Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Halles

 | 
Jean-Louis Robert
, 
Myriam Tsikounas

Halles et forts des Halles dans les actualités cinématographiques

Danielle Tartakowsky

Texte intégral

1De précédentes incursions dans les actualités cinématographiques m’avaient suggéré l’hypothèse suivante : les actualités cinématographiques, Éclair ou Gaumont, préfèrent le temps cyclique et rassurant de l’éternel retour et de ses rites à celui de l’événement, dans l’ordre politique à tout le moins. La place que les dites actualités consacrent aux forts des Halles et les images qu’elles en donnent obligent à infléchir l’hypothèse, dès lors que la traditionnelle cérémonie d’offrande du muguet au président de la République par les forts des Halles accompagnés de leurs reines n’a été retenue qu’une fois quand nous l’attendions, réitérative, chaque année. Cette première constatation nous a contrainte à changer de focale et de perspective pour élargir nos préoccupations primitives aux Halles sous toutes leurs facettes, sans nous limiter à ceux qui les peuplent.

Le poids de l’événement

2La base de données du Forum des images propose quarante et une entrées à la demande croisée Halles/Actualités cinématographiques, en intégrant au nombre les actualités Éclair et Gaumont mais également France-Actualités, les Actualités mondiales et les Actualités françaises. On trouve là quelques (rares) doublons et quelques séquences où l’allusion est tellement fine ou rapide qu’elle se révèle inefficiente pour nous.

3Un nécessaire toilettage nous laisse en présence de trente et une séquences pertinentes. La première date de 1923, ce qui est assez tardif au regard du corpus, et la dernière de la fin 1972.

▲ Quartier des Halles : voiturette du marchand de quatre-saisons.
© Christian Tutin

  • 1 Gaumont, mai 1923.
  • 2 Gaumont, mars 1930.
  • 3 Ce thème est alors abordé pour la première fois s’agissant d’une manifestation déployée dans le qua (...)
  • 4 Gaumont, juillet-septembre 1948.
  • 5 Gaumont, septembre-décembre 1966.

4Les séquences abordant les Halles en tant qu’« objet pittoresque » sont exceptionnelles, nous aurons à y revenir. La quasi-totalité des séquences qui les ont prises pour objet sont induites par des événements advenus là où les forts des Halles ont été les acteurs. La modernisation des Halles, leurs agrandissements, leurs conséquences sur la ville et bien sûr, in fine, le déménagement programmé avant que d’advenir constituent, en effet, le principal ensemble, avec onze séquences. La modernisation répond de la première occurrence, en 1923, quand « les charrettes à bras sont remplacées par des charrettes électriques »1. Elle est une nouvelle fois en cause, en mars 1930, quand « les Halles s’agrandissent au détriment de la circulation »2, dans une conjoncture où, nous l’avions constaté par ailleurs, les Actualités se révèlent particulièrement sensibles aux nouveaux embarras de Paris3. Elle ressurgit en 1948 quand les camions frigorifiques apparaissent4. C’est toutefois la question du déménagement qui répond du plus grand nombre de séquences (huit à partir de la fin 19665)

5Les restrictions et la question du ravitaillement viennent en deuxième position. En répondant de ce que dix des trente et une séquences répertoriées concernent la période de l’Occupation et de la Libération.

6Trois manifestations revendicatives ayant eu pour cadre les Halles ou le quartier qui porte leur nom et trois événements mondains (en ce qu’ils impliquent des sportifs de renom ou des acteurs) constituent un troisième et dernier ensemble.

La ville ou les gens

7Rares sont les séquences qui donnent à voir à la fois les pavillons Baltard, inscrits dans l’espace urbain, et les personnages qui les peuplent ou les animent. Cela tient pour beaucoup à des contingences techniques. Les opérateurs changent rarement de focale et procèdent le plus souvent par plans séquences uniques, à tout le moins jusque dans les années soixante mais le phénomène demeure courant au-delà.

  • 6 Eclair, novembre-décembre 1968.
  • 7 Gaumont, septembre-décembre 1966.
  • 8 Gaumont, janvier-mars 1968.

8Dès lors que la présence des Halles est induite par un événement, on a peu de plans d’ensemble. Les pavillons ne sont clairement visibles que dans douze des trente et une séquences retenues. Celles-ci se concentrent de manière presque exclusive au tout début du corpus et à son terme dès lors qu’il s’agit, dans l’un et l’autre cas, de montrer les effets pour Paris (ou du moins pour le quartier) de la présence des Halles ou de leur départ. Il faut attendre les séquences finales, quand le déménagement, de décidé qu’il était, devient effectif, pour que la perspective s’élargisse et que surgisse, dans le commentaire comme à l’image, la notion de « quartier des Halles », avec une intéressante et longue séquence consacrée à « l’ambiance du quartier [qui] va s’éteindre »6. C’est également dans ces séquences induites par le déménagement qu’apparaît pour la première fois l’expression de « ventre de Paris ». Le commentaire l’utilise d’abord en 1966 pour qualifier les travaux d’Haussmann, sans référence explicite à Zola7. La dénomination ressurgit début 1968 sous la forme d’un encart introduisant la séquence avant que d’être relayée par le commentaire qui évoque la décision d’ôter à Paris « ce ventre dont Zola l’avait affublé »8. On la retrouve enfin, fin 1968, dans la séquence Éclair déjà évoquée, à la fois dans l’encart-titre et dans le commentaire. Comme si la fin des Halles annoncée autorisait cette mise à distance par l’écriture et, par là même, une certaine patrimonialisation, qu’aucun commentaire nostalgique ne vient pourtant relayer.

  • 9 Gaumont, janvier 1935.
  • 10 Actualités mondiales, janvier-février 1942 ; Actualités mondiales, avril-mai 1942 ; Actualités mond (...)

9Les autres séquences se focalisent sur ce qui se passe dans les Halles et par là même sur les « gens », sans privilégier les forts des Halles. Ainsi, dans les diverses séquences qui donnent à voir des opérations promotion, des « ripailles de bienfaisance9 ou des soupes populaires, elles sont nombreuses durant la guerre10, avec, le fréquent concours de champions sportifs ou de vedettes de l’écran ; à moins qu’il ne s’agisse de manifestations revendicatives ou commémoratives ; toutes circonstances où les Halles ne sont plus que le décor d’événements qui les requièrent.

Les deux figures des forts des Halles

10C’est assez dire que les forts des Halles ne constituent pas une image obligée pour signifier le lieu. Nous les avons repérés dans dix séquences (peut-être davantage si l’on se livrait à une analyse plus attentive de plans larges où ils se profilent parmi d’autres, sans retenir l’attention de l’opérateur). Encore ne sont-ils pas nécessairement la figure centrale de ces séquences retenues. Ainsi, en 1954, Jean Richard, élu « roi des Halles » après le tournage du film Escalier de service, reçoit-il une « entrecôte d’honneur » des mains d’un fort des Halles, assurément bien visible mais du moins en retrait par rapport au héros du jour.

  • 11 Gaumont, mai 1923. Séquence repérée à partir du mot « muguet », pour une recherche que nous menions (...)
  • 12 Gaumont, octobre-décembre 1972.

11Quatre des dix séquences s’inscrivent dans la période 1923-1935, avec, au nombre, une spectaculaire fête du Muguet que la base de données ne nous avait pas permis de repérer à partir de notre question première mais qui donne pourtant à voir des forts et reines des Halles juchés sur un char abondamment fleuri dans un Paris en fête. Des images rares11. La séquence suivante date de 1945. On en relève quatre, encore, de 1958 à 1966 (soit avant l’annonce du déménagement). La dernière date de 1972, quand, dans une ultime séquence consacrée aux Halles, des images montrent des bouchers aux blouses maculées de sang au comptoir d’un bistrot, avec, en commentaire : « quand le marché de la viande aura rejoint Rungis, les forts des Halles deviendront des banlieusards »12. C’est assez dire que l’occasionnel intérêt qui leur est porté n’est en rien la conséquence obligée d’un retard nostalgique sur un monde en fuite : à l’image, ces figures ont très exactement la durée de vie du lieu qui les a générées. Deux figures du fort des Halles se font là concurrence.

▲ Les forts des Halles du pavillon de la volaille.
© Photographie anonyme, 1921.

  • 13 Gaumont, janvier 1933.
  • 14 Gaumont, mai-juillet 1962.

12Le fort des Halles au travail constitue la première. Ainsi représenté, il n’est pas nécessairement nommé comme tel. Il est identifiable aux lourds quartiers de viande qu’il transporte et à sa blouse blanche qu’on a déjà dit maculée de sang. Quatre séquences le représentent ainsi sans nécessairement s’attarder sur lui : ainsi dans la séquence de 1948 déjà évoquée qui a pour thème et dès lors pour figure centrale les camions frigorifiques, auxquels les silhouettes des forts des Halles se subordonnent. Seules deux séquences les constituent, quoique brièvement, en sujet de premier plan. La première date de janvier 193313. Elle est intitulée « Paris pittoresque », soit un cas d’espèce rapporté au corpus. Images et commentaire s’attachent à décrire « la vie nocturne des Halles » en s’attardant sur des clochards que le commentaire désigne par le substantif « Misérables » et sur « les légendaires forts des Halles qu’ailleurs on appellerait porteurs », poses et sourires à l’appui, exigences techniques obligent, s’agissant du moins des poses. Le contexte de crise n’est aucunement évoqué et les images donnent un sentiment d’abondance. La deuxième séquence concernée date de l’été 1962 et n’aborde les Halles que très incidemment puisqu’elle est consacrée aux « Allemands en vacances à Paris »14. On suit ces Allemands dans les centres obligés du tourisme à Paris, Montmartre en particulier où, soulignent images et commentaire, il est difficile de se garer. Avant que d’enchaîner : « après l’effort, le réconfort », tandis qu’apparaissent à l’image des « forts » des Halles en train de décharger leurs quartiers de viande, avec un vraisemblable jeu délibéré des Actualités sur ces consonances en écho... La caméra s’attache ensuite à de petits bistros peuplés, souligne le commentaire, de leurs « habitués pittoresques » (par bien des traits similaires à plus d’un personnage de films de fiction antérieurs). Et d’ajouter : « pour la quantité, les Halles, pour la qualité, les petits bistrots alentour ».

▲ Édouard VII en France. Dessin de Serge Delaw.
© Collection Myriam Tsikounas.

« La France, qui fut si hospitalière au Prince de Galles, souhaite au roi Édouard la bienvenue dans sa Capitale. Elle tient à l’honneur de faire défiler devant cet hôte illustre, qui est aussi un excellent « client » (quand on est dans le commerce, on a besoin de tout le monde) tout ce que le bottin de Paris et celui des Départements contiennent de Notabilités régionales. Le petit bouquet de Violettes (si parisien), qui fait partie du cortège, s’arrête devant la tribune présidentielle et présente son humble hommage, attention dont le monarque boulevardier a paru singulièrement touché ».

13Les six autres séquences donnent à voir le fort des Halles en tenue de cérémonie, soit une figure naturellement plus rare au quotidien. Toutes sont naturellement consacrées à des fêtes de diverse nature autorisant ou requérant même le port de la dite tenue. Trois se situent avant guerre, une autre date de 1945 et les deux dernières, attestent une tradition perpétuée par-delà les deux guerres, ce qui dans le domaine des tenues vestimentaires spécifiques n’est pas si fréquent. Sans nécessaire folklorisation.

  • 15 Gaumont, février 1925.
  • 16 Actualités françaises, août 1945.
  • 17 Éclair, janvier-mai 1947.

14Cette figure apparaît lors la fête du muguet de 1923, déjà évoquée, à l’occasion d’une manifestation en l’honneur du champion Rigoulot15 puis lors d’une « ripaille de bienfaisance » à l’occasion de la pose de la première pierre d’un nouveau pavillon des Halles, en 1935. La séquence suivante, datée de 1945, s’inscrit dans un tout autre registre puisqu’il s’agit d’une cérémonie organisée en l’honneur des FFI « qui se sont battus en assurant la nourriture de la ville insurgée et sont tombés là sous les ordres du commandant Bara » à l’occasion du premier anniversaire de la Libération16 : un cortège traverse un des pavillons Baltard à demi déserté, aux cimaises duquel une banderole est tendue, avec ces mots : « Nous jurons de rester fidèles à l’idéal pour lequel sont tombés les combattants de la Liberté ». La caméra s’attarde longtemps sur le visage d’un fort des Halles coiffé de son traditionnel chapeau à larges bords tandis qu’une fillette en costume folklorique mais en larmes dépose une gerbe de fleurs. En fournissant l’occasion du plan le plus long et le plus appuyé sur un fort des Halles que nous ayons trouvé ; empreint d’une exceptionnelle gravité. On retrouve cette figure après guerre lors de la remise du prix à Jean Richard, déjà mentionnée, et dans cette unique séquence où les forts des Halles, accompagnés de leurs reines, remettent du muguet au président de la République17, avec, à l’appui, un de ces commentaires dont le genre est coutumier, soulignant que les forts des Halles sont « les seules masses déplacées pour une très printanière fête du travail ».

15Dans ces diverses séquences, les forts des Halles sont intégrés dans la cérémonie qui requiert leur présence et dès lors saisis par la caméra « dans leurs œuvres », pourrait-on dire. Les poses sont d’autant plus rares qu’il s’agit là de scènes de masse (la fête de 1923) ou de séquences plus tardives, toujours tournées de jour, et qui ouvrent, dès lors, plus de possibilités aux opérateurs. Il advient même que les blouses maculées soient saisies tout incidemment par la caméra qui ne s’y attarde en aucune manière et ne les privilégie nullement, dans la fête du muguet de 1923, en particulier. Ajoutons que les forts des Halles en costume de cérémonie sont la plupart du temps filmés sans qu’aucun commentaire ne nous indique ce qu’ils sont, comme s’il s’agissait là d’une donnée d’évidence pour le spectateur d’alors. Il faut attendre la séquence de 1957, qui est également la dernière les concernant, pour que le commentaire, pourtant coutumier de la redondance dans ce « genre » que sont les actualités cinématographiques, précise la nature de ce qui nous est montré.

16Les actualités cinématographiques jouent donc à front renversé. Leur faible intérêt pour le travail ou plus généralement le social (à moins qu’ils ne soient intégrés dans des déterminants d’autre sorte) trouve ici une nouvelle fois à s’illustrer. Les forts des Halles au travail sont plus rarement filmés que sur l’autre mode et quand ils le sont, le sont sur un mode appuyé et presque aussitôt folklorisé ; par le biais du commentaire qui distancie ou vise à susciter le rire. Elles naturalisent, a contrario, ce qui nous apparaît comme le plus inhabituel mais qui relève, il est vrai, de leurs centres d’intérêt. En laissant ouverte la question de la réception de ces images par un spectateur qui, entre 1923 et 1972, s’est radicalement transformé quand ces images demeurent homogènes d’un bout de la période à l’autre et, s’agissant des représentations et non des thèmes retenus, quasiment d’une maison de production à l’autre.

Notes

1 Gaumont, mai 1923.

2 Gaumont, mars 1930.

3 Ce thème est alors abordé pour la première fois s’agissant d’une manifestation déployée dans le quartier de l’Opéra.

4 Gaumont, juillet-septembre 1948.

5 Gaumont, septembre-décembre 1966.

6 Eclair, novembre-décembre 1968.

7 Gaumont, septembre-décembre 1966.

8 Gaumont, janvier-mars 1968.

9 Gaumont, janvier 1935.

10 Actualités mondiales, janvier-février 1942 ; Actualités mondiales, avril-mai 1942 ; Actualités mondiales, mai-juin 1943, France Actualités, avril 1944. La question du ravitaillement est évoquée sur un tout autre mode, celui des combats, dans France Libre Actualités, septembre 1944.

11 Gaumont, mai 1923. Séquence repérée à partir du mot « muguet », pour une recherche que nous menions en parallèle.

12 Gaumont, octobre-décembre 1972.

13 Gaumont, janvier 1933.

14 Gaumont, mai-juillet 1962.

15 Gaumont, février 1925.

16 Actualités françaises, août 1945.

17 Éclair, janvier-mai 1947.

Table des illustrations

Légende ▲ Quartier des Halles : voiturette du marchand de quatre-saisons.© Christian Tutin
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4493/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende ▲ Les forts des Halles du pavillon de la volaille.© Photographie anonyme, 1921.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4493/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende ▲ Édouard VII en France. Dessin de Serge Delaw.© Collection Myriam Tsikounas.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4493/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540