Version classiqueVersion mobile

Double détente

 | 
Thomas Gomart

Une détente amorcée

Chapitre VIII. L’impact du général de Gaulle (juin 1958-mars 1959)

Texte intégral

1Le retour au pouvoir du général de Gaulle modifie l’enjeu, la teneur et le style des relations entre les deux pays. Presque du jour au lendemain. Le meilleur moyen de s’en convaincre est de suivre les réactions des Soviétiques et des communistes français car, pour eux, le retour de De Gaulle est un facteur qui bouleverse, à lui seul, l’équation bilatérale. Formidable puissance accordée à un seul homme, qui par sa seule réapparition changerait les données du dialogue. Ainsi, continuerait-on à accorder à de Gaulle un caractère déterminant et exceptionnel en fonction, principalement, du regard posé sur lui par ses opposants les plus radicaux. Il n’est pas excessif de dire que quelque chose change avec le retour de De Gaulle. Reste à évaluer son importance par rapport aux autres facteurs de l’équation bilatérale. Les neuf mois qui séparent juillet 1958, au cours duquel le général de Gaulle défend ses premières prises de position internationales, de mars 1959, à la fin duquel il prononce sa première grande conférence de presse sur les questions internationales, ressemblent fort à la gestation de sa politique extérieure. Gestation perturbée par trois alertes : la crise au Moyen-Orient, le mémorandum sur la direction de l’OTAN et, bien sûr, la crise de Berlin. Autrement dit, dans le cadre international comme dans le cadre bilatéral, de Gaulle subit sans doute plus qu’il n’impose, mais confronté aux événements, il se distingue d’emblée de ses prédécesseurs par sa capacité de réaction.

  • 1 M. Vaïsse, La grandeur, op. cit., p. 35-40.
  • 2 G.-H. Soutou, La guerre de cinquante ans, op. cit., p. 358.
  • 3 F. Bozo, La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 32-33.

2Dès lors, il faut mettre au crédit du général de Gaulle une volonté farouche de régler le problème algérien et de mener à bien une politique d’indépendance1. Si l’exercice de l’initiative, allié à une solide volonté politique, a toute son importance, il n’en demeure que ces éléments ne suffisent pas à expliquer la profondeur de l’impact de De Gaulle. Ce dernier profite et tire parti de facteurs multiplicateurs. Tout d’abord, le général de Gaulle retrouve le pouvoir à un moment où le système international connaît une mutation de fond : la fin des années cinquante voit l’apparition de nouveaux acteurs et annonce une « zone de grandes turbulences »2. Paradoxalement, en se complexifiant, les relations internationales offrent davantage d’options à des puissances intermédiaires comme la France. Par ailleurs, le général de Gaulle peut compter, dès son retour, sur l’acquisition de l’arme nucléaire dans un délai assez court. Il l’annonce d’ailleurs à ses alliés lors de leurs premiers entretiens. L’arme nucléaire change profondément la position stratégique de la France et, par conséquent, ses prétentions internationales3. Enfin, dans le cadre bilatéral, le dispositif mis en place par les derniers gouvernements de la IVe République fonctionne et commence à créer une habitude d’échanges que de Gaulle va pouvoir exploiter. En d’autres termes, « la grande politique » n’a pas été conçue ex nihilo, mais se révèle très dépendante de son contexte.

3L’importance accordée par l’historiographie à l’homme d’État se renforce en période de fortes tensions. Dans ces moments-là, plus que jamais, il incarne son pays et semble décider de son destin. Dans ces conditions, il n’est guère surprenant que le général de Gaulle profite des crises à répétition de l’année 1958. Cependant, l’analyse de ses positions ainsi que celles de Khrouchtchev dans ce contexte se situe au niveau politico-diplomatique de la relation. La crise accentue la focalisation de l’historien sur les hommes d’État. Ayant toujours à l’esprit le souci de varier les points de vue, nous nous demanderons comment d’autres acteurs de la relation bilatérale, comme des intellectuels

– Pierre Courtade et Boris Pasternak –, suivent les crises internationales.

Le retour de De Gaulle vu par les communistes soviéto-français

  • 4 V. S. Chilov, « L’image de De Gaulle et de la France dans la presse soviétique des années 1958-1964 (...)

4À Moscou, le général de Gaulle intrigue en raison notamment de sa position singulière sur l’échiquier politique. Toutefois, les dirigeants soviétiques ne manifestent pas d’intérêt particulier à son endroit dans les semaines qui suivent son retour4. Signe d’intelligence et de flair, Sergueï Vinogradov avait bien pris soin de maintenir le contact avec l’ancien chef de la France libre pendant sa traversée du désert. L’analyse soviétique de son retour ne repose pas seulement sur des considérations de politique extérieure. Le croisement des archives diplomatiques françaises et soviétiques, ainsi que des archives du PCF, montre à quel point l’analyse soviétique et l’analyse du PCF s’interpénétrent. Impossible de comprendre la position soviétique sans prendre en compte l’action du PCF, qui tente de profiter de la crise. Pendant ces semaines décisives, les autorités soviétiques soutiennent les communistes français tout en essayant de ménager l’avenir. En ce sens, le retour de De Gaulle marque peut-être un coup d’arrêt à une certaine forme d’influence soviétique en France. Loin de disparaître, ni même de diminuer, celle-ci doit désormais se diversifier.

Profiter ou sortir de la crise ?

5Il est certain que les communistes français voient dans les événements en Algérie un moyen de renforcer leur poids politique. Leur mobilisation constante sur le terrain, comme le montrent leurs archives, indique qu’ils se tiennent prêts à toute éventualité depuis janvier 1958 car la situation présente les symptômes d’une crise aiguë. Le PCF entend prendre part à la crise et ne pas rester spectateur. Courant mars, il évoque la possibilité d’une union des forces de gauche :

  • 5 PCF : réunion du secrétariat le 13 mars 1958, SEC. GP. GV., 15 mars 1958, n° 563.

« Devant l’agitation faite autour de De Gaulle, montrer sa responsabilité et celle de ses hommes par rapport à certains événements passés. Dans nos explications, souligner que les raisons pour que l’action commune se développe sont de plus en plus nombreuses, et que la classe ouvrière et les forces de gauche aspirent à l’union »5.

Au cours du premier semestre 1958, le PCF fait preuve d’un activisme forcené. Sa très vigoureuse hostilité à de Gaulle se double d’un effort constant pour relayer les positions internationales de l’Union soviétique, notamment dans le domaine du désarmement. Dans ce contexte, le coup d’Alger surprend et déstabilise le PCF. Paradoxalement, il s’efforce d’apparaître comme un agent de l’ordre plutôt que comme un agent du mouvement en garantissant les libertés républicaines :

  • 6 PCF : réunion du bureau politique le 14 mai 1958, SEC. GP. GV., 16 mai 1958, n° 581.

« Continuer à montrer qu’au cours des événements actuels, le Parti a été l’élément décisif pour la sauvegarde de la légalité républicaine, comme le souligne notamment la position qu’il a adoptée lors du vote d’investiture du gouvernement Pflimlin malgré qu’il n’approuve pas sa politique vis-à-vis de l’Algérie »6.

Pour le PCF, le général de Gaulle se trouve au cœur du complot destiné à renverser le régime pour installer un pouvoir de type fasciste. Il représente tout à la fois un agent de la réaction et un suppôt du grand capital : le patriote historique n’est qu’un fasciste camouflé. Le PCF s’efforce, dès lors, de contrer l’activisme des gaullistes par tous les moyens. Dans les jours qui suivent le coup d’Alger, il juge son action à la fois positive et déterminante pour la stabilité du pays, mais considère indispensable de faire preuve de la plus extrême vigilance. Il maintient, pour ce faire, ses troupes en état d’alerte :

  • 7 PCF : réunion du bureau politique le 17 mai 1958, SEC. GP. GV., 21 mai 1958, n° 583.

« Considérer que le Parti a remporté un grand succès par sa contribution décisive pour faire échec au coup d’État. En combinant l’action de masse avec une bonne activité parlementaire, il a isolé en partie les éléments fascistes à l’Assemblée nationale. Cependant, le danger fasciste continue à être très grand et le Parti doit faire preuve de la plus grande vigilance politique. Ses adhérents doivent être prêts à tout moment à organiser la riposte en y entraînant les larges masses populaires »7.

  • 8 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 267, télégramme de Maurice Dejean n° 2052, 31 mai 1958.
  • 9 Ibid., carton n° 267, télégramme de Maurice Dejean, 6 juin 1958.

6La crise algérienne et ses répercussions en métropole laissent les Soviétiques dans l’expectative : ils tardent à commenter le retour du général de Gaulle et font preuve de prudence dans leurs déclarations8. Ce retour n’a pas leur préférence et contrarie leurs plans dans la mesure où ils avaient un temps caressé l’espoir de voir se former un gouvernement de centre-gauche, dont l’existence aurait été conditionnée par la participation ou l’abstention des communistes9. Dans leur esprit, ce gouvernement n’aurait été qu’un préalable à la formation d’un front populaire new-look. Le retour de De Gaulle bouleverse donc les projets des Soviétiques, qui comprennent vite que la personnalité du nouveau Président du Conseil, son prestige comme ses ambitions, vont élargir la surface internationale du pays.

7Fin mai, les autorités soviétiques croient bon de faire savoir qu’elles n’entendent pas s’immiscer dans les affaires intérieures françaises. En fait, elles doivent concilier position étatique et position partisane. Sur le plan international, les incertitudes que le général de Gaulle fait naître les contraignent à ménager le nouveau gouvernement. Sur le plan politique, elles doivent contenir les velléités des communistes français en les inscrivant dans un plan d’ensemble. Pour combiner ces deux positions, les Soviétiques font comprendre à Maurice Dejean qu’ils ont encouragé les communistes français à ne pas aggraver la situation et s’emploient, tout au long des événements, à présenter le PCF comme un parti d’ordre, qui a assuré la stabilité du pays par son calme et sa détermination. Ils en font le principal garant des libertés publiques en France.

8Pour le PCF, la situation est délicate. Comment expliquer aux militants que le Parti a assuré la défense des libertés publiques alors que de Gaulle se trouve désormais au pouvoir et qu’il incarne, à leurs yeux, le complot fasciste ? Pour sortir de cette contradiction, le PCF défend la ligne suivante : en adoptant une position de défense des libertés publiques, le PCF a permis d’éviter la guerre civile, mais n’a pas pu empêcher la réussite du coup de force. C’est une demi-victoire en somme :

  • 10 PCF : réunion du bureau politique le 3 juin 1958, SEC. GP. GV., 4 juin 1958, n° 586.

« Considérer que le complot contre la République a atteint son objectif, puisque de Gaulle a été porté au pouvoir...
Les hommes du complot n’ont pas réussi à amener de Gaulle au pouvoir par les moyens qu’ils avaient prévus, du fait de la lutte du Parti pour développer l’action des masses... »10

9Le retour de De Gaulle place les Soviétiques entre une nécessité et une inquiétude. D’une part, ils doivent composer avec la personnalité du nouveau chef du gouvernement français et lui laisser le temps de formuler sa politique, en particulier à propos de l’Algérie. Ils pressentent d’ailleurs des inflexions en politique étrangère. D’autre part, ils craignent un déclin politique des communistes français et, par conséquent, un affaiblissement de leur influence sur la société française. Malgré tout, ils prennent rapidement acte du nouveau pouvoir en place et souhaitent établir avec lui des rapports normaux.

Les premiers contacts

  • 11 Archives nationales, présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, lettre de Nikita Khrouchtche (...)

10Mi-juin, un mois après le coup d’Alger, Khrouchtchev adresse à de Gaulle une lettre de vingt-trois pages dans laquelle il exprime son souhait de voir la France jouer « un rôle positif »11 dans la détente et espère qu’elle contribue activement à la solution des problèmes internationaux. Khrouchtchev propose son projet de conférence au sommet pour le désarmement à de Gaulle. Le 30 juin, ce dernier lui répond en expliquant qu’il convient de préparer une telle conférence sur le fond afin d’éviter que des désaccords profonds ne soient marqués par des formules trop générales. Il explique ensuite, annonçant ainsi la ligne française pour les années à venir, que la question du désarmement ne porte pas, d’après lui, sur l’arrêt des expériences atomiques mais sur l’accumulation des vecteurs et stocks d’armes. Par ce biais, il confirme quelques semaines après sa prise de fonction que la France n’entend nullement renoncer à son programme nucléaire.

11Entre mi-juin et fin juin, les différents protagonistes retrouvent leurs marques. En dépit du choc provoqué par le retour brutal du général de Gaulle, les relations entre les deux pays reprennent assez rapidement leur cours normal. Cependant, dans le triangle : autorités françaises / autorités soviétiques / PCF, ce dernier peine à retrouver sa place. Le 20 juin, les deux ambassadeurs se rencontrent. Sergueï Vinogradov insiste sur la nécessité de trouver une issue à la crise algérienne et fait comprendre à son interlocuteur que les autorités soviétiques sont plutôt bien disposées à l’égard du général de Gaulle :

  • 12 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 267, télégramme de Maurice Dejean n° 2429/31, 27 juin 1958

« L’avenir de la France dépend essentiellement de la solution du problème algérien. Il laisse entendre que l’URSS n’est pas fâchée de voir en France un pouvoir fort et stable et dit que son gouvernement souhaite vivement une coopération amicale avec le nouveau gouvernement du général de Gaulle, pour lequel les dirigeants soviétiques ont la plus grande estime »12.

12D’emblée, le PCF fustige les orientations du général de Gaulle en matière de politique extérieure. À la différence des autorités soviétiques, il ne semble pas laisser le bénéfice du doute à la nouvelle équipe gouvernementale, mais s’engage dans une opposition virulente sur ce terrain :

  • 13 Archives du PCF : réunion du bureau politique le 24 juin 1958, SEC. GP. GV., 25 juin 1958, n° 591.

« Concernant la politique extérieure, de Gaulle se prononce pour que la France joue un plus grand rôle dans la politique occidentale d’agression et de préparation à la guerre, comme en témoignent sa confirmation en faveur des traités européens ainsi que la prise de position du gouvernement à propos de l’exécution des contre-révolutionnaires hongrois »13.

13L’attitude du PCF peut se lire comme une opposition irréductible à de Gaulle, pour sa politique intérieure autant que pour sa politique extérieure, décidée unilatéralement par le bureau politique, mais aussi comme la composante d’une stratégie d’ensemble planifiée à Moscou, visant à ménager les relations étatiques tout en laissant au PCF le soin de conduire une vive opposition sur le plan intérieur. Au cours d’un entretien avec Vinogradov (fin juin), Maurice Thorez exprime son souhait de voir les relations étatiques se développer et s’améliorer :

  • 14 MID, fonds n° 136, opis’ n° 49, papka n° 280, delo n° 11, note du MID au secrétariat du Comité cent (...)

« Profitant de l’occasion, le camarade Thorez a fait part de son opinion selon laquelle il serait possible à présent de revenir à d’anciennes propositions que le gouvernement soviétique avait faites à la France, en particulier, au sujet de la coopération pour l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques. Le camarade Thorez considère également utile de publier les documents concernant la période d’instauration des liens entre l’URSS et la France combattante et concernant le séjour de De Gaulle à Moscou, à condition que de Gaulle n’ait pas d’objection à ce sujet »14.

  • 15 Ibid., décision du Comité central pour l’ambassadeur d’URSS en France, 27 juin 1958.

14Cette note rappelle, par ailleurs, les propositions soviétiques de coopération faites aux gouvernements français précédents et estime utile de proposer à nouveau une coopération en matière énergétique, économique et financière. Le Comité central du PCUS y répond en donnant les instructions suivantes : rendre visite à de Gaulle, lui déclarer que les autorités soviétiques souhaitent le développement des relations franco-soviétiques, lui rappeler la proposition soviétique d’une coopération dans le domaine de l’utilisation de l’énergie atomique à des fins pacifiques, lui déclarer que le gouvernement soviétique est prêt à un élargissement de la coopération dans le domaine des échanges scientifiques et techniques et lui demander, au cours de la conversation, s’il ne voit pas d’objection à la publication en Union soviétique de documents concernant l’instauration de liens entre l’URSS et la France combattante ainsi que sur son séjour à Moscou15. Ces instructions suivent à la lettre les recommandations de Maurice Thorez à Sergueï Vinogradov.

  • 16 MID, fonds n° 136, opis’ n° 42, papka n° 75, delo n° 22, note au sujet du voyage de Paul Reynaud, 8 (...)

15Ces instructions se doublent de signes en direction du général de Gaulle. Le 28 juin, le lendemain de l’exécution de Nagy en Hongrie, Nikita Khrouchtchev reçoit Paul Reynaud, qui effectue un voyage en Union soviétique en compagnie de son épouse (17 juin au 2 juillet)16. Au cours de cet entretien, Nikita Khrouchtchev tient des propos pleins d’estime pour le général de Gaulle. Il profite de l’occasion pour rappeler les positions soviétiques concernant une éventuelle réunification allemande. Avec fermeté, il explique que l’URSS entend garder son rôle « de grand frère » sur les pays de l’Est européen. Malgré tous ces signes de bonne volonté soviétique, la période d’observation entre les deux pays tourne court car, dès l’été 1958, la profondeur des divergences apparaît.

Les premières tensions

16Au cours de l’été 1958, le centre de gravité de l’affrontement Est-Ouest se déplace vers le Moyen-Orient avec les interventions militaires américaine et britannique. Dans ces conditions, les Soviétiques tentent de relier les théâtres de l’Europe et du Moyen-Orient de l’affrontement Est-Ouest. Dans cette optique, ils accordent une place particulière à la France et tentent de la réintroduire dans la gestion de la crise proche-orientale : redonner à la France un rôle conforme à son influence traditionnelle dans la région et aux ambitions internationales du général de Gaulle devrait permettre d’obtenir de sa part des concessions en Europe. Cette démarche se traduit dans les faits par une confusion, que Nikita Khrouchtchev entretient savamment tout au long de l’été, au sujet des objectifs d’une conférence au sommet.

  • 17 Archives nationales, présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, lettre de Nikita Khrouchtche (...)
  • 18 Ibid., 22 juillet 1958.
  • 19 Ibid., lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 23 juillet 1958.
  • 20 Ibid., lettre du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 26 juillet 1958.

17Le 19 juillet, Nikita Khrouchtchev propose la tenue d’une conférence au sommet sur le Moyen-Orient réunissant non seulement l’URSS, les États-Unis et la Grande-Bretagne mais aussi la France et l’Inde17. Dans un projet de réponse18, le général de Gaulle se déclare favorable à une telle conférence, qui lui permettrait de reprendre pied au Moyen-Orient, mais note que certaines formules et initiatives de Khrouchtchev ne vont pas dans le sens de la détente. Les États-Unis et la Grande-Bretagne refusent la proposition et préconisent une rencontre des chefs d’État dans le cadre du conseil de sécurité de l’ONU. Le 23 juillet, Nikita Khrouchtchev s’adresse à nouveau au général de Gaulle et insiste sur l’urgence d’une conférence au sujet du Moyen-Orient dont la situation menace, d’après lui, la paix mondiale19. De Gaulle se déclare plus favorable à une conférence au sommet (conforme à la proposition soviétique du 19 juillet) qu’à une session spéciale du conseil de sécurité de l’ONU20. Il propose Genève comme lieu de discussion et se retrouve donc plus proche des Soviétiques que des Anglo-américains sur cette question. Il tient à distinguer clairement les travaux du conseil de sécurité de l’ONU et ceux d’une éventuelle conférence au sommet. Une telle conférence symboliserait, en effet, le nouveau statut du paria de Yalta.

  • 21 À noter que Nikita Khrouchtchev reçoit Pierre Mendès France à son retour de Chine le 13 août ; MAE, (...)
  • 22 Archives nationales, présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, lettre de Nikita Khrouchtche (...)
  • 23 Ibid., lettre du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 8 août 1958.
  • 24 Ibid., lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 28 août 1958.
  • 25 Ibid., lettre du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 31 août 1958.

18Conscient d’avoir divisé les Occidentaux, Nikita Khrouchtchev privilégie, début août21, le cadre onusien à une éventuelle conférence au sommet. Il propose la convocation d’une session extraordinaire de l’Assemblée générale de l’ONU22. De Gaulle lui répond qu’il n’est plus nécessaire de poursuivre pour l’heure leur correspondance, compte tenu de cette nouvelle position23. Il rappelle qu’il est favorable à une conférence restreinte fin août à Genève. Nikita Khrouchtchev n’exploite pas à fond la différence de position entre la France et les Anglo-américains. Il constate cette différence mais se garde bien de trancher pour l’une ou l’autre proposition. Le 28 août, il revient à la charge en soulignant l’urgence de la situation24. Le général de Gaulle fait part de sa surprise dans la mesure où il avait proposé une conférence à Genève le 19 août qui n’a pas pu se tenir en raison de l’indécision soviétique. Sans l’abandonner, de Gaulle replace alors le dialogue sur le terrain diplomatique25.

19Fin août, la situation se tend également en Extrême-Orient lorsque Pékin commence à bombarder les îles de Quemoy et Matsu. La mise en garde américaine et les conseils soviétiques de prudence permettent d’éviter l’escalade. Cette crise aggrave en sous-main les divergences sino-soviétiques. Pour de Gaulle, elle est riche d’enseignements. À l’instar de celle du Moyen-Orient, elle agit comme révélateur stratégique : en raison de son système d’alliance, la France risque de se retrouver entraînée dans un conflit alors même que ses intérêts vitaux ne sont pas directement menacés. Cette éventualité plaide en faveur d’une adaptation de sa politique de sécurité. Au cours de l’été 1958, de Gaulle manifeste déjà sa différence sur le plan international. D’une part, il fait savoir qu’il n’est pas hostile à un traitement multilatéral des crises, à condition que celui-ci se restreigne aux grandes puissances et ne s’inscrive pas dans le cadre onusien. Ce multilatéralisme restreint est évidemment un moyen de retrouver son rang. D’autre part, il adresse un signal aux Anglo-américains. En dépit des alliances, ils n’ont pas à attendre de sa part des positions systématiquement communes et doivent à nouveau compter avec lui au Moyen-Orient. En ce qui concerne les rapports franco-soviétiques, il faut sans doute moins voir, dans l’échange de correspondance de l’été 1958, une occasion manquée qu’une prise de conscience réciproque des possibilités du bilatéralisme dans un cadre multilatéral. Le syndrome de Yalta conduit de Gaulle à rechercher un multilatéralisme restreint au sein duquel le dialogue franco-soviétique prendrait toute son importance. Les Soviétiques, pour leur part, prennent acte de la possibilité de voir Paris se démarquer de ses alliés.

  • 26 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 271, circulaire de Louis Joxe n° 115, 20 septembre 1958.

20L’été 1958 peut également se lire comme une sorte d’intermède dans les relations franco-soviétiques car, dès le mois de septembre, elles se tendent en raison de l’amorce du rapprochement franco-allemand. S’y ajoutent également les échos de la guerre d’Algérie. La Pravda publie le 20 septembre une dépêche du bureau égyptien de l’agence TASS signalant la proclamation de la République algérienne et la formation d’un gouvernement provisoire algérien. Immédiatement, les autorités françaises réagissent. Louis Joxe adresse une circulaire aux ambassades françaises des pays du pacte de Varsovie, destinée à souligner que « ce pseudo-gouvernement » n’est issu d’aucune consultation, ne contrôle aucun point du territoire algérien, ne peut se réclamer d’aucune action hormis les destructions et n’offre aucune garantie morale et matérielle aux engagements qu’il pourrait prendre26.

21Conscients d’avoir plus à perdre qu’à gagner d’une rupture des relations avec la France, les Soviétiques s’abstiennent de toute reconnaissance. Pour les diplomates français, Moscou ménage la France sur le terrain algérien et évite d’envenimer la situation tout en continuant à utiliser des moyens parallèles pour soutenir l’insurrection algérienne. En revanche, la politique du général de Gaulle en direction de la RFA suscite des critiques beaucoup plus virulentes de la part des Soviétiques, car le rapprochement franco-allemand inquiète véritablement les Soviétiques.

Le redéploiement de la politique de sécurité

  • 27 F. Bozo, La France et l’OTAN, De la guerre froide au nouvel ordre européen, Paris, Masson/ Ifri, 19 (...)

22Le général de Gaulle imprime sa marque à la politique extérieure française en quelques semaines. Résolu à agir, décidé à ne plus subir et animé par une conception mystique de sa mission, il multiplie les signes d’indépendance à l’adresse des alliés. D’emblée, il ressent le fort « sentiment de l’inadéquation de la participation de la France à l’OTAN »27. Les comptes rendus de ses premiers entretiens permettent d’examiner sa perception de la menace soviétique qui induit un redéploiement de sa politique de sécurité.

Les relations franco-soviétiques à travers les conversations franco-britanniques, franco-américaines et franco-allemandes

  • 28 G.-H. Soutou, L’alliance incertaine, op. cit., p. 136-144.

23L’analyse des entretiens avec MacMillan (fin juin), avec Dulles (début juillet) et surtout avec Adenauer (mi-septembre) s’avère indispensable pour saisir l’importance que revêtent les relations franco-soviétiques aux yeux du général de Gaulle. Sur le plan stratégique, le général de Gaulle tranche le nœud gordien (17 juin 1958) en renonçant à la coopération tripartite avec les Allemands et les Italiens dans le domaine nucléaire, mais en continuant la coopération pour les armes conventionnelles28.

24Du 29 au 30 juin se déroulent des entretiens franco-britanniques à Paris. Lors de la première séance, MacMillan aborde la menace soviétique. Il consulte le général de Gaulle à ce propos qui lui délivre l’analyse suivante :

  • 29 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 5, entretiens franco-britanniq (...)

« Je pense comme vous sur le danger soviétique, mais nous ne devons pas oublier qu’il y a aussi la vieille Russie qui enterrera le régime actuel. Il faut toujours distinguer entre ce qui est le régime du moment et le peuple russe. Il n’en reste pas moins que le grand danger que court le monde est celui de cet impérialisme et de ce communisme soviétiques. Il faut donc s’organiser le mieux possible pour faire face à ce danger et, s’il le faut, sauver encore une fois la liberté »29.

MacMillan estime que l’Union soviétique veut les profits de la guerre sans la faire. Le premier ministre britannique se montre favorable au projet de conférence au sommet proposé par Nikita Khrouchtchev même s’il revêt un indéniable caractère de propagande. Selwyn Lloyd explique qu’une telle conférence porterait sans doute sur les questions du désarmement, de la sécurité européenne (notamment le plan Rapacki), du commerce Est-Ouest et des contacts entre blocs. Les Britanniques ne souhaitent pas aborder la question du Moyen-Orient. Le général de Gaulle évoque à son tour ces thèmes. Il estime que le désarmement est certainement le sujet prioritaire. En ce qui concerne la sécurité européenne, il souhaite une profonde modification du plan Rapacki, qui devrait selon lui s’étendre beaucoup plus à l’Est, et évoque ensuite la question des échanges commerciaux :

  • 30 Ibid.

« Il faut reprendre complètement ce plan de telle sorte qu’il morde sur le territoire soviétique lui-même. Pour le développement des échanges commerciaux, nous n’avons pas d’objections. Tout ce que l’on pourra faire dans ce domaine sera utile. Probablement dans cette perspective, les Américains désireront-ils changer le COCOM. Quant aux contacts de toute nature (conférence, ballets, cinéma, etc.) c’est, de toutes manières une bonne chose, car, ainsi que je le disais, il ne faut pas oublier qu’il y a le peuple russe »30.

Après avoir constaté des différences d’approche sur le désarmement, le général de Gaulle soulève la question des expériences nucléaires auxquelles la France ne saurait renoncer au moment où elle est engagée dans un programme nucléaire dont l’issue est à portée de main. Maurice Couve de Murville intervient sur ce point, en notant que la suppression des expériences nucléaires n’est pas véritablement de l’ordre du désarmement. Le changement de donne stratégique que l’arme nucléaire française entraînera inévitablement est ensuite analysée en détail. Les Britanniques n’y sont pas opposés mais s’inquiètent de l’élargissement du cercle nucléaire et soulignent le coût très élevé de cet effort, qui justifierait une mise en commun des efforts entre alliés. Le général de Gaulle n’écarte pas cette éventualité.

25C’est bien Moscou qui rapproche Américains, Britanniques, Ouest-Allemands et Français, même s’ils ne s’accordent pas forcément sur la nature de la menace soviétique. Début juillet 1958, de Gaulle reçoit Dulles : les deux hommes exposent deux approches différentes de cette menace. Le secrétaire d’État insiste sur son caractère idéologique alors que de Gaulle met en avant son caractère nationaliste. La position de Dulles est la suivante :

  • 31 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 5, entretiens franco-américain (...)

« Les nations occidentales ont à faire face au plus grave péril de toute leur histoire. Ce péril est celui de l’impérialisme et du communisme international. Il y a certes des différences d’opinions quant au rôle joué par le communisme et l’impérialisme russe. À notre avis, si certaines caractéristiques agressives de cet impérialisme découlent de la Russie, son trait dominant est cependant l’ambition mondiale du communisme »31.

  • 32 D’après les experts militaires américains, cette supériorité peut durer cinq ans, c’est-à-dire jusq (...)

Dulles insiste ensuite sur les risques militaires. Pour y faire face, les Occidentaux doivent coopérer étroitement au sein de l’OTAN. Dulles préconise des consultations politiques constantes pour améliorer le fonctionnement de l’organisation avant de donner des indications sur la puissance militaire américaine. Sur le plan stratégique, le missile gap est un leurre dans la mesure où les Américains disposent d’ores et déjà de bombardiers à long rayon d’action et que les Soviétiques ont renoncé à cette étape pour mettre au point directement leurs fusées : « Nous avons donc devant nous plusieurs années de supériorité »32. Enfin, il annonce que Washington est prêt à fournir des armes nucléaires à ses alliés dans le cadre de l’OTAN.

26Après cette intervention tous azimuts, le général de Gaulle expose, à son tour, son analyse de la menace soviétique :

  • 33 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 5, entretiens franco-américain (...)

« Vous avez parlé de la menace à laquelle nous faisons face. Je suis d’accord avec vous sur ce que vous en pensez. Peut-être serai-je moins formel en ce qui concerne notre interprétation sur la situation de la Russie et de l’Europe de l’Est. J’ai été frappé, quand j’étais aux affaires, de ce qu’il y avait de nationalisme dans la politique soviétique. Il y a une combinaison du nationalisme et du communisme d’où résulte l’impérialisme. Vous dites qu’il y a un gouvernement soviétique et un parti communiste. Je crois qu’il y a surtout le Tsar. Et quand les Russes disent “le Parti” c’est un peu comme vous quand vous dites “le Congrès” »33.

Après cette introduction, de Gaulle reprend point par point l’intervention de Dulles. Il indique au secrétaire d’État que la France va se doter de l’arme nucléaire dans un délai assez court et aborde la délicate question du fonctionnement de l’OTAN. De Gaulle reprend les arguments développés lors de son entretien avec MacMillan :

  • 34 Ibid.

« Maintenant, il est clair qu’il faut faire entrer dans la défense l’Orient et l’Afrique, en tout cas l’Afrique du Nord et le Sahara. Sinon nous ne nous sentons pas en sécurité. Nous nous sentons déchirés entre la sécurité européenne et la sécurité africaine. Ceci entraînera nécessairement une réorganisation du commandement »34.

27Enfin, le général de Gaulle revient sur la possibilité de recevoir des armes nucléaires américaines. S’il n’est pas hostile au principe, il oppose, en revanche, un refus très net à tout système de double clé. Les entretiens franco-britanniques et franco-américains offrent un aperçu précis des conceptions du général de Gaulle en matière de sécurité. Les orientations stratégiques qu’il trace impliquent un changement de statut. Le général de Gaulle est revenu au pouvoir avec un concept stratégique construit autour de plusieurs données : un dispositif de relations bilatérales (franco-britannique, franco-américaine et franco-allemande), une approche multilatérale des questions de sécurité et une extension presque mondiale de l’OTAN après une redéfinition de ses missions et de son fonctionnement. La combinaison de ces facteurs doit aboutir au renforcement de la sécurité et du rôle de la France dans les affaires mondiales. Ce renforcement doit fournir des arguments stratégiques susceptibles d’alimenter un nouveau dialogue avec Moscou.

  • 35 Pour une perception commune de la menace soviétique, voir F. Seydoux, Mémoires d’Outre-Rhin, Paris, (...)

28Dans son dispositif de relations bilatérales, le général de Gaulle attache une importance centrale aux rapports franco-allemands. Pour tout dire, ils fournissent l’ossature à partir de laquelle se construit l’ensemble de sa politique extérieure. Ses entretiens avec le chancelier Adenauer à Colombey en septembre 1958 ressemblent fort à un des actes fondateurs de sa politique : non seulement les deux hommes évoquent la nature de la menace soviétique35, mais aussi leurs relations futures avec les États-Unis et la Grande-Bretagne. Catholique et opposant au nazisme, Konrad Adenauer expose, au début de l’entretien, les principes spirituels qui guident sa politique avant d’expliciter sa conception de l’Union soviétique. Il met en avant les facteurs économiques :

  • 36 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 5, entretiens franco-allemands (...)

« L’URSS n’est plus un pays communiste. C’est une dictature asiatique. J’ai suivi de près les événements en Russie, notamment son évolution économique. Mais il ne m’a pas été possible d’en déduire les voies qu’emprunterait ce pays dans telle ou telle circonstance. L’économie est très inégale. Certains secteurs sont bien développés, comme par exemple, celui des armements. D’autres sont négligés (...). Si le peuple russe est très passif, il ne semble pas, qu’à la longue, le régime puisse imposer aux masses soviétiques le niveau de vie actuel. C’est pourquoi j’ai l’impression que Khrouchtchev est sincère dans les efforts qu’il poursuit en vue d’un désarmement »36.

Évoquant son voyage en Union soviétique (1955), Konrad Adenauer rapporte les propos que Khrouchtchev lui a tenus à propos de la Chine :

« Ils nous sucent comme des sangsues. Aidez-nous, vous autres Allemands, à surmonter ces difficultés. Une simple carte de géographie montre que la Russie a 200 millions d’habitants, alors que la Chine en a 600 millions. Quel autre débouché que l’URSS peut-on offrir à cette masse ? »

Le général de Gaulle répond à Konrad Adenauer par une analyse historique de longue durée :

« Le peuple français a traversé une grave maladie. Il a été un très grand peuple. Il s’est surtout cru très grand. Il s’est cru la vedette du monde. Il est vrai qu’il l’a été bien souvent. Mais il ne s’est pas adapté à la situation réelle. Il ne se console pas de ne plus être cette vedette. C’est pourquoi nous avons le communisme et l’anarchie intellectuelle dans beaucoup de milieux. La France doit trouver un nouvel équilibre moral, fondé sur des réalités nouvelles, pour redevenir une nation cohérente ».

Pour de Gaulle, la perte de grandeur expliquerait l’influence communiste en France. Retrouver la grandeur reviendrait presque automatiquement à réduire cette influence. Il envisage ensuite les perspectives qui s’ouvrent au dialogue franco-allemand avant de donner en quatre phrases lapidaires son point de vue sur la Russie soviétique, les États-Unis et la Grande-Bretagne :

« Le peuple français n’a pas d’illusions quant à la bienveillance ou la bonne volonté des autres, notamment pour ce qui concerne le bloc soviétique, bien qu’il n’ait pas renoncé à la Russie. Il n’a pas d’illusions non plus en ce qui concerne la bienveillance et l’habileté des États-Unis. Les Américains restent les Américains. Je ne parle pas de l’Angleterre qui constitue un problème secondaire et qui reste une île ».

  • 37 G.-H. Soutou insiste sur « le poids du facteur soviétique dans les relations franco-allemandes », L (...)

29La priorité donnée au dialogue franco-allemand touche le cœur des rapports franco-soviétiques37. D’une certaine manière, le premier délimite les seconds. Ces deux relations bilatérales ne peuvent se concevoir l’une sans l’autre car elles conditionnent l’équilibre européen. Cependant, ce double bilatéralisme ne suffit pas à garantir la sécurité européenne : dès le mois de septembre 1958, le général de Gaulle tente de concilier une démarche bilatérale, à travers la priorité donné au dialogue franco-allemand, et une manœuvre trilatérale dans le cadre de l’OTAN. En somme, il cherche à créer un axe Paris-Bonn pour renforcer ses positions au sein du triangle Washington-Londres-Paris tout en ayant une claire conscience de la menace soviétique à l’Est et du fardeau algérien au Sud.

Les réactions de Moscou à la nouvelle politique extérieure française

  • 38 F. Bozo, Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 36-43 ; M. Vaïsse, « Aux origines du mémorandu (...)

30Avec les entretiens franco-allemands de Colombey et le mémorandum sur l’OTAN, le mois de septembre 1958 peut se lire comme un des temps forts du redéploiement de la politique extérieure française. Le mémorandum est transmis aux Américains et aux Britanniques trois jours après les entretiens de Colombey (17 septembre 1958). Il est accueilli par « une fin de non-recevoir polie »38. Les Soviétiques perçoivent un changement de posture de la France au sein de l’Alliance atlantique. Si les Soviétiques trouvent des motifs de satisfaction dans les nouvelles prétentions françaises au sein du système occidental, prétentions susceptibles d’en altérer la cohésion, ils redoutent la constitution d’un axe Paris-Bonn. Leur inquiétude est loin d’être feinte. Il faut insister sur l’imbrication très étroite des relations franco-soviétiques et des relations franco-allemandes. Treize ans après la fin de la guerre, un axe franco-allemand qui s’appuierait sur le réarmement allemand et l’arme nucléaire française modifierait, à lui seul, l’équilibre européen. En 1958, l’Union soviétique ne craint ni la puissance française, ni la puissance ouest-allemande prises séparément. En revanche, la constitution d’un axe militaire crédible déplacerait le centre de gravité du continent. Il faut, une nouvelle fois, insister sur ce point : le traumatisme de la Seconde Guerre mondiale obsède les dirigeants soviétiques et leur peuple, qui se défendent plus qu’ils n’attaquent devant toute forme de remise en cause de leur sécurité. En ce sens, la politique extérieure gaulliste marque une triple rupture avec celle de ces prédécesseurs : elle préconise l’indépendance nationale, souhaite une redistribution des cartes au sein de l’Alliance atlantique et surtout parvient à formuler une contre-menace à la menace soviétique par l’intermédiaire du rapprochement franco-allemand conjugué à une arme nucléaire virtuelle.

  • 39 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 267, télégramme de Maurice Dejean n° 3552, 21 septembre 19 (...)

31La réaction soviétique aux entretiens franco-allemands est immédiate. Sergueï Vinogradov livre son analyse à Maurice Dejean : « Une entente franco-allemande ne peut être dirigée que contre nous »39 : ce qui est vrai, mais incomplet. L’ambassadeur soviétique reprend une antienne de la sécurité européenne selon laquelle l’équilibre européen n’est possible que si deux des trois puissances continentales – France, Allemagne, Russie – s’allient contre l’autre. C’est toute l’histoire des traités franco-russes et des traités germano-soviétiques, qui repose sur ce principe du deux contre un. Dès lors, la vive hostilité soviétique au rapprochement franco-allemand doit se lire en fonction des impératifs de sécurité du moment, mais aussi en fonction du poids de la mémoire des guerres européennes sur la perception soviétique de la menace. Impossible, pour Maurice Dejean, d’analyser les réactions soviétiques sans se référer à la prégnance de cette mémoire :

  • 40 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 3604/14, 24 septembre 1958.

« L’émotion manifestée ici à la suite des entretiens de Colombey n’est pas entièrement artificielle (...). Il est indéniable que la rencontre de Colombey et l’image que l’on s’en est faite à Moscou a provoqué une certaine surprise et un certain dépit sinon quelque inquiétude véritable »40.

32L’inquiétude est véritable comme le prouve l’intervention de Khrouchtchev, qui dénonce ce rapprochement au cours d’une conférence de presse (22 septembre). Cette conférence marque un tournant dans l’attitude soviétique vis-à-vis du général de Gaulle. Les déclarations violentes de Nikita Khrouchtchev critiquent l’instauration d’un pouvoir personnel en France. En pleine campagne sur le référendum, Khrouchtchev intervient dans les affaires intérieures françaises brutalement en dénonçant la guerre d’Algérie, le pouvoir personnel ainsi que le rapprochement franco-allemand. Khrouchtchev laisse entendre qu’il aurait été victime d’une illusion gaulliste, c’est-à-dire qu’en s’engageant à régler le problème algérien de Gaulle n’aurait que renforcé son propre pouvoir. Il conduirait ainsi le pays sur la voie de la dictature :

  • 41 Extraits cités dans Les relations franco-soviétiques 1958-1966, Paris, La Documentation française, (...)

« Il y a trois ou quatre mois, chacun en Europe pouvait se laisser aller à l’espoir que le nouveau gouvernement, ayant à sa tête le général de Gaulle aurait la volonté et le pouvoir de dompter les rebelles fascistes, de mettre fin à une guerre coloniale injuste contre le peuple d’Algérie, et de maintenir la République en France. En vérité, dès ce moment, les forces progressistes nous ont avertis que tout cela n’était qu’illusions vaines et dangereuses »41.

Immédiatement, le PCF prend le relais et s’efforce d’amplifier les déclarations de Khrouchtchev en insistant notamment sur les risques du rapprochement franco-allemand :

  • 42 Archives du PCF : réunion du bureau politique du 23 septembre 1958, SEC. GP. GV., 25 septembre 1958 (...)

« – Souligner la grande valeur et le grand retentissement de la déclaration de Khrouchtchev, d’importance mondiale, sur la situation en France. Elle attire l’attention de la classe ouvrière mondiale, met fin aux tentatives de spéculation à propos de la position de l’URSS vis-à-vis de De Gaulle ; elle contribue à renforcer encore les rangs de notre Parti pour les batailles en cours. Elle met en garde sur la politique extérieure de la France qui, si elle se poursuivait, conduirait notre pays à un nouveau Munich.
– Accorder une grande importance à la rencontre de Gaulle-Adenauer au cours de laquelle de Gaulle a affirmé qu’il continuerait, en l’aggravant encore, la politique européenne, et qu’il entend fonder la politique extérieure de la France sur l’alliance avec l’Allemagne réactionnaire d’Adenauer »42.

  • 43 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 271, télégramme de Maurice Dejean n° 3711/23, 3 octobre 19 (...)

33Cette dénonciation en règle s’inscrit dans un contexte de lutte politique intense avec la campagne pour le référendum. En septembre 1958, l’influence de la politique internationale sur le débat intérieur se fait très nettement ressentir. En dépit du refus de la Guinée de Sékou Touré, le référendum s’avère une victoire politique indiscutable du général de Gaulle. Elle n’est pas sans conséquences sur la relation bilatérale. Comme le note Maurice Dejean, les Soviétiques sont moins surpris par la victoire du « oui » que par son ampleur43.

34En septembre 1958, le durcissement de la position soviétique à l’égard du général de Gaulle s’explique tout autant par le règlement amorcé de la crise algérienne que par le rapprochement franco-allemand. Le premier menace l’influence politique du PCF alors que le second risque à terme de modifier l’équilibre stratégique. Septembre 1958 est un mois fertile pour la politique extérieure française. Il semble difficile de contester qu’en moins de quatre mois le comportement de la France sur la scène internationale a connu un changement spectaculaire. Comment expliquer l’écho rencontré par la politique extérieure française, notamment en Union soviétique, alors même qu’en quatre mois la puissance française n’a pas changé de nature ? Indéniablement, la voix du général de Gaulle porte plus loin que celle de ses prédécesseurs. La personnalité du général de Gaulle, son prestige et sa lucidité joueraient à plein. Pour autant, le mode d’action et le discours du général de Gaulle suffisent-t-ils à expliquer l’intensité de la politique extérieure française ? Autrement dit, de Gaulle est-il, à lui seul, un démultiplicateur de la puissance française ?

35À ces questions, Maurice Couve de Murville répondrait probablement par l’affirmative car, selon lui, la caractéristique principale du général de Gaulle consiste à avoir une politique ayant pour objectif l’indépendance nationale :

  • 44 Entretien avec Maurice Couve de Murville, 31 mars 1995. Les extraits suivants proviennent également (...)

« Nous voulions mener une politique, pas forcément hostile aux États-Unis, et avoir les moyens de se manifester comme un État indépendant »44.

36Cette politique d’indépendance s’exerce aux dépens des États-Unis. Les relations franco-soviétiques en bénéficient indirectement car, en faisant naître une nouvelle politique et donc en étant indépendante, la France affirme sa volonté « d’établir des rapports directs avec tous les pays du monde », sans intermédiaires, ni instructions. Malgré l’apparente clarté des propos de Maurice Couve de Murville, il faut préciser que le lien qu’il établit entre politique et indépendance est plus un rapport de synonymie que de conséquence.

37L’indépendance ne correspond pas à une position solitaire sur la scène internationale mais, au contraire, prend son sens au contact des autres politiques. L’objectif d’indépendance conduit alors à privilégier les dispositifs bilatéraux, les rapports de puissance à puissance, plutôt que les dispositifs multilatéraux qui impliquent négociations permanentes et compromis fréquents. Pour Maurice Couve de Murville : « Établir des rapports crée la détente ». Partant du postulat qu’il n’existait pas de rapports réels entre la France et l’Union soviétique avant 1958, il considère que toute discussion avec les Soviétiques, qu’elle soit amicale ou pas, signifiait déjà l’existence d’une politique. En d’autres termes, le dialogue direct avec un État, a fortiori une superpuissance, légitime la politique française : parler avec les Soviétiques signifie l’existence d’une politique qui œuvre pour la détente. Pour illustrer l’indéniable élan apporté par de Gaulle, Maurice Couve de Murville utilise la formule suivante : « Dès qu’il y a une politique, il se passe des choses ».

38Dans son intensité comme dans sa tonalité et pour trois raisons, la relation bilatérale évolue davantage dans les quatre mois qui suivent le retour du général de Gaulle qu’au cours de l’année précédente. Tout d’abord, il y a effectivement un impact de De Gaulle qui est reconnu en premier lieu par les Soviétiques. Pour eux, de Gaulle n’est ni Gaillard ni Pflimlin. Ils sont bien conscients d’avoir désormais affaire à un homme d’État légitimé par l’histoire dont l’autorité en France rejaillit à l’étranger. Ensuite, la crise au Moyen-Orient et le projet de conférence au sommet laissent croire pendant quelques semaines à une proximité des positions françaises et soviétiques. Enfin, septembre 1958 voit un regain de tension entre Paris et Moscou en raison du dossier algérien, qui fragilise les positions du PCF en France, et du dossier allemand, qui inquiète les Soviétiques.

La crise de Berlin

  • 45 M. Tatu, « Après la campagne du référendum, L’URSS cherche de nouveau à développer ses relations cu (...)
  • 46 V. Zubok et C. Pleshakov, Inside the Kremlins Cold War, From Stalin to Khrushchev, Cambridge, Harva (...)

39Comme le note Michel Tatu, plusieurs signes témoignent d’une baisse de tension après septembre 195845. Une fois les résultats du référendum connus, les Soviétiques relâchent leur pression et relancent les échanges entre les deux pays. La politique extérieure soviétique oscille en permanence entre menaces et gestes d’ouverture ; elle continue à souffler le chaud et le froid. La crise de Berlin qu’elle déclenche (novembre 1958) se révèle puissamment thermogène. En quelques semaines, les rapports Est-Ouest dans leur ensemble et, par voie de conséquence, les relations franco-soviétiques se tendent dangereusement. Cette crise constitue un cas exemplaire de la coexistence pacifique et rappelle que celle-ci ne correspond nullement à un statu quo pacifié mais plutôt à un affrontement par phases d’intensité variable46.

  • 47 C. Buffet, Mourir pour Berlin, La France et l’Allemagne 1945-1949, Paris, Armand Colin, 1991.
  • 48 G.-H. Soutou, La guerre de cinquante ans, op. cit., p. 367-369.

40Berlin symbolise la guerre froide depuis son blocus par Staline47. En voulant renégocier le statut de Berlin, les Soviétiques cherchent-ils à renforcer leurs positions en RDA ou à lancer une offensive visant à faire basculer la RFA ? Les discussions sur les objectifs offensifs ou défensifs de la crise de Berlin pour les dirigeants soviétiques48 ne doivent pas faire perdre de vue son caractère novateur dans la conduite de la politique extérieure soviétique. Nikita Khrouchtchev innove en provoquant délibérément une crise, en bousculant les Occidentaux et en imposant des délais. Il semble décider de son propre chef de l’alternance de phases de tension et de phases de détente dans la confrontation Est-Ouest. Comment expliquer cette prise de risque extrême ? Par une formidable foi dans le potentiel soviétique, par une inconscience partielle et une impréparation presque complète ou, plus simplement, par la volonté de mener une politique extérieure dynamique destinée à faire bouger les lignes de la confrontation tout en montrant aux satellites (la RDA en premier lieu) et à la Chine que l’Union soviétique entend exercer son leadership sur le monde communiste ?

  • 49 Ibid., p. 370.

41Dans l’immédiat, la crise de Berlin sert à contrer l’ancrage de la RFA dans l’OTAN et son éventuelle nucléarisation en obtenant la reconnaissance de la RDA par les Occidentaux afin de rendre la division allemande définitive. Enclave occidentale sur le territoire est-allemand, Berlin exerce sa séduction sur les élites du régime de Pankow. Plus profondément, la crise de Berlin résulte d’une prise de conscience de la part des dirigeants soviétiques et est-allemands de la supériorité du potentiel économique de la RFA sur celui de la RDA. Ils n’excluent pas l’éventualité d’une conquête économique de l’Allemagne de l’Est, qui la ferait basculer dans le camp occidental sans coup férir49. Tout avantage pris à Berlin aurait des répercussions profondes sur l’ensemble de la confrontation Est-Ouest. Dans l’esprit de Nikita Khrouchtchev, toute négociation avec les Occidentaux sur le statut de Berlin devrait entraîner un recul de leur part.

42Il déclenche la crise le 10 novembre en demandant aux Occidentaux d’évacuer Berlin-Ouest afin de transformer celle-ci en ville libre. Il se déclare prêt à transférer à la souveraineté de la RDA les fonctions exercées par les autorités soviétiques à Berlin-Est. Il invite ensuite les trois grandes puissances à traiter directement avec la RDA pour les éventuelles discussions concernant leur retrait tout en précisant que tout acte d’hostilité envers le régime de Pankow serait interprété comme une agression contre l’Union soviétique et le Pacte de Varsovie. Dix-sept jours plus tard, il adresse un ultimatum aux puissances occidentales : si elles n’évacuent pas Berlin-Ouest dans les six mois, Moscou signera un traité de paix séparé avec Pankow. Un tel traité la dégagerait de ses obligations à Berlin et de ses responsabilités sur les voies d’accès à cette ville. En d’autres termes, les puissances occidentales reconnaîtraient le régime de Pankow de facto pour pouvoir continuer à communiquer avec Berlin-Ouest.

  • 50 Ibid., p. 371.
  • 51 N. Khrouchtchev, Souvenirs, op. cit., p. 430.

43Cet ultimatum vise à la fois à consolider le régime est-allemand, fragilisé par son isolement international et par la fuite de ses élites, et à mesurer le soutien occidental à la RFA. Il a été lancé à la va-vite. Ce n’est qu’un mois après que Gromyko prépare, dans l’urgence, deux projets de traité de paix : l’un avec la RDA seule et l’autre avec les trois puissances occidentales et les deux Allemagne50. Cette chronologie tendrait à prouver que les différentes phases de la crise n’étaient pas planifiées dans l’esprit de Khrouchtchev et qu’il y a eu sans doute dans l’ultimatum autant d’impulsivité que de bluff. Dans ses mémoires, Khrouchtchev explique que sa démarche visait à faire reconnaître l’existence de deux Allemagne distinctes par les Occidentaux51.

  • 52 MAE, Nations unies et organisations internationales, ONU (1945-1959), carton n° 275, télégramme de (...)

44Il faut noter que l’ultimatum multilatéral (adressé à la fois aux États-Unis, à la Grande Bretagne et à la France) se double d’une explication de texte bilatérale. En effet, le 27 novembre, Gromyko remet une note à Maurice Dejean dans laquelle il explicite la position soviétique et souligne l’impact de la crise pour les relations franco-soviétiques. Après avoir rappelé l’importance à ses yeux de la coalition anti-hitlérienne, Gromyko explique que les Occidentaux ont violé les accords de Potsdam en encourageant le réarmement allemand. Il estime ne pas comprendre la position française eu égard au souvenir de l’occupation allemande. En pleine crise de Berlin, Gromyko joue assez grossièrement sur la corde du souvenir52.

  • 53 C. Buffet, « La politique nucléaire de la France et la seconde crise de Berlin (1958-1962) », Relat (...)
  • 54 B. Ledwidge, « La crise de Berlin 1958-1961 : stratégie et tactique du général de Gaulle », dans De (...)

45La méthode de Khrouchtchev n’en finit pas de laisser perplexe. Son caractère inhabituel et brutal provoque des effets rapides sur la cohésion du bloc occidental. Si l’OTAN rejette l’ultimatum (décembre 1958) et si les Occidentaux élaborent une série de scénarios militaires, il n’en demeure pas moins que leurs positions diffèrent. Sur ce point, Nikita Khrouchtchev excelle en jouant très habilement sur les relations britanno-soviétiques. Il est vrai qu’il n’a rien à attendre des relations franco-soviétiques tant le général de Gaulle s’impose comme le garant de la fermeté occidentale vis-à-vis des prétentions soviétiques car il est convaincu, dès le départ, que Khrouchtchev bluffe et ne veut pas la guerre53. Le général de Gaulle formule une réponse très énergique et mobilise « tous ses efforts pour encourager un esprit d’intransigeance chez ses alliés »54. Sous son influence, les Occidentaux répondent aux Soviétiques qu’ils les tiennent pour responsables d’éventuels incidents à Berlin et qu’une négociation sur le statut de la ville ne saurait se tenir en dehors de négociations générales sur l’Allemagne. En outre, de Gaulle ajoute qu’il serait inacceptable de négocier sous la contrainte d’un ultimatum.

  • 55 R. Aron, Les rapports russo-américains et les rapports franco-russes. Convergences ou contradiction (...)

46« Dans la crise berlinoise la politique française fait une surenchère d’intransigeance verbale »55, résume Raymond Aron. Cette « intransigeance verbale » vise à rassurer la RFA, mais ne suffit pas à expliquer les positions françaises. La crédibilité de l’axe Paris-Bonn passe par un soutien sans faille au régime ouest-allemand. Adopter une position intransigeante permet à de Gaulle de s’imposer dans le concert occidental sans prendre trop de risques dans la mesure où la France ne possède toujours pas l’arme nucléaire. Cette position résulte également de son intime conviction : les Soviétiques et, en premier lieu, Khrouchtchev ne souhaitent pas la guerre. Les autorités françaises ne négligent pas la gravité de la crise.

  • 56 PCF, carton G. Plissonnier n° 1, lettre du CC/PCF (Maurice Thorez) au CC/PCF, 23 janvier 1959.

47Tout au long de la crise, le PCF fustige les positions officielles françaises. Il profite du XXIe congrès du PCUS pour soutenir les Soviétiques sans réserve au moment où leurs relations avec les Chinois commencent à se tendre sérieusement. Le PCUS demeure l’unique modèle du PCF56. À plusieurs reprises, dans les comptes rendus des séances du bureau politique ou du secrétariat, la politique française vis-à-vis de la RFA et de Berlin est qualifiée de munichoise. Elle encouragerait les revanchards allemands et menacerait ainsi la paix. En cette période de crise internationale, le PCF se désolidarise clairement de la politique gouvernementale et cherche à défendre en France les positions soviétiques. Dès lors, il encourage ses militants à se prémunir contre toute forme d’anticommunisme :

  • 57 PCF : réunion du bureau politique le 17 février 1959, SEC. GP. GV., 18 février 1959, n° 653.

« Concernant le problème de Berlin, montrer les contradictions dans les positions actuelles de De Gaulle et celles qu’il avait au moment des accords de Potsdam »57.

Le secrétariat planifie une campagne de presse destinée à dénoncer la politique du général de Gaulle :

  • 58 PCF : réunion du secrétariat le 19 février 1959, SEC. GP. GV., 20 février 1959, n° 654.

« Préparer une déclaration du bureau politique sur la question de Berlin et revenir sur la position du gouvernement français vis-à-vis de l’Allemagne, ainsi que sur la nécessité, pour la France, d’avoir une politique d’indépendance nationale (R. Guyot) »58.

Dans cette optique, le PCF se satisfait de tous les signes de divergences entre Alliés. Le voyage de MacMillan (21 février au 3 mars), pendant lequel les Soviétiques radicalisent leur position et malmènent le Premier ministre britannique, est interprété comme un signe des divergences occidentales :

  • 59 PCF : réunion du bureau politique le 24 février 1959, SEC. GP. GV., 25 février 1959, n° 655.

« Sans connaître les résultats des discussions qui ont lieu actuellement, le voyage du Premier ministre anglais constitue un succès de la politique de paix de l’URSS. S’il existe des divergences entre les pays occidentaux concernant la politique européenne, y compris à propos de Berlin, ils vont s’efforcer de trouver une position commune. L’évolution des problèmes à propos de Berlin crée le risque d’une tension internationale d’un caractère aigu pour la période à venir. Les impérialistes, dont le gouvernement français, vont tenter d’exploiter cette situation contre notre Parti »59.

Dans les jours suivants, le PCF soutient les positions soviétiques, critique avec vigueur la politique française et met en garde ses militants contre le danger allemand. Il suit l’évolution de la crise avec la plus vive attention et en fait son principal dossier de politique extérieure :

  • 60 PCF : réunion du bureau politique le 3 mars 1959, SEC. GP. GV., 7 mars 1959, n° 657.

« (...) Tout en développant nos efforts en faveur de la paix en Algérie, il importe de considérer le problème allemand et la question de Berlin comme étant la question principale pour notre activité de politique extérieure »60.

  • 61 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 7, entretien de Gaulle/Spaak ( (...)

48À la lecture des archives consultées, il est difficile de savoir si cette opposition intérieure fragilise ou, au contraire, renforce l’intransigeance du général de Gaulle. L’analyse des archives présidentielles complétée par celles du ministère des Affaires étrangères et celles de Maurice Couve de Murville laisse l’impression d’un cloisonnement étanche entre les implications intérieures et extérieures de la crise. Ce point mériterait des recherches approfondies : dans quelle mesure le général de Gaulle tient compte d’avis extérieurs à l’appareil diplomatique et, plus largement, de l’opinion dans la gestion des crises majeures ? Les archives consultées donnent l’image d’un de Gaulle impérial, assumant tous les risques et gérant la crise en fonction de son seul jugement. Que penser d’une telle concentration de pouvoir ? L’issue de la crise accrédite la thèse d’une détermination et d’un sang-froid à l’épreuve des plus grands périls. Pour autant, l’absence de débats contradictoires au sommet de l’État donne le vertige. Pendant ces semaines de tension internationale, tout se passe presque naturellement comme si de Gaulle était le dépositaire du destin national. Il s’entretient avec les Alliés, reçoit l’ambassadeur soviétique et envisage, en toute hypothèse, une conflagration généralisée sans qu’aucune alternative crédible n’émerge (autre que celle proposée par le PCF qui travaille pour Moscou). Fin février 1959, au cours d’un entretien avec de Gaulle, Paul-Henri Spaak, secrétaire général de l’OTAN, exprime son inquiétude devant les velléités belliqueuses des milieux militaires américains dont l’influence risque d’être déterminante compte tenu de l’état de santé d’Eisenhower et de Dulles. Il estime que seul le général de Gaulle est en mesure de rassembler l’Occident. De Gaulle incarnerait le calme des vieilles troupes devant un Konrad Adenauer angoissé, un MacMillan pusillanime et un Eisenhower en fin de carrière. Le bloc occidental est affaibli par les attaques soviétiques face auxquelles les principales puissances réagissent différemment mais aussi par le débat interne à l’OTAN lancé par le général de Gaulle en septembre. De Gaulle gère, dans le même temps, la crise de Berlin et ses rapports stratégiques avec ses alliés. Paul-Henri Spaak ne s’y trompe pas : il assure que les autorités françaises devraient parvenir à obtenir de la part des Américains l’engagement d’une non-utilisation de l’arme atomique stationnée dans un pays membre de l’OTAN sans l’agrément de celui-ci. De Gaulle refuse d’aggraver la crise au sein de l’OTAN mais indique qu’il est opposé à l’intégration avant de conclure : « Si nous parvenons à surmonter la crise de Berlin, il faudra reprendre le problème de l’Alliance atlantique »61.

  • 62 Ibid., note de la présidence de la République pour le ministre des Affaires étrangères (cabinet), 2 (...)
  • 63 Ibid., note pour le ministre des Affaires étrangères (cabinet) au sujet du déjeuner de Marly du 4 m (...)

49Quelques jours plus tard, le général de Gaulle s’entretient brièvement avec Sergueï Vinogradov au cours d’une réception diplomatique à l’Élysée. Le général de Gaulle fait part de son pessimisme sur la situation et cite Staline à l’ambassadeur soviétique : « Il n’y a que la mort qui gagne »62. Deux jours plus tard (4 mars) le général de Gaulle déjeune avec le chancelier Adenauer à Marly. Les deux hommes évoquent le voyage à Moscou de MacMillan. Konrad Adenauer critique sévèrement l’attitude du Premier ministre britannique. Le général de Gaulle considère pour sa part que ce dernier n’oubliera pas l’affront subi à Moscou de sitôt et propose, en outre, une rencontre au sommet entre Britanniques, Italiens, Allemands et Français afin d’examiner les enjeux de la crise63.

50En accordant audience à Sergueï Vinogradov, le 6 mars 1959, le général de Gaulle prépare une des sorties dont il a le secret afin de frapper les dirigeants soviétiques. Sergueï Vinogradov ne s’attend probablement pas à une telle salve. Accompagné par Vladimir Erofeev, il commence son intervention, comme si de rien n’était, en évoquant les résolutions du XXIe Congrès du PCUS en matière économique qui, à elles seules, témoignent des intentions exclusivement pacifiques de l’URSS. L’ambassadeur soviétique poursuit en soulignant l’étonnement provoqué à Moscou par la position française sur l’Allemagne. De Gaulle rappelle calmement que la France n’est animée d’aucune hostilité à l’égard de l’URSS et qu’elle ne considère nullement l’Allemagne comme une puissance dangereuse. Il manifeste son intérêt pour les questions économiques dans la mesure où elles constituent un élément de puissance déterminant.

  • 64 Ibid., note au sujet de l’audience accordée par le général de Gaulle à M. Vinogradov, 6 mars 1959.
  • 65 Ibid.

51Il passe ensuite à l’offensive en demandant à l’ambassadeur soviétique pourquoi l’URSS, qui proclame sans cesse ses intentions pacifiques, a déclenché un crise d’une telle intensité à propos de Berlin et de l’Allemagne. Le général de Gaulle distingue les deux questions. Il porte l’estocade sur le droit de passage des Occidentaux qui, s’il était obstrué, conduirait à l’affrontement. En vieux militaire, il déclare : « Nous pourrions prendre alors, avec d’autres, les moyens de le rétablir. Si la guerre doit en résulter, eh bien ! nous mourrons tous, vous aussi »64. Visiblement très décontenancé par cette sourde détermination, Sergueï Vinogradov rappelle que dans l’esprit de Nikita Khrouchtchev la date fixée par l’ultimatum (27 mai) pouvait être reportée. En ce qui concerne la seconde question, c’est-à-dire l’avenir de l’Allemagne, le général de Gaulle rappelle l’attachement de la France à la ligne Oder-Neisse et à l’obligation des puissances victorieuses de ne pas arrêter des mesures qui écarteraient définitivement la possibilité de l’unité allemande. Après un échange sur Berlin, le général de Gaulle renouvelle son avertissement en déclarant que, compte tenu de la tension et du surarmement des États-Unis et de l’Union soviétique, la situation pourrait rapidement dégénérer : « Dans ce cas, a répété le Général, nous mourrons tous, mais vous aussi »65. Il ajoute que le chancelier Adenauer et le Premier ministre britannique ne sont nullement belliqueux, tout en restant silencieux sur la position américaine.

52À la fin de l’entretien, Sergueï Vinogradov, visiblement sonné, insiste sur le rôle que pourrait jouer le général de Gaulle dans ces circonstances de haute tension et tente de l’amadouer en indiquant que Nikita Khrouchtchev souhaiterait ardemment s’entretenir avec lui. De Gaulle rappelle qu’il s’est déjà rendu en URSS, souligne la continuité de son action (entre 1944 et 1959) et rappelle que cette visite ne lui avait toujours pas été rendue. Sergueï Vinogradov propose alors de réfléchir à une éventuelle rencontre au sommet. Paradoxalement, l’extrême tension internationale, qui provoque une violente guerre verbale, laisse entrevoir la possibilité d’une rencontre franco-soviétique au plus haut niveau. La froide évocation d’une possible guerre renforce l’impression d’un de Gaulle facteur déterminant de la relation bilatérale. La radicalité de l’enjeu et sa formulation définitive par de Gaulle ne le placent pas à l’évidence sur le même plan que les autres acteurs de la relation bilatérale, même si la part de bluff ne doit pas être mésestimée. Quel autre acteur national que lui pouvait envisager ainsi le destin du peuple français et être assuré que ses propos seraient pris au sérieux par Moscou ? Personne d’autre ne dispose d’un tel pouvoir de représentation. L’attitude de De Gaulle n’en finit cependant pas de laisser perplexe.

53Intraitable ou calculateur ? Les deux, mon général. En affichant une telle fermeté, de Gaulle sait qu’il s’attire le respect des Soviétiques, qui comprennent toujours le langage de la force et trouvent en sa personne quelqu’un à qui parler. Dans le même temps, il impose son autorité dans le concert occidental au moment où celui-ci montre des signes de faiblesse. Ses propos donnent des gages aux Allemands. En cas de crise, les Français, à la différence des Britanniques et des Américains, soutiendront Bonn envers et contre tout. C’est le message politique que de Gaulle adresse à Adenauer. Sur ce point, sa fermeté va se révéler payante et accélérer le rapprochement franco-allemand. Prêt à mourir pour Berlin, de Gaulle poursuit parallèlement sa politique russe : pendant tout le déroulement de la crise, les échanges franco-soviétiques suivent leur cours normal, comme s’ils ne devaient pas subir la confrontation stratégique. Cette autonomie des échanges franco-soviétiques par rapport aux aléas de la politique internationale mérite d’être soulignée. Elle montre que le général de Gaulle, à l’instar des dirigeants soviétiques, distingue la crise, qui se gère sur un temps court, et les échanges intermédiaires, qui s’inscrivent dans un temps long. Elle illustre également le degré de maturité atteint par la relation bilatérale. Elle montre enfin que, sans être prioritaire, la relation bilatérale fonctionne comme une soupape de sécurité, parmi d’autres, de l’équilibre européen et se révèle être une composante précieuse des systèmes français et soviétique de sécurité.

  • 66 Sur la différence de risques, voir M.-C. Granjon, « Une enquête comparée sur l’histoire des intelle (...)

54Cette autonomie des échanges intermédiaires par rapport aux relations politico-diplomatiques induit-elle un désintérêt des acteurs individuels ? Cette question gagne à être soulevée à propos des intellectuels. Certains intellectuels français et soviétiques occupent en permanence l’espace bilatéral. En France, c’est le cas notamment de plusieurs intellectuels communistes. En Union soviétique, les intellectuels ne bénéficient évidemment pas des mêmes possibilités d’expression et de critique que leurs confrères français66. Le contrôle systématique auquel ils sont soumis a son revers : une atteinte à la liberté individuelle peut être critiquée par les intellectuels de l’autre pays, voire exploitée sur le plan international. C’est le cas avec l’affaire Pasternak, qui soulève la question de l’existence informelle d’une communauté intellectuelle franco-soviétique, qui reposerait avant tout sur des liens personnels, mais qui pourrait trouver un écho dans l’espace bilatéral, et parfois même, au-delà.

Intellectuels et relations internationales

  • 67 J. Vigreux, art. Pierre Courtade, dans J. Julliard et M. Winock (dir.), Dictionnaire des intellectu (...)
  • 68 Sur la « double personnalité » de Pierre Courtade, voir M. Winock, Le siècle des intellectuels, Par (...)

55Cette réflexion sur une hypothétique communauté intellectuelle franco-soviétique mériterait des développements plus approfondis. L’idée d’envisager sous cet angle un aspect de la relation bilatérale est née d’un enchaînement de découvertes en archives et de constats. Premier constat : en pleine crise de Berlin, se déroule une autre crise, qui concerne Boris Pasternak. L’affaire du même nom connaît un retentissement qui dépasse le cadre bilatéral. Première découverte : l’ambassade de France à Moscou et certains intellectuels français n’y sont pas totalement étrangers. Second constat : le PCF dispose d’intellectuels organiques pour critiquer systématiquement les positions du général de Gaulle en politique extérieure. Parmi eux, Pierre Courtade. Né en 1915, camarade en khâgne de Pierre Hervé, Jean-Toussaint Desanti et Jean Giustiniani, Pierre Courtade appartient à ces intellectuels communistes qui, après un engagement dans la Résistance et des prises de position radicales pendant la guerre froide, « ont dû passer sous les fourches caudines du stalinisme à la française (celui de Thorez) mais qui en restent tourmentés »67. Pierre Courtade lutta, en effet, activement pour diffuser le rapport du XXe congrès du PCUS au sein du comité central du PCF. Seconde découverte : le journal manuscrit que Pierre Courtade tient pendant la crise de Berlin. Ce document est intéressant car il reflète les contradictions d’un homme tiraillé entre convictions personnelles et obligations partisanes68. Ce journal donne un aperçu de la hiérarchie des priorités d’un intellectuel organique : en pleine crise mondiale, Pierre Courtade attache plus d’importance aux discussions au sein du PCF qu’aux prises de position respectives des chefs d’État. Enfin, il commente amèrement les développements de l’affaire Pasternak.

56Suivre Pierre Courtade et Boris Pasternak de septembre 1958 à mars 1959 offre un angle d’attaque différent de la relation bilatérale. À nos yeux, ce qui constitue une curiosité méthodologique dans le journal de Pierre Courtade, ce sont les passages où, en quelques phrases, on passe de considérations narcissiques à des analyses politiques de fond, et inversement. Ce journal illustre la complexité des points de vue et relativise la crise de Berlin, qui intéresse moins son auteur que les querelles du milieu politico-culturel. Il montre aussi à quel point une crise majeure pour les historiens des relations internationales passe presque inaperçue aux yeux d’un observateur pourtant très engagé à l’époque des faits. En ce sens, il alimente le débat méthodologique sur la notion de crise en histoire des relations internationales.

Égotisme et engagement

57Pierre Courtade tient son journal du 1er octobre 1956 au 17 avril 1960. Rédigé en style télégraphique, il n’est pas toujours lisible. Parfois, un mot ou deux échappent à la compréhension. La fin de l’été est souvent propice aux résolutions. À peine a-t-on savouré les grandes vacances, qu’il faut déjà repenser aux devoirs :

  • 69 1958.
  • 70 IMEC, fonds Pierre Courtade, CRD2 A1-01. 03, « Journal » (1956-1960). Les passages suivants provien (...)

« 31 août69 (...) Il y aurait du ridicule à consigner ici pour la nième fois le projet de travailler régulièrement. Vaincre mon angoisse. Régler ma vie et pourtant je le fais »70.

Ses résolutions prises, Pierre Courtade commence à régler ses comptes. À cet égard, comment ne pas noter le décalage entre la teneur de son journal et le contenu de sa correspondance, notamment avec Roger Vailland. Dans le premier, il fustige le comportement d’intellectuels pourtant amis et dans la seconde il fait preuve d’une retenue toute diplomatique :

« 18 septembre (...)... Il (?) me dit qu’il a déjeuné avec Roger Stéphane de nouveau gaulliste – ayant la nostalgie de son milieu, (le dimanche il donne des bridges pour sa mère !!). L’intermède révolutionnaire est selon toute apparence terminé. Instabilité des pédés. Très dur avec Vailland : Bouffon ! La différence avec Stendhal (...) la différence entre un homme qui voulait à toute force le Concourt et un qui acceptait de n’être lu que cent ans après sa mort (il disait en 1935 !) ».

Ses coups de griffe donnés, Pierre Courtade commence à suivre l’évolution politique du régime gaulliste et, bien sûr, à la critiquer :

« 20 septembre. La Fayette = De Gaulle. Il a fait quelque chose de grand une fois. Le reste est une suite médiocre, une tentative vaine de retrouver son personnage ».

L’attitude de Roger Vailland, qui accorde à l’accomplissement personnel plus d’importance qu’aux réalisations collectives n’en finit pas d’intriguer Pierre Courtade. Pourquoi s’engager et à quel prix se demande-t-il :

« 21 septembre (...). J’attaque Vailland (les circonstances de son voyage à Pékin). Si Vailland a raison d’agir et de vivre ainsi, de se désengager au moment même où les gens les moins engagés prennent parti alors notre vie est une absurdité... À la tragédie politique vient s’ajouter chez presque tous la tragédie intime. La même toujours : le désir, le plaisir, etc. »

Pierre Courtade pose la question de l’engagement de manière assez inhabituelle pour l’historien. Le plus souvent, ce dernier l’envisage comme une intervention dans la sphère publique. Par définition, l’engagement serait politique. Assez rarement, l’historien prend en compte l’engagement comme un renoncement à la sphère privée. Ce renoncement est pourtant constitutif des intellectuels organiques du PCF : jusqu’à quel point sont-ils prêts à taire leur singularité pour défendre l’esprit de système ? Combien sont-ils à être sortis indemnes de cette alternative ? On sent dans le reproche formulé à l’encontre de Roger Vailland, qui ressemble à un acquiescement inavouable, que Pierre Courtade effleure ce point de rupture. La situation internationale lui offre une sorte de répit et calme sa détresse intérieure :

« 22 septembre (...). Article de K dans la Pravda sur “le fascisme en France”. Dommage qu’il n’ait pas plus tôt perdu certaines illusions ».

Dans les jours qui suivent, Pierre Courtade déjeune avec Geneviève Tabouis et continue à s’en prendre à l’attitude de Roger Vailland. L’intérêt de son journal réside dans le décalage entre la prise de conscience personnelle de l’enfermement auquel conduit le PCF et l’activité professionnelle au profit du Parti. Les événements internationaux détournent Pierre Courtade de cette contradiction le temps de leur éphémère durée :

« 4 octobre. L’après-midi au CC à Ivry. Rencontre d’abord (?) et Casa. Pris le café à un coin de table avec eux et Servin (Servin intelligent, mais il peut tout démontrer, au fond verbal. De l’espèce (...) qui croit surmonter une contradiction en la qualifiant de dialectique. Elles le sont toutes. Et après...? (...).
8 octobre. (...) Relu des textes anciens du parti (XIIIe congrès). Tout est vrai et rien ne l’est. L’agencement juste des mots remplace la description de la réalité et de ses contradictions. L’insistance exagérée pour certaines questions de politique extérieure (CED-Américains, etc.) a absorbé les énergies du parti, découragé les amis (grèves politiques etc.)... Relu aussi le discours d’Aragon sur l’Art du Parti – la « lumière nationale » etc. comme tout cela paraît loin... Luxe d’un parti qui se croyait fort... En fait langage ésotérique – langage d’initiés et par conséquent de secte ».

Intellectuel du Parti, Pierre Courtade entretient des relations privilégiées avec les correspondants de presse et diplomates soviétiques à Paris :

« 17 octobre. Déjeuner avec Ratiani et Efimov (le nouveau correspondant qui lui succède). Donne à R Napoléon le Petit avec une dédicace ».

Le lendemain de ce déjeuner, Pierre Courtade note à nouveau dans son journal à quel point le PCF se transforme en secte, tient un langage ésotérique et ne fonctionne pas de manière démocratique. L’heure est aux rancœurs recuites et au désenchantement. Reste à savoir s’il est politique ou esthétique :

« 22 octobre. Reçu La semaine sainte d’Aragon avec la dédicace ; À P. C., cette longue déception. Son ami Aragon. Je me mets en conjectures. C’est le cas de le dire, mais c’est le mot déception qui compte. C’est la clé du roman inachevé ».

À propos de la situation internationale, Pierre Courtade se montre peu disert. À peine évoque-t-il un déjeuner à l’ambassade soviétique. Ses notes elliptiques donnent peu d’indications sur la teneur de la discussion :

« 25 octobre. Samedi déjeuner à l’Ambassade soviétique. Fajon, Andrieu, l’Ambassadeur, un attaché et moi. Fajon intelligent (...) le messianisme politique ne fonctionne pas comme il est prévu par le mode d’emploi. L’Ambassadeur parle de « membre du BP qui lui aurait défendu des points de vue qui ne sont pas ceux apparemment de F...! Surprise tendue de F (Au fait il a raison sur ce point (relations franco-soviétiques)... »

Fin octobre et début novembre, une rupture intervient dans le journal de Pierre Courtade. Alors qu’il n’accorde toujours pas le moindre intérêt à la crise de Berlin, Pierre Courtade suit de près l’affaire Pasternak dont les rebondissements ébranlent ses convictions les plus solides.

L’affaire Pasternak : un cas de conscience pour les intellectuels français et soviétiques

  • 71 C. Vaissié, Pour votre liberté et pour la nôtre, Le combat des dissidents de Russie, Paris, Robert (...)

58L’affaire Pasternak, qui éclate au grand jour en octobre 1958 avec l’attribution du prix Nobel de littérature à l’auteur du Docteur Jivago, couve en réalité depuis quelques mois. Mise en rapport avec la crise de Berlin, elle contribue à modifier la perception occidentale du régime de Khrouchtchev. En cette fin d’année 1958, ce dernier semble se durcir à l’extérieur comme à l’intérieur. En marge des relations culturelles officielles entre la France et l’URSS, l’affaire Pasternak ne surprend qu’à moitié une partie du personnel de l’ambassade de France à Moscou, qui étudie attentivement les questions intellectuelles et esthétiques souvent annonciatrices d’évolutions politiques. Cette demi-surprise a une autre raison : le manuscrit du Docteur Jivago est sorti quelques mois plus tôt par la valise diplomatique. L’affaire Pasternak illustre l’existence de relations semi-clandestines entre les milieux intellectuels français et russe. Ces connections, à partir du moment où elles échappent au contrôle du PCF, peuvent être discrètement encouragées par les diplomates. Le traitement de cette affaire par les autorités soviétiques annonce, en outre, les campagnes qui seront lancées contre la dissidence dans les années suivantes71.

  • 72 S. Cœuré, « Un écrivain face au système : le cas Pasternak », L’Histoire, n° 223, juillet-août 1998 (...)

59La réaction très virulente à l’encontre du Docteur Jivago ébranle non seulement l’intelligentsia russe mais aussi un certain nombre d’intellectuels français. Pierre Courtade est un des leurs. Pourquoi une telle charge contre Pasternak, qui avait réussi à l’époque stalinienne à s’imposer comme une des figures emblématiques de l’intelligentsia russe ? En se gardant de devenir un des rouages du régime, un écrivain officiel, Boris Pasternak incarne, dans les années cinquante, à l’instar d’Anna Akhmatova, « la résistance morale et la liberté intérieure »72. Dans ses poèmes, il avait su éviter les chausse-trapes idéologiques, mais la création romanesque allait se révéler autrement plus périlleuse pour lui. En effet, le roman pose la délicate question des rapports entre réalité et représentation. Dans son roman qui se déroule pendant la Révolution, Boris Pasternak transgresse délibérément les prescriptions du réalisme socialiste. Il utilise son roman pour interroger le sens de la Révolution.

60Fin 1957, dans une dépêche adressée à Christian Pineau, Maurice Dejean évoque la figure de Boris Pasternak dans le débat en cours sur les intellectuels :

  • 73 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 227, dépêche de Maurice Dejean à Christian Pineau n° 1370, (...)

« La littérature aide le parti à éduquer le public, à faire progresser dans les esprits les idées-force dont il s’inspire. Le parti est prêt en retour, à encourager tous les éléments sains dans la littérature et dans l’art... »73

En outre, les instances officielles ne pardonnent pas à Boris Pasternak d’avoir transgressé un interdit : publier son roman à l’étranger en confiant le manuscrit à l’éditeur italien Feltrinelli en dehors de tout contrôle. Feltrinelli est un éditeur fortuné, membre du PCI mais indépendant dans ses choix esthétiques, qui ne s’est pas trompé sur la valeur littéraire du livre de Pasternak. Il décide de le publier (novembre 1957).

61Au moment où la confrontation Est-Ouest se tend de manière palpable, la décision du comité Nobel de récompenser Pasternak met le feu aux poudres. L’affaire Pasternak va rapidement se répercuter au-delà du champ littéraire. Les autorités soviétiques considèrent que la décision du comité Nobel est une provocation :

  • 74 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 227, télégramme de Maurice Dejean n° 4041/51, 27 octobre 1 (...)

« Plaçant nettement l’affaire sur le plan de la politique, ils (les milieux littéraires soviétiques) voient dans la décision de l’académie Nobel une provocation de la réaction internationale, un épisode de la campagne anti-soviétique, une tentative délibérée pour entretenir la guerre froide (...). La première consisterait à lui refuser le visa de sortie, au cas où il manifesterait l’intention, ce qui d’ailleurs est loin d’être sûr, de se rendre à Stockholm le dix décembre pour recevoir son prix. Les autres, et qui seraient plus graves, seraient de l’exclure de l’Union des écrivains et de le priver des avantages matériels dont il jouit, notamment de sa datcha et de ses droits d’auteur »74.

  • 75 P. Daix, J’ai cru au matin, Paris, Robert Laffont, 1976, p. 377.

62Comme le prévoyait Maurice Dejean, Boris Pasternak est exclu de l’Union des écrivains (27 octobre 1958). Commence alors « une campagne ignoble et forcenée »75 contre l’auteur du Docteur Jivago, qui se retrouve bientôt contraint de refuser le prix. Dans son journal intime, Pierre Courtade commente l’affaire :

  • 76 IMEC, fonds Pierre Courtade, CRD2 A1-01. 03, « Journal » (1956-1960). Les passages suivants provien (...)

« 27 octobre (...) Présentation de Lettre de Sibérie de Chris Marker – de belles images – un fatras touristique amusant. Vinogradov sort furieux disant “ce n’est pas la Sibérie” (...). Amertume – à quoi s’ajoute celle qui me vient de l’affaire Pasternak, l’article violent de Zaslowski dans la Pravda – vieille pute sociale – (?) employée à toutes les besognes depuis trente ans. Pasternak qui a tort, qui est orgueilleux et probablement bête. (Il est bête l’homme qui a été incapable de comprendre son temps à ce point) est traité par l’Union des Écrivains etc. exactement comme le Saint Synode présentait Tolstoï »76.

Pierre Courtade se range du côté de Pasternak. Dans les jours qui suivent, il continue à suivre les rebondissements de l’affaire et à souffrir des attaques dont le romancier est l’objet : passivement. Pour lui, la dimension personnelle de l’affaire est dramatique :

« 30 octobre. L’histoire Pasternak continue à m’écœurer après – la lit Gazet – la Pravda. Le secrétaire du Komsomol vient de prononcer un discours bassement injurieux dans lequel il le compare à « un cochon qui souille l’étable » etc... Et encore, dit-il les cochons sont mieux... Est-ce que ces gens se rendent compte du mal qu’ils font ? Mais c’est probablement une fatalité (?). Il y a dans ce peuple un incroyable mélange de grandeur (d’héroïsme) etc... et une saleté morale insensée (une vilenie et veulerie) ».

Pierre Courtade voit probablement ses propres contradictions à travers l’affaire Pasternak ; l’appartenance au Parti communiste oblige à renoncer à la création personnelle en la rendant utile :

« 3 novembre. La contradiction de ma vie politique – (l’affaire Pasternak m’a blessé incroyablement. C’est un (?) homme, mais honnête sans doute). Aujourd’hui il écrit à K pour le supplier qu’on ne l’exile pas d’URSS (un communiqué avait dit qu’il peut partir s’il veut etc.) – Le jour même où nous donnons un si brillant (?) encourageant exemple de la façon dont nous concevons la liberté de l’esprit l’Huma publie une page entière sur la Nouvelle critique avec photo de Kanapa, Thorez etc. Ces gens vivent dans une solitude totale absents, ignorants de tout ce qui se passe. Que faire ? ma tête éclate. Ces déchirements, ces contradictions me tuent ».

Pour Pierre Courtade, l’affaire Pasternak agit comme un révélateur. Être un intellectuel du Parti conduit à la schizophrénie. Pierre Courtade cherche réconfort et soutien auprès d’Aragon, qui semble parvenir, pour sa part, à concilier militantisme et activité littéraire :

« 6 novembre. Téléphoné hier à Aragon (...). Il m’a parlé bien de l’affaire Pasternak, m’affirmant qu’Elsa était intervenue à Moscou – et louant sans réserve l’article en effet très raisonnable (et surprenant venant de lui) d’Etiemble ».

L’affaire Pasternak provoque une cassure dans le parcours de Pierre Courtade à la fois avec le PCF et avec les Soviétiques :

« 8 novembre. Pas été à la réception de l’Ambassade soviétique pour la première fois depuis 10 ans. Las – Amer ».

Toute cette affaire le conduit à s’interroger sur l’engagement politique. Il fait allusion à une conversation au cours de laquelle il s’est rendu compte qu’il ne croyait plus dans les lendemains qui chantent :

« Il y a quelques jours sur le fait qu’une des causes de ma neurasthénie est que je suis de plus en plus incapable de me tourner vers l’avenir. (Sans doute parce que je ne vois plus d’avenir politique. Je me tourne alors vers le passé (la mémoire) (...) Autrefois je rêvais presque constamment à l’avenir ».

Le désenchantement de Pierre Courtade touche sa conception du parti, qui lui semble prisonnier d’une contradiction insurmontable :

« 11 décembre. (...) Ressenti à nouveau avec force la tragédie actuelle au parti : le contraste entre ce dévouement, cette combativité, cette pureté et une propagande, une presse, des méthodes, une analyse mais (?) dépassées. Le refus de voir la réalité et plus encore la crainte de la dire – (le « culte » a ici aussi fait des ravages incroyables. Armée – église ».

63À travers la lecture de son journal, il apparaît que Pierre Courtade est profondément affecté par l’affaire Pasternak. Il néglige la dimension internationale de l’affaire au profit d’une sorte d’introspection. Or, il serait trompeur de ne retenir de l’affaire Pasternak que des interrogations d’intellectuels sur l’engagement et le sens de la création romanesque, car elle se transforme rapidement en enjeu de la confrontation Est-Ouest. Les services américains n’entendent pas laisser une si belle occasion de mener une opération de contre-propagande, comme le note Hervé Alphand :

  • 77 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 227, télégramme d’Hervé Alphand n° 6360, 29 octobre 1958.

« (...) Les services de renseignement américains ainsi que ceux de l’information entendent utiliser au maximum vis-à-vis de l’opinion mondiale la décision du gouvernement soviétique de refuser à M. Pasternak l’autorisation d’accepter le prix Nobel de littérature ainsi que l’interdiction faite au cardinal Mindszenty de se rendre à Rome pour le conclave »77.

  • 78 P. Grémion, Intelligence de l’anticommunisme, Paris, Fayard, 1995.

64L’affaire est exploitée pour mobiliser l’opinion internationale. Faut-il y voir les prémisses d’une dissidence instrumentalisée par les services occidentaux afin d’en faire une arme de contre-propagande ?78 Difficile de répondre à travers les archives consultées. Toujours est-il que l’affaire Pasternak mobilise des intellectuels, des traducteurs, des diplomates et des hommes de l’ombre.

65Deux ans avant le déclenchement de l’affaire Pasternak, en novembre 1956, une jeune étudiante française arrivait à Moscou dans le cadre des premiers échanges d’étudiants. Jacqueline de Proyart ne connaissait Boris Pasternak qu’à travers les cours de Roman Jakobson qu’elle avait suivis à Harvard en 1951. Après trois semaines de séjour en Russie, elle ne parvient toujours pas à passer de l’autre côté du miroir :

  • 79 Entretien avec Jacqueline de Proyart, 17 mars 1995.

« C’était un pays complètement fermé où personne ne parlait. Leurs yeux n’exprimaient rien. J’étais frappée par ce décalage entre ce que je savais de la Russie et ce pays fermé. Je ne trouvais pas la clé »79.

  • 80 J. de Proyart dans sa préface, B. Pasternak, Lettres à mes amies françaises 1956-1960, Paris, Galli (...)

66C’est par le truchement de la musique que Jacqueline de Proyart va trouver la clé. Au musée Scriabine, elle rencontre Nikolaï Chatrov, un jeune poète, qui l’introduit dans les milieux de musiciens et de poètes. L’âme russe commence s’entrouvrir. Dans ces milieux, Boris Pasternak est une figure emblématique : ses poèmes sont déclamés au cours de soirées où les convives se retrouvent dans les cuisines d’appartements communautaires. On murmure qu’il aurait écrit un grand roman poignant et troublant sur la Révolution. On murmure même que quelques manuscrits de ce roman circuleraient sous le manteau80.

67Insistant auprès de ses amis russes pour rencontrer le romancier, Jacqueline de Proyart parvient à les convaincre et se rend en leur compagnie à Peredelkino. Le 1er janvier 1957, elle rencontre Boris Pasternak : une confiance immédiate et durable s’instaure entre elle et le poète, qui lui confie un manuscrit du Docteur Jivago et lui apprend qu’une traduction en italien se prépare. Le 9 janvier, au cours d’une nouvelle rencontre, Jacqueline de Proyart propose à Boris Pasternak de présenter le roman chez Gallimard et d’en assurer la traduction française avec Michel Aucouturier (qui avait rencontré Pasternak en mai 1956), Louis Martinez et Hélène Peltier.

  • 81 Entretien avec Jacqueline de Proyart, 17 mars 1995.

68Au cours de leurs conversations, Boris Pasternak et Jacqueline de Proyart sont loin d’imaginer les répercussions politiques de la publication du roman. Dans son introduction aux Lettres de Pasternak, Jacqueline de Proyart reste discrète sur le rôle joué par l’ambassade de France pendant toute cette affaire. Comme étudiante participant aux échanges, elle entretient des liens amicaux avec des membres de l’ambassade. François de Liencourt, Jean-Marie Soutou et Isabelle Esmein sont au courant de ses rencontres avec Boris Pasternak. S’il n’est pas question de les mettre en rapport avec l’écrivain, compte tenu des risques encourus de part et d’autre pour une telle rencontre, les diplomates français évoqués « voient l’enjeu humain »81 que représente la publication à l’étranger de cette œuvre majeure. C’est ainsi que le manuscrit sort par la valise diplomatique. De retour à Paris, Jacqueline de Proyart le récupère et les quatre traducteurs se mettent au travail. Pour respecter les délais imposés par Gallimard, un travail intensif est nécessaire :

  • 82 J. de Proyart dans B. Pasternak, Lettres, op. cit., p. 40.

« Le roman sortit des presses le 23 juin sans que figure le nom des traducteurs afin de nous ménager la possibilité de retourner en URSS. Le succès fut aussi vif que dans les autres pays »82.

  • 83 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

69En octobre 1958, en raison de la situation internationale, l’ambassade de France fait preuve de la plus extrême discrétion au sujet de Pasternak. Un soutien affiché aurait eu sans aucun doute des répercussions négatives sur les rapports culturels bilatéraux et des conséquences graves pour le romancier. La préservation des premiers acquis de la politique culturelle française en Russie soviétique est indispensable au développement de la relation bilatérale. Tout à fait conscient de la qualité littéraire de l’œuvre de Boris Pasternak, Marcel Girard réagit en professionnel des relations culturelles : « J’ai refusé de voir Pasternak pour ne pas compromettre l’ambassade »83. Néanmoins, dix-huit mois plus tard, à l’occasion des obsèques du poète, l’ambassade de France donne un signe de son attachement à l’auteur du Docteur Jivago puisque Marcel Girard est le seul membre d’une représentation diplomatique à y assister :

  • 84 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 227, télégramme de Maurice Dejean n° 2236, 2 juin 1960.

« L’écrivain Boris Pasternak a été inhumé hier après-midi dans le cimetière de Peredelkino. Aucun représentant du ministère de la Culture ou de l’union des Écrivains n’assistait à la cérémonie, mais une foule d’environ 3 000 personnes venues spécialement de Moscou l’a accompagné à sa dernière demeure De nombreux journalistes étaient présents, mais aucune ambassade ne s’était fait représenter. M. Girard, seul, a assisté à la cérémonie »84.

Marcel Girard se souvient de l’ultime hommage rendu à l’auteur du Docteur Jivago :

  • 85 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

« Le cercueil ouvert de Pasternak était porté par ses amis. Un jeune homme déclamait des vers. Il fut enterré à la tombée de la nuit ; son beau visage se découpait sur le ciel »85.

70Au fond, le journal de Pierre Courtade et l’affaire Pasternak permettent de montrer que la relation bilatérale, même en période de crise internationale, ne se résume pas aux seuls rapports politico-diplomatiques. Ils montrent qu’il existe plusieurs façons de vivre la relation bilatérale au cours d’une même séquence chronologique. Sur le plan méthodologique, il s’agit moins de hiérarchiser les points de vue que de les varier.

  • 86 C. de Gaulle, Discours et messages 1958-1962, Paris, Plon, 1970, p. 84. Les extraits suivants provi (...)

71Toutefois, en dépit des différences d’approche, il semble difficile de ne pas reconnaître l’impact du général de Gaulle, qui modifie l’équation bilatérale au cours du second semestre 1958. D’une certaine manière, le général de Gaulle clôt provisoirement la crise de Berlin. Le 25 mars 1959, il expose les grands axes de sa politique étrangère au cours d’une conférence de presse qui reste un modèle du genre. Maniant tour à tour la menace, l’analyse stratégique et l’humour, il aborde tous les grands sujets internationaux du moment et réaffirme, en premier lieu, son attachement au rapprochement franco-allemand. Sur la question allemande, il place la France au même niveau de responsabilité que l’URSS, c’est-à-dire comme une puissance européenne forcément partie prenante de tout règlement86. De Gaulle refuse toute négociation à propos de Berlin sous la menace d’un ultimatum et toute reconnaissance du régime de Pankow car : « Il n’a pu naître et n’existe qu’en vertu de l’occupation soviétique et grâce à une implacable dictature ». Cette première partie de l’intervention confirme sa fermeté et désigne clairement la menace : les Soviétiques. Toutefois, de Gaulle, dans le même temps, leur envoie quelques signes d’ouverture en reconnaissant implicitement la ligne Oder-Neisse. En pleine crise de Berlin, cette reconnaissance fournit un élément de décrispation, qui fonctionne comme une double détente. En effet, de Gaulle, en reconnaissant les frontières orientales de l’Allemagne, fixe le cadre du rapprochement franco-allemand et désamorce les relations franco-soviétiques en privant Moscou de l’argument de la menace allemande. Dans l’immédiat, cette reconnaissance consolide les thèses soviétiques. Pour le futur, elle limite les revendications soviétiques. De Gaulle se démarque ainsi des autres puissances occidentales.

72De Gaulle joue, à son tour, sur la corde historique en rappelant l’existence de liens séculaires entre les deux pays. Sa vision politique le pousse à vouloir trouver un équilibre européen et, pourquoi pas, à construire un nouvel ordre sur le vieux continent. Allié déterminé au début de la crise, acteur lucide pendant son déroulement, de Gaulle se glisse peu à peu dans l’habit du grand ordonnateur. Il tire parti de l’extrême tension et utilise l’enjeu-risque pour créer une communauté de destin entre Européens en recourant à sa formule d’une Europe allant de « l’Atlantique à l’Oural ».

  • 87 Sur son utilisation (qui apparaît pour la première fois en mars 1950) par certains témoins, voir T. (...)

73Que recouvre cette formule présente dans toutes les mémoires87 ? De Gaulle utilise la crise pour présenter un projet politique d’envergure. Il n’entend pas réduire le dialogue européen à une suite de crises entre les deux blocs car, au-delà de l’Allemagne, les pays de l’Est appartiennent eux aussi à l’Europe. Fermeté et ouverture sont les deux principes qui animent la politique française à l’égard de la Russie soviétique. Grâce à la crise de Berlin, le général de Gaulle reprend l’initiative dans le cadre bilatéral, à la grande surprise des Soviétiques. Il prend de court la diplomatie soviétique en faisant naître l’idée d’une entente appelée à dépasser les clivages idéologiques. En ce sens, de Gaulle agit comme un facteur déterminant, qui modifie les données de l’équation. Ce changement de registre provoque une baisse de tension momentanée et ouvre des perspectives de détente.

74Cette aptitude à réduire les circonstances à des contingences pour tracer les lignes d’un grand dessein correspond à une ambition : ne pas transformer la détente en simple instrument d’amélioration des rapports entre pays, mais l’utiliser, à moyen terme, comme outil de recomposition du système international. Cette gestion de la crise par le haut rétablit le dialogue avec la Russie soviétique. Elle autorise également une reprise de la relation bilatérale après la tempête mais surtout annonce un projet, celui de dépasser le cadre de la confrontation Est-Ouest. Reste à voir de quelle manière cette pré-détente, lancée unilatéralement, va peser sur la relation bilatérale et, plus largement, sur l’ensemble des relations internationales au début des années soixante.

Notes

1 M. Vaïsse, La grandeur, op. cit., p. 35-40.

2 G.-H. Soutou, La guerre de cinquante ans, op. cit., p. 358.

3 F. Bozo, La politique étrangère de la France depuis 1945, op. cit., p. 32-33.

4 V. S. Chilov, « L’image de De Gaulle et de la France dans la presse soviétique des années 1958-1964 », Espoir, n° 77, décembre 1991, p. 61.

5 PCF : réunion du secrétariat le 13 mars 1958, SEC. GP. GV., 15 mars 1958, n° 563.

6 PCF : réunion du bureau politique le 14 mai 1958, SEC. GP. GV., 16 mai 1958, n° 581.

7 PCF : réunion du bureau politique le 17 mai 1958, SEC. GP. GV., 21 mai 1958, n° 583.

8 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 267, télégramme de Maurice Dejean n° 2052, 31 mai 1958.

9 Ibid., carton n° 267, télégramme de Maurice Dejean, 6 juin 1958.

10 PCF : réunion du bureau politique le 3 juin 1958, SEC. GP. GV., 4 juin 1958, n° 586.

11 Archives nationales, présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 14 juin 1958.

12 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 267, télégramme de Maurice Dejean n° 2429/31, 27 juin 1958.

13 Archives du PCF : réunion du bureau politique le 24 juin 1958, SEC. GP. GV., 25 juin 1958, n° 591.

14 MID, fonds n° 136, opis’ n° 49, papka n° 280, delo n° 11, note du MID au secrétariat du Comité central, 27 juin 1958. Se reporter au début de la citation dans la sous-partie « Le PCF une contre-société pro-active » du chapitre « Les acteurs intermédiaires » supra, p. 74.

15 Ibid., décision du Comité central pour l’ambassadeur d’URSS en France, 27 juin 1958.

16 MID, fonds n° 136, opis’ n° 42, papka n° 75, delo n° 22, note au sujet du voyage de Paul Reynaud, 8 juillet 1958.

17 Archives nationales, présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 19 juillet 1958.

18 Ibid., 22 juillet 1958.

19 Ibid., lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 23 juillet 1958.

20 Ibid., lettre du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 26 juillet 1958.

21 À noter que Nikita Khrouchtchev reçoit Pierre Mendès France à son retour de Chine le 13 août ; MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 273, télégramme de Maurice Dejean n° 3083, 14 août 1958. À l’aller, lors de son escale à Moscou, Pierre Mendès France avait été reçu par Andreï Gromyko.

22 Archives nationales, présidence de la République, carton n° 5 AGI 189, lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 5 août 1958.

23 Ibid., lettre du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 8 août 1958.

24 Ibid., lettre de Nikita Khrouchtchev au général de Gaulle, 28 août 1958.

25 Ibid., lettre du général de Gaulle à Nikita Khrouchtchev, 31 août 1958.

26 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 271, circulaire de Louis Joxe n° 115, 20 septembre 1958.

27 F. Bozo, La France et l’OTAN, De la guerre froide au nouvel ordre européen, Paris, Masson/ Ifri, 1991, p. 67.

28 G.-H. Soutou, L’alliance incertaine, op. cit., p. 136-144.

29 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 5, entretiens franco-britanniques, 29 juin 1958.

30 Ibid.

31 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 5, entretiens franco-américains, 5 juillet 1958.

32 D’après les experts militaires américains, cette supériorité peut durer cinq ans, c’est-à-dire jusqu’en 1963.

33 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 5, entretiens franco-américains, 5 juillet 1958.

34 Ibid.

35 Pour une perception commune de la menace soviétique, voir F. Seydoux, Mémoires d’Outre-Rhin, Paris, Grasset, 1975, p. 226.

36 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 5, entretiens franco-allemands, 14 septembre 1958. Les extraits suivants proviennent de ce document.

37 G.-H. Soutou insiste sur « le poids du facteur soviétique dans les relations franco-allemandes », L’alliance incertaine, op. cit., p. 29.

38 F. Bozo, Deux stratégies pour l’Europe, op. cit., p. 36-43 ; M. Vaïsse, « Aux origines du mémorandum de septembre 1958 », Relations internationales, n° 58, été 1989, p. 253-268.

39 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 267, télégramme de Maurice Dejean n° 3552, 21 septembre 1958.

40 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 3604/14, 24 septembre 1958.

41 Extraits cités dans Les relations franco-soviétiques 1958-1966, Paris, La Documentation française, Notes et études documentaires n° 3302, 1966, p. 7.

42 Archives du PCF : réunion du bureau politique du 23 septembre 1958, SEC. GP. GV., 25 septembre 1958, n° 616.

43 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 271, télégramme de Maurice Dejean n° 3711/23, 3 octobre 1958.

44 Entretien avec Maurice Couve de Murville, 31 mars 1995. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

45 M. Tatu, « Après la campagne du référendum, L’URSS cherche de nouveau à développer ses relations culturelles et commerciales », Le Monde, 21 octobre 1958.

46 V. Zubok et C. Pleshakov, Inside the Kremlins Cold War, From Stalin to Khrushchev, Cambridge, Harvard University Press, 1996, p. 194-202.

47 C. Buffet, Mourir pour Berlin, La France et l’Allemagne 1945-1949, Paris, Armand Colin, 1991.

48 G.-H. Soutou, La guerre de cinquante ans, op. cit., p. 367-369.

49 Ibid., p. 370.

50 Ibid., p. 371.

51 N. Khrouchtchev, Souvenirs, op. cit., p. 430.

52 MAE, Nations unies et organisations internationales, ONU (1945-1959), carton n° 275, télégramme de Maurice Dejean n° 4490 au sujet de la note remise par Gromyko le jour même, 27 novembre 1958.

53 C. Buffet, « La politique nucléaire de la France et la seconde crise de Berlin (1958-1962) », Relations internationales, n° 59, automne 1989, p. 347-358.

54 B. Ledwidge, « La crise de Berlin 1958-1961 : stratégie et tactique du général de Gaulle », dans De Gaulle en son siècle, La sécurité et l’indépendance de la France, Paris, La Documentation française-Plon, 1992, p. 371.

55 R. Aron, Les rapports russo-américains et les rapports franco-russes. Convergences ou contradictions ?, Paris, Association française de science politique, n° 7, 1967, p. 7.

56 PCF, carton G. Plissonnier n° 1, lettre du CC/PCF (Maurice Thorez) au CC/PCF, 23 janvier 1959.

57 PCF : réunion du bureau politique le 17 février 1959, SEC. GP. GV., 18 février 1959, n° 653.

58 PCF : réunion du secrétariat le 19 février 1959, SEC. GP. GV., 20 février 1959, n° 654.

59 PCF : réunion du bureau politique le 24 février 1959, SEC. GP. GV., 25 février 1959, n° 655.

60 PCF : réunion du bureau politique le 3 mars 1959, SEC. GP. GV., 7 mars 1959, n° 657.

61 MAE, Secrétariat général, Entretiens et messages (1956-1966), volume 7, entretien de Gaulle/Spaak (secrétaire général de l’OTAN), 28 février 1959.

62 Ibid., note de la présidence de la République pour le ministre des Affaires étrangères (cabinet), 2 mars 1959.

63 Ibid., note pour le ministre des Affaires étrangères (cabinet) au sujet du déjeuner de Marly du 4 mars 1959.

64 Ibid., note au sujet de l’audience accordée par le général de Gaulle à M. Vinogradov, 6 mars 1959.

65 Ibid.

66 Sur la différence de risques, voir M.-C. Granjon, « Une enquête comparée sur l’histoire des intellectuels : synthèse et perspective », dans M. Trebitsch et M.-C. Granjon (dir.), Pour une histoire comparée des intellectuels, Bruxelles, Éditions Complexe, 1998, p. 33.

67 J. Vigreux, art. Pierre Courtade, dans J. Julliard et M. Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels, op. cit., p. 316-318.

68 Sur la « double personnalité » de Pierre Courtade, voir M. Winock, Le siècle des intellectuels, Paris, Seuil, 1999, p. 561 (Point-Seuil).

69 1958.

70 IMEC, fonds Pierre Courtade, CRD2 A1-01. 03, « Journal » (1956-1960). Les passages suivants proviennent de ce journal.

71 C. Vaissié, Pour votre liberté et pour la nôtre, Le combat des dissidents de Russie, Paris, Robert Laffont, 1999, p. 51-54.

72 S. Cœuré, « Un écrivain face au système : le cas Pasternak », L’Histoire, n° 223, juillet-août 1998, p. 44.

73 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 227, dépêche de Maurice Dejean à Christian Pineau n° 1370, 6 décembre 1957.

74 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 227, télégramme de Maurice Dejean n° 4041/51, 27 octobre 1958.

75 P. Daix, J’ai cru au matin, Paris, Robert Laffont, 1976, p. 377.

76 IMEC, fonds Pierre Courtade, CRD2 A1-01. 03, « Journal » (1956-1960). Les passages suivants proviennent de ce journal.

77 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 227, télégramme d’Hervé Alphand n° 6360, 29 octobre 1958.

78 P. Grémion, Intelligence de l’anticommunisme, Paris, Fayard, 1995.

79 Entretien avec Jacqueline de Proyart, 17 mars 1995.

80 J. de Proyart dans sa préface, B. Pasternak, Lettres à mes amies françaises 1956-1960, Paris, Gallimard, 1994, p. 16-17.

81 Entretien avec Jacqueline de Proyart, 17 mars 1995.

82 J. de Proyart dans B. Pasternak, Lettres, op. cit., p. 40.

83 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

84 MAE, Europe, URSS (1944-1960), carton n° 227, télégramme de Maurice Dejean n° 2236, 2 juin 1960.

85 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

86 C. de Gaulle, Discours et messages 1958-1962, Paris, Plon, 1970, p. 84. Les extraits suivants proviennent également de cette intervention.

87 Sur son utilisation (qui apparaît pour la première fois en mars 1950) par certains témoins, voir T. Gomart, « Quel statut pour le témoignage oral en histoire contemporaine ? », Hypothèses 1999, art. cit., p. 110.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search