Version classiqueVersion mobile

Double détente

 | 
Thomas Gomart

Une détente grippée

Chapitre XIII. Esquisse de rapprochement (mars 1963-décembre 1964)

Texte intégral

1Une semaine sépare les signatures du traité franco-allemand et de l’accord commercial franco-soviétique. Bien entendu, la portée de ces deux textes n’est pas comparable. Le premier, signé par le chancelier Adenauer et le président de Gaulle, se situe au niveau politico-diplomatique alors que le second planifie des échanges intermédiaires. Ils illustrent néanmoins la complémentarité (la contradiction du point de vue soviétique) et la différence d’échelle des politiques françaises à l’égard de l’Allemagne fédérale et de la Russie soviétique. La construction de l’axe franco-allemand structure la politique extérieure française, mais le préambule au traité imposé par le Bundestag (mai 1963) limite les perspectives de coopération stratégique. Il annonce une nouvelle ère des rapports franco-soviétiques.

  • 1 F. Bozo, La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 45-46.
  • 2 P. Grosser, Les temps de la guerre froide, op. cit., p. 97.
  • 3 Entretien avec Yves Pagniez, 2 février 1996.

2En effet, à partir de l’été 1963, les prémices d’un rapprochement entre Paris et Moscou se font sentir. Les critiques soviétiques sur le refus français de signer le traité d’interdiction partielle des essais nucléaires dans l’espace atmosphérique, extra-atmosphérique et sous-marin, sont l’ultime salve d’une politique de tension permanente. En ce sens, le cours des relations Paris-Moscou suit celui de la confrontation Est-Ouest. Le tournant que constituent les années 1963-1964 dans la guerre froide s’observe également dans le cadre franco-soviétique. Il est d’usage de mettre le rapprochement franco-soviétique au crédit de la politique extérieure du général de Gaulle. Ce dernier, avec son ambition de « dépassement des blocs »1, se lance, après l’échec du plan Fouchet et le préambule du Bundestag, dans une sorte de « cavalier seul »2 stratégique, principale voie d’accès à sa politique d’indépendance nationale. Son Ostpolitik ferait de lui un précurseur du dialogue Est-Ouest et de la détente ainsi qu’un visionnaire géopolitique. Selon Yves Pagniez, un des diplomates chargés de la mettre en œuvre, cette politique est moins une expression d’indépendance à l’égard des États-Unis qu’une politique d’ouverture destinée à améliorer la situation européenne : « C’est l’indépendance à l’égard des États-Unis qui est la condition de la politique menée à l’Est, et non l’inverse »3. Autrement dit, le dialogue franco-soviétique apparaît moins comme un instrument utilisé pour se dégager de la tutelle américaine que comme l’élément essentiel d’une politique en Europe orientale.

  • 4 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 20, entretien entre le général (...)

3Cette politique orientale est-elle à l’origine du rapprochement franco-soviétique ? Cette question se pose dans la mesure où les Soviétiques sont les premiers à donner les signes d’une volonté de rapprochement à partir de l’automne 1963. En janvier 1964, le général de Gaulle, quant à lui, s’interroge encore sur l’opportunité d’un voyage en URSS4. La teneur des entretiens franco-soviétiques au cours de l’année 1964 montre les efforts de la diplomatie soviétique pour intensifier les échanges. Dans ces conditions, il faut se demander si le choix de l’été 1963 comme point de basculement des rapports franco-soviétiques ne revient pas à attribuer l’initiative du rapprochement à Moscou. Le général de Gaulle aurait lancé sa politique orientale dans un second temps, après que les Soviétiques eurent dévoilé leurs intentions. Il faut également se demander si la chute de Khrouchtchev entrave ce rapprochement ou si, au contraire, il est la suite logique d’un mouvement de fond de la politique extérieure soviétique.

4Un rapprochement bilatéral naît d’un désir partagé par les deux parties, mais, à l’image des relations amoureuses, son dénouement résulte souvent de l’esprit d’initiative d’un des deux partenaires. Le rapprochement franco-soviétique s’inscrit dans un contexte particulier. Il intervient au terme d’une période de tension qui s’est ressentie aux différents niveaux de la relation bilatérale et s’inscrit dans un contexte de mutation internationale. Outre l’amélioration des rapports américano-soviétiques à la suite de la crise de Cuba, deux éléments contribuent à modifier le cadre de la confrontation Est-Ouest : la construction européenne et la rupture sino-soviétique. L’une et l’autre retracent, directement et indirectement, les contours des relations franco-soviétiques et contraignent les deux pays à repenser certains axes de leurs politiques étrangères.

Persistance des tensions

5La signature du traité franco-allemand provoque un regain de tension entre Paris et Moscou. Le premier semestre 1963 se caractérise par une offensive multiforme de Moscou, qui vise des individus occupant une position sensible dans l’espace bilatéral – c’est le cas, par exemple, de Michel Tatu, correspondant du Monde à Moscou – mais aussi des syndicats français. Moscou souhaite, par leur intermédiaire, influer sur la situation sociale en France et maintient, parallèlement à ces attaques, une pression diplomatique constante sur la France au sujet du désarmement afin de paralyser son processus d’acquisition de l’arme nucléaire.

L’affaire Tatu

6Le contrôle de l’information obsède les autorités soviétiques. Le fonctionnement du système repose sur leur capacité à manipuler l’information à l’intérieur comme à l’extérieur de leurs frontières. À l’intérieur, la rétention d’information est un principe de base : les organes de presse relayent les mots d’ordre du Parti et n’exercent aucune fonction critique à l’égard du pouvoir central. À l’extérieur, le contrôle de l’information est plus délicat à assurer. L’image positive ou négative de l’Union soviétique dépend, en grande partie, de son efficacité ou de son inefficacité. C’est pourquoi les correspondants de presse étrangers sont des objectifs clairement désignés d’une guerre de l’information, pour reprendre une notion actuelle.

7Les aventures et mésaventures de Michel Tatu en Union soviétique illustrent parfaitement les méthodes soviétiques pour conduire ce type de guerre. Dans l’espace bilatéral, le jeune correspond du Monde intrigue, gêne et irrite les autorités soviétiques en raison de la qualité de ses analyses, de sa capacité à contourner la censure et du magistère que son journal exerce dans les milieux dirigeants français. De plus, Michel Tatu suit de près les débats intellectuels et esthétiques qui sont des sujets sensibles puisqu’ils touchent le cœur idéologique du régime. Autant de raisons qui font de Michel Tatu une victime désignée.

  • 5 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 345, télégramme (...)
  • 6 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.
  • 7 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 345, télégramme (...)
  • 8 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1905, télégramme de François de Laboulaye n° 1426/29, 18 m (...)
  • 9 Ibid.

8L’affaire intervient dans un contexte de reprise en mains des intellectuels soviétiques. La campagne contre l’art abstrait s’accompagne, en effet, d’un net durcissement idéologique fin 1962-début 1963. Michel Tatu est l’objet d’une première attaque dans les Izvestia en décembre 19625, mais continue malgré tout à assister à des rencontres littéraires ou poétiques semi-clandestines. L. Illitchev, président de la commission idéologique du Comité central, charge Youri Joukov de lancer une campagne de presse contre le correspondant du Monde : « Ce tsar en idéologie voulait sanctionner le journaliste qui s’était intéressé de trop près aux questions intellectuelles »6. Autre raison probable de cette campagne : les articles publiés à l’occasion du voyage de Nikita Khrouchtchev en France que les autorités soviétiques n’ont probablement pas oubliés. Le 13 mars 1963, Youri Joukov s’exécute dans la Pravda en dénonçant les articles de ce « jeune homme grêle à lunettes »7 qui est taxé de « conservatisme »8 et aurait « abusé de la patience des Moscovites »9. L’ambassade soutient le journaliste et s’inquiète de sa situation personnelle. En effet, Michel Tatu a épousé Lidia Kovaleva un an plus tôt. Sa femme, qui a un garçon de sept ans – Sacha – né d’un premier mariage, a eu une petite fille – Nathalie – en septembre 1962. La femme de Michel Tatu n’envisage évidemment pas de quitter l’Union soviétique sans son fils. Les services soviétiques comptent bien exploiter cette situation.

  • 10 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, dépêche de François de Laboulaye à Maurice Couve de (...)
  • 11 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 345, télégramme (...)
  • 12 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 5241/5242,13 septembre 1963.
  • 13 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 5784/ 87, 27 septemb (...)
  • 14 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.
  • 15 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 7283/84, 30 (...)

9Michel Tatu est une nouvelle fois attaqué au mois d’avril dans la presse10. À la mi-juillet, Maurice Dejean intervient personnellement auprès de Nikita Khrouchtchev à son sujet11. Sans succès. Cette intervention n’empêche pas le jugement d’un tribunal de Moscou qui accorde la garde de l’enfant à son père. L’appel déposé par Lidia Kovaleva est rejeté fin août : le jugement est exécutoire. Le recours déposé devant le Soviet suprême est également rejeté mi-septembre12. Dès lors, les événements se précipitent. Le 27 septembre, Michel Tatu fait l’objet de nouvelles attaques dans la presse soviétique. D’après les diplomates français, les censeurs soviétiques ne pardonnent pas au correspondant du Monde de s’être risqué « sur le terrain délicat des rapports entre le parti et le monde littéraire et artistique »13. Le lendemain, Sacha est enlevé par son père à l’école14. Commencent alors des semaines très pénibles pour Michel Tatu et sa femme. En liaison avec leur ambassade, les services du Quai d’Orsay se mobilisent. Sergueï Vinogradov est convoqué : Beaumarchais lui indique que cet enlèvement n’est pas conforme aux lois soviétiques et n’a pas été notifié à la mère de l’enfant. L’ambassadeur soviétique répond qu’il n’est pas au courant des derniers développements de l’affaire15.

  • 16 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

10Dès lors, les diplomates français envisagent des mesures de rétorsion à l’encontre de la Pravda. Ils suspendent l’octroi du visa de Kotov, nouveau correspondant de cet organe et le subordonnent au règlement de l’affaire Tatu. De son côté, le correspondant du Monde cherche des appuis. Il croit savoir que Guy Mollet et Waldeck Rochet ont plaidé sa cause auprès de Nikita Khrouchtchev16. Dans le cadre de la visite d’une délégation de la SFIO en URSS (26 octobre au 4 novembre), Guy Mollet s’entretient avec Nikita Khrouchtchev. Le PCUS adresse le compte rendu des échanges au Bureau politique du PCF et souligne l’intervention de Guy Mollet en faveur de Michel Tatu :

  • 17 PCF, Gaston Plissonnier, carton n° 1, rapport adressé par le PCUS au bureau politique du PCF au suj (...)

« Au cours du même entretien, Guy Mollet a demandé que soit résolue de façon positive la question, c’est-à-dire le départ de celui-ci en France, avec lui du fils de la femme de Tatu (sic). Il lui fut indiqué que nous avions déjà reçu une demande analogue du Comité central du PCF et que le parquet était chargé de revoir cette question »17.

Le 7 novembre, Maurice Dejean aborde à nouveau le dossier Tatu avec Nikita Khrouchtchev. La conjugaison de ces pressions porte ses fruits puisqu’un mois plus tard le tribunal de Moscou casse le premier jugement et désigne un nouveau juge pour instruire l’affaire :

  • 18 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, lettre de Maurice Dejean à Jacques de Beaumarchais, (...)

« Mon impression est que l’affaire va continuer d’évoluer dans un sens favorable. Depuis le 7 novembre, j’ai eu plusieurs indications d’où il résulte qu’effectivement M. Khrouchtchev s’y intéresse personnellement. C’est à son intervention qu’est due la décision de réviser le procès. On peut raisonnablement espérer qu’il continuera d’agir dans le même sens (...). Mes interlocuteurs n’ont pas ouvertement établi de lien entre l’affaire Tatu et le cas Kotov. Mais ils savent aussi bien que nous à quoi s’en tenir. Ils n’ignorent pas que ce lien existe... »18

L’impression de Maurice Dejean se confirme puisqu’un nouveau jugement accorde la garde de l’enfant à la mère (20 janvier 1964). Il s’agit dès lors de le récupérer. Les diplomates français maintiennent leur pression et refusent de délivrer un visa à Kotov tant que l’affaire ne sera pas définitivement résolue. Les autorités soviétiques refusent d’établir un lien entre les deux affaires. Le ministre-conseiller soviétique fait une démarche en ce sens auprès du cabinet du ministre :

  • 19 Ibid., fiche du service d’Europe orientale, sans références, 14 février 1964.

« M. de Beaumarchais lui a répondu que du côté français, l’on avait rien contre M. Kotov personnellement. Il a rappelé que la Pravda avait traîné M. Tatu dans la boue, et que l’on ne pouvait pas faire abstraction de cela en étudiant l’attitude à prendre, du côté français, vis-à-vis de ce journal. L’on avait d’ailleurs été amené à refuser un visa à M. Joukov »19.

  • 20 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

11À Moscou, le père de l’enfant refuse de se plier au nouveau jugement. Un ami du couple Tatu, qui travaille au KGB, leur conseille d’organiser un guet-apens pour récupérer Sacha. Des amis se chargent de l’opération, qui réussit20. Michel Tatu demande alors des visas pour quitter au plus vite le territoire soviétique avec toute sa famille.

12Le dénouement de l’affaire Tatu ne saurait occulter son ressort profond : l’opposition entre un homme et le système d’influence soviétique. Les analyses de Michel Tatu dans Le Monde contredisent fréquemment celles de la propagande soviétique, qui sont relayées en France par la presse communiste. Le magistère du Monde encourage les Soviétiques à essayer d’infléchir sa ligne. L’affaire Tatu a tout d’une opération de contre-influence intellectuelle. La stratégie soviétique d’influence peut être plus directe et plus réactive. Notamment sur le terrain social. La grève des mineurs, en mars 1963, offre l’opportunité à Moscou d’attiser les tensions en France.

Attiser les tensions sociales

  • 21 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995, p. 264.

13Par l’entremise de leurs satellites français, les Soviétiques disposent d’une capacité de nuisance sur le terrain social. Le déclenchement de la grève dans les bassins miniers du Nord (mars 1963) ouvre une crise profonde. Le gouvernement ordonne la réquisition du personnel des Houillères et subit un camouflet puisque la grève s’étend à l’ensemble des bassins miniers. D’autres corporations, comme les cheminots ou les électriciens, arrêtent le travail en signe de solidarité. Ce mouvement bénéficie du soutien de l’opinion publique. Le PCF et la CGT sont en première ligne dans ce conflit qui va durer trente-quatre jours et obliger le gouvernement à céder sur les hausses de salaire. Le succès des mineurs ébranle l’autorité personnelle du général de Gaulle qui a signé le décret de réquisition. La CGT exalte cette victoire ouvrière lors de son congrès de mai 196321.

  • 22 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégrammede Maurice Dejean n° 1158/ 60, 5 mars 1963
  • 23 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 1304/05, 12 mars 1963.
  • 24 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 271, télégramme (...)

14Dès le 5 mars, la Pravda consacre des articles22 au conflit et dénonce les atteintes au droit de grève. Un tournant intervient dans l’attitude soviétique après douze jours de grève. Des dockers soviétiques refusent de charger du charbon à destination de la France en signe de solidarité avec leurs camarades français23. Le 12 mars, le Conseil des ministres de l’URSS déclare un moratoire des livraisons de charbon à destination de la France pour la durée du boycott « décidé » par les ouvriers des ports soviétiques. Les diplomates français estiment que ce blocage devrait disparaître avec la fin de la grève et préconisent en attendant une réaction énergique. Le secrétaire général du Quai d’Orsay convoque Sergueï Vinogradov pour protester vivement contre cette décision dont la nature politique ne fait aucun doute24.

  • 25 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 1413, 16 mars 1963.

15Dans les jours qui suivent, la Pravda met l’accent « sur les inquiétudes des milieux d’affaires en face de la poursuite des mouvements sociaux »25, et se sert de la grève en France pour démontrer la vitalité du mouvement communiste international et souligner ainsi la grande sollicitude des autorités soviétiques envers le prolétariat des autres pays. Les diplomates français notent que le pouvoir soviétique utilise le conflit en France pour renforcer la cohésion du mouvement communiste internation. La grève des mineurs et son exploitation par Moscou fournit un exemple significatif de répercussion d’une tension politico-diplomatique sur les échanges intermédiaires. En effet, l’hostilité profonde des Soviétiques à l’égard du traité franco-allemand se traduit par une tentative de déstabilisation sur le plan social.

16L’action psychologique est conduite à plusieurs niveaux de la relation bilatérale : à l’échelon individuel, elle évince Michel Tatu, tandis qu’à l’échelon intermédiaire, elle s’efforce de tirer profiter des conflits sociaux pour accentuer son influence indirecte sur les milieux ouvriers et déstabiliser le général de Gaulle de l’intérieur. À l’échelon politico-diplomatique, elle va profiter de la campagne en faveur de la signature du traité d’interdiction des essais nucléaires pour isoler la France et provoquer un mouvement d’opinion mondiale hostile à son endroit.

Essais nucléaires et critiques internationales

  • 26 Pour un résumé et une analyse du déroulement de la crise, voir G. Robin, « Crise de Cuba », dans T. (...)
  • 27 R. Girault, R. Frank et J. Thobie, La loi des géants, op. cit., p. 297.
  • 28 G.-H. Soutou, La guerre de cinquante ans, op. cit., p. 426.
  • 29 F. Bozo, La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 46.

17La crise de Cuba provoque un recadrage stratégique qui s’opère au premier semestre 196326. La signature du traité de Moscou marque un premier point d’aboutissement (5 août 1963). Plusieurs aspects de ce repositionnement doivent être mentionnés. Premièrement, la crise de Cuba entraîne une codification des rapports entre les deux superpuissances qui trouve son expression dans le concept de coexistence militarisée27 : la parité stratégique exige le maintien de moyens militaires conventionnels pour gérer les affrontements localisés sans courir le risque d’un suicide nucléaire. Plus profondément, Soviétiques et Américains s’entendent pour gérer les rapports mondiaux de concert et en direct à un moment où d’autres acteurs internationaux comme l’Europe, la Chine et le Tiers-monde émergent. Deuxièmement, ils s’entendent pour empêcher la prolifération des armes nucléaires qui risque, à terme, de mettre à mal leur emprise sur les affaires mondiales. Pour l’Union soviétique, il s’agit de contrôler la Chine et d’interdire toute forme de nucléarisation de l’Allemagne. Pour les États-Unis, il s’agit de combiner leur prédominance sur les affaires nucléaires occidentales, leur doctrine de riposte graduée et un dialogue stratégique permanent avec Moscou afin d’assurer « la stabilité de la relation nucléaire Est-Ouest »28. Troisièmement, si les négociations en vue du traité d’interdiction des essais nucléaires donnent la possibilité à une puissance intermédiaire – la Grande-Bretagne – de prendre part au dialogue entre les deux superpuissances, il n’en demeure pas moins qu’elles ont pour conséquence d’écarter deux puissances nucléaires en devenir : la France et la Chine. Le général de Gaulle voit d’ailleurs dans ce traité un moyen utilisé par Washington, Moscou et, dans une moindre mesure, Londres, de se partager les responsabilités mondiales29. Il n’existe, bien entendu, pas d’axe Paris-Pékin mais une symétrie de positions : celles de deux puissances contestataires au sein de leurs blocs qui s’opposent à une stricte bipolarité du monde. Cette symétrie crée sans doute les conditions favorables à l’établissement de relations diplomatiques entre les deux pays (janvier 1964).

  • 30 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de François de Laboulaye n° 1487/91, 21 m (...)
  • 31 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 1608, 28 mars 1963.

18La crédibilité de la dissuasion nucléaire française passe par une série de tests : le refus de négocier et de signer le traité de Moscou s’explique par des raisons autant politiques que techniques. D’une certaine manière, les Soviétiques remplacent le dossier algérien par le dossier des essais. En effet, l’indépendance algérienne les prive de critiques toutes faites. Ils présentent, dès lors, la campagne d’essais sous la forme d’un néo-colonialisme afin de s’attirer les sympathies des anciennes colonies françaises. La Pravda, en mars 1963, s’indigne des essais nucléaires français au Sahara30. Fin mars, une réunion de protestation contre les essais atomiques au Sahara est organisée à l’Université de Moscou. D’après la propagande soviétique, elle aurait rassemblé « des centaines d’étudiants africains et leurs amis »31.

  • 32 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 2350, 2 mai 1963.
  • 33 AN, Présidence de la République, carton 5 AGI 190, note du gouvernement soviétique au gouvernement (...)
  • 34 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 46, papka n° 186, delo n° 14, 1963, note so (...)

19Au cours d’une allocution radiodiffusée et télévisée (19 avril 1963), le général de Gaulle justifie la force de frappe. Il expose en quelques phrases l’esprit de sa doctrine nucléaire : la France doit pouvoir disposer « de quoi atteindre directement tout État qui serait son agresseur ». Il en profite pour fustiger les adversaires de la force de frappe qu’il assimile aux adversaires du réarmement avant la guerre. De Gaulle conclut sa diatribe contre ces « catégories d’attardés et d’écervelés » en indiquant sans détours que la France est prête désormais à se défendre. Les Soviétiques critiquent ces déclarations. Ils reprochent au général de Gaulle de mener une politique de grandeur qui se traduit par une augmentation des armements au mépris des efforts entrepris et constatent que ce dernier ne se réfère jamais au principe de coexistence pacifique qui devrait prévaloir sur la scène internationale32. Sur le plan politico-diplomatique, le gouvernement soviétique reprend l’initiative en manoeuvrant dans deux directions. D’une part, il adresse une note au gouvernement français dénonçant le traité franco-allemand qui ne serait qu’un écran derrière lequel se prépareraient les militaristes allemands33. D’autre part, Sergueï Vinogradov remet à Maurice Couve de Murville une note qui s’inquiète des patrouilles de plus en plus fréquentes de sous-marins nucléaires « Polaris » dans la Méditerranée. Pour éviter toute situation de risque, Moscou préconise une dénucléarisation de la Méditerranée34.

  • 35 Pour les conséquences internationales de cette politique, voir M. Vaïsse, « La France et le traité (...)
  • 36 Archives de l’Assemblée nationale, intervention devant la commission des Affaires étrangères de l’A (...)
  • 37 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 4479/ 85, 5 août 196 (...)

20Début juin, Nikita Khrouchtchev invite le président américain et le Premier ministre britannique à dépêcher des émissaires à Moscou pour entamer des négociations en matière de limitation nucléaire. Sur ce terrain, la France est isolée depuis qu’elle a quitté la conférence des Dix-huit (mars 1962) et réalisé sept expériences nucléaires (quatre aériennes et trois souterraines) entre février 1960 et mars 196335. Un accord est trouvé entre Moscou et Washington le 25 juillet. Dans les jours qui suivent, John Kennedy s’efforce de convaincre de Gaulle de se joindre au traité ; il refuse. Le 5 août, le traité d’interdiction est signé par Andreï Gromyko, Lord Home et Dean Rusk. Pendant la durée des négociations, les autorités françaises se maintiennent à distance, soucieuses de ne pas se laisser entraîner dans des discussions qui risqueraient de remettre en cause leurs efforts d’armement. Devant les députés de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, Maurice Couve de Murville explique qu’il ne saurait être question pour la France, en l’absence d’un accord de désarmement efficace et contrôlé, de sacrifier son armement nucléaire et replace les discussions de Moscou dans le cadre de la confrontation Est-Ouest36. Au cours d’une conférence de presse (29 juillet 1963), le général de Gaulle rappelle qu’il est naturel que la France poursuive son effort nucléaire, dans la mesure où un traité signé par l’URSS, les États-Unis et la Grande-Bretagne ne correspond nullement à une renonciation de modernisation de leurs arsenaux. Les autorités soviétiques expriment leurs regrets de ne pas voir la France figurer au rang des signataires et leur désir de la voir participer aux discussions internationales, en estimant que son prestige et son influence sont à ce prix37. Dans la foulée du traité d’interdiction, Nikita Khrouchtchev souhaite conclure un pacte de non-agression entre l’OTAN et le pacte de Varsovie au moment où la crise sino-soviétique s’accentue. Il conforte ainsi son image d’artisan de la paix aux yeux d’une partie de l’opinion française.

21Les nombreuses lettres qui lui sont adressées à l’occasion du traité de Moscou en témoignent. En effet, des conseils municipaux le félicitent et se déclarent prêts à exercer une pression sur les autorités françaises afin qu’elles prennent part aux efforts de désarmement. La lettre du maire de Vitry à Sergueï Vinogradov illustre la teneur de cette correspondance :

  • 38 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 97, delo n° 18, 1963, lettre de Cl (...)

« Soucieuse des intérêts et de la volonté pacifique de notre population, la municipalité de Vitry vous prie de transmettre à votre gouvernement ses sincères félicitations pour l’accord sur l’interdiction des essais d’armes nucléaires qui vient d’être signé à Moscou (...).
Nous regrettons vivement que notre gouvernement n’ait pas cru devoir s’associer à la conclusion de cet accord et ferons en sorte qu’il n’en soit plus ainsi à l’avenir »38.

Les lettres de cette nature émanent souvent de municipalités communistes. Il est vrai que le PCF encourage toute manifestation d’hostilité à l’égard de la politique nucléaire gouvernementale. Il s’agit pour lui non seulement de relayer les thèmes de la propagande soviétique en matière de désarmement mais aussi d’affaiblir le gouvernement, car l’arme nucléaire irait à l’encontre des intérêts politiques et économiques du pays. Le bureau politique donne des directives en ce sens :

  • 39 PCF : réunion du bureau politique le 29 août 1963, SEC/RL/RM, 30 août 1963, n° 1119.

« Continuer de souligner que la tâche première demeure le développement de la lutte pour la paix. Cette lutte prend plus d’importance encore avec la signature du Traité de Moscou par plus de quatre vingts États, avec le refus gaulliste d’y adhérer et avec les prises de position diverses (notamment de la SFIO) en faveur du traité.
Poursuivre systématiquement la polémique contre les arguments gaullistes en montrant que l’attitude du pouvoir compromet les intérêts politiques et économiques de la France »39.

  • 40 Sur l’apparition, en 1963, d’une « Révolution dans la chose militaire », voir J.-C. Romer, La pensé (...)

Dans le cadre bilatéral, les conséquences du traité de Moscou se font ressentir diversement. Les Soviétiques l’utilisent pour alimenter leur propagande destinée à se présenter comme les principaux artisans du désarmement. En France, ils sont relayés par le PCF qui recourt à des organisations de masses, comme le Mouvement de la Paix pour infuser les thèses soviétiques dans la société française. Soviétiques et communistes français poursuivent cet objectif qui consiste à vouloir paralyser le processus d’acquisition de l’arme nucléaire. Les premiers agissent de l’extérieur au niveau politico-diplomatique alors que les seconds se mobilisent en tentant d’orchestrer un mouvement d’opinion au-delà de leurs propres rangs. Le traité de Moscou a également de profondes conséquences en termes stratégiques. La France se retrouve isolée. Son refus de signer traduit sa détermination de mener à bien son programme en effectuant des essais nécessaires dans la zone Pacifique, ce qui provoque de vives protestations de pays comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou le Chili. Au fond, le général de Gaulle considère que la non-prolifération est une illusion entretenue par les deux superpuissances pour asseoir leur monopole sur les affaires mondiales. Du côté soviétique, le traité de Moscou correspond à une inflexion sensible provoquée par une confrontation entre experts des deux blocs après la crise de Cuba, qui favorise l’émergence d’une nouvelle génération de penseurs militaires soviétiques. Progressivement, la conception soviétique d’une guerre nucléaire totale laisse place à la conception d’une guerre nucléaire limitée, ce qui implique une redéfinition des moyens conventionnels maritimes, en particulier40.

  • 41 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1919, télégramme de Jean Laloy n° 5387/97, 29 juillet 1963

22Dans le cadre bilatéral, le traité de Moscou marque une rupture. D’une certaine manière, il clarifie la position stratégique de la France. Le retrait de l’OTAN de la flotte de l’Atlantique et de la Manche (juin 1963) traduit dans les faits l’effort d’indépendance. Le traité de Moscou correspond aussi au premier résultat tangible de Moscou en matière de contrôle des armements. L’empressement de Moscou à conclure le traité d’interdiction étonne les diplomates français, habitués à l’enlisement des négociations touchant à la maîtrise des armements. Dans un télégramme adressé aux principaux postes, Jean Laloy apporte trois éléments d’explication sur l’empressement de Moscou : le souci d’éviter la prolifération des armes nucléaires, le poids croissant des dépenses militaires qui ralentit le développement économique et l’état inquiétant des relations sino-soviétiques41. Ces trois facteurs annoncent sans doute un redéploiement stratégique de Moscou, c’est-à-dire une nouvelle hiérarchisation de ses priorités. Parallèlement, Paris traduit dans les faits sa politique d’indépendance. C’est pourquoi le cours de la relation bilatérale connaît une inflexion décisive au cours de l’été 1963. Les lignes de la confrontation Est-Ouest ont bougé ; les relations franco-soviétiques en subissent le contrecoup.

Une nouvelle donne

23Deux dynamiques historiques de grande ampleur modifient le cadre de la relation bilatérale : la construction européenne et le schisme sino-soviétique. La première contraint Moscou à repenser certains volets de sa politique occidentale tant du point de vue conceptuel que pratique. Le schisme sino-soviétique affecte les rapports entre la France et l’URSS plus qu’on ne pourrait le croire. En effet, la reconnaissance de la Chine populaire (janvier 1964) n’est pas sans conséquences sur le dialogue politico-diplomatique entre Paris et Moscou, et sur les perceptions et représentations de puissance des deux capitales. De plus, au sein du mouvement communiste international, le PCF joue un rôle non négligeable. Parti-lige du PCUS, il combat sans réserve le fractionnisme chinois.

Chine étemelle et communiste

  • 42 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1921, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murvill (...)

24Fin août 1963, l’ambassade de France à Moscou valide l’hypothèse selon laquelle l’empressement soviétique à conclure le traité d’interdiction des essais nucléaires s’expliquerait par l’état des relations sino-soviétiques. Si les Soviétiques ont cherché à obtenir la signature de la France au traité de Moscou, c’est probablement moins pour empêcher la France d’entrer dans le club nucléaire que pour isoler complètement la Chine42.

  • 43 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1926, télégramme de Maurice Dejean n° 1002/ 05, 25 février (...)

25Il est certain que les refus français et chinois de signer le traité rapprochent objectivement les deux pays et préparent le terrain de la reconnaissance mutuelle. À cet égard, il faut remarquer que l’ambassade de France à Moscou se livre à un intense travail de fond sur les relations sino-soviétiques depuis la conférence des 81 partis à Moscou (novembre-décembre 1960). Elle suit et analyse les étapes de la dégradation des rapports. Les diplomates français notent, en février 1963, que la presse soviétique insiste sur la large majorité dont le PCUS dispose au sein du Mouvement communiste international dont l’unité serait ainsi assurée43.

  • 44 N. Werth, Histoire de l’Union soviétique, op. cit., p. 442.
  • 45 Sur les multiples causes et implications de cette affaire complexe, voir S. Courtois et M. Lazar, H (...)

26L’accentuation de la tension sino-soviétique n’a pas échappé aux observateurs dans la mesure où, en février-mars 1963, Le Quotidien du Peuple avait publié quatre articles très virulents à l’encontre de Nikita Khrouchtchev. Ces quatre articles s’apparentent à un véritable réquisitoire contre son « capitulationnisme »44. Ces attaques touchent aussi les communistes français qui se sont rangés sans équivoque derrière Moscou et qui combattent résolument le Parti communiste chinois depuis la conférence des 81 partis. Au début d’avril 1963, Waldeck Rochet, accompagné de Raymond Guyot, se rend à Moscou afin de se livrer à un tour d’horizon des dossiers sensibles avec les camarades soviétiques (F. Kozlov, M. Souslov et B. Ponomarev). Il s’agit surtout de s’entendre pour contrer les attaques chinoises et préserver l’unité du mouvement communiste international. L’analyse des archives de Gaston Plissonnier montre que la politique extérieure du général de Gaulle embarrasse le PCF. Dans son exposé général présenté à Moscou, Waldeck Rochet explique que son interprétation est une des causes de la déviance du groupe Servin-Casanova45 :

  • 46 PCF, Gaston Plissonnier, carton n° 1, exposé général présenté au nom de la délégation du PCF par le (...)

« En matière de politique extérieure, de Gaulle fait beaucoup de démagogie nationale, mais il pratique une politique de guerre froide et de course aux armements qui est contraire aux intérêts de la paix et de la nation.
À ce sujet, dans la période qui a précédé notre XVIe congrès, nous avons eu à combattre les conceptions erronées soutenues par le groupe Servin-Casanova-Kriegel-Valrimont. S’appuyant sur le fait réel que les contradictions inter-impérialistes s’aggravent avec le développement inégal du capitalisme, les membres de ce groupe allaient jusqu’à soutenir que les contradictions entre pays impérialistes pouvaient faire passer au second plan la contradiction fondamentale entre le capitalisme et le socialisme.
Et, à partir de ce raisonnement, ils tendaient à apparenter la politique extérieure gaulliste à une politique nationale, indépendante »46.

  • 47 PCF, Gaston Plissonnier, carton n° 1, compte rendu de la rencontre entre les délégations du PCF et (...)

Waldeck Rochet poursuit son exposé en critiquant les positions du PCI, en condamnant sévèrement le traité franco-allemand, puis en apportant le soutien sans réserve du PCF au PCUS face aux attaques chinoises. Au cours des discussions, Frol Kozlov intervient longuement au nom de la délégation soviétique. Il commence par rappeler que le problème essentiel demeure le problème chinois qu’il faut résoudre en opposant un front uni. Ensuite, il expose la conception du PCUS au sujet des échanges franco-soviétiques. Certes, reconnaît-il, le gouvernement français poursuit une ligne antisoviétique en signant le traité franco-allemand ou en désertant la conférence des Dix-huit mais, dans le même temps, il adresse quelques signes positifs comme l’envoi d’une délégation de parlementaires ou des déclarations en faveur des échanges. C’est pourquoi Frol Kozlov préconise une augmentation des échanges commerciaux et culturels « qui constituent un appui considérable aux forces démocratiques et un succès pour l’Union soviétique »47. Il conclut son intervention par un appel à l’unité :

  • 48 Ibid.

« En conclusion, nous voulons souligner que nous sommes toujours heureux de rencontrer une délégation du PCF. Celle-ci servira à renforcer l’amitié de nos deux Partis. Nous vous demandons la pleine coopération de votre parti dans la lutte pour l’unité des rangs du mouvement communiste international »48.

Dans sa réponse, Waldeck Rochet réaffirme le soutien sans faille du PCF au PCUS.

  • 49 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1926, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murvill (...)
  • 50 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1920, télégramme de Maurice Dejean n° 3455/ 56,1er juillet (...)
  • 51 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 3755/ 57, 15 juillet (...)
  • 52 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1921, télégramme de Maurice Dejean n° 5271, 16 septembre 1 (...)

27Ce soutien va rapidement trouver l’occasion de s’exprimer, puisque Pékin remet à Moscou une note en vingt-cinq points (14 juin 1963) qui critique très violemment tous les aspects de la politique soviétique. C’est la rupture. Nikita Khrouchtchev est pris à parti personnellement. Les dirigeants chinois considèrent que le mouvement communiste international doit demeurer un mouvement authentiquement révolutionnaire49. Moscou n’entend nullement modifier sa ligne. Signe du climat délétère qui règne désormais entre les deux principales capitales du monde communiste, trois diplomates et deux ressortissants chinois sont expulsés, puis accueillis chaleureusement à Pékin50. Une délégation chinoise arrive à Moscou le 5 juillet en vue d’une ultime tentative de conciliation. Ostensiblement, Nikita Khrouchtchev néglige de la rencontrer. Le Premier secrétaire accorde, en revanche, toute son attention aux négociateurs américains et britanniques présents pour les négociations relatives au traité d’interdiction. Mi-juillet, la rupture sino-soviétique est consommée. Elle a été habilement mise en scène par Nikita Khrouchtchev51. Deux mois plus tard, Waldeck Rochet exprime le soutien du PCF au PCUS dans la Pravda52.

  • 53 Sur toutes les étapes de ce processus, voir M. Vaïsse, La grandeur, op. cit., p. 514-523.

28Cette faille du bloc communiste accrédite la thèse du général de Gaulle selon laquelle les politiques extérieures soviétique et chinoise défendraient leurs intérêts nationaux avant leurs convictions idéologiques. Dès 1962, l’idée d’une reconnaissance de la Chine populaire commence à germer dans l’esprit du général de Gaulle. Elle correspond en premier lieu à une évidence géopolitique : il n’est plus possible d’ignorer le pays le plus peuplé du monde. Elle correspond ensuite à un triple objectif stratégique : saisir l’occasion de marquer sa différence à l’égard de la ligne américaine, reprendre pied en Asie et souligner les divisions au sein du mouvement communiste international. L’été 1963 offre les conditions favorables à cette reconnaissance en raison du traité de Moscou, de l’aggravation de la situation au Viêt-nam et, bien entendu, de la crise ouverte entre Moscou et Pékin. C’est pourquoi de Gaulle charge Edgar Faure de sonder les dirigeants chinois. Ce voyage enclenche le processus de reconnaissance53.

  • 54 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 20, entretien entre le général (...)
  • 55 Ibid.

29Le 3 janvier 1964, le général de Gaulle reçoit Sergueï Vinogradov et oriente la discussion vers la Chine en indiquant « qu’il ne serait pas raisonnable d’abandonner à lui-même ce vaste empire famélique »54. Sergueï Vinogradov lui répond en disant que les dirigeants chinois n’ont pas suivi les conseils de leurs homologues soviétiques pour conduire leur développement. La fin de l’échange est intéressante, puisque le général de Gaulle répète qu’il ne faut pas laisser la Chine dépérir et ajoute qu’il existe « un devoir de solidarité s’imposant à la race blanche dans son ensemble »55 vis-à-vis d’elle. À la suite de cette observation, l’ambassadeur soviétique garde le silence.

30La reconnaissance de la Chine est une nouvelle manifestation de la politique d’indépendance nationale menée par le général de Gaulle, qui se démarque nettement des États-Unis. Le PCF se trouve dans l’obligation de prendre acte de cette orientation et de la soutenir. Pour autant, les communistes français continuent à critiquer sur le fond l’outil de cette indépendance nationale :

  • 56 PCF : réunion du secrétariat le 21 janvier 1964, SEC. GP. GV., 25 janvier 1964, n° 1159.

« À la suite de la décision de De Gaulle de reconnaître la RPC, dire sans aucune réticence que nous approuvons cette reconnaissance ; ce qui ne saurait empêcher de continuer à faire la critique de De Gaulle qui développe l’armement atomique »56.

Quelques jours avant la reconnaissance officielle, Maurice Dejean annonce la décision du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev :

  • 57 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 381/82, 22 janvier 1 (...)

« Après avoir loué le réalisme dont le général de Gaulle faisait preuve dans l’affaire chinoise, M. Khrouchtchev a exprimé le souhait que le président de la République française montre les mêmes dispositions et la même détermination en ce qui concerne certaines réalités de la situation européenne, que l’on pouvait refuser de reconnaître mais auxquelles personne ne pouvait rien changer »57.

  • 58 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1921, Télégramme de Maurice Dejean n° 436/ 444, 28 janvier (...)

31À l’annonce officielle de la reconnaissance (27 janvier 1964), la presse soviétique qualifie la décision du général de Gaulle de « décision raisonnable » et estime qu’elle correspond à une « approche réaliste »58 de la situation internationale.

  • 59 D. Mongin, « Aux origines du programme atomique militaire français », Matériaux pour l’histoire de (...)
  • 60 J.-L. Van Regemorter, La Russie et le monde au xxe siècle, op. cit., p. 124.

32Dans le cadre Est-Ouest, il faut sans doute moins retenir l’établissement de relations diplomatiques entre la France et la Chine, dont le développement va se révéler décevant, que leurs positions symétriques dans chaque bloc : la relation sino-française met les contradictions du système bipolaire en lumière. En 1964, la France dispose d’un premier escadron de douze bombardiers Mirage IV porteurs de charges nucléaires59 et la Chine fait exploser avec succès sa première bombe (octobre 1964). Le schisme sino-soviétique place Moscou dans une situation inédite depuis les années trente : celle de l’ouverture d’un second front qui l’oblige « à détourner une partie de ses forces en Asie »60. Détournement qui modifie la nature de la confrontation et, par conséquent, l’orientation des relations franco-soviétiques. Le schisme sino-soviétique contraint Moscou à repenser son rapport au monde. Par une approche concentrique, Moscou doit, en premier lieu, repenser son rapport à l’Europe. Or, sur cette question, la diplomatie soviétique peine à interpréter le sens de la construction européenne qu’elle avait dénigrée, depuis 1957. Les relations avec le Marché commun sont un champ nouveau pour Moscou tant pour leurs enjeux stratégiques que par les modalités diplomatiques qu’elles impliquent et auxquelles la diplomatie soviétique n’est sans doute pas encore adaptée.

Prémices du multi-bilatéralisme ou persistance du bilatéralisme ?

  • 61 Sur la corrélation entre les phases de croissance soviétique et l’augmentation des échanges avec le (...)

33Cohésion et cohérence de la Communauté économique européenne surprennent Moscou, qui est bientôt obligée de reconnaître l’émergence progressive d’une construction multilatérale efficace sur le continent européen. Comment concilier ses relations bilatérales avec Paris, Bonn, Rome, Bruxelles, La Haye, Luxembourg et ses rapports avec la CEE au moment où les échanges commerciaux avec l’ensemble des pays de l’Europe occidentale (notamment avec la Grande-Bretagne qui est son deuxième partenaire commercial) augmentent sensiblement61 ? À l’évidence, Moscou a besoin d’une doctrine pour répondre à ce nouveau type d’organisation.

34Au lendemain du traité de Rome, l’Union soviétique a fait preuve d’incrédulité et d’une hostilité de principe à l’égard du projet européen, mais les succès économiques des Six la contraignent à réagir. Sa prise de conscience date du premier semestre 1962 en raison des progrès de l’intégration, des négociations entre la CEE et la Grande-Bretagne et entre la CEE et les États africains associés. L’Union soviétique déclenche alors une vaste offensive contre le Marché commun. En août 1962, elle publie 32 thèses intitulées « De l’intégration impérialiste en Europe occidentale » qui présente la CEE comme une extension de l’OTAN. Moscou reproche à la CEE d’être un ensemble économique fermé sur lui-même, de favoriser le réarmement allemand sous couvert de coopération économique et d’instaurer un néo-colonialisme en Afrique. Dans un article consacré à la coopération économique des pays socialistes, publié en août 1962, Nikita Khrouchtchev évoque le Marché commun comme une réponse au défi économique lancé par l’URSS. Selon lui, le Marché commun est condamné à terme par ses contradictions internes. Il s’interroge toutefois sur cette idée d’intégration européenne et sur la compétition à venir entre les deux parties de l’Europe :

  • 62 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1916, extrait cité et commenté dans une dépêche très fouil (...)

« Nous tenons compte des tendances objectives à l’internationalisation de la production qui agissent dans le monde capitaliste, et nous déterminons notre politique, nous prenons des mesures économiques en conséquence. Ici se pose la question de la possibilité d’une coopération et d’une compétition, non seulement entre les États ayant des régimes sociaux différents, mais également entre les unions économiques dont font partie les uns et les autres »62.

  • 63 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1917, note de l’ambassade de France à Moscou sur les posit (...)

Les diplomates français constatent que la ligne idéologique adoptée par Nikita Khrouchtchev à l’égard du Marché commun manque singulièrement de clarté, ce qui contribuerait à expliquer ses difficultés au sein du mouvement communiste international. Sa position théorique pourrait se résumer de la manière suivante : le Marché commun est un centre de forces et un facteur de misère. Il convient de le traiter sérieusement même s’il est incapable de résister longtemps à la concurrence du système socialiste. Cette hostilité de principe n’empêche pas une relative souplesse pratique. En effet, l’URSS se voit obligée de ménager la CEE pour deux raisons principales. Premièrement, les pays de la CEE sont ses principaux partenaires commerciaux en Occident, à l’exception notable de la Grande-Bretagne. Elle a besoin d’équipements industriels afin de poursuivre ses plans et n’a donc pas intérêt à se livrer à une guerre douanière avec eux. Deuxièmement, plusieurs partis communistes d’Europe occidentale, en particulier le PCI, n’encouragent nullement une campagne systématique à l’encontre du Marché commun dans la mesure où il a favorisé une expansion économique rapide. Moscou doit adapter son hostilité de principe à ses besoins commerciaux au risque de donner une impression d’inconstance63. Cette absence de ligne directrice vis-à-vis de la CEE se ressent dans le cadre franco-soviétique. Lors des négociations pour le renouvellement de l’accord commercial bilatéral, Moscou a exigé de bénéficier des mêmes avantages douaniers que les pays de la CEE, ce qui avait provoqué l’ajournement des discussions. L’accord a néanmoins pu être signé en février 1963.

35Pour paralyser la construction européenne, Moscou recourt au mode bilatéral. Sa tactique est la suivante : proposer à Bonn une coopération commerciale renforcée afin d’affaiblir son ancrage occidental et de faire ressortir les contradictions inter-européennes. En ce qui concerne la RFA, les objectifs économiques viennent évidemment compléter les objectifs politiques. Les diplomates français remarquent que Moscou se lance dans une opération de séduction auprès du futur chancelier Erhard dès l’été 1963. Ils notent que ces opérations sont récurrentes puisque déjà, en décembre 1961, le MID avait remis un document à l’ambassadeur ouest-allemand à Moscou évoquant une coopération économique entre les deux pays. Ce document indiquait que les pays socialistes constituaient un marché pour les produits industriels allemands, en particulier pour son industrie mécanique. À l’inverse, la RFA avait besoin des matières premières soviétiques. Par conséquent, Moscou proposait l’instauration de liens économiques approfondis. Début juillet 1963, Nikita Khrouchtchev, dans un discours prononcé à Berlin-est, évoque la complémentarité des économies allemande et soviétique tout en laissant entendre que la construction européenne vise à empêcher la RFA de mener une politique indépendante. Bien évidemment, Nikita Khrouchtchev soumet un rapprochement avec la RFA au règlement du problème berlinois.

  • 64 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1916, télégramme de Roland de Margerie n° 4951/56,11 juill (...)

36Les diplomates français estiment que le succès ou l’échec de cette opération de séduction pèse non seulement sur l’avenir des relations franco-soviétiques mais surtout sur celui des relations franco-allemandes. Roland de Margerie l’assimile à une simple opération de propagande au moment où la RFA s’apprête à changer de gouvernement64. Il précise, en outre, qu’un courant favorable à des négociations approfondies avec Moscou en dehors de la tutelle américaine existe à Bonn :

  • 65 Ibid.

« Mais sur quoi négocier, quand on n’a chance que de céder sans rien obtenir. Les Allemands de l’Ouest désireux de traiter avec l’URSS se heurtent à cette contradiction, comme M. Khrouchtchev lui-même, dans ses tentatives pour séduire Bonn, bute toujours sur l’existence de Pankow »65.

En d’autres termes, Roland de Margerie estime peu probable de voir Bonn se rapprocher de Moscou tant que le problème de Berlin n’est pas résolu.

  • 66 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1937, rapport d’activité de l’ambassade de France à Moscou (...)

37Conscient des risques d’impasse, Nikita Khrouchtchev ne se contente pas de jouer sur la relation germano-soviétique. Il profite de l’opposition française à l’entrée de la Grande-Bretagne dans la CEE pour réactiver son dialogue avec Londres. Sa tactique est la même que pour Bonn : faire miroiter des possibilités de vastes accords commerciaux. Pour Moscou, le refus opposé à la Grande-Bretagne par les membres de la CEE accroît les possibilités d’échanges bilatéraux avec Londres. Début 1963, Nikita Khrouchtchev multiplie les contacts avec des représentants des milieux d’affaires britanniques. Selon les diplomates français, il utilise habilement l’appât du commerce pour attirer les Britanniques. Dans le même temps, Moscou ne néglige pas l’importance de l’Italie sur la scène européenne : une exposition italienne s’est tenue à Moscou en mai 1962, Alexeï Kossyguine s’est rendu à Rome et à Milan le mois suivant, le Kremlin a adopté une position plus souple à l’égard du Vatican et a su profiter de la volonté d’ouverture de Jean XXIII. En mars 1963, Valerian Zorine suggère à un diplomate italien d’encourager son gouvernement à suivre le modèle de la Norvège qui, tout en appartenant à l’OTAN, a refusé l’installation de bases américaines sur son territoire. Dans ce faisceau de relations bilatérales, Moscou hésite sur l’attitude à adopter à l’égard de Paris. Les diplomates français constatent que la diplomatie soviétique peine à trouver un angle d’attaque. Elle oscille entre une attaque frontale du projet européen qui s’exprime essentiellement sur le plan doctrinal et des arrangements bilatéraux destinés à l’affaiblir en établissant des coopérations approfondies avec chaque pays. Ce double mouvement révèle, d’après eux, une assez mauvaise connaissance du fonctionnement et de l’esprit européens66.

38Les hésitations de l’Union soviétique traduisent probablement un manque d’adaptation de sa diplomatie à une organisation multilatérale d’un nouveau type. Les archives consultées ne permettent pas d’explorer cette piste, mais sans doute faut-il s’interroger sur la capacité de l’appareil diplomatique soviétique à concevoir un ensemble économique qui échappe à ses grilles d’analyse traditionnelles. En somme, dirigeants et diplomates soviétiques ne sont pas encore aguerris pour des discussions multi-bilatérales.

Premiers signes de rapprochement

39Le rapprochement entre Paris et Moscou, qui s’opère à partir de l’été 1963, s’explique par la conjonction de deux facteurs : l’amélioration sensible des relations politico-diplomatiques s’ajoute à l’habitude d’échanges créée et entretenue par des mécanismes officiels, comme les commissions mixtes sectorielles, mais aussi par des initiatives collectives ou individuelles. Autrement dit, le rapprochement se perçoit aux différents niveaux de la relation bilatérale, à la base comme au sommet. Bien entendu, ce rapprochement ne s’opère pas de façon brutale. L’été 1963 peut se lire comme l’origine des évolutions qui vont conduire aux premiers signes tangibles de rapprochement : l’accord franco-soviétique sur le procédé SECAM (mars 1965), la visite à Paris d’Andreï Gromyko (avril 1965), le protocole d’échanges culturels franco-soviétiques (mai 1965), la visite de Maurice Couve de Murville en Union soviétique (fin octobre-début novembre 1965), autant d’étapes préparatoires au voyage du général de Gaulle (juin 1966).

L’enjeu culturel

40Dans la mesure où la guerre froide est une lutte multiforme et continuelle, elle concerne directement les questions culturelles. Il faut distinguer trois niveaux d’analyse pour que les exemples retenus soient pertinents. Tout d’abord, la dimension idéologique du conflit Est-Ouest, c’est-à-dire l’affrontement de deux systèmes de valeurs, transforme la culture en terrain d’affrontements et en but de guerre froide. Il s’agit, pour chaque bloc, d’occuper le champ culturel au même titre que les champs politique, militaire ou économique. Il s’agit également d’imposer à l’autre sa vision du monde en diffusant ses références culturelles.

41Ensuite, l’enjeu culturel apparaît dans un cadre bilatéral par l’intermédiaire des politiques culturelles extérieures. Côté soviétique, cette politique s’inscrit dans une stratégie globale d’influence et mobilise l’ensemble de l’appareil soviétique : le département international du PCUS, les ministères des Affaires étrangères et de la Culture, le comité d’État pour les relations culturelles avec l’étranger, URSS-France et les services de renseignements (les statuts de conseiller culturel ou d’attaché scientifique sont une couverture fréquente pour les agents du KGB à l’étranger). Côté français, la politique culturelle extérieure relève presque exclusivement du Quai d’Orsay, qui dispose pour la conduire d’une direction générale des Relations culturelles, scientifiques et techniques et qui a ôté rapidement toute velléité d’action sur ce terrain au nouveau ministère des Affaires culturelles. Le Quai d’Orsay s’appuie également sur l’Association française d’action artistique, dirigée par Philippe Erlanger, pour organiser des manifestations à l’étranger. Officiellement, la politique culturelle extérieure doit assurer le rayonnement de la France à travers le monde. Plus prosaïquement, la politique culturelle extérieure, en particulier dans le cadre franco-soviétique, a un double rôle : établir et développer des liens officiels avec l’Union soviétique tout en menant un travail de contre-influence vis-à-vis du PCF ou de France-URSS. Les agents de cette politique gardent toujours cet objectif à l’esprit. Autrement dit, la coopération culturelle est rarement dépourvue d’arrière-pensées politiques.

42Enfin, l’enjeu culturel donne également (et heureusement) lieu à d’authentiques manifestations ou transferts culturels. Des artistes, des intellectuels ou des scientifiques sont à l’origine de véritables rencontres avec des publics différents. Même si ces rencontres sont contrôlées par les appareils d’État, il n’en demeure pas moins qu’elles sont l’occasion d’échanges qui dépassent la confrontation Est-Ouest, ce qui revient à dire que la coopération culturelle permet aussi un rapprochement des êtres par-delà l’antagonisme des régimes. Elle est par nature ambivalente.

  • 67 Un mois plus tard, l’intervention de Nathalie Sarraute est publiée : « Pourquoi des formes nouvelle (...)
  • 68 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1906, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murvill (...)

43La rencontre des écrivains européens, qui se tient à Leningrad puis à Moscou au début du mois d’août 1963, illustre l’ambivalence de la politique culturelle extérieure française. Cette rencontre est organisée par la « Communauté des écrivains européens », qui a été créée en 1957 par des hommes de lettres italiens. En 1963, cette communauté compte environ 1 400 membres à travers l’Europe, parmi lesquels toutes les tendances sont représentées. D’après les diplomates français, cette communauté se situe plutôt à gauche mais n’est nullement d’inspiration communiste. Gaëtan Picon, directeur général des Arts et Lettres au ministère des Affaires culturelles (1959-1966) et le poète André Frénaud assurent la présidence de la section française. La délégation française se compose de Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute, Robert Pingaud, André Frénaud et André Stil. Des délégations britannique, ouest-allemande, irlandaise, italienne et, bien sûr, soviétique (dominée par les figures de Alexandre Tvardovski et Ilya Ehrenbourg) participent à la rencontre. Le nouveau roman est au cœur de la polémique : Nathalie Sarraute et Alain Robbe-Grillet sont attaqués pour leur formalisme. Ils se défendent en invoquant l’autonomie de la recherche littéraire67. Jean-Paul Sartre fait l’objet de toutes les attentions de la part des organisateurs68.

44Nikita Khrouchtchev a profité de la présence d’écrivains occidentaux pour organiser une opération de propagande en recevant certains d’entre eux. Les diplomates français estiment que cette rencontre est positive en termes d’image pour les autorités soviétiques. Ils constatent aussi qu’elle devrait favoriser le progrès des échanges culturels et indiquent que la rédaction des Temps modernes s’est engagée à augmenter le nombre de traductions du russe.

45Dans une lettre manuscrite adressée par Jacques Lecompt à Isabelle Esmein, on trouve une analyse moins lisse de cette rencontre que dans la dépêche officielle. Jacques Lecompt tire ses informations d’une discussion avec André Frénaud :

  • 69 Ibid., lettre manuscrite de Jacques Lecompt à Isabelle Esmein, 16 août 1963.

« Avec Frénaud, qui a pris beaucoup de contacts du côté des poètes (mais aussi beaucoup de vodka et qui n’avait pas l’esprit très clair quand je l’ai vu), nous avons naturellement parlé de ce qui pourrait être fait à l’avenir. Lui et ses camarades ont pris goût aux échanges, désirent une augmentation du nombre des traductions et surtout remettre dans une voie moins tapageuse, mais plus sérieuse, ce qui a commencé avec les exercices d’Evtouchenko à Chaillot »69.

Jacques Lecompt évoque la possibilité d’associer Pierre Emmanuel aux échanges pour l’année 1964 et envisage l’organisation d’un festival de poésie. Il fait alors allusion à Georges Soria et aux moyens qui permettraient de l’éviter :

  • 70 Ibid.

« Les contacts pris ici par nos gens changent-ils le problème ? Ils ont été très abondants et peuvent au moins élargir le champ que Soria et Aragon (qui a mis son veto à la publication de La Peste) s’ingénient à fermer. Bref, il pourrait être utile de se dire qu’il existe peut-être une possibilité de diminuer l’influence du PC (quitte à jouer sur Les Temps modernes ou sur les milieux intellectuels de gauche) : mais qu’il vaudrait mieux le faire avant que le dit PC n’assouplisse lui-même sa ligne. J’ai en même temps conscience d’être ici dans un domaine complexe et de n’avoir pas assez vu les Français de passage, si bien que je serais heureux d’avoir quelques échos de Paris après le retour de ceux qui auront le plus vu de choses et de gens (Nathalie Sarraute et Pingaud ou Caillois entre autres) »70.

46Les diplomates français élaborent, par le biais de poètes non communistes, une tactique visant à contrer l’influence du PCF et de l’ALAP. Tactique qui semble avoir porté ses fruits, puisqu’on février 1964, le PCF se plaint auprès du PCUS des orientations de la communauté des écrivains européens :

  • 71 PCF, polex, carton n° 1, lettre de Gaston Plissonnier au Comité central du PCUS, 14 février 1964.

« Nos camarades (L. Figuères, A. Stil et J. Chambaz) nous ont rendu compte des conversations qu’ils ont eues à Moscou (...). Nos camarades vous ont exprimé nos observations en détail, sur le fonctionnement et l’orientation de la Communauté et sur la situation particulière qui s’est créée dans la section française organisée en dehors de nous et dirigée depuis le début par des personnes liées au pouvoir gaulliste. Si notre Parti avait été associé dès 1958 aux initiatives qui ont abouti à la création de la Communauté et, par conséquent, de son organisation française, cela aurait évité bien des difficultés à tous égards. Une situation s’est ainsi créée qui dure depuis six années, et qu’il nous parait difficile de modifier de façon satisfaisante Dans ces conditions, nous ne croyons pas devoir conseiller à nos camarades écrivains d’adhérer à la Communauté »71.

47Cette lettre de Gaston Plissonnier soulève une question : dans quelle mesure les Soviétiques décident-ils d’encourager échanges et discussions de leurs écrivains dans le cadre de la Communauté des écrivains européens ? Faut-il y voir une volonté délibérée de la part des Soviétiques de multiplier les contacts intellectuels au-delà de leurs cercles habituels ou, au contraire, le signe d’une opération de contre-influence intellectuelle réussie ?

48En dépit de la tactique mise en œuvre par les diplomates français, il ne faudrait pas croire que l’ALAP reste inactive. Elle continue, au contraire, à organiser des manifestations artistiques aussi bien en France qu’en Union soviétique. Début 1964, Georges Soria prépare, par exemple, une grande tournée de Charles Aznavour, qui se rend en Union soviétique avec sa sœur et huit musiciens. L’ALAP intervient sur le plan administratif, pratique et commercial. Georges Soria donne également son avis sur la composition du tour de chants ; il suggère au chanteur de remplacer quatre titres : Qui, Jolie môme de mon quartier, Donne tes seize ans et Ne dis rien :

  • 72 ALAP, carton n° 13 Z 113, lettre de Georges Soria à Charles Aznavour, 13 janvier 1964.

« Ce qui ferait certainement plaisir aux Russes c’est que ces chansons aient une certaine couleur sociale ou plus généralement qu’elles se rapportent à la paix. Il y a notamment une merveilleuse chanson de vous contre la guerre dont le titre m’échappe. C’est de ce côté-là que vous pourriez compléter votre choix »72.

  • 73 Ibid., lettre de G. Soria à M. Marquet, 23 janvier 1964.
  • 74 Le tour de chant compte 29 titres. En première partie : Il viendra ce jour, Le palais de nos chimèr (...)
  • 75 France-Soir, 12 mars 1964.
  • 76 Max Léon, « De Moscou à Erivan avec Charles Aznavour », Humanité-Dimanche, 15 mars 1964.

49Dans une lettre adressée à l’imprésario de Charles Aznavour, Georges Soria souligne qu’il a réussi à obtenir des autorités soviétiques une très belle tournée puisque le chanteur pourra se produire dans plusieurs villes73. Après plusieurs modifications, le programme de la tournée est arrêté74 : Moscou (un récital), Minsk (un récital), Kiev (5 récitals), Erivan (4 récitals), Leningrad (5 récitals) et à nouveau Moscou (5 récitals). La tournée commence le 27 février pour s’achever le 22 mars. Le passage à Erivan est très attendu par Charles Aznavour en raison de ses origines arméniennes. À Erivan, il retrouve sa grand-mère75. La tournée est un triomphe et les récitals en Arménie sont empreints d’une émotion particulière76. La presse française suit la tournée et relate la moindre anecdote. En raison de la législation soviétique, Charles Aznavour doit dépenser ses cachets sur place :

  • 77 « Pas d’argent mais du caviar », Paris-Jour, 29 février 1964.

« Aznavour a donc décidé d’acheter à Moscou des icônes, de l’argenterie et... des kilos de caviar. Eddie Barclay rejoindra son poulain mercredi. Avec lui, il va monter là-bas un grand réseau de distribution de disques qui couvrira tous les pays de l’Est. Ainsi, vous le voyez, le déplacement est tout de même payant. Le microsillon est une marchandise qui se vend bien. Les échanges en 33 tours ne sont pas interdits »77.

  • 78 A. et B. Réval, Gilbert Bécaud, Jardins secrets, Paris, France-Empire, 2001, p. 96-97.

50Avec le recul, l’évocation d’Eddie Barclay à propos d’un artiste français en Union soviétique a de quoi surprendre. Et pourtant, il a joué un rôle important dans la diffusion d’une forme de mode soviétique des chanteurs français. Mode qui s’opposerait à une vague yé-yé venue d’Amérique. Outre Charles Aznavour, Eddie Barclay produit, en effet, Jean Ferrât et Gilbert Bécaud. Le premier est un chanteur engagé qui évoque la révolution russe dans des chansons comme Potemkine. Monsieur 100 000 volts signe, en mai 1964, un succès qui résonne encore dans toutes les mémoires : Nathalie, cette belle guide, fait tout autant partie du patrimoine musical national que des clichés véhiculés sur la Russie soviétique. Écrite par Pierre Delanoë sur une musique de Gilbert Bécaud, cette chanson prétend illustrer le début de rapprochement entre les deux pays78.

  • 79 ALAP, carton n° 13 Z 307, télégramme de Georges Soria à Mme Fourtseva, 26 juin 1963.
  • 80 Ibid., carton n° 13 Z 29.

51L’enjeu culturel apparaît à plusieurs niveaux. Les échanges culturels bilatéraux sont rarement désintéressés, car se pose, de manière sous-jacente, la question de leur utilisation par les autorités gouvernementales des deux pays. Cependant, ces échanges donnent aussi l’occasion d’une rencontre entre un artiste (ou des artistes) soviétique(s) et le public français et, inversement entre un artiste (ou des artistes) français et le public soviétique. Les bilans comptables de l’ALAP et des Spectacles Lumbroso montrent que ces manifestations attirent un public nombreux : 300 000 spectateurs, par exemple, applaudissent le cirque de Moscou lors de sa tournée (Paris, Toulouse, Nice et Lille) en 196379. Les documents comptables de l’ALAP permettent de dégager quelques tendances80.

52Le bilan de juillet 1965 fait apparaître que pour les sept exercices (de 1958 à 1964) et le premier semestre 1965, l’ALAP a organisé quatre-vingt-onze spectacles (un spectacle comprend naturellement plusieurs dates). Légèrement déficitaire en 1959, 1961 et au premier semestre 1965, l’Agence est bénéficiaire pour les exercices 1958, 1960, 1962, 1963 et 1964. On note une très forte activité pour les années 1962-1963 : trente-cinq spectacles et un doublement des bénéfices. Les plus fortes recettes sont enregistrées par les spectacles des chœurs de l’Armée rouge, des ballets Moïsseïev, du cirque de Moscou et des cosaques d’Ukraine :

  • les bénéfices des chœurs de l’Armée rouge représentent 60,9 % des bénéfices totaux de l’ALAP en 1960 et 73,7 % en 1963 ;

  • les bénéfices des ballets Moïsseïev représentent 89,2 % des bénéfices totaux de l’ALAP en 1962 ;

  • les bénéfices du cirque de Moscou représentent 31,4 % des bénéfices totaux de l’ALAP en 1960 et 22,2 % en 1963 ;

  • les bénéfices des cosaques d’Ukraine représentent 95,3 % des bénéfices totaux de l’ALAP en 1964.

53Les concerts de David Oïstrakh (1958, 1959, 1960, 1963 et 1964) sont quant à eux toujours bénéficiaires, mais n’engendrent évidemment pas de bénéfices aussi importants que ceux des manifestations précédemment citées.

54L’ALAP tient aussi la comptabilité du nombre de représentations et du nombre de spectateurs des manifestations qu’elle a organisées en France pour des solistes ou des troupes soviétiques. Le pic en nombre de spectateurs est atteint en 1963 et en nombre de représentations en 1965 :

Année

Nombre de représentations

Nombre de spectateurs

1953

31

8 400

1954

07

15 400

1955

36

98 597

1956

50

125 400

1957

60

127 000

1958

103

255 829

1959

94

135 200

1960

146

430 200

1961

92

195 796

1962

71

242 849

1963

181

640 600

1964

140

237 960

1965

232

238 154

1966

152

361 080

1967

160

369 210

1968

165

367 191

55Le total est de 1 720 représentations et 3 848 866 spectateurs pour la période 1953-1968 et de 827 représentations et 2 138 434 spectateurs pour la période 1958-1964.

56Pour les spectacles de solistes et troupes françaises qu’elle a organisés en URSS, les documents consultés ne donnent des indications que sur le nombre des représentations :

Année

Nombre de représentations

1957

34

1958

91

1959

59

1960

80

1961

114

1962

66

1963

124

1964

144

1965

127

1966

156

1967

184

1968

151

57Le total est de 1 330 représentations pour la période 1957-1968 et de 678 représentations pour la période 1958-1964. En termes quantitatifs, l’action de l’ALAP est loin d’être négligeable puisque plus de deux millions de spectateurs français applaudissent des artistes soviétiques entre 1958 et 1964. En termes qualitatifs, il faut souligner qu’elle produit les plus grands virtuoses : David Oïstrakh, Sviatoslav Richter (1961, 1962, 1963 et 1964) ou Mstislav Rostropovitch (1962 et 1964).

  • 81 Les Spectacles Lumbroso organisent les tournées théâtrales suivantes en URSS : Cirque français, Bal (...)

58Dans le champ culturel, Français et Soviétiques profitent de structures gouvernementales ou privées (comme l’ALAP ou les Spectacles Lumbroso81). Il est frappant de constater que la grande majorité des témoins rencontrés évoque presque naturellement les échanges culturels pour illustrer les rapports franco-soviétiques. En revanche, ils évoquent très rarement les échanges économiques qui n’alimentent pas l’imaginaire commun des deux pays, à l’exception peut-être du procédé SECAM.

Commercer

  • 82 Pour une vision d’ensemble du commerce bilatéral, voir M.-P. Rey, « La détente franco-soviétique et (...)
  • 83 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1913, les pourcentages indiqués dans ce paragraphe ont été (...)

59Comparée à ses principaux partenaires européens, la France est en retrait pour le commerce avec l’Union soviétique82. Elle occupe la quatrième place pour les achats à l’Union soviétique derrière, par ordre décroissant, la Grande-Bretagne, la RFA et l’Italie. Pour la période 1961-1963, les achats français représentent 17,1 % des achats occidentaux à l’Union soviétique ; les achats britanniques représentent 36,3 %, les achats ouest-allemands 24,5 % et les achats italiens 22,1 %. Pour les ventes à l’Union soviétique, la France se classe troisième après la RFA, la Grande-Bretagne et devant l’Italie. Ses ventes représentent 18,3 % du total des ventes occidentales à l’URSS ; les ventes ouest-allemandes représentent 33,6 %, les ventes britanniques 31,9 % et les ventes italiennes 16,2 %. Les diplomates français constatent que l’URSS bénéficie d’un solde créditeur dans son commerce avec ces quatre pays qui ne représente que 8,9 % du montant total de ses échanges. Ils notent que cet excédent augmente chaque année. Par ailleurs, ils remarquent que les achats français à l’Union soviétique augmentent régulièrement sur la période comme les autres pays, à l’exception de la RFA dont les achats connaissent une légère baisse en 1963. En revanche, les ventes françaises connaissent une augmentation sur la période 1961-1962, mais baissent de plus de 45 % en 196383.

  • 84 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 96, delo n° 9, 1963, compte rendu (...)
  • 85 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 96, delo n° 3, 1963, lettre du con (...)

60Le développement du commerce franco-soviétique se heurte au sempiternel principe de réciprocité et à une offre soviétique qui se limite principalement aux matières premières. Or, en raison de sa politique saharienne et pour des raisons stratégiques, le gouvernement français a décidé de réduire progressivement son approvisionnement en pétrole soviétique. Le développement des échanges se heurte également à la question des moyens de paiement, car l’URSS demande des crédits d’une durée supérieure à ceux auxquels la France consent habituellement. En dépit de ces contraintes d’ordre technique, il demeure un objectif politique clairement exprimé de part et d’autre. Il faut toutefois noter que Maurice Dejean lie le développement des échanges économiques à l’intensification des échanges culturels. En mars 1963, Maurice Dejean estime qu’ils suivent un cours normal84. Et pourtant, les échanges économiques vont connaître au cours de cet exercice une baisse brutale. Des entreprises, toujours au début de l’année 1963, font part de leurs difficultés à commercer avec l’Union soviétique. C’est le cas notamment de la CGT (Compagnie générale transatlantique) qui assure les liaisons maritimes entre Le Havre et Leningrad85.

  • 86 Le professeur-docteur Liass et le candidat ès sciences techniques Borsouk.
  • 87 Académie François Bourdon, dossier 01 L 0023, lettre de M. Le Borgne, ingénieur principal de la CAF (...)
  • 88 Ibid., compte rendu de mission de J. Le Borgne, 19 mars 1964.

61D’autres entreprises françaises adoptent une stratégie différente en traitant directement avec les Soviétiques. C’est le cas notamment de la CAFL (Compagnie des Ateliers et Forges de la Loire) qui mène des négociations pendant six mois avec les Soviétiques pour acheter le brevet d’invention d’un sable de moulage sans recourir, du moins à la lecture de ses archives, aux services diplomatiques. De quoi s’agit-il ? Les responsables techniques de la CAFL apprennent l’existence d’un sable de moulage mis au point par deux scientifiques soviétiques86 qui faciliterait le démoulage du modèle après prise et permettrait, en outre, une diminution du temps de moulage de l’ordre de 10 %, ce qui laisserait espérer de conséquents gains de productivité. Avant tout achat, ou toute participation à l’achat de ce brevet, il est nécessaire pour la CAFL d’en savoir davantage sur les apports réels de ce procédé87. Une mission d’étude, composée d’un représentant de la CAFL, d’un représentant de Pont-à-Mousson et d’un représentant de la SFAC (Société des forges et ateliers du Creusot), accompagnés par un spécialiste de l’achat de brevets, se rend en Union soviétique du 9 au 14 mars 1964. La mission conclut à l’intérêt du procédé88.

  • 89 Ibid., lettre de la CAFL à la SFAC au sujet des conditions et plafonds des négociateurs, 28 avril 1 (...)

62La mission émet, toutefois, un certain nombre de réserves techniques. En avril, les représentants des entreprises intéressées (CAFL, Pont-à-Mousson, SFAC et Doittau) se réunissent pour mettre au point un protocole d’accord avant le départ de la mission d’achat. La CAFL, Pont-à-Mousson et la SFAC calculent les économies annuelles que le procédé devrait permettre sur leurs coûts de production. Ils mettent au point les plafonds financiers de la négociation en insistant sur la nécessité pour chaque représentant d’avoir des instructions précises de sa direction générale. Les entreprises intéressées envisagent de constituer une société commune en Suisse pour exploiter le brevet, répartir charges et bénéfices et échapper à l’impôt français sur les sociétés. Les négociateurs doivent obtenir l’utilisation du brevet pour la France et un autre pays industriel pour justifier la constitution d’une entreprise suisse. Les négociations avec les Soviétiques se font en dollars. Les plafonds de négociation sont fixés avant le départ de la délégation pour l’Union soviétique89.

63La délégation française (deux représentants de la CAFL, deux représentants de Pont-à-Mousson, un représentant de Doittau et deux représentants de la SFAC) se rend en Union soviétique du 7 au 15 mai pour acheter le brevet. Après des négociations longues et difficiles, les deux parties finissent par signer un accord. Les Soviétiques ont dû revoir leurs prétentions à la baisse, car les négociateurs français ont pu les convaincre que l’inventeur du procédé avait surestimé les économies escomptées. L’accord prévoit un versement cash (un tiers à la signature et le reste à la mise à disposition de la documentation technique), des royalties calculées à la tonne, une redevance sur la valeur des installations, à l’exception des trois premières, et un minimum garanti de versements sur cinq ans. En contrepartie, la délégation française obtient l’exploitation du brevet pour un territoire comprenant la France, la Suisse, l’Espagne et le Portugal. Pour le représentant de la SFAC, l’achat du brevet est une affaire « très intéressante » :

  • 90 Ibid., Rapport de la mission du 7 au 15 mai 1964 pour la SFAC, non daté.

« L’opération, pour la SFAC, dans l’hypothèse improbable la plus pessimiste, reste donc positive. Ajoutons que les équipements nécessaires comptés dans les dépenses, ne font pas double emploi avec les équipements existants. Les installations correspondantes, dans nos deux fonderies, sont en voie de modernisation et l’équipement nécessaire est prévu dans la première urgence Travaux neufs 1964. De plus, nos frais divers et impôts seront très réduits si nous retenons en définitive la solution de la société suisse (...). Cette affaire est, en définitive, très intéressante »90.

64La satisfaction du représentant de la SFAC tranche avec celle d’un ingénieur de chez Rhône-Poulenc qui, après un séjour de vingt-deux mois en Arménie pour la construction d’une usine de production destinée aux textiles artificiels, se confie aux services de l’ambassade. Le contrat prévoyait treize mois de travaux pour lesquels un groupe de trente Français a été expatrié. Le chantier a connu un retard très important allant de deux à quatorze mois selon les tranches. Ce retard s’explique par l’importation de matières premières en provenance des États-Unis à des fins expérimentales (des boîtes de sardines ont été retrouvées à la place des boîtes de cellulose commandées). La planification de l’approvisionnement a été désorganisée. La main-d’œuvre, cadres comme ouvriers, était particulièrement médiocre. La corruption et le vol paralysaient le chantier. Enfin, les chiffres de production étaient truqués pour garantir l’approvisionnement du marché noir. L’ingénieur de Rhône-Poulenc décrit également des conditions d’expatriation difficiles (il a pu néanmoins avoir quelques contacts avec des Arméniens revenus de France et se trouvant dans des situations pénibles) et indique que son entreprise ne devrait pas s’aventurer sur d’autres chantiers :

  • 91 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, dépêche de François de Laboulaye à Maurice Couve de (...)

« L’expérience faite à Erivan n’a pas été assez encourageante et il sera de plus en plus difficile de trouver des volontaires pour le voyage d’URSS, alors que tout le personnel de l’entreprise sait plus ou moins maintenant combien le séjour est éprouvant pour les nerfs. Il semble aussi surtout que la direction de l’entreprise lyonnaise répugne à se séparer de nouveau pour une longue période de techniciens de valeur au moment où elle doit lutter (...) pour garder le marché intérieur français »91.

L’expérience difficile de Rhône-Poulenc ne dissuade pas d’autres entreprises françaises de se lancer sur le marché soviétique. Le gouvernement français encourage les investissements français en Union soviétique. Le développement des échanges économiques devient une priorité, comme en témoigne le voyage de Valéry Giscard d’Estaing (janvier 1964). Le ministre des Finances et des Affaires économiques se rend en Union soviétique du 23 au 29 janvier 1964 en compagnie de son épouse et d’une petite délégation. Georges Pompidou prépare ce voyage en déclarant :

  • 92 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, note du service d’Europe orientale au sujet des décl (...)

« Il (ce voyage) a pour objet de développer les exportations françaises vers l’URSS en particulier celles des biens d’équipement. Avant le départ de M. Valéry Giscard d’Estaing nous fixerons notre attitude ; elle n’est pas encore fixée mais il est évident que nous ne prendrons pas une attitude négative. Il existe un obstacle principal au développement des relations entre la France et l’URSS, c’est, indépendamment bien sûr des préoccupations de défense, le problème des moyens de paiement »92.

  • 93 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 20, entretien entre le général (...)

65Sergueï Vinogradov prépare, de son côté, le voyage de Valéry Giscard d’Estaing. Dans la mesure où les autorités soviétiques doivent augmenter leur production d’engrais, l’ambassadeur soviétique souhaite que le ministre encourage des groupes français à construire des usines de produits chimiques en URSS93. Le programme de la visite prévoit des entretiens à ce sujet avec des ministres soviétiques, à la Gosbank et à l’Université, ainsi qu’une journée de chasse à l’élan.

66Après quatre jours, le voyage prend une tournure politique puisque Nikita Khrouchtchev décide de recevoir Valéry Giscard d’Estaing en Ukraine. Cette rencontre donne lieu à des échanges insolites entre le jeune ministre des Finances et Affaires économiques (alors âgé de trente-huit ans) et le Premier secrétaire du PCUS (alors âgé de soixante-dix ans). C’est sans doute l’une des premières rencontres entre l’inspection des Finances et la paysannerie ukrainienne. Valéry Giscard d’Estaing commence l’entretien en indiquant que la France est moins bien traitée par l’URSS sur le plan économique que d’autres pays européens. Réponse de Khrouchtchev :

  • 94 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1931, compte rendu de l’entretien du 27 janvier entre Valé (...)

« Je ne saurais le dire ; mais je vous fais confiance parce que vous avez étudié la question. Je crois pourtant que c’est au gouvernement français qu’il appartient d’agir pour maintenir sa place »94.

Valéry Giscard d’Estaing se risque à une question :

– « Pourquoi la Russie achète-t-elle à l’Allemagne plus qu’elle ne vend ? » – Khrouchtchev (sans répondre à la question) : « Les Anglais s’en plaignent aussi ».

Visiblement, Nikita Khrouchtchev s’intéresse assez peu aux questions d’intendance. Il reçoit Valéry Giscard d’Estaing car il a un double message politique à transmettre aux autorités françaises. Le premier concerne la Chine et le second l’Allemagne :

« Je voudrais insister pour dire que ce qu’[ont] fait le général de Gaulle et le gouvernement français en reconnaissant la Chine est très raisonnable. C’est le deuxième compliment que j’adresse au général de Gaulle. Le premier était à propos de l’Algérie. Bravo pour l’Algérie. C’est un acte de grande sagesse politique ».

En ce qui concerne l’Allemagne, Nikita Khrouchtchev se montre plus critique sur la politique française :

« De Gaulle est un homme très remarquable, mais c’est aussi un homme complexe. Parfois il est hardi ou même héroïque, ainsi qu’il l’est dans ses positions à l’égard de l’Algérie, de la Chine et dans ses rapports avec les États-Unis. Là, je le comprends très bien. Mais que faut-il faire pour qu’il réfléchisse correctement au problème allemand ? (...)
Mais le président de Gaulle se trompe quand il fait la cour à l’Allemagne. Nous comprenons que pour jouer un rôle important dans la politique internationale et pour résister aux Anglo-saxons il recherche une union avec la RFA. C’est pour cela qu’il a voulu l’accord avec Adenauer. Tel est le jeu de De Gaulle. Mais l’Allemagne a aussi son jeu. Elle a le même objectif que de Gaulle. Elle veut accroître son rôle sur l’arène internationale. Elle fait la cour à la France. Mais elle n’ira pas dans le sillage de la France. Elle suivra les États-Unis, qui à ses yeux occupent une place à part.
Pour parler franchement nous ne voulons pas de réunification. Nous n’y avons pas d’objection sur le plan des principes. M. Ulbricht a proposé une confédération des États allemands. Mais ce qui intéresse la RFA ce n’est pas de s’unir à la RDA c’est de l’avaler ».

  • 95 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 271, télégramme (...)
  • 96 Ibid., télégramme n° 1302, 28 janvier 1964.
  • 97 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 48, papka n° 99, delo n° 7, 1964, compte rendu (...)

67Compte tenu de sa portée politique, l’entretien dépasse les compétences du ministre des Finances et Affaires économiques. Matignon prend soin d’éviter toute initiative personnelle du ministre qui pourrait avoir des répercussions imprévues au niveau politico-diplomatique. Matignon adresse, en effet, un télégramme immédiat à Valéry Giscard d’Estaing lui enjoignant de soumettre toute publication éventuelle d’un communiqué à l’approbation du Premier ministre95. Valéry Giscard d’Estaing adresse le projet de communiqué à Georges Pompidou et obtient l’autorisation de publication96. L’intervention de Nikita Khrouchtchev ne doit pas laisser l’impression d’un désintérêt soviétique pour la coopération économique, mais s’interpréter comme une reprise du dialogue politique. D’ailleurs, Léonid Brejnev explique, quelques semaines plus tard, lors de son premier entretien avec Philippe Baudet, que la coopération économique est un facteur important des relations entre les deux États97. Nikita Khrouchtchev mise sur un renforcement du dialogue politique.

Vers une intensification du dialogue politique

68Le dialogue politique emprunte différents canaux. Les archives consultées permettent d’en distinguer trois types. Le premier est, bien entendu, le canal politico-diplomatique par lequel communiquent les responsables politiques au sommet de l’État. Le second est le canal parlementaire. Les autorités soviétiques en font une de leurs priorités pour pénétrer la société française. Le troisième canal relie directement le PCF au PCUS. Comment ces trois canaux s’enchevêtrent-ils ?

69Les milieux parlementaires entretiennent la relation bilatérale lorsque celle-ci s’essouffle sur le plan politico-diplomatique. Jacques Chaban-Delmas et Max Brusset organisent la visite d’une délégation parlementaire soviétique dans les semaines qui suivent le traité franco-allemand. En février 1963, Jacques Chaban-Delmas invite des parlementaires soviétiques. Cette invitation répond à celle du bureau de l’Assemblée nationale, qui s’était rendu en Union soviétique trois ans plus tôt. Elle avait été ajournée à plusieurs reprises. Max Brusset informe l’ambassadeur soviétique de la décision du président de l’Assemblée nationale :

  • 98 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 46, papka n° 186, delo n° 15, 1963, lettre (...)

« Je suis chargé de vous faire savoir par notre ami le président Chaban-Delmas, que le voyage des parlementaires du Présidium URSS en France, a été décidé par les plus hautes instances et par lui-même (...). Je suis heureux d’être chargé officieusement, par le président Chaban-Delmas, de vous en faire part pour que vous soyez informé et puissiez faire le nécessaire. Je suis surtout très satisfait d’avoir depuis de si longs mois été à même d’essayer de faire aboutir ce projet et de le voir enfin réalisé, et je sais que cela vous sera très agréable. Voulez-vous avoir l’obligeance de me fixer rendez-vous ces jours-ci... »98

  • 99 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 97, delo n° 18, 1963, lettre de Ja (...)

L’allusion au général de Gaulle souligne l’importance accordée à cette visite du côté français. Jacques Chaban-Delmas transmet son invitation à I. Kairov, vice-président du groupe parlementaire d’URSS, et fixe à la mi-mars la venue des parlementaires soviétiques99.

  • 100 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 96, delo n° 3, 1963, lettre de Max (...)
  • 101 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 97, delo n° 18, 1963, compte rendu (...)

70De son côté, Max Brusset continue à s’activer. Il informe Maurice Dejean que son prochain voyage « touristique » a été organisé officieusement par Sergueï Vinogradov, qui lui a préparé une série de contacts politiques. Il demande à Maurice Dejean de l’aider à rencontrer des personnalités de premier plan. Il lui annonce également qu’il doit venir avec Cine del Duca, « l’empereur de la presse de cœur », qui est aussi le propriétaire de Paris-Jour100. Maurice Dejean intercède en sa faveur auprès des autorités soviétiques. Le 10 avril, il s’entretient avec un diplomate soviétique et lui fait part du souhait de Max Brusset de rencontrer Valerian Zorine sans que la rencontre ait un caractère officielle : « Brusset pourrait parler librement des relations franco-soviétiques »101. Maurice Dejean exprime aussi le souhait de Max Brusset de visiter le comité d’Êtat pour les relations culturelles avec l’étranger et d’assister au défilé du 1er mai sur la Place rouge. Le voyage de Max Brusset se déroule du 23 avril au 9 mai 1963. Le 28 avril, il est reçu par Valerian Zorine. Le compte rendu d’entretien commence par présenter Max Brusset comme un proche du général de Gaulle, qui maintient un contact permanent avec l’ambassadeur soviétique en France. Il est également présenté comme un intermédiaire entre des entreprises françaises et les administrations soviétiques chargées du commerce extérieur pour la conclusion de plusieurs transactions commerciales. Max Brusset se présente surtout comme un émissaire du général de Gaulle :

  • 102 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 96, delo n° 9, 1963, compte rendu (...)

« Selon Brusset, il a été reçu par de Gaulle avant son voyage en Union soviétique. De Gaulle considère qu’en ce qui concerne les problèmes internationaux, entre autres le problème allemand, la France a une attitude amicale envers l’Union soviétique. En URSS, existe une suspicion connue à l’égard du traité conclu entre la France et la RFA »102.

71Dans la suite de l’entretien, Max Brusset minimise la portée de ce traité avant d’insister sur les perspectives de coopération franco-soviétique dans le domaine économique. Il propose un projet franco-soviétique d’aide aux pays en voie de développement. Cette aide préoccupe le général de Gaulle. Georges Pompidou aurait dit à Max Brusset qu’il serait souhaitable d’examiner cette question pour les régions du Moyen-Orient et d’Extrême-Orient et, en particulier, pour les pays se trouvant dans l’ancienne zone d’influence française. Il propose une coopération dans la construction d’infrastructures industrielles et cite le Cambodge, la Thaïlande et Madagascar comme terrain de mise en œuvre :

  • 103 Ibid.

« Une telle coopération compromettrait la domination et l’influence des États-Unis sur ces pays et ces régions »103.

  • 104 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 97, delo n° 18, 1963, lettre de re (...)

72Max Brusset voit loin et grand ! Il propose tout simplement un plan de coopération franco-soviétique pour contrer l’influence américaine. Comment interpréter sa démarche ? Faut-il y voir une lubie personnelle ou une initiative réfléchie destinée à rapprocher les deux pays ? Faut-il y voir un ballon d’essai lancé par le général de Gaulle, qui utiliserait un intermédiaire pour sonder les intentions soviétiques concernant ces pays ? Il est difficile de répondre, car Max Brusset n’apparaît pas dans les archives françaises consultées. Il est difficile de se faire une opinion sans savoir s’il rend compte (ou pas) de ses entretiens à Paris. Max Brusset retrouve, au cours de son séjour à Moscou, une délégation de parlementaires français venus s’entretenir avec des personnalités soviétiques des questions d’enseignement. Cette délégation examine également les moyens de développer les relations culturelles entre les deux pays104.

  • 105 D. Lefebvre, Guy Mollet, op. oit., p. 390-396.

73Outre le canal parlementaire, le dialogue politique emprunte le canal des partis. Évidemment, celui qui relie le PCUS au PCF fonctionne en permanence. Début avril 1963, une délégation du PCF conduite par Waldeck Rochet s’entretient de la politique extérieure gaulliste et de l’unité du mouvement communiste international avec une délégation du PCUS. Le PCF n’est pas le seul à dialoguer avec le PCUS, puisque la SFIO renoue le contact avec lui au second semestre 1963. Une délégation dirigée par Guy Mollet se rend, en effet, en URSS du 26 octobre au 4 novembre 1963. C’est le second voyage, après celui de 1956, depuis la scission de 1920. L’initiative en revient à Guy Mollet qui a l’objectif suivant en tête : faire reconnaître publiquement par les Soviétiques que le régime communiste n’est pas nécessairement valable en d’autres pays et en d’autres circonstances105. La délégation socialiste compte Gaston Defferre dans ses rangs qui vient d’être identifié comme le monsieur X de L’Express. Le candidat potentiel de la SFIO aux élections présidentielles se montre très discret tout au long des négociations avec les Soviétiques. Guy Mollet rentre de Moscou avec le sentiment qu’il est désormais possible de travailler à l’unité de la classe ouvrière, même si des divergences de fond subsistent. La comparaison entre cette opinion et celle des Soviétiques, qui adressent leur propre analyse des discussions au bureau politique du PCF, illustre les limites de cet exercice idéologique. Le PCUS note que la délégation socialiste a adopté un ton conciliant et a renoncé à son anticommunisme habituel :

  • 106 PCF, Gaston Plissonnier, carton n° 1, rapport adressé par le PCUS au bureau politique du PCF au suj (...)

« Guy Mollet lui-même a eu une attitude correcte et s’est efforcé de donner l’impression qu’il désire sincèrement une compréhension mutuelle. Pendant toute la durée de leur séjour en URSS, les membres de la délégation ne se sont permis aucune attaque contre le PCF »106.

  • 107 Ibid.

74La délégation du PCUS, conduite par Nikita Khrouchtchev et Boris Ponomarev, réaffirme la supériorité du système communiste sur le système capitaliste en indiquant que l’URSS dépassera les États-Unis en 1970 pour la production des objets de consommation par habitant. Elle souligne ensuite les difficultés rencontrées pour élaborer un communiqué commun : la délégation de la SFIO refuse notamment de se déclarer en faveur d’un pacte de non-agression entre l’OTAN et le pacte de Varsovie. Cependant, Guy Mollet évoque ses positions communes avec le PCF contre la force de frappe et pour la ratification du traité de Moscou107. Le PCUS conclut son rapport en indiquant que ses discussions avec la SFIO marquent un progrès, mais qu’elles demeurent limitées :

  • 108 Ibid.

« En même temps, en appréciant les résultats de la rencontre, il convient de tenir compte du fait qu’en ce qui concerne les questions essentielles de la politique extérieure, la direction de la SFIO reste sur les positions de l’OTAN et que dans le domaine du mouvement ouvrier, elle avance avec une grande crainte, vers un rapprochement »108.

  • 109 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Philippe Baudet n° 3725, 16 juillet 19 (...)

75Les relations entre le PCF et le PCUS ont longtemps été dominées par la personnalité de Maurice Thorez. Son effacement progressif, puis sa disparition, en retracent les contours. En mai 1964, à l’occasion du XVIIe congrès, Maurice Thorez devient président du Parti alors que Waldeck Rochet est nommé secrétaire général. Ce dernier souhaite conduire la déstalinisation du Parti avec prudence et patience. Cette déstalinisation suit les orientations données par Nikita Khrouchtchev et doit témoigner de la fidélité du PCF au PCUS. La mort de Maurice Thorez (juillet 1964), suivie par celle de Palmiro Togliatti (août 1964), dont le testament est une ultime tentative d’apaisement du conflit idéologique entre Moscou et Pékin, annonce un changement de génération politique. La mort de Thorez crée un choc au sein du PCF mais aussi en URSS. Le comité central du PCUS décide d’honorer sa mémoire en donnant son nom à une ville dans le bassin du Doubass, à un institut d’enseignement des langues étrangères, à un établissement d’enseignement technique et à un bâtiment de ligne en cours de construction. Moscou veut perpétuer le souvenir du « grand fils du peuple français »109. Maurice Thorez entretenait des liens chaleureux et amicaux avec Nikita Khrouchtchev. Dans une longue lettre adressée à ce dernier, Jeannette Vermeersch les évoque :

  • 110 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 48, papka n° 100, delo n° 16, 1964, lettre de J (...)

« Je vous remercie infiniment pour l’amitié fraternelle que vous manifestez dans ces douloureux moments que je vis après la douloureuse perte du compagnon de ma vie familiale et militante... »110

Jeannette Vermeersch remercie ensuite Nikita Khrouchtchev de son aide lors de la convalescence de son mari et l’assure que ses nombreux séjours de repos en Union soviétique lui ont donné les forces de poursuivre son combat :

  • 111 Ibid.

« Maurice est mort à Istanbul. C’est comme le symbole de sa vie, d’une vie entre deux mers, d’une vie entre les deux pays qu’il aimait le plus au monde : sa France et le premier pays socialiste, l’Union soviétique... »111

  • 112 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1927, télégramme de Philippe Baudet n° 3905, 1er août 1964
  • 113 PCF : réunion du bureau politique le 6 août 1964, SEC. GP/FL., 7 août 1964, n° 1209.
  • 114 Ibid., réunion du bureau politique le 28 août 1964, SEC. RL. GV., 29 août 1964, n° 1215.

76Au-delà des liens personnels, la disparition, coup sur coup, de deux figures historiques du communisme européen, intervient au moment où le mouvement communiste international se déchire à propos de l’opportunité d’une conférence générale des partis communistes112. Début août, le bureau politique du PCF donne son accord pour la tenue, en 1965, de cette conférence : Raymond Guyot, Roland Leroy et Jean Kanapa sont désignés par le bureau politique pour participer à la commission préparatoire de la conférence113. Sur le plan intérieur, le soutien du PCF se traduit par un regain des actions de propagande en faveur de Moscou114.

  • 115 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1927, télégramme de Philippe Baudet n° 4424, 9 septembre 1 (...)
  • 116 Ibid., télégramme de Philippe Baudet n° 4957-65,14 octobre 1964.

77Les diplomates français suivent attentivement le projet soviétique de conférence générale des partis communistes. Début septembre, ils indiquent que, sur les vingt-cinq partis invités, dix-neuf ont répondu positivement et cinq négativement (les partis communistes chinois, nord-coréen, nord-vietnamien, albanais et indonésien). Un parti n’a toujours pas donné sa réponse115. Un mois plus tard, ils dressent une nouvelle liste. Onze partis ont répondu positivement à l’invitation soviétique : les partis bulgare, hongrois, est-allemand, ouest-allemand, mongol, tchécoslovaque, australien, indien, italien, finlandais et français. Il est prévu que les partis argentin, brésilien, britannique, américain et syrien les rejoignent. En revanche, cinq partis ont répondu négativement : les partis chinois, albanais, coréen, indonésien et japonais. Il est prévu que le parti vietnamien les rejoigne. Enfin, l’incertitude plane sur les intentions des partis polonais, roumain et cubain116.

  • 117 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 19, note de Nikita Khrouchtche (...)
  • 118 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1931, note du service d’Europe orientale sur la politique (...)
  • 119 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 20, télégramme adressé aux pri (...)

78Les tiraillements au sein du mouvement communiste international ne sont naturellement pas sans conséquences sur la politique extérieure soviétique. Pour Moscou, il est urgent de stabiliser la situation en Europe et, en particulier, de figer la division allemande afin d’éviter, à tout prix, un glissement de l’Allemagne vers l’Occident. Cet impératif stratégique conduit Nikita Khrouchtchev à lancer une nouvelle initiative. Le 31 décembre 1963, il adresse au général de Gaulle une longue note sur la non-utilisation de la force pour les problèmes frontaliers117. Cette note peut se lire comme l’expression d’une volonté de rapprochement : le service d’Europe orientale « relève les signes d’un rapprochement ou tout du moins d’un réchauffement entre les deux pays » à partir de l’été 1963118. Dans sa réponse, le général de Gaulle indique que le principe du règlement pacifique de tous les conflits territoriaux rencontre sa complète approbation. De Gaulle ajoute, non sans malice, que ce principe doit être complété par celui de l’autodétermination des peuples et se déclare prêt à discuter des grandes questions soulevées par la note de décembre 1963119.

  • 120 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 275, télégramme (...)
  • 121 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 48, papka n° 100, delo n° 13, 1964, composition (...)
  • 122 MAE, secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 20, compte rendu de l’entretie (...)

79D’autres signes indiquent une esquisse de rapprochement. Outre le voyage de Valéry Giscard d’Estaing, il faut évoquer la visite en France de M. Roudnev (2 au 18 février 1964) qui préside le KNIR, c’est-à-dire la structure de contrôle de la recherche scientifique soviétique. Au cours de cette visite, M. Roudnev se déclare intéressé par le procédé français de télévision en couleurs120 et invite Gaston Palewski, ministre d’État chargé de la recherche scientifique et des questions atomiques et spatiales, à se rendre en Union soviétique. Quelques jours plus tard, Nikolaï Podgorny (24 février-6 mars 1964) dirige une délégation du Soviet suprême composée de onze membres121. Le 2 mars 1964, ce proche collaborateur de Nikita Khrouchtchev, est reçu par le général de Gaulle en compagnie de Sergueï Vinogradov et d’Étienne Burin des Roziers. Nikolaï Podgorny estime que les échanges économiques bilatéraux devraient augmenter avec la signature d’un nouvel accord commercial. Le général de Gaulle partage ce souci d’augmenter les échanges, mais constate les difficultés rencontrées pour trouver des objets d’échanges et des moyens de paiement adaptés. Pour Nikolaï Podgorny, ces difficultés sont passagères122.

80Le général de Gaulle souhaite une intensification des contacts entre spécialistes des deux pays, fait allusion à la visite de M. Roudnev et énumère les domaines d’une possible coopération : le pétrole, l’industrie chimique, l’électronique et la télévision en couleurs. Grâce à cet entretien, la coopération bilatérale prend un tour plus concret. Sur le plan politique, le général de Gaulle s’interroge sur les possibles évolutions du régime soviétique. Nikolaï Podgorny répond en insistant sur la force de l’idéologie :

  • 123 Ibid.

« S’il y en a une (évolution) en URSS, ce n’est certainement pas dans le domaine de l’idéologie, laquelle reste inébranlable, comme l’est sans doute celle de la France. Cela n’empêche nullement une coexistence pacifique dans l’amitié et dans la liberté de réaliser ses programmes comme on l’entend. Quand même il y aurait un désaccord idéologique, il faut vivre ensemble en bonne intelligence ; il n’y a pas d’autre issue »123.

  • 124 « Rapprochement franco-soviétique ? », Le Monde, 1er-2 mars 1964.

81Le général de Gaulle conclut l’entretien en soulignant la valeur d’exemple des relations entre grandes puissances pour les autres pays. Il est frappant de constater le changement de ton de Moscou à l’égard de Paris en six mois. Le Monde s’interroge sur les raisons qui poussent l’URSS à se rapprocher de la France, alors qu’elle faisait l’objet de vives critiques en refusant de signer le traité d’interdiction124. Les raisons sont multiples. Les Soviétiques sont à la recherche d’un interlocuteur stable en Occident au moment où Konrad Adenauer quitte la chancellerie (octobre 1963) et où Lyndon Johnson vient de prendre la succession de John Kennedy (novembre 1963). La France refuse d’apporter son concours aux Anglo-saxons qui envisagent de recourir à l’OTAN pour rétablir la situation à Chypre. Elle vient de reconnaître la Chine et, comme l’URSS, se déclare favorable à une conférence internationale sur le Cambodge. Elle condamne l’intervention militaire américaine au Viêt-nam. Enfin, la France n’exclut pas de participer à l’effort d’industrialisation chimique en vendant à l’URSS les installations dont elle a besoin.

82Pour la première fois sans doute, la coopération franco-soviétique peut avoir des répercussions sur la situation intérieure soviétique. En effet, de la réussite du programme d’industrialisation chimique dépend en partie le développement de l’agriculture soviétique. À partir de mars 1963, les diplomates français suivent avec une attention particulière les évolutions intérieures du régime, car ils ont parfaitement conscience qu’il se trouve à un carrefour.

83Fin août, l’ambassade de France à Moscou considère que Nikita Khrouchtchev a conforté son pouvoir personnel au sein du régime soviétique et se trouve en position de force :

  • 125 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1916, télégramme de Philippe Baudet n° 4205/4208, 20 août  (...)

« (...) Le premier soviétique serait en pleine euphorie physique, morale et intellectuelle. Il s’est rarement montré plus actif et plus détendu. Son esprit d’à propos, sa force de conviction, sa confiance en lui et dans les destinées soviétiques ont étonné ses interlocuteurs... »125

Philippe Baudet conclut son télégramme en estimant que Nikita Khrouchtchev est « apparemment assuré de ses arrières politiques sur le plan interne ». Deux jours après ce télégramme, une note du service d’Europe orientale analyse un article de L’Étoile rouge (l’organe de l’Armée rouge) et remarque que Léonid Brejnev semble jouir de la faveur des autorités militaires :

  • 126 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1903, note du service d’Europe orientale, 22 août 1964.

« Enfin, la mention du nom de Brejnev par L’Étoile rouge peut être interprétée comme une indication favorable à ce dirigeant de la part des responsables militaires. Sans qu’il y ait lieu d’exagérer l’importance de cet indice, il convient de le retenir à un moment où l’on s’interroge sur les chances qui seront celles des principaux dirigeants le jour où s’ouvrira la succession de Khrouchtchev »126.

84Les diplomates français constatent une série d’évolutions au sein de l’appareil soviétique. La chute de Nikita Khrouchtchev, secrètement et adroitement préparée par ses rivaux, va néanmoins surprendre les chancelleries. Elle a un témoin imprévu en la personne de Gaston Palewski qui séjourne en URSS (8 au 18 octobre 1964) à l’invitation de M. Roudnev. Gaston Palewski s’est rendu en Union soviétique à la tête d’une délégation comprenant, entre autres, un spécialiste de la télévision en couleurs et un représentant de Rhône-Poulenc. Au cours de ses entretiens avec Kossyguine et Khrouchtchev, deux dossiers principaux de coopération sont évoqués : la recherche spatiale et la télévision en couleurs.

  • 127 G. Palewski, Mémoires d’action 1924-1974, Paris, Plon, 1988, p. 285-286.
  • 128 MAE, Europe, URSS 1961-1965, carton n° 1930, schéma d’intervention du ministre d’État au Conseil de (...)

85« Un homme d’État ne se repose que quand il est mort. » C’est par cette formule lapidaire que le Premier secrétaire du PCUS répond, le 12 octobre, à Gaston Palewski, qui s’inquiète de le voir interrompre ses vacances pour revenir à Moscou. Le ministre d’État, chargé de la Recherche scientifique et des questions atomiques et spatiales, rencontre Khrouchtchev juste avant sa chute127. Quelques jours plus tard, il relate son voyage en Conseil des ministres : « La sérénité dont il (Khrouchtchev) a fait preuve au cours de la conversation semble indiquer que, s’il était au courant de ce qui se préparait, il était alors sûr de l’emporter »128. Gaston Palewski ajoute que le départ de Khrouchtchev ne risque pas d’entraîner de changement en politique extérieure.

86L’éviction de Nikita Khrouchtchev provoque un choc au PCF. Le 16 octobre, le PCUS lui adresse le communiqué annonçant la démission de Khrouchtchev : « Sa demande est motivée par son âge avancé et la détérioration de son état de santé ». Immédiatement, le Bureau politique se réunit : ses décisions ainsi que le communiqué du PCUS sont exclusivement réservés aux membres du Comité central. Il est intéressant d’observer un décalage entre la réaction des autorités françaises et celle du groupe dirigeant du PCF. Gaston Palewski formule quelques recommandations à la fin de son intervention en Conseil des ministres :

  • 129 MAE, Europe, URSS 1961-1965, carton n° 1930, schéma d’intervention.

« Je souhaiterais qu’aucune allusion dans les informations données ne soit faite quant à la santé de monsieur Khrouchtchev au moment où je l’ai rencontré. Le gouvernement soviétique a indiqué en effet que monsieur Khrouchtchev se retirait notamment pour des raisons de santé. Il serait étonné qu’on donne officiellement une indication contraire. Or, nous avons besoin de ses bonnes dispositions pour les discussions que j’ai engagées sur la coopération scientifique »129.

Le Bureau politique du PCF ne fait pas preuve de la même prudence à l’égard des Soviétiques et n’est pas dupe des raisons de santé avancées :

  • 130 Archives du PCF, décisions du Bureau politique, 16 octobre 1964.

« Il considère comme difficilement acceptable pour les communistes comme pour l’opinion publique la thèse selon laquelle l’âge et l’état de santé du camarade Khrouchtchev seraient à l’origine des modifications intervenues. Plusieurs faits conduisent à en douter : la rapidité avec laquelle ces mesures ont été prises ; le fait que le camarade Khrouchtchev n’a pas lui-même fait part de sa proposition en la justifiant ; que les déclarations officielles n’aient exprimé aucun regret devant le départ de Nikita Khrouchtchev et que rien n’est dit sur son activité à la direction du Parti et de l’État au cours des années passées ; qu’il est relevé de toutes ses responsabilités, y compris de membre du Présidium »130.

Pour le Bureau politique, la méthode suivie nuit au prestige du PCUS. Dans le même temps, il apporte son soutien à la nouvelle direction du PCUS tout en demandant qu’une délégation soit reçue à Moscou.

  • 131 La comparaison avec des lettres de Waldeck Rochet ne laisse pas de doute.

87Trois séries de notes manuscrites, parfois difficiles à déchiffrer, rédigées par Waldeck Rochet131, permettent de connaître les positions du groupe dirigeant au moment de la destitution de Khrouchtchev. La première n’est pas datée mais ressemble fort à une analyse à chaud, antérieure à l’envoi de la délégation puisque son principe y est arrêté. La deuxième date du 21 octobre. La troisième du 31 octobre, après le retour de la délégation. Dans les trois cas, il s’agit visiblement d’un tour de table. Les notes portent les initiales des intervenants. À la lecture de la première série, il apparaît que GM (Georges Marchais) joue un rôle clé. C’est lui qui délivre les rares informations en provenance de Moscou. La chute de Khrouchtchev révèle de notables différences d’approche : le groupe dirigeant est beaucoup moins monolithique que le Parti.

  • 132 Archives du PCF, carton G. Plissonnier, n° 1. Sauf mention spéciale, les citations entre guillemets (...)

88Max Léon, correspondant de L’Humanité est sollicité. Georges Marchais préconise l’envoi d’une délégation et estime « qu’exception faite des raisons qui peuvent exister et qui nous échappent, la méthode n’est pas bonne, elle ne va pas dans le sens de la démocratie recommandée par les trois derniers congrès du PCUS »132. Selon lui, il ne faut « rien faire qui puisse faire apparaître des réserves vis-à-vis de la nouvelle direction ». Ce leitmotiv est repris dans la plupart des interventions comme si les dirigeants communistes, en éprouvant leur fidélité à l’égard de Moscou, se contrôlaient les uns les autres. C’est ensuite au tour d’Étienne Fajon, qui se situe sur la même ligne.

89Jeannette Vermeersch, symbole du stalinisme français et de l’obéissance absolue à Moscou, critique, contre toute attente, les nouveaux dirigeants soviétiques : « La méthode est très mauvaise. Ils ont fait ça en dehors des masses. C’est le contraire des principes ». Pour Paul Laurent « il aurait mieux valu ne pas donner la maladie comme raison ce qui est une contre-vérité et rend plus difficile les explications réelles ». GP (Gaston Plissonnier) insiste pour sa part sur la nécessité d’attendre pour apprécier la situation et de rester attentif aux déclarations du PCI. Roland Leroy replace la destitution dans le cadre du mouvement communiste international et suggère qu’elle traduit peut-être « la volonté de rapprocher tout le monde (Chinois-Italiens) ». Jacques Duclos trouve la méthode mauvaise et l’envoi d’une délégation nécessaire. Selon Henri Krasucki, il convient de « dire un mot pour Khrouchtchev dans le communiqué » tout en réaffirmant la solidarité du PCF vis-à-vis du PCUS.

90Le 21 octobre, le groupe dirigeant se réunit à nouveau. Les notes témoignent du désarroi non seulement des dirigeants mais aussi des militants. Plusieurs interventions, comme celles de Georges Frischmann, Raymond Guyot ou Gaston Plissonnier, décrivent la profonde émotion dans le Parti. D’après Georges Marchais : « Notre Parti a été bouleversé par les méthodes employées pour ces changements. Le Parti dans son ensemble a approuvé les positions du BP et a bien réagi sur le fond de la politique soviétique ». Jeannette Vermeersch, en l’occurrence bien moins stalinienne que khrouchtchevienne, rappelle l’importance de l’homme du XXe congrès : « Si Khrouchtchev a commis des fautes et qu’il fallait le changer, il reste qu’il a joué un grand rôle en faveur de la paix et aidé puissamment à surmonter les difficultés à la suite de Staline ». Waldeck Rochet déclare, pour sa part :

« Le PCUS a le droit de changer ses dirigeants. Khrouchtchev a sans doute eu des défauts dans son travail tout en ayant joué un grand rôle utile après ce XXe congrès. On ne peut approuver les méthodes employées pour régler les problèmes de direction. C’est le non-respect du centralisme démocratique et cela donne une image fausse de la démocratie socialiste ce qui ne manque pas d’avoir des répercussions ».

91La composition de la délégation est arrêtée après plusieurs modifications : Georges Marchais, Roland Leroy, Jacques Chambaz se rendent en Union soviétique.

92La troisième série de notes confirme la montée en puissance de Georges Marchais qui relate les conversations. Être l’interlocuteur de la nouvelle direction soviétique renforce son autorité au sein de l’appareil. Le bilan de la rencontre s’avère bien consensuel : les liens entre les deux partis ne sauraient être remis en cause. Cependant, le PCUS rappelle quelques vérités premières : « Les partis frères n’ont pas à approuver ou à désapprouver ses décisions ». Il entend d’ailleurs maintenir ses positions vis-à-vis des Chinois et se montrer plus ferme avec le PCI. Suivent ensuite les raisons invoquées par les Soviétiques pour justifier la mise à l’écart de Khrouchtchev. Aux nombreux motifs intérieurs comme l’échec en matière agricole, s’ajoutent des motifs extérieurs : en particulier, la multiplication des voyages à l’étranger avec un entourage particulier. Malgré ces explications, le fonctionnement du PCUS est mis en cause. Le groupe dirigeant lui reproche « de ne pas penser suffisamment à la solidarité internationale. Souslov s’en fout ». Étienne Fajon remarque que la destitution « coïncide avec une certaine amélioration des relations franco-soviétiques ». Il est frappant de constater que toute critique est immédiatement corrigée par un rappel des principes fondateurs : « Le PCUS est pour nous, pour les communistes, le plus grand, le plus pur ». Waldeck Rochet exprime la difficulté à laquelle se heurtent les dirigeants communistes : continuer à soutenir le PCUS et formuler des critiques sur la méthode employée. Cet impératif du dire, de l’explication, est révélateur d’une évolution au sein du Parti, encouragée par certains intellectuels :

« Distinguer entre ce qu’on doit dire au Parti et à l’extérieur. Être très prudent à ce qu’on va dire et ne pas ternir l’autorité du PCUS et de l’URSS. Montrer que l’essentiel c’est la ligne et qu’il y a accord. Laisser au PCUS sa responsabilité sur les changements de direction. Envisager pour l’avenir une bonne délégation d’étude sur le fonctionnement de la démocratie en URSS ».

  • 133 Archives nationales, Présidence de la République, 5 AGI 190, message de Mikoyan, 27 octobre 1964 et (...)

93Sur le plan officiel, l’Élysée prend acte du changement de direction en URSS. Changement qui ne modifie en rien la nature et les objectifs des rapports franco-soviétiques, comme l’explique le général de Gaulle à Mikoyan à l’occasion du quarantième anniversaire des relations diplomatiques entre les deux pays133. Dans le Parti, le choc est réel et l’équipé dirigeante filtre les informations. Le Comité central, réuni à Bagnolet le 6 novembre 1964, écoute la longue intervention de Georges Marchais au cours de laquelle ce dernier explique les raisons de la chute de Khrouchtchev :

« On nous a expliqué que dans ses voyages à l’étranger, le camarade Khrouchtchev était toujours accompagné d’un entourage particulier, et comment il avait transformé son gendre, Adjoubëi, en ministre des Affaires étrangères familiales. De ce qui nous a été dit, il ressort que c’est avant tout dans certains domaines de la politique intérieure de l’URSS que les méthodes de travail du camarade Khrouchtchev ont eu des conséquences négatives ».

Si pour Georges Marchais, ce sont les raisons intérieures qui expliquent la chute de Khrouchtchev, il n’en demeure pas moins que sa politique extérieure s’est caractérisée à l’étranger mais aussi au sein de l’appareil diplomatique soviétique par un net changement de ton et de style.

  • 134 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 23, mémorandum remis par Sergu (...)
  • 135 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 24, compte rendu de l’entretie (...)

94L’éviction de Nikita Khrouchtchev est une cassure dans l’histoire intérieure soviétique. Elle n’a, en revanche, aucune incidence sur les cours des relations franco-soviétiques. Le rapprochement esquissé à partir de l’été 1963 se confirme dans les semaines qui suivent la chute de Nikita Khrouchtchev. Tout d’abord sur le plan économique. Nikolaï Patolitchev et Valéry Giscard d’Estaing signent un nouvel accord commercial quinquennal pour les années 1965-1969, qui prévoit une augmentation de 60 % (en valeur) des échanges (30 octobre 1964). L’année 1965 se caractérise par une accélération sensible du rapprochement. Début 1965, un mémorandum soviétique constate, avec satisfaction, que les deux pays s’opposent à la constitution de forces nucléaires multilatérales et partagent les mêmes analyses sur la situation du Sud-est asiatique134. La direction soviétique multiplie les signes en direction de Paris ; elle invite le général de Gaulle à se rendre en URSS. L’accord franco-soviétique sur le procédé SECAM (mars 1965) est présenté comme une des mesures qui devrait renforcer les liens entre les deux pays. Le nouvel ambassadeur soviétique à Paris – Valerian Zorine – expose son ambition de prolonger les échanges économiques, culturels et scientifiques par « un accroissement des relations politiques »135. La visite d’Andreï Gromyko à la fin avril 1965 marque une nouvelle étape du rapprochement.

95À l’automne 1965, Maurice Couve de Murville est accueilli en Union soviétique pour la première fois. En janvier 1966, il annonce à Valerian Zorine que le général de Gaulle accepte de se rendre en Union soviétique au mois de juin. L’annonce par le général de Gaulle de la sortie du commandement intégré de l’OTAN (février 1966) donne un relief particulier à ce voyage, qui va être le temps fort du rapprochement entre les deux pays.

Notes

1 F. Bozo, La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 45-46.

2 P. Grosser, Les temps de la guerre froide, op. cit., p. 97.

3 Entretien avec Yves Pagniez, 2 février 1996.

4 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 20, entretien entre le général de Gaulle et Sergueï Vinogradov, 3 janvier 1964.

5 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 345, télégramme de Maurice Dejean n° 5266/68, 8 décembre 1962.

6 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

7 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 345, télégramme de François de Laboulaye n° 1425, 17 mars 1963.

8 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1905, télégramme de François de Laboulaye n° 1426/29, 18 mars 1963.

9 Ibid.

10 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, dépêche de François de Laboulaye à Maurice Couve de Murville n° 725/EU, 8 mai 1963.

11 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 345, télégramme de Maurice Dejean n° 3796/99, 16 juillet 1963.

12 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 5241/5242,13 septembre 1963.

13 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 5784/ 87, 27 septembre 1963.

14 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

15 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 7283/84, 30 septembre 1963.

16 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

17 PCF, Gaston Plissonnier, carton n° 1, rapport adressé par le PCUS au bureau politique du PCF au sujet du voyage de la délégation SFIO en URSS, 1963, sans références.

18 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, lettre de Maurice Dejean à Jacques de Beaumarchais, 19 décembre 1963.

19 Ibid., fiche du service d’Europe orientale, sans références, 14 février 1964.

20 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

21 M. Dreyfus, Histoire de la CGT, Bruxelles, Éditions Complexe, 1995, p. 264.

22 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégrammede Maurice Dejean n° 1158/ 60, 5 mars 1963.

23 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 1304/05, 12 mars 1963.

24 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 271, télégramme pour Moscou n° 1817/18,13 mars 1963.

25 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 1413, 16 mars 1963.

26 Pour un résumé et une analyse du déroulement de la crise, voir G. Robin, « Crise de Cuba », dans T. de Montbrial et J. Klein, Dictionnaire de stratégie, op. cit., p. 103-105.

27 R. Girault, R. Frank et J. Thobie, La loi des géants, op. cit., p. 297.

28 G.-H. Soutou, La guerre de cinquante ans, op. cit., p. 426.

29 F. Bozo, La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 46.

30 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de François de Laboulaye n° 1487/91, 21 mars 1963.

31 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 1608, 28 mars 1963.

32 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 2350, 2 mai 1963.

33 AN, Présidence de la République, carton 5 AGI 190, note du gouvernement soviétique au gouvernement français, 17 mai 1963.

34 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 46, papka n° 186, delo n° 14, 1963, note soviétique remise au gouvernement français, 20 mai 1963.

35 Pour les conséquences internationales de cette politique, voir M. Vaïsse, « La France et le traité de Moscou (1957-1963) », Revue d’histoire diplomatique, n° 1, 1993, p. 41-53.

36 Archives de l’Assemblée nationale, intervention devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale, procès-verbal du 25 juillet 1963, p. 653.

37 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 4479/ 85, 5 août 1963.

38 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 97, delo n° 18, 1963, lettre de Clément Perrot, maire de Vitry à Sergueï Vinogradov, 29 juillet 1963.

39 PCF : réunion du bureau politique le 29 août 1963, SEC/RL/RM, 30 août 1963, n° 1119.

40 Sur l’apparition, en 1963, d’une « Révolution dans la chose militaire », voir J.-C. Romer, La pensée stratégique russe au XXe siècle, op. cit., p. 47-48.

41 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1919, télégramme de Jean Laloy n° 5387/97, 29 juillet 1963.

42 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1921, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 1333, 29 août 1963.

43 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1926, télégramme de Maurice Dejean n° 1002/ 05, 25 février 1963.

44 N. Werth, Histoire de l’Union soviétique, op. cit., p. 442.

45 Sur les multiples causes et implications de cette affaire complexe, voir S. Courtois et M. Lazar, Histoire du Parti communiste français, op. cit., p. 312-318.

46 PCF, Gaston Plissonnier, carton n° 1, exposé général présenté au nom de la délégation du PCF par le camarade Waldeck Rochet, 1er avril 1963 à Moscou, lors de la rencontre avec les représentants du PCUS, SEC. GP. GU., 6 avril 1963.

47 PCF, Gaston Plissonnier, carton n° 1, compte rendu de la rencontre entre les délégations du PCF et du PCUS, 1er et 2 avril 1963.

48 Ibid.

49 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1926, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 1027, 25 juin 1963.

50 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1920, télégramme de Maurice Dejean n° 3455/ 56,1er juillet 1963.

51 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 3755/ 57, 15 juillet 1963.

52 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1921, télégramme de Maurice Dejean n° 5271, 16 septembre 1963.

53 Sur toutes les étapes de ce processus, voir M. Vaïsse, La grandeur, op. cit., p. 514-523.

54 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 20, entretien entre le général de Gaulle et Sergueï Vinogradov, 3 janvier 1964.

55 Ibid.

56 PCF : réunion du secrétariat le 21 janvier 1964, SEC. GP. GV., 25 janvier 1964, n° 1159.

57 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 381/82, 22 janvier 1964.

58 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1921, Télégramme de Maurice Dejean n° 436/ 444, 28 janvier 1964.

59 D. Mongin, « Aux origines du programme atomique militaire français », Matériaux pour l’histoire de notre temps, avril-juin 1993, n° 31, p. 18.

60 J.-L. Van Regemorter, La Russie et le monde au xxe siècle, op. cit., p. 124.

61 Sur la corrélation entre les phases de croissance soviétique et l’augmentation des échanges avec les pays occidentaux, voir M.-P. Rey, « L’URSS et l’Europe occidentale de 1956 à 1975 : de l’ignorance méfiante à la coopération », Relations internationales, été 1995, n° 82, p. 237-249. Marie-Pierre Rey relativise l’importance de ces échanges. En effet, en 1960, les échanges germano-soviétiques représentent 2,8 % des échanges extérieurs soviétiques, les échanges britanno-soviétiques 2,7 % et les échanges franco-soviétiques 1,8 %.

62 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1916, extrait cité et commenté dans une dépêche très fouillée de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville au sujet de l’URSS et l’Europe occidentale n° 1179, 22 juillet 1963.

63 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1917, note de l’ambassade de France à Moscou sur les positions théorique et pratique de l’URSS vis-à-vis du Marché commun, 26 avril 1963.

64 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1916, télégramme de Roland de Margerie n° 4951/56,11 juillet 1963.

65 Ibid.

66 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1937, rapport d’activité de l’ambassade de France à Moscou, janvier 1964.

67 Un mois plus tard, l’intervention de Nathalie Sarraute est publiée : « Pourquoi des formes nouvelles en littérature ? Le romancier recherche une réalité inconnue », Le Monde, 21 septembre 1963.

68 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1906, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 1324, 22 août 1963.

69 Ibid., lettre manuscrite de Jacques Lecompt à Isabelle Esmein, 16 août 1963.

70 Ibid.

71 PCF, polex, carton n° 1, lettre de Gaston Plissonnier au Comité central du PCUS, 14 février 1964.

72 ALAP, carton n° 13 Z 113, lettre de Georges Soria à Charles Aznavour, 13 janvier 1964.

73 Ibid., lettre de G. Soria à M. Marquet, 23 janvier 1964.

74 Le tour de chant compte 29 titres. En première partie : Il viendra ce jour, Le palais de nos chimères, Bon anniversaire, Comme des étrangers, J’ai perdu la tête, Qui, Sylvie, Sa jeunesse, Plus heureux que moi, L’amour et la guerre, Je m’voyais déjà, L’amour c’est comme un jour, Tu exagères, Il faut savoir et Alléluia. En seconde partie : Parce que, J’ai tort, Si tu m’emportes, Tu n’as plus (de jeunesse), Je t’attends, Les deux guitares, Trousse-chemise, J’aime Paris au mois de mai, Et pourtant, For me... formidable, Tu te laisses aller, Les comédiens et Pour faire un jam.

75 France-Soir, 12 mars 1964.

76 Max Léon, « De Moscou à Erivan avec Charles Aznavour », Humanité-Dimanche, 15 mars 1964.

77 « Pas d’argent mais du caviar », Paris-Jour, 29 février 1964.

78 A. et B. Réval, Gilbert Bécaud, Jardins secrets, Paris, France-Empire, 2001, p. 96-97.

79 ALAP, carton n° 13 Z 307, télégramme de Georges Soria à Mme Fourtseva, 26 juin 1963.

80 Ibid., carton n° 13 Z 29.

81 Les Spectacles Lumbroso organisent les tournées théâtrales suivantes en URSS : Cirque français, Ballet de l’Opéra de Paris (1958), Orchestre national (1959), le Vieux colombier pour L’alouette d’Anouilh et La Guerre de Troie n’aura pas lieu de Giraudoux, Cirque français (1960), Marie Bell et sa compagnie pour Phèdre et Bérénice, le TNP (1961), la Compagnie Renaud/ Barrault pour Les Fausses confidences de Marivaux et Les Nuits de la colère de Salacrou (1962), le Théâtre de la cité de Villeurbanne pour Tartuffe, Georges Dandin et Les trois mousquetaires (1963) et la Comédie française avec Andromaque et Le Mariage de Figaro.

82 Pour une vision d’ensemble du commerce bilatéral, voir M.-P. Rey, « La détente franco-soviétique et les relations économiques et financières, 1960-1974 », Études et Documents, V, 1993, p. 307-335.

83 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1913, les pourcentages indiqués dans ce paragraphe ont été calculés à partir des tableaux du commerce des pays de l’Ouest avec l’URSS. Les pourcentages ont été calculés à partir de masses monétaires exprimées en millions de francs.

84 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 96, delo n° 9, 1963, compte rendu de la rencontre entre Dejean et Zorine (15 mars) n° 624, 18 mars 1963.

85 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 96, delo n° 3, 1963, lettre du conseiller économique de l’ambassade de France à Moscou au ministre soviétique de la Marine marchande, 22 février 1963.

86 Le professeur-docteur Liass et le candidat ès sciences techniques Borsouk.

87 Académie François Bourdon, dossier 01 L 0023, lettre de M. Le Borgne, ingénieur principal de la CAFL à M. Collas.

88 Ibid., compte rendu de mission de J. Le Borgne, 19 mars 1964.

89 Ibid., lettre de la CAFL à la SFAC au sujet des conditions et plafonds des négociateurs, 28 avril 1964.

90 Ibid., Rapport de la mission du 7 au 15 mai 1964 pour la SFAC, non daté.

91 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, dépêche de François de Laboulaye à Maurice Couve de Murville n° 452, 10 mars 1964.

92 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, note du service d’Europe orientale au sujet des déclarations de M. Pompidou, 8 janvier 1964.

93 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 20, entretien entre le général de Gaulle et Sergueï Vinogradov, 3 janvier 1964.

94 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1931, compte rendu de l’entretien du 27 janvier entre Valéry Giscard d’Estaing et Nikita Khrouchtchev, 30 Janvier 1964. Les extraits suivants proviennent de cet entretien.

95 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 271, télégramme n° 1226, 27 janvier 1964.

96 Ibid., télégramme n° 1302, 28 janvier 1964.

97 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 48, papka n° 99, delo n° 7, 1964, compte rendu de l’entretien entre Léonid Brejnev et Philippe Baudet, 21 mars 1964.

98 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 46, papka n° 186, delo n° 15, 1963, lettre de Max Brusset à Sergueï Vinogradov, 7 février 1963.

99 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 97, delo n° 18, 1963, lettre de Jacques Chaban-Delmas à I. Kairov, 8 février 1963.

100 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 96, delo n° 3, 1963, lettre de Max Brusset à Maurice Dejean, 21 mars 1963. Comment une telle lettre peut-elle se retrouver dans les archives diplomatiques soviétiques ? Il n’est pas impossible que Max Brusset en ait envoyé une copie à Sergueï Vinogradov.

101 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 97, delo n° 18, 1963, compte rendu de l’entretien entre Maurice Dejean et V. Grybâkov n° 230/Ieo, 12 avril 1963.

102 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 96, delo n° 9, 1963, compte rendu de l’entretien entre Max Brusset et Zorine, 29 avril 1963.

103 Ibid.

104 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 47, papka n° 97, delo n° 18, 1963, lettre de remerciements de P. Mainguy à Valerian Zorine, 8 mai 1963.

105 D. Lefebvre, Guy Mollet, op. oit., p. 390-396.

106 PCF, Gaston Plissonnier, carton n° 1, rapport adressé par le PCUS au bureau politique du PCF au sujet du voyage de la délégation SFIO en URSS, 1963, sans références.

107 Ibid.

108 Ibid.

109 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Philippe Baudet n° 3725, 16 juillet 1964.

110 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 48, papka n° 100, delo n° 16, 1964, lettre de Jeannette Thorez-Vermeersch à Nikita Khrouchtchev, 1er août 1964.

111 Ibid.

112 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1927, télégramme de Philippe Baudet n° 3905, 1er août 1964.

113 PCF : réunion du bureau politique le 6 août 1964, SEC. GP/FL., 7 août 1964, n° 1209.

114 Ibid., réunion du bureau politique le 28 août 1964, SEC. RL. GV., 29 août 1964, n° 1215.

115 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1927, télégramme de Philippe Baudet n° 4424, 9 septembre 1964.

116 Ibid., télégramme de Philippe Baudet n° 4957-65,14 octobre 1964.

117 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 19, note de Nikita Khrouchtchev, 31 décembre 1963.

118 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1931, note du service d’Europe orientale sur la politique de l’URSS à l’égard de la France 1963-1964, 2 mars 1964.

119 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 20, télégramme adressé aux principaux postes, 24 février 1964.

120 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 275, télégramme au départ n° 2445, 20 février 1964.

121 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 48, papka n° 100, delo n° 13, 1964, composition de la délégation et journal de la visite.

122 MAE, secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 20, compte rendu de l’entretien entre Nikolaï Podgorny et le général de Gaulle, 2 mars 1964.

123 Ibid.

124 « Rapprochement franco-soviétique ? », Le Monde, 1er-2 mars 1964.

125 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1916, télégramme de Philippe Baudet n° 4205/4208, 20 août 1964.

126 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1903, note du service d’Europe orientale, 22 août 1964.

127 G. Palewski, Mémoires d’action 1924-1974, Paris, Plon, 1988, p. 285-286.

128 MAE, Europe, URSS 1961-1965, carton n° 1930, schéma d’intervention du ministre d’État au Conseil des ministres du 21 octobre 1964 au sujet de son voyage en URSS.

129 MAE, Europe, URSS 1961-1965, carton n° 1930, schéma d’intervention.

130 Archives du PCF, décisions du Bureau politique, 16 octobre 1964.

131 La comparaison avec des lettres de Waldeck Rochet ne laisse pas de doute.

132 Archives du PCF, carton G. Plissonnier, n° 1. Sauf mention spéciale, les citations entre guillemets de cette première partie ont toutes cette origine.

133 Archives nationales, Présidence de la République, 5 AGI 190, message de Mikoyan, 27 octobre 1964 et réponse du général de Gaulle, 29 octobre 1964.

134 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 23, mémorandum remis par Sergueï Vinogradov au général de Gaulle, 25 janvier 1965.

135 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 24, compte rendu de l’entretien entre Valerian Zorine et Maurice Couve de Murville, 12 avril 1965.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search