Version classiqueVersion mobile

La genèse de l’expédition franco-britannique de 1956 en Égypte

 | 
Jean-Yves Bernard

Avant-propos

Texte intégral

1L’affaire de Suez a fait depuis 1956 l’objet d’une multitude de livres, récits ou études. Toutefois, depuis le début, jusqu’aux importants travaux historiques des années 1990, on a invariablement assigné à l’action du Royaume-Uni et de la France des mobiles principalement de politique étrangère, notamment la préservation par les Britanniques de leur empire informel dans le monde arabe et la volonté française d’abattre Nasser, soutien essentiel des rebelles algériens. L’intervention militaire franco-anglaise de novembre 1956 résulterait donc de la volonté des deux puissances de profiter de la crise ouverte par la nationalisation de la compagnie de Suez pour abattre leur ennemi commun, le régime nassérien.

2Pourtant, l’expédition d’Égypte constitue un retour apparent à la politique de la canonnière, d’un anachronisme criant à l’heure de la décolonisation. Et puis cette action militaire survient, après trois mois de manœuvres diplomatiques, dans un contexte international très défavorable. Sauf à imputer aux ministres français et anglais une vision totalement déformée de la crise, on cherche vainement une rationalité à leurs choix dans le domaine de politique extérieure. Version réduite d’une thèse de doctorat soutenue le 8 septembre 1995 à l’Université de Montréal, la présente étude a pour hypothèse de travail que les décisions britanniques et françaises trouvent leurs raisons essentielles non pas dans la politique étrangère, mais dans les politiques intérieures de la Grande-Bretagne et de la France.

3Je remercie chaleureusement mon directeur de thèse, le Professeur Trevor Burridge, de l’Université de Montréal, pour les conseils, les encouragements et, d’une façon générale, l’assistance inestimable, gentiment prodiguée, durant la longue préparation de cet ouvrage. J’exprime aussi une pensée reconnaissante à l’égard de feu le Professeur René Girault, de l’Université Paris I, pour son précieux concours.

4J’ai plaisir également à dire ma gratitude aux nombreuses personnes qui, de diverses façons, m’ont aimablement aidé, en particulier, les professeurs Anthony Adamthwaite, de l’Université de Californie à Berkeley, Samir Saul, de l’Université de Montréal et Robert Frank, de l’Université Paris I.

5Il me faut enfin remercier le Conseil de recherche du Canada ainsi que le British Council pour leurs subventions, essentielles pour la conduite des recherches. Cet ouvrage a été publié avec le concours du Conseil scientifique de l’Université Paris I et grâce à une subvention de la Fédération canadienne des sciences humaines et sociales, dont les fonds proviennent du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search