Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Chapitre VIII. Aspects diplomatiques et militaires de la politique française dans la crise de Suez

Texte intégral

  • 1 Le colonel Paul Gaujac, des services historiques de l’armée de Terre française, a eu la possibilité (...)

1La rareté des sources primaires rend malaisée l’étude des décisions françaises dans l’affaire de Suez. Malgré l’adoption de la loi du 3 janvier 1979 qui fixe à trente ans le délai de communication des archives publiques françaises, leur consultation reste dans plusieurs domaines sujette à de lourdes restrictions. Au ministère des Affaires étrangères, l’ensemble des fonds sur les relations de la France avec les pays du Levant et du Moyen-Orient reste fermé. Cette restriction, fâcheuse et d’autant plus embarrassante que la Grande-Bretagne et les États-Unis ont largement ouvert leurs archives publiques sur Suez, le Quai d’Orsay s’est néanmoins efforcé de l’alléger par la publication, dans les Documents diplomatiques français, de certaines pièces non sans intérêt pour quelques unes. Les chercheurs n’ont pas non plus accès aux archives du Secrétariat général du gouvernement, de la présidence du Conseil ou encore des cabinets des ministres de la Défense ou des Affaires étrangères (en ce qui concerne la crise de Suez). Plus encore que les fonds du Quai d’Orsay, très tôt tenu à l’écart de l’affaire de Suez, ceux des militaires auraient été d’une grande utilité. Cependant le ministère de la Défense place l’ensemble des documents non relatifs aux seules opérations militaires du mois de novembre sous le sceau du « secret-défense ». Ainsi ne dispose-t-on d’aucun dossier sur la préparation de l’expédition d’Égypte du côté français. La pauvreté des archives du gouvernement français sur la crise, proclamée par les archivistes comme par certains dirigeants de l’époque, amoindrit sans doute l’importance de cette lacune. Il n’en reste pas moins que la consultation des documents de la bureaucratie militaire eût permis de retracer avec plus de précision les étapes de l’élaboration de la politique française, faite par les ministres d’une manière informelle, quasi clandestine1. De toute façon, il eût été souhaitable de vérifier le contenu des fonds des ministères impliqués dans le processus décisionnel. Pour ce qui a trait à la diplomatie et aux préparatifs militaires, cette étude doit donc pour l’essentiel reposer sur les informations fournies par les archives britanniques. Fort heureusement cependant, l’Angleterre assurait la direction diplomatique et militaire au sein de l’entente de 1956. Enfin, les témoignages très précis de certains des acteurs français et israéliens impliqués dans la crise, en particulier ceux des responsables militaires, permettent de connaître dans une certaine mesure les desseins et les préoccupations des gouvernants français ainsi que leur action propre.

Les contradictions de la diplomatie française au Proche-Orient

Les hésitations de la politique égyptienne de la France

  • 2 Sur la question des diverses fournitures d’armes (quantité, nature, chronologie) dont l’examen sort (...)
  • 3 Tsur, op. cit., p. 101-104.
  • 4 Love, op. cit., p. 141-142.
  • 5 Tsur, op. cit., p. 231, 236-237.
  • 6 Bar Zohar, op. cit., p. 102-103. Destremau, op. cit., p. 183-185.

2Évincée du Liban et de la Syrie, après la Deuxième Guerre mondiale, la France se trouve presque exclue du jeu des grandes puissances au Moyen-Orient. Elle a néanmoins cherché à défendre ses intérêts dans le monde arabe, considérables, et à reprendre pied dans la région. À cet égard, l’existence du nouvel État d’Israël lui fournit l’occasion de réaffirmer son influence, notamment en tant que cosignataire de la Déclaration tripartite de 1950. Plus tard, Israël, en quête de matériel de guerre, trouve des interlocuteurs compréhensifs à Paris : d’abord, en 1954, le président du Conseil, Pierre Mendès France, puis l’année suivante, son successeur, Edgar Faure2. Dès cette époque, les rapports franco-arabes subissent le poids du lien particulier avec l’État hébreu, qui trouve en France des appuis puissants au sein de l’armée, du gouvernement et des milieux de l’industrie aéronautique3. Toutefois l’aide à Israël reste limitée. D’abord, la Déclaration tripartite impose une concertation avec les États-Unis et la Grande-Bretagne, résolus à éviter une course aux armements. Et puis le Quai d’Orsay parvient tant bien que mal à faire prévaloir les impératifs de politique générale qui imposent une amélioration des relations avec les États arabes, parmi lesquels l’Égypte occupe une place prééminente. Antoine Pinay, ministre des Affaires étrangères et l’un des chefs du parti des Indépendants et paysans, opte au printemps 1955 pour le rétablissement d’une certaine égalité de traitement entre Israël et ses voisins. Ainsi, pour des raisons diplomatiques autant que commerciales, les Français vendent en mai de l’armement à l’Égypte, dont cent chars rapides AMX 13, mais dans le même temps, ils acceptent aussi d’assurer « un approvisionnement constant et global » pour satisfaire les besoins d’Israël. Cependant, le Conseil des ministres suspend bientôt l’expédition d’armes aux pays arabes, à l’instigation du ministre de la Défense, le général Koenig4. De son côté, Pinay refuse en juillet 1955 que l’on honore en bloc la commande israélienne, dont il réclame l’examen pour chaque catégorie de matériel militaire5. En octobre, les ambassadeurs français au Moyen-Orient, réunis sous la présidence de leur ministre, se prononcent pour un rapprochement avec les États arabes et une reprise des fournitures d’armes à l’Égypte, si elle cesse ses attaques de propagande anti-française. Pinay se montre en outre résolu à tout mettre en œuvre pour assurer une participation de son pays au financement du barrage d’Assouan6.

  • 7 Ssur le lobby pro-israélien en France, lire Bar Zohar, op. cit., p. 88 et 92. Et surtout, le même a (...)
  • 8 Tsur, op. cit., p. 210.
  • 9 Ibid., p. 282, 289, 290 et 302. L’ancien ambassadeur observe que l’attitude du Quai d’Orsay varie d (...)

3À l’ambivalence d’une politique qui oscille entre un appui privilégié à Israël et une volonté d’amélioration des relations franco-arabes, notamment franco-égyptiennes, correspond une dualité des orientations, voire du pouvoir, au sein de l’appareil politique et administratif. Un lobby puissant défend les intérêts d’Israël, considéré comme principal partenaire et allié de la France au Moyen-Orient, et s’oppose efficacement aux efforts du ministère des Affaires étrangères pour améliorer les rapports franco-arabes. Les liens tissés par Israël avec les milieux politiques et militaires français favorables au maintien sous quelque forme de l’empire en Afrique du Nord, vont se resserrer avec les difficultés que rencontrera la « pacification » en Algérie7. Ainsi, Tsur observe que c’est le ministre de l’Intérieur, Maurice Bourgès-Maunoury, dont relèvent les départements algériens, qui établit le 12 mai 1955 des contacts avec l’ambassade israélienne. Déjà à cette époque, soit trois mois avant la vente par la Tchécoslovaquie d’armes à l’Égypte, le dirigeant français fait connaître « son inquiétude » pour l’avenir de l’État hébreu8. Les diplomates français et leur ministre veulent au contraire rééquilibrer les rapports avec les pays du Moyen-Orient et agir de concert avec les deux grandes puissances anglo-saxonnes. Malgré de considérables fluctuations et en dépit de l’action des membres pro-israéliens du gouvernement, leur orientation deviendra celle du successeur d’Antoine Pinay, Christian Pineau, qui la maintiendra jusqu’en juillet 19569.

  • 10 DDF, doc. n° 115, note de la direction d’Afrique-Levant, MAE, 20 février 1956. À une réunion du Com (...)
  • 11 Ibid., doc. n° 86, tél. n° 1286-91, de C. Pineau à M. Couve de Murville, ambassadeur à Washington, (...)
  • 12 Cf., entre autres, ibid., doc. n° 140, tél. n° 2174-81, de C. Pineau à Couve de Murville, 5 mars 19 (...)
  • 13 Tsur, op. cit., p. 340. Christian Pineau s’est souvenu de ces mises en gardes dont fait état l’anci (...)
  • 14 Ibid., p. 341.

4Au printemps 1956, Pineau se montre soucieux de préserver le rôle directeur de son ministère dans les affaires du Moyen-Orient. Certains documents officiels attestent l’action du chef de la diplomatie pour limiter les prétentions du ministère de Défense à régir la vente de matériel militaire à Israël10. Favorable à ce pays, le ministre veut bien lui fournir de l’armement, mais pas au mépris des intérêts généraux de la France. Il essaie d’obtenir pour les livraisons françaises l’aval des gouvernements anglais et américain et réclame même leur participation à ces fournitures. Le chef de la diplomatie française fait connaître à Washington sa crainte « d’un abandon du principe du partage de la responsabilité » dans le réarmement de l’État hébreu. Ceci, observe-t-il, concentrerait sur la France l’hostilité des États arabes au moment même où « l’aggravation de la situation en Algérie rend plus important que jamais le maintien des sympathies que [l’on] a pu conserver au Caire, à Beyrouth, à Damas et à Riad »11. Par la suite encore, Pineau s’efforce de faire admettre au NEACC l’infériorité militaire d’Israël par rapport à ses voisins, pour justifier la fourniture d’avions à ce pays12. Le président du Conseil soutient fermement son ministre aux Affaires étrangères. Par exemple, le 17 avril, lors d’un entretien avec Jacob Tsur, ambassadeur d’Israël, et Shimon Pérès, directeur au ministère de la Défense israélien, il déclare que la France « fera tout son possible, mais malheureusement son possible seulement », pour procurer du matériel militaire à leur pays. À cette occasion, Guy Mollet met ses interlocuteurs en garde contre des contacts directs avec le ministère de la Défense. Il réitère l’avertissement déjà donné par Pineau et ses collaborateurs : les décisions sur l’acquisition d’armement français par les nations étrangères relèvent uniquement de la présidence du Conseil et des Affaires étrangères13. Le jour suivant, selon Tsur, la suspension des envois d’armes à Israël par Pineau, soucieux d’agir en coordination avec Londres et Washington, provoque un conflit avec Bourgès-Maunoury14.

  • 15 Fonds Alain Savary (Fondation nationale des Sciences politiques), carton SV 18, dossier (dr.) 2, so (...)
  • 16 Ibid., p. 3, 5-6.

5Qualifiée à l’époque de pro-arabe, la position du Quai d’Orsay repose sur des concepts simples mais réfléchis, et sur une appréciation nuancée des réalités moyen-orientales, qui tranchent avec les idées sommaires qui règnent dans certains milieux français. Deux documents du Fonds personnel d’Alain Savary, secrétaire d’État aux Affaires tunisiennes et marocaines et proche collaborateur de Christian Pineau, donnent avec clarté le point de vue des diplomates français, au printemps 1956, sur les fondements de leur action dans le monde arabe. D’abord, dans une « note pour le ministre » du 9 mars, Pierre Maillard, chef de la Sous-direction du Levant, critique un rapport présenté par un certain colonel Fourcaud qui propose l’adhésion française au Pacte de Bagdad15. À cette occasion, il expose et défend les principes qui doivent, aux yeux des spécialistes du ministère des Affaires étrangères, guider la politique proche-orientale de la France. Maillard observe avec justesse que la présence soviétique dans cette région, « nouveau facteur », accélérera le processus d’émancipation des peuples arabes et que les influences de l’URSS et des États-Unis, conjuguées à celle de la propagande panislamique, aideront les forces nationalistes. Or, le Pacte de Bagdad suscite l’animosité du monde arabe, qui l’assimile à une nouvelle manifestation de l’impérialisme occidental. Le diplomate avance plusieurs motifs de n’y point participer. On s’associerait à l’Angleterre, une puissance dont le « combat » au Proche-Orient, « vu avec le recul de l’histoire apparaît comme un constant déclin ». Et puis la « politique de Bagdad » a eu pour la France « les effets les plus funestes », notamment « une surenchère nationaliste » dont elle est la première victime. Au contraire, le pays a gagné en crédit et en influence par son opposition au pacte. En outre, faire cause commune avec les Britanniques, dans la lutte qui les oppose avec « âpreté » aux Américains dans le monde arabe, pourrait amener ces derniers à soutenir contre les deux puissances européennes, les nationalismes arabes16. En conclusion, le Sous-directeur du département d’Afrique-Levant définit en ces termes l’orientation nécessaire de l’action de la France :

  • 17 Ibid., p. 6-7.

« En réalité le seul jeu possible au Proche-Orient ne peut être, dans le conflit des impérialismes qui s’y affrontent – et auquel vient de se joindre récemment l’URSS – qu’une politique d’équilibre et de maintien du statu quo combinée avec un effort conjugué en vue du rétablissement de la paix, entre Israël et ses voisins, et une élévation du niveau de vie. [...] la politique britannique en poursuivant l’extension du Pacte de Bagdad va à l’encontre de ces buts. [...] C’est au contraire en affirmant notre désintéressement et notre souci des intérêts communs à tous les États de la région sans distinction, en intervenant même au besoin entre les Anglo-Saxons et les Russes, que nous pouvons le mieux espérer non seulement sauvegarder nos positions en Orient, mais contribuer efficacement à la stabilisation de celles qui nous restent en Afrique du Nord, et d’une manière générale en Méditerranée. [...] difficile, [cette politique] implique des retouches constantes, mais elle est aussi du point de vue de nos intérêts et, compte tenu de la puissance actuelle des différents partenaires, la seule rentable »17.

  • 18 Ibid., p. 2.
  • 19 Ibid., « Note sur les relations franco-égyptiennes et la politique française au Moyen-Orient », par (...)

6Dans son exposé général de la situation qui prévaut au Proche-Orient, le responsable de la Sous-direction du Levant ne traite pas en particulier de l’Égypte, mais il critique la tendance du colonel Fourcaud à « minimiser » le rôle du Caire. Si les Égyptiens sont encore dans une situation de dépendance à l’égard des Anglo-Saxons, ils ont cependant, observe Maillard, trouvé dans l’appui de l’Union soviétique, de l’Inde et d’une manière générale des « Afro-asiatiques », et dans l’exploitation des sentiments neutralistes « profondément ancrés dans les masses proche-orientales », un « puissant contrepoids »18. La question des rapports franco-égyptiens fait l’objet d’un examen approfondi dans une « Note sur les relations franco-égyptiennes et la politique française au Moyen-Orient », du 26 février 1956. Son auteur, Georges Gorse, conseiller de Pineau à titre privé et membre de la SFIO, n’appartient pas au personnel du Quai d’Orsay, mais il connaît bien l’Égypte. Il rédige assurément ce document en collaboration avec les diplomates, dont il exprime avec netteté les vues19.

  • 20 Fonds Alain Savary, SV 18, dr. 2, sdr. b, p. 1-2.

7D’entrée de jeu, Gorse traite de l’irritation de l’opinion publique française devant les menées égyptiennes en Afrique du Nord et, surtout, il remarque que « l’on pose périodiquement la question d’une riposte au sein du Conseil des ministres ». Il fait ainsi apparaître d’emblée son mémoire comme une réponse aux tenants d’une politique énergique contre le régime nassérien. D’abord, qu’il s’agisse de la fourniture d’armes légères aux rebelles, de la formation militaire de ses cadres, de la propagande radiodiffusée ou, encore, de l’influence du Caire sur le mouvement nationaliste algérien, l’action égyptienne en Afrique du Nord, quoique réelle et notable, « ne doit pas être surestimée ». Gorse note que certains commentateurs en exagèrent l’importance et il laisse entendre qu’au demeurant, si vraiment l’intervention de l’Égypte était « importante et redoutable », sa coopération serait d’autant plus précieuse. L’auteur remarque également que les initiatives égyptiennes amicales du milieu de 1955, notamment la suppression des commandos algériens à l’entraînement et l’appui au leader tunisien modéré Habib Bourguiba contre Ben Youssef, n’ont pas été payées de retour20.

  • 21 Ibid., p. 3-5.

8Les réalités politiques limitent fortement, de l’avis de Gorse, les possibilités de conversations diplomatiques sur l’Afrique du Nord entre Paris et Le Caire, surtout par suite de l’impossibilité de désolidariser tout pays arabe « du nationalisme nord-africain ». Ceci s’applique d’autant plus à l’Égypte qu’elle cherche dans la politique extérieure un dérivatif à ses problèmes intérieurs et se trouve orientée vers l’Afrique par la construction du Pacte de Bagdad. De ce point de vue, il ne résulterait d’un nouveau changement de régime aucune modification profonde de son action extérieure, estime l’auteur du mémoire. Les moyens de contrainte dont dispose le gouvernement français paraissent fort restreints, qu’il s’agisse d’une démonstration militaire, anachronique, ou, encore, d’une pression économique, impossible à exercer de façon satisfaisante. Un embargo commercial contre l’Égypte frapperait plus durement la France que son partenaire. Au surplus, les Français doivent sauvegarder d’importants intérêts financiers et culturels, sans contrepartie égyptienne, qui lui procurent une influence spéciale21. À l’intention des partisans d’une politique agressive contre l’Égypte, le collaborateur de Christian Pineau écrit :

  • 22 Ibid., p. 4.

« [...] Encore pourrions-nous envisager d’un cœur plus léger la perte de nos intérêts en Égypte, si nous avions la conviction qu’au prix de ce sacrifice nous gagnerions la non-intervention de [ce pays], sinon le calme en Afrique du Nord. Mais il est évident au contraire qu’en aggravant la crise franco-égyptienne, on libérera la politique du Caire de la relative retenue qu’elle observe encore. Nous aurions simplement ajouté à nos embarras nord-africains des difficultés supplémentaires au Moyen-Orient »22.

  • 23 Ibid., p. 5.

9Georges Gorse s’élève aussi contre « la menace brandie hardiment » de ne plus vendre d’armes aux pays arabes, de « livrer sans répit à Israël et de pousser ce dernier à s’engager dans un conflit qui vaudrait [à la France] un sérieux répit en Afrique du Nord ». Comme dans le cas d’un arrêt de l’aide financière prôné par certains, d’autres pays, notamment l’Union soviétique, prendraient rapidement la relève. Et puis, non seulement on ne peut pas ignorer les contraintes que pose la Déclaration tripartite, mais travailler à l’arrêt de la course aux armements et pour la paix entre l’État hébreu et ses voisins serait plus digne de la politique française. L’argument qu’il n’y a qu’à pousser Israël à la guerre apparaît à l’auteur de cette note purement « polémique » et « insoutenable ». Il souligne les risques d’une telle initiative pour la paix mondiale et prédit que dans l’hypothèse d’une victoire, les Israéliens se verraient interdire par les Anglo-Saxons, sinon par l’URSS, une exploitation décisive de leur succès23.

  • 24 Ibid., p. 6. Gorse remarque également, non sans finesse, que les problèmes du Moyen-Orient, avec le (...)

10En conclusion, Gorse se fait le porte-parole du Quai d’Orsay lorsqu’il recommande une politique orientale « indépendante et active » qui fasse de la France une puissance qui compte au Moyen-Orient, dont « l’appui vaut » et dont « l’hostilité est redoutable ». Or, les circonstances lui semblent propices. L’opposition au Pacte de Bagdad a été payante. Les divisions politiques du monde arabe, l’intervention de l’Union soviétique et l’incohérence dans l’octroi de l’aide économique occidentale ouvrent le champ à des initiatives françaises. Enfin, le contexte international n’est nullement défavorable à ces dernières, car la politique des puissances anglo-saxonnes, divisées, est en plein « désarroi »24.

  • 25 Armand du Chayla, entretien accordé le 7 février 1990 à l’auteur.

11Les responsables français pour les affaires étrangères ont donc au printemps 1956 une vision moderne, très globale, de la politique à conduire dans le monde arabe, vu comme un espace qui s’étend du golfe Persique à l’Atlantique. Ils perçoivent avec netteté le jeu des impérialismes rivaux au Moyen-Orient, avec en particulier le combat d’arrière-garde, ponctué d’échecs, que livre la Grande-Bretagne. Ils ne sous-estiment pas l’impact de l’intervention soviétique dans la région, ni l’importance pour les Français de ne pas s’aliéner la bienveillance américaine. Ils proposent pour la France un rôle de « courtier » entre les grandes puissances et les États arabes. « Désintéressée », à l’écart de la lutte des grands impérialismes, la France doit apparaître comme le défenseur de l’intérêt commun. Les hommes du Quai d’Orsay ont une attitude très pondérée, empreinte de pragmatisme, à l’égard de l’Égypte, dont ils reconnaissent la place prééminente au plan régional. Ils prévoient que son influence grandira au fur et à mesure qu’elle échappera à l’emprise des Anglo-Saxons, renforcée par l’essor des nationalismes locaux. À leurs yeux, comme le rappellera l’ambassadeur du Chayla, l’aide du Caire aux nationalistes d’Afrique du Nord n’a pas, beaucoup s’en faut, l’importance que lui prêtent certains à Paris25. Et puis l’imputation à l’Égypte d’une influence considérable dans les affaires nord-africaines renforcerait encore la nécessité de rapports amicaux avec ce pays, d’autant que la France n’a pas les moyens d’une politique d’affrontement.

  • 26 FO 371/124443 WF1051/83. « Record of a conversation between the Secretary of State and the French A (...)

12Les notes de Maillard et de Gorse apportent aussi des informations sur le débat interne chez les gouvernants, car elles constituent à l’évidence une réponse aux anti-nassériens qui, contre l’avis du Quai d’Orsay, réclament en Conseil des ministres une « riposte ». D’abord, les diplomates estiment mineur le concours apporté par l’Égypte aux rebelles algériens. Ensuite, ils excluent pour des raisons pratiques l’application de sanctions économiques (embargo commercial, arrêt de l’aide économique ou des ventes d’armes) qui se retourneraient contre leur auteur. Enfin et surtout, les hauts fonctionnaires des Affaires étrangères considèrent comme de l’aventurisme l’idée d’une utilisation par la France, d’Israël, préalablement surarmé, dans une guerre livrée par procuration à l’Égypte. Si à l’origine le ministre, Christian Pineau, personnalité clé du gouvernement Mollet, se range à l’évidence aux vues de son département, son attitude à l’égard de l’Égypte va néanmoins connaître, pour diverses raisons, un durcissement graduel qui l’amènera à ignorer au moment de la crise de Suez les avis du Quai d’Orsay. On note qu’à la veille de la nationalisation, l’ambassadeur français à Londres fait part à Selwyn Lloyd de l’existence dans son pays « d’une école de pensée » qui prône une politique d’assistance et de « ferme soutien » à Israël. Jean Chauvel va même jusqu’à prendre une initiative étonnante : il suggère au dirigeant anglais de représenter à son propre ministre les dangers d’une telle politique, propre à enflammer l’opinion arabe, selon les diplomates des deux pays26.

  • 27 Une distinction s’impose entre les partisans de l’Algérie française au Parlement et au gouvernement (...)
  • 28 FO 371/124441 WF 1051/19. Procès verbal des deux réunions du 11 mars 1956 aux Chequers entre le Pre (...)
  • 29 DDF, doc. n° 189, dépêche du ministre aux ambassades de Londres et de Washington sur les entretiens (...)
  • 30 PREM 11/1151, rapport de l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris sur une conversation entre Hugh G (...)
  • 31 Tsur, op. cit., p. 364-365.

13L’absence de procès-verbaux ou de notes sur les délibérations du Conseil des ministres rend impossible une analyse fine de la position des membres du gouvernement sur la politique égyptienne avant et pendant la crise de Suez27. Cependant, l’existence de deux tendances apparaît nettement, en particulier sur la question des ventes de matériel militaire à Israël. Dans le Cabinet, les champions de l’Algérie française, qui se confondent avec les avocats de la fermeté à l’égard de l’Égypte, ont pour chefs de file Maurice Bourgès-Maunoury et Robert Lacoste, ministre-résident pour l’Algérie27. Le président du Conseil et son ministre des Affaires étrangères maintiennent jusqu’en juillet l’orientation modérée à l’égard de l’Égypte imprimée par Antoine Pinay à la diplomatie française. Cependant, très tôt, les deux dirigeants socialistes voient dans Israël un « contrepoids » à l’Égypte, comme le dit sans ambages Guy Mollet à Anthony Eden, lors des rencontres au sommet du 11 mars 195628. Conformément aux vœux du Quai d’Orsay, ils s’efforcent avec persévérance, mais en vain, d’obtenir le ralliement des Anglo-Saxons à leur politique de renforcement du potentiel militaire israélien. Mais en même temps, les deux hommes d’État manifestent publiquement envers l’Égypte des dispositions sinon amicales, du moins positives. Ainsi, Christian Pineau, de retour d’une tournée en Orient, s’arrête le 14 mars au Caire pour des entretiens avec Nasser. Ce geste, qui provoque de vives protestations en France, ne procure pas de résultat tangible, mais il montre le désir du ministre d’améliorer les rapports franco-égyptiens. Au cours des discussions, le leader égyptien se montre relativement conciliant. Il affirme sa détermination à ne pas prendre l’initiative d’une attaque contre Israël et attribue à ses achats d’armement un but défensif. Nasser déclare par ailleurs vouer tous ses efforts à la réalisation d’un « vaste programme économique ». Sur l’Algérie, il promet son soutien à toute solution qui aura « l’approbation des masses musulmanes ». Pineau, de son côté, réitère la volonté de son pays de ne pas adhérer au Pacte de Bagdad et de respecter dans les fournitures d’armes le principe de l’égalité entre Israël et ses voisins29. Par la suite, Pineau vantera à certains de ses interlocuteurs les mérites de son attitude. Par exemple, le 10 mai, quand Hugh Gaitskell, de passage à Paris, exprime son souci devant la désunion des Occidentaux au Moyen-Orient, le ministre fait valoir les bénéfices que son pays a tirés de son opposition au Pacte de Bagdad, notamment la promesse égyptienne de ne pas soulever avant novembre, aux Nations unies, la question algérienne30. Il se défend cependant de l’accusation de faiblesse à l’égard des Égyptiens. Ainsi explique-t-il le 12 juin à l’ambassadeur d’Israël qu’attaquer Nasser revient à renforcer sa situation dans le monde arabe, espace au sein duquel il faut plutôt essayer de créer un bloc solide, peut-être autour du Maroc et de la Tunisie, qui échapperait à la tentative de domination égyptienne. Après tout, remarque Pineau, qu’est « au juste le dictateur égyptien » ? « Un petit homme à la tête d’un pays arriéré, rien de plus »31. Malgré sa banalité, ce constat mérite d’être relevé, car il infirme la thèse du soi-disant complexe de Munich : cet homme d’État, qui tient un rôle clé dans l’affaire de Suez, n’a, semble-t-il, pas d’illusion sur la puissance relative de l’Égypte nassérienne.

Les ministres français et l’Égypte à la veille de l’expropriation de la Compagnie du canal de Suez

  • 32 Abel Thomas, op. cit., p. 87. Bourgès-Maunoury aurait affirmé à son collaborateur : « Il est imposs (...)
  • 33 Le Populaire de Paris, 11 juin 1956. Le Monde, 23 mai 1956. Dans L’agonie d’un régime (1952-1958), (...)
  • 34 FO 371/124443 WF 1051/64. Note of a conversation with Mr. Pineau : 3rd June 1956. J. Amery, 15th Ju (...)
  • 35 The Times, 2 juillet 1956.
  • 36 DDF, doc. n° 416. Note de la Direction d’Afrique-Levant sur la réunion, le 19 juin 1956, du comité (...)
  • 37 Tsur, op. cit., p. 376.

14Le 17 mai 1956, le colonel Mangin, membre influent de l’entourage du ministre de la Défense, attaque violemment l’Égypte lors d’un discours aux anciens combattants. Il compare Nasser à Hitler et dénonce son « expansionnisme agressif » et son « entreprise totalitaire ». Abel Thomas, directeur de cabinet de Bourgès-Maunoury, prétendra que ce dernier n’est pas à l’origine de cette « véritable déclaration de guerre, prononcée au moment où le gouvernement français tente de renouer des rapports courtois avec l’Égypte »32. Bien entendu, cette affirmation reste sujette à caution. Par la suite, Lejeune et Tanguy-Prigent, secrétaires d’État à la Guerre et aux Anciens combattants, proches de Lacoste, identifient à leur tour l’ennemi : le panarabisme, l’Égypte, ce « nouvel Hitler qui s’appelle Nasser »33. À nouveau, ces hommes parlent au nom de la fraction dure du Cabinet, là encore, sans que le président du Conseil puisse apparemment les sanctionner. Si, de leur côté, Mollet et Pineau continuent au printemps à œuvrer pour une détente dans les relations avec l’Égypte, certains signes montrent que leur attitude change graduellement. Au début de juin, le ministre des Affaires étrangères convie le député anglais Julian Amery, qui séjourne en France, à un échange de vues au cours duquel il avance l’idée d’une action commune de leurs deux pays contre Nasser. Pineau suggère même le renversement du leader égyptien34. Évidemment, le chef de la diplomatie française fait cette proposition indirecte, destinée au Cabinet anglais, en contradiction avec la politique officielle du Quai d’Orsay. Le 1er juillet 1956, devant les délégués de son parti, en congrès à Lille, le chef du gouvernement parle de la « mégalomanie du colonel Nasser » et lui attribue le dessein « d’organiser non seulement le monde arabe, mais le monde musulman, tout entier ». « Le panislamisme », ajoute le chef de la SFIO, constitue « aujourd’hui une menace pour la paix »35. Le président du Conseil annonce donc un changement notable de l’attitude française envers l’Égypte. Ce choix, qui a pour corollaire un soutien militaire accru à l’État hébreu, Guy Mollet le fait assurément vers la fin du mois de juin. Le 19 juin encore, le Quai d’Orsay s’opposait fermement aux nouvelles ventes d’armes à Israël, massives, prévues par un protocole que venait de conclure le ministère de la Défense (100 nouveaux chars AMX et 138 avions de chasse modernes). Il rejetait les prétentions du cabinet de Bourgès-Maunoury à régir exportations et livraisons de matériel militaire36. C’est seulement le 4 juillet que Pineau les désavoue secrètement, et annonce à l’ambassadeur israélien que, résolu à ignorer les directives du NEACC, son gouvernement aura désormais « complète liberté » pour vendre des armes à son pays. Le ministre français approuve alors le récent accord sur les fournitures, intervenu directement entre les ministères de la Défense français et israélien37.

  • 38 Ibid., p. 341.
  • 39 Armand du Chayla, entretien accordé le 7 février 1990 à l’auteur. Son ancien collaborateur, Bernard (...)

15Pourquoi Mollet et Pineau s’alignent-ils sur la position des membres les plus radicaux du Cabinet sur les rapports avec l’Égypte et Israël ? Aucun facteur diplomatique nouveau ne semble fonder ce changement d’attitude, qui reste d’ailleurs étranger aux services du Quai d’Orsay. Mais on note que les deux dirigeants subissent de très fortes pressions pour l’adoption d’une autre politique proche-orientale, de la part des adversaires de Nasser et des amis d’Israël, souvent les mêmes groupes ou individus. Ainsi Pineau accusait-il Jacob Tsur de faire exercer des pressions à son endroit par des personnes de « différents cercles » et « milieux »38. L’étude des débats de l’Assemblée nationale montre qu’au début de juin, les « anti-nasséristes », évoqués par Pineau dans son livre, réclament avec force une politique énergique à l’égard de l’Égypte : il y a donc un faisceau d’influences qui, de divers quartiers, pèse fortement jusqu’au sein du Conseil des ministres et du Parlement, en faveur de l’abandon de l’attitude pragmatique et modérée préconisée par les diplomates dans les affaires du Moyen-Orient. À la même époque, l’ambassade du Caire et sans doute la Direction d’Afrique-Levant se trouvent mises à l’écart de la conduite des relations avec l’Égypte, sauf pour ce qui a trait au projet d’Assouan39.

Les gouvernants français, le Quai d’Orsay et l’opinion informée devant l’expropriation de la Compagnie du canal de Suez

Les réactions françaises

  • 40 Le Monde, 28-29 juillet 1956, éd. « Le défi ».
  • 41 Le Figaro, 28-29 juillet 1956, éd. « Le défi ».
  • 42 Combat, 29 juillet 1956, éd. « L’Anschluss ». Quoiqu’il attribue à Nasser la même personnalité qu’H (...)
  • 43 Le Figaro, éditoriaux du 30 juillet et du 1er août 1956 ; Carrefour, 1er août 1956, articles de Geo (...)
  • 44 Ibid., 1er 1956, article de Georges Bidault, « Le combat de la France en Afrique du Nord est celui (...)
  • 45 Le Figaro, 1er août 1956, éd. « Washington dispose » ; 3 août 1956, éd. « La solidarité occidentale (...)
  • 46 Ibid., 4-5 août 1956, éd. de Raymond Aron, « La crise continue ».

16Comme en Angleterre, la nationalisation de la Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez provoque de puissants remous en France. Hormis l’organe du parti communiste, la grande presse se déchaîne contre l’Égypte et donne à l’expropriation de la vieille société une interprétation outrancière. Dans son éditorial du 28 juillet, Le Monde la décrit comme un « défi » ou une « provocation », « geste désespéré d’un homme aux abois »40. Au même moment, dans le Figaro, Raymond Aron raisonne en des termes identiques : il appelle les Occidentaux à relever le « défi ». Plusieurs journaux usent d’entrée de jeu de l’analogie entre Nasser et Hitler et font abondamment référence à la remilitarisation de la Rhénanie en 1936, ainsi qu’à la crise de 1938 et aux Accords de Munich41. Le 28 juillet encore, dans un éditorial intitulé « L’Anschluss », Combat donne le ton de la presse française la plus anti-nassérienne qui, tout à la fois, appuiera et aiguillonnera le gouvernement42. Le Figaro et Carrefour, entre autres, développent un discours similaire43. D’une manière générale, les rédactions s’accordent à réclamer une « riposte » afin de faire échec aux ambitions égyptiennes et de préserver l’influence européenne en Afrique et en Orient, et surtout, d’après les journaux les plus attachés à l’Algérie française, pour « sauver l’Afrique du Nord »44. Les pourparlers tripartites, puis la Conférence de Londres, vont décevoir les partisans d’une « réplique immédiate et spectaculaire » qui, dès la fin de juillet, s’impatientent, stigmatisent « l’enlisement », et s’irritent de l’attitude des États-Unis. Dans le Figaro, Raymond Aron va jusqu’à écrire qu’il faut forcer les Américains à choisir entre les Égyptiens et les partenaires français et britanniques45. Plus encore que leurs confrères anglais, les ministres subissent de la part d’une majorité de grands journaux une pression constante en faveur d’une politique intransigeante, à l’appui de laquelle on invoque les mêmes arguments qu’en Angleterre. Le principe de la gestion internationale du canal devient la base minimale de tout règlement du problème de Suez, solution qu’il faut, si nécessaire, imposer à l’Égypte, « sinon la France et le Royaume-Uni auraient à jamais perdu la face ». Et puis, allègue-t-on communément, on ne peut pas se fier à la parole de Nasser sur le maintien de la libre circulation dans la voie de Suez46.

  • 47 L’Humanité, 28 juillet 1956, éd. « Amitié avec l’Égypte ».
  • 48 Ibid., 31 juillet 1956.
  • 49 Ibid., 2 août 1956, éd. « Rien n’autorise le recours à la force », et 6 août 1956, éd. « Pas de Dik (...)

17Seule l’Humanité s’oppose immédiatement à la politique de fermeté annoncée par le gouvernement. Ce quotidien salue le 28 juillet la nationalisation de la Compagnie de Suez comme un « événement historique de première importance », « coup porté au système colonial »47. Dans les jours suivants, il dénonce la campagne de presse anti-égyptienne en cours et accuse Guy Mollet d’invoquer « le droit et la justice » pour « masquer un impérialisme qui voudrait sa revanche »48. De la même façon que le Manchester Guardian ou The Economist outre-Manche, L’Humanité ne tient pour essentielle que la liberté de passage dans la voie de Suez, et elle observe que l’Égypte s’engage à respecter ses engagements internationaux. Il faut négocier pour parvenir à un règlement « respectueux de l’indépendance et de la souveraineté égyptienne », selon le journal communiste, qui refuse tout Diktat49.

  • 50 Par exemple, dans L’Express, très ferme sur la question de Suez, Jean Daniel dissocie le 10 août 19 (...)
  • 51 Journal officiel de la République française : débats parlementaires, Assemblée nationale (JOAN), 3  (...)

18Cependant, il n’y a pas en France de vraie discussion publique sur la politique égyptienne, comme en Grande-Bretagne. L’Humanité mène un combat presque isolé. Malgré quelques prises de positions modérées dans certains journaux, quelques réajustements limités effectués par des personnalités telles que Raymond Aron, la ligne éditoriale de la quasi-majorité d’entre eux consiste à maintenir un soutien sans réserve à l’action énergique du gouvernement, non sans le critiquer sévèrement à l’occasion parce que les actes tardent à succéder aux discours50. Le quotidien communiste fait l’objet d’un procès efficace qui le prive de toute influence hors des rangs des sympathisants du Parti communiste français (PCF). Naturellement, les tenants de la politique de fermeté dans l’affaire de Suez l’accusent de modeler sa position sur celle de Moscou et refusent tout débat. Pour disqualifier ses adversaires communistes, le président du Conseil lui-même dénonce fallacieusement à l’Assemblée nationale un prétendu pacte secret « Nasser-Chepilov », qui ferait écho au pacte germano-russe de 1939, défendu à l’époque par le PCF51. Du fait du rejet du mouvement communiste et de son organe par une vaste partie de l’opinion informée, les dirigeants français, au contraire de leurs confrères anglais, n’affrontent au plan intérieur aucun adversaire de poids, tel que le Manchester Guardian, par exemple. Or on se rappelle l’importance du rôle tenu pendant les premières semaines de la crise de Suez sur la scène anglaise par ces quelques grands journaux indépendants du pouvoir, jusqu’à ce que le Labour Party, dans une certaine mesure entraîné par eux, ne commence à se désolidariser du gouvernement Eden.

19Les diplomates français réagissent vivement à la nationalisation de la Compagnie de Suez, qui, à leurs yeux, en raison de son caractère politique, exige une riposte vigoureuse. Du Caire, Armand du Chayla recommande en des termes forts que l’on donne « un coup d’arrêt très net au colonel Nasser » :

  • 52 DDF, doc. n° 82, tel. n° 655-658, de l’ambassadeur du Chayla au MAE, 27 juillet 1956.

« En tous les cas, faute de réaction énergique de l’étranger, le dictateur égyptien se croira tout permis. Il tente une épreuve de force que nous ne pouvons pas lui laisser gagner »52.

  • 53 Ibid., doc. n° 84, tél. n° 7479-7483, du MAE à l’ambassadeur de France à Londres, 27 juillet 1956, (...)
  • 54 Ibid., doc. n° 82, tél. n° 655-658, de l’ambassadeur du Chayla au MAE, 27 juillet 1956. Du Chayla c (...)
  • 55 DDF, doc. n° 84, tél. n° 7479-7483, du MAE à l’ambassadeur de France à Londres, 27 juillet 1956, «  (...)
  • 56 Ibid.

20D’entrée de jeu, le gouvernement français adopte une série de dispositions, détaillées par Pineau dans un message à son ambassadeur à Londres. Certaines appartiennent à l’arsenal des moyens diplomatiques ordinaires : déclaration commune avec les Britanniques sur la violation des Accords de concession (et ses prétendues conséquences pour le libre passage dans le canal) ; mesures conservatoires du ministère des Finances pour la préservation des intérêts de la compagnie nationalisée ; protestation officielle auprès de l’ambassadeur d’Égypte ; accord de principe pour une réunion des trois puissances signataires de la Déclaration tripartite de 195053. Cependant le ministre annonce également d’autres actions qui vont bien au-delà des propositions des services du Quai d’Orsay qui, à l’instar de l’ambassadeur du Chayla, envisagent l’emploi de moyens de pression économiques, dont, par exemple, un boycottage général de la voie maritime de Suez par les pays utilisateurs54. Pineau révèle que son gouvernement accepte une nouvelle commande israélienne d’avions Mystère, pour laquelle il entend obtenir l’approbation du NEACC. En outre, dans la perspective d’une action militaire éventuelle, il demande à Chauvel de l’informer sur les intentions anglaises et remarque que la Convention de 1888 permet aux pays signataires le stationnement de deux navires de guerre à Suez et à Port-Saïd55. Enfin, le ministre fonde sa position sur trois points principaux : la France se trouve doublement menacée dans cette affaire, à la fois par l’importance des intérêts de la Compagnie de Suez et par les « menaces du colonel Nasser » à propos de l’Algérie ; l’expropriation de la société concessionnaire met en péril la liberté de passage dans le canal ; une victoire du dictateur égyptien dans « l’épreuve de force » en cours aura des conséquences « incalculables » au Proche-Orient, notamment pour les affaires de pétrole56. Le discours officiel reprendra abondamment ces arguments, en particulier le lien établi entre la nationalisation et les visées anti-françaises de l’Égypte en Afrique du Nord. Ainsi cet exposé du 27 juillet définit-il les trois fils directeurs de la politique française dans la crise de Suez. Le ministre juge « indispensable une étroite solidarité des puissances concernées » et donc, en premier lieu, un front commun avec les Britanniques, mais il accepte le principe d’une concertation avec les Américains et d’une consultation des autres pays utilisateurs du canal. Toutefois, il indique aussi son intention de développer le potentiel militaire d’Israël, instrument de la riposte française, et il avance l’idée d’une démonstration de force anglo-française aux extrémités de la voie maritime.

  • 57 Chapitre II, p. 81 et 83.
  • 58 DDF, doc. n° 105, compte rendu d’une visite de M. Dulles à M. Pineau, 1er août 1956.
  • 59 Fonds Alain Savary, SV 18, dr. 3, « Note » de P. Maillard, Direction générale des Affaires politiqu (...)

21Les développements diplomatiques de l’affaire de Suez ne donnent guère satisfaction au gouvernement français. Pour des raisons tactiques et en raison du poids militaire et politique de la Grande-Bretagne au Moyen-Orient, les Français lui laissent la direction de l’action commune, non sans cependant exercer une influence constante. Ils finiront d’ailleurs par orienter de façon décisive la politique conjointe en octobre 1956. Au début de la crise cependant, pour déférer aux vues de leurs partenaires anglais, les dirigeants français doivent renoncer aux manifestations de force souhaitées et se résoudre à armer Israël de façon clandestine57. Déçus par l’attitude de Dulles, ils se montrent très tôt déterminés à ignorer la position des États-Unis sur la question du canal58. Bien entendu, dans l’élaboration de leur politique égyptienne, les ministres font fi de l’opinion des hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay, présentée par Pierre Maillard dans une note très critique du 13 août 195659.

  • 60 Ibid., p. 1-3. Le sous-directeur fait l’observation très juste que Français et Britanniques ont tor (...)
  • 61 Ibid., p. 4.
  • 62 Ibid., p. 7-8.

22Quelques jours avant la Première conférence de Londres, le chef de la Sous-direction du Levant met en relief plusieurs « erreurs » ou « équivoques » de nature a compromettre l’action de la France dans la crise de Suez. Il oppose tout d’abord le but légitime, proclamé officiellement, à savoir établir un système propre à garantir la liberté du transit par le canal, aux actes ou attitudes qui donnent à penser que l’on recherche l’élimination de Nasser. Fausser ainsi le sens de l’épreuve de force, observe-t-il, isole la France et la Grande-Bretagne. Maillard repousse totalement l’idée d’une opération militaire « qui rappellerait les plus fâcheux souvenirs du XIXe siècle », dresserait contre elle l’ensemble des pays arabes, et « souderait les puissances asiatiques derrière l’URSS »60. En outre, le diplomate trouve faible la position anglo-française, qui lie gestion du canal, question essentiellement technique, et liberté de circulation, problème de nature politique, qui seul concerne la prochaine conférence de Londres. Et puis l’attitude des Occidentaux envers l’URSS ne peut que susciter son opposition active : on ignore son rôle capital au Proche-Orient alors que l’on aurait dû l’associer à la préparation de la réunion des nations maritimes61. Le responsable de la Sous-direction du Levant juge peu sûr le soutien de l’autre superpuissance, car, dans leur rivalité moyen-orientale avec les Britanniques, les Américains s’appuient sur l’Arabie Saoudite et l’Égypte, et seul un ralliement sans réserve de cette dernière à l’Union soviétique pourrait altérer cette politique. Le diplomate prédit que les États-Unis « s’efforceront de promouvoir un règlement pacifique qui assurera la liberté de transit, sans amoindrir et même en confirmant, si possible, leur prédominance dans ce secteur du monde ». De ce fait, note-t-il, « la réussite des plans franco-britanniques risque d’être sérieusement handicapée »62.

23Pierre Maillard examine enfin la solidarité anglo-française, « ni la moindre ni la moins redoutable » des équivoques à ses yeux. Dans cette crise, les deux puissances ont des enjeux communs tels que la défense de la Compagnie de Suez, la préservation du ravitaillement en pétrole et leurs intérêts généraux en Afrique. Mais cette entente a néanmoins ses limites, sur lesquelles le diplomate veut attirer l’attention du ministre :

  • 63 Ibid., p. 9-10.

« Pour la Grande-Bretagne [...] l’opération ne vise pas uniquement le problème du canal [...] mais des objectifs beaucoup plus larges. [Elle entend] regagner d’un coup les positions perdues au Proche-Orient, abattre l’Égypte de Nasser [...] consolider définitivement le Pacte de Bagdad... Elle cherche maintenant à rétablir son leadership [dans la région] au dépens de l’Égypte, certes, mais aussi de la Syrie et du Liban. Le but de la politique française, traditionnellement attachée à l’équilibre, ne peut être celui-là, quelque intérêt qui s’attache pour elle à rogner les ailes du chef de la junte militaire du Caire. [... Ceci], parce que les intérêts de la France sont en Égypte infiniment plus importants que ceux des Anglais, et en deuxième lieu, parce que l’Égypte est une pièce essentielle du fragile système d’équilibre dont la rupture [...] au profit de l’Irak, entraînerait les plus funestes conséquences non seulement pour la Syrie ou le Liban, mais aussi pour Israël, sans améliorer en quoi que ce soit nos positions en Afrique du Nord »63.

  • 64 Ibid., p. 11. Le mot « impérialisme » est bien sûr entre guillemets dans le texte cité.
  • 65 Ibid.
  • 66 DDF, doc. n° 77, tél. n° 4521-4528, 25 juillet 1956, Couve de Murville au MAE, « Conversation entre (...)

24Après son analyse des équivoques qui pèsent sur la politique française dans l’affaire de Suez, le responsable de la Sous-direction du Levant définit pour la conférence de Londres, une position solide et cohérente. En premier lieu, il faut se tenir au principe de la liberté de passage et exiger la réaffirmation de la Convention de 1888 ainsi que l’établissement d’un mécanisme nouveau qui offrirait plus de garanties que celui institué par ce texte. Malgré le caractère « fâcheux » du régime nassérien et la « place excessive prise par son pays au Proche-Orient », il faut respecter les droits légitimes de l’Égypte, pour ne pas faire de son chef la victime de « l’impérialisme » occidental64. Toute atteinte aux droits de souveraineté de l’État égyptien renforcera Nasser, ajoute le diplomate. Il convient enfin d’obtenir la reconnaissance par le gouvernement égyptien des intérêts légitimes de la Compagnie de Suez et des droits de ses actionnaires65. S’ils ignorent l’opinion des spécialistes du Quai d’Orsay sur l’attitude à observer dans le différend du canal, les ministres tiennent certainement compte de leurs avertissements au sujet des « équivoques » sur lesquelles se fonde la collaboration avec les Anglo-Saxons. Au demeurant, à la veille de la nationalisation de la Compagnie de Suez, l’ambassadeur français à Washington, Maurice Couve de Murville, prévenait avec raison le ministre qu’il ne fallait pas interpréter le refus américain de financer l’édification du barrage d’Assouan comme le prélude d’un revirement de la politique des États-Unis à l’égard de l’Égypte. L’ambassadeur avait également signalé auparavant « l’existence d’une différence, au niveau le plus élevé, entre l’état d’esprit » des responsables du département d’État aux Affaires étrangères, de plus en plus hostiles au gouvernement Nasser, et celui, plus favorable de Dulles66.

  • 67 Cette précision était apportée par Albert Gazier au cours d’un entretien, le 30 août 1956, entre le (...)

25Les gouvernants français réagissent très fortement à l’expropriation de la société concessionnaire de la voie maritime de Suez, perçue comme un défi lancé par l’Égypte. Ils considèrent d’emblée l’action de l’Égypte principalement sous l’angle des problèmes nord-africains. Les défenseurs de l’Algérie française, en particulier Bourgès-Maunoury et Lacoste, y voient l’occasion inespérée d’infliger une défaite humiliante au leader égyptien, voire de l’éliminer politiquement. Ils priveraient ainsi les rebelles d’un soutien qu’ils croient important. Même les libéraux préconisent une réplique énergique, parce qu’ils redoutent qu’un succès de Nasser nuise grandement à la décolonisation en Afrique du Nord. Ainsi Gaston Defferre se range-t-il, à l’instar de Christian Pineau, parmi les « faucons » du ministère Mollet. Cependant, selon Combat (29 juillet), un ministre et un secrétaire d’État estiment qu’il ne faut pas aller au-delà de la protestation diplomatique, avec un geste spectaculaire au besoin, comme l’envoi de navires de guerre. Si le grand journal parisien ne précise pas alors leur identité, il signale le surlendemain que deux personnalités importantes, Alain Savary et Albert Gazier, inclinent à la modération. Le second jouera pourtant un rôle majeur en octobre, lors de la constitution de l’association anglo-franco-israélienne67.

  • 68 Gérard Jacquet, entretien accordé le 13 mars 1989.
  • 69 Émile Noël, entretien accordé le 18 juillet 1988.

26Le sentiment pro-israélien de certains dirigeants socialistes, dont Guy Mollet, les conforte probablement dans l’idée que l’affaire du canal permettra peut-être une nouvelle donne au Proche-Orient, en faveur de l’État hébreu. Cependant, ce pays représente surtout un instrument de la politique française, comme contrepoids à l’Égypte et levier au plan régional. Pour les plus extrémistes, regroupé autour de Bourgès-Maunoury et de Lacoste, Israël constitue l’arme qui doit servir à détruire le régime nationaliste du Caire. La crise de Suez vient renforcer ce durcissement de l’attitude des gouvernants français à l’égard de l’Égypte, déjà perceptible depuis juin. Ceci explique aussi bien le prétendu « complexe de Munich » que la thèse apologétique du sauvetage d’Israël. Secrétaire d’État à l’information et proche collaborateur de Mollet, Gérard Jacquet a dénié toute réalité à l’idée d’une quelconque confusion entre la nationalisation du canal et la remilitarisation de la Rhénanie en 1936. Il a qualifié de « ridicule » l’idée que le président du Conseil ait assimilé sous quelque rapport Nasser à Hitler68. Émile Noël, l’un des principaux rédacteurs des discours de Mollet, a expliqué que cette analogie sert ce dernier dans sa politique de soutien à Israël69. Le chef du gouvernement se contente donc de reprendre à son compte et pour les mêmes raisons, les arguments avancés par l’entourage de Bourgès-Maunoury. Eden et Lloyd ne s’en serviront-ils pas eux aussi ? Noircir un peu plus l’image du Raïs et de sa junte militaire, déjà antipathiques à l’opinion française, en particulier aux socialistes, et invoquer la nécessité d’empêcher la destruction d’Israël, permet de justifier une action armée devant la gauche de la SFIO, peu sensible au thème de la défense de l’Algérie française.

  • 70 Hervé Alphand, Létonnement d’être : journal, 1939-1973, Paris, Fayard, 1987, p. 277.

27Les raisons de politique extérieure qui guident les choix du président du Conseil et du ministre des Affaires étrangères dans l’affaire de Suez, restent difficiles à discerner. Toutefois, pour leurs collègues les plus attachés à la préservation de l’Algérie française, la crise ouvre manifestement un horizon plus vaste que la seule mise au pas d’une Égypte trop solidaire des nationalistes nord-africains. Elle apparaît comme une chance inattendue d’infléchir durablement et de façon déterminante la politique de la France dans le monde arabe. Déjà, au printemps 1956, le Quai d’Orsay a dû réfuter un plaidoyer en faveur d’une participation française au METO, qui émanait de l’entourage du ministre de la Défense. Or ce dernier n’a pas renoncé à ce projet, bien au contraire, comme le prouvent les propos qu’il tient le 11 juillet durant une discussion avec Hervé Alphand, nouvel ambassadeur à Washington. Il explique alors au diplomate que les Soviétiques ont mis en oeuvre une grande stratégie qui vise à prendre les Occidentaux à revers en Asie du Sud-est, au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Devant cette menace, Bourgès-Maunoury prône une riposte en trois volets : définir une politique tripartite « cohérente » ; armer Israël et « le laisser agir s’il est encore temps » ; « pousser à l’adhésion de la France au Pacte de Bagdad sans égard aux réactions libanaises et syriennes »70. On retrouve ici l’explication commode des problèmes coloniaux par l’action occulte de l’Union soviétique, notamment en Afrique du Nord. Ce dirigeant français fait donc reposer la nouvelle politique moyen-orientale qu’il préconise, sur deux axes majeurs : la création d’une association franco-anglaise pour mater ou contenir les nationalismes arabes et, dans le cadre plus étroit de la lutte contre l’Égypte, l’utilisation d’Israël comme bras armé des puissances occidentales. La crise de Suez va permettre d’atteindre au moins partiellement ces deux objectifs. Si certains tablent seulement sur les retombées algériennes d’une attitude intransigeante envers Le Caire, Bourgès-Maunoury et ses amis ont sûrement de surcroît des objectifs plus vastes. Bien sûr, malgré son hostilité envers le régime nassérien, l’aile libérale du gouvernement français ne peut pas partager ces vues. Même si le refus de la nationalisation fait l’unanimité chez les ministres français, l’absence de débat de fond au sein du Conseil comme dans les partis s’explique difficilement, car la position différente des deux courants sur la décolonisation implique forcément des divergences sur les moyens à employer contre l’Égypte.

  • 71 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4, sdr. a, « Note » sur le trafic d’armes au profit de l’Algérie, 24 (...)
  • 72 Ibid. Procès verbal de la réunion tenue au secrétariat d’État aux Affaires tunisiennes et marocaine (...)
  • 73 Ibid., tél. réservés, n° 2896-2925, du secrétariat de Tunis au MAE et au secrétaire d’État aux Affa (...)

28Abondamment dénoncé à partir de 1955, par de nombreux hommes politiques et par la presse, le soutien égyptien aux rebelles algériens figure au premier rang des mobiles imputés aux gouvernants français dans l’affaire de Suez. Cependant, les informations fournies par les rares documents officiels disponibles et par les témoignages des responsables de l’époque donnent à penser que l’on a délibérément grossi l’importance de l’aide apportée par l’Égypte aux nationalistes nord-africains, notamment dans le domaine le plus important, celui de l’armement. Ainsi, dans une note du 24 septembre 1956, les hauts fonctionnaires du secrétariat aux Affaires tunisiennes et marocaines observent que la presse française « exagère considérablement l’ampleur des passages d’armes » à destination de l’Algérie sur le territoire des anciens protectorats. Ils constatent aussi que les activités des pourvoyeurs restent « sporadiques » et « localisées »71. Le 2 octobre encore, lors d’une réunion présidée par le secrétaire aux Affaires tunisiennes et marocaines, Alain Savary, les responsables des principaux services concernés par cette question évaluent l’importance du matériel militaire qui parvient aux fellaghas algériens : chaque mois, environ deux cent cinquante armes du côté marocain et quatre à cinq cents du côté tunisien passeraient la frontière. Il s’agit principalement d’armes légères, généralement anciennes, souvent usagées et de fabrication anglaise, auxquelles les experts français attribuent une origine égyptienne ou libyenne. La seule mention faite lors de cette rencontre, d’une aide directe accordée par les ex-protectorats aux rebelles, concerne l’octroi de zones de repli utilisées pour le « repos » et « l’entraînement léger », par les bandes qui opèrent aux frontières72. Pourtant, dans un message du 25 juin 1956 au secrétaire d’État aux Affaires tunisiennes et marocaines, le secrétariat de Tunis faisait état d’un accord de coopération entre le Néo-Destour, parti de Habib Bourguiba, et le Front de libération nationale (FLN), pour l’acheminement d’armes de contrebande en provenance d’Italie ou d’Égypte. Il rappelait en outre l’existence d’un stock d’équipement militaire récupéré par les nationalistes tunisiens en 1942 et évalué à près de 20 000 armes. Le Néo-Destour lui-même en disposerait de 2 000 à 3 000 dans la seule région sud du pays73. Or cette information fort importante ne fait l’objet d’aucun rappel lors des discussions du 2 octobre dont les conclusions doivent faire l’objet d’une communication au Conseil des ministres. Ne choisit-on pas à l’évidence d’ignorer l’aide réelle apportée aux frères algériens par les Tunisiens et les Marocains afin de ne pas fournir d’argument à ceux qui, jusqu’au sein du Cabinet, s’opposent à la décolonisation dans les ex-protectorats ? En ce sens, sans doute les dirigeants libéraux trouvent-ils eux aussi opportun de faire de l’Égypte le soutien essentiel des rebelles algériens et d’exagérer son rôle.

  • 74 FO 371/118983 JF11912/7. Letter from H.B. Shepherd (Cairo Embassy) to T.W. Garvey Esq., 23 mars 195 (...)
  • 75 FO 371/129392 JF 1195/9. Rapport du consulat britannique à Alger, sur une conversation avec André F (...)
  • 76 Ibid., JF 1195/26. Mémorandum aux postes diplomatiques et consulaires en France métropolitaine, 21  (...)
  • 77 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4., sdr. a, Ambassade extraordinaire, Mission exceptionnelle de la F (...)
  • 78 Armand du Chayla, entretien accordé le 7 février 1990.
  • 79 Destremau, op. cit., p. 191.
  • 80 Jacques Soustelle, « La Ligue arabe, l’Égypte et la paix », La Revue de Paris, septembre 1956, p. 2 (...)
  • 81 Pineau, op. cit., p. 92. L’ancien ministre lance notamment une accusation voilée contre les États-U (...)
  • 82 Christian Pineau, entretien accordé le 19 avril 1988. 74 AP/61 Fonds Paul Reynaud. Dans une note fa (...)

29Le gouvernement français réclame l’aide des Britanniques pour faire cesser l’approvisionnement des fellaghas en matériel militaire. Par exemple, les diplomates français se plaignent que du matériel dérobé dans la base militaire de Suez parvient aux rebelles. Ils demandent aussi que Londres use de son influence auprès des Libyens pour qu’ils interdisent sur leur territoire le transit d’armes à destination de l’Algérie74. Les autorités anglaises, quoiqu’elles se montrent coopératives, considèrent avec scepticisme les affirmations françaises. Les renseignements recueillis à Alger par les agents consulaires font état d’une contrebande fort limitée trickléj75. Dans un mémoire à ce sujet, destiné aux représentants du Royaume-Uni en France métropolitaine, le Foreign Office met l’accent sur la collaboration avec les autorités françaises. Toutefois, il observe que l’on exagère souvent l’effet du trafic d’armes sur le cours de la rébellion algérienne, « principalement alimentée » par l’équipement pris à l’armée française en Afrique du Nord »76. Si aucun document accessible ne permet de vérifier cette information anglaise, une note de l’ambassade de France au Maroc indique que, dans ce pays à tout le moins, les forces françaises, armée régulière, auxiliaires et gendarmerie, notamment, « perdent » une impressionnante quantité d’armes, presque aussi importante en volume que celle qui transiterait clandestinement vers les maquis algériens77. Le même phénomène se produit probablement en Algérie et, malgré le manque de données précises à ce sujet, on peut croire que les fournitures égyptiennes d’armement au FLN n’ont qu’une incidence secondaire sur le cours de la rébellion. Quoique « non platonique », le soutien de l’Égypte aux rebelles algériens représente peu de chose, d’après les renseignements dont disposait l’ambassadeur de France au Caire78. Bernard Destremau, son collaborateur, a indiqué dans son autobiographie que les Égyptiens entraînaient bien des cadres subalternes du FLN, mais que leurs livraisons d’armes à cette organisation demeuraient « insignifiantes »79. Et d’ailleurs, d’autres sources alimentent assurément les rebelles. Gouverneur-général de l’Algérie jusqu’au début de 1956, Jacques Soustelle n’écrivait-il pas que les combattants nationalistes trouvaient à Nador, centre administratif du Maroc espagnol, « aide, conseils et matériel »80 ? Christian Pineau lui-même a noté dans son récit l’origine variée des armes prises au FLN81. Plus récemment, l’ancien ministre convenait encore que l’assistance égyptienne aux fellaghas a été « au total mineure »82.

30Bien sûr, le rayonnement politique de la nouvelle Égypte, neutraliste et farouchement anti-impérialiste, affecte les intérêts néo-coloniaux de la France autant que ceux de la Grande-Bretagne. En particulier, l’influence du Caire nuit aux Français, qui veulent maintenir des liens étroits, dits « d’interdépendance », avec les anciennes colonies nord-africaines, et qui ont engagé des négociations secrètes avec leurs adversaires algériens. Les gouvernants français accordent certainement une grande importance, excessive sans doute, à la propagande radiodiffusée par Le Caire. Ainsi le 4 juin 1956, Pineau tient ces propos devant Julian Amery :

  • 83 FO 371/124443 WF 1051/64. Note of a conversation with Mr. Pineau : 3rd June 1956. J. Amery, 15th Ju (...)

« [l’intervention égyptienne en Afrique du Nord] se réduit à peu de chose au plan des armes – mais elle est d’une importance critique. La propagande de la radio du Caire et le fait que Nasser soutienne les principaux groupes d’opposition tunisiens et marocains, rendent difficile la coopération de Bourguiba et du Sultan, même s’ils le veulent »83.

31Toutefois, on constate que d’autres pays, dont l’Irak, tiennent sur les ondes un discours largement aussi hostile à l’empire colonial français, destiné tout autant aux populations du Maghreb qu’à la consommation intérieure. Enfin, le lancement d’une expédition punitive du plus pur style XIXe siècle, pour mettre au pas le leader de l’Égypte, n’aura-t-il pas pour premier effet d’augmenter sa stature de héros dans le monde arabe et de renforcer son crédit en tant que champion de la lutte anti-impérialiste ?

  • 84 Azeau, op. cit., p. 126. Apparemment remarquablement informé sur certains aspects de la crise de Su (...)
  • 85 Edgar Faure, Mémoires, t. II, Si tel doit être mon destin ce soir, Paris, Plon, 1984, p. 638.

32Si certains gouvernants, comme Bourgès-Maunoury ou Lacoste, ont pu se convaincre ou se laisser persuader par leur entourage que l’Égypte joue un rôle décisif dans le conflit algérien, d’autres utilisent simplement une image mythique de Nasser à des fins de politique intérieure. À propos du discours officiel sur le chef égyptien, Henri Azeau parle, dans son livre Le piège de Suez, de « mensonge éhonté ». Il impute aux dirigeants français de l’époque le dessein de tromper la population, en France comme dans les départements algériens, pour servir leur « pouvoir ou celui qu’ils voudraient conquérir »84. Cette idée d’une manipulation de l’opinion trouve un défenseur de poids en la personne d’Edgar Faure. Ce dernier rappelle dans ses mémoires que la « doctrine officielle » sur la question algérienne en 1956 postulait que « la rébellion serait arrêtée depuis belle lurette si elle n’était pas provoquée, stimulée et entretenue par les mystérieuses et démoniaques entreprises de l’étranger ». L’aide extérieure au FLN, signale Faure, était fin 1955 de très faible importance, or la thèse officielle travestissait le fait que « la rébellion engendre l’aide et non le contraire ». Et surtout, l’ancien président du Conseil remarque qu’il parut commode de fixer sur Le Caire et « plus particulièrement sur le Raïs, incarnant le personnage du diable principal, la responsabilité de notre infortune »85. Invoquer l’action d’un panarabisme égyptien, subversif et expansionniste, sous la houlette d’un dictateur aux ambitions démesurées, sert d’abord aux ministres français d’explication pour rendre compte de la dégradation constante de la situation en Algérie, puis au moment de l’affaire de Suez, de justification à leur attitude extrémiste.

Caractères généraux de la décision française dans l’affaire de Suez

  • 86 Témoignages de Christian Pineau (19 avril 1988) et de Gérard Jacquet (13 mars 1989).
  • 87 Id.

33Le refus du gouvernement français d’accepter le fait accompli que crée l’expropriation de la Compagnie de Suez répond à des impératifs diplomatiques normaux : en raison de son aspect très politique, il faut, de l’opinion même des services du Quai d’Orsay, priver Nasser d’un surcroît de prestige et donc d’influence. Cependant, une fraction du Cabinet, qui comprend des personnalités importantes telles que Bourgès-Maunoury, Lacoste et Jacques Chaban-Delmas, réclame d’entrée de jeu une intervention armée immédiate, mesure extrême86. Tant Christian Pineau que Gérard Jacquet se souviennent que le Conseil des ministres donne très tôt, probablement le 3 août 1956, son aval à une action militaire, si nécessaire, afin d’infliger une défaite à l’Égypte dans l’affaire du canal87. Sa position restera sur ce point inchangée jusqu’au déclenchement des hostilités. Bien entendu, cela ne signifie pas que les trois ministres chargés d’élaborer la politique du Cabinet dans la crise de Suez, Mollet, Pineau et Bourgès-Maunoury, n’aient point modifié leurs vues et leurs buts entre le 26 juillet et la mi-octobre. Au reste, par solidarité avec l’allié britannique, il leur faudra accepter non seulement certaines initiatives diplomatiques, mais aussi les multiples changements de plan militaire décidés unilatéralement à Londres.

  • 88 Christian Pineau, entretien accordé le 19 avril 1988.
  • 89 Gérard Jacquet, entretien accordé le 13 mars 1989.
  • 90 Fonds Pierre-Olivier Lapie (Archives nationales), 331 AP2, journal personnel de P.-O. Lapie, p. 54.
  • 91 The New York Times, 7,10 et 24 septembre 1956. Le journal rapporte que certains membres du gouverne (...)
  • 92 L’Express, 20 juillet 1956. The Economist, 29 septembre 1956, p. 1060.
  • 93 Ibid., 17 août 1956.

34La persistance des dirigeants français à vouloir un recours à la force contre l’Égypte et la constance de leur attitude très ferme donnent au processus décisionnel un aspect statique, difficilement imaginable dans le cadre d’une crise de plusieurs mois, au contexte international changeant. Après la définition de la position très intransigeante de la France sur la question du canal, il n’y aura plus de débat formel à ce sujet au sein du Conseil des ministres, jusqu’au début des opérations militaires. Apparemment, le responsable du Quai d’Orsay se borne généralement à informer ses pairs des développements diplomatiques de l’affaire de Suez, sans nouvelles discussions des fins et des moyens de la politique du pays, laissés à la seule appréciation du président du Conseil et des deux ministres concernés. Christian Pineau a expliqué que l’on évite de parler de la politique égyptienne pour éviter d’éventuelles altercations88. Cela signifie bien que, malgré un accord général sur la nécessité de tenir Nasser en échec, les avis divergent sur la méthode pour y parvenir89. Par exemple, dès le début d’août, Alain Savary, secrétaire d’État aux Affaires tunisiennes et marocaines, confie à son ami, le député socialiste Pierre-Olivier Lapie, son étonnement devant « la légèreté des décisions prises en Conseil », et il remarque que « ceux qui n’ont pas fait la guerre, ne se rendent pas compte qu’il faut monter une opération »90. Plus tard encore, en septembre, plusieurs journaux feront état d’informations selon lesquelles l’unité du Cabinet français n’est plus totale. À cette époque, le projet américain d’association des usagers ainsi que la décision anglaise de porter le différend devant le Conseil de Sécurité, ne peuvent que susciter l’opposition des ministres français les plus extrémistes. D’autre part, les modérés comme René Billières, ministre de l’Éducation et partisan de Mendès France, font part de leur inquiétude quant aux conséquences possibles d’une politique agressive qui pourrait déboucher sur un guerre de grande envergure91. Devant une situation générale difficile et très insatisfaisante, au Comité directeur de la SFIO comme chez les mendésistes, on a songé dès juillet à l’opportunité d’une démission qu’en septembre certains ministres suggèrent de donner collectivement sur la question de Suez92. Au reste, plusieurs de ces derniers regrettent que l’on ait réagi à la nationalisation de la Compagnie du Canal « sans perspectives politiques générales »93. Lors du sommet anglo-français des 26 et 27 septembre 1956, les ministres français indiquent à Eden que le gouvernement a décidé contre l’avis de Mollet que la France mettrait son veto à l’inscription par l’Égypte d’une plainte au Conseil de Sécurité sur la question de Suez. À cette même occasion, Anthony Eden fait au Cabinet l’observation révélatrice que les deux Français ont une attitude différente :

  • 94 PREM 11/1102, tél. n° 337, 26 septembre 1956, du Premier ministre au Lord Privy Seal, p. 331. Les t (...)

« Monsieur Mollet aimerait, je pense, obtenir un règlement sur des bases raisonnables, s’il le pouvait. Je doute que Monsieur Pineau veuille quelque règlement que ce soit »94.

35Quoique complaisamment admis par l’historiographie traditionnelle, le tableau d’une équipe dirigeante française soudée par la vision obsessionnelle d’un Führer égyptien en train d’édifier un empire arabe sur les décombres de l’Afrique du Nord française et de préparer l’annihilation d’Israël, est pour le moins sujet à caution. Comme dans le cas anglais, la politique intérieure joue certainement un rôle tout aussi important que la politique étrangère ou coloniale, d’autant plus que la France ne défend pas, au contraire de la Grande-Bretagne, un grand dessein de politique moyen-orientale, différence fortement soulignée par ses diplomates. Elle expliquerait mieux cette unité apparente du Cabinet français qui n’a pas d’équivalent outre-Manche.

Le gouvernement Mollet et l’expédition d’Égypte

Les projets militaires français et la collaboration avec Israel

  • 95 Tant le général Ély, dans ses mémoires (op. cit., p. 184), que le général Beaufre (L’expédition de (...)

36Pour rassurer et entraîner son partenaire d’outre-Manche, le gouvernement français consent dans les premiers jours de la crise à placer ses forces d’intervention sous l’autorité d’un commandement militaire intégré à direction anglaise95. Dans ses objectifs militaires comme dans ses fins ultimes, la planification répondra essentiellement à des choix britanniques. Toutefois, les dirigeants français mènent naturellement leurs propres études en vue d’une intervention en Égypte. Fortement limitée, la capacité d’initiative militaire de la France dans l’affaire de Suez ne pourra guère s’exercer que dans le domaine de la coopération avec Israël.

  • 96 Dans son récit, le général Beaufre note que son supérieur, le général Ély, explique la nomination, (...)

37Trois groupes participent à des degrés divers aux décisions en matière militaire : le comité des chefs d’état-major ; le ministre de la Défense nationale et son influent cabinet ; et enfin le président du Conseil, son collègue aux Affaires étrangères et le Président de la République, René Coty. Les généraux, s’ils exposent des opinions en premier lieu techniques sur des opérations envisagées contre l’Égypte, prennent aussi en compte les données politiques et diplomatiques de la crise. À un deuxième niveau, le ministre de la Défense et son entourage, qui orientent l’action des militaires, se montrent fort actifs, surtout à partir de septembre, quand le fléchissement de l’attitude britannique devient de plus en plus marqué. À l’origine de nombreux projets, ils vont transformer les relations privilégiées avec l’État hébreu en alliance formelle. D’ailleurs, par la nomination d’un homme de confiance, l’amiral Barjot, au poste de chef des forces françaises d’intervention, Bourgès-Maunoury s’assure une influence directe au sein du commandement opérationnel franco-anglais96. Enfin, Mollet, Pineau et René Coty statuent en dernier ressort, généralement dans un sens restrictif, sur les projets du ministre de la Défense.

  • 97 Ély, op. cit., p. 79.

38Comme certains de leurs maîtres politiques, les responsables militaires français pensent pouvoir « faire avancer le règlement du conflit algérien » grâce à l’emploi de la force en Égypte97. Au demeurant, si le complexe de Munich a quelque réalité, c’est bien au niveau des cadres moyens de l’armée, humiliés par la défaite en Indochine. Deux officiers supérieurs qui furent de l’expédition de novembre, ont dit en des termes éloquents leurs sentiments personnels devant ce qu’ils appelaient le « hold-up » du 26 juillet :

  • 98 J. Massu et H. Le Mire, Vérité sur Suez, 1956, Paris, Plon, 1978, p. 27 et 29.

« [Pour] prouver au monde arabe et aux terroristes algériens la déter-mination française, [...] il fallait riposter. [...] Soudain nous nous rebiffons. L’homme de la rue commence à éprouver pour nous un certain respect »98.

  • 99 Ély, op. cit., p. 74 et 88.
  • 100 Ibid., p. 79.

39Même s’ils souscrivent avec conviction au but du pouvoir politique, à savoir infliger à Nasser une défaite décisive, voire le renverser, les dirigeants de l’armée n’ignorent pas les difficultés et risques d’une intervention en Égypte, théâtre lointain d’une action qui pourrait déboucher sur une guerre révolutionnaire. Selon Paul Ély, chef de l’état-major général, le haut commandement pose immédiatement deux conditions à des opérations militaires contre les Égyptiens : une coopération étroite avec les Britanniques et l’accord au moins tacite des États-Unis99. À la suite des développements diplomatiques d’août, il avertit le ministre de la Défense qu’il lui semble désormais difficile de recourir aux armes « sans prendre figure d’agresseur ». Le directeur de cabinet de Bourgès-Maunoury, Abel Thomas, réplique alors qu’il ne voit pas comment la France et la Grande-Bretagne pourraient se tirer honorablement de cette situation sans passer à l’action militaire. Le comité des chefs d’état-major, écrit Ély dans ses mémoires, considère lui aussi malaisé de renoncer à frapper l’Égypte, « non pour des raisons de politique intérieure, mais pour ne pas compromettre le moral de l’armée [française], si sensibilisée depuis 1945 »100. Tout l’intérêt de cette remarque vient naturellement de ce qu’elle constitue l’affirmation indirecte que les ministres obéissent pour leur part à des mobiles de politique intérieure.

  • 101 Beaufre, op. cit., p. 100.
  • 102 Ibid., p. 52-53. Barjot n’hésite pas à exposer à la même date, devant les commandants britanniques, (...)
  • 103 Ibid., p. 79. Les mots entre guillemets sont en italique dans le texte cité.

40Pour les officiers de haut rang engagés comme le général Beaufre dans la pacification en Algérie, abattre Nasser constitue le seul objectif valable d’une intervention en Égypte101. Or André Beaufre, commandant des forces terrestres françaises du corps expéditionnaire, a la surprise de constater, dès le 24 août, que ses supérieurs veulent changer de buts de guerre et de plan militaire. Lors d’entretiens avec l’amiral Barjot et le colonel Mangin, ce proche collaborateur du ministre de la Défense, ces derniers lui proposent maintenant une opération dirigée contre Port-Saïd et le chef de l’état-major lui-même apparaît « flottant ». « Mon inquiétude », écrira Beaufre, « aurait été plus grande si j’avais pu me douter des progrès faits dans certains milieux proches de Bourgès-Maunoury, en faveur d’une simple prise de gage »102. Quand, le 10 septembre, le général Ély lui expose les motifs de la décision anglaise d’abandonner le plan Mousquetaire dans sa première version, il argue notamment de « la nécessité de limiter au moins initialement l’action au canal »103. Nul doute qu’Ély emploie ici le mot « initialement » pour apaiser son subordonné.

  • 104 Ély, op. cit., p. 112.
  • 105 Brecher, op. cit., p. 264.

41À partir de la mi-septembre, les dirigeants français désespèrent de pouvoir finalement recourir à la force contre l’Égypte. Néanmoins, le 17 septembre, quand le général Ély, qui croit l’affaire du canal « enterrée », propose de ramener en Algérie les troupes immobilisées à Chypre, le ministre de la Défense fonde son refus sur la volonté du gouvernement d’aller « jusqu’au bout »104. En fait, ce dernier et ses conseillers caressent maintenant l’idée d’une intervention sans l’Angleterre, entreprise par la France seule ou encore, de préférence, en coopération avec Israël. Déjà, le 1er septembre, ils ont prévenu les Israéliens de la date d’application du plan Mousquetaire avec le dessein de les faire participer au conflit une semaine après son début. Puis, le 7 septembre, l’amiral Barjot a discuté des détails pratiques d’une éventuelle collaboration avec le général Meir Amit, chef du Bureau des opérations de l’armée israélienne105.

  • 106 Ibid. A.. Thomas, op. cit., p. 145. Dayan, Histoire de ma vie, op. cit., p. 181. Le général israéli (...)
  • 107 Dayan signalera qu’il a déclaré le 1er octobre aux Français n’être pas mandaté pour élargir le cadr (...)
  • 108 Bar Zohar, Ben Gourion..., op. cit., p. 300. Cet auteur, qui a bénéficié de témoignages directs de (...)
  • 109 Dayan, Histoire de ma vie, op. cit., p. 190. A. Thomas, op. cit., p. 156. Pérès, op. cit., p. 222.

42Dans la seconde moitié de septembre, les échanges de vues entre Français et Israéliens prennent un caractère formel. Entre le 19 et le 22 septembre, Shimon Pérès, qui représente le gouvernement israélien, rencontre en France Bourgès-Maunoury et ses collaborateurs pour discuter des modalités de la participation de son pays à des opérations militaires contre l’Égypte. L’émissaire de Ben Gourion a notamment pour instruction d’exposer les désirs de son gouvernement d’obtenir des modifications frontalières et de prévenir tout danger d’un affrontement avec les Britanniques. Les Français, qui, depuis l’adoption du projet d’association des usagers du canal, désespèrent d’entraîner le partenaire anglais dans la voie du recours à la force, proposent à présent une intervention strictement franco-israélienne. Ben Gourion accepte cette offre sous réserve d’importantes fournitures additionnelles de matériel militaire et envoie à Paris une délégation qui comprend deux dirigeants de haut rang, Golda Meier, ministre des Affaires étrangères, et Moshe Dayan, chef d’état-major. Mollet et Pineau prennent cette fois part, à côté de Bourgès-Maunoury, aux conversations106. Les Israéliens posent une série de conditions à une intervention militaire conjointe, exécutée de concert ou parallèlement. Ils veulent que les États-Unis, avertis au préalable, agréent au projet ; et surtout ils exigent l’assurance que le Royaume-Uni ne soutiendra pas les pays arabes qui se porteraient au secours de l’Égypte. Enfin, les émissaires israéliens affirment qu’avec une aide matérielle suffisante, ils peuvent occuper le secteur oriental de la zone du canal de Suez si les Français pénètrent en territoire égyptien. Toutefois, Dayan rejette totalement l’hypothèse évoquée par ses interlocuteurs, d’un franchissement du canal, suivi d’une progression des forces israéliennes vers Le Caire107. Malgré la bonne volonté des deux parties, les pourparlers de la fin de septembre ne donnent lieu à aucun accord ferme, à la fois pour des raisons diplomatiques et militaires. D’abord, les dirigeants français ne s’entendent pas totalement sur le bien-fondé d’une action menée par la France avec Israël pour seul allié. Cela explique que le ministre français des Affaires étrangères avance maintenant le concept nouveau d’une agression israélienne contre l’Égypte, prélude à une opération de police franco-britannique et que, finalement, au regret des Israéliens, aucune décision ne soit prise108. À son avis, ce prétexte permettrait à coup sûr la participation ultérieure du Royaume-Uni aux hostilités. Et puis non seulement le problème des réactions américaines reste entier, mais les Israéliens continuent de se méfier de l’Angleterre. Quoique personnellement favorable au scénario soumis par Pineau, Dayan lui-même craint que les Anglais ne se réinstallent dans la zone du canal en chassant ses forces. Enfin, point capital, les représentants des deux pays constatent qu’ils n’ont pas les moyens de détruire l’aviation égyptienne, préoccupation majeure de Ben Gourion, soucieux de prévenir le pilonnage éventuel des villes israéliennes. Seule la Grande-Bretagne dispose des bombardiers nécessaires à une frappe préventive, ce qui rend son concours quasi indispensable109.

  • 110 Ibid., p. 192-193. A. Thomas, op. cit., p. 156. Ély, op. cit., p. 125.
  • 111 Ibid., p. 125-126, 130.

43À la fin des conversations de Saint-Germain, le général Ély discute avec son homologue israélien d’une possible opération conjointe contre l’Égypte, et il aborde en particulier l’hypothèse d’un débarquement anglo-français décalé dans le temps. Le chef de l’état-major israélien affirme que son pays vaincrait sans aide extérieure, sur terre comme dans les airs. Il émet cependant certains vœux : la constitution d’un « parapluie aérien » contre l’aviation ennemie, de nouvelles fournitures militaires et la fixation d’une partie de l’armée égyptienne grâce à un débarquement français de diversion110. Dayan repart le même jour, accompagné d’une délégation d’officiers français dirigée par le général Challe, qui a pour mission d’étudier les modalité d’une action militaire conjointe et d’évaluer les besoins des Israéliens en matériel de guerre. Les envoyés français reviendront le 5 octobre, « impressionnés » par la capacité offensive des forces israéliennes. Dans son rapport, Challe, en plus de réitérer les demandes déjà formulées par Dayan le 1er octobre, précisera la position de Ben Gourion : le Premier ministre n’engagera pas l’armée israélienne sans action conjointe de la France et sans garantie de la neutralité britannique111.

  • 112 Ibid., p. 127. Ély note que le Président manifeste une réticence sensible à l’égard du ministre de (...)
  • 113 Ély, op. cit., p. 127.
  • 114 Ibid., p. 121.
  • 115 Ibid., p. 90-91. Beaufre, op. cit., p. 87.
  • 116 Ély, op. cit., p. 121.

44Partisan le plus acharné d’une opération franco-israélienne au sein du gouvernement, le responsable de la Défense doit compter avec les fortes réticences du Président de la République, qui le convoque ainsi que le chef de l’état-major général, le 3 octobre 1956, afin de s’informer sur les préparatifs militaires en cours. Hostile à l’intervention et inquiet des réactions soviétiques qu’elle pourrait entraîner, René Coty exprime sa préférence qu’Israël n’y prenne pas part aux côtés des alliés112. Après cet entretien, Bourgès-Maunoury semble renoncer à l’option israélienne et le général Ély signalera dans ses mémoires que le risque d’une « aventure » lui paraît dès lors écarté113. Loin de partager l’opinion du ministre et de son cabinet, le haut commandement français juge en effet périlleux leur projet d’action franco-israélienne. Dans une note du 30 septembre, Ély a averti le ministre que, « du seul point de vue militaire », on ne pouvait pas « raisonnablement » en conseiller la mise en œuvre114. Les chefs de l’armée se soucient également des conséquences diplomatiques d’une association avec Israël susceptible de soulever contre la France l’ensemble du monde arabe et de heurter les sentiments des populations nord-africaines. Au début de l’affaire de Suez, le comité des chefs d’état-major avait d’ailleurs recommandé que l’on tienne l’État hébreu à l’écart et qu’un éventuel accord avec lui n’intervienne qu’au dernier moment115. Au début d’octobre, le général Ély considère que la France ne peut pas passer à l’action sans la coopération des Britanniques, car elle subirait seule « les foudres » des instances internationales. Et puis seule une union étroite avec le Royaume-Uni offre aux yeux d’Ély une chance d’obtenir des Nations unies un mandat pour rétablir la paix116.

  • 117 Ibid., p. 131. Dans « en appui » à Israël, les guillemets appartiennent au texte cité.
  • 118 Ibid., p. 133-134.

45Le 8 octobre, le ministre de la Défense nationale revient pourtant à son idée d’opération franco-israélienne contre l’Égypte. Il donne à l’amiral Barjot la directive d’étudier l’hypothèse d’une opération française « en appui » à Israël, soit comme phase préliminaire à l’application de Mousquetaire révisé, soit sans participation du Royaume-Uni aux hostilités. Toujours opposé à une guerre sans les Anglais, le général Ély exprime alors « les réserves les plus expresses »117. Le jour suivant, Bourgès-Maunoury et Ély rencontrent secrètement Guy Mollet qui, quoique désireux d’aider Israël, montre de fortes réserves à l’égard d’une « intervention lancée sans précaution ». En fait, le président du Conseil fait connaître clairement sa volonté de n’agir militairement qu’en accord avec les Britanniques, et encore, dans le seul cadre d’une opération de pacification ou de maintien de la paix118. Alerté, peut-être par les responsables militaires, le chef du gouvernement, qui semblait avoir laissé toutes les options ouvertes au moment des discussions de Saint-Germain, prend maintenant fermement position, et ceci en présence du chef de l’état-major, contre le principe d’une action armée aux côtés des seuls Israéliens.

  • 119 Beaufre, op. cit., p. 93.
  • 120 Ibid., p. 95-96.
  • 121 Ibid., p. 97.

46Cependant, dans les jours qui suivent, le commandement opérationnel français effectue, sous la direction du général Beaufre, l’étude d’une attaque contre l’Égypte en coopération avec les Israéliens, réclamée par le ministre de la Défense. Dans une « note d’orientation » du 12 octobre, le général Ély en précise d’ailleurs la nature : il s’agirait de fournir à l’armée israélienne un soutien naval et aérien maximum, et de s’emparer éventuellement d’un gage en sol égyptien, au cours d’une opération menée par des « éléments légers » avec « un minimum de moyens, acheminés par mer »119. Dans un rapport qu’il remet le 14 octobre, Beaufre expose un plan grâce auquel on pourrait, à son avis, prendre Port-Saïd/Port-Fouad et El Kantara/Ismaïlia, puis menacer Suez ou Le Caire. S’il qualifie l’opération de « risquée mais jouable », le commandant des forces terrestres du corps expéditionnaire français pose toutefois une condition majeure : on ne devra donner l’assaut que trois ou quatre jours après l’entrée en guerre des Israéliens, pour que ces derniers aient eu le temps de progresser jusqu’à El Kantara afin d’y soutenir les Français120. Le 15 octobre encore, à la requête du chef de l’état-major général, Beaufre rédige une note sur les conditions politiques d’une action militaire franco-israélienne. Le général s’y montre fort pessimiste quant aux possibilités de succès du projet de Bourgès-Maunoury. D’abord, il tient pour plus probable l’intervention des États-Unis que celle de l’URSS ou des pays arabes. À son avis, devant le conflit déclenché par l’État hébreu et la France, la réaction américaine pourrait aller de la pression diplomatique exercée avec le concours des Nations unies, jusqu’au blocus maritime par la 6e flotte121. Une implication russe dans le conflit prendrait la forme d’une contre-offensive politique et de la fourniture d’avions et de sous-marins, tant qu’elle demeurerait indirecte. Dans le cas contraire, prévient le commandant, on assisterait à une généralisation du conflit avec, peut-être, le don de bombes atomiques à l’Égypte. En conclusion, Beaufre recommande le concept d’une opération de police dans laquelle les forces anglo-françaises, « avant-garde de l’ONU », préserveraient la neutralité du canal, et surtout, il met en garde ses supérieurs contre une opération prolongée :

  • 122 Ibid.., p. 97-98.

« Les nombreux dangers [en] seraient d’autant plus grands que nous n’obtiendrions pas l’effondrement rapide de l’adversaire [...] Toute solution fondée sur la prise d’un gage limité présente le maximum de risques et peu de chances de succès »122.

47Bien entendu, que le général Ély fasse composer cette note formelle au moment même où prennent fin les discussions privées avec les Égyptiens au Conseil de Sécurité, montre bien que l’état-major redoute que le ministre de la Défense réussisse à entraîner le Cabinet dans une aventure. Fort probablement, ce document, qui ne laisse guère d’illusion sur le caractère aléatoire du plan d’attaque israélo-française, doit servir soit à alerter le Président Coty et les ministres modérés, soit à dégager la responsabilité de l’état-major en cas de fiasco militaire.

Action militaire et politique intérieure française

  • 123 FO/371 118996 JE11924/10, entretiens du 1er août entre Christian Pineau et Selwyn Lloyd, note d’A.D (...)
  • 124 FO/371 118996 JE11924/G. Requêtes de l’amiral Nomy, présentées le 8 août 1956. On note que Nomy éta (...)
  • 125 PREM 11/1099, PM./56/166, p. 225-226. Note du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, sur une (...)
  • 126 FO 371/118871 JE 1073/14, « The Suez Canal Crisis », « Anglo-French talks on the political aspects (...)
  • 127 Ibid., JE 119243/22, tél. n° 213, de Sir Gladwyn Jebb au secrétaire d’État au FO, 9 août 1956, note (...)

48Dès les premiers jours de la crise de Suez, lorsque se noue l’entente avec l’Angleterre, les ministres français veulent donner à leur opinion nationale des gages de fermeté à l’égard de l’Égypte. Pineau offre le 1er août au Cabinet anglais une division pour une « démonstration de force continue »123. Une semaine plus tard, au moment des pourparlers bilatéraux qui précèdent l’alliance formelle entre les deux pays, les Français essaient d’obtenir des « mouvements de troupes immédiats et visibles » ainsi que des rencontres entre les hauts responsables militaires des deux pays, tenues avec force publicité. L’amiral Nomy, chef de la Marine nationale, qui présente officiellement à Londres ces requêtes, indique sans ambages que son gouvernement veut prouver ainsi à l’opinion publique qu’il se prépare à agir militairement124. On se souvient que le Cabinet anglais refuse bien entendu d’accéder aux demandes françaises, officiellement pour ne pas apparaître belliciste à la veille de la Conférence de Londres, mais aussi pour ne pas choquer l’opposition travailliste, de plus en plus inquiète. Lors de sa venue dans la capitale britannique, le 8 août, l’amiral Nomy constate que ses confrères anglais allouent un long délai de trois semaines entre la fin de la réunion internationale et le début des opérations militaires. Prévenu, l’ambassadeur Chauvel avertit le secrétaire d’État au Foreign Office qu’il anticipe de vives réactions des ministres français125. Le 13 août, en effet, Pineau tente sans succès d’obtenir de son homologue anglais l’allongement de la durée de la Conférence de Londres, coupée par exemple en deux sessions, pour éviter le long délai d’inaction qui précéderait le début de l’action armée126. Ainsi, les dirigeants français s’efforcent-ils, dès le début de l’affaire de Suez, d’obtenir le consentement du partenaire britannique à des gestes de fermeté. S’il tiennent à « agiter le sabre » et s’ils se montrent si préoccupés du long délai de préparation prévu par le plan Mousquetaire, ce ne peut être qu’à cause de pressions puissantes subies sur la scène intérieure. Cela explique qu’ils prônent, avec pour le moins beaucoup de légèreté, une attitude belliqueuse propre à isoler leur pays au plan international. Ce souci des diplomates anglais, d’éviter que leurs deux pays ne projette l’image d’agresseurs potentiels, les hauts fonctionnaires du Quai d’Orsay le partagent à tel point que Sir Gladwyn Jebb observe durant les discussions anglo-françaises de la deuxième semaine d’août que « les Français semblent tenir deux discours [à la fois] » (the French seem to be speaking with two voices)127.

49Le peu de considération qu’à partir de la fin d’août, les dirigeants français paraissent accorder à la nature d’une éventuelle action militaire contre l’Égypte, résulte probablement du fait que très tôt les nécessités de politique intérieure priment sur les desseins de politique étrangère, et donc sur les objectifs et modalités proprement militaires. Le général Beaufre s’est exprimé beaucoup plus librement sur ce sujet que le général Ély. Détaché des forces engagées dans la guerre d’Algérie, Beaufre, comme sans doute la plupart des responsables du commandement opérationnel, ne conçoit, comme objectif possible à une expédition contre les Égyptiens, que le renversement du régime nassérien. Il n’envisage par conséquent qu’une action de grande envergure :

  • 128 Beaufre, op. cit., p. 45. Le général Ély a écrit dans ses mémoires : « Il va de soi qu’il convenait (...)

« [il fallait] donc battre l’armée égyptienne et aller au Caire [...] Toute autre opération laisserait subsister le gouvernement du dictateur [...] en outre s’organiserait rapidement une résistance à base de fedayins semblable à celle qui avait réussi à chasser les Anglais du canal »128.

  • 129 Ibid., p. 51-52. Beaufre obtient de Barjot une sorte de compromis : l’option de Port-Saïd ne sera c (...)
  • 130 Ibid., p. 72.

50Quand l’amiral Barjot lui ordonne, le 24 août, d’étudier la capture de Port-Saïd comme gage territorial, Beaufre proteste, car, à ses yeux, cette cité égyptienne ne constitue pas une prise valable. Dans son récit sur l’expédition de 1956, il signale que son supérieur a pris lors de cette conversation des « positions politiques », remarque qui atteste bien le rôle majeur des impératifs d’ordre domestique129. Trois semaines plus tard, lors des discussions avec les commandants anglais sur Mousquetaire révisé, le général Beaufre, atterré par la longueur de la phase d’attaque aérienne préalable au débarquement, tente d’obtenir une modification du plan, car la rapidité seule peut à son avis permettre un succès, par la création d’un fait accompli. Lorsqu’il réitère ses objections à Keightley, non seulement le commandant en chef anglais refuse d’en tenir compte, mais il ne reçoit aucun soutien de Barjot130. Beaufre a rappelé en ces termes son sentiment :

  • 131 Ibid., p. 214. Seule concession accordée à Beaufre par les commandants anglais, Mousquetaire révisé (...)

« Mais si l’on décidait d’attaquer le canal, il fallait le faire par surprise pour éviter qu’il ne soit obstrué. [...] Mousquetaire révisé, avec ses dix jours de bombardements aéro-psychologiques était une monstruosité [...] On me pria de faire au mieux131.

  • 132 Ibid., p. 86-87.
  • 133 Ibid., p. 93-94.
  • 134 Ibid.

51Le général porte également un jugement fort sévère sur les plans d’intervention sans participation anglaise, élaborés à Paris par certains groupes « au milieu d’un bouillonnement de projets et d’intrigues secrètes ». En somme, conclut cet officier avisé, « il s’agissait moins d’une opération militaire que d’une opération clandestine », et faute de pouvoir prendre le canal dans sa totalité par un « coup de main [...] tout ce bouillonnement d’idée aboutissait à une prise de gage qui ne pouvait être que Port-Saïd ». Pour ne pas renoncer à user de la force et en raison des dangers encourus, on a amenuisé l’objectif jusqu’à le rendre « dérisoire »132. Le chef de l’état-major général ne propose-t-il pas lui-même au commandant des forces terrestres du corps expéditionnaire de préparer la prise de la seule localité de Port-Fouad, voisine de Port-Saïd133 ? En fait, les chefs d’état-major répugnent à engager l’armée dans une aventure. Le général Ély, dont la haute conscience se trouve, d’après Beaufre, soumise à rude épreuve, lui révèle en octobre qu’il se plie à toutes ces « hypothèses » pour qu’il ne soit pas dit que « l’armée ait empêché une opération que la politique rendait nécessaire »134.

  • 135 Dayan, Histoire..., op. cit., p. 200.
  • 136 Bar-On, op. cit., p. 153 et 155. Il y a fort probablement eu un chantage voilé de la part des Franç (...)
  • 137 Jebb, op. cit., p. 283.
  • 138 331 AP/2, Fonds Pierre-Olivier Lapie, note manuscrite du député sur un entretien non daté, mais cer (...)

52Même pour les ministres qui ont à l’origine cru que l’affaire de Suez permettrait d’éliminer Nasser, l’action militaire devient très vite une fin en soi. Les Israéliens eux-mêmes constatent à quel point les dirigeants français tiennent à user de la force armée contre les Égyptiens. Moshe Dayan raconte comment à partir de la fin de septembre 1956, ils pressent sans relâche Israël d’entrer en guerre avant eux. Les Français ne se privent pas de peser lourdement sur les choix du Cabinet israélien. Par exemple, ils évoquent les doutes que pourrait avoir leur gouvernement au moment de décider si « l’opération [militaire] vaut la peine d’être entreprise »135. Ils veulent désespérément mettre à exécution le scénario de l’opération de police sur le canal et Ben Gourion, pour conserver leur appui, doit accepter à Sèvres le rôle peu honorable de l’agresseur mis au pas, réservé à son pays136. Le caractère essentiellement politique du recours à la force contre l’Égypte, voulu ardemment par les dirigeants français qui s’occupent de l’affaire de Suez, ne fait guère de doute. Sir Gladwyn Jebb s’étonne dans ses mémoires de l’avis positif rendu par des responsables militaires « aussi bien informés » que le général Ély sur les possibilités de succès rapide d’une intervention en Égypte. En fait ces derniers obéissent aux ordres des gouvernants, dont l’ancien ambassadeur juge avec justesse qu’ils ont dans la crise de Suez des mobiles de politique générale ([the French] politicalchiefs [...] were welldisposed towards the idea [ofa military operation] for general political reasons)137. Au début de 1957, questionné par Pierre-Olivier Lapie sur la raison pour laquelle les chefs militaires français n’ont pas désobéi et foncé sur Suez lors de l’expédition de novembre, André Beaufre a répondu : « l’idée n’est venue à personne en raison du caractère politique de l’opération [...] au surplus, prendre Ismaël et Suez et après ? Pour revenir »138 ?

Notes

1 Le colonel Paul Gaujac, des services historiques de l’armée de Terre française, a eu la possibilité d’étudier les archives militaires, grâce à une dérogation. Au cours d’un séminaire tenu en avril 1989 à l’Université Paris I, Monsieur Gaujac qualifiait ces fonds de « maigres ». Son livre, Suez 1956, Paris, éd. Charles Lavauzelle, 1986, fournit un bon exposé chronologique des divers plans conçus et opérations réalisées par l’armée française.

2 Sur la question des diverses fournitures d’armes (quantité, nature, chronologie) dont l’examen sort du cadre du présent travail, se référer à Jacob Tsur, Prélude à Suez. Journal d’une ambassade, 1953-1956, Paris, Presses de la Cité, 1968, passim, et Abba Eban, An Autobiography, New York, Random House, 1977, p. 193-195. Selon Eban, Edgar Faure aurait à l’été 1955 promis la vente de chasseurs Mystères au Premier ministre israélien. Michael Brecher, dans Decision in Israeli Foreign Policy, New Haven, Yale U. Press, 1975, p. 262-265, fait état de témoignages précis sur les fournitures d’armes au moment de la crise de Suez. Cf. également Bar Zohar, op. cit., et K. Love op. cit., passim.

3 Tsur, op. cit., p. 101-104.

4 Love, op. cit., p. 141-142.

5 Tsur, op. cit., p. 231, 236-237.

6 Bar Zohar, op. cit., p. 102-103. Destremau, op. cit., p. 183-185.

7 Ssur le lobby pro-israélien en France, lire Bar Zohar, op. cit., p. 88 et 92. Et surtout, le même auteur dans Anthony Moncrieff, Suez : Ten Years After, Broadcast from the B.B.C. Third Programme, édité et présenté par A. Moncrieff, 1967, p. 60.

8 Tsur, op. cit., p. 210.

9 Ibid., p. 282, 289, 290 et 302. L’ancien ambassadeur observe que l’attitude du Quai d’Orsay varie dans les derniers mois de 1955 : le ministre avalise les commandes d’Israël et le gouvernement Faure accepte de fournir des Mystères IV si les États-Unis y consentent. En janvier 1956, Paris suspend les livraisons d’armes à l’Égypte et retarde celles à destination des autres pays arabes en raison de l’aide apportée par ces derniers aux rebelles algériens.

10 DDF, doc. n° 115, note de la direction d’Afrique-Levant, MAE, 20 février 1956. À une réunion du Comité interministériel sur la vente d’armes à l’étranger, le représentant du ministre de la Défense s’élève contre la remise en cause du protocole d’octobre 1955 sur les fournitures d’armes à Israël, qui lui paraît implicite dans un télégramme récent de Pineau à l’ambassadeur en poste à Washington [ibid., doc. n° 86]. La Direction d’Afrique-Levant indique la nécessité d’une décision rapide : soit « remettre franchement en cause » un protocole « conclu à l’insu du ministère [des Affaires étrangères] » ; soit soumettre ces ventes à l’approbation du NEACC, dont les autres membres feront probablement opposition.

11 Ibid., doc. n° 86, tél. n° 1286-91, de C. Pineau à M. Couve de Murville, ambassadeur à Washington, 10 février 1956. Le ministre fait mention d’une « obligation morale » à l’égard d’Israël auquel la France a promis 60 chars AMX, 40 chars Sherman et des obus de 75mm.

12 Cf., entre autres, ibid., doc. n° 140, tél. n° 2174-81, de C. Pineau à Couve de Murville, 5 mars 1956. Le ministre annonce qu’il fournira 12 chasseurs Mystères aux Israéliens, non sans faire état de consultations préalables avec les États-Unis.

13 Tsur, op. cit., p. 340. Christian Pineau s’est souvenu de ces mises en gardes dont fait état l’ancien ambassadeur israélien (entretien du 18 avril 1988).

14 Ibid., p. 341.

15 Fonds Alain Savary (Fondation nationale des Sciences politiques), carton SV 18, dossier (dr.) 2, sous-dossier (sdr.) b. « Note pour le ministre » de P. Maillard, Direction générale des Affaires politiques, Direction d’Afrique-Levant, Sous-direction du Levant, 9 mars 1956.

16 Ibid., p. 3, 5-6.

17 Ibid., p. 6-7.

18 Ibid., p. 2.

19 Ibid., « Note sur les relations franco-égyptiennes et la politique française au Moyen-Orient », par Georges Gorse, 26 février 1956. L’auteur de cette note précise au sujet des intérêts français en Égypte : « Dans l’éventualité d’une rupture des relations, nous serions pratiquement les seuls perdants, abandonnant des positions qu’il n’y aurait aucun espoir de reprendre par la suite » (mot souligné dans le texte cité). L’ambassadeur français en poste à l’époque, Armand du Chayla se rappellera l’existence de cette note de Georges Gorse, assurément transmise par la Direction générale des Affaires politiques (entretien accordé le 7 février 1990 à l’auteur).

20 Fonds Alain Savary, SV 18, dr. 2, sdr. b, p. 1-2.

21 Ibid., p. 3-5.

22 Ibid., p. 4.

23 Ibid., p. 5.

24 Ibid., p. 6. Gorse remarque également, non sans finesse, que les problèmes du Moyen-Orient, avec les développements des politiques anglaise, américaine, puis, plus récemment, soviétique, ont cessé d’être « locaux ». Il conclut : « C’est à Londres, à Washington, à Moscou aussi bien qu’au Caire, qu’une politique française du Moyen-Orient doit se définir et s’exercer » (p. 7). Or, pour des motifs situés certainement hors du champ des affaires étrangères, les quelques dirigeants français qui engageront la France dans l’expédition de novembre contre l’Égypte, vont superbement ignorer cette réalité avec les résultats que l’on sait.

25 Armand du Chayla, entretien accordé le 7 février 1990 à l’auteur.

26 FO 371/124443 WF1051/83. « Record of a conversation between the Secretary of State and the French Ambassador on Thursday, July 26th [1956] », note du même jour. 27./ Il n’y a pas sous la IVe République de procès-verbaux officiels sur les discussions du Conseil des ministres, mais fort probablement, le secrétaire-général du gouvernement ou celui de la présidence de la République devait de façon plus ou moins régulière établir des notes sommaires, toujours inaccessibles.

27 Une distinction s’impose entre les partisans de l’Algérie française au Parlement et au gouvernement, et ceux qui, dans les mouvements d’extrême-droite, défendent eux aussi l’empire. Ces derniers vont considérer avec méfiance la politique égyptienne de Mollet dans la crise de Suez, vue, au mieux, comme une extension mineure du combat contre le FLN, et au pire, comme une diversion voulue, impardonnable, car elle affaiblit l’effort de pacification.

28 FO 371/124441 WF 1051/19. Procès verbal des deux réunions du 11 mars 1956 aux Chequers entre le Premier ministre et Guy Mollet.

29 DDF, doc. n° 189, dépêche du ministre aux ambassades de Londres et de Washington sur les entretiens du 14 mars au Caire, 20 mars 1956. FO 371/124453 WF11316/1, dépêche de l’ambassade de Grande-Bretagne au Caire au secrétaire d’État, 22 mars 1956. Destremau souligne les dangers d’une visite improvisée qui, le ministre n’ayant rien à offrir, ne peut guère déboucher sur des résultats concrets (op. cit., p. 189-190).

30 PREM 11/1151, rapport de l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris sur une conversation entre Hugh Gaitskell, Guy Mollet et Christian Pineau, 10 mai 1956, p. 4. Détail intéressant, à la lecture d’un propos de Pineau disant « Si la France avait adhéré au Pacte de Bagdad », Eden a écrit en marge « Nous n’en voulons pas ».

31 Tsur, op. cit., p. 364-365.

32 Abel Thomas, op. cit., p. 87. Bourgès-Maunoury aurait affirmé à son collaborateur : « Il est impossible qu’avec une telle déclaration, le Premier ministre ne me demande pas des comptes » (p. 89). Or le ministre « couvrira » de son autorité le colonel Mangin. Que le titulaire de la Défense et ses subordonnés osent impunément remettre en question la politique extérieure du Cabinet, témoigne de leur position de force.

33 Le Populaire de Paris, 11 juin 1956. Le Monde, 23 mai 1956. Dans L’agonie d’un régime (1952-1958), (Paris, Atlantic, 1959), J.-A. Faucher, journaliste, notait, dès le 28 février 1956, « l’inquiétude de certains ministres » devant la dégradation des rapports franco-égyptiens et leur évolution vers « un état de guerre ».

34 FO 371/124443 WF 1051/64. Note of a conversation with Mr. Pineau : 3rd June 1956. J. Amery, 15th June 1956.

35 The Times, 2 juillet 1956.

36 DDF, doc. n° 416. Note de la Direction d’Afrique-Levant sur la réunion, le 19 juin 1956, du comité interministériel sur les ventes d’armes à l’étranger. Le représentant du Quai d’Orsay repousse la prétention du colonel Lévèque, du cabinet de Bourgès-Maunoury, selon laquelle le décret de 1955 sur la constitution de ce comité réserve au seul ministre de la Défense nationale l’exécution des livraisons, y compris les autorisations d’exportation. Le ministère des Affaires étrangères manifeste son opposition aux nouvelles ventes d’armes à Israël, d’une grande ampleur, par le refus d’en assurer le financement.

37 Tsur, op. cit., p. 376.

38 Ibid., p. 341.

39 Armand du Chayla, entretien accordé le 7 février 1990 à l’auteur. Son ancien collaborateur, Bernard Destremau, fait la même observation dans son livre (op. cit., p. 192).

40 Le Monde, 28-29 juillet 1956, éd. « Le défi ».

41 Le Figaro, 28-29 juillet 1956, éd. « Le défi ».

42 Combat, 29 juillet 1956, éd. « L’Anschluss ». Quoiqu’il attribue à Nasser la même personnalité qu’Hitler, ce journal reconnaît que l’Égypte « bluffe », qu’elle n’a pas, et de loin, la puissance relative de l’Allemagne des années 1930. Il lui paraît d’autant plus facile de donner une leçon au dictateur du Caire.

43 Le Figaro, éditoriaux du 30 juillet et du 1er août 1956 ; Carrefour, 1er août 1956, articles de Georges Bidault et M.E. Naegelen ; LAurore, 30 juillet 1956.

44 Ibid., 1er 1956, article de Georges Bidault, « Le combat de la France en Afrique du Nord est celui de l’Occident ». Le Figaro, 30 juillet 1956. Le Monde, 2 août 1956, éd. « Monsieur Dulles à pied d’œuvre ».

45 Le Figaro, 1er août 1956, éd. « Washington dispose » ; 3 août 1956, éd. « La solidarité occidentale indispensable » ; 8 août 1956, éd. de Raymond Aron, « L’unité atlantique enjeu de la crise ».

46 Ibid., 4-5 août 1956, éd. de Raymond Aron, « La crise continue ».

47 L’Humanité, 28 juillet 1956, éd. « Amitié avec l’Égypte ».

48 Ibid., 31 juillet 1956.

49 Ibid., 2 août 1956, éd. « Rien n’autorise le recours à la force », et 6 août 1956, éd. « Pas de Diktat. Négociation ».

50 Par exemple, dans L’Express, très ferme sur la question de Suez, Jean Daniel dissocie le 10 août 1956 les problèmes algérien et égyptien et taxe le gouvernement d’imprudence (l’article a pour titre « Algérie : capitale Suez ? »). Dans un éditorial du Figaro (4-5 août 1956, éd. « La crise continue »), Raymond Aron lui-même se contente de ridiculiser l’analogie entre l’Égypte et l’Allemagne nazie, utilisée par ses confrères, y compris dans les colonnes voisines des siennes.

51 Journal officiel de la République française : débats parlementaires, Assemblée nationale (JOAN), 3 août 1956.

52 DDF, doc. n° 82, tel. n° 655-658, de l’ambassadeur du Chayla au MAE, 27 juillet 1956.

53 Ibid., doc. n° 84, tél. n° 7479-7483, du MAE à l’ambassadeur de France à Londres, 27 juillet 1956, « Les décisions du gouvernement français à la suite de la nationalisation de la Compagnie de Suez ».

54 Ibid., doc. n° 82, tél. n° 655-658, de l’ambassadeur du Chayla au MAE, 27 juillet 1956. Du Chayla confirme que les diplomates français envisageaient essentiellement des mesures économiques et la création d’un groupe de pression des nations concernées par le libre passage dans le canal (entretien accordé le 7 février 1990 à l’auteur).

55 DDF, doc. n° 84, tél. n° 7479-7483, du MAE à l’ambassadeur de France à Londres, 27 juillet 1956, « Les décisions du gouvernement français à la suite de la nationalisation de la Compagnie de Suez ».

56 Ibid.

57 Chapitre II, p. 81 et 83.

58 DDF, doc. n° 105, compte rendu d’une visite de M. Dulles à M. Pineau, 1er août 1956.

59 Fonds Alain Savary, SV 18, dr. 3, « Note » de P. Maillard, Direction générale des Affaires politiques, Direction d’Afrique-Levant, Sous-direction du Levant, 13 août 1956.

60 Ibid., p. 1-3. Le sous-directeur fait l’observation très juste que Français et Britanniques ont tort de porter le différend avec l’Égypte sur le terrain de la décolonisation et de l’émancipation des peuples, terrain sur lequel les États-Unis auront de la « difficulté » à les suivre.

61 Ibid., p. 4.

62 Ibid., p. 7-8.

63 Ibid., p. 9-10.

64 Ibid., p. 11. Le mot « impérialisme » est bien sûr entre guillemets dans le texte cité.

65 Ibid.

66 DDF, doc. n° 77, tél. n° 4521-4528, 25 juillet 1956, Couve de Murville au MAE, « Conversation entre M. Couve de Murville et M. George Allen ». Ibid., doc. n° 77, tél.. n° 4548-4552, 29 juillet 1956, de Couve de Murville au MAE, « Conversation entre M. Couve de Murville et M. Georges Allen ».

67 Cette précision était apportée par Albert Gazier au cours d’un entretien, le 30 août 1956, entre le ministre et Jacob Tsur (op. cit., p. 392). Gérard Jacquet confirme ce fait (entretien du 13 mars 1989). Christian Pineau comprend également dans le groupe des « faucons » le secrétaire d’État à l’Armée de l’Air ; or ce dernier sera directement responsable de l’Affaire Ben Bella (entretien du 19 avril 1988). Selon l’ancien ministre des Affaires étrangères, tant Albert Gazier que Gérard Jacquet étaient des modérés.

68 Gérard Jacquet, entretien accordé le 13 mars 1989.

69 Émile Noël, entretien accordé le 18 juillet 1988.

70 Hervé Alphand, Létonnement d’être : journal, 1939-1973, Paris, Fayard, 1987, p. 277.

71 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4, sdr. a, « Note » sur le trafic d’armes au profit de l’Algérie, 24 septembre 1956, p. 2. L’identité de l’auteur de la note n’est pas précisée, mais l’observation que des preuves d’une implication des gouvernements du Maroc ou de la Tunisie permettraient une intervention officielle (p. 4) indique qu’il s’agit d’un collaborateur de Savary.

72 Ibid. Procès verbal de la réunion tenue au secrétariat d’État aux Affaires tunisiennes et marocaines, le mardi 2 octobre 1956, sous la présidence de M. Savary, p. 2-3 et 6. Y assistent des représentants du Service de défense extérieure et de contre-espionnage (SDECE), de la Sécurité militaire, de la Défense nationale, de l’Armée et de la Marine. On note que l’essentiel du matériel livré aux fellaghas d’Algérie comporte surtout des fusils, des munitions et des explosifs. Cf. aussi, « Éléments d’une communication au Conseil des ministres sur le soutien accordé par le Maroc et la Tunisie à la rébellion algérienne », ibid., p. 1-3.

73 Ibid., tél. réservés, n° 2896-2925, du secrétariat de Tunis au MAE et au secrétaire d’État aux Affaires tunisiennes et marocaines, 23 juin 1956, p. 5-6. Dans une autre note non datée, mais probablement de septembre 1956, on observe que « le gouvernement tunisien donne son appui total au réseau [de fourniture d’armes] dépendant du comité du FLN à Tunis », notamment pour le stockage et le transport. Les services français constatent aussi que le réseau nord-tunisien prend désormais le pas sur le réseau sud, alimenté par la filière libyenne.

74 FO 371/118983 JF11912/7. Letter from H.B. Shepherd (Cairo Embassy) to T.W. Garvey Esq., 23 mars 1956. « Report of a conversation with M. de la Chevalerie, member of the French Embassy, about the use of British arms by the rebels in Algeria possibly stolen from the Suez Base ».

75 FO 371/129392 JF 1195/9. Rapport du consulat britannique à Alger, sur une conversation avec André Favereau, membre du cabinet du Gouverneur-général, 14 janvier 1956.

76 Ibid., JF 1195/26. Mémorandum aux postes diplomatiques et consulaires en France métropolitaine, 21 septembre 1956. Point 8 : the différence that external arms trafic makes to the Algerian rebellion is often exagerated. There is little doubt that equipment captured from the French armed forces in North Africa is the rebels’ principal source of supply.

77 Fonds Alain Savary, SV 16, dr. 4., sdr. a, Ambassade extraordinaire, Mission exceptionnelle de la France au Maroc, « Pertes en armements du 15 novembre 1955 au 31 juillet 1956 ». L’équipement « perdu » comprend, entre autres, 398 pistolets mitrailleurs, 1 536 fusils ou carabines, 71 fusils mitrailleurs.

78 Armand du Chayla, entretien accordé le 7 février 1990.

79 Destremau, op. cit., p. 191.

80 Jacques Soustelle, « La Ligue arabe, l’Égypte et la paix », La Revue de Paris, septembre 1956, p. 22.

81 Pineau, op. cit., p. 92. L’ancien ministre lance notamment une accusation voilée contre les États-Unis.

82 Christian Pineau, entretien accordé le 19 avril 1988. 74 AP/61 Fonds Paul Reynaud. Dans une note faite en réponse à une demande de l’ancien président du Conseil et reprise par lui dans un mémoire de janvier 1957 (point 1), le ministère des Affaires étrangères repoussait la requête du parti des indépendants et paysans en faveur d’une saisine des Nations unies sur l’intervention de l’Égypte en Algérie. Les diplomates y expliquaient qu’ils n’avaient pas de dossier valable sur les ingérences égyptiennes en Algérie. Tout au plus y avait-il eu, avant l’affaire de l’Athos, quelques livraisons d’armes, des émissions de propagande du Caire et la formation de cadres de la rébellion en Égypte. « Encore [selon le Quai d’Orsay] les preuves dont on disposait se limitaient-elles à quelques rapports de police sans consistance ». Ces affirmations pourraient être fausses, si vraiment Pineau avait l’intention de restaurer des relations amicales avec l’Égypte, deux mois seulement après le fiasco de Suez. Mais elles sont probablement vraies, car il eût été très simple pour Reynaud de vérifier ces renseignement directement auprès des cabinets de Bourgès-Maunoury et de Lacoste.

83 FO 371/124443 WF 1051/64. Note of a conversation with Mr. Pineau : 3rd June 1956. J. Amery, 15th June 1956.

84 Azeau, op. cit., p. 126. Apparemment remarquablement informé sur certains aspects de la crise de Suez, cet auteur situe l’aide nassérienne au 7e ou 8e rang des appuis à la rébellion algérienne (note n° 1, p. 104).

85 Edgar Faure, Mémoires, t. II, Si tel doit être mon destin ce soir, Paris, Plon, 1984, p. 638.

86 Témoignages de Christian Pineau (19 avril 1988) et de Gérard Jacquet (13 mars 1989).

87 Id.

88 Christian Pineau, entretien accordé le 19 avril 1988.

89 Gérard Jacquet, entretien accordé le 13 mars 1989.

90 Fonds Pierre-Olivier Lapie (Archives nationales), 331 AP2, journal personnel de P.-O. Lapie, p. 54.

91 The New York Times, 7,10 et 24 septembre 1956. Le journal rapporte que certains membres du gouvernement, dont Jacques Chaban-Delmas, ont proposé une démission collective des ministres sur la question de Suez. Carrefour, 26 septembre 1956.

92 L’Express, 20 juillet 1956. The Economist, 29 septembre 1956, p. 1060.

93 Ibid., 17 août 1956.

94 PREM 11/1102, tél. n° 337, 26 septembre 1956, du Premier ministre au Lord Privy Seal, p. 331. Les termes d’Eden sont : Mr. Mollet, aslbelieve, would like to get a seulement on reasonable terms if he could. I doubt whether Mr. Pineau wants a seulement at all.

95 Tant le général Ély, dans ses mémoires (op. cit., p. 184), que le général Beaufre (L’expédition de Suez, Paris, Bernard Grasset, 1967, p. 92), notent le caractère politique de la décision française de se soumettre au commandement militaire anglais.

96 Dans son récit, le général Beaufre note que son supérieur, le général Ély, explique la nomination, sans doute contestable à leurs yeux, de l’amiral Barjot, par des « raisons politiques sérieuses », qui bien sûr sont celles de Bourgès-Maunoury lui-même (op. cit., p. 184).

97 Ély, op. cit., p. 79.

98 J. Massu et H. Le Mire, Vérité sur Suez, 1956, Paris, Plon, 1978, p. 27 et 29.

99 Ély, op. cit., p. 74 et 88.

100 Ibid., p. 79.

101 Beaufre, op. cit., p. 100.

102 Ibid., p. 52-53. Barjot n’hésite pas à exposer à la même date, devant les commandants britanniques, son plan pour attaquer Port-Saïd et Beaufre note « la surprise désolée » des généraux Stockwell et Keightley.

103 Ibid., p. 79. Les mots entre guillemets sont en italique dans le texte cité.

104 Ély, op. cit., p. 112.

105 Brecher, op. cit., p. 264.

106 Ibid. A.. Thomas, op. cit., p. 145. Dayan, Histoire de ma vie, op. cit., p. 181. Le général israélien fait état d’un échange de télégrammes entre Bourgès-Maunoury et Ben Gourion, par lequel ce dernier accepte le principe d’une action militaire conjointe. Michel Bar Zohar, Ben Gourion, le prophète armé, Paris, Fayard, 1966, p. 288.

107 Dayan signalera qu’il a déclaré le 1er octobre aux Français n’être pas mandaté pour élargir le cadre d’une éventuelle action militaire dans le sens d’une opération dirigée vers la capitale égyptienne, mais en fait, le chef de guerre israélien entendait éviter de « dangereuses complications diplomatiques » (Histoire de ma vie, op. cit., p. 184-185).

108 Bar Zohar, Ben Gourion..., op. cit., p. 300. Cet auteur, qui a bénéficié de témoignages directs de la part de certains acteurs israéliens de la crise de Suez, rapporte que Christian Pineau leur est apparu comme le dirigeant français le plus réservé devant le projet d’action militaire franco-israélien. Le ministre aurait, semble-t-il, préféré une action anglo-française directe contre le canal, sans la participation d’Israël.

109 Dayan, Histoire de ma vie, op. cit., p. 190. A. Thomas, op. cit., p. 156. Pérès, op. cit., p. 222.

110 Ibid., p. 192-193. A. Thomas, op. cit., p. 156. Ély, op. cit., p. 125.

111 Ibid., p. 125-126, 130.

112 Ibid., p. 127. Ély note que le Président manifeste une réticence sensible à l’égard du ministre de la Défense. A. Thomas, op. cit., p. 158. Thomas remarque que le général Ély n’est pas favorable à une opération avec les seuls Israéliens, d’une part, parce qu’il craint que l’influence anglaise n’en sorte renforcée dans le monde arabe, et d’autre part, à cause du durcissement que l’alliance avec Israël pourrait provoquer.

113 Ély, op. cit., p. 127.

114 Ibid., p. 121.

115 Ibid., p. 90-91. Beaufre, op. cit., p. 87.

116 Ély, op. cit., p. 121.

117 Ibid., p. 131. Dans « en appui » à Israël, les guillemets appartiennent au texte cité.

118 Ibid., p. 133-134.

119 Beaufre, op. cit., p. 93.

120 Ibid., p. 95-96.

121 Ibid., p. 97.

122 Ibid.., p. 97-98.

123 FO/371 118996 JE11924/10, entretiens du 1er août entre Christian Pineau et Selwyn Lloyd, note d’A.D.M. Ross du même jour. Pineau propose de déplacer une division blindée légère d’Algérie vers Tobrouk.

124 FO/371 118996 JE11924/G. Requêtes de l’amiral Nomy, présentées le 8 août 1956. On note que Nomy était accompagné de Barjot, représentant attitré du pouvoir politique et, surtout, du ministre de la Défense.

125 PREM 11/1099, PM./56/166, p. 225-226. Note du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, sur une conversation avec l’ambassadeur de France, 8 août 1956.

126 FO 371/118871 JE 1073/14, « The Suez Canal Crisis », « Anglo-French talks on the political aspects of possible intervention in Egypt ». Rencontre du 13 août 1956 à Paris entre l’ambassadeur Jebb et le ministre des Affaires étrangères français.

127 Ibid., JE 119243/22, tél. n° 213, de Sir Gladwyn Jebb au secrétaire d’État au FO, 9 août 1956, note sur le premier entretien avec Louis Joxe, secrétaire-général du ministère des Affaires étrangères français. PREM 11/1199, p. 157. Record of a conversation between the Secretary of State and the French Ambassador on August 13th, 1956. Il faut noter que les diplomates français vont soumettre à Selwyn Lloyd leur propre projet de propositions pour la conférence de Londres. À l’issue d’une conversation du 13 août 1956, Lloyd notait : Mr. Chauvel handed me a paper which he said represented the thinking at the official level in the Quai d’Orsay of possible alternative to our présent proposais. Mr. Pineau had not approved it and was himself opposed to any watering down of the international control. Ainsi, comme précédemment, les diplomates ont tenté d’influencer indirectement, par le biais des Britanniques, l’orientation ministérielle.

128 Beaufre, op. cit., p. 45. Le général Ély a écrit dans ses mémoires : « Il va de soi qu’il convenait de se mettre en toute hypothèse en mesure d’aller jusqu’au Caire, ce qui était contenu en germe dans le plan » (op. cit., p. 105). Bien entendu cette affirmation est incorrecte. Le chef de l’état-major général ne peut pas ignorer que Mousquetaire révisé se limite strictement à la zone du canal..

129 Ibid., p. 51-52. Beaufre obtient de Barjot une sorte de compromis : l’option de Port-Saïd ne sera considérée que comme variante au cas où le débarquement à Alexandrie s’avérerait trop dangereux.

130 Ibid., p. 72.

131 Ibid., p. 214. Seule concession accordée à Beaufre par les commandants anglais, Mousquetaire révisé comprendra deux variantes, l’une conforme au principe d’une longue attaque aéro-psychologique, l’autre fondée sur une attaque effectuée très tôt par des échelons amphibies et des unités aéroportées, dans le cas où la résistance serait faible ou négligeable.

132 Ibid., p. 86-87.

133 Ibid., p. 93-94.

134 Ibid.

135 Dayan, Histoire..., op. cit., p. 200.

136 Bar-On, op. cit., p. 153 et 155. Il y a fort probablement eu un chantage voilé de la part des Français pour obliger les Israéliens à se plier à leurs exigences : sans coopération d’Israël, pas de fournitures militaires, jugées si importantes à Tel Aviv. Selon Robert Azeau, les militaires français ne montraient guère de cette sollicitude à l’égard de l’État hébreu, affichée après coup par la plupart des responsables français mêlés à l’affaire de Suez. Azeau rapporte ce bon mot en vogue dans l’armée française : « Israël est notre dernière colonie ».

137 Jebb, op. cit., p. 283.

138 331 AP/2, Fonds Pierre-Olivier Lapie, note manuscrite du député sur un entretien non daté, mais certainement du début de 1957, avec le général Beaufre. P. Château-Jobert, Feux et lumière sur une trace. Faits de guerre et de paix, Paris, Presse de la Cité, 1978. L’ancien officier, commandant de parachutistes qui participait à l’expédition de Suez, dément totalement l’idée répandue en France après coup, de l’impossibilité d’aller de l’avant avec la conquête de la zone du canal à cause des Anglais. Ceci va dans le même sens que le témoignage de Beaufre.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search