Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Chapitre III. Le débat sur l’affaire de Suez en Angleterre (26 juillet-12 septembre 1956)

Texte intégral

L’opposition parlementaire et l’opinion publique britanniques devant l’affaire de Suez

L’unanimité nationale et ses limites

  • 1 CD, vol. 557,30 juillet 1956, déclaration sur l’affaire de Suez, col. 918-919, et le 2 août 1956, d (...)
  • 2 Ibid., 2 août 1956, col. 1621-1622, C. Davies.
  • 3 Ibid., col. 1614, 1616-1617, H. Gaitskell. House of Lords, Parliamentary Debates (LD), vol. 119, 2  (...)
  • 4 CD, vol. 557, 2 août 1956, débat sur Suez, col. 1626-1627, Denis Healey. G. Williams et B. Reed, De (...)

1Dans les premiers jours de la crise de Suez, le Parlement anglais tout entier souscrit à la position du Premier ministre et à son refus de laisser le canal de Suez sous le « contrôle illimité » de l’Égypte. Le débat du 2 août revêt une grande importance, car les Chambres ajourneront ensuite leurs sessions pour près de six semaines. Au discours énergique d’Eden, qui proclame la volonté anglaise de confier l’administration de la voie maritime à une autorité internationale, seule garante du libre passage, Hugh Gaitskell, chef du Labour, donne une réplique tout aussi radicale. Il reprend à la fois la thèse officielle sur la nature spéciale de la Compagnie de Suez et le procès d’intention fait à Nasser. Il compare de surcroît le leader égyptien à Hitler et lui impute des ambitions impériales avec le dessein particulier de détruire Israël1. Clement Davies, le chef des libéraux, abonde dans le même sens, mais en des termes plus mesurés2. Pourtant, malgré leurs outrances verbales, les travaillistes formulent des conditions à leur soutien dans cette affaire, qu’ils qualifient de « collective », et dans laquelle ils réclament le respect de la Charte des Nations unies. Ainsi Gaitskell approuve-t-il les précautions militaires prises par le gouvernement, mais exclut un recours aux armes, injustifiable sauf en cas de blocus égyptien3. D’autres travaillistes, dont Denis Healey, précisent encore, dans un sens restrictif, le soutien de leur mouvement à une future « solution internationale » au différend de Suez4.

  • 5 Ibid., col. 1652-1653, J. Hall.
  • 6 Ibid., 30 juillet 1965, déclaration ministérielle sur Suez (question), col. 920, C. Waterhouse. Ce (...)
  • 7 Ibid., 27 juillet 1956, déclaration sur la nationalisation de la Compagnie de Suez (réponses), col. (...)
  • 8 Ibid., 2 août 1956, débat sur Suez, col. 1697, 1699-1700, J. Amery.
  • 9 Ibid., col. 1639-1640, Viscount Hinchinbrooke. Cette nécessité de réagir sans délai est exprimée pa (...)
  • 10 Ibid., col. 1617, 1619-1620, C. Waterhouse. Le leader impérialiste insiste lui aussi sur l’urgence (...)

2Aux Communes comme à la Chambre des Lords, les conservateurs de toutes tendances manifestent leur opposition à l’expropriation de la Compagnie de Suez. Les modérés, comme John Hall, endossent les décisions du gouvernement et prônent un resserrement des liens avec les États-Unis, au bénéfice des intérêts nationaux. Hall exclut néanmoins un ultimatum à l’Égypte, car l’action militaire ne peut être qu’une « étape ultime », et encore, « seulement si son succès est assuré »5. Du côté tory, les Suez Rebels tendent cependant à dominer le débat, dont, méfiants, ils avaient seuls réclamé la tenue6. Dès le 27 juillet, le Capitaine Waterhouse, avec Julian Amery, a appelé à la défense « des intérêts et de l’honneur » du Royaume-Uni7. Le 2 août, les deux meneurs du noyau impérialiste s’expriment encore avec la même vigueur. Amery voit dans la nationalisation un défi à relever immédiatement, lancé aux nations occidentales par Nasser, sous l’influence des Soviétiques. Il remarque pertinemment que l’objectif de placer le canal sous l’autorité d’une institution internationale, admis par tous, laisse les Britanniques divisés sur le moyen de l’atteindre. S’il approuve la tenue d’une conférence maritime afin de « préparer le plan pour internationaliser le canal », Amery dit craindre « un nouveau marché entre les États-Unis et l’URSS, aux dépens de la Grande-Bretagne ». À côté de cette réunion internationale, qui pourrait traîner en longueur, une « action décisive » et immédiate s’impose : Nasser doit révoquer la nationalisation et admettre la présence d’unités françaises et anglaises, « avant-garde de la [future] force internationale de protection du canal »8. La plupart des autres orateurs tories discourent dans le même sens. Hinchinbrooke fait, en particulier, une mise au point notable lorsqu’il déclare les arguments sur la nature et le rôle de la Compagnie de Suez « dépassés par le grand dessein de l’internationalisation [...] proclamé le 30 juillet [par le Premier ministre], et réaffirmé aujourd’hui ». « Par diplomatie ou par force, il s’agit maintenant de réaliser ce grand concept ». Français et Britanniques devraient, avec ou sans les États-Unis, « en anticipation [de l’action] de l’ONU », lancer un ultimatum à l’Égypte. Sceptique quant aux résultats de la future réunion internationale, Hinchinbrooke souligne enfin les dangers de l’attentisme9. Le capitaine Waterhouse n’intervient que brièvement, le 2 août, pour exprimer sa satisfaction de ne pas avoir à « demander de nouvelles assurances » sur la politique du Cabinet puisque le Premier ministre et le gouvernement relèvent le défi égyptien de façon claire et directe10.

  • 11 The Daily Telegraph, 28 juillet 1956, éd. « Dictator off Balance » (et aussi les articles du même j (...)
  • 12 The Times, 28 juillet 1956, éd. « Time for Decision » ; The Financial Times, 28 juillet 1956, éd. « (...)
  • 13 The Manchester Guardian, 28 juillet 1956, éd. « Suez » et 31 juillet 1956, éd. « Pause for Thought  (...)
  • 14 The Economisé vol. CLXXX, n° 5893, 4 août 1956, éd. « Europe’s Achilles’ Heel » p. 382- 383.
  • 15 Deux autres grandes publications critiquent bientôt l’attitude menaçante du Cabinet : News Chronicl (...)

3L’opinion informée, telle qu’elle transparaît dans les commentaires de la grande presse britannique, réagit aussi fortement que les parlementaires à la nationalisation de la Compagnie de Suez, qualifiée de « piraterie » ou de « brigandage ». Des quotidiens politiquement opposés, comme le Daily Telegraph ou le Daily Herald, attaquent Nasser de la même façon : ce dictateur menace la « ligne d’approvisionnement pétrolier » de la Grande-Bretagne et tente de faire du « chantage »11. Le Times adopte un ton très énergique, à l’instar de la majorité des grands journaux comme The Sunday Times, News Chronicle, The Financial Times ou The Daily Express et The Daily Mail12. Seul le Manchester Guardian fait d’emblée entendre une voix discordante par sa modération et son pragmatisme. Dès le 31 juillet, il critique vivement la déclaration officielle d’Eden selon laquelle le pays n’acceptera pas que le canal demeure sous le contrôle d’une seule puissance, situation de fait pourtant créée par le départ des forces anglaises d’Égypte. Le grand quotidien libéral recommande une attitude calme dans une affaire qui affecte essentiellement le prestige de l’Occident au Moyen-Orient : il convient seulement d’atténuer les effets du passage de cet « intérêt international » au pouvoir d’un gouvernement « violemment nationaliste », notamment par le développement d’autres moyens de transport du pétrole, superpétroliers ou pipelines. Il lance l’idée d’une agence internationale, éventuellement rattachée à l’ONU, qui superviserait l’administration du canal et pourrait percevoir les droits de péage pour l’Égypte13. The Economist exprime quelques jours plus tard des idées très similaires et condamne le discours officiel sur Nasser, ses visées supposées et les enjeux de la crise14. Apparemment isolés au départ, dans leur position modérée, les deux grands journaux libéraux vont graduellement rallier en août une grande partie de l’opinion britannique qui, au plan politique, s’étendra de la gauche travailliste à l’aile modérée du parti tory15.

  • 16 The Times, 1er août 1956, éd. « A Hinge of History ». Les États invités à la conférence internation (...)
  • 17 The Financial Times, 30 juillet 1956, éd. « Effective Action ».
  • 18 The Times, 3 août 1956, éd. « Resisting the Aggressor ». L’éditorialiste précise : [...] The Govern (...)
  • 19 Ibid., 15 août 1956, éd. « What Is at Stake ». The Financial Times, 30 juillet 1956, éd. « Effectiv (...)
  • 20 Iverach McDonald, A Man of the Times, Londres, Hamilton, 1976, p. 150. Le rédacteur en chef du Time (...)
  • 21 Clark, op. cit., p. 174. « Question de vie ou de mort » : expression utilisée par Eden dans un disc (...)
  • 22 Monckton Papers, Box 7, General Correspondence, lettre du 14 août 1956 au Premier ministre (Bodleia (...)
  • 23 Guillaume Parmentier, « The British Press in the Suez Crisis », The Historical Journal, vol. 23, n° (...)

4Proche du pouvoir, The Times appuie vigoureusement le Cabinet dans son attitude intransigeante. Depuis le début, il donne à la nationalisation une dimension vitale : le « coup de Nasser » pourrait entraîner l’effondrement des intérêts britanniques et occidentaux au Moyen-Orient16. The Financial Times, un autre journal important de la City, tient un langage identique17. Pourtant malgré leur discours très radical, ces publications, destinées aux élites politique et économique anglaises, font des mises en garde très claires contre tout aventurisme. Par exemple, le Times souligne que le gouvernement britannique doit éviter d’apparaître lui-même comme l’agresseur et agir en conformité avec la Charte des Nations unies18. Quoique partisan de l’internationalisation du canal de Suez, ce journal demandera par la suite aux dirigeants une ferme résolution, mais aussi du sang-froid : la Grande-Bretagne doit faire preuve de « patience, de fermeté et de générosité »19. À la vérité, pendant plusieurs semaines, le Times ou le Financial Times, comme d’autres, entendent servir les intérêts nationaux et la politique du Cabinet par l’expression de vues extrémistes et d’un soutien sans faille à l’objectif officiel de l’internationalisation du canal20. Au reste, à la veille de la Conférence de Londres, William Clark note la difficulté de persuader la presse britannique de la gravité de la situation21. Deux jours auparavant, le 13 août, Walter Monckton, le ministre de la Défense, a fait le même constat lors de rencontres avec les rédacteurs ou les correspondants des principaux journaux nationaux : « tous ont montré des signes d’adoucissement » et cherchent « une manière de retraiter » par rapport à leur position radicale des premiers jours de la crise22. La presse anglaise et les groupes qu’elle représente, ne voient donc guère la crise de Suez au travers du « prisme déformant » de l’expérience des années 193023.

La lente évolution de la position travailliste sur la question du canal

  • 24 Voir par exemple, PREM 11/1516, compte rendu d’un entretien entre le secrétaire au FO et H. Gaitske (...)
  • 25 The Daily Mirror, 31 juillet 1956, « This is the unpleasant truth about the Middle East », article (...)
  • 26 Douglas Jay, op. cit., p. 254.
  • 27 The Daily Herald, 28 juillet 1956. La même préoccupation, avec le but d’alourdir l’accusation de ch (...)
  • 28 Philip M. Williams, Hugh Gaitskell. A Political Biography, Londres, Jonathan Cape, 1979, p. 420-423 (...)

5L’attitude très énergique d’Hugh Gaitskell lors du débat du 2 août sur Suez aux Communes, imitée par le Daily Herald, organe de son parti, surprend rétrospectivement en raison de l’opposition ultérieure du Labour à la poursuite de la politique de fermeté engagée par le gouvernement contre l’Égypte. Cette apparente contradiction reflète un certain désarroi, allié à une volonté de défendre les intérêts nationaux. Malgré leurs critiques contre l’action diplomatique du Cabinet conservateur dans le monde arabe, les travaillistes en partagent tout de même l’orientation générale. Par exemple, Gaitskell, résolu à défendre les intérêts pétroliers britanniques dans le golfe Persique, ne rejette aucunement le Pacte de Bagdad comme moyen de préserver la présence anglaise dans le monde arabe24. Le sentiment pro-israélien du Labour et de son leader tient aussi une place considérable parmi les facteurs qui amènent le parti à attaquer violemment l’Égypte et Nasser25. L’imprudente référence aux dictateurs européens des années 1930, faite par Gaitskell le 2 août à la Chambre, vise dans une large mesure à servir la cause de l’État hébreu26. Cet excès verbal calculé ne procède bien entendu d’aucune confusion historique27. Mais le choix d’une attitude énergique, très hostile à Nasser, repose avant tout sur la double nécessité d’appuyer le gouvernement en temps de crise et de ne pas sembler trahir les intérêts nationaux. Gaitskell évoque ce mobile dans une conversation avec Denis Healey, peu avant le débat du 2 août, puis plus tard, dans des missives adressées à deux députés travaillistes désireux de rompre l’unité nationale à propos de Suez. Le leader du Labour Party justifie finalement devant le Comité parlementaire travailliste les outrances de son discours du 2 août par l’importance, au plan intérieur, de ne pas paraître déserter la cause du pays dans cette épreuve de force avec l’Égypte28.

  • 29 Ibid., p. 561-562. Gaitskell note dans son journal, le 30 juillet, sa préoccupation de ne pas laiss (...)
  • 30 Ibid., notes du 2 août (p. 568), sur la rencontre entre Eden et Gaitskell avant le débat sur Suez a (...)
  • 31 PREM 11/1159, p. 28-30, lettre de Gaitskell au Premier ministre, 10 août 1956. Gaitskell, op. cit., (...)
  • 32 Ibid, p. 34, lettre du Premier ministre à Hugh Gaitskell, 12 août 1956.
  • 33 PREM 11/1159, p. 28-30, lettre de Gaitskell au Premier ministre, 10 août 1956. The Times, 7 août 19 (...)
  • 34 Williams, Hugh Gaitskell..., op. cit., p. 419-420. Gaitskell op. cit., p. 567. En refusant un débat (...)
  • 35 The Daily Telegraph, 7 et 9 août 1956. Parmi les 24 députés signataires de cette déclaration hostil (...)
  • 36 Tribune, 3 août 1956, « It Must Be World Control for All the Commercial Waterways », article d’A. B (...)
  • 37 The Daily Herald, 7 août 1956, éd. « No Time for Folly » ; 8 août 1956, éd. « Be Sane, Be Clear » e (...)
  • 38 Tribune, 3 août 1956, « Stop this Suez Madness » ; 10 août 1956, éd. « Labour Must Order the Govern (...)
  • 39 Labour Party Archives, Labour Parliamentary Committee Meeting, Monday 13th August 1956. The Manches (...)
  • 40 The Daily Herald, 14 août 1956, interview d’Hugh Gaitskell. Déclaration du 12 août de Nasser dans T (...)
  • 41 The Times, 15 août 1956 (texte de l’allocution de S. Lloyd). Au lendemain, le Daily Mirror somme le (...)

6En privé toutefois, par une série de démarches exécutées durant les deux premières semaines de la crise, le chef du Labour informe le Premier ministre de sa position réelle, bien en retrait au regard du langage utilisé à la Chambre. Son parti n’approuverait l’usage de la force qu’en cas d’action de l’Égypte qui la ferait désigner par les Nations unies comme agresseur29. Inquiet, Gaitskell s’efforcera par plusieurs initiatives à la fois de marquer les limites de son soutien et d’obtenir d’Eden, mais sans succès, des assurances30. Le 10 août, contraint de préciser enfin sa position, il avertit le chef du Cabinet que son mouvement va devoir se prononcer officiellement sur la question de Suez, dans un sens nettement modéré, en retrait par rapport à la ligne « bi-partisane », très ferme par le ton, suivie depuis juillet31. Eden se borne néanmoins, lors de ces contacts, à renseigner en termes généraux Gaitskell sur ses initiatives diplomatiques et à affirmer que les mouvements militaires en cours constituent des « précautions », utiles pour une éventuelle démonstration de force. Il laisse néanmoins sans réponse la question du leader travailliste sur ses intentions dans l’hypothèse, soit d’un échec de la conférence à venir, soit d’un refus de Nasser d’agréer les requêtes des puissances maritimes32. Lorsqu’il fait savoir au chef du Cabinet son adhésion aux vues publiées dans le Times par Denis Healey et Douglas Kay, deux députés travaillistes éminents, Gaitskell exprime non seulement son refus d’une solution militaire, mais aussi une divergence majeure sur la nature de la nationalisation de la Compagnie de Suez : à ses yeux, elle ne représente ni une agression ni une violation de la Convention de 188833. Ce raidissement notable de Gaitskell répond aussi à l’évolution de l’opinion au sein de son mouvement et de la presse de gauche. Il ne peut retarder plus longtemps la discussion sur la position réelle du Labour Party dans l’affaire de Suez34. En outre, l’aile gauche du parti se désolidarise publiquement de l’attitude énergique prise par les dirigeants travaillistes et, au cours de la première décade d’août, se range ouvertement derrière le Manchester Guardian35. Proche d’Aneurin Bevan, Tribune devient le porte-parole principal des adversaires de l’orientation « bi-partisane ». Cette revue dénonce la campagne anti-nassérienne ainsi que la « politique de menace » du gouvernement, non sans blâmer Gaitskell36. Bientôt, les deux grands quotidiens travaillistes, Daily Mirror puis Daily Herald, vont entamer eux aussi une croisade contre le recours à la force. L’organe du Labour s’abstient néanmoins jusqu’au début de septembre d’attaquer le Cabinet, mais insiste sur la limite des mesures à employer en cas d’obstination égyptienne à refuser la gestion internationale du canal : les mesures les plus sévères permises par la concertation internationale doivent suffire37. Graduellement, Tribune et dans une moindre mesure le Daily Mirror définissent pour le Labour une politique opposée à celle des ministres. La revue bevaniste rallie une large partie de l’opinion travailliste à une position fondée sur quatre points : le déploiement de forces militaires anglaises, réprouvé car inadéquat et « immoral » ; la compétence exclusive des Nations unies pour fixer les termes d’un règlement du conflit ; le rôle du parti, jugé insatisfaisant jusqu’ici ; l’imposition de la gestion internationale du canal de Suez, impossible parce qu’attentatoire à la souveraineté égyptienne38. Le 13 août, à l’issue d’une réunion de leur Comité parlementaire, les dirigeants travaillistes se prononcent enfin officiellement contre une action militaire non sanctionnée par les Nations unies, et réclament publiquement des assurances officielles à ce sujet. Ils demandent en outre que le plan élaboré par la future conférence internationale soit soumis à l’Assemblée générale de l’ONU et mis en œuvre par cette institution39. Le communiqué du comité parlementaire marque le 13 août l’abandon d’une politique sur Suez qui n’a été depuis juillet « bi-partisane » que par l’abstention de l’opposition et les complaisances verbales de son leader. Le parti travailliste clarifie sa position sur deux questions majeures, celles de l’emploi de la force et de l’intervention, jugée indispensable, de l’ONU dans la crise de Suez : il s’agit à la fois de répondre au mouvement de l’opinion au sein du Labour et d’influencer dans le sens de la modération l’action du Cabinet. D’ailleurs le lendemain, Gaitskell déclare, dans une interview au Daily Herald, que l’on a largement dénaturé son allocution du 2 août à la Chambre, et fait état de préoccupations grandissantes à propos des dispositions militaires prises par le gouvernement. Mais surtout, le leader travailliste exprime l’opinion que les offres de Nasser de réaffirmer la Convention de 1888 laissent entrevoir la possibilité d’un accord, à défaut duquel seules des sanctions économiques seraient acceptables40. Ce même 14 août, le secrétaire d’État au Foreign Office reprend dans un discours télédiffusé fort énergique, les arguments très excessifs déjà avancés dans son allocution par le Premier ministre la semaine précédente. Bien qu’il situe sa politique dans l’esprit des Nations unies et qualifie les préparatifs militaires de préventifs, Selwyn Lloyd ne prodigue aucune des assurances attendues par le Labour Party41.

  • 42 Tribune, 17 août 1956, éd. « Resist Eden Every Inch on the Way », et 24 août 1956, « Suez – We Must (...)
  • 43 The Daily Herald, 31 août 1956, éd. « Going to the Brink ». L’organe travailliste critique la venue (...)
  • 44 Gaitskell, op. cit., p. 576, 584-595.
  • 45 The Daily Mirror, 4 septembre 1956, « This Is Time for Brutal Frankness from Gaitskell to Eden », a (...)
  • 46 The Daily Mirror, 4 septembre 1956, discours d’Hugh Gaitskell, à Leeds, et de John Stratchey, à Dun (...)
  • 47 Labour Party Archives, Parliamentary Committee Meeting, Thursday 6th September 1956. Il s’agit de l (...)
  • 48 The Daily Mirror, 7 septembre 1956, éd. « It’s Not a Personal Duel ».
  • 49 The Daily Herald, 12 septembre 1956, éd. « The Way of Peace ».
  • 50 The Daily Telegraph, 7 septembre 1956.
  • 51 Labour Party Archives, Meeting of the Party (P. L.P.), Friday, September 12th 1956.
  • 52 Ibid., Special Meeting of the Parliamentary Committee on Tuesday 11th September 1956.
  • 53 The Daily Herald, 12 septembre 1956, éd. « The Way of Peace ». L’organe travailliste exige que le g (...)

7Dans la deuxième moitié d’août, les travaillistes temporisent, sans doute dans l’attente de la Conférence de Londres et de ses suites. Les deux grands quotidiens proches du Labour suspendent leurs critiques, mais Tribune, toujours en campagne contre les préparatifs militaires du Cabinet, s’oppose à la réunion internationale, prélude, selon elle, à « un ultimatum appuyé par la menace militaire »42. L’installation d’unités françaises à Chypre, à partir du 30 août, provoque de vives réactions chez les travaillistes, exprimées avec force par le Daily Mirror et le Daily Herald43. Jusqu’à la fin d’août, Gaitskell ne se préoccupe pas des mesures militaires prises par le Cabinet, « précautions légitimes » qui ont pour but, croit-il, d’apaiser le Suez Group et surtout de faire pression sur les Égyptiens par le bluff44. Cependant l’aile gauche de son mouvement le somme de jouer enfin pleinement son rôle de chef de l’opposition et, de diverses sources, des informations alarmantes lui parviennent sur les dispositions bellicistes de certains ministres et sur la réalité de la planification militaire en cours45. Le 2 septembre, les dirigeants du parti travailliste opèrent un retournement remarquable : dans des discours publics, Gaitskell et John Strachey, ancien ministre de la Défense et membre du Shadow Cabinet, interpellent le gouvernement. Ils insistent sur la nécessité de réunir le Parlement et exigent un engagement officiel à n’utiliser la force qu’en état de légitime défense. Strachey condamne sans équivoque la venue des soldats français à Chypre46. Enfin, le 6 septembre, le Comité parlementaire travailliste réaffirme la position définie le 13 août et presse le Premier ministre de rappeler les Chambres47. Le gouvernement répond par l’annonce d’une session extraordinaire le 12 septembre. On prévoit aisément l’orientation qu’adopteront en Chambre les travaillistes, compte tenu des précisions successives fournies par les responsables du Labour et des revendications instantes des journaux travaillistes. En particulier, le Daily Mirror exige le 7 septembre une clarification des vues ministérielles sur l’emploi des moyens militaires et sur l’intervention de l’ONU dans le conflit avec l’Égypte48. Plus explicite, le Daily Herald requiert du Cabinet qu’il porte le différend aux Nations unies et s’engage à n’user de la force qu’avec leur autorisation49. Et puis le puissant Trade Unions Congress (TUC), Conférence des syndicats ouvriers anglais, intervient dans le même sens par sa « résolution d’urgence » du 6 septembre50. Devant l’ensemble des élus et des pairs travaillistes (Parliamentary Labour Party), au premier jour du débat parlementaire sur Suez, le 12 septembre, Hugh Gaitskell définit la position du parti autour de trois points essentiels : l’usage de la force contre les Égyptiens, « qui s’avérerait catastrophique en raison de l’opposition de l’opinion internationale » ; l’indispensable recours aux Nations unies et la possibilité d’un règlement de compromis avec l’Égypte. Dans le cas où le Premier ministre entendrait saisir le Conseil de Sécurité, le Labour devra insister pour que cette démarche ait pour but de fournir d’autres occasions de négocier, indique le leader travailliste51. Le Shadow Cabinet a d’ailleurs opté la veille pour la motion de censure sur la politique gouvernementale dans la crise de Suez52. Sans doute le Labour réagit-il ainsi, dans une certaine mesure, au retrait des pilotes européens du canal de Suez, dont il avait demandé formellement le maintien53.

  • 54 Hugh Cuddlip, Walkingon the Water, Londres, The Bodleian Head, 1976, p. 227. Le rédacteur en chef d (...)

8Entre le 26 juillet et les débats parlementaires de septembre, le comportement du parti travailliste dans l’affaire de Suez connaît globalement trois phases. Premièrement, jusqu’au 13 août, il maintient à l’égard de l’Égypte une attitude très dure, intransigeante, qui donne de facto une base « bi-partisane » à la politique des ministres anglais. Pendant cette période, les dirigeants travaillistes endossent l’objectif officiel, pourtant excessif, de l’instauration du contrôle international de la voie maritime de Suez. Cette unanimité apparente masque toutefois, sur le choix des moyens, un désaccord considérable, qui apparaît au cours des contacts privés entre Gaitskell et le Premier ministre. Pour réaliser cette union nationale de façade, le chef du Labour Party empêche le débat dans les rangs travaillistes, avec pour conséquence l’agitation de l’aile gauche, qui s’exprime dans Tribune54. L’action de ces contestataires, conjuguée au malaise croissant suscité par l’ambiguïté du discours et des mesures militaires gouvernementaux, oblige bientôt les dirigeants travaillistes à indiquer publiquement, avec retenue mais clairement, les limites de leur soutien au Cabinet. Dans un second temps, du 13 août au 2 septembre, le parti travailliste observe une attitude réservée et ambivalente : il souscrit toujours aux initiatives diplomatiques d’Eden, mais suggère aussi la négociation, et donc un compromis avec les Égyptiens (déclarations de Gaitskell le 14 août). Mais les responsables travaillistes ne rompent pas explicitement et assez tôt avec le langage outrancier dirigé contre l’Égypte et Nasser. Ils ne mettent pas non plus en relief leur renonciation à l’institution d’une administration internationale du canal et ne peuvent donc exercer jusqu’en septembre qu’une influence négative. Ils concourent à prévenir le recours aux armes, sans cependant aiguiller efficacement la politique officielle dans le sens d’une solution de compromis sur le statut du canal de Suez. De la même façon, ils ne peuvent pas répondre directement au gouvernement dans le débat intérieur, dans lequel, exception faite de Tribune, la véritable opposition vient essentiellement de la presse libérale. Enfin, le Labour Parti ne reprend ouvertement son rôle d’opposition que très tard, à partir du 2 septembre.

  • 55 CD, vol. 557, 27 juillet 1956, déclaration sur la nationalisation de la Compagnie de Suez, col. 778 (...)
  • 56 PREM 11/1146, note sur l’entretien du 14 août 1956, entre Clement Davies et le Lord-Président du Co (...)
  • 57 Ibid., lettre du Chef du Parti libéral au Premier ministre, 1er septembre 1956.
  • 58 The Manchester Guardian, 28 juillet 1956, éd. « Suez » ; 31 juillet 1956, éd. « Pause for Thought » (...)
  • 59 The Manchester Guardian, 2 août 1956, éd. « Military Action » et 10 août 1956, éd. « In Perspective (...)
  • 60 The Manchester Guardian, 4 août 1956, éd. « Ends and Means », 10 août 1956, éd. « In Perspective » (...)
  • 61 The Manchester Guardian, 16 août 1956, éd. « Looking Ahead ».

9Quelque peu marginal, le petit parti libéral adopte lui aussi aux Communes une attitude patriotique, mais avec beaucoup moins d’excès que les travaillistes. Et puis les pairs libéraux se chargent de donner au discours du mouvement des intonations fort pragmatiques, concordantes avec l’appel au sang froid et au réalisme lancé par le Manchester Guardian55. Après un entretien avec le chef du parti libéral, Clement Davies, le 14 août, Lord Salisbury informe le Premier ministre des réserves des libéraux devant des mesures militaires trop importantes. Davies a de surcroît écarté « dans tous les cas » une intervention armée sans appel préalable aux Nations unies56. Le 1er septembre enfin, les libéraux s’associent de façon significative à la requête du Labour pour la convocation du Parlement57. Cependant les principaux porte-parole du courant libéral anglais appartiennent à la grande presse nationale : il s’agit du Manchester Guardian et de The Economist. Ces deux publications éminentes réclament placidement qu’au-delà des aspects politiques de la crise, affaire essentiellement de prestige, on prenne en compte les intérêts économiques, d’ailleurs convergents à leurs yeux, des Égyptiens comme de leurs adversaires58. Elles rejettent toute comparaison trompeuse avec les crises des années 1930, et estiment possible une solution négociée dans un esprit avant tout commercial, et définie dans le cadre global à la fois de la rivalité Est-Ouest et des rapports économiques et politiques entre l’Occident et le Moyen-Orient59. Tant le Manchester Guardian que The Economist s’opposent dès les premiers jours d’août à la politique du Cabinet et insistent sur le rôle indispensable des Nations unies dans la recherche d’un règlement au différend avec l’Égypte60. D’ailleurs, dès le 16 août, alprs que Français et Anglais tentent de rallier à Londres les puissances maritimes à leur politique de fermeté, le grand quotidien de Manchester n’hésite pas à défendre le projet indien d’un compromis basé sur la supervision internationale de la gestion du canal61. Ainsi ce journal et The Economist gênent-ils considérablement le gouvernement Eden, car, opposés avec véhémence à tout recours à la canonnière, ils dédramatisent l’affaire de Suez. Mais surtout, ils contribuent à mettre en lumière les divergences qui, masquées dans un premier temps, existent depuis le début au sein des milieux dirigeants en Grande-Bretagne.

L’opinion publique anglaise et l’affaire de Suez de la nationalisation à la Deuxième Conférence de Londres

  • 62 BIPO. Survey 469B, August 1956. Les interrogatoires ont eu lieu du 4 au 6 août 1956. Les questions (...)
  • 63 Ibid. À ce moment, 30 % des travaillistes et 24 % des libéraux accepteraient l’emploi de la force c (...)

10Au début de la crise de Suez, les Britanniques partagent pleinement les vues exprimées par les dirigeants du gouvernement et de l’opposition parlementaire, et par la presque totalité de la presse anglaise. Un sondage du British Institute of Public Opinion (BIPO), effectué du 4 au 6 août, indique que 65 % des personnes interrogées jugent illégitime l’expropriation de la Compagnie de Suez et qu’une majorité d’entre elles n’accordent pas foi aux assurances égyptiennes sur le respect des accords internationaux sur la libre circulation dans le canal62. Les principales mesures gouvernementales, gel des balances égyptiennes en sterling et rappel d’un certain nombre de réservistes, recueillent l’accord, respectivement, de 74 % et 65 % des sondés. Mais parmi ces derniers, fait notable, 30 % de ceux qui se disent travaillistes écartent la deuxième disposition. Soixante-quatre pour cent des participants favorisent soit le rétablissement de l’ancienne société concessionnaire (20 %), soit le contrôle de la voie maritime de Suez par une autorité internationale (42 %). En cas de refus de l’Égypte de se plier aux décisions de la prochaine conférence internationale, une majorité (47 %) souhaiterait que l’on s’en tienne à une action économique et politique, mais une minorité appréciable (30 %) pencherait pour le recours aux moyens militaires. Sur ce point, les réponses des conservateurs montrent qu’ils se divisent presque également : 44 % adhèrent au courant majoritaire ; 43 % opteraient pour l’action militaire63.

  • 64 Ibid., la préférence des Britanniques pour une action collective en vue de régler le problème de Su (...)

11Selon les résultats de cette enquête, l’opinion publique anglaise soutient massivement au début d’août la politique du Cabinet. Elle souscrit aux thèses des responsables gouvernementaux sur la nationalisation et sur l’Égypte nassérienne. Les Britanniques se rallient en outre à leur objectif officiel, obtenir la gestion internationale du canal, sinon même l’annulation de l’expropriation de la Compagnie de Suez. Par contre, une nette majorité d’entre eux fixe une limite capitale aux moyens à utiliser pour atteindre ce but, car ils excluent l’emploi de la force et cela, au moment où l’opinion est encore sous le choc de la nationalisation et sous l’influence de la quasi-unanimité nationale réalisée au Parlement comme dans la presse. D’ailleurs, une majorité écrasante (90 %) approuve la tenue d’une conférence internationale avec participation égyptienne. La crise apparaît donc avant tout comme un problème international et non pas comme l’objet particulier de la politique étrangère du pays64.

  • 65 CAB 21/3092, note au Premier ministre sur une discussion entre Mr. Tewson, secrétaire général du Tr (...)
  • 66 BIPO, Survey 427A, September 1956.

12Sitôt après les premiers jours d’août, débute un changement majeur de l’opinion publique anglaise, comme le fera observer le Secrétaire général du TUC au ministre du Travail, I. McLeod, le 14 août65. Sans doute faut-il y voir les effets d’une diminution naturelle de l’émotion dans la population ainsi que ceux de la contestation des thèses officielles par la gauche du Labour et par certains journaux importants. Un nouveau sondage, effectué les 5 et 6 septembre par le BIPO, montre un affaiblissement relatif du soutien accordé par le public aux gouvernants, même si leur politique recueille encore, à ce moment l’adhésion d’une majorité de personnes interrogées : 65 % d’entre elles pensent que le Cabinet a eu raison de ne pas réagir par la force à la nationalisation et 69 % croient correctes les précautions militaires adoptées66. Si 52 % des participants approuvent la Conférence de Londres, 39 % auraient préféré que l’on saisît L’ONU (position majoritaire chez les travaillistes et les libéraux). On constate ici une diminution de 38 % d’avis favorables par rapport aux résultats enregistrés au début d’août sur l’initiative la plus importante prise par le gouvernement depuis le début de la crise. La gestion internationale du canal continue de susciter l’adhésion d’une large majorité des Britanniques questionnés, dont 67 % donnent raison aux ministres d’avoir poursuivi ce but tandis que 18 % seulement auraient voulu que l’on laissât l’Égypte administrer la voie maritime, le libre passage étant garanti par un nouveau traité. Si l’Égypte refuse le contrôle international, 81 % des sondés estiment qu’il faudra faire appel aux Nations unies et 58 % d’entre eux acquiesceraient à l’utilisation de mesures politiques et économiques contre ce pays. L’idée d’une deuxième Conférence de Londres n’obtient que 43 % d’avis favorables, contre 41 % d’opinions contraires. Le rappel des pilotes européens du canal n’aurait l’assentiment que de 23 % des gens interrogés : 55 % y sont opposés. Toujours dans le cas d’un rejet par l’Égypte de la gestion internationale de la voie maritime de suez, une solution proche du projet indien (nouveau traité, administration du canal par les Égyptiens et création d’une agence consultative représentant les États utilisateurs) rallie 47 % des personnes tandis que 34 % la repoussent.

  • 67 Ibid., cette question permet de vérifier si les avis sur le but officiel du Cabinet ont changé aprè (...)

13Les conservateurs, en tant que groupe, participent au courant général d’appui à la politique suivie en août par le gouvernement, que ce soit pour les mesures militaires, dites de précaution, ou plus encore lorsqu’il s’agit de l’exigence officielle d’un contrôle international du canal de Suez, la question posée sous-entendant « administration » ou « autorité internationale »67. Cependant les tories se divisent fortement sur la politique qui devra être conduite après l’échec prévisible de la Mission Menzies au Caire. Cinquante-quatre pour cent d’entre eux favorisent une nouvelle conférence de Londres alors que 34 % s’y opposent. Sur la question de l’envoi d’un ultimatum à l’Égypte pour la mettre en demeure d’accepter les propositions des Dix-huit puissances, sous la menace d’une réoccupation du canal par les troupes britanniques, les conservateurs ayant donné leur opinion se partagent presque en deux camps égaux : 47 % pour l’ultimatum, 41 % contre. Sur une deuxième possibilité d’action armée, dans le cas d’un arrêt de la libre circulation dans le canal par les Égyptiens, 39 % des conservateurs opteraient pour l’intervention sur le champ tandis que 56 % préféreraient le recours à l’ONU et l’usage de la force seulement sous son autorité. Il apparaît nettement qu’un corps de 30 % à 40 % des conservateurs interrogés penche pour une politique énergique, voire une réplique militaire à la nationalisation. Pourtant, comme dans le cas d’une interruption du libre passage dans le canal, une majorité d’entre eux (58 %) n’aurait pas approuvé l’action armée quand les Égyptiens exproprièrent la Compagnie de Suez. Plus encore, 26 % seulement des tories croient qu’il faut encourager un départ des pilotes et 54 % se prononcent contre cette mesure. Enfin, les conservateurs se scindent en deux groupes d’opinion égaux, de 43 %, lorsqu’il s’agit d’accepter ou de refuser l’offre égyptienne de conclure un nouveau traité qui laisserait à l’Égypte la gestion du canal sous condition que soit garanti le libre passage et que soit établi un corps consultatif des pays usagers.

14Cette division marquée illustre un problème majeur des dirigeants conservateurs, car tant au niveau des militants qu’à celui des parlementaires de leur parti, un noyau dur, qui enfle jusqu’à presque 50 % sur la question de l’ultimatum, désire une manifestation tangible de la puissance britannique dans l’affaire de Suez. Toutefois le fait demeure qu’après six semaines de crise et d’attaques verbales contre Nasser, le Premier ministre n’obtient pas le soutien d’une majorité massive de ses partisans pour une politique de force menée indépendamment par la Grande-Bretagne (go it alone). S’il recueille pour son exigence officielle d’une autorité internationale en charge du canal la faveur d’une large majorité de Britanniques et, plus encore, de conservateurs, celle-ci ne s’étend toujours pas aux moyens énergiques qui permettraient d’imposer cette solution à l’Égypte. Au contraire, une majorité de citoyens, et parmi eux, 43 % des conservateurs, approuvent une solution proche du Plan Menon : le problème est qu’autant de tories s’y opposent.

  • 68 BIPO, Survey 427A, September 1956.49 % des sondés (contre 34 %) n’approuveraient pas l’envoi à l’Ég (...)
  • 69 Deux sondages effectués par le BIPO, l’un au moment de la Première conférence de Londres et l’autre (...)

15Outre la profonde division des électeurs tories, deux points importants ressortent de ce sondage du début de septembre. Sans désavouer directement la politique suivie par le Cabinet en août, une partie appréciable de l’opinion anglaise s’en dissocie dans une certaine mesure, comme l’indique le pourcentage élevé de sondés (39 %) qui affirment maintenant que l’on aurait dû, d’emblée, soumettre le différend aux Nations unies. Ce décrochage se trouve confirmé par l’adhésion d’une partie considérable, fortement majoritaire, de la population à l’idée de la supervision internationale, bien que les ministres aient maintenu depuis six semaines une position extrême68. Parallèlement, le nombre d’insatisfaits et de mécontents croît fortement à partir de la fin d’août, surtout chez les personnes de tendance libérale ou travailliste69. Ainsi le gouvernement anglais voit-il à la mi-septembre s’effriter le soutien populaire des premiers jours de la crise : non seulement l’opinion publique se fracture-t-elle suivant une ligne partisane, mais le mouvement tory lui-même tend à se partager sur la politique égyptienne des gouvernants conservateurs, entre radicaux et modérés.

Les conservateurs et la question du canal (26 juillet-11 septembre)

Les tories modérés et la grande presse pro-gouvernementale dans la crise

  • 70 LD, vol. 199, 2 août 1956, l’Égypte et le canal de Suez, col. 590, Lord Hore-Belisha.
  • 71 Nigel Nicolson, People and Parliament, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1958, p. 116- 117. L’auteur, (...)
  • 72 The Spectator, n° 6685, 3 août 1956, éd. « Safeguarding Suez » ; comparer avec l’éd. du 10 août 195 (...)
  • 73 Cf. notamment, The Times, 27 août 1956, éd. « Suez Escapers », et 10 septembre 1956, éd. « Firmness (...)
  • 74 The Financial Times, 22 août 1956, éd. « The Conference » et 12 septembre 1956, éd. « The Long Haul (...)
  • 75 The Banker, vol. CVI, n° 368, septembre 1956, p. 549-553. « Is Sabre-Rattling Justified ? », Sir Os (...)

16À la fin de juillet, devant l’expropriation de la Compagnie de Suez, perçue comme une crise nationale, les conservateurs font bloc derrière leurs dirigeants. Lors du débat du 2 août au Parlement, les porte-parole du parti, en grande majorité des membres du Suez Group, encouragent sans réserve leurs chefs à conduire une politique énergique. À la Chambre des Lords, Hore-Belisha remarque, comme Waterhouse aux Communes, qu’Eden a proclamé la nécessité de la gestion internationale du canal. On ne pourra y renoncer, dit-il, « sans perdre totalement le prestige et le respect au Moyen-Orient »70. Le cours des événements dans cette région, depuis 1955, paraît donner tort aux tories partisans d’une politique étrangère modérée, réduits au silence. Mais leur mutisme persistera ensuite par souci de loyauté et d’unité, d’abord devant l’Égypte, puis en raison des attaques du Labour, et enfin, aussi à cause des sentiments très patriotiques des militants de la base du parti, qui appuient fortement les ministres71. Certaines publications d’obédience conservatrice, principalement le Sunday Times et le Spectator, expriment cependant leurs vues. Hostiles à l’Égypte, ces deux hebdomadaires influents prônent pourtant une riposte mesurée, diplomatique et économique, « à caractère international ». Ils adhéreront au reste, dans la deuxième moitié d’août, au concept de la supervision internationale72. Quoique soucieux de soutenir le Cabinet, deux autres grands journaux, The Financial Times et surtout The Times, partagent en fait des vues modérées. Fort belliqueux jusqu’à la mi-septembre dans son discours, le second prêche paradoxalement la prudence et la concertation avec les alliés ou amis. Il penche en vérité pour un règlement négocié de la crise, car il considère secrètement l’usage de la force comme « hors de question »73. D’abord partisan de discussions avec les Égyptiens sur la base de la gestion internationale du canal, le Financial Times minimise sitôt après l’échec de la Mission Menzies, l’intérêt de ce système qui n’enlèverait aucunement à l’Égypte le contrôle physique de la voie maritime74. Comme la presse libérale, le journal financier propose plutôt le développement des moyens de transport alternatifs, pipelines et tankers, propres à assurer une marge de sécurité pour l’approvisionnement pétrolier. Nul doute que le Financial Times exprime ici les vues des milieux d’affaires75.

Les conservateurs radicaux et l’affaire de Suez

  • 76 The Daily Mail, 4 août 1956, éd. « Calm and Confident ». Le journal affirme : « les prochaines sema (...)
  • 77 Ibid., 1er août 1956, éd. « Hitting at Nasser » ; et 31 juillet 1956, éd. « No Time for Weakness ».
  • 78 Ibid., 28 juillet 1956, éd. « We Wait for Action ». The Daily Express, 28 juillet 1956, éd. « Resis (...)
  • 79 The Daily Telegraph, 30 juillet 1956, éd. « Defiance from Cairo ».

17Pour un segment considérable du mouvement tory, dans le pays comme au Parlement, la crise de Suez fournit non seulement l’occasion d’un redressement de la politique étrangère et d’un renforcement de la présence anglaise au Moyen-Orient, mais, plus fondamentalement, elle représente une épreuve décisive pour l’avenir de la Grande-Bretagne comme grande puissance. Toute la politique basée sur l’édification du METO se trouverait compromise, précise le Daily Mail, car si Nasser ne perd pas son pari, le système des pactes moyen-orientaux construit par Londres s’effondrera76. Dans cette affaire, essentiellement de prestige, un nouvel affaiblissement anglais marquerait, de l’avis des impérialistes, la fin du Royaume-Uni. La nationalisation de la Compagnie de Suez ne constitue-t-elle pas une réponse aux demandes du Labour, qui réclame la fin de la conscription et des coupures substantielles dans les dépenses militaires ? La nation, souligne le Daily Mail, a toujours besoin de ses troupes et de ses tanks, qui pourraient en dernier lieu donner une leçon au régime nassérien77. Naturellement, la presse impérialiste assimile Nasser à Hitler, et la crise de Suez à celle de Munich78. Dans son éditorial du 28 juillet intitulé « Défi du Caire », le Daily Telegraph demande que l’on contre le bluff égyptien, pour éviter que le canal de Suez ne devienne l’instrument d’un chantage permanent79.

  • 80 The Daily Mail, 2 août 1956, éd. « Behind the Canal ». Le journal affirme sans ambages que la quest (...)
  • 81 The Daily Telegraph, 28 juillet 1956, éd. « Dictator off Balance ».
  • 82 The Daily Mail, 27 juillet 1956, éd. « We Must Slap this Man Down ».
  • 83 The Daily Express, 28 juillet 1956, éd. « Resist this Outrage ».

18Les journaux conservateurs radicaux adhèrent totalement au discours des hommes politiques, quasi unanimes au début de la crise, et souscrivent à l’argument selon lequel la personnalité du chef de l’Égypte et ses ambitions invalident ses assurances sur le respect de la Convention de 188880. Ils reprennent aussi l’idée avancée par le gouvernement, selon laquelle l’expropriation de la Compagnie de Suez, faite en violation des traités, menace les intérêts pétroliers anglais et américains. Pour toutes ces publications, le Cabinet doit avoir pour objectif principal l’élimination de Nasser81. Pour parvenir à ce résultat, conclut le Daily Mail, la Grande-Bretagne doit refuser toute négociation, car elle aboutirait à une victoire du « Führer » égyptien82. Dans le même esprit, le Daily Express met l’accent sur la nécessité d’interdire la nationalisation de la vieille compagnie du canal « à quelque degré que ce soit », jusqu’à la fin de la concession, en 196883.

  • 84 The Times, 30 juillet 1956, lettre ouverte de J. Amery. On constate que le porte-parole du Suez Gro (...)
  • 85 CRD/34/2, Conservative Party Archives (Bodleian Library, Oxford). Conservative Parliamentary Foreig (...)
  • 86 Ibid.
  • 87 CRD2/34/2, Conservative Foreign Affairs Committee, 31 juillet 1956.
  • 88 Time and Tide, vol. 37, n° 31, p. 923, 4 août 1956, éd. « The Challenge of Suez ».
  • 89 Charles Mott-Radcliffe, Foreign Body in the Eye, Londres, Lee Cooper, 1975, p. 222. L’ancien secrét (...)
  • 90 CRD2/34/2, Conservative Foreign Affairs Committee, 31 juillet 1956. Time and Tide, vol. 37, n° 31, (...)
  • 91 CD, vol. 557, 2 août 1956, débat sur Suez, Julian Amery, col. 1701.
  • 92 Time and Tide, vol. 37, n° 31, 4 août 1956, éd. « The Challenge of Suez ».
  • 93 Ibid. The Daily Mail, 4 août 1956, éd. « Calm and Confident ». The Times, 30 juillet 1956, lettre o (...)

19À la fin de juillet, puis surtout lors du débat parlementaire du 2 août, les impérialistes semblent parler au nom de l’ensemble mouvement tory. Dès le 30 juillet, Julian Amery expose publiquement la position des Suez Rebels : les Britanniques doivent contraindre le colonel Nasser à révoquer le décret de nationalisation, non pas parce cette dernière est mauvaise en soi, mais parce qu’elle équivaut, par ses modalités, à une rupture de contrat, et enfreint les traités. On ne pourra, selon Amery, considérer des propositions égyptiennes sur la révision de la concession qu’après le rétablissement de la Compagnie de Suez. Les sanctions économiques, estime-t-il, ne suffiront pas à faire plier l’Égypte et il faut reconnaître que l’usage de la force pourrait s’avérer indispensable84. Le but premier et immédiat des impérialistes consiste donc à obliger par tous les moyens les Égyptiens à revenir, même temporairement, sur l’expropriation de l’ancienne société concessionnaire du canal de Suez afin de remporter un succès de prestige sur Nasser. Ils exercent une action vigoureuse et continue dans l’appareil du parti pour influencer les décisions des gouvernants. Ainsi, le 30 août, au sein du sous-comité parlementaire conservateur pour le Moyen-Orient, Charles Waterhouse interprète la nationalisation comme une attaque directe contre la position britannique dans le monde arabe et en Afrique. Ce leader du Suez Group assigne par conséquent deux objectifs à la politique anglaise : substituer à l’ancien régime de la concession un statut international, sans rétrocession du canal aux Égyptiens, et remplacer Nasser et son équipe85. L’un de ses camarades, W. Elliot, souligne lors de cette réunion que la déclaration du Premier ministre, selon laquelle la Grande-Bretagne n’acceptera pas que la voie de Suez reste sous le contrôle illimité de l’Égypte, constitue un engagement d’une grande portée que le gouvernement devra tenir86. Le jour suivant, Selwyn Lloyd, accompagné du Chief Whip, Edward Heath, précise les intentions du Cabinet devant le Comité conservateur sur les affaires étrangères : placer le canal de Suez sous l’autorité d’un organisme international, éventuellement un groupement de puissances maritimes. Waterhouse et Amery souscrivent aux propos du secrétaire au Foreign Office, mais le second dit espérer que l’on convoquera les Chambres si la crise se prolonge87. Selon la revue impérialiste Time and Tide, Lloyd, qui use devant le comité d’un langage énergique, va jusqu’à informer son auditoire enthousiaste que le gouvernement se prépare à l’affrontement et recourra si nécessaire à la force, en dernier lieu88. Le ministre, qui exclut toute possibilité de compromis, donne donc les assurances attendues par les Suez Rebels et leurs sympathisants qui utilisent habilement les comités du parti, en particulier celui des affaires étrangères, pour aiguillonner les gouvernants dans la voie de la fermeté89. La mise en cause de la diplomatie antérieure d’Anthony Eden, et même de sa direction actuelle, constitue un élément clé du discours des impérialistes dans le parti tory et au dehors. Par exemple, Legge-Bourke, Suez Rebel très actif depuis 1954, déclare devant le Comité conservateur pour les affaires étrangères, en présence de S. Lloyd : « si la politique du gouvernement dans cette affaire [de Suez] devait déboucher sur une guerre mondiale, l’action du Premier ministre, lorsqu’il était au Foreign Office, devrait en être tenue pour responsable »90. Dans le même sens, J. Amery exprime, le 2 août aux Communes, sa satisfaction que « l’histoire juge qui avait raison et qui avait tort [en matière de politique moyen-orientale] »91. La presse conservatrice radicale fait le même procès. Dès le 27 juillet, le Daily Mail observe que la politique d’Eden en 1954 était erronée et que les Britanniques ont « affaibli leur position au Proche-Orient par une faible politique de concessions ». Plus lapidaire, Time and Tide considère le 4 août que « la politique gouvernementale d’apaisement constant et obstiné de l’Égypte et des États arabes est en ruines »92. Les rapprochements entre la crise de Suez et la remilitarisation de la Rhénanie ou le début de la guerre d’Abyssinie, survenus dans les années 1930, continuellement établis par ces publications et par plusieurs politiciens tories, ne sont pas innocents : Eden, titulaire du Foreign Office lors de ces événements, appliquait la politique de conciliation du Cabinet Chamberlain à l’égard de l’Italie et de l’Allemagne93.

20Dès avant la nationalisation de la Compagnie de Suez, le Suez Group jouit au sein du parti gouvernemental d’un crédit jamais atteint auparavant, visible lors des discussions internes sur Chypre dans un climat « jingoïste ». Cette atmosphère, renforcée par le discours officiel, suscite l’adhésion de nombreux tories aux thèses des Suez Rebels sur la résistance à Nasser et sur la mise en œuvre d’une politique « de fermeté » au Moyen-Orient. Le Daily Telegraph analyse ainsi les répercussions de l’affaire de Suez au sein du mouvement conservateur :

  • 94 The Daily Telegraph, 28 juillet 1956 et 1er août 1956. Le rapport de ce quotidien sur la réunion du (...)

« Il y a un élément de crise pour Sir Anthony personnellement. Le traité sur l’évacuation de Suez, dans une large mesure sa politique personnelle, fut conclu malgré le désaveu (criticism) d’un nombre considérable de conservateurs. Maintenant que le colonel Nasser s’est moqué de l’esprit [de coopération et d’amitié] à la base de cet accord, les parlementaires conservateurs attendent une réaction décisive du Premier ministre. Si le gouvernement déçoit leurs attentes, Sir Anthony pourrait se trouver aux prises avec une révolte beaucoup plus importante [qu’en 1954] »94.

  • 95 CD, vol. 557,2 août 1956, débat sur Suez, Hugh Fraser, col. 1717. Ibid., Legge-Bourke, col. 1683.
  • 96 The Daily Mail, 28 juillet 1956, éd. « We Wait for Action ». Le Daily Express, 2 août 1956, éd. « W (...)
  • 97 CD, vol. 557, 2 août 1956, débat sur Suez, J. Amery, col. 1700.
  • 98 The Daily Telegraph, 4 août 1956, éd. « Entente Beyond Europe ».
  • 99 CD, vol. 557, 2 août 1956, débat sur Suez, H. Fraser, col. 1717.

21Outre le lien causal entre la politique passée d’Anthony Eden au Moyen-Orient et l’expropriation de la Compagnie de Suez, les tories impérialistes avancent deux principes, sans cesse réaffirmés par la suite : la responsabilité éminente de la Grande-Bretagne dans la crise et la nécessité d’une association avec les Français dans l’affaire de Suez. Parce que la question du canal est cruciale pour le Royaume-Uni et le Commonwealth, il faut être prêts à agir seuls si cela s’impose, affirme J. Amery dans sa lettre au Times du 30 juillet. Aux Communes, le 2 août, d’autres Suez Rebels proclament le devoir du Cabinet anglais de « prendre la direction [de la lutte contre l’Égypte] »95. Les journaux conservateurs radicaux insistent également sur cette obligation particulière96. La coopération avec les Français occupe une place capitale dans la politique égyptienne voulue par les impérialistes. Dès le 30 juillet, Amery fait état du désir de la France, contrairement aux États-Unis, d’agir de concert avec l’Angleterre dans la crise de Suez. Lors du débat parlementaire du 2 août, il déclare encore que, « dans cette affaire, la solidarité avec les Français est la clé »97. Deux jours plus tard, le Daily Telegraph consacre un éditorial au concept d’une « Entente [anglo-française] au-delà de l’Europe ». Le grand quotidien tory estime que « la reconnaissance formelle des visées du colonel Nasser renforcera la cause des Français en Algérie ». Bien entendu, cette épreuve en fait des alliés sûrs dans cette « crise commune »98. Ce penchant très récent des impérialistes pour une association anglo-française, né du cours des affaires moyen-orientales depuis 1955, se conjugue à l’anti-américanisme vigoureux, plus ancien, déjà évoqué lors de l’étude de la réaction conservatrice. Ainsi, le député H. Fraser demande le 2 août à la Chambre que, faute d’accord avec les Américains et les Français, on se rallie plutôt aux seconds99. À cette même occasion, Amery énonce avec netteté la position de sa faction à l’égard de Washington :

  • 100 Ibid., J. Amery, col. 1700-1701. Le Suez Rebel exprime aussi la crainte que la suggestion américain (...)

« [...] Nous [Britanniques] espérons que les États-Unis [à défaut de prêter leur concours] ne nous gêneront pas. Ils nous ont déjà fait suffisamment de tort au Moyen-Orient [...] Nous devons leur signifier clairement que nous sommes prêts à agir sans eux »100.

  • 101 FO 371/124443 WF 1051/64 : « Note of a conversation with Mr. Pineau », 3cd June 1956, et « Note of (...)
  • 102 Carrefour, 15 août 1956, lettre ouverte de Charles Waterhouse. Le directeur de ce journal est Georg (...)

22En fait, les tories impérialistes ont déjà eu des contacts directs avec les autorités françaises au sujet du Moyen-Orient, de l’Afrique du Nord et de l’Égypte. J. Amery, l’un des chefs du Suez Group, qui entretient des rapports personnels avec plusieurs politiciens français, a procédé à Paris, au début de juin 1956, à des échanges de vues avec deux membres importants du gouvernement Mollet : Christian Pineau et Robert Lacoste, ministre responsable de l’Algérie. Le député anglais a suggéré que le Royaume-Uni devrait soutenir en Afrique du Nord les Français, qui appuieraient en retour les Britanniques à Chypre et à l’égard du Pacte de Bagdad. En corollaire à cette proposition, Amery a recommandé une action conjointe contre Nasser propre à l’empêcher, avec l’aide de ses amis, de « miner » le METO et d’empêcher l’établissement du « système d’interdépendance » entre la France et le Maghreb101. Pineau et Lacoste ont fait connaître au parlementaire anglais leur désir de se débarrasser du régime nassérien, qui aide de façon déterminante les rebelles algériens et des groupes nationalistes opposés à Bourguiba, en Tunisie, et au Sultan du Maroc. En outre, le responsable de la diplomatie française, sans approuver la création du pacte de Bagdad, a assuré que le Quai d’Orsay n’attaquerait plus ce traité. Lacoste, quant à lui, a, selon les mots d’Amery, « prêché à un converti » pour le convaincre que le Raïs égyptien est autant l’ennemi de la Grande-Bretagne que de son pays. Le ministre-résident pour l’Algérie, content de l’identité de vues révélée par cette conversation, a promis de « donner toute l’aide en son pouvoir si Londres décide d’agir contre Nasser ». Durant la crise de Suez, les impérialistes anglais continuent d’avoir des relations, sinon avec des gouvernants français, du moins avec les milieux politiques attachés à la préservation de l’Union française102. Au fait de la détermination française, les tories radicaux font naturellement, de la solidarité franco-anglaise le « thermomètre » de la résolution du Cabinet : en effet, tout désaccord entre Londres et Paris trahirait un fléchissement de la résolution britannique.

  • 103 The Daily Telegraph, 30 juillet 1956.
  • 104 The Daily Mail, 3 août 1956, éd. « Ultimatum to Nasser » ; The Daily Telegraph, 3 août 1956, éd. «  (...)
  • 105 Time and Tide, vol. 37, n° 32, 11 août 1956, éd. « Facing the Challenge ».
  • 106 The Daily Telegraph, 7 août 1956, « British and French Responsibility », lettre ouverte de John A. (...)
  • 107 The Times, 14 août 1956, lettre ouverte de H. Legge-Bourke.
  • 108 The Daily Express, 8 août 1956, éd. « Alone if Need Be » ; The Daily Mail, 8 août 1956, éd. « Speak (...)
  • 109 The Daily Telegraph, 15 août 1956, éd. « Two Views on Suez ».
  • 110 Time and Tide, vol. 37, n° 33, 18 août 1956, éd. « Watchword for Suez ».

23Les conservateurs impérialistes ne se rallient qu’avec de très fortes réserves, à la décision anglo-franco-américaine de convoquer un congrès international sur le canal103. Le Daily Mail veut y voir le prélude à « un ultimatum à l’Égypte », bientôt mise en accusation. Selon le Daily Telegraph, l’organisation de la réunion de Londres ne constitue que l’une des deux voies « indissociables » de la politique du Royaume-Uni. L’autre consiste à préparer une riposte pour l’éventualité d’une nouvelle initiative égyptienne. Sous l’impulsion de la Grande-Bretagne peut se former une « formidable coalition » contre l’utilisation du canal comme instrument de chantage, conclut le journal tory104. Time and Tide veut que la conférence de Londres s’en tienne strictement à son objet : l’élaboration des propositions pour le contrôle international de la voie maritime, lesquelles doivent apparaître à Nasser « comme un fait accompli et un ultimatum »105. Le 7 août enfin, John A. Biggs-Davidson fait connaître, dans une lettre ouverte au Daily Telegraph, la position du Suez Group dont il est l’un des membres éminents106. Le titre de ce message, « Responsabilité britannique et française », met d’emblée l’accent sur deux points essentiels : l’alliance avec les Français et la responsabilité ultime du Cabinet anglais dans l’issue finale de la crise. Le député observe de façon révélatrice que le congrès sur Suez peut s’avérer « précieux » s’il suscite et conserve le soutien américain à la politique britannique, mais qu’il pourrait aussi devenir « un piège si le légalisme ou l’attentisme entravaient l’action [de la Grande-Bretagne], ou s’il conduisait à un compromis entre les forces de la justice et de l’agression ». L’Égypte doit revenir sur son acte, ou les forces franco-anglaises interviendront. Enfin, après avoir noté que les intérêts britanniques et américains diffèrent au Moyen-Orient, Biggs-Davidson assimile la nationalisation de la Compagnie de Suez à « une nouvelle attaque contre l’Union française et le Commonwealth ». Le 14 août, deux jours avant la réunion de Londres, Henry Legge-Bourke, un autre Suez Rebel, rappelle dans une lettre au Times, que même si les puissances assemblées adoptent le projet du contrôle international du canal, l’Égypte pourrait résister. Il faut donc envisager l’usage « de la sanction extrême »107. À une semaine d’intervalle, Biggs-Davidson, puis Legge-Bourke, indiquent aux ministres que l’aile impérialiste du parti conservateur suit avec une vigilance méfiante les développements de leur initiative diplomatique : elle s’opposera à tout abandon d’une politique égyptienne énergique, élaborée à Londres, en faveur de « l’action collective » orchestrée de Washington et préconisée par les libéraux et les travaillistes. La Conférence de Londres doit servir à rallier d’autres puissances à la position dure définie par le Premier ministre à la fin de juillet, et non pas ouvrir la voie à une retraite. Les allocutions télédiffusées d’Eden et du secrétaire d’État au Foreign Office, respectivement du 8 et du 14 août, contentent par leur ton très énergique les radicaux, qui ont sollicité des assurances sur la détermination de leurs dirigeants108. Par ailleurs, l’affaire de Suez devient à la mi-août l’objet d’un débat intérieur entre les conservateurs partisans de la fermeté et ceux qui, dans le courant libéral ou le mouvement travailliste, se dissocient de l’attitude extrémiste des gouvernants. En particulier, les publications proches des tories radicaux dénoncent vivement « l’atteinte à l’unité nationale » qu’elles perçoivent dans le communiqué fait le 13 août par le Labour Parliamentary Committee, qui paraît condamner les mesures militaires prises par le Cabinet109. La plus virulente d’entre elles, Time and Tide, met en garde les Britanniques contre « une mauvaise estimation du nombre des tenants de l’apaisement (appeasers) dans le pays et de leur capacité à faire de la propagande »110.

  • 111 The Daily Telegraph, 24 août 1956, éd. « Eighteen to Four ».
  • 112 The Daily Express, 24 août 1956, éd. « Half-Time Score ».
  • 113 Time and Tide, vol. 37, n° 34, 24 août 1956, éd. « First Act. Curtain ».
  • 114 The Daily Telegraph, 21 août 1956, éd. « Mr. Dulles Sees It Through ». Sur l’impatience grandissant (...)

24D’une façon générale, la presse impérialiste exprime dans la dernière semaine d’août sa satisfaction devant la brièveté de la Conférence de Londres et l’adhésion de 18 États sur 22 au projet de gestion internationale du canal de Suez. Le Daily Telegraph souligne que la réunion internationale a procuré le temps nécessaire pour compléter les préparatifs militaires anglo-français et amené les États-Unis à raffermir leur position111. Le 24 août, dans un commentaire optimiste où transparaît la préoccupation essentielle de la tendance dure du parti conservateur, le Daily Express situe le succès obtenu au congrès sur Suez dans le cadre plus vaste du « renversement du processus antérieur d’affaiblissement dans la Méditerranée »112. Au même moment, Time and Tide précise que seul « le premier acte » de la crise se termine avec la conférence, et qu’il convient de préparer la riposte à une politique égyptienne « d’attente et de fourberie »113. Enfin, le Daily Telegraph prévoit dès le 21 août, en cas de rejet par l’Égypte des propositions des Dix-huit, des sanctions économiques aggravées et le départ les pilotes étrangers du canal, « sans interventions gouvernementales ». Non seulement le journal reprend en conclusion l’idée de Biggs-Davidson sur le devoir particulier de la France et de la Grande-Bretagne, mais il tient les États-Unis pour obligés envers leurs deux alliés européens en raison de leur participation à l’élaboration d’une politique commune114.

  • 115 Ibid, et 1er septembre 1956, éd. « Force in the Modern World ».
  • 116 The Daily Express, 31 août 1956, éd. « Unity in Strength ». Time and Tide, vol. 37, n° 35, 1er sept (...)
  • 117 The Daily Telegraph, 1er septembre 1956, éd. « Force in the Modern World ».
  • 118 Time and Tide, vol. 37, n° 36, 8 septembre 1956, éd. « The Simmering Cauldron ».
  • 119 The Daily Telegraph, 31 août 1956, « If Nasser Won », réplique de Charles Curran aux éditoriaux du (...)
  • 120 The Daily Telegraph, 1er septembre 1956, éd. « Force in the Modern World ». Time and Tide, vol. 37, (...)

25L’impatience grandit chez les adeptes de la fermeté devant le nouveau délai causé par l’envoi de la Mission Menzies au Caire. Le 29 août et le 1er septembre, le Daily Telegraph demande à nouveau le retrait des nautoniers européens toujours au service de l’Autorité égyptienne du canal, en riposte au rejet par l’Égypte des propositions des Dix-huit115. L’installation des troupes françaises à Chypre, quoique bien accueillie par les impérialistes, ne suffit pas à les rassurer, d’autant que se développe en Grande-Bretagne un fort courant d’opinion pour une solution de compromis à la crise116. Aussi s’opposent-ils avec intransigeance à l’abandon des propositions des Dix-huit, « minimum acceptable pour les puissances concernées [par l’avenir du canal] »117. Ces conservateurs prédisent l’échec de la Mission Menzies. Ils réclament donc d’avance l’intensification des mesures économiques prises contre l’Égypte, voire un boycott généralisé de la voie maritime de Suez. Mais surtout, ils rappellent que l’emploi de la force comme moyen ultime pourrait être indispensable118. À la fin d’août, les tories radicaux continuent à mettre en relief l’importance suprême d’un succès anglais dans l’affaire de Suez. Par exemple, le 31 août, le Daily Telegraph expose dans un article de fond les conséquences catastrophiques d’une victoire de Nasser119. L’auteur, Charles Curran, y reprend les arguments répétés jusqu’ici à satiété par les impérialistes : le renoncement aux exigences des Dix-huit donnerait à Nasser un pouvoir illimité sur la vie des nations qui dépendent de la route de Suez ou des pétroles moyen-orientaux ; un triomphe du « Mussolini du Caire » accroîtrait de façon décisive son prestige et il subjuguerait bientôt le monde musulman avant de se retourner contre Israël. Le caractère soi-disant apocalyptique d’une défaite anglaise sert de réponse aux détracteurs de la politique officielle et justifie une position extrême sur le problème de la nationalisation de la Compagnie de Suez. Mais on rappelle aussi, à dessein, les paroles du Premier ministre au début de la crise : il s’agit d’une « question de vie ou de mort » pour le Royaume-Uni120.

  • 121 The Daily Telegraph, 6 septembre 1956, éd. « Cairo Prospects and After ». Le quotidien tory qualifi (...)
  • 122 Ibid.
  • 123 The Daily Mail, 7 septembre 1956, éd. « A Time for Boldness ».
  • 124 The Daily Telegraph, 6 septembre 1956, éd. « Cairo Prospects and After ».
  • 125 Ibid, et 1er septembre 1956, éd. « Force in the Modern World ». Time and Tide, vol. 37, n° 35, 1er (...)
  • 126 Ibid., 11 septembre 1956, « Lesson from the Rhineland », lettre ouverte de Sir Beverley Baxter, qui (...)

26Dans les premiers jours de septembre, les journaux conservateurs de la tendance dure dénoncent violemment les « apaiseurs », ceux qui ont Munich pour « patrie spirituelle », et qui, comme en 1936, ignorent les enjeux vitaux de la crise : l’économie, le prestige et la « responsabilité mondiale » de la nation121. Il importe, insiste le 1er septembre Time and Tide, organe privilégié des impérialistes, qu’il n’y ait « aucune érosion de la détermination [britannique] à résister to make a stand) au risque admis d’une guerre »122. La paix, note quelques jours plus tard le Daily Mail, ne fut jamais préservée par la faiblesse123. L’analogie prétendue entre l’affaire de Suez et la remilitarisation de la Rhénanie a un lien étroit avec le renouvellement du procès de la politique arabe des gouvernements conservateurs de l’après-guerre, qualifiée d’apaisement par le Daily Telegraph124. Évidemment, Anthony Eden, qui en a été le principal artisan comme titulaire du Foreign Office, puis comme Premier ministre, se trouve encore cette fois fortement mis en cause, d’autant plus qu’il était le ministre anglais des Affaires étrangères en 1936. On considère que « l’apaisement de l’Égypte », en raison duquel la Grande-Bretagne a abandonné le Soudan et la Base de Suez, a causé la crise actuelle (« culmination of years of mistakes and wrong policies in the Middle East), ce qui justifie le refus de toute concession par rapport aux exigences des Dix-huit125. Les accusations portées contre le chef du Cabinet au sujet de sa politique antérieure au Moyen-Orient, conjuguées à une vigoureuse campagne contre tout nouvel apaisement de Nasser, constituent un avertissement non équivoque aux gouvernants anglais à la veille du débat parlementaire sur la crise du canal : la faction radicale du parti conservateur combattra énergiquement tout changement de cap. Le 11 septembre encore, Sir Beverley Baxter, un Suez Rebel, apporte la caution de son groupe au discours très ferme de la presse impérialiste dans une lettre ouverte au titre significatif de « Leçon de Rhénanie »126. Il rappelle qu’au lieu d’agir contre le régime hitlérien, la France et la Grande-Bretagne se contentèrent de saisir la Société des Nations, allusion limpide au recours à l’ONU, mais aussi invitation à agir en tandem sans les États-Unis.

  • 127 Ibid, . 3 août 1956, éd. « United on the Canal ». The Daily Express, 8 août 1956, éd. « Alone if Ne (...)
  • 128 Ibid., 8 septembre 1956, éd. « The Wrong Cause ».
  • 129 The Daily Mail, 7 septembre 1956, éd. « A Time for Boldness ». The Daily Telegraph, 7 septembre 195 (...)
  • 130 Ibid., 10 septembre 1956, éd. « After the Cairo Meeting ».
  • 131 Ibid., 11 septembre 1956, éd. « Confidence and the Canal ».
  • 132 Ibid.
  • 133 The Daily Mail, 10 septembre 1956, éd. « The Hour of Indécision ». Cet éditorial constitue un geste (...)

27Dès le début d’août, l’aile radicale du mouvement tory a exclu un appel à l’ONU, « manœuvre dilatoire »127. À l’époque de la Mission Menzies, les publications proches du Suez Group considèrent sévèrement l’idée de saisir les Nations unies, « organisme futile » selon le Daily Express128. D’autres journaux observent que l’on s’y heurtera au veto russe, au Conseil de Sécurité, et à l’opposition du bloc afro-asiatique, à l’Assemblée générale129. Le Daily Telegraph, en particulier, choisit après l’échec des discussions du Caire, de regarder un recours aux Nations unies comme « une extension de la Conférence de Londres »130. Le quotidien affirme toutefois que le Cabinet reste « lié par sa détermination proclamée » et ne saurait se tenir pour obligé par des « vues minoritaires [contre les propositions des Dix-huit] »131. Les impérialistes conservateurs excluent d’ailleurs que l’on substitue le recours à l’ONU à des mesures immédiates que le gouvernement devra « annoncer tôt ou tard », selon les termes du Daily Telegraph132. Laconiquement, le Daily Mail titre son éditorial du 10 septembre « L’heure de l’indécision »133. Les ministres anglais répondent aussitôt à ces attentes, à la fois par le retrait des pilotes européens du canal de Suez, et par la rencontre anglo-française au sommet des 10 et 11 septembre, démonstration ostentatoire de solidarité et de fermeté.

Les dirigeants anglais et Suez

  • 134 PREM 11/1152, lettre de Sir Norman Brook, secrétaire du Cabinet, au Premier ministre, 25 août 1956.
  • 135 CAB 124/30, CM(56) 62nd Conclusions, 28 août 1956, p. 525. Ses termes sont : we might find ourselve (...)
  • 136 Ibid., Monckton répond aux arguments avancés par Harold Macmillan, selon qui la nationalisation men (...)
  • 137 Ibid., CM(56) 59th Conclusions, 14 août 1956, p. 501. Butler réaffirme le 11 septembre 1956, en fav (...)
  • 138 Clark, op. cit., p. 178. Ce dernier parle d’une very dumping influence.
  • 139 CAB 128/30, CM(56) 64th Conclusions, 11 septembre 1956, p. 139. Monckton dit espérer que l’adoption (...)

28S’il souscrit unanimement au but officiel de faire échec à la politique du colonel Nasser, le gouvernement anglais se divise cependant sur le choix des moyens pour y parvenir. Plusieurs de ses membres, et en premier lieu Walter Monckton, responsable de la Défense, se montrent défavorables à une action armée hâtive et préconisent plutôt une solution diplomatique, qu’ils jugent possible, à l’instar d’une large partie de l’opinion informée britannique. Ainsi Monckton, le 24 août, lors d’une réunion de l’Egypt Committee, marque-t-il violemment son désaccord avec Harold Macmillan, qui « s’exprime comme si l’on décidait de la date des opérations militaires »134. Quatre jours plus tard, le ministre de la Défense explique devant l’ensemble du Cabinet qu’il ne « faut laisser passer aucune occasion d’obtenir un règlement à l’amiable » (by agreement), car l’usage de la force diviserait le Royaume-Uni et serait condamné par l’opinion d’un groupe substantiel de puissances étrangères, y compris certains États du Commonwealth. Et puis, ajoute Monckton, on mettrait en danger les intérêts anglais au Moyen-Orient en raison des sabotages prévisibles qui auraient lieu dans les autres pays arabes et de l’envoi de forces militaires en Égypte, difficiles à retirer ensuite, résulterait un fardeau coûteux et durable pour la Grande-Bretagne135. Ces propos constituent évidemment le contre-pied de l’argumentation de ceux qui, parmi ses collègues, justifient le recours aux armes par la menace que créerait une victoire de Nasser pour l’économie nationale, bientôt privée de ses approvisionnements pétroliers136. D’autres membres importants du gouvernement, notamment R.A. Butler, Heatcoat-Amory, ministre de l’Agriculture, et I. McLeod, ministre du Travail, doutent du bien-fondé d’une politique extrémiste dans l’affaire de Suez. Butler surtout, personnalité éminente, ne s’oppose pas directement aux « faucons », mais insiste dès le 14 août devant le Cabinet sur la nécessité de « pouvoir démontrer que tous les moyens pacifiques ont été épuisés » pour obtenir un règlement, « afin de recueillir un appui maximal dans le pays comme au Parlement avant toute action militaire »137. En outre, le Lord Privy Seal, s’il ne se range pas ouvertement aux côtés de Monckton à l’occasion des réunions ministérielles, exerce sur ses collègues, de façon informelle et dans le sens de la modération, une influence négative notée par William Clark138. Les défenseurs d’une politique mesurée ont finalement une position très similaire à celle des Américains sur le problème de Suez. Ainsi Walter Monckton se prononce-t-il le 11 septembre, en séance du Cabinet, pour l’abandon du deuxième but fixé secrètement par l’Egypt Committee quand il déclare : « si l’on peut placer le canal sous un contrôle international effectif par la négociation, je n’exclus pas que le présent régime égyptien puisse être renversé par d’autres moyens que la guerre »139. Bien entendu, l’idée d’un règlement obtenu au moyen de discussions avec les autorités du Caire suppose toutefois un compromis et donc l’abandon du concept de la « gestion internationale du canal ».

  • 140 Ibid., CM(56) 54th Conclusions, 27 juillet 1956, p. 469 et 472. Le Cabinet approuve la politique dé (...)

29La fraction dure de l’équipe gouvernementale anglaise rassemble en juillet, outre le Premier ministre et le Chancelier de l’Échiquier, plusieurs ministres importants (Senior Ministers) : Lord Salisbury, Lord Home, A. Lennox-Boyd et Selwyn Lloyd. De par sa fonction et à cause de l’ascendant que lui procure sa longue expérience comme responsable de la diplomatie britannique, Eden en est le membre le plus important. Le 27 juillet, il donne au Cabinet le fondement de la position des dirigeants favorables à un affrontement politique, voire militaire en dernière extrémité, avec l’Égypte : la Grande-Bretagne doit avoir pour but la restauration du contrôle international sur le canal de Suez, car si les puissances occidentales ne parviennent pas à reprendre le contrôle de la voie maritime, « les conséquences [de la nationalisation] seront désastreuses pour leur vie économique ainsi que pour leur prestige et leur influence au Moyen-Orient »140.

  • 141 John Colville, The Fringes of Power : 10 Downing Street Diaries, 1939-195S, New York, W. Norton, 19 (...)
  • 142 McDonald, op. cit., p. 144. Fait notable, qui montre la radicalisation des vues d’Eden, ce dernier (...)
  • 143 Gaitskell, op. cit., p. 568. Il pourrait s’agir là d’un propos trompeur destiné à calmer les craint (...)
  • 144 Aster, op. cit., p. 71 et 92. McDermott, op. cit., p. 69 et 75. Eden n’a-t-il pas défendu de Gaulle (...)

30L’animosité du Premier ministre envers Nasser affecte probablement, mais moins qu’on ne l’a prétendu, son attitude devant un geste qui apparaît à la fois comme un défi égyptien à l’Angleterre et comme une offense personnelle à l’artisan du traité de 1954141. En mars, déjà, lors de l’affaire Glubb, il a opté, en dépit de premières réactions très vives, pour le maintien d’une politique égyptienne modérée. Au début de la crise de Suez, malgré les résolutions extrêmes arrêtées par le Cabinet, Eden manifeste une indécision notable, probablement en raison de l’inconnue représentée par les intentions américaines à l’égard du problème du canal. Dans un premier temps, il semble incertain quant au cours que doit suivre l’action britannique. Ainsi confie-t-il, le 27 juillet, à Iverach McDonald, rédacteur en chef du Times pour les affaires étrangères, qu’à côté de l’intervention militaire projetée, il est également disposé à aller à l’ONU et à agir de concert avec les États-Unis, la France et les dominions, « et [même] qu’il y aurait une chance, si Nasser y consentait, de conclure un accord renouvelé (up to daté) [sur le canal] »142. Le 2 août encore, avant le débat parlementaire sur Suez, il précise au leader du Labour Party que les préparatifs militaires ont pour but de créer la possibilité d’une action armée « pour l’éventualité où Nasser ferait autre chose »143. Apparemment, le Premier ministre durcit considérablement son attitude par la suite, certainement pour trois motifs principaux : orienter la diplomatie américaine dans le sens de la fermeté, satisfaire aux nécessités de la solidarité avec les Français et, surtout, répondre aux puissantes pressions qu’il subit au sein du Cabinet et du parti tory. Sans doute sa francophilie, alliée à sa méfiance des visées américaines dans le monde arabe, joue-t-elle aussi un rôle non négligeable en faveur de son choix d’une étroite association avec les Français144.

  • 145 The Times, 23 juillet 1956, éd. « The Three Unities ». La rédaction use de mots très sévères : « su (...)
  • 146 Clark, op. cit., p. 167. Les opposants les plus déterminés à obtenir le changement à la direction d (...)
  • 147 George Peden, « Public Opinion and British Foreign Policy since 1945 : a Historiographical Survey » (...)
  • 148 Nutting (op. cit., p. 56). New Statesman and Nation, vol. LII, n° 1330, 8 septembre 1956. La revue (...)
  • 149 Gaitskell, op. cit., p. 588.

31À l’été 1956, la politique extérieure anglaise fait l’objet de vives critiques. Elles mettent en cause le Premier ministre, qui, fait notoire, continue à diriger la diplomatie par l’entremise de Selwyn Lloyd. Même le Times se départit le 23juillet de sa bienveillance envers un gouvernement aux intentions diplomatiques « déconcertantes », lent et hésitant dans plusieurs affaires vitales, telles que le désarmement, le Moyen-Orient ou Chypre145. Avant toute chose, parce que son image d’homme d’État dépend des succès ou des échecs d’une politique étrangère qui, depuis plusieurs mois, connaît au Moyen-Orient des difficultés croissantes, Eden doit rechercher dans l’affaire de Suez une victoire, apparente ou réelle. Son avenir politique est en jeu. Comme le remarque son conseiller pour les relations publiques, William Clark, « s’il n’agit pas fortement et efficacement, il perdra son poste »146. Bien sûr, le danger immédiat pour le Premier ministre ne se situe pas au niveau de l’évolution de l’opinion de l’électorat britannique, mais à celui du jeu des forces au sein de son parti147. Les assurances prodiguées aux conservateurs radicaux et son discours officiel fort énergique sur la question du canal lui laissent peu de latitude pour conduire sa politique égyptienne. Même à l’égard du problème chypriote, il doit tenir compte du lien établi par les impérialistes entre Chypre et le Moyen-Orient, et il ne peut, de ce fait, profiter de la trêve déclarée à la mi-août par les partisans de l’Enosis pour reprendre les négociations. Alors que l’arrêt des hostilités constituait le préalable fixé par Londres à la reprise des discussions, les gouvernants anglais choisissent de présenter le geste des nationalistes chypriotes comme un succès de la politique de répression du Gouverneur Harding148. À l’époque de la Conférence de Londres, les Suez Rebels font d’une victoire sur Nasser la condition du maintien du Premier ministre à la tête du pays et du parti. Ainsi Desmond Donnelly, député travailliste et journaliste, rapporte-t-il à Gaitskell que « Julien Amery demeure aussi ferme que jamais », et que le Suez Group a pour mot d’ordre : « ou Nasser ou Eden doit partir avant octobre »149.

  • 150 Clark, op. cit., p. 180. Monckton confie à Clark que Macmillan a passé tout le dimanche 27 août à t (...)
  • 151 CAB 134/1216, EC(56) 13th Meeting, 9 août 1956, p. 102, et 15th Meeting, 14 août 1956, p. 116. À ce (...)
  • 152 Clark, op. cit., p. 178.
  • 153 Sur le message d’Eisenhower et la réaction vive d’Eden, voir chapitre II, p. 93.
  • 154 Macmillan, op. cit., p. 124-125.

32Visiblement, à partir des premiers jours d’août, le chef du Cabinet semble pencher de plus en plus pour une solution drastique au double problème posé par la nationalisation de la Compagnie de Suez et par l’existence du régime nationaliste de Nasser. Le 10 août, il opte pour l’élaboration d’un nouveau plan d’intervention axé sur la reconquête de l’Égypte, grâce à un assaut majeur sur Alexandrie, suivi d’une poussée sur Le Caire. Puis le 24 août, au lendemain de la Conférence de Londres, il s’efforce, avec le soutien de Macmillan, de convaincre ses collègues de l’Egypt Committee de la nécessité d’une action militaire si les Égyptiens refusent l’internationalisation du canal. Monckton s’oppose avec vigueur à toute décision précipitée150. On comprend difficilement cette initiative du chef du gouvernement, car, outre le fait que l’emploi de la force a, dès le début, été considéré comme le recours ultime par le Cabinet, l’Egypt Committee lui-même a conclu à l’impossibilité d’une intervention militaire sans casus belli additionnel et sans approbation préalable du Parlement151. Le Premier ministre s’apprête-t-il à déclencher une guerre contre l’Égypte malgré l’opposition du Labour et au mépris de l’attitude américaine ? Plus probablement, il tente de contrecarrer l’influence des ministres modérés et, dans l’espoir d’un revirement favorable de la diplomatie américaine, veut un « blanc-seing » pour être en mesure de profiter de toute provocation égyptienne. Certains « faucons » parmi les dirigeants anglais, notamment Macmillan, songent à créer un incident qui justifierait une réplique militaire152. Néanmoins, dès la fin d’août, le Premier ministre doit réaffirmer le principe, défendu par Monckton et Butler, de l’épuisement de tous les moyens pacifiques en vue de régler le différend conformément à l’objectif officiel, l’instauration du contrôle international sur la voie maritime de Suez. À partir de septembre, il assouplit considérablement son attitude sous la triple pression exercée par les travaillistes, les libéraux et, dans les jours qui précèdent la session extraordinaire du parlement, les tories modérés. Ces derniers exigent qu’avant d’user de la force, leurs dirigeants recourent à tous les moyens pacifiques disponibles, en particulier à l’ONU, pour parvenir à un règlement négocié du différend avec l’Égypte. D’autre part, la lettre du 3 septembre d’Eisenhower au chef du gouvernement anglais, qui exprime sans ambiguïté l’opposition américaine à toute initiative militaire à ce stade de la crise, renforce l’influence des facteurs domestiques qui militent en faveur de nouvelles démarches diplomatiques britanniques153. À ce moment, écrira Macmillan, non sans ironie, le Premier ministre commence à « hésiter [mais peut] difficilement modifier trop ouvertement sa position, car l’aile militante [du parti conservateur], les Waterhouse et les Amery, deviendrait désagréable (nasty) »154. Le changement d’attitude d’Eden a deux conséquences majeures : l’abandon du projet d’intervention militaire retenu le 10 août et son remplacement par le plan « Musketeer Revised », aux objectifs territoriaux beaucoup plus limités, ainsi que l’acceptation de l’idée d’une association des pays utilisateurs de la voie maritime de Suez. La caractéristique la plus remarquable de ce plan révisé réside dans l’adéquation entre les opérations militaires projetées et le dessein officiel du Royaume-Uni dans la crise, « restaurer le contrôle international sur le canal ».

  • 155 CAB 134/1216, EC(56) 9th Meeting, 2 août 1956. Macmillan envisage une certaine coopération militair (...)
  • 156 On retrouve ses arguments économiques dans CAB 128/30, CM(56) 62nd Conclusion, Min. 2, 28 août 1956 (...)
  • 157 Sur les conséquences d’une fermeture éventuelle du canal, CAB 134/1217, EC(56) 35th Paper, 27 août  (...)

33Jusqu’au 6 novembre 1956, Harold Macmillan occupe une place éminente parmi les bellicistes du Cabinet britannique. Singulièrement, partisan le plus résolu d’une riposte militaire, il intervient d’emblée en faveur d’un élargissement des objectifs politiques et des buts de guerre d’une éventuelle intervention. Devant ses collègues, il plaide avec constance pour le recours à la force, au point de provoquer la violente sortie de Walter Monckton, notée précédemment155. Pourtant, sa fonction de ministre des Finances devrait plutôt l’inciter à la modération et à la prudence. Il justifie sa position extrémiste par des vues apocalyptiques sur les conséquences d’un succès de Nasser pour l’économie nationale : la liberté de circulation dans le canal et les relations avec les États producteurs d’hydrocabures se trouveraient compromises156. Cependant, le Chancelier de l’Échiquier n’ignore rien du problème crucial que poserait un approvisionnement du pays en pétrole de la zone-dollar en cas de fermeture du canal de Suez. De surcroît, la nature perspicace et réaliste de ce fin politique rend plus invraisemblable encore que, dans le cas d’Eden, l’hypothèse d’un sursaut churchillien fondé sur l’illusion de la puissance britannique157. Plusieurs mobiles fournissent une explication rationnelle du rôle influent et équivoque de Macmillan dans l’affaire de Suez. D’abord, comme durant son bref passage au Foreign Office, il favorise la politique arabe énergique voulue par les conservateurs radicaux, alors qu’il ne veut et ne peut accorder plus que des concessions limitées à la droite néo-libérale du parti. Et puis, dès son arrivée aux Finances, il a compris le péril politique que représente pour lui l’état de l’économie nationale. Il a noté en décembre 1955 :

  • 158 Horne, op. cit., p. 377.

« La situation est bien pire que je ne le prévoyais. Butler a laissé aller (drift) les choses. Les réserves [en or et en devises] diminuent constamment. [Dès lors qu’elle seraient épuisées, nous aurions [d’ici six à douze mois selon les experts] un effondrement total et sous H. Macmillan »158.

  • 159 Entretien du 20 juin 1988 avec Sir Richard Powell, secrétaire permanent au ministère de la Défense (...)
  • 160 Cf. The Manchester Guardian, 30 août 1956 et Clark, op. cit., p. 182, sur le discours de Macmillan (...)

34« Politique brillant » selon Sir Richard Powell, l’un de ses anciens proches collaborateurs, Macmillan ne voit-il pas l’affaire de Suez comme une chance unique, diversion inespérée par rapport aux maux économiques du pays et instrument pour la course au pouvoir159 ? L’issue de la crise n’est certes pas prévisible avec certitude au départ, mais on peut aisément en percevoir les risques pour Eden. Divers faits attestent au demeurant que le Chancelier se sert avec une habileté pragmatique de la crise de Suez. En particulier, dans un discours de la fin d’août, il se donne l’image d’un dirigeant prêt à agir énergiquement à l’extérieur et à rompre avec le Butskellism : il se sert manifestement de la thèse du lien entre politiques étrangère et intérieure, soutenue par les impérialistes et certains néo-libéraux160.

35Dans le noyau restreint qui élabore la politique anglaise dans l’affaire de Suez, Selwyn Lloyd ainsi que Lord Salisbury se rangent d’emblée parmi les gouvernants résolus à défaire totalement l’Égypte sur la question du canal. Le premier occupe une fonction cruciale et le second, ami personnel d’Eden, pèse sur les choix du Cabinet grâce à son prestige personnel au sein du parti tory et à son statut de Senior Minister. Il devient d’ailleurs, d’entrée de jeu, membre de facto de l’Egypt Committee.

  • 161 Sir Donald Logan, entretien du 21 juin 1988.
  • 162 Nutting, op. cit., p. 58.
  • 163 D.R. Thorpe, Selwyn Lloyd, Londres, Jonathan Cape, 1989, p. 222.

36En raison de son faible poids politique, Selwyn Lloyd exécute pour l’essentiel les directives du Premier ministre, et défend ses choix. Les manifestations anti-britanniques du printemps 1956 au Moyen-Orient, les émeutes lors de sa visite à Bahreïn et le renvoi du général Glubb, imputés dans une certaine mesure aux agissements de l’Égypte, ont pu faire de Nasser un ennemi irréductible des intérêts britanniques dans le monde arabe aux yeux du secrétaire d’État. Il a néanmoins maintenu une politique égyptienne modérée jusqu’au 26 juillet, et par la suite, sensible aux vues de ses collaborateurs du Foreign Office, il exerce une influence modératrice sur Eden, comme le rapportera Sir Donald Logan, son ancien secrétaire privé161. Le ministre des Affaires étrangères mise pleinement sur l’action diplomatique et, après la Conférence de Londres, il se prononce fortement, au contraire de son chef, pour le recours aux Nations unies. Au moment des conversations du Caire entre le comité Menzies et le gouvernement égyptien, il explique à son collègue, Nutting, que porter le différend devant l’ONU servira « à préparer la scène pour la guerre ou pour la négociation »162. Manifestement, dans le contexte international et intérieur difficile du début de septembre, Lloyd n’exclut pas, à l’instar de Monckton, l’éventualité d’un règlement de compromis. À la même époque d’ailleurs, fait remarquable, il avise le frère de John Foster Dulles, Allen, responsable de la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis, qu’en cas de rejet des propositions des Dix-huit par l’Égypte, l’emploi de la force constituera « une possibilité considérable »163. Nul doute que cet avertissement n’ait incité le responsable de la diplomatie américaine à présenter précipitamment son projet d’association des usagers du canal. Influencé par les hauts fonctionnaires, Lloyd paraît douter en septembre du bien-fondé d’une solution militaire à la crise. Il œuvrera avec ardeur, lors des discussions de New York, en faveur d’un accord avec l’Égypte.

  • 164 CAB 128/30, CM(56) 62nd Conclusions, Min. 2,28 août 1956, p. 526-527 et 64th Conclusions, Min. 4,11 (...)
  • 165 Lord Birkenhead, Walter Monckton. The Life of Viscount Monckton of Brenchley, Londres, Weidenfeld a (...)

37Malgré un soutien initial entier au Premier ministre dans ses choix extrêmes, Lord Salisbury a une position relativement ambivalente sur l’action de la Grande-Bretagne dans la crise. À plusieurs reprises, il intervient en faveur d’une action énergique avec le recours aux armes si nécessaire. Mais à d’autres occasions, il se montre sensible aux thèses de Monckton et Butler, surtout au sujet de l’appel au Conseil de Sécurité. Fervent partisan de l’OTAN, il subit sans doute fortement l’influence de la politique américaine164. Cette prise en compte de la volonté de plus en plus affirmée du grand allié, notable chez le ministre de la Défense, ainsi qu’une nette conscience de l’état de l’opinion publique, explique le plaidoyer constant du Lord-President en faveur de l’implication des Nations unies, exigée du reste par l’opposition parlementaire165.

  • 166 PREM 11/1152. Lettre confidentielle d’A. Lennox-Boyd, ministre aux Colonies, au Premier ministre, 2 (...)
  • 167 Clark concluait d’une conversation avec Lord Home, le 23 août, que « le Cabinet [...] un peu irréso (...)
  • 168 PREM 11/1152. Lettre confidentielle de Lord Home au Premier ministre, 24 août 1956, p. 26. Home ava (...)
  • 169 Ibid., lettre confidentielle de Lord Salisbury au Premier ministre, 24 août 1956, p. 34-36.
  • 170 Ibid., lettre confidentielle de Sir Norman Brook au Premier ministre, 25 août 1956, p. 29- 30.
  • 171 Par exemple, ibid., Duncan Sandys, ministre du Logement, lettre personnelle au Premier ministre, 23 (...)
  • 172 Monckton Papers, n° 7, General Correspondence, lettre du 5 septembre 1956, d’Harold Watkinson à W. (...)
  • 173 PREM 11/1124. « Le canal de Suez et l’opinion britannique », note de Sir David Eccles au Premier mi (...)

38La concision des comptes rendus des séances rend malaisée l’étude de l’attitude du Cabinet sur la question de Suez, en tant que groupe. Les prévisions d’un Lennox-Boyd sur les effets d’une victoire apparente ou véritable de Nasser, ou les résolutions belliqueuses d’un Kilmuir, trouvent assurément un certain écho chez leurs collègues166. Toutefois, malgré le succès de façade que constitue en août la Conférence de Londres et l’alignement momentané des États-Unis sur la position officielle du Royaume-Uni, les ministres semblent quelque peu désemparés, comme d’ailleurs certaines personnalités conservatrices extra-gouvernementales, notamment Churchill167. Après l’éclat de Monckton, le 24 août, plusieurs membres de l’Egypt Committee s’empressent de réaffirmer leur appui au Premier ministre, mais certains d’entre eux, en particulier Home et Salisbury, attirent alors son attention sur la division du Cabinet. Le premier rapporte « l’hésitation manifeste de certains collègues », notamment Butler et Heatcoat-Amory quant à l’usage de la force contre l’Égypte. Le secrétaire au Commonwealth croit possible d’apaiser leur anxiété à condition de ne plus penser en termes de dates limites pour les choix militaires et d’allouer « amplement » du temps pour les manœuvres diplomatiques168. Salisbury, qui s’exprime dans le même sens dans une lettre du 24 août, prévoit même un certain soutien pour les vues de Monckton lors de la réunion plénière du Cabinet, le 28 août169. Dans une note du 25 août, Norman Brook, le secrétaire du Cabinet, s’efforce de rassurer le Premier ministre, mais observe que pour plusieurs de ses collègues, l’emploi des moyens ultimes nécessiterait de nouvelles provocations de Nasser170. Cette idée occupe en fait une place centrale dans l’esprit des membres du gouvernement, dont plusieurs s’inquiètent manifestement des problèmes politiques posés par une intervention armée171. Dans la première décade de septembre, deux autres ministres expriment des doutes sérieux au sujet d’une réplique militaire à un refus égyptien de céder aux exigences des Dix-huit puissances. Par exemple, le 5 septembre, Harold Watkinson, responsable des Transports et membre de l’Egypt Committee, fait connaître par lettre, à ses collègues de la Défense et des Affaires étrangères, l’opinion personnelle que seuls le retrait des pilotes et l’interruption consécutive de la circulation dans le canal pourraient fonder moralement une action « de police internationale » devant l’opinion mondiale, et rallier la population britannique172. Dans une note du 10 septembre enfin, deux jours avant la réunion des Chambres, Sir David Eccles, ministre de l’Éducation, plaide auprès d’Eden pour le recours à l’ONU afin de renforcer la position du Cabinet. En outre, Eccles expose ses craintes au sujet des réactions du public anglais devant ce qui « équivaudrait à une guerre préventive »173.

  • 174 Gaitskell, op. cit., p. 568.
  • 175 Monckton Papers, n° 7, General Correspondence. Lettre du 16 août 1956 au Premier ministre. Rapport (...)
  • 176 Ainsi qu’on l’a déjà noté, lors de sa réunion du 14 août (59th Conclusions), le Cabinet a discuté d (...)

39La question d’une nouvelle provocation égyptienne tient visiblement une place centrale dans les calculs des gouvernants anglais et plusieurs signes montrent qu’ils ont très tôt misé sur de nouveaux actes de la part de l’Égypte, assimilables à un casus belli. À nouveau, il convient de mettre en relief la précision fournie le 2 août par le Premier ministre au Leader de l’opposition, sur les mesures militaires, prises pour le cas où « Nasser ferait autre chose »174. Il ne s’agit vraisemblablement pas ici d’un propos de circonstance, mais de l’expression d’une vue répandue au sein de l’équipe ministérielle, comme l’indiquent des propos d’autres dirigeants. Ainsi, le 16 août, Walter Monckton répond dans le même sens à Alastair Heterington, rédacteur en chef du Manchester Guardian, et il précise que les préparatifs militaires constituent une « contre-menace à celle que Nasser fait peser »175. Ainsi, très tôt, simultanément ou du moins peu de temps après leur décision d’obtenir le contrôle international du canal, la majorité des gouvernants anglais admettent, comme les dirigeants travaillistes mais secrètement, la difficulté, voire l’impossibilité, de répliquer militairement à la seule expropriation de la Compagnie de Suez et certains raisonnent ensuite à partir du postulat erroné que les Égyptiens ne se limiteront pas à cette action176. Cette nécessité de justifier une guerre contre l’Égypte, constatée dès le 14 août par le Cabinet, renforce la position des ministres modérés qui, partisans d’un règlement diplomatique, favorisent le recours au Conseil de Sécurité et soutiendront le projet américain d’association des usagers de la voie maritime de Suez. D’ailleurs, pour Monckton, Butler et leurs collègues qui doutent de la sagesse d’une solution militaire, souscrire à ces deux initiatives ne revient-il pas, sans rejeter directement la politique intransigeante définie originellement par le Premier ministre, ni enfreindre le principe de la solidarité gouvernementale, à gagner du temps pour permettre aux Américains d’agir et à l’opinion publique et parlementaire britannique de jouer son rôle de frein ?

40L’unanimité nationale du début de la crise de Suez, fondée sur une équivoque acceptée par tous pour des raisons de tactique ou par patriotisme, laisse progressivement place en Grande-Bretagne à des divergences de plus en plus accusées au cours du mois d’août. L’appui à la politique du Cabinet s’effrite dans le pays et au Parlement, où même les rangs gouvernementaux se divisent entre modérés et radicaux. Les premiers favorisent, comme les Américains, une attitude souple qui permettrait une solution de compromis acceptable. Les seconds, qui se font les porte-parole du mouvement tory ont au contraire des objectifs extrêmes : changer l’orientation générale de la politique anglaise dans le monde, avec le Moyen-Orient comme premier champ d’action. Le gouvernement lui-même, miné par le doute, indécis, est tiraillé entre « colombes » et « faucons », avec parmi ces derniers] Macmillan, très actif et aux mobiles suspects. Depuis la fin de juillet, les rapports entre politique intérieure et politique étrangère transparaissent à plusieurs niveaux : Parlement, opinion publique et surtout mouvement conservateur déchiré par des courants idéologiques dont les buts dépassent le différend avec l’Égypte. Naturellement, les forces externes tiennent également une place majeure, bien que les influences française et américaine s’équilibrent momentanément. Les facteurs domestiques, conjugués aux impératifs diplomatiques, vont bientôt peser de façon déterminante sur les décisions anglaises dans la crise de Suez.

Notes

1 CD, vol. 557,30 juillet 1956, déclaration sur l’affaire de Suez, col. 918-919, et le 2 août 1956, débat sur Suez, col. 1603, 1606-1608, A. Eden. Ibid., 30 juillet 1956, col. 919, et 2 août 1956, col. 1612-1613, Hugh Gaitskell. Sur la genèse du discours, volontairement pro-israélien, voir Douglas Jay, Changes of Fortune, Londres, Hutchinson, 1980, p. 254.

2 Ibid., 2 août 1956, col. 1621-1622, C. Davies.

3 Ibid., col. 1614, 1616-1617, H. Gaitskell. House of Lords, Parliamentary Debates (LD), vol. 119, 2 août 1956, débat sur l’Égypte et le canal de Suez, col. 616-617, 620, Lord Attlee. Sur un ton relativement serein, l’ancien Premier ministre exclut une solution militaire, qui serait assimilée à de l’impérialisme, et il réclame une action conforme aux vues de la plus grande partie de l’opinion internationale, exécutée par le biais des Nations unies. Lord Stansgate intervient également dans le même sens (ibid., col. 576-577 et 580).

4 CD, vol. 557, 2 août 1956, débat sur Suez, col. 1626-1627, Denis Healey. G. Williams et B. Reed, Denis Healey and the Politics of Power, Londres, Sidgwick and Jackson, 1971. On note aussi l’intervention de deux autres travaillistes : CD, W. Warbey, col. 1641-1642, 1646-1647 et col. 1654, et H. Morrison, 1658-1659.

5 Ibid., col. 1652-1653, J. Hall.

6 Ibid., 30 juillet 1965, déclaration ministérielle sur Suez (question), col. 920, C. Waterhouse. Ce sont en effet les Suez Rebels qui ont exigé d’un Premier ministre contrarié, soit une réunion ultérieure des Chambres, soit une prolongation de la session en cours, afin de ne pas laisser, avec les vacances parlementaires, « la question [de Suez] dans sa présente condition d’incertitude ».

7 Ibid., 27 juillet 1956, déclaration sur la nationalisation de la Compagnie de Suez (réponses), col. 778-779, C. Waterhouse et J. Amery.

8 Ibid., 2 août 1956, débat sur Suez, col. 1697, 1699-1700, J. Amery.

9 Ibid., col. 1639-1640, Viscount Hinchinbrooke. Cette nécessité de réagir sans délai est exprimée par plusieurs Suez Rebels, notamment W. Elliot, qui fait état du danger de laisser le temps passer (col. 1670).

10 Ibid., col. 1617, 1619-1620, C. Waterhouse. Le leader impérialiste insiste lui aussi sur l’urgence d’une action énergique (we have got him on the run, he must be kept on the run).

11 The Daily Telegraph, 28 juillet 1956, éd. « Dictator off Balance » (et aussi les articles du même jour). The Daily Herald, 28 juillet 1956, éd. « No More Adolf Hitlers ». À ce stade ni l’un ni l’autre ne considèrent d’autres mesures que celles d’ordre économique.

12 The Times, 28 juillet 1956, éd. « Time for Decision » ; The Financial Times, 28 juillet 1956, éd. « Suez » ; News Chronicle, 28 Juillet 1956, éd. « Suicide of the Sphinx » ; The Sunday Times, 29 juillet 1956, éd. « Piracy » ; The Daily Mail, 28 juillet 1956, éd. « We Wait for Action » ; The Daily Express, 28 juillet 1956, éd. « Resist this Outrage ».

13 The Manchester Guardian, 28 juillet 1956, éd. « Suez » et 31 juillet 1956, éd. « Pause for Thought ». Le journal concédait toutefois qu’en cas de blocage du canal par l’Égypte « on pourrait avoir à prendre des mesures extrêmes ».

14 The Economisé vol. CLXXX, n° 5893, 4 août 1956, éd. « Europe’s Achilles’ Heel » p. 382- 383.

15 Deux autres grandes publications critiquent bientôt l’attitude menaçante du Cabinet : News Chronicle, quotidien libéral, et The Observer, hebdomadaire indépendant.

16 The Times, 1er août 1956, éd. « A Hinge of History ». Les États invités à la conférence internationale, devront, selon le Times, se réunir rapidement, poser leurs conditions et les imposer par la force si nécessaire.

17 The Financial Times, 30 juillet 1956, éd. « Effective Action ».

18 The Times, 3 août 1956, éd. « Resisting the Aggressor ». L’éditorialiste précise : [...] The Government have to face firmly [this danger], taking care not to appear an aggressor [...] acting in accordance with the UN Charter ».

19 Ibid., 15 août 1956, éd. « What Is at Stake ». The Financial Times, 30 juillet 1956, éd. « Effective Action » ; 11 août 1956, éd. « Suez and Oil » ; et 16 août 1956, éd. « The Conférence ». Le Financial Times n’envisage que des sanctions économiques et écarte toute solution militaire, sauf en cas de blocus.

20 Iverach McDonald, A Man of the Times, Londres, Hamilton, 1976, p. 150. Le rédacteur en chef du Times pour les affaires étrangères en 1956, assurera avoir maintenu une « attitude belliqueuse, gage de détermination, pour exercer une pression sur l’Égypte », en vue de négociations prévisibles sitôt le choc de la nationalisation passé.

21 Clark, op. cit., p. 174. « Question de vie ou de mort » : expression utilisée par Eden dans un discours télédiffusé le 8 août 1956 (The Times, 9 août 1956).

22 Monckton Papers, Box 7, General Correspondence, lettre du 14 août 1956 au Premier ministre (Bodleian Library, Oxford). Alastair Hetherington, The Manchester Guardian Years, Londres, Chato & Windus, 1981.

23 Guillaume Parmentier, « The British Press in the Suez Crisis », The Historical Journal, vol. 23, n° 2, June 1980, p. 435 et 443, et Ralph Negrine, « The Press and the Suez Crisis : a Myth Re-examined », ibid., vol. 25, n° 4, December 1982, p. 976. Negrine s’inscrit en faux contre l’analyse de Parmentier sans pour autant aller assez loin en ce sens : l’alignement de certains grands journaux contre le gouvernement existe dès le début de la crise.

24 Voir par exemple, PREM 11/1516, compte rendu d’un entretien entre le secrétaire au FO et H. Gaitskell, le 11 avril 1956 ; et The Backbench Diaries of Richard Crossman, Janet Morgan dir., Londres, Hamilton, 1981, p. 473-474.

25 The Daily Mirror, 31 juillet 1956, « This is the unpleasant truth about the Middle East », article de Richard Crossman, qui propose d’armer Israël en réponse à la nationalisation.

26 Douglas Jay, op. cit., p. 254.

27 The Daily Herald, 28 juillet 1956. La même préoccupation, avec le but d’alourdir l’accusation de chantage lancée contre le régime nassérien, explique assurément que le Daily Herald titre « Plus d’Hitler » sitôt après la nationalisation.

28 Philip M. Williams, Hugh Gaitskell. A Political Biography, Londres, Jonathan Cape, 1979, p. 420-423. Hugh Gaitskell, The Diaries of Hugh Gaiskell, publié sous la direction de Philip M. Williams, Londres, Jonathan Cape, 1983, p. 566. Gaitskell se trouve d’accord avec Healey : l’intérêt national commande de « résister » à Nasser, mais aussi de ne « pas user de la force d’une façon injustifiable ».

29 Ibid., p. 561-562. Gaitskell note dans son journal, le 30 juillet, sa préoccupation de ne pas laisser Eden croire le Labour favorable à l’usage de la force « de la même façon que le sont les Suez Rebels ». Dès le 31 juillet, le Premier ministre refuse de prendre des engagements quant au cours ultérieur de sa politique.

30 Ibid., notes du 2 août (p. 568), sur la rencontre entre Eden et Gaitskell avant le débat sur Suez aux Communes. PREM 11/1159, lettre de Hugh Gaitskell au Premier ministre, 3 août 1956, p. 47-47a et 50-51. Il remarque déjà qu’il n’a pas publiquement débattu de cette question pour n’avoir pas à prendre parti officiellement contre une solution militaire, ce qui affaiblirait diplomatiquement le Cabinet. Ibid., lettre d’Eden à Gaitskell, 6 août 1956, p. 39. Gaitskell, op. cit., Annex, document 17, n° 6, p. 576-577 : compte rendu de la réunion stérile du 10 août 1956 entre Eden, Salisbury et les deux porte-parole travaillistes, Griffith et Robens, respectivement Deputy Leader et responsable pour les affaires étrangères au Shadow Committee. Sur l’inquiétude de Gaitskell, ibid., p. 479-580.

31 PREM 11/1159, p. 28-30, lettre de Gaitskell au Premier ministre, 10 août 1956. Gaitskell, op. cit., p. 419-420 et 558. Labour Party Archives, Labour Parliamentary Committee Minutes, Tuesday 31st July 1956. Gaitskell avait rejeté la demande du Foreign Affairs Committee, d’une réunion spéciale du parti en invoquant le « manque de temps ». Il s’agissait bien sûr d’empêcher un débat qui exposerait les divisions au sein du mouvement.

32 Ibid, p. 34, lettre du Premier ministre à Hugh Gaitskell, 12 août 1956.

33 PREM 11/1159, p. 28-30, lettre de Gaitskell au Premier ministre, 10 août 1956. The Times, 7 août 1956, lettre ouverte de Denis Healey et Douglas Jay (deux députés travaillistes éminents), « Resolving Suez Crisis. Use of Force Not Justified », faite avec l’approbation de Gaitskell (op. cit., p. 580). Ibid., 9 août 1956, texte du discours télévisé le 8 août 1956 dans lequel Eden assimile la nationalisation à une violation des accords internationaux sur le canal.

34 Williams, Hugh Gaitskell..., op. cit., p. 419-420. Gaitskell op. cit., p. 567. En refusant un débat, interne ou public, le chef du Labour voulait éviter une controverse et préserver la liberté de la direction travailliste. Il a au reste refusé la demande du Foreign Affairs Committee, d’une réunion spéciale du parti. Labour Party Archives, Labour Parliamentary Committee Minutes, Tuesday 31st July 1956 et Gaitskell, op. cit., p. 558. Sur son inquiétude croissante devant l’ambiguïté du Premier ministre, voir ibid., p. 579-580.

35 The Daily Telegraph, 7 et 9 août 1956. Parmi les 24 députés signataires de cette déclaration hostile à la politique du Cabinet, on retrouve principalement des membres de la gauche du Labour, comme Zilliacus ou Warbey, des contestataires, comme Silverman, ou des bevanistes comme Mikardo ou Lee. Cf. aussi les lettres ouvertes de E Hughes et J. Hynd dans The Manchester Guardian, 9 et 10 août 1956 et celles de K. Zilliacus et S. Silverman le 8, et d’E. Summerskill, le 10 août, dans The Times.

36 Tribune, 3 août 1956, « It Must Be World Control for All the Commercial Waterways », article d’A. Bevan et éditorial « Stop This Suez Madness » ; 10 août 1956, éd. « Labour Must Order the Government Hait – About Time ». Cf. aussi New Statesman and Nation, vol. LII, n° 1325, 4 août 1956, éd. « Suez Realities ». La position de Tribune et des « bevanistes » sur l’affaire de Suez deviendra globalement celle du Daily Mirror à partir du 14 août, puis celle du Labour Party et du Daily Herald à la fin d’août. En raison de l’étroite communion d’idées et de la similitude des mots et expressions utilisés simultanément dans les articles de Bevan et dans les éditoriaux de Tribune, on conçoit mal que le dirigeant travailliste n’ait pas inspiré la ligne éditoriale de la revue. Michael Foot, Aneurin Bevan : a Biography, New York, Athaneum, 1974, p. 517 et John Campbell, Nye Bevan and the Mirage of British Socialism, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1987, p. 319.

37 The Daily Herald, 7 août 1956, éd. « No Time for Folly » ; 8 août 1956, éd. « Be Sane, Be Clear » et 10 août 1956, éd. « If Nasser Refuses ». The Daily Mirror, 10 août 1956, éd. « A Sane Policy for Britain ».

38 Tribune, 3 août 1956, « Stop this Suez Madness » ; 10 août 1956, éd. « Labour Must Order the Government Hait – About Time ». Cf. aussi New Statesman and Nation, vol. LII, n° 1325, 4 août 1956, éd. « Suez Realities ». New Statesman favorise dès le début d’août la négociation d’un accord qui prévoirait la supervision internationale de la gestion du canal. La position de Tribune et des « bévanistes » sur l’affaire de Suez deviendra globalement celle du Daily Mirror à partir du 14 août, puis celle du Labour Party et du Daily Herald à la fin d’août. On note que le député travailliste William Warbey dénonce dans un article (Tribune, 10 août 1956), la « conspiration de l’unanimité » au sein du Labour.

39 Labour Party Archives, Labour Parliamentary Committee Meeting, Monday 13th August 1956. The Manchester Guardian, 14 août 1956, texte du communiqué du Comité parlementaire travailliste.

40 The Daily Herald, 14 août 1956, interview d’Hugh Gaitskell. Déclaration du 12 août de Nasser dans The New York Times, 13 août 1956.

41 The Times, 15 août 1956 (texte de l’allocution de S. Lloyd). Au lendemain, le Daily Mirror somme le Premier ministre de mettre fin à l’ambivalence du discours gouvernemental (double-talk).

42 Tribune, 17 août 1956, éd. « Resist Eden Every Inch on the Way », et 24 août 1956, « Suez – We Must Take India’s Advice ». Tribune indique que l’on ne peut rien reprocher au plan indien, « à moins d’admettre l’assertion d’Eden selon laquelle Nasser violerait tout traité qu’il signerait ».

43 The Daily Herald, 31 août 1956, éd. « Going to the Brink ». L’organe travailliste critique la venue des Français à Chypre, mais accorde encore le bénéfice du doute au Cabinet : il faudra encore cinq jours pour dénoncer le tandem anglo-français et l’influence de Paris sur l’orientation de la politique britannique. Ibid., 4 septembre, éd. « Tell Eden » et surtout, 5 septembre 1956, éd. « Dont Let Us Be Stooges for the French », et 8 septembre 1956, éd. « War or Peace ?... The Answer Must Be Peace ». Cf. aussi The Daily Mirror, 4 septembre 1956.

44 Gaitskell, op. cit., p. 576, 584-595.

45 The Daily Mirror, 4 septembre 1956, « This Is Time for Brutal Frankness from Gaitskell to Eden », article de Richard Crossman. Tribune, 7 septembre 1956, éd. « Suez – Act Now, before It Is Too Late ». Il faut noter l’éditorial alarmiste de The New Statesman and Nation, vol. LII, n° 1330, 8 septembre 1956, « The Grave Danger of War ». Sur l’alarme tardive de Gaitskell, voir ses propos dans le Manchester Guardian du 31 août 1956 et Gaitskell, op. cit., p. 592 et 597. Il faut s’interroger sur les mobiles de Macmillan, quand il informe le rédacteur en chef du Daily Mirror, quotidien opposé à la guerre, du désir des ministres de faire plier Nasser au prix d’un conflit armé si nécessaire. Le moment de cet échange demeure imprécis, mais selon le journal de Gaitskell et le récit de Cecil King, elle a eu lieu entre le 1er et le 4 septembre 1956. Cecil King, Strictly Personal, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1969, p. 130.

46 The Daily Mirror, 4 septembre 1956, discours d’Hugh Gaitskell, à Leeds, et de John Stratchey, à Dundee.

47 Labour Party Archives, Parliamentary Committee Meeting, Thursday 6th September 1956. Il s’agit de la troisième demande du parti en faveur du rappel des Chambres. L’inquiétude causée par le retard mis à la convocation du parlement tient aussi une place importante dans les causes du retournement du 2 septembre.

48 The Daily Mirror, 7 septembre 1956, éd. « It’s Not a Personal Duel ».

49 The Daily Herald, 12 septembre 1956, éd. « The Way of Peace ».

50 The Daily Telegraph, 7 septembre 1956.

51 Labour Party Archives, Meeting of the Party (P. L.P.), Friday, September 12th 1956.

52 Ibid., Special Meeting of the Parliamentary Committee on Tuesday 11th September 1956.

53 The Daily Herald, 12 septembre 1956, éd. « The Way of Peace ». L’organe travailliste exige que le gouvernement britannique dénonce l’action « insensée » de la Compagnie de Suez, qui a utilisé son influence pour inciter les pilotes européens à quitter leurs postes. Évidemment il s’agit ici d’une fausse ingénuité significative. Dès le 23 août, le Daily Herald avait réclamé le maintien en fonction des pilotes et souligné l’entière responsabilité des ministres britanniques à cet égard. Gaitskell, dans ses déclarations du 31 août, avait exprimé la même demande.

54 Hugh Cuddlip, Walkingon the Water, Londres, The Bodleian Head, 1976, p. 227. Le rédacteur en chef du Daily Mirror rappellera l’impact de « la grande campagne [contre le Cabinet sur Suez], lancée par Bevan, mais qui recueille des appuis chez toutes les tendances du parti travailliste ».

55 CD, vol. 557, 27 juillet 1956, déclaration sur la nationalisation de la Compagnie de Suez, col. 778, Clement Davies. Ibid., 2 août 1956, débat sur Suez, col. 1621-1622, Davies. Le chef libéral exprime clairement son opposition à l’adoption par le Cabinet de « mesures agressives » contre l’Égypte. LD, vol. 119, 2 août 1956, débat sur l’Égypte et le canal de Suez, col. 571-573, Lord Rhea. Ibid., col. 599 et 601, Lord Birdwood.

56 PREM 11/1146, note sur l’entretien du 14 août 1956, entre Clement Davies et le Lord-Président du Conseil.

57 Ibid., lettre du Chef du Parti libéral au Premier ministre, 1er septembre 1956.

58 The Manchester Guardian, 28 juillet 1956, éd. « Suez » ; 31 juillet 1956, éd. « Pause for Thought » et 2 août 1956, éd. « Military Action ». The Economist, vol. CLXXX, n° 5893, 4 août 1956, p. 382-383, éd. « Europe’s Achilles’ Heel ».

59 The Manchester Guardian, 2 août 1956, éd. « Military Action » et 10 août 1956, éd. « In Perspective » The Economist, vol. CLXXX, n° 5895, 18 août 1956, éd. « Customers in Conférence », p. 541-542.

60 The Manchester Guardian, 4 août 1956, éd. « Ends and Means », 10 août 1956, éd. « In Perspective » et 24 août 1956, éd. « What Next » ; The Economist, vol. CLXXX, n° 5894, éd. « Long Haul at Suez ». On note que l’exigence de l’implication des Nations unies dans la crise conduit deux autres journaux importants, News Chronicle et The Observer, à se retourner contre le gouvernement.

61 The Manchester Guardian, 16 août 1956, éd. « Looking Ahead ».

62 BIPO. Survey 469B, August 1956. Les interrogatoires ont eu lieu du 4 au 6 août 1956. Les questions et les résultats de ces enquêtes ont été gracieusement communiqués par la société Gallup. Certains de ces chiffres furent publiés dans la presse britannique, généralement par News Chronicle, pendant la crise de Suez.

63 Ibid. À ce moment, 30 % des travaillistes et 24 % des libéraux accepteraient l’emploi de la force contre l’Égypte.

64 Ibid., la préférence des Britanniques pour une action collective en vue de régler le problème de Suez semble confirmée par le fait que 67 % des sondés approuvent la participation de l’URSS à la conférence internationale.

65 CAB 21/3092, note au Premier ministre sur une discussion entre Mr. Tewson, secrétaire général du Trade Unions Congress (TUC), et le ministre du Travail. Tewson a prévenu le ministre de l’alignement possible du TUC sur le « Shadow Cabinet ».

66 BIPO, Survey 427A, September 1956.

67 Ibid., cette question permet de vérifier si les avis sur le but officiel du Cabinet ont changé après un délai de quatre semaines. Elle est ainsi formulée : Do you think that Britain was right to insist on international control ofSuez or should we have been prepared to let Egypt operate the Canal under a new international treaty guaranteeing to keep the Canal open to ail shipping ?

68 BIPO, Survey 427A, September 1956.49 % des sondés (contre 34 %) n’approuveraient pas l’envoi à l’Égypte d’un ultimatum pour imposer les propositions des Dix-huit. Même dans le cas d’une atteinte au libre passage dans la voie de Suez, 64 % d’entre eux pencheraient pour le recours aux Nations unies plutôt que pour une riposte militaire (27 % seulement de réponses en ce sens).

69 Deux sondages effectués par le BIPO, l’un au moment de la Première conférence de Londres et l’autre entre le 7 et le 18 septembre 1956, montrent que le taux de satisfaction baisse de 59 à 42 % tandis que celui des mécontents, naguère de 25 %, atteint 40 %.

70 LD, vol. 199, 2 août 1956, l’Égypte et le canal de Suez, col. 590, Lord Hore-Belisha.

71 Nigel Nicolson, People and Parliament, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1958, p. 116- 117. L’auteur, député tory en 1956, rappelle l’état d’esprit des militants conservateurs, très favorables à une politique de force.

72 The Spectator, n° 6685, 3 août 1956, éd. « Safeguarding Suez » ; comparer avec l’éd. du 10 août 1956, « Leading from Strength ». Cette revue a opéré un repli rapide et rejoint le Sunday Times dans son orientation mesurée, défavorable à une solution militaire. The Sunday Times, 29 juillet 1956, éd. « Piracy », 10 août 1956, éd. « Leading from Strength » et surtout 12 août 1956, éd. « A Plan for the Canal » (par le choix des termes International Regulating Authority, le Sunday Times évite d’utiliser le mot contrôle). Le 19 août, ce journal se rallie à l’idée d’une supervision internationale, déjà prônée par The Spectator, partisan du Plan Menon (n° 6686, 17 août 1956, « The London Conference »).

73 Cf. notamment, The Times, 27 août 1956, éd. « Suez Escapers », et 10 septembre 1956, éd. « Firmness and Care » et comparer avec l’éd. « Suez », du 12 septembre 1956. Dans une discussion avec Gaitskell, lors de la Conférence de Londres, Sir William Haley, directeur du Times, avait reconnu que la force était désormais « hors de question » (Gaitskell, op. cit., p. 586). On remarque aussi que The Observer, grand journal indépendant, accepte le projet d’autorité internationale du canal, mais refuse toute action militaire sans violation claire de la Convention de 1888 (éd. « Suez Choice », 5 août 1956, et « The Suez Crisis », 12 août 1956).

74 The Financial Times, 22 août 1956, éd. « The Conference » et 12 septembre 1956, éd. « The Long Haul ». Ici, le journal se dissocie franchement de la politique du Cabinet, jugée trop anti-nassérienne.

75 The Banker, vol. CVI, n° 368, septembre 1956, p. 549-553. « Is Sabre-Rattling Justified ? », Sir Oscar Hobson. Cette revue des milieux bancaires développe des vues proches de celles du Financial Times. Comme The Economist, The Banker met en relief la complémentarité des intérêts de l’Égypte, du monde arabe et des usagers du canal quant à son bon fonctionnement. Manifestement, hormis The Statist, revue économique de la droite conservatrice (vol. CLXIV, n° 4091, 4095, 4098 et 4099, août-septembre 1956), les publications proches des milieux d’affaires émettent de fortes réserves au sujet de la politique de la Grande-Bretagne dans la crise.

76 The Daily Mail, 4 août 1956, éd. « Calm and Confident ». Le journal affirme : « les prochaines semaines seront [dans l’avenir] perçues comme le moment où [les Britanniques] manifestèrent à nouveau leadership et responsabilité ». Ibid.., 28 juillet 1956, éd. « We Wait for Action ».

77 Ibid., 1er août 1956, éd. « Hitting at Nasser » ; et 31 juillet 1956, éd. « No Time for Weakness ».

78 Ibid., 28 juillet 1956, éd. « We Wait for Action ». The Daily Express, 28 juillet 1956, éd. « Resist this Outrage ».

79 The Daily Telegraph, 30 juillet 1956, éd. « Defiance from Cairo ».

80 The Daily Mail, 2 août 1956, éd. « Behind the Canal ». Le journal affirme sans ambages que la question véritable n’est pas la nationalisation, mais le fait que la Grande-Bretagne ne peut avoir confiance en Nasser.

81 The Daily Telegraph, 28 juillet 1956, éd. « Dictator off Balance ».

82 The Daily Mail, 27 juillet 1956, éd. « We Must Slap this Man Down ».

83 The Daily Express, 28 juillet 1956, éd. « Resist this Outrage ».

84 The Times, 30 juillet 1956, lettre ouverte de J. Amery. On constate que le porte-parole du Suez Group, dans la position définie le 29 juillet, ne défend pas encore l’idée, qui sera bientôt au centre du discours officiel, sur l’incompatibilité de la nationalisation avec le statut international du canal. Au contraire, Amery base son propos sur la nécessité, avant toute autre considération, d’infliger une humiliation à Nasser. La nationalisation et ses conséquences constitueront, dans un sens positif ou négatif, un précédent pour la sauvegarde des intérêts britanniques à l’étranger.

85 CRD/34/2, Conservative Party Archives (Bodleian Library, Oxford). Conservative Parliamentary Foreign Affairs Committee, Middle East Sub-Committee, 30 juillet 1956.

86 Ibid.

87 CRD2/34/2, Conservative Foreign Affairs Committee, 31 juillet 1956.

88 Time and Tide, vol. 37, n° 31, p. 923, 4 août 1956, éd. « The Challenge of Suez ».

89 Charles Mott-Radcliffe, Foreign Body in the Eye, Londres, Lee Cooper, 1975, p. 222. L’ancien secrétaire du Conservative Foreign Affairs Committee rappelle que le comité, sans cesse convoqué, « à toute heure du jour et de la nuit », paraissait presque être en « session permanente ». Mais le nombre limité de comptes rendus de séances, entre juillet et novembre, montre que plusieurs de ces réunions furent informelles.

90 CRD2/34/2, Conservative Foreign Affairs Committee, 31 juillet 1956. Time and Tide, vol. 37, n° 31, 4 août 1956, « The Testing Time », article de Lord Killearn. Le pair tory estime que la crise constitue une épreuve personnelle au plan politique pour Eden.

91 CD, vol. 557, 2 août 1956, débat sur Suez, Julian Amery, col. 1701.

92 Time and Tide, vol. 37, n° 31, 4 août 1956, éd. « The Challenge of Suez ».

93 Ibid. The Daily Mail, 4 août 1956, éd. « Calm and Confident ». The Times, 30 juillet 1956, lettre ouverte de Julian Amery.

94 The Daily Telegraph, 28 juillet 1956 et 1er août 1956. Le rapport de ce quotidien sur la réunion du Comité conservateur sur les affaires étrangères corrobore la version donnée par Time and Tide. Selwyn Lloyd est venu à la place d’Eden, sur la demande du comité, fournir des assurances exigées par les radicaux du groupe parlementaire tory, avant même que ne soient terminées les conversations anglo-franco-américaines en cours.

95 CD, vol. 557,2 août 1956, débat sur Suez, Hugh Fraser, col. 1717. Ibid., Legge-Bourke, col. 1683.

96 The Daily Mail, 28 juillet 1956, éd. « We Wait for Action ». Le Daily Express, 2 août 1956, éd. « Will Russia Move ? ». Time and Tide, vol. 37, n° 31, 4 août 1956, éd. « The Challenge of Suez ».

97 CD, vol. 557, 2 août 1956, débat sur Suez, J. Amery, col. 1700.

98 The Daily Telegraph, 4 août 1956, éd. « Entente Beyond Europe ».

99 CD, vol. 557, 2 août 1956, débat sur Suez, H. Fraser, col. 1717.

100 Ibid., J. Amery, col. 1700-1701. Le Suez Rebel exprime aussi la crainte que la suggestion américaine d’inviter les Soviétiques à la Conférence de Londres ne débouche sur un nouveau Yalta aux dépens du Royaume-Uni.

101 FO 371/124443 WF 1051/64 : « Note of a conversation with Mr. Pineau », 3cd June 1956, et « Note of a conversation with Mr. Lacoste », 4th June 1956. Lettre du 15 juin au secrétaire d’État au FO qui accompagne les notes d’Amery. Il est significatif que Lloyd transmette le 18 juin 1956, ses remerciements au député pour sa lettre « sur la position française en Afrique du Nord », alors que le sujet essentiel en était la possibilité d’une action concertée contre Nasser.

102 Carrefour, 15 août 1956, lettre ouverte de Charles Waterhouse. Le directeur de ce journal est Georges Bidault, personnalité éminente du Mouvement républicain populaire et champion de l’Algérie française. Dans son message, le dirigeant du Suez Group réitère les vues de sa faction, mais aussi, il lance un appel véhément pour la réalisation d’un front commun entre les deux nations. Cette lettre tend à prouver que les rapports personnels avec certains milieux politiques français, dont Amery fait état dans sa lettre du 15 juin à Selwyn Lloyd (note précédente), ont été mis à profit.

103 The Daily Telegraph, 30 juillet 1956.

104 The Daily Mail, 3 août 1956, éd. « Ultimatum to Nasser » ; The Daily Telegraph, 3 août 1956, éd. « United on the Canal ».

105 Time and Tide, vol. 37, n° 32, 11 août 1956, éd. « Facing the Challenge ».

106 The Daily Telegraph, 7 août 1956, « British and French Responsibility », lettre ouverte de John A. Biggs-Davidson. On note aussi le lien étroit établi au plan de la « responsabilité » entre Londres et Paris : un manquement anglais à l’entente franco-britannique serait dénoncé comme une trahison par les conservateurs impérialistes.

107 The Times, 14 août 1956, lettre ouverte de H. Legge-Bourke.

108 The Daily Express, 8 août 1956, éd. « Alone if Need Be » ; The Daily Mail, 8 août 1956, éd. « Speaking for Britain » ; Time and Tide, vol. 37, n° 33, éd. « Watchword for Suez », 18 août 1956).

109 The Daily Telegraph, 15 août 1956, éd. « Two Views on Suez ».

110 Time and Tide, vol. 37, n° 33, 18 août 1956, éd. « Watchword for Suez ».

111 The Daily Telegraph, 24 août 1956, éd. « Eighteen to Four ».

112 The Daily Express, 24 août 1956, éd. « Half-Time Score ».

113 Time and Tide, vol. 37, n° 34, 24 août 1956, éd. « First Act. Curtain ».

114 The Daily Telegraph, 21 août 1956, éd. « Mr. Dulles Sees It Through ». Sur l’impatience grandissante des impérialistes, ibid., 29 août 1956, éd. « Gleam of Sense from Nasser ».

115 Ibid, et 1er septembre 1956, éd. « Force in the Modern World ».

116 The Daily Express, 31 août 1956, éd. « Unity in Strength ». Time and Tide, vol. 37, n° 35, 1er septembre 1956, éd. « Escapers’ Club ».

117 The Daily Telegraph, 1er septembre 1956, éd. « Force in the Modern World ».

118 Time and Tide, vol. 37, n° 36, 8 septembre 1956, éd. « The Simmering Cauldron ».

119 The Daily Telegraph, 31 août 1956, « If Nasser Won », réplique de Charles Curran aux éditoriaux du Manchester Guardian et de The Economist, et aux déclarations des travaillistes, favorables à un compromis. Time and Tide, vol. 37, n° 35, 1er septembre 1956, éd. « Escapers’ Club ». La revue affirme que « le bien-être, le niveau de vie et le plein emploi » des Britanniques sont menacés. The Daily Express, 7 septembre 1956, « If No One Will Say This », article de Derek Marks, qui souligne en plus le danger d’une « mainmise communiste sur l’Afrique ».

120 The Daily Telegraph, 1er septembre 1956, éd. « Force in the Modern World ». Time and Tide, vol. 37, n° 35, 1er septembre 1956, éd. « Escapers’ Club ».

121 The Daily Telegraph, 6 septembre 1956, éd. « Cairo Prospects and After ». Le quotidien tory qualifie « d’inacceptable » tout plan qui laisserait le canal sous le contrôle illimité du « dictateur égyptien ». Ibid., 10 septembre 1956, éd. « After the Cairo Meetings ». Le Daily Telegraph attaque le Labour, qu’il accuse de revenir à son attitude des années 1930, lorsqu’il s’opposait à la fois à Hitler et au réarmement anglais. Tide and Time, vol. 37, n° 35, 1er septembre 1956, éd. « Escapers’ Club ».

122 Ibid.

123 The Daily Mail, 7 septembre 1956, éd. « A Time for Boldness ».

124 The Daily Telegraph, 6 septembre 1956, éd. « Cairo Prospects and After ».

125 Ibid, et 1er septembre 1956, éd. « Force in the Modern World ». Time and Tide, vol. 37, n° 35, 1er septembre 1956, éd. « Escapers’ Club » et 8 septembre 1956, éd. « The Simmering Cauldron ». Cf aussi, The Daily Mail, 7 septembre 1956, éd. « A Time for Boldness », et 10 septembre 1956, éd. « The Hour of Indécision » ; The Daily Telegraph, 6 septembre 1956, éd. « Cairo Prospects and After ».

126 Ibid., 11 septembre 1956, « Lesson from the Rhineland », lettre ouverte de Sir Beverley Baxter, qui lie crise de 1936, « apaisement », Eden et projet de contrôle international du canal.

127 Ibid, . 3 août 1956, éd. « United on the Canal ». The Daily Express, 8 août 1956, éd. « Alone if Need Be ».

128 Ibid., 8 septembre 1956, éd. « The Wrong Cause ».

129 The Daily Mail, 7 septembre 1956, éd. « A Time for Boldness ». The Daily Telegraph, 7 septembre 1956, éd. « Suez and the United Nations ».

130 Ibid., 10 septembre 1956, éd. « After the Cairo Meeting ».

131 Ibid., 11 septembre 1956, éd. « Confidence and the Canal ».

132 Ibid.

133 The Daily Mail, 10 septembre 1956, éd. « The Hour of Indécision ». Cet éditorial constitue un geste ouvert de méfiance envers le Cabinet, soupçonné d’abandonner sa position intransigeante initiale.

134 PREM 11/1152, lettre de Sir Norman Brook, secrétaire du Cabinet, au Premier ministre, 25 août 1956.

135 CAB 124/30, CM(56) 62nd Conclusions, 28 août 1956, p. 525. Ses termes sont : we might find ourselves saddled with a costly commitment.

136 Ibid., Monckton répond aux arguments avancés par Harold Macmillan, selon qui la nationalisation menace l’économie nationale directement, en affectant la liberté de circulation des pétroliers, et indirectement, en compromettant les relations de la Grande-Bretagne avec les pays producteurs d’hydrocarbures du Moyen-Orient.

137 Ibid., CM(56) 59th Conclusions, 14 août 1956, p. 501. Butler réaffirme le 11 septembre 1956, en faveur du plan américain d’association des usagers et d’un éventuel recours à l’ONU, que le parti conservateur appuiera aux Communes l’usage de la force si l’on a pris « toute mesure praticable pour assurer un règlement pacifique » (ibid., 64th Conclusions, p. 540).

138 Clark, op. cit., p. 178. Ce dernier parle d’une very dumping influence.

139 CAB 128/30, CM(56) 64th Conclusions, 11 septembre 1956, p. 139. Monckton dit espérer que l’adoption du plan d’association des usagers du canal ne sera pas considérée seulement comme une étape vers le recours à la force.

140 Ibid., CM(56) 54th Conclusions, 27 juillet 1956, p. 469 et 472. Le Cabinet approuve la politique définie par le Premier ministre, action sans laquelle, le Royaume-Uni « perdrait l’un après l’autre ses avoirs et intérêts au Moyen-Orient ».

141 John Colville, The Fringes of Power : 10 Downing Street Diaries, 1939-195S, New York, W. Norton, 1985, p. 723. L’ancien secrétaire privé de Churchill relate une discussion avec Sir William Dickson, chef d’état-major de l’Armée de l’air durant la crise de Suez, et corrobore les affirmations de Nutting sur « la rage et l’animosité d’Eden à l’égard de Nasser ». Mais ses fréquents emportements étaient sans doute, dans une large mesure, causés par un état de grande tension nerveuse (Clark, op. cit., p. 178). L’idée que, de juillet à octobre, Eden ait été guidé par quelque obsession anti-nassérienne, semble très difficile à soutenir, surtout compte tenu du revirement de sa politique égyptienne au début d’octobre.

142 McDonald, op. cit., p. 144. Fait notable, qui montre la radicalisation des vues d’Eden, ce dernier devient, durant le mois d’août, opposé au recours à l’ONU (Clark, op. cit., p. 181).

143 Gaitskell, op. cit., p. 568. Il pourrait s’agir là d’un propos trompeur destiné à calmer les craintes de Gaitskell, mais plus vraisemblablement Eden n’envisage pas encore à ce moment d’action militaire sans nouveau casus belli.

144 Aster, op. cit., p. 71 et 92. McDermott, op. cit., p. 69 et 75. Eden n’a-t-il pas défendu de Gaulle contre Churchill et les Américains en 1943, et préconisé le rétablissement de la France comme grande puissance impériale et européenne ?

145 The Times, 23 juillet 1956, éd. « The Three Unities ». La rédaction use de mots très sévères : « sur ces questions, ils [les gouvernants] ont donné l’impression d’hommes lents à prendre une décision et rapides à la changer ».

146 Clark, op. cit., p. 167. Les opposants les plus déterminés à obtenir le changement à la direction du parti tory appartiennent à la « droite économique ». Et le Premier ministre, défavorable au néo-libéralisme, ne peut espérer d’amélioration notable des maux économiques qui alimentent le « ressac conservateur ». Il compense donc cette impuissance par l’obtention de succès, factices ou réels, sur la scène internationale (Buraïmi, Chypre).

147 George Peden, « Public Opinion and British Foreign Policy since 1945 : a Historiographical Survey », Opinion publique et politique extérieure, op. cit., p. 83-84. Angelo Hüsler attribue aux ministres anglais dans la crise de Suez des motifs électoraux (op. cit., p. 155), mais il oublie que l’impopularité relative du Cabinet tient avant tout aux problèmes intérieurs et, en particulier, à la hausse constante du coût de la vie.

148 Nutting (op. cit., p. 56). New Statesman and Nation, vol. LII, n° 1330, 8 septembre 1956. La revue observe que « Chypre [ayant été] fermement lié, aux yeux du parti tory, à une politique de fermeté au Moyen-Orient [...] le gouvernement aura de la difficulté à revenir à sa politique antérieure ».

149 Gaitskell, op. cit., p. 588.

150 Clark, op. cit., p. 180. Monckton confie à Clark que Macmillan a passé tout le dimanche 27 août à tenter de « raffermir » son attitude, en vue sans doute de la réunion du Cabinet du lendemain.

151 CAB 134/1216, EC(56) 13th Meeting, 9 août 1956, p. 102, et 15th Meeting, 14 août 1956, p. 116. À cette dernière réunion le comité reconnaissait la nécessité de convoquer le Parlement « avant toute action militaire ».

152 Clark, op. cit., p. 178.

153 Sur le message d’Eisenhower et la réaction vive d’Eden, voir chapitre II, p. 93.

154 Macmillan, op. cit., p. 124-125.

155 CAB 134/1216, EC(56) 9th Meeting, 2 août 1956. Macmillan envisage une certaine coopération militaire avec Israël. PREM 11/1098, p. 151. Note de Sir Norman Brook pour le Premier ministre et le secrétaire d’État au FO, sur la réunion du Cabinet le 2 août au matin. Brooks rapporte les observations faites par Macmillan. L’annotation postérieure d’Eden (« Not his business anyway »), révèle une irritation certaine devant l’intervention du ministre. CAB 128/30, CM(56) 57th Conclusions, 2 août 956, p. 489. CAB 134/1217, Paper n° 27, discuté le 7 août 1956 par l’Egypt Committee. CAB 134/1216, EC(56) 16th Meeting, 16 août 1956, p. 120. Alistair Horne, Macmillan, 1894-1988, Londres, Macmillan, 1988, p. 400. Clark, op. cit., p. 171. Macmillan admettra dans ses mémoires avoir joué un rôle crucial dans la crise (Riding..., op. cit., p. 111.).

156 On retrouve ses arguments économiques dans CAB 128/30, CM(56) 62nd Conclusion, Min. 2, 28 août 1956, p. 526. Macmillan s’opposera au projet américain d’Association des usagers (Suez Canal Users’ Association ou SCUA.) et le considérera comme le moyen de provoquer l’affrontement désiré avec l’Égypte. CM(56) 64th Conclusions, Min. 4,11 septembre 1956, p. 539 et PREM 11/1101, EC(56) 27th Meeting, p. 441-442,12 septembre 1956.

157 Sur les conséquences d’une fermeture éventuelle du canal, CAB 134/1217, EC(56) 35th Paper, 27 août 1956, « The Egyptian Crisis and the British Economy », mémorandum présenté par le Chancelier de l’Échiquier à l’Egypt Committee. Dans son journal personnel, il écrit à propos du plan américain d’approvisionnement d’urgence : « |...] mais il s’agit de pétrole-dollar, qui le paiera ? » (Horne, op. cit., p. 415). Dans Macmillan. A Study in Ambiguity, Londres, Allen Lane, Penguin Press, 1967, p. 116, Anthony Sampson trace un portrait très pénétrant de l’homme d’État anglais, sans cependant mettre en rapport la nature peu ordinaire de Macmillan, ses agissements en 1956 et son rôle dans la crise de Suez. W. Scott Lucas, « Biography as History, Eden, Macmillan and Suez », Contemporary Record, vol. 2, n° 5, Spring 1989, p. 38-40. Lucas met en évidence les failles considérables des biographies « officielles » de R.R. James, sur Eden, et d’A. Horne, sur Macmillan, auteurs qui ignorent de nombreux documents d’archives publiques et acceptent les points de vue apologétiques développés a posteriori par les deux dirigeants anglais.

158 Horne, op. cit., p. 377.

159 Entretien du 20 juin 1988 avec Sir Richard Powell, secrétaire permanent au ministère de la Défense en 1956, puis, secrétaire privé de Macmillan, devenu Premier ministre. Il le qualifiait de brilliant political operator.

160 Cf. The Manchester Guardian, 30 août 1956 et Clark, op. cit., p. 182, sur le discours de Macmillan et ses implications voulues. Ibid, p. 178, Clark notait déjà le 22 août le désir évident du ministre de se donner une « forte stature » dans l’espoir de pouvoir succéder à Eden. H. Thomas, op. cit., p. 126. Macmillan, Riding..., op. cit., p. 111-112 et p. 125. Martin Gilbert, Never Despair : Winston S. Churchill, 1945-1965, Londres, W. Heineman, 1988, p. 1203. Terence Robertson, Crisis : The Inside Story of the Suez Conspiracy, New York, Atheneum, 1965, p. 90. L’auteur rapporte la confidence de Sir Ivone Kirkpatrick, sous-secrétaire permanent au FO, à Norman Robertson, Haut Commissaire du Canada en Grande-Bretagne, selon laquelle un ministre anglais important proposait que le Premier ministre démissionne et laisse le cas échéant à l’opposition [parlementaire] « la responsabilité d’une politique d’apaisement ». Or, Macmillan a tenu un langage similaire devant Cuddlip et King, du Daily Mirror (Gaitskell, op. cit., p. 597).

161 Sir Donald Logan, entretien du 21 juin 1988.

162 Nutting, op. cit., p. 58.

163 D.R. Thorpe, Selwyn Lloyd, Londres, Jonathan Cape, 1989, p. 222.

164 CAB 128/30, CM(56) 62nd Conclusions, Min. 2,28 août 1956, p. 526-527 et 64th Conclusions, Min. 4,11 septembre 1956, p. 539. PREM 11/1099, Lord Salisbury, « Personal Note for the Prime Minister », 9 août 1956, p. 207. Nutting, entretien du 14 juin 1988. L’attitude de Salisbury envers les États-Unis rejoint celle de Monckton.

165 Lord Birkenhead, Walter Monckton. The Life of Viscount Monckton of Brenchley, Londres, Weidenfeld and Nicolson, 1969, p. 307. Selon son biographe, Monckton craignait qu’en agissant contre l’Égypte à l’insu des Américains, « on porte un coup mortel à la confiance entre alliés ». PREM 11/1093. Note du ministre de la Défense au Premier ministre, sur le problème des armes fournies par les États-Unis sous le Mutual Security Act, 20 août 1956, p. 31-32. Monckton pose le problème de l’emploi de cet armement, dispensé dans toute l’armée britannique et dont la loi américaine interdit l’usage pour tout acte « d’agression ».

166 PREM 11/1152. Lettre confidentielle d’A. Lennox-Boyd, ministre aux Colonies, au Premier ministre, 24 août 1956, p. 39-40. CAB 128/30, CM(56) 62nd Conclusions, Min. 2,28 août 1956, p. 527, et 64th Conclusions, Min. 4,11 septembre 1956, p. 539.

167 Clark concluait d’une conversation avec Lord Home, le 23 août, que « le Cabinet [...] un peu irrésolu cherche presque désespérément un fondement moral pour agir militairement » (op. cit., p. 178). Gilbert, op. cit., p. 1208. Source citée, Lord Moran, The Strugglefor Survival, Londres, Constable, 1966, p. 703-705. Dès la mi-août, Churchill, parfaitement informé de la politique d’Eden, « se soucie » des développements de l’affaire de Suez et n’est pas si sûr que l’on puisse tenir Nasser pour éliminé (written off) ». PREM 11/1293, lettre de Lord Chandos, ex-ministre tory aux Colonies, au Premier ministre, 21 août 1956.

168 PREM 11/1152. Lettre confidentielle de Lord Home au Premier ministre, 24 août 1956, p. 26. Home avait déjà écrit deux jours auparavant une première lettre à Eden pour lui suggérer une rencontre avec Butler afin d’apaiser les craintes de ce dernier.

169 Ibid., lettre confidentielle de Lord Salisbury au Premier ministre, 24 août 1956, p. 34-36.

170 Ibid., lettre confidentielle de Sir Norman Brook au Premier ministre, 25 août 1956, p. 29- 30.

171 Par exemple, ibid., Duncan Sandys, ministre du Logement, lettre personnelle au Premier ministre, 23 août 1956, p. 42.

172 Monckton Papers, n° 7, General Correspondence, lettre du 5 septembre 1956, d’Harold Watkinson à W. Monckton.

173 PREM 11/1124. « Le canal de Suez et l’opinion britannique », note de Sir David Eccles au Premier ministre, 10 septembre 1956, p. 6-6a.

174 Gaitskell, op. cit., p. 568.

175 Monckton Papers, n° 7, General Correspondence. Lettre du 16 août 1956 au Premier ministre. Rapport sur un entretien du même jour, accordé par le ministre de la Défense à Alastair Hetherington, du Manchester Guardian. Selwyn Lloyd, à la fin d’août, sans se prononcer en faveur d’une intervention armée, explique à Nutting qu’en temps voulu, on pourra profiter d’une provocation de Nasser qui, en raison de la rétention des droits de péage, finira par saisir un navire britannique. Selwyn Lloyd ne mentionne pas néanmoins le retrait des pilotes comme moyen d’obtenir un casus belli (Nutting, op. cit., p. 59).

176 Ainsi qu’on l’a déjà noté, lors de sa réunion du 14 août (59th Conclusions), le Cabinet a discuté de la possibilité « qu’il y ait un soutien insuffisant [de l’opinion publique anglaise] pour l’emploi de la force contre l’Égypte, à moins que ne survienne quelque incident nouveau ».

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search