Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Introduction

Texte intégral

La Grande-Bretagne et le Moyen-Orient après 1945

1Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, le Royaume-Uni occupe une place prépondérante au Moyen-Orient et en Méditerranée orientale. La présence militaire anglaise s’étend du sud-est asiatique à la Libye avec, pour place forte centrale, la grande base militaire de la zone du canal de Suez. La France, rivale traditionnelle de l’Angleterre au Levant, a été expulsée de la Syrie et du Liban. L’hégémonie britannique est toutefois factice tant au point de vue militaire qu’à celui de l’économie. Dès 1947, les Anglais doivent laisser la place au grand allié américain en Grèce et accepter l’accession de l’Inde au statut d’État souverain, ce qui entraîne la perte des ressources militaires et de l’assise territoriale fournies par le sous-continent. Confrontés depuis 1945 à l’insoluble problème juif en Palestine, les dirigeants de Londres, fortement encouragés par Washington, se résolvent à évacuer ce territoire en 1948 : il s’agit de la première grande défaite anglaise dans le monde arabe.

  • 1 Selwyn Lloyd, Suez 1956, Londres, Jonathan Cape, 1978, p. 36. Jacob Abadi, Britain’s Withdrawalfrom (...)

2La nationalisation de l’Anglo-Iranian Oil Company et la saisie du complexe pétrolier d’Abadan en juin 1951 occasionnent un nouvel échec : la solution du conflit en 1953 résulte clairement de l’action américaine et, si les intérêts anglais sont pour l’essentiel préservés, on assiste à l’entrée des groupes pétroliers des États-Unis dans une chasse gardée britannique. L’accord sur l’évacuation de la zone du canal de Suez, conclu avec l’Égypte en 1954, constitue un point tournant de la politique anglaise au Moyen-Orient, car les Britanniques renoncent à une position qui est la clé de voûte de leur dispositif militaire dans la région. Dans cette affaire, malgré les réticences de Churchill, le gouvernement anglais cède à l’action hostile du nationalisme égyptien, qui rend intenable la base du canal. Là encore, de fortes pressions américaines concourent à faire accepter aux Anglais le renoncement anticipé aux vestiges de la présence impériale, préservés jusqu’en 1956 par le traité anglo-égyptien de 1936. Mais aussi, Anthony Eden et le Foreign Office tentent avec lucidité d’adapter la politique du pays à ses moyens très diminués. La grande majorité des hommes d’État anglais admettent l’inéluctabilité d’une réduction des engagements à l’étranger, voire d’un repli ordonné de la puissance britannique dans le monde, sans cependant sacrifier les intérêts nationaux vitaux. Comme l’a remarqué Selwyn Lloyd, secrétaire d’État au Foreign Office d’Eden, Suez n’a pas été le « révélateur » de la faiblesse anglaise, car les gouvernants en étaient conscients, mais il leur fallait « la cacher tout en effectuant une retraite stratégique »1. Après l’Accord anglo-égyptien de 1954 sur le départ des troupes britanniques de la zone du canal, la présence du Royaume-Uni dans le monde arabe repose sur les étroites relations entre l’ancienne métropole et les régimes monarchiques conservateurs, en particulier ceux de Libye, de Jordanie et surtout, d’Irak. L’Arabie Saoudite fait exception, car ses intérêts se heurtent à ceux des Anglais dans le golfe Persique et à ceux de l’Irak au plan dynastique. Enfin, on ne considère pas d’emblée avec défaveur, à Londres, l’avènement du régime militaire du général Néguib en Égypte, mais l’attitude de plus en plus nationaliste et anti-britannique du nouveau gouvernement du Caire ainsi que la construction du Pacte de Bagdad par les Anglais susciteront un antagonisme croissant entre les deux capitales.

  • 2 Patrick Seale, The Strugglefor Syria, Londres, Oxford UP (University Press), 1965, p. 191.

3À partir de 1955, l’Angleterre tente de transformer les modalités de sa présence au Moyen-Orient tout en préservant pour l’essentiel ses positions diplomatiques et militaires grâce au Pacte de Bagdad (Middle East Treaty Organization ou METO), organisation de défense et d’assistance mutuelle dirigée contre l’Union soviétique. Cette association a pour origine une idée de John Foster Dulles, secrétaire d’État américain aux Affaires étrangères, soucieux en 1954 de consolider le Moyen-Orient contre l’expansionnisme russe. Le Northern Tier de Dulles devait réunir la Turquie, l’Iran et le Pakistan en un bouclier défensif. L’Irak de Nouri Saïd reprend le projet à son compte en 1955 : il s’agit de développer ce regroupement régional en y incluant des pays arabes sous direction irakienne avec l’assistance de la Grande-Bretagne et des États-Unis. Le 24 février 1955, l’Irak et la Turquie signent le Pacte de Bagdad, auquel le Royaume-Uni adhère six semaines plus tard, suivi à l’automne du Pakistan et de l’Iran. À Londres, après le règlement du différend avec l’Égypte sur le canal, le Cabinet se sent libre de mener au Moyen-Orient une politique active et veut, grâce au pacte de sécurité collective sous le leadership amical de Bagdad, perpétuer les avantages acquis dans le monde arabe2. De cette façon, les accords militaires bilatéraux et l’aide économique, qui paraissent des survivances de l’ère impériale, deviennent respectables sous le couvert de la lutte contre la menace soviétique.

  • 3 Sherman Adams, First Hand Report, New York, Harper & Brothers, 1961, p. 248. Adams était l’un des c (...)

4Cette politique présente néanmoins deux inconvénients majeurs : elle repose sur l’appui politique et matériel des Américains et elle heurte directement l’Égypte, qui axe sa politique extérieure sur le neutralisme à l’égard des deux superpuissances et de leurs blocs respectifs, condition de l’indépendance nationale. Le gouvernement égyptien défend le principe que les Arabes doivent seuls assurer leur défense. En outre, dans la lutte d’influence qui oppose Le Caire à Bagdad au sein du monde arabe, les Britanniques optent sans équivoque pour l’Irak. Ceci, ajouté à la volonté manifeste de l’Angleterre de consolider sa présence dans la région, suscite l’hostilité active des Égyptiens, dont les moyens consisteront en une action subversive contre les régimes pro-anglais et en une propagande virulente contre l’impérialisme britannique. Et puis les dirigeants américains se montrent réticents à l’idée de se joindre à une alliance dirigée par Londres et Bagdad. Malgré les manifestations d’amitié entre le régime nassérien et l’URSS, en dépit même de l’achat d’armes tchécoslovaques de l’automne 1955, le gouvernement américain prend en considération l’opposition de l’Égypte au Pacte de Bagdad et rejette l’argument que ce pays est devenu « un outil des Soviétiques »3.

  • 4 Anthony Eden, Full Circle. The Memoirs ofthe Rt. Hon. Sir Anthony Eden, Londres, Cassel, 1960, p. 3 (...)
  • 5 Angelo Hüsler, Contribution à l’étude de l’élaboration de la politique étrangère britannique, 1954- (...)
  • 6 Barry Rubin, « America and the Egyptian Revolution, 1950-1957 », Political Science Quarterly, n° 97 (...)

5En plus des problèmes proprement arabes, la question israélienne complique de façon déterminante la politique des puissances occidentales au Moyen-Orient et constitue un obstacle incontournable pour la politique britannique. Depuis 1950, celle-ci a pour base le maintien de l’équilibre entre Israël et ses voisins au plan de l’armement. En même temps, le Pacte de Bagdad oblige Londres à fournir à son allié irakien un minimum de matériel militaire dosé avec prudence. Le même inconvénient affecte la politique égyptienne du Royaume-Uni, qui refuse les commandes du Caire de crainte de déclencher la course aux armements. Même lorsque les Égyptiens obtiennent enfin du matériel de guerre du bloc de l’Est, les Anglais ne consentent pas de fournitures compensatoires à Israël, qui s’estime désormais désavantagé. Là encore l’attitude américaine s’avère cruciale. Les Américains acceptent que la France et le Canada accèdent, de façon limitée, aux demandes d’armes des Israéliens, mais ils refusent de s’impliquer directement. Dans le même esprit, lors de la venue d’Eden à Washington en janvier 1956, ils déclinent la proposition anglaise de prendre des mesures concrètes pour garantir, selon les termes de la Déclaration tripartite (anglo-franco-américaine) de 1950, les frontières entre l’État hébreu et ses voisins. Le Président Eisenhower et Dulles se refusent à suivre au Moyen-Orient les principes de la politique anglaise, et ils réservent leur entière liberté. À cet égard, le litige entre la Grande-Bretagne et l’Arabie Saoudite au sujet de l’oasis de Buraïmi tend à séparer Washington de Londres. Au département d’État, on considère l’action militaire britannique au bénéfice du sultanat d’Oman comme une agression contre l’Arabie Saoudite, protégé américain. Eden affirmera n’avoir compris l’intensité des réactions américaines que pendant la crise de Suez4. Il reste qu’à cette occasion la diplomatie anglaise au Moyen-Orient abandonne son principe cardinal, la coordination et la concertation avec les États-Unis5. L’Égypte divise également les Anglo-Saxons : aux yeux des Britanniques, ce pays représente l’adversaire principal au Moyen-Orient, que l’on doit à la fois contenir et apaiser, grâce à l’appui indispensable des Américains, qui, cependant, espèrent encore un neutralisme d’une nuance pro-américaine plutôt que pro-russe. Au reste, la politique d’alliance entre Riyad et Le Caire et l’éventuel leadership de l’Égypte au sein du monde arabe ne heurtent pas les intérêts américains6.

6À la fin de l’année 1955, l’action anglaise au Moyen-Orient suit trois axes principaux : l’élargissement du Pacte de Bagdad, la recherche d’une solution au conflit israélo-arabe et, de concert avec les États-Unis, la négociation avec l’Égypte d’un important plan d’assistance financière pour le projet du barrage d’Assouan. Dans les trois sphères, l’entreprise du Foreign Office se soldera rapidement par un échec. L’aide offerte à l’Égypte pour la construction du grand barrage vise naturellement à fournir à ce pays une contrepartie pour sa bonne volonté envers les desseins occidentaux, et aussi à l’arrimer économiquement au camp des pays de l’Organisation du Traité de l’Atlantique-Nord (OTAN). Alors que s’enlise l’initiative d’Eden, lancée dans son discours du Guildhall en novembre, pour un règlement du différend israélo-arabe sur la base d’un réaménagement territorial, la Mission Templer, chargée de faire adhérer la Jordanie au Pacte de Bagdad, connaît un échec retentissant.

7Au cours du printemps 1956, la position britannique dans le monde arabe paraît se détériorer constamment tandis que s’intensifie à Chypre le terrorisme anti-anglais. En particulier, le mois de mars est marqué par le renvoi du général Glubb, fondateur et commandant de la Légion arabe en Jordanie, et par une série d’émeutes dans les protectorats du golfe Persique. Dans les milieux politiques anglais, beaucoup voient ces événements comme le résultat de l’assaut conjugué de l’argent saoudien et de la propagande du Caire contre les intérêts nationaux. Alors que les travaillistes préconisent un certain désengagement au Moyen-Orient, de nombreux conservateurs demandent une riposte. Aussi le retrait en juin, à l’exemple des Américains, de l’offre de financement pour le projet d’Assouan connaît-il un accueil généralement favorable en Grande-Bretagne.

Caractères généraux et principaux jalons chronologiques de la crise de Suez de 1956

8D’emblée la crise de Suez apparaît comme le fruit de l’enchaînement des événements internationaux. Le refus américain de financer la construction du barrage d’Assouan semble en être le détonateur, mais en fait cette crise se situe au confluent de plusieurs phénomènes internationaux : essor des nationalismes arabes ; décolonisations anglaise et française ; conflit israélo-arabe ; jeu autour des pétroles du Moyen-Orient ; Guerre froide. L’enjeu de la crise, tel que Londres et Paris le définissent publiquement, réside dans l’importance stratégique du canal comme voie de navigation pour le commerce mondial et plus particulièrement pour l’approvisionnement de l’Europe de l’Ouest en pétrole. Il faut donc, affirment les Britanniques et les Français, redonner au canal son statut international jadis garanti par la société exploitante, la Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez. Au Caire, on assimile naturellement le différend à une épreuve de force entre le nationalisme égyptien et l’impérialisme traditionnel des deux grandes puissances européennes. Cependant, au-delà des raisons invoquées officiellement par les États, la question de Suez met en cause le prestige des protagonistes. Pour les autres nations non directement impliquées, cette crise représente soit l’occasion d’une action de politique générale, comme pour les États-Unis ou l’URSS, soit le prétexte d’un mouvement particulier, cas d’Israël en octobre. Les Américains se trouvent quant à eux dans l’obligation de considérer à la fois la lutte avec l’Union soviétique pour la clientèle des pays du Tiers-monde, et leurs rapports avec les alliés français et anglais, tout au long de l’affaire de Suez. Mais il reste que sur la question de la gestion du canal, seuls ces derniers s’opposent de front à l’Égypte et, comme elle, accordent à sa solution une importance capitale.

9Au lendemain de la nationalisation de la vieille Compagnie du canal, le 26 juillet 1956, les gouvernements du Royaume-Uni et de France réagissent très vivement et adoptent une position claire et radicale. Pourtant la crise de Suez va, au travers de plusieurs étapes diplomatiques, s’étendre sur environ trois mois avant la collision armée en novembre. D’abord, des conversations réunissent Anglais, Français et Américains à Londres du 29 juillet au 2 août, qui font apparaître la tiédeur des derniers, et qui aboutissent à la décision de convoquer une conférence des pays intéressés à l’avenir du canal. Cependant Londres et Paris effectuent parallèlement, de concert, des préparatifs militaires, plans d’intervention en Égypte et mouvements d’hommes et de matériel. La première conférence de Londres qui, du 16 au 23 août, regroupe 22 puissances utilisatrices du canal au plan maritime ou commercial, accepte par une majorité de 18 voix le projet américain pour la mise en place d’une administration internationale de la voie d’eau. Par la suite, les mandataires de cette conférence, conduits par le Premier ministre australien, Robert Menzies, tentent, dans la première décade de septembre, de convaincre le gouvernement Nasser de se conformer aux exigences des Dix-huit. Ils se heurtent alors au refus égyptien d’aliéner, en quoi que ce soit, la souveraineté nationale. Durant ces six premières semaines de la crise, les Britanniques et les Français semblent avoir réussi à insuffler à leur grand allié d’outre-Atlantique leur détermination et à recueillir un large appui international, mais leur succès n’est qu’apparent.

10Avec l’échec de la Mission Menzies et le retrait des pilotes européens du canal s’ouvre une seconde phase dans la crise de Suez. En deux semaines, la position de la France et du Royaume-Uni connaît une détérioration considérable. D’une part, les États-Unis écartent de façon non équivoque l’éventualité d’employer contre l’Égypte la coercition militaire ou même, économique. D’autre part, la Deuxième conférence de Londres qui, du 19 au 22 septembre, rassemble les dix-huit États ralliés en août au plan américain, montre l’isolement des deux puissances européennes. Londres et Paris ont espéré la création d’un syndicat de nations, instrument de pression politique et financière contre le gouvernement égyptien, et organe futur de gestion du canal. Or le plan d’association des pays usagers de la voie maritime de Suez, issu de la Deuxième conférence, laisse les adhérents totalement libres de leur attitude à l’égard de l’Égypte. En fait, les États-Unis et la majorité des autres participants à cette seconde réunion voient dans l’Association des Usagers du Canal de Suez un outil provisoire, non seulement de négociation mais aussi de coopération avec le Caire. Après cet insuccès marqué, Français et Anglais décident, le 23 septembre, de recourir au Conseil de Sécurité des Nations unies.

11Le recours au Conseil de Sécurité ouvre la dernière étape de la crise de Suez avant le conflit armé auquel les puissances de cette nouvelle « entente cordiale » participent à partir du 31 octobre (Israël envahit le Sinaï dès le 29). Cette période recouvre deux développements distincts : du 5 au 12 octobre se déroulent à New York des débats publics, suivis de discussions privées, entre Français, Britanniques et Égyptiens, sous l’autorité du Conseil de Sécurité, en vue de trouver un accord éventuel sur la gestion du canal ; puis lors des réunions de Sèvres, du 22 au 24 octobre, se noue entre la France, la Grande-Bretagne et Israël, une alliance qui débouche sur l’attaque de ce dernier pays contre l’Égypte. Deux jours après le début des hostilités, le 30 octobre, un ultimatum franco-britannique somme Israéliens et Égyptiens de se retirer en deçà de 10 milles de chaque côté du canal. Le refus des seconds entraîne le lendemain le bombardement par l’aviation anglaise des aérodromes égyptiens, début de l’intervention militaire anglo-française.

12Au cours de son évolution, le conflit de Suez traverse donc des stades bien différents au point de vue diplomatique. À partir de septembre, la situation des Français et des Anglais au sein du concert des nations se dégrade constamment. Parallèlement au cours de plus en plus malaisé que prennent les rapports anglo-américains, l’entente franco-britannique même tend à se relâcher. Enfin l’intervention tardive d’Israël comme associé des deux puissances européennes, constitue un développement particulièrement intéressant, car pendant deux mois et demi, elles ont rigoureusement tenu à l’écart l’État hébreu. On note également que leur action prend à ce moment l’aspect d’une conspiration, fait difficile à expliquer du point de vue de la politique menée sur la scène internationale par les deux nations depuis la nationalisation. Il semble que l’on assiste en novembre à une surprenante et anachronique manifestation des impérialismes anglais et français, qui reviennent à l’usage de la canonnière.

Les décisions françaises et anglaises dans la crise : témoignages et interprétations

13Les rebondissements diplomatiques de la crise de Suez, puis l’affrontement militaire de novembre 1956 qui met aux prises quatre États, ont aiguillé l’analyse historique vers une explication des décisions britanniques et françaises fondée principalement sur la politique étrangère. Les récits ou témoignages, qui en général insistent sur cet aspect, s’en sont trouvés d’une certaine manière confirmés. Ainsi a-t-on mis en avant cinq éléments de politique extérieure pour interpréter les choix des gouvernements du Royaume-Uni et de la France dans l’affaire du canal : les échecs successifs de la politique anglaise au Moyen-Orient ; les conséquences économiques directes de la nationalisation de la Compagnie Universelle du Canal (mainmise égyptienne sur une grande société européenne et contrôle de la route du pétrole) ; l’aspect psychologique de la crise ; les relations, du point de vue français, entre Suez et l’Algérie ; la volonté des dirigeants français d’empêcher l’anéantissement de l’État d’Israël par l’Égypte.

La politique arabe du Royaume-Uni et Suez

  • 7 Jean Houbert, Suez et la politique d’Anthony Eden au Moyen-Orient, thèse de science politique dacty (...)
  • 8 Par exemple, Robert R. Bowie, Suez, 1956, Londres, Oxford UP, 1974, p. 18.
  • 9 Joseph Frankel, British Foreign Policy, 1945-1973, Londres, Oxford UP, 1975 p. 133. Matthew A. Fitz (...)

14Si la France partage à l’été 1956 les préoccupations anglaises à l’égard de l’Égypte du colonel Nasser, l’Angleterre, toujours présente au Moyen-Orient, fait face depuis plusieurs années au problème grave que lui pose l’affirmation grandissante du nationalisme égyptien. Pour cette raison, le Cabinet anglais aurait tenté, à la faveur de l’affaire de Suez, d’éliminer le régime nassérien pour redresser sa politique arabe, désastreuse7. L’hostilité et la crainte à l’égard de Nasser, remarquent certains auteurs, s’accroissent durant la période qui précède la crise, à chaque événement, négociation de l’Accord de 1954, achat d’armes tchécoslovaques, renvoi de Glubb et tractations pour le financement du barrage d’Assouan. Or en 1956, comme la position anglaise se trouve menacée à lechelle du Moyen-Orient, Londres entend tenir Nasser en échec de crainte qu’il ne domine la région et ses sources de pétrole8. Les hommes d’État anglais au pouvoir en 1956 appuient dans leur version des faits ce point de vue. Par exemple, tant Harold Macmillan que Selwyn Lloyd, respectivement Chancelier de l’Échiquier et secrétaire au Foreign Office d’Eden, appuient ce point de vue dans leurs récits personnels. Ils attribuent au chef égyptien des buts et des ambitions démesurées, à la base de sa politique arabe et de sa lutte contre les puissances occidentales. Bien entendu, on s’accorde généralement à souligner l’inquiétude anglaise devant la pénétration soviétique au Moyen-Orient9.

La nationalisation de la Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez et les intérêts français et britanniques au Moyen-Orient

  • 10 Bowie, op. cit., p. 3.
  • 11 François Charles-Roux, « Le coup de Suez », La Revue de Paris, octobre 1956, p. 25.

15Du point de vue le plus étroit, la nationalisation pose le problème de la disparition d’une société mixte à capitaux en majorité anglais et français, mais juridiquement égyptienne et sujette aux lois du pays en vertu de l’Acte de concession de 1856. Cependant, à Paris comme à Londres, on met en relief la constitution de la Compagnie Universelle selon les lois françaises, l’emplacement de son siège social dans la capitale française et les privilèges légaux de la compagnie relatifs au contrôle des changes égyptien et la nature multinationale de son conseil d’administration10. Et puis il s’agit, selon l’expression de François Charles-Roux, son directeur, d’une « institution de caractère international assurant un service international »11.

  • 12 G. Meyer, « Le problème de Suez », Revue Politique et Parlementaire, CCXX, octobre 1956, p. 116.
  • 13 Jacques Julliard, La IVe République, Paris, Calmann-Lévy, 1968, p. 203-204.
  • 14 « Some Financial Aspects of the Suez Crisis », World Today, vol. 12, n° 10, octobre 1956, p. 388-38 (...)

16La modalité de la nationalisation suscite un second motif d’opposition. En l’absence de négociation préalable, il s’agit d’une saisie par le gouvernement égyptien des biens de ressortissants étrangers. L’indemnisation des actionnaires n’a fait l’objet d’aucun arbitrage et, de toute manière, les adversaires de la nationalisation refusent d’accorder foi à l’engagement égyptien de racheter les actions de la compagnie au cours officiel atteint le 25 juillet. Ils affirment que l’action égyptienne, de nature politique, ne tire aucune « légitimité » de la confrontation entre « l’intérêt national et l’intérêt privé »12. Certains historiens français, critiques à l’égard de la politique conduite par les leaders de la SFIO (Section Française de l’Internationale Ouvrière), considèrent comme l’un des mobiles du gouvernement Mollet dans la crise, la volonté de protéger les actionnaires de la Compagnie13. Cependant, non seulement l’Égypte s’engage au rachat des actions, mais le Conseil de Sécurité enlève le principal objet de litige entre l’ancienne compagnie du canal et les autorités du Caire, lorsqu’il confirme la première dans la possession de ses considérables avoirs à l’étranger. Enfin, les hommes d’État occidentaux qui accusent le gouvernement Nasser d’avoir des objectifs extrêmes, sans lien avec le problème du canal, ne peuvent ignorer l’avantage pour l’Égypte, si pauvre, de percevoir directement et en totalité les revenus du canal, qui comprennent en 1955 environ 8,7 milliards de francs en gains nets14.

  • 15 Alfred Grosser, La IVe République et sa politique extérieure, Paris, Armand Colin, 1967, p. 369-370
  • 16 Jacques Georges-Picot, La véritable crise de Suez, Paris, Éd. de la Revue Politique et Parlementair (...)
  • 17 The Economist, 20 octobre 1956, p. 210.
  • 18 « Tous perdants dans l’affaire de Suez », Revue Politique et Parlementaire, CCXX, octobre 1956, p.  (...)

17Au reste, tandis qu’en Grande-Bretagne le capital de la compagnie appartient à l’État, il se répartit en France entre environ 100 000 petits porteurs bien peu en mesure d’influencer directement les gouvernants15. Les pouvoirs publics des deux pays semblent avoir tenu à l’écart, laissés « dans l’isolement », selon le Président Jacques Georges-Picot, les administrateurs de la société concessionnaire, consultés pour les seules questions techniques16. Cette indifférence relative cause même à l’époque la protestation de The Economist, journal important des milieux d’affaires anglais, qui réclame une « affirmation plus vigoureuse » des droits de la Compagnie Universelle à « une pleine indemnisation et à un règlement juste et clair »17. La question plus large des intérêts des deux pays en Égypte n’intervient pas dans la crise de Suez si ce n’est comme élément modérateur pour les Français, dont les avoirs et la présence culturelle en sol égyptien sont importants18.

  • 19 Lloyd, op. cit., p. 180.
  • 20 Anthony Eden, Mémoires, Paris, Plon, 1960, J.R. Weiland trad., p. 486. Eden reprend ici les termes (...)
  • 21 Christian Pineau, 1956 : Suez, Paris, Laffont, 1976, p. 73.

18Enfin, les dirigeants de cette nouvelle « entente cordiale » affirment à l’unisson que le contrôle acquis par l’Égypte sur le canal, artère vitale du commerce entre l’Occident et l’Orient, voie de communication primordiale pour le Commonwealth et pour l’acheminement des hydrocarbures du golfe Persique, représente une menace stratégique inadmissible : les nations européennes se verraient soumises au chantage du Caire. Ainsi Selwyn Lloyd maintiendra-t-il que « l’idée de laisser à Nasser la capacité d’agir sur les relations maritimes et les approvisionnements en pétrole [de la Grande-Bretagne] était intolérable »19. La position d’Eden au Parlement repose d’ailleurs, dès le début de la crise, sur le principe que son gouvernement ne laissera pas le canal « sous le contrôle d’une seule puissance »20. Pineau, ministre français des Affaires étrangères, évoque le cas des navires israéliens, interdits de circulation dans le canal depuis 1948, pour justifier des craintes analogues21. Plus concrètement, à Londres comme à Paris, l’on fait état du danger d’une augmentation déraisonnable, voire discriminatoire, des droits de péage, et d’une éventuelle détérioration du canal.

  • 22 Houbert, op. cit., p. 107, 264 et 322 ;.

19Il faut surtout retenir du procès d’intention et de l’assimilation de la nationalisation à une violation de la Convention de 1888 sur la liberté de passage dans le canal, leurs rôles d’armes au plan international et d’instruments pour le discours politique à l’intérieur du Royaume-Uni et de la France. Si certains historiens tiendront pour véritables ces craintes et légitimes ces attitudes des dirigeants des deux pays, d’autres considéreront presque impossible la fermeture du canal, dans le contexte international de 1956. Ils noteront au reste que les armateurs britanniques n’ont, en août, aucun souci quant à l’attitude future de la nouvelle Autorité égyptienne du canal22. Et d’ailleurs, les Anglais n’ont-ils pas, en 1954, renoncé à la fiction selon laquelle ils protègent la voie maritime de Suez, déjà sous contrôle égyptien ainsi que le prouve le blocus pratiqué à l’endroit des bateaux israéliens.

  • 23 The Economist revue proche des milieux d’affaire anglais, favorable à une attitude modérée dans la (...)

20En fait, l’intérêt de l’Égypte et de ses gouvernants exige la rentabilité maximale du canal et donc le maintien, voire l’accroissement du trafic. Au demeurant, les déclarations et les concessions du Caire, qui, en octobre à New York, accepte les six principes établis par la Première conférence de Londres, révèlent le désir d’en arriver à un compromis satisfaisant pour les usagers du canal23. Ces six principes comprennent : la liberté de transit sans discrimination ; la définition des tarifs et frais de passage par accord entre les usagers et l’autorité égyptienne ; l’attribution d’une proportion équitable des revenus du canal à son développement ; le recours à l’arbitrage en cas de litige entre l’ancienne compagnie et l’Égypte ; le respect de la souveraineté égyptienne ; la gestion du canal sans relation avec la politique d’aucun pays. Donc, lors des discussions de New York, l’insistance des Britanniques et des Français sur la gestion internationale du canal témoigne d’une intransigeance sans rapport avec les fondements proclamés de leur action.

  • 24 Cf., notamment, C.M. Woodhouse, British Foreign Policy since The Second World War, Londres, Hutchin (...)
  • 25 On note que le journal conservateur, The Daily Telegraph, qui brandira plus tard la menace d’une as (...)
  • 26 Frankel, op. cit., p. 134.

21L’argument selon lequel le pétrole constitue la « considération cruciale » du point de vue anglais, appelle trois remarques24. D’abord, l’Égypte n’appartient pas au groupe des producteurs importants, mais elle tire une large part des revenus du canal de la circulation des pétroliers. Ensuite, elle ne pourrait pas conserver de bonnes relations avec les pays du golfe Persique, en particulier avec son alliée, l’Arabie Saoudite, si elle entravait le transit des hydrocarbures. Enfin et surtout, l’assertion d’Eden selon laquelle son Cabinet et lui-même voient dans une victoire de Nasser dans cette affaire, un exemple propre à susciter des revendications extrêmes des États moyen-orientaux sur les champs pétrolifères, se défend malaisément25. Déjà un précédent, nettement plus valable, existe : celui d’Abadan où l’on a constaté du reste les sérieuses difficultés auxquelles s’est exposé l’Iran dans son conflit avec la Grande-Bretagne26. Dans les années 1950, tant la concurrence entre les pays producteurs que le contrôle des circuits de distribution par les grandes sociétés occidentales jouent en faveur des nations importatrices de pétrole.

Le complexe de Munich et Suez

  • 27 Houbert, op. cit., p. 20. Tandis que Paul Johnson, dans The Suez War, Londres, McGibbon & Kee, 1957 (...)
  • 28 C.J. Bartlett, A History of Post-War Britain, 1945-1974, New York, Longmans, 1977, p. 132.
  • 29 Pineau, op. cit., p. 86, et entretien accordé à l’auteur le 19 avril 1988.

22De l’analogie développée en 1956 entre la crise de Suez et les événements des années 1930, comme entre Nasser et les dictateurs européens d’entre les deux guerres mondiales, découle la thèse qu’un état d’esprit particulier, le complexe de Munich, affecte le jugement et les choix des dirigeants anglais et français après la nationalisation de la compagnie du canal27. Revivant en quelque sorte les événements de 1938, Eden aurait refusé un nouveau « Munich »28. De son côté, Guy Mollet aurait vu dans la nationalisation un événement comparable à l’invasion de la Pologne en 1939. Le président du Conseil se serait cru « dans une situation, toutes proportions gardées, similaire à celle de 1940 », avec un nouvel Hitler, Nasser, dont La Philosophie de la Révolution est le Mein Kampf29. Globalement, Joseph Frankel exprime bien l’importance du « complexe de Munich » dans l’historiographie traditionnelle :

  • 30 Frankel, op. cit., p. 133-134.

« [En 1956 prévaut au Royaume-Uni] un brouillard d’interprétations inexactes et d’images fausses de l’Égypte. Clairement l’action à Suez fut erronée à tous points de vue. Cela peut être largement expliqué en termes de dispositions psychologiques, de perceptions incorrectes et par l’absence d’un calcul rationnel et clair des meilleurs moyens de préserver les intérêts en jeu »30.

  • 31 Grosser, op. cit., p. 369.
  • 32 L’Histoire, n° 38, octobre 1981 (dossier sur la crise de Suez) : Michel Winock, « Suez et le comple (...)
  • 33 Cf. par exemple, The Economist, 22 septembre 1956, p. 939.
  • 34 D’emblée certains observateurs dénoncent l’utilisation du discours anti-munichois. Cf. par exemple, (...)

23Du côté français, des historiens tels qu’Alfred Grosser ou Guy de Carmoy rejoignent leurs collègues anglais lorsqu’ils mettent en avant le « jeu des passions », lié aux réminiscences sur Munich31. Michel Winock et Pierre Milza, qui réaffirment l’importance du complexe munichois, observent pourtant que, grâce à l’équivalence proclamée entre Nasser et Hitler, on obtient en 1956 « une justification morale et un slogan mobilisateur lourds de pesanteur historique »32. Malgré l’hostilité de certains milieux, notamment tory et socialiste français, à l’égard du régime militaire du Caire, peut-on vraiment croire que le Premier ministre britannique, le président du Conseil français et ses principaux collègues aient à quelque moment confondu Nasser avec Hitler, ou l’Égypte, très pauvre, économiquement sous-développée et dotée d’une armée médiocre, avec l’Allemagne nazie ? D’ailleurs, l’opinion informée, lorsqu’elle se veut indépendante du pouvoir politique, ne semble aucunement affectée par le « complexe de Munich »33. Ne peut-on pas simplement imaginer que le discours anti-munichois, que l’argument du danger néo-hitlérien ou panarabe, servent, à des fins de politique internationale et intérieure, de moyens d’action sur l’opinion publique, et de fondements à une attitude extrémiste34 ? Ainsi l’historien anglais Robert Skidelsky observe-t-il non sans sévérité que :

  • 35 Robert Skidelsky, « Lessons of Suez », The Age of Affluence, 1951-1964, V. Bogdanor et R. Skidelsky (...)

« Le recours à l’approche psychologique en vogue à une certaine époque, sert à compenser un manque d’approche critique dans l’examen des arguments avancés en 1956 pour expliquer la politique britannique dans la crise de Suez »35 ?

Suez : un prolongement de la guerre d’Algérie ?

  • 36 Jacques Fauvet, La IVe République, Paris, Fayard, 1959, p. 409. Jacques Bayens, représentant du Qua (...)
  • 37 Lloyd, op. cit., p. 80. On examinera ultérieurement la question de l’aide égyptienne à la rébellion (...)
  • 38 Pineau nie avoir « établi un lien étroit » entre conflit algérien et politique égyptienne (op. cit.(...)
  • 39 Merry et Serge Bromberger, Les secrets de l’expédition d’Égypte, Paris, Éd. des Quatre-fils-Aymond, (...)

24Pour la majorité des observateurs, un lien direct existe entre l’expédition de Suez et le problème algérien. Jacques Fauvet, responsable des affaires politiques au Monde en 1956, exprimera deux ans plus tard cet avis répandu et largement accepté : « c’est au Caire que Monsieur Guy Mollet pense trouver les clefs de la paix en Algérie »36. Au reste, les dirigeants français eux-mêmes justifient en ces termes leur attitude à l’égard de l’Égypte, devant leurs associés anglais37. Curieusement pourtant, certains dirigeants français, tels que Pineau et Abel Thomas, directeur du cabinet du ministre de la Défense nationale, se défendront d’avoir escompté l’obtention en Égypte d’un gain décisif par rapport à l’Algérie38. Mais, dans un livre à l’évidence documenté et inspiré par le ministère de la Guerre, les frères Bromberger accusent sans ambages Nasser de mener en Algérie une guerre contre la France, et assimilent l’action armée de novembre 1956 à une riposte française. D’abord reprise par des spécialistes de la politique étrangère, tels que de Carmoy ou Bowie, cette affirmation reste toujours valable, après presque un demi-siècle, aux yeux de nombreux historiens39.

  • 40 La question de l’aide égyptienne à la rébellion algérienne fera l’objet d’un examen ultérieur à la (...)

25On se limitera pour l’instant à la constatation que l’origine variée des armes prises au Front de Libération Nationale (FLN) infirme l’assertion que Nasser, par son soutien matériel aux rebelles, empêche la pacification de réussir40. Assurément, l’action égyptienne, largement grossie par certains groupes en France, peut difficilement être invoquée comme cause principale de l’attitude française dans la crise de Suez. Du reste, Pineau et Thomas le nient, non sans contradiction avec leur exagération sur les moyens et les ambitions de Nasser. En 1956, la thèse du panarabisme égyptien, subversif et conquérant, à l’œuvre en Afrique du Nord, nourrit un discours public, pour une bonne part officiel, outrancier et irréel, et elle a une valeur essentiellement politique, comme instrument de propagande. Elle rend compte de la dégradation de la situation en Algérie dans un premier temps, puis donne à l’action française durant la crise de Suez une dimension de « légitime défense » devant l’opinion internationale et domestique. Le rapport direct établi entre la guerre d’Algérie et la politique égyptienne de Mollet, vu sous l’angle stratégique ou militaire, ne repose sur aucun fondement solide. Justification à l’époque de Suez, l’analyse historique n’aurait dû le retenir que comme élément circonstanciel.

Crise de Suez et sauvetage d’Israel

  • 41 Pineau, op. cit., p. 76.
  • 42 M. et S. Bromberger, op. cit., p. 11.
  • 43 Bowie, op. cit., p. 27 ; Grosser, op. cit., p. 370 ; Ferro, op. cit., p. 57. Milza, s’il ne confère (...)
  • 44 Michel Bar-Zohar, Suez ultra-secret, Paris, Fayard, 1964, p. 88.
  • 45 Ni Grosser (op. cit., p. 370), ni A. Thomas (op. cit., p. 131) ne fournissent de fondement sérieux (...)
  • 46 Pour une évaluation des moyens militaires de l’État hébreu et de ses voisins, consulter Le Monde di (...)
  • 47 M. et S. Bromberger, op. cit., p. 57 et 91.
  • 48 Moshe Dayan, Journal de la campagne du Sinaï, Paris, Fayard, 1966, p. 42-43. Le général note égalem (...)
  • 49 Paul Ély, Mémoires, t. II. Suez..., le 13 mai, Paris, Plon, 1969, p. 125-126.

26Plusieurs historiens, généralement français, placent au premier rang des motifs de l’action militaire française dans la zone du canal de Suez la volonté de préserver Israël de l’anéantissement par une Égypte belliciste et supérieurement armée par l’Union soviétique. Cette idée émane du cercle gouvernemental français. Dans son récit personnel, Pineau, après avoir insisté sur le danger stratégique constitué par la mainmise de Nasser sur le canal, met curieusement l’emphase sur le problème israélien : « la question qui devait devenir déterminante [était] celle d’Israël » dont « la France ne pouvait admettre la disparition »41. Abel Thomas base sa version de l’affaire sur la même idée dans un livre fortement apologétique au titre significatif : Comment Israel fut sauvé. Naturellement, Merry et Serge Bromberger placent eux aussi la crainte d’une élimination d’Israël parmi les considérations majeures des Français42. Tant Bowie que Grosser relèvent l’importance de la sympathie française à l’égard de l’État hébreu et beaucoup plus tard, Marc Ferro imputera aux ministres français le sentiment qu’Israël est « une nouvelle Tchécoslovaquie » menacée43. Michel Bar-Zohar rétablit dans une certaine mesure la perspective réelle de l’entente franco-israélienne lorsqu’il rappelle que cet « apparentement s’attirait les faveurs des défenseurs de l’Algérie française » et que « l’aide à Israël devait lui permettre d’écraser Nasser », de « couper ainsi la tête de la rébellion [algérienne] »44. On doit aussi garder à l’esprit que l’association de 1956 entre Israéliens et Français résulte, du côté des seconds, essentiellement de l’action du ministère de la Guerre et non pas du Quai d’Orsay ou de la présidence du Conseil. Et puis un nouveau conflit pouvait-il, en 1956, déboucher sur la disparition de l’État israélien, menacé d’anéantissement, notamment en raison des fournitures d’armement tchécoslovaque à l’Égypte45 ? L’examen des réalités militaires, fort bien connues des dirigeants français, et la rapide victoire israélienne infirment cette assertion46. Comme le rapportent M. et S. Bromberger, on sait à Paris l’infériorité de l’armée de Nasser et l’inutilité, faute de personnel compétent, d’une large part de son nouvel armement47. Moshe Dayan rappelle d’ailleurs que, dans ses discussions avec l’état-major français, le 1er septembre, il a exprimé sa « conviction [que...] même avec le matériel dont disposent [les Israéliens], [ils] pourraient, si la guerre éclatait entre l’Égypte et [Israël] battre son armée et prendre la péninsule du Sinaï en quinze jours »48. Au reste, la mission militaire française envoyée par le général Ély en Israël au début d’octobre revient avec une haute opinion des possibilités de l’armée du général Dayan, et confirme que les forces israéliennes peuvent atteindre le canal seules49. On doit conclure qu’au moment de la crise de Suez, Israël n’est pas menacé militairement. Lors de la guerre qu’il entreprend à la fin d’octobre 1956 contre son voisin égyptien, la couverture aérienne, bouclier contre des bombardements ennemis, plus l’aide en matériel, accordées par Paris, suffisent largement à assurer une victoire totale dans le Sinaï. La prise de Port-Saïd par la France et la Grande-Bretagne viendra surtout diminuer le prestige obtenu par Israël.

  • 50 Richard Lamb, The Failure of The Eden Government, Londres, Sidgwick & Jackson, 1987, p. iv.
  • 51 Keith Kyle, Suez, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1991. Kyle attribue aux dirigeants anglais une vi (...)
  • 52 Ibid., p. 174-175.
  • 53 Ibid., p. 144,147,188.

27Les rapports établis entre le problème du canal, la politique arabe d’Eden, les intérêts économiques anglais et français et la question de la sécurité d’Israël, ainsi que le lien entre guerre algérienne et expédition de Suez, reposent de façon claire, directe et étroite sur la thèse du « complexe de Munich ». Elle permet en effet d’imputer aux chefs des deux gouvernements associés des perceptions aberrantes à l’égard de Nasser et de son régime. Le facteur psychologique rend compte de l’attitude énergique, extrémiste même, d’un Eden ou d’un Mollet. Le premier peut alors croire la survie de son pays comme grande puissance, voire son existence même, menacée. Le second peut attribuer à Nasser des buts démesurés, qui vont de la constitution d’un empire afro-asiatique panarabe, avec pour étape première la destruction d’Israël, à la croisade contre l’Occident, en alliance avec l’Union soviétique. Le « complexe de Munich » doit être pourtant étudié et compris dans son contexte de 1956 et l’on aborde en ce cas un problème méthodologique lié à l’histoire des mentalités : pour que ce « complexe » ait existé, il faut que le discours politique corresponde aux convictions profondes des hommes d’État de l’époque. Faute de preuve et du fait de nombreuses indications contraires, il faut éviter de leur attribuer complaisamment un « schéma mental », que très tôt ils ont eux-mêmes avec habileté repris à leur compte et auquel s’attache naturellement un préjugé favorable. Le réflexe anti-munichois donne un poids et une rationalité qu’elle n’aurait pas autrement à une vision historique fort contestable. Ainsi, plus récemment, Robert Lamb est conduit, faute de dépasser le cadre de l’explication traditionnelle des choix successifs d’Eden dans l’affaire de Suez, à insister sur le fait que « les médicaments ont rendu défectueux son jugement durant les trois mois de tension [qui suivirent] la nationalisation du canal »50. Dans Suez, ouvrage paru en 1991, imposant tant par son volume que par l’étendue des sources consultées, Keith Kyle conserve les grandes orientations de ses devanciers. Il reprend en filigrane ou ouvertement leurs arguments essentiels, dont, en particulier, le rôle du complexe de Munich, en tant que facteur explicatif majeur des choix anglais et français dans la crise51. De ce fait, Kyle se trouve contraint par le moule de l’historiographie traditionnelle à ignorer le sens des revirements de la politique d’Eden, qu’il se borne à décrire. Il n’apporte pas non plus d’explication rationnelle sur l’évolution des buts de guerre avec les développements en apparence absurdes de la mi-octobre 195652. Et enfin, nombre d’autres questions, somme toute capitales, telles que le retrait des pilotes européens de la Compagnie du canal ou encore l’extraordinaire acceptation par Eden du plan d’action français avec les Israéliens ne peuvent donner lieu à une analyse satisfaisante53.

Orientation de la recherche

Une problématique nouvelle

28La faiblesse de l’interprétation classique oblige à sortir du domaine de la seule politique étrangère pour comprendre les décisions anglaises et françaises dans la crise de Suez. Bien entendu, cela n’équivaut pas à exclure les considérations de politique arabe des Anglais. La nationalisation de la Compagnie Universelle du Canal, opération de prestige, appelle une réplique déterminée, mais mesurée, de la diplomatie britannique. Rechercher une garantie internationale pour le libre passage dans le canal et une indemnisation adéquate pour l’ancienne société concessionnaire, outre que cela répond à la nécessité de diminuer l’impact politique de la nationalisation, constitue un objectif naturel et qui n’excède ni les capacités anglo-françaises ni les possibilités d’action au plan mondial. Le Cabinet anglais, tant qu’il paraît en faire le but de sa politique, jouit du soutien du Labour et du parti libéral. L’inquiétude des Français au sujet des retombées en Afrique du Nord, d’un succès de Nasser dans l’affaire du canal, ainsi que la sympathie à l’égard d’Israël et l’hostilité à l’égard de l’Égypte tiennent une place, mais sûrement moins grande qu’on ne le suppose, dans l’élaboration des décisions du Conseil des ministres : elles ont pu rendre plus acceptables certains choix, mais surtout, elles ont fourni une base justificatrice, en apparence cohérente, à la position extrême maintenue tout au long de la phase diplomatique précédant la guerre de novembre. Il convient d’examiner le « complexe de Munich » dans cette perspective. Sans doute la guerre d’Algérie se range-t-elle au premier rang des facteurs qui guident la politique égyptienne du ministère Mollet, mais ses rapports avec Suez ne sont peut-être pas directs, comme l’affirment ceux qui attribuent aux dirigeants français le dessein simpliste de mettre fin à la rébellion grâce à une victoire sur le canal. Tous les éléments explicatifs retenus jusqu’ici ne doivent-ils pas être subordonnés et greffés au phénomène plus profond et plus global des développements de politique intérieure en France et au Royaume-Uni ?

  • 54 Houbert, op. cit., p. 355-356 ; Hüsler, op. cit., p. 175-177.
  • 55 Anthony Nutting, No End of a Lesson : The Story of Suez, Londres, Clarkson N. Potter, 1967, p. 27.
  • 56 David Carlton, Anthony Eden : A Biograplry, Londres, Allen Lane, 1980, p. 441. Hugh Thomas note lui (...)
  • 57 Monica Chariot, « Défaites et démissions : les Premiers ministres britanniques depuis 1945 », Relat (...)

29Certains ont parfois noté l’influence des problèmes domestiques sur la politique d’Eden dans la crise de Suez, mais l’ont reléguée au second plan54. Dans son récit, Anthony Nutting, alors ministre d’État au Foreign Office, lie directement la survie politique du Premier ministre à la nécessité de contrecarrer l’action de Nasser55. David Carlton, dans sa biographie très critique d’Eden, conclut que les mesures finalement prises pour renverser Nasser « furent probablement les soubresauts d’un politicien soumis à d’intolérables pressions domestiques »56. Cependant, Nutting et Carlton, s’ils mettent au premier plan la personnalité et le rôle d’Eden, aux prises avec ses problèmes de politique intérieure, ne fournissent pas pour autant d’analyse globale qui démontrerait l’interaction décisive entre facteurs internes et politique étrangère du Cabinet britannique, en exposant son mécanisme. Comme l’explique Monica Chariot, la très large latitude d’un Premier ministre anglais a pour corollaire sa « responsabilité immédiate et directe » devant le parti et le pays. Ainsi, l’humiliation ressentie par les tories et le pays devant le désastre de Suez a-t-elle précipité la chute d’Eden57.

  • 58 Love, op. cit., p. 446.
  • 59 A. Thomas, op. cit., p. 145-146. Pineau, op. cit., p. 153, donne pour l’une des causes de l’expédit (...)
  • 60 « Tour d’horizon politique », Revue politique et parlementaire, CCXX, octobre 1956, p. 212.

30L’action des gouvernants français dans l’affaire de Suez n’a pas non plus été étudiée sous l’angle de ses rapports avec la politique intérieure, malgré quelques indications très nettes en ce sens. Pour justifier l’intransigeance française durant les négociations de New York, Bourgès-Maunoury, ministre de la Défense en 1956, déclare « qu’un accord pourrait avoir causé la chute immédiate de Mollet »58. Son proche collaborateur, Abel Thomas, décrit l’évolution du différend égyptien comme « un engrenage »59. Un observateur n’affirme-t-il pas en octobre 1956, dans la Revue politique et parlementaire, que « la question de Suez reste la pierre angulaire de la politique du Cabinet »60.

  • 61 Pierre Renouvin et J.B. Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, (...)

31Ce travail a pour hypothèse que la politique intérieure, au sens le plus large, influence de façon déterminante les choix anglais et français dans la genèse de l’expédition franco-britannique de novembre 1956. Les rapports entre politique étrangère et arrière-plan domestique ont donné lieu à peu d’études théoriques françaises ou anglo-saxonnes, mais l’on a relevé des cas concrets où leur rôle est capital. Ainsi, Pierre Renouvin et Jean-Baptiste Duroselle remarquent-ils que la guerre menée par Bismarck contre l’Autriche en 1866 devait servir à résoudre le conflit entre le Landtag et le Chancelier prussien. De façon plus nette encore, ils donnent pour cause principale de la conquête d’Alger en 1830 le dessein de permettre au Prince de Polignac de faire passer les Quatre Ordonnances destinées à étouffer les progrès des libéraux61.

  • 62 Arno J. Meyer, « Domestic Causes of the First World War », dans The Responsibility of Power, L. Kri (...)
  • 63 Ibid., p. 309-311.

32Arno J. Meyer a posé le problème des relations entre la politique intérieure des États européens et les guerres qui jalonnent leur histoire au XIXe et au XXe siècles. Dans cette perspective, selon Meyer, le déclenchement du premier conflit mondial fournit un sujet d’analyse fécond : il faut aller au-delà du champ de la diplomatie et vérifier si des considérations domestiques n’ont pas influencé les choix des responsables de la politique extérieure62. Les principaux vilains (coupables) de juillet-août 1914 n’appartiennent-ils pas à des groupes intéressés à la préservation du statu quo interne, voire à des « réajustements réactionnaires » ? À la même époque, en Grande-Bretagne, troubles ouvriers et problème irlandais créent une tension intérieure grandissante tandis qu’en France la loi sur le service militaire de trois ans et le projet d’impôt sur le revenu causent l’effacement des centres au Parlement63. Dans un essai intitulé Internal Causes and Purposes ofWar in Europe, 1870-1956 : A Research Assignment, Meyer propose aux chercheurs d’utiliser l’hypothèse de « la primauté de la politique intérieure dans les relations internationales », car :

  • 64 Arno J. Meyer, « Internal Causes and Purposes of War in Europe, 1870-1956 : A Research Assignment » (...)

« Sous les conditions de la politique des masses, [la] politisation à deux tranchants de la diplomatie est intimement liée ou greffée à l’élaboration, également politisée, de la politique étrangère. En période d’instabilité à la fois interne et externe, cette politisation globale démontre que les relations internationales, guerres inclues, sont devenues une extension et un outil de la politique intérieure »64.

Méthodologie

  • 65 L’orientation de ce travail va dans un sens contraire à celle proposée par certains modèles récents (...)

33Cette étude sur la genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte repose sur l’idée que la politique extérieure d’un État, en plus de refléter la poursuite d’objectifs diplomatiques ou des réactions aux événements internationaux, subit l’influence, parfois déterminante, de la politique intérieure65. Il faut donc mettre en lumière les problèmes internes qui, fruits des développements culturels, sociaux et économiques au sein d’un État durant une période donnée, pèsent sur les décisions de politique étrangère.

  • 66 Jacques Freymond, « Note de lecture », « Influence des facteurs internes sur la politique extérieur (...)
  • 67 Pierre Gerbet, « L’influence de l’opinion publique et des partis sur la politique étrangère de la F (...)

34La recherche suit trois fils principaux : diplomatie, politique intérieure et décision dans le conflit avec l’Égypte. Mais, même si le lien entre évolution intérieure et politique extérieure concerne, comme le remarque Jacques Freymond, le « passé historique dans la longue durée », dans le cas présent la décennie d’après-guerre, cette thèse se concentre sur la « fluctuation particulière » de la politique intérieure en 1956 et, surtout, sur son interaction, à Londres et à Paris, avec l’affaire du canal66. L’analyse chemine de façon chronologique pour plus de clarté, mais traite au besoin certaines questions de façon thématique. Elle comporte deux volets, l’un, majeur, sur la décision britannique, l’autre, plus restreint, sur la décision française. Par nécessité, le second a une dimension moindre à cause des lacunes des archives françaises, inexistantes ou, en particulier dans le domaine militaire, interdites. Le premier volet aborde l’ensemble des éléments communs car, tout au long de la crise de Suez, le Royaume-Uni demeure le centre décisionnel le plus important du point de vue de l’action des deux pays, au plan international comme dans la préparation de l’intervention militaire projetée. Sans ignorer le contexte mondial, l’examen de la diplomatie privilégie les rapports anglo-américains et anglo-français afin de préciser la place de la politique étrangère dans les choix de politique égyptienne des gouvernements britannique et français. Les documents sur les contacts entre Washington et les deux capitales européennes, et sur la concertation entre ces deux dernières font donc l’objet d’un examen rigoureux. Les notes sur les discussions entre Américains, Anglais et Français, à l’occasion des grandes réunions internationales, complètent l’information consignée par les ambassades. Outre certains papiers des ministères des Affaires étrangères français et, surtout, anglais, les comptes rendus des réunions du Cabinet Eden et les archives de son chef fournissent les éléments d’une chronologie de la décision et éclairent les facteurs, causes et circonstances de son élaboration. Une exploration en profondeur des développements majeurs de la politique intérieure en France et au Royaume-Uni, dans les mois antérieurs à la nationalisation de la Compagnie du canal de Suez, met en évidence les rapports entre problèmes domestiques et affaire de Suez. Cela permet ensuite de démontrer l’interaction entre facteurs internes et décisions de politique étrangère. Schématiquement, l’analyse distingue cinq niveaux : l’opinion publique, l’opinion « informée », le Parlement, la vie interne des partis politiques et le jeu des personnalités qui forment le Cabinet67. Les archives publiques, les papiers personnels des dirigeants, les archives des partis politiques et les principaux journaux dans les deux pays, constituent les sources principales de la recherche, complétées bien sûr par les monographies et articles pertinents.

  • 68 Joseph Frankel, The Making of Foreign Policy. An Analysis of Decision Making, Londres, Oxford UP, 1 (...)
  • 69 Renouvin et Duroselle, op. cit., p. 319, 414-415.

35Diplomatie et politique intérieure constituent les deux fils conducteurs pour l’explication du cheminement des décisions anglaise et française durant la période qui précède le conflit armé de novembre. L’affaire de Suez est une crise, ce qui rend très important le facteur temps : les Cabinets britannique et français agissent sous pression, dans une situation qui change rapidement, de semaine en semaine. Dans ce cas, la conduite de la politique extérieure échappe au processus décisionnel normal, plus lent, plus réfléchi et plus assuré, qui comporte une évaluation à long terme des objectifs à fixer et des prévisions, globales et détaillées, des conditions futures que l’on rencontrera au plan international. La décision résulte, comme le note J. Frankel, d’une suite de choix qui présentent plus ou moins le caractère d’essais : cela se vérifie plus encore lors d’une crise68. Il convient donc de délimiter soigneusement chaque phase chronologique de la décision, de mettre en lumière pour chacune d’elles les causes des options retenues et de différencier dans ces dernières, contraintes diplomatiques ou domestiques, et fins poursuivies par les hommes d’État69. Il faut vérifier aussi la nature des objectifs adoptés, qui peuvent en fait représenter des moyens, en particulier de politique intérieure, ce qui rejoint le sujet essentiel de cet ouvrage.

36L’étude détermine enfin dans quel contexte on élabore la décision, au niveau institutionnel, principalement le Cabinet et les ministères des Affaires étrangères et de la Défense, ainsi qu’à celui des hommes politiques. Ainsi il devient possible de préciser comment est défini le problème de la nationalisation, les alternatives envisagées et la perception des buts désirables et des moyens disponibles. Dès lors apparaît la responsabilité relative des diverses équipes gouvernementales et des ministres, et l’on évalue à leur juste poids les facteurs idéologiques ou psychologiques pertinents. Cependant, contrairement aux liens entre diplomatie générale et politique égyptienne, les rapports entre cette dernière et la politique intérieure ne transparaissent que dans de très rares documents officiels : ceci oblige par conséquent, dans une large mesure, à établir « de l’extérieur » les correspondances significatives entre développements domestiques et décisions des hommes d’Etat anglais et français dans la crise de Suez.

Notes

1 Selwyn Lloyd, Suez 1956, Londres, Jonathan Cape, 1978, p. 36. Jacob Abadi, Britain’s Withdrawalfrom the Middle East, 1947-1971, Princeton, N J, Kingston P., 1982, p. 61-63 et 71.

2 Patrick Seale, The Strugglefor Syria, Londres, Oxford UP (University Press), 1965, p. 191.

3 Sherman Adams, First Hand Report, New York, Harper & Brothers, 1961, p. 248. Adams était l’un des conseillers du Président Eisenhower.

4 Anthony Eden, Full Circle. The Memoirs ofthe Rt. Hon. Sir Anthony Eden, Londres, Cassel, 1960, p. 334.

5 Angelo Hüsler, Contribution à l’étude de l’élaboration de la politique étrangère britannique, 1954-1956, Genève, Droz, 1961, p. 106, 113 et 115. Ainsi que l’explique Hüsler, la Grande-Bretagne dépend après 1945 des États-Unis pour maintenir son statut de puissance mondiale, que ce soit en Grèce, en Palestine ou même en Allemagne dans sa zone d’occupation.

6 Barry Rubin, « America and the Egyptian Revolution, 1950-1957 », Political Science Quarterly, n° 97, printempsl982, p. 73-90, passim.

7 Jean Houbert, Suez et la politique d’Anthony Eden au Moyen-Orient, thèse de science politique dactylographiée, Paris, 1967, p. 90, 262 et 264.

8 Par exemple, Robert R. Bowie, Suez, 1956, Londres, Oxford UP, 1974, p. 18.

9 Joseph Frankel, British Foreign Policy, 1945-1973, Londres, Oxford UP, 1975 p. 133. Matthew A. Fitzsimons, dans Empire By Treaty, Notre-Dame, Indiana, Notre-Dame U. Press, 1964, p. 191, observe que Nasser « porte un formidable coup » contre le système des traités de l’après-guerre élaboré par les Anglais au Moyen-Orient. On remarque enfin deux interprétations extrêmes, ingénieuses mais erronées, la première dans la durée et l’autre dans le cadre, de la politique des deux puissances européennes : Erskine B. Childers, The Road To Suez, Londres, McGibbon & Kee, 1962, p. 174 ; Henri Azeau, Le piège de Suez, Paris, Laffont, 1964, p. 110.

10 Bowie, op. cit., p. 3.

11 François Charles-Roux, « Le coup de Suez », La Revue de Paris, octobre 1956, p. 25.

12 G. Meyer, « Le problème de Suez », Revue Politique et Parlementaire, CCXX, octobre 1956, p. 116.

13 Jacques Julliard, La IVe République, Paris, Calmann-Lévy, 1968, p. 203-204.

14 « Some Financial Aspects of the Suez Crisis », World Today, vol. 12, n° 10, octobre 1956, p. 388-389.

15 Alfred Grosser, La IVe République et sa politique extérieure, Paris, Armand Colin, 1967, p. 369-370.

16 Jacques Georges-Picot, La véritable crise de Suez, Paris, Éd. de la Revue Politique et Parlementaire, 1975, p. 113. Hubert Bonin, Suez : du canal à la finance 1858-1987, Paris, Economica, 1987, p. 152.

17 The Economist, 20 octobre 1956, p. 210.

18 « Tous perdants dans l’affaire de Suez », Revue Politique et Parlementaire, CCXX, octobre 1956, p. 128-129. Le commentateur qualifie en octobre « la perte des droits de péage et l’atteinte au prestige de l’Occident » de « bagatelle » à côté du « capital intellectuel et financier » (centaines de milliards de francs) qui doit être « défendu par la diplomatie et non par des rodomontades et des violences ».

19 Lloyd, op. cit., p. 180.

20 Anthony Eden, Mémoires, Paris, Plon, 1960, J.R. Weiland trad., p. 486. Eden reprend ici les termes de sa position officielle exposée devant la Chambre des Communes sur la nationalisation de la Compagnie du canal.

21 Christian Pineau, 1956 : Suez, Paris, Laffont, 1976, p. 73.

22 Houbert, op. cit., p. 107, 264 et 322 ;.

23 The Economist revue proche des milieux d’affaire anglais, favorable à une attitude modérée dans la question égyptienne, observe à l’intention des alarmistes que l’intérêt du Président Nasser consiste à conserver « [et] son prestige et le canal, qu’il maintiendra donc dans un état correspondant aux critères de l’ancienne compagnie ».

24 Cf., notamment, C.M. Woodhouse, British Foreign Policy since The Second World War, Londres, Hutchinson, 1961, p. 135. En plus d’être spécialiste de la politique étrangère anglaise, Woodhouse était député conservateur et membre du Foreign Affairs Committee de son parti en 1956. Cette idée que le pétrole constitue l’une, sinon la plus importante, des considérations d’Eden durant la crise a été souvent reprise, même récemment (cf. par exemple Abadi, op. cit., p. 103). Guy de Carmoy, dans The Foreign Policies of France, 1944-1968, Chicago, Chicago UP, 1970, p. 51-54, attribue au gouvernement français la même crainte au sujet de l’approvisionnement en pétrole de l’Europe de l’Ouest et des répercussions de la nationalisation au Moyen-Orient.

25 On note que le journal conservateur, The Daily Telegraph, qui brandira plus tard la menace d’une asphyxie de la Grande-Bretagne, privée de pétrole moyen-oriental, durant la crise de Suez, affirmait sereinement en mars 1956 que « même si [le colonel Nasser] pouvait fermer le canal aux pétroliers et forcer le Liban et la Syrie à clore les pipelines [...] les sources majeures [d’hydrocarbures] seraient encore hors de son contrôle ». (éd. « Middle East Peace Endangered »).

26 Frankel, op. cit., p. 134.

27 Houbert, op. cit., p. 20. Tandis que Paul Johnson, dans The Suez War, Londres, McGibbon & Kee, 1957, p. 26, emploie l’expression Munich conditionned brain (cerveau conditionné par la crise de Munich de 1938), Frankel affirme que pour Eden, Nasser devint facilement un nouvel Hitler (op. cit., p. 133). Cf aussi ES. Northedge, dans Descent from Power : British Foreign Policy, 1945-1973, Londres, Allen & Unwinn, 1974, p. 139. Hugh Thomas dans son récit, Suez (New York, Harper & Row, 1966, p. 20), développe la même idée bien qu’il note l’origine française de l’analogie. On remarque enfin que cette thèse a été reprise avec force plus tard par Marc Ferro dans 1956 : Suez, Bruxelles, Éd. Complexe, 1982, p. 56-57.

28 C.J. Bartlett, A History of Post-War Britain, 1945-1974, New York, Longmans, 1977, p. 132.

29 Pineau, op. cit., p. 86, et entretien accordé à l’auteur le 19 avril 1988.

30 Frankel, op. cit., p. 133-134.

31 Grosser, op. cit., p. 369.

32 L’Histoire, n° 38, octobre 1981 (dossier sur la crise de Suez) : Michel Winock, « Suez et le complexe munichois », p. 9 ; Pierre Milza, « La relève des impérialismes au Proche-Orient », p. 13-14. On consultera aussi, dans un ouvrage plus récent, La France et l’opération de Suez de 1956, M. Vaïsse dir. (Paris, ADDIM, 1997), G. Elgey, « Le gouvernement français et l’intervention », p. 28-29, C.-R. Ageron, « L’opération de Suez et la guerre d’Algérie », p. 47-78, et enfin, M. Vaïsse, « Conclusion », p. 328.

33 Cf. par exemple, The Economist, 22 septembre 1956, p. 939.

34 D’emblée certains observateurs dénoncent l’utilisation du discours anti-munichois. Cf. par exemple, Notes of the Month : « The Suez Crisis and the London Conference », The World Today, vol. 12, n° 9, septembre 1956, p. 349.

35 Robert Skidelsky, « Lessons of Suez », The Age of Affluence, 1951-1964, V. Bogdanor et R. Skidelsky dir., Londres, Macmillan, 1970, p. 168-169.

36 Jacques Fauvet, La IVe République, Paris, Fayard, 1959, p. 409. Jacques Bayens, représentant du Quai d’Orsay auprès du commandement français à Chypre puis en Égypte, tient un raisonnement similaire dans son récit personnel, Un coup d’épée dans l’eau du canal, Paris, Fayard, 1976.

37 Lloyd, op. cit., p. 80. On examinera ultérieurement la question de l’aide égyptienne à la rébellion algérienne à la lumière des rares documents disponibles.

38 Pineau nie avoir « établi un lien étroit » entre conflit algérien et politique égyptienne (op. cit., p. 76). Dans Comment Israel fut sauvé : les secrets de l’expédition de Suez, Paris, Albin Michel, 1978, Abel Thomas écrit que le seul résultat envisagé d’une éventuelle « mise au pas de l’Égypte » aurait été une « accalmie rendant peut-être possibles les projets évolutifs » du gouvernement en Algérie (p. 24).

39 Merry et Serge Bromberger, Les secrets de l’expédition d’Égypte, Paris, Éd. des Quatre-fils-Aymond, 1957, p. 111. Ferro (op. cit., p. 58) et Milza (op. cit., p. 17-18) offrent, parmi d’autres, des exemples plus récents d’adhésion à la thèse d’un rapport déterminant et direct entre guerre d’Algérie et politique française dans la crise de Suez.

40 La question de l’aide égyptienne à la rébellion algérienne fera l’objet d’un examen ultérieur à la lumière des rares documents disponibles.

41 Pineau, op. cit., p. 76.

42 M. et S. Bromberger, op. cit., p. 11.

43 Bowie, op. cit., p. 27 ; Grosser, op. cit., p. 370 ; Ferro, op. cit., p. 57. Milza, s’il ne confère pas à l’agression de novembre le caractère d’une opération de sauvetage, attribue lui aussi à certains dirigeants la préoccupation d’assurer la survie d’Israël (op. cit., p. 20). Il faut souligner toutefois que de Carmoy, op. cit., ne retient pas cette idée.

44 Michel Bar-Zohar, Suez ultra-secret, Paris, Fayard, 1964, p. 88.

45 Ni Grosser (op. cit., p. 370), ni A. Thomas (op. cit., p. 131) ne fournissent de fondement sérieux à leur argument selon lequel Israël se trouve menacé dans sa survie même.

46 Pour une évaluation des moyens militaires de l’État hébreu et de ses voisins, consulter Le Monde diplomatique (mars 1956, p. 3) et le livre de Kenneth Love, Suez : The Twice-Fought War, New York, McGraw-Hill, 1969, p. 491-493. En soldats comme en armement, le potentiel militaire d’Israël, égal à la somme des forces dont disposent la Jordanie et l’Égypte, reste qualitativement supérieur. Au reste, la majeure partie de l’armement tchécoslovaque fourni à l’Égypte n’est pas opérationnel. Ainsi la supériorité de l’Égypte en nombre de blindés n’existe-telle que sur le papier.

47 M. et S. Bromberger, op. cit., p. 57 et 91.

48 Moshe Dayan, Journal de la campagne du Sinaï, Paris, Fayard, 1966, p. 42-43. Le général note également les buts « offensifs » de cette guerre : libérer le détroit de Tiran et nettoyer l’enclave de Gaza de ses fedayins, p. 33.

49 Paul Ély, Mémoires, t. II. Suez..., le 13 mai, Paris, Plon, 1969, p. 125-126.

50 Richard Lamb, The Failure of The Eden Government, Londres, Sidgwick & Jackson, 1987, p. iv.

51 Keith Kyle, Suez, Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1991. Kyle attribue aux dirigeants anglais une vision « anti-munichoise » de la crise, responsable, finalement, des errements de la politique égyptienne du Cabinet (p. 11). En outre, il prend au mot le message apocalyptique adressé par Eden le 6 septembre au président Eisenhower (p. 226). Enfin Kyle ne tient aucun compte des conditions très restrictives mises par Dulles à l’appui américain, au moment des discussions tripartites initiales, et sur la durée de ce soutien. Il ignore les divergences sur le communiqué conjoint du 5 août 1956 (ibid., p. 286-288).

52 Ibid., p. 174-175.

53 Ibid., p. 144,147,188.

54 Houbert, op. cit., p. 355-356 ; Hüsler, op. cit., p. 175-177.

55 Anthony Nutting, No End of a Lesson : The Story of Suez, Londres, Clarkson N. Potter, 1967, p. 27.

56 David Carlton, Anthony Eden : A Biograplry, Londres, Allen Lane, 1980, p. 441. Hugh Thomas note lui aussi, à l’occasion, l’influence de certaines données de politique intérieure, notamment au niveau du Cabinet anglais (pp. cit., passim).

57 Monica Chariot, « Défaites et démissions : les Premiers ministres britanniques depuis 1945 », Relations internationales, n° 37, printemps 1984, p. 97-109. On notera aussi la description pénétrante faite par M. Chariot du processus de cabale au moyen duquel une partie du Cabinet élimine le chef contesté. Dans British Government and Politics (Londres, Heineman, 1968, p. 11,114-115), R.M. Bennett établit que, sans compter Margaret Thatcher, sur neuf leaders tories, quatre ont été clairement chassés de leur poste par des pressions internes : le parti tory est implacable à l’égard de ses chefs qu’il considère avoir failli à la tâche.

58 Love, op. cit., p. 446.

59 A. Thomas, op. cit., p. 145-146. Pineau, op. cit., p. 153, donne pour l’une des causes de l’expédition « les pressions au gouvernement et au Parlement des anti-nasséristes », qui lient Égypte et Algérie.

60 « Tour d’horizon politique », Revue politique et parlementaire, CCXX, octobre 1956, p. 212.

61 Pierre Renouvin et J.B. Duroselle, Introduction à l’histoire des relations internationales, Paris, Armand Colin, 1964, p. 322-323. Jean-Baptiste Duroselle, « 1881 : L’année de la Tunisie », Relations internationales, n° 4, décembre 1975, p. 10 et 19 et Jean-Claude Allain, « 1911 : L’année du Maroc », ibid., p. 31 et 37.

62 Arno J. Meyer, « Domestic Causes of the First World War », dans The Responsibility of Power, L. Krieger et F. Strein dir., New York, Doubleday, 1969, p. 308.

63 Ibid., p. 309-311.

64 Arno J. Meyer, « Internal Causes and Purposes of War in Europe, 1870-1956 : A Research Assignment », Journal of Modem History, vol. 41, n° 3, September 1969, p. 298, 302-303. Cf ; aussi Pierre Guillen, « Opinion publique et politique étrangère en France depuis 1945 », Opinion publique et politique extérieure, t. III, 1945-1981, Université de Milan/École française de Rome, colloque du 17 au 20 février 1982 à Rome, École française de Rome, 1982, p. 74. L’auteur relève le cas de l’unité européenne comme illustration remarquable de l’interpénétration croissante des problèmes intérieurs et des affaires étrangères notamment après 1945, en France.

65 L’orientation de ce travail va dans un sens contraire à celle proposée par certains modèles récents développés en science politique et qui postulent en quelque sorte la primauté des relations extérieures sur la vie intérieure des États lorsqu’il s’agit d’expliquer leur comportement sur la scène internationale. Cf., par exemple, Miles Kahler, Decolonization in Britain and France, Princeton, Princeton UP, 1984.

66 Jacques Freymond, « Note de lecture », « Influence des facteurs internes sur la politique extérieure des États », Relations internationales, n° 4, décembre 1975, p. 183-184.

67 Pierre Gerbet, « L’influence de l’opinion publique et des partis sur la politique étrangère de la France », La politique étrangère et ses fondements, Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, n° 55, Paris, Armand Colin, 1954, p. 89. L’opinion informée ou « agissante », terme judicieusement choisi par Pierre Gerbet, se compose de minorités éclairées, intéressées aux relations extérieures de leur pays et formées de personnalités de tous milieux, de celui de l’université à celui du commerce.

68 Joseph Frankel, The Making of Foreign Policy. An Analysis of Decision Making, Londres, Oxford UP, 1963, p. 5 et 211.

69 Renouvin et Duroselle, op. cit., p. 319, 414-415.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search