Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Chapitre VI. La politique intérieure, la diplomatie et le revirement d’Eden en faveur de la guerre (22 septembre-15 octobre 1956)

Texte intégral

Le Congrès de Llandudno et la volte-face britannique dans l’affaire de Suez à la mi-octobre

Le rassemblement conservateur d’octobre

  • 1 The Daily Mail, 9 octobre 1956, éd. « No Golden Eggs ».
  • 2 The Times, 27 septembre 1956.
  • 3 The Economist, vol. CLXXX, n° 5901, 29 septembre 1956. La revue, qui parle de gerrymandering, expli (...)
  • 4 Ibid., interventions faites le 11 octobre 1956, par Edward Hart (p. 66), John Peel (p. 67) et R. Pr (...)
  • 5 Ibid., R. Proctor Lee, 11 octobre 1956, p. 71.
  • 6 Ibid., Cyril Osborne, 11 octobre 1956, p. 68-69 ; résolution officielle sur l’économie, p. 65.
  • 7 Ibid., Oliver Poole, p. 121.

1La concomitance entre le congrès tory, qui a lieu du 11 au 13 octobre 1956, et les négociations de New York, revêt une grande importance, car elle assure aux Suez Rebels un levier puissant pour influencer la politique du gouvernement dans l’affaire du canal. On se souvient qu’à la fin de juillet, le groupe très actif des partisans du libéralisme économique a soumis les ministres à d’incessantes pressions. Si, à la faveur de l’unité nationale créée par l’expropriation de la compagnie de Suez, cette « droite néo-libérale » du mouvement conservateur a suspendu son action, la préparation de la conférence annuelle du parti lui fournit l’occasion de demander des comptes à des dirigeants apparemment voués au maintien du Butskellism. Sur 394 résolutions soumises par les délégués, pas moins de 60 traitent de l’économie et la plus sévère d’entre elles, qui fait état de « l’apparente incapacité du gouvernement à renverser les tendances héritées de la mauvaise administration socialiste », réclame des dirigeants qu’ils mettent à profit leur forte majorité parlementaire pour tenir leurs promesses électorales1. Bien entendu, les tenants de l’orthodoxie économique ont l’appui des représentants des classes moyennes, durement atteintes par la hausse du coût de la vie, communément imputée à la faiblesse des gouvernants à l’égard des syndicats ouvriers. Les militants, signale The Times, veulent une politique conservatrice plus énergique et un leadership plus ferme et plus manifeste (more vigorous and clear)2. Pour plusieurs raisons, les interventions à la conférence de Llandudno ne donnent qu’une faible idée du mécontentement qui agite une bonne partie de la base du mouvement tory. Pourtant, en dépit de manipulations (gerrymandering) pour ne laisser parler que les orateurs les plus modérés, rapportées par The Economist, plusieurs des interventions montrent bien l’impatience contenue de nombre de militants, très déçus de l’action du ministère Eden dans les affaires intérieures du pays3. Deux sujets focalisent le mécontentement : les problèmes économiques et la fiscalité, étroitement liés, selon les adversaires du consensus de l’après-guerre, accepté par les successeurs d’Attlee. Ainsi la lutte contre l’inflation suppose-t-elle, à leur yeux, une diminution des impôts et taxes, et, par conséquent, une réduction drastique des dépenses publiques4. Naturellement, la bureaucratie, les trade unions et les industries nationalisées, dont surtout, le National Coal Board, symbole de l’économie mixte, constituent à nouveau les cibles privilégiées5. Cependant, Cyril Osborne, l’un des principaux champions du libéralisme économique à la Chambre des Communes, prononce un discours singulièrement mesuré et plutôt bienveillant à l’égard du pouvoir. Il va jusqu’à repousser la résolution officielle pourtant peu agressive, dans laquelle on se contente de « presser le gouvernement de poursuivre une politique économique réaliste en vue de stabiliser le coût de la vie et les salaires »6. Le président du parti, Oliver Poole, devra néanmoins, le 13 octobre, appeler à la patience et reconnaître que le « mot d’ordre » (key note) de la conférence aura été : « plus de conservatisme, plus vite »7.

2Inévitablement, en dépit de l’importance des affaires intérieures dans les préoccupations des délégués réunis à Llandudno, la crise de Suez pèse sur l’ensemble des débats. Les Suez Rebels, qui ont depuis le printemps constamment renforcé leur position au sein du mouvement tory, disposent au début d’octobre d’une influence considérablement augmentée par les difficultés du Cabinet au plan domestique. Le congrès conservateur représente pour eux une occasion extraordinaire pour imposer, à la faveur de la crise de Suez, le changement d’orientation générale tant souhaité dans la politique étrangère britannique.

3Angus Mande, l’un des principaux idéologues du Suez Group, fait dans les jours qui précédent le rassemblement de Llandudno, une analyse éclairante des rapports de force au sein de son parti. Cet exposé paraît en deux parties non pas dans Time and Tide, mais, détail fort significatif, dans The Spectator, tribune habituelle des adeptes du libéralisme économique. Le député explique que les parlementaires tories ne se partagent jamais en une droite et une gauche, au sens propre, mais plutôt entre un large nombre, acquis dans tous les cas au gouvernement, une minorité prête à lutter pour ses idées, et un « centre mou », essentiellement électoraliste et fort sensible aux lettres des organisations de circonscription (constituency letters). D’après Maude, si le centre mou a considérablement adouci son attitude sur la question de Suez, depuis le 2 août, les exigences de concessions économiques pour les classes moyennes le portent à un rapprochement avec les radicaux qui veulent pousser plus avant la libéralisation de l’économie (the demandfor economic concessions is driving [the soft center] nearer to the tough ones who want a further freeing ofthe economy as a matter of long term policy). Que ce soit à Llandudno ou à Westminster, on ne persuadera pas facilement le Premier ministre de prendre des mesures contre les trade unions, souligne le Suez Rebel, qui conclut son article du 28 septembre par ces lignes :

  • 8 The Spectator, n° 6692, 28 septembre 1956, « A Tory Looks at his Party », article d’Angus Maude, p. (...)

« Malgré tout, certains se demandent si les syndicats ne pourraient pas commettre la même erreur que le colonel Nasser. S’ils persistent à refuser de se montrer amicaux et font échouer la diplomatie du Premier ministre, il pourrait se lasser et agir contre eux. Toujours en supposant qu’il va agir contre le colonel Nasser, ce que le congrès désirera savoir. M. Dulles pourrait bien vouloir repousser [le règlement de] la crise de Suez jusqu’en novembre. Mais Sir Anthony Eden a à l’esprit une date plus proche. Il y a beaucoup enjeu pour lui et pour la Grande-Bretagne, et il en est certainement conscient »8.

  • 9 Ibid., n° 6693, 5 octobre 1956, « A Tory Looks at his Party », suite de l’article d’Angus Maude, p. (...)
  • 10 Ibid.

4Le 5 octobre, dans la deuxième partie de son analyse, Angus Maude remarque que les conservateurs soupçonnent « le manque de volonté » (defect ofthe will) d’être à l’origine des « défaillances » (failings) du gouvernement, « invariablement accusé d’apaisement » et incapable « de tenir tête à certains intérêts puissants [... tels que] le colonel Nasser, les trade unions ou le National Coal Board »9. Au nom des néo-impérialistes, le député, très critique, réaffirme ici, comme la semaine précédente, l’existence du lien déjà établi au printemps 1956, entre politique intérieure et politique étrangère. Des choix du Premier ministre dans le conflit du canal, il fait le gage de sa fermeté future dans les affaires domestiques. Il le prévient d’ailleurs que « les incertitudes de la crise de Suez planeront sur la conférence de Llandudno »10. Évidemment, les doutes sur la volonté des dirigeants et les accusations d’apaisement exprimées par Maude annoncent d’une manière détournée mais limpide que le Suez Group n’hésitera pas à attaquer les ministres sur la question de Suez au congrès annuel du parti. Au reste, l’avertissement donné au sujet d’un éventuel gel de la crise jusqu’en novembre, constitue un ultimatum à peine voilé.

  • 11 The Economist, vol. CLXXX, n° 5901, 29 septembre 1956, lettre ouverte de Cyril Osborne. Il n’est gu (...)
  • 12 Time and Tide, vol. 37, n° 41, 13 octobre 1956, éd. « Lemmings at Llandudno ». Faute de disposer du (...)
  • 13 Ibid., vol. 37, n° 41, 13 octobre 1956, éd. « Lemmings at Llandudno ». S’il y avait des élections g (...)

5La menace d’une conjonction entre néo-impérialistes et partisans de l’économie libérale suscite au moins deux interventions publiques, qui visent à protéger le Cabinet. D’abord, Cyril Osborne, l’un des chefs de file des partisans du libéralisme économique au Parlement, tient à mettre en relief, dans une lettre ouverte du 29 septembre 1956 à The Economist, que le plus grand nombre des députés tories soutiennent « ardemment » les Nations unies et que le Suez Group n’est pas majoritaire dans le parti11. Et puis, dans la deuxième semaine d’octobre, à la veille de la conférence du mouvement tory, T.E. Utley, du Conservative Political Centre, défend avec vigueur le principe du compromis contre « les doctrinaires du libéralisme économique et les journalistes irresponsables »12. Bien sûr, les premiers et les seconds représentent les deux factions qui s’opposent, l’une, à l’adhésion du gouvernement au Butskellism, l’autre, à sa diplomatie. Dans son éditorial du 13 octobre 1956, Time and Tide fournit la réplique des conservateurs radicaux à Utley, et donc, aux gouvernants. Selon la revue impérialiste, la doctrine du compromis est fort dangereuse et transiger sur un principe fondamental constitue « une carence provoquée par la peur » (« failure of leadership that stems from fear). Cette politique de compromis et d’apaisement ne peut plus servir les intérêts du parti et, à plus forte raison, ceux de la nation, conclut Time and Tide, qui agite en outre le spectre de la défaite électorale que causera la désaffection des tories dissidents, qui se sentiront trahis13.

  • 14 The Daily Telegraph, 6 octobre 1956, discours de Butler à Sible, le 5 octobre 1956.
  • 15 Ibid., 8 octobre 1956, discours prononcé le 7 octobre 1956 devant la Young Conservative Political S (...)
  • 16 Ibid., 2 octobre 1956, déclarations de Selwyn Lloyd à l’aéroport de Londres.
  • 17 The Manchester Guardian, 11 octobre 1956. L’origine des fuites sur ce changement majeur d’attitude (...)
  • 18 The Times, 11 octobre 1956, article « Switch in British Policy Denied ».

6Comme le remarque avec justesse The Economist le 29 septembre, les leaders du mouvement conservateur courent leurs plus grands risques au premier jour du congrès de Llandudno, lors du débat sur Suez, question à propos de laquelle une « révolte » des militants demeure toujours possible. La revue observe également que les délégués vont se pencher sitôt après sur l’économie, agencement très dangereux de l’ordre du jour (a dangerous piece of timing). En effet, dès le début de la conférence, les Suez Rebels vont être en mesure d’utiliser le capital de mécontentement accumulé depuis l’automne 1955, et d’orienter les discussions dans le sens d’un affrontement avec la direction du parti. Sans doute a-t-on décidé de regrouper les séances les plus dangereuses des débats de l’assemblée, celles consacrées à Suez et à l’économie, afin de limiter dans le temps les possibilités d’action des radicaux. Or les néo-impérialistes ont tout lieu d’être alarmés, même si les gouvernants ont certes, à maintes reprises, tenté de les rassurer. Par exemple, dans un discours prononcé à Sible le 5 octobre, Butler a déclaré que l’inviolabilité de la loi internationale était en jeu dans l’affaire de Suez et que l’on ne pouvait pas laisser « impunément enfreindre les accords internationaux et saisir les avoirs internationaux »14. Deux jours plus tard, devant la Young Conservative Political School, Harold Watkinson, le ministre des Transports, a demandé « comment la Grande-Bretagne pourrait espérer survivre en tant que grande puissance [au moyen] d’une politique de sabordage » (on a policy of scuttle)15. Et puis, lors de son départ pour New York, le secrétaire au Foreign Office n’a-t-il pas précisé que le Cabinet, quoiqu’il détestât « intensément la perspective de l’emploi de la force », était déterminé à défendre les droits des Britanniques16 ? Mais les nouvelles en provenance des États-Unis inquiètent les partisans de l’intransigeance envers l’Égypte. Le gouvernement se trouve obligé d’infirmer les informations publiées dans la presse américaine sur un changement de cap de sa politique dans la crise de Suez. D’abord, au matin du 10 octobre, alors que les conversations avec Fawzi viennent seulement de commencer, Lloyd et Pineau répondent par un communiqué aux allégations du Washington Post à propos de divergences entre Londres et Paris : les deux ministres proclament leur identité de vue et assurent continuer à travailler ensemble pour une solution du problème de Suez sur la base des principes avancés dans les propositions des Dix-huit puissances17. Ensuite, le jour même où s’ouvre le congrès conservateur, le Foreign Office nie officiellement tout changement de cap majeur de la politique anglaise dans l’affaire de Suez et en particulier, il dément l’existence d’un nouveau plan britannique qui reposerait non plus sur le contrôle mais sur la supervision internationale18.

  • 19 76th Annual Conférence, Llandudno, 11th-13th October 1956, op. cit., texte de la résolution officie (...)
  • 20 Ibid.

7Les néo-impérialistes ne se laissent pas abuser par les déclarations officielles. À la conférence de Llandudno, ils manœuvrent habilement afin d’interdire aux ministres toute échappatoire. Introduite à l’instigation de la direction du parti par W.D. Lewis, membre du comité exécutif tory, la résolution sur Suez invite les délégués à approuver la politique du Cabinet : défense de l’inviolabilité (sanctity) des engagements internationaux et des droits définis par la Convention de 1888 ; condamnation de la saisie du canal par l’Égypte ; choix de regrouper les principales nations concernées et de chercher une solution pacifique du différend, conformément aux principes contenus dans la Charte des Nations unies. Néanmoins, ce texte reste très vague quant aux intentions du gouvernement, que les délégués sont conviés à soutenir dans ses efforts pour obtenir « une solution juste ». Enfin, cette résolution déplore l’attitude de l’opposition parlementaire, qui divise la nation à un moment de grave crise19. Le blâme prononcé à l’endroit du Labour Party, accusé d’être un fauteur de division antipatriotique, ne vise assurément pas seulement à riposter aux attaques des travaillistes, mais il s’adresse également aux tories qui, insatisfaits de la politique égyptienne d’Eden, pourraient la contester ouvertement. Au demeurant, Lewis lui-même dit : « en plaçant [cette résolution] à la tête de notre ordre du jour, nous, conservateurs ici assemblés pour considérer le problème du canal de Suez, démontrerons que nous sommes fermes et unis dans cette affaire »20.

  • 21 Ibid., p. 31. Waterhouse présente cet addenda : [... a just solution] designed to ensure internatio (...)
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid.

8Naturellement, les Suez Rebels et leurs sympathisants ne se satisfont pas de la proposition déposée par Lewis. Charles Waterhouse présente un addenda d’une portée majeure : la solution juste mentionnée dans la motion officielle devra « assurer un contrôle international du canal [de Suez] conforme aux propositions de la [Première] conférence de Londres »21. Le capitaine Waterhouse rappelle les mots très durs employés en août par le Premier ministre au sujet des agissements hostiles de l’Égypte dont il fait l’historique. À tout prix et par tous les moyens, il faut résister et faire échec à l’agression de Nasser, déclare le leader impérialiste, pour qui le Royaume-Uni est « à un carrefour vital de son histoire ». Il réitère ensuite avec force l’attachement de sa faction à l’entente avec les Français : la cause anglaise « a subi un rude traitement [au Conseil de Sécurité...] quand les intérêts britanniques sont en jeu, nous avons très peu d’amis, et c’est pourquoi nous accordons une telle valeur à l’attitude inébranlable (staunch attitude’) de la France à nos côtés »22. Bien entendu, l’adjectif « inébranlable », appliqué à la politique de la France dans la crise de Suez, sert à condamner la diplomatie en apparence changeante des Américains, ainsi que les hésitations britanniques. Waterhouse évoque par ailleurs les exemples des événements d’avant-guerre, Rhénanie, Abyssinie, Munich, propres, selon lui, à guider les Britanniques23. Là encore, le choix des cas historiques retenus n’est pas innocent, car il met directement en cause la personne du Premier ministre, jadis associé à la mise en œuvre de l’apaisement.

  • 24 Ibid., p. 31-32.
  • 25 Ibid., p. 32.

9C’est l’autre chef du Suez Group, Julian Amery, qui supporte l’addenda introduit par Waterhouse. Il justifie cet ajout en ces termes : il faut réaffirmer « l’essence et le fondement de la politique gouvernementale », afin que l’on sache que le parti conservateur appuie toujours l’action résolue menée par le Cabinet tout au long de la crise24. Le Suez Rebel et ses amis entendent ainsi empêcher le mouvement tory d’octroyer à ses dirigeants un blanc-seing en vue d’un règlement de la question du canal. Plus spécifiquement, le député veut que l’on infirme « toutes ces rumeurs sur un abandon [par la Grande-Bretagne] du concept du contrôle international, pour celui de la supervision internationale ». Tout nouveau compromis, par rapport aux propositions des Dix-huit, équivaudra à une capitulation, prévient Amery, qui refuse que la diplomatie américaine serve d’alibi à un renoncement : le cas échéant, il faudra aller de l’avant sans leur aide, voire contre leurs désirs. Le tribun impérialiste signale que les Britanniques ne sont pas seuls dans cette affaire, et il espère que l’assemblée réunie à Llandudno enverra une « salutation cordiale » aux Français. En conclusion de sa harangue, Amery exprime sa certitude qu’en dépit des erreurs passées de la politique moyen-orientale du gouvernement, les délégués tories lui fourniront « leur entier appui pour l’accomplissement du dessein exposé par le Premier ministre devant le Parlement et le pays »25.

10Les leaders du Suez Group interviennent donc puissamment pour contraindre les ministres à inscrire dans les faits l’orientation intransigeante jusqu’ici maintenue officiellement, malgré certains signes timides d’un fléchissement récent. Ils restent fidèles à la stratégie appliquée depuis le début de la crise : tout règlement doit obligatoirement obliger Nasser à renoncer, sinon à la nationalisation de la Compagnie de Suez, du moins à l’administration du canal. À Llandudno, pour lutter contre l’assouplissement de l’attitude du Cabinet dans le différend avec l’Égypte, les Suez Rebels bénéficient d’une atmosphère très favorable, car à l’exception de W. Yates, député courageusement critique de la politique de fermeté conduite au Moyen-Orient, les autres orateurs défendent, avec des accents chauvins, le nationalisme britannique, opposé à celui de l’Égypte.

  • 26 Ibid., p. 37 ; argumentation générale, p. 36-37.
  • 27 Ibid., p. 37.

11Anthony Nutting, ministre d’État au Foreign Office, donne la réponse du Cabinet aux auteurs de la motion sur Suez et, surtout, à Waterhouse et Amery. Il développe d’abord l’argumentation largement entendue sur l’inviolabilité des traités, la menace au libre passage dans la voie maritime de Suez, l’attitude antipatriotique du Labour Party et la conformité de l’action gouvernementale aux exigences de la Charte des Nations unies. Plus significative est l’affirmation de Nutting selon laquelle une bonne chance de règlement satisfaisant sans recours à la force existe grâce aux précautions militaires prises par la Grande-Bretagne. « Nous sommes résolus à maintenir le principe fondamental de l’inviolabilité des engagements internationaux et à assurer que le canal ne restera pas sous le contrôle d’une seule puissance [...] et c’est dans cette optique que je suis heureux d’accepter l’addenda [présenté par C. Waterhouse] », annonce le ministre, qui ajoute même que, si le Conseil de Sécurité ne remplissait pas son devoir, ceci ne dispenserait pas les Britanniques de faire le leur26. Enfin, Nutting observe que les termes de référence de la Mission Menzies et la résolution déposée le 5 octobre au Conseil de Sécurité par le secrétaire d’État au Foreign Office, sûrement approuvés par l’assemblée, appelaient l’Égypte à négocier sur la base des propositions des Dix-huit puissances. En raison de cela, le porte-parole du gouvernement se dit certain que le capitaine Waterhouse acceptera la motion conservatrice, qui demande aux Égyptiens d’agir dans ce sens27.

  • 28 Ibid., p. 35.

12Les éléments clés du discours de Nutting, qui autrement ne constituerait qu’une simple répétition des thèmes ressassés depuis août, se situent dans l’assertion qu’il reste une bonne chance de solution pacifique, dans la signification improprement attribuée à l’ajout voulu par Waterhouse et Amery, et dans l’interprétation donnée au texte de Lewis. Lorsqu’il assimile la résolution officielle du parti sur Suez, à une requête faite à l’Égypte pour des discussions sur la base des propositions des Dix-huit, le ministre accepte implicitement un éventuel accord de compromis qui ne déboucherait en aucun cas sur la gestion internationale du canal voulue par les Suez Rebels. De la même façon, le collaborateur de Lloyd veut faussement inscrire les négociations de New York dans la lignée des initiatives précédentes du Cabinet, alors que par le passé on s’était borné à mettre Le Caire en demeure d’adhérer au plan adopté à la Première conférence de Londres. En dépit de la forte pression exercée par les impérialistes et de l’état d’esprit très chauvin des délégués, Nutting tente de ménager une porte de sortie vers une solution négociée que l’évolution favorable des pourparlers tripartites laisse entrevoir. Au demeurant, ne glisse-t-il pas, au sujet de l’Association des usagers du canal, l’indication « qu’elle pourrait encore fournir la base d’un règlement avec l’Égypte, si ce pays était disposé à s’y associer »28 ?

  • 29 Ibid., p. 128.
  • 30 Ibid., le Premier ministre déclare : But that does not alter the responsibility which rests upon us (...)
  • 31 Ibid., p. 129. À l’intention des Français sans doute, Eden note que la crise aura eu pour « heureus (...)

13Dans son discours de clôture à la conférence de Llandudno, le 13 octobre, le Premier ministre fait un éloquent plaidoyer en faveur des politiques économiques de son gouvernement, puis il parle longuement de l’affaire de Suez. Son argumentation est identique à celle qu’avançait Nutting deux jours auparavant. Il qualifie de vitale la libre circulation dans la voie maritime et il indique que néanmoins, dans l’esprit de la Charte de l’ONU, il a cherché une solution pacifique à travers des négociations29. Il affirme que jamais il ne pourra oublier « la leçon suprême de la période d’entre les guerres [mondiales] », et qu’au-delà du canal, c’est « l’inviolabilité des engagements internationaux qui est en jeu ». Aux critiques des travaillistes, Eden répond qu’il se devait de prendre des mesures militaires, nécessaires à la protection des intérêts et des vies britanniques. Le leader du parti tory parle d’une manière très énergique, propre à satisfaire les partisans de la fermeté : d’une part, le Cabinet n’a nulle intention de modifier ou d’abandonner son choix de renforcer la présence militaire britannique en Méditerranée orientale ; d’autre part, l’obéissance aux prescriptions de la Charte des Nations unies ne dégage en rien le Royaume-Uni et ses alliés de leur responsabilité d’assurer que justice soit rendue et que les obligations internationales soient remplies30. La position anglaise sur le problème de Suez reste inchangée, assure Eden, qui réitère sa déclaration du 30 juillet à la Chambre des Communes : le gouvernement ne pourrait consentir à aucun arrangement qui laisserait la voie maritime au contrôle illimité d’une seule puissance. Le Cabinet entend toujours obtenir, si possible par la négociation, une solution sur cette base, observe encore le Premier ministre qui, comme Nutting, signale qu’un léger progrès a été enregistré au cours des pourparlers avec l’Égypte, « progrès réalisé grâce à la fermeté et à la résolution » montrées tout au long de la crise. Enfin, à l’intention des Suez Rebels et sans doute aussi de l’allié français, le leader conservateur spécifie que le recours à la force, en dernier ressort, ne peut pas être exclu. Il prend au reste soin de mettre en relief « la satisfaction [de tous] devant l’unité avec les Français, maintenue tout au long de ces semaines tourmentées (anxious) » et concrétisée par une entente étroite à chaque étape de la crise31. Cette fois encore, le dirigeant anglais se sert du maintien de l’association avec les Français comme d’une preuve de fidélité à la politique d’intransigeance appliquée contre l’Égypte.

  • 32 Ibid., p. 127.
  • 33 Ibid., p. 130.

14Finalement, en dépit de son langage dur et des satisfactions d’ordre oratoire accordées aux tories radicaux, Eden, quoique moins explicitement que Nutting, se prononce bien en faveur d’une solution négociée, sans référence directe aux propositions des Dix-huit puissances. Il ne mentionne ces dernières qu’au début de son discours, et encore les décrit-il alors comme une base de négociation, reprochant à Nasser de n’avoir pas présenté de contre-propositions32. Ce n’est pas un hasard si, après l’allocution du Premier ministre, c’est un membre bien connu du Suez Group, H. Fraser, qui adresse les remerciements de l’assemblée au chef du parti. Le député impérialiste souligne que nul mieux qu’Eden, jadis défenseur de la Ligue des Nations, puis l’un des fondateurs de l’ONU, sait que la seule façon de préserver la paix du monde consiste à assurer l’inviolabilité des contrats internationaux. L’ironie contenue qui perce derrière ce tribut rendu à l’ancien champion de la Société des Nations devient plus perceptible encore, quand Fraser le complimente sur « son courage au cours de ce difficile été, été de négociations, de discussions sans fin, et de lourdes décisions ». Et puis surtout, le Suez Rebel feint de constater emphatiquement que le Premier ministre a fait savoir qu’il n’a pas « modifié d’un iota l’attitude prise [sur la question du canal] à la Chambre des Communes en juillet »33.

15À la conférence de Llandudno, les dirigeants anglais tentent de préserver leur liberté de manoeuvre pour l’éventualité d’un accord avec l’Égypte. Pour cette raison, ils s’attachent à démontrer que l’ensemble de leur action dans la crise de Suez s’inscrit dans le cadre de la politique annoncée le 30 juillet aux Communes, dont l’objectif est d’empêcher que les Égyptiens ne disposent d’un « contrôle illimité » sur la voie maritime. Sur la base de cette seule exigence, il devient possible de faire de l’acceptation par l’Égypte de la supervision internationale de l’administration du canal, un succès, sinon une victoire britannique sur le régime nassérien. Aussi les ministres anglais font-ils fallacieusement de la Première conférence de Londres et des entretiens du Caire les étapes d’un processus de négociations dont, en réalité, le premier acte vient seulement de débuter à la suite de l’appel au Conseil de Sécurité ; car jusqu’aux conversations anglo-franco-égyptiennes, il s’agissait de contraindre l’Égypte à abandonner la gestion de la voie de Suez à une autorité internationale. De cette façon, ils évitent d’avoir à reconnaître le réel changement de politique qu’impliquent les négociations conduites par Selwyn Lloyd à New York.

  • 34 Churchill, op. cit., p. 261. Churchill affirme que les discussions entre Heath et les Suez Rebels s (...)
  • 35 Time and Tide, vol. 37, n° 42, 20 octobre 1956, éd. « Mr. Poole’s Parade ». La revue précise aussi (...)
  • 36 Ibid., vol. 37, n° 43, 27 octobre 1956, « Mr. Poole’s Parade », lettre ouverte d’Henry Price.

16De leur côté, les Suez Rebels renoncent pour l’instant à attaquer les ministres, que ce soit à propos des affaires intérieures ou pour leur politique étrangère, mais ils interviennent avec vigueur devant les délégués conservateurs, afin justement d’enfermer les gouvernants dans la position extrémiste choisie au début d’août. Lorsque les meneurs du courant néo-impérialiste ont demandé l’autorisation de soumettre leur amendement à la motion officielle sur Suez, il aura fallu de longues discussions tardives avec Edward Heath, le Chief-Whip tory, pour arracher un consentement accordé à contrecœur, de Londres, par le Premier ministre34. Bien qu’en théorie comme en pratique, le leader du parti conservateur ne se trouve jamais lié par les propositions retenues aux congrès annuels du parti, il peut difficilement, cette fois, ignorer la volonté du Suez Group, entérinée presque à l’unanimité par les délégués. Même si le pire a été évité à Llandudno, les dirigeants anglais, dont au premier chef Eden, font toujours face à la menace d’une conjonction entre les deux ailes contestataires du mouvement, les néo-impérialistes et les néo-libéraux. Ces derniers, tout particulièrement, ont lieu d’être mécontents du déroulement du congrès conservateur, « astucieusement orchestré » par Oliver Poole, selon l’expression de Time and Tide. Comme l’explique cette revue, « après avoir gagné l’appui du capitaine Waterhouse et de M. Julian Amery [au prix d’une] résolution légèrement amendée », on a pu « rallier toutes les tendances du parti derrière ses leaders dans la crise majeure du moment »35. Le 27 octobre encore, Henry Price, député et président de la Middle Class Alliance, groupe de défense des intérêts de la classe moyenne, se plaindra de n’avoir pas été autorisé à prendre la parole à Llandudno, bien qu’il dispose à la Chambre du soutien de quarante de ses collègues36.

  • 37 The Daily Express, 12 octobre 1956.
  • 38 The Daily Mail, 12 octobre 1956, « If Eden Will Lead, We’ll Follow », article de R. Camp. Ce titre (...)
  • 39 The Daily Telegraph, 12 octobre 1956, éd. « Grasping the Nettles ».

17Nutting et le Premier ministre ont beau tenir, avec l’accent de la fermeté, des propos vagues sur la solution du conflit de Suez afin de préparer la voie à la conclusion d’un accord avec l’Égypte, ils ne peuvent pas ignorer qu’une entente à l’amiable, fondée sur le principe de la supervision internationale de l’administration du canal, déclenchera à l’intérieur de leur parti une crise dont les Suez Rebels se feront les détonateurs. De ce point de vue, l’intervention de Waterhouse et d’Amery, après un silence de plus de deux mois, a valeur de mise en garde. Les grands journaux impérialistes expriment la satisfaction de l’aile radicale du mouvement tory. Par exemple, le 12 octobre, le Daily Express titre « Par 4 000 voix contre une, Eden reçoit l’aval de la conférence pour l’emploi de la force si nécessaire » (« Shoot if necessary » pledge for Eden)37. De son côté, le Daily Mail juge que le gouvernement a fait savoir avec netteté que si les Nations unies font défaut, les Britanniques ne manqueront pas à leur devoir de maintenir le canal dans son statut de voie maritime internationale, même sans appui des Américains. Et surtout, ce quotidien voit dans l’addenda de Waterhouse, « [les] mots [qui] ont apporté au parti l’unité dont il avait besoin »38. Le Daily Mail dévoile ici sans ambages les termes de l’épreuve de force remportée par le Suez Group sur le gouvernement à propos de l’ajout à la motion Lewis exigé par les radicaux. Pour sa part, dans son éditorial du 12 octobre, le Daily Telegraph voit dans le débat sur Suez plus qu’une démonstration de solidarité : il a permis de redire en « des mots francs » les principes qui guident l’action gouvernementale39. Bien entendu, comme les Suez Rebels, le vieux journal tory veut entendre dans les discours ministériels prononcés à Llandudno une confirmation des engagements antérieurs à mener une politique de fermeté à Chypre et dans l’affaire de Suez.

La politique intérieure, les facteurs diplomatiques et le ralliement d’Eden au projet français d’action militaire sur le canal de Suez

  • 40 DDF, doc. n° 263, tél. n° 1796-1800,10 octobre 1956, de Cornut-Gentille, chef de la Mission permane (...)
  • 41 Chapitre V, note n° 55.
  • 42 PREM 11/1102, tél. n° 820, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, 10 octobre 1956, p. 92. (...)
  • 43 CAB 1334/1217, EC(56) 58th Paper, « Record of a Meeting Held at 10 Downing Street, S.W.I., on Thurs (...)

18La situation précaire du Cabinet au plan domestique n’est pas sans influer grandement sur l’attitude anglaise au Conseil de Sécurité. Ainsi, quand il demande au docteur Fawzi la reconnaissance de la SCUA et de sa prérogative d’organisme collecteur des péages, Selwyn Lloyd explique avec une candeur déconcertante, à la grande surprise et au regret de son collègue français, que « [son gouvernement] ne pourrait pas renoncer à la gestion internationale sans un contrepoids (sic) qui [lui] permette de présenter l’affaire à [son] opinion publique »40. Bien évidemment, l’expression « opinion publique » ne traduit pas la pensée réelle du ministre, car, en Grande-Bretagne, une vaste partie du public, majoritaire sans doute, approuverait un accord sur la seule base de la réaffirmation de la Convention de 1888, alors qu’en revanche, au sein du parti tory, une faction nombreuse n’admet aucune renonciation à l’objectif de la gestion internationale du canal de Suez. Les messages échangés entre le Premier ministre et le secrétaire d’État au Foreign Office attestent l’importance du lien établi entre le congrès tory et les conversations tripartites de New York. On se rappelle qu’Eden avait tout d’abord donné consigne de terminer les discussions avec les Égyptiens avant la fin de la semaine pour être en mesure de faire à Llandudno une annonce positive ou négative sur la question de Suez41. Dans un télégramme, Lloyd lui-même convenait que, « pour le meilleur ou pour le pire, l’opération [en cours] au Conseil de Sécurité devait être achevée [dans] la semaine », et il s’engageait à tout faire pour que son chef soit capable de traiter du problème de Suez devant les délégués conservateurs42. Manifestement, aux yeux du Premier ministre et de ses collaborateurs, la conférence de Llandudno dicte dans une large mesure les modalités d’une initiative diplomatique pourtant prometteuse. À cet égard, une réunion spéciale du 11 octobre revêt une importance cruciale puisqu’Eden, Monckton et Watkinson, conseillés par quelques très hauts fonctionnaires, décident de dissocier finalement le problème posé par le jeu des forces au sein du mouvement tory et l’action du gouvernement dans la recherche d’une solution à la crise de Suez43. Tout aussi nettement, dès lors que les Français provoquent sinon la fin, du moins l’ajournement des négociations avec l’Égypte, les préoccupations d’ordre domestique reprennent le pas sur les considérations de politique étrangère. Dès le matin du 12 octobre, Lloyd exprime dans un message au Premier ministre son inquiétude quant aux effets du compromis esquissé durant les pourparlers avec Fawzi, sur l’opinion en Grande-Bretagne :

  • 44 Ibid., tél. n° 843, 12 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 42. Les ter (...)

« Je pense que nous serons critiqués pour avoir renoncé au but de notre venue à New York, obtenir le soutien du Conseil de Sécurité pour les propositions des Dix-huit puissances. Actuellement, mon avis est que pour parer à [ceci], il nous faudra, dans la résolution [que nous présenterons devant le Conseil de Sécurité] un paragraphe avalisant ces propositions, même s’il devait provoquer le veto russe »44.

  • 45 Ibid., tél. n° 1173, 13 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 32-33.
  • 46 Ibid., tél. n° 1172 et 1190,13 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 32- (...)
  • 47 Les Français ont sans doute pour préoccupation d’éviter, à la suite d’un rejet du texte anglo-franç (...)

19Eden partage entièrement l’opinion de son ministre des Affaires étrangères. Il lui transmet le 13 octobre un projet de résolution selon laquelle le Conseil de Sécurité considérerait d’entrée de jeu les propositions adoptées à la Première conférence de Londres, comme « les plus appropriées pour un règlement pacifique [et juste] de la question du canal de Suez »45. Assez curieusement, dirigeants français et anglais ont à ce sujet des vues contraires. Malgré une fermeté jamais démentie, les premiers veulent que l’on soumette au Conseil un texte en deux parties : de cette façon, les six principes auxquels a souscrit l’Égypte recueilleront une approbation unanime, tandis que seules les propositions des Dix-huit feront l’objet du veto soviétique. Le Premier ministre anglais s’oppose fortement à ce que « l’on publie séparément les six principes », car il estime que « cela susciterait l’impression que l’on a abandonné les propositions des Dix-huit puissances ». Il faut donc, spécifie Eden, les placer au début de la résolution46. Néanmoins, après « une longue et difficile réunion » avec Dulles et Pineau, Lloyd se ralliera au projet de son collègue français au nom de « l’unité anglo-française »47.

  • 48 DDF, doc. n° 269, tél. n° 1836-1839,13 octobre 1956, de Cornut-Gentille, chef de la Mission permane (...)
  • 49 PREM 11/1102, tél. n° 1172, 13 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, point (...)
  • 50 FO 371/118865 JE 1053/94, 24 octobre 1956, lettre de Sir Humphrey Trevelyan à A.D.M. Ross au FO, ra (...)

20Les divergences anglo-françaises sur le projet de résolution à introduire devant le Conseil de Sécurité montrent que de toute évidence, l’évolution de la politique intérieure, notamment avec les développements intervenus à Llandudno, oblige les ministres anglais à raidir officiellement leur position. Pineau lui-même, auparavant inquiet de l’inclination au compromis de son collègue anglais, constate le 13 octobre que M. Lloyd est dans de bien meilleures dispositions48. Ce durcissement brusque de leur attitude amène les dirigeants britanniques à ignorer l’inconvénient majeur d’un veto de l’URSS qui empêchera l’adoption par le Conseil de Sécurité, d’un texte dans lequel les Nations unies avaliseraient un règlement du différend fondé sur la supervision internationale de la gestion du canal de Suez49. De la même façon, ils agissent comme si aucun progrès notable vers un accord n’était intervenu au cours des négociations de New York. Plus tard, au Caire, Fawzi se plaindra à Sir Humphrey Trevelyan de ce que la résolution anglo-française est totalement contraire à la teneur des discussions privées de New York50.

  • 51 Chapitre V, p. 176-178.
  • 52 The Times, 29 septembre 1956, éd. « A Diluted Plan ». Le journal dit : But Mr. Dulles’ claim that N (...)
  • 53 The Daily Telegraph, 6 octobre 1956, discours prononcé le 5 octobre à Chester par Sir Edwin Leather (...)
  • 54 Gaitskell rapporte dans son journal l’appel téléphonique de Norris Chipman, un membre de l’ambassad (...)

21Bien entendu, quoiqu’elle réponde de plus en plus en octobre à des considérations domestiques, la politique égyptienne du Cabinet britannique continue à subir l’influence des facteurs diplomatiques, dont, au premier chef, l’alliance avec les Français et les rapports anglo-américains. Ces derniers pèsent lourdement, mais d’une manière toute négative, sur les décisions anglaises. Les relations entre Londres et Washington, déjà très tendues à la fin de septembre, deviennent franchement mauvaises au début d’octobre 195651. Dès le 29 septembre, sur instruction du bureau du Premier ministre, le Times publie un éditorial très sévère à l’égard du secrétaire d’État aux Affaires étrangères américain, blâmé pour « l’amoindrissement » du plan d’association des usagers du canal de Suez, « radicalement altéré » par rapport « aux concepts originels ». Le journal déplore que le chef de la diplomatie américaine ait privé coup sur coup l’association des moyens qui en eussent pu faire l’alternative à l’emploi de la force pour parvenir à un règlement équitable. « L’assertion de M. Dulles [selon laquelle] on peut, en toute sécurité, laisser Nasser subir les conséquences inexorables de sa propre entreprise semble d’un optimisme excessif », conclut le Times52. Cet éditorial d’un grand quotidien qui fait fréquemment office d’organe officieux du pouvoir témoigne de l’antagonisme engendré chez les gouvernants anglais par la diplomatie américaine dans l’affaire de Suez. Quelques jours plus tard, s’il s’abstient de toute réaction publique aux paroles de Dulles sur les puissances coloniales, le Premier ministre permet à Ted Leather, député tory, de lancer lors d’une allocution véhémente une attaque en règle contre le gouvernement américain. À la loyauté d’Eden et à sa fidélité à l’alliance anglo-américaine, le parlementaire conservateur oppose « les trahisons répétées » de J.E Dulles, et il dénonce l’action menée de concert au Moyen-Orient par le département d’État et les compagnies pétrolières américaines afin de miner la position britannique dans la région53. Les diplomates de l’ambassade des États-Unis ne s’y trompent pas, qui attribuent directement au n° 10 Downing Street la responsabilité de cette diatribe54.

  • 55 PREM 11/1102, tél. n° 847, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 29.
  • 56 Ibid., tél. n° 1172, 13 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, point n° 3, p (...)
  • 57 Ibid., tél. n° 1173, 13 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, point n° 2, p (...)
  • 58 Ibid., tél. n° 847, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, point n° 2, p. (...)
  • 59 Ibid., tél. n° 350, 5 octobre 1956, de Sir Gladwyn Jebb, ambassadeur de Grande-Bretagne en France a (...)

22À New York, les multiples consultations entre Lloyd et Dulles ne débouchent sur aucune entente quant à l’affectation des fonds que devrait accumuler la SCUA. De plus, l’ébauche de résolution telle qu’Américains et Français la conçoivent ne rend nullement obligatoire le versement à cette organisation, par les utilisateurs du canal, des droits dus pour le passage : on se borne à déclarer la SCUA habilitée à percevoir ces sommes55. À Londres, le Premier ministre s’inquiète. En raison du « cercle vicieux qui, [note-t-il], entoure les discussions [avec les Américains] sur la SCUA », il enjoint à son secrétaire d’État d’obtenir la suppression des mots par laquelle l’association se verrait reconnaître le droit de recueillir les péages56. Eden réclame l’emploi d’une formule plus impérative et il recommande cette phrase : « L’association recevra les droits dus par les navires des [États] membres »57. Néanmoins, sur ce point comme sur la référence faite aux propositions des Dix-huit dans le projet de résolution, les Français s’opposent à leur partenaire. Ils font cause commune avec les Américains, qui se disent soucieux de ne pas heurter les autres pays adhérents en rendant obligatoire le versement des péages à la SCUA58. Naturellement, pour Washington comme pour Paris, il s’agit avant tout de conserver la liberté de faire payer ou non au « club des usagers » les frais d’utilisation du canal. Le gouvernement Mollet redoute surtout de se trouver contraint de faire acquitter par les armateurs français les péages à une institution qui les collecterait finalement pour le compte de l’Égypte59.

  • 60 Ibid., tél. n° 1107, 10 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 112. Eden (...)
  • 61 Ibid., tél. tél. n° 846, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 31. Te (...)
  • 62 Ibid., tél. n° 847, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, point n° 2, p. (...)
  • 63 Ibid., tél. n° 846, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 31.

23Au moment où se confirme à New York la possibilité d’un accord avec l’Égypte qui ferait de la SCUA un instrument de supervision de l’administration du canal et un syndicat protecteur des intérêts des puissances maritimes, il devient urgent aux yeux des gouvernants anglais de rendre opérationnelle cette organisation. Il faut donc rapidement aplanir les divergences anglo-américaines sur ses fonctions. L’attentisme des autorités américaines irrite fortement le Premier ministre qui, le 10 octobre, dans un télégramme à Lloyd, se plaint de ce que le délégué américain au Comité exécutif de l’association des usagers reste sans instructions sur l’ouverture d’un compte pour y déposer les sommes perçues pour l’utilisation de la voie maritime de Suez. Le chef du Cabinet précise dans son message qu’en cas « de refus des Américains de coopérer sur ce point, il devra, faute d’alternative, en faire état clairement dans son discours de samedi [à Llandudno] », car il lui faudra donner des informations sur la SCUA60. Cette menace, bien qu’elle reste par la suite sans effet, illustre bien l’état des relations entre les responsables politiques des deux pays. Apparemment peu impressionné par l’attitude britannique, Dulles se contente, le 13 octobre, de réaffirmer l’intention américaine de faire payer les droits de passage à l’association des usagers au moment où les gouvernements français et anglais agiront de même, mais il s’abstient alors, rapporte Selwyn Lloyd, « de discuter des obstacles immédiats [à une telle action] »61. Cette attitude durant les discussions sur la nouvelle organisation suscite d’ailleurs cette observation de Lloyd au Premier ministre : « Je n’ai jamais vu quelqu’un aussi désireux de dénigrer son propre enfant »62. Ainsi subsiste à la mi-octobre cette opposition fondamentale entre les États-Unis et les deux puissances européennes, sur le versement à l’Égypte des sommes recueillies par le club des usagers auprès des armateurs qui utilisent la voie maritime de Suez. Alors que le chef de la diplomatie américaine soutient que le paiement d’une part considérable des droits à l’Autorité égyptienne du canal était « un élément indissociable » (an intégral part) de l’accord sur la création de la SCUA, les Français et les Britanniques maintiennent que cette organisation ne pourra pas constituer un organe efficace de pression sur l’Égypte, à moins qu’elle ne retienne au moins la majeure partie des péages63.

  • 64 Ibid., lettre de J.F. Dulles à Selwyn Lloyd, 15 octobre 1956, p. 76-77.

24Quoique Dulles ne laisse planer aucun doute sur la volonté de son gouvernement de faire pression sur les armateurs américains pour qu’ils acquittent à l’association des usagers les frais de passage dans le canal, il entend manifestement rester libre de choisir le moment où les États-Unis appliqueront cette mesure. Plus précisément, il met comme condition préalable l’acceptation par le tandem anglo-français du reversement à l’Égypte de l’essentiel des sommes perçues. D’autre part, même si, dans la perspective d’une solution négociée à la crise de Suez, le Cabinet anglais insiste sur l’habilitation immédiate de la SCUA comme seul collecteur des droits de passage dus par les navires des pays membres, il s’entend pleinement avec le gouvernement français sur la nécessité de continuer à priver les Égyptiens des revenus du canal. Loin de songer à mettre un terme à la consignation des péages qu’ils pratiquent depuis la nationalisation de l’ancienne compagnie concessionnaire, Britanniques et Français voudraient que les États-Unis suivent leur exemple. Les lettres échangées le 15 octobre 1956 entre Lloyd et Dulles montrent que, comme en septembre, les points de vues restent inconciliables. Dans sa missive, le responsable de la diplomatie américaine rappelle que son mémorandum du 11 octobre prévoyait le paiement à l’Égypte « d’une rétribution adéquate pour sa contribution à l’entretien du canal et aux services liés à la circulation », et qu’à l’époque, le gouvernement anglais avait accepté ce principe. Dulles repousse le concept d’une association des usagers qui constituerait un moyen de pression, au lieu de procurer « un moyen de coopération » qui établirait « une participation internationale de facto » à la gestion du canal. À nouveau, il indique qu’en cas d’un refus de régler aux Égyptiens les péages qui entraînerait l’interdiction de passage pour les vaisseaux américains, les États-Unis ne recourraient pas à la force et, « prêts à en accepter les conséquences », opteraient pour la route du Cap et, au moyen de prêts accordés par l’Export-Import Bank, aideraient la Grande-Bretagne à surmonter les difficultés économiques provoquées par la fermeture du canal. Mais, conclut le ministre américain, le gouvernement britannique n’est pas désireux d’en arriver là et « cela s’explique »64. Par cette remarque ironique, Dulles avertit une nouvelle fois son homologue anglais des limites d’un éventuel concours financier des États-Unis dans l’éventualité où le Royaume-Uni s’engagerait dans une politique extrémiste qu’il peut difficilement conduire au plan économique.

25De son côté, Selwyn Lloyd adresse à Dulles une lettre au ton très ferme. Il souligne l’importance d’un équilibre des forces entre les deux parties en négociations et il exprime son « désappointement devant l’importance de l’écart entre les conceptions américaines et britanniques sur les fins attribuées à l’Association des usagers ». Le secrétaire d’État au Foreign Office note qu’à l’origine, cette institution devait participer de façon pratique à l’organisation du trafic dans la voie maritime de Suez, notamment par l’emploi de pilotes, tandis qu’elle n’a maintenant plus qu’un rôle financier. Si, pour ne pas préjuger du règlement final du différend, l’association ne doit pas verser une partie des sommes perçues à la Compagnie du canal de Suez, le même traitement doit s’appliquer à l’Égypte, plaide Lloyd, pour qui la SCUA a été créée afin de renforcer la position des puissances lésées. Verser aux Égyptiens 90 % des fonds recueillis par l’association, proportion avancée par Dulles au cours de précédents entretiens privés, serait inacceptable, précise le ministre anglais, qui termine son message par ce jugement très sombre sur l’état des rapports entre les États-Unis et la Grande-Bretagne :

  • 65 Ibid., lettre de Selwyn Lloyd à J.F. Dulles, 15 octobre 1956, p. 78-82. Le ministre déclare : [...] (...)

« J’ai tout fait pour éviter l’exacerbation de nos divergences sur le problème du canal de Suez dans les dernières semaines [...] mais il nous faut réaliser que la révélation d’un si profond différend entre nous sur la finalité de la SCUA, aurait en Grande-Bretagne des répercussions graves [...] je m’en remets à vos qualités d’homme d’État pour régler ce problème avant qu’il ne devienne un facteur sérieux dans nos relations. Faute d’une entente, je crains que la SCUA ne soit mort-née et que les chances de règlement pacifique avec l’Égypte ne diminuent gravement »65.

  • 66 The New York Times, 12 octobre 1956, conférence de presse du Président Eisenhower, le même jour.
  • 67 PREM 11/1102, tél. n° 852, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 17. (...)
  • 68 Ibid., tél. n° 1198, 14 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 13. Eden f (...)

26Le message de Selwyn Lloyd à son collègue américain contient donc, en plus d’un plaidoyer pour les thèses franco-anglaises sur le rôle du club des usagers, une menace sans doute vaine mais formulée avec une certaine brutalité. Le ministre anglais évoque la possibilité d’une rupture officielle du front diplomatique constitué par la France, le Royaume-Uni et les États-Unis à la fin de juillet, et maintenu tant bien que mal jusqu’ici, du moins en apparence. Bien entendu, la question de la consignation des droits perçus par l’Association des usagers se trouve au centre des tensions entre les deux gouvernements, mais la dureté des phrases écrites par le secrétaire d’État reflète également l’extrême irritation engendrée depuis le mois de septembre par le discours public des dirigeants américains, qui n’ont pas cessé, à propos de la question du canal, de prendre leurs distances par rapport à leurs partenaires français et britannique. D’autant que les gouvernants anglais réagissent très mal aux propos que vient de tenir le Président Eisenhower au cours de sa conférence de presse du 12 octobre. Ce dernier a exclu toute influence du processus électoral sur sa diplomatie, qu’il décrit comme claire et ferme, guidée depuis le début de la crise par certains principes contenus dans les propositions des Dix-huit : respect de la souveraineté égyptienne ; fonctionnement efficace du canal ; non-utilisation de la voie de Suez pour les fins politiques d’une seule puissance ; « proportion équitable et croissante » des revenus, réservée à la seule Égypte. Eisenhower apporte de surcroît l’importante précision que, jamais, il n’avait été de quelque façon sous-entendu que les détails du plan présenté au Caire par la Mission Menzies n’étaient pas négociables, dès lors que l’on respectait ces quatre principes66. La similitude entre les quatre exigences retenues par le Président et les six points acceptés par les Égyptiens, n’est sûrement pas fortuite. Sans consultation préalable avec Londres et au mépris des vues françaises, le chef de l’État américain signifie publiquement son appui à la solution de compromis esquissée pendant les discussions privées de New York. Il provoque ainsi de vives protestations de la part de Selwyn Lloyd qui, en des termes forts, fait savoir à Dulles « son indignation devant la façon dont on a, à chaque étape [de la crise de Suez], par des déclarations faites aux États-Unis, affaibli la position anglaise »67. Le secrétaire d’État s’exprime bien sûr ici au nom du Cabinet68. Au moment où devrait s’ouvrir une nouvelle phase de négociation en vue de conclure un accord formel sur la base du règlement esquissé lors des conversations entre Fawzi, Pineau et Lloyd, la coopération entre le Royaume-Uni et les États-Unis sur l’affaire du canal n’existe plus réellement. Que ce soit au sujet du rôle de la SCUA, de l’éventuelle aide financière escomptée en cas de rupture des approvisionnements pétroliers, ou du simple maintien d’une unité d’action entre les deux puissances anglo-saxonnes, la politique américaine suit un cours contraire aux attentes du gouvernement britannique. Au reste, l’alternance des mises au point publiques, parfois rudes, des Américains, et des attaques indirectes de la part des gouvernants anglais témoigne de l’hostilité qui empreint en octobre les relations entre les deux pays.

  • 69 CAB 134/1216, EC(56) 32nd Meeting, Min. 1, 1er octobre 1956, p. 246. Cf aussi, Eden, Full Circle, o (...)

27Au fur et à mesure que se dégradent les rapports entre Londres et Washington, le poids de Paris s’accroît au sein de cette « entente cordiale » de circonstance. Depuis le début de septembre, les ministres français ont combattu toute atténuation de l’attitude énergique prise de concert après la nationalisation de la Compagnie de Suez. La Seconde conférence de Londres, avec ses résultats très décevants, leur a permis de réaffirmer vigoureusement les conditions mises dès le début de septembre à un recours aux Nations unies, que les Britanniques doivent en fin de compte précipiter. Par la suite, les Français restent inflexibles. L’ambassadeur Jebb fait état, le 22 septembre, de signes inquiétants de mécontentement de l’opinion française à l’égard du Royaume-Uni au moment même où le gouvernement Mollet réserve officiellement sa position sur l’Association des usagers du canal. Puis, quelques jours plus tard, les rencontres au sommet des 26 et 27 septembre à Paris ne donnent en définitive lieu qu’à un dialogue de sourds, au cours duquel Mollet et Pineau ne se laissent persuader de l’obligation de discuter avec les Égyptiens, en marge des sessions du Conseil de Sécurité, que pour autant que les Anglais ne transigeront point sur le plan d’administration internationale de la voie maritime de Suez. À son retour de Paris, le Premier ministre avise l’Egypt Committee de ce que, pour préserver la solidarité anglo-française, il faudra s’en tenir fermement aux principes adoptés par les Dix-huit puissances durant les débats du Conseil de Sécurité69. Et pourtant, acquis à l’idée d’un règlement à l’amiable de la crise de Suez, sur la base du plan avancé par Krishna Menon, les dirigeants britanniques ne peuvent pas se satisfaire d’un simulacre de négociations avec l’adversaire. À New York, le secrétaire au Foreign Office doit donc conserver publiquement un langage très ferme et prodiguer des marques d’attachement à l’association anglo-française, alors même qu’il s’emploie avec ardeur à trouver avec Fawzi une solution de compromis.

  • 70 CAB 1334/1217, EC(56) 58th Paper, « Record of a Meeting Held at 10 Downing Street, S.W.I., on Thurs (...)
  • 71 Ibid., tél. n° 1157, 12 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO à New York, p. (...)
  • 72 Ibid.

28Les efforts déployés par Lloyd afin de parvenir à un accord avec son collègue égyptien avec notamment les concessions faites de part et d’autre sur le nouveau rôle dévolu à la SCUA, alarment les ministres français, alertés par Pineau. L’ambassadeur Chauvel fait connaître le 11 octobre, au Cabinet anglais, l’inquiétude de la Délégation française aux Nations unies70. Le jour suivant, lorsque le sous-secrétaire permanent au Foreign Office, Sir Ivone Kirkpatrick, chargé d’apaiser les craintes françaises, rencontre ce diplomate, ce dernier parle de « l’atmosphère tendue » qui règne à Paris. Les difficultés (fuss) faites par son gouvernement à propos du choix de Rome comme siège de la SCUA, précise encore Chauvel, indiquent que « tempéraments et nerfs sont éprouvés » (tempers and nerves were rather raggedf. Kirkpatrick a alors cette répartie révélatrice : « dans ce cas, l’instinct du Premier ministre est juste »71. Bien entendu, la remarque de Chauvel a pour but d’accentuer la pression que les Français exercent depuis le début de septembre sur leurs associés d’outre-Manche. Plus récemment, les avatars de l’Association des usagers ont été pour le gouvernement Mollet l’occasion de marquer de façon non équivoque son intransigeance et son impatience. Après avoir réservé sa position sur la participation française au club des usagers, il a fait de grandes difficultés à l’adhésion à la nouvelle organisation de l’Italie jugée trop conciliante envers l’Égypte. À cette rencontre du 12 octobre, non seulement Kirpatrick assure-t-il Chauvel de la volonté anglaise d’agir de concert avec la France, mais il transmet de surcroît l’offre du Premier ministre de se rendre, en cas de besoin, à Paris pour des consultations72.

  • 73 Note n° 69 (ci-dessus), tél. n° 1125. Déjà auparavant, le 8 octobre 1956, le Premier ministre a dit (...)

29Durant les débats publics et les discussions privées de New York, Eden enjoint à Lloyd de rester étroitement associé aux Français. À maintes reprises, dans ses messages, il lui rappelle l’obligation de préserver l’unité du front franco-britannique73. Et, le 13 octobre, le secrétaire d’État prend soin d’informer son chef qu’il a pleinement satisfait à cet impératif :

  • 74 Ibid., tél. n° 853, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 16. Les mot (...)

« Nous avons convenu de la nécessité de rester, durant cet exercice, soudés aux Français (zn line with the French). Quoi que l’on puisse dire de notre action ici, Pineau n’a pas le moindre motif pour affirmer que nous avons fait quoi que ce soit pour troubler l’unité anglo-française »74.

  • 75 Ibid., tél. n° 1078, 8 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, à New York, p. (...)
  • 76 Chapitre V, p. 173-174.
  • 77 CAB 134/1216, EC(56) 31st Meeting, Min. 2, 25 septembre 1956, p. 238. Le comité concluait : The pos (...)
  • 78 PREM 11/1102, tél. n° 337, 26 septembre 1956, du Premier ministre au Lord Privy Seal, p. 331. Eden (...)
  • 79 PREM 11/1352, note sur la réunion du 27 septembre 1956. Mollet, en plus d’insister sur l’opportunit (...)

30Il devient de plus en plus évident en octobre qu’au sein de l’entente, l’initiative diplomatique passe aux mains des Français. Par exemple, les Anglais doivent se soumettre aux exigences de leurs partenaires, qu’il s’agisse de la résolution à introduire au Conseil de Sécurité ou, point plus important encore, de la poursuite des discussions avec l’Égypte. Détail significatif, Eden se sent obligé de rejeter l’idée américaine d’un comité de négociation par crainte « de perdre le contrôle de la situation et d’être à juste titre accusé de trahison par les Français »75. Pourtant, le 26 septembre, l’Egypt Committee avait jugé désirable qu’un projet de règlement fondé sur le plan Menon soit présenté à l’ONU par une tierce partie, ou émerge des travaux d’une commission de négociation créée par l’ONU76. Manifestement, les gouvernants britanniques redoutent en octobre que les Français ne les taxent publiquement de déloyauté et ne rompent avec fracas l’alliance. Ils s’inquiètent d’autant plus des mauvaises dispositions de leur partenaires qu’ils savent le gouvernement Mollet dans une situation précaire : l’Egypt Committee estime sa chute possible en cas d’abandon de la position prise à la fin de juillet sur la nationalisation de la Compagnie de Suez77. Au moment des discussions au sommet de Paris, le 26 septembre, le Premier ministre anglais faisait savoir au comité que ses interlocuteurs étaient « d’humeur à blâmer tout le monde, y compris les Britanniques, si l’on n’agissait pas militairement avant la fin d’octobre »78. C’est d’ailleurs à la lumière des difficultés de l’équipe Mollet qu’il faut interpréter les plaidoyers répétés des ministres français en faveur de la création d’une « union anglo-française ». Or Eden considère avec attention ces requêtes, singulières dans le contexte de la construction européenne en cours sur le continent, et il va jusqu’à instituer un Comité ministériel sur l’Union franco-britannique79. Les conclusions très négatives des ministres et du Foreign Office vont toutefois vite ruiner ses espoirs de donner à ses associés français, en échange d’un changement d’orientation dans l’affaire de Suez, quelque compensation de politique « européenne », limitée sans doute, mais exploitable sur la scène politique française.

  • 80 DDF, n° 212, tél. n° 4090-4096, 24 septembre 1956, de l’ambassadeur à Londres au MAE, « Raisons de (...)
  • 81 CAB 134/1216, EC(56) 31st Meeting, Min. 2, 25 septembre 1956, p. 238.

31Malgré la profonde divergence qui existe entre les positions des deux pays sur l’issue à donner à la crise de Suez, le Cabinet anglais ne peut pas se dégager de « l’entente cordiale » nouée en août. D’abord, à cause de l’état, de plus en plus mauvais, des relations avec les Américains, dont la conduite inspire une méfiance et une rancoeur croissantes à Whitehall, la Grande-Bretagne pourrait se retrouver isolée dans l’affaire de Suez. Et puis surtout, facteur crucial, le gouvernement Eden se trouve dans une situation critique au plan intérieur, et son chef lui-même joue sa survie politique. Ce dernier, après avoir personnellement exalté la solidarité anglo-française et abondamment usé de la caution fournie par Paris à sa diplomatie, ne peut pas se dissocier de l’attitude extrémiste du ministère Mollet, ni dénoncer son jusqu’au-boutisme. Au reste, on connaît parfaitement à Paris les soucis domestiques du Cabinet, signalés dans une dépêche par Jean Chauvel, qui évoquait, outre l’évolution de l’opinion parlementaire, le congrès conservateur de Llandudno80. Dès le 25 septembre, quand il examinait avec intérêt le plan Menon, l’Egypt Committee s’inquiétait de ce qu’un règlement de compromis apparaîtrait, dès lors que la France le « critiquerait », comme un triomphe du colonel Nasser. Bien que le comité se préoccupât pudiquement alors de présenter « à l’opinion moyen-orientale » un accord sur la base du projet indien comme « une victoire des puissances occidentales », il ne fait aucun doute que ses membres avaient également à l’esprit les répercussions de ce choix en Grande-Bretagne81. Lloyd n’a-t-il pas au demeurant abordé crûment cette question capitale au cours de ses conversations avec Fawzi ? À l’évidence, le gouvernement français, en mesure de provoquer en Angleterre une grave crise politique, a le pouvoir d’opposer son veto à tout projet britannique d’accord avec l’Égypte. Lorsqu’il accepte, le 14 octobre, dans une seconde volte-face, la proposition française d’une action militaire sur le canal de Suez, Eden, aux abois, soumis aux pressions écrasantes exercées par les radicaux de son parti et par ses partenaires français, choisit la fuite en avant.

Notes

1 The Daily Mail, 9 octobre 1956, éd. « No Golden Eggs ».

2 The Times, 27 septembre 1956.

3 The Economist, vol. CLXXX, n° 5901, 29 septembre 1956. La revue, qui parle de gerrymandering, explique qu’Oliver Poole a habilement arrangé les débats pour protéger le gouvernement : les délégués les plus radicaux se sont vus refuser la parole. Néanmoins, détail révélateur, on n’a pas osé employer le même procédé à l’encontre des Suez Rebels. National Union of Conservative and Unionist Associations, 76th Annual Conférence, Llandudno, 11th- 13th October 1956, Conservative Central Office, 1957.

4 Ibid., interventions faites le 11 octobre 1956, par Edward Hart (p. 66), John Peel (p. 67) et R. Proctor Lee (p. 73).

5 Ibid., R. Proctor Lee, 11 octobre 1956, p. 71.

6 Ibid., Cyril Osborne, 11 octobre 1956, p. 68-69 ; résolution officielle sur l’économie, p. 65.

7 Ibid., Oliver Poole, p. 121.

8 The Spectator, n° 6692, 28 septembre 1956, « A Tory Looks at his Party », article d’Angus Maude, p. 404. Les propos les plus significatifs de Maude sont exactement : Nevertheless there are those who wonder whether the unions may not make the same mistakes as Colonel Nasser. If they persistently refuse the hand offriendship and bring the P. M’s diplomacy to naught, he may get fed up and bite them. Always assuming of course that he is going to bite Colonel Nasser – which is what the Party Conférence will want to know. Le mot is est en italique dans le texte cité.

9 Ibid., n° 6693, 5 octobre 1956, « A Tory Looks at his Party », suite de l’article d’Angus Maude, p. 440. Le député écrit aussi : While there still remains hope of a solution [to the Suez crisis] which would be satisfactory to the delegates, they may feel inclined togive their leader the benefit ofsome ofthe doubts that haave been so freely expressed during the past year. L’allusion là encore est claire : le Premier ministre aura, de la part du Suez Group et par extension, des autres radicaux, le bénéfice du doute, s’il dissipe « les incertitudes à propos de Suez ».

10 Ibid.

11 The Economist, vol. CLXXX, n° 5901, 29 septembre 1956, lettre ouverte de Cyril Osborne. Il n’est guère douteux qu’Osborne intervienne ici contre le mouvement de convergence qui se dessine, entre Suez Rebels et radicaux de sa propre tendance.

12 Time and Tide, vol. 37, n° 41, 13 octobre 1956, éd. « Lemmings at Llandudno ». Faute de disposer du pamphlet lui-même, ce sont les citations qu’en fait Time and Tide qui sont reprises ici. On peut toutefois avoir une bonne idée de la teneur générale des propos d’Utley, à la lumière d’une lettre ouverte du 27 octobre qu’il adressera à Time and Tide (vol. 37, n° 43) pour défendre le principe d’une politique de consensus : The empirical tradition in politics have been preserved in this country by a political aristocracy, and only few prophets like Burke have had the subtlety of mind and of style to describe it in writings. From the French Revolution onwards, it has found its enemies largely in the ranks of intellectual intelligentsia, impatient of complexity, intrigued by abstractions and uncomprehendingly fascinated by the idea of a vigorous exercise ofpolitical power. One branch ofthis literary doctrinal tradition did untold harm to the country through the medium of the Labour Party [...], another less malignant branch today has a perceptible influence on the editorial columns of Time and Tide.

13 Ibid., vol. 37, n° 41, 13 octobre 1956, éd. « Lemmings at Llandudno ». S’il y avait des élections générales, le parti conservateur serait battu, affirme la revue, qui compare la conférence de Llandudno à « un rassemblement de lemmings en route vers le suicide politique », car les conservateurs dissidents se sentent trahis, désespérés, parce que certains principes fondamentaux ne sont concrétisés nulle part. Ceci explique du reste, selon Time and Tide, « l’insignifiance » des objections soulevées par le Labour à l’encontre des politiques actuelles.

14 The Daily Telegraph, 6 octobre 1956, discours de Butler à Sible, le 5 octobre 1956.

15 Ibid., 8 octobre 1956, discours prononcé le 7 octobre 1956 devant la Young Conservative Political School par Harold Watkinson. On remarque le ton très ferme des propos du ministre : If the Conservative Party lost faith in itself and its mission, the outlook for Britain was bleak indeed. How could Britain hope to survive as a major Power on a policy of scuttle ? How could Britain hope the United Nations survive if she used it as a smoke screen to cover her fear of supporting her just rights ?

16 Ibid., 2 octobre 1956, déclarations de Selwyn Lloyd à l’aéroport de Londres.

17 The Manchester Guardian, 11 octobre 1956. L’origine des fuites sur ce changement majeur d’attitude que constitue l’acceptation par le Cabinet anglais d’une négociation à partir du concept de la supervision internationale, n’est pas précisée. Peut-être les Américains, renseignés par les Égyptiens sur la teneur des discussions tripartites, tentent-ils d’amener Eden à rendre officiel l’assouplissement de la position anglaise. Il n’est pas impossible aussi que les Français aient agi pour contraindre les Britanniques à fournir publiquement de nouvelles assurances de fermeté.

18 The Times, 11 octobre 1956, article « Switch in British Policy Denied ».

19 76th Annual Conférence, Llandudno, 11th-13th October 1956, op. cit., texte de la résolution officielle, p. 29.

20 Ibid.

21 Ibid., p. 31. Waterhouse présente cet addenda : [... a just solution] designed to ensure international control in accordance with the proposais of the London Conférence.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 Ibid., p. 31-32.

25 Ibid., p. 32.

26 Ibid., p. 37 ; argumentation générale, p. 36-37.

27 Ibid., p. 37.

28 Ibid., p. 35.

29 Ibid., p. 128.

30 Ibid., le Premier ministre déclare : But that does not alter the responsibility which rests upon us to ensure that justice is done and that international obligations are fulfilled.

31 Ibid., p. 129. À l’intention des Français sans doute, Eden note que la crise aura eu pour « heureuse conséquence [...] d’accroître le sentiment d’association entre les nations d’Europe de l’Ouest ».

32 Ibid., p. 127.

33 Ibid., p. 130.

34 Churchill, op. cit., p. 261. Churchill affirme que les discussions entre Heath et les Suez Rebels se prolongèrent jusqu’à deux heures du matin, avant qu’Eden ne leur permette finalement, après une conversation avec le Chief-Whip, de présenter leur amendement. Le Premier ministre est donc bien conscient de l’impact de cette manœuvre des impérialistes par rapport à la situation au sein du parti et à sa propre liberté d’action dans l’affaire de Suez.

35 Time and Tide, vol. 37, n° 42, 20 octobre 1956, éd. « Mr. Poole’s Parade ». La revue précise aussi que les orateurs les plus efficaces chez les contestataires ont été « découragés », et que les résolutions critiques ont été écartées.

36 Ibid., vol. 37, n° 43, 27 octobre 1956, « Mr. Poole’s Parade », lettre ouverte d’Henry Price.

37 The Daily Express, 12 octobre 1956.

38 The Daily Mail, 12 octobre 1956, « If Eden Will Lead, We’ll Follow », article de R. Camp. Ce titre prend un sens particulier du fait qu’Eden est depuis plusieurs mois critiqué pour son incapacité à diriger avec fermeté. Le très modéré Sunday Times observe lui aussi que le resserrement des rangs sur Suez a été le résultat « le plus salutaire » de la conférence (14 octobre 1956, éd. « A Challenge Accepted »).

39 The Daily Telegraph, 12 octobre 1956, éd. « Grasping the Nettles ».

40 DDF, doc. n° 263, tél. n° 1796-1800,10 octobre 1956, de Cornut-Gentille, chef de la Mission permanente de la France aux Nations unies, au MAE, rapport de C. Pineau au gouvernement français (parenthèses dans le texte cité).

41 Chapitre V, note n° 55.

42 PREM 11/1102, tél. n° 820, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, 10 octobre 1956, p. 92. Le texte anglais est : [...] I fully share your view that for better or worse the Security Council operation must be wound up at the end of this week. I will do verything I can to see that you are in a position to deal with that aspect whenyou make your speech to the conférence. Eden avait réclamé l’achèvement des discussions pour la fin de la semaine, ce qui coïncidait avec le dernier jour du congrès conservateur (ibid., tél. n° 1103, 10 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 107). Ibid., tél. n° 1125, 11 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO à New York, p. 81. Après avoir permis au ministre de poursuivre les négociations, Eden lui dit de ne pas s’inquiéter pour son discours du samedi 13 octobre. Point n° 5 : Don’t worry too much about my speech on Saturday. I am sure that I can find something to say at the Conférence, whatever the State of your discussions.

43 CAB 1334/1217, EC(56) 58th Paper, « Record of a Meeting Held at 10 Downing Street, S.W.I., on Thursday, 11th October, 1956, at 12.30 PM », p. 270. À cette réunion spéciale, hormis Eden, les seuls autres membres du Cabinet présents étaient Monckton et Watkinson.

44 Ibid., tél. n° 843, 12 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 42. Les termes utilisés par Lloyd sont (point n° 5) : I gather that we shall be criticized on the ground that we abandoned thepurposefor which we came to New York, which was toget the Security Council backingfor the 18-Power Proposais. My présent view is that in order to meet that criticism it is necessary for us to have a paragraph in our resolution endorsing those proposais even though it may produce the Russian veto.

45 Ibid., tél. n° 1173, 13 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 32-33.

46 Ibid., tél. n° 1172 et 1190,13 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 32-33 et 28.

47 Les Français ont sans doute pour préoccupation d’éviter, à la suite d’un rejet du texte anglo-français, l’adoption par le Conseil de Sécurité d’une résolution interdisant l’emploi de la force ou instituant un comité de médiation. Selwyn Lloyd lui-même donne cette raison comme motif du désir des Français de faire voter séparément les deux parties du texte (ibid., tél. n° 854, 14 octobre 1956, du secrétaire d’État au Premier ministre, point iii / b, p. 10).

48 DDF, doc. n° 269, tél. n° 1836-1839,13 octobre 1956, de Cornut-Gentille, chef de la Mission permanente de la France aux Nations unies, au MAE, rapport de C. Pineau au gouvernement français sur le dernier entretien entre MM. Pineau, Lloyd et Fawzi chez M. Hammarskjold.

49 PREM 11/1102, tél. n° 1172, 13 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, point n° 5, p. 34. Eden fait savoir à son ministre que le Cabinet « ne se soucie pas du tout du veto soviétique (ive are not at all worried about a Russian veto) ».

50 FO 371/118865 JE 1053/94, 24 octobre 1956, lettre de Sir Humphrey Trevelyan à A.D.M. Ross au FO, rapport sur des conversations entre l’ambassadeur et le ministre des Affaires étrangères d’Égypte.

51 Chapitre V, p. 176-178.

52 The Times, 29 septembre 1956, éd. « A Diluted Plan ». Le journal dit : But Mr. Dulles’ claim that Nasser can safely be left to the inexorable conséquences of his own action seems unduly complacent. Clark rapporte dans son journal personnel que le 2 octobre, en réponse aux propos de Dulles sur les puissances coloniales, il a demandé au Times la publication d’un éditorial sévère à l’égard du ministre américain. De toute évidence, il y a ici confusion, car l’éditorial contre Dulles paraît trois jours avant les déclarations de ce dernier sur les différences entre les États-Unis et les « puissances dites coloniales ». Ceci est révélateur des tensions qui existent entre Londres et Washington après l’échec de la Deuxième conférence de Londres et la décision unilatérale des Anglais de saisir le Conseil de Sécurité du problème de Suez.

53 The Daily Telegraph, 6 octobre 1956, discours prononcé le 5 octobre à Chester par Sir Edwin Leather. Le n° 10 Downing Street, confirme William Clark, avait au préalable autorisé Leather, qui « tenait à porter un solide coup à Dulles (anxious to have a real bang at Dulles) », à inclure dans son allocution ces propos fort offensants pour le secrétaire d’État américain et son gouvernement (Clark, op. cit., p. 194). Leather déclarait entre autre : I feel a deep and burning resentment against American government [... Eden] has been time and again betrayed by Mr. JF Dulles [...].

54 Gaitskell rapporte dans son journal l’appel téléphonique de Norris Chipman, un membre de l’ambassade américaine qui désirait discuter des critiques formulées par les tories à l’endroit de Dulles. Ce diplomate mentionnait en particulier le discours de Ted Leather, qui, pensait-il, devait avoir reçu l’aval du n° 10 Downing Street (Gaitskell, op. cit., p. 618).

55 PREM 11/1102, tél. n° 847, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 29.

56 Ibid., tél. n° 1172, 13 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, point n° 3, p. 34.

57 Ibid., tél. n° 1173, 13 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, point n° 2, p. 33. Projet de résolution expédié au ministre par le FO.

58 Ibid., tél. n° 847, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, point n° 2, p. 29.

59 Ibid., tél. n° 350, 5 octobre 1956, de Sir Gladwyn Jebb, ambassadeur de Grande-Bretagne en France au FO, p. 214. Ce jour-là, le président du Conseil français disait à l’ambassadeur sa crainte au sujet de la possibilité qu’un vote majoritaire au Comité exécutif de la SCUA entraîne le paiement des droits à l’Égypte, « auquel cas son gouvernement devrait démissionner ».

60 Ibid., tél. n° 1107, 10 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 112. Eden dit : [...] If theAmericans refuse to cooperate on thispoint [(the openingofa bank account)] Ishall have no alternative but to make this clear on my speech on Saturday, since I have no information about SCUA and no one knows what is happening.

61 Ibid., tél. tél. n° 846, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 31. Texte original : [Mr Dulles] reaffirmed the intention of U.S. Government to pay dues to SCUA simultaneously with ourselves and the French but evaded the dijficulties immediately in the way.

62 Ibid., tél. n° 847, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, point n° 2, p. 29. Commentaire de Lloyd : With regard to the payment ofdues, I have never seen anyone so anxious to denigrate his own child as Dulles with SCUA.

63 Ibid., tél. n° 846, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 31.

64 Ibid., lettre de J.F. Dulles à Selwyn Lloyd, 15 octobre 1956, p. 76-77.

65 Ibid., lettre de Selwyn Lloyd à J.F. Dulles, 15 octobre 1956, p. 78-82. Le ministre déclare : [...] I must say at once that I have been deeply disappointed to find how far apart our conceptions of the purposes of the Users’ Association now are.

66 The New York Times, 12 octobre 1956, conférence de presse du Président Eisenhower, le même jour.

67 PREM 11/1102, tél. n° 852, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 17. Les mots du télégramme sont : I spoke strongly to Dulles today about Eisenhower’s déplorable statement last night. I let him see clearly that I was disgusted by the way in which our hand is weakened at every stage of that business by what is said over here.

68 Ibid., tél. n° 1198, 14 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 13. Eden fait savoir à Lloyd qu’il est content de la façon dont il a parlé à Dulles (I am glad that you spoke to Dulles as y ou did about the Presidents déplorable statement).

69 CAB 134/1216, EC(56) 32nd Meeting, Min. 1, 1er octobre 1956, p. 246. Cf aussi, Eden, Full Circle, op. cit., p. 396.

70 CAB 1334/1217, EC(56) 58th Paper, « Record of a Meeting Held at 10 Downing Street, S.W.I., on Thursday, 11th October, 1956, at 12.30 PM », p. 270. À cette réunion spéciale de l’Egypt Committee, hormis Eden, les seuls autres membres du Cabinet présents étaient Monckton et Watkinson. Selon le compte rendu, [... the Prime Minister] understood that the French Foreign Minister was concerned about the general trend of the [New York] discussions. In particular there was some misapprehension in the French Delegation in New York about the new role of the User’s Association and arrangement had therefore been madefor the French Ambassador in London to discuss this matter with the FO later in the day. PREM 11/1102, tél. n° 1125, 11 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO à New York, point n° 4, p. 81. Eden disait à Lloyd : I know you will do your best to keep the French in line. Chauvel reports that the French Delegation are rather uneasy. We will letyou know more after Kirkpatrick has seen him.

71 Ibid., tél. n° 1157, 12 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO à New York, p. 59. Rapport sur l’entretien du même jour entre Kirkpatrick et Chauvel.

72 Ibid.

73 Note n° 69 (ci-dessus), tél. n° 1125. Déjà auparavant, le 8 octobre 1956, le Premier ministre a dit au secrétaire d’État au FO (PREM 11/1102, tél. n° 1078, p. 153) : I am glad you are standing firmly with the French. Puis, deux jours plus tard, Eden insiste à nouveau, en des termes clairs, sur la nécessité de préserver l’association avec les Français (ibid., tél. n° 1103, p. 107) : We must keep firmly in line with the French.

74 Ibid., tél. n° 853, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 16. Les mots du ministre sont : We have agreed throughout this exercise on the need to keep in line with the French. Whatever may be said about our proceedings here, Pineau has not the slightest ground for saying that we did anything to disturb the Anglo-French unity. They were particularly pleased with my second speech tonight. On note que Lloyd revient à nouveau sur ce sujet lorsque dans son télégramme du 15 octobre, il dit croire que « [Pineau] sent sincèrement que l’unité anglo-française a été totalement maintenue » (ibid., tél. n° 856, 15 octobre 1956, p. 9).

75 Ibid., tél. n° 1078, 8 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, à New York, p. 153. Eden s’exprime en ces termes : We have been misled so often by Dulles’ ideas that we cannot afford to risk another misunderstanding. That is why a negociating committee would be so dangerous. We should loose control of the situation and justifiably be accused by the French ofbetraying them.

76 Chapitre V, p. 173-174.

77 CAB 134/1216, EC(56) 31st Meeting, Min. 2, 25 septembre 1956, p. 238. Le comité concluait : The position of the French Government was precarious and they would be unlikely to survive any rétractation from the stand they had taken on the canal issue [...] they wouldprobably be eager to embark on military action against Egypt as soon as it became apparent that the Security Council was unable to impose a System of international management for the Suez Canal. Dès le 7 septembre 1956, Eden confiait à Iverach McDonald (op. cit., p. 147) sa préoccupation de ce que l’absence de progrès dans l’affaire de Suez pourrait provoquer la chute du gouvernement Mollet.

78 PREM 11/1102, tél. n° 337, 26 septembre 1956, du Premier ministre au Lord Privy Seal, p. 331. Eden déclare : My own feeling is that the French, particularly Mr. Pineau, are in the mood to blame everyone, includingus, if military action is not taken before the end of October.

79 PREM 11/1352, note sur la réunion du 27 septembre 1956. Mollet, en plus d’insister sur l’opportunité d’effacer les divergences et de définir une politique commune dans toutes les régions du globe, renouvelle son plaidoyer pour une association institutionnelle entre la France et le Royaume-Uni, ou du moins la participation anglaise au mouvement vers l’unité européenne. Eden n’est en mesure que de faire état des études en cours pour un rapprochement avec l’Europe qui ne causerait pas le démembrement du Commonwealth. PREM 11/1352, GEN 552/2nd Meeting, Cabinet Meeting on Franco-British Union, 1er octobre 1956. (suite note 79)
Outre le Premier ministre, plusieurs ministres importants, dont Butler et Home, assistent à ces réunions. Malgré l’argument d’Eden selon lequel l’adhésion de la France et d’autres États européens pourrait « accroître la force, l’influence du Commonwealth » au plan international, le comité juge défavorablement la requête française. Les hauts fonctionnaires des principaux ministères, auxquels Eden a demandé de considérer non seulement l’éventuelle adhésion française au Commonwealth, mais aussi celles de la Hollande, de la Norvège et de la Belgique, se prononcent avec encore plus de conviction contre les propositions françaises, dussent-elles s’appliquer aussi à d’autres États européens (PREM 11/1352, GEN 553/Official Committee, lst Meeting, « Political Association with Europe », 4th octobre 1956).

80 DDF, n° 212, tél. n° 4090-4096, 24 septembre 1956, de l’ambassadeur à Londres au MAE, « Raisons de la décision britannique de saisir le Conseil de Sécurité dans l’affaire de Suez ». Chauvel note : « Monsieur Selwyn Lloyd n’a pas mentionné l’opinion parlementaire britannique ni le congrès conservateur qui doit s’ouvrir le 9 octobre prochain. Je ne doute pas qu’il y ait pensé aussi ».

81 CAB 134/1216, EC(56) 31st Meeting, Min. 2, 25 septembre 1956, p. 238.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search