Version classiqueVersion mobile

Nations, cultures et sociétés d’Europe centrale aux XIXe et XXe siècles

 | 
Catherine Horel

La France et l’Europe centrale

Les enjeux de la fraternité entre les nationalistes tchèques et français vers 1900

Pavla Horská

Résumé

French publicists discovered the Czech national question in the 1830’s. Edgar Quinet and later on Saint-René Taillandier spoke in favor of the emancipation of the Czech nation. After the Compromise of 1867, the Czech public turned more and more towards the French culture, accepting all that was originating from the French republican model and refusing all that symbolized the German influence. As a result, the Czech press tended to see France exclusively through the eyes of the French nationalists, disregarding the fact that these ideas were far from representing the general opinion. The anti-Semitic views of the French nationalists were as well resumed in the Czech lands, agitated at this time by the Hilsner affair. The relations between the French and Czech delegations visiting Prague and Paris on the turn of the 20th century shows thus a double misunderstanding: the French delegates did not perceive that their counterparts were isolated individuals in the Czech society which they portrayed as definitely anti-German people, on the other hand, these Czech politicians and publicists were not aware that they were not in touch with official France. Without neglecting completely these encounters for they gave a false idea of the French republic, the ambassador in Vienna did not take them too seriously. Beside the hypocrisy of some French intellectuals circles, these visits helped to spread the French culture into the Czech lands and touched quite a large population on the long run.

Texte intégral

  • 1 Edgar Quinet, « De l’épopée des Bohêmes », Revue des Deux Mondes, 3/1831, p. 359.

1La médiatisation du problème de la nation tchèque à l’échelle européenne trouve son origine dans l’époque romantique. En 1831, Edgar Quinet publie dans la Revue des Deux Mondes l’article intitulé « De l’épopée des Bohêmes », où il dit : « Quand la race germanique eut sauvé l’Europe des invasions des Sarrasins du côté d’Espagne, la race slave repoussa à son tour à Olmütz la dernière invasion de l’Orient, sous les fils de Gengis-khān. Ces deux races adossées l’une à l’autre, comme l’aigle à deux têtes, déchiquetèrent, chacune à sa manière, le côté de l’Orient qui vint les attaquer. Après cette lutte, qui donna à la race son unité, toutes les tribus se débandèrent. L’une d’elles, véritable aventurière, s’insinua plus avant au cœur de l’Allemagne. C’est la Bohême... Égarée dans sa route, cherchant fortune à l’étranger avec ses sorcières, ses enchanteurs, ses bateleurs, ses villes des morts, sa langue vive et résonnante, son origine équivoque, heureuse, joyeuse avec son ciel de Prague, avec ses flots de l’Elbe, cette petite nation isolée est elle-même dans l’histoire une folâtre Bohémienne au milieu du cercle grave des tribus germaniques dont elle est entourée. Mais cet isolement fut cause qu’elle cultiva mieux qu’aucune autre tout ce qui pouvait lui rappeler son origine. Séparée par l’histoire politique des populations auxquelles elle était alliée par le sang, elle chercha au moins à se rattacher de nouveau, par l’imagination et la religion du passé, à la souche commune dont elle avait été violemment rejetée. Ce qui a été recueilli de plus profond et de plus indigène sur la race slave est dû à la Bohême. C’est là que la science des origines est devenue une exaltation de patriotisme1... »

  • 2 Saint-René Taillandier, « Situation intellectuelle de l’Allemagne », Revue des Deux Mondes, 4/1843, (...)
  • 3 Saint-René Taillandier, « L’histoire et l’historien de la Bohême. Franz Palacký », Revue des Deux M (...)
  • 4 Ernst Birke, Frankreich und Ostmitteleuropa im 19. Jahrhundert. Beiträge zur Politik und Geistesges (...)
  • 5 Jan Neruda, Pařížské obrázky (Tableaux de la vie parisienne), Prague, 1863.

2Douze ans plus tard, en 1843, toujours dans la Revue des Deux Mondes, Saint-René Taillandier publie « Situation intellectuelle de l’Allemagne », où il reprend l’idée d’Edgar Quinet sur l’émancipation de la nation tchèque : « Les Slaves de Bohême se reprennent avec un amour filial à leurs traditions passées, ce ne sont plus seulement des chants nationaux qu’une érudition curieuse s’empresse de recueillir, non, c’est d’une chose plus grave qu’il s’agit, c’est l’esprit même de leur race que les Slaves bohémiens veulent retrouver sous ses ruines. Pourquoi cela...? » Et il ajoute : « Parce qu’ils cherchent à quoi se rattacher dans l’abandon où les a laissés l’Allemagne2. » Puis en 1855, dans son célèbre compte rendu de l’œuvre historique de František Palacký, sa première phrase donne le ton : « Dans ce travail de rénovation qui agite l’Europe orientale depuis près d’un siècle, il y a une place distincte pour la Bohême3. » Les historiens allemands, notamment Ernst Birke, auteur d’une monographie remarquable sur la France et l’Europe du Centre-Est au xixe siècle, ainsi que Manfred Alexander, n’ont jamais accepté l’opinion de Saint-René Taillandier, qui soupçonnait la littérature allemande de manquer de compréhension pour l’« esprit de la race slave » des nations non germaniques, vivant au xixe siècle dans l’aire culturelle de l’Europe centrale. Selon eux, ce sont surtout des conditions politiques qui ont créé l’atmosphère culturelle dans laquelle évoluait la société tchèque de l’époque, qui avait tendance à accepter tout ce qui venait de France et à refuser tout ce qui venait d’Allemagne4. Birke a consacré de nombreuses pages de son œuvre à la politique « française » de F.L. Rieger et F. Palacký, mais il n’a jamais mis en relief la position prise vis-à-vis de la coopération culturelle de la France avec l’Europe centrale par Jan Neruda, un des plus grands journalistes tchèques du xixe siècle. Après sa visite à Paris en 1863, Neruda remarqua : « Le Français trouve suffisamment de choses susceptibles de l’intéresser dans son univers français. Son histoire est grandiose et belle, sa littérature lui suffit, tout comme ses arts et ses sciences ; son pays lui offre pratiquement tout, et s’il lui manque quelque chose, on le lui apporte sans qu’il soit obligé de se déranger. Le monde entier singe sa mode et ses extravagances. Et lorsque le Français franchit les frontières de son pays, il trouve partout dans le monde des gens qui connaissent ses mœurs, ses habitudes et sa langue, et tout étranger qui décide de lui rendre visite prend bien garde d’avance de se familiariser à temps avec ses us et coutumes, sa langue et son histoire5. » Jusqu’à sa mort en 1891, Jan Neruda prit ouvertement parti pour les républicains français. Mais il ne croyait pas beaucoup à l’intérêt de ces derniers pour le sort des nations de la monarchie des Habsbourg.

La République française et le nationalisme tchèque

  • 6 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Correspondance politique Autriche, vol. 551, (...)

3Les ambassadeurs de la République française à Vienne contemporains de Neruda partageaient son avis. Ainsi peut-on lire dans la dépêche du 27 janvier 1890 envoyée par l’ambassadeur Decrais au ministère des Affaires étrangères à Paris : « La monarchie a vécu et vivra de longues années avec les difficultés de race et de religion que lui créent les nationalités diverses dont elle se compose. Il vient toujours un moment où elles finissent par s’arranger. Ceux de nos journaux qui voudraient que la diplomatie française appuyât, selon les circonstances, tantôt les Slaves, tantôt les Hongrois, font fausse route. À suivre leurs conseils nous aurions bientôt fait de nous brouiller irrévocablement avec l’empereur sans profit aucun. Que l’empereur François-Joseph monte à cheval, aurait dit un jour le prince de Bismarck, et vous verrez si tout son peuple ne le suit pas6. »

  • 7 Pavla Horská, Prague-Paris, Prague, 1990, p. 82 ; Pavla Horská, Sladká Francie (Douce France), Prag (...)
  • 8 Jean-Baptiste Duroselle, La France et les Français 1900-1914, Paris, 1972, p. 198 ; Raoul Girardet, (...)

4Non seulement quelques journaux français, mais aussi les plus importants journaux pragois tels que Národní listy (Journal national), Hlas národa (La voix de la nation) ou Politik voyaient dans les années 1890-1900 la France exclusivement par les yeux des nouveaux nationalistes français7. Il est difficile de déterminer si le milieu journalistique tchèque de Prague connaissait l’article de Maurice Barrès publié dans Le Figaro du 4 juillet 1892, qui faisait du mot « nationalisme » le véhicule d’un système de pensée politique totale, à l’intérieur comme à l’extérieur du pays8. En tout cas l’enthousiasme de la presse pragoise de langue tchèque pour les nationalistes français ne cessait de croître.

  • 9 Stéphane Reznikow, Francophilie et identité tchèque (1848-1914), Paris, Champion, 2002.

5C’est peut-être une des raisons pour lesquelles la thèse de Stéphane Reznikow sur Francophilie et identité tchèque (1848-1914) semble donner la priorité à la presse tchèque du tournant du siècle qui prône la coopération tchéco-française comme un moyen de soutenir les Slaves dans leur combat antigermanique9. Néanmoins, à la même époque, le journal pragois Čas (Le temps) se rendait compte du danger de marier nationalisme jacobin et nationalisme de droite. Ce quotidien arborait comme devise la formule de Jan Neruda : « Pour nous, les palabres au sujet de la nation et du patriotisme sont une attitude dépassée. » C’est encore dans Čas que l’on peut lire le 23 janvier 1900 une critique visant Jan Podlipný, l’homme politique jeune-tchèque, à qui on reprochait son attitude lors de la manifestation des Sokols à Nancy en 1892. Selon cette critique, ses propos contribuaient à la décadence de la politique jeune-tchèque. Mais c’était avant tout son nationalisme militant qui lui valut de nombreux ennemis.

  • 10 Documents diplomatiques français (1871-1914), vol. IX, Paris, 1939, n° 349, p. 496.

6Birke considère ces fêtes sportives organisées par l’université de Nancy comme une manifestation délibérée contre les Allemands en présence du président de la République française Sadi Carnot, et pour la première fois aussi d’une délégation russe. Les Sokols tchèques participèrent en tant que représentants des Slaves d’Europe centrale à une manifestation en faveur du raffermissement de l’alliance franco-russe. L’ambassadeur de France à Vienne, Decrais, informa le ministre des Affaires étrangères Ribot dans sa dépêche du 16 juin 1892 : « Au reste, les fêtes de Nancy n’auraient causé à Vienne aucune mauvaise humeur sans la part qu’y ont prise une centaine de “Sokolistes”. L’un d’eux, si j’en crois ce que j’ai lu dans je ne sais plus quel journal, aurait dit à Paris qu’ils s’attendaient à être arrêtés en rentrant à Prague. Je n’en crois rien bien que la “Nouvelle Presse libre”, dans un article furibond, ait prononcé à ce propos les gros mots de trahison et de crime contre la patrie. Ce serait une sottise dont le comte Taaffe et le comte Kalnoky me paraissent être incapables. J’incline à penser qu’on préférera les traiter en enfants incorrigibles et leurs manifestations en gamineries sans importance. Mais je sais qu’au fond on est très irrité contre eux, à cause surtout du mauvais effet produit en Allemagne10. »

  • 11 Čas, vol. XIV, n° 11, 23 janvier 1900.
  • 12 AMAE, CP Autriche, nouvelle série 12,1897-1914, 31 janvier 1900.
  • 13 Pavla Horská, « La coopération des nationalistes tchèques et français au tournant du xixe et du xxe(...)

7Podlipný était non seulement chef des Sokols, mais aussi député à la Diète de Bohême. Cependant la déclaration finale de son discours devant le président Carnot à Nancy : « Nos ennemis sont vos ennemis, vos amis sont aussi les nôtres – vos sentiments et vœux sont les mêmes, aucune violence, aucune force ne pourra nous séparer ! » citée dans la presse impériale allemande, impressionna très peu l’ambassadeur français à Vienne. Il ne considéra pas les Jeunes-Tchèques comme partenaires des Français dans la vie politique européenne. Podlipný lui-même utilisa sa déclaration de Nancy pour impressionner ses auditeurs tchèques en leur rappelant sa propre émotion devant le président de la République française, représentant de l’unité et de la force de l’État français, élu d’une nation libre par une libre élection11. On disait même que Podlipnÿ préparait à l’avance ses amis lors des meetings de son parti afin qu’ils l’applaudissent après ces mots. Pendant les trois dernières années du xixe siècle, Podlipnÿ a été maire de Prague et sa réélection en 1900 aurait déplu à beaucoup de gens, parmi lesquels le consul de la République française. Quelques jours après la publication de l’article trahissant les ambitions de Podlipnÿ dans le journal Čas, le consul en informa son ministre à Paris : « Faisant flèche de tout bois, M. Podlipný avait donné à entendre que si les portes de l’hôtel de ville ne se rouvraient pas pour lui, il se consacrerait entièrement à la politique et prendrait l’initiative de former un troisième parti tchèque dont il serait le chef12. » Au début de 1900, lorsque la délégation du conseil municipal de la ville de Prague vint visiter l’Exposition universelle de Paris, Podlipný figurait certes parmi ses membres mais en tant que chef de groupe de Sokols. Son successeur Vladimír Srb, représentant vieux-tchèque, inaugura une nouvelle ère de coopération entre nationalistes tchèques et français. Ce ne sont plus les Sokols tchèques et les gymnastes français mais les conseils municipaux des villes de Prague et de Paris qui prennent l’initiative des contacts réciproques13. Bien que les littératures allemande, tchèque et française sur les contacts tchéco-français de 1900 à 1914 soient relativement abondantes, elles n’ont pas encore épuisé toute la richesse des archives diplomatiques et de la presse de l’époque. En lisant les dépêches de l’ambassadeur de France à Vienne ou du consul français de Prague, l’historien de l’Europe centrale se rend compte des analogies et des différences dans l’évolution de la pensée politique en France et en Bohême. En consultant la presse nationaliste française et la presse tchèque, on se demande quelle est l’origine du sentiment de fraternité entre les nationalistes jeunes-tchèques et les nationalistes français.

Nationalistes tchèques et nationalistes français

8La presse nationaliste française ne faisait guère de différence entre le nationalisme jeune-tchèque et vieux-tchèque. La Libre Parole, avec son mot d’ordre, « La France aux Français ! » publia le 4 juillet 1900 à l’occasion de la visite de la délégation du conseil municipal de Prague à l’Exposition universelle de Paris un article intitulé « Les Tchèques à Paris », où l’on pouvait lire : « Personne n’a aidé les Tchèques. À force de ténacité, d’endurance, d’énergie, d’activité, de sacrifices, de foi en eux-mêmes, ils ont dégagé leur nationalité de l’étreinte et de la pénétration germaniques. Ils ont envoyé promener l’intellectuel allemand comme nous commençons à le faire en France, et bientôt ils feront lâcher prise au bureaucrate allemand qui ne les tient déjà plus que d’une main. En un mot, ils ont été fermement et tenacement nationalistes et c’est ainsi qu’ils ont sauvé leur nationalité. » Édouard Drumont, le directeur de La Libre Parole, avait fait de l’antisémitisme « son cheval de bataille », comme le dit Jean-Baptiste Duroselle. Drumont, l’auteur célèbre de La France juive, paru en 1886 et dont il se vendit plus de 100000 exemplaires en deux ans, ne devait pas être inconnu de la rédaction du Cas, de même que Paul Déroulède, chef de la Ligue des patriotes. Quand, le 3 janvier 1900, la Haute Cour de la République française condamna Déroulède à dix ans de bannissement pour complot contre le gouvernement, Čas en informa ses lecteurs deux jours plus tard en ajoutant que non seulement la presse française mais aussi quelques journaux tchèques de Prague considéraient à tort Déroulède comme un grand patriote français.

  • 14 AMAE, CP Autriche, NS 12, 1897-1914, 4 décembre 1900 ; Pavla Horská, Jiří Kořalka, Josef Polišenský (...)

9Mais les informateurs du consul français de Prague ne lisaient pas assez assidûment Čas pour se rendre compte de l’orientation républicaine de sa rédaction. Le consul lui-même ne concentra son attention sur les partis politiques tchèques qu’après la visite de la délégation du conseil municipal de Prague à Paris à l’été 1900 en donnant la priorité aux amis des nationalistes français. Il découvre ainsi Josef Herold, le dirigeant du parti jeune-tchèque. De l’avis du consul : « Il ne brille assurément pas par le tact : on a pu en juger à Paris cet été. Comme la plupart des têtes du parti, il est absolument ignorant des conditions de l’étranger et son horizon politique s’arrête aux confins de la Bohême. Ce n’est pas un homme d’action. D’une âpreté au gain devenue proverbiale, il est trop attaché à ses affaires d’avocat pour s’occuper sérieusement d’autre chose. Il écrit à loisir dans les “Národní listy”, le faible organe de son parti, et prononce avec une étonnante facilité de beaux discours faits pour flatter les masses. Mais le charme est rompu. Le peuple n’a plus en lui une confiance illimitée. Quant à la bourgeoisie, elle ne l’a jamais apprécié14. »

10Mais qui représentait le peuple et la bourgeoisie tchèques aux yeux du consul ? Dans la même dépêche du 4 décembre 1900, il est question de la campagne électorale en Bohême, le consul juge que la grande bourgeoisie tchèque se rassemble autour du parti vieux-tchèque : « Bien qu’étant, pour ainsi dire, un état-major sans troupes, le parti vieux-tchèque exerce toujours une grande influence à Prague. Il comprend la haute bourgeoisie, le monde intellectuel et la finance. Je n’ai pas besoin de rappeler que son programme ne diffère de celui des Jeunes-Tchèques que sur les moyens d’exécution. » En outre le consul trouvait excessif le nombre de partis politiques tchèques pour une population slave de six millions d’habitants en Bohême-Moravie. Selon lui : « Le parti agraire, sans perdre de vue, bien entendu, les intérêts de l’agriculture, contient dans son programme les revendications nationales [...]. Quant aux radicaux, que le discrédit des Jeunes-Tchèques a pourtant servis à souhait, ils n’ont pas su tirer tout le parti possible des circonstances [...]. Néanmoins ils présentent pour la première fois deux candidatures à citer : celle de M. l’avocat Baxa, leur chef, dont les manifestations antisémites au cours du récent procès Hilsner avaient enthousiasmé tous les Tchèques. » Le consul ne semblait pas être au courant du rôle de T.G. Masaryk dans ce procès. Mais il savait en revanche que : « Aspirant à être désormais représenté au Reichsrat, le parti ouvrier-national a demandé au Comité exécutif jeune-tchèque de lui attribuer un certain nombre de mandats. » Néanmoins le consul ne pouvait pas ignorer l’importance des sociaux-démocrates en Bohême et en Moravie : « Fidèles aux principes de L’Internationale, les socialistes tchèques, qui sont nombreux et bien organisés, se désintéressent complètement de l’avenir politique de leur pays. »

11Mais à son avis : « Ce n’est guère que parmi les Vieux-Tchèques que l’on trouve encore des hommes de dévouement. De grands patriotes comme Palacky et Rieger ont fait école. Les autres partis n’ont à leur tête que des ambitieux ou des médiocres. Fort heureusement pour les Tchèques, les Allemands de Bohême ne sont pas mieux partagés et, sous ce rapport au moins, l’égalité est à peu près complète. » Au fur et à mesure que le consul français de Prague se familiarisa avec la vie politique tchèque, il découvrit :

  • 15 AMAE, CP Autriche, NS 12, 1897-1914, 23 mai 1901.

« Un fait incontestable – et j’ai déjà eu l’occasion de le signaler –, c’est qu’il n’y a pas d’hommes capables de se consacrer sans arrière-pensée à la défense des intérêts de la “nation” tchèque. La noblesse féodale demeure fidèle à la politique qui consiste à diviser pour régner : elle excite le peuple, mais ne le soutient pas. Quant à la majeure partie de la bourgeoisie, fatiguée de subir les conséquences d’un état de choses si préjudiciable aux affaires, elle serait disposée à transiger pour avoir la paix. Ceux de ses membres qui font de la politique militante sont généralement des arrivistes cherchant à se faire craindre dans l’espoir d’obtenir un jour le prix d’une conversion subite. Jaloux les uns des autres, aspirant tous à jouer le premier rôle, les chefs des différents partis tchèques se font une guerre sans merci qui alimente la chronique scandaleuse et entretient dans le pays la plus malsaine agitation. Si, malgré tout, l’action combinée des Allemands d’Autriche et des pangermanistes teutons n’a pu entamer la Bohême slave, on le doit uniquement au peuple que rien ne décourage ni ne rebute. À la fois tenace et peu éveillé, il envisage l’avenir avec confiance sans trop s’apercevoir des intrigues qui se font à ses dépens [...]. On est loin du temps des Palacky et Rieger où la bourgeoisie, poursuivant un idéal, avait de généreux élans. Devenue positive, ne songeant qu’à son bien-être, elle n’attache, aujourd’hui, qu’une médiocre importance au règlement équitable de la question des langues et des autres points en litige du programme national [...]. Tout autres sont les sentiments du peuple. Son intime conviction est, en effet que s’il entrait dans la voie de la conciliation, il n’aurait qu’à y perdre15. »

12Le consul français de Prague croyait donc en l’existence d’une fraternité entre les partis politiques français et tchèques, qui cultivaient un nationalisme de droite, lié à une haine contre les Allemands et les juifs, susceptible d’exciter le peuple. Le danger pour le prestige de la France en Bohême devait donc être grand, d’après la dépêche qu’il envoie le 29 octobre 1902 :

  • 16 AMAE, CP Autriche, série 27, fol. 50-58, 29 octobre 1902.

« Je n’ai peut-être pas suffisamment insisté, dans mes rapports antérieurs, ni sur la gravité des agissements des nationalistes français en Bohême ni sur l’inconvenance inouïe des publicistes tchèques qui fustigent le gouvernement, notre représentation parlementaire, notre magistrature, en un mot tout ce qui n’est pas du parti nationaliste, de cette minorité qui, selon les Tchèques, représente seule l’honneur et le patriotisme dans une France en décomposition ! La Bohême tout entière prend part à cette campagne organisée par les nationalistes français et dont la direction a été confiée à M. le député Herold, le leader du parti dirigeant, au maire de Prague assisté du conseil municipal, à M. Schoubert, membre de l’Académie de Bohême, à M. Podlipný, député de la Diète de Prague et président de la société des Sokols aux rédactions des différents journaux, aux associations politiques, littéraires et artistiques, à M. de Čenkov, correspondant de la Voix nationale, à M. Schmidt-Beauchez (tchèque) correspondant à la fois du Temps et de la Patrie (ces deux derniers touchant du Club parlementaire jeune-tchèque des appointements pour entretenir l’agitation en Bohême et en France), à M. Hantich, chargé de la publication de brochures de propagande, bref à beaucoup d’autres personnes appartenant au monde politique de Prague... Les nationalistes qui avaient besoin pour leur prestige de se réclamer des sympathies de l’étranger, ne sont parvenus à rallier à leur cause que la Bohême tchèque, ce coin de l’Europe centrale intellectuellement et socialement le plus arriéré. Le fanatisme antisémite a été le terrain sur lequel on s’est retrouvé et aimé. Et, depuis la conclusion de ce pacte étrange, les Tchèques ont appris à dénigrer la France, à insulter son gouvernement et sa représentation nationale, sans pour cela renoncer à faire étalage de sentiments francophiles, dont je n’ai eu que trop souvent l’occasion de démontrer la fausseté16. »

  • 17 P. Horská, « La coopération des nationalistes tchèques et français », op. cit., p. 54.

13Malgré cela, le consul ne se rendit pas compte que « faire étalage de sentiments francophiles » pour la presse tchèque la plus influente à Prague revenait à faire étalage de l’« amour sacré de la patrie ». Lors de la visite de la délégation du conseil municipal parisien à Prague en 1901, le journal Národní listy écrit : « Est-il jamais arrivé que la Marseillaise fît trembler l’île de Žofín à minuit ? » Avait-on jamais entendu jouer en public l’hymne de la Révolution française, qui plus est à l’occasion de fêtes officielles ? La Marseillaise était en Autriche une chanson révolutionnaire, même lors des manifestations ouvrières. La triade « liberté, égalité, fraternité » était considérée comme chère aux révolutionnaires non seulement français, mais aussi européens. Le Národni listy du 2 juillet 1901, en relatant les adieux à Prague de la délégation du conseil municipal de la ville de Paris, n’oublia pas le discours improvisé prononcé par le député Herold, qui se terminait ainsi : « Dites chez vous que notre amour pour vous est la suite de notre éducation, de notre estime de la justice, de notre amour de l’humanité, de tous les idéaux pour lesquels lutte la France17 ! » En s’adressant au public tchèque, le dirigeant jeune-tchèque cherchait plutôt à mettre en avant les affinités culturelles des Tchèques et des Français qu’à nourrir l’espoir d’un combat solidaire contre un ennemi commun. Paradoxalement, c’est par la presse nationaliste française représentant le nationalisme européen de droite que se raffermissait en Europe centrale l’ancien sentiment de nationalisme jacobin, né dans la société française entre la Révolution de 1789 et celle de 1848. Les politiciens jeunes-tchèques savaient bien que le public tchèque de la fin du xixe siècle prenait goût au sentiment de liberté civique né lors du Printemps des peuples. Mais les représentants tchèques à Vienne, par précaution politique, tâchaient d’éviter tout contact informel avec les partis nationalistes français et n’assistaient jamais aux fêtes de Prague qui voyaient la participation de la délégation du conseil municipal parisien. Les hommes de lettres les plus éminents et les plus grands artistes tchèques de l’époque cultivaient leurs relations avec la culture française à titre strictement personnel.

  • 18 Hanus Jelinek, Zahučaly lesy. Kniha vzpomínek (Forêts bruissantes. Souvenirs), Prague, 1947, p. 379

14Les délégations des partis nationalistes français pouvaient bien mettre en avant dans la presse française leur participation pompeuse aux fêtes de Prague. Mais elles ne se doutaient pas qu’elles y rencontraient des hommes politiques, des intellectuels et des artistes tchèques peu représentatifs de la vie politique en Bohême. Les agents du conseil municipal de Prague comme de Čenkov, Schmidt-Beauchez, Hantich, souvent nommés par le consul français pragois, ne jouissaient pas à Prague d’une grande renommée. Cela étant, l’éloignement social entre les membres des délégations des conseils municipaux des villes de Paris et de Prague n’était pas aussi important que le consul se l’imaginait. Tout au contraire, les avocats et les magistrats étaient aussi nombreux parmi les délégués français et tchèques. Ainsi Hanuš Jelinek, professeur au lycée de Prague, grand admirateur de la France, auteur d’une histoire de la littérature tchèque écrite en français, profita de ses nombreuses visites à Paris pour rencontrer son ami César Caire, avocat parisien, membre du conseil municipal et de la délégation de ce même conseil lors du voyage en Bohême de 1901, et grand admirateur de Prague18. Parmi les enjeux de la fraternité entre les nationalistes tchèques et français s’inscrivait peut-être l’hypocrisie du nationalisme européen de droite, mais on y trouvait également la sincérité des gens du « peuple », qui entraient autour de 1900 aussi bien en France qu’en Bohême avec leurs petites joies et leurs petits soucis dans la vie politique des États et des nations.

Notes

1 Edgar Quinet, « De l’épopée des Bohêmes », Revue des Deux Mondes, 3/1831, p. 359.

2 Saint-René Taillandier, « Situation intellectuelle de l’Allemagne », Revue des Deux Mondes, 4/1843, p. 91.

3 Saint-René Taillandier, « L’histoire et l’historien de la Bohême. Franz Palacký », Revue des Deux Mondes, 2/1855, p. 260-397.

4 Ernst Birke, Frankreich und Ostmitteleuropa im 19. Jahrhundert. Beiträge zur Politik und Geistesgeschichte, Kologne, Graz, 1960 ; Manfred Alexander, « Zusammenfassung und Schluß-betrachtung », Frankreich und die böhmischen Länder im 19. und 20. Jahrhundert. Beiträge zum französischen Einfluß in Ostmitteleuropa, Munich, 1990, p. 295-302.

5 Jan Neruda, Pařížské obrázky (Tableaux de la vie parisienne), Prague, 1863.

6 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Correspondance politique Autriche, vol. 551, n° 8, 27 janvier 1890.

7 Pavla Horská, Prague-Paris, Prague, 1990, p. 82 ; Pavla Horská, Sladká Francie (Douce France), Prague, 1996.

8 Jean-Baptiste Duroselle, La France et les Français 1900-1914, Paris, 1972, p. 198 ; Raoul Girardet, Le nationalisme français, 1871-1914, Paris, 1966.

9 Stéphane Reznikow, Francophilie et identité tchèque (1848-1914), Paris, Champion, 2002.

10 Documents diplomatiques français (1871-1914), vol. IX, Paris, 1939, n° 349, p. 496.

11 Čas, vol. XIV, n° 11, 23 janvier 1900.

12 AMAE, CP Autriche, nouvelle série 12,1897-1914, 31 janvier 1900.

13 Pavla Horská, « La coopération des nationalistes tchèques et français au tournant du xixe et du xxe siècle », dans La France et l’Europe centrale. Les relations entre la France et l’Europe centrale en 1867-1914. Impacts et images réciproques, Bohumila Ferenčuhová dir., Bratislava, 1995, p. 41-62.

14 AMAE, CP Autriche, NS 12, 1897-1914, 4 décembre 1900 ; Pavla Horská, Jiří Kořalka, Josef Polišenský dir., « Zahraniční konzuláty v Čechách do roku 1918 » (Consulats étrangers en Bohême jusqu’en 1918), Sborník archivmch prací, XXXVII/2 (1987), p. 375-474.

15 AMAE, CP Autriche, NS 12, 1897-1914, 23 mai 1901.

16 AMAE, CP Autriche, série 27, fol. 50-58, 29 octobre 1902.

17 P. Horská, « La coopération des nationalistes tchèques et français », op. cit., p. 54.

18 Hanus Jelinek, Zahučaly lesy. Kniha vzpomínek (Forêts bruissantes. Souvenirs), Prague, 1947, p. 379.

Auteur

Institut d’histoire de l’Académie des sciences, Prague.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search