Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Halles

 | 
Jean-Louis Robert
, 
Myriam Tsikounas

Au voisinage des Halles. Images et représentations du quartier de Saint-Merri dans l’entre-deux-guerres

Chloé Maurel

Texte intégral

1Le quartier Saint-Merri n’existe plus vraiment aujourd’hui, du moins il n’a plus rien à voir avec ce qu’il était dans l’entre-deux-guerres. Il s’agissait d’un des plus vieux quartiers de Paris, remontant au Moyen Âge. Situé au cœur de Paris, à l’est des Halles, il était délimité en gros par la rue Saint-Martin à l’ouest, la rue du Renard à l’est, la rue de la Verrerie au sud et la rue des Étuves Saint-Martin au nord (fig. 1). Son cœur occupait la place qui est aujourd’hui celle du Centre Pompidou. Malgré une période faste vers le xviie siècle avec la construction d’hôtels particuliers, il avait surtout été marqué, dans son histoire, par un habitat populaire. Au début du xxe siècle, il fut classé « îlot insalubre » par les services de la Préfecture à cause de son délabrement et du fort taux de mortalité par tuberculose, et fut peu à peu démoli à partir du début des années 1930. Dans ces années-là, ses dernières années de vie, le quartier donna lieu à des représentations multiples, complexes, parfois contradictoires entre elles. Nous avons cherché à comprendre comment et pourquoi ces images s’étaient constituées, d’où elles venaient et si possible par quels canaux elles s’étaient propagées.

  • 1 On peut certes mettre aussi en doute le caractère « objectif » des témoignages d’anciens habitants, (...)

2Les sources que nous avons utilisées pour saisir ces représentations sont diverses : nous nous sommes surtout appuyés sur des guides touristiques et récits de promenades dans Paris, mais nous avons aussi utilisé des photographies prises par les services de la Préfecture, des extraits de films documentaires et d’actualités cinématographiques, et enfin des œuvres littéraires, roman ou poésie. Pour la plupart, ces sources datent de l’entre-deux-guerres. Certains textes datent du début du xxe siècle, mais la vision semble être à peu près la même que dans l’entre-deux-guerres, et on peut penser que ces textes étaient encore lus dans ces années. Faute de moyen plus fiable pour reconstituer l’opinion de l’époque sur le quartier, nous avons dû faire le postulat que ce corpus reflétait les représentations de la majorité des Parisiens d’alors. Nous avons, par ailleurs, dépouillé les registres de recensement de population du quartier, entre 1926 et 1936, et interrogé les anciens habitants que nous avons pu retrouver, afin de confronter à ces renseignements bruts1 les représentations émanant du corpus de textes et d’images, pour saisir les éventuelles déformations opérées par l’opinion dans la perception du quartier.

3Il nous a semblé qu’il y avait trois éléments principaux dans ces représentations : la première image qui s’impose est celle d’un vieux quartier central très animé, pittoresque ; le quartier apparaît ensuite sous un autre visage, celui d’un lieu sordide et inquiétant ; et l’on verra dans un troisième temps comment cette ambivalence du quartier engendre fascination et envoûtement.

Un quartier pittoresque et plaisant

Le charme lié au caractère historique

  • 2 « Présent » à l’époque de notre étude, c’est-à-dire dans les années 1920-1930.

4De nombreux éléments dans le bâti témoignent, encore dans les années 1920 et 1930, du long passé du quartier : notamment des façades à l’architecture médiévale, et des restes d’hôtels particuliers. Le pittoresque vient du contraste entre l’ancienne splendeur du quartier et son délabrement présent2. André Robida, amateur d’histoire et d’architecture, raconte une de ses promenades dans la rue Saint-Merri :

  • 3 André Robida, Paris à travers l’histoire, Paris, Librairie illustrée, 1908, p. 294.

Nous sonnons au premier étage. Le locataire, M. Crommens, fabricant de registres, veut bien nous autoriser à jeter un coup d’œil dans ses ateliers, deux anciens salons duxviie siècle encore ornés de précieuses moulures. M. Crommens nous apprend que sous les couches de blanc des murs se trouvent des peintures anciennes3.

5L’originalité du quartier n’est donc pas son patrimoine historique (ce que possèdent aussi beaucoup d’autres quartiers de Paris), mais le fait que ce patrimoine ne soit pas perceptible au premier coup d’œil : il faut savoir, il faut observer, il faut prendre la peine de le reconstituer sous l’aspect délabré.

6De même, le nom des rues témoigne du passé : par exemple la rue Brisemiche et la rue Taillepain doivent leur nom à la distribution de pain par le chapitre Saint-Merri au Moyen Âge (fig. 2). Quant à la rue de la Verrerie, laissons parler un connaisseur, auteur de plusieurs ouvrages de promenades dans Paris :

  • 4 Georges Cain, Promenades dans Paris, Paris, Flammarion, 1906, p. 63.

Que de souvenirs évoque la rue de la Verrerie ! Les verriers-vitriers y avaient auxiie siècle le siège de leur confrérie ; Jacquemin Gringogneur, qui inventa les cartes à jouer pour “l’esbatement de son roi Charles sixième” y demeurait et aussi l’amiral de Chatillon, massacré lors de la Saint-Barthélémy. En 1672, la rue fut élargie par arrêté du Parlement, attendu que la rue de la Verrerie est le passage ordinaire du Roi pour aller de son château du Louvre en celui de Vincennes et le chemin par lequel se font les entrées des ambassadeurs des princes étrangers4.

7On vérifie la place remarquable tenue par ce quartier dans le passé historique national.

  • 5 Il s’agit des promeneurs ayant écrit des livres à ce sujet ; leur vision ne correspond peut-être pa (...)
  • 6 Georges Cain, Le Long des rues, Paris, Flammarion, 1912, 1920, p. 47-48.

8Ce n’est donc pas seulement par les éléments concrets (architecture et noms des rues) mais aussi par les souvenirs historiques que le quartier s’ancre dans le passé. Des artistes, des écrivains célèbres comme Boccace, au Moyen Âge, Guillaume Budé, puis Pascal, Racine, Marivaux, Nerval, soit y vécurent, soit le fréquentèrent, et les promeneurs5 semblent en être conscients. « On composerait un magnifique livre d’adresses, une sorte de Tout-Paris prestigieux avec les morts de qualité qui vécurent dans ce quartier »6.

▲ Fig.1.- Le cœur du quartier Saint-Merri en 1926.

▲ Fig. 2 – Rue Brise-miche. Photographies tirées à partir des images d’archives Les arrondissements de Paris à travers les actualités Gaumont. 1910-1930 : Les années muettes, LeIVe arrondissement « Le vieux quartier Saint-Merri va disparaître » et de Le Vrai Paris, Jean-Claude Bernard, 1934.
© Archives départementales de Paris.

  • 7 Georges Cain, Promenades dans Paris, op. cit., p. 248.

9Le quartier garde aussi le souvenir d’événements historiques qui l’ont marqué : en 1832, il a été le théâtre des barricades et des affrontements que Victor Hugo a dépeints dans Les Misérables, en situant rue Saint-Merri la barricade où Gavroche meurt. Selon Georges Cain, « il est facile de retrouver encore aujourd’hui la trace des boulets et des balles qui tigrèrent les maisons voisines de l’église »7.

  • 8 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 63-64.

10Ces éléments sont toujours mentionnés dans les récits de promenades dans Paris écrits à l’époque. Le caractère historique semble donc un trait essentiel du quartier. D’après Georges Cain, la rue Brisemiche constitue « le parfait spécimen des ruelles de jadis. Ici, tout a vieilli mais rien n’a changé. (...) Tout, jusqu’aux vestiges des anneaux de fer scellés dans le mur, évoque le plus naturellement du monde l’image ruinée d’un passé disparu »8.

11Et un autre auteur, Héron de Villefosse, écrit en 1932 à propos de ce quartier :

  • 9 René Héron de Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris, 1932, p. 19.

L’arrondissement a l’air d’avoir été classé par une commission historique qui n’en prendrait aucun soin et le laisserait à l’abandon. [...] Il y a des caisses d’emballage et des charrettes à bras dans les anciennes cours d’honneur où attendait jadis un carrosse. [...] Tout est plein de souvenirs et tout date : portes à clous, mascarons, balcons ventrus, fers forgés, enseignes, et à la fin de l’automne, quand il y a de la brume, il semble qu’on aille à travers les ruines, qu’on assiste à une revue d’ombres illustres [...]. Tout le passé de Paris moisit à travers ces ruelles à travers lesquelles on est heureux de flâner, parce qu’elles sont pittoresques9.

12Et même beaucoup plus tard, alors que de l’ancien quartier Saint-Merri ne subsistent que quelques morceaux de rues, des observateurs attentifs, tel Louis Chevalier, notent encore :

  • 10 Louis Chevalier, Les Parisiens, Paris, Hachette, 1967, p. 170-171.

Entre la rue Saint-Martin et la rue Beaubourg, certains murs, entamés par les essieux des voitures, rayés par les hauts chargements, parlent comme des musées10.

  • 11 Le « présent » considéré ici étant, là encore, les années 1920-1930.

13Le pittoresque doit donc beaucoup à ce caractère historique ; mais il réside aussi dans un autre aspect, qui, lui, tient au présent11.

Le charme lié à l’animation, à l’effervescence du quartier

  • 12 Georges Cain, Les Pierres de Paris, Paris, Flammarion, 1910, p. 176.

14Le quartier est le lieu d’une animation intense, due à des activités très diverses. Ce sont tout d’abord les activités liées aux Halles, avec le commerce, le transport, le stockage de denrées alimentaires. Le quartier abrite beaucoup de dépôts et héberge de nombreux travailleurs des Halles : un auteur évoque les nombreux « dormoirs à l’usage des porteurs des Halles et des maçons ; braves gens, forcés professionnellement de se lever au milieu de la nuit ou aux premières heures du jour »12. Mais ce sont aussi, logées dans les maisons, les petites boutiques au rez-de-chaussée, ainsi que les petites fabriques dans les étages. Ce sont enfin les petits métiers de la rue, comme les marchandes de quatre-saisons.

15La comparaison avec une ruche ou une fourmilière revient dans de nombreuses évocations :

  • 13 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p 78.

Le jour, c’est une fourmilière ; c’est la fièvre industrielle. Chaque rue, chaque ruelle, chaque impasse, chaque porte cochère est encombrée par les camions, les voitures à bras [...] c’est un incessant va-et-vient d’ouvrières, d’ouvriers, de garçons de banque, d’apprentis, de cyclistes, de camelots13.

16C’est la diversité, la visibilité de toutes ces activités qui sont mises en valeur à travers les descriptions et les énumérations.

  • 14 Ibid., p. 79-80.

Les paroles lancées dans la rue, le bruit, les cris, sont des éléments essentiels de l’animation du quartier, de même que la hâte des gens et l’encombrement des rues : « Les marchandes de quatre-saisons poussent leurs voiturettes pleines de choux, de carottes, criant : “la pomme de terre au boisseau !” [...] Par-ci, par-là, un camelot en espadrilles galope en criant : “Paris-Sport... Complet des courses… ” Il est d’ordinaire le bienvenu : “on le guette, on l’appelle, on le consulte”. C’est à l’heure où la cloche des ateliers sonne le déjeuner qu’il convient d’étudier cette ruche bourdonnante. Un flot d’ouvrières rieuses, ravies d’échapper pour un moment à la fastidieuse besogne, envahit les crémeries, les traiteurs, [...] nous donnant pendant quelques minutes l’impression d’une volière ouverte ; cependant que le flot des ouvriers s’engouffre chez les trop nombreux marchands de vin, et que de grands gaillards, heureux de vivre, se bousculent avec de gros rires à la porte du débit de tabac14.

  • 15 Georges Hémard, Le Grand clapier de Paris, Paris, Édition de la Tournelle, 1939, p. 32.

17La plupart des observateurs perçoivent entrain et joie de vivre dans cette animation laborieuse. La population du quartier semble faire preuve d’une gaieté communicative, d’où le plaisir éprouvé à y flâner. « Comique et mouvementé, ce vieux quartier offre un merveilleux champ d’étude aux amoureux de Paris, désireux de se documenter sur nature »15.

18L’aspect historique et l’aspect animé confèrent donc au quartier son visage pittoresque. Mais ce visage n’est pas le seul qui modèle les représentations. Le quartier est représenté bien souvent sous des couleurs beaucoup moins plaisantes.

Un quartier sordide

19En fait, c’est depuis très longtemps que le quartier Saint-Merri est considéré comme un quartier sale et répugnant. Déjà en 1781, dans son Tableau de Paris, Louis-Sébastien Mercier écrivait :

  • 16 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris (1781), cité dans Louis Chevalier, Les Parisiens, op. cit (...)

Le quartier Saint-Merri est un quartier très peuplé, mais le plus sale peut-être de Paris, et du moins le plus lugubre16.

20Cette représentation est donc, au moins en partie, un héritage ancien.

  • 17 Jeanne Le Floch, De la destruction des îlots insalubres, thèse de médecine, Paris, Vigot frères édi (...)

21Dès le début duxxe siècle, les idées hygiénistes, qui s’exprimaient depuis la monarchie de Juillet, bénéficient d’une audience particulièrement attentive, notamment chez les édiles. Le quartier, classé dès 1906 « îlot d’insalubrité n° 1 » par les services de la Préfecture, devient le point de mire des préoccupations des hygiénistes. De nombreux rapports alarmants sont alors rédigés par la municipalité, et une thèse de médecine est consacrée à ce problème17. Et, dans les récits de promenades dans Paris de cette époque, cet aspect est très présent, parfois chez les mêmes auteurs qui, dans d’autres pages, mettent en valeur le pittoresque et le charme du quartier.

Rues, maisons, odeurs : un lieu délabré et répugnant

  • 18 Georges Hémard, Le Grand Clapier de Paris, op. cit., p. 41.

22« À droite, à gauche, des taudis, des maisons croulantes, disloquées, hydropiques, avec des plombs collés comme des verrues sur leurs façades crasseuses »18, « de vieux hôtels rongés par le salpêtre et l’humidité », telle est l’impression des passants. Les promeneurs insistent sur le délabrement, l’état de décomposition avancée de ces vieilles maisons, de ces vieux murs rongés par le temps et la saleté. Ce sont, en fait, non seulement les murs, mais aussi l’air, l’atmosphère même des rues qui semblent malsains. Le passant voit « des fumées sulfureuses et âcres » s’échapper des fenêtres. Le secteur semble être victime d’une contamination diffuse qui imprègne tous ses murs.

  • 19 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 58-59.

Ici tout est tragique et les pierres des maisons encore solides qui datent duxive ouxve siècle souffrent d’une maladie noire et semblent mourir du choléra et de la peste. Cela tient de la cave et du souterrain, du lazaret et du cachot, du puisard où l’on jetait au Moyen Âge les ordures des maladreries19.

23On remarque l’apparente contradiction de l’auteur, puisque dans un autre livre écrit quelques années plus tôt (Promenades dans Paris) il vantait le charme pittoresque du quartier. Pourtant un thème est commun aux deux représentations : l’aspect historique. Mais alors que, précédemment, cet aspect historique était un élément précieux et valorisant, il est ici négatif : le quartier s’apparente au Moyen Âge par sa saleté, son archaïsme.

  • 20 Ibid., p. 60.

24Dans ces descriptions, très nombreuses, on retrouve toujours le thème de la moisissure, de la pestilence, et tous les sens, même l’odorat, sont sollicités pour suggérer l’écœurement ressenti : « dans ces rues où errent de maigres chiens, une odeur de vinasse et d’oignon brûlé saisit à la gorge »20.

  • 21 Ibid., p. 67.

25Cette image qu’on voit prendre forme au fil des descriptions concerne spécifiquement le quartier Saint-Merri, par opposition aux autres quartiers qui l’entourent. Cette représentation est bien délimitée dans l’espace : le quartier apparaît nettement individualisé, bien différencié du reste de la ville. On y pénètre et on en sort tout à coup : « On sort de la rue Brisemiche comme on pouvait sortir d’un souterrain de la Bastille »21. Le quartier tranche sur les grandes artères haussmanniennes qui l’entourent et le délimitent.

26Cela va jusqu’à procurer parfois une impression d’irréalité aux observateurs :

  • 22 André Robida, Paris à travers les âges, op. cit., p. 289.
  • 23 René Héron De Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris, op. cit., p. 280.

Nous pénétrons dans un étrange lacis de ruelles calcinées comme par un incendie. Il faut vraiment constater que c’est bien l’église Saint-Merri qui se profile au bout de la rue Brisemiche pour ne pas se croire très loin de Paris22.
Le pavé sale et gluant fait corps avec les pans de murs délabrés ; on semble traverser un décor en bruns cartonnages23.

27Le quartier baigne dans une atmosphère tellement différente des quartiers bourgeois tout proches que le promeneur a presque l’impression que c’est une mise en scène, un décor artificiel. Même des éléments concrets comme les petites fabriques logées dans les étages ou les caves apparaissent ici comme transfigurés, surnaturels :

  • 24 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 67.

Par-ci, par-là, entre deux barres de fer, émerge, menaçant, un piston qui, par moments, crache des jets de vapeur bleue ou soufrée, remplissant la rue d’une âcre fumée ; et dans les caves, entrevues au travers de soupiraux grillagés, hoquètent des machines à vapeur24.

▲ Fig. 3 – Rue de Venise. Photographies tirées à partir des images d’archives Les arrondissements de Paris à travers les actualités Gaumont. 1910-1930 : Les années muettes, Le IVe arrondissement « Le vieux quartier Saint-Merri va disparaître » et de Le Vrai Paris, Jean-Claude Bernard, 1934.
© Archives départementales de Paris.

28On croit assister à une activité infernale.

  • 25 Documentaire de Jean-Claude Bernard, Le vrai Paris, actualités Gaumont 1936 ;- : Que reste-t-il du (...)

29Les photographies prises dans les années 1920 par les services sanitaires de la Préfecture, ainsi que les séquences filmées que nous avons pu voir25 donnent une image semblable du quartier : dans les photos, comme dans les films, très statiques, les vues sont prises la plupart du temps de l’extérieur de la rue et sont très sombres, de façon à ce que le spectateur voie se profiler, étroite, inquiétante, l’enfilade de la rue où parfois quelques silhouettes indécises émergent de l’ombre des murs. Ces images correspondent bien aux récits de promeneurs (fig. 3) :

  • 26 Georges Hémard, Le Grand clapier de Paris, op. cit., p. 24.

La rue de Venise, plus sinistre encore que le reste, boyau sordide qui s’entrouvre comme une fente pratiquée entre deux lignes de maisons noires, où des portes boîteuses s’ouvrent sur des taudis sordides, puant la misère et le vice26.

30Il existe donc une représentation du quartier (très largement répandue dans les descriptions, les photos, les films) qui insiste sur son aspect vétuste et répugnant. Le quartier détone tellement par rapport à son environnement que le spectacle est presque irréel pour l’observateur extérieur, qui perd ses repères spatio-temporels : il ne sait plus où il est, il se sent tout à coup très loin du boulevard de Sébastopol, de ces grands boulevards haussmanniens qui sont pourtant à deux pas ; et il ne sait plus à quelle époque il est non plus, puisque ces rues étroites, sales, sombres, ces maisons entassées les unes sur les autres, délabrées, rappellent plutôt le Moyen-Âge. Voilà en ce qui concerne le quartier physique (rues et maisons). Nous allons maintenant voir que dans cette représentation, la population est perçue comme étant à l’image du décor.

Une population louche, inquiétante

31Maurice Halbwachs, étudiant les conditions de la conservation de la mémoire, soulignait l’importance de la « physionomie des quartiers » :

  • 27 Maurice Halbwachs, « Mémoire et société », L’Année sociologique, 1949, p. 64-65.

Les habitants ressemblent au quartier ou à la maison. Il existe à chaque époque un étroit rapport entre les habitants, l’esprit d’un groupe et l’aspect des lieux où il vit27.

32Dans les représentations du quartier Saint-Merri, les habitants sont souvent perçus comme misérables, repoussants, inquiétants, à l’image du quartier physique.

  • 28 Yves Lequin (La Mosaïque France. Histoire des étrangers et de l’immigration, Paris, Larousse, 1988, (...)

33Dans ces imageries, beaucoup de préjugés sourdent. Tout d’abord, la population est perçue comme comprenant un fort taux d’étrangers. Pourtant, nous avons pu constater en étudiant les registres de recensement de population du quartier que la proportion d’étrangers n’y était pas plus élevée que dans l’ensemble de la population parisienne, et surtout qu’il y avait un fort noyau de vieux Parisiens parmi les habitants. Mais les représentations ancrées dans les esprits sont plus fortes, d’autant plus que dans les années 1930 elles correspondent à l’air du temps et s’expriment largement dans la presse (Gringoire), et aussi, de manière plus feutrée, dans le cinéma28. C’est justement l’époque où Georges Mauco, en 1932, publie sa thèse Les Étrangers en France, teintée de xénophobie :

  • 29 Georges Mauco, Les Étrangers en France, Paris, Armand Colin, 1932, p. 489-490.

Il y a, dans les centres dégradés des grandes villes, des colonies d’étrangers qui sont de véritables défis à l’hygiène et constituent des zones d’infection physiologique autant que d’infection morale29.

  • 30 Georges Hémard, Le Grand clapier de Paris, op. cit., p. 42.

34Le quartier Saint-Merri est visé très clairement par ce genre de discours, qui semble correspondre aux représentations d’au moins une partie de l’opinion : plusieurs auteurs, dans leurs récits de promenades dans le quartier Saint-Merri, laissent transparaître mépris et xénophobie à l’égard des habitants. Voici un exemple parmi d’autres : « un homme à la peau basanée sort de la maison. Il a du sidi et du clochard, et sans doute vaudrait-il mieux ne pas se servir du peigne qui cardera sa tignasse laineuse, bouclée comme de l’astrakan »30. L’auteur insiste avec mépris sur les cheveux crépus de l’homme qu’il décrit, caractéristiques de son origine étrangère.

35Outre cette idée préconçue d’une très forte proportion d’étrangers, domine aussi l’idée que la population du quartier Saint-Merri est faite de marginaux, de déclassés, de bandits.

36La prostitution est évoquée longuement dans la plupart des récits de promenades :

  • 31 Ibid., p. 54-56.

Dans le quartier Saint-Merri comme dans celui des Halles, les hôtels sont légion. Disons tout de suite qu’ils n’ont rien de commun avec la véritable industrie hôtelière, et qu’ils ne vivent que de l’exploitation des filles et de leurs clients31.

  • 32 Par les témoignages des anciens habitants que nous avons interrogés, ainsi que par l’examen des reg (...)

37Il y a là une forte exagération, car nous savons32 que de nombreux hôtels hébergeaient quasi exclusivement des ouvriers (souvent jeunes, pauvres, et instables), donc étaient de vrais hôtels. Cette exagération de l’ampleur du phénomène, constatée chez plusieurs promeneurs-écrivains, s’explique sans doute par sa visibilité dans l’espace du quartier. Les auteurs insistent sur la laideur, la déchéance de ces femmes, qu’ils décrivent avec le mépris le plus total :

  • 33 Ibid., p. 59.

On ne doit pas être trop difficile rue des Étuves, rue du Cloître-Saint-Merri, rue Brisemiche. La plupart ressemblent à des souillons en savates [...] Les grosses sont pareilles à de molles pochardes [...]33.

  • 34 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 80.

38De même Georges Cain décrit « d’horribles femmes sans âge, avec des têtes maquillées, plutôt pénibles à voir »34. La vieillesse et la laideur semblent donc être les caractéristiques des prostituées du quartier Saint-Merri dans les représentations. Les longues descriptions qu’y consacrent les promeneurs révèlent une fascination mêlée d’horreur.

  • 35 René Héron de Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris, op. cit., p. 275.
  • 36 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 78.

39La faune bigarrée du quartier donne lieu à de nombreux portraits. Clochards et vagabonds font peur : « Les quémandeurs, même estropiés, font presser le pas à beaucoup d’honnêtes gens »35. Mais ce sont surtout les bandits et les malfaiteurs qui déchaînent le plus l’imagination des observateurs extérieurs, persuadés que ce quartier est la « terre d’élection de la plus basse pègre parisienne »36.

  • 37 Georges Hémard, Le Grand clapier de Paris, op. cit., p. 24.

Vagabonds dangereux, gibier de correctionnelle, arpentent le pavé gras en quête de mauvais coups à faire, de passants attardés à attaquer. [...] Ces ruelles sinueuses, sillonnées de couloirs, de corridors, de caves à doubles étages, semblent faites pour étouffer les plongées mystérieuses des malandrins pressés d’échapper aux recherches de la police37.

  • 38 C’est d’ailleurs vers cette époque (1936) que sortit le film de Julien Duvivier, Pépé le Moko, dont (...)

40Les mêmes préjugés, les mêmes représentations stéréotypées se retrouvent sous la plume des divers promeneurs. À les lire, le quartier est une sorte de casbah38, un un repaire de bandits, un mystérieux labyrinthe où l’ordre habituel est aboli, où la police a tacitement renoncé à intervenir.

41Cette représentation de la population comme d’une pègre s’ancre dans un passé lointain, car, comme le mentionnent la plupart des auteurs, prostitution et banditisme existent ici depuis le Moyen Âge. Des souvenirs d’épisodes mémorables se transmettent, comme cette histoire du bandit Liabeuf, remontant aux années 1900 mais bien présente encore dans les mémoires apparemment pendant tout l’entre-deux-guerres, puisqu’elle se trouve mentionnée par plusieurs auteurs. Voici un extrait de cette histoire :

  • 39 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 85.

Deux agents se précipitent alors pour se saisir du dangereux malfaiteur. Mais ils poussent aussitôt des cris de douleur et retirent leurs mains pleines de sang : le bandit s’était enveloppé les avant-bras et les biceps de brassards en cuir hérissés de pointes, pareils à ceux qu’on met au cou des chiens de garde39.

42Profitant du mouvement de recul des agents, Liabeuf sort de sa poche un poignard et le plonge dans la poitrine des agents, puis se cache dans le couloir d’un meublé voisin où l’attendaient ses amis. Avant d’être capturé et traîné au poste, il a encore le temps de décharger son revolver sur les autres gendarmes venus en renfort. On comprend donc qu’un tel épisode ait consolidé dans l’opinion la méfiance à l’égard de ce secteur.

43L’image dominante est donc celle d’un quartier sordide, à la fois par son bâti et par sa population. Ces deux éléments, bâti et population, sont associés dans les textes, comme s’ils étaient imbriqués l’un dans l’autre, indissociablement, tout aussi répugnants l’un que l’autre. Le même vocabulaire les caractérise.

44Il existe donc deux représentations opposées de ce quartier, l’une positive (pittoresque) et l’autre négative (sordide). C’est cette dualité qui explique que le débat ait été aussi vif à propos des projets de démolition du quartier : d’un côté les amateurs d’histoire, d’architecture et de pittoresque voulaient la préservation de ce patrimoine original ; de l’autre, les personnes plus sensibles aux thèses hygiénistes réclamaient que cet « îlot d’insalubrité » soit rasé au plus vite, elles souhaitaient l’élimination d’un quartier et d’une population qui faisaient honte à la ville et lui faisaient peur.

45Il reste à examiner comment, à l’époque où justement se jouait le sort du quartier, ces deux représentations apparemment contradictoires se conjuguaient dans les esprits, et que de cette ambivalence naissait une fascination souvent très forte.

Entre attirance et répulsion : un quartier fascinant

  • 40 Joris-Karl Huysmans, Saint-Merri, Paris, Merizan, 1981, p. 6.

46L’ambivalence du quartier se perçoit dans de nombreux textes de l’époque. Le titre de l’ouvrage de René Héron de Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris (1932) l’illustre bien par la juxtaposition de deux adjectifs à la connotation opposée, de même que l’expression de Huysmans pour qualifier le quartier Saint-Merri : « ces ruelles délicieuses et infâmes »40.

Un quartier qui procure dépaysement et évasion au promeneur

47L’aspect vétuste et moyenâgeux est, en fait, source de dépaysement pour le promeneur.

  • 41 René Héron de Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris, op. cit., p. 272.

C’est comme une plongée dans un Paris d’un autre âge, un Paris contemporain de Rabelais, rempli de truands et de mauvais garçons, de maupiteux et de francs-licheurs. Les noms même des rues que nous suivons, rue Brisemiche, rue Pierre-au-Lard... fleurent la cour des miracles41.

48Au-delà de la répugnance et de la crainte, il y a l’enchantement de se trouver transporté dans un décor qui tranche avec les quartiers haussmanniens, propres et bourgeois. Déjà, au tout début duxxe siècle, Huysmans, dans son essai intitulé Saint-Merri, écrivait :

  • 42 Joris-Karl Huysmans, Saint-Merri, op. cit., p. 6.

Tout le quartier est misérable, mais il efflue un relent de vieille truandaille qui réjouit42.

49Et le fait que les récits de promenades dans ce quartier soient si développés à l’époque est bien une preuve de l’attraction qu’il exerce.

50Ces promenades étaient surnommées « la tournée des grands-ducs », par référence au roman Les Mystères de Paris d’Eugène Sue. Le Paris-Guide de 1925 explique que cela consiste à « visiter au sortir des théâtres ces étranges établissements de nuit où dorment pour quelques sous les pires vagabonds ». Ainsi les bourgeois, à la fin d’une soirée mondaine, s’encanaillent en s’aventurant dans cet univers si différent du leur (fig. 4). Georges Cain fait le récit d’une telle incursion qu’il entreprend un soir avec quelques amis, pour se donner des frissons :

  • 43 Georges Cain, Les Pierres de Paris, op. cit., p. 172.

Nous partons enfin. Minuit tinte au clocher de Saint-Merri quand nous nous enfonçons dans le lacis de ruelles boueuses entourant la vieille église. [...] Au bruit de nos pas qui sonnaient sur l’antique pavé, des clients d’un horrible bistrot nous regardèrent avec méfiance. Une voix grasse glapit : “C’est des grands-ducs en balade !”43.

▲ Fig. 4 – Quartier Saint-Merri, rue Tirechappes.
© Archives départementales de Paris.

51Il y a donc méfiance réciproque, du côté des habitants comme du côté des promeneurs. L’observateur se perçoit lui-même comme un intrus dans ce quartier. Il en est réduit aux interrogations et aux conjectures :

  • 44 Georges Cain, Promenades dans Paris, op. cit., p. 270.

Quelles étranges industries exerce-t-on dans ces casemates de pierres à l’aspect rébarbatif ? [...] Que pouvaient-ils manger à ces tables de soupes populaires et d’asiles de nuit ?44

52C’est donc une attirance trouble qui pousse le promeneur dans ce lieu d’évasion.

53Dans leur étude sur les représentations sociales et littéraires du centre de Paris, Alain Meyer et Christine Moissinac expliquent ainsi le fort envoûtement que ce quartier exerce sur beaucoup :

  • 45 Alain Meyer et Christine Moissinac, Représentations sociales et littéraires, centre et périphérie, (...)

Par rapport aux autres centres de Paris, ce quartier reste le plus mystérieux, et le plus étrange : il rend présent le passé ; il annonce l’avenir et ses multiples possibilités ; quartier populaire, lieu de refuge des humbles et même des clochards, des oubliés, des exclus, il offre l’irrationnel, l’incongru, le hasard et de ce fait il est diamétralement l’opposé des Champs-Élysées, lieu de la modernité, de la rationalisation, de l’argent45.

54Le quartier procure donc un dépaysement, une sensation d’aventure et de liberté, qui séduisent les promeneurs.

La dimension ésotérique du quartier

  • 46 Hubert Juin, préface à Saint-Merri de Joris-Karl Huysmans.

55« Singulier quartier que celui de Saint-Merri [...]. Il est vrai que ce morceau du cœur de Paris a battu à tous les rythmes »46. La forte charge symbolique du quartier alimente tout un courant ésotérique. Dans Atlantis, revue publiée par l’association du même nom, un auteur, évoquant le quartier Saint-Merri des années trente, écrit :

  • 47 Jean Phaure, « À propos du quartier Saint-Merri, réflexions sur la croisée de Paris », Atlantis, 19 (...)

La naissance de Lutèce et la formation de cette croisée de Paris au creux de laquelle devait se développer ultérieurement le quartier Saint-Merri constitue très certainement un de ces mystères lumineux de la France celtique, romaine et chrétienne que leur proximité nous rend paradoxalement plus obscur47.

56Il observe aussi que le quartier, avant sa démolition, avait la forme d’un cœur et que l’angle de la rue Saint-Martin avec le reste du quartier correspondait à l’angle d’inclinaison du cœur humain sur la verticale. Il se livre ainsi à toute une série de spéculations ésotériques à propos du quartier.

  • 48 Serge Hutin, « Le grand secret de Saint-Merri », Atlantis, 1964.

57Cette dimension ésotérique semble due en particulier à une longue tradition attachée à l’église Saint-Merri, puisque d’après un autre article48, l’église jouit d’une réputation d’occultisme depuis des temps reculés. Cette réputation trouverait apparemment son origine dans les sculptures mystérieuses qui ornent le portail central, notamment un petit démon.

  • 49 Ibid.

Toutes sortes de traditions orales plutôt sinistres se sont accumulées autour de l’église parisienne Saint-Merry, considérée si volontiers comme un centre actif de pratiques magiques plus que suspectes : franchement noires. [...] Il y a quelques années, ne dut-on pas interdire au public l’accès de la crypte, des occultistes y étant venus accomplir plusieurs fois, avec d’inquiétants cierges noirs, tout un rituel qui sentait franchement le fagot ? Et peu avant la Seconde Guerre mondiale, l’une des plus dangereuses sociétés lucifériennes de Paris tenait ses réunions secrètes à proximité de Saint-Merry, non par simple coïncidence assurément49.

  • 50 Bien qu’il s’agisse, en ce qui concerne la revue Atlantis et ses lecteurs, d’un milieu très restrei (...)

58Selon cet auteur, encore dans les années 1930 un culte sataniste s’y serait déroulé et la police aurait dû intervenir pour y mettre fin. Dans les archives de police de l’époque, nous n’avons pas trouvé trace de l’événement. Mais quoi qu’il en soit, le simple fait que de telles traditions aient été rapportées et transmises, et ce jusqu’aux années196050, montre que cette dimension ésotérique était très forte.

Un quartier qui inspire les romanciers, les chanteurs et les poètes

  • 51 Evelyne Cohen, Paris dans l’imaginaire national de l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la (...)

59L’abondance des textes littéraires évoquant le quartier Saint-Merri dans le premier tiers duxxe siècle démontre la force de l’envoûtement exercé par ce lieu sur les poètes et les écrivains. D’après Évelyne Cohen, ce quartier est un lieu d’inspiration pour les écrivains qu’ils soient de droite ou de gauche, car pour la droite le peuple de Paris est le vecteur du sentiment national, et pour la gauche le peuple pauvre et opprimé est objet de sympathie51.

60Les romanciers aiment situer les aventures de personnages louches, les histoires de bandits, dans ce quartier qui s’y prête bien. Ils se livrent volontiers à une description de ce lieu de marginalité. Ainsi, dans Les Beaux Quartiers, en 1936, Aragon dépeint l’arrivée à Paris d’Armand, jeune homme à peine débarqué de province, qui échoue de nuit dans le quartier Saint-Merri, au hasard de sa marche, et se trouve un peu désorienté dans cet endroit mal famé.

61Quelques années auparavant, Jules Romains situait plusieurs épisodes du premier tome des Hommes de Bonne volonté dans ce quartier : au chapitre vingt et un, par exemple, un homme un peu en marge, recherché par la police, emmène son protecteur Quinette dans son refuge, au cœur du quartier Saint-Merri, pour discuter à l’abri des regards indiscrets :

  • 52 Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, I. Le six octobre, Paris, Flammarion, 1932, chap. 21 : (...)

Ils étaient venus par la rue de Rambuteau, et ils arrivaient au coin de la rue Beaubourg. L’homme regarda de tous les côtés, mais spécialement en arrière. En ce temps-là, la partie large et à peu près droite de la rue Beaubourg ne commençait qu’à la rue de Rambuteau. Les premiers numéros de la rue Beaubourg formaient un boyau tortueux, qui s’insinuait dans la plus vieille épaisseur du quartier Saint-Merri, et s’y raccordait à la rue Brisemiche. Peu d’endroits de Paris offraient une apparence plus feutrée et plus sourde.
Quand l’homme se fut assuré que personne ne les suivait, il prit par là. Il s’engagea ensuite dans la rue Brisemiche. La rue, large d’à peine trois mètres, faisait un angle droit. Un réverbère à potence éclairait d’une lumière frisante les façades très anciennes ; mais les entrées de maisons restaient tout à fait obscures. L’homme entra si brusquement dans un couloir que son compagnon ne s’en aperçut qu’après une seconde, et dut revenir sur ses pas. Le couloir, qui ne laissait le passage qu’à une personne, était sombre. Pourtant il arrivait une petite lumière d’une lucarne ovale qu’on découvrait dans un renfoncement à gauche.
– C’est quoi ? votre refuge ?
– Oui... Vous pouvez parler. La chambre d’à côté est vide. [...]
– Qui vous a indiqué ça ?
– Un type qui poussait une voiture à bras, que j’ai rencontré rue Aubry-le-Boucher. Je lui ai dit que je cherchais un garni. Mais pas dans un hôtel. Parce qu’il m’arrivait souvent de travailler la nuit ; et que pour roupiller le jour dans un hôtel, c’était impossible, à cause des allées et venues52.

62Dans cet extrait, l’aspect de labyrinthe du quartier Saint-Merri est nettement souligné par le récit du trajet long et tortueux à travers les ruelles pour pénétrer dans le quartier, où l’on dirait qu’on doit s’enfoncer comme dans un souterrain. L’intérieur des maisons, avec l’évocation du couloir sombre suivi pour parvenir à la chambre, reproduit ce même caractère de dédale des rues. Enfin, garnis et hôtels, très nombreux, sont évoqués ainsi que la vie précaire et inconfortable qu’on y mène.

  • 53 Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, II. Le 7 octobre, op. cit., p. 482.

63Mais ce quartier peut apparaître aussi, dans les fictions littéraires, comme un lieu de recueillement, d’émotion intense. Plus loin dans le même roman, Jules Romains fait du cœur du quartier Saint-Merri l’aboutissement de la longue déambulation méditative de Jallez à travers les rues de Paris, sorte de promenade initiatique : « Ses promenades sont donc des recherches, mais qu’il s’efforce de ne pas diriger ». Jallez s’enfonce de plus en plus dans le centre de la ville, du côté de la rue Saint-Martin : « Il a constaté que son « émotion » l’avait saisi au moins une fois dans une vieille rue étroite, à maisons basses, avec un petit nombre de passants traînants, et presque aucune voiture »53, une rue du cœur du quartier Saint-Merri.

64Ce ne sont pas seulement les romanciers, mais aussi les chanteurs, en particulier Aristide Bruant, et les poètes, notamment à cette époque les surréalistes, qui sont inspirés par ce quartier. Marie-Claire Bancquart, dans son étude sur Le Paris des surréalistes, souligne la préférence que ceux-ci exprimaient pour ce genre de quartier auquel se rattache le quartier Saint-Merri, c’est-à-dire « le Paris de l’énergie collective » :

  • 54 Marie-Claire Bancquart, Le Paris des surréalistes, Paris, Seghers, 1972, p. 148.

Le Paris des surréalistes est l’expression de l’inconscient collectif de la foule. Les surréalistes prisent les lieux où la foule circule, les lieux insolites, les endroits qu’ils voient comme un refuge d’une époque antérieure à l’haussmannisation, à l’américanisme, un lieu d’accès au merveilleux54.

65À ce titre, ils ont une prédilection particulière pour le quartier des Halles et leurs environs, donc le quartier Saint-Merri.

66Pour Robert Desnos, qui y a grandi, le quartier Saint-Merri a toujours constitué une source de fascination et de rêve. La référence à ce quartier se fait parfois très explicite dans ses poèmes, comme dans celui-ci, intitulé « Quartier Saint-Merri » :

  • 55 Robert Desnos, Les Portes battantes, cité dans Marie-Claire Bancquart, Paris des surréalistes, op. (...)

Au coin des rues Saint-Martin et de la Verrerie
Une plume flottait à ras du trottoir
Avec de vieux papiers chassés par le vent.
Un chant d’oiseau s’éleva square des Innocents
Un autre retentit à la Tour Saint-Jacques
Il y eut un long cri rue Saint-Bon
Et l’étrange nuit s’effilocha sur Paris55.

  • 56 Marie-Claire Bancquart, Paris des surréalistes, op. cit., p. 148.

67Dans ce poème, le personnage de la petite fille est le guide qui mène le poète à travers le quartier. Au fil de cette aventure, « le quartier d’enfance de Desnos, d’abord solidement ancré dans la géographie de ses rues (de la Verrerie, Saint-Martin, des Juges-Consuls) s’anéantit, s’effiloche dans les matériaux les plus ténus : musique, chant d’oiseau, vieux papier, plume ; et le temps suit les incertitudes de l’espace »56 :

Oui, le temps est court, non le temps est long...
Le temps n’existe pas dit le troisième.
Alors parut la petite fille. [...]
Là, devant cette porte, je m’arrête.
C’est de là qu’elle partit.
Sa mère échevelée hurlait à la fenêtre.
Treize ans, à peine vêtue,
Des yeux flambants sous ses cils noirs,
Les membres grêles.
Du cloître Saint-Merri naissaient des rumeurs.
Le sang coulait dans les ruisseaux,
Prémice du printemps et des futures lunaisons ».

▲ Fig. 5 et 6 – Quartier Saint-Merri, rue Simon-le-Franc (à gauche), vue prise de la rue Saint-Martin et la rue Montdétour (à droite).
© Archives départementales de Paris, VD/5.

68Les éléments matériels (les rues où coule du sang, le trottoir au-dessus duquel flotte une plume) comme les personnages (la mère et la fille) apparaissent baignés dans une atmosphère de folie, propre au quartier Saint-Merri. Aragon, dans le poème qu’il consacre à son ami Desnos, intitulé « Robert le fou » (mis en musique et chanté par Jean Ferrat), évoque l’attachement du poète à ce lieu : « Je pense à toi, Desnos, (... rôdant) tout près de Saint-Merri ».

69De même le surréaliste Benjamin Péret, dans Il était une boulangère, rattache au cadre du quartier Saint-Merri le canevas farfelu et décousu de ses récits oniriques :

  • 57 Benjamin Péret, Il était une boulangère, Paris, Éditions du Sagittaire, p. 206-207.

La Boulangère, par paresse ou par peur de l’eau, se résolut à longer les berges de la rivière. Sans doute en aurait-elle suivi le cours toute sa vie, car cette rivière se prolongeait à l’infini, si par un hasard le plus grand qu’on puisse imaginer, elle n’avait à ce moment rencontré le pape Pie VII, qu’elle avait connu dans son enfance, alors qu’il était enfant de chœur à l’église Saint-Merri [...]. À l’époque où Pie VII n’était qu’enfant de chœur à l’église Saint-Merri, la Boulangère [...] était une petite fille dissolue qu’on rencontrait dans le quartier, les jupes toujours retroussées, (...) entourée d’enfants de son âge, dont le futur Pie VII [...] – Te souviens-tu du jour où nous avons failli faire sauter l’autel de l’église Saint-Merri, dit la Boulangère, le curé faillit en mourir de peur57.

70On note à nouveau la place importante tenue par l’église (ici tournée en dérision) dans l’imaginaire du quartier, et on retrouve, comme dans le poème précédent, le thème de l’enfance : l’enfance au quartier Saint-Merri est présentée comme étant à l’image de ce lieu mal famé, mais aussi plus libre, plus mouvementée et plus heureuse qu’ailleurs, dégagée des tabous et de la surveillance des adultes.

  • 58 Cité dans Marie-Claire Bancquart, Paris des surréalistes, op. cit., p. 69.

71Paradoxalement, comme le remarque Marie-Claire Bancquart, ce quartier et ses environs dans l’esprit de certains surréalistes prennent parfois visage de périmètre sacré, interdit : dans l’enquête du 12 mars 1933, concernant les modifications à apporter aux monuments de Paris, André Breton, à propos de la Tour Saint-Jacques, avait répondu : « à conserver telle quelle, mais démolir tout le quartier environnant et interdire pendant cent ans l’accès des environs à un kilomètre sous peine de mort »58.

72D’autres poètes encore, de moindre envergure, écrivent dans l’entre-deux-guerres des vers sur ce quartier : tel l’auteur des Îlots insalubres et glorieux de Paris, Héron de Villefosse, dont le poème consiste en un simple assemblage des noms des rues du quartier :

Rue de la Reynie et rue des Étuves,
Des Juges-Consuls, de la Verrerie,
Rue Simon-le-Franc et rue de Venise,
Rue Pierre-au-Lard, rue Aubry-le-Boucher,
Rue Quincampoix et rue du Cloître-Saint-Merri,
Rue Saint-Bon et rue Brisemiche...

  • 59 René Héron de Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris, op. cit., p. 13.

73On peut encore réciter comme des vers d’un vieux poème les noms de ces ruelles décriées et condamnées »59. C’est que pour cet auteur les noms seuls de ces rues évoquent tant d’images, d’impressions, de souvenirs que ces simples sonorités suffisent à faire un poème.

74Par l’atmosphère particulière dont il est porteur, le cœur du quartier Saint-Merri se révèle donc dans l’entre-deux-guerres propice à l’évasion, au rêve et à l’inspiration poétique ou romanesque. Son statut exceptionnel de cœur historique de la ville, son apparence décrépite mais en même temps pittoresque et la réputation particulière dont il jouit lui confèrent dans l’imaginaire symbolique une place à part, où attirance et répulsion sont confusément mêlées.

75Le quartier Saint-Merri a fait naître et a entretenu des imageries très marquées, parfois contradictoires, à cause de ses différents visages. Son caractère historique, son aspect animé et effervescent, son état misérable et délabré, l’air inquiétant et louche de sa population, enfin son pouvoir de fascination, en ont fait dans les années de l’entre-deux-guerres un quartier multiforme, difficile à cerner au premier abord. Il avait alors, par l’addition de tous ces visages différents, acquis une personnalité complexe et mouvante : il vivait à travers les représentations des Parisiens. Et ces clichés avaient pris une intensité particulière pendant la période de l’entre-deux-guerres, où ils avaient nourri le débat au sujet de sa démolition. Celle-ci n’a donc pas signifié seulement la disparition d’un lieu physique, mais aussi la mort progressive de tout cet imaginaire que le quartier avait fait naître. L’installation du centre Georges-Pompidou et la rénovation des vieilles maisons environnantes, transformées en immeubles de standing, ont ensuite changé profondément la physionomie et le caractère du lieu. Avec le temps, les représentations liées à l’ancien quartier Saint-Merri semblent être peu à peu tombées dans l’oubli.

Notes

1 On peut certes mettre aussi en doute le caractère « objectif » des témoignages d’anciens habitants, recueillis à plus de cinquante ans d’écart de l’époque en question, et limités aux quelques rares individus qui ont pu être retrouvés.

2 « Présent » à l’époque de notre étude, c’est-à-dire dans les années 1920-1930.

3 André Robida, Paris à travers l’histoire, Paris, Librairie illustrée, 1908, p. 294.

4 Georges Cain, Promenades dans Paris, Paris, Flammarion, 1906, p. 63.

5 Il s’agit des promeneurs ayant écrit des livres à ce sujet ; leur vision ne correspond peut-être pas à celle de la majorité des autres passants et promeneurs, mais faute d’autres traces nous devons nous borner à cette vision des promeneurs-écrivains.

6 Georges Cain, Le Long des rues, Paris, Flammarion, 1912, 1920, p. 47-48.

7 Georges Cain, Promenades dans Paris, op. cit., p. 248.

8 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 63-64.

9 René Héron de Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris, 1932, p. 19.

10 Louis Chevalier, Les Parisiens, Paris, Hachette, 1967, p. 170-171.

11 Le « présent » considéré ici étant, là encore, les années 1920-1930.

12 Georges Cain, Les Pierres de Paris, Paris, Flammarion, 1910, p. 176.

13 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p 78.

14 Ibid., p. 79-80.

15 Georges Hémard, Le Grand clapier de Paris, Paris, Édition de la Tournelle, 1939, p. 32.

16 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris (1781), cité dans Louis Chevalier, Les Parisiens, op. cit., p. 155.

17 Jeanne Le Floch, De la destruction des îlots insalubres, thèse de médecine, Paris, Vigot frères éditeurs, 1939, p. 10.

18 Georges Hémard, Le Grand Clapier de Paris, op. cit., p. 41.

19 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 58-59.

20 Ibid., p. 60.

21 Ibid., p. 67.

22 André Robida, Paris à travers les âges, op. cit., p. 289.

23 René Héron De Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris, op. cit., p. 280.

24 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 67.

25 Documentaire de Jean-Claude Bernard, Le vrai Paris, actualités Gaumont 1936 ;- : Que reste-t-il du vieux Paris ? a. Le Quartier Saint-Merri va bientôt disparaître, Éclair-journal, 1936

26 Georges Hémard, Le Grand clapier de Paris, op. cit., p. 24.

27 Maurice Halbwachs, « Mémoire et société », L’Année sociologique, 1949, p. 64-65.

28 Yves Lequin (La Mosaïque France. Histoire des étrangers et de l’immigration, Paris, Larousse, 1988, p. 398) rappelle que, dans les années 1930, « le cinéma popularise les rôles de souteneurs et d’assassins, qui ont [...] le teint olivâtre et les cheveux crépus de Marcel Dalio ».

29 Georges Mauco, Les Étrangers en France, Paris, Armand Colin, 1932, p. 489-490.

30 Georges Hémard, Le Grand clapier de Paris, op. cit., p. 42.

31 Ibid., p. 54-56.

32 Par les témoignages des anciens habitants que nous avons interrogés, ainsi que par l’examen des registres de recensement.

33 Ibid., p. 59.

34 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 80.

35 René Héron de Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris, op. cit., p. 275.

36 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 78.

37 Georges Hémard, Le Grand clapier de Paris, op. cit., p. 24.

38 C’est d’ailleurs vers cette époque (1936) que sortit le film de Julien Duvivier, Pépé le Moko, dont l’action se déroule dans la casbah d’Alger. On peut émettre la supposition qu’un rapprochement ait pu être fait à cette occasion, dans les représentations des gens ayant fait ou vu le film, avec le quartier Saint-Merri.

39 Georges Cain, Le Long des rues, op. cit., p. 85.

40 Joris-Karl Huysmans, Saint-Merri, Paris, Merizan, 1981, p. 6.

41 René Héron de Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris, op. cit., p. 272.

42 Joris-Karl Huysmans, Saint-Merri, op. cit., p. 6.

43 Georges Cain, Les Pierres de Paris, op. cit., p. 172.

44 Georges Cain, Promenades dans Paris, op. cit., p. 270.

45 Alain Meyer et Christine Moissinac, Représentations sociales et littéraires, centre et périphérie, 1908-1939, Paris, Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Île-de-France (IAURIF), 1979, p. 139.

46 Hubert Juin, préface à Saint-Merri de Joris-Karl Huysmans.

47 Jean Phaure, « À propos du quartier Saint-Merri, réflexions sur la croisée de Paris », Atlantis, 1964.

48 Serge Hutin, « Le grand secret de Saint-Merri », Atlantis, 1964.

49 Ibid.

50 Bien qu’il s’agisse, en ce qui concerne la revue Atlantis et ses lecteurs, d’un milieu très restreint et très particulier, puisque l’association Atlantis est en fait une secte (elle est recensée comme telle dans le « Que sais-je ? » intitulé Les Sectes).

51 Evelyne Cohen, Paris dans l’imaginaire national de l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999.

52 Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, I. Le six octobre, Paris, Flammarion, 1932, chap. 21 : « Le refuge », p. 244-245.

53 Jules Romains, Les Hommes de bonne volonté, II. Le 7 octobre, op. cit., p. 482.

54 Marie-Claire Bancquart, Le Paris des surréalistes, Paris, Seghers, 1972, p. 148.

55 Robert Desnos, Les Portes battantes, cité dans Marie-Claire Bancquart, Paris des surréalistes, op. cit., p. 16.

56 Marie-Claire Bancquart, Paris des surréalistes, op. cit., p. 148.

57 Benjamin Péret, Il était une boulangère, Paris, Éditions du Sagittaire, p. 206-207.

58 Cité dans Marie-Claire Bancquart, Paris des surréalistes, op. cit., p. 69.

59 René Héron de Villefosse, Les Îlots insalubres et glorieux de Paris, op. cit., p. 13.

Table des illustrations

Légende ▲ Fig.1.- Le cœur du quartier Saint-Merri en 1926.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4489/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende ▲ Fig. 2 – Rue Brise-miche. Photographies tirées à partir des images d’archives Les arrondissements de Paris à travers les actualités Gaumont. 1910-1930 : Les années muettes, Le IVe arrondissement « Le vieux quartier Saint-Merri va disparaître » et de Le Vrai Paris, Jean-Claude Bernard, 1934.© Archives départementales de Paris.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4489/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Légende ▲ Fig. 3 – Rue de Venise. Photographies tirées à partir des images d’archives Les arrondissements de Paris à travers les actualités Gaumont. 1910-1930 : Les années muettes, Le IVe arrondissement « Le vieux quartier Saint-Merri va disparaître » et de Le Vrai Paris, Jean-Claude Bernard, 1934.© Archives départementales de Paris.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4489/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende ▲ Fig. 4 – Quartier Saint-Merri, rue Tirechappes.© Archives départementales de Paris.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4489/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende ▲ Fig. 5 et 6 – Quartier Saint-Merri, rue Simon-le-Franc (à gauche), vue prise de la rue Saint-Martin et la rue Montdétour (à droite).© Archives départementales de Paris, VD/5.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4489/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 4,0M

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540