Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Halles

 | 
Jean-Louis Robert
, 
Myriam Tsikounas

Du cimetière des Innocents au Forum des Halles. La marginalité au cœur de la ville

Gregory Hamez et Martine Tabeaud

Texte intégral

Une grande cité comme Paris est un carrefour qui consiste en l’amalgame d’un très grand nombre d’éléments dont chacun est un carrefour spécialisé : les gares, le port fluvial, le nœud routier, les aéroports, les marchés, le Parlement, les ministères, le croisement des courants de population, d’idées, de marchandises, tout cela se superpose et s’entre-pénètre, mais tout cela vit aussi d’une vie commune, est entraîné dans une orbite commune. Selon nos objectifs, nous pouvons adapter la notion de carrefour parisien à nos besoins [...] (Gottmann, 1947).

1Gottmann a insisté à de nombreuses reprises sur la fécondité de la notion de carrefour, sa malléabilité suivant l’échelle d’analyse retenue, mais aussi sa complexité : « Il faudrait encore travailler longuement pour apprendre à manier systématiquement cette trame complexe de relations dans l’espace, les unes matérielles, les autres abstraites, culturelles, qui peu à peu se nouent en certains endroits plus qu’en d’autres pour organiser la vie de nos régions, de pays entiers » (Gottmann, 1966). L’étude du quartier des Halles à Paris révèle un aspect paradoxal de ce carrefour francilien : la présence continue de la marginalité, au fil des mutations du quartier tout au long des huit derniers siècles, et malgré les efforts répétés des autorités pour juguler ces déviances. Cette marginalité se traduit par la présence de clochards et de vagabonds, de voleurs ainsi que de prostituées. C’est un effet indirect de la situation de carrefour, qui se retrouve au cours du Moyen Âge et à l’époque moderne, avec la coexistence dans ce lieu du marché des Halles et du cimetière des Innocents ; puis de 1853 au début des années 1970 avec les pavillons des Halles de Baltard ; enfin, de nos jours, avec le Forum des Halles et l’interconnexion des RER.

Le lieu de passage obligé des morts à Paris

2Le quartier a très tôt été défini comme carrefour, avant même que ne soient construites les premières halles.

3Le marché royal des Champeaux a été fondé en 1137 à proximité du cimetière des Saints-Innocents, qui se trouvait alors à la périphérie de la ville. Il se pratiquait déjà un commerce sauvage dans le cimetière ; en fondant le marché, le roi prenait le contrôle du profit commercial (Lombard-Jourdan, 1985, p. 68). Le lieu bénéficiait d’une très bonne desserte vers les provinces du nord et les ports de la Manche. En outre, les rues Saint-Denis, Saint-Jacques de la Boucherie et Saint-Germain l’Auxerrois qui desservaient le marché furent les premières rues pavées de Paris, afin de soutenir un trafic important d’hommes et de charrois ; leur entretien était assuré par la ville, alors que le pavage des autres rues parisiennes relevait des habitants (Jezierski, 1997).

4C’est en 1183, sous le règne de Philippe Auguste, que furent édifiées les premières halles couvertes sur le marché royal des Champeaux. Pour bien séparer ce marché de la « foire cemeteriale », le roi a fait murer en 1186 la périphérie du cimetière des Innocents. Ce mur était percé de quelques portes toujours fermées la nuit, pour que les marchands soient à l’abri des larrons. Dans le même temps, la construction de la muraille autour de Paris plaçait le cimetière à l’intérieur de la ville.

▲ Les Halles dans le Paris médiéval.

5Cependant, le cimetière n’a pas pour autant perdu sa fonction commerciale. Au Moyen Âge comme au cours de l’époque moderne, il faisait l’objet d’une appropriation publique et populaire et il était à la fois un lieu de marché, de rassemblement et de débauche, malgré tous les efforts des autorités pour expulser les activités commerciales de l’enceinte sacrée. Le marché des Halles voisines débordait fréquemment sur les tombes du cimetière : les marchands étaient attirés par les franchises et immunités attachées au cimetière ; mendiants et voleurs s’y trouvaient également, bénéficiant dans l’enceinte du droit d’asile (Leproux, 1991). Les chroniqueurs de l’époque s’inquiétaient de l’insécurité qui y régnait (cf. Rigord, Gesta Philippi Augusti, cité par Leproux) : le cimetière pouvait perdre son caractère sacré en cas de pollution, à savoir effusion de sang, homicide ou accomplissement du péché de chair sur son sol.

6Il y avait d’autres cimetières dans Paris, mais celui des Saints-Innocents était le plus important, recueillant les corps de huit paroisses ainsi que les cadavres non réclamés trouvés partout dans Paris ou dans la Seine. Le mode normal d’inhumation était la fosse commune, mais quelques privilégiés obtinrent des fosses particulières (chapelles d’Orgemont, Villeroy, Pommereux). L’encombrement des fosses et l’impossibilité d’agrandir le cimetière imposèrent, dès le début du xvie siècle, de réutiliser les fosses anciennes. Les ossements qui en furent retirés constituent les charniers, entreposés dans les combles des galeries construites le long des quatre murs du cimetière. Cet entassement pêle-mêle d’os décharnés frappa les contemporains, et inspira notamment Villon, dans son Testament :

Quand je considere ces testes
Entassees en ces charniers
Tous furent maistres des requestes
Au moins de la Chambre aux deniers
Autant puis l’un que l’autre dire
Car d’évêques ou lanterniers
Je n’y connois rien à redire

7Rabelais, quant à lui, évoquant le cimetière parisien à plus de trois siècles de distance, décrit dans Pantagruel les « guenaulx de Saint Innocent qui se chauffaient le c... des ossements des morts ».

8Autre curiosité « artistique », la danse macabre peinte sur quinze arcades successives représentait trente fois la mort conversant avec des vivants. Devant cette fresque, le frère cordelier Richard attira des milliers d’auditeurs à qui il donnait en quelque sorte des cours de « morale ». Le cimetière accueillait également nombre d’écrivains publics, appréciés par les amants cherchant l’anonymat pour faire leur déclaration d’amour, mais aussi par les marchands et toutes personnes devant établir une correspondance officielle. Louis-Sébastien Mercier rapporte ainsi ironiquement, en 1780, que « les écrivains des Charniers sont ceux qui s’entretiennent le plus assidûment avec les ministres et les princes : on ne voit à la Cour que leurs écritures » (Mercier, 1994).

9La pratique du commerce n’était pas propre aux Saints-Innocents, et plusieurs synodes ont condamné, au xve siècle, l’exercice de tout commerce profane à l’intérieur des cimetières. Le seul commerce permis par le chapitre de Saint-Germain l’Auxerrois était, à partir du xvie siècle, celui d’images et de livres de dévotion, ce qui n’empêcha pas l’installation de nombreux autres commerces. « Merciers, lingers, fruitiers, vendeurs de biscuits et de macarons, pin d’espice d’amidon et de lyerre » sont priés de plier leur étalage, en 1629 et à nouveau en 1638, par affiche apposée dans le cimetière, sur ordre du prévôt – en vain (Baudouin-Matuszek, 1991). En 1670, face à l’impossibilité d’interdire ces négoces, le chapitre tenta d’en profiter en louant emplacements, boutiques et logis dans les galeries nouvellement construites (Métayer, 2000).

10De plus, mendiants, fripons et larrons y venaient fréquemment de la toute proche cour des Miracles, située entre les rues Montorgueil, Neuve-Saint-Sauveur et le couvent des Filles-Dieu.

11Les visages de la marginalité dans le quartier des Halles ne se limitent pas à la cour des Miracles et aux activités illicites présentes dans le cimetière des Innocents : ils s’étendent également à la prostitution, présente aux alentours de la rue Saint-Denis pendant toute la période. Selon la description des rues faite vers 1280 par le comte Guillot de Paris, la prostitution se rencontre notamment dans les rues adjacentes aux grandes voies de circulation que sont les rues Saint-Denis, Saint-Martin et Saint-Avoie. Les maisons de prostitution sont à l’écart, mais les clients potentiels viennent des tavernes situées sur les voies de passage (Guillot, cité par Virole, 1997). Dans son travail historique sur le Paris scandaleux, Sauval rapporte, en 1660, qu’au cours du xiiie siècle, le cimetière était également un lieu de prostitution :

Par toutes les rues on rencontrait un ou plusieurs lieux infâmes ; on souffrait impunément que les écoliers ravissent et violassent les honnêtes femmes et honnêtes filles et qu’elles se prostituassent dans le cimetière Saint-Innocent (Sauval, 1910).

▲ Extrait et cartouche du plan de Paris dit « Plan de Bâle », 1552/1559.
© Bibliothèque Historique de la Ville de Paris Cliché Martine Andréoli

▲ Plan Dheulland, 1756.
© Bibliothèque Historique de la Ville de Paris. Cliché Martine Andréoli.

12La description que Sauval fait de la prostitution au xviie siècle rend compte d’un grand nombre de quartiers concernés. Le quartier des Halles est entouré de rues « chaudes » : à l’est, les rues du Renard, Beaubourg, Simon-le-Franc, la rue Brisemiche qui donne sur le cloître de l’église Saint-Merry, et la rue Quincampoix « que le peuple appelle la rue des cocus ». Au nord, la rue Percée et la rue du Huleu qui donnent sur la rue Saint-Denis. À l’ouest, de nombreuses rues transversales à la rue Saint-Honoré.

13Le quartier demeure fortement marqué par la prostitution au cours de la seconde moitié du xviiie siècle. À partir du décompte des arrestations de prostituées par quartiers, en 1765, 1766 et 1770, Erica-Marie Bénabou dresse le panorama suivant de la prostitution parisienne : 50 % des arrestations ont été réalisées dans les quartiers entourant les Halles. Le quartier Saint-Denis arrive en tête (12 % des arrestations), suivi par celui du Louvre (11,5 %) et du Palais-Royal (9,3 %) ; les quartiers situés au sud sont également concernés : Saint-Jacques (7,9 %) et la Grève (7,6 %) (Bénabou, 1987).

14Il s’agit soit de maisons de débauche, soit d’une prostitution plus occasionnelle exercée par des femmes travaillant dans les métiers du linge ou des denrées alimentaires aux Halles, ainsi que de domestiques. Un des endroits les plus sordides est celui du lacis de ruelles entre les Halles et la Grève. Louis-Sébastien Mercier parle des « hideuses créatures du Port-au-Bled et de la rue Poirier, de la rue Planche-Mibray ». Les prostituées travaillent au-dessus des abattoirs : « Les victimes de la volupté grossière vont loger au-dessus des victimes qu’on égorge et qui va trouver ces monstres femelles ? Les garçons bouchers » (Mercier, 1994).

15Le quartier des Halles devait connaître un premier bouleversement avec le déménagement du cimetière. À force d’accueillir des cadavres, le sol était surélevé de plus de deux mètres. L’odeur des corps en décomposition, les dépôts d’ordures des immeubles voisins rendaient la proximité du cimetière de plus en plus perturbante pour les riverains. Après l’effondrement d’une cave ouverte sur une fosse commune en décembre 1780, la fermeture du cimetière et le déménagement des charniers furent décidés. Le 7 avril 1786 commence le transfert des ossements vers les carrières de la Tombe-Issoire (les Catacombes) par charrettes de nuit. Il dura quinze mois. Au début, l’office des morts était chanté le long du parcours, mais les riverains excédés obtinrent que la lugubre procession se tînt dans le silence.

16Le sol recouvert de chaux ne fut pas nettoyé en profondeur, au-delà de quelques pieds. La fontaine de Goujon fut déplacée vers le centre, avant d’être de nouveau transférée dans le square des Innocents en 1865, lors de la construction des bâtiments de Baltard. Et chaque réaménagement mit au jour quantité d’ossements.

Le marché des Halles devient les Halles centrales

17Le déménagement du cimetière des Innocents permit au marché de s’étendre, mais ne l’empêcha pas d’atteindre la saturation, à mesure que croissaient les faubourgs de Paris. Le marché était de plus en plus asphyxié, desservi par des voies trop étroites et entouré d’un tissu urbain très dense. Le IVe arrondissement de l’époque, qui comprenait les quartiers Saint-Honoré, des Halles, du Louvre et de la Bourse, avait une densité de 850 habitants par hectare, allant jusqu’à 1 000 hab/ha aux Halles (Carmona, 2000). La population résidant à proximité était peu aisée : la plupart des logements ne comportaient qu’une pièce pour une famille ; de nombreux garnis s’y trouvaient également, équivalant aux hôtels meublés d’aujourd’hui, et proposant à un prix élevé des chambres souvent insalubres. C’est dans ce quartier que les épidémies, comme celle de choléra en 1832, firent le plus grand nombre de victimes.

18Louis-Sébastien Mercier, en 1780, décrit le marché des Halles comme un lieu haut en couleurs, plein de tumulte et mal famé. Sous les piliers des Halles, « les mouchards attendent les escrocs, qui arrivent pour y vendre des mouchoirs, serviettes et autres effets volés » (Mercier, 1994). Maxime Du Camp décrit, en 1873, rétrospectivement « ces cabarets qui dès minuit s’ouvraient à toute la population vagabonde de la grande ville, aux chiffonniers, aux ivrognes, aux repris de justice, qui là sous toute sorte de dénomination, trouvaient de l’alcool à peine déguisé » (Maxime Du Camp, 1994).

19La construction des pavillons des Halles par Baltard, parallèlement aux travaux d’élargissement des rues par Haussmann, a considérablement amélioré le fonctionnement du marché. De nombreux projets avaient été présentés tout au long de la première moitié du siècle : certains, comme celui de Lanquetin en 1840, proposaient de transférer les Halles sur la rive gauche, quai de la Tournelle, pour remédier au déséquilibre entre rive droite et rive gauche (Lemoine, 1980). C’est finalement le projet de Baltard qui est retenu, en conservant le site et agrandissant les Halles depuis le square des Innocents jusqu’à la halle au blé. Pour cela, 330 maisons furent rasées. Les huit nouveaux pavillons présentent un aspect très moderne, avec une architecture de fer et de verre. En outre, Baltard indique, en 1863, que les fondations ont été creusées en profondeur pour que puisse y venir « un chemin de fer souterrain, destiné à mettre les Halles en communication avec les principales gares de Paris par la gare de Strasbourg et le chemin de fer de ceinture » (Baltard, 1994). Et il cite l’exemple de Londres pour indiquer que ce projet est faisable. Il faudra néanmoins attendre quelques décennies pour que le métro relie les Halles aux principales gares de Paris. Et ce sera un siècle plus tard, en 1977, paradoxalement au moment où le marché central aura quitté Paris, que le réseau de RER mettra les Halles en communication avec toute l’Île-de-France.

▲ Plan des Halles en 1825.

▲ Plan des Halles en 1869 : les pavillons se spécialisent par secteurs alimentaires.
© Bibliothèque Historique de la Ville de Paris.

20Pour faciliter l’arrivée des ruraux dans Paris, Haussmann fait élargir à vingt mètres la rue des Halles (vers le Pont-Change), la rue du Pont-Neuf (vers le Pont-Neuf) et, vers le nord, la rue Montmartre qui relie aux grands boulevards. En outre, l’intégration dans Paris des faubourgs de « banlieue » en 1859 fait doubler la superficie de la ville et passer sa population à 1,6 million d’habitants. Au-delà de la ligne de Thiers, les communes du département de la Seine sont encore essentiellement rurales. Élisée Reclus évoque, en 1885, les cultures intensives qui y sont développées : 1 400 hectares de jardins pour les fruits et légumes ; à Asnières, il mentionne les carottes et asperges cultivées « à l’air clos et chauffé ». Les maraîchers apportent chaque nuit leurs produits sur le pavé des Halles, provenant parfois même d’au-delà des faubourgs (il cite Argenteuil ou Pontoise comme exemple de ces ruraux lointains).

Pour satisfaire son énorme appétit, pour nourrir ses deux millions et demi d’habitants et les 500 000 Français et étrangers qui lui rendent visite, Paris doit importer ses denrées de toutes les régions de France et même du monde (Reclus, 1885).

21C’est une véritable armée d’agriculteurs qui arrivent vers deux heures du matin, pour être prêts à cinq heures. Ils alimentent le marché de gros, mais aussi de demi-gros et de détail.

22Les travaux autour des nouvelles Halles ont certes permis de raser plusieurs taudis et de rendre le marché plus efficace ; la condition de nombreux marchands n’en reste pas moins précaire. Maxime Du Camp décrit, en 1873, les marchands ambulants comme pauvres, vivant au jour le jour, logeant en garni. À leurs côtés se trouve également toute une population de vagabonds :

C’est là cependant, à côté des piles de chicorée et des monceaux de carottes, que les vagabonds, chassés de place en place, des bancs où ils s’étaient étendus, des coins de porte où ils s’étaient pelotonnés, viennent chercher un asile qui leur est rapidement disputé (Du Camp, 1994).

23Le quartier demeure également un haut lieu de la prostitution parisienne. En 1850, trente-neuf maisons closes se trouvaient dans le haut de la rue Saint-Denis, et dix-sept dans le quartier des Halles (Virole, 1997). En effet, avec le percement du boulevard de Sébastopol, la rue Saint-Denis perdit son rôle traditionnel d’axe passant et les nombreux bordels qui se trouvaient dans les rues adjacentes s’y implantèrent. La rue Quincampoix, qui avait été au début du xviiie siècle la rue la plus chic et la plus chère de Paris, est devenue une des rues les plus mal famées du cœur de la ville. Les maisons closes perdurèrent jusqu’en 1946, date de leur interdiction. Elles furent remplacées dans un premier temps par un proxénétisme hôtelier. Les hôtels de passe ne durèrent pas longtemps, en raison de lois très répressives aggravant les peines contre ce proxénétisme (ordonnances du 23 décembre 1948 et du 23 novembre 1960). Au nombre de quatre cents en I960, ils n’étaient plus que cent quatre-vingt en 1967 (Brigouleix, 1986).

24En dépit, ou peut-être en raison de cette marginalité, le quartier des Halles était également fréquenté par de nombreux nantis ; il était « dans le vent » d’aller manger vers deux heures du matin une soupe à l’oignon gratinée dans des restaurants célèbres. André Breton le mentionne dans L’Amour fou :

C’est aussi l’heure où des bandes de fêtards commencent à se répandre en ces lieux pour y finir la nuit dans quelque torchon renommé, jetant dans la cohue robuste et franche du travail la note noire, mousseuse et équivoque des tenues de soirée, des fourrures et des soies.

▲ Bas-relief de l’église Saint-Eustache.
Le dernier marché des Halles : 28 février 1969.
© Photographie Martine Andréoli.

25Le quartier des Halles révèle ici toute sa richesse et ses ambivalences : carrefour des principaux axes de circulation, principal lieu de transit des denrées et marchandises de la capitale, les plus riches y côtoient les plus démunis. Riche de ses ambiguïtés, ce lieu a été repris par de nombreux romanciers comme théâtre de leurs intrigues, comme Simenon dans Maigret et l’homme seul et La première enquête de Maigret.

Des Halles centrales au Forum des Halles

26Menacé d’asphyxie dans l’après-guerre, le marché dut être déplacé en dehors de Paris. La décision du transfert à Rungis revient à Michel Debré, Premier ministre, en janvier 1959. Les débats firent rage sur le devenir des pavillons de Baltard et la réaffectation du lieu.

27Il fut décidé très tôt que le plateau des Halles conserverait sa situation de carrefour francilien par la construction d’une plate-forme souterraine d’interconnexion du RER. L’idée cheminait depuis Baltard ; dès la fin des années 1920, il fut question de réaliser des lignes régionales par jonction des gares de cul de sac parisiennes (plan Joyaux, 1927). C’est surtout en 1965, avec l’adoption du Schéma d’aménagement et d’urbanisme de la région de Paris, que le principe du RER est défini, dans le contexte de la création des villes nouvelles et de l’engorgement des voitures dans Paris. La réalisation du RER Est-Ouest avait déjà été amorcée : pour desservir La Défense il est décidé, en 1960, de faire un tronçon Étoile-La Défense et de le relier à la ligne de Saint-Germain (il sera ouvert en 1969, puis prolongé jusqu’à Auber en 1971) ; la ligne de Boissy a été déviée de son terminus de la Bastille pour Nation en 1970. C’est enfin en 1977 que la jonction Auber-Nation sera achevée (ligne A) et que la ligne de Sceaux sera reliée aux Halles (ligne B).

28La réalisation des RER répond exclusivement à une logique régionale, à la fois de desserte des villes nouvelles et de désengorgement de Paris. Le croisement des lignes A et B aux Halles s’est vite imposé et n’a pas soulevé de débat : en premier lieu, trois lignes de métro existaient déjà au Châtelet, ce qui permettait aux voyageurs du RER de joindre facilement d’autres points de Paris ; en second lieu, si l’on considère les tronçons manquants à réaliser, à savoir Étoile-Nation et Luxembourg-Gare du Nord, leur intersection au plus court se trouve dans le quartier des Halles. Enfin, le projet de réaménagement des Halles était propice à la réalisation des travaux de la plate-forme d’interconnexion, qui ont pu être réalisés à ciel ouvert dans le Trou des Halles. Cette nouvelle infrastructure sera déterminante pour la physionomie du quartier en renforçant son rôle de croisée de communications, alors qu’en l’absence du marché il n’y avait pas de nécessité a priori de faire de ce lieu un carrefour.

29La première étape fut la création par le Conseil municipal de la Société civile d’études pour l’aménagement des Halles de Paris, en novembre 1963, présidée par Christian de la Malène. Ce dernier présentait rétrospectivement, en 1985, deux éléments qui sous-tendaient les débats :

L’opération des Halles est née d’une constatation et d’une opportunité. Une constatation : le cœur de Paris était – c’est au moins ce qu’on pensait alors – menacé de déclin, de « clochardisation ». Une opportunité : le choix de l’État de transférer les Halles de Paris à Rungis et aussi de réaliser là, en sous-sol, une très grande croisée de communication (Paris Projet, 1985).

30La crainte d’une paupérisation du quartier est partagée par de nombreux spécialistes. Sutcliffe, historien anglais de l’urbanisme parisien, édite alors un livre intitulé The Autumn of Paris, dont le dernier chapitre, « The approach of obsolescence », prédit le déclin économique du cœur de Paris. Dans un autre registre, le journaliste André Fermigier écrit un article nostalgique dans, Le Nouvel Observateur du 17 mai 1967, intitulé « La mort de Paris » :

La ville n’est pas seulement faite pour qu’on la traverse mais pour qu’on y vive ! [...] Ce n’est pas sans d’immenses regrets que nous verrons disparaître ce qui aura été un des plus beaux marchés du monde. [...] Le quartier de Halles est une sorte de cour des miracles, une grande réserve de liberté et d’anarchie parfois sordides mais, par rapport à Saint-Germain-des-Prés et à Montmartre, si artificiels et maquillés, le quartier le plus vrai de Paris, le plus riche humainement jusque dans « ses verrues et dans ses taches », un des seuls où l’histoire ne se soit jamais interrompue (Fermigier, 1991).

31Le marché des Halles fut transféré à Rungis en mars 1969 ; mais les débats sur l’avenir des Halles ont été prolongés jusqu’en 1979, entretenant durablement l’image du « Trou des Halles ». Cette longue période de flottement est concomitante au changement de statut du département de la Seine, à l’issue duquel Paris disposait d’un maire élu et n’était plus exclusivement liée à l’arbitrage du préfet. Le sort des Halles se joua in fine entre le maire de Paris, Jacques Chirac, élu en mars 1977 et le Président de la république, Valéry Giscard d’Estaing. Les associations de quartier sont actives et parfois polémiques : l’une d’elles, l’Union des Champeaux, créée dès 1964, parvient à faire annuler le permis de construire d’un des bâtiments projetés, le Centre français du commerce international.

32Le choix de détruire les pavillons de Baltard, et non de les réutiliser ou de les transférer ailleurs, fut pris assez tôt par le Conseil de Paris (juin 1966), en dépit des vives protestations dans l’opinion. Le débat sur la nature du futur équipement divisait également les différentes parties. Dans un premier temps le sort du plateau Baltard était lié à celui du plateau Beaubourg ; l’édification à l’est du plateau Baltard d’un énorme ministère des Finances, quadrilatéral et monté sur pilotis, fut évoquée ; d’autres projets enfin proposaient un centre d’affaires avec gratte-ciel. La délibération Capitant adoptée au Conseil de Paris en novembre 1968 trancha plusieurs de ces points : il n’y aura pas de ministère des Finances aux Halles ; la physionomie du quartier doit être conservée, dans un « rapport raisonnable entre la zone de rénovation et la zone de restauration » ; le sous-sol est utilisé dans un vaste forum souterrain proposant équipements commerciaux, culturels, sportifs et de loisirs ; une bibliothèque publique d’information sera créée sur le plateau Beaubourg ; enfin, les deux espaces des Halles et de Beaubourg seront reliés par une voie souterraine. Ce dernier point mis à part, la délibération préfigure parfaitement ce qu’est devenu le plateau des Halles. Une autre délibération, en juillet 1969, affirme qu’il n’y aura pas de grand centre d’affaires, et que l’objectif est de faire un lieu central diversifié de rencontre.

▲ Le marché d’intérêt national de Rungis. © SEMMARIS.

33Suite au transfert définitif du marché à Rungis, en 1969, le Conseil de Paris permet d’accueillir dans les pavillons des activités provisoires et des manifestations de toute nature. Les autorités craignaient, en effet, que le lieu soit désert et marginalisé. En outre, le contexte soixante-huitard était favorable à l’ouverture de tels espaces de liberté. Les pavillons furent le théâtre de fêtes foraines, expositions, brocante... Une exposition sur Picasso, dans le sous-sol, réunit 70 000 visiteurs.

34Les pavillons furent néanmoins détruits en août 1971, pendant les vacances des Parisiens... Commencent alors huit années d’excavations et de travaux dans le « Trou des Halles ». Ce très long délai est dû en grande partie aux tergiversations entourant la construction du Forum des Halles. L’arrivée du nouveau Président de la République, en 1974, a ainsi retardé les opérations, Valéry Giscard d’Estaing étant hostile au projet. Ce n’est qu’en août 1978 que l’État renonce à s’immiscer dans le projet des Halles, la Ville de Paris ayant réussi à imposer sa souveraineté. Valéry Giscard d’Estaing se rabattra sur la Cité des Sciences de la Villette. Au cours de cette période de flottement, qui dure tout au long des années 1970, l’opinion est frappée par l’image du trou physique des Halles. Le contraste est fort avec la vie bouillonnante qui caractérisait le marché. Dans sa chanson « Paris an 2000 » écrite, en 1972, Jean Ferrat traduit cette impression de perte :

Des cages s’ouvrent sur des cages
Il y a dans l’air comme un naufrage
Un cœur quelque part ne bat plus
Paris
Nous n’irons plus flâner aux Halles
Au petit jour à peine pâle [...]

35Le Forum des Halles fut inauguré en 1979 ; son aspect extérieur, avec ses « parapluies de verre et d’acier », fut achevé au début de l’année 1980. Le Forum était vanté par ses promoteurs comme la vitrine du commerce de luxe, avec au niveau moins un les boutiques des plus grands couturiers et parfumeurs, et des commerces de moins en moins haut de gamme dans les niveaux inférieurs. La revue de l’Atelier parisien d’urbanisme, Paris Projet, concluait en 1985 au succès global de l’opération. À cette date, il apparaissait, en effet, que de nombreux commerces de luxe s’étaient installés ; le tissu urbain avoisinant était nettement « amélioré » et il n’y avait plus de taudis. La composition sociologique des habitants du quartier s’était également modifiée : de 1968 à 1982, le nombre d’ouvriers et d’employés a baissé de moitié, tandis que le nombre de cadres supérieurs et de professions libérales a presque doublé. Plusieurs bémols pouvaient cependant déjà être apportés : de nombreux logements de grand standing n’ont pas trouvé preneur, en particulier dans le quartier de l’horloge ; en outre, les emplacements commerciaux du Forum changeaient souvent d’enseignes, au profit de commerces de moins en moins luxueux.

36Cette évolution s’est poursuivie dans ce sens au cours des quinze dernières années, au point que la situation est devenue critique. Le Forum et son voisinage comptent de moins en moins de commerces de prestige. Par exemple, le café Costes déménagea des abords des Halles en 1994, pour être remplacé par un magasin d’une chaîne de vêtements pour jeunes. Le Parisien lui avait consacré un article sous le titre : « Le dernier verre du café Costes – le quartier pue ». Il y a de plus en plus d’enseignes de magasins de vêtements bon marché, ainsi que des fast-foods et points de restauration rapide.

37Les commerces s’adaptent à la clientèle. Le réseau de RER fait de la station Châtelet-Les Halles un des lieux privilégiés d’arrivée dans Paris pour les banlieusards. Villeneuve-Saint-Georges, Saint-Denis, Nanterre et Sarcelles sont à moins de vingt minutes de la station. En 1998, trente-huit millions de personnes ont transité par la gare RER. En ce sens, le quartier des Halles joue toujours pleinement son rôle de carrefour à l’échelle de l’Île-de-France. Il est étonnant rétrospectivement, que les promoteurs du Forum n’aient pas perçu que leur objectif de prestige était incompatible avec la clientèle qui arriverait par le RER, c’est-à-dire les populations des périphéries franciliennes.

38Les gestionnaires du Forum se sont progressivement adaptés pour tenter de contrôler la présence de délinquants et de clochards. Dès 1984, les bancs sont supprimés à tous les niveaux pour empêcher que les marginaux ne s’installent. De plus, certains espaces du Forum sont fermés. Paris-Match parle en septembre 1985 des « Halles de la honte » à propos du carrefour de la drogue. À proximité de la FNAC, les marches sont arrosées régulièrement pour éviter que des personnes ne s’assoient. Enfin, plus de cinquante caméras ont été installées à tous les niveaux, directement reliées au commissariat.

39Autre évolution du Forum, les petites surfaces commerciales laissent progressivement la place aux moyennes surfaces (Darty, Go Sport, Habitat, La Redoute...). Lors de la création du Forum, l’ouverture de la FNAC avait été critiquée car ce magasin, par sa grande taille, était contraire à l’esprit du Forum... C’est pourtant ce type de commerce qui marche le mieux dans ce lieu, et de nombreuses voies publiques du Forum ont été déclassées pour que les grandes surfaces puissent s’implanter. En outre, les locaux réservés aux associations ont été petit à petit supprimés. La fréquentation du Forum est très importante : 60 000 personnes y viennent chaque jour, jusqu’à 200 000 lors des fêtes de fin d’année. Les riverains se plaignent de l’insécurité et des dégradations que leurs immeubles subissent quotidiennement.

40Le Collectif Quartier des Halles s’est fait leur porte-parole, et a mis en ligne en 1999, sur le site http://members.tripod.com/​paris1er, une liste de leurs doléances, comprenant les agressions que subissent commerçants et habitants, les trafics de stupéfiants, la présence de sectes (église de Scientologie), de sex-shops et enfin l’insalubrité, notamment l’urine sur les portes cochères. Ils rappellent enfin que la délinquance est neuf fois plus importante aux Halles que dans l’ensemble de Paris et qu’elle a augmenté de 37 % au cours des neuf premiers mois de 1998... Les chiffres plus récents n’ont pas été divulgués par la Préfecture.

41Annie Romillat, travailleuse sociale dans le Forum depuis sa création, estime à 500 personnes le nombre de « zoneurs » réguliers dans le Forum (Romillat, 2000). C’est une population jeune, entre quinze et vingt-cinq ans pour la plupart, en état d’oisiveté et d’errance permanentes. Pour expliquer l’attractivité que le Forum des Halles exerce sur cette population, Annie Romillat présente plusieurs facteurs : c’est d’abord un lieu facile d’accès, par le RER ; c’est aussi un lieu vivant où il y a de l’ambiance, de l’animation ; ils peuvent se retrouver entre eux, notamment au quatrième sous-sol ; enfin le Forum représente une scène gigantesque, vitrine de la ville et de la société de consommation où ils viennent exprimer leur malaise. Par sa centralité, le quartier des Halles est vite redevenu un point de référence pour les marginaux de tout crin.

42Les forces de police quadrillent régulièrement les lieux pour évacuer cette population et faire la chasse aux dealers. Cette situation provoque départs et retours en force de ces populations. L’action des pouvoirs publics s’est néanmoins radicalisée au cours des années 1999 et 2000 : les sanisettes, souvent repères des toxicomanes, ont été supprimées ; et surtout en janvier 1999, un arrêté préfectoral interdit la consommation d’alcool en groupe sur le domaine public dans les quatre premiers arrondissements. Plusieurs associations dénoncent le harcèlement continu que subissent les SDF, délogés de partout par les policiers, subissant jusqu’à vingt contrôles d’identité par jour (Politis, 2001).

43La prostitution a également changé de visage dans le quartier. Au proxénétisme hôtelier qui disparaît progressivement au cours des années I960, succède le proxénétisme immobilier (Brigouleix, 1986) : des immeubles entiers sont convertis en studios de prostitution, tant rue Saint-Denis que rue Blondel, rue de la Grande Truanderie, rue Saint-Sauveur et rue de la Courroierie. Le quartier connut plusieurs rebondissements au cours des trois dernières décennies. De 1975 à 1980, le bas de la rue Saint-Denis est transformé en voie piétonne et les prostituées en sont chassées ; il s’ensuit l’implantation de magasins pornographiques, sex-shops et peep-shows. Peu de temps après, en 1982, un important réseau de prostitution est démantelé à Pigalle et un grand nombre de femmes émigrent vers la rue Saint-Denis. Elles en seront vite de nouveau chassées. Ainsi, le nombre de prostituées, rue Saint-Denis, passe de 1 800 en 1986 à environ 300 en 1997 (Virole, 1997).

44Il demeure que, depuis le Moyen Âge, aucune réglementation n’est parvenue à éradiquer le phénomène ; au mieux, les lieux de la prostitution ont été déplacés, souvent pour reprendre par la suite la même place. En outre, la très forte baisse du nombre de prostituées a été compensée par l’installation de magasins à caractère pornographique, comme si le quartier ne pouvait se débarrasser de son image.

45Enfin, malgré la présence endémique de la marginalité sous toutes ses formes, le quartier des Halles reste un quartier parisien « branché » : le jazz se joue sous toutes ses formes dans les clubs de la rue des Lombards (le Sunset, le Duc des Lombards, le Diable des Lombards, etc.) au sud du Forum, les boutiques spécialisées dans le kitsch et le vêtement ancien garanti d’origine fleurissent un peu plus au nord, rue Tiquetonne. C’est boulevard de Sébastopol qu’a ouvert en janvier 2001 le plus grand cybercafé parisien, Easyeverything, ouvert vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept. Avec 375 ordinateurs, il accueille 4 000 internautes chaque jour.

46Les différents réaménagements n’ont pas réussi à faire du quartier un lieu sûr. La pauvreté, la marginalité sous toutes ses formes refont toujours surface, des larrons et tire-laine aux dealers et SDF, des maisons de tolérance aux sex-shops. Il existe un lien direct entre la situation de carrefour à l’échelle régionale et la persistance de la marginalité : les clochards et SDF vont mendier là où il y a beaucoup de passage. Ce lieu est également un non-lieu au sens que lui a donné Marc Augé ; vaste espace public où tout n’est que circulation et fluidité, les marginaux y trouvent, à l’écart des flux (comme dans les galeries de service le long des voies routières souterraines passant sous le Forum) des recoins où déposer leurs cartons. Enfin, c’est également une « scène symbolique » au sens des sociologues, un lieu privilégié où convergent des jeunes venant des banlieues pour défier une société dont ils se sentent souvent exclus, précisément là où elle se manifeste dans son abondance. Cependant, depuis les dernières années une nouvelle tendance échappe à ce lieu : aujourd’hui les raveurs parisiens privilégient des lieux excentrés, inédits, originaux (tunnels, friches, carrières...). Les lieux de fête ne sont plus choisis pour leur accessibilité. La techno fuit le centre pour les interstices de l’urbanisation périurbaine. Cette tendance met donc fin à un ancrage séculaire des mouvements underground parisiens. Se confirmerait alors la perception de Mano Negra qui chante « Paris la nuit, c’est fini, Paris va crever d’ennui !... »

Bibliographie

Bibliographie

« L’assainissement du centre de Paris », Politis, 1er mars 2001.

V. Baltard, « Monographie des Halles centrales de Paris », in P. De Moncan, Baltard, les Halles de Paris, Paris, Éd. de l’Observatoire, 1994.

M.-N. Baudouin-Matuszek, « Le cimetière à l’époque moderne », in M. Fleury, G.-M. Leproux, Les Saints-Innocents, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1991.

E.-M. Bénabou, La Prostitution et la police des mœurs au xviiie siècle, Paris, Librairie académique Perrin, 1987.

J.-M. Brigouleix, Rue Saint-Denis, rites, personnages et secrets du quartier le plus chaud de Paris, Paris, Carrère, 1986.

M. Carmona, Haussmann, Paris, Fayard, 2000.

G. Chemla, Les Ventres de Paris : les Halles, la Villette, Rungis, Grenoble, Glénat, 1994.

M. Du Camp, « Paris, ses organes, ses fonctions et sa vie dans la seconde moitié du xixe siècle », in P. De Moncan, Baltard, les Halles de Paris, Paris, Éd. de l’Observatoire, 1994.

A. Fermigier, La Bataille de Paris. Des Halles à la Pyramide, chroniques d’urbanisme, Paris, Gallimard, 1991.

J. Gottmann, « De la méthode d’analyse en géographie humaine », Annales de géographie, 301, 1947, p. 1-12.

J. Gottmann, Essais sur l’aménagement de l’espace habité, Paris, Mouton, 1966.

J. Hlllaret, Les 200 cimetières du vieux Paris, Paris, Éd. de Minuit, 1958.

J. Jezierski, « Un quartier marchand, passant et judiciaire », in B. De Andia, M. Le Noël, J. Jezierski, Du Châtelet à Beaubourg, 15 siècles d’histoire, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1997.

B. Lemoine, Les Halles de Paris, Paris, L’Équerre, 1980.

G.-M. Leproux, « Le cimetière médiéval », in M. Fleury, G.-M. Leproux, Les Saints-Innocents, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1991.

« Les Halles, achèvement d’un projet », Paris Projet, n° 25-26, 1985.

A. Lombard-Jourdan, Aux origines de Paris. La genèse de la rive droite jusqu’en 1223, Paris, CNRS, 1985.

F. Mallet, « Le quartier des Halles de Paris, Etude d’un héritage millénaire », Annales de géographie, n° 413,1967, p. 1-28.

L.S. Mercier, Tableau de Paris, 1.1, Paris, Mercure de France, 1994.

Ch. Métayer, Au tombeau des secrets : les écrivains publics du Paris populaire, Cimetière des Saints Innocents xviie-xviii e siècle, Paris, Albin Michel, 2000.

Ch. Michel, Les Halles : la renaissance d’un quartier, 1966-1988, Paris, Masson, 1988.

E. Reclus, Nouvelle Géographie Universelle, Paris, Hachette, 1885.

A. Romillat, Zoneurs des Halles, Changer de regard sur la marginalité, Barret-le-Bas, Yves Michel Éd., 2000.

B. Rouleau, Villages et faubourgs de l’ancien Paris, Paris, Le Seuil, 1985.

H. Sauval, La chronique scandaleuse de Paris : chronique des mauvais lieux, Paris, Daragon, 1910.

A. Virole, « La prostitution : image historique de la rue Saint-Denis », in B. De Andia, M. Le Noël, J. Jezierski, Du Châtelet à Beaubourg, 15 siècles d’histoire, Paris, Action artistique de la Ville de Paris, 1997.

Annexes

M. Perreymond, « Assainissement de Paris », Revue de l’architecture et des travaux publics, année 1842 – repris dans les Annales d’Hygiène publique et de Médecine Légale, t. 33, janv. 1845, p. 194-201 (extraits).

[...] Régénérer le vieux Paris central, faire participer à la vie parisienne tous les quartiers de la capitale, en arrêtant les déplacements successifs du centre d’activité de Paris ; ouvrir de larges voies de circulation proportionnelles au grand mouvement que les chemins de fer apporteront dans Paris ; créer un centre principal d’affaires et de plaisir autour duquel Paris pourra se dilater de proche en proche suivant une loi régulière ; allier l’économie à la magnificence dans l’exécution de cette entreprise gigantesque : voilà le problème à résoudre. [...] Nous vouons à la hache et à la destruction les 760 maisons qui forment la Cité et l’île Saint-Louis, en ne conservant que la Sainte-Chapelle, Notre-Dame et quelques morceaux épars çà et là. Nous comblons le bras de la Seine qui longe ces deux îles au sud (rive gauche). Nous rejetons vis-à-vis de l’Arsenal la Seine sur le quai Morland et nous l’encaissons dans un seul lit. La rive gauche et les deux îles forment ainsi un seul tout ; les ponts et les épaulements des quais, compris entre le pont d’Austerlitz et le pont des Arts, disparaissent et sont remplacés par un terre-plein. Les ponts de l’autre rive, compris entre le même espace, sont remplacés par cinq larges ponts à charrois, permettant un libre et facile accès aux bateaux et aux voitures, condition que sont loin de remplir les ponts existants.

La belle superficie de terrain libre et net ainsi obtenue au centre de Paris, nous la divisons en deux parties : du Pont-Neuf au chevet de NotreDame ; du chevet de Notre-Dame à l’extrémité est de l’ancienne île Louviers. Nous appelons la première partie, la Nouvelle Lutèce ; la seconde le Bazar National. Nous construisons sur le terrain de la Nouvelle Lutèce, à partir du Pont-Neuf, sur la place Dauphine, le grand hôtel des postes et des passeports, plus loin l’Opéra, la Bibliothèque royale, le Théâtre-Français, etc. ; du côté de Notre-Dame, le Palais de justice et l’Archevêché, en un mot les différents établissements d’utilité publique, pour lequel l’État et la Ville cherchent aujourd’hui des emplacements ; ces établissements seraient reliés entre eux par des hôtels à loger, et par une large galerie vitrée, qui irait du Pont-Neuf au Jardin des plantes. Sur les terrains du Bazar National, nous élevons des entrepôts de commerce qui seront ainsi à une très courte distance des gros quartiers marchands, condition première et indispensable de prospérité et d’utilité pour ces établissements : nous transférons les grandes halles à l’extrémité ouest de l’île Saint-Louis (pont Louis-Philippe). Ainsi voilà deux foyers d’activité, de plaisir et d’affaires qui remplacent les ignobles et infectes rues de cette partie du Paris central en faisant naître la vie et le mouvement dans les quartiers limitrophes. Le quartier des Arcis, vis-à-vis de l’Hôtel de ville, verra s’élever le Palais préfectoral et la justice criminelle ; le quartier des Halles sera délivré du cloaque qu’il renferme ; en un mot, de proche en proche, de Saint-Sulpice à Saint-Eustache, de l’Imprimerie royale au Panthéon, tout le vieux Paris sera renouvelé en vertu de l’action puissante, énergique et régénératrice du nouveau quartier central [...].

▲ Planche du peintre T.G.H. Hoffbauer restituant le cimetière des Innocents en 1550.
© Photothèque des musées de la ville de Paris. Cliché Andreani.

Table des illustrations

Légende ▲ Les Halles dans le Paris médiéval.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4472/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Légende ▲ Extrait et cartouche du plan de Paris dit « Plan de Bâle », 1552/1559.© Bibliothèque Historique de la Ville de Paris Cliché Martine Andréoli
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4472/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,3M
Légende ▲ Plan Dheulland, 1756.© Bibliothèque Historique de la Ville de Paris. Cliché Martine Andréoli.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4472/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Légende ▲ Plan des Halles en 1825.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4472/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Légende ▲ Plan des Halles en 1869 : les pavillons se spécialisent par secteurs alimentaires.© Bibliothèque Historique de la Ville de Paris.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4472/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Légende ▲ Bas-relief de l’église Saint-Eustache.Le dernier marché des Halles : 28 février 1969.© Photographie Martine Andréoli.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4472/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4472/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 664k
Légende ▲ Le marché d’intérêt national de Rungis. © SEMMARIS.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4472/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/4472/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540