Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Halles

 | 
Jean-Louis Robert
, 
Myriam Tsikounas

Note sur les inhumations et les exhumations qui ont eu lieu à Paris, à la suite des événements du mois de juillet 18301

texte d’Alexandre Parent-Duchâtelet commenté par Alain Corbin

Texte intégral

  • 1 Annales d’hygiène publique et de médecine légale, t. 4, 1re partie, 1830.

1La bravoure et le respect des propriétés particulières ne furent pas les seules vertus que déployèrent les habitants de Paris, dans les combats qu’ils eurent à soutenir les 27, 28 et 29 juillet. Ils s’empressèrent de prodiguer, indistinctement à tous les blessés, les soins dont ils avaient besoin, et de rendre aux victimes les honneurs funèbres avec toute la dignité que permettait l’état dans lequel se trouvait alors la cité. Les premières inhumations ayant été accompagnées de quelques circonstances qui ne sont pas sans intérêt pour l’hygiène publique, nous allons en donner connaissance à nos lecteurs, en entrant pour cela dans quelques détails que nécessite l’importance du sujet.

2Ce furent les particuliers, comme nous venons de le dire, qui relevèrent les morts de tous les champs de bataille, et qui les déposèrent avec ordre et décence dans des lieux isolés, pour les soustraire aux regards du public, jusqu’au moment de leur inhumation ; ces dépôts se trouvèrent composés d’un plus ou moins grand nombre de cadavres, suivant les circonstances et les localités.

3Il fut facile de transporter aux cimetières ceux que le hasard fit succomber dans le voisinage de ces lieux, ou sur des points où l’on put se procurer des cercueils et des porteurs en nombre suffisant ; c’est ce qui est arrivé à la mairie du neuvième arrondissement, qui ne reçut guère plus de vingt et quelques cadavres. Mais comment faire sur des points plus rapprochés du centre de la ville, où l’on comptait les cadavres par centaines, avec des rues dépavées, couvertes de barricades, ou, pour parler plus exactement, hérissées de milliers de redoutes, difficiles à franchir pour le piéton le plus alerte ? Il devenait évident que la force des circonstances mettait dans la nécessité de déroger aux sages règlements qui interdisent les inhumations dans l’intérieur des villes, et que tout délai pouvait avoir des conséquences fâcheuses, car il faut se rappeler qu’on était au mois de juillet, et que le thermomètre de Réaumur marquait, à cette époque plus de 25 degrés.

4M. Chapellier, qui se trouvait encore maire du neuvième arrondissement, fit à ce sujet les premières démarches pour les victimes de la place de Grève et de la Cité, qui se trouvaient dans ses attributions, et sa première idée fut de rappeler à leur destination primitive les caveaux de l’église de Saint-Louis-en-l’île. Mais, sur les observations du curé de cette paroisse, il reconnut les inconvénients que pouvait avoir l’accumulation, dans un lieu très étroit, d’un si grand nombre de cadavres, et renonça à cette idée.

5Deux jours se passèrent en projets et démarches, et déjà les cadavres déposés à la morgue et sous une arche du pont Notre-Dame, répandaient au loin l’infection, lorsque le préfet de la Seine, qui venait d’être nommé par le gouvernement provisoire, ordonna de faire creuser dans le jardin de l’archevêché une fosse large et profonde, et d’y transporter les cadavres qui encombraient ces deux dépôts. Nul emplacement, dans Paris, ne pouvait être mieux choisi, aucun ne présentait un aussi grand nombre de conditions, pour diminuer les inconvénients des cimetières, car on y trouvait réunis sol convenable, ventilation facile, isolement complet, plantations vigoureuses et élevées dans toute la circonférence. Cet ensemble de conditions favorables, bien propre à calmer les esprits les plus craintifs, surtout lorsqu’on savait que les personnes chargées du maintien de la salubrité publique présidaient à l’opération, ne satisfit pas les médecins et les chirurgiens de l’Hôtel-Dieu qui s’opposèrent tous aux inhumations projetées dans le jardin de l’archevêché, et l’un d’eux mit une telle énergie dans ses moyens d’opposition, que le préfet de la Seine, auquel il en fut référé, crut devoir, par prudence et pour ne pas exciter de mouvement populaire, arrêter les travaux et faire combler les fosses qui étaient déjà creusées.

6D’après les instructions émanées de l’autorité, les corps qu’on se proposait de déposer dans ces fosses, devaient être entourés d’une masse considérable de chaux vive et recouverts de plus de deux mètres de terre.

7Comme les corps qu’il fallait inhumer se trouvaient sur les bords de la Seine, on prit le parti de les mettre dans deux bateaux et de les conduire de nuit, au bas du pont d’Iéna vis-à-vis le Champ de Mars. M. Chevallier eut soin de désinfecter avec le chlorure de chaux ceux qui, au nombre de plus de deux cents, se trouvaient à la morgue. Il ne se contenta pas pour cela de faire laver les bras et les mains des ouvriers chargés du transport dans la dissolution chlorurée ; il fit jeter une assez grande quantité de cette dissolution sur les cadavres qui ayant été amoncelés à cause de l’exiguïté du local, se trouvaient dans un état de putréfaction très avancée, et donnaient lieu, chaque fois qu’on les remuait, à l’exhalaison des gaz les plus infects. À mesure que les cadavres étaient portés dans le bateau, on les aspergeait largement avec la même dissolution, et lorsqu’ils y furent tous déposés, on les couvrit de paille longue, sur laquelle on fit répandre du chlorure de chaux sec et en poudre. Cette paille fut ensuite aspergée d’une petite quantité d’eau. À l’aide de ces moyens, on pouvait rester sans danger sur le bateau, malgré la masse des cadavres qu’il transportait, et l’odeur qui se faisait sentir, quoique désagréable, était plutôt celle du chlore, que celle de matières animales en putréfaction.

8Aucune de ces précautions ne fut prise pour le bateau qui alla prendre sous l’arche du pont Notre-Dame, les victimes de la place de Grève, et malgré cette omission, il n’est pas venu à notre connaissance que les ouvriers et les mariniers aient été indisposés. Dans le trajet du pont Notre- Dame et de la Morgue au pont d’Iéna, les deux bateaux dont nous parlons recueillirent des cadavres flottants sur la rivière car tout prouve qu’il en fut jeté un certain nombre à la suite des actions qui ont eu lieu sur les ponts et sur les quais de l’intérieur de Paris. Ce transport eut lieu dans la nuit du 30 au 31 juillet.

9Pendant que ceci se passait sur un point de Paris, le peuple, mû par cet instinct qui fut son seul guide dans le moment du combat, pourvut de lui-même à sa conservation dans les autres parties de la ville. Il creusa sur les places et sur les points les plus rapprochés des endroits où les cadavres avaient été transportés, des fosses profondes et y déposa avec ordre, décence et sans distinction, les restes inanimés de ceux qui avaient appartenu au parti vainqueur et au parti vaincu. Il invita les ministres de la religion à venir sanctifier par la prière et les cérémonies du culte, la terre qui allait recouvrir tant de braves ; et par la nature du monument et de l’inscription qu’il plaça sur ces tombes, il donna un exemple de la simplicité des temps antiques.

10Personne n’ayant présidé à ces inhumations, qui furent improvisées par des ouvriers appartenant à une foule d’états différents, toutes les précautions exigées chez nous par l’autorité et que semblent réclamer la prudence et l’usage de la plupart des peuples, n’ont pas été employées. On assure que quelques fosses n’ayant pas été proportionnées au nombre des cadavres qu’elles devaient contenir, ceux-ci ne se trouvent recouverts que de deux pieds de terre ; mais nous n’avons là dessus aucune certitude. Plus d’un mois s’est écoulé depuis l’établissement de ces fosses. Quelques-unes ont donné lieu à quelques émanations, et malgré la chaleur particulière à la saison, rien ne prouve qu’elles aient été nuisibles, soit aux habitations voisines, soit à la foule qui s’y précipite et qui les entoure depuis le matin jusqu’au soir ; elles démontreront avant peu, si les craintes manifestées par les médecins de l’Hôtel Dieu étaient chimériques ou fondées.

11Parmi ces inhumations partielles, il en est une qui, par la manière dont elle a été faite et par les suites qu’elle a eues, mérite d’être signalée ; nous allons en parler avec l’étendue qu’elle mérite.

12Tous les cadavres ramassés dans le marché à la viande, à l’entrée des rues Montmartre et Montorgueil, et dans les autres petites rues qui entourent Saint- Eustache, furent apportées sous le portique de cette église, où ils restèrent pendant quelque temps, et comme la putréfaction commençait à s’en emparer, on eut recours à M. Labarraque, qui s’empressa de donner gratuitement tout le chlorure de chaux qui était nécessaire pour leur désinfection. Ce membre du conseil de salubrité crut remplir un devoir en offrant de diriger leur inhumation ; mais sa proposition ne fut pas accueillie par les suisses et les bédeaux de l’église ; et bien qu’on revînt chez lui pour y chercher un nouveau chlorure, il ne fut averti ni du lieu ni du moment où cette inhumation devait s’effectuer. Il sut seulement, par une voie indirecte, que ces cadavres seraient déposés en face de la halle au poisson, et qu’on allait pratiquer, à cet effet, une fosse semblable à celle qui venait d’être creusée dans le marché des Innocents. Pendant ce temps, les suisses et les bedeaux persuadèrent le peuple de ne point creuser de fosse mais de profiter des caveaux de l’église, qui avaient été primitivement construits pour les inhumations ; cette offre fut acceptée, les caveaux furent ouverts, et après que les cadavres y eurent été descendus, l’ouverture fut refermée et scellée avec du plâtre.

13À peine l’ordre fut-il rétabli dans l’administration, que la sollicitude du préfet de police fut éveillée par la crainte que firent naître ces inhumations disséminées sur les points les plus resserrés et les plus populeux de la capitale ; et le 7 août, plusieurs membres du conseil de salubrité furent convoqués extraordinairement et d’urgence à ce sujet ; mais l’administration qui les convoquait ne put leur fournir aucun renseignement ; elle ignorait le nombre des fosses et les points où elles avaient été creusées, les circonstances des inhumations et la manière dont elles avaient été faites. Il fut donc impossible aux personnes convoquées de répondre d’une manière satisfaisante aux questions qui leur étaient adressées ; elles se contentèrent de dire que, dans leur opinion, les corps déposés sur la place du marché des Innocents et dans le jardin de l’Infante, pouvaient y rester sans inconvénient, et que si quelque odeur putride filtrait à travers les terres, il suffirait, par excès de prudence, de faire battre ces terres et de les couvrir d’un pavé posé sur un bain de mortier à chaux et à ciment ; ce moyen n’ayant pas été employé, nous sommes fondés à croire que les émanations dont on prévoyait la sortie ne se sont pas fait remarquer.

14Quinze jours s’étaient à peine écoulés depuis l’introduction des cadavres dans les caveaux de Saint-Eustache, qu’on reconnut la présence d’une odeur putride, tant au dedans qu’à l’extérieur de l’église ; cette odeur, très faible pour nous, mais horrible pour les autres, ne pénétra que dans une maison adossée à la porte du mur de l’église, qui correspond au caveau renfermant les cadavres ; dans l’église, elle resta circonscrite au voisinage de ce caveau, et particulièrement dans la chapelle des fonts et dans les deux voisines ; on reconnut aisément qu’elle s’échappait par le parquet et le sol de ces chapelles, en filtrant à travers les voûtes, à vingt pas plus loin elle devenait insensible.

15Cet état de choses jeta l’alarme dans l’église et dans tout le voisinage ; le curé, M. Vitalis, jadis professeur distingué de chimie dans la ville de Rouen, engagea la fabrique à faire venir M. Labarraque pour constater l’état des choses, et par le conseil de ce dernier qui prévint, de son côté, le commissaire de police du quartier, il écrivit au préfet une lettre pressante, dans laquelle il exposait de la manière la plus énergique, les craintes que lui causaient les émanations qui se répandaient dans son église, et qui suivant lui, menaçaient du typhus la paroisse Saint-Eustache, et par suite la ville tout entière. Cette lettre, ainsi que celle du commissaire de police, furent adressées le 15 août au conseil de salubrité, avec ordre de s’en occuper, toute affaire cessante et comme le conseil s’assemblait ce jour-là, la plupart de ses membres présents prirent part à la délibération qui s’ouvrit immédiatement. Parmi les différents moyens qui furent proposés, et dont on discuta les avantages et les inconvénients, on s’arrêta à l’idée d’ouvrir la voûte ou le soupirail du caveau, et d’y faire entrer une bouillie de chaux et de terre, en quantité suffisante pour couvrir entièrement le sol du caveau ; mais comme on n’avait aucun renseignement sur la disposition des localités, sur le nombre et le glissement des cadavres, ainsi que sur d’autres détails importants, on nomma une commission pour recueillir sur tous ces points des notions positives, et d’après ces notions, procéder à l’assainissement par tous les moyens qui paraîtraient réunir le plus grand nombre d’avantages. Cette commission, composée de MM. Labarraque, Pascal, Andral, Gaulthier de Claubry et Parent- Duchâtelet, se rendit immédiatement à l’église Saint-Eustache, et ayant fait venir les suisses et bédeaux qui avaient aidé au transport des cadavres, elle parvint à savoir, après beaucoup de rapports contradictoires, que le caveau se divisait en trois parties, une principale occupant la nef, et deux autres correspondantes aux bas côtés ; que la première avait plus de vingt mètres de longueur sur huit de largeur, que les secondes avaient une dimension moins considérable ; que toutes communiquaient ensemble par des parties rétrécies ou couloirs, d’environ deux mètres de largeur, et que la hauteur de ces voûtes, qui était partout la même, excepté à l’endroit des couloirs, pouvait être de cinq mètres, à partir de la nef. Elle apprit par les mêmes personnes que le nombre des cadavres descendus dans les caveaux était de quarante-trois ; qu’un seul était renfermé dans un cercueil ; que les uns avaient conservé leurs vêtements, et que les autres en étaient entièrement dépouillés ; que trois avaient été recouverts d’un peu de terre provenant de déblais, dont on s’était autrefois débarrassé en les jetant dans le caveau ; que pour tous les autres, cette précaution n’avait pas été prise, mais qu’on s’était contenté de les étendre à côté les uns des autres ; enfin qu’ils n’étaient pas tous réunis sur le même point, mais disséminés par groupes, les uns dans le caveau principal, les autres dans un des caveaux latéraux.

16D’après ces notions, il devint évident pour tous les membres de la commission, que le moyen proposé et arrêté dans le conseil, qui croyait que les cadavres étaient tous accumulés et enterrés dans un petit caveau, se trouvait impraticable ; comment, en effet, pouvoir accumuler sur une surface d’une aussi grande étendue, et que l’on représentait comme très inégale, une assez grande quantité de chaux ou de mortier pour couvrir des cadavres disséminés sur des points éloignés les uns des autres ; comment surtout faire cette opération, sans pénétrer dans le caveau, et en y jetant simplement la chaux délayée par un soupirail ou par un trou fait à la voûte ? Il fut donc convenu entre tous les membres de la commission, que le moyen le plus prompt, le moins dispendieux et le seul efficace, était d’enlever les cadavres, quel que fût leur état de putréfaction ; qu’on aurait recours pour cela au moyen désinfecteur par excellence, le chlorure de chaux, et que M. Labarraque, ayant plus que personne l’habitude de l’emploi de ce moyen, à cause des nombreuses applications qu’il a eu occasion d’en faire, surveillerait l’opération, en s’entendant pour les moyens d’exécution avec l’inspecteur de la salubrité de Paris, M. Parton.

17Avant d’entrer dans les détails de tout ce qui regarde cette importante opération, il est bon de dire que l’odeur putride qui se répandait dans l’église et dans la maison voisine, parut subordonnée aux influences atmosphériques ; qu’elle disparaissait quelquefois complètement, et que les temps pluvieux ou humides la rendaient plus intense, ce qui se comprend aisément ; mais nous ne devons pas donner à ce sujet des explications qui nous feraient nécessairement sortir des limites dans lesquelles nous devons nous circonscrire ; nous devons ajouter que la difficulté de réunir de suite les ouvriers et le matériel nécessaires pour l’enlèvement des cadavres, comme aussi la crainte de ne pouvoir pas compléter cet enlèvement dans une seule nuit, ce qui aurait rendu la célébration des offices impossible dans l’église Saint-Eustache, le jour d’une grande fête, détermina à différer l’opération jusqu’au lundi 16 août, à dix heures du soir ; en attendant, on chercha à neutraliser, par le moyen du chlorure de chaux, l’odeur putride qui existait dans l’église ; ce qu’on obtint d’une manière complète, en jetant ce chlorure sous le parquet de la chapelle par laquelle s’échappaient les gaz ; la maison voisine s’en était déjà délivrée en faisant boucher avec du plâtre les fissures qui lui donnaient passage.

18Pour le succès de l’opération, il fallait des hommes accoutumés à la vue des cadavres et aux émanations infectes : on les trouva parmi les égoutiers et les gens du service de la Morgue ; il fallait des moyens de transport, on prit les tombereaux du nettoiement ; il fallait de l’eau en abondance, elle fut apportée par deux tonneaux d’arrosement ; il fallait des gardes pour repousser les curieux que la nouveauté du spectacle et l’éclat des torches faisait affluer sur la place, la garde nationale fournit un poste nombreux, et rendit par son zèle, le plus grand service.

19Avant d’enlever les pierres qui fermaient le caveau, ce qu’on fit sur deux points différents, afin d’y établir, s’il était possible, un courant d’air, on ouvrit largement toutes les portes de l’église et toutes les fenêtres de la partie supérieure, et l’on disposa deux grands baquets à droite et à gauche de chaque ouverture, et un cinquième à l’entrée de l’église ; chacun de ces baquets, de la capacité d’environ cent cinquante litres, fut rempli d’une dissolution de chlorure, préparée par M. Labarraque, de la manière suivante : il mit dans un des plus grands baquets six kilogrammes de chlorure de chaux, et versa dessus en l’agitant, et à diverses reprises, autant d’eau que le vase pouvait en contenir ; laissant déposer pendant une demi-heure, il décanta le liquide dans un second grand baquet, et passa de nouvelle eau sur le résidu pour l’épuiser de tout le chlorure qu’il pouvait contenir, ajoutant enfin par fraction, six kilogrammes de nouveau chlorure ; il parvint ainsi à avoir la quantité de dissolution nécessaire pour remplir tous les baquets.

20Au moment où la pioche de l’ouvrier pénétra dans le caveau, une personne disposée pour cela fit sur l’ouverture un ample arrosage de la dissolution chlorurée ; à mesure qu’on agrandissait l’ouverture, on multipliait les arrosages, de sorte que les ouvriers et ceux qui les entouraient ont à peine senti l’odeur fétide. Nous l’avouons, cette faible intensité de l’odeur putride nous a singulièrement surpris ; nous nous attendions à être repoussé par sa force à l’ouverture du caveau, et nous l’avons trouvée très supportable, et nullement en rapport avec l’abondance des matières qui lui donnaient naissance. Faut-il attribuer cette particularité aux lotions d’eau chlorurée ? Faut-il lui reconnaître pour cause la chaux vive dont on avait recouvert les cadavres, et qui, en l’absence d’humidité de ces cadavres et du caveau, a pu également s’imprégner des gaz ou retarder leur développement ? Nous n’entreprendrons pas de résoudre cette question ; nous dirons seulement qu’étant descendu dans le caveau après le second ouvrier, et l’ayant parcouru dans tous les points, nous avons pu reconnaître l’effrayante tuméfaction des cadavres, la couleur noirâtre de leur visage, l’état verdâtre des membres, tous les signes, en un mot, d’une putréfaction très avancée, sans être plus gravement affectés de l’odeur putride que nous l’avions été dans l’église à l’ouverture du caveau ; cependant au moment où nous y pénétrâmes, à peine quelques litres d’eau chlorurée y avaient été jetés.

21Malgré ce peu d’intensité de l’odeur putride, et la facilité avec laquelle on pouvait se livrer dans le caveau à tous les mouvements, on se garda bien de négliger la ressource que présentaient les aspersions de chlorure ; on descendit deux sceaux qui en étaient remplis, et à l’aide d’une petite pompe à main, on en aspergea tous les murs et la porte du caveau ; mais les ouvriers ne firent ces aspersions qu’avec ménagement, par la crainte que leur inspirait la chaux pulvérulente qui couvrait, sur quelques points, le sol du caveau ; ils redoutaient beaucoup la causticité que l’eau devait donner à cette chaux.

22L’enlèvement des cadavres se fit de la manière suivante : on s’était procuré autant de serpillières qu’il y avait de cadavres à extraire ; elles étaient formées de toile grossière et spongieuse, et avaient, en tous sens, deux mètres vingt-cinq centimètres ; on les trempait dans un baquet d’eau chlorurée, et après les avoir légèrement tordues, on les descendait avec une corde dans le caveau ; là, les ouvriers, après l’avoir déployée, l’étendaient à côté du cadavre qu’ils avaient l’intention d’extraire, et l’y plaçaient en le faisant tourner sur luimême, soit avec les mains, soit à l’aide d’une drague ou d’un crochet ; le cadavre amené sur la toile, il suffisait de le rouler une seconde fois pour qu’il en fût entièrement enveloppé ; on liait alors cette toile avec une grosse ficelle, au-dessus de la tête et au-dessus des pieds, puis, au moyen d’une assez forte corde qu’on passait autour du corps en trois endroits différents, on faisait une ligature au niveau des bras, du bassin et des jambes, ensuite on assujettissait le bout d’une grosse corde à la ligature qui passait au niveau des bras, et le bout d’une seconde à la ligature qui entourait les jambes, et quatre hommes vigoureux, tirant sur ces deux cordes, amenaient en un instant le cadavre sur le sol de l’église. Avant de le confier aux cinq ouvriers qui l’emportaient rapidement hors de l’église, il était largement arrosé d’eau chlorurée ; on renouvelait encore cet arrosage, lorsqu’il était déposé sur la voiture.

23Ces différentes manœuvres, d’abord difficiles et longues, devinrent en peu de temps tellement familières aux ouvriers, qu’il ne leur fallait pas plus de trois à quatre minutes pour l’enlèvement de chaque cadavre ; ces hommes montrèrent tous beaucoup de courage et surtout beaucoup de docilité dans l’emploi de tous les moyens qui pouvaient contribuer à leur conservation : ce qui se rencontre rarement parmi les ouvriers de cette classe. On eut soin de les relayer, et de leur donner fréquemment du repos, de leur faire tremper souvent les mains et les bras dans la dissolution chlorurée ; et quand ils descendirent dans le caveau, ils étaient munis d’un bandage ou sangle, auquel tenait une corde, et tant que durait le travail, l’extrémité de la corde ne quittait pas la main d’un ouvrier qui, de cette manière et en cas d’accident, pouvait tirer à lui son camarade et le sauver du danger ; on ne leur épargna pas l’eau-de-vie, liqueur indispensable à tous les ouvriers chargés d’exécuter rapidement des travaux pénibles, surtout lorsque ces travaux sont dangereux et qu’ils s’exécutent pendant la nuit.

24Grâce à la réunion de tous les moyens que nous venons d’exposer, et aux précautions qui furent mises en usage, cet enlèvement de quarante-trois cadavres, dans un état de putréfaction très avancé, commencé à dix heures un quart, fut terminé, sans aucun accident, à une heure et demie après minuit ; il l’aurait même été plus tôt, sans la difficulté qu’on éprouva pour extraire les trois derniers cadavres qui, comme nous l’avons déjà dit, avaient été recouverts de terre. Cette opération fait à M. Labarraque, qui l’a dirigée, le plus grand honneur, et elle restera consignée dans les fastes de l’hygiène publique.

25M. Labarraque n’a pas cru que sa tâche se bornait au pénible travail que nous venons de décrire, il s’est rendu au cimetière Montmartre avec M. Parton et les ouvriers qui l’avaient secondé ; sept voitures contenaient les quarante-trois cadavres ; la huitième portait les ustensiles, elle était suivie par un tonneau d’eau et par un tombereau de chaux vive ; le convoi s’est mis en marche à deux heures de la nuit, avec le recueillement respectueux dont l’âme attristée faisait une loi. Ce nombre de tombereaux fut nécessité par l’état des rues qui, n’étant pas encore repavées, ne permettait pas de marcher avec la charge ordinaire.

26Une fosse de onze mètres de longueur, sur six mètres soixante-dix centimètres de largeur et deux mètres de profondeur, avait été disposée par les ordres de M. le préfet de la Seine ; les hommes qui opérèrent le déchargement des cadavres, et ceux qui les arrangèrent dans la fosse, se lavèrent les mains avant et après cette opération avec de l’eau chlorurée que M. Labarraque prépara sur les lieux, avec six seaux d’eau et une livre de chlorure ; les victimes convenablement placées, ont été recouvertes de chaux vive, et ensuite de terre.

27Ces détails, dont nous avons été témoins, sont en grande partie extraits du rapport que M. Labarraque fit au conseil de salubrité dans la séance du 25 août ; nous en avons conservé la plupart des expressions ; il fut approuvé par le conseil qui en demanda l’impression à M. le préfet de Police.

28Cette opération a coûté à l’administration pour :

29Cette somme paraîtra peut-être considérable, mais quand il faut improviser une pareille opération, on concevra aisément qu’on ne peut débattre les prix de quelques fournitures ; n’est-il pas juste d’ailleurs de proportionner les salaires aux dangers et aux désagréments des travaux que l’on fait faire.

30Alexandre Parent- Duchâtelet

31La note rédigée par Parent-Duchâtelet sur les inhumations et les exhumations qui ont eu lieu à Paris à la suite des événements du mois de juillet 1830 constitue une page essentielle de l’histoire de la révolution qui a mis fin au règne des Bourbons. On constate, à la lire, qu’au cœur du théâtre décisif des opérations que dessinent l’île de la Cité, les ponts, la place de Grève et ses abords, la hâte avec laquelle on enterre les victimes ne répond pas seulement à une volonté politique d’élision des traces. Cette précipation résulte d’abord du désir de parer au risque d’épidémie ; elle traduit la volonté de sauvegarder l’hygiène publique. Cet épisode est bien, avec le désengorgement de l’égout Amelot en 1823, l’une des grandes batailles menées par les tenants de cette science nouvelle qui viennent, en 1829, d’affirmer leur prétention de se situer « au timon de la machine sociale ».

32On constate aussi qu’à leurs yeux, le traitement du cadavre relève désormais des seuls spécialistes. Les amateurs – ici les insurgés – peuvent se révéler touchants et faire preuve des plus louables intentions ; ils n’en sont pas moins dépourvus de réelle efficacité. Seuls, ceux qui sont « accoutumés à la vue des cadavres et aux émanations infectes » sont aptes à traiter de la chair morte. Si Parent-Duchâtelet cite, à ce propos, les égoutiers et les employés de la morgue, il songe bien évidemment à ses confrères. Lui-même est habitué au risque. Il a osé boire du bouillon avarié dont on assurait qu’il était source d’infection. Il a demandé à son épouse de coucher avec son bébé dans une pièce où se pratiquait le rouissage du chanvre. Il a même osé absorber de l’urine. En l’occurrence, Parent-Duchâtelet fait de Labarraque, le pharmacien de la rue Saint-Denis, l’inventeur de la célèbre liqueur capable d’assainir les amphithéâtres de dissection, le grand héros du drame. À ses yeux, ce qui fonde la prééminence des spécialistes d’hygiène publique c’est, tout à la fois, l’ingéniosité – le recours aux deux bateaux qui remontent la Seine chargés de cadavres et les procédés de l’extraction de ceux qui s’entassent dans la crypte de Saint-Eustache – l’efficacité – il n’y eut au cours de l’opération aucun individu infecté – et la célérité. Quatre à cinq minutes seulement ont été nécessaires pour enlever chacun des cadavres dangereux.

33Bien entendu, toute la scène est dominée par la conviction du bien-fondé de la médecine infectionniste. Le voisinage s’alarme ; il redoute les « odeurs putrides ». En l’occurrence, on craint particulièrement le typhus. Parent-Duchâtelet ne contredit pas, cette fois – car il a souligné en d’autres occasions l’innocuité de substances que l’on pensait infectantes –, l’énoncé du risque que font encourir les émanations. Tout compte fait, le tableau n’a pas véritablement changé depuis le déménagement des cadavres du cimetière des Innocents, effectué à la fin du xviiie siècle et rapporté par Tenon. En cette affaire de 1830, se trouve une nouvelle fois soulignée la contiguïté du cadavre et de la chair animale. Parent-Duchâtelet évoque ainsi « tous les cadavres ramassés dans le marché à la viande ».

34Les grands remèdes susceptibles d’endiguer la menace sont, une fois de plus, la ventilation et l’usage des chlorures. Ceux-ci inspirent une confiance absolue. La chaux, le chlorure de chaux sec et en poudre, l’eau chlorurée, surtout, épandue par baquets, assurent l’efficacité de cette hygiène prépastorienne incapable d’expliquer sa réussite.

35On retrouve, dans le texte, le triomphalisme habituel à Parent-Duchâtelet, l’héroïsation implicite des acteurs ainsi que l’optimisme non moins caractéristique de cet expert.

36Reste que l’essentiel risquerait d’être inaperçu, à s’en tenir à des réflexions soumises au primat de l’histoire des sciences. La note rédigée par Parent-Duchâtelet s’accorde étroitement au roman noir, tel qu’il triomphe alors dans le champ littéraire. Tous les ingrédients sont présents. Le texte, on l’aura remarqué, est un nocturne. Le caveau, à défaut du souterrain, « l’éclat des torches », la descente dans le gouffre et le face-à-face avec des cadavres verdâtres sont autant de topoi censés assurer le frisson du lecteur.

37Le récit du savant spécialiste, imprégné de la phénoménologie infectionniste, n’échappe pas à la fascination de l’ombre et du cadavre. Mais c’est précisément pour apporter de la lumière dans les ténèbres morbifiques que Parent-Duchâtelet a voulu, sa vie durant, arpenter la noirceur des égouts et des bordels, comme, ici, celle de la crypte de Saint-Eustache.

▲ Extrait du plan de Turgot, planche 10, 1739. Secteur du cimentière des innocents.
© Photothèque des musées de la ville de Paris, cliché : Briant.

▲ Planche du peintre T.G.H. Hoffbauer restituant le marché des Innocents en 1855.
© Photothèque des musées de la ville de Paris, cliché : Andreani.

Notes de fin

1 Annales d’hygiène publique et de médecine légale, t. 4, 1re partie, 1830.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4475/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende ▲ Extrait du plan de Turgot, planche 10, 1739. Secteur du cimentière des innocents.© Photothèque des musées de la ville de Paris, cliché : Briant.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4475/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende ▲ Planche du peintre T.G.H. Hoffbauer restituant le marché des Innocents en 1855.© Photothèque des musées de la ville de Paris, cliché : Andreani.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4475/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 704k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540