Version classiqueVersion mobile

Double détente

 | 
Thomas Gomart

Acteurs et vecteurs

Chapitre III. Les partisans du rapprochement

Texte intégral

  • 1 Selon les Carnets de Cachin dans S. Courtois et M. Lazar, Histoire du Parti communiste français, op (...)
  • 2 J.-B. Duroselle, Tout empire périra, op. cit., p. 68.
  • 3 J.-P. Rioux, « L’association en politique », dans René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, (...)

1Les membres de l’association France-URSS et de la société d’amitié URSS-France sont partisans du rapprochement entre les deux pays. Ils défendent une cause aussi noble qu’improbable en période de guerre froide : l’amitié entre les peuples. Avec environ 50 000 adhérents en 1961 (257000 adhérents quatorze ans plus tôt1), l’association France-URSS constitue une « communauté intermédiaire »2 de première importance dans l’espace bilatéral. L’histoire des associations, « ces organismes tampons »3 entre l’individu et l’État (sans la médiation des institutions et du suffrage), indispensables au bon fonctionnement d’une société démocratique, est un chantier ouvert depuis plusieurs années. Du côté soviétique, la question se pose différemment dans la mesure où la société d’amitié URSS-France est totalement instrumentalisée par le pouvoir central : c’est une extension à peine camouflée de l’appareil diplomatique soviétique, qui entretient une tradition de création de sociétés d’amitié fonctionnant comme relais de diffusion idéologique.

2Ces indications soulèvent plusieurs questions. En premier lieu, il faut s’interroger sur le type d’actions menées par France-URSS et URSS-France ainsi que sur leur portée dans l’espace bilatéral. En bons partisans, les militants associatifs privilégient-ils les coups sporadiques ou une stratégie d’ensemble ? Autrement dit, leurs actions trouvent-elles une traduction en termes politiques et influencent-elles les décisions gouvernementales ? Parallèlement, il faut s’interroger sur les pressions subies par France-URSS et URSS-France. En effet, les militants associatifs constituent des cibles prioritaires dans la guerre des esprits à laquelle se livrent les deux pays. Par conséquent, il faut se demander s’ils forment un groupe de pression ou un groupe sous pression soumis aux enjeux de la relation bilatérale.

3 Le déséquilibre des archives disponibles explique que notre attention se porte davantage sur France-URSS que sur URSS-France. Cependant, les rapports entre les deux associations devront être examinés puisque leurs dirigeants se concertent pour parvenir à un accord de coopération (signé en avril 1963). Implantés dans presque tous les départements, issus de divers milieux, les membres de France-URSS sont traversés par des tensions internes. Plus profondément, il s’agit d’examiner les moyens d’action de ces partisans du rapprochement ainsi que les tentatives de récupération dont ils sont l’objet de la part des autorités gouvernementales et du PCF. La manipulation et l’instrumentalisation ne doivent pas faire oublier les motivations de bon nombre d’entre eux. La sincérité de leur engagement n’est pas a priori à mettre en doute au nom d’une vision exclusivement réaliste de la relation bilatérale. Pour une majorité d’entre eux, l’amitié entre les peuples n’est sûrement pas un vain mot, mais traduit la conviction, chevillée au corps, qu’un rapprochement franco-soviétique est une impérieuse nécessité pour garantir la paix en Europe. Certes, les intentions pèsent peu au regard des rapports de forces et demeurent un objet historique délicat à manier, mais elles mettent à jour, chez beaucoup de militants, un objectif de progrès, un but de mieux-être, un idéal désintéressé en somme, qui dépassent, dans bien des cas, ambitions personnelles et clivages politiques. Rien n’indique, dès lors, qu’il faille les négliger.

Les structures

Les origines

  • 4 M.-P. Rey, La tentation du rapprochement, op. cit., p. 299-300 ; S. Cœuré, La grande lueur à l’Est, (...)

4Il existe, en France, deux forts courants russophile et soviétophile. Plusieurs sociétés d’amitié se sont efforcées, dès le début du siècle, de les drainer. France-URSS, créée en janvier 1945, tente de réunir les deux courants en privilégiant toutefois nettement le dernier même si un nombre assez important des articles historiques de France-URSS Magazine sont consacrés à la période impériale4.

5La création de France-URSS, en janvier 1945, profite de l’élan de la rencontre entre Staline et de Gaulle (décembre 1944). Ses statuts prévoient un soutien au développement des échanges culturels et sportifs, mais aussi économiques entre les deux pays. Politiquement, sa base est élargie. En effet, le prestige de l’Union soviétique ainsi que le nouveau traité franco-soviétique contribuent à attirer de nouveaux adhérents. Les communistes restent toutefois très influents, comme la présence de Louis Aragon, Paul Éluard, Frédéric Joliot-Curie ou Paul Langevin en témoigne. Ils parviennent à attirer des socialistes comme Félix Gouin ou des gaullistes comme Jacques Debu-Bridel. Des artistes comme Francis Poulenc et Armand Salacrou adhérent également. L’association dispose donc d’une surface sociale plus large qu’avant la guerre et fait du pluralisme le maître mot de sa politique de recrutement.

  • 5 Entretien avec Jean Triomphe, 25 mars 1999.
  • 6 Entretien avec Matteo Poletti, 12 février 1999.

6Deux exemples illustrent la diversité des recrutements. À la libération, Jean Triomphe entre au PCF puis à France-URSS après son action dans la Résistance : « Les deux adhésions ne sont pas liées »5. Le parcours de Matteo Poletti diffère quelque peu. En 1945, lui aussi commence à militer au Parti. Son engagement s’explique, en grande partie, par celui de ses parents. Pour restituer l’ambiance familiale, Matteo Poletti explique que ces derniers lisaient, tous les jours, à haute voix L’Humanité. Il décrit sa situation à la libération : « Mes parents revenaient de déportation. Au camp de Châteaubriant, mon père avait été le voisin de lit de Fernand Grenier »6. Ce dernier demande à son camarade de détention de lui envoyer son fils pour travailler à la revue France-URSS dont il a la charge. Pour commencer, Matteo Poletti lit tous les articles de la presse française au sujet de l’Union soviétique. Quelques mois plus tard, à 21 ans, Matteo Poletti devient permanent et rédacteur en chef (1946) d’une revue mensuelle, qui tire à 220 000 exemplaires. Trois ans plus tard, il est élu au bureau national de l’association. Pour lui, engagement professionnel et engagement politique vont de pair. Ces deux exemples illustrent la diversité des parcours qui mènent à France-URSS. Ils ont toutefois en commun de passer par le PCF. Après la guerre, la force de l’association réside dans sa capacité à attirer simultanément Jean Triomphe, trente-deux ans, agrégé de lettres, et Matteo Poletti, vingt et un ans, jeune militant communiste n’ayant pour seul bagage que son certificat d’étude.

  • 7 S. Koch, La fin de l’innocence, Les intellectuels d’Occident et la tentation stalinienne, Trente de (...)
  • 8 Sur les origines de VOKS, S. Cœuré, La grande lueur à l’Est, op. cit., p. 52-53 ; M. David-Fox, « F (...)
  • 9 F. Barghoorn, The Soviet Cultural Offensive, Princeton, Princeton University Press, 1960, p. 256-25 (...)

7Côté soviétique, les relations d’amitié avec l’étranger redeviennent une priorité stratégique avec la mise en œuvre de la coexistence pacifique. Depuis les années trente, diplomatie culturelle et manipulation d’intellectuels étrangers7 constituent des objectifs à part entière de la politique extérieure soviétique. À partir de 1956, l’ensemble du dispositif se réorganise. Dès 1925, date de sa création, le VOKS (Vsesoûznoe Obsestvo Ku’lturnoj Svâzi s zagranicej), société soviétique pour les liens culturels avec l’étranger, occupe une place centrale dans le dispositif soviétique8. Après la guerre, le climat de guerre froide rend obsolètes certaines de ses méthodes9. En septembre 1957, le secrétariat du comité central du PCUS, prenant acte du vieillissement des structures et de l’évolution de la situation internationale, réorganise le VOKS, qui devient, en février 1958, l’Union des Sociétés soviétiques pour l’amitié et les relations culturelles avec les pays étrangers, et redéfinit sa principale mission, qui se résume à populariser la politique extérieure soviétique.

  • 10 J. Rubenstein, « Ilya Ehrenburg – Between East and West », Journal of Cold War Studies, n° 1, hiver (...)
  • 11 Archives V. Svistounov.

8Cette réorganisation est précédée par la création, le 2 avril 1956, de la Section de la science et culture française dans laquelle Ilya Ehrenbourg joue, comme avant la guerre, un rôle de tout premier plan10. La présidence se compose de dix membres parmi lesquels on trouve G. Joukov, et I. Moiseev. Le secrétariat est assuré successivement par V. Volodine, K. Tchougounov et V. Svistounov11. Le parcours de ce dernier montre à quel point le poste de secrétaire général dépend étroitement de l’appareil diplomatique soviétique. V. Svistounov assure cette fonction de 1958 à 1962. Né en 1923, il combat la Wehrmacht et se souvient encore avoir paradé sur la place rouge en juin 1945. Après la guerre, il suit des études de français pendant cinq ans :

  • 12 Entretien avec V. Svistounov, 6 août 1998.

« J’ai choisi le français par goût de l’histoire et de la littérature françaises, qui sont connues en Union soviétique plus largement que n’importe quelles autres »12.

V. Svistounov enseigne ensuite le français dans un institut et commence à travailler, dans le cadre de VOKS, avec Ilya Ehrenbourg. Son premier voyage en France date de 1949 où il est l’interprète d’une délégation du ministère des Télécommunications. Il reste en France quatre mois :

  • 13 Ibid.

« Je connaissais la France théoriquement c’est-à-dire par l’architecture, les arts. Je connaissais tout Paris théoriquement ; les avenues, les rues... Je suis venu et j’ai vu de mes propres yeux ce que je connaissais théoriquement. C’était, pour moi, un beau séjour »13.

La carrière de V. Svistounov est totalement consacrée aux relations franco-soviétiques et se résume à des allers et retours entre URSS-France et l’ambassade soviétique à Paris. Cette carrière illustre bien l’imbrication d’URSS-France dans l’appareil diplomatique soviétique. En effet, après quatre ans à URSS-France, il rejoint Paris en tant que premier secrétaire (1962-1968). À son retour, il retrouve ses fonctions à URSS-France (1968-1974) avant de repartir à Paris comme conseiller (1974-1980) et de finir sa carrière à URSS-France (1980-1987).

  • 14 Z. Marten et V. Sedyh, Moskva-Pariž, velenie serdca i razuma, Moscou, Āeždunarodnye otnošenia, 1998 (...)

9Ilya Ehrenbourg justifie la création de la section en estimant qu’eu égard aux traditions d’amitié entre les deux pays, la France mérite mieux que les structures vieillissantes de VOKS14. En réalité, les opinions publiques française, britannique et italienne sont des cibles privilégiées de la propagande soviétique qui planifie l’activité des sociétés d’amitié en fonction des besoins de la politique extérieure de Moscou. D’emblée, la Section attire 150 éminentes personnalités aussi bien à Moscou qu’à Leningrad et profite du climat de déstalinisation et d’ouverture prudente vers l’étranger. Elle assure l’accueil des délégations françaises qui commencent à se rendre régulièrement en Union soviétique et font l’objet d’une couverture médiatique.

10En juillet 1958, sont créées les associations URSS-Italie et URSS-France. Le général Petit, président-délégué de France-URSS, et Marcel Girard, conseiller culturel, assistent à la cérémonie de présentation. Les autorités soviétiques inscrivent immédiatement URSS-France dans le dispositif bilatéral puisque la société d’amitié est chargée de la mise en œuvre du protocole d’accord signé par Roger Seydoux et G. Joukov (octobre 1957). L’ambiguïté du montage soviétique réside dans la nature même d’URSS-France. Organisme d’État, participant à la politique extérieure soviétique, URSS-France est à la fois l’interlocuteur de France-URSS et des autorités françaises. La société d’amitié, à la différence de France-URSS, intervient sur deux plans : les relations d’association à association mais également les relations culturelles officielles. V. Svistounov décrit ainsi le dispositif institutionnel :

  • 15 Entretien avec V. Svistounov, 6 août 1998.

« URSS-France travaillait avec tous les organismes soviétiques. Il existait une unité d’action, qui se retrouvait dans la composition de la présidence avec des représentants du Comité central, du gouvernement de l’Union des écrivains, de l’Union des peintres ou de l’Union des cinéastes. Le Comité central et le gouvernement participaient au travail de notre association dont le but était primo de faire connaître aux Soviétiques la France et secundo d’aider les Français à connaître l’Union soviétique. La section d’Ehrenbourg et URSS-France ont prêté beaucoup d’attention à l’apprentissage de la langue française. Nous avons été les initiateurs d’une année de la langue française en URSS. Les deux associations ont un rôle d’impulsion. Nous avons contribué au renforcement de l’amitié car les États ne sont pas capables de faire des actions en ce sens tous les jours. En revanche, les associations réalisent un travail quotidien et intense. Malgré les refroidissements entre États, l’activité des associations ne diminuait jamais. La ligne ne bougeait jamais : l’amélioration de l’amitié entre les peuples ».15

  • 16 Entretien avec V. Sedyh, 11 août 1998.

Selon Volf Sedyh, proche d’Ilya Ehrenbourg et journaliste actif au sein de la société d’amitié, URSS-France n’est pas « un instrument du Comité central »16 mais plutôt du MID. Lui aussi considère que les deux associations ont pour vocation d’entretenir les rapports en cas de refroidissement des relations interétatiques. Il va plus loin en estimant qu’URSS-France offre une tribune pour exprimer des positions, un peu différentes de celles de la ligne officielle :

  • 17 Ibid.

« Parfois, au point de vue idéologique, URSS-France créait quelques problèmes aux dogmatiques. Car URSS-France voulait montrer la culture et l’art français dans tous ses aspects. L’exposition Picasso en 1956 n’a pas été sans poser de problèmes. Mais, en général, nous n’avions pas d’objection du Comité central (...) L’association URSS-France attirait les dissidents intérieurs, qui trouvaient une tribune pour s’exprimer »17.

Cette vision est probablement optimiste tant les actions d’URSS-France sont inscrites dans une politique d’ensemble destinée à diffuser de l’Union soviétique une image d’ouverture et de culture. Par définition, les cadres d’URSS-France sont des apparatchiks fidèles au pouvoir central.

L’organisation

  • 18 Archives V. Svistounov.
  • 19 Ibid.

11La direction d’URSS-France se divise en trois niveaux de responsabilité. Neuf personnalités choisies assurent la direction exécutive parmi lesquelles on trouve V. Gak, G. Joukov, S. Pavlova, V. Sedyh et V. Svistounov. La présidence proprement dite se compose de six membres dont Ilya Ehrenbourg est la figure emblématique. L’organigramme est complété par une vice-présidence de douze membres issus des académies et unions spécialisées18. Le secrétariat d’URSS-France est assuré entre 1958 et 1962 par V. Svistounov puis, de 1962 à 1966, par V. Volodine. URSS-France est la première société d’amitié soviétique à entretenir des rapports directs avec une association étrangère, inaugurant ainsi de nouvelles méthodes de travail. Au départ, les activités de l’association s’organisent autour de trois commissions : une commission des questions d’enseignement et de culture, une commission de la pédagogie scientifique et une commission consacrée aux relations avec les organisations françaises. L’ensemble est complété par une commission tourisme (1958), chargée d’accueillir les touristes envoyés par France-URSS en groupes ou individuellement, une commission de la jeunesse (1963), et une commission des femmes (1965)19.

  • 20 Entretien avec Roland Leroy, 17 mars 1999.

12France-URSS s’organise différemment, ressemblant, selon Roland Leroy, à « un modèle de fonctionnement démocratique »20. Le premier échelon de l’association se compose d’environ 400 comités locaux et professionnels dont les délégués, réunis en congrès départementaux, élisent un comité départemental, qui se réunit une fois tous les trois ans. Les comités départementaux, deuxième échelon de l’association, mandatent environ 800 délégués pour participer, tous les trois ans, aux congrès nationaux. Le Congrès national élit pour trois ans un comité national composé d’au moins quatre-vingt-dix-neuf membres qui se retrouvent quatre fois par an. Ce comité national élit en son sein la Présidence nationale, qui siège huit fois par an et assure la direction exécutive. Elle rassemble une dizaine de présidents, qui choisissent parmi eux le Président délégué et le Président délégué-adjoint. Le Comité national élit également le secrétariat général, chargé de mettre en œuvre les orientations définies par la Présidence et de gérer les affaires courantes. Dirigé par un secrétaire général, assisté de secrétaires généraux adjoints et d’un trésorier, il est la véritable cheville ouvrière de l’association. D’ailleurs, le secrétariat est le plus souvent assuré par des permanents de l’association. Le bureau exécutif, qui émane de la Présidence et du secrétariat général se réunit toutes les semaines. Deux commissions, dont les membres n’appartiennent pas au Comité national, complètent l’organigramme et exercent des fonctions de contrôle : une commission financière de neuf membres et une commission d’arbitrage de cinq membres, chargée des exclusions et des conflits politiques.

  • 21 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 16.

13Le Xe Congrès national de France-URSS se déroule à Nice du 9 au 11 juin 1962. Il est possible de faire le point sur la composition politique de la direction de France-URSS, à la veille de cet important congrès. En effet, plusieurs documents préparent nominations et promotions en précisant, dans la plupart des cas, l’appartenance politique des principaux responsables21. Si l’on examine les obédiences politiques des huit présidents : général Petit, André Blumel, René Capitant, Eugénie Cotton, Émile Labeyrie, Alain Le Leap, André Pierrard et Raymond Schmittlein, dont la moyenne d’âge s’élève à 63 ans, le rapport de forces est le suivant : quatre progressistes, deux gaullistes, un socialiste (PSU) et un communiste. Au sein du secrétariat, composé de six membres (Jean Cazalbou, Robert Gloton, André Langlois, Harris Puisais, Jean Triomphe et Marcel Wachspress) dont la moyenne d’âge s’élève à 42 ans, il est favorable aux communistes avec quatre représentants, accompagnés d’un socialiste (PSU) et d’un représentant sans appartenance politique. À noter que sur les trois permanents du secrétariat, deux sont communistes. Sur les treize autres membres du bureau, les communistes sont majoritaires avec six représentants auxquels s’ajoutent un socialiste (PSU), un radical de gauche et cinq représentants sans parti. En outre, les quatre permanents du bureau sont communistes. Sur les 99 membres du Comité national, on dénombre 47 communistes, 34 sans parti, sept progressistes, huit socialistes (trois membres de la SFIO et cinq membres du PSU) et trois gaullistes.

14Ces chiffres illustrent la forte politisation des responsables de France-URSS, que ce soit à l’échelon de la direction exécutive ou à celui du Comité national. Deuxième élément : une représentation gaulliste qui ne se retrouve pas au niveau du Comité national. La présidence de France-URSS offre une surface politique très large avec deux points extrêmes : André Pierrard et Raymond Schmittlein. Cette ouverture est contredite dans les faits par le contrôle de l’appareil et, en particulier, celui du secrétariat, qui est presque exclusivement aux mains des communistes. D’autre part, tous les permanents de l’association, à une exception près, sont communistes. Cette emprise est plus manifeste encore à travers les deux outils principaux de l’association : la revue France-URSS Magazine et le service voyages, respectivement confiés à Matteo Poletti et Raymond Roussat, tous deux communistes.

  • 22 Archives R. Vahé : composition de la direction de France-URSS.

15Cependant, le Xe Congrès marque une volonté d’ouverture tout en confirmant les tendances lourdes. L’arrivée à la Présidence du professeur Lacassagne, de Monique Paris, de Roger Portal et de Vercors traduit, sans nul doute, un élargissement politique et sociologique. Dans le même temps, d’autres nominations aboutissent à un renforcement de l’emprise communiste sur l’appareil. En effet, à l’issue du Congrès, quatre membres, tous communistes, du bureau exécutif sont déjà élus : Raymond Roussat, secrétaire général, Jean Cazalbou, directeur du centre culturel, économique et social, André Langlois, délégué aux activités générales et Marcel Wachspress, directeur du bureau des voyages22. Le reste du bureau doit être élu ultérieurement. Malgré des non-communistes alibis à des postes visibles de l’extérieur, c’est-à-dire à la présidence essentiellement, l’appareil de l’association est tenu par des militants communistes.

Les recrutements

  • 23 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 15.
  • 24 Entretien avec Roland Leroy, 17 mars 1999.
  • 25 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 15.

16Les données manquent pour comparer l’état des recrutements d’URSS-France et de France-URSS. Pour cette dernière, d’importantes variations interviennent en fonction, d’une part, de l’évolution de la politique internationale et, de l’autre, des rapports politico-diplomatiques entre Paris et Moscou. Au cours des années cinquante, on observe une chute très nette du nombre d’adhérents après les événements de Hongrie. En 1954, France-URSS compte 59 849 adhérents, 52 139 en 1956 et 33 864 en 195723. Pour tenter d’enrayer ce déclin, la présidence de France-URSS cherche à se démarquer des positions du PCF, dont les dirigeants ont accueilli « fraîchement »24 le rapport Khrouchtchev et soutenu l’intervention en Hongrie. L’ouverture politique et un état d’esprit plus proche de la coexistence pacifique que de la guerre froide conditionnent une reprise des adhésions. Le général Petit, dans son discours d’ouverture du IXe Congrès national (du 1er au 3 mai 1959) rappelle le principe de l’indépendance politique de France-URSS et fustige les comités qui refusent de s’ouvrir à d’autres tendances politiques, comme le préconisait déjà le Congrès national de 195425. La résolution générale du IXe rappelle cet impératif d’ouverture :

  • 26 Ibid.

« Cela implique l’abandon total de certaines réticences de toute idée préconçue vis-à-vis des diverses familles spirituelles ou catégories de l’opinion publique. Leur concours doit nous être acquis à la condition de ne pas nous contenter d’affirmer l’indépendance et le caractère national de notre Association, mais d’en imprégner en permanence notre comportement et nos activités »26.

Cette stratégie porte ses fruits puisqu’on observe au début des années soixante une augmentation des recrutements, qui sont comptabilisés par année scolaire.

  • 27 S. Courtois et M. Lazar, Histoire du Parti communiste français, op. cit., p. 428-430.

17En 1958-1959, l’association compte 35 903 adhérents. Elle connaît, en 1959-1960, une très nette augmentation de ses effectifs. Évidemment, le succès populaire du voyage de Khrouchtchev en France, auquel France-URSS contribue, explique cet engouement. L’échec de la Conférence au sommet, en mai 1960, n’a pas de conséquences immédiates sur les recrutements. Les chiffres de mai 1962 correspondent à l’état des recrutements à la veille du Xe Congrès à l’issue duquel le chiffre de 40 000 adhérents est atteint. On assiste, par conséquent, à une diminution des recrutements en 1962, qui s’expliquerait par la combinaison des effets du mur de Berlin et du refroidissement des relations franco-soviétiques officielles (rappel des ambassadeurs en mars 1962). La répartition départementale permet de situer les principales implantations de France-URSS. En dehors du département de la Seine, arrive largement en tête le département du Nord, suivi des Alpes-Maritimes, du Rhône, des Bouches-du-Rhône, de la Loire et du Pas-de-Calais. Les implantations de France-URSS correspondent aux départements dans lesquels la densité communiste est élevée27.

  • 28 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 16.

18Il est possible de tracer un profil, assez sommaire, des membres de France-URSS ou plus précisément des représentants départementaux au Xe Congrès national28. L’analyse de l’âge fait apparaître un phénomène de génération. L’addition des trois catégories d’âge (40/50-50/60 – plus de 60 ans) s’élève à 54,3 % de l’ensemble ce qui signifie que la majorité des représentants avait déjà atteint l’âge adulte au cours de la Seconde Guerre mondiale. Cette répartition générationnelle aurait tendance à montrer que le souvenir de l’alliance franco-soviétique contre l’Allemagne nazie est probablement une des causes profondes d’adhésion à France-URSS. Concernant la composition sociale, on observe deux tendances principales. D’une part, les employés et ouvriers sont les plus représentés avec 40,9 % de l’ensemble. Ces deux catégories socio-professionnelles constituent les traditionnels réservoirs électoraux du PCF. D’autre part, on constate une forte présence du secteur public avec les enseignants, les retraités du secteur et les agents de la SNCF (employés, ouvriers et cadres).

  • 29 RGANI, fonds n° 89, perecen n° 55, dokument n° 23, séance du Présidium, 23 octobre 1956.

19URSS-France et France-URSS se distinguent par leurs recrutements. Instrument de la politique extérieure soviétique, URSS-France est étroitement contrôlé par l’appareil. À l’inverse, France-URSS met toujours en avant son indépendance et son pluralisme politique. En réalité, elle bénéficie de l’aide financière de VOKS. À titre d’exemple, en octobre 1956, le Présidium du Comité central décide, sur proposition de VOKS, d’octroyer une aide financière à France-URSS pour couvrir ses dettes29. Sa force réside dans un enracinement populaire profond. Dans tous les départements de France se trouvent des hommes et femmes qui militent en faveur d’un rapprochement entre les deux pays. La fluctuation des recrutements de France-URSS est un signe à la fois de sa force et de sa faiblesse. En raison du nombre de ses adhérents, l’association exerce un pouvoir d’attraction tout en restant tributaire des aléas de la politique extérieure soviétique dont les raidissements se font ressentir sur les adhésions. Disposant de relais efficaces comme la revue France-URSS Magazine, France-URSS est capable de mobiliser et motiver ses adhérents afin d’encourager le rapprochement franco-soviétique. En outre, France-URSS élargit son cercle d’influence et touche indirectement un grand nombre de personnes souhaitant se rendre en Union soviétique. Grâce à son service de voyages, France-URSS occupe une position clé dans l’élaboration et la diffusion des images de l’Union soviétique en France. En effet, celles-ci dépendent en partie des impressions de voyageurs de France-URSS. Or, ces derniers suivent des itinéraires et rencontrent des interlocuteurs choisis par les autorités soviétiques.

France-URSS et ses relais sous contrôle du PCF

France-URSS Magazine

  • 30 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 16.

20Revue mensuelle en noir et blanc (couverture en quadrichromie), tirée à 90 000 exemplaires, France-URSS Magazine vit principalement grâce aux abonnements (16 200 au début 1959). La revue propose quelques numéros spéciaux attractifs comme le « Spécial-Spoutnik », tiré à 115 000 exemplaires (janvier 1959). La société d’édition France-URSS gère la revue ainsi que d’autres publications destinées à un public plus spécialisé. L’analyse des documents comptables et, en particulier, du compte d’exploitation pour l’exercice 1961, montre que la revue est légèrement déficitaire30.

21En ce qui concerne les contenus de la revue, le sommaire propose toujours les mêmes grands types d’articles. Tout d’abord, une forte proportion d’articles de vulgarisation scientifique, le plus souvent rédigés par des Soviétiques, qui soulignent l’avance technique de leur pays. À ce titre, les articles consacrés à la conquête spatiale sont privilégiés. Reportages et comptes rendus de voyage, rédigés par des envoyés spéciaux ou des adhérents de l’association après un séjour, décrivent le mode de vie des différentes républiques soviétiques. Troisième catégorie : les articles sur l’état des relation franco-soviétiques et l’actualité des activités de l’association. Quatrième catégorie : les articles historiques, qui traitent, le plus souvent, des périodes antérieures à la Révolution de 1917. Enfin, dernière catégorie : des comptes rendus de lecture, riches et variés, dont l’analyse détaillée permettrait d’avoir un panorama des publications françaises sur l’Union soviétique dans les domaines non seulement artistique ou littéraire mais aussi sociologique, politique et économique.

  • 31 Entretien avec Matteo Poletti, 12 février 1999.
  • 32 M. Kriegel-Valrimont, Mémoires rebelles, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 134.

22La rédaction de France-URSS Magazine est dirigée, on l’a vu, par Matteo Poletti de 1946 à 1950, date à laquelle il rejoint Ce Soir. Le service des cadres du Parti l’envoie, à la suite de cette brève expérience, au Conseil mondial de la Paix à Prague où il est responsable de l’information en langue française. Après un séjour de trois ans, on lui propose le poste de correspondant de L’Humanité à Sofia, qu’il refuse. Au terme d’un bref passage à L’Humanité à Paris, Matteo Poletti retrouve France-URSS Magazine au milieu de 1954. Entouré de Mentor Blasco, qui s’occupe de la mise en page, de Michel Vassiltchikov, qui parle russe et de Pierre Rondière, il s’efforce de suivre les orientations données par la Présidence. Il partage avec André Pierrard une même conception de la ligne éditoriale : ne plus faire l’apologie de l’Union soviétique31. La ligne éditoriale défendue par André Pierrard et Matteo Poletti consiste à encourager toutes les formes de déstalinisation et à soutenir les réformes de Khrouchtchev. D’ailleurs, André Pierrard appartient au groupe des membres du Comité central, qui conteste les comptes rendus thoréziens du rapport Khrouchtchev32. Sur le plan éditorial, la revue revendique son indépendance politique pour suivre les orientations générales de la Présidence mais aussi pour représenter les diverses sensibilités de l’association.

  • 33 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 36.
  • 34 Ibid.

23Grâce à un accord avec Intourist et à l’appui de la Section de la science et culture françaises puis d’URSS-France, France-URSS commence à organiser des séjours touristiques. L’année 1961 connaît un premier pic de fréquentation en raison de l’exposition française à Moscou en août 1961. L’association devient la première agence de voyages française vers l’Union soviétique33. Elle obtient des prix très avantageux en affrétant des avions spéciaux d’Aeroflot. Des voyages en bateau et en train, qui reste encore le moyen de transport le plus économique, sont également proposés. France-URSS reçoit les rares touristes envoyés par son homologue soviétique, en leur proposant des visites spéciales, des réceptions et des entretiens. Pour 1962, le service voyage cherche à trouver pour eux d’autres itinéraires en province afin qu’ils ne visitent pas seulement le Sud-Ouest ou la Normandie mais aussi des régions comme les Vosges, l’Alsace, la Bourgogne ou le Massif central. Dans les grandes villes, il préconise la création de comités d’accueil destinés à organiser des visites dignes d’intérêt, en rapport avec leurs préoccupations professionnelles : usines, écoles, chantiers afin de permettre aux Soviétiques de « pénétrer plus à fond la réalité française »34. En somme, France-URSS souhaite offrir un accueil comparable à celui dont profitent ses adhérents en URSS. Le nombre de touristes soviétiques accueillis par France-URSS demeure relativement modeste.

24Les voyages organisés par France-URSS sont doublement significatifs. Ils concrétisent, d’une certaine manière, les relations entretenues par les deux associations. Avec les voyages, la relation entre les deux pays cesse d’être seulement objet de rêves et de projets pour devenir réalité. Le nombre relativement faible de touristes confère un caractère exceptionnel à ces voyages. Leur rareté donne du prix aux récits de touristes envoyés par France-URSS. De retour en France, les comités locaux les sollicitent pour faire part de leurs impressions. Autre élément important, les voyages sont une activité très rentable pour l’association. En effet, l’analyse du compte d’exploitation pour les quatre premiers mois de 1962 (à la veille du Xe Congrès national) montre que l’association est bénéficiaire. La répartition des recettes par poste est la suivante : les adhésions représentent : 10 % des recettes, les projections cinématographiques : 5,8 %, les emprunts : 7,9 %, les souscriptions : 5,6 % et les voyages : 67 %. Les autres postes (congrès national, délégations, publicité, vente objets, vente documents) représentent 3,7 % des recettes. La part des voyages est écrasante. Sur le plan comptable, les voyages compensent largement les pertes de France-URSS Magazine. Le développement des échanges touristiques correspond à la vocation première de l’association : découvrir la réalité du monde soviétique tout en finançant les multiples activités de l’association sur le territoire national.

La main du PCF

25Pour la direction du Parti communiste, France-URSS joue un rôle clé dans l’espace bilatéral. Grâce à cette organisation de masse, il lui est possible de diffuser les mots d’ordre soviétique en douceur. France-URSS est un utile instrument d’adaptation de la propagande soviétique au-delà des cellules du PCF. Au début de 1958, le bureau politique précise les rapports entre l’appareil et France-URSS, qui se trouve rattachée à la section de politique extérieure :

  • 35 PCF : réunion du bureau politique les 20 et 25 février 1958, SEC. GP. GV., 2 mars 1958, n° 557.

« Rattacher les sociétés d’amitié à la section de politique extérieure du comité central. À une prochaine réunion du bureau politique, examiner les questions concernant l’orientation et l’activité de ces associations, ainsi que de France-URSS »35.

26France-URSS relève donc, d’une certaine manière, de la section de politique extérieure dirigée par Raymond Guyot. Après le retour au pouvoir du général de Gaulle, ce dernier s’efforce de renforcer son contrôle en agissant non pas au niveau de la présidence mais au niveau du comité national composé majoritairement de communistes.

27Au début de 1959, le bureau politique précise les orientations de l’association, qui vont être suivies à la lettre par le IXe Congrès quatre mois plus tard. Les objectifs de connaissance de l’URSS ainsi que le principe de l’ouverture politique, défendus par le général Petit dans son discours inaugural, sont déjà formulés. L’association doit véhiculer l’image d’une Union soviétique défendant et garantissant la paix mondiale :

  1. « 1 – Confirmer l’orientation de l’association France-URSS définie précédemment. L’activité de l’association devant se développer pour la connaissance de l’URSS dans tous les domaines. Considérer comme très important que l’association fasse connaître largement l’URSS, ce qui ne peut que développer dans les masses les raisons de certitude dans l’avenir.
     – Avec la connaissance de l’URSS, défendre la cause de l’amitié franco-soviétique.
  2. L’association ne peut pas se désintéresser des questions de la Paix, notamment celles ayant trait à la politique de paix de l’URSS. Mais elle ne peut pas se considérer comme devant reprendre toutes les questions.
  3. Porter une grande attention à la revue, pour que tout en lui laissant son caractère élevé, elle soit encore plus populaire. Ne pas négliger de faire dans la revue la place pour montrer l’activité de l’association.
     – Tenir compte que la revue Études soviétiques aide à la connaissance de l’URSS et, par conséquent, favorise directement ou indirectement l’activité de l’association.
  4. En ce qui concerne la direction, porter un effort pour obtenir un élargissement supplémentaire.
     – En même temps, ne pas négliger de faire apparaître les militants communistes de l’association »36.
  • 37 Ibid. : réunion du secrétariat le 27 octobre 1959, SEC. GP/FL, 27 octobre 1959, n° 727.

28France-URSS Magazine doit participer à ce travail d’image en faveur de l’Union soviétique. La direction du Parti fait preuve d’une grande vigilance sur les contenus de la revue, en particulier à l’approche des grands événements, comme le voyage en France de Khrouchtchev. À cette occasion, le secrétariat propose un numéro spécial consacré à Khrouchtchev37.

  • 38 Entretien avec Matteo Poletti, 12 février 1999.

29Ce numéro spécial est à l’origine d’un incident. Sa parution provoque l’ire du représentant d’URSS-France à Paris – Volodine – qui n’accepte pas le reportage historique illustrant la traditionnelle entente franco-russe par une photographie de la visite en France de Nicolas II. Quelques jours plus tard, trois membres du Parti, parmi lesquels Paul Courtieu, font une démarche auprès de la rédaction de la revue pour modifier le contenu du reportage. La rédaction trouve ainsi l’occasion d’affirmer son indépendance en refusant de publier une nouvelle édition. Cependant, cinq cents exemplaires expurgés sont retirés pour les services de l’ambassade soviétique. Matteo Poletti demande un rendez-vous à Maurice Thorez pour obtenir des explications : il est reçu par Jacques Duclos qui clôt, en apparence, l’incident38. En réalité, le numéro spécial est boycotté par le Parti qui ne le diffuse pas :

  • 39 PCF : réunion du secrétariat le 17 novembre 1959, SEC. GP. GV., 20 novembre 1959, n° 733.

« Accepter les propositions faites par Regards et France-URSS, mais indiquer à France-URSS qu’il ne sera pas possible aux organisations du Parti de participer à la diffusion du numéro spécial et que, par conséquent, il convient de déterminer le nombre d’exemplaires qui seront édités en fonction des moyens propres de l’organisation, pour les diffuser (R. Guyot) »39.

Cet incident illustre le fermeté du contrôle exercé par la direction du Parti sur France-URSS et, en particulier, sur sa revue. Il se ressent également sur les militants communistes de l’association, qui sont étroitement encadrés et dont l’action associative est toujours liée à l’action militante. En raison de ses positions, André Pierrard est sous surveillance :

  • 40 Ibid. : réunion du secrétariat le 14 juin 1960, SEC. GP. GV., 16 juin 1960, n° 794.

« Faire les remarques à André Pierrard sur son attitude envers Soletchnik et l’informer de ces décisions. Demander à la Fédération Seine-Sud et à la Fédération du Nord de nous informer sur son comportement politique. Communiquer au camarade Raymond Guyot ces informations à propos de Pierrard, qui est vice-président de France-URSS »40.

Francis Cohen, qui avait adhéré à France-URSS à son retour d’Union soviétique, défend une conception de l’association différente de celle défendue par Raymond Guyot :

  • 41 Entretien avec Francis Cohen, 26 avril 1999.

« J’avais une conception large de l’association, qui devait être un lieu de rencontre, de contacts, et pas un relais de la politique du Parti ou de l’URSS »41.

30Deux orientations de France-URSS peuvent gêner le groupe dirigeant du PCF. En premier lieu, l’importance accordée à la déstalinisation et à l’évolution du modèle soviétique. En second lieu, l’accent porté sur la fraternité d’armes entre la France et l’Union soviétique qui automatiquement valorise l’action du général de Gaulle pendant la guerre (le rôle du général Petit est, à cet égard, déterminant) et en fait un acteur central des échanges entre les deux pays. À partir de ce positionnement, il faut se demander de quelle manière les rapports entre France-URSS et URSS-France servent les relations entretenues par les autorités gouvernementales.

Les relations entre URSS-France et France-URSS

Les dirigeants

31Deux hommes, très dissemblables, symbolisent les relations entre les deux associations : le général Petit et Ilya Ehrenbourg. Leurs parcours respectifs enrichissent et illustrent l’héritage commun qui se fonde dans la fraternité d’armes contre l’Allemagne d’une part, et dans la tradition d’échanges littéraires et artistiques d’autre part.

  • 42 Le Monde, 30-31 mai 1971.

32Rien ne prédisposait Ernest Petit à devenir un des hommes clés des relations franco-soviétiques. Ni son éducation, ni sa formation. Né en février 1888 à Pambœuf dans un milieu catholique modeste, il entre à Saint-Cyr en 1909. À sa sortie, il choisit l’Infanterie. Un de ses camarades de promotion se nomme Charles de Gaulle. Pendant la Première Guerre mondiale, prisonnier au Fort IX d’Ingolstadt en Bavière, il retrouve ce dernier et parvient à s’évader42. Comme la plupart des officiers de sa génération, il sert au Maroc, participe à l’occupation de l’Allemagne, avant de partir, breveté de l’École de guerre, pour le Levant (1928-1934). Après un séjour en métropole, il est nommé chef de la mission militaire au Paraguay (1938-1940). Sa trajectoire croise à nouveau celle de De Gaulle lorsqu’il rejoint la France Libre pour devenir son chef d’état-major en 1941.

  • 43 C. Defrance, « Raymond Schmittlein : un itinéraire dans la France libre, entre activités militaires (...)
  • 44 X. Duhamel, Normandie-Niemen : enjeux et symboles, Étude de l’escadrille Normandie-Niemen dans le c (...)
  • 45 Cité par J. Lacouture, De Gaulle, Le rebelle, op. cit., p. 511.

33Début 1942, la France Libre, en quête de reconnaissance internationale, envoie à Moscou Roger Garreau, secondé par Raymond Schmittlein, et Ernest Petit, chef de la mission militaire43. À ce titre, il organise l’escadrille Normandie-Niemen, symbole de l’alliance franco-soviétique contre l’Allemagne nazie et tente vainement de mettre sur pied une division française pour combattre sur le front de l’Est44. Les autorités soviétiques lui réservent un accueil tellement chaleureux que le général de Gaulle se demande, en 1954 (dans les Mémoires de guerre), si les avances qui lui ont été faites n’avaient qu’un objectif professionnel45. L’insinuation s’explique par l’orientation politique du général Petit. Commandant de la Région militaire de Paris, il prend la direction, début 1947, du cabinet militaire de François Billoux, ministre communiste de la Défense nationale. Un an plus tard, élu au Sénat, il siège comme apparenté au groupe communiste jusqu’en 1963. Toujours en 1948, il prend la présidence de la Fédération des officiers de réserve républicains et, en novembre, entre au Bureau national de France-URSS. L’année suivante, le Congrès de Montreuil l’élit vice-président de l’association. Actif collaborateur de Frédéric Joliot-Curie, il devient cinq ans plus tard, en 1954, président-délégué de France-URSS.

  • 46 Archives R. Vahé : allocution prononcée aux obsèques du général Petit par maître André Blumel, prés (...)
  • 47 Ibid. : allocution prononcée par le président Guy Desson à la manifestation d’anniversaire du génér (...)

34Ce parcours explique, en partie, sa conception des relations franco-soviétiques. Pour le général Petit, France-URSS prolonge la fraternité d’armes entre les deux pays par « une fraternité de la pensée et de l’action en vue de la Paix »46. Pour lui, prime l’héritage de la guerre qu’il convient à tout prix de préserver, en dépit des évolutions internationales et de la confrontation des blocs. Profondément patriote, il voit dans l’amitié franco-soviétique l’expression de l’intérêt national. Sa présidence tente de proposer une politique d’ouverture en refusant un alignement systématique sur le PCF. Son prestige historique lui confère l’autorité suffisante pour diriger et arbitrer « des discussions parfois difficiles »47 entre les différentes tendances de l’association. Aux yeux des non-communistes, son passé militaire est une garantie. Aux yeux des communistes, qui voient en lui un des leurs, il présente l’avantage d’une surface sociale suffisamment large pour éviter à France-URSS d’être taxée de sectarisme. Le général Petit impose une discipline quasi militaire aux dirigeants de l’association, fixe des missions claires. Dans son discours d’ouverture au IXe Congrès national, il souligne, par exemple, l’importance de la formation :

  • 48 Archives nationales : carton n° 88 AS 15.

« Possédons-nous nous-même une connaissance suffisante de l’Union soviétique pour la diffuser autour de nous ? (...) Tout dirigeant, tout militant de France-URSS doit avoir une connaissance de l’Union soviétique aussi développée que possible ; être capable de faire une conférence générale, s’il s’agit d’un dirigeant, une conférence spécialisée, s’il s’agit d’un membre d’une commission, de répondre aux principales questions qui peuvent nous être posées s’il s’agit des autres militants »48.

Pour ce faire, le général Petit préconise le développement du bureau de documentation et insiste sur les efforts de formation à fournir à tous les niveaux. Le général Petit n’est pas un retraité en mal d’occupations ; il imprime sa marque à France-URSS tout en dirigeant, parallèlement, France-Hongrie.

  • 49 B. Kagarlitsky, Les intellectuels et l’État soviétique de 1917 à nos jours, Paris, PUF, 1993, p. 13 (...)

35Ilya Ehrenbourg résume à lui seul, côté soviétique, un type de rapports entre les deux pays. Brillant, francophile et francophone, il est introduit dans les milieux intellectuels français depuis les années trente. Critique dogmatique de La Condition humaine lors de sa parution, il entretient, malgré tout, des relations régulières avec André Malraux. C’est lui qui l’accueille au Congrès de 1934 à Moscou où Malraux défend bec et ongles sa conception de la création romanesque. Ilya Ehrenbourg représente, en compagnie de Boris Pasternak, les intellectuels soviétiques au Congrès international des écrivains à la Mutualité en 1935. Après l’Espagne, Ilya Ehrenbourg séjourne en France où il rédige, pendant l’hiver 1939-1940, La chute de Paris. En décembre 1944, le général de Gaulle le rencontre à Moscou. Écrivain du Parti, Ilya Ehrenbourg encourage et accompagne les tentatives d’assouplissement du régime. Son roman Le Dégel annonce une période de décrispation. Année après année, ses mémoires paraissent dans Novy Mir sous le titre Les hommes, les années, la vie dans lesquels il retrace « le destin d’un intellectuel juif russe »49. En janvier 1961, le prix Lénine couronne sa carrière ; il profite de son prestige pour dénoncer l’antisémitisme latent en Union soviétique. URSS-France est donc représentée par une haute figure de l’intelligentsia. Ilya Ehrenbourg apporte son autorité morale comme caution au profit d’URSS-France. Ilya Ehrenbourg et le général Petit souhaitent conclure un accord qui formaliserait les rapports entre leurs associations.

Les fermes de l’accord

36L’ambition initiale de l’accord est la suivante : en cas de refroidissement entre les deux gouvernements, les deux associations doivent garantir la permanence des relations. Les deux structures inscrivent leurs actions dans les protocoles signés par les gouvernements. Les représentants des deux associations négocient des plans d’échanges en fonction d’eux. En avril 1963, André Blumel, membre de la présidence de France-URSS, et Victor Gorchkov, premier vice-président de l’Union des Associations soviétiques pour l’amitié et les relations culturelles avec l’Étranger signent, à Moscou, l’accord suivant :

« Les deux parties contractantes :

  1. Déploieront tous leurs efforts pour renforcer la compréhension entre les peuples français et soviétique pour accroître des contacts constructifs, et apporteront leur plein et entier concours pour la réalisation des programmes d’échanges culturels concertés entre les deux États et prenant elles-mêmes le cas échéant des initiatives dans ce sens.
  2. S’engagent à renforcer le rayonnement de leur propre Association dans son pays par la diffusion des connaissances sur l’histoire, l’économie, la littérature, les arts et sur d’autres domaines de la vie des peuples de la France et de l’Union soviétique. Cette activité sera poursuivie conformément à l’esprit du communiqué franco-soviétique du 9 octobre 1957 (...).
  3. Organiseront en accord avec les pouvoirs publics et avec le concours d’organismes divers, des réunions, des soirées consacrées aux fêtes nationales, aux dates mémorables de l’histoire des deux pays, ainsi que des conférences, des soirées, des expositions, des concerts consacrés à la culture de la France et à celle de l’URSS.
  4. S’engagent à préparer les voyages et à assurer réciproquement la réception de délégations de travailleurs intellectuels et manuels des deux pays.
  5. Contribueront à l’établissement de relations entre les organisations sociales, culturelles, sportives et autres des deux pays, quelles que soient les convictions politiques, idéologiques ou religieuses de leurs membres.
  6. Échangeront des livres et autres publications, des objets d’art décoratif, des expositions artistiques, des documents photographiques reflétant la vie, le travail et la culture des peuples français et soviétique ainsi que des enregistrements sur disques, magnétophone, des partitions musicales, des longs métrages, des documentaires, etc.
  7. Apporteront un concours actif au développement des liens établis entre les villes jumelées de France et d’URSS et faciliteront tout contact et échange entre les villes qui en manifesteraient le désir.
  8. Attachant une grande importance aux échanges touristiques contribueront, dans la mesure de leurs possibilités, à stimuler de tels échanges entre la France et l’URSS et apporteront toute l’aide nécessaire aux groupes de touristes envoyés par l’un ou l’autre des pays mentionnés.
  9. Poursuivront et augmenteront le travail entrepris pour l’étude du russe en France et du français en Union soviétique.
  10. Se tiendront régulièrement informées de leur activité respective »50.

Les deux associations placent leur action dans le cadre délimité par les gouvernements en se référant explicitement à l’accord d’octobre 1957. Toutes les formes d’échanges sont prévues. France-URSS et URSS-France encouragent les jumelages entre villes et souhaitent mettre l’accent sur l’enseignement du français et du russe. Le plan d’échanges, qui accompagne l’accord comporte quatre volets :

  • 51 Ibid.

« – I. Échange de délégations, de personnalités de la culture et de la science : France-URSS s’engagent à inviter trois délégations (huit personnes) alors qu’URSS-France doit faire venir trois délégations (douze personnes) plus un des présidents de France-URSS et un correspondant de France-URSS Magazine.
 – II. Dans le domaine du tourisme : les deux associations s’engagent à développer les voyages touristiques tout en proposant davantage de voyages professionnels.
 – III. Échanges d’expositions, de littérature et d’autre matériel d’information : sont prévus des échanges de livres, périodiques, films, diapositives, expositions, partitions musicales et manuels scolaires.
 – IV. La connaissance du public français et soviétique sur la vie et la culture des deux pays : France-URSS et URSS-France doivent chacune organiser pas moins de huit journées commémoratives, par exemple, le 20e anniversaire de la bataille de la Volga et le 70e anniversaire de la naissance de Maïakovski pour les Français ; le centenaire de la mort de Delacroix ou le 250e anniversaire de la naissance de Diderot pour les Soviétiques »51.

À la différence du MID qui sous-traite une partie de ses activités à URSS-France, le Quai d’Orsay ne tient pas compte, dans le programme officiel d’échanges, des manifestations prévues par France-URSS. Pour lui, la position de France-URSS dans l’espace bilatéral est source de confusions et d’ambiguïtés dangereuses. Même si le ministère invite très régulièrement ses agents à distinguer, sans hésiter, les échanges de l’association de ceux prévus par le protocole, il n’en demeure pas moins que progressivement France-URSS s’impose comme un interlocuteur inévitable en raison à la fois de ses contacts et de sa capacité de mobilisation. En effet, France-URSS propose une autre forme de relations bilatérales en offrant à ses adhérents la possibilité de découvrir l’Union soviétique, alors que le Quai doit veiller à l’application de la ligne gouvernementale tout en observant une certaine prudence. Dans le domaine culturel, d’une certaine manière, France-URSS est en avance sur le ministère en raison de la densité de ses connections en Union soviétique.

37Il existe bel et bien une concurrence entre les autorités diplomatiques françaises et France-URSS pour le développement des échanges culturels. Le Quai d’Orsay s’emploie à limiter l’influence de l’association. Les notes préparatoires à la venue en France de Khrouchtchev font un rapide bilan des relations culturelles en soulignant les difficultés qu’elles rencontrent :

  • 52 MAE, URSS 1944-1960, carton n° 270, notes préparatoires au voyage en France de Nikita Khrouchtchev, (...)

« Nous ne pouvions signer avec le gouvernement soviétique une véritable convention culturelle : les dispositions d’ordre matériel et de durée illimitée que comportent ces suites d’arrangement n’ont de sens et d’utilité que dans les rapports avec les pays qui laissent circuler sans trop d’entrave les hommes et les œuvres. En revanche, il y avait pour la France intérêt à placer les échanges culturels sur un plan officiel, afin de les faire échapper à l’exploitation politique des partis et organisations qu’ils manœuvrent en particulier l’Association France-URSS, et à faire les conditions de manière précise et sur une base de réciprocité »52.

38En arrivant à Moscou, en 1957, Marcel Girard comprend vite que France-URSS détient un quasi-monopole sur les relations culturelles en raison d’un réseau implanté dans les milieux politiques, intellectuels et artistiques. Deux attitudes s’offrent à lui : la rivalité ou l’utilisation de ces canaux. Marcel Girard opte pour la seconde et noue des liens avec les deux associations. Sa présence lors de la création d’URSS-France, en 1958, traduit son souci de prendre acte des bonnes intentions soviétiques. L’ambassade de France y voit le moyen d’obtenir d’autres contacts que ceux habituellement proposés par le MID ou le ministère de la Culture. Marcel Girard, tirant profit de sa relative indépendance par rapport au reste de l’ambassade, fait de son appartement un lieu semi-officiel, où les intellectuels français et soviétiques, qui évitent volontairement l’ambassade, se rendent :

  • 53 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

« Pierre Courtade ou Emmanuel d’Astier de la Vigerie n’allaient pas jusqu’à l’ambassade se compromettre avec le monde bourgeois, mais ils venaient chez moi »53.

  • 54 MAE, Europe, URSS 1961-1965, carton n° 1934, invitation adressée par le général Petit à Henri Frome (...)

En France, les liens entre France-URSS et le Quai d’Orsay sont réguliers car l’association informe le ministère de ses principales manifestations et lui demande de faciliter l’octroi de visas pour des délégations soviétiques invitées54. Parallèlement, le ministère des Affaires étrangères est informé par le ministère de l’Intérieur des tentatives de pénétration soviétique via France-URSS :

  • 55 MAE, Europe, URSS 1961-1965, carton n° 1902, note sans références au sujet de la création d’un « Co (...)

« L’URSS s’est toujours intéressée à la création d’associations amicales avec les pays étrangers ; l’association France-URSS est bien connue ; grâce à elle les services spéciaux soviétiques ont pu recruter un certain nombre d’agents en France même »55.

39Dès lors, les différents échelons de France-URSS font l’objet d’une surveillance étroite. Directeur des Renseignements généraux, Jean-Émile Vié considère l’association comme un satellite du PCF :

  • 56 Entretien avec Jean-Émile Vié, 30 juin 1998.

« J’étais ennuyé par cette association car il y avait des gens de bonne foi, qui ont été abusés, à côté des compagnons de route. Je mettais en garde les gens de bonne foi. Les compagnons de route faisaient l’objet d’un fichier spécial »56.

Les Renseignements généraux pénètrent l’association afin de suivre son évolution politique. Jean-Émile Vié ajoute que, si la Présidence n’était pas noyautée, l’infiltration se faisait en revanche au niveau des comités départementaux. À partir du moment où France-URSS est contrôlée par le PCF, elle intéresse les Renseignements généraux, qui restent attentifs aux éventuelles tentatives soviétiques de diffuser, par ce biais, leur propagande. Cette lutte d’influence secrète dans le cadre de l’association ne doit pas faire oublier que France-URSS fonctionne, tout au long de la période, comme la principale fenêtre ouverte sur l’Union soviétique. En dehors des enjeux politiques, elle est souvent la première étape pour qui s’intéresse à la Russie soviétique.

40URSS-France et France-URSS occupent des positions essentielles dans l’espace bilatéral en raison de leur capacité de mobilisation. Ces derniers agissent en faveur d’un rapprochement entre les deux pays. URSS-France est un bras de l’appareil diplomatique qui, sous la présidence d’Ilya Ehrenbourg, s’efforce de diffuser une image positive du régime soviétique. France-URSS défend officiellement son indépendance à l’égard des autorités gouvernementales et des partis politiques. Dans les faits, elle est étroitement contrôlée par le PCF qui l’utilise pour relayer les mots d’ordre soviétiques et toucher des groupes au-delà de ses propres troupes.

41Dans la guerre des esprits, France-URSS est un élément supplémentaire à la disposition des autorités soviétiques. En ce sens, elle déséquilibre un peu plus la relation bilatérale en faveur de Moscou qui peut, par son intermédiaire, toucher différentes couches de la population française. Les autorités françaises ne peuvent s’appuyer ni sur URSS-France ni sur France-URSS (sur laquelle elles exercent néanmoins une surveillance permanente). Cependant, il ne faut pas se limiter à une lecture tactique de l’action de France-URSS. En effet, l’association contribue de manière décisive à la connaissance de l’Union soviétique en France, notamment grâce aux voyages qu’elle organise et qui participent au long processus d’interpénétration entre les deux pays.

Notes

1 Selon les Carnets de Cachin dans S. Courtois et M. Lazar, Histoire du Parti communiste français, op. cit., p. 238.

2 J.-B. Duroselle, Tout empire périra, op. cit., p. 68.

3 J.-P. Rioux, « L’association en politique », dans René Rémond (dir.), Pour une histoire politique, op. cit., p. 87-120.

4 M.-P. Rey, La tentation du rapprochement, op. cit., p. 299-300 ; S. Cœuré, La grande lueur à l’Est, op. cit., p. 86-87 ; R. Mazuy, « Les “Amis de l’URSS” et le voyage en Union soviétique, La mise en scène d’une conversion (1933-1939) », Politix, n° 18, 1992, p. 108-128.

5 Entretien avec Jean Triomphe, 25 mars 1999.

6 Entretien avec Matteo Poletti, 12 février 1999.

7 S. Koch, La fin de l’innocence, Les intellectuels d’Occident et la tentation stalinienne, Trente de guerre secrète, Paris, Grasset, 1995.

8 Sur les origines de VOKS, S. Cœuré, La grande lueur à l’Est, op. cit., p. 52-53 ; M. David-Fox, « From Illusory 1Society” to Intellectual 1Public” : VOKS, International Travel and Party-Intelligentsia Relations in the Interwar Period », Contemporary European History, n° 1, février 2002, p. 7-32.

9 F. Barghoorn, The Soviet Cultural Offensive, Princeton, Princeton University Press, 1960, p. 256-257.

10 J. Rubenstein, « Ilya Ehrenburg – Between East and West », Journal of Cold War Studies, n° 1, hiver 2002, p. 44-65.

11 Archives V. Svistounov.

12 Entretien avec V. Svistounov, 6 août 1998.

13 Ibid.

14 Z. Marten et V. Sedyh, Moskva-Pariž, velenie serdca i razuma, Moscou, Āeždunarodnye otnošenia, 1998, p. 94.

15 Entretien avec V. Svistounov, 6 août 1998.

16 Entretien avec V. Sedyh, 11 août 1998.

17 Ibid.

18 Archives V. Svistounov.

19 Ibid.

20 Entretien avec Roland Leroy, 17 mars 1999.

21 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 16.

22 Archives R. Vahé : composition de la direction de France-URSS.

23 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 15.

24 Entretien avec Roland Leroy, 17 mars 1999.

25 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 15.

26 Ibid.

27 S. Courtois et M. Lazar, Histoire du Parti communiste français, op. cit., p. 428-430.

28 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 16.

29 RGANI, fonds n° 89, perecen n° 55, dokument n° 23, séance du Présidium, 23 octobre 1956.

30 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 16.

31 Entretien avec Matteo Poletti, 12 février 1999.

32 M. Kriegel-Valrimont, Mémoires rebelles, Paris, Odile Jacob, 1999, p. 134.

33 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 36.

34 Ibid.

35 PCF : réunion du bureau politique les 20 et 25 février 1958, SEC. GP. GV., 2 mars 1958, n° 557.

36 Ibid. : réunion du bureau politique le 22 janvier 1959, SEC. GP. GV., 27 janvier 1959, n° 645.

37 Ibid. : réunion du secrétariat le 27 octobre 1959, SEC. GP/FL, 27 octobre 1959, n° 727.

38 Entretien avec Matteo Poletti, 12 février 1999.

39 PCF : réunion du secrétariat le 17 novembre 1959, SEC. GP. GV., 20 novembre 1959, n° 733.

40 Ibid. : réunion du secrétariat le 14 juin 1960, SEC. GP. GV., 16 juin 1960, n° 794.

41 Entretien avec Francis Cohen, 26 avril 1999.

42 Le Monde, 30-31 mai 1971.

43 C. Defrance, « Raymond Schmittlein : un itinéraire dans la France libre, entre activités militaires et diplomatiques », Relations internationales, n° 108, hiver 2001, p. 487-501.

44 X. Duhamel, Normandie-Niemen : enjeux et symboles, Étude de l’escadrille Normandie-Niemen dans le cadre des relationsfranco-soviétiques (1942-1992), Paris I, mémoire de maîtrise sous la direction de Robert Frank, 1998.

45 Cité par J. Lacouture, De Gaulle, Le rebelle, op. cit., p. 511.

46 Archives R. Vahé : allocution prononcée aux obsèques du général Petit par maître André Blumel, président-délégué de France-URSS, 2 juin 1971.

47 Ibid. : allocution prononcée par le président Guy Desson à la manifestation d’anniversaire du général Petit, en présence de V. Zorine, 20 février 1968.

48 Archives nationales : carton n° 88 AS 15.

49 B. Kagarlitsky, Les intellectuels et l’État soviétique de 1917 à nos jours, Paris, PUF, 1993, p. 139.

50 Archives nationales, fonds France-URSS, carton n° 88 AS 33.

51 Ibid.

52 MAE, URSS 1944-1960, carton n° 270, notes préparatoires au voyage en France de Nikita Khrouchtchev, non datées.

53 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

54 MAE, Europe, URSS 1961-1965, carton n° 1934, invitation adressée par le général Petit à Henri Froment-Meurice pour le Xe congrès national de l’association, 8 mai 1962.

55 MAE, Europe, URSS 1961-1965, carton n° 1902, note sans références au sujet de la création d’un « Comité de liaisons culturelles avec les compatriotes à l’étranger », nouvelle forme d’activité parmi les émigrés russes, 4 novembre 1963.

56 Entretien avec Jean-Émile Vié, 30 juin 1998.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search