Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Halles

 | 
Jean-Louis Robert
, 
Myriam Tsikounas

Daniel Karlin. Les débuts d’une carrière de réalisateur

Texte intégral

1À partir d’un entretien réalisé par Évelyne Cohen le 1er octobre 2001

  • 1 Institut des Hautes études cinématographiques.
  • 2 De nombreux cinéastes et réalisateurs sont mis au chômage à la suite de la signature des accords Bl (...)

2Après avoir terminé ses études à l’IDHEC1, Daniel Karlin est entré à la RTF (Radio télévision française) en 1963, comme assistant-réalisateur. Il avait alors vingt-trois ans et s’était résigné à faire de la télévision plutôt que du cinéma, ce qu’il considérait à l’époque comme une « déchéance »2. Il a d’abord été l’assistant du réalisateur Jacques Krier pour Un mariage à la campagne. Daniel Karlin insiste sur le rôle d’initiateur joué par ce dernier, téléaste communiste, connu en particulier pour la réalisation de la série À la découverte des Français (1957-1960).

  • 3 Le fils du cafetier Marius est communiste, ce qui facilite la rencontre.

3En 1965, Daniel Karlin devient assistant-réalisateur du documentaire de Gérard Chouchan Mémoires d’un vieux quartier : Les Halles. Sa participation consiste dans un premier temps à repérer les gens des Halles, à mener l’investigation et l’enquête auprès d’eux. Ce travail d’investigation était un travail de découverte du quartier et du métier de réalisateur. Daniel Karlin se rappelle qu’il s’était préparé à l’enquête sur les Halles de Paris par la lecture des Carnets de notes de Zola dont il possédait la collection complète. Le travail de « pénétration » des Halles se fait en profondeur. Les premiers contacts sont pris grâce au réseau des relations communistes qui est mis à profit3. Chaque semaine, pendant quatre ans, Daniel Karlin passe deux nuits complètes aux Halles. Il insiste sur son souci et sa démarche qui consistent à passer de l’« investigation » au « récit ». Ce qui l’intéresse, comme il se plaît à le répéter au fil des différents entretiens qu’il accorde, ce sont « les gens ». Il les suit « dans la durée », ce qui, dit-il, « permet de pénétrer peu à peu un monde ». Le projet est, au fur et à mesure du tournage, d’« inscrire la mémoire » du quartier, d’où le choix qui est fait de s’appuyer pour réaliser le documentaire sur « une chaîne représentative des vieux les plus ouverts ». C’est donc une génération porteuse de mémoire qui apparaît dans l’écriture filmique. La télévision se doit, selon Daniel Karlin, de véhiculer leur mémoire.

4Le tournage lui-même lui a semblé difficile et représentait quelquefois une prouesse technique puisqu’il a fallu éclairer, grâce aux services d’EDF, des rues entières comme la rue Berger. Les Halles lui apparaissent comme un monde complexe, « enraciné dans l’histoire de France », « magnifique » et « odieux » à la fois. Daniel Karlin évoque avec regret quelques scènes que le réalisateur, Gérard Chouchan, construisant son approche, n’a pas retenues lors du montage et qui illustrent les ambivalences de ce quartier. Daniel Karlin se rappelle comment on « paraît » la marchandise pour dissimuler qu’elle était avariée : les vendeurs protestaient car les cinéastes éclairaient trop les marchandises (« Putain..., avec vos lumières ! »).

  • 4 La présence des rats dans les Halles est évoquée dans la presse contemporaine ainsi que dans plusie (...)

5Il se souvient d’un viol commis entre clochards, rue Berger, alors que l’équipe filmait depuis le haut d’un pavillon, il se rappelle des mètres de pellicules non conservés au montage, où l’on voit d’énormes rats mangeant le bas des carcasses de viande dans le sous-sol du pavillon de la viande4. Ces carcasses devaient servir à la fabrication du « Viandox ». À travers ses souvenirs, les Halles apparaissent comme un univers chaleureux, vivant et violent. Il raconte l’omniprésence traditionnelle de la police aux Halles, l’importance de la « fauche » des marchandises pour des gens souvent très mal payés.

  • 5 Irène Cardon, « approvisionneuse » de légumes à qui Marius, le cafetier, qui avait été son amant, d (...)

6Surtout, il se remémore la présence de plusieurs personnages qu’il a côtoyés et qui ont dévoilé des aspects de leur intimités5, lui ont fait connaître leurs secrets. Ainsi avait-il connaissance des relations adultères, de l’existence passée des personnages, de leurs dérives et de leurs démêlés avec la justice, de leur comportement pendant la dernière guerre...

7Nous touchons un aspect intéressant de l’œuvre de Daniel Karlin qui inscrit des itinéraires de vies individuelles au sein de destinées collectives. Daniel Karlin apparaît alors, il le reconnaît lui-même, comme un « accoucheur » du récit, pratiquant le dialogue en voix off, posant des questions dans une approche qu’il définit comme « provocatrice » et qui délivre des récits de vie très présents, en particulier dans la deuxième partie du film. Nous pouvons penser que ce premier travail documentaire a joué un rôle d’initiateur de la démarche que Daniel Karlin a déployée dans la suite de son œuvre et qui se poursuit encore aujourd’hui dans une approche pédagogique et psychologique...

8La démarche adoptée par Gérard Chouchan, qui a réalisé le montage final, s’est révélée plus sociale et économique, alors que le travail de Daniel Karlin a opéré le passage du social à l’intime.

Notes

1 Institut des Hautes études cinématographiques.

2 De nombreux cinéastes et réalisateurs sont mis au chômage à la suite de la signature des accords Blum-Byrnes.

3 Le fils du cafetier Marius est communiste, ce qui facilite la rencontre.

4 La présence des rats dans les Halles est évoquée dans la presse contemporaine ainsi que dans plusieurs documentaires et magazines. Voir en particulier « Les rats sont là », Dim Dam Dom de Dimitri Stavrakas, 1969.

5 Irène Cardon, « approvisionneuse » de légumes à qui Marius, le cafetier, qui avait été son amant, déclare « Toi, même quand tu fais l'amour, tu penses à tes choux-fleurs ! »

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540