Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Halles

 | 
Jean-Louis Robert
, 
Myriam Tsikounas

Thierry Jonquet. Observateur du Forum

Texte intégral

1Entretien réalisé par Sébastien Le Pajolec

GESTATION DU PROJET

2Sébastien Le Pajolec : Comment devient-on scénariste d’un Cinq dernières minutes ?

  • 1 Auteur de romans policiers et comédien.

3Thierry Jonquet : Cela s’est déroulé très simplement, j’ai reçu un coup de téléphone de la direction de la fiction d’Antenne 2. Comme ils appréciaient mes romans, ils m’ont proposé d’écrire un téléfilm pour cette série. J’ai trouvé l’idée amusante. De plus, d’un point de vue professionnel, ce projet m’intéressait car il me permettait de travailler pour la première fois pour la télévision. Ma seule crainte concernait l’écriture des dialogues, c’est pourquoi j’avais demandé à Jean-Michel Dagory1 de collaborer avec moi.

4SLP : Aviez-vous des contraintes à respecter dans l’écriture du scénario

5TJ : Aucune. Bien sûr, il fallait qu’un meurtre ait été commis, que le commissaire Cabrol et l’inspecteur Ménardeau mènent l’enquête, et qu’ils trouvent le coupable dans les cinq dernières minutes. On m’avait donné quelques téléfilms en vidéo pour me familiariser avec l’univers de la série, mais je jouissais d’une liberté totale. Qu’il s’agisse des lieux ou de la structure de l’intrigue, rien ne m’a été imposé. C’était idyllique. À l’époque, je pensais que cette façon de travailler était commune à toute la télévision ; par la suite, d’autres expériences m’ont prouvé le contraire.

6SLP : Le scénario a-t-il subi des modifications au cours du projet ?

  • 2 Alors directeur de la fiction d’Antenne 2.

7TJ : Très peu. En fait, au bout de deux mois et demi, j’ai rendu à Antenne 2 une première version du script, j’ai passé une heure et demie avec Jean Capin2 pour lire le scénario. Ensuite, la production a laissé passer quelques mois avant de se préoccuper à nouveau du projet, j’ai alors procédé, en collaboration avec le réalisateur, à quelques réajustements techniques concernant l’intrigue. On peut donc dire qu’il y a eu deux versions du scénario, mais les changements entre les deux ont été minimes. Je crois qu’il s’agissait surtout de montrer plus de séquences en extérieur. Jean Capin craignait que l’on reproche à la série de trop rester à l’intérieur.

8SLP : Après vous avoir laissé une totale liberté. Antenne 2 a-t-elle été satisfaite du résultat ?

9TJ : Après la projection, Jean Capin m’a dit que ce n’était pas vraiment un Cinq dernières minutes mais que c’était très bien. Je crois qu’ils étaient contents parce que la série avait un petit côté vieillot qui les préoccupait ; ils pensaient que Hallali, avec le décor moderne du Forum des Halles et les deux jeunes filles comme personnages principaux, donnerait un coup de jeune aux Cinq dernières minutes.

LE FORUM DES HALLES

10SLP : Pourquoi avoir choisi de situer l’intrigue au Forum des Halles ?

  • 3 Thierry Jonquet a été éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (P.J.J.) de 1983 à 1987.

11TJ : Les Halles, c’est un quartier que je connaissais bien. Je m’y rendais souvent, notamment au Forum. Surtout, j’avais été frappé dans mon travail d’éducateur3 de la fascination que le Forum exerçait sur les jeunes. À cette période, beaucoup de gamins allaient zoner là-bas, de nombreux fugueurs s’y retrouvaient, et puis très rapidement des bandes s’étaient constituées. On avait voulu créer un immense centre commercial au cœur de Paris et ça drainait un tas de marginaux, c’était devenu ingérable. Il y avait donc toute une actualité autour du Forum, Les Halles étaient un quartier clairement identifiable, avec une faune typique qui fournissait la matière pour un scénario.

12SLP : Votre documentation provenait de votre expérience d’éducateur, mais l’aviez-vous complétée par des lectures ou une enquête ? Pensiez-vous, par exemple, au Ventre de Paris de Zola ?

13TJ : Pas du tout, je n’ai jamais pensé au roman de Zola ; j’avais vraiment gardé en mémoire l’image de ces jeunes qui venaient au Forum, attirés par l’éclat des magasins, et qui ne pouvaient rien y acheter. Par contre, plusieurs éléments du scénario reprenaient des faits racontés dans la presse - le sdf qui se fait passer pour un cadre, la scène du vol avec la technique de la pêche à la ligne, le squat dans la salle de cinéma. Aussi, je me souviens que Jean-Michel Dagory était allé chercher quelques informations au commissariat de la rue Pierre-Lescot mais, finalement, je ne crois pas que nous les ayons utilisées.

14SLP : En 1985, un autre téléfilm de la série des Cinq dernières minutes (Tilt) avait été tourné au Forum des Halles. Faisait-il partie de ceux que vous aviez visionnés ?

15TJ : Non, mais l’assistante de Jean Capin m’avait dit qu’avant Hallali d’autres téléfilms des Cinq dernières minutes avaient pour cadre le quartier des Halles. Elle avait souligné que, plus tard, la série pourrait sans doute servir de témoignage aux historiens car, suivant les films, on pouvait voir le quartier au temps où il y avait encore les Halles de Baltard, au moment du chantier, puis du Forum.

16SLP : À la vision de Hallali, on sent que vous avez attaché une grande importance à la description du quartier qu’arpentent les personnages. Comment avez-vous choisi les différents endroits où se déroule l’intrigue ?

17TJ : Comme je vous l’ai dit, c’est un quartier que je connais très bien, dès l’écriture du scénario tous les lieux de l’action étaient inscrits très clairement dans ma tête. J’ai amené le réalisateur sur place et je lui ai montré immeuble par immeuble les lieux de l’action. Par exemple, pour le bistrot « Chez Gaston », j’avais une idée très précise de l’endroit où il devait être situé.

18SLP : Ce souci de l’espace apparaît dès le début du téléfilm lorsqu’on assiste à la ronde pédestre de deux policiers, où l’un décrit à son collègue, qui vient d’être muté de province, les limites de leur secteur.

19TJ : Oui, c’était un artifice narratif. Ce personnage étranger au quartier représentait le public qui ne connaissait pas les Halles, il permettait au téléspectateur de se repérer. Pour moi, il était très important que dès les premières images on sache très bien où cela se passe.

20SLP : L’histoire se situe aussi bien aux abords immédiats du Forum que dans les petites rues du quartier, vous vouliez montrer une image globale des Halles ?

21TJ : Mais c’était un ensemble, la marginalité était présente dans tout le quartier. Il s’agissait d’un vaste espace où de nombreux jeunes, issus de classes sociales différentes, se donnaient rendez-vous. Dans ce territoire réputé être fortement criminogène, le jeu consistait à amener le maximum de personnages susceptibles d’être suspectés du meurtre à cause de leur marginalité, de leur originalité, et de montrer que finalement l’assassin n’avait rien à voir avec la faune du quartier.

22SLP : Concernant les séquences qui se déroulent au Forum, on est frappé par la rareté du nombre de scènes ayant pour cadre les galeries marchandes ; Le tournage du téléfilm aurait-il rencontré des oppositions de la part de la société gestionnaire du centre commercial ?

23TJ : Il est vrai que s’installer dans les galeries du Forum pour tourner un téléfilm pose un certain nombre de problèmes techniques. De plus, je crois qu’Antenne 2 préférait que l’action ait lieu autour du Forum, autant pour faciliter le tournage que pour faire prendre l’air aux deux policiers, afin d’aller contre leur image de pères tranquilles. De toute façon, développer l’intrigue dans ces zones commerciales ne m’intéressait pas ; je ne voulais pas faire du reportage, écrire quelque chose de sociologique. Toutefois, je crois me rappeler que la production avait eu des contacts avec l’association des commerçants du Forum, à l’époque ces derniers se battaient contre la mauvaise image du lieu. Mais, je n’ai pas de souvenir précis de ce qui avait alors été évoqué.

24SLP : Les rares scènes situées dans le Forum ont lieu la nuit. L’opposition entre les séquences de jour et celles de nuit était-elle importante pour vous ?

25TJ : Pour le réalisateur, sans doute était-il plus facile de tourner dans le Forum de nuit, mais pour moi cela n’avait pas grande importance, et je ne sais même plus si la distinction entre les moments diurnes et nocturnes était spécifiée dans le script. Je me souviens seulement qu’une scène, qui a finalement été abandonnée, devait avoir pour cadre le jardin à côté du Forum, dans lequel il y avait des arbres sculptés en forme d’animaux. J’avais songé à montrer ce décor de nuit pour susciter un climat inquiétant avec les ombres, mais on y avait renoncé car on n’avait pas trouvé de raccord avec l’intrigue.

26SLP : De l’esplanade au parking en sous-sol, en passant par la place Carrée et la salle de cinéma. Hallali se déroule sur plusieurs niveaux du Forum. Par cet étagement vouliez-vous suggérer une métaphore de l’enfoncement social de ces jeunes marginaux ?

  • 4 Le vigile qui se fait assassiner au début de Hallali s’appelle Mureni.

27TJ : Non, c’était plutôt réaliste, il s’agissait de restituer la dimension labyrinthique du Forum, du simple point de vue architectural. Moi-même, en m’y baladant, il m’est parfois arrivé de m’y perdre. Donc, je voulais juste signifier que c’était un vrai labyrinthe, mais il n’y avait pas de symbolique consciente. Cependant, à l’origine, le téléfilm devait s’intituler Le Trou de la murène4, ce titre a été abandonné car la production le trouvait trop énigmatique. D’une certaine façon, la métaphore dont vous parlez était donc présente, mais le scénario ne la développait pas.

JEUNES ET MARGINAUX

28SLP : Dans un contexte où, à la fin des années quatre-vingt, les populations marginales du Forum étaient fortement stigmatisées, votre scénario reprend ces représentations négatives tout en s’en démarquant. Pourquoi avoir adopté ce point de vue ?

29TJ : En fait, je suis parti d’un condensé de l’actualité de l’époque, Les Halles avaient alors cette image d’un quartier qui drainait les jeunes de tous horizons. Le scénario évoquait toute l’actualité de la marginalité, il y a les jeunes mais on trouve aussi le personnage de Régis, le vieil artiste au pochoir. C’était la période du chômage massif, on voit également le kiosque en forme d’orange où l’on servait des jus de fruits et où il y avait des offres d’emploi. Je l’avais découvert en me baladant dans le quartier, puis je l’ai intégré au scénario. Les Halles avaient une si mauvaise réputation, on y trouvait tellement de « zozos », que c’était amusant de faire croire que l’assassin était parmi eux. En fait, je me suis servi de tous les clichés de l’époque, des jeunes fugueuses aux skinheads, pour étoffer la liste des suspects et montrer finalement que les causes du crime venaient d’ailleurs. Ironiquement, le motif du meurtre apparaissait comme très moral puisque l’assassin était un honorable grand-père qui avait voulu sauver sa petite-fille de la prostitution.

30SLP : Cette volonté d’inverser les stéréotypes de la marginalité résultait-elle d’une motivation politique ?

31TJ : Non, je ne pense pas, ou alors de manière très allusive. C’est vrai que le scénario se joue des idées reçues, mais l’essentiel, pour moi, était d’écrire une bonne histoire dans laquelle le spectateur suivrait beaucoup de fausses pistes avant d’identifier le coupable.

32SLP : Dans Hallali, les deux principales figures de la marginalité sont deux mineures, Fatima, une jeune fille de banlieue qui est déjà allée en prison, et Daisy, une adolescente de bonne famille qui a fait une fugue. Pourquoi un tel couple ?

33TJ : Lors de mon expérience d’éducateur dans les foyers parisiens, j’avais observé à de nombreuses reprises que des jeunes filles un peu rebelles et venant de banlieue se retrouvaient voisines de chambres avec des jeunes bourgeoises ayant fugué. Cela m’est revenu et j’ai imaginé ce drôle de couple de jeunes filles de classes opposées.

34SLP : Les films ou téléfilms qui mettent en scène l’enfance et la jeunesse en difficulté proposent très souvent un couple de jeunes. Je pense à des œuvres comme Les Quatre cents coups. Les Valseuses, Laisse béton ou Le Thé au Harem d’Archimède. Vous aviez le sentiment de reprendre une figure classique ?

35TJ : Pas vraiment, c’était spontané. C’est vrai que c’est une représentation typique de la jeunesse, cela permet de développer une psychologie plus nuancée pour les personnages, de jouer sur la complémentarité de leurs caractères.

36SLP : Très souvent les téléfilms policiers épousent le point de vue des commissaires et inspecteurs. Or, dans Hallali, vous dérogez à cette règle car dans certaines séquences Fatima et Daisy échappent au regard des adultes. Je pense que cette question du regard est centrale. En ne soumettant pas nécessairement ces deux jeunes filles à une perception extérieure, vous leur procurez une identité propre, une singularité.

37TJ : Justement, il me semble qu’à l’époque il y avait eu une discussion avec la production sur le fait que le téléspectateur doit voir toute l’intrigue du point de vue du commissaire, il doit savoir les mêmes choses que lui. Certaines scènes allaient effectivement à l’encontre de ce principe puisqu’il y a des séquences dans lesquelles les deux jeunes filles font des choses que le commissaire ne voit pas, comme lorsqu’elles retournent aux Halles ensemble. Cela avait soulevé un débat, mais ces scènes ont été maintenues dans la version finale. Nous avions vraiment eu une grande liberté pour écrire ce scénario.

▲ Le quartier des Halles avec à l’arrière plan Saint-Eustache.
© Christian Tutin.

Notes

1 Auteur de romans policiers et comédien.

2 Alors directeur de la fiction d’Antenne 2.

3 Thierry Jonquet a été éducateur à la Protection Judiciaire de la Jeunesse (P.J.J.) de 1983 à 1987.

4 Le vigile qui se fait assassiner au début de Hallali s’appelle Mureni.

Table des illustrations

Légende ▲ Le quartier des Halles avec à l’arrière plan Saint-Eustache.© Christian Tutin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4504/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 630k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540