Version classiqueVersion mobile

Double détente

 | 
Thomas Gomart

Une détente grippée

Chapitre XI. L’accentuation des tensions (avril 1960-juillet 1961)

Texte intégral

1Avant que le général de Gaulle n’honore leur invitation, les Soviétiques devront encore patienter six ans. Au cours de cette période, les liens entre les deux pays se multiplient et se complexifient dans presque tous les domaines : on assiste à une dissociation, chaque jour plus nette, entre les relations au sommet et les relations intermédiaires sans qu’il soit possible, toutefois, de conclure à une absence d’interférences entre elles. Il convient, dès lors, de distinguer le voyage de Khrouchtchev du mouvement de fond qu’il provoque. Le voyage catalyse les initiatives en faveur d’un rapprochement franco-soviétique et révèle l’intérêt de nombreuses couches de la société française pour l’Union soviétique. Cet intérêt ne va pas se démentir pendant plusieurs années.

2Six semaines séparent le départ de Khrouchtchev de son retour pour la conférence au sommet (ouverte à Paris le 16 mai 1960). Événement bilatéral de première importance, le voyage de Nikita Khrouchtchev n’est pas sans conséquence sur le plan multilatéral, car il rehausse sans conteste le prestige du général de Gaulle. À l’instar de ses principaux alliés occidentaux, ce dernier a su nouer un dialogue direct avec le Premier soviétique. Qui plus est, il a donné un éclat particulier à la visite de Khrouchtchev. En ce sens, le voyage de Khrouchtchev et ses suites sont un exemple caractéristique de la diplomatie bilatérale du général de Gaulle. La conférence pourrait se lire comme le baptême du feu multilatéral du général de Gaulle. Quinze ans après Yalta. N’est-elle pas le signe qu’il vient enfin d’être adoubé par ses pairs ? Cette conférence sonne comme la reconnaissance du nouveau statut international de la France. Pour les Soviétiques, le dialogue direct avec Paris résulte d’une analyse des rapports de forces : la France est la principale puissance occidentale sur le continent européen et elle est en passe de devenir une puissance nucléaire crédible. Au nom du principe de réalité, il est impossible de l’ignorer. En dialoguant directement avec Paris, Moscou croit pouvoir contrarier le rapprochement franco-allemand et affaiblir le dispositif occidental en provoquant des dissonances. De plus, les Soviétiques peuvent s’appuyer sur un Parti communiste puissant pour influer sur la société française.

3 L’échec de la conférence de Paris annonce une série de tensions qui aboutit à la construction du mur de Berlin en août 1961. Au fond, la détente est paradoxale. Elle résulte de la volonté conjointe des quatre grandes puissances de parvenir à une amélioration de la situation internationale, mais entraîne une période d’instabilité maximale. En théorie, les dialogues directs qu’entretiennent séparément les quatre grandes puissances assurent une sorte de minimum vital de la sécurité européenne. Mais personne ne s’y trompe. En réalité, ce sont les relations américano-soviétiques qui décident de la détente. Les entretiens de Camp David (septembre 1959) ont insufflé un nouvel état d’esprit, la conférence au sommet achoppe sur les exigences soviétiques à l’égard des États-Unis et les négociations de Vienne (juin 1961) laissent croire à une nouvelle phase de détente. C’est pourquoi le fonctionnement des relations franco-soviétiques doit être examiné dans le cadre d’une négociation quadripartite et sa portée comparée à celle des rapports américano-soviétiques et britanno-soviétiques.

4Dans le cadre franco-soviétique, afin de ne pas rester à la surface des choses, il faut suivre les tensions politico-diplomatiques de la période en se demandant si elles se répercutent sur les échanges intermédiaires et individuels. Parallèlement, deux dossiers transversaux, qui se situent au niveau politico-diplomatique, ont de lourdes conséquences sur l’atmosphère générale : la rivalité sino-soviétique et le désarmement. La première est étudiée par l’appareil diplomatique français, mais dispose-t-il d’informations suffisantes pour apprécier le phénomène à sa juste valeur ? Le second reste une des armes favorites de la diplomatie soviétique et embarrasse les autorités françaises au moment où elles se dotent de capacités nucléaires opérationnelles. L’articulation des tensions politico-diplomatiques, des échanges intermédiaires et des destins personnels met en lumière les différentes perceptions d’un même phénomène ou d’un même concept. La détente n’est pas la même pour tous. Proclamée au niveau officiel, elle peine à se traduire dans les parcours d’individus isolés.

Tensions politico-diplomatiques

  • 1 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 44, papka n° 85, delo n° 24, 1960, message pers (...)
  • 2 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 44, papka n° 85, delo n° 24, 1960, message pers (...)
  • 3 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, proposition soviétique, 9 mai 1960.

5Fin avril-début mai, le général de Gaulle et Nikita Khrouchtchev entretiennent une correspondance sur les modalités de la conférence au sommet. Le général de Gaulle propose que la conférence réunisse les chefs d’État ou de gouvernement accompagnés seulement de leurs ministres des Affaires étrangères1. Une semaine avant l’ouverture de la conférence, Nikita Khrouchtchev adresse une lettre au général de Gaulle dans laquelle il souligne la persistance de nombreux désaccords et condamne le survol du territoire soviétique par l’avion U 2. Survol qui a tout d’une provocation caractérisée des États-Unis visant à empoisonner l’atmosphère de la conférence, selon lui. Dans ces conditions, il exprime des craintes quant à son bon déroulement2. Les Soyiétiques adressent, cependant, une nouvelle proposition de traité de paix avec l’Allemagne dans les jours qui suivent3.

Coexistence au sommet

6L’affaire de l’U 2 change la donne. Les autorités françaises ne se trouvent pas directement impliquées, mais elles sentent que l’atmosphère de la conférence est en train de s’aigrir avant même d’avoir commencé. Quelques jours avant son ouverture, Michel Debré rappelle les positions du gouvernement devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale. Conscient de l’impact médiatique de Nikita Khrouchtchev, il prévoit des mesures destinées à éviter que la conférence ne se transforme en opération de propagande. Sur ce plan, les autorités françaises adoptent une position plus énergique qu’au cours du voyage :

  • 4 Archives de l’Assemblée nationale, intervention de Michel Debré, commission des Affaires étrangères (...)

« La conférence au sommet, telle qu’elle est envisagée, s’ouvre lundi. Elle aura tout d’abord un caractère relativement secret et fermé. En d’autres termes, malgré le vœu de certains participants et surtout, à vrai dire, malgré le désir exprimé – mais sans plus – par le gouvernement soviétique, aucune publicité n’est prévue. On a voulu ainsi éviter le caractère de propagande que d’autres conférences de même type avaient revêtu »4.

7Michel Debré précise, par ailleurs, que le gouvernement français a différé, à plusieurs reprises, la tenue d’une conférence au sommet, estimant que l’ordre du jour devait être éclairci. De plus, le gouvernement français souhaitait se présenter à la conférence au sommet dans les mêmes conditions diplomatiques que ses alliés, c’est-à-dire en ayant, lui aussi, établi un dialogue direct avec Moscou. Ce souci d’équité bilatérale doit garantir l’équilibre de la négociation multilatérale. La position française consiste, en outre, à refuser une étude des grands dossiers internationaux au cas par cas : le statut de Berlin, le traité de paix avec l’Allemagne et le processus de désarmement. Pour la diplomatie française, la conférence sert à prendre acte des volontés d’entente réciproque et à infléchir le cours des rapports Est-Ouest.

8Cette ambition politique ne convainc nullement les communistes français, qui continuent à présenter le général de Gaulle comme un obstacle à la détente. Ils revendiquent l’appui des masses qui ont manifesté leur désir de paix à l’occasion du voyage de Nikita Khrouchtchev et s’efforcent de maintenir cette pression populaire pour gêner la politique du général de Gaulle tout en favorisant la propagande soviétique :

  • 5 PCF : réunion du bureau politique le 22 avril 1960, SEC. GP. GV., 25 avril 1960, n° 778.

« De Gaulle s’efforce de s’opposer au progrès de la détente, mais devant la pression des masses il est obligé de faire des pas comme le montre le communiqué publié à l’issue de la rencontre avec Khrouchtchev ; et il n’a pas pu empêcher que certaines questions soient posées devant les masses, ce qui donne des possibilités plus grandes pour développer l’action populaire en faveur de la paix »5.

  • 6 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle *, op. cit., p. 307.

9C’est dans ce contexte tendu que le général de Gaulle reçoit ses hôtes. L’intérêt de ces trois journées réside moins dans les tractations incessantes pour ouvrir les négociations que dans les liens entre les différents protagonistes. Dans l’après-midi du 15, le général de Gaulle réunit les dirigeants occidentaux à l’Élysée auxquels s’est joint le chancelier Adenauer, soucieux d’éviter que le faux pas américain ne se transforme en recul sur Berlin. Au cours de cette réunion, Harold MacMillan, toujours conciliant, manifeste son désir de parvenir à un arrangement avec les Soviétiques pour sauver la conférence tandis qu’Eisenhower, le principal intéressé, fait preuve d’une volonté d’apaisement. Le lendemain, la première réunion entre les représentants des quatre puissances tourne court puisque Nikita Khrouchtchev exige très violemment des excuses. Dwight Eisenhower répond en lisant un texte dans lequel il assure que ce type d’incident ne se reproduira plus. Le général de Gaulle prend la parole à son tour. Il souligne que les Américains ne sont pas seuls à pratiquer l’espionnage. Seule la détente est susceptible, d’après lui, d’atténuer la défiance réciproque. Conscient des risques d’impasse, il insiste pour que les sujets qui ont motivé la conférence soient abordés au plus vite et demande à chacun des participants de ne pas divulguer la teneur des propos échangés. Khrouchtchev, pour sa part, maintient sa position et persiste à exiger des excuses, en ne cachant pas son intention d’exploiter l’incident sur le plan médiatique. Notons le changement flagrant de comportement de Nikita Khrouchtchev en six semaines. Il tient des propos très virulents en disant notamment que l’Amérique est « aussi hypocrite qu’une fille vertueuse qui s’est déjà fait coller une douzaine de bâtards »6. Cette formule traduit assez bien son état d’esprit du moment.

10La conférence au sommet altère l’image de Nikita Khrouchtchev et choque les autorités françaises. Lors d’une conférence de presse agitée au palais de Chaillot, au cours de laquelle militants communistes et militants anticommunistes jouent des coudes et s’invectivent, Nikita Khrouchtchev montre l’étendue de son talent de comédien ou le fond caché d’une personnalité aussi colérique qu’imprévisible. Le grand-père bonhomme et l’amuseur des foules s’est mué en sectateur arrogant et menaçant. À Paris, il se comporte comme un chef de l’Agit-prop qui ravit ses séides en faisant montre de sa force : « À ceux qui me huent, je peux jurer que s’ils viennent se frotter à l’Union soviétique, nous les huerons si fort qu’ils ne reconnaîtront pas leurs os », lance-t-il au public. Difficile de déceler la part de provocation ou de perte du contrôle de soi dans ces propos. Toujours est-il que Nikita Khrouchtchev joue un tout autre rôle que celui qu’il avait tenu lors de son voyage : son outrance masque mal l’incohérence, voire l’inconséquence, de la politique extérieure soviétique. Cette conférence, souhaitée par les Soviétiques depuis des mois, aboutit finalement à un très net regain de tension Est-Ouest. Les communistes français apportent leur soutien à Nikita Khrouchtchev et attribuent à Dwight Eisenhower et au général de Gaulle la responsabilité de l’échec de la conférence :

  • 7 PCF : réunion du secrétariat le 25 mai 1960, SEC. GP. GV., 28 mai 1960, n° 788.

« Continuer à commenter la situation internationale à la lumière des appréciations du Comité central. Rappeler que la Conférence au sommet a été torpillée par Eisenhower, qui s’est aligné sur la politique agressive des militaristes monopolistes américains. Une part de responsabilité incombe à de Gaulle. Souligner le rôle des dirigeants de la social-démocratie, y compris du PSU »7.

11Devant la dégradation de la situation, le général de Gaulle réagit en allié et en hôte. En allié, puisqu’il exhorte les Occidentaux à ne céder sous aucun prétexte même si la conférence risque d’échouer. Son attitude est dans la droite ligne de celle adoptée au cours de la crise de Berlin. Il soutient le président américain et lui demande de ne pas s’incliner devant les exigences soviétiques sous prétexte de sauver la conférence. Au final, il tient le langage de la fermeté aux Soviétiques au nom des Occidentaux. Conscient de ses devoirs d’hôte, il tient un langage ferme mais mesuré à Nikita Khrouchtchev. Outre les impératifs du moment, le général de Gaulle préserve aussi ses relations avec Moscou.

12La déception de Paris s’explique, sans doute, par un contresens sur les projets réels de Khrouchtchev. Ce dernier apporte la déstalinisation en gage de sa volonté de décrispation de la situation internationale, ce qui n’entraîne pas une refonte de la politique extérieure soviétique, mais un simple habillage. L’objectif à moyen et long terme subsiste envers et contre tout : la victoire définitive du bloc communiste. La déstalinisation sert à alimenter le discours khrouchtchévien. Grâce à elle, il passe d’un discours d’hostilité affiché à un discours de concertation, d’un discours fermé à un discours ouvert, qui véhicule des idées moins monolithiques, des formules plus pacifiques et rassure les opinions occidentales. La déstalinisation vise, au fond, à changer les modalités du dialogue Est-Ouest dans la mesure où l’illusion de la concertation est plus féconde pour lui qu’une confrontation permanente. L’une et l’autre sont destinées à obtenir des concessions occidentales. Son attitude personnelle joue un rôle décisif dans ce processus. Sans jamais cesser de se mettre en scène, à l’intérieur comme à l’extérieur, il dénonce en permanence le culte de la personnalité, en étant très conscient du contraste saisissant qui existe entre son image et celle de Staline. Staline vivait reclus, il voyage dès qu’il le peut. Staline supprimait ses adversaires, il écarte les siens. Staline avait imposé un carcan rigide au pays et verrouillé la société, il propose un défi au monde soviétique : « Rattraper et dépasser les États-Unis ».

13Dans cette optique, l’échec de la conférence de Paris provoque une prise de conscience des dirigeants occidentaux. Avant d’être une ère nouvelle, la détente correspond surtout à un changement des modalités de dialogue et d’échanges entre les deux blocs sans aucune remise en cause fondamentale des objectifs idéologiques. Dans l’euphorie du voyage de mars, les autorités françaises ont probablement surestimé les possibilités d’entente avec Moscou en conférant à la détente une signification beaucoup plus profonde que celle que les Soviétiques lui donnaient.

14Rapidement cependant, la diplomatie française prend acte de ce blocage du processus de détente. Sans doute déçu par l’attitude de Nikita Khrouchtchev, le général de Gaulle durcit sensiblement sa position dès la fin du mois de mai. Au cours d’une allocution télévisée, il fait le bilan de la conférence au sommet. Pour commencer, le chef de l’État donne une définition de la détente comme étant :

  • 8 C. de Gaulle, Discours et messages III, Avec le renouveau, Paris, Plon, 1970, allocution radiodiffu (...)

« (...) La pratique de relations améliorées, excluant les actes et les discours provocants et multipliant les échanges économiques, culturels, touristiques, afin que soit créée une atmosphère d’apaisement »8.

  • 9 G.-H. Soutou, L’alliance incertaine, op. cit., p. 154-155.
  • 10 M.-T. Bitsch, Histoire de la construction européenne, Bruxelles, Éditions Complexe, 2001, p. 135-13 (...)

15L’attitude de Nikita Khrouchtchev à Paris n’est pas conforme à cette définition. La dimension touristique est intéressante à relever car elle correspond à l’ouverture progressive des sociétés. En outre, le général de Gaulle constate que la détente est la première condition pour apaiser les tensions internationales. La deuxième condition reste « une mesure catégorique de désarmement contrôlé, appliquée de préférence aux engins capables de porter des bombes jusqu’aux distances stratégiques ». La troisième condition réside dans une coopération organisée entre l’Est et l’Ouest, « consacrée au service de l’Homme ». Après la conférence au sommet, le triptyque de la politique française à l’Est est le suivant : détente, désarmement et coopération. Le désarmement a remplacé l’entente évoquée lors du voyage de Khrouchtchev comme étape indispensable à l’amélioration des rapports entre blocs. Revenant sur les causes de l’échec de la conférence, le général de Gaulle s’interroge sur les raisons qui ont poussé la délégation soviétique à se rendre à Paris alors qu’elle posait comme préalable le règlement de l’incident du 1er mai. Quoi qu’il en soit, le général de Gaulle profite de l’occasion pour rappeler trois axes intangibles de sa politique : la solidarité occidentale, la constitution d’une force de frappe, ainsi que la construction européenne qui doit contrebalancer le bloc soviétique. Sur ce dernier point, il faut noter que l’échec de la conférence conjugué à l’impasse des discussions franco-américaines dans le domaine nucléaire conduit le général de Gaulle à privilégier la coopération européenne et, en particulier, franco-allemande9. Son projet européen résulte de cette double rupture10.

16À la différence de son ministre, le général de Gaulle ne fait pas allusion à la possible influence chinoise sur l’échec de la conférence au sommet. Le schisme sino-soviétique, qui couve depuis plusieurs mois et dont les Occidentaux ne mesurent l’ampleur que début juin, fournit des éléments d’explication au changement d’attitude de Nikita Khrouchtchev. Plus fondamentalement : la conférence de Paris aurait-elle échoué si les Chinois y avaient participé ? L’ordre du jour de la conférence est avant tout européen. Néanmoins, la question se pose à partir du moment où les quatre grandes puissances se comportent de fait comme un gouvernement international et envisagent de discuter de l’Allemagne certes, mais aussi du désarmement et du dialogue Est-Ouest, deux dossiers qui intéressent Pékin au premier chef.

  • 11 M. Schumann, « Un problème neuf : les relations franco-russes », Le Monde diplomatique, mars 1960, (...)

17Sur le plan chronologique, il faut noter que la politique de Khrouchtchev menée en vue d’une conférence au sommet remonte au début de 1958 et coïncide, à quelques mois près, au début de la querelle sino-soviétique. Il n’est pas dit que l’insistance de Nikita Khrouchtchev visait plus à obtenir le règlement allemand que la reconnaissance par les Occidentaux de son leadership sur l’ensemble du monde communiste11. Ces deux objectifs sont imbriqués. Cette lecture de la conférence au sommet fait ressortir la complexité croissante de l’environnement international dans lequel s’inscrivent les relations franco-soviétiques et les nombreux paramètres qui influent sur leur cours.

Les conséquences bilatérales de la conférence de Paris

18L’échec de la conférence frappe les esprits. Son retentissement est à la mesure de la déception de l’opinion publique occidentale. Dans ces conditions, diagnostiquer l’état des relations franco-soviétiques montrera si elles sont durablement affectées par les journées de Paris ou si, plus prosaïquement, elles suivent leurs cours. Du côté français, il apparaît nécessaire d’attendre la maturation des grands dossiers internationaux. Sur le plan diplomatique, les efforts d’élargissement de la relation bilatérale se poursuivent. Deux semaines après l’ouverture de la conférence, Jean Laloy fait le point et constate qu’il n’y a pas de changement radical à prévoir de part et d’autre. Au contraire, la continuité semble prévaloir :

  • 12 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 268, note de Jean Laloy à la Délégation française au conse (...)

« Pour l’instant, il ne semble pas que celui-ci (lechec de la conférence) ait entraîné un ralentissement des échanges (...). Aucun signe n’a été relevé qui tendrait à indiquer que du côté soviétique l’on souhaite freiner l’exécution des accords. Il semble même que dans certains domaines, il y ait de la part des services soviétiques un zèle accru (...). Le protocole concernant l’exposition française à Moscou de 1961 vient d’être signé il y a quelques jours. Du côté français, il n’entre nullement dans nos intentions de modifier la politique suivie jusqu’à présent. Bien au contraire, nous souhaitons maintenir le contact avec l’URSS et dans une période où les négociations proprement diplomatiques vont sans doute se ralentir, nous estimons que les échanges culturels, scientifiques et techniques n’en prennent que plus d’importance »12.

19La ligne de la diplomatie française consiste à ne remettre en cause ni le principe ni le cadre des échanges, mais, au contraire, à les diversifier pour pallier les tensions internationales. Elle évite d’isoler politiquement l’URSS ce qui encouragerait les Soviétiques à ne rechercher des liens qu’inspirés par la connivence idéologique. Le risque serait double : voir l’URSS se crisper et se replier sur son bloc puis assister à une offensive de ses services dans les pays occidentaux. Le Quai d’Orsay manifeste la plus grande vigilance face à ce second risque. Il veut, à tout prix, éviter le glissement de la relation bilatérale du plan officiel à un plan officieux contrôlé par le PCF et ses satellites.

  • 13 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 43, papka n° 166, delo n° 18, 1960, confirm (...)
  • 14 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 271, note du service d’Europe orientale, 11 juin 1960.
  • 15 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 274, dépêche d’Hervé Alphand à Maurice Couve de Murville n (...)

20L’échec de la conférence au sommet ne conduit nullement Nikita Khrouchtchev à se détourner de la France. Fin mai, le MID confirme les invitations lancées par Nikita Khrouchtchev lors de son tour de France13. Début juin, Nikita Khrouchtchev reprend sa correspondance avec le général de Gaulle. Dans le même temps, à l’occasion d’un discours prononcé le 28 mai, il réitère ses critiques sur l’Algérie en dénonçant le soutien apporté par les Américains aux Français. Pour les diplomates français, ce raidissement s’expliquerait par les tentatives soviétiques de se rapprocher des pays afro-asiatiques14. Il s’accompagne en outre d’un intense travail relationnel de la part des diplomates soviétiques, qui font preuve de « prévenances particulières »15 à l’égard de leurs homologues français. Lors d’une audience au Quai d’Orsay, Sergueï Vinogradov transmet à Maurice Couve de Murville les invitations personnelles de Nikita Khrouchtchev, qui l’invite ainsi que le Premier ministre. Ces invitations ne sont évidemment pas dénuées d’arrière-pensées. En soufflant le chaud et le froid, les diplomates soviétiques accentuent la pression sur les autorités françaises à la veille des pourparlers de Melun (25 au 29 juin), tout en ménageant les possibilités d’entente à moyen terme. Nikita Khrouchtchev projette déjà une nouvelle conférence à échéance de six ou huit mois, c’est-à-dire après l’élection du président américain (novembre 1960).

21Au cours de l’été 1960, les relations entre Paris et Moscou entrent dans une phase d’incompréhension, voire de méfiance, en raison notamment des déclarations intempestives de Nikita Khrouchtchev sur la situation au Congo. À cela s’ajoute le blocage de la discussion sur la question du désarmement. Signe de ce refroidissement, l’agence Tass n’hésite pas à critiquer ouvertement Michel Debré. Les Soviétiques viennent de franchir une nouvelle étape, comme le signale immédiatement Maurice Dejean :

  • 16 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 268, télégramme de Maurice Dejean rendant compte d’une dép (...)

« C’est la première fois que, dans un document officieux, le gouvernement français est pris à partie directement, et avec beaucoup d’âpreté, en la personne de son premier ministre. Cette manifestation de mauvaise humeur s’est produite au moment où le chancelier Adenauer venait de quitter Paris, après deux jours d’entretiens avec le Président de la République »16.

  • 17 Ibid.

Maurice Dejean attribue ces critiques à une bouffée d’agressivité de la diplomatie soviétique. Celle-ci, depuis deux mois, recourt à tous les moyens susceptibles d’affaiblir les États-Unis et leurs alliés17.

22Moscou retrouve alors son terrain de prédilection – l’Algérie – pour déstabiliser le général de Gaulle. Dès la rentrée de septembre, le général de Gaulle exprime sans équivoque les tensions de l’été. À propos de la Russie soviétique, il change de vocabulaire comme de ton et ne cache pas son inquiétude. À une question sur l’avenir des relations franco-soviétiques, il apporte la réponse suivante :

  • 18 C. de Gaulle, Discours et messages III, Avec le renouveau, op. cit., conférence de presse tenue au (...)

« Je dois dire que, depuis les dates que vous avez évoquées tout à l’heure, ni pour la détente, ni pour les véhicules des armes nucléaires, ni pour la coopération en faveur des pays sous-développés, la France n’a vu quelque progrès que ce soit. Mais elle n’y renonce pas, bien sûr. Nous sommes dans un tunnel, voyez-vous ! et les totalitaires aussi, quoi qu’ils disent et cherchent à faire croire. Tous, nous sommes entourés d’ombres menaçantes. Peut-être la lueur apparaîtra-t-elle un jour ou l’autre »18.

23Cette sortie du général de Gaulle ne passe pas inaperçue à Moscou. Elle fournit un prétexte à la diplomatie soviétique pour ressortir un vieux projet de ses cartons – la coopération pan-européenne –, qui à terme doit aboutir à un système de sécurité européenne. Sergueï Vinogradov remet un mémorandum au général de Gaulle sur cette question le 12 septembre. Les Soviétiques reprennent à nouveau l’initiative au moment où leurs propositions sur le désarmement s’essouflent :

  • 19 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1931, mémorandum remis au général de Gaulle par Sergueï Vi (...)

« La question se pose de savoir si le moment n’est pas venu d’examiner concrètement la possibilité de créer une sorte d’organisation pan-européenne avec la participation des États de l’Europe occidentale, de l’URSS et des pays de l’Europe orientale (...).
Il nous apparaît que la France et l’URSS ou ces deux puissances agissant en commun avec d’autres États de l’Europe pourraient prendre l’initiative de la création d’une organisation pan-européenne. Nos pays, qui sont les grandes puissances du continent européen, ont un intérêt vital à la paix et à la sécurité en Europe et sont liés depuis longtemps par des liens d’amitié traditionnelle »19.

  • 20 Ibid., projet, note au sujet de la lettre de M. Khrouchtchev au général de Gaulle concernant les pr (...)
  • 21 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, projet de réponse soumis par le Secrétariat g (...)

24Le projet de réponse que Henri Froment-Meurice prépare avec le plus grand soin énumère les propositions de cette nature qui auraient pour but ultime d’entraver la construction européenne20. Les Soviétiques proposeraient un partenariat avec les Français sur le plan continental dans l’unique but de les séparer des Américains comme des Allemands de l’Ouest. Les propositions soviétiques ne prévoient aucun engagement précis et visent surtout à obtenir la reconnaissance de la division de l’Europe et de l’Allemagne. Le mémorandum du 12 septembre s’inscrit dans cette tactique et cherche à contrarier les projets de construction européenne exposés par le général de Gaulle au cours de sa conférence de presse (5 septembre). Le projet de réponse démonte l’argumentation soviétique en insistant sur le fait que le mémorandum ne correspond nullement à un abandon de la thèse soviétique sur Berlin. Fin septembre, le secrétariat général de l’Élysée remet au général de Gaulle un projet de réponse, qui reprend directement les conclusions du Quai d’Orsay en les présentant de manière moins tranchée. Dans ce projet, il est indiqué que le gouvernement français « pense lui aussi que les nations européennes font partie d’une même famille »21, mais que l’unification de l’Europe n’est pas envisageable dans la situation actuelle :

  • 22 Ibid.

« De l’avis du Gouvernement français, il serait donc peu réaliste, et sans doute vain, de tenter dès maintenant de réunir dans un même ensemble, et sur une base en quelque sorte organique, ce qui est trop différent »22.

  • 23 Ibid.

25Avant d’envisager une organisation commune, le gouvernement français préconise la mise en place « de méthodes institutionnelles d’une coopération véritable »23.

26Cette proposition soviétique intervient dans un contexte d’intense activité diplomatique. Sur le plan multilatéral, la session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies donne l’occasion à Nikita Khrouchtchev de multiplier coups médiatiques et autres déclarations fracassantes. Il accuse les États-Unis de brigandage et de perfidie, propose la suppression du poste de secrétaire général de l’ONU et son remplacement par une troïka (un occidental, un socialiste et un neutre), réclame le déménagement du siège de l’organisation internationale en dehors des États-Unis et préconise que la question du désarmement soit désormais traitée par l’Assemblée générale et non plus par une commission. Sur tous ces points, il essuie des refus, qui accentuent sa fébrilité. Marteler son pupitre de ses poings ou avec sa chaussure jaune ne change rien sur le fond, mais frappe durablement les esprits. En revanche, son projet de résolution sur l’émancipation immédiate des territoires colonisés rencontre un large écho. Dans le cadre de l’Assemblée générale, le GPRA trouve ainsi de nombreux relais pour fustiger la politique française. L’accueil réservé à Fehrat Abbas par Kossyguine, lors d’une étape à Moscou (28 septembre), marque une nouvelle étape du gouvernement soviétique à la rébellion algérienne, qui s’apparente à une reconnaissance de facto du GPRA.

  • 24 M.-C. Smouts, La France à l’ONU, Paris, Presses de la FNSP, 1979, p. 11.

27Le général de Gaulle délaisse le terrain onusien, qui ne correspond ni à ses intérêts immédiats ni à sa culture diplomatique. À tort, car la diplomatie du spectacle commence à prendre le pas sur la diplomatie classique. Le général de Gaulle qualifie d’ailleurs l’ONU de « machin » en septembre 196024. Son obsession de l’indépendance nationale lui fait peut-être perdre de vue les mutations en cours des pratiques diplomatiques. Est-il mal à l’aise dans le multilatéral ? Le général de Gaulle n’a pas une culture de la négociation, du compromis et du patient travail d’influence. Le lobbying n’a rien à voir avec sa méthode, qui privilégie toujours l’entente directe entre responsables politiques, au risque peut-être de rester au stade déclaratoire. Dans un cadre multilatéral, européen ou otanien, sa méthode pèche parfois par manque d’efficacité car elle privilégie un discours de puissance au détriment d’un patient travail d’influence et de persuasion. À la fin du mois de septembre, deux ans après son mémorandum resté sans réponse, il tente une nouvelle modification du fonctionnement de l’OTAN, convaincu que le statut de puissance nucléaire change, à lui seul, le rapport de forces :

  • 25 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 245, note manuscrite du général de Gaulle, 27 sept (...)

« Il faut, en effet, une coopération organisée des trois puissances mondiales de l’Ouest pour la stratégie mondiale. L’OTAN telle qu’elle est n’a rien à y voir. Mais cette OTAN elle-même doit être remplacée par une autre organisation dans laquelle les puissances atomiques auraient chacune leur défense nationale et d’autre part, s’engageraient à agir atomiquement d’accord »25.

  • 26 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 271, note de synthèse du service d’Europe orientale concer (...)
  • 27 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 186, audience de Sergueï Vinogradov, 23 novembre 1 (...)

28Par une combinaison de facteurs, l’automne 1960 voit donc une dégradation des rapports franco-soviétiques que le Quai d’Orsay attribue, pour sa part, aux évolutions de Moscou sur le dossier algérien. Le service d’Europe orientale envisage la possibilité de l’ouverture d’une représentation du FLN à Moscou, sous la forme d’un bureau annexe d’une ambassade arabe, tout en considérant que Nikita Khrouchtchev n’est pas disposé « à brûler ses vaisseaux dans l’affaire algérienne »26. Les autorités françaises le mettent en garde, à plusieurs reprises, sur une éventuelle reconnaissance qui compromettrait gravement les relations entre les deux pays. Le général de Gaulle lui-même attire l’attention de Sergueï Vinogradov sur ce point au mois de novembre27. L’intensité des tensions politico-diplomatiques n’est pas sans conséquence sur le développement des échanges entre les deux pays, puisque les autorités françaises adoptent, en effet, une position d’attente sur les négociations d’un accord commercial à long terme, comme le souligne Maurice Dejean :

  • 28 MEF, Trésor, carton n° B 595, télégramme de Maurice Dejean n° 37/DET, 30 décembre 1960.

« Les Soviétiques se rendent parfaitement compte, comme nous pouvions le supposer, que, dans la conjoncture actuelle, nos hésitations s’inspirent sans doute de raisons politiques plus encore que techniques... »28

  • 29 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, message d’An (...)
  • 30 Ibid., rapport d’Andreï Gromyko, n° 316, 11 février 1961.
  • 31 Ibid., rapport d’Andreï Gromyko, n° 338, 14 février 1961.
  • 32 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, note du service d’Europe orientale au sujet de l’inc (...)

29Au cours du premier semestre 1961, les relations franco-soviétiques vivent une période de contradictions, car les tensions politico-diplomatiques au sujet de l’Algérie se juxtaposent au travail quotidien commun de préparation des expositions estivales. Au mois de janvier, Nikita Khrouchtchev déclare que les guerres de libération nationale revêtent un caractère « juste et sacré » et que les peuples qui les mènent méritent d’être soutenus par l’Union soviétique. Le mois suivant, un incident aérien provoque l’émoi des chancelleries. L’avion de Léonid Brejnev fait l’objet de tirs de semonce au cours de son survol de l’Algérie. Le plan de vol de Moscou à Conakry, via Rabat, avait été déposé et accepté par les autorités françaises pour la partie placée sous leur contrôle. Le 9 février, le pilote de « l’Iliouchine » dévie d’une trentaine de kilomètres de sa trajectoire et est intercepté par deux chasseurs français qui tirent des coups de semonce. L’avion reprend immédiatement son cap d’origine. Andreï Gromyko indique aux membres du présidium qu’un diplomate soviétique a protesté le soir même auprès du cabinet de Maurice Couve de Murville29. Il remet également une note au chargé d’affaires français indiquant que l’incident s’est produit au-dessus des eaux internationales et exige des sanctions contre les responsables30. Jean de La Grandville exprime des regrets et annonce qu’une enquête est en cours. Andreï Gromyko exploite l’incident et convoque le chargé d’affaires français à plusieurs reprises31. L’enquête conclut à un dysfonctionnement de la chaîne de commandement entre l’Aviation civile et les autorités militaires et reconnaît que l’incident s’est déroulé au-dessus des eaux internationales. Elle écarte l’hypothèse d’une provocation à l’endroit de Léonid Brejnev et déplore l’incident qui aurait pu être évité si des précautions élémentaires avaient été prises : « Le dossier français ne se présente donc pas sous un jour excellent »32. Le PCF, quant à lui, ne laisse pas passer l’occasion de critiquer le gouvernement :

  • 33 PCF : réunion du secrétariat le 14 février 1961, SEC. GP. GV., 15 février 1961, n° 863.

« L’incident franco-soviétique à propos de l’avion transportant le Président du Soviet suprême de l’URSS est une preuve nouvelle de la nocivité de la guerre d’Algérie. C’est un nouveau coup porté aux intérêts et au rayonnement de la France dans le monde et il vient altérer plus encore les relations franco-soviétiques »33.

30La tension qui prévaut entre Paris et Moscou depuis plusieurs mois éclate au cours d’une rencontre entre le général de Gaulle et Sergueï Vinogradov le 23 février. Visiblement, le général de Gaulle ne supporte plus les critiques soviétiques sur sa politique algérienne, qu’il juge « positivement intolérables ». Sergueï Vinogradov justifie la position soviétique en soulignant que Moscou n’a pas reconnu le GPRA de jure, mais seulement de facto, à l’instar des autorités françaises qui ont reçu les émissaires algériens à Melun. Le général de Gaulle lui rétorque que l’URSS est la puissance la plus colonialiste du monde :

  • 34 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, compte rendu de l’entretien du général de Gaulle et (...)

« De surcroît, l’URSS effectue des livraisons d’armes au FLN, ce qui est de nature à entraîner de graves conséquences. C’est ainsi qu’on a retrouvé récemment lors d’un accrochage survenu à la frontière algéro-marocaine, des armes d’origine tchèque dans les mains des fellaghas »34.

  • 35 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1925, télégramme de Maurice Dejean n° 1385/ 88, 21 mars 19 (...)
  • 36 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, note remise (...)

Cette sortie du général de Gaulle porte ses fruits car, dès le mois suivant, Maurice Dejean note une inhabituelle discrétion de la presse soviétique au sujet de l’affaire algérienne35. Sans s’apaiser complètement, les relations entre les deux capitales se stabilisent dans les semaines suivantes. Début juin, les Soviétiques reviennent à la charge en remettant à Maurice Dejean une note sur Berlin, qui n’apporte aucun élément nouveau36, mais intervient après la rencontre entre John Kennedy et Nikita Khrouchtchev à Vienne. Les Soviétiques réactivent la crise de Berlin.

  • 37 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 14, télégramme de Maurice Couv (...)
  • 38 Ibid., entretien du général de Gaulle et de Sergueï Vinogradov, 13 juillet 1961.

31À la mi-juin, Andréï Gromyko et Maurice Couve de Murville se rencontrent à Genève. La première partie de l’entretien porte sur le Laos. La seconde partie aborde les questions européennes. Le ministre soviétique, déployant l’habituelle argumentation soviétique, annonce que Moscou a l’intention de signer un traité de paix séparé avec la RDA avant la fin de l’année. Maurice Couve de Murville s’inquiète des dangers qu’un tel traité ferait planer sur la paix mondiale : « La conversation, très tendue, n’est pas allée plus loin »37. Un mois plus tard, le général de Gaulle reçoit Sergueï Vinogradov qui déclare que l’URSS veut liquider les séquelles de la guerre sans porter atteinte aux droits des Occidentaux. Le général de Gaulle lui rétorque que le régime de Pankow est une construction artificielle et qu’il doute des intentions pacifiques de l’URSS au regard de ses livraisons d’armes au FLN. S’abstenant de relever ce dernier point, l’ambassadeur demande au chef de l’État s’il envisage toujours un voyage en URSS : « Le général de Gaulle répond qu’il ne peut, dans le climat actuel, donner suite à cette éventualité »38. C’est dans ce climat détérioré que l’exposition française à Moscou doit être inaugurée un mois plus tard.

L’importance des relations sino-soviétiques

  • 39 W. Taubman, « Khrushchev vs. Mao : A Preliminary Sketch of the Rôle of Personality in the Sino-Sovi (...)
  • 40 C. Jian, « A Crucial Step toward the Breakdown of the Sino-Soviet Alliance : The Withdrawal of Sovi (...)

32Le schisme sino-soviétique ne s’explique pas seulement par les rapports tendus entre Khrouchtchev et Mao39. Il y a, tout d’abord, la concurrence implicite pour le contrôle du mouvement communiste international, qui s’exprime de plus en plus ouvertement au cours des conférences des partis (conférences à Moscou en novembre 1957 et en novembre 1960). Ensuite, les controverses idéologiques entre les deux régimes traduisent des divergences fondamentales : les Soviétiques reprochent aux Chinois leur conception du passage du socialisme au communisme alors que Pékin fustige la coexistence pacifique en politique extérieure qui trahit, à ses yeux, le camp socialiste. À ces deux facteurs, s’ajoute une rivalité territoriale latente. Plusieurs événements ponctuent la dégradation des rapports : Moscou dénonce son accord nucléaire avec Pékin (juin 1959) et apporte son soutien à l’Inde dans le conflit territorial qui l’oppose à la Chine (septembre 1959). À l’issue des entretiens de camp David, la rencontre Khrouchtchev-Mao aggrave les désaccords. En juin 1960, lors du IIIe congrès du parti ouvrier roumain, les représentants chinois défendent les thèses de Lénine alors que Nikita Khrouchtchev insiste sur la nécessité de prendre en compte les changements de contexte historique. Signe de rupture sans équivoque : Nikita Khrouchtchev rappelle ses conseillers de Chine (août 1960)40.

33L’évolution des relations sino-soviétiques remet en cause l’équilibre géostratégique et complexifie la confrontation Est-Ouest. Il est intéressant de suivre les analyses développées par les autorités françaises et le PCF au sujet du schisme afin de mesurer la qualité des informations respectives dont ils disposent. La conférence des PC qui se tient à Moscou (du 11 novembre au 1er décembre 1960) est une étape importante de l’histoire du mouvement communiste international, car elle voit l’instauration d’un clivage durable et profond entre les thèses soviétiques et les thèses chinoises, qui entraîne une division du mouvement en deux grandes tendances antagonistes. Après le retrait des conseillers soviétiques de Chine, les relations bilatérales s’interrompent presque totalement. Une commission de médiation est alors mise en place pour tenter de rapprocher les positions des deux géants communistes à la veille de la conférence. Comportant des représentants de 26 partis communistes, cette commission se réunit à vingt et une reprises (entre le 25 septembre et le 23 octobre 1960). Léo Figuères et Raymond Guyot y représentent le PCF. Au cours de la conférence, la délégation du PCF, dirigée par Maurice Thorez, défend la ligne soviétique sans aucune réserve. Le PCF se présente comme un des principaux soutiens du PCUS. Maurice Thorez déclare que la position chinoise est erronée et qu’elle va à l’encontre de l’unité du mouvement :

  • 41 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1927, Rapport du ministère de l’Intérieur, direction génér (...)

« Réfléchissez encore, camarades chinois !, le projet de déclaration est une bonne base. Communiquez à votre Comité central cette démarche pressante que nous faisons auprès de vous »41.

34Cette déclaration est extraite d’un volumineux rapport de la direction des Renseignements généraux qui rapporte la teneur des débats et le contenu de l’ensemble des interventions. Ce document témoigne de la qualité et de la précision des informations dont disposent les autorités françaises pour saisir la nature du conflit idéologique entre Moscou et Pékin. Il montre également comment cette information est interprétée comme un renforcement de la menace communiste alors même que le document décrit la division profonde du mouvement communiste international. En effet, les policiers des Renseignements généraux, après avoir pourtant souligné les dissensions, concluent que la conférence aboutit à un renforcement du mouvement communiste international :

  • 42 Ibid., p. 5.

« Elle l’a rendu plus mordant, plus machiavélique, elle le rendra plus entreprenant, elle le conduira à prendre des risques, ce à quoi il s’était refusé jusqu’alors »42.

Ce document soulève plusieurs questions, qui portent sur les moyens utilisés pour recueillir, traiter puis diffuser l’information. Le traitement correspond à l’interprétation du document dans un contexte précis et suivant une grille d’analyse. Les transcriptions mettent en lumière la profondeur des désaccords sino-soviétiques et la virulence des échanges entre représentants mais l’interprétation générale inscrit cette conférence dans un plan d’ensemble du mouvement communiste international, qui sortirait renforcé de ces controverses. L’écart est saisissant entre l’information brute, qui fait apparaître clairement les divergences de fond, et l’interprétation, qui renforce l’impression d’une toute-puissance du communisme international.

  • 43 J.-É. V, Mémoires d’un directeur des renseignements généraux, op cit., p. 118.
  • 44 Témoignage de Jean-Émile Vié, 30 juin 1998.
  • 45 Ibid.
  • 46 Ibid.

35L’enquête s’oriente vers les Renseignements généraux puisque le document émane de ce service de police. Jean-Émile Vié, directeur des Renseignements généraux entre 1955 et 1961, fait allusion, dans ses mémoires professionnels, à ce document43. Il résulte d’une collaboration régulière entre le SDECE et les Renseignements généraux. Il est le produit d’une méthode de travail. Dès que l’occasion se présente dans les aéroports, les valises des diplomates soviétiques sont détournées du circuit normal des bagages. À Orly, un commissaire des Renseignements généraux ouvre avec un spécialiste du SDECE la valise, qui a échappé à la vigilance de son propriétaire, sans laisser de traces. Les documents sont photocopiés : ceux concernant la politique intérieure sont traités par les Renseignements généraux alors que ceux touchant à la politique extérieure sont analysés par le SDECE. En l’espèce, Jean-Émile Vié se rappelle que le document « a été communiqué au ministre de l’Intérieur, puis aux ministres intéressés, en particulier celui des Affaires étrangères »44. La diffusion d’un document de cette nature prend « au grand maximum une semaine »45. Dans le cas présent ; « Il n’y a pas eu de retour. Ce document a été considéré comme un document d’information ne nécessitant pas d’instructions particulières »46.

36En surveillant ou en interrogeant des communistes français, les autorités françaises recueillent des renseignements sur l’Union soviétique. L’ambassade de France à Moscou transmet, par exemple, au Quai d’Orsay des informations qui reposent sur une discussion entre un diplomate et « une personnalité communiste bien placée du déroulement de la récente conférence communiste au sommet ». Après avoir indiqué que les difficultés entre Pékin et Moscou étaient anciennes, que les débats au cours de la conférence avaient été orageux et que la Chine avait marqué des points sur le dossier des guerres locales, cet informateur (ou désinformateur) conclut à l’unité du mouvement communiste :

  • 47 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1927, télégramme de Maurice Dejean n° 79, 5 janvier 1961, (...)

« La personnalité communiste en question a soutenu que la conférence s’était terminée par un succès total et avait ressoudé l’unité du camp socialiste pour plusieurs années. Éludant une question sur les conditions dans lesquelles cet accord s’était réalisé, il s’est borné à indiquer que Moscou avait reconnu en fait l’existence d’un Empire d’Orient »47.

37Comme on l’a vu, la délégation du PCF apporte un soutien sans faille au PCUS. À son retour en France, Maurice Thorez rapporte les discussions devant le bureau politique. Dans ses décisions destinées à l’appareil, le bureau politique garde une grande discrétion sur les divergences de fond et les évoque en filigrane dans son dernier point :

  • 48 PCF : réunion du bureau politique le 8 décembre 1960, SEC. GP., GV., 12 décembre 1960, n° 845.

« Considérer comme très positifs les documents qui ont été adoptés, et cela à l’unanimité. La présence des 81 partis à cette Conférence montre les progrès du mouvement communiste dans le monde et les décisions qui ont été prises à cette Conférence auront de profondes48 repercussions ».

38Le service d’Europe orientale, en liaison avec l’ambassade, suit de très près ces débats idéologiques souvent annonciateurs de redéploiements diplomatiques. La conférence des 81 fait apparaître trois tendances. Derrière l’URSS se regroupent les partis tchèque, est-allemand, polonais, italien, britannique, indien, mongol et français. Derrière la Chine se regroupent les partis albanais, indonésien, birman et, avec plus de réserve, coréen, australien et malaisien. Une troisième tendance réunit les partis neutres.

39À partir du mois de mars, les relations entre Moscou et Pékin se rétablissent et aboutissent à la conclusion d’un nouvel accord commercial, mais des tensions resurgissent en juillet 1961. Il semble donc que les autorités françaises disposent d’informations relativement fiables sur le schisme sino-soviétique. Ce schisme pèse sur la relation bilatérale d’une double façon. D’une part, il contribue à expliquer les à-coups de la politique extérieure soviétique après le voyage de Khrouchtchev en France. D’autre part, il renforce l’importance du PCF dans le dispositif soviétique. Vassal indubitable, le PCF défend la ligne soviétique, ce qui le conduit dans ces mois de haute tension à accentuer plus encore ses critiques à l’égard de la politique gouvernementale.

Le désarmement : une querelle permanente

  • 49 R. Girault, R. Frank et J. Thobie, La loi des géants, op. cit., p. 279.

40Les Soviétiques n’exposent pas au grand jour ces divergences au sein du mouvement communiste international. En revanche, ils continuent à maintenir la pression sur les Occidentaux en réactivant au besoin le dossier allemand et celui du désarmement. Il faut préciser que le dossier du désarmement recouvre, en réalité, trois dossiers d’importance croissante : la prévention des attaques par surprise qui fait l’objet d’une conférence à Genève (novembre-décembre 1958), les plans de désarmement (plans de désarmement partiel ou complet) et l’arrêt des expériences nucléaires. Dans ce dernier domaine, les Soviétiques ont entrepris de gêner le gouvernement français, qui n’exclut pas une possible collusion entre les deux grands sur ce sujet. Depuis 1952, une commission du désarmement existait dans le cadre onusien, mais en la matière la « prépondérance des deux géants restait évidente »49.

41En mars 1958, l’annonce unilatérale par l’Union soviétique de la fin des expériences nucléaires a fait d’elle la championne de la paix aux yeux de larges parties des opinions occidentales et visait particulièrement la France qui se trouvait engagée dans un programme nucléaire expérimental. Les négociations dans le cadre onusien se sont heurtées à l’absence de volonté politique et à la prééminence du dossier allemand dans les rapports Est-Ouest. En septembre 1959, devant l’Assemblée générale des Nations-unies, Nikita Khrouchtchev propose un désarmement général et complet en quatre ans de toutes les armes et de toutes les troupes, en commençant par un désarmement conventionnel. Cette proposition fait grand bruit même si elle semble pour le moins irréaliste.

42Les autorités françaises se trouvent contraintes d’élaborer dans l’urgence une forme de doctrine pour ne pas compromettre leur effort nucléaire, mais aussi pour être actives sur un dossier auquel les opinions publiques occidentales sont très sensibles. Elles jugent le plan Khrouchtchev irréaliste, illogique et incomplet. Irréaliste en raison du délai imparti et du caractère complet prévu par le plan. Illogique en raison de la priorité donné au désarmement conventionnel à l’heure où la principale menace résulte de la course aux armements atomiques entre les deux grands. Incomplet, et c’est l’idée force de l’argumentation française, dans la mesure où le plan néglige les vecteurs d’armes nucléaires. Ensuite, les autorités françaises insistent sur la nécessité de concevoir des programmes de désarmement en fonction de systèmes de contrôle. Pour être réel, tout désarmement doit prévoir, au préalable et non au final comme le proposent les Soviétiques, un sévère régime de contrôle. Afin de ne pas se retrouver paralysées dans leur effort nucléaire, les autorités françaises défendent la position suivante : le problème principal ne réside pas dans l’arrêt des expériences nucléaires, mais dans les stocks d’armes nucléaires existants, qu’il faudrait détruire avant toute chose. Elles estiment que la priorité devrait être donnée au contrôle des vecteurs. Une fois cette démarche engagée, il serait alors possible de commencer à se pencher sur les modalités d’un désarmement conventionnel.

  • 50 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, lettre de Nikita Khrouchtchev au général de G (...)
  • 51 Ibid., lettre du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 10 juin 1960.
  • 52 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 44, papka n° 85, delo n° 24, 1960, lettre de Ni (...)
  • 53 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, lettre du général de Gaulle à Nikita Khroucht (...)

43Les intentions réelles de Nikita Khrouchtchev en matière de désarmement apparaissent relativement obscures. Cherche-t-il à utiliser le thème au profit d’une vaste campagne de propagande, à limiter les coûts de développement des armes atomiques qui grèvent le budget soviétique ou à freiner les efforts américain, britannique et français, mais aussi chinois, en matière nucléaire ? Difficile de voir, à ce stade, quelle motivation l’emporte sur telle autre. Toujours est-il que le dossier du désarmement lui sert à entretenir, en permanence, un sujet de tension avec les Occidentaux. Dans les jours qui suivent la conférence au sommet, Nikita Khrouchtchev remonte au créneau en adressant au général de Gaulle une lettre concernant le désarmement50. De Gaulle lui répond en expliquant que le désarmement dépend de la détente, c’est-à-dire qu’il est inutile d’y songer sans le rétablissement du dialogue Est-Ouest, mis à mal par la conférence. Techniquement, il ajoute qu’il importe avant tout de contrôler les vecteurs51. Deux semaines plus tard, Nikita Khrouchtchev revient à la charge en indiquant que la réponse du général de Gaulle le plonge dans la perplexité et dénote un changement de position depuis les entretiens de Rambouillet. Il ajoute qu’elle va à l’encontre de la détente52. Trois jours plus tard, le général de Gaulle se déclare « choqué » que l’on puisse croire à une modification des positions françaises. Il réaffirme que le problème central réside dans le contrôle des vecteurs, refuse d’adopter le plan soviétique tel qu’il se présente et indique que le cadre onusien n’est guère propice aux discussions. Selon lui, les questions relatives au désarmement ne peuvent se traiter qu’en cercle restreint53.

  • 54 Ibid., lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 23 juillet 1960.

44Fin juillet, Nikita Khrouchtchev adresse une nouvelle lettre à l’Élysée confirmant son impression d’un changement des positions françaises et défendant son plan de désarmement général et complet54. La réponse du général de Gaulle est sèche. Le dialogue direct se trouve dans une impasse :

  • 55 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 44, papka n° 85, delo n° 24, 1960, lettre du gé (...)

« Il ne me paraît pas utile de répondre très longuement, car, du côté français, tout a déjà été dit et redit. Je veux, cependant, vous indiquer, encore une fois quelle est la position de la France. Cette position, d’ailleurs, est restée invariable, contrairement à ce que vous tenez à répéter »55.

  • 56 Ibid.

Le général de Gaulle explique, à nouveau, que les vecteurs doivent être contrôlés avant toute chose et conclut56. En septembre 1960, Nikita Khrouchtchev formule une série de critiques sur les positions françaises dans un entretien accordé à la Pravda. Le PCF s’empresse de les relayer :

  • 57 PCF : réunion du bureau politique le 22 septembre 1960, SEC. GP. GV., 24 septembre 1960, n° 821.

« Rappeler que la politique gaulliste est celle des monopoles qui sont intéressés à la course aux armements qui leur apporte d’énormes profits, et sont animés du désir de faire la guerre à l’URSS. C’est pourquoi la politique de De Gaulle est engagée dans des dépenses militaires énormes, qu’elle entend procéder à l’armement atomique, qu’elle réalise l’alliance avec les revanchards allemands »57.

45Conscient des risques qu’il fait planer sur l’effort nucléaire français, le général de Gaulle suit attentivement le débat sur le désarmement. À la veille de l’arrivée en France de Nikita Khrouchtchev, il avait déjà donné des instructions très précises dans ce domaine :

  • 58 FNSP, fonds Couve de Murville, carton CM 7, instructions du général de Gaulle au sujet du plan des (...)

« Essentiellement, nous ne pouvons consentir à l’arrêt de la production de matières fissiles que si la destruction des stocks est assurée dans des délais très brefs et impératifs.
S’il ne devait pas en être ainsi, nous ne souscririons finalement à aucun engagement. Car nous voulons nous procurer des armements nucléaires dès lors que les autres en possèdent et nous ne renonçons à nous en procurer que si, réellement, ils n’en possèdent pas »58.

Il importe à ses yeux d’éviter à tout prix de traiter le désarmement dans les enceintes de l’ONU. La défiance du général de Gaulle à l’égard du cadre onusien, ainsi que son refus du plan soviétique, suscitent des articles aussi réguliers que critiques dans la presse soviétique durant toute la période. La rencontre de Nikita Khrouchtchev et John Kennedy à Vienne (juin 1961) réactive le dossier. Pour de Gaulle, le sujet est embarrassant, même s’il y trouve une nouvelle occasion d’indépendance. Il se démarque et veille à éviter l’assimilation des positions françaises aux positions américaines. Sa mise au point ne manque pas de clarté et annonce la politique française de désarmement pour les décennies à venir, qui tend à empêcher toute comptabilisation des armes françaises dans l’arsenal occidental :

  • 59 Ibid., instructions du général de Gaulle, 13 juin 1961.

« Nous n’avons pas à fournir d’avis au gouvernement américain quant à un document qui pourrait servir de base à une négociation particulière entre Américains et Russes, surtout s’il s’agit d’une question vitale telle que le désarmement.
Nous avons à prendre position dans les négociations où nous sommes partie. Nous n’avons pas à nous mêler d’une manière indirecte – c’est-à-dire inconvenante et propre à nous engager – dans une négociation59
ou nous ne sommes pas ».

  • 60 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1918, télégramme de Maurice Dejean n° 3114/ 20, 16 juin 19 (...)
  • 61 F. Bozo, Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 72-74.

46À son retour de Vienne, au cours d’un discours radiotélévisé, Nikita Khrouchtchev n’épargne pas la France. Il condamne son refus d’interdire les expériences nucléaires, refus qui, d’après lui, encourage d’autres États à se doter d’armes nucléaires, au risque de remettre en cause l’équilibre stratégique. Au début des années soixante, l’Union soviétique présente la France comme un pays proliférant60. Le général de Gaulle saisit immédiatement le danger qui pèse sur la force de frappe naissante : la voir intégrée à l’arsenal occidental au cours des discussions américano-soviétiques. Son refus des propositions soviétiques en matière de désarmement s’adresse également aux États-Unis61 :

  • 62 FNSP, fonds Couve de Murville, carton CM 7, instructions du général de Gaulle, 4 août 1961.

« Il semble que les Américains, prévoyant la « sortie » relativement prochaine de nos bombes atomiques, voudraient trouver une combinaison qui leur permette de nous coiffer, en ce qui concerne l’emploi.
Il faut nous en tenir à notre position fondamentale :
1°) Nous ne mettons pas nos bombes, sous aucune forme, à la disposition de l’OTAN.
 2°) Nous entendons bien qu’il y aurait intérêt pour les trois puissances atomiques occidentales à mettre sur pied leur stratégie atomique.
3°) Mais cette stratégie doit s’étendre à toute la surface de la terre et comporte, évidemment, une coopération organisée des trois en dehors de l’OTAN »62.

47En restant volontairement en marge des discussions sur le désarmement, le gouvernement français trouve le moyen d’affirmer son indépendance et de sauvegarder ses efforts nucléaires.

Les échanges intermédiaires

48En relations internationales, le désarmement relève par excellence du domaine de compétence des États. Ce sont les chefs d’État ou de gouvernement, les ministres et leurs experts, qui mènent les négociations. Dans le cadre franco-soviétique, le général de Gaulle et Nikita Khrouchtchev s’impliquent personnellement et traitent le dossier en direct. Autrement dit, le dossier du désarmement est traité au plus haut niveau des États par un tout petit groupe de décideurs. Les opinions publiques restent en marge pour influer sur les gouvernants faute de relais intermédiaires. Cette absence est à relever dans la mesure où elle ne concerne que certains secteurs de la relation bilatérale. Expressions absolues de la souveraineté nationale, les processus d’armement et de désarmement sont gérés au plus haut niveau de l’État. Ce dossier confirme le rôle central des hommes d’État dans le cadre bilatéral. Leur action peut également consister à déléguer ou, plus précisément, à susciter des actions bilatérales. La visite de Nikita Khrouchtchev en France illustre cette impulsion qui part du sommet vers la base en passant par des échelons intermédiaires. À l’inverse, certaines archives confirment une volonté de la base de participer à la relation bilatérale et traduisent un mouvement de bas en haut.

Les voyages de personnalités

  • 63 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 90, delo n° 23, 1961, lettre de Ja (...)
  • 64 Ibid., lettre de Jacques Chaban-Delmas à A.P. Volkov, 5 août 1960.
  • 65 Ibid., lettre d’A.P. Volkov à Jacques Chaban-Delmas, 5 octobre 1960.
  • 66 Ibid., lettre d’André Armengaud et Raymond Schmittlein à I. Kairov, 12 juillet 1960.
  • 67 Ibid., lettre de Jacques Chaban-Delmas à Sergueï Vinogradov, 9 mai 1961.
  • 68 Ibid., déclaration de Jacques Chaban-Delmas à Nemsinoj, 13 juin 1961.

49Jacques Chaban-Delmas ne tarde pas à inviter une délégation de parlementaires soviétiques en réponse à son voyage du mois de mars. Il adresse une lettre d’invitation à A.P. Volkov, vice-président du groupe parlementaire d’URSS63. Début août 1960, Jacques Chaban-Delmas diffère le voyage à l’automne64. En octobre, A. Volkov repousse à son tour le voyage65. De leur côté, André Armengaud et Raymond Schmittlein, responsables du groupe parlementaire d’amitié franco-soviétique, préparent le voyage en demandant à I. Kairov, président du groupe d’amitié parlementaire franco-soviétique du Soviet suprême, d’organiser des rencontres entre les deux groupes d’amitié66. En raison de la tentative de putsch des généraux en Algérie, Jacques Chaban-Delmas indique à Sergueï Vinogradov que le voyage d’une délégation parlementaire soviétique n’est pas souhaitable67. Au mois de juin 1961, le président de l’Assemblée nationale revient sur les raisons de cet ajournement auprès d’un diplomate soviétique en expliquant qu’il n’excluait pas la possibilité de voir le parcours de la délégation soviétique perturbé par des « ultras »68. Inutile de préciser que cet ajournement résulte du climat de guerre civile larvée, mais aussi de la tension qui se maintient sur le plan politico-diplomatique. Les actions menées par la droite ultra en Algérie et en métropole ne créent pas les conditions propices à la visite d’une délégation soviétique. Dans le même temps, le durcissement des attaques soviétiques sur l’Algérie, au premier semestre 1961, conjuguées à la campagne internationale de l’Union soviétique en vue d’interdire les expériences nucléaires, n’incitent guère les autorités françaises à recevoir des parlementaires qui se feraient les agents zélés de la propagande soviétique.

  • 69 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 43, papka n° 166, delo n° 18, 1960, note su (...)

50Le voyage de Nikita Khrouchtchev n’entraîne pas un développement sensible des relations parlementaires qui restent pourtant une des cibles privilégiées de l’effort d’influence soviétique en France. La visite d’une délégation parlementaire soviétique ne sera rendue possible qu’une fois l’indépendance algérienne accordée. En revanche, dans le domaine politico-économique, la visite de Nikita Khrouchtchev a des répercussions immédiates. Un comité France-Europe de l’Est est créé pour développer les échanges commerciaux. Dirigé par Max Fléchet, ancien secrétaire d’État, ce comité se présente comme une émanation des organisations professionnelles industrielles et fonctionne avec l’appui du gouvernement français. Il n’est pas chargé des négociations commerciales mais de leur préparation. Sa tâche ne consiste pas à choisir les produits susceptibles d’équilibrer les échanges – choix qui incombe aux seules autorités gouvernementales – mais à découvrir de nouveaux produits susceptibles d’entrer dans les échanges69.

  • 70 MEF, Trésor, carton n° B 595, télégramme de Maurice Dejean n° 18/DET, 27 juin 1960.
  • 71 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 273, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville (...)

51Du 19 au 27 juin 1960, le comité France-Europe de l’Est effectue une mission en Union soviétique. Max Fléchet conduit une délégation de douze membres représentant plusieurs secteurs d’activité. La délégation française bénéficie d’un excellent accueil. Elle ne subit pas l’effet de la tension accumulée depuis l’échec de la conférence au sommet, comme le remarque Maurice Dejean70. À Moscou, la presse salue le départ de la mission qui est venue pour diversifier les échanges entre les deux pays71. Cette diversification est indispensable à l’augmentation du volume des échanges dans la perspective du nouvel accord commercial à long terme. Malgré les réussites de la mission, Maurice Dejean juge, six mois plus tard, qu’elles restent insuffisantes au regard des besoins :

  • 72 MEF, Trésor, carton n° B 595, télégramme de Maurice Dejean n° 37/DET, 30 décembre 1960.

« La mission Fléchet a été des plus utiles mais cet effort de prospection demeure insuffisant pour assurer le maintien de notre expansion économique en URSS »72.

  • 73 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 43, papka n° 166, delo n° 18, 1960, lettre (...)

Le comité France-Europe de l’Est ne centralise pas l’ensemble des demandes car des hommes d’affaires préfèrent établir des contacts personnels au cours de voyages officieux. Ils s’adressent alors directement à Sergueï Vinogradov, qui se transforme en agent de voyages à thème. L’ambassadeur soviétique facilite non seulement les démarches administratives mais organise surtout les rencontres souhaitées par ses amis français. En février 1960, par exemple, Max Heilbronn, vice-président des Galeries Lafayette, qui voyage avec son épouse, le général de Bénouville et sa femme ainsi qu’avec M. et Mme de Lacratelle, lui demande de prévoir une série de contacts avec des entreprises soviétiques tout au long de leur parcours73.

52Sergueï Vinogradov reçoit de nombreuses demandes de cette nature, car le voyage de Nikita Khrouchtchev a créé un appel d’air vers la Russie soviétique. Nul doute que les expositions française et soviétique prévues à l’été 1961 participent à cette découverte réciproque, mais les investisseurs les plus audacieux nouent des contacts sans attendre ces manifestations officielles.

Le double effet Gagarine

53Dans le prolongement de l’effet Spoutnik, le vol orbital de Youri Gagarine (12 avril 1961) provoque un double effet. Partout dans le monde, l’annonce du premier vol habité résonne comme un coup de tonnerre, comme une de ces nouvelles qui laissent l’humanité face à elle-même. Youri Gagarine, jeune homme de vingt-sept ans au sourire éclatant, va symboliser le potentiel de futur dont recèle l’Union soviétique aux yeux du monde. Héraut de la propagande jusqu’à sa mort (en 1968), il use de sa très grande popularité internationale pour présenter le régime soviétique sous un jour moderne et ouvert.

54Dans les semaines qui suivent son vol, Youri Gagarine suscite une vague d’enthousiasme dont témoignent les nombreuses lettres qui lui sont adressées et qui émanent de tous les milieux. À tout seigneur, tout honneur. Le général de Gaulle adresse un message de félicitations à Nikita Khrouchtchev le jour même du vol :

  • 74 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, message du général de Gaulle à Nikita Khrouch (...)

« La réussite des savants et des astronautes soviétiques fait honneur à l’Europe et à l’Humanité. Je suis heureux de leur rendre hommage et vous adresse mes très vives félicitations »74.

  • 75 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 44, papka n° 173, delo n° 18, 1961, lettre (...)
  • 76 Ibid., lettre d’Auguste Gillot à Sergueï Vinogradov, 12 avril 1960 ; lettre de Fernand Grenier à Se (...)

Dès le 12 avril, des personnalités, comme René Capitant, s’enthousiasment de cette prouesse de la technologie soviétique75. Des dirigeants communistes comme Auguste Gillot ou Fernand Grenier font part de leur vive joie et émotion devant ce succès soviétique76. Joie et émotion partagées par un groupe de Vaillants et Vaillantes :

  • 77 Ibid., lettre de l’Union des Vaillants et Vaillantes, groupe 19e Jean Jaurès, signée par 35 personn (...)

« En ce grand jour où l’Union soviétique vient de réaliser le plus grand exploit de tous les temps, d’envoyer un homme dans le Cosmos, le Groupe des Vaillants et des Vaillantes 19e Jean Jaurès tient à féliciter le peuple de l’URSS et ses dirigeants.
 – Nous saluons les savants, ingénieurs et ouvriers soviétiques qui ont contribué à la construction de la première fusée habitable.
 – Nous saluons le camarade Youri Gagarine pour son courage et la confiance qu’il a eue en la tâche qu’il a accomplie.
 – Nous approuvons les paroles qu’il a tenues au cours de sa conférence de presse en s’adressant à tous les peuples : « Il vaut mieux construire des fusées pour servir l’Humanité que de construire des bombes meurtrières ».
 – Nous soutenons les paroles du camarade Khrouchtchev qui, à cette occasion a renouvelé son offre de désarmement total pour que les Peuples vivent en Paix.
 – Nous souhaitons que l’URSS et la France entretiennent de meilleures relations et que les échanges culturels soient à l’Avenir de plus en plus nombreux.
Cher camarade, reçois de la part des Milliers de Vaillantes et Vaillants de France, ce Bouquet de l’amitié qui nous unira tous fraternellement dans la lutte pour la paix »77.

La direction du PCF n’est pas en reste et exploite ce succès sur le plan politique :

  • 78 PCF : réunion du secrétariat le 18 avril 1961, SEC. GP. GV., 19 avril 1961, n° 882.

« Considérer que l’envoi d’un homme dans l’espace par l’Union soviétique a un retentissement considérable dans le monde entier, y compris en France, ce qui renforce l’autorité de l’URSS et confirme l’avance du pays du socialisme dans toute une série de domaines, par rapport aux pays capitalistes »78.

  • 79 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 51, papka n° 288, delo n° 19, 1961, lettre de V (...)
  • 80 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1932, télégramme de Maurice Dejean n° 2485, 14 mai 1961.
  • 81 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 2486, 14 mai 1961.

55Au mois de mai, Youri Gagarine est invité au salon de l’aéronautique. Cette invitation suscite l’embarras des diplomates français, d’autant que Maurice Thorez est intervenu auprès de Nikita Khrouchtchev afin qu’il autorise le cosmonaute à se rendre en France79. Youri Gagarine obtient son visa de sortie, mais les organisateurs, soumis à diverses pressions, lui retirent son invitation. La presse soviétique s’insurge au grand dam de Maurice Dejean80, qui ne cache pas son irritation devant cette décision à l’origine « d’une impression assez défavorable pour notre pays »81.

  • 82 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, message du service d’Europe orientale au ministère d (...)

56Les autorités britanniques ne craignent pas la venue du cosmonaute. Youri Gagarine se rend, en effet, à Londres pour l’exposition soviétique où il reçoit un accueil enthousiaste. Le service d’Europe orientale ne cache pas sa méfiance à l’égard du cosmonaute soviétique et suit l’avis du préfet des Bouches-du-Rhône, qui refuse à la mairie de Port-de-Bouc l’autorisation d’appeler le nouveau gymnase du nom du héros soviétique82. Le service d’Europe orientale redoute, en outre, une invitation de Gagarine par l’Association France-URSS à l’occasion de l’inauguration de l’exposition soviétique de Paris. Yves Pagniez examine les différents cas de figure :

  • 83 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1932, note d’Yves Pagniez pour le cabinet du ministre n° 1 (...)

« Le refus d’un visa au premier cosmonaute présente divers inconvénients, dont le principal est qu’il risque de faire apparaître les autorités françaises comme redoutant la présence en France du major Gagarine. Ce refus, suivant celui qui lui a déjà été opposé lors du Salon de l’Aéronautique, pourrait servir de prétexte à une campagne de presse dont on peut facilement imaginer les thèmes.
En sens inverse, la présence de Youri Gagarine en France pourrait donner lieu, de la part du Parti communiste et d’autres organisations pro-soviétiques, à l’organisation de manifestations en l’honneur non seulement de l’homme lui-même, mais de la science et du régime soviétiques. Comme en Grande-Bretagne, ces manifestations comporteraient le risque de voir un hommage personnel rendu à Gagarine – en lui-même parfaitement admissible – être utilisé à des fins politiques »83.

57Yves Pagniez estime, en outre, qu’une telle invitation pourrait être « défavorablement interprétée » par le gouvernement allemand. Au cas où une demande de visa serait présentée avant l’ouverture de l’exposition soviétique, il préconise donc d’adopter une position d’attente et d’accorder l’autorisation de séjour en fonction de l’attitude soviétique au moment de l’exposition française.

Parcours individuels

58L’ajournement du voyage des parlementaires soviétiques et le refus de l’invitation de Youri Gagarine sont la conséquence directe des tensions politico-diplomatiques. Dans les deux cas, les autorités françaises craignent que ces personnalités soviétiques ne se transforment en agents de propagande au moment où les « ultras » entretiennent un climat délétère en Algérie et en métropole. D’une certaine manière, elles appliquent le principe de précaution. Ces mois (de mai 1960 à juillet 1961) de tensions politico-diplomatiques ont tendance à stériliser les fruits du voyage de Khrouchtchev en France.

59La descente dans les profondeurs de la relation bilatérale conduit à s’intéresser à des parcours individuels. Or, il apparaît à travers ceux que les archives permettent de retracer que les situations individuelles se compliquent singulièrement au premier semestre 1961. Parallèlement, il ne faut pas perdre de vue que les autorités françaises et soviétiques négocient quotidiennement en vue des expositions de l’été. Malgré la multiplication des contacts en tous genres et à tous niveaux, des individus se retrouvent complètement isolés entre Paris et Moscou, écartelés par l’affrontement de deux logiques administratives ou plus simplement opprimés, dans les deux exemples retenus, par le régime soviétique. Le dégel khrouchtchevien a ses limites et ne doit pas faire oublier que l’Union soviétique demeure un régime policier implacable. Les deux exemples retenus ont été choisis dans la mesure où ils mettent à jour l’existence de réseaux amicaux entre les deux pays. La personnalité comme l’activité des protagonistes – Georges Nivat (indirectement Boris Pasternak) et Rudolf Nureïev – ne les limitent pas à leurs sphères personnelles. C’est pourquoi leurs parcours respectifs suscitent actions et réactions à plusieurs niveaux de la relation bilatérale.

La seconde affaire Pasternak

60En 1961, Georges Nivat est âgé de vingt-six ans. Normalien, agrégé de russe et boursier du gouvernement français (1959-1960), il prépare une thèse sur André Biély dirigée par Pierre Pascal et Boris Mikhaïlovski. En janvier 1960, il se fiance avec Irina Emelianova dont la mère, Olga Ivinskaïa, est la muse de Boris Pasternak. L’auteur du Docteur Jivago considère Irina comme sa fille adoptive même s’il ne l’a pas officiellement adoptée. Beaucoup de proches du couple reconnaissent les traits d’Olga dans le personnage de Lara.

61Malgré de nombreuses interventions officielles en sa faveur, Georges Nivat va vivre un drame personnel à partir de l’été 1960. Les autorités soviétiques vont, en effet, s’acharner, après la mort du poète (mai 1960), à détruire la vie de ses intimes. Le 28 juillet 1960, la demande de mariage est déposée. Cinq jours plus tard, le ministère de l’Éducation supérieure soviétique fait savoir à Georges Nivat que son séjour d’étude n’est pas prolongé. Le 6 août, il est convoqué à l’OVIR (Service de l’enregistrement et des visas) où il est informé qu’il doit quitter le territoire soviétique quatre jours plus tard. Malgré le soutien de son directeur de recherche et l’envoi de plusieurs télégrammes de protestation, Georges Nivat est contraint de regagner la France.

62Les diplomates français qui connaissent bien Boris Pasternak et son entourage considèrent que les services de sécurité soviétiques se livrent, en toute impunité, à une basse vengeance sur deux femmes isolées du monde :

  • 84 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1904, note sans date ni référence.

« Quels que soient les prétextes dont ces odieux actes sont entourés, il est clair que les organismes de sécurité, dès la mort du poète, ont décidé de se venger sur la femme qui a été la compagne du poète durant quinze ans et sur la fille de cette femme. Il est clair que les responsables de ces actes de vengeance post mortem se croient assurés du secret, en raison du caractère secret des relations entre l’écrivain et l’inspiratrice de Lara. Le monde entier aurait défendu Pasternak. Personne n’est au courant de la basse vengeance exercée sur Lara. La divulgation de tels événements serait trop dangereuse pour les deux femmes détenues. La mort du poète les a privées de leur défenseur unique... »84

Fin 1960-début 1961, la compagne de Pasternak et sa fille sont accusées de trafic de devises. Au terme de leur procès auquel la presse occidentale a été empêchée d’assister, Olga et Irina sont respectivement condamnées à huit et trois ans de camp. Le 21 janvier 1961, Radio-Moscou diffuse un texte intitulé « La bienfaitrice » qui sert d’explication officielle à l’arrestation des deux femmes :

  • 85 Ibid., texte cité dans la dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 176/EU, 25 janvi (...)

« D’importantes sommes de monnaie soviétique commencèrent à arriver à l’adresse d’Olga Ivinskaïa. Non pas par la poste ou par télégraphe, autrement dit par voie légale. Nullement. Tantôt c’est un journaliste occidental, qui ayant amené cet argent illégalement le lui remet dans un hôtel quelconque, tantôt cela se passe dans une datcha ou même sous une porte cochère, tantôt c’est un étudiant étranger, qui avait reçu de l’argent par le canal diplomatique d’une des ambassades occidentales à Moscou (...). Bref, on achetait et on vendait. Le peu malin français Georges Nivat hypothèque même son cœur et sa main contre des honoraires déposés dans les banques étrangères ; il demanda en mariage la fille d’Ivinskaïa. La « noblesse » de Nivat fut payée. Ivinskaïa donna l’ordre à Feltrinelli de verser au “fiancé” 10000 dollars »85.

  • 86 Ibid., notes manuscrites, 30 janvier 1961.
  • 87 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 88, delo n° 6, 1961, lettre de l’a (...)

63Les services soviétiques calomnient Georges Nivat et tentent de compromettre l’ambassade de France à Moscou. Le 30 janvier, Radio-Moscou la met directement en cause. À Paris, les diplomates français se demandent s’il n’y a pas eu effectivement des sommes d’argent transmises par l’éditeur Feltrinelli, qui est « casse-cou » et n’hésiterait pas à prendre ce genre de risques86. À Moscou, les diplomates français insistent auprès du MID afin d’obtenir le rétablissement de la correspondance entre Georges Nivat et sa fiancée87.

  • 88 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1936, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murvill (...)
  • 89 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1904, notes manuscrites, 30 janvier 1961.

64Quelques jours plus tard, un diplomate français se rend au MID et remet en main propre une lettre de Georges Nivat adressée à sa fiancée. Il est reçu par Vladimir Erofeev qui « manifeste la plus extrême répugnance à accepter la lettre de M. Nivat »88. Il est évident que les autorités soviétiques souhaitent couper les liens entre les deux fiancés. Les diplomates français recueillent les dernières informations sur les deux femmes par l’intermédiaire de la grand-mère d’Irina qui ne connaît pas leur adresse mais indique qu’un manteau apporté par un ami de sa petite-fille a été confisqué89. Olga et Irina sont entrées dans la nuit.

  • 90 France-Soir, « L’affaire Pasternak rebondit, La police russe arrête sa compagne », 19 janvier 1961.
  • 91 Le Figaro, 27 janvier 1961.
  • 92 Dépêche de l’Agence France Presse, 20 février 1961.
  • 93 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1904, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murvill (...)
  • 94 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1936, télégramme du Département à l’ambassade de Moscou, 1 (...)

65France-Soir déclenche alors une campagne de presse en faveur des deux femmes en titrant : « L’affaire Pasternak rebondit »90. Tous les grands quotidiens publient des articles dans les jours qui suivent. Le Figaro publie une lettre en faveur d’Olga adressée à Nikita Khrouchtchev91. Parmi les signataires figurent entre autres Denis de Rougemont, Pierre Emmanuel et François Mauriac. Un mois plus tard, un nouvel appel est lancé à Nikita Khrouchtchev par Jean-Marie Domenach, Gabriel Marcel, Francis Ambrière, Jean-Louis Curtis, Georges Duhamel, François Mauriac, Denis de Rougemont et Ignazio Silone92. Peut-être que le long article qu’Ilya Ehrenbourg consacre à Boris Pasternak dans la livraison de mars de la revue Novyj Mir annonce un début de réhabilitation93. L’article n’a pas de conséquences immédiates sur le sort des deux femmes, qui glissent progressivement dans l’oubli. En septembre, Paul Reynaud effectue une nouvelle démarche en leur faveur à l’occasion d’un entretien avec Nikita Khrouchtchev. Deux mois plus tard, les Soviétiques n’ont toujours pas apporté de réponse94.

L’asile d’une étoile

  • 95 F. Lumbroso, Mémoires d’un homme de spectacles, op. cit., p. 124.

66Au soir de sa vie, Fernand Lumbroso ne savait toujours pas si la demande d’asile de Rudolf Nureïev « était le fait du hasard ou d’une concertation »95. Les deux sans doute. Personnage hors normes et danseur d’exception, Rudolf Nureïev trouve asile en France au mois de juin 1961 à l’occasion d’une tournée du Kirov. Son passage à l’Ouest connaît un retentissement relativement important. À cette date, Rudolf Nureïev est encore loin d’avoir atteint l’acmé de sa renommée. Agé de vingt-trois ans, il est connu des amateurs de danse, mais ne symbolise pas encore l’émigration soviétique. L’ALAP n’est pas étrangère au destin de l’étoile du Kirov. En décembre 1960, au cours d’un voyage de repérage à Leningrad, Janine Ringuet insiste pour voir Don Quichotte. La direction du Kirov lui déconseille d’assister au spectacle :

  • 96 Entretien avec Janine Ringuet, 22 avril 1999. Les extraits suivants proviennent de cet entretien.

« Naturellement, j’ai fait le contraire. C’est là que j’ai découvert au Kirov un danseur extraordinaire : Rudolf Nureïev »96.

Encore sous le choc, Janine Ringuet télégraphie à Georges Soria et Fernand Lumbroso pour leur faire part de son enthousiasme : « J’ai découvert au Kirov le plus grand danseur du monde ». Le lendemain, elle reçoit un télégramme de l’ALAP qui doute un peu de son jugement :

« Ma chère Janine, vous êtes encore un peu jeune pour décider qui est le plus grand danseur du monde ».

67Tout de suite, Janine Ringuet comprend que la direction du Kirov prétexte une conduite indisciplinée et un orgueil démesuré pour masquer l’homosexualité de Rudolf Nureïev. Ayant établi des relations de confiance avec Katerina Fourtseva, ministre de la Culture, Georges Soria et Fernand Lumbroso lui demandent son avis sur Rudolf Nureïev. Elle confirme le jugement de Janine Ringuet : Rudolf Nureïev est une étoile qui supporte la comparaison avec Vaslav Nijinski. Dans ces conditions, la tournée du Kirov est un événement. Janine Ringuet se souvient :

« Cela a été un événement extraordinaire. Sa réputation, en quarante-huit heures, est devenue un truc incroyable ».

Janine Ringuet se souvient de la personnalité extravertie du danseur à cette époque :

« Il me parlait ouvertement. C’était un garçon tellement avide de connaître le monde, la culture, qui ne se privait pas de sortir avec les uns et les autres ».

Au cours d’une soirée au Lido, Rudolf Nureïev confie à Janine Ringuet que des amis français insistent pour qu’il reste. Devant son ahurissement, il se met à rire : « Vous savez bien que je ne ferai pas cela ».

  • 97 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, rapport du ministère de l’Intérieur, sous-direction (...)

68Le 16 juin, la troupe du Kirov doit s’envoler pour Londres. Un groupe de Français, parmi lesquels Odette Lumbroso et Janine Ringuet, accompagnent Rudolf Nureïev au Bourget. Au moment d’embarquer, la direction du Kirov lui annonce qu’il ne prend pas l’avion pour Londres, mais le prochain vol pour Moscou. L’avion pour Londres décolle à 11 heures, alors que celui pour Moscou doit décoller une heure et quart plus tard. Rudolf Nureïev s’effondre en pleurs. Des amis du danseur téléphonent à Clara Saint qui s’était entichée de lui. Cette jeune femme, qui avait été la fiancée d’un des fils Malraux, parvient à alerter le ministre des Affaires culturelles. Clara Saint se précipite au commissariat de police de l’aéroport du Bourget en déclarant que la direction du Kirov voulait embarquer de force un de ses danseurs pour Moscou97. Un commissaire et deux inspecteurs se rendent dans le hall de l’aéroport et invitent Rudolf Nureïev à les suivre. Une violente altercation les oppose à la direction du Kirov et à des diplomates soviétiques. Les policiers français sont obligés de faire appel à des CRS pour accompagner le danseur jusqu’au commissariat. Peu après, le consul général soviétique à Paris s’entretient brièvement avec Rudolf Nureïev :

  • 98 Ibid.

« À l’issue de cette confrontation, M. Nureïev a maintenu sa demande de droit d’asile, affirmant à plusieurs reprises qu’il était en pleine possession de ses moyens physiques et intellectuels et refusant tout nouveau contact avec les responsables soviétiques »98.

69Les policiers informent immédiatement la direction générale des Affaires culturelles du Quai d’Orsay de l’incident et conduisent le danseur à la Préfecture de Police afin qu’il puisse effectuer les démarches nécessaires à sa demande d’asile. Le rapport de police insiste sur le comportement extrêmement violent des responsables soviétiques, qui ont tenté de s’opposer par l’invective, puis par la force, à la décision de Rudolf Nureïev. Le rapport fait ressortir leur « attitude inadmissible » à l’égard des autorités françaises.

70Ayant échappé aux rets soviétiques, Rudolf Nureïev peut commencer une nouvelle vie. Il est très rapidement engagé dans le Grand Ballet du marquis de Cuevas avant de rejoindre, en 1962, le Royal Ballet de Londres. À la lecture des archives consultées, la demande d’asile de Rudolf Nureïev ne provoque pas de remous trop importants sur le plan diplomatique. En revanche, elle provoque un froid entre l’ALAP et le ministère de la Culture soviétique. À la différence de la seconde affaire Pasternak, elle est une belle histoire ; celle d’un artiste, insolemment doué, qui inflige un camouflet au régime soviétique en conquérant sa liberté.

71Indéniablement, la détente bilatérale se grippe entre avril 1960 et juillet 1961. Elle reste étroitement tributaire de la détente générale que les deux blocs, à l’exception notable de Pékin, peinent à mettre en œuvre. Par conséquent, les fortes tensions internationales provoquées par l’échec de la conférence au sommet se répercutent sur les relations entre Paris et Moscou, même si les autorités françaises et soviétiques tentent de sauver ce qui peut l’être. C’est-à-dire plus grand chose. Dans le cadre bilatéral, la diplomatie soviétique attaque les positions françaises à la fois sur le dossier algérien et sur celui du désarmement sans oublier l’éternelle question allemande. L’âpreté des échanges au plus haut niveau entre le général de Gaulle et Sergueï Vinogradov, ou entre Maurice Couve de Murville et Andreï Gromyko, illustre la situation de blocage des relations politico-diplomatiques.

72Cette première conclusion doit être nuancée, eu égard, notamment, au déroulement des expositions de 1961. En effet, il ne faut pas perdre de vue que l’accentuation des tensions entre les deux pays s’opère au moment même où bon nombre de Français et de Soviétiques se rencontrent, discutent et s’entendent en vue des expositions. Autrement dit, pour réelles et fortes qu’elles soient, ces tensions entre les deux capitales n’entravent pas la volonté de connaissance réciproque et auraient même plutôt tendance à l’encourager comme si la perspective de heurts renforçait, presque inconsciemment, le besoin d’échanger. Les voyages à forte valeur politique comme celui des parlementaires soviétiques ou de Gagarine subissent le contrecoup des tensions politico-diplomatiques.

73Cependant, il ne faudrait pas conclure à un arrêt ou à un ralentissement des échanges. Le voyage de Nikita Khrouchtchev a créé une dynamique que la perspective des expositions ne cesse d’entretenir. Le nombre de Français souhaitant découvrir l’Union soviétique ainsi que le nombre de Français s’y rendant progresse sensiblement. Les tensions politico-diplomatiques ne suscitent pas de réactions de rejet de l’Union soviétique dans la société française.

74Les parcours individuels retracés permettent de rappeler que le régime soviétique est avant tout un régime policier, qui ne recule devant aucun sacrifice individuel. Sans être systématiquement omise, cette spécificité est trop souvent occultée par une approche exclusivement politico-diplomatique des relations internationales. Les ravages idéologiques se perçoivent avant tout au niveau individuel. Mettre en regard Georges Nivat, Olga et Irina avec Gagarine permet de saisir le fonctionnement, remarquable d’habileté et de cynisme, de la propagande soviétique. Les personnes évoquées ne sont pas les victimes d’une détente internationale qui se grippe, mais d’un régime soviétique qui fait peu de cas des libertés individuelles.

Notes

1 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 44, papka n° 85, delo n° 24, 1960, message personnel du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 30 avril 1960.

2 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 44, papka n° 85, delo n° 24, 1960, message personnel de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 30 avril 1960.

3 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, proposition soviétique, 9 mai 1960.

4 Archives de l’Assemblée nationale, intervention de Michel Debré, commission des Affaires étrangères, procès-verbal du 11 mai 1960, p. 6-7.

5 PCF : réunion du bureau politique le 22 avril 1960, SEC. GP. GV., 25 avril 1960, n° 778.

6 A. Peyrefitte, C’était de Gaulle *, op. cit., p. 307.

7 PCF : réunion du secrétariat le 25 mai 1960, SEC. GP. GV., 28 mai 1960, n° 788.

8 C. de Gaulle, Discours et messages III, Avec le renouveau, Paris, Plon, 1970, allocution radiodiffusée et télévisée prononcée au palais de l’Élysée, 31 mai 1960. Les extraits suivants proviennent également de cette allocution.

9 G.-H. Soutou, L’alliance incertaine, op. cit., p. 154-155.

10 M.-T. Bitsch, Histoire de la construction européenne, Bruxelles, Éditions Complexe, 2001, p. 135-137.

11 M. Schumann, « Un problème neuf : les relations franco-russes », Le Monde diplomatique, mars 1960, n° 71.

12 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 268, note de Jean Laloy à la Délégation française au conseil de l’Atlantique nord, 30 mai 1960.

13 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 43, papka n° 166, delo n° 18, 1960, confirmations des invitations à l’issue du voyage de Nikita Khrouchtchev en France, fin mai 1960.

14 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 271, note du service d’Europe orientale, 11 juin 1960.

15 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 274, dépêche d’Hervé Alphand à Maurice Couve de Murville n° 585, 22 juin 1960.

16 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 268, télégramme de Maurice Dejean rendant compte d’une dépêche de l’agence Tass en date du 30 juillet, 1er août 1960.

17 Ibid.

18 C. de Gaulle, Discours et messages III, Avec le renouveau, op. cit., conférence de presse tenue au palais de l’Élysée, 5 septembre 1960.

19 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1931, mémorandum remis au général de Gaulle par Sergueï Vinogradov, 12 septembre 1960.

20 Ibid., projet, note au sujet de la lettre de M. Khrouchtchev au général de Gaulle concernant les problèmes européens, 23 septembre 1960.

21 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, projet de réponse soumis par le Secrétariat général de l’Élysée au général de Gaulle, 27 septembre 1960.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 M.-C. Smouts, La France à l’ONU, Paris, Presses de la FNSP, 1979, p. 11.

25 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 245, note manuscrite du général de Gaulle, 27 septembre 1960.

26 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 271, note de synthèse du service d’Europe orientale concernant l’attitude soviétique à l’égard de l’Algérie, 5 octobre 1960.

27 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 186, audience de Sergueï Vinogradov, 23 novembre 1960.

28 MEF, Trésor, carton n° B 595, télégramme de Maurice Dejean n° 37/DET, 30 décembre 1960.

29 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, message d’Andreï Gromyko au Présidium, 10 février 1961.

30 Ibid., rapport d’Andreï Gromyko, n° 316, 11 février 1961.

31 Ibid., rapport d’Andreï Gromyko, n° 338, 14 février 1961.

32 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, note du service d’Europe orientale au sujet de l’incident aérien franco-soviétique, 14 février 1961.

33 PCF : réunion du secrétariat le 14 février 1961, SEC. GP. GV., 15 février 1961, n° 863.

34 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1930, compte rendu de l’entretien du général de Gaulle et de Sergueï Vinogradov le 23 février 1961 transmis à Jean Laloy, 7 mars 1961.

35 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1925, télégramme de Maurice Dejean n° 1385/ 88, 21 mars 1961.

36 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, note remise à l’ambassadeur de France en Union soviétique le 8 juin 1961, n° 1282, 9 juin 1961.

37 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 14, télégramme de Maurice Couve de Murville n° 390/395, 17 juin 1961.

38 Ibid., entretien du général de Gaulle et de Sergueï Vinogradov, 13 juillet 1961.

39 W. Taubman, « Khrushchev vs. Mao : A Preliminary Sketch of the Rôle of Personality in the Sino-Soviet Tensions », Cold War International History Project Bulletin, n° 8-9, Winter 1996/1997, p. 245.

40 C. Jian, « A Crucial Step toward the Breakdown of the Sino-Soviet Alliance : The Withdrawal of Soviet Experts from China in July 1960 », Cold War International History Project Bulletin, n° 8-9, Winter 1996/1997, p. 246-250.

41 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1927, Rapport du ministère de l’Intérieur, direction générale de la Sûreté nationale, direction des Renseignements généraux, p. 151.

42 Ibid., p. 5.

43 J.-É. V, Mémoires d’un directeur des renseignements généraux, op cit., p. 118.

44 Témoignage de Jean-Émile Vié, 30 juin 1998.

45 Ibid.

46 Ibid.

47 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1927, télégramme de Maurice Dejean n° 79, 5 janvier 1961, à noter l’inscription au crayon bleu « Courtade ? » en marge.

48 PCF : réunion du bureau politique le 8 décembre 1960, SEC. GP., GV., 12 décembre 1960, n° 845.

49 R. Girault, R. Frank et J. Thobie, La loi des géants, op. cit., p. 279.

50 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 2 juin 1960.

51 Ibid., lettre du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 10 juin 1960.

52 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 44, papka n° 85, delo n° 24, 1960, lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 27 juin 1960.

53 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, lettre du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 30 juin 1960.

54 Ibid., lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 23 juillet 1960.

55 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 44, papka n° 85, delo n° 24, 1960, lettre du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 12 août 1960.

56 Ibid.

57 PCF : réunion du bureau politique le 22 septembre 1960, SEC. GP. GV., 24 septembre 1960, n° 821.

58 FNSP, fonds Couve de Murville, carton CM 7, instructions du général de Gaulle au sujet du plan des cinq, 12 mars 1960.

59 Ibid., instructions du général de Gaulle, 13 juin 1961.

60 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1918, télégramme de Maurice Dejean n° 3114/ 20, 16 juin 1961.

61 F. Bozo, Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 72-74.

62 FNSP, fonds Couve de Murville, carton CM 7, instructions du général de Gaulle, 4 août 1961.

63 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 90, delo n° 23, 1961, lettre de Jacques Chaban-Delmas à A.P. Volkov, 20 avril 1960.

64 Ibid., lettre de Jacques Chaban-Delmas à A.P. Volkov, 5 août 1960.

65 Ibid., lettre d’A.P. Volkov à Jacques Chaban-Delmas, 5 octobre 1960.

66 Ibid., lettre d’André Armengaud et Raymond Schmittlein à I. Kairov, 12 juillet 1960.

67 Ibid., lettre de Jacques Chaban-Delmas à Sergueï Vinogradov, 9 mai 1961.

68 Ibid., déclaration de Jacques Chaban-Delmas à Nemsinoj, 13 juin 1961.

69 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 43, papka n° 166, delo n° 18, 1960, note sur le voyage en URSS de Max Fléchet, 18 mai 1960.

70 MEF, Trésor, carton n° B 595, télégramme de Maurice Dejean n° 18/DET, 27 juin 1960.

71 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 273, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 913, 2 juillet 1960.

72 MEF, Trésor, carton n° B 595, télégramme de Maurice Dejean n° 37/DET, 30 décembre 1960.

73 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 43, papka n° 166, delo n° 18, 1960, lettre de Max Heilbronn à Sergueï Vinogradov, 11 février 1960.

74 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, message du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 12 avril 1960.

75 MID, Posol’stvo SSSR vo Francii, fonda n° 197, opis’ n° 44, papka n° 173, delo n° 18, 1961, lettre de René Capitant à Sergueï Vinogradov, 12 avril 1961.

76 Ibid., lettre d’Auguste Gillot à Sergueï Vinogradov, 12 avril 1960 ; lettre de Fernand Grenier à Sergueï Vinogradov, 12 avril 1960.

77 Ibid., lettre de l’Union des Vaillants et Vaillantes, groupe 19e Jean Jaurès, signée par 35 personnes, 16 avril 1961.

78 PCF : réunion du secrétariat le 18 avril 1961, SEC. GP. GV., 19 avril 1961, n° 882.

79 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 51, papka n° 288, delo n° 19, 1961, lettre de V. Kuznecov n° 1553/GS, 11 mai 1961.

80 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1932, télégramme de Maurice Dejean n° 2485, 14 mai 1961.

81 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 2486, 14 mai 1961.

82 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, message du service d’Europe orientale au ministère de l’intérieur n° 50/EU, 28 juin 1961.

83 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1932, note d’Yves Pagniez pour le cabinet du ministre n° 113/EU, 29 juillet 1961.

84 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1904, note sans date ni référence.

85 Ibid., texte cité dans la dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 176/EU, 25 janvier 1961.

86 Ibid., notes manuscrites, 30 janvier 1961.

87 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 88, delo n° 6, 1961, lettre de l’ambassade de France au MID n° 17, 13 janvier 1961.

88 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1936, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 223/EU, 2 février 1961.

89 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1904, notes manuscrites, 30 janvier 1961.

90 France-Soir, « L’affaire Pasternak rebondit, La police russe arrête sa compagne », 19 janvier 1961.

91 Le Figaro, 27 janvier 1961.

92 Dépêche de l’Agence France Presse, 20 février 1961.

93 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1904, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 371/EU, 2 mars 1961.

94 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1936, télégramme du Département à l’ambassade de Moscou, 17 novembre 1961.

95 F. Lumbroso, Mémoires d’un homme de spectacles, op. cit., p. 124.

96 Entretien avec Janine Ringuet, 22 avril 1999. Les extraits suivants proviennent de cet entretien.

97 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, rapport du ministère de l’Intérieur, sous-direction des Étrangers et des Passeports, Bureau de la circulation transfrontalière, au ministère des Affaires étrangères n° 1612, 21 juin 1961.

98 Ibid.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search