Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Chapitre X. Les racines intérieures des décisions françaises dans la crise de Suez

Texte intégral

L’impasse sur le vote du collectif militaire et la déclaration officielle du 3 août

1Dans la quatrième semaine de juillet 1956, l’Assemblée nationale aborde l’étude du budget du ministère de la Défense, dans le cadre de l’examen de la loi de Finances pour l’année en cours. Naturellement se pose alors le problème du financement de la guerre d’Algérie, ce qui a pour conséquence de mettre en difficulté les gouvernants socialistes. Auparavant, Guy Mollet avait utilisé tantôt une majorité parlementaire de gauche pour ses projets sociaux, tantôt une de droite pour la pacification algérienne. Au début de juin, le débat de politique générale, confondant lois sociales, politiques marocaine, tunisienne et algérienne, lui a permis d’arracher à la droite la ratification d’un ensemble de réalisations que, sauf pour ce qui a trait à l’Algérie, elle condamne. Il a en même temps obtenu des communistes une attitude de neutralité bienveillante. Cette fois, l’opération s’avère impossible, car le PCF ne peut que rejeter l’octroi de subsides pour une guerre qu’il condamne comme une entreprise coloniale.

  • 1 Le Monde, 4, 6, 7 et 8 mai 1956.
  • 2 JOAN, 26 juillet 1956, p. 3685.

2Défavorables à l’allongement légal des congés payés, la droite et le centre-droit, hormis le MRP, réfugié dans l’abstention afin de contrebalancer l’appui communiste, ont combattu l’institution du Fonds national de solidarité, destiné à soutenir les vieillards nécessiteux. Les modérés et les groupes du RGR ont dénoncé la levée d’impôts nouveaux pour ce fonds alors même que l’Algérie réclame un effort financier très considérable1. Une majorité socialo-communiste relative a cependant permis la création du fonds d’aide et a voté des ressources fiscales de 140 milliards de francs. Maintenant, le gouvernement réclame l’établissement d’impôts additionnels afin de dégager 100 milliards de francs pour les besoins de la pacification. Dans ce but, le ministre des Finances, Paul Ramadier, propose à l’Assemblée des taxes indirectes, notamment sur les tabacs (20 milliards de francs) ainsi qu’une surtaxe sur l’impôt sur le revenu (60 milliards de francs), le décime supplémentaire2.

  • 3 Le Monde, 20 juin et 24 juillet 1956.
  • 4 Le Populaire de Paris, 11 et 25 juin 1956.

3Les plans des socialistes ont auparavant beaucoup varié. Ils ont envisagé divers moyens de financement, dont des impôts sur les superbénéfices des entreprises, l’augmentation de la contribution mobilière ou encore, une taxe sur les produits de luxe. Toutefois, Mollet et Ramadier ont constamment soutenu qu’il devait y avoir participation de tous à l’effort financier3. Le Populaire de Paris, organe de la SFIO, a d’ailleurs insisté sur « l’égalité de sacrifice » et écarté la solution de l’emprunt4.

  • 5 Le Monde, 29 juin et 17 juillet 1956.
  • 6 Ibid., 26, 27 et 28 juillet 1956.
  • 7 La Lettre Paul Dehème, 24 mai 1956.
  • 8 Ibid., 28 juillet 1956.

4Au contraire, le centre-droit et la droite refusent le projet d’impôts nouveaux pour l’Algérie. Edgar Faure et les modérés s’opposent à un alourdissement de la fiscalité et proposent plutôt le recours à l’emprunt5. À la Commission des finances de l’Assemblée, les socialistes, isolés, se trouvent contraints d’accepter l’idée d’un emprunt national, mais, même à ce prix, l’entente ne se fait pas : alors que les socialistes désirent en cas d’échec de l’emprunt appliquer les mesures fiscales dans leur intégralité, les radicaux et les modérés veulent les limiter à un rôle complémentaire, dans la mesure où ne serait pas atteint le plafond prévu de 200 milliards de francs6. À l’évidence, la droite modérée se prépare à renverser le Ministère sur « un texte à vocation financière », éventualité évoquée dès le printemps par la Lettre Paul Dehème, publication confidentielle7. À cause de la menace fiscale qu’il recèle et en raison de la méfiance de la droite, le compromis autour de l’emprunt ne recueille au sein de la Commission que 19 voix favorables, car 10 modérés et radicaux s’abstiennent, 11 communistes et 4 poujadistes s’opposent8. Là encore, le MRP, artisan de l’accord, a permis au Cabinet de sortir de l’impasse. Mais sans doute aussi, à partir du 26 juillet, la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez incite le MRP et plusieurs leaders de droite à exploiter l’événement pour infléchir le cours de la politique du ministère Mollet. Plus que le pur patriotisme, la raison conduit les hommes du centre-droit et leurs alliés modérés les plus pragmatiques à conserver l’actuel gouvernement, car l’éventualité d’un affrontement avec l’Égypte ouvre des perspectives inespérées au plan de la politique intérieure.

  • 9 Le Populaire de Paris, 5 septembre 1956.
  • 10 Guy Mollet, Bilan et perspectives socialistes, Paris, Plon, 1958, p. 83-84.
  • 11 JOAN, 26 juillet 1956, p. 3681 et 3676. Deux députés radicaux, A. Morrice et E. Hugues, quoique fav (...)

5Voté par une majorité de droite et de centre-droit, avec l’abstention de près de 40 députés du Front républicain, l’emprunt national présente une opportunité exceptionnelle pour l’épargne : indexé sur les valeurs françaises, exonéré des impôts sur le revenu des valeurs mobilières ainsi que de l’impôt sur le revenu pour cinq ans, il représente un placement extrêmement avantageux9. L’écart entre les projets fiscaux initiaux de Ramadier, égalitaires et austères, et ce cadeau fait aux détenteurs de capitaux, révèle l’étendue de la concession faite aux groupes de droite. Guy Mollet a dit avoir « cédé à la pression de l’Assemblée nationale »10. Le danger est bien réel, car le débat sur le collectif militaire fournit à la droite l’occasion idéale de renverser un Cabinet dont la tête socialiste provoque la méfiance. Quels buts poursuit Mollet en Algérie ? Ne tente-t-il pas sur la question des crédits militaires d’utiliser à nouveau la droite comme majorité de rechange11 ?

  • 12 André Philip, Le socialisme trahi, Paris, Plon, 1957, p. 128-129.
  • 13 JOAN, 28 juillet 1956, p. 3720.

6L’antagonisme entre les idées économiques et politiques des socialistes et celles des tenants de l’économie libérale ne suffit pas à expliquer l’hostilité des seconds aux impôts nouveaux et l’obstination des premiers à y recourir. Vu sous un autre angle, le différend acquiert une toute autre signification : la levée d’impôts additionnels aurait pour conséquence l’implication de tous les citoyens dans l’affaire algérienne et les sensibiliserait à son aspect économique. Cela, les leaders socialistes ne l’ignorent pas et l’un d’eux, A. Philip, blâmera pour ce motif, en des termes sévères, Mollet d’avoir renoncé à l’impôt12. À l’Assemblée nationale, seul un poujadiste, Jean-Marie Le Pen, déclare avec franchise voir à travers « l’acharnement » des socialistes « à financer ces dépenses par voie fiscale, une volonté de rendre impopulaire la politique algérienne qu’ils préconisent »13.

  • 14 John Talbott, « French Public Opinion and the Algerian War : A Research Note », French Historical S (...)
  • 15 Charles-Robert Ageron, « L’opinion française devant la guerre d’Algérie », Revue française d’histoi (...)

7L’impact de la guerre d’Algérie sur l’opinion publique française, souvent négligé dans les études sur cette période, ne manque cependant pas d’intérêt. Rien ne permet de voir dans le ton nationaliste et belliciste des journaux à grand tirage, le reflet des sentiments populaires. Les sondages d’opinion tendent à démontrer le contraire, et si le professeur J. Talbott affirmait que les Français « étaient prêts dès 1957 à négocier la cessation des combats et à accepter le relâchement des liens existant entre la France et l’Algérie », certains indices révèlent que cette tendance naît et prédomine peut-être dès 195614. Moins affirmatif, Charles-Robert Ageron a conclu du moins que les enquêtes prouvent « une chute du moral » de la population française à propos de la guerre d’Algérie, à partir de l’été 1956, et que cette dernière aurait accepté une paix négociée bien avant 195915.

  • 16 Sondage, n° 3, 1956, p. 6.

8D’abord, les Français métropolitains se préoccupent avant tout de sujets propres à la vie intérieure du pays. Une enquête de l’Institut français d’opinion publique (IFOP), conduite en avril 1956, donc après le vote des pouvoirs spéciaux par le Parlement, établit que, parmi quatre objectifs définis, la sauvegarde de l’Union française n’apparaît comme une priorité nationale que dans 17 % des réponses. L’augmentation du niveau de vie, la justice sociale et même le désarmement général revêtent dans 64 % des opinions exprimées plus d’importance que le sort de l’Empire. La hausse du niveau de vie, premier ou second but en importance pour 56 % des participants, et le maintien de l’Union française, contradictoires dans la conjoncture des années 1950, apparaissent sans doute ressentis comme tels, d’où le désintérêt relatif à l’égard de l’avenir du domaine colonial16.

  • 17 Ibid., p. 3.
  • 18 Ibid., p. 24.

9La population acquiert en 1956 une certaine conscience de l’acuité du problème nord-africain : alors qu’en décembre 1955, 25 % seulement des individus interrogés le voyaient comme le plus important pour la France, 63 %, en avril, et 60 %, en juillet 1956, le placent au premier rang17. Questionnés en avril 1956 sur leur choix entre deux solutions, la négociation avec les rebelles pour accorder l’indépendance à l’Algérie ou l’emploi de tous les moyens militaires afin de réprimer la rébellion, au cas où la situation s’aggraverait, 39 % optent pour l’une ou pour l’autre alternative. En juillet, 23 % de personnes seulement préfèrent encore le recours à la force. En incluant les 12 % qui se prononcent en faveur de diverses modalités de négociation, on remarque qu’en juillet 1956, 57 % des gens voient dans des tractations avec l’adversaire plutôt que dans la pacification, l’issue du conflit18.

  • 19 Ibid., p. 26.
  • 20 Ibid., p. 27-28.

10Au printemps et à l’été 1956, deux mesures gouvernementales, l’envoi de conscrits et la levée de subsides pour l’Algérie, ont une incidence majeure sur l’attitude des citoyens français devant la politique algérienne du ministère Mollet. En avril, 48 % des Français expriment leur désaccord au sujet de l’envoi d’appelés au service militaire en Algérie, tandis que 36 % approuvent cette décision. En outre, l’augmentation des impôts ne recueille en juillet que 28 % de partisans contre 51 % d’opposants19. Ces chiffres indiquent donc que presque la moitié des citoyens n’adhèrent pas à la politique « de pacification » et que ceux qui l’appuient n’iraient pas jusqu’aux sacrifices financiers réclamés par Ramadier. Enfin, les résultats des sondages de juillet 1956 témoignent du pessimisme grandissant de la population : ainsi, 45 % des individus interrogés croient en la détérioration de la situation en Algérie, tandis que 19 %, au lieu de 31 % en avril précédent, continuent de penser que dans cinq ans cette contrée sera encore française20.

11Le heurt entre les socialistes et la droite à propos du financement de la guerre algérienne résulte donc de leur évaluation très juste des tendances de l’opinion publique. Si Mollet et ses collaborateurs agissent de façon à rendre impopulaire l’entreprise coûteuse de la pacification, c’est que, contraints par les circonstances d’adopter une politique d’escalade sur le plan militaire, ils conservent leur but premier de ramener la paix au moyen de négociations. Compte tenu de l’émancipation des protectorats voisins, la reconnaissance d’une « personnalité algérienne » et sa concrétisation en matière législative et exécutive, conduiraient dans un avenir proche à la création d’un État national algérien.

12En juillet, les partis de droite et de centre-droit résolvent à l’évidence d’empêcher l’institution d’impôts nouveaux, même au prix d’une crise ministérielle. Privés du contrepoids communiste dans cette affaire, à la merci donc du MRP et des modérés, les dirigeants socialistes doivent céder. L’équipe Mollet sort affaiblie de l’épreuve, qui indique bien que sa présence à la tête de l’État n’apparaît plus aussi opportune à la droite : le gouvernement du Front républicain a obtenu les pouvoirs spéciaux et intensifié, par l’envoi des conscrits, l’action militaire du pays, mais depuis le Congrès de Lille, il a moins d’utilité et inquiète fortement. Au reste, un nouveau Ministère formé par le centre-droit et la droite parviendrait assurément avec l’aide de l’UFF, à faire voter l’émission d’un emprunt national pour l’Algérie.

  • 21 JOAN, 28 juillet 1956, p. 3721. Lors du vote de confiance sur le collectif militaire, le 28 juillet (...)
  • 22 Ibid., p. 3722.
  • 23 Ibid.
  • 24 L’Écho d’Alger, 28 juillet 1956.

13Le compromis, par lequel les socialistes se résignent à financer par l’emprunt les dépenses militaires pour 1956, se réalise après le 26 juillet, au début de la crise de Suez. Le 28 juillet, lors du vote sur les ressources couvrant l’ensemble du collectif militaire, Pineau doit assurer aux indépendants que le Cabinet s’oppose au geste unilatéral de Nasser, qui met en cause la liberté de passage dans le canal21. J. Soustelle, qui expose la position des républicains sociaux, compare la nationalisation de la Compagnie Universelle à la remilitarisation de la Rhénanie en 1936. Le soutien qu’apporte son groupe, note-t-il, requiert du gouvernement qu’il renforce la cohérence interne de sa politique. Deux points, les voyages « improductifs » de Pineau et l’activité des opposants à la guerre d’Algérie, retiennent son attention : à la conciliation avec l’Égypte doit succéder la fermeté et, dans le pays, il faut combattre les « défaitistes »22. Par défaitistes, il faut bien sûr entendre communistes. Pour le RGR, Georges Bonnet précise qu’il fournira « d’autant plus volontiers ses suffrages », que se constitue « derrière le gouvernement une large majorité nationale »23. L’expression « majorité nationale », qui désigne l’ensemble des partis à l’exclusion des communistes, va servir abondamment pendant les mois qui suivent : l’attitude du PCF, favorable à la négociation avec l’Égypte, fournira pour ses ennemis la démonstration de son inféodation aux Russes, vus comme les tuteurs du panarabisme nassérien. Les partisans de l’Algérie française regardent également la crise comme un événement plein d’opportunités. À l’intention, assurément, des modérés, peu enclins à maintenir au pouvoir le Ministère existant, L’Écho d’Alger affirme à propos du vote des crédits militaires, que « les extravagances de l’Égyptien donnent une raison supplémentaire aux hésitants de se compter dans la majorité »24.

  • 25 France Indépendante, cité par Le Monde, 31 juillet 1956.
  • 26 JOAN, 1er août 1956.
  • 27 L’Écho d’Alger, 31 juillet 1956.

14Si, au nom d’une « Union nationale » nécessitée par l’urgence de la situation, le centre-droit et la droite gardent au pouvoir le ministère Mollet, ils désirent cependant des garanties au sujet de l’attitude future des dirigeants socialistes dans l’affaire égyptienne. Une fois encore, Roger Duchet, au nom des modérés, somme le président du Conseil d’ignorer « la motion redoutable du Congrès de Lille » et de refuser la majorité offerte par le PCF : il doit maintenant faire « preuve de fermeté »25. À l’Assemblée, Paul Reynaud enjoint au gouvernement d’agir avec énergie dans le différend franco-égyptien26. Le lobby nord-africain et ses alliés oublient soudainement les actes antérieurs du ministre des Affaires étrangères : ainsi, par exemple, L’Écho d’Alger explique que « la patience et la crédulité » de Pineau n’importent plus désormais, pour autant qu’il « tire la leçon de cette expérience »27.

15La volonté des groupes du centre-droit et de la droite d’engager le Cabinet socialo-radical dans une politique agressive sur la nationalisation de la Compagnie de Suez s’explique par la difficulté que présentent les initiatives sur les autres terrains. Mollet a promis à la fois la préservation des liens indissolubles ainsi que la concrétisation de la personnalité algérienne, et ses interlocuteurs de droite butent sur cette contradiction : combattre ce terrain équivaudrait à éperonner le courant pacifiste au sein de la SFIO et chez les radicaux ; cela favoriserait également un rapprochement entre socialistes et communistes. Les plans social et économique, avec la pause effectuée dans les réformes sociales et l’étroitesse des limites budgétaires, offrent peu d’opportunité d’action. Le champ de l’intégration européenne, plus fertile, se prête à certaines opérations, notamment pour le MRP, qui partage avec la SFIO l’objectif d’établir une communauté européenne. Cependant, l’opposition manifestée tant par les communistes que par les radicaux et les républicains sociaux à l’occasion du vote sur l’Euratom, le 11 juillet, montre les complications éventuelles d’une manœuvre fondée sur le regroupement des « européens », d’autant plus que, malgré la position pro-européenne maintes fois proclamée des socialistes, le PCF maintient son invitation à « l’unité d’action » des deux grands partis de la gauche. Par contre, la crise de Suez ouvre des voies nouvelles aux adversaires du Front républicain. La session parlementaire prend fin au début d’août, aussi les partis du centre-droit et les modérés vont-ils s’efforcer d’obtenir du gouvernement qu’il s’engage à mener une politique inflexible, voire belliqueuse, envers l’Égypte.

  • 28 LExpress, 3 août 1956.
  • 29 JOAN, 2 août 1956.

16Présentée le 2 août, deux jours avant les vacances parlementaires, la résolution Montel a pour but évident d’obliger Mollet et Pineau à définir officiellement devant l’Assemblée nationale leurs orientations dans l’affaire de Suez. Le jour précédent déjà, Robert Lecourt, un républicain populaire, a proposé une suspension symbolique des travaux de la Chambre des députés en réponse à Nasser : 416 parlementaires l’ont acceptée, tandis que les 150 communistes et progressistes la refusaient. Il s’agit à la fois de faire étalage d’une unité menaçante à l’intention des ministres, et d’effectuer, comme l’observe L’Express, une manœuvre pour la réunion d’un « bloc national »28. Élaborée au sein de la Commission des affaires étrangères, la résolution Montel va dans le même sens, mais elle formule des exigences précises à l’intention du Cabinet. L’Assemblée y exprime son indignation, son refus du fait accompli et son désir de l’emploi des « mesures les plus énergiques »29. Les socialistes y ont fait ajouter un paragraphe qui traite de la violation par le colonel Nasser du droit international, et de la menace que ce dernier représente pour la paix : cela laisse deviner la base de la réplique gouvernementale. Le résultat de ce second vote sur Suez, similaire au précédent, accroît néanmoins la pression sur les dirigeants socialistes.

  • 30 Ibid., p. 3843.
  • 31 Ibid., p. 3841-3842.
  • 32 Ibid., p. 3853.

17Tous les groupes à droite de la SFIO, des radicaux aux poujadistes, appuient la résolution Montel. Toutefois, plus que tous les autres, le MRP se fait pressant en faveur d’une action immédiate. Il intime à Guy Mollet « d’être aussi ferme que le demande l’unanimité de cette Assemblée »30. En outre, le républicain populaire Maurice Schumann, rapporteur de la Commission des affaires étrangères, introduit dans sa présentation de ce texte tous les éléments destinés à légitimer une attitude hostile à l’égard de l’Égypte et à augmenter considérablement les proportions du problème égyptien : comparaison entre Nasser et Hitler, antagonisme entre Israël et l’Égypte, essor du panarabisme31. Le promoteur de la proposition, le modéré Pierre Montel, souligne, en guide d’avertissement au gouvernement, qu’il devra répondre aux attentes du Parlement et que « des faiblesses coupables [...] aggraveraient [sa] responsabilité »32.

  • 33 Ibid., 3 août 1956, p. 3869-3872.
  • 34 Ibid., p. 3873.

18Le 3 août, sept jours après le début de la crise de Suez, Mollet et Pineau se rendent aux injonctions de l’Assemblée, aux exigences des républicains sociaux, du MRP et des modérés. Dans une communication officielle au Parlement, le ministre des Affaires étrangères affirme que sa bonne foi a été trompée après les entretiens du 14 mars au Caire. Il expose la menace que représente l’Égypte pour Israël, et il justifie sa politique antérieure par le manque de solidarité occidentale. Il fait également siennes les analogies développées autour de Munich et d’Hitler. Il assure enfin l’Assemblée sinon de l’intransigeance, du moins de la détermination du gouvernement en des termes peu diplomatiques : « ou bien le colonel Nasser s’inclinera et reviendra en totalité sur les mesures qu’il a prises [... ou, dans le cas contraire] toute mesure devrait être prise pour l’obliger à se soumettre »33. Après avoir repris les arguments de Pineau, Mollet assure que la Conférence de Londres de la mi-août « ne sera pas l’étouffement, l’enlisement de la volonté française » et que l’on imposera à Nasser les règles qui y seront confirmées34.

  • 35 Ibid., p. 3871.
  • 36 Émile Noël, propos tenu lors de l’entretien du 18 juillet 1988.
  • 37 L’Aurore, 2 août 1956.
  • 38 Le Monde, 4 août 1956.

19La communication du 3 août et la déclaration de Mollet à l’Assemblée donnent entière satisfaction aux indépendants et paysans, aux républicains populaires et à leurs alliés. On y relève tous les points avancés par Maurice Schumann, y compris les fausses analogies avec la situation des années 1930, d’ailleurs absentes jusqu’à présent du discours officiel à l’égard de l’Égypte. Fait significatif, Mollet pousse la complaisance jusqu’à attaquer les communistes au moyen d’une comparaison entre le pacte Hitler-Molotov et celui, supposé, entre Nasser et Chepilov, ministre des Affaires étrangères d’URSS, alliance qui motiverait la position pro-égyptienne du PCF35. Après une semaine d’attente, le ton passionné, outrancier même, des deux discours s’explique difficilement, sauf si l’on pose l’hypothèse artifice. Émile Noël, l’un des principaux rédacteurs des allocutions du président du Conseil, rappellait qu’il avait pour instruction d’employer le ton le plus dur36. Une position tiède ou ambiguë aurait certainement suscité un débat parlementaire et, l’interpellation obligeant au vote sur la confiance, la survie du Ministère eût été compromise. Peut-être les dirigeants socialistes espèrent-ils alors tourner à leur avantage la situation, donner à la droite des compensations dans l’affaire égyptienne pour pouvoir progresser dans la décolonisation en Afrique du Nord. Quoi qu’il en soit, l’adresse agressive du président du Conseil aux communistes expose l’un des motifs de la droite dans sa tentative de lier le gouvernement : Suez sert de repoussoir contre les communistes que l’on peut éventuellement isoler de la SFIO. Le jour qui précède cette escarmouche verbale très significative, l’Aurore, important journal de droite, a spécifié que les « communistes seuls s’excluent de cette unanimité comme au temps de l’alliance Hitler-Staline »37. À partir de ce 3 août, le gouvernement français se voit désormais contraint de garder une attitude extrémiste, car, comme le note le journal Le Monde, « engagé par ses déclarations et ses actes, soutenu par le Parlement, [il] ne veut, ni ne peut s’incliner d’aucune manière ». Cette opinion prévaut certainement tant au sein du Cabinet qu’à l’Assemblée tout au long de la crise de Suez38.

De la Conference de Londres à l’appel au Conseil de Sécurité de l’ONU : les réactions en France devant les échecs diplomatiques

L’enlisement diplomatique et les pressions intérieures sur les gouvernants français

  • 39 Robert Buron, Les dernières années de la IVe République. Carnets politiques, Paris, Plon, 1968, p.  (...)

20Trois mois s’écoulent entre la nationalisation de la Compagnie de Suez et l’occupation de Port-Saïd par les troupes franco-britanniques, délai qui paraît interminable aux promoteurs de la résolution Montel. Bien que les engagements pris le 3 août créent au gouvernement l’obligation d’agir avec énergie et sans concession dans l’affaire égyptienne, les déclarations retentissantes des ministres socialistes laissent sceptiques de nombreux hommes politiques qui, comme Robert Buron, ancien ministre républicain populaire, croient que « les dirigeants français crieront très fort pour ne pas agir »39. Durant la phase pacifique de la crise de Suez, les groupes du centre-droit et de la droite rappellent sans cesse au gouvernement les promesses faites à l’Assemblée et ils critiquent sévèrement son inaction sur le plan militaire et ses initiatives diplomatiques.

  • 40 L’Aurore, 16 août 1956. Le Figaro, 16 août 1956.
  • 41 Ibid., 22 août 1956. Les Échos, 23 août 1956.
  • 42 Carrefour, 23 août 1956.
  • 43 Le Monde, 30 août 1956.
  • 44 L’Aurore, 29 août 1956.
  • 45 Le Monde, 30 août 1956.

21En août et en septembre, les grands journaux de droite continuent de soutenir les requêtes présentées à la Chambre. À la veille de la première Conférence de Londres, le 16, L’Aurore et le Figaro réclament des décisions draconiennes : il faut vaincre Nasser politiquement ou militairement, car ce dernier « gagne, s’il ne perd pas »40. Mais cette réunion internationale n’a pour résultat que l’envoi au Caire, d’une mission chargée de demander la réalisation d’un système de gestion internationale. L’Aurore et Les Échos, un journal influent du milieu des affaires, dénoncent donc la participation française à des conversations sans conséquences41. L’un des leaders du MRP, Georges Bidault, dit suspecter une tentative de « noyade du poisson dans l’oubli » et compare les événements actuels à ceux qui entourèrent la remilitarisation de la Rhénanie en 193642. À la fin du mois d’août encore, lors d’une conférence à Nice, Paul Reynaud exprime les doutes des modérés et rappelle les déclarations officielles du 3 août43. Le gouvernement doit, selon lui, réaffirmer la validité des objectifs proclamés devant les députés. Pourtant, le 29 août, Robert Lecourt, président du MRP, après s’être enquis lors d’un entretien des intentions de Guy Mollet, manifeste sa confiance dans la fermeté et la détermination du président du Conseil. Il écarte donc l’idée d’un rappel précipité du Parlement44. Mais la simple mention de cette possibilité suffit bien sûr à justifier la prudence des dirigeants : un compromis avec le gouvernement égyptien pousserait en effet la droite à réclamer la convocation des Chambres avec de bonnes chances de succès. Les gouvernants vont donc s’efforcer de rassurer les censeurs de leur politique égyptienne. Le 30 août, Maurice Faure, secrétaire d’État aux Affaires étrangères proche de Bourgès-Maunoury, réitère le refus de la France de s’engager dans « d’éternels palabres » et prévient que la France « tirerait toutes les conclusions » d’un rejet par les Égyptiens, de la gestion internationale du canal45.

  • 46 JOAN, 2 août 1956. L’Humanité, 11 septembre 1956.
  • 47 L’Humanité, 11 septembre 1956, 8 août 1956.

22Le PCF, s’il maintient son appel aux socialistes afin de réaliser l’unité d’action entre les deux grandes formations de la gauche, accuse les ministres de mener à l’endroit de l’Égypte une politique de force, d’inspiration colonialiste, et de défendre les intérêts des capitalistes de la Compagnie de Suez46. Les communistes conserveront durant toute la crise cette attitude et cette interprétation des agissements du gouvernement et des groupes de la droite, mais ils auront des difficultés croissantes à justifier la continuation de leur campagne en faveur d’une alliance avec la SFIO : ils prendront donc le parti de s’adresser aux « camarades socialistes », plutôt qu’à leurs chefs47.

  • 48 Combat, 2 août 1956, « Des mots ». Dans cet éditorial, l’auteur, Jean Fabiani, écrit : « Nous ne pe (...)
  • 49 L’Express, 24 août 1956. Dans ce journal apparaissent des points de vue tantôt radicaux, par leur h (...)
  • 50 Le Monde, 1er septembre 1956.
  • 51 Ibid., 4 septembre 1956.
  • 52 Ibid.

23Depuis le début de la crise de Suez, l’impatience grandit chez les partisans d’une réplique énergique au « défi » égyptien. Devant l’absence de mesures militaires, les plus radicaux, notamment dans la grande presse, accusent très tôt le gouvernement de chercher à les duper. Ainsi, par exemple, Combat titre son éditorial du 2 août « Des mots »48. On comprend donc le désir exprimé à Londres par les Français de mouvements de troupes « visibles ». Par la suite, plusieurs commentateurs considérent les initiatives diplomatiques anglo-française comme un « enlisement »49. Au début de septembre, l’échec de la mission Menzies, mandatée auprès de l’Égypte par les participants à la Conférence de Londres, cause de vifs remous en France. La groupe de pression, éventuel organe de gestion du canal de Suez, provoque la colère chez les tenants de la riposte au « coup de force » de Nasser. Le 6 septembre, à la veille des vacances parlementaires, se réunit un intergroupe, dit de « défense de l’unité française », comité de surveillance formé par les sénateurs modérés, radicaux, républicains populaires et du RGR. Convoqué dans le but d’examiner « les faiblesses et les divisions occidentales », l’intergroupe entend appuyer le gouvernement, mais il promet une « sévère critique » en cas de faiblesse dans la « défense des intérêts nationaux »50. Devant la fédération départementale de son parti en Ardèche, le républicain populaire P.H. Teitgen insiste sur la nécessité de « ne pas reprendre aux yeux des Africains le chemin qui va de Munich à la défaite »51. Max Lejeune, socialiste proche de Lacoste, secrétaire d’État à la Défense, évoque le même processus devant les socialistes de la Somme52.

  • 53 Ibid., 13 et 14 septembre 1956.
  • 54 Ibid., 19 septembre 1956.
  • 55 L’Humanité, 19 septembre 1956.
  • 56 Le Monde, 20 septembre 1956.

24À la fois pour calmer les esprits et pour faire accepter la nouvelle conférence, Mollet rappelle, le 13 septembre, qu’il a choisi la riposte plutôt que l’enlisement dans les négociations diplomatiques, puis le 14, il annonce le retrait des pilotes de la Compagnie du Canal53. Leur rappel n’a aucun effet, sauf de montrer que la circulation ne subit aucun inconvénient du fait de la gestion égyptienne. Encore une fois, le Raïs paraît déjouer les Occidentaux. Quatre jours plus tard, J. Legendre, au nom des indépendants et paysans, dépose une demande d’interpellation sur « les contradictions entre les intentions manifestées le 3 août et les décevants résultats d’une politique d’atermoiements »54. Les modérés font ainsi savoir aux ministres qu’ils demanderont des comptes, qu’il y aura débat et vote sur leur action dans l’affaire de Suez. Habilement, mais en vain, les communistes réclament au président de l’Assemblée nationale la convocation de cette Chambre. Dans un article intitulé « Halte à l’aventure », Étienne Fajon, député communiste, écrit que « Le gouvernement doit cesser de rechercher la guerre »55. Le PCF marque ainsi son impatience : il entend que les dirigeants socialistes ajustent leur langage, demeuré belliciste, à leurs actes, empreints de modération, et à cette fin, il menace de coopérer avec la droite pour les forcer, devant une Assemblée réunie prématurément, à sortir de cette situation ambiguë. Jacques Fauvet, chroniqueur politique du Monde, écrit à l’époque avec justesse que si le gouvernement se voit contraint de composer, les « rudes critiques » des radicaux et des modérés recréeront « la majorité qui prévalait après les élections », majorité fondée sur le soutien communiste56.

  • 57 Ibid., 21 septembre 1956.
  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid., 22 septembre 1956.
  • 60 La Dépêche du Midi, citée par Le Monde, 21 septembre 1956.
  • 61 Coston, op. cit., p. 231.
  • 62 Chapitre V, p. 181-182.

25Le 20 septembre, sans doute en prévision du rejet des thèses franco-britanniques par le concert des nations assemblées à Londres, les organes directeurs du Centre national des indépendants et paysans (CNIP) et du MRP accentuent les pressions exercées sur le Cabinet. La Commission exécutive du MRP, inquiète, « veut être sûre que les objectifs [français] restent les mêmes », tandis que le Comité directeur du CNIP réitère l’avertissement des modérés, qui prévoient de sanctionner les actes des gouvernants en rapport avec Suez57. R. Duchet, secrétaire général du CNIP, spécifie qu’à défaut « d’actes précis », son parti révisera son attitude à l’égard du gouvernement58. Ce même jour, le groupe républicain social exprime « la plus vive inquiétude [devant] l’enlisement des négociations de Londres »59. On note aussi la comparaison, le 20 septembre, dans La Dépêche du Midi, entre le déroulement de la crise de Suez et le « processus des années 1933-1939 »60. Cette critique sévère des dispositions prises jusqu’ici par Mollet et Pineau, paraît dans un journal édité par une société qu’administre Bourgès-Maunoury61. Elle reflète donc bien la division qui affecte le Conseil des ministres, dont la fraction la plus dure rejette le projet d’association des usagers. De ces prises de position, de ces représentations, il ressort que les dirigeants socialistes mécontentent l’ensemble des partis français, hormis le leur et le noyau mendésiste, à gauche, par leur ton intransigeant, et à droite, en raison de la stérilité de leur diplomatie. Aussi le président du Conseil et le ministre des Affaires étrangères s’efforcent-ils de rassurer la droite et le centre-droit sur le maintien des buts fixés le 3 août. Dans cette situation très difficile, on comprend aisément l’insistance menaçante avec laquelle Pineau invite le Premier ministre anglais à venir à Paris pour une manifestation de solidarité franco-britannique exploitée à fond les 26 et 27 septembre62.

  • 63 Le Monde, 25 septembre 1956.
  • 64 Ibid., 23-24 septembre 1956.
  • 65 Ibid.
  • 66 Ibid., 26 septembre 1956.

26Par leurs déclarations publiques, Mollet et Pineau essaient d’apaiser leurs détracteurs. Le premier garantit que « la volonté de la France n’a pas varié »63. Le second s’efforce de justifier la Seconde conférence de Londres, où s’est manifestée la solidarité franco-britannique et qui, par la création de l’Association des usagers du canal de Suez, fournit « certains moyens d’action », même si l’absence d’obligations formelles de ses membres constitue « un trou fâcheux »64. Le MRP délègue Maurice Schumann auprès de Guy Mollet afin « d’appuyer la fermeté du gouvernement ». Après l’entrevue, Schumann déclare que la SCUA « ne constitue pas une réplique au colonel Nasser » : les républicains populaires exigent plus que cela65. Le président du Conseil trouve néanmoins un soutien inattendu et significatif auprès des radicaux de la tendance Morrice qui, plus soucieux de l’Algérie française que de l’Égypte, excusent l’échec de ses initiatives diplomatiques66. Enfin, l’appel franco-britannique au Conseil de Sécurité de l’ONU, le 24 septembre, apparaît comme la continuation des inutiles démarches déjà accomplies et confirme les craintes des opposants à « l’enlisement ».

  • 67 L’Aurore, 4 octobre 1956.
  • 68 Le Monde, 5 octobre 1956.
  • 69 Ibid., 6-7 octobre 1956.

27Avec la rentrée parlementaire, qui a lieu le 2 octobre, les républicains populaires et les républicains sociaux précisent leur position face à l’action du ministère Mollet. Au sein du MRP, on ressent, malgré la confiance affichée par les chefs en septembre, de l’inquiétude et de l’irritation. À la réunion du groupe parlementaire, le 3 octobre, J. Dupraz expose les causes du ressentiment de ses amis : associés à une politique aux résultats « très décevants », dont ils ne perçoivent plus les fins, les républicains populaires n’entrevoient pas le changement radical qu’on leur « fait miroiter » pour la suite de l’affaire de Suez, alors que la situation se dégrade67. En conclusion, le MRP décide l’envoi d’une députation auprès du président du Conseil afin d’obtenir une déclaration officielle à défaut de laquelle ils recourront à l’interpellation. Fait notable, M. Schumann, le principal porte-parole du parti en matière de politique étrangère s’oppose à un éventuel débat, qui servirait « aux communistes et aux défaitistes »68. La différence d’opinion entre les leaders et le corps des députés s’explique ici assurément par les mobiles et les informations qui fondent l’action des premiers. De toute façon, les républicains populaires obtiennent satisfaction : Mollet promet l’examen de la question égyptienne durant le débat de politique générale, qui doit s’ouvrir le 16 octobre69.

  • 70 Ibid., 4 octobre 1956.

28Rassemblés le 4 octobre, les parlementaires républicains sociaux assistent à une violente attaque du sénateur Michel Debré contre les ministres, accusés d’abandons successifs sur Suez, au Maroc et en Tunisie. Il demande le retrait des représentants du groupe au Conseil des ministres et J. Soustelle envisage lui aussi cette possibilité. Toutefois un autre chef important, Triboulet, rallie la majorité lorsqu’il demande que « la ligne d’arrêt du soutien des républicains sociaux » demeure le problème du futur statut pour l’Algérie. Ainsi, à l’instar des radicaux orthodoxes, les républicains sociaux, malgré leur discours extrémiste sur Suez, se préoccupent avant tout de l’Algérie française70.

  • 71 Le Populaire de Paris, 15 octobre 1956.
  • 72 Le Monde, 16 octobre 1956.
  • 73 Ibid.

29Les 13 et 14 octobre, le MRP tient à Paris son Conseil national. Cet événement, qui a lieu deux jours avant le début du débat de politique générale à l’Assemblée, revêt une importance majeure. Dans son rapport au Conseil sur l’évolution de la politique française dans la crise de Suez, Maurice Schumann attribue au « refus de sanctionner le coup de force de Nasser » une aggravation de la situation au Proche-Orient, et il affirme que désormais son parti refusera de faire « un pas supplémentaire vers le gouvernement »71. La motion de politique générale qu’adopte le Conseil national établit que « le MRP ne cautionnera pas d’enlisement et de démission ». P.-H. Teitgen donne la véritable raison de cette attitude lorsqu’il précise que les républicains populaires refusent « la solution d’enlisement ou de division nationale »72. Il lie ainsi ouvertement Suez au jeu parlementaire, à la politique des partis. En effet, quand Teitgen parle de division nationale, on doit bien entendu comprendre : rupture au sein de l’ensemble des groupes dits « nationaux » par rapport aux communistes, vus comme les agents de l’URSS. D’emblée, l’affaire de Suez a été, au nom du refus du fait accompli, l’occasion de la constitution d’une majorité dite nationale et du rejet des communistes dans l’opposition. Mais la poursuite d’initiatives diplomatiques françaises qui évitent l’affrontement direct conduirait inévitablement à des concessions, à une entente avec l’Égypte. Dès lors le PCF, satisfait, pourrait reprendre son action en faveur de l’unité de la gauche et de la coopération avec SFIO, avec ses conséquences prévisibles sur le plan parlementaire, en particulier la persistance d’une majorité alternative de gauche. Jean Lecanuet, ancien secrétaire d’État, souligne d’ailleurs que son parti « serait peu enclin à soutenir le gouvernement au cas où il se rallierait à la position de l’ONU », et M. Schumann spécifie que la seule solution acceptable consiste en la gestion internationale du canal73. Les républicains populaires menacent sans équivoque de retirer leur appui au Ministère et même de lui refuser la confiance à l’issue du prochain débat, s’il s’écarte des objectifs définis le 3 août. Évidemment, l’intransigeance du MRP et de ses alliés motive le refus français de tout compromis sur la gestion internationale de la voie maritime de Suez lors des entretiens franco-anglais des 26 et 27 septembre et la volonté manifeste de Pineau de torpiller les négociations de New York.

  • 74 Ibid., 6 octobre 1956.
  • 75 Pierre-Étienne Flandin, « L’Affaire de Suez », Revue des Deux Mondes, 1er novembre 1956, p. 9 et 12 (...)

30En octobre, les modérés ne paraissent pas juger utile de convoquer le Comité directeur du CNIP, mais ils proposent un débat distinct de l’Assemblée nationale sur la crise de Suez, conformément à leurs intentions inquisitrices, manifestées en septembre. La Conférence des présidents décide par 264 mandats contre 228 d’inscrire le débat, résultat dû à l’appoint des voix des communistes et de républicains sociaux74. Là encore, on remarque que le MRP ne participe pas à cette offensive, alors que le PCF persiste dans sa tentative d’embarrasser le Cabinet grâce au fossé qui sépare ses actes des buts proclamés. Il existe donc sur Suez la possibilité d’une conjonction entre la droite conservatrice et les communistes à l’Assemblée. Le gouvernement obtiendra le retrait de ce débat distinct contre l’inclusion dans le débat de politique générale de séances exclusivement dévolues à Suez, cela contre le gré du PCF. L’incident indique néanmoins que les modérés, cet automne comme en juin et en juillet, demeurent disposés à renverser le Ministère et cela d’autant plus que qu’aux griefs invoqués en juin s’ajoute maintenant l’humiliation causée par des « déclarations menaçantes » restées sans suite et qui ont « porté Nasser au pinacle »75.

  • 76 Flandin, op. cit., p. 11.
  • 77 Le Monde, 28 septembre 1956.
  • 78 Flandin, op. cit., p. 17 et 19.
  • 79 Jacques Isorni, Le silence est d’or au Palais-Bourbon, Paris, Flammarion, 1957, p. 174-175.

31Comme l’explique Pierre-Étienne Flandin, les indépendants et paysans voulaient au mois d’août un geste énergique, tels qu’une démonstration aérienne ou le « blocus d’Alexandrie »76. Au lieu de « mesures immédiates », propres à satisfaire l’orgueil national et à prouver que la France entend répliquer par la force, l’équipe dirigeante n’a su produire que des conférences vaines. Les modérés semblent considérer en octobre que l’affrontement entre l’Égypte et la France n’aura plus lieu. Sitôt après l’échec de la Seconde conférence de Londres, Paul Reynaud suggère que l’on « tire de cette défaite diplomatique, si redoutable par ses répercussions africaines, la leçon : le tandem France/Grande-Bretagne ne suffit plus »77. En octobre, Flandin juge que l’on ne s’achemine « ni vers un emploi de la force ni vers une contrainte économique et financière [et que] le dénouement de toute cette affaire de Suez s’apparentera à un marchandage oriental et classique »78. Le mécontentement des indépendants et paysans devant l’ultimatum franco-britannique à l’Égypte, le 30 octobre, indique qu’ils ne s’attendent plus à une action de force contre ce pays : l’un d’eux, le député Jacques Isorni, a décrit comment le groupe modéré se rallie au fait accompli au nom de l’intérêt national, en dépit d’une répugnance devant cette trop tardive initiative, dont les modalités et les conséquences suscitent « les fortes réserves » d’Antoine Pinay79. La commission des Affaires étrangères de l’Assemblée a été maintenue dans l’ignorance des décisions du Cabinet. Et puis les futures réactions américaines aux desseins et agissements que trahit l’ultimatum causent de l’appréhension. Pourtant, à la fin d’octobre, au contraire des modérés, le MRP continue d’agir en fonction d’une crise de Suez en pleine évolution, afin d’infléchir le cours de la politique du gouvernement. Malgré un contexte international très défavorable, il fait toujours de la gestion internationale du canal, la condition d’un règlement satisfaisant du différend avec l’Égypte, et donc celle de son soutien au Ministère.

Le débat de politique générale d’octobre et la constitution de « l’Union nationale »

  • 80 JOAN, 16 octobre 1956, p. 4131-4332.
  • 81 Ibid., p. 4133.
  • 82 Ibid., p. 4135.
  • 83 Ibid., p. 4149.

32Lors du débat de politique générale qui commence le 16 octobre, les partis maintiennent la position sur Suez adoptée au cours des semaines précédentes. Au nom des indépendants et paysans, J. Legendre dresse un réquisitoire violent contre les gouvernants. Il fait état du contrat établi le 3 août sur la base de la résolution Montel et oppose le « véritable calvaire diplomatique du gouvernement » aux intentions alors exprimées. Legendre souligne que l’on a « glissé de la résolution affirmée à la négociation résignée », et il fustige la « persévérance dans l’erreur » de Pineau, après dix mois aux affaires80. Paul Reynaud blâme les ministres d’avoir continué à déclarer leur détermination à user de la force alors qu’ils y ont renoncé pour des raisons techniques81. Dans le même sens, R. Bruyneel condamne les « fanfaronnades inutiles » des dirigeants français et demande pourquoi l’on n’a pas recouru à la Cour de justice internationale de La Haye82. P. Koenig, de la part des républicains sociaux, répète les mêmes observations. Il accuse en particulier le Cabinet d’avoir, au moyen de ses précautions militaires, en particulier par l’envoi de soldats à Chypre, dupé une large partie de l’opinion française. Il conclut que les Français « ont perdu, même perdu la face »83.

  • 84 Ibid., p. 4144 et 4146.

33Si d’une manière générale les autres groupes du centre-droit tiennent un discours identique, le MRP fait exception. Loin de constater l’échec français dans l’affaire de Suez, Maurice Schumann rappelle « le langage d’une clarté et d’une fermeté exemplaires » du gouvernement français et il se demande pourquoi ce dernier accepterait maintenant de cautionner « l’ambiguïté » de la formule des six points, élaborée lors des rencontres Pineau-Lloyd-Fawzi, du 9 au 12 octobre, et approuvée par le Conseil de Sécurité de l’ONU. Schumann, qui traite comme une nécessité de l’instauration d’un système de gestion internationale du canal, lance enfin l’ultimatum suivant aux dirigeants français : les républicains populaires n’apporteront leurs suffrages au ministère Mollet que « s’il se dégage et s’il dégage la France de l’engrenage des abandons successifs »84. Ainsi, dès le début du débat, le MRP, conformément à la résolution de son dernier Conseil national, notifie sans détours ses exigences, et il signale la conséquence de toute concession vis-à-vis de l’Égypte, de toute dérogation aux objectifs fixés le 3 août.

  • 85 Ibid., p. 4144.

34À gauche, les communistes renouvellent leur appel à la négociation pour une solution compatible avec la souveraineté égyptienne sur le canal. Le 16 octobre, la rencontre Mollet-Eden à Paris donne un poids certain aux protestations gouvernementales de fidélité aux engagements d’août. Roger Garaudy, qui intervient ce jour même sur Suez, exprime l’incrédulité des communistes devant le choix, par des socialistes, d’une politique qui « les amène à chercher à droite un soutien dans la mesure où [ils s’écartent] de la gauche »85. Garaudy laisse entendre que la politique égyptienne de Mollet requiert le concours de la droite parce qu’elle oblige son parti à manifester son désaccord. Il annonce que sur ce sujet, comme sur l’Algérie, le PCF votera en fonction de sa position officielle. Nul doute que le discours des ministres socialistes sur Suez renforce la disposition du groupe communiste à refuser la confiance. Au centre-gauche, le silence des députés socialistes à propos de Suez témoigne de leur désir de ne pas embarrasser le président du Conseil en exposant leurs divergences. Le mutisme des radicaux, plus étonnant en raison des critiques ouvertes énoncées par les mendésistes à l’égard de certains aspects de la politique agressive de Mollet, révèle la force des oppositions au sein du parti, notamment entre sa direction et les ministres.

  • 86 Ibid., p. 4150-4152.
  • 87 Ibid., 23 octobre 1956, p. 4283-4285.

35Le gouvernement adopte au cours de ce débat une position conforme à la ligne suivie dans ses diverses communications, en septembre et au début d’octobre. D’abord, le 16 octobre, Pineau souligne que, dans l’affaire de Suez, « la partie n’est pas jouée ». Puis il confirme la validité de la proposition des Dix-huit d’instituer un organe de gestion internationale de la voie maritime. Enfin, le ministre assure que s’il obtient la confiance, le Cabinet ira « jusqu’au bout dans sa résolution »86. Deux jours avant le vote de confiance, Guy Mollet déclare aux députés qu’il n’a rien à retrancher de son discours du 3 août, que « la liberté du gouvernement reste entière », et qu’il refuse la « paix de Munich »87. Les chefs des socialistes font ainsi savoir qu’ils accéderont aux désirs du MRP, et ils réfutent les accusations des modérés et des républicains sociaux.

  • 88 Ibid., 25 octobre 1956, p. 4330.

36Les résultats du vote de confiance qui clôt le débat de politique générale le 25 octobre, montrent que le président du Conseil conserve l’appui des républicains populaires et gagne celui des indépendants et paysans, tandis que les communistes passent, au moins temporairement, dans l’opposition. Le détournement de l’avion de Ben Bella et de ses compagnons du Front de libération nationale, suivi de leur arrestation, a sûrement influencé la décision de certains partis. Et puis la droite a pu constater que Guy Mollet, dans son allocution du 23 octobre à l’ouverture des discussion de l’Assemblée, s’il a réaffirmé son opinion sur la personnalité algérienne, n’a pas reparlé du suffrage universel pour l’Algérie. La conséquence majeure de ce débat réside donc dans le fait que seuls les communistes censurent le Ministère. Ce dernier recueille l’approbation de 330 députés des divers groupes, hormis le PCF, qui s’oppose, et l’UFF, qui s’abstient : la majorité dite « d’union nationale » désirée à droite et au centre-droit se constitue momentanément88.

  • 89 Ibid., p. 4306.
  • 90 Ibid., p. 4305 et 4306.

37Bien que l’Algérie demeure la grande question de l’heure pour les hommes politiques français, Suez tient une place de première importance dans la justification que donnent à leur vote tant les représentants du MRP que ceux du PCF. Au nom des républicains populaires, P. Pflimlin prend acte de la fidélité du président du Conseil à sa déclaration du 3 août et de ce que la gestion internationale reste, dans le conflit avec l’Égypte, l’objectif de la France et de la Grande-Bretagne89. Bien qu’il attribue la primauté au problème algérien, le communiste Waldeck-Rochet met en évidence la signification de la résolution d’imposer la gestion internationale à l’Égypte, exprimée par les ministres lors du débat90. Cette orientation a deux sens : sur le plan de la politique extérieure, l’épreuve de force avec Le Caire se poursuit et surtout, sur le plan de la politique intérieure, les socialistes cèdent aux pressions du MRP. Avec, en plus de la pacification en Algérie, la volonté « colonialiste » affichée par Mollet et Pineau, l’abstention stoïque, choisie lors du vote de confiance de juin sur la politique générale, devient impossible pour les communistes.

  • 91 Le Monde, 18 octobre 1956.

38L’issue du débat de politique générale d’octobre, si elle éclaire les relations entre la politique intérieure et les choix français dans la crise de Suez, a peu d’effet sur l’évolution de cette dernière, à l’exception bien entendu du fait qu’elle confirme le Ministère dans ses fonctions, car dès le 16 octobre, Eden et Mollet décident d’intervenir militairement aux côtés d’Israël. Le communiqué publié le jour suivant par les deux Premiers ministres spécifie que la France et la Grande-Bretagne maintiennent les exigences contenues dans la seconde partie des propositions soumises au Conseil de Sécurité de l’ONU, objet du veto russe : les partisans de l’emploi de la force contre l’Égypte obtiennent, fort opportunément pour les dirigeants français, violemment attaqués en Chambre, une garantie officielle, française et britannique, au sujet de l’institution d’un organe international pour l’administration du canal, toujours considérée comme la condition de tout règlement du différend sur Suez91. Naturellement, l’intérêt de cette condition découle du fait qu’elle est inacceptable pour les Égyptiens. C’est en tant qu’aboutissement de deux mois et demi de manœuvres politiques que le débat d’octobre prend sa signification. Après ce long délai, au cours duquel les ministres n’ont pas, sauf en parole, tenu leur engagement pris le 3 août devant l’Assemblée de riposter énergiquement, on discerne les différences de réaction des partis ainsi que l’extrême vulnérabilité du Cabinet en raison de son bilan dans l’affaire égyptienne. La question du canal de Suez suit en France un cheminement qui, de l’impasse au sujet du collectif militaire à la déclaration du 3 août, puis de cette dernière au débat de politique générale d’octobre, en fait l’élément central en fonction duquel se tisse la politique intérieure du pays et qui détermine les rapports entre partis et gouvernants.

39En difficulté à la fin de juillet, Guy Mollet profite des remous que cause la nationalisation de la Compagnie de Suez, et du changement d’attitude des modérés à son endroit. Ensuite, il jouit du répit que procurent les vacances parlementaires, mais très tôt les indépendants et les républicains sociaux s’élèvent contre ses initiatives diplomatiques, alors que le MRP poursuit avec une constance remarquable l’application de sa stratégie de contrainte, mise en vigueur dès le 2 août. L’action des républicains populaires trouve sa conclusion dans l’ultimatum lancé à la mi-octobre, dernière et efficace pression exercée sur la direction socialiste du Ministère. Lié par son discours officiel sur Suez, à la merci du MRP, dont le vote négatif permettrait aux autres partis du centre-droit et à la droite de le renverser, le gouvernement peut difficilement espérer mieux qu’une seconde abstention du PCF, opposé à sa politique algérienne et irrité par dix semaines de propos officiels bellicistes à l’égard de l’Égypte et agressifs vis-à-vis des communistes français.

Le préalable égyptien et la Conference de Tunis

Suez et le problème algérien

  • 92 P.-M. de la Gorce, op. cit., p. 363.

40L’importance que revêt en 1956 la question de l’expropriation de la société concessionnaire du canal de Suez dans la politique française, étonne. Le discours des hommes politiques paraît sans rapport avec cet événement, qui n’affecte, en fin de compte, que certains intérêts privés français, que l’État égyptien s’engage très tôt à rembourser. Bien entendu, sauf pour une petite minorité de défenseurs de l’Algérie française, aux positions résolument anti-arabes, ni l’analogie entre Hitler et Nasser ni même le soutien du Caire au FLN, et encore moins la sécurité d’Israël, ne constituent de raisons valables à cette fièvre qui s’empare, à partir du 26 juillet, du gouvernement comme des partis, à l’exeption du PCF. D’abord, bien avant cette date, Nasser sert de cible aux champions, sincères ou affectés, du maintien de l’empire en Afrique du Nord, ou plus simplement, aux adversaires des nationalistes algériens. Un observateur, Pierre-Marie de la Gorce, rappelait le caractère intensif de la propagande, faite par la presse, la radio et la télévision, selon laquelle le FLN dépend « totalement » du Caire92.

  • 93 Le Populaire de Paris, 9 mars 1956. JOAN, 9 mars 1956, p. 819.
  • 94 Le Monde, 12 juin 1956.
  • 95 Ibid., 7 août 1956.
  • 96 Par exemple, le député socialiste Auguste Comte décrivait à l’Assemblée nationale la rébellion algé (...)
  • 97 Soustelle, « La ligue Arabe... », op. cit., p. 21.
  • 98 Raymond Aron, Mémoires, Paris, Julliard, 1983, p. 357-359. Lecrivain se reprochera en particulier d (...)

41La majeure partie des citoyens français, relativement tiède devant les maux qui accablent l’Union française, comprendrait mal que l’on verse du sang et de l’or français afin de maintenir les populations maghrébines dans la sujétion. Cela éclaire le rôle attribué à Nasser dans le réquisitoire officiel : tuteur du nationalisme algérien, selon Lacoste, il a, affirme A. Comte, député et porte-parole socialiste, l’ambition de devenir « empereur d’Afrique »93. Le personnage du Raïs et les aspirations démesurées qu’on lui prête permettent d’imputer à l’Égypte la responsabilité du conflit algérien et les insuccès de la pacification. Par exemple, deux semaines après la dénonciation de l’Égypte par son collaborateur, le colonel Mangin, Bourgès-Maunoury affirme dans un discours que « 80 ou 90 % des musulmans appuient les Français », qui font face à une « guerre sainte venue du fond des sables », et qu’en Algérie, on voit à l’œuvre « le panarabisme »94. À partir du 26 juillet, les gouvernants ont beau jeu de montrer l’expropriation de la Compagnie de Suez sous le jour d’une continuation du combat que livre à la France le « dictateur du Caire ». Par exemple, H. Laforest, secrétaire d’État à l’Armée de l’air, affirme le 7 août devant les militants radicaux que « le coup de force [de Nasser] montre que la France ne peut abandonner un million de Français aux fanatiques qui suivent ce dictateur hystérique ». À cette même occasion, Bourgès-Maunoury ajoute qu’il a maintenant la « confirmation » de la justesse de sa « comparaison entre Hitler et Nasser »95. Et puis l’attitude de l’Égypte à l’égard d’Israël fournit un corollaire pratique à cette l’assimilation outrancière. Déjà au printemps, certains hommes politiques, notamment du MRP, réclamaient une politique d’appui à l’État hébreu, menacé par son voisin égyptien96. Les thèmes du péril arabe et de la menace nassérienne contre Israël servent abondamment dans les argumentations des partisans de l’Algérie française, comme Jacques Soustelle97. Au moyen des organes d’information, on procède durant l’affaire du canal au même martelage grossier des esprits. Pour sa part, Raymond Aron exprimera dans ses mémoires certains regrets à propos de ses articles de 1956 sur la crise de Suez. Il dira avoir été « intoxiqué par le climat belliciste, par l’obsession du recours à la force [répandue] dans les rédactions des journaux ». Aron se reprochera d’avoir pris des « positions ambiguës », quoiqu’il fût défavorable à une solution militaire, afin « d’inciter le colonel Nasser à négocier »98. En fait, l’insatisfaction de cet écrivain politique de talent, dont la lucidité habituelle rend bien peu crédible l’excuse d’une « intoxication », vient probablement de son acceptation, à l’époque, d’une ligne éditoriale imposée par la plupart des dirigeants de la presse, en étroite collaboration avec les milieux politiques et gouvernementaux.

  • 99 J.-A. Faucher, op. cit., 1959, p. 186.
  • 100 Sondages, n° 3, 1956, p. 35.
  • 101 Ibid., n° 4, 1956, p. 11.

42Le journaliste J.-A. Faucher observe avec justesse dans une note du 3 août que Nasser a tout pour faire contre sa politique l’unanimité de l’opinion française : sa « spoliation » des actionnaires de la Compagnie de Suez, son amitié avec l’URSS et son soutien au FLN indignent la droite ; son amitié avec l’Espagne franquiste, son hostilité à Israël et son portrait de « fanatique de l’Islam, de capitaine de la guerre sainte », indisposent la gauche99. La force de cette image et son utilité pour les différents groupes qui ont des vues sur l’Afrique du Nord, expliquent son emploi constant : Nasser, c’est l’ennemi « numéro 1 » de la France, responsable de tous les maux au Proche-Orient et en Afrique. Même avant l’expropriation de la société concessionnaire du canal, les enquêtes de l’IFOP prouvent que les Français ont cette perception de Nasser et de son régime. Lorsqu’on leur demande en avril 1956 d’exprimer le degré de leur confiance à l’endroit de dix pays importants sur la scène internationale, 63 % des personnes ont peu ou pas confiance en l’Égypte, classée au dernier rang, après l’Espagne franquiste100. De plus, l’intervention déterminante dans la rébellion algérienne imputée à l’Égypte par les défenseurs de la prépondérance française en Afrique du Nord paraît largement admise par les Français, du moins après la nationalisation : à la fin d’août, 73 % de ceux que l’on interroge, lui attribuent un rôle très ou assez important. 58 % acceptent aussi l’idée, largement véhiculée par la presse et la radio, et répétée dans les discours politiques, que l’affaire de Suez aura des répercussions importantes sur l’évolution de la situation en Algérie101.

  • 102 Ibid., n° 4, 1956, p. 15-16 etl8. Charles-Robert Ageron, « L’opinion publique française pendant la (...)
  • 103 FO/800 739, JE 14211/783G, Record of a conversation between the Secretary of State and the French A (...)
  • 104 Ély, op. cit., p. 87. Pierre Guillen (op. cit., p. 79) conclut lui aussi, de l’examen des quelques (...)

43Malgré la propagande anti-égyptienne intensive des dirigeants français, la population reste pourtant dans son ensemble pacifique, car, à la fin d’août, seulement 20 % des personnes questionnées préconisent une action militaire contre l’Égypte. D’ailleurs, 49 % d’entre elles (contre 28 %) pensent qu’il faut une solution à laquelle les Égyptiens adhèrent sans contrainte. Plus tard, dans le climat patriotique des 2 et 3 novembre, seulement 44 % contre 37 % des réponses aux sondages exprimeront un soutien à l’expédition d’Égypte, soit une très courte majorité102. Déjà, le 13 août 1956, l’ambassadeur Chauvel observe devant Selwyn Lloyd que, « malgré la détermination du gouvernement et du Parlement, le public parisien ne paraît pas encore réaliser la gravité de la situation » et ne semble pas envisager l’usage de la force103. Toutes les indications disponibles sur l’état de l’opinion française tendent à prouver qu’elle n’a en rien pesé sur les choix gouvernementaux. Bien au contraire, à la fin d’août, Christian Pineau se préoccupait de la difficulté de continuer à « porter le pays à bout de bras, si les délais d’intervention se prolongeaient »104.

  • 105 JOAN, 16 février 1956, p. 323.
  • 106 Le Monde, 3-4 juin 1956. JOAN, 1er juin 1956, p. 2223.
  • 107 Le Populaire de Paris, 3 septembre 1956.
  • 108 Le Monde, 25 septembre 1956.
  • 109 Le Rivarol, cité par Le Monde, 17 août 1956.
  • 110 Louis Guitard, « Rencontre avec M.E. Naegelen », La Table Ronde, juin 1956, p. 114. Compte rendu d’ (...)

44La thèse et les clichés sur les agissements et la personnalité de Nasser, sur l’Égypte et son régime politique, érigés en vérités par de nombreux hommes politiques français afin de rendre compte de l’embrasement de l’Afrique du Nord, ont ensuite valeur d’explication des mobiles égyptiens dans la nationalisation. Avec le développement et l’adaptation du mythe munichois à l’événement du 26 juillet, Mollet et Pineau accentuent le changement de ton déjà perceptible en juin. Le président du Conseil avait naguère attribué à la « poussée incontestable du nationalisme algérien » la cause de la rébellion, mais au regret de certains, il s’était abstenu de faire le procès de l’Égypte105. Pineau accusait encore au début de juin les bellicistes de brandir contre Nasser « un sabre de bois », et il démontrait l’absurdité des comparaisons entre l’Allemagne nazie et l’Égypte du Raïs106. Après le 26 juillet, Mollet, Pineau et certains membres libéraux du Cabinet adoptent sans nuance le discours des Bourgès-Maunoury et Lacoste, non seulement dans la condamnation de la nationalisation, mais aussi dans leur dénonciation du Caire, accusé d’intervenir de manière décisive en Afrique du Nord. Par exemple, le 2 septembre, Pineau déclare qu’à côté des nationalistes algériens, il y a « surtout les manœuvres de l’étranger, [...] l’aide de la Ligue arabe et du gouvernement du Caire »107. Le 23 du même mois, Mollet définit la position française sur Suez comme une opposition à « l’expansionnisme [...] idéologique ou racial », ralliement sans équivoque aux thèses de la droite sur les causes du conflit algérien108. Dans un article révélateur, qui explique la sérénité des membres du lobby nord-africain devant la pusillanimité apparente de Mollet dans le différend égyptien, Le Rivarol, journal d’extrême-droite, attaché à la conservation de l’Empire, traite de la référence à Munich de « sottise » et juge, avec un bon sens évident, que la France « devrait manifester beaucoup de force en Algérie et beaucoup de prudence à Suez, et non l’inverse »109. Cette position, des défenseurs éminents de l’Algérie française la défendaient encore au printemps, comme M.E. Naegelen, socialiste, ancien gouverneur-général de ces départements. Ce dernier, en particulier, membre fondateur de l’Union pour le salut et le renouveau de l’Algérie française, écartait totalement en juin 1956 l’éventualité d’un emploi de la force contre l’Égypte, bien qu’il lui attribuât un rôle important en Algérie aux côtés du FLN. Naegelen prévenait que d’une part, les réactions américaines et britanniques seraient négatives, et que d’autre part, les intérêts culturels et économiques français seraient « exposés aux pires périls »110. Après le 26 juillet, Naegelen et ses amis deviennent pourtant les champions de l’usage de la force contre Nasser, même si l’analyse faite en juin demeure valable, sauf bien sûr en ce qui concerne la position du Cabinet anglais, au demeurant vivement critiquée outre-Manche. Fort probablement, comme les radicaux de la tendance Morrice, Naegelen se soucie en réalité beaucoup moins de l’issue de la crise de Suez que de l’avenir de l’Algérie, et sa position à l’égard de l’Égypte répond à des considérations tactiques. Si l’opinion publique a été abusée par la confusion créée et entretenue par certains autour des questions algérienne et égyptienne, on peut difficilement imputer les mêmes réactions aux dirigeants français, au fait des réalités.

  • 111 Le Monde, 16 octobre 1956. Il s’agit d’un article de la motion de politique générale du Conseil nat (...)
  • 112 L’Écho d’Alger, 20 septembre 1956. Communiqué du CNIP.
  • 113 Le Monde, 16-17 septembre 1956. Ibid., 2 et 3 septembre 1956.

45Quoique rejeté dans une certaine mesure à l’arrière-plan, à la suite de l’expropriation de la Compagnie du canal, le problème algérien demeure primordial. L’application du programme en trois points défini par Guy Mollet, cessez-le-feu/élections/négociations, s’avère impossible et l’échec de la pacification devient manifeste. Le gouvernement paraît impuissant, incapable de rétablir la paix et de concrétiser dans les faits cette « personnalité algérienne » dont il reconnaît la réalité. En Algérie, l’armée détient l’autorité réelle et, à Alger, le parti colonial jouit d’un pouvoir intact. En ce sens aussi, les socialistes n’ont pas, et de loin, atteint les objectifs fixés au Congrès de Lille. Le drame algérien continue d’influer de façon déterminante sur le jeu des partis. On remarque les divergences qui morcellent la droite et le centre-droit. Le MRP réclame des mesures politiques immédiates et l’élaboration rapide d’un nouveau statut pour l’Algérie, dans le respect de l’égalité des droits entre les diverses populations111. Résolument hostiles à la solution fédérale, les modérés se divisent à propos de l’institution du collège unique112. Les « ultras » comme Soustelle, présents dans tous les mouvements politiques, sauf à l’extrême-gauche, n’acceptent un règlement que sur la base de l’intégration ou de l’assimilation à la métropole, seules garantes de la pérennité de l’Algérie française. Et surtout, les oppositions au sein du Cabinet compliquent la tâche du président du Conseil : du côté des socialistes, Lacoste exclut l’autonomie ou la dévolution de pouvoirs à l’Algérie, alors que Mollet a promis la création d’organes législatif et exécutif algériens ; les ministres radicaux se partagent sur le principe d’une solution fédérale, entre partisans comme Billières ou Faure, et adversaires comme Bourgès-Maunoury113.

  • 114 Ibid., 10 septembre 1956.
  • 115 L’Express, 7 septembre 1956.
  • 116 Le Figaro, 10 septembre 1956.
  • 117 Le Monde, 18 octobre 1956.

46S’ils persistent d’abord à fonder leur action sur les résolutions du Congrès de Lille, Mollet et ses amis modifient graduellement leur position. En septembre, ils cessent d’affirmer clairement leur préférence pour une fédération, système en principe écarté par le président du Conseil114. Toutefois, le projet de statut de Lucien Paye, haut fonctionnaire, élaboré à la demande du gouvernement, prévoit l’évolution du cadre politique futur de l’Algérie vers un modèle similaire à celui du Togo : il y aurait donc à brève échéance constitution d’assemblées locales délibérantes et application du suffrage universel, avec les conséquences prévisibles que cela comporte115. De surcroît, les ministres progressistes n’ont pas renoncé aux négociations avec des représentants élus, dans un avenir immédiat, et leurs objectifs, plus libéraux, rendent le statut Paye inadéquat116. En fait, les desseins véritables des dirigeants français, plus particulièrement de Mollet, de Pineau et de Savary, pour l’Algérie resteront vagues, indéfinis, secrets même. On note encore que le chef du gouvernement permet à la mi-octobre à M. Champeix, secrétaire d’État à l’Intérieur pour l’Algérie, socialiste, de soumettre au Comité directeur de la SFIO un plan de statut qui créerait trois régions algériennes dotées d’assemblées parlementaires, élues au collège unique, ainsi que la suppression du gouvernement-général117. Quelques indices laissent donc entrevoir que Mollet n’a toujours pas renoncé à réaliser avec ses implications politiques, la personnalité algérienne.

  • 118 Claude Serreules, « Libres opinions » : « ultimatum à Nasser », Le Monde, 31 juillet 1956. L’Expres (...)
  • 119 Se reporter aux pages 353 du présent chapitre.

47Le « préalable égyptien », thèse qui fait du règlement de l’affaire de Suez la condition première de toute solution en Algérie, sert dès le début de la crise d’arme aux partisans de l’Algérie française et à ceux qui, pour des raisons diverses, ont intérêt à la poursuite de la pacification, même s’ils ne défendent pas le statu quo en Afrique du Nord. Étrangement, les socialistes notamment les ministres libéraux, reprennent rapidement cette idée fort contestable, fondée principalement sur la présomption du rôle clé des Égyptiens dans la rébellion algérienne, d’où la prétendue nécessité d’une défaite de Nasser propre à abaisser son prestige. Il s’agit aussi, par une démonstration de la détermination et de la force françaises, de créer un « choc psychologique » qui, prétend-on, favoriserait le ralliement des musulmans algériens à la métropole118. Tant la droite que certains groupes du centre-droit vont mettre en avant ce « préalable égyptien » à l’Assemblée nationale. En août, Lacoste prétend au Conseil des ministres que Suez, en quelque sorte, annule les résultats de la pacification, et que l’influence retirée par Nasser de « son coup de dés » empêche d’obtenir quelque appui dans la population musulmane. On se souvient néanmoins que le lobby algérien trahit peu d’anxiété et peu d’irritation devant la lenteur de Mollet à répliquer au « défi » de Nasser : à la fin de septembre, André Morrice, radical orthodoxe, défenseur des intérêts coloniaux à l’Assemblée, assure le président du Conseil du soutien non entamé de ses amis et l’absout de toute responsabilité dans « l’enlisement diplomatique », attribué au manque de « solidarité alliée »119.

  • 120 Le Monde, 6 et 28 septembre ; 13 et 24 octobre 1956.
  • 121 L’Écho d’Alger, 2 octobre 1956.
  • 122 L’Humanité, 1er et 15 octobre 1956.

48Non seulement le préalable égyptien permet à la droite et au centre-droit d’excuser, de masquer même, l’échec patent de la pacification, mais il autorise les modérés, les républicains sociaux et le noyau de ministres autour de Lacoste et de Bourgès-Maunoury, à exiger le report de l’élaboration du futur statut algérien et de l’application de plusieurs réformes décidées en vertu de la loi de mars sur les pouvoirs spéciaux120. Le projet Paye de loi organique pour l’Algérie, qui connaît des fuites suspectes avant son examen en Conseil ministériel, subira un sort identique121. Bien sûr, les communistes dénoncent le préalable, dans lequel ils voient, non sans justesse, un alibi pour les promoteurs de la stérile escalade militaire en Algérie et ils considèrent « l’aventure de Suez » comme une « diversion » aux aléas de la politique algérienne du pays122.

  • 123 L’Express, 3 août 1956.
  • 124 Fait à souligner, le même phénomène affecte la droite. Le préalable de Suez la dispense de débattre (...)

49Que Mollet et Pineau fassent eux aussi de l’issue de la crise de Suez la condition de toute initiative en Algérie oblige dès que l’on écarte l’explication historique basée sur le « complexe de Munich », à chercher leurs mobiles véritables. D’abord, Suez constitue un « fait nouveau », opposable à ceux qui, au sein de la direction du parti socialiste, réclament le respect de la motion du congrès de Lille123. Aussi, la dramatisation de l’affaire égyptienne crée un climat propice à l’exaltation du sentiment national dans le pays et, surtout, au Parlement. Elle incite par conséquent les membres du Cabinet, divisé, à préserver la solidarité ministérielle, du moins en façade, comme elle dispose l’ensemble des partis, sauf l’extrême-gauche, à maintenir en place le Ministère. Et puis surtout, le « préalable égyptien » suspend l’échéance, pourtant pressante, de la redéfinition des objectifs algériens du gouvernement, et il évite donc l’aggravation des conflits en son sein124.

  • 125 Le Monde, 2 et 3 septembre 1956.
  • 126 Ibid., 29 août 1956. Selon L’Express du 2 novembre 1956, à la fin d’octobre, Bourgès-Maunoury lui-m (...)

50Lorsqu’il fait sien le concept du préalable égyptien, le président du Conseil satisfait la droite et le centre-droit, qui désirent une démonstration de force, sans doute en vue de bénéficier en contrepartie de plus de confiance et de latitude en Algérie et dans les pays limitrophes125. Ainsi, dans Le Monde du 29 août, Raymond Barrillon rapporte que plusieurs dirigeants conservent la conviction que « le maintien des positions prises à l’égard de l’Égypte doit être payant en Algérie ». Ce journaliste précise que « les évolutionnistes du Cabinet » estiment qu’en « étant solide [en Égypte] », on pourra se montrer « plus compréhensif ailleurs »126. Enfin, on note surtout qu’engagé dans des discussions secrètes avec le FLN depuis le printemps, Mollet obtient un délai fort opportun quant au choix d’une nouvelle politique algérienne, repoussé jusqu’au règlement de l’affaire du canal. D’ailleurs, à partir de septembre, certains journaux accusent le président du Conseil d’utiliser la crise de Suez comme l’alibi d’une politique de compromis en Afrique du Nord. Carrefour, par exemple, exprime à plusieurs reprises en septembre sa méfiance par des phrases éloquentes :

  • 127 Carrefour, 5 et 19 septembre 1956. Examiner en particulier l’éditorial d’A. Stibio, « Il faut d’abo (...)

« M. Pineau cherche en jouant du tam-tam égyptien à masquer les difficultés de la France en Afrique du Nord [...] comment expliquer le tintamarre autour des évacués français d’Égypte et le silence [...] autour des expulsés français du Maroc [...] on veut triompher au Caire pour mieux capituler en Algérie »127.

  • 128 Fonds Pierre-Olivier Lapie, 331 AP2, journal personnel, p. 54.
  • 129 Tsur, op. cit., p. 420 et 426.

51Le silence de la gauche anti-colonialiste de la SFIO et des mendésistes devant la politique jusqu’au-boutiste des ministres dans l’affaire de Suez, s’explique difficilement, si ce n’est pour des motifs de politique intérieure. Des politiques avertis, comme le député Pierre-Olivier Lapie, ont tout de suite compris que l’événement majeur du débat parlementaire du 3 août 1956 était, selon ses propres mots, « la fureur des communistes »128. D’autre part, plusieurs élus socialistes, qui resteront silencieux en novembre, désapprouvent « l’aventure franco-britannique » comme l’attestent les propos de Depreux et de Mayer rapportés par l’ambassadeur Tsur129. Lapie note vers le 19 octobre 1956, dans son journal personnel, que Guy Mollet aurait prévenu le Comité directeur de son parti des hostilités prochaines en Égypte. Ce socialiste conclut :

  • 130 Fonds Pierre-Olivier Lapie, 331 AP2, journal personnel, p. 96.

« [...] Ce serait pire que tout, car dans les circonstances actuelles, différemment du mois d’août [...] ce serait une vraie guerre [...] En somme, on a toujours attendu la gaffe de Nasser et on n’a eu que celle de Dulles, de Pineau et de Selwyn Lloyd »130.

  • 131 RA 12, dr. 2, Bureau radical, réunion du 7 novembre 1956, p. 10.
  • 132 L’Express, 17 août 1956, « Suez, épreuve pour l’Occident », article de P. Mendès France. Le titre i (...)
  • 133 PREM11/1126, lettre du 14 août 1956, de Sir Gladwyn Jebb, au secrétaire d’État au FO, rapport sur u (...)
  • 134 Pierre Mendès France, Gouverner, c’est choisir. La politique et la vérité. Juin 1955- septembre 195 (...)

52Mendès France et ses amis observent eux aussi une retenue remarquable. Comme à la SFIO, il n’y a aucun débat sur la question de Suez avant le début de l’expédition franco-anglaise et, même à ce moment, le Bureau du parti radical n’ose pas censurer le gouvernement de crainte que d’autres élus quittent le parti131. Le leader du mouvement radical prend assez tard, le 17 octobre, une position très ferme dans un article de L’Express. Comme certains responsables socialistes, il attribue au régime nassérien la volonté de « faire échouer les tentatives poursuivies en Tunisie et au Maroc pour substituer aux anciennes relations [coloniales] des rapports librement négociés, et souligne son retentissement en Algérie. Cependant, le dirigeant radical réclame une réplique conforme au droit des gens et qui « ne compromette pas la paix »132. Cette différence était pleinement comprise par les « faucons » du parti radical. Ainsi Bourgès-Maunoury disait-il à l’ambassadeur d’Angleterre, le 14 août, donc très tôt, « qu’il pensait qu’à tout moment, Mendès France pourrait se prononcer pour la ligne [suivie actuellement] par le parti travailliste »133. Nul doute que cette observation du ministre français de la Défense ne repose sur quelque information précise et que le risque ne soit bien réel, au moins en août. Là encore, l’abstention des mendésistes devant l’action du gouvernement dans la crise ne peut guère s’expliquer que par deux motifs principaux : la volonté de Mendès France de ne point rompre avec les dirigeants de la SFIO ; la difficile lutte pour le contrôle du parti, dont l’aile droite pourrait l’accuser de choisir l’alignement sur le PCF et le taxer d’antipatriotisme. En ce sens, la question du canal fournit à ses adversaires une arme fort redoutable134.

Les négociations avec le FLN et le projet d’association entre la France et les pays du Maghreb

  • 135 Robert Merle, Ahmed Ben Bella, Paris, Gallimard, 1965. L’auteur publie une série d’entretiens avec (...)
  • 136 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4., sdr. a, « Note sur F. ». L’existence de cet intermédiaire, son i (...)
  • 137 Pineau, op. cit., p. 143 et entretien du 19 avril 1988.
  • 138 Merle, op. cit., p. 118.

53Effectués à l’échelon de la présidence du Conseil, les pourparlers secrets avec les rebelles, connus ultérieurement mais peu documentés, n’ont guère retenu l’attention des historiens. Depuis le printemps 1956, des rencontres successives se déroulent au Caire, à Belgrade et à Rome, auxquelles participent des représentants officieux du chef du gouvernement français. Le 22 septembre, dans la capitale yougoslave, Pierre Commin, secrétaire général adjoint de la SFIO, ami et collaborateur de Mollet, et ses interlocuteurs algériens semblent proches de la réalisation d’un accord. Les divergences essentielles concernent encore la formulation du terme « indépendance », la délimitation des matières réservées à la France et ses futurs liens organiques avec l’Algérie ; mais les deux parties envisagent des compromis135. Selon une note confidentielle qui appartient au fonds Savary, après les dernières conversations de septembre, les contacts entre les autorités françaises et les rebelles ont continué par l’entremise d’une personnalité algérienne dont l’identité reste inconnue. L’introduction optimiste de ce document indique que si tout va bien, cet intermédiaire présentera au gouvernement français un programme mis au point par les Douze (dirigeants des maquis algériens) et par les chefs du FLN, réfugiés au Caire. Par la suite, on pourrait « préparer discrètement la rencontre en territoire neutre des deux commissions prévues »136. À l’automne 1956, Mollet et Pineau peuvent à l’évidence espérer un règlement négocié du conflit en Algérie, ce qui conforte certainement leurs choix dans la crise de Suez. Il faut se rappeler les circonstances extrêmement difficiles dans lesquelles ils œuvrent : avec Savary, ils travaillent contre leurs collègues responsables de l’Algérie et de la Défense. La grande majorité du Cabinet reste dans l’ignorance des négociations, particulièrement Lacoste, qui aurait dû en être le premier informé137. Selon Ben Bella, le président du Conseil, sollicité d’octroyer des laissez-passer pour deux émissaires du FLN, chargés d’informer les combattants du maquis de l’important pas franchi, n’y consent en principe qu’avec de fortes réticences, car il craint de n’être pas obéi138.

  • 139 L’Express, 4 mai 1956.

54Dès son accession au pouvoir, Guy Mollet a certainement misé sur un règlement négocié du conflit algérien, disposition renforcée par les événements du 6 février, qui prouvent l’impuissance de Paris à diriger, à accomplir une régénération de l’Algérie propre à satisfaire les populations non européennes. Le 25 avril, il avait lancé aux parlementaires socialistes réunis, qui faisait état du mécontentement des fédérations départementales : « dans moins de trois semaines, je vous infligerai peut-être l’affront d’un cessez-le-feu en Algérie »139. Cette phrase imprudente, démentie par la suite, a causé des remous tant à Alger qu’à Paris, car nul ne pouvait ignorer que le problème d’un arrêt des combats impliquait celui de l’avenir politique des départements algériens, inséparables pour le FLN.

55L’épisode de la Conférence de Tunis doit être examiné en rapport non seulement avec la stratégie des chefs socialistes et radicaux voués à une politique de gauche, dont la décolonisation constitue l’un des buts premiers, mais aussi avec la crise de Suez et avec l’évolution de la politique intérieure française. Les relations entre les deux États nouvellement indépendants d’Afrique du Nord et l’ancienne métropole ont été tendues durant l’été 1956. Les expulsions de Français par le Maroc et la volonté du sultan de contrôler les mouvements des unités françaises sur son territoire, les manifestations anti-françaises en Tunisie et la requête de l’évacuation des « troupes étrangères », par Bourguiba, ont irrité les partisans du statu quo en Algérie et ceux qui veulent que la France conserve une présence au moins stratégique dans les deux pays voisins.

  • 140 Le Monde, 18 et 20 juillet 1956.
  • 141 Ibid., 27 septembre et 7 août 1956.
  • 142 Fonds Alain Savary, SV 11, dr. 3., « Note » sur les échanges de vues avec les Marocains et les Tuni (...)

56En juillet, l’ambassadeur tunisien à Rabat disait la nécessité de « libérer entièrement l’Afrique du Nord » et de faire du « Maghreb arabe une unité indépendante et puissante »140. Plus réservés, les Marocains affirmaient néanmoins, par la voix de leur représentant à Tunis, « l’unité des causes tunisienne, marocaine et algérienne » et leur sultan recevait des délégués mauritaniens, chefs de tribus d’un territoire toujours officiellement rattaché à la France141. Pourtant, parallèlement à ce discours très ferme, des ministres marocains, dont celui des Affaires étrangères, demandaient à discuter des conditions de mises en valeur des régions du Sahara proches du Maroc, échanges de nature « à faciliter grandement les négociations, qui s’annonçaient ardues, sur le problème des frontières ». Dans Action, organe du Néo-Destour, les Tunisiens tenaient un langage similaire. Ils préconisaient des études conjointes pour la mise en valeur des ressources sahariennes. On y lisait cette phrase significative : « la coopération entre la France et l’ensemble du Maghreb doit trouver au Sahara un champ d’action particulièrement intéressant »142. L’expression « ensemble du Maghreb » inclut naturellement l’Algérie. À Paris, ces suggestions reçevaient un bon accueil. Ainsi le secrétariat aux Affaires tunisiennes et marocaines jugeait-il nécessaire une entente avec les anciens protectorats propre à assurer à la France des débouchés pour l’exploitation des richesses du Sahara. Et puis surtout, estimait-on à Paris, l’attrait présenté par ces dernières pourrait fournir un instrument précieux à la politique nord-africaine de la France, idée exposée dans une note du 19 juillet :

  • 143 Ibid.

« Ni le Maroc ni la Tunisie ne sont en mesure de mettre eux-mêmes en valeur les ressources sahariennes, à supposer même, ce que nous ne saurions accepter, que les frontières méridionales de ces pays soient repoussées vers le sud. Dans la mesure où la mise en valeur comporte pour eux des avantages considérables, ressources économiques, revenus financiers ou utilisation de main-d’œuvre, les dirigeants de ces pays doivent être tentés de détourner leur attention de problèmes actuels où nos thèses s’opposent [question algérienne et différends frontaliers] »143.

  • 144 Le Monde, 30 juillet 1956.
  • 145 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4., lettre de Claude Cheysson, du 27 octobre 1956, à l’ambassadeur A (...)
  • 146 DDF, doc. n° 88, tél. n° 3525-3533, 28 juillet 1956, de l’ambassadeur de France à Tunis, R. Seydoux (...)
  • 147 Les Marocains, parallèlement à leurs efforts de conciliation, vont poursuivre leurs actions en vue (...)
  • 148 DDF, doc. n° 224, lettre de M. Winckler, conseiller technique au Cabinet du secrétaire d’État aux A (...)

57Dans deux discours importants, à Castres et à Carmaux, Alain Savary développait à la fin de juillet l’idée d’une exploitation du Sahara sur la base « d’une communauté d’intérêt »144. Or, à l’été 1956, les réalités politiques et économiques conduisaient Marocains et Tunisiens, désormais indépendants et soucieux de leurs intérêts propres, à prendre une attitude beaucoup plus modérée sur la question algérienne. Ainsi Bourguiba heurtait-il vers la mi-juillet ses interlocuteurs du FLN en ne parlant plus que de la « vocation » de l’Algérie à l’indépendance145. Puis, par la suggestion, bien entendu encore inacceptable pour Paris, d’une réunion internationale qui rassemblerait la France, le Maroc, la Tunisie et des « représentants de l’Algérie », le leader tunisien préparait les Français à une initiative diplomatique menée de concert avec les Marocains en vue de hâter le règlement du problème algérien146. À partir de septembre, tant à Tunis qu’à Rabat, les déclarations officielles expriment clairement les nouvelles orientations sur l’avenir de l’Afrique du Nord. Bien que les revendications antérieures subsistent, tout comme l’agitation armée, on constate désormais une reconnaissance des intérêts de la France en Afrique du Nord et une certaine volonté de collaboration147. À la fin de septembre encore, Bourguiba prévient le secrétaire d’État aux affaires tunisiennes et marocaines de la préparation d’un plan qu’il entend soumettre avec fermeté « aux frères algériens », projet qui tiendra compte de leurs intérêts sans que « le sort des Français, en dehors des ultras, n’ait à souffrir ». Le chef du gouvernement tunisien signale que le souverain marocain partage ses vues148.

  • 149 Action, cité par Le Monde, 18 septembre 1956.
  • 150 Le Monde, 26 septembre 1956.
  • 151 Le Figaro, 5 octobre 1956. Le Monde, 4 et 9 octobre 1956.
  • 152 Ibid., 21-22 octobre 1956.

58Dans la troisième semaine de septembre, Action, journal du parti de Bourguiba, affirme que la conférence qui doit réunir en octobre les chefs des gouvernements tunisien et marocain ainsi que le sultan Mohamed V, « sera celle de la paix en Algérie » et il souhaite la présence de responsables algériens : la France aura alors, remarque l’hebdomadaire, « l’occasion [...] de relancer sur de nouvelles et solides bases les relations franco-nord-africaines »149. Le 25 septembre, dans un discours à Oujda, le sultan du Maroc lance un appel « aux hommes de bonne volonté » et, dans les jours qui suivent, Guy Mollet reçoit son fils, Moulay Hassan150. Longue de trois semaines, la mission du prince à Paris a deux objectifs : d’abord, officiellement, la recherche d’un modus vivendi sur la question de la présence militaire française au Maroc et puis surtout, dans la discrétion, la discussion du problème algérien avec les responsables français et avec des personnalités de diverses tendances politiques151. Le 20 octobre, peu avant la rencontre de Tunis, Hassan déclare, sans doute en conclusion des consultations et des négociations qu’il a conduites : « il faut accorder les intérêts algériens avec les intérêts français [...] les frères algériens feront tout leur possible [en ce sens] »152.

  • 153 Ibid., 19 octobre 1956.
  • 154 Le Figaro, 21-22 octobre 1956.

59Il y a entre les deux anciens protectorats une émulation certaine. Grâce à la personnalité prestigieuse de son monarque, le Maroc tient un rôle plus spectaculaire dans l’effort diplomatique commun pour mettre un terme au conflit algérien, mais les Tunisiens participent pleinement à l’entreprise. Le 18 octobre, leur gouvernement annonce qu’il entend exercer un contrôle absolu de ses frontières algériennes afin d’aider le sultan dans son rôle de médiateur153. Le 20 octobre, dans un discours radio-diffusé, Bourguiba parle de l’imminente réunion tuniso-marocaine comme d’un « essai de trouver une solution qui permette au peuple algérien de réaliser ses aspirations tout en respectant les intérêts supérieurs de la France et des Français dans ce pays ». Cette rencontre, précise-t-il encore, « pose la première pierre dans la construction d’une Afrique du Nord effective »154.

  • 155 Ibid., 23 octobre 1956.

60La veille de sa visite en Tunisie, le sultan reçoit officiellement les leaders du FLN à Rabat. Après l’entretien, un communiqué du Palais fait état de plusieurs points notables de convergence entre Marocains et Algériens sur l’avenir de l’Afrique du Nord : le désir d’établir une « entité maghrébine », la nécessité de « conjuguer les efforts pour la paix », la volonté de « garantir les droits supérieurs des pays concernés ainsi que ceux des collectivités et des individus » et le dessein de construire entre la France et le Maghreb des « liens de solidarité et de coopération »155. Il s’agit bien ici d’une invitation publiquement faite aux Français à entreprendre des négociations, qui, assure-t-on, se feront dans le respect de leurs divers intérêts en Algérie et ailleurs.

  • 156 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4., sdr. a, note sans titre, ni signature, du 29 octobre 1956. Il s’ (...)
  • 157 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4., lettre de Claude Cheysson, du 27 octobre 1956, à l’ambassadeur A (...)
  • 158 Ibid.

61Si les gouvernants français ont mis en garde Tunisiens et Marocains contre toute publicité donnée à leurs pourparlers bilatéraux et avec des responsables du FLN, ils les ont priés d’user de leur influence sur ces derniers, comme l’indique Claude Cheysson, un collaborateur de Savary, dans une lettre qui constitue au lendemain de la capture de Ben Bella et de ses camarades, un véritable bilan de l’action conduite par le secrétaire d’État. En outre, au cours de son séjour à Paris, le prince Hassan semble avoir trouvé des interlocuteurs très ouverts sur le problème algérien, chez les dirigeants politiques de divers milieux. Le président Pinay, notamment, aurait développé des formules particulièrement audacieuses156. À partir de l’été 1956, l’idée « d’un complexe franco-nord-africain » fait son chemin dans les anciens protectorats, qui pourraient dans ce cadre consentir certaines « concessions de souveraineté » impossibles sur le plan des seuls rapports bilatéraux. Dès lors, on pouvait contourner la question insoluble de l’indépendance algérienne par l’attribution à l’Algérie d’un statut confédéral à l’intérieur d’un ensemble qui diminuerait le poids du lien avec la seule métropole et le rendrait donc plus supportable pour les nationalistes. Il s’agissait, note Cheysson, « d’approcher le problème algérien par les ailes, de consolider la solidarité franco-marocaine et franco-tunisienne pour affaiblir et envelopper le FLN »157. Quand il accueille ouvertement, à la veille de la Conférence de Tunis, des chefs des rebelles algériens, le sultan ignore les mises en garde de Savary, pour qui tout échange de vues sur l’Algérie doit demeurer confidentiel, à plus forte raison des contacts avec le FLN. Il suspendra toutes les négociations financières et économiques en cours avec le Maroc, opération qualifiée par Cheysson de « véritable contre-feu »158.

  • 159 L’Express, 26 octobre 1956. Pineau et Jacquet confirmeront cette information dans leurs témoignages
  • 160 JOAN, 23 octobre 1956, p. 4288.
  • 161 Fonds P.-O. Lapie, 331 AP2, note du 24 octobre 1956, p. 100.
  • 162 PMF, 1945-1958. Lettre du 26 octobre de François Walter et réponse du chef radical, du 29 octobre 1 (...)

62La Conférence de Tunis avorte à la suite de l’arrestation, le 22 octobre, des représentants du FLN, dont les autorités françaises ont intercepté l’avion au cours de son trajet vers la capitale tunisienne. Il s’agit d’une victoire pour les opposants à une entente avec les rebelles et elle résulte d’une initiative prise à Alger par les militaires, sans l’aval de Mollet, mais avec l’approbation de Max Lejeune, collaborateur de Lacoste et subordonné de Bourgès-Maunoury159. À l’Assemblée nationale, le président du Conseil affecte de se féliciter de la capture d’arrestation de Ben Bella et de ses compagnons, et il annonce la suspension des discussions à caractère économique avec le Maroc en raison de la réception officielle faite par le sultan aux dirigeants du FLN160. Savary, qui démissionnera, considère avec justesse que l’on a ruiné sa politique d’entente avec le Maroc et la Tunisie et que l’on a voulu mettre un terme à son projet d’association entre la France et le Maghreb. Il confiera à P.-O. Lapie qu’il existe au Parlement et au gouvernement un « parti de la reconquête militaire du Maroc et de la Tunisie »161. À l’industriel libéral François Walter, qui lui fait part de ses craintes à propos de la capture des hommes du FLN, Mendès France répond dans une lettre du 29 octobre que « certains hommes au gouvernement ont résolu de provoquer [dans les anciens protectorats] une épreuve de force pour justifier une véritable opération de reconquête »162.

  • 163 Le Monde, 8 et 9 juillet 1956.
  • 164 Ibid., 31 juillet 1956.
  • 165 Ferhat Abbas, Autopsie d’une guerre, Paris, Gallimard, 1980, p. 186. Il y a en fait deux processus (...)

63Les fondements premiers d’un accord entre les Français et le FLN naissent en juillet des termes de la motion du Congrès de Lille. Ferhat Abbas demande alors si le gouvernement français les fait siens, auquel cas existent, selon lui, des possibilités de rencontres entre le FLN et des représentants officiels français163. Le 29 juillet 1956, dans un discours dominical, Savary traite d’une éventuelle « communauté supranationale », constituée de la France, de la Tunisie et du Maroc164. La solution au problème algérien, que l’on tente finalement de mettre au point en septembre et en octobre 1956, consiste en la création d’un ensemble franco-nord-africain165. L’Algérie deviendrait sûrement un membre semi-autonome de cette union suivant les lignes de la motion de Lille, reprises et accommodées dans les plans de Lucien Paye et de Champeix. On remarque que ce modèle d’organisation politique, qui préserve la prééminence française en Afrique du Nord, répond aux exigences de la majeure partie du centre-droit, notamment du MRP, partisan d’une confédération. Les intérêts économiques de la France y trouvent leur compte, en particulier les intérêts pétroliers, défendus par des hommes influents de la droire modérés, comme P. Reynaud ou F. Dupont, ou du centre, tels qu’Edgar Faure. Plutôt que de lutter pour le contrôle des ressources naturelles du Sud algérien et du Sahara, les rivaux marocain, tunisien et français s’associeraient avec le quatrième partenaire, algérien. Enfin, le maintien de liens avec la France rassurerait, sinon les Européens d’Algérie, du moins l’opinion métropolitaine.

  • 166 Le Monde, 31 juillet 1956.
  • 167 Bernard Lavergne, « L’affaire de Suez ou la trahison des États-Unis », L’Année politique et économi (...)
  • 168 L’Humanité, 21 septembre 1956. Who’s Who, op. cit., p. 777. 412 AP 11, Archives de l’UDSR, Congrès (...)

64La question pétrolière permet encore de relier sous plusieurs angles l’affaire égyptienne à la politique nord-africaine de la France. Certaines préoccupations, étrangères au canal ou à l’Égypte, transparaissent dans les analyses de plusieurs commentateurs français. Par exemple, Claude Serreules, alarmé par le « nazisme renaissant » des Égyptiens, s’inquiète de la possibilité qu’un succès égyptien n’entraîne des « nationalisations en cascades »166. Plus précis, un avocat de la construction d’une confédération franco-nord-africaine, Bertrand Lavergne dit craindre que Nasser ne « pousse les musulmans d’Afrique du Nord à contester [aux Français] la possession du Sahara et de ses richesses minérales »167. Sénateur radical issu du milieu de la grande industrie, Jean de Lachomette déclare sans fard que tous savent que la guerre ne saurait être prolongée indéfiniment, et qu’une capitulation imposée à l’Égypte créerait des conditions plus favorables pour régler la question de l’Afrique du Nord dans le sens où les Français l’entendent168.

  • 169 Le Monde, 26 septembre 1956.
  • 170 JOAN, 17 octobre 1956, p. 4202.

65De plus, l’aggravation de la tension entre l’Égypte et la Grande-Bretagne peut sembler un atout à certains hommes d’État français soucieux de trouver des appuis à la France pour la sauvegarde de sa possession saharienne. Paul Reynaud, devant la défaite diplomatique du « tandem France/Grande-Bretagne », invite les « amis anglais » à participer à la mise en valeur du Sahara, nécessaire à l’Europe occidentale169. Bien sûr, le chef modéré appuie son appel sur l’argument que la route de Suez est coupée et que le Moyen-Orient peut tomber sous l’influence du bloc communiste. Frédéric Dupont, un autre député influent du parti indépendant et paysan, dit en Chambre : « l’Algérie, c’est le Sahara avec ses ressources possibles de pétrole [...] au cas où l’autre n’arriverait plus »170.

  • 171 J.-M. de Lattre, op. cit., p. 562-563.

66L’examen du rôle du « préalable égyptien » révèle que, loin de constituer l’expression d’une politique qui ferait de l’Égypte de Nasser le nœud gordien du problème algérien, il sert d’abord d’outil de politique intérieure, pratique pour tous, hormis les communistes. Ce préalable, les socialistes libéraux tentent manifestement de l’utiliser contre la droite et le centre-droit et contre la faction colonialiste du Cabinet : constituée aux premiers jours d’août pour contrôler l’équipe Mollet-Pineau, l’union nationale peut être retournée contre ses auteurs dès lors qu’avec l’échec de la pacification, l’affaire égyptienne concourt à neutraliser les adversaires de la politique de Savary et de Pineau en Afrique du Nord, et à faire accepter par une part considérable du centre-droit, par le MRP surtout, le projet de Tunis. Au demeurant, les dispositions avantageuses négociées par Savary avec les Tunisiens, les Marocains et les Algériens satisfont à la plupart des revendications du centre-droit et même de la droite modérée, hormis bien sûr, le groupe des ultras de l’Algérie française. Enfin, quelques indices tentent à démontrer que Suez, par ses retombées internationales, paraît à certains l’occasion d’intéresser les alliés de la France, les Britanniques d’abord, à l’exploitation des ressources du Sud algérien et du Sahara. Dès l’automne 1955, n’envisageait-on d’ouvrir la zone saharienne à de grandes entreprises à participations étrangères171 ?

Suez, la politique des partis et l’évolution de la majorité ministérielle en France

  • 172 Robert Verdier, PS. /P. C. : une lutte pour l’entente, Paris, Seghers, 1976, p. 209.

67Jusqu’au début de la crise de Suez, le Ministère a comme appuis des majorités de gauche, de droite et mixtes. Après le 26 juillet, Mollet n’obtient plus la confiance du PCF et les divisions au sein du Front républicain lui-même compliquent beaucoup la tâche des dirigeants. À cause de la situation que connaît le parti radical, il n’existe pas de bloc socialo-radical à l’Assemblée nationale. L’échec de Mendès France dans sa tentative de s’assurer le contrôle de la députation radicale, confirmé par le déroulement de la lutte au sein de son parti en 1956, signifie qu’aucun regroupement de la gauche ne peut servir au renouvellement de l’expérience du Front populaire, sinon comme force d’opposition. Si la droite et le centre-droit font souvent référence à un danger de cette nature, c’est certainement en premier lieu pour resserrer leurs rangs et freiner leurs extrémistes, mais à l’évidence, comme le confirmera plus tard Robert Verdier, alors président du groupe parlementaire de la SFIO, « une telle coalition, [avec les mêmes partenaires qu’en 1936], n’eût même pas assuré une majorité suffisante »172. En revanche, un nouveau « Front populaire » aurait totalement paralysé l’Assemblée nationale et le système politique du pays.

  • 173 L’Humanité, 12,14,18, 24 et 25 septembre 1956.
  • 174 Ibid., 25 septembre 1956.

68Pourtant, la tentative des communistes d’établir « l’unité d’action » avec les socialistes constitue un facteur primordial dans le jeu parlementaire en 1956. Quels buts poursuivent-ils ? Ils espèrent certainement aboutir, à moyen ou à long terme, à une sorte d’alliance avec la SFIO. En outre, las d’être depuis plusieurs années cantonnés dans une opposition à plusieurs égards stérile, ils entendent, dans le même esprit que leurs camarades soviétiques, mettre fin au climat de guerre froide qui les isole depuis 1947. Dans l’immédiat, ils veulent entraîner les socialistes vers la gauche et éviter que ne se reconstitue la majorité d’Edgar Faure avec en plus l’apport socialiste. La visite d’une délégation de la SFIO, puis le voyage de Mollet et Pineau à Moscou en mai, ont certainement favorisé la continuation de la politique unitaire par le PCF, même pendant l’affaire de Suez. Les communistes font de cette union la condition de toute politique de gauche : l’unité d’action serait l’unique moyen de mettre fin à la guerre d’Algérie, de s’opposer, comme en 1934, à l’extrême-droite, aux poujadistes, et de défendre la laïcité et la détente internationale173. Pour atteindre ces buts, le PCF fait preuve de beaucoup d’abnégation : il « ignore injures et provocations afin d’aider les dirigeants socialistes à tenir leurs promesses »174.

  • 175 Ibid., 3 octobre 1956.
  • 176 JOAN, 2 octobre 1956, p. 3964.
  • 177 L’Aurore, 3 et 4 octobre 1956.

69Deux initiatives des communistes démontrent au demeurant qu’en octobre, ils espèrent encore provoquer le rapprochement avec la SFIO : leur action autour de l’élection du président de l’Assemblée nationale et l’inscription du débat sur la loi Barangé. La première surtout est intéressante, car elle réussit. André Le Troquer, socialiste, est élu au second tour, au poste prestigieux de président de l’Assemblée grâce au désistement du communiste Marcel Cachin et au report des voix, effectué afin « de faire échec aux manœuvres de la droite »175. Fait remarquable, Le Troquer déclare par la suite, lorsqu’il remercie la Chambre : « Je suis très fier qu’une majorité de républicains ait décidé de me maintenir au fauteuil présidentiel »176. Cela provoque à droite une indignation très vive, fort bien exprimée par l’Aurore, qui fustige ceux qui « rompent systématiquement la solidarité nationale »177. Ces mots surprenants de Le Troquer, au regard des attaques de Mollet contre le PCF, donnent à penser que les chefs socialistes veulent tout de même conserver la possibilité d’un retournement, d’un appel à l’ensemble des voix de gauche, perspective inquiétante pour le centre-droit et la droite. D’ailleurs, toute la politique mise en œuvre dans l’affaire de la Conférence de Tunis conduit à ménager l’éventualité d’un soutien communiste, même temporaire, pour enlever la ratification d’une entente avec le FLN et les deux États nord-africains qui mette fin à la guerre d’Algérie.

  • 178 L’Humanité, 8 et 27 octobre 1956.

70Après un essai infructueux au début de la session parlementaire, les communistes obtiennent le 26 octobre l’inscription de la discussion de la loi Barangé, sur la proposition de socialistes mécontents de l’issue du débat de politique générale, qui a fourni au Cabinet la majorité « nationale » recherchée depuis les élections de janvier par la droite et le centre-droit. Il s’agit en l’occurrence d’abroger une loi jadis présentée par le MRP, ce parti démocrate-chrétien « à la française » peu enclin à afficher sa vraie dénomination. Cette loi octroie des subsides aux familles qui recourent à l’école privée, généralement confessionnelle. Détail notable, seule l’absence de la vingtaine de députés de l’UDSR, réunie en congrès à Nancy, permet ce succès. Porter la lutte sur le terrain de la défense de l’école laïque constitue un choix fort habile : les trois grands partis de la gauche partagent cette priorité depuis des décennies et, depuis la fin du XIXe siècle, la laïcité a servi de ciment, voire de programme, à des « majorités républicaines » très hétérogènes. La répétition de cette entreprise de rassemblement de la gauche prouve que, malgré son vote de défiance du 25 octobre, le PCF conserve sa stratégie de l’unité d’action avec les socialistes. Et surtout, comme le disent les porte-parole du parti communiste, la question de l’école laïque, « l’une des possibilités offertes à la gauche pour se retrouver », représente l’occasion de causer la « division entre la gauche et le MRP », « désespérément accroché aux basques du gouvernement »178. Le débat sur la loi Barangé n’aura pas néanmoins lieu à cause de l’ultimatum à l’Égypte, le 30 octobre.

  • 179 Ibid., 15 octobre 1956.
  • 180 L’Écho d’Alger, 16 octobre 1956.
  • 181 L’Aurore, 16 octobre 1956.

71La contre-attaque du centre-droit porte sur Suez. Les communistes le comprennent bien, qui, satisfaits du recours de la France et de la Grande-Bretagne à l’ONU, remarquent, dans L’Humanité, que « seuls ceux qui rêvaient d’utiliser l’affaire de Suez pour ranimer la guerre froide », le déploreront179. En fait, le MRP, dont l’action décisive de juillet à octobre a été examinée plus haut, mène le combat depuis le début de la crise de Suez. Favorable à la continuation d’un Ministère avantageux pour lui, conscient du rôle d’écran que joue le différend franco-égyptien par rapport à l’Algérie, le lobby algérien appuie les démarches des républicains populaires, quoique le seul maintien de la tension entre Le Caire et Paris lui suffise. Ainsi, dans L’Écho d’Alger, Alain de Sérigny spécifie le 16 octobre qu’avec le débat sur Suez, « les [partis] nationaux souhaitent [...] contraindre les communistes à quitter l’Assemblée »180. On observe, dans L’Aurore, l’expression du même calcul : « Les communistes voteront seuls pour Nasser »181.

  • 182 JOAN, 17 octobre 1956, p. 4198.
  • 183 Le Figaro, 22 octobre 1956.
  • 184 Carrefour, 17 octobre 1956, article d’A. Stibio. Les mots exacts du journaliste sont : « [P. Mendès (...)

72Lors du débat de politique générale d’octobre, le passage du PCF de l’abstention à l’opposition, conséquence majeure de la politique de Mollet dans l’affaire de Suez, n’apparaît cependant pas définitif. J. Vermeersch, députée communiste, a déclaré lors du débat que son parti voterait pour le gouvernement, « demain », lorsqu’il prendra « des mesures pour le rétablissement de la paix »182. Bien sûr, la menace d’un retour à un rassemblement de la gauche persiste tant que le PCF ne renonce pas à l’unité d’action. Le Figaro remarque la précarité de la large majorité d’union nationale qui paraît devoir se renouveler à la fin du débat d’octobre, majorité qu’il affirme ne pas pouvoir qualifier de « stable et définitivement choisie »183. Le 17 octobre, dans un éditorial, Carrefour observe que « jamais les chances d’un Front populaire n’ont été aussi grandes » en raison du cheminement politique de Pierre Mendès France et du problème algérien, facteur de ralliement184. À droite, on redoute donc, de la part des chefs socialistes, un changement d’orientation qui se traduirait par un nouveau recours à l’ensemble des voix de la gauche. On désire produire une cassure irréparable, permanente, entre le PCF et la SFIO. Ceci fournit la raison essentielle de l’ultimatum lancé par le MRP au gouvernement, tant à son congrès d’octobre que lors du débat de politique générale : seul l’emploi de la force contre l’Égypte, éventualité d’avance condamnée comme manifestation colonialiste par les communistes, paraît de nature à ruiner toute chance de regroupement de la gauche, à contrer une fois pour toutes la stratégie d’union appliquée opiniâtrement par le PCF depuis la chute du Cabinet Faure. Les républicains populaires ont tout à gagner d’un rejet des communistes dans leur isolement antérieur. Leur parti deviendrait alors le pivot d’une majorité de centre à laquelle les socialistes, faute d’alternative, participeraient, ce qui lui éviterait de devenir, comme sous le gouvernement Faure, le satellite de la droite.

  • 185 Maurice Bourgès-Maunoury, « Libres opinions » : « L’introuvable majorité », Le Monde, 10 janvier 19 (...)
  • 186 Buron, op. cit., p. 190.
  • 187 JOAN, 9 mars 1956, p. 843.

73Enfin, il faut se rappeler qu’en juillet, avant le début de l’affaire de Suez, la droite et le « lobby colonial » ont d’excellents motifs de favoriser le remplacement du ministère Mollet par un autre, moins suspect quant à sa politique nord-africaine et à son choix de majorité parlementaire. Dès janvier, un des hommes forts du Cabinet, Bourgès-Maunoury, avait souhaité la participation du MRP et des indépendants au gouvernement afin de régler les problèmes nord-africains et de l’Union française dans une certaine « unanimité nationale »185. Selon Robert Buron, en juillet, avant la nationalisation de la Compagnie de Suez, le ministre de la Défense encourage l’activité de « Comités pour la défense et le renouveau de l’Algérie française », dont « les animateurs rêvent d’une courte majorité par l’appui poujadiste »186. Certains hommes politiques de premier plan envisagent donc d’utiliser la question algérienne pour fabriquer une majorité de droite, pour assimiler l’UFF de Poujade. Dans l’Union pour le salut et le renouveau de l’Algérie française, on retrouve, outre des ultras tels que Bidault et Koenig, des personnalités d’importance, des Pinay ou des Robert Schumann, favorables à une politique évolutive en Afrique du Nord. Existe-t-il une réelle possibilité de réunir une telle majorité parlementaire ? Dès mars, le vote sur l’amendement Arrighi qui, contre toute légitimité et en total désaveu de la position du président du Conseil, aurait prolongé le mandat des députés algériens élus selon le système du double collège, a recueilli 271 voix contre 305 : 18 votes seulement ont alors manqué à une « majorité algérienne »187. Grâce à la crise de Suez, Guy Mollet écarte à partir du début d’août ce danger.

Notes

1 Le Monde, 4, 6, 7 et 8 mai 1956.

2 JOAN, 26 juillet 1956, p. 3685.

3 Le Monde, 20 juin et 24 juillet 1956.

4 Le Populaire de Paris, 11 et 25 juin 1956.

5 Le Monde, 29 juin et 17 juillet 1956.

6 Ibid., 26, 27 et 28 juillet 1956.

7 La Lettre Paul Dehème, 24 mai 1956.

8 Ibid., 28 juillet 1956.

9 Le Populaire de Paris, 5 septembre 1956.

10 Guy Mollet, Bilan et perspectives socialistes, Paris, Plon, 1958, p. 83-84.

11 JOAN, 26 juillet 1956, p. 3681 et 3676. Deux députés radicaux, A. Morrice et E. Hugues, quoique favorables au vote de l’emprunt, réaffirment les suspicions du centre-droit et exhortent de nouveau le gouvernement à choisir une majorité.

12 André Philip, Le socialisme trahi, Paris, Plon, 1957, p. 128-129.

13 JOAN, 28 juillet 1956, p. 3720.

14 John Talbott, « French Public Opinion and the Algerian War : A Research Note », French Historical Studies, vol. 9, n° 2, 1975, p. 361.

15 Charles-Robert Ageron, « L’opinion française devant la guerre d’Algérie », Revue française d’histoire d’outre-mer, t. 63, n° 231, 2e trimestre de 1976, p. 257 et 263.

16 Sondage, n° 3, 1956, p. 6.

17 Ibid., p. 3.

18 Ibid., p. 24.

19 Ibid., p. 26.

20 Ibid., p. 27-28.

21 JOAN, 28 juillet 1956, p. 3721. Lors du vote de confiance sur le collectif militaire, le 28 juillet, Pineau, s’il écarte une longue déclaration, « prématurée », sur l’expropriation de la Compagnie de Suez, « précise le refus [du président du Conseil et le sien] d’accepter un acte unilatéral dont l’objet est moins juridique que politique, et qui tend à empêcher la libre circulation dans le canal » (Cf. aussi Le Monde, 29-30 juillet 1956).

22 Ibid., p. 3722.

23 Ibid.

24 L’Écho d’Alger, 28 juillet 1956.

25 France Indépendante, cité par Le Monde, 31 juillet 1956.

26 JOAN, 1er août 1956.

27 L’Écho d’Alger, 31 juillet 1956.

28 LExpress, 3 août 1956.

29 JOAN, 2 août 1956.

30 Ibid., p. 3843.

31 Ibid., p. 3841-3842.

32 Ibid., p. 3853.

33 Ibid., 3 août 1956, p. 3869-3872.

34 Ibid., p. 3873.

35 Ibid., p. 3871.

36 Émile Noël, propos tenu lors de l’entretien du 18 juillet 1988.

37 L’Aurore, 2 août 1956.

38 Le Monde, 4 août 1956.

39 Robert Buron, Les dernières années de la IVe République. Carnets politiques, Paris, Plon, 1968, p. 193.

40 L’Aurore, 16 août 1956. Le Figaro, 16 août 1956.

41 Ibid., 22 août 1956. Les Échos, 23 août 1956.

42 Carrefour, 23 août 1956.

43 Le Monde, 30 août 1956.

44 L’Aurore, 29 août 1956.

45 Le Monde, 30 août 1956.

46 JOAN, 2 août 1956. L’Humanité, 11 septembre 1956.

47 L’Humanité, 11 septembre 1956, 8 août 1956.

48 Combat, 2 août 1956, « Des mots ». Dans cet éditorial, l’auteur, Jean Fabiani, écrit : « Nous ne pensions pas que la reculade serait aussi précipitée ».

49 L’Express, 24 août 1956. Dans ce journal apparaissent des points de vue tantôt radicaux, par leur hostilité au gouvernement, tantôt nettement plus modérés, sur Suez. Il semble que Mendès France n’ait point demandé à ses partisans de la rédaction de suivre une orientation précise. Ce 24 août, au lendemain de la conférence de Londres, L’Express parle de « la phase d’enlisement prévue ».

50 Le Monde, 1er septembre 1956.

51 Ibid., 4 septembre 1956.

52 Ibid.

53 Ibid., 13 et 14 septembre 1956.

54 Ibid., 19 septembre 1956.

55 L’Humanité, 19 septembre 1956.

56 Le Monde, 20 septembre 1956.

57 Ibid., 21 septembre 1956.

58 Ibid.

59 Ibid., 22 septembre 1956.

60 La Dépêche du Midi, citée par Le Monde, 21 septembre 1956.

61 Coston, op. cit., p. 231.

62 Chapitre V, p. 181-182.

63 Le Monde, 25 septembre 1956.

64 Ibid., 23-24 septembre 1956.

65 Ibid.

66 Ibid., 26 septembre 1956.

67 L’Aurore, 4 octobre 1956.

68 Le Monde, 5 octobre 1956.

69 Ibid., 6-7 octobre 1956.

70 Ibid., 4 octobre 1956.

71 Le Populaire de Paris, 15 octobre 1956.

72 Le Monde, 16 octobre 1956.

73 Ibid.

74 Ibid., 6 octobre 1956.

75 Pierre-Étienne Flandin, « L’Affaire de Suez », Revue des Deux Mondes, 1er novembre 1956, p. 9 et 12. L’opinion de cet ancien président du Conseil, ministre des Affaires étrangères lors de la remilitarisation de la Rhénanie en 1936, présente un intérêt considérable, car il préside l’Alliance démocratique, groupe extra-parlementaire qui, quoique moins important qu’en 1940, comprend encore des personnages fort influents dont A. Pinay, R. Laniel et F. Dupont.

76 Flandin, op. cit., p. 11.

77 Le Monde, 28 septembre 1956.

78 Flandin, op. cit., p. 17 et 19.

79 Jacques Isorni, Le silence est d’or au Palais-Bourbon, Paris, Flammarion, 1957, p. 174-175.

80 JOAN, 16 octobre 1956, p. 4131-4332.

81 Ibid., p. 4133.

82 Ibid., p. 4135.

83 Ibid., p. 4149.

84 Ibid., p. 4144 et 4146.

85 Ibid., p. 4144.

86 Ibid., p. 4150-4152.

87 Ibid., 23 octobre 1956, p. 4283-4285.

88 Ibid., 25 octobre 1956, p. 4330.

89 Ibid., p. 4306.

90 Ibid., p. 4305 et 4306.

91 Le Monde, 18 octobre 1956.

92 P.-M. de la Gorce, op. cit., p. 363.

93 Le Populaire de Paris, 9 mars 1956. JOAN, 9 mars 1956, p. 819.

94 Le Monde, 12 juin 1956.

95 Ibid., 7 août 1956.

96 Par exemple, le député socialiste Auguste Comte décrivait à l’Assemblée nationale la rébellion algérienne comme un « véritable complot de l’étranger » (JOAN, 9 mars 1956, p. 819). Au MRP, des personnalités aussi importantes que M. Schumann ou P.-H. Teitgen appellaient au printemps à la lutte contre l’Égypte. Le premier réclame, à l’occasion du débat sur les pouvoirs spéciaux, que la France protège Israël menacé par les bombardiers égyptiens (JOAN, 9 mars 1956, p. 798). Le second rappelle la lutte contre Hitler et demande que la France serve « de barrage à ce nouveau déferlement » auquel on assiste en Algérie (Le Monde, 19 avril 1956).

97 Soustelle, « La ligue Arabe... », op. cit., p. 21.

98 Raymond Aron, Mémoires, Paris, Julliard, 1983, p. 357-359. Lecrivain se reprochera en particulier de n’avoir pas dénoncé l’argument officiel fallacieux d’une prétendue menace sur le libre passage des pétroliers dans le canal de Suez et, aussi, de n’avoir pas condamné à l’avance une action militaire dont il ne croyait plus à l’automne qu’elle aurait lieu.

99 J.-A. Faucher, op. cit., 1959, p. 186.

100 Sondages, n° 3, 1956, p. 35.

101 Ibid., n° 4, 1956, p. 11.

102 Ibid., n° 4, 1956, p. 15-16 etl8. Charles-Robert Ageron, « L’opinion publique française pendant la crise de Suez, 1956 », Cahiers de l’institut d’histoire de la Presse et de l’Opinion, n° 5, 1978, p. 26-27. L’auteur parvient à la conclusion qu’il n’y a pas de « vaste majorité nationale » favorable à cette guerre, dont il souligne à raison que sa popularité doit beaucoup à sa brièveté. En outre, Ageron s’étonne de ce que, malgré le fiasco de Suez, les interventions au Parlement soient « peu nombreuses et modérées » lors des débats des 18 au 20 novembre 1956 : bien entendu, ceci s’explique par le fait que l’action militaire n’importe pas en elle-même, mais par ses effets de politique intérieure.

103 FO/800 739, JE 14211/783G, Record of a conversation between the Secretary of State and the French Ambassador, tél. n° 601, du FO à Sir Gladwyn Jebb, ambassadeur à Paris, 13 août 1956.

104 Ély, op. cit., p. 87. Pierre Guillen (op. cit., p. 79) conclut lui aussi, de l’examen des quelques renseignements donnés par les sondages, « qu’assurément, l’expédition a été décidée en dehors de tout mouvement d’opinion ».

105 JOAN, 16 février 1956, p. 323.

106 Le Monde, 3-4 juin 1956. JOAN, 1er juin 1956, p. 2223.

107 Le Populaire de Paris, 3 septembre 1956.

108 Le Monde, 25 septembre 1956.

109 Le Rivarol, cité par Le Monde, 17 août 1956.

110 Louis Guitard, « Rencontre avec M.E. Naegelen », La Table Ronde, juin 1956, p. 114. Compte rendu d’un entretien.

111 Le Monde, 16 octobre 1956. Il s’agit d’un article de la motion de politique générale du Conseil national du MRP.

112 L’Écho d’Alger, 20 septembre 1956. Communiqué du CNIP.

113 Le Monde, 16-17 septembre 1956. Ibid., 2 et 3 septembre 1956.

114 Ibid., 10 septembre 1956.

115 L’Express, 7 septembre 1956.

116 Le Figaro, 10 septembre 1956.

117 Le Monde, 18 octobre 1956.

118 Claude Serreules, « Libres opinions » : « ultimatum à Nasser », Le Monde, 31 juillet 1956. L’Express, 3 août 1956.

119 Se reporter aux pages 353 du présent chapitre.

120 Le Monde, 6 et 28 septembre ; 13 et 24 octobre 1956.

121 L’Écho d’Alger, 2 octobre 1956.

122 L’Humanité, 1er et 15 octobre 1956.

123 L’Express, 3 août 1956.

124 Fait à souligner, le même phénomène affecte la droite. Le préalable de Suez la dispense de débattre de la politique algérienne, source de divergences profondes, de désunion, au moment où un renversement de majorité parlementaire demeure possible.

125 Le Monde, 2 et 3 septembre 1956.

126 Ibid., 29 août 1956. Selon L’Express du 2 novembre 1956, à la fin d’octobre, Bourgès-Maunoury lui-même affirmait en Conseil des ministres, qu’un « succès de prestige » dans l’affaire de Suez permettrait en Algérie « un changement de politique dans un sens plus libéral ».

127 Carrefour, 5 et 19 septembre 1956. Examiner en particulier l’éditorial d’A. Stibio, « Il faut d’abord régler le sort du terrorisme nord-africain ».

128 Fonds Pierre-Olivier Lapie, 331 AP2, journal personnel, p. 54.

129 Tsur, op. cit., p. 420 et 426.

130 Fonds Pierre-Olivier Lapie, 331 AP2, journal personnel, p. 96.

131 RA 12, dr. 2, Bureau radical, réunion du 7 novembre 1956, p. 10.

132 L’Express, 17 août 1956, « Suez, épreuve pour l’Occident », article de P. Mendès France. Le titre indique ici une volonté de donner à la crise une dimension globale plutôt que d’en faire une affaire qui concernerait en particulier la France. Les artisans d’une refonte des liens de la France avec l’Afrique du Nord considèrent que la nationalisation de la Compagnie de Suez pourrait avoir des conséquences négatives pour la diplomatie française. Ainsi Alain Savary écrivait-il le 24 septembre 1956 à l’ambassadeur Dubois, en poste à Rabat : « Dans mon télégramme du 31 juillet [1956], je vous disais que l’interdépendance serait clairement compromise si l’affaire tournait mal pour la France. L’interdépendance ne tentera les Marocains que si la France leur paraît grande et forte » (Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4). Mais cette position des ministres « libéraux » n’implique nullement qu’ils aient considéré comme nécessaire une solution par la force à l’affaire de Suez. Savary, par exemple, y était opposé.

133 PREM11/1126, lettre du 14 août 1956, de Sir Gladwyn Jebb, au secrétaire d’État au FO, rapport sur une conversation au cours d’un dîner avec M. Bourgès-Maunoury.

134 Pierre Mendès France, Gouverner, c’est choisir. La politique et la vérité. Juin 1955- septembre 1958, Paris, R. Julliard, 1955-1958, p. 31-32. L’ancien président du Conseil rapporte que Mollet refusa de discuter avec lui, à la fin d’octobre 1956, de la question de Suez, de l’opération militaire annoncée et de sa suggestion d’une conférence des quatre Grands. Lorsque le leader radical demanda aux ministres de son parti, « de mesurer la gravité du geste », ces derniers répondirent que toutes les mesures militaires et diplomatiques étaient prises pour pouvoir désormais « discuter à partir d’une position de force ». Dans une lettre à Mendès France, du 3 septembre 1956, le journaliste Jacques Kayser, l’un de ses amis, qui hésitait à prendre la parole au congrès radical de Lyon, en octobre, écrivait de façon plutôt sibylline : « [...] mais si j’interviens, il n’est pas douteux que je soulignerai le lien qui existe entre la politique intérieure et la politique extérieure, et à cet égard, mes pensées sont bien proches des tiennes ». Bien entendu, on imagine difficilement Kayser explorer cette question passionnante au seul plan théorique devant les délégués radicaux. Plus probablement, il envisageait de dénoncer les ressorts domestiques de la politique égyptienne du gouvernement.

135 Robert Merle, Ahmed Ben Bella, Paris, Gallimard, 1965. L’auteur publie une série d’entretiens avec l’homme d’État algérien. Quilliot, op. cit., p. 622-623. Lefebvre, op. cit., p. 201- 203. Les informations données par cet auteur proviennent du Bulletin de l’Union africaine de presse (1961). Dans Souvenirs d’un militant (Paris, Fayard, 1972, p. 451), Édouard Depreux, député socialiste éminent, dit avoir appris quelques semaines après le Congrès de Lille, par une personnalité « qualifiée », que le gouvernement avait accepté de « reconnaître le droit du peuple algérien à disposer de lui-même et que les Algériens avaient accepté que cette formule remplaçât la référence explicite à l’indépendance ».

136 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4., sdr. a, « Note sur F. ». L’existence de cet intermédiaire, son identité et son rôle semblent être restés secrets jusqu’à maintenant. La « Note sur F. » atteste que les négociations ont continué grâce aux rencontres effectuées par cette personnalité dont le prénom semble être Fodil, et dont on affirme qu’il demeure un « médiateur objectif ».

137 Pineau, op. cit., p. 143 et entretien du 19 avril 1988.

138 Merle, op. cit., p. 118.

139 L’Express, 4 mai 1956.

140 Le Monde, 18 et 20 juillet 1956.

141 Ibid., 27 septembre et 7 août 1956.

142 Fonds Alain Savary, SV 11, dr. 3., « Note » sur les échanges de vues avec les Marocains et les Tunisiens sur la mise en valeur du Sahara ».

143 Ibid.

144 Le Monde, 30 juillet 1956.

145 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4., lettre de Claude Cheysson, du 27 octobre 1956, à l’ambassadeur A.-L. Dubois, ancien représentant de la France à Rabat. Écrite après l’affaire Ben Bella, cette missive d’un proche collaborateur de Savary éclaire totalement les événements qui conduisent à la Conférence de Tunis, ainsi que la position française et celle des deux ex-protectorats. Elle n’a pas d’équivalent dans les documents publiés dans les DDF. Naturellement, le leader tunisien sait, il l’affirme lui-même en termes voilés (référence à l’état de l’opinion française), que le ministère Mollet ne peut pas politiquement engager publiquement un processus de négociation avec le FLN. Tant en Tunisie qu’au Maroc, les progrès de la décolonisation ont été des « faits accomplis ».

146 DDF, doc. n° 88, tél. n° 3525-3533, 28 juillet 1956, de l’ambassadeur de France à Tunis, R. Seydoux, au secrétaire d’État aux Affaires tunisiennes et marocaines, note sur un entretien avec Habib Bourguiba sur la nécessité de mettre fin à la crise des relations franco-tunisiennes.

147 Les Marocains, parallèlement à leurs efforts de conciliation, vont poursuivre leurs actions en vue de faire admettre leurs revendications sur les régions contiguës aux frontières sud de leur pays (DDF, op. cit., doc. n° 272 et 278).

148 DDF, doc. n° 224, lettre de M. Winckler, conseiller technique au Cabinet du secrétaire d’État aux Affaires tunisiennes et marocaines, note sur un entretien du 27 septembre 1956 avec H. Bourguiba à Chatel-Guyon, 28 septembre 1956.

149 Action, cité par Le Monde, 18 septembre 1956.

150 Le Monde, 26 septembre 1956.

151 Le Figaro, 5 octobre 1956. Le Monde, 4 et 9 octobre 1956.

152 Ibid., 21-22 octobre 1956.

153 Ibid., 19 octobre 1956.

154 Le Figaro, 21-22 octobre 1956.

155 Ibid., 23 octobre 1956.

156 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4., sdr. a, note sans titre, ni signature, du 29 octobre 1956. Il s’agit du récit des propos tenus par le Prince Hassan lors d’un entretien avec l’ancien ambassadeur à Rabat, A.-L. Dubois, rapportés par ce dernier à Alain Savary. Le Figaro, 5 octobre 1956. Détail digne d’intérêt, outre Mollet, M. Hassan rencontre Pinay, E. Faure, Mendès France et de Gaulle.

157 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4., lettre de Claude Cheysson, du 27 octobre 1956, à l’ambassadeur A.-L. Dubois, ancien représentant de la France à Rabat.

158 Ibid.

159 L’Express, 26 octobre 1956. Pineau et Jacquet confirmeront cette information dans leurs témoignages.

160 JOAN, 23 octobre 1956, p. 4288.

161 Fonds P.-O. Lapie, 331 AP2, note du 24 octobre 1956, p. 100.

162 PMF, 1945-1958. Lettre du 26 octobre de François Walter et réponse du chef radical, du 29 octobre 1956.

163 Le Monde, 8 et 9 juillet 1956.

164 Ibid., 31 juillet 1956.

165 Ferhat Abbas, Autopsie d’une guerre, Paris, Gallimard, 1980, p. 186. Il y a en fait deux processus de négociation en cours, l’un direct, mené par Commin et certains socialistes, puis par un intermédiaire algérien, l’autre indirect, par l’entremise des Tunisiens et Marocains. « La faillite du gouvernement Mollet », « Information et conjonctures », L’Année politique et économique, vol. 29,1956, p. 397.

166 Le Monde, 31 juillet 1956.

167 Bernard Lavergne, « L’affaire de Suez ou la trahison des États-Unis », L’Année politique et économique, vol. 29, n° 132, 1956 p. 365.

168 L’Humanité, 21 septembre 1956. Who’s Who, op. cit., p. 777. 412 AP 11, Archives de l’UDSR, Congrès de Nancy, 27 octobre 1956, déclaration d’Édouard Bonnefous : « [il faut demander à la Tunisie et au Maroc], s’ils entendent d’une façon ou d’une autre s’associer à cette nouvelle formule de l’Union française [fondée sur des liens dits d’interdépendance]. S’ils n’acceptaient pas, des conséquences devraient être tirées parce qu’il n’y pas seulement le problème algérien qui est en cause, il y a le problème du Sahara ». Ce défenseur ardent de la présence française en Afrique du Nord a, on le voit, des préoccupations nettement orientées vers la question saharienne, c’est-à-dire l’avenir des hydrocarbures découverts en 1955.

169 Le Monde, 26 septembre 1956.

170 JOAN, 17 octobre 1956, p. 4202.

171 J.-M. de Lattre, op. cit., p. 562-563.

172 Robert Verdier, PS. /P. C. : une lutte pour l’entente, Paris, Seghers, 1976, p. 209.

173 L’Humanité, 12,14,18, 24 et 25 septembre 1956.

174 Ibid., 25 septembre 1956.

175 Ibid., 3 octobre 1956.

176 JOAN, 2 octobre 1956, p. 3964.

177 L’Aurore, 3 et 4 octobre 1956.

178 L’Humanité, 8 et 27 octobre 1956.

179 Ibid., 15 octobre 1956.

180 L’Écho d’Alger, 16 octobre 1956.

181 L’Aurore, 16 octobre 1956.

182 JOAN, 17 octobre 1956, p. 4198.

183 Le Figaro, 22 octobre 1956.

184 Carrefour, 17 octobre 1956, article d’A. Stibio. Les mots exacts du journaliste sont : « [P. Mendès France n’a] pas d’autre issue au plan intérieur que la résurrection du Front populaire ». Des socialistes, Stibio affirme que, malgré leur fidélité au secrétaire général [G. Mollet], « ils ne résisteront pas à ce développement d’une gauche unie » et il appelle les républicains populaires et les modérés à occuper le centre, à « dresser d’urgence le barrage contre Mendès France ».

185 Maurice Bourgès-Maunoury, « Libres opinions » : « L’introuvable majorité », Le Monde, 10 janvier 1956.

186 Buron, op. cit., p. 190.

187 JOAN, 9 mars 1956, p. 843.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search