Version classiqueVersion mobile

Double détente

 | 
Thomas Gomart

Acteurs et vecteurs

Chapitre II. Les acteurs intermédiaires

Texte intégral

  • 1 A. Colonomos, « L’acteur en réseau à l’épreuve de l’international », dans M.-C. Smouts (dir.), Les (...)

1Les diplomates ne sont pas les seuls à investir le champ bilatéral. Cette évidence est l’un des acquis de l’histoire des relations internationales. L’importance qui leur est accordée s’explique par les liens généalogiques entre histoire diplomatique et histoire des relations internationales ainsi que par l’existence d’archives diplomatiques facilement accessibles. Les analyses stato-centrées, qui ont longtemps prévalu, trouvent leurs origines dans l’action historique des États mais aussi dans leur capacité à en conserver les traces. La constitution d’archives les aide à légitimer et à renforcer la prépondérance de leurs agents au regard des autres acteurs. Qui sont-ils, ces hommes et ces femmes qui laissent peu de traces ? Pour les définir sommairement, il s’agit d’acteurs n’appartenant pas à la sphère étatique. Cette distinction simple accrédite une thèse en vogue dans l’approche des relations internationales contemporaines, qui repose sur « le rôle décisif du clivage État-société »1. Ces acteurs intermédiaires ne s’identifient pas à des individus isolés mais à des groupes constitués qui agissent dans l’espace bilatéral.

2Dans le cadre franco-soviétique, les acteurs intermédiaires se présentent comme des structures de taille et d’influence variables, qui occupent une position charnière. Les acteurs choisis – un parti politique (PCF), une banque (BCEN, Banque commerciale d’Europe du Nord), une association culturelle (ALAP, Agence littéraire et artistique parisienne) et deux groupes professionnels (les journalistes et les traducteurs) – sont français. L’absence d’acteurs soviétiques s’explique par la nature du régime soviétique et par les difficultés rencontrées pour localiser d’autres sources que les sources officielles en Russie au cours de l’enquête. La présence d’acteurs français, entretenant des relations à la fois avec les autorités françaises et soviétiques, soulève trois séries de questions. Première interrogation : la segmentation thématique de la relation bilatérale, provoquée par le jeu des acteurs intermédiaires, entre-t-elle en opposition, ou en accord, avec les politiques gouvernementales ? À titre d’exemple, il faut se demander si, dans le domaine culturel, l’action de l’ALAP contredit celle de la DGACT (Direction générale des Affaires culturelles et techniques) du Quai d’Orsay ou si, au contraire, elle la complète. Deuxième interrogation : les autorités soviétiques ne cherchent-elles pas à transformer ces acteurs intermédiaires en système différentiel d’influence ? Elles agissent, par exemple, conjointement sur le PCF et la BCEN pour contrôler une partie de l’espace bilatéral. Troisième interrogation : le jeu des acteurs intermédiaires n’entraîne-t-il pas un déséquilibre, ainsi qu’une francisation de la relation bilatérale ? Cette question se pose dans la mesure où les autorités soviétiques exercent une influence sur des acteurs installés en France (à l’exception des journalistes français en poste à Moscou), alors que les autorités françaises ne disposent d’aucun relais comparable sur le territoire soviétique.

3Le choix des acteurs résulte autant d’une vision globale de l’espace bilatéral que des possibilités d’accès aux sources. Les cinq acteurs retenus n’occupent pas la même surface au sein de cet espace. En effet, les deux premiers – le PCF et la BCEN – agissent dans la société française en fonction des intérêts soviétiques. En ce sens, ils fonctionnent comme des relais d’influence. Même s’ils sont de nature différente, les trois autres – l’ALAP, les journalistes et les traducteurs – tiennent une position d’interface en plaçant l’activité bilatérale au cœur de leur action.

Les relais d’influence

Le Parti communiste français : une contre-société proactive

  • 2 J.-B. Duroselle, Tout empire périra. Théorie des relations internationales, Paris, Armand Colin, 19 (...)
  • 3 J.-B. Duroselle, L’Europe de 1815 à nos jours, Paris, PUF, 1996, p. 283-284.
  • 4 M. Winock, « L’âge d’or du communisme français », L’Histoire, n° 223, juillet-août 1998, p. 59.
  • 5 « Contre-culture » émanant d’une « contre-société » pour reprendre la formule d’A. Kriegel, Les com (...)
  • 6 Aux législatives de 1958, le PCF recueille 19 % des suffrages exprimés, soit un peu moins de quatre (...)

4Comment aborder le PCF ou plutôt comment ne pas l’aborder dans le cadre des rapports franco-soviétiques ? Même s’il fait figure d’objet historique intimidant, saturé de références et d’interprétations, il est impossible de ne pas l’inscrire dans l’espace bilatéral tant son action y est profonde. Dans sa typologie des acteurs internationaux, Jean-Baptiste Duroselle classe les partis politiques parmi les « communautés intermédiaires ». Ils se constituent pour conquérir le pouvoir ou agir sur les actes du pouvoir en place2. Ces « mini-États » fonctionnent comme « des groupes de pression »3 et confient leur politique étrangère à des militants spécialistes. Le PCF correspond parfaitement à cette description. Dirigée par Raymond Guyot, fidèle parmi les fidèles de Maurice Thorez, la section de politique extérieure incarne la ligne dure du Parti et l’alignement sur Moscou. En gérant un triple capital « ouvrier, patriotique et internationaliste »4, le PCF défend sa spécificité par rapport aux autres partis politiques. Disposant d’un appareil aussi structuré qu’efficace, utilisant de puissants relais – publications, associations, syndicats...– et véhiculant une « contre-culture »5, il représente un poids politique de première importance dans la société française au début des années soixante6. Sa spécificité réside également dans son étroite dépendance à l’égard de Moscou dans les domaines politique et financier.

  • 7 PCF : réunion du Bureau politique le 1er avril 1958, 2 avril 1958, n° 567.
  • 8 PCF : réunion du Bureau politique le 6 mai 1958,10 mai 1958, n° 577.

5Le PCF tient une position stratégique dans l’espace bilatéral puisqu’il dispose du pouvoir d’adapter les directives soviétiques aux réalités de la société française. Dans le domaine politique, les archives du secrétariat et du bureau politique font état de rencontres régulières entre dirigeants du PCF et dirigeants du PCUS. Elles permettent de comprendre de quelle manière le PCF relaie la politique extérieure soviétique dans le débat politique national par l’entremise du bureau politique, qui transforme les enjeux de politique internationale en enjeux de politique nationale. Un exemple parmi d’autres : en mars 1958, le Soviet suprême préconise l’arrêt des expériences atomiques. Début avril, le bureau politique demande au groupe communiste à l’Assemblée nationale d’adresser une lettre aux autres groupes parlementaires pour exiger que la décision d’autorisation de rampes de lancement d’armes nucléaires sur le territoire national soit prise par le Parlement7. Début mai, après que le Soviet suprême eut remis une lettre officielle aux bureaux de l’Assemblée nationale et du Conseil de la République, le bureau politique décide de relancer le débat dans le cadre du groupe d’amitié franco-soviétique de l’Assemblée nationale8.

  • 9 M.-P. Rey, « PCF, fonds secrets », L’Histoire, n° 223, juillet-août 1998, p. 48 ; V. Loupan et P. L(...)
  • 10 C. Pennetier et B. Pudal, « La politique d’encadrement : l’exemple français », M. Dreyfus et al., L (...)

6Dans le domaine financier, le PCUS soutient les PC occidentaux et, en particulier, le PCF qui reçoit 19 %, en 1957, des fonds versés par les Soviétiques aux PC étrangers9. Ce soutien constant se fait par le biais d’aides accordées à la presse et aux maisons d’édition d’obédience communiste. À ces aides s’ajoutent des financements ponctuels pour l’ensemble de la nébuleuse communiste. Les versements réguliers destinés au PCF transitent par un « Fonds syndical international d’aide aux organisations ouvrières de gauche auprès du Conseil des syndicats roumains », auquel contribuent les PC soviétique, chinois, bulgare, hongrois, polonais, est-allemand, roumain et tchécoslovaque. Cette tutelle politique et financière se double d’un étroit contrôle exercé sur les cadres du PCF. Le PCUS dispose au sein du groupe dirigeant d’hommes liges et veille à placer aux niveaux intermédiaires des hommes sûrs10.

  • 11 G. Quagliariello, « Gaullisme et anticommunisme », Communisme, n° 62/63, 2000, p. 112.

7Dès lors, il s’agit de se demander comment le lien organique PCUS/PCF réagit d’une part aux évolutions du modèle soviétique et à la déstalinisation de Khrouchtchev et, de l’autre, à la politique d’indépendance nationale du général de Gaulle. Pour Moscou, le retour au pouvoir de ce dernier pose la délicate question de la combinaison des rapports de parti à parti et d’État à État. En France, il crée des difficultés aux communistes français qui se retrouvent confrontés à une vigoureuse force politique qui va tendre « des perches à l’URSS sur le terrain international »11. Visiblement, dans les semaines qui suivent le retour de De Gaulle, Maurice Thorez ne sent pas le danger qu’il représente pour la cohésion de son parti. Il estime que l’intensification des rapports inter-étatiques ne la menace nullement :

  • 12 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 49, papka n° 280, delo n° 11, note du MID au se (...)

« Au cours d’un entretien avec notre ambassadeur en France – le camarade Vinogradov (message en provenance de Paris en date du 25 juin) – Thorez a déclaré qu’il veille à soutenir nos contacts permanents avec de Gaulle. De Gaulle peut engager certaines démarches en faveur des relations avec l’Union soviétique. Le camarade Thorez a dit que le développement des relations étatiques entre l’URSS et la France ne compliquait pas du tout la position du PCF, mais qu’au contraire il la confortait »12.

  • 13 S. Courtois et M. Lazar (dir.), 50 ans d’une passion française, De Gaulle et les communistes, Paris (...)

8Cet optimisme ne doit pas masquer les difficultés de positionnement du PCF dans l’espace bilatéral en raison précisément du dialogue inter-étatique. Le relais qu’assure le PCF entre les directives soviétiques et le débat national est plus compliqué qu’il n’y paraît. L’alignement du groupe dirigeant sur Moscou dissimule, en réalité, des différences sensibles d’interprétation du modèle soviétique et du projet gaullien d’une Europe « de l’Atlantique à l’Oural »13. Pour les illustrer, trois points de vue significatifs de militants – un responsable politique (Roland Leroy), un intellectuel (Francis Cohen) et un étudiant (Serge Monegard) – intervenant à trois niveaux de responsabilité, vont être examinés.

  • 14 Pour une présentation du parcours des trois premiers, voir S. Courtois et M. Lazar, Histoire du par (...)
  • 15 G. Plissonnier, Une vie pour lutter, Paris, Messidor/Éditions sociales, 1984, entretiens avec Danie (...)
  • 16 Sur la première partie de son parcours, voir aussi G. Streiff, Jean Kanapa, De Sartre à Staline, Pa (...)
  • 17 R. Leroy, La quête du bonheur, Paris, Grasset, 1995.
  • 18 J. Fauvet (en collab. avec A. Duhamel), Histoire du Parti communiste français II, Paris, Fayard, 19 (...)

9Au sein de l’appareil, la fin des années cinquante voit l’émergence de quatre hommes, qui vont participer activement aux rapports PCF/PCUS : Gaston Plissonnier, Jean Kanapa, Roland Leroy et Georges Marchais14. Né en 1913, le premier devient secrétaire du comité central en 1956 et entre au bureau politique huit ans plus tard. Son influence ne cesse de croître au sein de l’appareil ; il gagne progressivement la confiance des Soviétiques et exerce, à ce titre, des responsabilités beaucoup plus larges que ne le laissent croire ses brefs mémoires15. L’analyse des archives de la fameuse « polex » (la section de politique extérieure) met en lumière son rôle dans la correspondance entre le PCUS et le PCF. Gaston Plissonnier s’imposera comme le vrai numéro deux du Parti sous Georges Marchais. Jean Kanapa est âgé de vingt-quatre ans lorsqu’il est nommé rédacteur en chef de La Nouvelle Critique (1948)16. Cet agrégé de philosophie (ancien élève de Jean-Paul Sartre au lycée Pasteur) s’illustre pendant dix ans par la violence de ses diatribes. En 1957, il est envoyé à Prague pour assurer la rédaction en chef de La nouvelle revue internationale, avant de prendre la succession de Pierre Courtade comme correspondant de L’Humanité à Moscou (1962-1967). Ses séjours à l’étranger et sa connaissance du mouvement communiste international le convainquent de la nécessité de réformer le modèle communiste et ses partis. Il est titularisé au comité central en 1964 mais devra attendre 1975 pour accéder au bureau politique où il s’imposera comme un des principaux artisans de l’eurocommunisme. Georges Marchais est un protégé de Maurice Thorez. Il connaît une ascension fulgurante : membre suppléant du comité central en 1956, il entre au bureau politique trois ans plus tard. Secrétaire à l’organisation (1961), après avoir contribué activement à l’éviction de Marcel Servin, il tient un poste clé dans l’appareil. Membre suppléant du comité central en 1956, Roland Leroy devient secrétaire du comité central quatre ans plus tard. Il entre au bureau politique comme suppléant en 1964 avant de diriger la section des intellectuels et de la culture (1967-1974) puis L’Humanité (1974-1994)17. La montée en puissance de Georges Marchais et Roland Leroy n’échappe pas, à l’époque, aux observateurs attentifs qui remarquent que la direction thorézienne a mis sur orbite, dès la fin des années cinquante, les hommes qui vont prendre la relève de Laurent Casanova et Marcel Servin18.

  • 19 Entretien avec Roland Leroy, 17 mars 1999. Les extraits suivants proviennent également de cet entre (...)

10Signe des évolutions en cours, Maurice Thorez ne conduit pas la délégation française au XXIe congrès du PCUS (Janvier 1959). Jacques Duclos, accompagné de Raymond Guyot, Jacques Ansart, Georges Marchais et Roland Leroy, représente le PCF. Pendant le congrès, les communistes français rencontrent une délégation soviétique conduite par Khrouchtchev (accompagné de Souslov, Kirilenko et Ponomarev). Au cours d’un long exposé, Jacques Duclos exprime son opposition résolue à de Gaulle et annonce un succès électoral aux prochaines municipales (mars 1959). Khrouchtchev répond en estimant que « la politique gaulliste n’est pas aussi noire »19, et émet quelques réserves sur les prévisions électorales optimistes. À respectivement trente-neuf et trente-trois ans, Georges Marchais et Roland Leroy participent aux échanges entre le PCF et le PCUS aux côtés de vieux routiers du communisme international comme Jacques Duclos ou Raymond Guyot. Nul doute que leurs activités « internationalistes » contribuent à asseoir leur autorité au sein de l’appareil.

11Selon Roland Leroy, une fois les chocs du XXe congrès encaissés par Maurice Thorez, les relations entre les deux partis s’améliorent très sensiblement. Avec le voyage de Khrouchtchev en France et jusqu’à sa chute « s’ouvre une période d’euphorie entre les deux partis avec cependant l’expression de différences notables ». Roland Leroy évoque, pêle-mêle, le prix Lénine de la paix attribué à Laurent Casanova (1960), l’accueil réservé au livre de Soljénitsyne (1962), le voyage en France du poète Evtouchenko (1963) ou les discussions sur le rôle des organisations étudiantes et des organisations de masse. Cette chronologie est révélatrice car, en faisant de la période 1956-1959 des années de tension relative entre les deux partis et de la période 1960-1964 des années de compréhension, Roland Leroy attribue à sa génération l’acceptation progressive de la déstalinisation par le PCF, alors même qu’elle est parvenue aux responsabilités grâce à la vieille garde thorézienne. Sur le plan de la politique internationale, il interprète en ces termes la formule gaullienne d’une Europe « de l’Atlantique à l’Oural » :

« Cette formule est une façon pour de Gaulle d’exprimer son choix, de coller un label européen à son choix politique : celui de la belle et bonne alliance avec la Russie. Pour lui, il y avait deux pôles en Europe, qui devaient s’entendre pour contrer les États-Unis ».

Rétrospectivement, Roland Leroy analyse la politique gaulliste comme une politique classique et considère que sa caractéristique principale résidait dans un fort anti-américanisme. Dès lors, elle pouvait être soutenue puisqu’elle était censée affaiblir la cohésion occidentale et, par voie de conséquence, renforcer la puissance soviétique.

  • 20 Pour les étapes de cette prise de conscience, voir F. Cohen, « L’Urss et nous : un regard sur les r (...)
  • 21 Sur le parcours de Francis Cohen, voir F. Matonti, « Les 1garde-fous”. Trajectoires biographiques e (...)

12Chez les intellectuels, la politique du général de Gaulle en direction de l’URSS rencontre également un certain écho. Plus précisément, son analyse s’inscrit dans la remise en cause progressive du modèle soviétique20. Militant communiste depuis 1937, organisateur de la manifestation des étudiants du 11 novembre 1940 et clandestin à partir de 1942, Francis Cohen est une figure emblématique de l’intelligentsia communiste. Il est nommé à trente ans correspondant de L’Humanité à Moscou (1946-1949), puis responsable des pages culturelles jusqu’en 1953. Spécialiste des pays de l’Est, il rejoint ensuite Jean Kanapa et l’équipe de La Nouvelle Critiqué21, et estime, qu’en dépit de la surveillance exercée sur eux, les intellectuels du Parti ont tenté de repenser le modèle soviétique dans des revues théoriques, dans le prolongement du XXe congrès :

  • 22 Entretien avec Francis Cohen, 26 avril 1999.

« La réflexion théorique se faisait plutôt à La Nouvelle Critique et à La pensée. On essayait d’être en pointe de ce point de vue. Très vite, j’ai créé avec Jean Kanapa la revue Études soviétiques, qui est devenue, après le XXe congrès, Recherches internationales autour de l’idée que la théorie était une construction collective. Je recevais une quinzaine de revues culturelles et théoriques et disposais d’un petit collectif, qui les dépouillait. Dès le début, de plus en plus consciemment, on a cherché à mettre en valeur ce qui n’était pas orthodoxe. La part de Kanapa a été très grande dans cette entreprise. C’est lui qui a fait les démarches pour la constitution d’un comité international. Une véritable amitié me liait à lui. À partir de ce moment, j’ai essayé de suivre la vie idéologique par la lecture de toutes ces revues. J’avais des contacts avec des Soviétiques »22.

  • 23 A. Adler, F. Cohen, M. Decaillot, C. Frioux et L. Robel, L’Urss et nous, Paris, Éditions sociales, (...)

13Francis Cohen dispose d’une autorité intellectuelle qui fait de lui le directeur incontesté de La Nouvelle Critique (1966-1980) ; il conserve la haute main sur la rubrique consacrée à l’Union soviétique tout au long de ces années. Suivant de près les évolutions du régime soviétique, il s’interroge progressivement, et de plus en plus ouvertement, sur la pertinence du modèle soviétique. Ce processus aboutira à la publication de L’URSS et nous23 (1978), ouvrage collectif qui exprime une volonté de clarification des rapports que le PCF entretient avec le grand frère soviétique. Résistant communiste et spécialiste de l’URSS, Francis Cohen comprend d’emblée la portée du projet gaullien d’une Europe « de l’Atlantique à l’Oural » :

  • 24 Entretien avec Francis Cohen, 26 avril 1999.

« C’était vraiment une conception réfléchie, une stratégie durable et fondatrice même. Cela le reste d’ailleurs »24.

  • 25 Entretien avec Serge Monegard, 29 octobre 1998. Sur le degré d’autonomie de Clarté vis-à-vis du PCF (...)

14À la différence de Roland Leroy, Francis Cohen replace le projet gaullien sur la durée et ne l’analyse pas uniquement sous l’angle tactique. Le souffle nouveau apporté par Khrouchtchev se ressent également dans les milieux étudiants, qui commencent à critiquer la ligne thorézienne. Serge Monegard a dix-sept ans lorsqu’il adhère au PCF en 1954. Il participe au congrès fondateur de l’UEC (Union des étudiants communistes), milite activement puis suit l’école des cadres du Parti : « Au retour, j’étais responsable idéologique au comité de rédaction de Clarté »25. Pour cet étudiant, futur ingénieur de l’aéronautique, la modernité se trouve en Union soviétique :

« Nous avions découvert le rapport Khrouchtchev et continuions à croire que la science était vecteur de progrès. C’était l’époque des succès des sciences et techniques spatiales soviétiques (...). La société évoluait sous l’influence de l’évolution des forces productives. Les chercheurs et techniciens étaient primordiaux dans celles-ci. Les succès soviétiques étaient la justification de ce point de vue, leur illustration concrète. Sans partager ce jugement global, beaucoup dans la société française étaient impressionnés et se posaient des questions (...). Paradoxalement, la dénonciation des crimes de Staline absolvait à nos yeux le régime soviétique qui était toujours le seul à pouvoir tirer parti au mieux des potentialités humaines dont la science et la technique étaient l’expression. Nous nous bagarrions contre les philosophes classiques du PC que nous considérions comme sclérosés. Nous nous voulions modernistes ; nous remettions en question tous les dogmes (...). Au fond, nous étions très khrouchtcheviens ».

Les réussites de la science soviétique sont synonymes d’une modernité incarnée par Nikita Khrouchtchev. Cette fascination pour les réalisations soviétiques se traduit par la contestation d’une direction jugée incapable d’évolutions. Aux yeux de Serge Monegard, l’URSS offre un modèle de développement dont les autorités françaises devraient s’inspirer. Dans cette optique, la formule du général de Gaulle d’une Europe 1de l’Atlantique à l’Oural” est interprétée en termes de politique intérieure :

« Pour moi, cela voulait dire la fin de la mainmise américaine sur l’Europe et l’intégration de l’Union soviétique au concert européen. Par conséquent, de Gaulle donnait la possibilité aux communistes de ne plus être en ghetto et de penser à terme au pouvoir ».

Serge Monegard défend, à l’époque, le principe d’une convergence des modèles de développement français et soviétique. Il considère que le modèle de développement khrouchtchévien tend à favoriser la coopération bilatérale.

  • 26 Sur les prolongements de cette situation, voir T. Gomart, « Le PCF au miroir des relations franco-s (...)
  • 27 S. Courtois et M. Lazar, Histoire du parti communiste français, op. cit., p. 315-316.
  • 28 P. Nora, « Gaullistes et communistes », art. cit.

15À travers ces parcours représentatifs de trois générations et de trois niveaux de responsabilités, apparaît l’importance cruciale non seulement de la pertinence du modèle soviétique mais aussi de la portée de la politique étrangère gaulliste pour les communistes français26. Ces interprétations rétrospectives et, somme toute, positives du projet gaullien sont intéressantes dans la mesure où les archives du PCF analysées laissent une impression de contestation presque systématique de la politique étrangère du général de Gaulle au cours de la période. Autrement dit, l’interprétation de la politique étrangère du général de Gaulle serait à l’origine de clivages non seulement au sein du groupe dirigeant (l’analyse du gaullisme est une des causes de l’affaire Casanova-Servin27) mais aussi entre le groupe dirigeant et certaines composantes du Parti. Il semble surtout que la mémoire communiste se nourrisse de références à la politique du général de Gaulle postérieures à 1965 (réalité de l’indépendance nationale par la possession de l’arme atomique, retrait du commandement intégré de l’OTAN et voyage de De Gaulle en Union soviétique)28. En 1958, le PCF est hostile au retour du général de Gaulle au pouvoir et constitue encore le principal levier des Soviétiques en France. Ces derniers ont su mettre en réseau le PCF et la BCEN pour améliorer leur pénétration de la société française.

La BCEN : la banque du PCF et la banque des banques

  • 29 Voir les livres polémiques de J. Montaldo, Les finances du PCF, Paris, Albin Michel, 1977, p. 179-2 (...)
  • 30 Située au 26 avenue de l’Opéra et, depuis 1966, au 79, boulevard Haussmann.

16Plus connue sous le nom d’Eurobank, la BCEN tient également une position stratégique dans le dispositif franco-soviétique. Ces deux acteurs intermédiaires ne se conçoivent pas l’un sans l’autre. Parfaitement intégrée au système bancaire français, la BCEN dont les capitaux sont détenus par l’État soviétique, gère l’ensemble des flux financiers soviétiques vers la France et la quasi-totalité des flux français vers l’Union soviétique. En fait, elle monopolise les relations financières. Entourée d’un halo de mystère et dénoncée comme le bailleur de fonds du PCF et de ses satellites à la fin des années soixante-dix29, la BCEN mérite l’attention, car son examen révèle les difficultés rencontrées par les investisseurs français décidés à tenter l’aventure soviétique. Dans l’espace bilatéral, c’est moins le lien avéré entre PCF et BCEN que la toile tissée par ces deux acteurs qui importe. Toile plus ou moins invisible, qui gêne autant les autorités françaises que les investisseurs privés. Disposant de tous les attributs d’une banque traditionnelle sur la place de Paris30, la BCEN se présente comme une banque commerciale classique.

17Constituée sous forme de SA (société anonyme) en 1921, elle est alors dénommée « Comptoir parisien de banque et de change ». Son fondateur, M. Wissotzky, un des principaux négociants en thés de Russie, décide de changer l’appellation en « Banque commerciale pour l’Europe du Nord » quelques mois plus tard. En 1925, le conseil d’administration est remanié et la totalité des actifs passe sous contrôle de l’État soviétique avec l’assentiment des autorités françaises qui voient là une occasion de relancer les discussions sur le remboursement des emprunts russes. Fermée en 1939, elle est mise sous séquestre par l’occupant. À la libération, la BCEN est agréée sur la liste des banques de forme juridique française placées sous contrôle étranger : la Banque d’État soviétique et la Banque pour le commerce extérieur de l’URSS, ainsi que quelques exportateurs soviétiques, détiennent son capital.

  • 31 Banque de France, carton 4 Z 650, Relations France/URSS 1940-1962, fiche d’informations sur la BCEN (...)

18Charles Hilsum préside la banque. Né en 1898 à La Haye, il a fait l’essentiel de sa carrière à la BCEN : chef du service de la correspondance, il est nommé sous-directeur (1926) après le passage de la banque sous contrôle soviétique puis directeur (1932). Sa naturalisation française (1945) lui donne la possibilité de devenir président-directeur général tout en représentant la banque d’État soviétique au conseil d’administration. Très introduit dans le monde des affaires, Charles Hilsum, petit-cousin d’André Citroën, est, par ailleurs, administrateur de France-Navigation31. Il entretient des relations personnelles au plus haut niveau du PCF avec Georges Gosnat et Jean Jérôme.

  • 32 Développement qui reprend les déclarations de Jules Moch dans J. Montaldo, Les finances du PCF, op. (...)

19Les rapports étroits entretenus par la BCEN avec l’appareil d’État soviétique et avec le PCF sont révélés par Jules Moch en novembre 1948. Le ministre de l’Intérieur dénonce devant la Représentation nationale la collusion entre ces trois pôles et révèle que sur les 100 000 actions à 500 francs du capital, 99 700 sont détenues par la Banque d’État soviétique et la Banque pour le commerce extérieur. Les 300 restantes appartiennent à des communistes russes ou français. Le PCF ne nie pas l’existence de liens triangulaires URSS-BCEN-PCF, puisque Jacques Duclos répond à Jules Moch que les questures des deux chambres versent les indemnités des parlementaires communistes sur le compte du PCF à la BCEN32. À bien des égards, l’action de la BCEN, comme relais financier de l’URSS en France, est un secret de polichinelle. Ce qui importe davantage, c’est l’emprise exercée par cette banque sur l’ensemble du système bancaire français. En effet, les autres banques dépendent d’elle pour financer des transactions avec l’URSS.

  • 33 Banque de France, carton 4 Z 650, Relations France/URSS 1940-1962, sous-comptes pour l’URSS, 31 jui (...)
  • 34 Crédit Lyonnais, carton n° DHB 04942, correspondance avec la Banque pour le commerce extérieur de l (...)

20Pour traiter avec l’Union soviétique, elles sont contraintes d’accepter la mainmise de la BCEN. En vertu du contrôle des changes, les banques françaises doivent ouvrir des sous-comptes à la Banque de France, qui supervise ainsi tous les mouvements de capitaux entre les deux pays. Cinq banques souhaitent financer des transactions avec l’Union soviétique : la Société générale, le Crédit Lyonnais, la BFCE (Banque française de commerce extérieure), la Banque des pays de l’Europe centrale et, bien sûr, la BCEN33. Dans la pratique, les quatre premiers établissements dépendent du mécanisme mis en place par cette dernière avec les Soviétiques. Dans le cas du Crédit lyonnais, le schéma est le suivant. Pour régler des importations, la Banque pour le commerce extérieur soviétique dépose le montant de la transaction en roubles sur un compte de la BCEN, qui verse ensuite la somme en francs sur un compte du Crédit Lyonnais34. Les banquiers français se plaignent de ce « monopole de fait » auprès des autorités françaises, comme en témoigne cette lettre de J. Chaine, directeur général adjoint de la Banque française de commerce extérieur, au ministère de l’Économie. Il regrette vivement que sa banque ne soit jamais utilisée par les Soviétiques alors même qu’ils y ont ouvert un compte en 1954 :

  • 35 MEF, fonds Trésor, URSS 1951-1963, carton n° B 589, lettre du 17 janvier 1956.

« La raison en est que les acheteurs et les vendeurs soviétiques insèrent dans leurs contrats une clause de recours obligatoire à la BCEN (...). Le monopole de fait laissé à une seule banque pour les relations bancaires avec la Russie soviétique est en contradiction absolue avec le principe de la liberté du commerce. Ce principe trouvera de plus en plus de défenseurs au fur et à mesure que se développeront les échanges franco-soviétiques. Le monopole présente aussi des inconvénients pratiques. Les exportateurs et importateurs français s’adressent pour leurs opérations bancaires à leurs banquiers habituels, qui eux-même transmettent aux exportateurs les ouvertures de crédit de la BCEN, et ouvrent des crédits aux caisses de la BCEN d’ordre des importateurs. Il en résulte inévitablement un supplément de commissions bancaires qu’éviterait l’intervention de la BFCE, qui se trouve elle-même en relation directe avec une large fraction des importateurs et exportateurs »35.

  • 36 Ibid., situation des comptes de l’URSS au 30 avril 1955. Le reste des fonds soviétiques se répartit (...)

21Les inconvénients du système décrit par la BFCE n’échappent pas aux services du ministère des Affaires économiques. Des démarches sont faites auprès des autorités soviétiques afin qu’elles mettent fin à ce monopole de fait, contraire à l’accord de paiement de 1953. Le ministère des Affaires économiques les invite à traiter avec d’autres banques françaises. Afin de ménager les susceptibilités, les Soviétiques ouvrent des comptes dans les principales banques, mais ne les utilisent pas. À titre d’exemple, 3,8 % des crédits soviétiques en France au mois d’avril 1955 sont déposés sur un compte du Crédit Lyonnais alors que 93,3 % de ces crédits sont déposés à la BCEN36. Le reste se répartit entre plusieurs banques. Autrement dit, les démarches des autorités françaises n’ont pas abouti. Les Soviétiques continuent à ne recourir qu’aux services de la BCEN :

  • 37 Ibid., réponse de Letondot à la lettre de J. Chaine, 24 février 1956.

« Cette démarche est malheureusement restée sans effet, les autorités soviétiques soutenant qu’il ne leur appartenait pas d’intervenir dans le choix des banques françaises, question qui, d’après elles, relève de la compétence exclusive de l’acheteur et du vendeur. Vous comprendrez aisément que les autorités françaises ne disposent en pratique d’aucun moyen de contraindre les autorités soviétiques à utiliser effectivement et également les comptes ouverts chez les divers établissements français intéressés »37.

  • 38 MEF, fonds Trésor, carton n° B 591, fiches-contrats de la COFACE, 1959.

22Le monopole exercé par la BCEN sur l’ensemble des relations financières entre les deux pays a deux conséquences. Il donne aux dirigeants de la BCEN une importance névralgique, et décourage certains investisseurs français, qui préféreraient se lancer dans l’aventure soviétique avec le soutien de leur banque habituelle. Compte tenu de ce monopole, il n’est pas rare de voir des industriels français demander des assurances aux autorités françaises pour soutenir leurs transactions avec l’Union soviétique. Pour répondre à ces demandes, la COFACE (Commission des garanties et du crédit au commerce extérieur) intervient progressivement pour garantir les transactions38.

  • 39 J. Montaldo, Les finances du PCF, op. cit., p. 196.

23Charles Hilsum et Guy de Boysson, directeur général de la BCEN, sont deux banquiers reconnus par leurs pairs, capables de doubler leur réseau d’affaires d’un réseau politique. Né en 1918, Guy de Boysson est entré à la BCEN en 1952 et devient président-directeur général en 1965. Petit page au mariage du comte de Paris, juriste de formation passé par le Grand séminaire de Lyon, il rejoint les mouvements de jeunesse communiste et, en particulier la FMJD (Fédération mondiale de la jeunesse démocratique). Son parcours politique au sein du PCF le conduit jusqu’à la députation39.

  • 40 Entretien avec Marc Ferro, 14 janvier 1999. Les extraits suivants proviennent également de cet entr (...)
  • 41 Entretien avec Gilbert Lasfargues, 25 septembre 1998.
  • 42 Ibid.

24Au début des années cinquante, la BCEN manque de cadres. En 1954, Charles Hilsum et Guy de Boysson recrutent Gilbert Lasfargues, un jeune banquier âgé de trente ans ayant commencé sa carrière à l’Inspection générale de la Société générale, puis à la banque Louis Dreyfus. Pendant la guerre, à Grenoble, où il finit ses études, il prend part à la Résistance au sein du mouvement “Combat”. Il tisse alors des liens très étroits avec Annie Becker (qui n’était pas encore Annie Kriegel) et Marc Ferro40. Compagnon de route à la Libération, il attend la mort de Staline pour adhérer au PCF. En 1956, il croit tout de suite aux révélations du XXe congrès et défend l’intervention soviétique en Hongrie. Pendant la guerre d’Algérie, il ne suit pas les consignes du Parti et aide le FLN en métropole. Ses activités professionnelles lui interdisent de militer au grand jour, c’est pourquoi il appartient à une « cellule fantomatique rattachée au comité central qui n’avait pas d’obligations extérieures comme, par exemple, la vente de L’Humanité »41. Ce communiste gaulliste votait de Gaulle aux présidentielles (en raison de l’Algérie et de sa politique étrangère) et communiste aux législatives ou aux municipales : « Je considérais que je n’étais pas captif »42. Dans cette optique, il défend l’idée d’une Europe « de l’Atlantique à l’Oural » et estime que le traité franco-allemand (1963) est indispensable à la construction européenne. L’évolution interne du PCF et l’intervention en Tchécoslovaquie le conduisent à rendre sa carte en 1968.

25Sur le plan professionnel, Gilbert Lasfargues estime être passé « par la rude école de la BCEN ». La BCEN paye moins bien ses employés que la concurrence et attend d’eux une fidélité absolue :

  • 43 Directeur (1961), directeur général adjoint (1963), directeur général (1965-1983) et administrateur (...)
  • 44 Entretien avec Gilbert Lasfargues, 25 septembre 1998. Les extraits suivants proviennent également d (...)

« À la BCEN, au début, je m’occupais de la banque domestique. Ensuite du commerce extérieur et du négoce international. Progressivement, j’ai eu en charge l’Amérique latine (jusqu’au Rio Grande), l’Afrique, l’Asie à l’exception du Japon et les relations commerciales avec les pays de l’Est. Guy de Boysson et Gilles Peillon43 s’occupaient des relations politiques c’est-à-dire stratégiques »44.

Selon lui, la position de monopole de la BCEN sur les échanges franco-soviétiques était réelle en 1958, mais aurait eu tendance à s’atténuer par la suite. Il se serait efforcé d’y mettre un terme :

« Ma politique était de répartir les opérations avec d’autres banques pour devenir des partenaires. C’est grâce à cela que la BCEN a pris des parts dans de nombreux pools bancaires ».

Compte tenu des archives disponibles, il n’est pas encore possible de suivre l’évolution de ce monopole. Gilbert Lasfargues a peu de contact avec l’ambassade soviétique à Paris. En revanche, il rencontre régulièrement des membres de la Gossbank et les diplomates français en poste à Moscou. En ce qui concerne les relations avec le Parti, Gilbert Lasfargues défend un point de vue uniquement professionnel : il ne traite que ce qui est « bancable » : « J’ai eu une position très claire : je faisais de la banque ». Les opérations qui n’entrent pas dans ce cadre sont traitées au niveau supérieur.

26En raison de sa position charnière et de la personnalité de ses responsables, la BCEN dispose d’une influence qui dépasse celle d’un simple établissement bancaire dans la mesure où elle conditionne l’accès au marché soviétique. Avec la BCEN, la relation bilatérale prend une forme paradoxale. L’État soviétique s’appuie sur un relais de droit privé pour contrôler ses relations avec des investisseurs français et, par là même, faire pression sur le gouvernement français. À l’inverse, ce dernier ne dispose d’aucun outil comparable en Union soviétique. En ce sens, la relation bilatérale est nettement déséquilibrée car les échanges commerciaux dépendent d’un cadre financier, qui peut pénaliser les investisseurs français. Cela étant, la nature de la BCEN, bien connue des milieux d’affaires, ne dissuade nullement ces derniers de traiter avec elle lorsqu’ils souhaitent réellement commercer avec l’URSS. D’une certaine manière, la BCEN agit aussi comme une garantie en apportant l’assurance d’un contact direct avec les décideurs soviétiques.

27La mise en réseau du PCF et de la BCEN par les autorités soviétiques fait de ces deux acteurs intermédiaires deux relais d’influence particulièrement efficaces. Ils dépendent étroitement de Moscou et se distinguent sur ce point des autres acteurs intermédiaires. Ces derniers occupent une position d’interface en entretenant des rapports aussi bien avec les autorités soviétiques qu’avec les autorités françaises.

Les interfaces

28Les interfaces retenues ne sont pas de même nature : une association active dans le domaine des relations culturelles et deux groupes professionnels sensibles (les journalistes et les traducteurs littéraires). L’action de l’ALAP est indissociable du développement des échanges culturels bilatéraux décidés par les deux gouvernements et mis en œuvre à partir de 1957. Il s’agit, dès lors, de voir comment elle parvient, en quelques années, à devenir une pièce maîtresse du dispositif franco-soviétique.

L’ALAP : une agence bien sous tous rapports

29Du temps de sa splendeur, l’ALAP comptait une quarantaine de salariés. Créée en 1952 sous forme de SARL (Société à responsabilité limitée), elle est plus qu’une simple société de spectacles et se situe à la croisée des relations culturelles entre les deux pays. En quelques années, elle devint un puissant vecteur de diffusion de la culture russe en France et française en Union soviétique. Recourant à ses propres réseaux, l’ALAP dispose d’un savoir-faire reconnu pour traiter avec les autorités soviétiques.

  • 45 Entretien avec André Thomazo, 22 juillet 1998.
  • 46 P. Daix, Aragon, Paris, Flammarion, 1994.
  • 47 S. Cœuré, La grande lueur à l’Est, op. cit., p. 157.
  • 48 J. Morawski, « Le décès de Georges Soria, Un homme de passion », L’Humanité, 10 octobre 1991 et V. (...)

30Trois hommes – un écrivain, un peintre et un journaliste – décident de créer l’Agence avec pour objectif de « dresser une passerelle entre l’Est et l’Ouest en pleine guerre froide »45 : Louis Aragon, Jean Lurçat et Georges Soria. L’intérêt du premier pour la culture russe et le régime soviétique est bien connu46. Jean Lurçat connaît l’URSS pour y avoir séjourné avant-guerre47. Né à Tunis en 1914, Georges Soria devient vite l’infatigable directeur de l’ALAP48. Il adhère au PCF à dix-neuf ans et se passionne pour le mouvement surréaliste. Après des études de droit, il se lance dans le journalisme et couvre la guerre d’Espagne pour l’hebdomadaire Regards. Il se trouve à New York lorsque la guerre éclate. Georges Soria réussit à rejoindre Moscou où il reste pendant toute la durée de la guerre. Il y rencontre sa future femme et y noue des relations avec de nombreux artistes, comme le violoniste David Oïstrakh. À la libération, il devient correspondant à Moscou de Ce Soir.

  • 49 Y. Courrière, Roger Vailland ou le libertin au regard froid, Paris, Plon, 1991, p. 600.
  • 50 F. Lumbroso, Mémoires d’un homme de spectacles, Lieu commun, 1991.

31Ce séjour à Moscou se révèle crucial dans le parcours de Georges Soria qui, à l’instar de Louis Aragon et Jean Lurçat, entretient de nombreux contacts dans les milieux artistiques soviétiques. Le véritable essor de l’ALAP date de sa rencontre, à l’instigation de Roger Vailland49, avec une personnalité aussi brillante qu’originale : Fernand Lumbroso50. L’association entre l’ALAP et les Spectacles Lumbroso crée la dynamique nécessaire pour produire en France des spectacles soviétiques et organiser des tournées françaises en URSS. Le premier concert de David Oïstrakh à Chaillot en juin 1953 résonne comme un coup de tonnerre et démontre l’intérêt du public français pour des artistes russes.

32Né en 1911 à Alexandrie dans une famille juive, Fernand Lumbroso arrive en France à l’âge de treize ans. Après des études au lycée Michelet de Vanves, il commence une licence de philosophie tout en travaillant dans un cabinet d’assurances. Son oncle, agent de variétés, lui donne le goût du spectacle. Noctambule vibrionnant, il fréquente les milieux surréalistes et se lie d’amitié avec Arthur Adamov et Roger Vailland. Figure du tout Paris aux jugements esthétiques sans appel et aux enthousiasmes légendaires, Fernand Lumbroso est, au milieu des années cinquante, le collaborateur rêvé pour se lancer dans une grande aventure artistique. Georges Soria ne s’y trompe pas.

33Janine Ringuet, qui entre à l’ALAP en 1955, se souvient de ce curieux

tandem :

  • 51 Entretien avec Janine Ringuet, 22 avril 1999. Les extraits suivants proviennent également de cet en (...)

« Je n’ai jamais bien compris comment ces deux personnalités aussi différentes ont pu s’entendre si bien. Ils étaient faits pour se trouver »51.

Faits pour se trouver parce que l’engagement politique de Soria complète la sensibilité artistique de Lumbroso :

« Georges Soria voulait se lancer dans quelque chose pour briser le glacis et pour que l’URSS s’ouvre au monde extérieur. Il voulait que la France sache ce qui se passait là-bas au point de vue artistique. Georges Soria était un intellectuel, très bon organisateur et homme d’affaires. Il a toujours engagé ses collaborateurs non pas en fonction de leurs convictions politiques mais de leurs compétences Il avait un regard très critique sur ce qui se passait en Union soviétique. Mais son engagement ne s’est jamais démenti malgré ce regard critique. De toutes les manières, dès que vous commenciez à travailler avec les Soviétiques dans le domaine artistique, il n’était pas possible de ne pas voir. Tous les collaborateurs de l’ALAP savaient très bien ce qui se passait en Union soviétique ».

L’engagement politique de Georges Soria demeure une des clés du succès de l’ALAP, car il entretient des contacts privilégiés avec les autorités soviétiques et des personnalités influentes du PCF comme Louis Aragon. Quant à Fernand Lumbroso, il assure les multiples contacts aussi bien avec les milieux artistiques qu’avec le Quai d’Orsay afin d’obtenir visas et autorisations :

« C’était un petit bonhomme, toujours très agité, qui avait un sens artistique extraordinaire. Des deux hommes, c’est lui qui voyait juste. Il avait été formé par son oncle, qui était déjà agent en Égypte. Il entretenait des rapports très étroits avec Philippe Erlanger, qui a joué un rôle très important ».

  • 52 Sur le rôle de Philippe Erlanger, voir B. Piniau, L’action artistique de la France dans le monde, P (...)
  • 53 N. Gould-Davies, « The Logic of Soviet Cultural Diplomacy », Diplomatie History, n° 2, avril 2003, (...)

34Fernand Lumbroso prend, en effet, toujours soin de se placer sous le patronage de Philippe Erlanger qui dirige l’action artistique à la DGACT52. Avant la signature des accords culturels franco-soviétiques (1957), ce dernier pose le principe suivant : à tout spectacle soviétique en France doit répondre un spectacle français en Union soviétique. Les services du Quai d’Orsay veillent à ne pas se laisser déborder par une offensive culturelle soviétique en posant, d’emblée, le principe de réciprocité53.

35L’ALAP ne se concentre pas exclusivement sur l’organisation de spectacles. En effet, comme son nom l’indique, elle souhaite développer une activité littéraire. Pour ce faire, un département destiné à la diffusion de la littérature soviétique est créé. Il comprend un service de traduction, une section de gestion des droits d’auteur et une librairie. L’ALAP fait ainsi fonction d’agent littéraire des auteurs soviétiques. Elle gère la librairie du Globe, installée rue des Carmes, puis rue Saint-André-des-Arts avant de rejoindre la rue de Buci. La librairie du Globe se spécialise notamment dans la diffusion des manuels de russe et devient un lieu de rencontre pour tous ceux qui s’intéressent à l’Union soviétique.

36Après son service militaire, Serge Leyrac en prend la direction. La carrière professionnelle de ce militant communiste aux origines russes, d’abord libraire puis journaliste, est entièrement consacrée à l’Union soviétique. Serge Leyrac-Ghivaski naît en 1932 de parents émigrés russes, qui n’ont qu’une idée en tête : s’intégrer. C’est pourquoi, ils ne parlent jamais russe devant leurs enfants. La conscience politique de Serge Leyrac se forme dans un creuset où se mêlent trois éléments : la fascination pour l’Union soviétique libératrice, un patriotisme chevillé au corps et le refus des injustices sociales. Tout cela le conduit au militantisme à quinze ans dans les rangs de l’UJRF (Union de la jeunesse républicaine française) puis, à 18 ans, dans ceux du PCF. Il quitte alors Toulouse pour Paris afin de suivre les cours des Langues O. Après un service militaire de 28 mois, il rejoint la librairie du Globe (1960) où il travaille jusqu’à son départ pour Moscou (1963). Dans ce cadre, il rencontre fréquemment Georges Soria et André Thomazo, directeur adjoint de l’ALAP :

  • 54 Entretien avec Serge Leyrac, 16 septembre 1998.

« Naturellement, je voyais beaucoup de monde mais j’étais celui qui fournissait des livres. Ce rôle de médiateur avait ses limites même si je participais, par exemple, au choix des livres de Moscou, en langue française. On a lancé le club de la librairie du Globe, destiné aux lecteurs en langue française. En outre, j’étais chargé de réaliser une plaquette mensuelle de notes de lecture. En fait, j’apprenais le travail d’édition. J’apprenais à aimer le livre et le contact avec le public, en cherchant à sentir ce qui allait l’intéresser. Dans la pratique, je découvrais aussi que tout ne fonctionnait pas magnifiquement en Union soviétique ; je découvrais la bureaucratie. Découverte irritante »54.

Parallèlement, Serge Leyrac milite activement à Massy et analyse son engagement comme une tentative de concilier ses idéaux communistes et son patriotisme :

  • 55 Ibid.

« L’attachement à l’URSS était réel mais il était surtout d’ordre stratégique, c’est-à-dire que c’était surtout un contrepoids, une alternative, au système capitaliste. Je souhaitais la défaite d’un système économique et social, qui engendrait des injustices mais pas du tout pour que la France s’intégre au bloc de l’Est. Je voulais une France socialiste, mais à la française. J’étais profondément blessé quand on me traitait d’agent de Moscou »55.

37Les bureaux de l’ALAP se situent rue Royale. Dans le domaine littéraire, des connexions afin de publier des traductions s’établissent entre l’ALAP et les éditions Gallimard sous l’impulsion de Louis Aragon. Malgré des débuts prometteurs, la branche littéraire de l’ALAP s’essouffle rapidement en raison de l’engouement de bon nombre d’éditeurs pour les textes en provenance d’Union soviétique. En revanche, la librairie fonctionne correctement grâce à la vente des manuels de russe.

  • 56 Entretien avec André Thomazo, 22 juillet 1998. Les extraits suivants proviennent également de cet e (...)

38Pour faire face au développement des activités de l’ALAP, Georges Soria éprouve le besoin de renforcer son équipe et de trouver un adjoint. André Thomazo est un méridional enthousiaste. Issu d’un milieu communiste, il devient à vingt-trois ans permanent aux Jeunesses communistes, chargé de la culture. À ce titre, il participe aux festivals mondiaux de la jeunesse et rencontre Georges Soria dans le cadre du Parti (1954). À l’occasion du festival mondial de la jeunesse de Moscou (1957), André Thomazo anime le comité français de préparation qui regroupe plusieurs organisations de jeunesse : « J’étais chargé de la délégation culturelle ; c’était mon bâton de maréchal ! »56. Homme de contacts, il organise déjà, depuis des années, des projections de films soviétiques et d’innombrables manifestations, qui réunissent de jeunes artistes prometteurs comme Roland Petit, Michel Grand ou Chris Marker. Il profite du festival de Moscou pour entrer en contact avec des artistes russes :

« J’ai signé mes premiers contrats avec les Russes à ce moment-là. Cela m’a donné une expérience des rapports internationaux. Ma formation était insuffisante du point de vue de la gestion, mais j’avais déjà de nombreux contacts au plan artistique. Je connaissais déjà des tas d’artistes, qui n’étaient pas encore reconnus ».

Ce savoir-faire n’échappe pas aux instances du Parti et à Georges Soria. À trente-trois ans, André Thomazo rejoint l’ALAP (1962) :

« Cela s’est passé très simplement. Je suis entré comme directeur adjoint avec pour fonction de superviser les différents secteurs. On a chargé Janine Ringuet de s’occuper du secteur franco-soviétique. Objectivement, on s’entendait tous très bien ».

  • 57 Archives municipales d’Aubervilliers, fonds ALAP, carton 13 Z 29 : URSS ; bilans financiers (1962-1 (...)

39L’ALAP se trouve au début des années soixante en position de fragile équilibre financier. Le succès des tournées des ballets Moïsseiev, des spectacles des Chœurs et danses de l’Armée rouge et des numéros du Cirque de Moscou apporte un ballon d’oxygène à la société57. André Thomazo estime que les succès de l’ALAP s’expliquent avant tout par la qualité de son travail artistique et en aucun cas par des relations privilégiées avec les autorités soviétiques :

  • 58 Entretien avec André Thomazo, 22 juillet 1998.

« On n’a jamais eu de contrats d’exclusivité. Mais on était là-bas en permanence. Janine Ringuet partait deux ans à l’avance pour trouver les numéros. Il y avait peu d’entreprises qui pouvaient faire cela. Il y avait un vrai travail : on envoyait des gens prospecter. On avait une vision d’ensemble grâce à notre réseau de connaissances. On n’a jamais réclamé l’exclusivité »58.

  • 59 Archives municipales d’Aubervilliers, fonds ALAP, carton 13 Z 307, télégramme de Georges Soria à Mm (...)

Même si elle n’est pas officielle, une exclusivité, ou du moins une préférence, existe entre l’ALAP et le ministère de la Culture soviétique. Georges Soria et Fernand Lumbroso ont l’habitude de traiter avec les services de Katerina Fourtseva et prennent soin de l’associer à leurs succès59. L’ALAP parvient à se concilier les bonnes grâces du Quai d’Orsay et le soutien du ministère de la Culture soviétique ainsi que celui du service culturel de l’ambassade. Sa première force réside dans la variété de ses appuis, qui lui permettent de se présenter comme un intermédiaire central. Sa seconde force réside dans sa connaissance très précise de la production artistique soviétique.

40Janine Ringuet n’y est pas étrangère. Cette femme, au caractère bien trempé, se passionne pour le cirque et la danse. Elle rejoint l’ALAP par le biais de la section des cadres du PCF. Avant de devenir agent artistique, spécialisée sur l’Union soviétique, Janine Ringuet était interprète au Conseil mondial de la Paix. À son retour en France, elle décide de travailler à l’ALAP :

  • 60 Entretien avec Janine Ringuet, 22 avril 1999.

« Je suis retournée aux cadres et j’ai dit que j’aimerais travailler à l’ALAP. Il n’y avait aucun problème. Je connaissais Soria de réputation qui m’a expliqué qu’il s’agissait de développer les échanges franco-soviétiques, si possible, en gagnant de l’argent »60.

Pour le compte de l’ALAP, elle se rend en Union soviétique plusieurs fois par an et sillonne les républiques soviétiques pour découvrir des nouveaux artistes :

  • 61 Ibid.

« La seule façon de fabriquer les programmes de cirque, c’est de voir les différents numéros séparément. Je me suis passionnée pour le cirque. Au fur et à mesure, les langues se déliaient, les cœurs s’ouvraient, les discussions devenaient passionnantes. Nous bénéficions d’une exclusivité tacite avec les Soviétiques, qui avaient un code d’honneur. Ils estimaient que l’ALAP les avait beaucoup aidés. Pour l’ALAP, les affaires ont été très rentables jusqu’à l’effondrement (de l’URSS) car les Soviétiques étaient extrêmement prudents financièrement. Ils n’étaient pas intéressés aux entrées. Nous achetions le spectacle. En matière diplomatique, les échanges culturels jouaient pour eux un rôle énorme. Au cours de tous ces voyages, je vous assure, on côtoyait la réalité »61.

Voyageant sans cesse à travers l’URSS et bénéficiant à ce titre d’autorisations spéciales, Janine Ringuet va se révéler une véritable découvreuse de talents.

  • 62 Entretien avec André Thomazo, 22 juillet 1998.

41L’ALAP est un acteur intermédiaire qui parvient à s’appuyer sur l’appareil diplomatique franco-soviétique. En outre, elle entretient des « rapports de courtoisie mais pas de liens organiques »62 avec France-URSS même si les militants de l’association constituent une cible privilégiée pour ses spectacles. L’intérêt qu’elle parvient à susciter pour les artistes soviétiques va au-delà des cercles habituels. Entre 1953 et 1968, ce sont 3 800 000 personnes qui assistent aux spectacles d’artistes soviétiques. Au cours de ces années, son rôle s’avère déterminant dans la diffusion d’une mode soviétique en France et dans la promotion d’artistes français en Union soviétique.

Les journalistes : une communauté professionnelle sensible

  • 63 J.-P. Rioux, « Histoire et journalisme. Remarques sur une rencontre », dans M. Martin (dir.), Histo (...)
  • 64 J.-N. Jeanneney, Une histoire des médias, des origines à nos jours, Paris, Seuil, 1996, p. 11.
  • 65 C. Delporte, Les journalistes en France 1880-1950, Naissance et construction d’une profession, Pari (...)

42Journalistes et historiens entretiennent des rapports ambigus en raison de centres d’intérêts communs63. Les journalistes forment une communauté professionnelle particulièrement sensible, qui produit l’information sur laquelle les autres acteurs se basent en partie pour agir64. L’historiographie récente les étudie non seulement comme producteurs d’information mais aussi comme médiateurs dans l’espace public65. Les correspondants de presse jouent un rôle déterminant dans une relation bilatérale en occupant une position privilégiée d’observation du pays dans lequel ils séjournent. À ce titre, ils participent directement à la construction du regard porté sur lui par leur pays d’origine. Cela se vérifie particulièrement dans le cadre franco-soviétique.

  • 66 Entretien avec Bernard Féron, 14 octobre 1999.
  • 67 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.
  • 68 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

43À Moscou, une dizaine de journalistes français représente les principaux organes de presse à Moscou. Compte tenu des conditions de vie et de la surveillance constante à laquelle est soumise la communauté française, les échanges entre diplomates et journalistes sont extrêmement fréquents : « On travaillait ensemble »66, se souvient Bernard Féron. Michel Tatu ajoute au sujet des diplomates français : « C’était une très bonne équipe, qui avait besoin de nous. Tout le monde échangeait des tuyaux »67. Dans leurs témoignages, les diplomates en poste à Moscou, sans nier l’existence de contacts réguliers avec les journalistes français, rechignent quelque peu à reconnaître qu’ils aient pu exercer une quelconque influence sur leurs propres analyses. Le conseiller culturel, Marcel Girard, rappelle, néanmoins leur capacité à établir des contacts plus variés que ceux entretenus par les diplomates68.

  • 69 J. Cathala, Sans fleur ni fusil, Paris, Albin Michel, 1982.
  • 70 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1896, note de la sous-direction d’Europe orientale, 15 mar (...)

44En 1960, onze journalistes français sont accrédités en URSS. L’AFP (Agence France Presse) compte trois correspondants : M. Marco, Serge Berg et Jean Nau. Sept journaux sont présents. Paris Match est représenté par Lucien Nau, Le Monde par Michel Tatu, Le Figaro par Sacha Simon et France-Soir par Claude Day, L’Humanité par Pierre Courtade et Max Léon, France-URSS par Jean Champenois et France-Nouvelle par Jean Cathala69. En 1961, six journalistes soviétiques sont accrédités à Paris : Alexandre Baranov et Nil Lensky pour l’Agence Tass, Boris Kotovpour Trud, Anatole Potapov pour la Radiodiffusion soviétique, Georges Ratiani pour la Pravda et Sergueï Zykov pour les Izvestia. En 1963, les diplomates français s’inquiètent du déséquilibre numérique entre correspondants français et soviétiques. Sans compter les représentants de la presse communiste, la France ne compte plus que cinq correspondants (quatre pour le bureau de l’AFP et pour Le Mondé) travaillent à Moscou alors que les correspondants soviétiques à Paris sont au nombre de dix70.

45Les journalistes français rencontrent de fréquentes difficultés dans leur travail et subissent les provocations des services de sécurité soviétique, qui choisissent leurs cibles en fonction de la ligne éditoriale des titres. Ainsi, le correspondant du Figaro fait l’objet de pressions répétées. En février 1961, il est convoqué au MID :

  • 71 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 345, télégramme (...)

« Sacha Simon convoqué la veille au service de presse du MID où il lui a été indiqué que l’attitude systématiquement anti-soviétique du Figaro posait la question de la représentation ou non à Moscou du journal par un correspondant permanent »71.

  • 72 Ibid., télégramme de Maurice Dejean, 26 novembre 1961.

Neuf mois plus tard, le correspondant du Figaro est expulsé72. Michel Tatu confirme les différences de traitement entre journalistes. Le Monde est considéré, selon lui, comme un journal de gauche. Les journalistes de L’Humanité bénéficient, quant à eux, d’un statut spécial :

  • 73 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

« Ils n’étaient pas soumis à la censure et se situaient dans le circuit de la Pravda. Ils n’avaient pas pour autant de meilleures informations que73
nous ».

  • 74 Ibid.

46En dépit des clivages politiques, les journalistes français à Moscou forment une petite communauté où tout se sait. Le système de la censure les contraint à beaucoup de souplesse car ils ne peuvent téléphoner directement leurs articles. Toutes les communications sont contrôlées au Télégramme central (situé rue Gorki). Les correspondants doivent remettre leurs articles en deux exemplaires à la censure. Les censeurs ne sont jamais visibles : « L’attente durait de cinq minutes à trois mois »74. Pour Michel Tatu, la censure ne présente pas que des inconvénients puisqu’elle suscite des échanges quotidiens entre correspondants français et étrangers et permet également de tester des informations. Un passage censuré révèle la gêne des autorités soviétiques sur tel ou tel point.

  • 75 L. Greilsamer, Hubert Beuve-Méry (1902-1989), Paris, Fayard, 1990, p. 415-416.
  • 76 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

47Dans ce contexte, il est possible d’apporter un éclairage particulier sur le travail mené par Le Monde au cours de cette période grâce aux archives de Hubert Beuve-Méry. L’analyse du système soviétique et des relations internationales est un des axes éditoriaux du journal. Hubert Beuve-Méry souhaite, en effet, parvenir à dépassionner et à dépolitiser les enquêtes sur l’Union soviétique. « Son anticommunisme profond mais voilé »75 entraîne un certain nombre de malentendus. Refusant d’adopter une position systématiquement hostile à l’Union soviétique et défendant parfois une certaine forme d’antiaméricanisme, il est l’objet d’attaques à répétitions visant à le présenter comme un agent d’influence à la solde des Soviétiques. Profitant des premiers effets du XXe congrès et du nouveau taux de change du rouble appliqué aux étrangers, il décide de créer un poste de correspondant permanent à Moscou afin de suivre, au jour le jour, l’actualité soviétique. En 1957, Bernard Féron se rend à Moscou pendant six semaines afin de l’ouvrir. Diplômé des Hautes études commerciales (HEC), Michel Tatu devient alors le premier correspondant permanent. Ce jeune homme de vingt-quatre ans préfère le journalisme à une carrière d’analyste financier au Crédit Lyonnais : « À l’époque, Le Monde recrutait plutôt des diplômés généralistes, avec une bonne culture générale »76. Michel Tatu parle allemand et a appris le russe à HEC. Pour Hubert Beuve-Méry, le correspondant du Monde à Moscou devait répondre à deux conditions : parler russe et ne pas être d’origine russe. C’est le cas de Michel Tatu qui est pris à l’essai pour trois mois tout en assurant, dès le début, la couverture. Ce pari, cette confiance faite à la jeunesse, le stimule :

  • 77 Ibid.

« Beuve-Méry était exigeant et très encourageant. Il n’était pas directif et n’hésitait pas à dire : je compte sur vous pour être le meilleur »77.

À Moscou, Michel Tatu dispose d’une très large liberté de manœuvre vis-à-vis de sa rédaction. Il signe ses premiers articles sur Spoutnik et relate avec pertinence le limogeage du maréchal Joukov.

  • 78 Certains sociologues considèrent que le courrier des lecteurs est une source à utiliser avec beauco (...)

48L’analyse du courrier des lecteurs du Monde dénote une véritable curiosité pour le monde soviétique78. Dans l’ensemble, les lettres sont anti-soviétiques mais traduisent une volonté de mieux comprendre la société soviétique. Parfois accusés de partialité, les journalistes savent pouvoir compter sur le soutien indéfectible de Hubert Beuve-Méry, qui prend fréquemment leur défense. À un lecteur mécontent d’un article de Michel Tatu sur le Congrès mondial de la Paix, il répond :

  • 79 FNSP, fonds Beuve-Méry, carton BM 113, lettre de Hubert Beuve-Méry, 6 septembre 1962.

« Sur le fond, je dois cependant vous dire que notre correspondant à Moscou a fait depuis longtemps la preuve de son impartialité. De hautes personnalités soviétiques ont dû, à diverses reprises, en convenir »79.

Il rassure un lecteur communiste :

  • 80 Ibid., carton BM 118, lettre de Hubert Beuve-Méry, 30 octobre 1964.

« M. Féron n’a rien, je puis vous l’assurer, d’un anticommuniste systématique et passionné faisant flèche de tout bois »80.

À propos des débats sur le réalisme socialiste, un lecteur reproche à Michel Tatu de ne s’intéresser qu’à une « vague querelle d’intellectuels » sans conséquences sur l’orientation politique du pays et il donne ainsi l’occasion à Hubert Beuve-Méry de défendre la ligne éditoriale du journal :

  • 81 Ibid., carton BM 115, lettre de Hubert Beuve-Méry, 23 mars 1963.

« Je ne voudrais pas vous décevoir mais je dois cependant vous assurer que ce qui apparaît comme une “vague querelle d’intellectuels” et des “chamailleries byzantines” sont en fait de grande importance puisque c’est toute la doctrine politique qui est ainsi mise enjeu (...). En réalité il y a à l’Est une crise idéologique et politique du communisme (interne avec les intellectuels, externe avec Pékin) tout comme il y a une crise politique et peut-être bientôt économique et financière à l’Ouest (...) »81.

À la suite d’un reportage de Danielle Hunebelle relativement critique, une lectrice, qui s’est rendue à deux reprises en URSS en 1956 et en 1958, explique que les Soviétiques ne sont pas fermés aux étrangers mais recherchent, au contraire, le contact avec eux :

  • 82 Ibid., carton BM 110, lettre d’une lectrice, non datée.

« (...) Dire que le “Russe fuit le contact avec une habileté de poisson et que tel diplomate en poste à Moscou depuis trois ans ne connaissait pas un seul russe” (quel drôle de diplomate, notre Quai d’Orsay peut compter sur lui pour être bien renseigné !!) s’avère pour nous totalement faux. Juste avant de quitter les rives de la mer Noire (premier voyage) j’avais engagé la conversation, sur le quai, avec un jeune homme connaissant parfaitement le Français et que j’avais pris pour un des nombreux passagers (...). Pendant des années, un échange de lettres a eu lieu (...), lettres extrêmement intéressantes et documentées, en même temps qu’amicales et spirituelles. À part quelques légères fautes dans le genre des mots, ces lettres sont dignes d’être écrites par un Français cultivé. Nous les conservons précieusement.
(...) Quant à leur culture, j’oserai avancer qu’elle est loin d’être “discutable” Je suis au contraire convaincue qu’ils nous dépassent et connaissent mieux les classiques français que nos jeunes bacheliers, latinistes ou non, au moins dans leur majorité. Bien que ne sachant pas un mot de russe, nous avons toujours pu nous entretenir longuement avec eux, soit en français, soit en anglais »82.

Grâce au courrier des lecteurs, Hubert Beuve-Méry mesure l’impact des articles consacrés à l’Union soviétique et constate que le sujet intéresse les lecteurs.

49En tant que producteurs d’information, les journalistes disposent d’un réel pouvoir : celui de dévoiler une réalité souvent occultée par la propagande soviétique. Par certains côtés, les journalistes français qui mettent à nu les dysfonctionnements du régime soviétique contribuent à rééquilibrer la relation bilatérale ; leur influence et leur audience compensent, en partie, celles des acteurs intermédiaires placés sous la coupe des Soviétiques. À l’instar des journalistes, les traducteurs littéraires forment une communauté qui dispose d’un réel pouvoir d’influence. Mais, à la différence des premiers, ils s’expriment sur le long terme et dépassent les enjeux immédiats de la relation bilatérale.

Les traducteurs : un groupe neutre en apparence

  • 83 M. Mervaud, « Le français – langue et littérature – dans la Russie d’aujourd’hui », Revue de scienc (...)
  • 84 Association France-URSS, Livre blanc, La langue russe en France, Paris, 1986, p. 5-7.
  • 85 B. Guichard, Qui sait le russe parmi nous ? Les enjeux de l’enseignement du russe en France des pre (...)

50Une relation bilatérale, c’est aussi la rencontre de deux langues et de deux visions du monde. Dans l’espace bilatéral, les personnes capables de passer d’une langue à l’autre forment un groupe à part au sein duquel ceux qui en font leur activité professionnelle – enseignants, interprètes et traducteurs – constituent une minorité agissante et indispensable à son fonctionnement. Même si ses contours restent impossibles à délimiter, elle définit une sorte d’élite. L’apprentissage du français par les Russes repose sur une tradition : la cour du Tsar s’exprimait en français et certains émigrés ont continué à apprendre le russe à leurs enfants. À l’époque soviétique, l’apprentissage du français n’est pas, en principe, un phénomène social mais répond aux besoins de l’économie planifiée : dans le secondaire, l’enseignement de l’anglais arrive en tête avec 50 % des effectifs, suivi de l’allemand pour 30 % des effectifs et du français pour 20 % des effectifs83. En France, la proportion d’élèves apprenant le russe est loin d’être comparable. Même si elle a été le premier pays occidental au lendemain de la Seconde Guerre mondiale à introduire le russe dans le secondaire (l’agrégation de russe est créée en 1947 et le CAPES en 1955), l’enseignement du russe, malgré les efforts de France-URSS, y demeure très marginal : le nombre d’élèves apprenant le russe est estimé à moins de 1 % des effectifs en 1961 ce qui représente environ 10 000 élèves84. « Phénomène d’exception »85, l’enseignement du russe dans le secondaire commence à s’organiser au cours des années cinquante.

51Les traducteurs s’avèrent indispensables à la connaissance et à l’intelligence réciproque des deux pays. Souvent négligés en raison de leur élégante discrétion, ils sont poursuivis par le célèbre proverbe tradutore tradittore. Traîtres ou passeurs ? Pour illustrer le rôle déterminant de ces passeurs dans l’instauration d’un dialogue culturel véritable et profond, trois personnalités peuvent être évoquées : Jean Triomphe, Lily Denis et Léon Robel.

  • 86 Entretien avec Jean Triomphe, 25 mars 1999. Les extraits suivants proviennent également de cet entr (...)

52Jean Triomphe fait partie d’un petit groupe d’hommes et de femmes, qui a œuvré, pendant des années, à la diffusion du russe en France en élaborant les instruments pédagogiques nécessaires. Il fut un précurseur des échanges universitaires entre les deux pays. Khâgneux au lycée du Parc (1933), Jean Triomphe suit, par hasard, des cours de russe pour débutants : « J’ai été mordu »86. À l’École normale supérieure, on l’encourage à continuer son apprentissage du russe. Le déclic se produit en 1935 lorsqu’il se rend à Moscou pour un premier séjour grâce à une bourse d’étude. Les séjours d’étudiants français sont alors exceptionnels. De retour en France, Jean Triomphe est reçu à l’agrégation de lettres et obtient son diplôme de l’École des langues orientales. La guerre le conduit dans les rangs de la résistance. À la libération, il demande à servir en Russie et commence à militer au PCF puis à France-URSS. Nommé en juin 1945 attaché de presse adjoint à l’ambassade de France, il reste à Moscou jusqu’en 1948. À son retour en France, il est nommé à Lille :

« J’ai été sollicité par des communistes, en relation avec France-URSS, pour une série d’articles et de conférences sur la situation en Russie. Je m’occupais de faire connaître la vie là-bas grâce aux diapositives, rapportées de Moscou ».

Jean Triomphe est par la suite nommé au lycée Pasteur à Neuilly où il s’efforce d’organiser des cours de russe avec l’aide de France-URSS :

« France-URSS organisait des cours dans les écoles, qui n’étaient pas du tout soutenus par l’Éducation nationale. Ils étaient assurés par des gens, qui savaient le russe par accroc ou par passion. Ils ont rapidement pris de l’importance. Au total, sur Paris, plusieurs centaines delèves les ont suivis. En général, il s’agissait d’élèves ayant dépassé la trentaine, sérieux et fidèles, issus de tous les milieux. Certains d’entre eux sont devenus professeurs de russe par la suite. D’ailleurs, les cours de France-URSS en lycée étaient souvent à l’origine de postes définitifs ».

Jean Triomphe est une des figures emblématiques de ce petit groupe de spécialistes de la langue russe, qui va former une génération d’enseignants de cette langue difficile et exigeante. Il ouvre trois chantiers au début des années soixante : un dictionnaire français-russe, un dictionnaire russe-français et un dictionnaire d’expressions littéraires françaises. En outre, il dirige quatre manuels intitulés Le Russe vivant, qui vont être utilisés par des générations d’élèves et d’étudiants en russe :

« J’ai pu faire rencontrer des auteurs français (L. Robel, C. Frioux, T. Godier et J. Triomphe) et des auteurs russes. Nous avons fait un travail très intéressant. Ces manuels ont rencontré un certain succès. Le Parti a facilité les contacts avec les Soviétiques. C’était la première série de manuels : ils étaient un peu difficiles au point que celui de Terminale était utilisé pour la préparation de la licence ».

53Le PCF suit attentivement les progrès de l’enseignement du russe en France. Roland Leroy demande notamment au PCUS de créer des formations d’enseignants de russe, qui pourraient être, par la suite, intégrés aux échanges officiels :

  • 87 PCF : polex, carton n° 1, lettre de Roland Leroy au comité central du PCUS, 18 juillet 1961.

« Un autre obstacle, le manque de manuels, est en train d’être réduit par l’édition, avec l’aide des éditions de Moscou, cette année, de quatre manuels nécessaires pour couvrir tout le cycle de l’enseignement secondaire comme deuxième langue et, en 1962, doit paraître le premier manuel de la série qui permettra l’étude de la langue russe comme première langue.
Nous vous suggérons donc, si cela est possible, de créer en URSS un cours de formation accélérée d’enseignants de la langue russe. Il s’agit là d’une institution qui n’aura son efficacité que si elle est reconnue par l’Éducation nationale.
Par conséquent, au cas où la création d’une telle institution s’avérerait possible, nos enseignants pourraient éventuellement effectuer une démarche auprès des instances gouvernementales françaises pour que celles-ci s’adressent aux instances soviétiques correspondantes avec une proposition officielle »87.

54L’enseignement du russe offre un bon exemple des méthodes d’intervention du PCF, qui ne se limite pas à la seule lutte politique. Profitant de ses liens directs avec le PCUS, il tente d’influer sur le contenu des échanges interétatiques. Son influence ne se limite d’ailleurs pas à l’enseignement.

  • 88 C. de Grève, « La réception de la littérature russe, classique et moderne, en France, aux lendemain (...)
  • 89 Archives Gallimard, fonds « Littératures soviétiques (1955-1980) », article de L. Barnier, « Introd (...)
  • 90 Ibid., article d’A. Wurmser, « La symphonie du Nouveau Monde », Les Lettres françaises, n° 629, non (...)

55Dans le domaine littéraire, la création de la collection « Littératures soviétiques » chez Gallimard est un événement. Il faut noter que la traduction de littérature russe (classique et moderne) avait connu un succès éditorial après la guerre puis une chute spectaculaire du nombre des traductions en 1950 à cause de l’évolution des relations internationales88. La collection « Littératures soviétiques » profite du climat de déstalinisation. Elle révèle une curiosité du public français pour la littérature en provenance d’URSS et va donner l’opportunité à plusieurs traducteurs de se faire un nom. Créée en juin 1956, elle est dirigée par Louis Aragon, qui publie la même année une Introduction aux Littératures soviétiques. À la confluence des courants politique et littéraire, Louis Aragon est, à la fin des années cinquante, un point de passage obligé. La presse communiste accueille la collection avec enthousiasme : pour L’Humanité, Louis Aragon est le seul à pouvoir diriger une telle entreprise89. Les Lettres françaises ne manquent pas de comparer son action à celle du comte de Vogüé : « Le comte a le communiste pour continuateur »90. La collection « Littératures soviétiques » va se heurter à la concurrence d’autres éditeurs qui tentent, eux aussi, de tirer profit de cette mode soviétique. Mais tout se passe comme si, rapidement, l’offre de littérature russe dépassait la demande. Les tirages restent assez modestes alors que le nombre de titres disponibles ne cesse d’augmenter :

  • 91 Archives Gallimard, fonds « Littératures soviétiques (1955-1980) », article « Beaucoup d’appelés pe (...)

« La Petite Gare de Youri Kazakov, qui a bénéficié d’une presse écrite et parlée considérable, a été vendue à 11 300 exemplaires. Quelques jours d’A. Bek (Gallimard), a été tiré à 3300 exemplaires. Billets pour les étoiles, d’Axionov (Julliard) à 5 600, Le Prix des jours, de Trendriakov (Le Seuil), à 5 000 tandis que Le Dégel (Gallimard) d’Ilya Ehrenbourg, ne dépassait pas les 4000 exemplaires. De tous ces romanciers qui témoignent d’un esprit nouveau c’est Doudintsev qui a connu le plus grand succès avec L’Homme ne se nourrit pas seulement de pain (Julliard), 28 000 exemplaires. Les documents et témoignages se vendent un peu mieux : Une journée d’Ivan Denissovitch dépasse déjà les 15 000 exemplaires chez Julliard, tirage qui doublera ou triplera sûrement »91.

  • 92 Entretien avec Lily Denis, 15 juillet 1998. Les extraits suivants proviennent également de cet entr (...)

56Ce foisonnement de titres donne la possibilité à plusieurs traducteurs d’éclore. Parmi eux, une personnalité se détache : Lily Denis. Son parcours est pour le moins atypique. Ses parents, d’origine russe, vivaient en France depuis 1910. Mais chez elle, on parlait français. Sa grand-mère, qui ne parlait que le russe, arriva quelque années après et l’initia à cette langue. Après la guerre et un engagement dans la Résistance, elle présente une traduction à Jean Paulhan, qui la dissuade de continuer dans cette voie : « Vous ne serez jamais traductrice »92. Malgré cet échec, elle persiste, se sentant « une véritable vocation » pour ce métier. En 1962, elle rejoint les éditions Gallimard par l’intermédiaire de l’ALAP pour laquelle elle continue à travailler parallèlement. Consciente que le nom de la collection « Littératures soviétiques » est « difficile à porter », elle n’hésite pourtant pas à se lancer dans l’aventure, car Claude Gallimard et Louis Aragon entendent publier des œuvres uniquement en fonction de leur valeur littéraire. Lily Denis entretient avec le poète des rapports rares, mais excellents. Toujours en phase sur les choix éditoriaux, ils vivent « une véritable idylle littéraire ». En 1967, elle deviendra conseillère de la collection.

57Bien évidemment, ce métier de traductrice implique de fréquents séjours en Union soviétique. Lily Denis profite du soutien de l’Union des Écrivains : « Pour les Russes, les traducteurs, qui leur ouvrent les portes de l’Occident, sont des personnages privilégiés ». Par l’intermédiaire de la Commission de l’étranger de l’Union des écrivains et d’Irina Ogorodnikova, Lily Denis rencontre de nombreux membres de l’intelligentsia russe. Il lui faut non seulement découvrir de nouveaux talents mais surtout restituer leurs textes avec le plus de fidélité possible.

  • 93 En 1978, Léon Robel participe à l’ouvrage collectif L’URSS et nous, op. cit.

58Parmi les traducteurs, certains commencent leur parcours à l’Université et au Parti. Au début des années soixante, Léon Robel, comme son complice Claude Frioux, appartient à la génération montante des traducteurs de russe. Agrégé de russe (1953), il est nommé à Marseille. Il est ensuite élu aux Langues O (1964). Membre du PCF93, il entre rapidement dans la mouvance d’Elsa Triolet et Louis Aragon :

  • 94 E. Triolet (dir.), La poésie russe, édition bilingue, Paris, Seghers, 1965.
  • 95 Entretien avec Léon Robel, 19 novembre 1998.

« J’ai commencé étant étudiant à traduire. J’avais envie de savoir le russe. Jean Pérusse m’a confié avec témérité, alors que j’étais en DES, le premier volume des œuvres complètes de Gorki. Ce premier travail important a été publié en 1952. Après, je me suis davantage consacré à mon enseignement et à des conférences sur l’histoire de la littérature russe. Par la suite, je me suis davantage orienté vers la traduction de la poésie, avec une expérience particulièrement importante : la participation à Poésie russe94 dirigée par Elsa Triolet et publiée chez Seghers. À partir de 1961, je connais de près Elsa Triolet et Louis Aragon »95.

Pour Léon Robel, le traducteur de poésie est non seulement un passeur mais aussi un intermédiaire qui enrichit la langue française des formules, constructions et tournures de la langue russe.

59Les traducteurs semblent moins immédiatement soumis aux enjeux politiques du moment que ne le sont les journalistes. Leur patient travail de fond et leur goût de la découverte en font un petit groupe essentiel au dialogue des cultures russe et française. En évoquant cinq acteurs intermédiaires, une vision pointilliste, au sens pictural du terme, de l’espace bilatéral se forme. Celui-ci s’organise autour des appareils diplomatiques mais aussi d’acteurs intermédiaires, composés de personnalités multiples, qui rayonnent sur une ou plusieurs de ses parties. Les rapports entre ces différents acteurs sont complexes et difficiles à restituer dans leur totalité.

60Pour autant, plusieurs caractéristiques se dégagent. Le PCF, qui défend sans réserve la politique extérieure soviétique, subit les contrecoups de la politique extérieure gaulliste. Ses militants ne sont pas insensibles à certaines orientations du projet gaullien et, en particulier, à celle d’une Europe « de l’Atlantique à l’Oural ». La BCEN est un rouage aussi discret qu’indispensable au fonctionnement des échanges bilatéraux. Les archives manquent encore pour analyser le monopole de cette banque en détail, mais, d’ores et déjà, elle apparaît comme un outil de diplomatie financière de l’URSS inséparable de sa diplomatie officielle.

61À la différence de la BCEN, l’ALAP n’est pas sous contrôle soviétique. Ce troisième acteur intermédiaire se caractérise par son aptitude à établir des relations avec l’ensemble des autres acteurs. Journalistes et traducteurs forment, quant à eux, deux communautés professionnelles sans lesquelles le dialogue entre les deux pays n’aurait guère de consistance. Les premiers sont soumis à de fortes pressions politiques car ils exercent une fonction informative et critique dans l’espace bilatéral. Si les seconds sont moins exposés, ils n’en remplissent pas moins une mission essentielle d’éclaireur et de passeur entre les deux cultures.

Notes

1 A. Colonomos, « L’acteur en réseau à l’épreuve de l’international », dans M.-C. Smouts (dir.), Les nouvelles relations internationales, Pratiques et théories, Paris, Presses de Sciences Po, 1998, p. 220.

2 J.-B. Duroselle, Tout empire périra. Théorie des relations internationales, Paris, Armand Colin, 1992, p. 68.

3 J.-B. Duroselle, L’Europe de 1815 à nos jours, Paris, PUF, 1996, p. 283-284.

4 M. Winock, « L’âge d’or du communisme français », L’Histoire, n° 223, juillet-août 1998, p. 59.

5 « Contre-culture » émanant d’une « contre-société » pour reprendre la formule d’A. Kriegel, Les communistes français 1920-1970, Paris, Seuil, 1985.

6 Aux législatives de 1958, le PCF recueille 19 % des suffrages exprimés, soit un peu moins de quatre millions d’électeurs. Ce résultat correspond à une sévère baisse puisque le PCF a perdu 1 600 000 voix par rapport à 1956 et il ne compte plus que 10 élus (contre 150 en 1956) en raison du nouveau mode de scrutin. Aux législatives de 1962, il obtient 21,9 % des suffrages exprimés mais ne parvient pas à repasser la barre des quatre millions d’électeurs. Grâce aux désistements, il compte 41 élus au Palais-Bourbon. Chiffres donnés par S. Courtois et M. Lazar, Histoire du parti communiste français, Paris, PUF, 1995, p. 306-310.

7 PCF : réunion du Bureau politique le 1er avril 1958, 2 avril 1958, n° 567.

8 PCF : réunion du Bureau politique le 6 mai 1958,10 mai 1958, n° 577.

9 M.-P. Rey, « PCF, fonds secrets », L’Histoire, n° 223, juillet-août 1998, p. 48 ; V. Loupan et P. Lorrain, L’argent de Moscou, L’histoire la plus secrète du PCF, Paris, Plon, 1994.

10 C. Pennetier et B. Pudal, « La politique d’encadrement : l’exemple français », M. Dreyfus et al., Le siècle des communismes, Paris, Les éditions de l’Atelier, 2000, p. 366.

11 G. Quagliariello, « Gaullisme et anticommunisme », Communisme, n° 62/63, 2000, p. 112.

12 MID, Referentura po Francii, fonda n° 136, opis’ n° 49, papka n° 280, delo n° 11, note du MID au secrétariat du Comité central, 27 juin 1958.

13 S. Courtois et M. Lazar (dir.), 50 ans d’une passion française, De Gaulle et les communistes, Paris, Balland, 1991.

14 Pour une présentation du parcours des trois premiers, voir S. Courtois et M. Lazar, Histoire du parti communiste français, op. cit., p. 348-351 et p. 317 pour le quatrième.

15 G. Plissonnier, Une vie pour lutter, Paris, Messidor/Éditions sociales, 1984, entretiens avec Danielle Bleitrach.

16 Sur la première partie de son parcours, voir aussi G. Streiff, Jean Kanapa, De Sartre à Staline, Paris, La dispute, 1998.

17 R. Leroy, La quête du bonheur, Paris, Grasset, 1995.

18 J. Fauvet (en collab. avec A. Duhamel), Histoire du Parti communiste français II, Paris, Fayard, 1965, p. 308-309.

19 Entretien avec Roland Leroy, 17 mars 1999. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

20 Pour les étapes de cette prise de conscience, voir F. Cohen, « L’Urss et nous : un regard sur les rapports PCF-PCUS », Critique communiste, automne 1997, p. 77-83.

21 Sur le parcours de Francis Cohen, voir F. Matonti, « Les 1garde-fous”. Trajectoires biographiques et obéissance politique : l’exemple du groupe dirigeant de La Nouvelle Critique (1967-1980) », Le Mouvement social, n° 186, janvier-mars 1999, p. 28-30.

22 Entretien avec Francis Cohen, 26 avril 1999.

23 A. Adler, F. Cohen, M. Decaillot, C. Frioux et L. Robel, L’Urss et nous, Paris, Éditions sociales, 1978.

24 Entretien avec Francis Cohen, 26 avril 1999.

25 Entretien avec Serge Monegard, 29 octobre 1998. Sur le degré d’autonomie de Clarté vis-à-vis du PCF, D. Caute, Le communisme et les intellectuels français 1914-1966, Paris, Gallimard, 1966, chapitre IX. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

26 Sur les prolongements de cette situation, voir T. Gomart, « Le PCF au miroir des relations franco-soviétiques (1964-1968) », Relations internationales, n° 114, été 2003, p. 249-266.

27 S. Courtois et M. Lazar, Histoire du parti communiste français, op. cit., p. 315-316.

28 P. Nora, « Gaullistes et communistes », art. cit.

29 Voir les livres polémiques de J. Montaldo, Les finances du PCF, Paris, Albin Michel, 1977, p. 179-206 et Les secrets de la banque soviétique en France, Paris, Albin Michel, 1979.

30 Située au 26 avenue de l’Opéra et, depuis 1966, au 79, boulevard Haussmann.

31 Banque de France, carton 4 Z 650, Relations France/URSS 1940-1962, fiche d’informations sur la BCEN sans références, janvier 1954.

32 Développement qui reprend les déclarations de Jules Moch dans J. Montaldo, Les finances du PCF, op. cit., p. 181-185.

33 Banque de France, carton 4 Z 650, Relations France/URSS 1940-1962, sous-comptes pour l’URSS, 31 juillet 1956.

34 Crédit Lyonnais, carton n° DHB 04942, correspondance avec la Banque pour le commerce extérieur de l’URSS, 1958-1966.

35 MEF, fonds Trésor, URSS 1951-1963, carton n° B 589, lettre du 17 janvier 1956.

36 Ibid., situation des comptes de l’URSS au 30 avril 1955. Le reste des fonds soviétiques se répartit entre les différentes banques précédemment citées.

37 Ibid., réponse de Letondot à la lettre de J. Chaine, 24 février 1956.

38 MEF, fonds Trésor, carton n° B 591, fiches-contrats de la COFACE, 1959.

39 J. Montaldo, Les finances du PCF, op. cit., p. 196.

40 Entretien avec Marc Ferro, 14 janvier 1999. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

41 Entretien avec Gilbert Lasfargues, 25 septembre 1998.

42 Ibid.

43 Directeur (1961), directeur général adjoint (1963), directeur général (1965-1983) et administrateur (1973-1980) de la BCEN.

44 Entretien avec Gilbert Lasfargues, 25 septembre 1998. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

45 Entretien avec André Thomazo, 22 juillet 1998.

46 P. Daix, Aragon, Paris, Flammarion, 1994.

47 S. Cœuré, La grande lueur à l’Est, op. cit., p. 157.

48 J. Morawski, « Le décès de Georges Soria, Un homme de passion », L’Humanité, 10 octobre 1991 et V. Sedyh, Zvezdy mčatsâ kBožestvu, Moscou, Progress, 2000, p. 326-331.

49 Y. Courrière, Roger Vailland ou le libertin au regard froid, Paris, Plon, 1991, p. 600.

50 F. Lumbroso, Mémoires d’un homme de spectacles, Lieu commun, 1991.

51 Entretien avec Janine Ringuet, 22 avril 1999. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

52 Sur le rôle de Philippe Erlanger, voir B. Piniau, L’action artistique de la France dans le monde, Paris, L’Harmattan, 1998, p. 118-121.

53 N. Gould-Davies, « The Logic of Soviet Cultural Diplomacy », Diplomatie History, n° 2, avril 2003, p. 193-214.

54 Entretien avec Serge Leyrac, 16 septembre 1998.

55 Ibid.

56 Entretien avec André Thomazo, 22 juillet 1998. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

57 Archives municipales d’Aubervilliers, fonds ALAP, carton 13 Z 29 : URSS ; bilans financiers (1962-1974).

58 Entretien avec André Thomazo, 22 juillet 1998.

59 Archives municipales d’Aubervilliers, fonds ALAP, carton 13 Z 307, télégramme de Georges Soria à Mme Fourtseva, 26 juin 1963.

60 Entretien avec Janine Ringuet, 22 avril 1999.

61 Ibid.

62 Entretien avec André Thomazo, 22 juillet 1998.

63 J.-P. Rioux, « Histoire et journalisme. Remarques sur une rencontre », dans M. Martin (dir.), Histoire et médias, Journalisme et journalistes français 1950-1990, Paris, Albin Michel, 1991, p. 192-205.

64 J.-N. Jeanneney, Une histoire des médias, des origines à nos jours, Paris, Seuil, 1996, p. 11.

65 C. Delporte, Les journalistes en France 1880-1950, Naissance et construction d’une profession, Paris, Seuil, 1999.

66 Entretien avec Bernard Féron, 14 octobre 1999.

67 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

68 Entretien avec Marcel Girard, 4 février 1995.

69 J. Cathala, Sans fleur ni fusil, Paris, Albin Michel, 1982.

70 MAE, Europe, URSS (1961-1965), carton n° 1896, note de la sous-direction d’Europe orientale, 15 mars 1963.

71 MAE (centre de Nantes), fonds de l’ambassade de France à Moscou, série B, carton n° 345, télégramme de Maurice Dejean, 2 février 1961.

72 Ibid., télégramme de Maurice Dejean, 26 novembre 1961.

73 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

74 Ibid.

75 L. Greilsamer, Hubert Beuve-Méry (1902-1989), Paris, Fayard, 1990, p. 415-416.

76 Entretien avec Michel Tatu, 12 avril 1999.

77 Ibid.

78 Certains sociologues considèrent que le courrier des lecteurs est une source à utiliser avec beaucoup de précaution, R. Rieffel, L’Élite des journalistes, Paris, PUF, 1984, p. 95-97.

79 FNSP, fonds Beuve-Méry, carton BM 113, lettre de Hubert Beuve-Méry, 6 septembre 1962.

80 Ibid., carton BM 118, lettre de Hubert Beuve-Méry, 30 octobre 1964.

81 Ibid., carton BM 115, lettre de Hubert Beuve-Méry, 23 mars 1963.

82 Ibid., carton BM 110, lettre d’une lectrice, non datée.

83 M. Mervaud, « Le français – langue et littérature – dans la Russie d’aujourd’hui », Revue de sciences morales et politiques, n° 4, 1998, p. 102-103.

84 Association France-URSS, Livre blanc, La langue russe en France, Paris, 1986, p. 5-7.

85 B. Guichard, Qui sait le russe parmi nous ? Les enjeux de l’enseignement du russe en France des premiers cours au premier agrégé (1892-1948), Paris I, mémoire de maîtrise sous la direction de Marie-Pierre Rey et Bernard Michel, 1998, p. 188-199.

86 Entretien avec Jean Triomphe, 25 mars 1999. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

87 PCF : polex, carton n° 1, lettre de Roland Leroy au comité central du PCUS, 18 juillet 1961.

88 C. de Grève, « La réception de la littérature russe, classique et moderne, en France, aux lendemains de la Deuxième Guerre mondiale », dans F.-D. Liechtenhan (dir.), L’ours et le coq, Trois siècles de relations franco-russes, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2000, p. 225-241.

89 Archives Gallimard, fonds « Littératures soviétiques (1955-1980) », article de L. Barnier, « Introduction aux Littératures soviétiques », L’Humanité, 30 juillet 1956.

90 Ibid., article d’A. Wurmser, « La symphonie du Nouveau Monde », Les Lettres françaises, n° 629, non daté.

91 Archives Gallimard, fonds « Littératures soviétiques (1955-1980) », article « Beaucoup d’appelés peu de lus », Candide, 25 avril 1963.

92 Entretien avec Lily Denis, 15 juillet 1998. Les extraits suivants proviennent également de cet entretien.

93 En 1978, Léon Robel participe à l’ouvrage collectif L’URSS et nous, op. cit.

94 E. Triolet (dir.), La poésie russe, édition bilingue, Paris, Seghers, 1965.

95 Entretien avec Léon Robel, 19 novembre 1998.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search