Version classiqueVersion mobile

Double détente

 | 
Thomas Gomart

Une détente amorcée

Chapitre IX. La diversification bilatérale (avril 1959-mars 1960)

Texte intégral

  • 1 O. Troyanovsky, « The Making of Soviet Foreign Policy », art. cit., p. 221-222.

1Les inflexions de la politique extérieure soviétique, au cours du deuxième trimestre 1959, vont passablement détendre l’atmosphère internationale, sans toutefois changer la donne de la question allemande. En mai, la suspension de l’ultimatum et la conférence des quatre ministres des Affaires étrangères à Genève éloignent, pour un temps, le risque d’affrontement militaire. Ces inflexions se doublent d’une série d’initiatives personnelles de Nikita Khrouchtchev, qui touchent les opinions publiques occidentales et, plus durablement encore, la mémoire de la confrontation Est-Ouest. Les voyages de Khrouchtchev dans les capitales occidentales changent le style de la politique extérieure soviétique, à défaut d’en modifier les objectifs. Nikita Khrouchtchev fait figure de pionnier sentant, plus ou moins consciemment, la force de son image et l’impact de ses déclarations à l’étranger. L’analyse du retentissement de ces voyages ainsi que celle des mécanismes de communication, pour ne pas dire de propagande, savamment élaborés par les spécialistes soviétiques, mériteraient des études approfondies1. Avec le voyage de Nikita Khrouchtchev aux États-Unis (septembre 1959), la politique étrangère soviétique commence son entrée dans l’âge médiatique.

2Ce voyage finit par convaincre de Gaulle de l’urgence qu’il y a à recevoir, au plus vite, le premier soviétique afin de se poser en acteur de premier plan sur la scène internationale. De Gaulle sort renforcé de la crise de Berlin grâce à laquelle il a trouvé un rôle à sa mesure dans la confrontation Est-Ouest. En revanche, sa tentative de refonte de l’OTAN reste lettre morte, montrant ainsi qu’il existe toujours un seuil bien difficile à franchir entre la volonté et la capacité de puissance. Cependant, le jalon qui consiste à concilier l’indépendance et la solidarité est d’ores et déjà posé et conduit au retrait de la flotte française du commandement allié de Méditerranée (mars 1959). Trois éléments doivent permettre de franchir de nouvelles étapes : le règlement du conflit algérien, l’acquisition de l’arme nucléaire et, bien sûr, le dialogue direct avec l’Union soviétique.

3Tous ces éléments de politique internationale ne suffisent pas à comprendre le fonctionnement de la relation bilatérale au cours de l’année 1959. Sur un plan pratique et théorique, il est intéressant de suivre la conférence de Genève en gardant deux questions à l’esprit : de quelle manière le couple franco-soviétique fonctionne-t-il pendant la durée des discussions et comment les résultats de cette négociation multilatérale affectent-ils la relation bilatérale ? Dans le même temps, la relation bilatérale connaît une diversification tous azimuts. Les échanges se complexifient dans les domaines culturel et économique où les projets ne manquent pas. Pour finir, l’annonce de la visite de Nikita Khrouchtchev en France (automne 1959) donne sans conteste une nouvelle impulsion à la relation bilatérale.

Des échanges bilatéraux en cours de normalisation

4Parler de normalisation des échanges à un moment de vive tension internationale a de quoi surprendre. Pourtant, la crise de Berlin n’affecte pas les échanges culturels et économiques franco-soviétiques. Depuis le retour de De Gaulle, ils ont encore gagné en autonomie par rapport aux relations exclusivement politico-diplomatiques. Cette évolution modifie la nature de la relation, qui acquiert de la stabilité : au sein d’une communauté bilatérale en cours de formation, un écheveau de liens formels et informels se tisse progressivement. Du côté français, les échanges bilatéraux ne se limitent plus exclusivement à la sphère étatique. L’habitude des échanges, ainsi que les structures de coopération, assurent un minimum bilatéral.

L’encadrement des échanges intellectuels, culturels et techniques

5Les relations culturelles officielles, dont les deux gouvernements suivent le développement avec vigilance, connaissent une amélioration significative début 1959. En effet, du 5 au 15 janvier, se tient à Moscou la première session de la commission mixte permanente franco-soviétique pour les relations culturelles, scientifiques et techniques. La délégation française, conduite par Roger Seydoux, directeur général des Affaires culturelles et techniques au Quai d’Orsay, et la délégation soviétique, dirigée par G. Joukov, président du comité d’État pour les relations culturelles avec l’étranger, négocient structure et contenu des échanges au cours de discussions assez serrées. L’analyse des comptes rendus donne un aperçu des objectifs des deux parties en matière d’échanges culturels. Les Soviétiques accordent la priorité aux échanges scientifiques et techniques au détriment des échanges culturels proprement dits. Sur ce point, les représentants français constatent une rivalité au sein de la délégation soviétique entre G. Joukov et G. Aleksenko, vice-président du comité d’État pour les questions scientifiques et techniques, qui ne manque pas une occasion de rappeler le primat des questions relevant de sa compétence sur les affaires purement culturelles. Cette priorité correspond aux efforts de modernisation scientifique et industrielle que l’URSS s’efforce de fournir pour compenser son retard de développement. Elle correspond également au souci de limiter, autant que possible, les influences étrangères sur la population soviétique. Aux yeux des autorités soviétiques, les échanges culturels représentent une forme de danger car ils risquent de brouiller les repères idéologiques du régime en introduisant des points de comparaison.

6Précisément, la délégation française et plus largement l’appareil diplomatique français entendent utiliser ces échanges comme une arme de contre-propagande diffuse sur le territoire soviétique. Cet objectif est clairement formulé dans une note de synthèse de la DGACT destinée à l’ensemble des postes :

  • 2 MAE, Relations culturelles (1948-1959), carton n° 180, note de la direction générale des Affaires c (...)

« Les échanges culturels et techniques doivent contribuer à rendre plus difficilement réversible le courant qui pousse la jeunesse et les milieux intellectuels soviétiques vers la connaissance de l’étranger, vers les manières de penser moins conformistes que certains dirigeants du parti et de l’administration persistent à considérer comme très dangereuses et que d’autres admettent plus aisément, sans peut-être en mesurer exactement la portée »2.

  • 3 Ibid., télégramme de Maurice Dejean de la part de Roger Seydoux n° 123/133,12 janvier 1959.

Cette différence fondamentale des objectifs se ressent au cours des négociations. La délégation soviétique insiste pour créer une sous-commission chargée uniquement des échanges techniques. Elle préconise, en outre, un allongement de la durée des missions techniques. Elle souhaite, par ailleurs, stabiliser le volume des échanges purement culturels pour 1959 et indique vouloir renoncer aux grandes manifestations, aussi spectaculaires que coûteuses. Cette préoccupation d’efficacité se retrouve chez la partie française, qui souhaite ajuster les échanges culturels techniques aux besoins réels et aux moyens disponibles. La délégation française, pour sa part, s’efforce d’obtenir une augmentation des échanges universitaires en dépit des réticences soviétiques. En revanche, elle renonce temporairement à l’ouverture d’une salle de lecture à Moscou et se contente d’une promesse d’un rayon de livres français dans une librairie de la capitale à condition, toutefois, qu’il ne s’agisse que d’ouvrages scientifiques, techniques, littéraires ou artistiques. La délégation française se déclare hostile au principe d’une convention culturelle entre les deux pays3. À l’issue des discussions, G. Joukov et Roger Seydoux signent un communiqué commun qui prévoit la création au sein de la commission mixte d’une sous-commission culturelle et d’une sous-commission scientifique et technique ainsi que le protocole d’échanges pour 1959.

  • 4 Ibid., note de la direction générale des Affaires culturelles et techniques au sujet des négociatio (...)

7La délégation française se satisfait de l’issue des négociations, qui renforce son ancrage universitaire par rapport aux autres pays occidentaux. La France est, en effet, le seul pays occidental dont des professeurs participent de manière permanente à l’enseignement supérieur soviétique4. La concurrence bilatérale n’épargne pas le champ culturel. Roger Seydoux note, avec une satisfaction à peine voilée, le classement établi par G. Joukov : la deuxième place serait tenue par les États-Unis, la troisième sûrement pas par la Grande-Bretagne mais peut-être par l’Italie. Roger Seydoux note également qu’au sein de la délégation soviétique, G. Joukov représente « la tendance libérale » qui œuvre pour un développement des échanges alors que G. Aleksenko n’a pour unique objectif que d’obtenir de l’expertise indispensable à la réalisation du plan. Roger Seydoux rapporte que la délégation française s’est trouvée confrontée à une délégation soviétique divisée. Il profite également de l’occasion pour faire part aux Soviétiques, en marge des discussions officielles, de sa méfiance à l’égard de France-URSS :

  • 5 Ibid., télégramme de Maurice Dejean de la part de Roger Seydoux n° 123/133,12 janvier 1959.

« Nous avons marqué la gêne que l’existence d’une telle organisation apportait souvent aux relations culturelles franco-soviétiques qu’il y aurait avantage à développer en dehors de tout esprit de propagande politique, et en particulier sur le plan professionnel. M. Joukov a indiqué qu’il ne voyait pas d’inconvénient à ce que soient créées de telles associations franco-soviétiques en dehors de France-URSS »5.

8Cette inquiétude des diplomates français se justifie par la politisation de France-URSS. Par son intermédiaire, le PCF récupère à son profit une partie de la dynamique née de l’institutionnalisation des échanges culturels entre les deux pays. Dans la semaine qui suit la session de la commission mixte franco-soviétique, le bureau politique du PCF donne des orientations très précises sur le rôle de France-URSS. D’une manière plus générale, le PCF cherche, au cours du premier semestre 1959, à compenser les effets négatifs de la crise de Berlin dans l’opinion française par un travail d’image destiné à raviver l’amitié franco-soviétique et à renforcer la sécurité européenne. Le bureau politique donne des instructions en ce sens :

  • 6 PCF : réunion du bureau politique le 3 avril 1959, SEC. GP. GV., 8 avril 1959, n° 664.

« (...) Compte tenu de la situation actuelle, accorder beaucoup d’importance à tout ce qui peut favoriser le développement de l’amitié franco-soviétique »6.

  • 7 MAE, Europe, URSS (1956-1960), carton n° 273, note de la direction d’Europe, sans références, 25 ma (...)

Le PCF compense le déficit d’image consécutif à ses prises de position internationales par un actif travail de terrain. Pour les autorités soviétiques, l’attention portée aux échanges culturels se traduit par une vigilance accrue pour tout ce qui touche aux questions intellectuelles. Outre la crise de Berlin, il leur faut effacer les effets néfastes de l’affaire Pasternak dans les milieux intellectuels français. À la mi-avril, G. Joukov, I. Ehrenbourg et M. Cholokov, se rendent en France pour sonder les milieux intellectuels et médiatiques : Ilya Ehrenbourg, qui se dit avoir été frappé par la vigueur des sentiments anti-allemands, regrette qu’ils ne se retrouvent pas dans les autres couches de la population avec la même vigueur, « ce qui assurerait la position de l’URSS »7. Les intellectuels soviétiques profitent en France de moyens d’expression et d’opportunités de contacts, par le biais du PCF et de France-URSS, sans commune mesure avec celles dont bénéficient leurs homologues français en Union soviétique. S’ils sont étrangers au PCF et à France-URSS, ces derniers ne peuvent compter que sur un soutien officiel pour se rendre en Union soviétique. Or, la liste des candidats doit être validée par les deux parties, ce qui interdit la venue à Moscou d’intellectuels français trop critiques. Les protocoles établissent des listes de spécialistes, le plus souvent universitaires, ainsi que les sujets de leurs interventions de manière très précise afin d’éviter une politisation excessive des échanges. Côté soviétique, les candidats au départ doivent être sûrs politiquement, conformément aux avis donnés par la commission Souslov.

  • 8 O. Edelman, « La guerre froide dans l’imaginaire populaire en URSS, 1950-1960 », dans J. Delmas et (...)

9Pour toutes ces raisons, les échanges intellectuels, culturels et techniques entre la France et l’Union soviétique sont encadrés, pour ne pas dire corsetés. Cependant, même si les structures d’échanges apparaissent, avec le recul, bien rigides, il ne faut pas perdre de vue que leur mise en œuvre marque une rupture de fond avec la période stalinienne pendant laquelle tout contact avec l’étranger était entaché du soupçon de trahison8. En d’autres termes, ces échanges culturels correspondent à une décrispation prudente de l’Union soviétique et sont moins lus par leurs contemporains comme un signe de contrôle que comme un signe d’ouverture.

Des perspectives économiques incertaines

10Le développement des échanges économiques franco-soviétiques se heurte à des obstacles politiques et techniques. Plusieurs niveaux doivent être dégagés pour tenter de saisir leur complexité. Premièrement, dans le cadre Est-Ouest, plusieurs analyses contradictoires circulent sur la stratégie de l’Union soviétique dans son commerce avec le bloc occidental. Nombre d’analystes occidentaux s’inquiètent, en effet, des modalités de financement de son commerce extérieur, de la cohérence de ses accords de commerce bilatéraux et de l’importance à accorder à ses réserves d’or, qui pourraient constituer une menace pour les devises occidentales. Deuxièmement, dans le cadre bilatéral, les Soviétiques conditionnent leurs achats de biens d’équipements à l’octroi de crédits à moyen terme, ce qui pose à la fois des problèmes politiques et techniques sur lesquels il faudra revenir. Troisièmement, sur le plan commercial, le marché soviétique intéresse des investisseurs français non seulement pour ses débouchés, mais aussi pour l’effet d’image qu’il peut occasionner. Le commerce avec des Soviétiques est exploité en termes publicitaires pour toucher d’autres marchés.

  • 9 MEF, fonds Trésor, URSS (1951-1963), carton B 592, revue de presse pour le cabinet du ministre, 23  (...)
  • 10 Ibid.

11Le premier niveau est ministériel. Le cabinet du ministre des Finances est tenu informé des analyses qui circulent à la City sur les intentions soviétiques. Plusieurs financiers britanniques se posent la question suivante : « L’URSS prépare-t-elle une offensive générale contre les devises occidentales ? »9 Cette question est légitime dans la mesure où l’URSS commence à recourir au crédit avec le bloc occidental. Les experts occidentaux disposent de bien peu d’informations sur la production, les réserves et les ventes d’or soviétique. L’URSS est considérée comme le deuxième producteur mondial d’or (derrière l’Union sud-africaine) et comme le deuxième détenteur mondial de réserves (derrière les États-Unis). Les experts occidentaux constatent que l’URSS vend de faibles quantités d’or à l’étranger afin de combler les déficits que ses échanges avec le bloc occidental entraînent. Au regard des déclarations officielles de dirigeants soviétiques, ils notent que l’URSS redouble d’efforts pour augmenter sa production aurifère et se demandent, par conséquent : « Pourquoi donc la Russie insiste-t-elle de plus en plus auprès de ses fournisseurs capitalistes pour obtenir des crédits au lieu de payer en or ? »10

12Pour expliquer cette volonté d’obtenir des crédits occidentaux tout en augmentant leurs réserves d’or, des analystes financiers avancent l’hypothèse suivante : les Soviétiques préparent une offensive générale contre les devises occidentales et contre le dollar en particulier. Ils refusent de déprécier l’or comme moyen de change puisque l’or est établi comme étalon au sein du bloc soviétique. Il s’agirait plutôt pour eux d’utiliser leurs réserves d’or afin de financer leur aide aux pays en voie de développement et de concurrencer les pays occidentaux par ce biais. Les Soviétiques répartiraient ainsi leurs moyens de financement : les crédits occidentaux financeraient le commerce Est-Ouest, de plus en plus indispensable à l’amélioration de leur potentiel économique, alors que leurs réserves d’or serviraient à pénétrer les pays en voie de développement.

13Une seconde hypothèse circule. Les Soviétiques ne recourent pas à leur or de manière systématique car ils estiment que le cours actuel de l’or sur les marchés de change n’est pas rentable en raison du prix de revient de leur or, qui est beaucoup plus élevé que celui de l’or sud-africain ou américain. Autrement dit, les Soviétiques attendent pour vendre leur or et spéculent sur sa hausse. Cette seconde hypothèse, à la différence de la première, ne considère pas les réserves soviétiques comme une menace pour les devises occidentales mais, au contraire, comme une charge difficilement utilisable par Moscou.

14Les sources de financement conditionnent le développement du commerce de l’Union soviétique avec l’Ouest en général, et la France en particulier. Au cours de négociations commerciales, les industriels français, venus vendre des biens d’équipement, se trouvent confrontés à des demandes de crédits dont l’acceptation n’est pas de leur ressort. En ce sens, le développement des échanges commerciaux dépend étroitement de mesures techniques décidées par le pouvoir politique. À titre d’exemple, le groupe Schneider-Creusot insiste auprès des autorités françaises pour qu’elles prennent une décision sur l’octroi de crédits en vue de conclure de nouveaux contrats avec l’Union soviétique. Les dirigeants de Schneider-Creusot font donc pression sur les autorités françaises pour obtenir une décision de nature politique qui permettrait de développer les échanges commerciaux. Ils expliquent que les possibilités de conclure de nouveaux contrats avec des centrales d’achats sont prometteuses à condition d’autoriser les paiements différés comme le font Allemands et Italiens. Les arguments avancés sont de nature technique et psychologique :

  • 11 Ibid., lettre de H. Vicaire, directeur général industriel de Schneider-Creusot, au ministre de l’Éc (...)

« (...) L’octroi de crédits aux centrales soviétiques permettrait en outre, de répartir les dépenses correspondant aux commandes passées sur plusieurs années et ne déséquilibrerait pas outre mesure l’accord commercial en vigueur.
À ces craintes justifiées ou non, s’ajoute probablement un élément psychologique : les Soviétiques qui ont une situation financière saine ne veulent pas être moins bien traités que d’autres pays qui font cependant courir à leurs prêteurs des risques beaucoup plus importants.
Tenant compte de ces considérations, nous estimons particulièrement urgent que l’Administration fasse connaître sa position quant à l’octroi éventuel des crédits pour la Russie, crédits qui seraient affectés à l’achat en France de matériels non inscrits dans l’accord commercial qui vient d’être signé »11.

Quelques jours plus tard, dans une longue note, la direction des Finances extérieures définit sa position sur la question de l’octroi des crédits. Elle détaille les arguments favorables à une autorisation de crédits, qui vise à ne pas pénaliser les industriels français par rapport à leurs concurrents et à ne pas vexer les Soviétiques qui s’expliqueraient mal un refus de facilité que la France accorde à ses autres partenaires commerciaux. Dans le même temps, la direction des Finances extérieures entend profiter de l’absence de risques financiers majeurs en URSS et utiliser le marché soviétique comme voie d’accès au marché chinois. Elle détaille ensuite les inconvénients d’une autorisation de crédits : le dossier des dettes russes resurgit une nouvelle fois. La direction note que l’attitude adoptée à l’égard des pays de l’Est concernant leurs dettes et qui consistait à n’accorder de nouveaux crédits qu’une fois les dettes remboursées, s’est révélée « payante ». Mais à la différence des autres pays de l’Est, l’URSS s’est toujours refusée à reprendre à son compte les dettes russes et à ouvrir des négociations sur le sujet. L’octroi de nouveaux crédits risquerait de provoquer de vives protestations de la part des porteurs d’emprunts russes spoliés.

15La direction des Finances extérieures résume en ces termes la problématique de l’octroi de crédits aux Soviétiques :

  • 12 Ibid., note de la direction des Finances extérieures, approuvée par le ministre des Finances et des (...)

« Un choix doit donc être fait dès maintenant entre les deux attitudes suivantes : ou bien donner satisfaction aux demandes de crédits soviétiques et réaliser ainsi d’importantes exportations supplémentaires de biens d’équipement vers l’URSS, mais soulever les protestations des porteurs français et courir peut-être le risque d’une remise en cause de certains accords financiers avec d’autres pays de l’Est ; ou bien tenter à cette occasion une nouvelle négociation sur le problème des dettes russes, mais en étant conscients que cette solution, compte tenu des chances de succès extrêmement minimes d’une telle démarche, comporte un risque important de compromettre des exportations particulièrement intéressantes (...).
Nous pensons donc que la COFACE devrait être maintenant autorisée à garantir des crédits à moyen terme pour le règlement des commandes d’équipement passées par l’URSS »12.

Les autorités françaises s’efforcent de favoriser le développement des échanges commerciaux avec l’Union soviétique. Pour les milieux d’affaires français, commercer avec l’Union soviétique n’a encore rien d’ordinaire. Des hommes d’affaires prennent conscience de l’impact qu’ils peuvent tirer des contacts avec les Soviétiques en termes d’image. À titre d’exemple, la maison Dior comprend l’intérêt d’une opération de communication à Moscou en organisant une série de défilés du 10 au 17 juin 1959 avec l’appui de l’ambassade de France. Dix à douze mille spectateurs y assistent : plus de 30 000 demandes d’invitations n’ont pu être satisfaites. Ce succès est moins commercial que médiatique. En se faisant l’ambassadeur du luxe français à Moscou, Christian Dior contribue à promouvoir l’image d’une France élégante et raffinée dont les Soviétiques raffolent, mais trouve aussi un moyen indirect de toucher le public américain, qui constitue sa véritable cible commerciale. Car, comme le note l’attaché commercial :

  • 13 MAE (Centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 271, note de Je (...)

« La presse américaine, toujours avide de flash et de sensationnel, ne pouvait manquer d’exploiter à fond un thème facile et amusant, particulièrement fertile en clichés et anecdotes »13.

16À propos des échanges économiques, il est possible d’aboutir provisoirement à une conclusion comparable à celle concernant les échanges culturels. S’ils restent modestes, pour ne pas dire modiques, et dépendent étroitement de décisions politiques, il n’en demeure pas moins que l’amorce de leur développement annonce une nouvelle ère de la relation bilatérale. À l’instar des échanges culturels, les échanges économiques contribuent à l’ouverture de l’Union soviétique, s’inscrivent dans les enjeux stratégiques du commerce Est-Ouest et créent des intérêts communs. À la fin des années cinquante, ces intérêts ne pèsent pas encore bien lourds sur les orientations générales de la relation bilatérale, mais ils favorisent d’ores et déjà des contacts réguliers. Des habitudes de travail commencent ainsi à s’instaurer. Cette normalisation progressive par le biais des échanges culturels et économiques ne garantit nullement la tranquillité de la relation bilatérale. Des incidents viennent rappeler que la France et l’Union soviétique appartiennent à deux blocs opposés.

Une relation bilatérale émaillée d’incidents

17Être Français en Union soviétique n’est jamais simple : tracasseries administratives, contrôles inopinés et surveillance constante sont le lot quotidien des ressortissants français. L’omniprésence policière crée une atmosphère de défiance permanente parfois difficile à supporter. Avec le recul, ces incidents peuvent sembler dérisoires comparés aux enjeux historiques de la relation bilatérale. Cependant, ils aident à restituer l’ambiance qui prévaut au sein des communautés diplomatiques française en URSS et soviétique en France. La première s’entraide dans un environnement hostile alors que la seconde s’auto-discipline dans un environnement indifférent.

  • 14 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 210, télégramme de Maurice Dejean n° 2833/36, 24 août 1959
  • 15 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 43, papka n° 77, delo n° 10, 1959, aide-mémoire (...)
  • 16 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 43, papka n° 79, delo n° 29, 1959, lettre du gé (...)
  • 17 Témoignage du colonel Jean, 17 février 1995.

18Le 23 août 1959, le véhicule du commandant Rousset, attaché militaire adjoint, est percuté par la Pobieda des sbires qui le suivent en permanence : injurié, puis molesté, en présence de miliciens chargés de la circulation, le commandant Rousset parvient à prévenir le général Mondain qui se rend immédiatement sur les lieux de l’agression. Il ordonne à son adjoint de faire constater les violences subies par le médecin de l’ambassade des États-Unis. Aussitôt averti, Maurice Dejean demande audience à Andreï Gromyko14. Le 24 août, un aide-mémoire de quatre pages est remis aux Soviétiques, qui ne s’en émeuvent pas outre mesure15. Au mois de mai, le général Mondain avait déjà adressé une lettre de protestations au ministère de la Défense au sujet d’une agression dont le lieutenant-colonel Bertrand et le commandant Rousset avaient été victimes à Odessa16. Le colonel Jean se souvient que ce dernier « agaçait »17 les Soviétiques et qu’il avait sans doute voulu s’offrir la satisfaction de semer son escorte avant son retour en France. Début septembre, les Soviétiques répondent par un aide-mémoire lacunaire et partial. Le ministère des Affaires étrangères décide de ne pas s’en contenter et de marquer le coup. Maurice Couve de Murville envoie des instructions très fermes en ce sens :

  • 18 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 210, lettre de Maurice Couve de Murville à Maurice Dejean (...)

« J’estime, en plein accord avec l’État-major de la Défense nationale, qu’il convient de ne pas laisser sans réponse l’aide-mémoire soviétique du 9 septembre qui répondait à celui que vous aviez adressé le 24 août pour protester contre les sévices dont avait été victime votre collaborateur. La grossière déformation des faits et les accusations impérieuses à l’égard d’un officier français que contenait le document du Minindiel méritent d’être relevées, le silence risquant d’être interprété comme un signe sinon de culpabilité au moins de faiblesse »18.

  • 19 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 43, papka n° 78, delo n° 12, 1959, aide-mémoire (...)
  • 20 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 210, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville (...)

Le 9 décembre, Maurice Dejean remet à Zorine un nouvel aide-mémoire, qui demande une prolongation de l’enquête et des sanctions contre les responsables19. En dépit de cette nouvelle démarche, les Soviétiques campent sur leurs positions et indiquent que l’affaire n’a plus d’importance, à leurs yeux, dans la mesure où le commandant Rousset a quitté le territoire soviétique. Ils ajoutent que ce dernier s’était fait une spécialité des infractions au code de la route. Maurice Dejean prend note et rappelle la position française20. L’affaire est close au grand dam des militaires français.

19Cet incident ravive leur intention de prendre des mesures de rétorsion à l’encontre des diplomates soviétiques en France. Cycliquement, la question du contrôle et de la limitation de leurs déplacements est soulevée. De nombreux échanges de notes entre les différents services de la Défense nationale, du Quai d’Orsay et de la Préfecture de police témoignent du souci des autorités françaises de contrôler plus efficacement les déplacements afin de réagir aux incidents survenus en URSS mais aussi d’entraver les activités de renseignement soviétiques en France. À la lecture de ces notes, on sent, toutefois, une certaine réticence de la part des autorités diplomatiques à prendre des mesures draconiennes à l’égard des déplacements de diplomates soviétiques. Ces derniers circulent sans grande contrainte dans toute la France, à l’exception de quelques zones sensibles. Ils bénéficient sans conteste de meilleures conditions de travail que celles de leurs homologues français.

20À quelques semaines de la visite de Nikita Khrouchtchev, Maurice Dejean n’entend pas compliquer ses échanges avec les autorités soviétiques par des requêtes incessantes. Son habitude de fermer les yeux sur les mauvaises manières soviétiques surprend plusieurs de ses collaborateurs, qui souhaiteraient une attitude moins conciliante de sa part. Il est sans doute victime en cela d’une tendance naturelle chez beaucoup d’ambassadeurs, qui consiste à préférer complaire aux autorités du pays de résidence.

La relation bilatérale à l’épreuve d’une négociation multilatérale

  • 21 G.-H. Soutou, La guerre de cinquante ans, op. cit., p. 374-376 ; H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op (...)

21Au Palais des nations de Genève, le 11 mai 1959, s’ouvre la première séance de la conférence réclamée depuis des mois par les Soviétiques sur Berlin et l’Allemagne. Autour de la table de négociation siègent les délégations soviétique, américaine, britannique et française, conduites par leur ministre des Affaires étrangères respectif. À des tables voisines, siègent les délégations ouest-allemande et est-allemande. Cette participation des deux Allemagne, qui ne disposaient d’aucun pouvoir de décision, ressemble à un début de reconnaissance de la RDA par les puissances occidentales. Pendant trois mois, les séances se succèdent sous présidence tournante et donnent parfois lieu à de vifs échanges. Plutôt que de résumer les différentes phases des négociations21, il semble préférable de suivre les échanges franco-soviétiques dans cette enceinte multilatérale. Rappelons, toutefois, brièvement l’enjeu : les Soviétiques souhaitent obtenir la signature d’un traité de paix avec l’Allemagne alors que les Occidentaux cherchent à préparer la réunification allemande. Ces deux approches ont pour corollaire la mise en place d’un nouveau système de sécurité européen qui, comme le redoutent les Occidentaux, pourrait aboutir à une neutralisation de l’Allemagne et à son détachement de l’OTAN.

22À la lecture des archives de la Présidence de la République, il est intéressant de souligner d’une part que les Occidentaux ne présentent pas toujours un front uni devant les Soviétiques au cours des discussions et, de l’autre, que la France continue à défendre une ligne dure sur la lancée de la crise de l’hiver 1958-1959. Sur le premier point, il faut constater qu’en terme de technique diplomatique le recours au multilatéralisme favorise les positions soviétiques. En ce sens, la recherche permanente par Khrouchtchev d’une conférence au sommet porte ses fruits puisque les Occidentaux se présentent affaiblis.

La délicate préparation de la conférence

23Les différentes réactions à l’ultimatum lancé par Khrouchtchev avaient pourtant convaincu les puissances occidentales de coordonner leurs positions en vue de la conférence de Genève. Notons, toutefois, qu’en rejetant l’ultimatum (décembre 1958), l’OTAN avait renforcé son image de garant de la sécurité occidentale aux yeux des Allemands de l’Ouest. Cette phase de préparation ne doit pas faire oublier les discussions, ou plutôt l’absence de discussions, sur l’avenir de l’OTAN souhaitées par le général de Gaulle. Ce dernier leur attache une importance décisive. Cependant, au cours des discussions entre alliés, Britanniques et Français constatent leurs divergences. Les Britanniques demeurent le maillon faible du dispositif occidental même après la visite de MacMillan à Moscou au cours de laquelle ce dernier a mesuré à ses dépens la détermination soviétique.

24À la mi-mars, des entretiens franco-britanniques se déroulent à Paris pour tenter de concilier les positions. Ils n’y parviennent que partiellement. Selon les Britanniques, des contre-propositions sur Berlin devraient permettre de trouver des compromis avec les Soviétiques. Pour les Français, il existe un réel risque de confrontation qui oblige à tenir le langage de la force à Moscou. Dans ces conditions, les Occidentaux doivent prendre des précautions et se tenir sur leurs gardes, comme le suggère le général de Gaulle à MacMillan lors de leur entretien. Ce dernier lui demande ce qu’il entend par ce terme. De Gaulle ne cache pas qu’il envisage l’escalade et que, dans cette hypothèse, il se place sous la protection américaine.

25Dans le contexte de redéfinition du dispositif de sécurité occidental, le général de Gaulle perçoit les limites de son action : sans arme atomique, impossible pour lui de continuer à jouer un rôle dans la crise jusqu’à son éventuel point ultime. L’intransigeance diplomatique ne compense pas l’insuffisance stratégique. La difficulté pour de Gaulle consiste à préparer la conférence des ministres des Affaires étrangères sur l’Allemagne tout en continuant à tenter de réformer le fonctionnement de l’OTAN. Or, la préparation de la conférence permet aux États-Unis de faire comprendre à leurs alliés que leur survie dépend d’eux en dernier ressort. Au début du mois de mai, les services de la Présidence prennent acte de l’impasse dans laquelle se trouve la politique française vis-à-vis de l’OTAN et constatent que les discussions qui ont eu lieu à ce sujet n’ont abouti, pratiquement, à aucun progrès.

26L’impasse dans laquelle se trouve de Gaulle vis-à-vis de l’OTAN n’est pas sans conséquence sur la préparation de la conférence de Genève. Au cours des réunions entre les quatre ministres des Affaires étrangères (29 et 30 avril), Maurice Couve de Murville cherche avant tout à renforcer la cohésion occidentale et à élaborer un plan commun :

  • 22 MAE, Nations unies et organisations internationales, ONU (1945-1959), carton n° 276, télégramme cir (...)

« C’est ainsi que, pour tenir compte des objections soviétiques, les Occidentaux ont accepté d’introduire dans le parallélisme fondamental entre la réunification de l’Allemagne et la sécurité européenne, une étape de transition au cours de laquelle diverses mesures doivent être prises dans l’un et l’autre domaine. D’autre part, les nouvelles propositions s’efforcent de transformer le diptyque réunification-sécurité en un triptyque réunification-sécurité-désarmement, de façon à élargir le cadre général de la négociation »22.

27Les Occidentaux envisagent la possibilité d’un accord sur Berlin, qui reposerait sur la réunification de la ville sous l’autorité d’un conseil élu par les deux parties. Des commissions réunissant les deux Allemagne seraient chargées ultérieurement d’organiser les élections. À Genève, les Occidentaux se présentent unis en apparence mais prêts à des concessions engageant l’avenir de l’Allemagne. Pour leur part, les Soviétiques considèrent la conférence comme une étape préparatoire à la conférence au sommet que Khrouchtchev appelle de ses vœux depuis longtemps. L’importance accordée à la conférence diffère donc profondément de part et d’autre.

Français et Soviétiques à Genève

  • 23 V. Zubok et C. Pleshakov, Inside the Kremlin’s Cold War, From Stalin to Khrushchev, op. cit., p. 20 (...)

28Andreï Gromyko et Maurice Couve de Murville vont s’affronter pendant toute la conférence de Genève, d’abord à fleuret moucheté puis au cours de brèves passes d’armes. Il est à noter que Nikita Khrouchtchev se serait désintéressé des négociations de Genève en raison de sa conviction de pouvoir parvenir à un accord avec les dirigeants occidentaux au cours d’entretiens personnels23. L’analyse des procès-verbaux des séances conservés dans les archives de la Présidence montre à quel point la relation entre Français et Soviétiques se tend au cours de cette négociation multilatérale. Dès la deuxième séance (12 mai 1959), Andreï Gromyko préconise l’élargissement de la conférence à d’autres pays, en particulier la Pologne et la Tchécoslovaquie. Il s’attire immédiatement une remarque de Maurice Couve de Murville, qui estime que tous les pays ayant été en guerre contre l’Allemagne doivent être associés au traité de paix. C’est le cas notamment de l’Italie. Maurice Couve de Murville estime qu’il est prématuré d’inviter à la table des négociations d’autres puissances. Le lendemain, Andreï Gromyko revient sur la question de l’élargissement de la conférence à la Pologne et à la Tchécoslovaquie. Pour lui répondre, Charles Lucet lit un texte de Couve de Murville, dans lequel le ministre français rappelle que la conférence de 1955 résultait d’une détente alors que celle-ci résulte d’une tension. Lors de la quatrième séance, présidée par Maurice Couve de Murville, les Occidentaux présentent leur plan de paix. Maurice Couve de Murville fait une mise au point après une remarque d’Andreï Gromyko sur la reconnaissance tacite de la RDA par le gouvernement français :

  • 24 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AG1 246, 4e séance de la conférence de Genève, 14 mai  (...)

« (...) Il y a, si l’on veut, deux Allemagne. Il y a l’Allemagne orientale et il y a l’Allemagne occidentale. Mais de reconnaître ce fait, qui est un fait, qui est une évidence, à dire que le Gouvernement français reconnaît le soi-disant gouvernement de l’Allemagne orientale, il y a un pas que, pour ma part, je ne peux pas franchir »24.

Après examen, les Soviétiques rejettent le plan proposé par les Occidentaux, ce qui donne lieu à une intervention musclée de Maurice Couve de Murville sur l’attitude soviétique au cours de la septième séance. Maurice Couve de Murville se demande pourquoi les Occidentaux se sont donné la peine d’élaborer un projet qu’ils pensaient en bonne foi applicable :

  • 25 Ibid., 7e séance de la conférence de Genève. Les extraits suivants proviennent également de ce docu (...)

« En vérité, cette réponse m’incite, en modifiant un peu un dicton de mon pays, à dire que lorsqu’il s’agit de discuter avec la délégation soviétique, on est vraiment puni par où l’on a cédé »25.

Conscient des véritables concessions auxquelles les Occidentaux étaient disposés, il ajoute :

« En attendant qu’une véritable sécurité puisse être établie en Europe par des relations différentes entre les pays de ce continent de l’Oural à l’Atlantique, il nous a semblé qu’il convenait d’accompagner une éventuelle réunification de l’Allemagne d’une série de dispositions relatives à la sécurité et au désarmement qui seraient de nature, en particulier, à répondre à ces appréhensions soviétiques ».

Pour finir, il dénonce la méthode de négociation des Soviétiques :

« Tirer d’une proposition de cette nature certaines parties qui vous satisfont pour rejeter le reste catégoriquement est peut-être une méthode de marchandage. Ce n’est pas une méthode à laquelle nous nous sentons en mesure de nous plier ».

  • 26 Ibid., entretien Gromyko/Couve de Murville à la villa Barakat, 22 mai 1959.

Onze jours après le début de la conférence, les délégations française (Couve de Murville, Dejean et Lucet) et soviétique (Gromyko, Vinogradov et Bazarov) se rencontrent pour constater qu’aucun progrès n’a été fait depuis le début des négociations. Ces discussions en marge de la conférence ne relancent pas cette dernière et n’aboutissent pas à une amélioration sensible des échanges franco-soviétiques dans ce cadre multilatéral. Alors que les Soviétiques s’escriment à obtenir la signature d’un traité de paix, les Français, en accord avec les autres puissances occidentales, réfléchissent aux moyens de permettre la réunification allemande dans le cadre d’un nouveau système de sécurité européen26.

  • 27 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 246, note du SDECE n° 20738/S, 2 juillet 1959.

29La conférence interrompt ses travaux le 20 juin pour les reprendre le 13 juillet. Dans l’intervalle, les services de renseignement français tentent d’analyser les méthodes de la délégation soviétique. En effet, les diplomates soviétiques, à la différence de leurs homologues français, semblent parfaitement maîtriser la technique multilatérale. Pour être plus précis, l’appareil soviétique excelle dans la médiatisation des discussions de la conférence. Dans une note intitulée « Les manœuvres d’intoxication et les campagnes d’opinion dans les coulisses durant les trois dernières semaines de la conférence »27, le SDECE décrit les méthodes systématiquement utilisées par les Soviétiques pour transformer la conférence en vecteur de propagande.

  • 28 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 9, note au sujet de la convers (...)

30Les Soviétiques mettent en œuvre une méthode rodée, qui allie les discussions proprement diplomatiques et leur immédiate exploitation médiatique. Moscou contrôle ainsi le processus sans discontinuer. Cette méthode laisse peu d’espace à une véritable négociation. À l’occasion du 14 juillet 1959, Sergueï Vinogradov et le général de Gaulle s’entretiennent brièvement. Cet échange coïncide avec la reprise des discussions à Genève. L’ambassadeur soviétique estime qu’il est impossible que Paris et Moscou ne parviennent pas à s’entendre et assure que le gouvernement soviétique ne souhaite nullement le départ de la France de Berlin28. Ces propos pleins de bonne volonté restent de pure forme.

Les conséquences bilatérales de la négociation multilatérale

31Compte tenu des accrochages entre les délégations française et soviétique au cours des négociations, la conférence de Genève altère la relation bilatérale. À Genève, la délégation française s’est montrée la plus résolue à tenir tête aux Soviétiques. À l’issue de la conférence, la diplomatie soviétique se mobilise, par le biais de Gromyko et Vinogradov, pour critiquer ouvertement l’attitude des autorités françaises au cours des discussions et les menacer, de manière voilée, d’un durcissement général.

32Après la dernière réunion de la conférence, Andreï Gromyko demande à Maurice Couve de Murville de bien vouloir s’entretenir avec lui. Les deux hommes se retrouvent dans le bar des délégations. D’emblée, le ministre soviétique souligne la contradiction dans laquelle les autorités françaises se trouvent à ses yeux. D’un côté, elles affirment leur volonté d’un rapprochement avec Moscou et, de l’autre, elles défendent une politique opposée aux intérêts soviétiques :

  • 29 Ibid., note de Maurice Couve de Murville, 5 août 1959.

« Il en a été clairement ainsi au cours de la conférence de Genève. Si la France continue à apporter son soutien à la politique militariste et revancharde du gouvernement de Bonn, il est évident que l’URSS ne pourra conserver à l’égard de la France la même attitude que par le passé. L’on n’a pas assez remarqué en France la retenue dont l’URSS a fait preuve à l’égard de l’Algérie. Le Gouvernement soviétique a des rapports d’amitié avec les peuples d’Asie et d’Afrique. Ces rapports ne nuisent à personne. Mais à l’égard de l’Algérie, le gouvernement soviétique pourrait se départir de la retenue qu’il a observée jusqu’ici »29.

Cette menace n’effraie guère Maurice Couve de Murville. Après avoir remercié Andreï Gromyko de sa franchise, il explique que le gouvernement français souhaite effectivement développer les rapports avec Moscou, mais qu’il ne considère nullement la RFA comme un risque pour la sécurité européenne. En ce qui concerne l’Algérie, il fait mine de ne pas comprendre l’approche de Gromyko, qui tente de lier les dossiers allemand et algérien :

  • 30 Ibid.

« Quant à l’Algérie, il ne me paraissait pas qu’elle eût un rapport avec l’Allemagne. Le problème algérien était traité par nous, nous espérions le résoudre et je ne voyais pas bien à quoi voulait faire allusion M. Gromyko. Le ministre soviétique n’a pas cherché à préciser autrement sa pensée. Après quelques paroles aimables, il a pris congé »30.

  • 31 Ibid., note de Louis Joxe pour le Premier ministre, 7 août 1959.

33La démarche d’Andreï Gromyko est relayée par Sergueï Vinogradov au niveau inférieur. Ce dernier invite Louis Joxe à déjeuner deux jours après la fin de la conférence de Genève. L’ambassadeur soviétique aborde au cours de la discussion le dossier algérien en insistant sur la nécessité d’un règlement rapide qui permettrait une amélioration de la situation internationale. Ensuite, Sergueï Vinogradov revient sur la conférence de Genève pour s’élever contre l’attitude « raide et limitée de la délégation française » pendant toute la durée des négociations et regretter « le manque d’imagination des Français » qui semblent ne pas avoir compris que la question centrale était l’organisation de la sécurité européenne31.

34Dès la fin de la conférence de Genève, la diplomatie soviétique réinvestit le champ bilatéral. Comme le montrent les interventions d’Andreï Gromyko et Sergueï Vinogradov, elle adopte un ton résolument offensif à l’égard du gouvernement français. La relation bilatérale s’est dégradée au cours de cette négociation multilatérale de Genève en raison de divergences politiques auxquelles s’ajoutent des difficultés d’ordre technique. La politique extérieure du général de Gaulle se trouve plus à son aise dans un cadre bilatéral que dans un cadre multilatéral dont elle ne maîtrise probablement pas tous les à-côtés. En revanche, elle va faire preuve de son savoir-faire lors de la préparation du voyage de Khrouchtchev.

Vers le dialogue direct

35La préparation du voyage de Khrouchtchev en France donne lieu à un recadrage. Dégradées par la conférence de Genève, les relations franco-soviétiques se trouvent confrontées à l’alternative suivante : entretenir la situation née de la crise de Berlin ou tenter d’en sortir par un dialogue politique au plus haut niveau. La seconde option l’emporte car Khrouchtchev comme de Gaulle ont intérêt à se rencontrer directement. Après son voyage aux États-Unis, le premier fait en France une étape importante dans son opération de séduction des opinions occidentales, relayée par un PCF en état de mobilisation générale. Le second trouve dans le dialogue direct avec le premier soviétique un moyen de se rehausser par rapport aux États-Unis et d’affirmer son rôle international.

Les linkages germano-algérien et germano-soviétique

  • 32 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 271, télégramme de Maurice Dejean n° 1362/65, 31 mars 1959
  • 33 J. Frémeaux, « La guerre d’Algérie et les relations internationales », Relations internationales, n (...)

36L’ambassade de France à Moscou remarque une intensification des attaques soviétiques sur l’Algérie dès le mois de mars 195932. Elle les explique par l’intransigeance française sur Berlin. En effet, se met en place, fin 1958- début 1959, la tactique soviétique vis-à-vis de la France qui consiste à relier les dossiers allemand et algérien. Toute critique française sur le premier se traduit presque immédiatement par une attaque sur le second. Les Soviétiques ne cachent pas leur objectif de transformer le dossier algérien en dossier de politique internationale dans le but de fragiliser la position française sur la scène internationale, d’améliorer leurs relations avec les pays arabes et de contrer l’influence chinoise dans la région33.

  • 34 Entretien avec Youri Roubinski, 27 avril 1995. Les extraits suivants proviennent également de cet e (...)

37Youri Roubinski, spécialiste à l’époque de la France à l’IMEMO, qualifie le jeu politico-diplomatique auquel se livrent la France et l’Union soviétique de « complémentarité inverse »34, c’est-à-dire de « l’utilisation réciproque contre l’autre dans le cas de l’URSS du dossier algérien et dans le cas français du dossier allemand ». D’après lui, les diplomates soviétiques estiment que le règlement de la guerre d’Algérie conditionne l’influence internationale de la France. Tant que la guerre dure, « la France sera handicapée d’elle-même, toujours en position d’accusée, vulnérable diplomatiquement, incapable de s’imposer et de s’introduire dans le cercle des décisions ». Dans ces conditions, les autorités soviétiques ne se privent pas de recourir au dossier algérien dès qu’ils souhaitent affaiblir la France.

  • 35 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 268, télégramme de Maurice Dejean, 18 avril 1959.

38À l’occasion d’un discours prononcé au début du mois de mars, Nikita Khrouchtchev relie l’attitude de la France à propos de Berlin à sa situation en Algérie. Les Soviétiques expliquent que les crédits allemands sont indispensables pour financer la guerre en Algérie. Ils laissent entendre que le soutien français à la RFA s’explique par sa dépendance financière35. La propagande soviétique présente une France sous influence ouest-allemande, politique en Europe et financière en Algérie. En utilisant parallèlement les dossiers algérien et allemand, elle cherche à internationaliser le conflit algérien tout en atténuant sa part de responsabilité dans la crise de Berlin.

  • 36 Entretien avec Maurice Couve de Murville, 31 mars 1995.

39Pour contrer cette tactique soviétique, la diplomatie française n’a de cesse de dissocier les deux dossiers en rappelant fréquemment que le conflit algérien est une affaire intérieure. Pour le général de Gaulle, la gestion de la crise de Berlin fait figure de baptême du feu diplomatique. La crédibilité de sa politique de rapprochement avec la RFA dépend de sa fermeté. En ce sens, Berlin conditionne l’avenir de sa politique étrangère. À l’inverse, le règlement du conflit algérien correspond à la fin d’une politique et d’une époque. Par ailleurs, la volonté de reprendre le dialogue avec la Russie soviétique et la construction de l’axe franco-allemand entrent en contradiction dès les entretiens de Colombey en septembre 1958. La crise de Berlin accentue cette contradiction. Maurice Couve de Murville assure que les politiques allemande et russe de la France sont distinctes et qu’elles s’avèrent être « deux problèmes de nature différente n’ayant pas d’influence l’un sur l’autre »36. Difficile de s’en tenir à cette simple dissociation d’autant plus que la crise de Berlin, puis la conférence de Genève, ont assez clairement illustré l’imbrication des politiques allemande et russe. S’il ne fait pas de doute que le rapprochement avec la RFA constitue la priorité de la politique extérieure du général de Gaulle, il n’en demeure pas moins que ce dernier ne néglige pas les possibilités d’un rapprochement, ou du moins d’une entente, avec Moscou à la fois pour des raisons de prestige international et d’équilibre européen. Sur ce dernier point, le dialogue direct entre Paris et Moscou s’adresse implicitement aux Allemands.

  • 37 P. Maillard, De Gaulle et l’Allemagne, Le rêve inachevé, Paris, Plon, 1990, p. 240.
  • 38 Archives de l’Assemblée nationale, intervention de Maurice Couve de Murville devant la commission d (...)

40Bonn ne s’y trompe pas. Le dialogue franco-soviétique est souvent perçu comme une manière pour la France de retrouver un contrepoids : on échappe difficilement à ses réflexes. Il suscite par conséquent en Allemagne de l’Ouest malentendus et soupçons37. Adenauer s’en inquiète auprès du général de Gaulle. Malgré les garanties qu’il apporte, le général de Gaulle conserve le souci d’encadrer la puissance allemande : si la réunification allemande est dans la logique des peuples, il lui faut des garde-fous. Le Kremlin critique ouvertement le rapprochement franco-allemand. Ces critiques sont destinées, selon Maurice Couve de Murville, à paralyser la construction européenne qui repose sur l’axe Paris-Bonn38.

41Moscou veut à tout prix éviter que l’Allemagne, dans son ensemble, glisse vers l’Occident. Or, le développement économique ouest-allemand profite en grande partie du Marché commun. À défaut de la neutralisation, plus ou moins clairement recherchée à travers la crise de Berlin, les dirigeants soviétiques s’employent activement à faire reconnaître la division allemande, car ils redoutent une réunification qui risquerait d’attirer l’ensemble allemand vers l’Ouest, compte tenu du poids économique et politique de la RFA. Pour contrer le rapprochement franco-allemand, Moscou dispose au final d’assez peu d’armes. En dehors des critiques directes, les Soviétiques recourent cycliquement aux souvenirs de la guerre pour rappeler que quinze ans auparavant Français et Soviétiques combattaient ensemble l’Allemagne.

  • 39 C. Buffet, « Rapallo : Sirens and Phantoms », dans C. Buffet et B. Heuser, Haunted by History, Myth (...)
  • 40 J. Binoche, De Gaulle et les Allemands, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 106.
  • 41 P. Maillard, De Gaulle et l’Allemagne, op. cit., p. 258.

42Du côté français, les souvenirs de Rapallo ou du pacte germano-soviétique subsistent de manière plus ou moins consciente39. Le dialogue direct avec la Russie soviétique doit empêcher toute collusion entre Russes et Allemands. Même si elle est plus qu’improbable, cette crainte d’une entente russo-allemande, exprimée notamment au début de la guerre froide, reste profondément ancrée dans l’esprit du général de Gaulle qui garde, par-delà la biplorisation, une vision classique du concert européen40. Le dialogue direct avec Moscou garantit l’avenir contre une possible résurgence de la puissance allemande, qui modifierait le fragile équilibre européen41. Le rapprochement franco-allemand et le dialogue franco-russe sont en réalité étroitement imbriqués. De leur frottement permanent, presque dialectique, naît l’énergie qui permet l’affirmation des positions françaises en Europe : les relations franco-soviétiques se nourrissent des rapports franco-allemands, et inversement. Les premières trouvent des garanties dans la reconnaissance de la ligne Oder-Neisse et le refus d’un réarmement nucléaire allemand. En outre, elles offrent un recours en cas d’immobilisme ou d’échec du rapprochement entre Paris et Bonn. Les seconds sont prioritaires car ils portent l’assurance d’un soutien réciproque devant la menace soviétique, mais se construisent à partir d’un postulat, celui d’une possible réunification allemande à terme dans des limites bien définies.

43En menant de front rapprochement franco-allemand et dialogue franco-soviétique tout en se singularisant par rapport aux positions anglo-américaines, le général de Gaulle opte pour une politique ambitieuse et affiche sa différence dans le débat international en tenant à chacun de ses interlocuteurs un discours spécifique. La rencontre avec Nikita Khrouchtchev revêt, à partir de là, une importance cruciale car de sa réussite dépend une partie du crédit international du général de Gaulle, qui compte bien éviter les faux-pas de MacMillan. C’est pourquoi il suit en personne sa minutieuse préparation. En septembre 1959, sous couvert d’une visite de caractère technique, il charge un de ses ministres – Pierre Sudreau – d’une mission exploratoire auprès de Khrouchtchev.

Le voyage de Pierre Sudreau

44Le voyage de Pierre Sudreau en Union soviétique, en septembre 1959, correspond à la première visite d’un ministre du général de Gaulle à Moscou. Pierre Sudreau s’entretient directement avec Nikita Khrouchtchev. La chronologie, l’objectif et la personnalité de l’émissaire donnent à ce voyage une valeur particulière. Il intervient entre la visite à Paris du président Eisenhower (2-4 septembre) et le départ de Nikita Khrouchtchev pour les États-Unis. L’objectif de ce voyage ainsi que la personnalité de Pierre Sudreau donnent lieu à de nombreuses interprétations.

  • 42 MAE, Europe, URSS 1944-1960, carton n° 273, note n° 15 du service d’Europe orientale à la direction (...)
  • 43 MAE (Centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 274, note de la (...)
  • 44 MAE, Europe, URSS 1944-1960, carton n° 273, télégramme n° 3054 de Maurice Dejean, 12 septembre 1959
  • 45 Ibid., télégramme n° 3060/61 de Maurice Dejean, 13 septembre 1959.
  • 46 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 49, papka n° 280, delo n° 11, 1959 ; note de M. (...)

45L’importance de la rencontre Sudreau-Khrouchtchev n’est pas contestable. Ce voyage est prévu depuis plusieurs mois42. Pierre Sudreau, accompagné par l’Ispecteur général Bonhomme et le préfet Hutin, donne son accord pour le programme élaboré par le Quai d’Orsay43. Maurice Dejean rend compte de l’arrivée à Moscou de Pierre Sudreau et de son entrevue avec Nikita Khrouchtchev, qui dure deux heures44. Au cours de l’entretien, Nikita Khrouchtchev annonce avec fierté le lancement, le jour même, d’une deuxième fusée cosmique et la mise à flot du brise-glace à propulsion nucléaire Lénine45. Dès son arrivée à Moscou, Pierre Sudreau, par l’intermédiaire de Maurice Dejean, a fait savoir aux autorités soviétiques qu’il souhaitait rencontrer le président du conseil des ministres de l’URSS, car le général de Gaulle lui a confié des informations complémentaires à son attention46. Maurice Dejean précise, dans un de ses télégrammes, que Pierre Sudreau informera personnellement le général de Gaulle de son entretien une fois en France.

  • 47 P. Sudreau, Au-delà de toutes les frontières, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 122-123.

46Le voyage de Pierre Sudreau comporte donc un volet politique. Pierre Sudreau, dans son livre de souvenirs, décrit brièvement son entretien avec Khrouchtchev47. Avec le recul, il évoque plus précisément les conditions de ce voyage. Le général de Gaulle lui a confié une mission : rencontrer Khrouchtchev et envisager avec lui les modalités de son éventuelle venue en France. Pour ce faire, Pierre Sudreau profite de l’entregent de Dejean, qui organise la rencontre avec le premier soviétique :

  • 48 Témoignage de Pierre Sudreau, 20 mai 1997.

« Le Quai d’Orsay était en dehors du coup. Cela m’a valu quelques remontrances (...) J’étais chargé de rendre compte, de donner un jugement sur l’homme et d’essayer de savoir s’il accepterait une invitation. Le général ne voulait en aucun cas l’inviter et essuyer un refus. J’ai rendu compte au général. Selon moi, et l’Ambassadeur soviétique Vinogradov a appuyé cette analyse, Khrouchtchev avait envie de venir en Europe occidentale »48.

En somme, Pierre Sudreau remplit une mission exploratoire auprès du numéro un soviétique pour le compte du général de Gaulle qui ne lui a pas dévoilé ses intentions :

  • 49 Témoignage de Pierre Sudreau, 27 mai 1997.

« Je suis censé connaître l’histoire. Le général ne m’a pas donné d’indications sur sa stratégie. Il m’a demandé d’obtenir le maximum d’informations. J’étais en quelque sorte un instrument, un éclaireur, en dehors de la stratégie diplomatique. Quand je suis arrivé à Moscou, Khrouchtchev s’apprêtait à partir pour les États-Unis. Le général de Gaulle voulait incontestablement savoir s’il pouvait avoir un contact personnel avec Khrouchtchev après sa visite aux États-Unis »49.

47Les archives du Quai d’Orsay, croisées avec celles de la Présidence de la République et du MID, et éclairées par le témoignage de Pierre Sudreau, permettent de mieux comprendre la technique diplomatique du général de Gaulle. Soucieux d’éviter tout refus, de Gaulle confie cette première rencontre à un ministre technicien plutôt qu’à un envoyé plénipotentiaire. Il est bien trop tôt pour envoyer le Premier ministre ou le ministre des Affaires étrangères. Sur un plan plus symbolique, Pierre Sudreau a été déporté à Buchenwald, ce qui lui accorde, sans conteste, du crédit auprès des Soviétiques dès qu’il est question de l’Allemagne. Le choix du général de Gaulle n’est pas maladroit.

48Les diplomates soviétiques remarquent le caractère atypique de la carrière de Pierre Sudreau. Une fiche de renseignements le présente : au cours de discussions il aurait évoqué la « conduite irréprochable » des ressortissants soviétiques tout au long de sa déportation. Politiquement, les diplomates soviétiques le classent comme un « gaulliste de gauche », qui n’hésite pas à s’opposer à Michel Debré et Jacques Soustelle au sujet de l’Algérie. Ils notent pour conclure :

  • 50 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 49, papka n° 280, delo n° 11, 1959 : fiche de r (...)

« Au cours de ses conversations avec les collaborateurs de l’ambassade en France, Sudreau a souligné à plusieurs reprises ses efforts pour le développement des relations franco-soviétiques »50.

À l’évidence, Pierre Sudreau bénéficie d’un a priori favorable de la part des Soviétiques en raison de son passé de déporté et de sa modération politique. Son voyage constitue une étape importante vers le dialogue direct entre Paris et Moscou, car, par son intermédiaire, le général de Gaulle s’assure des intentions réelles de Nikita Khrouchtchev.

49En aucun cas, le général de Gaulle ne pourrait subir l’affront d’un refus qui altérerait durablement son prestige international. La venue en France de Khrouchtchev conditionne la réussite de sa politique de détente et la capacité ultérieure du dialogue franco-soviétique à améliorer le climat international. Rien de moins. Le dialogue direct est un moyen pour la France de retrouver un statut de puissance continentale et de peser sur la confrontation Est-Ouest. L’année 1959 se caractérise donc par l’alternance rapide de phases de tension et des phases de conciliation, qui offre des possibilités d’action. Au cours de l’automne et de l’hiver 1959, les autorités françaises se mobilisent pour préparer la venue en France de Khrouchtchev, conscientes de tenir là une occasion unique d’agir sur le plan international.

« Ne pas manquer la détente »51

  • 51 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 9, entretien de Michel Debré a (...)
  • 52 V. M. Zubok and H. M. Harrison, « The Nuclear Education of Nikita Khrushchev », dans J. L. Gaddis e (...)

50La préparation de la visite de Nikita Khrouchtchev en France intervient à un moment où la politique extérieure soviétique connaît des mutations de fond sur trois dossiers majeurs. Le premier concerne les relations sino-soviétiques dont la brutale dégradation modifie non seulement les rapports au sein du monde communiste mais aussi les relations stratégiques Est-Ouest. Sur ces deux plans, les analyses de Moscou et Pékin divergent profondément. Les bombardements chinois sur Quemoy et Matsu, le conflit sino-indien à propos du Tibet, ainsi que les déclarations très inquiétantes des dirigeants chinois à leurs homologues soviétiques sur un éventuel conflit nucléaire avec les États-Unis, sont autant de signaux, qui témoignent du caractère désormais incontrôlable de la politique extérieure chinoise. À ces trois facteurs, s’ajoute une rivalité à peine voilée entre les deux têtes du monde communiste pour contrôler les pays non-alignés. Conscient des risques en cours, Nikita Khrouchtchev dénonce secrètement les accords de coopération nucléaire avec Pékin (août 1959). Il se rend en Chine deux mois plus tard. Ce voyage donne lieu à de nombreux accrochages idéologiques : Mao fustige le concept de coexistence pacifique alors que Khrouchtchev lui cache difficilement son mépris. De plus, Mao assimile sa dénonciation du culte de Staline à une attaque contre sa propre légitimité52.

51Le deuxième dossier concerne les relations américano-soviétiques. La visite de Nikita Khrouchtchev aux États-Unis connaît un retentissement mondial et inaugure une nouvelle ère de la confrontation Est-Ouest. Les entretiens entre Khrouchtchev et Eisenhower ont porté essentiellement sur Berlin. Les deux hommes se sont entendus sur le principe d’une conférence au sommet avec Français et Britanniques en mai 1960. Parallèlement à ces deux dossiers qui modifient l’équilibre stratégique, Nikita Khrouchtchev relance sa politique de désarmement. Il continue à utiliser cette arme pour accentuer les dissensions entre les puissances occidentales et faire pression sur leurs opinions publiques. Le 18 septembre 1959, Nikita Khrouchtchev prononce un discours devant l’Assemblée générale des Nations unies au cours duquel il propose un plan de désarmement universel. Cette intervention se situe dans la période « de romantisme nucléaire » du Premier secrétaire, à un moment où il intensifie fortement le programme nucléaire soviétique en estimant que l’URSS est protégée contre toute menace si elle dispose d’un arsenal de missiles intercontinentaux.

52Le dossier du désarmement, au début des années soixante, mériterait de nouvelles recherches tant il annonce l’avènement de nouvelles pratiques au sein d’instances multilatérales. Ces pratiques reposent sur un rôle accru de l’expertise, sur un travail actif de propagande et, enfin, sur la mise en place de mécanismes de concertation informels. Les négociations sur le désarmement, même si elles ne bénéficient pas du cadre politique approprié et restent étroitement soumises aux rapports de puissance, créent des habitudes de travail communes entre délégations occidentales et orientales. Les discussions se déroulent dans le cadre de l’Assemblée générale des Nations unies mais aussi dans celui du comité des dix de Genève. À la différence du second, la première offre la possibilité de donner une signification politique rapide à ses résolutions en matière de désarmement.

53Le dossier du désarmement commence à prendre de l’ampleur dans les relations franco-soviétiques. À la différence de Paris qui a sans doute tendance à négliger l’impact de ces discussions multilatérales sans portée immédiate apparente, Moscou l’utilise habilement. En effet, en abordant de manière récurrente la question des essais nucléaires, Moscou tente de ralentir, sinon d’empêcher, l’acquisition par la France de l’arme nucléaire tout en cherchant indirectement à déstabiliser ses positions en Afrique du Nord (adoption, en novembre 1959 d’une résolution contre les essais nucléaires au Sahara). Au cours de l’automne 1959, les Soviétiques essaient de placer le désarmement au centre du futur dialogue franco-soviétique.

  • 53 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 9, entretien de Michel Debré a (...)

54Fin octobre 1959, l’ambassadeur soviétique fait part de la satisfaction avec laquelle Nikita Khrouchtchev a accueilli son invitation en France. Le 21 octobre, Sergueï Vinogradov est reçu à sa demande par Michel Debré pour évoquer la date d’arrivée. À l’instar du général de Gaulle, Michel Debré souhaite que la rencontre ait lieu avant la conférence au sommet. Le Premier ministre profite de l’occasion pour expliciter la position française sur cette conférence au sommet. Les autorités françaises envisagent de la retarder pour deux raisons. Premièrement, elles veulent empêcher que la conférence se déroule en même temps que la session de l’Assemblée générale de l’ONU, car « la France sera en butte à des attaques inadmissibles »53. Deuxièmement, elles expriment, par la voix du Premier ministre, leur volonté de « ne pas manquer la détente » :

« Le gouvernement soviétique doit se reporter à la conférence de presse faite par le président de la République. Cette conférence précisait les objectifs fondamentaux de notre politique étrangère et notamment la recherche à l’intérieur d’une grande Europe, de quelque chose qui allait au-delà de la détente, un effort de politique commune à l’égard des pays moins développés d’Asie et d’Afrique. C’est par cette voie que passe le chemin de la paix.
Une brève discussion s’engage encore sur la date, et je répète que je vois mal comment une vraie conférence au sommet pourrait être préparée à la hâte. En fixant le “courant du printemps”, nous demeurons dans la bonne voie. L’ambassadeur me fait remarquer qu’il faut battre le fer quand il est chaud. Je lui réponds qu’en six mois il ne peut pas refroidir, sinon, c’est que la chaleur n’est pas bien grande ».

  • 54 AN, Présidence de la République, carton n° 5AG1 186, note de la Présidence de la République signée (...)
  • 55 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 43, papka n° 79, delo n° 27, 1959, message pers (...)

55Michel Debré s’implique personnellement dans la préparation de la visite de Khrouchtchev et de la conférence au sommet. Les collaborateurs du général de Gaulle commencent rapidement leurs consultations pour préparer l’ordre du jour des entretiens avec Nikita Khrouchtchev. Pierre Maillard reçoit, par exemple, Rogov, conseiller à l’ambassade d’URSS, qui estime, à titre personnel, que les thèmes suivants devraient être abordés au cours des discussions : Berlin, les rapports franco-soviétiques à propos de l’Allemagne, la question de la remise en vigueur du traité de décembre 1944, l’admission de la République populaire de Chine à l’ONU, la situation au Moyen-Orient, le désarmement et, enfin, la question algérienne. Sur ce dernier point, le diplomate soviétique exprime sa crainte de voir l’Algérie tomber rapidement sous influence américaine si l’indépendance se faisait trop brusquement54. Le 26 octobre, le général de Gaulle adresse un message de félicitations à Nikita Khrouchtchev et lui fait part de son désir de voir sa visite durer au moins huit jours. Il propose plusieurs dates55. Trois semaines plus tard, Nikita Khrouchtchev évoque son prochain voyage en France au cours d’un discours au Kremlin :

  • 56 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 268, télégramme de Maurice Dejean dans lequel il rapporte (...)

« Nous accordons une grande importance à ce voyage (...). Nos intérêts ne se heurtent nulle part (...). Bien sûr, en ce qui concerne l’Allemagne, nous nous en tenons à des positions différentes. Mais je pense qu’il s’agit plus d’une différence de forme que de fond parce que les Français n’ont pas à l’égard des revanchards allemands plus de sympathie que nous-mêmes. Le président de Gaulle comprend le danger de la renaissance du revanchisme allemand (...). Mais pourquoi essayer de deviner l’avenir, qui vivra verra, comme disent les Russes »56.

Ces paroles d’ouverture laissent espérer des possibilités d’entente. Ces déclarations d’intention se doublent, en France, d’un véritable travail de sape du PCF contre les positions internationales du général de Gaulle. À la différence des Soviétiques, de Gaulle doit compter avec une opposition intérieure, qui ne manque pas une occasion de le déstabiliser.

56Dès le mois de septembre, le groupe dirigeant du PCF est au courant d’une prochaine venue en France de Nikita Khrouchtchev et prépare la mobilisation générale. Tout en restant discret, il met le Parti en ordre de marche afin donner de l’écho à la visite de Khrouchtchev :

  • 57 PCF : réunion du secrétariat le 22 septembre 1959, SEC. GP. GV., 23 septembre 1959, n° 715.

« En rapport avec le voyage de Khrouchtchev, continuer à donner les informations et une appréciation mesurée. Dénoncer la radio et le gouvernement pour leur attitude, et soutenir la proposition de désarmement faite par l’URSS »57.

Le bureau politique du PCF souligne la portée du voyage aux États-Unis de Nikita Khrouchtchev et relaye ses propositions en matière de désarmement tout en rappelant l’urgence d’un règlement de la question allemande :

  • 58 PCF : réunion du bureau politique le 1er octobre 1959, SEC. GP. GV., 2 octobre 1959, n° 718.

« Les gouvernants gaullistes sont très ulcérés de ces résultats, car c’est le fiasco éclatant de toute leur politique extérieure. Il sera de plus en plus difficile au pouvoir gaulliste de se refuser à tenir compte de la situation nouvelle (...).
Dénoncer la politique gaulliste qui a saboté à Genève la tenue de la conférence au sommet, qui a été contre le voyage de Khrouchtchev et qui tente de faire barrage à la détente. Cette politique a besoin de la guerre froide pour poursuivre la guerre d’Algérie et fabriquer la bombe atomique »58.

Dans les semaines qui suivent, le PCF mobilise sa presse et planifie une série de numéros spéciaux sur les relations franco-soviétiques afin de relayer la propagande de Moscou, en insistant notamment sur les réussites techniques du régime soviétique. Il s’agit également d’utiliser le désarmement à des fins de politique intérieure. Le bureau politique du PCF donne des instructions en ce sens :

  • 59 PCF : réunion du bureau politique le 15 octobre 1959, SEC. GP. GV., 16 octobre 1959, n° 723.

« En luttant pour augmenter les crédits de l’enseignement, mettre l’accent sur les possibilités nouvelles que donnerait la mise en application du plan de désarmement proposé par l’URSS »59.

57La mise en place d’un dialogue direct entre Paris et Moscou passe par la venue en France de Nikita Khrouchtchev. Ce voyage a des conséquences sur la politique intérieure française. Le rôle joué par le PCF mérite d’être souligné. Il se mobilise afin d’amplifier lecho de la visite du premier soviétique tout en continuant à critiquer vivement la politique extérieure du général de Gaulle. Autrement dit, les relations franco-soviétiques doivent se lire non comme une ligne de front opposant Paris et Moscou, mais comme un champ de manœuvre complexe : le PCF contribue certainement au succès populaire du voyage de Khrouchtchev tout en profitant de l’occasion pour affaiblir le pouvoir central. Cette manœuvre présente des risques, car il peut à tout moment se retrouver tiraillé entre ses intérêts nationaux et internationaux.

58L’année 1959 voit le passage d’une phase de haute tension à une phase de concertation entre la France et l’Union soviétique. La crise de Berlin, le dossier algérien et le désarmement sont autant de divergences de fond entre les deux pays, mais les échanges bilatéraux continuent à se développer dans les domaines économique et culturel. Progressivement, les autorités des deux pays cherchent à établir un dialogue direct. Le voyage de Pierre Sudreau à Moscou en septembre 1959 inaugure le dialogue politico-diplomatique car, un mois plus tard, Nikita Khrouchtchev accepte l’invitation qui lui a été adressée par le général de Gaulle.

59Cette visite prend une signification particulière après le voyage aux États-Unis de Nikita Khrouchtchev et en vue de la conférence au sommet qui doit réunir Français, Américains, Britanniques et Soviétiques à Paris en mai 1960. La visite de Nikita Khrouchtchev est sans nul doute un temps fort de la relation bilatérale, non seulement parce qu’elle établit un dialogue direct au plus haut niveau mais surtout parce qu’elle donne l’occasion à tous les acteurs de la relation bilatérale de se mobiliser. La préparation de ce voyage va créer un réel effet d’entraînement entre les différents segments de la relation bilatérale.

Notes

1 O. Troyanovsky, « The Making of Soviet Foreign Policy », art. cit., p. 221-222.

2 MAE, Relations culturelles (1948-1959), carton n° 180, note de la direction générale des Affaires culturelles et techniques au sujet des négociations culturelles franco-soviétiques de janvier 1959, 30 janvier 1959.

3 Ibid., télégramme de Maurice Dejean de la part de Roger Seydoux n° 123/133,12 janvier 1959.

4 Ibid., note de la direction générale des Affaires culturelles et techniques au sujet des négociations culturelles franco-soviétiques de janvier 1959, 30 janvier 1959.

5 Ibid., télégramme de Maurice Dejean de la part de Roger Seydoux n° 123/133,12 janvier 1959.

6 PCF : réunion du bureau politique le 3 avril 1959, SEC. GP. GV., 8 avril 1959, n° 664.

7 MAE, Europe, URSS (1956-1960), carton n° 273, note de la direction d’Europe, sans références, 25 mai 1959.

8 O. Edelman, « La guerre froide dans l’imaginaire populaire en URSS, 1950-1960 », dans J. Delmas et J. Kessler (dir.), Renseignement et propagande pendant la guerre froide 1947- 1953, op. cit., p. 74.

9 MEF, fonds Trésor, URSS (1951-1963), carton B 592, revue de presse pour le cabinet du ministre, 23 juin 1959. Le développement suivant reprend les éléments de cette revue de presse.

10 Ibid.

11 Ibid., lettre de H. Vicaire, directeur général industriel de Schneider-Creusot, au ministre de l’Économie, 28 janvier 1959.

12 Ibid., note de la direction des Finances extérieures, approuvée par le ministre des Finances et des Affaires économiques, n° 37, 3 février 1959.

13 MAE (Centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 271, note de Jean Bernard au secrétariat d’État aux Affaires économiques, 25 juin 1959.

14 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 210, télégramme de Maurice Dejean n° 2833/36, 24 août 1959.

15 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 43, papka n° 77, delo n° 10, 1959, aide-mémoire au sujet du commandant Rousset, 24 août 1959.

16 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 43, papka n° 79, delo n° 29, 1959, lettre du général Mondain au département pour les relations extérieures du ministère de la Défense n° 365, 6 mai 1959.

17 Témoignage du colonel Jean, 17 février 1995.

18 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 210, lettre de Maurice Couve de Murville à Maurice Dejean n° 38, 28 novembre 1959.

19 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 43, papka n° 78, delo n° 12, 1959, aide-mémoire au sujet du commandant Rousset, 9 décembre 1959.

20 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 210, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 1667, 10 décembre 1959.

21 G.-H. Soutou, La guerre de cinquante ans, op. cit., p. 374-376 ; H. Froment-Meurice, Vu du Quai, op. cit., p. 200-212.

22 MAE, Nations unies et organisations internationales, ONU (1945-1959), carton n° 276, télégramme circulaire n° 60 adressé aux principaux postes, 5 mai 1959.

23 V. Zubok et C. Pleshakov, Inside the Kremlin’s Cold War, From Stalin to Khrushchev, op. cit., p. 200.

24 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AG1 246, 4e séance de la conférence de Genève, 14 mai 1959.

25 Ibid., 7e séance de la conférence de Genève. Les extraits suivants proviennent également de ce document.

26 Ibid., entretien Gromyko/Couve de Murville à la villa Barakat, 22 mai 1959.

27 AN, Présidence de la République, carton n° 5 AGI 246, note du SDECE n° 20738/S, 2 juillet 1959.

28 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 9, note au sujet de la conversation du général de Gaulle avec M. Vinogradov le 14 juillet 1959, 16 juillet 1959.

29 Ibid., note de Maurice Couve de Murville, 5 août 1959.

30 Ibid.

31 Ibid., note de Louis Joxe pour le Premier ministre, 7 août 1959.

32 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 271, télégramme de Maurice Dejean n° 1362/65, 31 mars 1959.

33 J. Frémeaux, « La guerre d’Algérie et les relations internationales », Relations internationales, n° 105, printemps 2001, p. 56-76 ; M. Alexander et J.-F. Keiger, « France and the Algerian War : Strategy, Operations and Diplomacy », The Journal of Strategie Studies, n° 2, juin 2002, p. 1-32.

34 Entretien avec Youri Roubinski, 27 avril 1995. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

35 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 268, télégramme de Maurice Dejean, 18 avril 1959.

36 Entretien avec Maurice Couve de Murville, 31 mars 1995.

37 P. Maillard, De Gaulle et l’Allemagne, Le rêve inachevé, Paris, Plon, 1990, p. 240.

38 Archives de l’Assemblée nationale, intervention de Maurice Couve de Murville devant la commission des Affaires étrangères, procès-verbal du 9 septembre 1959, p. 370.

39 C. Buffet, « Rapallo : Sirens and Phantoms », dans C. Buffet et B. Heuser, Haunted by History, Myths in International Relations, Oxford, Berghahn Books, 1998, p. 235-257.

40 J. Binoche, De Gaulle et les Allemands, Bruxelles, Éditions Complexe, 1990, p. 106.

41 P. Maillard, De Gaulle et l’Allemagne, op. cit., p. 258.

42 MAE, Europe, URSS 1944-1960, carton n° 273, note n° 15 du service d’Europe orientale à la direction générale des affaires culturelles et techniques, 18 mars 1959.

43 MAE (Centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 274, note de la direction générale des Affaires culturelles et techniques à Maurice Dejean, n° 242/ACT, 8 août 1959.

44 MAE, Europe, URSS 1944-1960, carton n° 273, télégramme n° 3054 de Maurice Dejean, 12 septembre 1959.

45 Ibid., télégramme n° 3060/61 de Maurice Dejean, 13 septembre 1959.

46 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 49, papka n° 280, delo n° 11, 1959 ; note de M. Medvedovskij à A. Gromyko, n° 411/Ieo, 14 septembre 1959.

47 P. Sudreau, Au-delà de toutes les frontières, Paris, Odile Jacob, 1991, p. 122-123.

48 Témoignage de Pierre Sudreau, 20 mai 1997.

49 Témoignage de Pierre Sudreau, 27 mai 1997.

50 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 49, papka n° 280, delo n° 11, 1959 : fiche de renseignements de Pierre Sudreau, signée V. Makarov, non datée.

51 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 9, entretien de Michel Debré avec Sergueï Vinogradov, 21 octobre 1959.

52 V. M. Zubok and H. M. Harrison, « The Nuclear Education of Nikita Khrushchev », dans J. L. Gaddis et al., Cold War Satesmen Confront the Bomb, Nuclear Diplomacy since 1945, Oxford, Oxford University Press, 1999, p. 153.

53 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 9, entretien de Michel Debré avec Sergueï Vinogradov, 21 octobre 1959. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

54 AN, Présidence de la République, carton n° 5AG1 186, note de la Présidence de la République signée P.M., 23 octobre 1959.

55 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 43, papka n° 79, delo n° 27, 1959, message personnel du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 26 octobre 1959.

56 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 268, télégramme de Maurice Dejean dans lequel il rapporte le discours prononcé par Nikita Khrouchtchev le 14 novembre, 18 novembre 1959.

57 PCF : réunion du secrétariat le 22 septembre 1959, SEC. GP. GV., 23 septembre 1959, n° 715.

58 PCF : réunion du bureau politique le 1er octobre 1959, SEC. GP. GV., 2 octobre 1959, n° 718.

59 PCF : réunion du bureau politique le 15 octobre 1959, SEC. GP. GV., 16 octobre 1959, n° 723.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search