Version classiqueVersion mobile

Double détente

 | 
Thomas Gomart

Une détente grippée

Chapitre XII. Le temps des crises (août 1961-janvier 1963)

Texte intégral

1Les parcours de Georges Nivat et Rudolf Nureïev soulèvent l’insoluble question des rapports entre destins individuels et décisions politico-diplomatiques. Sans se résigner au fatalisme, il semble bien que les individus subissent ces décisions plus qu’ils ne les inspirent, même si des actes individuels, comme celui de Rudolf Noureev, contrarient, parfois, le cours des choses. En temps de guerre, il est fréquent de s’interroger sur les répercussions individuelles d’une décision politico-diplomatique. Qu’en est-il en temps de guerre improbable ? Sans prétendre apporter de réponse théorique, pourquoi ne pas rechercher des éléments de réponse empiriques en examinant, à plus petite échelle, les relations franco-soviétiques après avoir rappelé qu’aucun différend territorial n’oppose les deux pays, à l’exception de quelques verstes au nord de Berlin...

  • 1 A.-M. Le Gloannec, Un mur à Berlin, Bruxelles, Éditions Complexe, 1985, p. 20.
  • 2 G.-H. Soutou, La guerre de cinquante ans, op. cit., p. 395.
  • 3 Ibid., p. 394.
  • 4 R. Girault, R. Frank et J. Thobie, La loi des géants 1941-1964, op. cit., p. 292.

2La construction du mur de Berlin constitue l’épicentre des relations franco-soviétiques au cours de la période. Sur le sismographe qui les représenterait, elle correspondrait à un pic vertigineux. Et pourtant, le gouvernement français ne réagit pas officiellement. D’une certaine manière, le mur clôt la crise de Berlin, il apparaît essentiellement « comme un facteur de stabilisation »1 et provoque le soulagement des dirigeants occidentaux. Compte tenu de l’importance de cet événement, on peut s’étonner de « cette passivité occidentale »2, qui montre à quel point les chancelleries occidentales considèrent le mur comme « un moindre mal »3, mais on peut aussi y voir la fixation des « limites extrêmes du jeu diplomatique en période de dissuasion nucléaire »4. Le mur a trois conséquences immédiates : il entérine de facto la reconnaissance de la division allemande en deux systèmes politiques opposés, il symbolise à lui seul la confrontation Est-Ouest et, enfin, il ouvre une phase de haute tension internationale qui ne retombe qu’avec le dénouement de la crise de Cuba.

3Le cours des relations entre la France et l’URSS subit ces crises. De quelle manière les deux pays utilisent-ils cette violence retenue et ce cataclysme potentiel pour défendre leurs propres intérêts vis-à-vis de leurs alliés respectifs ? Les crises de Berlin et de Cuba ne sont pas les seules à affecter les relations entre Paris et Moscou, mais elles demeurent emblématiques de la confrontation des blocs et du risque d’escalade. Elles occultent d’autres dossiers, comme la reconnaissance du GPRA par Moscou qui va pourtant provoquer un rappel d’ambassadeurs, les progrès de la construction européenne qui agacent les Soviétiques, ou le rapprochement franco-allemand qui les inquiète. Ces trois dossiers ne sont d’ailleurs pas sans connections avec les deux crises majeures. Il importe dès lors de mesurer leur intensité respective et de se pencher sur les sorties de crises afin d’examiner l’état des relations franco-soviétiques en janvier 1963. Se trouve-t-on alors devant un champ de ruines ou observe-t-on la subsistance d’un maillage bilatéral qui résisterait à presque tout ? Le combat intellectuel auquel les deux pays se livrent aboutit peut-être, sous la pression des menaces croisées, à un sentiment d’appartenance à une même communauté de destin.

Deux crises de haute intensité

  • 5 F. Bozo, La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 42.

4Relier les crises de Berlin et de Cuba illustre assez bien la différence de puissance qui existe entre l’Union soviétique et la France ainsi que l’importance croissante du fait nucléaire dans la conduite de leurs politiques étrangères. Au cours de la première crise, les deux pays sont directement parties prenantes, à ceci près que la France ne dispose pas encore de capacités nucléaires opérationnelles. Au cours de la seconde, la France doit se contenter d’apporter un soutien sans faille aux États-Unis. Entre les deux, la France a poursuivi son effort nucléaire, tout en critiquant le projet de riposte graduée présenté par Robert McNamara (mai 1962), qui « tend à rehausser le seuil de recours à l’arme atomique et donc à nuire à la dissuasion »5. Relier les deux crises revient simplement à rappeler que l’URSS est une superpuissance et que la France est une puissance européenne en quête de doctrine nucléaire.

Murer Berlin

5Profitant de l’ascendant qu’il pense avoir pris sur John Kennedy lors de leur rencontre de Vienne (juin 1961), Nikita Khrouchtchev reprend l’offensive à Berlin en agitant, à nouveau, la menace d’un traité de paix séparé avec la RDA. Le ton des notes soviétiques traduit sa détermination. Le dénouement de la crise enclenchée en novembre 1958 semble proche. Cette nouvelle offensive provoque un resserrement de la cohésion occidentale : diplomates, experts et militaires planifient de nombreux scénarios. Au sein de cette coopération multilatérale, la France occupe une position particulière car, depuis le départ, le général de Gaulle oppose la plus grande fermeté aux manœuvres soviétiques en ayant conscience de jouer la crédibilité de sa politique allemande.

  • 6 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, note n° 1282 (...)
  • 7 H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 222-226.

6Début juin, une note, remise à Maurice Dejean, condamne les provocations ouest-allemandes à Berlin en estimant qu’elles font planer une menace sur la paix et la stabilité en Europe centrale6. La tension s’accentue très sensiblement au cours du mois suivant. John Kennedy adopte, à son tour, une attitude très ferme (exprimée le 25 juillet) en rejetant l’ultimatum, en annonçant des mesures militaires et en se déclarant prêt à défendre Berlin. Plus profondément, le flot quotidien de réfugiés en provenance du secteur soviétique ne cesse de croître. Début août, un groupe d’experts occidentaux se réunit à Paris, rejoint, le 6 août, par les quatre ministres des Affaires étrangères : Dean Rusk, Douglas Home, Maurice Couve de Murville et Heinrich von Brentano. Les discussions portent sur une éventuelle négociation et sur les dispositions à prendre7. De leur côté, les Soviétiques ne font rien pour détendre l’atmosphère, notamment vis-à-vis des Français, en menaçant d’exploiter la crise au plan médiatique. Le 3 août, Andreï Gromyko remet une note à Maurice Dejean et lui annonce qu’elle sera publiée le lendemain. Il informe également Maurice Dejean que :

  • 8 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, compte rendu (...)

« Désormais les documents des puissances occidentales seront publiés dans la presse soviétique dans un volume égal aux documents soviétiques publiés par la presse des pays occidentaux.
L’ambassadeur a répondu qu’il allait immédiatement informer son gouvernement de la note reçue.
La rencontre a continué cinq minutes »8.

En dépit de leurs efforts, les ministres des Affaires étrangères américain, britannique et français peinent à trouver une position commune. Les autorités françaises se font un principe de refuser toute négociation avec les Soviétiques sur ce dossier, quel qu’en soit le cadre.

  • 9 H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 227.

7L’annonce de la construction du mur provoque la stupeur des Occidentaux, qui avaient envisagé toutes les formes d’offensive possibles de la part des Soviétiques, mais ne s’étaient jamais imaginé qu’ils opteraient pour une telle mesure défensive et feraient le choix de verrouiller leur propre territoire : « Il faut l’avouer : nous avions tout prévu, sauf le mur »9. Cette décision ne provoque aucune réaction, à l’exception d’une timide note de protestation des trois gouverneurs militaires occidentaux de la ville à leur homologue soviétique. Des mesures militaires sont prises à titre préventif, car il n’est à aucun moment question de réagir. Cette apparente indifférence occidentale inquiète, à juste titre, les Allemands de l’Ouest. L’absence de réaction montre aux Européens que les États-Unis ne prendraient pas le risque de recourir à l’arme nucléaire pour les défendre. Dur enseignement, qui renforce la conviction du général de Gaulle de disposer, au plus vite, d’une force de dissuasion opérationnelle. En ce sens, la crise de Berlin accélère l’élaboration de la doctrine d’emploi nucléaire. Sur le terrain, la situation n’évolue guère si ce n’est pour les candidats au départ. Le statu quo né de la guerre se fige dans la pierre.

8Pour certains, dont Henri Froment-Meurice, l’intransigeance du général de Gaulle sur Berlin, comme son refus définitif de négocier, s’expliqueraient par son sens de la manœuvre qui n’aurait pas pour objectif d’insuffler un esprit de résistance à ses alliés, mais plutôt de s’imposer comme le seul partenaire réellement fiable et loyal de Bonn. Fin août, le général de Gaulle adresse à Michel Debré et à Maurice Couve de Murville des instructions en trois points : stopper la surenchère avec les Soviétiques en limitant, pour un temps, les contacts avec eux, poser des conditions précises à toute nouvelle réunion des quatre ministres occidentaux des Affaires étrangères et, enfin, ne pas s’associer à une éventuelle ouverture américaine en direction des Soviétiques :

  • 10 FNSP, Fonds Couve de Murville, carton CM 7, note du général de Gaulle pour le Premier ministre et l (...)

« 1° – Il est bon qu’on ne fasse aucune réponse à la note soviétique du 3 août.
2° – On peut accepter et publier que les ministres des Affaires étrangères américain, britannique et français se réuniront à Washington en septembre, sans en dire plus.
Mais, en ce qui concerne la participation de M. von Brentano, il ne faut pas qu’elle apparaisse comme naturellement organique. Dire, par exemple, après la réunion des Trois : “Le Ministre des Affaires Étrangères de la République Fédérale allemande y sera consulté” ou, au maximum, “y sera invité”.
Ne pas mentionner l’Assemblée des Nations Unies à ce sujet. Cela donnerait un parfum fâcheux au projet de réunion. Quant à la date, mieux vaudrait plus tôt que le 14 septembre.
3° – Nous ne devons nous laisser mentionner à aucun titre et d’aucune façon dans un communiqué que feraient les Américains pour annoncer leur essai “d’exploration”. C’est exclusivement leur affaire »10.

9Le général de Gaulle observe une attitude empreinte de prudence, sinon d’hostilité, à l’égard d’éventuelles démarches en direction des Soviétiques. Maurice Couve de Murville ne participe pas à l’Assemblée générale des Nations unies. Pour de Gaulle, il faut avant tout ne pas céder sur l’essentiel, c’est-à-dire sur le statut de Berlin et l’avenir de l’Allemagne. Il ne perd à aucun moment de vue que l’objectif ultime reste l’ancrage occidental et, si possible, français de l’Allemagne. Par conséquent, tout doit être entrepris pour empêcher l’amorce d’une neutralisation.

  • 11 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1915, télégramme de Maurice Dejean n° 4737/ 39, 31 août 19 (...)
  • 12 SHAT, série T, carton 10 T 441, note du colonel Guibaud n° 141/S, 13 septembre 1961.

10En annonçant la reprise de leurs essais nucléaires, le 29 août, les Soviétiques envoient un signal stratégique sans équivoque aux Occidentaux dont l’attitude fait naître à leurs yeux une menace qu’ils sont prêts à combattre. Cette annonce s’accompagne d’une intense campagne de propagande intérieure, visant à mobiliser les masses derrière des slogans qui dénoncent la menace occidentale en appelant à un renforcement du potentiel défensif de l’URSS11. La mission militaire française remarque ce changement d’ambiance ainsi qu’une préoccupation croissante de la population au sujet de Berlin, courant septembre12.

  • 13 C. de Gaulle, Discours et messages III, Avec le renouveau, Paris, Plon, 1970, conférence de presse (...)

11Dans ce contexte de haute tension, le général de Gaulle se tourne, lui aussi, vers son peuple. Au cours d’une conférence de presse (5 septembre 1961), il expose son analyse de la crise et se demande pourquoi les Soviétiques ont subitement assorti leurs exigences sur Berlin de menaces d’affrontement. Il s’interroge ensuite sur la nature de cette crise provoquée et entretenue par Moscou et poursuit en insistant sur la nature totalitaire du régime soviétique. Il assure que les Occidentaux sont prêts à rendre coup pour coup, avant d’exprimer l’inanité absolue d’un affrontement généralisé par une formule qui fait mouche : « À quoi bon régner sur des morts ! »13. Revenant à des considérations stratégiques, il envisage, en vieux militaire, les différentes hypothèses d’affrontement :

  • 14 Ibid.

« Il est vrai, je le répète, que, localement, à Berlin, l’action de force qui serait engagée pourrait procurer aux Soviets quelque avantage parce qu’il serait évidemment difficile aux puissances occidentales d’agir de si loin sur le sol et dans le ciel de l’ancienne capitale allemande. Mais les Occidentaux pourraient fort bien riposter sur les mers et dans les ciels du monde que parcourent des navires ou des avions soviétiques qui, eux aussi, seraient loin de leurs bases »14.

  • 15 Ibid.

12Après cette menace clairement exprimée, le général de Gaulle conclut son analyse de la situation en affirmant que la France ne croit pas à l’opposition éternelle des blocs et en lançant un appel à la détente avant d’évoquer l’exigeante amitié franco-soviétique15.

13Cette conférence de presse du général de Gaulle suscite de vives réactions en Union soviétique. Nikita Khrouchtchev y répond dans un discours prononcé à Stalingrad cinq jours plus tard. Recourant aux images, le Premier soviétique affirme que le président français prend ses rêves pour des réalités et se fait un plaisir de rappeler que la France, au même titre que la RFA ou la Grande-Bretagne, est un pays beaucoup plus vulnérable que l’URSS :

  • 16 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1915, télégramme de Maurice Dejean n° 5000, 11 septembre 1 (...)

« Mais alors, il faut demander au président de la France de dire ce sur quoi il a gardé le silence, que restera-t-il donc de son pays si les impérialistes plongent le monde dans la guerre ? Pourtant, le président de Gaulle est un militaire et il sait bien qu’il n’est pas possible d’anéantir un pays aussi immense que l’Union soviétique, mais que la France, comme l’Allemagne de l’Ouest, l’Angleterre et d’autres pays qui ont une population dense, des villes et des centres industriels très importants, concentrés sur un petit territoire, que ces pays ne survivraient pas à une guerre thermo-nucléaire »16.

  • 17 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, note du service d’Europe orientale, 21 septembre 196 (...)

14Ce dialogue à distance éloigne encore un peu plus les deux hommes des entretiens de Rambouillet. La presse soviétique critique vivement l’intervention du général de Gaulle. Les Izvestia considèrent qu’elle n’est « qu’une propagande de mauvaise qualité »17.

  • 18 H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 231.

15Au cours de l’automne 1961, le général de Gaulle refuse de s’associer aux démarches américaines et continue à défendre une ligne intransigeante à l’égard des Soviétiques au moment où Dean Rusk et Douglas Home s’entretiennent avec Andreï Gromyko. Au Quai d’Orsay, plusieurs démarches sont tentées pour concilier les positions avec les Alliés. Mais le général de Gaulle gère la crise presque seul et donne des instructions très précises à son ministre. Henri Froment-Meurice remarque, avec amertume, que le traitement de la crise par les présidents américain et français diffère profondément. Le premier s’entoure de ministres, conseillers et diplomates pour suivre son évolution heure par heure alors que le second demeure inaccessible : « Il n’y a qu’une lourde pesanteur qui attire tout vers l’Élysée où les choses tombent dans une bizarre magie »18. Le général de Gaulle continue à refuser toute forme de négociation. À Serguéï Vinogradov, venu lui faire part de ses impressions à l’issue du XXIIe congrès du PCUS (17 au 31 octobre), il oppose une fin de non-recevoir :

  • 19 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 15, entretien du général de Ga (...)

« Aucune négociation n’est possible, concernant Berlin, tant que l’URSS adoptera les méthodes qui sont les siennes, c’est-à-dire celles du fait accompli... »19

16Les communistes français prennent, quant à eux, fait et cause pour les Soviétiques. À la veille de la construction du mur, ils critiquaient déjà vivement les orientations prises par le général de Gaulle :

  • 20 PCF : réunion du bureau politique le 10 août 1961, SEC. GP/FL, 10 août 1961, n° 911.

« Dénoncer avec force le caractère antinational de la politique allemande du pouvoir gaulliste qui se place à la pointe de la campagne antisoviétique actuelle, s’oppose à toute véritable négociation pour régler le problème du traité de paix et de Berlin-ouest comme le plus ferme allié des revanchards d’outre-Rhin »20.

Fin août, le bureau politique justifie les mesures prises par les Soviétiques et décide d’organiser une grande campagne d’explication en direction des masses :

  • 21 Ibid., réunion du bureau politique le 31 août 1961, SEC. GP/FL, 1er septembre 1961, n° 916.

« – Considérer que devant la gravité de la situation internationale et les dangers que les impérialistes font courir à la cause de la paix il était nécessaire pour l’URSS de prendre des mesures pour renforcer ses moyens de défense, assurer sa sécurité, consolider les positions du camp socialiste et sauvegarder la paix...
– Entreprendre une grande campagne d’explication dans les masses en rappelant les efforts de l’URSS pour le désarmement et la solution pacifique des problèmes internationaux en suspens »21.

Des instructions sont données par le secrétariat pour continuer à critiquer les positions gouvernementales :

  • 22 Ibid., réunion du secrétariat le 17 octobre 1961, SEC. GP. GV., 20 octobre 1961, n° 929.

« – Concernant le problème allemand, montrer que les propositions de l’URSS pour le règlement de la question allemande ne sont pas seulement conformes à ses intérêts, mais qu’elles sont conformes à l’intérêt de la paix et à l’intérêt national français...
– Poursuivre notre critique des positions de De Gaulle, qui est le plus opposé à la négociation, et revenir sur la responsabilité qui repose sur le peuple français »22.

  • 23 La délégation du PCF se compose de : Maurice Thorez, Waldeck Rochet, Raymond Guyot, Jeannette Verme (...)
  • 24 Entretien avec Jean Noiville, 13 février 1996.

17Parallèlement, le groupe dirigeant prépare sa participation au XXIIe congrès du PCUS23. Berlin aggrave sans conteste la confrontation Est-Ouest, mais, quatorze mois plus tard, la crise de Cuba porte la tension entre les deux camps à son paroxysme. Même si la France n’est pas directement concernée par la crise de Cuba, les diplomates français suivent son déroulement avec la plus vive inquiétude, comme se souvient Jean Noiville : « Cuba, c’est la plus grande peur de ma vie diplomatique. Berlin a présenté moins de risques car la crise s’est étalée dans le temps »24.

La frayeur cubaine

  • 25 M. Vaïsse, « Une hirondelle ne fait pas le printemps, La France et la crise de Cuba », dans M. Vaïs (...)

18Les étapes de la crise de Cuba sont aujourd’hui bien connues en raison notamment de la déclassification des archives américaines. Tout au long de l’été 1962, la collaboration franco-américaine en matière de renseignement fonctionne. Le soutien sans faille apporté par le général de Gaulle à John Kennedy contraste avec son attitude au moment de Berlin. Cette loyauté indéfectible à la veille du choc : « C’est le contre-exemple, la preuve de la solidarité du général de Gaulle à l’égard de l’alliance atlantique »25. En soutenant ainsi les États-Unis contre une menace soviétique qui se situe à leur porte, le général de Gaulle conserve la cohérence de ses positions. Quoi qu’il en coûte, il faut tenir aux Soviétiques le langage de la fermeté et agir en conséquence.

19Les diplomates français suivent l’évolution de la crise avec anxiété d’autant plus qu’à la différence de la crise de Berlin, ils sont davantage spectateurs qu’acteurs. Isabelle Esmein se souvient de l’atmosphère :

  • 26 Entretien avec Isabelle Esmein, 20 mars 1996.

« Il y avait une véritable atmosphère de crise dans tout le ministère. Nous avons été soulagés quand nous avons vu que Kennedy restait ferme »26.

  • 27 M. Vaïsse, « Une hirondelle ne fait pas le printemps, La France et la crise de Cuba », op. cit., p. (...)
  • 28 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1918, télégramme du général de La Ruelle n° 919/S, 17 octo (...)

Les renseignements dont disposent les autorités françaises sont contradictoires. Elles sont informées par leur ambassadeur et leur attaché militaire de l’installation de rampes de lancement dès le mois d’août27. Deux mois plus tard, l’attaché militaire à Moscou annonce une possible prochaine rencontre entre John Kennedy et Nikita Khrouchtchev en se basant sur des propos tenus par Adjoubeï, qui aurait déclaré que « le principe de la rencontre est admis des deux côtés »28. À quatre jours du dénouement final, le Centre d’exploitation du renseignement du SGDN (Secrétariat général de la Défense nationale) n’exclut toujours pas l’éventualité selon laquelle les services de sécurité américains auraient pu être victimes d’une intoxication :

  • 29 SHAT, série Q, carton 9 Q3 50, fiche du SGDN, centre d’exploitation du renseignement n° 0370/DN/CER (...)

« Sans vouloir le moins du monde mettre en doute la sincérité des services spéciaux américains ni l’authenticité des photographies aériennes présentées par le président Kennedy à l’appui des mesures prises par les États-Unis dans l’affaire de Cuba, l’hypothèse d’une provocation soviétique demeure (...).
On peut donc parfaitement supposer que les services spéciaux américains aient été « intoxiqués » par les services soviétiques, cependant que des travaux et des fusées factices aient complété cette intoxication à l’usage des interprétations photographiques de la reconnaissance aérienne des États-Unis.
Une telle intoxication avait d’autant plus de chances d’aboutir que les États-Unis se trouvent hyper-sensibilisés par le problème de Cuba et la campagne électorale »29.

20Ce type de document est intéressant pour deux raisons. Tout d’abord, il révèle une flagrante erreur d’analyse de la part du Centre d’exploitation du renseignement alors que la crise est toute proche du dénouement. Ensuite, il montre à quel point le décideur doit se méfier des analyses fournies par ses services, dits de renseignement, tant celles-ci sont faillibles. Autrement dit, il ne peut fonder son analyse et sa décision uniquement sur des données de cette nature. Il doit les insérer dans une prise en compte globale de la situation, c’est-à-dire dans une analyse politico-diplomatique. Cette analyse, le général de Gaulle la délivre au chancelier Adenauer dans une lettre en date du 26 octobre :

  • 30 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 17, lettre du général de Gaull (...)

« (...) L’affaire de Cuba est, à nos yeux, de la plus grande importance possible. D’abord, elle marque, pour la première fois, du côté des États-Unis un sursaut élémentaire de sécurité, dès lors que la menace est dirigée directement contre eux depuis un territoire de l’hémisphère américain. Un tel sursaut peut être salutaire »30.

Le général de Gaulle souligne les conséquences européennes de Cuba. Même s’il considère « l’affaire du blocus de la mer des Caraïbes comme spécifiquement américaine », il insiste sur l’obligation de renforcer sa cohésion occidentale devant les risques d’escalade :

  • 31 Ibid.

« Mais évoquant le cas où la crise viendrait à intéresser l’état de choses existant en Europe (et, notamment, à Berlin), nous faisons connaître que, dans ce cas et dans ce domaine, l’alliance atlantique serait notre ferme et inébranlable politique »31.

21De son côté, le PCF relie Cuba à des questions de politique intérieure : l’attitude du général de Gaulle fournit autant d’arguments pour voter non au référendum sur l’élection au suffrage universel du président de la République :

  • 32 PCF : réunion du bureau politique le 25 octobre 1962, SEC. GP. GV, 26 octobre 1962, nû 1037.

« – L’Union soviétique, tout en faisant preuve d’une grande fermeté, fait tout pour empêcher un conflit armé.
– De Gaulle appuie et encourage les impérialistes américains dans la voie de l’agression.
– Développer une vigoureuse campagne pour la défense de Cuba, et lutter pour obliger le gouvernement américain à abandonner ses mesures d’agression »32.

22La crise de Cuba renforce le général de Gaulle dans l’idée que les Soviétiques ne veulent pas la guerre, comme il en était convaincu depuis Berlin. Dans le prolongement de son analyse de la crise de Berlin, il tire deux conclusions de cette conviction : la nécessité de se doter au plus vite de moyens nucléaires opérationnels et de renforcer l’axe Paris-Bonn autour duquel la construction européenne est appelée à se structurer. C’est ce dernier point qui affecte le plus les relations franco-soviétiques.

Profonde dégradation de la relation bilatérale

23La dégradation brutale des relations franco-soviétiques, à partir du second semestre 1961, ne s’explique pas seulement par les crises de Berlin et Cuba. Des facteurs endogènes y contribuent également. En effet, le développement des relations entre Paris et Moscou butte sur des obstacles récurrents. Autrement dit, la confrontation Est-Ouest entraîne une forme de rétorsion bilatérale : l’intransigeance française à propos de Berlin, exprimée dans le cadre de cette confrontation, provoque, presque simultanément, des attaques soviétiques sur l’Algérie. Les tensions supra-étatiques sont transformées et réutilisées au niveau inter-étatique.

L’exploitation de l’Algérie

  • 33 SHM, carton n° 3 BB7 31, compte rendu de voyage du général Mondain n° 639/S, 21 décembre 1960.

24Dès que le climat se dégrade entre Paris et Moscou, les Soviétiques accentuent leur pression sur le dossier algérien. Pour ce faire, ils affectionnent le cadre onusien qui leur permet à la fois d’isoler la France et de satisfaire les non-alignés. En bonne logique, Andreï Gromyko prononce une intervention virulente contre l’attitude de la France à l’égard du Sahara aux Nations unies (26 septembre 1961). Pour le ministre soviétique des Affaires étrangères, le Sahara est indissociable du reste de l’Algérie. Cette exploitation récurrente du colonialisme français agace au plus au point les autorités françaises, qui savent bien que ces critiques dégradent l’image de leur pays et affaiblissent leur position aux yeux de la communauté internationale. Elles échafaudent des plans pour contrer les Soviétiques sur leur propre terrain, c’est-à-dire en dénonçant, de manière plus ou moins ouverte, l’implacable impérialisme que Moscou exerce sur ses républiques musulmanes33.

25En novembre 1961, 800 à 1 000 personnes manifestent en dénonçant la présence française en Algérie :

  • 34 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 6695/ 97, 17 novembr (...)

« [En] poussant des cris hostiles à l’égard de la France et de son gouvernement et brandissant des pancartes couvertes d’inscriptions injurieuses et diffamatoires pour les autorités françaises et notamment pour le chef de l’État. Au surplus, les manifestants ont lancé contre l’immeuble de l’ambassade divers projectiles (pierres, encriers) qui ont brisé une dizaine de vitres »34.

  • 35 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, note d’A. So (...)
  • 36 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 45, papka n° 178, delo n° 8, 1962, lettre d (...)
  • 37 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 640/42, 10 février 1 (...)

26Maurice Dejean remet une note de protestation au MID le lendemain de la manifestation35. À Paris, le 8 février 1962, une bombe provoque des dégâts dans un immeuble de la représentation soviétique, situé rue de Prony. Le Quai d’Orsay indemnise l’ambassade soviétique36, mais l’incident est exploité par la presse soviétique qui se demande si les autorités françaises contrôlent encore la situation sur leur territoire37.

27L’exploitation de la situation algérienne par les Soviétiques accélère la dégradation de la relation bilatérale déjà mise à mal par la crise de Berlin. La reconnaissance de jure par Moscou du GPRA (19 mars) intervient le lendemain de la signature des accords d’Évian (18 mars). Elle déclenche une crise diplomatique : Sergueï Vinogradov est convoqué à deux reprises (les 19 et 23 mars) par Maurice Couve de Murville qui lui rappelle sèchement que la France entend exercer sa souveraineté jusqu’à l’autodétermination. Maurice Dejean est convoqué au MID le 24 mars puis rappelé à Paris le jour même. Il rejoint Paris le 27 mars alors que Sergueï Vinogradov regagne Moscou quatre jours plus tard. Avant son départ, Maurice Dejean est une nouvelle fois convoqué au MID où on lui fait part des regrets de Nikita Khrouchtchev. En réalité, ce rappel d’ambassadeurs traduit la profonde dégradation de la relation bilatérale depuis le mois d’août 1961. Les diplomates français mettaient en garde leurs homologues soviétiques contre toute reconnaissance officielle du GPRA depuis plusieurs années. Par conséquent, la décision soviétique est clairement délibérée. L’exploitation de la situation algérienne s’additionne à une série de griefs. En bref, pour les autorités françaises, la coupe est pleine. Maintenant que le règlement de la question algérienne est une affaire de semaines, il est temps de dire aux Soviétiques que leur attitude vis-à-vis de la crise algérienne a toujours été partisane et subversive. Il est temps de leur dire qu’ils n’ont cessé d’utiliser l’Algérie comme vecteur de propagande. Ce rappel est également un moyen de leur faire comprendre qu’une époque s’achève et qu’une autre s’ouvre. Débarrassée du fardeau algérien, la France retrouve toute sa liberté d’action au plan international. Estimant que les gouvernements des démocraties populaires ne disposent d’aucune liberté en matière diplomatique, le gouvernement français n’adopte pas la même attitude vis-à-vis de ceux ayant aussi reconnu de jure le GPRA.

  • 38 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 1476, 28 ma (...)

28À Moscou, Jacques de Beaumarchais assure l’intérim. À la fin du mois de mars, la presse soviétique publie la déclaration du MID au sujet du rappel des ambassadeurs. Dans ce texte, le MID regrette cet incident et en attribue la responsabilité au gouvernement français38. Le PCF va plus loin que les autorités soviétiques en présentant le rappel des ambassadeurs comme un prétexte destiné à éviter la négociation de fond, c’est-à-dire sur la question allemande et le désarmement :

  • 39 Archives du PCF : réunion du secrétariat le 27 mars 1962, SEC. GP/PA., 30 mars 1962, n° 976.

« À la suite du rappel des ambassadeurs de Paris et de Moscou, continuer à montrer que le pouvoir gaulliste a pris prétexte de la reconnaissance du GPRA par l’URSS pour développer ses positions antisoviétiques et pour essayer de justifier sa politique de guerre froide, son refus de négocier sur le problème allemand et le désarmement »39.

  • 40 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 46, papka n° 93, delo n° 3, 1962, note du MID à (...)
  • 41 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 3318/ 22, 5 août 196 (...)
  • 42 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 46, papka n° 93, delo n° 7, 1962, note de l’amb (...)

29Au lendemain de la proclamation de l’indépendance algérienne (3 juillet), le MID adresse un message à l’ambassade de France dans lequel il exprime sa satisfaction devant le règlement de la question algérienne et rappelle que le gouvernement soviétique défendait la nécessité pour le peuple algérien, comme pour tous les peuples, d’accéder à l’indépendance40. Indépendance qui aboutit presque à une sorte de trêve entre Français et Soviétiques sur ce dossier. D’ailleurs, le retour des deux ambassadeurs à leur poste, fin juillet, passe inaperçu. Maurice Dejean estime que les autorités soviétiques ont commis une erreur en mars et qu’elles ont adopté par la suite une attitude très prudente vis-à-vis de l’Algérie. Elles accueillent le rétablissement des relations diplomatiques « avec une réelle satisfaction »41. Quelques incidents mineurs, plus ou moins directement en rapport avec la situation en Algérie viennent troubler cette trêve, comme l’attaque de la représentation de l’Intourist à Paris au mois d’octobre. Les Soviétiques protestent et demandent aux autorités françaises de « trouver et châtier les responsables »42. Plus fondamentalement, la diplomatie soviétique perd avec l’indépendance algérienne son terrain de prédilection pour affaiblir les positions françaises. Elle va devoir désormais concentrer ses attaques sur la construction européenne et le rapprochement franco-allemand, deux orientations qui la concernent, cette fois, au premier chef.

Extension du champ de la lutte

30L’idée selon laquelle le fardeau algérien pénalisait la France sur le plan international et empêchait le général de Gaulle de lancer sa grande politique se confirme dans le cadre franco-soviétique. Auparavant, la France était une ancienne puissance coloniale affaiblie et victime de sa propre histoire, qui essuyait critiques et attaques soviétiques sur l’Algérie. C’est désormais une puissance européenne de premier plan, nucléarisée et inspiratrice d’un mouvement historique empreint de modernisme et d’ouverture – la construction européenne – qui tient tête à l’Empire soviétique. Imperceptiblement, quelque chose change dans le ton de la politique extérieure française dans les mois qui annoncent et qui suivent l’indépendance algérienne : la fermeté fait place à l’assurance et la défensive à l’offensive.

31Dans le prolongement de la crise de Berlin, Moscou reprend l’offensive sur le terrain du désarmement. Les Soviétiques cultivent ce thème depuis longtemps dans l’espoir de désorganiser le dispositif occidental. L’acquisition de la force de frappe constitue l’objectif politique, diplomatique et militaire prioritaire du général de Gaulle. En atteignant dans les meilleurs délais cet objectif, il se donne les moyens de sa politique d’indépendance nationale. Fin 1961- début 1962, il adresse plusieurs signaux aux Américains dans cette direction.

  • 43 H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 236.

32Dans le même temps, le général de Gaulle demeure hostile à toute négociation sur Berlin avec les Soviétiques. En décembre, la réunion des quatre ministres alliés se solde par « un flop sensationnel »43. De Gaulle assimile les sondages américains en direction de Moscou à de la figuration. Il donne des instructions très précises à son ministre des Affaires étrangères pour que les diplomates français ne s’y commettent pas. Instructions qui sonnent comme un rappel à l’ordre :

  • 44 FNSP, fonds Couve de Murville, carton CM 7, note du général de Gaulle, 5 janvier 1962.

« Je n’approuve pas du tout que nos ambassadeurs à Moscou et à Washington participent à des réunions où l’on fait l’exégèse des conversations Thompson-Gromyko. Tout se passe comme si nous prenions ainsi position sur ce qui a été dit et sur ce qui va être dit.
Or, nous devons nous tenir soigneusement en dehors de cette figuration. Si les fameux sondages aboutissent à quelque chose que les États-Unis puissent nous proposer, il sera temps pour nous de l’apprendre et d’en tirer les conséquences »44.

Trois mois plus tard, le général de Gaulle redonne des instructions afin que l’ambassadeur de France aux États-Unis ne participe pas, de près ou de loin, à des discussions au département d’État. Encore une fois, il refuse de participer à toute forme de préparation aux négociations :

  • 45 Ibid., note du général de Gaulle, 14 avril 1962.

« (...) Il est inévitable que l’incertitude fondamentale des Anglo-saxons et leur frénésie de négocier les amènent à épouser peu à peu les thèses soviétiques. C’est, en effet, ce qui se produit et c’est, d’ailleurs, pourquoi nous nous sommes refusés et refusons à participer à ces négociations inavouées mais certaines »45.

Conscients de la position singulière défendue par la France, les Soviétiques veulent attirer le général de Gaulle sur le terrain miné du désarmement. Le 2 décembre 1961, Sergueï Vinogradov lui remet une note relative aux expériences nucléaires. Le général de Gaulle refuse d’aborder le sujet et répond à l’ambassadeur soviétique :

  • 46 MAE, secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 15, entretien entre Sergueï Vi (...)

« Tant que d’autres États, et notamment l’Union soviétique, disposeraient d’armes nucléaires, la France continuerait son effort pour s’en doter. Si ces autres États détruisaient, un jour, ces armes, la France cesserait aussitôt d’en fabriquer et d’en expérimenter »46.

  • 47 AN, présidence de la République, carton n° 5 AGI 190, message de Nikita Khrouchtchev au général de (...)

33L’ambassadeur soviétique prend acte de cette déclaration. Début février 1962, la reprise des essais nucléaires par les Américains et les Britanniques provoque une réaction soviétique. Nikita Khrouchtchev profite de l’occasion pour démarquer le général de Gaulle de ses alliés. Il lui adresse une note dans laquelle il propose que les travaux du comité des Dix-huit, qui se tiennent dans le cadre de l’ONU, soient ouverts par les chefs d’État et de gouvernement47. Le général de Gaulle lui rétorque que de telles négociations n’auraient de chance d’aboutir qu’entre puissances disposant de l’arme nucléaire et n’auraient pas de sens si elles se limitaient au dossier des expériences. Selon lui, le désarmement ne se conçoit qu’avec un strict système de contrôle :

  • 48 MAE, secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 16, message du général de Gaul (...)

« Une fois de plus, je puis vous dire, Monsieur le Président, que la France est prête à participer à des entretiens qui s’ouvriraient entre les puissances atomiques : Union soviétique, États-Unis, Grande-Bretagne, France, et qui prendraient comme objectif immédiat la destruction, l’interdiction et le contrôle de tous les moyens de lancement des projectiles nucléaires. Je souhaite vivement qu’il vous soit possible d’adopter une telle procédure »48.

  • 49 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 45, papka n° 179, delo n° 16, 1962, message (...)

34Le 27 février, Nikita Khrouchtchev adresse un nouveau message dans lequel il explique que le problème du désarmement ne concerne pas seulement les puissances atomiques même si, en effet, elles ont un rôle prédominant à jouer49. Le raisonnement de Nikita Khrouchtchev est assez simple à comprendre : dans un cadre quadripartite, il se retrouverait seul face aux trois puissances occidentales alors que dans celui du comité des Dix-huit il disposerait de relais pour défendre ses thèses.

  • 50 G. Bossuat, Les fondateurs de l’Europe, Paris, Belin, 1994, p. 226-231.

35Sur le dossier du désarmement, le général de Gaulle tient une position moins défensive qu’en 1960, en raison principalement de l’avancée du programme nucléaire français. En proposant une conférence à quatre sur le sujet, il affiche de nouvelles ambitions multilatérales. Ce mouvement offensif se retrouve dans le cadre de la construction européenne qui lui donne l’occasion de mener une politique audacieuse. Cependant, le rejet du plan Fouchet par ses partenaires de la France conduit le général de Gaulle à se replier et à se concentrer sur les relations franco-allemandes50.

  • 51 AN, présidence de la République, carton n° 5 AGI 190, note soviétique remise par Sergueï Vinogradov (...)

36Or, précisément, ce rapprochement franco-allemand inquiète Moscou au plus haut point. Contrairement à ce qui s’est produit pour le dossier du désarmement, les Soviétiques se trouvent en position de spectateurs devant cette politique d’alliance, qui risque à elle seule de modifier l’équilibre européen. À la mi-mars, ils tentent de contrarier le rapprochement en soulignant les menaces qu’il fait planer sur la sécurité européenne. Sergueï Vinogradov remet une note en ce sens au général de Gaulle. Les Soviétiques réaffirment l’importance qu’ils attachent aux relations franco-soviétiques dans un contexte de coexistence pacifique ainsi que leur désir de conclure un traité de paix avec l’Allemagne, tout en précisant qu’ils ne voient pas d’inconvénient à la coopération franco-allemande dans le domaine économique. En revanche, ils répètent leur virulente hostilité à toute forme de résurgence du militarisme allemand : « Nous élevons catégoriquement un avertissement contre une telle orientation politique »51.

  • 52 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1916, télégramme de Henri Froment-Meurice n° 2386/401,20 m (...)
  • 53 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 2765/76, 20 (...)

37Activisme en matière de désarmement, critiques virulentes sur le rapprochement franco-allemand, menaces récurrentes sur Berlin, hypothétique traité de paix et discussions officieuses avec Washington : autant d’éléments qui donnent une impression de confusion, voire de camouflage, de la politique extérieure soviétique en Europe au cours du premier semestre 1962. Le service d’Europe orientale remarque cette indécision de Moscou dont les objectifs stratégiques s’avèrent difficiles à déchiffrer. Le service s’interroge, par conséquent, sur la tactique soviétique et n’exclut pas un regain de tension à Berlin, qui n’aboutirait pas forcément à la signature d’un traité de paix séparé. Les Soviétiques chercheraient avant tout à contraindre les Américains à la négociation52. Dans sa conférence de presse du 15 mai 1962, le général de Gaulle s’oppose à toute négociation et revient sur les obstacles auxquels se heurte la construction européenne. La presse soviétique commente sévèrement cette intervention. Le 19 juin, les Izvestia soulignent l’inquiétude des États-Unis à l’égard de la construction européenne et développent la thèse selon laquelle les États-Unis avaient intérêt à la continuation de la guerre d’Algérie, qui retardait les projets européens du général de Gaulle. L’article juge, toutefois, improbable que la France quitte l’OTAN un jour et conclut en disant que « le vice principal de la politique du général de Gaulle est son anti-soviétisme invétéré »53. À cette date, les Soviétiques ne semblent donc pas encore en mesure d’apprécier la détermination du général de Gaulle à l’égard des États-Unis.

38Les manœuvres franco-allemandes au camp de Mourmelon suscitent également des articles violents. Cette nouvelle tension se ressent à travers un entretien entre Maurice Couve de Murville et Andreï Gromyko (à Genève, 21 juillet). Le ministre français estime qu’il faut régler les problèmes de sécurité européenne sur la base du statu quo. Pour le ministre soviétique, il n’est pas possible de se fonder uniquement sur le statu quo pour le règlement de la question allemande. Il faut également prendre en compte la course aux armements. Maurice Couve de Murville insiste pour dire qu’un règlement doit se faire en fonction de la situation européenne. Pour ce faire, un climat de détente est nécessaire. Andreï Gromyko compare le projet soviétique de paix avec l’Allemagne au traité de paix signé par les Occidentaux avec le Japon malgré les objections soviétiques. Il ajoute :

  • 54 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 16, entretien de Maurice Couve (...)

« Ne croyez pas que nous nous opposons à ce que vous ayez de bonnes relations avec la République fédérale. M. Khrouchtchev l’a dit dans plusieurs de ses messages au général de Gaulle. Nous admettons que l’Allemagne, les États-Unis, la France et l’Angleterre vivent en bonne intelligence. Mais nous sommes hostiles à tout ce qui pourrait mettre en danger notre sécurité »54.

39Maurice Couve de Murville désapprouve la méthode suivie par les États-Unis, qui ont préféré discuter directement avec Moscou et met son interlocuteur en garde contre toute décision unilatérale visant à régler la question allemande. Andreï Gromyko lui répond qu’un traité de paix séparé est inévitable et développe une argumentation historique sur la menace allemande :

« Il faut être objectif. Je rappelle qu’avant la Deuxième Guerre mondiale, un certain nombre d’hommes d’État français de la IIIe République ont porté des appréciations erronées sur l’URSS. Il faudrait savoir comment le peuple français jugeait lui-même ces hommes politiques. Nous ne croyons pas qu’il y ait de vraie différence entre des gens comme Hitler et Ribbentrop, d’une part, et M. Strauss de l’autre ».

Maurice Couve de Murville lui rétorque :

« Si nous entrons maintenant dans des polémiques sur les événements de 1938-39, nous risquons d’être entraînés bien loin ».

Andreï Gromyko revient à la charge :

« Nous serions naturellement plus calmes si nous oublions l’histoire. Mais on ne peut faire abstraction des événements du passé. Les hommes d’État actuels veulent oublier l’histoire. Nous ne pouvons les imiter. S’il s’agissait d’ailleurs de remettre l’arme atomique aux revanchards allemands, c’est la France qui en souffrirait la première ».

Impavide, Maurice Couve de Murville lâche :

« Nous n’oublions pas tout à fait ce qui s’est passé en 1939. Vous savez ce que je veux dire. Mais ce qui est important, c’est le présent et l’avenir. Quant aux armes atomiques, c’est une autre affaire et vous savez quelle est à leur sujet notre position ».

40La discussion se poursuit et tourne au dialogue de sourds : Maurice Couve de Murville soulignant la détermination française à faire valoir ses droits à Berlin-ouest et Andreï Gromyko agitant la menace d’un traité de paix séparé. Les deux hommes répètent inlassablement leurs arguments. Dans ce contexte, la visite triomphale du général de Gaulle en Allemagne de l’ouest (septembre 1962) renforce l’inquiétude de Moscou. Les Soviétiques se retrouvent désarmés face à cette évolution sur laquelle ils n’ont pas de prise directe. Ils fustigent les dangers du militarisme allemand que le général de Gaulle encouragerait.

41Cependant, Sergueï Vinogradov précise que le gouvernement soviétique n’est nullement hostile à la réconciliation franco-allemande, d’autant plus qu’elle infléchit la politique de Bonn vers la paix. Il souhaite que la France occupe une place plus importante dans le monde occidental et qu’elle reprenne des initiatives dans le dialogue Est-Ouest. Enfin, l’ambassadeur soviétique n’oublie pas de flatter indirectement le général de Gaulle en indiquant, qu’à la différence du président Kennedy, Nikita Khrouchtchev n’entendait pas régler les affaires mondiales à deux et comprenait le rôle essentiel de la France. Sans être complètement vains, les efforts de l’ambassadeur soviétique se heurtent aux premiers effets de l’alliance franco-allemande. Mais, l’ambassadeur sait-il que le général de Gaulle vient de proposer une coopération systématique des politiques étrangères française et allemande, notamment pour tout ce qui touche aux relations avec Moscou :

  • 55 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 17, mémorandum français adress (...)

« Outre les Communautés européennes, les domaines à considérer sont d’abord les relations avec la Russie et les questions annexes, la coopération politique européenne, l’aide aux pays sous-développés et en particulier aux pays africains. Cette liste n’est naturellement pas limitative »55.

42La profonde dégradation des relations franco-soviétiques s’explique avant tout par le rapprochement franco-allemand. Certes, l’exploitation de l’Algérie irrite les autorités françaises alors que la position française sur le désarmement contrarie les plans soviétiques, mais la relation bilatérale se tend à cause du troisième homme, en l’occurrence Bonn. À partir d’août 1961, la qualité de la relation franco-soviétique est inversement proportionnelle à la qualité de la relation franco-allemande.

  • 56 V. Zubok, « The Soviet Union and European Intégration from Stalin to Gorbachev », Journal of Europe (...)

43En bonne logique, on pourrait croire que cette dégradation des rapports politico-diplomatiques se répercute dans le cadre strictement bilatéral. On pourrait interpréter dans ce sens la rupture des négociations en vue du renouvellement de l’accord commercial franco-soviétique qui intervient en juin 1962. En réalité, la situation est plus complexe, car cette rupture s’inscrit sans doute davantage dans l’offensive déclenchée par les Soviétiques contre le Marché commun, à partir de la demande d’adhésion de la Grande-Bretagne, de l’Irlande et du Danemark (juillet 1961), que dans le pur rapport bilatéral. Le bilatéralisme commercial subirait les contrecoups de l’offensive soviétique contre une structure multilatérale au sein de laquelle la France occupe une place prépondérante. Il est important de souligner cette évolution : les tensions bilatérales n’affectent pas seulement les deux pays concernés, mais affaiblissent aussi les constructions économiques auxquels ils appartiennent. En l’occurence, Moscou utilise le mode bilatéral pour paralyser une construction multilatérale en cours. Ayant pris conscience du poids de la construction européenne, les Soviétiques cherchent à la stopper en empruntant la voie bilatérale : pour neutraliser le Marché commun, il faut paralyser Paris56.

44Cet objectif résulte d’une évolution de la politique extérieure soviétique qui révise à la hausse l’importance des communautés européennes dans le dispositif occidental à partir de la crise de Berlin et du possible élargissement du Marché commun à la Grande-Bretagne et aux pays Scandinaves. Au départ, l’URSS dénonce le traité de Rome comme l’entreprise des monopoles, mais ne place pas au premier rang de ses priorités l’intégration européenne qu’elle considère comme un processus voué à l’échec en raison de la rivalité sous-jacente entre Français et Allemands pour en obtenir le contrôle. De plus, la CEE ne peut qu’entrer en rivalité avec l’AELE. Au sein de cette dernière, les Soviétiques disposent d’un cheval de Troie avec la Finlande qui en devient membre associé en 1961. La demande d’adhésion de la Grande-Bretagne, de l’Irlande et du Danemark modifie la donne aux yeux de Moscou. Les Soviétiques exercent des pressions importantes sur des pays – Suède, Norvège ou Autriche – susceptibles de rejoindre le Marché commun et tentent également de dissuader les pays africains de maintenir leur association avec les Six. Cependant, ils ne peuvent que constater les progrès économiques accomplis par la CEE. Dans le cadre de la coexistence pacifique, cette forte croissance économique aux portes du bloc oriental représente une menace car la Pologne, l’Allemagne de l’Est et la Tchécoslovaquie sont témoins de l’augmentation sensible du niveau de vie de leurs voisins. Soucieux d’éviter la création d’une zone de prospérité, qui fonctionnerait comme une zone d’attraction pour ses satellites, les Soviétiques avancent le principe de la clause de la nation la plus favorisée. Ils souhaitent obtenir avec chacun des membres de la CEE les mêmes tarifs douaniers que ces membres s’accordent entre eux.

45Dans le cadre franco-soviétique, le raisonnement de Moscou est le suivant : en pratiquant avec ses partenaires européens des tarifs douaniers plus intéressants qu’avec l’Union soviétique, le gouvernement français viole la clause de la nation la plus favorisée sur laquelle repose le commerce franco-soviétique depuis 1951. Paris pratiquerait donc une politique discriminatoire à son égard. Début 1962, les autorités soviétiques soulèvent cette question qui compromet, d’après eux, le développement du commerce franco-soviétique. L’ambassade de France à Moscou remet une note à ce sujet au MID dans laquelle elle pose un principe essentiel :

  • 57 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 46, papka n° 93, delo n° 4, 1962, note de l’amb (...)

« À ce sujet, le Gouvernement français observe que le droit international lui permet de considérer que la CEE, en tant qu’union douanière, constitue de plein droit une exception au jeu de cette clause...
Le Gouvernement français, sincèrement attaché au développement de ses échanges commerciaux avec l’URSS, est persuadé que la création de la CEE constitue un facteur puissant d’expansion économique, dont devraient profiter les échanges commerciaux mondiaux, y compris les échanges intra-européens »57.

  • 58 MEF, fondsTrésor, carton n° B593, télégramme de Maurice Dejean n° 987/993,28 février 1962.

46Maurice Dejean considère que les Soviétiques se prémunissent contre le risque d’élargissement de l’union douanière des Six à d’autres pays58. Par une réaction en chaîne, ils resserrent les liens entre pays du COMECON et accentuent leurs pressions sur les neutres et les pays africains. Parallèlement, une campagne de propagande est menée tendant à présenter le Marché commun comme le responsable de la coupure en deux blocs de l’Europe.

  • 59 MEF, fonds Trésor, carton n° B 595, télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 1894/1898, 25 avril 19 (...)
  • 60 Ibid., télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 2264, 19 mai 1962.
  • 61 Ibid., télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 2660/2667, 11 juin 1962.
  • 62 Ibid., télégramme d’Olivier Wormser n° 4206/10, 12 juin 1962.
  • 63 M. Tatu, « Moscou provoque l’échec des négociations commerciales franco-soviétiques », Le Monde, 15 (...)
  • 64 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1917, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murvill (...)

47C’est dans ce contexte que débutent à Moscou, le 16 mai 1962, les négociations en vue du renouvellement, jusqu’en 1965, de l’accord commercial franco-soviétique. À la veille du début des négociations, l’ambassade de France à Moscou remarque que le personnel en charge des affaires françaises au ministère du Commerce extérieur a été récemment renouvelé59. La délégation soviétique tente d’inscrire à l’ordre du jour la question de la clause de la nation la plus favorisée qui ne lui serait plus consentie en raison de la mise en œuvre du Marché commun. La délégation française refuse de lier cette question à la négociation commerciale proprement dite60. Pendant plusieurs jours, au cours de séances difficiles, le nouvel accord commercial est mis au point. Il est prêt techniquement lorsque les Soviétiques stoppent les négociations. Le 11 juin, un mémorandum sur les droits de douane est remis à la délégation française. Les Soviétiques proposent une nouvelle négociation sur les tarifs douaniers en septembre-octobre à Moscou et subordonnent la signature du nouvel accord commercial à son succès. De plus, ils font endosser la responsabilité de la rupture des négociations à la délégation française. Pour les diplomates français, cette rupture constitue « une décision soviétique de principe et de caractère politique mûrement réfléchie »61 et s’inscrit dans l’offensive déclenchée contre le Marché commun62. Pour la presse française, il ne faudrait pas croire que la France est « l’objet d’une défaveur spéciale de la part du Kremlin »63 : les négociations surviennent au moment où Nikita Khrouchtchev mène une campagne très vigoureuse contre le Marché commun64. À la mi-septembre, les négociations commerciales franco-soviétiques reprennent, mais Maurice Dejean pense que les Soviétiques devraient poursuivre leur campagne d’intimidation contre le Marché commun :

  • 65 MEF, Fonds Trésor, carton n° B 593, télégramme de Maurice Dejean n° 4312/21,12 octobre 1962.

« Cela n’empêche que l’URSS demeure résolue pour des considérations politiques plus encore que pour des raisons d’ordre économique, à faire tout ce qui est encore en son pouvoir pour gêner la consolidation et l’élargissement de la communauté économique européenne »65.

48La rupture des négociations commerciales franco-soviétiques est sans doute plus un événement multilatéral que bilatéral. Elle témoigne non seulement de la dégradation des relations entre Paris et Moscou mais surtout de l’offensive soviétique contre le Marché commun. En ce sens, le champ bilatéral devient un terrain de l’affrontement que Moscou déclenche contre ce dernier. La profonde dégradation des relations entre Paris et Moscou résulte d’une série de facteurs : l’exploitation algérienne, la résurgence du dossier de désarmement et le rapprochement franco-allemand. Elle est perceptible à travers la rupture des négociations commerciales. La lutte entre les deux pays emprunte également des canaux plus diffus comme les relations intellectuelles.

Infiltration et exfiltration intellectuelles

  • 66 P. Milza, « Culture et relations internationales », Relations internationales, hiver 1980, n° 24, p (...)
  • 67 Entretien avec Monique Lanchon, 29 mars 1995.
  • 68 Entretien avec Lily Denis, 15 juillet 1998.

49Confrontation ou coopération intellectuelle ? A priori, les relations intellectuelles franco-soviétiques sont affectées par les tensions qui existent dans les autres domaines de la relation bilatérale. Elles s’inscrivent dans l’affrontement que se livrent les deux blocs : affrontement qui s’apparente fort à « un combat dans la culture et pour la culture »66. Parallèlement, plusieurs témoins insistent sur leur conviction, très fortement ancrée à l’époque, que les échanges intellectuels entre les deux blocs sont le plus sûr moyen de les rapprocher. Ils justifient leur action par l’ambition de voir les échanges intellectuels aboutir à une meilleure compréhension, puis à une entente, entre des pays appartenant à deux systèmes opposés. Ils considèrent que les échanges culturels, compris au sens large, sont en mesure de surpasser les divergences idéologiques. Ces témoins agissent dans un cadre officiel67 ou semi-officiel68. La difficulté des échanges intellectuels réside dans l’impossibilité d’en mesurer les effets à court et moyen terme. Cela étant, il faut insister sur l’importance que revêtent livres et contacts intellectuels entre les deux pays au début des années soixante. Société fermée, l’Union soviétique implique de la part des autorités françaises, comme des intellectuels, un long et patient travail d’infiltration qui ne peut se faire qu’au compte-gouttes. À l’inverse, la production intellectuelle soviétique et, en particulier, la production littéraire, suscitent de profondes interrogations sur la nature réelle de l’expérience communiste chez bon nombre d’intellectuels français.

Vu de la Place rouge

  • 69 P. Courtade, La Place rouge, Paris, Julliard, 1961, p. 5 (coll. 10/18).

« Simon reconnut aussitôt à deux rangs devant lui, sur sa gauche, la tête ou plutôt le crâne d’André Gide. C’était une chose cubique, lisse, parcheminée et, semblait-il, parfaitement saine. On imaginait mal que Gide dût un jour mourir. Appartenait-il seulement à l’espèce humaine ? »69.

Ainsi commence, le roman de Pierre Courtade – La Place rouge – publié, fin 1961, chez Julliard. La scène se passe en 1935 à l’occasion d’une projection du Cuirassé Potemkine d’Eisenstein. Né en 1915, Pierre Courtade appartient à cette génération qui fête ses vingt ans en 1935 et qui est sous l’influence intellectuelle de l’auteur des Nourritures terrestres. Ce livre – écrit entre Paris et Moscou (1956-1961) – retrace l’itinéraire politique et sentimental d’un jeune khâgneux, qui s’interroge sur ses choix à l’heure de la maturité. Faut-il le préciser, Simon, ce jeune homme engagé, partage de nombreux traits avec Pierre Courtade. Le roman est construit en huit parties datées : 1935, 1939, 1940, 1944, 1946, 1954, 1957 et 1958. La dernière partie, la plus courte, se situe à Moscou. À 43 ans, Simon retrouve son ami Sacha qui vit en Union soviétique. Simon est d’accord avec son ami qui lui explique que les Soviétiques construisent le xxie siècle dans un décor du xixe siècle :

  • 70 P. Courtade, La Place rouge, op. cit., p. 316-317.

« Les mots le trahissaient. Aucun n’était juste. S’il décrivait l’appartement de ses amis et le décor de leur vie il disait la vérité. Mais cette vérité était partielle et passagère. Elle risquait de rendre incompréhensible ce qu’avait été le destin de Sacha Bernstein, la tragédie qu’il avait vécue et ce qu’il était devenu, c’est-à-dire sous l’abat-jour démodé, l’homme d’une société absolument nouvelle. Quant à la sainte Russie de Basile le Bienheureux, si touchante, si poétique, si naïvement pittoresque, elle risquait de cacher comme un écran une autre vérité essentielle celle-là et générale ; la vérité des villes encore blanches, celle des barrages sur les grands fleuves et des machines qui à cet instant calculaient les rythmes d’accroissement de la production de l’acier et les trajectoires des vaisseaux cosmiques »70.

  • 71 Ibid., p. 318.

Le roman s’achève sur une nouvelle évocation du Cuirassé Potemkine. Simon se souvient du moment où le cuirassé rebelle se présente devant l’escadre impériale en ordre de bataille « avant qu’apparaisse sur l’écran le mot pour lequel mon cœur bat toujours : “Frères !” »71.

50Avec le recul, la lecture de La Place rouge éclaire les contradictions d’une génération communiste tiraillée entre son jugement personnel et la ligne du parti. Le parcours de Pierre Courtade illustre les compromissions qu’un intellectuel communiste consent à faire pour continuer à profiter des facilités qu’offre le Parti. Le journal intime de Pierre Courtade témoigne de ces contradictions, de plus en plus intenables, entre ce qu’il sait de l’Union soviétique et ce qu’il doit en dire. Professeur d’anglais au lycée de Nantua, Pierre Courtade commence sa carrière au Progrès avant de rejoindre à la Libération Action comme rédacteur en chef.

  • 72 M. Winock, Le siècle des intellectuels, op. cit., p. 564-568.
  • 73 E. Morin, Autocritique, Paris, Seuil, 1994 (rééd. de 1959), p. 101-102 (coll. Points-Essais).

51Repéré par Maurice Thorez et Louis Aragon, Pierre Courtade entre au Parti et à L’Humanité où il se voit rapidement confier la rubrique de politique étrangère. À ce poste, il va faire preuve d’un sectarisme et d’une intransigeance à toute épreuve. À l’occasion du procès Rajk qu’il couvre pour L’Humanité, il se persuade que l’ancien ministre des Affaires étrangères hongrois est bel et bien un espion à la solde de la CIA et fustige ceux qui en doutent72. Cette attitude lui vaut une très virulente attaque d’Edgar Morin deux ans avant la parution de La Place rouge73.

  • 74 M. Dreyfus, Pcf, Crises et dissidences, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 120.

52Les procès en sorcellerie accélèrent la carrière de Pierre Courtade qui entre au Comité central en 1956. Comme le montre son journal intime, il est crucifié en privé par les positions qu’il doit défendre en public. Grâce à son départ pour Moscou comme correspondant de L’Humanité, il écarte ses tourments pour un temps et achève son roman. Roger Vailland, qui s’est discrètement retiré du Parti après la répression de Budapest74, lui adresse une longue lettre à la sortie de La Place rouge. Sa critique porte autant sur le livre que sur le parcours intellectuel et politique de son auteur :

  • 75 IMEC, fonds Pierre Courtade, CRD2 C2-04. 28, lettre manuscrite de Roger Vailland à Pierre Courtade, (...)

« Ce que je préfère dans La Place rouge c’est toi, écrivain et plus particulièrement romancier...
Je n’ai rien à dire que de favorable jusqu’à la période de l’occupation incluse. Ensuite, ça ne sonne plus juste : je crois que c’est parce que Simon et Cazaux ont une profession qui ne leur permet pas de savoir tout ce qu’on devine qu’ils savent (savoir, sentir, etc.) ; tu te dérobes derrière eux et derrière le lecteur. N’importe quel récit que tu fais oralement, par exemple d’une réunion du Comité central, est plus excitant. Tu as vécu dans des situations et auprès d’hommes à la Shakespeare ; tu n’en tires qu’une confession sentimentale et un plaidoyer d’universitaire ; c’est décevant et irritant...
Toi qui fréquentes les souverains, pourquoi, roman ou théâtre, n’écris-tu pas des tragédies ? (...) »75

De Moscou, visiblement ébranlé, Pierre Courtade répond à cette critique de fond :

  • 76 Ibid., C2-04. 27, lettre de Pierre Courtade à Roger Vailland, 11 avril 1962.

« De toutes les lettres que j’ai reçues à propos de La Place rouge, la tienne est celle qui m’a le plus vivement touché et qui a provoqué en moi le plus de réflexions. Tant de réflexions à vrai dire, que depuis des semaines j’ai reculé devant une réponse d’autant plus difficile que je ne sais pas très bien moi-même où j’en suis...
Le moment devait venir où j’aurais à choisir entre la possibilité d’écrire un livre plus brillant (...) et une certaine idée que je me fais de ma responsabilité politique comme homme de Parti, ou si tu veux comme homme d’Église. Le fait est que je ne le puis ni le veux. C’est ainsi. C’est ma vérité, et mon livre, par conséquent, ne pouvait pas avoir une autre fin. Ou alors c’est moi qui devais changer... Le personnage que je suis ne pouvait pas écrire un autre livre. Je suis membre du Parti communiste. J’habite Moscou. Je sais à peu près tout ce qu’on peut savoir, et néanmoins je ne reviens pas sur le choix fondamental que j’ai fait il y a une vingtaine d’années.
Par contre, je me demande si un romancier communiste peut écrire des romans sur le communisme ? Là était mon erreur sans doute. Dans le meilleur des cas je ne pourrai jamais être qu’une espèce de Bernanos de mon Église. Ça ne va pas très loin... Je vois bien que comme romancier je me suis engagé dans une voie sans issue, et en même temps je n’en puis pas sortir, car au fond le seul sujet qui m’intéresse c’est la politique et, très précisément, le communisme »76.

  • 77 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 2884/2887, (...)
  • 78 Entretien avec Serge Leyrac, 16 septembre 1998. Les extraits suivants proviennent de cet entretien.

53Malgré les doutes intérieurs qui l’assaillent, Pierre Courtade poursuit son travail de militant zélé. Correspondant de L’Humanité à Moscou, il occupe une position de spectateur engagé dans les relations franco-soviétiques. Son action ne se limite pas à informer les lecteurs communistes de la situation en Union soviétique : il écrit également des articles sur la situation en France dans la presse soviétique. Fin juin 1962, par exemple, il se demande « Où va la France ? » dans Sovietskaïa Rossia77. Au fond, Pierre Courtade est un homme usé par une crise personnelle de moins en moins supportable. Pour Serge Leyrac, il fait figure, à l’époque, de modèle. Il incarne, aux yeux de ce dernier, l’intellectuel communiste engagé, qui met conviction et intelligence au service du Parti. Leyrac arrive à Moscou, en janvier 1963, après avoir accepté un poste de rédacteur-traducteur aux Éditions du Progrès que lui avait proposé Jean Jérôme. Quelque temps après son arrivée, il parvient à vaincre son admirative timidité pour téléphoner à son modèle. Pierre Courtade lui déconseille violemment de rester à Moscou : « Fous le camp »78, lui ordonne-t-il. Serge Leyrac, qui vit la mort (14 mai 1963) de Pierre Courtade comme « un véritable choc », ne suit pas ses conseils et travaille deux ans et demi pour les Éditions du Progrès, qui le logent et le rémunèrent comme un de leurs employés. Il vit comme un Soviétique :

« Je découvre le laisser-aller soviétique, la fragilité de mes connaissances en russe, la piètre qualité des produits. En bref, je découvre les méfaits du fonctionnariat absolu et du fonctionnement réel de la vie soviétique, ce qui provoque chez moi une vive irritation ».

En août 1965, il cherche, à titre personnel, à faire le point sur son expérience soviétique. Son retour d’URSS est douloureux :

« Je ne veux plus travailler dans notre secteur de politique extérieure car le décalage est trop grand entre ma connaissance pratique des réalités soviétiques et l’image que la direction du Parti en donne. Le séjour en Union soviétique me conforte dans l’idée que ce serait une régression pour la France de vouloir copier le modèle soviétique. À mon retour, je refuse de faire des conférences et des débats sur l’URSS. Je ne voulais pas mentir et embellir la réalité soviétique. Je ne voulais pas affronter mes camarades. Et je pensais qu’il fallait laisser du temps au temps ».

54Pierre Courtade et Serge Leyrac ont la particularité de vivre l’expérience communiste en France puis en Union soviétique. En tant que correspondant de L’Humanité, Pierre Courtade occupe une position privilégiée dans le dispositif bilatéral. En lisant La Place rouge, le lecteur peut se laisser aller à croire que Moscou est la capitale d’un pays où finira par se forger un nouveau monde dans lequel la fraternité triomphera. En lisant la correspondance de Pierre Courtade, il se rend compte que cette production romanesque répond à de sévères critères politiques et ne fait qu’entretenir l’illusion communiste. Pierre Courtade n’est visiblement pas dupe de la réalité, mais préfère la travestir au nom de l’idéologie. Dans sa vie comme dans ses écrits se lit l’affrontement entre un homme et le modèle qu’il défend.

Contrôler les échanges intellectuels

  • 79 H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 285.

55L’appareil soviétique est destiné à contrôler les esprits. Les échanges avec les pays occidentaux représentent le risque de voir l’orthodoxie idéologique critiquée de l’intérieur ce qui entraînerait la fissuration du système. Les autorités soviétiques veillent à contrôler les échanges de délégations intellectuelles, comme la sélection opérée par la commission Souslov en témoigne, mais aussi à interdire toute forme d’intrusion. Dans la discrète lutte que Paris et Moscou se livrent sur le plan intellectuel, il existe des porteurs de livres français qui alimentent modestement en nourritures spirituelles leurs amis russes. Cette action est moins anecdotique qu’il n’y paraît. Sans s’inscrire dans un plan d’action concerté et planifié, elle est assurée, presque naturellement, par l’ensemble des acteurs de la relation bilatérale : diplomates, boursiers et même militants communistes. La plupart des témoins rencontrés insistent sur cette action individuelle et spontanée, impossible à quantifier, mais qui a permis à la communauté française en Union soviétique d’irriguer, dans la limite de ses moyens, la société russe en publications occidentales79.

56Cette irrigation intellectuelle au compte-gouttes n’est pas forcément inefficace, même si elle n’est guère comparable à la propagande soviétique en France. Néanmoins, elle construit, petit à petit, des réseaux informels au sein desquels circulent écrits et idées. Ces réseaux, sans être nécessairement subversifs, présentent et défendent un autre modèle de société. Il est certain que l’exposition française de Moscou a amélioré cette irrigation dont l’efficacité se mesure dans les faits au nombre de protestations des autorités soviétiques, qui combattent toutes les formes d’infiltration.

  • 80 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 207/ 209, 13 janvier (...)
  • 81 J.-É. V, Mémoires d’un directeur des renseignements généraux, op. cit., p. 114.

57Plusieurs traces de ces protestations subsistent dans les archives du Quai d’Orsay comme celle formulée à l’encontre de la firme Jeumont, qui se serait rendue responsable de « l’introduction frauduleuse en URSS de littérature anti-soviétique »80. En procédant à l’ouverture d’une cargaison de transformateurs pour locomotives électriques, les autorités soviétiques ont découvert des publications en langue russe : les statuts d’une organisation d’émigrés, une brochure intitulée « La Jeunesse, ses recherches et ses luttes », une documentation sur « L’émetteur-radio de la Russie libre » et des exemplaires du journal La Semence publié en Allemagne de l’Ouest. Le MID proteste auprès des autorités françaises contre cette intrusion contraire à la pratique de relations commerciales normales et les invite à prendre toutes les mesures utiles afin d’éviter que des incidents de cette nature ne se reproduisent. L’infiltration intellectuelle n’existe pas seulement dans le sens Paris-Moscou. Les Soviétiques excellent dans les opérations de propagande menées par ce biais. Ils adressent à des correspondants répartis dans toute la France des quantités très importantes de revues et brochures défendant leurs thèses. Gare de l’Est, un service spécialisé des Renseignements généraux centralise ces envois, qui sont analysés, acheminés ou détruits selon leur contenu81.

58Plusieurs champs de bataille intellectuels doivent être délimités. Premièrement, l’infiltration et l’exfiltration clandestines, qui consistent à introduire des écrits de toute nature dans le pays-cible, ou à en sortir, en échappant à la surveillance de ses services de sécurité. L’exemple de la firme Jeumont illustre une tentative d’infiltration qui, en l’occurence, échoue. La sortie du manuscrit du Docteur Jivago par la valise diplomatique fournit un exemple réussi d’exfiltration. Deuxièmement, le combat des relations intellectuelles, artistiques et scientifiques, qui découlent d’accords officiels. Chaque partie essaie de transformer ces échanges en opérations de propagande envers le grand public ou envers un public ciblé. Le succès public, comme le traitement médiatique, sont ensuite pris en compte par les deux parties comme résultats tangibles de l’affrontement. Dans le cadre de l’OTAN, une stricte comptabilité de ces manifestations est tenue. Troisièmement, le combat intellectuel dans le pays même, encouragé de l’extérieur par la puissance adverse. En France, il s’agit de la lutte entre prosélytisme communiste et contre-communisme intellectuel. En URSS, les débats littéraires et artistiques sont attentivement suivis par les diplomates et journalistes français qui prévoient des évolutions politiques grâce à eux.

  • 82 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1911, note de la direction générale des Affaires culturell (...)

59Les missions universitaires se déroulent dans le champ des relations officielles. Elles sont soigneusement préparées et contrôlées. Une génération de futurs spécialistes français du monde soviétique commence à se rendre en Union soviétique : François-Xavier Coquin82, Marc Ferro ou Basile Kerblay. Ce dernier n’est pas autorisé à mener une mission. L’ambassade de France transmet, avec son aval, au MID son projet de recherche en sociologie rurale dans le cadre du protocole franco-soviétique de mars 1962. Âgé de quarante-deux ans, Basile Kerblay est un spécialiste déjà reconnu des milieux ruraux soviétiques. Directeur d’étude à l’EPHE (VIe section) depuis 1958, il est également chargé de mission au Quai d’Orsay (depuis 1952). Il exerce donc des fonctions scientifiques et diplomatiques. À l’été 1962, il renonce à accomplir sa mission :

  • 83 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 46, papka n° 93, delo n° 6, 1962, note de l’amb (...)

« En dépit de ces assurances, les visites que M. Kerblay devait faire dans différents kolkhozes déjà étudiés par les spécialistes soviétiques d’ethnographie ont été ajournées à trois reprises sous des prétextes divers. Après une attente de plus d’un mois, l’intéressé a décidé, en accord avec l’ambassade de France, de regagner Paris, n’ayant pu obtenir la veille même de son départ aucune indication formelle quant à la possibilité pour lui de se rendre dans l’une des localités figurant au programme de sa mission »83.

  • 84 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 45, papka n° 178, delo n° 7, 1962, message (...)
  • 85 M. Ferro, Histoires de Russie et d’ailleurs, Paris, Balland, 1990, p. 43.
  • 86 Entretien avec René Girault, 25 novembre 1998.

Marc Ferro, quant à lui, se rend à Leningrad pour travailler sur la première Douma, pendant deux mois, à partir de la mi-septembre 196284. Il ne rencontre pas les mêmes difficultés que Basile Kerblay : « Les portes s’ouvraient en même temps que les sourires »85. Peu à peu, ces rencontres scientifiques vont engendrer une communauté scientifique franco-soviétique. Des chercheurs, comme René Girault qui réalise sa première mission scientifique en URSS en 196686, vont profiter de ce réseau de contacts dans les années qui suivent. Les missions créent une habitude d’échanges et établissent des liens personnels entre scientifiques et entre établissements. La confrontation intellectuelle se mue alors en coopération intellectuelle. En France, l’accueil réservé à un court texte plaide en faveur de l’émergence progressive d’une communauté intellectuelle franco-soviétique : Une journée d’Ivan Dénissovitch est à l’origine d’une onde de choc qui se fait profondément ressentir dans les communautés intellectuelles des deux pays.

Le choc Soljénitsyne

  • 87 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.
  • 88 Archives Gallimard, fonds « Littératures soviétiques (1955-1980) ».
  • 89 B. Kagalitsky, Les intellectuels et l’État soviétique de 1917 à nos jours, op. cit., p. 148.

60En novembre 1961, un manuscrit anonyme est déposé à la rédaction de la revue Novij Mir. Michel Tatu entend parler de cette histoire d’un ancien zek, qui oserait décrire la vie quotidienne des camps : « J’ai fait un papier aussi sec »87. Le Monde publie son article : « Un auteur soviétique décrit la vie quotidienne dans un camp de concentration stalinien »88. Fin novembre 1962, Une journée d’Ivan Dénissovitch est publié dans Novij Mir. La décision de publication doit beaucoup à l’insistance d’Alexandre Tvardovski, qui est parvenu à convaincre Nikita Khrouchtchev. « Événement de dimension historique »89, cette publication intervient au moment où le gouvernement soviétique et les intellectuels tentent de redéfinir les rapports de la création artistique et du réalisme socialiste. Outre sa qualité littéraire, le récit d’Alexandre Soljénitsyne fonctionne comme un détonateur en libérant la parole sur les camps dans toutes les couches de la population russe et en provoquant un déluge de textes qui submergent les rédactions. Une journée d’Ivan Dénissovitch amorce un mouvement de fond en Union soviétique.

  • 90 P. Daix, Ce que je sais de Soljénitsyne, Paris, Seuil, 1973, p. 14.
  • 91 S. Courtois et M. Lazar, Histoire du Parti communiste français, op. cit., p. 328.

61Dans les milieux intellectuels français également. Au début de novembre 1962, Jean Cathala informe les éditions Julliard de l’imminence de la publication de cette œuvre exceptionnelle, mais il est pris de vitesse par les intellectuels du PCF. Elsa Triolet évoque ce bref récit dans le numéro des Lettres françaises du 6 décembre. En coulisses, Sergueï Vinogradov s’active afin d’assurer une publication et une diffusion très rapides90. Il s’agit pour Nikita Khrouchtchev de récupérer le bénéfice de cette publication en termes d’image et d’éviter que le récit ne soit utilisé comme une arme de contre-propagande sur la réalité du système soviétique. Elsa Triolet mobilise un groupe de plusieurs traducteurs et confie la préface à Pierre Daix en raison de son expérience de la déportation. Pour le PCF, ce récit représente un enjeu politique de premier ordre. En contrôlant sa publication, « il s’agit de reconnaître les méfaits du passé pour mieux présenter une image positive de l’URSS »91. Elsa Triolet demande à Léon Robel de participer à la traduction. Il travaille sur des versions successives avec d’autres traducteurs :

  • 92 Entretien avec Léon Robel, 19 novembre 1998.

« Le texte de Soljénitsyne a produit chez moi un effet très fort à la fois par ce qu’il racontait et par l’écriture même. Il y a eu plusieurs versions abrégées et les journalistes réduisaient le texte à un document. Il a fallu se bagarrer avec ce texte pour lui restituer sa nature »92.

Pour bon nombre d’intellectuels communistes, la lecture d’Une journée d’Ivan Dénissovitch provoque un choc. Le fait que le livre ait été autorisé par Nikita Khrouchtchev en accentue la portée et tendrait à prouver que le régime soviétique serait en train d’évoluer. Pour beaucoup, c’est un jalon dans leur parcours militant. C’est le cas, par exemple, de Francis Cohen :

« Cela a été la révélation. Pas brusquement, un passage du noir à la lumière. Mais enfin, à partir de ce moment-là, il n’y avait plus de doute.

  • 93 Entretien avec Francis Cohen, 26 avril 1999.

Personnellement, il y a une chose qui m’a aussi beaucoup marqué ; c’est le livre d’Elsa Triolet : Le Monument. C’est une lecture qui a confirmé les choses que je sentais »93.

À Moscou, Serge Leyrac éprouve lui aussi un choc brutal à la lecture de ce « texte littéraire magnifique et terrible » :

  • 94 Entretien avec Serge Leyrac, 16 septembre 1998.

« Pour moi, à l’époque, c’est une page qui est en train de se tourner. J’ai rencontré à Moscou des types comme le personnage du livre, qu’on avait fait souffrir pour rien et qui n’a aucune conscience de sa grandeur d’être humain »94.

62La libéralisation du régime soviétique à laquelle l’autorisation d’Une journée d’Ivan Dénissovitch pouvait laisser croire est de courte durée car Nikita Khrouchtchev déclenche une campagne contre l’art abstrait dans les semaines qui suivent la publication. Le récit d’Alexandre Soljénitsyne amorce un mouvement de fond dans la société soviétique et déclenche une prise de conscience chez les intellectuels communistes français même s’ils l’interprètent, avant tout, comme un signe d’ouverture du régime soviétique. Cette impression d’ouverture est renforcée par une intensification des échanges littéraires, qui s’explique par la montée en puissance de la collection « Littératures soviétiques » dirigée, chez Gallimard, par Louis Aragon.

  • 95 Archives Gallimard, Fonds « Littératures sociétiques (1955-1980), Pierre Descargues, « Un poète rus (...)
  • 96 Entretien avec Lily Denis, 15 juillet 1998.

63La poésie n’échappe pas à l’intensification des échanges. À la mi-janvier 1963, le jeune poète Andreï Voznessenski donne un récital de poésie au Théâtre du Vieux-Colombier. C’est un triomphe. Comme le note Pierre Descargues dans la Tribune de Genève : « Ce qui est important pour nous, c’est que l’URSS exporte aujourd’hui des poètes »95. Cette « exportation » de poètes va se poursuivre. Lily Denis, qui accueille en France Voznessenski, Evtouchenko ou Vyssotski, se souvient que les poètes en Russie soviétique étaient alors de véritables idoles, non seulement pour leur art « mais parce qu’ils pratiquaient un langage d’Ésope foisonnant d’allusions politiques où le public trouvait l’expression de ses épreuves »96. À l’instar d’Andreï Voznessenski, Evgueni Evtouchenko va triompher au cours de sa tournée (février-mars 1963). La publication, en France, d’Une journée d’Ivan Dénissovitch s’inscrit donc dans un contexte où la production littéraire russe semble en plein renouveau et où les autorités soviétiques la transforment en outil de propagande. La récupération par le PCF du récit d’Alexandre Soljénitsyne permet de le présenter comme un signe de l’ouverture du régime. Incontestablement, les échanges intellectuels et artistiques créent et entretiennent une sorte de mode soviétique en France au moment où les relations politico-diplomatiques sont extrêmement tendues.

  • 97 C. Barbier, « La France et la force multilatérale (MLF) », dans F. Bozo et al., La France et l’OTAN (...)

64Sans en être l’acmé, qui daterait plutôt de l’automne 1961, la signature du traité d’amitié franco-allemand marque un nouveau pic de la tension franco-soviétique. Paradoxalement, ce tournant stratégique annonce la baisse de tension entre Paris et Moscou dans la mesure où la clarification qu’il occasionne permet d’envisager une atténuation de la tension. La signature de ce traité est la conclusion logique des analyses du général de Gaulle sur les crises de Berlin et Cuba. Dans une conférence de presse restée célèbre (14 janvier), il frappe un grand coup en annonçant quatre décisions politiques de première importance : il s’oppose à l’entrée de la Grande-Bretagne dans le Marché commun, rejette les accords de Nassau conclus entre Américains et Britanniques (décembre 1962)97, souligne l’importance centrale du « fait franco-allemand » dans le monde qui est en train d’être façonné et refuse de prendre part à des négociations sur le désarmement. À l’évidence, le général de Gaulle donne à la politique extérieure française un nouveau souffle.

  • 98 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 419/ 427, 24 janvier (...)

65Le rapprochement franco-allemand en forme la pierre angulaire. Or, précisément, c’est cet aspect qui suscite autant de critiques que d’inquiétudes, pas forcément feintes d’ailleurs, de la part des Soviétiques. Il provoque de vives réactions à Moscou qui redoute un basculement de l’équilibre européen en sa défaveur. Dans la Pravda du 24 janvier, Youri Joukov commente le traité. Toujours aussi nuancé dans ses jugements, il compare l’axe entre Paris et Bonn à la collaboration entre Vichy et Berlin. Youri Joukov s’attarde sur les clauses militaires du traité, qui annonceraient la mise à la disposition de Bonn d’armes nucléaires, remarque l’absence de mention au respect de la ligne Oder-Neisse, constate que le traité s’étend à Berlin-ouest alors qu’aucun des deux signataires ne peut s’engager sur ce point et conclut en écrivant que ce traité est contraire à la volonté populaire98.

66Par le canal diplomatique, la réaction de Moscou est plus mesurée. Fin janvier, Sergueï Vinogradov remet une longue lettre au général de Gaulle. Pour Moscou, le traité de l’Élysée annonce une véritable alliance militaire :

  • 99 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 18, lettre de Sergueï Vinograd (...)

« Dans le traité entre la France et l’Allemagne de l’Ouest, ce qui nous frappe le plus, c’est son caractère brutalement militaire (...). Bref, le Gouvernement soviétique est convaincu qu’il ne s’agit nullement d’un traité pacifique »99.

L’ambassadeur soviétique estime que la clé de ce traité réside dans une coopération nucléaire :

« On peut dire que dans le traité signé entre la France et l’Allemagne de l’Ouest on ne parle pas de l’armement nucléaire de la RFA. Mais précisément il est caractéristique que le Traité passe sous silence une question aussi importante. De la déclaration bien connue que vous avez faite lors de votre conférence de presse du 14 janvier de cette année, il ressort que l’Allemagne devrait décider elle-même quel armement elle veut posséder et quelle politique militaire elle suivra (...). Le Gouvernement soviétique ne peut d’aucune manière être d’accord avec la politique d’équipement de la Bundeswehr en armes et fusées nucléaires. Il rejette la thèse selon laquelle l’Allemagne de l’Ouest peut agir comme bon lui semble dans le domaine militaire ».

Bien décidées à exercer leur surveillance sur Bonn, les autorités soviétiques développent leur argumentation habituelle par la voix de Sergueï Vinogradov : le rapprochement franco-allemand encourage le militarisme allemand et contribue à raviver la tension internationale :

« Une question se pose : que veut-on à Paris, verser de l’huile sur le feu dans le conflit autour de Berlin-ouest, où, sans cela, existe déjà actuellement une situation tendue ? Une telle politique peut-elle être compatible avec les intérêts de la détente internationale en Europe ? Non, elle ne peut l’être. Telle est la ferme opinion du Gouvernement soviétique et de N.S. Khrouchtchev personnellement ».

67Après avoir insisté sur la profonde inquiétude du gouvernement soviétique, Sergueï Vinogradov conclut en indiquant que ce traité menace l’avenir des relations franco-soviétiques. Toutefois, l’ambassadeur soviétique exprime son espoir de les voir s’améliorer. La menace de rupture n’est que rhétorique car, en dépit de son importance stratégique, le traité franco-allemand ne marque nullement un point de non-retour dans les relations franco-soviétiques. La vive tension dont il est l’origine n’empêche pas la signature d’un nouveau traité commercial entre les deux pays. Les négociations, qui avaient été interrompues en juin 1962 à l’initiative des Soviétiques, aboutissent à la signature d’un nouveau traité le 1er février 1963.

Notes

1 A.-M. Le Gloannec, Un mur à Berlin, Bruxelles, Éditions Complexe, 1985, p. 20.

2 G.-H. Soutou, La guerre de cinquante ans, op. cit., p. 395.

3 Ibid., p. 394.

4 R. Girault, R. Frank et J. Thobie, La loi des géants 1941-1964, op. cit., p. 292.

5 F. Bozo, La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 42.

6 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, note n° 1282/GS remise à Maurice Dejean, 9 juin 1961.

7 H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 222-226.

8 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, compte rendu de l’entretien avec Maurice Dejean, 3 août 1961.

9 H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 227.

10 FNSP, Fonds Couve de Murville, carton CM 7, note du général de Gaulle pour le Premier ministre et le ministre des Affaires étrangères, 28 août 1961.

11 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1915, télégramme de Maurice Dejean n° 4737/ 39, 31 août 1961.

12 SHAT, série T, carton 10 T 441, note du colonel Guibaud n° 141/S, 13 septembre 1961.

13 C. de Gaulle, Discours et messages III, Avec le renouveau, Paris, Plon, 1970, conférence de presse tenue au palais de l’Élysée, 5 septembre 1961.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1915, télégramme de Maurice Dejean n° 5000, 11 septembre 1961.

17 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, note du service d’Europe orientale, 21 septembre 1961.

18 H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 231.

19 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 15, entretien du général de Gaulle et de Sergueï Vinogradov, 15 novembre 1961.

20 PCF : réunion du bureau politique le 10 août 1961, SEC. GP/FL, 10 août 1961, n° 911.

21 Ibid., réunion du bureau politique le 31 août 1961, SEC. GP/FL, 1er septembre 1961, n° 916.

22 Ibid., réunion du secrétariat le 17 octobre 1961, SEC. GP. GV., 20 octobre 1961, n° 929.

23 La délégation du PCF se compose de : Maurice Thorez, Waldeck Rochet, Raymond Guyot, Jeannette Vermeersch, Georges Seguy, Georges Cogniot et Serge Paganelli.

24 Entretien avec Jean Noiville, 13 février 1996.

25 M. Vaïsse, « Une hirondelle ne fait pas le printemps, La France et la crise de Cuba », dans M. Vaïsse, L’Europe et la crise de Cuba, Paris, Armand Colin, 1993, p. 90.

26 Entretien avec Isabelle Esmein, 20 mars 1996.

27 M. Vaïsse, « Une hirondelle ne fait pas le printemps, La France et la crise de Cuba », op. cit., p. 92-93.

28 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1918, télégramme du général de La Ruelle n° 919/S, 17 octobre 1962.

29 SHAT, série Q, carton 9 Q3 50, fiche du SGDN, centre d’exploitation du renseignement n° 0370/DN/CER/C/S, 24 octobre 1962.

30 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 17, lettre du général de Gaulle au chancelier Adenauer, 26 octobre 1962.

31 Ibid.

32 PCF : réunion du bureau politique le 25 octobre 1962, SEC. GP. GV, 26 octobre 1962, nû 1037.

33 SHM, carton n° 3 BB7 31, compte rendu de voyage du général Mondain n° 639/S, 21 décembre 1960.

34 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 6695/ 97, 17 novembre 1961.

35 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, note d’A. Sobolev n° 2360/GS au sujet de l’audience de Maurice Dejean le 17 novembre 1961, 20 novembre 1961.

36 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 45, papka n° 178, delo n° 8, 1962, lettre du ministère des Affaires étrangères à l’ambassade d’Union soviétique n° 4977, 21 septembre 1962.

37 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 640/42, 10 février 1962.

38 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 1476, 28 mars 1962.

39 Archives du PCF : réunion du secrétariat le 27 mars 1962, SEC. GP/PA., 30 mars 1962, n° 976.

40 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 46, papka n° 93, delo n° 3, 1962, note du MID à l’ambassade de France n° 143, 11 juillet 1962.

41 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 3318/ 22, 5 août 1962.

42 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 46, papka n° 93, delo n° 7, 1962, note de l’ambassade d’URSS au ministère des Affaires étrangères n° 546, 13 octobre 1962.

43 H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 236.

44 FNSP, fonds Couve de Murville, carton CM 7, note du général de Gaulle, 5 janvier 1962.

45 Ibid., note du général de Gaulle, 14 avril 1962.

46 MAE, secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 15, entretien entre Sergueï Vinogradov et le général de Gaulle, 2 décembre 1961.

47 AN, présidence de la République, carton n° 5 AGI 190, message de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle en date du 10 février, 12 février 1961.

48 MAE, secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 16, message du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev communiqué aux ambassades de Moscou, Londres, Washington, Rome, Ottawa et Bonn, 17 février 1962.

49 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 45, papka n° 179, delo n° 16, 1962, message de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 27 février 1962.

50 G. Bossuat, Les fondateurs de l’Europe, Paris, Belin, 1994, p. 226-231.

51 AN, présidence de la République, carton n° 5 AGI 190, note soviétique remise par Sergueï Vinogradov au général de Gaulle, 14 mars 1962.

52 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1916, télégramme de Henri Froment-Meurice n° 2386/401,20 mars 1962.

53 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 2765/76, 20 juin 1962.

54 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 16, entretien de Maurice Couve de Murville et Andreï Gromyko, 21 juillet 1962. Les extraits suivants proviennent de cet entretien.

55 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 17, mémorandum français adressé aux Allemands, 19 septembre 1962.

56 V. Zubok, « The Soviet Union and European Intégration from Stalin to Gorbachev », Journal of European Intégration History, n° 1, 1996, p. 71-83.

57 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 46, papka n° 93, delo n° 4, 1962, note de l’ambassade de France au MID n° 31, 26 février 1962.

58 MEF, fondsTrésor, carton n° B593, télégramme de Maurice Dejean n° 987/993,28 février 1962.

59 MEF, fonds Trésor, carton n° B 595, télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 1894/1898, 25 avril 1962.

60 Ibid., télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 2264, 19 mai 1962.

61 Ibid., télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 2660/2667, 11 juin 1962.

62 Ibid., télégramme d’Olivier Wormser n° 4206/10, 12 juin 1962.

63 M. Tatu, « Moscou provoque l’échec des négociations commerciales franco-soviétiques », Le Monde, 15 juin 1962.

64 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1917, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 1121, 8 août 1962.

65 MEF, Fonds Trésor, carton n° B 593, télégramme de Maurice Dejean n° 4312/21,12 octobre 1962.

66 P. Milza, « Culture et relations internationales », Relations internationales, hiver 1980, n° 24, p. 371.

67 Entretien avec Monique Lanchon, 29 mars 1995.

68 Entretien avec Lily Denis, 15 juillet 1998.

69 P. Courtade, La Place rouge, Paris, Julliard, 1961, p. 5 (coll. 10/18).

70 P. Courtade, La Place rouge, op. cit., p. 316-317.

71 Ibid., p. 318.

72 M. Winock, Le siècle des intellectuels, op. cit., p. 564-568.

73 E. Morin, Autocritique, Paris, Seuil, 1994 (rééd. de 1959), p. 101-102 (coll. Points-Essais).

74 M. Dreyfus, Pcf, Crises et dissidences, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 120.

75 IMEC, fonds Pierre Courtade, CRD2 C2-04. 28, lettre manuscrite de Roger Vailland à Pierre Courtade, 4 janvier 1962.

76 Ibid., C2-04. 27, lettre de Pierre Courtade à Roger Vailland, 11 avril 1962.

77 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Jacques de Beaumarchais n° 2884/2887, 29 juin 1962.

78 Entretien avec Serge Leyrac, 16 septembre 1998. Les extraits suivants proviennent de cet entretien.

79 H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 285.

80 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, télégramme de Maurice Dejean n° 207/ 209, 13 janvier 1962.

81 J.-É. V, Mémoires d’un directeur des renseignements généraux, op. cit., p. 114.

82 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1911, note de la direction générale des Affaires culturelles et techniques n° 407, 31 août 1961.

83 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 46, papka n° 93, delo n° 6, 1962, note de l’ambassade de France au MID n° 113, 9 juillet 1962.

84 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 45, papka n° 178, delo n° 7, 1962, message du ministère des Affaires étrangères à l’ambassade de l’Union soviétique, 7 mai 1962.

85 M. Ferro, Histoires de Russie et d’ailleurs, Paris, Balland, 1990, p. 43.

86 Entretien avec René Girault, 25 novembre 1998.

87 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

88 Archives Gallimard, fonds « Littératures soviétiques (1955-1980) ».

89 B. Kagalitsky, Les intellectuels et l’État soviétique de 1917 à nos jours, op. cit., p. 148.

90 P. Daix, Ce que je sais de Soljénitsyne, Paris, Seuil, 1973, p. 14.

91 S. Courtois et M. Lazar, Histoire du Parti communiste français, op. cit., p. 328.

92 Entretien avec Léon Robel, 19 novembre 1998.

93 Entretien avec Francis Cohen, 26 avril 1999.

94 Entretien avec Serge Leyrac, 16 septembre 1998.

95 Archives Gallimard, Fonds « Littératures sociétiques (1955-1980), Pierre Descargues, « Un poète russe “dégelé” », La Tribune de Lausanne, 20 janvier 1963.

96 Entretien avec Lily Denis, 15 juillet 1998.

97 C. Barbier, « La France et la force multilatérale (MLF) », dans F. Bozo et al., La France et l’OTAN 1949-1996, Bruxelles, Éditions Complexe, 1996, p. 285-305.

98 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 419/ 427, 24 janvier 1963.

99 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 18, lettre de Sergueï Vinogradov au général de Gaulle, 30 janvier 1963. Les extraits suivants proviennent également de ce document.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search