Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Conclusion

Texte intégral

Politique intérieure, diplomatie et décisions anglaises dans l’affaire de Suez

1Entre la nationalisation de la Compagnie de Suez et le déclenchement des opérations militaires, à la fin d’octobre, les choix du gouvernement anglais découlent d’un processus décisionnel complexe qui allie facteurs domestiques et de politique étrangère. Le maintien d’une attitude officielle très ferme pendant près de trois mois, masque en réalité plusieurs orientations successives et contradictoires. Ainsi la politique d’Anthony Eden connaît-elle trois grandes phases.

2D’abord, après quelques jours d’une remarquable incertitude, l’Egypt Committee ajuste son action aux buts extrêmes qu’il a d’emblée définis : placement de la voie maritime de Suez sous contrôle international et surtout élimination du régime nassérien. Parallèlement, dans la première décade d’août, les plans militaires subissent des changements majeurs. Il ne s’agit plus désormais d’occuper la zone du canal, mais, à la suite d’un grand débarquement à Alexandrie, de marcher sur Le Caire pour renverser Nasser.

3À la mi-septembre débute une deuxième étape dans les décisions britanniques. Très tôt au cours du mois d’août, les dirigeants anglais ont dû prendre en compte des problèmes quasi insurmontables qu’implique la mise en œuvre du plan Mousquetaire. Les retards répétés imposés au calendrier de ce dernier préludent à l’adoption du plan Mousquetaire révisé (19 septembre 1956). La question de l’existence du gouvernement Nasser passe indubitablement au second plan : désormais les ministres concentrent leur attention sur le différend qui oppose le Royaume-Uni à l’Égypte, qu’il s’agisse du futur statut du canal ou des conditions de son exploitation. Leurs efforts se portent alors sur la constitution d’une association des usagers propre à servir leur politique. Cependant, sitôt après l’échec de la Deuxième conférence de Londres, Anthony Eden et ses collègues, à l’exception, sans doute, du Chancelier de l’Échiquier, se disposent à négocier avec les Égyptiens sur la base de la supervision internationale de l’administration du canal.

4Enfin, alors que les conversations privées tenues en marge des débats du Conseil de Sécurité semblent conduire à un règlement à l’amiable, tout au moins entre Londres et Le Caire, le Premier ministre britannique accepte le 14 octobre les propositions françaises d’action militaire concertée avec Israël. Il opère ainsi un retournement complet de sa politique. Les deux dernières semaines d’octobre lui servent enfin pour conclure un accord ferme avec les Israéliens et pour préparer l’entérinement de l’opération de police sur le canal de Suez par le Cabinet.

5Lorsqu’ils élaborent leur politique dans l’affaire de Suez, les ministres britanniques prennent principalement en compte les rapports avec les États-Unis et avec la France. Finalement, ils ignorent presque le Commonwealth et se soucient en somme assez peu des pays arabes autres que l’Égypte, malgré toutes leurs affirmations au sujet de l’impact de la nationalisation de la Compagnie de Suez sur les positions du Royaume-Uni au Moyen-Orient. D’ailleurs, Monckton, le responsable le plus soucieux des retombées dans le monde arabe d’une politique de force envers les Égyptiens, n’est-il pas l’opposant le plus convaincu aux projets belliqueux de l’Egypt Committee ? De la même façon, l’URSS n’entre dans les calculs des gouvernants que comme une puissance d’emblée hostile, et ils ne prennent pas en considération le fait que cette superpuissance a d’ores et déjà une diplomatie moyen-orientale active et influente. Au contraire de leurs collègues américains, à Londres, comme à Paris d’ailleurs, les dirigeants n’accordent qu’un poids très faible, dans le cadre de la crise de Suez, aux grandes données générales des relations internationales, phénomène dénoncé au demeurant par les diplomates du Quai d’Orsay.

6L’entente anglo-américaine, l’un des pivots de la politique étrangère britannique depuis la Deuxième Guerre mondiale, tient inévitablement une place considérable parmi les facteurs qui orientent l’action anglaise dans l’affaire de Suez. L’influence modératrice des Américains se conjugue avec celle exercée en Angleterre par les adversaires d’une politique d’affrontement avec l’Égypte. La tactique employée par Dulles, si elle empêche toute rupture brutale, a toutefois des effets négatifs. Les Britanniques acceptent les diverses initiatives du secrétaire d’État américain avec l’espoir qu’au cas où elles ne procureraient pas la victoire escomptée sur Nasser, ils jouiraient alors du concours diplomatique et surtout financier des États-Unis, dans le cadre d’une action plus énergique. Leur attente s’avère vaine, même si les Américains les soutiennent avec loyauté, dans certaines limites. Les gouvernants anglais, conscients que le temps joue contre eux, ont l’impression d’une duperie de la part de Dulles, quoique l’accusation de « double-langage » paraisse outrancière. Lors des conversations privées à l’ONU, l’antagonisme entre les deux gouvernements atteint un sommet avec les tergiversations américaines sur la SCUA, attitude temporisatrice très inopportunément adoptée par le secrétaire d’État dans le but probable de laisser plus de temps à la négociation. Or, à cette époque, l’affaiblissement des « liens spéciaux » entre les deux puissances empêche les États-Unis de peser de façon décisive en faveur du règlement esquissé au cours des discussions de New York sur la question de Suez. À la mi-octobre, au contraire, l’association avec la France prime sur l’habituel partenariat anglo-américain. Bien entendu, la brouille entre Anglo-Saxons se trouve aggravée par l’anti-américanisme qui traverse alors le parti tory, non sans influencer ses dirigeants, alors que, fait capital, les développements de politique intérieure anglaise renforcent de façon décisive « l’entente cordiale » de 1956.

7Nouée dans la première moitié du mois d’août, l’association anglo-française se fonde sur un unique objectif commun : infliger à l’Égypte un échec dans l’affaire de Suez. Au-delà de cet étroit point de convergence, les deux gouvernements ne s’entendent sur rien. Chacun a ses propres vues sur le Moyen-Orient et ses intérêts particuliers à avancer. Ainsi, lors des pourparlers d’août, quand les Britanniques défendent leurs grands desseins de politique arabe (élargissement du Pacte de Bagdad, constitution du « croissant fertile »), les Français exposent des vues divergentes et souvent contraires, par exemple sur l’attitude à adopter envers Israël.

  • 1 Lord Home, entretien du 22 juin 1988.

8Les premiers développements, essentiellement diplomatiques, d’une politique commune élaborée pour l’essentiel à Londres, ne satisfont guère les Français, pressés d’agir d’une façon conforme à la résolution martiale qu’ils affichent. Par leurs résultats, tant la Première conférence de Londres que la Mission Menzies leur apparaissent comme des échecs. L’acceptation du retrait des pilotes de l’ancienne Compagnie de Suez encore en poste constitue un geste de fermeté propre à rassurer le partenaire français, de la part des ministres anglais, qui assurent la direction de fait de l’entente. À maintes reprises, les Français se plient à la volonté du Cabinet Eden. Ils font de multiples concessions, par exemple au sujet de la convocation des réunions internationales, de l’adhésion à l’Association des usagers ou encore, du recours au Conseil de Sécurité. Assurément, cela alourdit la responsabilité anglaise et crée une dette morale. Les dirigeants français ont du reste à chaque occasion pris soin de faire réaffirmer par leurs collègues la solidarité franco-anglaise et la détermination commune. Lord Home admettra qu’à l’automne 1956, les Français exercent sur leurs associés britanniques une forte pression, qu’il qualifiera toutefois de « légitime »1.

9En septembre, les rapports entre les deux alliés se tendent manifestement. Anthony Eden choisit d’apaiser Paris alors même que son changement majeur d’orientation dans l’affaire de Suez devrait le pousser à relâcher le lien avec la France et à se rapprocher des Américains. Les gouvernants britanniques se trouvent en fait prisonniers de l’entente anglo-française. Durant les négociations avec les Égyptiens à New York, le veto français met fin à leur espoir de solution de compromis. La position de force des dirigeants français ne découle pas seulement alors de leur capacité de dénoncer un accord avec l’Égypte qui apparaîtrait dès lors au Moyen-Orient comme une victoire de Nasser. Mais surtout, leur geste aurait des effets plus dévastateurs encore au Royaume-Uni où les partisans de la fermeté accuseraient leur gouvernement non seulement de faiblesse, mais de trahison.

10Dans l’explication des décisions anglaises ou françaises dans la crise de Suez, la politique intérieure tient une place fondamentale. En Angleterre, ses développements, au cours de l’automne 1955 et dans la première moitié de 1956, mettent en difficulté les dirigeants du parti gouvernemental, en particulier Anthony Eden. En premier lieu, le puissant courant qui rejette les mutations survenues dans la société anglaise après 1945 se manifeste avec vigueur lorsque, après le départ de Churchill, les changements attendus au plan de l’économie, le retour à « l’orthodoxie », n’ont pas lieu. Les adversaires du Welfare State et du Butskellism agissent de façon déterminée dans le parti comme au Parlement. Le Premier ministre devient leur principale cible. Ensuite, au printemps 1956, un deuxième courant, le groupe néo-impérialiste entre également en action et accroît la pression exercée sur la direction du mouvement conservateur. La question de Chypre, puis surtout l’affaire Glubb, permettent à cette minorité organisée et très décidée d’occuper une position de force au sein du parti tory et de peser enfin sur les choix du Cabinet.

11Au déclenchement de la crise de Suez, le gouvernement recueille le soutien de l’ensemble du Parlement ainsi que de l’opinion informée, sauf le Manchester Guardian, qui se montre d’emblée un opposant résolu à la politique intransigeante définie par le Premier ministre. En raison du discours malavisé de son chef le 2 août 1956, le Labour semble souscrire aux vues énergiques exprimées par les dirigeants conservateurs. Cette unanimité factice sur la politique égyptienne se fracture progressivement au cours du mois d’août jusqu’à ce que le désaccord s’installe, en premier lieu sur les moyens, puis sur les fins. Bien entendu, au début, la position du gouvernement au plan intérieur connaît une dégradation notable, d’abord en raison des critiques de grands journaux libéraux, bientôt relayés par la gauche du mouvement travailliste. L’opposition à toute aventure militaire, qui se développe rapidement, a pour conséquence le report indéfini de toute action armée. Toutefois, l’apparente adhésion du Labour à la politique de fermeté, au début d’août, puis la lenteur du réajustement de la position du parti opéré par Gaistkell, permettent aux ministres de conserver une attitude extrémiste jusqu’aux débats parlementaires de septembre. À ce moment, le Cabinet peut difficilement modifier son orientation publiquement. Il tente au contraire de minimiser par des déclarations officielles dures les réels mouvements de retraite que constituent la participation au projet d’association des usagers ou, plus encore, la saisine du Conseil de Sécurité. En somme, quoique bien réelle, l’influence de l’opposition parlementaire a un effet surtout négatif, car elle restreint la liberté d’action du gouvernement alors qu’elle aurait pu, à l’origine, modifier ses choix initiaux.

12Au plan intérieur, les forces qui contribuent à modeler de façon déterminante les décisions du Cabinet anglais se situent à l’intérieur même du mouvement tory. Une partie importante des conservateurs, au Parlement et dans le pays, partage les idées modérées des grands journaux libéraux sur les buts à atteindre et les moyens à mettre en œuvre dans l’affaire de Suez. Ils ne peuvent guère, par par souci de loyauté et de patriotisme, exprimer trop ouvertement leurs préférences alors que leurs chefs tiennent un discours très ferme. Cependant, en septembre, par leur prise de position au Parlement, ils contribuent fortement à pousser les gouvernants dans la voie de la négociation, conséquence naturelle d’un appel au Conseil de Sécurité, car ils manifestent sans ambiguïté leur réticence devant l’éventualité d’une solution militaire au différend avec l’Égypte.

13La nationalisation de la Compagnie de Suez donne au Suez Group une opportunité inespérée pour obtenir enfin ce « redressement » de la politique étrangère du pays, réclamé avec constance depuis 1945. Pour les Suez Rebels, l’objectif de la Grande-Bretagne dans la crise de Suez ne peut être que d’infliger à l’Égypte une défaite qui doit préluder à la restauration des positions anglaises au Moyen-Orient, serait-ce au prix de frictions avec le rival américain. D’emblée, les néo-impérialistes voient dans la France l’alliée naturelle de leur pays. Ils font de la solidarité franco-britannique la condition d’une victoire et, surtout, le gage de la détermination de leurs dirigeants. Tout aussi clairement, ces derniers se servent de la nouvelle « entente cordiale » comme outil de politique intérieure. L’association avec les Français acquiert graduellement une signification et une importance sans rapport avec ses fondements diplomatiques originels. Il devient presque impossible pour les ministres de se dégager de l’alliance avec la France, de plus en plus gênante pourtant au plan diplomatique.

14Les Suez Rebels exercent avec habileté une pression constante sur le Cabinet, dont ils se méfient. Ils agissent à plusieurs niveaux : dans les journaux, au Parlement, dans le parti. Leur action devient cruciale au congrès de Llandudno. À ce moment, ils ont la possibilité d’unir la droite néo-libérale conservatrice et leurs propres partisans dans un même mouvement de rejet qui provoquerait une scission du parti tory, et donc la chute du Premier ministre et le renversement du gouvernement. Dès lors, en butte à New York au veto français et en Grande-Bretagne, à la menace d’une conjonction fatale des fractions contestataires au sein de son mouvement, Anthony Eden choisit la fuite en avant grâce au scénario contestable mis au point par les Français.

15Bien que le Cabinet soit dans son ensemble manipulé, graduellement conduit à approuver l’intervention militaire en Égypte décidée par le Premier ministre, les membres de l’Egypt Committee donnent en toute connaissance de cause leur accord. Cet aval donné au choix d’Eden résulte assurément de la prise en compte, non seulement de l’obstacle majeur que représente en octobre l’entente anglo-française, pour la diplomatie anglaise, mais surtout des problèmes intérieurs graves que susciterait un règlement négocié et pacifique de la crise. Cela explique qu’aucun de ses principaux collègues ne fasse acte d’opposition ouverte. Butler opte pour un appui sans doute très mesuré tandis que Monckton se réfugie dans une forme d’abstention. Bien entendu les ministres les plus radicaux ne peuvent que souscrire au projet d’opération de police. Il convient d’ailleurs de rappeler le rôle particulier de Macmillan au sein du gouvernement en tant que champion résolu de l’usage de la force. Par son action, il contribue grandement à durcir l’attitude initiale du Cabinet et jusqu’en novembre, il exerce de l’intérieur une pression certainement préoccupante pour son chef.

Suez et la crise du régime en France

16Comme dans le cas anglais, il s’avère impossible d’expliquer l’action française dans la crise de Suez à l’aide des seuls facteurs de politique extérieure habituellement mis en avant : l’amitié avec Israël et le soutien égyptien à la rébellion algérienne, quoique considérables, ont avant tout une valeur conjoncturelle. Quant au « complexe de Munich », s’il a une réalité, il agit principalement au niveau d’une opinion publique, habilement orientée. L’examen du « préalable égyptien » prouve d’ailleurs que l’on se sert en 1956 des fausses analogies avec les années 1930 dans des buts précis, liés à la politique algérienne du pays et à la lutte entre les partis. Le conflit algérien a pour effet de diviser le monde de la politique française : la recherche d’une paix négociée en Algérie devient l’agent puissant d’un regroupement à gauche ; l’objectif de vaincre les rebelles et de conserver l’Algérie « française » donne une cohérence à la droite et au centre-droit, hormis le MRP.

17L’échec de Mendès France dans sa tentative de créer un bloc socialo-radical capable de continuer une politique nord-africaine qui aboutisse à la décolonisation du Maghreb dans son ensemble, a des conséquences graves : il n’y a pas de majorité de gauche suffisamment nombreuse à l’Assemblée nationale et le Front républicain, alliance électorale de circonstance, ne se concrétise pas au niveau du gouvernement. L’influence des mendésistes, exclus des postes clés, ira décroissant, ce qui pousse leur leader à démissionner en mai. Dès le printemps, on perçoit une bipolarisation au sein du Cabinet autour de Mollet et Pineau ainsi que de Bourgès-Maunoury et Lacoste : leur opposition se manifeste clairement à propos de l’Afrique du Nord et de l’Égypte.

18La question algérienne occupe la place centrale dans le débat politique en France. Avec la démission du général Catroux à Alger, Guy Mollet paraît renoncer à briser le pouvoir colonial et à réaliser la personnalité algérienne. En fait, bien qu’il demande des pouvoirs spéciaux et engage la nation dans la pacification, il opte aussi pour des négociations secrètes avec le FLN. Les initiatives hardies de Savary dans le domaine des relations avec le Maroc et la Tunisie suscitent à droite et au centre de vives réactions : moins de la moitié de la Chambre accorde la confiance lors du débat de politique générale de juin. La situation du gouvernement Mollet va devenir de plus en plus précaire, surtout avec les exigences définies par la SFIO lors du congrès de Lille. La bataille autour du collectif militaire démontre qu’à droite et au centre, sauf au MRP, on se prépare à faire tomber le Ministère, privé du soutien communiste. Mollet doit accepter l’émission d’un emprunt national extrêmement généreux, et encore le compromis ne se fait-il qu’après la nationalisation du canal de Suez.

19Pour comprendre l’attitude des chefs socialistes à l’égard de l’Égypte à partir du 26 juillet, il faut tenir compte des difficultés qu’ils rencontrent. Grâce au préalable égyptien, le président du Conseil peut en appeler à l’unité nationale et imposer une trêve à ses adversaires, tant à l’assemblée nationale que dans son parti. Pour la droite et le centre, l’affaire de Suez représente à la fois la justification du conflit algérien et l’explication de l’échec de la pacification. Mais aussi, l’affrontement avec l’Égypte sert à marquer la détermination française à combattre pour ses intérêts en Afrique du Nord : châtier Nasser équivaut à avertir Bourguiba et Mohamed V, sans remettre en cause les progrès accomplis dans leurs pays, que la France entend conserver dans l’aire maghrébine un statut particulier, et surtout qu’elle se réserve le contrôle des richesses sahariennes. L’avenir du désert saharien, avec les découvertes de pétrole au début de 1956, suscite des complications notables dans la tâche de Guy Mollet : des alliés éventuels, tels qu’Edgar Faure et ses amis, ou le MRP, ouverts à une certaine décolonisation en Afrique du Nord, même en Algérie, s’inquiètent désormais du sort du Sahara au cas où la France cesserait d’être présente politiquement et militairement dans les contrées qui le bordent au nord et en maîtrisent l’accès.

20L’affaire de Suez prend dans la politique des partis en France des proportions démesurées par rapport à l’objet du litige et aux intérêts en cause. Dans l’Assemblée éclatée issue des élections du 2 janvier 1956, une lutte acharnée met aux prises communistes et groupes du centre-droit, dont en particulier le MRP, seul adversaire de taille. Le PCF a pour dessein un rapprochement avec la SFIO qui déboucherait sur le rassemblement de la gauche en un « front populaire » similaire à celui de 1936. Les républicains populaires, au contraire, s’efforcent de rattacher le groupe socialiste à une majorité qui s’étendrait des socialistes aux modérés. Si l’enlisement en Algérie fournit aux communistes une arme précieuse, la crise de Suez donne au centre-droit le moyen de riposter. Grâce à leur tactique méthodique, les républicains populaires vont contraindre les ministres socialistes à prendre des mesures militaires contre l’Égypte, à exécuter ce qui au départ n’est que velléités et menaces. Plusieurs chercheurs ont relevé l’impact de Suez sur la politique française, sur la position du PCF, mais y ont vu le résultat fortuit d’événements de caractère international. La brutale répression accomplie par l’URSS en Hongrie, à partir du 4 novembre, défendue en France par le PCF, cause une seconde fois son isolement : ce fait éclipse en quelque sorte Suez et masque son importance première. À l’été 1956 cependant, aucun homme politique français ne peut prévoir les effets de la libéralisation en Hongrie et la réaction violente de Moscou. Le conflit avec l’Égypte paraît alors la seule possibilité de mettre les communistes en quarantaine, de faire pièce à leurs menées unitaires.

21L’évolution de l’affaire algérienne, avec ses incidences tunisienne et marocaine, représente à l’été 1956 un élément décisif par rapport à l’orientation qu’adoptent Mollet et Pineau dans la politique égyptienne. À la fin d’octobre, la Conférence de Tunis doit publier et examiner la base d’un accord entre le FLN et la France, début d’un processus de négociations officielles entre belligérants. La solution mise au point, qui respecte les termes de la motion de Lille et le projet de confédération franco-nord-africaine du MRP, répond aux espérances de la population française, favorable à une entente avec les rebelles. Dès lors, on conçoit que, plutôt que de démissionner en raison de l’extrémité où les a conduits le différend avec l’Égypte, les chefs socialistes prennent le parti d’intervenir militairement dans la zone du canal par une opération spectaculaire, mais vouée à de piètres résultats par sa conception même. Cela d’autant plus qu’ils peuvent ainsi obtenir la confiance du centre-droit et de certains modérés et faciliter l’aboutissement de la politique nord-africaine de Pineau et Savary.

22Les racines de la politique française dans l’affaire de Suez se trouvent en fait dans la crise du système républicain, qui débute en 1956. Le gouvernement Mollet et ses successeurs n’auront plus, jusqu’au retour du général de Gaulle en 1958, de majorité parlementaire, et la factice union nationale réalisée à l’occasion de l’occupation de Port-Saïd marque le début des dix-huit mois d’immobilisme qui débouchent sur la chute de la IVe République. D’août à novembre, tant les choix de Mollet et de Pineau que le jeu des partis ont été déterminés par les deux problèmes majeurs qui affligent dès 1956 la France : la décolonisation de l’Afrique du Nord, qui aggrave les oppositions au sein de la classe dirigeante française, notamment avec l’inconnue saharienne, et l’impossibilité de réunir une majorité cohérente à l’Assemblée nationale, et donc de gouverner le pays, à l’origine de la dure bataille entre l’extrême-gauche et le centre-droit.

Caractères communs et divergents des décisions britanniques et françaises dans l’affaire de Suez

23Au plan de la politique étrangère, certaines similitudes apparaissent nettement, au moment de la nationalisation de la Compagnie de Suez, entre les réactions en Grande-Bretagne et en France. Les gouvernements des deux États considèrent Nasser comme un ennemi et perçoivent à juste titre son acte comme une attaque de nature politique. Très tôt, ils prennent une position extrémiste dans laquelle ils s’enferment durablement, sans égard aux réalités diplomatiques. Au reste, tant à Paris qu’à Londres, on écarte graduellement les hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères du processus décisionnel.

24Les diplomaties françaises et britanniques prennent cependant un cours contraire à partir de la mi-septembre, car les Français ne suivent pas leur partenaire sur la voie des négociations. Pendant la période qui s’écoule entre les rencontres au sommet des 26 et 27 septembre et la venue d’Albert Gazier et du général Challe aux Chequers, le 14 octobre 1956, les politiques des deux associés s’opposent. Les différences d’attitude s’expliquent autant par les situations intérieures dans les deux pays, fort différentes, que par les impératifs de politique extérieure propres à chacun. Une aventure militaire en Égypte présente en effet des dangers beaucoup plus grands pour le Royaume-Uni que pour la France. Les contextes domestiques des décisions françaises et anglaises présentent des similarités superficielles : « union nationale » du début de la crise, bientôt rompue en Angleterre, incomplète en France du fait de la position du PCF ; fortes pressions des « anti-nasséristes » des deux côtés de la Manche. En outre, les opinions publiques françaises et anglaises se ressemblent par leurs sentiments négatifs à l’égard de l’Égypte et leur modération sur le problème de Suez. Assez rapidement cependant, les Britanniques se divisent de façon de plus en plus marquée, en partie sous l’action d’une presse plus indépendante.

  • 2 Dans French Motivation in the Suez Crisis (Princeton, Institute for International Social Research, (...)

25La politique intérieure tient, tant à Londres qu’à Paris, une place essentielle parmi les facteurs qui orientent les décisions dans l’affaire de Suez. Cependant, les cas français et anglais présentent des différences notables. Chez les Britanniques, il y a crise politique à l’intérieur du parti au pouvoir. Les dirigeants tories s’efforcent à la fois de sauver l’unité de leur mouvement et l’existence du Cabinet, étroitement liées. Du côté français, les problèmes domestiques ont une plus grande complexité. En 1956, les gouvernants pensent à juste titre qu’au-delà de la survie d’un Ministère somme toute relativement impuissant et boiteux, le système politique lui-même se trouve menacé, au moment où ils espèrent résoudre le problème algérien. Considérés à la lumière des impératifs de politique intérieure, les choix anglais et français dans la crise de Suez acquièrent une rationalité totalement absente quand l’analyse se borne à la politique étrangère2. Au reste, l’expédition anglo-française de novembre 1956 à Port-Saïd prend enfin un sens, surtout si l’on prend en compte l’amenuisement constant des buts de guerre au fur et à mesure des changements de plan militaire : il ne s’agit plus de renverser Nasser, loin de là, mais d’agir militairement coûte que coûte, de causer le moins possible de destructions et de pertes humaines, et de prendre, si l’on peut, un gage, si petit soit-il, et peu importe le temps qu’on pourra le conserver.

Notes

1 Lord Home, entretien du 22 juin 1988.

2 Dans French Motivation in the Suez Crisis (Princeton, Institute for International Social Research, 1956) Herbert Luethy et David Rodnick lient psychologie des gouvernants français et décisions dans l’affaire de Suez, dans le vain espoir de trouver ainsi une rationalité absente dans le seul champ de la politique étrangère.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search