Version classiqueVersion mobile

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Chapitre 7. Des souverainetés sans représentation

Texte intégral

  • 1 J. C. Chiaramonte, « ¿. Provincias o Estados ? Los origenes del fédéralisme rioplatense », dans Las (...)

1Vidé de sa légitimité, discrédité dans la capitale comme dans les provinces, le pouvoir directorial ne résiste pas aux revers militaires qu’il essuie au début de l’année 1820. Comme en 1815, les provinces retrouvent une autonomie de fait, qu’elles sont désormais en mesure d’assumer. La proclamation des indépendances provinciales constitue, à bien des égards, l’aboutissement du processus révolutionnaire entamé en 1810. La souveraineté se consolide en effet dans le cadre des provinces, qui deviennent des espaces soumis à une autorité commune, qu’elles désignent elles-mêmes. On assiste donc à l’apparition d’États provinciaux, selon l’expression de José Carlos Chiaramonte1, qui remplacent l’ancienne hiérarchie qui prévalait entre les cités. Pour autant, les pratiques de pouvoir constatées au sein de ces cités ne semblent guère affectées par les nouvelles prérogatives que se donnent les autorités locales.

  • 2 Une exception notable, celle de C. Segreti, El pais disuelto, 1820/1821, Buenos Aires, 1982.

2Néanmoins, du fait de la guerre qui se poursuit contre les royalistes, la nécessité de se donner un cadre commun est affirmée dès le début du processus. Cette union apparaît indispensable pour freiner le démantèlement des cadres territoriaux et administratifs hérités du vice-royaume. Or, cet aspect de la naissance des États provinciaux a été largement négligé par l’historiographie2. L’accent a été mis de manière presque exclusive sur la réorganisation territoriale de la souveraineté, au détriment de son pendant théorique, constitué par la représentation. Étudier les projets d’assemblées et l’échec final du congrès de Córdoba apparaît pourtant indispensable pour comprendre cette refondation de l’État sur la base de la souveraineté des pueblos. Nous tenterons d’en suivre les aléas, dans le contexte de la multiplication des alliances et des conflits, en soulignant le rôle joué par la guerre en tant que « cause commune », et par les chefs militaires, qui sont les nouveaux dirigeants des provinces.

1820, le troisième acte de la Révolution

  • 3 Cette vision est celle des premiers historiens de l’Argentine, notamment Bartolomé Mitre (Historia (...)
  • 4 Juan P. Ramos, le premier, dénonce « la cécité des hommes qui ont gouverné le pays depuis Buenos Ai (...)
  • 5 José Luis Busaniche, le premier, affirme à propos du mouvement fédéral : « Ce n’était pas la barbar (...)
  • 6 La notion de « fédéralisme historique » est employée pour la première fois par Francisco Ramos Mejí (...)

3Parce qu’ils s’inscrivent dans le processus révolutionnaire et concernent directement la construction nationale, les événements de 1820 ont été amplement commentés par l’historiographie traditionnelle. Prêtant à la future nation les contours de la vice-royauté, celle-ci a qualifié cette période d’« anarchie »3, voyant dans les soubresauts politiques de l’année 1820 un éclatement de la communauté politique dévastée par les « hordes barbares » des fédéraux. Avec la réhabilitation entreprise par Juan P. Ramos et les historiens du droit dans les années 19304, un courant qualifié de « populiste » a vu dans ces événements le triomphe de la démocratie originelle des pueblos, rompant avec le centralisme oligarchique de Buenos Aires et renouant avec les vrais idéaux de la révolution de Mai5. Pour ces auteurs, 1820 représenterait donc l’avènement du « fédéralisme historique »6, qui culminerait avec la Constitution fédérale de 1853.

4Bien qu’il soit possible de voir dans la proclamation des indépendances provinciales la réalisation de l’une des deux tendances effectivement présentes dès 1810, il est impossible de souscrire à l’interprétation géo-sociologique qui a opposé, parfois de manière caricaturale, l’aristocratie de la capitale aux masses plébéiennes de l’intérieur. Les deux courants – l’un prônant une idée unitaire de la Nation, l’autre défendant l’autonomie des corps intermédiaires – appartiennent au monde des élites et trouvent des partisans dans toutes les cités, y compris à Buenos Aires. Afin de poser correctement le problème, il convient d’étudier comment cette création étatique, après avoir été éprouvée sans succès dans le cadre de l’ancien vice-royaume, s’opère désormais à l’échelle des anciennes provinces. Après avoir évoqué le démantèlement de la construction administrative bourbonienne, il reste à ausculter cette souveraineté plurielle en étudiant les bases sur lesquelles elle se fonde et les acteurs qui la constituent.

La « décapitation » de Buenos Aires

5Au début de l’année 1820, le Directoire se voit à la fois privé du soutien de sa base – les deux grandes armées échappant à son contrôle – et décapité par l’attaque directe des caudillos du Littoral. C’est ce deuxième facteur qui explique que le scénario de 1820 diffère de celui de 1815 : après la destitution du Directeur, les élites de Buenos Aires ne sont plus à même de proposer aux provinces une nouvelle formule de gouvernement. Tandis que les forces qui s’affrontent au sein de la capitale empêchent le développement d’un nouveau projet politique, les provinces ont désormais les moyens de conquérir leur autonomie, en la personne des gouverneurs. En revanche, elles n’ont plus rien à gagner à s’associer avec Buenos Aires, qui se trouve dépossédée de la conduite de la guerre. Largement discrédité par l’inefficacité de la Constitution de 1819, par son mode autoritaire de gouvernement et son attitude frileuse en politique étrangère, le Directoire, au début de l’année 1820, est extrêmement fragile. Dans l’intérieur, l’obédience au pouvoir central apparaît de plus en plus comme une façade, lorsqu’elle n’est pas résolument remise en cause. En ce sens, le « troisième acte de la révolution » n’a pas le caractère partiellement accidentel des événements de 1 810 et de 1815 : la chute du Directoire est non seulement pressentie, mais largement souhaitée, notamment par les fédéraux de Buenos Aires qui envisagent une autre destinée pour leur province, et par les chefs militaires qui n’admettent pas de sacrifier leurs troupes à seule fin de défendre la capitale.

  • 7 Cf. H. Videla, « Nacimiento y disolución de la Intendencia de Cuyo (1813-1820) », BANH, 50 (1977), (...)
  • 8 Manifiesto que hace el gobernador intendente de esta provincia de Cuyo, a los habitantes de Mendoza (...)
  • 9 Oficios de Luzuriaga al cabildo de Mendoza, 17/01 et 18/01/1820 ; Acta del cabildo de Mendoza, 17/0 (...)
  • 10 Oficio del cabildo a los jefes y comandantes de las tropas de San Juan, 18/01/1820 ; Oficios de Luz (...)
  • 11 Oficio de San Martin al cabildo de Mendoza, 30/01/1820 ; Oficio del cabildo de Mendoza a San Martin(...)
  • 12 Avec l’aide des patriotes chiliens, San Martin travaille depuis deux ans à la mise en œuvre de cett (...)
  • 13 Pour toute réponse, le Congrès lui a conseillé d’établir une garnison et un gouverneur militaire da (...)

6Au début de l’année 1820, le feu couve sous la cendre. À Tucumán, où la déposition du gouverneur Mota Botello a constitué un sérieux coup de semonce, les autorités multiplient les signes d’apaisement à l’égard du pouvoir. Dans un contexte où les rumeurs d’invasion royaliste se multiplient, le soutien de la capitale apparaît indispensable. Aráoz, qui n’a jamais eu de sympathie pour les idées fédérales, ne songe pas un instant à faire sécession. Son élection en novembre 1819 est pourtant chargée de sens : sans remettre en cause l’ordre centraliste, les vecinos de Tucumán, par le biais des militaires, ont affirmé leur volonté d’être gouvernés par l’un des leurs. Sous une apparence de parfaite soumission, Tucumán a donc conquis une partie de son autonomie politique. Bien que tenue en main par trois fidèles lieutenants de San Martin, la province du Cuyo, en revanche, connaît des soubresauts7. À la tête de la garnison de San Juan, le capitaine Mariano Mendizabal destitue, le 9 janvier, le lieutenant-gouverneur de la province. Craignant un embrasement général, le gouverneur Luzuriaga anticipe une possible contagion révolutionnaire en convoquant le 16 janvier un cabildo abierto. Il s’agit, selon lui, de « concentrer la force morale de la province pour neutraliser et contrer la force physique »8. Sacrifiant son mandat à la sauvegarde de l’ordre existant, il accepte que la cité nomme son chef et accomplisse les réformes qu’elle juge nécessaires, pourvu que l’armée se tienne tranquille et que la province demeure dans l’obédience du pouvoir central. Le lendemain, un cabildo abierto accepte sa démission et confie le pouvoir civil au cabildo. Deux émissaires sont aussitôt dépêchés à San Juan pour négocier avec les insurgés et éviter un affrontement entre les deux cités9. C’est peine perdue : les troupes de San Juan passent outre et marchent vers la capitale, en se livrant à de multiples pillages et exactions. Pour les échevins de Mendoza, c’est la preuve que Mendizabal ne contrôle pas sa base et que les risques de débordement sont réels, comme ils l’écrivent aux autorités de Buenos Aires. Or, celles-ci ont reconnu sans coup férir la nomination de Mendizabal et continuent de prôner l’« harmonie et l’union entre les peuples frères »10. Les échevins se tournent alors vers leur protecteur « naturel », San Martin : après avoir exposé la situation et fait valoir la nécessité d’une riposte ferme, ils lui demandent de leur envoyer 400 hommes pour attaquer San Juan11. Ce n’est donc plus sur le pouvoir central mais sur les chefs militaires que les autorités doivent compter pour défendre l’ordre directorial. En outre, celui-ci se trouve sous la menace directe des caudillos du Littoral qui, unis à Artigas, ont juré sa perte. À la fin de 1819, Rondeau demande à San Martin et à Fernández de la Cruz, nouveau chef de l’Armée du Nord, de lui envoyer des troupes pour grossir l’armée de Buenos Aires afin d’écraser définitivement Santa Fé. Prétextant qu’il manque de montures pour acheminer les soldats, San Martin, qui ne veut pas compromettre son projet de débarquement au Pérou12, tarde à s’exécuter. Quant à Fernández de la Cruz, il se met en route depuis Córdoba, non sans avoir prévenu le Directeur que celle-ci se soulèvera à coup sûr dès son départ. La cité est en effet en pleine ébullition : conscient de l’impopularité croissante du gouvernement et du progrès des idées « fédérales » dans la population, le gouverneur Castro a plusieurs fois donné l’alarme au cours des derniers mois, sans obtenir d’appui décisif de la part des autorités directoriales13.

  • 14 R. I. Peña, « El pronunciamiento de Arequito », dans Juan Bautista Bustos y el federalismo doctrina (...)
  • 15 Ibid., p. 26-31.
  • 16 Oficio de Carlos del Signo y del cabildo de Córdoba al general Bustos, 18/01 et 19/01/1820, AHC Gob (...)
  • 17 Oficio de José Javier Díaz al gobernador de Cuyo, 26/01/1820, AHC, Copiadores de Gobierno, caja 280 (...)
  • 18 Oficio de José Javier Díaz al general en jefe del Ejercito del Peru, 25/02/1820, AHC Gobierno, 71-1 (...)

7Ce que Fernández de la Cruz ignore sans doute, c’est que les opposants de Córdoba sont en collusion avec certains de ses officiers, qui refusent la mission de « pacification » qu’on leur assigne. À peine arrivés dans la province de Santa Fé, le 7 janvier 1820, les rebelles se soulèvent au poste d’Arequito. Bientôt encerclé par les soldats de la province, Cruz est contraint de livrer ses hommes au chef des mutins, le colonel Bustos14. Celui-ci a promis aux gouverneurs du Littoral de ne pas intervenir dans la lutte qu’ils mènent contre la capitale. C’est donc sans le moindre secours que l’armée de Buenos Aires, sous les ordres du général Soler, devra affronter les troupes fédérales15. Le scénario de Fontezuelas vient de se reproduire, mais le pouvoir émanant du pronunciamiento aura pour épicentre la cité de Córdoba, dont Bustos est originaire. Comme l’avait prévu Fernández de la Cruz, la nouvelle du soulèvement signifie à Córdoba le triomphe de la faction fédérale. Le 18 janvier, Manuel Antonio de Castro démissionne au profit du cabildo, qui félicite et remercie Bustos pour son geste. Le premier alcalde Carlos del Signo salue « la glorieuse métamorphose de l’Armée du Nord (...) qui s’est résolue à défendre nos véritables droits », et célèbre « le pas vertueux qu’elle a franchi (...) en se détachant elle-même et en libérant les cités du char directorial qui les conduisait toutes vers la désintégration absolue »16. Le lendemain, un cabildo abierto replace à la tête du gouvernement l’homme qui a incarné l’autonomie de 1815, José Javier Díaz. À l’unisson du cabildo, celui-ci voit dans l’action des officiers une régénération politique de la province, qui recouvre sa liberté et ses droits. Il l’annonce à toutes les provinces par la circulaire du 25 janvier et organise de somptueuses réjouissances pour saluer le retour des troupes à Córdoba17. On fête le bras armé du changement, celui qui a rendu possible le retour à l’autonomie. La rupture avec la capitale est en effet consommée à double titre : d’une part, l’armée de Bustos se soustrait à l’autorité du Directeur ; de l’autre, la cité qu’il représente se soustrait à l’autorité civile du gouvernement. La légitimité de cette décision politique, selon Díaz, provient de ce que l’armée n’a fait que répondre « au mouvement et à la clameur du peuple » : loin d’empiéter sur la liberté des civils, son action traduit et met en actes la volonté générale18.

  • 19 Session du 20/01/1820, Asambleas constituyentes argentinas, E. Ravignani dir., Buenos Aires, 1937-1 (...)
  • 20 Acta del Congreso Nacional, 10/02/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 279 ; L. Gianel (...)

8La défection des renforts attendus et de son principal soutien militaire place Rondeau dans une situation désespérée. Faut-il adopter la stratégie qui a prévalu en 1815, c’est-à-dire aller dans le sens des réformes souhaitées par les provinces afin de sauvegarder l’unité ? C’est la voie que semble adopter le Congrès lorsqu’il apprend la nouvelle du pronunciamiento. Ayant nommé deux commissions pour enquêter sur la situation des armées du Nord et des Andes, il conseille à Rondeau d’arrêter immédiatement les hostilités et d’accepter éventuellement une réorganisation de l’État sur le mode fédéral19. Mais c’est sur le champ de bataille que se joue le sort du régime : le 1er février, les troupes de Buenos Aires sont vaincues par celles du Littoral aux portes de la capitale, à Cepeda. Le général Soler oblige alors les autorités à assumer les conséquences politiques de la défaite : le 10 février, il leur ordonne purement et simplement de démissionner : « Jusqu’à quand pensez-vous prolonger vos souffrances ? » écrit-il aux députés. « L’ennemi victorieux foule depuis hier le Salto, et ses troupes sont même arrivées aux environs de Luján. Les provinces se sont séparées. Par conséquent, qui le Congrès représente-t-il [désormais] ? »20 Cet avertissement fait apparaître une concurrence très nette entre deux formes de représentation. De la même façon que Bustos, Soler s’exprime contre les autorités élues, au nom de l’armée de Buenos Aires dont il est le hérault. Le sort de la Patrie se trouve désormais aux mains des militaires, qui prétendent exprimer la volonté des pueblos et se trouvent dotés de la légitimité qui fait défaut au pouvoir central. Du reste, ni les députés ni Rondeau ne tentent de résister : dès le lendemain, le Congrès proclame sa dissolution et le Directeur sa démission. Le Directoire a cessé d’exister, et avec lui la domination d’un pouvoir central exercé depuis la capitale sur l’ensemble des Provinces Unies.

  • 21 Ofïcio de Estanislao López al general Bustos, 14/01/1820, AHC Gobierno, 68-27.
  • 22 R. I. Peña, « Bustos y la politica fédéral en 1820 », dans Juan Bautista Bustos y el federalismo do (...)
  • 23 Proclama de Bustos a los gobernadores, 3/02/1820, AHT Adm. 27-331/333.

9Le soulèvement de Bustos se place d’emblée sous la bannière fédérale. Les caudillos du Littoral, qui ont trouvé un allié supplémentaire contre la capitale, ne s’y trompent pas. Après Arequito, Estanislao López félicite Bustos pour sa détermination, qu’il qualifie de « consolation pour les vrais patriotes »21. Les autres gouverneurs sont immédiatement prévenus par Díaz et Bustos, qui cherchent à consolider leur position. La construction de réseaux horizontaux destinés à pallier la rupture d’obédience vis-à-vis du pouvoir central est amorcée dès l’annonce du pronunciamiento et du changement politique à Córdoba22. Le 3 février 1820, Bustos adresse aux intendants une circulaire dans laquelle il dresse un réquisitoire violent et lucide contre les factions qui, dans la capitale, se sont disputé le pouvoir depuis 1 810 et « se sont toutes considérées comme les héritières légitimes du trône espagnol, avec le droit de nous commander sans [respecter aucune] limite, ni écouter jamais notre volonté »23. Là réside, selon Bustos, l’illégitimité profonde des gouvernements de la période : avoir exercé un pouvoir despotique, semblable à celui de l’Ancien Régime, sans avoir traduit en actes la rétrocession des droits aux pueblos, qui constituait pourtant le fondement doctrinal de la Révolution. Avec une vigueur accrue, Bustos dénonce le rôle que ces gouvernements corrompus ont imposé à l’armée, dont ils ont fait l’instrument d’une politique fratricide, alors qu’elle est par nature solidaire du peuple dont elle est issue et qui l’entretient. Par conséquent, elle apparaît comme le seul garant de la révolution, destinée à « sauver la Patrie d’une désastreuse guerre intestine » et à mener à bien la lutte pour l’indépendance, conformément au devoir que la « clameur générale des pueblos » lui a confié. En tant que chef de cette armée, Bustos se considère investi de l’autorité nécessaire pour convoquer un congrès qui puisse mettre un terme à la guerre entre Buenos Aires et Santa Fé et établir un gouvernement central sur de nouvelles bases.

10La défaite de Cepeda et la chute des autorités directoriales confirme la justesse des vues de Bustos et balaie ses dernières réserves. Córdoba devient alors l’épicentre de la réorganisation de l’État sur le mode fédéral. On retrouve dans ce processus une configuration géopolitique semblable à celle de 1810, lorsque les membres de la Junte de Buenos Aires affrontaient le gouverneur de Córdoba, chacun proposant une issue politique à l’invasion de la péninsule. Comme en 1810, le pouvoir se reforme à l’initiative d’un organe de pouvoir doté de légitimité et identifié à une cité. Celui-ci sollicite les autres pueblos, invités à participer à la reconstruction politique et à adhérer de la sorte au projet de la nouvelle « tête ». En ce sens, les événements de 1820 ne signifient pas seulement le passage à une forme « fédérale » de gouvernement, mais le déplacement du centre de gravité politique de Buenos Aires vers l’intérieur, comme le montre l’adhésion unanime des cités au projet lancé depuis Córdoba.

  • 24 Acta del cabildo de Tucumán, 13/02/1820, AHT Adm. 27-331/333.
  • 25 Ibid.

11Ayant précocement affirmé son autonomie, Tucumán est la première province à réagir à l’invitation de Bustos. Réuni le 13 février en session extraordinaire, le cabildo se montre en parfait accord avec les propositions du chef de l’Armée du Nord. Soulignant le parallèle avec la situation de 1810, les patriciens de Tucumán appellent de leurs vœux « un congrès dans lequel soit réinvestie l’autorité toute-puissante (potestad) de ces pueblos, les faisant ainsi sortir de la sphère de l’acéphalie »24. Celui-ci devra représenter « tous les pueblos de l’union » afin de « ranimer toutes les affaires concernant la sécurité, la défense, la félicité et la prospérité de ces pueblos »25. Loin de paraître éculées, ces formules traduisent l’exigence d’une véritable représentation des pueblos, fondée sur la reconnaissance d’une égalité de statut qui devra se traduire par une invitation adressée à toutes les cités et toutes les villas.

  • 26 Cf. C. Segreti, La acción politica de Güemes, Córdoba, 1991.
  • 27 Oficios de Güemes a Bustos y a José Javier Diaz, 28/02/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. (...)
  • 28 Actas del cabildo de Salta, 29/02 et 11/03/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 256-25 (...)
  • 29 Acta del cabildo de Salta, 16/03/1820, ibid., p. 265.

12Prévenu personnellement par Bustos du soulèvement d’Arequito et de ses intentions en matière de guerre, Güemes s’y rallie sans hésiter à la fin du mois de février, d’autant plus que son inimitié à l’égard de Rondeau et le manque d’aide qu’il déplorait de sa part l’avaient depuis longtemps éloigné du régime directorial26. Sa réponse s’accompagne d’une demande d’aide à la province de Córdoba, le général royaliste Ramírez de Orozco préparant une nouvelle invasion27. Ayant pris à son tour connaissance de l’invitation de Bustos, le cabildo décide d’y répondre favorablement. Le 11 mars, l’assesseur du cabildo Juan de la Cruz Monge y Ortega et l’ancien député José Ignacio de Gorriti sont élus représentants au Congrès, à la quasiunanimité. Une commission est immédiatement nommée pour préparer leurs instructions28. Rendues publiques le 16 mars, celles-ci montrent que le Congrès, pour Salta, constitue une tribune inespérée pour se faire entendre et demander l’aide des autres provinces. Il est bien sûr envisagé de ramener la paix dans le Littoral, mais aussi d’inviter les provinces périphériques, notamment le Paraguay, à rejoindre l’Union. Il s’agit en outre de s’allier étroitement avec le Chili et de rechercher la protection des puissances étrangères, dans le but de faire bloc contre l’ennemi. À l’heure où San Martin débarque sur les côtes du Pérou, il s’agit plus que jamais, pour Güemes, de transformer Salta en rempart inexpugnable et d’éviter une contre-offensive royaliste vers le Rio de la Plata29.

  • 30 Oficio de Bustos al cabildo de Mendoza, 18/02/1820, AHM Ind., 646-53 b.
  • 31 Oficio de Bustos al coronel Alvarado, 19/02/1820, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.
  • 32 Oficio de Bustos al cabildo de Mendoza, 18/02/1820, AHM Ind., 646-53 c.
  • 33 Oficio de Bustos al cabildo de Buenos Aires, 19/02/1820, AHM Ind., 646-54.
  • 34 Ibid.

13Contrairement à ceux des cités du Nord-Ouest, les patriciens de Mendoza, avant d’être informés des événements de Buenos Aires, opposent aux projets en cours une grande prudence. À la circulaire de Díaz, ils répondent que leur principal souci est de continuer la guerre et de rétablir des relations commerciales normales. Ils parlent ensuite de convoquer une assemblée pour décider de leur sort, mais seulement lorsque Buenos Aires aura entériné le changement politique. Face à cette réserve, Bustos insiste et envoie plusieurs missives au milieu du mois de février, expliquant les raisons de son acte et invitant ses correspondants à « suivre le torrent de l’opinion générale »30. Son principal objectif est de conserver un lien avec l’Armée des Andes : au colonel Alvarado, commandant des troupes qui stationnent dans la province du Cuyo, il commente le pronunciamiento de Soler et propose une entente entre les chefs militaires31. Son but ultime, toutefois, est de rallier la capitale au nouveau projet politique. En jouant à la fois sur la réputation de centralisme de Mendoza et sur la corde sensible que constitue l’avenir des relations commerciales pour ses patriciens, il fait valoir que celles-ci sont indispensables à la poursuite de la guerre et leur demande de faire pression sur Buenos Aires. En effet, il ne suffit pas que celle-ci fasse mine de se rallier au système fédéral, comme cela s’est produit en 1815. Elle doit définitivement renoncer à « préserver coûte que coûte son statut de capitale (capitalismo) », cette hégémonie étant la cause de toutes les discordes passées32. Lorsqu’il s’adresse au cabildo de Buenos Aires après la chute du Directoire, Bustos, à l’image des fédéraux de 1816, établit une nette distinction entre la capitale et le gouvernement qu’elle a abrité, prenant soin d’opposer « les vices de l’administration précédente » et les mérites de « la masse noble et vertueuse de cette grande cité »33 Libérée d’une lourde responsabilité, l’ancienne capitale peut désormais, à l’égal des autres provinces, se donner des institutions et élire ses représentants au Congrès, de façon à « resserrer les liens de l’Union au moyen d’une confédération qui les préserve de l’abus de pouvoir [de l’une d’entre elles], ou de ce que l’une reçoive plus que l’autre au motif qu’elle est plus riche, plus peuplée ou mieux située »34.

14Cet égalitarisme a pour conséquence directe la « décapitalisation » de Buenos Aires : Bustos affirme comme une évidence que « le siège du gouvernement général des États confédérés » ne s’y trouvera plus. Mais en agitant précisément le spectre du régime déchu, qui entachait sa réputation, cette décapitalisation est présentée non comme la perte d’un privilège, mais comme une libération. Bustos prend soin, à la fin de sa lettre, de rappeler les exploits de l’ancienne capitale, suggérant que par son ralliement au système fédéral, Buenos Aires achèverait ce qu’elle a entamé en mai 1 810 et tenté de freiner par la suite :

  • 35 Ibid.

« En acceptant de prendre cette décision, en accomplissant ce que la sauvegarde de la Patrie (...) exige d’un ton si énergique et impérieux, votre mérite en ressortira davantage ; quant au désintéressement et à la pureté avec lesquels nos concitoyens ont franchi le pas gigantesque [qui consistait] à détrôner le pouvoir royal en la personne des vice-rois, ils n’en seront que plus remarquables. »35

  • 36 Pacto del Pilar, 23/02/1820, dans A. Demicheli, Formación nacional argentina, 1813- 1860, Buenos Ai (...)
  • 37 Ibid.
  • 38 Oficio de Manuel de Sarratea a los gobernadores, 1/03/1820, AHC Gobierno, 68-9.

15De fait, la situation politique de Buenos Aires, en cette fin du mois de février 1820, est en conformité avec ce que Bustos appelle de ses vœux. Rondeau et les députés sont emprisonnés ; leurs partisans bannis. Le sort de la cité se trouve aux mains des officiers et des opposants de la veille, toujours menés par Manuel de Sarretea. Le refus des vainqueurs de négocier avec le cabildo accélère la réforme politique : tandis que les pourparlers débutent avec Soler, une Junte des représentants, de tendance fédérale, est élue le 17 février. Le jour même, elle choisit comme gouverneur Manuel de Sarratea et fait parvenir à Soler des propositions de paix. Le pacte du Pilar, signé le 23 février entre les nouvelles autorités et les gouverneurs du Littoral, entérine les vues des vainqueurs. La Junte des représentants ayant accepté de rejoindre l’union des provinces sans influer sur sa formation, le premier article prend acte du « vœu que la Nation a prononcé » et proclame l’avènement de la « fédération ». Dans un délai de deux mois, les trois provinces belligérantes devront envoyer des représentants au couvent de San Lorenzo, dans la province de Santa Fé, afin de jeter les bases d’un nouveau gouvernement. L’invitation à participer à ce congrès est bien sûr étendue à toutes les provinces de l’Union36. La suite du texte établit les modalités de la paix : la cessation des combats, le retrait des troupes et la libération immédiate des prisonniers sont décidés. La responsabilité du conflit étant imputée aux dirigeants déchus, tous les employés publics ayant servi sous leurs ordres devront être remplacés, tandis que les proscrits pourront rentrer dans leurs foyers. Le traité de paix permet donc à la faction fédérale de mener à bien le processus d’épuration qui accompagne son installation. Moyennant l’acceptation du changement politique, elle préserve les deux grands atouts de la province de Buenos Aires : le libre commerce des armes et des munitions avec le reste du territoire, la liberté de naviguer sur les deux grands fleuves du Littoral, le Paraná et l’Uruguay37. La signature du pacte du Pilar modifie en profondeur l’organisation politique du Rio de la Plata, héritée de la « pyramide des obédiences » qui caractérisait la fin de l’Ancien Régime. Pendant les trois mois du gouvernement de Sarratea, Buenos Aires semble s’aligner sur les autres provinces, toutes soucieuses de fonder leur autonomie sur des bases solides et de maintenir entre elles des liens politiques. Dans la lignée des accords de paix, Manuel de Sarratea envoie aux autorités locales une circulaire où il leur annonce le ralliement de Buenos Aires au système fédéral et les invite à envoyer des députés au congrès de San Lorenzo38.

  • 39 Oficio del gobernador de Córdoba al de Buenos Aires, 15/03/1820, AGN Gob. Cba. X-5- 4-1.
  • 40 Ibid.
  • 41 Ofïcio del gobernador de Mendoza al de Buenos Aires, 20/03/1820, AGN Gob. Men, X-5- 6-1.
  • 42 Oflcios de Güemes al gobernador de Buenos Aires, 7/04 et 8/04/1820, dans Güemes documentado, op. ci (...)
  • 43 Oficios de Bernabé Aráoz al gobernador de Buenos Aires, 3 et 18/04/1820, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5.

16José Javier Díaz est le premier à répondre au nouveau gouverneur en saluant « la justice, la générosité et l’héroïsme de Buenos Aires [qui], convaincue de la volonté générale des autres cités, ne pouvait se montrer réfractaire à la loi souveraine que toutes doivent respecter »39. Débarrassée de ses dirigeants autoritaires, l’ancienne capitale se voit offrir, de la part de Córdoba, « son amitié, son adhésion et son alliance »40. « L’uniformité des idées, pour le meilleur service de l’État et de la Patrie » est également ce que promet le nouveau gouverneur de Mendoza, tout en annonçant que la capitale du Cuyo a également choisi le fédéralisme41. Güemes emploie les mêmes formules d’assentiment, tout en répondant à Sarratea que des députés ont déjà été élus – sur invitation de Bustos – et sont sur le point de partir pour Córdoba42. Quant à Bemabé Aráoz, s’il témoigne à Sarratea de sa « cordiale et sincère fraternité », il se montre réservé quant à la proposition de réunir un congrès à San Lorenzo. Tout en admettant qu’un « congrès général des provinces libres est l’ultime recours pour promouvoir et consolider le bien général », il exprime à mots couverts ses craintes de voir une fois de plus la représentation vidée de son sens43. En cela, il rejoint la méfiance, voire l’exaspération des électeurs de Salta qui écrivent très lucidement à propos de la circulaire de Sarratea :

  • 44 Ofïcio de la asamblea électoral de Salta al cabildo, 8/04/1820, dans Güemes documentado, op. cit., (...)

17« Dans le premier acte de chaque changement ou oscillation politique, le déploiement de prétendues idées libérales a invariablement constitué le préliminaire de tout appel à la représentation nationale ou à l’obédience. (...) Aujourd’hui, après une longue période de dix années de révolution, se fait jour un état des choses entièrement nouveau dans la forme, mais apparemment peu dissemblable dans ses conséquences : union et formation d’un congrès, oubli total de l’ennemi commun et abandon absolu des frères qui luttent contre lui. Voici le premier aspect sous lequel se présente la fédération à laquelle nous sommes conviés. »44

  • 45 Oficio de Bernabé Aráoz al gobernador de Buenos Aires, 30/05/1820, AGN Gob. Tue., X- 5-10-5.

Quoique ralliés au système « fédéral », il est en effet manifeste que les nouveaux dirigeants de Buenos Aires tentent de ravir l’initiative politique à Córdoba, le projet de Sarratea venant clairement concurrencer celui de Bustos. Néanmoins, la réaction des cités montre bien qu’elles ne rejettent pas la perspective d’une union avec Buenos Aires, pourvu que celle-ci ne remette pas en cause leur autonomie de gouvernement. Dans chacune d’entre elles, l’heure est au triomphe du « fédéralisme ». À Salta et Tucumán, Güemes et Aráoz, quoique anciennement centralistes, jouissent d’un ancrage suffisamment solide pour prétendre incarner l’autonomie locale. Fin mai, Bemabé Aráoz reçoit la confirmation de sa légitimité en étant nommé président de la nouvelle République de Tucumán45.

  • 46 Oficio de Pedro José Campos al gobernador de Córdoba, 9/03/1820, AHC Indice de gobierno et AHC Gobi (...)

18À Mendoza en revanche, la chute du Directoire a entraîné un discrédit des autorités en place. Le commandant des milices nationales, Pedro José Campos, est élu le 8 mars à titre provisoire, en attendant la réunion du congrès. Représentant de la faction fédérale, Campos désire conserver avec Córdoba des relations de bon voisinage, pour favoriser notamment la reprise des échanges commerciaux. Le nouveau gouverneur s’empresse de déclarer à Díaz et Bustos que Mendoza a pris modèle sur Córdoba et qu’il suivra leur politique en tous points46. Il leur promet également de mettre à leur disposition les ressources de sa province. En retour, il reçoit l’hommage des deux chefs, qui soulignent l’importance d’une union transversale entre les cités. Bustos propose de placer Mendoza sous la protection de son armée. Ces échanges montrent que la réponse des cités à cette nouvelle situation d’acéphalie consiste à reformer immédiatement un réseau d’alliances, où l’union et l’uniformité des choix politiques sont plus que jamais de mise. Formule que Campos résume ainsi à l’adresse de ses nouveaux protecteurs :

  • 47 Oficio de Pedro José Campos al gobernador de Córdoba, AHC, Indice de gobierno.

« La [province] du Cuyo aura l’indicible satisfaction d’uniformiser ses idées avec la grande masse de cette vertueuse cité, de manière à en faire un tout. Nous savons que l’Union est la Table sacrée qui doit nous conduite au Port de la Félicité. L’expérience nous a suffisamment appris que dans la crise actuelle, nous devons tous suivre les mêmes chemins et les mêmes maximes. »47

  • 48 Cf. C. Segreti, La gobernación de José Javier Díaz en 1820, Córdoba, 1960.

Ce discours résulte non seulement de la tendance des cités à proclamer une autonomie enfin à leur portée, mais aussi de la victoire des factions identifiées à la « cause » fédérale. À Córdoba, les clans politiques sont mobilisés pour l’élection du gouverneur en titre, Díaz ayant été nommé de manière provisoire. Lancé par la circulaire du 15 février 1820, le processus électoral a lieu pendant tout le mois de mars, à l’issue duquel Bustos est élu gouverneur48. L’indépendance de Córdoba est alors largement confirmée.

  • 49 Cf. T. Halperin Donghi, Revolución y guerra. Formación de una élite dirigente en la Argentina criol (...)

19Toutefois, il subsiste à Mendoza comme à Buenos Aires des éléments politiques attachés au centralisme, suffisamment puissants pour renverser rapidement les autorités issues de la crise. À Mendoza, l’élection du gouverneur en titre ramène sur le devant de la scène Tomas Godoy Cruz, fds de famille, ancien député et proche ami de San Martin. Cette nomination traduit bien la revanche des opposants sur la faction fédérale liée à Campos. A Buenos Aires, le pouvoir fait l’objet de rivalités entre l’ancienne classe dirigeante, qui a soutenu le Directoire, et l’opposition qui regroupe de nombreux officiers s’appuyant sur les couches populaires. Parmi ceux-ci, certains ont lié leur sort au Littoral et défendent l’option fédérale -c’est le cas de Soler et de Sarratea – alors que d’autres, comme Manuel Dorrego, refusent de tomber sous la coupe des caudillos. À cela s’ajoute un nouvel acteur, les habitants de la campagne, qui servent d’appui à tel ou tel représentant de leurs intérêts49.

  • 50 Cf. R. Levene, La anarquía de 1820 en Buenos Aires, op. cit. Pour un renouvellement des perspective (...)

20L’année 1820 voit donc se succéder les gouverneurs à travers une succession de coups de force et de renversements50. L’ancien parti des directoriaux revient au pouvoir en mai avec le gouverneur Ramos Mejía, qui affronte l’opposition armée de Soler. Mais celui-ci n’a plus l’appui de ses alliés de la veille : le congrès de San Lorenzo n’ayant pas été réuni, López accuse Buenos Aires d’avoir dénoncé le traité de paix et de chercher à rétablir sa prééminence. Aidé du chilien José Miguel Carrera, ennemi de O’Higgins, et de l’ancien Directeur Carlos de Alvear, il reprend les hostilités le 22 juin, au moment même où Soler accède pour quelques jours à la magistrature suprême. Manuel Dorrego, qui lui succède en juillet, est farouchement opposé aux caudillos du Littoral. Grâce aux troupes réunies par l’officier Martin Rodriguez et le riche hacendado Juan Manuel de Rosas, il parvient à écraser les forces d’Alvear et de Carrera à San Nicolas, le 2 août, puis bat Estanislao Lõpez à Pavón, le 12.

  • 51 Cf. P. González Bernaldo, Civilité et politique aux origines de la nation argentine. Les sociabilit (...)
  • 52 C. Segreti, El pais disuelto, op. ait., p. 171-194.

21La situation commence à se stabiliser en septembre, lorsqu’une troisième Junte des représentants porte au pouvoir Martin Rodriguez, représentant des secteurs nantis de l’ancienne capitale. Grâce à l’appui de Rosas, commandant des milices de la campagne, le nouveau gouverneur parvient à défaire le parti « fédéral » et « populaire », à l’origine des émeutes qui secouent la ville au début du mois d’octobre. Par la suite, il s’établit une sorte de consensus entre les classes possédantes de la cité et celles de la campagne, l’autorité du gouverneur étant reconnue par l’ensemble de la province. Le triomphe de ce parti de l’ordre se reflète dans la composition de la Junte des représentants, qui reste très stable jusqu’en 182751. Avec ses ministres Rivadavia et Manuel Garcia, Martin Rodriguez inaugure dans le cadre provincial une période de réformes institutionnelles et politiques sous-tendues par une grande prospérité économique, connue sous le nom de « décade dorée ». Autre facteur de stabilisation : la médiation de Córdoba, à partir du mois d’octobre, parvient à rétablir la paix entre Buenos Aires et Santa Fé, qui se concrétise par le pacte de Benegas, signé le 24 novembre : celui-ci garantit la liberté du commerce des armes, des munitions et des équipements entre les provinces alliées, la liberté de navigation sur les fleuves et la réunion d’un congrès à Córdoba. Durant l’année 1821, l’alliance Buenos Aires-Santa Fé fonctionnera contre le nouvel ennemi commun, Ramírez, qui a fondé la République d’Entre Rios et prétend écraser son allié de la veille pour établir sa suprématie dans la zone littorale52.

22Cependant, comme en 1810-1811, la souveraineté des pueblos se révèle être une arme à double tranchant. Le processus de consolidation des anciennes intendances se heurte en effet à la volonté des cités subalternes d’affirmer, à leur tour, leur droit de se gouverner elles-mêmes. Le discours « fédéral », qui légitime par la volonté du peuple la rupture avec le pouvoir central et le choix de l’autonomie de gouvernement, est indistinctement entendu par les capitales de province et les cités subalternes. Or, comme en 1810-1811, les nouveaux gouvernants répugnent à voir leur juridiction échapper à leur contrôle. Toutefois, ils n’ont plus les moyens d’interrompre le processus par lequel les pueblos réassument leur souveraineté, entraînant par là même une dislocation des anciennes intendances.

  • 53 Ibid., p. 60-62.
  • 54 Oficio de Bustos al gobernador de La Rioja, 31/03/1820, AHC Copiadores de gobierno, caja 280.
  • 55 Cf. C. Segreti, El pais disuelto, op. cit., p. 62.

23Principal propagateur des idées fédérales et de l’autonomie des provinces, Bustos reste très réservé quant à l’ampleur que doit prendre le mouvement. Son invitation à rallier le nouveau système ne s’adresse en effet qu’aux capitales d’intendance. Lui-même se trouve confronté, dès son élection, à la sécession de La Rioja. La faction de Francisco Antonio Ortiz de Ocampo, ennemi juré de Díaz depuis 1815, est à l’œuvre dans la cité. Cette mobilisation porte ses fruits le 1er mars : au lieu de nommer un représentant qui se rende à Córdoba pour élire le gouverneur, les vecinos proclament leur indépendance « vis-à-vis de Córdoba et de Buenos Aires », avant de nommer Ortiz de Ocampo à la tête de la nouvelle province53. Bien que l’assemblée électorale de Córdoba ait entériné la nouvelle, Bustos tente d’en revenir à l’ancienne obédience : faisant observer que la convocation au congrès de San Lorenzo ne s’adresse qu’aux capitales de province, il invite le député de La Rioja à venir voter « pour celui qui ira à San Lorenzo [représenter] la province entière »54. Cela revient, dans les faits, à nier l’égalité et la souveraineté de l’ancienne cité subalterne. La Rioja passe outre et répond en son nom propre à Sarratea, consciente de contrecarrer les projets de Bustos. Mieux encore, elle projette début avril de se fédérer avec San Juan et San Luis, dans le but de « se faire respecter de Córdoba, qui a reconnu l’indépendance de cette dernière »55. Dès lors, Bustos se voit contraint d’accepter la partition de sa juridiction. Le même scénario se déroule dans l’intendance de Tucumán, au moment où celle-ci convoque l’assemblée provinciale. À Santiago del Estera, le capitaine de milices Juan Felipe Ibarra impose le changement politique par la force des armes. En guise de réponse, Aráoz publie le 10 avril un manifeste plein de mépris, qui dévoile ses vues quant à l’autonomie des cités subalternes :

  • 56 Ibid, p. 95.

« La contemplation plaisante d’un libre usage de vos droits vous éblouit et vous halluciné, au point que vous vous croyez capables d’entrer par vous-mêmes dans un gouvernement fédéral, [erreur] déplorable pour laquelle votre minorité et votre impotence ne peuvent vous servir d’excuse. »56

Le démantèlement des intendances 1820

Le démantèlement des intendances 1820
  • 57 Ibid.

Ce camouflet, loin de ramener Santiago dans le giron de la capitale, radicalise au contraire le mouvement : l’indépendance est proclamée le 17 avril, donnant lieu à un long texte où la cité expose ses motifs exactement comme s’il s’agissait de la Nation tout entière. Craignant des représailles, Ibarra se retourne vers Bustos à qui il demande de lui fournir des hommes, des armes et des équipements57. Dans la foulée, la cité de Catamarca se place également sous la protection de Bustos et lui demande s’il y a lieu pour elle de rompre définitivement avec Tucumán et d’envoyer des députés à l’assemblée provinciale et à San Lorenzo. Le champion du fédéralisme, en qui les cités voient leur protecteur naturel, réagit à l’occasion en gouverneur d’intendance, soucieux de conserver le soutien d’Aráoz et d’éviter une décomposition générale. Sa réponse au lieutenant-gouverneur de Catamarca est donc à l’unisson du manifeste d’Aráoz :

  • 58 Ibid., p. 102.

« La liberté des petits districts me semble être une farce. Lisez donc l’histoire et vous verrez que même avant l’empire des Incas, on ne trouvait pas en Amérique de tribus aussi réduites que celles qui aujourd’hui se prétendent [autonomes] (...) Le Congrès décidera si les cités subalternes doivent y être représentées, ou si la représentation doit se réduire à un seul député par province. »58

  • 59 Cf. H. Videla, art. cité.
  • 60 Bando de Pedro José Campos, 29/03/1820, AFIM Ind., 5-25.
  • 61 Bando de Pedro José Campos, 26/03/1820, AHM Ind., 5-26.

24À l’inverse, le gouverneur du Cuyo Pedro José Campos reconnaît sans sourciller l’indépendance de San Juan et San Luis. Si la première découle des événements du mois de janvier, la seconde est le résultat d’un coup de force des fédéraux qui s’emparent du pouvoir après la chute du Directoire. L’attitude conciliante de Campos lui permet toutefois d’éviter les heurts dans sa juridiction. Sa stratégie consiste à accepter l’autonomie des trois cités, puis à reconstituer une entité « provinciale » sur la base de pactes passés entre elles. À cet effet, il dépêche des émissaires à San Juan et San Luis dès son accession au gouvernement59. La mission est couronnée de succès à San Luis, qui signe le 24 mars un traité garantissant « l’union et l’amitié indissolubles » entre la cité et son ancienne capitale. S’il est entendu que San Luis se gouvernera elle-même jusqu’à la réunion du congrès général, la cité déclare « faire partie intégrante de la province du Cuyo » et accepte d’envoyer un représentant à la « convention provinciale ». Celle-ci aura pour mission de conserver l’ordre et la paix à l’intérieur comme à l’extérieur, d’établir des relations avec les autres provinces, de nommer et de recevoir des émissaires60. Il s’agit, en somme, d’une confédération en miniature, à l’échelle de l’ancienne intendance. Jalouse de sa souveraineté, San Juan repousse l’idée de convention provinciale qui risquerait d’entraver l’action de ses gouverneurs. Toutefois, les deux cités affirment leur union sur la base de l’autonomie de gouvernement, et San Juan s’engage à apporter son aide à Mendoza si celle-ci la lui demande61. Face aux mises en garde de Córdoba, dont les autorités brandissent le spectre de la décomposition politique, Campos laisse le processus aller jusqu’à son terme, pour reconstruire, sur cette base, une nouvelle organisation. Il applique donc à l’échelle de sa province ce que Bustos tente à l’échelle du pays.

25De fait, la rétrocession de la souveraineté aux pueblos engendre immédiatement une recomposition des liens politiques, comme si les cités voulaient à tout prix échapper à l’isolement. Opérée à un double niveau, celui de l’union puis celui des intendances, la dislocation de la « pyramide des obédiences » engendre un jeu d’alliances extrêmement complexe, en perpétuelle recomposition. En guise d’exemple, nous pouvons considérer l’état de ces relations à la fin du mois de mars 1820. À cette date, Bustos se trouve au cœur d’un réseau qu’il a en partie généré par sa circulaire du 3 février et les nombreuses correspondances qu’il entretient avec ses collègues. Chef militaire et gouverneur, Bustos est en relation étroite avec Aráoz, Güemes, Campos et naturellement San Martin. Vis-à-vis des cités subalternes, il apparaît comme le champion de la cause fédérale, raison pour laquelle Santiago et Catamarca lui ont demandé sa protection contre leur ancienne capitale, Tucumán. Mais celles-ci ont également misé sur la proposition de congrès lancée par Sarratea depuis Buenos Aires : l’invitation à San Lorenzo a permis à La Rioja et à Santiago d’affirmer leur autonomie.

26L’attitude de San Juan parachève le tableau : fin avril, le lieutenant Francisco Solano del Corro, qui s’est emparé du pouvoir, passe une alliance avec José Miguel Carrera. Celui-ci compte s’en servir pour renverser San Martin et O’Higgins et assure à Corro, en échange, le soutien des caudillos du Littoral. Face à cette coalition qui menace sa prééminence, et peu désireux de voir les cités subalternes agir à leur guise, Bustos se rapproche de San Martin. La collaboration des deux chefs porte ses fruits : tandis qu’à Mendoza, Campos est remplacé par le fidèle Godoy Cruz, Bustos s’efforce de déplacer Corro, qui s’enfuit à La Rioja, où il tente de déposer le gouverneur avec l’appui du nouvel homme fort de Catamarca. Ces péripéties ont l’intérêt de mettre en relief la complexité des réseaux d’alliances et la variété des acteurs à l’œuvre dans ce processus : cités capitales jalouses de leur position, cités subalternes désireuses de s’émanciper, chefs des grandes armées, gouverneurs improvisés, autant de stratégies de pouvoir et de contre-pouvoir qui s’élaborent et rendent extrêmement difficile la mise en place d’un ordre politique cohérent.

27Acéphalie, rétrocession de la souveraineté aux pueblos, proclamation de l’égalité entre cités principales et subalternes : le début de l’année 1820 apparaît bien comme le troisième acte de la révolution de Mai. Le compromis politique de 1815 ayant montré ses limites, les questions fondamentales se posent à nouveau dans toute leur acuité : comment doit s’exercer la souveraineté ? Qui possède la légitimité nécessaire pour mener à bien cette entreprise ? Comment éviter de retomber dans les pièges du centralisme, tout en menant à bien la guerre et la construction de l’État ? Tels sont les problèmes auxquels se confrontent les autorités des cités, qui jouissent toutefois d’un pouvoir de décision beaucoup plus ample qu’en 1 810 ou 1815, ayant conquis les moyens matériels et symboliques de préserver leur autonomie.

L’organisation des provinces souveraines

  • 62 Cf. R. Levene, La anarquía de 1820 en Buenos Aires, op. cit.
  • 63 Le processus est néanmoins à l’œuvre et se manifeste lors du changement de régime qui suit la mort (...)

28La proclamation des indépendances provinciales est vécue comme l’aboutissement logique et le triomphe de la souveraineté du peuple : c’est en ce sens qu’il convient d’entendre la célèbre formule de Ricardo Levene, affirmant que « l’anarchie de l’année 20 est la révolution de Mai en marche »62. À Córdoba, Tucumán et Mendoza, le changement de régime est marqué par la convocation d’une assemblée représentative, la nomination d’un nouveau gouverneur et la proclamation d’un texte constitutionnel. Seule Salta fait exception durant l’année 1820, comme si Güemes, dont la légitimité repose sur son action militaire, n’avait pas besoin de recourir à cet encadrement institutionnel63.

  • 64 Circular de José Javier Díaz a los jueces pedaneos de la campaña, 7/02/1820, AHC 71-7. José Javier (...)
  • 65 Cela se marque notamment par des recommandations quant à la diffusion du texte et des mises en gard (...)
  • 66 Ibid.

29À Córdoba, le processus électoral qui précède la déclaration de l’indépendance est, sur le plan des principes, la mise en œuvre de la volonté générale. Sur le plan des pratiques, il représente plutôt l’effort de la cité pour garder le contrôle sur sa juridiction. La circulaire du 7 février ordonne l’élection de nouveaux juges de paix (jueces pedaneos) avec pour argument de « mettre la campagne en pleine possession de ses droits »64. Il s’agit certes de faire participer les citoyens de la comarca à la construction d’une nouvelle entité souveraine, mais aussi de s’assurer la présence d’agents dévoués au nouveau régime. Parmi les qualités attendues des élus figurent non seulement l’adhésion à la cause patriotique, mais aussi le choix du fédéralisme comme mode de gouvernement. La circulaire du 15 février, qui appelle les électeurs de la campagne à élire des représentants, a également pour but de renforcer la cohésion de la province par l’expression politique des citoyens65. Le mouvement de 1815, qui ouvrait aux campagnes l’espace du suffrage, trouve ici son aboutissement. Ce texte doit enfin être considéré comme le manifeste de la rupture produite par Arequito : après avoir rendu un hommage appuyé à l’Armée du Nord et à son chef, José Javier Díaz montre que la conséquence immédiate du pronunciamiento est la mise en place de nouvelles institutions. La loi est ainsi chargée de pérenniser la situation politique acquise par les armes. De fait, la circulaire impose un contenu strict aux pouvoirs qui doivent être conférés aux électeurs : ceux-ci doivent comprendre l’élection d’un gouverneur en titre, la déclaration de l’indépendance provinciale et la nomination d’une assemblée représentative66.

  • 67 Acta del cabildo de Tucumán, 28/02/1820, AHT Actas.
  • 68 Plusieurs consultations lui ayant été adressées quant à l’ampleur des pouvoirs conférés aux représe (...)
  • 69 Acta de la asamblea électoral de Tucumán, 17/05/1820, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5.
  • 70 Acta del cabildo de Mendoza, 11/07/1820, AHM Ind., 748-72.
  • 71 Acta de la Legislatura de Córdoba, 25/04/1821, AHLC ; Acta del cabildo de Córdoba, 4/05/1821, dans (...)
  • 72 Actas del cabildo de Salta, 13/04/1820 et 1/02/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 10, p. 3 (...)
  • 73 Cf. C. R. Melo, « Formación y desarrollo de las instituciones políticas de las provincias argentina (...)

30La création de ces assemblées représente la grande nouveauté institutionnelle des indépendances provinciales, « l’âme du nouveau système de gouvernement », selon l’expression de Díaz. Elles incarnent, d’une part, la volonté populaire réaffirmée comme source de légitimité, et exercent, de l’autre, la fonction législative et constituante sur laquelle se fonde l’autonomie provinciale. En même temps qu’à Córdoba, le cabildo de Tucumán convoque l’élection de représentants pour « la cité et son territoire », ainsi que pour les cités subalternes de Santiago del Estera et Catamarca67. Alors qu’à Córdoba la question de l’extension relative des pouvoirs provoque un vif débat et de nouvelles élections68, les échevins de Tucumán ordonnent d’emblée la concession de pouvoirs amples, « afin de statuer sur tout ce qui peut assurer la félicité, l’ordre et l’organisation [de la province], jusqu’à la réunion du Congrès général ». La formule reflète l’acceptation, à cette date, d’un gouvernement strictement fédéral. Ces assemblées représentatives acquièrent bientôt un statut propre par rapport aux assemblées électorales, Tucumán inaugurant dès le 17 mai 1820 une « junte des représentants de la province »69. À Mendoza, c’est un cabildo abierto qui décide du changement de régime, mais le nouveau gouverneur Godoy Cruz propose, le 11 juillet, la création d’une assemblée représentative70. À Córdoba, l’assemblée réunie en 1820 est, en réalité, une assemblée électorale permanente ; le congrès provincial proprement dit est mis en place l’année suivante, après la sanction du règlement constitutionnel71. Salta offre également l’exemple d’une représentation ad hoc : Güemes convoque des assemblées pour financer l’effort de guerre, en avril 1820, et pour décider d’attaquer Tucumán au début de 1821. Ce n’est qu’après sa mort qu’une junte provinciale est constituée72. Ces institutions, sur le plan formel, sanctionnent donc le changement de régime, mais elles se situent clairement dans la continuité des assemblées électorales qui depuis 1815 ont pris de plus en plus d’importance, jusqu’à concurrencer le cabildo ou le cabildo abierto comme mode d’expression de la volonté dupueblo 73.

  • 74 Oficio de la Junta provincial al gobernador de Buenos Aires, 26/08/1821, AGN Gob. Salta, 1821.
  • 75 Acta de la Asamblea popular del 11 de julio de 1820, AHM Ind., 748-72.
  • 76 Cf. J. Comadrán Ruiz, « Notas sobre la creación y evolución de la legislatura de Mendoza (1820-1854 (...)
  • 77 Acta del cabildo de Salta, 9/08/1821, dans M. L. San Martino DE DROMI, Documentas constitucionales (...)
  • 78 Acta del cabildo de Salta, 9/08/1821, op. cit.

31Le point commun de ces nouvelles instances réside dans leur fonction, qui consiste, d’une part, à légitimer la nomination d’un gouverneur et, de l’autre, à doter la province d’une existence juridique par le biais de textes constitutionnels. L’assemblée de Salta se donne ainsi pour tâche « la prompte réorganisation du pouvoir souverain »74. Quant à celle que Godoy Cruz fait créer à Mendoza, elle possède les attributs d’une assemblée législative : créer et pourvoir les emplois publics, conseiller le gouverneur sur la politique à suivre, faire des lois et lever des contributions75. Cet embryon d’organisation institutionnelle est complété, l’année suivante, par un « Règlement provisoire de gouvernement pour les cités du Cuyo », qui contient les principes essentiels de l’organisation d’un État provincial76. À l’égal de Mendoza, Salta et Jujuy se dotent, en août 1821, d’un simple règlement constitutionnel ayant pour but de « prescrire [au Gouverneur] une conduite conforme aux intérêts et aux droits de leurs commettants (...) et de disposer de ce qu’ils croient convenir à leur bien et à leur félicité »77. Se fondant sur leur dénonciation des abus commis par Güemes, les auteurs du texte cherchent surtout à limiter le pouvoir du gouverneur. En ce sens, l’assemblée se voit dotée de pouvoirs assez importants, tandis que les attributions de l’exécutif, identiques à celles de l’ancien Directeur, comportent plusieurs limites : élu pour deux ans seulement, le gouverneur doit rendre compte de tous ses actes à l’assemblée ; il n’a pas le droit de lever de troupes, ni d’avoir une escorte. Le pouvoir de Güemes, qui reposait sur son armée de gauchos, sert bien sûr ici de repoussoir. Pour le reste, le règlement se borne à compléter les dispositions en vigueur depuis 1810. La tâche de l’assemblée consiste en effet à « surveiller l’exécution des (...) règles établies par le dernier Congrès dans le règlement provisoire [de 1817] et la Constitution de l’État, dans tout ce qu’elles ont d’adaptable pour le régime de cette province »78.

  • 79 Sur la Constitution de Córdoba, cf. A. Díaz de Molina, « La constitución cordobesa de 1821 y su inf (...)
  • 80 Sur l’organisation constitutionnelle des provinces indépendantes, voir J. A. González Calderón, Int (...)

32Tucumán et Córdoba se dotent, en revanche, de véritables Constitutions, mais celles-ci innovent peu par rapport aux textes précédents de 1817 et 181979. De fait, le but de ces textes n’est pas d’affirmer une nouveauté radicale en regard de l’apport révolutionnaire de 1810, mais d’inscrire de manière très ferme ces prérogatives dans le cadre d’un État provincial80. Les deux premiers articles de la Constitution de Córdoba retrouvent ainsi des accents proches de la Constitution de Cadix pour définir son espace de souveraineté, qu’en toute rigueur il faudrait qualifier de « nation » :

  • 81 Reglamento provisorio de la provincia de Córdoba, 30/01/1821, dans M. L. San Martino de Dromi, op. (...)

« Art. 1 : La province de Córdoba est la réunion de tous ses habitants nés ou résidant à l’intérieur des limites qui démarquent actuellement son territoire.
Art. 2 : La province de Córdoba est libre et indépendante : la souveraineté réside essentiellement en elle, et elle possède le droit d’établir ses lois fondamentales au moyen de constitutions stables. »81

Ces textes reflètent en outre la persistance d’une volonté d’union entre les provinces. Tous prévoient la possibilité de conclure des pactes et des alliances avec les autres cités et tous se définissent comme provisoires, conçus pour organiser la vie publique jusqu’à la réunion du Congrès général, qui pourra en modifier la teneur. Seule la Constitution de Córdoba peut être qualifiée de fédérale, au sens où elle prévoit l’espace et les limites imparties aux compétences respectives des institutions provinciales et générales. Cela est très explicite dans les passages suivants, concernant respectivement les attributions du Congrès et du pouvoir exécutif :

  • 82 Ibid., section VI, chap. 13, art. 1 et chap. 15, art. 1.

« En cas de risque d’attaque imminente de la Province, le Congrès peut ordonner une guerre défensive ; hormis ce cas, la déclaration de la guerre et de la paix est [une compétence] réservée au Congrès général des États. (...) Le pouvoir exécutif de la province sera [sur son territoire] l’agent naturel et immédiat du Pouvoir exécutif fédéral, pour tout ce qui est du ressort de ce dernier, ou du Congrès général des États, pour tout ce qui ne sera pas confié à des fonctionnaires particuliers. »82

  • 83 Oficio del cabildo de Mendoza al gobernador, 6/08/1820, AHM Ind., 748-59.

33Le bel ordonnancement des textes doit pourtant être confronté à la réalité du pouvoir, dans ces communautés restreintes que forment les vecindarios des cités capitales. Même en y incluant la représentation de la campagne, les assemblées n’obéissent pas au principe proportionnel et ne comportent qu’une poignée de députés : deux à Tucumán en mai 1820 (auxquels s’ajoutent les deux des cités subalternes) ; trois à Córdoba en 1820 et cinq l’année suivante ; cinq à Mendoza et sept à Salta. Les nouvelles institutions sont donc investies par les factions au pouvoir, qui soutiennent les gouverneurs en place. À Córdoba, la nomination de Díaz puis l’élection de Bustos sont la conséquence du retour des « fédéraux » aux affaires, après que les « centralistes » les en ont délogés en 1817. Les principales figures de ce groupe, Eduardo Bulnes, Benito Lascano et Eugenio Portillo, sont membres de l’assemblée électorale de 1820 ou du congrès provincial élu en 1821. Les autres cités voient se succéder des factions rivales à la tête de leur gouvernement. À Mendoza, les « fédéraux » font élire Pedro José Campos en mars 1821, avant d’être supplantés par les « centralistes » qui imposent Godoy Cruz comme gouverneur en juin. Comme Bustos à Córdoba, celui-ci jouit d’un prestige et d’une envergure « nationale » qui expliquent sans doute la relative stabilité de son pouvoir. Cela ne l’empêche pas de vouloir démissionner au début du mois d’août, à cause de rumeurs et de pasquins circulant contre lui. Les échevins, qui sont ses partisans, refusent sa démission. Selon eux, un pasquin, acte isolé et anonyme, ne saurait être considéré comme l’expression de la volonté générale du pueblo, mais comme celle d’un particulier opposé aux intérêts de la communauté83. Celui qui s’oppose à la volonté générale, exprimée par l’élection « unanime » de Godoy, ne peut être qu’un agent du désordre et de la dissolution. Le cabildo évoque par ailleurs le risque de voir l’armée se soustraire au pouvoir civil et imposer son propre choix de gouvernement. Loin d’avoir disparu dans le cadre des autonomies, la crainte de la dissolution sociale est donc toujours présente.

34Cet exemple illustre bien les problèmes sous-jacents que pose la proclamation des autonomies, à savoir le rapport existant entre les élus et les factions, d’une part, et le problème de la légitimité, de l’autre. Le défi posé aux gouverneurs est de restaurer une autorité dans un contexte de dilution de la souveraineté. Cela suppose de faire l’unanimité, afin de maintenir la cohésion de la province et de se faire obéir aussi bien des citoyens que des soldats. La légitimité conférée par l’élection ne suffit pas, en elle-même, à l’emporter sur les logiques de factions, mais elle est l’un des seuls recours qui permette de transcender les divisions de la communauté. C’est pourquoi la volonté générale est toujours invoquée comme fondement de l’autorité, le suffrage apparaissant plus que jamais comme l’acte créateur du lien politique et social.

  • 84 Ces deux exemples illustrent bien la thèse de Tulio Halperín Donghi qui lie l’apparition des caudil (...)
  • 85 Acta de la junta de representantes de la República del Tucumán, 17/05/1820, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5

35À Tucumán et Salta, la personnalisation et le caractère autoritaire du pouvoir sont davantage marqués, en raison sans doute de la proximité des fronts84. Güemes et Aráoz s’appuient sur des partisans qui verrouillent les postes de la nouvelle administration. À Tucumán, ce sont deux proches du gouverneur, Pedro Miguel Aráoz et Serapión José de Arteaga, qui représentent la province dans la « junte » fondée en mai. On retrouve également les partisans d’Aráoz, notamment plusieurs membres de sa famille, dans les candidats proposés pour l’élection de la Cour de justice85. Cette réalité factieuse et clientéliste du pouvoir sera caricaturée en ces termes par le successeur d’Aráoz :

  • 86 Manifiesto justificativo de la Révolution de Tucumán de 28 de agosto de 1821 contra don Bernabé Ará (...)

« Qui pouvait regarder sans rire ce congrès [provincial] composé d’un avocaillon, d’un Aráoz président, d’un Aráoz secrétaire et d’un autre [compère] qui suivait le premier comme son ombre ? (...) Une chambre qui s’appelait Suprême Pouvoir Judiciaire (...) où le rapporteur n’avait aucun diplôme (no era letrado) (...) et dans les arrêts de laquelle, à côté du pompeux “à vous le Gouverneur” il ne manquait que le “sa Majesté Ferdinand par la grâce de Dieu” pour avoir toutes les apparences d’une Audience royale de pacotille. »86

  • 87 Abraham González est l’un des artisans de la déposition de Mota Botello, en novembre 1819, qui a pe (...)

36Cet exercice partial et autoritaire du pouvoir nourrit une opposition grandissante, qui culmine en 1821 à l’occasion de la guerre entre les deux provinces et provoque la déposition des deux gouverneurs à quelques mois d’intervalle. A Salta, le cabildo renverse Güemes le 24 mai et fait nommer deux administrateurs provisoires pour les affaires civiles et militaires. Après la mort du caudillo, c’est Francisco Fernández Cornejo, l’un de ses principaux opposants, qui devient gouverneur. Á Tucumán, Aráoz est déposé à la fin du mois d’août par une poignée d’officiers menés par Abraham González, allié de la veille87. Dans les deux cas, ces actions donnent lieu à des manifestes où les auteurs du coup de force se justifient en arguant du caractère « despotique » des anciens gouvernants. Le changement de régime est présenté comme une véritable régénération politique, celle qui aurait dû être accomplie en 1820 et que les deux gouverneurs ont évitée en se « convertissant » au fédéralisme. Le cabildo de Salta décrit en ces termes son initiative, accomplie en tant que représentant « naturel » de la communauté :

  • 88 Acta del cabildo de Salta, 24/05/1821, dans Güemes documentado, op. cit. t. 11, p. 153.

« Risquant son existence par l’une de ces impulsions énergiques qui sont le fait des grandes âmes, [le pueblo] a relevé sa tête humiliée, présentant un visage ferme et serein ; il a fait convoquer tous les vecinos et habitants de la cité, [à qui il a donné] l’alarme [et déclaré] qu’il était temps de mettre fin à leurs disgrâces et à l’oppression qu’il enduraient sous le joug d’un chef endurci et sourd à leurs plaintes. »88

Ce que les échevins de Salta font entendre avec force, c’est l’expression politique du pueblo, qui n’avait pas pu avoir lieu l’année précédente. La situation décrite rappelle une fois de plus celle des années 1808-1810 : pour remédier à « l’état d’acéphalie », la province doit « puiser dans ses propres ressources » et, en se donnant une Constitution, échapper à l’irréversible décadence, synonyme de despotisme et de mort politique :

  • 89 Oficio de la asamblea provincial de Salta al gobernador de Buenos Aires, 26/08/1821, AGN Gob. Salta (...)

« Oubliant le caudillo qui la guidait sur le sentier de la perversion, elle se détourne brusquement du vice et commence à œuvrer pour la vertu. L’ordre des événements humains, pour une fois, se trouve inversé (...) La province, qui courait à sa perte, retrouve une nouvelle vie dans la représentation de cette honorable junte provinciale, qui la constitue. »89

  • 90 Manifiesto justificative..., op. cit.

37Abraham González, pour sa part, se livre à une critique en règle de la République de Tucumán installée par Aráoz, tout en dévoilant les rouages de son fonctionnement. Dénonçant, exemples à l’appui, le népotisme et la corruption du régime, il le qualifie de « patrimonial, créé par la grâce de Dieu et inamovible par les hommes »90. Pour lui, Aráoz n’a adhéré aux autorités suprêmes des Provinces Unies que pour maintenir son pouvoir dans la province, pouvoir que la proclamation de l’autonomie lui a permis de porter à son apogée, en installant :

  • 91 Ibid. Le terme repúdica renvoie au verbe « répudier ».

« (...) une fédération qu’il ne comprenait ni ne pouvait mettre en œuvre dans un sens autre que celui de se libérer de toute dépendance, de féodaliser (sic), de dresser des mises en scènes théâtrales, de se couvrir de titres pompeux. Ériger, enfin, une république que les hommes sensés ont appelé repúdica, [voilà quel] fut l’unique objet de sa vénération, avec un mépris total de la patrie, des devoirs les plus sacrés et même de l’honneur et de la décence. »91

Allant jusqu’au bout de sa logique, Abraham González explique peu après à Martin Rodriguez la raison pour laquelle il refuse, pour sa part, de mettre en place une assemblée représentative. Non qu’il réfute la notion de la souveraineté du peuple, mais il a une conscience aiguë des conditions qu’il faut réunir pour créer une représentation digne de ce nom, qui ne soit pas la simple expression d’une faction. Or, il estime que cela est impossible à Tucumán, tout simplement parce qu’il ne s’y trouve pas suffisamment d’hommes capables d’assumer cette charge :

  • 92 Carta de Abraham González al gobernador de Buenos Aires, 29/10/1821, dans Güemes documentado, op. c (...)

« Vous savez bien qu’une représentation réduite s’appelle une faction, ou qu’elle est en passe de le devenir, et je pense que c’est pour cela qu’on a sagement doublé le nombre des représentants de la province de Buenos Aires. Vous savez aussi qu’elle ne peut subsister si elle n’est composée d’hommes aisés, dotés d’un esprit public développé et soutenu par une bonne instruction. Cela étant, considérez le cas de cette province : si vous en enlevez le docteur García, assesseur du cabildo, le docteur Paz, juez de alzadas, le docteur Molina (...) et le docteur Perico Aráoz (Pedro Miguel Aráoz), vous ne trouverez personne d’autre pour former le congrès des , 92
représentants. »92

  • 93 Nous limitons cette conclusion aux années 1820 et 1821. Une certaine modernisation politique se pro (...)

Ces propos sont remarquables car ils mettent à jour les conditions réelles de l’exercice du pouvoir dans des communautés gouvernées par des élites réduites. De multiples indices, tels que les invitations aux cérémonies, montrent qu’il s’agit toujours de sociétés de corps, fortement hiérarchisées. La rédaction de constitutions provinciales n’est donc pas, à cette date, l’indice d’une modernisation politique : loin de faire triompher l’individu comme sujet de la souveraineté, elle sanctionne au contraire le triomphe de la communauté d’Ancien Régime93.

  • 94 J. C. Chiaramonte, « La cuestión régional en el proceso de gestación del Estado nacional argentino  (...)

38Ce paradoxe apparent provient du fait que l’avancée du mouvement révolutionnaire ne se pose pas en termes de démocratisation, mais de décentralisation : dans ce troisième acte de la Révolution, ce sont les pueblos eux-mêmes qui en viennent à exercer leurs droits politiques. L’organisation institutionnelle qui en découle doit donc être entendue comme une affirmation de la souveraineté des pueblos et comme une tentative pour stabiliser celle-ci dans le cadre des États-provinces. Quant aux rapports existant entre ces institutions et les gouverneurs, que les historiens ont récemment reconsidérés dans la perspective ouverte par José Carlos Chiaramonte94, ils sont, pour cette toute première période, marqués par ce que l’on pourrait appeler une « discipline de faction ». Intermédiaires privilégiés entre les citoyens et le pouvoir central pendant la première décennie de la Révolution, les gouverneurs, soutenus par une partie des élites urbaines, sont désormais responsables de la cohésion des provinces souveraines et de leur inscription dans un ensemble plus large.

La persistance du lien transversal

39Malgré la proclamation des indépendances provinciales qu’ils ont largement contribué à faire advenir, les gouverneurs entendent conserver un lien solide afin de freiner le démantèlement des anciennes structures. L’affirmation de l’autonomie, en effet, ne contredit en rien l’appartenance à un ensemble commun. Ces acteurs sont désireux de se donner un cadre, le moins contraignant possible, qui remplace celui de la Monarchie ou l’obédience à Buenos Aires. La nécessité de maintenir et d’institutionnaliser un lien transversal s’impose, en premier lieu, du fait de la guerre contre les royalistes et du besoin qu’ont les gouverneurs de coordonner leur action : aucun d’entre eux n’est en mesure de lever une armée suffisante pour mener à bien une expédition vers le Haut-Pérou. Se pose alors le problème du rapport entre le projet militaire et l’organisation politique, d’autant plus épineux que ce sont les mêmes acteurs qui formulent les deux. La création institutionnelle doit-elle prendre le pas sur la guerre, ou faut-il se plier aux urgences du moment, quitte à prolonger l’état d’indéfinition politique qui a été l’une des principales carences du précédent régime ? En second lieu, les rapports entre provinces indépendantes dégénèrent parfois en affrontements armés, d’où la nécessité d’une instance supérieure pour arbitrer les conflits et tenter de maintenir la paix. Ce rôle, autrefois dévolu aux dirigeants de Buenos Aires puis au congrès de Tucumán, est toujours ressenti comme indispensable. Entre le cadre « américain » de la guerre et le cadre provincial de la souveraineté, les chefs des provinces ressentent donc la nécessité de construire un espace d’appartenance intermédiaire.

La volonté d’union : faire triompher la « cause américaine »

  • 95 Oficio de Bustos a Güemes, 3/02/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 419.
  • 96 Oficio de Bustos al cabildo de Mendoza, ibid., p. 419.

40La proclamation de l’autonomie par les provinces ne remet pas en cause leur dévouement envers les armées « nationales » qui continuent à lutter contre les royalistes. Le pronunciamiento d’Arequito ayant permis de rétablir l’armée dans sa mission originelle, le mouvement « fédéral » donne un nouvel élan à la collaboration entre civils et militaires. Le plan de Bustos, tel qu’il l’expose à Güemes dès le 3 février95, consiste à organiser la coopération de toutes les provinces pour augmenter les effectifs de l’Armée du Nord. Réunie à celle des Andes, cette force pourrait forcer le barrage alto-péruvien et marcher définitivement sur Lima. La réussite de ce projet militaire dépend selon lui d’une solution politique, qui va dans le sens de l’aspiration des pueblos : pour vaincre ensemble les ennemis de la « cause commune », il convient de se rallier à l’union fédérale et de suivre « le torrent de l’opinion générale »96. Bel exemple de pragmatisme politique : si Bustos sait habilement canaliser les aspirations autonomistes des cités, son projet, fédéral au sens strict du terme, suppose un gouvernement central doté de suffisamment d’autorité pour conduire la guerre.

  • 97 Acta de la asamblea électoral de Salta, 29/02/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 256 (...)

41Bustos conclut sa lettre en mettant son armée à la disposition de celle de Güemes : c’est dire qu’il a parfaitement saisi le rôle-clé de Salta dans la poursuite du conflit. De fait, pour les autorités de Salta, la guerre constitue une priorité absolue au sein de la réorganisation politique en cours. Le congrès leur apparaît d’abord comme le moyen d’obtenir la participation des provinces à l’expédition vers le Pérou. C’est le sens des instructions confiées aux députés élus le 11 mars : ceux-ci doivent « inviter [les provinces] à se fédérer en guerre (sic) contre les ennemis de l’indépendance et de la liberté civile », notamment en établissant des relations suivies avec le Chili et les puissances européennes, et en montant une expédition d’aide au Pérou. L’organisation de la force, l’entretien des troupes et toutes les décisions afférentes seront l’affaire commune des provinces, qui nommeront les membres de l’état-major97. Les instructions précisent que la gestion de cette armée ne devra en aucun cas être mêlée aux affaires civiles. C’est sur ce point que divergent les vues de Bustos et de Güemes : pour le premier, l’administration des provinces est étroitement liée à la conduite de la guerre, tandis que pour le second, les deux domaines doivent être rigoureusement séparés. Le député apporte en outre au Congrès un appel pathétique de la province de Salta, où elle rappelle ses dix années de lutte et l’état misérable dans lequel elle se trouve. Prenant à témoin les autres provinces, elle les invite à la rejoindre dans l’effort commun :

  • 98 Acta de la asamblea électoral de Salta, 16/03/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 265

« Tucumán, Córdoba, Mendoza, qui êtes les plus proches et les plus aptes à coopérer à cette œuvre intéressante et magnifique ; Buenos Aires, Bande orientale, Paraguay, qui pouvez également participer avec générosité et profusion ; œuvrez de concert. Grand État du Chili, accélère l’expédition que ton zèle héroïque, ta générosité et ton désintéressement préparent et impulsent au bénéfice de la cause américaine. Armées des Andes et de Córdoba, divisions de vétérans et troupes isolées, qui restez dans l’inaction aux frais des citoyens dans les territoires que vous occupez, la province de Salta vous convie toutes, toutes, je le répète, à soutenir l’entreprise du chef qui la préside. »98

  • 99 Celui-ci consiste essentiellement en taxes diverses sur les produits de consommation courante et su (...)

Sans attendre le départ des députés, ce texte est adressé à tous les gouverneurs pour faire face à une septième invasion royaliste. Au début du mois d’avril, l’armée du général Ramírez de Orozco a en effet franchi les limites de la province de Jujuy. Salta concentre alors ses efforts sur le plan financier, sur la demande pressante d’un Güemes aux abois. Conscient de la précarité des ressources et de sa position, celui-ci ne veut pas imposer directement de contribution ; elle en charge donc les autorités municipales. Cette manière de procéder, en confiant aux vecinos le soin de décider et d’organiser par eux-mêmes l’effort de guerre, est en relation étroite avec la nouvelle donne politique. Plusieurs projets de financement sont exposés lors d’un cabildo abierto, tandis qu’une assemblée, réunie début mai, commence à dresser un plan de financement en accord avec les prévisions de Güemes. Au total, la communauté fournit une fois de plus un effort financier considérable99.

  • 100 Oficios de Bernabé Aráoz y del cabildo de Santiago del Estero, 6/04 et 8/04/1820, AGN Gob. Cba., X- (...)
  • 101 Oficio de Güemes a Pedro José Campos, 5/05/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 393-39 (...)
  • 102 Oficio de José Javier Díaz a Pedro José Campos, 22/03/1820, AHM Ind., 646-51 ; Oficios de Bustos, 3 (...)
  • 103 Oficio de San Martin a Bustos, 8/05/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 397.

42Répondant à l’appel de Güemes, les autres provinces lui accordent un soutien non négligeable. Tucumán promet de l’argent, des armes et des chevaux, tandis que Santiago del Estero, en passe de déclarer son indépendance, consent à envoyer 1000 cavaliers, dont la moitié en armes100. De son côté, le gouverneur de Mendoza, Pedro José Campos, fait parvenir à Güemes des vivres, ainsi que plusieurs centaines de montures. Sur ordre de Bustos, la division de San Juan, dirigée par Corro, est également envoyée en renfort. Ces marques de solidarité sont vivement appréciées par Güemes et Aráoz, qui en font la base d’une nouvelle alliance entre les cités101. L’aide maximale est apportée par Córdoba : prévenus du mouvement des troupes royalistes, Bustos et Díaz se mettent tout de suite sur le pied de guerre pour faire face à l’invasion102. Parallèlement, ils demandent de l’aide aux anciens garants de la sécurité dans la région, Buenos Aires d’une part, et San Martin de l’autre. Ce dernier répond avec enthousiasme à Bustos qui lui a transmis l’appel de Salta, et l’assure de son soutien103.

Les cités indépendantes 1821

Les cités indépendantes 1821
  • 104 Oficios de José Javier Díaz y de Bustos a Sarratea, 17/03 et 14/04/1820, AGN Gob. Cba, X-5-4-1.
  • 105 De son côté, celui-ci fait le même constat que Bustos et déplore le manque de participation des pro (...)
  • 106 Oficio de Ramos Mejia a Bustos, 31/05/1820, AHC Gobierno, 68-19.
  • 107 Oficios de Aráoz a Pedro José Campos, 10/06 et 19/06/1820, AHM Ind., 657-50 a et b ; Oficio de Güem (...)

43Les dirigeants de Buenos Aires, en revanche, se montrent très peu coopératifs. Díaz, puis Bustos, rappellent à Sarratea son devoir de patriote et lui signifient « l’obligation dans laquelle se trouvent toutes les provinces d’aider [Güemes] ». Pour pouvoir envoyer une force armée et équipée dans le Nord-Ouest, il leur manque une aide financière que seule l’ancienne capitale peut leur consentir104. À la mi-mai, ignorant que Sarratea a été renversé, Bustos tente le tout pour le tout : soit Buenos Aires l’aide à partir en campagne en lui fournissant ce qu’il demande, soit il sera contraint de dissoudre l’armée, ce qui signifierait un abandon total de Güemes à son sort105. La réponse de Ramos Mejía, datée du 31 mai, montre l’ampleur du décalage entre les préoccupations de l’Intérieur et celles de l’ancienne capitale. Le gouverneur de Buenos Aires refuse purement et simplement l’aide que lui demande Bustos, expliquant qu’il n’est pas en mesure de la lui fournir, du fait de la reprise des hostilités avec Santa Fé. Il ajoute que cette aide ne lui aurait été d’aucun secours puisque les autres provinces persistent dans leur attentisme. Tout cela s’accompagne d’une peinture affligeante de la situation de la province, qui a choisi de faire primer ses intérêts sur ceux de la « cause commune ». Non content de lui refuser son aide, Ramos Mejia en vient à totalement renverser la situation en proposant à Bustos une alliance commune contre José Miguel Carrera et en lui demandant d’acheminer vers Buenos Aires, plutôt que de les dissoudre, les troupes qu’il avait prévu d’envoyer au Pérou. Cette attitude montre clairement le choix des nouvelles équipes dirigeantes : ayant renoncé à être capitale, Buenos Aires refuse d’être plus longtemps impliquée dans une guerre lointaine, et se préoccupe de sa défense contre ses plus proches ennemis106. Malgré cette défection, la cohésion des provinces de l’Intérieur qui suivent pas à pas l’évolution des fronts, jointe aux efforts de Güemes, permettent de repousser l’invasion à partir du 10 juin. Le repli des royalistes dans le Haut-Pérou est bientôt annoncé par Güemes, et la nouvelle se propage de Salta à Córdoba107.

  • 108 Oficio de Güemes a Bernabé Aráoz, 31/07/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 434.
  • 109 Oficio de Güemes a Marcos Balcarce, 09/1820, ibid., p. 450.
  • 110 Oficio de Marcos Balcarce a Güemes, 17/12/1820, dans Documentas para la Historia argentina, Buenos (...)

44Cette invasion et les réactions qu’elle suscite montrent qu’au-delà du choix de l’autonomie, la lutte contre les royalistes constitue le principal jalon d’une identité commune entre les provinces. Ce facteur est d’autant plus influent que la guerre d’indépendance entre dans sa phase ultime : l’invasion de 1820 se termine au moment où San Martin s’embarque pour le Pérou et désigne Güemes comme chef de l’Armée dite « d’Observation ». Le gouverneur de Salta est non seulement chargé de protéger la marge du Nord-Ouest, mais aussi d’organiser une expédition capable de repousser les armées royalistes vers Lima, où les attendrait San Martin. Ces nouvelles responsabilités amènent Güemes à s’adresser une fois de plus aux autres provinces : le 5 juillet, il propose de réunir dans l’urgence un congrès à Catamarca. Ses membres auraient pour mission de recruter des soldats et de collecter des ressources pour créer une armée dont ils nommeraient le général en chef. Ce discours est accueilli avec enthousiasme par les vecinos de Salta, qui partagent les vues de Güemes quant à la nécessité d’une direction centralisée de la guerre. Sans attendre, Güemes se met à l’ouvrage : à Aráoz, il demande 500 hommes armés qui s’ajouteront aux troupes envoyées par Bustos, conduites par le colonel Heredia108. A Balcarce, ministre de la Guerre, il expose ses besoins, ajoutant qu’il a dépêché un émissaire dans l’ancienne capitale pour convaincre les vecinos de participer à l’entreprise, « en réchauffant les sentiments [patriotiques] qui ont toujours distingué ces vertueux citoyens »109. Après avoir mis à bas le centralisme portègne, on tente ainsi d’en raviver l’une des assises, à savoir la vocation de Buenos Aires à protéger le territoire et à assurer le triomphe de la révolution. Celle-ci, toutefois, ne semble pas prête à renoncer aux avantages de son isolement : aux nouvelles du Pérou transmises par Güemes, Balcarce répond par des formules convenues, sans y adjoindre le moindre secours. Buenos Aires ne souhaite plus confondre sa destinée avec celle du patriotisme américain110.

  • 111 Oficio de Bustos a Godoy Cruz, 30/09/1820, AHM Ind., 646-56 ; Oficio de Bustos a Attende y Villegas(...)
  • 112 Oficio de Bustos a Güemes, 21/12/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 486.

45Bien qu’en désaccord avec Güemes au sujet de la vocation du congrès de Catamarca, Bustos appuie entièrement la préparation de l’expédition. Non content d’encourager les autres provinces à participer à l’entreprise, il envoie à Salta le bataillon commandé par Heredia et ordonne à Francisco del Corro, réfugié à La Rioja, de rejoindre les troupes de Güemes. Ses convictions transparaissent dans ses correspondances : il voit, dans la flotte montée par San Martin au Chili, « la victoire d’une sage administration qui a su contenter l’opinion publique et trouver des ressources là où apparemment elles étaient épuisées », laissant entendre que le volontarisme politique constitue l’unique recours. Il accepte que l’expédition d’aide soit montée sans attendre la réunion d’un congrès, conscient que la conjoncture est favorable aux armées patriotes et que la fin de la guerre semble proche111. Pourtant, à la mi-décembre, le gouverneur de Córdoba laisse entrevoir à Güemes ses doutes quant au succès de l’expédition. Celle-ci ne demande-telle pas un effort trop important, en regard de ce que les provinces de l’intérieur, minées par des conflits internes, sont en mesure de fournir ? Lui-même avoue ne pas pouvoir lui envoyer d’autres troupes, d’autant que San Martin et O’Higgins l’ont chargé d’empêcher toute progression de Carrera vers le sud-ouest. Bustos en revient donc à son idée de congrès, seul capable de mobiliser l’ensemble des provinces pour la défense du bien commun : « L’Armée [du Nord], que j’ai entretenue avec les ressources de Córdoba, n’appartient pas à cette province, mais à l’État en général », rappelle-t-il. « En ce sens, elle sera la première force que le Congrès aura sous ses ordres. »112

  • 113 Oficio de Güemes al cabildo de Tucumán, 2/02/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 10, p. 442 (...)
  • 114 Acta del cabildo de Salta, 15/04/1821, ibid., p. 430-432.
  • 115 Cf. A. Cornejo, « Causas y consecuencias de la muerte de Güemes », Investigaciones y Ensayos, 15 (1 (...)
  • 116 Comme en temps de guerre, la circulation des biens et des personnes est interdite, ainsi que les mo (...)

46De fait, l’expédition tourne court au début de 1821, à cause des obstacles soulignés par Bustos. L’attitude d’Aráoz, notamment, qui n’a tenu aucune des promesses faites à Güemes et a réservé un accueil mitigé à Heredia, provoque un affrontement armé entre Salta et Tucumán. Güemes ne pardonne pas à son rival de lui avoir fait défaut dans la réalisation de son plan, qu’il a dû abandonner faute de moyens. Les échevins de Tucumán ont beau temporiser, opposer un démenti formel aux accusations de Güemes, jurer que Tucumán reste toute dévouée à la cause commune, ils ne peuvent éviter la guerre113. Celle-ci achève de faire échouer le projet d’expédition, d’autant plus que le général Olañeta en profite pour envahir à nouveau la région au début du mois d’avril. Cette dernière invasion donne lieu à un curieux renversement de situation, de la part de belligérants épuisés par l’effort de guerre. À Salta, l’opposition à Güemes, attisée par Aráoz, se renforce après l’habituelle campagne de contributions, qui ne rapporte que 900 pesos sur les 2 000 demandés114. Le 24 mai, profitant de ce que Güemes dirige une offensive dans les confins de la province, une assemblée populaire convoquée par le cabildo le dépose et nomme à sa place deux figures de l’opposition. À son retour, Güemes parvient à reconquérir la ville, mais blessé peu après dans une embuscade contre les royalistes, il trouve la mort le 17 juin. Plus rien n’arrête désormais Olañeta, qui fait son entrée à Salta quinze jours plus tard115. Des contacts ayant déjà été noués entre les opposants à Güemes et les royalistes, les nouvelles autorités envoient des émissaires auprès du général pour poser les bases d’un armistice. Un premier texte, signé le 14 juillet, octroie à Salta le droit de se doter d’un gouverneur en titre et de nouvelles institutions. Un second, daté du 30 août, suspend les hostilités, délimite les zones contrôlées par chacun des camps et fixe les règles de cette occupation hétérodoxe116.

  • 117 C’est la raison qu’invoquent les nouveaux dirigeants de Salta auprès des chefs patriotes, dont ils (...)
  • 118 Instrucciones de Bernabé Aráoz a Mariano Serrano, 29/06/1820 ; Oficios de Bernabé Aráoz a O’Higgins(...)
  • 119 Oficio de O’Higgins a Bernabé Aráoz, 1/10/1820, ibid., p. 341-343.

47Pour les acteurs de l’époque, cet accord ne signifie pas un abandon brutal de la « cause », mais la seule issue possible, étant donné l’épuisement total de leurs ressources117. Pour la même raison, Aráoz tente également de négocier un armistice à la fin du mois de juin. Toutefois, prévenu par son émissaire qu’Olañeta cherche surtout à gagner du temps, il fait volte-face et informe San Martin et O’Higgins des négociations en cours. Selon lui, Olañeta attend des renforts de la péninsule pour reconquérir la province et y appliquer la Constitution espagnole118. O’Higgins, qui partage entièrement ses vues, dresse dans sa réponse un portrait intransigeant de général, avec lequel aucun compromis n’est possible : « Les Espagnols », écrit-il à Aráoz, « n’ont jamais déposé les armes en Amérique pour des raisons d’humanité, propres à un cœur généreux. »119 Selon lui, Olañeta s’efforce de signer avec les provinces du Nord-Ouest une paix qui rendrait possible le regroupement des forces royalistes à Lima. À cette stratégie s’oppose point par point celle des patriotes, qui cherchent, par la multiplication des fronts, à disperser les troupes ennemies et à les prendre en tenailles entre la côte et l’intérieur.

  • 120 « Il n’y a aucun endroit sur la terre où l’obstination la plus forcenée ne soit reconnue comme l’un (...)
  • 121 Ce dernier laisse entendre que les Chiliens ont accompli leur mission en mettant sur pied la flotte (...)
  • 122 Cf. E. J. Fitte, « El fusilamiento de los Carrera y la publicaciones de la época », Investigaciones (...)

48L’entrée à Lima de San Martin, annoncée début septembre, relance l’union et l’effort des patriotes. Ce changement de conjoncture se marque par la déposition de Bemabé Aráoz et son remplacement par un officier entièrement dévoué à la cause patriotique, Abraham González. Dès sa prise de pouvoir, celui-ci reprend à son compte le projet d’expédition vers le Haut-Pérou, en fidèle continuateur de Güemes et de Bustos. Le 9 octobre, il adresse aux provinces une circulaire où il expose son projet, tout empreint de patriotisme américain : « Le Nouveau Monde », déclare-t-il, « doit cesser d’être un théâtre de désolation et de sang, [ployant] sous le fer, la rage et la barbarie de nos implacables ennemis. »120 Le plan de González s’accorde parfaitement aux desseins de San Martin et O’Higgins121, consistant à attaquer le Haut-Pérou pour faire basculer la région et soulager les armées patriotes de la côte. Il estime que les provinces en ont les moyens, maintenant que les principaux adversaires (notamment Carrera et Aráoz) ont disparu de la scène122. En réunissant les troupes qu’elles possèdent, il serait facile d’aligner une force de 2 000 hommes, qui doublerait ses effectifs en traversant le Haut-Pérou.

49Comme Bustos, dont il partage la formation et les vues, González place ce projet militaire à l’origine de sa légitimité de gouvernant. Son coup de force contre Aráoz se trouve ainsi justifié par le service qu’il entend rendre à la Patrie :

  • 123 Ibid., p. 491.

« Donner un élan au grand dessein que je viens d’exposer et couper l’une des têtes de l’Hydre de l’anarchie, voilà quel fut le but de mes projets et de mes opérations dans la nuit mémorable du 28 août passée. J’ai la gloire de présider une province qui, bien que dévastée par une main de fer, la main immonde du désordre, n’a pas perdu son caractère de peuple résolument libre, honorable et capable de nombreux sacrifices pour la liberté du Pérou. »123

La guerre se place pour lui en amont de la question politique, susceptible de n’être abordée qu’une fois la paix rétablie. Synonyme de la révolution en actes, l’expédition doit précéder la réunion du congrès :

  • 124 Ibid.

« En défendant ce projet sacré, je m’adresse tout spécialement aux hommes distingués qui vont former bientôt la Représentation Nationale. Je veux leur rappeler que mille constitutions et mille règlements n’auraient pas rapporté tant de gloire au Chili, ni autant servi à libérer le Nouveau Monde que cette mémorable expédition vers les côtes du Pacifique. »124

  • 125 Instrucciones a que deberá señirse el Diputado por este Gobierno don José Roque Savid en la negocia (...)

Pourtant, en dépit de son énergie farouche, González ne parvient pas plus que ses collègues à mobiliser les provinces. Fin novembre, Bustos envoie un émissaire au Chili pour féliciter les libérateurs du Pérou et leur expliquer pourquoi la guerre promise n’a pas eu lieu. Les événements ont en effet donné raison au gouverneur de Córdoba : ce qui a empêché les provinces du Rio de la Plata de participer à la grande entreprise de l’indépendance américaine, ce ne sont pas tant leurs problèmes économiques que leurs dissensions internes et la carence d’une autorité politique supérieure. Le lien profond entre la formation d’un État et la conduite de la guerre, qu’un Güemes ou un González ont tenté de récuser, révèle ici toute sa portée125.

Les conflits interprovinciaux ou la négation de l’« existence politique »

50La politique menée par le gouverneur de Córdoba au cours de ces deux années ne se limite pas à prêter main-forte à Güemes. Fidèle à ses idées, il cherche surtout à réunir les conditions qui rendraient possible l’ouverture d’un congrès. La principale d’entre elles est la cessation des hostilités entre les provinces, afin que celles-ci puissent envoyer des représentants qui siègent en accord les uns avec les autres. Bustos et les autres gouverneurs s’efforcent donc, inlassablement, de ramener une paix durable à l’intérieur des anciennes Provinces Unies. Efforts fructueux au demeurant, mais sans cesse remis en cause par les multiples frictions qu’occasionnent les ambitions rivales des caudillos et, surtout, par la contradiction jamais avouée, mais quotidiennement vécue, entre la sauvegarde de la Patrie et la consolidation de l’ordre provincial.

  • 126 Cf. C. Segreti, « La misión Allende-Villegas para poner paz en el Litoral », Trabajos y Comunicacio (...)
  • 127 Oficio de Villegas a Bustos, 5/10/1820, AHC Gobierno, 71-105.
  • 128 Instrucciones a que deberan arreglarse los embiados a Santa Feé y Buenos Ayres por parte de la Asam (...)
  • 129 Oficio del general Pico a Villegas y Allende, 22/10/1820 ; Oficio del cabildo de Buenos Aires y de (...)

51Le premier conflit dans lequel Córdoba intervient est celui qui oppose Buenos Aires et le Littoral, après la reprise des combats en juin 1820. Voulant accélérer l’ouverture du congrès, Bustos dépêche deux émissaires, Alexo Villegas et Saturnino Allende, auprès des belligérants126. Leur mission, qui est de ramener la paix et de permettre l’organisation politique des provinces, trouve dans ses principes mêmes le fondement de sa légitimité. En effet, rien n’autorise Bustos, a priori, à intervenir et à s’imposer comme arbitre dans ce conflit. Les émissaires, dans leur correspondance officielle, se placent donc sous le boisseau de la Justice, « le meilleur des guides », qui « est elle-même son propre avocat »127. Leurs instructions sont à l’avenant : tout en observant une neutralité parfaite dans le conflit, ils doivent promouvoir l’intérêt général et chercher la solution la mieux adaptée pour les parties en présence et l’ensemble des provinces. Faute d’obtenir la paix, ils doivent au moins négocier un cessez-le-feu, rétablir la libre circulation des marchandises et faire nommer des députés au Congrès128. Arrivés à la mi-octobre à Santa Fé, ils sont bien reçus par López qui, n’ayant plus les moyens de continuer le combat, accepte immédiatement de négocier. À Buenos Aires, les propositions de paix sont examinées et acceptées par les autorités civiles et militaires : le gouverneur Martin Rodriguez, le général Pico qui dirige les troupes, le cabildo et la Junte des représentants129 . Les pourparlers sont menés tambour battant sous les auspices de la paix et de l’union entre les provinces, que tous semblent appeler de leurs vœux. L’heure est à l’envoi des députés au Congrès, comme si cette guerre n’était qu’un malentendu et que les deux camps n’aspiraient qu’à se réconcilier. La teneur de ce discours provient sans doute de l’épuisement des belligérants et du soulagement qu’ils éprouvent à trouver une instance, si improvisée soit-elle, qui leur permette de déposer les armes.

52La guerre civile est en effet évoquée en des termes bien différents de celle menée contre les royalistes. La seconde est juste par nature, elle procède d’une affirmation (celle d’une patrie américaine) et d’une défense (celle de l’indépendance). Au contraire, la guerre civile, parce qu’elle a lieu entre membres d’une même communauté, apparaît comme la négation même de l’ordre politique, l’inverse absolu du Congrès, comme l’écrit Martin Rodriguez à Bustos :

  • 130 Oficio de Martin Rodriguez a Bustos, 10/1820, AHC, Indice de gobierno.

« Vous dites très bien que sans une autorité centrale et commune à toutes les provinces (...) nous devons considérer celles-ci dans un état d’anarchie et de dissolution plutôt que [dotées d’]une véritable existence politique (...) Une guerre destructrice entre frères, tellement contraire à la prospérité de chaque province et à celle de l’ensemble, serait capable d’anéantir la réalisation de son indépendance et de sa liberté, ce qui réduirait cette grande œuvre, qui a coûté tant de sang, à un objet de mépris pour nos ennemis communs, de pitié et de compassion pour les nations qui nous observent, et ne laisserait que des ruines pour exciter l’indignation de notre postérité. »130

  • 131 Ibid. ; Oficio de la junta de Représentantes de Buenos Aires, 23/10/1820, AHC 71-120.
  • 132 Pacto de Benegas entre Buenos Aires y Santa Fe, 24/11/1820, dans A. Demicheli,Formación nacional a (...)
  • 133 Oficios de Bustos a Allende y Villegas, 2/12 et 18/12/1820, AHC Copiadores de Gobiemo, caja 280 ; O (...)

L’action de Córdoba est donc jugée à l’aune du drame que représente la guerre civile ; par sa médiation, la province centrale contribue à refonder l’ordre politique. Tout le prestige de la mission rejaillit donc sur la cité, qui reçoit des félicitations de toutes parts. Devant ces manifestations de reconnaissance, les dirigeants de Buenos Aires défendent la réputation de leur cité en la présentant comme victime des agressions de Santa Fé, contrainte de répondre à la violence par la violence, mais intrinsèquement fidèle aux principes défendus par Córdoba131. La rencontre entre les parties se conclut le 24 novembre par la signature du pacte de Benegas, qui reprend les principales orientations du Pilar. La nouvelle relation entre les deux provinces sera fondée sur « la paix, l’harmonie et la bonne correspondance ». Le Congrès devra être réuni dans les deux mois, et c’est devant cet organisme que se régleront les différends éventuels. Les autres dispositions du traité, d’ordre militaire, sont placées sous la garantie de la province de Córdoba132. Bustos ratifie aussitôt cet accord et s’empresse d’en faire parvenir une copie à Godoy Cruz, Aráoz et Güemes. Ce dernier exprime la « satisfaction (...) des amis de l’ordre, qui versaient des larmes de sang devant les horreurs d’une guerre aussi sanglante qu’injuste », ce qui ne l’empêchera pas d’attaquer Aráoz trois mois plus tard133 .

  • 134 Oficio de Bernabé Aráoz à Francisco Ramirez, 26/12/1820 ; Oficio de la Corte de Justicia a Aráoz, 2 (...)
  • 135 Oficios de Martin Rodriguez a Bustos, 27/12/1820 18/01 et 10/02/1821, dans Documentas para la Histo (...)
  • 136 Oficio circular de Martin Rodriguez a los gobernadores de provincia, 31/12/1820, ibid., p. 29.
  • 137 Oficios de Martin Rodriguez a Estanislao López, 22/02 et 23/02/1821, ibid., p. 62 et 67.

53Après la paix de Benegas, les dirigeants de Buenos Aires se montrent extrêmement déterminés à promouvoir la réunion du congrès et à s’assurer, par ce biais, l’alliance et l’aide éventuelle de Bustos. Martin Rodriguez et Estanislao López sont désormais alliés face au gouverneur de la République d’Entre Rios, Francisco Ramírez. C’est à ce dernier que José Miguel Carrera, toujours décidé à déstabiliser le Chili, prête désormais main-forte. Contre ses adversaires, Ramírez commence par utiliser l’arme du discrédit : au moment de la signature du pacte de Benegas, il accuse Martin Rodriguez de comploter avec les Portugais, toujours présents dans la Bande orientale, et invite ses confrères à participer à une expédition punitive. Bien que particulièrement sollicité, Aráoz ne tombe pas dans le piège : au nom de la Patrie, il refuse son aide au gouverneur de l’Entre Rios134. Informé de cette tentative, Martin Rodriguez se tourne d’abord vers Córdoba, garante de la paix : dévoilant les intentions criminelles de Ramírez, il rappelle à Bustos ses engagements et lui demande, à plusieurs reprises, de lui envoyer des soldats, des vivres et des montures135. Puis, prenant à témoin toutes les provinces, il dénonce les agissements de Ramírez afin d’emporter leur adhésion. Face aux accusations de complot, Martin Rodriguez rend publique toute sa correspondance avec le gouverneur (portugais) de Montevideo, montrant que les relations sont au bord de la rupture. Cela lui permet de retourner complètement la situation à son avantage, en prétextant qu’il œuvre à la réunion du congrès précisément pour que celui-ci déclare la guerre aux Portugais. Enfin, il dénonce les exactions de Carrera, réfugié en Entre Rios et parangon de la « discorde », à qui il oppose une Buenos Aires championne de l’« ordre national »136. Cette campagne de prévention se termine par l’envoi d’une ambassade et la signature d’une alliance avec Santa Fé, explicitement dirigée contre Ramírez et destinée à repousser une éventuelle invasion portugaise137. Ces jeux d’alliance complexes montrent qu’au-delà des affrontements entre les provinces, chacune d’elles poursuit des objectifs stratégiques précis, liés tantôt à la cause « nationale »– c’est le cas de Salta, ou encore de Córdoba qui tente de jouer, à cet égard, le rôle longtemps tenu par Buenos Aires –, tantôt à des objectifs plus régionaux – c’est le cas de Buenos Aires qui cherche à rétablir ses circuits commerciaux et à se prémunir des attaques du Littoral. Dans les deux cas, la sauvegarde de la Patrie et la défense de la « cause commune » sont utilisées comme arguments pour amener les provinces à s’unir, soit pour combattre, soit pour rendre la justice et ramener la paix.

54Au moment même où Buenos Aires s’efforce de liguer les provinces contre Ramírez, une seconde zone de tension s’ouvre dans le Nord-Ouest. À la suite de l’expédition manquée de 1820, une sourde dissension oppose les deux hommes forts de la région. Une correspondance datant du mois d’août 1820 rend largement compte des griefs accumulés par Güemes, qui cherche à intimider Aráoz et à le contraindre à coopérer :

  • 138 Oficio de Güemes a Aráoz, 3/08/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 439- 441.

« Quatre commerçants et quatre docteurs égoïstes vous montrent les dents parce qu’ils ont besoin de vous ; ils vous appellent leur ami parce que vous faites attention à eux pour votre intérêt personnel. La Patrie et moi n’avons nul besoin de vous ; nous ne vous craignons pas, au contraire des autres, et nous n’avons rien à attendre de vous. En revanche, vous avez beaucoup à attendre de la Patrie comme de moi-même et vous avez besoin de nous (...) Vous vous dites plus patriote que moi. [Cela n’est vrai] pour rien au monde. Il fait vraiment pitié, votre patriotisme, quand on vous voit montrer plus de considération pour quatre godos et quatre commerçants égoïstes que pour les véritables Américains. »138

  • 139 Acta del cabildo de Salta, 1/02/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 10, p. 488 ; Oficio de (...)

Güemes ne cherche qu’un prétexte pour attaquer Aráoz ; l’intervention de ce dernier à Santiago del Estera, au début de l’année 1821, va le lui fournir. Deux logiques sont ici à l’œuvre : une cité subalterne, cherchant à faire sécession avec sa capitale, sert de terrain d’affrontement entre deux caudillos. Les officiers qui se disputent le pouvoir à Santiago sont chacun protégés par un camp : à peine Aráoz a-t-il envoyé des troupes à Santiago que Güemes réplique, au nom de la défense des droits de la cité139.

  • 140 Oficio del gobierno de Buenos Aires a los de Tucumán y de Santiago del Estera, 10/02/1821, dans Doc (...)
  • 141 Oficio del gobierno de Buenos Aires a los de Tucumán y de Santiago del Estero, 15/02/1821 ; Oficio (...)
  • 142 Oficio de Bernabé Aráoz a Ibarra, 14/02/1821 ; Instrucciones que da el Présidente de Tucumán a su e (...)
  • 143 Oficio de los diputados a los gobiernos beligerantes, 28/03/1821, dans Güemes documentado, op. cit.(...)

55Fait remarquable, les tentatives de négociations commencent presque en même temps que les opérations militaires. La première initiative est celle de Buenos Aires qui, pour ne pas perdre ses propres partisans, appelle Tucumán et Santiago à se réconcilier. Avouant qu’elle parle en connaissance de cause, elle livre un discours classique sur les passions, irréductiblement opposées à la sauvegarde de la Patrie : « Jusqu’à quand l’esprit de discorde versera-t-il son amertume sur nos jours les meilleurs ? Jusqu’à quand devrons-nous arroser de larmes les lauriers trempés du sang de nos frères ? Jusqu’à quand devrons-nous payer un tel prix pour ces moments d’emportement ? »140 Cet appel pathétique permet à l’ancienne capitale, compromise par ses démêlés dans le Littoral, de trouver sa place dans le nouvel ordre politique. Joignant le geste à la parole, elle nomme un émissaire qui se met en route avec mission de rétablir la paix entre les deux provinces141. Aráoz, toutefois, a déjà pris les devants et entamé des pourparlers de paix avec Santiago142. Parallèlement, les autorités de Tucumán envoient plusieurs délégations à Salta, dans le courant du mois de mars, pour couper court aux hostilités. Fidèle au rôle qu’elle s’est fixé, Córdoba envoie à son tour un médiateur auprès des deux gouvernements. José Pacheco de Melo est porteur d’instructions qui ressemblent fort à celles de Villegas et Allende, Bustos appliquant en l’espèce une recette éprouvée : neutralité, cessation des hostilités, garantie de la paix. Son action est doublée par l’intervention des députés réunis à Córdoba, qui plaident au nom du congrès à venir : « Assez de sang et de désolation », proclament-ils. « Unissons-nous de bonne foi et forgeons derechef un pays si digne de le devenir. »143

  • 144 Acta del cabildo de Salta y manifiesto del cabildo de Salta contra Güemes, 24/05/1821, dans Güemes (...)
  • 145 Tratado de paz entre las provincias de Tucumán y Santiago del Estera, celebrado en Vinará, 5/06/182 (...)
  • 146 Oficio de Bernabé Aráoz a San Martin y a Martin Rodriguez, 11 et 26/06/1821, ibid., p. 80-84 et 232 (...)

56Ce conflit, qui exacerbe les problèmes les plus urgents, amène un changement des autorités dans les deux provinces concernées. Fin mai, Güemes est déposé par le cabildo de Salta avec la bénédiction d’Aráoz. Les auteurs du soulèvement déclarent vouloir mettre fin à la guerre contre Tucumán et signer avec elle une « paix éternelle ». Présentant Güemes comme un « aventurier capricieux », mené par son ambition personnelle et sa volonté d’hégémonie, ils l’accusent d’avoir levé une armée aux frais des citoyens, non pour défendre la cause, mais pour asseoir son pouvoir aux dépens des provinces voisines. Il a non seulement trahi ses compatriotes, mais ses voisins de Tucumán qu’il a attaqués par surprise et dont il a rejeté toutes les demandes de paix. Puisqu’il a agi en tyran, son renversement par les vecinos de Salta apparaît parfaitement légitime. Ceux-ci ont beau jeu d’affirmer que la province de Salta ne nourrit, pour sa part, aucune intention hostile à l’égard de sa « sœur de prédilection », avec qui elle souhaite rétablir « son ancienne amitié, son union et sa fraternité »144 Une manière pour les échevins de demander la protection armée d’Aráoz contre une tentative de reconquête de Güemes, qui aboutira d’ailleurs. Aráoz, pour sa part, prend soin de se laver de tout soupçon de tyrannie par la conclusion du pacte de Vinará. Signé le 5 juin sous les auspices de Córdoba, ce traité rétablit la paix entre Tucumán et Santiago, instaure une défense mutuelle entre ces « provinces-sœurs » et rétablit entre elles les communications et le commerce. Il proclame, enfin, une union fraternelle entre Tucumán, Santiago et Salta contre l’ennemi commun145. Fort de cette nouvelle image, Aráoz multiplie les adresses à des protecteurs potentiels en rejetant sur Güemes l’entière responsabilité de la guerre civile. À San Martin, il jure n’avoir cessé de fournir des vivres et des équipements à Güemes, dont il prétend que le projet d’expédition n’était qu’un leurre et un prétexte pour « consolider son despotisme ». À Martin Rodriguez, il affirme, après avoir dressé un portrait infamant de Güemes, vouloir reprendre dès que possible la guerre contre les royalistes146.

  • 147 Oficio del cabildo de Salta al de Buenos A ires, 21 /07/1821, ibid., p. 311-314.

57La légende noire de Güemes sert enfin à justifier l’armistice entre les vecinos de Salta et le général Olañeta. Le cabildo et le nouveau gouverneur, Fernández Comejo, fondent entièrement leur plaidoirie auprès des autres provinces sur la dénonciation des crimes de Güemes. La peinture qu’il font de son administration est exactement comparable à celle de la guerre civile, en ce qu’elle représente la négation de l’ordre politique voulu par les patriotes. Placée sous le signe de la ruine, de la « régression de la cause publique », de la « persécution du mérite », de la « protection du crime » et de la « haine envers la vertu », elle signifie pour les acteurs le « bouleversement de l’ordre moral et politique de la cité »147. Face à cet extrême, tant redouté, de la dissolution politique, l’ennemi royaliste est présenté sous des traits qui, s’opposant à ceux de Güemes, permettent de justifier la contradiction absolue que représente un pacte avec les adversaires :

  • 148 Ibid.

« Quel contraste horrible a été, au cours de ces journées, la conduite pleine de douceur, d’humanité, [soucieuse] d’ordre et de protection, de la part d’un général du roi, (...) après le sang, les proscriptions et les vols ordonnés par un chef de la Patrie ! (...) L’ennemi s’est présenté davantage comme un père et un protecteur que comme un tyran (...) alors que de l’infâme sépulcre de Güemes suintaient encore la discorde, le désordre et les factions. »148

  • 149 Manifiesto de Fernández Cornejo, 7/09/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 11, p. 320-325.
  • 150 Buenos Aires est la première à y répondre, parce qu’elle recherche des partisans contre Córdoba : M (...)

Grâce à la tempérance de l’ennemi, les vecinos de Salta sont donc parvenus à sauver, en concluant l’armistice, tout ce que Güemes avait bafoué, à savoir l’honneur patriotique. Moyennant quoi, la province se trouve dans un état de ruine totale : elle est, selon l’expression du nouveau gouverneur, « une société inanimée, un corps semi-cadavérique »149. Afin d’entreprendre l’effort de restauration qui s’impose pour reprendre la lutte contre l’ennemi, les nouveaux dirigeants de Salta lancent un appel pressant à l’égard des autres provinces150.

  • 151 Oficios de Abraham González al gobernador de Buenos Aires, 29/08 et 7/09/1821, AGN Gob. Tuc., X-5-1 (...)
  • 152 Ibid.
  • 153 Oficio de Abraham González al gobernador de Buenos Aires, 7/09/1821, AGN Gob. Tue., X-5-10-5. Sur l (...)
  • 154 Les termes « fédéral » et « républicain » sont ici connotés de manière très négative, car totalemen (...)
  • 155 Oficio del cabildo al de Buenos Aires, 11/09/1821, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5.

58Un mouvement identique de dénonciation du pouvoir personnel et de réaffirmation du projet patriotique s’observe dans les déclarations qui suivent la déposition de Bemabé Aráoz, en septembre 1821. Le gouverneur de Tucumán avait eu beau jeu de retremper sa légitimité dans la dénonciation de son défunt ennemi : il est finalement en butte aux mêmes reproches, celui d’avoir trahi ses compatriotes et la cause de la Patrie. Dans des accents très semblables à ceux de leurs collègues de Salta, les nouvelles autorités célèbrent la « glorieuse révolution du pueblo opprimé » face à la tyrannie incarnée par la guerre contre les « provinces-sœurs » de Santiago, Catamarca et Salta151. La guerre civile est ici très finement évoquée dans ce qu’elle a d’insupportable en regard des principes défendus depuis 1810. On déplore certes la destruction des propriétés et des richesses, mais on condamne plus encore la tentative de « s’imposer comme des mandones à des frères ou à des parents »152. Opposé au registre de la fraternité, donc du lien naturel, l’emploi du terme désignant les fonctionnaires de l’Ancien Régime est ici tout à fait significatif. Les caudillos sont dénoncés comme de nouveaux despotes, et leur chute apparaît comme une nouvelle avancée de la révolution des pueblos. Les soulèvements de Santiago et de Catamarca sont ainsi présentés comme des mouvements d’émancipation parfaitement légitimes, étant donné le caractère autoritaire du régime d’Aráoz. Abraham González se félicite d’avoir rétabli l’ordre dans les campagnes sans avoir eu recours aux armes, mais en envoyant des émissaires auprès des autorités subalternes pour emporter leur adhésion153. Pour sa part, le cabildo de Tucumán généralise la situation à l’ensemble des Provinces Unies. Mettant sur le même plan Artigas et Rarmírez, Güemes et Aráoz, il les déclarent « pleins d’une fureur anarchique, ignorants, ambitieux, orgueilleux et despotiques ». Le système politique qu’ils ont tenté de promouvoir dans leurs provinces n’était, selon ces échevins, qu’un « incroyable féodalisme, recouvert d’un voile de fédéralisme »154. À ce mal politique absolu, ils opposent « la nouvelle marche des pueblos vers (...) leur indépendance et leur liberté », obtenues par la pratique de « l’amitié » et de « l’union », c’est-à-dire de la paix civile. Régénérée par la déposition du tyran, la cité-province de Tucumán a recouvré ses vertus naturelles (l’honneur, le caractère pacifique, le goût de l’ordre). Tout comme Salta, sous la férule d’une administration éclairée et bienfaisante, elle s’apprête donc à reprendre la lutte patriotique « sur la base d’une obéissance totale aux résolutions du Congrès. »155

59En effet, le congrès à venir constitue toujours le dénouement de ces multiples crises. Au sortir de la guerre civile, les acteurs sont conscients que la solution ne peut être que d’ordre politique. Le mérite de Bustos est de l’avoir compris et expliqué dès le soulèvement d’Arequito. Pourtant, devant la difficulté de réunir une représentation authentique, ce sont les chefs militaires qui, au cours de ces deux années, jouent le rôle normalement dévolu aux députés. Ce sont eux qui, d’une part, s’efforcent de mobiliser les énergies pour monter une expédition contre les royalistes et qui, d’autre part, tentent d’arbitrer les conflits armés qui éclatent entre les provinces. Gouverneurs des provinces et chefs des armées, ces hommes s’efforcent de conduire la guerre à l’extérieur tout en rendant la justice à l’intérieur : ils assurent en cela les deux fonctions dévolues au Congrès durant l’année 1816. Pourtant, si ces personnages possèdent une légitimité suffisante pour prendre ce type d’initiatives, ils ne parviennent ni ne prétendent exercer cette autorité de manière incontestée ni durable. Ces efforts spontanés d’organisation sont destinés à pallier, dans l’urgence, la carence d’une autorité centrale, ainsi qu’à donner une assise organique aux futures institutions politiques. Ils accompagnent et renforcent une volonté farouche d’organisation politique, dont il reste à expliquer les atermoiements et l’échec.

L’obstruction de la représentation

60L’indépendance des cités-provinces au cours des années 1820 et 1821 est ressentie par les acteurs non comme une fin en soi, mais comme le début d’une régénération. À partir de la restitution de la souveraineté aux pueblos, il s’agit de refonder une organisation politique par le biais de la représentation. Toutefois, cette restitution ayant aboli toute hiérarchie entre les cités, nulle ne peut se prévaloir d’une autorité quelconque pour imposer son projet. Chacune s’efforce alors d’inciter et de convaincre les autres, en utilisant à son compte le registre du patriotisme. L’année 1820 est donc marquée par une volonté conjointe de réunir un congrès, entravée par une multiplication des initiatives et une rivalité marquée entre les différents projets. Plusieurs facteurs interviennent, en particulier ceux liés à la conjoncture : les guerres inter-provinciales, les attaques des caudillos, l’avancée de San Martin au Pérou ou la reconnaissance de l’indépendance par certaines puissances impriment au processus un rythme chaotique. On retrouve à cet égard un « poids de l’événement » tout à fait comparable aux années 1808-1810. La révolution s’achève comme elle a commencé, dans une tentative désespérée d’adaptation au changement. Extrêmement complexe sur le plan événementiel, ce processus témoigne par ailleurs de la force et de la richesse des liens transversaux tissés entre les différents chefs provinciaux. Seule l’habitude, forgée dans la guerre, de penser les décisions de manière collective explique le foisonnement des initiatives et la volonté commune de réorganiser l’État. Malgré la rivalité entre les différents projets, l’imaginaire du congrès reste très cohérent chez l’ensemble des acteurs. Néanmoins, cela ne suffit pas à susciter l’unanimité : au moment où le Congrès est sur le point d’être inauguré, la défection de Buenos Aires, qui n’a pas renoncé à diriger l’ensemble rioplatense, sabote cette tentative de sauvegarder l’unité.

Les projets de congrès : « Éviter la mort politique »

  • 156 Acta del cabildo de Tucumán, 13/02/1820, AHT Adm. 27-331 /333.
  • 157 Ibid.

61Au début de l’année 1820, c’est Bustos qui possède la légitimité la plus forte pour reformuler un projet d’ensemble. Dans sa circulaire du 3 février, il affirme que la volonté générale des pueblos, dont l’armée est la garante et l’interprète, réclame la tenue d’un congrès. L’initiative, comme on l’a vu, reçoit l’accord unanime des cités : à Tucumán notamment, les juristes convoqués par Aráoz confirment la nécessité de réunir « un congrès dans lequel soit réinvestie l’autorité toute-puissante de ces provinces »156. La perspective est donc la même que lors des précédentes vacances du pouvoir, en 1 810 et 1815, mais l’importance accordée aux cités comme détentrices de la souveraineté est affirmée avec beaucoup plus de force : « représentant de tous les pueblos de l’union », le Congrès doit « rendre effective leur autorité (...), ranimer et donner une impulsion à toutes les affaires concernant leur sécurité, leur défense, leur félicité et leur prospérité ». Mais surtout, les juristes insistent sur le fait que cette réunion doit résulter d’un « consensus uniforme », eu égard à « l’égalité des droits que tous possèdent pour discuter des affaires de cette nature », d’où la nécessité « que toutes [les provinces] et chacune d’entre elles donnent leur avis sans divergence ni diversité »157. À peine proclamée, l’égalité des cités entraîne donc l’exigence d’une implacable unanimité. Celle-ci se retrouve dans le fait que chacune des provinces nommera un seul député, quelle que soit l’importance de sa population. On retrouve ici une conception qualitative de la représentation, très proche des dispositions de la Junte centrale en 1809.

  • 158 Cf. C. Segreti, El pais disuelto, op. cit., p. 215-230.
  • 159 Acta del cabildo de Salta, 5/07/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 328 ; Oficio de G (...)

62L’initiative de Bustos ne reste pas longtemps isolée : dans ce contexte de réorganisation des forces politiques, proposer un projet pour l’ensemble est un moyen pour les cités principales d’accroître leur prestige et leur influence. La convocation d’un congrès fait donc l’objet d’une surenchère, tout au long de l’année 1820, entre les trois pôles de l’espace politique en cours de réorganisation : Buenos Aires, Córdoba et Salta. Dans ces disputes, la question de l’emplacement du congrès révèle bien l’enjeu symbolique que constitue la localisation du pouvoir. Démentant le dogme de l’égalité des pueblos, ces cités s’efforcent d’établir leur prééminence en confondant leur destinée avec celle de la future Nation. À la fin du mois de février, Buenos Aires, ralliée au fédéralisme sous la houlette de Sarratea, signe la paix avec Santa Fé. Le traité prévoyant l’envoi de députés à San Lorenzo, Sarratea prend l’initiative, par la circulaire du 18 mars, d’élargir la convocation à l’ensemble des provinces. Cette tentative de Buenos Aires pour reprendre le contrôle de la représentation n’est que la première d’une longue série. À trois reprises, en mai, juillet et septembre, les nouvelles équipes gouvernementales invitent les provinces à former un congrès158. Ces invitations ont lieu dans les moments où Buenos Aires a le plus besoin d’alliés pour affronter les gouverneurs du Littoral. La troisième initiative est celle de Güemes qui propose, le 5 juillet, de convoquer un congrès à Catamarca. S’appuyant sur l’échec des tentatives de Córdoba et de San Lorenzo, il défend l’idée d’une réunion uniquement destinée à préparer l’expédition vers le Pérou. En tant que chef de l’Armée d’Observation, Güemes se sent désormais doté d’une autorité suffisante pour imposer ses vues159.

  • 160 Cette tension entre intérêts locaux et perspective générale est très bien exprimée par le cabildo d (...)
  • 161 Oficio de Bustos a los gobernadores, 31/03 et 15/05/1820, AHM Ind., 646-56.
  • 162 En réponse, par exemple, au manifeste de Dorrego du 15 juillet, Bustos dit qu’il est tout à fait fa (...)
  • 163 Oficio de Bustos a Güemes, 4/08/1820, ibid., t. 9, p. 333. L’attitude d’Artigas face aux projets de (...)
  • 164 Oficios de Aráoz a Güemes y a Bustos, 2/08 et 3/08/1820, dans Güemes document ado, op. cit., t. 10, (...)
  • 165 Oficios de Bernabé Aráoz a Bustos y a Dorrego, 23/08 et 28/08/1820, ibid., t. 10, p. 42 et t. 9, p. (...)

63Trois propositions coexistent donc, chacune formulée en fonction d’intérêts locaux et prétendant rétablir l’unité politique de l’ensemble. Cette double orientation160 explique les atermoiements des gouverneurs, qui ne cessent d’osciller entre la concertation et la rivalité. Ainsi, Bustos accueille favorablement la circulaire de Sarratea et appelle à la tenue du congrès à San Lorenzo. Après le retour des centralistes au pouvoir à Buenos Aires, il revient toutefois sur sa décision : arguant du danger que constituent les bandes armées de Carrera et d’Alvear dans le Littoral, il demande que la réunion ait lieu à Córdoba161. Vis-à-vis des convocations suivantes, il affiche la même prudence : tout en encourageant les initiatives allant dans le sens de la paix et de l’union, il tente toujours de défendre son idée initiale162. Dans le même temps, bien qu’il soutienne fermement le projet d’expédition de Güemes, Bustos décline son invitation et maintient l’idée d’un congrès général. Selon lui, un chef pourvu de compétences exclusivement militaires ne pourrait mener sa tâche à bien : pour organiser l’armée, son mandat doit comporter des compétences financières et administratives. En outre, il doit être à même de réguler les rapports entre les provinces afin que chacune participe équitablement à l’effort de guerre. Bustos se montre donc partisan d’une politique d’ensemble, dont le volet militaire, certes primordial, ne saurait être traité à part. Par ailleurs, il s’efforce toujours de démontrer que Córdoba est le lieu idéal pour accueillir le congrès : située au centre du pays, elle est facilement accessible pour les représentants de toutes les provinces (notamment de la Bande orientale dont il espère la participation) et se trouve dotée des commodités dont ceux-ci ont besoin pour remplir leur office163. En clair, l’idée de réunir un congrès dans une ville de second rang comme Catamarca, qui n’a même pas proclamé son indépendance, heurte les conceptions de Bustos. Chacun s’efforçant de rallier le plus de provinces à sa cause, les autres gouverneurs jouent le rôle de force d’appoint. L’attitude d’Aráoz montre bien les difficultés d’un rassemblement général. Dans un premier temps, le gouverneur de Tucumán accueille favorablement le projet de Güemes, allant jusqu’à faire nommer un député. À Bustos, il déclare que du moment que le congrès est convoqué, peu lui importe qu’il se tienne à Córdoba ou à Catamarca164. Apprenant par la suite l’opposition de Bustos au projet, Aráoz se rallie à ses vues, afin de s’assurer un appui solide face à Güemes : « Tucumán sera toujours aux côtés de Córdoba pour l’installation d’un congrès général ; dans le cas contraire, elle n’enverra pas de député », écrit-il péremptoirement à la fin du mois d’août. Cela ne l’empêche pas, au même moment, de répondre très favorablement à la proposition de Dorrego165.

  • 166 Acta de la asamblea electoral de Mendoza, 6/09/1820, AHM Ind., 161 ; Oficio del cabildo de Mendoza (...)
  • 167 Acta de la Asamblea provincial de Cordoba, 18/09/1820, AHC Legislatura.
  • 168 Oficio de Martin Rodriguez a Bustos, 30/09/1820, AHC Indice de gobierno.
  • 169 Instrucciones a que deberan arreglarse los embiados a Santa Feé y Buenos Ayres..., 7/10/1820, AHC C (...)
  • 170 Oficios de Güemes a Godoy Cruz y a Davila, 2/11 et 4/11/1820, AHM Ind., 660-17 et Güemes documentad (...)
  • 171 Ofïcio de Güemes a Bustos, 19/12/1820, ibid., t. 9, p. 357.

64Ces tergiversations montrent que les véritables motivations des gouverneurs sont davantage d’ordre stratégique qu’idéologique. Tous aspirent effectivement à reconstruire une unité et acquiescent aux offres qui leur sont faites. Toutefois, les alliances qui se nouent à la faveur de ces convocations traduisent également les jeux d’influences complexes que tissent entre eux les provinces souveraines. À cet égard, les propositions de Dorrego, Güemes et Bustos contribuent nettement à relancer le processus représentatif. Au mois de septembre, Mendoza, Tucumán et Córdoba nomment officiellement leurs députés, Salta conservant celui qu’elle a élu en mars pour le congrès de San Lorenzo166. De son côté, Bustos ne ménage pas ses efforts pour parvenir à ses fins. Non content d’appeler inlassablement à la réunion du congrès, il met en œuvre une politique de conciliation par laquelle il joue déjà, en quelque sorte, le rôle d’un chef d’État. Fin septembre, l’assemblée provinciale de Córdoba dépêche des émissaires dans les provinces pour harmoniser leurs vues sur le lieu et la date d’ouverture du congrès, et sur l’attitude à adopter face au conflit entre Buenos Aires et Santa Fé167. Devant l’attitude favorable de Martín Rodriguez168, Bustos nomme les deux médiateurs, Allende et Villegas, dont la mission se conclut par la paix de Benegas. Cette intervention est directement liée aux projets de Bustos, les médiateurs devant obtenir des provinces belligérantes qu’elles envoient des députés... à Córdoba169. Parallèlement se poursuit la lutte d’influence : tandis que Bustos annonce à Godoy Cruz que Tucumán, Santiago et Catamarca sont d’accord pour que le congrès se tienne à Córdoba, Güemes invite le même Godoy Cruz à envoyer un député à Catamarca, et tente également de convaincre le nouveau gouverneur de La Rioja170. Fin décembre, toutefois, Güemes s’incline devant l’urgence : ayant obtenu que Buenos Aires avance au député Castro l’argent de son viatique, il accepte que le congrès ait lieu à Córdoba171.

  • 172 Oficio de Bustos a los gobemadores, 31/03/1820, AHM Ind., 646-56.

65Dans ces jeux d’alliances entre gouverneurs, les provinces subalternes prennent une place de plus en plus importante en tant que forces d’appoint. Elles-mêmes retirent de l’appui qu’elles apportent aux différents projets des garanties concernant leur indépendance récemment acquise. De plus, l’affirmation de leur souveraineté passe, précisément, par leur accès à la représentation. Or, celui-ci ne s’impose qu’après une évolution de plusieurs mois. Dans sa première convocation, Bustos ne s’adresse qu’aux cités principales ; ses positions quant à l’émancipation des cités subalternes sont, nous l’avons vu, assez conservatrices. Alors que la circulaire de Sarratea du 1er mars s’adresse à toutes les cités, Bustos juge que celle du 18 mars, appelant au congrès de San Lorenzo, ne concerne que les capitales de provinces172. C’est ce refus d’une représentation autonome qui a poussé La Rioja à déclarer son indépendance. Cette position de principe connaît toutefois une évolution rapide devant l’affirmation des autonomies provinciales et la concurrence de Buenos Aires et de Salta. Lorsqu’il relance son projet au mois de septembre, Bustos adopte une logique de ralliement du plus grand nombre, qui l’oblige à considérer que toutes les provinces indépendantes ont le droit d’être représentées. Il s’appuie alors sur l’adhésion de Santiago del Estero et de Catamarca, qui recherchent son soutien face à Tucumán, tandis que Güemes entreprend de convaincre La Rioja. C’est donc à travers la mise en place d’une instance représentative que les cités subalternes parviennent à acquérir une véritable existence politique et à affirmer leur autonomie de gouvernement.

  • 173 Oficio de Díaz ci Sarratea, 15/03/1820, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

66La rivalité qui s’exerce autour de la convocation du congrès peut amener à s’interroger sur les véritables ambitions des acteurs. Les motifs qu’ils invoquent et les efforts qu’ils entreprennent sont pourtant bien plus qu’une concession à la rhétorique patriotique. Il existe, comme en 1 810 et 1815, une véritable « urgence de représentation », dictée par la hantise d’une dissolution sociale. Malgré les aléas de la convocation, ce thème reste prédominant dans le discours et prend, au fur et à mesure de l’ajournement du projet, des accents de plus en plus alarmistes. Les conceptions et les attentes des acteurs, que l’on pourrait croire inconciliables au vu des atermoiements précédemment décrits, se révèlent, au contraire, tout à fait convergentes. L’unanimité réclamée par les juristes de Tucumán, au nom de l’égalité des cités, existe bien en tant que projet mais ne parvient pas à être traduite dans les actes. La perception que les acteurs ont du congrès s’adapte au contexte des indépendances provinciales. Tel que l’envisagent ses promoteurs, le congrès doit traduire les nouveaux rapports entre les cités, « les sentiments d’union et de fraternité de peuple à peuple »173. Il apparaît comme le complément indispensable de l’autonomie et de l’égalité entre cités souveraines, le lien qui doit les unir et se substituer aux anciens rapports d’obédience. Bustos l’exprime avec autant de lyrisme que de conviction dans une lettre au gouverneur de Mendoza :

  • 174 Oficio de Bustos a Pedro José Campos, 18/03/1820, AHM Ind., 646-52 d.

« Les liens de société et d’union qui, jusqu’à présent, reliaient les pueblos à une capitale ambitieuse, vont maintenant les rapprocher fortement les uns des autres, grâce à une parfaite égalité, exempte de rivalités et d’aspirations [particulières]. Cette unité tant exaltée, qui se fondait [de manière exclusive] sur le capitalisme (sic) le plus impudent et le plus criminel, sera à présent scellée par les manifestations les plus solennelles de fraternité, de concorde et d’amitié. »174

  • 175 Oficio de Bustos al gobernador de Buenos Aires, 28/08/1820, dans Güemes·documentado, op. cit., t. 9 (...)

67Au demeurant, Bustos ne tarde pas à se rendre compte que cette organisation ne découle pas, de manière naturelle, de la nouvelle situation des provinces, celles-ci ayant tendance à vivre le fédéralisme comme une complète autonomie. Considérant qu’il les a « libérées » pour leur permettre d’appuyer l’effort de San Martin, il déplore que les provinces se soustraient à leur devoir patriotique. La mise en place de l’expédition vers le Haut-Pérou lui fait donc prendre conscience que le congrès a moins pour but de sanctionner une union de fait que de contraindre les provinces à remplir leurs obligations. Ses textes font de plus en plus apparaître l’organe représentatif comme le complément indispensable des indépendances. La coexistence de provinces autonomes et isolées ne constitue pas une solution viable ; il est nécessaire de fonder une instance à même de « prévenir l’anarchie, d’établir l’ordre et de resserrer les liens de cité à cité »175. L’image du congrès comme autorité suprême s’impose alors dans le discours politique. Comme en 1808, le thème de l’acéphalie des provinces, justifiant la reconstruction d’une « tête » par le biais de la représentation, est omniprésent. Le problème qui se pose, plus que jamais, est celui de rétablir une autorité unique et légitime, qui s’impose à tous de manière incontestée. Faute de quoi, le pays ne peut être gouverné, comme le rappellent les députés en mars 1821 :

  • 176 Circular de los diputados reunidos en Córdoba, 19/03/1821, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

« S’il n’existe pas une administration nationale, qui sera à même de mettre en place le gouvernement général ? Qui fournira à ce dernier les aides exceptionnelles que réclament les circonstances ? Qui sera en mesure de prendre des décisions sur les mille autres sujets, attentions et nécessités qui dépassent les facultés d’une seule cité ou d’une seule province ? »176

68De fait, les dirigeants sont unanimes sur les fonctions que devra assumer l’organe central au sein de la fédération. Les affaires « appartenant à la Nation en général », pour reprendre l’expression de Bustos, recouvrent trois domaines de compétences que l’expérience des dix années de révolution a déterminés comme communs à l’ensemble des provinces. Il s’agit tout d’abord de la guerre contre les royalistes, qui entre dans sa phase terminale avec l’expédition de San Martin. Apporter son aide au Libertador signifie, pour les chefs militaires, aller jusqu’au bout de la révolution commencée en 1810. Güemes, comme on l’a vu, propose de subordonner totalement la reconstruction politique du pays à la poursuite de la guerre alors que Bustos ancre ce projet dans une perspective plus large de réorganisation institutionnelle, ce qui correspond davantage aux vues que défendait San Martin en 1816. Le deuxième domaine d’intervention réservé au Congrès, lié au précédent, est la mise en place de relations diplomatiques. Le recul des armées royalistes en Amérique laisse présager un dénouement proche et incite les autorités du Rio de la Plata à formaliser leurs rapports avec les autres nations américaines, notamment le Chili, principal partenaire de l’entreprise péruvienne. De plus, la reconnaissance de l’indépendance par les puissances européennes et les États-Unis est plus que jamais à l’ordre du jour. L’urgence de la réunion est ainsi invoquée lors de l’arrivée du premier émissaire nord-américain, en octobre 1820. Comment celui-ci pourra-t-il nouer des contacts avec un pays qui ne possède pas de gouvernement ? Toutefois, cette volonté de s’affirmer en tant que nation vis-à-vis de l’extérieur n’est que le reflet d’une exigence interne : remédier au vide politique du pays. C’est sur cette corde que joue Bustos lorsqu’il affirme :

  • 177 Oficio de Bustos al gobernador de Buenos Aires, 28/08/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9 (...)

« L’état de nos provinces doit paraître monstrueux à l’Europe qui nous observe. [Nous voyant] dépourvus de centre d’unité, d’une tête qui préside et donne une direction aux affaires communes, elle doit nous considérer dans un état de dissolution et de désastre, plutôt que dotés d’une véritable existence politique. »177

  • 178 Ibid. Le cabildo de Mendoza parle au même moment de « rétablir et perpétuer l’ordre tant attendu, o (...)

Ici apparaît le troisième domaine imparti au congrès, qui est aussi le plus sensible : celui des affaires intérieures. L’autonomie des provinces et les conflits qui en découlent exacerbent l’image, apparue en 1816, d’un congrès arbitre des relations interprovinciales. De manière sous-jacente, les gouverneurs, quelle que soit leur position vis-à-vis du fédéralisme, se rejoignent sur le thème d’un ordre à restaurer. Au fur et à mesure que s’aggravent les conflits et que s’accumulent les obstacles à la réunion du congrès, le discours se fait plus alarmiste et dérive vers un conservatisme de plus en plus marqué. La formule de Bustos, « prévenir l’anarchie, établir l’ordre et resserrer les liens », résume la perspective de tous les dirigeants178.

69Ces thèmes s’imposent à partir d’une interprétation presque immédiate, et très négative, des événements de l’année 1820. Passés les premiers moments d’autocongratulation au sujet de la restauration des droits des pueblos, on s’inquiète de ne pouvoir reconstruire une unité. La proclamation des indépendances et la fragmentation de la souveraineté sont alors vécues comme un délitement de l’ordre social et politique. Les acteurs ont l’impression d’avoir atteint l’autre extrême par rapport à la situation de despotisme qu’il ont rejetée en 1810. La malédiction de la dissolution sociale, brandie tout au long de la première décennie, semble s’être accomplie au cours de l’année 1820, comme l’expriment les députés réunis à Córdoba en 1821 :

  • 179 Circular de los diputados de Buenos Aires reunidos en Córdoba, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

« À cause de la dissolution de l’État et du bouleversement général qui s’en est suivi, les provinces ont enduré au long de l’année dernière et de celle-ci toutes les horreurs de la guerre civile, toutes les persécutions de l’anarchie et tous les maux qu’entraîne une situation si déplorable. »179

  • 180 Circular de Ramos Mejia a las provincias, 19/05/1820, AHM Ind., 748-59.
  • 181 Oficio de Martin Rodriguez a Bustos, 30/09/1820, AHC Indice de gobierno.
  • 182 Oficio del gobierno de Tucumán a Martin Rodriguez ; Oficio de la Corte primera de Justicia de Tucum (...)
  • 183 Oficios del cabildo y del gobernador de Mendoza al gobierno de Buenos Aires, 13/01/1821, AGN Gob. M (...)

Les premiers à risquer cette interprétation sont, bien sûr, les dirigeants centralistes de Buenos Aires. Dans sa circulaire du 19 mai, Ramos Mejia affirme que les événements de février 1820 « ont entièrement brisé le pacte social et bouleversé le centre de l’unité que les cités s’étaient donné par le congrès souverain qui les représentaient »180. Le propos est identique dans la circulaire de Martin Rodriguez, évoquant le « bouleversement général dans lequel se sont rompus les liens nationaux de notre bien-aimée Patrie »181. Au fur et à mesure de l’année 1820, les gouverneurs de l’Intérieur se montrent de plus en plus sensibles au thème de la désunion et du désordre. Aráoz se livre ainsi, au mois de décembre, à de grands plaidoyers contre l’anarchie, appelant de ses vœux la réorganisation d’un gouvernement central, « unique stabilisateur des oscillations présentes, rempart contre les invasions ennemies et garant de notre honneur perdu (...) afin de lutter contre les désastres qui affligent notre sol »182. Les autorités de Mendoza, pour leur part, distinguent « les agents qui conspirent à disloquer les Provinces Unies et en harmonie » et ceux qui « consacrent leurs efforts au rétablissement de l’ordre national »183.

  • 184 Oficios de Güemes y Aráoz a Ramirez, 22/12 et 26/12/1820, AGN Gob. Tuc. X-5-10-5 et Güemes document (...)
  • 185 Oficio de Aráoz a la Corte de Justicia, 13/03/1821, AHT 28-75 ; Circular de los diputados de Buenos (...)

70La convergence de ces jugements, où les provinces se réconcilient avec l’ancienne capitale, se manifeste avec force dans leurs réactions unanimes face aux tentatives de Ramírez. Les accusations de celui-ci à l’encontre du gouvernement de Buenos Aires ne suscitent que des réactions d’indifférence ou d’indignation. Tous considèrent le gouverneur de l’Entre Rios comme un agitateur et voient dans sa tentative un obstacle supplémentaire à la réunion du congrès. C’est pourquoi Aráoz l’informe qu’il rejette tout ce qui peut « retarder, porter préjudice ou détruire ses principes », tandis que Güemes s’efforce de le convaincre qu’une rupture avec Buenos Aires ne ferait qu’aggraver la situation. Parallèlement, les gouverneurs multiplient les preuves de confiance et de soutien à l’égard de Buenos Aires184. A ce moment précis, au début de l’année 1821, la volonté d’union entre les gouverneurs atteint son apogée, en raison des troubles qui agitent les provinces. La proclamation des indépendances provinciales a constitué pour eux l’avancée ultime de la révolution. À partir de cette souveraineté réassumée par les pueblos, il s’agit désormais de défendre la Patrie, sur le plan militaire, et de reconstruire la Nation, sur le plan civil. L’ajournement du congrès ne représente rien d’autre qu’un état pernicieux d’« inexistence politique », selon la belle formule de Bustos. Il s’agit donc à tout prix, pour les dirigeants, d’empêcher ce qu’ils considèrent comme la mort de l’État. Le congrès doit sauver la Nation qui gît dans un « abîme d’anarchie », et « redonner vie à la Patrie agonisante185. Ces trois termes – État, Patrie, Nation – renvoient à ce qui rassemble les cités, aux rapports qu’elles entretiennent, à ce qu’elles ont à construire ensemble. Il convient de souligner le caractère parfaitement artificiel, pour les acteurs, de ces catégories politiques. Autant l’appartenance à la cité, les rapports de fraternité et d’harmonie, le désir d’union apparaissent inscrits dans l’ordre naturel, autant les constructions collectives plus larges ne s’imposent pas d’elles-mêmes, mais doivent être créées et sauvegardées. Sans cet effort de la volonté, les rapports politiques et sociaux semblent condamnés à disparaître.

  • 186 Oficio de Abraham González al gobierno de Buenos Aires, 10/10/1821, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5.
  • 187 Rappelons que González faisait partie des officiers qui ont déposé le gouverneur Mota Botello en no (...)
  • 188 Oficio de Abraham González al gobierno de Buenos Aires, ibid.

71L’évocation la plus complète de cet imaginaire est livrée par Abraham González en octobre 1821. Le nouveau gouverneur de Tucumán déplore classiquement la situation des provinces, « dépourvues d’un pouvoir central et coercitif capable d’impulser, de diriger et de réprimer », pourtant indispensable pour rassembler des cités « contaminées par l’anarchie, pauvres et rivales »186. Au fur et à mesure, en effet, le travail de dissolution se poursuit : non seulement le pays n’est pas reconnu par les autres nations, mais au sein même des cités, les factions se multiplient et condamnent toute tentative de retour à l’ordre. Ennemi d’Aráoz et de sa République, González dénonce l’isolement des provinces et leurs « souverainetés d’opérette », alors que celles-ci constituent le couronnement des mouvements de 1820. Le nouveau gouverneur n’est pourtant pas centraliste, au sens où il ne souhaite en rien un retour à la domination de Buenos Aires187. Mais, comme ses collègues, il est conscient de la nécessité, pour les provinces, de réorganiser leurs rapports sur la base de leurs souverainetés, c’est-à-dire sur un mode fédéral ou confédéral. Ce qu’il exprime joliment par la métaphore de la flotte surprise par la tempête : chaque navire s’est mis à l’abri de son côté, mais le retour du beau temps leur permet de mouiller dans le même port pour faire les réparations et poursuivre le voyage. González précise qu’il ne s’agit pas de restaurer un congrès centraliste et permanent comme celui de 1817-1819. Ce qu’il appelle de ses vœux, c’est « un miroir qui concentre les rayons languides de l’État et embrase le feu sacré de l’Union »188. Autrement dit, une instance émanant des souverainetés provinciales qui soit à même de régler, à tire provisoire, les affaires communes : rapports entre cités, affaires extérieures, règlement électoral commun, plan de contributions. À travers ces témoignages apparaît l’image cohérente d’un congrès de type fédéral, destiné à parachever l’œuvre révolutionnaire. Cet imaginaire ressemble à celui de 1816, mais il est énoncé d’autant plus fermement que les souverainetés provinciales – et les rivalités qu’elles entraînent – ne sont plus une aspiration, mais une réalité. Ce qui diffère en revanche est l’aspect pragmatique du projet. Les multiples propositions le montrent : il s’agit de réunir un congrès pour pallier le vide de pouvoir, mais on lui reconnaît le droit de définir lui-même ses compétences. Güemes veut un congrès pour la guerre, Buenos Aires pour contraindre Santa Fé à capituler. Seul Bustos a une vision d’ensemble et à long terme, mais lui-même accepte, comme González, que cette construction soit en grande partie improvisée et susceptible d’être remise en cause.

  • 189 Oficio circular del gobierno de Córdoba a los gobiernos, 19/03/1821, AGN Gob. Cba. X- 5-4-1.

72Ce que les acteurs semblent donc avoir résolu à l’issue d’une décennie de révolution, c’est le dilemme théorique du provisoriato, à savoir : une création institutionnelle se doit d’être définitive, donc parfaite, ou ne pas être. Désormais, les gouverneurs font la part du contexte dans leur réflexion : en attendant la fin de la guerre et la réunion éventuelle des provinces du Haut-Pérou, il s’agit de fonder un gouvernement, de quelque type qu’il soit, pour assurer la gestion des affaires communes. Cette attitude résulte certainement d’une réflexion sur les événements qui se sont succédé depuis 1810, d’une acceptation du caractère discontinu et syncopé d’une période révolutionnaire. Plus encore, les acteurs sont désormais conscients d’avoir été jusqu’au bout du processus de démantèlement des anciennes structures. Dès lors, il ne s’agit plus de préserver un ordre existant, mais de le reconstruire. Cela autorise à promouvoir les moyens que l’on juge nécessaires, en l’occurrence le gouvernement et la création d’institutions, sans se préoccuper de les définir une fois pour toutes. L’attitude pragmatique et la prise en compte de la perfectibilité des institutions sont une grande nouveauté pour la période. Cette évolution n’est toutefois pas achevée, dans la mesure où elle conserve comme postulat l’unanimité des acteurs. Les divergences et les conflits continuent d’être envisagés comme des obstacles à l’union : on le voit par exemple dans l’exigence de pouvoirs extrêmement larges, capables d’être acceptés par tous les membres du congrès, faute de quoi il s’ensuivrait « une variété inconciliable, qui occasionnera[it] de nouveaux doutes, de nouvelles consultations, de nouvelles discussions et de nouveaux incidents »189. L’assemblée des représentants n’est toujours pas conçue comme le lieu où se confrontent et se résolvent les contradictions, par le biais de la discussion et en vue d’une élaboration commune et rationnelle. Le dilemme qui subsiste est donc celui de ne pouvoir formaliser l’union sur le plan politique si celle-ci n’existe pas, de manière préalable, dans la société. C’est le sens des innombrables démarches de Bustos, tendant à recréer un lien entre les provinces sous la forme d’alliances tacites ou de traités, afin de rendre possible la réunion du congrès. D’autre part, la réalisation du projet de congrès est étroitement soumise, nous l’avons vu, aux stratégies des cités principales. Tant que celles-ci ont intérêt à promouvoir l’union des provinces, elles acceptent l’idée d’un congrès, quitte à laisser à d’autres le privilège d’une convocation. Mais à partir du moment où le danger s’écarte, l’autonomie peut leur paraître préférable. C’est l’attitude qu’adopte Buenos Aires à la fin de l’année 1821.

Le Congrès mis en échec, ou la dernière carte de Buenos Aires

  • 190 Ibid. ; Oficio de los diputados reunidos en Córdoba a los gobiernos de provincias, 28/03/1821, AHM (...)
  • 191 Fin mars sont présents les députés de Jujuy, Mendoza, San Juan, San Luis, Santa Fé et Buenos Aires, (...)
  • 192 Oficio de los diputados..., 28/03/1821, AHM Ind., 646-62. Les lettres de Francisco Delgado témoigne (...)
  • 193 Le député élu, Nicolas Laguna, refuse de partir tant que l’assemblée électorale ne l’aura pas pourv (...)
  • 194 Oficio de la Asamblea provincial y del gobierno de Salta al gobierno de Buenos Aires, 26/08 et 4/09 (...)

73Au début de l’année 1821, toutes les conditions semblent réunies pour que le congrès soit installé dans les plus brefs délais. Buenos Aires et Santa Fé, qui viennent de conclure la paix, ont besoin d’alliés contre Ramírez, Alvear et Carrera. Le prestige de Bustos sort renforcé de la médiation dans le Littoral, et tous acceptent que ce soit lui qui dirige le processus. Tandis que les premiers députés arrivent à Córdoba, Buenos Aires tarde à envoyer ses siens, arguant de l’insécurité que les caudillos font régner sur les routes. En réalité, malgré le désir des autorités d’accélérer l’ouverture, elles peinent à convaincre les députés élus d’accepter leur mission. Mais c’est surtout la guerre qui éclate entre Santiago, Tucumán et Salta, à la fin du mois de février, qui entrave le processus, dans la mesure où ces cités n’ont pas encore fait partir leurs députés. Dès lors, l’urgence se fait sentir : le gouvernement de Córdoba, par la circulaire du 19 mars, et les députés présents, par celle du 28, appellent leurs confrères à prendre des mesures rapides190. Les représentants réunis à Córdoba191 jouent à cet égard le rôle d’un « vice-congrès » : sans que leurs décisions ne puissent faire autorité, ils utilisent leur renom pour conseiller les provinces et tenter des arbitrages. Leur circulaire du 28 mars a pour principal objet de prôner la paix dans le Nord-Ouest. Tucumán, Santiago et Salta sont invitées à « tirer les leçons des expériences passées » et à suivre l’exemple de Buenos Aires et de Santa Fé. Le congrès est précisément destiné à arbitrer « les prétentions, les prérogatives et les droits des provinces ». En attendant, chacune doit accepter de « céder une partie de [ces droits] pour œuvrer conformément à la félicité générale ». Ces efforts doivent être consentis au nom de la sauvegarde des intérêts communs, de la « voix générale » et de la « clameur sacrée de la Patrie »192. Au mois de juillet, les députés relancent le processus avec une nouvelle circulaire. À cette date, Buenos Aires a vaincu les caudillos grâce à l’aide de Santa Fé et Córdoba. Malgré la signature du pacte de Vinará, l’incertitude est toujours liée à la situation dans le Nord-Ouest : en pleine réorganisation après la mort de Güemes, Salta n’a pas redéfini sa position vis-à-vis du congrès. À Tucumán, malgré ses déclarations d’intention, Aráoz ne se décide pas à faire partir le député193. Parmi d’autres preuves de son « despotisme », ces atermoiements lui valent d’être renversé fin août. Son remplaçant, Abraham González, se présente comme un fervent partisan du congrès, tout comme les nouvelles autorités de Salta. Après les déclarations officielles du gouverneur Fernández Cornejo et la désignation de deux députés par Tucumán, le 10 septembre194, les députés peuvent enfin envisager une inauguration imminente.

  • 195 Manifiesto de Martin Rodriguez sobre las proposiciones que el Gobierno ha presentado a la sanción d (...)
  • 196 La reconnaissance des Provinces Unies par le roi Jean VI du Portugal est suivie de la nomination d’ (...)

74C’est précisément le moment que choisit Buenos Aires pour faire volte-face et critiquer le projet de réunion. Ce retournement total, préparé dès le mois de mai par la campagne de presse d’El Argos, est exprimé officiellement par un discours de Martin Rodriguez à la Chambre des représentants, suivi d’un manifeste envoyé aux provinces le 1er septembre195. Ce long texte annonce la nouvelle position de Buenos Aires, qui est une variante du provisoriato : les dirigeants affirment que le moment n’est pas venu de réunir le congrès, parce que les conditions de son succès ne sont pas réunies. Le changement de conjoncture, du fait, notamment, de l’éloignement de la menace portugaise196, permet une phase de travail préalable qu’ils jugent totalement indispensable ; les provinces doivent se replier sur elles-mêmes et consolider leur administration intérieure. Ainsi se rendront-elles compte par elles-mêmes, sans qu’il soit nécessaire de les y contraindre, des avantages de l’union. Le futur congrès, dont la réunion est reportée à l’année suivante, y gagnera en force et en cohésion. La fin du texte trace les perspectives politiques de cette union ajournée mais consolidée, en insistant sur le fait que le futur pays devra être un espace de libre-échange.

  • 197 Cf. T. Halperin Donghi, Guerra y finanzas en los origenes del estado argentino (1790- 1852), Buenos (...)

75Cet exposé reflète parfaitement les convictions libérales qui sont celles de la nouvelle équipe au pouvoir à Buenos Aires. Martin Rodriguez et son ministre Rivadavia ont réussi à ramener le calme à l’intérieur de la province en s’appuyant sur un consensus entre les différentes factions de l’élite. Une fois la paix conquise, la perspective offerte par les dirigeants consiste à développer l’économie de la province et les échanges avec l’Europe, en profitant des dividendes qu’assure à la ville le monopole de la Douane197. Selon eux, Buenos Aires a tout intérêt à préserver son autonomie et à investir ses ressources dans son propre développement au lieu de les consacrer à la cause commune. Même si l’épisode fédéral de 1816 constitue un précédent notable, cette attitude est un démenti complet de la politique menée jusqu’alors par les dirigeants de la cité capitale, qui consistait à contrôler l’espace du Rio de la Plata pour s’assurer un maximum de puissance et de prestige. L’apaisement des conflits dans la région littorale, mais surtout l’incapacité de Buenos Aires à diriger la réunion du congrès sont les deux éléments qui pèsent le plus dans cette décision.

  • 198 Oficio circular de Bustos a las provincias, 27/08/1821, AHC Copiadores, caja 281.

76Une lecture plus approfondie du texte et sa confrontation avec les réactions des provinces permettent de déceler les fondements implicites de cette prise de position. Ayant eu vent, par les journaux de Buenos Aires, de ce retournement, Bustos publie dès le 27 août une mise en garde à l’attention des provinces. Même si les intérêts particuliers de Buenos Aires amènent ses autorités à retirer ses députés – auquel cas, précise-t-il, « ils ne manqueront pas de prétextes frivoles pour ne pas participer [au Congrès] »– cela ne doit en aucun cas décourager les autres. L’aspect tactique de la manœuvre est donc parfaitement perçu par Bustos, qui lui oppose, comme il le fait depuis plus d’un an, un projet de création étatique et nationale. Le congrès doit resserrer les liens entre les provinces, les faire toutes participer à la cause de l’Amérique et « établir un ordre général, de telle sorte que les parties de l’association soient utiles au tout et le soient entre elles de manière réciproque, ce qui conférera une véritable existence politique à ces malheureuses provinces »198.

77La définition de cette « existence politique » est ce qui constitue la pierre d’achoppement entre Buenos Aires et les provinces de l’intérieur. En écho à Bustos, le député de Mendoza Francisco Delgado fait part de ses jugements sur l’attitude de Buenos Aires. Partant d’un exposé sur les deux dernières années, relatant les maux de la guerre civile et les efforts des députés, il critique farouchement la position de l’ancienne capitale, dont il entrevoit les désastreuses conséquences. Prenant le contre-pied du discours de Rodriguez, il affirme :

  • 199 Oficio de Francisco Delgado a la Honorable Junta de Représentantes de la provincia de Mendoza, 11/0 (...)

« Nul ne saurait douter que c’est l’état actuel des provinces qui est la cause du mal dont elles souffrent, et que les laisser plus longtemps dans leur isolement revient à les prendre par la main pour les conduire vers une ruine inévitable. »199

Pour s’imposer aux ambitions rivales, arbitrer les conflits et ramener l’ordre, il est indispensable, au contraire de ce que propose Rodriguez, de refonder une autorité centrale :

  • 200 Ibid.

« Pour éteindre le feu de la discorde, il faut une quantité de pouvoir plus grande que celle dont les provinces disposent par elles-mêmes (...) et ce n’est que dans la concentration qu’il peut s’en trouver une capable d’étouffer les visées ambitieuses des pervers et des perturbateurs de l’ordre (...) cette autorité [doit être] comme une digue qui s’oppose à ce torrent de maux. »200

  • 201 Ibid.

Évoquant ensuite l’amélioration du contexte, la disparition des « tyrans » Güemes et Aráoz et la victoire de San Martin au Pérou, il se livre à un plaidoyer en faveur de la formation d’un gouvernement et met en évidence la cohésion qui règne à cet égard entre les provinces de l’intérieur, au nom desquelles il s’exprime201. L’hypothèse de la reformation d’un bloc opposé à Buenos Aires apparaît clairement à travers ces lignes. Évolution rapide, si l’on en juge par l’accord parfait qui a régné jusqu’en août entre les provinces et l’ancienne capitale.

78La lettre de Delgado peut être lue en miroir du discours de Martin Rodriguez car le raisonnement suivi est très semblable. Partant des « leçons de l’expérience » et d’une analyse de la situation, marquée par la division des provinces, les deux textes en viennent à prôner des solutions opposées. Tandis que Delgado se prononce en faveur d’une union et d’une institutionnalisation rapide, Rodriguez propose le maintien du provisoriato et de l’isolement des provinces, reliées par un simple pacte. Cette opposition s’explique par la façon dont chacun conçoit la Nation à construire. Delgado, comme Bustos, exprime la conception d’une Nation plurielle, constituée par l’union de provinces souveraines, sans que celle-ci ne soit synonyme d’uniformisation contraignante. L’expression de Bustos, « que les parties de l’association soient utiles au tout et le soient entre elles de manière réciproque », est tout à fait parlante : le lien proposé fonctionne d’abord de manière horizontale, entre les différentes provinces, chacune étant reliée à un centre commun émanant de leur choix souverain. Cette conception est en parfait accord avec le cheminement suivi par les cités depuis 1 810 : affirmer leur autonomie et reconstruire une autorité centrale sur cette base, tout en conservant une part de leur souveraineté qui s’exprime par la représentation.

  • 202 Manifiesto de Martin Rodriguez..., 1/09/1821, op. cit.
  • 203 Peut-être est-ce pour se démarquer de cette accusation implicite que les députés réagissent vivemen (...)

79Cet état de fait est reconnu par le gouverneur de Buenos Aires lorsqu’il propose que les provinces consolident leur administration intérieure. Toutefois, l’union qu’il envisage pour l’avenir est d’une autre nature : il la définit lui-même comme « l’amour de l’ordre public, l’idée tutélaire et conservatrice d’un corps national »202. Si le congrès était créé tout de suite, explique-t-il, il serait à la merci des pueblos et se retrouverait prisonnier de leurs doléances, de leurs ambitions et de leurs rivalités203. En revanche, pendant le temps de consolidation qu’il propose, les provinces apprendraient à « se réjouir de leur sort et à se réserver pour la Patrie ». Ce que Martin Rodriguez envisage donc, c’est donc une modification radicale de ce qui a jusqu’à présent constitué « l’identité de cité », consistant à défendre ses prérogatives et à affirmer son prestige face aux autres. Il présuppose un transfert de cette appartenance vers une entité supérieure et unique, la Nation.

  • 204 Ibid.

80Ceci entraîne, par voie de conséquence, un autre type de rapports entre les provinces. Ayant régulé leurs relations par un pacte, grâce auquel « chacune recevra la Nation en dépôt », elles seront tout entières soumises à l’autorité du congrès. Il n’est plus question ici de relations horizontales ; l’existence politique des provinces ne se définit désormais que dans leur rapport à la Patrie, dont elles sont les garantes. Martin Rodriguez laisse entrevoir cette modification fondamentale lorsqu’il s’exclame à la fin de son discours : « Tout sera nouveau. On n’entendra plus que des cris de repentance et de fidélité. »204 Mais plus encore, il assortit son projet d’une perspective économique qui ne laisse aucun doute sur ses prémisses intellectuels. Ce pacte entre les provinces repose en effet sur la constitution d’une vaste zone de libre-échange :

  • 205 Ibid.

« Les échanges libres seront ce qui alimentera notre harmonie, sans usurpation, sans douleur et sans tyrannie. Par la correspondance de leurs fonctions, par leur enchaînement, par les secours continuels qu’elles se prêteront, nos cités subsisteront, se perfectionneront et acquerront cette importance dont les ont [jusqu’alors] privées des causes multiples et accumulées [menant à la] décadence et [à la] destruction. »205

  • 206 Sur la conception libérale de la Nation, cf. Éric Hobsbawn, Nations et nationalisme depuis 1780. Pr (...)

Dans cette vision, déjà très proche du modèle libéral de nation206, les relations commerciales devront se substituer à l’organisation politique, assurant par elles-mêmes le développement et le progrès.

  • 207 C. Segreti, op. cit.
  • 208 Le manifeste se termine sur un appel sans détours à la réforme des institutions provinciales : « Bu (...)
  • 209 Acta del cabildo de Tucumán, 13/02/1820, AHT Actas.

81Pour parvenir à leurs fins, les autorités de Buenos Aires mènent une véritable politique d’obstruction. Leurs députés reçoivent, le 19 septembre, de nouvelles instructions, qui leur ordonnent de s’opposer à toute tentative d’ouverture du congrès. En revanche, ils devront s’efforcer de conclure avec les autres députés un pacte reposant sur quatre points : les provinces devront se défendre et se prêter mutuellement secours ; un règlement électoral sera forgé à partir du recensement général de leur population ; les provinces réformeront leurs institutions afin de déléguer une partie de leurs compétences au futur congrès et nommeront deux agents diplomatiques, l’un pour l’Europe et l’autre pour l’Amérique207. Parallèlement, Martin Rodriguez et Rivadavia envoient aux différents gouvernements un manifeste expliquant leur position et proposant la conclusion du pacte. Tout ceci doit se faire sous l’égide de Buenos Aires, qui se pose en modèle vis-à-vis des autres provinces, du fait des réformes qu’elle a déjà entreprises dans son administration intérieure208. Les quatre articles, notamment celui proposant d’en revenir à une représentation proportionnelle, visent à rétablir l’hégémonie de l’ancienne capitale : Buenos Aires, par l’importance de sa population, aurait forcément la majorité au congrès. Or, le principe de l’égalité des cités, proclamé lors des indépendances, doit se traduire par l’envoi d’un même nombre de représentants, comme l’ont affirmé les juristes de Tucumán au début du mouvement209. En réalité, cette conception qualitative ne s’est pas totalement imposée dans les convocations de 1820 et 1821. Au motif que les provinces n’avaient pas de quoi indemniser plusieurs députés, Bustos leur a conseillé de se limiter à un ou deux représentants. Buenos Aires, toutefois, en a envoyé quatre, faisant ainsi prévaloir, de manière implicite, une supériorité naturelle du fait de sa taille, de ses richesses et de son ancien statut. C’est dans le même sens qu’elle propose de rétablir la représentation proportionnelle, afin d’institutionnaliser la domination qu’elle espère recouvrer.

  • 210 Oficio circular de Bustos a los gobiernos, 27/09/1821, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

82Face à ces tentatives de sabotage, les gouverneurs de l’Intérieur réagissent vivement. La circulaire de Bustos, datée du 27 septembre, est une réponse directe et vigoureuse à celle de Buenos Aires. Un argument de taille est tout de suite avancé : Buenos Aires soumet l’ouverture du congrès à certaines conditions qui, selon elle, ne sont pas réunies. Pourquoi et comment le seraient-elles un an plus tard ? Bustos affirme par là même une position pragmatique qui contraste avec la façon dont on a jusqu’alors considéré le problème : il refuse d’attendre plus longtemps que les conditions « organiques » de stabilité et d’union soient réunies pour jeter les bases du nouvel État. Á l’inverse, il parie sur la capacité des institutions à générer, notamment par la fonction d’arbitrage, un progressif retour à l’ordre et un développement des relations inter-provinciales. Les événements de l’année 1820 l’ont convaincu, ainsi que nombre de ses collègues, que les passions ne se calmeront pas d’elles-mêmes et que seule une autorité centrale viendra à bout des guerres civiles210. Le second argument qu’il oppose au manifeste du 19 septembre est que la situation du Haut-Pérou n’a pas empêché la formation d’un congrès en 1816, qu’elle ne constitue donc pas un obstacle et, retournant à nouveau l’argument en sa faveur, il affirme que le congrès est le seul moyen d’organiser la libération du Haut-Pérou. La troisième réponse, enfin, vise à discréditer l’entreprise de Buenos Aires : quand bien même il faudrait retarder l’ouverture du congrès, il appartient aux seuls députés d’en décider, au nom de la représentation des provinces. L’ancienne capitale pourra donc présenter son projet devant le congrès, mais l’imposer comme elle le fait, en menaçant de retirer ses représentants, est un acte de chantage et d’hostilité envers les autres provinces. Il apparaît donc que Buenos Aires n’a plus la légitimité nécessaire pour prendre ce type d’initiative : le mécanisme de décision inauguré en 1810 a bel et bien vécu.

  • 211 Ibid.
  • 212 La correspondance entre les députés et le gouvernement de Buenos Aires montre bien que les premiers (...)
  • 213 Oficio de Martin Rodriguez al gobernador de Tucumán, 29/09/1821, dans Documentas para la Historia a (...)
  • 214 Oficios de Abraham Gonzalez a Martin Rodriguez, 10/10 et 29/10/1821, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5 et Güe (...)
  • 215 Oficios de los gobiernos de Buenos Aires y Córdoba a Abraham Gonzalez, 4/11 et 12/11/1821, dans Doc (...)

83Bustos n’hésite pas à dévoiler les véritables motivations de Rodriguez et Rivadavia, allant jusqu’à voir dans la suspension du congrès « un acte de vandalisme, auquel Buenos Aires aspire probablement pour vérifier si elle parvient ainsi à nous dominer »211 . La technique du provisoriato est conspuée en termes moraux : retarder encore l’ouverture du Congrès apparaîtra aux yeux du monde comme un « manque de circonspection », une preuve « de frivolité, d’inconstance et de faiblesse », qui éloignera les Provinces Unies de « la marche majestueuse qui doit distinguer les États ». S’ajoute donc au risque de l’hégémonie celui de « l’inexistence politique », maintes fois évoqué par Bustos. Face à cette menace, le gouverneur de Córdoba met en cause la sincérité des députés de Buenos Aires dont il pense – à juste titre – qu’ils ont reçu l’ordre de sonder l’opinion des députés et de les rallier à leur position212. Se plaçant sur le même terrain, Bustos appelle ses provinces à résister au chantage et à participer au Congrès, même si Buenos Aires rappelle ses représentants. Les autres gouverneurs le suivent largement, notamment Abraham González, que les autorités de Buenos Aires ont tenté de gagner à leur cause dès l’annonce de sa victoire213. Les convictions du nouveau gouverneur rendent cette tentative vaine : Abraham González rétorque que s’il a délivré sa province du joug d’Aráoz, c’est précisément dans le but de la « rendre à la Nation » et, à l’unisson de Bustos, il affirme que la sauvegarde de l’État dépend uniquement de la constitution d’un pouvoir central214 . Les conséquences de cette prise de position ne se font pas attendre : tandis que Bustos adhère totalement à la proposition de González d’envoyer une expédition vers le Pérou, les autorités de Buenos Aires s’abstiennent de tout commentaire, se contentant de lui répondre que leur province ne peut y prendre part215.

  • 216 Oficio de los diputados de Buenos Aires algobierno, 3/10/1821, ibid., p. 126.
  • 217 Oficio de Francisco Delgado al gobierno de Mendoza, 30/10/1821, AHM Ind., 646-65.
  • 218 Oficio de los diputados de Buenos Aires a los demas, 3/11/1821, AGN Gob. Cba. X-5-4-1 ; Oficio circ (...)
  • 219 Ofîcios de Rivadavia a los diputados de Buenos Aires en Córdoba, 27/11/1821 ; Oficio de Martin Rodr (...)

84Entre-temps, les députés ont esquivé les propositions de leurs collègues de Buenos Aires : la plupart ont fait valoir que leurs pouvoirs ne leur permettaient pas d’envisager un ajournement du congrès et qu’ils devaient consulter leurs commettants216. En réalité, les instructions qu’ils demandent visent à accélérer l’ouverture du Congrès, prévue pour le 4 novembre217. La réponse des gouvernements tarde à leur revenir ; Mendoza, San Juan, Santa Fé, sans doute plus sensibles aux arguments de l’ancienne capitale, n’ont toujours pas pris position à la fin du mois. La lutte entre les deux camps se fait alors plus serrée, chacun multipliant les adresses et dénonçant les manœuvres de l’autre218. Buenos Aires durcit sa position et ordonne aux députés de se retirer immédiatement si le Congrès était inauguré ; dans l’attente, ils doivent poursuivre leur travail de ralliement. Parallèlement, les dirigeants s’efforcent de resserrer les liens avec les gouverneurs du Littoral, que l’ancienne capitale considère comme son domaine réservé, tandis que la presse portègne mène une campagne de diffamation vis-à-vis de Bustos219.

  • 220 Oficio de Godoy Cruz a Bustos, 23/11/1821, AHC Indice de gobierno ; Acta de la Junta de représentan (...)
  • 221 Rappelons qu’au même moment, San Martin, dont l’influence sur Godoy Cruz reste très importante, exp (...)

85Extrêmement sollicité, le gouverneur de Mendoza tente alors une ultime médiation. En accord avec les représentants de sa province, estimant que la participation de Buenos Aires est indispensable, Godoy Cruz propose que le Congrès se réunisse immédiatement, mais soit dépourvu de facultés constituantes. Il se contentera de jouer le rôle d’une convention, en intervenant dans les principaux domaines réservés à sa compétence : l’arbitrage entre les provinces, la direction des relations extérieures, l’organisation de l’armée. Parallèlement, il se montre partisan, comme l’ont proposé Jujuy et Tucumán dans leurs instructions, de remettre en vigueur la Constitution de 1819220. Cette suggestion, visant à concilier les positions antagonistes, constitue en réalité un retour au statu quo ante et au règne du provisoire. Godoy Cruz se rallie aux arguments de Buenos Aires concernant les provinces du Haut-Pérou, repoussant par là même la perspective d’une construction durable qui aurait les indépendances provinciales pour fondement. Les références auxquelles il fait allusion dans ses lettres – le Congrès de 1817 (non de 1816 !) et la Constitution de 1819 – montrent qu’il penche pour une solution centraliste221. Toutefois, il ne remet pas en question la réunion du Congrès car il est conscient que la représentation est la seule voie légitime pour mener à bien une action collective, sur le plan militaire et diplomatique. À la différence des dirigeants de Buenos Aires, Godoy Cruz a pris toute la mesure de la « provincialisation » de l’État et, comme Bustos, considère le congrès comme l’unique recours face à la décomposition politique :

  • 222 Oficio de Godoy Cruz a Martin Rodriguez, 25/11/1821, AGN Gob. Men, X-5-6-1.

« L’état d’isolement dans lequel se trouvent les provinces, que vous considérez comme l’une des circonstances qui rendent infructueuse la réunion du congrès est [au contraire], aux yeux de notre gouvernement, l’une de celles qui la rendent absolument nécessaire. »222

  • 223 Oficio de Francisco Delgado a los diputados de Buenos Aires, 10/12/1821, AHM Ind., 646-67.

Le député de Mendoza ne ménage pas sa peine pour tenter de convaincre l’ensemble de ses collègues, sans y parvenir. Ceux de Buenos Aires, à qui il annonce qu’il est pourvu des pouvoirs nécessaires pour traiter avec eux, lui répondent qu’ils ne sont pas autorisés à négocier avec une seule province223. Quant aux autres, ils craignent que ce projet ne crée d’autres obstacles à l’organisation du pays :

  • 224 Oficio de los diputados al gobierno de Mendoza, 8/12/1821, AHM Ind., 646-68.

« Outre le fait qu’elle provoquera une nouvelle trêve et un report inévitable, accepter [cette proposition] nous amènerait à présenter à l’univers un congrès impotent et dépourvu d’autorité, alors que les urgences du moment imposent qu’il soit pleinement investi d’un maximum de facultés, même si pour l’instant, et jusqu’à ce que les autres provinces le rejoignent, il ne pourra se constituer de manière permanente. »224

Dans cette volonté de sortir, une fois pour toutes, de la logique « politicide » du provisoriato, ils réaffirment leur volonté de fonder un congrès constituant, conformément aux instructions reçues. Persuadés enfin – à juste titre – que Buenos Aires ne reviendra pas sur sa position, ils sont résolus à se passer de sa participation. Pourtant, tout se passe comme si les députés ne parvenaient pas à franchir cet ultime obstacle. Après le retrait des députés portègnes, qui quittent la ville de Córdoba au début du mois de janvier 1822, la réunion du congrès est purement et simplement abandonnée.

  • 225 Cf. A. E. Sampay, Las constituciones de Argentina, Buenos Aires, 1975, p. 297-300 ; A. Demicheli, o (...)

86L’affrontement autour du congrès reflète, en réalité, le réordonnancement stratégique que permet la disparition de la menace portugaise. L’ancienne démarcation entre l’Intérieur et le Littoral se reforme : tandis que les provinces de San Luis, San Juan, La Rioja, Catamarca, Tucumán, Salta, Jujuy et Santiago font bloc autour de Córdoba, Buenos Aires contrôle à nouveau les provinces du Littoral, avec qui elle signe, le 25 janvier 1822, le pacte du Quadrilatère225. Au lieu d’impulser de nouvelles logiques territoriales, les provinces indépendantes tendent à recréer spontanément les cadres des anciennes intendances. L’accession à l’autonomie semble donc avoir partiellement effacé les rivalités liées aux anciens rapports de subordination, et ces provinces s’allient dans une commune méfiance vis-à-vis de l’hégémonie latente de Buenos Aires. L’attitude mesurée de Mendoza incite, toutefois, à ne pas exagérer la portée de cette interprétation : la solidarité constatée entre les provinces de l’Intérieur est l’effet d’un moment, d’une conjoncture. Elle doit autant à la personnalité de Bustos et aux relations que les députés ont nouées au cours des mois passés à Córdoba qu’au souvenir emblématique du congrès de Tucumán et à l’affirmation d’un projet politique horizontal, fondé sur les liens transversaux entre les provinces. C’est la part déterminante de ces éléments conjoncturels qui permet d’expliquer la dislocation rapide du congrès à l’issue du départ des députés de Buenos Aires. L’attachement à l’autonomie et les difficultés d’une organisation partant de la base ont eu raison, pour un temps, du rêve d’union qui a constitué, pendant plus de dix ans, le cœur du projet politique mis en œuvre par les patriotes du Rio de la Plata.

87La dissolution du pouvoir directorial et la proclamation des autonomies provinciales, à partir de 1820, s’inscrivent ainsi dans la perspective ouverte en 1810. Elles marquent le passage de la pyramide des obédiences à une construction politique de type horizontal, où la souveraineté est pleinement réassumée par les cités, qui s’efforcent de tisser entre elles les liens qu’elles avaient jusqu’alors avec l’ancienne capitale. Toutefois, cette souveraineté plurielle est également une souveraineté fragmentée, et tous les acteurs conspirent à reconstruire l’ancien cadre dans lequel s’inscrivaient ces réseaux d’obédiences, à se redonner une « tête ». Désormais, cette tâche n’incombe plus à la cité-capitale, mais revient spontanément à l’armée, qui occupe le champ de la légitimité. Cette difficile reconstruction s’opère dans le cadre des nouvelles alliances entre les cités, désormais placées sur un pied d’égalité, et des guerres inter-provinciales qui en sont le pendant négatif. Cette recréation du lien politique passe par la représentation, seul moyen légitime par lequel la Nation peut être construite. Plusieurs obstacles, néanmoins, se font jour : s’agit-il d’un congrès constituant ou d’un congrès destiné à diriger la guerre ? Celle-ci est-elle subordonnée à l’organisation politique ou impose-t-elle ses nécessités ? Faut-il terminer la guerre pour préparer la paix, ou anticiper la victoire ? Ces questions, qui sont une autre version du dilemme entre le provisoire et le perpétuel, dominent le débat sur la convocation du congrès.

88Par ailleurs se pose le problème de la rivalité des initiatives, aucune autorité ne possédant suffisamment de légitimité pour s’imposer aux autres sans discussion. Les rivalités entre cités, conséquence de la souveraineté plurielle, freinent considérablement le processus de reconstruction de la « tête ». La défection finale de Buenos Aires s’explique par le choix de poursuivre une voie séparée vers la modernité. Son prestige, désormais, n’est plus fondé sur la gloire militaire et la direction du projet indépendantiste, mais sur le développement économique et commercial. Ce revirement montre les limites de la « cause commune », principal artisan de l’unité des provinces. Comme en 1816, la souveraineté se révèle aisée à construire vis-à-vis de l’extérieur, en tant qu’affirmation d’une existence politique autonome, mais beaucoup plus malaisée à ordonner, à l’intérieur, d’une façon qui concilie le respect et la cohérence de la souveraineté rétrocédée aux pueblos.

Notes

1 J. C. Chiaramonte, « ¿. Provincias o Estados ? Los origenes del fédéralisme rioplatense », dans Las revoluciones hispánicas. Independencias americanas y liberalismo español, F.-X. Guerra dir., Madrid, 1995, p. 167-205.

2 Une exception notable, celle de C. Segreti, El pais disuelto, 1820/1821, Buenos Aires, 1982.

3 Cette vision est celle des premiers historiens de l’Argentine, notamment Bartolomé Mitre (Historia de Belgrano y de la independencia argentina, Buenos Aires, 1858), Vicente Fidel López (La Revoluciôn Argentina, Buenos Aires, 1873) et Joaquín V. González (La Tradición Nacional, Buenos Aires, 1889). Cf. R. Etchepareborda, « Historiografia del federalismo », Investigaciones y Ensayos, 114 (1973), p. 99-104 ; J. C. Chiaramonte, « El federalismo argentino de la primera mitad del siglo XIX », dans Federalismos latinoamericanos : México, Brasil, Argentina, M. Carmagnani dir., Mexico, 1993, p. 81-132.

4 Juan P. Ramos, le premier, dénonce « la cécité des hommes qui ont gouverné le pays depuis Buenos Aires après 1810, qu’ils aient été provinciaux ou porteños » (El derecho público de las provincias argentines, Buenos Aires, 1914, t. 1, p. 153). Emilio Ravignani (La Revolución de Mayo y el año 1820, ainsi que son introduction au volume 6 des Asambleas Constituyentes Argentines, Buenos Aires, 1937), Ricardo Levene (La anarquia de 1820 en Buenos Aires, Buenos Aires, 1933) et Ricardo Zorraquin Becú (El federalismo argentino, Buenos Aires, 1939) vont dans le même sens en analysant les aspects institutionnels du problème. À la même époque, le rôle-clé de Córdoba est mis en évidence par Emesto Celesia (Federalismo argentino. Apuntes históricos 1815-1821, Córdoba, 1932, 3 vol.).

5 José Luis Busaniche, le premier, affirme à propos du mouvement fédéral : « Ce n’était pas la barbarie, c’était le peuple au nom duquel se faisait la révolution, c’était le souffle fécond et démocratique de la vierge pampa... » (Estanislao Lópezy el federalismo del Litoral, Buenos Aires, 1969).

6 La notion de « fédéralisme historique » est employée pour la première fois par Francisco Ramos Mejía, qui y voit le « développement naturel du communalisme colonial », hérité de l’Espagne médiévale, et affirme que « les 14 provinces unies du Rio de la Plata ne sont rien d’autre que les 14 cités avec cabildos [du vice-royaume] » (El federalismo argentino, Buenos Aires, 1915).

7 Cf. H. Videla, « Nacimiento y disolución de la Intendencia de Cuyo (1813-1820) », BANH, 50 (1977), p. 281-294.

8 Manifiesto que hace el gobernador intendente de esta provincia de Cuyo, a los habitantes de Mendoza, sobre los acontecimientos de la ciudad de San Juan, 16/01/1820, AGN Gob. Men., X-5-6-1.

9 Oficios de Luzuriaga al cabildo de Mendoza, 17/01 et 18/01/1820 ; Acta del cabildo de Mendoza, 17/01/1820 ; Oficio del cabildo a Luzuriaga, 17/01/1820, AGN Gob. Men., X-5-6-1.

10 Oficio del cabildo a los jefes y comandantes de las tropas de San Juan, 18/01/1820 ; Oficios de Luzuriaga y del cabildo de Mendoza al Director Supremo, 19/01 et 8/02/1820 ; Oficios del Director Supremo a Luzuriaga y al cabildo de Mendoza, 10/02/1820, AGN Gob. Men., X-5-6-1.

11 Oficio de San Martin al cabildo de Mendoza, 30/01/1820 ; Oficio del cabildo de Mendoza a San Martin, 30/01 et et 6/02/1820, AGN Gob. Men., X-5-6-1.

12 Avec l’aide des patriotes chiliens, San Martin travaille depuis deux ans à la mise en œuvre de cette expédition navale, couronnement de son « plan continental ». Au moment où Rondeau l’appelle à la rescousse, l’amiral Cochrane, qui dirige la flotte, vient de s’attaquer à Valdivia, la plus puissante tête de pont que les royalistes possèdent en Amérique du Sud. Pour le chef de l’Armée des Andes, l’avenir de la guerre ne se joue donc plus sur les rives du Rio de la Plata, mais sur celles du Pacifique, en direction de Lima.

13 Pour toute réponse, le Congrès lui a conseillé d’établir une garnison et un gouverneur militaire dans la cité « pour faire respecter le gouvernement et maintenir l’ordre public » (C. SEGRETI, El pais disuelto, op. cit., p. 16-23).

14 R. I. Peña, « El pronunciamiento de Arequito », dans Juan Bautista Bustos y el federalismo doctrinario de Córdoba, Cordoba, 1980, p. 16-23.

15 Ibid., p. 26-31.

16 Oficio de Carlos del Signo y del cabildo de Córdoba al general Bustos, 18/01 et 19/01/1820, AHC Gobierno, 71-39 et 40.

17 Oficio de José Javier Díaz al gobernador de Cuyo, 26/01/1820, AHC, Copiadores de Gobierno, caja 280 ; Oficio de José Javier Díaz al general en jefe del Ejercito del Peru, 30/01/1820, AHC Gobierno, 71-4.

18 Oficio de José Javier Díaz al general en jefe del Ejercito del Peru, 25/02/1820, AHC Gobierno, 71-18.

19 Session du 20/01/1820, Asambleas constituyentes argentinas, E. Ravignani dir., Buenos Aires, 1937-1939, t. 1, p. 757. Les députés reprennent en cela les propositions du général de l’Armée du Nord, Fernández de la Cruz, qui conseillait lucidement au Directeur de concéder aux provinces un gouvernement fédéral : « Ces territoires proclament une fédération à laquelle ils n’entendent rien et qu’ils confondent avec l’anarchie. Le fait de [la] leur concéder est digne des plus grands maux pour des raisons évidentes, mais il me paraît encore pire de [la] leur refuser alors qu’on ne peut défendre le contraire. » (Oficio de Fernández de la Cruz a Rondeau, 28/11/1819, cité par Carlos Segreti, op. cit., p. 26).

20 Acta del Congreso Nacional, 10/02/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 279 ; L. Gianello, Historia del Congreso de Tucumán, Buenos Aires, 1966, p. 483-504. Le Salto sépare la Bande orientale de la province de Buenos Aires, et Luján se trouve à quelques kilomètres de la capitale.

21 Ofïcio de Estanislao López al general Bustos, 14/01/1820, AHC Gobierno, 68-27.

22 R. I. Peña, « Bustos y la politica fédéral en 1820 », dans Juan Bautista Bustos y el federalismo doctrinario de Córdoba, op. cit., p. 24-26.

23 Proclama de Bustos a los gobernadores, 3/02/1820, AHT Adm. 27-331/333.

24 Acta del cabildo de Tucumán, 13/02/1820, AHT Adm. 27-331/333.

25 Ibid.

26 Cf. C. Segreti, La acción politica de Güemes, Córdoba, 1991.

27 Oficios de Güemes a Bustos y a José Javier Diaz, 28/02/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 256 et AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

28 Actas del cabildo de Salta, 29/02 et 11/03/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 256-257 et 261-263.

29 Acta del cabildo de Salta, 16/03/1820, ibid., p. 265.

30 Oficio de Bustos al cabildo de Mendoza, 18/02/1820, AHM Ind., 646-53 b.

31 Oficio de Bustos al coronel Alvarado, 19/02/1820, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

32 Oficio de Bustos al cabildo de Mendoza, 18/02/1820, AHM Ind., 646-53 c.

33 Oficio de Bustos al cabildo de Buenos Aires, 19/02/1820, AHM Ind., 646-54.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Pacto del Pilar, 23/02/1820, dans A. Demicheli, Formación nacional argentina, 1813- 1860, Buenos Aires, 1971, p. 449-452.

37 Ibid.

38 Oficio de Manuel de Sarratea a los gobernadores, 1/03/1820, AHC Gobierno, 68-9.

39 Oficio del gobernador de Córdoba al de Buenos Aires, 15/03/1820, AGN Gob. Cba. X-5- 4-1.

40 Ibid.

41 Ofïcio del gobernador de Mendoza al de Buenos Aires, 20/03/1820, AGN Gob. Men, X-5- 6-1.

42 Oflcios de Güemes al gobernador de Buenos Aires, 7/04 et 8/04/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 275 et 283.

43 Oficios de Bernabé Aráoz al gobernador de Buenos Aires, 3 et 18/04/1820, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5.

44 Ofïcio de la asamblea électoral de Salta al cabildo, 8/04/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 282.

45 Oficio de Bernabé Aráoz al gobernador de Buenos Aires, 30/05/1820, AGN Gob. Tue., X- 5-10-5.

46 Oficio de Pedro José Campos al gobernador de Córdoba, 9/03/1820, AHC Indice de gobierno et AHC Gobierno, 71-23.

47 Oficio de Pedro José Campos al gobernador de Córdoba, AHC, Indice de gobierno.

48 Cf. C. Segreti, La gobernación de José Javier Díaz en 1820, Córdoba, 1960.

49 Cf. T. Halperin Donghi, Revolución y guerra. Formación de una élite dirigente en la Argentina criolla, Buenos Aires, 1972, p. 207.

50 Cf. R. Levene, La anarquía de 1820 en Buenos Aires, op. cit. Pour un renouvellement des perspectives, cf. T. Halperin Donghi, Revolución y guerra, op. cit., p. 351-364.

51 Cf. P. González Bernaldo, Civilité et politique aux origines de la nation argentine. Les sociabilités à Buenos Aires, 1829-1862, Paris, 1999 ; M. Ternavasio, La Revolución del voto. Politicay elecciones en Buenos Aires, 1810-1852, Buenos Aires, 2002.

52 C. Segreti, El pais disuelto, op. ait., p. 171-194.

53 Ibid., p. 60-62.

54 Oficio de Bustos al gobernador de La Rioja, 31/03/1820, AHC Copiadores de gobierno, caja 280.

55 Cf. C. Segreti, El pais disuelto, op. cit., p. 62.

56 Ibid, p. 95.

57 Ibid.

58 Ibid., p. 102.

59 Cf. H. Videla, art. cité.

60 Bando de Pedro José Campos, 29/03/1820, AFIM Ind., 5-25.

61 Bando de Pedro José Campos, 26/03/1820, AHM Ind., 5-26.

62 Cf. R. Levene, La anarquía de 1820 en Buenos Aires, op. cit.

63 Le processus est néanmoins à l’œuvre et se manifeste lors du changement de régime qui suit la mort de Güemes, en juillet-août 1821.

64 Circular de José Javier Díaz a los jueces pedaneos de la campaña, 7/02/1820, AHC 71-7. José Javier Díaz, riche hacendado de la campagne, y possède un solide réseau de partisans et de clients.

65 Cela se marque notamment par des recommandations quant à la diffusion du texte et des mises en garde à l’encontre des mauvais citoyens (Circular de José Javier Díaz a los habitantes de la campaña, 15/02/1820, AHC 71-13).

66 Ibid.

67 Acta del cabildo de Tucumán, 28/02/1820, AHT Actas.

68 Plusieurs consultations lui ayant été adressées quant à l’ampleur des pouvoirs conférés aux représentants, Bustos convoque à nouveau les assemblées primaires à cet effet. Le processus électoral se prolonge ainsi jusqu’à la fin du mois de juillet.

69 Acta de la asamblea électoral de Tucumán, 17/05/1820, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5.

70 Acta del cabildo de Mendoza, 11/07/1820, AHM Ind., 748-72.

71 Acta de la Legislatura de Córdoba, 25/04/1821, AHLC ; Acta del cabildo de Córdoba, 4/05/1821, dans Actas capitulares, op. cit., livre 50, p. 4.

72 Actas del cabildo de Salta, 13/04/1820 et 1/02/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 10, p. 330-331 et 488 ; Oficio de la Asamblea provincial de Salta algobernador de Buenos Aires, 26/08/1821, AGN Gob. Salta, X-5-7-5.

73 Cf. C. R. Melo, « Formación y desarrollo de las instituciones políticas de las provincias argentinas entre 1 810 y 1853 », Anales de la Academia nacional de Derecho y Ciencias Sociales de Córdoba, 1959, p. 27-44.

74 Oficio de la Junta provincial al gobernador de Buenos Aires, 26/08/1821, AGN Gob. Salta, 1821.

75 Acta de la Asamblea popular del 11 de julio de 1820, AHM Ind., 748-72.

76 Cf. J. Comadrán Ruiz, « Notas sobre la creación y evolución de la legislatura de Mendoza (1820-1854) », RIHD, 24 (1978), p. 15-23 ; E. Díaz Araujo, « Historia institucional de Mendoza », Revista de la Junta de Estudios Históricos de Mendoza, 4 (1967), p. 161-180.

77 Acta del cabildo de Salta, 9/08/1821, dans M. L. San Martino DE DROMI, Documentas constitucionales argentinas, Buenos Aires, 1994, p. 1099-1105. Cf. A. Cornejo, « Las constituciones de la provincia de Salta », RIHD, 13 (1962), p. 20-59 ; C. R. Melo, Las constituciones de la provincia de Mendoza, Córdoba, 1963.

78 Acta del cabildo de Salta, 9/08/1821, op. cit.

79 Sur la Constitution de Córdoba, cf. A. Díaz de Molina, « La constitución cordobesa de 1821 y su influencia institucional », RIHD, 9 (1958), p. 84-96 ; R. I. Peña, « Contribución a la historia del derecho patrio en Córdoba : labor institucional del gobernador Bustos (1820- 1829) », Revista de Historia del Derecho, 11 (1960), p. 106-124 ; A. J. Cima, « La constitución de la República federal de Córdoba », Boletín de la Facultad de Derecho y Ciencias Sociales, 24 (1960).

80 Sur l’organisation constitutionnelle des provinces indépendantes, voir J. A. González Calderón, Introducción al derecho público provincial, Buenos Aires, 1913 ; J. P. Ramos, El derecho público de las provincias argentinas, op. cit. ; R. LEVENE, Historia del derecho argentino, t. 4, Buenos Aires, 1948 ; C. R. Melo, La formation de las provincias argentinas, Córdoba, 1948 ; Id., « Formación y desarrollo... », art. cité.

81 Reglamento provisorio de la provincia de Córdoba, 30/01/1821, dans M. L. San Martino de Dromi, op. cit., p. 701-735. La Constitution de Tucumán proclame de la même façon que la souveraineté réside dans la province, qui en délègue l’exercice aux trois pouvoirs (Constitución de la provincia del Tucumán. section 5, art. 2, dans H. A. Mandelli,Constituciones de Tucumán 1820-1856, Universidad de Córdoba, 1946, p. 36-55).

82 Ibid., section VI, chap. 13, art. 1 et chap. 15, art. 1.

83 Oficio del cabildo de Mendoza al gobernador, 6/08/1820, AHM Ind., 748-59.

84 Ces deux exemples illustrent bien la thèse de Tulio Halperín Donghi qui lie l’apparition des caudillos à la militarisation et à la « démocratisation » de la société révolutionnaire. Cf. « El surgimiento de los caudillos en el cuadro de la sociedad rioplatense posrevolucionaria », Estudios de Historia Social, 1 (1965), p. 121-149.

85 Acta de la junta de representantes de la República del Tucumán, 17/05/1820, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5.

86 Manifiesto justificativo de la Révolution de Tucumán de 28 de agosto de 1821 contra don Bernabé Aráoz, 1/09/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 11, p. 481-486.

87 Abraham González est l’un des artisans de la déposition de Mota Botello, en novembre 1819, qui a permis à Aráoz de reprendre le pouvoir.

88 Acta del cabildo de Salta, 24/05/1821, dans Güemes documentado, op. cit. t. 11, p. 153.

89 Oficio de la asamblea provincial de Salta al gobernador de Buenos Aires, 26/08/1821, AGN Gob. Salta, X-5-7-5.

90 Manifiesto justificative..., op. cit.

91 Ibid. Le terme repúdica renvoie au verbe « répudier ».

92 Carta de Abraham González al gobernador de Buenos Aires, 29/10/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 11, p. 492-493. L’allusion à Buenos Aires est à mettre en relation avec la loi électorale du 14 août 1821, qui instaure le suffrage masculin universel et direct, ce qui double le nombre de représentants. Cf. M. Ternavasio, « Nuevo regimen représentative y expansión de la frontera política. Las elecciones en el Estado de Buenos Aires 1820-1840 », dans Historia de las elecciones en Iberoamérica. Siglo xix, A. Annino dir., Buenos Aires, 1995, p. 66-105.

93 Nous limitons cette conclusion aux années 1820 et 1821. Une certaine modernisation politique se produit lors des deux décennies suivantes. Cf. A. A. Roig, La filosofia de las Luces en la ciudad agricola, Mendoza, 1968 ; M. Hualde de Pérez Guilhou, « “Constitución” y “revolución” en Mendoza a través de la prensa (1820-1852) », Revista de Historia del Derecho, 1 (1973), p. 59-82 ; M. F. Aráoz, « Tucumán hacia su organización institucional bajo los principios liberales (1820-1830) », Boletín de investigaciones, 3 (1986), p. 5-21.

94 J. C. Chiaramonte, « La cuestión régional en el proceso de gestación del Estado nacional argentino », dans La unidad nacional y America latina. Del régionalisme a la nacionalidad, M. Palacios dir., Mexico, 1983, p. 51-85 ; 1d., « Legalidad constitucional o caudillismo : el problema del orden social en el surgimiento de los Estados autónomos del Litoral argentino en la primera mitad del siglo xix », dans America Latina dallo stato coloniale allo stato nazione, Milan, 1987, p. 536-556 ; N. Goldman, « Legalidad y legitimidad en el caudillismo. Juan Facundo Quiroga y La Rioja en el interior rioplatense (1810-1835) », BIHAA, 7 (1993), p. 31-58 ; S. Romano, « Usage de la force et ordre légal à Córdoba dans la première moitié du xixe siècle », Histoire et Sociétés de l’Amérique latine, 5 (1997), p. 69-93.

95 Oficio de Bustos a Güemes, 3/02/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 419.

96 Oficio de Bustos al cabildo de Mendoza, ibid., p. 419.

97 Acta de la asamblea électoral de Salta, 29/02/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 256 ; Instrucción para los dos diputados o représentantes que van de esta ciudad de Salta al congreso que se invita a la de Côrdoba, 18/03/1820, AGN Gob. Salta, VII-10-3-3.

98 Acta de la asamblea électoral de Salta, 16/03/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 265.

99 Celui-ci consiste essentiellement en taxes diverses sur les produits de consommation courante et sur les principales activités urbaines (patentes, maisons de rapport, commerces, échoppes d’artisans). Une certaine part des sommes normalement consacrées à la vie de la cité est reportée sur les crédits de guerre, complétés par une souscription volontaire et quelques emprunts forcés.

100 Oficios de Bernabé Aráoz y del cabildo de Santiago del Estero, 6/04 et 8/04/1820, AGN Gob. Cba., X-5-4-1.

101 Oficio de Güemes a Pedro José Campos, 5/05/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 393-394 ; Oficio del cabildo de Salta al de Mendoza, 18/05/1820, et AHM Ind., 660- 9 ; Oficios de Bernabé Aráoz a Pedro José Campos, 26/05 et 21/06/1820, AGN Gob. Tuc., X-510-5 et AHM Ind., 657-50 c.

102 Oficio de José Javier Díaz a Pedro José Campos, 22/03/1820, AHM Ind., 646-51 ; Oficios de Bustos, 30-31/03/1820, AHC Copiadores de Gobierno, caja 280.

103 Oficio de San Martin a Bustos, 8/05/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 397.

104 Oficios de José Javier Díaz y de Bustos a Sarratea, 17/03 et 14/04/1820, AGN Gob. Cba, X-5-4-1.

105 De son côté, celui-ci fait le même constat que Bustos et déplore le manque de participation des provinces, notamment de Buenos Aires, à l’entreprise de libération du pays (Oficio de Güemes al gobernador de la provincia de Buenos Aires, 18/05/1820, AGN Gob. Salta, 5-7-5.)

106 Oficio de Ramos Mejia a Bustos, 31/05/1820, AHC Gobierno, 68-19.

107 Oficios de Aráoz a Pedro José Campos, 10/06 et 19/06/1820, AHM Ind., 657-50 a et b ; Oficio de Güemes del 14 de junio, trasmitido por Bernabé Aráoz al gobernador de la provincia de Córdoba, 19/06/1820, AHM Ind., 646-56 1.

108 Oficio de Güemes a Bernabé Aráoz, 31/07/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 434.

109 Oficio de Güemes a Marcos Balcarce, 09/1820, ibid., p. 450.

110 Oficio de Marcos Balcarce a Güemes, 17/12/1820, dans Documentas para la Historia argentina, Buenos Aires, 1914-1924, t. 12, p. 8.

111 Oficio de Bustos a Godoy Cruz, 30/09/1820, AHM Ind., 646-56 ; Oficio de Bustos a Attende y Villegas, 20/11/1820, AHC Copiadores de Gobierno, caja 280.

112 Oficio de Bustos a Güemes, 21/12/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 486.

113 Oficio de Güemes al cabildo de Tucumán, 2/02/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 10, p. 442-445 ; Oficio de la Alta Corte de Tucumán a Güemes, 12/02/1821, ibid., p. 453- 457.

114 Acta del cabildo de Salta, 15/04/1821, ibid., p. 430-432.

115 Cf. A. Cornejo, « Causas y consecuencias de la muerte de Güemes », Investigaciones y Ensayos, 15 (1973), p. 99-127.

116 Comme en temps de guerre, la circulation des biens et des personnes est interdite, ainsi que les mouvements de troupes sur le territoire de la province. En revanche, il n’est fait aucun prisonnier, et ni les armes ni les munitions ne sont confisquées (Tratado entre los représentantes de Olañeta y los del gobierno de Salta, 30/08/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 11, P- 318-319).

117 C’est la raison qu’invoquent les nouveaux dirigeants de Salta auprès des chefs patriotes, dont ils craignent les représailles (Oficio de Fernández Cornejo a O’Higgins. 16/09/1821, ibid., p. 328).

118 Instrucciones de Bernabé Aráoz a Mariano Serrano, 29/06/1820 ; Oficios de Bernabé Aráoz a O’Higgins, 26/07 et 10/08/1821, ibid., p. 332-341.

119 Oficio de O’Higgins a Bernabé Aráoz, 1/10/1820, ibid., p. 341-343.

120 « Il n’y a aucun endroit sur la terre où l’obstination la plus forcenée ne soit reconnue comme l’un des traits indélébiles du caractère des hommes qui vivent entre les Colonnes d’Hercule et les Pyrénées. Le tigre et la bête féroce la plus effrayante pourraient manifester des sentiments humains et s’incliner devant la douceur, mais l’Espagnol doit être vaincu ou en train d’agoniser pour cesser de prononcer les mots “sang”, “mort” et “désolation” » (Oficio circular del gobernador de Tucumán a los restantes provincias de la unión, 9/10/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 11, p. 489-492).

121 Ce dernier laisse entendre que les Chiliens ont accompli leur mission en mettant sur pied la flotte de San Martin ; le relais doit maintenant être pris sur les frontières terrestes : « Il suffira que la province de Tucumán, qui est la plus proche des zones occupées, marche sur l’ennemi qui se trouve à sa portée avec les recours que les autres provinces peuvent lui fournir. » C’est exactement ce que González envisage de faire (Oficios de San Martin y O ’Higgins al gobernador de Tucumán, trasmitidos por Abraham Gonzalez a los gobiernos de provincias, con una relación de los articulas que se necesitan para equipar la fuerza..., 29/10/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 11, p. 494-495).

122 Cf. E. J. Fitte, « El fusilamiento de los Carrera y la publicaciones de la época », Investigacionesy Ensayos, 20 (1976), p. 177-203.

123 Ibid., p. 491.

124 Ibid.

125 Instrucciones a que deberá señirse el Diputado por este Gobierno don José Roque Savid en la negociación encargada a su celo cerca del Gobierno de la República de Chile, 30/11/1821, AHC Copiadores de gobierno, caja 281.

126 Cf. C. Segreti, « La misión Allende-Villegas para poner paz en el Litoral », Trabajos y Comunicaciones, 18 (1968), p. 225-242.

127 Oficio de Villegas a Bustos, 5/10/1820, AHC Gobierno, 71-105.

128 Instrucciones a que deberan arreglarse los embiados a Santa Feé y Buenos Ayres por parte de la Asamblea, Gobierno y cabildo de esta Ciudad y Provincia, 7/10/1820, AHC Copiadores de Gobierno, caja 280.

129 Oficio del general Pico a Villegas y Allende, 22/10/1820 ; Oficio del cabildo de Buenos Aires y de la Junta de Représentantes, 23/10/1820 ; Oficio de Martin Rodriguez a Villegas y Allende, 24/10/1820, AHC 71-120 et 123.

130 Oficio de Martin Rodriguez a Bustos, 10/1820, AHC, Indice de gobierno.

131 Ibid. ; Oficio de la junta de Représentantes de Buenos Aires, 23/10/1820, AHC 71-120.

132 Pacto de Benegas entre Buenos Aires y Santa Fe, 24/11/1820, dans A. Demicheli,Formación nacional argentina, op. cit., p. 453.

133 Oficios de Bustos a Allende y Villegas, 2/12 et 18/12/1820, AHC Copiadores de Gobiemo, caja 280 ; Oficio de Güemes a Bustos, 19/12/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 278.

134 Oficio de Bernabé Aráoz à Francisco Ramirez, 26/12/1820 ; Oficio de la Corte de Justicia a Aráoz, 26/01/1821, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5.

135 Oficios de Martin Rodriguez a Bustos, 27/12/1820 18/01 et 10/02/1821, dans Documentas para la Historia argentina, op. cit., t. 1, p. 9, 42 et 51-55.

136 Oficio circular de Martin Rodriguez a los gobernadores de provincia, 31/12/1820, ibid., p. 29.

137 Oficios de Martin Rodriguez a Estanislao López, 22/02 et 23/02/1821, ibid., p. 62 et 67.

138 Oficio de Güemes a Aráoz, 3/08/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 439- 441.

139 Acta del cabildo de Salta, 1/02/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 10, p. 488 ; Oficio de Güemes al cabildo de Tucumán, 2/02/1821, ibid., p. 442-444.

140 Oficio del gobierno de Buenos Aires a los de Tucumán y de Santiago del Estera, 10/02/1821, dans Documentas para la Historia argentina, op. cit., p. 59.

141 Oficio del gobierno de Buenos Aires a los de Tucumán y de Santiago del Estero, 15/02/1821 ; Oficio del gobierno al coronel Lamadrid, 19/02/1821, dans Documentas para la Historia argentina, op. cit., p. 58-62.

142 Oficio de Bernabé Aráoz a Ibarra, 14/02/1821 ; Instrucciones que da el Présidente de Tucumán a su enviado cerca del gobierno de Santiago del Estero, 14/02/1821, dans Asambleas constituyentes, op. cit., t. 6-2, p. 147-149.

143 Oficio de los diputados a los gobiernos beligerantes, 28/03/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 11, p. 124-125.

144 Acta del cabildo de Salta y manifiesto del cabildo de Salta contra Güemes, 24/05/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 11, P- 153-161.

145 Tratado de paz entre las provincias de Tucumán y Santiago del Estera, celebrado en Vinará, 5/06/1821, dans Asambleas constituyentes, op. cit., t. 6, p. 149.

146 Oficio de Bernabé Aráoz a San Martin y a Martin Rodriguez, 11 et 26/06/1821, ibid., p. 80-84 et 232-235.

147 Oficio del cabildo de Salta al de Buenos A ires, 21 /07/1821, ibid., p. 311-314.

148 Ibid.

149 Manifiesto de Fernández Cornejo, 7/09/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 11, p. 320-325.

150 Buenos Aires est la première à y répondre, parce qu’elle recherche des partisans contre Córdoba : Martin Rodríguez envoie des armes et des munitions, ce qui lui vaut l’immédiate reconnaissance de Cornejo. Ce dernier conseille à Bustos de conserver à tout prix de bonnes relations avec l’ancienne capitale, afin d’éviter de nouvelles dissensions et de mener à son terme la guerre d’indépendance (Oficios de Fernández Cornejo a Martin Rodriguez, Bustos y O’Higgins, 11/09 et 16/09/1821, ibid., p. 325-327).

151 Oficios de Abraham González al gobernador de Buenos Aires, 29/08 et 7/09/1821, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5 ; Oficio del cabildo a los alcaldes departido, 6/09/1821, AHT 28-208.

152 Ibid.

153 Oficio de Abraham González al gobernador de Buenos Aires, 7/09/1821, AGN Gob. Tue., X-5-10-5. Sur l’indépendance de Catamarca, cf. C. Segreti, op. cit., p. 112-116.

154 Les termes « fédéral » et « républicain » sont ici connotés de manière très négative, car totalement assimilés à l’anarchie soi-disant instaurée par ces chefs militaires. Cf. R. D. Salas, « Aproximación al léxico politico rioplatense (1810-1826). Democracia, República y Federación : alcances semânticos del discurso de sus detractores », JGSWGL, 31 (1994), p. 85-115.

155 Oficio del cabildo al de Buenos Aires, 11/09/1821, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5.

156 Acta del cabildo de Tucumán, 13/02/1820, AHT Adm. 27-331 /333.

157 Ibid.

158 Cf. C. Segreti, El pais disuelto, op. cit., p. 215-230.

159 Acta del cabildo de Salta, 5/07/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 328 ; Oficio de Güemes a los gobernadores, 11/07/1820, AHM Ind., 660-12 b.

160 Cette tension entre intérêts locaux et perspective générale est très bien exprimée par le cabildo de Salta, qui considère, à propos de la réunion du Congrès, que « [la moindre] aspiration domestique est un germe de discorde et détruit le fondement de la liberté qu’est l’union », et espère que les cités « mettront en balance leur intérêt particulier et la cause générale, sans perdre de vue le sang qui a été versé pour elles pendant les douze années de révolution. » (Oficio del cabildo de Salta al de Tucumán, 28/08/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 10, p. 40).

161 Oficio de Bustos a los gobernadores, 31/03 et 15/05/1820, AHM Ind., 646-56.

162 En réponse, par exemple, au manifeste de Dorrego du 15 juillet, Bustos dit qu’il est tout à fait favorable à la tenue d’un Congrès, qu’il a été le premier à l’envisager, et que Córdoba y participera certainement. Réponse évasive, et surtout extrêment tardive puisqu’elle est datée du 21 août. Le gouverneur de Córdoba cherche évidemment à gagner du temps (Oficios de Bustos al gobernador de Buenos Aires, 21/08 et 28/08/1820, AGN Gob. Cba. X-5-4-1 et Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 342).

163 Oficio de Bustos a Güemes, 4/08/1820, ibid., t. 9, p. 333. L’attitude d’Artigas face aux projets de congrès est évidement ambiguë : tout en prétendant appuyer les efforts de Bustos, il tente en fait d’en prendre la direction, avant d’être définitivement écarté de la scène politique. Cf. C. Segreti, op. cit., p. 202-207.

164 Oficios de Aráoz a Güemes y a Bustos, 2/08 et 3/08/1820, dans Güemes document ado, op. cit., t. 10, p. 42 et t. 9, p. 331-332.

165 Oficios de Bernabé Aráoz a Bustos y a Dorrego, 23/08 et 28/08/1820, ibid., t. 10, p. 42 et t. 9, p. 342.

166 Acta de la asamblea electoral de Mendoza, 6/09/1820, AHM Ind., 161 ; Oficio del cabildo de Mendoza al gohierno de Buenos Aires, 13/09/1820, AGN Gob. Men., X-5-6-1 ; Acta de la Junta électoral de Tucumán, 27/09/1820, AHT Adm. 27-431.

167 Acta de la Asamblea provincial de Cordoba, 18/09/1820, AHC Legislatura.

168 Oficio de Martin Rodriguez a Bustos, 30/09/1820, AHC Indice de gobierno.

169 Instrucciones a que deberan arreglarse los embiados a Santa Feé y Buenos Ayres..., 7/10/1820, AHC Copiadores de Gobierno, caja 280.

170 Oficios de Güemes a Godoy Cruz y a Davila, 2/11 et 4/11/1820, AHM Ind., 660-17 et Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 457.

171 Ofïcio de Güemes a Bustos, 19/12/1820, ibid., t. 9, p. 357.

172 Oficio de Bustos a los gobemadores, 31/03/1820, AHM Ind., 646-56.

173 Oficio de Díaz ci Sarratea, 15/03/1820, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

174 Oficio de Bustos a Pedro José Campos, 18/03/1820, AHM Ind., 646-52 d.

175 Oficio de Bustos al gobernador de Buenos Aires, 28/08/1820, dans Güemes·documentado, op. cit., t. 9, p. 342.

176 Circular de los diputados reunidos en Córdoba, 19/03/1821, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

177 Oficio de Bustos al gobernador de Buenos Aires, 28/08/1820, dans Güemes documentado, op. cit., t. 9, p. 342.

178 Ibid. Le cabildo de Mendoza parle au même moment de « rétablir et perpétuer l’ordre tant attendu, origine certaine de notre bonheur futur », tandis qu’Aráoz voit le congrès comme « l’unique rempart capable d’en finir avec les dissensions intestines provoquées par la dissolution du gouvernement, de consolider l’ordre et de garantir la sûreté de l’État » (Oficio del cabildo de Mendoza al gobierno de Buenos Aires, 13/09/1820, AGN Gob. Men., X-5-6-1).

179 Circular de los diputados de Buenos Aires reunidos en Córdoba, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

180 Circular de Ramos Mejia a las provincias, 19/05/1820, AHM Ind., 748-59.

181 Oficio de Martin Rodriguez a Bustos, 30/09/1820, AHC Indice de gobierno.

182 Oficio del gobierno de Tucumán a Martin Rodriguez ; Oficio de la Corte primera de Justicia de Tucumán al cabildo de Córdoba, 4/12 et 5/12/1820, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5 et AHC 71-147.

183 Oficios del cabildo y del gobernador de Mendoza al gobierno de Buenos Aires, 13/01/1821, AGN Gob. Men, X-5-6-1.

184 Oficios de Güemes y Aráoz a Ramirez, 22/12 et 26/12/1820, AGN Gob. Tuc. X-5-10-5 et Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 487 ; Oficios del cabildo y de ! gobernador de Mendoza al gobierno de Buenos Aires, 13/01/1821, AGN Gob. Men, X-5-6-1.

185 Oficio de Aráoz a la Corte de Justicia, 13/03/1821, AHT 28-75 ; Circular de los diputados de Buenos Aires reunidos en Córdoba, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

186 Oficio de Abraham González al gobierno de Buenos Aires, 10/10/1821, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5.

187 Rappelons que González faisait partie des officiers qui ont déposé le gouverneur Mota Botello en novembre 1819, ouvrant ainsi la voie à l’autonomie de Tucumán.

188 Oficio de Abraham González al gobierno de Buenos Aires, ibid.

189 Oficio circular del gobierno de Córdoba a los gobiernos, 19/03/1821, AGN Gob. Cba. X- 5-4-1.

190 Ibid. ; Oficio de los diputados reunidos en Córdoba a los gobiernos de provincias, 28/03/1821, AHM Ind., 646-62.

191 Fin mars sont présents les députés de Jujuy, Mendoza, San Juan, San Luis, Santa Fé et Buenos Aires, soit au total, avec ceux de Córdoba, une dizaine de personnes.

192 Oficio de los diputados..., 28/03/1821, AHM Ind., 646-62. Les lettres de Francisco Delgado témoignent de la même volonté de persuasion à l’égard de son gouvernement : il s’agit de raffermir la « conscience publique » des dirigeants.

193 Le député élu, Nicolas Laguna, refuse de partir tant que l’assemblée électorale ne l’aura pas pourvu d’instructions à sa convenance. Le cabildo fait pression sur Aráoz pour qu’il le fasse partir, sans obtenir gain de cause. Cela se solde, au mois d’août, par l’élection d’un autre député, José Antonio Medina, quelques jours avant la déposition d’Aráoz (Oficios del gobernador a la Asamblea électoral y a la Corte de Justicia, 12/03 et 13/03/1821 ; Oficio de la Corte de Justicia al gobernador, 10/04/1821 ; Actas de la Corte Primera de Justicia, 23/07/1821, 13/08 et 20/08/1821 ; Oficio de Aráoz a la Corte de Justicia, 21/08/1821, AHT Adm. 28-75 et 136, AHT Actas capitulares).

194 Oficio de la Asamblea provincial y del gobierno de Salta al gobierno de Buenos Aires, 26/08 et 4/09/1821, AGN Gob. Salta, X-5-7-5 ; Expediente formado para la elección de los Diputados al Congreso General, 9/09 et 10/09/1821, AHT 28-196/213.

195 Manifiesto de Martin Rodriguez sobre las proposiciones que el Gobierno ha presentado a la sanción de la Honorable Junta sobre el Congreso General y objetos a que deben contraerse los diputados para el, existentes en Córdoba, 1/09/1821, dans Oratorio argentine, N. Carranza, La Plata, 1905, vol. 1, p. 217-228.

196 La reconnaissance des Provinces Unies par le roi Jean VI du Portugal est suivie de la nomination d’un consul, le 16 avril 1821. Dès lors, les pourparlers s’ouvrent entre les deux pays pour négocier l’occupation de la Bande orientale par les armées portugaises. Lecor ayant été chargé de convoquer un congrès constituant à Montevideo, Buenos Aires est obligée de céder. Le 21 juillet, ce congrès vote le rattachement de la Bande orientale, rebaptisée « Province cisplatine », au royaume du Brésil. Martin Rodríguez tente alors d’entraîner les autres provinces dans la guerre mais devant leur refus, il s’incline devant le fait accompli. Cf. Historia de la Nación argentina, op. ci/., vol. 6-2, p. 409-439 ; E. Narancio, La independencia de Uruguay, Madrid, 1992, p. 239-257.

197 Cf. T. Halperin Donghi, Guerra y finanzas en los origenes del estado argentino (1790- 1852), Buenos Aires, 1982 ; J. M. Marilúz Urquijo, « Aspectos de la politica proteccionista durante la década de 1820-1820 », BANH, 37 (1965), p. 115-154.

198 Oficio circular de Bustos a las provincias, 27/08/1821, AHC Copiadores, caja 281.

199 Oficio de Francisco Delgado a la Honorable Junta de Représentantes de la provincia de Mendoza, 11/09/1821, AHM Ind., 646-63.

200 Ibid.

201 Ibid.

202 Manifiesto de Martin Rodriguez..., 1/09/1821, op. cit.

203 Peut-être est-ce pour se démarquer de cette accusation implicite que les députés réagissent vivement à un article du Restaurador Tucumano, créé par Abraham González, où celui-ci écrit qu’ils ont inspiré son coup de force contre Aráoz. Tout en approuvant cet événement, les députés affirment avec force une attitude de neutralité, au-dessus des contingences politiques locales (Oficio de los diputados reunidos en Córdoba a Abraham González y al gobierno de Buenos Aires, 22 et 24/09/1821, dans Güemes documentado, op. cit., t. 11, p. 423 et AGN Gob. Cba. X-5-4-1).

204 Ibid.

205 Ibid.

206 Sur la conception libérale de la Nation, cf. Éric Hobsbawn, Nations et nationalisme depuis 1780. Programme, mythe, réalité, Paris, 1992, p. 37-55.

207 C. Segreti, op. cit.

208 Le manifeste se termine sur un appel sans détours à la réforme des institutions provinciales : « Buenos Aires a adopté cette démarche, et cela la réjouirait de voir la province de Córdoba (Salta, etc.) en faire autant. » (Manifiesto del gobierno de Buenos Aires a las provincias, 19/09/1821, AHC Indice de gobierno). Sur les réformes de Rivadavia, cf. S. Bagú, El plan económico del grupo rivadaviano, 1811-1827, Santa Fé, 1966 ; H. R. Galmarini, Négocias y politica en la época de Rivadavia. Braulio Costa y la burguesia comercial portena, 1820-1830, Buenos Aires, 1974 ; J. C. Nicolau, La reforma económica y financiera en la provincia de Buenos Aires (1821-1825). Liberalismo y economía, Buenos Aires, 1988.

209 Acta del cabildo de Tucumán, 13/02/1820, AHT Actas.

210 Oficio circular de Bustos a los gobiernos, 27/09/1821, AGN Gob. Cba. X-5-4-1.

211 Ibid.

212 La correspondance entre les députés et le gouvernement de Buenos Aires montre bien que les premiers ont pour mission de rendre compte de l’état d’esprit des pueblos et des opinions des gouverneurs, ainsi que de convaincre le plus de députés possible.

213 Oficio de Martin Rodriguez al gobernador de Tucumán, 29/09/1821, dans Documentas para la Historia argentina, op. cit., p. 123.

214 Oficios de Abraham Gonzalez a Martin Rodriguez, 10/10 et 29/10/1821, AGN Gob. Tuc., X-5-10-5 et Güemes documentado, op. cit., t. 11, P- 494.

215 Oficios de los gobiernos de Buenos Aires y Córdoba a Abraham Gonzalez, 4/11 et 12/11/1821, dans Documentas para la Historia argentina, op. cit., p. 129 et AHC Copiadores de gobierno, caja 281.

216 Oficio de los diputados de Buenos Aires algobierno, 3/10/1821, ibid., p. 126.

217 Oficio de Francisco Delgado al gobierno de Mendoza, 30/10/1821, AHM Ind., 646-65.

218 Oficio de los diputados de Buenos Aires a los demas, 3/11/1821, AGN Gob. Cba. X-5-4-1 ; Oficio circular de los diputados reunidos en Córdoba, 6/11/1821, AHM Ind., 646-75.

219 Ofîcios de Rivadavia a los diputados de Buenos Aires en Córdoba, 27/11/1821 ; Oficio de Martin Rodriguez al gobernador de Corrientes, 14/12/1821, dans Documentas para la Historia argentina, op. cit., p. 136-139. En réponse aux plaintes de Bustos, les dirigeants de Buenos Aires brandissent l’argument de la liberté de la presse, contre laquelle ils prétendent ne pas pouvoir intervenir.

220 Oficio de Godoy Cruz a Bustos, 23/11/1821, AHC Indice de gobierno ; Acta de la Junta de représentantes de Mendoza, 25/11/1821, AHM Ind., 751-1.

221 Rappelons qu’au même moment, San Martin, dont l’influence sur Godoy Cruz reste très importante, expérimente à Lima une politique autoritaire et centraliste dans le cadre de son protectorat. Comme Bolívar, San Martin est conscient du péril que représentent les autonomies locales pour la cohésion des nouveaux États. Cf. L. Sánchez Agesta, La democracia en Hispanoamérica, Madrid, 1987.

222 Oficio de Godoy Cruz a Martin Rodriguez, 25/11/1821, AGN Gob. Men, X-5-6-1.

223 Oficio de Francisco Delgado a los diputados de Buenos Aires, 10/12/1821, AHM Ind., 646-67.

224 Oficio de los diputados al gobierno de Mendoza, 8/12/1821, AHM Ind., 646-68.

225 Cf. A. E. Sampay, Las constituciones de Argentina, Buenos Aires, 1975, p. 297-300 ; A. Demicheli, op. cit.

Table des illustrations

Titre Le démantèlement des intendances 1820
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/44078/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Titre Les cités indépendantes 1821
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/44078/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search