Version classiqueVersion mobile

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Chapitre 6. L’échec du régime centraliste

Texte intégral

1L’année 1817 marque une nouvelle étape dans l’histoire de la Révolution, celle d’une reprise en main de l’État par un pouvoir qui s’identifie une fois de plus à Buenos Aires. Bien que conforté par les victoires de San Martin, le Directoire ne résiste pas longtemps à l’impopularité croissante que suscite, notamment, sa politique envers Artigas et les Portugais. Plus profondément, l’échec du régime s’explique par la perte progressive des fondements de sa légitimité que sont, d’une part, la lutte menée contre les Espagnols et, de l’autre, la représentation des provinces. Contrairement à la plupart des travaux qui voient une continuité dans la période allant de 1816 à 1819, il convient d’envisager celle-ci sous l’angle de la rupture. Ainsi, le succès de San Martin ranime un patriotisme militaire dont Pueyrredon, après en avoir bénéficié, sera la victime. Les cités de l’Intérieur s’attachant à poursuivre la guerre sur le versant andin, elles se désolidarisent du Directeur dans ses démêlés avec les caudillos du Littoral. De plus, cette dissociation trouve un puissant fondement dans les aléas que connaît la représentation. Avec le transfert du Congrès à Buenos Aires, on assiste à un changement de sa composition et de son rôle qui met fin au fragile consensus établi l’année précédente. Enfin, l’espoir mis dans la rédaction d’une Constitution s’amenuise au fur et à mesure que celle-ci est retardée. Bien qu’elle tente de formaliser juridiquement l’union des pueblos, la Constitution, promulguée en 1819, ne parvient pas à recréer un pacte entre les provinces.

La crise du pouvoir central

  • 1 Cf. J. Otero, Historia del Libertador José de San Martin, Bruxelles, 1932 ; Actas del Congreso Naci (...)
  • 2 Rappelons qu’au faîte de sa puissance, à la fin de l’année 1813, l’Armée du Nord ne compte que 4 00 (...)
  • 3 La participation des provinces à la campagne du Chili est un thème central de l’historiographie rég (...)
  • 4 Sur le culte patriotique autour de San Martin, cf. D. Quattrochi-Woisson, Un nationalisme de déraci (...)

2L’expédition de San Martin vers le Chili, entreprise au début de l’année 1817, constitue l’un des temps forts de la « geste révolutionnaire » revue et corrigée par l’historiographie patriotique1. L’aspect mythique de l’épisode s’enracine dans les conditions objectives de sa réalisation : c’est une armée de 5 000 hommes qui s’ébranle et traverse les Andes, par des cols de plus de 3 000 mètres2. Si le caractère exceptionnel de l’événement est rehaussé par la longue préparation qui l’a précédé3, c’est le succès de l’expédition, prélude aux victoires de Chacabuco et Maipú, qui confère rétrospectivement à la traversée des Andes son importance du point de vue de l’imaginaire patriotique. Le mérite de l’entreprise est largement attribué à San Martin, qui en a été le principal organisateur, et l’épisode marque le début de l’héroïsation du personnage4.

  • 5 CF. L. Gianello, Historia del Congreso de Tucumán, Buenos Aires, 1966 ; C. Segreti, « José Javier D (...)

3La visée géostratégique dans laquelle s’inscrit l’expédition du Chili est celle d’une victoire des forces patriotes dans l’ensemble de l’ancien empire. Cette perspective « américaine », conjuguant un idéal politique (la fondation de régimes libéraux) et une logique militaire (l’écrasement définitif des armées royalistes), constitue, pour certains auteurs, une grille de lecture qu’il convient d’appliquer à la politique du Congrès de Tucumán dès sa réunion5. Or, si la ligne politique du Congrès privilégie effectivement la poursuite de la guerre, l’expédition de San Martin est moins le signe d’une réorientation « américaine » de la Révolution que l’amorce d’une rupture géostratégique et politique au Rio de la Plata. En effet, ce qui est mis en cause à partir de 1817, c’est la capacité des dirigeants à inspirer et à coordonner l’action militaire à l’échelle de tout le Rio de la Plata. Bien que San Martin reste sous les ordres de Pueyrredon et agisse de concert avec lui, son projet prend le pas sur celui du Directoire : c’est dans la campagne des Andes que la Révolution de Mai trouve un second souffle. D’autre part, l’aggravation de la situation dans le Littoral oblige le pouvoir central à mobiliser ses capacités militaires, de plus en plus réduites, à seule fin de préserver la capitale. Dès lors, la perspective andine, « américaine et patriotique », se distingue de plus en plus des conflits propres à la zone littorale.

4Si cette rupture ne se dévoile que lentement, c’est que l’expédition au Chili relance fortement la dynamique révolutionnaire dans les cités de l’intérieur. Dans un premier temps, le pouvoir directorial canalise à son profit cet élan patriotique, qui lui permet de restaurer son assise dans les cités et de pallier le déficit de représentation qu’entraîne le rapatriement du Congrès à Buenos Aires. Au cours des années 1817 et 1818, les provinces du Rio de la Plata semblent donc réunifiées sous la bannière d’un pouvoir bicéphale, dont Pueyrredon et le Congrès sont le volet institutionnel et San Martin le bras armé. Mais cet équilibre se révèle de courte durée, le Directoire ne tardant pas à s’essouffler devant l’ampleur du problème financier et son incapacité à y faire face. La guerre, menée sur trois fronts – Littoral, Chili, Pérou – hypothèque gravement les moyens d’action de l’équipe dirigeante. Or, en l’absence d’institutions régulières, le régime ne peut survivre qu’en prouvant sa capacité à financer la guerre et à assurer la victoire. Ce prestige patriotique, qui constitue l’assise du pouvoir exécutif, s’effrite devant la crise que traversent les cités, tandis que se renforcent ses aspects les plus autoritaires.

La relance du patriotisme militaire

5À la faveur des victoires remportées par San Martin dès son arrivée au Chili, les cérémonies patriotiques se multiplient. Si elles ne présentent pas de changement notoire quant à leur ordonnance et à leur fonction de légitimation (par la mise en scène des élites de la cité, il s’agit toujours de rendre la communauté actrice et spectatrice de sa propre cohésion et de resserrer les liens entre elle et le pouvoir central), des évolutions sont toutefois perceptibles : d’une part, l’événement fêté étant largement dû à l’effort des cités, la position de ces dernières vis-à-vis du pouvoir central apparaît moins univoque ; de l’autre, le lien entre l’idée de Patrie, la guerre et la religion y est plus explicite que par le passé.

  • 6 Proclama de Luzuriaga al vecindario de Mendoza. 16/02/1817, AHM Ind., 4-58 ; Bando de Luzuriaga, 22 (...)
  • 7 Oficio de Manuel Antonio de Castro al gobernador-intendente de la provincia de Cuyo, 16/04/1818, AH (...)
  • 8 Sermon por la Victoria que consiguieron las armas en Maípu, avril 1818, dans El clero argentino de  (...)

6Remportée le 12 février 1817, la victoire de Chacabuco, est interprétée comme un véritable signe du ciel et provoque un sursaut d’ardeur patriotique dans l’ensemble du Rio de la Plata. Des cérémonies empreintes de l’enthousiasme collectif ont lieu dans toutes les villes de l’intérieur6, à l’exception de Salta, toujours occupée par les troupes de La Serna. À travers ces manifestations renaît avec force l’espoir d’un devenir commun des Provinces Unies : Castro écrit ainsi que les habitants de Córdoba ont fait preuve d’« union, de patriotisme et d’enthousiasme pour la liberté du pays », et Belgrano évoque la perspective d’une « commune liberté »7. L’accent est mis sur la destinée politique qui lie entre elles les cités du Rio de la Plata : les manifestations du patriotisme sont toutes orientées vers la création de références communes, propres à renforcer l’union. L’année suivante, la victoire de Maipú marque la défaite définitive des armées royalistes au Chili et ouvre un nouveau cycle festif, qui se clôt peu avant les cérémonies du 25 mai8. Ces réjouissances montrent que le pôle de gravité du patriotisme s’est déplacé du front du Pérou à celui des Andes. Dans le Nord-Ouest, l’action de résistance et la guerre d’usure que Güemes mène contre l’occupant ne sont guère propices à de grandes batailles ; les réjouissances que suscitent le recul des troupes royalistes en mai 1817 ou en janvier 1818 sont limitées et circonscrites à la région. Le front du Haut-Pérou et l’Armée du Nord ont donc cessé d’être le support d’une coalition identitaire pour les pueblos du Rio de la Plata. Par l’ampleur de l’action entreprise et de la participation demandée, ce rôle est désormais dévolu à l’Armée des Andes et à son chef.

  • 9 Oficio del Director Supremo al gobernador-intendente de la provincia, 5/07/1817, AGN Congreso-Gobie (...)

7Relancé par ces victoires, le patriotisme révolutionnaire s’inscrit de plus en plus nettement dans le registre militaire. À partir de 1819, l’anniversaire de Chacabuco vient s’ajouter aux deux grandes fêtes patriotiques que sont le 25 mai et l’anniversaire de la déclaration d’indépendance, célébré pour la première fois le 9 juillet 18179. Le patriotisme révolutionnaire ne fait donc plus qu’un avec la lutte armée, tandis que les changements institutionnels sont relégués au second plan et ne sont envisagés que dans la perspective d’une amélioration des capacités offensives. Les nécessités et les valeurs de la guerre supplantent les réformes et les principes libéraux comme creuset de l’identité patriotique.

8Parallèlement, la religion conserve une place essentielle dans l’expression de ce patriotisme, tant par les motifs qu’elle fournit que par le rôle qu’y joue le clergé. La célébration religieuse occupe une place centrale dans le rituel civique et a pour fonction de renforcer la conscience communautaire. C’est en ce sens que le gouverneur Luzuriaga impose à chaque famille d’envoyer un de ses membres pour assister aux bénédictions qui saluent le départ de l’expédition des Andes. Comme il le souligne, il ne s’agit pas seulement de prouver sa dévotion, mais d’ancrer une culture patriotique dans le cadre de la cité :

  • 10 Bando de Luzuriaga, 1/02/1817, AHM Ind., 4-55. Cf. J. de Viguerie, « Étude sur l’origine et sur la (...)

« Participer à ces actes de piété constitue un devoir pour les bons patriotes : la cause de Dieu et celle de la Patrie possèdent [en effet] un lien indissoluble, inspiré par le Créateur suprême. La Patrie n’est rien d’autre (...) que l’ensemble de nos autels sacrés, de nos lois, de nos vies, de nos familles et de nos propriétés. »10

La situation des fronts 1815-1821

La situation des fronts 1815-1821
  • 11 Bando de Luzuriaga, 3/01/1817, AHM Ind., 4-51.
  • 12 Oficio del diputado de San Juan al Supremo Gobierno, 17/08/1818 ; Oficio de Tomás Guido al secretar (...)

9Aux côtés de l’activité militaire soutenue par la religion, l’appartenance communautaire est en effet l’un des piliers sur lesquels repose la définition de la Patrie. En témoignent les acclamations qui scandent les cérémonies, où se rejoignent les trois éléments : « Vive la Patrie, vive l’invincible Armée des Andes, vive l’immortelle province du Cuyo. »11 Les cités du Cuyo, qui ont permis de mener à bien l’expédition, en tirent un bénéfice important en termes de prestige et d’affirmation identitaire. Tandis que l’ensemble de la province profite, dès 1817, de la réouverture des circuits commerciaux avec le Chili12, Mendoza supplante Tucumán dans le rôle de cité-martyre et de bastion du patriotisme. Cette importance nouvelle s’exprime par le projet de création d’un collège. Les échevins entendent faire de Mendoza une capitale culturelle, ce qui compléterait le prestige qu’elle a gagné par la campagne du Chili. Ce projet a clairement une vocation patriotique : non seulement la façade et l’écusson seraient frappés aux armes de la Nation mais l’établissement lui-même aurait vocation à en former les cadres, comme le fait valoir le síndico procurador :

  • 13 Representaciôn del Sindicoprocurador de Mendoza, 4/05/1818, AGN Gob. Men., X-5-5-9.

« On attend du [collège qu’il forme] de sages politiques, de grands théologiens, des militaires rompus aux méthodes modernes (cientificos militares), qui conduiront [notre État] au faîte de sa grandeur et de sa prospérité. »13

10En soulignant le fait qu’elle accueillera des élèves « de toute l’Union », Mendoza se donne pour but de former des cadres au bénéfice de la Nation entière. Ce faisant, elle compte poursuivre dans la paix, pour l’ensemble des provinces, l’œuvre commune accomplie en temps de guerre. L’affirmation de l’identité locale n’est donc pas ici synonyme de repli sur soi ; elle s’inscrit au contraire dans la recherche du bien commun, dont elle participe et se montre indissociable.

  • 14 Oficio de Bernabé Aráoz al Director Supremo, 6/03/1817, AGN Gob. Tuc., X-5-10-7.
  • 15 Cela se marque par des expressions telles que « l’écho de la Patrie répétait avec un contentement i (...)
  • 16 Acta del cabildo de Tucumán, 26/02/1817, AHT Actas Tuc. ; Nota de San Martin al cabildo de Tucumán, (...)
  • 17 Décréta del Sindico Procurador de Tucumán, 5/10/1818, AHT 26-427.
  • 18 Oficio de Gregorio Tagle al gobernador-intendente de Córdoba, 9/05/1818, AHC 55-329 ; Oficio de Luz (...)

11Le bénéfice politique des victoires se manifeste dans les félicitations et des récompenses qui font suite aux cérémonies proprement dites ; par ce biais, le régime s’en trouve immédiatement conforté. En effet, les succès militaires provoquent instantanément ce que les institutions peinent à susciter : un élan d’enthousiasme qui rassemble les provinces, les rend solidaires les unes des autres et les replace sous la bannière du gouvernement, à qui cet événement prestigieux est censément dû. Cela se ressent par exemple dans les propos de Bemabé Aráoz, qui écrit après Chacabuco que « la Patrie vit et vivra toujours en accord avec les directives sages et opportunes du Directeur actuel »14. Pourtant, l’hommage réciproque est beaucoup plus intense entre les cités qui ont participé à la campagne et San Martin, qui devient l’incarnation de la Patrie victorieuse15. Les preuves d’estime qu’il reçoit émanent non seulement du gouvernement, mais de plusieurs cités : sa renommée et son envergure, presque identiques à celle du Directeur, concernent désormais une grande partie du territoire. La cité de Tucumán, qui accueille pourtant en ses murs le général Belgrano, cherche à redorer son blason patriotique en associant sa destinée à celle du général victorieux. Le cabildo lui confère le titre de doyen émérite (regidor perpetua más antiguo), marque d’estime à laquelle l’intéressé se montre sensible16. L’année suivante, Tucumán s’associe à nouveau aux succès de San Martin en donnant à une paroisse récemment créée le nom de Maipú17. De son côté, le gouvernement central cherche à canaliser cet engouement en faisant du chef de l’Armée des Andes l’une des figures du patriotisme officiel : après Maipú, le Congrès décide de dresser un monument à la gloire de San Martin18. Toutes les provinces sont informées de ce projet et appelées à contribuer, par leurs dons, à sa réalisation : la visée unificatrice, par la création d’une reconnaissance et d’une mémoire commune, est donc tout entière présente dans les hommages que rend le Directoire à celui qui apparaît comme son plus fidèle serviteur.

  • 19 Dans le même temps, Pueyrredon coupe court à toute velléité d’autonomie à Tucumán en remplaçant Bem (...)
  • 20 Oficio de Manuel Antonio de Castro al gobernador-intendente de Cuyo, 31/03/1817, AHM Ind., 646-20.
  • 21 Oficio de José Darnaso Xigena al gobernador-intendente, 16/04/1817, AHC 51-361 ; Oficio del cabildo (...)
  • 22 Oficio del cabildo de Córdoba al Director Supremo, 17/05/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3- 3/4. À la suit (...)
  • 23 Acta del cabildo de Córdoba, 17/06/1817, dans Actas capitulares, livre 49, p. 59 ; Oficios del cabi (...)

12Dans le même temps, le pouvoir directorial reprend appui dans les cités, notamment dans celles qui, comme Córdoba, l’avaient le plus radicalement remis en cause lors des années précédentes. Or, ce pouvoir dispose d’une assise institutionnelle encore faible, dans la mesure où le projet de Constitution, discuté au cours des années 1817 et 1818, ne devient effectif qu’en mars 1819. Parce qu’ils relancent à son profit une geste patriotique génératrice d’unité, les succès de San Martin permettent donc à Pueyrredon de préserver son autorité au cours de ces deux années. Dans les cités, il trouve un appui auprès des factions dévouées au régime centraliste et des gouverneurs nommés pendant cette période. Le Directoire partage avec les cités le bénéfice de la victoire, qu’il utilise pour renforcer son influence dans le pays, tout particulièrement à Córdoba. Au moment du départ de l’expédition, la situation est encore très instable, entravant le transport des armes, montures et munitions de Buenos Aires vers les fronts andins. Quelques semaines après son rétablissement, Ambrosio Funes est remplacé par Manuel Antonio de Castro, haut magistrat, commissaire du Congrès et partisan dévoué de l’équipe au pouvoir19. La mission qui lui est confiée consiste à ramener l’ordre dans la cité et à apaiser les querelles de factions, mais aussi à restaurer l’autorité du gouvernement20. Accomplie dans l’élan de Chacabuco, cette nomination donne lieu à une réorganisation très nette des forces politiques au sein de la cité. Des partisans reconnus du régime sont nommés aux postes d’alcaldes de barrio, chargés de maintenir l’ordre et de diriger les opérations électorales dans les quartiers. Fin avril, un nouveau cabildo est élu sur ordre du Directeur suprême, qui s’efforce de court-circuiter l’influence de l’assemblée électorale, composée en grande partie d’autonomistes21. A la suite de cette épuration, les échevins font pleinement allégeance au gouverneur22, tandis que le Sindico Procurador Antonio Arredondo lance l’offensive sur le plan idéologique. Le 17 juin, il soumet au cabildo un texte où il attaque très violemment les opposants au régime, notamment les électeurs et les députés, dont il demande instamment le remplacement23.

  • 24 Au mois d’août, Castro a arrêté plusieurs personnes qui se réunissaient clandestinement chez un Eur (...)
  • 25 La Asamblea Electoral de la Provincia de Córdoba a los habitantes de ella, 8/11/1817, AGN Gob. Cba. (...)

13Le renouvellement de l’assemblée électorale et la désignation des nouveaux députés, à la fin de l’année 1817, a lieu dans un climat de durcissement politique, de surveillance accrue de l’opinion et de propagande active en faveur du Directoire. Depuis son arrivée, Castro s’emploie à débusquer les opposants et à traquer les conspirateurs24 afin de prévenir le moindre trouble. Dans cette tâche, il bénéficie du soutien sans faille des nouvelles autorités, ce dont témoigne un discours de l’assemblée électorale au début du mois de novembre. Celui-ci est une attaque en règle contre les opposants, considérés comme d’« iniques perturbateurs de l’ordre, plus cruels et plus féroces que nos ennemis »25. La hiérarchie des crimes qu’on leur impute révèle en miroir les ordres de priorité du régime : leur plus grande faute consiste à détourner l’opinion de la confiance et de l’obéissance dues aux autorités suprêmes, de semer la défiance et le doute envers elles, puis, en second lieu, d’attiser les rivalités entre les cités et en leur sein. À l’image d’Artigas qui en est le parangon, l’ennemi « intérieur » est toujours accusé de saboter la construction du lien social : en ce sens, son action est exactement opposée à celle des défenseurs de la Patrie, illustrée par les héros de Chacabuco.

14En contrepoint de cette dénonciation, le devoir patriotique est énoncé en des termes très clairs, qui rappellent ceux employés dans les années 1810- 1814 contre les opposants au régime :

  • 26 Ibid.

« Voici [quel est] le devoir d’une cité qui, comme toutes celles de l’Union, a commencé à ressentir les doux effets de l’ordre et de la tranquillité : exciter le mépris des nations et l’indignation de la Patrie contre ces monstres qui meurent d’envie d’accabler le pays, les provinces et chacun des citoyens de maux et de misères. »26

15Le discours fait ensuite allusion à une campagne contre le régime directorial menée par des opposants exilés à Baltimore. Défendant d’abord le Congrès, dont il vante les bienfaits de la politique, il met ensuite l’accent sur les qualités de Pueyrredon, son action décisive dans la direction des armées et les résultats de son administration, dont il livre un tableau idyllique :

  • 27 Ibid.

« Nous avons tous vu notre situation politique changer d’aspect en un instant. Le désordre a disparu, le criminel tremble, le citoyen honorable repose sous la protection des lois, les cités ont resserré leurs liens et retrouvé leur tranquillité publique ; la province de Córdoba peut assurer qu’elle n’a pas coulé depuis [le début de] la Révolution de jours plus tranquilles ; les finances sont gérées dans un souci d’économie, la prudence préside, les gouverneurs n’oppriment point, le pays respire. »27

  • 28 Acta del cabildo de Córdoba, 20/01/1818, Actas capitulares, op. cit., livre 49, p. 114.

16Par contraste, l’autonomie de 1815 devient un épisode honni : le texte évoque les « terribles moments d’anarchie que la cité a endurés », à l’époque où régnait le « funeste pouvoir du désordre ». Les personnages influents qui se sont compromis dans l’aventure doivent demander à la nouvelle équipe des certificats de patriotisme28. La lutte de factions entre centralistes, autonomistes et fédéraux est donc totalement évacuée, dans le discours, au profit d’une prise de position par rapport à la Révolution. Comme cela s’est maintes fois vérifié à Buenos Aires, la faction au pouvoir récupère à son profit le discours patriotique et s’en sert comme instrument de légitimation.

17Bien qu’il n’ait pas été l’inspirateur de l’expédition au Chili, le Directoire bénéficie donc largement des victoires remportées grâce à l’appui prêté au projet de San Martin, lequel a influé à son tour sur l’orientation politique du Congrès. Sur le plan interne, le succès de l’entreprise est moins significatif d’une réorientation « américaine » de la Révolution que d’un renforcement de l’ordre centraliste dans les cités. L’union qui devait émaner de la réunion et de la politique du Congrès est, en fin de compte, davantage due à la relance inattendue du patriotisme par le biais des victoires militaires. L’espoir renouvelé de voir la cause triompher par les armes explique que le régime se maintienne malgré la faiblesse de ses assises institutionnelles.

Le déficit de représentation

18Le transfert du Congrès de Tucumán à Buenos Aires comporte en effet de profondes répercussions sur la relation entre les cités et le pouvoir central. Cette décision s’inscrit dans le prolongement de la politique menée en 1816, dictée par l’impératif militaire et avant tout soucieuse d’efficacité. La coopération entre les deux organes de gouvernement semble avoir pris le pas sur le rapport de proximité et de confiance entre les représentants et leurs commettants : de porte-parole des pueblos, le Congrès est devenu l’auxiliaire du Directeur. Cette inflexion du rôle politique joué par le Congrès, qui ressort non des textes mais de la pratique, se trouve accentuée par la diminution du nombre des représentants et l’intérêt moindre que les provinces portent à son action. En s’appuyant sur la légitimité que confère l’élection, les députés se montrent pourtant actifs en s’efforçant, d’une part, de maintenir un certain équilibre entre les pouvoirs et en continuant, de l’autre, à intervenir dans les provinces. Néanmoins, cette activité ne parvient pas à prolonger la formule politique de 1816, le pouvoir du Congrès ayant tendance à s’effacer devant celui du Directeur.

19Des trente députés présents à Tucumán au moment de la déclaration d’indépendance, en juillet 1816, seuls douze sont encore en place deux ans plus tard, lorsque la Constitution est promulguée. Le transfert s’accompagne en outre d’une diminution du nombre des représentants, qui passe de 31 en 1816 à 24 en 1819 et d’une disproportion accrue entre les provinces : Buenos Aires compte sept députés sur toute la période, tandis que les cités de l’Intérieur voient leur représentation réduite au minimum. Alors que sept d’entre elles, en 1816, avaient au moins deux députés au Congrès, elles ne sont plus que quatre à avoir deux députés en 1819, et toutes les autres n’en ont plus qu’un. Réunissant à elle seule un tiers des membres, la capitale est donc en mesure de dominer largement les débats et les votes. Cette disproportion flagrante donne l’impression de deux logiques juxtaposées : Buenos Aires semble être la seule province qui soit en mesure de conserver une représentation proportionnelle à sa population, alors que les autres cités, qui avaient tenté de faire de même en 1815, ont été contraintes d’y renoncer. En restreignant volontairement le nombre de leurs députés, les cités de l’Intérieur semblent avoir renoué avec le principe d’une représentation qualitative, s’appliquant non aux individus, mais aux corps et pouvant ainsi être incarnée par une seule personne.

20Le transfert du Congrès représente en effet pour les communautés un effort financier accru, puisqu’elles doivent assurer les frais du transport et verser des indemnités plus élevées aux représentants afin de leur permettre de vivre « selon leur rang » dans la capitale. Or, plutôt que d’augmenter leurs dépenses déjà élevées, la plupart des cités préfèrent en effet sacrifier un ou plusieurs de leurs représentants, ce qui indique un intérêt moindre pour l’action du Congrès. On assiste ainsi à une véritable « économie de la représentation », qu’exprime de façon très pragmatique le député de Mendoza Juan Agustín Maza. Pour lui, la restriction du nombre de représentants découle de la réduction des activités du Congrès. Celui-ci semble en effet avoir abandonné toute perspective constitutionnelle pour s’occuper en priorité de la situation militaire. Ce programme réduit ne justifie plus, selon lui, la présence de deux députés :

  • 29 Oficio de Juan Agustín Maza al cabildo de Mendoza, 10/01/1817, AHM Ind., 657-29.

« Il est donc entièrement inutile et superflu que la cité continue d’être représentée par deux députés et supporte les frais qu’entraîne cette double représentation. (...) Cette mesure me paraît d’autant plus urgente et importante que la cité est en train de consentir des sacrifices extraordinaires pour soutenir honorablement l’Armée des Andes, et qu’elle doit freiner le plus possible ses dépenses pour subvenir aux besoins et au soutien de la cause en général, jusqu’à ce que l’indépendance soit consolidée. »29

21Miser sur la guerre paraît à Maza plus rentable que de miser sur la représentation : il conseille donc explicitement de sacrifier l’une au profit de l’autre. Devant le refus de ses électeurs de se rendre à ses arguments, le député est toutefois obligé de se rendre à Buenos Aires, où sa démission sera acceptée l’année suivante. Dès lors, Tomas Godoy Cruz restera seul pour représenter Mendoza.

  • 30 Acta del cabildo de Córdoba, 26/09/1817, dans Actas capitulares, op. cit., p. 88. Cette pratique se (...)
  • 31 Circular de Manuel Antonio de Castro a los jueces pedaneos de la provincia, 30/09/1817, AHC Gobiern (...)
  • 32 Oficios de la Junta électoral al gobernador-intendente, 7/11 et 14/11/1817, AHC Gobierno 52-391 et  (...)
  • 33 Oficios de Castro al cabildo, 22/09 et 3/11/1818, AHC Gobierno, 55-31 et 40 ; Oficio de la Junta él (...)

22Les autres cités connaissent un renouvellement de leur représentation au cours des années 1817 et 1818. À Córdoba, celui-ci résulte du rétablissement d’une équipe centraliste, bien décidée à épurer la ville de ses rivaux « fédéraux ». Par le décret du 23 septembre, le Congrès donne l’ordre d’établir deux listes électorales, l’une comportant les noms des citoyens en exercice, l’autre les noms de ceux qui ont été déchus de leurs droits civiques. L’organe central tente ainsi de prendre le contrôle des opérations et de la définition du peuple souverain, qui était jusqu’alors l’apanage des municipalités30. Dans le même temps, le gouverneur édicte des instructions pour le déroulement des opérations de vote dans la campagne, confiées au soin des juges de paix (jueces pedcmeos)31. La tactique se révèle payante : la nouvelle assemblée électorale ne comprend que des partisans du régime et assure l’élection, le 6 novembre, de députés conformes au tournant pris par la cité32. Geronimo Salguero de Cabrera y Cabrera est le seul à être réélu. Les deux autres députés, Benito Lascano et Alexo Villegas, sont des patriotes de la première heure qui n’ont pas été compromis dans l’épisode « fédéral ». L’année suivante, ils sont reconduits dans leurs fonctions tandis que l’assemblée électorale décide de ne pas nommer de troisième représentant, faute de pouvoir assurer sa subsistance33.

  • 34 Cette dispute concerne essentiellement la façon dont l’assemblée électorale a révoqué les pouvoirs (...)
  • 35 Acta del cabildo de Salta, 26/09/1818, ibid., p. 456-457.
  • 36 Oficio de Pedro Miguel Aráoz al gobernador-intendente, 9/04/1818, AHT Adm., 26-204 ; Oficio de José (...)
  • 37 Acta de la junta électoral de Tucumán, 18/11/1818, AHT Adm., 25-215 ; Oficio del gobernador-intende (...)

23Resté seul représentant de Salta après l’exclusion de Moldes, Mariano Boedo suit le Congrès à Buenos Aires, où il demeure en place pendant toute l’année 1818. Pendant ce temps ont lieu dans la cité des élections qui mettent aux prises les partisans et les opposants de Güemes34. Le 27 décembre 1817, chacun des deux clans réussit à imposer son candidat : le colonel Mateo Saravía pour le premier, Juan Marcos Salomé Zorrilla pour le second. La lutte reprend de plus belle autour de la question des indemnités, car il s’avère impossible de payer leurs frais de transport35. Finalement, seul Zorrilla partira à Buenos Aires, où il entrera au Congrès en mai 1819, un an et demi après son élection. Quant aux députés de Tucumán, Pedro Miguel Aráoz et José Ignacio Thames, ils demandent à plusieurs reprises leur démission au cours de l’année 1818, invoquant tour à tour des raisons de santé, l’allongement imprévu du mandat et, surtout, la difficulté avec laquelle ils perçoivent leurs indemnités36. Ces demandes sont finalement acceptées et, le 18 novembre, José Miguel Díaz Velez et le doyen Funes sont élus à leur place : l’argument financier et le piétinement des travaux du Congrès, notamment en matière constitutionnelle, expliquent ce choix de deux personnalités étrangères à la cité et résidant dans la capitale37.

24La diminution du nombre des représentants et leur renouvellement partiel expliquent pour une bonne part le changement du rôle politique joué par le Congrès. En effet les élus de 1817 et 1818 paraissent moins occupés à représenter les provinces de l’Intérieur qu’à défendre les prérogatives de la représentation face aux tentatives d’empiètement du Directeur. En quittant Tucumán pour la capitale, plusieurs députés découvrent en effet les méandres de la politique au sommet de l’État et révisent leur jugement sur le pouvoir central. Lors d’un séjour à Buenos Aires, Facundo Zuviria, qui compte plusieurs députés parmi ses relations, confie à son ami Zorrilla, récemment élu à Salta :

  • 38 Carta de Facundo Zuviría a Juan Marcos Zorrilla, 19/10/1818, dans Güemes documentado, op. cit., t. (...)

« Il y a beaucoup de grandeur et de majesté dans le pouvoir exécutif. Cela nous choque, mais c’est en partie nécessaire pour conférer au gouvernement un prestige dont il a manqué [jusqu’à présent] (...). Cela ne veut pas dire que le gouvernement soit bon, ni conforme aux principes d’une bonne politique (...) mais c’est le meilleur que nous puissions avoir dans de telles circonstances. »38

25Cette vision lucide ne l’empêche pas de couper court aux rumeurs concernant les relations entre les pouvoirs :

  • 39 Ibid.

« La prostitution (sic) du Congrès au Directeur est un mensonge ; [il n’est pas vrai non plus] que l’un interfère sur l’autre, sinon une fois par an quand le Directeur adresse un recours [aux députés] ou [leur] demande la permission de faire quelque chose. Ceux-ci sont en train de préparer la Constitutión avec une prudence, une impartialité et une maturité que l’on n’osait espérer. »39

26À en croire cet observateur, il s’est donc établi lors de l’installation du Congrès à Buenos Aires un équilibre et une réelle indépendance entre les pouvoirs. Cette impression traduit une réalité que reflète la correspondance entre les deux organes : Pueyrredon et son successeur Rondeau jouent le jeu des institutions et consultent régulièrement le Congrès. Toutefois, ce respect des formes cache mal une tension permanente et une lutte sourde des deux pouvoirs pour acquérir la prééminence. Celle-ci se révèle particulièrement dans la discussion sur le projet de Règlement provisoire, qui occupe toute l’année 1817. À travers cette pratique institutionnelle, la sphère d’action de chacune des instances se dessine et invite à s’interroger sur la nature de la souveraineté exercée.

  • 40 Estatuto provis tonal dado por la Junta de Observaciôn y aprobado con modificaciones por el Congres (...)
  • 41 Carta de Pueyrredon a San Martin, 18/01/1817, dans DHSM, op. cit., t. 4, p. 557.

27Les relations entre le Directeur et le Congrès continuent d’être théoriquement régies par le Statut de 1815, que le Congrès a révisé et sanctionné en novembre 1816. Ce texte, de nature provisoire, ne confère pas d’attributions particulières au pouvoir législatif, celui-ci devant être défini par la Constitution. En revanche, les compétences du pouvoir exécutif, confié au Directeur, comportent des préventions strictes dont on peut considérer qu’elles délimitent « par défaut » la sphère d’action du Congrès. Sans l’accord de ce dernier, le Directeur ne peut envoyer d’expédition militaire dans une province, ni imposer de contribution ou d’impôt. Il ne peut pas non plus pourvoir une charge ecclésiastique ou un grade militaire, ni concéder de privilèges à des particuliers. Enfin, il ne peut disposer seul des fonds publics40. Cette limitation de son pouvoir et de sa liberté d’action est mal supportée par Pueyrredon, personnage énergique et autoritaire, non dénué de préjugés défavorables à l’encontre des « docteurs », dont il estime qu’ils perdent trop de temps en débats improductifs et en arguties juridiques41. Parce que le Règlement provisoire ainsi révisé ne concède pas, selon lui, une marge de manœuvre suffisante à l’exécutif, il refuse de le promulguer et s’en explique auprès de San Martin en des termes sans équivoque :

  • 42 Carta de Pueyrredon a San Martin, 25/12/1816, ibid., p. 551-553.

« Le règlement du Congrès est enfin arrivé, et alors que j’espérais qu’en raison des circonstances on libérerait le Directeur des entraves où il se trouve, on ne fait que le lier encore davantage. »42

  • 43 El Director Supremo al Congreso, 22/05/1817, dans Documentas del Congreso de Tucumán, La Plata, 194 (...)
  • 44 Ibid.
  • 45 Ibid., 4/11/1818.

28Dès l’installation du Congrès à Buenos Aires, Pueyrredon réclame donc des aménagements par rapport au Règlement. Le 22 mai, il met en cause l’article qui lui interdit de pourvoir « toute dignité, chapellenie ou prébende ecclésiastique dans les églises de l’État », et fait valoir que par cet article, le gouvernement « s’est vu dépouillé d’une faculté qui a toujours été en sa possession »43. Considérant pour sa part que le Statut de 1815 n’est plus valable et qu’il est libéré de cette proscription, il demande l’accord du Congrès afin de donner force de loi à son point de vue, lequel « ne comprendra jamais en tant que tel la fermeté et la sagesse qui caractérisent les décisions [des députés] »44 L’année suivante, il met en cause l’obligation qui lui est faite de prendre en compte l’ancienneté des fonctionnaires dans la provision des emplois. Faisant valoir, dans le cas précis du Tribunal des Comptes, que ces dispositions vont l’empêcher de recruter des personnes aptes à occuper ces postes, il demande au Congrès de suspendre plusieurs articles du Règlement qui nuisent, selon lui, à la bonne marche de l’administration45.

  • 46 Une première campagne d’opposition est menée dans la capitale par le général Dorrego. Celui-ci ne t (...)
  • 47 Pueyrredon al Congreso, 10/11/1818, dans Documentas del Congreso de Tucumán, op. cit., p. 229.
  • 48 C’est ainsi qu’il fait accepter son projet de création d’une Caisse des dépôts (Caja de fondos de S (...)
  • 49 El Congreso al Director Supremo, 16/06/1818, AGN X-2-1-7.

29À la même époque, face à une campagne de libelles orchestrée depuis Montevideo par les adversaires de sa politique vis-à-vis des Portugais46, Pueyrredon demande aux députés l’autorisation d’interdire les communications avec Montevideo et de décréter l’exil forcé des auteurs de la sédition. Il ne cache pas que cela revient à cautionner sa politique de répression : « Bien qu’ils soient fondés sur [des faits] notoires », écrit-il au Congrès, « voir mes jugements appuyés par la souveraine approbation de ce corps sera pour moi une satisfaction et un honneur. »47 Pueyrredon considère donc le Congrès comme une chambre d’enregistrement de ses décisions48 ou comme le moyen de légitimer sa politique d’exception, contraire aux dispositions constitutionnelles en vigueur. Devant ces tentatives d’empiètement de son pouvoir, le Congrès n’hésite pourtant pas à le rappeler à l’ordre. Dans un message daté du 16 juin 1818, les députés lui adressent un certain nombre de reproches, portant sur des points précis du Règlement où il a passé outre l’accord du Congrès, notamment pour concéder des distinctions militaires et des pensions honorifiques à des particuliers. Tout en rappelant qu’ils se sont efforcés de donner à l’exécutif « tout le prestige, l’importance et la vigueur » possibles, les députés protestent au nom de la confiance que les citoyens vouent à leurs représentants et de la « nécessaire harmonie » qui doit régner entre les autorités49. Après le refus de Pueyrredon de promulguer le Règlement modifié de novembre 1816, les représentants exigent que ses observations soient formulées par écrit.

  • 50 Session du 12/09/1817, dans Asambleas Constituyentes argentinas, E. Ravignani dir., Buenos Aires, 1 (...)
  • 51 Sessions des 13, 15 et 29/10 et du 8/11/1817, ibid., p. 326-328, 332-335.

30Ces remarques, discutées de septembre à décembre 1817 par les députés, indiquent précisément quelles prérogatives le Directeur entend recouvrer. Sur un certain nombre de questions, son point de vue est ratifié par le vote du Congrès : celui-ci accepte notamment de reconnaître que les trois pouvoirs résident « originairement » dans le peuple. Cela revient à admettre que l’exécutif et le judiciaire découlent d’une délégation « originelle » de la souveraineté du peuple au Congrès, et qu’ils sont par là même indépendants du pouvoir législatif. Dans le même article, les députés acceptent de remplacer le mot pueblos par le mot « Nation ». De ce fait, l’entité souveraine définie par la Constitution est d’une autre nature que l’ensemble formé par les provinces ; elle est à nouveau définie comme unique et non plurielle50. L’indépendance du Congrès est également amoindrie par le fait que les députés pourront être nommés comme agents de l’exécutif, ce qui va à l’encontre de la séparation des pouvoirs. Dans l’ordre judiciaire, la proposition de Pueyrredon de rendre inamovible la présidence des Chambres d’appel, mesure d’un grand conservatisme, est également acceptée par le Congrès. Mais c’est dans le domaine militaire qu’il s’impose le plus, en faisant accepter la nomination des officiers de milices par le pouvoir exécutif et, surtout, l’obligation d’une condition de fortune pour faire partie des milices provinciales51.

  • 52 Sessions des 27/09, 8, 20, 21 et 29/10/1817, ibid., p. 323-325, 328-330 et 332. Pueyrredon entend p (...)
  • 53 Rondeau al Congreso, 12/12/1818, dans Documentas del Congreso de Tucumán, op. cit., p. 238.

31Le Congrès parvient pourtant à conserver le contrôle d’un certain nombre d’institutions en rejetant plusieurs propositions de Pueyrredon. Il sauvegarde l’indépendance des employés publics et des magistrats par rapport au pouvoir exécutif, interdit que le Directeur puisse décider de suspendre les libertés individuelles, préserve les listes de candidats aux postes de gouverneur et garde sous son contrôle l’armée de la capitale52. Les députés acceptent donc de modifier certains points du Règlement dans un sens centraliste et conservateur, mais s’efforcent de défendre l’équilibre des pouvoirs face aux ambitions autoritaires du Directeur suprême. Lorsqu’il remplace Pueyrredon en décembre 1818, Rondeau essaie de calmer la situation et déclare au Congrès qu’il entend œuvrer de concert avec lui. Le jour de sa nomination, il rend hommage à l’assemblée, saluant « l’allure tranquille et majestueuse avec laquelle elle poursuit sa marche vers la liberté », affirmant son intention de la seconder dans ses œuvres et la remerciant de la confiance dont elle a bien voulu l’honorer en lui confiant cette charge53. En reconnaissant la prééminence de la représentation nationale, Rondeau adopte une position de conciliation qui lui permet de faire face à l’imminence de l’expédition espagnole.

  • 54 Pueyrredon al Congreso, 15/09/1817, 27/07 et 30/09/1818, ibid., p. 35, 173-174 et 194.
  • 55 Pueyrredon al Congreso, 16/12/1818, ibid., p. 240.

32Malgré ces tensions et ces tentatives de mise au pas, les points sur lesquels les députés sont consultés, ou qui suscitent des affrontements entre les deux instances, esquissent les contours d’un « domaine réservé » du Congrès, qui concerne essentiellement les relations avec les autorités locales. Ainsi, au lieu de destituer directement Bemabé Aráoz, dont la mésentente avec Belgrano s’aggrave de jour en jour, Pueyrredon confie l’affaire aux députés. De même, lorsque le cabildo de Córdoba décide de lever un emprunt sans l’accord des autorités, c’est le Congrès, et non le Directeur, qui rend son jugement. Enfin, c’est au Congrès que Pueyrredon demande d’augmenter la solde des gouverneurs-intendants, dont il souligne l’importance sur le plan social (comme garants de l’ordre) et politique (comme administrateurs)54. L’assemblée des représentants continue donc à s’occuper de manière privilégiée des relations entre le pouvoir central et les provinces, au nom d’un idéal de justice visant à assurer la stricte égalité de traitement et la défense des droits de chacune. À ce titre, le Congrès est seul habilité à souscrire des emprunts et à imposer des contributions aux cités. Les députés sont censés veiller à ce que la répartition soit équitable et à ce que leur province ne trouve pas lésée, par rapport à ses ressources et à ses capacités de production. Cette faculté exclusive de voter les contributions est naturellement ressentie par Pueyrredon comme une entrave. En décembre 1818, alors qu’un emprunt de 500 000 pesos a été levé en juillet, le Directeur démontre que celui-ci ne suffit pas et demande que les députés accordent au gouvernement « des facultés illimitées afin de mettre en œuvre toute une série de recours et de moyens avec la rapidité et l’énergie que demandent les circonstances »55. Dans le même sens, la politique d’apaisement de Rondeau vis-à-vis du Congrès s’explique en grande partie par le besoin pressant qu’a celui-ci de faire voter les crédits nécessaires à la défense du pays, face à l’invasion espagnole annoncée en 1819.

  • 56 Acta del cabildo de Córdoba, 29/07/1817, dans Actas capitulares, op. cit., p. 74. Contrairement à l (...)
  • 57 Oficios del cabildo al gobernador-intendente, trasmitiendo la orden del Soberano Congreso, 19/09/18 (...)

33Bien que son rôle soit moindre que durant l’année 1816, du fait de l’organisation des pouvoirs au sommet de l’État, le Congrès conserve un rapport privilégié avec les cités. Dans certain cas, il continue d’influer directement sur la vie politique locale. On le voit ainsi intervenir dans la reprise en main de Córdoba par la faction « directoriale » au cours de l’année 1817. Par le décret du 18 juillet, il autorise la cité à organiser de nouvelles élections56 et oblige les députés « fédéraux » à rembourser leurs indemnités57. L’influence du Congrès sur la vie politique des cités s’exerce également de manière indirecte, par le fait que les députés, réunis dans la capitale, se rencontrent et fréquentent les mêmes lieux de sociabilité (promenades, tertulias, théâtres). Par ce biais, des coteries se créent ou se renforcent, qui ne sont pas sans répercussions sur leurs cités d’origine, comme en témoignent les fragments de correspondances privées dont nous disposons. Güemes, par exemple, est régulièrement informé de ce qui se trame dans le Congrès à son égard, notamment par Pueyrredon, qui lui accorde un soutien sans faille. Celui-ci le met notamment en garde contre le député de Jujuy, Teodoro Sánchez de Bustamante, qui répand contre lui des rumeurs calomnieuses. Partisan d’une représentation ad hoc, adaptée aux besoins de la cause, Pueyrredon lui suggère une solution expéditive :

  • 58 Carta de Pueyrredon a Güemes, mars 1818, dans Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 324.

« Que ce démon s’en aille et que vienne un homme qui soit votre ami, même s’il est moins docteur (sic). Le complot des bons pour détruire celui des méchants est licite, vertueux et même obligatoire, afin de rendre leurs machinations inutiles. Continuons d’un pas ferme à sauver le pays et ne donnons pas l’occasion de nuire à ceux qui préfèrent leurs vengeances personnelles et leurs passions indignes à la conservation du bien public. »58

  • 59 Cartas de Facundo Zuviría a Juan Marcos Zorrilla, 1818, dans Güemes documentado, op. cit., t. 8, no (...)

34En visite à Buenos Aires à partir d’octobre 1818, Facundo Zuviría, ennemi de Güemes, est en relation avec Manuel Antonio de Acevedo (député de Catamarca), Pedro Ignacio de Castro Barros (député de La Rioja), et José Mariano Serrano (député de Charcas), qui « l’informent à fond » des enjeux politiques en cours. Le petit groupe se démène au sein du Congrès pour que Juan Marcos Zorrilla, élu à Salta, reçoive la somme nécessaire à son voyage, tout en s’efforçant de barrer la route à l’autre député, Mateo Saravia, qui appartient au clan adverse59.

  • 60 Ces cérémonies ont lieu le 17 janvier à Córdoba, le 19 à Tucumán et beaucoup plus tardivement à Sal (...)
  • 61 E. Pàez de la Torre, Historia de Tucumán, Buenos Aires, 1987, p. 248-249.

35À travers ces exemples, il apparaît que les réseaux d’alliances et d’opposition purement locaux influent sur les groupes qui se créent au sein du Congrès, créant un effet d’écho entre la vie de l’institution « nationale » et les problématiques internes aux provinces. Dans le sens inverse, celles-ci restent concernées par l’action du Congrès, ne serait-ce que par l’application du Règlement provisoire de décembre 1817. Outre les cérémonies de reconnaissance, prétextes à des démonstrations de loyauté envers le régime60, le texte impose aux municipalités la confection de listes électorales précisant, pour chaque citoyen, son âge, son origine, son état civil, sa profession et l’état de son patrimoine. Par ailleurs, la formation des milices civiques est relancée selon les critères de fortune imposés par Pueyrredon. À Tucumán, Francisco de Ayala est invité à recruter, pour former le régiment des Dragons, « des vecinos possédant une ferme (finca), une propriété valant au moins 1 000 pesos ou une boutique, ou exerçant un art ou une activité utile au pays »61.

  • 62 En octobre 1818, une commission est d’ailleurs créée au sein du Congrès pour s’occuper exclusivemen (...)
  • 63 Oficio de los cabildos de Mendoza, Córdoba y Tucumán, 23/01, 25/01 et 21/02/1818, AHPBA, Oficios de (...)
  • 64 Session du 31/03/1818, Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 348. Quelques mois plus tard, les éch (...)
  • 65 Session du 17/04/1818, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 349.

36L’application du Règlement n’épuise pas, toutefois, les modes d’intervention du Congrès dans les provinces. La pratique des recours en grâce et des demandes d’intervention reste vivace et mobilise une bonne partie de l’activité des députés62. Le Congrès reste l’arbitre suprême auquel les municipalités ont recours pour accroître leurs facultés ou défendre leurs intérêts face aux représentants du pouvoir central. Au début de l’année 1818, les cabildos de Mendoza, Córdoba et de Tucumán, en vertu du Règlement qui leur confère le soin de fonder des établissement utiles à la province, d’y développer l’agriculture, l’industrie, les sciences et les arts, demandent au Congrès s’ils sont en droit de créer de nouveaux impôts municipaux63. L’enjeu est d’importance, dans un contexte où l’utilisation des maigres ressources restant au bénéfice de la province ou de l’armée occasionne des tiraillements permanents. Le Congrès, toutefois, refuse de leur concéder ce privilège, qui reviendrait à reconnaître l’autonomie financière des pueblos64. De la même façon, le cabildo de Córdoba expose au Congrès les difficultés qu’il rencontre pour nommer aux postes de jueces pedaneos des personnes sachant lire et écrire, conformément aux exigences du Règlement, et demande la levée de cette condition afin de pouvoir assurer l’encadrement des partidos de la campagne. Le Congrès semble maintenir sa position en l’enjoignant d’observer le Règlement, sauf dans les cas exceptionnels où personne ne s’avérerait capable d’exercer cette charge. La même municipalité se voit autorisée, dans des cas d’urgence, à prononcer des sentences et à faire exécuter des peines sans accord préalable de la juridiction provinciale, à condition de lui en rendre compte par la suite. Ces deux concessions reviennent à admettre qu’on peut déroger à la loi lorsque celle-ci se révèle inapplicable65. Ce que traduisent ces recours en grâce, qui perpétuent le type de rapports que le pouvoir royal entretenait avec ses sujets, c’est la limite que rencontre le Règlement dans sa prétention à l’universalité. La conception d’une loi unique pour tous se heurte à la multiplicité des situations et des réalités singulières, qui rendent son application malaisée ou impossible. En ce sens, le rôle d’arbitre que continue à jouer le Congrès de 1817 à 1819 peut être compris comme le corollaire, voire le complément indispensable de son activité constituante. Tandis qu’il prépare la Constitution, le Congrès s’efforce de faire fonctionner, de manière provisoire, une partie des institutions. Mais cette gestion au cas par cas des affaires est à l’opposé de l’imaginaire des Constitutions modernes, visant à uniformiser les conditions juridiques et à rendre les citoyens égaux face à la loi.

37Même s’il reste un interlocuteur privilégié pour les provinces, le Congrès, en s’installant dans la capitale, a indéniablement perdu de son prestige. La restriction numérique des représentants de l’Intérieur et la proximité du pouvoir exécutif contribuent à assimiler progressivement le Congrès à la domination de la capitale. Mais c’est surtout l’ajournement de la Constitution qui affaiblit la légitimité de cette assemblée, élue pour doter le pays d’un gouvernement en bonne et due forme.

L’espoir déçu de la Constitution

  • 66 L. Gianello, op. cit. ; J. T. Criscenti, « Argentine constitutional history 1810-1852 : a re-examin (...)
  • 67 B. Mitre, Historia de Belgrano y de la independencia argentina, dans C. SEGRETI, « La Constitución (...)

38L’octroi d’une Constitution se situe au cœur de la problématique révolutionnaire du Rio de la Plata. À la différence d’autres régions comme le Venezuela, qui s’en sont dotées dès le début du processus de rupture avec l’Espagne, les Provinces Unies ont longtemps retardé le passage du provisoire au définitif. Le maintien des relations avec la métropole et Ferdinand VII, qui avait justifié cette attitude durant les premières années, a été tranchée par la déclaration de l’indépendance. C’est donc ailleurs, dans le processus même de création du nouvel État, qu’il faut chercher les raisons de ces multiples reports. Outre l’impératif de perfection et de stabilité lié à la rédaction d’un texte conçu comme immuable, la principale difficulté des députés consiste à articuler deux exigences contradictoires, celle du respect des droits des pueblos et celle de la production d’une norme valable et égale pour tous. Après avoir accepté d’en finir avec le « règne du provisoire », le défi qu’ils tentent de relever consiste à sauvegarder l’expression politique des pueblos tout en « nationalisant » la représentation. Les travaux sur la question n’ont presque jamais abordé le problème en ce sens66. La plupart des analystes ont souscrit aux jugements négatifs de Bartolomé Mitre, qui voyait dans la Constitution de 1819 « l’œuvre de sophistes bien intentionnés qui rêvaient de monarchie »67. Mitre a accrédité l’idée d’un texte purement théorique, en complet décalage avec les idéaux de la Révolution et le contexte de 1819, et cette vision est encore largement accréditée de nos jours. Au travers de notre analyse, il apparaît au contraire qu’il s’agit d’une tentative raisonnée pour réaliser l’union entre les provinces, comme le sont, depuis 1816, les projets visant à établir une monarchie au Rio de la Plata.

Nationaliser la représentation

  • 68 Sessions des 6/06, 13/06 et 16/06/1817, dans Asambleas Constituy entes, op. cit., p. 298-302.
  • 69 Ibid.
  • 70 Cf. F.-X. Guerra, « Pour une nouvelle histoire politique : acteurs sociaux et acteurs politiques », (...)
  • 71 Sessions des 6, 13 et 16/06/1817, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 298-302.

39À l’origine du débat sur la Constitution s’en trouve un autre, d’importance capitale, qui concerne la vocation du Congrès et l’étendue de sa sphère d’intervention. Quelques semaines après le transfert, une motion est déposée afin que les députés décident si le Congrès « doit intervenir dans les affaires particulières »68 La question renvoie directement à la pratique d’arbitrage évoquée précédemment, correspondant à l’image un Congrès bicéphale, à la fois Tribunal suprême et législateur. Cette conception est défendue avec acharnement par un ensemble de députés qui considèrent que le Congrès « détient une prérogative absolue pour aborder toute question d’utilité publique »69. Leur raisonnement s’appuie sur le fait que le peuple délègue au Congrès sa souveraineté, par essence indivisible. L’organe représentatif se présente comme une convention, à qui il appartient de défendre les droits des individus et des communautés. Le Congrès est ainsi conçu comme l’instrument de la révolution des pueblos : par la voix de leurs députés, ceux-ci sont en mesure de modifier l’ordre existant, que ce soit pour les « affaires publiques », concernant l’ensemble des Provinces Unies, ou « particulières », propres à des acteurs individuels ou collectifs70. Cette capacité à restaurer les droits de chacun et de l’ensemble constitue pour eux le fondement de l’organisation politique, sur lequel la Constitution viendra prendre appui. Mais si l’on entrave le fonctionnement de l’institution représentative, qui constitue l’essence du processus révolutionnaire, la Constitution ne servira à rien. Pour ces acteurs, la Révolution n’est donc pas conçue comme le triomphe de la modernité politique, qui suppose la promotion de l’individu et l’uniformisation des conditions juridiques. Elle est comprise comme l’avènement d’une plus grande autonomie, d’un accroissement des privilèges concédés aux communautés, d’un plus grand respect de leurs droits traditionnels et d’une dotation plus large des moyens leur permettant de se développer. Face à eux, un autre groupe insiste pour que l’activité du Congrès se résume à l’exercice du pouvoir constituant. Les députés de Buenos Aires font valoir que leurs pouvoirs et instructions ont été limités à la rédaction d’une Constitution, et affirment que plusieurs cités ont fait de même, ou ont respecté l’esprit de la convocation du Congrès qui prévoyait la réunion d’une assemblée constituante. Ce groupe récuse totalement l’idée que le Congrès puisse concentrer les trois pouvoirs et que sa sphère d’activité s’étende à l’ensemble des affaires publiques71.

  • 72 Session du 2/07/1817, ibid, p. 306-307.
  • 73 Ibid.

40C’est cette conception « étroite » qui l’emporte à l’issue du vote final, ce qui relance le débat initié par Godoy Cruz l’année précédente sur « l’opportunité de doter le pays d’une Constitution permanente ». Dans la mesure où le Congrès avait quitté Tucumán sans avoir réglé le problème du provisoriato, la discussion reprend sur les mêmes bases, à savoir que l’état du pays, selon certains, ne permet pas de le doter d’une Constitution définitive. Le discours énergique du député de La Rioja, Pedro Ignacio de Castro Barros, fait toutefois avancer la réflexion : selon lui, il faut promulguer une Constitution quelles que soient les circonstances, car c’est l’objet premier de la réunion du Congrès, tel qu’il figure dans toutes les instructions. Par ailleurs, il n’est pas sûr qu’une fois le territoire libéré, les provinces parviennent à s’accorder sur un texte. Le risque serait alors que « les pueblos considèrent comme la cause principale de leur disgrâce et de leur malheur le fait qu’on ne leur ait pas donné de Constitution au moment où ils l’ont demandée »72. Enfin, il voit dans cette organisation institutionnelle le moyen de calmer les luttes de factions et d’initier une régénération morale et politique, fondée sur l’« obéissance que produit l’ordre et la belle harmonie des États »73.

  • 74 L’imprécision des comptes rendus ne permet pas de reconstituer entièrement les deux groupes qui s’o (...)
  • 75 Sessions des 23/06 et 27/07/1817, dans Asambleas Constituyentes, p. 305-306.
  • 76 Dans ses observations sur le Règlement, Pueyrredon s’oppose à ce que le texte constitutionnel puiss (...)

41Ses détracteurs74 estiment que le Congrès n’a pas le droit de décider au nom des provinces qui ne sont pas représentées en son sein, et que leur exclusion du processus constitutionnel mettrait en péril l’intégrité de l’État. Les députés du Haut-Pérou émettent plusieurs propositions pour tenter de régler ce problème, afin de préserver les droits de leurs provinces dans l’organisation du nouvel État. Le décalage persiste donc entre une réalité conjoncturelle, celle de la guerre et d’une représentation amoindrie, et un État-nation idéal auquel on prête les contours de l’ancien vice-royaume75. Les partisans d’une sanction rapide de la Constitution76 finissent par obtenir gain de cause : le 6 août 1817, la majorité décide de rédiger le texte, moyennant l’adjonction d’un article garantissant les droits des provinces non représentées. Le même jour, une commission est nommée pour préparer le projet. Elle comprend deux députés du Nord-Ouest et trois députés de Buenos Aires. Sept mois plus tard, seuls ces derniers demeurent en place, les deux autres ayant démissionné. L’essentiel du projet est donc dû aux représentants de la capitale, qui tentent de sauver le régime en le dotant enfin d’une existence légale.

  • 77 Á l’époque des Cortès de Cadix, les libéraux espagnols ont une conception semblable de la Constitut (...)

42Lors de la remise du projet au Congrès, le 25 mai 1818, la Constitution est présentée comme le point d’aboutissement et le couronnement de la Révolution, « la règle fixe et permanente selon laquelle la grande œuvre [que nous avons entreprise] va désormais se perfectionner »77. Cette perspective d’ordre et de progrès s’accompagne d’une vision mécaniste de la Constitution, censée réguler l’ensemble de la vie sociale, comme cela ressort du discours prononcé par le président du Congrès le jour où commence la discussion sur le projet :

  • 78 Session du 31/07/1817, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 367.

« [Lorsque] vous aurez placé la pierre d’angle de la génération américaine, déterminé le point de concentration et d’équilibre des Grands Pouvoirs, fixé les limites de la liberté de l’homme et du Citoyen dans ses pensées et ses actions, enseigné le respect et la soumission aux Lois et à l’Autorité, vous aurez enfin rendu la Liberté digne d’elle-même. Le degré de perfection qu’elle est susceptible d’atteindre lui sera donné ensuite par l’accroissement des Lumières, l’amélioration des mœurs et la stabilisation politique. »78

  • 79 Carlos Segreti est l’un des rares auteurs à aborder l’analyse de la Constitution sous l’angle du dé (...)

43La discussion sur le projet79, qui va durer près de neuf mois, est tout entière empreinte de cette physique institutionnelle, qui tente de résoudre de manière rationnelle et théorique les problèmes soulevés par l’octroi de la souveraineté aux pueblos. La majeure partie des débats porte sur la définition du pouvoir législatif, qui restait très limitée dans le Règlement de 1816-1817, et met en cause la nature de la représentation.

44En instaurant le bicamérisme sous la forme d’un Sénat et d’une Chambre des représentants, les constituants pensent avoir trouvé le moyen de juguler les forces centrifuges libérées par la Révolution. Le problème, tel qu’ils le posent, consiste à assurer la permanence de la Constitution et le respect des lois face à l’effet déstabilisateur des passions humaines. Dans leur vision mécaniste et anthropomorphique de la société, les passions entraînent des chocs et des affrontements entre ses différentes composantes : à la base, entre les acteurs individuels ou collectifs ; de manière verticale, entre le « peuple » et le gouvernement ; au sommet enfin, entre les différents pouvoirs constitutionnels. En arrière-plan, c’est le fonctionnement des luttes de factions qui est décrit, lequel débouche infailliblement sur le despotisme ou sur l’anarchie, les deux formes que revêt la dégénérescence du corps social. C’est donc une visée essentiellement morale qui oriente cette vision du politique ; les institutions ont pour but de générer la stabilité, l’impartialité et la mesure dont l’homme livré à lui-même se montre incapable.

  • 80 Pour justifier cette nouveauté, on fait appel aux modèles étrangers, auxquels les discours font lar (...)
  • 81 Session du 31/08/1818, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 376-377. Le común, dans les Cort (...)
  • 82 Ibid.

45Le but du pouvoir législatif, tel que le définit le projet, consiste à équilibrer ces forces contraires au sein de la société et des instances de pouvoir. L’adoption du bicamérisme oblige en outre à penser différemment le fonctionnement de l’institution représentative. L’intérêt général n’est plus censé jaillir spontanément de l’unanimisme des députés ; il doit résulter des confrontations et des débats qui ont pour fonction de préserver une décision des intérêts particuliers et de l’enthousiasme d’un moment. Le bicamérisme apparaît donc à la fois comme une technique institutionnelle, permettant de distinguer l’intérêt général et d’assurer le respect des lois, et comme une pratique sociale, à même de désamorcer les luttes de factions et d’empêcher que l’une d’entre elles ne s’empare du pouvoir. Cette nouveauté mérite qu’on s’y attarde, car elle prend le contrepied d’un principe constitutionnel jusqu’alors farouchement défendu80. Le monocamérisme est toujours apparu comme le symbole de l’union des pueblos et du caractère unique et indivisible de la souveraineté. L’adoption du bicamérisme introduit une vision fragmentée de la représentation, qui paraît d’autant moins adaptée aux circonstances qu’elle prend appui sur des bases sociales. Le Sénat représente en effet les corps constitués (les provinces, l’armée, le clergé, les universités) et l’élite sociale, c’est-à-dire « les citoyens qui se distinguent soit par leur appartenance à la classe militaire ou ecclésiastique, soit par leurs richesses et leurs talents ». La Chambre, à l’inverse, représente « les citoyens ne jouissant d’aucun privilège, ou appartenant à la classe commune » (ciudadanos sin goze de fuero, o de la clase común). Ce faisant, chacun des deux se concilie « l’amour et le soutien d’une partie de la Nation »81. Cette définition combine en fait les principes d’une représentation par ordres – les corps dotés de fueros particuliers étant opposés aux citoyens ordinaires, « sans qualités » – et d’une représentation capacitaire, où les critères de fortune et de production servent aussi à distinguer deux classes de citoyens. Les auteurs prétendent ainsi combiner les avantages de la monarchie (par un exécutif unipersonnel), de l’aristocratie (par un Sénat) et de la démocratie (par la Chambre des représentants). Le régime est un savant dosage de trois principes fondamentaux – l’Union, les Lumières et la Liberté – que défendent chacune de ces institutions82 .

  • 83 Session du 21/10/1818, Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 384.
  • 84 Les auteurs du projet, et notamment Gregorio Funes qui y a pris une part très importante, sont infl (...)

46Cette approche, qui distingue la représentation de l’élite éclairée et celle de « la masse commune des citoyens », ne va pas sans poser problème. En effet, cette société est toujours structurée par la représentation ancienne, ce que permet le suffrage indirect à plusieurs degrés : par conséquent, même si une fraction théoriquement large de la population est appelée à voter, le « peuple » représenté est de toute façon constitué par les élites sociales, la sanior pars des communautés. Il n’apparaît donc guère probant que la distinction entre les deux chambres renvoie à une réalité sociologique, contrairement à ce qu’affirme l’interprétation communément admise. Il s’agit en réalité d’opposer des principes : la grande idée des auteurs du projet consiste à équilibrer, grâce aux deux chambres, le pouvoir centrifuge de la « multitude » et le pouvoir unifiant des autorités83. Face à la Chambre, placée sous le signe du « peuple » et de la dispersion, le Sénat, « conservatoire de l’unité », vise à « préserver le caractère inaltérable de l’ordre public et de la Constitution » ; il traduit la volonté des constituants de stabiliser les institutions et de mettre un terme progressif à la Révolution84. Par l’action de ces forces contraires, ils cherchent à stabiliser le régime à mi-chemin entre l’anarchie et le despotisme, les deux extrêmes auxquels tendent les forces précédemment décrites.

47Mais il est une autre tension, plus importante encore, que le bicamérisme tente de résoudre. Il ne s’agit pas seulement d’établir un contrepoids social entre les élites et la masse du peuple, mais un contrepoids purement politique entre le pouvoir central et les cités. Dans la discussion sur le mode d’élection des sénateurs, la Chambre des représentants est explicitement associée à des forces disruptives, tandis que le Sénat est conçu comme un axe de gravitation politique :

  • 85 Session du 12/12/18Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 403.

« De par l’origine et les qualités requises chez ses membres, la Chambre des représentants est un corps dont la propension est d’œuvrer selon les impressions dictées par l’esprit de cité et de province (sic). Or, cet esprit particulier, centrifuge par nature, ne manquerait pas d’entraîner à la longue la dissolution de l’État, s’il n’était modéré et contenu par un autre esprit, [un esprit] de généralité et de concentration, lequel existerait en un corps qui, ayant toujours pour devise la balance de l’intérêt national, veillerait à repousser toute mesure que celle-ci n’aurait pas pesé, attirant de la sorte vers un centre commun les intérêts et les aspirations qui tendraient à se disperser. »85

48Ce qu’exprime l’institution du bicamérisme est donc la coexistence des deux forces contradictoires à l’œuvre dans la Révolution : d’une part la souveraineté des pueblos, autonomiste et plurielle, à tendance centrifuge ; de l’autre une souveraineté proto-étatique, qualifiée de « nationale », qui se veut centraliste et unitaire.

49Ces deux tendances sont exactement celles que se proposait de conjuguer le Congrès de Tucumán, qui prétendait être à la fois une expression des particularismes provinciaux – un arbitre – et une autorité souveraine, commune à tous – un centre. Le bicamérisme a pour but de traduire constitutionnellement ces deux facettes de la souveraineté, tout en conservant un régime de type centraliste, où aucune parcelle de la souveraineté n’est accordée aux pueblos. Il est frappant de constater à cet égard le caractère sélectif de l’emprunt fait au modèle nord-américain : on parle des avantages du bicamérisme, mais jamais du système fédéral. Or, sous couvert de « contrepoids » entre deux forces sociales (les élites et la multitude) ou deux principes politiques (l’aristocratie et la démocratie), les discours mettent sans cesse en balance le « provincial » et le « national » : il s’agit donc bien d’un gouvernement potentiellement fédéral, mais qui refuse de se constituer comme tel. Les constituants expliquent en effet qu’ils entendent créer une classe de représentants à l’échelle des Provinces Unies :

  • 86 Ibid.

« Les élus, en plus de l’affection particulière qu’ils doivent vouer à leur lieu de naissance, ont également de puissants motifs pour regarder du côté des [autres] provinces qui ont participé à leur nomination ; c’est ainsi que leurs liens s’étendent peu à peu sur une sphère plus vaste, et que les principes de leur conduite se nationalisent (...) Les sujets qui seront élevés à ce rang auront mérité l’estime de la Nation pour les services qu’ils lui auront rendus, grâce auxquels ils se seront [également] faits connaître et aimer des provinces, et ils formeront une école d’hommes nationaux qui, aspirant par leurs services à l’estime générale des provinces, seront toujours les remparts de l’Union et, partant, de la liberté et de la gloire de l’État tout entier. »86

  • 87 Constitución de las Provincias Unidas en Sudamérica, 22/04/1819, section II, chap. 2, art. 14-17, d (...)

50Le défi consiste à faire en sorte que les sénateurs représentent effectivement « l’esprit national », face à des députés garants de « l’esprit de cité ». Or, les auteurs sont parfaitement conscients du fait que ce seront les mêmes hommes qui seront élus de part et d’autre, d’où le choix d’un mode de désignation particulier pour les sénateurs, très semblable aux élections d’Ancien Régime : chaque cité choisira un échevin et un riche propriétaire, qui nommeront à leur tour trois candidats, dont l’un devra être extérieur à la province. Le Sénat cooptera ensuite les sénateurs provinciaux parmi les ternas ainsi constituées. Les autres sénateurs seront élus par leurs corps d’origine : le Directeur suprême nommera les militaires, l’évêque sera choisi par ses pairs, les ecclésiastiques par le clergé séculier (chapitres ecclésiastiques, prélats du diocèse, curés de la cathédrale et recteurs des collèges) et les sénateurs des universités par les membres de ces dernières87. Paradoxalement, c’est donc aux membres de corps traditionnels, élus selon les normes de l’Ancien Régime, que l’on confie le soin de défendre une Nation censément moderne. En dépit de son allure rétrograde, cette mesure innove pourtant en regard de la tradition hispanique, où seules les cités sont représentées. En prétendant représenter d’autres corps que les pueblos, les constituants ont recours aux institutions qui structurent la société de manière transversale, espérant ainsi contrebalancer les tendances autonomistes des députés.

  • 88 Session du 11/08/1818, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 370-371.

51Dans le même sens, la représentation des pueblos est considérée par les constituants comme une donnée de fait, mais les centralistes se refusent à la reconnaître comme un principe fondamental. C’est pourquoi la question d’une représentation proportionnelle à la population soulève une discussion au sein du Congrès. Bien que ce principe ait été adopté en 1815, il s’oppose, comme nous l’avons vu, à des contraintes culturelles et matérielles qui amènent les cités à perpétuer, dans leurs pratiques, une représentation « qualitative ». Cette ambiguïté entre les deux positions est perceptible dans les termes mêmes du débat : alors que l’article 4 ne parle que de tranches de 25 000 habitants, et de fractions de 16 000 donnant droit à un représentant supplémentaire, il est implicitement entendu qu’il s’agit d’une représentation par province. Autrement dit, on fait coïncider un découpage purement arithmétique avec l’organisation politique du territoire, ce qui pose le problème de la représentation des « fractions », à savoir la part de population qui excède les 25 000 habitants. À ceux qui prétendent que ces éventuels excédents doivent être représentés, faute de quoi s’instaurerait une inégalité entre les provinces, il est répondu que cela n’est pas nécessaire, « car dans l’article tel qu’il est rédigé, les droits des fractions sont respectés : celles-ci participent également à l’élection des députés de la province, dans la représentation de laquelle elles refondent la leur »88. L’hybridation entre les deux conceptions de la représentation est ici manifeste.

52Plus avant, c’est sur la manière de représenter cette province que les deux positions s’affrontent : les députés auxquels sa population lui donne droit doivent-ils être élus par une assemblée unique, réunie dans la cité capitale, ou chaque cité doit-elle élire son ou ses députés, comme cela s’est pratiqué jusqu’alors ? On le voit, ce n’est rien moins que la représentation des pueblos qui est ici mise en cause. Constituer une seule assemblée électorale, à l’échelle de la province, découle théoriquement de l’adoption de la représentation proportionnelle. Mais de l’avis de plusieurs députés, cela revient à confier la représentation de la province à la cité capitale, qui aura ainsi les moyens d’imposer ses choix. L’adoption de la représentation individuelle, qui dans l’absolu peut apparaître comme un indice de modernité politique, est perçue par ces acteurs comme la perpétuation du système de l’Ancien Régime, où la cité capitale prenait des décisions pour l’ensemble de sa juridiction.

  • 89 Cf. M.-V. Ozouf-Marignier, La formation des départements. La représentation du territoire français (...)

53La question remet au goût du jour l’ancienne rivalité des cités subalternes face aux capitales d’intendance, et pose le problème de la représentation des pueblos face à celle de la Nation. Un premier groupe de députés défend la représentation des cités subalternes en mêlant des considérations pratiques (la longueur et le coût des transports à l’intérieur de la province) à des arguments théoriques : ils invoquent la prérogative essentielle qui a été concédée aux pueblos dès 1809, celle d’élire leurs députés, qu’ils n’entendent en rien céder aux capitales. S’y opposent les tenants d’une représentation « individuelle » (ou, plus exactement, non communautaire), pour qui les provinces ne sont pas des corps méritant d’être représentés, mais de simples subdivisions du territoire89. En vertu de quoi, ils estiment qu’il faut resserrer les liens entre cités subalternes et capitales, afin d’unir ces différentes communautés et de faire primer les enjeux « nationaux » :

  • 90 Session du 14/08/1818, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 370-371.

« Les députés (...) doivent uniquement exercer des fonctions d’intérêt national, celles que la Constitution leur désigne. Il est donc impossible de considérer qu’ils sont destinés, au sein de la Chambre, à plaider en faveur des intérêt particuliers de telle ou telle cité. En vertu de quoi, non seulement il suffit qu’ils obtiennent la confiance de la province dans laquelle ils sont nommés, mais il serait préjudiciable aux grands intérêts qui leur sont confiés qu’ils siègent [à la Chambre] en étant agités de passions mesquines et particulières. »90

54Les débats autour du pouvoir législatif mettent donc aux prises deux conceptions de la représentation, correspondant à deux manières antinomiques de percevoir la Révolution. Au bout du compte, la Constitution ne précise pas si les députés représentent des individus ou des pueblos, omission qui paraît en elle-même très significative. Elle montre la difficulté qu’ont eue les constituants à s’accorder un texte définitif, lequel représente un tour de force théorique pour concilier la représentation des pueblos et celle de la Nation.

« Établir la liberté sur des bases immobiles »

55La Constitution finalement promulguée le 24 avril 1819 met un terme à huit années d’intérim institutionnel, qui laissait aux dirigeants la possibilité d’un choix adapté aux circonstances, notamment du point de vue de la forme du régime. Cet acte politique signifie donc, dans son essence, la fin du provisoire, l’ancrage dans la durée, un terme mis aux aléas de la Révolution. C’est le principal message véhiculé par les discours et les cérémonies qui entourent la promulgation.

  • 91 Faute de posséder un bien au moins égal à 4 000 pesos, ils doivent exercer un art utile, une profes (...)
  • 92 Ibid., art. 11.
  • 93 Constitution de las Provincias Unidas..., section II, chap. 3 et 4, op. cit., p. 271-272.

56Le texte final comprend 138 articles et un appendice. La section la plus détaillée est celle du pouvoir législatif, qui se trouve organisé constitutionnellement pour la première fois. Les représentants sont élus pour deux ans, en nombre proportionnel à la population de leur province et doivent appartenir au fuero común, c’est-à-dire n’être ni ecclésiastiques ni militaires. Pour contrer une éventuelle dérive démocratique ils sont, pour la première fois, soumis à des conditions de fortune91. Nommés pour quatre ans, les sénateurs, classiquement astreints à des conditions plus restrictives, seront choisis de préférence au sein du clergé ou de l’armée, même dans le cas des sénateurs de province ou d’université92. Cette différence de fuero ne signifiant pas grand chose du point de vue sociologique, c’est par une élection d’Ancien Régime, qualitative et par corps, que l’on tente de distinguer les membres des deux chambres. Réunies en Congrès, ces deux chambres ont naturellement le pouvoir de faire les lois, et ont la haute main sur les finances de l’État : elles gèrent le Trésor public, créent les taxes, lèvent les emprunts et administrent leur produit. Le Congrès a également la faculté de déclarer la guerre, de conclure la paix et de fixer les effectifs de l’armée. C’est lui, enfin, qui gère l’administration et le territoire de l’État, les ports et les villes, le commerce intérieur et extérieur, l’éducation et les inventions utiles au pays93 .

  • 94 Ibid., section III, chap. 3, p. 273-274.

57Le Directeur suprême conserve ses principales attributions : il dirige les forces armées et promulgue les lois, sans posséder les droits d’initiative ni de veto. Il a la responsabilité des relations diplomatiques et peut conclure des traités de paix. Dans le domaine administratif, il choisit et destitue ses ministres, nomme les employés de l’État et les dignitaires ecclésiastiques, en vertu du droit de patronage, qui lui permet également de pourvoir les prébendes et bénéfices. Responsable de l’ordre public, il coiffe la police et contrôle l’administration de l’Hacienda, s’occupe de l’émission de monnaie, de l’entretien des postes et des routes. Il a enfin le pouvoir de confirmer la sentence des tribunaux militaires et peut, dans des circonstances exceptionnelles, gracier des criminels94. Quant au pouvoir judiciaire, le plus anciennement organisé, il reprend pour l’essentiel les dispositions existantes. Une Haute Cour de justice, composée de sept juges, remplace le Tribunal de Recursos instauré en 1816-1817. Elle supervise le travail des tribunaux de première instance (camaras de justicia) et s’occupe d’affaires de portée très générale : relations avec les émissaires étrangers, signature des traités, différends entre provinces ou entre cités, accords entre le gouvernement et les particuliers, jugement des fonctionnaires et traitement des affaires en appel.

58La Haute Cour assure désormais le règlement des relations entre les différentes composantes du corps politique, qui était jusqu’alors l’apanage du Congrès : celui-ci a donc théoriquement perdu sa fonction de tribunal suprême, pour ne conserver que le pouvoir législatif et le vote des impôts. D’autre part, bien qu’elles partagent avec le Directeur certaines responsabilités en matière de guerre et d’administration, les deux instances possèdent des domaines clairement délimités, correspondant à une séparation classique entre exécutif et législatif. Face à un Congrès qui avait jusqu’alors le rôle d’une convention, la Constitution de 1819 organise donc un véritable partage des pouvoirs et un relatif équilibre des attributions.

  • 95 Constitutión de las Provincias Unidas..., section V, op. cit., p. 276-277.

59Les dernières sections concernent les « droits particuliers », ou naturels, et les droits politiques, « ceux de la Nation » : catalogue des libertés fondamentales, les premiers reprennent pour l’essentiel le décret de Sécurité individuelle de 1811, alors que les seconds proclament la souveraineté nationale, fondée sur la séparation et l’équilibre des pouvoirs. De celle-ci découlent le statut des fonctionnaires, qui sont les « fondés de pouvoir » de la Nation, et la soumission de toutes les autorités à la Loi. Enfin, l’exercice de cette souveraineté est délégué de deux façons : par l’élection de représentants et par le libre usage de la presse95. Il s’agit d’une formulation nouvelle pour des principes proclamés depuis le début de la Révolution, que l’on peut considérer comme ancrés dans la culture politique de ces élites, nettement conquises par le libéralisme.

  • 96 Manifiesto del Soberano Congreso General Constituyente de las Provincias Unidas en Sudamérica al da (...)
  • 97 Ibid., p. 285.
  • 98 « Le Congrès constituant n’a pas tant cherché à l’accommoder au climat, à la nature et aux coutumes (...)

60En tant que principal auteur de la Constitution, le doyen Funes s’est vu confier le soin de rédiger le manifeste qui en accompagne la promulgation. Revenant sur le 25 mai, puis sur la succession des gouvernements révolutionnaires, il oppose à ce désordre généralisé le projet d’un congrès des provinces, conçu dès l’origine comme « centre de l’union », destiné à « détruire le germe de la discorde ». Face à l’instabilité et à la versatilité des événements, conduits par les passions humaines, la réunion du Congrès est vouée, « à l’imitation de la nature, [à] établir la liberté sur des bases immobiles »96. Dès lors, l’histoire de la Révolution se confond avec l’œuvre du Congrès de Tucumán : sur le versant de la politique « intérieure », le rétablissement de l’ordre, l’élection du Directeur et le Règlement de 1816-1817 ; sur celui de la politique « extérieure », la conduite de la guerre et la proclamation de l’indépendance, sur laquelle Funes s’attarde longuement. Il en arrive enfin à la Constitution, dont il n’hésite pas à affirmer qu’elle « s’approche de la perfection, [étant] un moyen terme entre la convulsion démocratique, l’injustice aristocratique et l’abus du pouvoir illimité »97. De manière très didactique, Funes expose les caractéristiques des différents pouvoirs, en montrant comment chacun contrebalance l’autre. Il se montre, en revanche, beaucoup plus bref sur la question des libertés fondamentales, qu’il ne considère pas comme des droits mais comme des concessions du gouvernement. La liberté de la presse – employée de manière orthodoxe, c’est-à-dire pour célébrer la Patrie –, la sécurité des individus et la défense de la religion sont présentées comme les piliers de la Nation, ce qui constitue sa force morale. Entièrement inspiré par l’impératif d’unité, Funes reconnaît sans ambages quel a été le parti pris des constituants : sacrifier l’exigence d’adaptation aux circonstances particulières, qui entraînait vers la diversité, le « fédéralisme » et la dispersion, aux « principes universels d’ordre et de justice », synonymes de centralisme et d’autorité imposée par le sommet98 Par ce texte, Buenos Aires tente donc, pour la troisième fois, de réaliser l’union autour d’elle sans rien concéder à la souveraineté des pueblos.

  • 99 Du moins dans toutes les provinces qui restent sous l’obédience du pouvoir central. Deux jours avan (...)
  • 100 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Gobierno, 25/05/1819, AGN Gob. Cba., X-5-3-6 ; Oficio del gob (...)
  • 101 Oficio de Güemes al Director Supremo, 28/05/1819, AGN Gob. Salta, X-5-7-5.

61La publication de la Constitution et la cérémonie du serment vont dans le même sens que le manifeste : il s’agit de « solenniser » l’événement, d’en faire un épisode-clé de l’épopée révolutionnaire, de façon à rehausser le prestige du pouvoir central et à resserrer les pueblos autour de lui. La date du 25 mai est bien sûr choisie à dessein pour la cérémonie99. Par la circulaire du 9 mai, le Congrès a ordonné aux gouverneurs d’organiser la célébration non seulement dans les cités, mais dans tous les partidos et les paroisses dont ils ont la charge. Le texte comporte également l’ordonnance de la cérémonie et la formule du serment, assorties de diverses recommandations. En retour, les comptes rendus rapportent en détail le déroulement des festivités, indiquant que les injonctions gouvernementales ont été scrupuleusement respectées. « Tout s’est passé avec la ponctualité et l’exactitude prescrites, ainsi que l’exigeaient la dignité et la gravité de l’acte », rapporte le gouverneur de Tucumán, tandis que celui de Córdoba témoigne « du patriotisme sincère et de l’allégresse avec laquelle a été accueillie et jurée la Constitution »100 Ne voir dans ces témoignages qu’un excès de zèle serait oublier que depuis 1815, le thème de la Constitution est omniprésent et a suscité d’immenses espoirs : c’est ce qu’exprime Güemes lorsqu’il déclare que « les habitants ont été remplis du plus grand plaisir à voir achevée l’œuvre qui doit régir [la conduite de] l’État, et dont doit découler la félicité commune »101. Serments et réjouissances ne reflètent pas qu’une obéissance aux autorités ; ils montrent la portée réelle de l’événement en termes d’identité collective. À travers les sources officielles, la Constitution apparaît bel et bien comme le couronnement de la Révolution.

  • 102 Constitución de las Provincias Unidas..., section I, chap. II, art. 14, op. cit., p. 270.
  • 103 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 24/07/1819, AGN Gob. Cba., X-5-3-6.
  • 104 Acta del cabildo de Tucumán, 22/08/1819, AHT Actas capitulares.

62La principale conséquence de son application, au cours de l’année 1819, est la désignation des représentants et des sénateurs. À cause de leur nouveauté et de leur relative complexité, ce sont les élections sénatoriales qui prennent le plus de temps. L’un des points qui soulève le plus de questions est le fait que cette élection doit avoir lieu « en un point [situé] au centre de la province »102. On peut y voir une tentative pour casser la hiérarchie des cités, qui se heurte toutefois au poids des habitudes et au sens pratique des autorités. Gouverneurs et échevins s’accordent à considérer qu’aucun point ne saurait être plus central que la capitale de la province103 : nul d’entre eux ne songe à priver celle-ci de sa prééminence sur les autres pueblos. En revanche, la règle de la représentation au prorata de la population, pour l’élection des représentants, semble bien appliquée. C’est ce que montre l’exemple de Tucumán, où les primaires de la cité ont lieu en un endroit unique, au lieu de l’habituelle division en cuarteles, et où les districts comptant moins de 5 000 habitants sont rattachés à d’autres, afin de former des circonscriptions à peu près égales quant au nombre d’habitants104.

  • 105 Acta de ! cabildo de Tucumán, 26/09/1819, AHT Actas capitulares ; Oficio de Luzuriaga al Supremo Go (...)

63Dans le contexte agité de l’année 1819, cette compétition met aux prises le cercle restreint des dignitaires et des patriciens appelés à voter pour les élections sénatoriales. Les candidats proposés par les différentes corporations et les ternas qui en résultent illustrent un processus de sélection sociale poussé à l’extrême. Dans la terna de Mendoza, Pedro Nolasco Ortiz figure aux côtés de Francisco Narciso Laprida et Manuel Antonio de Castro105. Le premier est né à Mendoza et a été l’assesseur de gouvernement de San Martin en 1814, avant d’être nommé, en 1817, juez de alzada à Tucumán ; le second est originaire de San Juan, dont il est le représentant au Congrès depuis 1816. Le dernier, enfin, juriste de talent, ancien membre de la Camara de Apelaciones, député au Congrès puis gouverneur de Córdoba, est très représentatif du type d’individu choisi par les provinces : il combine le prestige des études et de l’érudition avec une expérience des affaires politiques au niveau d’une intendance et au sommet de l’État. Au total, son nom, celui de Laprida et celui d’Echevarría, élu à Tucumán, sont ceux qui figurent le plus souvent dans les ternas proposées par les provinces. Celles-ci ont choisi des personnalités qui, par leur origine, leur carrière ou leur fonction du moment, occupent une position d’intermédiaire entre les cités et le pouvoir central : la « nationalisation » des sénateurs, telle que l’envisageaient les constituants, a dans l’ensemble bien fonctionné.

  • 106 Cf. L. Gianello, op. cit. ; J. Criscenti, art. cité.

64Les députés et sénateurs élus en 1819 ne siègeront pourtant jamais, car le régime sera renversé avant la réunion du Sénat et de la Chambre. Mais contrairement à ce qu’écrivent certains auteurs106, cet échec n’est pas dû à un rejet du texte par les provinces. À l’exception du Littoral, en guerre contre Buenos Aires, la tentative des constituants pour articuler représentation des pueblos et représentation nationale est dans l’ensemble bien acceptée : aucune critique sérieuse ne se fait entendre dans l’intérieur ; aucune province ne refuse d’élire ses représentants. Plus que l’esprit centraliste de la Constitution, c’est la crise suraiguë que traversent les cités qui condamne, purement et simplement, la tentative de restauration de l’État par le biais des nouvelles institutions.

L’ébranlement du régime directorial

La ruine de l’État et des provinces

  • 107 Malgré le soutien que Güemes reçoit de Pueyrredon, il est contraint de lever des contributions répé (...)
  • 108 Oficio de Belgrano al Congreso de Tucumán, 28/01/1817, AHT Adm., 26-37.

65Parmi les facteurs d’instabilité qui menacent le régime au cours des années 1818 et 1819, le problème financier est le plus crucial, car la pénurie économique et monétaire aggrave les tensions entre les provinces et l’État, liées aux nécessités de la guerre. Son coût, qui devient insupportable, provoque l’exaspération des habitants, tandis que les dirigeants de Buenos Aires apparaissent de moins en moins capables de supporter les frais de la politique poursuivie. C’est sans doute l’un des plus graves facteurs de discrédit que doit subir le Directoire. Les chefs militaires, aux abois, demandent sans cesse le renfort du pouvoir central, qui répercute ces exigences auprès des cités. Ainsi en va-t-il, notamment, de Belgrano, dont l’armée est quelque peu laissée pour compte au profit de celle des Andes et des gauchos de Güemes107. Décrivant l’état désespéré de ses soldats, il demande au Congrès, au début de 1817, de lever une souscription dans la province de Tucumán, au nom de la solidarité entre civils et militaires. L’année suivante, il réitère en demandant à la même province une somme de 30 000 pesos108.

  • 109 Sessions des 10/11 et 20/11/1818, cité par L. Gianello, op. cit., p. 387.
  • 110 Ibid., p. 388-397. Cf. S. Amaral, « Las formas sustitutivas de la monedad metálica en Buenos Aires (...)

66Face à ces demandes croissantes, Pueyrredon et le Congrès se montrent soucieux d’assainir et de réorganiser les finances publiques. Afin de pallier la pénurie de numéraire et d’enrayer la circulation de fausse monnaie, notamment dans la province de Salta, les députés décident en novembre 1818 de fonder un Hôtel de la Monnaie à Córdoba et une banque à la Rioja, afin d’optimiser l’exploitation des mines de Fatamina109. De son côté, Pueyrredon envisage une réforme des taxes douanières et fait approuver par le Congrès la création de la Caja de Fondos de Sudamérica, première institution de crédit du pays. À la tête d’un capital de 3 millions de pesos, celle-ci est destinée à recevoir les dépôts des citoyens, garantis sur les biens et les rentes de l’État. Les intérêts, de 8 à 15 % par an, seront payés par une taxe douanière spécialement créée à cet effet110. Toutefois, ces créations ne donnent pas les résultats escomptés et les recours habituels aux emprunts forcés subsistent et se multiplient.

  • 111 C’est ce que n’hésite pas à faire Güemes. En novembre 1818, il informe Pueyrredon qu’il a obtenu d’ (...)
  • 112 Decreto del Director Supremo del Estado, 4/07/1818, dans Documentas del Congreso de Tucumán, op. ci (...)
  • 113 Oficio de Rondeau al Congreso Nacional, 5/07/1819, ibid., p. 302.

67La situation, en effet, s’aggrave au cours de l’année 1818 : en février, pour soutenir Belgrano et éviter que celui-ci ne prenne l’initiative de lever ses propres contributions111, Pueyrredon demande au Congrès de l’autoriser à lancer un emprunt de 200 000 pesos dans la province de Buenos Aires. La somme est portée à 500 000 pesos à la fin du mois d’avril, afin de soutenir également l’Armée des Andes112. Au moment où Rondeau occupe provisoirement le poste de Directeur, en décembre, la collecte n’a rapporté que 217 000 pesos ; il est obligé de lever une contribution supplémentaire pour répondre à la demande pressante de San Martin. L’argument sans cesse invoqué par les chefs militaires est celui d’une issue proche et inéluctable du conflit : « Sans l’aide de Buenos Aires en cette circonstance urgente, le travail entrepris ne vaut plus rien, et tous nos avantages seront ramenés à une lamentable nullité », écrit San Martin à Rondeau. Le paroxysme est atteint au milieu de l’année 1819 : devant les appels conjoints de San Martin, Güemes, Belgrano et Manuel Antonio de Castro, Rondeau s’adresse au Congrès en invoquant la « loi de sauvegarde de l’État » et en avouant que jamais la situation n’a été aussi grave depuis le début de la Révolution113.

  • 114 Toribio de Luzuriaga intervient par exemple pour qu’on cesse de verser au lieutenant-colonel Villan (...)
  • 115 Acta del cabildo de Córdoba, 18/06/1817, dans Actas capitulares, op. cit., p. 66 ; Recurso de los v (...)
  • 116 Cf. L. B. Romero, « Algunos aspectos de las relaciones comerciales en el Interior en los años 1817- (...)

68Malgré l’épuisement de leurs ressources, les cités continuent à supporter d’énormes sacrifices pour la défense de la Patrie. À Mendoza, les fonctionnaires civils et militaires reversent un tiers de leur salaire dans les caisses de l’État pour financer l’expédition, et chaque dépense publique considérée comme superflue est supprimée114. Dans les autres villes, les contributions se succèdent, entraînant des signes de résistance de la part des populations. Tandis que les échevins de Córdoba, en juin 1817, demandent à être exemptés de la collecte prévue, les vecinos de Tucumán, en 1818, adressent au Congrès une réclamation concernant les 5 000 pesos qui leur échoient, sur les 30 000 imposés par Belgrano à la province115. La situation est particulièrement grave à Salta, privée depuis longtemps des ressources minières et du commerce du Haut-Pérou116, soumise aux pillages des armées et aux exigences de Güemes. Celui-ci déplore la misère de la province et la ruine progressive des habitants, mais parvient tant bien que mal à trouver des solutions, au coup par coup, pour habiller, équiper et nourrir ses gauchos. Moyennant quoi, son impopularité va croissant chez les grands propriétaires, acculés à la ruine. L’un d’eux, Santiago Figueroa, évoque dans une lettre adressée au Congrès les dons de toutes sortes qu’il a consentis pour soutenir l’Armée du Nord ainsi que les pillages et les exactions qu’il a dû subir. Pour lui, les gauchos de Güemes, qui lui ont tué ou volé des milliers de vaches et de mules, ne se distinguent guère des soldats royalistes :

  • 117 Representaciôn del señor don Santiago de Figueroa, 7/01/1819, AGN Gob. Salta, X-5-7-5.

« Étant tout proche, l’ennemi a consommé tout ce qu’il a pu de mes biens, et le gouverneur a fait preuve d’une sorte d’acharnement à ruiner mes propriétés : voilà les fruits et les produits que j’ai récoltés au cours de la Révolution, pour avoir été honorable dans mes agissements et ennemi des discordes et des partis. »117

69Persuadé d’être en proie à l’hostilité de Güemes à cause de l’aide qu’il a apportée à Rondeau, il demande au Congrès de lui accorder à titre de réparation l’emploi de maître des postes, afin de subvenir aux besoins de sa famille.

  • 118 En application du Règlement de 1817, la municipalité de Mendoza nomme un assesseur de gouvernement, (...)
  • 119 Actas del cabildo de Tucumán, 26/06 et 20/10/1817, AHT Actas capitulares.
  • 120 Oficios de Luzuriaga a los secretarios de Gobierno y de Gracia y Justicia, 31/05 et 16/08/1818, AGN (...)
  • 121 Oficio de Pueyrredon al Congreso, 30/09/1818, dans Documentas del Congreso de Tucumán, op. cit., p. (...)
  • 122 Oficio del gobemador-intendente de Tucumán, 23/06/1819, AGN Gob. Tuc., X-5-10-7.
  • 123 Oficio del Director Supremo al gobemador-intendente de Tucumán, 26/07/1819, AGN Gob. X-5-10-7.
  • 124 Oficio del gobemador-intendente de Tucumán al cabildo, 14/09/1819, AHT Adm., 26- 225. Suit la liste (...)

70Le marasme, bien entendu, n’atteint pas que les particuliers. Les municipalités n’ont plus de quoi payer leurs employés, ni, comme on l’a vu, leurs députés118. Comme à l’ordinaire, elles recourent à des expédients financiers divers comme la création d’une loterie ou l’imposition de nouvelles patentes à Tucumán119. Mais elles essaient surtout de créer de nouveaux impôts afin d’enrayer cette situation de banqueroute, ce à quoi le Congrès s’oppose fermement par le décret du 24 avril 1818120. Devant l’urgence, certaines municipalités en arrivent pourtant à passer outre cette interdiction, telle Córdoba en septembre 1818, qui lève un emprunt de 1 000 pesos sans consultation ni approbation du pouvoir central121. Cet effort qui pèse sur les habitants atteint aussi les gouverneurs, écartelés entre les exigences qu’ils imposent et la réalité qu’ils constatent quotidiennement. Au début de l’année 1819, ceux du Nord-Ouest se trouvent privés de tout soutien militaire de la part de Pueyrredon. Aux prises avec les problèmes du Littoral, celui-ci leur conseille de s’entraider mutuellement, d’entraîner leurs milices et d’adopter la « guerre de ressources » comme tactique contre l’ennemi. C’est ce qui pousse Mota Botello, le gouverneur de Tucumán, à demander sa démission en juin 1819, au motif que « les circonstances qui l’environnent le mettent dans une situation absolument désespérée »122 . Avant de partir vers Santa Fé, comme le lui a ordonné le Directeur, Belgrano lui a laissé une centaine d’hommes en garnison, à charge de nourrir leurs familles et d’en recruter d’autres pour pallier les probables désertions. Ayant accompli les ordres, Mota Botello a réussi à faire vivre ces quelques centaines de personnes pendant deux mois, puis a dû, le troisième mois, emprunter 2 000 pesos aux patriciens. Ceux-ci refusant de le soutenir davantage, Mota Botello n’a d’autre recours que d’appeler à l’aide le Directeur. En guise de secours, celui-ci refuse sa démission et lui adresse des paroles d’encouragement : « Le moment est venu pour les patriotes d’aller jusqu’au bout de leurs efforts pour sauver le pays », écrit-il. Pendant qu’il s’efforce de faire face aux urgences financières, Mota Botello doit compter sur « l’héroïsme de ces braves et illustres citoyens », dont il ne peut pas croire qu’ils lui refuseront leur aide alors que l’expédition espagnole est toute proche. Ceux-ci doivent « endurer les privations avec la fermeté des hommes qui défendent leur liberté, ce dont [le gouverneur] et les dignes citoyens de cette province ont toujours donné l’exemple »123. Afin de parer au plus pressé, Rondeau consent toutefois à ordonner un emprunt de 13 000 pesos auprès des commerçants européens de la cité124. Cette fois-ci, la rhétorique patriotique se montre impuissante à entraîner l’adhésion des populations : faute d’avoir pu démissionner, Mota Botello est déposé au mois de novembre par une poignée d’officiers.

71Au même moment, le gouverneur de Córdoba Manuel Antonio de Castro, qui sent la rébellion gronder dans sa juridiction, fait également preuve d’un grand pessimisme. Dans la lettre qu’il adresse au Directeur, il analyse très justement les causes de cette dégradation. La tyrannie dont on l’accuse, dit-il,

  • 125 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 9/10/1819, AGN Gob. Cba., X- 5-3-6. Cf. R. (...)

« (...) consiste à exiger des aides de toutes parts et de toutes sortes, maïs, chevaux, bœufs, le tout sans argent, au moyen d’emprunts qualifiés de forcés, ce qui ne peut qu’exaspérer [les populations] contre le représentant le plus proche de ces impositions. [Celles-ci étant] levées par des subalternes, jamais elles ne peuvent être équitables, les instructions et prescriptions ne suffisant pas [à ce qu’elles le soient], »125

72Dans la suite de sa lettre, il s’efforce de faire comprendre que sa charge relève de la quadrature du cercle : les maigres sommes qu’il a tirées des emprunts forcés ne suffisent pas à nourrir la troupe pendant deux semaines. Dans le même temps, Belgrano lui demande 3 000 pesos, 60 bœufs et près de 1 000 chevaux pour transporter son armée, en plus du maïs et du bétail pour nourrir ses hommes affamés. Le gouvernement de la province est laissé à l’abandon, et dans ces circonstances, Castro craint par dessus tout une attaque des fédéraux, qu’il ne sera pas en mesure de repousser. L’aide qu’il demande à Rondeau est donc l’ultime recours possible.

73À travers ces exemples, il apparaît que la crise économique et financière connaît, en cette fin d’année 1819, une ampleur sans précédent. Il ne s’agit plus, comme par le passé, d’encourager les habitants à contribuer à la cause, que ce soit par l’incitation ou la contrainte. Les provinces n’en peuvent mais, alors même que la situation militaire ne fait que s’aggraver. Dans ces conditions, le pouvoir central apparaît plus que jamais comme l’ultime recours, celui dont on attend qu’il fournisse aux armées les moyens de défaire définitivement l’ennemi. Or, ce pouvoir est lui-même à bout de forces, et se discrédite de plus en plus aux yeux des populations.

Périls extérieurs et oppositions internes

74Durant les années 1817-1819, la situation militaire devient à la fois plus grave et plus complexe. Tandis que les relations de Buenos Aires et du Littoral subissent le contrecoup de l’invasion portugaise dans la Bande orientale, la menace de plus en plus précise d’une expédition péninsulaire fragilise à l’extrême le régime directorial. Celui-ci se montre désormais incapable de soutenir les chefs militaires qui combattent sur le front andin, perdant par là même une bonne part de son prestige. Cet affaiblissement politique, qui s’accompagne d’une pénurie totale de moyens, alimente un état de rébellion souterraine dans les provinces comme dans la capitale.

  • 126 A. R. Bazán, Historia del Noroeste argentino, Buenos Aires, 1986. Un témoigagne intéressant sur la (...)
  • 127 E. Páez de la Torre, Historia de Tucumán, op. cit.

75Sur le front des Andes, tandis que San Martin parvient à vaincre les royalistes au Chili, Güemes tente de contrer l’avancée du général La Serna, qui a occupé Jujuy en novembre 1816, et Salta en avril 1817. Grâce à l’aide d’un lieutenant-colonel de l’Armée du Nord, Aráoz de Lamadrid, Güemes parvient à avancer jusqu’à Charcas et à repousser la contre-offensive royaliste jusque dans les vallées calchaquies. Le 4 mai, La Sema libère Salta et entame sa retraite, laissant les provinces du Nord-Ouest dans un état de désolation. Leur répit est de courte durée, puisqu’en août 1817 elles subissent une nouvelle invasion, dirigée par Pedro Antonio de Olañeta, chef de l’avant-garde royaliste. Celui-ci s’empare de Humahuaca et lance des troupes vers Jujuy et Oran, défendues vaillamment par les milices de gauchos. Après un repli à Yaví, Olañeta occupe Jujuy de janvier à avril 1818, puis de nouveau en août, lorsqu’il est rejoint par les troupes du général Canterac126. Peu après, Belgrano est appelé en renfort par Buenos Aires pour intervenir contre les gouverneurs du Littoral, López et Ramírez. Il se met en route avec le gros de l’Armée du Nord en mars 1819, ne laissant à Tucumán qu’une garnison de 300 hommes qui stationne à la Citadelle127. A cette date, la situation militaire de la région est extrêmement tendue : à Salta, les soldats désertent en masse et la nomination de Rondeau comme Directeur suprême est mal accueillie dans l’entourage de Güemes. Au même moment, l’armée de La Serna marche vers la ville et on craint qu’elle ne reçoive des renforts massifs de la péninsule via Lima. Le gouverneur et les habitants de Salta n’espèrent plus qu’une chose du nouveau Directeur : qu’il leur envoie l’Armée du Nord et une partie de celle des Andes pour repousser une invasion royaliste dont l’issue paraît inéluctable.

  • 128 T. Halperín Donghi, op. cit.
  • 129 Commandant du camp d’Arroyo de la China, Francisco Ramírez écrase une expédition envoyée depuis Bue (...)

76Toutefois, le gouvernement de Buenos Aires n’est pas en mesure de répondre à leur attente, car il est occupé à contrer des ennemis plus menaçants pour lui. Rallié aux Portugais qui ont envahi la Bande orientale en 1816, le cabildo de Montevideo accepte en 1817 le rattachement de la province au Brésil. Pour sa part, conscient qu’il ne peut lutter à la fois contre les Espagnols et les Portugais, Pueyrredon recherche avec ces derniers une entente qui lui permettrait en même temps de se débarrasser d’Artigas. Fin 1817, le Congrès signe avec le Brésil un accord qui reconnaît la souveraineté du Portugal sur la Bande orientale et s’engage à ne prêter aucun appui à Artigas, en échange de quoi il obtient la neutralité portugaise dans le conflit avec l’Espagne et la liberté du trafic entre Buenos Aires et Montevideo. Cette politique de rapprochement soulève de sévères critiques au sein même de la capitale128. Lorsqu’il devient Directeur, Rondeau propose la paix à Artigas, qui exige en échange que Buenos Aires déclare la guerre au Portugal. Tout en faisant mine de négocier, celui-ci songe en fait à attaquer la capitale, avec l’aide de ses alliés López et Ramírez. Depuis 1817, ceux-ci sont à la tête des provinces de Santa Fé et d’Entre Rios, d’où ils mènent la lutte contre le Directoire129. Les défaites successives de l’armée de Buenos Aires poussent ses généraux à suspendre les hostilités et à conclure, le 12 avril 1819, l’armistice de San Lorenzo. Aux termes de celui-ci, Buenos Aires renonce à toute domination sur les provinces du Littoral, en échange d’un droit de passage vers l’intérieur.

  • 130 Après le congrès d’Aix-la-Chapelle, l’espoir d’une médiation anglaise entre l’Espagne et les Provin (...)
  • 131 À Salta, les opposants au gouvernement font courir le bruit que l’expédition n’est qu’un leurre, un (...)
  • 132 Les députés de Salta parlent d’une expédition de 18 à 20 000 hommes, selon les sources dont ils dis (...)
  • 133 D’où, au même moment, le refus qu’essuie Güemes lorsqu’il réclame de l’aide pour repousser l’invasi (...)
  • 134 Le général Morillo vient d’essuyer de graves revers au Venezuela et, par ailleurs, la Floride const (...)

77Si, à cette date, les dirigeants porteños cherchent un accord avec les gouverneurs du Littoral, c’est qu’ils redoutent plus que tout l’expédition de reconquête que Ferdinand VII s’apprête à envoyer dans les provinces rebelles d’Amérique. Le projet, mis au point dès la fin de l’année 1818130, est largement commenté par la presse de Buenos Aires, qui en traque les moindres signes dans les journaux espagnols et européens : il s’agit réellement de la « chronique d’une expédition annoncée ». Les rédacteurs reproduisent les articles qui leur parviennent, auscultent l’état des forces et la situation intérieure de l’Espagne, spéculent sur la force de l’opposition libérale. Les dirigeants sont régulièrement informés par les agents secrets qu’ils ont dépêchés en Espagne et par les correspondances privées. La population de Buenos Aires vit suspendue à ces nouvelles, qui arrivent au gré des navires, tandis que circulent les rumeurs les plus pessimistes comme les plus fantaisistes131 . L’incertitude est totale, notamment quant à l’importance de l’armée et à sa destination132. Dès son élection, Rondeau prend des mesures préventives : de juin à août 1819, plusieurs décrets et proclamations mettent en garde la population et l’informent des moyens d’assurer sa défense. Les appels à l’union et à l’obéissance aux autorités sont plus que jamais de rigueur ; les citoyens sont invités à s’enrôler dans les corps de milice tandis que l’état-major bat le rappel des troupes envoyées sur les différents fronts133. La capitale revit les grandes heures de 1806 et 1807 et l’incertitude des années 1808-1810 : on spécule sur les événements de la péninsule et on concentre les forces militaires à Buenos Aires, qui s’apprête à jouer une nouvelle fois le rôle de rempart vis-à-vis de l’intérieur. Celui-ci est également mis à contribution, des troupes étant recrutées à Córdoba, Mendoza et Tucumán. La tension ne se relâche que vers la fin du mois d’octobre, lorsqu’on apprend que la peste ravage le port de Cadix et que l’expédition sera probablement retardée, voire annulée134. De plus, à la mi-novembre, les Portugais commencent à évacuer la place de Montevideo. Le danger paraît écarté, mais le régime sort gravement affaibli de ces aléas militaires et diplomatiques.

  • 135 Dans la capitale, le groupe des opposants à Pueyrredon est constitué en majeure partie des « fédéra (...)
  • 136 Cf. M. Belgrano, La Francia y la monarquia en el Plata (1818-1820), Buenos Aires, 1933 ; R. Caillet (...)
  • 137 La nouvelle monarchie (au sens territorial du terme) « doit comprendre au moins tout le territoire (...)
  • 138 Rappelons que celle-ci prévoyait des interventions militaires pour écraser toute tentative de soulè (...)

78La formule politique de Pueyrredon – fermeté à l’intérieur, souplesse et négociations à l’extérieur – lui a en effet aliéné une partie de l’opinion publique, dans la capitale comme dans l’intérieur. Les opposants, menés en 1816 par l’officier Manuel Dorrego135, désapprouvent sa politique de conciliation envers le Portugal et ses tractations diplomatiques en vue d’établir une monarchie au Rio de la Plata. Au terme d’une année de négociations, le chanoine Valentin Gómez, émissaire du Directeur, parvient à un accord avec Louis XVIII : la couronne serait confiée au duc de Lucques, qui épouserait une princesse portugaise. En échange, ce souverain défendrait l’indépendance des Provinces Unies contre les ambitions espagnoles ou anglaises136. Le Congrès soumet la reconnaissance de l’accord à une série de conditions qui dessinent exactement les contours de l’idéal politique du Directoire : ordre à l’intérieur, grâce à l’instauration d’une monarchie constitutionnelle ; reconstitution de l’ancien vice-royaume137 ; paix à l’extérieur, grâce à l’alliance portugaise et à la protection active de la France. De plus, les puissances européennes qui reconnaîtraient la nouvelle monarchie s’engageraient à intervenir contre l’Espagne si celle-ci venait à l’attaquer. Pueyrredon cherche donc à sauvegarder l’indépendance en utilisant à son profit, de manière assez paradoxale, l’esprit de la Sainte-Alliance138.

  • 139 Outre Dorrego et les exilés de 1817 – Domingo French, Pedro Agrelo, Manuel Moreno, Pazos “Kanki”, F (...)
  • 140 Le titre du libelle est explicite : Exposición contra don Juan Martin de Pueyrredon titulado Direct (...)
  • 141 Manifiesto del Congreso de las Provincias Unidas del Rio de la Plata a sus habitantes, 18/10/1817, (...)

79Pour contrer cette politique, qu’ils jugent antipatriotique et scandaleuse, les opposants se retournent vers Artigas et s’efforcent de diffuser leurs idées, tandis que Pueyrredon se montre de plus en plus sévère à leur égard. La campagne menée par Vicente Pazos « Kanki » dans les colonnes de la Crónica Argentine), au début de 1817, se solde par l’arrestation des principaux dirigeants, qui trouvent refuge à Baltimore139. Au mois de juin, ceux-ci tentent une nouvelle offensive avec le « Libelle de Baltimore », dû à la plume de l’ancien député Pedro José Agrelo. Celui-ci dénonce vivement le bannissement dont il a été victime avec ses camarades et accuse Pueyrredon d’avoir vendu le pays à la dynastie des Bragance140. La violence de l’attaque et la large publicité du libelle inquiètent les autorités et poussent le Congrès à rédiger à son tour un manifeste, où les « calomniateurs de Baltimore » sont livrés à la vindicte publique. L’anathème est jeté sur Artigas et les fédéraux, sécessionnistes et « sectaires », tandis que les pueblos sont invités à resserrer les rangs autour du Directoire141.

  • 142 Circular reservada al gobernador de Tucumán, 24/11/1817, AHT Adm., 26-237.
  • 143 Oficios del cabildo y del gobernador de Tucumán al secretario de Guerra, 18/12 et 27/12/1817, 10/01 (...)
  • 144 Oficio del secretario de guerra al Capitan general del exercito del Peru, al de los Andes y a los g (...)
  • 145 Oficio del cabildo de Córdoba al Director Supremo, 27/06/1818, AHC Gobierno 55-396 ; Oficio del gob (...)

80Dans les provinces, les autorités prennent le relais de la propagande officielle. De même qu’ils applaudissent les mesures d’exception prises contre les fédéraux, les partisans de Pueyrredon relayent la campagne de diffamation lancée en même temps contre Artigas. Une circulaire communiquée fin novembre aux autorités les informent « de source sûre » que le caudillo de la Bande orientale a été décoré par le roi Ferdinand VII, pour le compte duquel il cherche à déstabiliser le régime afin de rendre plus aisée la reconquête du Rio de la Plata142. L’accusation de trahison est une nouvelle fois lancée à son encontre, et les gouverneurs sont chargés de mettre en garde les citoyens contre l’entreprise de subversion fédérale. Ceux-ci répondent avec un empressement dicté par leur « orthodoxie » politique : le régime a indéniablement de solides alliés dans les provinces143. En novembre, le caudillo Hereñu, qui se soulève dans l’Entre Rios, demande l’aide du gouvernement central pour « rétablir l’ordre et la reconnaissanvce due à la Suprême autorité de la Nation », justifiant par là même l’envoi d’une expédition armée144. Pueyrredon recevra les félicitations du gouverneur de Tucumán et des échevins de Córdoba pour la reprise de Corrientes145.

  • 146 Oficio de Pueyrredon al Congreso, 18/11/1818, dans Documentas del Congreso de Tucumán, op. cit., p. (...)

81L’opposition fédérale, pourtant, ne désarme pas : une seconde campagne de libelles a lieu à la fin de l’année 1818, entraînant le même réflexe de solidarité entre le Congrès et le Directeur. Celui-ci fait parvenir aux députés une copie des libelles, imprimés à Montevideo et demande l’autorisation de suspendre le trafic maritime et d’exiler les suspects. Le Congrès l’autorise à prendre ces mesures et publie une nouveau manifeste destiné à démentir les allégations des opposants146. Trois mois plus tard, la découverte d’un complot tramé par José Miguel Carrera révèle les visées offensives de l’opposition, suspectée de ne pas limiter son action à une « guerre de pamphlets ». La répression atteint alors son paroxysme, et seule la menace de l’expédition espagnole semble maintenir le régime en place. Celui-ci se discrédite au fur et à mesure qu’il se raidit et bafoue les libertés individuelles, l’opposition gagnant du terrain aussi bien dans la capitale que dans les provinces : l’atmosphère de l’année 1819 rappelle sur bien des points les derniers mois du gouvernement d’Alvear.

  • 147 Sauf dans le cas de Córdoba, où elle est prorogée sur ordre du gouverneur Díaz en 1815.
  • 148 Oficios del cabildo de Córdoba y de la Asamblea électoral al gobernador-intendente, 21/01/1817, AHC (...)
  • 149 Acta del cabildo de Córdoba, 17/06/1817, dans Actas capitulares, op. cit., livre 49, p. 64.

82De fait, la reconquête du Directoire, qui paraissait assurée en 1817, s’est rapidement essoufflée dans l’intérieur, où le rétablissement du centralisme ne suffit pas à effacer les traces de l’épisode « autonomiste » de 1815. Le poids accru des forces politiques locales, joint à l’épuisement financier et à la lassitude engendrée par la guerre, explique la montée de l’opposition qui se manifeste dans les provinces avant même que la Constitution de 1819 ne soit promulguée. Parmi ces forces locales, les assemblées électorales se sont étoffées à la faveur de la concession du vote aux campagnes en 1815. Désormais, ce sont en moyenne une douzaine d’électeurs qui se réunissent régulièrement pour élire les députés et leur confier un mandat, ou pour les destituer ou les remplacer. Les facultés conférées aux électeurs ne se limitent donc pas au vote ; une fois nommés, ils exercent leur fonction jusqu’à être remplacés. Bien qu’elle ne siègent pas en permanence147, ces assemblées deviennent ainsi un nouvel organe de pouvoir au sein de la cité. D’une fonction purement élective, leur rôle glisse peu à peu vers celui d’un organe représentatif ; elles en viennent à concurrencer les cabildos. Non seulement les deux instances rivalisent en termes d’attributions, mais leur conquête constitue un terrain de choix pour l’affrontement des factions. Cette affirmation de l’assemblée électorale comme nouveau centre de pouvoir est illustrée par les remous politiques de l’année 1817 à Córdoba. Avant même que le cabildo ne soit reconquis par la faction centraliste, des démêlés opposent la municipalité aux électeurs. Certains échevins refusent en effet d’être nommés par l’assemblée électorale, qui ne dispose pas, selon eux, de l’autorité nécessaire. En réalité, ils ne veulent pas mettre en péril leur légitimité, qui résulte du choix direct des citoyens, ni tomber sous la dépendance de la nouvelle instance148. Une fois le cabildo débarrassé de ses éléments « autonomistes », la question du renouvellement de l’assemblée électorale se pose avec une urgence qui souligne l’importance de l’enjeu, la faction majoritaire du cabildo cherchant à contrôler les acteurs qui interviennent aux différents échelons du processus électoral. La nomination d’électeurs et de députés conformes aux vues des autorités apparaît comme un préalable indispensable au rétablissement de l’ordre, c’est-à-dire, de la soumission au pouvoir central149.

  • 150 Oficio de Bernabé Aráoz al Director Supremo, 1817, AGN Gob. Tuc., X-5-10-4
  • 151 Oficios del cabildo de Mendoza al Director Supremo, 22/02, 21/03 et 23/03/1817, AGN Gob. Men., X-5- (...)
  • 152 Decreto del Supremo Director de las Provincias Unidas de Sudamérica, 13/03/1817, AGN Gob. Cba., X-5 (...)

83La seconde trace laissée par la mobilisation patriotique et les événements de 1815 est la plus grande proximité des citoyens et des gouverneurs, qui préservent au mieux leurs pouvoirs et les intérêts de leur juridiction. Bemabé Aráoz défend ainsi ses prérogatives face aux ordres que prétend lui dicter Belgrano, faisant valoir qu’il ne dépend que de l’autorité civile et que « le prestige et l’autorité de [son mandat] ne peuvent qu’aller de pair avec un exercice libre et exclusif de ses fonctions »150. Outre son dévouement à la cause patriotique, Aráoz fait aussi figure de mécène : au cours de l’année 1817, il finance d’importants travaux d’irrigation au centre de Tucumán. geste qui lui vaut les remerciements officiels du cabildo. Cette popularité est sans doute jugée excessive par le pouvoir central, qui le remplace, en octobre 1817, par Feliciano Mota Botello. La même cordialité dans les rapports s’observe à Mendoza, où le cabildo souligne, à l’attention du Directeur, les nombreuses qualités du gouverneur intérimaire Luzuriaga, qui a su « remplir le vide » laissé par San Martin. Sa conduite vertueuse, ses compétences et son efficacité lui ont gagné l’estime des vecinos, et lorsque les échevins proposent de lui conférer le mandat de manière définitive, Pueyrredon s’empresse d’accepter151. Au même moment, l’acte de nomination de Manuel Antonio de Castro, à Córdoba, dresse un inventaire des qualités morales et intellectuelles requises chez un gouverneur : l’impartialité, l’honnêteté, le patriotisme, jointes à la compétence et à l’expérience des affaires publiques. C’est de ce personnage-clé, et de l’adhésion qu’il suscitera, que l’on attend une régulation de la vie politique dans la cité rebelle152. De fait, l’arrivée dans les provinces d’hommes dévoués au Directoire ne modifie pas les pratiques politiques observées lors des années précédentes. Contrairement au début de la Révolution, la provenance et l’appartenance politique du gouverneur semblent être moins importantes que sa capacité à reconstituer une « tête » à l’échelle de sa province. À Córdoba, le prestige et le talent de Castro parviennent, effectivement, à freiner les ambitions des rebelles : pendant presque trois ans, la cité et la province connaissent un calme relatif.

  • 153 Estatuto provisional..., 22/11/1816, section VI, chap. 2 et 3, dans A. E. Sampay, Las constitucione (...)

84La troisième catégorie à avoir acquis, depuis 1815, une position déterminante dans le jeu politique provincial sont les officiers de milice. En vertu du Règlement de 1817, il existe désormais deux sortes de milices, les « provinciales » rattachées à une cité et formées de citoyens dotés d’un certain rang social, et les « nationales », composées des citoyens les plus pauvres, appelés « soldats de l’État ». Ces dernières seront organisées par les gouverneurs avec un nombre de recrues fixé par le Directeur, et les officiers des milices urbaines devront y être intégrés153. Cette mesure reflète une tentative du pouvoir non seulement pour instaurer un recrutement permanent et institutionnalisé, mais aussi pour empêcher la constitution d’armées provinciales trop puissantes, conduites par des officiers de milice reconvertis en caudillos, à l’image d’Artigas, de Güemes, d’Aráoz, ou des frères Vera dans le Littoral. En dépit de cette « nationalisation » autoritaire de la force armée, les milices provinciales continuent à faire l’objet de bien des attentions, et leurs officiers prennent une place de plus en plus importante dans la vie politique de la province. Conformément au Règlement, ils sont nommés par leurs propres troupes jusqu’au grade de capitaine, et par le cabildo pour les grades supérieurs, ces nominations devant ensuite être soumises à l’approbation du Directeur suprême. Par cette double investiture, les officiers remplissent une fonction d’intermédiaires entre pouvoir central, pouvoir local et habitants des provinces. Les relations qu’ils entretiennent avec leurs soldats sont celles du caudillo face à ses hommes : elles sont fondées sur l’interdépendance, la confiance mutuelle et la relation de personne à personne, comme l’exprime le commandant des troupes de la campagne de Córdoba :

  • 154 Proclama de Juan Antonio Álvarez de Arenales, 23/02/1819, AGN Gob. Cba., X-5-3-6.

« Votre chef se place au-devant des périls, au cas où il y en aurait, et la peur lui est étrangère, car il compte sur votre bonne volonté et cela lui suffit. (...) [Vous pouvez compter] sur votre chef sur tous les plans, à tous les moments et en toutes circonstances pour vous diriger et vous donner l’exemple. »154

  • 155 Oficio del cabildo de Mendoza al Supremo Director, 2/12/1818, AGN Gob. Men., X-5-5-12.
  • 156 Oficio de Toribio de Luzuriaga al Supremo Director, 24/01/1818, AGN Gob. Men., X-5-5-12.
  • 157 Oficios de Manuel Antonio de Castro, 14/04 et 19/07/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3-4 ; Oficio de Toribi (...)

85Les milices provinciales ont en charge de « maintenir l’ordre et la tranquillité dans les cités, de seconder l’administration de la justice et de défendre la Patrie ». Cette fonction de police prend de plus en plus d’importance au fur et à mesure que les soldats des armées régulières ou des milices « nationales » sont envoyés vers d’autres théâtres d’opération et que les provinces n’ont plus de quoi se défendre. Les gouverneurs ont donc soin de former prioritairement ces bataillons et de veiller à leur entraînement. À Mendoza, deux officiers de l’Armée des Andes sont recrutés à cet effet : les échevins font valoir auprès du pouvoir central que la frontière est totalement dépourvue de troupes de ligne et que ce sont les miliciens qui devront repousser d’éventuelles attaques, d’où la nécessité qu’ils soient formés par des professionnels155. Quelques mois auparavant, Luzuriaga avait refusé d’envoyer au Directeur 1 000 recrues demandées par celui-ci, au motif que les milices provinciales étaient les seuls hommes en armes capables de défendre la province, et que San Martin ou Castro à Córdoba pouvaient en avoir besoin pour faire face à des menaces plus pressantes pour le Cuyo156. Cette crainte se trouve justifiée par le fait que les Indiens, parfois encouragés par les royalistes ou les fédéraux, multiplient les incursions à partir de 1817, du fait de l’abandon progressif des frontières. L’appareil de défense patiemment organisé depuis la fin du XVIIIe siècle avec la construction des forts et la création de régiments spéciaux est miné par la pénurie de fonds et la désertion massive des troupes. La situation s’aggrave en 1818, lorsque ce qui reste de ces régiments est envoyé dans le Littoral aux côtés des armées de Buenos Aires. L’année suivante, tandis que Luzuriaga redoute une attaque conjointe des Araucans et des tribus méridionales du Cuyo, Castro concentre ses efforts sur les frontières est et sud de Córdoba, pour prévenir l’attaque des Indiens du Chaco et de la Pampa157.

86Cette ambiance d’insécurité n’est pas étrangère à la montée du mécontentement qui se manifeste dans les provinces au cours de l’année 1819. Le retour du centralisme, on l’a vu, a jeté l’opprobre sur les « fédéraux » et leurs visées sécessionnistes. C’est à leur action pernicieuse que les autorités attribuent les rumeurs et les mouvements de grogne qui se font sentir dans la population. Les fédéraux essaient de tirer profit du sentiment de lassitude vis-à-vis de la guerre et des prélèvements incessants imposés par le pouvoir central et les gouverneurs.

  • 158 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 17/08 et 18/09/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3-4
  • 159 Bando del gobernador-intendente de Córdoba, 12/10/1818 ; Expediente del cabildo de Córdoba, 21/10/1 (...)

87La détérioration du climat politique se fait particulièrement sentir dans la province de Córdoba, où le nouveau gouverneur, Manuel Antonio de Castro, doit non seulement déjouer les conspirations des contre-révolutionnaires158, mais combattre l’influence des fédéraux. Au moment du départ des troupes envoyées en renfort contre Santa Fé, en octobre 1818, nombre de rumeurs circulent dans les rangs et parmi les civils, semant le doute et la panique. Dans le compte rendu qu’il fait parvenir au Congrès après enquête, Castro accuse les « anarchistes » d’avoir propagé ces rumeurs pour inciter les soldats à la révolte et compromettre le départ de l’expédition159. Ses craintes, de fait, sont largement fondées. Les fédéraux du Littoral, derrière Artigas, s’efforcent une nouvelle fois de faire basculer Córdoba dans le camp de la « Ligue des Peuples Libres ». Dans un discours adressé aux habitants de la province, le caudillo oriental les appelle sans détours à prendre les armes contre le Directeur, qui les a trahis en livrant la Patrie aux Portugais. La collusion du régime et de la capitale apparaît toujours comme le fondement du système à renverser, face auquel Artigas s’érige en homme providentiel :

  • 160 Proclama de Artigas a los habitantes de Córdoba, 21/12/1818, AGN Gob. Cba., X-3-5-5.

« Buenos Aires n’est pas l’arbitre de notre sort. Celui-ci doit être fondé sur des bases plus solides et des idées moins nocives. Allons sauver la Patrie des périls qui la menacent. C’est mon devoir. Que le vôtre, Cordobais, soit de répondre à une obligation si sacrée. Ne ménagez pas vos efforts, et comptez sur ma protection. »160

  • 161 Proclama de Juan Antonio Alvarez de Arenales, 23/02/1819, AGN Gob. Cba., X-5-3-6. Cette constructio (...)

88Face à cette menace non déguisée, les autorités resserrent les rangs et préparent la défense de la province contre tous les ennemis susceptibles de l’attaquer. En février 1819, le commandant des troupes de la campagne déclare à ses soldats que Córdoba attire la convoitise de « bandits indécents » et d’« ignorants dépourvus de morale », ce qui peut désigner les Indiens, les fédéraux, ou les déserteurs vivant de rapines que les soldats de la frontière ont pour mission de capturer. Après avoir énoncé toutes les valeurs qu’ils sont censés défendre (l’honneur, l’ordre, les droits, les propriétés et leur propre vie), l’officier appelle à l’élimination pure et simple de l’ennemi : « Offrez à votre province (pueblo) le mérite d’avoir détruit les ennemis du pays et de l’humanité [tout entière], »161

  • 162 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 9/10/1819, AGN Gob. Cba., X-5-3-6.

89Des armées et de la campagne, l’opposition gagne la cité de Córdoba, où les sacrifices que Castro est contraint d’imposer aux habitants ont réduit à néant sa popularité : « Vous savez bien que le peuple n’a d’autre philosophie ni d’autres principes que ce qu’il peut palper : le gouverneur qui ne l’accable pas est bon, celui qui l’accable est mauvais »162, rappelle-t-il à Rondeau en octobre 1819. Le fait qu’il reste très peu de soldats dans la province encourage les fédéraux à mobiliser les habitants et à attaquer directement le Directoire et Castro lui-même. À sa lettre, celui-ci joint une série de pasquins qui ont circulé en ville et le menacent très directement, tel celui-ci :

  • 163 Ibid.

« À défendre un bon gouvernement
Tout citoyen est obligé.
À le détruire s’il est mauvais, bien plus encore,
De sorte que si Castro est un tyran
[Il faut] l’assassiner, l’assassiner, l’assassiner. »163

  • 164 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 21/11/1819, AGN Gob. Cba, X-5-3-6.

90On retrouve dans ces pasquins des thématiques connues : l’accusation de tyrannie, que Castro assimile aux exigences répétées en matière fiscale ; le tyrannicide, qui en découle, et les réclamations sur la possession des emplois. Un des pasquins affirme en effet que les postes sont aux mains d’individus qui ne laissent aucun provincial y avoir accès, et conclut en jetant l’anathème sur la capitale : « Où sont donc les avantages promis par notre Révolution ? Il est certain que ceux de Buenos Aires les connaissent et qu’ils les cachent à la vue des autres cités. »164 Le discours des ennemis du régime reprend donc les thèmes des agravios, ces doléances que les Américains exprimaient vis-à-vis du pouvoir central espagnol (l’injustice dans l’accès aux postes ; les abus des fonctionnaires royaux), en les adaptant au contexte politique né de la Révolution : le pouvoir central n’est plus incarné par la péninsule, mais par la capitale ; les pueblos qui voient leurs droits bafoués ne sont plus les Américains, mais les provinciaux. Cet imaginaire politique traditionnel réclame le respect des privilèges de chacune des communautés qui composent l’État. Au-delà de la rivalité entre cités, c’est cet archaïsme qui est dénoncé et raillé par les centralistes, comme dans ces propos de Belgrano :

  • 165 Oficio de Belgrano a Güemes, 10/12/1817, dans Güemes documentado, op. cit., t. 8, p. 317.

« Tant qu’il y aura des gens pour nommer “gouvernement de Buenos Aires” le gouvernement des Provinces situé à Buenos Aires, nous continuerons à reculer autant que les ennemis le souhaitent (...) La Nation ne progresse, ni ne progressera [de la sorte], car chacun regarde ce qu’il appelle son territoire de manière exclusive et considère les autres comme des étrangers. »165

  • 166 Oficio de Feliciano Mota Botello al Director Supremo, 18/08/1819, AGN Gob. Tuc., X-5- 10-4.
  • 167 Oficios del cabildo de Tucumán a los oficiales y a Bernabé Aráoz, 12/11/1819, dans R. J. Freyre, Hi (...)

91S’il est des acteurs au sein des provinces qui ont les moyens de s’opposer à la politique du Directoire, ce sont bien les militaires, qu’ils appartiennent aux milices ou à l’armée régulière. L’ancienneté de l’institution, la dimension provinciale du recrutement, les liens de personne à personne et, surtout, l’importance de ces troupes sur les scènes provinciale et nationale les rendent capables d’imposer une décision politique. C’est ce qu’illustre parfaitement la « révolution de velours » qui dépose le gouverneur de Tucumán, Mota Botello, en novembre 1819. Depuis plusieurs mois, comme nous l’avons vu, celui-ci se trouvait aux prises avec un problème insoluble : celui de nourrir une garnison de plusieurs centaines d’hommes alors que les caisses sont vides et que les vecinos refusent de contribuer. Après que les autorités ont refusé sa démission et lui ont promis de lui envoyer des fonds, Mota Botello semble décidé à poursuivre son mandat166. C’est compter sans l’initiative des vecinos de Tucumán, qui n’ont d’autre recours que d’imposer leur point de vue par la force : le 12 novembre, une poignée d’officiers de l’Armée du Nord prend d’assaut la caserne, destitue le gouverneur et confie le mandat politique au cabildo. Après avoir réuni en hâte quelques juristes pour s’enquérir de leur avis, les échevins acceptent : cela semble moins constituer l’expression d’un doute qu’une façon de se couvrir vis-à-vis du pouvoir central. Le même jour, Bemabé Aráoz est convoqué en ville et le mandat lui est confié dès son arrivée. D’après les échevins, cette nomination provisoire est destinée à éviter tout débordement en attendant la réponse de Buenos Aires167.

  • 168 Oficio del cabildo de Tucumán al Director Supremo y al Congreso, 15/11/1819, ibid. ; Oficio de Bern (...)

92Ce souci d’éviter le désordre est invoqué par toutes les parties pour justifier leurs décisions, sans que ne soit remise en cause l’obédience au pouvoir central. Les échevins ont voulu « éviter l’anarchie » et la violence des armées, et Aráoz a accepté le mandat car « dans des circonstances extraordinaires, il n’existe pas d’autre loi que la nécessité publique ». Un mois plus tard, il confirme à Rondeau que l’ordre règne dans sa province et qu’il lui reste parfaitement subordonné168. Sans doute les vecinos de Tucumán craignent-ils que Rondeau n’envoie contre eux d’autres éléments de l’Armée du Nord, mais il est une autre raison à leur attitude : à partir du moment où il ont, de fait, conquis et exercé l’autonomie de gouvernement, ils n’ont pas besoin de rompre les ponts avec Buenos Aires au prix d’une guerre civile sanglante et coûteuse. Bien qu’il puisse être considéré comme un caudillo de province, Aráoz a toujours refusé le fédéralisme et défendu l’union avec la capitale. En le choisissant de nouveau comme gouverneur, Tucumán affirme sa volonté de retrouver le rang héroïque qu’elle a tenu dans les premiers temps de la Révolution.

93Les exemples conjoints de Córdoba et de Tucumán montrent qu’il est impossible d’opposer terme à terme, comme l’historiographie a eu tendance à le faire, le régime en place à Buenos Aires et l’opposition fédérale dirigée par Artigas. En réalité, c’est l’aspiration des communautés à l’autonomie qui s’oppose le plus directement au centralisme des hommes du Directoire, et à leur volonté de construire une Nation unitaire. Cette aspiration, dans le cas de Córdoba, rejoint partiellement la lutte menée par les provinces du Littoral, mais dans le cas de Tucumán, elle trouve à se concrétiser sans que cela n’implique de rupture avec Buenos Aires. Le fait, cependant, que Rondeau et le Congrès entérinent la nomination d’Aráoz, qui met dangereusement en cause leur autorité, montre que le pouvoir central, en cette fin d’année 1819, n’a plus les moyens de jouer le rôle de « tête » pour l’ensemble des Provinces Unies.

94Malgré le caractère restreint et inégal de la représentation, le régime directorial disposait d’atouts non négligeables au moment de l’installation du Congrès à Buenos Aires : l’indépendance était déclarée, le Directeur nouvellement élu avait affirmé son intention de mener la guerre jusqu’à son terme et prêté son appui indéfectible aux principaux chefs militaires. Le nouvel État semblait en mesure de réaliser la tâche politique qu’il s’était fixée au début de la Révolution : vaincre les royalistes par un projet stratégique de grande ampleur et jeter les bases définitives d’un régime libéral en promulguant une Constitution.

95C’est sur ces deux plans que le régime a échoué en moins de deux ans. Face à la menace portugaise et, surtout, à l’hostilité d’Artigas et des caudillos du Littoral, Pueyrredon est obligé de concentrer autour de la capitale les troupes et les équipements, au détriment des armées du Nord et des Andes. C’est donc une véritable ligne de fracture qui se profile entre les parties occidentale et orientale du territoire : chacun des chefs placé à la tête d’une zone, San Martin et Güemes à l’ouest, Pueyrredon à l’est, tente de maintenir en état ses propres forces. Seuls les deux premiers continuent la guerre contre les royalistes, avec les moyens dont ils disposent, alors qu’ils restent censément sous la dépendance du Directeur. La solidarité entre les parties ne va donc pas manquer d’être mise à l’épreuve. En attendant, le centre de gravité du patriotisme s’est nettement déplacé de Buenos Aires vers les Andes.

96S’il échoue à mener à bien la guerre contre les royalistes, le Directoire ne parvient pas davantage à donner une assise solide au nouvel État par la voie institutionnelle. La Constitution, que beaucoup considéraient comme la garantie de l’union et de la stabilité, n’a qu’un faible impact en termes de légitimité. D’une part parce qu’elle s’est fait trop attendre, et qu’au moment où elle est promulguée, la crise sociale et le discrédit des autorités ont atteint un point de non-retour. D’autre part et surtout, parce qu’elle prétend résoudre le problème de la représentation des pueblos sans le poser. Sa prétention à forger de toutes pièces une représentation nationale par le biais du Sénat et à ravaler la souveraineté des pueblos à un pouvoir de second ordre est en totale contradiction avec les aspirations et les capacités politiques des cités-provinces. Cet échec n’est pas seulement celui du Directeur Pueyrredon, c’est aussi celui la représentation. Si le Congrès conserve un rôle d’arbitre et continue à gérer, en priorité les relations du pouvoir central et des cités, il ne s’érige pas en contrepoids face à un exécutif de plus en plus centraliste et autoritaire. Le caractère restreint de la représentation, le poids des députés de la capitale, l’inféodation progressive des représentants à la ligne du régime sont autant de facteurs qui les rendent inaptes à traduire, dans leur création institutionnelle, les aspirations des pueblos. Les institutions créées en 1819 reposent donc sur des bases extrêmement fragiles ; elles sont à la merci du sort des armes.

Notes

1 Cf. J. Otero, Historia del Libertador José de San Martin, Bruxelles, 1932 ; Actas del Congreso Nacional de Historia del Libertador General San Martin, Mendoza, 1953-1955 ; R. Piccirilli, San Martin y la politica de los pueblos, Buenos Aires, 1957 ; Congreso nacional de Historia Samnartiniano-moreniano, Quilmes, 1978.

2 Rappelons qu’au faîte de sa puissance, à la fin de l’année 1813, l’Armée du Nord ne compte que 4 000 hommes. On est loin des armées de masse rassemblées par la France révolutionnaire et impériale, dont les effectifs sont au moins cent fois plus nombreux.

3 La participation des provinces à la campagne du Chili est un thème central de l’historiographie régionale pour cette période. Cf. E. Blschoff, Córdobay la campaña de los Arides, Córdoba, 1952 ; V. Barrionuevo Imposti, « La provincia de Córdoba y la campaña sanmartiniana », dans Congreso Nacional de Historia del Libertador General San Martin, op. cit., vol. 2, p. 3-139 ; M. I. Garrido de Sola, « El aporte de la provincia de Salta al plan sanmartiniano », dans Primer Congreso International Sanmartiniana, Buenos Aires, 1978, t. 8, p. 175-213 ; R. A. Leoni Pinto, « El plan continental del general José de San Martin y Tucumán », ibid., p. 245-270.

4 Sur le culte patriotique autour de San Martin, cf. D. Quattrochi-Woisson, Un nationalisme de déracinés. L’Argentine, pays malade de sa mémoire, Paris, 1992, p. 326- 350 ; H. Vogel, « L’Argentine et le Venezuela, des pays prisonniers de leur passé ? », dans Mémoires en devenir, Amérique latine xvie-xxe siècles, Bordeaux, 1994, p. 255-266 ; M. E. Rodríguez Otero, « José de San Martín : viejas batallas y nuevas ideas. La construcción de la imagen del padre de la Patria en el cíclo sanmartiniano », dans Primer Congreso Europeo de Latinoamericanistas, Salamanque, 26-29 juin 1996.

5 CF. L. Gianello, Historia del Congreso de Tucumán, Buenos Aires, 1966 ; C. Segreti, « José Javier Díaz y el plan americano », dans Cuarto Congreso International de Historia de América, Buenos Aires, 1966, t. 7, p. 317-352 ; R. D. Salas, « Los proyectos monárquicos en el proceso de la independencia argentina », Ibero-Amerikanisches Archiv, Berlin, vol. 15, n° 2, 1989, p. 193-231.

6 Proclama de Luzuriaga al vecindario de Mendoza. 16/02/1817, AHM Ind., 4-58 ; Bando de Luzuriaga, 22/02/1817, AHM Ind., 4-60 ; Oficio del cabildo al Director Supremo, 22/02/1817, AGN Gob. Men., X-5-5-8 ; Ofîcio de Aráoz al cabildo de Tucumán, 25/02/1817, AHT Adm., 26-43 ; Oficio de Ambrosio Fîmes al gobernador-intendente de la provincia de Cuyo, 3/03/1817, AHM Ind., 646-18/a ; Oficio de Aráoz al Director Supremo, 6/03/1817, AGN Gob. Tuc., X-5-10-7.

7 Oficio de Manuel Antonio de Castro al gobernador-intendente de la provincia de Cuyo, 16/04/1818, AHM Ind., 646-34/b ; Oficio de Belgrano a Luzuriaga, 16/04/1818, AHM Ind., 657-37.

8 Sermon por la Victoria que consiguieron las armas en Maípu, avril 1818, dans El clero argentino de 1 810 a 1830, A. P. Carranza dir., Buenos Aires, 1907, t. 1, P- 276-289 ; Oficio de Manuel Antonio de Castro al gobernador-intendente de la provincia de Cuyo, 16/04/1818, AHM Ind., 646-34/b ; Oficio de Belgrano a Luzuriaga, 16/04/1818, AHM Ind., 657-37.

9 Oficio del Director Supremo al gobernador-intendente de la provincia, 5/07/1817, AGN Congreso-Gobierno X-3-9-6 ; Bando de Luzuriaga, 16/05/1818, AHM Ind., 4-74 ; Acta del cabildo de Córdoba, 19/06/1818, dans Actas capitulares, Cordoba, 1960-1968, livre 49, p. 138 ; Bandos de Luzuriaga, 11/02, 2/05 et 8/07/1819, AHM Ind., 5-1, 4 et 9 ; Proclama a los habitantes de Salta, 25/05/1819, dans Güemes documentado, L. Güemes dir., Buenos Aires, 1979-1990, t. 8, p. 431-433.

10 Bando de Luzuriaga, 1/02/1817, AHM Ind., 4-55. Cf. J. de Viguerie, « Étude sur l’origine et sur la substance du patriotisme révolutionnaire », Revue Historique, 597 (1996), p. 83-104.

11 Bando de Luzuriaga, 3/01/1817, AHM Ind., 4-51.

12 Oficio del diputado de San Juan al Supremo Gobierno, 17/08/1818 ; Oficio de Tomás Guido al secretario de Gobierno, 13/10/1818, AGN Gob. Men., 5-5-12. Cf. S. Amaral, « Comercio libre y economias régionales : San Juan y Mendoza (1780-1820) », JGSWGL, 27 (1990), p. 1-67.

13 Representaciôn del Sindicoprocurador de Mendoza, 4/05/1818, AGN Gob. Men., X-5-5-9.

14 Oficio de Bernabé Aráoz al Director Supremo, 6/03/1817, AGN Gob. Tuc., X-5-10-7.

15 Cela se marque par des expressions telles que « l’écho de la Patrie répétait avec un contentement inexprimable le nom du glorieux général », dont la victoire est due à « la vaillance de son esprit et [à] la grandeur de la cause qui l’enflamme. » (Oficio de Ambrosio Funes al gobernador-intendente de laprovincia de Cuyo, 3/03/1817, AHM Ind., 646-18/a).

16 Acta del cabildo de Tucumán, 26/02/1817, AHT Actas Tuc. ; Nota de San Martin al cabildo de Tucumán, 17/03/1817, AHT 26-75. Les luttes d’influence autour de la désignation d’un « représentant », qui siégerait en lieu et place de San Martin, révèlent le caractère profondément honorifique de la nomination (AHT, Actas capitulares, 26/06, 2/07 et 1/09/1817).

17 Décréta del Sindico Procurador de Tucumán, 5/10/1818, AHT 26-427.

18 Oficio de Gregorio Tagle al gobernador-intendente de Córdoba, 9/05/1818, AHC 55-329 ; Oficio de Luzuriaga al Supremo Gobierno, 31/05/1818, AGN Gob. Men., 5-5-10 ; Oficio del gobernador-intendente al cabildo de Tucumán, 4/06/1818, AHT 26-358.

19 Dans le même temps, Pueyrredon coupe court à toute velléité d’autonomie à Tucumán en remplaçant Bemabé Aráoz, qui ne s’entend pas avec Belgrano, par un autre serviteur zélé du régime, le colonel Feliciano de la Mota Botello.

20 Oficio de Manuel Antonio de Castro al gobernador-intendente de Cuyo, 31/03/1817, AHM Ind., 646-20.

21 Oficio de José Darnaso Xigena al gobernador-intendente, 16/04/1817, AHC 51-361 ; Oficio del cabildo de Córdoba al gobernador-intendente, 18/04/1817, AHC 51-364 ; Oficios de los alcaldes de los cuarteles n° 7y 8 al cabildo, AHC 52-240, 24/04/1817 ; Oficio de José Eugenio del Portillo al gobernador-intendente, AHC 51-368, 25/04/1817.

22 Oficio del cabildo de Córdoba al Director Supremo, 17/05/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3- 3/4. À la suite du discours d’Arredondo, les échevins demandent la dissolution de l’assemblée électorale, arguant que « cette mesure bénéfique marquera le début du rétablissement et de la consolidation de l’ordre public » (Oficio del cabildo de Córdoba al gobernador-intendente, 20/06/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3-3/4).

23 Acta del cabildo de Córdoba, 17/06/1817, dans Actas capitulares, livre 49, p. 59 ; Oficios del cabildo de Córdoba al gobernador-intendente, 20/06, 19/07 et 19/09/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3-4 ; AHC 51-413 et 426.

24 Au mois d’août, Castro a arrêté plusieurs personnes qui se réunissaient clandestinement chez un Européen de Salta en exil à Córdoba, Tomás Sánchez. Les correspondances qu’il a pu saisir lui ont permis de remonter jusqu’à l’évêque de Salta, connu pour ses activités contre-révolutionnaires. Toutefois, l’enquête n’ayant donné aucun résultat probant, Castro a dû se contenter d’éloigner les suspects en différents endroits de la province (Oficios de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 17/08, 10/09 et 9/11/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3-4/5 ; Oficios del cabildo de Córdoba al Director Supremo, 17/05 et 20/06/1817, ibid.).

25 La Asamblea Electoral de la Provincia de Córdoba a los habitantes de ella, 8/11/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3-5.

26 Ibid.

27 Ibid.

28 Acta del cabildo de Córdoba, 20/01/1818, Actas capitulares, op. cit., livre 49, p. 114.

29 Oficio de Juan Agustín Maza al cabildo de Mendoza, 10/01/1817, AHM Ind., 657-29.

30 Acta del cabildo de Córdoba, 26/09/1817, dans Actas capitulares, op. cit., p. 88. Cette pratique se remarque dans les régions où est appliquée la Constitution de Cadix, où le bureau électoral est seul habilité à décider qui jouit du statut de vecino, et par conséquent du droit de vote. Cf. A. Annino dir., Historia de las elecciones en Iberoamérica. Siglo xix, Buenos Aires, 1995.

31 Circular de Manuel Antonio de Castro a los jueces pedaneos de la provincia, 30/09/1817, AHC Gobierno, 52-364.

32 Oficios de la Junta électoral al gobernador-intendente, 7/11 et 14/11/1817, AHC Gobierno 52-391 et 394.

33 Oficios de Castro al cabildo, 22/09 et 3/11/1818, AHC Gobierno, 55-31 et 40 ; Oficio de la Junta électoral al gobernador-intendente, 19/11/1818, AHC Gobierno, 55-421.

34 Cette dispute concerne essentiellement la façon dont l’assemblée électorale a révoqué les pouvoirs du député Boedo, privant ainsi la province de sa représentation. Les adversaires de Güemes y voient une machination du gouverneur : « Une province n’a pas le droit de renvoyer [son député] d’une manière si infamante sans lui fournir de motifs ; de même qu’il ne suffit pas qu’un député soit élu pour être reçu au Congrès sans accréditation. Le simple renvoi (remoción) de la province n’est pas suffisant s’il s’avère que ce qui le motive a une origine viciée. Dans ce cas, le despote d’une province pourrait renvoyer à son gré tous les députés... » (Carta de Facundo Zuviría a Juan Marcos Zorrilla, 10/11/1818, dans Güemes documentado, op. cit., t. 8, p. 379).

35 Acta del cabildo de Salta, 26/09/1818, ibid., p. 456-457.

36 Oficio de Pedro Miguel Aráoz al gobernador-intendente, 9/04/1818, AHT Adm., 26-204 ; Oficio de José Ignacio Thames al mismo, 25/09/1818, AHT Adm., 25-214.

37 Acta de la junta électoral de Tucumán, 18/11/1818, AHT Adm., 25-215 ; Oficio del gobernador-intendente al Director Supremo, 26/11/1818 ; Oficio del cabildo de Tucumán al mismo, 16/12/1818, AGN Gob. Tue., X-5-10-4 ; Acta del cabildo de Tucumán, 1/12/1818, AHT Actas 1818. Parce qu’ils résident dans la capitale, les deux députés sont dotés de 1 500 pesos chacun, ce qui représente une économie de 1 000 pesos pour la cité.

38 Carta de Facundo Zuviría a Juan Marcos Zorrilla, 19/10/1818, dans Güemes documentado, op. cit., t. 5, p. 369.

39 Ibid.

40 Estatuto provis tonal dado por la Junta de Observaciôn y aprobado con modificaciones por el Congreso de Tucumán, 22/11/1816, dans A. E. Sampay dir., Las constituciones de la Argentina (1810-1972), Buenos Aires, 1975, p. 233-255. Il s’agit du Statut provisoire de 1815, révisé par le Congrès. Ce texte fera l’objet d’une troisième série d’amendements et d’une publication définitive en décembre 1817, d’où le fait qu’il soit couramment désigné comme le « Règlement de 1817 », pour le distinguer du Statut de 1815.

41 Carta de Pueyrredon a San Martin, 18/01/1817, dans DHSM, op. cit., t. 4, p. 557.

42 Carta de Pueyrredon a San Martin, 25/12/1816, ibid., p. 551-553.

43 El Director Supremo al Congreso, 22/05/1817, dans Documentas del Congreso de Tucumán, La Plata, 1947, p. 5.

44 Ibid.

45 Ibid., 4/11/1818.

46 Une première campagne d’opposition est menée dans la capitale par le général Dorrego. Celui-ci ne tarde pas à être arrêté, les journaux incriminés sont confisqués et les proscriptions se multiplient. S’ensuit la campagne de sédition et de libelles menée par Manuel de Sarratea et sa sœur doña Melchora, qui met directement en cause Pueyrredon et le caractère autoritaire du régime. Cf. T. Halperín Donghi, Argentina. De la revolución de independencia a la confederación rosista, Buenos Aires, 1972.

47 Pueyrredon al Congreso, 10/11/1818, dans Documentas del Congreso de Tucumán, op. cit., p. 229.

48 C’est ainsi qu’il fait accepter son projet de création d’une Caisse des dépôts (Caja de fondos de Sudamérica), en demandant au Congrès de nommer une commission spéciale pour en discuter avec lui et négocier ensuite l’adhésion des autres députés. Cf. Pueyrredon al Congreso, 3/11/1818, ibid., p. 316.

49 El Congreso al Director Supremo, 16/06/1818, AGN X-2-1-7.

50 Session du 12/09/1817, dans Asambleas Constituyentes argentinas, E. Ravignani dir., Buenos Aires, 1937-1939, t. 1,p. 321.

51 Sessions des 13, 15 et 29/10 et du 8/11/1817, ibid., p. 326-328, 332-335.

52 Sessions des 27/09, 8, 20, 21 et 29/10/1817, ibid., p. 323-325, 328-330 et 332. Pueyrredon entend placer sous le contrôle de l’exécutif les tribunaux chargés de statuer sur la suspension ou la mutation éventuelle des fonctionnaires et des magistrats. Il veut par ailleurs imposer des conditions à l’inscription des candidats pour les postes de gouverneur, restreignant ainsi le choix des municipalités, alors même que la nomination lui revient en dernière instance.

53 Rondeau al Congreso, 12/12/1818, dans Documentas del Congreso de Tucumán, op. cit., p. 238.

54 Pueyrredon al Congreso, 15/09/1817, 27/07 et 30/09/1818, ibid., p. 35, 173-174 et 194.

55 Pueyrredon al Congreso, 16/12/1818, ibid., p. 240.

56 Acta del cabildo de Córdoba, 29/07/1817, dans Actas capitulares, op. cit., p. 74. Contrairement à la coutume, le cabildo n’a pas le droit de convoquer les citoyens aux élections primaires, ni de classer les candidats susceptibles d’être élus au second degré. Cette mesure a certainement pour but de rabaisser les prétensions du cabildo face au gouverneur, et d’assurer l’indépendance relative de la nouvelle assemblée électorale vis-à-vis des échevins.

57 Oficios del cabildo al gobernador-intendente, trasmitiendo la orden del Soberano Congreso, 19/09/1817, AHC Gobierno, 51-426 ; Oficio del cabildo de Córdoba a los diputados, 4/11/1817, AHC Gobierno 51-430.

58 Carta de Pueyrredon a Güemes, mars 1818, dans Güemes documentado, op. cit., t. 6, p. 324.

59 Cartas de Facundo Zuviría a Juan Marcos Zorrilla, 1818, dans Güemes documentado, op. cit., t. 8, notamment p. 324-325.

60 Ces cérémonies ont lieu le 17 janvier à Córdoba, le 19 à Tucumán et beaucoup plus tardivement à Salta (le 12 avril), ce qui donne lieu aux rumeurs mentionnées ci-dessus. En réalité, ce retard est dû à l’invasion de la province par les troupes royalistes.

61 E. Pàez de la Torre, Historia de Tucumán, Buenos Aires, 1987, p. 248-249.

62 En octobre 1818, une commission est d’ailleurs créée au sein du Congrès pour s’occuper exclusivement des « affaires courantes » (Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 383).

63 Oficio de los cabildos de Mendoza, Córdoba y Tucumán, 23/01, 25/01 et 21/02/1818, AHPBA, Oficios de instituciones, funcionarios y empleados públicos al Congreso, livre 2. En réalité, les municipalités ont recours depuis longtemps à divers expédients pour « gonfler » leurs revenus, mais ces pratiques n’ont jamais été officiellement avalisées par le pouvoir.

64 Session du 31/03/1818, Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 348. Quelques mois plus tard, les échevins de Tucumán demandent à nouveau le droit d’augmenter les propios pour financer un canal d’irrigation qui doit desservir le centre-ville. En fin de compte, l’ouvrage sera entièrement financé par Bemabé Aráoz (AHPBA, Oficios al Congreso, livre III).

65 Session du 17/04/1818, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 349.

66 L. Gianello, op. cit. ; J. T. Criscenti, « Argentine constitutional history 1810-1852 : a re-examination », HAHR, 41 (1961), p. 367-412 ; A. Levaggi, « Espíritu del constitucionalismo argentino de la primera mitad del siglo xix », Revista de Historia del Derecho, 9 (1981), p. 239-301 ; C. Segreti, « La Constitución de 1819 (aportes para su estudio) », Investigaciones y Ensayos, 36 (1988), p. 93-146 ; Id., El imitarismo argentino, Buenos Aires, 1991, p. 170-181.

67 B. Mitre, Historia de Belgrano y de la independencia argentina, dans C. SEGRETI, « La Constitución de 1819 », art. cité, p. 140.

68 Sessions des 6/06, 13/06 et 16/06/1817, dans Asambleas Constituy entes, op. cit., p. 298-302.

69 Ibid.

70 Cf. F.-X. Guerra, « Pour une nouvelle histoire politique : acteurs sociaux et acteurs politiques », dans Structures et cultures des sociétés ibéro-américaines. Au-delà du modèle socio-économique, Actes du Colloque international en hommage au professeur François Chevalier, Paris, 1990, p. 245-260.

71 Sessions des 6, 13 et 16/06/1817, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 298-302.

72 Session du 2/07/1817, ibid, p. 306-307.

73 Ibid.

74 L’imprécision des comptes rendus ne permet pas de reconstituer entièrement les deux groupes qui s’opposent dans ce débat, mais celui-ci ne semble pas se résumer à un affrontement régional pur et simple. Ainsi, parmi les députés de Buenos Aires, Paso est favorable à une sanction rapide tandis que Sáenz plaide l’incomplétude de la représentation. À l’inverse, on trouve des députés du Nord-Ouest dans les deux camps.

75 Sessions des 23/06 et 27/07/1817, dans Asambleas Constituyentes, p. 305-306.

76 Dans ses observations sur le Règlement, Pueyrredon s’oppose à ce que le texte constitutionnel puisse être facilement amendé. Partisan d’une forme stable et immuable de la Constitution, il fait pression sur les députés pour qu’ils sanctionnent rapidement le texte définitif, élément important de sa politique diplomatique. Dans le même sens, il demande aux députés de « ne pas s’opposer, de quelque manière que ce soit, aux principes généralement admis dans les cours européennes, sur lesquels est fondée la politique de ce siècle » (El Director Supremo al Congreso, 4/09/1818, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno).

77 Á l’époque des Cortès de Cadix, les libéraux espagnols ont une conception semblable de la Constitution : celle-ci apparaît comme l’essence même de la Révolution, et sa promulgation suffira à corriger toutes les injustices et à désamorcer les conflits latents ou déclarés. Cf. B. Hamnett, La politica española en una época revolucionaria, 1790-1820, Mexico, Fondo de Cultura Económica, 1985.

78 Session du 31/07/1817, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 367.

79 Carlos Segreti est l’un des rares auteurs à aborder l’analyse de la Constitution sous l’angle du débat qui précède la sanction du texte, dont l’importance se révèle pourtant capitale.

80 Pour justifier cette nouveauté, on fait appel aux modèles étrangers, auxquels les discours font largement référence. Le modèle démocratique jacobin est explicitement rejeté au profit des exemples anglais et nord-américain. Sur cette question, cf. notre article « Le règne du provisoire : l’élaboration constitutionnelle au Rio de la Plata (1810-1820) », dans L’Amérique latine face aux modèles européens : emprunts, adaptations, refus, xixe-xxe siècles, A. Lempérière, G. Lomné . F. Martinez, D. Rolland dir., Paris, 1998.

81 Session du 31/08/1818, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 376-377. Le común, dans les Cortès espagnoles, représente le troisième ordre de la société, à côté de la noblesse et du clergé.

82 Ibid.

83 Session du 21/10/1818, Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 384.

84 Les auteurs du projet, et notamment Gregorio Funes qui y a pris une part très importante, sont influencés par les travaux des Idéologues français, étant donné la similitude des problèmes qu’ils rencontrent. L’année de la promulgation de la Constitution, le doyen Funes publie une traduction de l’ Essai sur les garanties individuelles, de Daunou.

85 Session du 12/12/18Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 403.

86 Ibid.

87 Constitución de las Provincias Unidas en Sudamérica, 22/04/1819, section II, chap. 2, art. 14-17, dans A. E. Sampay, Las constituciones de la Argentina, op. cit., p. 270.

88 Session du 11/08/1818, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 370-371.

89 Cf. M.-V. Ozouf-Marignier, La formation des départements. La représentation du territoire français à la fin du XVIIIe siècle, Paris, EHESS, 1992.

90 Session du 14/08/1818, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 370-371.

91 Faute de posséder un bien au moins égal à 4 000 pesos, ils doivent exercer un art utile, une profession ou un office, avoir 26 ans révolus et être citoyens depuis au moins 7 ans (Constitución de las Provincias Unidas..., art. 5, op. cit., p. 269).

92 Ibid., art. 11.

93 Constitution de las Provincias Unidas..., section II, chap. 3 et 4, op. cit., p. 271-272.

94 Ibid., section III, chap. 3, p. 273-274.

95 Constitutión de las Provincias Unidas..., section V, op. cit., p. 276-277.

96 Manifiesto del Soberano Congreso General Constituyente de las Provincias Unidas en Sudamérica al dar la Constitutión, 22/04/1819, dans A. E. Sampay, Las constituciones de la Argentina, op. cit., p. 279-290.

97 Ibid., p. 285.

98 « Le Congrès constituant n’a pas tant cherché à l’accommoder au climat, à la nature et aux coutumes des peuples (...) qu’aux principes généraux d’ordre, de liberté et de justice. Ceux-ci étant [valables] en tout temps et en tout lieu sans être à la merci des aléas, ils étaient à même de rendre [cette Constitution] ferme et invariable. » (Manifiesto del Congreso..., op. cit., p. 290).

99 Du moins dans toutes les provinces qui restent sous l’obédience du pouvoir central. Deux jours avant la publication de la Constitution, Santa Fé a proclamé son indépendance ; ni elle ni l’Entre Rios ne reconnaissent le texte, imitant en cela la position d’Artigas qui a définitivement rompu les liens avec les dirigeantsporteños.

100 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Gobierno, 25/05/1819, AGN Gob. Cba., X-5-3-6 ; Oficio del gobernador de Tucumán al Director Supremo, 26/05/1819, AGN Gob. Tuc., X-5-10-4.

101 Oficio de Güemes al Director Supremo, 28/05/1819, AGN Gob. Salta, X-5-7-5.

102 Constitución de las Provincias Unidas..., section I, chap. II, art. 14, op. cit., p. 270.

103 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 24/07/1819, AGN Gob. Cba., X-5-3-6.

104 Acta del cabildo de Tucumán, 22/08/1819, AHT Actas capitulares.

105 Acta de ! cabildo de Tucumán, 26/09/1819, AHT Actas capitulares ; Oficio de Luzuriaga al Supremo Gobierno, 5/09/1819, AGN Gob. Men., X-5-5-12.

106 Cf. L. Gianello, op. cit. ; J. Criscenti, art. cité.

107 Malgré le soutien que Güemes reçoit de Pueyrredon, il est contraint de lever des contributions répétées, ce qui le rend de plus en plus impopulaire auprès des vecinos aisés.

108 Oficio de Belgrano al Congreso de Tucumán, 28/01/1817, AHT Adm., 26-37.

109 Sessions des 10/11 et 20/11/1818, cité par L. Gianello, op. cit., p. 387.

110 Ibid., p. 388-397. Cf. S. Amaral, « Las formas sustitutivas de la monedad metálica en Buenos Aires (1813-1822) », Cuadernos de Numismática, 27, p. 37-61.

111 C’est ce que n’hésite pas à faire Güemes. En novembre 1818, il informe Pueyrredon qu’il a obtenu d’un commerçant un prêt de 3 000 pesos gagé sur les « caisses générales », et lui laisse entendre que cette somme devra être remboursée au plus vite pour que cette aide soit renouvelée en cas de besoin (Oficio de Güemes al Director Supremo, 26//11/1818, AGN Gob. Salta, X-5-7-5).

112 Decreto del Director Supremo del Estado, 4/07/1818, dans Documentas del Congreso de Tucumán, op. cit., p. 243-244.

113 Oficio de Rondeau al Congreso Nacional, 5/07/1819, ibid., p. 302.

114 Toribio de Luzuriaga intervient par exemple pour qu’on cesse de verser au lieutenant-colonel Villanueva une pension de 90 pesos par mois, qu’il considère exorbitante, d’autant plus que celui-ci jouit de rentes confortables et ne contribue en rien à l’effort fourni par la communauté (Oficios de Luzuriaga al Supremo Director, 3/01/1817, AGN Gob. Men., X-5- 5-8).

115 Acta del cabildo de Córdoba, 18/06/1817, dans Actas capitulares, op. cit., p. 66 ; Recurso de los vecinos de la ciudad de Tucumán, juin 1818, AHPBA, Oficios al Congreso, livre II.

116 Cf. L. B. Romero, « Algunos aspectos de las relaciones comerciales en el Interior en los años 1817-1822 », dans Primer Congreso de Historia argentinay régional (Tucumán, 1971), Buenos Aires, 1973, p. 201-210.

117 Representaciôn del señor don Santiago de Figueroa, 7/01/1819, AGN Gob. Salta, X-5-7-5.

118 En application du Règlement de 1817, la municipalité de Mendoza nomme un assesseur de gouvernement, mais ses fonds ne permettent pas de lui verser un salaire de 1 000 pesos par mois (Oficio del cabildo de Mendoza al Director Supremo, 6/05/1818, AGN Gob. Men., X-5- 5-10). À Salta, les échevins sont obligés de reconnaître qu’il leur est impossible d’envoyer et de faire vivre à Buenos Aires le député Mateo Saravía, à qui ils demandent de trouver lui-même de l’argent (Acta del cabildo de Salta, 26/09/1818, dans Güemes Documentado, op. cit., t. 5, p. 456).

119 Actas del cabildo de Tucumán, 26/06 et 20/10/1817, AHT Actas capitulares.

120 Oficios de Luzuriaga a los secretarios de Gobierno y de Gracia y Justicia, 31/05 et 16/08/1818, AGN Gob. Men., X-5-5-10 et 5-5-12.

121 Oficio de Pueyrredon al Congreso, 30/09/1818, dans Documentas del Congreso de Tucumán, op. cit., p. 194.

122 Oficio del gobemador-intendente de Tucumán, 23/06/1819, AGN Gob. Tuc., X-5-10-7.

123 Oficio del Director Supremo al gobemador-intendente de Tucumán, 26/07/1819, AGN Gob. X-5-10-7.

124 Oficio del gobemador-intendente de Tucumán al cabildo, 14/09/1819, AHT Adm., 26- 225. Suit la liste des commerçants européens et des sommes qui sont exigées d’eux, lesquelles s’échelonnent entre 10 et 3 000 pesos, pour une moyenne de 400 pesos par personne.

125 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 9/10/1819, AGN Gob. Cba., X- 5-3-6. Cf. R. I. Peña, « El doctor Manuel A. de Castro, gobernador de Córdoba (1817- 1820) », BANH, vol. 51, Buenos Aires, 1978, p. 271 -296.

126 A. R. Bazán, Historia del Noroeste argentino, Buenos Aires, 1986. Un témoigagne intéressant sur la période nous est fourni par les mémoires de l’officier Damaso de Uriburu, publiés dans le recueil Biblioteca de Mayo, Buenos Aires, 1960, vol. 1, p. 621-781.

127 E. Páez de la Torre, Historia de Tucumán, op. cit.

128 T. Halperín Donghi, op. cit.

129 Commandant du camp d’Arroyo de la China, Francisco Ramírez écrase une expédition envoyée depuis Buenos Aires et remplace Ignacio Vera à la tête de l’Entre Rios en décembre 1817. À Santa Fé, le gouverneur Mariano Vera est déposé par Estanislao López en juillet 1818.

130 Après le congrès d’Aix-la-Chapelle, l’espoir d’une médiation anglaise entre l’Espagne et les Provinces Unies s’effondre, et Ferdinand VII commence à réunir des troupes à Cadix en vue de les embarquer pour l’Amérique. Cf. J. Torre Revello, « El fracaso de la expedición española preparada contra el Rio de la Plata », BANH, 33 (1962) ; E. de Gandía, « Buenos Aires bajo la terror de una expedición española en 1819 », Investigaciones y Ensayos, 14 (1973), p. 15-88 ; E. Heredia, Planes españoles para reconquistar Hispanoamérica (1810-1818), Buenos Aires, 1974 ; Id., « Algunos aspectos de la reconquista del Rio de la Plata en el régimen constitucional español », Anuario de Estudios Americanos, 34 (1977), p. 49-63 ; D. Ramos Pérez, Españay la independencia de América, Madrid, 1996.

131 À Salta, les opposants au gouvernement font courir le bruit que l’expédition n’est qu’un leurre, une invention de Rondeau pour contraindre les provinces à remplir les caisses de l’État (Carta de Torino a Zuviria, 28/07/1819, dans Güemes documentado, t. 8, p. 481).

132 Les députés de Salta parlent d’une expédition de 18 à 20 000 hommes, selon les sources dont ils disposent (lettres privées, gazettes anglaises, correspondances des émissaires envoyés en Europe).

133 D’où, au même moment, le refus qu’essuie Güemes lorsqu’il réclame de l’aide pour repousser l’invasion imminente du général La Serna.

134 Le général Morillo vient d’essuyer de graves revers au Venezuela et, par ailleurs, la Floride constitue une pomme de discorde entre l’Espagne et des États-Unis. On pense donc que l’expédition sera éventuellement détournée vers la zone caraïbe, et que les États-Unis prêteront leur appui au Rio de la Plata (Discurso de Rondeau al Congreso, 16/10/1819, Documentas del Cognreso de Tucumán, op. cit., p. 379).

135 Dans la capitale, le groupe des opposants à Pueyrredon est constitué en majeure partie des « fédéraux », qui souhaitent voir Buenos Aires abandonner son rôle « national » (notamment le soutien à San Martín) pour mieux se consacrer à ses propres intérêts.

136 Cf. M. Belgrano, La Francia y la monarquia en el Plata (1818-1820), Buenos Aires, 1933 ; R. Caillet-Bois, « La ocupación de la Banda Oriental por los Portugueses y la mediación de las potencias europeas (1816-1820), dans Boletin del Instituto de Investigaciones Históricas « Dr. Emilio Ravignagni », 14-15 (1967) ; E. S. Casal, « Las discusiones en Europa acerca de la invasión lusitana a la Banda oriental », dans Cuarto Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, 1966, t. 7 ; C. Segreti, La máscara de la monarquia, 1808-1819, Côrdoba, 1994.

137 La nouvelle monarchie (au sens territorial du terme) « doit comprendre au moins tout le territoire de l’ancienne démarcation du vice-royaume du Rio de la Plata et conserver dans ses limites les provinces de Montevideo – avec toute la Bande orientale – Entre Rios, Corrientes et le Paraguay » (Oficio del Congreso al Excmo Supremo Director del Estado, 13/11/1819, AGN X-2-1-7).

138 Rappelons que celle-ci prévoyait des interventions militaires pour écraser toute tentative de soulèvement libéral. Au moment où le chanoine Gómez conclut sa mission, l’Autriche vient d’envoyer des troupes en Allemagne du Sud pour réprimer des mouvements nationalistes. Cf. M. Kossok, Historia de la Santa Alianzay de la emancipación de América Latina, Buenos Aires, 1968.

139 Outre Dorrego et les exilés de 1817 – Domingo French, Pedro Agrelo, Manuel Moreno, Pazos “Kanki”, Feliciano Chiclana, Eusebio Valdenegro – se trouvent à Baltimore deux ennemis notoires du régime, Carlos de Alvear et José Miguel Carrera, qui ne rêvent que de revanche, principalement envers Pueyrredon et San Martin. Les deux s’installeront ensuite à Montevideo, où ils s’allieront à Artigas contre le Directoire.

140 Le titre du libelle est explicite : Exposición contra don Juan Martin de Pueyrredon titulado Director supremo de las Provincias del Rio de la Plata, por el ciudadano don Pedro José Agrelo, comprendido entre otros en la segunda proscripción del 13 de febrero de este año de 1817... Cf. L. Gianello, op. cit., p. 471.

141 Manifiesto del Congreso de las Provincias Unidas del Rio de la Plata a sus habitantes, 18/10/1817, dans Mensajes de los Gobernantes, 1810-1910, H. Mabragana dir., Buenos Aires, 1910, t. 1,p. 126-134.

142 Circular reservada al gobernador de Tucumán, 24/11/1817, AHT Adm., 26-237.

143 Oficios del cabildo y del gobernador de Tucumán al secretario de Guerra, 18/12 et 27/12/1817, 10/01 /1818, AGN Gob. Tuc., X-5-10-7 et X-5-10-4.

144 Oficio del secretario de guerra al Capitan general del exercito del Peru, al de los Andes y a los gobernadores de Cuyo, Tucumán y Salta, 27/12/1817, AGN Gob. Tuc., X-5-10-7. Craignant que les fédéraux, refoulés par les Portugais et les porteños, ne se replient sur sa province, le gouverneur de Córdoba prépare un minutieux plan de défense des frontières, en accord avec son collègue du Cuyo (Oficio de Manuel Antonio de Castro a Toribio de Luzuriaga, 12/01/1818, AHM lnd., 646-30).

145 Oficio del cabildo de Córdoba al Director Supremo, 27/06/1818, AHC Gobierno 55-396 ; Oficio del gobernador de Tucumán al Director Supremo, 3/07/1818, AGN Gob. Tuc., X-5-10-4.

146 Oficio de Pueyrredon al Congreso, 18/11/1818, dans Documentas del Congreso de Tucumán, op. cit., p. 229. Cf. L. Gianello, op. cit., p. 477-478. Huit personnes seront déportées, dont l’ancien directeur Posadas, à Luján, et les frères Juan José et Manuel Sarratea, à San Juan.

147 Sauf dans le cas de Córdoba, où elle est prorogée sur ordre du gouverneur Díaz en 1815.

148 Oficios del cabildo de Córdoba y de la Asamblea électoral al gobernador-intendente, 21/01/1817, AHC Gobierno, 51-333 et 52-224. Naturellement, les électeurs protestent en affirmant que le cabildo lui-même, lors de la session du 18 novembre 1816, lui a reconnu la faculté d’élire la nouvelle municipalité, moyennant un pouvoir spécifique octroyé par les citoyens.

149 Acta del cabildo de Córdoba, 17/06/1817, dans Actas capitulares, op. cit., livre 49, p. 64.

150 Oficio de Bernabé Aráoz al Director Supremo, 1817, AGN Gob. Tuc., X-5-10-4

151 Oficios del cabildo de Mendoza al Director Supremo, 22/02, 21/03 et 23/03/1817, AGN Gob. Men., X-5-5-8.

152 Decreto del Supremo Director de las Provincias Unidas de Sudamérica, 13/03/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3-3.

153 Estatuto provisional..., 22/11/1816, section VI, chap. 2 et 3, dans A. E. Sampay, Las constituciones de la Argentina, op. cit., p. 250-251.

154 Proclama de Juan Antonio Álvarez de Arenales, 23/02/1819, AGN Gob. Cba., X-5-3-6.

155 Oficio del cabildo de Mendoza al Supremo Director, 2/12/1818, AGN Gob. Men., X-5-5-12.

156 Oficio de Toribio de Luzuriaga al Supremo Director, 24/01/1818, AGN Gob. Men., X-5-5-12.

157 Oficios de Manuel Antonio de Castro, 14/04 et 19/07/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3-4 ; Oficio de Toribio de Luzuriaga, 24/01/1818 et 24/04/1819, AGN Gob. Men., X-5-5-12. Cf. H. R. Lobos, « La frontera norte de Córdoba (1810-1820) », Investigaciones y Ensayos, 21 (1977), p. 367-412.

158 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 17/08 et 18/09/1817, AGN Gob. Cba., X-5-3-4.

159 Bando del gobernador-intendente de Córdoba, 12/10/1818 ; Expediente del cabildo de Córdoba, 21/10/1818 ; Oficio de Manuel Antonio de Castro al Congreso, 24/10/1818, APBA, Oficios al Congreso, livre III.

160 Proclama de Artigas a los habitantes de Córdoba, 21/12/1818, AGN Gob. Cba., X-3-5-5.

161 Proclama de Juan Antonio Alvarez de Arenales, 23/02/1819, AGN Gob. Cba., X-5-3-6. Cette construction de la figure de l’ennemi est proche de celle analysée par Sophie Wahnich pour le cas français (« La logique de l’exclusion révolutionnaire », dans La guerre civile entre histoire et mémoire, Nantes, 1995, p. 65-75).

162 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 9/10/1819, AGN Gob. Cba., X-5-3-6.

163 Ibid.

164 Oficio de Manuel Antonio de Castro al Director Supremo, 21/11/1819, AGN Gob. Cba, X-5-3-6.

165 Oficio de Belgrano a Güemes, 10/12/1817, dans Güemes documentado, op. cit., t. 8, p. 317.

166 Oficio de Feliciano Mota Botello al Director Supremo, 18/08/1819, AGN Gob. Tuc., X-5- 10-4.

167 Oficios del cabildo de Tucumán a los oficiales y a Bernabé Aráoz, 12/11/1819, dans R. J. Freyre, Historia de la República de Tucumán 1819-1820, Buenos Aires, 1911.

168 Oficio del cabildo de Tucumán al Director Supremo y al Congreso, 15/11/1819, ibid. ; Oficio de Bernabé Aráoz al Director Supremo, 26/12/1819, AGN Gob. Tuc., X-5-10-4.

Table des illustrations

Titre La situation des fronts 1815-1821
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/44073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 69k

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search