Version classiqueVersion mobile

Double détente

 | 
Thomas Gomart

Acteurs et vecteurs

Chapitre V. Une relation au grand jour : les expositions de 1961

Texte intégral

  • 1 C. Canetti, Interprète à Moscou, Paris, Albin Michel, 1962, p. 153.

1Les oreilles de Pablo Picasso ont dû siffler lorsque Nikita Khrouchtchev a éreinté La Femme couchée sous un pin, au cours de sa visite de l’exposition française. « C’est cela que vous appelez l’Art »1, lance-t-il aux organisateurs. Pourfendeur de l’abstraction en bon garant du réalisme socialiste, le premier secrétaire réserve ses compliments aux présentations techniques. Cette pique, moins anodine qu’il n’y paraît, traduit une conception des rapports culturels pour lesquels Moscou privilégie les échanges scientifiques et techniques au détriment des échanges artistiques. Les expositions française et soviétique, qui se tiennent respectivement au parc Sokolniki et à la porte de Versailles, s’inscrivent dans l’intensification des échanges, préconisée par les deux gouvernements. Elles marquent un temps fort de la relation bilatérale en raison de la forte mobilisation administrative, mais aussi populaire, qu’elles occasionnent.

  • 2 M. Winock, Le temps de la guerrefroide, Du rideau de fer à l’effondrement du communisme, Paris, Seu (...)
  • 3 L. Emirian, « L’exposition universelle et internationale de Bruxelles 1958, La France confrontée à  (...)
  • 4 À titre de comparaison, voir M. Kushner, « Exhibiting Art at the American National Exhibition in Mo (...)

2Ces expositions se déroulent en août et septembre 1961 et occupent donc une position médiane dans la période 1958-1964. Elles interviennent après une série d’expositions qui alimentent la « bataille d’images »2 à laquelle se livrent les deux blocs depuis le début de la guerre froide. L’exposition de Bruxelles (avril-octobre 1958), première exposition universelle de l’après-guerre donna lieu à une guerre des pavillons dans un cadre multilatéral3. Le pavillon français fut le plus visité après celui des deux grands (25 millions de visiteurs en six mois). Signe d’ouverture, Moscou accueillit une série d’expositions étrangères à partir de 1959 : Nikita Khrouchtchev inaugura l’exposition britannique (1,2 million de visiteurs) et s’entretint avec Richard Nixon dans une cuisine équipée lors de l’exposition américaine (2,5 millions de visiteurs). L’impact médiatique de cet échange mit en évidence le caractère sensible des expositions4. Ces deux manifestations de première importance furent suivies par les expositions polonaise (1959), finlandaise (1960), yougoslave (1960) et tchécoslovaque (1960). Les autorités soviétiques organisèrent, quant à elles, une exposition à Londres en juillet 1961 (500 000 visiteurs), qui par son contenu annonçait celle de Paris. Dernier élément de contexte déterminant : l’exposition française fut inaugurée le 15 août 1961 (deux jours après le début de la construction du mur de Berlin) dans un climat d’extrême tension internationale.

3Dans ces conditions, les expositions peuvent faire l’objet de trois séries de questions. La première porte sur les phases préparatoires et d’exécution de ce projet bilatéral. Résultat d’un long processus de négociations, il aboutit à une mise en scène de la relation bilatérale. Les pierres d’achoppement qui apparaissent au cours des discussions traduisent probablement deux conceptions opposées des échanges. De même, le déroulement des deux manifestations révèlent les pressions politiques auxquelles leurs organisateurs sont soumis.

  • 5 F. Roche et B. Pigniau, Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, Paris, La Documenta (...)
  • 6 L. Dollot, Les relations culturelles internationales, Paris, PUF, 1964, p. 87-88 (QSJ ? n° 1142).

4La seconde série de questions porte sur le combat d’images des deux parties. Quelles sont leurs stratégies respectives ? À première vue, l’exposition de Moscou s’inscrit dans l’effort de rayonnement culturel des autorités françaises et bénéficierait, à ce titre, de la relance des moyens accordés à la politique culturelle extérieure5. À la lecture des archives, il faut se demander si elle n’est pas plutôt le fruit d’une coopération originale de différents ministères et services de l’État dans l’objectif de promouvoir une image globale du pays. Côté soviétique, le « défi économique » est indissociable du « défi culturel » dans la compétition avec l’Occident6. Cependant, les autorités soviétiques n’insistent-elles pas sur le premier au détriment du second dans la conception de leur exposition de Paris, au risque peut-être de manquer leur cible ?

5La troisième série de questions porte sur l’exploitation des expositions. L’indéniable succès de l’exposition française contraste avec l’échec relatif de l’exposition soviétique. Les autorités des deux pays n’accordent pas la même importance à ces manifestations. Le gouvernement français trouve l’occasion de délivrer un message offensif en terre russe, seize mois après le voyage de Nikita Khrouchtchev en France. La minutie de sa préparation s’explique très certainement par la volonté de rééquilibrer, autant que faire se peut, la relation bilatérale. Cette piste mérite d’être explorée dans la mesure où les Soviétiques, on l’a vu, utilisent, directement ou indirectement, des acteurs intermédiaires aussi insérés qu’actifs dans la société française. L’exposition donne pour la première fois au gouvernement français l’opportunité d’entrer directement en contact avec la population russe. Parallèlement, il faut se demander si les expositions ne donnent pas lieu à une exploitation immédiate de la part des autorités soviétiques. En termes de réalisme politique, peut-on y voir une victoire de Khrouchtchev ?

Négocier et organiser

6Des expositions de cette envergure (44000 m2 pour l’exposition à Moscou) supposent de longues tractations. Celles-ci se déroulent dans le climat de refroidissement des relations franco-soviétiques, qui s’est installé au lendemain de la conférence au sommet de mai 1960. Plusieurs acteurs institutionnels interviennent dans la préparation. Pour la conduire, les autorités françaises mettent en place un dispositif original.

Un projet bilatéral complexe

  • 7 Entretien avec Robert Bordaz, 9 janvier 1996.

7À l’origine, l’idée d’une exposition française en Union soviétique émane, fin 1958, de la direction des Relations économiques extérieures (DREE) du ministère des Finances qui, par l’intermédiaire du comité permanent des Foires et Manifestations économiques à l’étranger, envisage d’organiser une exposition industrielle classique. En vertu du « principe de réciprocité », la chambre de commerce de l’URSS décide de préparer une exposition industrielle à Paris. En août 1959, le Quai d’Orsay, conscient de traiter « une affaire hautement politique »7, donne son aval. Une délégation du Comité des Foires engage les négociations, mais ne parvient pas, compte tenu des exigences gouvernementales, à assurer toutes les étapes de la préparation. En effet, le gouvernement ne souhaite pas donner à l’exposition un caractère uniquement commercial, mais entend réaliser une exposition généraliste dans laquelle tous les aspects de la société française puissent être évoqués. Le secteur culturel doit constituer un des piliers de l’exposition. Puisque le comité des Foires ne dispose pas du savoir-faire et des équipes pour répondre à un tel cahier des charges, une structure originale – le commissariat général – est créée. Robert Bordaz en prend la tête.

  • 8 R. Bordaz, La nouvelle économie soviétique 1953-1960, Paris, Grasset, 1959.
  • 9 R. Bordaz, Pour donner à voir, Paris, Éditions cercle d’art, 1987, p. 146-147.

8Sa nomination intervient quelques semaines avant le voyage de Nikita Khrouchtchev en France. Conseiller d’État et ancien conseiller économique près l’ambassade de France à Moscou (1956-1958), âgé de 53 ans en 1961, Robert Bordaz est un homme d’expérience, qui a déjà exercé d’importantes responsabilités. En 1954, il avait été envoyé comme commissaire général adjoint de France en Indochine. Robert Bordaz secondait alors Maurice Dejean, avec lequel il était resté très lié, qu’il retrouva à Moscou deux ans plus tard. À son retour d’Union soviétique, Robert Bordaz est reçu à plusieurs reprises par le général de Gaulle qui l’interroge sur les conséquences des échanges économiques entre la France et l’Union soviétique. L’ancien conseiller économique, auteur d’un livre sur l’Union soviétique8, est convaincu que toute forme de rapprochement présente plus de dangers pour les Soviétiques que pour les Français. Le chef de l’État comprend la nécessité de combiner échanges culturels et échanges économiques pour éventuellement ébranler les convictions soviétiques9. Dans l’esprit du général de Gaulle, un découplage des échanges risquerait d’être contre-productif. Quelques jours après l’échec de la conférence au sommet, Robert Bordaz et M. Nesterov, président du Présidium de la Chambre de commerce de l’URSS, signent le contrat relatif à l’exposition française.

  • 10 Ibid.
  • 11 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murvill (...)
  • 12 Ibid., note du service d’Europe orientale, 8 juillet 1961.

9Pour le gouvernement français, l’organisation d’une exposition favorise une implantation sur le marché soviétique. Les autorités soviétiques sont très conscientes de l’impact de ces expositions sur leur population et l’utilisent à des fins internes comme « un encouragement au travail et un moyen de montrer à un peuple lassé des restrictions ce que lui apportera l’essor économique actuel »10. Les expositions étrangères doivent, selon lui, stimuler les Soviétiques dans leur effort de développement. Aucune réciprocité des contenus n’est prévue entre les deux parties. Francis Grangette, directeur de cabinet de Robert Bordaz, se souvient des obligations contractuelles des deux parties. Les diplomates français se plaignent ainsi d’une rétention d’informations de la part de leurs homologues soviétiques. Maurice Dejean constate et regrette le mystère entretenu par Moscou11. Pour le service d’Europe orientale, l’attitude soviétique est contraire aux engagements pris par les deux parties12.

  • 13 Entretien avec Jean Noiville, 13 février 1996.
  • 14 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, note du service d’Europe orientale, 31 juillet 1961. (...)

10Pour percer les projets soviétiques, les diplomates français analysent en détail l’exposition soviétique, qui se tient en juillet 1961 à Londres sur 25 000 m2 et qui doit pour l’essentiel être reprise à Paris. Le service d’Europe orientale dépêche sur place Jean Noiville « pour voir ce que les Soviétiques allaient exposer à la porte de Versailles »13. L’exposition laisse une impression de solidité, mais ne brille ni par sa présentation ni par son caractère didactique. Les parties les plus faibles sont la section des biens de consommation et la section culturelle. Toutefois, l’image d’une grande puissance économique se dégage ; elle est renforcée par une profusion de documents, notamment statistiques, tirés à un très grand nombre d’exemplaires et mis à la disposition du public. Un manque de vitalité se ressent en raison de l’attitude passive des guides-interprètes qui se contentent de distribuer la documentation aux visiteurs sans chercher à leur apporter d’informations complémentaires. Cela étant, l’exposition connaît un « honnête succès »14 en raison de l’importance des frais publicitaires engagés.

  • 15 R. Rougeron, « Une des merveilles de l’optique soviétique présentées à la porte de Versailles le 4  (...)

11Jusqu’au dernier moment, les diplomates français et les membres du commissariat général restent dans l’expectative, ne sachant pas vraiment ce que les Soviétiques comptent présenter porte de Versailles. Un mois avant l’inauguration (le 4 septembre 1961), L’Humanité lance une campagne de promotion de l’exposition en décrivant, jour après jour, les réalisations techniques qui seront présentées par les Soviétiques15. L’accent est effectivement placé sur le potentiel scientifique de l’Union soviétique.

Le commissariat général de l’exposition

  • 16 Archives de la FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 BA 49, mandat du commissaire général de l’expositi (...)

12Le mandat signé par Maurice Couve de Murville et Wilfried Baumgartner donne au commissaire général une large autonomie. À charge pour lui de mener les négociations avec les Soviétiques, de préparer l’exposition sous tous ses aspects, de gérer le budget alloué à l’opération, de recruter le personnel nécessaire et de préparer l’exposition soviétique à Paris. Trois comités consultatifs assistent le commissariat général. Un comité interministériel, composé de trois hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères et trois hauts fonctionnaires du ministère des Finances et Affaires économiques, se réunit régulièrement. Le commissaire général l’informe de l’état d’avancement des négociations et « lui soumet pour avis celles des décisions intéressant les principaux aspects de l’exposition ou qui peuvent impliquer la responsabilité politique ou financière du gouvernement »16. Les deux autres comités consultatifs – le conseil culturel et le conseil des exposants – interviennent sous forme d’avis techniques. Le commissariat général utilise le comité permanent des Foires comme personne morale pour toutes les opérations juridiques et financières relatives à l’exposition. Il est constitué en association loi 1901.

13Robert Bordaz réunit autour de lui une équipe d’une dizaine de hauts fonctionnaires et techniciens. L’organigramme est relativement simple. Deux commissaires généraux adjoints le secondent : René Guillot se charge du secteur industriel et commercial ainsi que de l’information générale, alors que Georges-Henri Rivière, assisté de Gabrielle Froment-Meurice, supervise le secteur culturel et artistique. Les trois comités consultatifs peuvent directement intervenir auprès des responsables de ces deux grands secteurs. Le service de presse et les services techniques, dirigés par l’architecte en chef Maurice Gauthier, ainsi qu’une section d’informations générales, une section culturelle et une section industrielle, sans oublier les experts vérificateurs, sont directement reliés au commissaire général. Ce dernier choisit Francis Grangette, ancien conseiller commercial à Hambourg, comme directeur de cabinet, et Jean Noiville, ancien secrétaire d’ambassade à Moscou, comme conseiller technique. Jean Noiville s’occupe en particulier du recrutement et de la formation des interprètes (aux compétences linguistiques requises doivent s’ajouter des connaissances sur l’économie française permettant de faire face à tous les types de questions), ainsi que de la rédaction de la brochure « Comment la France travaille ». René Noiret, conseiller financier du comité permanent des Foires, apporte également son expertise. Francis Grangette se consacre surtout à l’exposition soviétique de Paris tout en assurant le secrétariat général. Sa mission consiste à régler tous les problèmes techniques ou logistiques.

  • 17 Entretien avec René Guillot, 16 janvier 1996.
  • 18 MEF, Fonds Trésor, carton B 44 153, note de Michel Poniatowski, directeur de cabinet du secrétaire (...)

14Grâce à son statut associatif et à son équipe ramassée, le commissariat général offre « une structure souple, qui prolonge les services ministériels mais n’est pas soumise à un contrôle préalable des dépenses engagées »17. Au départ, les crédits alloués au commissariat correspondent à une enveloppe pour une exposition industrielle traditionnelle. En général, les exposants couvrent entre 40 à 60 % des frais d’organisation. Dans le cas de l’exposition de Moscou, des dépenses supplémentaires sont à prévoir en raison de l’importance des volets culturel et scientifique. Après d’âpres négociations avec Valéry Giscard d’Estaing, secrétaire d’État aux Finances, et arbitrage du Premier ministre, le commissariat obtient une subvention exceptionnelle18.

  • 19 Entretien avec Robert Bordaz, 14 avril 1995.

15À Moscou, les services de l’ambassade se mobilisent sous la direction de Maurice Dejean qui suit personnellement l’avancée des préparatifs. Marcel Girard participe à l’élaboration du pavillon culturel, Emmanuel de Margerie rédige les notices d’informations générales alors que Jean-Claude Debray s’occupe des informations économiques. Le Centre national du commerce extérieur (CNCE) apporte également sa contribution en assurant la formation des interprètes, recrutés pour la plupart à l’École nationale des langues orientales. Sous la houlette de Robert Bordaz, commissaire général enthousiaste, qui joue habilement de son entregent, l’équipe du commissariat réunit des hommes et des femmes venant de divers horizons : des spécialistes des expositions à l’étranger, des administrateurs, des diplomates, mais aussi des hommes plus atypiques comme Georges-Henri Rivière, conservateur en chef du musée de l’Homme et futur concepteur du musée des Arts et Traditions populaires. Georges-Henri Rivière défend une nouvelle muséologie destinée à modifier les rapports entre objets exposés et public. Il trouve à Moscou un terrain pour expérimenter ses théories. Robert Bordaz accorde la plus vive attention à la dimension culturelle. Pour lui, le premier objectif de l’exposition est simple : « Épater les Russes »19. Le second est beaucoup plus ambitieux : déverrouiller la société russe en y diffusant des idées nouvelles :

  • 20 Entretien avec Robert Bordaz, 9 janvier 1996.

« Plus nous avions de contacts avec la population, plus nous embêtions les autorités. Il fallait montrer aux Soviétiques que nous étions plus heureux qu’eux »20.

  • 21 Entretien avec Jean Noiville, 13 février 1996.

16Jean Noiville présente, quant à lui, l’exposition comme une vaste opération de communication destinée à diffuser « l’image d’un pays moderne, à donner une contre-image de celle véhiculée habituellement par la Pravda »21. Le parcours de l’exposition doit conduire le visiteur à constater les différences de niveaux de vie entre les deux pays. Du côté français, on assiste à un enthousiasme des grands industriels qui veulent tous être présents à Moscou. La curiosité l’emporte alors sur la méfiance.

Les pierres d’achoppement

  • 22 P. Courtade, « Les relations franco-soviétiques un an après le voyage de Khrouchtchev », L’Humanité(...)

17Début février 1961, Robert Bordaz tient une conférence de presse au cours de laquelle il décrit les différents pavillons de l’exposition. Le mois suivant, les négociations s’intensifient mais achoppent sur les contenus. Un an après le voyage de Nikita Khrouchtchev et cinq mois avant la première inauguration, elles entrent dans un phase délicate. Dans deux articles de L’Humanité, Pierre Courtade dresse le bilan de la relation bilatérale depuis un an et critique sévèrement le gouvernement français, notamment pour son attitude rigide à l’égard des relations économiques et culturelles22.

18Cette attaque de Pierre Courtade intervient au moment où Robert Bordaz s’efforce de faire accepter les contenus de l’exposition aux Soviétiques. Le correspondant de L’Humanité estime que les autorités françaises entravent les relations culturelles. Pour lui, l’objectif consiste à présenter à ses lecteurs l’image d’un régime soviétique ouvert sur l’extérieur et celle d’un régime français frileux. Cet article de bilan vise également à remobiliser les lecteurs de L’Humanité en vue de l’exposition soviétique dont il faut faire un événement.

  • 23 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, compte rendu (...)

19Accompagné par Maurice Dejean, Robert Bordaz se rend au MID pour expliquer le parcours de l’exposition. Son but consiste à « mettre le public au courant de la vie en France et de ses résultats dans les domaines de la science, de la technique et de la culture »23. Le commissaire général souligne, en outre, le grand intérêt que cette exposition a suscité dans différents milieux en France. Les diplomates soviétiques lui répondent en indiquant que l’échange des expositions devrait favoriser le développement de bonnes relations entre les deux pays. En dépit de ces propos convenus, le commissaire général rencontre une série d’obstacles au cours des différentes phases de préparation.

20Tarifs des emplacements, nouveau taux de change du rouble, frais de transport, calcul des surfaces d’exposition, salaire de la main d’œuvre, partage de la recette, autant de sujets qui donnent lieu à d’interminables discussions. Trois pierres d’achoppement subsistent : le contenu du pavillon culturel, les vecteurs publicitaires et les brochures d’information. Les Soviétiques exigent que le pavillon de la presse soit inséré dans le pavillon culturel. Marcel Girard s’y oppose fermement. Maurice Dejean reprend ses arguments :

  • 24 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murvill (...)

« Nous prenions toujours grand soin de distinguer nos activités culturelles de nos activités relatives à l’information et à la presse ; cette séparation constante permettait à l’action culturelle française de ne jamais être confondue avec la propagande »24.

  • 25 Ibid., dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 404/EU, 13 mars 1961.

21Les organisateurs français suivent de très près les campagnes publicitaires de l’exposition et tentent de mener des actions ciblées. Les autorités soviétiques de leur côté encouragent les contacts entre techniciens. La chambre de commerce soviétique commande 50 000 exemplaires du catalogue de la partie économique afin de les diffuser dans tout le pays. Les organisateurs peinent à contacter les 8 000 professeurs de français soviétiques. Dispersés dans toutes les régions d’URSS, « ils sont les premiers interlocuteurs en URSS de toute personne s’intéressant à la France »25 et constituent, à ce titre, une cible privilégiée. Les étudiants soviétiques apprenant le français sont également visés par le plan de communication. Pour attirer un plus grand nombre de visiteurs, Maurice Dejean préconise une campagne d’affichage dans les cent plus grandes villes soviétiques courant mai, l’édition d’un dépliant en russe décrivant les différentes parties de l’exposition (la diffusion en serait assurée par l’association URSS-France) ainsi que la réalisation de programmes par la RTF susceptibles d’être retransmis par les chaînes soviétiques.

22En Union soviétique, les brochures destinées au grand public sont des outils de propagande très efficaces :

  • 26 Ibid., dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 451/EU, 16 mars 1961.

« L’extraordinaire retentissement ici de ce qui vient d’Occident nous donne l’assurance qu’un très grand nombre de Soviétiques liront des textes de ce genre »26.

Les organisateurs français misent sur la soif de découverte du public soviétique et sur son goût de la nouveauté. Pour ce faire, ils prévoient un catalogue pour la partie économique et un autre pour la partie culturelle. Ce dernier fait l’objet de contestations : les autorités soviétiques exigent, par exemple, le retrait de Léopold Senghor de la liste des écrivains de langue française, mais ce dernier donne finalement son accord pour être mentionné. Toutes les publications ont pour objectif de modifier la vision de la France héritée, en grande partie, des romans du xixe siècle :

  • 27 Ibid.

« Même le voyage de M. Khrouchtchev en France n’a pas corrigé cette vision, car le film présenté aux masses soviétiques a évité, tout comme la presse, de s’appesantir sur les réalisations très modernes présentées au chef du gouvernement de l’URSS. Il importe donc de fournir sur la France des précisions nombreuses, si possible présentées de manière frappante, et commentées d’une façon qui permette de comprendre pleinement leur portée »27.

Pour illustrer la vie quotidienne des Français, le magazine Elle présente un appartement-témoin ainsi que du prêt-à-porter. Après contrôle soviétique, ce numéro spécial, tiré à 200 000 exemplaires, est diffusé dans le cadre de l’exposition.

  • 28 Ibid., lettre de Robert Bordaz à Maurice Couve de Murville, 28 juin 1961.
  • 29 Ibid., lettre du ministre de l’Information, n° 5 774, 4 juillet 1961.
  • 30 Ibid., dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 1027/ACT, 20 juillet 1961, liste de (...)

23Les autorités françaises examinent, de leur côté, le contenu des publications soviétiques. Robert Bordaz signale à Maurice Couve de Murville que plusieurs journaux comme Le Monde ou Le Figaro ont publié des annonces selon lesquelles des livres, revues et disques soviétiques seront en vente à l’exposition de la porte de Versailles. Il rappelle au ministre que les autorités soviétiques exercent un strict contrôle sur les périodiques français exposés à Moscou28. Le ministère de l’Information donne son avis sur le contenu des brochures transmises par les Soviétiques en vue de leur exposition à Paris. Il exige, par exemple, la rectification des données chiffrées d’une brochure29. Les Soviétiques préparent trois publications principales : L’Éducation en URSS, L’URSS en 1961 et Tour d’horizon sur la science soviétique. Ils prévoient, en plus, onze brochures spécialisées. Ces dernières représentent un tirage total de 761 000 exemplaires30.

  • 31 Le Monde, 16 août 1961 ; Georges Bernanos : Français, si vous saviez et Le chemin de croix des âmes(...)

24Le choix des livres résulte d’âpres négociations. Le commissariat général se heurte à des refus pour certains titres de littérature car les Soviétiques entendent privilégier les publications scientifiques et techniques. Les organisateurs français choisissent, pour leur part, une grande diversité de livres et exposent 7 000 volumes en libre accès. Les Soviétiques exigent (et obtiennent) le retrait d’une vingtaine de titres dont Le Monde publie la liste au lendemain de l’inauguration31. En France, le PCF se livre à un intense travail préparatoire et met en place un plan d’action pour amplifier l’écho de l’exposition de la porte de Versailles. Comme pour le voyage de Khrouchtchev, le PCF se mobilise pour assurer le succès de la manifestation :

  • 32 Archives du PCF : réunion du secrétariat le 14 juin 1961, SEC. GP. GV., 19 juin 1961, n° 895.

« – Faire une campagne de L’Humanité par de très grands reportages à la fois sur l’exposition, le mouvement des visiteurs et sur la vie en URSS. Le numéro de L’Humamté-Dimanche du 3 septembre devrait être en grande partie consacré à l’exposition soviétique à Paris (Étienne Fajon). De son côté France-Nouvelle devrait mener campagne à partir de son dernier numéro du mois d’août (François Billoux).
– Publier dans le numéro des Cahiers du communisme du mois de septembre, un article sur les relations franco-soviétiques, en mettant à nu les obstacles que multiplie le pouvoir gaulliste ; appeler à l’action pour les briser, en s’appuyant sur les résultats acquis dans ce domaine grâce à la politique de l’URSS, également sur les coups déjà portés (rappel, notamment, de l’importance de la visite du camarade Khrouchtchev en France) (Roger Garaudy).
– (...) stimuler la vente du livre soviétique et la vente de livres d’auteurs français sur l’Union soviétique (François Billoux).
– Aider l’association France-URSS à tenir sa place, qui peut être grande pour assurer le succès de l’exposition. France-URSS doit pouvoir bénéficier du mouvement des visiteurs pour renforcer les comités de l’Association et en multiplier le nombre (Raymond Guyot).
– Envoyer dès maintenant une première directive aux Fédérations du Parti sur l’ensemble du problème de l’exposition (Raymond Guyot) »32.

  • 33 Archives de la FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 BA 49, note de Jean-Claude Debray, juin 1961.

25À la veille des inaugurations, les différents protagonistes s’affairent. Outre les préparatifs à Moscou, le commissariat général prend en charge exposants et visiteurs français. Un guide pratique, offert par la Société générale, est préparé à leur intention ; les indications qui y figurent reprennent d’assez près une note du conseiller économique Jean-Claude Debray33. Ce guide donne un aperçu de l’image que les organisateurs français se font des Soviétiques. Ils préviennent les visiteurs français qu’ils auront à parler de leur pays :

  • 34 Archives Bordaz : « Guide pratique pour les industriels et les commerçants français en voyage à Mos (...)

« Vous allez être amené à parler de la France à vos interlocuteurs soviétiques. Leur connaissance de notre pays est imparfaite (...). D’où des interrogations qui semblent parfois surprenantes et traduisent l’insatiable curiosité des Soviétiques et leur avidité pour toute documentation sur notre pays. Rien ne vous empêche, le cas échéant, de rétablir avec netteté les faits et les chiffres. Vous devrez répondre à des questions nombreuses et précises, surtout sur nos réalisations économiques et sociales. Vous aurez ainsi à préciser dans l’esprit des Soviétiques l’image de la France et des Français. N’oubliez pas que vous allez être jugé par la connaissance que vous avez de votre propre pays »34.

Le guide donne des indications psychologiques sur les Soviétiques qui se passionnent pour toutes les formes de modernisme :

  • 35 Ibid., p. 5.

« Il est habitué à penser en chiffres et en statistiques, qu’il a constamment sous les yeux, dans les journaux, à l’usine, sur la route. Il s’intéresse plus aux plans et aux objectifs qu’aux résultats présents. Sa conception de la vie est plus dynamique que statique (...).
Vous sentirez combien il est possédé par la mystique de la production, du niveau de vie, du progrès, par le thème de la compétition pacifique avec les pays capitalistes. Il aimera vous parler des réalisations du régime : usines, immeubles, universités, instituts, etc. »35

Ce document illustre le souci des organisateurs de transformer chaque exposant en ambassadeur, c’est-à-dire de le transformer en agent de la bataille d’images à laquelle se livrent les deux parties. L’image du visiteur soviétique type est celle d’un technicien attentif aux chiffres et aux réalisations matérielles. L’objectif est de l’inviter à comparer les deux systèmes. Au terme de l’exposition, le conseiller économique de l’ambassade reviendra sur ce thème de la technique :

  • 36 MAE, Europe, URSS (1961-1964), carton n° 1934, rapport de Jean-Claude Debray sur l’exposition natio (...)

« “Technique” est un mot quasi magique en URSS qui exerce une attirance certaine due d’une part à la conception même de la civilisation soviétique telle qu’elle résulte du marxisme-léninisme et d’autre part aux obstacles qui, tout en diminuant, s’opposent encore à la libre communication avec le monde capitaliste »36.

  • 37 Entretien avec Robert Bordaz, 14 avril 1995.

26Dans l’esprit des organisateurs français, les échanges techniques offrent un langage commun qui doit faciliter la comparaison et rendre possible, à terme, une convergence des deux systèmes. De leur côté, les exposants français font preuve d’une grande curiosité à l’égard de l’URSS, qui fait alors figure de marché prometteur. Il y a chez eux une volonté de découvrir un système différent et de rencontrer des Soviétiques. Robert Bordaz, souligne l’attrait qu’exerce ce pays : « Tous les industriels voulaient être en Russie, ils voulaient voir la Russie par curiosité, voir les ennemis éventuels et prendre d’éventuels contacts »37.

Exposer

27Deux jours après le début de la construction du mur de Berlin, qui surprend le monde et ravive la tension internationale, l’exposition française de Moscou est inaugurée. Autant dire que le climat entre les autorités françaises et soviétiques est pesant même si le principe de l’exposition n’est remis en cause à aucun moment. Ces deux manifestations, organisées par les appareils d’État, ne pâtissent apparemment pas de cette matérialisation de la division Est-Ouest.

Le parcours de l’exposition française

28L’exposition regroupe neuf pavillons thématiques. La visite commence par un pavillon circulaire consacré à la France et aux Français. À l’extérieur, de grandes photographies reproduisent la diversité des paysages français, les principaux monuments historiques – château de Versailles, châteaux de la Loire, tour Eiffel – et des réalisations récentes comme l’aéroport d’Orly ou le CNIT de la Défense. À l’intérieur, des interprètes français, spécialement formés, accueillent les visiteurs. Des documents mettent en lumière les réussites de la technique française, du charbon à l’atome, en passant par l’aéronautique. Un système de sonorisation, des éclairages lumineux, des jeux de cartes et des textes explicatifs contribuent à la présentation didactique d’un pays industriel moderne, disposant d’un savoir-faire spécifique et capable de réaliser des produits de qualité. Une série de vingt-six cubes, tournant autour de leur axe vertical, représente les grandes étapes de la vie des Français : naissance, école, mariage, famille et travail. À chaque étape, l’importance des prestations sociales accordées par l’État est soulignée.

29Le secteur II, réservé aux spécialistes, comporte une salle de conférences et de projection. Trois fois par jour, des experts français interviennent dans tous les domaines. Le secteur agricole, un peu à l’écart, propose au visiteur des informations sur les méthodes de production et les rendements des exploitants français. Un expert agronome, présent pendant toute la durée de l’exposition, apporte éventuellement des précisions aux curieux. L’originalité de ce pavillon réside dans la présentation de carcasses animales exposées dans une grande vitrine frigorifique. Chaque jour, elles sont remplacées ainsi que les étals de fruits et légumes : autant de moyens destinés à laisser une impression d’abondance au visiteur. De plus, une série de photographies soulignent le rôle de l’État dans la modernisation agricole du pays.

  • 38 Rolland, Claudel, Gide, Proust, Valéry, Martin du Gard, Mauriac, Montherlant, Bernanos, Eluard, Ara (...)
  • 39 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

30Le secteur culturel (sciences, arts et lettres) se situe à mi-parcours. Au centre des polémiques entre Français et Soviétiques, il est très dense. Alors que sa partie gauche est consacrée à la science, sa partie droite traite de littérature, d’architecture, de musique et d’arts plastiques. En raison de l’importance que les organisateurs lui accordent et des conceptions novatrices de Georges-Henri Rivière pour la présentation des documents, le pavillon culturel s’appuie sur l’audiovisuel et fait participer le visiteur. Dans la section scientifique – sur 3 500 m2 – ce dernier trouve des documents chiffrés, des maquettes animées, des appareils de mesure et des prototypes. Des professeurs et ingénieurs, avec l’aide des interprètes, répondent aux questions les plus pointues. La section littéraire présente, de manière vivante, une vingtaine d’auteurs contemporains38 en associant l’image traditionnelle de l’écrivain à sa voix. Des photographies, des albums et des objets personnels reconstituent la genèse de l’œuvre et le parcours de l’écrivain. Une citation enregistrée, lue par son auteur, est diffusée en boucle. Sa durée n’excède pas trois minutes. D’après les comptes rendus de l’exposition, cette innovation muséologique ne semble pas avoir particulièrement retenu l’attention des visiteurs malgré son caractère interactif. Les organisateurs n’oublient pas la philosophie, même s’ils lui réservent une place secondaire. Ils se rendent vite compte qu’un nombre important de livres exposés est dérobé chaque jour, mais n’empêchent nullement ces larcins dans la mesure où ils y voient un moyen imparable de diffusion d’idées nouvelles dans la société russe et une preuve du succès de la manifestation39.

  • 40 Archives Bordaz : Ananiev, Béliaev, Boubnov, Deineka, Efanov, Gavrilov, Gritzaï, Guérassimov, Iltne (...)
  • 41 Archives Bordaz : Atlan, Balthus, Bazaine, Beaudin, Bertholle, Bissière, Bonnard, Bores, Brianchon, (...)
  • 42 L. Bertrand-Dorléac, art. Jean Bazaine, dans J. Julliard et M. Winock (dir.), Dictionnaire des inte (...)
  • 43 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

31Pour l’exposition de peinture et de sculpture, les organisateurs retiennent des œuvres postérieures à 1920, afin de présenter aux Soviétiques ce que les artistes français créent pendant que leurs artistes produisent des œuvres conformes au réalisme socialiste. De nombreuses œuvres d’artistes français, prêtées pour la première fois, donnent une valeur exceptionnelle à l’exposition française : l’abstraction et la figuration remportent leur affrontement avec le réalisme socialiste par KO technique. Pour s’en convaincre, il suffit de comparer les catalogues soviétique40 et français41. Cette victoire se transforme en triomphe grâce à la participation active d’artistes comme Jean Bazaine. Tenant et théoricien de l’abstraction lyrique, pourfendeur de toute forme étatisée d’art42, il prononce une conférence intitulée « Le peintre et le monde d’aujourd’hui » qui fait grand bruit43. C’est une attaque en règle du réalisme socialiste :

  • 44 Archives Bordaz : Jean Bazaine, « Le peintre et le monde d’aujourd’hui », p. 3-4.

« Qu’est-ce que cela signifie, sinon, une bonne fois pour toutes, que la mission de la peinture n’est ni de prouver, ni d’expliquer. Elle n’est pas non plus au service d’une cause, si exaltante, si urgente soit-elle. La réalité d’un tableau vit pour soi, et si elle porte témoignage pour l’homme, c’est à travers l’artiste qui l’a animée (...).
Le tableau dit : j’existe, donc tu existes – je suis libre donc tu es libre. Il n’y a rien d’autre à prouver. Et si l’art est en définitive un instrument de joie, c’est d’abord parce qu’il est, inconsciemment, une affirmation des droits et des pouvoirs de l’homme. Plus le peintre est grand, plus cette affirmation est péremptoire (...) »44.

Jean Bazaine s’adresse aux producteurs d’art révolutionnaire. À ses yeux, il y a dans cette prétention révolutionnaire un contresens absolu sur la nature de la création artistique :

  • 45 Ibid., p. 6.

« Je voudrais ajouter enfin que si toute grande œuvre est révolutionnaire, elle l’est sans le savoir, à son insu : un peintre ne décide pas un jour de faire un art révolutionnaire, pas plus qu’il ne décide : je vais faire de la peinture française, ou je vais faire de la peinture russe. Ce serait une imposture. Cette révolution intérieure, il l’accomplit poussé par une nécessité aussi impérieuse, aussi absolue que la nécessité historique qui préside aux grandes révolutions sociales des hommes »45.

32Jean Bazaine poursuit son intervention en donnant sa propre définition de la réalité et en soulignant à quel point la peinture de Chagall exprime « le corps de l’âme de la Russie ». Des interventions de cette nature assurent le retentissement de l’exposition française, qui se transforme en événement culturel. Elles donnent un parfum de scandale à l’exposition au grand dam des idéologues du Parti.

33Après le secteur culturel qui comprend également une section théâtrale, une section de l’architecture et une petite salle de concerts, le visiteur poursuit son parcours en pénétrant dans le pavillon de Paris. Un documentaire en couleurs, qui propose un survol de la France et de sa capitale est projeté tous les quarts d’heure, dans une salle de 2 000 places. La présentation de la région parisienne, et de ses nombreuses activités, recourt aux habituelles maquettes et photographies. Plusieurs fois par jour, vingt-cinq mannequins, portant les dernières créations de prêt-à-porter des grandes maisons parisiennes, défilent pour la plus grande joie du public. Ces défilés parfont l’image d’élégance de la femme française que les organisateurs ont su habilement exploiter. Là encore, il s’agit de susciter des comparaisons chez les visiteurs.

34Le secteur de l’urbanisme, et celui des textiles, ne se caractérisent pas par leur originalité, mais décrivent la vie quotidienne des Français. Un appartement-témoin HLM (Habitation à loyer modéré), qui comprend deux salles d’eau, un séjour, une cuisine et trois chambres, s’étend sur 86 m2. Il a pour objectif de montrer que les Français ne connaissent plus l’habitat collectif. Pour les textiles, la présence de firmes comme Prouvost et de grands couturiers illustre la diversité des productions françaises. Le hall des industries se situe à la fin du parcours et représente le quart de la surface d’exposition. Très visité par les responsables soviétiques en vue d’éventuels contrats, le secteur industriel associe les grandes structures administratives en charge du développement industriel aux stands des principaux groupes français. Toutes les branches d’activités sont représentées. Les démonstrations de matériels rencontrent un vif intérêt chez un public toujours avide de nouveauté.

Inauguration et contre-propagande

35En raison de la tension internationale, l’inauguration de l’exposition française se fait dans une certaine discrétion. Côté soviétique, ce sont des personnalités de second plan qui y participent : MM. Polianski, membre du Présidium du comité central et président du conseil des ministres de la RSFSR, Novikov, vice-président du conseil des ministres de l’URSS et président du Gosplan, Borisov, premier vice-ministre du commerce extérieur, ainsi que Malik et Sobolev, vice-ministres des Affaires étrangères. En réalité, la seule personnalité de premier plan est Nina Petrovna, la femme de Nikita Khrouchtchev, qui assiste à l’inauguration à titre privé. Lucide, Jean-Claude Debray commente en ces termes la participation soviétique :

  • 46 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, rapport de Jean-Claude Debray sur l’exposition natio (...)

« Il ne faut pas se dissimuler que nous n’avons eu droit qu’à la réception de troisième catégorie, les grands ténors soviétiques étant absents, alors qu’ils avaient été présents à l’inauguration de l’exposition britannique qui s’était tenue en mai sur le même emplacement »46.

  • 47 André Armengaud, Jean Bertraud, Eugène Claudius-Petit, Marc Desaché, Bernard Lafay, Maurice Lemaitr (...)
  • 48 Jean Basdevant, Jean Benedetti, André Boulloche, Vincent Bourrel, Bernard Clappier, Georges Dardel, (...)
  • 49 Pierre Archambault (Nouvelle République du Centre-Ouest), Hugues Barbe, Paul Beguier (Ouest-France) (...)
  • 50 FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 B A 49, schéma du discours de M. le ministre des Finances et Affa (...)
  • 51 Ibid., allocution de M. Baumgartner à l’occasion de l’ouverture de l’exposition française, 15 août  (...)
  • 52 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, télégramme de Maurice Dejean n° 4289/ 92, 14 août 19 (...)

La délégation française est conduite par Wilfried Baumgartner. Elle compte onze parlementaires47, vingt hauts fonctionnaires ou personnalités48 et neuf journalistes49. Francis Grangette et René Noiret font également le déplacement. Dans ses projets de discours, Wilfried Baumgartner qui prévoyait la présence de Nikita Khrouchtchev le jour de l’inauguration, présentait l’exposition comme un résumé de la France et identifiait plusieurs obstacles à surmonter pour développer les échanges bilatéraux50. Dans son discours inaugural, il rappelle la volonté du gouvernement français d’augmenter les échanges franco-soviétiques en dépit des tensions internationales51. De retour en France, Wilfried Baumgartner s’inquiète du traitement médiatique de l’inauguration. Une revue de presse lui indique que l’événement a été bien couvert par les presses soviétique52 et française et que la presse anglo-saxonne s’y est intéressée. La couverture télévisée, en revanche, a connu quelques ratés :

  • 53 FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 BA 49, note du secrétariat particulier du ministre des Finances e (...)

« Les comptes rendus de la presse ont été très chaleureux sur l’inauguration de l’exposition française à Moscou. Les images de la Télévision retransmettant la cérémonie étaient, malheureusement, très floues »53.

Vivement le procédé SECAM ! Dans les archives Baumgartner, on trouve aussi une note du général de Gaulle, écrite au crayon à papier :

  • 54 Ibid., note manuscrite du général de Gaulle, sans références.

« M. Baumgartner. Je vais vous demander de dire ce que vous pensez et ce que vous avez vu en ce qui concerne notre exposition de Moscou »54.

  • 55 Ibid.

Au dos de cette note, Wilfried Baumgartner a griffonné quelques mots : la partie culturelle de l’exposition « chatouille les Russes »55.

  • 56 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, télégramme de Henri Froment-Meurice n° 6290/91,18 ao (...)

36Devant le succès public de l’exposition, les organisateurs français demandent aux autorités soviétiques « qu’elles élèvent considérablement, par exemple de 10 000 à 40 000 ou 50 000, le contingent quotidien des billets vendus librement à l’entrée »56. En coulisses, les services soviétiques s’ingénient à enrayer ce succès en déclenchant une opération de contre-propagande. Premier temps de la manœuvre : la publication d’une brochure intitulée « La France ouvrière en lutte », qui conteste l’image de la France véhiculée par l’exposition :

  • 57 Ibid., carton n° 1934, télégramme de Maurice Dejean n° 4289/92, 14 août 1961.

« Tirée à 40 000 exemplaires, elle se trouve notamment en vente au parc Sokolniki. Rédigée par un expert très au courant des questions françaises, M. Roubinski membre de l’Institut d’Économie mondiale, elle se propose en fait de réfuter les notions relatives à la France et aux modes de vie des Français, que l’exposition peut apporter au public soviétique. Elle est appuyée sur un appareil statistique considérable puisé aux sources officielles françaises. Elle indique très nettement le sens des questions qui seront posées à nos guides et reprend les thèmes classiques du PCF »57.

  • 58 Archives Bordaz.

Cette brochure58 provoque l’ire de Robert Bordaz :

  • 59 Entretien avec Robert Bordaz, 9 janvier 1996.

« J’étais furieux. Je connaissais Youri Roubinski auparavant. Il venait souvent à la maison. Il est venu à l’inauguration. Cela a mis un froid de quinze ans entre nous »59.

  • 60 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murvill (...)

Youri Roubinski est bien connu de l’ambassade de France à Moscou. Formé au MGIMO, sa compétence est reconnue par Maurice Dejean qui le décrit comme « un spécialiste remarquablement au courant des choses françaises »60, en raison notamment de sa connaissance très étendue de la presse française et de la psychologie des dirigeants français d’autant plus étonnante qu’il ne s’est Jamais rendu, à cette date, en France. Maurice Dejean tente d’expliquer ses positions :

  • 61 Ibid.

« L’étoile de M. Roubinski passait récemment pour avoir pâli auprès des dirigeants, cette semi-défaveur étant attribuée par certains à son orientation libérale, par d’autres à l’antisémitisme très vivace des Russes (le Parti ne fait pas exception).
M. Roubinski a-t-il pensé se dédouaner en rédigeant cette brochure qui a dû lui être commandée par les Autorités ? L’Ambassade a des raisons de le penser ; s’il en était ainsi, il s’agirait d’un exemple supplémentaire montrant les compromissions auxquelles est inévitablement amené en URSS un intellectuel désireux de continuer à avoir accès aux sources d’informations occidentales.
Quoi qu’il en soit, ceux des membres de l’Ambassade qui ont été en contact avec M. Roubinski estiment qu’il est beaucoup trop au courant de la vie française pour croire vraiment au très sombre tableau qu’il a brossé, avec une incontestable habileté et qui s’appuie notamment sur certaines données statistiques officielles et soigneusement triées pour donner une vue déformée de la réalité »61.

  • 62 Entretien avec Youri Roubinski, 7 décembre 1995.
  • 63 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, télégramme de Maurice Dejean n° 4625/ 29, 28 août 19 (...)
  • 64 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 4769/72, 1er septembre 1961.

37Youri Roubinski considère que la dépêche de Maurice Dejean « lui donne une importance qu’il n’avait pas à l’époque »62, et refuse d’établir un lien entre sa situation personnelle à l’époque et la rédaction de cette brochure qui relevait, selon lui, de l’activité quotidienne. Cette critique de fond de l’exposition française, qui provoque l’émoi des diplomates français, se double d’une série « d’articles tendancieux sur la France et plus particulièrement sur les aspects sociaux et économiques de la vie des Français »63. Sur le terrain, la contre-propagande soviétique recourt à des moyens plus radicaux qui visent à empêcher les organisateurs français de quantifier le succès de l’exposition. Les compteurs placés à l’entrée sont ainsi sabotés dès leur mise en service64.

Les enjeux médiatiques

  • 65 FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 BA 52, note sur l’entretien entre MM. Baumgartner et Patolitchev, (...)
  • 66 C. Canetti, Interprète à Moscou, op. cit., p. 154.
  • 67 Ibid.

38La visite au parc Sokolniki de Nikita Khrouchtchev le jour même de l’inauguration de l’exposition de la porte de Versailles constitue un événement. En France, la délégation soviétique est conduite par le ministre du Commerce extérieur Patolitchev qui, au cours d’un entretien avec Wilfried Baumgartner, fait part de son inquiétude de voir stagner le commerce franco-soviétique : la France risque d’être bientôt dépassée par le Japon ou l’Italie65. À Moscou, le Premier secrétaire avait brillé par son absence le 15 août alors qu’il avait pris part à l’inauguration de l’exposition britannique. Le 4 septembre, il se rend au parc Sokolniki et parcourt l’exposition accompagné de Kossyguine et Souslov. Les journalistes du monde entier sont à l’affût du moindre commentaire. Nikita Khrouchtchev traverse le pavillon de l’Information générale au pas de course. En revanche, il s’attarde longuement sur les stands consacrés à l’agriculture et à l’industrie, provoquant de grandes bousculades. Nikita Khrouchtchev serre les mains qui se tendent, multiplie les questions et ne rate pas une occasion de faire un commentaire. Lors de la réception, il félicite les organisateurs en ces termes : « Votre exposition est très bien, mais la France, c’est encore mieux que cela... »66. Après les traditionnels toasts au peuple français et à l’amitié franco-soviétique, il ne peut s’empêcher de décocher une flèche en portant un toast à l’art français : « Le vrai, pas celui que vous avez là »67.

  • 68 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, télégramme de Charles Lucet n° 6892, 3 septembre 196 (...)
  • 69 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 4881, 6 septembre 1961.
  • 70 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 4966, 10 septembre 1 (...)

39Un événement de politique internationale est intervenu à la veille de l’inauguration de l’exposition de Paris : la décision soviétique de reprendre une campagne d’essais nucléaires (le 29 août 1961). Le message de Nikita Khrouchtchev qui doit être lu à l’occasion de l’inauguration fait l’objet de longues tractations entre les chancelleries. Les autorités françaises veulent éviter de faire le jeu de la propagande soviétique sur leur territoire. Elles souhaitent surtout éviter que le message du Premier secrétaire n’accentue la tension provoquée par la reprise des expériences. Elles pressent les Soviétiques d’en modifier le contenu. Sergueï Vinogradov explique à Maurice Couve de Murville qu’une telle modification est inacceptable : le message ne sera donc pas distribué lors de l’inauguration, mais l’ambassadeur soviétique demandera audience au chef de l’État pour « l’entretenir du problème posé par ce refus »68. En signe de protestation, les autorités soviétiques publient l’intégralité du message de Nikita Khrouchtchev en première page des principaux journaux deux jours après l’inauguration sous le titre « Aux visiteurs de l’exposition soviétique à Paris »69. L’incident est vite oublié puisque, quelques jours plus tard, la presse soviétique titre sur la situation politique intérieure française à la suite de l’attentat contre le général de Gaulle (au Pont-sur-Seine) et insiste, une nouvelle fois, sur les dangers que représentent les « ultras » pour les libertés publiques70.

40Dans ce contexte, l’accès à la télévision, ou à la radio, de représentants soviétiques s’avère être un enjeu de taille. Ayant fait l’expérience du voyage de Nikita Khrouchtchev et de la conférence au sommet, les autorités françaises veillent à empêcher les Soviétiques de transformer leur exposition en tribune. Elles restreignent donc l’accès aux moyens de communication de masse en invoquant le principe de réciprocité. En dépit de la vigilance des autorités françaises, la propagande soviétique en France pendant la durée des expositions est active. Elle est, une fois encore, relayée par le PCF, qui justifie la construction du mur de Berlin et fustige les positions occidentales :

  • 71 PCF : réunion du secrétariat le 17 août 1961, SEC. GP/FL, 18 août 1961, n° 912.

« – Continuer à suivre avec attention avec les fédérations et les camarades dirigeants des organisations de masse la préparation de l’exposition soviétique à Paris (L. Figuères).
– Veiller à ce que l’on parle plus du niveau de vie qui existe en URSS. – Recommander à L’Humanité de faire beaucoup pour la préparation de l’exposition. Demander à L’Humanité-Dimanche de réserver sa page illustrée du 3 septembre à l’exposition.
– Accorder beaucoup de place à cette question dans les hebdomadaires fédéraux et les journaux de cellule.
– Examiner s’il est possible de publier dans L’Humanité des interviews d’ouvriers français qui ont travaillé à l’exposition française à Moscou. – Ces interviews pourraient être recueillies par le camarade P. Courtade ou Paulette Pellenq »71.

Au cours de l’exposition soviétique, le PCF réaffirme son hostilité à la politique menée par le général de Gaulle :

  • 72 PCF : réunion du secrétariat le 13 septembre 1961, SEC. GP. GV., 18 septembre 1961, n° 919.

« (...) Rappeler que l’URSS ne menace personne et que, par conséquent, les positions anti-soviétiques de De Gaulle montrent qu’il se solidarise avec les impérialistes »72.

  • 73 Bulletin d’études et d’informations politiques internationales (supplément de Est-Ouest), La coexis (...)
  • 74 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, télégramme de Maurice Dejean n° 4486/ 88, 21 août 19 (...)
  • 75 R. Bordaz, Pour donner à voir, op. cit., p. 149-150.

41L’appareil communiste fait appel à ses militants pour assurer le succès de l’exposition et relayer son contenu. Cette guerre de l’information sur les réalités soviétiques mobilise d’autres acteurs. La revue Est-Ouest participe à la guerre des libelles, déclenchée par Youri Roubinski, en publiant un supplément au titre explicite : La coexistence à la mode communiste, Comment les Soviétiques ont tenté de saboter l’exposition française73. Cette brochure relève dans le détail toutes les avanies subies par les organisateurs et exposants français : les autorités soviétiques ont, par exemple, fait courir le bruit selon lequel les 350 ouvriers français de l’exposition n’étaient en réalité que des ingénieurs déguisés ; elles ont pratiqué une véritable épuration de l’exposition en confisquant des échantillons et en interdisant les documents indiquant les prix des objets exposés puis en censurant une vingtaine de livres. Elles ont contrôlé très étroitement le nombre des billets mis en vente. Elles ont opéré une sélection des visiteurs en faisant distribuer les billets par les syndicats et associations culturelles. Les Soviétiques limitent le nombre d’entrées à 40 000 par jour en se basant sur les chiffres enregistrés par les Britanniques lors de l’exposition. Après une semaine de négociations, Robert Bordaz obtient que le nombre soit porté à 75 000 par jour74. À son insu, un de ses collaborateurs, avec l’aide de Mathilde Bordaz, profite d’un aller-retour entre Moscou et Paris pour faire imprimer un nombre important de fausses entrées, qui sont distribuées dans Moscou75. Cette double billetterie permet de ne plus subir les restrictions soviétiques.

Premiers bilans

  • 76 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murvill (...)
  • 77 FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 BA 49, impressions sur le voyage organisé par le Comité national (...)

42Le bilan des deux expositions peut se lire à plusieurs niveaux. En termes de fréquentation et d’impact, l’exposition française rencontre un large succès public alors que l’exposition soviétique peine à attirer des visiteurs. Michel Debré la visite le 28 septembre, le PCF se mobilise et L’Humanité multiplie les reportages, mais rien n’y fait. Trop technique, elle ne suscite pas d’engouement. En revanche, l’exposition française a su attirer de nombreux visiteurs. Les autorités soviétiques ont comptabilisé 1 709 000 entrées payantes en quatre semaines. Maurice Dejean les évalue, pour sa part, à deux millions et rappelle, dans son rapport final, que le secteur industriel et commercial regroupait six cents exposants et que le CFCE a organisé, au total, cent quarante conférences. De nombreux contacts se sont établis directement « hors du cadre souvent trop formel des missions et visites organisées »76. D’après le conseiller économique de l’ambassade, des résultats commerciaux immédiats existent, même si leur montant reste très inférieur aux dépenses engagées par les exposants. Autres chiffres significatifs : sur 7 000 livres exposés, 3 000 ont été dérobés et une trentaine d’ouvriers français, membres du PCF, travaillant à l’exposition auraient ensemble déchiré leur carte sur la Place rouge77.

  • 78 Entretien avec René Guillot, 16 janvier 1996.

43En dépit d’ultimes négociations destinées à abaisser le coût des prestations de service, les comptes du commissariat général sont lourdement déficitaires. Le déficit représente 45 % du budget initial78. L’exposition française à Moscou est une opération de prestige réussie mais coûteuse. Compte tenu des moyens dont la diplomatie française dispose pour toucher la population soviétique à cette époque et, à l’inverse, des nombreux relais dont la diplomatie soviétique dispose dans la société française, l’exposition française se révèle être un investissement très rentable : la diplomatie française a su, avec habileté, saisir l’opportunité de transformer un accord bilatéral en opération de propagande. Sur les effets comparés des deux expositions, sa victoire est indiscutable.

44L’importance des expositions de ce type dans la « bataille d’images » que se livrent les deux blocs au début des années soixante est certaine. Elles offrent l’opportunité de délivrer un message et de présenter une image positive de son pays, mais aussi de recueillir, en peu de temps, une masse d’informations considérables sur le pays hôte. L’appareil diplomatique français recense, en effet, dans plusieurs rapports impressions, commentaires et questions. Plus que des « renseignements d’ambiance », cette masse d’informations donne une idée assez précise de la vision que les Soviétiques se font de la France. Les diplomates français remarquent, par exemple, le souci des Russes de copier le modèle occidental aussi bien pour les coiffures (le stand « Dessange » provoque des cohues dignes des grands magasins) que pour les tenues vestimentaires. L’exposition française est le dernier endroit à la mode :

  • 79 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, rapport du service d’Europe orientale n° 500/EU, 28  (...)

« On y vient en bande, on tend la main avec une avidité enfantine pour cueillir les rares insignes distribués et on s’efforce de remercier par quelques mots de français. Les Soviétiques sont des visiteurs consciencieux, qui restent des heures à feuilleter les livres, prennent des notes, se chargent de piles de brochures. L’exposition a un succès de curiosité, mais aussi de scandale. Elle le doit à sa galerie d’art abstrait que tout le monde veut voir, mais où fusent rires et quolibets »79.

  • 80 Ibid.
  • 81 Ibid., dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 56/EU, 12 janvier 1962.

45Grâce à l’exposition, les diplomates français « mesurent à la fois la portée et les limites du khrouchtchévisme »80. Les deux expositions interviennent au moment où l’évolution des échanges commerciaux entre les deux pays se bloque. Le principe de réciprocité qui régit les échanges oblige à un équilibre entre importations et exportations. En somme, pour vendre plus aux Soviétiques, il faut leur acheter davantage. Or, l’accord commercial « a déjà écrémé les produits que l’URSS peut exporter »81. Malgré ce blocage structurel, les expositions parviennent à mettre des milieux professionnels en relation. C’est à la fois beaucoup et encore insuffisant pour s’implanter sur ce nouveau marché contrôlé.

46D’une certaine manière, l’exposition de Moscou inaugure un apprentissage de l’Union soviétique chez un certain nombre d’industriels français. Les deux expositions de 1961 revêtent une importance particulière dans la cadre bilatéral. Elles marquent l’aboutissement d’un processus de négociations amorcé deux ans plus tôt. Temps fort des relations, elles participent à la découverte progressive des deux sociétés l’une par l’autre.

47Une impression de succès émane des archives et témoignages français. Les organisateurs français ont le sentiment d’avoir remporté une victoire éclatante dans le combat d’images qui les oppose à leurs homologues soviétiques. L’exposition française a frappé les esprits à Moscou alors que l’exposition soviétique n’est pas parvenue à susciter un enthousiasme comparable à celui provoqué par Nikita Khrouchtchev seize mois plus tôt. Pour les organisateurs français, l’exposition de Moscou permet de déposer des germes dans la société soviétique dont les fruits ne peuvent éclore qu’avec le temps (les témoignages renforcent rétrospectivement cette impression). Cette conclusion est difficile à apprécier.

48En revanche, l’exploitation soviétique des expositions est immédiate et pour tout dire réaliste. Le 13 août, le début de la construction du mur de Berlin n’entraîne aucune réaction occidentale (hormis une protestation des commandants militaires à Berlin-Ouest). Deux jours plus tard, l’exposition française est inaugurée en l’absence de Nikita Khrouchtchev. À coup sûr, ce dernier remporte là une victoire : il fait reconnaître implicitement aux autorités françaises la nouvelle situation berlinoise sans susciter la moindre opposition, il utilise une stratégie éprouvée qui mêle une normalisation progressive et des tensions récurrentes et, enfin, il inflige un camouflet aux organisateurs français en ne présidant pas l’inauguration comme il l’avait fait pour l’exposition britannique. La passivité française peut surprendre dans la mesure où le général de Gaulle avait fait montre de la plus vive intransigeance tout au long de la crise de Berlin. Elle peut s’interpréter comme une acceptation tacite du statu quo (le mur au fond est un moindre mal) en Europe et la volonté du général de Gaulle de préserver les premières réalisations tangibles du dialogue bilatéral.

Notes

1 C. Canetti, Interprète à Moscou, Paris, Albin Michel, 1962, p. 153.

2 M. Winock, Le temps de la guerrefroide, Du rideau de fer à l’effondrement du communisme, Paris, Seuil, 1994, p. 7.

3 L. Emirian, « L’exposition universelle et internationale de Bruxelles 1958, La France confrontée à 47 nations », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, n° 3, printemps 1997, p. 45.

4 À titre de comparaison, voir M. Kushner, « Exhibiting Art at the American National Exhibition in Moscow, 1959 : Domestic Politics and Cultural Diplomacy », Journal of Cold War Studies, n° 1, hiver 2002, p. 6-26.

5 F. Roche et B. Pigniau, Histoires de diplomatie culturelle des origines à 1995, Paris, La Documentation française, 1995, p. 76-77 ; B. Pigniau, L’action artistique de la France dans le monde, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 110-111.

6 L. Dollot, Les relations culturelles internationales, Paris, PUF, 1964, p. 87-88 (QSJ ? n° 1142).

7 Entretien avec Robert Bordaz, 9 janvier 1996.

8 R. Bordaz, La nouvelle économie soviétique 1953-1960, Paris, Grasset, 1959.

9 R. Bordaz, Pour donner à voir, Paris, Éditions cercle d’art, 1987, p. 146-147.

10 Ibid.

11 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 911/EU, 21 juin 1961.

12 Ibid., note du service d’Europe orientale, 8 juillet 1961.

13 Entretien avec Jean Noiville, 13 février 1996.

14 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, note du service d’Europe orientale, 31 juillet 1961. Les informations du paragraphe sont extraites de ce document.

15 R. Rougeron, « Une des merveilles de l’optique soviétique présentées à la porte de Versailles le 4 septembre : La caméra qui prend 100 000 images à la seconde », L’Humanité, 4 août 1961.

16 Archives de la FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 BA 49, mandat du commissaire général de l’exposition française à Moscou, 13 mai 1960.

17 Entretien avec René Guillot, 16 janvier 1996.

18 MEF, Fonds Trésor, carton B 44 153, note de Michel Poniatowski, directeur de cabinet du secrétaire d’État aux Finances, au directeur du Budget, 9 juillet 1960.

19 Entretien avec Robert Bordaz, 14 avril 1995.

20 Entretien avec Robert Bordaz, 9 janvier 1996.

21 Entretien avec Jean Noiville, 13 février 1996.

22 P. Courtade, « Les relations franco-soviétiques un an après le voyage de Khrouchtchev », L’Humanité, 23 mars 1961.

23 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 45, papka n° 89, delo n° 15, 1961, compte rendu de l’entretien du 24 mars 1961 par N. Firûbin n° 741.

24 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 310/EU, 17 février 1961.

25 Ibid., dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 404/EU, 13 mars 1961.

26 Ibid., dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 451/EU, 16 mars 1961.

27 Ibid.

28 Ibid., lettre de Robert Bordaz à Maurice Couve de Murville, 28 juin 1961.

29 Ibid., lettre du ministre de l’Information, n° 5 774, 4 juillet 1961.

30 Ibid., dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 1027/ACT, 20 juillet 1961, liste des brochures soviétiques et nombre d’exemplaires (en milliers d’exemplaires) : L’Art pour le peuple (66), La santé publique en URSS (71), L’atome pacifique (75), Un soviétique dans l’espace (40), URSS-Cosmos (69), Le commerce extérieur de l’URSS (25), L’agriculture en URSS aujourd’hui (25), Le travail en URSS (40), Un jour dans une usine soviétique (75), Le sport en URSS (75) et Femme de nos jours (200).

31 Le Monde, 16 août 1961 ; Georges Bernanos : Français, si vous saviez et Le chemin de croix des âmes, Gabriel Marcel : L’Heure théâtrale, Michel del Castillo : Le colleur d’affiches, André Malraux : Les Conquérants, La Condition humaine et L’Espoir, L’Arménie dans la collection Que sais-je ?, Alfred Sauvy : La nature sociale, Raymond Cartier : Les cinquante Amériques et Les treize Europes, Albert Camus : L’Homme révolté, Céline : D’un château l’autre, Tibor Mende : La Chine et son ombre, Les Littératures occidentales dans la collection de La Pléiade, Pichette : Les revendications, Jean-Paul Sartre : Les mains sales et Critique de la raison dialectique, Thomas David : L’événement en question, R.P. Lebret : Suicide ou survie de l’Occident, Pierre de Boisdeffre : André Malraux, Simone Weil : Écrits historiques et politiques et Lenormand : Les confessions.

32 Archives du PCF : réunion du secrétariat le 14 juin 1961, SEC. GP. GV., 19 juin 1961, n° 895.

33 Archives de la FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 BA 49, note de Jean-Claude Debray, juin 1961.

34 Archives Bordaz : « Guide pratique pour les industriels et les commerçants français en voyage à Moscou à l’occasion de l’exposition nationale française » offert par la Société générale, p. 4.

35 Ibid., p. 5.

36 MAE, Europe, URSS (1961-1964), carton n° 1934, rapport de Jean-Claude Debray sur l’exposition nationale française de Moscou, 15 décembre 1961.

37 Entretien avec Robert Bordaz, 14 avril 1995.

38 Rolland, Claudel, Gide, Proust, Valéry, Martin du Gard, Mauriac, Montherlant, Bernanos, Eluard, Aragon, Saint-Exupéry, Malraux, Camus, Romains, Duhamel, Giraudoux, Colette, Cocteau et Maurois. On remarque, outre l’absence de Sartre, la présence d’auteurs dont certains titres ont été mis à l’index par les autorités soviétiques.

39 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

40 Archives Bordaz : Ananiev, Béliaev, Boubnov, Deineka, Efanov, Gavrilov, Gritzaï, Guérassimov, Iltner, loganson, Kontchalovski, Korine, Kotliarov, Machkov, Mylnikov, Nisski, Ossovski, Plastov, Romas, Salakhov, Sarian, Samsonov, Sérov, Stcherbakov, Tansykbaev, Troufanov, Tchouikov, Tkatchev et Yablonskaïa.

41 Archives Bordaz : Atlan, Balthus, Bazaine, Beaudin, Bertholle, Bissière, Bonnard, Bores, Brianchon, Buffet, Chagall, Chastel, Delaunay (Robert et Sonia), Derain, Desnoyer, Despierre, Dubuffet, Dufy, Estève, Gromaire, Gruber, Hartung, Hélion, Herbin, Hugo, Kermadec, Labisse, La Patellière, Lapicque, Léger, Legueult, Le Moal, Lhote, Manessier, Marchand, Marquet, Masson, Matisse, Monet, Picasso, Pignon, Pougny, Rouault, Dunoyer de Segonzac, Singier, Soulages, Soutine, Signac, Staël, Tal Coat, Tanguy, Utrillo, Vieira da Silva, Villon, Laminck, Vulliamy et Walch.

42 L. Bertrand-Dorléac, art. Jean Bazaine, dans J. Julliard et M. Winock (dir.), Dictionnaire des intellectuels, Paris, Seuil, 1996, p. 123-124.

43 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

44 Archives Bordaz : Jean Bazaine, « Le peintre et le monde d’aujourd’hui », p. 3-4.

45 Ibid., p. 6.

46 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, rapport de Jean-Claude Debray sur l’exposition nationale de Moscou, 15 décembre 1961.

47 André Armengaud, Jean Bertraud, Eugène Claudius-Petit, Marc Desaché, Bernard Lafay, Maurice Lemaitre, Francis Leenhardt, Marcel Pellenc, Alex Roubert, Raymond Schmittlein et Henri Yrissou.

48 Jean Basdevant, Jean Benedetti, André Boulloche, Vincent Bourrel, Bernard Clappier, Georges Dardel, Marcel Diebolt, Alain Griotterey, Pierre Josse, Roger Latournerie, André de Lattre, Roger Leonard, Jean-Maxime Léveque, Paul Minot, Alexandre Parodi, Claude Pierre-Brossolette, Pierre Racine, Pierre Renaud, Hubert Roussellier et Olivier Wormser.

49 Pierre Archambault (Nouvelle République du Centre-Ouest), Hugues Barbe, Paul Beguier (Ouest-France), André Coudesse (Le Provençal), Jean Fayard (Le Figaro), Jacques Fauvet (Le Mondé), Jean Marin (AFP), Henri Massot (Paris-Presse) et Pierre-René Wolf (Paris Normandie).

50 FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 B A 49, schéma du discours de M. le ministre des Finances et Affaires économiques par Claude Pierre-Brossolette, 4 août 1961.

51 Ibid., allocution de M. Baumgartner à l’occasion de l’ouverture de l’exposition française, 15 août 1961.

52 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, télégramme de Maurice Dejean n° 4289/ 92, 14 août 1961 ; à la veille de l’inauguration, Maurice Dejean note, toutefois, que la presse soviétique passe l’exposition sous silence.

53 FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 BA 49, note du secrétariat particulier du ministre des Finances et Affaires économiques, 18 août 1961.

54 Ibid., note manuscrite du général de Gaulle, sans références.

55 Ibid.

56 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, télégramme de Henri Froment-Meurice n° 6290/91,18 août 1961.

57 Ibid., carton n° 1934, télégramme de Maurice Dejean n° 4289/92, 14 août 1961.

58 Archives Bordaz.

59 Entretien avec Robert Bordaz, 9 janvier 1996.

60 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 1305/EU, 20 septembre 1961.

61 Ibid.

62 Entretien avec Youri Roubinski, 7 décembre 1995.

63 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, télégramme de Maurice Dejean n° 4625/ 29, 28 août 1961.

64 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 4769/72, 1er septembre 1961.

65 FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 BA 52, note sur l’entretien entre MM. Baumgartner et Patolitchev, 7 septembre 1961.

66 C. Canetti, Interprète à Moscou, op. cit., p. 154.

67 Ibid.

68 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, télégramme de Charles Lucet n° 6892, 3 septembre 1961.

69 Ibid., télégramme de Maurice Dejean n° 4881, 6 septembre 1961.

70 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1902, télégramme de Maurice Dejean n° 4966, 10 septembre 1961.

71 PCF : réunion du secrétariat le 17 août 1961, SEC. GP/FL, 18 août 1961, n° 912.

72 PCF : réunion du secrétariat le 13 septembre 1961, SEC. GP. GV., 18 septembre 1961, n° 919.

73 Bulletin d’études et d’informations politiques internationales (supplément de Est-Ouest), La coexistence à la mode communiste, Comment les Soviétiques ont tenté de saboter l’exposition française, Paris, 16-30 septembre 1961 n° 263, 31 p.

74 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, télégramme de Maurice Dejean n° 4486/ 88, 21 août 1961.

75 R. Bordaz, Pour donner à voir, op. cit., p. 149-150.

76 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 56/EU, 12 janvier 1962.

77 FNSP, fonds Baumgartner, carton 3 BA 49, impressions sur le voyage organisé par le Comité national des conseillers du commerce extérieur de la France en URSS du 1er au 9 septembre 1961.

78 Entretien avec René Guillot, 16 janvier 1996.

79 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1934, rapport du service d’Europe orientale n° 500/EU, 28 septembre 1961.

80 Ibid.

81 Ibid., dépêche de Maurice Dejean à Maurice Couve de Murville n° 56/EU, 12 janvier 1962.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search