Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Halles

 | 
Jean-Louis Robert
, 
Myriam Tsikounas

La jeunesse au Forum. Clichés de la marginalité

Sébastien Le Pajolec

Texte intégral

  • 1 Ce document est consultable au Forum des images.
  • 2 Il est produit par le ministère des Affaires étrangères pour être diffusé à l’étranger.
  • 3 Annie Romillat, Zoneurs des Halles, Barret-sur-Meouge, Éditions Yves Michel, Coll. « Acteurs sociau (...)

1En 1979 le magazine audiovisuel Aujourd’hui en France1 consacre un numéro à « la transformation des Halles ». Le montage du film oppose les Halles d’hier, évoquées par des images de démolition et des plans de personnes âgées au Forum de demain. Le réalisateur utilise le zoom et le panoramique pour magnifier le chantier du futur centre commercial. Cette mise en scène, qui représente le point de vue du pouvoir2, dévoile l’intention des promoteurs du projet de rompre avec les représentations héritées du « ventre de Paris ». Ils espéraient que l’édification de ce nouvel espace, par la modernité de son architecture et le luxe de ses marchandises, effacerait les stéréotypes attachés au quartier des Halles (miasmes, bruit, encombrement, présence de clochards...). Cette tentative de promotion symbolique va cependant échouer. Dès le milieu des années quatre-vingt, les articles de presse se multiplient pour stigmatiser les nuisances (drogue, vagabondage, violence) qui accompagnent le développement du nouvel édifice. Dans un contexte de crise économique, reportages, documentaires et fictions audiovisuels diffusent massivement la légende noire du Forum. Les médias le dépeignent comme le lieu de résidence des jeunes marginaux, le repaire des toxicomanes et le point de chute des fugueurs, ils le comparent même au Bronx de New York. Désormais, derrière sa fonction commerciale, le Forum apparaît « comme une scène gigantesque où se rejoue toute cette problématique d’une jeunesse en rupture sociale »3.

  • 4 Le bail à construction a été signé entre la ville de Paris et la Société civile du Forum des Halles (...)
  • 5 René Leprince, L’Enfant des Halles, 1924.

2L’analyse de ce phénomène réclame une approche en termes de représentations, alliant le temps court et la longue durée. Dans quelles conditions la mauvaise réputation du Forum s’est-elle répandue alors que sa construction avait été présentée comme l’instrument idéal pour améliorer l’image du quartier des Halles ? Une telle question renvoie à l’histoire politique, économique et culturelle de cette entreprise4. Plus généralement, ce travail est l’occasion d’interroger le processus de stigmatisation sociale, de comprendre comment il se manifeste dans le cadre urbain. Notre objet pose aussi le problème de la permanence dans le temps des stéréotypes sociaux et spatiaux. En effet, la perception des jeunes marginaux dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix réactive un stock d’images antérieures, la présence d’adolescents vagabonds au cœur de la capitale n’est pas une nouveauté. Un siècle plus tôt, dans Le Ventre de Paris, Émile Zola conte les aventures de Cadine et Marjolin, des enfants trouvés près du marché des Innocents. Tout au long du roman, ces deux personnages circulent à travers les Halles comme si un lien vital les y rattachait. Le cinéma a rapidement renoué avec ces silhouettes juvéniles5. Dans Le Coupable (Raymond Bernard, 1937), un jeune garçon vagabonde aux Halles après avoir fui le domicile de son beau-père. Il y survit grâce à la bienveillance d’une commerçante avant d’y être arrêté par les gendarmes. Cette séquence montre déjà l’ambivalence qui caractérisera la fréquentation du Forum par les jeunes en difficulté : ils y trouvent un refuge contre la société en même temps qu’un espace hostile, porteur de fatalité.

3Notre étude tente de concilier deux approches. Dans un premier temps, une lecture synchronique classe les principes spatiaux qui structurent les représentations. Ensuite, nous examinons les documents audiovisuels dans leur chronologie pour repérer les transformations des stéréotypes géographiques et sociaux. Mais, en préalable, nous devons expliquer la spécificité de nos sources et justifier l’échantillon audiovisuel retenu.

Arrêts sur images

Quand l’histoire explore la télévision

  • 6 Seuls deux films français, Taxi 2 (Gérard Krawczyk, 2000) et Le Goût des autres (Agnès Jaoui, 2000) (...)
  • 7 Arnaud Mercier, Le Journal télévisé, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, p. 16-17.

4La première difficulté concerne la sélection des sources car, pour les périodes récentes, nous sommes face à un océan de documents. Les images fixes et animées s’ajoutent aux archives sonores (radio, chanson...) et aux nombreux imprimés (journaux, livres...). Notre choix du support télévisuel se justifie avant tout par sa diffusion massive. Le journal télévisé atteint des audiences supérieures à dix millions de personnes quand les quotidiens nationaux ont des ventes inférieures à cinq cent mille exemplaires. Un long métrage qui n’aura pas dépassé les trois cent mille spectateurs6 en salle peut obtenir huit millions de téléspectateurs un dimanche soir à 20h50. La large place accordée dans la presse (rubriques et suppléments dans les quotidiens et hebdomadaires, magazines spécialisés sur papier ou sur les ondes...) aux programmes télévisés établit que c’est sur le petit écran que l’imaginaire social contemporain se révèle le plus nettement, comme ce fut le cas pour le cinéma jusqu’au milieu des années soixante. Les premiers travaux sur le « 8e Art » ont privilégié une lecture politique et institutionnelle qui posait les jalons d’une histoire de la communication. Cette approche continue de se développer, mais des analyses portant sur le contenu des programmes sont venues la compléter. Si les recherches sur les représentations télévisuelles restent encore marginales, elles connaissent cependant un certain engouement dont témoignent des séminaires de recherche et des publications. Parce que la télévision se définit comme « un rapport social structuré par une technique et par des logiques économiques et professionnelles »7, l’association de ces deux démarches s’avère indispensable dans la perspective d’une histoire sociale et culturelle du contemporain.

  • 8 Publique ou privée, généraliste ou thématique.
  • 9 Pour voir comment l’historien peut se servir des archives manuscrites sécrétées par l’audiovisuel, (...)

5L’analyse de documents audiovisuels appelle plusieurs remarques. Il faut tout d’abord rappeler que les images animées n’offrent jamais un reflet de l’univers sensible. Chaque film, qu’il s’agisse d’une fiction ou d’un documentaire, d’une œuvre de cinéma ou de télévision, d’un chef-d’œuvre ou d’un navet, présente une réalité filtrée par des conventions et des impératifs. De même, les reportages du journal télévisé, bien qu’ils prétendent nous informer de la vérité des faits, sont insérés dans un système de contraintes. C’est pourquoi toute source télévisuelle doit être replacée dans le contexte de sa réception. Il faut connaître la chaîne8 qui l’a produite et l’horaire auquel elle a été diffusée. Le mode de production des programmes doit aussi être pris en considération. Les chaînes fabriquent en interne, via leur rédaction, des reportages pour leurs journaux et leurs magazines, mais elles peuvent également acheter des œuvres à des producteurs indépendants. Il importe donc de savoir comment se structure le champ des professionnels de l’audiovisuel (décideurs, journalistes, documentaristes, cinéastes...) pour évaluer la fonction des représentations qu’ils élaborent. De plus, chaque document est le résultat d’une histoire, plus ou moins longue, dans laquelle plusieurs acteurs interviennent. Du projet initial au programme diffusé, des modifications sont parfois apportées à la demande du diffuseur. Enfin, des contraintes génériques influent sur la fabrication des productions télévisuelles. Par exemple, une série fondée sur la présence d’un héros récurrent se réfère obligatoirement à une bible scénaristique établie dès le premier épisode. La combinaison des archives écrites9 et audiovisuelles, que nous n’avons pas tentée ici, se révélerait donc utile pour appréhender ces représentations.

D’un Forum à l’autre

  • 10 Certaines émissions n’ont pu être visionnées à l’Inathèque, soit qu’elles n’étaient pas disponibles (...)
  • 11 La liste du corpus se trouve à la fin du texte.

6La définition d’un corpus comporte plusieurs écueils : les chimères de l’exhaustivité, l’effet de sources. Catalogues et autres outils à partir desquels nous orientons nos recherches renferment déjà une interprétation de notre objet. Pour cette étude, nous avons travaillé sur deux bases de données. La première recense les collections du Forum des Images, elle contient des documentaires et des fictions, de cinéma ou de télévision, qui se rapportent à Paris et à sa banlieue. Pour tenter de neutraliser les biais que recèle toute base documentaire, nous avons multiplié nos recherches par quartiers (Halles, Beaubourg), par rues (Pierre Lescot, Rambuteau, Saint-Merri...), par thèmes (marginalité, délinquance...), et nous avons employé toutes les expressions concernant la jeunesse : jeunes, adolescence, adolescent... Nous avons adopté la même méthode pour explorer la base de données de l’Inathèque, consacrée aux sources télévisuelles. On ne peut que regretter l’absence d’un catalogue descriptif identique pour le cinéma. La collection du Forum des Images étant forcément incomplète, notre fragile mémoire de spectateur a été notre unique allié pour pallier cette carence. À la suite de ce travail de repérage, nous avons retenu près d’une trentaine de références échelonnées entre 1979, année d’inauguration du Forum, et 1995, lorsque la fréquence des discours sur les jeunes marginaux diminue. Après visionnement, nous n’avons conservé que les documents dans lesquels le contact entre les jeunes et le Forum était clairement précisé, qu’il soit durable ou provisoire. L’impossibilité de consulter10 certaines émissions a réduit la taille de notre corpus à douze documents11.

  • 12 Les Cinq dernières minutes.
  • 13 Parfois avec des montages, des durées et des titres différents comme pour plusieurs téléfilms de la (...)
  • 14 C’est le cas pour Les Cinq dernières minutes et La Haine.
  • 15 Nous empruntons ce mot à Annie Romillat.

7À première vue, l’hétérogénéité caractérise notre sélection. Celle-ci inclut un long-métrage de cinéma diffusé sur le petit écran, deux téléfilms appartenant à la même série12, des documentaires et des reportages issus de journaux télévisés, de magazines ou d’émissions spéciales. Mais la dimension subjective des documents retenus assure la cohérence de ce corpus. Ces programmes proposent toujours une vision déformée, reconstruite, de la réalité. De plus, depuis plusieurs années, la distinction entre film de cinéma et de télévision tend à s’atténuer. Le rôle croissant des chaînes dans la production cinématographique et la sortie sur grand écran13 dont ont bénéficié certains téléfilms jouent en faveur de cette évolution. Ces documents se distinguent aussi par leur durée. Les deux téléfilms montrent le Forum pendant près de quatre-vingt-dix minutes alors que les reportages des journaux télévisés sont, par définition, très brefs. Par ailleurs, la longueur d’une œuvre n’implique pas que la place des Halles y soit importante. Dans La Haine (Matthieu Kassovitz, 1995) ou dans Questions d’identité (Denis Gheerbrant, 1986), une seule séquence, de moins de quatre minutes, montre le lieu qui nous intéresse. Enfin, les horaires et les chaînes de diffusion laissent supposer que les composantes de notre liste n’ont sans doute pas été vues par les mêmes publics. Il y a les programmes de la mi-journée, de première ou deuxième partie de soirée, de la semaine ou du week-end ; certains ont même connu plusieurs diffusions14. Malgré ces différences, nous pensons que ces œuvres se prêtent à une analyse globale car elles fonctionnent autour de la figure du jeune zoneur15 des Halles. La spécificité de chaque document reflète la diversité de ce que produit ou diffuse la télévision. La récurrence d’un stéréotype dans des styles distincts atteste sa résonance dans l’ensemble des représentations audiovisuelles.

Mise en images d’un Forum pas ordinaire16

Le Forum et le quartier des Halles

  • 17 Tilt (1985) et Hallali (1989).
  • 18 La station Châtelet-Les Halles voit transiter près de deux cent cinquante mille voyageurs chaque jo (...)

8Le stéréotype audiovisuel du Forum se fonde d’abord sur sa représentation spatiale. Quel rapport ce monument atypique entretient-il avec le quartier qui l’entoure ? Comment cette relation est-elle mise en scène ? Les reportages et les documentaires de notre corpus abondent en plans panoramiques, filmés depuis les toits. Présentes, dans une moindre mesure, dans les fictions télévisées, ces prises de vue recèlent une dimension pédagogique : elles permettent au spectateur de se repérer sur l’écran comme sur une carte topographique. Pour preuve, dans un reportage de TF1, diffusé le 24 mai 1986 dans le journal de treize heures, l’image se fige et se métamorphose en plan des Halles sur lequel le journaliste indique, à l’aide de points rouges, les lieux où l’insécurité règne. Les réalisateurs de fiction filment différemment ce lien entre le Forum et le quartier. La caméra n’est plus située en hauteur, elle adopte le point de vue du piéton qui arpente les rues du « ventre de Paris ». Le Forum est filmé sous tous les angles (esplanade, porte Saint- Eustache...). De la rue de la Grande truanderie aux rues Saint-Merri et Saint- Denis, les policiers de la série Les Cinq dernières minutes17 sillonnent l’écheveau des ruelles qui encerclent le nouvel édifice, parcours indispensables pour comprendre les crimes commis près du centre commercial. Ici, la dangerosité du Forum se superpose à un imaginaire délinquant très ancien, typique du cœur de la capitale. Le rôle de nœud ferroviaire18 joué par la station Châtelet-Les Halles sert aussi à illustrer la fluidité entre le dedans et le dehors. Une séquence de Questions d’identité, dans laquelle des jeunes se rendent d’Aulnay-sous-Bois à Paris en RER, définit le Forum comme un lieu de transit. Les plans de l’intérieur du bâtiment sont insérés entre les images du parking d’un grand ensemble de banlieue et une séquence dans un café parisien. Le cinéaste souligne cette circulation en filmant en un seul plan le passage de l’intérieur du Forum à l’extérieur.

  • 19 À l’exception des séquences d’introduction, les panoramiques présents dans les téléfilms traduisent (...)
  • 20 Surtout dans Hallali.
  • 21 Attention, extériorité ne veut pas dire objectivité. La subjectivité du journaliste s’exprime dans (...)
  • 22 Il ne faut pas oublier que les fortes audiences des journaux télévisés englobent beaucoup de télésp (...)
  • 23 Cette façon de filmer est déjà présente dans La Transformation des Halles, cf. note 1.
  • 24 Le même type de confrontation opposait la modernité des pavillons de Baltard au style gothique de l (...)

9Chacune de ces mises en images correspond à un contexte spécifique. Dans les téléfilms, on suit les pérégrinations du commissaire et de son inspecteur. Ils occupent le terrain au quotidien et, suivant une règle classique du genre policier, le spectateur épouse le regard de l’enquêteur19. La durée des intrigues permet de se familiariser avec l’espace urbain par petites touches, sans avoir besoin d’une vision d’ensemble. La multiplicité des déplacements des personnages et le montage des prises de vue soulignent la continuité entre le Forum et le reste du quartier, du jardin des Halles au Centre Georges Pompidou, du pied de l’église Saint-Eustache à la fontaine des Innocents. Cette représentation20 assimile le Forum au cœur économique du quartier, à partir duquel s’écoulent les flux de marchandises et de population. À l’inverse, dans les reportages, la prépondérance des panoramiques reflète l’extériorité du point de vue journalistique21 et l’obligation d’expliquer dans un temps très court une situation donnée. Le journaliste produit une image schématique du Forum pour que son reportage soit compris par le plus grand nombre22. Au fil des ans, l’usage répété23 de ces panoramiques a forgé un poncif audiovisuel. Installant le Forum dans le même cadre que l’église Saint-Eustache24, ces plans énoncent l’incongruité de la greffe du centre commercial sur le tissu urbain antérieur. Il apparaît comme un cœur artificiel, une monstruosité, un espace replié sur lui-même. L’emploi du zoom (avant et arrière) en plongée, depuis les immeubles voisins, produit une signification identique. En effet, hérité des reportages des années soixante-dix sur le trou des Halles, ce type de plan suggère que la construction du Forum n’a rien changé, que le trou n’a pas été comblé. Cette représentation s’accorde parfaitement à la dénonciation de l’insécurité du quartier, elle prépare sa stigmatisation.

Le vertige des profondeurs

  • 25 Dans les films situés dans les cités de banlieue, la cave joue un rôle identique. Elle accueille to (...)
  • 26 Voir le personnage de Jean Gabin qui passe plusieurs fois aux Halles dans Archimède le clochard (Gi (...)

10La mise en scène des espaces intérieurs du Forum attise cette perception angoissée. Dès lors que la caméra s’enferme et s’enterre dans les allées et les étages du bâtiment, la menace augmente et l’avenir des jeunes marginaux se bouche. Pour convaincre de la dangerosité du Forum, et, conséquemment, de la nécessité de le « nettoyer », les cameramen se concentrent sur l’opposition entre la surface et la profondeur. L’axe vertical régit la mise en espace du Forum en tant que structure architecturale et milieu social. En évacuant le rapport entre l’intérieur et l’extérieur, le dedans et dehors, les œuvres télévisuelles dépeignent le Forum comme un ensemble vivant en autarcie. Puisqu’on ne peut (s’)en sortir, il ne reste qu’à s’enfoncer un peu plus chaque jour. Les séquences tournées à l’intérieur accentuent volontairement l’obscurité pour renforcer la sensation d’enfouissement, si bien qu’en plein après-midi on croit qu’il fait déjà nuit. Ce faible éclairage produit l’image d’un dédale inquiétant. L’omniprésence des escalators dans le champ visuel renforce la prédominance de la verticalité. Alors que la caméra suit, en plongée, l’escalator qui descend, elle n’accompagne jamais celui qui monte, elle reste en bas, fixement braquée en contre-plongée. Cette préférence trahit l’attraction exercée par le monde souterrain et l’impossibilité de revenir à la surface. Le commentaire (off) de La Fontaine des innocentes confirme cette vision à sens unique : « c’est l’escalator du Forum des Halles, c’est la plongée, le grand schuss qui dévale vers la fête, vers l’angoisse, vers l’illusion, où les jeunes en rupture, les zonards, la génération de la galère viennent vivre ». Cette citation souligne la relation métaphorique entre le stigmate spatial et l’exclusion sociale. Les profondeurs du Forum accueillent ceux qui sont tout en bas de la société25. On retrouve là un trait caractéristique de la représentation des Halles dans la longue durée : elles sont présentées comme le théâtre d’une déchéance sociale pour les jeunes comme pour les plus vieux26.

  • 27 Questions d’identité fait figure d’exception.
  • 28 Le film choisit un parti pris irréaliste souligné dans sa première séquence.

11Les réalisateurs et les journalistes montrent de nombreux lieux souterrains pour entretenir la réputation de coupe-gorge du Forum. Cette profusion identifie le bâtiment à un espace de relégation. Le filmage développe une ambiance paranoïaque en opposant aux galeries marchandes l’envers du décor, le labyrinthe des espaces annexes : parkings (Hallali, Reportages), tunnels, issues de secours (52 sur la une, Reportages), zones désaffectées... C’est ce contraste entre les deux visages du Forum qui génère le sentiment d’insécurité. D’un côté, le luxe des magasins et la présence de la foule ; de l’autre, l’aspect sordide des parkings et des sous-sols déserts. On craint toujours d’être entraîné de l’un vers l’autre. L’écho donné par les médias à plusieurs viols commis aux Halles a certainement joué un rôle essentiel dans ce processus. Les images de la station de métro et de RER Châtelet-Les Halles complètent la représentation verticale du Forum. Ces espaces souterrains, dédiés aux flux de population, relient le centre à la périphérie, mais les documents que nous avons visionnés n’évoquent pas directement cette circulation. Ils se contentent généralement de montrer27, depuis le quai, des trains qui partent et d’autres qui arrivent. L’absence de mobilité de la caméra traduit ainsi le statu quo que vivent les jeunes marginaux stationnés entre le métro et les magasins. Seul Luc Besson a tenté, dans Subway28 (1985), de magnifier la vie dans le métro, en le transformant en une zone mystérieuse et en un espace de liberté. Mais cette tentative, typique du milieu des années quatre-vingt et des thématiques du cinéma de Besson, est restée unique. Parallèlement, les représentations audiovisuelles complètent l’opposition entre la surface et la profondeur par une dichotomie entre le mouvement et l’inertie. On constate la présence de ce clivage aussi bien dans les stations de métro et de RER qu’aux différents niveaux du centre commercial. Les images de circulation contrastent avec les plans de jeunes zoneurs, assis sur des marches ou à même le sol, dont la sédentarisation parasite le flux des voyageurs et des consommateurs. C’est sur ce parasitage que la représentation menaçante du Forum des Halles va prospérer. Pourtant, tout avait si bien commencé...

Une mauvaise réputation

Un point de rencontre au cœur de Paris (1979-1984)

  • 29 À l’exception d’un reportage de 7/7, cf. note 13.
  • 30 L’émission mythique Hip Hop présentée par Sidney, qui a introduit le rap en France, est tournée au (...)
  • 31 Au milieu des années quatre-vingt, les expressions « branché » et « look » reviennent sans cesse, e (...)
  • 32 La mode branchée, destinée à la jeunesse bourgeoise, revendiquait un look marginal. La chanteuse Ma (...)

12De l’inauguration du Forum, en septembre 1979, au milieu des années quatre-vingt, la télévision n’évoque guère la jeunesse marginale des Halles29. Le 4 septembre 1984, l’édifice fête ses cinq ans d’existence en présence du maire de Paris. L’impact de cet anniversaire traduit le succès économique et la bonne réputation du centre. Les représentations audiovisuelles fournissent une vision aérée et dynamique du bâtiment et de son fonctionnement. Le jour, les caméras s’attardent sur l’animation de l’esplanade, et lorsqu’un téléfilm, Tilt (1985), montre le quartier de nuit, les décorations de Noël l’illuminent. À la fin de l’année 1985, une dépêche AFP confirme la bonne image du vaste ensemble socioculturel que forme l’alliance du Forum et de Beaubourg. Paris aurait réussi sa greffe du cœur, la rive droite aurait pris sa revanche sur la rive gauche, le trou des Halles serait comblé. La télévision et la presse se félicitent que le Forum soit le point de rencontre des jeunes au cœur de Paris, elles identifient cette jeunesse à une avant-garde culturelle dans les domaines de la musique30 et de la mode31. Lieu de tous les looks et des créateurs de mode, le Forum apparaît comme la vitrine commerciale d’une société qui vit bien, qui s’amuse. Le quartier des Halles est devenu le rendez-vous d’une jeunesse bourgeoise qui s’encanaille avec des styles vestimentaires excentriques (La Fontaine des innocentes, Subway). Parce qu’il s’apparente à un espace indéfini (en même temps commercial, culturel et associatif), le Forum incarne alors le site idéal pour changer d’identité, de classe sociale, pour faire, le temps d’un après-midi, l’expérience de sa liberté32.

▲ La Fontaine des Innocents.
© Christian Tutin.

  • 33 Ce téléfilm ne montre aucun stéréotype de la jeunesse marginale.
  • 34 Voir Le Thé au harem d’Archimède (Mehdi Charef, 1984), La Nuit porte-jarretelles (Virginie Thévenet (...)
  • 35 Lire la dénonciation du scandale architectural et urbanistique dans L’Express, n° 1804, 7 février 1 (...)
  • 36 L’assassinat d’un clochard par des vigiles suscite une série d’articles. Mais ce meurtre, perçu com (...)
  • 37 Annie Romillat rappelle que « dès l’ouverture du Forum, les marginaux de tous poils ont pris consci (...)
  • 38 Commentaire (off) dans La Fontaine des innocentes.

13Rares sont les médias qui, pendant cette période, décrivent le quartier comme une zone dangereuse et criminogène. Le téléfilm Tilt relate une série de crimes commis à proximité du Forum mais ces meurtres sont l’œuvre d’un déséquilibré, un étranger de passage (un Américain), sans aucun rapport avec une délinquance propre au secteur des Halles33. De plus, la première séquence de Tilt s’attarde sur le système de sécurité du Forum : rideaux de fer qui s’abaissent automatiquement, système de vidéosurveillance... L’endroit est bien protégé. A cette date, quand un réalisateur choisit de montrer une atmosphère glauque au cœur de Paris, il opte plutôt pour la rue Saint-Denis34. Les seules critiques répercutées dans les médias concernent l’architecture du bâtiment. Cinq ans après sa construction, elle fait encore débat35. Ces polémiques trouvent un écho dans la fiction : un des personnages principaux de Tilt est un architecte aigri, dont le projet pour remplacer le trou des Halles n’avait pas été retenu. La présence de jeunes vagabonds dans le Forum reste discrète. Pourtant, un tragique fait-divers36 rappelle, dès 1981, que les Halles demeurent un lieu prisé par les marginaux37. En 1984, la diffusion sur Antenne 2 du documentaire La Fontaine des innocentes signale une évolution dans les représentations. Ce film trace le portrait d’une jeune fugueuse, Nida, qui vit au Forum. Mais, parallèlement à la description de la jeune fille, le réalisateur insiste sur le pouvoir d’attraction du lieu, « c’est le rêve, on vient rêver, on y vient du sud de la France, on y débarque du fond de la banlieue, c’est le libre-service dont les jeunes n’ont plus envie de sortir »38. Les galeries marchandes, la quantité et le luxe de leurs produits, font naître un mirage dans lequel toute une jeunesse marginale vient se perdre. Pour le réalisateur, Jean Schmidt, la présence de jeunes en difficulté dans le Forum des Halles résulte du succès du centre commercial.

« Les Halles de la honte »39 (1985-1993)

  • 39 Expression employée dans Paris-Match en septembre 1985, citée dans Annie Romillat, Zoneurs des hall (...)
  • 40 Cette politique de harcèlement a atteint ses objectifs puisque les marginaux ont fini par partir. U (...)
  • 41 Le 31 août 1985, une dépêche AFP relate une « scène de western aux Halles » entre dealers et polici (...)

14Au milieu de cette euphorie, apparaissent les premiers signes d’un malaise. En 1984, les gestionnaires du centre commercial suppriment les bancs à tous les niveaux pour limiter l’installation des jeunes marginaux. Près de la Fnac, les marches sont systématiquement arrosées pour empêcher toute occupation. Le bras de fer s’engage entre les commerçants et ces « indésirables ». Le quadrillage du bâtiment par les forces de police s’intensifie. Les rondes sont constantes et les contrôles d’identité nombreux40. Cinquante caméras mobiles sont reliées au commissariat de la rue Pierre Lescot. Ces opérations de « nettoyage »41, dont l’objectif est de restaurer la vocation commerciale et la fluidité originelle du Forum, ne donnent pas de résultat immédiat. Pire, en diabolisant la petite délinquance, la densité de la présence policière et les interventions spéciales de la brigade des stupéfiants aggravent le sentiment d’insécurité. La télévision répercute le phénomène. Notre corpus contient de nombreux plans des forces de police. Jeunes en danger s’ouvre sur la brigade de protection des mineurs. Après avoir vu des jeunes prostrés sur un banc, on assiste à la déposition d’un mineur qui vient d’être interpellé. Dans la première séquence de La Fontaine des innocentes, plusieurs appréhendent, sur l’esplanade, un jeune vagabond. Dans Tilt et Hallali, les forces de l’ordre sont continuellement à l’écran, filmées dans leurs bureaux ou en extérieur (ronde de nuit, enquête criminelle). La sécurité privée tient un rôle non négligeable au Forum. En revanche, sur le petit écran, les vigiles ressemblent aux délinquants. Plusieurs faits-divers (crime, viol) sont à l’origine de cette image exécrable.

  • 42 Ces jeunes filles appartenaient à des familles sans histoire, mais elles avaient un style vestiment (...)
  • 43 Le nouveau ministre de l’Intérieur, Charles Pasqua, avait alors soutenu l’action des policiers.
  • 44 Sur TF1, le 23 mai 1986, dans le journal de vingt heures.
  • 45 Dès le premier plan, le journaliste s’interroge, en voix off : « Le Forum des Halles est-il un lieu (...)
  • 46 « Le Forum est une atmosphère polluante et bien des parents qui s’inquiètent devraient déjà s’inqui (...)

15À la fin de l’année 1985, plusieurs articles évoquent le problème de la drogue et les nuisances dont souffre le Forum. Les productions audiovisuelles vont désormais véhiculer le même type de discours. Le site prestigieux devient « un lieu à problèmes ». Cette évolution transparaît dans une affaire concernant des jeunes filles mineures42. Interpellées le soir du 22 mai 1986, près du centre commercial, elles ont été gardées toute une nuit au dépôt parce que les policiers les considéraient en « danger moral ». Dans le contexte d’un retour à une politique sécuritaire43, la polémique enfle et ce dérapage donne lieu à une série de reportages dans les journaux télévisés. Si le premier44 donne la parole aux jeunes filles et rend compte de l’émoi des parents, celui du lendemain adopte une perspective opposée. Le journaliste pose d’emblée la question de la dangerosité du Forum45, puis interroge le commissaire Morin, sous-directeur de la police judiciaire, dont les propos46 répondent au reportage de la veille. La suite du document décrit l’afflux d’une population marginale qui représente une menace pour la jeunesse parisienne bourgeoise aimant se balader dans ces espaces piétons. C’est la fin du Forum envisagé comme un territoire de mixité sociale et culturelle. Dorénavant, il sera le cadre d’une double représentation : lieu de vie pour des jeunes en rupture avec la société ; espace potentiellement hostile pour la foule des badauds et des consommateurs.

  • 47 Lire Jean-Marie Renouard, De l’enfant coupable à l’enfant inadapté, Paris, Critérion, 1990.
  • 48 Lorsque Virginie raconte la tentative de viol dont elle a été victime, la caméra retranscrit son ré (...)
  • 49 Le film Sans toit ni loi (Agnès Varda, 1986) venait de montrer la vie d’une jeune fille errante (jo (...)

16La représentation des jeunes marginaux du Forum oscille constamment entre deux pôles, que l’on retrouve parfois dans le même document : d’un côté, la jeunesse victime ; de l’autre, la jeunesse coupable. L’opposition de ces deux stéréotypes définissait déjà l’image du jeune délinquant au xixe siècle47. Lorsque la télévision veut donner une vision compatissante des jeunes en difficulté, elle met en scène des individualités. Dans la fiction ou le documentaire, on privilégie un nombre réduit de personnages. Par le biais de l’interview, le journaliste ou le documentariste donnent la parole à un interlocuteur unique (Nida dans La Fontaine des innocentes, Virginie dans 52 sur la une, Sandra dans Reportages...) qui retrace son parcours et, de fait, suscite une émotion chez le téléspectateur. Un procédé quasi identique est à l’œuvre dans les téléfilms ; ainsi, les dialogues nous renseignent-ils sur les souffrances endurées par Daisy et Malika (Hallali). Des gros plans et divers procédés visuels48 accentuent cette dimension pathétique. Mais le stéréotype de la jeunesse victime ne se limite pas à une mise en scène, c’est aussi une question de contenu. On pourrait dessiner le portrait-robot du jeune marginal qui a droit à la sympathie télévisuelle. Ce serait, de préférence, une jeune fugueuse49, fragilisée (Daisy a failli se prostituer, Virginie a subi une tentative de viol, Sandra est enceinte), mais qui cherche à s’en sortir (Sandra va voir une association) ou s’en est sortie (Virginie, Daisy).

  • 50 Des zazous aux blousons noirs, les modes vestimentaire et capillaire ont toujours été des canaux pr (...)
  • 51 Dans la présentation de son émission (52 sur la une), Jean Bertolino précise, au sujet de « deux je (...)

17À l’inverse, quand le petit écran veut désigner les jeunes paumés comme une menace, il montre surtout des groupes de garçons dont les vêtements et les coupes de cheveux50 (style punk ou skinhead) ne passent pas inaperçus et dont l’allure générale est assimilée à un manque d’hygiène. Ces jeunes ne sont presque jamais individualisés. Le nombre et l’anonymat leur confèrent une aura menaçante. En effet, le regard de la caméra se limite toujours à des plans de coupe (volés, sans aucune continuité), insérés dans un montage très fragmenté. La plupart du temps, ces jeunes n’ont pas droit à la parole et dans les rares plans où on les voit s’exprimer ils sont très vindicatifs, comme pour sous-entendre qu’il est dangereux de leur parler. Les films les présentent comme des parasites. Ils occupent les espaces publics à l’intérieur ou à proximité du Forum. Ils semblent ne rien faire de la journée sinon boire de la bière. On voit même des jeunes « squatter » une salle de cinéma la nuit (Hallali). Leur présence, synonyme de violence et de drogue51, fait du Forum un lieu infréquentable, dangereux pour les autres jeunes. C’est pourquoi, pour protéger Daisy (Hallali), le juge des enfants lui interdit de retourner au Forum.

  • 52 On retrouve la même ambivalence dans le rapport des jeunes avec leurs cités de banlieue.
  • 53 Commentaire (off)dans Jeunes en danger : « À vingt mètres sous terre, la gare avec ses dédales et s (...)
  • 54 Impression renforcée par l’obscurité des espaces souterrains, le fait de vivre sans voir le jour.
  • 55 Samir, un fugueur, dans 52 sur la une : « je perds mon avenir, je perds une chance de m’en sortir »
  • 56 Dans Reportages, Sandra insiste sur cette ambiance familiale ; Virginie (52 sur la une) évoque « la (...)
  • 57 Annie Romillat, Zoneurs des halles, op. cit., p. 89.
  • 58 « Terminus Les Halles », Le Monde, 25 décembre 1991, p. 9.
  • 59 Intitulée « Zone Terminus ».
  • 60 Le reportage présente l’association Coup de pouce qui s’occupe des jeunes vivant dans le métro.
  • 61 En 1994, le Forum entreprend un programme de trois ans de travaux : « lassé de sa médiocre réputati (...)

18Mais, qu’elle soit représentée comme victime ou coupable, la jeunesse marginale est irrémédiablement attirée par le Forum. Les jeunes exclus entretiennent une relation ambivalente52 avec cet espace. Il les protège53 autant qu’il les enfonce, c’est en même temps un abri et un tombeau54. Certes, zoner dans le centre commercial c’est vivre la « galère »55, mais, à travers la vie de groupe, on découvre une famille de substitution56. L’évolution négative de l’image du Forum est révélatrice de la grave crise économique et sociale qu’a traversée la société française. Comme le dit Annie Romillat, « les marginaux viennent zoner dans ce trou des Halles pour signifier à la société marchande qu’ils en sont le produit »57. Cette jeunesse vient voir et se faire voir dans un espace symbolique de la société de consommation. En décembre 1991, Erich Inciyan raconte dans Le Monde le parcours d’un éducateur au Forum. Dans cet article, le centre commercial est toujours présenté comme le « territoire des zonards, punks, toxicomanes et avaleurs de médicaments »58. L’émission Reportages59 du 10 octobre 1992 consacre un nouveau documentaire à ces jeunes à la dérive. Le ton est moins pessimiste que dans les années quatre-vingt. Certes, les journalistes évoquent la misère de cette vie en marge, mais, dans le même temps, ils insistent sur les possibilités de réinsertion et sur l’action sociale60. Progressivement, le stéréotype du zoneur des Halles disparaît des images et des articles de presse. Cette éclipse découle d’un double déplacement. D’abord, celui, géographique, des jeunes marginaux que les actions de réhabilitation61 et les contrôles policiers ont chassés du Forum. Le second est symbolique, il s’agit d’une mutation des représentations. Depuis la fin des années quatre-vingt, les « jeunes de banlieue » sont devenus la cible principale de la stigmatisation sociale et la cité s’est substituée au Forum.

Vers la fin du stigmate ?

  • 62 Il y reçoit le prix de la mise en scène.
  • 63 De la même façon, les jeunes stationnent devant les halls d’immeuble dans les grands ensembles.

19Ce sont les images télévisuelles qui nous fournissent les indices les plus concluants de cette évolution. Le 6 juillet 1994, dans le journal de 13 heures de TF1, un reportage reliant l’insécurité et l’urbanisme présente à la suite des plans de jeunes désœuvrés devant le Forum des Halles et des vues de grands ensembles à Aubervilliers. Les médias ont souvent opéré ce raccourci lorsqu’ils traitaient des bagarres entre bandes rivales. En 1995, La Haine est présenté au Festival de Cannes62. Quelques semaines avant l’élection présidentielle, ce long-métrage met le problème des cités au cœur du débat politique. Une séquence du film se déroule au Forum. Comme précédemment, l’occupation des espaces publics est mise en images. Said, FFubert et Vinz sont assis dans le centre commercial63, une canette de bière à côté d’eux. On retrouve également la surveillance policière. Comme les zoneurs, les « jeunes de banlieue » ancrent symboliquement leur marginalité sociale au cœur de l’espace parisien.

  • 64 Joëlle Bordet, Les « Jeunes de la cité », Paris, PUF, 1998, p. 114-115.

20Malgré ces ressemblances, la représentation des Halles dans La Haine rompt avec les images des années quatre-vingt. Matthieu Kassovitz épouse le point de vue des jeunes, il ne les montre jamais comme des marginaux. Dans la période précédente, les documents audiovisuels pouvaient montrer de la compassion à l’égard des jeunes exclus. Mais, si ces réalisateurs étaient du côté des marginaux, ils n’étaient jamais à leur côté. La vision du téléspectateur était toujours relayée à l’écran ou sur la bande-son par un intervenant extérieur : le commissaire et l’inspecteur dans les deux téléfilms des Cinq dernières minutes, les journalistes et les documentaristes dans les reportages. C’est pourquoi, dans La Haine, le Forum n’est pas filmé comme un espace menaçant mais, au contraire, comme un lieu apaisé et endormi. La nuit n’est plus synonyme d’hostilité et de crainte. Ce silence et ce vide attestent le nettoyage policier effectué les années précédentes. Mais, parallèlement, ils recèlent une dimension symbolique. Non seulement Matthieu Kassovitz efface l’assimilation négative entre la jeunesse populaire et le Forum, mais il renverse le processus à travers le regard des jeunes. Le centre commercial, tel qu’il le met en scène, symbolise la société bourgeoise et aseptisée (la musique en fond sonore, le jeu sur les lumières artificielles et l’architecture en verre). Il constitue le cœur d’un Paris embourgeoisé, transformé en une gigantesque galerie marchande, qui a relégué les couches populaires dans les cités de banlieue. Visuellement, le Forum ressemble à un univers de science-fiction (l’omniprésence des écrans de télévision) et à un cauchemar. Il reste un lieu fatal pour les jeunes puisqu’ils y apprennent, par la télévision, la mort de leur ami Abdel. Métaphore cinématographique d’une ville désertée par les hommes au profit des marchandises, d’une capitale qui se protège de sa banlieue, le Forum, pour Kassovitz, traduit la ségrégation sociale dont sont victimes les jeunes des cités64.

  • 65 Conseillère municipale du Mouvement des citoyens.
  • 66 « Cette mauvaise image tient à la conception même du projet car l’urbanisme sur dalle est rarement (...)
  • 67 Cependant, la nuit n’est plus aujourd’hui le cadre d’une activité commerciale comme ce fut le cas j (...)
  • 68 Sachant que le stéréotype du « jeune de banlieue » s’inscrit lui-même dans une longue chaîne de rep (...)
  • 69 Auteur de polars, souvent publiés dans la « Série noire », dont les opinions politiques sont marqué (...)

21Aujourd’hui, alors que la crise économique s’est éloignée, le Forum des Halles bénéficie d’une meilleure réputation que dans les années quatre-vingt. Pourtant, même s’ils sont moins visibles à l’écran, les clichés subsistent. En avril 1998, dans une délibération du conseil municipal de Paris, concernant le déclassement partiel du domaine public de diverses parcelles dans le Forum des Halles, Liliane Capelle65 rappelait la mauvaise image du centre commercial66. Force est de constater que, dans le cas des Halles et du Forum, les représentations s’inscrivent dans la longue durée. Un siècle avant les zoneurs, Florent, le héros du Ventre de Paris, était déjà considéré comme un parasite. Marginalisé par ses années de bagne, démuni et affamé par sa cavale, Florent préfigure les jeunes vagabonds du niveau moins quatre. Annie Romillat va plus loin lorsqu’elle établit une filiation historique entre les jeunes miséreux de la cour des Miracles et ceux du Forum. Le lien entre la nuit et les Halles constitue une autre représentation relativement stable dans le temps67. Parallèlement, la mise en images de la jeunesse en difficulté s’insère dans une temporalité plus courte, sensible aux variations de la conjoncture économique. C’est pourquoi nous avons pu isoler un apogée du stéréotype audiovisuel des jeunes marginaux du Forum, avant qu’il ne cède définitivement sa place à la figure du « jeune de banlieue »68. Enfin, cette étude a permis de souligner la relative homogénéité des représentations télévisuelles, notamment à cause des contraintes de production, qui tendent à reproduire ad nauseam les mêmes poncifs. Cependant, un auteur peut décider de malmener ces clichés. C’est le cas de Thierry Jonquet69, scénariste de Hallali, qui a pris un malin plaisir à convoquer tous les stéréotypes de la jeunesse marginale pour les détourner, le meurtrier étant un honorable grand-père. Son scénario remet en question les imageries dominantes et sape subtilement les attentes de la production et du public. Cette tentative nous rappelle que le Forum demeure avant tout un réservoir d’images à partir desquelles la société (les hommes politiques, les artistes, les architectes...) essaie de penser la ville et ses enjeux.

Liste des documents audiovisuels étudiés
« La Transformation des Halles », Aujourd’hui en France, 1979. Diffusé à l’étranger. Quatre minutes et quarante-huit secondes.
La Fontaine des innocentes, Jean Schmidt, juin 1984, diffusé sur Antenne 2. Cinquante-huit minutes.
Tilt, série Les Cinq dernières minutes, septembre 1985, diffusé sur Antenne 2. Quatre-vingt-dix minutes.
Questions d’identité, Denis Gheerbrant, 1986, diffusé sur Antenne 2. Cinquante-cinq minutes (mais la séquence qui montre le Forum dure moins de trois minutes).
Journal télévisé de 20 heures, diffusé sur TF1 le 23 mai 1986. Le reportage dure deux minutes et quatorze secondes.
Journal télévisé de 13 heures, diffusé sur TF1 le 24 mai 1986. Le reportage dure une minute et quarante-trois secondes.
Hallali, série Les Cinq dernières minutes, septembre 1989, diffusé sur Antenne 2. Quatre-vingt-dix minutes.
Jeunes en danger, Magazine spécial de la rédaction d’Antenne 2, 24 septembre 1987. Le reportage consacré au Forum dure dix minutes.
« Les Fugueurs », 52 sur la une, diffusé sur TF1 le 15 décembre 1989. Cinquante-deux minutes.
« Zone Terminus », Reportages, diffusé sur TF1 le 10 octobre 1992. Vingt-six minutes.
Journal télévisé de 13 heures, diffusé sur TF1 le 6 juillet 1994. Le reportage dure une minute et trente-six secondes.
La Haine, Matthieu Kassovitz, 1995, plusieurs diffusions à la télévision. Quatre-vingt-dix minutes (la séquence qui se déroule au Forum dure trois minutes et trente-huit secondes).

Notes

1 Ce document est consultable au Forum des images.

2 Il est produit par le ministère des Affaires étrangères pour être diffusé à l’étranger.

3 Annie Romillat, Zoneurs des Halles, Barret-sur-Meouge, Éditions Yves Michel, Coll. « Acteurs sociaux », 2000, p. 96.

4 Le bail à construction a été signé entre la ville de Paris et la Société civile du Forum des Halles, le 22 juillet 1976.

5 René Leprince, L’Enfant des Halles, 1924.

6 Seuls deux films français, Taxi 2 (Gérard Krawczyk, 2000) et Le Goût des autres (Agnès Jaoui, 2000) ont obtenu plus de deux millions de spectateurs en 2000.

7 Arnaud Mercier, Le Journal télévisé, Paris, Presses de Sciences Po, 2000, p. 16-17.

8 Publique ou privée, généraliste ou thématique.

9 Pour voir comment l’historien peut se servir des archives manuscrites sécrétées par l’audiovisuel, lire Anne-Marie Sohn, « Pour une histoire de la société au regard des médias », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n° 44-2, avril-juin 1997, p. 287-306.

10 Certaines émissions n’ont pu être visionnées à l’Inathèque, soit qu’elles n’étaient pas disponibles sur un support VHS, soit que leur signal vidéo s’était détérioré. Pour l’une de ces raisons nous avons dû renoncer à voir Les Nouveaux clochards, un reportage du magazine 7/7 diffusé sur TF1 le 4 décembre 1982.

11 La liste du corpus se trouve à la fin du texte.

12 Les Cinq dernières minutes.

13 Parfois avec des montages, des durées et des titres différents comme pour plusieurs téléfilms de la série d’Arte Tous les garçons et les filles de mon âge : Les Roseaux sauvages (André Téchiné, 1994), Le Péril jeune (Cédric Klapisch, 1994), La Page blanche (Olivier Assayas, 1994) sorti au cinéma sous un autre titre (L’Eau froide).

14 C’est le cas pour Les Cinq dernières minutes et La Haine.

15 Nous empruntons ce mot à Annie Romillat.

16 Ce titre fait référence à l’essai de Christian Bachmann et Luc Basier sur les représentations de la banlieue. Christian Bachmann et Luc Basier, Mise en images d’une banlieue ordinaire, Paris, Syros/Alternatives, 1989.

17 Tilt (1985) et Hallali (1989).

18 La station Châtelet-Les Halles voit transiter près de deux cent cinquante mille voyageurs chaque jour.

19 À l’exception des séquences d’introduction, les panoramiques présents dans les téléfilms traduisent le point de vue d’un personnage.

20 Surtout dans Hallali.

21 Attention, extériorité ne veut pas dire objectivité. La subjectivité du journaliste s’exprime dans le choix des images, dans le montage et par la présence d’une voix off.

22 Il ne faut pas oublier que les fortes audiences des journaux télévisés englobent beaucoup de téléspectateurs qui ne sont jamais venus à Paris.

23 Cette façon de filmer est déjà présente dans La Transformation des Halles, cf. note 1.

24 Le même type de confrontation opposait la modernité des pavillons de Baltard au style gothique de l’église.

25 Dans les films situés dans les cités de banlieue, la cave joue un rôle identique. Elle accueille toutes les déviances que condamne le monde d’en haut.

26 Voir le personnage de Jean Gabin qui passe plusieurs fois aux Halles dans Archimède le clochard (Gilles Grangier, 1960).

27 Questions d’identité fait figure d’exception.

28 Le film choisit un parti pris irréaliste souligné dans sa première séquence.

29 À l’exception d’un reportage de 7/7, cf. note 13.

30 L’émission mythique Hip Hop présentée par Sidney, qui a introduit le rap en France, est tournée au Forum le 25 mars 1984.

31 Au milieu des années quatre-vingt, les expressions « branché » et « look » reviennent sans cesse, et les boutiques de vêtements pour les jeunes se multiplient. Ce phénomène était favorisé par le désir des concessionnaires du Forum de privilégier à cette époque les petites surfaces commerciales.

32 La mode branchée, destinée à la jeunesse bourgeoise, revendiquait un look marginal. La chanteuse Madonna illustre parfaitement cette tendance vestimentaire dans ses clips, ses concerts et le film Recherche Susanne désespérément (Susan Seidelman, 1985).

33 Ce téléfilm ne montre aucun stéréotype de la jeunesse marginale.

34 Voir Le Thé au harem d’Archimède (Mehdi Charef, 1984), La Nuit porte-jarretelles (Virginie Thévenet, 1984).

35 Lire la dénonciation du scandale architectural et urbanistique dans L’Express, n° 1804, 7 février 1986, p. 56-57.

36 L’assassinat d’un clochard par des vigiles suscite une série d’articles. Mais ce meurtre, perçu comme un drame odieux, ne génère pas de sentiment d’insécurité.

37 Annie Romillat rappelle que « dès l’ouverture du Forum, les marginaux de tous poils ont pris conscience que ce trou pouvait être un salut provisoire, sous la forme d’une grande maison, leur abri social » (Annie Romillat, Zoneurs des halles, op. cit., p. 93).

38 Commentaire (off) dans La Fontaine des innocentes.

39 Expression employée dans Paris-Match en septembre 1985, citée dans Annie Romillat, Zoneurs des halles, op. cit., p. 99.

40 Cette politique de harcèlement a atteint ses objectifs puisque les marginaux ont fini par partir. Un jeune raconte (Jeunes en danger) : « on allait au niveau moins quatre, il y avait au moins douze flics qui se ramenaient d’un coup, ils nous disaient de dégager. On allait à la fontaine, à la fontaine il y en avait d’autres, Beaubourg et ainsi de suite... ».

41 Le 31 août 1985, une dépêche AFP relate une « scène de western aux Halles » entre dealers et policiers. La première grande opération anti-drogue a lieu le 19 octobre 1985.

42 Ces jeunes filles appartenaient à des familles sans histoire, mais elles avaient un style vestimentaire un peu déluré et portaient des coiffures originales. Ce brouillage des codes (entre bourgeois et populaire) a sans doute été à l’origine de leur interpellation.

43 Le nouveau ministre de l’Intérieur, Charles Pasqua, avait alors soutenu l’action des policiers.

44 Sur TF1, le 23 mai 1986, dans le journal de vingt heures.

45 Dès le premier plan, le journaliste s’interroge, en voix off : « Le Forum des Halles est-il un lieu dangereux ? ».

46 « Le Forum est une atmosphère polluante et bien des parents qui s’inquiètent devraient déjà s’inquiéter de savoir où les enfants vont ».

47 Lire Jean-Marie Renouard, De l’enfant coupable à l’enfant inadapté, Paris, Critérion, 1990.

48 Lorsque Virginie raconte la tentative de viol dont elle a été victime, la caméra retranscrit son récit, met ses paroles en images. Ensuite, comme pour signifier que c’est sa parole qui s’inscrit sur l’écran, son visage apparaît en surimpression sur les plans.

49 Le film Sans toit ni loi (Agnès Varda, 1986) venait de montrer la vie d’une jeune fille errante (jouée par Sandrine Bonnaire).

50 Des zazous aux blousons noirs, les modes vestimentaire et capillaire ont toujours été des canaux privilégiés de la stigmatisation de la jeunesse.

51 Dans la présentation de son émission (52 sur la une), Jean Bertolino précise, au sujet de « deux jeunes fugueurs qui déambulent dans la proximité du Forum des Halles », que chaque jour « ils risquent de sombrer dans la petite délinquance et la drogue car les dealers sont partout à l’affût des proies faciles ». Le commentaire (off) de Jeunes en danger véhicule presque le même discours : « tous ont besoin de drogue pour se donner du courage et calmer l’angoisse toujours présente [...], toute la journée ils se bourrent de haschich ou de barbituriques [...] mélangés à de la bière, ce qui les plonge dans un état second ».

52 On retrouve la même ambivalence dans le rapport des jeunes avec leurs cités de banlieue.

53 Commentaire (off)dans Jeunes en danger : « À vingt mètres sous terre, la gare avec ses dédales et ses tunnels leur offre un abri et un toit pour dormir ».

54 Impression renforcée par l’obscurité des espaces souterrains, le fait de vivre sans voir le jour.

55 Samir, un fugueur, dans 52 sur la une : « je perds mon avenir, je perds une chance de m’en sortir ».

56 Dans Reportages, Sandra insiste sur cette ambiance familiale ; Virginie (52 sur la une) évoque « la chaude amitié d’une bande qui l’a prise sous sa coupe » (commentaire off du journaliste). De même, dans Jeunes en danger le journaliste définit (off)ainsi la situation des jeunes marginaux : « Ayant rompu toutes les amarres familiales, scolaires et sociales, ils cherchent à se regrouper pour trouver chaleur et sécurité ».

57 Annie Romillat, Zoneurs des halles, op. cit., p. 89.

58 « Terminus Les Halles », Le Monde, 25 décembre 1991, p. 9.

59 Intitulée « Zone Terminus ».

60 Le reportage présente l’association Coup de pouce qui s’occupe des jeunes vivant dans le métro.

61 En 1994, le Forum entreprend un programme de trois ans de travaux : « lassé de sa médiocre réputation et menacé par la concurrence, le plus grand centre commercial de Paris, cherche à changer d’image » (Le Monde, 9 avril 1994, p. 17).

62 Il y reçoit le prix de la mise en scène.

63 De la même façon, les jeunes stationnent devant les halls d’immeuble dans les grands ensembles.

64 Joëlle Bordet, Les « Jeunes de la cité », Paris, PUF, 1998, p. 114-115.

65 Conseillère municipale du Mouvement des citoyens.

66 « Cette mauvaise image tient à la conception même du projet car l’urbanisme sur dalle est rarement une réussite, ainsi qu’à la relative insécurité qui règne en certains endroits du centre devenu un lieu de rassemblement ouvert à tous vents plus qu’un lieu d’achats. Il est très difficile de revenir en arrière tant ce que le Forum est devenu était écrit dans le projet lui-même ». Délibération référencée DLH 167-DAUC 92, avril 1998.

67 Cependant, la nuit n’est plus aujourd’hui le cadre d’une activité commerciale comme ce fut le cas jusque dans les années soixante.

68 Sachant que le stéréotype du « jeune de banlieue » s’inscrit lui-même dans une longue chaîne de représentations, de l’apache du début du siècle au blouson noir des années soixante, en passant par le loubard des années soixante-dix.

69 Auteur de polars, souvent publiés dans la « Série noire », dont les opinions politiques sont marquées à gauche.

Table des illustrations

Légende ▲ La Fontaine des Innocents.© Christian Tutin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4502/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 409k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540