Version classiqueVersion mobile

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Conclusion

Provinces Unies ou Nation argentine ?

Texte intégral

1La Révolution de Mai se caractérise essentiellement, du point de vue politique, par une tension permanente entre autorité et souveraineté. L’exercice du pouvoir, assumé par des acteurs à la légitimité incertaine, impose à ses détenteurs de conserver ou de recréer les liens existant entre les différentes cités. Dans le sens inverse, la rétrocession de la souveraineté aux pueblos suscite des espoirs et des luttes pour que celle-ci leur soit reconnue en droit, ce qui oblige le pouvoir à d’incessants compromis. Cette double exigence contribue à retisser sans cesse les liens entre le sommet et la base du pouvoir, entre les cités et le gouvernement, mais aussi, au sein des provinces, entre les autorités et la population. Dans ce contexte, les formes diverses de la représentation politique apparaissent comme autant de moyens qu’ont les acteurs de se mettre en relation, de renégocier leurs adhésions, d’exalter leur cohésion. Cette première décennie peut donc être lue selon quatre axes principaux : aux efforts de Buenos Aires pour s’imposer comme « tête » légitime s’opposent les tentatives des cités pour que la rétrocession de la souveraineté devienne effective, le tout favorisant le développement d’une représentation politique multiforme, principal recours envisagé contre la fragmentation de la souveraineté.

Buenos Aires tente de s’imposer comme « tête »

2Ayant acquis une prééminence économique et symbolique durant les années précédant la Révolution, à la faveur des réformes bourboniennes et des invasions anglaises, Buenos Aires parvient en 1 810 à s’imposer comme « tête » légitime du royaume. Agissant en lieu et place du vice-roi, la Junte constituée en son sein assume la fonction de représentant du monarque. À cet égard, l’élimination du gouverneur de Córdoba en août 1 810 marque la levée définitive de l’hypothèque loyaliste dans la région. Le Rio de la Plata demeure durant toute la période la seule région de l’Amérique hispanique totalement autonome par rapport à la péninsule, ne connaissant ni le maintien des fonctionnaires royaux – comme au Mexique et au Pérou – ni les revers d’une expédition de reconquête – comme au Venezuela ou au Chili. Ce transfert de légitimité s’opère principalement par le biais des armes et du discours : les notables des cités acceptent de reconnaître la Junte comme gouvernement légitime et d’obéir aux décisions des autorités, auxquelles elles se sentent subordonnées. La Junte de Mai parvient ainsi à s’appuyer sur la double hiérarchie de l’ordre administratif, hérité de la Couronne, et de l’obédience traditionnelle des cités envers la capitale, obédience qui représente l’un des traits marquants de la culture des élites locales, à l’instar de la loyauté vassalique dont la Junte bénéficie également en se proclamant « conservatrice des droits de Ferdinand VII ».

3Néanmoins, ce type de légitimation s’épuise vite devant les visées révolutionnaires des nouveaux dirigeants, notamment celles des radicaux regroupés dans la Société patriotique et la Loge Lautaro. Ceux-ci perpétuent le projet initié par Moreno en 1 810 : contrôler l’information et modeler une « opinion publique » conforme à leurs velléités rénovatrices. À partir de 1812, cette logique les amène à considérer les représentants des cités comme un « vice-peuple », agissant en lieu et place des citoyens et donnant une ligne directrice au mouvement révolutionnaire. C’est cette conception très jacobine de la représentation – c’est-à-dire sa mise au service d’un projet de transformation de la société – qui est à l’œuvre dans l’Assemblée générale constituante de 1813, laquelle a pour fonction d’énoncer l’intérêt général tout en créant celui-ci de toutes pièces. Cette assemblée mène effectivement à bien les principales réformes juridiques et sociales de la Révolution : par ce début d’institutionnalisation, il s’agit de mettre un terme aux journées d’émeutes et au désordre social. Par ce biais, dirigeants et députés limitent la révolution à une refonte des assises juridiques de la société, afin de rendre celle-ci conforme aux principes du libéralisme politique.

4La promotion du patriotisme dès 1811 s’inscrit dans cette quête de légitimité et d’adhésion inconditionnelle de la part des nouveaux dirigeants. En étroite corrélation avec la guerre, cette culture patriotique, qui passe par une mise en scène de la communauté à travers les cérémonies et les discours, représente un formidable instrument de contrôle social. Plus avant, elle joue le rôle d’un substitut de la représentation politique en ce qu’elle raffermit l’obédience vis-à-vis du pouvoir central, qui dirige la guerre et renforce ainsi sa légitimité. Le patriotisme révolutionnaire, qui est l’une des grandes nouveautés de la période, constitue ainsi, à côté de la représentation, un lien d’une importance capitale entre les cités et le gouvernement. Celui-ci tient bien en mains ce processus, créant de toutes pièces un rituel patriotique – sous la forme de symboles, d’emblèmes, de fêtes – et définissant avec soin les qualités du patriote. Il se crée ainsi une communauté d’un genre nouveau, fondée sur des critères abstraits et énoncés par le pouvoir central. En moins de deux ans, on passe donc d’un patriotisme de vassaux à un patriotisme révolutionnaire ou « national ». Cette évolution accompagne naturellement celle de l’idée de patrie, qui, de la Monarchie espagnole, se restreint progressivement à l’Amérique.

5L’importance du patriotisme comme fondement du nouveau régime explique la violence dont les dirigeants font preuve vis-à-vis d’Artigas, lorsque celui-ci commence à affirmer son autonomie à partir de 1811. Incarnation du patriotisme « américain » face aux Espagnols et aux Portugais, porteur d’un projet révolutionnaire propre, celui-ci apparaît comme le concurrent le plus sérieux à la primauté souhaitée par Buenos Aires. Parce qu’il prend parti pour la souveraineté des cités, contrevenant au principe d’une direction unique et centralisée du mouvement, le caudillo de la Bande orientale est présenté sous les traits du corrupteur absolu. Selon la conception organique du corps politique qui est celle des acteurs, il ne saurait en effet n’y avoir qu’une seule « tête » pour conduire la révolution : entre les dirigeants de Buenos Aires et Artigas, c’est donc une lutte à mort qui s’engage. De fait, ce sont bien les rapports verticaux entre Buenos Aires et les cités qui sont remis en cause par les propositions, et bientôt les interventions armées d’Artigas, qui devient en 1814 le « Protecteur des peuples libres », c’est-à-dire des cités autonomes.

6En 1815, un premier glissement s’opère de la capitale vers les cités, en termes de légitimité et d’autorité. L’armée de Buenos Aires, présente dans les journées de 1810, réaffirme son rôle en 1815 en donnant à son action une ampleur délibérément « nationale » : Álvarez Thomas n’ignore pas que le mouvement de Fontezuelas, en mettant à bas le régime d’Alvear, aura des incidences sur l’avenir politique des Provinces Unies. Second point de ressemblance entre 1 810 et 1815 : le cabildo de Buenos Aires récupère provisoirement le pouvoir déchu et, s’instaurant comme « tête » temporaire, renoue un pacte avec les cités en leur proposant une adhésion suivie de la convocation d’un congrès. Assortie de garanties plus sérieuses qu’en 1810, la formule est une nouvelle fois couronnée de succès. Le Statut provisoire de 1815 traduit nettement une redéfinition des liens entre Buenos Aires et les provinces, sur une base plus égalitaire. Cette orientation trouve son aboutissement dans le congrès de Tucumán. Mais s’il constitue une véritable réponse à la crise, celui-ci ne modifie en rien la conception de l’organisation politique. Il n’est d’ailleurs pas perçu comme une nouveauté radicale mais comme un moyen, plus efficace que le précédent, de conjuguer l’idéal d’union et d’autonomie. Loin de représenter une table rase, le Congrès remplace Buenos Aires comme tête de l’ensemble et maintient la pyramide des obédiences par la pratique de l’arbitrage. Dès lors, la représentation est adaptée aux besoins de la cause : ce rôle de tête, qui réclame une parfaite cohésion, explique les pratiques d’auto-épuration constatées en son sein. Après le transfert du Congrès à Buenos Aires, le régime connaît une nouvelle phase de centralisme. À nouveau identifié aux élites de la capitale, le pouvoir central tente de reprendre le contrôle du mouvement révolutionnaire par le biais du patriotisme. L’expédition de San Martin donne le signal d’un ralliement des provinces au centralisme, par la nomination de gouverneurs ad hoc et le jeu des factions locales. Toutefois, la guerre du Littoral épuise rapidement cette prétention de Buenos Aires à l’hégémonie. De son côté, la Constitution de 1819 s’efforce de traduire sur le plan institutionnel l’option centraliste du gouvernement, entendue comme la domination de Buenos Aires sur l’ensemble. Toutefois, au moment où elle est promulguée, ni le pouvoir ni la cité auquel il s’identifie n’ont plus les moyens de jouer le rôle de « tête ».

7L’aboutissement du processus entraîne la « décapitation » de Buenos Aires en 1820. En lieu et place de Buenos Aires et de la Junte se trouvent l’Armée du Nord et la cité de Córdoba, unies sous la houlette de Bustos. La promotion du fédéralisme par ce dernier n’efface en rien la nécessité de donner une tête à l’union : le congrès qu’il s’efforce de réunir est perçu comme le complément indispensable des indépendances provinciales et prétend remplacer les liens d’obédience qui unissaient jusqu’alors les cités à la capitale. Si cette décennie révolutionnaire se caractérise donc par un glissement du centre de gravité de Buenos Aires vers l’intérieur, la nature même de cette organisation politique n’est pas modifiée dans son essence : elle continue d’être pensée en termes de liens, de pactes passés entre des pueblos.

La lutte des cités pour l’autonomie

8Les efforts des cités pour obtenir l’égalité de condition et l’autonomie de gouvernement constituent la seconde force à l’œuvre dans la période. La rétrocession de la souveraineté aux pueblos, en 1810, modifie en profondeur le statut des cités, qui s’affirment comme des acteurs politiques de premier plan. Dès lors, leur adhésion aux projets de la « tête » et leur propre capacité d’initiative politique font partie intégrante de la dynamique révolutionnaire. Ce changement de statut est perceptible à travers plusieurs indices. Tout d’abord, la recomposition des dynamiques locales en fonction des événements révolutionnaires : on a vu comment ces communautés profitaient des possibilités qu’offrait le nouveau pouvoir, notamment en termes de postes, tout en préservant leur équilibre interne. En second lieu, leur attitude par rapport au pouvoir central prend l’allure, dès 1810, d’une adhésion sous conditions. Les revendications de certaines municipalités au cours de l’année 1811, l’attitude face à Artigas et les sécessions éphémères de 1815, la proclamation simultanée des indépendances en 1819-1820 sont autant de signes d’une affirmation active de leur volonté d’autonomie. Celle-ci n’est toutefois jamais conçue comme un repli : le compromis de Díaz, en 1815, est compris comme une « indépendance dans l’union ». Díaz ne cherche pas à affirmer une souveraineté pleine et entière, pas plus qu’il ne remet en cause l’appartenance à un espace politique plus large. En continuant à participer à la guerre, tout en se situant à mi-chemin entre Buenos Aires et Artigas, Díaz protège l’autonomie de sa province par une série d’adhésions négociées.

9Quoique spectaculaires, les épisodes sécessionnistes ne constituent pas le trait essentiel de la dynamique des pueblos. Beaucoup plus significatif est le poids de la guerre et des moyens d’actions qu’elle confère aux élites de l’intérieur. Du point de vue matériel, l’organisation du conflit sur une vaste échelle amène, dès 1812, la création de liens transversaux entre les provinces, en même temps qu’elle les dote de facultés essentielles en matière de contrôle de leur population, de leur territoire et de leurs ressources. Si elles restent dépendantes du pouvoir central, ces facultés sont en grande partie déléguées aux agents de ce dernier ou aux autorités locales, qui acquièrent ainsi un pouvoir non négligeable : nous songeons particulièrement aux contributions financières et matérielles, ainsi qu’aux levées de troupes réalisées par les municipalités et les chefs de guerre locaux. Les répercussions sont immenses sur l’affirmation des identités provinciales : ces opérations permettent de mobiliser les ressources, de rapprocher la ville et la campagne, de donner à l’élément militaire une place essentielle dans le jeu politique local. En conséquence, la concurrence entre les provinces et le pouvoir central devient de plus en plus aiguë au fil des années, notamment en ce qui concerne la conduite de la guerre et le contrôle des ressources financières. L’affirmation des identités provinciales se situe également au niveau symbolique, par la promotion d’un patriotisme américain lié à la lutte contre les loyalistes. Les cités s’approprient avec une remarquable rapidité des éléments de ce patriotisme révolutionnaire, notamment à travers les cérémonies. L’investissement dans ces nouveaux codes de valeurs leur permet en effet de rivaliser de prestige et d’affirmer leurs qualités – entendues au sens de privilèges – beaucoup plus efficacement que ne le fait l’octroi de la représentation politique. La gloire militaire devient le plus sûr moyen de célébrer sa propre cohésion et d’oser affirmer son autonomie : c’est ce que montrent les exemples de Tucumán en 1812-1813 et de Mendoza en 1817-1818.

10Ce parti-pris ostentatoire n’entrave pourtant pas le développement d’une solidarité horizontale entre les provinces, conscientes qu’elles doivent s’unir pour remporter la victoire. Les liens transversaux qui unissent chaque cité aux autres et aux armées, grâce à l’action des gouverneurs et des chefs militaires, révèlent tout leur potentiel politique en 1815. À partir de cette date, se sentant liées par autre chose que leur commune allégeance à Buenos Aires, qu’elles remettent en question, elles entendent se constituer sur d’autres bases. Ce mouvement, encore à l’état de gestation en 1815, s’affirme avec force en 1820-1821. Entre ces deux dates, la maturation du processus provient du déplacement des fronts de lutte et de l’épicentre du patriotisme. La liaison privilégiée entre Buenos Aires et le Nord-Ouest s’atténue après Sipe Sipe, tandis que se renforcent les échanges entre ce front et celui des Andes. Une véritable fracture s’opère alors entre les cités andines et le Littoral, les premières devenant en quelque sorte le conservatoire du patriotisme « américain », incarné par les victoires de San Martin. Au niveau politique, celles-ci provoquent ce que les institutions échouent à susciter : un enthousiasme collectif, générateur d’unité, qui amène les chefs militaires à concurrencer sérieusement les civils en termes de légitimité. Cette logique, et la position stratégique de Córdoba, située sur la ligne de faille, expliquent le rôle-clé que jouent cette cité et son chef dans les événements de 1820-1821.

11À cette date, le ralliement général au « fédéralisme » marque le triomphe théorique de l’égalité de condition entre les cités. On peut y lire la mise en actes de la rétrocession de la souveraineté, promesse qui a mis dix ans à s’accomplir. Toutefois, le mouvement qui aboutit aux indépendances provinciales n’est en rien porteur d’une démocratie sociale, comme l’ont affirmé les historiens qui ont vu dans les événements de 1820 l’accession au pouvoir du « peuple ». Contrairement au cas français, le processus révolutionnaire que nous avons étudié ne s’exprime pas en termes de démocratisation, mais en termes de décentralisation. Ce n’est pas « le peuple », mais les pueblos qui aspirent à exercer le pouvoir. Cette conception plurielle de la Nation, qui s’affirme en 1820 avec la reconstitution immédiate de réseaux transversaux, est opposée dès l’origine à la version centraliste et unitaire majoritairement partagée par les élites de Buenos Aires.

Les formes hybrides de la représentation politique

  • 1 Cf. E. O. Acevedo, « Investigaciones sobre el cabildo mendocino en la época independiente », Revist (...)

12La mise en place d’une représentation des pueblos a une vocation contradictoire : symbole de la rétrocession de la souveraineté aux cités, elle est aussi l’instrument qu’utilise le pouvoir révolutionnaire pour maintenir un lien avec elles et tenter d’endiguer la fragmentation de la souveraineté. La période révolutionnaire se caractérise par la multiplicité des formes de la représentation, reflet de la pluralité de la société. Tout au long de la décennie, les cabildos assument une fonction de représentation des communautés et jouent un rôle politique de premier plan, que ce soit au niveau local, ou, dans le cas du cabildo de Buenos Aires, à l’échelle de l’ensemble1. Il n’existe pourtant aucune continuité entre ce rôle nouveau assumé par les cabildos et le régime représentatif qui s’élabore à partir de 1810. Contrairement à ce qu’ont affirmé certains auteurs, l’affirmation des cabildos ne constitue pas la genèse d’une représentation populaire. La meilleure preuve en est l’existence parallèle des assemblées électorales, qui apparaissent en 1812, deviennent permanentes à partir de 1815 et se transforment en assemblées provinciales en 1820. On ne saurait négliger par ailleurs les autres types d’expression que sont les cabildos abiertos, l’élection de fondés de pouvoirs par les habitants de la cité, la rédaction de pétitions par les autorités, auxquels il faut ajouter le pronunciamiento, qui renvoie à l’armée, second acteur politique qui s’impose durant la période. Cabildos abiertos et pronunciamientos constituent un recours en cas d’émeute ou de crise grave et se substituent alors au fonctionnement normal de la représentation. Le cas se produit à plusieurs reprises à Buenos Aires dans les années 1810-1812, et dans l’ensemble des cités en 1815 et en 1820. Le recours à ces formes supplétives incite à penser que les assemblées représentatives sont loin de constituer le seul canal de l’expression politique par lequel les citoyens expriment leur volonté.

13Dans son évolution au cours de la période, la représentation des pueblos se présente sous une forme duale. Il s’agit en effet d’une représentation d’Ancien Régime, où les députés agissent comme fondés de pouvoir de leur communauté, chargés d’en défendre les intérêts dans les limites prescrites par leur mandat impératif. Or, dans le même temps, les députés sont amenés, du fait de la situation, à exercer un pouvoir constituant. De ce fait, l’ampleur de leur mandat dépasse de loin l’horizon de la cité et les pouvoirs qu’on leur confère se doivent d’être le plus amples possible, afin qu’ils puissent débattre et prendre des décisions engageant l’ensemble du pays. Deux conceptions opposées de la représentation sont donc à l’œuvre : l’une, que nous avons qualifié de « sectionnaire », est la défense et illustration des intérêts d’une communauté à travers la voix de ses représentants. Dans l’autre, qualifiée de « nationale », les députés représentent le bien commun, qui transcende les intérêts locaux. L’étude de ces derniers reflète bien cette double appartenance, ces hommes étant à la fois inscrits dans les réseaux structurant leurs cités d’origine et participant, pour une bonne part, aux affaires de l’État par leur engagement dans la Révolution et les postes qu’ils occupent dans différentes provinces.

14Pendant cette décennie, l’histoire de la représentation est marquée par la tension entre ces deux conceptions et par les tentatives d’empiètement du pouvoir exécutif. Dans l’ Assemblée constituante de 1813, la représentation n’est pas véritablement celle des cités, mais celle d’un groupe restreint qui prétend représenter « la Nation ». Cette disjonction est à l’origine du blocage institutionnel qui transforme l’assemblée en chambre d’enregistrement des décisions du pouvoir. Alors que dans le même temps, les provinces sont mises sur le pied de guerre, le décalage entre cette mobilisation et la faiblesse effective du processus représentatif entraîne les premiers craquements qui apparaissent en 1815. À cette date, tous les espoirs se reportent sur la convocation d’un congrès constituant, preuve que l’autorité ne peut plus reposer sur les bases traditionnelles employées jusqu’alors (pactisme, patriotisme, ratification de décisions prises par la capitale), et que la représentation demeure le principal facteur de légitimité. À la faveur des événements de 1815, celle-ci connaît d’importantes mutations : non seulement le principe électif est étendu aux principales fonctions de gouvernement (Directeur suprême, gouverneurs des provinces, cabildos), mais il inclut désormais les habitants des campagnes et introduit le suffrage proportionnel à la population. Cela renforce le poids des assemblées électorales, principales concurrentes des cabildos dans la représentation de la cité. C’est à ce moment-là que l’on saisit le mieux le caractère hybride des pratiques représentatives, avec la confrontation de trois figures essentielles : l’électeur, le fondé de pouvoir et le député.

15Cette dualité de la représentation se retrouve dans l’imaginaire du congrès de Tucumán, conçu à la fois comme centre et comme arbitre. Le congrès idéal doit être capable de garantir en même temps l’autonomie des cités et l’union de l’ensemble. Bien qu’une version « nationale » de la représentation s’impose à nouveau à partir d’août 1816, cet idéal politique persiste jusqu’à la fin de la période, voire au-delà. C’est cette même conciliation que recherchent les constituants de 1819, tout en envisageant de « nationaliser » la représentation par l’instauration du bicamérisme. En 1821, le problème est reposé à partir de la situation inverse, celle de provinces indépendantes cherchant à se fédérer. À côté des décisions de l’armée, l’élection de députés y apparaît toujours comme un principe légitimant : ainsi s’expliquent les diverses tentatives qui jalonnent la fin de la période, pour refonder le lien politique par le biais de la représentation.

La fragmentation de la souveraineté

16La confrontation entre Buenos Aires et les cités ou, sur le plan théorique, l’opposition entre une vision unitaire et une vision plurielle de l’organisation politique, se traduisent par une fragmentation progressive de la souveraineté, c’est-à-dire par une dispersion des centres de pouvoir et des lieux de décision. Ce transfert de la souveraineté du « sommet » vers la « base » de la pyramide des obédiences s’opère en trois temps : en 1810, Buenos Aires, au nom du vice-royaume, remplace le roi comme détenteur du pouvoir souverain ; de 1 810 à 1813, c’est prétendument « la Nation », conçue comme un ensemble unitaire et uniforme, qui est souveraine ; à partir de 1815 s’affirme la souveraineté des pueblos, qui triomphe en 1820 avec les indépendances provinciales. L’initiative politique appartient de manière indiscutée à la capitale entre 1808 et 1815 ; elle se partage entre Buenos Aires et les cités jusqu’en 1820 et revient pleinement aux cités à partir de cette date. Quant aux organes chargés d’exercer cette souveraineté, ils varient tout au long de la période, passant d’une Junte de gouvernement en 1810-1811 à un pouvoir exécutif doublé ou non d’assemblées représentatives de 1812 à 1820, puis, en dernier lieu, aux gouverneurs et aux assemblées provinciales.

17À la différence des autres régions de l’empire espagnol, il n’existe pas de débat, après 1810, concernant le détenteur de la souveraineté : celui-ci n’est plus le roi d’Espagne, mais le peuple des Provinces Unies, quelle que soit la façon dont celui-ci est conçu. Le débat porte en revanche sur le fait de savoir si les députés représentent les pueblos (ce qui est le cas en 1816) ou la Nation (ce qui est affirmé en 1813 et en 1819). Les questionnements concernent surtout l’exercice de cette autorité souveraine : dans la première période, les dirigeants hésitent sur la forme, personnelle ou collective, à donner au pouvoir. Nous en avons suivi les aléas entre 1 810 et 1814, avec l’expérience des juntes provinciales, la distinction entre Triumvirat et assemblée représentative, puis la concentration progressive du pouvoir jusqu’à la création du Directoire. Par la suite, si l’exercice de l’autorité est théoriquement reconnu aux représentants, il est souvent monopolisé, dans les faits, par les instances exécutives. La tradition monarchique de concentration de l’autorité, la conception unitaire de la souveraineté, les difficultés auxquelles se heurtent les dirigeants pour concevoir et organiser un partage des tâches expliquent les heurts entre les instances de gouvernement qui jalonnent la période, notamment entre 1 810 et 1815.

18La chronologie de l’institutionnalisation des pouvoirs souverains est très parlante à ce sujet : les libertés fondamentales sont acquises dès 1811 et complétées par le travail de l’Assemblée générale constituante, qui démantèle les fondements juridiques de la société d’Ancien Régime. L’administration judiciaire fait l’objet d’un règlement dès 1812, qui perpétue l’organisation antérieure et ne sera pas modifié en profondeur. L’exécutif est organisé ensuite, notamment par le Statut de 1815, tandis que la définition du pouvoir législatif n’est abordée qu’en 1817-1819. On touche ici au cœur du problème de la souveraineté et les dirigeants ont dû attendre d’avoir réuni une « véritable représentation » pour s’y attaquer. Ce pouvoir issu de la Révolution est en effet le seul à être créé ex nihilo. Du point de vue des pratiques, le pouvoir central oscille entre un régime d’assemblée et le retour à un exécutif fort, même si un certain équilibre semble trouvé à partir de 1816 entre le Congrès et le Directeur suprême, sous la forme d’un partage des fonctions de gouvernement. Au Congrès les affaires intérieures, avec notamment l’arbitrage des conflits interprovinciaux, au Directeur les affaires extérieures, et tout particulièrement la conduite de la guerre. Il ne s’agit donc pas d’une séparation des pouvoirs au sens classique du terme, mais d’un partage des fonctions de gouvernement. On y remarque une disjonction entre l’affirmation d’une souveraineté vis-à-vis de l’extérieur et la construction de la souveraineté sur le plan interne, qui constitue l’un des principaux problèmes des révolutions hispaniques. Cette disjonction atteint son apogée en 1816, au moment de la proclamation de l’indépendance : quoique souveraine, cette nation ne parvient pas à se doter d’institutions stables.

19La question centrale qui se pose aux gouvernants est en effet celle-ci : comment pallier la fragmentation de la souveraineté, inhérente à sa rétrocession aux pueblos ? Bien des phénomènes politiques de la période trouvent un éclaircissement en prenant ce problème comme point de départ. La fragmentation se marque notamment par la lutte des cités pour obtenir davantage d’autonomie, par l’élection spontanée des gouverneurs en 1815, puis à partir de 1819, par la concurrence entre l’État et les cités au sujet des ressources financières et de l’organisation de la guerre. Face à ce morcellement, qui correspond sur le plan imaginaire à la hantise de la décomposition sociale, les dirigeants ne cessent d’inventer des solutions à même de concilier les deux tendances, de freiner ce mouvement, de solidariser les provinces, de créer un lien entre elles et le gouvernement. Ainsi s’explique le rôle-clé joué par les gouverneurs, intermédiaires par excellence entre la sphère du pouvoir et la réalité des cités. Les députés ont une fonction similaire : issus des cités, ils forment cette incarnation de l’union qu’est le Congrès. L’armée également, en plaçant sous une autorité commune des bataillons issus de provinces différentes, contribue à unifier les citoyens des Provinces Unies. Les gouverneurs, l’armée, le Congrès sont donc autant de palliatifs, de freins mis au processus engendré par la rétrocession de la souveraineté. Pendant dix ans, la fiction de l’unité du corps souverain est maintenue coûte que coûte par le gouvernement révolutionnaire. Ainsi s’explique la lutte menée sans relâche contre les factions, qu’elles soient situées au sein du pouvoir central, du Congrès ou des cités. La division des opinions est le germe de la désunion générale, de la « mort politique ». Il faut souligner à cet égard que les factions sont effectivement l’une des articulations essentielles de la vie politique dans les cités : on constate leur permanence tout au long de la période, et quels que soient les événements qui se produisent. La division inhérente à la cité est donc refusée sur le plan « national ». C’est la raison du long cheminement institutionnel de cette révolution, et de ce qui en constitue la marque fondamentale, le provisoriato. Pendant dix ans, la promulgation d’une Constitution est repoussée, alors même qu’elle apparaît indispensable à la stabilisation du régime. L’argument sans cesse invoqué est celui de la guerre et du caractère incomplet de la représentation. En réalité, le provisoriato est un pis-aller, une parade pour masquer le problème de fond, la difficulté de concilier d’un point de vue institutionnel la souveraineté des pueblos et l’unité de l’ensemble. Les liens forgés par l’administration, la représentation, l’armée n’y suffisent pas.

20Divers tâtonnements tentent d’inscrire cet équilibre dans la durée tout en contournant le repoussoir que constitue le régime fédéral, revendiqué par Artigas. C’est d’abord le projet de monarchie constitutionnelle, un roi étant à même de concentrer en sa personne l’autorité et la fonction d’arbitrage ; c’est ensuite le recours incongru au bicamérisme en 1819, avec l’une des chambres représentant les pueblos et l’autre la Nation. Ces tentatives se soldant toutes par un échec, la fragmentation de la souveraineté s’impose en 1820. À partir de cette date, les dirigeants, aux prises avec la réalité factieuse du pouvoir dans les cités, tentent de reconstruire la Nation « par le bas », au moyen de pactes entre les provinces. Mais la situation a remis les cités sur un pied d’égalité : chacune prend alors l’initiative de réunir un congrès qu’elle souhaite conforme à ses vœux. Dès l’année suivante, les événements de 1820 sont donc interprétés comme une « mort politique », cependant que l’obstruction de Buenos Aires vis-à-vis du Congrès montre que la fragmentation de la souveraineté a eu effectivement raison de toute tentative d’unité par la représentation.

  • 2 T. Halperin Donghi, Argentine/ de la revolución de independencia a la confedreación rosista, Buenos (...)

21De fait, plus de quarante ans s’écouleront avant que la nation argentine se constitue, selon un mode tout à fait original : la conclusion de pactes entre les provinces, dont nous avons la première trace en 1822 avec le pacte du Quadrilatère. Durant toute cette période, les provinces consentent à une délégation de souveraineté lorsqu’il s’agit d’organiser une représentation diplomatique. Cette fonction, qui concerne la souveraineté vis-à-vis de l’extérieur, est souvent l’apanage du gouvernement de Buenos Aires. Mais en ce qui concerne l’organisation interne du pays, la division demeure, les provinces se montrant jalouses de leurs prérogatives jusqu’à la constitution d’une ligue militaire destinée à défaire le caudillo de Buenos Aires, Rosas. Après la victoire de Caseros, en 1852, cette alliance conjoncturelle donne lieu à la création d’une confédération de provinces, que Buenos Aires rejoindra en 1862. La République argentine, qui s’est dotée en 1853 d’une Constitution fédérale en bonne et due forme, est alors constituée en État-nation. Si durant ces quatre décennies, comme l’écrit Tulio Halperín Donghi, « l’unification nationale progresse sans se donner de cadre constitutionnel »2, cela nous semble être en parfaite conformité avec les modalités de la rétrocession de la souveraineté au moment de la révolution d’indépendance. Du fait du caractère hybride et du double enracinement de la représentation, c’est moins celle-ci que la guerre qui sert de levain à l’unification du pays. Du reste, la faiblesse si souvent dénoncée de la construction étatique et nationale en Argentine n’est-elle pas liée à la vivacité des identités de cités, à la dispersion des pouvoirs souverains et à l’hégémonie que Buenos Aires continue d’exercer sur l’ensemble ? Interroger les fondements de cette construction nationale permet en ce sens d’en éclairer les problèmes actuels.

Notes

1 Cf. E. O. Acevedo, « Investigaciones sobre el cabildo mendocino en la época independiente », Revista del Instituto de Historia del Derecho, 14 (1962) ; H. J. Tanzi, « El centralisme politico de Buenos Aires de 1 810 a 1830 », dans Sexto Congreso internacional de Historia Americana y Argentina, Buenos Aires, 1982, t. 5, p. 281-302 ; R. Zorraquin Becú, « La intervention del cabildo de Buenos Aires en la vida politica nacional (1810- 1821) », ibid., p. 345-383 ; H. R. Lobos, « Los cabildos y la dinámica revolucionaria en el Rio de la Plata. Un esfuerzo de comprensión a través del caso cordobés », Amario de Estudios Americanos, 46 (1989), p. 383-407 ; J. C. Chiaramonte, « ¿Provincias o Estados ? Los origenes del fédéralisme rioplatense », dans Las Revoluciones hispànicas, independencias americanas y liberalismo español, F.-X. Guerra dir., Madrid, 1995, p. 167- 205.

2 T. Halperin Donghi, Argentine/ de la revolución de independencia a la confedreación rosista, Buenos Aires, 1972, p. 403.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search