Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Chapitre VII. Les ministres anglais et l’expédition d’Égypte (14-31 octobre 1956)

Texte intégral

  • 1 Chauvel, op. cit., p. 195. Albert Gazier prétexta du fait qu’il devait se plaindre de l’attitude de (...)
  • 2 DDF, doc. n° 225, tél. n° 4419-4426, 9 octobre 1956, de l’ambassadeur Chauvel au MAE, note sur une (...)
  • 3 Ibid., doc. n° 222, Note du Directeur général des Affaires politiques à l’intention de M. Pineau, s (...)
  • 4 Cette idée sera reprise par Paul Johnson (op. cit., p. 83). Cf. aussi Bar-Zohar, op. cit., p. 115.
  • 5 Time and Tide, vol. 37, n° 42, 20 octobre 1956, p. 1204, « Dangerous Diversion ».
  • 6 Entrevue accordée le 9 mai 1988 à l’auteur par Albert Gazier. L’ancien ministre affirme que sa visi (...)
  • 7 Ibid. A Canal Too Far, documentaire de la British Broadcasting Corporation, présenté par Peter Henn (...)
  • 8 Sir Anthony Nutting, entrevue accordée à l’auteur le 14 juin 1988.
  • 9 Challe, op. cit., p. 29.
  • 10 A Canal Too Far, op. cit., Sir Guy Millard a eu ces mots significatif sur l’attitude d’Eden devant (...)

1Le 14 octobre 1956, le Premier ministre anglais reçoit aux Chequers, en présence de Nutting, Albert Gazier, ministre français des Affaires sociales, accompagné du général Challe. Le représentant du gouvernement français vient officiellement pour discuter des modalités d’une éventuelle entrée de troupes irakiennes en Jordanie1. Cette opération, préparée par le Foreign Office, vise à consolider le régime du roi Hussein et à accroître l’influence de l’Irak aux dépens des groupes pro-égyptiens qui agitent le pays. Mais aussi, comme le déclare Sir Ivone Kirkpatrick à Jean Chauvel, à Washington comme à Londres, on juge l’appel lancé à Bagdad par Amman « propre à diminuer le prestige de Nasser »2. Ainsi que le pensent alors les Israéliens, les Britanniques cherchent assurément, au-delà du simple renforcement de la monarchie hachémite, à détourner l’attention du monde arabe de l’affaire de Suez3. Un succès remporté à peu de frais sur l’Égypte en Jordanie fournirait bien évidemment un paravent inespéré au moment où l’on s’oriente vers une solution à l’amiable de la question du canal4. C’est bien ainsi du reste que l’entendent les tories impérialistes, qui dénoncent « cette dangereuse diversion »5. Cependant, Albert Gazier, personnalité éminente du ministère Mollet, titulaire par intérim des Affaires étrangères en l’absence de Pineau, ne rencontre pas Eden seulement pour discuter de la Jordanie, sujet qui eût été du ressort de l’ambassadeur. Il vient avant tout lui soumettre l’idée d’une intervention militaire anglo-française exécutée de connivence avec Israël, qu’expose dans ses grandes lignes le général Challe : on inviterait les Israéliens à attaquer l’Égypte, puis, sous le couvert d’une interposition entre les combattants, on s’emparerait du canal et de ses deux ports terminaux, Suez et Port-Saïd6. Bien qu’il reporte à plus tard sa réponse, pour pouvoir consulter certains collègues, le chef du Cabinet manifeste un vif intérêt à l’égard de la perspective ouverte par le plan franco-israélien7. En fait, comme l’affirmera Nutting, sans doute opte-t-il dès ce moment pour l’action militaire suggérée par les Français8. Le général Challe lui-même tiendra d’emblée pour acquis le consentement du Premier ministre9. Cela explique au demeurant le rappel d’urgence du secrétaire d’État au Foreign Office, toujours à New York. Politiquement très menacé, diplomatiquement paralysé par l’association avec les Français et affaibli par la mésentente avec les Américains, Eden se raccroche au projet que vient de lui présenter Paris. Cela ne représente-t-il pas l’unique possibilité de se tirer d’une situation intenable, jusqu’ici sans issue10 ?

  • 11 PREM 11/1102, tél. n° 854, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, 14 octobre 1956, p. 11. (...)
  • 12 Ibid.., p. 12. Point i) et paragraphe 5.

2Par ses déclarations à la presse au moment de la conférence de Llandudno, puis à l’occasion de ses discours devant le Conseil de Sécurité, le ministre britannique des Affaires étrangères a fait preuve à New York d’une grande fermeté envers l’Égypte et d’une solidarité sans faille avec son collègue français, mais il ne s’agit là bien sûr que d’une attitude de façade. En réalité, comme on l’a noté précédemment, il croit possible d’arriver à un accord de compromis avec l’Égypte par la poursuite de l’action entamée à New York, dont il trace pour son chef, dans un télégramme du 14 octobre 1956, un bilan très positif. Les résultats en sont meilleurs qu’on ne pouvait l’espérer, se félicite-t-il11. Grâce aux conversations privées, le Royaume-Uni et la France ont restauré leur crédit, montré la sincérité de leurs efforts pour parvenir à une solution pacifique, et exposé le « grave préjudice » causé par l’Égypte. Ils ont évité le passage d’un résolution qui aurait prohibé l’emploi de la force ou imposé un comité de négociation. L’adoption par le Conseil de Sécurité des six exigences déjà admises par Fawzi pourrait embarrasser Le Caire. Non seulement a-t-on obtenu la reconnaissance de la SCUA, mais la majorité des puissances considère qu’il revient aux Égyptiens de faire des propositions plus précises en vue d’un règlement. Aux yeux du secrétaire d’État au Foreign Office, le recours aux Nations unies a néanmoins trois principales conséquences négatives. D’abord, le secrétaire-général de l’ONU a acquis un rôle très important, mais qu’il pourrait toutefois exercer en faveur des buts anglais. Ensuite, le progrès limité accompli au cours des entretiens tripartites risque de susciter un optimisme exagéré, de nature à rendre difficile le maintien d’une attitude ferme envers l’Égypte durant les futures discussions en vue d’un règlement final. Enfin, les gouvernements français et britannique se trouvent désormais obligés de continuer les conversations avec l’adversaire qui, le danger d’une attaque armée écarté, la « phase critique » terminée, pensera l’avoir emporté. Toutefois, « le bien-fondé de ces craintes dépendra de la façon dont nous mènerons notre jeu », précise le ministre, dont on se rappelle la disposition à discuter tout de suite « les titres des articles d’un accord » avec les Égyptiens12.

  • 13 DDF, doc. n° 276, tél. n° 4507-4519,15 octobre 1956, de l’ambassadeur Chauvel au MAE, note sur des (...)

3Ainsi donc, à la fin des débats au Conseil de Sécurité, le secrétaire d’État au Foreign Office exprime en termes mesurés, mais avec conviction, sa satisfaction. Avant de revenir en Angleterre, il entend presser Fawzi de formuler des propositions précises « sur les conditions dans lesquelles le gouvernement égyptien estimerait pouvoir donner effet aux six principes adoptés à l’unanimité par le Conseil de Sécurité »13. À l’évidence, il veut, avant son départ pour Londres, obtenir de son homologue égyptien des offres formelles sur les divers points de convergence dégagés au cours des conversations privées. Mais au début de l’après-midi du 14 octobre, après son entretien avec les émissaires français, le chef du Cabinet britannique interrompt brutalement l’initiative de son ministre :

  • 14 PREM 11/1102, tél. n° 1198, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, 14 octobre 1956, p. 13. (...)

« [...] Je ne comprends pas, [lui fait-il savoir], les négociations sur les Titres des Articles d’un accord [que vous évoquez], La prochaine négociation avec les Égyptiens, s’il y en a une, portera sûrement sur la mise en œuvre de la seconde partie de la résolution »14.

  • 15 Ibid.
  • 16 Ibid., tél. n° 856, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, 14 octobre 1956, p. 9.
  • 17 Ibid., tél. n° 847, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, 13 octobre 1956, p. 29.

4 Par ces mots, le Premier ministre signifie l’abandon de la décision prise dans la dernière semaine de septembre, de rechercher une solution de compromis au différend de Suez. Les Égyptiens ne sauraient en effet admettre le principe de la gestion internationale mis en avant à la Première conférence de Londres par les Dix-huit puissances. Enfin, Eden prévient Lloyd de son désir de rencontrer au plus tôt, en sa compagnie, les ministres français et il lui enjoint de rentrer sans délai15. À New York, Pineau se garde bien de renseigner son collègue anglais sur le projet d’intervention armée en coopération avec Israël mis au point à Paris. Le 14 octobre, il se borne à insister sur la nécessité d’une rencontre franco-britannique au sommet, afin de traiter de la situation préoccupante qui existe entre la Jordanie et Israël, pays à l’égard duquel il souhaite la définition d’une politique commune16. Sans doute désireux de gagner du temps, le dirigeant français affiche sur la question de Suez une bonne volonté soudaine : il se prétend disposé à poursuivre les discussions avec l’Égypte dans deux ou trois semaines, mais affirme qu’il convient au préalable de faire de la SCUA un instrument effectif de marchandage et d’obtenir des Égyptiens des propositions plus précises17.

Le Cabinet anglais et l’option militaire

Du troisième sommet franco-britannique aux discussions de Sèvres

  • 18 Deux motifs expliquent sans doute que les autorités britanniques ne permettent pas la consultation (...)
  • 19 Lloyd mentionne cette « réunion de ministres » sans préciser son caractère ni l’identité des partic (...)
  • 20 Nutting, op. cit., p. 97-98, et entretien accordé à l’auteur le 14 juin 1988. Il faut noter qu’à Ri (...)

5À partir de la mi-octobre, il devient de plus en plus difficile de retracer avec précision l’élaboration de la décision britannique en faveur de l’intervention armée contre l’Égypte. D’abord, pour les quatre séances régulières de l’Egypt Committee, survenues entre le 16 octobre et le début des hostilités, on ne dispose que d’un compte rendu partiel sur les seules délibérations du 17 octobre18. Et puis le comité siège à l’occasion de façon informelle, comme le 16 octobre, quand Eden sollicite l’aval de ses pairs pour des conversations au sommet avec les dirigeants français19. En l’absence de Lloyd, Nutting représente les Affaires étrangères à cette réunion cruciale. Il racontera que malgré l’opposition de Monckton et la sienne, le comité se rallie aux vues du Premier ministre, favorable à l’acceptation du plan français d’opération militaire sur le canal de Suez en coopération avec Israël. Salisbury et Butler, dirigeants de premier plan, n’assistent pas à ce conseil très restreint, tout comme Watkinson, membre de plein droit de l’Egypt Committee, mais probablement écarté à cause de ses doutes sur la possibilité d’une action militaire sans casus belli. Selon le témoignage de Nutting, à l’arrivée du secrétaire d’État au Foreign Office, le comité a déjà arrêté sa décision et c’est donc avec l’accord de seulement quelques membres de la tendance dure du gouvernement, Macmillan, Home et Kilmuir, que le Premier ministre se rend à Paris pour donner son adhésion formelle au projet français et mettre au point avec Mollet et Pineau l’action commune contre l’Égypte20. Pourtant certains indices laissent à penser que Nutting, par une erreur de chronologie, avance d’une journée la date où l’Egypt Committee tranche définitivement en faveur du projet français d’expédition militaire sur le canal de Suez. Plus vraisemblablement, ce 16 octobre, le chef du Cabinet expose la situation diplomatique au lendemain du vote du Conseil de Sécurité sur Suez, puis il dévoile et commente de façon positive les propositions transmises par Albert Gazier. Et surtout, il fait valoir et accepter la nécessité d’une concertation au niveau le plus haut, avec les associés français, afin de définir la politique ultérieure des deux États dans l’affaire de Suez, non sans explorer toutes les avenues possibles dont, bien entendu, celle d’un recours à la force.

  • 21 FO 800/725, compte rendu confidentiel et personnel du secrétaire d’État au FO sur les entretiens fr (...)
  • 22 Ibid., interrogé une deuxième fois sur le non respect de la Déclaration tripartite, Eden assure qu’ (...)

6À Paris, le 16 octobre, Eden et Lloyd ont des entretiens privés avec Mollet et Pineau. Tenu à l’écart, le personnel diplomatique des deux pays restera dans l’ignorance des propos échangés par les quatre gouvernants. S’il n’y a pas de procès-verbal officiel dressé à l’issue de ces discussions, du moins le responsable du Foreign Office en fera-t-il un bref compte rendu sous la forme d’une note personnelle et confidentielle21. D’après ce récit, Lloyd indique d’entrée de jeu à ses interlocuteurs français qu’on ne parviendra à aucun règlement négocié avec les Égyptiens sur la base des propositions des Dix-huit puissances, , tandis que l’on pourrait conclure un accord fondé sur le concept de la supervision internationale de la gestion de la voie maritime suivant les grandes lignes esquissées au cours des discussions avec Fawzi et Hammarskjöld. Les pays utilisateurs, note-t-il, obtiendraient les principales garanties recherchées jusqu’ici. Les Français qualifient toutefois une telle entente de « totalement insatisfaisante » et ils dénoncent « la trahison » de Dulles qui, après avoir retardé l’appel franco-anglais au Conseil de Sécurité grâce à son projet d’Association des usagers, se refuse désormais à en faire une organisation effective. Ils ravivent bien à propos l’irritation du Premier ministre britannique à l’égard des Américains, et sa crainte de se retrouver isolé, privé de l’instrument de pression et de contrôle que devrait être à ses yeux la SCUA. Les ministres français amènent ensuite la conversation sur le terrain de l’attitude qu’adopteraient la France et le Royaume-Uni si l’État hébreu livrait, comme il y est enclin, une guerre préventive à l’Égypte avant qu’elle n’ait accumulé encore plus d’armement soviétique. Eden assure ne pas se sentir lié par la Déclaration tripartite de 1950, rejetée par les Égyptiens22. Il met ensuite en relief la probabilité que les Israéliens s’emparent des points de passage sur la voie maritime de Suez, qui deviendrait alors le théâtre d’une bataille majeure. Or, poursuit Eden, bien que les grands dommages que subirait alors le canal soient intolérables pour les pays d’Europe de l’Ouest, ni les États-Unis ni le Conseil de Sécurité n’agiraient. Ce dernier ne pourrait pas condamner l’agresseur (Mollet a averti qu’il protégerait Israël grâce au veto français).

  • 23 Ibid.

7À ce moment, selon Lloyd, le président du Conseil français avance l’idée que les puissances occidentales pourraient faire cesser les combats dans la zone du canal, même si les Américains, à cause des élections présidentielles, ne participaient pas à cette opération. Le Premier ministre anglais observe alors que cette question mérite réflexion et requiert la consultation de certains de ses collègues. Le gouvernement britannique interviendra-t-il, le cas échéant, pour arrêter les hostilités, s’enquiert alors le président du Conseil ? Eden dit croire que oui et précise que sa plus grande crainte concerne le danger d’une offensive israélienne contre la Jordanie23. Le secrétaire d’État au Foreign Office conclut son résumé des entretiens anglo-français du 16 octobre par la mention que l’on a dûment confirmé au gouvernement français les avis donnés sur la position du Cabinet quant au non-respect de la Déclaration tripartite dans le cas d’une attaque israélienne contre l’Égypte, ainsi que sur une éventuelle intervention militaire afin de faire cesser des combats qui se dérouleraient dans la zone du canal de Suez.

  • 24 Le but réel de Selwyn Lloyd, quand il rédige ce résumé personnel, est difficile à discerner. Docume (...)
  • 25 Abel Thomas, op. cit., p. 164-165.
  • 26 On comprend mal d’ailleurs pourquoi la volonté anglaise de préserver la paix conformément à la Décl (...)

8Dans ce compte rendu, Lloyd allie tout à la fois duplicité, omission et candeur. D’abord, il tient à mettre en relief le rejet catégorique par les Français de la politique de compromis qu’il a jusqu’à ce moment défendue24. Ensuite, il ne cèle aucunement le fait que pour l’essentiel, les dirigeants des deux pays discutent du parti qu’ils pourront tirer politiquement et militairement d’une attaque d’Israël contre l’Égypte. Toutefois, quand le secrétaire d’État au Foreign Office cite les propos de Mollet sur la forte probabilité d’un telle initiative de l’État hébreu, ou encore des paroles d’Eden sur les combats prévisibles dans la région du canal de Suez, il s’abstient de révéler que ces échanges ont trait à un mémorandum du ministre français de la Défense, Bourgès-Maunoury, sur les différentes possibilités de provoquer une issue militaire à la crise25. Ce détail atteste bien évidemment l’étroite collaboration militaire et politique entre Paris et Tel-Aviv et le caractère nettement incitatif de l’action du tandem franco-anglais dans le déclenchement d’un conflit armé entre Israël et l’Égypte. Au reste, Mollet et Pineau tiennent visiblement à s’assurer que le Royaume-Uni ignorera ses obligations sous la Déclaration tripartite. Ils prennent des garanties pour le compte de leur allié israélien, très méfiant à l’égard des Britanniques26. L’étrange assertion qu’Israël lancera de toute façon son armée, soit contre l’Égypte, soit contre la Jordanie, constituera devant le Cabinet l’un des principaux arguments du Premier ministre en faveur d’une position favorable à l’agresseur au cours de la guerre du Sinaï.

  • 27 Témoignage d’Émile Noël lors d’un entretien le 18 juillet 1988. Noël, membre du cabinet de Guy Moll (...)
  • 28 Moshé Dayan, Histoire de ma vie, Paris, Fayard, 1976, p. 205. On constate que l’assurance de la non (...)

9Bien que Lloyd attribue un caractère conditionnel aux réponses de son chef aux Français, le plan d’action militaire sur le canal a bel et bien fait l’objet d’un accord secret mais formel entre les deux parties au soir du 16 octobre27. Signé par Eden et communiqué quelques jours plus tard aux Israéliens par les Français, comme gage des intentions des deux gouvernements, ce document établissait que la France et le Royaume-Uni exigeraient des belligérants des deux camps qu’ils évacuent la zone du canal, et interviendraient militairement en cas de refus de l’un ou de l’autre. Le leader du Cabinet anglais y précisait également que son pays ne secourrait pas l’Égypte, en cas d’attaque israélienne, mais qu’il respecterait le traité anglo-jordanien (obligation d’assistance militaire en cas d’agression non provoquée)28.

  • 29 Par exemple, D. Carlton ignore bizarrement que, dès le 16 octobre, Eden et Mollet entrent dans un a (...)
  • 30 74 AP/6L papiers personnels de Paul Reynaud (Archives nationales de France), note de P. Reynaud sur (...)
  • 31 Clark, op. cit., p. 205.
  • 32 CAB 134/1216, EC(56) 35th Meeting, 17 octobre 1956, p. 261.

10Contrairement à certaines idées reçues, le Premier ministre n’a donc pas attendu son retour à Londres, le 17 octobre, et encore moins l’issue des réunions de Sèvres (22 et 24 octobre) pour trancher en faveur de l’emploi de la force contre l’Égypte29. Soutenu sans doute par certains de ses collègues les plus influents, dont Macmillan, Home et Kilmuir, il va faire approuver son choix personnel à l’Egypt Committee, avant de l’imposer graduellement et d’une façon détournée au Cabinet. Assurément, son acceptation formelle du plan français d’action militaire ne découle d’aucune décision préalable du comité. Au cours d’une conversation avec l’un des leaders de la droite modérée française, Paul Reynaud, Christian Pineau remarque le 19 octobre, qu’une « violente discussion » a opposé Eden et Lloyd au cours des entretiens à Matignon30. Ce détail montre bien que le secrétaire d’État ignorait a priori que les consultations du 16 octobre devaient aboutir à un accord au sujet une intervention armée franco-anglaise, concertée avec Israël. Et puis le fait que Walter Monckton abandonne le poste de ministre de la Défense le 17 octobre et non pas le jour précédent, prouve que ce n’est qu’après avoir conféré avec Mollet et Pineau que le Premier ministre fait entériner par l’Egypt Committee l’option militaire. Le 3 novembre, à la veille du débarquement anglo-français à Port-Saïd, Monckton dira à William Clark : « toute cette affaire a été préparée avec les Français par le Premier ministre et Selwyn Lloyd sans consulter quiconque »31. Par « quiconque », il faut bien sûr entendre ici non seulement le Cabinet mais aussi l’Egypt Committee. Manifestement tronqué, car dépourvu de toute référence aux discussions de Paris, le seul procès-verbal disponible sur les séances du comité durant les deux dernières semaines d’octobre indique clairement que la majorité de ses membres s’est ralliée à la position d’Eden. Les dirigeants conviennent de rejeter toute proposition égyptienne non conforme aux deux parties de la résolution anglo-française présentée au Conseil de Sécurité : ils renoncent ainsi au compromis esquissé par Lloyd à New York et approuvent l’accord scellé à Paris par le Premier ministre32.

  • 33 CAB 128/30, CM(56) 71th Conclusions, Minute 4,18 octobre 1956, p. 599.
  • 34 Ibid., p. 599-600.

11En revanche, Eden ne prévient pas le Cabinet du retournement de sa politique dans la crise de Suez. Progressivement, il lui fera admettre la nécessité d’une action de police en cas d’affrontements entre les armées israélienne et égyptienne qui mettraient en péril la grande artère maritime. Devant l’ensemble de ses collègues, Lloyd fait le 18 octobre un rapport sur les discussions au Conseil de Sécurité33. Il trace un bilan positif des négociations avec Fawzi et, en particulier, il note que les six principes acceptés par l’Égypte pour l’administration du canal satisfont pour l’essentiel les revendications des usagers. Le Cabinet invite donc le ministre à convier le gouvernement égyptien, par une communication rédigée avec les Français, à soumettre sans délai ses propositions pour la mise à exécution des principes adoptés par le Conseil de Sécurité. Eden, qui prend ensuite la parole, lie ses consultations récentes sur l’affaire de Suez avec les dirigeants français aux « tensions croissantes au Moyen-Orient ». Puis, il fait état de l’instabilité politique de la Jordanie et de « signes » selon lesquels Israël pourrait attaquer cet État, auquel les Britanniques devraient, en vertu du traité anglo-jordanien, porter secours. Or une telle action, effectuée isolément en raison de l’abstention prévisible des Américains et de l’incapacité française, irait à l’encontre de l’intérêt national, déclare le Premier ministre. Si les Israéliens envisageaient des opérations militaires contre les Arabes, il vaudrait mieux du point de vue anglais quelles visent l’Égypte. Le chef du gouvernement informe les ministres qu’il a donc fait avertir Israël par les Français de la position britannique : la Grande-Bretagne ne prêtera pas assistance à l’Égypte qui, en plus d’ignorer une résolution du Conseil de Sécurité (sur le droit d’utilisation du canal de Suez par Israël), a répudié la Déclaration de 1950, mais elle respectera toutefois ses obligations envers la Jordanie. Le Cabinet, conclut-il mensongèrement, doit par conséquent être conscient que même si l’on continue de rechercher un règlement négocié du différend de Suez, cette affaire pourrait connaître un dénouement plus rapide du fait d’une action militaire israélienne34.

12À cette séance du 18 octobre, les ministres demandent la poursuite des négociations avec les Égyptiens sur la base des six principes convenus entre les parties à New York. Quand il assure qu’il continue à rechercher un « règlement à l’amiable », le Premier ministre trompe ses pairs sur son orientation réelle, car non seulement il a opté pour le recours à la force, choix que vient d’entériner l’Egypt Committee, mais il a scellé avec les Français un accord formel sur ce point. Pour l’instant, c’est en contradiction flagrante avec la position officielle du gouvernement qu’il va de l’avant avec le projet d’intervention armée dans la zone du canal, dessein qui exigera une entente formelle avec Israël. Les assertions d’Eden sur la situation au Moyen-Orient visent avant tout à conditionner l’opinion du Cabinet, à le convaincre du bien-fondé d’une attitude favorable à l’État hébreu en cas d’agression de ce pays contre l’Égypte, avant d’avancer bientôt, dans quelques jours, l’idée d’une nécessaire opération de police franco-britannique pour protéger la voie maritime de Suez. C’est bien pour cette raison que, fort singulièrement, le Premier ministre attribue à Israël l’intention d’entrer en guerre indifféremment contre l’un ou l’autre de ses deux voisins.

Les rencontres de Sèvres

13Les 22 et 24 octobre, Britanniques, Français et Israéliens préparent secrètement la réalisation du scénario convenu. Bien que ces discussions ne donnent lieu à aucun procès-verbal formel, les témoignages de certains participants, Moshe Dayan, Abel Thomas et Sir Donald Logan, permettent une connaissance assez précise de la teneur des échanges et de la position de chacun. La première réunion tripartite met en présence : Selwyn Lloyd et Donald Logan, son secrétaire privé, du côté anglais ; Guy Mollet, Christian Pineau et Maurice Bourgès-Maunoury, ministre de la Défense, du côté français ; et enfin, le Premier ministre d’Israël, David Ben Gourion, son chef d’état-major, Moshe Dayan et Shimon Pérès, directeur général du ministère de la Défense d’Israël. À chaque fois, les conversations portent pour l’essentiel sur deux points majeurs : d’abord, le délai entre le début des hostilités entre Israël et l’Égypte et l’intervention de la Royal Air Force britannique contre une aviation égyptienne dont les Israéliens craignent les représailles sous la forme de bombardements sur leurs cités ; ensuite, l’importance de la menace apparente que constituerait, pour la sécurité de la voie maritime de Suez, l’offensive de l’armée israélienne.

  • 35 Abel Thomas, op. cit., p. 170-171. Récit écrit par Sir Donald Logan (et publié auparavant dans The (...)
  • 36 Ibid. Au sujet de l’attitude de Lloyd devant les prétentions de Ben Gourion, Sir Donald Logan écriv (...)
  • 37 Logan, texte cité et témoignage oral.
  • 38 Ibid.
  • 39 Moshé Dayan, Histoire de ma vie, Paris, Fayard, 1976, p. 213. Le 22 octobre, selon le général, Lloy (...)
  • 40 Logan, texte cité et témoignage oral du 21 juin 1988. Abel Thomas note l’insistance anglaise sur le (...)

14Lors des pourparlers du 22 octobre, les divergences entre Anglais et Israéliens paraissent insurmontables. D’abord, le secrétaire d’État au Foreign Office doit, avec le soutien des Français, repousser les offres de Ben Gourion en vue d’une concertation globale des politiques des trois États au Moyen-Orient, dont, notamment, la suggestion d’un partage par moitié de la Jordanie entre Israël et l’Irak35. Le ministre anglais rejette également l’idée israélienne d’une attaque conjointe et simultanée des trois puissances contre l’Égypte. Seul le plan déjà agréé par les chefs des gouvernements français et anglais est acceptable, qui prévoit un intervalle de 48 heures avant toute opération militaire franco-britannique pour séparer les belligérants et protéger le canal36. Pour sa part, le chef du Cabinet israélien manifeste une forte répugnance devant la qualité d’agresseur dévolue à son pays alors que ses deux associés se réservent le rôle de pacificateurs. La perspective de recevoir, au même titre que l’Égypte, l’ultimatum, et d’être mis en demeure d’évacuer la zone du canal de Suez, lui apparaît de surcroît « déshonorante »37. De son côté, Selwyn Lloyd rappelle d’emblée les progrès accomplis à New York dans la recherche d’un règlement de la crise qui ne reposerait pas sur le contrôle international de la voie maritime. Non seulement il met en relief la faveur dont jouit le principe d’une solution pacifique dans une importante partie de l’opinion publique en Grande-Bretagne et dans le Commonwealth, mais il observe également qu’aux Nations unies, l’on s’opposera à l’action militaire conduite par les trois pays contre l’Égypte38. Moshe Dayan croit possible d’écourter le délai de deux jours jugé indispensable par les Anglais pour permettre aux Israéliens d’étendre les combats au voisinage de la voie maritime et feindre ainsi de la menacer, et aussi pour que Londres et Paris puissent réfuter l’accusation de collusion avec l’agresseur. Il avance l’idée d’une opération effectuée dès le premier jour à Mitla, à 50 kilomètres du canal, grâce à l’envoi d’un bataillon de parachutistes et de brigades motorisées appuyées par des escadrilles aériennes39. Ainsi, 24 heures seulement après le début des hostilités, la France et le Royaume-Uni pourraient adresser aux deux adversaires l’ultimatum, rebaptisé « appel », qui leur intimerait d’évacuer la zone du canal en préalable au déploiement d’unités anglo-françaises chargées de protéger la voie maritime et ses installations. Pourtant, ce 22 octobre, Lloyd et Ben Gourion ne parviennent pas à s’entendre. Ce dernier repousse toujours la mission peu glorieuse attribuée à son pays, traité comme un partenaire « mineur », et il ne se résout pas à accepter les risques inhérents au délai durant lequel Israël attaquerait seul l’Égypte. Le secrétaire d’État au Foreign Office, qui doit rentrer en Angleterre à la fin de la réunion, ne veut pas ou ne se considère pas libre de transiger sur les termes de l’accord avec les Français conclu la semaine précédente, spécialement sur la période de 48 heures qui, après le début de la guerre israélo-égyptienne, doit précéder l’entrée en jeu des forces franco-britanniques40.

  • 41 FO 800/725, note confidentielle de Selwyn Lloyd sur les discussions du 23 octobre entre le Premier (...)

15Le 23 octobre, Christian Pineau se rend à Londres pour s’entretenir, au nom du gouvernement israélien et du sien, avec le Premier ministre et son secrétaire d’État au Foreign Office. Il poursuit ainsi l’action d’intermédiaire et de conciliateur qu’exercent les Français tout au long des rencontres de Sèvres : ferme appui à la position anglaise à propos du scénario mis au point le 16 octobre, mais aussi tentative d’accommodement sur ses modalités d’application, et propositions tentantes de fournitures additionnelles et de soutien aéronaval à Israël. Dans ses conversations avec les deux dirigeants britanniques, le ministre français plaide avec succès pour l’adoption du plan Dayan. Selon le bref compte rendu partiel rédigé le 24 octobre par Lloyd, Pineau réclame et obtient à nouveau l’assurance que le Royaume-Uni ne respectera pas la Déclaration tripartite en cas de conflit armé déclenché contre l’Égypte par l’État hébreu. Les trois hommes conviennent ensuite de la mise en scène diplomatique qui préludera à l’entrée en jeu de leurs armées : sous la menace d’une action militaire, on exigera l’arrêt des combats et le retrait des belligérants au-delà d’une certaine distance du canal. Naturellement, il savent bien que l’Égypte n’admettra pas cette mise en demeure de reculer sur son propre territoire devant l’agresseur. Les trois gouvernants s’accordent par ailleurs sur la nécessité de tenir les Américains dans l’ignorance des dispositions arrêtées parce que ces derniers se trouvent « absorbés » par leurs élections présidentielles et, plus encore, à cause des rapports avec Dulles, généralement insatisfaisants à leurs yeux quand ils concernent quelque action américaine dans l’affaire de Suez. Dans sa note sur les consultations du 23 octobre, le responsable de la diplomatie anglaise prend en outre soin de signaler son ultime tentative pour persuader son homologue français du bien-fondé et des avantages d’un règlement selon les lignes du compromis avec l’Égypte esquissé à New York41.

  • 42 Logan, texte cité et témoignage oral du 21 juin 1988.
  • 43 Abel Thomas donne une version très fidèle du protocole de Sèvres (op. cit., p. 194-195), corroborée (...)

16Le 24 octobre, Eden envoie à Sèvres Sir Patrick Dean, sous-secrétaire permanent adjoint au Foreign Office, ainsi que Sir Donald Logan, qui accompagnait Lloyd lors de la première réunion tripartite. Ces deux hauts fonctionnaires doivent confirmer l’acquiescement au plan de Dayan, déjà donné à Pineau par leur Premier ministre, et réaffirmer les conditions mises à l’entrée en action de l’armée britannique. Les conversations du 24 octobre n’apportent bien sûr rien de neuf, d’autant que les émissaires anglais n’ont pas qualité de négociateurs. Les trois parties finissent par signer un texte rédigé en trois exemplaires et dans lequel on expose les « actions et réactions » de chacun en cas de conflit armé entre Israël et l’Égypte42. Connu sous le nom de protocole de Sèvres, ce document contient les divers éléments de l’entente conclue entre les trois partenaires : fixée à l’après-midi du 29 octobre, l’attaque israélienne doit comporter une opération de grande envergure dirigée vers le canal de Suez ; la France et la Grande-Bretagne demanderont aux adversaires le cessez-le-feu absolu et le retrait de leurs forces à une distance de 15 kilomètres de chaque côté du canal ; l’Égypte devra consentir à l’occupation temporaire des positions clés de la voie maritime par des unités anglo-françaises. Le protocole stipule également que si l’un ou l’autre des deux gouvernements rejette les termes de l’ultimatum, les Cabinets britanniques et français prendront les mesures nécessaires pour que soient satisfaites leur exigences. Plus spécifiquement, en cas de refus des autorités égyptiennes de se conformer dans le délai imparti aux conditions fixées par la France et le Royaume-Uni, ces derniers attaqueront aux premières heures du 31 octobre. Israël occupera la rive occidentale du golfe d’Akaba ainsi que les îles de Tiran et de Simagrin pour assurer la liberté de navigation. Il n’entrera pas en guerre contre la Jordanie, mais si cette dernière prend l’initiative d’une attaque contre Israël, elle ne bénéficiera pas de l’assistance militaire britannique43.

  • 44 Dans « David Ben Gourion and the Sèvres Collusion » (Suez 19S6, W.M.R. Louis et Roger Owen dir., Lo (...)
  • 45 Ibid., p. 206.

17Malgré leur aspect sensationnel et très mystérieux, les entretiens de Sèvres n’ont certainement pas, par rapport aux décisions anglaises, l’importance que leur attribue l’historiographie traditionnelle. D’abord, les Israéliens ont au préalable eu communication du document signé le 16 octobre par Eden et Mollet et c’est bien sur la foi de cette pièce que Ben Gourion a demandé des rencontres tripartites. Méfiant, le leader israélien veut des assurances précises et formelles des Anglais avant d’entrer dans cette combinaison44. Le protocole de Sèvres ne constitue à la vérité qu’une version plus détaillée de l’accord anglo-français du 16 octobre, à cette différence, notable certes, que les Israéliens en ont une copie authentifiée par le contreseing de Sir Patrick Dean. Le second but du Premier ministre israélien à Sèvres consiste certainement à vendre le plus cher possible la coopération de son pays. Ainsi peut-on comprendre le caractère excessif de ses exigences et son intransigeance momentanée lorsqu’il juge inacceptable, le 22 octobre, le scénario mis au point par les Européens. En réalité, quand les Français ont proposé le 21 octobre aux Israéliens la mise en œuvre de ce projet d’action militaire contre l’Égypte, Dayan a d’emblée fait observer à son chef qu’Israël n’était guère en mesure de peser sur les choix de leurs éventuels partenaires. Il a souligné que, devant l’indubitable supériorité militaire britannique et française sur l’Égypte, le seul atout israélien consistait à pouvoir offrir un prétexte à l’intervention des deux puissances. En cas de rejet de leurs propositions, a conclu Dayan, Israël perdrait le bénéfice de leur appui militaire et diplomatique, et de l’aide française en fournitures dans le cadre d’une campagne45 commune45.

  • 46 Abel Thomas, op. cit., p. 192.

18Lorsque, de son côté, Lloyd expose avec conviction la possibilité réelle d’une solution de compromis à la crise de Suez, il fait pression sur ses interlocuteurs israéliens. D’une part, les Anglais se savent à plusieurs égards en position de force dès lors qu’il s’agit de la coopération militaire contre l’Égypte, tout spécialement en raison de l’importance attachée par tous à l’entrée en jeu de leurs bombardiers. D’autre part, il est évident que, privés dans l’immédiat du prétexte d’un conflit israélo-égyptien pour une opération de police sur le canal, ils pourraient bien se trouver contraints à revenir à la politique de négociation avec l’Égypte. Cela explique qu’Eden ne fasse le 23 octobre qu’une concession mineure en ramenant à 36 heures le délai entre attaque israélienne et intervention militaire anglaise. Et puis, quand il envoie à la réunion du 24 octobre deux diplomates sans poids politique, il signifie son refus de prendre en compte toute nouvelle requête de Ben Gourion. Les principaux gains réalisés par ce dernier à Sèvres se traduisent surtout par une aide matérielle et une collaboration militaire accrue de la part des Français, notamment pour la défense aérienne et côtière de l’État hébreu46.

  • 47 CAB 128\30, CM(56) 72nd Conclusions, Minute 6, 23 octobre 1956, p. 608-609. La mention des contacts (...)
  • 48 Ibid., p. 609.

19Le 23 octobre, le Premier ministre britannique renseigne de façon partielle le Cabinet sur les développements de l’affaire de Suez. Il déclare d’abord que des discussions secrètes avec des représentants d’Israël donnent à penser que ce pays « ne lancerait pas seul une attaque de grande envergure contre l’Égypte ». Français et Britanniques devront donc choisir entre « une opération militaire prochaine ou des négociations prolongées » avec les Égyptiens. Dans la seconde alternative, la position des deux pays se trouvera affaiblie par l’allégement du dispositif militaire élaboré depuis juillet. Eden signale aussi que, favorable à une action militaire contre l’Égypte en raison de ses fournitures d’armes aux rebelles algériens (affaire de l’Athos, navire égyptien intercepté près de la côte algérienne), le gouvernement français pourrait solliciter la permission d’utiliser Chypre et ses installations comme base d’opération47. Les ministres considèrent ensuite l’éventualité d’une reprise des conversations avec les dirigeants du Caire, maintenant prêts à faire des contre-offres relatives à la deuxième partie de la résolution présentée au Conseil de Sécurité (propositions des Dix-huit) par la France et le Royaume-Uni. Lloyd n’exclut pas la possibilité d’un règlement négocié qui procurerait une supervision internationale effective de la gestion du canal, mais il soulève trois objections majeures (serions) à la recherche d’une solution négociée. D’abord, le gouvernement français n’accorderait pas sa « pleine » coopération pour l’application de cette politique. Ensuite, point déjà soulevé par le Premier ministre, l’indispensable réduction des moyens militaires rassemblés contre l’Égypte amoindrira le poids de l’Angleterre dans les discussions ultérieures sur le canal. Enfin, on ne peut d’aucune façon espérer un accord qui restreigne l’influence du colonel Nasser au Moyen-Orient. En conclusion de cette séance du 23 octobre, Eden prévient le Cabinet qu’il lui faudra prendre de graves décisions dans les prochains jours, mais qu’il faut pour l’instant attendre de connaître l’attitude de la France, dont le ministre des Affaires étrangères doit venir dans la soirée pour des consultations48.

20S’il ne font pas, dans un premier temps, mystère de la possibilité d’un arrangement avec l’Égypte sur la base de la supervision internationale de la gestion de la voie maritime, le Premier ministre et le secrétaire d’État au Foreign Office se prononcent indirectement, mais avec force, le 23 octobre, contre une telle issue à la crise de Suez. Le premier et sans doute le plus important des arguments alors avancés concerne la position française, décrite dans le compte rendu officiel en des termes faibles : les ministres ont certainement parlé de façon plus explicite du refus français de tout compromis avec le régime nassérien. En outre, Eden et Lloyd infirment d’une manière détournée leur propre jugement sur la faisabilité d’un accord quand ils insistent sur l’effet de sape qu’aurait sur la position anglaise une diminution de la pression militaire exercée sur l’Égypte. Enfin, par sa remarque sur le fait qu’un accord ne porterait pas atteinte à l’influence de Nasser dans le monde arabe, Lloyd replace la lutte contre le président égyptien au premier rang des préoccupations du gouvernement dans l’affaire du canal, alors que, depuis le 25 septembre, les ministres ont agi en fonction d’objectifs minimaux liés à la liberté de navigation dans la voie de Suez. Pourtant, Eden et Lloyd ne demandent pas encore à leurs collègues de trancher en faveur du recours à la force. Ils se bornent à constater qu’à défaut d’une action militaire exécutée isolément par Israël, du moins les Français pourraient prendre, seuls ou de concert avec l’État hébreu, l’initiative d’une attaque contre l’Égypte. Cette idée peu plausible, comme l’allégation précédente sur la probabilité d’une agression israélienne contre l’un ou l’autre de ses voisins, sert probablement à convaincre la majorité des ministres de l’inéluctabilité d’un conflit armé.

  • 49 CAB 128\30, CM(56) 73rd Conclusions, Minute 7, 24 octobre 1956, p. 618-619.
  • 50 Ibid., p. 619.

21Le 24 octobre, le Premier ministre poursuit son entreprise de persuasion du Cabinet en vue de la réalisation du scénario israélien. D’abord, il fait état à la fois du refus des Français de reprendre les discussions avec l’Égypte et de leur désir de fonder tout recours aux armes sur un motif commun aux deux gouvernements, pour l’instant introuvable. Puis, Eden revient sur l’obligation de libérer les réservistes et de décharger les navires, non sans mettre en relief les effets néfastes de ces mesures sur la position diplomatique du pays devant l’Égypte. Les ministres examinent ensuite l’éventualité d’une action militaire qui, conduite durant les mois d’hiver, aurait les mêmes buts qu’auparavant : prendre le contrôle du canal et provoquer la chute du régime nassérien. Au cours des discussions, on émet l’opinion qu’en cas d’intervention militaire franco-anglaise, Israël lancerait contre l’Égypte une offensive générale (a full seule attack) qui réduirait la période initiale de bombardement aérien prévue par le commandement franco-britannique. Un tel développement pourrait susciter le soutien unanime du monde arabe à l’Égypte. Toutefois, de l’avis du Premier ministre, à côté de ce « risque sérieux » existe celui, plus grave encore, qu’à défaut d’agir militairement dans un court délai pour rabaisser le prestige du colonel Nasser, son influence s’étende à travers le Moyen-Orient, à un degré tel qu’il deviendrait plus difficile de le renverser49. Eden, qui fait état de complots égyptiens dans les autres pays arabes, affirme que saisir le canal constitue le meilleur prétexte que l’on puisse trouver pour intervenir en Égypte. Néanmoins, le Cabinet se penche également sur les moyens de résoudre la crise de Suez par la voie diplomatique. Pour cela, il faudrait demander aux Égyptiens de produire dans un laps de temps limité leur propositions pour « placer le canal sous la supervision internationale ». Comme le jour d’avant, certains gouvernants, probablement des membres de l’Egypt Committee ralliés aux vues du Premier ministre, énoncent deux objections majeures : d’une part, point soulevé le jour précédent, les Français ne veulent pas reprendre les discussions ; d’autre part, les Égyptiens feraient assurément dans le délai requis des offres qui, bien quelles puissent paraître fournir une base de discussion, seraient insatisfaisantes. Le gouvernement se trouverait alors, affirme-t-on, devant un dilemme : soit poser des exigences inacceptables en vue de recourir à l’usage de la force, soit rechercher un règlement négocié et renoncer ainsi à leur « second objectif, diminuer l’influence du colonel Nasser au Moyen-Orient »50.

22Ainsi les ministres abordent-ils le 24 octobre, de façon plus approfondie, la question d’une solution militaire à la crise de Suez, dont le Premier ministre, à l’évidence soutenu par le secrétaire d’État au Foreign Office, se fait désormais l’avocat. L’implication d’Israël dans un conflit qui résulterait d’une action militaire anglo-française, fait maintenant l’objet d’une appréciation positive et l’option diplomatique ne suscite plus guère que les commentaires négatifs des dirigeants les plus importants. Le réel problème posé par le veto de la France contre toute reprise des discussions avec l’Égypte, n’occasionne apparemment pas de débat au sein du Cabinet, mais on exclut dorénavant de toute façon cette possibilité en prétextant de la mauvaise foi présumée des Égyptiens, même si, à la réunion du 23 octobre, Lloyd estimait encore possible un règlement à l’amiable. Il faut enfin relever l’ambiguïté entretenue par Eden et ses proches collègues sur les fins réelles de leur politique : il s’agit tantôt du renversement de Nasser, tantôt, de l’affaiblissement de son influence dans le monde arabe.

  • 51 Ibid., 74th Conclusions, Minute 1, 25 octobre 1956, p. 625.
  • 52 Ibid.

23Le 25 octobre, au lendemain de la conclusion du protocole de Sèvres, le Premier ministre avise le Cabinet que la possibilité d’une attaque israélienne contre l’Égypte, évoquée quelques jours auparavant, se confirme. Il demande en conséquence à ses collègues de considérer dès à présent la situation que créerait une guerre entre ces deux pays, ainsi que l’opportunité, dans ce contexte, d’une intervention militaire franco-anglaise, que les Français estiment justifiée, afin de mettre fin au conflit. Ces derniers pourraient même agir seuls ou en association avec Israël en cas d’abstention britannique. Dans l’éventualité d’un assaut israélien de grande envergure, Eden prône l’envoi d’un ultimatum par lequel les gouvernements français et anglais mettraient les deux ennemis en demeure de cesser les hostilités et de se replier à dix milles d’un côté et de l’autre du canal. Israël pourrait se rendre à ces exigences. Y céder reviendrait pour les Égyptiens à porter un coup « fatal » au prestige de leur président, et leur refus de s’y conformer justifierait l’action militaire anglo-française par l’obligation de protéger la voie maritime de Suez. Le Premier ministre observe encore qu’on ne peut pas éviter l’accusation de collusion avec l’État hébreu, qui interviendra de toute façon dès lors que la France et la Grande-Bretagne recourront à la force contre l’Égypte. Mieux vaut donc, conclut-il, paraître arbitrer entre Israël et son voisin que de sembler coopérer avec le premier dans une attaque contre le second51. Le secrétaire d’État au Foreign Office prend ensuite la parole pour soutenir le point de vue de son chef. À nouveau, il fait état des menées subversives des Égyptiens dans plusieurs pays arabes et il souligne que, si l’on n’agit pas promptement contre Nasser, la position britannique se trouvera minée à travers tout le Moyen-Orient. Lloyd affirme enfin ne pas entrevoir d’autre occasion de faire aboutir la crise de Suez que celle que fournirait une initiative militaire israélienne contre l’Égypte, en dépit de ses effets « malheureux » sur l’opinion dans les États arabes52.

  • 53 Ibid., p. 625-626.
  • 54 Ibid., p. 626.

24Au cours de leurs discussions, les ministres retiennent deux arguments principaux à l’appui des propositions de leur leader. Premièrement, la France et le Royaume-Uni pourraient invoquer le droit international pour fonder leur action, car sauvegarder la libre circulation dans le canal constitue une nécessité internationale. Deuxièmement, on ne peut pas laisser se prolonger plus longtemps la crise, car même si l’on choisissait de négocier, il faudrait maintenir le dispositif militaire actuel, aussi bien pour rester en position de force devant l’Égypte, que pour être en mesure d’intervenir dans le conflit israélo-égyptien que l’on anticipe. Au demeurant, si l’on doit de toute façon en venir à user de la force, ne vaut-il pas mieux le faire avec rapidité dès à présent, tandis que se trouve montée l’opération anglo-française53 ? Certains ministres soulèvent diverses objections, dont la plus importante concerne l’attitude des Américains, dont on ne peut « espérer obtenir ni le soutien ni même l’approbation ». L’action militaire franco-britannique les offensera et pourrait causer une dégradation durable des rapports anglo-américains. Et puis, le retrait imposé aux belligérants paraîtrait injuste, car il contraindrait les Égyptiens à reculer sur leur propre territoire. Enfin, non seulement l’Égypte n’a pas renoncé officiellement au bénéfice des dispositions de la Déclaration tripartite de 1950, mais on séparerait les combattants sans avoir reçu de mandat international. En dernier lieu, malgré ces considérations, le Cabinet avalise les propositions du Premier ministre et il consent donc en principe, par avance, à la mise en oeuvre du plan mis au point le 16 octobre par les dirigeants français et anglais54.

25Ainsi, dans la seconde moitié d’octobre, Eden, avec le concours de certains collègues, oriente le Cabinet vers l’acceptation du recours à la force. Selwyn Lloyd insiste notamment sur les difficultés et risques qu’implique à son avis la continuation des négociations avec les Égyptiens. Les leaders du gouvernement font à nouveau valoir, comme au début de la crise, la nécessité de faire échec à Nasser et de préserver les intérêts nationaux au Moyen-Orient. L’intransigeance française et le bellicisme de l’État hébreu constituent des arguments précieux pour ajourner, puis écarter la reprise des pourparlers avec Le Caire. La mesure dans laquelle le Premier ministre avertit ses pairs de sa décision ferme de déclencher, de connivence avec les Israéliens, une guerre contre l’Égypte, reste matière à débat. Il déclare certes le 23 octobre, en conseil des ministres, que des discussions secrètes avec des représentants d’Israël ont eu lieu à Paris. Mais, bien que la formulation de ses propos dans le procès-verbal de cette séance, volontairement équivoque sans doute, puisse donner à penser que l’ensemble des ministres sait l’entente conclue à Sèvres, plusieurs faits militent contre cette idée. D’abord, à aucun moment le gouvernement n’est revenu formellement sur sa politique de négociation, réaffirmée en termes clairs le 18 octobre par l’instruction donnée au secrétaire d’État au Foreign Office d’inviter le gouvernement égyptien à faire ses propositions. Cette position, Eden a d’ailleurs feint à cette occasion de la partager, car il a convenu que la Grande-Bretagne avait toujours comme but l’obtention d’un règlement à l’amiable du différend. Enfin, quand, au moment des rencontres de Sèvres, le Premier ministre et son secrétaire d’État aux Affaires étrangères remettent en question tant le bien-fondé que la faisabilité d’un accord sur la base du compromis esquissé à New York, ils concluent seulement qu’il faudra choisir entre l’option diplomatique et l’emploi de la force. Or les ministres anglais n’auront pas à trancher : leur consentement à une opération en cas de conflit israélo-égyptien dispense leur chef de faire entériner la décision de renoncer à la négociation, prise secrètement à la mi-octobre par l’Egypt Committee.

26Au lendemain de la seconde rencontre au sommet de Paris, seuls les quelques membres les plus importants du Cabinet anglais savent la décision du Premier ministre d’appliquer le plan français. Par la suite peut-être, d’autres ministres de second rang comme Kilmuir, en raison de leurs relations avec le chef du gouvernement ou de par leurs fonctions, vont à des degrés divers être mis dans le secret. Assurément toutefois, la volonté d’Eden de cacher la collusion avec les Israéliens, manifeste durant toute cette affaire et même après, exclut qu’il ait informé l’ensemble ou même la majorité de ses collègues de la triple entente nouée à Sèvres. Au demeurant, à aucun moment les ministres anglais ne discutent directement des modalités et des buts assignés à l’éventuelle opération de police sur le canal. En fait, le Premier ministre se borne à rappeler les objectifs politiques du Plan Mousquetaire définis en août lorsque l’on préparait une guerre ouverte : prendre le contrôle du canal de Suez, faire échec au régime nassérien, voire le renverser. Personne ne soulève l’idée que, par sa nature même, l’opération de police limitera la liberté d’action des assaillants et oblige par conséquent à fixer de nouveaux buts à une intervention. Ceci ne s’explique-t-il pas parce que, pour beaucoup de gouvernants, il ne s’agit plus avant tout de faire tomber Nasser, mais bien plutôt de faire enfin aboutir la crise ?

Les dirigeants tories et l’opération de police sur le canal

  • 55 La crainte de certains ministres et en particulier d’Eden, quant à une future violation par l’Égypt (...)
  • 56 Voir chapitre VI, p. 228.

27Aucun document officiel accessible ne rend compte des raisons pour lesquelles les membres du cercle étroit chargé de définir l’action de la Grande-Bretagne dans la crise de Suez adhèrent au plan militaire proposé par le Premier ministre. Certes, de nombreux problèmes ont été soulevés devant le Cabinet afin de rendre plus acceptable l’idée d’une intervention armée, mais ils ne tiennent qu’une place limitée dans les motifs qui fondent la décision de l’Egypt Committee. Les impératifs de politique étrangère, fixés en juillet et réitérés par Eden et Lloyd devant leurs pairs, influencent probablement dans une certaine mesure des ministres de la tendance dure tels que Macmillan et Home, et peut-être même des personnalités plus hésitantes comme le secrétaire d’État au Foreign Office. Cependant, dans quelle mesure l’espérance d’une défaite ou, plus encore, d’une élimination de Nasser, n’apparaît-elle pas chimérique en octobre 1956 ? Le chef du gouvernement joue sans doute efficacement sur les inquiétudes que suscite la perspective de l’inévitable allégement du dispositif militaire anglo-français en Méditerranée orientale : Nasser pourrait dès lors faire traîner les négociations ou pire encore, exiger le versement des péages à l’Autorité du canal de Suez. Là aussi, on ne sait pas si le secrétaire d’État au Foreign Office n’a pas, sur ordre, celé sa conviction personnelle sur la possibilité d’un accord rapide. Certains dirigeants craignent aussi que l’Égypte ne respecte pas un éventuel traité et l’on imagine aisément l’effet dévastateur au plan intérieur d’une violation même mineure d’un traité assimilé à une capitulation par beaucoup de conservateurs55. La position des Français, intraitables, rend bien sûr difficile une solution de compromis à la crise conforme au souhait des États-Unis et du Commonwealth. Dès septembre en effet, les ministres ont conclu qu’une entente avec l’Égypte, dès lors qu’elle serait critiquée par la France, apparaîtrait au Moyen-Orient comme un triomphe de Nasser56.

  • 57 The Daily Telegraph, 15 octobre 1956, éd. « Six Principles and a Veto ».
  • 58 Ibid., 18 octobre 1956, éd. « Crisis in the Suez Crisis ».
  • 59 Time and Tide, vol. 37, n° 42, 20 octobre 1956, éd. « Dangerous diversion ».

28À côté des questions de politique étrangère, les gouvernants prennent certainement en compte les développements de politique intérieure, en premier lieu au sein de leur parti. Le courant néo-impérialiste y dispose en octobre d’une influence dont jamais auparavant il n’a joui. Après avoir fait étalage de leur force à Llandudno, les Suez Rebels, d’autant plus forts qu’ils s’appuient sur le ressac conservateur de l’après-guerre, ne laissent par la suite aucun doute sur leur volonté d’obtenir du gouvernement des actes à la mesure des énergiques discours officiels tenus depuis août. Le 15 octobre, dans les colonnes du Daily Telegraph, ils rejettent les « six principes » avalisés par le Conseil de Sécurité. Le « principe vital » auquel la France et la Grande-Bretagne ont proclamé leur attachement, celui de « l’internationalisation du canal », a fait l’objet d’un veto. Et puis, observent-ils, lorsque les Français et les Britanniques parlent du contrôle international, ils entendent « contrôle par une institution internationale, rien de plus, rien de moins »57. Dans son éditorial du 18 octobre, intitulé « Crise dans la crise de Suez », le Daily Telegraph revient à la charge et exige des propositions de règlement « équivalentes à celles des Dix-huit puissances58. Pour sa part, Time and Tide voit dans l’échec du projet anglais d’installation de troupes irakiennes en Jordanie, une dangereuse tentative de diversion et une nouvelle preuve de « l’aventurisme et de l’irresponsabilité de la politique britannique au Moyen-Orient »59.

  • 60 CRD2/34/2, Conservative Party Archives, Conservative Parliamentary Foreign Affairs Committee, Middl (...)
  • 61 Home, op. cit., p. 418.

29Les dirigeants conservateurs doivent pourtant prendre également en compte une opinion publique et une opposition parlementaire favorables à une solution de compromis à la crise de Suez. Ils se préoccupent assurément de l’attitude de l’aile modérée de leur mouvement, dont Sir Lionel Heald a clairement exprimé les vues au Parlement en septembre. Ces tories, défenseurs des prérogatives de l’ONU et des « liens spéciaux » avec les États-Unis, répugnent à toute action qui, en rupture avec la politique arabe suivie depuis 1945, isolerait le Royaume-Uni au plan international. Il existe à l’automne 1956, dans le domaine des affaires extérieures, une opposition très forte entre conservateurs modérés et néo-impérialistes. Au nom des premiers, Nigel Nicolson a prôné le 29 octobre, devant le Comité parlementaire tory pour les Affaires étrangères, une entente entre les puissances occidentales pour contenir l’Égypte nassérienne, ce qui implique évidemment une issue à l’affaire de Suez conforme aux désirs américains. Mais aussi, il a parlé à cette occasion de « la division cachée » (concealed rift) au sein du parti60. En fait, dès septembre, le Premier ministre et ses collègues savaient fort bien qu’une guerre pour imposer aux Égyptiens l’application des propositions des Dix-huit puissances menacerait la survie du gouvernement. Ainsi Macmillan notait-il dans son journal personnel que le Chief-Whip, Edward Heath, prévoyait « beaucoup de problèmes dans le parti » et avançait que le nombre de parlementaires tories opposés à « l’usage de la force, même en dernier ressort » pourrait être suffisamment important pour provoquer la chute du Cabinet lors d’un vote à la Chambre61. À cet égard, en dépit des incertitudes qui l’entachent, l’opération de police sur le canal de Suez présente certains avantages pour des dirigeants conservateurs aux abois. Séparer les combattants israéliens et égyptiens et protéger la navigation dans le canal fournissent, pour une action armée, deux motifs dont on pourra arguer devant l’opinion publique et l’aile modérée du mouvement tory, qui accorderont au gouvernement, par un réflexe de loyauté, le bénéfice du doute.

  • 62 Clark, op. cit., p. 192.

30Les quelques hommes d’État qui décident d’aller de l’avant avec le projet d’action militaire en coopération avec Israël ont également des mobiles propres. Les membres de l’Egypt Committee croient-il vraiment qu’il suffira de prendre le canal de Suez pour obtenir le renversement de Nasser ? Plus probablement, à l’instar de leur chef, diplomate avant tout, ils voient essentiellement dans l’occupation de la voie maritime une simple prise de gage préalable, manifestation de puissance devenue politiquement cruciale, mais qui pourrait en fait déboucher sur un accord voisin de celui ébauché à New York. Mais pour Eden, le recours aux armes dans l’affaire de Suez constitue à l’évidence, avant tout, une fuite en avant. Tous ses efforts pour rétablir une situation politique très compromise ont échoué. L’Association des usagers apparaît comme le dernier avatar de la diplomatie du Premier ministre. Et puis, aucune des tentatives de diversion n’a abouti, qu’il s’agisse du Plan G (pour la création d’une zone de libre-échange en Europe occidentale) ou de l’opération de « consolidation politique » en Jordanie. Le sérieux avec lequel Eden considère l’extraordinaire proposition française d’union politique anglo-française prouve qu’il cherche désespérément toute initiative susceptible de reléguer au second plan la crise de Suez, d’atténuer la « désastreuse déception » (disastrous let-down) redoutée par Sir Norman Brook et William Clark à la veille de la saisine des Nations unies62. Dans ce cas particulier, donner satisfaction aux Français les aurait apaisés et surtout, aurait servi à les rallier à la position britannique en faveur d’un compromis avec l’Égypte.

  • 63 FO/800/738 M 172/56, 29 juillet 1956, Prime Minister’s Personal Minutes. Eden indique au secrétaire (...)
  • 64 The Daily Telegraph, 13 octobre 1956, éd. « Consequenses of a Nasser Win ». Time and Tide, vol. 37, (...)

31L’alliance de fait avec Israël en octobre équivaut à une rupture brutale de la politique suivie jusqu’alors au Levant, mais la crise de Suez a rendu nettement plus acceptable chez certains dirigeants anglais l’idée de Macmillan d’utiliser l’État hébreu contre les pays arabes nationalistes. Le Premier ministre lui-même avait changé dès le 29 juillet d’avis sur les ventes à Israël de Mystères, avions de chasse français63. Bien entendu cette disposition n’a pu que se renforcer graduellement au fil du temps. Or, fait significatif, l’idée d’une collaboration privilégiée avec les Israéliens apparaît dans les colonnes de la presse conservatrice néo-impérialiste. Par exemple, le 13 octobre, le Daily Telegraph estime curieuse l’absence de changement dans l’attitude des puissances occidentales à l’égard d’Israël en dépit de la crise du canal. Comme Time and Tide, l’important journal tory prétend que ce pays, prochaine cible de Nasser, se trouve menacé de destruction, et que l’on doit équilibrer les forces entre ce dernier et ses adversaires64. Ainsi y a-t-il momentanément convergence secrète entre les vues des radicaux du Cabinet et celles de l’aile radicale du mouvement conservateur sur l’opportunité d’une coopération avec l’État hébreu.

  • 65 Sur la maladie de Salisbury, Nutting, op. cit., p. 82 et Colville, op. cit., p. 721.

32Les mobiles particuliers qui guident à partir de la mi-octobre la plupart des autres membres importants du Cabinet dans la question de Suez, n’apparaissent pas clairement, sauf dans le cas de Macmillan. Certains, à l’instar de Lord Home ou de Kilmuir, dès le début favorables à l’usage de la force, si nécessaire, pour infliger une défaite à l’Égypte, ne peuvent qu’approuver une opération militaire, même limitée, en vue d’éviter une reculade britannique retentissante. L’attitude de Salisbury pourrait avoir varié, car après avoir pendant plus de deux mois prôné, avec certaines conditions, la fermeté, il se tient à l’écart de la prise de décision dans la seconde moitié d’octobre, officiellement pour des raisons de santé. Ainsi à Llandudno, le discours de Nutting, très énergique mais trompeur, devait être prononcé par le Lord-Président du Conseil65.

  • 66 Clark, op. cit., p. 205.
  • 67 Howard, op. cit., p. 235.

33Dans le gouvernement, deux hommes de premier plan, Monckton et Butler, ont mené une action modératrice depuis le début de la crise. Pourtant, ni l’un ni l’autre ne passent à l’opposition ouverte quand, à son retour de Paris, leur chef dévoile le projet d’intervention armée discuté avec les Français. Le ministre de la Défense se borne à demander sa mutation à un poste honorifique pour ne pas cautionner l’expédition d’Égypte, alors que sa démission l’eût rendue quasi impossible. La loyauté envers le chef ne constitue pas la seule raison de l’attitude de Walter Monckton qui, avant tout, craint de faire tomber le ministère66. Cette appréhension, en apparence surprenante ou bizarre, prend bien entendu tout son sens au regard de l’évolution interne du parti tory depuis 1955 et de sa profonde division à l’automne 1956. Second dans le Cabinet par son poids politique, Butler pourrait contrer le projet militaire d’Eden. Pourtant, il se réfugie dans une sorte d’abstentionnisme dont les causes restent à établir. La nature de cet homme d’État, hésitant à cause d’un esprit spéculatif, voire dubitatif, qui l’amène souvent à louvoyer, explique la façon détournée et en fin de compte négative dont il s’est efforcé d’influer sur les choix gouvernementaux dans la crise de Suez. Jamais, même s’il a fait connaître ses sentiments, il n’a pris aussi clairement position que son collègue de la Défense et, le moment crucial venu, il semble incapable de s’opposer au Premier ministre. Butler justifiera plus tard sa décision par le désir de rester au sein du Cabinet afin d’être mieux en mesure de restaurer la situation67. Toutefois, il faut tenir compte aussi de la position personnelle, déjà compromise, du Lord Privy Seal, candidat officieux à la succession éventuelle d’Eden. Un acte considéré comme déloyal à l’égard de son chef par certains milieux conservateurs ruinerait irrémédiablement ses prétentions à devenir le prochain leader du parti tory.

  • 68 Thorpe, op. cit., p. 245. Selon le témoignage de Nutting, S. Lloyd aurait tenté de le convaincre de (...)

34Depuis le début de septembre enfin, la position de Selwyn Lloyd a connu une évolution très nette concrétisée par ses réels efforts pour trouver une solution de compromis au différend de Suez à New York. Pourquoi se rallie-t-il, sûrement à contrecœur, à la décision du Premier ministre d’accepter le plan français d’action militaire en concertation avec Israël ? En plus de la fidélité au chef, il faut prendre en compte un manque d’assurance certain : sans poids politique personnel, avec une expérience très limitée des affaires étrangères, surtout au regard de la stature internationale d’Eden, il aurait fallu un ministre doté d’une personnalité plus forte, capable de faire ouvertement acte d’opposition68. Et puis surtout, les graves difficultés de politique intérieure, que n’ignore pas le secrétaire d’État, donnent assurément un poids décisif aux injonctions d’un Premier ministre désormais totalement résolu.

  • 69 PREM 11/1102, tél. n° 2203, du Chancelier de l’Échiquier au Premier ministre, 25 septembre 1956, p. (...)

35Au sein du gouvernement, Harold Macmillan, le plus chaud partisan d’une riposte énergique à la nationalisation du canal de Suez, persiste dans ses efforts pour orienter le Cabinet vers le recours à la force. En particulier, il a l’avantage de rencontrer le président américain et son ministre des Affaires étrangères le 25 septembre, à l’occasion d’une réunion des ministres des Finances des États membres du Fonds monétaire international à Washington. Les rapports qu’il a faits sur ces entretiens apportent peu de précisions additionnelles sur l’attitude américaine. Des propos de Dulles, il ressort que le gouvernement des États-Unis, quoique prêt à tout faire pour se débarrasser de Nasser, écarte totalement l’utilisation de l’affaire de Suez à cette fin et préfère utiliser « d’autres moyens ». Le responsable de la diplomatie américaine assure qu’il respectera son engagement à faire verser à la SCUA les péages dus par le passage des navires américains, et qu’il fera pression pour que Panama et le Libéria suivent cet exemple. Point important, en plus d’insister à nouveau sur « le danger économique » pour la Grande-Bretagne des réactions égyptiennes à ce durcissement de la politique américaine, le secrétaire d’État rejette la demande d’aide financière transmise par Macmillan, qui évoque la baisse rapide des réserves britanniques en or et devises. Lorsque le Chancelier de l’Échiquier propose de renouveler sa requête après les élections présidentielles américaines, Dulles répond affirmativement « avec insistance » (emphatically)69. Le message est d’autant plus clair que ce dirigeant américain, même s’il a admis que la crise tient peu de place au plan intérieur, prétend qu’un événement nouveau pourrait avoir un effet désastreux pour le renouvellement du mandat de son chef. Bien entendu, ce propos sans fondement réel reflète uniquement la volonté d’empêcher tout développement contraire aux vues américaines. Et puis, quand il parle de danger économique pour le Royaume-Uni et qu’il repousse à plus tard un éventuel secours financier pour pallier ses problèmes monétaires, le secrétaire d’État américain aux Affaires étrangères laisse entrevoir le type de pression que pourrait appliquer son pays en cas de « désobéissance » anglaise.

  • 70 Ibid., tél. n° 2204, du Chancelier de l’Échiquier au Premier ministre, 25 septembre 1956, p. 354, n (...)
  • 71 Horne, op. cit., p. 421. Selon cet auteur, Macmillan s’est « persuadé [qu’il a eu] une discussion i (...)

36Selon le compte rendu du 26 septembre fait par le ministre anglais sur sa rencontre avec le président américain, les deux hommes ont parlé d’une façon extraordinairement vague du problème de Suez. Le jour précédent, le Chancelier a prévenu son chef que, de cette conversation d’une demi-heure, « rien de précis n’était ressorti » (nothing spécific emerged). Pourtant, dès le lendemain, il tient à faire part au Premier ministre de ses « impressions » (feelings) selon lesquelles Eisenhower, déterminé à faire tomber Nasser « d’une façon ou d’une autre », s’est montré compréhensif à l’égard des Britanniques. Ainsi, d’après Macmillan, il a semblé « comprendre » les difficultés économiques pour la Grande-Bretagne, d’une action à long terme dans la crise de Suez. Et même, il aurait admis qu’elle se devait de l’emporter dans cette affaire pour éviter un effondrement total de sa structure économique70. S’il est difficile pour le Chancelier de l’Échiquier de présenter sous un jour favorable les paroles de Dulles, il essaie à l’évidence d’interpréter les propos tenus par le Président de façon optimiste pour les tenants de l’option militaire contre l’Égypte. Or, comme l’affirmera Sir Roger Makins qui prit des notes sur cet entretien, il n’y a aucun fondement aux assertions du ministre sur l’attitude du Président, soi-disant sympathique aux Britanniques, d’autant que la question de Suez n’a fait l’objet d’aucune déclaration précise par quiconque et que le ministre s’est abstenu, pour des raisons évidentes, de demander des éclaircissements sur la position des États-Unis à ce stade de la crise71.

  • 72 T 236/4188, note du 8 août 1956, de Sir Edward Bridges, secrétaire permanent au Trésor, pour le min (...)
  • 73 Hugh Thomas, op. cit., p. 98, et Horne, op. cit., p. 434.
  • 74 Tribune, 28 septembre 1956, « This Minor Caesar », article d’Aneurin Bevan., Le travailliste J.P.W. (...)

37À son retour des États-Unis, au début d’octobre, Macmillan choisit d’ignorer la position américaine, malgré la situation économique difficile de son pays. Pourtant, les hauts fonctionnaires du Trésor font parvenir au ministre des notes alarmantes sur les dangers qui menacent la livre anglaise. Ce dernier n’en tient apparemment aucun compte bien qu’il estime fondées les craintes de ses subalternes, alarmés par la baisse des réserves nationales d’or et de devises72. L’inquiétude et la prudence auraient dû tempérer son ardeur belliqueuse, dès lors que les Américains refusent toute aide financière immédiate et la subordonnent au respect des volontés exprimées par Dulles au sujet de la crise de Suez. Or, d’après William Clark, le dirigeant britannique, loin d’assouplir son attitude, menace de démissionner dans l’éventualité où le Royaume-Uni, incapable d’imposer le plan des Dix-huit puissances, reculerait devant l’usage de la force73. Finalement, le Chancelier campe sur la position, totalement identique à celle du Suez Group, définie dans son mémoire du 7 août à l’Egypt Committee, lorsqu’il affirmait au sujet de la Première conférence de Londres : « tant pour notre honneur que pour notre sécurité future, et pour infliger une humiliation à Nasser, nous devons insister pour que le contrôle et l’administration du canal relèvent d’une autorité internationale ». S’il renonçait à son poste pour faire acte d’opposition à une politique de compromis d’Eden, accusé d’apaiser l’Égypte, le ministre pourrait endosser le manteau churchillien de défenseur des intérêts et de la grandeur de la nation. Un tel geste s’inscrit dans la ligne extrémiste qu’il a suivie depuis juillet, probablement en vue de la conquête du pouvoir. Un accord négocié avec l’Égypte sur le statut du canal risque fort de provoquer une crise très grave pour le leader du parti. Butler se trouve pour l’instant disqualifié dans la course à la succession par le double veto de la droite économique et les néo-impérialistes. Macmillan apparaîtrait donc, soit comme le champion de la Grande-Bretagne, opposé à un Premier ministre qui pratique la reculade, soit comme le soutien inébranlable et loyal d’Eden en cas de recours à la force. Dans ce dernier cas, un échec lui ouvrirait même la voie à la succession d’Eden dans de meilleures conditions encore. Si dans la course au pouvoir, Butler a toute les raisons d’attendre, comme le notait Aneurin Bevan, à la fin de septembre 1956, son rival, plus âgé, aux prises avec les difficultés financières du pays, se doit d’agir vite, d’autant plus que l’affaire de Suez offre un terrain de manœuvre inespéré74. Et même, dans la perspective d’une accession prochaine au poste de chef du gouvernement et du parti, cet homme calculateur et habile anticipe peut-être déjà les conséquences bénéfiques d’une expédition contre l’Égypte : une défaite du régime nassérien freinerait pour un certain temps l’essor des nationalismes arabes ; dans l’éventualité contraire, le courant néo-impérialiste du parti tory perdrait son crédit et sa position de force acquise au cours de 1956.

Plans militaires et buts de guerre anglais

38Trois plans se succèdent jusqu’au déclenchement des hostilités à la fin d’octobre 1956, hormis le Plan dit « d’Hiver » qui n’entrera jamais en vigueur. Leur examen montre le changement des buts de guerre anglais et l’étude des documents relatifs à leur préparation révèle bien le poids grandissant des contraintes diplomatiques et politiques qui vont rapidement interdire au Cabinet britannique l’espoir d’une issue militaire à la crise, du moins jusqu’à l’association avec les Israéliens.

  • 75 CAB 134/1216, EC(56) 3rd Meeting, 30 juillet 1956, p. 24. Les termes utilisés dans le procès-verbal (...)
  • 76 PREM 1098, « Action against Egypt, Outline Plan », mémoire du 2 août 1956, présenté à l’Egypt Commi (...)

39D’emblée, l’Egypt Committee se donne pour but immédiat le renversement de Nasser et pour fin ultime l’imposition d’un contrôle international sur la voie maritime de Suez. Pourtant à l’origine, le comité ne lie pas indissociablement ces deux objectifs dans le domaine militaire, car certains de ses membres pensent que l’on pourra faire tomber le gouvernement égyptien grâce à des « opérations moins élaborées » que celles exigées par la prise du canal75. Dans un mémoire du 2 août soumis à l’Egypt Committee, les chefs de l’état-major anglais exposent les points essentiels du premier projet d’intervention militaire. À ce stade, le but fixé par les ministres consiste « à restaurer le contrôle international sur le canal au moyen de la force armée ». Les responsables militaires préconisent donc une attaque aérienne intensive, suivie de toute action « nécessaire » dans la zone du canal, y compris son occupation76. Restreint géographiquement, ce plan postule l’effondrement du régime nassérien comme simple conséquence, soit des bombardements, soit de la capture de la voie maritime.

  • 77 CAB 134/1217, EC(56) 15th Paper, « Outline Plan for Military Operations », mémoire du 10 août 1956, (...)
  • 78 Chapitres II, p. 83, et III, p. 133-134.
  • 79 CAB 134/1217, EC(56) 8th Paper, « Action against Egypt », 7 août 1956, note présentée devant le com (...)

40Dans un nouveau mémoire du 10 août, transmis à l’Egypt Committee par les chefs de l’état-major, les commandants des forces expéditionnaires esquissent diverses possibilités d’opérations contre l’Égypte. Ils ont retenu soit Port-Saïd, soit Alexandrie comme lieux pour un éventuel débarquement effectué sous la forme d’un assaut d’envergure maximale (full scale assaulf) dans lequel on regrouperait les troupes en vue d’un succès rapide. Pour trois raisons principales, ils recommandent le choix d’Alexandrie : le succès initial y est assuré ; les installations portuaires et aéroportuaires permettent la concentration des moyens ; et enfin, Le Caire se trouve à plus courte distance de cette ville que de Port-Saïd. Du reste, cette dernière présente à leurs yeux plusieurs inconvénients importants : l’aérodrome voisin se trouve sous la protection d’une division blindée ; le regroupement des forces d’intervention y serait plus difficile ; enfin, la conduite qui approvisionne cette ville en eau douce pourrait être coupée par l’ennemi77. Selon les comptes rendus des séances de l’Egypt Committee, lorsqu’Eden et ses collègues acceptent le Plan Mousquetaire, basé sur l’assaut contre Alexandrie, ils défèrent aux avis des responsables militaires ; mais en fait, ils se rallient aux vues défendues par Macmillan au sein du Cabinet, et par les Français dans l’équipe des planificateurs78. Ainsi que l’a expliqué le Chancelier de l’Échiquier, il faut rechercher et défaire l’armée égyptienne en bataille rangée pour être en mesure de renverser le gouvernement Nasser79. Le Foreign Office fera sien ce point de vue dans un mémoire du 20 août 1956 où l’on estime possible l’élimination du régime nassérien par une défaite totale et une capitulation de l’armée égyptienne qui exigeront des opérations dans le delta du Nil.

41Pourtant, dès l’adoption du Plan Mousquetaire, son exécution apparaît politiquement quasi impossible, sauf dans l’éventualité improbable d’une grave provocation égyptienne. Dès le 13 août, Richard Powell, le secrétaire permanent à la Défense, confie en ces termes à William Clark ses doutes au sujet de ce projet :

  • 80 Clark, op. cit., p. 173. Le secrétaire pour les relations publiques d’Eden notait aussi que Richard (...)

« Il devrait se terminer par une invasion massive qui retournera l’opinion internationale contre nous [Britanniques], et qui sera impopulaire. Si impopulaire en fait, qu’il pourrait bien ne jamais être appliqué et que, du même coup, Anthony Eden pourrait être mis à la porte »80.

  • 81 Propos de Sir Richard Powell au cours d’un entretien le 20 juin 1988.
  • 82 Reginald Maudling, Memoirs, Londres, Sidgwick & Jackson, 1978, p. 64.

42Au reste, les autres hauts fonctionnaires civils et militaires savent fort bien que le plan Mousquetaire provoquerait des destructions considérables81. Reginald Maudling, ministre de l’Approvisionnement en 1956, rappelait l’attitude des militaires, « calmes, presque au point de sembler sceptiques lorsqu’on leur demande s’il ont tout ce dont ils ont besoin » en vue des opérations82. Au demeurant, les chefs de l’état-major eux-mêmes ont dès le début de la crise pressenti que la situation politique pourrait devenir très défavorable aux desseins militaires du gouvernement. Le 30 juillet déjà, ils concluent :

  • 83 DEFE 4/89, COS(56) 75th Meeting, 31 juillet 1956, p. 138 (point b).

« Le danger existe, que nous devions dans six semaines, au moment d’agir [par la force], prendre des mesures unilatérales contraires à l’avis des Américains, avec pour seule alliée, la France. Dans le même temps, Nasser pourrait fort bien avoir conduit l’exploitation du canal de façon à ne porter préjudice à aucun intérêt public hormis ceux de la France et de [notre] pays »83.

  • 84 DEFE 5/70, COS(56) 314th Paper, 16 août 1956, « Possible implications in the Middle East in the eve (...)
  • 85 Ibid., 82nd Meeting, 21 août 1956, p. 202. Ce jour, Lord Mountbatten réaffirme ses craintes quant a (...)
  • 86 Ibid., 80th Meeting, 14 août 1956, p. 161. Le First Sea Lord parle en ces termes (point 6) : [... L (...)

43Les militaires redoutent de surcroît les réactions sérieuses que pourrait susciter à travers le monde arabe une intervention armée contre l’Égypte : dans le moins grave des cas, une montée du sentiment anti-anglais et du panarabisme, avec de nombreuses manifestations violentes et même d’éventuelles attaques contre les intérêts pétroliers britanniques dans le golfe Persique ; au pire, la chute de certains régimes modérés ou pro-anglais, notamment en Jordanie ou en Irak84. Il faut donc, estime-t-on, envisager un renforcement durable de la présence militaire anglaise dans plusieurs régions dont Aden et le golfe Persique et se préparer à l’évacuation des unités stationnées dans le royaume hachémite85. Lord Mountbatten va plus loin et s’inquiète de ce que, « soudé derrière Nasser, le peuple égyptien pourrait rejeter tout nouveau gouvernement formé sous l’égide de l’occupant »86.

  • 87 CAB 134/1217, EC(56) 43rd Paper, « Operation Musketeer : Implications of postponement », 7 septembr (...)
  • 88 CAB 134/1217, EC(56) 43rd Paper, « Operation Musketeer : Implications of postponement », 7 septembr (...)

44Plusieurs facteurs amènent l’Egypt Committee à abandonner le Plan Mousquetaire le 10 septembre. D’abord, l’état-major invoque dans un mémoire du 7 septembre des problèmes techniques dus aux reculs successifs de la date du jour « D ». Le début de l’intervention armée prévue pour le 15 septembre requiert une série de mouvements préliminaires sur près de quinze jours (reconnaissance aérienne, envoi des troupes par mer, etc.). On ne peut donc espérer mettre en œuvre Mousquetaire avant la dernière semaine de septembre87. Or, les chefs de l’armée anglaise pensent que les inconvénients (military disavantages) du projet croîtront proportionnellement aux délais mis à son exécution. Plus le temps passe, expliquent-ils, et plus les Égyptiens ont de chances de connaître les objectifs franco-britanniques, d’obtenir de l’aide de volontaires étrangers (du bloc de l’Est) et de renforcer leurs défenses en vue de gêner la concentration rapide des unités du corps expéditionnaire dont dépend le succès de l’opération. Et surtout, les généraux assurent qu’après la première semaine d’octobre, les conditions météorologiques et l’état des véhicules, chargés dans les navires, obligeront à l’abandon du Plan Mousquetaire88. Ils proposent donc l’adoption d’un nouveau projet qui comporterait l’application d’un blocus financier contre l’Égypte ainsi qu’une offensive navale et aérienne contre son armée, son aviation et ses stocks de pétrole. L’on poursuivrait ces actions jusqu’à la capitulation de Nasser, qui ouvrirait la voie à l’occupation de la zone du canal à partir de Port-Saïd. Les militaires trouvent plusieurs avantages au nouveau plan, nommé Mousquetaire Révisé (Musketeer Revised, dit aussi Musketeer II) :

  • on peut lancer les attaques aériennes et navales malgré les conditions climatiques de l’hiver, qui rendraient difficiles l’envoi de troupes aéroportées ;
  • on peut mettre le plan à exécution dans un court délai (at short notice) ;
  • les pertes humaines et les dommages matériels infligés à la population civile seront beaucoup moindres que lors d’un débarquement doublé d’un assaut, avec ses suites à travers le territoire égyptien ;
  • l’entrée dans la zone du canal, par Port-Saïd, d’une force de trois divisions, puis l’occupation de la voie maritime se ferait plus vite que précédemment ;
  • le nouveau plan serait enfin plus économique du point de vue des transports maritimes, du coût financier et des effectifs (en particulier, plus d’obligation de retirer une division d’Allemagne et plus besoin de conserver les réservistes au-delà d’octobre)89.
  • 90 Ibid., les deux passages les plus significatifs (point 10, p. 11 du document) : It is clear that fr (...)

45En réalité, deux points éminemment politiques, fondamentaux, mais que letat-major ne peut évidemment pas mettre en relief à l’intention des autorités civiles, seules compétentes en ce domaine, apparaissent dans le mémoire du 7 septembre. Premièrement, les responsables militaires expliquent que Mousquetaire Révisé pourra demeurer opérationnel « jusqu’à ce que la position morale [des Britanniques face à l’Égypte] soit inattaquable » (until our moral case is unassailable)90. Deuxièmement, le nouveau plan, qui postule avec un optimisme étrange l’effondrement du régime nassérien, ne prévoit pas d’opération terrestre hors de la zone du canal.

  • 91 ADM 205/120, JP(56) 133rd Paper, 8 octobre 1956, note du directeur des Plans de la Marine au First (...)
  • 92 ADM 205/133, Top secret message from Commander-in-Chief, Mediterranean, to Admiralty, 24 septembre  (...)
  • 93 CAB 134/1217, EC(56) 43rd Paper, « Operation Musketeer : Implications of postponement », 7 septembr (...)

46Avalisé par l’Egypt Committee le 19 septembre 1956, Mousquetaire Révisé ne satisfait pourtant pas réellement le haut commandement anglais. Selon un rapport du 8 octobre, adressé au First Sea Lord par le Directeur des Plans de l’Amirauté, les responsables des trois armes ont des positions fort différentes au sujet de l’intervention en Égypte. Le représentant du ministère de l’Air s’en tient au principe que Mousquetaire ou pas, il ne faudra jamais réoccuper l’Égypte ou le canal qu’en dernière extrémité. Le porte-parole de l’armée de Terre défend l’idée que la prise du canal, essentielle, devrait vraisemblablement conduire à l’occupation du Caire. L’Amirauté pour sa part a une position médiane. Le Directeur des plans porte également un jugement sévère sur le nouveau plan : comme le projet précédent, avec ses bombardements navals de la zone de débarquement aux effets politiquement « inacceptables », Mousquetaire II, conçu avec la plus grande hâte, n’a pas été considéré sous l’angle politique ; or son examen, même superficiel, révèle que ses « répercussions politiques entraîneraient probablement son échec »91. En plus de cette faille importante du plan, plusieurs problèmes majeurs continuent de préoccuper les autorités militaires du Royaume-Uni. Certains ont trait à son exécution. Par exemple, comment détruira-t-on les troupes et blindés égyptiens qui se réfugieront dans les villes ou villages, sans infliger des dommages et des pertes de vies intolérables à la population civile92. Enfin, les dirigeants de l’armée prennent en compte la réelle possibilité que l’Union soviétique apporte à l’Égypte une assistance militaire indirecte ou, au pire, directe. Les ministres ont déjà considéré un éventuel envoi de « volontaires » des pays de l’Est. Le 5 septembre, l’état-major les informe de la progression vers la Méditerranée de trois sous-marins russes, dont l’équipage polonais répond aux ordres d’officiers égyptiens. À la même époque, les services secrets anglais, si l’on en croit Peter Wright, alors agent du MI 5, transmettent des informations alarmantes sur la détermination soviétique à secourir l’Égypte en cas de conflit avec le Royaume-Uni93.

  • 94 PREM 11/1104, COS(56) 350th Paper, 12 septembre 1956, « Alternative to Musketeer », mémoire des che (...)
  • 95 Ibid., 360th Paper, 18 septembre 1956, « Musketeer Revised », p. 36-38.

47D’autre part, l’hypothèse d’un effondrement de l’armée égyptienne consécutif à l’offensive aérienne, centrale dans le plan Mousquetaire Révisé, reste à vérifier, comme le rappellent aux ministres les chefs de l’état-major dans une note du 12 septembre94. Et puis la question fondamentale de la suite que l’on donnera à la prise du canal de Suez demeure sans réponse malgré les multiples interrogations et avertissements formulés par les responsables de l’armée anglaise auprès des ministres. Dans un document du 18 septembre qui contient la version achevée du Plan Mousquetaire Révisé, soumise le lendemain à l’approbation des ministres, les chefs de l’état-major précisent avec netteté les bornes de l’action projetée95. Malgré les mesures de sauvegarde prévues, l’Égypte pourra assurément bloquer la voie maritime de Suez pendant un certain temps, développement fâcheux pour des défenseurs de la liberté de navigation. En outre, les militaires rappellent les limites des objectifs territoriaux ainsi que des moyens engagés dans le cadre de Mousquetaire Révisé :

  • 96 Ibid, p. 36. Military Government : [...] we have not, with the forces at présent alloted, the capac (...)

« Au mieux, nous espérons atteindre rapidement Ismaïlia pour établir le contrôle international du canal et occuper le reste de la zone. Nous espérerions alors qu’un nouveau gouvernement égyptien serait constitué en vue d’administrer le pays [...] Avec les forces à présent allouées, nous n’avons ni la capacité d’occuper le delta [du Nil] et Le Caire, ni l’organisation civile pour exercer le gouvernement militaire du pays entier »96.

  • 97 DEFE 4/89, COS(56) 97th Meeting, 9 octobre 1956, p. 205.
  • 98 CAB 134/1217, EC(56) 63rd Paper, 25 octobre 1956, p. 24.

48Le 9 octobre encore, un rapport peu rassurant du Service de la planification conjointe suscite l’inquiétude des dirigeants de l’armée à propos des conséquences de l’application du Plan Mousquetaire révisé. Cette fois, le général Templer, commandant en chef de l’armée de Terre, qui n’avait pas jusqu’ici manifesté de réserves devant les projets du gouvernement, partage dans une large mesure les craintes de son collègue de la Marine sur la situation que créerait une intervention franco-anglaise en Égypte. Tous deux s’entendent sur la nécessité de prévenir les ministres des difficultés politiques et militaires qu’ils entrevoient. Tandis que le First Sea Lord estime que le nouveau gouvernement mis sur pied ne survivra que grâce au soutien de l’armée anglaise, Templer affirme que deux solutions seulement existent, l’instauration d’un « contrôle » international (au sens le plus fort) sur la zone du canal ou une réoccupation à long terme de l’Égypte. Or, le général juge inacceptable la seconde alternative97. À la fin d’octobre, les autorités militaires mettent en garde l’Egypt Committee contre les implications d’une présence militaire permanente en Égypte, exposées dans un mémoire. Cette lourde ponction sur les ressources militaires du pays nuirait gravement aux autres missions de l’armée (amputation considérable de la réserve stratégique, retrait d’une division d’Allemagne, etc.) et elle nécessiterait le maintien sous les drapeaux de certains réservistes ainsi que la perpétuation du Service national (service militaire obligatoire)98.

  • 99 CAB 134/1225, EOC [Egypt Official Cttee.] (56) 6th Meeting, 20 septembre 1956, p. 30.
  • 100 CAB 21/3094, EOC(56) 7th Meeting, 24 septembre 1956. Le texte dans le compte rendu est le suivant : (...)

49Les comptes rendus des séances de l’Egypt Official Committee montrent que les hauts fonctionnaires des ministères concernés par l’affaire de Suez ont des préoccupations similaires à celles des chefs militaires. Chargés de la mise en œuvre des décisions de l’Egypt Committee, ils s’interrogent en particulier sur ce qu’il adviendra quand les soldats anglais et français auront pris la voie maritime de Suez. Le 20 septembre, le groupe de travail, qui comprend bien entendu, entre autres, des représentants de la Défense, des Affaires étrangères et du Trésor, se penche sur cette question. Il estime qu’on ne pourra pas éviter la constitution d’une administration, voire d’un gouvernement militaire dans la zone du canal, seul territoire dont Mousquetaire révisé prévoit l’occupation. Le comité observe au demeurant que le nouveau plan ne comporte aucun mouvement de troupes vers Le Caire en vue d’assurer la formation d’un gouvernement égyptien « plus coopératif » (more amenable), à défaut duquel les alliés devront dans une large mesure assumer l’administration du territoire occupé. Toutefois, de l’avis des fonctionnaires, les moyens alloués au commandement opérationnel ne leur permettront pas de remplir cette tâche99. Le 24 septembre, l’élaboration des directives politiques au commandant en chef des forces alliées donne lieu à de nouvelles discussions sur les limites géographiques de Mousquetaire révisé. L’Egypt Official Committee conclut alors à la nécessité de porter à l’attention des ministres l’absence de Phase IV dans ce plan ainsi que de préparatifs pour l’extension du gouvernement militaire hors de l’aire de la voie maritime. Naturellement, lorsqu’il évoque la Phase IV manquante, le comité parle des opérations nécessaires au renversement et au remplacement de Nasser100. Ainsi, comme les chefs de l’armée, les hauts fonctionnaires ne croient pas les affirmations du commandement opérationnel selon lesquelles bombardements et capture du canal suffiront à précipiter la chute du régime nassérien.

  • 101 Philip Ziegler, Mountbatten : The Official Biography, Londres, Collins, 1985, p. 543.
  • 102 James, op. cit., p. 507.
  • 103 Propos tenu par Sir Richard Powell au cours d’un entretien le 20 juin 1988. Richard Lamb, s’il para (...)
  • 104 « A General Remembers : Suez 1956 », récit d’Hugh Stockwell, The Listener, 29 novembre 1956, p. 730 (...)
  • 105 CAB 21/3094, EOC, « Political directives to the Allied Commander-in-Chief », 29 août 1956.
  • 106 CAB 134/1225, EOC, « Draft political directives to the Allied Commander-in-Chief, 25 septembre, 11  (...)
  • 107 Ibid.
  • 108 Ibid., directives du 8 octobre 1956, p. 82-84. L’Egypt Official Committee considère la possibilité (...)
  • 109 CAB 134/1225, EOC(56) 1st Meeting, 24 août 1956, p. 5. Le comité veut que le ministère de la Défens (...)
  • 110 CAB 134/1225, EOC(56) 3rd Meeting, 30 août 1956, p. 13. Le comité note que les Français ne veulent (...)
  • 111 Ibid. DEFE 5/71, note du FO au secrétaire du Comité des chefs d’état-major, 17 septembre 1956, p. 1 (...)
  • 112 Report on Foreign Affairs, July-Septembre 1956, vol. XXXVII, n° 3, p. 280.

50D’après les procès-verbaux de ses délibérations, l’Egypt Committee abandonne en apparence le premier plan Mousquetaire, comme il l’avait adopté, pour les raisons techniques avancées par les militaires. Bien entendu, au début d’août, le mémoire de Macmillan fournissait le fondement véritable de sa décision. En septembre, le retour au tout premier concept d’une occupation de la zone du canal ne donne étrangement lieu au sein du comité à aucune conversation sur les buts de guerre. Peut-être le chef du Cabinet a-t-il discuté ce sujet de façon totalement informelle avec certains de ses pairs. Pourtant les buts de guerre anglais changent véritablement avec le nouveau projet : il ne s’agit plus maintenant d’imposer à l’Égypte un nouveau régime favorable aux intérêts des deux puissances européennes, mais essentiellement de prendre, après un assaut sur Port-Saïd, la voie maritime de Suez pour la placer sous le contrôle international. Dans son journal personnel, Lord Mountbatten rapporte qu’au cours d’un débat qu’il a lui-même suscité, les chefs d’état-major et le ministre de la Défense ont fait comprendre au Premier ministre qu’une attaque suivie d’un débarquement à Alexandrie provoquerait des dégâts matériels et des pertes de vies très importantes en zones civiles101. Ainsi, en quelque sorte, ce dernier aurait-il cédé à la pression exercée par ses chefs d’état-major. Son biographe « officiel », Robert Rhodes James, a mentionné la consternation de l’Egypt Committee et la « colère » d’Eden, qui s’est néanmoins résolu à ne pas ignorer l’avis de l’état-major102. Pourtant, selon Sir Richard Powell, jamais le Premier ministre, parfaitement au courant des conséquences matérielles d’un assaut contre Alexandrie, n’a cessé d’avoir la haute main sur les affaires militaires (Eden was in the lead all the time)103. Plus vraisemblablement, ce dernier accepte les recommandations des autorités militaires pour des raisons politiques dictées par l’évolution de la conjoncture internationale et domestique. Hugh Stockwell, commandant opérationnel des unités terrestres, l’un des artisans de la planification, reçoit des instructions précises du Premier ministre, qui lui déclare vouloir simplement une « intervention [limitée] » ou « opération de police »104. La comparaison entre les versions successives des directives politiques au commandant en chef des forces alliées, élaborées par l’Egypt Official Committee, atteste le changement fondamental dans les visées militaires des dirigeants anglais. Les premières directives, du 29 août, exposent en détail les opérations grâce auxquelles non seulement on mettra dans un premier temps le canal sous administration militaire, mais aussi, dont résultera l’anéantissement de toute opposition égyptienne, fût-ce au prix d’une marche sur Le Caire105. Dans les nouvelles directives, datées des 25 septembre, 11 et 31 octobre, l’article qui prévoyait si nécessaire la prise du quartier général de la résistance dans la capitale, disparaît106. Si les Égyptiens poursuivent leur combat contre les forces anglo-françaises, elles répliqueront par des attaques aériennes sur des cibles appropriées107. D’ailleurs, dans plusieurs alinéas des directives au commandant en chef, on envisage maintenant la possibilité que l’occupant soit aux prises avec le gouvernement Nasser, qui aurait réussi à se maintenir108. Enfin, les hauts fonctionnaires ont misé sur la participation des Français à l’administration des territoires sous occupation alliée, non seulement pour des raisons politiques, mais surtout pour alléger la charge du Royaume-Uni au plan du financement et du personnel109. Cependant, les Français se montreront d’emblée peu enclins au partage de ce fardeau, souhait exprimé tant par l’Egypt Official Committee que par le Foreign Office110. Très vite, les Britanniques vont se rendre compte que leurs alliés, d’accord pour participer à la gestion du canal, n’entendent pas toutefois accepter des responsabilités civiles en Égypte : embourbés dans la guerre d’Algérie, ils se retireront sitôt après la fin des opérations militaires, ne laissant qu’un contingent « symbolique » (to/cen)111. Bien entendu, ce fait n’échappe pas non plus aux observateurs extérieurs au gouvernement et l’un d’entre eux écrit en septembre : « il ne serait pas injuste (unfair) de dire qu’avec leurs propres forces très occupées en Afrique du Nord, [les Français] peuvent réclamer une politique énergique avec la certitude que lorsque les actes succéderont aux paroles, le bras armé devra appartenir à quelqu’un d’autre (the strongarm would have to cornefrom somewhere else) »112.

  • 113 Témoignages oraux fournis à l’auteur par Anthony Nutting (entretien du 11 juin 1988) et Lord Home ( (...)
  • 114 PREM 11/1104, lettre d’Anthony Head au Premier ministre, 14 septembre 1956, p. 86-87. Certains hist (...)
  • 115 CAB 134/1217, EC(56) 7th Paper, 7 août 1956, p. 28.
  • 116 Monckton Papers, n° 7, General Correspondence, lettre du 5 septembre 1956, d’Harold Watkinson à Mon (...)
  • 117 Jean Chauvel, op. cit. p. 197. L’ambassadeur comprit que Sir Ivone Kirkpatrick lui aussi ignorait t (...)
  • 118 Lord Gore-Booth, With Great Truth and Respect, Londres, Constable, 1974, p. 227-229 et 232. L’ambas (...)

51Tant Lord Home que Sir Anthony Nutting ont affirmé qu’à partir de septembre 1956, l’Egypt Committee ne retient plus qu’un unique objectif militaire, s’emparer de la voie maritime de Suez pour y « restaurer » le contrôle d’une autorité internationale113. L’action armée doit donc, avec des moyens moindres que dans le plan Mousquetaire original, se dérouler dans la seule zone du canal. Quand Churchill vient, à la mi-septembre, soumettre au Premier ministre un projet d’invasion de l’Égypte basé sur un débarquement à Meirsa Matrhu suivi de la prise de la capitale, plan conçu par le maréchal Montgomery, Anthony Head met en garde son chef en ces termes : « nous avons toujours pensé, correctement selon moi, que nous devions nous abstenir de nous empêtrer (entanglingourselves) dans le combat au Caire puis dans son occupation subséquente »114. Les ministres ne tiennent manifestement aucun compte des avertissements de l’Egypt Official Committee et de l’état-major sur l’absence de « Phase IV » et sur l’insuffisance des moyens qui pourraient assurer l’élimination du gouvernement nassérien. Cela revient donc à accepter un plan qui, certes, permet l’adéquation de l’action militaire au but officiel des deux puissances, mais présente les inconvénients dénoncés avec raison par Macmillan au début d’août, et mis en relief par d’autres ministres, dont ceux de la Défense et des Transports. Le Chancelier de l’Échiquier prévenait alors l’Egypt Committee que l’on se placerait dans la position occupée antérieurement « si difficile à tenir et qu’il avait été si désirable d’évacuer » ([it] would draw us back in the position from which wefound difficult to operate and so désirable to evacuate)115. Le 5 septembre, un autre membre de ce comité, Harold Watkinson, écrit à Walter Monckton qu’une victoire par les armes sur Nasser, quoique certaine, laisse « sans réponse la question plus vaste de la façon dont [les Britanniques] tiendront alors [leur] position [...] si l’opinion internationale se retourne contre [eux] »116. Comment Eden et ses collègues de l’Egypt Committee pourraient-ils ignorer les limites du plan Mousquetaire révisé et ses failles importantes, compte tenu non seulement de la détérioration constante de la position diplomatique de la France et du Royaume-Uni, mais aussi de l’évolution très défavorable de la situation politique dans leur pays ? L’association avec Israël va compliquer et rendre plus aléatoire encore le succès d’une invasion de la zone du canal de Suez, d’autant que les États-Unis ne veulent pas de guerre israélo-arabe. La décision de lancer l’opération de police grâce au scénario israélien, dans un premier temps à l’actif du seul Premier ministre, devient le choix d’une poignée de dirigeants politiques prêts à faire fi de la position des grands ministères qui ont pour tâche de les informer et de guider leur action. Si par son attitude le Chancelier de l’Échiquier a tout au long de la crise empêché l’influence modératrice du Trésor de s’exercer au niveau du Cabinet, du moins Selwyn Lloyd a-t-il représenté le Foreign Office et défendu sa position jusqu’au 16 octobre. Par la suite toutefois, les hauts fonctionnaires des grands départements n’interviennent plus directement dans le processus décisionnel. Jusque dans les jours qui précèdent le conflit, Sir Ivone Kirkpatrick lui-même reste dans l’ignorance de la nouvelle politique de l’Egypt Committee117. À l’exemple de Lord Gore-Booth, revenu de Birmanie à la fin d’octobre 1956 pour occuper le poste de sous-secrétaire permanent adjoint aux Affaires étrangères, la plupart des diplomates ont regretté l’aventureux revirement de politique opéré par Eden, alors que des signes encourageants laissent entrevoir le succès du processus de négociation entamé à New York118.

  • 119 Témoignage oral de Lord Home (entretien du 22 juin 1988).
  • 120 Lloyd, op. cit., p. 190. L’ancien ministre écrit : The restoration of the Canal to international co (...)
  • 121 Shimon Pérès, David et sa fronde, Paris, Stock, 1972, p. 226-227.
  • 122 Anthony Gorst, « 31 Years on », Contemporary Record, vol. 2, n° 4, Winter 1988, p. 1.
  • 123 FO 800/723, tél. du 9 avril 1956 au FO, de Makins, qui rapporte une déclaration officielle, selon l (...)

52Avec l’adoption du projet français « d’opération de police », la nature des buts de guerre anglais devient extrêmement difficile à discerner. Les ministres espèrent-ils, par la prise du canal et l’anéantissement de l’aviation égyptienne, ébranler Nasser, diminuer son influence au Moyen-Orient, explication ultérieurement avancée par Lord Home119 ? Dans son livre, Selwyn Lloyd a écrit que l’imposition du contrôle international devait être une « défaite suffisante » pour Nasser120. Cette idée, le Premier ministre lui-même la défend devant le Cabinet, le 24 octobre 1956, quand il fait état de la nécessité d’une action militaire pour « diminuer le prestige » du colonel Nasser et contenir son influence au Moyen-Orient. Mais il faut remarquer l’absence, voulue sans doute par les principaux ministres, de tout débat véritable au sein du Cabinet anglais sur la situation que créera l’intervention des puissances européennes en Égypte, malgré les objections notables soulevées par certains. On voit mal quels avantages tirera la Grande-Bretagne d’une occupation du canal, probablement hors d’usage, dès lors que le régime nassérien, toujours en place, pourra mener contre les envahisseurs une lutte acharnée. Pour trouver dans le domaine de la politique étrangère une rationalité aux décisions anglaises de la deuxième moitié d’octobre, certains historiens, comme David Carlton, arguent de la nécessité de substituer l’Égypte ennemie à la Jordanie alliée, comme cible d’une inéluctable attaque de l’État hébreu, motif au demeurant invoqué par Eden le 18 octobre. Mais Israël peut-il vraiment entrer en guerre contre le royaume hachémite dès lors que l’Angleterre affirme sa volonté de respecter le traité d’assistance qui la lie à ce pays ? D’ailleurs, après le raid israélien des 9 et 10 octobre contre Kalkilya, les Britanniques ont mis leurs forces aériennes en état d’alerte et ils ont menacé Israël d’une intervention s’ils faisaient de l’entrée de troupes irakiennes en Jordanie un casas belli121. La mise en vigueur du Plan Cordage, élaboré par le haut commandement en Méditerranée et approuvé par les chefs d’état-major, démontre la détermination anglaise à écraser toute offensive de l’État hébreu contre son alliée122. La crainte évidente des Israéliens à l’égard de l’aviation de guerre plus ou moins opérationnelle de l’Égypte ne pouvait qu’être plus grande encore devant la réelle puissance aérienne britannique. Et dans ce cas, contrairement au projet mis au point à Sèvres, la Grande-Bretagne agirait totalement en conformité avec la politique du Président Eisenhower, résolu à mettre un terme à tout conflit israélo-arabe123. Jamais l’Egypt Committee n’a songé à redéfinir la politique arabe du pays et encore moins à abandonner le principe des « liens spéciaux » transatlantiques, qui priment sur l’association de circonstance nouée avec les Français. En fait, hormis l’entente anglo-française, les réalités diplomatiques comme les buts de guerre deviennent secondaires pour les dirigeants conservateurs, car l’action militaire répond désormais à des impératifs de politique intérieure : assurer l’existence du Cabinet, préserver l’unité du parti tory et, pour Eden lui-même, survivre en tant que Premier ministre.

Notes

1 Chauvel, op. cit., p. 195. Albert Gazier prétexta du fait qu’il devait se plaindre de l’attitude de Selwyn Lloyd à New York, pour justifier l’absence de l’ambassadeur durant son entrevue avec le Premier ministre anglais. Chauvel fut seulement avisé que les discussions avaient porté sur l’entrée éventuelle d’unités irakiennes en Jordanie.

2 DDF, doc. n° 225, tél. n° 4419-4426, 9 octobre 1956, de l’ambassadeur Chauvel au MAE, note sur une discussion avec Sir Ivone Kirkpatrick. Chauvel observait que la décision de Noury Saïd sur l’envoi de troupes en Jordanie n’était pas prise, et que le Foreign Office n’était pas assuré qu’elle fût positive.

3 Ibid., doc. n° 222, Note du Directeur général des Affaires politiques à l’intention de M. Pineau, sur la visite de l’ambassadeur d’Israël au Quai d’Orsay, 27 septembre 1956.

4 Cette idée sera reprise par Paul Johnson (op. cit., p. 83). Cf. aussi Bar-Zohar, op. cit., p. 115.

5 Time and Tide, vol. 37, n° 42, 20 octobre 1956, p. 1204, « Dangerous Diversion ».

6 Entrevue accordée le 9 mai 1988 à l’auteur par Albert Gazier. L’ancien ministre affirme que sa visite avait pour but de discuter avec Eden afin de limiter les possibilités de conflit en cas d’entrée de forces irakiennes en Jordanie. Il assure n’avoir pas pris part, ni même assisté aux discussions d’ordre militaire, alors qu’il avait seul qualité et rang pour parler au nom du gouvernement français. Maurice Challe, Notre révolte, Paris, Presses de la Cité, 1968, p. 29. Nutting, op. cit., p. 93.

7 Ibid. A Canal Too Far, documentaire de la British Broadcasting Corporation, présenté par Peter Hennessy et produit par Mark Laity, diffusé sur Radio 3 le 31 janvier 1987. Au dire de l’ancien Secrétaire personnel d’Eden, Sir Guy Millard, le plan présenté par les Français le 14 octobre a été une « complète surprise » pour les Britanniques. Il décrit le Premier ministre comme « fortement intéressé (intrigued) » par le projet d’action militaire.

8 Sir Anthony Nutting, entrevue accordée à l’auteur le 14 juin 1988.

9 Challe, op. cit., p. 29.

10 A Canal Too Far, op. cit., Sir Guy Millard a eu ces mots significatif sur l’attitude d’Eden devant les propositions françaises : He was in a sense clutching at a straw.

11 PREM 11/1102, tél. n° 854, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, 14 octobre 1956, p. 11. Selwyn Lloyd donne cette appréciation très positive des résultats de l’appel aux Nations unies : As to what we have achieved, I think it can fairly be said that the results are better than we were justified in expecting before we came here. Cf. chapitre V, p. 191-192.

12 Ibid.., p. 12. Point i) et paragraphe 5.

13 DDF, doc. n° 276, tél. n° 4507-4519,15 octobre 1956, de l’ambassadeur Chauvel au MAE, note sur des conversations avec Sir Anthony Nutting et Lord Hope (représentant du gouvernement anglais à la SCUA). Nutting renseignait Chauvel sur les intentions du secrétaire d’État au FO, toujours présent à New York.

14 PREM 11/1102, tél. n° 1198, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, 14 octobre 1956, p. 13. Eden s’exprime en ces termes : Meanwhile I do not understand references to negotiating heads of agreement. [...] I hope that you will come backas soon as you can.

15 Ibid.

16 Ibid., tél. n° 856, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, 14 octobre 1956, p. 9.

17 Ibid., tél. n° 847, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, 13 octobre 1956, p. 29.

18 Deux motifs expliquent sans doute que les autorités britanniques ne permettent pas la consultation des procès verbaux des séances de l’Egypt Committee : d’une part, le comité a sûrement traité de l’action des services spéciaux anglais au Moyen-Orient et en Égypte, sujet couvert par le Security Act ; mais aussi et surtout, le comité a certainement discuté du projet d’action militaire contre l’Égypte et de la mise au point du scénario qui prévoyait une attaque israélienne sur le canal de Suez.

19 Lloyd mentionne cette « réunion de ministres » sans préciser son caractère ni l’identité des participants. The Daily Telegraph, 17 octobre 1956 et The Manchester Guardian, 18 octobre 1956.

20 Nutting, op. cit., p. 97-98, et entretien accordé à l’auteur le 14 juin 1988. Il faut noter qu’à Richard Lamb (op. cit.), l’ancien sous-ministre au FO a déclaré que Thorneycroft, ministre du Commerce, assistait également le 16 octobre, à la réunion de l’Egypt Committee, sans pourtant mentionner la présence de Macmillan.

21 FO 800/725, compte rendu confidentiel et personnel du secrétaire d’État au FO sur les entretiens franco-britanniques du 16 octobre 1956 à Paris.

22 Ibid., interrogé une deuxième fois sur le non respect de la Déclaration tripartite, Eden assure qu’il donnera confirmation de cet avis après son retour à Londres.

23 Ibid.

24 Le but réel de Selwyn Lloyd, quand il rédige ce résumé personnel, est difficile à discerner. Document confidentiel, hors de portée même des hauts fonctionnaires, peut-être devait-il à ses yeux confirmer la version officielle des faits pour la postérité. Ou encore, peut-être a-t-il voulu plus prosaïquement préparer une pièce à décharge au cas où, l’aventure militaire prendrait une tournure catastrophique.

25 Abel Thomas, op. cit., p. 164-165.

26 On comprend mal d’ailleurs pourquoi la volonté anglaise de préserver la paix conformément à la Déclaration tripartite, qui rendrait à l’évidence impossible la guerre préventive souhaitée par les Israéliens, ne les dissuaderait pas tout autant de lancer une offensive majeure contre la Jordanie.

27 Témoignage d’Émile Noël lors d’un entretien le 18 juillet 1988. Noël, membre du cabinet de Guy Mollet, a affirmé avoir préparé, dans la pièce voisine de celle où s’entretenaient les ministres, un texte dactylographié en double exemplaire du « scénario israélien ».

28 Moshé Dayan, Histoire de ma vie, Paris, Fayard, 1976, p. 205. On constate que l’assurance de la non-assistance anglaise à l’Égypte, en cas d’attaque israélienne importe énormément aux Français comme aux Israéliens.

29 Par exemple, D. Carlton ignore bizarrement que, dès le 16 octobre, Eden et Mollet entrent dans un accord formel sur la mise en œuvre du scénario d’une action conjointe avec Israël (Britain and the Suez Crisis, op. cit., p. 65). Abel Thomas confirme le caractère ferme de la décision anglo-française prise durant les entretiens d’octobre à Matignon, quand il spécifie que c’est après les discussions entre les ministres des deux pays qu’instruction a été donnée à l’état-major français de commencer les préparatifs militaires (op. cit., p. 165).

30 74 AP/6L papiers personnels de Paul Reynaud (Archives nationales de France), note de P. Reynaud sur une discussion du 19 octobre 1956, avec Christian Pineau.

31 Clark, op. cit., p. 205.

32 CAB 134/1216, EC(56) 35th Meeting, 17 octobre 1956, p. 261.

33 CAB 128/30, CM(56) 71th Conclusions, Minute 4,18 octobre 1956, p. 599.

34 Ibid., p. 599-600.

35 Abel Thomas, op. cit., p. 170-171. Récit écrit par Sir Donald Logan (et publié auparavant dans The Financial Times en octobre 1986), sur les conversations de Sèvres, fourni à l’auteur lors d’un entretien accordé le 21 juin 1988. Remarques orales de Sir Donald.

36 Ibid. Au sujet de l’attitude de Lloyd devant les prétentions de Ben Gourion, Sir Donald Logan écrivait : Selwyn Lloyd ignored it. He explained that he had corne to discuss the actions each of the three government might take if Israel attacked Egypt. Abel Thomas, op. cit., p. 176.

37 Logan, texte cité et témoignage oral.

38 Ibid.

39 Moshé Dayan, Histoire de ma vie, Paris, Fayard, 1976, p. 213. Le 22 octobre, selon le général, Lloyd semble personnellement prêt à envisager un délai ramené à 36 heures.

40 Logan, texte cité et témoignage oral du 21 juin 1988. Abel Thomas note l’insistance anglaise sur le maintien des 48 heures de délai prévues (op. cit., p. 189).

41 FO 800/725, note confidentielle de Selwyn Lloyd sur les discussions du 23 octobre entre le Premier ministre, le secrétaire d’État au FO et le ministre des Affaires étrangères de France, 24 octobre 1956.

42 Logan, texte cité et témoignage oral du 21 juin 1988.

43 Abel Thomas donne une version très fidèle du protocole de Sèvres (op. cit., p. 194-195), corroborée pour la plus grande part par les souvenirs de Sir Donald Logan et de Christian Pineau.

44 Dans « David Ben Gourion and the Sèvres Collusion » (Suez 19S6, W.M.R. Louis et Roger Owen dir., Londres, Oxford U. Press, 1989, p. 150, note 17), Mordechaï Bar-On mentionne l’existence, dans les archives militaires israéliennes, de copies du texte signé le 16 octobre 1956 par Eden. Cf. aussi Dayan, Histoire..., op. cit., p. 205.

45 Ibid., p. 206.

46 Abel Thomas, op. cit., p. 192.

47 CAB 128\30, CM(56) 72nd Conclusions, Minute 6, 23 octobre 1956, p. 608-609. La mention des contacts secrets avec des représentants d’Israël apparaît dans une annexe confidentielle (p. 610).

48 Ibid., p. 609.

49 CAB 128\30, CM(56) 73rd Conclusions, Minute 7, 24 octobre 1956, p. 618-619.

50 Ibid., p. 619.

51 Ibid., 74th Conclusions, Minute 1, 25 octobre 1956, p. 625.

52 Ibid.

53 Ibid., p. 625-626.

54 Ibid., p. 626.

55 La crainte de certains ministres et en particulier d’Eden, quant à une future violation par l’Égypte d’un accord sur le canal, est signalée par Anthony Nutting (op. cit., p. 83). Sir Richard Powell en faisait lui aussi état lors d’un entretien avec l’auteur.

56 Voir chapitre VI, p. 228.

57 The Daily Telegraph, 15 octobre 1956, éd. « Six Principles and a Veto ».

58 Ibid., 18 octobre 1956, éd. « Crisis in the Suez Crisis ».

59 Time and Tide, vol. 37, n° 42, 20 octobre 1956, éd. « Dangerous diversion ».

60 CRD2/34/2, Conservative Party Archives, Conservative Parliamentary Foreign Affairs Committee, Middle East Sub-Committee, 29 octobre 1956.

61 Home, op. cit., p. 418.

62 Clark, op. cit., p. 192.

63 FO/800/738 M 172/56, 29 juillet 1956, Prime Minister’s Personal Minutes. Eden indique au secrétaire d’État qu’il ne faut plus se soucier indûment des réactions jordaniennes, syriennes ou égyptiennes. Si Israël devient plus fort, le comportement des pays arabes pourrait s’améliorer ; il pourrait difficilement empirer, argue-t-il. Lloyd note que son chef ne paraît désormais accorder d’importance qu’à la bonne volonté de Nouri Saïd.

64 The Daily Telegraph, 13 octobre 1956, éd. « Consequenses of a Nasser Win ». Time and Tide, vol. 37, n° 41, 13 octobre 1956, éd. « What Happens Next », et n° 42, 20 octobre 1956, éd. « Dangerous Diversion ».

65 Sur la maladie de Salisbury, Nutting, op. cit., p. 82 et Colville, op. cit., p. 721.

66 Clark, op. cit., p. 205.

67 Howard, op. cit., p. 235.

68 Thorpe, op. cit., p. 245. Selon le témoignage de Nutting, S. Lloyd aurait tenté de le convaincre de la nécessité de rester loyal au Cabinet.

69 PREM 11/1102, tél. n° 2203, du Chancelier de l’Échiquier au Premier ministre, 25 septembre 1956, p. 355-359, rapport sur une conversation entre MM. Macmillan, Dulles et Makins à Washington. Ibid., 26 septembre 1956, p. 302, note pour le Premier ministre sur une conversation privée entre Messieurs Macmillan et Dulles.

70 Ibid., tél. n° 2204, du Chancelier de l’Échiquier au Premier ministre, 25 septembre 1956, p. 354, note sur un entretien entre le Président Eisenhower, Macmillan, et Makins. Le ministre donnait les indications suivantes (point n° 2) : Although nothing very spécifie emerged, I formed certain impressions, about which I will Write to you. I feel sure the President understands our problems about Nasser, but he is, of course, in the same position now, as we were in May 1955. Ibid., lettre du Chancelier de l’Échiquier au Premier ministre, 26 septembre 1956, p. 299, rapport sur un entretien avec le Président Eisenhower.

71 Horne, op. cit., p. 421. Selon cet auteur, Macmillan s’est « persuadé [qu’il a eu] une discussion importante et amicale sur Suez et Nasser ». Pourtant, Dulles a parlé de façon non équivoque et Eisenhower ne l’a apparemment contredit en rien. Horne ne considère pas la possibilité que le ministre ait sciemment interprété de façon erronée les propos du Président.

72 T 236/4188, note du 8 août 1956, de Sir Edward Bridges, secrétaire permanent au Trésor, pour le ministre, sur la baisse des réserves en or et dollars, et note télégraphiée (à Washington) de Sir Leslie Rowan (Head of the Overseas Finance Branch), du 21 septembre, pour mettre en garde le Chancelier au sujet d’un éventuel effondrement de la livre. Afin d’éviter une catastrophe monétaire, Rowan insistait sur le besoin inéluctable d’une aide financière américaine pour l’approvisionnement en pétrole du Royaume-Uni. Or, Macmillan a annoté le document avec ces mots : « C’est sombre, mais fort vraisemblablement correct ». P. Hennessy et M. Laity, « Suez – What the Papers say », Contemporary Record, vol. 1, n° 1, Spring 1987, p. 5. Sir Guy Millard, Secrétaire privé du Premier ministre en 1956, a affirmé à un séminaire d’histoire (ICBH/IHR) qu’il n’était pas sûr qu’Eden eût eu connaissance des notes alarmantes du Trésor, que lui-même ne les avait pas vues et que Macmillan, lui, les avait lues « mais était un faucon ». Entretien du 22 mai 1988 avec Lord Home : l’ancien Premier ministre affirmait que les dirigeants ne voulaient pas prendre en compte un danger seulement hypothétique.

73 Hugh Thomas, op. cit., p. 98, et Horne, op. cit., p. 434.

74 Tribune, 28 septembre 1956, « This Minor Caesar », article d’Aneurin Bevan., Le travailliste J.P.W. Mallalieu estimait dans The New Statesman and Nation (vol. 52, n° 1332, 22 septembre 1956, p. 332) qu’en septembre, Macmillan jouissait du soutien de la majorité (lump) des députés, habituels partisans de la « ligne officielle », qui blâme Eden pour sa faiblesse et Butler pour sa déloyauté.

75 CAB 134/1216, EC(56) 3rd Meeting, 30 juillet 1956, p. 24. Les termes utilisés dans le procès-verbal sont : This [the downfall ofthe Egyptian Government] mightperhaps be achieved by less elaborate operations than those required to secure physical possession of the canal itself. PREM 11/1104, COS(56) 380th Paper, 12 octobre 1956, « Operation Musketeer – Winter Plan », p. 11-12.

76 PREM 1098, « Action against Egypt, Outline Plan », mémoire du 2 août 1956, présenté à l’Egypt Committee par les chefs d’état-major, p. 162 et 164-165. Les responsables militaires envisagent alors la possibilité du renversement de Nasser grâce aux seuls bombardements, mais ils jugent nécessaire de disposer des moyens suffisants pour occuper le canal au cas où le leader égytien resterait malgré tout au pouvoir.

77 CAB 134/1217, EC(56) 15th Paper, « Outline Plan for Military Operations », mémoire du 10 août 1956, présenté à l’Egypt Comittee par les chefs d’état-major, p. 65.

78 Chapitres II, p. 83, et III, p. 133-134.

79 CAB 134/1217, EC(56) 8th Paper, « Action against Egypt », 7 août 1956, note présentée devant le comité par Macmillan. Sir Richard Powell, alors secrétaire permanent à la Défense, confirme qu’en réalité, malgré des affirmations optimistes de certains dirigeants, plusieurs d’entre eux, en particulier chez les militaires, jugeaient peu probable que le tout premier plan, fondé sur la seule prise du canal, suffise à faire tomber le régime nassérien.

80 Clark, op. cit., p. 173. Le secrétaire pour les relations publiques d’Eden notait aussi que Richard Powell, au cœur du processus décisionnel, était fort déprimé par la perspective générale (very depressed by the whole outlook) ouverte par les développements politiques et militaires de l’affaire de Suez.

81 Propos de Sir Richard Powell au cours d’un entretien le 20 juin 1988.

82 Reginald Maudling, Memoirs, Londres, Sidgwick & Jackson, 1978, p. 64.

83 DEFE 4/89, COS(56) 75th Meeting, 31 juillet 1956, p. 138 (point b).

84 DEFE 5/70, COS(56) 314th Paper, 16 août 1956, « Possible implications in the Middle East in the event of H.M.G. deciding to take action against Egypt », p. 195-196. DEFE 4/89, COS(56) 83rd Meeting, 23 août 1956, p. 213. Un rapport du Joint Intelligence Committee [JIC(56) 93], établi à la demande des chefs de l’état-major, montre que l’on estime nécessaire un fort accroissement de la présence militaire anglaise dans le monde arabe en conséquence d’éventuelles hostilités engagées contre l’Égypte.

85 Ibid., 82nd Meeting, 21 août 1956, p. 202. Ce jour, Lord Mountbatten réaffirme ses craintes quant aux suites de l’opération Mousquetaire, « qui causerait des désordres graves et permanents (continuons) dans les pays du Moyen-Orient et obligerait à conserver des forces considérables dans la région en vue de maintenir la loi et l’ordre ».

86 Ibid., 80th Meeting, 14 août 1956, p. 161. Le First Sea Lord parle en ces termes (point 6) : [... Lord Mountbatten]feared that the Egyptian people were now so solidly behind Nasser that it would be impossible to find such a government, [a government] which would not only support our policy for the operation of the Canal, but which would have the support of the Egyptian people.

87 CAB 134/1217, EC(56) 43rd Paper, « Operation Musketeer : Implications of postponement », 7 septembre 1956, p. 199-210, mémoire des chefs d’état-major (COS) pour l’Egypt Committee. Les documents suivants donnent plusieurs indications sur le calendrier du Plan Mousquetaire et les délais successifs qui ont retardé son application : CAB 134/1216, EC(56) 15th Meeting, 15 août 1956, p. 116 ; 16th Meeting, 16 août 1956, p. 125-126 ; 22nd Meeting, 21 août 1956, p. 151-152. WO 106/5986,19 novembre 1956, « Musketeer Planning ». Réalisée pour le chef de l’état-major impérial (CIGS), cette compilation des différentes étapes de la préparation des opérations militaires retrace les dates clés et expose clairement les différents concepts avancés par les planificateurs.

88 CAB 134/1217, EC(56) 43rd Paper, « Operation Musketeer : Implications of postponement », 7 septembre 1956, p. 199-210.

89 Ibid., p. 209-210.

90 Ibid., les deux passages les plus significatifs (point 10, p. 11 du document) : It is clear that from about D ’Z’ [about 6 October 1956] an alternative plan is required to bringforce to bear on Nasser. This plan must be capable of being held until our moral case is unassailable and must be able to be put into action at short notice [... (point c, p. 12 du document)] Such a plan if successfull would enable us to move a force, the equivalent of three Divisions (one French), into Port-Saïd and the Canal Zone and take over the Canal quicker than the other way [with an assault landing against Alexandria].

91 ADM 205/120, JP(56) 133rd Paper, 8 octobre 1956, note du directeur des Plans de la Marine au First Sea Lord. Point 6, p. 2-3 : Musketeer II [M. Revised] was planned in outline in the greatest haste to provide an alternative to Musketeer I which would allow freedom of manœuvre in the time scale [...] it has never been studied from the point of view of political acceptability. Even a superficial examination of this plan reveals that it would be quite unacceptable and that the repercussions would probably bring the plan to naught [...].

92 ADM 205/133, Top secret message from Commander-in-Chief, Mediterranean, to Admiralty, 24 septembre 1956. Ce message émane du général Stockwell, commandant britannique des forces terrestres d’intervention. Ce dernier s’alarme de la position de son supérieur, le général Keightley, le commandant en chef pour la Méditerranée. À la question de Stockwell sur le problème du bombardement des unités de l’armée égyptienne réfugiées dans les villages ou cités, Keightley répond que la population civile « devra encaisser (would have to take it), [...] que cela fait partie de l’anéantissement de la volonté de résister ». Stockwell déclare au First Sea Lord : « Je comprends que les chefs d’état-major, et, en tous les cas, vous, ne considérez pas que le Plan Mousquetaire consiste à bombarder des civils ». Il conclut son propos par la demande d’une instruction claire sur ce sujet à l’intention de Keightley.

93 CAB 134/1217, EC(56) 43rd Paper, « Operation Musketeer : Implications of postponement », 7 septembre 1956, p. 199. Peter Wright, Spycatcher : The Candid Autobiography ofa Senior Intelligence Offïcer, New York, Viking-Penguin, 1987, p. 84-85. L’ancien agent des services du contre-espionnage anglais écrit que son service a pu prendre connaissance de tous les messages reçus par l’ambassade égyptienne, y compris les comptes rendus des rencontres soviéto-égyptiennes à Moscou. Une discussion entre le ministre des Affaires étrangères russe et l’ambassadeur égyptien, aurait provoqué au début d’octobre une « panique » chez les dirigeants anglais. Wright ajoute l’intéressante idée que les Soviétiques auraient volontairement laissé des microphones du MI 5 lors d’un contrôle de sécurité fait à l’ambassade d’Égypte à Londres afin de faire savoir qu’ils ne « bluffaient » pas.

94 PREM 11/1104, COS(56) 350th Paper, 12 septembre 1956, « Alternative to Musketeer », mémoire des chefs d’état-major pour l’Egypt Committee, p. 78. Point 9 : The newplan is based on the assumption thattheair offensive will break the Egyptian will to resist and bring about the disintegration ofthe army. The validity ofthe assumption is impossible to check. The proposed plan is the only practicable one during the winter months and have the flexibility desired on political ground. We therefore consider the plan militarily acceptable.

95 Ibid., 360th Paper, 18 septembre 1956, « Musketeer Revised », p. 36-38.

96 Ibid, p. 36. Military Government : [...] we have not, with the forces at présent alloted, the capacity of occupying Cairo and the Delta, nor have we the civilian affairs organisation to undertake the military government ofthe whole country.

97 DEFE 4/89, COS(56) 97th Meeting, 9 octobre 1956, p. 205.

98 CAB 134/1217, EC(56) 63rd Paper, 25 octobre 1956, p. 24.

99 CAB 134/1225, EOC [Egypt Official Cttee.] (56) 6th Meeting, 20 septembre 1956, p. 30.

100 CAB 21/3094, EOC(56) 7th Meeting, 24 septembre 1956. Le texte dans le compte rendu est le suivant : So long that the area is Limited to the Canal Zone, the War Office willpresumably accept full responsibility [for military Government]. It is for consideration if any further préparation should be made for an extension of military government to other areas. This point should presumably be mentioned when the attention of Ministers is drawn to the absence of a Phase IV in the military plan.

101 Philip Ziegler, Mountbatten : The Official Biography, Londres, Collins, 1985, p. 543.

102 James, op. cit., p. 507.

103 Propos tenu par Sir Richard Powell au cours d’un entretien le 20 juin 1988. Richard Lamb, s’il paraît accepter l’idée étrange qu’Eden se rend à contrecœur aux raisons des militaires, note que le changement de plan présente l’avantage politique de limiter au canal la réoccupation de l’Égypte (op. cit., p. 212-213).

104 « A General Remembers : Suez 1956 », récit d’Hugh Stockwell, The Listener, 29 novembre 1956, p. 730-731. Le général lie directement le changement de plan au changement du but fixé par le Premier ministre : Since the Prime Minister was planning merely for « an intervention » or « police action », the danger was that our chosen means [an assault landing against Alexandria] would contradict our proclaimed aims. André Beaufre, L’expédition de Suez : 1956, Paris, Bernard Grasset, 1978, p. 79 et passim. Le général Ély, président du comité des chefs d’état-major français indiquera au général Beaufre, commandant opérationnel de la (suite note 104)
force terrestre française, que les deux gouvernements ont renoncé au plan Mousquetaire (dans sa première version) pour les raisons techniques invoquées à Londres par les autorités militaires, mais aussi, « surtout [à cause de] la nécessité politique de limiter au moins initialement l’action au canal ».

105 CAB 21/3094, EOC, « Political directives to the Allied Commander-in-Chief », 29 août 1956.

106 CAB 134/1225, EOC, « Draft political directives to the Allied Commander-in-Chief, 25 septembre, 11 et 31 octobre 1956.

107 Ibid.

108 Ibid., directives du 8 octobre 1956, p. 82-84. L’Egypt Official Committee considère la possibilité que le gouvernement « actuel ou son successeur » donne des assurances satisfaisantes aux puissances alliées (point 8). Quant il s’agit de l’imposition d’une administration militaire sur la zone de Suez, les hauts fonctionnaires font dépendre son étendue de la chute ou de la survie du régime nassérien, ou encore de son acceptation des propositions de la France et du Royaume-Uni.

109 CAB 134/1225, EOC(56) 1st Meeting, 24 août 1956, p. 5. Le comité veut que le ministère de la Défense considère l’attribution d’une zone d’occupation aux Français. Cf. aussi EOC(56) 7th Paper, « The role of civil affairs in the new military plan », note by the War Office, 21 septembre 1956, p. 60-61.

110 CAB 134/1225, EOC(56) 3rd Meeting, 30 août 1956, p. 13. Le comité note que les Français ne veulent pas de responsabilités civiles en Égypte. Il désire, pour sa part, qu’ils restent présents après les opérations militaires et assument la charge des affaires civiles dans leurs zones d’occupation.

111 Ibid. DEFE 5/71, note du FO au secrétaire du Comité des chefs d’état-major, 17 septembre 1956, p. 114. PREM 111103, EC(56) 63rd Paper, 25 octobre 1956, p. 24. Hugh Thomas, « Allies at Suez », Troubled Neighbours : Franco-British Relations in the 20th Century, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1971. Dans cet excellent article, Thomas sous-entend (p. 305) que les (suite note 111)
Français envisagent l’occupation de l’Égypte de façon analogue à celle de l’Algérie. C’est ignorer à la fois leur volonté de n’y point participer, sauf symboliquement, et la limite des buts de guerre anglo-français à partir de septembre 1956.

112 Report on Foreign Affairs, July-Septembre 1956, vol. XXXVII, n° 3, p. 280.

113 Témoignages oraux fournis à l’auteur par Anthony Nutting (entretien du 11 juin 1988) et Lord Home (entretien du 22 juin 1988). Selon l’ancien secrétaire d’État au Commonwealth, le comité concentre à partir de septembre ses efforts sur l’internationalisation du canal plutôt que sur le renversement de Nasser.

114 PREM 11/1104, lettre d’Anthony Head au Premier ministre, 14 septembre 1956, p. 86-87. Certains historiens de l’expédition de Suez ne croient pas que Le Caire ait finalement disparu des objectifs militaires anglo-français, comme, par exemple, R. Fullick et G. Powell dans Suez : the Double-War, Londres, H. Hamilton, 1979, p. 27. En fait même avec le premier plan Mousquetaire, on espérait ne pas avoir à combattre au Caire, mais plutôt obliger l’armée égyptienne à venir livrer bataille en terrain dégagé (Info the open). Cette précision provient d’un rapport officiel sur l’opération Mousquetaire (Report by Commander, 2 (B.R.) Corps on Operation Musketeer, Stockwell Papers 8/2/2, Liddell Hart Center for Military Archives, p. 15.). Moshe Dayan, commandant en chef de l’armée israélienne, qui collaborait étroitement avec les Français durant la crise de Suez, a signalé lors d’un entretien accordé à Eric Rouleau : « Je ne pensais pas que l’occupation du Canal aurait provoqué inéluctablement le renversement du régime égyptien. Or, à ma connaissance, les troupes anglo-françaises n’avaient aucun plan pratique pour occuper Le Caire » (Le Monde, 30 avril 1966).

115 CAB 134/1217, EC(56) 7th Paper, 7 août 1956, p. 28.

116 Monckton Papers, n° 7, General Correspondence, lettre du 5 septembre 1956, d’Harold Watkinson à Monckton. Monckton Papers, n° 7, General Correspondence. Dans une note non datée, rédigée entre la fin de la Première Conférence de Londres et la Mission Menzies, Walter Monckton reprend les principaux arguments politiques ainsi que plusieurs problèmes soulevés par les militaires : « Il serait désastreux d’aller au devant de tous ces périls sans un casus belli substantiel, qui ne serait pas et ne semblerait pas fabriqué, et sans avoir utilisé tous les moyens raisonnables pour parvenir à une solution pacifique ».

117 Jean Chauvel, op. cit. p. 197. L’ambassadeur comprit que Sir Ivone Kirkpatrick lui aussi ignorait tout des décisions prises à Paris par les ministres français et anglais à la mi-octobre.

118 Lord Gore-Booth, With Great Truth and Respect, Londres, Constable, 1974, p. 227-229 et 232. L’ambassadeur Trevelyan avait recommandé à la fin de septembre le maintien envers l’Égypte d’une politique ferme, mais mesurée (a middleway course), sans excès susceptible de resserrer les rangs des pays arabes (FO 371/118865, JE 1053/86, lettre du 28 septembre de l’ambassadeur au Caire à A.D.M. Ross, FO). Le 18 octobre 1956, dans un télégramme sur la situation en Égypte et au Moyen-Orient (PREM 11/1102, tél. n° 2495, p. 70.), Trevelyan signale une série d’effets positifs de la politique suivie jusqu’ici par le gouvernement anglais. FO 800/741, tél. n° 903, 19 octobre 1956. Message du secrétaire général des Nations unies au chef de la Délégation du Royaume-Uni, Sir Pierson Dixon, transmis au secrétaire d’État au FO. Le Secrétaire général propose une nouvelle réunion, sous son égide, des trois ministres des Affaires étrangères égyptien, anglais et français, le 29 octobre à Genève. Hammarskjöld se dit convaincu, en raison des discussions personnelles qu’il a eu avec Fawzi après le départ des deux ministres européens, qu’il est possible de parvenir à un règlement qui procurera des garanties pour les intérêts et droits de toutes les parties.

119 Témoignage oral de Lord Home (entretien du 22 juin 1988).

120 Lloyd, op. cit., p. 190. L’ancien ministre écrit : The restoration of the Canal to international control would be a sufficient defeat for him [Nasser]. Néanmoins Lloyd observe aussi précédemment que sa défaite entraînerait « probablement » sa chute (p. 187). En fait, il limite nettement le but britannique immédiat à l’occupation du canal sans fournir de précision sur ce qu’il adviendrait ensuite.

121 Shimon Pérès, David et sa fronde, Paris, Stock, 1972, p. 226-227.

122 Anthony Gorst, « 31 Years on », Contemporary Record, vol. 2, n° 4, Winter 1988, p. 1.

123 FO 800/723, tél. du 9 avril 1956 au FO, de Makins, qui rapporte une déclaration officielle, selon laquelle Eisenhower et Dulles « considèrent avec la plus grande gravité la situation au Moyen-Orient. [Toujours attachés] à la préservation de la paix, ils appuient la mission du secrétaire général de l’ONU [et, conformément à] la charte des Nations unies, ils tiendront leurs engagements de s’opposer à toute agression dans cette zone ». Cette position très nette aurait dû inciter Eden à la prudence, car fomenter une guerre israélo-arabe revient à braver les orientations de la politique américaine dans le monde arabe (PREM 11/1117, t. 488/56, tél. du Président Eisenhower au Premier ministre Eden, 31 octobre 1956, p. 26-29).

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search