Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Chapitre I. Eden et les conservateurs avant la crise de Suez

Texte intégral

La réaction conservatrice

La droite et l’économie

  • 1 T.E Lindsay et M. Harrington, The Conservative Party, 1918-1979, Londres, Macmillan, 1979, p. 186.
  • 2 The Times, 14 novembre 1955, lettre ouverte, « ‘Steps Towards Stability’, économie inquiry suggeste (...)
  • 3 The Manchester Guardian, 2 décembre 1955. On constate que cette demande est reprise par divers orga (...)
  • 4 Robert J. Jackson, Rebels and Whips, Londres, Macmillan, 1968, p. 104. D’ailleurs, Churchill, sujet (...)
  • 5 « Butskellism » est un terme formé des noms du dernier Chancelier de l’Échiquier, Hugh Gaitskell, e (...)

1Aux élections de mai 1955, Anthony Eden a obtenu un succès appréciable avec 49,7 % du suffrage. À la Chambre des Communes, la majorité conservatrice a renforcé son avantage, non plus de 17 mais de 59 élus, par rapport aux partis d’opposition. Cependant, très vite, le gouvernement a rencontré des difficultés économiques sérieuses. La politique expansionniste de R.A. Butler, ministre des Finances, a stimulé l’investissement et la consommation, et éperonné l’inflation1. Ses mesures monétaires ultérieures, principalement hausse du taux d’escompte et restriction du crédit à la consommation, n’ont pas redressé la situation et il doit à l’automne présenter un budget additionnel, baptisé par dérision budget « des marmites et casseroles » en raison de l’augmentation des taxes sur de nombreux produits ménagers. Les critiques virulentes émises contre la politique économique du gouvernement ne proviennent pas alors seulement des partis d’opposition mais aussi de nombreux tories et de personnalités influentes, proches du pouvoir. Le Daily Express de Lord Beaverbrook leur fournit un porte-voix. Quatorze députés, en majorités conservateurs, réclament dans une lettre ouverte au Times une « enquête économique » sur les maux de la nation et mettent en cause « l’incertitude et la confusion » engendrées par l’action de leurs dirigeants, apparemment incapables de résoudre les problèmes de l’inflation et de la balance des paiements2. Par la voix de Sir Graham Hayter, président de la Fédération des industries britanniques, le patronat demande que le gouvernement donne l’exemple en réduisant ses propres dépenses3. Cette requête rejoint d’ailleurs l’une des préoccupations majeures de la droite britannique : diminuer le rôle de l’État dans l’économie. La revendication fondamentale de la « droite économique » conservatrice ne concerne pas les seuls problèmes économiques immédiats ou le budget d’urgence de l’automne, mais vise essentiellement l’orientation générale du Cabinet en matière économique et sociale. Après avoir rongé leur frein pendant les trois ans et demi du règne de Churchill, prestigieux « leader historique », difficilement attaquable, les tories partisans du libéralisme économique exigent désormais un changement de cap4. Ils veulent en finir avec le Butskellism, politique économique qui, selon eux, suit les grandes orientations fixées par les travaillistes, en particulier la gestion keynésienne d’une économie devenue mixte avec les nationalisations de l’après-guerre5. Or, devenu Premier ministre en mai 1955, Eden commet l’erreur de conserver presque le même Cabinet que son prédécesseur, notamment R.A. Butler, aux Finances, gage d’une apparente continuité, rejetée par les défenseurs de l’orthodoxie libérale. Les problèmes de l’économie semblent bientôt leur donner raison. Durant les dix mois qui précèdent la crise de Suez, les chefs conservateurs subissent des pressions croissantes de la part de la « droite économique » de leur parti, sur la place publique comme au Parlement.

  • 6 National Union of Conservative and Unionist Associations, 75th Annual Conférence, Bournemouth, 6th- (...)
  • 7 House ofCommons, Parliamentary Debates (CD), vol. 551, col. 782,16 avril 1956 (Transport Haulage Bi (...)
  • 8 The Daily Telegraph, 14 juin 1956.
  • 9 CD, vol. 552, col. 1311,9 mai 1956, Viscount Hinchinbrooke (Coal Industry Bill). Ibid., passim, col (...)
  • 10 Ibid., col. 1417,10 mai 1956, Anthony Eden.
  • 11 The Daily Telegraph, 14 juin 1956. CD, vol. 555, col. 1565, 5 juillet 1956, Aubrey Jones, Minister (...)

2Les interventions à la conférence conservatrice de l’automne 1955 traduisent clairement l’état d’esprit de la base du parti. La motion officielle de soutien à la politique gouvernementale en matière d’économie reçoit un mauvais accueil et les délégués expriment avec vigueur des exigences précises : retour à une économie « classique », fin du « racket de l’imposition » et donc réduction des dépenses publiques. Ils condamnent des orientations fondamentales propres à aliéner la « classe moyenne », pilier électoral du mouvement. Ils jugent « artificiel » le plein emploi, dont se flattent les chefs du parti, car il résulte des dépenses déréglées de l’État et des industries nationalisées6. Forte de ce soutien de la base, la droite économique prend pour cible les industries nationalisées. Elle fait en particulier du financement des charbonnages nationaux l’enjeu d’une lutte acharnée7. Le secteur du charbon suscite de fortes résonances historiques, à la fois comme branche motrice de la révolution industrielle, âge d’or du libéralisme, et comme terre d’élection du travaillisme anglais. La future loi sur la dotation et le financement des industries nationales du charbon constitue l’enjeu d’un combat idéologique et le Daily Telegraph, important quotidien conservateur, peut affirmer que les charbonnages focalisent l’aversion des tories à l’égard de la politique de nationalisation8. Les néo-libéraux veulent l’arrêt de la politique d’investissement public dans les industries nationalisées, hérétique à leurs yeux. Ils combattent donc l’octroi d’un prêt de 350 millions de livres sterling (£) par l’Échiquier au National Coal Board (Commission nationale du charbon) et résolvent d’obtenir au moins une victoire de principe : ils exigent le contrôle direct du Parlement sur la gestion et les comptes du National Coal Board en contrepartie de l’aide de l’État. Lors des débats de mai 1956 sur le financement de l’industrie du charbon, la droite tory attaque rudement le projet de loi et 23 députés tories votent l’amendement de Gerald Nabarro en faveur du contrôle annuel par le Parlement des investissements du National Coal Board9. Le vote final de cette loi montre le malaise des conservateurs : le Cabinet ne rassemble aux Communes que 143 voix sur les 345 de sa majorité, tandis que le Labour s’abstient afin d’exposer la profonde division du parti ministériel. Eden a dû proposer la création d’un comité parlementaire qui examinerait rapports et comptes des industries nationalisées, concession notable aux opposants10. Et puis les tories « néo-libéraux » ont exercé à l’intérieur du parti de telles pressions sur le ministre de l’Énergie et des Combustibles, Aubrey Jones, et sur celui des Finances, que la période du plan de financement des charbonnages a été ramenée à cinq ans au lieu de dix, avec un droit pour la Chambre de vérifier l’usage des fonds dès lors que l’investissement annuel dépasse £75 millions11. Cela constitue une victoire limitée mais tangible et significative.

  • 12 Ibid., vol. 554, col. 512,12 juin 1956, Gerald Nabarro (Finance Bill n° 2 Cttee). Ce porte-parole d (...)
  • 13 Ibid., col. 528-529, 12 juin 1956, H. Macmillan, (mot souligné par l’auteur).
  • 14 The Times, 14 mai 1956, éd. « Second Wind ».
  • 15 Cf. par exemple : CD, vol. 557, col. 386, 25 juillet 1956, G. Nabarro (Question orale) ; vol. 549, (...)

3L’épisode de la bataille autour du financement des charbonnages témoigne de la détermination des champions du libéralisme économique. Les ministres doivent compter non pas avec un petit groupe d’élus nostalgiques et irréductibles ou avec quelques intérêts privés ou « lobbies », mais bien avec un puissant mouvement d’opinion. La droite tory affirme hautement le caractère idéologique de ses revendications : plus que des fonds, elle se soucie des principes12. Pour défendre son budget, Harold Macmillan, devenu Chancelier à la fin de 1955, répond que les mesures incluses ne couvriront qu’une période de deux ans après lesquelles interviendra une décision nouvelle en vertu « soit de considérations techniques, soit de considérations idéologiques »13. Le comportement des élus tories lors du débat sur les charbonnages inquiète le Times, qui avertit en mai le parti conservateur qu’il pourrait perdre son ascendant sur le pays, à cause de ses députés de la base (backbenchers)14 Naturellement, Nabarro et ses amis ne limitent pas leurs interventions aux grands sujets tels que le financement des charbonnages, mais saisissent toute occasion et mènent une guérilla constante pour ramener les ministres sur la voie du retour au libéralisme économique15.

  • 16 Par exemple : The Daily Telegraph, 18 juin 1956, éd. « A Policy to Beat Inflation » ; The Daily Exp (...)
  • 17 The Daily Telegraph, 18 février 1956, éd. « Almost a Good Budget ». Les rédactions conservatrices a (...)
  • 18 À coté des appréciations positives du Times, 14 mai 1956, éd. « The Second Wind », et celles, relat (...)
  • 19 The Daily Telegraph, 27 juillet 1956, éd. « For the Next Three Years ». On note la violente charge (...)
  • 20 The Sunday Times, 24 juin 1956, éd. « The Middle-Class Protest ».

4Le ressac conservateur de 1955-1956 ne se confine pas au seul cadre parlementaire. Il concerne à la fois l’élite et la base du parti tory, et bien entendu, certaines sphères des milieux d’affaires ainsi qu’une fraction de la middle class. Si, depuis la Seconde Guerre mondiale, les modérés, les adeptes du « consensus » et du Butskellism, dominent et orientent l’action de leur parti et de leurs gouvernements, la « droite économique » tory et, en politique étrangère, le Suez Group, représentent deux minorités considérables soutenues par des courants de fond. Ces derniers s’affirment avec force et non sans effets sur la place publique, où la stricte discipline parlementaire anglaise et n’a pas cours. Ainsi à l’automne 1955, puis en 1956, plusieurs journaux importants de la grande presse conservatrice exposent les idées et les propositions de ce torysme néo-libéral pour remédier à l’inflation et à la dégradation de la balance des paiements. Le Daily Telegraph, l’opposant le plus prestigieux et le plus résolu à la politique économique du Cabinet, exige de façon continue la maîtrise de la hausse des prix grâce à des mesures effectives et orthodoxes, et d’autres publications de tendance tory lui font écho16. Le budget de Macmillan reçoit en février un accueil nettement plus favorable que celui de Butler à l’automne, car il prévoit des coupures de £ 100 millions dans les dépenses publiques17. Toutefois ce début ne suffit pas et l’impatience grandit au printemps. Non seulement on exige une diminution drastique de la fiscalité, mais on met en cause le plein emploi, l’une des bases essentielles du « consensus » de l’après-guerre : seul un certain niveau de chômage donnerait à l’économie la flexibilité nécessaire et enrayerait la progression des salaires18. Les néo-libéraux veulent maintenant des actes et constatent l’absence apparente d’un leader capable d’accomplir « les réformes administratives, constitutionnelles et fiscales [nécessaires] au maintien des fondements d’une société libre »19. Bien entendu, comme l’explique le Sunday Times le 24 juin, l’État-providence (Welfare State) doit lui aussi faire l’objet d’une « approche » conservatrice20.

  • 21 The Times, 17 décembre 1956, éd. « New Teams on Both Sides ».
  • 22 The Daily Telegraph, 3 janvier 1956, éd. « A Time for Action ».
  • 23 Ibid., « Waiting for the Smack of Firm Goverment », article de Donald McLahan.
  • 24 The Spectator, n° 6655, 13 janvier 1956, éd. « Leading from Weakness ». Le titre résume l’éditorial

5La réaction conservatrice contre l’État-Providence et le Butskellism débouche en janvier 1956 sur la double contestation de la politique économique et sociale, et du leadership d’Anthony Eden. À la mi-décembre le Times, généralement favorable au gouvernement, le mettait en garde contre un certain manque de maîtrise (lack of touch), de réflexion et de décision, décelable dans le traitement de plusieurs problèmes, mais auquel la refonte imminente du Cabinet devait remédier21. Malgré le départ de R.A. Butler de l’Échiquier, généralement bien accueilli par la presse tory, le Daily Telegraph lance dès le 3 janvier une violente attaque contre la politique gouvernementale en général et la direction du Premier ministre en particulier. Dans un éditorial intitulé « Le moment d’agir », le quotidien affirme qu’en sept mois le ministère a perdu « prestige et détermination », et que pour retrouver la « confiance en eux-mêmes, et celle de l’électorat », les dirigeants doivent reprendre l’objectif du gouvernement conservateur de 1951 : mettre fin à la crise économique héritée des travaillistes et « démanteler aussi vite que possible l’appareil de contrôle socialiste [sur l’économie] », avec pour mesures prioritaires, l’abolition des diverses subventions ainsi que la réduction des impôts et des dépenses publiques22. Dans un article du même jour, le Daily Telegraph condamne de surcroît la politique du Cabinet, caractérisée par l’indécision, l’inconstance et l’attentisme dont témoigne le retard du remaniement ministériel. Dans le domaine des affaires étrangères, le journal dénonce le manque de clarté, les hésitations, par exemple dans la question de Chypre, et l’attitude conciliante à l’égard de Boulganine et Khrouchtchev ou des hommes d’État arabes inamicaux et peu fiables. À nouveau, le Premier ministre se trouve personnellement attaqué et invité à renoncer à son attitude « diplomatique » dans les affaires domestiques, mélange « d’immobilisme et d’apaisement », « habile baldwinisme » à la base de « la coexistence pacifique entre le parti conservateur et le socialisme »23. Parmi d’autres journaux qui participent à cet assaut contre Eden, The Spectator se distingue par la brutalité de son réquisitoire : à l’intention de ceux qui prennent la défense du chef, cette revue tory indique que son « impopularité » ne vient pas de ce « qu’il a mal agi », mais bien de ce que, sans autorité, faible et hésitant, il n’a « quasiment rien fait »24.

  • 25 The Daily Telegraph, 9 janvier 1956. Tant le choix du journal que l’approbation, par les signataire (...)
  • 26 Ibid., 10 janvier 1956, éd. « Ministers and Policy ».

6Le 7 janvier, le Premier ministre commet l’erreur de démentir les rumeurs sur sa démission prochaine, mises en circulation par certains journaux de second ordre. Neuf députés dont Gerald Nabarro, porte-parole des néo-libéraux, s’empressent deux jours plus tard d’apporter publiquement leur appui à leur chef dans une lettre ouverte au Daily Telegraph25. Leur geste montre bien qui, en janvier, remet en question la conduite des affaires de l’État, voire le leadership d’Eden, car aucun des signataires n’appartient au groupe des tories impérialistes. Le Daily Telegraph, qui se défend d’intriguer contre le chef du gouvernement, maintient au demeurant sa critique de l’action ministérielle et revendique l’application d’une « politique conservatrice effective » dans les affaires domestiques, à l’égard de l’inflation, de la taxation et des demandes salariales, comme en politique étrangère, au Moyen-Orient26. On note ici le lien établi entre politiques intérieure et étrangère.

  • 27 The Times, 19 janvier 1956, éd. « Préludé to Act Two ». The Daily Telegraph, 19 janvier 1956.
  • 28 Ibid., 19 janvier 1956, « A Curâtes Egg at Bradford ».
  • 29 The Daily Telegraph, le 16 février 1955, parle de « victoires à la Pyrrhus » pour décrire le scruti (...)
  • 30 Ibid., 9 février 1956, éd. « Journeys and Their Limits ». Cet éditorial condamne la prochaine visit (...)

7Le 18 janvier à Bradford, Eden contre-attaque. Dans un discours, il récuse ses détracteurs, qualifiés de « journaux querelleurs », et proclame la solidité du pays et du Cabinet. Il promet néanmoins la réduction des dépenses de l’État et une campagne prochaine contre l’inflation27. Reçue favorablement par le Times, son allocution suscite l’ironie du Daily Telegraph, qui relève l’absence et d’un ton ferme et de la « réitération courageuse des principes conservateurs »28. En février, les très mauvais résultats de trois élections partielles affaiblissent davantage encore la position du Premier ministre, car elles semblent donner raison à ceux qui exigent une politique nouvelle, plus « conservatrice »29. Néanmoins, la politique extérieure reprend en février une place importante, d’autant que l’échec du sommet anglo-américain du début du mois donne aux censeurs du Cabinet de nouveaux arguments30. Au début de mars, le renvoi du général Glubb en Jordanie et l’exil de l’archevêque chypriote Makarios augmentent encore le poids des affaires étrangères dans la vie politique britannique sans que, cependant, les questions intérieures évoquées précédemment ne cessent d’importer.

Le Suez Group

  • 31 Jackson, op. cit., p. 111-113, et David Goldsworthy, Colonial Issues in British Politics, 1945-1961 (...)
  • 32 Jackson décrit le Commonwealth Expanding Group comme une « cabale » (op. cit., p. 149). Goldsworthy (...)
  • 33 Ont été vérifiées les notices biographiques de 21 tories, députés dont l’appartenance au Suez Group (...)

8En 1954, 41 députés tories signaient une motion qui condamnait l’Accord anglo-égyptien sur l’évacuation de la base militaire de la zone du canal de Suez. Vingt-six d’entre eux, opposés à l’émancipation du Soudan et à l’abrogation du traité conclu en 1936 avec l’Égypte, votèrent contre leurs dirigeants. On devait ensuite les désigner du surnom de Suez Group31. Marginaux jusqu’au début de 1956, quoique très actifs, ils pèseront de plus en plus lourdement à partir de mars sur la politique extérieure d’Eden, à l’aide de leurs sympathisants au Parlement et dans le pays. L’effectif du Suez Group varie selon les circonstances, mais comprend une base stable de 30 à 40 membres. Après leur échec dans la question du retrait de la forte garnison britannique d’Égypte, les Suez Rebels, ou « rebelles de Suez », ont formé le Commonwealth Expanding Group, comité indépendant de leur parti, pour coordonner, lors de réunions hebdomadaires, les efforts individuels en vue d’infléchir la politique étrangère du gouvernement32. On décrit parfois, à tort, ces hommes comme des « colonels Blimp », ces vieux militaires, attachés à l’Empire, adeptes de solutions simplistes et qui vivent encore à une époque révolue. Sans être totalement erronée, cette image caricaturale ne correspond pas à la réalité, naturellement plus complexe. Certes, on trouve parmi eux des militaires comme le capitaine Kerby ou le major Legge-Bourke, mais les principaux porte-parole du groupe, les Maitland, Biggs-Davidson, Raikes ou Maude sont des politiques. Leurs leaders, le capitaine Waterhouse et le major Amery, n’ont ni l’un ni l’autre la qualité de militaires de carrière : le premier a derrière lui 26 ans de carrière parlementaire, ponctuée par l’occupation de postes au sein du gouvernement ou du parti ; le second n’a servi que durant la Deuxième Guerre mondiale, et se donne la qualité « d’auteur »33.

  • 34 Goldsworthy, op. cit., p. 168.
  • 35 Ibid., p. 182-183.
  • 36 Ibid., p. 290. Ils désirent alors, en particulier, qu’au lieu d’exporter dans la zone dollar pour c (...)
  • 37 Ibid., p. 286-288. Dans leur utopie de l’après-guerre immédiat, les impérialistes désirent une unio (...)
  • 38 Leon Epstein, British Politics in the Suez Crisis, Urbana, U. of Illinois, 1964, p. 41. Dans cette (...)

9Très minoritaires dans le parti conservateur, les Suez Rebels s’avèrent incapables d’influer dans le sens d’une radicalisation sur les choix modérés des ministres, acceptés par la majorité des parlementaires et de l’opinion publique britanniques. Isolés, les partisans de l’Empire n’ont pas d’autres possibilités que de harceler le Cabinet et de clamer leur désaccord devant chaque mouvement diplomatique assimilable à un retrait de la puissance anglaise. Ils entendent défendre l’intérêt national pour tout ce qui se rapporte à la pérennité de l’Empire et, plus encore, au statut de grande puissance mondiale du Royaume-Uni. Héritiers d’une idéologie née à la fin du XIXe siècle, ces tories impérialistes ont d’abord concentré, après 1945, leur attention sur l’espace colonial34. Ils espéraient encore la constitution d’un bloc économique quasi autosuffisant sur la base du système d’Ottawa, rétabli et renforcé, projet chimérique pour les experts et rejeté par les gouvernants. Cette « minorité zélée », selon les termes de David Goldsworthy, attachée à la préférence tarifaire et à l’unité impériale devait aller de déception en déception, en particulier avec l’adhésion ferme du gouvernement Churchill et du parti à l’Accord général sur le tarif et le commerce35. En 1952-1954, les partisans de l’Empire livraient leur dernière grande bataille en faveur d’une union douanière avec les dominions et les colonies, qui aurait permis, de leur point de vue, que la Grande-Bretagne demeurât « un facteur indépendant dans les affaires mondiales »36. Néanmoins, dans les années 1950, la vision des « impérialistes » se transforme et, comme l’observe David Goldsworthy, ils s’occupent de moins en moins de l’empire colonial : désormais il s’agit de préserver le rang de grande puissance du Royaume-Uni en assurant son leadership sur une entité plus vaste faite du Commonwealth et de l’Empire, selon une version modernisée du concept de « la plus grande Angleterre » (Greater Britairif)37. Cette idée a pour complément un anti-américanisme très fort : adversaires implacables des intérêts anglais, les Etats-Unis ont pris avantage de l’affaiblissement de l’Angleterre pour lui imposer un accord de non-discrimination commerciale, prendre le contrôle des mers et hâter le rétrécissement de l’Empire partout où cela était possible... Si les projets radicaux des tories impérialistes n’obtiennent pas l’adhésion du parti, du moins leurs appels à la fierté et aux traditions impériales, et leur exaltation de la grandeur nationale provoquent-ils de fortes résonances chez les militants conservateurs38.

  • 39 Ibid., p. 297.
  • 40 Ibid., p. 298.

10En 1954, les Waterhouse ou Amery du parti tory ont assimilé l’évacuation de la base de Suez à l’apaisement d’un petit dictateur, conséquence de la perte, chez leurs dirigeants, de la volonté de gouverner39. Ils ont examiné par la suite avec une attention spéciale chaque développement de la politique de leur pays au Moyen-Orient. N’est-ce pas en effet seulement en Afrique et dans le monde arabe que la Grande-Bretagne peut encore prétendre exercer une influence prédominante ? Enfin, arguent les Suez Rebels, Londres ne doit-il pas contrôler le précieux pétrole du golfe Persique et ses voies de transit ? David Goldsworthy signale avec justesse que dans la crise de Suez, les impérialistes demandent bien plus que la seule réoccupation de la zone du canal : ils réclament le retour en force de la présence militaire anglaise au Moyen-Orient, seul moyen de maintenir la prépondérance britannique dans cette partie du monde, jugée vitale pour la préservation de la puissance de la nation40.

  • 41 Epstein, op. cit., p. 51-52. On retrouve ainsi dans le camp des abolitionnistes des défenseurs de l (...)
  • 42 Hugh Berrington, « The Conservative Party : Revolts and Pressures, 1955-1961 », Political Quarterly(...)
  • 43 Victor Raikes, un Suez Rebel, est également président du comité du parti conservateur sur les combu (...)
  • 44 CD, vol. 551, col. 535-538, votes sur l’amendement de G. Nabarro.

11Les hommes du Suez Group apparaissent donc comme des réactionnaires, ultra-conservateurs, et on les a souvent classés à la droite du parti tory. L’étiquette ne s’avère pourtant pas correcte, car, issus d’horizons divers, ces gens diffèrent en fait d’opinion sur la plupart des questions situées hors du champ de la politique étrangère. Les alignements provoqués chez les parlementaires anglais par la question de la peine de mort, qui fait jouer les réflexes traditionalistes, le démontre clairement41. Trop souvent interprétées comme « des heurts entre une gauche libérale et une droite réactionnaire », les querelles au sein du parti conservateur sont un « phénomène en fait très rare », note Hugh Berrington42. Généralement soumis à la direction du parti, les tories ne se rebellent qu’occasionnellement et sur un point précis, pour ensuite rentrer dans le rang. Ainsi trouve-t-on en 1956 au sein du parti conservateur deux factions contestataires qui se distinguent par leur cohésion et par leur poids : la droite économique et le groupe néo-impérialiste, à ne surtout pas confondre bien que, fait capital, certains Suez Rebels, comme Maude, Raikes ou Hinchinbrooke adhèrent aux deux segments et constituent en conséquence, du point de vue de l’action politique, des « passerelles »43. En revanche, si les « libéraux orthodoxes » en matière d’économie, tels que Nabarro, Osborne ou d’Avigdor-Goldsmith, ne participent pas au débat sur la politique étrangère, les Amery, Waterhouse ou Biggs-Davidson appuient en règle générale les ministres sur leurs choix domestiques. Ainsi, lors du vote de l’amendement Nabarro sur le financement des charbonnages, Amery choisit l’abstention, Waterhouse appuie le gouvernement et seulement sept Suez Rebels reconnus s’opposent44.

Les conservateurs, le Parlement et la politique extérieure d’Eden

  • 45 The Manchester Guardian, 10 novembre 1955. Discours du Premier ministre.
  • 46 The Times, 16 décembre 1956, éd. « At What Price ? » ; ibid., 22 décembre 1956, éd. « Asking for Tr (...)
  • 47 The Daily Telegraph, 30 décembre 1955.
  • 48 The Spectator, n° 6654, 6 janvier 1956, éd. « Stumbling Diplomacy ». La revue dénonce le manque d’a (...)
  • 49 Cf. l’opinion du Times, 30 janvier 1956, éd. « Washington Talks ». The Spectator, 27 janvier 1956, (...)
  • 50 Ibid., 10 février 1956.

12Lorsque s’achève l’année 1955, trois faits de politique étrangère fixent l’attention des milieux politiques anglais : le discours du Premier ministre au Guildhall, la Mission Templer et l’intervention britannique à Buraïmi. Le 9 novembre, Anthony Eden propose la médiation de son pays pour régler le conflit israélo-arabe suivant un plan fondé sur des modifications territoriales négociées, sur la garantie des nouvelles frontières par le Royaume-Uni et sur l’octroi d’une aide pour résoudre le problème des réfugiés palestiniens45. L’offre n’obtient cependant l’assentiment ni d’Israël ni de ses voisins. En décembre, le deuxième grand mouvement de la diplomatie anglaise, l’envoi de la Mission du général Templer à Amman dans le but de persuader les Jordaniens d’adhérer au Pacte de Bagdad, échoue également et de façon dramatique, lorsque le gouvernement de Jordanie rejette, au milieu d’émeutes anti-britanniques, la demande de Londres. D’emblée dubitatif sur l’opportunité de cette manœuvre, le Times en condamne autant le principe que la manière46. Trois jours avant de lancer sa grande offensive contre le leadership d’Eden, le Daily Telegraph dénonce l’affaire en des termes similaires, mais impute à l’Égypte et à l’Arabie Saoudite la responsabilité de cet insuccès47. Quelques jours plus tard, The Spectator publie un éditorial très sévère contre l’ensemble de la politique du Cabinet, qualifiée de simple continuation de la diplomatie du précédent ministère, avec cependant « considérablement moins de maîtrise », surtout au Moyen-Orient48. Puis, à la fin de janvier 1956, le bilan négatif du voyage d’Eden et de Selwyn Lloyd à Washington accentue l’impression d’une politique étrangère sans prise sur le réel. En effet, les dirigeants anglais avaient pour but principal de concerter l’action des deux puissances dans les questions moyen-orientales, mais ils n’ont finalement réussi qu’à exposer leurs divergences sur l’Arabie Saoudite et l’Égypte49. Le Daily Telegraph y voit au reste « la mesure de la santé de l’alliance » entre les deux pays50. Dans les premières semaines de 1956, le seul gain de la diplomatie anglaise au Moyen-Orient semble donc résider dans la réoccupation, en décembre 1955, de l’oasis de Buraïmi par le Sultan d’Oman grâce à l’appui militaire fourni par Londres contre les Saoudiens.

  • 51 Weekly News Letter, vol. 12, n° 2, 14 janvier 1956, p. 2.
  • 52 CD, vol. 548, col. 67, 24 janvier 1956, débat sur les exportations d’armes britanniques, H. Gaitske (...)
  • 53 Weekly News Letter, vol. 12, n° 2, 14 janvier 1956, p. 2.
  • 54 The Times, 10 février 1956, article « Change in Climate in Taunton ». Le Times remarque que les tor (...)
  • 55 Cf. notamment les propos de P. Maitland, CD, vol. 548, 24 janvier 1956, débat sur les exportations (...)
  • 56 Ibid., col. 110-111 et 114-117, J. Amery.
  • 57 Ibid., vol. 549, 27 février 1956, débat sur la politique extérieure, col. 856-859, S. Lloyd. Ibid., (...)

13Au Parlement, comme le remarque Weekly News Letter, organe officiel du parti tory, le Labour axe sa stratégie sur la critique d’une politique extérieure qui tourne au désavantage de ses auteurs51. En effet, dans les débats parlementaires de janvier et de février, Gaitskell et ses collaborateurs dénoncent avec énergie les défauts et insuccès de la politique arabe du gouvernement, taxé de complaisance envers l’Égypte. Ils interpellent aussi les gouvernants sur les entretiens de Washington, apparemment stériles52. Cette attitude vigoureuse de l’opposition ne peut qu’influencer le parti ministériel, où plusieurs députés souscrivent à ces vues, et les dirigeants conservateurs s’inquiètent à juste titre. Weekly News Letter met en garde contre cette influence quelle perçoit dans « les commentaires récents » de la presse tory, éléments « d’une attaque contre le Premier ministre »53. Pourtant, aux Communes, les principales interventions des conservateurs viennent du Suez Group, qui, curieusement, soutient les ministres malgré leurs échecs diplomatiques successifs. De la même façon, la revue Time and Tide, très proche des néo-impérialistes, note à la mi-janvier « l’intensité inhabituelle » de l’offensive contre le Premier ministre, mais elle lui apporte son soutien et l’encourage à faire face, à relever le défi54. Probablement, la « fermeté » manifestée à Buraïmi a rassuré et donné l’espoir d’un « redressement ». Les circonstances s’y prêtent en raison, d’une part, de l’affaiblissement du Premier ministre et, d’autre part, des divergences évidentes qui peuvent amener Londres à rompre l’alignement sur Washington. Les Suez Rebels se montrent satisfaits des récentes initiatives, à Buraïmi ou pour l’élargissement du Pacte de Bagdad, mais dénoncent les visées et menées américaines au Moyen-Orient55. Dans son intervention, Julian Amery observe que la consultation avec les États-Unis ne doit pas remplacer la coopération, et que la position adoptée dans l’affaire de Buraïmi indique que l’on « ne cédera plus ». Il approuve en conclusion l’offre de prêt pour la construction du barrage égyptien d’Assouan, mais aussi, propose de renforcer Israël, voire d’y implanter une base militaire. Il réaffirme enfin la nécessité du Pacte de Bagdad et donc l’obligation de conserver Chypre comme point d’appui, « indépendant de la Grèce »56. À cette époque encore, les ministres se contentent de rappeler leurs orientations générales devant le Parlement, soit la consolidation du pacte moyen-oriental et la préservation de la position anglaise dans le golfe Persique57.

  • 58 The Daily Telegraph, 10 février 1956, éd. « Aswan Peace Asset ». Seul The Spectator rejette totalem (...)
  • 59 CD, vol. 549, 5 mars 1956, questions orales, col. 1714, H. Gaitskell.
  • 60 Ibid., col. 1713, J. Amery, et col. 1715, Legge-Bourke.

14En février 1956, la presse tory continue, à l’instar des Suez Rebels, de soutenir la politique extérieure du Cabinet. Le plus sévère et le plus puissant des critiques d’Eden, le Daily Telegraph, voit encore à ce moment dans l’octroi de crédits aux Égyptiens pour leur projet d’Assouan un facteur de paix, « un gage de coopération entre eux et l’Occident »58. Mais rapidement, les affaires étrangères deviennent, à côté des difficultés économiques, un second front pour Eden : le renvoi du général Glubb par le gouvernement jordanien, le 2 mars 1956, a des effets dévastateurs sur sa position personnelle. Dans la presse comme au Parlement, on exagère grandement la signification et la portée de cet événement. Toutefois, plus encore que le prestige britannique, c’est l’image du Premier ministre, dont on conteste depuis deux mois la direction, qui s’effrite dangereusement au plan intérieur. Le 5 mars, d’emblée Gaitskell réclame, et obtient, un débat parlementaire sur ce « revers majeur » de la diplomatie de la Grande-Bretagne59. De leur côté, les Suez Rebels exigent de l’action pour « redresser la position générale [du pays] au Moyen-Orient », et ils incriminent l’Égypte dans cette affaire60. Leurs deux chefs ne se contentent pas de la tribune parlementaire, mais exposent leurs vues dans deux lettres ouvertes au Times. Dans l’une d’elles, Amery explique que le limogeage de Glubb et l’émeute suscitée par la venue de Selwyn Lloyd à Bahreïn, preuves de « la banqueroute de l’apaisement au Moyen-Orient, résultent inéluctablement des retraits de Palestine, d’Abadan, du Soudan et de la zone du canal de Suez ». Propos important, le député tory ajoute :

  • 61 The Times, 5 mars 1956, lettre ouverte de Julian Amery, « British Influence in the Middle East ».

« Dans les récents mois, le gouvernement a été accusé d’incapacité à diriger. Il a maintenant non seulement l’occasion mais le devoir de confondre ses critiques et d’accomplir une action de redressement pour sauver [la position de] l’Angleterre au Moyen-Orient »61.

  • 62 Ibid., Lettre ouverte de Charles Waterhouse.

15Dans cet avertissement voilé donné par le leader impérialiste aux dirigeants, on retrouve le lien direct entre politiques intérieure et extérieure. Dans la seconde lettre, Charles Waterhouse, l’autre meneur du groupe, fait le procès de l’Égypte, « fer de lance de l’agression communiste en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ». « Le temps des concessions est passé [et] il faut relever le défi », proclame-t-il62.

  • 63 CD, vol. 549,7 mars 1956, débat de politique étrangère (Moyen-Orient), col. 2122-2125 et 2129, H. G (...)
  • 64 Ibid., col. 2214, A. Robens. Au nom de la poignée des députés libéraux, leur leader, Clément Davies (...)

16Lors du débat du 7 mars sur la politique étrangère, le Labour, fidèle à sa stratégie, voit dans le renvoi du général Glubb le nouveau fruit d’une politique erronée. Gaitskell demande une révision globale de la politique moyen-orientale du pays et un changement d’attitude en faveur d’Israël. Il conclut qu’il faut définir avec les Américains une orientation commune, basée sur la Déclaration tripartite, sur le partage du pétrole entre les intérêts des deux pays et sur sa préservation de la mainmise soviétique63. Le porte-parole du Labour sur les affaires étrangères, Alfred Robens, observe que le chef du Cabinet se trouve dans une situation grave du fait de l’échec de sa politique économique, à l’intérieur, et des résultats de son « manque de prévoyance », à l’extérieur64.

  • 65 Ibid., col. 2161, F.M. Bennett.
  • 66 Ibid., col. 2138-2140, C. Waterhouse. L’autre leader du Suez Group, J. Amery, ne prend la parole, c (...)
  • 67 Ibid., col. 2159 et 2161, H. Legge-Bourke.

17Tous les députés tories qui s’expriment le 7 mars 1956, mettent en cause Le Caire. Des modérés comme G. Longden ou F.M. Bennett, qui avaient naguère appuyé l’Accord anglo-égyptien de 1954, demandent un comportement différent à l’endroit de l’Égypte65. Par le nombre et la longueur de ses interventions, le Suez Group donne le ton au débat. Le capitaine Waterhouse fixe quatre buts principaux à la diplomatie anglaise au Moyen-Orient : consolider le Pacte de Bagdad contre les menées communistes ; sauvegarder les industries pétrolières nationales ; conserver la liberté de passage en Méditerranée et encourager le développement économique dans la région sur la base de l’intérêt mutuel. Il remarque également que la « fermeté » évoquée devant la Chambre par le ministre d’État au Foreign Office doit s’appliquer au Pacte comme à l’ensemble des questions du Moyen-Orient. Enfin, le chef impérialiste trouve « fantastique » que l’on ne discute pas de l’Égypte, dont il dit voir « la main » en Syrie, en Jordanie et en Libye comme jadis à Abadan ou au Soudan. Il exhorte donc le gouvernement à « condamner aussi clairement que possible le blocus du canal de Suez [pratiqué contre Israël] et les agissements égyptiens au Moyen-Orient »66. Le major Legge-Bourke, un autre Suez Rebel, défend ensuite la Mission Templer et le Pacte de Bagdad, rappelle son opposition à l’évacuation de la zone de Suez et réclame la lutte contre « ceux qui minent la position britannique au Moyen-Orient »67.

  • 68 Ibid., col. 2113-2112 et 2115, A. Nutting.
  • 69 Ibid., col. 2227-2228, A. Eden. Le Premier ministre insiste ici fortement sur son attachement au Pa (...)

18Le 7 mars, les dirigeants anglais ne peuvent guère faire plus que de désapprouver la destitution du général Glubb, de promettre de la « fermeté » dans leur politique de coopération militaire et économique avec les États du Moyen-Orient. Sir Anthony Nutting, ministre d’État au Foreign Office, réaffirme l’attachement du Cabinet tant au Pacte de Bagdad qu’à la Déclaration tripartite, ainsi que le soutien britannique aux États du golfe Persique, dont le pétrole est vital pour l’économie nationale. Il n’annonce cependant qu’une mesure très modeste à l’égard de la Jordanie : le retrait des officiers anglais demeurés à des postes de commandement dans la Légion arabe68. Le Premier ministre, qui conclut lui-même le débat, réitère l’énoncé de politique fourni par Nutting et réfute les arguments des travaillistes pour un meilleur traitement d’Israël, notamment au point de vue des fournitures d’armement. Il incrimine la propagande anti-anglaise des Égyptiens, mais, incapable de préciser son attitude future à l’égard du régime d’Amman, il ne satisfait finalement ni l’opposition ni les tories radicaux. D’ailleurs, plusieurs fois interrompu en Chambre, Eden perd pied et fait un discours désastreux69.

  • 70 The Times, 6 mars 1956, éd. « More Heat Than Light », et 7 mars, éd. « The Middle East in Perspecti (...)
  • 71 Ibid., 6 mars 1956, « The Middle East... ».
  • 72 Schuckburgh, op. cit., p. 342.

19L’affaire Glubb provoque de vives réactions dans la presse britannique. Dans son éditorial intitulé A Studied Affront (un affront calculé), le Times perçoit dans le renvoi du général Glubb l’accélération d’une tendance et répond aux partisans d’une riposte contre une Égypte hostile que prendre des sanctions n’est pas « faisable »70. Il faut, selon le Times, une politique nouvelle que l’on aurait dû élaborer dès que l’épisode d’Abadan avait montré la faiblesse réelle de la position anglaise, alors même que l’on disposait encore de la base de Suez. Le Journal ajoute que la coopération avec les Américains reste essentielle (pas de go it alone possible) et que le colonel Nasser doit réfléchir sur le besoin de jouir de l’appui anglais et des conséquences de son éventuel retrait71. Le Times reflète là encore, avec fidélité et exactitude, les vues, sinon de tous les ministres, du moins du Foreign Office, qui entend minimiser au maximum l’événement et éviter l’adoption d’une politique dure vis-à-vis de la Jordanie ou de l’Égypte72.

  • 73 The Daily Telegraph, 8 mars 1956, éd. « Exit Glubb Pasha and Good Sense ».
  • 74 Ibid., 6 mars 1956, éd. « Welcome Sign of Firmness ». On note que le Daily Express qui, bien qu’imp (...)
  • 75 The Daily Mail, 3 mars 1956, éd. « We Get the Boot ».
  • 76 The Spectator, n° 6663, 9 mars 1956, p. 299-300, « While Jordan Rolled ».
  • 77 Time and Tide, vol. 37, n° 10, p. 1, 10 mars 1956, éd. « Boiling Point ».

20La presse conservatrice réagit beaucoup plus fortement. Selon le Daily Telegraph les Égyptiens, qui œuvrent à « la destruction de toute influence anglaise au Moyen-Orient », ont provoqué le limogeage de Glubb. Toutefois le quotidien blâme aussi les gouvernements anglais successifs qui, par leurs « sabordages » au Soudan et dans la zone de Suez, portent une certaine responsabilité dans la situation actuelle : le nom du Premier ministre n’est pas cité, mais l’attaque est bien dirigée contre lui73. Le Daily Telegraph demande une action, plus encore contre l’Égypte et l’Arabie Saoudite que contre la Jordanie, à qui il souhaite voir couper l’aide financière et militaire74. Si d’autres journaux de tendance tory comme le Daily Mail et Time and Tide pressent le Cabinet de réagir énergiquement, le Sunday Times et le Spectator prennent une position modérée, proche de celle du Times. Mais tous, sauf le Daily Express de Lord Beaverbrook, qui soutient Eden, jugent très sévèrement sa diplomatie. Le Premier ministre a, selon le Daily Mail, poursuivi la politique « de faiblesse et d’indécision » des socialistes : le renvoi du général Glubb résulte « du pire exemple d’une politique [étrangère] maladroite et erronée depuis les jours de Munich »75. The Spectator trace un parallèle entre le voyage de Neville Chamberlain à Munich et la présence de Selwyn Lloyd au Caire, au moment même de la révocation de Glubb76. Time and Tide, qui cite la récente lettre ouverte d’Amery au Times, met en relief le fait que le chef du Cabinet s’est « identifié » à une politique arabe de « faiblesse et d’apaisement [... qui] tombe en ruine »77. On remarque donc le retournement de Time and Tide, qui, encore en janvier, défendait Eden, violemment attaqué par le Daily Telegraph et la « droite économique » tory. Les multiples références à la crise de Munich ont un sens bien précis, car, jusqu’à sa démission en février 1938, Anthony Eden, secrétaire d’État au Foreign Office de Chamberlain, était l’un des principaux artisans de la politique d’apaisement de l’Allemagne nazie qui aboutissait six mois plus tard au démembrement de la Tchécoslovaquie.

  • 78 The Daily Mail et The Times, 7 mars 1956.
  • 79 The Daily Telegraph, 7 mars 1956.
  • 80 The Times, 7 mars 1956, lettre ouverte de J. Amery, « Causes of Ill Will towards Britain ».
  • 81 The Daily Mail, 8 mars 1956, éd. « The Law of Let Go ».
  • 82 The Daily Telegraph, 8 mars 1956, éd. « The Middle East Peace Endangered ».

21Dans le parti conservateur même, l’affaire Glubb crée des remous importants, masqués par une modération relative en Chambre, mais perceptibles dans les lettres ouvertes des deux leaders du Suez Group. À la veille du débat du 7 mars, le Premier ministre doit faire face à une assemblée nombreuse des députés tories, convoquée par le Conservative Foreign Affairs Committee. Plusieurs participants avaient prévenu qu’il y aurait « affrontement sur la politique moyen-orientale » et le chef du Cabinet s’emploie donc à rassurer les députés. Il esquisse les développements futurs de sa diplomatie et, fait notable, il va jusqu’à admettre que « les actes anti-occidentaux du colonel Nasser devront être contrecarrés »78. Le Daily Telegraph spécifiera qu’Eden a momentanément « réussi à transformer le désarroi [du parti en] espoir conditionnel ». Il notera aussi qu’une douzaine de Suez Rebels se sont réunis avant et après la séance du comité. Au reste, ces derniers réclament un geste, en particulier le renforcement des troupes stationnées en Jordanie. Dans une deuxième lettre ouverte au Times, Julian Amery fait savoir à propos de l’apaisement, le jour même du débat, que l’on a atteint « le point de saturation »79. Les assertions d’Eden sur une nécessaire concertation avec la France et les États-Unis sur la situation au Moyen-Orient, et l’espoir qu’il exprime devant le Conservative Foreign Affairs Committee, d’obtenir l’adhésion américaine au Pacte de Bagdad irritent les tories impérialistes. Ces derniers refusent que des consultations entre Londres et Washington tiennent lieu de politique. Il croient qu’une participation américaine à l’Organisation du Traité du Moyen-Orient se résumerait à des « mouvements de papier » (paper moves)80. L’incapacité du Premier ministre à répondre aux attentes de l’aile radicale de son parti provoque des réactions très négatives. Après les déclarations en Chambre de Nutting et de son chef, le Daily Mail titre son éditorial : « La loi du laisser-aller »81. Quant au Daily Telegraph, il reprend à son compte la sévère dénonciation, exprimée par Gaitskell, des politiques « mal informées et mal préparées », appliquées au Moyen-Orient. Le leader de l’opposition fait, d’après le grand quotidien tory, « écho légitime aux doutes » croissants des conservateurs82. Il faut comprendre dans ce contexte, très difficile pour le Cabinet et surtout pour Eden, la décision prise le 5 mars d’arrêter les négociations avec les terroristes cypriotes et de déporter leur représentant, l’archevêque Makarios.

  • 83 Nutting, op. cit., p. 37-38, et Schuckburgh, op. cit., p. 343. Pourtant ni Lennox-Boyd ni le Gouver (...)

22Tout au long de 1955, puis en janvier et en février 1956, les gouvernants anglais ont tenté de trouver une solution qui ramène la paix à Chypre, où l’armée britannique lutte contre les terroristes nationalistes, déterminés à obtenir l’Enosis, le rattachement de l’île à la Grèce. Après l’échec d’une conférence entre le Royaume-Uni, la Turquie et la Grèce en septembre 1955, le Cabinet a recherché une entente directe avec les rebelles en vue d’accorder un statut d’autonomie à l’île. L’archevêque Makarios a, dans ce cadre, été l’interlocuteur privilégié et les négociations ont été poussées très loin, auxquelles le ministre des Colonies, Lennox-Boyd, a lui-même participé à la fin de février 1956. Au moment de l’affaire Glubb, Eden choisit de rompre les discussions et de « sanctionner » Makarios et certains de ses collègues ecclésiastiques, accusés d’attiser, voire de diriger la rébellion. Sir Anthony Nutting et Evelyn Schuckburgh, sous-secrétaire adjoint au Foreign Office pour les affaires moyen-orientales, ont rapporté la façon dont les radicaux du Cabinet et le Premier ministre, faute de pouvoir agir énergiquement au Moyen-Orient, optent pour la déportation de l’archevêque et de trois de ses subordonnés83. Irrationnelle au plan de la politique étrangère ou coloniale, cette décision s’explique aisément au plan intérieur par le mouvement de l’opinion conservatrice, dans la presse comme dans le parti.

  • 84 Sur l’opinion défavorable du Times quant à la rupture des négociations : éd. « Hard Facts on Cyprus (...)
  • 85 CD, vol. 549, 7 mars 1956, débat sur la politique étrangère (affaire Glubb), col. 2190, G. Longden.
  • 86 The Times, 1er février 1956, lettre ouverte de P. Wall, « Cyprus ».
  • 87 The Daily Express, 10 mars 1956, éd. « An Answer to Violence » ; The Daily Telegraph, 10 mars 1956, (...)
  • 88 The Daily Telegraph, 10 mars 1956, compte rendu du discours du Premier ministre à Leamington.

23Mal accueilli par les observateurs modérés et bien sûr, par les travaillistes et les libéraux, l’exil de Makarios et de ses confrères aux Seychelles, le 9 mars, comble les vœux des tories impérialistes, qui considèrent Chypre comme un avant-poste vital pour l’Angleterre84. Lors du débat sur le limogeage du général Glubb, G. Longden remarque que les bases n’ont de valeur que si la souveraineté s’exerce et qu’il faut donc garder Chypre. Il fait ainsi allusion au statut aléatoire des implantations militaires qui existent, comme en Jordanie, en vertu de traités85. Les Suez Rebels établissent en outre une relation directe entre Chypre et Moyen-Orient. Patrick Wall, qui défendait dans le Times au début de janvier 1956 la position de son groupe, avait souligné le fait que céder aux nationalistes cypriotes, répondre à la violence par des concessions, préluderait à une capitulation finale (évocation du cas palestinien). Or, selon Wall, renoncer à l’île équivalait à priver la Grande-Bretagne de tout moyen dans le cadre de la Déclaration tripartite, du Pacte de Bagdad ou de la protection des intérêts pétroliers nationaux86. Les réactions très favorables des principaux journaux conservateurs montrent que la déportation des dignitaires religieux a bien eu l’effet escompté. Ainsi le Daily Telegraph prévoit-il immédiatement une atmosphère nouvelle pour le prochain débat sur Chypre, aux Communes, au cours duquel les tories pourront « féliciter leur leader pour [son] action vigoureuse et décisive »87. Eden a donc toute latitude pour répondre lors d’un discours à Leamington, le 9 mars, qu’il ne commettra pas « la folie d’agir hâtivement » dans la crise jordanienne88.

  • 89 CD, vol. 550,14 mars 1956, débat sur Chypre, col. 432, J. Amery. Voir aussi l’intervention de P. Ma (...)

24Eden consolide donc sa position en mars grâce au brusque revirement effectué dans sa politique cypriote. Lors du débat parlementaire sur Chypre, il s’efforce de rallier son parti, inquiet et mécontent, et tout particulièrement l’aile impérialiste, assurément augmentée de plusieurs sympathisants en raison des insuccès répétés de la diplomatie anglaise. Les Suez Rebels manifestent leur approbation, car, selon l’expression d’Amery, « l’action [engagée] à Chypre marque un point tournant dans la politique de retraite » suivie depuis 1945, en particulier au Moyen-Orient89. Le Premier ministre tente manifestement de bénéficier des retombées de son attitude à propos de Chypre. Par exemple, le 15 mars, il lie à nouveau en termes clairs affaires intérieures et extérieures devant le comité exécutif de son parti. Au sujet des nécessaires victoires dans le domaine économique, il affirme :

  • 90 The Daily Telegraph, 16 mars 1956. Weekly News Letter, vol. 12, n° 12, semaine du 24 mars 1956, éd. (...)

« [...]Seule une Grande-Bretagne prospère et solvable peut supporter le fardeau d’une grande puissance [... or] l’histoire et la géographie [lui] ont, de concert, donné une position spéciale dans le monde, dont elle ne peut et ne veut pas abdiquer »90.

  • 91 Ibid. Le journal du parti souligne l’adhésion d’Amery à la motion du comité exécutif, texte de sout (...)
  • 92 Time and Tide, vol. 37, n° 11, 17 mars 1956, éd. « Tragic Island ». La revue compare le cas de Chyp (...)
  • 93 The Daily Mail, 16 et 26 mars 1956. Même demande de la part du conservateur Rees-Davis, CD, vol. 54 (...)
  • 94 Ibid., 28 mars et surtout, 6 avril 1956, éd. « The Enemy in Cairo ». The Daily Express, 7 avril 195 (...)

25Certainement sur instruction, Weekly News Letter, organe du parti, note l’adhésion des tories à l’action menée à Chypre et traite, exactement avec les mêmes mots que Julian Amery, de la défense des intérêts britanniques au Moyen-Orient91. Néanmoins, Time and Tide, très proche du Suez Group, reste méfiant. Il ne considère pas l’exil de Makarios comme une solution et attribue de façon significative la « crise chypriote » à l’abandon de la zone de Suez92. Et puis, encouragés par le durcissement intervenu à Chypre, les tories radicaux ne se contentent pas du brouillage des émissions radiodiffusées par Athènes, obtenu à la mi-mars, mais demandent une action similaire contre celles du Caire93. D’avril à juillet 1956, malgré le retour des questions domestiques au premier plan dans les préoccupations de l’opinion, les Suez Rebels et leurs amis dans la presse exerceront une pression constante pour maintenir le Cabinet dans la voie de la fermeté, non seulement à Chypre mais au Moyen-Orient. Après l’affaire Glubb, leur hostilité à l’égard de l’Égypte grandit. Plusieurs journaux n’hésitent plus à parler de « l’ennemi au Caire » et à faire de Chypre le point de départ d’une politique moyen-orientale énergique94.

26Enfin, deux événements relatifs à l’Égypte retiennent en juin et en juillet l’attention de l’opinion britannique : le départ des derniers soldats anglais de la base de Suez et le retrait par les puissances occidentales, de l’offre de financement pour la construction du barrage d’Assouan. Lors de l’évacuation de l’ultime garnison anglaise de la zone du canal, conformément à l’Accord de 1954, le Daily Telegraph effectue une violente charge contre la politique égyptienne d’Eden. Il rappelle dans un éditorial (A Sigh for Suez) la faiblesse des raisons politiques et stratégiques fournies à l’époque par les gouvernants. L’amitié égyptienne, que l’on devait gagner, se traduit par une célébration où l’on fera « étalage d’armes d’origine communiste », et le grand quotidien conservateur demande en conclusion :

  • 95 Ibid., 14 juin 1956, éd. « A Sigh for Suez ».

« Si, sans ce sabordage, les approvisionnements pétroliers [du Royaume-Uni] au Moyen-Orient seraient devenus aussi menacés que le dit le Premier ministre, si les problèmes de Chypre et d’Afrique du Nord seraient devenus aussi aigus, s’il y aurait eu les troubles de Jordanie »95.

  • 96 The Daily Mail, 20 juin 1956, éd. « Not the Man to Flatter ».
  • 97 The Daily Telegraph, 22 juin 1956, éd. « Fleshpot of Egypt ».
  • 98 Ibid., 21 juillet 1956, éd. « Nasser Loses a Gamble », et The Daily Mail, 21 juillet 1956, éd. « Th (...)

27La présence du général Robertson aux célébrations organisées en Égypte en juin pour marquer le départ des dernières troupes britanniques de la zone du canal de Suez, et une lettre de Selwyn Lloyd au journal cairote El Akhbar, provoquent la colère chez les conservateurs. Le Daily Mail titre au sujet de Nasser : « Pas un homme à flatter » (Not a Man to Flatter)96. L’envoi d’un représentant prestigieux comme Robertson au Caire, entraîne de l’avis du Daily Telegraph « une grave dégradation du prestige britannique »97. On comprend aisément l’irritation de ceux qui, depuis mars, attendent la mise en œuvre d’une politique dure contre l’Égypte, et surtout, leurs doutes sur la sincérité du discours énergique maintenu par le Premier ministre depuis l’affaire Glubb. Le 20 juillet, l’annulation par Londres de l’offre de crédits pour l’édification du barrage d’Assouan, le lendemain du geste similaire de Washington, reçoit un accueil favorable de la part des journaux tories qui, toutefois, y voient essentiellement un effet de la volonté américaine : si l’on félicite J.F. Dulles, on déplore le manque d’initiative anglais dans cette affaire98.

  • 99 Ibid., vol. 551, col. 67,18 avril 1956, questions orales de Price et Shepherd. Ibid., vol. 552, 7 m (...)
  • 100 Ibid., 18 mai 1956, col. 2392 et col. 2394, débat sur les eaux du Nil, J. Amery. Cf. aussi les prop (...)

28Le Suez Group et ses sympathisants se prononcent avec énergie depuis avril contre un prêt pour l’édification du barrage d’Assouan en raison de la politique « agressive » de l’Égypte99. Les néo-impérialistes ont d’abord voulu connaître l’évolution des négociations sur ce prêt, devenu inopportun à leurs yeux. Ils ont ensuite rejoint l’opposition dans sa revendication d’une action effective au sujet du libre passage dans le canal de Suez, dénié aux Israéliens. Ainsi le débat sur les eaux du Nil a-t-il donné aux Suez Rebels, le 18 mai, l’occasion de rejeter à nouveau le projet de financement du grand barrage égyptien. Julian Amery a exprimé l’espoir que, compte tenu de la politique « expansionniste » de l’Égypte, le Cabinet aligne « ce facteur particulier de sa vieille politique au Moyen-Orient » avec la politique plus vigoureuse récemment adoptée100.

  • 101 Par exemple, CD, vol. 552,14 mai 1956, débat sur le budget du Colonial Office, col. 1653- 1663, pas (...)
  • 102 Ibid., vol. 555, 27 juin 1956, questions orales, col. 468, P. Maitland et col. 469, Lennox-Boyd.
  • 103 Ibid., 28 juin 1956, col. 693, déclaration d’Eden sur Chypre. L’un des Suez Rebels, Hinchinbrooke, (...)

29Les retombées intérieures des difficultés anglaises à Chypre, en juin et en juillet, révèlent l’état d’esprit qui règne au Parlement comme au sein du mouvement tory, dans les semaines qui précèdent la crise de Suez. Loin d’aider, l’exil de Makarios a bloqué la seule voie possible pour l’obtention d’une solution de compromis. Labour et libéraux n’ont pas cessé de condamner le durcissement de l’attitude gouvernementale illustré en mai par la pendaison de deux terroristes cypriotes101. Une semaine après la présence équivoque du général Robertson aux cérémonies nationalistes du Caire, les tories impérialistes s’alarment de rumeurs selon lesquelles, à Chypre, le Cabinet « céderait à la violence », et l’un des leurs, P. Maitland, obtient de Lennox-Boyd, l’assurance que la politique britannique dans l’île ne « sera pas tributaire de la virilité de puissances étrangères »102. Cependant, pressé de définir sa politique cypriote par les partis d’opposition, Eden s’y refuse toujours à la fin de juin, prétextant de nouvelles négociations en cours avec la Grèce et la Turquie103.

  • 104 Ibid., vol. 556, 12 juillet 1956, col. 596, énoncé de politique sur Chypre par Eden.
  • 105 Ibid., col. 598, H. Gaitskell et col. 660, C. Davies.
  • 106 Ibid., col. 600, Legge-Bourke et col. 601, P. Maitland.
  • 107 Ibid., 19 juillet 1956, débat sur les crédits civils et militaires pour Chypre, col. 1402, J. Griff (...)
  • 108 Ibid., col. 1494-1495, C. Waterhouse.

30Il faut attendre le 12 juillet pour que, plus de trois mois après les événements de mars, le Premier ministre prenne nettement position et fasse part de sa décision d’accorder à Chypre, seulement après le rétablissement de l’ordre, un statut d’autonomie interne104. Tant le Labour que les libéraux, refusent ce recul, important par rapport au principe de l’autodétermination, déjà admis lors des négociations avec Makarios105. Eden demeure évasif sur les possibilités comme sur les moyens d’imposer ce statut et d’obtenir l’arrêt des hostilités. Il recueille ainsi les témoignages de satisfaction du Suez Group, soulagé en particulier de ce que l’on ait écarté la proposition travailliste de référer le problème chypriote à l’OTAN106. Le débat sur les crédits civils et militaires destinés à Chypre fournit à la mi-juillet une occasion de choix pour peser sur les choix gouvernementaux quant à l’avenir de l’île. Si les partis d’opposition réclament un retour à la négociation, les Suez Rebels œuvrent au maintien de la politique de fermeté appliquée au moment de l’Affaire Glubb107. Ils excluent l’autodétermination pour un territoire nécessaire au respect des obligations internationales de la Grande-Bretagne. Amery rejette à l’avance l’idée de conserver par traité une base militaire dans l’île devenue indépendante : le sort de l’accord anglo-égyptien de 1936 fournit, à ses yeux, la preuve du caractère aléatoire de tels arrangements. Après avoir tenu un discours similaire à celui de son collègue, le capitaine Waterhouse fait à nouveau le procès du retrait des Britanniques de la base de Suez : on a « sauté de la casserole égyptienne dans le feu chypriote » sans récolter les bénéfices militaires et politiques annoncés en 1954, notamment l’amitié égyptienne. Si le traité de 1936 avait été maintenu en vigueur jusqu’à son terme, cette année, « on aurait éventuellement été obligé de faire intervenir l’OTAN ou l’Organisation des Nations unies (ONU) mais [...] les droits [acquis] par traité auraient été préservés [...] le général Glubb serait toujours à la tête de la Légion arabe et les Français seraient en bien meilleure posture à Alger [...] ». Les Anglais ont commis l’erreur de placer Nasser « sur un piédestal non mérité » et il leur faut maintenant le « diminuer » (deflate). Le vieux tribun conclut qu’à Chypre, loi et ordre ont priorité sur les développements constitutionnels, et il réclame une contre-propagande efficace pour faire pièce à celle du Caire108.

  • 109 The Daily Telegraph, 2 juin 1956, discours de Norwich. The Daily Mail, 2 juin 1956, éd. « We Stay i (...)
  • 110 The Daily Telegraph, 13 juillet 1956, éd. « Retreat from a Blunder ».
  • 111 The Daily Mail, 13 juillet 1956.

31La presse tory continue d’exprimer les préoccupations des conservateurs au sujet de Chypre, d’autant plus que les gouvernants, loin de dissiper la confusion entre question cypriote et politique moyen-orientale, l’ont entretenue. Ainsi, dans une allocution à Norwich, le 1er juin, le Premier ministre prévenait chacun « y compris les amis [du Royaume-Uni] », que celui-ci ne transigerait pas sur « les éléments essentiels pour la défense de ses intérêts légitimes et vitaux [...] par exemple le golfe Persique, Chypre et Aden, et qu’en cas de péril, l’on protégerait les ressources pétrolières [du Moyen-Orient] »109. Puis, lorsque le 12 juillet, Eden infirme les bruits selon lesquels de nouvelles discussions avec Makarios ainsi que des négociations additionnelles avec la Grèce et la Turquie pourraient mener dans un délai proche à l’Enosis, le Daily Telegraph approuve le retour à une politique directe (straightforward) après des semaines d’hésitations110. Le Daily Mail, qui évalue à près de cent le nombre des députés conservateurs partisans du maintien de l’île sous la souveraineté anglaise, observe le 13 juillet que grâce, d’une part, à l’abandon de l’autodétermination comme solution et, d’autre part, à la décision d’accorder une autonomie gouvernementale aux insulaires, le parti tory retrouve son unité111. Le journal fait ici allusion aux divergences entre l’aile impérialiste et ceux qui penchent pour un compromis avec les nationalistes.

  • 112 CD, vol. 555,27 juin 1956, questions orales, col. 468-469, de Lennox-Boyd à P. Maitland.

32Le discours tenu par les ministres sur les affaires de Chypre et du Moyen-Orient entre mars et juillet a des accents de fermeté, mais reste au fond mesuré. Eden peut publiquement, comme à Norwich, assimiler Chypre à un nécessaire bastion de la puissance militaire anglaise, mais il laisse planer l’incertitude au sujet de ses véritables intentions sur l’avenir de l’île. Puis, quand sous la pression de son parti il annonce l’envoi dans l’île de la Mission Radcliffe, chargée d’élaborer, après consultations avec des insulaires, une constitution libérale, il adopte une position attentiste, propre à ne mécontenter ni les impérialistes ni les modérés. De la même façon, Lennox-Boyd prodigue toutes les assurances de fermeté désirées par les radicaux, mais il réitère simultanément l’acceptation par le Cabinet du principe de l’autodétermination, « non applicable pour l’instant »112.

  • 113 Ibid., vol. 551,18 avril 1956, questions orales, col. 67, réponse de S. Lloyd à D. Price.
  • 114 Ibid., vol. 552,18 mai 1956, débat sur les eaux du Nil, col. 2405, Dodds-Parker.
  • 115 Ibid., vol. 557, 23 juillet 1956, débat sur la politique extérieure, col. 51, A. Robens.
  • 116 Ibid., 24 juillet 1956, col. 251 et 253-254, S. Lloyd.

33Sur les relations anglo-égyptiennes, les dirigeants anglais se montrent encore plus prudents. S’ils finissent par s’engager à augmenter la capacité d’émission des stations de radiodiffusion britanniques au Moyen-Orient, Lloyd met en relief, à l’intention des Suez Rebels, « l’amélioration récente perceptible » de l’attitude des médias cairotes à l’égard de la Grande-Bretagne à la suite des protestations anglaises auprès du gouvernement égyptien113. Un mois plus tard, le 18 mai 1956, Dodds-Parker, sous-secrétaire d’État au Foreign Office, défend encore l’offre de financement faite à l’Égypte pour la construction du barrage d’Assouan. Il dissocie le régime de la population, future bénéficiaire de facilités d’irrigation accrues et d’un nouveau potentiel hydroélectrique114. Au demeurant, les paroles très fermes d’Eden, de Lennox-Boyd et de Lloyd en juillet, contrastent avec l’absence d’initiatives officielles sur le Moyen-Orient. Durant le dernier débat de politique extérieure, peu avant la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez, le travailliste Alfred Robens remarque avec ironie que le Premier ministre s’abstient « judicieusement » de traiter des affaires du Moyen-Orient, et reprend la critique déjà développée contre son action dans le monde arabe115. Selwyn Lloyd borne sa réponse au refus du Cabinet d’alimenter, par des fournitures à Israël, la course aux armements. Il donne au retrait de l’offre de crédit pour le barrage une base essentiellement économique et lie le cours des rapports anglo-égyptiens au respect par Le Caire des « intérêts légitimes » du Royaume-Uni au Moyen-Orient. Le ministre signale une nouvelle fois d’ailleurs les progrès dans la façon dont la presse et la radio égyptiennes traitent son pays116. À l’évidence, jusqu’au déclenchement de la crise de Suez, les gouvernants, s’ils se veulent inflexibles dans la question cypriote, entendent éviter toute prise de position susceptible d’envenimer les relations avec l’Égypte, mais aussi de donner des gages aux impérialistes du parti tory.

34L’examen du débat sur les affaires étrangères en Grande-Bretagne, de la fin de 1955 à juillet 1956, permet de distinguer deux grandes phases chronologiques. Entre décembre et le début de mars, les revers de la diplomatie anglaise, échecs de l’initiative du Guildhall et de la Mission Templer, et résultat décevant du sommet anglo-américain de janvier, donnent à ceux qui, comme les hommes du Daily Telegraph ou du Spectator, veulent la fin du « consensus » de l’après-guerre et remettent en question Butskellism et Welfare State, l’opportunité de porter le combat sur le terrain de la politique étrangère, contre le Cabinet et son chef. À cette époque encore, encouragés par l’action radicale conduite à Buraïmi contre le gré des Américains, les tories impérialistes appuient le ministère, ce qu’atteste leur soutien au Premier ministre, notamment dans Time and Tide, dont le revirement, révélateur, se produit seulement au début de mars.

  • 117 Ibid.., vol. 552,18 mai 1956, débat sur les eaux du Nil, col. 2392, J. Amery.
  • 118 L’élément principal de l’accusation repose sur le choix d’avoir abandonné la zone de Suez et le Sou (...)

35Avec l’affaire Glubb, et en raison de son retentissement, commence une deuxième période au cours de laquelle, éperonnés par cette défaite, en apparence majeure de la politique étrangère d’Eden, les Suez Rebels interviennent vigoureusement à la Chambre. Ils apportent au Cabinet leur appui, mais à condition que les ministres durcissent leur attitude dans les rapports avec le monde arabe ainsi que dans le problème cypriote. Comme Amery le dit explicitement dans sa lettre ouverte du 5 mars, les impérialistes lient politique intérieure et politique extérieure, et mesurent les difficultés du Premier ministre au plan national. Au reste, le limogeage du général Glubb provoque un changement notable dans la position des conservateurs vis-à-vis de l’Égypte. Amery peut, sans trop exagérer, affirmer en mai qu’en ce qui concerne l’opinion de la Chambre sur le colonel Nasser, « tous appartiennent maintenant au Suez Group »117. Bien entendu, ce jugement s’applique mieux encore au seul parti gouvernemental. Les tories radicaux se prononcent maintenant contre l’attribution de crédits pour l’édification du barrage d’Assouan, et demandent que l’on combatte directement l’influence du Caire au Moyen-Orient. Naturellement, ils réclament aussi des preuves que l’on a renoncé à « l’apaisement ». Mais en outre, l’épisode jordanien tient une place importante parce qu’il permet non seulement de dénoncer les initiatives récentes du Cabinet au plan extérieur, mais aussi de faire le procès des concessions accordées et des retraits effectués par le gouvernement Churchill sous la responsabilité première d’Eden. On met même ce dernier personnellement en cause comme l’indiquent les attaques relatives aux Accords de Munich et le violent réquisitoire contre la politique « de sabordage » conduite au Moyen-Orient après 1945118.

36Le problème de Chypre tient une place centrale dans la politique intérieure britannique entre mars et juillet 1956. Influer sur la politique chypriote du gouvernement devient un moyen autant qu’une fin pour le Suez Group, qui accroît au Parlement le nombre de ses sympathisants, sinon même de ses membres. Au demeurant, les néo-impérialistes établissent une relation si étroite entre Chypre et le Moyen-Orient, qu’après leur intervention énergique dans le débat du 19 juillet sur Chypre, ils restent presque muets durant celui de la semaine suivante pourtant consacré à la politique étrangère. Si ces derniers font des choix du ministère à l’égard de l’île une garantie de ses intentions envers le monde arabe, les dirigeants conservateurs utilisent eux aussi cette équivalence, qu’ils ont forgée par l’exil de Makarios. Parallèlement, les Suez Rebels accentuent leurs pressions en faveur d’une politique énergique envers l’Égypte ; et ils bénéficient pour cela de l’aide involontaire mais considérable du Labour, qui n’a pas cessé, depuis la fin de 1955, de critiquer une politique étrangère qui paraît s’acheminer au Moyen-Orient vers une débâcle.

  • 119 Il faut insister ici sur le fait que certains journaux tories, comme le Sunday Times, ne tiennent p (...)
  • 120 The Daily Telegraph, 3 février 1956, éd. « Fruits of the Conférence », et 15 mars 1956, éd. « Ameri (...)
  • 121 The Daily Mail, 14 mars 1956, éd. « A Kick in the Teeth ». The Daily Express, 14 mars 1956, éd. « R (...)
  • 122 The Times, 3 février 1956, éd. « After Washington ». Le journal traite de la nécessité de concessio (...)
  • 123 The Daily Telegraph, 14 avril 1956, « Out of steps over Middle East », lettre ouverte de R. Boothby
  • 124 CD, vol. 549,7 mars 1956, débat sur la politique britannique au Moyen-Orient, col. 2206, Viscount H (...)
  • 125 The Daily Telegraph, 13 mars 1956, éd. « Entente beyond Europe ».

37L’influence grandissante acquise durant la première moitié de l’année 1956 par le Suez Group, jusqu’alors noyau protestataire, turbulent mais très minoritaire, jugé passéiste et irréaliste, s’explique par la puissante réaction de la droite tory contre les changements sociaux et économiques de l’après-guerre, avec son effet de sape sur la stabilité de la direction du mouvement conservateur. Quant à la tendance modérée au sein du parti tory, sans doute aussi importante, voire plus, que les groupes contestataires, elle se trouve en mauvaise posture. Les maux persistants de l’économie britannique, ainsi que la présence dominante du libéralisme dans les grands journaux conservateurs, rendent difficile la défense de l’économie mixte et de l’État-providence légués par les travaillistes. De la même façon, les échecs successifs de la politique de retrait graduel, d’ajustement de la diplomatie du pays à ses moyens, menée par Eden dans le même sens que ses prédécesseurs socialistes, renforce les champions de la grandeur nationale119. De surcroît, il devient de plus en plus ardu d’avancer, comme principe premier de la politique étrangère anglaise, la coopération avec les États-Unis, dans la mesure où leurs objectifs divergent, ou s’opposent, comme à Buraïmi ou à Chypre. Au Parlement, les tories se limitent à refuser que l’alignement sur les Américains tienne lieu de stratégie dans les affaires extérieures, et à remarquer le heurt des intérêts pétroliers des deux nations au Moyen-Orient, mais ils n’hésitent pas à adopter un langage très hostile au grand allié dans la presse. Déjà fort critique devant la position américaine sur l’Oasis de Buraïmi et le Pacte de Bagdad en janvier, le Daily Telegraph condamne en mars l’attitude teintée d’anticolonialisme du département d’État120. Différents actes considérés comme anti-britanniques, tels que la vente de chars d’assaut à l’Arabie Saoudite ou la condamnation implicite de la déportation de Makarios, causent un vif ressentiment, exprimé vigoureusement dans les éditoriaux du Daily Express ou du Daily Mail121. Inquiet, le Times lui-même, s’inquiète du peu d’entente entre Londres et Washington dans les questions moyen-orientales, blâme les suspicions entretenues outre-Atlantique envers « l’impérialisme » anglais et commente l’appui fautif donné à une Égypte « nuisible » ou à une Arabie Saoudite vouée à la « corruption » (des régimes voisins pro-anglais)122. En avril, même Robert Boothby, député tory modéré, partisan convaincu de la coopération anglo-américaine, fait écho au sentiment qui règne dans son parti, lorsqu’il attribue aux États-Unis la responsabilité de la détérioration de la situation de la Grande-Bretagne au Moyen-Orient. Il leur reproche d’avoir refusé leur soutien dans les différends avec l’Égypte et l’Arabie Saoudite, comme dans la construction de l’organisation de défense régionale123. Fait également important, les néo-impérialistes tories se tournent au printemps de 1956 vers la France. Ainsi l’un d’eux, Hinchinbrooke, espère-t-il l’élaboration d’une politique concertée entre le Foreign Office et le Quai d’Orsay pour la Méditerranée et le monde arabe124. Lors de la visite à Londres du président du Conseil français, Guy Mollet, le Daily Telegraph déplore le « manque suicidaire de coopération positive » entre les deux pays, notamment « contre les saboteurs du Caire »125. Parce qu’il accroît l’attrait d’une association avec les Français, le renforcement du sentiment anti-américain chez les tories, au printemps 1956, pèse lourdement sur les rapports anglo-américains pendant la crise de Suez.

Eden et le Cabinet à l’été 1956

La situation intérieure anglaise à l’époque du déclenchement de la crise de Suez

  • 126 Ibid., 9 juin 1956. De 60 % du suffrage recueilli en 1955, le vote conservateur chute à 52 % tandis (...)
  • 127 Ibid., 28 juin 1956. Edward Heath, le Chef-Whip du parti conservateur assistait à cette réunion con (...)
  • 128 The Daily Mail, 20 juillet 1956, « Eden Asked : Tell Us Your Plans », article.
  • 129 Ibid.
  • 130 The Times, 11 juillet 1956, « Things as they are », « Discontent with the Government », lettre ouve (...)

38La contestation des politiques économiques et sociales se poursuit au printemps, éperonnée par le fléchissement de la livre et la diminution des réserves en or et devises. En outre, l’élection partielle de Tonbridge confirme en juin la désaffection alarmante d’une fraction de l’électorat conservateur et relance l’agitation de la presse tory126. La position du ministère et celle d’Eden se détériorent. Malgré les précédentes manifestations d’unité sur Chypre, 50 députés conservateurs manifestent le 27 juin, sous la houlette du capitaine Waterhouse, leur suspicion à l’égard de l’action du Premier ministre, jugée contradictoire avec le discours de Norwich127. Plus préoccupante encore est, le 19 juillet, l’attitude inhabituelle du puissant 1922 Committee, qui rassemble l’ensemble des élus tories sans fonctions ministérielles. Le comité demande au chef du Cabinet d’assister à sa prochaine réunion afin, selon le désir d’un nombre important de ses membres, de fournir « un énoncé très précis de la politique future du gouvernement », avant que ne s’achève la session parlementaire128. « Nettement inquiets » au sujet de la réputation du Cabinet dans le pays, « déprimés » par la tendance électorale favorable aux socialistes et plus encore « préoccupés par la frustration et l’irritation de leurs propres partisans », les députés, note le Daily Mail, veulent des engagements : « le silence et l’inaction » pourraient provoquer une révolte grave des militants de la base lors de la conférence annuelle du parti à l’automne129. En juillet, la relation implicite entre politiques extérieure et intérieure, établie depuis mars, devient dangereusement explicite, comme le souligne à deux occasions, le 11 et le 27 juillet, Douglas Jerrold, un collaborateur du Daily Telegraph. Ainsi, Jerrold, qui attribue l’insuccès de Tonbridge au mécontentement fiscal, demande-t-il dans une lettre au Times, si le gouvernement a « choisi l’inaction à l’intérieur comme à l’extérieur »130. Le Daily Telegraph établit le même rapport dans un éditorial du 27 juillet, écrit à la veille de la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez :

  • 131 Ibid., éd. « For The Next Three Years ».

« [...] La droite [du parti tory] a été peu rassurée [depuis l’attaque déclenchée en janvier contre Eden...] Le public attend toujours avec impatience quelque remède souverain qui, à la fois, arrête l’inflation au pays et augmente l’influence [britannique] à l’étranger, car les deux vont dans une large mesure de pair [...] de nouvelles politiques sont nécessaires pour réaliser de grandes réductions dans les taxes [afin] de retrouver une liberté de manœuvre à l’intérieur comme à l’étranger ».131

  • 132 Par exemple, on note les évaluations concordantes du Daily Mail (13 juillet 1956) et de The Economi (...)
  • 133 Time and Tide, vol. 37, n° 29, 21 juillet 1956, éd. « Sir Anthony Eden : Time for Decision ». Eden (...)

39Et puis on constate l’accroissement numérique des adversaires du ministère Eden au sein du groupe tory aux Communes. Si Waterhouse regroupe en juin près de cinquante Suez Rebels et sympathisants, leur nombre atteint la centaine en juillet, toujours en relation avec la question de Chypre132. Les dirigeants doivent aussi compter avec la droite économique, qui a clairement montré sa force en mai et en juin lors des affrontements autour des industries nationalisées. La démarche extraordinaire du 1922 Committee, le 19 juillet, annonce l’épreuve de force prochaine entre un puissant courant réactionnaire au sein du parti conservateur et les dirigeants, dont en première ligne Eden, affaibli par près de sept mois de contestation. En outre, Time and Tide, qui défendait en janvier le chef du parti tory, puis critiquait sa politique arabe en mars, l’attaque férocement le 21 juillet, et exige son départ133. À l’évidence, les impérialistes rejoignent le mouvement anti-Eden et, la crise de Suez survient quelques jours plus tard, dans ce contexte particulier.

Personnalités et rapports au sein du Cabinet britannique

  • 134 Weekly News Letter, vol. 12, n° 12, 14 janvier 1956, p. 2. Anthony Nutting, ministre d’État au Fore (...)
  • 135 Sur les accusations portées contre Eden, se référer à Lord Kilmuir, Political Adventure. The Memoir (...)
  • 136 Anthony Seldon, Churchill’s Indian Summer. The Conservative Government, 1951-1955, Londres, Hodder  (...)
  • 137 The Spectator, n° 6663, 9 mars 1956, « Political Commentary » de H. Fairlie.
  • 138 The Times, 5 avril 1956, éd. « Running In ».

40Depuis le début de 1956, Anthony Eden sert de cible principale aux partisans du libéralisme économique, « feu nourri et injuste », dénoncé par l’organe du parti, Weekly News Letter134. Relativement isolé, le Premier ministre subit les charges de plus en plus violentes d’une grande partie de la presse tory135. Taxé d’indécision sinon de mollesse, il n’apparaît pas comme l’artisan du retour aux politiques « conservatrices » exigé par la droite et l’hostilité des néo-impérialistes, depuis l’accord anglo-égyptien de 1954, devient graduellement un handicap majeur. Avantagé par sa stature historique, Churchill avait su neutraliser les factions contestataires désunies de son mouvement et les champions du laissez-faire avaient estimé au reste que les réformes attendraient l’avènement d’un « nouveau chef, plus jeune »136. Or Eden les a déçus, sans contenter les défenseurs résolus de la puissance anglaise, ce qui entraîne le procès permanent intenté contre lui pour « abdication » dans les affaires intérieures et internationales137. En avril 1956, le Times remarquait qu’affaiblie par ses échecs diplomatiques, la position du Premier ministre demeurait néanmoins plus vulnérable sur le plan domestique138. Pour juste et fondamentale que soit cette appréciation, il ne faut pas toutefois méconnaître le rôle de catalyseur de l’affaire Glubb dans l’évolution interne du mouvement tory. Seule faction organisée, le Suez Group a été jusqu’au printemps 1956 tenu en échec par les autorités du parti. Ce n’est qu’avec le renvoi du général Glubb qu’il acquiert une audience plus large et une influence notable sur le Cabinet et son chef. Avec lucidité, Henry Fairlie observait le 9 mars dans le Spectator, qu’on ne pouvait sous-estimer les courants profonds que le groupe impérialiste était capable de mettre en branle à la faveur d’une crise :

  • 139 The Spectator, n° 6663, 9 mars 1956, « Political Commentary » de H. Fairlie.

« [...] Un état d’esprit a été précipité [...]. Cette recherche d’une politique agressivement conservatrice a été indirectement renforcée par les événements au Moyen-Orient. Le sentiment sous-jacent que tout ce que le gouvernement conservateur a fait en quatre ans et demi de pouvoir, est de poursuivre, en politique étrangère comme à l’intérieur, des mesures qui essentiellement ne sont pas différentes de celles des gouvernements travaillistes, doit encore coaguler et trouver une arête tranchante (a cuttingedgé) »139.

  • 140 British Institute of Public Opinion (BIPO), enquêtes n° S.453A, 24 novembre- 4 décembre 1955 et 14- (...)
  • 141 Kilmuir, op. cit., p. 257 et Shuckburgh, op. cit., p. 330 et 340. Clarissa Eden, son épouse, écrira (...)
  • 142 Anthony Adamthwaite, « Suez Revisited », International Affairs, vol. XIX, n° 10, 1988, p. 452. L’au (...)
  • 143 David Carlton, Britain and the Suez Crisis, Oxford, Basil Blackwell, 1988, p. 17-18 et 20- 21 ; et (...)
  • 144 James, op. cit., p. 411. Selon William Clark, l’un des proches collaborateurs d’Eden, il aurait, ap (...)
  • 145 The New Statesman and Nation, 14 janvier 1956, vol. LI, n° 1297, « Ultimatum to Sir Anthony ». Ce j (...)
  • 146 Clark, op. cit., p. 161.
  • 147 Shuckburgh, op. cit., p. 15.

41Dès décembre 1955, les sondages indiquent la diminution progressive de la popularité de l’équipe ministérielle et de son chef. Ils accréditent l’interprétation donnée par certains conservateurs aux résultats des élections partielles du printemps140. Très attaché à son image, Eden supporte mal les attaques, au contraire de son prédécesseur141. Par crainte des blâmes et des critiques, il intervient continuellement dans les affaires de ses principaux ministres142. Sa nature inquiète et hypersensible influera certainement sur ses choix dans la crise de Suez. Il semble en outre dépourvu, dans une certaine mesure, de la dureté et de la détermination exigées par sa fonction143. Ses collaborateurs attribueront à ces défauts trois causes majeures : un caractère mal adapté aux nécessités de la fonction suprême ; une santé déficiente et une charge de travail depuis longtemps excessive ; et enfin un manque d’assurance dû à son inexpérience dans les affaires intérieures144. Il ne faut pas cependant noircir indûment son portrait145. Politicien aguerri, Eden a tout de même une certaine maîtrise de son parti et de son équipe ministérielle, dont il contrôle les membres les plus éminents, Butler et Macmillan, en les opposant146. Au reste, de l’avis de Shuckburgh, l’un de ses proches collaborateurs au Foreign Office, Anthony Eden se range parmi les grands ministres des Affaires étrangères britanniques. Il possède une intelligence pragmatique, de vastes connaissances en politique extérieure et un don particulier pour la négociation, talents d’ailleurs étonnamment absents durant la crise de Suez147.

  • 148 Ibid., p. 12,18-19 et 152. Geoffrey McDermott, The Eden Legacy and the Decline of British Diplomacy(...)
  • 149 Anthony Adamthwaite, « Eden, le Foreign Office et l’élaboration de la politique étrangère », Relati (...)
  • 150 Carlton, Britain..., op. cit., p. 21. Comme le note Sydney Aster, dans Anthony Eden, Londres, Weide (...)
  • 151 Ibid., p. 379-380.
  • 152 Shuckburgh, op. cit., p. 17.

42Eden n’entretient pas les illusions naïves de son prédécesseur sur le Commonwealth ni sur le « lien spécial » anglo-américain et il a conscience du déclin de la puissance britannique. Il sait voir à long terme bien que son désir de popularité l’empêche souvent d’agir en conséquence. Il ressent l’influence croissante des États-Unis et la subordination du Royaume-Uni au puissant allié. Il n’a d’ailleurs jamais admis la soumission de son pays à Washington, attitude dont il a jugé coupable Churchill148. Ses soupçons quant aux visées américaines dans le monde rendront difficile une coopération étroite entre Anglo-Saxons149. Son expérience personnelle dans les années 1930 n’explique en rien ses choix dans l’affaire de Suez. Ainsi que Carlton le souligne pertinemment, Eden n’est le disciple ni de Lloyd George ni de Churchill, mais bien celui de Baldwin, l’homme du compromis, son mentor en politique. Au reste, loin de s’être jamais opposé à une entente avec l’Allemagne hitlérienne, il a au moment de la remilitarisation de la Rhénanie opté pour un vaste projet « d’apaisement de l’Europe »150. Eden a suivi la même ligne au Moyen-Orient que le Labour. Il avait au reste soutenu le Cabinet Attlee dans l’affaire d’Abadan. Sauf dans le différend avec l’Arabie Saoudite sur Buraïmi et, dans une moindre mesure, lors de l’envoi de la Mission Templer à Amman, son action ultérieure montre la même prudence et le même désir de coopérer avec les États-Unis. Enfin, à cause de son rôle éminent dans le règlement du conflit indochinois ainsi que dans l’élaboration de l’accord anglo-égyptien de 1954, qui stipulait le retrait des forces armées britanniques de la zone du canal de Suez et du Soudan, Eden a été jugé coupable « d’apaisement » dans certains milieux anglais et américains, soit à l’égard de la dictature égyptienne, soit à l’égard de celles d’Asie du Sud-Est151. Shuckburgh rappellera l’indignation de son chef devant l’accusation de sabordage portée contre lui au sein de son propre parti en 1954152. On imagine aisément l’effet d’un tel sentiment, entretenu par les attaques de ses adversaires, sur les réactions personnelles immédiates du Premier ministre lors du limogeage de Glubb, puis au moment de la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez.

  • 153 Anthony Howard, R.A.B. The Life of R.A. Butler, Londres, Jonathan Cape, 1987, p. 214 et 216.
  • 154 The Times, 24 janvier 1956, éd. « Reassembly ».

43Le jeu des rapports personnels entre les principaux ministres (senior ministers) pèse également sur la politique britannique dans l’affaire de Suez, en raison de l’affaiblissement politique du chef du gouvernement. Juste après lui, Richard Austen (RAB) Butler et Harold Macmillan occupent le deuxième rang dans le parti et dans le Cabinet. Jusqu’à l’automne 1955, le premier apparaît comme le second dirigeant tory en importance et comme le futur successeur d’Anthony Eden, qui a très tôt désiré, par jalousie ou volonté de contrôler les affaires domestiques, lui retirer la charge des Finances. Après les échecs sévères de ses budgets du printemps et de l’automne 1955, Butler est muté au poste de Leader parlementaire, charge peu propice au rétablissement de son crédit153. Dès janvier 1956, le Times le considère « presque oublié » tandis que Macmillan, son successeur à l’Échiquier, manifeste « vitalité [... et] enthousiasme »154. Par nature, Butler adopte des attitudes floues, sinon ambiguës, par exemple durant la crise de Suez, ce qui le dessert auprès des députés de la base du parti. Inventeur en quelque sorte du Butskellism, il trouve ses appuis dans l’opinion modérée et notamment auprès du Times.

  • 155 James, op. cit., p. 392.
  • 156 Clark, op. cit., p. 155.
  • 157 Ibid., ?. 165.
  • 158 Harold Macmillan, Memoirs t. III, Tides of Fortune, Londres, Macmillan, 1969, p. 692- 693. L’ancien (...)
  • 159 Macmillan, Memoirs t. IV, Riding The Storm, 1944-1955, Londres, Macmillan, 1971, p. 13-14. Macmilla (...)
  • 160 Lamb (op. cit., p. 58) remarque qu’après l’épreuve de force sur les subventions alimentaires, Eden (...)

44Harold Macmillan a connu une ascension fulgurante sous l’égide de Churchill, après une longue carrière politique plutôt marginale. Après avoir occupé avec succès la fonction de ministre au Logement, il va, entre octobre 1954 et décembre 1955, passer de la Défense au Foreign Office, puis aux Finances. Par rapport à Butler, son handicap majeur réside dans son âge, 62 ans déjà : si Eden était resté au pouvoir quatre ou cinq ans, Macmillan aurait sans doute été écarté de la course au leadership du parti tory. Tardivement parvenu au sein du cercle dirigeant, il se montre ambitieux, trait noté par Churchill dans une conversation avec son dauphin en 1954155. Or, selon William Clark, l’Attaché au relations publiques d’Eden, le nouveau Chancelier de l’Échiquier observe le 5 janvier 1956 : « il sera intéressant de voir si Anthony [Eden] peut demeurer en selle »156. Jusqu’à l’hiver 1956, ce dernier, son ancien et son nouveau ministre des Finances, se bornent à se surveiller mutuellement, tels « trois lynx hostiles », selon l’expression de Clark157. Macmillan, qui n’a accepté son nouveau portefeuille qu’à condition qu’on ne puisse y voir une rétrogradation, exige l’arrêt des subventions au pain et au lait158. Parce qu’il est centriste, one-nation man, et qu’il se soucie de l’impact de cette initiative, à la fois sur la hausse du coût de la vie, problème majeur depuis plusieurs mois, et sur la popularité du ministère, Eden refuse obstinément son accord. Il ne cédera qu’après sept réunions du Cabinet, des négociations par l’entremise de trois collègues et, enfin, une menace de démission de Macmillan159. Le Premier ministre subit ainsi une défaite considérable, non sans effets sur son image au sein de l’équipe ministérielle, et sur ses relations ultérieures avec Macmillan, notamment pendant la crise de Suez160.

  • 161 The Times, 18 février 1956, éd. « A Firm Hand ». Ce journal observe que l’on peut constater que le (...)
  • 162 The Spectator, n° 6661, 24 février 1956, éd., « Macmillan’s First Round » ; ibid., « Political Comm (...)

45Les mesures financières pour maîtriser l’inflation, annoncées par le ministre des Finances au Parlement, les 16 et 17 février 1956, comprennent des réductions de £ 50 millions dans les investissements des industries nationalisées et de £ 20 millions dans ceux du gouvernement et des autorités locales, la hausse du taux d’intérêt, la restriction du crédit à la consommation et enfin l’abolition en deux étapes de l’aide publique de £ 38 millions versée pour le pain et le lait. Ces dispositions bénéficient d’un accueil largement favorables dans la presse conservatrice ou modérée. Qualifié par le Times, « d’acte courageux », l’arrêt des subsides au pain et au lait montre, au dire du Daily Telegraph, la détermination du ministre à combattre les difficultés non pas par des exhortations mais par de l’action161. The Spectator, revue proche des tories néo-libéraux, se réjouit fortement de cette mesure hautement symbolique et voit, dans le Chancelier, le Premier ministre potentiel désirable162. Ce soutien trop enthousiaste inquiète Macmillan, qui déclare le 20 février à la Chambre :

  • 163 CD, vol. 549, col. 41-42, 20 février 1956, débat sur la situation économique, H. Macmillan.

« On discute beaucoup de la nécessité de créer artificiellement du chômage [pour réduire sur le marché de l’emploi l’excès de demande par rapport à l’offre]. Pour ma part, je n’agirai jamais en ce sens »163.

  • 164 Ibid., vol. 555, col. 271, 26 juin 1956, débat sur le budget, C. Osborne. Cf. aussi l’éloge du Spec (...)

46Le budget normal, présenté par le Chancelier en avril 1956, qui prévoit £ 100 millions de coupures additionnelles dans les dépenses publiques, satisfait également les tories, en particulier de ceux de droite comme en témoignent les réactions du député Cyril Osborne ou de The Spectator164.

  • 165 Eden, Full Circle, op. cit., p. 342-344. FO 800/678, Serial n° M(F) 111/55, Prime Minister’s Person (...)
  • 166 Evelyn Shuckburgh, sous-secrétaire d’État chargé du Moyen-Orient, écrit le 19 décembre 1955 que les (...)
  • 167 Carlton, Anthony Eden, op. cit., p. 393, sur l’attitude de Macmillan. Shuckburgh, op. cit., p. 314.
  • 168 Clark, op. cit., p. 162. Macmillan, Riding the Storm, op. cit., p. 89 et 92.
  • 169 Time and Tide, vol. 37, n° 29, 21 juillet 1956, éd. « Sir Anthony Eden : Time for Decision ». La si (...)
  • 170 The Round Table, n° 182, mars 1956, éd. « U.K. : The Emergency Budget », p. 161.

47Lors de l’envoi de la Mission Templer en Jordanie, en décembre 1955, Macmillan a le portefeuille des Affaires étrangères. Eden lui attribuera dans ses mémoires l’initiative et le choix du moment de cette action. Il affirmera aussi avoir craint que le gouvernement jordanien ne perde le contrôle du pays, en cas d’acceptation de l’offre britannique, et l’on trouve trace de ses doutes dans les documents officiels165. Au Foreign Office, on n’a d’ailleurs pas illusion sur les chances de succès du général Templer à Amman166. Le motif pour lequel Macmillan a agi dans cette affaire avec précipitation demeure inconnu, mais on ne peut exclure la possibilité de mobiles personnels. Le Premier ministre, selon son secrétaire privé, Guy Millard, se montrera en décembre très insatisfait de son secrétaire au Foreign Office et résolu à le remplacer167. Par la suite, Macmillan conservera une attitude hostile à l’Égypte, notamment lors du renvoi du général Glubb, époque où William Clark se demandera dans quelle mesure il intrigue contre son chef168. Grâce aussi à son action ferme dans l’agrandissement du Pacte de Bagdad ou dans le différend de Buraïmi avec l’Arabie Saoudite, il a obtenu une popularité notable chez les impérialistes. À tel point que le 21 juillet, après son réquisitoire brutal contre Eden, sommé de partir, Time and Tide désigne le Chancelier de l’Échiquier comme son seul successeur acceptable169. La position de ce dernier présente néanmoins certains dangers en 1956, car pour surclasser définitivement son rival, Butler, il doit réussir là où son ce dernier a échoué : contrôler l’inflation et consolider la livre sterling. De ce point de vue, ainsi que le note Round Table, les Finances ne constituent sans doute plus une étape particulièrement favorable vers la fonction de Premier ministre. À long terme, Macmillan, auteur de The Middle Way (la voie médiane) ne peut que décevoir la droite économique, ceux qui espèrent « qu’il sabrera dans les services sociaux tout en produisant l’argent nécessaire à l’expansion »170. Considérée sous l’angle du peu d’opportunités fournies au plan personnel par l’Échiquier, la crise de Suez constituera une opportunité inespérée d’agir hors du domaine économique.

  • 171 Shuckburgh, op. cit., p. 324, 334-337. Lloyd, note Schuckburgh, fait office de « garçon de bureau » (...)

48Deux autres ministres ont un rôle clé dans l’affaire de Suez : Walter Monckton, à la Défense, et Selwyn Lloyd, aux Affaires étrangères. Le premier, ancien ministre du Travail conciliant, partisan de la négociation et du compromis, a suscité par ces dispositions les critiques de la droite tory. Au Cabinet, il sera le seul à défendre ouvertement et avec constance un point de vue modéré durant la crise de Suez. Successeur de Macmillan au Foreign Office, Selwyn Lloyd n’a aucune stature politique : sa désignation signifie la reprise en main de la politique extérieure par le Premier ministre. Par manque de caractère et d’assurance, il n’aura pas, malgré un sens commun évident, de prise sur la conduite de la diplomatie. Shuckburgh écrit à son endroit, à l’époque : « nous n’avons pas de secrétaire d’État [... mais seulement] un fonctionnaire nerveux sans inclination ou courage pour prendre des décisions de quelque ordre que ce soit »171. De la nomination de Lloyd aux Affaires étrangères, deux conséquences majeures découlent : Eden contrôle totalement la politique extérieure et le Foreign Office n’a au sein du Cabinet aucun porte-parole de poids.

49L’étude approfondie de la politique intérieure anglaise en 1956 montre l’existence d’un puissant ressac conservateur aux fondements idéologiques, alimenté par les problèmes domestiques, notamment économiques, et les échecs à l’extérieur. Deux forces distinctes contestent pour des raisons différentes la direction du mouvement tory et du gouvernement. Impatiente, la droite néo-libérale, qui rejette totalement le « consensus » social et économique de l’après-guerre, entre en campagne dès l’automne 1955 contre le Cabinet et son chef, qui paraissent s’accommoder du Butskellism et de l’État-Providence. Les néo-impérialistes, de leur côté, prennent la mesure des difficultés des gouvernants et passent à l’offensive au printemps 1956, au moment de l’affaire Glubb. La politique chypriote devient un instrument pour les ministres comme pour les Suez Rebels. Les premiers gagnent du temps, mais les seconds accroissent grandement leur influence. Et puis, fait majeur, tant le chef du gouvernement que ses adversaires radicaux lient désormais politique intérieure et affaires étrangères. Incontestablement, Eden se trouve dans une situation précaire avant même le début de la crise de Suez et ne peut guère s’appuyer sur une équipe ministérielle forte et loyale. Il convient maintenant de faire le point brièvement sur la politique égyptienne du Cabinet au printemps 1956, puis d’étudier ses décisions pendant les six premières semaines de la crise de Suez.

Notes

1 T.E Lindsay et M. Harrington, The Conservative Party, 1918-1979, Londres, Macmillan, 1979, p. 186.

2 The Times, 14 novembre 1955, lettre ouverte, « ‘Steps Towards Stability’, économie inquiry suggested to the Editor of Times ». On remarque parmi les signataires des personnages aussi différents que J. Biggs-Davidson, un « Suez Rebel », et R. Boothby, un progressiste.

3 The Manchester Guardian, 2 décembre 1955. On constate que cette demande est reprise par divers organes de presse proches des tories. Le Daily Express, par exemple, propose une commission d’enquête sur les dépenses publiques en vue de leur réduction (1er décembre 1955).

4 Robert J. Jackson, Rebels and Whips, Londres, Macmillan, 1968, p. 104. D’ailleurs, Churchill, sujet à de puissantes pressions au sein du parti, avait dû accorder au 1922 Committee, qui regroupe l’ensemble des députés tories, des satisfactions partielles mais immédiates en promettant la dénationalisation prompte des industries de l’acier et des services du transport.

5 « Butskellism » est un terme formé des noms du dernier Chancelier de l’Échiquier, Hugh Gaitskell, et de son successeur tory R.A. Butler. P. Goodhart et U. Brandon, The 1922, The Story of the Conservative Backbenchers’ Parliamentary Committee, Londres, Macmillan, 1973, p. 165.

6 National Union of Conservative and Unionist Associations, 75th Annual Conférence, Bournemouth, 6th-8th October 1955, Conservative Central Office, 1956 : P. Larkin, p. 39 ; Dudley-Smith, p. 36 et De La Motte, p. 37-38 ; Counsellor C. Kershaw, p. 37. Kershaw dénonce le plein emploi comme une « situation artificielle » et malsaine.

7 House ofCommons, Parliamentary Debates (CD), vol. 551, col. 782,16 avril 1956 (Transport Haulage Bill), col. 704, R.J. Mellish (Labour) ; col. 782, G. Wilson (cons.). Selon The Daily Telegraph, 24 novembre 1956, le Conservative Transport Committee s’opposait vigoureusement à Boyd-Carpenter, le ministre des Transports, partisan du statu quo. Le journal n’hésitait pas à accuser le gouvernement de trahir les engagements électoraux de 1951 et réclamait que l’on saisisse le 1922 Committee de ce « sujet important ». Les tories néo-libéraux obtiennent au printemps 1956 une victoire symbolique avec la réduction de la flotte de la Société nationale du transport routier (British Road Service).

8 The Daily Telegraph, 14 juin 1956.

9 CD, vol. 552, col. 1311,9 mai 1956, Viscount Hinchinbrooke (Coal Industry Bill). Ibid., passim, col. 1468-1471, 10 mai 1956, Angus Maude (Coal Ind. Bill) et col. 1452, Amendement Nabarro (signé au départ par 36 députés).

10 Ibid., col. 1417,10 mai 1956, Anthony Eden.

11 The Daily Telegraph, 14 juin 1956. CD, vol. 555, col. 1565, 5 juillet 1956, Aubrey Jones, Minister of Fuel and Power (Coal Ind. Bill). Ibid., col. 1563, conclusions du porte-parole du parti travailliste, J. Callaghan.

12 Ibid., vol. 554, col. 512,12 juin 1956, Gerald Nabarro (Finance Bill n° 2 Cttee). Ce porte-parole des néo-libéraux affirme ne pas se soucier des sommes, mais des principes, et ne voit pas pourquoi le parti tory devrait supporter une « philosophie qui appartient réellement à l’opposition ».

13 Ibid., col. 528-529, 12 juin 1956, H. Macmillan, (mot souligné par l’auteur).

14 The Times, 14 mai 1956, éd. « Second Wind ».

15 Cf. par exemple : CD, vol. 557, col. 386, 25 juillet 1956, G. Nabarro (Question orale) ; vol. 549, col. 362, 1er mai 1956, d’Avigdor-Goldsmisth (Control of Borrowing Amendment Order) ; ibid., col. 154, 20 février 1952, S.J. Horobin (Situation économique) ; ibid., vol. 552, col. 1308, 9 mai 1956, Viscount Hinchinbrooke (Finance Bill 2nd). Ibid., vol. 549, col. 1366, 1er mars 1956, G. Cooke (Question orale). Également, ibid., vol. 554, col. 1434, 20 juin 1956, Harold Macmillan (Trinidad Oil Deal). The Daily Telegraph, 9 juin 1956 (sur la réunion du 1922 Committee, le 8 juin 1956).

16 Par exemple : The Daily Telegraph, 18 juin 1956, éd. « A Policy to Beat Inflation » ; The Daily Express, 6 mars 1956, éd. « Trouble at Home » ; The Sunday Times, 24 juin 1956, éd. « The Middle-Class Protest ».

17 The Daily Telegraph, 18 février 1956, éd. « Almost a Good Budget ». Les rédactions conservatrices approuvent plus particulièrement la réduction de moitié des subventions au pain et au lait, abrogation d’une mesure héritée des travaillistes et qui a valeur de symbole.

18 À coté des appréciations positives du Times, 14 mai 1956, éd. « The Second Wind », et celles, relativement modérées et de circonstance, du Daily Telegraph, 26 mai 1956, éd. « One Year in Office », l’opinion de la droite tory sur la question du chômage, vu comme nécessaire à l’économie, a été bien résumée dans l’éditorial du Daily Telegraph « A Policy to Beat Inflation » (18 janvier 1956) et dans la lettre ouverte de Cyril Osborne au Times du 30 mai 1956, « The Path to Stability, Lead Politicians Should Give ». The New Statesman and Nation n’ignore pas cette opposition (vol. LI, n° 1297, 14 janvier 1956).

19 The Daily Telegraph, 27 juillet 1956, éd. « For the Next Three Years ». On note la violente charge du Spectator, n° 6677, 8 juin 1956, éd. « Who’s in Charge », ainsi que la lettre ouverte de Douglas Jerrold dans The Times, 11 juillet 1956 : « Things as They Are », « Discontent with Government ».

20 The Sunday Times, 24 juin 1956, éd. « The Middle-Class Protest ».

21 The Times, 17 décembre 1956, éd. « New Teams on Both Sides ».

22 The Daily Telegraph, 3 janvier 1956, éd. « A Time for Action ».

23 Ibid., « Waiting for the Smack of Firm Goverment », article de Donald McLahan.

24 The Spectator, n° 6655, 13 janvier 1956, éd. « Leading from Weakness ». Le titre résume l’éditorial.

25 The Daily Telegraph, 9 janvier 1956. Tant le choix du journal que l’approbation, par les signataires de la lettre, de la différence revendiquée par le grand quotidien tory, entre « critique constructive » et « attaque personnelle » contre le Premier ministre, montrent le lien entre le Daily Telegraph et ces hommes politiques.

26 Ibid., 10 janvier 1956, éd. « Ministers and Policy ».

27 The Times, 19 janvier 1956, éd. « Préludé to Act Two ». The Daily Telegraph, 19 janvier 1956.

28 Ibid., 19 janvier 1956, « A Curâtes Egg at Bradford ».

29 The Daily Telegraph, le 16 février 1955, parle de « victoires à la Pyrrhus » pour décrire le scrutin. Dans Gainsborough et dans Hereford, le pourcentage des voix conservatrices passe respectivement de 55 à 40 % et de 51,8 à 44,2 %, tandis que dans Taunton, où il n’y a pas de candidat libéral pour recueillir les votes de protestation, le vote travailliste passe de 39 à 49 % du suffrage et la majorité conservatrice tombe de 5 542 à 657 voix.

30 Ibid., 9 février 1956, éd. « Journeys and Their Limits ». Cet éditorial condamne la prochaine visite des capitales du Moyen-Orient par le ministre des Affaires étrangères, substitut à une politique effective.

31 Jackson, op. cit., p. 111-113, et David Goldsworthy, Colonial Issues in British Politics, 1945-1961. From Colonial Development to the Winds of Change, Oxford, Clarendon, 1971, p. 290.

32 Jackson décrit le Commonwealth Expanding Group comme une « cabale » (op. cit., p. 149). Goldsworthy note qu’à l’origine les impérialistes forment cette association « dans le but général de maintenir l’attention du parti [tory] sur la mission et la destinée impériale [du pays] » (op. cit., p. 298).

33 Ont été vérifiées les notices biographiques de 21 tories, députés dont l’appartenance au Suez Group est attestée par leurs prises de position publiques entre décembre 1955 et juin 1956. Sources utilisées : The Times, House of Commons, 1955, Londres, The Times Office, 1955 et Who’s Who of British Members of Parliament, 1832-1979, M. Stenton dir., Harvester Press, 1976-1981.

34 Goldsworthy, op. cit., p. 168.

35 Ibid., p. 182-183.

36 Ibid., p. 290. Ils désirent alors, en particulier, qu’au lieu d’exporter dans la zone dollar pour combler le déficit en devise américaine, les Britanniques importent de la seule zone sterling, dans laquelle ils investissent en contrepartie. Naturellement, les Dominions ne sont pas intéressés à la préférence impériale. Ce qu’ils désirent surtout, c’est de l’investissement financier, que la Grande-Bretagne n’est pas en mesure de fournir.

37 Ibid., p. 286-288. Dans leur utopie de l’après-guerre immédiat, les impérialistes désirent une union douanière revivifiée avec les Dominions, une défense et des communications intégrées pour le Commonwealth, la planification conjointe de la politique étrangère et même, éventuellement, la citoyenneté commune.

38 Leon Epstein, British Politics in the Suez Crisis, Urbana, U. of Illinois, 1964, p. 41. Dans cette étude, essentiellement de science politique, l’auteur souligne l’impact du discours des impérialistes au niveau des militants du parti conservateur. Goldsworthy note également le sentiment de fierté suscité par la tradition impériale, op. cit., p. 168.

39 Ibid., p. 297.

40 Ibid., p. 298.

41 Epstein, op. cit., p. 51-52. On retrouve ainsi dans le camp des abolitionnistes des défenseurs de l’Empire comme Amery, un vieux Suez Rebel comme Hinchinbrooke, un tory anticolonialiste comme Yates, un homme de la droite économique comme d’Avigdor-Goldsmith et un « progressiste » comme R. Boothby.

42 Hugh Berrington, « The Conservative Party : Revolts and Pressures, 1955-1961 », Political Quarterly, 1961, vol. 32, n° 4, p. 363-365.

43 Victor Raikes, un Suez Rebel, est également président du comité du parti conservateur sur les combustibles et charbons. Angus Maude, idéologue du Suez Group, soutient vigoureusement l’amendement Nabarro sur le financement des Charbonnages, CD, vol. 552, passim, col. 1468-1471, 10 mai 1956 (Coal Industry Bill).

44 CD, vol. 551, col. 535-538, votes sur l’amendement de G. Nabarro.

45 The Manchester Guardian, 10 novembre 1955. Discours du Premier ministre.

46 The Times, 16 décembre 1956, éd. « At What Price ? » ; ibid., 22 décembre 1956, éd. « Asking for Trouble ».

47 The Daily Telegraph, 30 décembre 1955.

48 The Spectator, n° 6654, 6 janvier 1956, éd. « Stumbling Diplomacy ». La revue dénonce le manque d’assurance (lack ofnerves) et la confusion au sommet de l’État (wobble and muddle at the top).

49 Cf. l’opinion du Times, 30 janvier 1956, éd. « Washington Talks ». The Spectator, 27 janvier 1956, éd. « Mutual Heartening ». The Daily Telegraph, 3 février 1956, éd. « Fruits of the Conference ».

50 Ibid., 10 février 1956.

51 Weekly News Letter, vol. 12, n° 2, 14 janvier 1956, p. 2.

52 CD, vol. 548, col. 67, 24 janvier 1956, débat sur les exportations d’armes britanniques, H. Gaitskell. Ibid., vol. 549, 27 février 1956, débat de politique étrangère : col. 923, 926-927, L.E. Mallalieu ; col. 838 et 849, A. Robens. On reproche notamment à Eden d’avoir doublé le taux de libération des avoirs égyptiens en sterling, bloqués à Londres, ce qui revenait à favoriser le paiement par ce pays des armes tchécoslovaques achetées à l’automne 1955. Le Labour assimile aussi l’aide économique aux pays arabes à de « l’apaisement ».

53 Weekly News Letter, vol. 12, n° 2, 14 janvier 1956, p. 2.

54 The Times, 10 février 1956, article « Change in Climate in Taunton ». Le Times remarque que les tories « ne paraissent plus portés par les vagues de la victoire de 1955 » et que l’on s’attend à une diminution de la marge assurant la victoire conservatrice, ce qui « ne sera pas expliqué seulement par l’apathie propre aux élections partielles ».

55 Cf. notamment les propos de P. Maitland, CD, vol. 548, 24 janvier 1956, débat sur les exportations d’armes britanniques, col. 89-90,.

56 Ibid., col. 110-111 et 114-117, J. Amery.

57 Ibid., vol. 549, 27 février 1956, débat sur la politique extérieure, col. 856-859, S. Lloyd. Ibid., col. 959-960, A. Eden. Le Premier ministre ne dit presque rien sur le Moyen-Orient, sauf qu’il entend continuer une politique basée sur la Déclaration tripartite, sur la recherche d’un règlement israélo-arabe et qu’il désire renforcer la zone neutre pour éviter les incidents.

58 The Daily Telegraph, 10 février 1956, éd. « Aswan Peace Asset ». Seul The Spectator rejette totalement la politique arabe d’Eden, dans un éditorial intitulé « Plus d’apaisement » (n° 6660, 17 février 1956, p. 203, éd. « No More Appeasement ») : il veut le désengagement et l’effacement devant les États-Unis, une diplomatie limitée à l’appui aux vrais alliés, dont Israël, et des relations anglo-arabes basées sur les seuls avantages économiques mutuels.

59 CD, vol. 549, 5 mars 1956, questions orales, col. 1714, H. Gaitskell.

60 Ibid., col. 1713, J. Amery, et col. 1715, Legge-Bourke.

61 The Times, 5 mars 1956, lettre ouverte de Julian Amery, « British Influence in the Middle East ».

62 Ibid., Lettre ouverte de Charles Waterhouse.

63 CD, vol. 549,7 mars 1956, débat de politique étrangère (Moyen-Orient), col. 2122-2125 et 2129, H. Gaitskell. Le chef travailliste assimile l’attitude anglaise envers Israël à de « l’apaisement » des États arabes.

64 Ibid., col. 2214, A. Robens. Au nom de la poignée des députés libéraux, leur leader, Clément Davies, tient un discours très proche de celui de Gaitskell, favorable à Israël mais plus hostile l’Égypte (Id., col. 2174).

65 Ibid., col. 2161, F.M. Bennett.

66 Ibid., col. 2138-2140, C. Waterhouse. L’autre leader du Suez Group, J. Amery, ne prend la parole, ce jour, que pour rappeler que sans l’emploi de la force à Buraïmi, le pays devrait maintenant payer en dollars le pétrole produit dans ce secteur (Ibid., col. 2183, J. Amery).

67 Ibid., col. 2159 et 2161, H. Legge-Bourke.

68 Ibid., col. 2113-2112 et 2115, A. Nutting.

69 Ibid., col. 2227-2228, A. Eden. Le Premier ministre insiste ici fortement sur son attachement au Pacte de Bagdad qu’il dit soutenir à tout point de vue. Cf. Nutting, op. cit., p. 32, sur le discours d’Eden et l’atmosphère de la Chambre des Communes.

70 The Times, 6 mars 1956, éd. « More Heat Than Light », et 7 mars, éd. « The Middle East in Perspective ».

71 Ibid., 6 mars 1956, « The Middle East... ».

72 Schuckburgh, op. cit., p. 342.

73 The Daily Telegraph, 8 mars 1956, éd. « Exit Glubb Pasha and Good Sense ».

74 Ibid., 6 mars 1956, éd. « Welcome Sign of Firmness ». On note que le Daily Express qui, bien qu’impérialiste, continue à soutenir le Premier ministre, souligne dans un article (« Is Jordan Really an Ally ? ») qu’il n’est pas sûr que le renvoi de Glubb soit une défaite, essai manifeste de minimiser l’événement, (article de Sefton Delmer du 5 mars).

75 The Daily Mail, 3 mars 1956, éd. « We Get the Boot ».

76 The Spectator, n° 6663, 9 mars 1956, p. 299-300, « While Jordan Rolled ».

77 Time and Tide, vol. 37, n° 10, p. 1, 10 mars 1956, éd. « Boiling Point ».

78 The Daily Mail et The Times, 7 mars 1956.

79 The Daily Telegraph, 7 mars 1956.

80 The Times, 7 mars 1956, lettre ouverte de J. Amery, « Causes of Ill Will towards Britain ».

81 The Daily Mail, 8 mars 1956, éd. « The Law of Let Go ».

82 The Daily Telegraph, 8 mars 1956, éd. « The Middle East Peace Endangered ».

83 Nutting, op. cit., p. 37-38, et Schuckburgh, op. cit., p. 343. Pourtant ni Lennox-Boyd ni le Gouverneur Harding ne désespèrent alors d’arriver à un accord de compromis.

84 Sur l’opinion défavorable du Times quant à la rupture des négociations : éd. « Hard Facts on Cyprus », 5 mars 1956. Sur les arguments ministériels exposés en 1954 pour l’évacuation de la base de Suez, A Monthly Survey of Foreign Affairs, n° 68, 5e année, août-septembre 1954 (publié par le Conservative Research Department). On note des prises de position très claires, dont celle de Waterhouse contre la proposition d’Harold Macmillan, d’accorder « l’autodétermination à un certain moment et dans certaines conditions » aux Chypriotes (Manchester Guardian, 16 décembre 1955). Cf. aussi J. Amery à la Chambre, CD, vol. 548, 24 janvier 1956, débat sur les exportations d’armes britanniques, col. 117 et vol. 549, 28 février 1956, débat sur la défense nationale, col. 1096.

85 CD, vol. 549, 7 mars 1956, débat sur la politique étrangère (affaire Glubb), col. 2190, G. Longden.

86 The Times, 1er février 1956, lettre ouverte de P. Wall, « Cyprus ».

87 The Daily Express, 10 mars 1956, éd. « An Answer to Violence » ; The Daily Telegraph, 10 mars 1956, éd. « Exeuntthe Bishops » ; The Sunday Times, 11 mars 1956, « Responsibility ».

88 The Daily Telegraph, 10 mars 1956, compte rendu du discours du Premier ministre à Leamington.

89 CD, vol. 550,14 mars 1956, débat sur Chypre, col. 432, J. Amery. Voir aussi l’intervention de P. Maitland (ibid., col. 448-454), qui parle d’un « changement de marée » et espère que les Anglais « sont maintenant en voie de réaffirmer leurs intérêts à travers le Moyen-Orient ».

90 The Daily Telegraph, 16 mars 1956. Weekly News Letter, vol. 12, n° 12, semaine du 24 mars 1956, éd. « We Will Not Abdicate ».

91 Ibid. Le journal du parti souligne l’adhésion d’Amery à la motion du comité exécutif, texte de soutien au Premier ministre.

92 Time and Tide, vol. 37, n° 11, 17 mars 1956, éd. « Tragic Island ». La revue compare le cas de Chypre à celui de la Palestine, exemple de mauvaise politique travailliste.

93 The Daily Mail, 16 et 26 mars 1956. Même demande de la part du conservateur Rees-Davis, CD, vol. 549, 7 mars 1956, débat de politique étrangère, col. 2199.

94 Ibid., 28 mars et surtout, 6 avril 1956, éd. « The Enemy in Cairo ». The Daily Express, 7 avril 1956, éd. « Firmness Pays Off » et 11 avril 1956, éd. « Nasser’s New Recruit ». Même le Times rejoint le Daily Telegraph dans une position tranchée lorsque le Premier ministre de Jordanie suggère en mai 1956 la révision du traité anglo-jordanien. The Times, 22 mai 1956, « More Clouds over Jordan » et The Daily Telegraph, 23 mai 1956, « New Move in Jordan ».

95 Ibid., 14 juin 1956, éd. « A Sigh for Suez ».

96 The Daily Mail, 20 juin 1956, éd. « Not the Man to Flatter ».

97 The Daily Telegraph, 22 juin 1956, éd. « Fleshpot of Egypt ».

98 Ibid., 21 juillet 1956, éd. « Nasser Loses a Gamble », et The Daily Mail, 21 juillet 1956, éd. « The Little Pharaoh ».

99 Ibid., vol. 551, col. 67,18 avril 1956, questions orales de Price et Shepherd. Ibid., vol. 552, 7 mai 1956, col, 832-833, les questions orales de J. Johnson, I. Ward et Waterhouse ; ibid., col. 821-821, question orale de Peyton sur le canal de Suez.

100 Ibid., 18 mai 1956, col. 2392 et col. 2394, débat sur les eaux du Nil, J. Amery. Cf. aussi les propos de J. Biggs-Davidson, col. 2402-2403.

101 Par exemple, CD, vol. 552,14 mai 1956, débat sur le budget du Colonial Office, col. 1653- 1663, passim, J. Griffith.

102 Ibid., vol. 555, 27 juin 1956, questions orales, col. 468, P. Maitland et col. 469, Lennox-Boyd.

103 Ibid., 28 juin 1956, col. 693, déclaration d’Eden sur Chypre. L’un des Suez Rebels, Hinchinbrooke, réclame sans succès l’assurance d’une « solution internationale », mais à partir du concept de « force nationale ».

104 Ibid., vol. 556, 12 juillet 1956, col. 596, énoncé de politique sur Chypre par Eden.

105 Ibid., col. 598, H. Gaitskell et col. 660, C. Davies.

106 Ibid., col. 600, Legge-Bourke et col. 601, P. Maitland.

107 Ibid., 19 juillet 1956, débat sur les crédits civils et militaires pour Chypre, col. 1402, J. Griffith ; col. 1490, D. Donnelly et col. 1511, A. Bevan.

108 Ibid., col. 1494-1495, C. Waterhouse.

109 The Daily Telegraph, 2 juin 1956, discours de Norwich. The Daily Mail, 2 juin 1956, éd. « We Stay in Cyprus ».

110 The Daily Telegraph, 13 juillet 1956, éd. « Retreat from a Blunder ».

111 The Daily Mail, 13 juillet 1956.

112 CD, vol. 555,27 juin 1956, questions orales, col. 468-469, de Lennox-Boyd à P. Maitland.

113 Ibid., vol. 551,18 avril 1956, questions orales, col. 67, réponse de S. Lloyd à D. Price.

114 Ibid., vol. 552,18 mai 1956, débat sur les eaux du Nil, col. 2405, Dodds-Parker.

115 Ibid., vol. 557, 23 juillet 1956, débat sur la politique extérieure, col. 51, A. Robens.

116 Ibid., 24 juillet 1956, col. 251 et 253-254, S. Lloyd.

117 Ibid.., vol. 552,18 mai 1956, débat sur les eaux du Nil, col. 2392, J. Amery.

118 L’élément principal de l’accusation repose sur le choix d’avoir abandonné la zone de Suez et le Soudan, origine des troubles cypriotes.

119 Il faut insister ici sur le fait que certains journaux tories, comme le Sunday Times, ne tiennent pas le langage radical des impérialistes bien qu’ils tentent de défendre la politique du Cabinet, sur Chypre par exemple. The Spectator occupe en revanche une place particulière par son « anticolonialisme » virulent. Cf. n° 6660, 17 février 1956, éd. « No More Appeasement », n° 6675, 1er juin 1956, éd. « A Policy for Cyprus », n° 6678, 15 juin 1956, éd. « Patterns of Colonies ».

120 The Daily Telegraph, 3 février 1956, éd. « Fruits of the Conférence », et 15 mars 1956, éd. « America, Cyprus and Britain ». La presse conservatrice réagit vivement à l’expression « de la sympathie et du souci du peuple américain » sur les événements de Chypre, transmise par l’ambassadeur américain au ministre grec des Affaires étrangères le 13 mars 1956.

121 The Daily Mail, 14 mars 1956, éd. « A Kick in the Teeth ». The Daily Express, 14 mars 1956, éd. « Rule for Friendship », et 7 mai 1956, éd. « Notice to Trespassers ».

122 The Times, 3 février 1956, éd. « After Washington ». Le journal traite de la nécessité de concessions mutuelles au Moyen-Orient. Ibid., 7 mars 1956, éd. « The Middle East in Perspective », et 14 avril 1956, éd. « Choice of Friends ».

123 The Daily Telegraph, 14 avril 1956, « Out of steps over Middle East », lettre ouverte de R. Boothby.

124 CD, vol. 549,7 mars 1956, débat sur la politique britannique au Moyen-Orient, col. 2206, Viscount Hinchinbrooke.

125 The Daily Telegraph, 13 mars 1956, éd. « Entente beyond Europe ».

126 Ibid., 9 juin 1956. De 60 % du suffrage recueilli en 1955, le vote conservateur chute à 52 % tandis que celui du Labour atteint 47,9 % au lieu de 39 %. On note les réactions du Daily Mail, 11 juin 1956, éd. « Inquest in Tonbridge ». et du Sunday Times, 10 juin 1956, éd. « A Warning ». Ce dernier va jusqu’à attribuer à certains électeurs l’opinion que « si un gouvernement conservateur n’est pas capable de mener une politique conservatrice, il est aussi bien d’avoir un gouvernement socialiste ». Le Times note le 9 juin 1956 : la « cause majeure » du recul conservateur, pense-t-on, a été une « abstention délibérée » des tories, insatisfaits, notamment du coût élevé de la vie. Cf. aussi, The Spectator, n° 6677, 15 juin 1956, éd. « Remember Tonbridge ».

127 Ibid., 28 juin 1956. Edward Heath, le Chef-Whip du parti conservateur assistait à cette réunion convoquée par Charles Waterhouse.

128 The Daily Mail, 20 juillet 1956, « Eden Asked : Tell Us Your Plans », article.

129 Ibid.

130 The Times, 11 juillet 1956, « Things as they are », « Discontent with the Government », lettre ouverte de Douglas Jerrold. The Daily Telegraph, 27 juillet 1956, « A Policy of Action for Conservatives », article de Douglas Jerrold. Il faut noter la concordance des idées et du ton avec l’éditorial du même jour.

131 Ibid., éd. « For The Next Three Years ».

132 Par exemple, on note les évaluations concordantes du Daily Mail (13 juillet 1956) et de The Economist (vol. CLXXX, n° 5889, p. 16, « Cyprus : The Long Wait »). « Ce qui est nouveau [observe la revue] c’est que les Suez Rebels, naguère au nombre d’une quarantaine, ont, selon ce que l’on rapporte, grossi leurs effectifs à peut-être une centaine ».

133 Time and Tide, vol. 37, n° 29, 21 juillet 1956, éd. « Sir Anthony Eden : Time for Decision ». Eden est accusé de faire de « l’appeasement », et assimilé à Neville Chamberlain.

134 Weekly News Letter, vol. 12, n° 12, 14 janvier 1956, p. 2. Anthony Nutting, ministre d’État au Foreign Office (FO), observe qu’à ce moment les attaques contre son chef et protecteur croissent en force et que ses amis l’ont abandonné (Shuckburgh, op. cit., p. 318).

135 Sur les accusations portées contre Eden, se référer à Lord Kilmuir, Political Adventure. The Memoirs of Lord Kilmuir, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1964, p. 256 ; et Robert Rhodes James, Anthony Eden, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1986, p. 404. On ne peut limiter la cause de la rébellion conservatrice au seul désir d’une victoire sur l’inflation quitte à affronter les ouvriers (Lamb, op. cit., p. 13) : cela reviendrait à ignorer l’ampleur de la réaction et sa base idéologique.

136 Anthony Seldon, Churchill’s Indian Summer. The Conservative Government, 1951-1955, Londres, Hodder & Stoughton, 1981, p. 423-424 et 434 ; The Spectator, n° 6667, éd. « The Lost Leader », 6 avril 1956 ; The Times, 11 juillet 1956, Lettre ouverte, « Things as they are » de D. Jerrold.

137 The Spectator, n° 6663, 9 mars 1956, « Political Commentary » de H. Fairlie.

138 The Times, 5 avril 1956, éd. « Running In ».

139 The Spectator, n° 6663, 9 mars 1956, « Political Commentary » de H. Fairlie.

140 British Institute of Public Opinion (BIPO), enquêtes n° S.453A, 24 novembre- 4 décembre 1955 et 14-26 janvier 1956, et n° S.462, 20-29 avril 1956 ; S. 1663 (résumé des résultats, chiffres recueillis entre le 13 et le 23 juillet 1956). On remarque l’effritement progressif et régulier de la popularité d’Eden avec la diminution des satisfaits : 70 % en octobre, 61 % en décembre 1955, 54 % en janvier 1956 (se prononcent pour son maintien), 41 % en avril et 33 % en juillet. Le Labour prend l’avantage dans les estimations de vote avec une avance qui passe de 1 % en décembre 1955 à 3,5 % en avril. Fait plus alarmant encore, les libéraux progressent fortement de 2,5 à 6,5 % des intentions de vote. La popularité d’Eden passe de 70 % de satisfaits en octobre 1955 à 33 % seulement en juillet.

141 Kilmuir, op. cit., p. 257 et Shuckburgh, op. cit., p. 330 et 340. Clarissa Eden, son épouse, écrira à l’époque de l’affaire Glubb que « les événements de Jordanie ont ébranlé » son mari (James, op. cit., p. 432).

142 Anthony Adamthwaite, « Suez Revisited », International Affairs, vol. XIX, n° 10, 1988, p. 452. L’auteur rapporte que Macmillan, encore secrétaire au Foreign Office en novembre 1956, reçut, alors qu’il participait à une journée de chasse, trois coups de téléphone de Chequers avant le seul petit déjeuner, puis encore 4 ou 5 autres à la fin de la journée. S. Lloyd, son successeur fut appelé 30 fois durant la fin de semaine de Noël.

143 David Carlton, Britain and the Suez Crisis, Oxford, Basil Blackwell, 1988, p. 17-18 et 20- 21 ; et James, op. cit., p. 373 et 396. Il y a une certaine part de vérité dans la perception d’un Eden manquant « de rudesse », qui, lors de sa démission en 1938, avouait lui-même manquer « d’énergie » (I lack the spunk). James, op. cit., p. 203.

144 James, op. cit., p. 411. Selon William Clark, l’un des proches collaborateurs d’Eden, il aurait, après tant d’années passées comme second dans la hiérarchie, souffert d’une certaine inaptitude à décider ainsi que d’une manie du détail.

145 The New Statesman and Nation, 14 janvier 1956, vol. LI, n° 1297, « Ultimatum to Sir Anthony ». Ce journal signale avec ironie mais justesse que d’autres premiers ministres conservateurs ont manifesté de la « timidité et de l’indécision », notables surtout par contraste avec le comportement de Churchill

146 Clark, op. cit., p. 161.

147 Shuckburgh, op. cit., p. 15.

148 Ibid., p. 12,18-19 et 152. Geoffrey McDermott, The Eden Legacy and the Decline of British Diplomacy, Londres, L. Frewin, 1969, p. 75. L’auteur travaillait au Western Department du Foreign Office (FO).

149 Anthony Adamthwaite, « Eden, le Foreign Office et l’élaboration de la politique étrangère », Relations Internationales, n° 55, automne 1988, p. 286-287.

150 Carlton, Britain..., op. cit., p. 21. Comme le note Sydney Aster, dans Anthony Eden, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1976, il n’a démissionné en 1938 que sur une question de méthode (p. 41).

151 Ibid., p. 379-380.

152 Shuckburgh, op. cit., p. 17.

153 Anthony Howard, R.A.B. The Life of R.A. Butler, Londres, Jonathan Cape, 1987, p. 214 et 216.

154 The Times, 24 janvier 1956, éd. « Reassembly ».

155 James, op. cit., p. 392.

156 Clark, op. cit., p. 155.

157 Ibid., ?. 165.

158 Harold Macmillan, Memoirs t. III, Tides of Fortune, Londres, Macmillan, 1969, p. 692- 693. L’ancien Premier ministre se défend d’avoir rivalisé avec Butler, arguant qu’il ne pouvait à l’époque prévoir qu’Eden démissionnerait pour cause de maladie !

159 Macmillan, Memoirs t. IV, Riding The Storm, 1944-1955, Londres, Macmillan, 1971, p. 13-14. Macmillan note que sa démission « aurait causé une panique dans la City ». Aster, op. cit., p. 132, et Shuckburgh, op. cit., p. 318.

160 Lamb (op. cit., p. 58) remarque qu’après l’épreuve de force sur les subventions alimentaires, Eden refusera net les coupures budgétaires dans la défense et l’augmentation des taxes que réclame Macmillan, sans que le Chancelier ne réitère sa menace de démission. Lamb aurait dû souligner que d’une part, la nature de ces mesures ne se prêtait pas à un nouveau défi au Premier ministre et que, d’autre part, ce dernier vient au début de mars 1956 de redresser sa situation personnelle dans le parti.

161 The Times, 18 février 1956, éd. « A Firm Hand ». Ce journal observe que l’on peut constater que le Chancelier Macmillan n’est pas homme à reculer devant les décisions nécessaires. The Daily Telegraph, 18 février 1956.

162 The Spectator, n° 6661, 24 février 1956, éd., « Macmillan’s First Round » ; ibid., « Political Commentary » d’Henry Fairlie.

163 CD, vol. 549, col. 41-42, 20 février 1956, débat sur la situation économique, H. Macmillan.

164 Ibid., vol. 555, col. 271, 26 juin 1956, débat sur le budget, C. Osborne. Cf. aussi l’éloge du Spectator, n° 6669, 20 avril 1956, « Political Commentary » d’H. Fairlie.

165 Eden, Full Circle, op. cit., p. 342-344. FO 800/678, Serial n° M(F) 111/55, Prime Minister’s Personal Minute to FO Secretary, 6 novembre 1955.

166 Evelyn Shuckburgh, sous-secrétaire d’État chargé du Moyen-Orient, écrit le 19 décembre 1955 que les Britanniques « pourraient bien avoir mis en pièces » la Jordanie ainsi quille « redoutait » (Shuckburgh, op. cit., p. 313). Dans The Middle East in Revolution (Boston, Gambit, 1970), p. 57, Humphrey Trevelyan, ancien ambassadeur au Caire, souligne que l’on connaissait parfaitement à l’avance à Londres les causes de l’échec prévisible de la mission Templer : pusillanimité du Premier ministre jordanien, argent saoudien et propagande égyptienne.

167 Carlton, Anthony Eden, op. cit., p. 393, sur l’attitude de Macmillan. Shuckburgh, op. cit., p. 314.

168 Clark, op. cit., p. 162. Macmillan, Riding the Storm, op. cit., p. 89 et 92.

169 Time and Tide, vol. 37, n° 29, 21 juillet 1956, éd. « Sir Anthony Eden : Time for Decision ». La simultanéité entre la prise de position extrême contre Eden et la déclaration d’allégeance de la revue tory, proche des impérialistes, est fort significative quant aux espoirs et aux visées du Suez Group.

170 The Round Table, n° 182, mars 1956, éd. « U.K. : The Emergency Budget », p. 161.

171 Shuckburgh, op. cit., p. 324, 334-337. Lloyd, note Schuckburgh, fait office de « garçon de bureau » et laisse une large part des télégrammes et autres documents qui auraient dû s’arrêter à son niveau, monter jusqu’au Premier ministre.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search