Desktop versionMobile Version

Nations, cultures et sociétés d’Europe centrale aux XIXe et XXe siècles

 | 
Catherine Horel

La France et l’Europe centrale

La Transylvanie dans la Revue des Deux Mondes pendant la Première Guerre mondiale

Jean-Paul Bled

Zusammenfassung

The Revue des Deux Mondes is one of the reference periodicals of the French press. Its importance lies among other factors in the links some of its collaborators have with the Quai d’Orsay, to such an extent that the journal appears sometimes like a non official organ of the French diplomacy and is therefore consulted with attention by the foreign Chancelleries. Inside of the journal, the Chronique de la Quinzaine is particularly interesting, for it is written by a permanent author and deals with the most significant events of the interior and international politics which have occurred since the last issue. During the period considered here, two persons have been responsible for this column: Francis Charmes until his death at the beginning of 1916, and Charles Benoist, editor in chief of the journal since 1906. Both have written many articles about the Austro-Hungarian Monarchy, but Benoist in particular was called in 1917 by Aristide Briand to head the Committee in charge of collaborating to the preparation of the French propositions for the Peace Conference. The Allies tried since the beginning of the war to influence Romania in order to make her abandon her neutrality. But the country faces a serious dilemma: in entering the war on the Entente side, she could hope to realize her national ambitions (Transylvania, Bucovina and Bessarabia), but the fidelity of Carol I to the central powers opposes this option. After the death of the king, new attempts are maid and the journal wants to believe in an Italian solution. Benoist urges Romania to attack and conquer Transylvania which could benefit the Allies in weakening Austria-Hungary. Unfortunately did not the Romanian armies respond to the French hopes and soon were the Allied forces lead to an intervention in order to save Romania from a military disaster. Thus did the Eastern Army of Franchet d’Esperey helped Romania to achieve the territorial goals that the authors of the Chronique had foreseen.

Volltext

1La Revue des Deux Mondes compte parmi les titres de référence de la presse française. Fondée sous la monarchie de Juillet par François Buloz, cette publication bimensuelle acquiert rapidement une place prééminente parmi les revues littéraires et politiques, comme le souligne le nombre de ses abonnés qui tourne autour de 30 000. Elle doit en outre son prestige à la célébrité de ses collaborateurs. Elle réunit, en effet, les signatures d’écrivains, dont des académiciens, d’hommes de lettres, d’universitaires parmi lesquels notamment des professeurs de la Sorbonne et de l’École libre des sciences politiques. Son importance tient encore aux liens qu’elle entretient, à travers certains de ses collaborateurs, avec le Quai d’Orsay, au point d’apparaître parfois comme un organe officieux de la diplomatie française. À ce titre, elle figure parmi les publications françaises que les chancelleries étrangères lisent avec attention.

  • 1 Jean-Paul Bled, « La mission de Charles Benoist en Autriche-Hongrie (1897) », dans La France et l’E (...)

2À l’intérieur de la revue, l’intérêt s’attache tout particulièrement à la Chronique de la Quinzaine qui, sous la plume d’un auteur permanent, traite des grands événements de la politique intérieure et internationale survenus depuis la livraison précédente. Cet article de fond, d’une longueur de douze pages, exprime le point de vue de la revue sur l’actualité. Au cours de la période concernée, cette rubrique prestigieuse est tenue par deux personnalités : Francis Charmes, jusqu’au début de 1916, date de sa mort, puis Charles Benoist. Directeur de la revue depuis 1906, Francis Charmes est une personnalité tout à fait représentative de la Revue des Deux Mondes. Député, puis sénateur, membre de l’Académie française, il tient la Chronique pendant près de vingt ans. Son successeur Charles Benoist a commencé à collaborer à la revue dès le milieu des années 1890, alors qu’elle avait Ferdinand Brunetière pour directeur. On lui doit alors notamment une série d’articles du plus haut intérêt sur la monarchie austro-hongroise au temps de la crise provoquée par les ordonnances linguistiques du comte Casimir Badeni. Réunis sous le titre « La monarchie austro-hongroise et l’équilibre européen », ils expriment un parti de prudente sympathie vis-à-vis des mouvements nationaux au sein de l’ensemble habsbourgeois, tout à fait dans la ligne de la diplomatie française de l’époque1. En 1895, Charles Benoist a été nommé professeur de droit constitutionnel à l’École libre des sciences politiques. Il mène en parallèle une carrière politique qui le conduit à la députation. Il représente le département de la Seine à la Chambre des députés. Enfin – et ce n’est pas le moins important –, il est appelé, au début de 1917, par Aristide Briand pour former le Comité d’études chargé de collaborer à la préparation des dossiers de la diplomatie française en vue des négociations de paix.

  • 2 Revue des Deux Mondes, 15 septembre 1914, t. V/2, p. 255.
  • 3 Ibid., 15 octobre 1914, t. V/4, p. 509.
  • 4 Ibid., 1er novembre 1915, p. 705.

3La première mention de la Roumanie apparaît dans la livraison du 15 septembre 1914 : « La Roumanie hésite, elle aussi, tentée par l’occasion qui se présente à elle de compléter son unité nationale aux dépens de l’Autriche et retenue par les résistances de son roi qui ne saurait oublier qu’il est un Hohenzollern2. » En quelques lignes est posé le dilemme auquel la Roumanie est confrontée. En entrant en guerre aux côtés des États de l’Entente, elle peut espérer réaliser son programme national par l’annexion de la Transylvanie et de la Bucovine ; mais la fidélité de Carol Ier aux puissances centrales s’oppose à cette option. Aussi la mort du vieux souverain paraît-elle devoir modifier la donne. Passant en revue son règne, Francis Charmes émet un jugement balancé : « Ce Hohenzollern, greffé sur un tronc latin, a été un bon roi [...]. Il a fait preuve d’un esprit sensé, appliqué, éminemment pratique. Il a respecté les idées, les mœurs, les institutions du pays qu’il avait été appelé à gouverner. Il a été pour quelque chose dans ses développements matériels et n’a pas contrarié son développement moral. » L’autre face de sa politique appelle cependant un jugement beaucoup moins positif : « Quelque intelligent qu’il soit, il est rare qu’un souverain étranger ne reste pas un étranger et les Roumains se sont aperçus que le roi Charles était resté un Allemand. Leur intérêt était du côté de la Triple Entente ; les sentiments du roi étaient ailleurs3. » Le nouveau souverain, le roi Ferdinand, laisse augurer une orientation toute différente. C’est ce que croit pouvoir annoncer un autre collaborateur de la Revue, le baron Jehan de Witte : « Élevé en Roumanie, le roi Ferdinand ne trouvera pas en lui-même les entraves dont son oncle n’a pu se dégager. Carol a été le premier roi de Roumanie ; il sera, lui, le premier roi roumain4. »

4Il faut pourtant se rendre bientôt à l’évidence : même après la disparition du vieux roi, la Roumanie ne sort pas de sa neutralité. Il faut donc que d’autres causes l’expliquent. Les hésitations de la Bulgarie sont certainement de nature à paralyser les Roumains. La France emploie ces mois à tenter de promouvoir une entente balkanique. Celle-ci passerait par un arrangement où la Bulgarie gagnerait une partie de la Macédoine que la Serbie lui céderait en échange de la Bosnie-Herzégovine. D’autre part, l’évolution du conflit n’est pas étrangère à la prudence roumaine. Après de brillants succès, la Russie est contrainte, au début de 1915, de reculer sur le front oriental.

  • 5 Ibid., 1er mai 1915, t. III/1, p. 232.
  • 6 Ibid., 15 janvier 1915,1.1/2, p. 474-475.
  • 7 Ibid., 1er février 1915, p. 712-713.

5On veut cependant croire que la Roumanie calquera son attitude sur celle de l’Italie. Dès que Rome entrera dans la guerre, spécule-t-on, Bucarest suivra. C’est que leurs situations présentent de frappantes analogies : « La Roumanie, comme l’Italie, est une nation dont la formation géographique n’est pas encore tout à fait terminée ; elle a aussi son irrédentisme qui porte spécialement sur la Transylvanie et la Bucovine, et l’occasion est si bonne pour s’en emparer qu’il semble impossible de ne pas en profiter5. » Ainsi, dans les premiers mois de 1915, la Revue des Deux Mondes se dit convaincue que l’entrée de la Roumanie dans la guerre est maintenant imminente. « Tout donne à croire, peut-on lire dans la Chronique de la Quinzaine, que la Roumanie est sur le point de sortir de sa neutralité pour enlever à l’Autriche les provinces roumaines qu’elle détient, la Transylvanie, la Bucovine, une partie du Banat. [...] La Roumanie a pris son parti et elle l’exécutera bientôt6. » Et cela d’autant plus que le gouvernement est en accord avec l’opinion : « C’est un gouvernement d’opinion, rappelle Francis Charmes, et l’opinion, en Roumanie, développe de jour en jour son action avec une intensité plus grande. Comment le gouvernement y résisterait-il ? Qu’il soit d’ailleurs d’accord avec l’opinion sur le fond des choses, nul n’en doute. » La suite laisse cependant percer une inquiétude : « La réserve que nous avons constatée chez lui ne s’applique qu’au choix des moyens les plus efficaces et du moment le plus favorable. S’il laissait passer ce moment quand il sera venu, s’il n’agissait pas quand il faudra agir, le pays ne le lui pardonnerait pas. L’occasion qui s’offre en ce moment à la Roumanie de conquérir un territoire habité par quatre millions de Roumains ne se présentera probablement plus avant plusieurs siècles7. »

  • 8 Ibid., 15 février 1915,1.1/4, p. 712-713.

6Dans ces conditions, les manœuvres de retardement de l’Autriche-Hongrie paraissent vouées à l’échec. Une promesse d’autonomie pour la Transylvanie n’est certainement pas de nature à satisfaire la Roumanie, car « ce n’est pas l’autonomie de la Transylvanie que veulent les Roumains, c’est la Transylvanie elle-même8 ». Au reste, il y a fort à parier qu’en cas de victoire, ces promesses deviendraient des chiffons de papier.

  • 9 Ibid., 1er avril 1915,1.11/3, p. 716.

7 Malgré cette belle assurance, il faut pourtant se rendre bientôt à l’évidence : la Roumanie continue de se dérober. Là encore, diverses raisons se conjuguent pour l’expliquer. Les rumeurs sur l’accord secret du 20 mars 1915 autorisant les Russes à s’installer, après le conflit, à Constantinople sont mal reçues à Bucarest. Constatant leurs effets, Francis Charmes met en garde contre des décisions prématurées : « Nous avons dit que mieux valait ne pas parler en ce moment des projets qui s’élaborent sur Constantinople et sur les Détroits ; mais le bruit de ceux qu’on a attribués à la Russie en est venu jusqu’à Bucarest et il y a produit une impression réfrigérante9. » La défaite subie par la Serbie, à la fin de 1915, n’est pas non plus faite pour encourager les responsables roumains à sortir de leur attitude d’expectative.

  • 10 Ibid.
  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

8Il faut également tenir compte des divisions de la classe politique roumaine. Si l’engagement de Radu Filipescu et de Take Ionescu en faveur de l’Entente est net, Brǎtianu pratique, en revanche, l’art de l’ambiguïté : « M. Brǎtianu a trop longtemps vécu sous le régime ancien pour ne pas en partager les tendances », relève le rédacteur de la Chronique10. Celui-ci épingle également Alexandru Marghiloman pour ses sympathies envers les Puissances centrales. Derrière lui, souligne-t-il, se cache « un syndicat de grands propriétaires et d’industriels qui sont favorables à la neutralité, parce qu’ils en tirent de grands profits personnels : ils s’enrichissent en vendant à l’Allemagne des céréales, du pétrole11... » Devant cette situation, les signes d’irritation de la Revue des Deux Mondes se multiplient. Elle tient à rappeler que la France ne saurait être engagée par des accords que la Roumanie négocierait séparément avec un autre membre de l’Entente, en clair avec la Russie : « À lire les journaux roumains, on croit comprendre, relève Francis Charmes, non sans quelque vivacité, que la Transylvanie et une partie de la Bucovine auraient été promises à la Roumanie comme prix de sa seule neutralité. Nous ignorons si la Russie a fait vraiment de telles promesses ; en tout cas, l’engagement ne lie qu’elle, la France et l’Angleterre n’y ayant pas pris part. Dans un Congrès européen, s’il y en a un à la fin de cette guerre, les deux puissances resteraient libres de leurs résolutions, et nous ne pensons pas qu’elles tiennent assez à l’anéantissement complet de l’Autriche pour faire des dons gratuits à ses dépens12. » C’est là un propos où il faut sûrement lire un avertissement voilé, mais aussi le rappel de la position traditionnelle de la France vis-à-vis de la monarchie danubienne.

  • 13 Ibid.

9La Revue des Deux Mondes prend également clairement position pour la Serbie dans la délicate question du Banat. Quelles que soient les revendications des Roumains, il est exclu de le leur donner en totalité. Francis Charmes reprend ici à son compte le point de vue serbe : « Les Serbes en demandent, non pas la totalité, mais une partie qu’à notre sens on ne saurait leur refuser. Et pour cela trois raisons dont la première est que cette partie du Banat a une population incontestablement serbe. La seconde raison des Serbes est qu’après une guerre qui leur a coûté si cher et à laquelle ils ont pris une part si glorieuse, Belgrade, leur capitale, ne peut pas rester à une portée de canon de leur voisin, quel qu’il soit. Il est difficile de présenter une revendication plus sérieusement justifiée. Enfin la troisième raison qui doit déterminer les Alliés à faire droit aux demandes de la Serbie est le rôle que ce pays, mais très noble pays a eu pendant la guerre13. »

  • 14 Ibid., 15 novembre 1915, t. VI/2, p. 476.
  • 15 Ibid., 1er mai 1916, p. 240.

10En conclusion, après avoir commencé par se montrer compréhensive, la Revue des Deux Mondes ne laisse pas de juger maintenant excessif le parti pris de prudence du gouvernement roumain. À persévérer dans cette voie, il risque de donner l’impression de chercher à ramasser la donne, sans avoir consenti de sacrifice : « Si M. Brǎtianu attend la décision de la guerre des Balkans avant de prendre parti lui-même, commente Charmes, cette conduite, quoi qu’il dise, ressemble beaucoup à attendre des bénéfices sans avoir participé aux risques14. » Le message lancé par la Revue des Deux Mondes à l’intention des responsables roumains est on ne peut plus clair : « Il ne serait pas hors de raison de songer que, s’il y eut des places dans la maison du maître pour les ouvriers de la onzième heure, l’Évangile lui-même n’ajoute pas qu’il en resta pour ceux de la onzième heure et demie15. »

  • 16 Ibid., 1er septembre 1916, t. V/l, p. 240.

11Mais voici que l’offensive Brussilov bouleverse la donne. Ses succès sont un encouragement à la Roumanie à sortir de sa neutralité. Dans la livraison du 1er septembre 1916, Charles Benoist, maintenant en charge de la Chronique, le souligne : « Et cela, tout cela ne fait pas que les Russes n’aient de nouveau conquis la Bucovine, ne soient rentrés en Galicie, et ne frappent aux portes de la Transylvanie des coups qui retentissent à Budapest et jusqu’à Vienne. Ce n’est pas assez dire : ces coups, on les a entendus de Bucarest. » D’où la conclusion qui s’enchaîne : « Voici revenues les semaines de la grande résolution. La moisson est rentrée ; les armées russes sont à la frontière ; et, derrière elles, les munitions affluent. La Roumanie ne fera point, par mauvais calcul ou mauvais conseil, le grand refus16. »

  • 17 Ibid., 15 septembre 1916, t. V/2, p. 475.
  • 18 Ibid., p. 477.

12Lorsque paraît le numéro suivant, le temps de l’expectative est achevé. La Roumanie est entrée, à son tour, dans la guerre et remporte aussitôt des succès fulgurants aux dépens des Austro-Hongrois. Braçov (Brassó, Kronstadt) et Sibiu (Nagyszeben, Hermannstadt) sont conquises ; au surplus, les Roumains vont pouvoir compter sur l’aide des Russes : « Tranquillement, implacablement, annonce Benoist, l’armée d’Ivanoff se rassemble, tendant à la Roumanie l’autre main de l’énorme Russie. Tout l’Orient frémit ; on entend non seulement de Sofia, mais de Constantinople et d’Athènes, le pas des Cosaques qui s’approchent17. » Pour la Revue des Deux Mondes, l’ouverture de ce nouveau front est d’une importance capitale. Elle pourrait, au fond, provoquer la rupture qui décidera de l’issue de la guerre : « Il y va en Transylvanie de beaucoup plus que la Transylvanie ou que la Hongrie même, ou même que l’Autriche-Hongrie. Il n’y va de rien de moins que la victoire totale ou la défaite totale18. »

  • 19 Ibid., 15 octobre 1916, t. V/4, p. 712.
  • 20 Ibid., 1er décembre 1916, t. VI/3, p. 710.

13Très vite, cependant, les nouvelles en provenance du front se font moins bonnes. On affecte d’abord de croire qu’il s’agit là de simples péripéties : « Peut-être aussi le vent a-t-il soufflé et gonflé le flot d’un autre côté. Mais ce qui fait que la marée est la marée est qu’elle revient19. » Le 1er novembre 1916, il est fait état de « revers locaux et partiels » ; « l’offensive roumaine, annonce-t-on, a été provisoirement enrayée », un langage sous lequel il faut comprendre que la situation militaire s’est notablement dégradée. Il faut d’ailleurs bientôt l’admettre : sous les coups de boutoir des puissances centrales, l’armée roumaine est en retraite. On cherche sans doute à donner encore le change, en expliquant que ce revers n’est pas définitif et qu’il est, au fond, des replis annonciateurs de victoires : « Nous répétons, avec les maîtres, développe doctement Charles Benoist, que les passages ne se défendent pas dans les passages mêmes, qu’un pays n’est pas écrasé parce que sa frontière est forcée, une portion même de son territoire occupée par l’ennemi, et nous rappelons, à l’appui, d’illustres exemples, anciens et modernes. Si l’ennemi est finalement battu, peu importe où il le sera20. »

14Si, après l’offensive victorieuse des puissances centrales, conduite par Falkenhayn et Mackensen, la Roumanie ne disparaît pas du champ d’intérêt de la revue, elle n’occupe plus le devant de la scène. Pourtant, puisque, malgré cette défaite, elle ne s’est pas retirée de la guerre, la France se doit d’apporter son aide au roi et au gouvernement roumain qui, peu avant la chute de Bucarest, à la fin de novembre, se sont repliés à Iaçi. Cette aide prend la forme de la mission du général Berthelot dont le nom n’est cependant pas cité par Charles Benoist. Encore en août 1917, on veut croire qu’un retournement de la fortune des armes est possible. La jonction des forces roumaines et d’une armée russe de 300 à 400000 hommes pourrait rompre le dispositif ennemi. À la vérité, cet espoir est totalement irréaliste face à la nouvelle donne introduite par la révolution russe. Amorcée par la révolution de Février, la sortie de la Russie de la guerre n’est plus qu’une question de temps après la révolution d’Octobre. Dès lors, victime d’un environnement hostile, la Roumanie est condamnée. Les traités de Buftea, puis de Bucarest la soumettent à des conditions léonines, territoriales, militaires, économiques et donc politiques. L’ordre installé par le traité de Bucarest sera maintenu par un gouvernement docile dont le chef A. Marghiloman fut pourtant formé à la culture française.

  • 21 Ibid., 1er juin 1918, t. III/3, p. 711.

15Ce diktat, la Revue des Deux Mondes assure aussitôt que la France ne le reconnaîtra pas : « Nous tenons pour nul et non avenu, proclame Charles Benoist, tout ce qu’on a prétendu régler, trancher, arranger, combiner, composer et imposer sans nous. » Cette règle s’applique en premier lieu à la Paix de Bucarest : « Nous remettrons d’abord en question la paix humiliante sous laquelle l’Europe centrale, pesant de sa masse entière, a accablé la Roumanie, livrée à la défection russe, cette paix léonine, où l’on sent la griffe de l’Allemagne dans chaque article. La Roumanie y est atteinte et mutilée en sa chair même. » Charles Benoist s’attache notamment au sort de la Transylvanie : « Elle [la Roumanie] qui voulait délivrer du joug magyar ses fils du dehors, elle va avoir à perpétuité les Hongrois chez elle ; bien pis, elle ne sera plus chez elle ; on lui prend les clefs de sa maison. Au Nord-Est, au Nord, au Nord-Ouest, l’ennemi se ménage autant d’accès qu’il y a de cols ou de débouchés dans les vallées. Il lui lie les mains et les pieds21. »

  • 22 Ibid., 15 novembre 1918, t. VI/2, p. 478.

16Alors que la Roumanie paraît toucher le fond de l’abîme, l’heure du retournement est pourtant proche. Après le réveil du front d’Orient, les Alliés, sous le commandement du général Franchet d’Espérey, remportent des succès foudroyants. Sans doute l’empereur Charles essaie-t-il, par une manœuvre de la dernière chance, de colmater les brèches, en publiant, le 16 octobre 1918, un manifeste qui prévoit d’accorder l’autonomie aux peuples de la Monarchie. Mais les Magyars, dépeints dans la Revue des Deux Mondes comme les « compresseurs impitoyables de l’élément roumain en Transylvanie », parviennent à limiter à la seule Cisleithanie le champ d’application de cette réforme. De toute façon, il ne peut plus rien sortir d’une décision qui intervient trop tard pour arrêter la marche des événements et qui, en somme, ne fait qu’accélérer la débâcle finale. L’éclatement de la double monarchie préfigure la recomposition de l’Europe centrale. Charles Benoist en prend acte et annonce, le 15 novembre : « Les Roumains de Transylvanie et de Bucovine rejoindront leurs frères de par-delà les monts22. » Donnant raison à cette prédiction, le peuple roumain achèvera, quelques jours plus tard, son unité nationale.

Anmerkungen

1 Jean-Paul Bled, « La mission de Charles Benoist en Autriche-Hongrie (1897) », dans La France et l’Europe centrale. Les relations entre la France et l’Europe centrale (1867-1914). Impacts et images réciproques, Bohumila Ferenčuhová dir., p. 83-90.

2 Revue des Deux Mondes, 15 septembre 1914, t. V/2, p. 255.

3 Ibid., 15 octobre 1914, t. V/4, p. 509.

4 Ibid., 1er novembre 1915, p. 705.

5 Ibid., 1er mai 1915, t. III/1, p. 232.

6 Ibid., 15 janvier 1915,1.1/2, p. 474-475.

7 Ibid., 1er février 1915, p. 712-713.

8 Ibid., 15 février 1915,1.1/4, p. 712-713.

9 Ibid., 1er avril 1915,1.11/3, p. 716.

10 Ibid.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ibid.

14 Ibid., 15 novembre 1915, t. VI/2, p. 476.

15 Ibid., 1er mai 1916, p. 240.

16 Ibid., 1er septembre 1916, t. V/l, p. 240.

17 Ibid., 15 septembre 1916, t. V/2, p. 475.

18 Ibid., p. 477.

19 Ibid., 15 octobre 1916, t. V/4, p. 712.

20 Ibid., 1er décembre 1916, t. VI/3, p. 710.

21 Ibid., 1er juin 1918, t. III/3, p. 711.

22 Ibid., 15 novembre 1918, t. VI/2, p. 478.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Diese digitale Publikation wurde durch automatische optische Zeichenerkennung erstellt.
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search