Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Chapitre IX. Les développements de la politique intérieure française dans la première moitié de l’année 1956

Texte intégral

Le Front républicain : mythes et réalités

La dissolution de l’Assemblée et les élections du 2 janvier 1956

  • 1 Par modérés ou droite modérée, il faut entendre, dans le contexte de la IVe République, la droite c (...)

1À l’automne 1955, la majorité d’Edgar Faure, qui regroupe le centre-droit et la droite, des radicaux orthodoxes aux élus du Rassemblement du peuple français (RPF), s’essouffle. Le problème marocain a fini par disloquer la coalition : opposés au retour d’exil du sultan Mohamed Ben Youssef, lié aux nationalistes, les républicains sociaux, parlementaires qui se réclament du général de Gaulle, quittent le gouvernement et les modérés s’agitent1. Pour plusieurs motifs, l’idée de tenir des élections anticipées s’impose aux hommes au pouvoir. En Algérie, la situation se détériore et Faure, comme les leaders de droite qui l’appuient, espère par ce moyen dégager une majorité capable d’y remédier. On peut considérer aussi que, contraints de prendre des mesures impopulaires pour le rétablissement de l’ordre en Algérie, envoi du contingent ou levées de ressources fiscales pour l’effort militaire et économique, le président du Conseil et ses alliés préfèrent s’assurer d’abord un nouveau mandat parlementaire de quatre ans.

2Le centre-droit, soit les radicaux de droite, le Rassemblement des gauches républicaines (RGR) et le Mouvement républicain populaire (MRP), se sent menacé par l’évolution du sentiment public comme par l’inertie croissante de l’Assemblée nationale. À droite, les indépendants et paysans ainsi que, dans une mesure moindre, les républicains populaires, espèrent hériter des voix obtenues en 1951 par le RPF, car le rassemblement ou ses successeurs, les républicains sociaux, n’ont plus de raison d’être depuis le désaveu du général de Gaulle. Toutefois à l’extrême droite, les poujadistes, dont l’agitation antifiscale et la propagande contestataire créent des remous, inquiètent et demeurent une inconnue.

  • 2 J. Chapsal, R. Henry-Gréard, J. Meyriat, La France depuis 1945, Paris, Les cours de droit, 1961.

3Au centre, Faure et ses amis redoutent les progrès du mendésisme, mouvement réformateur et fortement orienté à gauche, pour l’instant plutôt phénomène d’opinion que formation politique structurée. Mendès France et ses partisans veulent faire du parti radical « rénové » leur instrument politique. Dans ce but, ils ont imposé la réunion, le 4 mai 1955, d’un congrès extraordinaire, lors duquel ils ont écarté de nombreux postes clés les radicaux orthodoxes, conservateurs proches de la droite. Au début de novembre 1955, un second congrès élit Mendès France à la tête des radicaux comme premier vice-président et consolide l’emprise de son groupe sur l’appareil du parti. La campagne de l’ancien président du Conseil en faveur du scrutin uninominal, qui l’avantagerait énormément, compte tenu de sa popularité à l’échelon national, ainsi que son dessein de regrouper la gauche non-communiste, incitent les leaders du centre-droit à le gagner de vitesse2. Le gouvernement Faure ne réussit à faire adopter ni son projet de réforme du scrutin ni celui d’élections anticipées. Toutefois, battu sur l’inscription de deux sujets à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale par la majorité constitutionnelle, Edgar Faure prononce la dissolution le 2 décembre 1955. Les élections auraient dû avoir lieu en juin 1956, or le gouvernement les fixe au 2 janvier : les mendésistes n’auront qu’un mois pour mener leur campagne électorale, au lieu de six.

4Pris de court, Mendès France conclut en toute hâte un accord de coalition avec les socialistes. Se joindront à eux pour former le Front républicain, l’Union démocratique de la résistance socialiste (UDSR) et une partie des républicains sociaux, rassemblés autour de Jacques Chaban-Delmas. Les alliés cependant n’ont pas de véritable programme de gouvernement. Les termes de l’entente entre les partenaires au sein du Front républicain demeurent ambigus. Enfin, durant la campagne électorale, les communistes attaquent les socialistes et les radicaux, qui ont décliné une offre d’entente de type Front populaire, en les accusant de faire le jeu de la réaction. Néanmoins, le PCF paraît désireux de sortir de son isolement, et son programme converge avec celui du Front républicain sur la question algérienne.

  • 3 Paul-Marie de La Gorce, Apogée et mort de la IV’ République, Paris, Grasset, 1979, p. 344. Les élec (...)
  • 4 Les élections du 2 janvier 1956, op. cit., p. 50.
  • 5 Ibid., p. 55 et 56.

5Le Front républicain n’a pas de plate-forme électorale cohérente et précise. Les mendésistes déclarent promouvoir la « rénovation » du pays et le progrès social, tandis que les socialistes insistent sur la nécessité de diverses mesures sociales à l’égard des vieillards et des salariés ainsi que sur leur volonté d’opérer une réforme fiscale considérable. La paix en Algérie constitue le point le plus important du programme commun et sans doute même le seul objectif que partagent vraiment radicaux mendésistes et socialistes. Bien que la majorité sortante et le Front républicain aient proposé des solutions voisines, allant de l’intégration à la fédération, l’impression que le Front républicain avait pour premier objectif de « mettre fin à la guerre » a prévalu, et « les électeurs y ont été sensibles »3. Pourtant Mendès France n’esquisse que des réformes très modérées, telles que l’application du statut de 1947 ou la parité des collèges aux élections communales. En revanche, il met en avant une restauration de l’autorité centrale sur l’administration et même, si nécessaire, sur l’armée, afin de les faire aboutir, ce qui laisse entrevoir une éventuelle épuration4. L’inexécution de cette condition constituera d’ailleurs l’un des principaux motifs de sa démission du gouvernement socialo-radical en mai 1956. Fait notable, la Section française de l’internationale ouvrière (SFIO) est le seul parti qui demande aux électeurs « d’inscrire le problème des territoires d’outre-mer [...] en tête de leurs préoccupations ». Les socialistes ne se prononcent pas sur le futur statut algérien, à discuter avec des représentants qualifiés de la population concernée, mais affirment leur volonté de rétablir la paix5.

  • 6 Ibid, p. 23.
  • 7 Chapsal, Henry-Gréard, Meyriat, op. cit., p. 183.

6Le centre-droit a très peu de projets à présenter et, attaqué très violemment à droite par l’Union et fraternité française de Pierre Poujade (UFF), il mène essentiellement une campagne défensive. Les partis de la majorité tentent de réfuter les accusations d’avoir été responsables de l’aventure indochinoise et artisans de Dien Bien Phu, et mettent généralement l’accent sur l’œuvre économique et financière du gouvernement sortant. Faute d’avoir été modifiée, la loi électorale de 1951, soit le scrutin de liste proportionnel avec apparentement, régit les élections de 1956. Dans la stratégie du centre-droit, les apparentements ont une grande importance, en raison de l’effacement prévisible du RPF dont il compte profiter : le regroupement des listes des partis coalisés permet à celles qui ont en commun la majorité des voix, d’obtenir l’ensemble des sièges d’un département, pondérant ainsi la répartition proportionnelle. Selon François Goguel, c’est la force inattendue du vote poujadiste, soit deux millions et demi de voix ôtées à la droite, qui fait échouer les apparentements et fausse les calculs du gouvernement6. Seul le RPF enregistre une variation importante entre sa part du vote en 1951 et celle qu’obtiennent ses successeurs, les républicains sociaux, en 1956. Comme prévu, son assise électorale s’effondre : de 21,7 % du suffrage en 1951, il passe à seulement 4 % en 1956, ce qui lui procure 21 sièges au lieu des 117 de la précédente législature7.

  • 8 François Goguel, « Les élections françaises du 2 janvier 1956 », Revue Française de Sciences politi (...)
  • 9 Les élections du 2 janvier 1956, op. cit., p. 21. Colette Bourdache, Les années cinquante, Paris, F (...)

7L’UFF de Poujade, nouveau parti, récolte 14 % des voix et obtient 52 sièges dont 8 lui seront, sous divers prétextes, ôtés par invalidation. Pour la plupart des autres partis, d’une façon générale, le vote est stable. Seul le parti radical connaît une hausse prononcée et passe de 11,5 à 14,6 % des voix. Cette augmentation est d’ailleurs, selon Goguel, essentiellement le fait de la fraction du radicalisme qui est apparue aux électeurs comme l’instigatrice et l’animatrice du Front républicain8. Le radicalisme mendésiste fait d’ailleurs des progrès spectaculaires dans les villes de quelque importance où il attire les électeurs jeunes déçus par le MRP et par le RPF. Si l’on a estimé à 75 % des 3 200 000 voix la part de Mendès France et de ses partisans, du moins et c’est un fait capital, cette poussée des réformteurs ne s’exprime pas vraiment au niveau de la députation : certaines listes ont été investies par le RGR de Faure et, « faute de temps pour trouver de meilleurs candidats, le parti radical a dû accorder son investiture officielle à des députés sortants hostiles à sa nouvelle direction »9. Le groupe radical comprendra donc de « nombreux convertis », opportunistes dont les dispositions vont changer. La dissolution, en maintenant l’ancien mode de scrutin et en pressant Mendès France dans le choix des candidats, l’a empêché de lancer des hommes nouveaux. En ce sens, certains objectifs du Cabinet Faure sont atteints.

8Tous les partis, hormis le PCF, perdent quelques sièges. Les communistes en obtiennent 49 de plus et augmentent leur députation d’un tiers, en raison du libre jeu de la répartition proportionnelle. Pourtant leur part du suffrage diminue très légèrement (25,5 % au lieu de 26,3 %) : il ne doivent leur succès qu’à l’échec des apparentements, si efficaces en 1951. La vague poujadiste et le renforcement du groupe communiste produisent une assemblée dont un tiers, 150 communistes et 52 poujadistes, s’opposent au « système ». Des socialistes aux modérés, on ne compte plus que 400 députés et, sauf une « Union nationale » pour l’instant exclue, seules des minorités gouvernementales existent.

  • 10 Goguel, op. cit., p. 15 et 16.
  • 11 Chapsal, Henry-Gréard et Meyriat, op. cit., p. 181.
  • 12 Bulletin de la Fondation Guy Mollet, n° 13, 1987, p. 27. Dans un discours prononcé à Tours en 1961, (...)

9Aucun camp ne sort nettement vainqueur des élections de 1956. La majorité du gouvernement Faure semble toutefois échouer : les radicaux de droite stagnent, le MRP perd des voix et les modérés, contrairement aux prévisions, n’accroissent que de 1 % leur part du vote. Le Front républicain apparaît donc par comparaison victorieux10. Ainsi que le souligne Goguel, « surtout sous sa forme radicale-socialiste mendésiste, il a bénéficié, par rapport au scrutin de 1951, du plus fort déplacement du suffrage », tandis que la SFIO, grâce au Front républicain et parce qu’elle était dans l’opposition, stoppe le déclin observé en 1951 en regagnant, avec 15 % du vote, 0,5 % des électeurs11. Enfin, comme Guy Mollet l’a rappellé plus tard, le relatif succès du Front républicain ne lui donne guère les moyens de gouverner, car il ne dispose que d’environ 200 voix sur les 598 de l’Assemblée12.

  • 13 Chapsal, Henry-Gréard et Meyriat, op. cit., p. 190.
  • 14 Colette Bourdache, op. cit., Paris, Fayard, 1980, p. 142.
  • 15 Francis de Tarr, The French Radical Party from Herriot to Mendès France, Londres, Oxford U. Press, (...)

10Le Front républicain réclame tout de même le pouvoir au nom de la volonté de changement des citoyens, et le Président de la République, René Coty, désigne Guy Mollet plutôt que Pierre Mendès France. Le premier a l’avantage d’être un partisan de la construction européenne, point commun avec les républicains populaires, et il dirige le parti le plus nombreux de la coalition. Le second a deux handicaps : il ne fait pas partie des « européens » et la politique libérale qu’il a initiée en Afrique du Nord, attaquée par le droite et le lobby colonial, suscite beaucoup de crainte quant à l’avenir de l’Algérie française »13. Deux autres points ne paraissent pas avoir attiré l’attention des observateurs : la popularité de Mendès France et sa détermination de gouverner à gauche. En janvier 1956, 24 % des gens se disent favorables à sa présidence (2 % seulement souhaitent celle de Mollet)14. Quel poids additionnel n’aurait-il pas au Parlement comme au sein de son parti ? En outre, beaucoup de mendésistes, notamment au sein des jacobins, prônent, comme seule solution pour une politique de gauche, la coopération avec le PCF : le problème algérien aurait pu y conduire le chef radical avec moins de craintes qu’un socialiste, frère ennemi des communistes, soupçonné par la droite d’étatisme et de prodigalité budgétaire15. Nul doute que Coty, ancien sénateur de la droite modérée, ait voulu en l’écartant ôter toute possibilité d’une nouvelle « expérience Mendès France ».

Le ministère Mollet et ses contradictions internes

  • 16 JOAN, 31 janvier 1956, p. 139 et 155.

11Le gouvernement du Front républicain résulte de l’habituel dosage dans la répartition des charges. Les portefeuilles ministériels et les secrétariats d’État se partagent principalement entre les deux alliés socialiste et radical, en proportion de leur contingent d’élus avec en plus certaines attributions aux deux autres membres de la « minorité » gouvernementale, UDSR (Union démocratique socialiste de la résistance) et républicains sociaux. Parmi les postes les plus importants, la SFIO occupe, en plus de la présidence du Conseil, les Affaires économiques et les Affaires étrangères, et les radicaux, l’Intérieur et la Défense. Aspects plus étonnants de la nouvelle équipe : d’une part, Mendès France, l’un des deux chefs du Front républicain et son inspirateur, devient simplement ministre d’État sans attribution, alors que J. Gilbert-Jules, à l’Intérieur, et M. Bourgès-Maunoury, à la Défense, eux aussi des radicaux, appartenaient au précédent gouvernement de centre-droit. Fait significatif, le second y exerçait la fonction de ministre de l’Intérieur et avait donc déjà la charge des affaires algériennes. Maintenant, avec l’escalade de la lutte armée, il va de nouveau être au poste clé en ce qui concerne l’Algérie. Dans sa réponse au discours d’investiture de Guy Mollet, l’un des chefs modérés, Paul Reynaud, relève cette incongruité. Bernard Lafay, porte-parole du RGR (Rassemblement des Gauches Républicaines), déclare, lorsqu’il justifie le soutien de son groupe au président désigné, que la présence de Bourgès-Maunoury montre la possibilité d’une « synthèse » entre les positions du centre-droit et celles des socialistes sur la problème algérien16. Au moment où l’armée va détenir le premier rôle en Algérie, la nomination de ce dernier à la Défense réduit considérablement la portée de la désignation du général Catroux, réputé libéral, comme ministre-résident à Alger.

  • 17 J.A. Schlesinger, « The French Radical Socialist Party and the Republican Front of 1956 », Western (...)
  • 18 Le Monde, 11 mai 1956.
  • 19 RA 11, dr. 7. Bureau du Parti radical, 25 mai 1956, procès-verbal de la séance. Mendès France expli (...)
  • 20 Témoignage oral de Paul Anxionnaz, entretien du 19 avril 1989. Secrétaire d’État à la Marine nation (...)
  • 21 EExpress, 4 mai 1956. Le 11 juillet encore, lors d’une discussion avec Jacob Tsur (op. cit., p. 232 (...)
  • 22 Le Monde, 3 et 4 juin 1956.
  • 23 L’Express, 24 août 1956.

12Ainsi que le note J.A. Schlesinger, dans une large mesure, l’évolution du gouvernement dépend de celle du parti radical, car les succès et les défaillances de l’alliance socialo-radicale sont liés au degré de réussite de Mendès France dans la conquête du parti radical et dans la réorientation de sa doctrine17. Quoiqu’il ne soit pas directement impliqué dans l’application des différentes politiques, le chef radical fait entendre la voix des mendésistes au Conseil des ministres jusqu’au 23 mai, lorsqu’il démissionne pour s’opposer à la politique algérienne du gouvernement. Il avait réclamé en vain la mise en oeuvre d’un train de mesures énergiques, dont le rétablissement des libertés et des réformes économiques, et, surtout, l’épuration de l’administration algérienne18. À ce moment, à la surprise de ses partisans, il ne réclame pourtant pas le retrait des autres ministres radicaux et, même plus tard, lorsqu’il adoptera une attitude ouvertement hostile à l’égard du gouvernement, il ne demandera pas aux instances du parti le rappel de ses représentants au Cabinet19. Ce choix dangereux, et peut-être fatal, a pour fondement principal la volonté de ne point se brouiller avec la SFIO, dont l’alliance reste une nécessité constante pour le leader radical, ce qui limitera grandement sa liberté d’action au moment de la crise de Suez20. Ce dernier n’ignore pas en outre que malgré sa mainmise fulgurante sur l’appareil du parti en 1955, le contrôle du groupe parlementaire lui échappe toujours et que seul un noyau restreint de mendésistes le suivrait. Plusieurs attaques viendront du côté de la députation radicale confirmer qu’au sein du parti, la lutte continue. Le 27 avril, dans un manifeste, une vingtaine de députés, dont certains exclus de l’année précédente, approuve la politique algérienne du gouvernement, engagé dans la « pacification », et condamne la politique du doute et du défaitisme, façon indirecte de frapper Mendès France, censeur de plus en plus sévère de l’immobilisme en Algérie. Ce dernier obtient néanmoins l’appui de 38 élus contre 12 qui s’abstiennent lors d’un vote de confiance le 2 mai21. Dès la première semaine de juin, les opposants créent un « comité pour l’unité du parti radical », lequel propose l’instauration d’une « direction collégiale », c’est-à-dire la fin de la vice-présidence de Mendès France22. Le 24 août, dans une lettre signée par une dizaine d’élus, dont Queuille et d’autres notables du parti, on demande de nouveau l’établissement d’un « comité directeur de cinq membres représentant les différentes tendances »23.

  • 24 Le Monde, 26 septembre 1956.
  • 25 L’Express, 28 septembre 1956.

13À partir d’août, la crise de Suez tend à isoler les mendésistes et les ministres bellicistes, tels que Bourgès-Maunoury, acquièrent une large audience à l’Assemblée nationale. Au sein du parti radical, la faction anti-mendésiste ou « orthodoxe », menée par André Morrice, appuie fortement Mollet dans son attitude agressive à l’égard de l’Égypte, alors que pour Mendès France et ses amis, la riposte militaire, faute d’avoir été immédiate, doit être écartée24. L’un de ces dernier, de Moro-Giafferi, président de la Commission de la Justice de l’Assemblée nationale, ouvre le 28 septembre une porte de sortie aux dirigeants socialistes : à son avis, seule la Cour de La Haye a compétence pour juger de cette affaire et, « s’il n’est pas humiliant de perdre un procès, il est humiliant de perdre la face »25. À la fin de l’été 1956, l’affaiblissement du courant mendésiste permet aux contestataires de reprendre l’offensive contre l’ancien président du Conseil.

  • 26 De Tarr, op. cit., p. 222-223.
  • 27 Le Monde, 2 octobre 1956.
  • 28 L’Express, 5 octobre 1956.

14Selon Francis de Tarr, en septembre 1956, 40 députés, soit plus des deux tiers des élus radicaux, se prononcent pour le principe d’une direction collégiale : le congrès annuel prévu pour les 13, 14 et 15 octobre à Lyon va donc décider de l’avenir du mendésisme et du parti26. Le 2 octobre, Bourgès-Maunoury réclame la réintégration de certains exclus, requête qu’il fait endosser par sa fédération27. Le 5 du même mois, son collègue de l’Intérieur, Gilbert-Jules, fait appel aux préfets afin d’obtenir des renseignements sur l’état d’esprit des délégués radicaux : sont-ils favorables ou défavorables à Mendès France, à la réintégration d’Edgar Faure, à la direction collégiale, à l’action gouvernementale28 ? Ces questions intéressent sûrement autant les socialistes que les radicaux de gouvernement, car une mise au pas, par Mendès France, de l’opposition au sein de son parti, et un rejet catégorique des orientations du ministère Mollet par le congrès radical, menaceraient l’existence de ce dernier.

  • 29 Le Populaire de Paris, 17 octobre 1956.
  • 30 Le Monde, 19 octobre 1956.

15Au congrès de Lyon, l’affrontement entre partisans et adversaires de Mendès France aboutit à une scission qui affaiblit le parti : douze députés, dont Queuille, Morrice, Émile Hugues, quittent le parti après avoir été défaits sur la question de la réintégration de Faure, sur celle de la direction collégiale et sur leur motion d’appui à la politique algérienne du gouvernement29. Sur le problème algérien, c’est une motion de blâme que les délégués adoptent, mais en des termes atténués. D’ailleurs la victoire des mendésistes est incomplète et coûteuse : le rassemblement de Lyon ne modifie en rien le rapport des forces au sein du groupe parlementaire. Le congrès a chargé le bureau du parti radical de définir une doctrine de discipline du vote, initiative qui représente bien entendu une manoeuvre de la part de Mendès France en vue de prendre le contrôle du groupe radical à l’Assemblée. Sa tentative échouera. Appuyés par plusieurs députés, Bourgès-Maunoury et Maurice Faure, secrétaire d’État aux Affaires étrangères, iront « faire part de leurs réserves à M. Mendès France »30.

  • 31 Ibid., 1er novembre 1956.
  • 32 Ibid.

16Le silence des radicaux lors du débat sur lAlgérie à l’Assemblée nationale, bien qu’ils aient auparavant déposé deux demandes d’interpellation, indique la précarité de la situation des mendésistes au sein de la députation radicale. Le 30 octobre, l’ultimatum à l’Égypte, défendu par les ministres radicaux au sein du groupe, occasionne une mise en minorité de Mendès France, soutenu dans son opposition par une fraction de députés fidèles31. Lors du vote d’approbation sollicité par le gouvernement, onze collègues seulement se joindront à lui dans l’abstention32. L’affaire de Suez éclipse momentanément le problème algérien et permet d’isoler encore plus le chef radical.

  • 33 Roger Quilliot, La SFIO et l’exercice du pouvoir, 1944-1958, Paris, Fayard, 1972. Quilliot note for (...)
  • 34 350 AP/52, Archives du Mouvement républicain populaire, compte rendu d’une réunion de la Commission (...)
  • 35 Ibid., MRP, communiqué de la Commission exécutive, 13 janvier 1956.

17Le véritable rapport des forces au sein du parti radical et l’incapacité de Mendès France à étendre sa direction à l’ensemble des parlementaires expliquent dans une large mesure les choix de Guy Mollet. Le Front républicain, au début de 1956, n’existe qu’au niveau des idées. Sur le plan parlementaire, il reste à réaliser. La présence de Bourgès-Maunoury et de ses amis au sein du Ministère cautionne sa politique algérienne et elle garantit l’obtention des voix des radicaux orthodoxes, du RGR, et des républicains sociaux, soit un peu plus d’une soixantaine de voix, apport crucial en raison de l’hostilité d’une large partie des modérés, de celle des poujadistes et de l’incertitude croissante de l’appui communiste. Lorsque, le 6 février 1956, le président du Conseil remplace le général Catroux par Robert Lacoste au poste de ministre responsable de l’Algérie, il ne cède pas aux seules pressions de la foule algéroise, il obéit également à la logique parlementaire : dès lors, le Conseil national des républicains sociaux permet l’entrée de Jacques Chaban-Delmas et de Maurice Lemaire dans le Cabinet. Dans l’affaire de Suez, l’inexistence d’un Front républicain effectif et consistant, et la nécessité qui en découle, de satisfaire tant les ministres radicaux bellicistes que les républicains sociaux et le MRP, ont certainement pesé sur les décisions de Mollet et Pineau. Par ailleurs, les divisions radicales empêchent la formation de toute majorité de gauche qui inclurait les communistes, seule capable de régler le problème algérien dans l’immédiat33. Limitée à sa droite à l’apport des radicaux mendésistes, une telle combinaison se révèle moins nombreuse que l’ensemble des voix du centre, de la droite et des poujadistes additionnées. En conséquence, le gouvernement à direction socialiste ne dispose dans sa politique algérienne d’aucune marge de manoeuvre. Les calculs des partis de droite, dont, au premier chef, l’autre grande formation du centre, le MRP, visent à empêcher l’évolution des rapports entre SFIO et PCF vers la constitution, formelle ou de fait, d’un nouveau Front populaire. Inquiets, les dirigeants du Mouvement républicain populaire, qui évoquent à maintes reprises cette éventualité, se divisent dans un premier temps sur l’attitude à adopter. Ainsi, au cours des discussions de la Commission exécutive du parti, les 12 et 13 janvier 1956, certains refusent le soutien à une majorité de Front républicain/PCF, dont ils deviendraient, selon les mots de Jean Lecanuet, « la caution de droite ». D’autres comme Pflimlin ou Bichet estiment qu’il faut plutôt « soutenir un programme pendant une période transitoire »34. Dans un premier temps, les républicains populaires prennent une position très ferme. Dans le communiqué publié à l’issue de la réunion de la Commission exécutive, ils rejettent l’idée d’un Ministère qui s’appuierait sur la minorité et se condamnerait ainsi « à la précarité et à l’inefficacité ». Ils annoncent qu’ils ne cautionneront pas par « [leur] vote une telle expérience », et ils précisent qu’ils combattront « tout gouvernement qui n’aurait pas préalablement répudié les voix communistes »35.

  • 36 Ibid., MRP, Commission exécutive, réunion du 20 février 1956, p. 5.
  • 37 Ibid., réunion du 25 avril 1956, p. 6.
  • 38 Denis Lefebvre, Guy Mollet. Le mal-aimé, Paris, Plon, 1992, p. 166. Le biographe signale à la fois (...)
  • 39 350 AP/52, MRP, Commission exécutive, réunion du 13 janvier 1956, p. 3.
  • 40 FO/371124422 WF 1015/52, dépêche sur la politique intérieure française, de Sir Gladwyn Jebb au secr (...)

18En fait, les républicains populaires se rallient très vite à la stratégie de leurs chefs les plus modérés. Comme le dit l’un d’eux, J. Fonteneau, le 20 février 1956 au sein de la Commission exécutive, « tout le problème politique est d’arriver à faire en sorte que les communistes et les socialistes s’opposent »36. Cet objectif guidera l’action du MRP, jusqu’en novembre. Jamais pris en compte par l’analyse historique, le risque à terme d’une alliance au moins officieuse, entre les deux grandes formations de gauche semble bien réel aux responsables républicains populaires. Le 30 avril, au cours d’une séance de la Commission, leur Secrétaire général, Maurice René Simonnet déclare : « Le fait essentiel de la politique française actuelle est que l’on n’a plus peur du communisme, c’est contre cela qu’il faut lutter ». Un autre des membres de cette instance juge que le rapport sur le communisme présenté au prochain congrès du parti sera d’autant plus important que « nous allons vers le Front populaire »37. Ceux qui redoutent un rapprochement entre le PCF et la SFIO ne mettent pas en cause l’action des dirigeants socialistes, dont beaucoup, à l’instar de Guy Mollet, ont démontré leur anti-communisme, mais le courant de sympathie qui se développe à la base de leur parti38. Ainsi, le républicain populaire Jean Houdin faisait-il état le 13 janvier à la Commission exécutive « d’une forte poussée » favorable au Front populaire dans la SFIO, menace « à prendre au sérieux »39. Les renseignements que fait parvenir à Londres Sir Gladwyn Jebb tendent à confirmer les craintes des chefs de la droite. L’ambassadeur signale en février que la menace poujadiste entraîne déjà une certaine coopération entre communistes, socialistes et radicaux, qui se manifeste notamment au niveau des organisations de jeunesse de ces partis, « d’une façon qui aurait été impensable six semaines auparavant »40

Les majorités alternatives du gouvernement Mollet

  • 41 JOAN, 31 janvier 1956, p. 135.
  • 42 Ibid., p. 136.

19En janvier 1956, les chefs du Front républicain ont exclu la constitution d’une majorité qui comprendrait le MRP et les indépendants et paysans, car c’eût été refaire l’expérience Faure avec, en plus, le soutien socialiste. Une politique de changement demande, selon eux, un gouvernement homogène : il sera formé sans consultation avec les partis de droite et définira son programme sans négociations. Le président désigné annonce le 31 janvier dans son discours d’investiture plusieurs projets de mesures sociales : création d’un fonds d’aide aux vieillards, abaissement des zones salariales et institution d’une troisième semaine de congé annuel. Il indique son intention d’accomplir une réforme fiscale et son désir d’aider à l’édification de l’Europe. Cependant, l’Afrique du Nord est au centre de son exposé. Guy Mollet déclare que l’envoi à Alger du général Catroux « témoigne de la volonté du gouvernement », et il expose sa solution, quelque peu simpliste, au problème algérien : des élections libres au collège unique dégageront des représentants qualifiés de la population algérienne, élus avec lesquels le gouvernement, après discussion, élaborera le futur statut des départements nord-africains de la France41. Quant aux protectorats tunisien et marocain, le chef de la SFIO entend poursuivre la politique d’émancipation qui doit mener à une « nouvelle définition avec des liens avec la France »42.

  • 43 Ibid., p. 154.
  • 44 Ibid., p. 150.
  • 45 L’Année politique, A. Siegfried, E. Bonnefous et J.B. Duroselle dir., Paris, P.U.F., 1957, p. 486. (...)

20Si les communistes, qui continuent de réclamer l’union de la gauche, approuvent le programme de Mollet, les deux grands partis de droite manifestent de fortes réserves. Le MRP accorde néanmoins son suffrage parce qu’il souscrit à la politique sociale et européenne annoncée, mais il précise que cela n’implique pas, faute de consultation ou de participation au gouvernement, de « contrat » de majorité : son appui demeurera conditionnel43. Les modérés s’abstiendront en raison des contradictions qu’impliquent l’affirmation simultanée des « liens indissolubles » entre l’Algérie et la France, et de la reconnaissance de la « personnalité algérienne », et aussi parce que le gouvernement n’a pas donné l’assurance qu’il pratiquerait une politique « bi-partisane », en consultation avec l’opposition44. Le ministère minoritaire de Guy Mollet prend ainsi le pouvoir dans l’équivoque. Il ne représente environ que 170 députés, car les républicains sociaux ont pour l’instant ajourné leur participation au Cabinet en réaction au rappel de Jacques Soustelle, gouverneur général d’Algérie, issu de leur mouvement. Néanmoins, 455 députés l’investissent, qui se partagent entre tous les groupes à l’exception des modérés et des poujadistes45.

21La première session de l’Assemblée nationale en 1956 se caractérise par des changements de majorité : « mixte » lorsque les communistes et une partie de la droite soutiennent simultanément le gouvernement : orientée à gauche lorsque les voix du PCF y ont une part décisive ; orientée à droite quand elle dépend du suffrage de la droite. L’examen du vote des communistes montre la constance de leur appui et son importance pour l’adoption des lois sociales. Par exemple, il joue un rôle décisif dans l’institution du Fonds national de solidarité, destiné à majorer le revenu des vieillards nécessiteux. Leur approbation lors de l’attribution au gouvernement des pouvoirs spéciaux pour l’Algérie, le 12 mars, très surprenante au regard de leur position favorable au fait national algérien, prouve leur désir, d’une part, de s’associer au Front républicain dans le règlement de certaines questions et, d’autre part, de ne pas laisser le sort du Cabinet entre les mains de la droite. Toutefois, durant le printemps, la politique algérienne des dirigeants socialistes et radicaux évolue vers la répression plutôt que vers la réforme et le PCF marque sa désapprobation par l’abstention lors du scrutin de confiance du 5 juin, qui conclut le débat de politique générale. Les communistes soutiennent toutefois encore par la suite, et de façon notable, le Ministère. Ainsi, le 25 juillet, lors du vote des crédits et recettes du collectif civil, ils fournissent 114 voix sur 285. Ils s’opposent néanmoins à l’adoption de la loi budgétaire sur le collectif militaire : non seulement ils condamnent la guerre menée en Algérie, mais cette loi crée les ressources nécessaires à la « pacification » par un emprunt public très avantageux pour les intérêts privés. Dans les semaines suivantes, la crise de Suez les isole, car eux seuls combattent l’attitude agressive de Mollet envers l’Égypte. Enfin, après le débat de politique générale d’octobre, le PCF va désormais attaquer le gouvernement dans tous les scrutins qui engagent son existence.

22Les élus du Front républicain eux-mêmes se divisent selon les votes. Par exemple, le scrutin du 5 mai sur l’établissement du Fonds national de solidarité provoque l’abstention de 71 d’entre eux, dont 22 socialistes et 27 radicaux, soit au total près des deux cinquièmes des effectifs de la coalition. Cinquante-cinq députés, encore, ne prennent pas parti lors du scrutin sur le règlement des charges du collectif militaire. L’affaire de Suez permettra au gouvernement de rallier la moitié des dissidents.

23Pendant toute l’année 1956, les républicains populaires optent soit pour le soutien, soit pour l’abstention. Favorables à l’adoption des pouvoirs spéciaux, ils s’abstiennent lors des votes sur le Fonds national de solidarité. Surtout, ils appuient le gouvernement lorsque sa politique générale est en jeu, par exemple le 5 juin. La moitié du groupe va même, le 25 juillet, jusqu’à voter le règlement du collectif civil, si fortement attaqué à droite pour sa prodigalité et parce qu’il alourdit la fiscalité, sans doute dans le but de donner au gouvernement une majorité mixte. Enfin, ils lui apportent encore leurs suffrages sur la question du collectif militaire ainsi que lors des scrutins qui concernent la crise de Suez. Il ne s’agira d’ailleurs plus, dans les occasions importantes, à partir du 28 juillet, que de majorités orientées à droite.

24Les modérés qui se sont donnés au début de l’année une certaine discipline de vote, demeurent hostiles durant presque toute la première session. Ils se cantonnent généralement dans l’abstention, sauf pour ce qui relève de la législation sociale et de la gestion des finances publiques auxquelles ils s’opposent pour des motifs d’orthodoxie financière. Lors du vote des pouvoirs spéciaux pour l’Algérie, loi qui les satisfait en principe, près d’un tiers d’entre eux ne soutient pourtant pas le gouvernement. Cinquante-et-un députés modérés refusent le 25 juillet l’adoption du budget fixé par le collectif civil alors que, trois jours plus tard, 61 d’entre eux votent en faveur du collectif militaire. Ainsi la crise de Suez occasionne-t-elle, à la fin de juillet, leur ralliement au Cabinet, qu’ils supporteront dorénavant. Soixante-six indépendants et paysans accorderont leurs suffrages au Ministère en acceptant, le 2 août, le règlement du collectif civil, qu’il rejetaient encore la semaine précédente. Un contingent plus important encore soutiendra l’équipe Mollet lors des scrutins du 25 octobre, sur sa politique générale, et du 10 novembre, sur sa politique extérieure. À l’extrême droite, Union et fraternité française s’abstient ou s’oppose généralement lors des votes, sauf sur celui relatif aux congés payés annuels, le 28 mars 1956.

25L’analyse des données fournies par les scrutins importants permet de mettre en évidence plusieurs faits. D’abord, l’appui du groupe communiste au gouvernement devient conditionnel à partir du 5 juin 1956, lors du vote de confiance sur sa politique générale, bien qu’il se poursuive pendant quatre mois encore à maintes occasions. Après le vote du règlement du collectif militaire, survenu dans les jours qui suivent la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez, le PCF devient de plus en plus critique.

26On remarque aussi les divergences au sein même des partis qui forment le Front républicain, phénomène coutumier chez les radicaux, mais pas chez les parlementaires de la SFIO, soumis à la discipline du vote. Même lors des votes sur le Fonds national de solidarité, des socialistes s’abstiennent et le même phénomène se produit durant le scrutin du 5 juin, qui porte avant tout sur l’Afrique du Nord : deux minorités, insatisfaites pour des causes différentes coexistent donc au sein de la députation de la SFIO. Elles se manifestent d’ailleurs clairement lors du congrès socialiste de Lille, le 1er juillet.

27Le Mouvement républicain populaire agit de façon décisive à l’Assemblée nationale, surtout à partir de juin, en maintenant les socialistes au pouvoir malgré leurs initiatives sociales et budgétaires. De cette façon, ils orientent le jeu du balancier, offrant une majorité de substitution ou une majorité mixte. Ils ne votent pas une seule fois contre le gouvernement. En dernier ressort, leur stratégie, qui empêche le rejet des socialistes dans une association de fait avec les communistes ou leur chute immédiate sur une question sociale ou financière, va permettre la constitution, grâce à la politique égyptienne, d’une majorité « d’union nationale ».

28Défavorables au gouvernement, les modérés espèrent sans doute, au début de l’été, mettre un terme à l’augmentation de la fiscalité et infléchir la politique nord-africaine dans un sens moins libéral, voire recréer la majorité de centre-droit qui soutenait Faure. Malgré les gages donnés par Mollet dans la composition de son ministère et le renvoi du général Catroux, leur méfiance subsiste jusqu’à la fin de juillet. Le passage des indépendants et paysans du rang d’opposants résolus à celui de partisans conditionnels, paraît directement lié à l’isolement du PCF grâce à l’affaire de Suez.

  • 46 Lefebvre, op. cit., p. 90. L’auteur observe que, dès 1946, lors des débats autour de la nouvelle co (...)

29Les dirigeants socialistes favorisent à l’évidence ce glissement à droite de la majorité, même s’il les prive de leur liberté de manœuvre antérieure. Il s’agit de trouver une base parlementaire stable au centre, voire de reconstituer la « Troisième force »46. Il faut considérer l’épisode de trois mois durant lequel se déroule la phase pacifique de l’affaire de Suez, comme une intervalle de mutation et de stabilisation de la majorité ministérielle, processus très important pour l’explication des choix qu’effectueront le président du Conseil et ses collègues socialistes en octobre dans leur politique égyptienne. Deux questions exercent une influence primordiale dans l’évolution des rapports entre les divers groupes politiques de l’Assemblée : l’action du ministère Mollet en Afrique du Nord et le problème de la nationalisation de la Compagnie de Suez. Étudiée dans ses rapports avec la décolonisation du Maghreb, mais comme facteur de la politique intérieure, la politique française dans la crise de Suez prend un sens et une rationalité absents si on la considère sous le seul angle de la politique étrangère.

La Question nord-africaine et ses conséquences sur la politique française en 1956

Le problème algérien

  • 47 Raymond Aron, Immuable et changeante. De la IV: e à la Ve République, Paris, Calmann-Lévy, 1959, p. (...)
  • 48 La crise militaire française, 1945-1962, sous la direction de Raoul Girardet, Cahiers de la Fondati (...)

30En Algérie, territoire rattaché depuis 130 ans à la France, l’essor du nationalisme indigène crée, à partir de 1954, une difficulté insurmontable pour les gouvernements successifs de la IVe République. Le phénomène puise une large partie de son élan dans le fait que la population musulmane, d’environ 8 millions d’habitants, connaît une expansion démographique rapide qui la conduit à la paupérisation, à cause du sous-développement économique du pays. Par ailleurs, son élite n’a pas accès aux responsabilités dans l’appareil administratif et politique français, apanage de la minorité européenne. Forte d’un million d’individus, cette communauté constitue, par son existence même, la pierre d’achoppement de toute solution politique. La force des intérêts coloniaux, financiers, industriels et agricoles, représentés au Parlement, complique la situation. Raymond Aron évalue à 50 voix le nombre des « ultras », partisans de l’Algérie française, bloc qui peut aisément causer la chute d’un Ministère et au veto duquel s’ajoutent ceux des Français d’Algérie et de l’armée47. Cette dernière supplante, à partir de 1956, l’administration civile dans les départements algériens et elle n’entend pas laisser aux politiciens de Paris l’initiative d’une politique qui, comme en Indochine, mènerait à une nouvelle humiliation48.

  • 49 Le Monde, 7 et 17 janvier 1956.
  • 50 Ibid., 18 janvier 1956.
  • 51 Ibid., 13 janvier 1956. Fonds Alain Savary SV 16, dr. 1, « Définition d’une politique algérienne », (...)

31Les chefs du Front républicain proposent en janvier 1956 de rétablir la paix grâce à des élections libres au collège unique pour la constitution d’une nouvelle Assemblée algérienne49. Guy Mollet maintiendra cette position pendant la majeure partie de l’année. De son côté, Pierre Mendès France précise que « l’esprit appliqué à la Tunisie doit prévaloir pour toute l’Union française » et donc, il avance indirectement un véritable programme de décolonisation50. À l’opposé, les défenseurs de l’Algérie française en métropole prônent « l’intégration », qui doit conduire à l’égalité complète de statut entre départements algériens et métropolitains, avec d’ailleurs l’élargissement progressif de l’application des lois sociales dans les premiers. Musulmans et Européens seraient appelés à l’égalité des droits et des devoirs, nonobstant la conservation du système des deux collèges électoraux paritaires dans les communes51.

  • 52 L’Express, 17 février 1956.
  • 53 Hubert d’Hérouville, « Algérie et finances », Revue politique et parlementaire, CCXX, juillet 1956, (...)
  • 54 Le Monde, 19 juin 1956.
  • 55 Jacques Marseille, « Les entreprises françaises et la guerre d’Algérie : une tentative d’adaptation (...)

32Beaucoup de dirigeants et de commentateurs jugent irréalisable la solution de l’intégration. Le seul maintien de l’écart entre les niveaux de vie français et algérien, qui tend à s’aggraver, nécessiterait des dépenses énormes, de loin supérieures au coût croissant des opérations militaires en cours. Aussi, selon Jean Daniel, de l’Express, les milieux bancaires et industriels de la métropole préféreraient-ils sans doute prêter à un éventuel État algérien fédéré plutôt que d’assister à l’injection, à fonds perdus, de capitaux publics52. Un observateur préoccupé d’économie, Hubert d’Hérouville, adresse en juillet, dans la Revue politique et parlementaire, une mise en garde sévère au sujet des « inéluctables répercussions » du drame algérien sur les investissements du pays sur son propre sol : les « forces vives » répandues à l’extérieur par la France manqueront à long terme à son développement intérieur alors que la concurrence sur le marché international s’accroîtra53. En fait, une bonne partie de la droite, celle qui représente les grandes affaires, les industries en expansion, les bénéficiaires du renouveau économique, a des raisons valables de désirer une fin rapide et à moindre coût du conflit algérien. D’ailleurs, J. Blanchard, secrétaire de la Confédération générale du patronat de l’Algérie, cause de forts remous tant à Paris qu’à Alger, lorsqu’en juillet, il se déclare favorable à l’établissement d’une république fédérale dont l’Algérie deviendrait une province autonome54. Selon les renseignements partiels fournis par certaines études, en Algérie même, les entreprises « prennent acte » dès le milieu des années 1950 de la future disparition de cette colonie au statut déguisé, et elles agissent en conséquence, par des diversifications et des consolidations de fonds propres. D’autres encore envisagent une solution « à la marocaine » pour les trois départements55.

  • 56 Le Monde, 8-9 avril 1956.
  • 57 Ibid., 5 mai 1956.
  • 58 Serge Bernstein, « Les effets politiques de la défense de l’Algérie française (1954-1962) », La gue (...)
  • 59 Maurice Flory, « La décolonisation des protectorats maghrébins », La IVe République, Actes du Collo (...)

33À Paris, la droite, pourtant en principe proche des milieux d’affaires, conserve une attitude relativement monolithique : elle soutient la thèse que « l’Algérie, c’est la France », et elle attaque tous ceux qui à divers titres appellent à la négociation avec les rebelles. Le Secrétaire de la Confédération nationale du patronat français, Georges Villiers, prenait en avril la défense de l’effort militaire et arguait de manière erronée de l’importance de conserver l’Union française, marché dont la perte entraînerait de « très graves désordres économiques »56. Pourtant, le leader indépendant Antoine Pinay avait fait état en avril, lors d’une interview accordée à la revue Jours de France, de la signification de la réunion de Bandoeng comme jalon de l’évolution des peuples musulmans vers la souveraineté. C’est seulement après que Lacoste et Edgar Faure l’eurent rencontré, qu’il avait atténué ses propos le 4 mai, dans une conférence de presse, et qu’il s’était finalement aligné sur la position intransigeante de ses amis de droite et du centre-droit afin de masquer les divergences57. L’Algérie française ne sert-elle pas en réalité de thème unificateur aux partis de droite, qui regroupent en leur sein des hommes aussi différents que le président Faure, lui-même aussi progressiste sur la question coloniale que les mendésistes, et les poujadistes, défenseurs acharnés d’une France anachronique ? La thèse historiographique traditionnelle postule l’existence d’un consensus général qui s’étendrait de la gauche à la droite en faveur de l’Algérie française, malgré des différences d’opinion sur la forme des liens avec la métropole (intégration ou fédération, etc.)58. Cela expliquerait les difficultés de la décolonisation pour ce territoire. Pourtant, le Cabinet Mollet négocie secrètement, mais de bonne foi et avec conviction, avec le FLN pour trouver un accord fondé sur la reconnaissance de la personnalité algérienne. Et puis les partisans de l’Algérie française dénoncent avec raison la politique marocaine et tunisienne conduite par Pineau et Savary, car elle rendra à coup sûr très difficile, voire impossible, la conservation des départements d’Afrique du Nord. Au demeurant, même dans les partis de droite ou de centre-droit, en apparence opposés à toute concession aux terroristes, divers signes attestent que plusieurs dirigeants ont une position à la fois plus réaliste et plus souple que les extrémistes qui veulent défendre jusqu’au bout l’Algérie française. Mais ils doivent tenir compte de la présence dans tous les partis, du puissant et très actif lobby colonial, et de ses sympathisants ou alliés. Maurice Flory, dans une étude sur la décolonisation, affirmera que le MRP pressent dans « sa majorité le caractère inéluctable » de ce processus, mais qu’il se montre impuissant par « incapacité d’analyse ou désir de se cacher une vérité angoissante »59. En fait, comme dans d’autres mouvements politiques, les républicains populaires les plus progressistes doivent tenir compte d’un noyau impérialiste minoritaire mais redoutable, et les données de la politique intérieure leur interdisent d’agir ouvertement, de façon positive, en faveur de l’émancipation des colonies. Par exemple, à la Commission exécutive du MRP, les députés modérés se prononcent à l’évidence pour des négociations avec le FLN, même si aucun d’entre eux ne se hasarderait à le dire publiquement. L’un de ces républicains populaires, J. Fonteneau, déclare le 7 mars, à la veille des débats parlementaires sur les « pouvoirs spéciaux » :

  • 60 350 AP/52, MRP, réunion de la Commission exécutive, 7 mars 1956, p. 4.

« Il s’agit en Algérie comme au Maroc de trouver le moyen de négocier tout en se montrant fort [... et donc, ] il faut donner au gouvernement les moyens militaires nécessaires tout en supposant qu’il cherchera en même temps à négocier. On doit jouer les deux cartes à la fois, car il n’est pas concevable que l’Algérie reste départements français maintenant qu’elle est située entre deux pays indépendants »60.

  • 61 Ibid., p. 4-5. Certains républicains populaires s’inquiètent du coût financier de l’Union française (...)
  • 62 Alphand, op. cit., p. 242. De Gaulle disait à l’ambassadeur : « Il faut noter que nous aurions tort (...)

34Ces propos de Fonteneau recueillent l’adhésion explicite de membres de la commission exécutive aussi influents que Pierre-Henri Teitgen ou Maurice Schumann61. En réalité de nombreux leaders politiques français non inféodés au lobby colonial ont compris la leçon indochinoise, mais considèrent que les questions intérieures doivent primer sur le problème algérien. Ainsi Hervé Alphand rapportait-il, dans ses mémoires, les propos tenus en privé par le général de Gaulle qui, dès 1956, jugeait l’Algérie perdue62. Pourtant, après son retour aux affaires, ce dernier mettra quatre ans à régler le conflit et ne dévoilera que tardivement et très progressivement son dessein de décolonisation.

  • 63 JOAN, 12 mars 1956, p. 848. Ibid., 4 mars 1956, p. 997.
  • 64 Ibid., 9 mars 1956, p. 805, et 12 mars 1956, p. 854.

35Après l’émeute d’Alger, la démission du général Catroux marque la fin de la tentative d’action directe et ouverte du président du Conseil. Désormais, on assistera à un enlisement dans la pacification, pour laquelle Guy Mollet doit demander à l’Assemblée l’octroi de pouvoirs spéciaux. Dans le débat qui suit cette requête, les 8 et 9 mars, la droite critique la visite de Pineau au Caire et attaque Nasser en tant que responsable de la rébellion algérienne63. Les communistes, tout en préconisant l’arrêt de la répression et l’ouverture de négociations, vont jusqu’à accorder leurs suffrages au gouvernement afin de promouvoir « l’unité d’action » avec les socialistes et pour assurer la continuation de la politique libérale à l’égard de la Tunisie et du Maroc64. En fait, personne n’est satisfait des déclarations d’intention des dirigeants, mais du moins les ultras obtiennent-ils l’intensification de la lutte armée contre les nationalistes algériens.

  • 65 Roger Duchet, secrétaire général des Indépendants dans France indépendante, cité par Le Monde, 2 ma (...)
  • 66 Ibid., 12 et 15 mai 1956. Les outrances exprimées par P.-H. Teitgen ne correspondent pas à sa posit (...)

36Cependant, toujours inquiète des desseins des socialistes, la droite presse par la suite le gouvernement d’adopter, dans son sens, une ligne de conduite nette. Elle exige que l’on démente les rumeurs de négociations avec l’adversaire, et elle réclame la cessation des déclarations publiques selon lesquelles il y aura dès que possible des élections « hâtives [...] qui feraient perdre à coup sur l’Algérie »65. Au congrès de Montrouge, tenu du 12 au 14 mai, le MRP demande que l’on poursuive les démoralisateurs, d’abord et surtout les communistes ; et l’un des orateurs, P.-H. Teitgen, compare l’hitlérisme et le nationalisme de la Ligue arabe, et s’oppose à un abandon tel que celui de Munich en 193866. Ces fausses analogies vont bientôt, à l’occasion de l’affaire de Suez cette fois, connaître un usage répété. Essentiellement, les républicains populaires veulent attribuer à la révolte en Afrique du Nord des causes extérieures : l’action du Kremlin et celle du panarabisme.

  • 67 Le Monde, 23 mai 1956.

37Chez les socialistes eux-mêmes, l’insatisfaction grandit. Le ministre résident, Lacoste, adopte en Algérie des positions différentes de celles des principaux dirigeants socialistes au pouvoir. Dans ses « Directives générales aux fonctionnaires civils et militaires », il décrit la guerre en Algérie comme « l’aspect d’un conflit mondial gigantesque », thèse que soutient la droite, et il critique « l’évolution rapide, trop rapide » des deux protectorats voisins, Tunisie et Maroc. S’écartant du triptyque officiel, « pacification, élection, discussion », il entrevoit l’éventualité de l’élaboration d’un nouveau statut de concert avec des représentants indigènes désignés67. Enfin, Lacoste s’abstient de lutter contre le parti colonial qui conserve, sauf exception, ses organisations politiques, ses journaux et sa mainmise sur l’administration locale et départementale. Assurément, le président du Conseil ne dispose pas d’une autorité véritable en terre algérienne où se pratique une politique quasi indépendante du pouvoir central.

  • 68 L’Express, 8 juin 1956.

38La différence entre le programme et l’action du gouvernement en Algérie suscite de vives réactions aux échelons supérieurs de la SFIO. Le 1er juin, son Comité directeur refuse de discuter le sujet par seulement 9 voix, dont 5 ministérielles, contre 5 voix. À la Commission exécutive, constituée du Comité directeur et de la députation, Guy Mollet doit, le 5 juin, intervenir pour faire écarter la proposition Deixonne dans laquelle on requiert un vote sur sa politique algérienne, car une majorité voterait contre. Appelés plutôt à approuver la politique générale, 16 membres s’abstiennent68. Les leaders socialistes réussissent cependant à noyer l’opposition dans la masse des grandes assemblées. Au Conseil national de Puteaux, au début de juin, comme au Congrès de Lille un mois plus tard, les délégués proviennent dans une large part de l’appareil administratif du parti et tendent à avaliser la politique de leur secrétaire général ou à faire des compromis. En outre, parallèlement à l’agitation des socialistes, les divisions chez leurs partenaires radicaux ajoutent au malaise : Mendès France, démissionnaire, devient le point de ralliement de la contestation à gauche.

  • 69 JOAN, 1er juin 1956, p. 2218.
  • 70 Ibid., 1er juin, p. 2209 et 5 juin 1956, p. 2307.
  • 71 Ibid., 1er juin, p. 2225 et 2 juin 1956, p. 2270.
  • 72 Ibid., 1er juin 1956, p. 2225.
  • 73 Ibid., 31 mai, p. 2179 et 5 juin 1956, p. 2312.

39Lors du débat sur la politique générale du gouvernement, qui se déroule du 31 mai au 5 juin à l’Assemblée nationale, la question algérienne passe au second plan et l’attention des députés se concentre sur les relations franco-tunisiennes et franco-marocaines. En ce qui concerne l’Algérie, les partis de droite appuient l’action gouvernementale, mais soulèvent le problème des rapports entre l’évolution de ce territoire et celui des protectorats voisins. La démission de Mendès France provoque une remarque interrogative de Paul Reynaud, l’un des chefs modérés, sur l’avenir de la coalition ministérielle et tout au moins, sur ses orientations futures69. La discussion sur l’Algérie sert aussi à attaquer l’Égypte et le ministre des Affaires étrangères, Pineau, qui a rencontré Nasser au Caire en mars70. Des radicaux viennent louanges et critiques : les radicaux orthodoxes souscrivent à la pacification en cours et au maintien du statu quo tandis que les mendésistes réclament des réformes71. L’un de ces derniers, Charles Hernu, pose clairement le problème de l’autorité républicaine sur les Français d’Algérie, autorité nécessaire à la concrétisation de toute solution et à l’application de tout statut nouveau, mais dont on ne sait pas si elle peut encore s’exercer72. Les communistes, afin de démontrer que la SFIO fait la politique de la droite en Algérie, tentent sans succès d’obtenir un scrutin sur ce seul sujet et, pour ne pas cautionner la poursuite des opérations militaires, ils s’abstiennent sur la question de confiance73.

40Le gouvernement obtient à la suite de ce débat 271 voix favorables seulement, essentiellement du centre, contre 200 abstentions. Communistes et modérés restent mécontents, les premiers, de la politique de Lacoste, les seconds, de celle de Savary, jugé trop libéral avec la Tunisie et le Maroc. À droite, on fait également grief à l’équipe Mollet de l’aggravation de la fiscalité qui doit résulter des projets sociaux des socialistes. Par la suite, l’affaire algérienne connaît peu de changements dans le cadre de la politique intérieure française, si ce n’est d’une certaine évolution des idées au sein de la SFIO et du MRP.

  • 74 L’année politique, op. cit., p. 67.
  • 75 L’Express, 6 juillet, et Le Monde, 3 juillet 1956.

41Au congrès national de Lille, qui a lieu du 29 juin au 2 juillet, les délégués des fédérations de la SFIO doivent se prononcer en premier lieu sur la politique algérienne du Cabinet. Une fois encore, les opposants, bien qu’ils comptent dans leurs rangs des personnalités importantes telles que Daniel Mayer ou André Philip, sont minoritaires. Leur résolution de blâme ne rassemble que 363 voix sur 3 700 environ74. Leur attaque contre l’immobilisme en Algérie connaît cependant plus de succès à la commission politique du congrès : les représentants de plusieurs fédérations refusent le texte d’approbation à l’action ministérielle. À côté de l’énoncé de blâme avancé par Mayer, Gaston Defferre, ministre de la France d’Outre-mer, en présente un de « recommandation », au nom de l’importante fédération des Bouches-du-Rhône, et il refuse de transiger. Devant l’impasse au sein de la commission, Guy Mollet donne raison à Defferre afin d’éviter un débat sur la motion de clôture. Le texte final constitue un désaveu pour Lacoste auquel les socialistes demandent l’ouverture d’un « second front » en Algérie contre les ultras du colonialisme, par l’interdiction de leur presse, l’épuration de l’administration et la dissolution des municipalités. En outre, le Congrès réaffirme la position définie au début de l’année par les dirigeants du Front républicain, soit la nécessité d’élections libres au collège unique, en vue de négociations ultérieures, et entend que soit discuté le cessez-le-feu « avec ceux qui se battent [...], condition première d’un règlement ». Fait important, la motion de clôture prévoit l’octroi futur à l’Algérie d’une large autonomie de gestion au moyen « d’institutions internes dotées de pouvoirs législatifs et exécutifs »75.

  • 76 Cité dans L’Express, 6 juillet 1956.

42La conclusion du Congrès socialiste de Lille a une influence certaine sur l’attitude de la droite modérée, confirmée dans sa méfiance à l’égard des ministres socialistes au sujet de l’évolution future de leur politique algérienne. Le Temps de Paris, que la droite financière a créé comme successeur du prestigieux journal Le Temps, éliminé à la libération, et comme rival du Monde, avertit Guy Mollet en ces termes : « La motion sur l’Algérie suscitera une inquiétude, voire une irritation générale, chez les républicains sociaux, le MRP et les indépendants [...] Ces outrances risquent de mettre le président du Conseil dans une situation délicate »76.

  • 77 Le Monde, 10 juillet 1956.

43Au Conseil national des républicains populaires, le 8 juillet, quoique l’on condamne officiellement toute initiative de négociation, on reprend néanmoins, en termes atténués, le thème de la lutte sur les deux fronts et Pierre Pflimlin, le président du parti, va jusqu’à préconiser que l’on construise « le plus rapidement possible une communauté algérienne de structure fédérale au sein d’une République française largement décentralisée »77.

  • 78 Ibid., 24 juillet 1956.

44À leur XVIe Congrès, qui se tient au Havre du 18 au 21 juillet, les communistes continuent de prôner « l’unité d’action nécessaire et possible » avec les socialistes. Ils mettent en relief la contradiction entre l’action du ministre Lacoste et la résolution du Congrès de Lille, en vertu de laquelle ils réclament l’ouverture de négociations avec les rebelles algériens78. Central dans la politique française depuis l’automne 1955, le problème algérien se trouve éclipsé à partir du 26 juillet par la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez. Les milieux politiques subordonneront tout progrès en Algérie au règlement du différend avec l’Égypte, et le gouvernement reportera de semaine en semaine la définition d’une nouvelle orientation pour l’Algérie.

les répercussions domestiques de l’évolution des rapports franco-marocains et franco-tunisiens

45En 1956, les décisions du ministre Mollet sur les relations avec le Maroc et la Tunisie revêtent une importance capitale dans l’explication de l’évolution de la politique intérieure du pays. L’intensification de la guerre en Algérie reflète dans une large mesure la volonté des ministres radicaux et des républicains sociaux, et elle répond aux attentes de la droite. La politique tunisienne et marocaine du Cabinet, œuvre de Pineau et de Savary, secrétaire d’État aux Affaires étrangères pour la Tunisie et le Maroc, est avant tout celle des socialistes. Libérale et dynamique, elle satisfait les communistes et les radicaux mendésistes.

  • 79 JOAN, 1er juin 1956, p. 2235.

46Contrairement à l’Algérie, les pays qui la flanquent n’ont pas de population européenne considérable et l’on peut donc y contenter plus aisément les aspirations nationales des autochtones. Dans l’un et l’autre ancien protectorat, les intérêts économiques français peuvent s’accommoder d’une émancipation qui conduirait à l’instauration de régimes modérés ou conservateurs. Par ailleurs, la décision de maintenir de force ces États dans leur statut semi-colonial exigerait plusieurs centaines de milliers de soldats supplémentaires au moment même où l’on rappelle des citoyens sous les drapeaux pour garnir les effectifs algériens, ce que Pineau ne manque pas de souligner à l’intention de ses opposants de droite79.

  • 80 Grosser, op. cit., p. 359.
  • 81 Yves G.F Brissonnières, « La notion d’interdépendance », Revue de Défense nationale, Nlle Série, vo (...)

47En fait, les socialistes mènent à son terme tout en l’approfondissant l’entreprise de décolonisation graduelle amorcée par Mendès France en Tunisie et étendue par Faure au Maroc. Le premier avait reconnu l’autonomie interne de la Tunisie en 1954. Le second a mené à bien les négociations avec les Tunisiens et il a réussi à faire accepter à son Conseil des ministres, de centre-droit, l’accession du Maroc à l’indépendance grâce au principe de « l’indépendance dans l’interdépendance » inscrit dans la Déclaration franco-marocaine de La Celle-Saint-Cloud, le 6 novembre 1955. Dans ce document, l’interdépendance recouvre l’ensemble des liens permanents à établir entre la métropole et son ancienne colonie sur les plans stratégique, diplomatique, politique, économique et culturel80. En 1956, avec l’aggravation de la crise algérienne, l’accent porte essentiellement sur la diplomatie et les affaires militaires, et en France, les politiciens de droite espèrent conserver à leur pays un rôle directeur en ces matières. D’ailleurs, la relation envisagée par certains stratèges comme substitut à l’attache coloniale englobe des champs qui, comme la justice ou la condition des personnes, touchent à la souveraineté nationale du Maroc ou de la Tunisie : ils désirent en réalité ne leur accorder qu’un statut d’autonomie interne qui perpétuerait la prépondérance, sinon la tutelle française81.

  • 82 Pierre-Henri Teitgen, « Fédéraliser l’Union française », Fédération, n° 137-138, juin-juillet 1956, (...)

48À l’été 1956, certains, notamment au sein du MRP, proposent, comme solution globale aux problèmes nord-africains, l’institution d’un système fédéral ou confédéral qui succéderait à l’Union Française. À l’intérieur de cette association d’États se trouveraient satisfaits les problèmes des deux communautés algériennes en ce qui a trait à la sécurité de l’une et à l’autonomie de l’autre. La défense et la diplomatie constitueraient des domaines réservés à l’organe central de ladite fédération82. Dans les deux cas, relations bilatérales étroites ou appartenance à une unité supra-nationale, les États maghrébins demeureraient satellites de l’ancienne puissance colonisatrice. Le ministère Mollet ne réussit pas à concrétiser ces projets, vis-à-vis desquels les socialistes font preuve d’un scepticisme pragmatique : les Tunisiens et les Marocains, soucieux de ne pas aliéner la souveraineté nationale nouvellement retrouvée, n’iront pas en ce sens plus loin que les mots. Durant toute la première moitié de l’année 1956, le président du Conseil et ses collègues Pineau et Savary subissent pour ce motif des attaques violentes et incessantes des partis de la droite.

  • 83 L’Année politique, op. cit., p. 505.
  • 84 Ibid., p. 509-510.

49Le 2 mars 1956, la Déclaration franco-marocaine reconnaît légalité et la souveraineté des deux États signataires. La France convient de l’indépendance du Maroc, « laquelle implique en particulier une diplomatie et une armée ». Point crucial, l’interdépendance reste à définir par des accords ultérieurs. Enfin, le Protocole annexe attribue le pouvoir législatif au sultan et prévoit le maintien du statu quo pour les armées nationale et française83. Le Protocole d’accord franco-tunisien du 20 mars suit les mêmes lignes : la France reconnaît l’indépendance de la Tunisie ; le traité du Bardo de 1881 et les conventions de 1955, incompatibles avec le nouvel état juridique du pays, deviennent nuis ; la responsabilité des affaires extérieures et de la défense revient au gouvernement de Tunis. Pour l’avenir, les deux États prévoient de définir « les modalités d’une interdépendance librement réalisée »84.

  • 85 JOAN, 12 mars 1956, p. 855.
  • 86 Ibid., 8 mars, p. 767 et 9 mars 1956, p. 813.
  • 87 Ibid., 9 mars 1956, p. 808.

50Lors du débat sur les pouvoirs spéciaux pour l’Algérie, dans la seconde semaine de mars, le MRP et les modérés s’alarment déjà de la tournure que prennent les rapports avec la Tunisie et le Maroc. On s’indigne de ce que les conventions qui accordaient l’autonomie interne à la première, soient déjà remises en question et que le second obtienne l’indépendance sans contrepartie tangible85. Certains perçoivent un danger pour l’Algérie dans cette évolution : il y a formation d’une tenaille contre les départements français d’Afrique du Nord et l’armée marocaine prévue par la Déclaration du 2 mars représente une menace potentielle86. Mais surtout, républicains populaires et indépendants s’élèvent contre le fait que n’ont pas été définis, simultanément avec la reconnaissance de l’indépendance marocaine, les liens d’interdépendance. À cela, le gouvernement répond qu’il convient de dissocier les problèmes algérien, tunisien et marocain, les deux derniers réclamant « des solutions différentes », et il promet la réalisation, dans ces cas, d’une « indépendance réelle dans une interdépendance organisée »87. Cependant, la conclusion du Protocole franco-tunisien, la semaine suivante, paraît justifier les craintes des opposants.

  • 88 Ibid., 4 mai 1956, p. 1752-1753.
  • 89 Ibid.

51À partir de mai, les critiques et les interrogations sur l’orientation de la politique française en Tunisie et au Maroc se font plus pressantes. À l’Assemblée, par question orale, de Lipkowsky, un mendésiste, réclame des assurances sur l’interdépendance promise et note l’inquiétude qui règne au sein de plusieurs groupes parlementaires. Plus précisément, J. Dupraz, hostile au Protocole du 20 mars, demande pour le MRP de quelle garantie dispose la France sur la conservation de sa base navale à Bizerte. Il dénonce vivement les « initiatives » de Savary, accomplies dans le « silence » et en « l’absence de contacts politiques »88. À cette attaque, à cet avertissement, le ministre réplique que le statut de Bizerte, inchangé, constituera l’un des points à discuter dans le cadre des accords d’interdépendance89.

  • 90 Le Monde, 6 et 7 mai 1956.
  • 91 Ibid., 29 et 30 juin 1956.

52L’imprécision de la réponse du responsable des Affaires tunisiennes et marocaines ne satisfait pas ses adversaires et l’opposition à la politique socialiste dans ce domaine se répand également au sein du parti républicain social : Chaban-Delmas, pourtant membre du Conseil des ministres, affirme au début de mai, au Comité directeur de son parti, être plus inquiet de la situation au Maroc et en Tunisie qu’en Algérie90. Quant au MRP, il rappelle dans sa motion de clôture du Congrès de Montrouge que « les traités internationaux » ne peuvent être abolis par un seul acte gouvernemental, mais « seulement par l’intervention du Parlement souverain »91. Évidemment, les républicains populaires visent les anciens traités de protectorat et ils exigent que soient soumises aux députés les orientations du Cabinet, contestables pour beaucoup au centre et à droite, en ce qui concerne les modifications futures du cadre des rapports franco-tunisiens et franco-marocains.

  • 92 Ibid.
  • 93 Ibid., 31 mai 1956.

53Les attaques contre la politique française au Maroc et en Tunisie se poursuivront durant toute l’année 1956, mais seule la période qui précède et qui comprend la crise de Suez intéresse cette étude. D’abord, la Convention diplomatique franco-marocaine du 28 mai inflige un camouflet cuisant aux partisans d’une politique de fermeté, sans concessions ou abandons, garante du maintien de la tutelle française : le Maroc obtient, sans limitations, le plein exercice de sa diplomatie. Porte-parole d’un large segment de la droite favorable au statu quo, le journal lAurore, qui se disait avant la nouvelle de cet accord, confiant dans la survie du gouvernement et attendait du président du Conseil des assurances quant aux démarches de Savary, prend violemment à partie les ministres socialistes le jour suivant. Il juge inacceptable la « convention Savary-Pineau », qui tourne le dos à une conception selon laquelle la diplomatie marocaine serait en « relation organique » avec celle de la France92. Simultanément, le Conseil de la République, composé en majorité d’hommes du centre et de la droite, dénonce l’entente franco-marocaine93.

  • 94 JOAN, 31 mai 1956, p. 2158.
  • 95 Ibid., 1er juin 1956, p. 2229.
  • 96 Ibid., 5 juin 1956, p. 2255. Cité par Le Monde, 5 juin 1956.
  • 97 JOAN, 31 mai, p. 2155 et 2 juin 1956, p. 2267.

54À l’Assemblée nationale, le débat de politique générale du début de juin porte essentiellement sur l’évolution des rapports du pays avec ses deux anciens protectorats. De nouveau, les modérés exigent l’arrêt des « abandons »94. A. Pinay précise que le communiqué de La Celle-Saint-Cloud, dont se réclament les socialistes, postulait le maintien des prérogatives françaises en matière de défense et de diplomatie, ainsi que la simultanéité entre l’octroi de l’indépendance et l’instauration de « l’interdépendance »95. La position des indépendants et paysans se résume facilement : l’un d’entre eux, H. Bergasse, pose la question fondamentale de savoir si l’on a une politique par ministre, tandis que leur secrétaire général, R. Duchet, écrit dans France Indépendante, le jour du vote, qu’il faut choisir entre Savary et Lacoste96. Les républicains populaires soulignent également la contradiction entre la politique de force en Algérie et celle de « faiblesse à l’est et l’ouest », et ils affirment leur conviction que les conventions actuelles seront aussi éphémères que les précédentes97.

  • 98 Ibid., 1er juin, p. 2118 et 5 juin 1956, p. 2309.
  • 99 Ibid., 2 juin 1956, p. 2259.

55Le 2 juin, durant les discussions sur la politique générale, les républicains sociaux remarquent l’absence de l’interdépendance et l’existence d’une solidarité entre Marocains et nationalistes algériens. J. Soustelle, qui fait état des revendications marocaines sur la zone de Colomb-Béchar et sur Tindouf dans le Sud-Ouest algérien, requiert lui aussi du gouvernement un choix entre ses deux politiques nord-africaines98. Les radicaux orthodoxes et les groupes apparentés soulèvent les mêmes objections et demandent que les liens d’interdépendance conservent à l’armée française ses droits antérieurs de circulation, d’implantation et d’action99. Mendésistes et communistes notent eux aussi, mais dans un sens opposé, la contradiction des orientations gouvernementales et l’interaction néfaste du problème algérien avec l’évolution de la Tunisie et du Maroc.

  • 100 Ibid., 1er juin 1956, p. 2219.
  • 101 Ibid., 5 juin 1956, p. 2324.
  • 102 Ibid., p. 2325.
  • 103 Ibid., p. 2255.

56Devant une Assemblée nationale en grande partie réticente, Savary fonde son action sur les nécessités inéluctables de l’évolution des deux protectorats, en particulier celle de renforcer le pouvoir des gouvernements modérés, et il annonce que le gouvernement entend poursuivre cette politique « seule possible pour le présent et pour l’avenir »100. Il prodigue diverses assurances sur les liens futurs avec ces deux États et sur le maintien du statu quo actuel en matière d’armée et de diplomatie, sans d’ailleurs pouvoir avancer en ce sens de réalisation concrète. Guy Mollet postule l’existence d’une différence fondamentale entre l’essence du problème algérien et celle des affaires marocaines et tunisiennes. Il brave les censeurs de sa politique en s’engageant à agir dans le domaine des rapports franco-tunisiens et franco-marocains en vertu du fait accompli, sans attendre l’accomplissement du processus juridique et politique de la ratification des nouveaux accords par le Parlement et le président de la République101. Fait capital, le président du Conseil s’adresse aux communistes dans cette même allocution, qui précède le vote des députés : il leur signale que ne pas renverser le Cabinet permettra la poursuite de l’œuvre engagée102. Cet appel clair, sinon au rassemblement des voix de gauche, du moins à la bienveillance du PCF, ne sera pas sans influence sur la suite des rapports entre le gouvernement et les partis du centre et de la droite, qui le trouvent inacceptable103.

  • 104 Ibid., 31 mai 1956, p. 2179.

57Le scrutin du 5 juin sur la politique générale du Ministère, s’il prolonge son existence, montre également sa situation précaire. Avec 245 abstentions, la base parlementaire sur laquelle s’appuie le gouvernement, qui n’a récolté que 271 voix, paraît étroite et mal définie. Parmi les neutres, on retrouve en majorité les communistes qui font preuve de bonne volonté en raison du progrès des initiatives de Savary, ainsi que la plus grande partie des indépendants et paysans, désireux de marquer pour la même cause leur insatisfaction, mais aussi leur appui à l’effort militaire en Algérie. Sur ce dernier point, le PCF a cependant signifié au Cabinet que « la guerre en Algérie ne peut se poursuivre qu’avec une majorité de droite »104. Le MRP, de nouveau, bien qu’il manifeste crainte et insatisfaction par suite des récents accords avec la Tunisie et le Maroc, reste l’allié « de fait » en votant la confiance.

  • 105 Ibid., 1er juin 1956, p. 2225 et 2227, et 5 juin 1956, p. 3317-3318.

58Le caractère saugrenu de la situation parlementaire dans laquelle les dirigeants socialistes se trouvent ressort du vote du 5 juin : les mendésistes et leur chef s’abstiennent, alors que les radicaux orthodoxes de la tendance Morrice, partisans inconditionnels de la pacification et du maintien du statut de territoire français pour l’Algérie, appuient le gouvernement et félicitent Bourgès-Maunoury et Lacoste105. Dépassés à gauche par un Mendès France de plus en plus impatient et critique, Guy Mollet et ses collaborateurs obtiennent le soutien de députés qui favorisent ouvertement la fraction belliciste de ce Cabinet bicéphale et qui condamnent l’action de Pineau et de Savary, défendus sans équivoque néanmoins par le président du Conseil. À l’Assemblée, nul n’ignore sans doute qu’il ne jouit pas du plein exercice du pouvoir en ce qui concerne l’Algérie : sans la présence de Bourgès-Maunoury et de Max Lejeune au Conseil des ministres, sans l’acceptation résignée, du moins en apparence, de leur politique ainsi que des agissements de Lacoste à Alger, Mollet perdrait l’appoint indispensable des suffrages de ce centre indéterminé qui rassemble les radicaux orthodoxes, le RGR, les républicains sociaux et une fraction importante du MRP. Avec l’apport des voix modérées et poujadistes, il deviendrait alors possible de renverser le Ministère. La contradiction entre les politiques de Savary et de Lacoste se révèle donc pour l’instant insurmontable.

  • 106 Le Monde, 19, 25 et 27 juin 1956 ; 5, 18 et 20 juillet 1956 ; 7 août 1956.

59Après les débats parlementaires du début de juin, l’opposition à l’émancipation du Maroc et de la Tunisie persiste et se renforce même. Les républicains sociaux tentent sans succès d’interpeller le gouvernement à ce sujet, le 5 juillet, mais obtiennent une déclaration officielle de Pineau quelques jours plus tard. Durant l’été 1956, divers événements vont aggraver l’inquiétude et l’hostilité des adversaires du ministre et de son collaborateur, Savary. En particulier, les revendications marocaines sur certains territoires du Sud-Ouest algérien, du Sahara et de la Mauritanie, et les exigences de Bourguiba sur le départ des soldats français du sol tunisien, suscitent une certaine nervosité. Et les manifestations officielles de solidarité à l’égard des frères algériens, ainsi que les expulsions de Français par Rabat en août, créent un vif ressentiment à Paris et à Alger106.

  • 107 Ibid., 25 juillet 1956.

60Les partisans de l’Afrique du Nord française, et ceux qui désirent y substituer un empire informel, vont répéter les avertissements à ce gouvernement dont ils ne partagent ni les orientations sociales ni le programme de décolonisation, et qu’ils tolèrent à contrecœur. À l’Assemblée nationale, Raymond Triboulet, républicain social, maintient le 12 juillet les exigences de son groupe au sujet de la fermeté dans les relations franco-tunisiennes et franco-marocaines, et il met en garde les dirigeants socialistes contre toute faiblesse. Au Conseil de la République surtout, où les communistes ont peu de sièges, la droite et certains partis du centre-droit mènent un combat efficace contre la politique officielle dans les rapports avec les anciens protectorats. On assiste à un exercice d’escarmouches destinées à harasser les dirigeants libéraux : questions, motions et amendements se succèdent, qui constituent autant de signaux d’une impatience et d’une insatisfaction croissantes. L’amendement Colonna du 11 juillet, voté par le Conseil, est un exemple de ces pressions : l’aide à la Tunisie et au Maroc est suprimée ; l’Assemblée devra la rétablir le 24 juillet. Mollet et ses collaborateurs constatent ainsi que si ne survient pas le « coup d’arrêt » aux revendications tunisiennes et marocaines, réclamé par Laurent Eynac, vice-président de l’Assemblée de l’Union française, la droite pourrait précipiter un débat et un vote sur les choix gouvernementaux en matière de relations avec les deux États maghrébins107.

  • 108 Ibid., 28 juillet 1956. JOAN, 12 juillet 1956, p. 3407.
  • 109 Pineau, op. cit., p. 60.

61À cause de ces pressions, le Cabinet tend à durcir son attitude face aux partenaires tunisien et marocain. Aux sénateurs, le 27 juin, puis aux députés, le 12 juillet, Pineau promet le maintien des troupes françaises, en particulier à Bizerte, et il affirme que la France ne cédera aucun de ses droits sur le Sahara et la Mauritanie108. Au moment où survient la crise de Suez, les dirigeants socialistes voient croître les entraves à leur action à l’égard des pays limitrophes de l’Algérie. Ils peuvent constater, comme l’a rappelé plus tard Pineau, que la situation parlementaire du gouvernement est, « au milieu de l’année 1956, fort aléatoire »109.

La complication saharienne

  • 110 Thomas, op. cit., p. 33.
  • 111 Documents parlementaires, Assemblée nationale, n° 1068, 8 mars 1956, p. 727-728 ; n° 1131, 9 mars 1 (...)
  • 112 Ibid., doc. n° 1131.
  • 113 FO/371 130625 WF 1011/1, « Annual Report on France for 1956 », de Sir Gladwyn Jebb au secrétaire d’ (...)

62On ne peut considérer la guerre d’Algérie et la décolonisation dans les protectorats comme facteurs de politique intérieure sans référence à la question saharienne. Lors de son attaque retentissante contre l’Égypte, le 18 mai 1956, le colonel Mangin a accusé Nasser de vouloir soumettre non seulement le Moyen-Orient et l’Afrique, « mais aussi une très vaste partie du Sahara »110. Bien entendu, cet espace appartient au continent prétendument menacé. Si ce proche collaborateur de Bourgès-Maunoury le mentionne nommément, ce n’est pas pour montrer sa connaissance de la géographie africaine. Il s’adresse ici à certains dirigeants politiques et groupes d’intérêts. À l’été 1956, le sort de cette immense aire désertique devient en effet l’objet d’attentions pressantes à l’intérieur et hors du Parlement. En mars et en avril, on ne dépose pas moins de quatre projets de loi qui visent à donner au Sahara le statut de territoire français. L’un d’eux compte parmi ses promoteurs deux anciens présidents du Conseil, Edgard Faure et Paul Reynaud, leaders importants du centre-droit et de la droite, non sans attaches avec le milieu des grandes affaires. Avec en plus, Jean de Lipkowsky et Pierre July comme soutiens, ce seul texte rassemble un ensemble de groupes qui va des mendésistes à la droite conservatrice111. Avec leurs propositions respectives, les indépendants et paysans et les poujadistes complètent vers l’extrême-droite l’éventail politique. L’évocation de l’évolution de la Tunisie et du Maroc dans ces documents, de même que le fait que Faure et Reynaud préconisent le rattachement de certaines parties du Sud algérien, dont la zone de Colomb-Béchar, au futur Sahara français, témoignent des préoccupations de leurs auteurs112. L’ambassadeur de Grande-Bretagne en France fait état dans son rapport annuel de l’intérêt nouveau des dirigeants pour cet espace désertique. Dans l’esprit de la bourgeoisie française, le Sahara suscite, selon Sir Gladwyn Jebb, « le mirage de la prospérité texane » et si les événements d’Algérie rendaient impossible l’exploitation des ressources sahariennes, « l’illusion de grandeur [française] s’évanouirait »113.

  • 114 Le Monde, 21 juin 1956.

63L’idée d’ôter à l’Algérie française ses territoires les plus riches heurte naturellement les vues des partisans du statu quo dans les départements nord-africains. L’opposition entre ces derniers, qui entrevoient la création d’un domaine algéro-saharien, et ceux qui souhaitent la constitution d’un espace saharien « incontestablement » français, s’expriment au sein du Conseil des ministres, où deux options sont défendues : Marcel Champeix, sénateur radical et secrétaire d’État à l’Intérieur pour l’Algérie, appuyé par Lacoste, propose la refonte de l’Algérie en douze départements auxquels s’adjoindrait un 13e, le Sahara, tandis que le député Félix Houphouet-Boigny, met en avant, probablement pour le compte de Guy Mollet, l’établissement d’une entité saharienne autonome114. Les divergences sur le sort du Sahara attestent en fait de l’absence d’un consensus colonial.

  • 115 Jacques Desforges, « Les déserts au service de l’homme », Hommes et Commerce, n° 36, septembre-octo (...)
  • 116 Georges Guide, « Le Sahara français », Hommes et Mondes, n° 117, avril 1956, p. 58 et 60.
  • 117 J.A. Jaeger, « Regarder l’Afrique avec réalisme ne conduit pas à l’esprit d’abdication – Libres opi (...)
  • 118 Le Monde, 16 et 22 juin 1956.
  • 119 L’Écho d’Alger, 20 juillet 1956.
  • 120 Le Journal du Parlement, cité par L’Écho d’Alger, 28 juillet 1956.

64Hors du Parlement, un groupe de pression, nommé Comité du Sahara français, œuvre pour que le Sahara devienne un territoire national, autonome vis-à-vis d’Alger aussitôt accomplie la pacification, zone de développement et pôle économique pour les États contigus. Toutefois, ainsi que le souligne un observateur du milieu des affaires, Jacques Desforges, toute mise en valeur de ses ressources dépend non seulement du futur statut administratif, mais « aussi de la délimitation des frontières orientales et méridionales du Maroc »115. Un autre commentateur remarque que la reconnaissance par Guy Mollet de la personnalité algérienne oblige à définir ses limites vers le sud116. Plusieurs lient l’avenir du Sahara à celui de l’Algérie, nécessaire voie d’accès au premier117. On comprend aisément, à la lumière de ces idées, la faveur dont jouit chez certains la solution fédérale qui, outre la garantie offerte aux Européens d’Algérie, assurerait la liberté de transit aux intérêts français en sol algérien, en plus d’éliminer la possibilité d’un conflit régional au sujet de la possession du Sahara. Cependant, en juin 1956, au cours d’une lutte pour le contrôle de la ligne stratégique Tindouf/Colomb-Béchar/Oran, une véritable guérilla, qui oppose les troupes françaises et l’armée de libération du Maroc, francs-tireurs officiellement indépendants de Rabat, cause l’interruption du trafic118. Cette situation se dégrade au point qu’en juillet, au cours d’une réunion, les ministres Bourgès-Maunoury, Lejeune, Champeix et Lacoste ajoutent à leurs objectifs militaires en Algérie l’approvisionnement les forces françaises de Tindouf119. Le Journal du Parlement, publication de droite, explique clairement le rejet momentané, le 11 juillet, des subsides à la Tunisie et au Maroc par le Conseil de la République, car il oppose cette aide à la tentative de l’armée de libération marocaine « d’investir [...] le complexe industriel de Colomb-Béchar »120.

  • 121 Pierre Fontaine, L’aventure du pétrole français, Paris, Les Sept Couleurs, 1967, p. 139.
  • 122 Henri Coston, Dictionnaire de la politique française, Paris, Publications H. Coston, 1967, p. 52 et (...)
  • 123 Le Monde, 19 juin 1956.
  • 124 Raymond Aron, La tragédie algérienne, Paris, Plon, 1957, p. 30 et 56.

65En plus des ressources minérales abondantes de Tindouf et Colomb-Béchar, les richesses sahariennes comprennent à partir de janvier 1956 les champs pétrolifères d’Edjeleh, aux confins de la Libye, et, en juin, ceux d’Hassi Messaoud, site qui recèle également de vastes réserves de gaz naturel. La présence des hydrocarbures détermine alors l’importance du Sahara pour les intérêts industriels et financiers français. D’ailleurs, le lobby pétrolier ne manque pas d’amis au gouvernement. Dès 1954, Bourgès-Maunoury, alors ministre, obtient par voie législative, en dérogation aux usages et à la loi existante, la concession du gisement de Parentis à l’Esso Standard121. Deux autres membres du Cabinet, Maurice Lemaire et Jean Filippi, ce dernier indirectement, ont des attaches avec la Société Française des Pétroles Serco. Or, parmi les administrateurs de cette firme, on retrouve Louis Armand, un haut fonctionnaire de renom, président du Bureau d’Organisation des Ensembles Industriels Africains, organisme voué en particulier au développement des territoires sahariens122. Dans un discours dominical du 19 juin, le ministre socialiste Max Lejeune, de la tendance Lacoste/Bourgès-Maunoury, qualifie sans fard le conflit algérien de « guerre des pétroles »123. Finalement, comme l’explique Raymond Aron dans une brochure rédigée en avril 1956, l’effort de guerre français n’a pas pour seul objectif de ne pas abandonner les compatriotes d’Algérie, il doit aussi fixer les « conditions de l’indépendance algérienne, déterminantes quant à l’avenir des rapports avec l’Occident »124.

  • 125 Le Monde, 21 juin 1956.

66Si l’on compare l’acceptation, par les partis de droite, de la loi Defferre sur la décolonisation dans les territoires d’Outre-mer à leur résistance aux politiques des socialistes pour l’Afrique du Nord, on conclut que l’idée d’Empire ou d’Union française a en somme peu de force et sert pour l’essentiel à justifier la mainmise française sur le Maghreb. Elle fournit également à certains un levier précieux pour la politique intérieure. Au reste, le Sénat, pourtant si hostile aux accomplissements de Savary, vote par amendement l’application immédiate du collège unique, tandis qu’à l’Assemblée, cette loi-cadre qui prépare l’émancipation de l’Afrique noire, recueille l’approbation de 407 députés125.

67Sans doute, le gouvernement à direction socialiste doit composer avec les deux formidables forces que représentent les groupes de pression « nord-africain » et « saharien ». Afin de n’indisposer ni l’un ni l’autre, Mollet et ses amis reporteront le règlement de la question du statut du Sahara jusqu’en décembre 1956, lorsque le destin du Ministère, soutenu désormais jusqu’à sa chute par une majorité dite d’Union nationale, sera scellé. La politique algérienne de Guy Mollet, en contradiction avec le programme électoral du Front républicain, a accéléré la désagrégation de cette fragile association, consacrée par la démission de Mendès France. L’équipe socialo-radicale continue certes à gouverner, mais elle le fait comme si entre les deux noyaux, autour de Mollet et autour de Bourgès-Maunoury, le pouvoir était partagé et autonome : l’opposition entre les orientations d’un Pineau ou d’un Savary, et celles de Lacoste et de ses amis l’illustre. À l’évidence, cette situation ne satisfait, ni à gauche ni à droite, les adversaires de l’une ou l’autre tendance. De plus, à l’intérieur même des partis ministériels, dans l’aile gauche de la SFIO, chez les mendésistes et chez les républicains sociaux, le Ministère encourt à divers titres de vives condamnations. Il faut prendre en compte l’impact sur la droite, des résultats du Congrès de Lille où Mollet se trouve contraint de se rallier à la motion Defferre, qui réaffirme la validité du programme du Front républicain et formule des exigences précises et radicales sur la question algérienne. Les réactions des partis de droite, renforcées par le cours des événements au Sahara et dans les protectorats, ainsi que par l’émancipation de ces derniers, se traduisent en juin et en juillet par des attaques violentes à l’Assemblée nationale et au Conseil de la République. Les sénateurs posent certains actes significatifs pour Mollet et ses amis. D’une part, la question saharienne aggrave la difficulté d’élaborer une solution au problème algérien et elle influe sur les positions des groupes au Parlement. D’autre part, le rôle du problème nord-africain, comme facteur de rapprochement entre la SFIO et le PCF, apparaît nettement et explique certainement, en partie, l’évolution importante de la position du MRP en faveur d’un futur statut algérien plus proche des aspirations des nationalistes des départements nord-africains. Pour les républicains populaires, le problème de la décolonisation en Afrique du Nord n’offre pas la possibilité, recherchée depuis le début de l’année, de ruiner la coopération entre communistes et socialistes. Au contraire, les événements d’Algérie pourraient même ultimement provoquer la constitution d’un « Front populaire » qui, faute de majorité parlementaire, achèverait de paralyser le régime.

Notes

1 Par modérés ou droite modérée, il faut entendre, dans le contexte de la IVe République, la droite conservatrice traditionnelle, attachée au parlementarisme, qui regroupe les indépendants et paysans et certaines personnalités amies ou apparentées.

2 J. Chapsal, R. Henry-Gréard, J. Meyriat, La France depuis 1945, Paris, Les cours de droit, 1961.

3 Paul-Marie de La Gorce, Apogée et mort de la IV’ République, Paris, Grasset, 1979, p. 344. Les élections du 2 janvier 1956, M. Duverger, F. Goguel et J. Touchard dir., Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, n° 82, Paris, Armand Colin, 1957, p. 27.

4 Les élections du 2 janvier 1956, op. cit., p. 50.

5 Ibid., p. 55 et 56.

6 Ibid, p. 23.

7 Chapsal, Henry-Gréard, Meyriat, op. cit., p. 183.

8 François Goguel, « Les élections françaises du 2 janvier 1956 », Revue Française de Sciences politiques, vol. VI, n° 1, janvier-mars 1956, p. 11.

9 Les élections du 2 janvier 1956, op. cit., p. 21. Colette Bourdache, Les années cinquante, Paris, Fayard, 1980, p. 135.

10 Goguel, op. cit., p. 15 et 16.

11 Chapsal, Henry-Gréard et Meyriat, op. cit., p. 181.

12 Bulletin de la Fondation Guy Mollet, n° 13, 1987, p. 27. Dans un discours prononcé à Tours en 1961, l’ancien président du Conseil déclarait : « Notre victoire [aux élections de 1956], j’aimerais bien qu’on la voie telle qu’elle était [...] 98 députés SFIO, devenant 102 grâce à l’apport de 4 camarades d’Outre-mer ; 70 radicaux environ, harmonieusement partagés : 1/3 pour Mendès France, 1/3 pour Gaillard, 1/3 pour Morrice ; 25 députés UDSR : 12 avec Mitterrand, 12 avec Pleven, M. Bonnefous au milieu. Les 24 députés de Chaban-Delmas ne donnent qu’autant de voix qu’il y a de ministres ».

13 Chapsal, Henry-Gréard et Meyriat, op. cit., p. 190.

14 Colette Bourdache, op. cit., Paris, Fayard, 1980, p. 142.

15 Francis de Tarr, The French Radical Party from Herriot to Mendès France, Londres, Oxford U. Press, 1961, p. 195.

16 JOAN, 31 janvier 1956, p. 139 et 155.

17 J.A. Schlesinger, « The French Radical Socialist Party and the Republican Front of 1956 », Western Political Quarterly, n° 11, March 1958, p. 76. François Goguel, « La vie politique sous la Quatrième République », La IVe : République, Colloque de Nice, 20-21 janvier 1977, Paris, Librairie de droit et de jurisprudence, 1978. Goguel observe avec justesse qu’après le rejet des communistes de la majorité en 1947, le parti radical peut seul fournir l’appoint indispensable à une coalition du centre entre la SFIO et le MRP. Ceci explique l’influence des radicaux en général, et surtout le poids décisif du noyau partisan de l’Algérie française et adversaire de Pierre Mendès France. Sur l’étrange maintien de Bourgès-Maunoury à un poste clé pour la politique algérienne, alors que Mendès France n’a aucun portefeuille important, Christian Pineau observait « qu’il fallait bien une majorité » (entretien du 19 avril 1988).

18 Le Monde, 11 mai 1956.

19 RA 11, dr. 7. Bureau du Parti radical, 25 mai 1956, procès-verbal de la séance. Mendès France explique sa démission. Il dénonce comme une malhonnêteté l’assertion que l’on fait en Algérie « sa politique » et il observe qu’il « n’a cessé de réclamer des mesures politiques [sans succès] ». Visiblement embarrassé sur la question du maintien des ministres radicaux au Cabinet, il se contente d’exprimer son espérance que sa démission provoquera un « choc psychologique » sur le gouvernement et que « ses membres radicaux intensifieront leur action ».

20 Témoignage oral de Paul Anxionnaz, entretien du 19 avril 1989. Secrétaire d’État à la Marine nationale en 1956, partisan et collaborateur de P. Mendès France, P. Anxionnaz disait que la nécessité de préserver pour l’avenir la possibilité d’un front commun socialo-radical, a obligé le leader radical à ménager le gouvernement, à éviter de passer pour responsable de sa chute. Ce dernier exprimait lui-même cette préoccupation majeure dans une lettre à un proche où il traite de la formation du ministère Mollet : « pouvais-je refuser de participer au gouvernement [...] faire de la place que j’y occuperai la condition de mon acceptation ? C’était risquer de rompre le Front républicain, [de créer] une situation politique inextricable [et de compromettre] définitivement les chances [...] très fragiles d’un règlement de la question algérienne » (CPMF, 1955-1958, lettre du 27 février 1956 à Roger Duraton).

21 EExpress, 4 mai 1956. Le 11 juillet encore, lors d’une discussion avec Jacob Tsur (op. cit., p. 232), le leader radical se disait prêt à provoquer si nécessaire, une scission au sein du mouvement afin d’en faire un grand parti « cohérent ». On mesurera à l’automne la rapidité avec laquelle va se détériorer la position de Mendès France, en partie à cause des mouvements de la politique intérieure provoqués par la crise de Suez.

22 Le Monde, 3 et 4 juin 1956.

23 L’Express, 24 août 1956.

24 Le Monde, 26 septembre 1956.

25 L’Express, 28 septembre 1956.

26 De Tarr, op. cit., p. 222-223.

27 Le Monde, 2 octobre 1956.

28 L’Express, 5 octobre 1956.

29 Le Populaire de Paris, 17 octobre 1956.

30 Le Monde, 19 octobre 1956.

31 Ibid., 1er novembre 1956.

32 Ibid.

33 Roger Quilliot, La SFIO et l’exercice du pouvoir, 1944-1958, Paris, Fayard, 1972. Quilliot note fort justement que le Front populaire, quoique doté d’une base parlementaire plus large que le Front républicain, n’aurait tout de même pas de majorité, à cause de la division radicale, avec près de 40 députés qui échappent au contrôle de Mendès France.

34 350 AP/52, Archives du Mouvement républicain populaire, compte rendu d’une réunion de la Commission exécutive, 13 janvier 1956, p. 2-3.

35 Ibid., MRP, communiqué de la Commission exécutive, 13 janvier 1956.

36 Ibid., MRP, Commission exécutive, réunion du 20 février 1956, p. 5.

37 Ibid., réunion du 25 avril 1956, p. 6.

38 Denis Lefebvre, Guy Mollet. Le mal-aimé, Paris, Plon, 1992, p. 166. Le biographe signale à la fois l’anticommunisme de Mollet et ses craintes devant l’attrait exercé sur la base de la SFIO par les appels du PCF à l’action commune.

39 350 AP/52, MRP, Commission exécutive, réunion du 13 janvier 1956, p. 3.

40 FO/371124422 WF 1015/52, dépêche sur la politique intérieure française, de Sir Gladwyn Jebb au secrétaire d’État au FO, 20 février 1956, p. 4.

41 JOAN, 31 janvier 1956, p. 135.

42 Ibid., p. 136.

43 Ibid., p. 154.

44 Ibid., p. 150.

45 L’Année politique, A. Siegfried, E. Bonnefous et J.B. Duroselle dir., Paris, P.U.F., 1957, p. 486. Chiffre fourni à l’annexe n° 18 dans « le tableau de la répartition des voix lors des principaux scrutins de 1956 ». Les données utilisées dans cette section y sont puisées.

46 Lefebvre, op. cit., p. 90. L’auteur observe que, dès 1946, lors des débats autour de la nouvelle constitution, Guy Mollet s’efforce de concilier les points de vue de la SFIO et du MRP. Probablement mise-t-il déjà bien avant la rupture avec le PCF sur la constitution d’une « Troisième force ». Ce principe continue sans doute à orienter son action pendant les années 1950. Ainsi Lefebvre apporte-t-il des informations intéressantes sur les négociations menées en 1956 avec le Vatican pour obtenir une entente sur les questions religieuses, préalable à une étroite alliance avec les démocrates-chrétiens.

47 Raymond Aron, Immuable et changeante. De la IV: e à la Ve République, Paris, Calmann-Lévy, 1959, p. 173-174.

48 La crise militaire française, 1945-1962, sous la direction de Raoul Girardet, Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, n° 123, Paris, Armand Colin, 1964, p. 190,192-193.

49 Le Monde, 7 et 17 janvier 1956.

50 Ibid., 18 janvier 1956.

51 Ibid., 13 janvier 1956. Fonds Alain Savary SV 16, dr. 1, « Définition d’une politique algérienne », mémoire non daté d’Abel Thomas, probablement de la fin de 1955 ou du début de 1956. Il s’agit d’un plaidoyer en faveur de « l’intégration ». Thomas va jusqu’à envisager le collège (suite note 51)
électoral unique pour l’Assemblée algérienne, mais pas au plan municipal ou local. Il prétend pouvoir « convaincre les éléments les plus conservateurs de la population européenne » d’Algérie de la nécessité de « l’égalité ». Thomas note que les rebelles algériens, sous « l’obédience directe du Caire », opèrent avec le concours des autorités militaires égyptiennes, reçoivent également l’aide des dirigeants de l’Espagne et de la Libye, et enfin, qu’ils sont entraînés dans des camps situés dans l’ensemble de ces pays. Naturellement, il reste difficile d’évaluer le degré de sincérité de ce haut fonctionnaire, qui ne peut ignorer les données véritables de la situation en Algérie, et qui fait finalement de l’écrasement des rebelles le préalable à toute solution.

52 L’Express, 17 février 1956.

53 Hubert d’Hérouville, « Algérie et finances », Revue politique et parlementaire, CCXX, juillet 1956, p. 37.

54 Le Monde, 19 juin 1956.

55 Jacques Marseille, « Les entreprises françaises et la guerre d’Algérie : une tentative d’adaptation à une indépendance prévue ? », La guerre d’Algérie et les Français, Colloque international du CNRS, Paris, 15-17 décembre 1988 (texte n° 26, dactylographié, Institut d’Histoire du Temps Présent), p. 17. L’auteur tire ses conclusions d’une revue statistique des bilans de 17 sociétés pour les années 1950-1965. Miles Kahler, op. cit., concluait de son étude des archives de deux sociétés françaises d’Algérie (Les Verreries de l’Afrique du Nord et La Société commerciale et minière de l’Afrique du Nord), que ces dernières, sereinement, préparaient des plans d’expansion, de la même façon que d’autres compagnies acceptaient la décolonisation au Maroc (p. 24 et 282).

56 Le Monde, 8-9 avril 1956.

57 Ibid., 5 mai 1956.

58 Serge Bernstein, « Les effets politiques de la défense de l’Algérie française (1954-1962) », La guerre d’Algérie et les Français, Colloque international du CNRS, Paris, 15-17 décembre 1988, texte n° 7, dactylographié, Institut d’Histoire du Temps Présent, p. 14. Bernstein oublie qu’il est possible de considérer cette question sous l’angle inverse : la défense de l’Algérie dans ce système en crise qu’est la IVe république ne tient-elle pas lieu, surtout après l’affaire de Suez, de facteur de rassemblement et ne l’utilise-t-on pas dans ce sens ? Cf. T.A. Smith, « Algeria and the French Modérés, the Politics of Immoderation », Western Political Quarterly, n° 18, March 1965, p. 118-134.

59 Maurice Flory, « La décolonisation des protectorats maghrébins », La IVe République, Actes du Colloque de Nice, des 20-22 janvier 1977, Paris, Librairie de droit et de jurisprudence, 1978, p. 360-361 et 365.

60 350 AP/52, MRP, réunion de la Commission exécutive, 7 mars 1956, p. 4.

61 Ibid., p. 4-5. Certains républicains populaires s’inquiètent du coût financier de l’Union française pour l’économie nationale. Ainsi, Maurice Bye déclare le 25 avril à la commission exécutive : « Le problème posé par la zone Franc est essentiel, car nous devrons faire au cours des prochaines années, des investissements qui dépassent nos possibilités dans les territoires d’Outre-mer. Il conviendrait de souligner d’autre part la nature de nos exportations qui nous rangerait dans la catégorie des pays non-industrialisés ».

62 Alphand, op. cit., p. 242. De Gaulle disait à l’ambassadeur : « Il faut noter que nous aurions tort de demeurer des colonialistes au sens du XIXe siècle. Mais il eût été possible de substituer au pacte colonial une association. Maintenant il est trop tard et nous allons tout perdre ». Roland Darbois et Roger Stéphane, Mémoires de votre temps, Paris, Calmann Lévy, 1967, p. 260. Germaine Tillion, intellectuelle française engagée dans un combat résolu contre la guerre d’Algérie, a raconté aux deux auteurs, qu’elle a rencontré, à partir de 1957, de nombreux hommes politiques pour les convaincre qu’il n’y avait pas d’issue au conflit algérien. Or, elle observait : « Aussi bien à droite qu’à gauche, [ces derniers] étaient tous du même avis, c’est-à-dire qu’il fallait arrêter la guerre, mais aucun ne le disait publiquement [...] en privé, tous étaient d’accord pour négocier, y compris les membres du gouvernement ». Comme rien n’a fondamentalement changé depuis l’affaire de Suez, on peut croire que cette position, beaucoup d’hommes politiques français l’ont depuis l’aggravation du conflit armé en 1955.

63 JOAN, 12 mars 1956, p. 848. Ibid., 4 mars 1956, p. 997.

64 Ibid., 9 mars 1956, p. 805, et 12 mars 1956, p. 854.

65 Roger Duchet, secrétaire général des Indépendants dans France indépendante, cité par Le Monde, 2 mai 1956. Le Monde, 5 mai 1956.

66 Ibid., 12 et 15 mai 1956. Les outrances exprimées par P.-H. Teitgen ne correspondent pas à sa position véritable sur l’Algérie : la politique algérienne est utilisée ici comme facteur de collaboration avec les groupes de droite.

67 Le Monde, 23 mai 1956.

68 L’Express, 8 juin 1956.

69 JOAN, 1er juin 1956, p. 2218.

70 Ibid., 1er juin, p. 2209 et 5 juin 1956, p. 2307.

71 Ibid., 1er juin, p. 2225 et 2 juin 1956, p. 2270.

72 Ibid., 1er juin 1956, p. 2225.

73 Ibid., 31 mai, p. 2179 et 5 juin 1956, p. 2312.

74 L’année politique, op. cit., p. 67.

75 L’Express, 6 juillet, et Le Monde, 3 juillet 1956.

76 Cité dans L’Express, 6 juillet 1956.

77 Le Monde, 10 juillet 1956.

78 Ibid., 24 juillet 1956.

79 JOAN, 1er juin 1956, p. 2235.

80 Grosser, op. cit., p. 359.

81 Yves G.F Brissonnières, « La notion d’interdépendance », Revue de Défense nationale, Nlle Série, vol. 12, juin 1956, p. 853-855.

82 Pierre-Henri Teitgen, « Fédéraliser l’Union française », Fédération, n° 137-138, juin-juillet 1956, p. 430.

83 L’Année politique, op. cit., p. 505.

84 Ibid., p. 509-510.

85 JOAN, 12 mars 1956, p. 855.

86 Ibid., 8 mars, p. 767 et 9 mars 1956, p. 813.

87 Ibid., 9 mars 1956, p. 808.

88 Ibid., 4 mai 1956, p. 1752-1753.

89 Ibid.

90 Le Monde, 6 et 7 mai 1956.

91 Ibid., 29 et 30 juin 1956.

92 Ibid.

93 Ibid., 31 mai 1956.

94 JOAN, 31 mai 1956, p. 2158.

95 Ibid., 1er juin 1956, p. 2229.

96 Ibid., 5 juin 1956, p. 2255. Cité par Le Monde, 5 juin 1956.

97 JOAN, 31 mai, p. 2155 et 2 juin 1956, p. 2267.

98 Ibid., 1er juin, p. 2118 et 5 juin 1956, p. 2309.

99 Ibid., 2 juin 1956, p. 2259.

100 Ibid., 1er juin 1956, p. 2219.

101 Ibid., 5 juin 1956, p. 2324.

102 Ibid., p. 2325.

103 Ibid., p. 2255.

104 Ibid., 31 mai 1956, p. 2179.

105 Ibid., 1er juin 1956, p. 2225 et 2227, et 5 juin 1956, p. 3317-3318.

106 Le Monde, 19, 25 et 27 juin 1956 ; 5, 18 et 20 juillet 1956 ; 7 août 1956.

107 Ibid., 25 juillet 1956.

108 Ibid., 28 juillet 1956. JOAN, 12 juillet 1956, p. 3407.

109 Pineau, op. cit., p. 60.

110 Thomas, op. cit., p. 33.

111 Documents parlementaires, Assemblée nationale, n° 1068, 8 mars 1956, p. 727-728 ; n° 1131, 9 mars 1956, p. 761-762 ; n° 1198, 14 mars 1956, p. 799-800 ; n° 1627, 24 avril 1956, p. 1279.

112 Ibid., doc. n° 1131.

113 FO/371 130625 WF 1011/1, « Annual Report on France for 1956 », de Sir Gladwyn Jebb au secrétaire d’État au FO, p. 26.

114 Le Monde, 21 juin 1956.

115 Jacques Desforges, « Les déserts au service de l’homme », Hommes et Commerce, n° 36, septembre-octobre 1956, p. 46.

116 Georges Guide, « Le Sahara français », Hommes et Mondes, n° 117, avril 1956, p. 58 et 60.

117 J.A. Jaeger, « Regarder l’Afrique avec réalisme ne conduit pas à l’esprit d’abdication – Libres opinions », Le Monde, 13 octobre 1956. Bernard Lavergne, « Le problème algérien sans illusions », L’Année politique et économique, n° 132, 1956, p. 331.

118 Le Monde, 16 et 22 juin 1956.

119 L’Écho d’Alger, 20 juillet 1956.

120 Le Journal du Parlement, cité par L’Écho d’Alger, 28 juillet 1956.

121 Pierre Fontaine, L’aventure du pétrole français, Paris, Les Sept Couleurs, 1967, p. 139.

122 Henri Coston, Dictionnaire de la politique française, Paris, Publications H. Coston, 1967, p. 52 et 621. Who’s Who in France 1967-1968, Paris, Laffite, 1968, p. 537. Oil and Petroleum YearBook, W.E. Skinner dir., Londres, 1957, p. 597.

123 Le Monde, 19 juin 1956.

124 Raymond Aron, La tragédie algérienne, Paris, Plon, 1957, p. 30 et 56.

125 Le Monde, 21 juin 1956.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search