Version classiqueVersion mobile

Nations, cultures et sociétés d’Europe centrale aux XIXe et XXe siècles

 | 
Catherine Horel

La France et l’Europe centrale

Le Jacobin de la Carniole

Le baron Siegfried von Taufferer et la France

Peter Vodopivec

Résumé

The baron Siegfried von Taufferer was one of the two known sympathizers of the French Revolution originating from the Slovene territory. Born 1750 in a noble family of Ljubljana, he studied at the Viennese Theresianum and entered the military career. He served in the administration of the Austrian military border until 1787 but tried also his hand as a wood dealer and as a shipbuilder. He was a member of the Freemasonry and proposed several projects for reforming the service in the Military border. He briefly left the army for the free enterprise but all his attempts failed, he was quickly bankrupt and had to evade his creditors. He came to Venice where at the turn of 1789 he got acquainted with the French diplomats and became familiar with the revolutionary ideas. In the meantime he traveled to Vienna where he had contacts with Viennese, Styrian and Hungarian Jacobins. Later on he was employed by France and moved to Genes, he served as a translator and counselor for the French consulate. He was then sent to the French army and proposed to General Kellermann to organize a regiment of Austrian, Hungarian, Croatian and Polish deserters. He pinned his plans on his knowledge of the region and of the Austrian military organization, as well as on his language skills. His proposal was adopted in Paris, Taufferer was made a lieutenant colonel of the general staff and formed a regiment at the head of which he fought until November 1795. But his most significant contribution against Austria was elaborated during his stay in Genes : he imagined in June 1794 an insurrection of the Military border which according to his plans would to be extended to Croatia, Hungary and Austria itself in order to launch a revolution against the Habsburgs. The plan might be of interest also for the Ottoman Empire and Taufferer suggested that the French try to convince the Ottomans to participate financially. Taufferer’s project was sent to the French delegates in Italy and then to Paris, but it was also known to the Austrian spies who informed Vienna of his subversive initiatives and opinions. But in the meantime, great changes had occurred in Paris where Robespierre was overthrown. Taufferer was captured by the Austrians during the action against the fortress of Voltra. He was condemned for his former financial dishonest acts as well as for his subversive plan and sentenced to death. He was hanged in Vienna on May 24,1796. Siegfried von Taufferer was certainly a “Slovene Jacobin”, as an enlightened officer opposed to the despotic rule of the Habsburg he imagined many plans but did not express real political aims. His insurrectional project for the Military border is only justified by the discontent of its inhabitants. Nevertheless his action must be considered according to the enlightened ideas which dominated in the Croatian and Hungarian aristocracy of the time.

Texte intégral

  • 1 France Kidrič, Zgodovina slovenskega slovstva (Histoire de la littérature slovène), Ljubljana p. 25 (...)
  • 2 F. Kidrič, Slovenski biografski leksikon, vol. 2, p. 139.

1D’après les connaissances historiographiques actuelles, on compte, parmi les rares sympathisants de la Révolution française originaires du territoire slovène, deux personnages qui seraient entrés en contact direct avec la France révolutionnaire. Le premier, Janez Kupertin Naverčnik, né à Slovenske Konjice en Styrie, lycéen et étudiant en droit à Graz au début des années 1790, aurait fait partie, avec quelques autres compatriotes, du cercle secret des partisans des Lumières local dirigé par Ignatz Henrik Wastl, il se serait alors passionné pour les idées révolutionnaires françaises et aurait même visité Paris dans les années 1793-17951. Malheureusement, aucune source ne fait état de ce qu’il y aurait vu et vécu. D’après l’historien de la littérature France Kidrič, il avait perdu à son retour son enthousiasme pour les devises révolutionnaires françaises, il se « réconcilia avec la restauration » et trouva à s’employer dans l’administration autrichienne – il fut entre autres gouverneur régional à Zadar en Dalmatie jusqu’à sa retraire en 1847. Il ne s’intéressa plus à la politique, même pas durant la révolution de 1848. Il passa le reste de sa vie à Slovenske Konjice, où il mourut en 1857, en se consacrant à la littérature et à l’agronomie2.

  • 3 Dana Zwitter-Tehovnik, Wirkungen der Französischen Revolution in Krain, Verôffentlichungen des hist (...)
  • 4 D. Zwitter-Tehovnik, op. cit., p. 162.

2Le destin du second personnage est bien différent. La biographie du baron Siegfried von Taufferer a été étudiée et présentée par Dana Zwitter-Tehovnik3, on n’en donnera donc ici qu’un résumé. Johann Heribert Siegfried von Taufferer naquit en 1750 à Ljubljana, dans une famille qui figurait parmi les plus importantes de la noblesse de la Carniole. Il fit des études brillantes au Theresianum de Vienne et confirma ses capacités en gravissant rapidement les échelons durant ses quinze années de service dans l’administration de la Frontière militaire (1772-1787). Taufferer était un esprit inquiet et aventurier : il s’essaya entre autres dans le commerce du bois et dans la construction navale, et effectua même un séjour en prison dans les années 1780. En 1782 au plus tard, il adhéra à la franc-maçonnerie, ce dont il ne se cachait pas puisqu’il baptisa un de ses bateaux du nom de la loge principale de Vienne, et avant son départ de l’armée en 1787, qui suivit la faillite de son entreprise commerciale et navale, il voyagea beaucoup et étendit le cercle de ses relations. Les échecs ne le décourageaient point : en 1788, il revint vers l’armée autrichienne en proposant d’organiser une unité spéciale de volontaires pour la lutte contre les Ottomans et, avec plusieurs autres plans relatifs à l’intendance, il chercha à attirer l’attention des autorités militaires. Il finit par entreprendre durant l’été 1789 une nouvelle affaire concernant le Trésor de l’État qui se termina non seulement par une nouvelle faillite mais aussi par sa disgrâce. Pour fuir ses créanciers et la justice, il se retira à Venise où, dans les années 1789-1790, il noua des contacts avec les représentants de la diplomatie française. Selon Dana Zwitter-Tehovnik, il mit à profit ses conversations avec eux pour se familiariser avec les idées révolutionnaires françaises et acquit leur confiance, ce qui lui permit quatre ans plus tard d’entrer au service de la France4.

  • 5 Alfons Gspan, « Johann Siegfried Heribert von Taufferer », Slovenski biografski leksikon, vol. 3, L (...)
  • 6 D. Zwitter-Tehovnik, op. cit., p. 177.

3Vers la fin de l’année 1790, Taufferer se trouvait de nouveau à Vienne, les poches pleines de projets. Mais on n’avait pas encore oublié ses dettes envers le Trésor de l’État et, en janvier 1791, il fut emprisonné et ne réussit à se faire libérer qu’après trois mois de grève de la faim. Malgré son insolvabilité, il entreprit de nouvelles affaires qui finirent tout aussi mal. Il chercha alors un appui pour ses entreprises commerciales auprès du comte Cobenzl et de l’archevêque de Zagreb, Maksimiljan Vrhovec, mais, d’après l’historien de la littérature Alfons Gspan, il aurait été soupçonné par les autorités, à la suite d’une dénonciation, d’agitation « jacobine » et d’incitation ouverte au désordre durant l’été 17915. Après l’avènement de François Ier, la pression policière et politique s’aggravant, son mécontentement redoubla apparemment, et de l’automne 1793 jusqu’en avril 1794, il entretint à Vienne des contacts avec les Jacobins viennois, styriens et hongrois. On ne sait cependant rien de précis sur ses relations avec eux ou sur ses opinions. Il est certain en revanche que, en avril 1794, il quitta Vienne pour Ljubljana, où il essaya d’obtenir un passeport pour Venise. Le refus des autorités et la surveillance accrue de la police à son endroit le conduisirent à franchir la frontière sans documents valables. À Venise, il entra en contact avec le consul français qui l’invita à entrer au service de la France et l’envoya à Gênes. Il est prouvé qu’il avait déjà mentionné cette destination à ses amis viennois comme le but de son voyage et, d’après Dana Zwitter-Tehovnik, il est évident que son départ de Vienne était motivé par des raisons politiques. Cette hypothèse est confirmée par son comportement pendant l’année et demie suivante : il n’était plus question de projets industriels ou commerciaux. En se liant avec les Français, Taufferer entendait se consacrer entièrement à l’activité militaire et politique6.

4Le travail de Dana Zwitter-Tehovnik sur les activités de Taufferer au service de la France est surtout fondé sur des archives autrichiennes : des récits des espions autrichiens, des rapports militaires et policiers, et des témoignages personnels de Taufferer au cours de l’enquête et du procès de 1796. D’après ces sources, Taufferer se serait lié, sur la recommandation du consul français à Venise, avec le diplomate français à Gênes, Tilly, qui l’aurait envoyé à Nice, où le frère cadet de Maximilien Robespierre, Augustin (lui-même ou un de ses représentants), le nomma capitaine des états généraux à la représentation française de Gênes. Jusqu’à l’automne 1794, il effectua surtout des tâches de traduction, de conseil et de communication pour la représentation française à Gênes, et, en septembre 1794, il fut chargé par Tilly d’aller rencontrer près de Savone le général français Laharpe qu’il connaissait déjà, semble-t-il, depuis la guerre de succession austro-bavaroise (1778-1779). Ces retrouvailles furent apparemment chaleureuses, car Laharpe nomma peu après Taufferer son officier d’ordonnance et celui-ci aurait combattu jusqu’en août 1795 du côté français, se trouvant, d’après ses déclarations ultérieures, deux fois opposé aux troupes autrichiennes.

  • 7 A. Aulard, Collection des documents inédits sur l’Histoire de la France. Recueil des Actes du Comit (...)
  • 8 D. Zwitter-Tehovnik, op. cit., p. 190.

5Le 28 juillet 1795, il avait déjà adressé une lettre – ce que confirment des documents français cités par Dana Zwitter-Tehovnik7 – au commandant de l’armée française des Alpes et d’Italie, le général Kellermann, où il lui proposait de former un régiment de volontaires composé de déserteurs autrichiens, hongrois, croates et polonais placé sous sa direction, mais subordonné au haut commandement de Kellermann et subventionné par des marchands génois profrançais. L’idée de Taufferer était d’organiser une espèce de guérilla à l’aide d’actions rapides partant de l’arrière-pays qui « auraient fatigué l’adversaire » et incité ses soldats à déserter. Il appuyait ses plans sur sa connaissance du terrain et de l’organisation de l’armée autrichienne ainsi que sur sa maîtrise des langues, en ajoutant que, à la tête d’un tel régiment de volontaires, il aurait pu mieux servir sa nouvelle patrie, choisie par révolte contre la « tyrannie despotique ». Il paraît que la proposition de Taufferer plut à Kellermann, elle fut appuyée en outre par les deux « représentants du peuple » au sein de son état-major le 30 août 1975, le plan de Taufferer fut adopté par le Comité de salut public à Paris. Entre-temps, Taufferer était parvenu au grade de lieutenant-colonel de l’état-major. Il forma effectivement un régiment de 783 hommes – déserteurs de l’armée autrichienne – à la tête duquel il participa aux opérations militaires avant d’être pris par les Autrichiens en novembre 17958.

  • 9 Ibid., p. 190.
  • 10 E. Secrétan, Le général Amédée de La Harpe. Esquisse biographique, Lausanne, 1898. « Retouches à la (...)
  • 11 A. Aulard, op. cit., vol. 27, p. 1-2.
  • 12 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Paris, Correspondance politique, Gênes, n° 16 (...)
  • 13 Ibid. Correspondance politique, Gênes, n° 168, pièce 188.
  • 14 Fran Zwitter, « Francuske revolucionarne ideje u zapadnim jugoslovenskim zemljama u vreme francuske (...)

6Il est malheureusement impossible de compléter les sources autrichiennes à l’aide d’archives françaises ou bien par les récits de Taufferer lui-même concernant ses activités militaires et ses fonctions dans l’armée française – à l’exception de sa proposition de former un régiment de soldats volontaires. Taufferer n’apparaît pas dans les archives militaires de Vincennes comme officier de l’armée française9. Son nom n’est pas mentionné dans les rapports de l’armée des Alpes ou d’Italie pour mai et juin 1795, bien que ces rapports décrivent minutieusement la structure de l’état-major des régiments de Laharpe. Il est tout autant ignoré des biographes de Laharpe et des historiens militaires qui ont écrit sur les combats en Italie et sur la côte génoise dans les années 1794-179510. Or on ne peut douter du fait que les députés français à Gênes ainsi que l’état-major de Kellermann aient eu confiance en Taufferer, puisque, dans leurs correspondances avec Paris, les deux « représentants du peuple » auprès de l’état-major de l’armée des Alpes et d’Italie le jugent favorablement11, de même que les deux représentants français à Gênes, Tilly et Villars. Mais même dans cette correspondance-ci, on ne cite pas le grade militaire de Taufferer : en effet, pour les deux « représentants du peuple » auprès de Kellermann, Taufferer n’était qu’un « citoyen » ou un « fugitif autrichien » tandis que, pour Villars qui fit un rapport sur son emprisonnement en Autriche, il était simplement « commandant12 ». La seule confirmation du grade de capitaine de Taufferer qu’on puisse trouver dans les documents français, c’est sa propre signature sur le projet d’insurrection dans la Frontière militaire, qu’il paraphe « Siegfried, baron de Taufferer, ci-devant capitaine d’infanterie13 ». Comme il est peu probable que les sources autrichiennes soient complètement fausses (on ne doit pas oublier que, pendant tout le temps de son séjour à Gênes, il était sous la surveillance des espions autrichiens qui renseignaient assez exactement les autorités sur ses activités), on pourrait accepter l’hypothèse de Fran Zwitter selon laquelle les régiments de volontaires profrançais situés près de Gênes, tout en étant sous les ordres de Kellermann puis de Scherer, ne faisaient pas formellement partie des régiments réguliers de l’armée française14. Il est donc possible que Taufferer ait obtenu un grade lui permettant de recevoir un salaire et lui assurant une place dans la hiérarchie militaire sans pourtant avoir le statut d’officier de l’armée régulière. Ceci pourrait expliquer pourquoi il est absent des documents militaires français.

  • 15 Le plan de Taufferer est daté du 16 juin 1794, la lettre d’accompagnement de Tilly du 13 juillet de (...)
  • 16 D. Zwitter-Tehnovnik, op. cit., p. 218.
  • 17 Ibid., p. 179.
  • 18 AMAE, Correspondance politique, Gênes, n° 168, pièces 180-189.

7Comme il a déjà été dit, l’action la plus significative de Taufferer contre l’Autriche durant son séjour à Gênes fut son plan d’insurrection de la Frontière militaire, conçu à la mi-juin 179415 et qui, d’après ses prévisions, aurait pu s’étendre à la Croatie, à la Hongrie et à la partie autrichienne de la monarchie pour devenir une « révolution » antihabsbourgeoise généralisée. Le plan, qui aurait été rédigé en italien puis traduit en français par un citoyen slave de Venise, Lesković, fournisseur de vivres de l’armée française dans les Pyrénées, pour Augustin Robespierre, se présentait comme un encouragement au « révolutionnarisme de certaines provinces autrichiennes16 ». Taufferer envoya son projet en deux exemplaires, l’un à Tilly à Gênes et l’autre aux collaborateurs de Robespierre à Nice. Les espions autrichiens de Gênes étaient au courant de ce plan puisque l’agent secret autrichien Johann Corneil signala dès le 18 juillet 1794 son existence et ses objectifs au grand-duc de Toscane, ce que celui-ci s’empressa de transmettre à Vienne17. Suivirent deux autres « avis confidentiels » décrivant minutieusement les initiatives et les opinions subversives de Taufferer. Ainsi, dans l’historiographie, le plan « révolutionnaire » de Taufferer fut seulement connu jusqu’à tout récemment par les rapports des espions autrichiens ou par les déclarations que Taufferer fit lors de son procès. Mais j’ai eu la chance de trouver l’original (à moins qu’il ne s’agisse d’une copie manuscrite de celui-ci), accompagné d’une lettre adressée au commissaire des Affaires étrangères du gouvernement révolutionnaire Buchot, dans le fonds de la mission de Gênes aux archives du ministère français des Affaires étrangères18.

  • 19 Ibid., pièce 180.

8Effectivement, Tilly envoya le plan de Taufferer à Paris au milieu du mois de juillet 1794 ou un peu après, en le recommandant à Buchot pour une étude sérieuse. Selon Tilly, l’auteur du plan était « intelligent, éclairé et honnête », et, par conséquent, digne de confiance, et son plan devait intéresser non seulement les Français mais aussi les Ottomans puisqu’une insurrection dans la Frontière militaire autrichienne servait aussi leurs intérêts. En ce sens, il proposa aux autorités de Paris – au cas où elles se seraient décidées à donner suite à la proposition de Taufferer – de se mettre en contact avec Constantinople afin de convaincre les Ottomans que cette « entreprise était encore plus intéressante pour eux que pour nous » et de leur demander de financer sinon complètement (ce qui semblait excessif à Tilly), au moins en partie l’entreprise de Taufferer. D’après les notes marginales, on aurait reçu à Paris l’envoi de Tilly le 7 thermidor (25 juillet) 1794, c’est-à-dire deux jours avant la chute de Robespierre, et on en aurait envoyé pour examen plusieurs copies à différents services gouvernementaux. On en confirma la réception à Tilly le 11 thermidor (29 juillet)19. Le destin ultérieur du plan de Taufferer reste inconnu. En tout cas, il fut discuté par les services compétents du Comité de salut public, mais dans des conditions radicalement nouvelles à la suite du renversement de Robespierre.

  • 20 Ibid., pièces 181-185.
  • 21 Ibid., pièces 185-186.

9Le projet « révolutionnaire » que Tilly envoya à Paris est intitulé : « Moyens d’insurrection pour les Provinces annexées à la Hongrie et la Hongrie même ». Il comprend douze pages et demie, dont presque la moitié décrivent en détail l’organisation militaire de la Frontière et de ses généralats20. Taufferer mentionnait brièvement et d’une façon critique déjà dans cette première partie – immédiatement après l’introduction et l’énumération des provinces du côté autrichien et du côté ottoman – qu’à l’origine la Frontière militaire avait eu un régime civil qui fut ensuite transformé, « afin de soumettre la population au despotisme », en une administration militaire. Il présentait ensuite la structure administrative et militaire des généralats en citant des données sur la population, les conscrits et la composition des régiments. En décrivant le « généralat de Karlovac et Varaždin » et la « principauté de Transylvanie », il signalait, entre autres, les appartenances ethniques et religieuses de la population. Il rapportait que les habitants de la première région étaient des « immigrés de la Bosnie, Serbie et Moldavie qui avaient fait bail à ferme ou avaient acheté des fermes et avaient labouré les friches depuis un certain temps en s’obligeant à défendre la frontière contre les Turcs », et que dans le deuxième cas les habitants étaient des « Hongrois, des Szeklers valaches, et des Arméniens » dont chacun avait ses lois mais toutes « contraires au système autrichien ». Il ne parlait des rapports difficiles entre les « États » qu’en rapport avec la situation dans les « comitats » de Zagreb, Graz et Varaždin : là, les propriétés foncières appartenaient « à l’aristocratie et au clergé qui ne payent rien », et tout le fardeau des impôts retombait sur le « tiers état ». Ces trois « comitats » et le « gubernium de Rijeka » (Fiume), tout en devant fournir à l’armée de la Frontière militaire des recrues, n’étaient pas armés, car les autorités – pour mieux les maîtriser – leur avaient pris même les fusils de chasse21. D’après Taufferer, ce n’était pas la seule et surtout pas la cause majeure du mécontentement des habitants de la Frontière militaire envers le gouvernement autrichien. La cause principale de leur opposition grandissante aux Habsbourg résidait dans l’abolition graduelle de l’autonomie de la Frontière et le fait qu’on ne respectait point leurs droits traditionnels tandis que leur situation matérielle devenait de plus en plus difficile.

10Pour continuer, Taufferer citait dans son exposé sur la situation dans la Frontière militaire quelques-unes des doléances de ses habitants contre les réformes administratives et militaires qui au cours du xviiie siècle avaient fait d’eux une armée ordinaire, bon marché et utilisable sur les différent fronts européens. Il signalait à ce sujet que les habitants de la Frontière continuaient à s’opposer avec ténacité à être impliqués dans des conflits extérieurs à la Frontière militaire, quelques-uns étaient revenus de leur propre chef de la guerre contre la Prusse en 1756 – quoique « certains de leurs officiers fussent des Allemands »– mais les commandants autrichiens avaient toujours su les calmer et les préparer pour de nouveaux combats par des « ruses et des promesses, des menaces et l’austérité ». Mais les autorités ne tenaient pas leurs promesses, au contraire, elles aggravaient la condition des habitants de la Frontière par de nouveaux décrets et mesures. La soumission de la Frontière militaire à une discipline militaire rigoureuse et unitaire, la dispersion des Valaques, le passage de leurs terres dans les mains des Allemands, des Croates et apparemment aussi de colons venant de Lorraine ainsi que les mesures cruelles contre les révoltés de Transylvanie prises par l’inspecteur principal de l’armée, le général Šišković – tout cela, avec le fardeau croissant des impôts, la corvée et l’introduction d’uniformes identiques à ceux de l’armée ordinaire, contribua d’après Taufferer à approfondir les conflits et à renforcer l’opposition des habitants de la Frontière face aux autorités autrichiennes. Taufferer critiquait surtout Marie-Thérèse et Joseph II. Tandis que Marie-Thérèse aurait forcé la population de la Frontière à adopter le catholicisme, ce que certains refusèrent en émigrant, Joseph II les aurait maltraités lors de la guerre contre la Prusse au début des années 1770 et plus encore après 1780, alors qu’il « était en train de se décider pour une nouvelle guerre contre l’Empire ottoman ». Lors de cette guerre, le mécontentement dans la Frontière militaire aurait atteint son paroxysme. Les troupes autrichiennes venant de Croatie, d’après Taufferer, auraient traité les soldats croates comme s’il s’agissait de Turcs, ce qui aurait causé de grandes pertes aux unités militaires de la Frontière, et poussé ces dernières à la désobéissance.

  • 22 Ibid., pièce 186.

11Taufferer pensait que la France devrait profiter de cette situation. Il se proposa donc d’organiser avec les récalcitrants de la Frontière et avec les mécontents de Croatie et de Slavonie la « révolution la plus terrible », qui n’aurait été que le commencement d’une grande insurrection contre les Habsbourg. Le moment était propice : aux alentours des forteresses où l’insurrection devait commencer, il n’y avait plus de troupes autrichiennes susceptibles de soumettre les « nationaux », lesquels étaient en outre mécontents de ne pas avoir reçu de salaire depuis onze mois. Taufferer lui-même – en tant qu’organisateur de l’insurrection – aurait joui d’un très grand respect dans les territoires de la Frontière, ce qui n’était pas seulement le résultat de son service militaire de dix-huit ans mais aussi de la parenté de sa femme avec le comte Nadasoly, « vice-roi croate aimé par toute la nation22 ».

  • 23 Ibid., pièce 187.

12L’exemplaire conservé du plan de Taufferer prouve que celui-ci s’imaginait la préparation et l’organisation de cette « révolution » dans la Frontière militaire effectivement de la même manière que les espions autrichiens, ce qu’il confirma lors du procès. Il proposait au Comité de salut public de partir accompagné de « deux citoyens » jouissant de la confiance du Comité et parlant des « langues étrangères », notamment l’allemand et l’italien, en direction de la Frontière militaire sous prétexte de faire le commerce du bois avec l’Espagne et de lier des contacts avec les « Mécontents » ainsi qu’avec les commandants des forteresses de Novi, Dubica et Brebir que les Autrichiens, après la paix de Svištov en 1791, n’avaient pas rendues aux Turcs. Selon ses dires, les commandants des deux premières forteresses avaient été ses élèves et servi pendant un certain temps sous son commandement tout en ayant des « bons principes », ce qu’il avait vérifié en personne avant de quitter l’Autriche. Le commandant de la forteresse de Brebir aurait été un ivrogne qu’il ne serait pas difficile de convaincre et dont on pourrait ensuite se débarrasser aisément. D’après Taufferer, la « prise » des trois forteresses et de leurs magasins rendrait les insurgés « maîtres de la Croatie entière » à l’exception de Karlovac, « petite forteresse et un vrai trou », où toutes les maisons étaient en bois et que l’on pouvait brûler tout simplement si elle ne se rendait pas23.

  • 24 Ibid.

13L’étape suivante était Zagreb : là on convoquerait la Diète, qui se proclamerait libre et indépendante de la « maison [despotique] autrichienne ». La Croatie serait fortifiée et servirait de point de départ pour des incursions en Styrie et en Carniole, visant à couper les voies de communication allant de Trieste vers l’Allemagne. Ensuite, on armerait la Hongrie qui aurait au préalable refusé son aide à l’Autriche. Vienne serait ainsi privée de ravitaillement et l’étincelle de l’insurrection embraserait l’Autriche. Un soulèvement en Pologne, des désordres en Silésie et « notre propre exemple » finiraient par encourager les « Mécontents » tchèques à s’insurger à leur tour. Taufferer pensait qu’il y avait suffisamment d’armes, de munitions et de vivres dans la Frontière militaire pour réaliser son plan tel qu’il se le représentait, d’autant que les habitants de la Frontière étaient déjà armés. L’aristocratie n’était pas à craindre, car elle ne disposait pas de moyens suffisamment importants et était de surcroît « très ignorante ». D’ailleurs, la « nation illyrienne » était considérée comme pas très éclairée, mais en revanche « peu corrompue » et « sobre et combative ». Pour commencer, il s’agissait de trouver des fonds. On sait que Taufferer, pour la préparation et la réalisation de cette entreprise, demanda aux autorités françaises trois millions de florins24.

  • 25 Ibid., pièce 189.

14Taufferer se rendait vraisemblablement compte que son plan pouvait paraître trop fantasque aux comités compétents de Paris et aux spécialistes militaires français qui devaient en juger, car il écrivit : « Ce plan paraîtra trop risqué à ceux qui ne connaissent pas le pays comme moi. » Il souligna donc qu’il avait échafaudé ce plan « dès le commencement de la Révolution française » et qu’il avait traversé entre temps plusieurs fois le pays, trouvant partout la « disposition » pour réaliser son idée : « La jeunesse surtout est pour la liberté et l’égalité. »« La Révolution dans un pays qui n’est pratiquement qu’une rue sans issue de l’Europe » ne semblerait au début qu’une petite insurrection ne méritant point l’attention des ministres. Selon Taufferer, ces derniers ne connaissaient la Frontière militaire que sur le papier, car dans le Conseil de la guerre il n’y avait pas de représentants de la « nation ». Mais les officiers talentueux, se trouvant presque tous sur les champs de bataille, seraient d’accord avec Taufferer et leur retour de la guerre ne pouvait que favoriser la « révolution ». « Tel que puisse être le résultat de notre plan, il produira pour la France une grande diversion, constatait-il dans la dernière partie de son projet. Et nous, une fois embarqués dans cette entreprise, nous tâcherons de nous tirer d’affaire pour le bien de notre patrie. » La date figurant à la fin du texte nous permet de conclure que le plan de Taufferer a été terminé le 16 juin 1794 à Gênes. On y a ajouté un post-scriptum, écrit d’une autre main et daté du 15 juillet 1794, mais signé par Taufferer. Il est probable que cet additif a été fait sur l’initiative de Tilly, car il mentionne deux voies permettant d’entretenir une liaison postale entre la France et Constantinople : la première allant de Venise par Dubrovnik (Raguse) à travers la Bosnie jusqu’à la capitale ottomane, et la seconde bifurquant au niveau de Senj (Zengg) vers Banja Luka pour se diriger à travers Travnik vers l’est et vers le Bosphore. À propos de ces deux trajets, Taufferer indiqua qu’il avait déjà parlé des frais d’entretien de la liaison postale suivant la première voie en 1790 à Venise au consul français à Šibenik, Zuccatti, et que celui-ci avait affirmé que les Français pourraient l’utiliser à moitié prix des Espagnols qui s’en servaient déjà, tandis que par la seconde voie « le courrier pourrait arriver de Senj à Constantinople en quinze jours25 ».

  • 26 D. Zwitter-Tehovnik, op. cit., p. 218.

15 Après avoir été capturé par les Autrichiens, Taufferer déclara qu’il ne prenait pas au sérieux ce plan et qu’il voulait seulement gagner la faveur du Comité de salut public, que toute la conception n’était qu’un « prétexte » et une « simple vantardise26 ». Le texte du plan est néanmoins très concret et sans forfanterie, et il faut voir dans cette déclaration la défense de Taufferer. Il est vraisemblable que le plan de Taufferer a été considéré assez sérieusement à Gênes ainsi qu’à Paris et à Vienne. On en veut pour preuve la lettre d’accompagnement de Tilly à Buchot, la décision du Comité de Paris d’envoyer le plan pour examen aux services gouvernementaux ainsi que l’intérêt de la police autrichienne pour les activités de Taufferer au service des Français.

  • 27 AMAE, Correspondance politique, Gênes, n° 169, 1794-1795, pièce 346.

16Taufferer était-il vraiment « jacobin », quelles étaient ses convictions politiques et son opinion sur le gouvernement révolutionnaire de Paris, enfin quelles étaient ses idées sur une possible constitution d’une monarchie autrichienne « postrévolutionnaire » ? Il n’en est pas question dans son projet, où il ne fait que critiquer le despotisme des Habsbourg en exprimant ses sympathies pour les devises révolutionnaires françaises. De même, il n’existe aucune source faisant état de ses opinions sur les événements survenus à Paris ainsi que sur la politique des Montagnards. Il semblerait qu’à Gênes – malgré ses contacts avec Tilly et Robespierre cadet – il n’était pas considéré comme un militant de la République jacobine, sinon il n’aurait pas joui de la confiance des députés français après la chute de Robespierre. Après les événements de thermidor, sa position ne subit en effet aucun bouleversement. Le nouveau député français Villars, qui sur l’ordre des nouvelles autorités remplaça dès l’automne 1794 le protecteur de Taufferer, Tilly, semble être, dans sa correspondance avec le « Jacobin » de la Carniole après son emprisonnement en Autriche, aussi favorable que son prédécesseur27.

  • 28 Ibid., pièces 346-355.
  • 29 Ibid., pièces 352-353.

17Villars envoya le 23 novembre 1795 à Paris un rapport sur l’action militaire contre la citadelle austro-sarde de Voltra, organisée et dirigée par le général français Scherer le 10 novembre, qui se traduisit deux jours plus tard par la capture de Taufferer par les Autrichiens. Dans la lettre d’accompagnement, il signalait avec sympathie et regret le sort du « commandant malheureux » en ajoutant un exposé détaillé des événements28. Cet exposé – à quelques détails près – confirme la description faite par Taufferer lui-même de sa dernière action au service des Français et que Dana Zwitter-Tehovnik présente dans son livre. On peut aussi déduire du courrier de Villars qu’au moment où il fut pris par les soldats autrichiens, Taufferer avait sur lui les « ordres du commandant en chef » qui auraient permis à l’ennemi de connaître les plans français en vue d’attaques « de derrière », tandis que d’autres documents inclus illustraient le mécontentement d’une partie de la bourgeoisie génoise à cause des opérations militaires sur leur territoire théoriquement neutre29.

  • 30 D. Zwitter-Tehovnik, op. oit., p. 243.

18 On sait que Taufferer fut emmené d’abord à Savone et, de là, à Milan, puis à Vienne. Le général français Scherer aurait réclamé qu’on rendît l’officier français, mais les Autrichiens le traitèrent d’emblée comme un déserteur et un traître. L’instruction dans sa phase finale fut guidée par le président du Conseil de la guerre, le comte Wallis, mais les organes militaires et la police y prirent également part, en essayant d’obtenir de Taufferer des renseignements sur ses complices autrichiens, mais en vain. Il fut en définitive condamné pour les indélicatesses financières commises avant son départ pour l’Italie ainsi que pour son « plan subversif » et pour son entrée dans l’armée française. Il fut exécuté comme traître à la patrie par pendaison, le 24 mai 1796 à Vienne, et le jour suivant son nom fut rayé du registre de la noblesse de la province de Carniole30.

19L’apport des sources françaises résumées dans cette contribution ne change pas fondamentalement l’image issue des travaux de Dana Zwitter-Tehovnik. Dans son livre déjà, le « Jacobin » de la Carniole, Siegfried von Taufferer, est décrit comme un officier de la Frontière militaire éclairé et mécontent du système des Habsbourg, qui hormis ses nombreux projets et initiatives économiques et militaires mena sans succès diverses entreprises plus ou moins risquées, et ne réussit point – au moins d’après les données dont on dispose aujourd’hui – à formuler ses buts politiques. Le plan de Taufferer d’une « révolution dans la monarchie des Habsbourg », tel qu’il apparaît dans le texte conservé dans les archives du ministère des Affaires étrangères français, est avant tout un plan d’insurrection militaire justifié par le mécontentement des habitants de la Frontière militaire. C’est dans ce cadre précis et dans l’atmosphère qui régnait alors au sein de l’aristocratie croate et hongroise, particulièrement sensible aux idées des Lumières et maçonniques, ainsi que dans la Frontière militaire, qu’il faut essayer de comprendre les idées « révolutionnaires » de Taufferer.

  • 31 Voir, par exemple, Grab Walter, « Zur Définition des mitteleuropäischen Jakobinismus », Busch Otto- (...)

20La littérature historiographique sur le « jacobinisme mitteleuropéen » au xviiie siècle est aujourd’hui assez abondante et s’intéresse surtout aux problèmes que ce terme pose aux historiens lorsqu’ils cherchent à cerner les sympathisants des Lumières dans la monarchie des Habsbourg et les États allemands durant les phases successives de la Révolution française31. On considérait d’un côté, au lendemain de 1789-1790, comme « Jacobins » autrichiens les déçus des réformes de Joseph II et des projets léopoldiens qui auraient voulu voir poursuivie la politique réformatrice de l’absolutisme éclairé, et, de l’autre côté, surtout après 1792 et l’avènement de François Ier, les adversaires de la pression policière et politique qui commencèrent à se rapprocher des idées plus démocratiques d’inspiration française. Il serait difficile de rattacher Taufferer à l’un de ces groupes. On ne peut en effet le qualifier de « Jacobin » qu’avec réserve, en accord avec la signification que donnaient alors de ce terme la politique et le « public » autrichiens. Il reste en tout cas que Taufferer fut un adversaire déclaré du régime des Habsbourg et un ami de la France révolutionnaire qui Jusqu’à la fin de ses jours – même au prix de sa propre vie – ne renonça point à ses convictions.

Notes

1 France Kidrič, Zgodovina slovenskega slovstva (Histoire de la littérature slovène), Ljubljana p. 259 ; du même auteur, « Slovenci in Velika revolucija » (Les Slovènes et la grande Révolution), Ljubljanski zvon, LIX, 1939, p. 320. Également, « Janez Kupertin Naveršnik », Slovenski biografski leksikon (Encyclopédie biographique slovène), vol. 2, Ljubljana, 1933-1952, p. 193.

2 F. Kidrič, Slovenski biografski leksikon, vol. 2, p. 139.

3 Dana Zwitter-Tehovnik, Wirkungen der Französischen Revolution in Krain, Verôffentlichungen des historischen Instituts der Universität Salzburg, Vienne-Salzbourg, 1975.

4 D. Zwitter-Tehovnik, op. cit., p. 162.

5 Alfons Gspan, « Johann Siegfried Heribert von Taufferer », Slovenski biografski leksikon, vol. 3, Ljubljana, 1980, p. 22-23.

6 D. Zwitter-Tehovnik, op. cit., p. 177.

7 A. Aulard, Collection des documents inédits sur l’Histoire de la France. Recueil des Actes du Comité de salut public, vol. 26, Paris, 1923, p. 555, et vol. 27, Paris, 1923, p. 1-2.

8 D. Zwitter-Tehovnik, op. cit., p. 190.

9 Ibid., p. 190.

10 E. Secrétan, Le général Amédée de La Harpe. Esquisse biographique, Lausanne, 1898. « Retouches à la biographie de Laharpe », Revue vaudoise d’histoire et d’archéologie, LXVIII, Lausanne, p. 115 et suiv. Campagnes dans les Alpes pendant la Révolution d’après les archives des états-majors austrosardes par M.M. Léonce Krebs et Henri Moris, vol. 2, Paris, 1895.

11 A. Aulard, op. cit., vol. 27, p. 1-2.

12 Archives du ministère des Affaires étrangères (AMAE), Paris, Correspondance politique, Gênes, n° 169, 1794-1795, pièce 346.

13 Ibid. Correspondance politique, Gênes, n° 168, pièce 188.

14 Fran Zwitter, « Francuske revolucionarne ideje u zapadnim jugoslovenskim zemljama u vreme francuske revolucije i Napoleona » (Les idées révolutionaires françaises dans les pays yougoslaves de l’Ouest à l’époque de la Révolution française et de Napoléon), Zbornik, Jugo-slovenske zemlje i Rusija za vreme prvog srbskog ustanka, Naucni akupovi Srbske akademije nauka i umjetnosti knj. XVII, Odjelenje istoijskih nauka knj. 4, Belgrade, 1983, p. 80.

15 Le plan de Taufferer est daté du 16 juin 1794, la lettre d’accompagnement de Tilly du 13 juillet de la même année, tandis que la note au plan rédigée par Taufferer porte la date du 15 juillet.

16 D. Zwitter-Tehnovnik, op. cit., p. 218.

17 Ibid., p. 179.

18 AMAE, Correspondance politique, Gênes, n° 168, pièces 180-189.

19 Ibid., pièce 180.

20 Ibid., pièces 181-185.

21 Ibid., pièces 185-186.

22 Ibid., pièce 186.

23 Ibid., pièce 187.

24 Ibid.

25 Ibid., pièce 189.

26 D. Zwitter-Tehovnik, op. cit., p. 218.

27 AMAE, Correspondance politique, Gênes, n° 169, 1794-1795, pièce 346.

28 Ibid., pièces 346-355.

29 Ibid., pièces 352-353.

30 D. Zwitter-Tehovnik, op. oit., p. 243.

31 Voir, par exemple, Grab Walter, « Zur Définition des mitteleuropäischen Jakobinismus », Busch Otto-Grab Walter (dir.), Die demokratische Bewegung in Mitteleuropa von ausgehenden 18. und frühen 19. Jahrhundert, Einzelveröffentlichungen der historischen Kommission zu Berlin, vol. 29, Berlin, 1980, p. 3-22.

Auteur

Institut d’histoire contemporaine, Ljubljana.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search