du processus décisionnel qui a faussé de ce fait les conclusions suggérées. Parce que cette étude veut s’attacher à reconstruire la dialectique du processus de formation de la politique allemande de l’URSS, une présentation thématique nous a paru s’imposer. Cependant, cette dernière ne pouvait évoluer indépendamment d’un cadre chronologique. Mais des découpages séquentiels apparemment commodes, tels que 1941-1945, la période de la guerre, 1945-1949, la période d’occupation et 1950-1955, la mise en place de la RDA et son intégration dans le camp socialiste, étaient cependant exclus car la reproduction d’une telle périodisation aurait faussé la perception de la stratégie soviétique et de son évolution et suscité des erreurs d’interprétation, en méconnaissant, par exemple, le fait que le bon déroulement de la politique soviétique était largement tributaire de l’attitude occidentale ou en faisant croire que la zone d’occupation débouchait, de manière inéluctable et préméditée, sur la création de la RDA. La politique allemande de l’URSS s’articula autour d’une période décisive, l’abandon de la collaboration occidentale. Très logiquement, et du fait des paramètres que nous avons exposés, son évolution se fit à l’exact inverse de la politique des Occidentaux : si ceux-ci développèrent une réelle politique allemande après 1946, les Soviétiques, par voie de conséquence, amorcèrent, à cette date, le gel de leurs positions. Compte tenu de ces contraintes, nous avons donc été amenés à privilégier une présentation plus thématique que chronologique. Celle-ci s’articulera autour de deux grands moments, l’élaboration et la mise en œuvre de la politique allemande de l’URSS, puis sa mise à l’épreuve et son échec final.

16En juin 1941, l’attaque allemande, en violant les clauses du pacte Ribbentrop-Molotov de non-agression mutuelle signé en 1939, fait basculer l’URSS dans la Seconde Guerre mondiale. Très vite, elle redéfinit ses intérêts politiques et géostratégiques par rapport à la coalition anti-hitlérienne qui se met en place, ébauche une politique allemande tous azimuts à options contradictoires éprouvées simultanément, dans l’optique d’imposer une conversion de l’Allemagne au socialisme tout en la neutralisant sur les plans économique et militaire. Cette politique s’avère être largement tributaire de l’attitude tolérante des puissances occidentales. La préparation active de l’URSS à l’après-guerre, parce qu’elle va sous-tendre toute sa politique ultérieure, fait donc l’objet des trois premiers chapitres. Les deux suivants s’attacheront, quant à eux, à la mise en œuvre de cette politique soviétique, dans ses succès et ses limites. Dès juin 1945, au lendemain de la capitulation, profitant de la volonté occidentale de s’en tenir aux principes énoncés à Potsdam de participer à une gestion politique et économique commune de l’Allemagne, l’URSS tire promptement son épingle du jeu : elle feint la collaboration dans les structures quadripartites en Allemagne pour neutraliser ainsi leur fonctionnement et mettre en œuvre impunément, à partir de sa zone d’occupation, sa stratégie allemande tous azimuts, la conversion au socialisme et la neutralisation économique et militaire. Les succès enregistrés ne peuvent toutefois dissimuler les conditions indispensables au bon déploiement de cette stratégie : ils requièrent en effet, d’une part, que les autorités soviétiques contrôlent leur zone de façon stricte car, par le fait même qu’elle poursuive la réalisation de deux objectifs en fait foncièrement contradictoires et qu’elle doive de surcroît concilier à la fois l’idéologie et le pragmatisme, la mise en œuvre de cette stratégie n’est pas exempte de dysfonctionnements, de contradictions et d’improvisations. D’autre part, et c’est là une condition essentielle, les succès soviétiques présupposent que les Occidentaux poursuivent la politique de collaboration décidée à Potsdam.

17La deuxième partie fait éclater les ambiguïtés de la politique soviétique quand cette deuxième condition est remise en cause. Les Occidentaux vont alors multiplier les initiatives et confronter les Soviétiques aux limites de leur stratégie. Ceux-ci, dont on attendrait qu’ils redéfinissent leur politique parce qu’il manque une condition indispensable à sa réalisation, vont au contraire la maintenir telle quelle et n’accepteront jamais aucun compromis sur ses postulats. Afin de souligner les contrastes avec la période précédente, où les Soviétiques menaient le jeu de façon active et unilatérale, nous avons jugé opportun de regrouper l’examen de ces années dans une seule partie articulée autour de la réorientation occidentale. Outre que ce regroupement permet de souligner le contraste entre l’accélération et l’enchaînement des mesures adoptées à l’Ouest et l’amorce, puis la consécration, de l’enlisement soviétique, il se justifie aussi par la remarquable continuité dont les Soviétiques font preuve dans la défense de leur politique générale allemande.

18À partir du printemps 1946, les Occidentaux amorcent l’abandon des principes proclamés à Potsdam de collaboration avec l’URSS au profit d’une politique de développement différencié, sur le plan économique, de leurs zones d’occupation. Les Soviétiques se montrent d’abord confiants car ils ne voient aucune chance de succès à cette réorientation. Ils essaient en même temps de relancer le dialogue interallié. Mais les Occidentaux confirment leur volonté d’un développement différencié de leurs zones d’occupation avec la doctrine Truman et le plan Marshall. Les Soviétiques sont alors contraints, sous peine de remettre en cause leurs acquis, de cautionner discrètement la « construction de leur zone ». Ces premières étapes vers une évolution différenciée des zones occidentales et soviétique font l’objet des chapitres six et sept. Mais cette caution apportée à la construction de la zone ne signifie pas en fait la remise en cause de la politique allemande stalinienne car, en dépit de l’intégration de la RFA à l’Europe de l’Ouest et de son réarmement, les Soviétiques ne cherchent pas sérieusement à trouver un compromis sur la question allemande. Ils se replient sur la RDA et masquent l’échec de leurs ambitions pour l’Allemagne entière en renvoyant dos à dos Allemands de l’Est et Allemands de l’Ouest, tout en sachant pertinemment qu’un règlement interallemand de cette question interalliée est impossible. Ce gel des positions de l’URSS sera consacré après la mort de Staline. Il fera l’objet des deux derniers chapitres.

19Quels jalons chronologiques pouvait-on enfin donner à cette étude ? Il nous a semblé judicieux de la faire débuter en 1941, lors du déclenchement de la guerre entre l’Allemagne et l’URSS, puisque c’est à cette date que commencera de se poser concrètement pour l’URSS le problème du devenir politique et étatique allemand. Lors du déclenchement des hostilités en 1939, l’Union soviétique compte en effet sur l’effectivité du pacte Ribbentrop-Molotov de non-agression mutuelle pour se tenir le plus longtemps possible écartée du conflit européen. En 1945, les jeux de la politique allemande des Soviétiques sont faits. Le choix de 1955 paraît, quant à lui, plus contestable car Staline meurt en 1953, mais il nous est apparu nécessaire de considérer brièvement le début de la succession afin de mieux souligner les spécificités de la période stalinienne. Les deux dernières années retenues vont en effet marquer une double consécration, celle de l’échec de la politique allemande soviétique, puis celle de la volonté de le masquer. Enfin, 1955 est l’année d’aboutissement d’un processus aux formes et aux protagonistes multiples qui a conduit à la réintégration de l’Allemagne dans la communauté internationale, même si c’est au prix de sa division : 1955 est l’année de l’accession à la souveraineté de la RFA (5 mai) et de son intégration dans l’OTAN (9 mai), après la ratification des accords de Paris, l’année de l’établissement de relations diplomatiques entre l’URSS et la RFA (9-13 septembre), à l’occasion de la visite à Moscou du Chancelier ouest-allemand, Konrad Adenauer, et l’année de la reconnaissance de la souveraineté de la RDA (à la suite de la décision du Conseil des Ministres de l’URSS de dissoudre la Haute Commission soviétique en RDA, les deux pays ont signé un traité le 20 septembre qui stipule l’établissement de relations sur un pied d’égalité, fondées sur le respect de la souveraineté et de la non-intervention dans les affaires intérieures) et de l’affirmation de l’existence de deux États allemands.

Notes

1 C. De Gaulle, Discours et messages, t. IV, Pour l’effort : août 1962-décembre 1965. Conférence de presse du 4 février 1965, Paris, Plon, 1970, p. 338.

2 J. Bainville, L’Allemagne, Paris, Plon, 1939, vol. I, p. 165.

3 Voir F. L’Huillier, L’Allemagne de 1830 à nos jours. Une problématique de l’unité, Berne, Peter Lang, 1985.

4 Voir E. Mosse Werner, The European Powers and The German Question 1848-1958, Cambridge, Cambridge University Press, 1958.

5 M. Stürmer, Das ruhelose Reich. Deutschland 1866-1918, Berlin, Severin und Siedler, 1983, vol. III, Die Deutschen und ihre Nation, p. 324.

6 Voir notamment la dénonciation du traité de Versailles et de ses conséquences politiques en Europe par J. Bainville, Les conséquences politiques de la paix, Paris, Godefroy de Bouillon, Reprint 1996-1920 et aussi son recueil d’articles, L’Allemagne, Paris, Plon, 1939.

7 P. Hassner, « L’Allemagne entre l’Est et l’Ouest », Revue française de Science Politique, 2/7 (1987), p. 36-54.

8 Voir H. Rumpf, Vom Niemandsland zum deutschen Kernstaat, Beiträge zur Entwicklung der Deutschlandfrage seit 1945, Hambourg, J. Heitmann Verlag, 1979 et B. Guérin, L’évolution du statut juridique de l’Allemagne de 1945 au Traité fondamental, Düsseldorf, Droste Verlag, 1978, p. 89-90.

9 J. Lévesque, 1989, la fin d’un empire. L’URSS et la libération des pays de l’Europe de l’Est, Paris, FNSP, 1995.

10 Voir J. Lévesque, L’URSS et sa politique internationale de Lénine à Gorbatchev, Paris, A. Colin, 1988.

11 M.S. Gorbatchev reprend cette même thématique dans son ouvrage Perestroïka. Vues neuves sur notre pays et le monde, Paris, Flammarion (trad.), 1987, p. 210.

12 W. Loth, Stalins ungeliebtes Kind. Warum Stalin die DDR nicht wollte ?, Berlin, Rowohlt, 1994 ; A.M. Filitov, Germanskij vopros : ot raskola ko ob"edineniû. Novoe pročenie, Moscou, Meždunarodnye otnošeniâ, 1993 ; S.M. Viskov et V.D. Kul’bakin, Soûzniki i germanskij vopros 1945-1949, Moscou, Nauka, 1990.

13 J. Lévesque, « Quelques paradoxes de la politique internationale de l’URSS », Communisme, 49-50 (1997), p. 7-17.

14 G.F. Kennan, Memoirs, vol. I : 1925-1950, Londres, Hutchinson and Co LTD, 1967 ; B. Meissner, Russland, die Westmächte und Deutschland. Die sowjetische Deutschlandpolitik 1943-1953, Hambourg, H.H. Nölke, 1953 et B. Meissner, Grundfragen der sowjetischen Deutschlandpolitik, Stuttgart, Kohlhammer, 1970.

15 Meissner, sur ce point, se démarque en affirmant que l’URSS était prête à accepter la réunification allemande au prix de sa neutralité.

16 H. Paris, Stratégies soviétique et américaine, Paris, Les sept épées, 1980, p. 11.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search