Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Chapitre V. Le gouvernement britannique et la recherche d’un accord durant les discussions de New York (22 septembre-13 octobre 1956)

Texte intégral

L’arrière-plan diplomatique des discussions privées de New York

  • 1 The New York Times, 1er août 1956, déclaration publique du colonel Nasser le 31 juillet 1956. Le le (...)
  • 2 The Manchester Guardian, 11 septembre 1956, « lettre du Président Nasser au Président du Comité des (...)

1Depuis le 26 juillet 1956, les Égyptiens arguent non seulement de la légitimité de la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez, mais aussi de sa légalité. Ils offrent de renouveler la Convention de 1888 et de réaffirmer la principe de la libre circulation dans la voie maritime1. Dans sa lettre du 9 septembre au président de la Mission Menzies, Nasser fait état de son désir de négocier une solution pacifique à la crise de Suez. Il observe en outre, très justement, que l’intérêt national exige la liberté de passage, de justes péages et une administration satisfaisante du canal. Enfin, le leader égyptien se dit désormais prêt à indemniser pleinement les actionnaires de la société nationalisée2. Les propositions du ministre indien, Krishna Menon, traduisent cet adoucissement réel de la position égyptienne, d’ailleurs remarqué par les travaillistes anglais. À la fin de septembre, les dirigeants britanniques peuvent envisager la possibilité d’un accord dès lors qu’ils renonceraient au « contrôle international », assimilé au Caire à « une forme polie de colonialisme ».

  • 3 DDF, doc. n° 137, « Les entretiens franco-soviétiques du 20 août 1956, à la résidence de l’ambassad (...)
  • 4 Menon présente oralement son plan à Lord Salisbury le 26 septembre, puis au Cabinet anglais dans un (...)

2Principal soutien de l’Égypte dans l’affaire de Suez, l’URSS favorise un compromis satisfaisant pour les intérêts occidentaux, mais non attentatoire à la souveraineté égyptienne3. Elle manifeste également sa volonté de ne point laisser abattre militairement le régime nassérien sans réagir. À l’influence modératrice de l’URSS s’ajoute celle de l’Inde, agissante au Caire comme à Londres. La diplomatie indienne réussit notamment à obtenir du gouvernement anglais qu’il considère favorablement son ébauche de règlement, fondé sur le concept de la supervision internationale4. Soumis en premier lieu aux autorités du Caire, ce projet procurerait aux puissances maritimes un droit de regard sur la gestion du canal ainsi que des mécanismes de recours en cas de litige. Quoiqu’il ne satisfasse pas entièrement les ministres anglais, le « Plan Menon » constituera en fait la base des pourparlers privés de New York (9-12 octobre).

La dégradation des rapports anglo-américains au lendemain de la Deuxième conférence de Londres

  • 5 PREM 11/1102, note sur une conversation entre MM. Lloyd et Dulles à Lancaster House (Londres), 21 s (...)
  • 6 Ibid., tél. n° 1979, 22 septembre 1956, de Sir Roger Makins, ambassadeur britannique à Washington, (...)

3Au lendemain de la Seconde conférence de Londres, les rapports anglo-américains se refroidissent notablement. La brusque décision d’Eden de recourir aux Nations unies, le 22 septembre, heurte très fortement les Américains et en particulier Dulles, qui souhaitait un délai suffisant pour permettre au préalable la constitution de la SCUA5. Le secrétaire d’État écarte toute association de son pays à la requête des Français et des Britanniques, car ces derniers, explique-t-il à l’ambassadeur anglais, Sir Roger Makins, « pourraient plus tard [constater] que les États-Unis appliquent les freins d’une façon embarrassante [pour eux] »6. Non seulement le ministre signifie ainsi sa volonté de ne pas participer à une initiative décidée unilatéralement à Londres, mais il laisse entendre que son pays se désolidarisera des deux puissances en cas de désaccord sur la ligne suivie prochainement à New York.

  • 7 CAB 134/1216, EC(56) 33rd Meeting, 8 octobre 1956, p. 251-252.
  • 8 The Daily Telegraph, 18 septembre 1956, déclaration de J.F. Dulles, le 17 septembre 1956.
  • 9 PREM 11/1102, note d’Harold Macmillan du 26 septembre 1956, sur une conversation privée du jour pré (...)
  • 10 CAB 134/1217, EC(56) 55th Paper, 29 septembre 1956, p. 257.

4Après la Deuxième conférence de Londres, la question de la perception, par la SCUA, des sommes dues pour l’utilisation de la voie maritime de Suez, tient une place centrale dans les relations anglo-américaines. Les Américains affichent à ce sujet une attitude temporisatrice, peu propre à satisfaire Britanniques et Français, qui multiplient les exhortations à la fermeté. Bien entendu, atermoiements américains et inquiétudes anglaises et françaises sur le sort des péages que percevra l’Association des usagers du canal, résultent du désaccord fondamental entre les États-Unis et leurs deux alliés européens, sur le but de la nouvelle institution et sur la destination des fonds collectés. L’Egypt Committee se méfie avec raison des intentions américaines et craint que même si les Anglais et les Français transfèrent le versement des droit de passage à la SCUA, les États-Unis ne continuent à s’abstenir. Le comité redoute aussi que « la part [des revenus du canal recueillis] attribuée à l’Égypte ne soit sans commune mesure avec ses services. L’attitude attentiste des dirigeants américains vise manifestement à modérer l’action de la Grande-Bretagne et de la France7. Ceci explique leur refus de tout engagement à fournir une aide financière en cas de rupture de l’approvisionnement pétrolier de l’Europe de l’Ouest causée par la fermeture du canal de Suez, refus annoncé publiquement à la veille de la Deuxième conférence de Londres et réitéré lors de contacts directs avec les dirigeants français et européens8. De la même façon, Dulles repousse à une période ultérieure toute demande anglaise d’assistance pour pallier la chute des réserves d’or et de devises du Royaume-Uni9. À la fin de septembre, le gouvernement anglais doit conclure que l’on ne peut pas compter sur le concours des États-Unis pour « atténuer les conséquences économiques » d’éventuels achats d’hydrocarbures dans la zone-dollar, alors que l’on « présumait que l’acceptation du leadership américain [dans l’affaire de Suez] justifierait » le recours à leur aide10. Bien entendu, les responsables du Foreign Office feront alors abstraction, et du retrait des pilotes de la Compagnie de Suez, et de l’appel brusqué au Conseil de Sécurité, deux initiatives prises sans l’aval des dirigeants américains, qui s’y seraient opposés.

  • 11 PREM 11/1102, tél. n° 2003, de Makins au FO, 25 septembre 1956, rapport sur une conversation du mêm (...)
  • 12 Ibid., tél. n° 2004, d’H. Macmillan au Premier ministre, 25 septembre 1956, note sur une discussion (...)

5Au cours de ses discussions avec Macmillan, les 25 et 26 septembre à Washington, le secrétaire d’État américain aux Affaires étrangères réaffirme la position des États-Unis sur la crise de Suez : disposés « à tout faire pour provoquer la chute de Nasser », ils n’entendent pas utiliser le problème du canal à cette fin. Pour se débarrasser du leader égyptien, Dulles suggère plutôt l’application de nouveaux plans dont le succès requerrait six mois. Le Chancelier de l’Échiquier objecte que la Grande-Bretagne dépend du pétrole du Moyen-Orient pour sa croissance économique, que l’échec de Nasser devra « tôt ou tard » être démontré et, enfin, que les Britanniques ne peuvent pas attendre six mois, à moins que Nasser « ne perde la face pendant tout ce temps »11. Naturellement, Macmillan fait ici allusion à l’arrêt du paiement à l’Égypte des droits dus pour l’utilisation du canal de Suez. Le 26 septembre, le ministre expose à nouveau, cette fois devant Eisenhower, le difficulté au plan économique, pour son pays, « d’agir à long terme » (te play the hand long) dans l’épreuve de force avec l’Égypte, sans que « rien de très précis ne ressorte » de sa conversation avec le Président12.

  • 13 Ibid., tél. n° 4540, 1er octobre 1956, message de Sir Anthony Eden au Président Eisenhower, p. 262. (...)
  • 14 Ibid., lettre du 2 octobre 1956, de Sir Roger Makins au Premier ministre, p. 248-249.
  • 15 PREM 11/1174, tél. n° 2046, 2 octobre 1956, de Makins au FO, p. 11. Article du Washington Post du 4 (...)
  • 16 PREM 11/1100, tél. n° 1840, 8 septembre 1956, de Makins au FO, rapport de l’ambassadeur sur un entr (...)

6Dans la dernière décade de septembre 1956 se produit une altération tangible des rapports, d’ordinaire étroits sinon cordiaux, entre les gouvernements anglais et américain. Quand le 1er octobre, dans un message personnel à Eisenhower, Eden agite maladroitement l’épouvantail de la menace soviétique, Dulles lui répond indirectement mais brutalement, le lendemain, au cours d’une conférence de presse, « [qu’il] y a entre les États-Unis et leurs alliés européens, sur l’affaire de Suez, des divergences fondamentales [...] nées de la position indépendante des États-Unis sur la question coloniale »13. De Washington, Sir Roger Makins veut, de façon rassurante, interpréter ces paroles comme une « bévue effrayante », causée par « la réaction secondaire quasi subconsciente » du chef de la diplomatie américaine à la décision britannique de saisir les Nations unies du différend sur le canal14. Néanmoins, l’ambassadeur anglais fait également parvenir au Foreign Office un article éclairant du Washington Post, souvent porte-parole officieux du département d’État des Affaires étrangères. Le grand quotidien attribue aux États-Unis le rôle d’un médiateur entre « les puissances dites coloniales » et celles qui se préoccupent « uniquement et principalement d’obtenir leur indépendance aussi rapidement que possible ». Ce texte suscitera cette annotation d’Eden, de toute évidence fort irrité : « [cet] article décrit la politique la plus malhonnête dont j’aie jamais eu connaissance »15. La déclaration de Dulles sur les divergences entre les États-Unis et les puissances européennes constitue sans doute un acte délibéré, autorisé par la Maison blanche, et, après le refus des Américains de s’associer à la requête anglo-française auprès du Conseil de Sécurité, il faut y voir une nouvelle preuve de leur opposition résolue à la politique égyptienne du Royaume-Uni et de la France. Le secrétaire d’État américain a du reste manifesté déjà en septembre sa contrariété devant la nouvelle « entente cordiale » engendrée par la crise de Suez. Ainsi indiquait-il, le 8 septembre, à Sir Roger Makins, que la collaboration entre Londres et Paris créait « une complication pour l’administration américaine » qui, au demeurant, « se méfiait en général des Français au plan de la sécurité et pas du seul point de vue technique »16.

  • 17 The New York Times, 27 septembre 1956, conférence de presse de J.F. Dulles du 26 septembre.
  • 18 Ibid., 3 octobre 1956, conférence de presse de J.F. Dulles, le 2 octobre 1956.
  • 19 Ibid., 6 octobre 1956, conférence de presse du Président Eisenhower, le 5 octobre 1956. Ibid., 7 oc (...)
  • 20 PREM 11/1102, tél. n° 800-801, rapport sur une discussion du 5 octobre 1956 à New York, entre MM. D (...)
  • 21 FO 371/120329 AU1021/37. Record of a conversation between Sir Roger Makins and President Eisenhower (...)
  • 22 PREM 11/1102, tél. n° 800-801, rapport sur une discussion le 5 octobre 1956 à New York, entre MM. D (...)
  • 23 The New York Times, 6 octobre 1956.
  • 24 McDonald, op. cit., p. 149.
  • 25 CAB 128/30, CM(56) 68th Conclusions, Min. 11, 3 octobre 1956, p. 576.

7À la fin de septembre, puis en octobre, les dirigeants américains continuent à prôner publiquement la modération dans l’affaire de Suez. Le 26 septembre, Dulles fait valoir la nécessité d’une « politique patiente », car, à son avis, les conséquences économiques de la saisie du canal par l’Égypte l’obligeront à accepter un « règlement raisonnable » et, de toute façon, la situation actuelle ne requiert aucune « action drastique », telle qu’une guerre17. Puis le 2 octobre, alors même qu’il revendique pour les États-Unis un rôle « indépendant » dans les questions coloniales, le secrétaire d’État nie toute rupture entre son pays et les partenaires européens et il exprime sa satisfaction devant le plan adopté à la Seconde conférence de Londres. Le ministre américain précise toutefois que jamais le projet d’association ne comporta d’aspects coercitifs (teeth) et que l’on ne s’engage pas dans une guerre économique contre l’Égypte18. Dulles ôte ici toute base à la présentation par les Anglais et les Français, du « club des usagers », comme une arme dirigée contre le régime nassérien. Au moment des réunions de New York, Eisenhower, le 5, et Dulles, le 6 octobre, expriment publiquement leur désir d’une solution pacifique, de compromis. Le secrétaire d’État fait complaisamment écho à l’énoncé officiel de la position britannique, quand il déclare inacceptable le contrôle exclusif du canal par un gouvernement hostile, « véritable épée de Damoclès économique »19. Mais à l’évidence, le remède réside pour les dirigeants américains dans la supervision internationale, tolérable pour le nationalisme égyptien et qui enlèverait tout fondement aux craintes de chantage exprimées à Londres et à Paris. Dans leurs contacts avec les responsables anglais et français, en marge des discussions publiques et privées en cours sous la supervision des Nations unies, les gouvernants américains prennent une attitude vraiment plus modérée que celle qu’ils avaient maintenue jusqu’à la Deuxième conférence de Londres, dans un esprit de « solidarité atlantique ». Ainsi Dulles explique-t-il, le 5 octobre 1956, à ses homologues français et anglais, que son gouvernement souscrit « aux principes essentiels » à la base des propositions des Dix-huit, mais pas à « tous les détails », quoiqu’il faille « une certaine participation internationale à la gestion du canal ». D’accord sur la préservation des droits des puissances comme utilisatrices de la voie de Suez, il écarte la solution extrême de l’administration internationale de la voie maritime20. Implicite dès le lancement du projet d’association des usagers, cette orientation fait maintenant l’objet d’une mise au point très nette. Le 5 octobre encore, Eisenhower dit à l’ambassadeur anglais : « c’est une erreur » que de présenter les propositions des Dix-huit comme étant « à prendre où à laisser, ce qui ne laisse aucune place à la discussion ». En outre, le chef de l’État américain et son ministre se prononcent encore une fois contre l’option militaire à laquelle, d’après Eisenhower, « l’opinion américaine restera fermement opposée tant que toutes les possibilités de règlement pacifique n’auront pas été épuisées »21. Dulles prend soin, en particulier, de donner « personnellement et au nom du Président, l’assurance la plus claire [que] la position américaine sur Suez n’est pas déterminée par les élections [présidentielles] prochaines »22. Cet avertissement sans ambiguïté vise non seulement à décourager tout calcul fondé sur une « paralysie préélectorale » de l’exécutif américain, mais encore, ruine tout espoir d’un changement, après le 4 novembre, dans la politique égyptienne des États-Unis. Au Conseil de Sécurité, les dirigeants américains endossent certes le plan des Dix-huit, mais, comme le rapporte le New York Times sur la foi « de sources informées » (sans doute le département d’État), il s’agit d’un appui de principe concédé contre le consentement des Britanniques et des Français à des négociations avec les Égyptiens23. De plus en plus ostensible, la dissociation des États-Unis de la position énergique de leurs alliés européens provoque des remous à Londres. Eden, notamment, réagit vivement au réajustement opéré par la diplomatie américaine sur la question du canal de Suez. Par exemple, Iverach McDonald, rédacteur en chef du Times pour les affaires étrangères, se souviendra de sa très violente colère au lendemain de la déclaration de Dulles sur les « puissances coloniales »24. Devant le Cabinet, le 3 octobre, le Premier ministre observe que « la tâche du gouvernement n’a été facilitée ni par les déclarations publiques de l’opposition [parlementaire] ni par celles de l’administration américaine »25.

Le poids croissant de « l’entente cordiale de 1956 »

  • 26 Sur le retrait des pilotes, chapitre II, p. 96-100.
  • 27 PREM 11/1100, tél. n° 294, 9 septembre 1956, de Jebb au FO, p. 23. PREM 11/1100, tél. n° 647, 9 sep (...)
  • 28 The Daily Telegraph, 12 septembre 1956.
  • 29 Clark, op. cit., p. 185-186.
  • 30 PREM 11/1549, lettre du 17 septembre 1956, de Jebb au Premier ministre, note sur un entretien du mê (...)
  • 31 Clark, op. cit., p. 191.

8Depuis la fin d’août, les gouvernants anglais se préoccupent du maintien de la solidarité avec les dirigeants français, de plus en plus contrariés par les choix successifs faits à Londres, par exemple au sujet du retrait longtemps différé des pilotes de la Compagnie de Suez ou encore quant aux suites données à la Première conférence de Londres26. Les Français n’acceptent la direction exercée par les Britanniques qu’au prix d’une unité de vues sans cesse réaffirmée. En réalité, malgré les expressions d’entente auxquelles donnent lieu les rencontres des 10 et 11 septembre, l’harmonie ne règne guère entre les deux alliés. L’intransigeance et l’impatience françaises gênent considérablement les ministres anglais, désireux d’adapter leur action dans la crise de Suez aux données internationales et domestiques changeantes. Résolu à empêcher l’abandon de la politique de fermeté définie de concert en août, le gouvernement français souscrit avec répugnance aux divers projets de Londres sur l’implication des Nations unies dans la crise. Encore demande-t-il des assurances renouvelées sur la détermination anglaise. Ainsi, le 9 septembre, Pineau n’a consenti à l’envoi d’une « lettre d’information » au Conseil de Sécurité « qu’en autant qu’une telle action ne détourne pas [la France et le Royaume-Uni] de la voie, choisie en commun, de ramener Nasser à la raison »27. Manifestation d’unité jugée indispensable par les deux parties, la déclaration officielle faite à l’issue du sommet des 10 et 11 septembre proclame en des termes forts « l’accord complet » des deux nations sur les mesures à prendre après le rejet des propositions des Dix-huit, et leur « volonté identique » d’assurer « le respect de la loi internationale »28. Pourtant, les deux ministres français, fort peu enclins à venir à Londres, ont été « dans une certaine mesure bernés » (fooled) par la promesse fallacieuse d’un entretien avec Sir Robert Menzies, à la suite des entretiens du Caire. Puis, ils ont difficilement accepté le communiqué conjoint modifié par Lloyd et Salisbury29. En fait, les partenaires français s’inquiètent de plus en plus de l’assouplissement déjà perceptible de l’attitude britannique sur Suez. Quant Eden tente de reporter à plus tard sa venue à Paris, prévue pour le 26 septembre, Christian Pineau prévient le 17 septembre, par l’entremise de l’ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, que ceci aurait en France « un effet très déplorable » et qu’on en conclurait, « à raison ou à tort, [que] nos deux pays divergent »30. Quatre jours plus tard, les résultats de la Deuxième conférence de Londres s’avèrent tellement éloignés des objectifs français que, d’après William Clark, pour calmer Pineau, « presque sur le point de rompre l’alliance [franco-anglaise] », il faut annoncer que le Premier ministre et son secrétaire d’État au Foreign Office iront finalement comme prévu à Paris31.

  • 32 F 60/2770, Secrétariat général du Gouvernement français, relevé des projets de loi, décrets et déci (...)
  • 33 PREM 11/1549, dépêche du 22 septembre 1956, de Sir Gladwyn Jebb au FO.

9Institué à Londres sous la houlette des États-Unis, le « club des usagers » ne peut évidemment pas satisfaire la France dès lors qu’aucune obligation, surtout en ce qui concerne le versement des péages, ne lie les adhérents. Aussi les ministres français n’acceptent-ils l’adhésion de la France à la SCUA que sous la réserve du respect des principes définis par les Dix-huit au cours de la Première conférence de Londres, notamment celui de la gestion internationale du canal de Suez32. Dans une dépêche éclairante, l’ambassadeur anglais à Paris attribue à la position française un motif d’ordre intérieur. Le ministère Mollet se trouve aux prises avec une opinion publique impatiente devant son incapacité apparente à agir contre Nasser et la rentrée parlementaire devrait être difficile. Jebb observe de surcroît que, si les Américains ont été jusqu’ici blâmés pour la tournure des événements, « un ou deux indices inquiétants » montrent que dans certains milieux, y compris même « dans certaines sphères non définies du gouvernement français, on tient les hésitations des Britanniques pour partiellement responsables des résultats insatisfaisants obtenus jusqu’à présent dans l’affaire de Suez ». En cas de crise ministérielle ou de rappel de l’Assemblée, des propos violents pourraient être tenus, avertit le diplomate33. Jebb soulève ici deux points capitaux : le rapport entre Suez et la politique intérieure française, et le grave danger que les gouvernants français imputent en fin de compte à l’associé britannique l’échec de l’action commune contre le régime nassérien.

  • 34 CAB 134/1216, EC(56) 31st Meeting, Min. 2, 25 septembre 1956, p. 238.
  • 35 Ibid. CAB 128/30, CM(56) 67th Conclusions, Min. 5, 26 septembre 1956, p. 163.

10La seconde rencontre anglo-française au sommet se déroule les 26 et 27 septembre 1956 à Paris, dans des circonstances délicates. À bout de patience, les Français veulent mettre fin à la longue retraite diplomatique entamée en août. À l’inverse, les ministres britanniques penchent désormais pour une solution de compromis à la crise de Suez, suivant les grandes lignes du plan Menon. Le 25 septembre, l’Egypt Committee fixe comme but aux entretiens de Paris l’obtention de l’acquiescement de Guy Mollet et de Christian Pineau à des négociations avec l’Égypte sous l’égide des Nations unies. Le Premier ministre doit représenter à ses interlocuteurs le caractère impolitique du rejet de toute recommandation ou résolution en faveur de nouveaux pourparlers avec la partie adverse. Toutefois, le comité sait que le ministère Mollet survivrait difficilement à l’abandon de son attitude extrémiste et ne désire donc nullement de règlement négocié. Les ministres anglais jugent par conséquent « imprudent » (unwise) d’essayer de persuader les Français d’accepter le plan Menon avant les débats au Conseil de Sécurité, d’où, bien sûr, l’idée de faire avancer le projet indien par une tierce puissance34. Finalement, quelques heures avant la réunion du 26 septembre, Eden fait approuver par le Cabinet les deux propositions retenues à son initiative par l’Egypt Committee, qu’il entend soumettre à son homologue français. Premièrement, l’action des deux gouvernements demeurera fondée sur le principe que le contrôle du canal de Suez ne doit pas rester « aux mains d’une seule puissance », et qu’il faut donc trouver les moyens d’établir un « système international » propre à garantir la libre navigation. Deuxièmement, on conviendra de ne pas repousser toutes les suggestions de négociation. Enfin, le Premier ministre dit prévoir que les Français demanderont le recours à la force en cas d’échec diplomatique à New York. Le Cabinet consent donc à ce qu’il leur déclare que, si les Nations unies s’avéraient impuissantes à faire respecter les obligations internationales, le gouvernement britannique pourrait, « en dernier ressort, prendre toute mesure nécessaire, y compris [user] de la force »35.

  • 36 CAB 134/1216, EC(56) 31st Meeting, Min. 2, 25 septembre 1956, p. 238.
  • 37 DDF, doc. n° 212, tél. n° 4090-4096, 24 septembre 1956, « Raisons de la décision britannique de sai (...)

11Dans leur énoncé de politique, les dirigeants anglais ne font aucune référence aux exigences des Dix-huit. Il s’agit certes de trouver des moyens et d’instituer un système, mais le sens qu’ils entendent donner au mot « contrôle » influe de façon déterminante sur l’orientation qu’ils veulent imprimer à l’action anglo-française dans la crise de Suez. D’abord, à la veille des discussions de Paris, l’Egypt Committee considère que maintenir indéfiniment par la force le système de gestion internationale du canal de Suez réclamé par la France se révélerait impraticable. Au reste, dès lors que la voie maritime ne demeurerait pas sous le contrôle illimité du Caire, on pourrait toujours, estime le comité, poursuivre l’application d’autres pressions qui provoqueraient à plus long terme la chute du régime du colonel Nasser36. Ces vues, proches de celles des Américains, expliquent qu’Eden et ses collègues confèrent désormais au mot contrôle son acception de « surveillance » ou de « supervision », altération sémantique indispensable pour la conclusion d’un accord avec l’Égypte. À Paris, on n’ignore pas du reste le glissement intervenu dans la position britannique sur la question de Suez. Lorsque, le 24 septembre, l’ambassadeur de France à Londres a insisté sur le prix attaché par son pays au principe de la gestion internationale du canal défini par les propositions des Dix-huit, Selwyn Lloyd, « peu ferme sur le mot gestion » et tenté par l’ambiguïté du mot contrôle, a répondu au diplomate qu’il préférait le contrôle international d’une gestion égyptienne plutôt qu’une gestion internationale sous contrôle égyptien37. Le 1er octobre encore, l’ambassadeur Chauvel mettra en garde son gouvernement contre une impression trop forte de fermeté qu’aurait pu laisser le discours tenu par Eden et Lloyd durant leur visite à Paris :

  • 38 Ibid., doc. n° 229, tél. n° 4246-4251, 1er octobre 1956, de Chauvel au MAE, « La position du gouver (...)

« L’équipe au pouvoir [en Grande-Bretagne] peut difficilement engager et soutenir une politique de force qui la mettrait en conflit avec une opposition [parlementaire] déterminée s’appuyant dans le pays sur des éléments nombreux et divers [...] L’opinion anglaise est adaptée à la prévision d’une solution négociée [... et] s’est en même temps détournée non seulement du recours à la force, mais même de mesures économiques ayant le caractère de sanctions directes [...] Au cours de nos réunions de ce matin, [Selwyn Lloyd] s’est comporté comme si la mise sur pied de l’Association [des usagers] constituait une fin en soi »38.

  • 39 PREM 11/1352, note sur la réunion franco-britannique au sommet du 27 septembre 1956 à l’Hotel Matig (...)
  • 40 CAB 134/1216, EC(56) 32nd Meeting, Min. 1,1er octobre 1956, p. 246. Cf aussi, Eden, Full Circle, op (...)
  • 41 CAB 134/1216, EC(56) 32nd Meeting, Min. 1,1er octobre 1956, p. 246-247. CAB 128/30, CM(56) 58th Con (...)

12Les pourparlers anglo-français des 26 et 27 septembre 1956 s’avèrent difficiles. D’après un télégramme d’Eden, Mollet et Pineau, inquiets, lui demandent l’assurance que sa politique reste inchangée. Ils n’apprécient donc pas du tout les propositions élaborées à Londres en vue d’une action commune au Conseil de Sécurité. Fidèles à la formule des Dix-huit, les ministres français la tiennent pour la seule base valable pour les négociations en marge des débats publics jugées inévitables par le secrétaire d’État au Foreign Office39. À l’évidence, les hommes d’État français n’acceptent l’idée de discuter avec les Égyptiens, sous les auspices des Nations unies, qu’à contrecoeur et, encore, uniquement dans le cadre du plan adopté à la Première conférence de Londres. À son retour, le Premier ministre anglais dépeint à ses collègues la détermination et la vigueur du ministère Mollet, résolu à faire échec à Nasser dans le but d’empêcher l’effondrement des régimes existants dans le monde arabe, au profit de l’URSS. Mais surtout, Eden conclut devant l’Egypt Committee que, « si la solidarité anglo-française doit être maintenue durant les débats prochains au Conseil de Sécurité, [les Britanniques] devront s’en tenir fermement aux principes retenus par les Dix-huit puissances »40. Ainsi les dirigeants anglais savent-ils d’ores et déjà que la préservation de l’association avec les Français les obligerait à conserver officiellement, à New York, une attitude intransigeante, en contradiction avec leur orientation nouvelle. Étrangement, le 1er octobre, l’Egypt Committee ignore la position française et se rallie aux vues du secrétaire d’État au Foreign Office : on prendra en considération les contre-propositions que feront à New York les Égyptiens, qui, d’après certains signes, se prépareraient à traiter sur la base du plan indien. Le gouvernement britannique renoncerait de son côté à obtenir l’établissement d’une administration internationale si un système international de contrôle ou de supervision prévoyait des sanctions effectives contre tout manquement aux accords sur le canal de Suez. De l’avis du comité, la consignation des péages ou la saisine de la Cour internationale ne conviendraient pas comme riposte à une discrimination pratiquée envers les navires d’un pays. Toutefois, conscients de la difficulté d’inclure dans un traité une clause stipulant l’emploi de la force, les ministres anglais envisagent une déclaration tripartite similaire à celle de 1950, dans laquelle la Grande-Bretagne, la France et les États-Unis se réserveraient le droit d’agir, le cas échéant, au sein ou à l’extérieur des Nations unies41.

L’ébauche d’un accord anglo-égyptien sur le canal de Suez

13Les réunions publiques du Conseil de Sécurité débutent le 5 octobre 1956, puis du 9 au 12 octobre ont lieu des discussions privées entre Christian Pineau, Selwyn Lloyd et le docteur Fawzi, respectivement ministres des Affaires étrangères de France, du Royaume-Uni et d’Égypte. Devant le Conseil de Sécurité, les représentants des trois pays se bornent à défendre la position maintenue par chacun depuis le début de la crise. Bien entendu, les développements les plus significatifs de l’appel anglo-français aux Nations unies surviennent au cours des pourparlers privés proposés par les Français et les Anglais, sujets aux pressions internationales et soucieux d’éviter la constitution d’un comité de médiation.

  • 42 PREM 11/1102, tél. n° 800-801, rapport sur une discussion du 5 octobre 1956 à New York, entre MM. D (...)
  • 43 Ibid., on voit ici la limite de l’appui américain à la position très ferme des Anglais et des Franç (...)
  • 44 FO 800/725, « Mr. Pineau and Mr. Dulles in New York », note du 18 octobre 1956, signée par Selwyn L (...)

14Les débats du Conseil de Sécurité font bien sûr l’objet d’une consultation préliminaire entre les Américains et leurs deux alliés européens. Le 5 octobre, une importante rencontre a lieu à l’appartement new-yorkais de J.F. Dulles. Ce dernier demande alors sans ambages à ses homologues français et britannique s’ils ont saisi le Conseil de Sécurité « sincèrement », afin de trouver un règlement pacifique, ou si leur action sert « de couverture en vue d’avoir les mains libres pour des mesures plus énergiques ». Son pays, rappelle-t-il, adhère aux principes essentiels, mais pas à tous les détails contenus dans les propositions des Dix-huit. Imperméable aux assertions de Lloyd sur les agissements néfastes de l’Égypte, ou aux allégations de Pineau sur les menées des Soviétiques, « directement derrière Nasser », le ministre américain répète que, pour son gouvernement, l’usage de la force reste le remède de la dernière extrémité (desperate remedy), mais admet néanmoins que l’on conserve la capacité d’user de la force (potential use of force). Il suggère même de prévenir le Conseil de Sécurité que l’option militaire pourrait être considérée comme une alternative en cas d’échec d’un effort véritable pour parvenir à un règlement pacifique42. Mais le chef de la diplomatie américaine réitère aussi, lors de ces échanges, l’avertissement donné précédemment par Eisenhower à Eden sur un recours à la force43. Comme le remarquera Lloyd, dans un rapport rédigé deux jours après son retour de New York, quoique « légèrement ennuyé » par le rôle directeur tenu par les Britanniques dans les démarches effectuées aux Nations unies, Dulles se montre coopératif44. En contrepartie de l’acceptation par Londres et Paris de nouvelles discussions avec l’Égypte, les États-Unis soutiennent loyalement leurs alliés devant le Conseil de Sécurité, malgré les divergences de fond sur le problème de Suez.

  • 45 PREM 11/1102, tel. n° 1076, 8 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, « Le pl (...)
  • 46 Ibid., Plan Menon, annotations de Lord Salisbury, p. 143.
  • 47 Ibid., tél. n° 1086, 9 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 149. Eden d (...)

15Les conversations privées entre les ministres des Affaires étrangères d’Égypte, de Grande-Bretagne et de France, tenues en présence de Dag Hammarskjöld, secrétaire général de l’ONU, prennent d’emblée la forme d’une négociation bilatérale entre Selwyn Lloyd et son collègue égyptien, le docteur Fawzi, car, cantonné dans une attitude négative, Christian Pineau refuse obstinément d’aller au-delà des exigences définies à la Première conférence de Londres. D’entrée de jeu, le représentant de l’Égypte fait des offres qui correspondent étroitement au plan de règlement contenu dans un document remis le 8 octobre aux autorités anglaises par Krishna Menon. Discuté auparavant avec le gouvernement égyptien, le projet indien a pour base la supervision internationale de l’administration du canal : les Égyptiens ont beaucoup assoupli leur position puisque, même s’ils rejettent toujours le concept d’une gestion de la voie de Suez « isolée de la politique d’un seul pays », ils accordent désormais aux usagers un droit de regard sur cette gestion, ainsi que des moyens de recours en cas de litige entre les deux parties. Le Plan Menon pose également le principe de la coopération entre l’autorité égyptienne du canal de Suez et les pays utilisateurs, dont Le Caire reconnaîtrait l’association. Réaffirmée et révisée, la Convention de 1888 continuerait non seulement de garantir le libre passage, mais comprendrait de nouveaux articles sur plusieurs points importants, notamment la fixation des péages par l’Égypte et sa responsabilité dans le développement de la voie maritime (selon un calendrier préétabli). Le projet indien exclut toute participation directe des utilisateurs à l’administration du canal, mais l’Association des usagers pourra faire des recommandations ou des représentations pour défendre les intérêts de ses membres. Enfin, tout désaccord entre les parties ferait en dernier ressort l’objet d’un arbitrage et, plus spécifiquement, l’on porterait tout différend sur l’application de la Convention de 1888 devant la Cour internationale de justice ou devant un autre organisme choisi par consentement mutuel45. Si Lord Salisbury remarque dans une annotation que le document fourni par Menon satisfait pleinement les revendications du Caire, Eden émet un avis nettement plus positif46. Dans un télégramme à Lloyd, il constate que les offres faites le 9 octobre à New York par l’Égypte ne contiennent pas de nouvelle concession (no substantial improvement) par rapport au Plan Menon. Mais il ajoute toutefois que le Cabinet reconnaît les implications du projet indien, probablement discuté avec les Égyptiens et qui paraît avoir beaucoup en commun avec les propositions esquissées par Fawzi47.

  • 48 Ibid., tél. n° 814, 9 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, note sur les co (...)
  • 49 Ibid., tél. n° 819, 10 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, note sur les c (...)
  • 50 Ibid, p. 94-95.

16À New York, le 9 octobre, lors de la première rencontre privée, le négociateur égyptien donne immédiatement satisfaction sur deux points majeurs : l’Égypte reconnaîtrait la SCUA et ne s’opposerait pas à ce que cette organisation recueille les péages dus par ses membres pour l’utilisation de la voie maritime de Suez48. Les réunions suivantes sont également fructueuses. Ainsi, le 10 octobre, Fawzi accède à l’une des requêtes principales de Lloyd et de Pineau lorsqu’il souscrit au principe selon lequel la gestion du canal doit être « isolée de la politique de tout gouvernement »49. S’il exclut l’emploi de pilotes de la SCUA, le ministre égyptien accepte que l’Association des usagers exerce le droit de contrôle sur l’administration de la voie maritime exigé par Lloyd, et il consent au maintien du Code du canal, réglementation de l’ancienne compagnie concessionnaire. Non seulement Fawzi confirme-t-il l’agrément donné auparavant à la requête de son homologue anglais, quant au rôle de collecteur des droits de passage dévolu à la SCUA, mais, nouvelle concession de taille, il se déclare prêt à rechercher un accord multilatéral sur la fixation des péages et sur l’assignation d’une proportion des revenus du canal à son développement50. Le 11 octobre enfin, le représentant de l’Égypte annonce à ses collègues l’adhésion de son pays aux six principes qu’ils ont avancés au cours de ces entretiens privés :

  1. la liberté de passage dans le canal pour tous, sans discrimination ;
  2. une gestion du canal isolée des politiques de tout pays ;
  3. une procédure de fixation des péages et frais négociée entre l’Égypte et les usagers ;
  4. une proportion équitable des revenus du canal consacrée à son développement ;
  5. la solution des différends pendants entre la Compagnie du canal de Suez et l’Égypte par voie d’arbitrage, dans des délais convenables et avec des dispositions financières appropriées ;
  6. le respect de la souveraineté égyptienne.
  • 51 Ibid., tél. n° 829-830,11 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, note sur le (...)

17Fawzi précise en outre que son gouvernement prépare un document sur la question des recours des usagers contre l’Autorité du canal de Suez et sur celle de l’établissement des péages51.

  • 52 CAB 128/30, CM(56) 70th Conclusions, Min. 6, 9 octobre 1956, p. 592.
  • 53 CAB 134/1216, EC(56) 34th Meeting, 10 octobre 1956, p. 258.
  • 54 Ibid. PREM 11/1102, brouillon du télégramme n° 1125, adressé par le Premier ministre au Secrétaire (...)

18Au contraire de leurs partenaires français, les dirigeants anglais espèrent manifestement que les pourparlers de New York produiront une solution au différend sur le canal de Suez. Ils font bon accueil aux signes de la volonté égyptienne de transiger. L’ensemble du Cabinet est informé de ce que le Plan Menon, probablement « inspiré » par Le Caire et fondé sur le concept de la « coopération internationale », présente des similitudes avec les ouvertures que vient de faire le ministre des Affaires étrangères de l’Égypte52. Le 10 octobre, devant l’Egypt Committee, Eden qualifie de surprenante l’apparente acceptation par l’Égypte de la perception des droits de passage par l’Association des usagers du canal de Suez53. En effet, le gouvernement Nasser semble maintenant disposé à céder sur un point jugé capital par les Britanniques, et le Premier ministre anglais exprime son contentement dans un télégramme du même jour à Lloyd : l’Egypt Committee est « ravi (delighted) de voir qu’il s’est battu avec une telle énergie ». La SCUA fournirait un outil de coercition adéquat en cas de manquement à de futurs accords sur l’administration du canal, mais le comité estime nécessaire un second mécanisme de sanction, pour le cas ou l’Égypte violerait les principes majeurs garantissant la libre circulation dans la voie maritime54.

  • 55 CAB 134/1216, EC(56) 34th Meeting, 10 octobre 1956. Assurément à la demande du Premier ministre, l’ (...)

19Le 11 octobre 1956, une importante réunion restreinte a lieu, à laquelle participent Eden, ses collègues de la Défense et des Transports, et trois hauts fonctionnaires, dont Sir Norman Brook, le secrétaire du Cabinet, et Sir Ivone Kirkpatrick, le sous-secrétaire permanent au Foreign Office. Les trois ministres et leurs collaborateurs examinent les progrès enregistrés durant les conversations privées de New York et voient dans l’acceptation par l’Égypte du principe de l’isolation de l’administration du canal des politiques de tout gouvernement, « un changement significatif » d’attitude. Compte tenu des concessions de Fawzi au sujet de la SCUA et du droit de regard des usagers sur la gestion de la voie maritime, les membres de ce comité ad hoc vérifient la conformité d’une entente selon les propositions égyptiennes, avec les principes retenus par les Dix-huit puissances. Ils concluent que l’on obtiendrait un système de coopération internationale et un moyen de contrôle financier considérable, et que, « dans une certaine mesure, la combinaison entre l’Association des usagers et l’Agence égyptienne du canal satisferait à l’exigence d’une autorité internationale » contenue dans les demandes des Dix-huit. Les dirigeants anglais observent en outre que le pouvoir financier attribué à la SCUA constituerait une « arme psychologique précieuse, car le colonel Nasser ne pourrait plus prétendre avoir donné à l’Égypte le contrôle sans restriction des revenus du canal de Suez ». Comme second moyen de sanction, considéré indispensable dans l’éventualité d’une atteinte à la libre navigation, le petit groupe convoqué par Eden approuve la solution mise en avant par l’Egypt Committee : une disposition du futur traité sur le canal assimilerait une violation des principes de base de la Convention de 1888 à une agression qui légitimerait l’action du pays lésé en vue de protéger ses intérêts. Enfin, geste révélateur sur son état d’esprit, le Premier ministre annule la directive donnée à l’origine au secrétaire d’État de mettre un terme aux discussions tripartites à la fin de la semaine : Lloyd pourra poursuivre les négociations au-delà du 12 octobre s’il semble que l’on puisse atteindre un accord satisfaisant sous peu55.

  • 56 Ibid.., tél. n° 1078 du 8 octobre et n° 1103 du 10 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire (...)
  • 57 CAB 134/1216, EC(56) 34th Meeting, 10 octobre 1956, p. 258.
  • 58 DDF, doc. n° 229, tél. n° 4246-4251, 1er octobre 1956, de l’ambassadeur français à Londres au MAE, (...)
  • 59 PREM 11/1102, tél. n° 1078, 8 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO (à New Y (...)

20Pour les débats au Conseil de Sécurité, comme pour les entretiens privés avec le ministre égyptien, Selwyn Lloyd doit préserver la solidarité anglo-française. À plusieurs reprises, Eden lui rappelle que l’on doit présenter un front uni avec les Français (to keep firmly in line with the French)56. Il lui enjoint d’ailleurs de ne rencontrer Fawzi qu’en présence de Pineau57. Cette ligne de conduite, qui rend très difficile tout mouvement indépendant de la diplomatie britannique, s’inscrit dans le cadre de la politique de collaboration choisie au début d’août 1956. Les dirigeants anglais veulent éviter l’isolement de la Grande-Bretagne sur la scène internationale, souci perçu avec netteté par l’ambassadeur français à Londres, Jean Chauvel58. De plus, on croit à Londres, à tort certainement, que l’association avec Paris, gage de la fermeté anglaise, incite le gouvernement américain à soutenir l’action des deux puissances européennes59. Mais il ne faut pas sous-estimer les considérations d’ordre intérieur qui rendent malaisé, voire quasi impossible, un relâchement de l’association avec les Français.

  • 60 DDF, doc. n° 265, tél. n° 1812-1814 , 11 octobre 1956, compte rendu des conversations privées entre (...)
  • 61 PREM 11/1102, tél. n° 829, 11 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO (à New York) au Premier mini (...)
  • 62 Ibid., tél. n° 834, 12 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre. Lloyd prévient (...)
  • 63 Ibid., tél. n° 854, 14 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, rapport sur le (...)
  • 64 Ibid., tél. n° 853, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au Premier ministre, p. 16.

21La priorité donnée à la nouvelle « entente cordiale » de 1956 a pour conséquence majeure de fournir au ministère Mollet un pouvoir énorme sur le cours des discussions avec l’Égypte. Christian Pineau a beau jeu d’entraver les réels efforts de ses homologues anglais et égyptien pour trouver un règlement à l’amiable au problème de Suez : inflexible, il se dit non mandaté pour négocier et déclare que ses instructions, dont celle de défendre le principe de l’administration internationale de la voie maritime de Suez, restent valables60. Selwyn Lloyd se plaint de ses tactiques dilatoires et obstructionnistes : refus de discuter longuement, débat sur des points de détail et intransigeance absolue61. Pineau met finalement un terme à des négociations qui paraissent devoir aboutir : il regagne Paris, ce qui oblige son collègue anglais à interrompre les conversations avec Fawzi au nom de la solidarité anglo-française62. Les gouvernements britannique et français doivent alors choisir entre deux possibilités : soit l’ajournement des discussions tripartites pour une quinzaine de jours ; soit le dépôt, devant le Conseil de Sécurité, d’une résolution qui reprendrait les exigences des Dix-huit, afin d’empêcher l’adoption d’une motion gênante présentée par une tierce partie63. De toute façon, les Français opposeraient leur veto à toute résolution qui n’aurait pas pour fondement les propositions adoptées à la Première conférence de Londres. Par souci tactique, Pineau fait cependant accepter à ses partenaires anglais, le 13 octobre, l’idée de soumettre un texte en deux volets, dont l’un contiendra les six principes approuvés par l’Égypte, alors que l’autre reprendra le projet d’établissement d’une administration internationale du canal64. Grâce à cette manœuvre, le Conseil de Sécurité souscrira à l’unanimité à la première partie, même si la seconde provoquera à coup sûr le vote négatif de la Yougoslavie ainsi que le veto soviétique.

  • 65 Ibid., tél. n° 854, 14 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 10-12.
  • 66 Ibid., tél. n° 852, 13 octobre 1956, et n° 854, 14 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Prem (...)

22Le secrétaire d’État au Foreign Office considère positifs les résultats de l’action conduite à New York : Français et Britanniques ont montré la sincérité de leur recours aux Nations unies et ont ainsi accru leur crédit sur la scène internationale ; l’acquiescement unanime du Conseil de Sécurité aux six principes définis lors des conversations privées met l’Égypte dans l’embarras ; enfin, neuf membres sur onze ont adhéré au plan avancé par les Dix-huit puissances, et les deux voix favorables à l’Égypte appartiennent à des États communistes, ce qui, pour Lloyd, affaiblit la position égyptienne. Par contre, le ministre considère que l’on se trouve dorénavant tenu de poursuivre les pourparlers avec les Égyptiens, sans limite de temps, et que, le danger d’une attaque étant écarté, les dirigeants du Caire pourraient se croire victorieux65. Comme étape ultérieure de sa politique, le responsable du Foreign Office envisage de négocier dès à présent les « Titres d’un [futur] accord » (Heads of Agreement) sur le canal. Il veut toutefois convaincre au préalable le secrétaire général des Nations unies que les Égyptiens doivent auparavant faire des propositions précises pour procurer une base de discussion. Lloyd conclut au demeurant que, sans l’attitude négative de Pineau durant les entretiens avec Fawzi, l’on se serait entendu sur une base de négociation dès le 12 octobre66.

  • 67 Ibid., EC(56) 59th Paper, 12 octobre 1956, « Staff conference held on 11th October 1956, Note by th (...)
  • 68 CAB 134/1217, EC(56) 60th Paper, Mémorandum by the Minister of Defense, 15 octobre 1956, p. 277 et  (...)
  • 69 Entretien du 14 juin 1988 entre Sir Anthony Nutting et l’auteur.

23Différents signes prouvent qu’à Londres, les dirigeants s’apprêtent à traiter avec l’Égypte, à partir des grandes lignes esquissées au cours des discussions tripartites de New York. Par exemple, le 11 octobre 1956, le Premier ministre ordonne, au cours d’une conférence avec les chefs de l’état-major, la préparation d’une déclaration officielle sur le déchargement des navires de transport militaires et sur la démobilisation des réservistes. Eden observe toutefois qu’avant toute annonce officielle, il faudra discuter avec les Français67. Quatre jours plus tard, Walter Monckton remet à l’Egypt Committee un mémoire à ce sujet, qui commence en ces termes : « Il paraît maintenant probable que les opérations militaires contre l’Égypte ne seront pas nécessaires dans un avenir immédiat, mais que l’on poursuivra les tractations, qui pourraient bien s’avérer longues »68. D’après le témoignage de Nutting, la majorité des ministres de haut rang, dont Eden lui-même, penchent à ce moment pour une solution à l’amiable de la crise69. À New York, les concessions égyptiennes sur les prérogatives de l’Association des usagers ont véritablement ouvert la voie à un accord, car les Occidentaux disposeraient désormais du moyen de pression, voire de coercition, recherché depuis le début de l’affaire de Suez. À la veille de la Première conférence de Londres, Lord Home, membre de l’Egypt Committee partisan de la fermeté, ne considérait-il pas que la question des péages serait cruciale ?

  • 70 Clark, op. cit., p. 174. Le secrétaire du Premier ministre pour les relations publiques rapporte al (...)

« Si le paiement [des droits] était fait à une autorité hors du contrôle de l’Égypte, alors [on aurait] un contrôle permanent et entier [sur la gestion de la voie maritime de Suez] grâce à la possibilité de geler les revenus du canal (« permanent and clear control by cutting off the money) »70.

  • 71 McDonald, op. cit., p. 151.

24Quant à l’exigence britannique d’un moyen de sanction autre que la consignation des péages, utilisable en cas d’atteinte au principe du libre passage dans le canal de Suez, elle ne représente assurément pas un obstacle réel à la conclusion d’un accord. Comme on l’a constaté précédemment, les ministres anglais savent bien la difficulté de conclure un traité qui stipulerait à l’avance des représailles militaires et l’Egypt Committee a envisagé le 1er octobre, comme solution de remplacement, une simple déclaration tripartite par laquelle la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis réserveraient leur entière liberté d’action dans l’éventualité où l’Égypte refuserait de se conformer aux arrêts de la Cour internationale de justice. Au demeurant, tout au long de la crise, l’opinion internationale et, en particulier, le gouvernement américain n’ont-ils pas reconnu aux Français et aux Britanniques le droit de riposter militairement si les autorités du Caire fermaient la voie maritime de Suez sans motifs nouveaux ? Les concessions égyptiennes consenties lors des discussions privées de New York, mesurées mais tout de même fort appréciables, rendent possible un compromis valable. Iverach McDonald écrira dans ses mémoires que, « quand Fawzi et Pineau se rallièrent aux six principes [avancés par Lloyd] », les responsables du Times, quotidien intimement lié au pouvoir, « pensèrent qu’une voie [de règlement] apparaissait enfin »71. Pourtant, malgré les résultats fructueux des conversations de New York, le Premier ministre britannique va revenir le 14 octobre 1956, dans une volte-face surprenante, à l’option militaire, graduellement écartée en septembre. Les seuls ressorts diplomatiques de l’affaire de Suez n’expliquent pas, bien au contraire, le revirement brutal d’Eden, suivi dans son choix par l’Egypt Committee. Il s’agit maintenant de montrer le renforcement considérable en octobre de l’influence de la politique intérieure sur les décisions anglaises dans la crise de Suez.

Arrière-plan domestique des négociations de New York

L’opinion modérée et les discussions au Conseil de Sécurité

  • 72 The Daily Telegraph, 27 septembre 1956, Conférence de presse d’Hugh Gaitskell à Transport House, le (...)
  • 73 Tribune, 28 septembre 1956, éd. « Don’t Let the Tories Wreck the United Nations ». The Daily Telegr (...)
  • 74 Ibid., éditoriaux des 25 et 28 septembre, et des 4, 5, 10, 11 et 16 octobre 1956.

25Après la Seconde conférence de Londres, travaillistes et libéraux exhortent les ministres à transiger avec l’Égypte dans cette « nouvelle phase » de l’affaire de Suez, ouverte par l’appel franco-britannique au Conseil de Sécurité72. Gaitskell fait écho, le 1er octobre, lors de la conférence annuelle de son parti, aux soupçons exprimés quelques jours auparavant par Tribune : cet appel pourrait ne représenter qu’une formalité, ce qui expliquerait le refus des ministres de renoncer officiellement à l’emploi de la force. Le leader du Labour plaide à nouveau pour un compromis fondé sur le concept de la supervision internationale de l’administration de la voie maritime. La résolution adoptée par les délégués travaillistes condamne l’action « lamentable » du gouvernement et exige le respect de « l’esprit et de la lettre » de la Charte des Nations unies73. À partir de la deuxième semaine d’octobre 1956, lorsque le danger d’une guerre paraît écarté, la presse anglaise dans son ensemble s’occupe principalement des affaires domestiques. Le Daily Herald échappe toutefois à cette tendance générale, car il traite indirectement de la crise de Suez dans la mesure où il mène une campagne vigoureuse pour la libération et le retour au pays des réservistes mobilisés74. L’organe travailliste ne se borne pas à soulever le problème réel que constitue le mécontentement croissant des réservistes, inactifs depuis près de deux mois et confrontés à des difficultés personnelles et familiales, mais il s’en sert pour inciter le Cabinet à réduire le dispositif militaire mis en place après la nationalisation de la Compagnie de Suez.

  • 75 The Daily Telegraph, 28 septembre 1956, rapport sur la Conférence annuelle du parti libéral à Folke (...)
  • 76 The Manchester Guardian, 8 octobre 1956, éd. « To Negotiate ».
  • 77 Ibid., vol. CLXXXI, n° 5902, 6 octobre 1956, éd. « Channel Crossing ».
  • 78 The Economist, vol. CLXXXI, n° 5904, 20 octobre 1956, éd. « Suez and Jordan ».

26Lors de leur assemblée annuelle à Folkestone, le 28 septembre, les libéraux montrent une sévérité égale à celle du Labour, envers les ministres. Ils leur reprochent l’emploi de méthodes dépassées, concentration de troupes et intimidation, et, plus encore, leur choix d’ignorer l’ONU75. De son côté, la grande presse libérale semble rassurée par les conversations publiques et privées au Conseil de Sécurité, qui laissent présager un règlement pacifique de la crise. Ainsi, le 8 octobre, le Manchester Guardian, cet opposant de la première heure, se félicite de ce que Français et Britanniques consentent maintenant à des discussions privées avec les Égyptiens76. On note que, le 6 octobre, The Economist assimile l’association anglo-française, célébrée au sommet de Paris (26-27 septembre), à une « Sainte-Alliance contre les mouvements anti-coloniaux ou nationalistes ». La vieille revue économique remarque en outre que la crise du canal ne fournit pas de base pour la continuation future d’une entente anglo-française77. Nul doute qu’une vaste partie de l’opinion informée partage cet avis et oppose à une collaboration de circonstance avec les Français les liens privilégiés avec les États-Unis et le Commonwealth. Le 20 octobre enfin, la revue libérale jugera que Lloyd et Pineau ont tout lieu d’être satisfaits des résultats appréciables de leur action au Conseil de Sécurité, puisque de toute façon leur objectif initial, infliger à Nasser une défaite ou le renverser, procédait d’une analyse erronée du problème de Suez. Maintenant, selon The Economist, on ne pourra plus éviter des négociations sérieuses avec le gouvernement Nasser, sur la sauvegarde des droits des usagers, désormais dissociée de l’avenir politique de l’Égypte78.

  • 79 The Times, 22 septembre 1956, éd. « New Phase ». Ibid., 24 septembre 1956, éd. « Clear Case ».
  • 80 Par exemple, ibid., 8 octobre 1956, « Public Opinion on Suez ».
  • 81 Ibid., 29 septembre 1956, éd. « Changing Atmosphere ».

27À la suite des développements positifs de l’épisode diplomatique de New York, les adversaires de la politique de fermeté du Cabinet tendent à relâcher la pression qu’ils exercent au niveau de l’opinion publique anglaise, car ils croient très probable une solution négociée du conflit. La grande presse indépendante partage ce sentiment. Même The Times, toujours très ferme, se prononce clairement pour des négociations qui devront permettre aux puissances maritimes de remplacer la base de l’ancien système que constituait la Compagnie de Suez, par des « garanties pratiques et effectives propres à assurer la liberté de passage dans la voie maritime »79. Bien sûr, le grand quotidien londonien suit en fait la ligne choisie en secret par les gouvernants, qui tiennent toujours un discours public très énergique80. Le 29 septembre 1956, l’autre grand journal de la City, The Financial Times, constate le que le gouvernement se dispose manifestement à entreprendre des « négociations sérieuses » avec l’Égypte, et que le comportement positif du marché des actions reflète bien le « changement d’atmosphère » sur le problème de Suez81. Les milieux économiques, explique le journal financier, réagissent positivement à l’accent désormais mis sur la recherche d’une solution pacifique. En effet, la situation monétaire du Royaume-Uni, déjà difficile avec une livre fragile et des réserves d’or et de devises qui fondent, deviendrait critique en cas de fermeture du canal de Suez ou de guerre :

  • 82 The Financial Times, 22 septembre 1956, éd. « Users’ Decision ». Ibid., 3 octobre 1956, éd. « Reser (...)

« Le pays ne peut se permettre aucun fardeau [financier] supplémentaire [...] par exemple, contracter un nouveau prêt américain pour acheter du pétrole américain plutôt que du pétrole moyen-oriental [...] La livre a survécu à une crise internationale majeure, du moins jusqu’à présent [...] cependant il n’y a pas de marge de manœuvre »82.

28Dans la mesure où des publications telles que The Financial Times, The Banker ou encore The Economist à la fois reflètent et contribuent à former le jugement de l’élite économique britannique, on constate que l’assouplissement de la politique égyptienne du gouvernement Eden répond aux vœux des milieux d’affaires. Ces derniers adhèrent pleinement en octobre 1956 au courant majoritaire de l’opinion anglaise, qui souhaite un compromis avec l’Égypte et refuse l’aventure militaire. Après les discussions au Conseil de Sécurité, un ultimatum franco-britannique à l’Égypte paraît impensable.

  • 83 The Spectator, n° 6691, 21 septembre 1956, éd. « User’s Choice ».
  • 84 Ibid., n° 6692, 28 septembre 1956, éd. « Between the Acts ». Comme la semaine précédente, la revue (...)

29Au sein du mouvement tory, le courant favorable à une politique étrangère pragmatique et à la poursuite du désengagement britannique dans plusieurs parties du monde, s’exprime dans la presse peu après l’annonce du recours aux Nations unies. The Spectator avait marqué nettement sa satisfaction à la fin de la Seconde conférence de Londres. Cette publication, apôtre d’un libéralisme économique rigoureux, avait proposé la normalisation des relations du Royaume-Uni avec ses anciens satellites, qu’il fallait désormais traiter sur un pied d’égalité, selon les intérêts économiques de chacun83. Le 28 septembre, The Spectator approuve sans réserve l’appel au Conseil de Sécurité, qui cependant, à son avis, ne fournira pas de solution : tôt ou tard, on devra traiter avec l’Égypte84. Après son éditorial du 22 septembre, dans lequel il réclamait que l’on saisisse l’ONU du problème du canal, le Sunday Times, défenseur d’un torysme modéré, garde curieusement sur Suez un silence qui contraste avec ses prises de positions antérieures. Sans doute les dirigeants de l’hebdomadaire pensent-ils que le gouvernement a finalement opté, selon leurs vœux, pour une solution négociée à la crise.

La presse néo-impérialiste et les discussions de New York

  • 85 Time and Tide, vol. 37, n° 37, 15 septembre 1956, éd. « In Defence of Law ».
  • 86 The Daily Telegraph, 18 septembre 1956, lettre ouverte de John Biggs-Davidson, « The Two Who Bear t (...)
  • 87 The Daily Express, 24 septembre 1956, éd. « Now – Over to UNO ». Le journal conclut au sujet de l’a (...)

30Après la deuxième réunion internationale sur la question du canal et jusqu’au congrès conservateur, dans la seconde semaine d’octobre 1956, les champions de la puissance britannique poursuivent, puis accentuent fortement leur action en faveur d’une politique d’affrontement avec l’Égypte nassérienne. Dès la mi-septembre, ils ont considéré avec méfiance les développements diplomatiques prévisibles de la crise et ils ont annoncé qu’ils combattraient toute retraite effectuée par le gouvernement anglais à la faveur de la création de l’Association des usagers ou de l’appel aux Nations unies. Ainsi, le 15 septembre, Time and Tide se félicitait de la solidité de l’association avec les Français et des consultations étroites avec les Américains, mais elle rappellait « la responsabilité prééminente » des Britanniques dans la défense de la « loi [internationale] ». Pour la revue impérialiste, le devoir de la Grande-Bretagne était moralement le plus grand, non seulement du fait des aspects économiques et politiques de la crise, mais aussi en raison de l’histoire, de la position du pays et des engagements qu’il a pris85. Cette idée, Biggs-Davidson la développait à nouveau dans une lettre ouverte, parue le 18 septembre dans le Daily Telegraph sous le titre éloquent de « Les deux qui portent le fardeau ». Ce député tory insistait sur la « responsabilité spéciale » des Français et des Anglais qui ne devaient pas compter sur l’aide des États-Unis, attelés à la construction d’un système mondial centré sur Washington et peu soucieux de la préservation du Commonwealth ou de l’Union française. Le recours à l’ONU « ne libérerait pas les puissances supérieurement concernées de leurs obligations de faire respecter la loi internationale et les traités, et de défendre les intérêts de leurs peuples, si nécessaire par les armes », notait Biggs-Davidson, qui concluait : « Le monde doute maintenant de notre résolution »86. Son message s’adressait naturellement à l’ensemble du mouvement tory comme à ses chefs. Par la suite, les néo-impérialistes assimilent le bilan très décevant de la Deuxième conférence de Londres à un nouveau revers de la diplomatie anglaise. Le Daily Telegraph se montre fort dur à l’endroit du Cabinet tandis que le Daily Mail va jusqu’à reprendre le procès de la politique égyptienne menée antérieurement par Eden. Bien entendu, l’implication des Nations unies dans la crise n’est pas de nature à rassurer les tories radicaux, bien au contraire. Même le Daily Express, habituellement amical envers le Premier ministre, expose crûment le point de vue de beaucoup de militants conservateurs en ces termes : l’ONU n’est nullement une Cour de justice et y recourir constitue « une procédure, et non pas une politique ». Le journal conservateur prévient encore que « le colonel Nasser ignorera toute partie des conclusions du Conseil de Sécurité qui lui déplaira, [... et ainsi] le problème de Suez restera entier »87.

  • 88 Time and Tide, vol. 37, n° 38, 22 septembre 1956, éd. « Danger Point ».

31Dans l’attente de l’ouverture des débats sur Suez au Conseil de Sécurité, les publications qui partagent les idées des Suez Rebels suivent la tendance générale de la presse anglaise et s’intéressent surtout aux questions domestiques, notamment aux préparatifs du congrès du parti tory. Cependant, dans son éditorial du 22 septembre, intitulé « Le moment dangereux » (Danger Point), Time and Tide, l’organe quasi officiel des néo-impérialistes, expose déjà leur crainte que le « litige international » ne s’embourbe dans « une répétition stérile des mêmes arguments ». La revue s’inscrit par ailleurs en faux contre l’assertion sans cesse répétée par les gouvernants, suivant laquelle garantir la libre circulation dans la voie de Suez constitue le but de l’Angleterre dans cette affaire : le différend ne porte pas sur le libre passage dans le canal, « actuellement permis par l’Égypte », mais sur les « conditions de l’exercice de ce droit » ; et au reste, la France, les États-Unis et le Royaume-Uni n’ont-ils pas proclamé qu’un État auquel on ne peut pas faire confiance s’est emparé du contrôle de la voie maritime ? L’enjeu de la crise, spécifie Time and Tide, n’est pas le libre usage du canal de Suez, mais bien l’existence, comme grande puissance, de la Grande-Bretagne, dont « la position dans le monde fait l’objet d’une attaque délibérée ». Les Britanniques, observe l’hebdomadaire tory, « peuvent tolérer d’être bousculés, mais jusqu’à un certain point [seulement] », point « qui pourrait être plus proche que le Cabinet ne le pense ». Et puis, avertit Time and Tide, si le colonel Nasser demeure en mesure de poursuivre « son dangereux dessein sans être dérangé », quand se réuniront les Parlements de France et du Royaume-Uni en octobre, les gouvernements des deux pays devront répondre à de « difficiles questions »88.

  • 89 The Daily Telegraph, 24 septembre 1956, discours de Lord Kilmuir à Withenshawe, Manchester, le 22 s (...)
  • 90 The Listener, vol. LVI, n° 1435, 27 septembre 1956, Party political broadcast, Alan Lennox-Boyd : « (...)
  • 91 The Daily Herald, 24 septembre 1956, éd. « Stop this Stupidity ».
  • 92 The Daily Telegraph, 28 septembre 1956, communiqué officiel anglo-français du jour précédent et déc (...)

32Les réactions négatives des grands journaux conservateurs devant les mauvais résultats de la Deuxième conférence de Londres et leurs fortes réserves à l’égard de l’appel au Conseil de Sécurité, traduisent l’état d’esprit de ce vaste segment du parti tory qui, à des degrés divers, souhaite un redressement et un durcissement de la politique étrangère anglaise. En particulier, la mise au point de Time and Tide, avec l’avertissement très précis qui l’accompagne, ne peut être ignorée. Au moment même où il incline de plus en plus vers une solution de compromis à la crise, le Cabinet se trouve contraint de maintenir officiellement une attitude extrêmement ferme. Ainsi, sur instruction du n° 10 Downing Street, deux ministres, Lord Kilmuir et Alan Lennox-Boyd, défendent avec vigueur, le 22 septembre, la position initiale du gouvernement sur la question de Suez. À Withenshawe, le premier affirme dans une harangue que, si le Conseil de Sécurité se montrait incapable d’agir dans l’affaire de Suez, le devoir de la Grande-Bretagne et des autres nations concernées resterait entier. Si l’on ne résiste pas à la saisie du canal, il y aura un retour à l’anarchie internationale, assure le Lord Chancelier89. Le second prononce une allocution radiodiffusée fort énergique dans laquelle, par exemple, il menace Le Caire d’une action sur le débit du Nil, réalisable grâce au contrôle des sources du fleuve, situées dans un protectorat britannique. Après avoir repris les thèmes principaux développés en août par Eden et Lloyd, le secrétaire d’État aux Colonies exclut tout compromis sur le principe que la voie maritime ne doit pas demeurer sous le contrôle illimité d’un dictateur. Mais aussi, Lennox-Boyd défend l’Empire, et surtout, il consacre une grande partie de son intervention à la question cypriote : la crise de Suez prouve le bien-fondé de la politique de fermeté conduite à Chypre90. Les gouvernants britanniques s’efforcent ainsi d’apaiser l’aile radicale du mouvement tory, au risque de s’aliéner encore plus l’opposition parlementaire. Le Labour Party, par l’intermédiaire du Daily Herald, condamne vivement ces « menaces belliqueuses », proférées alors que l’on s’apprête, pour la première fois, à négocier avec les Égyptiens91. On discerne aisément dans les propos de Kilmuir, entre autres, au sujet du « devoir » de la Grande-Bretagne, une réponse positive directement faite à Biggs-Davidson et à ses amis. Les paroles agressives de Lennox-Boyd et, en particulier, la mention du lien entre Chypre et Suez qui, depuis les débats politiques du printemps dernier, a un sens bien précis, ont valeur d’engagement, même s’il s’abstient de parler d’une autorité internationale pour le canal. Visiblement, le Premier ministre, alors même qu’il lui faut obtenir des Français l’assouplissement de leur position sur Suez, doit se défendre de toute retraite devant une faction considérable du parti conservateur. Les rencontres au sommet des 26 et 27 septembre 1956 avec les dirigeants français, lui fournissent fort opportunément l’occasion de restaurer son crédit et de gagner du temps. Le communiqué conjoint fait à l’issue de ces réunions donne pour but à la visite à Paris du Premier ministre et du secrétaire d’État au Foreign Office, de « raffermir la solidarité anglo-française à tous égards ». En « accord complet sur la politique à conduire à l’ONU », les ministres des deux pays se disent « déterminés à continuer dans toutes les étapes ultérieures [de la crise] leur coopération étroite ». À son retour de France, après avoir annoncé le maintien des précautions militaires, Eden dira que « l’amitié franco-britannique n’a jamais été aussi ferme »92. L’ambassadeur français à Londres fera le 1er octobre ce commentaire :

  • 93 DDF, doc. n° 229, tél. n° 4246-4251, 1er octobre 1956, de Jean Chauvel au MAE, « La position du gou (...)

« Le besoin [des gouvernants anglais] de se réclamer de l’Entente cordiale m’a paru marqué au cours de la visite par divers traits. Le soin apporté à la rédaction du communiqué traduisait leur souci d’utiliser très complètement l’expression de cette entente »93.

  • 94 Chapitre III, p. 123-125. On se souvient qu’Amery déclarait le 30 juillet aux Communes : « la solid (...)
  • 95 The Daily Express, 22 septembre 1956, éd. « 57 Days Wasted ». The Daily Telegraph, 22 septembre 195 (...)

33À l’évidence, le Premier ministre veut tirer le plus grand profit, au plan intérieur, des démonstrations officielles qui paraissent attester la solidité de l’association anglo-française. Les tories impérialistes ne mesurent-ils pas, en effet, la détermination de leurs gouvernants à l’état de la coopération entre Londres et Paris sur le problème de Suez94 ? Après la Seconde conférence de Londres, les conservateurs radicaux continuent d’insister lourdement sur l’importance de « l’Entente cordiale ». Ainsi, le 22 septembre, tandis que le Daily Express met en relief la méfiance manifeste de Pineau, l’allié le plus loyal des Britanniques, à l’égard de l’association des usagers, le Daily Telegraph trouve les résultats de la deuxième réunion internationale d’autant plus inquiétants que les Français semblent les considérer « alarmants »95.

  • 96 The Daily Telegraph, 28 septembre 1956, éd. « London, Paris and Washington ».
  • 97 Ibid., 6 octobre 1956, éd. « Communism in Middle East ».
  • 98 Ibid., 8 octobre 1956, article, « 45 Locomotives from U.S. »
  • 99 Ibid., 9 octobre 1956, article de R.H.C. Steed, « Keeping up with Mr. Dulles ».

34Au lendemain des rencontres de Paris, The Daily Telegraph constate que « l’unité anglo-française devant le défi de l’Égypte est le seul aspect [de l’affaire de Suez] qui, hormis l’intransigeance du colonel Nasser, demeure clair et constant ». Depuis la nationalisation de la Compagnie de Suez, souligne le journal, « la France a soutenu la position du Royaume-Uni, selon laquelle le canal ne doit pas passer sous la seule domination d’un dictateur ». Cet éloge de la constance française se double cependant d’une condamnation énergique de l’attitude américaine : jusqu’à présent, les Premiers ministres français et anglais ont laborieusement tenté d’associer les États-Unis à chaque phase de leur action, mais il se pourrait qu’il doivent procéder à « une révision déchirante » ; car si pour M. Dulles, l’unité équivaut à « reculer de concert », il deviendra peut-être nécessaire pour la France et la Grande-Bretagne d’agir seules96. À l’époque des discussions de New York, le Daily Telegraph dénonce avec vigueur la politique américaine dans la crise de Suez. Le 6 octobre, il s’étonne que les Américains, si sensibles au communisme sur leur continent, ignorent le danger implicite constitué par la pénétration soviétique en Méditerranée97. Le 8 octobre encore, le journal tory signale qu’à côté des pays asiatiques ou du bloc de l’Est, qui aident l’Égypte à faire face aux restrictions commerciales anglo-françaises, les Américains eux-mêmes lui fournissent 45 locomotives diesel, en vertu de leur programme d’assistance économique98. Le 9 octobre enfin, au moment où s’ouvrent les discussions privées avec les Égyptiens, le Daily Telegraph prend à partie sans retenue les États-Unis. Un article intitulé « En suivant M. Dulles », qui retrace « l’histoire étrange des attitudes américaines devant Suez », donne lieu à un réquisitoire sévère à l’égard de la diplomatie des États-Unis99. Et puis, dans « America and Suez », l’éditorial du même jour, la rédaction du quotidien conservateur fait le procès de l’action conduite par les Américains, qu’il appelle à cesser « de souffler le chaud et le froid dans une affaire que les Britanniques croient vitale ». La crise, qui concerne à la fois « le contrôle des réserves de pétrole du Moyen-Orient » et « l’introduction du communisme » dans cette région, n’autorise « ni les variations de température ni les frissons au sujet du colonialisme », affirme le Daily Telegraph. Sur le « parfait accord » entre Anglais, Français et Américains, proclamé officiellement à New York, le journal tory, sceptique, observe que l’on a déjà entendu ces déclarations au cours des deux mois « sombres » qui ont suivi la nationalisation. Il conclut :

  • 100 Ibid., 9 octobre 1956, éd. « America and Suez ».

« Français et Britanniques feraient beaucoup, ils l’ont déjà fait, pour gagner l’approbation américaine [...] ils ne peuvent cependant pas aller jusqu à laisser dénaturer calomnieusement leurs raisons et sacrifier leurs intérêts vitaux »100.

  • 101 The Sunday Times, 23 septembre 1956, éd. « Playing for Time ». Habituellement très modéré, ce journ (...)
  • 102 The Daily Telegraph, 6 octobre 1956, lettre ouverte de Sir Robert Boothby (datée du 5 octobre).

35Cette campagne du Daily Telegraph, faite d’articles et d’éditoriaux ouvertement hostiles aux États-Unis, traduit bien entendu l’exacerbation du sentiment anti-américain, traditionnel dans certains milieux conservateurs qui refusent la subordination de la Grande-Bretagne à la puissance américaine sur la scène internationale. Le Moyen-Orient représente précisément pour les défenseurs de la puissance britannique l’espace où le Royaume-Uni non seulement peut encore mener une politique indépendante, mais se doit de préserver des intérêts politiques et économiques fondamentaux. Assurément inquiets, ces radicaux jugent le moment venu de pousser sans détour à la rupture de l’alignement sur la diplomatie américaine, néfaste à leur yeux. Ils privilégient une action franco-britannique indépendante en vue d’infliger un revers à l’Égypte sur la question du canal. Fait notable, le mécontentement à l’égard des États-Unis au sein du parti gouvernemental déborde largement les rangs du Suez Group101. Le 5 octobre, dans une lettre ouverte au Daily Telegraph, Sir Robert Boothby exprime la déception des tories partisans d’une politique étrangère fondée sur la concertation avec Washington. Au lieu de guider l’Occident, les États-Unis sèment la consternation et le désarroi chez leurs alliés, et prodiguent des encouragements à leurs ennemis, écrit le député. Le conflit de Suez n’est pas de nature coloniale, répond-il indirectement au secrétaire d’État Dulles. Enfin, selon Boothby, l’alliance anglo-américaine reste tout de même le pilier (backbone) du monde libre, et l’on doit excuser la position américaine, l’absence d’un appui solide des États-Unis, dues à l’élection présidentielle102. Le parlementaire conservateur exprime bien la frustration qui a gagné jusqu’à l’aile modérée de son parti. Qu’il recommande la patience prouve bien que les divergences de plus en plus marquées entre Londres et Washington causent des remous chez ses amis. Le constat que les « relations spéciales » avec les États-Unis semblent inexistantes dans une affaire jugée cruciale pour la Grande-Bretagne, suscite une irritation croissante envers l’allié privilégié d’outre-Atlantique. En octobre, ceci va influencer, l’attitude du mouvement conservateur, et même de ses leaders, dans la crise de Suez.

  • 103 Time and Tide, vol. 37, n° 39, 29 septembre 1956, éd. « A Duty to the World ».
  • 104 The Daily Telegraph, 5 octobre 1956, éd. « Before the Security Council ».
  • 105 Ibid., 8 octobre 1956, article en première page sur Suez.
  • 106 The Daily Mail, 9 octobre 1956, éd. « The Suez Rot ».

36Au moment des discussions publiques et privées qui ont lieu à New York sous l’autorité des Nations unies, la presse qui soutient les idées des Suez Rebels suit avec une attention soupçonneuse l’initiative diplomatique du Cabinet. Le 29 septembre encore, Time and Tide approuvait le discours martial tenu par Kilmuir et, surtout, prenait acte de la reconnaissance par le Lord Chancelier, du « devoir » ultime qui incomberait à la Grande-Bretagne en cas de veto soviétique ou d’impasse au Conseil de Sécurité. Et pourtant, marque de défiance, la revue réclamait tout de même alors instamment de nouvelles assurances sur le maintien de la détermination gouvernementale103. Le 5 octobre, jour de l’ouverture des débats au Conseil de Sécurité, le Daily Telegraph s’emploie à démontrer qu’il y a peu à attendre de cette institution, où l’on se heurtera à l’URSS, voire aux États-Unis. « Que ferons-nous, demande le journal, si les Nations unies ne font rien, et si M. Dulles continue ses excursions dans l’inconnu »104 ? Dans un article publié le 8 octobre en première page, le grand quotidien tory porte un jugement très sombre sur la question des discussions avec l’Égypte officiellement annoncées : manœuvrés, les Français et les Britanniques « pourraient devoir commencer des négociations sans adhésion préalable de l’Égypte au principe du contrôle international [du canal de Suez], voire après un refus explicite » de sa part. Ainsi débutera une nouvelle phase du long processus de temporisation et de tergiversation, observe le Daily Telegraph105. Dans un premier temps, l’important quotidien exprime donc, comme Time and Tide, la méfiance et l’inquiétude des partisans d’une politique énergique contre l’Égypte, puis il en vient à condamner la dérive que représentent, pour les radicaux, les discussions avec l’adversaire à New York. La pression que l’aile dure du parti gouvernemental exerce sur les ministres s’accroît considérablement pendant les conversations tripartites de New York qui, détail crucial, coïncident avec la tenue du congrès annuel du mouvement conservateur à Llandudno. À ce moment, le Daily Mail intervient lui aussi, avec une grande vigueur. Son éditorial du 9 octobre s’intitule « The Suez Rot », expression qui évoque à la fois la notion de pourrissement et celle de démoralisation. Ce journal prend prétexte de l’agitation des soldats réservistes pour déplorer une démoralisation qui, au-delà de l’armée, atteint toute la nation. Après la Première conférence de Londres, quand la résolution anglaise était à son apogée, les Britanniques ont glissé dans « l’humiliation » et ils se retrouvent dans « le marécage » des Nations unies, explique le Daily Mail. D’après lui, on se dirige vers une solution de compromis qui représentera une victoire pour Nasser, mais, remarque-t-il, si l’on doit « blâmer les États-Unis pour avoir laissé tomber » le Royaume-Uni, on ne peut pas les rendre « responsables [dans une affaire] où les Britanniques ont toujours tenu le premier rôle » (a British showfrom the irst)106.

  • 107 Time and Tide, vol. 37, n° 41, 13 octobre 1956, éd. « What Happens Next ».
  • 108 The Daily Express, 15 octobre 1956, éd. « The Talks Trap ».
  • 109 The Daily Telegraph, 15 octobre 1956, éd. « Six Principles and a Veto ».

37Au lendemain des discussions de New York, les publications conservatrices radicales jugent de façon très négative les résultats du recours au Conseil de Sécurité. Time and Tide, qui taxe au passage Dulles de pharisaïsme (self-righteousness), oppose l’action résolue de l’Égypte et de ses amis russes à celle des puissances lésées et offensées, désunies et dépourvues d’un leadership courageux et efficace. « Les ennemis permanents et véritables [de l’Angleterre] ont, de leur point de vue, remporté une victoire majeure ». La revue impérialiste, si elle s’abstient d’identifier ces « vrais » ennemis, a auparavant fait mention de rumeurs qui lui rappellent Abadan, sur l’éventuel établissement d’un consortium qui associerait l’Égypte et des compagnies américaines dans la gestion du canal. Enfin, Time and Tide attribue à Nasser une satisfaction égale à celle que put éprouver Hitler après la remilitarisation de la Rhénanie ou l’Anschluss ou encore lors des Accords de Munich : à nouveau, le Premier ministre se trouve personnellement mis en cause107. Le 15 octobre, le Daily Express sort de sa réserve pour condamner un mouvement diplomatique qui se résume à de la temporisation et de la dérobade (delay and evasion), et pour affirmer que seule la Grande-Bretagne, par ses efforts, mettra fin à la menace égyptienne108. Bien entendu, le Daily Telegraph n’est pas moins sévère dans son bilan des rencontres de New York : elles n’ont finalement produit que le report, encore une fois, de la prise des décisions ; et « le principe vital » défendu par les Français et les Britanniques, celui de l’internationalisation du canal, a fait l’objet d’un veto. Au demeurant, les six principes acceptés par le Conseil de Sécurité eussent-ils été plus « explicites », et les concessions égyptiennes « plus détaillées et plus étendues », que, selon le grand journal tory, sans l’internationalisation, on en serait toujours au même point. Mais surtout, le Daily Telegraph reprend finalement l’argument fondamental déjà avancé par Time and Tide, suivant lequel toute cette affaire porte non pas sur les principes mais sur leur application : cela exclut à l’avance toute entente fondée sur la réaffirmation de la Convention de 1888 et sur la seule supervision internationale109.

38Ainsi la presse conservatrice radicale combat-elle avec acharnement toute altération de la position extrême adoptée en juillet par le Cabinet. Elle ignore totalement les concessions égyptiennes, qui semblent préluder à un règlement de compromis, et exige toujours une victoire complète dans l’affaire du canal. En outre, non seulement ces grands journaux durcissent-ils le ton envers les Américains, accusés de trahison, mais ils attaquent à nouveau directement Anthony Eden. À cette offensive menée sur la place publique se conjugue l’action cruciale, quoique beaucoup plus souterraine, conduite à l’intérieur même du parti gouvernemental par ce noyau considérable de conservateurs jusqu’au-boutistes qui, de plus en plus hostiles aux ministres, voire même menaçants, exigent un « redressement » de la politique anglaise au Moyen-Orient.

39Le changement de cap de la politique anglaise dans la crise, qui se traduit à New York par les efforts réels et fructueux de Selwyn Lloyd pour trouver les bases d’un accord avec l’Égypte, se produit donc dans un contexte diplomatique et intérieur très difficile. Le Premier ministre joue double-jeu à la fois avec les Français et avec les radicaux de son parti, une ligne de conduite qu’il ne pourra maintenir longtemps dans la perspective d’un règlement final et avec la nécessité de relâcher le dispositif militaire élaboré à l’été.

Notes

1 The New York Times, 1er août 1956, déclaration publique du colonel Nasser le 31 juillet 1956. Le leader égyptien refuse tout lien entre l’Acte de concession du canal et la Convention de 1888. Ibid., 13 août 1956, déclaration du colonel Nasser dans un discours du 12 août 1956.

2 The Manchester Guardian, 11 septembre 1956, « lettre du Président Nasser au Président du Comité des Cinq nations » (Mission Menzies), du 9 septembre 1956.

3 DDF, doc. n° 137, « Les entretiens franco-soviétiques du 20 août 1956, à la résidence de l’ambassadeur russe », entre MM. Pineau, Chepilov et leurs collaborateurs. 74 AP/61, archives Paul Reynaud, note manuscrite d’une discussion du 19 octobre 1956 entre P. Reynaud et Christian Pineau. Correspondence Exchanged between Mr. Bulganin and Sir Anthony Eden during September and October 19S6, Londres, Her Majesty Stationery Office, May 1957, lettres du 28 septembre et du 11 octobre 1956, du Président Boulganine à Sir Anthony Eden.

4 Menon présente oralement son plan à Lord Salisbury le 26 septembre, puis au Cabinet anglais dans un document présenté le 8 octobre 1956.

5 PREM 11/1102, note sur une conversation entre MM. Lloyd et Dulles à Lancaster House (Londres), 21 septembre 1956, p. 424.

6 Ibid., tél. n° 1979, 22 septembre 1956, de Sir Roger Makins, ambassadeur britannique à Washington, au FO, note sur une conversation avec J.F. Dulles au sujet du recours au Conseil de Sécurité, p. 338. Ibid., note d’H. Macmillan du 26 septembre 1956, sur une conversation privée du jour précédent, avec J.F. Dulles, p. 302. Ce dernier fait savoir avec force au Chancelier son sentiment d’avoir été « vraiment mal traité » et remarque que la décision anglaise « aurait pu attendre son retour [à Washington] ».

7 CAB 134/1216, EC(56) 33rd Meeting, 8 octobre 1956, p. 251-252.

8 The Daily Telegraph, 18 septembre 1956, déclaration de J.F. Dulles, le 17 septembre 1956.

9 PREM 11/1102, note d’Harold Macmillan du 26 septembre 1956, sur une conversation privée du jour précédent, avec J.F. Dulles, p. 302.

10 CAB 134/1217, EC(56) 55th Paper, 29 septembre 1956, p. 257.

11 PREM 11/1102, tél. n° 2003, de Makins au FO, 25 septembre 1956, rapport sur une conversation du même jour entre Dulles, Macmillan et Makins, p. 359. Note du 26 septembre 1956 d’H. Macmillan, sur une discussion privée du 25 septembre 1956, avec Dulles.

12 Ibid., tél. n° 2004, d’H. Macmillan au Premier ministre, 25 septembre 1956, note sur une discussion du même jour entre le Chancelier de l’Échiquier et Eisenhower, p. 354. Rapport de Macmillan du 26 septembre 1956 sur son entretien du jour précédent, avec Eisenhower, p. 299.

13 Ibid., tél. n° 4540, 1er octobre 1956, message de Sir Anthony Eden au Président Eisenhower, p. 262. The New York Times, 3 octobre 1956, conférence de presse du secrétaire d’État Dulles, le 2 octobre 1956 (version orale non-amendée).

14 Ibid., lettre du 2 octobre 1956, de Sir Roger Makins au Premier ministre, p. 248-249.

15 PREM 11/1174, tél. n° 2046, 2 octobre 1956, de Makins au FO, p. 11. Article du Washington Post du 4 octobre 1956, annoté de la main du Premier ministre, p. 2.

16 PREM 11/1100, tél. n° 1840, 8 septembre 1956, de Makins au FO, rapport de l’ambassadeur sur un entretien du même jour avec J.F. Dulles, p. 25. FO 371/120329 AU 1021/37, « Record of a conversation between Sir Roger Makins and President Eisenhower », 5 octobre 1956, lettre adressée à Eden. Le 5 octobre, le Président se dira, devant l’ambassadeur anglais, « plus alarmé (disturbed) » de l’attitude du gouvernement français que de celle du Cabinet britannique.

17 The New York Times, 27 septembre 1956, conférence de presse de J.F. Dulles du 26 septembre.

18 Ibid., 3 octobre 1956, conférence de presse de J.F. Dulles, le 2 octobre 1956.

19 Ibid., 6 octobre 1956, conférence de presse du Président Eisenhower, le 5 octobre 1956. Ibid., 7 octobre 1956, « Justice on Suez Urged by Dulles », propos tenus le 6 octobre 1956 par le secrétaire d’État devant les journalistes.

20 PREM 11/1102, tél. n° 800-801, rapport sur une discussion du 5 octobre 1956 à New York, entre MM. Dulles, Cabot-Lodge, Phleger ; Lloyd, Dixon, Laskey ; Pineau, Cornut-Gentile, Alphand, p. 190-192.

21 FO 371/120329 AU1021/37. Record of a conversation between Sir Roger Makins and President Eisenhower, 5 octobre 1956.

22 PREM 11/1102, tél. n° 800-801, rapport sur une discussion le 5 octobre 1956 à New York, entre MM. Dulles, Cabot-Lodge, Phleger ; Lloyd, Dixon, Laskey ; Pineau, Cornut-Gentile, Alphand, p. 190-192. Dulles affirme que l’emploi de la force est un « remède désespéré (desperate remedy) ».

23 The New York Times, 6 octobre 1956.

24 McDonald, op. cit., p. 149.

25 CAB 128/30, CM(56) 68th Conclusions, Min. 11, 3 octobre 1956, p. 576.

26 Sur le retrait des pilotes, chapitre II, p. 96-100.

27 PREM 11/1100, tél. n° 294, 9 septembre 1956, de Jebb au FO, p. 23. PREM 11/1100, tél. n° 647, 9 septembre 1956, de Sir Pierson Dixon, chef de la Délégation britannique à l’ONU, au FO, p. 150. Le ministre des Affaires étrangères français n’accepte de saisir les Nations unies, rapporte Dixon, qu’à condition de jouir de l’appui américain contre tout amendement à la résolution franco-anglaise qui interdirait l’usage de la force.

28 The Daily Telegraph, 12 septembre 1956.

29 Clark, op. cit., p. 185-186.

30 PREM 11/1549, lettre du 17 septembre 1956, de Jebb au Premier ministre, note sur un entretien du même jour avec le ministre français des Affaires étrangères. Dans sa missive, l’ambassadeur transmet à Eden un message spécial de Pineau, dont les termes recouvrent une menace à peine voilée : à Paris, on refuse le report de sa visite, dont on attend à la fois la réitération officielle de la solidarité franco-britannique et son assurance personnelle que la politique énergique choisie de concert en août n’est pas abandonnée par le Cabinet anglais.

31 Clark, op. cit., p. 191.

32 F 60/2770, Secrétariat général du Gouvernement français, relevé des projets de loi, décrets et décisions délibérés en Conseil des ministres, n° 491, relevé des décisions du samedi 22 septembre 1956.

33 PREM 11/1549, dépêche du 22 septembre 1956, de Sir Gladwyn Jebb au FO.

34 CAB 134/1216, EC(56) 31st Meeting, Min. 2, 25 septembre 1956, p. 238.

35 Ibid. CAB 128/30, CM(56) 67th Conclusions, Min. 5, 26 septembre 1956, p. 163.

36 CAB 134/1216, EC(56) 31st Meeting, Min. 2, 25 septembre 1956, p. 238.

37 DDF, doc. n° 212, tél. n° 4090-4096, 24 septembre 1956, « Raisons de la décision britannique de saisir le Conseil de Sécurité dans l’affaire de Suez », note sur un entretien entre l’ambassadeur Chauvel et le secrétaire d’État au FO.

38 Ibid., doc. n° 229, tél. n° 4246-4251, 1er octobre 1956, de Chauvel au MAE, « La position du gouvernement britannique sur l’affaire de Suez ».

39 PREM 11/1352, note sur la réunion franco-britannique au sommet du 27 septembre 1956 à l’Hotel Matignon. Le contenu des consultations du 27 septembre n’a malheureusement fait l’objet que d’une note très partielle.

40 CAB 134/1216, EC(56) 32nd Meeting, Min. 1,1er octobre 1956, p. 246. Cf aussi, Eden, Full Circle, op. cit., p. 396.

41 CAB 134/1216, EC(56) 32nd Meeting, Min. 1,1er octobre 1956, p. 246-247. CAB 128/30, CM(56) 58th Conclusions, Min. 11, 3 octobre 1956, p. 576.

42 PREM 11/1102, tél. n° 800-801, rapport sur une discussion du 5 octobre 1956 à New York, entre MM. Dulles, Cabot-Lodge, Phleger ; Lloyd, Dixon, Laskey ; Pineau, Cornut-Gentile, Alphand, p. 190-192. Dulles précise : « [même si] des circonstances [survenaient] qui en fassent la seule alternative possible, ce serait, [comme les Britanniques le comprirent au moment des troubles de 1953 en Égypte, ] une illusion considérable de supposer que l’emploi de la force améliorerait la situation [des puissances occidentales], même si celle-ci, ce qu’il ne croit pas personnellement, se détériorait actuellement ».

43 Ibid., on voit ici la limite de l’appui américain à la position très ferme des Anglais et des Français.

44 FO 800/725, « Mr. Pineau and Mr. Dulles in New York », note du 18 octobre 1956, signée par Selwyn Lloyd.

45 PREM 11/1102, tel. n° 1076, 8 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, « Le plan Menon », p. 162-169.

46 Ibid., Plan Menon, annotations de Lord Salisbury, p. 143.

47 Ibid., tél. n° 1086, 9 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO, p. 149. Eden dit : [...] butlwantyou to be assured that we on ourside recognize the implications of this plan, which was apparently discussed with the Egyptian Government and appears on the face of it to have much in common with the proposais sketched in Fawzi’s speech.

48 Ibid., tél. n° 814, 9 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, note sur les conversations tripartites du même jour, p. 116-117.

49 Ibid., tél. n° 819, 10 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, note sur les conversations tripartites du même jour, p. 93, point n° 3.

50 Ibid, p. 94-95.

51 Ibid., tél. n° 829-830,11 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, note sur les conversations tripartites du même jour.

52 CAB 128/30, CM(56) 70th Conclusions, Min. 6, 9 octobre 1956, p. 592.

53 CAB 134/1216, EC(56) 34th Meeting, 10 octobre 1956, p. 258.

54 Ibid. PREM 11/1102, brouillon du télégramme n° 1125, adressé par le Premier ministre au Secrétaire d’État au FO, le 11 octobre 1956, p. 87-88. Eden dit : « vous semblez avoir obtenu notre premier [moyen de] sanction [(rôle financier de la SCUA)]. Cela est très satisfaisant ». Ces termes forts seront atténués dans le télégramme finalement expédié à Lloyd pour éviter peut-être qu’il ne se montre trop conciliant.

55 CAB 134/1216, EC(56) 34th Meeting, 10 octobre 1956. Assurément à la demande du Premier ministre, l’Egypt Committee a donné à Lloyd pour consigne pressante de terminer les conversations privées et les débats au Conseil de Sécurité pour la fin de la semaine (12 octobre). Cette instruction, comme on le verra ultérieurement, a certainement une motivation de politique intérieure. CAB 1334/1217, EC(56) 58th Paper, « Record of a Meeting Held at 10 Downing Street, S.W.I., on Thursday, 11th October, 1956, at 12.30 PM », p. 270-272. PREM 11/1102, note adressée à Sir Guy Millard, secrétaire privé du Premier ministre, et transmise à Eden à Llandudno. Les hauts fonctionnaires de l’important Middle East (Official) Committee, chargé d’élaborer et de coordonner la politique anglaise au Moyen-Orient, émettent le 12 octobre 1956 un avis très positif, similaire à celui du comité ministériel spécial du 11 octobre, sur « la situation créée par les conversations privées de New York ».

56 Ibid.., tél. n° 1078 du 8 octobre et n° 1103 du 10 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO (à New York), p. 107 et 153.

57 CAB 134/1216, EC(56) 34th Meeting, 10 octobre 1956, p. 258.

58 DDF, doc. n° 229, tél. n° 4246-4251, 1er octobre 1956, de l’ambassadeur français à Londres au MAE, « La position du gouvernement britannique dans l’affaire de Suez ». Chauvel signale que la détermination manifestée par les ministres français constitue pour les Britanniques un encouragement précieux au moment où l’imprécision des intentions américaines les laisse par ailleurs sans appui. Ibid., doc. n° 244, tél. n° 4319-4324, 5 octobre 1956, de l’ambassadeur à Londres au MAE, « Échange de vues entre M. Jean Chauvel et Sir Anthony Eden, le 4 octobre à Londres ».

59 PREM 11/1102, tél. n° 1078, 8 octobre 1956, du Premier ministre au secrétaire d’État au FO (à New York). CAB 134/1216, EC(56) 33rd Meeting, 8 octobre 1956, p. 251. Ainsi Eden dit-il à Lloyd dans un télégramme du 8 octobre : « je suis content que vous demeuriez solidement soudé aux Français et provoquiez de cette façon un raidissement chez Dulles ». Ibid., tél. n° 800-801, 5 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, rapport sur les conversations du 5 octobre avec Dulles, Pineau et leurs collaborateurs, p. 190.

60 DDF, doc. n° 265, tél. n° 1812-1814 , 11 octobre 1956, compte rendu des conversations privées entre MM. Pineau, Lloyd, Fawzi et Hammarskjôld, durant les deux séances du 11 octobre 1956. Quand Fawzi accepte que la SCUA recueille les droits versés par les usagers, « à condition que la centralisation des paiements soit faite dans un esprit de coopération », Lloyd déclare : « ceci est très important », puis il suggère de transmettre les propositions égyptiennes aux deux gouvernements. Pineau réplique alors au contraire que, « n’ayant reçu aucun élément nouveau, [il estime] n’avoir pas à demander de nouvelles instructions ».

61 PREM 11/1102, tél. n° 829, 11 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO (à New York) au Premier ministre. Lloyd signale que les discussions sont difficiles à cause de l’obstruction pratiquée par Pineau. Ibid., tél. n° 854, 14 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, rapport sur les conversations privées de New York, p. 10. Après avoir à nouveau signalé la conduite négative de Pineau, Lloyd observe : butforhis earlier attitude, I believe that we might have got an agreement by Friday [12 octobre] on a basis for negotiation.

62 Ibid., tél. n° 834, 12 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre. Lloyd prévient que Pineau doit partir dès le lendemain : Pineau leaves tomorrow. I cannot continue the private discussions after he has gone. [...] I think that a negotiation committee is the worst solution from ourpoint of view and a resolution the best, particularly if it recommends the dues be withheld from the Egyptians pending a settlement (p. 52).

63 Ibid., tél. n° 854, 14 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, rapport sur les conversations de New York, p. 10. Les deux ministres craignent une motion qui restreindrait leur liberté d’action et qui, peut-être même, imposerait la constitution d’un comité de négociation.

64 Ibid., tél. n° 853, 13 octobre 1956, du secrétaire d’État au Premier ministre, p. 16.

65 Ibid., tél. n° 854, 14 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 10-12.

66 Ibid., tél. n° 852, 13 octobre 1956, et n° 854, 14 octobre 1956, du secrétaire d’État au FO au Premier ministre, p. 12 et 18.

67 Ibid., EC(56) 59th Paper, 12 octobre 1956, « Staff conference held on 11th October 1956, Note by the Cabinet Secretary », p. 36. Assistent à cette réunion : Eden, Monckton et Anthony Head, secrétaire d’État à la Défense, ainsi que les trois chefs d’état-major et le général Keightley, Commandant en chef des forces britanniques (et françaises) au Moyen-Orient.

68 CAB 134/1217, EC(56) 60th Paper, Mémorandum by the Minister of Defense, 15 octobre 1956, p. 277 et 279.

69 Entretien du 14 juin 1988 entre Sir Anthony Nutting et l’auteur.

70 Clark, op. cit., p. 174. Le secrétaire du Premier ministre pour les relations publiques rapporte alors dans son journal une conversation qu’il a eue avec Lord Home et Sir Harold Caccia, sous-secrétaire d’État au FO pour les affaires du Moyen-Orient. (Le mot souligné est en italiques dans le texte cité).

71 McDonald, op. cit., p. 151.

72 The Daily Telegraph, 27 septembre 1956, Conférence de presse d’Hugh Gaitskell à Transport House, le 2 septembre 1956. The Times, 27 septembre 1956, lettre ouverte de John Stratchey, « A New Phase ».

73 Tribune, 28 septembre 1956, éd. « Don’t Let the Tories Wreck the United Nations ». The Daily Telegraph, 2 octobre 1956, discours d’Hugh Gaitskell à la Conférence annuelle du Labour Party, le 1er octobre 1956. The Daily Herald, 2 octobre 1956, éd. « An End to Double-Talk ».

74 Ibid., éditoriaux des 25 et 28 septembre, et des 4, 5, 10, 11 et 16 octobre 1956.

75 The Daily Telegraph, 28 septembre 1956, rapport sur la Conférence annuelle du parti libéral à Folkestone (27 septembre 1956). The Observer, 30 septembre 1956, éd. « A Serious Matter ».

76 The Manchester Guardian, 8 octobre 1956, éd. « To Negotiate ».

77 Ibid., vol. CLXXXI, n° 5902, 6 octobre 1956, éd. « Channel Crossing ».

78 The Economist, vol. CLXXXI, n° 5904, 20 octobre 1956, éd. « Suez and Jordan ».

79 The Times, 22 septembre 1956, éd. « New Phase ». Ibid., 24 septembre 1956, éd. « Clear Case ».

80 Par exemple, ibid., 8 octobre 1956, « Public Opinion on Suez ».

81 Ibid., 29 septembre 1956, éd. « Changing Atmosphere ».

82 The Financial Times, 22 septembre 1956, éd. « Users’ Decision ». Ibid., 3 octobre 1956, éd. « Reserves Prospect ». The Banker, vol. CVI, n° 369, octobre 1956, éd. « Suez Blues », par Sir Oscar Hobson, p. 620-624.

83 The Spectator, n° 6691, 21 septembre 1956, éd. « User’s Choice ».

84 Ibid., n° 6692, 28 septembre 1956, éd. « Between the Acts ». Comme la semaine précédente, la revue tory se félicite de ce que la crise de Suez devrait entraîner la révision de la politique anglaise au Moyen-Orient.

85 Time and Tide, vol. 37, n° 37, 15 septembre 1956, éd. « In Defence of Law ».

86 The Daily Telegraph, 18 septembre 1956, lettre ouverte de John Biggs-Davidson, « The Two Who Bear the Brunt ». On remarque le peu d’importance attaché par les Suez Rebels au projet d’association des usagers du canal de Suez, qui, pour eux, conduirait tout au plus à un boycott du canal de Suez, à l’importation de pétrole-dollar et donc à un assujettissement accru de la Grande-Bretagne au système économique dominé par les États-Unis.

87 The Daily Express, 24 septembre 1956, éd. « Now – Over to UNO ». Le journal conclut au sujet de l’appel aux Nations unies : What is certain is that Colonel Nasser will ignore any part of the UNO findings he dislikes [...] and that the Suez problem will still have to be solved.

88 Time and Tide, vol. 37, n° 38, 22 septembre 1956, éd. « Danger Point ».

89 The Daily Telegraph, 24 septembre 1956, discours de Lord Kilmuir à Withenshawe, Manchester, le 22 septembre 1956. Dans son journal, William Clark décrivait l’allocution de Kilmuir comme « le premier grand succès » de l’intervention dans le débat intérieur, voulue par le Premier ministre.

90 The Listener, vol. LVI, n° 1435, 27 septembre 1956, Party political broadcast, Alan Lennox-Boyd : « The Suez Question and the Colonies », diffusé le 22 septembre 1956.

91 The Daily Herald, 24 septembre 1956, éd. « Stop this Stupidity ».

92 The Daily Telegraph, 28 septembre 1956, communiqué officiel anglo-français du jour précédent et déclaration d’Eden à l’aéroport, à son retour de France.

93 DDF, doc. n° 229, tél. n° 4246-4251, 1er octobre 1956, de Jean Chauvel au MAE, « La position du gouvernement britannique sur l’affaire de Suez ».

94 Chapitre III, p. 123-125. On se souvient qu’Amery déclarait le 30 juillet aux Communes : « la solidarité avec les Français est la clé dans cette affaire ».

95 The Daily Express, 22 septembre 1956, éd. « 57 Days Wasted ». The Daily Telegraph, 22 septembre 1956, éd. « Where Do We Go from Here ? ».

96 The Daily Telegraph, 28 septembre 1956, éd. « London, Paris and Washington ».

97 Ibid., 6 octobre 1956, éd. « Communism in Middle East ».

98 Ibid., 8 octobre 1956, article, « 45 Locomotives from U.S. »

99 Ibid., 9 octobre 1956, article de R.H.C. Steed, « Keeping up with Mr. Dulles ».

100 Ibid., 9 octobre 1956, éd. « America and Suez ».

101 The Sunday Times, 23 septembre 1956, éd. « Playing for Time ». Habituellement très modéré, ce journal montre une forte irritation envers les États-Unis : [It] would be wrongto try to avoid anyfurther theprécipitation of the issue. We have already followed far enough U.S. successive efforts to do so. France and our friends, as well as our national interest, also deserve consideration.

102 The Daily Telegraph, 6 octobre 1956, lettre ouverte de Sir Robert Boothby (datée du 5 octobre).

103 Time and Tide, vol. 37, n° 39, 29 septembre 1956, éd. « A Duty to the World ».

104 The Daily Telegraph, 5 octobre 1956, éd. « Before the Security Council ».

105 Ibid., 8 octobre 1956, article en première page sur Suez.

106 The Daily Mail, 9 octobre 1956, éd. « The Suez Rot ».

107 Time and Tide, vol. 37, n° 41, 13 octobre 1956, éd. « What Happens Next ».

108 The Daily Express, 15 octobre 1956, éd. « The Talks Trap ».

109 The Daily Telegraph, 15 octobre 1956, éd. « Six Principles and a Veto ».

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search