Version classiqueVersion mobile

Double détente

 | 
Thomas Gomart

Conclusion

Texte intégral

1Que retenir des relations franco-soviétiques de 1958 à 1964 ? La crise de Berlin ou le voyage de Khrouchtchev ? Le rappel d’ambassadeurs ou la signature d’accords ? Gagarine ou Pasternak ? Les adhérents de France-URSS ou les « malgré-eux » ? Complexe et paradoxale, cette relation bilatérale alterne des phases de vive tension et de relative détente. Au niveau politico-diplomatique, les deux pays ont des intérêts croisés : la crédibilité internationale de la France implique un dialogue direct avec l’URSS, alors que cette dernière pense affaiblir la cohésion occidentale en séduisant Paris. La France et l’URSS définissent leur position respective en fonction de l’évolution de la question allemande. Les déclarations d’intention en faveur d’une coopération (au cours des entretiens de Rambouillet, par exemple) sont très vite contredites par des déclarations brutales (par exemple, au lendemain de la conférence au sommet) qui témoignent de la dangerosité de la situation. Cette guerre des discours rappelle que les deux pays appartiennent à des blocs opposés et que la configuration bipolaire impose son ordre. L’amélioration des échanges intermédiaires, au cours de la période, traduit une indéniable curiosité réciproque, qui peine toutefois à se concrétiser. En effet, ces échanges portent en eux leur propre limitation, à cause précisément de l’étroit contrôle dont ils font l’objet. En dépit des aléas politico-diplomatiques, ils assurent une constance à la relation. Leur volume limité est une garantie et, en même temps, un seuil qui marque les réticences françaises et soviétiques à s’engager plus avant. Les actions individuelles subissent les décisions politico-diplomatiques plus qu’elles ne les inspirent, mais leur observation montre que la découverte de l’altérité se situe à leur niveau. C’est au niveau individuel que les enjeux immédiats de la relation bilatérale sont les plus palpables. Dans son ensemble, la relation bilatérale gagne en maturité et en intensité au cours de ces années.

  • 1 Pour reprendre le titre de M.-P. Rey, La tentation du rapprochement, op. cit.

2L’hypothèse de travail, selon laquelle la relation bilatérale compte trois niveaux, s’organise autour de noyaux durs et délimite un espace, a été confirmée, à nos yeux, tout au long de cette thèse. Cette hypothèse s’est révélée opérante pour construire la relation et organiser le récit. En effet, celui-ci relie les chronologies des trois niveaux qui ne coïncident pas toujours. Entre 1958 et 1964, la relation bilatérale connaît deux grandes phases. La première correspond à la période allant de janvier 1958 à avril 1960. Malgré la tension provoquée par la crise de Berlin, on assiste à l’instauration d’un climat de dialogue entre le général de Gaulle et Nikita Khrouchtchev qui trouve son aboutissement lors du voyage de ce dernier en France. La relecture des entretiens de Rambouillet montre à quel point le dialogue avait atteint un stade avancé et ouvert des perspectives de coopération. C’est pourquoi cette première période peut se lire comme l’amorce d’une détente franco-soviétique. En revanche, la seconde période, de mai 1960 à l’été 1963, subit un très net regain de tension (mur de Berlin, crise de Cuba et traité franco-allemand). Au cours de cette seconde période, la détente se grippe. Double détente signifie, dès lors, que la détente suit un aller et retour entre 1958 et 1964. Remarquons que « la tentation du rapprochement »1 (1964-1974) intervient après que les illusions du traité franco-allemand se furent dissipées. Dès l’été 1963, on sent, en effet, que la relation bilatérale retrouve une dynamique qui lui est propre.

L’heure des comptes

3Le premier volet de la problématique conduit aux conclusions suivantes. Le poids des rapports franco-soviétiques dans la confrontation Est-Ouest n’est ni négligeable ni déterminant. Les deux pays sont indispensables à tout équilibre des puissances sur le continent européen. Après la guerre, la France et l’URSS prennent part au quadripartisme mis en place pour le règlement de la question allemande et deviennent membres du conseil de sécurité de l’ONU. Ces données géopolitiques et historiques sont démultipliées par le facteur nucléaire qui confère aux deux capitales des responsabilités de premier ordre en matière de sécurité. Pour autant, le dialogue entre Paris et Moscou n’a pas un poids déterminant dans la confrontation générale, en raison principalement du déséquilibre de puissance à l’intérieur de cette relation.

4Double déséquilibre en réalité. Au déséquilibre stratégique entre une Union soviétique superpuissance (spatiale, mondiale, nucléaire) et une France puissance moyenne (en train de perdre ses colonies, européenne et tout juste nucléaire) s’ajoute un déséquilibre tactique. En effet, Moscou dispose en France de puissants relais (PCF et BCEN notamment), alors que les autorités françaises ne peuvent compter sur aucun vecteur durable de pénétration en Union soviétique. De plus, la relation bilatérale n’a pas de réelle portée en dehors du cadre européen. Dans la vision stratégique soviétique, la France est un coin à enfoncer pour affaiblir la cohésion occidentale. Dans cette optique, la politique d’indépendance du général de Gaulle, rendue partiellement crédible par l’arme nucléaire, est encouragée à Moscou dans la mesure où elle s’exerce avant tout aux dépens de Washington.

5À aucun moment (après les échecs du plan Fouchet puis de la communauté stratégique franco-allemande), la France n’a pu constituer un pôle stratégique, suffisamment puissant pour être susceptible d’inquiéter Moscou. La relation bilatérale n’a pas un effet d’entraînement pour le règlement des dossiers de fond de la confrontation Est-Ouest. Avec sa capacité de nuisance, Paris tente d’entraver, ou du moins de limiter, les conséquences d’un éventuel dialogue soviéto-américain sur le désarmement. Néanmoins, en raison non seulement d’une tradition d’échanges mais aussi de la personnalité des dirigeants français et soviétiques, la relation bilatérale contribue sans conteste à la diffusion d’une nouvelle atmosphère entre les deux blocs et, par conséquent, à créer les conditions de la détente. Ces éléments de détente sont vite repris par le principe de réalité car, en cas de crise, il faut être prêt à livrer bataille sans hésiter, ce qui implique l’intégration de réflexes stratégiques. Tout au long de la période, les autorités françaises et soviétiques continuent à réagir en fonction de leurs systèmes d’alliance.

6Le second volet de la problématique portait sur les politiques respectives des deux pays. Il reste beaucoup à faire pour mettre à jour les intentions des dirigeants soviétiques à l’égard de la France. Les archives consultées à Moscou aident à comprendre le fonctionnement quotidien de l’appareil diplomatique soviétique mais ne permettent pas de tirer de conclusions définitives sur ses orientations stratégiques. Ces archives restent trop centrées sur le MID qui n’a, à l’époque, qu’un rôle d’exécutant. Il apparaît néanmoins que la politique française de Moscou est subordonnée à sa politique allemande, ce qui revient à relativiser un peu plus encore l’importance des rapports franco-soviétiques. Treize ans après la guerre, Moscou cherche, avant tout, à renforcer ses positions et à faire reconnaître le statu quo en Europe. L’utilisation du dossier algérien illustre assez bien l’habileté de la tactique soviétique : il s’agit de relier les dossiers allemand et algérien et de faire en sorte qu’une tension sur le premier se répercute aussitôt sur le second. De son côté, la France n’a pas encore les moyens de mener une réelle politique russe. Il semble plutôt qu’elle utilise son dialogue avec Moscou pour s’imposer auprès de ses alliés. Par son intransigeance vis-à-vis des Soviétiques (à Berlin comme à Cuba), le général de Gaulle compense ses revendications pour un partage des responsabilités au sein de l’Alliance occidentale et garantit la crédibilité de sa politique allemande.

7À propos de la conduite des politiques étrangères, il reste beaucoup à faire pour connaître avec précision le fonctionnement de l’appareil diplomatique soviétique et l’existence en son sein de différents courants. Soulignons une nouvelle fois la vigoureuse énergie de Nikita Khrouchtchev, qui donne des impulsions décisives à la politique extérieure soviétique et insistons sur ses aptitudes médiatiques. Du côté français, le rôle central de De Gaulle dans l’élaboration et la conduite de la politique en direction de Moscou est indiscutable, en particulier dans la gestion des crises. En profitant de l’héritage de la IVe République (arme nucléaire et dispositif bilatéral en cours de construction), il change le cours de la relation et trouve avec Khrouchtchev un adversaire à sa mesure. Au sein de l’appareil diplomatique français, on observe la coexistence de deux courants. Le premier, incarné par Maurice Dejean, défend une conception classique et voit dans l’Union soviétique un utile contrepoids à l’Allemagne. Il considère le dialogue franco-soviétique comme un moyen pour la France de se rehausser sur le plan international et d’affirmer son indépendance à l’égard de Washington. Il est favorable à un rapprochement. Le second, incarné par Jean Laloy, se montre beaucoup plus prudent à l’égard de l’URSS et veille à ne jamais baisser la garde. Il insiste sur le caractère idéologique et, par conséquent expansionniste, de la politique étrangère soviétique. L’autorité intellectuelle dont jouit Jean Laloy lui confère une profonde influence sur les jeunes diplomates, mais il ne parvient pas à imposer ses vues au sommet de l’État.

8Au moment où le général de Gaulle s’emploie, sur le plan intérieur, à restaurer l’autorité de l’État, on observe des revendications émanant de la base pour prendre part à la politique extérieure. Les jumelages fournissent un exemple intéressant de cette tentative. Des acteurs comme l’ALAP et France-URSS animent l’espace bilatéral alors que le PCF et la BCEN le structurent en partie. Du côté soviétique, il est impossible d’observer la moindre participation civile à la politique extérieure ; celle-ci est sous le contrôle exclusif du pouvoir central. Tout est instrumentalisé, à l’image d’URSS-France, en fonction de la ligne définie par le Parti. Malheureusement, il n’est pas encore possible de mesurer avec précision l’influence du KGB dans l’élaboration de cette dernière et, plus généralement, dans l’espace bilatéral. Ce chantier historiographique s’entrouvre à peine. Les services français luttent sur le territoire national contre les tentatives d’infiltrations soviétiques, mais rencontrent visiblement des difficultés à faire accepter la réalité de la menace, et son caractère profondément agressif, aux décideurs.

9Le troisième volet de la problématique portait sur les acteurs bilatéraux. Les parcours biographiques retracés illustrent la diversité des trajectoires qui traversent l’espace bilatéral. En termes d’affrontement : qui est vainqueur de la guerre des esprits ? Le voyage de Nikita Khrouchtchev en France a mis en lumière la puissance de la propagande soviétique et de ses relais en France. Les autorités françaises ne sont pas en reste, comme le montre la préparation méticuleuse de l’exposition de Moscou, seule occasion qui leur soit offerte, au cours de cette période, de toucher directement la population soviétique. Dans la bataille pour les esprits, cette exposition est une victoire à moyen terme même si Nikita Khrouchtchev l’exploite habilement sur le moment.

10Cette période peut également se lire comme une ouverture progressive de la société française vers l’étranger. L’Union soviétique est à la mode pendant ces années. Cette mode est alimentée par les réussites techniques soviétiques, par une tradition d’échanges mais aussi par la découverte d’artistes qui parviennent à toucher le public français. On ne dispose pas d’archives suffisantes pour mesurer le degré d’ouverture de la société soviétique à cette époque. Mais il est certain que les échanges mis en œuvre sous Khrouchtchev ont des effets secondaires. Les témoignages concordent sur ce point : il existe à cette époque une réelle curiosité à l’égard du mode de vie occidental, d’autant plus que les Soviétiques croient alors pouvoir l’atteindre rapidement. Cette conclusion revient à considérer la relation bilatérale comme un facteur d’ouverture des sociétés. À l’évidence, elle ne peut se résumer à la confrontation de deux politiques étrangères. Les relations franco-soviétiques ont une substance vivante et palpitante. Cette thèse a voulu éclairer l’action décisive d’hommes et de femmes, célèbres ou inconnus, qui ont entretenu et intensifié la relation entre les deux pays.

Élargissement du champ

11En décembre 1944, le général de Gaulle fait trois réflexions suggestives pour comprendre l’évolution de la relation bilatérale. À Mosdok, lors d’une étape sur le trajet de Bakou à Moscou, il confie à son entourage :

  • 2 Cité par J. Laloy, « À Moscou : entre Staline et de Gaulle », art. cit., p. 140. Jean Laloy dément (...)

« N’oublions jamais que les Allemands sont venus jusqu’ici – Et voyez comme ils se battent maintenant. C’est un grand peuple, un très grand peuple... »2

  • 3 Ibid., p. 152.
  • 4 Ibid.

Au lendemain de sa rencontre avec Staline, le général de Gaulle répond à Jean Laloy qui lui demande ses impressions sur le régime soviétique : « Ce qui est certain, c’est que ce n’est pas la domination d’un parti, ou d’une classe, mais celle d’un seul homme. Ce n’est pas un régime populaire. Il est contre la nature de l’homme »3. Avant d’ajouter : « Oui, nous les avons pour cent ans sur les bras, ces gens-là !... »4 Ces trois réflexions – grandeur du peuple allemand, domination par un seul homme du régime soviétique et caractère inévitable des relations avec Moscou – aident à construire une chronologie des rapports franco-soviétiques (puis franco-russes), sur le plan politico-diplomatique, de 1945 à nos jours.

  • 5 A. Besançon, « Nous allons en Russie... », art. cit., p. 325.

12L’Allemagne, divisée puis réunifiée, reste la grande affaire entre Paris et Moscou. L’équilibre des puissances en Europe dépend en partie du triangle Paris – Bonn/Berlin – Moscou. L’évolution des rapports franco-allemands et germano-soviétiques (puis germano-russes) éclaire la chronologie des rapports entre Paris et Moscou. La seconde réflexion du général de Gaulle sur le contrôle par un seul homme du régime soviétique met en évidence la recherche systématique par les dirigeants occidentaux, en général, et français, en particulier, du « contact personnel »5 avec l’homme fort à Moscou. Ce contact personnel aurait pour objectif de percer l’ambivalence de ce dernier en valorisant son côté pragmatique et en négligeant son côté dogmatique. On croit toujours avoir affaire à un joueur d’échecs. La troisième idée du général de Gaulle peut s’interpréter comme une plainte devant le fardeau à porter mais aussi comme la conscience aiguë que rien d’important en Europe ne peut se faire sans Moscou. Dans cette perspective, la bombe nucléaire française crée une communauté de destin et rend inévitable un dialogue de nature stratégique entre les deux puissances nucléaires continentales. À bien des égards, ce dialogue garantit presque à lui seul la survie de la relation bilatérale. Ces trois idées une fois posées, il est possible de proposer une chronologie de la relation bilatérale en fonction de son degré d’auto-suffisance dans le système européen. Quatre séquences peuvent être découpées.

  • 6 G.-H. Soutou, « Le général de Gaulle et l’URSS, 1943-1945 : idéologie ou équilibre européen », Revu (...)
  • 7 G.-H. Soutou, L’alliance incertaine, op. cit., p. 49-53.
  • 8 E. Calandri, « La détente et la perception de l’Union soviétique chez les décideurs français : du p (...)

13La première (1945-1958) correspond à une période d’échanges bilatéraux a minima. Guerre froide oblige. Le début de cette séquence se caractérise par une inversion stratégique qui est à l’origine de toute la politique de sécurité française. Alliées en décembre 1944 contre l’Allemagne, la France et la Russie soviétique se retrouvent en situation de confrontation treize ans plus tard. La France entend faire de la RFA son principal partenaire stratégique. Les années 1945-1946 voient un renversement radical des perceptions chez les diplomates français : en deux ans, la menace soviétique remplace la menace allemande après une phase intermédiaire caractérisée par la perception d’une menace germano-soviétique6. Côté soviétique, il apparaît rapidement que Staline n’a nullement l’intention de soutenir de Gaulle dans son projet de contrôler l’Allemagne. Dès 1947, le traité de décembre 1944, dénoncé par les Soviétiques en mai 1955 lors de l’entrée de la RFA dans l’OTAN, est un anachronisme. Les années 1954-1958 voient les premiers pas d’une communauté stratégique franco-allemande qui repose sur une perception partagée de la menace soviétique. Les accords de Paris (octobre 1954) sont à l’origine du rapprochement franco-allemand et permettent à la France d’instaurer une « double sécurité »7. La division de l’Allemagne lui assure une supériorité sur la RFA et l’intégration de la RFA dans l’OTAN (et dans la construction européenne) la protège de la menace soviétique8. La deuxième phase du rapprochement intervient à l’automne 1956 après que des entretiens entre Konrad Adenauer et Guy Mollet (novembre 1956) eurent mis en évidence des perceptions assez proches de la menace soviétique. Entretemps, les deux hommes avaient eu l’occasion de jauger la direction soviétique (en septembre 1955 pour Adenauer et en mai 1956 pour Mollet) d’où émergeait la personnalité de Nikita Khrouchtchev. L’intervention en Hongrie indique les limites de la déstalinisation alors que la crise de Suez ramène Paris à sa dimension européenne. Cette double rupture accélère le rapprochement franco-allemand. Parallèlement, à partir de 1956- 1957, on assiste à une reprise prudente des échanges franco-soviétiques au niveau intermédiaire.

14La seconde séquence (1958-1967) fait figure d’âge d’or de la relation bilatérale pour au moins deux raisons. Premièrement, elle connaît alors une réelle autonomie. Son développement est un but en soi. La politique d’indépendance nationale, basée sur la constitution d’une force de frappe nucléaire, donne à Paris les moyens d’un dialogue avec Moscou. Deuxièmement, se met en place au cours de ces années, un véritable dispositif bilatéral, comme la commission mixte (juin 1966), dont les différentes formes gèrent aujourd’hui encore les échanges entre Paris et Moscou. Le rapprochement franco-allemand joue un rôle déterminant dans l’évolution des rapports franco-soviétiques : les cinq mois qui séparent le traité de l’Élysée (janvier 1963) de sa ratification avec préambule par le Bundestag (mai 1963) représentent un moment pivot. Les limites qu’impose l’Allemagne aux ambitions du général de Gaulle ont pour répercussions presque immédiates de provoquer un virage en direction de Moscou, dans la pure tradition des alliances de revers. Ce virage s’accompagne d’une affirmation d’indépendance nationale à l’égard de la communauté occidentale dans son ensemble (retrait du commandement intégré de l’OTAN en mars 1966). S’ils entendent bien exploiter cette position décalée de la France au sein du dispositif occidental, les Soviétiques se montrent prudents, pour ne pas dire sceptiques, face aux perspectives à long terme ouvertes par le général de Gaulle.

  • 9 M.-P. Rey, « Georges Pompidou, l’Union soviétique et l’Europe », dans Georges Pompidou et l’Europe, (...)
  • 10 M. Jobert, Mémoires d’avenir, Paris, Grasset, 1974, p. 170 ; J.-B. Raimond, « Georges Pompidou et l (...)
  • 11 V. Giscard d’Estaing, Le pouvoir et la vie, Compagnie 12, 1988, chapitre I.
  • 12 J. Vimont, « Georges Pompidou et l’Union soviétique 1973-1974 », dans Georges Pompidou et l’Europe, (...)
  • 13 M. Tatu, « Valéry Giscard d’Estaing et la détente », dans S. Cohen et M.-C. Smouts, La politique ex (...)
  • 14 P. Grosser, « Serrer le jeu sans le fermer : l’Élysée et les relations franco-soviétiques, 1981-198 (...)
  • 15 H. Védrine, Les mondes de François Mitterrand, op. cit., chapitres V et VI.
  • 16 Ibid., p. 262-271.

15La troisième séquence (1967-1984) profitera donc d’un capital de relations. La politique d’ouverture à l’Est du général de Gaulle s’essouffle rapidement en se heurtant au socle idéologique de la politique extérieure soviétique, qui affleure dès l’intervention en Tchécoslovaquie. Cette période se caractérise par la recherche d’une sécurité européenne. Maître mot de ces années, cette dernière passe par l’intrication de la relation bilatérale dans une instance multilatérale souhaitée par les Soviétiques pour obtenir la reconnaissance du statu quo hérité de la guerre. C’est le projet de CSCE lancé par Moscou (mars 1969) et relayé par Paris (octobre 1969)9. Du côté soviétique, ces années sont marquées par la personnalité de Léonid Brejnev que Georges Pompidou apprécie10 et avec lequel Valéry Giscard d’Estaing voudrait établir des relations de confiance11. Léonid Brejnev rencontre le président français à dix reprises au cours de ces années (cinq rencontres avec chaque président). De son premier voyage en URSS (juillet 1967 en tant que Premier ministre) à l’entrevue de Pitsounda (mars 1974), Georges Pompidou s’inscrit dans le prolongement de la politique menée par le général de Gaulle : à Pitsounda, il note que le sentier ouvert par son prédécesseur s’est transformé en autoroute sur laquelle d’autres pays se sont engouffrés. Il plaide pour qu’un couloir soit réservé à la France12. Il est vrai que Moscou utilise les relations avec Paris pour soutenir son projet de CSCE. L’instauration d’un dialogue stratégique soviéto-américain ainsi que l’intensification politique et économique des échanges germano-soviétiques aboutissent à une minoration des rapports franco-soviétiques. Cette tendance s’accentue après la conférence d’Helsinki et pousse les autorités françaises, à la fin des années soixante-dix, à vouloir préserver ce qui reste de la détente, à un moment où le régime soviétique se durcit (intervention en Afghanistan qui entraîne le faux pas de Valéry Giscard d’Estaing13 à Varsovie et répression de la dissidence). En ce sens, l’élection de François Mitterrand marque une rupture14. Il fait subir une « cure de désintoxication » à la relation bilatérale qui aboutit, à l’occasion de la crise des euromissiles, à une clarification stratégique15. Signe des évolutions en cours, le président français fait son premier voyage officiel en URSS (juin 1984) au moment où la France assure la présidence de la Communauté européenne16. Au cours de cette séquence, les autorités françaises perdent progressivement leurs illusions, qui consistaient à vouloir occuper une position d’intermédiaire entre les deux blocs. Par conséquent, la relation bilatérale perd de sa substance politique alors qu’on observe, sous l’effet du dispositif bilatéral, une progression des échanges intermédiaires.

  • 17 Ibid., p. 486-488.
  • 18 A. Lesme, François Mitterrand et l’Union soviétique de Mikhaïl Gorbatchev, Paris I, mémoire de DEA (...)
  • 19 G.-H. Soutou, L’alliance incertaine, op. cit., p. 304.
  • 20 Y. Doubinine, « Document : histoire mouvementée du traité franco-russe », Revue politique et parlem (...)

16La quatrième séquence, de 1985 à nos jours, se caractérise, bien évidemment, par le passage d’un système bipolaire à un système unipolaire, qui d’une certaine manière sonne le glas de la relation bilatérale. Mikhaïl Gorbatchev réserve son premier voyage en Occident à la France (octobre 1985) et instaure des relations de confiance avec François Mitterrand (de 1985 à 1991, ils se rencontrent dans un cadre bilatéral à sept reprises), mais les deux hommes ne parviennent pas à convertir leur bonne entente en dynamique politique. Malgré la rencontre de Kiev (décembre 1989)17, les deux pays subissent la réunification allemande qui met fin au modèle gaullien de la relation bilatérale et révèle l’inadaptation de leurs outils de concertation18. La réunification allemande traumatise la relation bilatérale dans la mesure où elle a été gérée dans un triangle Bonn / Washington / Moscou19. La chute de l’URSS laisse place à un nouvel ordre européen qui, croit-on alors, devrait revivifier les relations à charge pour les deux capitales d’adapter leur dispositif bilatéral. C’est l’objet du traité franco-russe (février 1992)20, qui pour la première fois n’est dirigé contre aucune puissance. En dépit des invocations historiques, Paris et Moscou peinent à donner une nouvelle impulsion à leurs relations et à les alimenter autrement que par des déclarations d’intention. L’élection de Jacques Chirac donne lieu à une mise en scène de ses liens d’amitié avec son ami Barriss. Liens d’amitié qui ont tendance à résumer à eux seuls la relation bilatérale même si la France tente de parrainer, dans la limite de ses moyens, la Russie sur la scène internationale. Membres du conseil de sécurité de l’ONU, les deux pays ont des positions communes sur plusieurs dossiers. La relation bilatérale, n’a plus de réelle portée en elle-même, mais sert surtout à monter des coups ou à conforter des positions au sein de structures multilatérales. Aucun grand projet (exception faite peut-être de la coopération spatiale) ne les anime sur le plan politico-diplomatique. Il ne faudrait pas pour autant négliger les programmes bilatéraux qui fonctionnent pour certains d’entre eux de manière satisfaisante sur le plan intermédiaire.

  • 21 A. de Tinguy, « France-Russie, une relation inachevée », Le Banquet, n° 11, 1997, p. 95-105 ; « Par (...)
  • 22 Y. Boyer, « Les Russes », dans Y. Boyer et I. Façon, La politique de sécurité de la Russie, Paris, (...)
  • 23 I. Spynov, « Moskva – Pariž » (Moscou-Paris), Meždunarodnaâ Žizn’, n° 3, 1999, p. 45-53.
  • 24 Y. Roubinsky, La France et la Russie à la recherche d’un monde multipolaire, Paris, Ifri, 1998.
  • 25 K. P. Zueva, « Franciâ i Rossiâ : trudnyj dialog », octobre 2000 (article sur site : http://www.str (...)
  • 26 Y. Roubinski, « Perceptions russes », Annuaire français des relations internationales, 2000, p. 296
  • 27 K. P. Zueva, « Visit prezidenta Putina vo Franciû 30 X-1 XI 2000g », octobre 2000 (article sur site (...)

17Au cours des cinq dernières années, les rapports russo-français ont connu des évolutions profondes. Le projet de Jacques Chirac et Boris Eltsine de construire un partenariat privilégié masquait à peine la médiocrité des échanges économiques et la faiblesse des liens entre les deux sociétés21. Cette situation conduit à douter de l’existence d’une politique russe à Paris22 et, parallèlement, à s’interroger sur l’existence d’une véritable politique française à Moscou. Présenté par les diplomates russes comme un des fondements de la politique étrangère de Moscou23, le partenariat avec Paris trouverait sa raison d’être dans la volonté conjointe des deux capitales d’œuvrer en faveur d’un monde multipolaire24. La crise du Kosovo, la seconde guerre de Tchétchénie ainsi qu’une série d’incidents bilatéraux entraînent une notable altération des relations, qui s’accentue après l’élection de Vladimir Poutine (mars 2000)25. Le « penchant pédagogique de la diplomatie française »26 agace puis irrite Moscou, qui ne manque pas une occasion de le faire savoir. La première visite à Paris de Vladimir Poutine (octobre 2000) dans le cadre du sommet Russie/ UE marque, selon certains observateurs, un début de réchauffement malgré un climat lourd d’arrière-pensées27. La visite de Jacques Chirac (juillet 2001) souligne les préoccupations communes des deux pays sur le plan stratégique face aux projets américains de défense anti-missiles. La visite de travail de Vladimir Poutine (janvier 2002) permet l’annonce de consultations bilatérales pour les questions de sécurité.

  • 28 T. Gomart, Les rapports russo-français vus de Moscou, Paris, Ifri, 2002 (avant-propos de D. David)  (...)

18Pour rompre avec la rhétorique officielle qui met systématiquement en avant la compréhension mutuelle et l’amitié traditionnelle sans trop s’attarder sur les divergences, il est indispensable de nouer un dialogue sur le terrain avec les Russes. Pour contribuer à cette entreprise, nous avons décidé, au premier semestre 2001, d’interroger vingt-quatre analystes russes (six universitaires, neuf experts, six diplomates et trois spécialistes des questions militaires) sur l’état actuel de la relation bilatérale28. Ce jeu de regards et ces perceptions croisées, qui ne peuvent se faire sans mise en perspective historique, ont abouti à un instantané des visions russes. Outre des questions très actuelles (systèmes anti-missiles, élargissement de l’OTAN et forum germano-russe de Saint-Pétersbourg entre autres), le discours de plusieurs analystes exploite l’héritage gaullien, comme si la conception de la relation bilatérale élaborée au cours des années soixante était encore présente pour un certain nombre de questions.

  • 29 V.-B. Rosoux, La mémoire du général de Gaulle, Culte ou instrument ?, Louvain-la Neuve, Bruylant, 1 (...)
  • 30 A. Duhamel, De Gaulle-Mitterrand, La marque et la trace, Paris, Flammarion, 1991, p. 78.
  • 31 A. Knapp, Le gaullisme après de Gaulle, Paris, Seuil, 1996, p. 681.
  • 32 F. Bozo, La politique étrangère de la France, op. cit., p. 57.
  • 33 Ibid., p. 70.
  • 34 A. Duhamel, De Gaulle-Mitterrand, op. cit., p. 78-79.
  • 35 J.-M. Colombani, Le Résident de la République, Paris, Stock, 1998 ; A. Collovald, Jacques Chirac et (...)
  • 36 N. Tenzer, La face cachée du gaullisme, De Gaulle ou l’introuvable tradition politique, Paris, Hach (...)

19En France, dès qu’il est question de politique extérieure, la figure du général de Gaulle agit comme un horizon indépassable. Dans ce domaine comme dans d’autres, sa mémoire est encore agissante29 à tel point qu’il semble que « la politique étrangère reste en somme le domaine réservé du Général, même à titre posthume »30. La postérité du général de Gaulle encombre ou soulage ses successeurs. C’est selon. Une bonne part du succès des gaullistes, en tant que force politique, s’expliquerait par leur monopole sur les affaires étrangères ; leur déclin commence à partir du moment où leurs positions deviennent consensuelles31. Les successeurs du général de Gaulle – Georges Pompidou32, Valéry Giscard d’Estaing33, François Mitterrand34 et Jacques Chirac35 – reprennent à leur compte l’héritage gaullien en matière de politique étrangère en l’adaptant, ici ou là, à leurs inclinations ou intuitions personnelles. « La tradition de l’avenir » instaurée par le général de Gaulle pèse sur ses successeurs autant qu’elle les rassure. Elle révélerait « l’incapacité pour les Français et leurs politiques de penser l’avenir sans se référer à une image passée – ce que de Gaulle avait, avant qu’il ne lègue son impossible héritage, su éviter »36.

  • 37 P.-M. de La gorce, De Gaulle, op. cit., p. 1326-1327.
  • 38 B. Gaïti, De Gaulle prophète de la cinquième république (1946-1962), Paris, Presses de Sciences Po, (...)

20Ce recours systématique à la mémoire du général de Gaulle s’expliquerait par le caractère visionnaire de ses analyses37. En faisant ainsi du général de Gaulle un augure dont les présages se sont révélés exacts, l’historien entretient, volontairement ou involontairement, le discours prophétique, qui entoure toute l’action du fondateur de la Ve République. Discours prophétique gaulliste qui a déjà été étudié sur le plan institutionnel. Brigitte Gaïti lit le retour au pouvoir de De Gaulle en 1958 comme une prophétie historique réalisée : « Tout semble finalement s’être passé comme Charles de Gaulle l’avait prédit dès 1946 »38. Une telle approche, qui montre « en quoi la confirmation des prédictions tend à rendre invisible l’ensemble des processus qui ont pu contribuer au dénouement “heureux” » gagnerait, sans doute, à être transposée du plan institutionnel au plan international. Sur l’un comme sur l’autre, tout se passe, en effet, « comme si le général de Gaulle était à la fois prophète et analyste des conditions de réussite de ses prédictions ».

  • 39 P. H. Gordon, A Certain Idea of France, French Security Policy and the Gaullist Legacy, Princeton, (...)
  • 40 R. Frank, « La France et son rapport au monde au xxe siècle », Politique étrangère, n° 3-4, 2000, p (...)

21La politique extérieure française s’inscrit dans une histoire mythique, qui présente la particularité de transformer la parole du général de Gaulle en matrice des faits à venir. Par conséquent, la politique étrangère française reste en partie tributaire de l’héritage gaullien, même si la rupture de 1989 a entraîné de notables adaptations39. Robert Frank considère que l’héritage gaullien pèse aujourd’hui moins qu’il n’y paraît dans l’élaboration pratique de la politique extérieure, mais qu’il véhicule un vocabulaire et un imaginaire encombrants. Selon lui, il est temps de renoncer aux concepts et aux mots pour mettre fin au mythe de l’indépendance absolue et au culte de la coopération intergouvemementale qui paralysent la construction européenne40. Se dessinent donc derrière l’analyse de l’héritage gaullien des enjeux politiques qui concernent non seulement la construction européenne mais aussi la conception actuelle des rapports entre Paris et Moscou. Sur le plan historiographique, la critique d’une troisième voie française pendant la guerre froide ne saurait aboutir à une minoration excessive de l’action du général de Gaulle qui, indiscutablement, modifie la teneur et le cours des relations franco-soviétiques. Ce qui n’est pas négligeable en soi. Sur le plan mémoriel, la persistance de l’héritage gaullien est un indicateur de l’écho rencontré par la politique du général de Gaulle aussi bien en France qu’en Russie. À ce titre, son inventaire raisonné est sans doute plus d’actualité que sa dilapidation définitive.

22L’héritage gaullien habite encore la mémoire bilatérale ; il continue de fournir un corps de doctrine aux conceptions actuellement en vigueur. Disons-le, nous avons été surpris par la fréquence des références à l’héritage gaullien dans le discours des analystes russes sollicités. Trois hypothèses permettent d’expliquer cet usage de la mémoire gaullienne et ses implications actuelles.

  • 41 A. de Tinguy, « Vladimir Poutine et l’Occident : l’heure est au pragmatisme », Politique étrangère, (...)

23Premièrement, les Russes (à travers le discours des analystes) seraient en retard sur le plan conceptuel dans la mesure où ils n’auraient pas su, ou voulu, assimiler les paradigmes de l’après-guerre froide. Ils continueraient à différer une réflexion de fond sur leur identité, leur puissance et leur statut. Dans cette optique, le recours à la mémoire gaullienne leur permettrait d’entretenir une illusion de grandeur et de rappeler le décalage historique de puissance entre les deux pays. L’héritage gaullien est également invoqué sur le plan de la sécurité européenne. Le triptyque – entente, détente, coopération – qui préfigure la CSCE est rappelé par les analystes. Il permet de dire que l’OSCE s’est dévoyée. De même, la formule d’une Europe qui s’étendrait de l’Atlantique à l’Oural est souvent reprise41. Les analystes tendent à démontrer que les positions de la France au sein de l’OSCE sont en rupture avec leur tradition : Paris s’alignerait sur Washington afin de transformer l’organisation en instrument de surveillance de l’espace post-soviétique.

24Deuxièmement, nous aurions tendance à sous-estimer l’écho du verbe gaullien dans l’espace et dans le temps. La contestation gaulliste du système bipolaire est reprise aujourd’hui par les Russes pour dénoncer un système unipolaire dominé par l’hyperpuissance américaine. Par ce biais, ils flattent la tradition française d’indépendance, encouragent le non-alignement et dissimulent à peine leur anti-américanisme. Cette utilisation n’est pas innocente. Elle vise à créer des conditions psychologiques favorables à un rapprochement des deux capitales sur le dossier des systèmes anti-missiles en soulignant la proximité des cultures stratégiques russe et française. Ce faisant, les analystes préparent l’élaboration de positions communes face à l’hégémonie américaine, tout en prenant soin de préciser qu’une tentative de découplage entre l’OTAN et l’UE serait contre-productive. La déclaration commune visant à « garantir les équilibres stratégiques internationaux » signée par V. Poutine et J. Chirac ne peut que les satisfaire dans cette optique.

  • 42 J.-C. Romer, Géopolitique de la Russie, Paris, Economica, 1999, p. 82-87.
  • 43 V. Nikonov, « La Russie et l’Occident : des illusions au désenchantement », Critique internationale(...)
  • 44 M. Gammer, « Post-Soviet Central Asia and Post-Colonial Francophone Africa : Some associations », M (...)

25Troisièmement, les Russes utiliseraient la mémoire gaullienne pour placer les deux pays au sein d’un même ensemble défini par les menaces qui pèsent sur lui. Les analystes se réfèrent aujourd’hui encore à une Europe « de l’Atlantique à l’Oural » en raison de la communauté de destin que cette formule défend implicitement. La menace islamiste la définirait42. Autrement dit, l’instrumentalisation de la mémoire gaullienne entraîne une lecture civilisationnelle des relations internationales bien antérieure au 11 septembre 2001. Cette lecture facilite un certain nombre de raccourcis. Certains analystes qualifient la politique de V. Poutine de « gaullisme à la russe »43, pour justifier ses raidissements et son pragmatisme qui ne viseraient, en définitive, qu’à défendre l’indépendance du pays. La menace islamiste sert à justifier les opérations militaires en Tchétchénie. Certains analystes développent l’argumentation suivante : en Tchétchénie, la Russie défend les valeurs occidentales contre le terrorisme religieux. Les allusions à la guerre d’Algérie leur permettent de rappeler que la France, qui s’offusque du comportement des troupes fédérales en Tchétchénie, a recouru aux mêmes méthodes pour enrayer une rébellion qualifiée en son temps de terroriste. Ils saisissent l’occasion de fustiger l’idéologie des droits de l’homme qui serait l’ultime moyen dont la France disposerait pour tenir un discours à vocation universaliste. Même si des comparaisons commencent à être faites44, le processus de décolonisation conduit par les autorités françaises en Afrique ne retient guère l’attention des analystes qui continuent à croire que la France court après son statut de puissance mondiale.

  • 45 M.-C. Smouts, « Que reste-t-il de la politique étrangère ? », Pouvoirs, n° 88, 1999, p. 11-12.
  • 46 J.-C. Romer, « Les relations franco-russes (1991-1999) entre symboles et réalités », Annuaire franç (...)

26Ces trois exemples montrent que le recours à la mémoire gaullienne n’est jamais neutre. Cependant, il ne faudrait pas surestimer son poids au nom des permanences historiques d’autant plus que les analystes ont tendance à délaisser le cadre bilatéral. Ils le martèlent sans cesse : l’UE (Union européenne) constitue désormais la priorité de la politique extérieure russe. À l’heure où les politiques étrangères passent de plus en plus systématiquement par la voie multilatérale45, la véritable question réside désormais dans la pertinence d’une approche strictement bilatérale des rapports franco-russes46. Les relations entre Paris et Moscou n’ont sans doute plus la même portée aujourd’hui qu’au cours des années soixante en raison principalement de la fin du système bipolaire. Le déclin du bilatéralisme franco-russe n’est pas inexorable dans la mesure où les rapports bilatéraux constituent la trame plus ou moins visible d’une structure multilatérale. En raison précisément de sa densité historique, il est appelé à structurer, avec d’autres, les dialogues Russie/UE et Russie/OTAN. Un des enjeux immédiats est donc de comprendre et d’expliquer l’emboîtement du bilatéral dans le multi-bilatéral. Ce livre, fidèle en ce sens à la dialectique passé/présent chère à Marc Bloch, se veut, au final, une tentative d’éclaircissement de notre passé destinée à déchiffrer notre présent.

Notes

1 Pour reprendre le titre de M.-P. Rey, La tentation du rapprochement, op. cit.

2 Cité par J. Laloy, « À Moscou : entre Staline et de Gaulle », art. cit., p. 140. Jean Laloy dément formellement, en note, la légende selon laquelle le général de Gaulle lors de son passage à Stalingrad aurait tenu ces propos à Molotov. Il rappelle que Molotov n’était pas à Stalingrad.

3 Ibid., p. 152.

4 Ibid.

5 A. Besançon, « Nous allons en Russie... », art. cit., p. 325.

6 G.-H. Soutou, « Le général de Gaulle et l’URSS, 1943-1945 : idéologie ou équilibre européen », Revue d’histoire diplomatique, n° 4, 1994, p. 340-355 ; É. Santiard, « Les diplomates français en 1946 : le problème soviétique au cœur de la déchirure », Revue d’histoire diplomatique, n° 2, 1996, p. 141-156.

7 G.-H. Soutou, L’alliance incertaine, op. cit., p. 49-53.

8 E. Calandri, « La détente et la perception de l’Union soviétique chez les décideurs français : du printemps 1955 à février 1956 », Revue d’histoire diplomatique, n° 2, 1993, p. 165-191.

9 M.-P. Rey, « Georges Pompidou, l’Union soviétique et l’Europe », dans Georges Pompidou et l’Europe, op. cit., p. 141-154.

10 M. Jobert, Mémoires d’avenir, Paris, Grasset, 1974, p. 170 ; J.-B. Raimond, « Georges Pompidou et l’Union soviétique », dans Georges Pompidou et l’Europe, op. cit., p. 180.

11 V. Giscard d’Estaing, Le pouvoir et la vie, Compagnie 12, 1988, chapitre I.

12 J. Vimont, « Georges Pompidou et l’Union soviétique 1973-1974 », dans Georges Pompidou et l’Europe, op. cit., p. 204.

13 M. Tatu, « Valéry Giscard d’Estaing et la détente », dans S. Cohen et M.-C. Smouts, La politique extérieure de Valéry Giscard d’Estaing, Paris, Presses de la FNSP, 1985, p. 196-217.

14 P. Grosser, « Serrer le jeu sans le fermer : l’Élysée et les relations franco-soviétiques, 1981-1984 », dans S. Berstein, P. Milza et J.-L. Bianco, François Mitterrand, Les années du changement 1981-1984, Paris, Perrin, 2001, p. 251-281.

15 H. Védrine, Les mondes de François Mitterrand, op. cit., chapitres V et VI.

16 Ibid., p. 262-271.

17 Ibid., p. 486-488.

18 A. Lesme, François Mitterrand et l’Union soviétique de Mikhaïl Gorbatchev, Paris I, mémoire de DEA sous la direction de Samy Cohen, 1996.

19 G.-H. Soutou, L’alliance incertaine, op. cit., p. 304.

20 Y. Doubinine, « Document : histoire mouvementée du traité franco-russe », Revue politique et parlementaire, n° 967, septembre-octobre 1993, p. 19-39.

21 A. de Tinguy, « France-Russie, une relation inachevée », Le Banquet, n° 11, 1997, p. 95-105 ; « Paris-Moscou : vers un partenariat privilégié dans une Europe réconciliée ? », Relations internationales et stratégiques, n° 25, 1997, p. 82-92.

22 Y. Boyer, « Les Russes », dans Y. Boyer et I. Façon, La politique de sécurité de la Russie, Paris, Ellipses/FRS, 2000, p. 12.

23 I. Spynov, « Moskva – Pariž » (Moscou-Paris), Meždunarodnaâ Žizn’, n° 3, 1999, p. 45-53.

24 Y. Roubinsky, La France et la Russie à la recherche d’un monde multipolaire, Paris, Ifri, 1998.

25 K. P. Zueva, « Franciâ i Rossiâ : trudnyj dialog », octobre 2000 (article sur site : http://www.strana.ru).

26 Y. Roubinski, « Perceptions russes », Annuaire français des relations internationales, 2000, p. 296.

27 K. P. Zueva, « Visit prezidenta Putina vo Franciû 30 X-1 XI 2000g », octobre 2000 (article sur site : http://www.strana.ru).

28 T. Gomart, Les rapports russo-français vus de Moscou, Paris, Ifri, 2002 (avant-propos de D. David) ; D. David et T. Gomart, « Franciâ i Rossiâ », Meždunarodnaâ Žizn’, n° 3, 2002, p. 27-37.

29 V.-B. Rosoux, La mémoire du général de Gaulle, Culte ou instrument ?, Louvain-la Neuve, Bruylant, 1998, p. 10.

30 A. Duhamel, De Gaulle-Mitterrand, La marque et la trace, Paris, Flammarion, 1991, p. 78.

31 A. Knapp, Le gaullisme après de Gaulle, Paris, Seuil, 1996, p. 681.

32 F. Bozo, La politique étrangère de la France, op. cit., p. 57.

33 Ibid., p. 70.

34 A. Duhamel, De Gaulle-Mitterrand, op. cit., p. 78-79.

35 J.-M. Colombani, Le Résident de la République, Paris, Stock, 1998 ; A. Collovald, Jacques Chirac et le gaullisme, Paris, Belin, 1999.

36 N. Tenzer, La face cachée du gaullisme, De Gaulle ou l’introuvable tradition politique, Paris, Hachette, 1998, p. 267.

37 P.-M. de La gorce, De Gaulle, op. cit., p. 1326-1327.

38 B. Gaïti, De Gaulle prophète de la cinquième république (1946-1962), Paris, Presses de Sciences Po, 1998, p. 13-15. Les extraits suivants proviennent de cet ouvrage.

39 P. H. Gordon, A Certain Idea of France, French Security Policy and the Gaullist Legacy, Princeton, Princeton University Press, 1993, p. 183.

40 R. Frank, « La France et son rapport au monde au xxe siècle », Politique étrangère, n° 3-4, 2000, p. 839.

41 A. de Tinguy, « Vladimir Poutine et l’Occident : l’heure est au pragmatisme », Politique étrangère, n° 3, 2001, p. 526.

42 J.-C. Romer, Géopolitique de la Russie, Paris, Economica, 1999, p. 82-87.

43 V. Nikonov, « La Russie et l’Occident : des illusions au désenchantement », Critique internationale, n° 12, juillet 2001, p. 188-189.

44 M. Gammer, « Post-Soviet Central Asia and Post-Colonial Francophone Africa : Some associations », Middle Eastern Studies, vol. 36, n° 2, avril 2000, p. 124-149.

45 M.-C. Smouts, « Que reste-t-il de la politique étrangère ? », Pouvoirs, n° 88, 1999, p. 11-12.

46 J.-C. Romer, « Les relations franco-russes (1991-1999) entre symboles et réalités », Annuaire français des relations internationales, 2000, p. 447.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search