Version classiqueVersion mobile

Double détente

 | 
Thomas Gomart

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre est le prolongement d’une thèse à l’origine de nombreuses rencontres. On sort à la fois ruiné et enrichi d’une telle aventure tant les dettes intellectuelles et matérielles sont nombreuses. En premier lieu, je tiens à remercier très chaleureusement Robert Frank pour son enthousiasme, son aide et ses conseils tout au long de la thèse, mais aussi après celle-ci. Je le remercie surtout pour sa manière, si personnelle, de m’avoir laissé carte blanche.

2Au cours de ces années de recherche et d’écriture, j’ai bénéficié de très bonnes conditions de travail en tant qu’allocataire-moniteur à Paris I et à l’Université de Marne-la-Vallée (1996-1999) puis comme lauréat du programme Lavoisier du ministère des Affaires étrangères au MGIMO (2001) avant de rejoindre l’IFRI (2002). Je tiens à remercier les personnes qui, d’une manière ou d’une autre, m’ont aidé dans ces différents cadres et, en particulier ; Anne-Marie Autissier, Fabienne Bock, Frédéric Bozo, Dominique David, Anne Duruflé, Claude Gauvard, André Kaspi, Georges Lomné, Yves Mansuy, Mikhaïl Narinski, Denis Seigneur et Ivan Tiouline. Au cours de mon service militaire (2000), j’ai profité de l’indulgence du général Saulers, du colonel Tavernier et du lieutenant-colonel de Monaghan.

3Je garde un vif souvenir de mes entretiens avec les témoins qui m’ont reçu. Grâce à eux, j’ai beaucoup appris sur le sujet tout en ayant la chance de rencontrer des personnalités riches, souvent passionnantes. J’ai une pensée pour ceux qui ont disparu pendant cette recherche : Robert et Mathilde Bordaz, Jacques Chaban-Delmas, Francis Cohen, Maurice Couve de Murville, René Girault et Serge Leyrac. Je remercie ensuite très sincèrement Jacques Andréani, Marcel Chalet, Lily Denis, Youri Doubinine, André Duroméa, Vladimir Erofeev, Isabelle Esmein, Bernard Féron, Marc Ferro, Henri Froment-Meurice, Marcel Girard, Jean Giustiniani, Francis Grangette, René Guillot, Philippe Husson, Henri Jean, Monique Lanchon, Gilbert Lasfargues, Janine Lebret, Roland Leroy, Raymond Marquié, Roald Matveev, Gala Mirochnitchenko, Serge Monegard, Raymond Nart, Jean Noiville, Yves Pagniez, José Paoli, Matteo Poletti, Jacqueline de Proyart, Janine Ringuet, Léon Robel, Jacques Rossi, Youri Roubinski, Volf Sédykh, Robert de Souza, Pierre Sudreau, Valentin Svistounov, Alexandre Tarasievitch, Michel Tatu, André Thomazo, Jean Triomphe, Jean-Emile Vié et Vadim Zagladine.

4 L’aide des conservateurs et archivistes est indispensable pour mener à bien un projet de cette nature. Mes remerciements s’adressent en premier lieu au personnel des archives du MID et des RGANI. En France, je remercie pour leur accueil et leurs conseils : Mathilde Angelonni (PCF), Sylvie Barrot (archives municipales du Havre), Claude Boulant (Air France), Agnès Callu (Archives nationales), Céline Cavillon-Troadec (Banque de France), M. Dabin (archives municipales d’Aubervilliers), Jean-Pierre Dauphin (Gallimard), Laurent Dupuy (ministère de l’Économie et des Finances), Grégoire Eldin (ministère des Affaires étrangères), Odile Gaultier-Voituriez (Fondation nationale des sciences politiques), Rémy Gestin (Direction générale de l’aviation civile), Nathalie Guibert (archives municipales de Saint-Etienne-du-Rouvray), Hervé Lemoine et Thierry Sarmant (Service historique de l’armée de terre), M. Perrot (SNCF), Roger Nougaret (Crédit Lyonnais), M. Raveux (Académie François Bourdoux), Sandrine Samson (IMEC), Philippe Vial (Service historique de la Marine). Je remercie également Robert Bordaz, Gala Mirochnitchenko, Valentin Svistounov et Raphaël Vahé qui ont bien voulu me confier leurs papiers personnels.

5Le CHRIC (Centre d’histoire des relations internationales contemporaines) de Paris I n’est pas le pire endroit pour faire une thèse. Merci à Julien Gueslin, Jean-Michel Guieu, Pierre Journoud, Françoise Mérigot, Raïssa Mézières, Caroline Moine, Georges Saunier, Hughes Tertrais, André Urban et Nicolas Vaicbourdt pour leurs encouragements.

6Ce livre doit beaucoup aux remarques et critiques (souvent vives) de relecteurs exigeants : Marie-Claude Blanc-Chaléard, Sabine Dullin, Camille Grand, Garance Kutukdjian, amiral (CR) Pierre Lacoste et Patrice Lamothe. Je garde un très bon souvenir de nos échanges même s’ils se traduisaient automatiquement par un surcroît de travail. Je les remercie de leur sincérité et de leur intérêt pour cette recherche au long cours. Il va sans dire que je reste seul responsable des erreurs et des thèses défendues dans cet ouvrage.

7La version finale doit beaucoup à la relecture attentive d’Elisabeth Mornet et à l’aide précieuse de Sandra Gass et Cécile Thiébault. Je les remercie très chaleureusement de leur patience et de leur disponibilité.

8Je finis en remerciant Bénédicte, mais est-ce nécessaire d’insister ?

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search