Version classiqueVersion mobile

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Chapitre 5. Le congrès, « vivante image des pueblos »

Texte intégral

1La représentation qu’instaure le Statut de 1815 reste-t-elle, comme en 1810, celle de communautés anciennes, ou est-elle, comme en 1813, une fiction nationale assumée par une fraction du « peuple » ? L’étude de la mise en place du congrès de Tucumán, des espoirs qu’il suscite et des acteurs qui le composent permet de préciser la nature de cette représentation et de montrer en quoi elle constitue une véritable réponse politique à la crise. Instrument du nouveau pacte entre le pouvoir et la société, fondé sur un imaginaire pluriel en quête de cohésion, le Congrès reflète les transformations politiques issues de l’année 1815 en mettant en évidence la solidarité nouvelle qui unit les cités et leur volonté commune de forger la Nation. Durant les quelques mois où il va siéger à Tucumán, l’action du Congrès est extrêmement diversifiée, compte tenu de la multiplicité de ses attributions. Il est toutefois possible de distinguer deux grands moments, correspondant aux priorités de la situation politique et militaire du pays : d’avril à juin, le Congrès se préoccupe essentiellement de réorganiser – voire de réinvestir – le pouvoir exécutif et de régler la question du commandement suprême des armées. De juin à décembre, les questions de l’indépendance et de la forme du régime deviennent prioritaires, mettant à nu les divisions et les conflits entre les députés.

2À travers ces différents dossiers, une question centrale ne cesse de se poser, formant un fil conducteur autour duquel se réorganisent les décisions et les alliances. Il s’agit de la légitimité du Congrès comme organe souverain, qui pose le problème de ses rapports avec l’autre instance de pouvoir que constitue le Directeur suprême, mais surtout avec les cités qui l’ont mis en place, et particulièrement celle de Buenos Aires dont les élites n’ont plus l’apanage des décisions. En analysant ces relations, nous chercherons à mettre en évidence les différents rôles que joue le Congrès et la façon dont il utilise chacune de ses compétences et de ses attributions pour tenter de raffermir sa légitimité. Ayant ainsi partagé les fonctions de gouvernement avec le Directeur, il joue pleinement sur le caractère hybride de sa fonction (à la fois organe de gouvernement, assemblée législative et assemblée constituante) pour tenter de s’imposer comme l’autorité suprême, en lieu et place du souverain.

La représentativité du Congrès

3Si l’urgence de se constituer en nation fait progresser l’idée de représentation moderne, la convocation du Congrès répond en premier lieu à la nécessité de pallier le déficit de souveraineté ressenti par les cités. Or, cette dette envers les pueblos est ce qui empêche le passage à une représentation véritablement nationale, qui supposerait l’abandon du mandat représentatif. Deux logiques contradictoires sont ici à l’œuvre : l’une s’efforce de fonder une entité unique et juridiquement autonome dans laquelle la souveraineté trouverait à s’incarner ; l’autre tente de raffermir l’existence politique des cités et de renouer le pacte entre elles et les autorités par le biais de la représentation. C’est cette contradiction, dictée par les circonstances intérieures et extérieures au pays, qui explique le maintien de certaines formes de la représentation ancienne, tant dans la nature du Congrès que dans le rôle qu’y jouent les députés.

La « Nation nécessaire »

4Dans le contexte de 1815, la convocation du Congrès constitue un moyen de résoudre les deux impasses dans lesquelles se trouve la Révolution. D’une part, l’évolution de la situation militaire en Amérique et l’échec des négociations avec Ferdinand VII rendent inéluctable la fondation d’une entité nationale indépendante. De l’autre, cette réunion apparaît comme le seul moyen de reforger le pacte entre les cités et de donner corps à cette entité à partir des acteurs collectifs qui la constituent. Dirigeants, élites locales et intermédiaires sont persuadés du bien-fondé de cette démarche et voient dans le Congrès le moyen de sanctionner un ordre politique stable, seul moyen d’assurer la victoire militaire. Toutefois, si la convergence des aspirations peut apparaître comme une promesse d’unanimité, les oppositions latentes entre les cités ne tardent pas à se manifester, principalement par la voix des représentants.

  • 1 Conservée dans le fonds Thomas Guido (1780-1816) de l’AGN, cette correspondance a été reproduite po (...)
  • 2 À cette date, il manque encore trois des représentants de Buenos Aires, deux du Haut-Pérou ainsi qu (...)

5Pièce maîtresse de la « nouvelle donne » proposée aux cités, le Congrès ne pouvait s’ouvrir qu’en dehors de la capitale. Le lieu de réunion choisi est la cité de Tucumán, qui s’est brillamment illustrée dans la défense de la Patrie et présente l’avantage d’être proche des principaux fronts. La dimension symbolique de l’emplacement réside dans la dissociation entre l’autorité suprême et la ville capitale ; elle traduit la volonté des cités de ne plus dépendre de Buenos Aires, dont elles remettent en cause la supériorité « naturelle » et implicite. Dans la pratique, le choix de Tucumán retarde l’arrivée des députés et l’ouverture du Congrès. Alors que les élections ont toutes eu lieu en 1815, seuls quelques représentants, de Buenos Aires et du Cuyo, sont présents à Tucumán en janvier 1816. En proie à une inquiétude que l’inactivité ne fait qu’accroître, ils sont à l’affût de la moindre nouvelle, s’ennuient considérablement et écrivent beaucoup. La correspondance de l’un d’entre eux, José Darregueira, constitue un témoignage de première main sur la période1. Tout au long des mois de février et mars, il confie à son correspondant, le secrétaire à la Guerre Tómas Guido, son pessimisme quant au sort de l’ Armée du Nord et du Congrès. Il lui transmet régulièrement les rares nouvelles du front et lui fait part de l’arrivée au compte-gouttes des autres députés, ce qui porte leur nombre à dix-neuf le jour de l’ouverture2. Il est vrai que le Congrès ne s’annonce pas sous les meilleurs auspices, comme le fait remarquer Ambrosio Funes :

  • 3 Oficio de Ambrosio Funes a Gregorio Funes, décembre 1815, dans Archiva del doctor Gregorio Funes, B (...)

« Les nouvelles qui arrivent du Pérou ne sont pas des meilleures (...) et je ne peux pas croire que le Congrès se livrera à de grandes méditations au milieu des craintes et des périls. (...) Je ne comprends pas non plus pourquoi les députés se pressent autant, alors que sous peu, ils devront peut-être repartir en courant. J’ai toujours considéré qu’un tel Congrès ne devrait pas se tenir tant que les urgences et les dangers restaient si pressants. »3

  • 4 Cartas de José Darregueira a Tomás Guido, 19/01, 5/02, 11/02, 18 et 26/02, 5/03/1816, dans Güemes d (...)
  • 5 Naturellement, il donne plusieurs exemples de ces désordres au fur et à mesure des anecdotes qu’il (...)
  • 6 Darregueira condamne en bloc les conflits entre les chefs militaires et dénonce l’ambition des offi (...)

6Le principal motif d’inquiétude est le sort incertain de l’Armée du Nord, qui poursuit sa retraite en direction de Salta après sa terrible défaite à Sipe Sipe, en novembre 1815. Dans un manifeste daté du 7 janvier 1816, le général Rondeau tente de se dédouaner et de relativiser l’ampleur de la catastrophe mais, si l’on en croit Darregueira, personne n’est dupe. À travers ses lettres4, le député de Buenos Aires traduit bien l’inquiétude des responsables politiques quant au devenir du conflit, d’autant plus vive que les nouvelles provenant des officiers rescapés de l’Armée sont rares, confuses et souvent fausses. Darregueira se montre méfiant vis-à-vis de Rondeau, qu’il juge ambitieux, trop indépendant vis-à-vis du pouvoir central et qu’il rend responsable de la défaite pour avoir laissé se développer dans son armée un désordre et un relâchement inadmissibles5. Pour lui, les projets de réforme et les renforts qui arrivent de Buenos Aires sont peine perdue ; l’Armée du Nord n’est plus qu’un fantôme, une troupe en lambeaux. Les intuitions de Darregueira sur l’ambition de Rondeau se voient confirmées lorsque celui-ci tente de s’emparer de Salta et de destituer Güemes en mars 18166. Ce conflit accélère paradoxalement l’ouverture du Congrès, car c’est en tant qu’instance d’arbitrage que celui-ci trouve sa raison d’être, comme le rappelle fort justement le cabildo de Salta :

  • 7 Oficio del cabildo de Salta a Rondeau, 12/03/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 323.

« Tout différend doit être soumis au Congrès, celui-ci étant l’unique tête collective et légitime qui puisse les résoudre. Dans le cas contraire, sa convocation est inutile, tout comme sa prompte ouverture que l’on annonce dans le but louable de forger les pactes sociaux dans [un climat de] fraternité, d’union et d’amitié, de jeter les bases [d’un gouvernement], de corriger les abus, de châtier le crime et de récompenser la vertu. »7

  • 8 Sessions des 27 et 28 mars et du 1er avril 1816, dans Asambleas Constituyentes Argentinas, E. Ravig (...)
  • 9 Ibid.

7À peine réunis, considérant qu’« il [est] du devoir du Congrès Souverain de trouver les moyens d’en finir avec ces dissensions », les députés décident d’annoncer aux deux chefs la réunion du Congrès et de leur demander, en signe de reconnaissance, d’arrêter les hostilités8. Entre-temps, Güemes et Rondeau ont signé le pacte de Los Cerrillos. Cette réconciliation, que les députés entendent consolider, est partout célébrée avec ferveur car elle symbolise la fin des dissensions internes et donne crédit à l’ouverture du Congrès. Celle-ci donne lieu, les 24 et 25 mars, à une cérémonie fastueuse dont le rituel est inchangé par rapport à l’Ancien Régime. À l’aube du premier jour, une salve de 21 canons salue la réunion des dix-neuf députés présents dans la Salle du Congrès. Ceux-ci se rendent ensuite à l’église Saint-François, où est chantée une messe d’action de grâces, puis reviennent dans la Salle pour prêter le serment d’entrée en fonctions. La cérémonie se répète le lendemain, avec cette fois un caractère public : dans le cortège qui se rend à l’église, les députés sont précédés de tous les corps urbains, gouverneur et cabildo, clergé séculier et régulier, principaux habitants, milices de la ville et de la campagne, qui défilent parmi les vivats d’une foule en liesse. Installés dans l’église selon les règles du protocole, ces différentes corporations écoutent une messe chantée, le sermon patriotique prononcé par le député de Catamarca, puis le Te Deum Laudamus. Après quoi, le cortège retourne vers la Salle du Congrès, où a lieu la prestation de serment des corps urbains, précédée d’un discours du Président aux habitants de la cité9.

  • 10 Session du 26 mars 1816, ibid., p. 185-186.

8Dès le surlendemain, alors que les réjouissances se poursuivent à Tucumán, ordre est donné à toutes les cités de célébrer l’ouverture du Congrès selon les règles prescrites. La formule du serment que doivent prêter les autorités et les différentes corporations a été soigneusement fixée par les députés, pour garantir l’uniformité de l’hommage rendu et de l’obédience signifiée10. L’impact sur les cités est naturellement considérable, la réunion du Congrès étant présentée comme le début d’une ère nouvelle. L’édit de San Martin qui annonce l’événement se termine ainsi sur cette vibrante promesse :

  • 11 Bando de San Martin al pueblo de Mendoza, 7/04/1816, AHM Ind., 283-64.

« Citoyens, l’heureux empire de la Loi va régner sur notre hémisphère. Les fondements stables de l’ordre national et civil vont être instaurés par la représentation des pueblos ; la Nation va dicter tambour battant le code sacré de son institution. Unissez vos vœux à ceux du corps souverain et la Patrie sera une fois pour toutes élevée au rang majestueux de son indépendance. »11

  • 12 Oficio del gobernador de Cuyo al Director Supremo, 2/05/1816, AGN Gob. Men., X-5-5-7. Le Congrès le (...)
  • 13 Oficio del gobernador-intendente de Córdoba al cabildo, 5/04/1816, AHC Gobierno, 47-230 ; Acta del (...)

9S’ensuivent trois jours de réjouissances qui suscitent l’enthousiasme patriotique des habitants de Mendoza, à l’unisson de leur gouverneur12. Il en va de même à Córdoba où le serment est prêté le 6 avril selon les règles prescrites par le Congrès : après que l’alcalde a reçu le serment du gouverneur et du provisor del obispado, qui remplace l’évêque, les représentants des différentes corporations (administrations des finances et des postes, tribunal de commerce, université et collèges, couvents, corps de milices, etc.) jurent obéissance devant le gouverneur. La cérémonie se répète ensuite dans toute la province13.

  • 14 Manuel Antonio de Castro, magistrat de la Camara de Apelaciones, rapporte entre autres que le premi (...)
  • 15 Oficio de José Javier Díaz al Director Supremo, 2/05/1816, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.
  • 16 Ce thème de la « constitution organique », issu du jusnaturalisme catholique, est commun à toute l’ (...)

10Des dissonances se font toutefois sentir, particulièrement à Buenos Aires où les factions s’affrontent au sujet du protocole lié à la prestation du serment14. Le même jour, Marcos Balcarce, qui vient de remplacer Alvarez Thomas, croit bon d’ordonner aux autorités subalternes de reconnaître le Congrès alors que la plupart l’ont déjà fait. S’il reçoit de San Martin l’obédience attendue, cette initiative lui vaut une réponse cinglante de José Javier Díaz, qui lui recommande de s’occuper exclusivement des « provinces sujettes à [sa] direction » et lui rappelle que « la province de Córdoba a juré de ne pas reconnaître d’autre autorité que celle [du] Souverain Congrès National »15. Toutefois, cette attitude reste singulière. L’enthousiasme dont fait preuve la plupart des cités face à l’ouverture tant attendue du Congrès doit être mesuré à l’aune des espoirs placés dans cette institution. Dans le discours d’ouverture comme dans ses premiers actes, le Congrès est présenté comme un instrument de cohésion, face aux diverses formes de la désunion et de l’anarchie. Le gouvernement issu de la réunion des députés incarne et sauve, dans son sens le plus métaphorique, l’unité des provinces, en ce qu’il permet de les confronter et de concilier les aspirations des unes et des autres. Toutefois, cette unité n’est pas une création artificielle et n’obéit pas à un phénomène de génération spontanée ; elle ne fait que se conformer à un ordre établi. L’union que les provinces appellent de leurs vœux en 1815 ressort davantage de l’ordre naturel que du droit positif, comme l’indique l’emploi systématique des métaphores familiales et du registre affectif : on parle couramment d’« amitié », de « sentiments », de « liens sacrés » pour désigner les relations des provinces entre elles16.

  • 17 Oficio del cabildo de Salta a Alvarez Thomas, 3/07/1815, AGN Gob Salta, 5-7-4.
  • 18 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 19/01/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 35 (...)

11Le recours aux institutions est donc envisagé comme la garantie d’une réalité déjà existante et non comme un acte fondateur. On n’attend pas du Congrès qu’il crée un ordre nouveau, mais qu’il sanctionne par des lois justes et adaptées celui qui émane de la nature même des provinces, chacune ayant « son territoire, sa situation locale, les coutumes de ses habitants, la diversité de ses castes, son commerce, son [niveau] d’instruction, ses établissement anciens et récents, etc. »17. C’est la raison pour laquelle, dans leur serment, les députés jurent de défendre avant tout la religion et l’intégrité du territoire, qui apparaissent comme les fondements de cette unité. La conviction que celle-ci ne saurait résulter de la simple réunion du Congrès se ressent chez Darregueira, qui tout en condamnant fermement la désunion des chefs militaires, ne croit pas au rôle salvateur des institutions : « Seul le temps (...) guérira nos maux, écrit-il à Guido, et non les mesures du Congrès, ni la réforme de l’État, car tout cela est inutile lorsque l’édifice branle sur ses fondations. »18

12Davantage qu’un générateur d’unité, le Congrès apparaît donc comme un centre, un axe autour duquel viennent s’articuler les différents liens qui unissent les provinces, ce qui correspond bien à un imaginaire pluriel de la Nation. En effet, la stabilité du centre est ce qui garantit la solidité des ancrages, permettant à chacune des parties de conserver une certaine autonomie. Comme on l’a vu, l’indépendance provinciale, lorsqu’elle est envisagée ou déclarée, ne s’accompagne jamais d’un désir d’autarcie ; chez José Javier Díaz ou Güemes, le dévouement à la cause commune apparaît comme un impératif absolu. Il subsiste donc l’idée d’un principe unifiant, militairement et politiquement, d’une entité capable de garantir en même temps l’union et l’autonomie des cités. En 1815, les cités ne veulent plus des gouvernants de Buenos Aires mais envisagent de confier ce rôle à Artigas, à Rondeau, ou « un gouvernement sage » issu du Congrès. Güemes s’exprime très clairement en ce sens lorsque, mettant en cause l’autorité d’Alvarez Thomas, il s’exclame :

  • 19 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/09/1815, AGN Gob. Salta, X-4-1-2.

« Quand arrivera-t-il, ce jour tant attendu où nous verrons notre Congrès rassemblé, et où ses [membres] vertueux formeront une Constitution libre, dicteront des lois sages, transcenderont les divergences et [régleront] les relations entre les provinces ? Ce sera [alors] la fin de la révolution, car tant que la souveraineté est répartie entre tous, il ne peut y avoir ni ordre, ni lois, ni gouvernement, ni liberté. »19

  • 20 Acta del cabildo de Salta, 15/11/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 401.

13Lors du débat qui a lieu un mois plus tard sur le régime politique de la province, les participants affirment leur volonté de ne dépendre que du Congrès à venir. Juan Manuel de Ulloa expose à cet égard tous les maux qui résulteraient d’une indépendance totale : l’absence d’équilibre et d’égalité des droits entraînerait discordes et divisions entre les citoyens et entre les provinces elles-mêmes, d’où résulterait « une interminable guerre civile fomentée par les jalousies et l’agitation des passions ». Sans une dépendance consentie envers le Congrès, conclut-il, « l’union des Américains ne pourra jamais se cimenter avec solidité et fermeté », et il ajoute qu’avant de prendre toute décision définitive, il faudrait consulter « les autres cités et pueblos qui forment l’unité de cette province », ainsi que Buenos Aires et les autres cités20. L’union « naturelle » entre les parties est donc ce qui sous-tend la commune obédience à un organe unique de gouvernement. Le Congrès est perçu de la même façon que le roi sous l’Ancien Régime ou la cité de Buenos Aires en 1810, mais on attend de lui, à la différence des précédents, qu’il respecte la pluralité des provinces et qu’il crée, grâce à la Loi, un ordre qui échappe durablement à l’arbitraire.

  • 21 Oficio de José Javier Díaz al Director Supremo, 10/10/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.
  • 22 Bando del gobernador-intendente de Cuyo, 16/06/1815, AHM Ind., 283-33.

14En ce sens, le Congrès apparaît également comme un arbitre, capable de conserver cet équilibre entre les parties. La réaction du cabildo de Salta face à l’agression de Rondeau, rapportée plus haut, indique la nécessité et l’urgence d’une instance de régulation. C’est en tant que Tribunal suprême, par le règlement des dissensions entre les différents acteurs politiques – et en premier lieu les provinces – que le Congrès pourra justement préserver cette union, préalable à toute fondation institutionnelle. Ces deux dimensions sont sans cesse présentes dans les discours, aussi bien chez les « centralistes » que chez les « autonomistes ». José Javier Díaz déclare ainsi que le Congrès « fixera le destin de toutes les provinces ainsi que le système qui devra [les] régir à l’avenir et qui conviendra le mieux à [leurs] intérêts communs et particuliers »21. Même attente à Mendoza, où l’édit sur l’élection des députés parle d’une « Assemblée nationale qui dictera les lois et constituera un gouvernement stable, capable de donner toute l’impulsion et l’activité qu’exigent les affaire politiques dans la crise actuelle de notre révolution, tout en conciliant l’union des provinces et en rétablissant l’ordre et la dépendance »22

  • 23 Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 186.

15Dans le contexte de la crise de 1815, le Congrès apparaît comme l’alternative la plus sérieuse à la domination de Buenos Aires. Comme il est dit dans le discours d’ouverture, la réunion du Congrès « calme les inquiétudes et la méfiance qu’inspiraient nécessairement des gouvernements qui ne concentrèrent jamais de façon digne le pouvoir et la volonté générale de ceux qui leur devaient soumission et respect »23. Autrement dit, si le Congrès apparaît comme le seul organisme auquel les cités font confiance pour défendre leurs droits, c’est parce qu’il émane directement de leur volonté souveraine, par le choix des représentants. Rien de très surprenant, en regard de la philosophie politique de l’époque, que ce soit la représentation du peuple qui fonde la légitimité du souverain. Pourtant, dans les premières années de la Révolution, l’autorité des dirigeants s’est davantage appuyée sur l’ancienne hiérarchie administrative et sur des relations bilatérales, incarnées par le patriotisme, que sur des assemblées représentatives tour à tour vidées de leur sens. L’année 1815 marque justement la limite de ce type de tentatives pour maintenir une autorité sur des bases strictement traditionnelles. Le rejet du Directoire est d’abord celui d’un pouvoir qui a pris l’habitude de s’insérer lui-même, sans consultation des parties, ce qui correspond à l’accusation de despotisme et de tyrannie lancée contre Alvear.

  • 24 Cf. B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, 1996, p. 116-120.
  • 25 Cf. J. Roels, « La notion de représentation chez les révolutionnaires français », dans Anciens Pays (...)

16Le contexte de 1815-1816 est donc celui d’une redéfinition du pouvoir central et des modalités de son établissement, où triomphe le principe représentatif, en liaison avec l’impératif d’arbitrage évoqué ci-dessus. La représentation s’impose moins comme une nécessité technique découlant du principe de la souveraineté du peuple24 que comme une garantie d’impartialité dans la prise en compte des intérêts, la gestion des différends et la distribution des faveurs entre les cités. Au contraire du modèle français25, la conception de la représentation à laquelle nous avons affaire ici est de nature duale : elle articule de manière très affirmée la défense des intérêts particuliers (ceux des cités) et la garantie de l’unité. Cette dualité provient du fait que la délégation des volontés particulières reste ici incomplète et que la base de la représentation n’est pas individuelle, mais collective. Cette conception est parfaitement lisible dans le discours d’ouverture, qui voit le Congrès comme

  • 26 Asambleas Constituy entes, op. cit., p. 186.

« (...) le Tribunal de la Nation, investi d’un droit sacré provenant de la cession que chaque personne, chaque famille, chaque cité a faite d’une portion de l’usage de ses droits (...) il réunit et concentre en lui-même la volonté générale formée des volontés particulières (...) Voilà la représentation que revêt le Congrès national instauré par la Patrie. »26

Si l’on retrouve dans cette définition les fondements de la théorie moderne de la représentation, l’existence de volontés particulières et d’une volonté générale, articulées de manière contractuelle, on remarque que nulle alchimie ne s’opère entre elles : la volonté générale ne fait que se superposer aux volontés particulières ; elle ne les annule pas. Ce que l’institution représentative permet de pallier, c’est l’affrontement destructeur des privilèges et des intérêts :

  • 27 Ibid.

« Bien que vous divergiez entre vous par la diversité de vos droits particuliers, la politique, la convention, la bonne foi, la cession réciproque, l’intérêt commun, l’honneur même de la corporation sauront vous unir en un point qui servira de fondement à l’État colossal qui doit être érigé. »27

  • 28 Oficio de los diputados al Director Supremo, 15/03/1816, AGN, Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3 (...)
  • 29 La formule du serment des autorités le dit clairement : les gouverneurs doivent jurer, devant Dieu (...)
  • 30 D. Lacorne, L’invention de la République. Le modèle américain, Paris, 1991, p. 124.

17Mais parce que l’entité souveraine est pensée comme plurielle, les aspects « positifs » des intérêts particuliers, ceux qui ne menacent pas l’unité de l’ensemble, sont partie intégrante de l’activité représentative. Les pueblos étant la « véritable origine de la souveraineté », les députés se définissent comme leur « expression vivante », destinés à « manifester leur volonté »28. Les députés siègent en lieu et place des pueblos souverains et leur réunion constitue « une vivante image » de cette communauté. La souveraineté du Congrès n’est donc pas, fondamentalement, d’une autre nature que celle des pueblos29. C’est pourquoi les deux versions de cette souveraineté, plurielle et unitaire, coexistent sans cesse, sans que cela ne soit perçu comme une contradiction, mais bien plutôt comme un respect de la constitution organique de cette société. La théorie française de la souveraineté nationale, formulée par Sieyès et illustrée par les constituants de 1789, apparaît ici comme un contre-modèle théorique, mais toutes les révolutions libérales de l’époque ont eu à résoudre ce problème. Dans le cas nord-américain, c’est sur le régime fédéral et la représentation individuelle que s’appuient les fédéralistes pour articuler ces deux niveaux de souveraineté30. Dans le reste du monde hispanique, on constate le même phénomène de représentation « dédoublée » que celui qui prévaut au Rio de la Plata. Les propos du député chilien Leyva en constituent une belle expression théorique :

  • 31 L. Sánchez Agesta, La democracia en Hispanoamérica. Un balance histórico, Madrid, 1987, p. 35.

« Le fait que la congrégation de députés de provinces qui forment une seule nation représentent la souveraineté nationale ne détruit pas le caractère de représentation particulière de leur province respective. Le député a deux grandes obligations : la première, servir l’intérêt public et général de la Nation ; la seconde, exposer les moyens qui, sans préjudice du tout, peuvent être adoptés pour le bien de sa province. »31

18Ainsi conçu et légitimé par la représentation, le Congrès est bien le dépositaire de la souveraineté, ce qui signifie essentiellement que toute autorité émane de lui, c’est-à-dire de la volonté des pueblos. La représentation n’est pourtant pas la source unique de la légitimité ; elle prend appui sur les fondements « organiques » de la Patrie que sont la religion et l’intégrité du territoire. Ces différentes composantes apparaissent dans une formule de serment que doivent prêter les autorités, qui s’apparente à une profession de foi patriotique :

  • 32 Formula del juramento, dans Documentas para la historia del Libertador General San Martín, Buenos A (...)

« Reconnaissez-vous, représentée dans l’assemblée générale constituante, l’autorité souveraine des Provinces Unies du Rio de la Plata ? Oui, je la reconnais. Jurez-vous de reconnaître fidèlement toutes ses décisions et de les faire appliquer et exécuter ? De ne pas reconnaître d’autres autorités que celles qui émanent de sa souveraineté ? De soutenir et de conserver la liberté, l’intégrité et la prospérité des Provinces Unies du Rio de la Plata, la Sainte Religion Catholique apostolique et romaine, et tout ce qui relève de votre compétence ? Oui, je le jure. Si vous faites ainsi, Dieu vous aide ; dans le cas contraire, Dieu et la Patrie vous le demandent et vous en confient la charge. »32

19La réunion du Congrès n’est donc pas conçue comme un artefact né d’une table rase avec l’Ancien Régime. Cette représentation se superpose et vient renforcer ce que l’on pourrait appeler la constitution organique des pueblos, faite d’un ensemble de droits et de caractéristiques naturels, plurielle en son essence (chacun ayant ses propres intérêts), mais comprenant aussi des facteurs d’unité, telles que la religion ou l’idée d’une patrie à défendre. La fondation du Congrès n’est donc pas perçue comme une innovation mais comme une garantie supplémentaire, plus efficace que le régime précédent, pour atteindre cet idéal de pluralité et d’autonomie que les communautés vivent comme la résurrection de leurs « anciennes libertés ». Cette tâche est confiée à une poignée d’individus qui incarnent tout à la fois cet idéal d’unité et les contradictions dans lesquelles les enserrent leurs appartenances multiples.

Les acteurs de la représentation

20Les députés envoyés au congrès de Tucumán ne sont pas plus nombreux que ceux de la Junta Grande ou de l’Assemblée générale constituante, mais ils en diffèrent par la nature de leur charge. Ce ne sont plus, comme en 1810, des apoderados destinés à intégrer une junte de gouvernement, ni, comme en 1813, les membres d’une faction prétendant incarner la volonté générale, mais de véritables représentants, élus par l’ensemble des citoyens. Ce statut amène à s’interroger sur leur représentativité en étudiant les caractéristiques du groupe qu’ils forment, puis à confronter leurs pratiques avec la conception de la « double représentation ». Au-delà d’un unanimisme de rigueur, quelles relations entretiennent-ils avec leurs commettants et entre eux ? Partagent-ils une conception unitaire de la Nation, ou représentent-ils toujours des communautés ? Ces interrogations sont à même de compléter utilement la réflexion sur la nature de la représentation qui, en tant qu’elle donne à voir l’unité nationale, en cache les principales lignes de faille.

  • 33 Trois exemples classiques de cette démarche : V. O. Cutolo, Argentines graduados en Chuquisaca, Bue (...)

21Toute à sa célébration d’une nation naissante au début du XIXe siècle, l’historiographie argentine s’est naturellement intéressée aux députés de Tucumán, auteurs de la déclaration d’indépendance et méritant par là même une révérence particulière, à l’instar des héros nationaux. Les biographies de ces individus sont donc disponibles, bien qu’elles aient tendance à se répéter les unes les autres et qu’il soit parfois difficile d’en vérifier la véracité. Ces travaux consistent pour la plupart en une série de portraits individuels, toujours flatteurs, ou en une présentation de type « corporatiste », en fonction de l’activité dominante des députés33. Ils peuvent néanmoins servir de base pour une approche différente, inspirée de la méthode prosopographique, qui tente de mettre en lumière les principales caractéristiques de ces individus considérés en tant que groupe.

  • 34 Ces chiffres sont bien inférieurs à celles des assemblées révolutionnaires françaises (environ 900  (...)

22L’ensemble des députés siégeant au Congrès au cours de l’année 1816 représente 32 personnes, dont les représentants de Mendoza, Córdoba, Salta et Tucumán forment un tiers. Ce chiffre restreint s’explique, d’une part, par le système du vote indirect qui limite le nombre de représentants et, de l’autre, par le fait que toutes les provinces ne sont pas représentées dans cette assemblée34. La moyenne d’âge est de 40 ans ; les deux tiers ont entre 30 et 48 ans ; sept députés ont plus de 50 ans et quatre moins de 30. Ces personnages sont donc le reflet d’une génération, celle qui est née avec la création du vice-royaume et la mise en place des réformes bourboniennes, dans les années 1770-1785. Les plus âgés ont commencé leur carrière dans l’administration royale ; ce sont pour la plupart des hommes au sommet de leur carrière. Tous, enfin, ont largement participé au mouvement révolutionnaire à partir de 1810.

23La composition socio-professionnelle du groupe révèle une absence presque totale des commerçants et des propriétaires terriens, dont l’importance dans la vie des cités et le rôle dans l’effort de guerre est pourtant décisif. Seuls, Bulnes, Godoy Cruz et Gorriti s’occupent des haciendas familiales et ont eu des activités commerciales. Les militaires de carrière sont également très peu nombreux, à peine trois sur l’ensemble (Moldes, Pueyrredon et José Ignacio Gorriti). Comme la plupart des assemblées de la période, celle-ci se partage en fait entre les juristes (14 membres) et les membres du clergé (13 membres). Le détail des professions exercées et des charges occupées dans l’administration civile nuance toutefois cette opposition rigoureuse et révèle une assez grande diversité dans les occupations et les moyens de subsistance. Nombreux sont les ecclésiastiques qui ont assumé des tâches d’enseignement, notamment en philosophie et en théologie. Parmi ses nombreux écrits, frère Cayetano Rodriguez a ainsi laissé plusieurs cours de logique et de morale qui ont fait date. Les anciens étudiants de l’Académie Caroline de Charcas ont parfois occupé des fonctions administratives (secrétariat, direction) dans cette institution. Un tiers des membres du Congrès ont exercé, parfois pendant plusieurs années, la profession d’avocat, ce qui n’est pas sans incidence sur la teneur des débats au sein de l’assemblée.

24Plusieurs de ces députés, surtout parmi les juristes, ont également occupé de manière intermittente des emplois dans l’administration du vice-royaume, puis du nouvel État. Certains, tels Darregueira, Gascón, ou Rivera, ont eu des fonctions dans les Audiences de Buenos Aires et de Charcas, puis dans la Camara de Apelaciones. Darregueira et Gascón ont également travaillé à la Trésorerie et aux Finances. D’autres (Salguero de Cabrera y Cabrera, Sánchez de Bustamante) ont été employés dans le gouvernement des provinces, comme assesseur, fiscal ou trésorier, ou encore comme gouverneur (Moldes, Gascón et Boedo) ou intendant de police (Moldes et Boedo). Les membres du clergé sont souvent en charge d’une paroisse, parfois dans des campagnes reculées, tels Acevedo à Belén, dans la province de Catamarca, ou Pacheco à Libi-Libi, dans la province de Chichas. D’autres ont été en charge de paroisses urbaines, comme Castro Barros, curé de la Rioja ou Pedro Gallo, curé de Santiago.

  • 35 Cf. V. O. Cutolo, art. cité ; C. Thibaud, « L’Acadétnie Caroline de Charcas, une ‘école de cadres’ (...)

25Ces fonctions sont l’indice d’un haut degré de culture, qui constitue l’une des principales caractéristiques du groupe formé par ces représentants. D’après les renseignements que nous possédons, onze d’entre eux ont fréquenté le collège de Montserrat, à Córdoba, et onze le collège de San Carlos, à Buenos Aires. Neuf ont ensuite poursuivi leurs études supérieures à l’université de Córdoba, tandis que les quatre députés du Cuyo ont fréquenté l’université San Felipe de Santiago. Douze, enfin, ont préféré l’université de Charcas, dotée d’une prestigieuse réputation, et la moitié d’entre eux a complété sa formation à l’Académie Caroline de jurisprudence35. Treize ont obtenu un baccalauréat et dix-huit un doctorat, la principale discipline étant la théologie, suivie du droit canon, du droit civil et de la philosophie. Les cas de double cursus sont assez répandus, plusieurs ecclésiastiques ayant complété par la suite leur formation juridique ; onze d’entre eux ont été ordonnés prêtres.

26L’homogénéité sociale et culturelle est donc la principale caractéristique des membres du Congrès ; c’est sur ce socle que viennent se greffer les attaches personnelles et locales. La faiblesse des renseignements que nous possédons sur les parents des députés ne permet pas de déterminer avec précision leur origine. Cinq d’entre eux appartiennent à des grandes familles de l’intérieur, très ancrées dans leurs cités respectives : Pedro Miguel Aráoz, pour Tucumán, de Tomas Godoy Cruz pour Mendoza, de José Antonio Cabrera, pour Córdoba, de Manuel Antonio Acevedo, pour Catamarca, et de José Moldes, pour Salta. Face à ces héritiers des anciennes familles, un autre groupe se détache, celui des députés issus d’un père péninsulaire, haut fonctionnaire ou commerçant, et d’une mère créole. Ces huit personnes reflètent le dynamisme de l’immigration péninsulaire à la fin du XVIIIe siècle et son intégration dans la société locale, par le biais des alliances matrimoniales. Ces deux groupes réunissant seize personnes, soit la moitié des membres du Congrès, il est possible d’en déduire que les autres présentent des caractéristiques semblables.

27L’étude des sociabilités et des relations personnelles de ces députés constitue un champ totalement inexploré, qui compléterait sans doute utilement les hypothèses que nous pouvons formuler sur leurs agissements au sein de l’assemblée. Si rien, dans le congrès de Tucumán, n’est comparable au poids de la Société patriotique dans l’Assemblée générale constituante, il n’en existe pas moins quelques réseaux susceptibles de rassembler les individus sur d’autres fondements que leur origine ou leurs préférences idéologiques. En dehors des liens d’amitié purement privés, nous en retiendrons essentiellement trois : le cercle des étudiants de l’Académie Caroline de Charcas, dont plusieurs ont participé aux événements de 1809, met en relation des députés de Buenos Aires, Antonio Sáenz et Juan José Paso, avec des représentants de Jujuy et du Haut-Pérou, Sánchez de Loria, Sánchez de Bustamante et Mariano Serrano. Proches de ce groupe, mais s’en distinguant néanmoins, il faut mentionner ceux qui ont séjourné à Buenos Aires dans les années 1810-1815 et restent étroitement mêlés aux affaires de la capitale : en font partie les députés de Buenos Aires, mais aussi Pueyrredon, qui représente San Luis, ainsi que Moldes, Serrano, Rivera et Castro Barros, qui siégeaient à l’Assemblée constituante et ont séjourné pendant au moins deux ans dans la capitale. Le troisième noyau est constitué de tous ceux qui ont joué un rôle dans l’organisation de l’Armée du Nord, soit par leurs contributions et leurs campagnes de recrutement, soit en servant directement sous les ordres de Belgrano : c’est le cas de Moldes, Aráoz, Anchorena et Gascón.

28Il faudrait y ajouter le groupe des députés du Cuyo, fortement soudés autour du projet militaire de San Martin, pour qui il est cependant difficile de faire la part entre la solidarité patriotique et une appartenance strictement provinciale. Ce groupe semble s’apparenter à celui des députés de Córdoba, qui garderont toujours une unité de vues et d’action, en accord avec le choix politique de leur province. La question de l’assise locale des députés peut être analysée à partir de plusieurs facteurs, tels le lieu de naissance, les lieux de résidence et le rôle joué dans les institutions municipales. Les résultats mettent en évidence un très fort enracinement de ces personnages dans la vie politique de leur cité : malgré la dispersion relative des lieux de naissance, 25 députés sur 32 représentent la ville où ils sont nés. Plusieurs cités n’ont d’ailleurs élu que des natifs : c’est le cas de Córdoba, de Charcas, de Mendoza, mais aussi de villes plus modestes, telles La Rioja, Santiago del Estero, San Juan ou Mizque. Cette attitude s’oppose à celle observée lors des élections précédentes, en 1812 et 1813, où le choix de personnages connus dans l’ensemble du vice-royaume, habitant souvent la capitale, répondait à une volonté de prestige de la part des cités, à l’unisson avec les vues centralisatrices des dirigeants.

29Si la plupart des députés habitent, au moment de l’élection, dans la cité qui les a nommés, il s’agit en général de personnages assez mobiles. Parmi les lieux qu’ils ont le plus fréquentés, on remarque l’existence de « pôles » nettement définis : si les députés ayant séjourné à l’étranger sont rares (seulement trois d’entre eux ont vécu en Espagne), la grande majorité a séjourné à Buenos Aires (27 sur 32) ou à Córdoba (20 sur 32). Quatorze ont résidé à Charcas, notamment pour y étudier, et une dizaine à Salta. Cette mobilité ne les empêche pas de s’impliquer dans les affaires de leur cité d’accueil : douze d’entre eux ont occupé des fonctions capitulaires, en majorité dans leur propre ville, et onze joueront un rôle notable dans les institutions provinciales après 1820. Cet enracinement important, en accord avec ce que les cités attendent du Congrès, ne doit pourtant pas masquer le fait que plusieurs de ces personnages sont déjà dotés d’une envergure politique « nationale ». Ce groupe, que l’on pourrait qualifier d’« élite politique en formation », rassemble des hommes qui ont joué, avant 1816, un rôle dans le gouvernement des Provinces Unies, soit comme membres du pouvoir exécutif, soit comme gouverneurs, soit comme émissaires. Ce noyau compte une dizaine de députés rompus aux affaires politiques de portée générale ; ils se distinguent des autres élus qui sont peut-être davantage impliqués dans les affaires de leur cité et restent en tout cas, par le caractère occasionnel de leur mission, très proches du rôle de « porte-parole » de leur communauté.

30Cette analyse permet donc de corroborer ce que l’étude des pratiques électorales laissait entrevoir : la nature duale de la représentation. Le groupe des députés élus au congrès de Tucumán est d’une extraordinaire homogénéité : ce sont les représentants d’une génération, formés dans les mêmes lieux et rompus aux mêmes techniques, possédant des références et des compétences identiques, exerçant des professions comparables. Les lignes de partage, en fonction de l’état ecclésiastique ou laïc, de l’origine ou de la mobilité géographique, sont aisément repérables et sans grandes conséquences. Il serait tentant de mettre en corrélation cette homogénéité avec le désir d’unité dont font preuve les acteurs de l’époque et l’unanimité qui constitue la clé de voûte du Congrès. Mais, précisément, les députés se caractérisent aussi par un fort enracinement local et par la multiplicité des réseaux privés auxquels ils appartiennent. Au-delà de leurs ressemblances, ce sont ces facteurs qui influent sur leurs décisions et qui doivent être pris en compte pour interpréter leurs attitudes politiques, éclairant par là même la contradiction entre la cohérence externe de ce groupe et les blocages internes qui entravent l’action du Congrès.

  • 36 B. Mitre, Historia de Belgranoy de la independencia argentina, Buenos Aires, 1858.

31Bien que les députés présentent un profd social et culturel similaire, chacun d’entre eux reste fortement influencé par les intérêts de sa province et obéit à des impulsions qui ont souvent pour origine sa propre cité. De ce fait, il existe entre eux des clivages qui créent des tensions d’autant plus vives qu’elles ne sauraient être avouées. En effet, une bonne partie de la légitimité du Congrès repose sur la fiction unitaire que cette institution doit incarner, ce qui l’empêche d’être un véritable lieu de débat. Le grand intérêt de l’affaire Cabrera, qui accuse le Congrès d’être noyauté par des factions, est de mettre à nu ces clivages et de révéler la fragilité, autant que l’extrême nécessité, du consensus. L’historien Bartolomé Mitre a été le premier à éclairer ces dissensions et à dresser une typologie des députés, maintes fois reprises par la suite. Il distingue les députés de Buenos Aires, qu’il qualifie de « centralistes », ceux des provinces, plutôt enclins au fédéralisme et dirigés par ceux de Córdoba, et enfin, les députés du Haut-Pérou, nommés par leurs compatriotes réfugiés à Salta et Tucumán, qui formeraient entre les deux groupes précédents une sorte de « marais », s’alliant tantôt à l’un, tantôt à l’autre36.

32En réalité, si l’hypothèse d’une opposition radicale entre les représentants de la capitale et ceux des provinces hante les esprits et les propos des acteurs, elle ne se vérifie pas de façon claire dans leurs prises de position. Il y a, comme nous le verrons, une « ligne » politique imposée en-dehors de l’instance souveraine, autour de laquelle s’organisent les groupes, sans que le projet qui rallie la majorité ne puisse être totalement assimilé, du moins dans un premier temps, aux députés de Buenos Aires. À l’égal de certains de leurs collègues provinciaux, ces derniers songent avant tout à défendre les intérêts de leur cité. S’il est exact que les tendances qui s’affrontent peuvent être respectivement qualifiées de « centraliste » et d’« autonomiste », le ralliement des députés à telle ou telle de ces options répond davantage à des questions de stratégie militaire qu’à une logique d’affrontement entre Buenos Aires et l’intérieur. Il s’agit donc moins d’ausculter ces clivages pour tenter d’expliquer des prises de position que pour cerner un comportement politique complexe, dont l’une des clés est la perpétuelle dualité de ces hommes, tiraillés entre une fonction qui leur impose l’unanimité et la multiplicité de leurs réseaux d’appartenance, privés ou locaux, qui les poussent à défendre des options particulières.

  • 37 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 18/04/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 36 (...)

33Si les actes officiels du Congrès peuvent faire croire à une unanimité régnant entre les représentants, le poids des réseaux et l’importance des forces centrifuges deviennent manifestes à la lecture des correspondances privées. Cela n’est guère surprenant, dans une société où la notion d’individu est à peine ébauchée sur le plan juridique et bien loin d’exister sur le plan sociologique. Quoique empreints de la culture des Lumières, ces députés, hommes d’une société d’Ancien Régime, continuent à se définir largement en fonction de leur groupe d’appartenance. Les correspondances qui ont été conservées révèlent non seulement le poids des influences externes dans les décisions, mais aussi la façon dont est conçu le débat public. Les divergences d’opinion ou d’intérêt sont en effet perçues de manière négative, et donc cachées, ce qu’une des lettres de Darregueira exprime sans détours au moment de l’élection du Directeur suprême : « Au vu de la divergence des opinions, chaque député a pris le parti de rentrer dans sa tour et de faire mystère de sa façon de voir, pour qu’on ne l’accuse pas de complot »37.

  • 38 Cf. B. Manin, op. cit., p. 218-222 et 234-245.
  • 39 Le débat sur la forme du régime, en juillet-août 1816, constitue un excellent terrain pour observer (...)

34Lorsque ces dissonances s’expriment, c’est sous la forme de lettres anonymes qui, toujours selon Darregueira, « pleuvent sur le Congrès » lorsqu’il s’y tient un débat important. À la fonction symbolique de l’assemblée qui, au moins dans ses séances publiques, doit représenter l’unité nationale, vient s’ajouter la connotation moralement négative de toute opposition, à la fois parce qu’elle relève de l’individu face au groupe et parce qu’elle est susceptible d’engendrer le conflit. Par là même, si les députés ne se sentent pas autorisés à exprimer leurs opinions en dehors du Congrès, il ne le font pas davantage en son sein, qui est pourtant le lieu du débat public par excellence38. Les journaux de sessions et les comptes rendus dont nous disposons ne constituent certes pas une source fiable, dans la mesure où les débats n’y sont pas intégralement retranscrits. Toutefois, la procédure qu’ils rapportent est sans doute proche de la réalité : le discours du député auteur d’une motion est éventuellement suivi d’une prise de position contraire, mais sans qu’il y ait débat au sens strict du terme, c’est-à-dire progression dans un raisonnement à partir de la confrontation d’arguments opposés. De fait, lorsqu’une discussion est difficile et n’emporte pas l’adhésion, elle est systématiquement ajournée. À l’inverse, lorsque le vote a lieu, la décision est toujours approuvée à une large majorité. Bien que les discours soient construits comme de véritables plaidoiries, tout se passe comme si les orateurs cherchaient davantage à décompter des partisans qu’à emporter la conviction chez leurs adversaires39.

  • 40 Carta de Manuel Antonio de Castro a José Darregueira, 26/04/1816, ibid. ; Carta de José Darregueira (...)

35À cette difficulté du débat public s’ajoutent les intérêts particuliers dont les députés se font l’écho. Dans les correspondances étudiées, les considérations politiques les plus précises se mêlent aux recommandations qu’imposent les rapports de clientèle ou de parentèle. Manuel Antonio de Castro a ainsi envoyé son jeune cousin à Tucumán, afin qu’il obtienne un poste de copiste au secrétariat du Congrès. Il demande à son ami Darregueira d’appuyer la démarche du jeune homme, qui vit « dans la maison du docteur Arteaga », éminent juriste de la cité. De son côté, Darregueira confie aux bons soins de Guido, qui dirige le ministère de la Guerre, un sous-officier en butte à l’hostilité de ses supérieurs, qui souhaite être détaché dans l’ Armée des Andes40. Ces menus services ne sont que la partie visible d’un entrelacs d’obligations qui ne sont pas sans incidences sur les décisions politiques des représentants. Les députés sont donc soumis à des influences provenant souvent de leur entourage privé, mais ces liens débordent largement dans la sphère publique. Le cas de Thomas Godoy Cruz est manifeste, qui apparaît comme le véritable porte-parole de San Martin au Congrès. Gouverneur d’intendance et général en campagne, celui-ci ne pouvait guère y ajouter la fonction de député, ce qui ne l’empêche pas d’influer très directement sur Godoy Cruz, non sans un brin d’humour et de coquetterie :

  • 41 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 24/05/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 542.

« Vous savez que je ne m’y entends pas sur grand’chose, et en politique moins encore, mais comme j’écris à un ami qui a toute ma confiance, je m’aventurerai à faire montre d’un peu d’érudition de cabinet (attention ! je n’écris pour personne d’autre que pour mon ami). Si j’étais député, je me hasarderais à faire au Congrès les remarques suivantes... »41

  • 42 Session du 20 juillet 1816, dans Asambleas Constituy entes, op. cit., p. 238.
  • 43 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 18/04/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 36 (...)

Ces liens privés sont indissociables, nous semble-t-il, de l’importance qu’accordent les députés aux intérêts de leur cité d’origine, c’est-à-dire à l’opinion des élites dont ils font eux-mêmes partie. Ce souci de rester à l’unisson de leurs électeurs et pairs est souvent exprimé dans les correspondances, voire dans le débat public, comme le fait le député de San Juan, frère Justo Santa Maria de Oro, qui refuse de participer au débat sur la forme du régime sans avoir auparavant consulté ses commettants42. De même, José Darregueira montre bien que sa position quant au transfert du Congrès dépend étroitement de l’opinion majoritaire dans la capitale, qu’il assimile à la « cause publique » : « Alors que tous ont peur [du transfert] et ne songent qu’à être agréables à ces cités [de l’intérieur], je ne crains pour ma part, que Buenos Aires (...) Aimant comme personne mon héroïque cité, je ne consulte que son opinion pour régler la mienne. »43

36Ces déclarations suggèrent que les divergences sont souvent moins redevables à des oppositions idéologiques, pourtant présentes dans le débat, qu’à des rivalités régionales. Darregueira, par exemple, témoigne souvent d’un climat d’hostilité envers Buenos Aires qui, non content de blesser son orgueil, influe selon lui sur les décisions des députés. Déplorant que le Congrès tarde tant à s’ouvrir, il ressent ce retard comme un camouflet à l’égard de la capitale et de ses députés :

  • 44 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 28/01/1816, ibid., p. 355.

« La réunion du Congrès se fait très lentement. Ah, mon ami, quelle farce que tout cela ! Quelle honte que ces pueblos, au vu du tour qu’ils sont en train de nous jouer, considèrent avec tant de mépris la représentation de [notre] grande cité et de toute sa province ! Il ne manquerait plus qu’ils en arrivent à nous commander ! »44

  • 45 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 5/03/1816, ibid., p. 363.

De même, apprenant que Buenos Aires a pris l’initiative de réviser le Statut provisoire, il déclare à Guido qu’il aurait mieux valu attendre que le Congrès en eût décidé, car celui-ci « aurait ordonné [la dite révision] avec toute l’opportunité souhaitée et sans le risque qu’encourt toute réforme réalisée par cette seule capitale », ajoutant que « même si à présent le Congrès l’adopte et la fait appliquer, elle ne sera pas aussi bien accueillie, car la rivalité [ressentie par] les autres provinces [leur] fait craindre n’importe quoi »45.

  • 46 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 24/02/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 531.
  • 47 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 26/02/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 35 (...)
  • 48 Carta de Manuel Antonio de Castro a José Darregueira, 26/04/1816, ibid., p. 410.

37Si Darregueira se sent persécuté par les autres cités, il leur rend bien la pareille, abusant de termes péjoratifs pour désigner ses confrères des autres régions, ainsi que leurs gouverneurs. On a vu qu’il tenait Güemes en piètre estime à cause des intentions « fédéralistes » qu’il lui prête, mais il en va de même pour les autres, tel San Martín, auquel Godoy Cruz confie que les députés de Buenos Aires « le détestent cordialement »46. Ces considérations personnelles se retrouvent bien sûr au cœur des débats, où les députés se positionnent d’abord en fonction des intérêts de leur cité et des hommes qui la gouvernent. Ce comportement peut être vérifié à l’occasion de deux débats majeurs, l’élection du Directeur suprême et le choix du type de régime. Dès le mois de février, Darregueira informe Guido que l’élection d’un Directeur sera sûrement le premier acte du Congrès, mais que beaucoup de noms sont prononcés et qu’il sera difficile d’éviter que la décision, selon ses propres termes, « ne soit l’œuvre de l’intrigue et de l’esprit de parti47 Il laisse entendre également que les députés de Buenos Aires et du Cuyo, précocement arrivés à Tucumán, ont eu le temps de parvenir à un accord. À la mi-avril, ayant sondé les vues de plusieurs de ses correspondants, Darregueira dit qu’il craint de voir « le parti des montagnes », c’est-à-dire les députés du Haut-Pérou et de Salta, imposer leur candidat, Belgrano. Peu après, Manuel Antonio de Castro l’informe de la position des différents clans en lice à Buenos Aires : le cabildo et la Junte sont hostiles à Belgrano, mais leurs favoris seraient rejetés par le Directeur et les officiers ; selon lui, c’est San Martin qui permettrait de rallier le plus de suffrages48. Or, les députés du Cuyo s’opposent fermement à ce que San Martin devienne Directeur, car il doit mettre en œuvre ses projets militaires. Il est donc manifeste que le Directeur sera nommé, début mai, en fonction des enjeux propres à chaque cité.

38Les mêmes mécanismes sont à l’œuvre dans le débat sur la forme du régime. Les considérations théoriques des orateurs doivent être rapportées aux opinions qui s’expriment en dehors du Congrès, et d’abord au sein des cités, comme le rapporte Ambrosio Funes au sujet des députés de Córdoba :

  • 49 Carta de Ambrosio Funes a su hermano, déc. 1815, dans Archiva del doctor Gregorio Funes, op. cit., (...)

« Les députés de Buenos Aires disent que leurs instructions comportent comme point spécifique de choisir la Constitution de l’Angleterre pour ces provinces. Cabrerita [José Antonio Cabrera] continue à s’entêter et à s’égosiller en faveur de la république démocratique. Je suppose qu’Isasa et les siens y songent aussi, sauf un de nos amis qui est pour la Monarchie. Un de ces derniers jours, ils se sont mis à se disputer devant moi ; Cabrera a sondé mon opinion ; je lui ai répondu que le sujet était trop important pour que je m’exprime dans une conversation privée et fortuite. »49

  • 50 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 24/02/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 531.

Gouverneurs et notables manifestent également leurs vues : Güemes ne fait pas mystère de ses sentiments anti-fédéraux, tout comme San Martin qui, dans une lettre maintes fois citée, s’exclame : « Je me meurs à chaque fois que j’entends parler de fédération. Ne vaudrait-il pas mieux transplanter la capitale à un autre endroit et couper court ainsi aux justes récriminations des provinces ? Mais une fédération ! Sommes-nous seulement capables d’en établir une ? »50 Plusieurs mois après, alors que le projet de monarchie est sérieusement discuté au Congrès, cette même correspondance prouve que les députés de Mendoza ont officiellement consulté le cabildo et que la réponse des échevins a été doublée d’une lettre de San Martin. Dans le sens inverse, après s’être emparé militairement de la ville, Juan Pablo Pérez Bulnes envoie des instructions aux députés de Córdoba afin qu’ils fassent adopter le système fédéral et qu’en cas de refus, ils se retirent du Congrès.

39Ces quelques exemples montrent que les problèmes politiques traités par le Congrès donnent lieu à des discussions informelles bien avant d’être débattus en session, renforçant l’hypothèse selon laquelle le vote ne ferait que sanctionner des décisions prises préalablement, en dehors de l’arène institutionnelle dévolue à cet effet, en fonction de relations privées et d’intérêts locaux. Pourtant, cela ne signifie pas que l’idée du bien commun soit absente des préoccupations des députés, bien au contraire. L’existence du Congrès est ressentie par tous les acteurs comme absolument nécessaire pour maintenir l’unité de l’ensemble et prévenir les conflits entre les parties. Il reste à examiner la façon dont ces impératifs s’inscrivent dans la politique menée par le Congrès, et par quel biais celui-ci s’efforce de préserver sa légitimité, condition essentielle de l’union des provinces.

Les compétences du Congrès et ses rapports avec l’exécutif

40Lors de la convocation du Congrès, l’un des principaux objectifs qu’on lui assigne est de nommer le Directeur suprême, détenteur du pouvoir exécutif. En effet, les événements de 1815 ont clairement montré que les cités n’étaient plus disposées à accepter un pouvoir de fait, issu de la seule capitale et qu’il était nécessaire, pour que son autorité soit reconnue par tous, que ce pouvoir émane de la représentation des provinces. L’investiture du Directeur par le Congrès ne va pourtant pas de soi. Elle se heurte tout d’abord aux tentatives des élites de Buenos Aires pour conserver cette prérogative, tandis que chaque groupe de députés cherche à imposer son candidat. Ensuite, la question se pose du rapport de forces ou d’un éventuel partage des pouvoirs entre les deux organes : le fait d’avoir investi le Directeur permet-il au Congrès de rester pleinement souverain, ou bien perd – il de sa marge de manœuvre au fur et à mesure que s’affirme l’autorité du chef de l’État ? Le partage des pouvoirs parvient-il à fonctionner, et obéit-il, comme le nom des institutions le prétendent, à une division classique entre législatif et exécutif ?

Les attributions du Congrès et sa rivalité avec Buenos Aires

  • 51 Oficio del cabildo y de la Junta de Observaciôn de Buenos Aires, 17/04/1816, AHT Adm., 25-145.

41Bien que le Congrès, dans son programme de travail présenté le 26 mai, ait affiché l’intention de commencer par consolider son propre pouvoir, les événements qui secouent la capitale au mois de juin vont faire passer au premier plan la réorganisation de l’exécutif. Rappelons qu’après la démission d’Álvarez Thomas, le cabildo et la Junte d’Observation nomment Antonio Gonzalez Balcarce, colonel de milice et gouverneur-intendant de la province de Buenos Aires. Toutefois, Álvarez Thomas a pris soin d’adresser sa démission non pas au cabildo et à la Junte, mais au Congrès. Celui-ci reçoit la nouvelle le 24 avril et décide de nommer sur-le-champ un nouveau Directeur. L’affaire met clairement aux prises les deux types de pouvoirs issus de la Révolution, chacun prétendant incarner la souveraineté au nom de principes différents : d’un côté, les secteurs dirigeants de la ville capitale, qui considèrent comme une de leurs prérogatives de pallier provisoirement le vide de pouvoir (Balcarce étant nommé « pour éviter l’acéphalie de l’État »51) ; de l’autre le Congrès, dont l’autorité peut être considérée comme théorique tant qu’une Constitution ne l’a pas validée. Sur ces deux conceptions viennent se greffer le jeu des factions : Manuel Antonio de Castro, partisan d’Álvarez Thomas, explique que sa chute est certes due à certaines maladresses, mais qu’elle résulte surtout de l’ambition effrénée du clan adverse, mené par le cabildo et la Junte d’Observation :

  • 52 Carta de Manuel Antonio de Castro a José Darregueira, 26/04/1816, dans Güemes documentado, op. cit.(...)

« Ces jours-ci a couru le bruit qu’il ne fallait pas jurer obéissance aux suprêmes délibérations du Congrès, car les députés de Buenos Aires n’ont amené des pouvoirs que pour...[sic] et que tout ce qui n’est pas la Constitution est en-dehors de leurs facultés. On a également répandu [le bruit] que l’élection des députés n’était pas valide. Tout ceci me fait soupçonner que l’on tente de miner l’opinion au cas où l’élection du Directeur ne conviendrait pas. Mais le peuple en général considère que son unique recours est le Congrès et nous, les hommes de bien, nous sommes proposés d’écrire beaucoup sur le sujet. »52

42À cette lutte de factions s’ajoutent les résistances que suscitent le transfert du pouvoir souverain au Congrès. Nombreux sont les dirigeants de Buenos Aires à le ressentir comme une dépossession des privilèges de leur cité. Darregueira lui-même y voit moins la concession du pouvoir souverain à une entité abstraite que la victoire des cités de l’Intérieur sur la capitale, crainte qu’il expose dans une de ses lettres :

  • 53 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 18/04/1816, ibid., p. 365. Sur le rapport entre représenta (...)

« Je ne consulte que l’opinion [de Buenos Aires] pour forger les miennes, mais sur ce point, d’autres la dirigent et vont jusqu’à [envisager] de déplacer le gouvernement central [de Buenos Aires] pour garantir sa stabilité. Que pourrons-nous leur opposer, nous ses députés ? Aussi puissantes que soient nos raisons, à quoi serviront-elles face au torrent de la pluralité, fondé sur la réalité incontestable des secousses et des révolutions continuelles [que connaît] cette capitale ? »53

La remise en cause de l’identification entre Buenos Aires et le pouvoir souverain amène en effet quelques députés à envisager le transfert de l’exécutif dans une autre ville, à l’instar du Congrès, au cas où Buenos Aires refuserait de reconnaître le nouveau Directeur. Une fois élu, celui-ci se montre pourtant chaudement partisan de son maintien dans la capitale. Relatant à San Martin le débat qui a mis aux prises les arguments théoriques des uns et la vision pratique des autres, il conclut en disant :

  • 54 Carta de Pueyrredon a San Martin, 6/06/1816, dans DHSM, op. cit., t. 4, p. 323.

« Une prise en compte rationnelle des embarras inévitables et des conséquences funestes qu’une telle altération ne manquerait pas de faire subir à la prompte expédition des affaires publiques a amené le Congrès à repousser cette tentative, dont les prétentions sont par ailleurs totalement justifiées. La résidence du suprême gouvernement doit demeurer à Buenos Aires, qui est incontestablement l’endroit doté des meilleures ressources et le centre des relations les plus importantes pour la sauvegarde du pays. »54

  • 55 Darregueira explique très bien à Castro que les provinces ne veulent plus entendre parler d’un Dire (...)

43Cette rivalité entre la capitale et les cités donne tout son sens aux querelles qui entourent le choix du Directeur. L’ombre d’Alvear planant sur le Congrès, la majorité est d’emblée hostile à un candidat trop lié aux intérêts de Buenos Aires55. D’autre part, l’urgence de la situation militaire impose de choisir un homme ayant fait ses preuves sur les champs de bataille, capable de conduire la guerre. San Martin, général prestigieux, à la fois centraliste et éloigné des coteries de la capitale, apparaît comme le candidat idéal, mais lui-même refuse cette fonction et il est pleinement appuyé par les députés du Cuyo, qui préfèrent le garder à la tête de leur province. Belgrano est également envisagé, mais on songe plutôt à lui pour remplacer Rondeau à la tête de l’Armée du Nord. Les vues des centralistes se reportent alors sur Juan Martin de Pueyrredon, député de la cité de San Luis et colonel major dans la cavalerie. Gouverneur de Córdoba en 1810, membre du premier Triumvirat en 1812 et confiné ensuite à San Luis, il présente l’avantage, outre ses compétences militaires, de bien connaître l’Intérieur tout en ayant déjà pris part à la direction de l’État. De plus, si son ancrage dans la vie politique de la capitale est indéniable, son absence prolongée l’a empêché de se compromettre auprès d’Alvear.

  • 56 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 4/05/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 366

44Face à lui, José Moldes tente de rallier les suffrages des rares députés qui poussent le rejet de Buenos Aires jusqu’à remettre en cause le caractère unitaire du régime. Exilé lui-même à Patagones après le siège de Montevideo, où il s’est brillamment battu et a gagné ses galons de colonel, Moldes est revenu dans sa ville natale, Salta, qui l’a élu député le 15 décembre 1815. Le jour de l’élection, le 3 mai 1816, Pueyrredon est finalement élu par 23 voix sur 25. Une telle unanimité peut paraître paradoxale au vu des rivalités évoquées et des témoignages faisant état de l’agitation des esprits et de la multiplicité des candidatures envisagées56. L’extraordinaire fluctuation des opinions et des ralliements transparaît notamment dans le récit que Darregueira livre à Guido :

  • 57 Ibid.

« Avant l’arrivée du pli extraordinaire contenant la nouvelle des derniers événements [qui se sont produits] à Santa Fé et dans la Capitale, il y avait de nombreuses préférences pour Belgrano. Mais ensuite cela changea, et la plupart des députés s’éloignèrent de San Martin parce que ceux de Mendoza et San Juan avaient déclaré sans appel qu’ils ne soutiendraient pas cette élection, préjudiciable à leur province. Le choix se fit [alors] entre le député Gazcon et le dit Pueyrredon, pour lequel ont voté tous les représentants de ces provinces. Pourvu, mon ami, que l’élection soit bien accueillie [à Buenos Aires]. »57

  • 58 On peut rappeler à l’appui l’existence à Córdoba d’une faction favorable à Juan Martin, puis à Dieg (...)

45En réalité, deux facteurs paraissent l’avoir emporté dans le choix de Pueyrredon : le fait qu’il soit à la fois intégré dans les réseaux de l’intérieur58 et de la capitale, ainsi que l’importance décisive que revêt pour les élites de l’Intérieur la conduite de la guerre. C’est cet impératif qui rallie la majorité des députés à la solution centraliste, malgré le désir d’autonomie de plusieurs d’entre eux. De fait, cette élection qui n’est pas précédée d’un débat public apparaît bien comme le résultat de tractations menées à l’avance, à travers des réseaux privés impliqués dans les affaires publiques, comme en témoignent les correspondances. Assuré de ne pas être élu, San Martin a pu donner son avis sur le candidat qui avait sa préférence et tout incite à penser que les autres députés ont agi de même, en consultant leurs commettants et en se mettant d’accord entre eux. On a vu ainsi José Darregueira ausculter longuement l’opinion de la capitale par le biais de Tomas Guido et Manuel Antonio de Castro et admettre que chaque candidat était soutenu par une faction :

  • 59 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 4/05/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 370

« En somme, nous n’avons pas un seul homme dans la révolution qui soit en dehors des partis et, par conséquent, dépourvu d’un ennemi susceptible de l’attaquer [en lui lançant] des fourberies et des infamies à visage découvert. »59

46Le doyen Funes ne dit pas autre chose dans sa lettre de félicitations à Pueyrredon :

  • 60 Archiva del doctor Gregorio Funes, op. cit., t. 2, p. 246-247.

« Je vous le confesse, depuis quelque temps je me sens très mortifié de constater que sous prétexte de détruire nos partis, on écarte du commandement tous ceux qui ont connu la disgrâce d’avoir été poursuivis par une faction inique : [c’est là une] politique vicieuse en soi, et lourde de conséquences désastreuses, car non contente de sacrifier la justice et la morale publique, elle privera la Patrie de ses meilleurs bras. Quel genre d’homme [en effet] serait celui qui resterait intact, neutre ou indifférent après six années de continuelles révolutions intestines ? Selon moi, personne ne plus suspect [que lui] pour [assurer] le commandement, car seuls auraient pu l’en préserver son inaptitude ou son égoïsme. »60

  • 61 O. Lazaro, « Las ideas politicas de los Congresistas de 1816 », Revista de la Junta de Estudios His (...)
  • 62 Craignant que l’élection ne soit mal accueillie à Buenos Aires, Darregueira s’emploie à convaincre (...)
  • 63 Oficio de Güemes al Soberano Congreso, 11/05/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3,’p. 428- (...)
  • 64 Ibid., 19/05/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 434.

47Politiquement, la nomination de Pueyrredon correspond bien au consensus que la capitale et les provinces se sont efforcées d’établir. Contrairement à ce qu’ont affirmé certains auteurs, cherchant à définir ce compromis61, il n’est nullement question ici de fédéralisme, les provinces ne cherchant pas à se constituer en États souverains. Les députés des cités se prononcent bel et bien pour un régime unitaire, dont les instances suprêmes, et notamment le Directeur, résulteraient d’une représentation effective des provinces, et non de la confiscation de celle-ci par la capitale. Juste milieu entre les ambitions hégémoniques de la capitale et les tentations sécessionnistes des provinces, l’élection de Pueyrredon permet donc de préserver l’union incarnée par le Congrès62. Les cités, dans leur adhésion à l’événement, sont à l’unisson de ce désir d’union et d’efficacité : Güemes, qui déclare voir en Pueyrredon « un appui ferme et inaltérable pour réédifier le temple somptueux de la liberté », promet une obéissance sans failles à un chef « qui centralise la volonté générale des pueblos »63. Formule qu’il reprend à propos du Congrès dans le compte rendu qu’il donne de la cérémonie de reconnaissance, en parlant d’« une autorité suprême qui centralise le souhait uniforme de la Nation »64 Toutefois, du fait même des espoirs qui reposent sur lui, c’est une tâche bien lourde qui attend le nouveau Directeur, ce que ne manque pas de lui faire remarquer son ami le doyen Funes :

  • 65 Carta del Dean Funes a Pueyrredon, 18/05/1816, op. cit.

« Votre élection fait honneur au Congrès et nous donne la conviction qu’il est guidé par de solides maximes (...) mais je ne vous cacherai pas que vous prenez les rênes d’un Etat sans règles ni fondements. On attend tout de vous et du Congrès. Si nous ne parvenons pas [au but souhaité], vous serez jugé avec une sévérité qui n’aura d’égal que notre réjouissance et notre enthousiasme actuels. »65

Pueyrredon, le « commis voyageur de la guerre »

48La nomination de Pueyrredon est due en grande partie à l’urgence de la situation militaire et à la pression exercée par les généraux, notamment San Martin. Cette élection, qui sauve le consensus des provinces tout en confortant l’aspect centraliste du régime, doit en effet permettre de poursuivre la guerre. En ce sens, la réorganisation de l’exécutif s’inscrit dans la même dynamique de la réunion du Congrès quelques semaines auparavant : ce sont les problèmes militaires qui impriment leur rythme et leur marque à l’évolution politique.

  • 66 Carta de José Darregueira a Tomás Guida, 26/02/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 35 (...)

49Cette logique est à l’œuvre avant même l’ouverture du Congrès, dans l’affaire du remplacement de Rondeau. Le chef de l’Armée du Nord s’est non seulement discrédité à Sipe Sipe, puis dans ses démêlés avec Salta, mais, de l’avis de tous, il se montre trop indépendant vis-à-vis du pouvoir central malgré sa fonction de Directeur. Courant février, les députés réunis à Tucumán et les autres responsables politiques affirment haut et fort la nécessité de maintenir les armées sous le contrôle des autorités. De plus, comme nous l’avons vu, Sipe Sipe est vécue comme un tournant stratégique obligeant à repenser entièrement l’organisation des fronts. Tout conspire donc à remplacer Rondeau à la tête de l’Armée du Nord. Une fois n’est pas coutume, l’unanimité est absolue autour de la personne de Belgrano, sans doute à cause des victoires militaires qu’il a remportées quatre ans auparavant. Darregueira clame qu’il voit mieux Belgrano à la tête de l’Armée qu’à celle de l’État, et ajoute que c’est l’opinion qui prédomine chez les députés du Nord-Ouest et les officiers rescapés de Sipe Sipe66. San Martin fait chorus dans une lettre adressée à Godoy Cruz où il exalte les qualités stratégiques de Belgrano :

  • 67 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 12/03/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 533.

« Plein d’intégrité et de talent naturel, c’est le plus méthodique de tous ceux que je connais dans notre Amérique ; il n’aura pas les connaissances d’un Moreau ou d’un Bonaparte pour ce qui est de la milice, mais croyez-moi, c’est le meilleur élément que nous ayons en Amérique du Sud. »67

  • 68 Selon le Statut, « La protection, la défense et la félicité de la religion de l’État ; l’applicatio (...)
  • 69 Attitude que l’on retrouve dans le décret sur le traitement des députés pris le 26 mars, soit dix j (...)

50Le véritable intérêt de l’affaire est ailleurs : c’est à la faveur de ce remplacement que s’esquisse un partage des pouvoirs entre les futurs organes de gouvernement que sont le Directeur et le Congrès. Partage que l’on ne peut guère rapprocher de la distinction classique entre exécutif et législatif, même si les deux instances, surtout le Directeur, sont très fréquemment désignées ainsi. En effet, au lieu de nommer directement le général comme le Statut provisoire l’autorisait à le faire68, Alvarez Thomas prend l’initiative, début mars, de consulter la poignée de députés réunis à Tucumán, considérant que leur statut conférera à la décision une légitimité supérieure à la sienne. Le refus que lui opposent les intéressés éclaire la façon dont ils conçoivent leur futur rôle. On assiste en effet de leur part à une restriction volontaire de l’autorité dont ils pourraient disposer en vertu de leur mandat représentatif. Sans doute cela s’explique-t-il en partie par le fait que le Congrès n’existe pas encore et que les députés ne sentent pas investis d’une quelconque autorité à titre individuel69. Mais surtout, la distinction s’opère sur la base des compétences respectives que possèdent les individus de l’un et de l’autre pouvoir, comme le montre la documentation officielle et privée. Darregueira rapporte ainsi :

  • 70 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 19/03/1816, dans Güemes document ado. op. cit., t. 3, p. 3 (...)

« Notre avis a été de nous abstenir d’avoir la moindre part dans une affaire très particulière et réservée au Pouvoir exécutif, et que nous ne pouvions nous y ingérer, même à titre consultatif, car nous sommes absolument dépourvus de connaissances militaires. L’opinion des cités ne saurait non plus servir de règle en la matière (...) celles-ci ne disposant pas non plus des connaissances qui leur permettraient de se forger une opinion pertinente. (...) Personne, personne, hormis le Directeur suprême, avec le concours de la Junte de Guerre s’il l’estime nécessaire, ne doit nommer le successeur de Rondeau. »70

51Cette position nous semble tout à fait essentielle pour comprendre la façon dont les fonctions de gouvernement se répartissent entre le Congrès et le Directeur, une fois celui-ci élu. En vertu de la logique décrite ci-dessus, tout ce qui a trait à la direction de la guerre et des forces armées devient le domaine réservé du Directeur suprême, le Congrès s’occupant, d’après ce qu’il annonce dans son plan de travail, de financer et d’administrer cet effort de guerre.

  • 71 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 12/04/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 534. Outre les question (...)

52Dès sa nomination, Pueyrredon s’engage pleinement dans ce rôle et devient en quelque sorte le « commis voyageur de la guerre ». Les deux premiers mois de son mandat sont entièrement consacrés à aller voir les responsables militaires sur leurs terrains d’opération et à s’entendre avec eux sur une organisation stratégique d’ensemble. Cette croisade le mène tout d’abord à Salta, où il s’entend avec Güemes sur le rôle stratégique qu’il aura à jouer et la question du remplacement de Rondeau. C’est à ce moment-là que Belgrano, de retour d’Europe, est officiellement nommé à la tête de l’Armée du Nord. De là, Pueyrredon se met en route pour Buenos Aires au début du mois de juillet. En chemin, il s’arrête à Córdoba pour une entrevue arrangée de longue date avec San Martin. De cette rencontre, où les deux hommes ont loisir d’échanger leurs vues sur la situation du pays, San Martin se montre extrêmement satisfait et certain d’être épaulé par le pouvoir central en ce qui concerne l’expédition au Chili : « [cette rencontre] a fourni de grands avantages à la cause », écrit-il à Godoy Cruz, « tous les obstacles sont aplanis et l’on procèdera en toute chose avec fermeté et dans l’union. »71

  • 72 Cf. F. Herrero, « Buenos Aires 1816. Una tendencia confederacionista », BIHAA, 12 (1995), p. 7-32.
  • 73 Ibid, p. 10.

53Si l’élection de Pueyrredon permet de sauver la guerre, cette politique du « juste milieu » heurte les attentes des factions autonomistes, principalement à Buenos Aires et Córdoba. Dans l’un et l’autre cas, des groupes refusent la logique suivie par les gouverneurs, à savoir le sacrifice relatif de la suprématie, pour l’une, et de l’autonomie, pour l’autre, au nom d’une action militaire coordonnée et menée sur l’ensemble du territoire. L’épisode des « journées de juin » à Buenos Aires et la révolte de Bulnes à Córdoba, à partir du mois d’août, montrent la limite du consensus atteint et minent l’autorité des organes de pouvoir récemment constitués. L’émeute fédérale qui se développe dans la capitale du 17 au 20 juin 1816 est un épisode original de la lutte des factions qui se partagent le pouvoir depuis 181072. L’agitation met aux prises, d’un côté, le cabildo et la Junte d’Observation et, de l’autre, les partisans du Directeur intérimaire Balcarce, qui réclament l’autonomie de la province et la « décapitalisation » de la cité. Ils font valoir que l’opposition continuelle des provinces à la capitale a toujours provoqué la désunion de l’ensemble et que tous les pueblos inclinent vers la forme fédérale de gouvernement, à l’instar de la Bande orientale. Enfin, Buenos Aires gagnerait à être libérée de la charge financière que représente une guerre menée sur l’ensemble du territoire73. Ces revendications, qui s’accompagnent de mouvements de troupes, amènent les autorités à envisager une consultation des habitants sur le sujet. Le cabildo abierto convoqué par Balcarce le 19 juin refuse toutefois de le suivre et restitue l’initiative politique aux autorités constituées : le 20, la faction « centraliste » du cabildo et de la Junte s’est imposée ; Balcarce est destitué le 10 juillet, juste avant l’arrivée de Pueyrredon.

54Outre son importance sur le plan de la vie politique de la capitale, cet épisode fait sens par rapport à l’histoire globale du pays. En effet, la Junte et le cabildo regroupent les « centralistes », qui adhèrent à la politique menée par le Congrès et au premier rang desquels figurent les amis de Darregueira, Tomas Guido et Manuel Antonio de Castro. Face à eux, la coalition des mécontents qui se ligue autour de Balcarce rassemble les « fédéralistes », qui réclament une alternative politique identique à celle que Córdoba et Salta ont envisagée en 1815, auxquels s’ajoutent tous ceux qui, pour diverses raisons, s’opposent à la nomination de Pueyrredon et à ce qu’elle traduit. À notre sens, cette opposition n’apparaît pas seulement comme la première manifestation d’une volonté d’autonomie dans la capitale. Elle traduit également la résistance des vecinos de Buenos Aires face aux atteintes portées par le Congrès au statut traditionnel de leur cité. Même si les pétitions affirment que le despotisme des gouvernants ne saurait être confondu avec celui de leur ville, elles ne remettent en cause la pyramide des obédiences que pour souligner les avantages qu’aurait Buenos Aires à ne plus jouer son rôle de capitale. Autrement dit, ces textes se bornent à refuser le « fardeau de la capitale », tout en continuant à penser les rapports des provinces en termes de hiérarchie, alors que c’est l’égalité de statut entre les pueblos qui constitue le fondement de la politique suivie par le Congrès.

  • 74 Oficio de José Javier Díaz al Director Supremo, 2/05/1816, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.
  • 75 Ibid., 15/05/1816, AHC Gobierno, 47-240.
  • 76 Oficio de José Javier Díaz al cabildo de Córdoba, 6/06/1816, AHC Gobierno, 47-242.

55L’agitation qui se développe à Córdoba à partir du mois de mai met également aux prises plusieurs factions, en relation directe avec les choix politiques du Congrès. Le premier épisode de cette « résistance » oppose José Javier Díaz au Directeur nouvellement élu. En annonçant son élection aux autorités subalternes, celui-ci a en effet décrété que « le pouvoir intérimaire établi dans la capitale » – celui de Balcarce – était maintenu pendant qu’il réglait « des affaires urgentes qui pour l’heure requéraient toute son attention » (à savoir, la mise au point d’une stratégie avec les chefs militaires). Cette décision, qui semblait perpétuer un pouvoir suprême issu une nouvelle fois de la capitale, met le feu aux poudres. Díaz s’était déjà montré très ferme vis-à-vis du Directeur provisoire : lorsque celui-ci lui avait ordonné de reconnaître le Congrès, il lui avait répondu que, en tant que gouverneur d’une province indépendante, il n’était pas tenu de lui obéir74. Le 15 mai, ayant reçu l’ordre de rester sous la dépendance de Balcarce, il fait appel devant le Congrès au nom de la raison et à la justice. S’inclinant devant les qualités de Pueyrredon, il refuse toutefois de lui obéir, faisant valoir que les pouvoirs du nouveau Directeur n’ont pas été fixés par un texte constitutionnel. Il considère pour sa part que le chef de l’exécutif n’est pas habilité à déléguer son mandat, l’autorité dont il dispose émanant d’une souveraineté par essence indivisible. Selon lui, l’existence de deux entités dotées du même pouvoir en deux lieux différents reviendrait à dissoudre toute autorité, créant par là même « un état d’acéphalie [qui menacerait] la tranquillité et l’équilibre, seules bases souveraines sur lesquelles repose cette association »75. Il considère donc que cette mesure est contraire aux droits du peuple de Córdoba et réserve sa reconnaissance jusqu’à ce que les pouvoirs du Directeur suprême soient clairement définis par le Congrès. Comprenant la gravité de l’enjeu, celui-ci répond à Díaz en invoquant l’urgence avec laquelle Pueyrredon a été élu et en l’informant qu’une commission est chargée de préparer un règlement pour le pouvoir exécutif. Il précise surtout que le mandat de Balcarce est limité à la seule province de Buenos Aires et qu’il n’existe pas, par conséquent, de rivalité entre deux instances dotées du même pouvoir. Les autorités de Córdoba se laissent fléchir et acceptent, le 7 juin, de procéder à la cérémonie de reconnaissance76.

  • 77 Cf. N. L. Pavoni, « Córdoba y los movimientos de Juan Pablo Pérez Bulnes en los años 1816 y 1817 », (...)
  • 78 Acta del cabildo de Córdoba, 22/08/1816, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 381 ; Ofici (...)
  • 79 Oficio de José Javier Díaz al cabildo de Córdoba, 12/09/1816, AHC Gobierno, 47-250 ; Oficio del cab (...)
  • 80 Oficio del Congreso al cabildo de Córdoba, 14/09/1816, AGN Gob. Cba., X-3-5-2 ; Oficios del Congres (...)
  • 81 Oficio de José Javier Díaz al cabildo « gobernador », 23/09/1816, AHC Gobierno, 47-189.
  • 82 Oficios de Ambrosio Funes y del cabildo de Córdoba al Congreso, 9/11/1816, AGN Comunicaciones Congr (...)
  • 83 Cf. N. L. Pavoni, art. cité, p. 399-405.

56Bien que le Congrès soit ainsi parvenu à sauver l’unité, les « autonomistes » de Córdoba vont à leur tour être débordés par la faction artiguiste, bien décidée à imposer une indépendance totale de la province vis-à-vis des autorités « nationales ». Devant l’offensive de Juan Pablo Pérez Bulnes, le cabildo joue la fermeté en réaffirmant sa fidélité aux autorités suprêmes77, tandis que Díaz cherche à temporiser en donnant sa démission78. Celle-ci n’est toutefois qu’une manœuvre dilatoire : aussi, lorsqu’elle est acceptée par Pueyrredon qui le démet de ses fonctions au début du mois de septembre, Díaz refuse d’obtempérer en arguant que seul le Congrès peut en décider et menace de rejeter l’autorité du Directeur, qu’il accuse d’arbitraire et de despotisme79. L’arbitrage du Congrès est naturellement demandé, qui pour désamorcer le conflit nomme Ambrosio Funes à la tête de la province rebelle. À l’intérieur de celle-ci, l’affrontement tourne à la lutte armée : le 19 septembre, les troupes de Bulnes écrasent celles de Díaz et s’emparent de la ville ; c’est alors que le caudillo ordonne aux députés d’imposer le choix d’un régime fédéral au congrès de Tucumán80. Après l’échec des négociations entreprises avec leur adversaire, Díaz et le cahildo s’inclinent devant la nomination de Funes81. Celui-ci, incapable de résister militairement à Bulnes, appelle à l’aide le Congrès, l’Armée du Nord et même le gouverneur de Santa Fé, allié supposé du rebelle. Le Congrès envoie en renfort deux émissaires et une expédition commandée par Francisco Sayos, qui défait les troupes de Bulnes au début du mois de novembre82. L’affaire connaît un ultime soubresaut le mois suivant, lorsque Sayos fait volte-face et se soulève avec Bulnes et un autre officier. En jouant sur leurs divisions, Ambrosio Funes parvient toutefois à les éloigner de la province et à retrouver son poste le 8 janvier 18 1 783. Cet épisode, qui agit comme un révélateur des luttes de factions internes à la cité, montre aussi la relation de défiance qu’entretiennent les autorités locales et celles de l’ État. Tout au long de la crise, Díaz et le cabildo s’efforcent de cacher au Congrès la véritable situation de la province, afin de préserver leur autonomie. Ambrosio Funes, qui n’est pas de leur bord et se sent acculé, n’hésite pas, pour sa part, à avoir recours au Congrès. Toutefois, lorsque Belgrano lui ordonne, après la victoire de Sayos, de lui livrer les officiers prisonniers, il répugne à exécuter cet ordre à cause de ses obligations de voisinage et de famille, et trouve un appui chez son frère et Manuel Antonio de Castro, qui sont pourtant les émissaires de l’autorité centrale.

57L’agitation de Córdoba, comme celle de Buenos Aires, sont symptomatiques d’une identité de cité qui s’affirme avec force, au-delà des luttes de factions. Dans les deux cas, celle-ci se trouve en contradiction avec l’obédience que requièrent les nouvelles institutions, tant le Congrès que le Directeur suprême. Cela incite à penser que la représentation politique n’a pas fonctionné pleinement, puisqu’elle n’a pas suffi à doter le Directeur suprême d’une légitimité incontestée. Celui-ci continue d’être jugé à l’aune de ce que chacune des cités et chacune des factions juge être la meilleure option politique. En ce sens, il est impossible d’opposer, comme on le fait couramment, la « championne » du centralisme, Buenos Aires, à celle du fédéralisme, Córdoba. Au sein de chacune d’entre elles, ce sont trois types de factions qui s’affrontent, les « centralistes », ralliés aux nouvelles autorités, les « artiguistes », minoritaires, qui cherchent à imposer une stricte indépendance provinciale et les autonomistes, qui tentent de concilier les privilèges de leur cité avec l’obédience commune à une autorité librement consentie.

58La nomination de Pueyrredon peut donc être lue non comme l’expression de la volonté souveraine des pueblos, mais comme le choix d’une majorité, ralliée à la décision de continuer la guerre dans la perspective « continentale » suggérée par San Martin. La réaction d’une partie des élites dans les deux plus grandes villes du pays traduit pourtant la fragilité de ce consensus, et montre que les cités n’ont pas concédé à l’assemblée des représentants la plénitude de leur souveraineté. Partant, la légitimité du Congrès et celle du pouvoir exécutif qui en émane se trouvent rapidement érodées : l’union des provinces est loin d’être un fait acquis ; la menace d’une sécession continue à peser sur la politique que le Directeur et les députés entendent mener. Il convient donc de s’interroger davantage sur la façon dont le Congrès, en dépit du relatif discrédit que lui valent ses choix politiques, parvient à imposer son autorité et comment s’opère, dans ce contexte, le partage des fonctions entre les deux instances souveraines.

Le gouvernement du Congrès

  • 84 Fonds « Comunicaciones Congreso-Gobierno », AGN X-2-1-7, X-3-9-4 et X-3-9-5.
  • 85 Plusieurs exemples dont celui de la collecte de l’emprunt forcé (Oficio del Congreso al Director Su (...)
  • 86 Ibid., 10/04 et 10/10/1816, AGN, Comunicaciones Congreso-Gobiemo, X-3-9-4 et X-3-9-5.

59Chercher à définir les fondements de la légitimité du Congrès et la nature de son pouvoir, au-delà de sa théorique souveraineté, amène à questionner la façon dont s’opère le partage des fonctions de gouvernement avec le Directeur suprême. La consultation du corpus constitué par la correspondance officielle entre les deux organes (dont le journal officiel, la Gaceta de Buenos Aires, ne publie qu’une infime partie) permet de repérer les principaux dossiers traités au cours de l’année 181684 et de voir qui, dans chacun des cas, est à l’origine de la prise de décision. Il en ressort une indéniable prééminence du Congrès sur le plan théorique : se désignant lui-même comme « la première autorité du pays », il dicte ses ordres au Directeur suprême pour tout ce qui concerne l’application des mesures votées en assemblée85. Pourtant, il considère que certaines affaires, telles que la nomination de Belgrano ou le maintien de San Martin à son poste de gouverneur, ne sont pas de son ressort, mais de celui du Directeur. À l’inverse, celui-ci considère que c’est au Congrès de mener à bien la réforme du Statut provisoire, car « du fait de la plénitude de représentation qu’il reçoit de la part des autres provinces, [il] est l’unique autorité compétente pour se prononcer sur la validité d’une Constitution amenée à régir l’ensemble de l’État ». Dans le même sens, Pueyrredon le consulte comme arbitre lorsque José Javier Díaz refuse d’accepter son remplacement86.

60Ce survol rapide nous incite à penser que la distinction des pouvoirs législatif et exécutif ne s’applique qu’imparfaitement à la répartition des sphères d’activité entre les deux organismes. S’il est indéniable que le Congrès possède la faculté de légiférer et que le Directeur doit appliquer ses décisions, la question qui demeure est de savoir lequel des deux gouverne véritablement. En effet, on constate l’existence de domaines réservés à l’un et à l’autre : tandis que le Congrès est seul à œuvrer en matière constitutionnelle, le Directeur s’occupe de tout ce qui a trait à la guerre. Or, dans la mesure où les deux questions sont étroitement liées, cette répartition ne recoupe pas un simple partage des compétences entre les pouvoirs exécutif et législatif. La Constitution et la guerre constituent en effet des enjeux primordiaux dans la conduite de l’État naissant, et il convient de déterminer lequel de ces deux organes possède l’initiative de la politique à suivre. Si l’impératif constitutionnel l’emporte, le Congrès pourra être reconnu comme pleinement souverain ; s’il se trouve subordonné aux choix stratégiques, il risque en revanche de redevenir une simple chambre d’enregistrement des décisions de l’exécutif, comme l’était l’Assemblée de 1813. L’autre enjeu de la question est celle de la souveraineté des pueblos : un Congrès pleinement souverain préserverait la volonté générale telle que nous l’avons définie et établirait un gouvernement fédéral qui n’oserait dire son nom, alors qu’un net ascendant de l’exécutif risquerait de faire à nouveau basculer l’union sous la domination de la cité capitale.

61Parce qu’ils ont rejeté l’autorité abusive de l’ancien pouvoir exécutif, incarné par Alvear, les vecinos de l’Intérieur reconnaissent explicitement au Congrès la faculté de légiférer et de gouverner, à l’égal d’une convention. Les qualités du bon gouvernement telles qu’elles sont analysées par Güemes, en 1815, recouvrent en effet les domaines du législatif et de l’exécutif :

  • 87 Oficio de Güemes a Alvarez Thomas, 11/10/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 47.

« [Un gouvernement naissant] doit irradier parmi les hommes une lumière si abondante que ses bonnes œuvres soient visibles de tous (...) Les instructions, législations, règlements, ordres, réformes, expéditions, administrations, impôts, etc., etc., composent le matériel insondable de ce corps moral, dont l’âme forge le crédit public, afin de lui donner une existence durable et de le faire aimer et respecter. »87

Ces deux dimensions se retrouvent dans une lettre du cabildo de Mendoza plaidant pour le maintien de San Martin à son poste :

  • 88 Oficio del cabildo de Mendoza al Soberano Congreso, 24/04/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobiern (...)

« Si dicter des lois sages pour [assurer] le bon ordre social constitue le digne objet de la haute méditation de votre souveraineté, ne pas perdre de vue les moyens les plus convenables d’[assurer] la sécurité commune relève également de vos souveraines attentions (...) et cette dernière doit être au premier plan de nos considérations tant qu’il existe des oppositions injustes à l’indépendance de l’Amérique, car la loi est infructueuse si le sujet se trouve sans liberté pour l’appliquer. »88

62Le Congrès lui-même donne l’impression, lorsqu’il se réunit, de concentrer absolument l’initiative et le pouvoir politique. Au vu du contexte agité et de l’impératif d’unité qu’il représente, il place au premier rang de ses préoccupations la nécessité de garantir par des peines rigoureuses l’ordre public et l’obéissance aux autorités. Nécessité de plus en plus pressante au fur et à mesure que sa ligne politique se voit contestée : c’est ce qui motive la rédaction du manifeste et du décret promulgués le 1er août, « appelant les pueblos à l’union et à l’ordre ».

  • 89 Manifiesto del Congreso de las Provincias Unidas de Sudamérica, excitando los pueblos a la union y (...)
  • 90 Ibid.

63Dans le manifeste, qui se résume à une condamnation systématique de la discorde et à un appel inlassable à l’union, le Congrès se présente comme une assemblée de sages, observant les cités du haut d’une cime et perturbés dans leurs méditations par le bruit et la fureur des pueblos en ébullition89. Le Congrès se décrit comme « un point d’union de toutes les relations, une expression de toutes les volontés et une concentration de tous les pouvoirs »90 ; il se propose de jeter les bases de l’ordre, de rétablir l’harmonie et de consolider l’union des pueblos en faisant taire les aspirations des uns et les ressentiments des autres. En filigrane, derrière ses exhortations à l’ordre, il tente d’imposer un projet politique qui consiste à « terminer la révolution » et à rassembler toutes les énergies autour de la guerre, ce qui a pour corollaire un renforcement du centralisme gouvernemental. Cet ordre, traduction politique de la loi naturelle, est placé dans la continuité du pacte originel qui a permis aux pueblos de sortir de l’état de nature. Sur un plan plus conjoncturel, le texte martèle l’idée selon laquelle l’unité est la condition sine qua non de la poursuite de la guerre et de la consolidation de l’indépendance, déclarée un mois plus tôt. Dans ce projet, s’il apparaît clairement que le « plan » stratégique est l’affaire de Pueyrredon et des généraux, le Congrès s’attribue le rôle de consolider et de garantir cette unité par la pratique d’un incessant arbitrage, qui mettra fin aux querelles et aux divisions internes. Celui-ci apparaît à la fois comme une fonction primordiale du Congrès et comme la contrepartie de l’adhésion inconditionnelle des pueblos :

  • 91 Ibid., ?. 108.

« Travaillez ensemble à soutenir le crédit de l’autorité que vous avez vous-mêmes créée, afin que ses dispositions soient respectées et obéies, et à exterminer ces esprits turbulents (...) afin que cessent les querelles entre les cités et qu’elles soumettent leurs différends à notre arbitrage... »91

  • 92 Decreto del Congreso Nacional, 1/08/1816, ibid., p. 110.

64Le décret qui suit le manifeste, prévoyant des châtiments rigoureux pour toute atteinte à l’ordre public et à l’autorité de l’ État, reprend en antienne cette formule de gouvernement : « Fin de la révolution, place à l’ordre, à la reconnaissance, à l’obéissance et au respect de l’autorité souveraine des provinces et des cités représentées dans le Congrès, et de ses décisions. »92 Bien que ces deux textes, publiés le 19 août, soient largement diffusés, le soulèvement de Bulnes à Córdoba vient immédiatement démentir l’autorité que le Congrès prétend conserver sur l’ensemble du territoire. C’est pourquoi ce dernier envoie le commandant Sayos à la tête du deuxième bataillon des Grenadiers d’infanterie (normalement rattaché à l’Armée du Nord) pour mater la rébellion avec l’aide des troupes provinciales qui stationnent sur la frontière du Chaco.

  • 93 La mise en œuvre partielle de ce projet de réorganisation économique et monétaire aura lieu après l (...)

65En mai 1816, il est possible d’affirmer que Directeur et Congrès partagent la fonction de gouvernement, au sens où ils sont porteurs d’un même projet politique, celui de sauver l’union des provinces et de défendre leur indépendance. C’est à partir de cet objectif commun que la répartition des tâches s’opère : à Pueyrredon la coordination stratégique, au Congrès l’organisation de l’intendance. Ce volet comprend non seulement la mise en œuvre d’une politique financière adaptée93, mais la consolidation de l’unité des provinces par l’octroi d’une Constitution émanant de la volonté générale des pueblos. Il existe donc entre les autorités suprêmes une répartition que nous pouvons qualifier de conjoncturelle. Celle-ci rejoint en partie la distinction classique entre exécutif et législatif, qui s’établit surtout dans la mesure où en l’absence de règlement constitutionnel, le Directeur suprême se situe dans la continuité du pouvoir vice-royal, perpétué par les Juntes et les quatre Directeurs successifs. Cette autorité, qui est la plus contestée par les pueblos, est pourtant la mieux implantée en termes de pratique de pouvoir. Par ailleurs, le Directeur conserve sous ses ordres toute l’administration : même au moment de l’installation du Congrès, ou avant que Pueyrredon n’entre définitivement en fonction, les gouverneurs continuent à dépendre des directeurs intérimaires, alors que le Congrès se voit doté d’une légitimité bien plus importante. Celui-ci apparaît donc comme un pouvoir législatif « par défaut », dans la mesure où on lui accorde tous les pouvoirs que l’on refuse à un exécutif despotique, notamment celui de faire une Constitution.

66Enfin, s’il existe un partage des fonctions en ce qui concerne la conduite de la guerre (initiative que le Directeur partage avec les généraux des armées), on remarque qu’au niveau de l’organisation pratique, et notamment financière, tout se passe comme si chacune des deux instances possédait sa zone d’intervention propre. Le Directeur coordonne, avec la Junte d’Observation et le cabildo, les actions militaires entreprises dans la région du Littoral et éventuellement dans le Cuyo, en vertu de l’accord et des relations privées existant entre Pueyrredon et San Martin. En revanche, l’organisation et le financement de l’Armée du Nord et de celle de Güemes relèvent prioritairement du Congrès, pour des raisons, nous semble-t-il, essentiellement pratiques. Même si la décision du Directeur de lever un emprunt à Buenos Aires doit théoriquement comporter le blanc-seing du Congrès, cela montre que l’on ne reconnaît pas à ces deux instances des compétences essentiellement différentes. Elles apparaissent confondues dans une même légitimité dont la source se situe en aval, dans la volonté commune et l’adhésion des cités.

  • 94 Cf. L. Sánchez Agesta, El pensamiento politico del despotismo ilustrado, Séville, 1979, p. 87-114 ; (...)

67Cette constatation nous amène à souligner qu’aucune des deux instances ne semble avoir en 1816 l’apanage du gouvernement, que nous avons assimilé à l’initiative politique ou à la capacité de conduire le pays. Cette définition mérite pourtant d’être approfondie. Ce que l’on constate à travers l’étude de la notion dans les différentes institutions qui se succèdent au pouvoir depuis 1810, c’est un double aspect, profondément ancré dans la pensée politique hispanique94, qui se lit en transparence dans les attentes des pueblos vis-à-vis du Congrès : celui-ci apparaît à la fois comme l’axe central du pouvoir, ce qui lui confère une fonction d’équilibre, de stabilité et d’union, et comme l’élément moteur qui va permettre de conserver les provinces ensemble, ce qui correspond à une fonction d’arbitrage. Ce double aspect permet de mettre à jour entre le Directeur et le Congrès une répartition non des pouvoirs, mais des fonctions de gouvernement. L’un représente l’unité de la Nation et assure sa direction, ce qui explique ses responsabilités en matière stratégique ; l’autre représente le rassemblement des provinces (qui renvoie à la pluralité du sujet souverain) et doit en assurer l’harmonieuse régulation par l’exercice de la fonction d’arbitrage. Pratiquement, cela signifie que le Directeur s’occupe prioritairement de la guerre menée vers l’extérieur des frontières, tandis que le Congrès intervient pour rétablir et conserver l’ordre à l’intérieur des Provinces Unies. Cette répartition qui n’est pas explicite, mais transparaît à travers la pratique, a bien sûr des répercussions directes sur la légitimité des deux instances. Nous avons signalé que celle du Directeur n’allait pas de soi pour les provinces qui refusaient le projet politique auquel son élection correspondait. Ainsi, lorsque Díaz remet en cause l’autorité de Pueyrredon en septembre 1816, c’est vers le Congrès qu’il se retourne, prouvant ainsi qu’il lui reconnaît une légitimité supérieure. Néanmoins, on peut également considérer que le Congrès a échoué à légitimer celui qu’il a élu. En ce sens, les choix politiques de Pueyrredon vont peu à peu discréditer le Congrès : en juin 1816, celui-ci n’incarne déjà plus « l’éventail des possibles » qu’il représentait lors de son ouverture.

68C’est alors que pour tenter de sauvegarder cette légitimité, garante de l’unité des provinces, le Congrès va davantage user des deux fonctions qu’il s’est attribuées de manière préférentielle : d’une part son rôle d’arbitre, en intervenant dans les relations entre les provinces, d’autre part son pouvoir constituant, qui est finalement le seul que la volonté des pueblos lui ait octroyé de manière exclusive.

Tribunal ou incarnation des provinces ?

69Dès son discours d’ouverture, le Congrès insiste sur le caractère primordial de sa fonction d’arbitrage comme moyen d’atteindre et de conserver l’union, fin suprême du gouvernement. Les relations qu’entretiennent les députés avec leurs commettants et la politique qu’ils mènent vis-à-vis des provinces constituent la mise en œuvre de ces visées théoriques. Toutefois, cette pratique qui se forge au cours de l’année 1816 traduit de plus en plus nettement un choix politique qui, à son tour, a de sérieuses répercussions sur la définition du corps souverain et les limites de la représentation qu’il incarne.

Le Congrès entre pueblos et peuple souverain

70Le lien étroit qu’entretient le Congrès avec les provinces lui permet de faire apparaître l’arbitrage comme la fonction de gouvernement qui lui est la plus naturellement dévolue, et l’exercice de la justice comme sa principale prérogative. Le fait que les députés conservent en partie leur caractère d’apoderados renforce l’image de « Tribunal suprême » que le Congrès entend imposer. L’importance de cette fonction provient de ce qu’elle est en parfaite adéquation avec le caractère ancien de cette société, structurée par la pluralité des statuts (ce qu’exprime la formule des « droits des pueblos ») et la recherche de l’autonomie comme idéal politique.

  • 95 Se pose à nouveau toutefois le problème du financement des dites indemnités, étant donné l’épuiseme (...)
  • 96 Oficio de Tomas Godoy Cruz al cabildo de Mendoza, 26/08/1816, AHM Ind., 657-20. Le doyen Funes empl (...)

71De toute évidence, le lien que les députés entretiennent avec leurs commettants conserve le caractère ancien d’une procuration, assortie d’un mandat impératif et du paiement d’une indemnité95. La lettre du député de Mendoza Tomas Godoy Cruz, qui demande sa démission à la fin du mois d’août 1816, présente sa fonction comme un sacrifice individuel, auquel le citoyen consent au nom du bien commun. Servir son pays, explique Godoy Cruz, est une « obligation [qui découle] du pacte social » et le prive de son indépendance personnelle pour « le soumettre à certaines lois austères, quoique respectables, qu’impose la nature même de la charge ». Cette obligation comporte toutefois une limite : lorsque le député sent que son honneur et/ou son existence sont en jeu, il a le droit de se démettre. C’est ce qui l’amène à invoquer des raisons strictement personnelles (une certaine lassitude, des problèmes de santé) plutôt qu’à dévoiler la véritable raison de sa demande96.

  • 97 À Salta, l’assemblée électorale nomme une commission permanente, composée de trois électeurs, pour (...)

72Les députés rendent compte régulièrement à leurs communautés de la progression des travaux97, et vont jusqu’à consulter une nouvelle fois leurs électeurs sur des points précis, en dépit du fait qu’ils ont déjà reçu des instructions. C’est ainsi qu’au moment de la discussion sur la forme du régime, Maza et Godoy Cruz demandent l’avis du cabildo et des vecinos de Mendoza, auxquels ils jurent de respecter scrupuleusement leur volonté :

  • 98 Oficio de Tomas Godoy Cruz y Juan Agustín Maza al cabildo de Mendoza, 26/08/1816, AHM Ind., 657-21.

« Soyez fermement persuadés que [votre réponse] constitue une règle sacrée qui présidera à nos délibérations, et qu’en unissant nos vœux à ceux du corps que nous représentons (nuestro representado), nous ferons tout notre possible pour que le système de gouvernement sur lequel doit s’ériger le grand monument de la Constitution soit en tout point conforme à l’avis auquel nous avons l’honneur de répondre. »98

  • 99 Nous possédons les instructions des cités de Córdoba, Tucuman, Salta, Jujuy et Buenos Aires, et les (...)

Ce type de procédure ne fait pas partie des exigences inhérentes à la fonction de représentant ; elle traduit plutôt la volonté de ceux-ci de resserrer les liens avec leurs électeurs, afin de leur faire accepter les choix politiques en cours. Nulle contrainte juridique ne s’exerce en effet sur les députés, dans la mesure où les pouvoirs et instructions qui leur sont conférés sont suffisamment larges pour leur permettre de mener à bien leur action. L’étude de ces documents s’avère néanmoins fondamentale pour analyser l’action des représentants et les rapports qui existent entre pueblos et Congrès99.

  • 100 Instructions aux députés de Córdoba, 1/12/1815, Boletín del Instituto de Investigaciones Históricas(...)
  • 101 Instructions aux députés de Tucumán, art. 16, 17 et 19, op. cit., p. 6 ; Instructions aux députés d (...)

73Bien que pouvoir et instruction aient une finalité différente, l’un étant le document officiel rendant effective la représentation, l’autre constituant un memorandum des points à défendre par le député, les thématiques abordées dans les deux types de documents se rejoignent pour les exemples que nous avons analysés100. La tendance, déjà constatée en 1813, à donner aux pouvoirs une amplitude maximale, est toujours présente, confirmant la vocation des élus à faire œuvre de constituants. Dans le même sens, il est frappant de constater que la défense des intérêts propres à la cité n’apparaît que très peu dans les pouvoirs et instructions, démentant la vocation même de ce type de texte. Seules les instructions de Tucumán, à propos de l’organisation de l’instruction publique dans la province ou de la stricte application d’un code de lois, rappellent les suppliques (representaciones) que les cités adressaient auparavant au roi. Les autres instructions ayant pour cadre la province sont en relation étroite avec le contexte de guerre : Tucumán suggère, par souci d’économie, que le nombre des emplois publics soit réduit ; Salta demande que sa cause soit plaidée et qu’une aide lui soit accordée pour entretenir les deux armées qui stationnent sur son territoire, celle de la province et de celle de l’État101.

  • 102 Instructions aux députés de Tucumán, art. 6, op. cit., p. 5. La même disposition figure dans les in (...)
  • 103 Instructions aux députés de Córdoba, art. 4, op. cit., p. 163. Si, à l’inverse, un représentant en (...)

74C’est dans la représentation elle-même, et dans la marge de contrôle que la cité exerce sur ses mandataires, que se pose à nouveau la question de l’entité souveraine. Les députés de Catamarca reçoivent ainsi la faculté de « transmettre [leur pouvoir] à une personne de probité, faisant preuve de patriotisme et ayant une bonne connaissance de cette cité, en cas de maladie ou d’activité au sein des commissions de l’État ». En revanche, si Tucumán autorise ses représentants à compléter leurs instructions par des propositions « utiles à la félicité commune », elle déclare qu’il appartient à la cité de limiter la durée de la charge du député et, le cas échéant, de le destituer102. Córdoba est celle qui affirme le plus son intention de contrôler sa représentation. Porte-parole de la volonté du pueblo, les députés doivent rendre compte devant lui de leurs prises de position ; le texte stipule que tout ce qui n’ira pas dans le sens « d’un accroissement de la liberté et de l’indépendance [de la province] sera considéré comme [relevant] des opinions particulières des députés », qui seront jugés en conséquence par la province, et non par le Congrès. S’ils ne sont pas satisfaits, les électeurs ont en outre la possibilité de démettre leur représentant au bout d’un an103.

  • 104 P. Gueniffey, Le Nombre et la Raison, Paris, 1993, p. 149-158.
  • 105 Instructions aux députés de San Juan (L. Gianello, op. cit., p. 525 et 538).
  • 106 Ibid., p. 525-527. Cette articulation entre une représentation « sectionnaire » et une souveraineté (...)
  • 107 Instructions aux députés de Salta, art. 1, AGN VII-10-3-3 ; Instructions aux députés de Córdoba, ar (...)
  • 108 Instructions aux députés de Tucumán, art. 3 et 4, op. cit., p. 5. De même, Salta entend voir garant (...)

75Cet éventail des nuances entre représentation « sectionnaire »104 et générale se retrouvent dans la définition de la charge du député et dans la position qu’adoptent les cités vis-à-vis des décisions du Congrès. La dimension sectionnaire de la députation est réaffirmée sans ambages à San Juan : le député représente « la cité et toute la province de Cuyo (...) à laquelle les intérêts de cette cité sont étroitement liés ». Dans cette logique d’une représentation-incarnation, tout ce que le député décide en vertu de son pouvoir doit être ratifié au nom de la cité, « comme si le vecindario tout entier exerçait lui-même [ce pouvoir] »105. C’est par ce biais que s’imposent les décisions souveraines, émanant de la volonté générale : dans le même texte, la cité déclare « renoncer à ses droits et privilèges (fueros y derechos) face à l’autorité de la chose jugée par le gouvernement suprême des provinces »106. Les instructions qui concernent le Congrès s’efforcent également de concilier l’union des pueblos et le respect de leurs droits particuliers. Mesure symbolique mais significative, Salta et Córdoba demandent à ce que le Congrès soit situé dans un lieu accessible à toutes les cités et caractérisé par sa neutralité politique, « dépourvu de factions et de toute force [militaire] (...) de manière à assurer la liberté nécessaire »107. Reconnu comme l’autorité souveraine suprême, le « Tribunal de la Nation » doit garantir en même temps « le bien général de toutes les provinces et de celle-ci en particulier »108.

  • 109 Instructions aux députés de Salta, art. 3, AGN VII-10-3-3 ; Instructions aux députés de Tucumán, ar (...)

76Si la logique sectionnaire est donc toujours présente, tous les textes traduisent le souci de se fondre dans la volonté générale et de donner aux députés les moyens d’accomplir leur mission. Les cités du Nord-Ouest se préoccupent particulièrement d’organiser la guerre et d’assurer la paix à l’intérieur du territoire : Salta propose ainsi de « rechercher l’origine des conflits entre provinces pour reformer des pactes et jeter les bases d’une union solide » ; Tucumán, plus simplement, de rétablir la paix entre les provinces et de trouver de quoi alimenter les caisses de l’État pour continuer la guerre ; Córdoba d’organiser les armées au niveau provincial et général, de rationaliser les contributions et de faire cesser les discordes109.

  • 110 Instructions aux députés de Salta, art. 4, 5 et 6, op. cit. ; Instructions aux députés de Tucumán, (...)
  • 111 Sur ce thème, voir V. Ayrolo, « Una nueva lectura de los informes de la misión Muzi : la Santa Sede (...)
  • 112 Instructions aux députés de Tucumán, art. 5, op. cit., p. 5 ; Instructions aux députés de Salta, ar (...)
  • 113 Instructions aux députés de Córdoba, art. 2, op. cit., p. 162 ; Instructions aux députés de Buenos (...)

77Les textes évoquent enfin les problèmes touchant à l’organisation politique de l’ensemble. La déclaration de l’indépendance et l’imposition de la religion catholique comme religion d’État figurent dans toutes les instructions consultées, à l’exception de celles de Buenos Aires110. Certaines cités y ajoutent des conseils quant aux relations extérieures que le nouvel État devra établir, notamment avec la papauté111. En ce qui concerne la forme du régime, les textes se bornent à indiquer des tendances générales, confiant à leurs représentants le soin de délibérer souverainement. Tucumán plaide pour une Constitution adaptée à la réalité locale, destinée à défendre les droits des pueblos et à énoncer les obligations du gouvernement, tandis que Salta déclare qu’« avec un système représentatif, n’importe quelle forme de gouvernement jugé convenable peut être admis »112. Buenos Aires et Córdoba se singularisent toutefois en laissant apparaître dans leurs instructions un projet politique très affirmé. Tandis que la capitale prône un système centraliste et plutôt démocratique, fondé sur une stricte séparation des pouvoirs, la cité de l’Intérieur défend l’idée d’une souveraineté provinciale et l’organisation d’un Congrès à l’échelle de toute l’Amérique du Sud113. Pour Córdoba, les Provinces Unies constituent l’étape intermédiaire d’un projet de confédération beaucoup plus vaste ; plus qu’un repère signifiant en matière d’organisation politique, elles représentent le territoire où est mené l’effort de guerre. C’est certainement dans ce texte, écrit en pleine période de sécession, que les idées de Córdoba paraissent le plus en accord avec la doctrine d’Artigas. Ce parti pris radical cherche sans doute à contrebalancer l’influence de la capitale, autant qu’à contenter la faction fédérale de la cité.

  • 114 Rappelons qu’il y a également des « centralistes » à Córdoba, partisans d’une solution unitaire, et (...)

78L’étude des pouvoirs et instructions permet donc de souligner la relative unanimité des cités autour des grandes tâches qu’elles confient à leurs représentants. On ne peut, à proprement parler, lire à travers ces textes les signes de conflits à venir ou d’oppositions idéologiques radicales. Les positions antagonistes de Buenos Aires et Córdoba, à travers lesquelles affleure l’affrontement traditionnel des deux cités, ne traduisent pas l’opinion unanime de la communauté mais celle de la faction au pouvoir114 . Ce qui ressort de ces textes est, bien davantage, la cohérence des cités qui se donnent les moyens d’une construction commune, par le biais du Congrès, tout en préservant leurs droits, leurs intérêts particuliers et le contrôle de leur représentation.

79Le manifeste du 1er août constitue toutefois une évolution majeure dans l’équilibre des forces établi lors de l’inauguration. Tout se passe alors comme si la part de souveraineté implicitement laissée aux pueblos tendait à être absorbée par l’organe souverain. Dans ce texte, comme nous l’avons vu, le Congrès cherche nettement à renforcer son autorité, à imposer une ligne centraliste dictée par le souci de la défense commune, et, partant, à décourager les velléités autonomistes. Cela l’amène à imposer l’idée d’une représentation nationale unique, qui résulterait de la cession pleine et entière des volontés individuelles et/ou communautaires. Après avoir réaffirmé le principe de la souveraineté populaire comme seul fondement de l’autorité légitime, le texte assène sa démonstration de manière implacable :

  • 115 Manifiesto del Congreso..., 1/08/1816, dans Mensajes de los Gobernantes, op. cit., p. 103.

« Comme vous le voyez vous-mêmes, c’est de cette origine si auguste que découlent le pouvoir et l’autorité que nous exerçons. Nous commandons avec le pouvoir et l’autorité des pueblos et cette volonté souveraine se doit d’être appliquée. Tout homme ou toute cité réfractaire à la volonté souveraine désobéit, enfreint et contredit sa propre volonté (...) Abdiquer d’une faculté tout en s’en réservant une partie constitue une contradiction. [Ces deux positions] étant inconciliables, la décision s’impose de détruire l’une si l’on admet l’autre ; or, un peuple ne pourra jamais être autorisé à rompre les liens de la convention générale. C’est pourquoi il est nécessaire que chaque cité ou province renonce à ses tentatives particulières et accepte que ses droits, ses prétentions et ses querelles réciproques soient jugés par l’autorité impartiale et irréfragable de la convention générale. »115

  • 116 Cette dimension individuelle de la citoyenneté apparaît déjà dans le Statut de 1815, comme le signa (...)
  • 117 Session du 6juin 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 226.

80Cet appel à ce que les cités renoncent à défendre elles-mêmes leurs droits a pour but de supprimer tout intermédiaire entre les citoyens et le pouvoir souverain et de fonder la représentation sur une base individuelle116. Cela revient à nier le principe de « double souveraineté » qui, aux yeux des pueblos, constituait de manière implicite le fondement de la légitimité du Congrès. En parallèle, on assiste à une intervention du peuple souverain dans la représentation, que ce soit sous la forme du peuple ancien, celui de la cité, ou du peuple moderne, celui des individus-citoyens. Cette figure, qui sert de référence-clé dans le discours, connaît la même évolution que la souveraineté des cités. Lors de l’installation du Congrès, celui-ci appelle les citoyens à aider les représentants dans leurs travaux. Ils sont invités à assister aux séances publiques, à participer aux débats et à soumettre leurs projets. De même, rien n’étant absolu ni arbitraire dans le Congrès, les pueblos peuvent demander la réforme des lois qu’ils jugent inadaptées. C’est en ce sens qu’est fondé le Redactor del Congreso National et qu’un député suggère d’en afficher un exemplaire à la porte du Congrès, afin que le peuple soit informé des affaires en cours et que les citoyens puissent écrire aux représentants pour leur faire part de leurs réflexions sur les sujets débattus117.

81Là encore, le changement de cap se fait sentir dans le manifeste du 1er août. Fonder la représentation sur une base individuelle et une délégation totale de l’exercice de la souveraineté revient à doter l’opinion publique, celle des individus-citoyens, d’un véritable rôle de contre-pouvoir. Celle-ci doit donc être désamorcée, du moins dans sa dimension critique, afin d’éviter toute désunion. En effet, si les citoyens gardent la possibilité de censurer les règles publiques, il s’en trouvera toujours pour refuser de se laisser convaincre ou de se voir imposer une quelconque autorité :

  • 118 Manifiesto del Congreso..., op. cit.

« Voyez ici l’imparable nécessité qui légitime et autorise la règle publique que vous prescrit l’autorité collective des pueblos (...) : un seul doit commander et celui-ci, quel qu’il soit, ne pourra jamais réunir l’affection et le contentement de tous. S’il doit y avoir un gouvernement et un système d’ordre et de dépendance, cet ordre même [impose] que soit sacrifiée une partie de l’opinion, celle de l’affection et du ressentiment. »118

  • 119 Cf. F.-X. Guerra, « Le peuple souverain, fondements et logiques d’une fiction », dans Quel avenir p (...)
  • 120 Discurso de Belgrano a los habitantes de Tucumán, 27/07/1816, dans Oratorio Argentino, N. Carranza (...)
  • 121 Manifesta del Congreso, 2/12/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-6.

82Hors du discours et des intentions affichées, l’intervention du peuple souverain est plus limitée et se manifeste sous une forme beaucoup plus traditionnelle. Le peuple souverain des discours apparaît dans la réalité sous les traits du vecindario de Tucumán, qui fait figure de « vice-peuple »119. Cette fonction est manifeste dans les cérémonies qui suivent les actes importants du Congrès (installation en mars, déclaration d’indépendance en juillet) : la reconnaissance par la cité de Tucumán fonctionne comme la caution populaire des actes souverains. Comme Buenos Aires auparavant, la cité de Tucumán devient la chambre d’écho légitimante des décisions du Congrès, ce qui apparaît clairement dans une adresse que prononce Belgrano après sa nomination à la tête de l’Armée. Évoquant la glorieuse victoire de 1812, il place les travaux du Congrès dans cette perspective et déclare que les habitants de Tucumán doivent être les premiers à appliquer ses décisions, restant ainsi fidèles à leur vocation, qui est d’être un modèle pour les autres cités120. Cet exemple à suivre peut se transformer en témoin capital : ainsi dans l’affaire des députés de Córdoba, le Congrès affirme avoir agi « publiquement, les portes ouvertes, en présence d’un public nombreux et devant des citoyens respectables, qui (...) ont constamment assisté aux sessions ». Plus loin, celui-ci est qualifié de « juge sans taches et observateur impartial de la conduite du Congrès », ce qui permet à l’auteur de prendre à témoin l’opinion publique dans son sens abstrait, en faisant appel aux « cités héroïques » et aux « citoyens des provinces de l’Union »121.

  • 122 AGN X-3-9-4, Comunicaciones Congreso-Gobierno 1816-1819. Outre la Gazeta de Buenos Aires, qui est t (...)
  • 123 Bien que nous en ayons peu rencontré dans les archives, ces lettres sont fréquemment reproduites da (...)

83Le peuple souverain n’est toutefois pas cantonné dans ce rôle de « spectateur légitimant » ; sous des formes diverses, il intervient directement dans l’exercice de la souveraineté et la prise de décisions. Par le biais de la presse, les députés sont en relation étroite avec une opinion publique moderne en cours de formation dans la capitale ; ils reçoivent les journaux de Buenos Aires et en suivent de près les débats qui s’intégrent dans leurs discussions122. Une autre manifestation, plus traditionnelle, de l’opinion publique est celle des lettres envoyées au Congrès par des individus ou des groupes de citoyens123. Il arrive enfin que ce soient les cités qui interviennent en tant que telles, par la voie de leurs municipalités. Dans ce cas, il ne s’agit pas tant de critiquer ou d’applaudir une décision que de plaider une cause : l’intervention des pueblos dans le champ de la représentation est toujours synonyme d’une demande de justice, chacun prétendant conserver un privilège ou recouvrer ce qu’il estime lui revenir. L’exemple le plus abouti de ce type de pratiques est celui du cabildo de Mendoza qui écrit au Congrès pour demander que San Martin reste à la tête de la province et de l’Armée des Andes. Insistant sur la situation du Cuyo, sur l’œuvre importante accomplie par San Martin et les efforts consentis par la population de Mendoza, la requête est un parfait exemple de négociation :

  • 124 Oficio del cabildo de Mendoza al Soberano Congreso, 24/04/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobiern (...)

« La cité se considère en droit de demander cette faveur, [car] ce digne chef déborde de mérites et l’intérêt [de l’affaire] s’étend à l’ensemble des Provinces Unies. Si le fait de s’être distinguée depuis le début de notre régénération politique par la prestation d’aides et [la défense de] l’union (ce à quoi d’autres ont manqué) ne rendait pas cette cité assez recommandable, la générosité avec laquelle elle a pallié le déficit de l’État par les sommes immenses qu’elle a investies dans le soutien de ces troupes et les vivres pour l’expédition (...) constitue un titre plus que suffisant pour fonder sa supplique. »124

  • 125 Oficio del Congreso al Directeur Supremo, 18/06/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-4

Convaincu de l’importance de l’affaire, le Congrès se fait alors l’écho de la demande auprès du Directeur, considérant qu’elle est de son ressort125. Cette médiation s’inscrit parfaitement dans le rôle que le Congrès s’attribue après l’élection de Pueyrredon, celui d’intermédiaire unique et obligé entre le pouvoir et le peuple.

  • 126 Ayant accepté la démission de Manuel Ignacio Molina, les électeurs nomment à sa place José Ignacio (...)
  • 127 Oficios de Ambrosio Funes y del cabildo de Córdoba al Congreso, 9/11/1816, AGN Comunicaciones Congr (...)

84La fonction d’arbitrage et les interventions qui en découlent se révèlent en effet primordiales dans la pratique politique du Congrès. Celui-ci fait figure de tribunal et de gendarme du nouvel État, intervenant parfois de son propre chef, parfois sur la demande des intéressés. Avant même son ouverture officielle, le Congrès envoie ainsi un émissaire auprès de Güemes et Rondeau pour consolider le pacte de Cerrillos. Le même personnage, Miguel Calixto del Corro, est envoyé à Santa Fé après le soulèvement de Díaz Vélez pour proposer à cette province de rejoindre l’Union. Le Congrès intervient aussi dans les contentieux électoraux, tels celui de Tucumán126 ou celui de San Luis, qui nomme Godoy Cruz, déjà député pour Mendoza, en remplacement de Puyerredon. Enfin, le Congrès déploie pleinement sa fonction d’arbitre et de gendarme lorsque se produisent des échauffourées dans les provinces, tels le soulèvement de Juan Francisco Borges à Santiago del Estera, la révolte de la Rioja et, bien sûr, le soulèvement de Bulnes à Córdoba. C’est lui qui nomme Ambrosio Funes après la démission de Díaz et qui envoie contre Bulnes l’expédition dirigée par le commandant Sayos, afin d’imposer par la force sa décision. Cette dimension de protection et d’arbitrage, qui apparaît dans les remerciements du gouverneur et du cabildo qui exprime sa « plus grande reconnaissance pour l’action si mesurée et les soins si paternels [du Congrès] »127, est complétée par l’envoi de Castro et Funes en mission de conciliation.

  • 128 Ibid.

85À l’issue de celle-ci, Castro, ami personnel de Güemes, est envoyé à Salta pour réparer la secousse produite par l’exclusion du député José Moldes. En parallèle, il doit s’efforcer de ranimer l’obédience des vecinos à l’organe représentatif : dans son discours de départ, le 1er janvier 1817, il rappelle aux habitants que leur existence et leur bonheur sont en jeu et qu’ils ne peuvent être sauvés qu’au prix de « l’union la plus étroite et la plus solide ». Reprenant totalement l’orientation conservatrice du Congrès, il termine en affirmant que l’ordre social est « une chaîne d’obédiences qui commence avec le dernier citoyen et se termine avec le premier magistrat, et dont il est nécessaire de souder les maillons de façon indissoluble »128. La politique d’arbitrage du Congrès a donc non seulement pour fonction de maintenir en place les structures de l’État mais de garantir la cohésion sociale en raffermissant la pyramide des obédiences. L’égalité des provinces en termes de souveraineté a vécu, et l’organe représentatif s’est adapté, bon gré mal gré, à l’orientation politique imposée par les nouvelles autorités.

Une représentation-Procuste

86À partir du moment où, avec l’élection de Pueyrredon, le choix de la guerre et du centralisme des institutions prend le pas sur les autres formes d’organisation, le rapport entre les pouvoirs se trouve inversé : ce n’est plus le Congrès qui dicte sa ligne à l’exécutif, mais la représentation, au contraire, qui se trouve amenuisée, adaptée, par retouches successives, à la ligne politique définie par le Directeur et les chefs militaires. De ce fait, le Congrès se vide peu à peu de sa légitimité en tant qu’organe défenseur des droits et de l’autonomie des provinces.

87L’invasion de la Bande orientale, qui provoque le fameux réflexe de « crispation centraliste » au sommet du pouvoir, souligne le changement de conjoncture : fin août, l’indépendance a été déclarée et les discussions sur la Constitution ne progressent pas, mettant le régime dans l’impasse. Tandis que la question du transfert à Buenos Aires commence à être débattue, la représentation est soumise à une véritable « purge », destinée à protéger sa cohésion interne. Au cours des mois de septembre et d’octobre, les députés les plus acharnés à défendre l’autonomie provinciale démissionnent ou sont exclus du Congrès ; il s’agit, d’une part, des députés de Córdoba et, de l’autre, du député de Salta José Moldes. L’attitude des députés de Córdoba présente l’intérêt de mettre à nu le fonctionnement du Congrès et de faire voler en éclat l’unanimité qu’affiche cet organisme pour les besoins de la représentation. L’affaire en elle-même comporte trois volets : dans un premier temps, le député Miguel Calixto del Corro, en mission à Santa Fé, est accusé d’avoir intercepté une correspondance officielle du Congrès au Directeur suprême ; une commission est constituée pour enquêter sur l’affaire. C’est au cours de cette discussion que José Antonio Cabrera prononce, le 9 septembre, un discours qui met le feu aux poudres. Dans le but de disculper son collègue, Cabrera déclare que celui-ci fait l’objet d’un coup monté, étant de notoriété publique qu’il existe « des partialités et des fractions » au sein du Congrès. Ces propos déclenchant un véritable scandale, Cabrera est sommé de s’expliquer par écrit sur ces accusations. Dans son rapport, il n’accuse plus l’assemblée elle-même mais certains de ses membres d’être hostiles à Corro. Le Congrès se déclare alors lavé de tout soupçon et décide de classer l’affaire. Celle-ci rebondit pourtant le 15 septembre, lorsque Cabrera accuse à nouveau ses pairs d’avoir attenté à son inviolabilité parlementaire ; il décide alors de se retirer en attendant la décision de ses électeurs, imité par ses deux collègues, Eduardo Pérez Bulnes et Geronimo Salguero de Cabrera y Cabrera.

  • 129 José Antonio Cabrera fait partie des fermes partisans qu’Artigas compte à Córdoba en 1815, raison p (...)
  • 130 Oficio del Congreso Soberano al gobernador-intendente de Córdoba, 18/09/1816, AHC Gobiemo, 47-52.
  • 131 Plusieurs expressions du texte vont dans ce sens : le Congrès « a une dette envers les pueblos pour (...)

88Nul doute que la provocation de Cabrera a été dictée, ou du moins encouragée, par la position de force que Juan Pablo Pérez Bulnes est en train d’acquérir dans la province de Córdoba129. Rappelons que celui-ci a ordonné une modification des instructions des députés pour imposer au Congrès le choix du régime fédéral. C’est donc sur la faction adverse que le Congrès choisit de s’appuyer : dès le 18 septembre, une longue lettre est adressée à Ambrosio Furies130 , lui exposant dans le détail le motif et la nature des interventions intempestives de Cabrera, afin que les électeurs se désolidarisent de leurs députés et que soit évitée la sécession complète de la province. Cette lettre, toutefois, n’a pas qu’une visée tactique ; elle révèle la gravité de l’offensive menée par Cabrera et l’éventualité que son départ puisse apparaître comme une exclusion. En effet, début décembre, le Congrès consacre à l’affaire un long manifeste de dix-huit pages, accompagnant un dossier d’une vingtaine de pièces. L’argumentation, qui reprend et complète celle de la lettre envoyée à Ambrosio Funes, met à jour deux questions fondamentales, la légitimité du Congrès et la liberté d’expression de ses membres. Cabrera est en effet accusé du pire des crimes, avoir porté atteinte à l’unité de la représentation en accusant celle-ci d’être la proie de factions. C’est le cœur même de la légitimité du Congrès qui est ici affecté, dans la mesure où celle-ci repose, d’une part, sur la confiance que lui vouent les pueblos131 et, de l’autre, sur l’unanimité (toute fictive) de ses décisions. Or, cette fiction et ce lien rassembleur seraient à coup sûr détruits par l’existence avérée de factions, agissant comme des dissolvants de la légitimité et de l’autorité :

  • 132 Ibid.

« Des partialités et des partis au sein du Corps souverain ! Dans ce Tribunal, principe de l’ordre, centre de l’union, sanctuaire de la justice et de la loi ! (...) Si c’était le cas, le Congrès serait-il toujours l’organe fidèle de la volonté des peuples et l’expression vivante de la volonté générale ? Serait-il autre chose que le vil instrument d’une faction ? Quel droit aurait-il alors à l’obédience des provinces ? »132

  • 133 Ibid. Cette idée est exprimée plusieurs fois avec force : « Dire publiquement, sans preuve, qu’il e (...)

89La gravité de l’accusation justifie, aux dires du manifeste, l’enquête qui s’ensuit. Lavé de tout soupçon par la déposition écrite de Cabrera, qui ne vise que des individus, le Congrès retourne alors ses armes contre les fauteurs de troubles, accusés d’attenter à l’ordre social. En effet, si factions il y a, il est du devoir de n’importe quel membre de les dénoncer ; mais si cela s’avère infondé, c’est un crime contre l’ordre établi, qui atteint par contagion la société tout entière. Le député accusateur est alors traité de « rebelle calomniateur qui, par ce moyen, se propose de détruire [la Patrie], de saper les ciments de l’ordre, de précipiter les pueblos dans l’anarchie et de consumer l’œuvre de sa dissolution »133. Le second problème évoqué ici est celui du droit des députés d’exprimer leurs opinions, l’un des arguments que brandit Cabrera pour justifier son attitude. Ce que le manifeste s’efforce de démontrer, révélant un imaginaire organiciste typique de l’Ancien Régime, c’est que cette liberté a pour limite la cohésion interne du Congrès :

  • 134 Ibid. Au sein d’une société corporatiste, par exemple dans le cadre de la cité, les conflits sont r (...)

« [Un député] ne pourra attaquer sans fondement l’honneur et le crédit d’un corps dont dépendent la sauvegarde et le sort du pays. Si l’on permettait cela à un député au titre de la liberté d’opinion, ou de l’inviolabilité de sa personne, le corps souverain en viendrait à connaître une condition pire que le dernier de ses membres. »134

  • 135 « Cette liberté [des opinions émises au sein du Congrès] ne devant pas être soumise aux mêmes limit (...)

90Cette question constitue un problème crucial, car elle remet en cause le principe même du mandat impératif, selon lequel les députés ont le droit d’user de tous les moyens qui leur sont concédés pour défendre les intérêts de leurs mandataires. Or, comme nous l’avons vu, les pouvoirs qu’ils ont obtenus sont justement très larges. À travers cette affaire, le Congrès tente donc de réguler leur usage et, bien sûr, d’imposer le principe d’une représentation véritablement nationale : l’existence du Congrès prime sur la liberté d’expression de ses membres ; la solidarité de l’ensemble l’emporte sur les intérêts particuliers. Il n’est pas fortuit que le texte évoque, à propos des opinions émises au sein du Congrès, le problème de la liberté de la presse, rigoureusement identique dans son essence135, ni qu’il rappelle opportunément la véritable définition de l’immunité parlementaire, à savoir le droit d’être jugé par ses pairs, ce qui en fait un fuero parmi d’autres. Le manifeste parvient donc à attester la culpabilité des députés de Córdoba, non seulement envers la souveraineté nationale, pour avoir soutenu de fausses accusations et abusé de leur liberté d’expression, mais aussi envers leur province, pour avoir trahi la confiance de leurs mandataires afin d’obstruer les travaux du Congrès. Désolidarisés de leurs pairs et de leurs électeurs, reconnus coupables envers l’État comme envers leur province, ils sont accusés d’œuvrer à des fins particulières et, de ce fait, sont ravalés au rang des ennemis de la révolution. Même si leur démission est une initiative propre, leur exclusion répond à un processus logique d’épuration de la représentation. Celle-ci doit se défaire de tous les éléments susceptibles d’affaiblir le pouvoir souverain.

  • 136 L’opinion de San Martin est sans équivoque, si l’on en croit ses propres mots : « Je suis sûr que s (...)
  • 137 Exposición del Coronel José de Moldes acerca de sus servicios a la causa pública, 26/10/1816, dans (...)
  • 138 Cité par A. Cornejo, ibid, p. 149.

91Les mêmes ingrédients et le même processus sont à l’œuvre dans l’exclusion du député de Salta, José Moldes. Au contraire de ses collègues Bodeo et Gorriti, Moldes se trouve en butte, lors de son incorporation, à l’hostilité de plusieurs députés. Parmi eux, ceux de Buenos Aires et du Cuyo, mais aussi deux représentants originaires de Salta, Malabia et Thames. Les raisons d’une telle hostilité sont à la fois idéologiques et personnelles. Moldes est l’ennemi farouche du centralisme portègne ; il a fait partie des opposants au Directoire et a été banni par Posadas en 1814. Du côté des représentants du Cuyo, ce refus du centralisme s’ajoute aux mauvais souvenirs qu’il a laissés à Mendoza en tant que gouverneur136. Cette défiance est aggravée par le fait que Moldes est l’un des prétendants à la charge de Directeur ; ses ennemis pèsent de tout leur poids contre sa nomination. Moldes accuse alors son rival, Pueyrredon, d’avoir détourné de fortes sommes de l’Hôtel de la Monnaie de Potosí en 1811. L’affaire provoque des remous, répercutés par la presse de la capitale ; le publiciste Antonio Valdez, dans El Censor, accuse à son tour Moldes de trahison. Celui-ci réplique par une brochure intitulée Expositión del Coronel José de Moldes acerca de sus servicios a la causa pública (« Exposé des services rendus à la cause publique par le colonel José de Moldes ») où prenant le public à témoin de l’injustice qui lui est faite, il rappelle ses faits de guerre, ses actions et ses multiples revers politiques, ainsi que la façon dont il a consacré sa fortune au service de la cause137. Ses ennemis semblent toutefois avoir juré sa perte : à peine la brochure est-elle parue que Thomas Godoy Cruz l’accuse d’avoir volé des lettres qui lui étaient destinées. Une commission est alors formée pour statuer sur le cas de Moldes ; elle est composée de trois députés dont deux, Anchorena et Malabia, lui sont notoirement hostiles. Une fois de plus, Moldes crie à la machination et proteste de son innocence. Selon lui, les députés qui l’accusent abusent de leur charge, trahissent la Patrie et discréditent la représentation nationale. Il les rend responsables des divisions et des troubles au sein du Congrès et affirme que tant que celui-ci ne fera pas régner en son sein l’ordre et la justice, il ne pourra les instaurer sur le territoire, qui restera dépourvu de lois et de gouvernement. Il dénonce enfin ce qui apparaît comme le problème crucial posé par ce Congrès, la confiscation de la souveraineté par une poignée d’individus : « Faute de pacte et de lois, quelques-uns se sont rendus maîtres de la Révolution, et ceux-là même veulent nous rendre heureux à leur manière, en dégainant [l’arme de] la calomnie et en décrétant [le supplice de] la roue. »138

  • 139 Oficio del Congreso al cabildo de Salta, 10/11/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 21 (...)
  • 140 Lors de la réunion du 18 novembre, le lien entre respect des droits et maintien dans l’union avait (...)

92On ne pardonne pas plus à Moldes qu’à Cabrera de faire voler en éclats la fiction de l’unanimité : à l’issue du verdict de la commission, il est déchu de sa citoyenneté et la fonction de représentant lui est désormais interdite139. Cette condamnation, qui intervient dans le contexte de la discussion sur le transfert du Congrès, entraîne une vive réaction chez les autonomistes de Salta. José Ignacio de Gorriti donne aussitôt sa démission à Güemes en signe de protestation, tandis que le cabildo de Salta se lance dans la bataille pour défendre son représentant. Lors de la séance du 18 novembre, à laquelle participent les électeurs, les différents documents émanant de Moldes et du Congrès sont soigneusement examinés et l’assemblée décide de rappeler ses députés si la condamnation de Moldes se trouvait confirmée. Cette politique d’abstention devra se poursuivre jusqu’à ce que le Congrès traite enfin des points correspondant aux instructions données aux députés, à savoir la forme du régime et la Constitution. Un pli est également envoyé au Congrès, dans lequel les échevins protestent vigoureusement contre la suspension de Moldes, selon eux accusé à tort. La cité s’estime injustement amputée de la représentation à laquelle elle a droit ; le cabildo exige par conséquent la réintégration immédiate de Moldes, faute de quoi la province fera sécession140.

  • 141 Oficio de Güemes al Director Supremo, 28/12/1816, AGN Gob. Salta X-5-7-4. Cf. A. Cornejo, art. cité (...)

93L’affaire est amplement discutée au cours des séances suivantes, Godoy Cruz posant le problème du retrait éventuel d’une province si les décisions du Congrès ne lui sont pas favorables. La proposition, qui semble aller dans le sens de la souveraineté provinciale, est approuvée par les représentants des provinces subalternes, Jujuy et Santiago del Estero. Dans le même temps, les députés de Buenos Aires, notamment Anchorena et Gascon, mènent campagne contre Güemes en le présentant comme un tyran et un ennemi de l’union, espérant ainsi lui voir retirer son commandement militaire. Pueyrredon, toutefois, résiste à la pression qui lui est ainsi imposée : désireux d’obtenir une conciliation avec Salta, c’est lui qui suggère d’envoyer Manuel Antonio de Castro en mission auprès de Güemes. L’initiative se révèle fructueuse, le gouverneur de Salta acceptant de réaffirmer son obédience au pouvoir exécutif : « Tant que je gouvernerai la province de Salta », écrit-il à Pueyrredon, « celle-ci ne se séparera pas de l’union et de l’obédience [due] aux autorités suprêmes, même si c’est ce que les ennemis de la félicité générale tentent de provoquer. » Tacitement, cela signifie qu’il accepte le renvoi de Moldes et le déplacement du Congrès141.

  • 142 Le thème est évoqué tout au long de sa correspondance avec Thomas Guido, notamment au cours des moi (...)

94L’épuration de la représentation par le renvoi des députés hostiles à la majorité est en effet indissociable du projet de transfert du Congrès à Buenos Aires. Nous avons signalé l’importance qu’avait revêtu, au moment de la convocation et de la réunion de l’assemblée, le fait que celle-ci se tienne dans un autre lieu que la capitale et le choix symbolique de la ville de Tucumán, « sépulcre des tyrans ». Cependant, les députés de Buenos Aires sont convaincus, dès leur arrivée, que cette situation n’est pas tenable et que les deux pouvoirs doivent siéger dans la capitale. Pour eux, c’est la seule façon d’assurer une coordination efficace des opérations militaires, compte tenu de la position stratégique de la cité-capitale, vers laquelle convergent les principaux axes de communication, et de l’organisation de l’effort de guerre (levées de troupes, contributions, équipements), dont la province de Buenos Aires continue de fournir la majeure partie142. L’argument militaire vient toutefois conforter un sentiment identitaire : pour ses représentants, il n’est pas question que Buenos Aires soit privée de son rang de capitale. Tous n’appartenant pas à la mouvance fédérale, ils sont loin de l’attitude de Puyerredon et ne sont pas disposés à remettre en cause la prééminence de leur cité pour sauvegarder l’union des provinces.

  • 143 Oficio del Congreso al Supremo Director, 19/09/1816, AGN X-3-9-5. San Martin se montre très pessimi (...)
  • 144 Session du 25 septembre 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 259-260.

95Pueyrredon, en effet, s’est rallié aux vues de San Martin qui conseille d’installer les deux organes de pouvoir à Córdoba. D’une part, la position de la cité au cœur du territoire faciliterait un contrôle conjoint des opérations sur les fronts des Andes et sur le Littoral ; de l’autre, la concession de ce privilège permettrait de la rallier définitivement à l’option centraliste. Après leur entrevue à Córdoba, Pueyrredon se fait l’avocat de cette solution auprès des députés, ce qui les amène à débattre de la question en séance secrète à partir du 28 août143. Le déplacement du Congrès est donc envisagé très peu de temps après l’arrivée de Pueyrredon à Buenos Aires, dans une perspective de rapprochement des pouvoirs et de meilleure gestion des affaires. Un mois plus tard, l’installation du Congrès dans la capitale est voté par vingt-huit députés sur trente-deux144. Cette décision est conforme à la ligne adoptée par la majorité des participants, mais elle montre que la solution de Pueyrredon et San Martin, également centraliste, a fait long feu. Le rapatriement du Congrès à Buenos Aires correspond en fait au projet de ses députés, pour qui le centralisme est indissociable de la suprématie de la capitale. Le pli adressé à Pueyrredon pour lui annoncer la décision montre clairement comment s’opère le partage entre les deux tendances :

  • 145 Oficio del Congreso al Director Supremo, 26/09/1816, AGN X-3-9-5. San Martin, de son côté, ne désar (...)

« Le transfert du Congrès à Córdoba (...) aurait mérité une attention préférentielle si l’intérêt public, l’expérience et d’autres considérations (...) ne nous avaient appris qu’il est impossible de décider du sort de l’État et d’expédier correctement les affaires de première urgence en dehors de la capitale : il y a longtemps que les représentants envisageaient de se rapprocher du pouvoir exécutif, comme cela se fait dans toutes les autres nations du globe, et le fait que l’ennemi s’approche des points de Jujuy et Salta a pu influer d’une certaine façon sur les raisons qui ont imposé cette idée. »145

  • 146 Session du 25 septembre 1816, ibid. Rappelons que les instructions de Salta et de Córdoba prévoyaie (...)
  • 147 Manifiesto del Congreso a los pueblos, 25/09/1816, dans Mensajes de los Gobernantes, op. cit., p. 1 (...)

96Ce choix politique explique le processus d’exclusion des députés rebelles, qui commence au moment même où la décision est prise. Les seuls qui aient voté contre le transfert sont les deux représentants de Córdoba, Éduardo Bulnes et Geronimo Salguero de Cabrera y Cabrera, le député de Salta, Mariano Boedo, et José Andrés Pacheco de Melo, représentant de Chichas146. Par le renvoi des députés, le Congrès anticipe la réaction des provinces « autonomistes » : la souveraineté, pourrait-on dire, prend ici le pas sur la représentation. C’est pour compenser cette marque d’autorité qu’est ensuite mise en œuvre la politique d’intervention et d’arbitrage avec la nomination d’Ambrosio Funes, l’envoi de l’expédition à Córdoba et les missions de conciliation qui ont pour but d’empêcher la sécession de ces provinces. Cette pratique n’est pas sans rappeler les relations entre Buenos Aires et les cités de l’Intérieur au début de la Révolution. L’organe qui prétend détenir la souveraineté, en l’occurrence le Congrès, a pris une décision et l’a imposée par la suite aux provinces, en recherchant leur adhésion, en employant la négociation, voire la force. Ceci s’inscrit dans une situation où le mandat impératif étant toujours en vigueur, on ne peut pas parler de représentation nationale, au sens où la décision des députés serait d’emblée souveraine et légitime. Il est donc nécessaire de compléter cette décision par une adhésion explicite des provinces, qui fasse appel à d’autres ressorts de la légitimité. C’est pourquoi, dans le manifeste qui annonce la nouvelle aux provinces, comme dans les réponses qui lui sont apportées, c’est la défense de la Patrie qui est présentée comme le principal motif du transfert147. Pour faire accepter sa décision, le Congrès a donc recours à l’argument patriotique plutôt qu’à son autorité comme porte-parole de la volonté générale.

97L’étude des pratiques de gouvernement du Congrès, vis-à-vis des provinces, du problème du peuple souverain et de la représentation en elle-même, révèle l’importance de la question de l’unanimité qui découle de la part de fiction assumée par l’assemblée. Celle-ci incarne et garantit l’unité de l’État, constitué de corps qui se pensent chacun comme souverains. La seule issue, pour maintenir la cohésion « nationale », consiste dès lors à représenter cette unité au sein de l’assemblée, quitte à en exclure les éléments dissonants. Rares sont ceux qui, au bout du compte, persistent dans la dissidence : le primat de l’union et la nécessité de poursuivre la guerre conduisent la majorité des députés à sacrifier partiellement les droits de leurs cités afin d’user de leurs pouvoirs dans toute l’extension permise. En ce sens, de moins en moins liés par leurs mandats impératifs, ils deviennent les membres d’une représentation nationale en cours de formation.

98Sur cette évolution vient se greffer le retour au statu quo ante – une identification des pouvoirs de l’État avec la capitale – imposé par les députés de Buenos Aires. La conjonction des deux mouvements prive le Congrès de l’un des fondements essentiels de sa légitimité – la possibilité d’une souveraineté relevant effectivement de l’égalité des pueblos, en termes de droits et de représentation – et son corollaire pratique, une relation étroite entre les provinces et le Congrès fondée sur un arbitrage permanent. Par ailleurs, l’assemblée n’est pas parvenue, à la fin de l’année 1816, à donner la pleine mesure de son pouvoir constituant, autre base importante sur laquelle il tente d’asseoir sa légitimité.

Le provisoriato ou le défi constitutionnel

99Les pouvoirs et instructions donnés aux députés abordent les deux problèmes principaux liés à la création d’un État-nation : l’indépendance, qui sert à affirmer l’existence d’une entité nationale vis-à-vis du monde extérieur, et la Constitution, qui concerne l’organisation interne de cet État. Tous les acteurs qui participent à la réunion du Congrès semblent convaincus du bien-fondé de la démarche et souhaitent que cette construction reçoive enfin la sanction de chacune des parties qui la constituent. Le processus se déroule normalement jusqu’à la déclaration de l’indépendance, le 9 juillet 1816, mais bute ensuite sur le choix de la forme du régime. Ce piétinement des discussions, dans lequel il faut voir la poursuite du provisoriato, finit par condamner le processus constitutionnel, auquel est étroitement liée l’adhésion des provinces.

Une indépendance « à la face du monde »

  • 148 Cf. J. C. Chiaramonte, « El mito de los orígenes en la historiografia latinoamericana », Cuadernos (...)

100Le 9 juillet 1816, l’acte comportant la déclaration d’indépendance des Provinces Unies du Rio de la Plata est solennellement approuvé par l’ensemble des députés présents. Formalisation juridique d’un état de fait, cette déclaration est principalement destinée aux autres puissances, notamment européennes. Elle est pourtant couramment présentée comme l’acte de naissance de la nouvelle nation. La bibliographie traditionnelle ne manque pas de signaler la présence de tel ou tel député à la séance et de souligner qu’il a eu l’honneur de parapher le texte. Autrement dit, l’acte semble faire sens en tant que constitution organique du nouvel État, intervenant presque en lieu et place de la Constitution148 . Cette interprétation est due à deux facteurs. Tout d’abord, la rupture avec la mère-patrie est une modalité fondamentale de la naissance des nations issues des empires coloniaux. Cette rupture, qui entraîne une situation de table rase avec le passé, leur sert de fondement identitaire, de mythe des origines, à l’instar de la mort du roi dans la Révolution française. Aussi, s’il est utile de distinguer du point de vue de l’analyse ce qui est réalisé sur le plan interne et ce qui s’adresse à l’extérieur, la réalité montre qu’indépendance et Constitution sont indissociables : elles procèdent d’un même surgissement, formant une sorte de Janus identitaire. Mais il est une autre raison, davantage liée au contexte et à l’histoire du Rio de la Plata. Par cette déclaration, le congrès de Tucumán entend proclamer l’accord parfait entre ses membres, ce qui était, depuis l’ouverture, le but symbolique qu’il s’était assigné. Dans le même temps, il parvient à démontrer aux provinces sa cohésion, à aguerrir l’unité interne de la Nation et à affirmer l’existence de celle-ci à la face du monde : par là même, c’est le moment où il connaît l’apogée de sa légitimité. La déclaration d’indépendance marque aussi la limite du consensus entre les provinces, qui ne sera plus retrouvé par la suite. C’est cette conjonction de sens qui confère à l’événement sa portée symbolique sur le plan intérieur.

  • 149 Cf. J. Comadrán Ruiz, « Notas para un estudio sobre fidelismo, reformismo y séparatisme en el Río d (...)
  • 150 Plan de trabajo del Congreso nacional, 26/05/1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 188.
  • 151 À plus ou moins long terme, le problème se pose à l’identique dans chaque région de l’ancien Empire (...)

101Du point de vue lexical, le terme d’indépendance, employé depuis 1808, a toujours été doté d’une double signification149. Dans son sens le plus traditionnel, il renvoie à l’autonomie des parties constitutives de l’Empire, puis du nouvel État, provinces et pueblos. C’est en ce sens que les provinces américaines envisageaient de déclarer leur indépendance durant la crise de la Monarchie, non pour rompre avec l’Espagne, mais pour se protéger d’une invasion éventuelle. De même, dans le plan de travail du Congrès, celui-ci se propose de forger « des pactes généraux [entre] les provinces et cités de l’Union, [conçus comme des] préliminaires à la Constitution et qui, dans les circonstances présentes, sont jugés nécessaires pour consolider la dite Union »150. Cette idée de pactes préliminaires qui constituent la fondation du lien social renvoie également au contenu ancien du mot « indépendance » : c’est cette cohésion interne de la société, permettant de se doter d’institutions propres, qui est à la base de la vieille aspiration des cités à l’autonomie. En parallèle s’impose peu à peu le sens moderne du terme, qui suppose la création d’un État souverain et son entrée dans les relations internationales par la reconnaissance que lui accordent les autres nations. Le retour de Ferdinand VII sur le trône, le rétablissement de l’absolutisme et la dynamique propre des événements révolutionnaires ont rendu impossible le retour en arrière. L’indépendance est alors envisagée dans la perspective d’une guerre contre les royalistes, qu’ils soient créoles ou péninsulaires. Seule sa proclamation formelle permet de modifier la nature juridique du conflit et de passer d’une situation de rébellion contre l’autorité légitime à une guerre entre États souverains. Les puissances étrangères qui soutiennent l’effort d’émancipation, notamment les Anglais, pourraient alors aider les patriotes sans intervenir directement contre l’Espagne151. Ce sont donc les chefs militaires qui font de l’indépendance une priorité absolue, notamment San Martin, qui manifeste son impatience en avril 1816 dans une apostrophe célèbre :

  • 152 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 12/04/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 534.

« Jusqu’à quand devrons-nous attendre pour déclarer notre indépendance ? Est-ce que cela ne vous paraît pas ridicule de battre monnaie, d’avoir un pavillon, une cocarde nationale et de faire la guerre au souverain dont tout le monde croit que nous dépendons encore aujourd’hui ? Que nous manque-t-il, à part de dire [ce qu’il en est] ? Par ailleurs, quelles relations pouvons-nous établir alors que nous sommes des pupilles ? C’est à juste titre que les ennemis nous traitent d’insurgés, puisque nous nous déclarons vassaux. (...) Mon ami, regardons les choses avec lucidité : si cela ne se fait pas, le Congrès est réduit à néant dans toutes ses dimensions, car ayant réassumé la souveraineté, il constitue une usurpation envers celui qui se croit le véritable [souverain], c’est-à-dire le petit Ferdinand (sic). »152

  • 153 Le compte rendu rapporte qu’au terme d’une discussion très vive (non sur le principe mais sur la fo (...)
  • 154 Acta de independencia de las Provincias Unidas del Rio de la Plata, 9/07/1816, dans A. E. Sampay, L (...)
  • 155 Ibid.
  • 156 F.-X. Guerra, Modernidad e independencias, Madrid, 1992.

102Malgré l’unanimité avec laquelle le projet est accueilli et voté le 9 juillet153, l’étude des documents correspondants met en évidence la corrélation étroite entre cet événement et la ligne politique inspirée par les militaires. La déclaration en elle-même est un texte court, qui commence par dire de qui il émane afin de prouver sa légitimité. À la base de cette déclaration, on trouve naturellement le principe de la volonté générale, dans sa version plurielle de volonté des pueblos : l’introduction évoque la « clameur du territoire entier », le texte affirme que « c’est la volonté unanime et indéniable de ces provinces » et que ce sont « toutes et chacune d’entre elles » qui le rendent public, le déclarent et le ratifient154. Le passage à l’acte est toutefois le produit de la représentation nationale, ses véritables auteurs s’exprimant à la première personne : « Nous, les représentants des Provinces Unies d’Amérique du Sud, réunis en Congrès général (...) au nom et de par l’autorité des peuples que nous représentons, déclarons que... »155 En seconde instance, l’indépendance est proclamée « en invoquant l’Éternel qui préside [aux destinées] de l’Univers », face « au ciel », mais aussi « aux nations et aux hommes de toute la terre ». Profondément empreinte des théories du droit naturel, la déclaration en appelle à la légitimation ultime, celle de Dieu, en tant que créateur et auteur de l’univers. Puisqu’elle se fonde sur le rejet de la tradition, c’est l’universalité de la proclamation qui lui confère sa légitimité : elle s’inscrit ainsi dans le projet divin, dont l’ordre du monde serait le reflet. En dernier lieu est précisée la signification de l’indépendance, qui comporte une double dimension de rejet et de refondation. Il s’agit en effet de « rompre les liens violents qui liaient [ces provinces] aux rois d’Espagne, de recouvrer les droits dont elles ont été dépouillées et de s’investir du caractère élevé de nation libre et indépendante du roi Ferdinand VII, de ses successeurs et de la métropole ». Autrement dit, l’affirmation de ce que l’on est passe par l’énoncé précis de l’obédience que l’on rejette, en parfaite conformité avec ce que François-Xavier Guerra nomme « une modernité de rupture »156.

  • 157 Le texte argentin se contente d’affirmer que « [ces provinces] sont de fait et de droit pleinement (...)
  • 158 Pour mener à bien cette comparaison, nous avons suivi l’analyse de Denis Lacorne, (L’invention de l (...)

103Le texte se termine sur la ratification de la décision et son annonce au public ; il prévoit la rédaction d’un manifeste aux nations, soulignant par là même que cette reconnaissance constitue l’enjeu essentiel et que l’indépendance est surtout dirigée vers l’extérieur. C’est ce qui la distingue le plus, nous semble-t-il, de la Déclaration nord-américaine du 4 juillet 1776, dont elle s’inspire par ailleurs très largement. Dans le texte argentin, les instances auxquelles on fait appel sont plus nombreuses, mais les échos de la déclaration sur le plan intérieur sont, à l’inverse, moins détaillés157. Cela s’explique surtout par un contexte et des visées différentes : la déclaration nord-américaine constitue le premier acte de la rupture, tandis que l’argentine se contente de formaliser une séparation déjà consommée ; sa portée sur le plan de l’organisation interne s’en trouve diminuée158. C’est ce qu’achève de montrer le commentaire du Redactor en expliquant pourquoi la déclaration ne reprend que les derniers paragraphes du texte de 1776, le reste consistant en une longue dénonciation des abus de la métropole, travail auquel le Rio de la Plata s’est déjà livré :

  • 159 El Redactor del Congreso Nacional, n° 6, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 217.

« Il n’est donc pas dans l’ordre des choses que pour l’annoncer au monde, nous en revenions à considérer ces 300 années de vexations qu’a imposées le despotisme. Tout cela est connu, le dépouillement violent de cette partie du monde n’a pas été caché aux nations du globe (...) Jetons donc un voile sur nos maux passés, ne faisons place qu’à la joie d’annoncer au monde impartial la fin heureuse [de cette époque] (...) Pour nous comme pour ceux qui nous succéderont, le 9 juillet sera aussi important et glorieux que le 25 mai. »159

  • 160 Session du 18 juillet 1816, ibid., p. 237. Notons que selon l’usage observé dans les comptes rendus (...)
  • 161 Ibid.
  • 162 Circular del Congreso a los cabildos, 28/07/1816, AHT Adm., 25-246.
  • 163 « L’acte d’indépendance est un document important qu’il faut faire parvenir dans tous les points du (...)

104Bien qu’elle soit essentiellement destinée aux autres nations, le Congrès profite de cette victoire politique pour renforcer son autorité à l’intérieur de l’État. C’est le sens du serment que doivent prêter les citoyens, décision prise le 18 juillet après un long débat. Certains, en effet, font valoir que le serment d’obéissance au Congrès suffit amplement à ratifier cette décision et qu’« il est, d’autre part, inutile de multiplier les serments sur des sujets à propos desquels existe [déjà] une obligation contraignante »160. En fin de compte, la majorité décide pourtant que l’indépendance sera jurée par tous les citoyens, à commencer par les députés. Le lendemain, ceux-ci se mettent d’accord sur la formule, qui renoue avec le registre familier du patriotisme : il s’agit de « promouvoir et de défendre la liberté des Provinces Unies et leur indépendance », de « promettre à la Patrie de défendre ses droits, jusqu’à [y risquer] sa vie, ses biens et sa réputation »161. Après la cérémonie solennelle organisée le 21 à Tucumán, en présence de toutes les corporations urbaines et des habitants, une circulaire est envoyée aux capitales de province. On y explique que le serment doit être prêté non seulement par les corporations de la cité, mais par « tous les individus, quel que soit leur rang, y compris les [membres des] milices et les habitants de la campagne », afin qu’« un engagement personnel les lie et les oblige à manifester plus vivement leur volonté déterminée de défendre, fût-ce au prix de leur sang, le rang et le caractère d’une nation libre et indépendante »162. Dans le même temps, le Congrès donne l’ordre que 3 000 exemplaires de la déclaration soient imprimés et envoyés à Tucumán pour être redistribués dans le Nord-Ouest et le Pérou163.

  • 164 Oficio de Güemes al Director Supremo, 13/07/1816, AGN Gob. Salta, X-5-7-4. Güemes, toutefois, prête (...)
  • 165 Oficio del cabildo al Director Supremo, 19/07/1816, AGN Gob. Men., X-5-5-7.
  • 166 Les échevins ont remarqué que la mention « de toute domination étrangère » ne figure pas dans la dé (...)
  • 167 Oficio de San Martin al Congreso, 8/08/1816, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 143 ; Oficio de Manuel M (...)

105L’annonce soulève dans les cités l’enthousiasme attendu : Salta organise trois jours de fête durant lesquels « ce noble et vertueux vecindario [consacre] une nouvelle fois sa propre existence à la liberté du pays et à l’extermination des liberticides »164. Même scénario à Mendoza du 20 au 23 juillet, où se succèdent les éléments habituels des cérémonies patriotiques, messe solennelle, sermons, actions de grâces, réunions sur la place, illumination des rues, feux d’artifices, concerts, bals et réjouissances diverses165. Córdoba fait de même le 4 août, ce qui n’empêche pas les échevins d’envoyer le lendemain une protestation au Congrès pour vice de forme166. À Mendoza, le 8 août, les chefs de l’état-major et tous les officiers se réunissent autour de San Martin, qui leur donne lecture de la Déclaration et recueille leurs serments. Le lendemain, deux supérieurs de couvent attestent que tous les membres de leurs communautés ont juré de défendre l’indépendance167. Ces épisodes font état d’un engagement de tous les individus, et de la participation de catégories – militaires, membres du clergé régulier – qui avaient jusque-là une place à part dans la représentation ancienne. La déclaration d’indépendance constitue donc pour le Congrès une sorte d’état de grâce qu’il s’efforce d’exploiter au bénéfice de l’union et du patriotisme. Les réjouissances liées à cet événement fonctionnent comme un renouvellement de l’adhésion des cités. À la différence de 1810, l’initiative politique, cette fois, émane formellement de la représentation nationale et le serment concerne tous les citoyens, reconnus comme membres égaux du nouvel État, indépendamment de leur condition dans la société ancienne.

  • 168 Session du 26 septembre 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 260. Cette décision fait (...)
  • 169 Manifiesto que hace a las naciones el Congreso General Constituyente de las Provincias Unidas en Su (...)
  • 170 La plupart des exemples du texte concernent le Pérou, où les révoltes, notamment celle de Pumahuaca (...)
  • 171 Certains auteurs insistent sur cette dimension « américaine » de l’acte d’indépendance. Caractérist (...)

106Bien qu’elle contribue à renforcer la légitimité du Congrès aux yeux des provinces, la déclaration d’indépendance est surtout destinée à fonder une politique extérieure. C’est le sens du « Manifeste aux Nations », dû à la plume du député de Buenos Aires Antonio Sáenz et publié le 25 octobre. Le texte est précédé de quelques décisions qui illustrent la dimension internationale de la déclaration, telle l’adoption de Santa Rosa de Lima, « vierge américaine », comme patronne de l’indépendance ou l’envoi d’un émissaire aux États-Unis pour négocier la reconnaissance de l’indépendance et l’octroi d’une aide. La même résolution est prise vis-à-vis du Brésil, de l’Angleterre et des principales puissances européennes, notamment la Russie et la Suède168. C’est dans ce contexte de recherche éperdue d’une reconnaissance que prend place ce « manifeste aux Nations du Congrès Constituant des Provinces Unies de l’Amérique du Sud, sur le traitement et les cruautés qu’elles ont subis de la part des Espagnols et qui ont motivé la déclaration de leur indépendance »169. Titre programmatique qui, en dépit des assertions du Redactor, reprend les recettes éprouvées de la Déclaration américaine de 1776 et joue sur la corde traditionnelle du pacte pour dénoncer la longue liste des abus dont l’Espagne s’est rendue coupable envers ses possessions d’outre-mer. Face aux nations qui font figure de tribunal, la stratégie du texte, annoncée dès le début, est la suivante : pour démontrer le bien-fondé de l’indépendance, il ne s’agit plus de faire appel à des arguties juridiques, mais à l’évidence des faits. Une longue série d’arguments, mis en valeur sur le plan stylistique par un procédé d’accumulation, retrace à grands traits l’histoire de l’Amérique espagnole depuis la conquête, en passant très vite sur les « trois siècles de despotisme » et en s’attardant, au contraire, sur la période 1810-1816. Le texte joue sur deux ressorts : la volonté de l’Espagne, tous types de régime confondus, de nuire le plus possible à l’Amérique, et la bonne foi des Américains, qui jusqu’au bout ont tenté de rester fidèles à la Monarchie en espérant que leur sort allait s’améliorer. La description des crimes de guerre et des atrocités commises par les royalistes depuis 1809 n’a pas qu’un but rhétorique ; elle est empreinte de la violence effective de la répression170. L’annonce de l’indépendance, de dimension continentale171, semble donc couler de source à la fin du texte : Dieu et la Patrie y sont promues comme instances suprêmes de légitimité en lieu et place du roi, tandis qu’une déclaration de paix universelle est adressée aux nations.

107En déclarant l’indépendance, le Congrès a donc accompli une part importante de son œuvre, consistant à se donner les moyens d’une politique extérieure et consolidant ainsi le nouvel État. Malgré l’exploitation politique de l’événement, cette déclaration ne peut toutefois se substituer à une Constitution : c’est l’organisation interne de l’État qui apparaît comme la tâche essentielle du Congrès et la condition sine qua non de la stabilité de l’Union.

Le mirage constitutionnel

  • 172 Du fait de la formation tardive du vice-royaume, et de sa coïncidence avec les réformes bourbonienn (...)

108La Constitution est le second thème récurrent des instructions, l’organisation mythique vers laquelle convergent les espérances et qui se trouve, elle aussi, au point de confluence de deux imaginaires politiques. En 1816, le sens qui s’est imposé est celui d’une charte écrite entre le pouvoir et le peuple, fixant les limites de l’autorité publique et garantissant les libertés fondamentales des individus. Toutefois, le terme renvoie sans cesse à l’ancienne notion de « constitution organique du royaume », constitué par l’ensemble des lois coutumières et des fueros des différents corps172. Cette acception se distingue du sens moderne sur deux point essentiels : elle ne concerne pas l’organisation de l’État mais celle de la société, puisqu’elle recouvre l’ensemble des statuts juridiques en vigueur sous l’Ancien Régime ; elle est par là même placée sous le signe de la pluralité, contrairement au principe d’une allégeance unique qui caractérise la souveraineté de l’État moderne.

  • 173 Plan de trabajo del Congreso nacional, 26/05/1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 185.

109Bien que ces deux notions se court-circuitent sur le plan chronologique, du fait d’un contexte révolutionnaire où les principes modernes s’imposent rapidement dans le discours, le cheminement est long qui permet de substituer à l’idée de constitution « organique », coutumière, évolutive et plurielle, la réalité d’une Constitution moderne, écrite (donc vouée à la durée), volontariste et identique pour tous. C’est ce qui permet d’expliquer en partie l’un des principaux problèmes de la Révolution de Mai : l’ajournement incessant de la Constitution, reconnue pourtant comme absolument nécessaire pour consolider le nouvel État. Tous les espoirs de l’année 1813 resurgissent en effet en 1816 : les députés reçoivent des pouvoirs constituants, et le plan de travail du Congrès place la question au premier rang de ses priorités173. L’article 4, en faisant allusion aux « pactes préalables préliminaires à la Constitution », suggère que les institutions doivent s’ancrer dans une organisation pré-politique de la société, ce qui est très proche de la notion de « constitution organique ».

  • 174 Un des députés de Buenos Aires, Medrano, pose la question de l’ampleur de la révision : doit-elle p (...)
  • 175 Sessions du 28 septembre au 22 novembre 1816, ibid., p. 260-276.
  • 176 Cette question de l’origine des employés publics revêt une importance considérable dans un contexte (...)
  • 177 Sessions des 8, 11 et 12 novembre 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 270- 272. La de (...)

110Plutôt que de s’atteler à la tâche, les députés commencent pourtant par réformer le Règlement provisoire, dans la ligne de ce qu’Álvarez Thomas avait tenté en février 1816. Il est urgent, en effet, de doter le Directeur d’un règlement qui définisse ses pouvoirs ; à cette occasion, les députés décident de réexaminer l’ensemble du Statut174. Une commission de trois membres, comprenant un représentant de la capitale et deux députés originaires de Salta est formée le 1er juillet ; l’examen du texte lui-même commence à la mi-octobre. Ce ne sont finalement que des points de détail qui se trouvent retouchés, parfois simplement reformulés : ainsi en va-t-il des articles sur le jugement des secrétaires d’État, les facultés exceptionnelles du Directeur, la validité des sentences judiciaires, le statut et les salaires des fonctionnaires, la participation des habitants de la campagne aux élections municipales, les peines prévues contre les déserteurs et le statut des milices175. La seule question amplement débattue concerne le statut des gouverneurs, dont les pouvoirs sont reprécisés et nettement replacés dans la sphère de l’exécutif : ils reçoivent notamment la faculté d’annuler un accord du cabildo en cas de menace pour l’ordre public. Mais surtout, leur procédure de désignation est révisée : les gouverneurs seront désormais nommés par le Directeur, sur la base d’une liste établie annuellement par les cabildos, le candidat choisi pouvant être ou non originaire de la province176. Autour de cette question s’affrontent les tenants de la centralisation, incarnés par les députés de Buenos Aires (soutenus, entre autres, par Godoy Cruz et Acevedo, le député de Catamarca) et ceux qui défendent le principe d’une élection par les pueblos, parmi lesquels figurent les députés du Haut-Pérou177. Grâce à leurs concessions (la solution des listes est proposée par Gascon et Darregueira), les premiers parviennent à faire triompher l’option centraliste et à replacer les gouverneurs sous le contrôle direct de l’exécutif.

  • 178 Le texte sera de nouveau discuté durant toute l’année 1817 et fera l’objet d’une troisième révision
  • 179 Session du 20 novembre 1816, dans Asambleas Constituyentes, op.cit., p. 275-276. Anchorena demande (...)
  • 180 Ibid., p. 276.

111Le texte du Statut provisoire réformé par le Congrès est finalement sanctionné le 22 novembre 1816, avant d’être repoussé par Pueyrredon qui, estimant qu’il amenuise son pouvoir, refusera de l’appliquer178. Plusieurs motions intéressantes, toutefois, sont restées en suspens, notamment celles d’Anchorena et Darregueira, datées du 20 novembre : soucieux de protéger l’autonomie de Buenos Aires, Anchorena insiste sur le fait que l’autorité du Directeur ne doit en aucun cas s’exercer directement sur une cité. Dans le même sens, il propose que les pouvoirs exceptionnels accordés aux agents de l’exécutif (Directeur et gouverneurs) en cas de menace de l’ordre public soient précisément détaillés. Plus paradoxalement, il demande que le Directeur soit l’unique responsable de l’équipement et de l’armement des milices, notamment celles de Buenos Aires. Darregueira, quant à lui, amorce la question d’un droit de veto éventuel du chef de l’exécutif et des limites à lui apporter179. Les autres mesures envisagées par Anchorena vont toutes dans le sens d’une plus grande autonomie des cités. Il propose notamment que soit établi un système général de contributions, proportionnelles à la population de chaque province et administrées par une caisse générale, distincte des caisses provinciales. Ce système, qui ne fait que perfectionner celui qui existe déjà, est inspiré du modèle fédéral nord-américain, lequel vise, en réalité, à fonder un système relativement centralisé. En proposant de fonder un Trésor national financé par les provinces, lesquelles pourraient utiliser ce qu’elles ne reversent pas à leur développement propre, Anchorena cherche surtout à libérer Buenos Aires de la charge financière que représente l’effort de guerre : en cela, il se montre très proche de ce qu’ont défendu les fédéraux portègnes lors des journées juin 1816. Bien qu’il fasse de l’égalité entre les provinces le thème majeur de son discours, Anchorena est favorable à un système où la capitale conserverait une place prépondérante dans l’Union, tout en dissociant ses intérêts propres de ceux de l’État180.

  • 181 Ibid., p. 267. Darregueira fait valoir qu’il dispose d’un an pour statuer sur le sort du pays, ce q (...)
  • 182 Session du 16 décembre 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 282.

112Cependant, les députés sont conscients qu’en révisant le règlement provisoire, il se bornent à prolonger le provisoriato et ne règlent pas le problème de la Constitution. Certains manifestent de l’impatience, notamment Darregueira qui demande le 4 novembre que soient déterminées la durée du Congrès et la date où sera votée la Constitution, afin d’en répondre devant ses électeurs181. Il ajoute que cette indécision donne l’impression que le Congrès dispose d’un pouvoir illimité, dans son extension comme dans sa durée, et que cela ne peut que nuire à sa légitimité. Il est appuyé par ses compatriotes Paso et Medrano et par deux députés de l’Intérieur, Maza et Sánchez de Bustamante, député de Jujuy. Après avoir décidé de former une commission pour rédiger un projet de Constitution, les députés reprennent la révision du règlement, auquel est consacré le reste du mois de novembre. À la mi-décembre, la proposition de Darregueira est réexaminée et la question de fond est enfin abordée par Godoy Cruz, qui dépose une motion pour que soit décidé « s’il convient de donner ou non une Constitution permanente, étant donné l’état du pays »182. Dans sa formulation même, la question comporte l’obstacle méthodologique sur lequel les dirigeants avaient buté entre 1811 et 1813 : il s’y dessine une opposition irréductible entre l’« état du pays », encore soumis à des aléas politiques et militaires, et une Constitution pensée comme permanente, car conçue dans son sens moderne de « table de la Loi » intangible et vouée à la perfection. Godoy Cruz est favorable à une prolongation du provisoriato : selon lui, l’état de crise que traverse le pays rend inévitable que l’on modifie la Constitution en fonction des circonstances à venir. Il est donc préférable d’adopter un texte provisoire et d’attendre un moment plus opportun pour se doter d’une Constitution définitive.

113Le débat qui s’ensuit met à jour une impossible conciliation, car l’organisation nationale, à laquelle tout le monde aspire, suppose une union entre les provinces dont tout démontre qu’elle ne va pas de soi. Or, personne n’envisage le problème de l’union en termes strictement politiques, ni la possibilité d’adapter la Constitution aux circonstances. C’est ce qui explique le recours aux modèles étrangers, que le compte rendu cauteleux de la séance met bien en évidence :

  • 183 Ibid.

« Il s’ensuivit un long débat au cours duquel plusieurs de ces messieurs firent valoir l’inconvénient de donner [une Constitution au pays] et employèrent pour le démontrer des principes et des doctrines politiques analogues au cas présent, assorties d’observations érudites sur l’origine et la cause du caractère inconsistant qu’ont les constitutions dans certains pays où elles furent adoptées dans des périodes similaires ; ils y ajoutèrent l’état d’altération et de turbulence de nos provinces, la division des esprits de leurs habitants, le bouleversement de leurs us, coutumes et habitudes, produit par la Révolution, etc., etc. (sic). En contrepoint, d’autres messieurs firent valoir la stabilité, le progrès et la gloire d’autres pays, constitués dans le crépitement des armes et au milieu des secousses, en en déduisant que la Constitution serait peut-être l’un des moyens de décider du sort du pays et de calmer, si ce n’est d’éteindre, le feu des discordes, par le respect que produirait son caractère permanent, effet que l’on ne peut attendre des règlements provisoires... »183

  • 184 Ibid.

114Lors de la discussion du lendemain, le problème, reposé de manière différente, vient buter sur les mêmes obstacles. Il est en effet suggéré que « pour donner au règlement provisoire la vigueur d’une Constitution permanente (...) deux pactes devraient être préalablement passés entre les provinces représentées : le premier [pour forger] l’unité absolue ou l’union concertée dans la défense du pays contre l’ennemi commun ; le second [pour assurer] l’observance ponctuelle du règlement provisoire donné par le Congrès, jusqu’à ce qu’en soit convoqué un nouveau, dans des circonstances plus favorables, où serait sanctionnée la Constitution permanente de la Nation... »184 Le débat reprend alors les arguments exposés la veille et ne parvient pas davantage à un résultat : au moment où le Congrès quitte Tucumán, l’impasse constitutionnelle paraît totale. Malgré sa fonction de représentation et d’arbitrage, le Congrès a donc échoué à créer une union « organique » entre les provinces et, partant, une union politique capable de s’incarner dans une Constitution. Ce manque de cohésion débouchant sur une impasse se retrouve à l’identique dans le débat sur la forme du régime, second facteur qui explique le prolongement du provisoriato.

La République impossible

115Le blocage du processus constitutionnel n’est pas seulement dû à la conjoncture ; la notion même de constitution reste ambiguë sur le plan théorique. Celle-ci doit-elle se contenter d’exhumer des valeurs qui existeraient déjà, ou doit-elle en créer de nouvelles ? Les deux aspects se conjuguent dans le discours des acteurs : en même temps qu’elle révèle des principes préexistants, ancrés dans la société, la Constitution les diffuse et les renforce en les rendant explicites. Toutefois, dans son fondement, elle doit s’accorder aux valeurs intangibles qui sous-tendent l’organisation sociale. C’est pourquoi le débat achoppe toujours sur l’absence d’union et sur les querelles incessantes qui déchirent provinces et pueblos. On perçoit l’acuité que revêt, dans ce contexte, la question de la forme du régime. Bien qu’elle soit abordée, chronologiquement, avant la révision du règlement provisoire, c’est elle qui bloque le processus constitutionnel et révèle le fond du problème, celui d’une impossible conciliation entre la réalité sociale et les principes politiques qui prétendent la modeler.

  • 185 Plan de trabajo del Congreso nacional, 26/05/1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 185. (...)
  • 186 « De même que l’esprit général des nations au cours des dernières années consistait à tout “républi (...)
  • 187 Ce projet de restaurer un Inca se trouve exposé, sous une forme littéraire, chez Marmontel et est e (...)
  • 188 Le plan de l’Inca ne lui paraît rien moins qu’« admirable » et ses avantages « géométriques » ! Il (...)
  • 189 Oficio de los diputados de Mendoza al cabildo, 26/08/1816, AHM Ind., 657-21.

116La formule générale, sans cesse invoquée dans les pouvoirs et instructions comme dans les discours du Congrès, consiste à « arrêter le sort du pays » ou, de manière plus explicite, à « choisir la forme de gouvernement la mieux adaptée à la situation actuelle et la plus apte à faire prospérer les Provinces Unies »185. La nécessité du choix découle, en fait, de la déclaration d’indépendance : il s’agit de déterminer quel type de régime sera le plus à même de favoriser l’établissement de relations diplomatiques avec les puissances étrangères et de terminer la guerre avec l’Espagne. C’est en ces termes que Belgrano pose la question, lorsqu’il livre devant le Congrès, réuni en session secrète le 6 juillet, le compte rendu de sa mission diplomatique en Europe. Son discours, rarement commenté dans son intégralité, part d’une constatation pessimiste : les patriotes américains, à cause de leurs dissensions internes, se sont aliéné le soutien des puissances européennes. De plus, l’Europe libérale s’est détournée du « tout république » et s’est mise à l’heure de la monarchie constitutionnelle186. Tout espoir n’est pourtant pas perdu, car l’Espagne est ruinée et affaiblie : il convient donc de poursuivre l’effort de mobilisation et de se doter d’un régime capable de restaurer la sympathie des puissances. C’est donc dans un souci stratégique que Belgrano expose son « plan de l’Inca », consistant à établir au Rio de la Plata une monarchie à l’anglaise et de couronner un descendant de la dynastie détrônée en 1530, afin de lui conférer un caractère authentiquement américain et de se concilier les communautés indiennes du Haut-Pérou187. La solution, envisagée par l’un des personnages politiques les plus respectés du pays, rallie de nombreux partisans, à commencer par Pueyrredon et San Martin, qui évoque le plan de manière enthousiaste dans sa correspondance188. Au Congrès, outre Godoy Cruz et Maza qui se laissent convaincre après avoir consulté leurs électeurs189, le plan de l’Inca est âprement défendu par les représentants des cités du Haut-Pérou et par Acevedo et Castro Barros, députés des provinces andines de Catamarca et de La Rioja.

  • 190 Cf. D. Pérez Guilhou, Las ideas monárquicas en el Congreso de Tucumán, Buenos Aires, 1966 ; R. D. S(...)

117Selon ce que déclarent certains députés et qui a été confirmé depuis190, la majorité des députés de Tucumán, plutôt par raison que par conviction, étaient favorables à l’établissement d’une monarchie constitutionnelle. Cette attitude peut sembler, au premier abord, assez paradoxale. En effet, comme dans les autres régions de l’Amérique hispanique, les régimes révolutionnaires se fondent sur la souveraineté populaire et construisent leur identité patriotique, notamment à partir de 1812, sur la délégitimation de la personne du roi. Cette identité de rupture, construite sur le rejet de l’Espagne, a entraîné dans plusieurs cas – notamment au Venezuela et en Nouvelle-Grenade – une promotion du principe républicain, à l’instar de ce qui s’est passé aux États-Unis. Le Rio de la Plata n’échappe pas à cette règle, mais deux facteurs expliquent que la monarchie puisse être envisagée dans le contexte particulier de l’année 1816 : tout d’abord, le Rio de la Plata est le seul territoire qui n’ait pas connu de reconquête espagnole (le travail de rejet est donc achevé) ; en second lieu, le choix du régime adéquat paraît être le seul moyen de sauver la révolution.

  • 191 Sessions du 19 et du 31 juillet 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 237 et 239.

118Les arguments développés par les défenseurs de la monarchie permettent de comprendre que l’enjeu ne se situe pas seulement sur le plan des relations internationales. Serrano met l’accent sur la conjoncture : il souligne « la nécessité de l’ordre et de l’union, d’une exécution plus rapide des mesures dictées par le pouvoir qui préside la Nation » et conclut que la monarchie « tempérée » permettrait de concilier les principes de la liberté politique avec la sauvegarde du territoire, qui exige un gouvernement fort. L’argument stratégique l’emporte également chez Rivera et Sánchez de Loria, qui font valoir le risque d’une invasion conjuguée, en provenance du Chili et du Pérou191. Castro Barros, député de La Rioja, déplace le débat sur le terrain des principes lorsqu’il défend le projet dans la plus pure tradition du droit naturel :

  • 192 Session du 31 juillet 1816, ibid., p. 239.

« Parce que la monarchie constitutionnelle est ce qu’a donné le Seigneur à son ancien peuple et ce que Jésus-Christ a institué dans son Église, [c’est le régime] le plus favorable à la conservation et au progrès de la religion catholique et le moins sujet aux maux politiques qui affectent ordinairement les autres. »192

Par la suite, le député souligne « les avantages du régime héréditaire sur l’électif » et la nécessité que soit rétablie la dynastie des Incas. Tous ces arguments se rejoignent sur un point : ils tendent à démontrer que la seule issue à la crise et à la désunion des pueblos consiste à refonder une tradition, en accord avec les principes qui se sont imposés durant la Révolution, à savoir, une identité patriotique américaine qui soit en conformité avec le projet divin. À partir de la situation de table rase produite par la rupture avec l’Espagne, il s’agit de renouer le lien social de manière durable, de retisser une trame entre les différentes entités politiques que sont les pueblos, afin de consolider l’État et la société. Malgré la conversion des patriotes aux principes modernes, l’entité monarchique représente toujours, dans leur culture politique, le point nodal de toutes les obédiences, l’autorité qui s’impose spontanément à tous et l’emporte sur toutes les autres, l’unité qui rend possible la pluralité. Sans que cela ne soit explicité dans les discours, c’est bien ce qui explique la faveur de cette option parmi les députés du Congrès. Ils espèrent qu’une monarchie permettra d’obtenir ce qu’un régime représentatif fondé ex nihilo a échoué à produire, une harmonie sociale qui apparaît comme le fondement indispensable de toute construction politique. Le lien entre la forme du régime et le problème de la Constitution est ici manifeste : si le couronnement d’un roi parvient à consolider l’union des provinces, il sera alors possible de doter le pays d’une Constitution permanente.

  • 193 R. D. Salas, art. cité.

119L’affrontement qui va anéantir le projet n’est pas de nature proprement idéologique : rares, nous l’avons vu, sont ceux qui s’opposent à la monarchie en tant que telle. La plupart déclarent s’y rallier non par inclination, mais parce qu’ils sont convaincus que c’est la solution la plus raisonnable. Comme le souligne Rubén D. Salas, les députés ont une conception très instrumentale de cette forme de régime193. Les positions se cristallisent, en fait, sur le choix de la dynastie et le siège du pouvoir. Le projet tel qu’il a été exposé par Belgrano est défendu par la quasi-totalité des députés du Haut-Pérou, auxquels se joint Thames, originaire de Salta et représentant de Tucumán. Face à eux, les députés de Buenos Aires et leurs partisans refusent de voir un Inca sur le trône et la capitale déplacée à Cuzco. Le débat prend alors une tournure où les facteurs géographiques et culturels jouent à plein : nul doute que l’Audience de Charcas cherche ainsi à prendre sa revanche sur la « nouvelle » capitale qui l’a détrônée à la fin du XVIIIe siècle. Nul doute non plus que Belgrano ait davantage besoin, dans son projet stratégique, de s’attirer le soutien des populations du Haut-Pérou plutôt que de celles du Littoral et de la capitale.

  • 194 Révolte indienne qui se produit au Pérou dans les années 1814-1815. Cf. V. Peralta Ruiz, « Eleccion (...)
  • 195 Session du 5 août 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 243.
  • 196 Session secrète du 4 septembre 1816, ibid., p. 499. L’idée d’offrir le trône à un prince européen é (...)

120Outre ces deux pôles clairement identifiés, il existe une position intermédiaire, illustrée entre autres par Castro Barros, Godoy Cruz et Serrano. Ceux-ci sont d’accord, sur le plan théorique, avec la rétrocession du trône aux Incas ; ils y voient une juste réparation à l’usurpation de la Conquête, une manière honorable de se réapproprier un passé commun. Leurs perspectives, toutefois, restent théoriques et symboliques ; ils s’opposent fermement à la mise en pratique du projet. Le 5 août, Serrano présente leurs arguments : citant l’exemple de la révolte de Pumahuaca au Pérou194, il doute que le couronnement de l’Inca permette de rallier en masse les populations indigènes. Il souligne, en revanche, les dangers politiques qu’occasionneraient une régence et la rivalité des différents prétendants, qui tenteraient chacun de mobiliser les communautés indiennes. Il signale enfin la difficulté de fonder une noblesse qui servirait d’intermédiaire entre cette dynastie et le peuple195. Durant le mois d’août, le plan de l’Inca commence donc à perdre du terrain, tandis que se renforce la perspective de couronner un prince européen. Ce changement se note dans les propositions que le Congrès adresse, début septembre, aux Portugais, avec lesquels il tente de conclure la paix. En échange d’une reconnaissance de la liberté et de l’indépendance des Provinces Unies, il envisage une union dynastique entre un descendant de l’Inca et la famille de Bragance, ou le couronnement d’un infant du Portugal, ou encore celui d’un prince européen196. Il est donc manifeste que le choix de la monarchie, tout comme la déclaration de l’indépendance, s’efforce de concilier la recherche de la stabilité intérieure avec la garantie d’une sécurité à l’extérieur.

  • 197 Cf. R. D. Salas, art. cité, p. 222.

121À la lecture des débats, il est frappant de constater que le choix de la monarchie n’a pas eu à s’imposer face à un projet concurrent. Pourtant, comme nous l’avons souligné, le transfert de la souveraineté s’est opéré du roi vers le « peuple », qui s’est imposé sans coup férir comme la nouvelle source de la légitimité. Il est donc possible d’affirmer que la Révolution de Mai a instauré en 1 810 un régime républicain « par défaut ». En effet, les idées républicaines sont défendues dans des lieux très circonscrits de la capitale, tels les clubs, les sociétés littéraires et patriotiques, ou certains journaux197, mais la production de symboles républicains reste dans l’ensemble très faible, comme si le travail de délégitimation de la royauté allait de soi, sans avoir besoin d’une affirmation positive et radicale du républicanisme. La faiblesse de cette mobilisation contribue à expliquer l’absence de véritable « opposition » républicaine en 1816, qui constitue toutefois un problème intéressant, dans la mesure où elle révèle le véritable enjeu du débat sur la forme du régime.

  • 198 Sessions des 15 et 20 juillet 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 237-238.
  • 199 Session du 6 août 1816, ibid., p. 244.
  • 200 Cette question vient d’être reprise à nouveaux frais par Gabriel Entín, « En quête de république ; (...)
  • 201 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 24/05/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 542.

122Les oppositions au projet monarchique sont rares, et cette impression est renforcée par le caractère laconique des comptes rendus, qui évitent de détailler les arguments contraires. Une exception notable est l’intervention du député de San Juan, frère Justo Santa María de Oro, le 15 juillet. Celui-ci affirme qu’il n’a pas été pourvu des pouvoirs nécessaires et menace de démissionner si ses collègues décident d’instaurer une monarchie constitutionnelle sans avoir organisé une consultation des pueblos. Par la suite, il refuse d’assister aux séances et demande au Congrès, si celui-ci lui imposait de venir, de lui fournir une attestation pour se couvrir face à ses électeurs198. Une autre intervention intéressante est celle d’Anchorena, au moment où l’affrontement avec les députés du Haut-Pérou atteint son apogée : en vertu de la théorie des climats, il explique que la monarchie convient aux habitants des montagnes, mais ne saurait être imposée à ceux des plaines199 ! Ni Oro, ni Anchorena, ne parlent pourtant de république. Les seuls qui se disent ouvertement « républicains » se retrouvent, paradoxalement, parmi les partisans de la monarchie constitutionnelle, tels Serrano ou San Martin lui-même200. Bien avant que ce débat ne s’engage, celui-ci se définit, à l’adresse de Godoy Cruz, comme « un Américain républicain par principe et par inclination, mais qui les sacrifie pour le bien-être de son pays ». Selon lui, le Rio de la Plata manque des atouts nécessaires pour fonder une République, faute de terres fertiles et d’une population abondante, rompues aux arts, aux sciences, aux principes modernes de l’agriculture. Il estime de plus que les patriotes, victimes de leur « maudite éducation », sont pleins de préjugés et persuadés « qu’un gouvernement purement populaire aurait tendance à détruire notre religion »201. San Martin est donc l’archétype du républicain que la raison pousse à adopter la solution monarchique.

  • 202 Cf. R. D. Salas, « Aproximación al léxico politico rioplatense, 1810-1826. Democracia, República y (...)
  • 203 Session du 2 janvier 1817, dans Asambleas constituyentes, op. cit., p. 260.

123Ce paradoxe s’explique assez aisément si l’on prend en compte non seulement la définition classique de la république, synonyme, dans son acception moderne, de souveraineté populaire, mais aussi les connotations négatives que véhiculent sa mise en œuvre, notamment celle de démocratie directe202. Dans les instructions des émissaires envoyés au Brésil, la monarchie constitutionnelle est explicitement opposée aux « idées démocratiques qui ont été expérimentées durant toute la Révolution »203. Or, cette option est farouchement combattue par les élites créoles qui ont tenté de défendre, par l’instauration d’un régime représentatif, les anciennes hiérarchies sociales. Dans leur imaginaire, la démocratie directe reste associée aux excès du jacobinisme, du pouvoir de la plèbe, qu’ils assimilent à l’anarchie. De plus, Artigas, qui s’est imposé depuis 1814 comme le contre-modèle par excellence, revendique dans sa doctrine le modèle républicain et la démocratie directe. Le vide autour de la référence républicaine s’explique donc autant par l’ambiguïté de la souveraineté « populaire » que par le rejet implicite du modèle artiguiste.

  • 204 Il est frappant de constater que le fédéralisme nord-américain n’est à aucun moment envisagé comme (...)
  • 205 Session du 6 août 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 244.

124À bien des égards, le régime républicain est associé au « fédéralisme ». Outre l’exemple des États-Unis, qui associe ces deux notions204, la doctrine d’Artigas constitue, là encore, un véritable repoussoir. Ce que cherchent à imposer les partisans de la monarchie, c’est l’idée d’une souveraineté unique face à la souveraineté plurielle des provinces. En ce sens, le débat n’oppose pas la monarchie constitutionnelle à une république que personne ne défend. Le véritable enjeu, qui n’affleure presque jamais à la surface du discours, est bien celui du « siège » de la souveraineté : il oppose les « centralistes », partisans d’une souveraineté de l’État, aux « fédéraux », qui réclament une souveraineté des provinces. La possibilité de construire un État fédéral, à l’image des États-Unis, n’est même pas envisagée : toute concession au pluralisme semble faire resurgir le spectre de l’anarchie. Tout se passe comme s’il n’existait pas d’alternative entre la souveraineté dispersée des provinces et celle d’un État unitaire et centralisé. Dans son adresse du 6 août, Anchorena est l’un des rares à dire que c’est bien là que se situe le problème : ayant mis l’accent sur les différences culturelles des régions du Rio de la Plata, il conclut « à l’impossibilité morale d’obliger les uns et les autres [à vivre] sous la même forme de gouvernement, et [déclare] qu’au vu des difficultés que soulèvent ces différences, le seul moyen capable de les concilier est (...) une fédération des provinces »205. Anchorena aborde en fait un problème politique majeur : face aux aspirations centralisatrices des partisans d’un État moderne, la vieille aspiration des provinces à l’autonomie trouve son expression dans l’idée d’une confédération de provinces souveraines, qui est très exactement ce que défend Artigas. Or, pour des raisons tant stratégiques qu’idéologiques, les constituants de 1816 refusent purement et simplement d’envisager cette éventualité. Incapables de penser la pluralité autrement que sous la forme d’une menace, celle de la dissolution du lien social, les constituants en reviennent sans cesse à la question fondamentale, celle d’une unité inexistante, à conquérir.

125Les quelques articles de fond que le Redactor consacre à la question sont empreints de cette contradiction fondamentale. Dans un premier texte, le rédacteur part d’une vision pessimiste des hommes, qu’il déclare par nature incapables de s’unir. Un gouvernement stable et une autorité reconnue leur sont donc indispensables : le texte semble suggérer par là que le politique prime sur le social et que l’un doit imposer sa norme à l’autre. Cette idée, qui inspire en partie la politique du Congrès, est pourtant immédiatement vidée de son contenu. L’auteur affirme qu’aucun régime politique n’est idéal en soi ; celui-ci doit respecter les principes du droit naturel et s’adapter aux us et coutumes du pays. Il conseille ensuite aux constituants de ne pas céder « à la folle vanité d’être auteurs » et de s’inspirer des exemples étrangers et autres leçons de l’histoire. Donner naissance à un État, dit-il enfin, ne signifie pas le forger ex nihilo, car la politique n’est pas omnipotente :

  • 206 Reflexiones de el Redactor sobre la forma de gobierno a adoptarse para el pais, n° 10, 3/10/1816, i (...)

« Ceux qui voient dans la politique les moyens de tout [résoudre] peuvent dire ce qu’ils veulent. Elle fera des prodiges sous [un régime où règne] l’ordre, ou pour rétablir celui-ci, mais jamais en contradiction avec cette base fondamentale de tout État. »206

126Cette idée d’un ordre naturel à la société, qui contredit le point de départ du raisonnement, ramène à la notion de « constitution organique » sur laquelle les institutions politiques doivent prendre appui. La réflexion et la discussion autour de la Constitution et de la forme du régime débouchent donc sur une aporie : l’unité est indispensable pour fonder l’État, mais elle est impossible à atteindre, faute d’un « pacte organique » des provinces qui les empêcherait de s’entre-déchirer. Or, dans cette déroute théorique, c’est l’échec du Congrès qui est sanctionné. Celui-ci, explique le Redactor, est sans cesse entravé dans son labeur constitutionnel à cause des urgences qu’impose l’état du pays. Allant jusqu’à parler de conspiration, l’auteur met l’accent sur la paralysie du Congrès, qui lui permet de justifier son transfert à Buenos Aires. Mais cette paralysie, bien réelle, est essentiellement politique : le dernier numéro du Redactor publié à Tucumán met en garde les députés contre les dangers du débat sans issue, et les invite à se mettre d’accord sans essayer d’atteindre la perfection. À terme, le véritable écueil qui condamne le Congrès réside bien dans l’impossibilité de définir le sujet de la souveraineté et de trancher ainsi entre le réalisme politique et l’idéal unanimiste sur lequel est fondée sa légitimité.

127Une fois rejetée l’obédience commune à Buenos Aires, assimilée à un régime despotique et autoritaire, le congrès de Tucumán apparaît comme la traduction de tous les espoirs placés dans la révolution et la rétrocession de la souveraineté aux pueblos. Pensé comme centre et comme arbitre, reflet de la pluralité et « vivante image » de l’unité, il semble concilier l’aspiration des communautés à l’égalité de condition, sous le signe de l’autonomie et de l’union. Incarnant les nouvelles solidarités issues de la guerre et de l’acéphalie de 1815, il constitue la première assemblée véritablement représentative des Provinces Unies, ayant à charge de fonder, sur le plan juridique, le nouvel État. Toutefois, l’affrontement entre les centralistes, en quête d’une allégeance unique à un État moderne, et les autonomistes, soucieux de préserver les privilèges des communautés et le caractère pluriel de la souveraineté, est ce qui empêche le Congrès d’exercer, à terme, son pouvoir constituant. Le prolongement du provisoriato et le transfert à Buenos Aires vont dans le même sens : sans avoir été dissous, le congrès de Tucumán, à la fin de l’année 1816, s’est peu à peu vidé de sa légitimité.

128Le bilan de son action n’est pourtant pas négligeable, mais consiste davantage en une affirmation vis-à-vis de l’extérieur qu’en une organisation politique viable. Le Congrès a déclaré l’indépendance afin d’assurer aux Provinces Unies une place dans le « concert des nations ». Ayant dessiné les contours d’un État souverain, il s’est doté, par l’élection du Directeur et la révision du règlement constitutionnel, des instruments juridiques lui permettant de continuer la guerre. En ce sens, le Congrès a répondu aux urgences stratégiques du moment, mais il est devenu par là même l’instrument de la faction majoritaire, qui fait primer la défense extérieure sur l’organisation interne de l’État. Cet alignement politique empêche le Congrès, en dernière instance, de s’imposer comme organe souverain : à la fin de l’année 1816, le pacte organique entre les provinces n’existe toujours pas. Cet échec n’est pas uniquement dû à la conjoncture ; il provient de la nature même de cette assemblée et de la façon dont elle a conçu son rôle. La politique d’arbitrage du Congrès avait bien pour but de pallier le manque d’unité entre les provinces, mais lui-même n’est pas parvenu à se situer au-dessus de la mêlée. Refusant d’être un lieu où s’affrontent des opinions et des intérêts divergents, le Congrès a fondé sa légitimité sur l’unanimité qui devait émaner de son caractère d’organe souverain et s’imposer d’elle-même au sein des débats. Sa principale raison d’être, celle qui fondait toutes les espérances lors de son ouverture, était d’incarner, d’exister en lieu et place de cette unité nationale.

129Au fur et à mesure que l’année 1816 avance, cette fiction unitaire est laminée, car les choix politiques du Congrès l’amènent peu à peu à se vider de son caractère représentatif, par l’exclusion ou le conflit avec les opposants notoires. Le Congrès se révèle donc impuissant à s’imposer comme organe souverain, c’est-à-dire à incarner l’unité des provinces en recueillant leur allégeance commune, et à exercer à la fois l’autorité et l’arbitrage. Faute de quoi, il échoue également à exercer son pouvoir constituant, qui était sa principale prérogative. À la fin de l’année 1816, tandis que le Congrès se replie sur Buenos Aires, le projet de 1 810 consistant à refonder la souveraineté par le biais de la représentation des provinces semble une nouvelle fois compromis.

Notes

1 Conservée dans le fonds Thomas Guido (1780-1816) de l’AGN, cette correspondance a été reproduite pour la période qui nous intéresse dans le recueil Güemes documentado, L. Güemes dir., Buenos Aires, 1980, t. 3.

2 À cette date, il manque encore trois des représentants de Buenos Aires, deux du Haut-Pérou ainsi que les députés de Tucumán (pour des raisons autres que la distance !), de Salta, de Jujuy et de Santiago del Estero.

3 Oficio de Ambrosio Funes a Gregorio Funes, décembre 1815, dans Archiva del doctor Gregorio Funes, Buenos Aires, 1944, t. 2, p. 220.

4 Cartas de José Darregueira a Tomás Guido, 19/01, 5/02, 11/02, 18 et 26/02, 5/03/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 352-361.

5 Naturellement, il donne plusieurs exemples de ces désordres au fur et à mesure des anecdotes qu’il entend raconter. Ainsi écrit-il le 18 février que « [le général] Cruz est un ivrogne et [qu’il] a confondu les ordres le jour de Sipe (sic) parce qu’il était plein comme une barrique », et le 26 : « Ce ne sont pas les nouvelles funestes de la guerre qui me font désespérer mais l’incroyable corruption de nos officiers et de la troupe (...) La boisson, le jeu, les femmes et le vol, voilà le genre d’entraînement qu’a eu notre armée, depuis que San Martin, pour notre malheur, s’en est éloigné. » (ibid., p. 358).

6 Darregueira condamne en bloc les conflits entre les chefs militaires et dénonce l’ambition des officiers qui cherchent tous, d’après lui, à supplanter Rondeau. Quant à Güemes, il le souçonne d’encourager à son profit la désertion des troupes, de comploter avec Díaz et de réunir des gauchos pour « attaquer les députés » et « s’ériger en nouvel Artigas », ajoutant que « le fanatisme de ces fédéralistes (sic) est incroyable à voir » (Cartas de José Darregueira a Tomás Guido, 19/01, 11/02, 26/02, 5/03, 19/03/1816, ibid., p. 357 et 363).

7 Oficio del cabildo de Salta a Rondeau, 12/03/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 323.

8 Sessions des 27 et 28 mars et du 1er avril 1816, dans Asambleas Constituyentes Argentinas, E. Ravignani dir., Buenos Aires, 1937, t. 1, p. 186-188.

9 Ibid.

10 Session du 26 mars 1816, ibid., p. 185-186.

11 Bando de San Martin al pueblo de Mendoza, 7/04/1816, AHM Ind., 283-64.

12 Oficio del gobernador de Cuyo al Director Supremo, 2/05/1816, AGN Gob. Men., X-5-5-7. Le Congrès le remercie huit jours plus tard de cette « preuve incontestable de l’amour et du respect que lui et ses dignes subordonnés [accordent] à la représentation nationale » (Oficio del Congreso al gobernador-intendente de Cuyo, 10/05/1816, AHM Ind., 657-8 a).

13 Oficio del gobernador-intendente de Córdoba al cabildo, 5/04/1816, AHC Gobierno, 47-230 ; Acta del cabildo de Córdoba, 6/04/1816, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 335.

14 Manuel Antonio de Castro, magistrat de la Camara de Apelaciones, rapporte entre autres que le premier alcalde voulait faire jurer toutes les corporations ensemble et retirer les Evangiles, tandis que les membres de la Camara et du gouvernement tenaient à respecter les prescriptions du Congrès (Carta de Manuel Antonio de Castro a José Darregueira, 26/04/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p, 410.)

15 Oficio de José Javier Díaz al Director Supremo, 2/05/1816, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

16 Ce thème de la « constitution organique », issu du jusnaturalisme catholique, est commun à toute l’Amérique hispanique. Cf. A. Annino, « Ciudadanía versus gobernabilidad republicana en México. Los orígenes de un dilema », dans Ciudadania politica y formatión de las naciones, H. Sabato dir., Mexico, 1999, p. 62-93 ; J. C. Chiaramonte, « Fundamentos iusnaturalistas de los movimientos de independencia », dans Las guerras de independencia en la América española, M. Terân et J. A. Serrano Ortega dir., Zamora, 2002, p. 99-122.

17 Oficio del cabildo de Salta a Alvarez Thomas, 3/07/1815, AGN Gob Salta, 5-7-4.

18 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 19/01/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 353.

19 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/09/1815, AGN Gob. Salta, X-4-1-2.

20 Acta del cabildo de Salta, 15/11/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 401.

21 Oficio de José Javier Díaz al Director Supremo, 10/10/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

22 Bando del gobernador-intendente de Cuyo, 16/06/1815, AHM Ind., 283-33.

23 Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 186.

24 Cf. B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, 1996, p. 116-120.

25 Cf. J. Roels, « La notion de représentation chez les révolutionnaires français », dans Anciens Pays et Assemblées d’États, 37 (1965), p. 153-168 ; Id., « Le concept de représentation politique au XVIIIe siècle français », dans Anciens Pays et Assemblées d’États, 45 (1969), p. 1-179 ; L. Jaume, Hobbes et l’État représentatif moderne, Paris, 1986, p. 200-223.

26 Asambleas Constituy entes, op. cit., p. 186.

27 Ibid.

28 Oficio de los diputados al Director Supremo, 15/03/1816, AGN, Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-4 ; Décréta sobre el tratamiento de los diputados, 26/03/1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 186.

29 La formule du serment des autorités le dit clairement : les gouverneurs doivent jurer, devant Dieu et la Patrie, « de reconnaître dans le présent Congrès la souveraineté des pueblos que les députés représentent ».

30 D. Lacorne, L’invention de la République. Le modèle américain, Paris, 1991, p. 124.

31 L. Sánchez Agesta, La democracia en Hispanoamérica. Un balance histórico, Madrid, 1987, p. 35.

32 Formula del juramento, dans Documentas para la historia del Libertador General San Martín, Buenos Aires, 1953-1960, t. 2, p. 143.

33 Trois exemples classiques de cette démarche : V. O. Cutolo, Argentines graduados en Chuquisaca, Buenos Aires, 1963 ; Id., « Los abogados del Congreso graduados en Chuquisaca », dans Cuarto Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, 1966, p. 195-215 ; C. Ruiz Santana, Reseña biografica de los sacerdotes que tomaron parte en las asambleas de los años 1810-1813 y en el Congreso de Tucumán, Buenos Aires, 1916.

34 Ces chiffres sont bien inférieurs à celles des assemblées révolutionnaires françaises (environ 900 membres pour la Constituante, 750 pour la Législative et la Convention) ou espagnole (313 membres aux Cortès générales extraordinaires de Cadix). En revanche, on trouve des ordres de grandeur comparables dans les assemblées américaines : 56 députés au Congrès continental de 1776, 55 à la convention de Philadelphie de 1787, 31 membres dans le Congrès vénézuélien de 1811, 26 pour le congrès d’Angostura de 1819 et 38 dans le Congrès mexicain de 1822.

35 Cf. V. O. Cutolo, art. cité ; C. Thibaud, « L’Acadétnie Caroline de Charcas, une ‘école de cadres’ pour l’indépendance », Bulletin de l’institut français des Études andines, 26-1 (1997), p. 87-111.

36 B. Mitre, Historia de Belgranoy de la independencia argentina, Buenos Aires, 1858.

37 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 18/04/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 365.

38 Cf. B. Manin, op. cit., p. 218-222 et 234-245.

39 Le débat sur la forme du régime, en juillet-août 1816, constitue un excellent terrain pour observer ces procédés. Cf. Asambleas Constituyentes, op. cit., t. 1, p. 237-244.

40 Carta de Manuel Antonio de Castro a José Darregueira, 26/04/1816, ibid. ; Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 18/04/1816, ibid.

41 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 24/05/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 542.

42 Session du 20 juillet 1816, dans Asambleas Constituy entes, op. cit., p. 238.

43 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 18/04/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 365.

44 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 28/01/1816, ibid., p. 355.

45 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 5/03/1816, ibid., p. 363.

46 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 24/02/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 531.

47 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 26/02/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 359.

48 Carta de Manuel Antonio de Castro a José Darregueira, 26/04/1816, ibid., p. 410.

49 Carta de Ambrosio Funes a su hermano, déc. 1815, dans Archiva del doctor Gregorio Funes, op. cit., p. 220.

50 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 24/02/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 531.

51 Oficio del cabildo y de la Junta de Observaciôn de Buenos Aires, 17/04/1816, AHT Adm., 25-145.

52 Carta de Manuel Antonio de Castro a José Darregueira, 26/04/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 411.

53 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 18/04/1816, ibid., p. 365. Sur le rapport entre représentation et opinion publique, cf. V. Hébrard, « Opinión pública y representación en el Congreso constitucional de Venezuela (1810-1812) », dans Actas del XI° Congreso International de AHILA (Liverpool, 1996), Liverpool, 1998, vol. IV, p. 267-288.

54 Carta de Pueyrredon a San Martin, 6/06/1816, dans DHSM, op. cit., t. 4, p. 323.

55 Darregueira explique très bien à Castro que les provinces ne veulent plus entendre parler d’un Directeur élu par la seule cité de Buenos Aires : « Même si Antonio Balcarce avait obtenu l’agrément de toutes les provinces, le simple fait que ce soit celle de Buenos Aires qui l’ait nommé de son propre chef, sans la participation des autres, eût été un motif suffisant pour que leurs députés pensent à quelqu’un d’autre, tant est [grand] le mécontentement de ces cités envers l’arbitraire de [la capitale] » (Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 13/05/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 368).

56 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 4/05/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 366.

57 Ibid.

58 On peut rappeler à l’appui l’existence à Córdoba d’une faction favorable à Juan Martin, puis à Diego Pueyrredon. Exilé à San Luis, le premier reçoit la visite de San Martin, qu’il va ensuite voir à Mendoza. Il s’ensuit entre les deux hommes une profonde amitié, attestée par une abondante correspondance, qui explique le soutien indéfectible de Pueyrredon au « plan continental ».

59 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 4/05/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 370.

60 Archiva del doctor Gregorio Funes, op. cit., t. 2, p. 246-247.

61 O. Lazaro, « Las ideas politicas de los Congresistas de 1816 », Revista de la Junta de Estudios Históricos de Tucumán, año I, 1 (1968), p. 66.

62 Craignant que l’élection ne soit mal accueillie à Buenos Aires, Darregueira s’emploie à convaincre Guido des conséquences catastrophiques d’un éventuel refus : « Pueyrredon a la faveur non seulement de ces provinces [Tucumán, Salta, Mendoza, Córdoba] mais aussi de celles du Haut-Pérou. L’avantage qui résulte de sa nomination est que toutes celles-là reconnaissent un centre d’unité, alors qu’avec un autre personnage nous ne pouvions être assurés que Salta et Córdoba mettraient un terme à leur dissidence, comme l’avaient insinué leurs députés. (...) La rébellion, que produit régulièrement l’esprit de parti, est le choix le plus dangereux et le plus funeste que la capitale pourrait faire dans les circonstances actuelles, car cela détruirait à sa racine la subordination et le respect avec lequel le Congrès est reconnu dans les autres provinces. » (Carias de José Darregueira a Tomás Guido, 13/05 et 8/06/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 370).

63 Oficio de Güemes al Soberano Congreso, 11/05/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3,’p. 428-429.

64 Ibid., 19/05/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 434.

65 Carta del Dean Funes a Pueyrredon, 18/05/1816, op. cit.

66 Carta de José Darregueira a Tomás Guida, 26/02/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 359.

67 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 12/03/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 533.

68 Selon le Statut, « La protection, la défense et la félicité de la religion de l’État ; l’application ponctuelle et l’exécution des lois actuellement en vigueur ; le commandement et l’organisation des armées, de la flotte et des milices nationales ; l’ordre public, la liberté civile, la collecte et l’administration rationnelle et réglée des fonds publics ainsi que la sécurité effective et personnelle de tous ceux qui résident sur le territoire de l’État sont autant d’attributions de son autorité. » (Estatuto provisional para la dirección y administración del Estado, 5/05/1815, section III, chap. 1, art. 10, dans A. E. Sampay, Las constituciones argentinas, Buenos Aires, 1975, p. 214).

69 Attitude que l’on retrouve dans le décret sur le traitement des députés pris le 26 mars, soit dix jours après la rédaction de leur réponse à Álvarez Thomas : « En l’honneur des pueblos, véritable origine de la souveraineté, leurs représentants réunis en Congrès (...) auront le titre de « Seigneur Souverain » dans toutes les occasions où l’on s’adressera à ce respectable corps. Les députés en particulier n’auront pas d’autre titre que celui de citoyens. » (Session du 26/03/1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 186).

70 Carta de José Darregueira a Tomás Guido, 19/03/1816, dans Güemes document ado. op. cit., t. 3, p. 362.

71 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 12/04/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 534. Outre les questions stratégiques qui sont au cœur de leur entretien, les deux hommes échangent leurs vues sur la situation de Córdoba et sur l’opportunité d’y transférer les autorités. C’est après cette rencontre que Pueyrredon, jusqu’alors partisan du maintien de l’exécutif à Buenos Aires, se rallie aux idées de San Martin.

72 Cf. F. Herrero, « Buenos Aires 1816. Una tendencia confederacionista », BIHAA, 12 (1995), p. 7-32.

73 Ibid, p. 10.

74 Oficio de José Javier Díaz al Director Supremo, 2/05/1816, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

75 Ibid., 15/05/1816, AHC Gobierno, 47-240.

76 Oficio de José Javier Díaz al cabildo de Córdoba, 6/06/1816, AHC Gobierno, 47-242.

77 Cf. N. L. Pavoni, « Córdoba y los movimientos de Juan Pablo Pérez Bulnes en los años 1816 y 1817 », Investigaciones y Ensayos, 8 (1970), p. 357-406.

78 Acta del cabildo de Córdoba, 22/08/1816, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 381 ; Oficios de José Javier Díaz y Juan Pablo Pérez Bulnes, 28/08/1816, AGN Gob. Cba., X-3-5-2 ; Oficio del cabildo de Córdoba a José Javier Díaz, 31/08/1816, AHC Gobierno, 47-333 ; Oficio de José Javier Díaz al cabildo de Córdoba, 2/09/1816, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

79 Oficio de José Javier Díaz al cabildo de Córdoba, 12/09/1816, AHC Gobierno, 47-250 ; Oficio del cabildo de Córdoba a José Javier Díaz, 12/09/1816, AHC Gobierno, 47-334 ; Oficio de José Javier Díaz al Director Supremo, 13/09/1816, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

80 Oficio del Congreso al cabildo de Córdoba, 14/09/1816, AGN Gob. Cba., X-3-5-2 ; Oficios del Congreso y del Director Supremo, 18/09 et 10/10/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-5 ; Acuerdo « politico militar » entre Bulnes y los emisarios del cabildo, 20/09/1816, IEA, doc. n° 108.

81 Oficio de José Javier Díaz al cabildo « gobernador », 23/09/1816, AHC Gobierno, 47-189.

82 Oficios de Ambrosio Funes y del cabildo de Córdoba al Congreso, 9/11/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-5 ; Carta de Ambrosio Funes al Dean Funes, 23/11/1816, Archiva del doctor Gregorio Funes, op. cit., t. 2, p. 258.

83 Cf. N. L. Pavoni, art. cité, p. 399-405.

84 Fonds « Comunicaciones Congreso-Gobierno », AGN X-2-1-7, X-3-9-4 et X-3-9-5.

85 Plusieurs exemples dont celui de la collecte de l’emprunt forcé (Oficio del Congreso al Director Supremo, 6/05/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-2-1-7), la diffusion de l’acte d’indépendance (ibid., 29/07 et 17/08/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobiemo, X-3-9-4), la nomination d’Ambrosio Funes à Córdoba (ibid., 10/10/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-5).

86 Ibid., 10/04 et 10/10/1816, AGN, Comunicaciones Congreso-Gobiemo, X-3-9-4 et X-3-9-5.

87 Oficio de Güemes a Alvarez Thomas, 11/10/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 47.

88 Oficio del cabildo de Mendoza al Soberano Congreso, 24/04/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-4.

89 Manifiesto del Congreso de las Provincias Unidas de Sudamérica, excitando los pueblos a la union y al orden, 1/08/1816, dans Mensajes de los Gobernantes, 1810-1910, H. Mabragana dir., Buenos Aires, 1910, t. 1, p. 97-110. Cf. L. Gianello, Historia del Congreso de Tucumán, Buenos Aires, 1966, p. 236-240.

90 Ibid.

91 Ibid., ?. 108.

92 Decreto del Congreso Nacional, 1/08/1816, ibid., p. 110.

93 La mise en œuvre partielle de ce projet de réorganisation économique et monétaire aura lieu après le transfert du Congrès à Buenos Aires, dans les années 1817 et 1818. Cf. L. Gianello, op. cit., p. 387-398 ; T. Halperín Donghi, Guerra y finanzas en los origenes del Estado argentino (1791-1850), Buenos Aires, 1982 ; H. J. Cuccorese, Economía y finanzas durante la epoca del Congreso de Tucumán, Buenos Aires, 1969.

94 Cf. L. Sánchez Agesta, El pensamiento politico del despotismo ilustrado, Séville, 1979, p. 87-114 ; V. Tau Anzoateguí, La costumbre juridica en la América española (siglos xvi-xviii), Buenos Aires, 1986 ; H. Pietschmann, « Estado colonial y mentalidad social : el ejercicio del poder frente a distintos sistemas de valores. Siglo xviii », dans America Latina dallo stato coloniale allo stato nazione (1750-1940), Milan, 1987, vol. 2, p. 427-447 ; D. Brading, El Orbe Indiano, Mexico, 1992, p. 503-529 ; J. C. Chiaramonte, « Modificaciones del pacto impérial », dans De los Imperios a las Naciones, A. Annino, L. Castro leiva, F.-X. Guerra dir., Saragosse, 1994, p. 107-128 ; J. A. Gallego, « La pluralidad de referencias politicas », dans Las Revoluciones hispánicas : independencias americanas y liberalismo español, F.-X. Guerra dir., Madrid, 1995, p. 127-142.

95 Se pose à nouveau toutefois le problème du financement des dites indemnités, étant donné l’épuisement des capacités contributives des vecinos. Le cas de José Moldes est exemplaire, qui demande début juin qu’on lui verse son viatique, alors qu’il a été élu six mois auparavant. Une contribution est levée à cet effet par les alcaldes de barrio, qui ne parviennent à récolter que 340 pesos sur les 500 prévus, de nombreux habitants ayant refusé de payer (Actas del cabildo de Salta, 8/06 et 15/06/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 191-192).

96 Oficio de Tomas Godoy Cruz al cabildo de Mendoza, 26/08/1816, AHM Ind., 657-20. Le doyen Funes emploie les mêmes arguments à l’adresse de ses électeurs et des autorités qui tentent de le persuader d’accepter son poste : « Ce n’est pas se faire une idée juste du pacte social que de penser qu’un citoyen est obligé de faire des sacrifices qui ne sont pas dans ses possibilités (...) je vous ai démontré que mon état physique et moral est incompatible avec les obligations que comporte la députation. » (Oficios de Gregorio Funes al Director Supremo y a la Asamblea électoral de Córdoba, 6/01 et 10/01/1816, AGN Gob. Cba., X-3-5-2 et IEA, doc. n° 8728). Cf. M. C. Vera, « Las renuncias del Dean Funes como diputado al Congreso de Tucumán », dans Cuarto Congreso International de Historia de América, Buenos Aires, 1966, p. 613-626.

97 À Salta, l’assemblée électorale nomme une commission permanente, composée de trois électeurs, pour assurer la correspondance officielle avec les députés (Acta del cabildo de Salta, 12/06/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 192).

98 Oficio de Tomas Godoy Cruz y Juan Agustín Maza al cabildo de Mendoza, 26/08/1816, AHM Ind., 657-21.

99 Nous possédons les instructions des cités de Córdoba, Tucuman, Salta, Jujuy et Buenos Aires, et les pouvoirs conférés aux députés de Mendoza, San Juan, Catamarca, Santa Fé (qui n’assistera pas au Congrès) et Buenos Aires.

100 Instructions aux députés de Córdoba, 1/12/1815, Boletín del Instituto de Investigaciones Históricas, Córdoba, s.f. ; Instructions aux députés de Tucumán, 18/01/1816, dans H. A. Mandelli, Las instrucciones de los diputados tucumanos al Congreso de 1816, Tucumán, 1939 ; Instructions aux députés de Salta, 2/05/1816, dans Libros de copias del Muy Ilustre cabildo Justicia y Regimiento de esta Capital de Salta, AGN VII-10-3-3 ; Pouvoirs conférés aux députés de Mendoza, 19/09/1815, dans C. GARCÍA Godoy, Tómas Godoy Cruz, su tiempo, su vida, su drama, Washington, 1991, p. 809-810 ; Pouvoirs conférés aux députés de San Juan (14/09/1815), Santa Fé (1816), Catamarca (4/03/1816), Buenos Aires (12/09/1816), dans L. Gianello, op. cit., p. 525-539. Deux articles importants ont été consacrés à l’analyse de ces documents : M. Lizonzo Borda, « Tucumán y el Congreso de 1816. Las instrucciones a los diputados y la declaración de la independencia », BANH, 22 (1949), p. 91 et suiv. ; J. Mariluz Urquijo, « El Congreso de Tucumán : las instrucciones a los diputados salteños », RIHD, 17 (1966), p. 17-40.

101 Instructions aux députés de Tucumán, art. 16, 17 et 19, op. cit., p. 6 ; Instructions aux députés de Salta, art. 13, AGN VII-10-3-3.

102 Instructions aux députés de Tucumán, art. 6, op. cit., p. 5. La même disposition figure dans les instructions de San Juan (L. Gianello, op. cit., p. 525 et 538).

103 Instructions aux députés de Córdoba, art. 4, op. cit., p. 163. Si, à l’inverse, un représentant en était exclu, les autres reçoivent le droit de nommer un remplaçant temporaire, afin que la représentation de la province ne soit pas amoindrie.

104 P. Gueniffey, Le Nombre et la Raison, Paris, 1993, p. 149-158.

105 Instructions aux députés de San Juan (L. Gianello, op. cit., p. 525 et 538).

106 Ibid., p. 525-527. Cette articulation entre une représentation « sectionnaire » et une souveraineté de dimension « nationale » se retrouve dans le texte de Catamarca, où les députés doivent « faire et pratiquer tout ce qui est favorable à la Nation, à son union et à son indépendance, et aux droits particuliers de la cité qu’ils représentent ». Les priorités sont inversées pour ceux de la capitale qui appuieront « tout ce qui sera favorable à la province et compatible avec la félicité et le bien général de l’État » (ibid., p. 537-539).

107 Instructions aux députés de Salta, art. 1, AGN VII-10-3-3 ; Instructions aux députés de Córdoba, art. 3, op. cit., p. 162.

108 Instructions aux députés de Tucumán, art. 3 et 4, op. cit., p. 5. De même, Salta entend voir garanties l’intégrité territoriale, la liberté et l’égalité des droits pour l’ensemble des provinces et pour chacune d’entre elles (Instructions aux députés de Salta, art. 2, op. cit.).

109 Instructions aux députés de Salta, art. 3, AGN VII-10-3-3 ; Instructions aux députés de Tucumán, art. 10 et 14, op. cit., p. 5 ; Instructions aux députés de Córdoba, art. 2, op. cit., p. 162.

110 Instructions aux députés de Salta, art. 4, 5 et 6, op. cit. ; Instructions aux députés de Tucumán, art. 1 et 2, op. cit. ; Instructions aux députés de Córdoba, art. 1, op. cit., p. 162. La question de la Constitution est abordée dans les pouvoirs.

111 Sur ce thème, voir V. Ayrolo, « Una nueva lectura de los informes de la misión Muzi : la Santa Sede y la Iglesia de las Provincias Unidas », BIHAA, 14 (1996), p. 31-60.

112 Instructions aux députés de Tucumán, art. 5, op. cit., p. 5 ; Instructions aux députés de Salta, art. 10, op. cit.

113 Instructions aux députés de Córdoba, art. 2, op. cit., p. 162 ; Instructions aux députés de Buenos Aires, op. cit., p. 538-539.

114 Rappelons qu’il y a également des « centralistes » à Córdoba, partisans d’une solution unitaire, et des « fédéraux » à Buenos Aires, réclamant la souveraineté de la province.

115 Manifiesto del Congreso..., 1/08/1816, dans Mensajes de los Gobernantes, op. cit., p. 103.

116 Cette dimension individuelle de la citoyenneté apparaît déjà dans le Statut de 1815, comme le signale José Carlos Chiaramonte (« Vieja y nueva representación : los procesos électorales en Buenos Aires, 1810-1820 », dans Historia de las elecciones en Iberoamérica, siglo XIX, Buenos Aires, 1995, p. 59)

117 Session du 6juin 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 226.

118 Manifiesto del Congreso..., op. cit.

119 Cf. F.-X. Guerra, « Le peuple souverain, fondements et logiques d’une fiction », dans Quel avenir pour la démocratie en Amérique Latine ?, Toulouse, 1989, p. 19-54.

120 Discurso de Belgrano a los habitantes de Tucumán, 27/07/1816, dans Oratorio Argentino, N. Carranza dir., La Plata, 1905, vol. 1, p. 134.

121 Manifesta del Congreso, 2/12/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-6.

122 AGN X-3-9-4, Comunicaciones Congreso-Gobierno 1816-1819. Outre la Gazeta de Buenos Aires, qui est toujours l’organe officiel, cinq journaux paraissent régulièrement dans la capitale en 1816 : El Censor, La Prensa Argentina, La Crónica Argentina, El Observador Americano et El Independiente.

123 Bien que nous en ayons peu rencontré dans les archives, ces lettres sont fréquemment reproduites dans les comptes rendus de sessions. Darregueira y fait par ailleurs allusion dans sa correspondance, notamment au sujet de l’élection de Pueyrredon : « Les mécontents nous ont écrit des lettres anonymes et des pasquins pleins de menaces ; tandis que d’autres célèbrent et applaudissent l’élection, adressant au Congrès leurs plus grands éloges. » (Carta de José Darregueira a Tómas Guido, 8/06/1816, dans Güemes documentado, op. cit., p. 369).

124 Oficio del cabildo de Mendoza al Soberano Congreso, 24/04/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-4.

125 Oficio del Congreso al Directeur Supremo, 18/06/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-4.

126 Ayant accepté la démission de Manuel Ignacio Molina, les électeurs nomment à sa place José Ignacio Thames, le 25 février 1816. Ils refusent toutefois de reconnaître l’élection de Pedro Miguel Aráoz et Juan Bautista Paz, amenant ce dernier à démissionner. Ayant pris en compte la demande d’annulation formulée par quelques échevins, le Congrès confie l’affaire à une commission d’enquête, qui reconnaît Thames comme seul député et ordonne l’élection de deux autres représentants (Actas del cabildo de Tucumán, 18/01 et 25/02/1816, AHT Actas ; Oficios de Pedro Miguel Aráoz y Juan Bautista Paz al gobernador-intendente, 5/02 et 23/02/1816, AHT Adm., 25-80 et 85 ; Oficio del congreso al cabildo de Tucumán, 27/03/1816, AHT Adm., 25-113).

127 Oficios de Ambrosio Funes y del cabildo de Córdoba al Congreso, 9/11/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-5.

128 Ibid.

129 José Antonio Cabrera fait partie des fermes partisans qu’Artigas compte à Córdoba en 1815, raison pour laquelle il se détache peu à peu de José Javier Díaz. Cf. C. Segreti, « La independencia de Córdoba en 1815 », dans Cuarto Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, 1966, t. 2, p. 443-483.

130 Oficio del Congreso Soberano al gobernador-intendente de Córdoba, 18/09/1816, AHC Gobiemo, 47-52.

131 Plusieurs expressions du texte vont dans ce sens : le Congrès « a une dette envers les pueblos pour la haute dignité qu’ils lui ont confiée » ; il est « responsable devant la Nation du fidèle exercice de sa représentation souveraine » ; il s’est « engagé sur la foi de serments solennels à soutenir, d’une part, l’honorabilité de la Souveraineté nationale, et, de l’autre, à satisfaire les pueblos par la fidélité avec laquelle il s’acquitte de ses hautes fonctions » (Manifesta del Congreso, 2/12/1816, AGN X-3-9-6).

132 Ibid.

133 Ibid. Cette idée est exprimée plusieurs fois avec force : « Dire publiquement, sans preuve, qu’il existe au sein du Congrès une partialité et un parti, n’est-ce pas attaquer ouvertement le respect, l’obéissance et l’existence même du Congrès ? N’est-ce pas conspirer à sa ruine ? » Celui-ci doit réagir face aux attaques de « rebelles occupés à promouvoir le désordre, sous prétexte de partis et de factions supposées en son sein, [qui pourraient] détruire le fondement même de son existence en suscitant le manque de confiance des pueblos, en les faisant sortir des sentiers de l’ordre et en les précipitant à nouveau dans l’horrible chaos de l’anarchie d’où ils viennent juste de sortir ».

134 Ibid. Au sein d’une société corporatiste, par exemple dans le cadre de la cité, les conflits sont régulés par la négociation tant que cela est possible, et par l’exclusion d’une des parties lorsque la cohésion interne du corps est menacée.

135 « Cette liberté [des opinions émises au sein du Congrès] ne devant pas être soumise aux mêmes limitations que la liberté de presse, il suffira d’observer dans notre cas qu’une loi ou un décret dicté par le Congrès pour assurer la liberté de ses membres ne saurait en aucun cas avoir pour but sa propre destruction, une brèche ouverte dans sa propre existence ni la préparation de sa propre ruine. » (ibid.) Les limites apportées à la liberté de la presse reposent pourtant sur les mêmes bases : la liberté ne devant pas être confondue avec la licence, elles ont pour but de préserver les fondements moraux (notamment religieux) de l’ordre social, afin d’en préserver la cohérence.

136 L’opinion de San Martin est sans équivoque, si l’on en croit ses propres mots : « Je suis sûr que si Moldes entre au Congrès, celui-ci sera dissous avant deux mois. L’enfer même ne saurait avorter d’un homme plus malveillant ; je ne l’ai pas fréquenté, mais j’ai en ma possession des documents [qui prouvent] toute sa perversité. En un mot, cet homme est un ennemi de tout ce qui est ordonné et prudent. » (Carta de San Martin a Godoy Cruz, 12/11/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 555).

137 Exposición del Coronel José de Moldes acerca de sus servicios a la causa pública, 26/10/1816, dans Biblioteca de Mayo, Buenos Aires, 1960, t. 2, p. 1329-1334. Cf. A. CORNEJO, « Salta y el Congreso de Tucumán », Trabajos y Comunicaciones, 15 (1966), p. 148-149.

138 Cité par A. Cornejo, ibid, p. 149.

139 Oficio del Congreso al cabildo de Salta, 10/11/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 210.

140 Lors de la réunion du 18 novembre, le lien entre respect des droits et maintien dans l’union avait été posé sans équivoque : « [Cette province] croit et espère que jamais ces droits sacrés, que respectent même les nations barbares, ne soient violés ni malmenés, ni que soient rompus du même coup les liens et les relations de fraternité, d’union et de société entre les provinces qui aspirent à la liberté. » (ibid., p. 211).

141 Oficio de Güemes al Director Supremo, 28/12/1816, AGN Gob. Salta X-5-7-4. Cf. A. Cornejo, art. cité, p. 150-151. Quant à Moldes, il est envoyé en exil au Chili, où San Martin le fait enfermer dans la forteresse de Valparaíso. Il s’en échappe en 1819 et revient à Buenos Aires en compagnie de Manuel Dorrego, aux côtés de qui il combattra en 1820.

142 Le thème est évoqué tout au long de sa correspondance avec Thomas Guido, notamment au cours des mois de mai et juin 1816.

143 Oficio del Congreso al Supremo Director, 19/09/1816, AGN X-3-9-5. San Martin se montre très pessimiste quant au choix d’un transfert à Buenos Aires, qui va irrémédiablement provoquer l’éclatement de l’union : « Jamais je ne prendrai part à l’anarchie et aux désordres qui s’ensuivront fatalement », écrit-il à Godoy Cruz. « Mon ami, il n’y a aucun remède possible, le pays va s’enfoncer dans les plus grands malheurs (...) Si le Congrès se défait, je m’en irai mendier dans un autre pays plutôt que d’être le témoin de son déshonneur et de sa disgrâce. » (Carta de San Martin a Godoy Cruz, 9/10/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 551).

144 Session du 25 septembre 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 259-260.

145 Oficio del Congreso al Director Supremo, 26/09/1816, AGN X-3-9-5. San Martin, de son côté, ne désarme pas et continue de plaider, dans ses lettres, pour une installation de l’un des deux pouvoirs à Córdoba (Cartas de San Martin a Godoy Cruz, 12/10 et 12/11/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 553-555).

146 Session du 25 septembre 1816, ibid. Rappelons que les instructions de Salta et de Córdoba prévoyaient l’établissement du Congrès dans un lieu autre que Buenos Aires.

147 Manifiesto del Congreso a los pueblos, 25/09/1816, dans Mensajes de los Gobernantes, op. cit., p. 111.

148 Cf. J. C. Chiaramonte, « El mito de los orígenes en la historiografia latinoamericana », Cuadernos del Instituto Ravignani, 2 (1991), p. 18-39.

149 Cf. J. Comadrán Ruiz, « Notas para un estudio sobre fidelismo, reformismo y séparatisme en el Río de la Plata, 1808-1816 », dans Cuarto Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, 1966, t. 5, p. 449-499.

150 Plan de trabajo del Congreso nacional, 26/05/1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 188.

151 À plus ou moins long terme, le problème se pose à l’identique dans chaque région de l’ancien Empire. Pour le cas mexicain, voir l’œuvre de Fray Servando Teresa de Mier et notamment sa brochure parue en 1820, ¿Puede ser libre la Nueva España ? (dans Fray S.T. de Mier, Obras Complétas, Mexico, 1988, t. 4, p. 95-106).

152 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 12/04/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 534.

153 Le compte rendu rapporte qu’au terme d’une discussion très vive (non sur le principe mais sur la formulation du projet), les députés ont dû dire s’ils souhaitaient que les provinces de l’union soient « une Nation libre et indépendante des rois d’Espagne et de sa métropole ». Ils ont répondu par une « acclamation générale », puis ont confirmé un à un « leur volonté ferme et spontanée de voir le pays indépendant » et ont accepté ensuite le texte de la Déclaration. Session du 9 juillet 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 215.

154 Acta de independencia de las Provincias Unidas del Rio de la Plata, 9/07/1816, dans A. E. Sampay, Las constituciones argentinas, op. cit., p. 257-258.

155 Ibid.

156 F.-X. Guerra, Modernidad e independencias, Madrid, 1992.

157 Le texte argentin se contente d’affirmer que « [ces provinces] sont de fait et de droit pleinement autorisées à se donner les formes qu’exigent la justice et les circonstances actuelles », tandis que le texte nord-américain précise qu’« elles ont pleine autorité de faire la guerre, de conclure la paix, de contracter des alliances, de réglementer le commerce et de faire tous les autres actes ou choses que les États indépendants ont le droit de faire » (traduction de Jefferson, publiée par S. Rials, La déclaration des droits de l’homme et du citoyen, Paris, 1988, p. 492-495).

158 Pour mener à bien cette comparaison, nous avons suivi l’analyse de Denis Lacorne, (L’invention de la République..., op. cit., p. 64-66). Un autre élément-clé distingue les deux textes : si tous deux postulent l’existence d’un peuple souverain, libre de choisir sa destinée, celui-ci est constitué, au Rio de la Plata, depueblos et non d’individus abstraits.

159 El Redactor del Congreso Nacional, n° 6, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 217.

160 Session du 18 juillet 1816, ibid., p. 237. Notons que selon l’usage observé dans les comptes rendus, nous connaissons le nom de l’auteur de la motion (Rivera, député de Mizque), alors que les opposants ne sont pas nommément désignés. Il est donc très difficile de reconstituer les débats à partir de cette source.

161 Ibid.

162 Circular del Congreso a los cabildos, 28/07/1816, AHT Adm., 25-246.

163 « L’acte d’indépendance est un document important qu’il faut faire parvenir dans tous les points du territoire. [Il convient de] fournir à chaque cité un certain nombre d’exemplaires, qui doivent être distribués aux nombreuses personnes intéressées à posséder ce titre de leur liberté. Il est également d’une extrême importance d’expédier à l’intérieur du Pérou une nombre considérable de copies. » Il en sera finalement tiré 1 500 exemplaires en espagnol, 1000 en quechua et 500 en aymara (Oficios del Congreso al Director Supremo, 29/07 et 17/08/1816, AGN Comunicaciones Congreso-Gobierno, X-3-9-4).

164 Oficio de Güemes al Director Supremo, 13/07/1816, AGN Gob. Salta, X-5-7-4. Güemes, toutefois, prête serment à Jujuy le 6 août et la cérémonie officielle a lieu à son retour, le 17 décembre.

165 Oficio del cabildo al Director Supremo, 19/07/1816, AGN Gob. Men., X-5-5-7.

166 Les échevins ont remarqué que la mention « de toute domination étrangère » ne figure pas dans la déclaration d’indépendance, contrairement à la volonté expresse de la province exprimée dans les pouvoirs et instructions conférés à ses députés. Une fois les réjouissances terminées, Córdoba plonge dans l’opposition... (Actas del cabildo de Córdoba, 3/08 et 5/08/1816, dans Actas Capitulares, op. cit., livres 47-48, p. 375 et 376).

167 Oficio de San Martin al Congreso, 8/08/1816, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 143 ; Oficio de Manuel Moreyra y José Manuel Roco al gobernador-intendente, 9/08/1816, AHM Ind., 61-66/67.

168 Session du 26 septembre 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 260. Cette décision fait suite à la session secrète du 24 où est discuté le projet de Pueyrredon de remplacer Martin Thompson, l’émissaire qu’Álvarez Thomas a envoyé aux États-Unis. Dans la même lettre, le Directeur déclare qu’étant donné le manque d’argent, il vaudrait mieux négocier la reconnaissance avec une ou deux grandes nations et remettre à plus tard la mission en Russie. Il signale enfin qu’il a entrepris des négociations commerciales avec le roi de Suède sur la base d’une reconnaissance de l’indépendance (ibid., p. 510). Sur la politique extérieure de la Révolution de Mai, cf. C. Segreti, La máscara de la monarquia, Córdoba, 1994.

169 Manifiesto que hace a las naciones el Congreso General Constituyente de las Provincias Unidas en Sud América, sobre el tratamiento y crueldades que han sufrido de los Españoles, y motivado la declaración de su independencia, 25/10/1816, dans A. E. Sampay, Las constituciones argentinas, op. cit., p. 259-267.

170 La plupart des exemples du texte concernent le Pérou, où les révoltes, notamment celle de Pumahuaca en 1814, ont été impitoyablement réprimées. Ces évocations sont également empreintes de la violence avec laquelle s’est déroulée la « pacification » du Venezuela, à laquelle le texte fait d’ailleurs allusion.

171 Certains auteurs insistent sur cette dimension « américaine » de l’acte d’indépendance. Caractéristique indéniable, mais dont nous pensons qu’il faut relativiser l’importance : l’ampleur de la déclaration provient de sa corrélation étroite avec le projet militaire qui, à cette date, possède forcément une envergure continentale. Pour autant, le projet étatique ou « national » du Congrès ne change pas d’échelle ; il continue d’avoir pour cadre l’ancien vice-royaume et d’inclure le Paraguay, la Bande orientale et le Haut-Pérou.

172 Du fait de la formation tardive du vice-royaume, et de sa coïncidence avec les réformes bourboniennes, cet imaginaire est sans doute moins fort au Rio de la Plata que dans les régions plus précocément constituées, telles le Mexique, le Chili ou le Pérou, qui forment de véritables reinos. Sur cette notion de « Constitution organique », cf. F.-X. Guerra, « La Nation en Amérique espagnole. Le problème des origines », La Pensée politique, 3 (1995), p. 85-106 ; A. Annino, « Ciudadama versus gobemabilidad republicana en México. Los orígenes de un dilema », dans H. Sabato dir., Ciudadama política y formación de las naciones, Mexico, 1999, p. 62-93.

173 Plan de trabajo del Congreso nacional, 26/05/1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 185.

174 Un des députés de Buenos Aires, Medrano, pose la question de l’ampleur de la révision : doit-elle porter uniquement sur le pouvoir exécutif ou concerner l’ensemble du statut ? Serrano, député de Charcas, plaide pour la seconde solution, en faisant observer « le mécontentement de certaines provinces, qui ne sont pas d’accord avec quelques-uns des articles du statut provisoire, et la nécessité de les faire taire » (Session du 17 juin 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 225).

175 Sessions du 28 septembre au 22 novembre 1816, ibid., p. 260-276.

176 Cette question de l’origine des employés publics revêt une importance considérable dans un contexte de centralisation du pouvoir. Une décision significative pour notre propos est prise le 13 novembre : la nomination des fonctionnaires de la campagne (subdélégués) se fera sur la base de l’ensemble des propositions émises par les municipalités, et non sur les seules listes de la province concernée. Cette décision pose le principe d’une « nationalisation » des employés publics, que l’on retrouve dans les discussions sur la nomination des gouverneurs.

177 Sessions des 8, 11 et 12 novembre 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 270- 272. La demande de plusieurs députés de voir figurer un nombre minimal de militaires sur les listes dressées par les cabildos souligne l’importance qu’a prise cette fonction dans les attributions des gouverneurs.

178 Le texte sera de nouveau discuté durant toute l’année 1817 et fera l’objet d’une troisième révision.

179 Session du 20 novembre 1816, dans Asambleas Constituyentes, op.cit., p. 275-276. Anchorena demande également que les gouverneurs cessent de présider les réunions des cabildos, jugeant cette disposition « contraire à la nature et à l’institution de ces corps, et sans rapport avec l’autorité de ces chefs, car elle attente à la liberté de ces corporations et incite les gouverneurs à former des partis et des factions dans les cités dans le but d’acquérir l’autorité des premiers magistrats de l’État » (ibid.).

180 Ibid., p. 276.

181 Ibid., p. 267. Darregueira fait valoir qu’il dispose d’un an pour statuer sur le sort du pays, ce que confirment les pouvoirs qui portent sur trois points (l’emplacement du Congrès, le sort de l’État, la Constitution) et sont limités à un an (Pouvoirs des députés de Buenos Aires, 12/09/1816, dans L. Gianello, op. cit., p. 532). Ce que confirment également les propos de Castro, tenus dans le privé : « Les députés de Buenos Aires n’ont amené des pouvoirs que pour... (sic) et tout ce qui n’est pas la Constitution est en dehors de leurs facultés. » (Carta de Castro à Darregueira, 26/04/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 411).

182 Session du 16 décembre 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 282.

183 Ibid.

184 Ibid.

185 Plan de trabajo del Congreso nacional, 26/05/1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 185. Cf. C. R. Melo, « La revolución argentina y la forma de gobierno entre 1 810 y 1820 », dans Tercer Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, 1961, vol. 4, p. 257-285.

186 « De même que l’esprit général des nations au cours des dernières années consistait à tout “républicaniser”, il s’agit aujourd’hui de tout “monarchiser” : la nation anglaise, vu la grandeur et la majesté à laquelle elle s’est élevée, non par les armes et les richesses, mais par une Constitution monarchique tempérée, a encouragé les autres à suivre son exemple. » (Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 481-482).

187 Ce projet de restaurer un Inca se trouve exposé, sous une forme littéraire, chez Marmontel et est ensuite repris par le patriote vénézuélien Miranda. Cf. R. Piccirilli, San Martin y la politica de los pueblos, Buenos Aires, 1957, p. 22-27.

188 Le plan de l’Inca ne lui paraît rien moins qu’« admirable » et ses avantages « géométriques » ! Il propose derechef de faire du Directeur suprême un régent. Cartas de San Martin a Godoy Cruz, 22/07, 12/08 et 15/08/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 546-548.

189 Oficio de los diputados de Mendoza al cabildo, 26/08/1816, AHM Ind., 657-21.

190 Cf. D. Pérez Guilhou, Las ideas monárquicas en el Congreso de Tucumán, Buenos Aires, 1966 ; R. D. Salas, « Los proyectos monárquicos en el procesos de la independencia argentina (1810-1820) », Ibero-Amerikanisches Archiv, 15-2 (1989), p. 193-231. L’ouvrage, plus polémique, de Carlos Segreti (La máscara de la monarquía, op. cit.), montre que le débat autour de la forme du régime n’est pas clos à ce jour.

191 Sessions du 19 et du 31 juillet 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 237 et 239.

192 Session du 31 juillet 1816, ibid., p. 239.

193 R. D. Salas, art. cité.

194 Révolte indienne qui se produit au Pérou dans les années 1814-1815. Cf. V. Peralta Ruiz, « Elecciones, constitucionalismo y revolución en el Cusco, 1809-1815 », Revista de lndias, 206 (1996), p. 99-131

195 Session du 5 août 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 243.

196 Session secrète du 4 septembre 1816, ibid., p. 499. L’idée d’offrir le trône à un prince européen était à la base de la mission diplomatique de Belgrano et Rivadavía, envoyés en Europe en 1814 pour proposer la couronne au second fils de Charles IV, avant que le rétablissement de Ferdinand VII ne fasse échouer le projet. Sur ces tractation diplomatiques, cf. M. Belgrano, La Francia y la monarquia en el Plata (1818-1820), Buenos Aires, 1933 ; J. Pérez, Arligas, San Martin y los proyectos monárquicos en el Río de la Plata y Chile (1818-1820), Buenos Aires, 1979 ; C. Segretj, op. cit.

197 Cf. R. D. Salas, art. cité, p. 222.

198 Sessions des 15 et 20 juillet 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 237-238.

199 Session du 6 août 1816, ibid., p. 244.

200 Cette question vient d’être reprise à nouveaux frais par Gabriel Entín, « En quête de république ; souveraineté, loi et liberté dans la révolution au Rio de la Plata (1810-1812) », mémoire de DEA, EHESS, 2005.

201 Carta de San Martin a Godoy Cruz, 24/05/1816, dans DHSM, op. cit., t. 5, p. 542.

202 Cf. R. D. Salas, « Aproximación al léxico politico rioplatense, 1810-1826. Democracia, República y Federación : alcances semânticos del discurso de sus detractores », JGSWGL, 31 (1994), p. 85-115.

203 Session du 2 janvier 1817, dans Asambleas constituyentes, op. cit., p. 260.

204 Il est frappant de constater que le fédéralisme nord-américain n’est à aucun moment envisagé comme moyen d’articuler le droit des communautés et la souveraineté de l’État.

205 Session du 6 août 1816, dans Asambleas Constituyentes, op. cit., p. 244.

206 Reflexiones de el Redactor sobre la forma de gobierno a adoptarse para el pais, n° 10, 3/10/1816, ibid., p. 235-236. Bolivar développe le même thème en 1819 dans son célèbre « discours de Angostura ».

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search