Version classiqueVersion mobile

Nations, cultures et sociétés d’Europe centrale aux XIXe et XXe siècles

 | 
Catherine Horel

La France et l’Europe centrale

Pologne, été 1920 : la Mission militaire française et le général Weygand

Tomasz Schramm

Résumé

The French participation to the war of 1920 in Poland has long been embodied by General Weygand, which gave rise not only to polemics, but generated also inaccuracies that have become common places in the specialized literature. For a long time there was confusion between the French corps, which was sent to help the Polish Army and the French Military Mission, which had been created following the relations of the two countries during and after World War One. The task of the Mission was to organize the army of the reconstituted Polish State. The Polish forces came from different backgrounds and as soon as they were put together were sent into the Polish-Soviet conflict. The Mission was a political tool for France, mainly towards Germany but also towards the Soviet Union, and played an important part in the French influence in Poland. The situation changed during the spring of 1920, which saw the Polish offensive against the Soviets: Pilsudski had dreamed of a common action of the regional powers but had to turn to France and Britain and to a certain extent to Belgium and Italy. France provided Poland with materiel. Later on, the officers of the Mission were authorized to fight alongside their Polish comrades. In the meantime, a French-British delegation was sent to Poland, composed of diplomats and officers of the general staff, among them General Weygand. After some time, the relations between him and Piłsudski deteriorated. The mission left Poland after three weeks of work but France and Britain went on helping the Polish Army. On the whole the French action remained limited though not inconsiderable thanks to the French Military Mission, which stood behind it. Nevertheless it was not conclusive in the Polish victory but left a durable trace in the memories of Polish and French officers.

Texte intégral

  • 1 En réalité, elle a commencé au début de 1919 et s’est terminée, d’un point de vue formel, avec la s (...)
  • 2 L’article de Maria Pasztor et Frédéric Guelton, « La bataille de la Vistule », Cahiers du Centre d’ (...)

1Le souvenir de la guerre polono-soviétique, appelée souvent la « guerre de 19201 », évoque chez les Français, mais aussi chez bon nombre de Polonais, le personnage du général Maxime Weygand. Jusqu’à aujourd’hui, son rôle durant l’été 19202 est sujet à débat. Mais ces discussions sont fréquemment empreintes de confusion : la mission qui arrive alors en Pologne est souvent baptisée « mission Weygand » et confondue ou identifiée avec la Mission militaire française en Pologne. Ainsi, il n’est pas sans intérêt de commencer par le rappel des origines et des fonctions de cette dernière.

  • 3 Tomasz Schramm, « Stosunki polsko-francuskie u zarania II Rzeczypospolitej 1917-1919 » (Les relatio (...)
  • 4 W. Lipinski, Walka zbrojna o niepodleglosc Polski 1905-1918 (La lutte armée pour l’indépendance de (...)

2L’existence de la Mission militaire française reflétait l’état des relations établies entre les deux États au lendemain de la Première Guerre mondiale, et qui avaient débuté pendant la guerre3. Leur aspect militaire était primordial : il s’agissait d’organiser l’Armée polonaise en France. Cette tâche échut à la Mission militaire franco-polonaise, sous le commandement du général Louis Archinard4.

  • 5 « Accord entre le gouvernement français et le Comité national au sujet des avantages à faire aux mi (...)
  • 6 T. Schramm, Francuskie misje..., op. cit., p. 17-19.

3 À partir de novembre 1918, en raison, d’une part, de l’armistice, de l’autre, de la reconstruction de la Pologne, les contacts se sont intensifiés entre les autorités françaises et le Comité national polonais (CNP), qui avait son siège à Paris et était considéré comme la représentation de l’État polonais et son futur gouvernement. L’une des questions soulevées fut celle des relations militaires. Deux conventions redéfinissant le statut des officiers français affectés à l’armée polonaise furent signées les 15 janvier et 15 février 1919 par Clemenceau et le président du Comité, Roman Dmowski5. Il était prévu que l’armée polonaise (dite aussi armée Haller) serait bientôt transférée en Pologne, où elle garderait le caractère d’une formation à part, bien équipée et bien organisée – elle aurait une utilité non seulement militaire, mais aussi (voire surtout) politique, vu la rivalité entre le CNP et Piłsudski. Quelque temps auparavant était apparue l’idée de former une Mission militaire française dont le rôle serait d’aider à l’organisation de l’armée en Pologne. La réaction du CNP fut positive et l’élaboration du contrat de la Mission commença6.

  • 7 Les textes de l’accord et du contrat : CAW, AGH, 1.123.1.178, et AAN, dossier « Protokoly Posiedzen (...)

4Cependant, Paris se rendit vite compte que son vrai interlocuteur se trouvait à Varsovie. Le 21 février, le général Albert Henri Niessel, membre de la mission envoyée en Pologne par le Conseil suprême, eut un entretien avec Jozef Piłsudski, chef de l’État et commandant en chef de l’armée polonaise. Les modalités de l’envoi en Pologne d’une mission d’instruction et d’organisation sont alors définies. Cependant la France aurait aimé que la Mission ait également une fonction de commandement, comme en Tchécoslovaquie, mais Piłsudski sut faire prévaloir son point de vue. Le général Paul Prosper Henrys, nommé chef de la Mission, arriva en Pologne en avril 1919. À la suite de nouveaux pourparlers, le contrat fut signé le 25 avril. L’effectif de la Mission avait été fixé à cent membres7.

  • 8 L’ordre formel a été publié le 1er septembre, CAW, dossier « Teki Teslara » (TT), 1.475.1.33, fasc. (...)
  • 9 Les données citées dans les différents ouvrages reprennent différentes sources, dont aucune ne donn (...)
  • 10 Frédéric Guelton, « Le capitaine de Gaulle et la Pologne (1919-1921) », dans Bernard Michel, Józef (...)

5 En été 1919 eut lieu la jonction de l’« armée bleue » de Haller et de l’« armée grise » agissant en Pologne8. En dépit des efforts français, le modèle adopté fut celui de l’« armée grise ». Le général Henrys l’accepta, ce qui lui valut des critiques du côté français. La réorganisation mit à l’ordre du jour la question du statut des officiers français qui servaient dans l’armée Haller. En conséquence, nombre d’entre eux entrèrent dans le cadre de la Mission militaire française, dont l’effectif compta environ six cents officiers9. Parmi eux se trouvait un homme dont le nom allait devenir célèbre : Charles de Gaulle. Au début de 1919, il se décida à entrer dans l’armée Haller pour améliorer ses états de service après plus de deux années de captivité en Allemagne. Affecté au régiment d’instructeurs, il se rendit à Modlin puis à Rembertow où il exerça les fonctions de professeur à l’école d’application jusqu’en avril 192010.

Les débuts de la Mission militaire française

  • 11 Polska Organizacja Wojskowa (Organisation militaire polonaise) – formation secrète organisée par Pi (...)

6La Pologne avait un réel besoin de l’aide que pouvait lui procurer la Mission. L’armée polonaise s’organisait à partir d’éléments dispersés en provenance des armées des trois anciennes puissances copartageantes et d’autres formations, surtout des légions de Piłsudski et de la POW11 d’un côté, de l’armée Haller de l’autre. Les différences de formation et de mentalités transparaissaient dans le corps des officiers, générant des animosités et des rivalités. Il ne faut pas oublier non plus le contexte dans lequel s’organisa l’armée polonaise : aussitôt formées, les unités furent envoyées au combat. Dans ces circonstances, la Mission, comme élément extérieur représentant le vainqueur de la Grande Guerre, pouvait jouer un rôle considérable. Elle devait surtout s’occuper d’instruction et d’organisation ; elle pouvait aussi être consultée et donner des avis ainsi que fournir du matériel de guerre français. Parfois, ses officiers prirent le commandement, mais, dès le début, Piłsudski tint à limiter le rôle de la Mission au strict nécessaire. Ses mobiles étaient à la fois politiques et sentimentaux.

7En ce qui concernait l’organisation, les membres de la Mission faisaient office de conseillers auprès du ministère des Affaires militaires, dans les services et dans les commandements des grandes unités. En cette qualité, ils essayèrent d’introduire dans l’armée polonaise la doctrine française, toutefois avec des résultats limités. L’instruction passait par l’organisation et l’enseignement dans les différents cours d’application et écoles, à Varsovie et dans d’autres villes. À cet égard, il faut mentionner avant tout l’École supérieure de guerre (Wyzsza Szkola Wojenna), où l’influence française fut la plus durable : les derniers professeurs français la quittèrent en 1929. Parmi eux s’est distingué le directeur d’études, le colonel Louis Faury.

8Du côté français, l’envoi de la Mission en Pologne signifiait une présence importante et multiforme dans le pays. La Mission fut un instrument politique considérable, surtout en ce qui concerne la politique de la France vis-à-vis de l’Allemagne, mais aussi vis-à-vis de la Russie soviétique. Elle remplissait donc des objectifs politiques définis par Paris ou sur place ; les résultats ne dépendaient d’elle que partiellement, comme le prouve l’insuccès du rapprochement polono-tchécoslovaque, tant voulu par la France. Elle menait à grande échelle l’action de renseignement couvrant surtout l’Allemagne, Dantzig et la Russie (sans oublier bien sûr la Pologne elle-même). Elle assurait en outre la promotion de l’industrie et de la finance françaises, sans se borner donc au domaine militaire.

9Pour les autorités polonaises, l’intérêt que présentait la Mission ne se limitait pas, là non plus, à son action directe. Tout en refusant le protectorat français, Piłsudski était conscient que la raison d’État polonaise dictait un rapprochement. De plus, il y voyait une raison tactique – il ne voulait pas laisser à ses rivaux politiques, les nationaux-démocrates, le monopole des contacts avec les milieux politiques français.

  • 12 J. Piłsudski, L’année 1920, Paris, 1929, p. 177. À une autre occasion, Piłsudski a défini sa politi (...)

10Le printemps et l’été 1920 constituent une période charnière dans l’histoire de la Mission militaire française en Pologne. L’année précédente, les officiers français n’avaient pas été impliqués dans la guerre polono-soviétique. Les hostilités avaient eu lieu loin à l’Est ; cela pouvait intéresser Paris pour apprécier la situation générale, mais pas tellement Henrys et son état-major. Leurs tâches, définies par le contrat, furent autres et, en ce qui concernait la guerre, se limitaient à la transmission d’informations, comme l’aurait fait un attaché militaire. En 1920, la situation est différente, tant dans les relations polono-soviétiques que sur le plan international. En décembre 1919, la France et la Grande-Bretagne avaient adopté la doctrine du « fil de fer barbelé », préférant une situation définie comme « ni guerre, ni paix ». Cette attitude était intenable pour la Pologne, surtout au moment où la Russie soviétique entamait sa marche vers la « révolution mondiale » en direction de l’Europe. Piłsudski définissait lui-même son programme : « Je m’étais fixé dès 1918, en toute indépendance, un but clair dans notre guerre contre les Soviets. J’avais décidé notamment de faire les plus grands efforts pour éloigner le plus possible des lieux où la vie nouvelle était en train d’éclore et de prendre forme toutes les tentatives que l’on pourrait faire et tous les pièges que l’on pouvait nous tendre en vue de nous imposer une fois de plus une vie étrangère, une vie qui ne fût pas organisée par nous-mêmes12. »

  • 13 H. Mordacq, Le ministère Clemenceau. Journal d’un témoin, vol. IV, Paris, 1931, p. 232-233. Cependa (...)
  • 14 CAW, TT, 1.475.1.7, fasc. 28. Ces documents sont analysés par J. Kukulka, Francja a Polska po trakt (...)

11Après être parvenu à ses fins en 1919, Piłsudski voyait plus grand. Par une action commune des voisins de la Russie, il prévoyait de l’isoler par une chaîne d’États-tampons. Le général Henrys partageait ces vues. Au tournant des années 1919-1920, il se rendit avec l’état-major de la Mission à Paris, ce qui était sans doute en rapport, au moins en partie, avec l’élaboration de la politique française envers la Russie. Il avait des difficultés à s’entendre avec Clemenceau, dont le chef du cabinet militaire, le général Mordacq, en voulait au chef de la Mission de s’être laissé influencer par Piłsudski13. Les choses furent plus aisées auprès du Comité militaire interallié, dirigé par le maréchal Foch. L’état-major de la Mission prépara à son attention, le 4 janvier 1920, des notes analysant la politique à adopter vis-à-vis de la Russie14. Les idées exposées furent les suivantes : seul un gouvernement russe ayant à sa disposition une armée et un massif soutien des puissances occidentales était susceptible de renverser le régime soviétique. Mais les « blancs » venaient d’essuyer un revers. En conséquence, l’armée Rouge avait retrouvé sa liberté d’action et menaçait de lancer une offensive en direction de l’Occident. Lui barrer la route incombait à ses voisins immédiats, donc avant tout à la Pologne. Celle-ci n’était pas à même d’entreprendre une offensive pouvant soulager le général Denikine, mais elle était capable en revanche d’organiser la défense, à condition d’être approvisionnée par l’Entente ; dans une perspective plus lointaine, il paraissait possible de pousser la couverture jusqu’au Dniepr, avec l’aide des forces biélorusses et ukrainiennes, ainsi qu’avec le soutien roumain. La dernière partie de cette analyse reflète clairement les idées fédéralistes de Piłsudski.

  • 15 J. Pajewski, Budowa Drugiej Rzeczypospolitej 1919-1926 (La construction de la deuxième République 1 (...)

12Dans ses grandes lignes, cette conception pouvait convenir à Foch. Mais celui-ci était convaincu que seule l’action commune des États voisins de la Russie permettait d’espérer un succès. Et là, les perspectives n’avaient rien de prometteur. Faute du soutien des Occidentaux, les États baltes étaient disposés à accueillir les ouvertures soviétiques ; ni la Roumanie, ni la Finlande ne présentaient des tendances offensives. Au vu de ces conditions, si la Pologne devait agir, elle serait seule. Cette éventualité ne pouvait qu’augmenter les réserves qui s’étaient déjà manifestées chez les puissances occidentales15. Henrys se donnait pour but de surmonter ces objections. Après son retour de Paris, l’aide de la Mission dans le domaine des préparatifs à une action militaire s’accrut. On peut constater que, en face des projets polonais, la Mission démontrait plus de conviction et d’empressement que les autorités de Paris, tant politiques que militaires. Bien sûr, elle ne pouvait pas leur désobéir, mais elle pouvait chercher à affaiblir leur réserve. Les raisons de ces initiatives se trouvaient à Varsovie, et parmi elles il est permis de soupçonner l’influence de la forte personnalité de Piłsudski.

  • 16 D’après Kukulka, op. cit., p. 171, tel était le cas de la prise, les 5-11 mars, de l’important nœud (...)
  • 17 Note du 12 mars 1920, CAW, dossier « Teki Laudanskiego » (TL), 1.440.12/4, fol. 52.

13À l’approche du printemps et du début de l’offensive polonaise, la Mission coopéra de plus en plus à l’élaboration des plans, dans la réorganisation des forces sur le front et dans les inspections. Elle se bornait néanmoins à prodiguer des conseils qui étaient parfois suivis d’effets16, les décisions restant l’apanage du commandement polonais. Le soutien de la Mission et sa collaboration avec les Polonais n’étaient pas exempts de mésententes. On peut citer le général Vuillemin qui, tout en assurant que la Pologne pouvait compter sur un « réel appui de la France », se plaignait du peu de cas que l’on faisait en Pologne de l’importance d’une entente et d’une coopération avec le gouvernement français, représenté par la Mission17. Ces paroles traduisent une constante : une certaine réserve des officiers polonais vis-à-vis de leurs collègues français, accusés d’une arrogance pas toujours fondée et accompagnée d’une méconnaissance des réalités polonaises.

  • 18 « Propositions relatives au plan de défense contre les bolcheviks », 15 mars 1920, CAW, TT 1.475.1. (...)
  • 19 Par exemple, le rapport du capitaine Rollin, fiche de renseignement, le 7 janvier 1920, CAW, TL 1.4 (...)
  • 20 Qui surveillait les travaux de délimitation de la frontière polono-allemande.
  • 21 Le commandant Ditte à Henrys, Poznan, le 24 avril 1920, CAW, TT 1.475.1.35, fasc. 125.
  • 22 AAN, dossier « Adiutantura Generalna Naczelnego Dowodztwa Wojska Polskiego », vol. 8, n° 4369.
  • 23 J. Cialowicz, Polsko-francuski sojusz wojskowy 1921-1939 (L’alliance militaire polono-française), V (...)

14De plus, ou peut-être avant tout, les divergences de perspective étaient significatives. Paris était toujours réticent à l’idée de pénétrer profondément en territoire soviétique et de jouer la carte ukrainienne de Petlioura, dont on se méfiait. Ces vues étaient partagées par la Mission. En outre, dans une longue étude datée du 15 mars 192018, l’état-major de la Mission, tout en admettant que la Russie pourrait adopter une attitude offensive, conseillait aux Polonais de se méfier de leur voisin occidental, c’est-à-dire l’Allemagne. Les Français envisageaient la possibilité d’un rapprochement germano-soviétique et certains rapports citaient des exemples précis de l’aide apportée par l’Allemagne aux bolcheviques19. Un peu plus tard, le ministre de la Guerre André Lefèbvre exprimait son opinion par l’intermédiaire de la mission Dupont20 : les Polonais se préoccupaient trop de l’Est, « et pourtant, tandis que les Russes ne sont guère à craindre, les Allemands ont encore au contraire des forces considérables21 ». Ces observations ont influé sur le travail de l’état-major de la Mission. Vers la fin du mois de juin 1920, quand toute l’attention du commandement polonais et de son état-major général était tournée vers l’est, vers le front, le général Henrys présenta un « plan de défense de la Pologne contre l’Allemagne22 ». Il est caractéristique que ses grandes lignes prévoyaient que le côté polonais passerait à l’offensive en Prusse orientale et en Basse-Silésie. Jan Cialowicz voit dans ce plan la première version des idées introduites par Pifsudski dans le plan Foch lors des pourparlers en 1923, et certaines vues de Henrys se sont maintenues jusqu’en 193923.

  • 24 J. Kukulka, op. cit., p. 169-170.
  • 25 Ibid., p. 177-179, Piotr Wandycz, France and her Eastern Allies 1919-1925, Minneapolis, 1962, p. 14 (...)

15L’aide militaire de la France à la Pologne se traduisait aussi par des fournitures de matériel de guerre. À cette époque, elles atteignirent des proportions considérables, loin devant celles de la Grande-Bretagne, de la Belgique et de l’Italie ; leur financement fut en grande partie assuré par des crédits24. Cet aspect des relations franco-polonaises ne doit pas être négligé quand on parle de l’aide accordée à la Pologne avant la conflagration de 1939. Il est donc permis de parler d’une certaine réserve de Paris, mais non d’une désapprobation générale – d’autant plus que l’idée de la pénétration polonaise en Ukraine ne semblait pas déplaire aux cercles militaires et économiques, contrairement aux politiques25.

  • 26 Millerand à Lefèbvre, le 20 mai 1920, Archives du ministère des Affaires étrangères, série Europe 1 (...)
  • 27 Millerand aux ministres à Varsovie et à Copenhague, 15 mai 1920, ibid., fol. 218.

16L’offensive polonaise a commencé le 25 avril 1920. Durant les premiers jours, les officiers de la Mission militaire française se trouvèrent aux côtés de leurs camarades polonais. Mais bientôt arriva l’ordre de quitter le front : Paris, toujours réticent, ne voulait pas donner l’impression qu’il cautionnait une entreprise risquée. Seul un attaché fut maintenu au poste d’observateur26. Les Soviétiques protestèrent toutefois par l’intermédiaire de la légation française à Copenhague. L’argumentation de la réponse française était quelque peu cavalière : elle invoquait la décision du Conseil suprême de venir en aide aux voisins de la Russie au cas où ils seraient attaqués par celle-ci27. Cependant, les prises de position des hommes politiques et des partis français exprimaient toujours une réserve. L’action de Pitsudski ne pouvait guère plaire à Paris – ni les risques qu’il prenait sans se soucier de l’avis des puissances, ni son idée, même modeste, de chercher un appui auprès des nations voisines de la Russie, ce qui ne cadrait point avec les vues des « blancs », auxquels la France demeurait attachée.

  • 28 Revue de Paris, 1er novembre 1920, p. 35-52, Espoir. Revue de l’institut Charles-de-Gaulle, n° 4, 1 (...)

17En juin et juillet, les événements prirent un tour différent. L’armée polonaise battait en retraite, son moral semblait faiblir. La guerre, qui avait été lointaine, se rapprochait. Il pouvait s’ensuivre soit une crise, soit un sursaut national. Quelle fut alors la position de la Mission ? Parmi les sources qui permettent de répondre à cette question, il convient de mentionner un témoignage très intéressant, les notes intitulées « La bataille de la Vistule. Carnet de campagne d’un officier français », publiées anonymement dans la Revue de Paris. On soupçonnait l’identité de leur auteur depuis déjà longtemps, mais la confirmation est venue avec la nouvelle publication du texte, sous le nom de Charles de Gaulle, dans la revue Espoir28. Bien qu’il eût terminé son service en Pologne en avril, après quelques mois passés dans les bureaux du ministère de la Guerre, il avait décidé de prendre part aux combats. Son second séjour dura jusqu’en janvier 1921.

18Pendant un temps, l’ordre mentionné proscrivait aux membres de la Mission de se trouver auprès des unités combattantes. Force leur était de se concentrer sur les consultations, et sur la collecte des renseignements à transmettre à Paris. De quoi s’impatienter, comme en témoigne le commentaire de de Gaulle le 8 juillet : « Être inactif tant que l’on se bat tout près, c’est tellement contraire à la tradition française ! » Quand l’interdiction fut levée, il notait le 15 juillet : « Voici venu l’ordre tant attendu : le gouvernement français autorise ses officiers à prêter leur concours direct pour la défense du territoire polonais. Le général Henrys ne se le fait pas dire deux fois. La nuit même, il part pour le front et il détache un certain nombre d’entre nous auprès de chaque unité importante. Je fais partie de ces favorisés [...]. »

  • 29 La conférence de Spa n’avait rien à voir avec la guerre polono-soviétique ; il s’agissait de l’appl (...)
  • 30 Foch à Henrys, le 10 juillet 1920, CAW, TL 1.440.12/5, f. 114 ou : Dokumenty i materialy do histori (...)
  • 31 Henrys au IIe bureau de l’état-major général et au maréchal Foch, le 13 juillet 1920, CAW, TT 1.475 (...)
  • 32 Supra, note 20.

19La décision a été prise le 12 juillet, à la suite des discussions qui eurent lieu à Spa29, et transmise à Varsovie, tant au quartier général polonais qu’au général Henrys30. Avant l’arrivée de la nouvelle, ce dernier déployait son activité dans la limite de ses possibilités. Il prodiguait ses conseils, soutenait sans relâche les demandes polonaises sollicitant l’envoi de matériel de guerre et une intervention pour faciliter son débarquement à Dantzig. Dans son argumentation, il invoquait le danger qui aurait menacé la Mission et les troupes françaises se trouvant en Haute-Silésie et à Dantzig pour assurer l’exécution du traité de Versailles, car il ne faisait pas de doute que l’armée Rouge ne le respecterait pas31. Henrys rappelait ainsi indirectement les informations obtenues sur la coopération entre les Allemands et les Soviétiques32. Il s’efforçait d’obtenir une attitude bienveillante de la Lituanie, mais ses télégrammes adressés au chef de la Mission militaire française à Kovno, le lieutenant-colonel Reboul, sont restés sans écho.

  • 33 Instruction provisoire 1492/EM du 19 juillet 1920, CAW, dossier « Francuska Misja Wojskowa w Polsce (...)
  • 34 Note sur le rôle de la Mission militaire française en Pologne (avril 1919-octobre 1920), ibid., dos (...)

20La possibilité d’envoyer les officiers de la Mission sur le front a entraîné le changement provisoire de son dispositif. Les postes de chef d’organisation, d’instruction, de transport et d’approvisionnement aussi que du service de personnel furent supprimés. Des généraux de brigade ou des colonels furent détachés auprès des états-majors des unités polonaises33. Il leur incombait de transmettre les informations courantes au chef de la Mission, de collaborer avec l’état-major s’il en exprimait le désir, et surtout de soutenir le moral des troupes. Dans une note rédigée à la fin de la mission34, le général Henrys présentait son action dans les termes suivants :

« Le chef de la Mission part dans la nuit même voir sur place la situation. Il trouve l’armée en pleine retraite et fait sentir immédiatement, sur place, son action personnelle : le changement dans le commandement polonais de certains généraux fatigués, malades ou démoralisés, l’envoi près des groupes d’armées, des armées et des divisions d’officiers choisis, dans le rôle de conseillers techniques et de liaison, furent d’un effet immédiat. [...] Renseigné chaque jour sur la situation stratégique, le Chef de la Mission cherche, par ses relations personnelles, à faire prendre les décisions et à faire adopter les améliorations que les circonstances imposaient, savoir : organisation des liaisons, abandon du système linéaire regroupant les forces polonaises, entretien du moral dans l’armée, changement dans le personnel du Haut Commandement sur le front, moyen de réagir contre les attaques de l’Armée de Cavalerie, emploi des renforts, reconstitution des réserves, manœuvres à prescrire pour arrêter l’ennemi et le battre. La plupart des mesures proposées sous forme de notes au Haut Commandement furent progressivement adoptées. »

  • 35 « Rapport sur l’organisation et le fonctionnement du GAC (Groupe d’armées centre) (Armée polonaise) (...)

21De son côté, le commandant de Gaulle présente dans son rapport35 l’action consultative dans des domaines tels que : organisation du commandement, tactique de combat, liaisons, organisation des arrières (logistique des hommes et du matériel), travail de l’état-major (il est très critique à ce sujet), transport, service de santé et intendance, de même que participation directe aux combats. Il en conclut : « Il y a lieu de penser que sa présence [de la mission de liaison] aux armées polonaises a eu quelque utilité. » Dans les sources polonaises, on ne trouve pas de traces d’un rôle aussi considérable de la Mission militaire française. Mais ni les silences polonais ni les mises en valeur françaises ne doivent nous étonner, ils ne reflètent qu’en partie la vérité qui se situe vraisemblablement à mi-chemin.

  • 36 Buat à Weygand, le 6 août 1920, AMAE, Pologne, vol. 39, fol. 8 ; Weygand à Buat, le 22 août 1920, S (...)

22Dans les premiers jours du mois d’août, on envisage de transférer des officiers français (y compris le général Henrys) dans l’armée polonaise, à titre de volontaires ; le chef de l’état-major général français, le général Buat, a donné son accord. L’idée était de leur conférer, vis-à-vis de l’ennemi, le statut de belligérants. Cependant, la perspective n’a pas enthousiasmé les intéressés. Ils n’y voyaient aucune amélioration de leur situation et, de plus, comme le signalait non sans quelque causticité le général Weygand, ils tenaient peu à « servir dans l’armée polonaise sur le même pied que les officiers polonais dont ils ont constaté en général l’infériorité au point de vue professionnel et moral36 ».

La mission du général Weygand

  • 37 M. Weygand, Mirages et réalités, vol. 2, Paris, 1957, p. 95-97.
  • 38 Dokumenty i materialy, vol. III, p. 201-207,218. T. Komarnicki, Rebirth of the Polish Republic. A S (...)

23L’idée d’envoyer en Pologne une mission spéciale était apparue, d’une façon vague, pendant la conférence de Spa. Dans les jours qui suivirent, tant la France que la Grande-Bretagne nommèrent chacune un diplomate, un militaire et un secrétaire. Du côté français, il s’agissait de l’ambassadeur aux États-Unis Jean Jusserand (qui se trouvait momentanément en France), du chef de l’état-major du maréchal Foch, le général Weygand, et du chef de cabinet du Premier ministre, Alfred Vignon. Les Britanniques choisirent l’ambassadeur à Berlin, lord Edgar d’Abernon, le général Percy Radcliffe et le chef de cabinet du Premier ministre, sir Maurice Hankey. La mission quitta Paris le 22 juillet et arriva à Varsovie le 25, après une halte à Prague. Les instructions qu’elle avait reçues des deux gouvernements n’étaient pas identiques37. Elle devait certes se rendre compte de la situation en Pologne et agir comme un intermédiaire éventuel dans la conclusion de l’armistice (ce que la Russie a ensuite refusé, en proposant à la Pologne des pourparlers directs). Mais les instructions françaises prévoyaient de surcroît une aide à la Pologne en cas d’échec de la médiation. Ceci conférait une position spéciale à l’un des membres de la mission, Weygand, en laissant dans l’ombre son collègue britannique. Weygand pouvait personnifier cette aide française ; en plus, elle devait s’exprimer par des fournitures d’armes et de munitions38.

  • 39 E. d’Abernon The eighteenth decisive battle ofthe world : Warsaw, 1920, Londres, 1931, p. 36-37 ; M (...)
  • 40 M. Pasztor et F. Guelton, op. cit., p. 234-235.

24Les positions respectives de Weygand et d’Henrys étaient délicates. Ce dernier prévalait par son grade du général de corps d’armée, alors que le premier n’était que général de division ; Henrys était le chef d’une mission permanente, comptant des centaines d’officiers. Weygand était quant à lui le bras droit de Foch et venait en quelque sorte pour prendre en main la situation. Ajoutons que la critique des hommes politiques et des militaires occidentaux envers Piłsudski englobait à un certain degré Henrys, considéré comme inféodé au chef polonais39. On pensa même à remplacer Henrys par Weygand, ce que ce dernier refusa40.

  • 41 Annotées par Rozwadowski, elles se trouvent dans les archives de l’institut Jozef Pilsudski à New Y (...)
  • 42 J. Piłsudski, op. cit., p. 131 ; notes de Weygand des 1er, 2, 3 et 5 août, SHAT, ibid.

25En fin de compte, le général Weygand obtint le statut de conseiller du chef de l’état-major général polonais, ce qui laissait sa position et ses prérogatives dans le flou. La coopération des militaires français et polonais prit surtout une forme écrite : l’état-major de la Mission et Weygand transmettaient leur notes et remarques au général Tadeusz Rozwadowski, nommé le 20 juillet chef de l’état-major général41. Avant même l’arrivée de Weygand dans l’état-major de la Mission était née l’idée de concentrer la majorité des forces sur l’aile nord et de contre-attaquer de ce côté-là. Mais l’opinion de Rozwadowski était critique. Dans les jours suivants, les Français insistèrent pour organiser la ligne de défense sur le Bug ; d’après Piłsudski, ils s’inspiraient de l’exemple de la Marne42. L’abandon de cette ligne agaça visiblement Weygand.

  • 43 Wandycz, General Weygand, op. cit., p. 364 ; M. Wrzosek, « Bitwa warszawska, rola militarna i znacz (...)
  • 44 Weygand au ministre de la Guerre et au maréchal Foch, le 6 août 1920, SHAT, 7 N 2989, dossier 3.
  • 45 Marian Kukiel, « Dramat generala Weyganda » (Le drame du général Weygand), Bellona, n° 2, 1949, p.  (...)
  • 46 J. Pajewski, op. cit., p. 83.

26En même temps prenait forme le plan de la contre-attaque du sud, qui a ensuite suscité tant de controverses autour de la personne de son auteur. Quelques semaines après cette bataille décisive, les adversaires de Piłsudski commencèrent à exposer le rôle prétendu de Weygand43. En réalité, le rôle du général français se résuma à approuver les dispositions formulées dans l’ordre 8358/III du 6 août, ce qu’il signala à Paris44. Ce qui ne veut pas dire que cela reflétait ses propres convictions. Dans les jours suivants, il consacra beaucoup d’attention à l’aile nord45, et dans sa lettre du 10 août au ministre des Affaires étrangères polonais, le prince Sapieha, il jugeait le plan de Piłsudski trop risqué46.

  • 47 Rumbold à lord Curzon, le 6 août 1920, DBFR, vol. XI, p. 443-444.
  • 48 Dans leur note adressée à Piłsudski, les alliés s’engageaient à défendre l’indépendance de la Polog (...)

27Toujours le 6 août, la Mission franco-britannique suggéra aux gouvernements occidentaux trois variantes de l’aide à la Pologne. La version minimum prévoyait l’occupation de Dantzig par les alliés ; le moyen terme, l’augmentation de l’aide en matériel et en hommes (aviateurs, officiers) ; l’option maximaliste, l’envoi d’un corps expéditionnaire composé de deux divisions d’infanterie et de deux divisions de cavalerie47. Les 8 et 9 août, à Hythe, les Premiers ministres britannique et français se rencontrèrent de nouveau. Conscients que le sort de la Pologne se jouait, ce qui avait aussi une importance capitale pour l’Europe, ils reformulèrent et précisèrent leurs idées. Il s’agissait d’un côté de réorganiser et de renforcer la résistance polonaise, et de l’autre de chercher l’armistice, voire la paix avec la Russie, et ceci par la voie de pourparlers directs à Minsk, auxquels la Pologne avait donné son accord le 5 août48.

  • 49 Weygand à Lefebvre, le 9 août 1920, SHAT, 7 N 2989, dossier 3.
  • 50 J. Pilsudski, op. cit., p. 185.

28Une nouvelle initiative plutôt inattendue naquit au même moment en Pologne : le 9 août, le prince Sapieha, agissant au nom de Piłsudski, proposa à Weygand de prendre les fonctions de chef de l’état-major général, ce qui allait tout à fait à contresens de l’attitude adoptée jusqu’à présent par les autorités militaires polonaises49. Quelles étaient les raisons invoquées pour éliminer Rozwadowski du poste qu’il occupait depuis trois semaines à peine ? L’explication donnée par Piłsudski lui-même n’est pas très convaincante. Dans son étude sur la campagne de 1920, il écrivit : « Quand, fatigué de voir à quel point on manquait de ressort intérieur en Pologne, où, à l’heure la plus critique, on ne cherchait qu’à s’humilier et, pour se conformer aux conseils du dehors, on était sur le point d’envoyer une délégation au Q.G. de M. Toukhatchevski à Minsk, j’eus l’intention de partager avec un autre la responsabilité qui pesait sur mes épaules dans cette circonstance, et je proposai au général Weygand une collaboration de commandement50. »

  • 51 P. Wandycz, General Weygand..., p. 360-361.

29La proposition a été faite à Weygand avant la note d’Hythe mentionnée plus haut, ce qui rend l’argumentation suspecte. D’après Piotr Wandycz51, elle s’expliquerait par une saute d’humeur devant les attaques de l’opposition et les pressions françaises. On sait par ailleurs que les relations entre Piłsudski et Rozwadowski se tendirent, surtout après le coup d’État de 1926. Les opinions formulées par le maréchal sur son chef d’état-major étaient certes aigres-douces, mais on ne trouve nulle part ailleurs les traces d’une mésentente entre eux pendant ces journées cruciales.

  • 52 T. Schramm, « General Weygand w przededniu bitwy warszawskiej » (Le général Weygand au début de la (...)

30Weygand ne pouvait pas ignorer l’entrevue de Hythe, mais il ne pouvait pas non plus connaître ses résultats quand il donna son accord de principe à la proposition, tout en formulant ses conditions, avec une réserve qui concernait l’aval du ministre de la Guerre français. André Lefèbvre le lui donna, en approuvant les conditions posées par le général et en en ajoutant d’autres, reflétant les prises de position de Hythe. Mais, au bout de trois jours, Weygand donna une réponse négative, en invoquant plusieurs raisons52. Dans leurs mémoires, Piłsudski et lui prétendent que le moment n’était pas opportun – mais ceci était tout aussi vrai le 12 août, au moment où la proposition fut formulée et initialement acceptée. Il est permis de supposer que la pierre d’achoppement était l’idée, réitérée à Hythe, d’obtenir de Piłsudski la séparation des fonctions de chef de l’État et de commandant en chef.

  • 53 Weygand à Foch, le 20 août 1920, SHAT, 7 N 2989, dossier 3.

31Weygand quitta la Pologne le 25 août, après le tournant majeur de la contre-attaque polonaise. Quelques jours auparavant, il faisait part à Foch de ses impressions dans une lettre privée53. Le fragment le plus intéressant mérite une citation :

« Je voudrais appeler toute votre attention sur le dénuement de l’Armée Polonaise. Je vous ai dit la pénurie de fusils et vous m’en avez annoncé 10000 par croiseur, puis d’autres, mais rien n’arrive. Il faut aussi des chaussures, cette armée commence à aller nu-pieds et voici la mauvaise saison qui vient de bonne heure dans ce pays. Il faut absolument 100000 paires de chaussures pour commencer. Les vêtements sont en lambeaux, il en faut aussi quoique ce soit d’une urgence moins immédiate. M. Jusserand m’a communiqué hier une lettre du Président du Conseil exposant toute la théorie du Ministre de la Guerre, sur les matériels en excédent et les matériels de mobilisation. C’est exactement ce qu’on disait et écrivait il y a six mois. Desticker m’avait cependant fait espérer que le Général Buat prélèverait sur les approvisionnements de mobilisation. Qu’est-ce que 100000 paires de souliers sur 7 ou 8000000 ? Et en admettant que ce soit un sacrifice, est-ce que ce que fait la Pologne ne le vaut pas ? Il y a là vraiment un excès de bureaucratisme, dont je ressens ici cruellement les effets, car somme toute rien n’arrive. La fourniture est une question, le transit à Dantzig en est une autre : le Général Henrys, l’Ambassadeur, moi-même avons envoyé au sujet de ce qui se passe à Dantzig avis sur avis. Par suite de la faiblesse de sir R. Tower, les dockers y font la loi : non seulement ils refusent de débarquer, mais ils empêchent l’usage des voies ferrées du territoire de Dantzig. Et voici que maintenant M. Tower interdit même l’entrée dans le port de navires portant le matériel de guerre. Il n’est là que pour le compte des Gouvernements Alliés et il n’a qu’à obéir aux instructions ; mais les lui donne-t-on ? Il est certain, en tout cas, que, s’il n’est porté promptement remède à cette situation, rien n’arrivera ici dans des conditions de rapidité répondant aux besoins. Cette question, Monsieur le Maréchal, me paraît si grave que je me suis permis d’insister. J’espère que maintenant, tout ira vite assez bien pour que je n’aie pas besoin d’y prolonger mon séjour – le succès ne rend pas plus agréables les gens qui l’étaient déjà peu, et cette atmosphère d’intrigues n’a rien qui me retienne ! Tous les rouages du Commandement sont ici faussés, cela se remettra, mais il faudra s’en donner la peine et le temps. »

  • 54 M. Weygand, op. cit., p. 151-152.
  • 55 Rappelons l’opinion que présente Weygand dans ses mémoires sur le commandement du Groupe d’armées c (...)

32Les allusions à Piłsudski sont transparentes. L’atmosphère entre les deux hommes était loin d’être sereine. L’une des raisons en était assurément la propagande qui essayait de dresser la personne du général français contre le maréchal polonais, et dont il a été question plus haut. Il n’est pas nécessaire d’attribuer à Piłsudski la « jalousie malsaine de sa gloire », selon la formule de J. Kukulka, pour comprendre qu’il appréciait peu ces manœuvres. Il n’empêche qu’il lui arrivait de manquer de courtoisie. Weygand gardait une attitude correcte et loyale, il prenait ses distances par rapport aux tentatives qui viennent d’être évoquées. Mais il ne pouvait pas ignorer certains affronts54 ; en privé, son opinion sur Piłsudski, y compris sur ses qualités de chef de guerre, étaient plus que réservées, comme on l’a vu dans la lettre citée55.

  • 56 « Rappelons tout d’abord [...] que l’offensive de Wieprz qui décide de la victoire finale dans la b (...)
  • 57 Plusieurs officiers ont été décorés de la croix Virtuti Militari – outre Weygand, Henrys (au moment (...)

33La participation française aux combats de 1920 en Pologne fut longtemps personnifiée, semble-t-il, par le général Weygand, ce qui non seulement provoqua des polémiques, mais généra aussi des inexactitudes qui sont devenues des lieux communs dans la littérature spécialisée. En réalité, son rôle fut limité, quoique non négligeable56, mais à ses côtés se trouvait la Mission militaire française. Son action, sans qu’elle puisse être appréhendée dans tous ses détails, ne fut cependant pas décisive dans la victoire polonaise. Mais il est indéniable que pendant ces jours et ces semaines difficiles, les militaires français aidèrent leurs collègues polonais par l’apport de leur expérience, mais aussi, tout simplement, en étant leurs compagnons d’armes57.

Notes

1 En réalité, elle a commencé au début de 1919 et s’est terminée, d’un point de vue formel, avec la signature du traité de paix de Riga, le 18 mars 1921 ; il est vrai cependant que c’est en 1920 qu’elle a atteint son apogée.

2 L’article de Maria Pasztor et Frédéric Guelton, « La bataille de la Vistule », Cahiers du Centre d’études d’histoire de la défense, 1999, n° 9, p. 223-247, en donne un bon aperçu. Les auteurs ont eu recours au fonds privé Weygand (SHAT, 1 K 130, communicable uniquement après accord de la famille du général). Le « mythe Weygand » persiste toujours chez des auteurs moins familiers du sujet. R.H. Rainero, « Un concurrent peu connu de la France en Pologne : la Mission militaire italienne à Varsovie (1919-1923) », dans Bâtir une nouvelle sécurité. La coopération militaire entre la France et les États de l’Europe centrale et orientale de 1919 à 1929, château de Vincennes, 2001, p. 585.

3 Tomasz Schramm, « Stosunki polsko-francuskie u zarania II Rzeczypospolitej 1917-1919 » (Les relations franco-polonaises au début de la IIe République), dans 70 rocznica odzyskania niepodleglosci i wybuchu Powstania Wielkopolskiego, T. Kotlowski dir., Poznań, 1992, p. 77-89.

4 W. Lipinski, Walka zbrojna o niepodleglosc Polski 1905-1918 (La lutte armée pour l’indépendance de la Pologne), Warszawa, 1931 ; Tomasz Schramm, Francuskie misje wojskowe w panstwach Europy srodkowej 1919-1938 (La mission militaire française dans les pays d’Europe centrale), Poznan, 1987, p. 14-15 ; M. Wrzosek, Polski czyn zbrojny podczas pierwszej wojny swiatowej 1914-1918 (L’action armée polonaise pendant la Première Guerre mondiale), Varsovie, 1990, p. 340-345.

5 « Accord entre le gouvernement français et le Comité national au sujet des avantages à faire aux militaires de l’armée française affectés aux troupes polonaises envoyées en Pologne », Paris, le 15 janvier 1919, Centralne Archiwum Wojskowe, Varsovie (CAW), dossier « Armia Generala Hallera » (AGH), 1.123.1.177, ou Archiwum Akt Nowych, Varsovie (AAN), dossier « Komitet Narodowy Polski », vol. 198, fol. 14-17 ; « Accord entre le gouvernement français et le Comité national polonais au sujet de l’emploi et la situation du personnel français dans l’armée polonaise », Paris, le 15 février 1919, CAW, ibid., AAN, ibid., fol. 69-70.

6 T. Schramm, Francuskie misje..., op. cit., p. 17-19.

7 Les textes de l’accord et du contrat : CAW, AGH, 1.123.1.178, et AAN, dossier « Protokoly Posiedzen Rady Ministrow », vol. 6, fol. 153-154, 160-162.

8 L’ordre formel a été publié le 1er septembre, CAW, dossier « Teki Teslara » (TT), 1.475.1.33, fasc. 117.

9 Les données citées dans les différents ouvrages reprennent différentes sources, dont aucune ne donne le chiffre arrêté à l’issue des discussions franco-polonaises. Le plus probable est celui de 635 officiers, qui apparaît dans l’échange des lettres entre Henrys et Stanislaw Haller (cousin germain de Jozef, à l’époque chef de l’état-major général) au début de 1920. Il correspond au montant suggéré un peu plus tôt par le côté polonais, voir Schramm, Francuskie misje, op. cit., p. 35-36, note 2.

10 Frédéric Guelton, « Le capitaine de Gaulle et la Pologne (1919-1921) », dans Bernard Michel, Józef Łaptos éd., Les relations de la France et de la Pologne au xxe siècle, Cracovie, 2001, p. 113-127.

11 Polska Organizacja Wojskowa (Organisation militaire polonaise) – formation secrète organisée par Piłsudski pendant la Première Guerre mondiale, opérant en parallèle aux légions, mais sans subir l’influence austro-allemande.

12 J. Piłsudski, L’année 1920, Paris, 1929, p. 177. À une autre occasion, Piłsudski a défini sa politique envers la Russie ainsi : « Étranglez-vous, battez-vous entre vous, cela m’est indifférent tant que les intérêts de la Pologne ne sont pas lésés. Et quand ils le seront, je frapperai ». Diariusz M. Kossakowskiego (Journal de M. Kossakowski), vol. IV, p. 204, cité d’après A. Garlicki, Uzrodel obozu belwederskiego (La naissance du groupe du belvédère), Varsovie, 1978, p. 333.

13 H. Mordacq, Le ministère Clemenceau. Journal d’un témoin, vol. IV, Paris, 1931, p. 232-233. Cependant, Mordacq a donné expost raison à Piłsudski, dans son livre Les légendes de la Grande Guerre, Paris, 1935, p. 221-248.

14 CAW, TT, 1.475.1.7, fasc. 28. Ces documents sont analysés par J. Kukulka, Francja a Polska po traktacie wersalskim 1919-1922 (La France et la Pologne au moment du traité de Versailles), Varsovie, 1970, p. 112-113.

15 J. Pajewski, Budowa Drugiej Rzeczypospolitej 1919-1926 (La construction de la deuxième République 1919-1926), Cracovie, 1995, p. 66 ; J. Kukulka, op. cit., p. 156-161 ; A. Czubinski, Walka o wschodnie granice Polski w latach 1918-1921 (La guerre pour les frontières orientales de la Pologne dans les années 1918-1921), Opole, 1993, p. 140.

16 D’après Kukulka, op. cit., p. 171, tel était le cas de la prise, les 5-11 mars, de l’important nœud ferroviaire de Mozyrz.

17 Note du 12 mars 1920, CAW, dossier « Teki Laudanskiego » (TL), 1.440.12/4, fol. 52.

18 « Propositions relatives au plan de défense contre les bolcheviks », 15 mars 1920, CAW, TT 1.475.1.35, fasc. 120. Voir aussi « Étude sur les possibilités de concentration bolchevique à la date du 10 mars » (sans date), ibid., fasc. 125.

19 Par exemple, le rapport du capitaine Rollin, fiche de renseignement, le 7 janvier 1920, CAW, TL 1.440.12/4.4, ff. 8-9, rapport de Henrys à l’état-major général français du mars 1920 (copie non datée : CAW, TT 1.475.1.35, fasc. 125).

20 Qui surveillait les travaux de délimitation de la frontière polono-allemande.

21 Le commandant Ditte à Henrys, Poznan, le 24 avril 1920, CAW, TT 1.475.1.35, fasc. 125.

22 AAN, dossier « Adiutantura Generalna Naczelnego Dowodztwa Wojska Polskiego », vol. 8, n° 4369.

23 J. Cialowicz, Polsko-francuski sojusz wojskowy 1921-1939 (L’alliance militaire polono-française), Varsovie, 1970, p. 93-94.

24 J. Kukulka, op. cit., p. 169-170.

25 Ibid., p. 177-179, Piotr Wandycz, France and her Eastern Allies 1919-1925, Minneapolis, 1962, p. 147.

26 Millerand à Lefèbvre, le 20 mai 1920, Archives du ministère des Affaires étrangères, série Europe 1918-1940, sous-série Pologne (AMAE, Pologne), vol. 38, fol. 219.

27 Millerand aux ministres à Varsovie et à Copenhague, 15 mai 1920, ibid., fol. 218.

28 Revue de Paris, 1er novembre 1920, p. 35-52, Espoir. Revue de l’institut Charles-de-Gaulle, n° 4, 1973, p. 50-57.

29 La conférence de Spa n’avait rien à voir avec la guerre polono-soviétique ; il s’agissait de l’application du traité de Versailles. Mais le tournant critique de la situation en Pologne l’a mise à l’ordre du jour, ce qui a fait venir à Spa la délégation polonaise (le ministre des Affaires étrangères Patek et le général Rozwadowski, bientôt chef de l’état-major général, puis le Premier ministre Wladyslaw Grabski). Documents on British Foreign Policy, série I, vol. VIII, p. 441-443, 490-491, 502-506, 524-530, 548-553, 556-557.

30 Foch à Henrys, le 10 juillet 1920, CAW, TL 1.440.12/5, f. 114 ou : Dokumenty i materialy do historii stosunkow polsko-radzieckich, vol. III, Varsovie, 1964, p. 162-163.

31 Henrys au IIe bureau de l’état-major général et au maréchal Foch, le 13 juillet 1920, CAW, TT 1.475.1.37, fasc. 134 ; note de Henrys datée du 20 juillet 1920, AMAE, Pologne, vol. 38, fol. 245-246. Par son télégramme à Foch du 14 juillet, Henrys soutenait la demande du chef du Comité politique russe, Boris Savinkov, de fournir une aide à l’armée du général Glasenapp en train de se constituer, qui devait coopérer avec l’armée polonaise, CAW, TT, 1.475.1.37, fasc. 30. Voir aussi : J. Kukulka, op. cit., p. 189. Au sujet de Dantzig : Henrys au IIe bureau et au maréchal Foch, 27 juillet 1920, CAW, TT 1.475.1.39, fasc. 136.

32 Supra, note 20.

33 Instruction provisoire 1492/EM du 19 juillet 1920, CAW, dossier « Francuska Misja Wojskowa w Polsce », I.305.1.4.

34 Note sur le rôle de la Mission militaire française en Pologne (avril 1919-octobre 1920), ibid., dossier 2.

35 « Rapport sur l’organisation et le fonctionnement du GAC (Groupe d’armées centre) (Armée polonaise) », Ch. de Gaulle, Lettres, vol. II, p. 80-90.

36 Buat à Weygand, le 6 août 1920, AMAE, Pologne, vol. 39, fol. 8 ; Weygand à Buat, le 22 août 1920, SHAT, 7 N 2989, dossier 3.

37 M. Weygand, Mirages et réalités, vol. 2, Paris, 1957, p. 95-97.

38 Dokumenty i materialy, vol. III, p. 201-207,218. T. Komarnicki, Rebirth of the Polish Republic. A Study in the Diplomatie History of Europe 1914-1920, Londres, 1957, p. 615. P. Wandycz, « Henrys i Niessel – dwaj pierwsi szefowie Francuskiej Misji Wojskowej w Polsce 1919-1921 » (Henrys et Niessel, les deux premiers chefs de la mission militaire française en Pologne), Bellona, n° 44, 1962, p. 12.

39 E. d’Abernon The eighteenth decisive battle ofthe world : Warsaw, 1920, Londres, 1931, p. 36-37 ; M. Weygand, op. cit., p. 102-103 ; N. Davies, « Sir Horace Rumbold w Warszawie » (Sir Horace Rumbold à Varsovie), Dzieje Najnowsze, n“3,1971, p. 41.

40 M. Pasztor et F. Guelton, op. cit., p. 234-235.

41 Annotées par Rozwadowski, elles se trouvent dans les archives de l’institut Jozef Pilsudski à New York. Leurs photocopies constituent un dossier à part au SHAT (7 N 2989, dossier 2). J. Pilsudski, op. cit., p. 131-132 ; E. d’Abernon, op. cit., p. 56-58 ; M. Weygand, op. cit., p. 120 ; télégramme de Curzon à Rumbold, le 9 août 1920, DBFP, vol. XI, p. 453 ; télégramme de l’attaché militaire et naval polonais à Londres, le contre-amiral Kloczkowski, à l’état-major général polonais, le 12 août 1920, CAW, TL 1.440.12/6, fol. 89-94 ; W. Pobog-Malinowski, Najnowsza historia polityczna Polski (Histoire récente de la Pologne), vol. II, Londres, 1967, p. 519. Dans sa note du 28 juillet 1920 à Rozwadowski, Henrys se plaint que ses officiers ne reçoivent pas les informations dont ils ont besoin. Il faut toutefois donner raison à Wandycz, « General Weygand and the Battle of Warsaw », Journal of Central European Affairs, vol. XIX, n° 4, janvier 1960, p. 360, quand il remarque que la correspondance témoigne aussi de la méthode des Français, conforme au travail d’état-major.

42 J. Piłsudski, op. cit., p. 131 ; notes de Weygand des 1er, 2, 3 et 5 août, SHAT, ibid.

43 Wandycz, General Weygand, op. cit., p. 364 ; M. Wrzosek, « Bitwa warszawska, rola militarna i znaczenie » (La bataille de Varsovie, rôle et signification militaire), dans Wojna polskosowiecka 1920 roku, op. cit., p. 85-86 ; A. Czubinski, op. cit., p. 222-224 ; J. Łaptos, « Legenda generala Weyganda w swietle prasy francuskie j » (La légende du général Weygand vue par la presse française), Rocznik Naukowo-Dydaktyczny WSP Krakow, Prace Historyczne, vol. VII, p. 191-194 ; P. Le Goyet, op. cit., passim-, P. Wandycz, T. Schramm, « Piłsudski et Weygand à la bataille de Varsovie », Revue d’histoire diplomatique, n° 3, 2001, p. 203-212. Comme le constate J. Pajewski (op. cit., p. 83) : « Pendant de longues années, Weygand démentait, conformément à la vérité, les allégations des ennemis de Piłsudski faisant de lui l’auteur du plan de la bataille de Varsovie. C’est seulement vers la fin de sa vie, après la pénible expérience des défaites de 1940 en France, qu’il a commencé à s’attribuer les lauriers de Varsovie de 1920 qui ne lui revenaient pas. » M. Pasztor et F. Guelton, op. cit., p. 227.

44 Weygand au ministre de la Guerre et au maréchal Foch, le 6 août 1920, SHAT, 7 N 2989, dossier 3.

45 Marian Kukiel, « Dramat generala Weyganda » (Le drame du général Weygand), Bellona, n° 2, 1949, p. 3-10.

46 J. Pajewski, op. cit., p. 83.

47 Rumbold à lord Curzon, le 6 août 1920, DBFR, vol. XI, p. 443-444.

48 Dans leur note adressée à Piłsudski, les alliés s’engageaient à défendre l’indépendance de la Pologne et à lui assurer du matériel de guerre pour 22 divisions, mais excluaient l’aide en hommes. En même temps, ils réclamaient le renforcement de la défense à tout prix, avec une déclaration adéquate et la prise en considération de tous les conseils, le maintien de l’effectif de 22 divisions, et la séparation du poste de commandant en chef d’autres fonctions (c’est-à-dire de celle de chef de l’État), AAN dossier « Protokoly Rady Obrony Panstwa », fol. 200, et DBFP, vol. VIII, p. 754-755.

49 Weygand à Lefebvre, le 9 août 1920, SHAT, 7 N 2989, dossier 3.

50 J. Pilsudski, op. cit., p. 185.

51 P. Wandycz, General Weygand..., p. 360-361.

52 T. Schramm, « General Weygand w przededniu bitwy warszawskiej » (Le général Weygand au début de la bataille de Varsovie), Dzieje Najnowsze, n° 4, 1981, p. 157-160.

53 Weygand à Foch, le 20 août 1920, SHAT, 7 N 2989, dossier 3.

54 M. Weygand, op. cit., p. 151-152.

55 Rappelons l’opinion que présente Weygand dans ses mémoires sur le commandement du Groupe d’armées centre par le commandant en chef : « Selon les principes, ce n’était pas sa place ; [...] dans la pratique son comportement se justifie. [...] Dans trois journées qu’il passa au milieu de ses troupes de la IVe armée, il les électrisa. [...] Il sut faire passer de son âme dans celle des combattants sa confiance et sa volonté de triompher de tous les obstacles. Nul autre que lui ne pouvait y prétendre. » M. Weygand, op. cit., p. 145.

56 « Rappelons tout d’abord [...] que l’offensive de Wieprz qui décide de la victoire finale dans la bataille est bien une initiative polonaise. Néanmoins, il est intéressant de préciser l’apport de Weygand dans l’élaboration du plan général de la bataille sur la Vistule. Cet apport est à rechercher, à notre avis, et dans un ordre chronologique, dans la logistique, l’action sur l’état-major général et enfin l’impact psychologique et moral », M. Pasztor et F. Guelton, op. cit., p. 244.

57 Plusieurs officiers ont été décorés de la croix Virtuti Militari – outre Weygand, Henrys (au moment où il terminait sa mission, le 11 octobre 1920, et sept autres officiers) et de Gaulle. J. Kukulka, op. cit., p. 341.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search