Version classiqueVersion mobile

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Chapitre 4. La fondation d’un lien transversal

Texte intégral

1Au début de l’année 1815, le régime directorial dirigé par Alvear s’effondre devant l’alternative que représentent les chefs militaires. Cette situation doit tout d’abord être interprétée comme l’échec de la faction au pouvoir. Ayant fait le pari d’assurer la victoire en confiant le gouvernement aux mains d’une poignée d’hommes, celle-ci voit sa légitimité s’effriter peu à peu au moment où les armées royalistes commencent à regagner du terrain. L’essoufflement militaire allié à la privation de la souveraineté constitue pour les pueblos une rupture du pacte avec l’équipe dirigeante, qui explique le désaveu général du régime.

2Dès lors, le processus à l’œuvre est très semblable à celui de l’année 1 810 et permet de qualifier l’année 1815 de « second acte » de la Révolution de Mai. Après la chute d’Alvear, les Provinces Unies connaissent pendant quelques semaines un vide de pouvoir où les capitales d’intendance déclarent spontanément leur indépendance. Le ressort profond qui se trouve alors actionné est, une nouvelle fois, la rétrocession de la souveraineté aux pueblos. Dans cette situation de table rase, Buenos Aires prend à nouveau l’initiative de reformuler le pacte. L’adhésion des provinces à ce dernier est cependant placée sous le signe du provisoire. En effet, à la faveur de la guerre, les cités ont en partie conquis les moyens matériels et politiques d’assurer leur autonomie, tandis que s’affirme leur volonté de s’unir de manière transversale. Ce qui est donc mis en cause à travers cette crise est le modèle d’organisation politique qui a prévalu jusqu’alors, celui d’une union des provinces placée sous la domination de la cité capitale.

Fontezuelas, ou la nouvelle donne

Un pouvoir central en perte de vitesse

  • 1 Cf. E. Acevedo, Artigas, jefe de los orientales y protector de los Pneblos Libres. Alegato históric (...)
  • 2 Cf. E. Narancio, La independencia de Uruguay, Madrid, 1992, p. 142-144.
  • 3 Le terme de « fédéralisme », employé par les acteurs de l’époque, désigne en fait une union confédé (...)
  • 4 Oficio del cabildo de Santa Fé al Ministro de Hacienda, 25/03/1815, dans Archive Artigas, Montevide (...)

3Tandis que le Directoire voit s’effriter sa légitimité, son principal adversaire, Artigas, étend son influence sur la région du Littoral, jusqu’à atteindre la province de Córdoba. Du conflit de personnes qui caractérisait le refus d’Artigas de se plier aux ordres de Sarratea, en 1812, on est passé à un affrontement entre deux armées et deux versions antagonistes de la Révolution. Ces deux aspects, militaire et idéologique, interviennent dans le ralliement de plusieurs provinces au « Protecteur des Peuples Libres »1. Celui-ci représente autant le moyen de se soustraire aux exigences de la capitale que celui de réaliser les promesses de 1810, à savoir construire la souveraineté à l’échelle des cités-provinces. Entre Artigas et le Directoire, la guerre est ouverte depuis la rupture des négociations et la mise à prix de la tête du caudillo2. Au lendemain de l’élection d’Alvear, en janvier 1815, le général Dorrego est vaincu à Guayabos par les troupes orientales d’Otorgués, qui s’apprête à lancer l’offensive contre la capitale. Dans le même temps, depuis sa base de l’Entre Rios, Artigas progresse vers la rive occidentale du Paraná. Fin mars, ses troupes arrivent à Santa Fé, cité qui ne tarde pas à rejoindre la dissidence « fédérale »3. Le 24, le gouverneur Díaz Velez est déposé et le cabildo réassume le pouvoir au nom du peuple4. Depuis Santa Fé, Artigas intime l’ordre au gouverneur de Córdoba de se rendre sans résistance, faute de quoi il l’affrontera avec ses troupes.

  • 5 Cf. F.-X. Guerra, Modernidade independencias, Madrid, 1992, p. 151.
  • 6 El Director Supremo del Estado a todos los habitantes de las Provincias Unidas, 31/03/1815, dans La(...)

4Cette avancée provoque une crispation du pouvoir directorial à Buenos Aires. Le 28 mars, Alvear lance un terrible décret contre les ennemis du régime et tente de mobiliser les foules derrière lui, avant d’envoyer une expédition contre les rebelles, aux ordres du commandant Ignacio Alvarez Thomas. Telle qu’elle est évoquée dans les textes, la lutte se joue sur deux tableaux. Par le biais de ses agents, Artigas tente de « corrompre l’opinion », c’est-à-dire de détruire l’œuvre de régénération accomplie par la Révolution. Il menace non seulement la trame horizontale de l’ordre social que constitue la sécurité des citoyens, de leurs familles et de leurs biens, mais aussi la trame verticale formée des rapports d’obédience, du respect de la religion et de l’obéissance due aux autorités ecclésiastiques et politiques. Mais Artigas n’agit pas seulement sur les individus, il tente également de soulever les cités. Son crime consiste à « vouloir élever sa province au-dessus des autres », autrement dit, à se substituer à la « tête » que constitue Buenos Aires. On retrouve l’allusion au crime par excellence de Napoléon, celui de la greffe monstrueuse d’une tête étrangère sur un corps décapité5- Dès lors, l’affrontement se pose en termes identitaires et territoriaux : les habitants de la Bande orientale, « ces hommes pour qui le nom de Buenos Aires est un titre d’opprobre »6, sont désignés comme rivaux et ennemis de la capitale, dont ils cherchent la destruction.

5La lutte a donc un versant idéologique, le contrôle de l’opinion, et un versant territorial, la lutte armée. Dans cet imaginaire spatial, il est clair que le Paraná constitue une limite : la rive gauche, comprenant la Bande orientale et l’Entre Rios, représente ce que l’on a accepté de concéder à Artigas. L’entrée des armées sur la rive occidentale constitue donc une incursion dans la zone d’influence de la capitale, qui s’amenuise de jour en jour par rapport au territoire de l’ancien vice-royaume. Du point de vue de l’évocation des crimes d’Artigas, la description des paysages dévastés et pillés par les troupes du caudillo est le pendant de la destruction des liens sociaux évoqués ci-dessus :

  • 7 Ibid.

« Observez le territoire où le Chef des Orientaux fait ses incursions et vous aurez un tableau des bienfaits qu’il vous prépare. Les champs désertés, les villes saccagées et pillées, les domaines incendiés, les familles errantes, la fortune personnelle de chaque citoyen détruite, la religion sainte de nos aînés méprisée, les assassinats opérés sur commande, les crimes les plus horribles encouragés, le plus beau pays du monde, enfin, transformé en un théâtre de sang et de désolation : voici les résultats de l’anarchie que ces caudillos tentent d’introduire dans notre territoire pour accomplir leurs desseins ambitieux et perfides. »7

  • 8 C’est notamment l’optique de l’ouvrage classique d’Ernesto H. Celesia, (Federalismo argentine. Apun (...)

6Au-delà de la figure de l’ennemi, l’affrontement décrit est donc celui de deux pouvoirs, où le contrôle des citoyens et de l’armée importe autant que celui des cités. Lorsqu’il accuse Artigas de « soulever les cités dans le but de dicter ses lois à la capitale », Alvear situe très exactement le problème : c’est, une fois de plus, celui de l’adhésion à un pouvoir central de communautés aspirant à exercer leur souveraineté de manière autonome. Le territoire que contrôle le Directoire s’est rapetissé au fil des traités, mais les dirigeants entendent y maintenir la version centraliste et pyramidale de la souveraineté, héritée de l’Ancien Régime et poursuivie par la Révolution de Mai. À cette logique d’une représentation par le sommet, Artigas entend substituer la conception horizontale et plurielle d’une souveraineté des cités, réunies en confédération. Ses succès militaires vont s’ajouter à l’impopularité de la faction au pouvoir pour faire basculer l’édifice mis en place en 1810. Dans ce contexte, la sécession de Córdoba apparaît comme un signe avant-coureur de l’effondrement du régime. Classiquement interprété comme le triomphe des idées fédérales dans l’intérieur8, cet événement est davantage le produit de la lutte des factions au sein de l’élite et de la menace militaire que représente Artigas. Plus qu’une conversion aux idées « fédérales » proprement dites, qui supposent une souveraineté stricte des provinces, elle traduit concrètement l’aspiration des cités à se gouverner elles-mêmes, fût-ce dans le cadre d’un Etat plus large.

  • 9 Actas del cabildo de Córdoba, 28/03 et 29/03/1815, dans Actas capitulares, Cordoba, 1965- 1968, liv (...)
  • 10 Oficio del cabildo a Artigas, 29/03/1815, AHM 645-151 ; Oficio del cabildo al Supremo Director, 30/ (...)

7Le ralliement de Córdoba à Artigas intervient dans l’un de ces moments de tension entre les autorités dont la cité est coutumière. À l’occasion d’un différend avec le cabildo portant sur le remplacement d’un député, le gouverneur Ocampo prend conscience des divisions de l’opinion et de la faiblesse de ses appuis dans la cité. Outre les partisans de l’évêque Orellana, plutôt contre-révolutionnaires, le clan des « fédéraux », officiellement rallié à Artigas, manœuvre contre le pouvoir central. Lorsque arrive le pli du caudillo qui lui intime l’ordre de se retirer avec ses troupes, le gouverneur ne lui oppose aucune résistance, car il sait qu’il n’en a pas les moyens. Un cabildo abierto est réuni le 29 mars, au cours duquel Ocampo présente sa démission, tandis que la majorité des votants lui choisit comme successeur le colonel José Javier Díaz9. La réponse au chef des Orientaux, rédigée sur l’heure, l’informe du ralliement de la cité, sans verser pour autant dans le credo artiguiste, fédéral et républicain. Adressé au « protecteur d’une liberté [reposant sur] la tranquillité, la sécurité publique, la modération privée et l’empire des Lois », le texte ne comporte pas de rejet explicite du régime en place. Dès le lendemain, les échevins font d’ailleurs part de leur décision au Directeur suprême, dont ils redoutent la réaction. Leur pli se borne à un récit pur et simple des événements, mettant l’accent sur la menace que représente l’avancée des armées d’Artigas et l’incapacité dans laquelle se trouve Córdoba de se défendre10. En réalité, si la peur de la guerre civile et la pression de ses partisans expliquent pour une bonne part le ralliement à Artigas, celui-ci apparaît également comme un moyen commode de se débarrasser à peu de frais d’un gouverneur impopulaire et d’une soumission trop étroite au pouvoir central.

  • 11 Oficio de Ocampo a Artigas, 30/03/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

8De son côté, Ocampo présente sa démission comme la preuve de sa bonne volonté et met en avant son attitude « franche et libérale »11. En réalité, sa tactique est déjà élaborée : puisqu’il ne peut riposter de front, il va tenter d’encercler l’ennemi. C’est ainsi que le 29 mars, il déclare au cabildo que sa démission s’est limitée à la seule cité de Córdoba :

  • 12 Oficio de Ocampo al cabildo, 30/03/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

« Je ne peux disposer du sort et du destin d’une autre cité, dotée de la même prérogative que celle-ci. Cela vous servira d’avertissement dans l’interprétation de ma démission : en effet, n’importe quelle autre cité de cette province (...) a le droit de conserver sa forme de gouvernement. »12

  • 13 Oficio de Ocampo al Teniente-gobernador de La Rioja, 31/03/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.
  • 14 Oficios de Ocampo al cabildo y del cabildo a Ocampo, 30/03/1815 ; Oficio de Ocampo al Teniente-gobe (...)

9Ocampo adresse le même message au lieutenant-gouverneur de La Rioja, ville dont il est originaire et où il sait pouvoir trouver des appuis13. Ayant perçu le danger, le cabildo contre-attaque immédiatement en convoquant une nouvelle réunion plénière, qui déclare, après délibération, que le mandat de Díaz est valable pour l’ensemble de l’intendance. Décision que le cabildo s’empresse de communiquer à Ocampo, en lui signifiant qu’il ne peut « conserver une partie d’un gouvernement indivisible »14. Le risque est grand en effet de voir se disloquer l’organisation administrative et la structure du pouvoir au sein de l’intendance, ce qui, d’ailleurs, ne tardera pas à se produire avec la sécession de La Rioja au mois de juin. Craignant que le phénomène ne se généralise, José Javier Díaz multiplie les contacts avec les autorités subalternes, notamment dans la campagne de Córdoba, et s’efforce de les maintenir étroitement sous ses ordres.

10L’annonce par Artigas du soulèvement de Fontezuelas va provoquer le basculement de Córdoba dans la sécession. Dans une lettre datée du 8 avril, le chef des Orientaux ordonne à Díaz de rompre toute relation avec la capitale et le pousse à choisir son camp :

  • 15 Oficio de Artigas a José Javier Diaz, 8/04/1815, dans C. Segreti, « La independencia de Córdoba en  (...)

« Il n’est plus possible de dissimuler les faits ni de vivre dans cette tiède indifférence qui cause aujourd’hui l’essentiel de nos disgrâces. Córdoba doit décider de son sort, afin que mes résolutions et mon désir le plus cher puissent s’accomplir entièrement. »15

  • 16 Bando de José Javier Díaz, 17/04/1815, ibid., p. 480.

11Le 16 avril, une assemblée composée de Díaz et des représentants élus le 30 mars déclare l’indépendance de la province. Le lendemain, un avis annonce la nouvelle à la population et reproduit les documents qui ont motivé cette décision, notamment le manifeste de Fontezuelas et la lettre d’Artigas, à qui la déclaration d’indépendance est une réponse directe. Le texte annonce la rupture de toutes les communications avec la capitale et interdit à ses habitants de conserver la moindre dépendance à l’égard de l’ancien gouvernement. Córdoba est désormais placée sous la protection directe d’Artigas, et les déserteurs des armées de Buenos Aires sont invités à rendre leurs armes et à rentrer chez eux16.

  • 17 Oficio del Dean Funes a José Javier Díaz, 18/05/1815, dans Archivo del doctor Gregorio Funes, Bueno (...)
  • 18 Oficio de Díaz, Salguero y Sarachaga a la Asamblea provincial, 12/09/1815, AHC Indice Gobierno ; Of (...)
  • 19 Acta del cabildo, 28/04/1815, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 258.

12Si la proclamation de l’autonomie n’entraîne aucune réaction hostile parmi les vecinos, Díaz ne bénéficie pas de tous les appuis escomptés. Il s’aliène notamment l’un des clans les plus influents de la ville, celui des Funes17. Pour le reste, le nouveau gouverneur veille à s’entourer de fidèles dans son gouvernement. Le 28 avril, il convoque un cabildo abierto où sont acclamées deux propositions : celle de restreindre le nombre des représentants du peuple à cinq et celle de démettre les « employés factieux et agents du gouvernement tyrannique », autrement dit les partisans de Buenos Aires. Cinq fonctionnaires, dont trois officiers, sont immédiatement démis de leurs fonctions. À la fin du mois d’août, six échevins sont destitués et assignés à résidence ; trois d’entre eux appartenaient à la faction dite « de l’évêque », à laquelle Ocampo s’était heurté au début de l’année18. Quant aux nouveaux représentants, ce sont tous des juristes, de la faction « fédérale », proches de Díaz : Norberto del Signe, José Antonio Cabrera, Geronimo Salguero de Cabrera y Cabrera, Miguel Calixto del Corro et Juan Antonio Sarachaga19.

  • 20 Bando de José Javier Díaz, 20/04/1815, dans C. Segreti, art. cité, p. 474.
  • 21 Acta del cabildo, 7/04/1815, dans Actas capitulares, op. cit., p. 353.
  • 22 Acta del cabildo, 30/03/1815, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 352.
  • 23 Actas del cabildo, 29/05 et 2/06/1815, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 264-266.

13Au niveau institutionnel, la province se dote des organes de gouvernement propres à une entité souveraine : par le bando du 20 avril, Díaz se proclame chef du pouvoir exécutif, doté « dans cette province d’une autorité et de facultés identiques à celles du magistrat que les Provinces Unies ont reconnu sous le titre de Directeur suprême »20. Tandis que les cinq représentants élus font office de ministres, le pouvoir législatif est confié à une assemblée provinciale. Les premières mesures prises sont d’ordre financier : le plan de contributions mis en place par Alvarez Jonte et Ugarteche en 1813 est supprimé le 19 avril, tandis que la province parvient à récupérer le produit de cette contribution (argent, vêtements, poudre et munitions) qui était en route pour Buenos Aires au moment des événements21. Parallèlement à cette organisation interne, Díaz, tout comme Ocampo, cherche des appuis à l’extérieur de la province. Après la proclamation de l’indépendance, il fait parvenir le bando du 17 avril, accompagné de tous les documents retraçant le déroulement des événements, à San Martin ainsi qu’aux cabildos de Tucumán et Salta. Il les incite à adopter à leur tour le système fédéral et à réunir, avec l’accord des chefs militaires, un congrès des provinces. Par ailleurs, les relations avec Artigas sont renouées par l’envoi de deux émissaires, José Roque Savid, chargé de convaincre le « Protecteur » de l’adhésion de Córdoba, puis Eduardo Pérez Bulnes, qui négocie le retour à Córdoba des cargaisons d’armes et de poudre destinées à Buenos Aires22. À la fin du mois de mai, le cabildo et l’assemblée électorale nomment un député au congrès qu’Artigas a réuni pour décider de l’attitude à adopter face aux propositions de Buenos Aires. C’est José Antonio Cabrera, neveu des Funes et fidèle partisan de Díaz, qui est appelé à y participer23.

14S’il avait disposé d’appuis solides dans le reste de l’intérieur, le Directoire aurait pu étouffer le soulèvement de Córdoba en organisant des expéditions de reconquête à partir du Nord-Ouest et du Cuyo. Mais, outre que la sécession de Córdoba obstrue les communications vers les régions andines, celles-ci n’ont guère de raisons de soutenir Alvear. Les deux principaux personnages de l’intérieur, Rondeau et San Martin, sont des rivaux du Directeur. Le premier supporte mal d’avoir été supplanté par Alvear lors du siège de Montevideo, ce qui l’a privé du bénéfice de la victoire, puis une seconde fois à la tête de l’Armée du Nord. Quant à San Martin, sa rivalité avec Alvear au sein de la Loge Lautaro lui a valu d’être éloigné de la capitale à partir de janvier 1814. Cela ne signifie pas que les deux hommes soient tentés d’épouser les vues d’Artigas – l’un comme l’autre tiennent à ce que le pays conserve une direction forte et unifiée pour continuer la guerre –, mais ni l’un ni l’autre ne tenteront de sauver le pouvoir défaillant de leur rival.

  • 24 Oficios del cabildo al gobernador-intendente, 21/02 et 22/02/1815, AHM 746-85 et 86.
  • 25 Oficio de Ocampo a San Martin, 28/03/1815, AHM Ind. 645-150 d ; Oficio de San Martin al Director Su (...)

15Au début de l’année 1815, les relations de Mendoza et du pouvoir central se tendent lorsque la démission que San Martin a présentée est acceptée. La cité s’oppose à la nomination de son remplaçant, le colonel Gregorio Perdriel, et exprime publiquement, lors des cabildos abiertos des 16 et 21 février, son soutien au gouverneur en place. Une pétition, puis un émissaire, Juan de la Cruz Vargas, sont envoyés à Buenos Aires pour plaider le maintien de San Martin à son poste24. Peu après, l’intendance du Cuyo est atteinte par les remous des événements de Córdoba. Début avril, San Martin reçoit un message d’Ocampo qui le met au courant de la situation et lui demande de l’aide. Dans le même temps arrive la version des événements donnée par Díaz, qui retransmet une invitation d’Artigas à rejoindre la Ligue Fédérale. De prime abord, San Martin ne réagit pas à ces nouvelles : le 16 avril, il adresse au Directeur un pli signalant que les événements de Córdoba n’ont eu aucune incidence dans sa province, à part un retard dans l’acheminement du courrier25.

  • 26 Acta del cabildo abierto del 21 de abril de 1815, dans DHSM, Buenos Aires, 1953-1960, t. 2, p. 133- (...)

16Le soulèvement de Fontezuelas et la déposition d’Alvear remettent en cause cette stabilité. Les événements de la capitale sont rapportés par la plume prolixe de l’émissaire Vargas, qui en est un témoin direct, et qui décrit avec un luxe de détails l’atmosphère tendue des journées d’avril, où la tendance fédérale semble prête à l’emporter. Ayant reçu le manifeste de Fontezuelas, San Martin réunit les officiers de l’Armée des Andes en Junte de guerre et convoque un cabildo abierto. Devant l’incertitude de la situation et l’exemple donné par Córdoba, les vecinos déclarent l’indépendance provisoire de l’intendance ; il ne reconnaîtront un autre gouvernement central que lorsque celui-ci sera élu par un Congrès26. La représentation des provinces est donc posée comme condition primordiale pour légitimer un gouvernement.

17Comme à Córdoba, la proclamation de l’autonomie met en cause l’autorité du gouverneur. San Martin lui-même déclare que son mandat, conféré par un pouvoir désormais déchu, est frappé de caducité. Pourtant, les patriciens lui renouvellent la confiance qu’ils lui ont accordée deux mois auparavant : la proposition de le reconduire dans ses fonctions est adoptée à l’unanimité et ses pouvoirs sont confirmés lors de la même séance. San Martin impose toutefois comme condition que ce choix devra être ratifié par l’ensemble de la juridiction. Bien qu’il se trouve dans la situation inverse, la logique de sa décision est exactement la même que celle d’Ocampo : chaque cité recouvrant, dans cette situation de table rase, le même droit que les autres à décider de son sort, la rétrocession de l’initiative politique à la capitale ne l’autorise pas à statuer pour l’ensemble de l’intendance.

  • 27 Oficio de José Javier Díaz a San Martin, 13/05/1815, dans ibid., t. 2, p. 107.

18La nouvelle de l’indépendance provisoire du Cuyo relance les espoirs des fédéraux. Tout en félicitant chaudement San Martin pour la tournure prise par les événements, José Javier Díaz lui fait part de son projet de réunion d’un Congrès et d’une organisation de l’État sur la base de la souveraineté des provinces. Salta et Tucumán ont accueilli favorablement ses propositions ; la récente victoire du Puesto del Marqués fait espérer un retournement de la situation dans le Haut-Pérou et l’adhésion de Rondeau au projet. Celui-ci est en effet l’homme-clé de la situation, puisqu’il commande l’Armée du Nord et qu’il vient d’être nommé Directeur suprême en titre27.

19Pourtant, San Martin est loin de privilégier la solution fédérale, conscient de la menace dont ce projet est porteur, et qui s’exprime avec le soulèvement de San Juan en mai 1815. Le risque de désunion interne est en effet ce que San Martin redoute le plus, car il risque d’entraver considérablement l’effort de guerre, qui est sa principale préoccupation. Il n’est favorable à l’autonomie que dans la mesure où celle-ci lui permet de préserver la cohésion de sa province pendant la période de flottement du pouvoir central. Mais à peine celui-ci est-il reconstitué que San Martin se prononce pour la solution qui, à ses yeux, assure le maximum de réussite à son projet de campagne militaire.

20Les cités sont donc, au début de l’année 1815, dans un état d’ébullition où s’affirme la perspective d’exercer elles-mêmes leur gouvernement. L’avancée d’Artigas dans le Littoral s’identifie à cette « libération des peuples », dont il se proclame le protecteur, tandis que s’accroissent le caractère répressif et l’impopularité du régime d’Alvear. Pièce maîtresse de l’échiquier territorial dans l’affrontement entre Buenos Aires et Artigas, Córdoba profite de l’avancée des troupes orientales tout en s’efforçant de préserver son autonomie. Confortée par la chute du régime directorial, celle-ci constitue un exemple susceptible d’être suivi par les autres cités de l’intérieur. À la mi-avril, le pays semble sur le point de basculer dans le schéma envisagé par Artigas, fondé sur les souverainetés provinciales. Or, non seulement la capitale parvient à surmonter rapidement la crise du pouvoir central, mais les autorités nouvellement élues retournent la situation à leur avantage en proposant aux cités de se lier sur de nouvelles bases.

Un nouveau pacte politique

21Le principal soutien du Directoire, qui est en même temps son talon d’Achille, est l’armée de la capitale. Acteur de premier plan dans le contrôle du territoire et les relations entre les pueblos, c’est à l’armée que revient l’initiative d’abattre un pouvoir qui ne se maintient plus que par la terreur. Toutefois, la collusion des officiers mutins avec le clan des opposants ne change pas, fondamentalement, la nature du régime. Alors qu’une faction remplace l’autre au sommet de l’État, la capitale parvient à présenter ce changement comme une table rase et à faire accepter aux cités cette domination provisoire.

  • 28 Manifiesto del Ejército Auxiliador de Buenos Aires, y protector de su campaña, 3/04/1815, dans La R (...)

22Envoyée à Santa Fé après la déposition de Díaz Velez, l’armée de Buenos Aires, bien qu’aux ordres d’Alvear, dénonce les choix politiques de son chef. Ses commandants refusent en effet la logique de guerre civile que signifie l’affrontement avec les troupes d’Artigas : le 3 avril, au quartier général de Fontezuelas, ces officiers se soulèvent sous la direction d’Alvarez Thomas et refusent d’obéir aux ordres du gouvernement. Dans le manifeste immédiatement envoyé à la capitale et dans les autres cités, la captation de l’autorité publique par une minorité est dénoncée avec la plus grande véhémence : « L’État, déclarent ces officiers, est devenu le patrimoine d’un nombre restreint d’individus qui tyrannisent le reste de leurs compatriotes. »28 Les nombreux exemples qui reprennent pour une bonne part les griefs invoqués contre l’Ancien Régime – captation des emplois par les Espagnols, régime de privilèges, pratiques despotiques – traduisent, comme en 1810, une aspiration à l’ouverture de l’espace politique. Cette dimension est présente tout au long du manifeste, avec l’évocation « des services [rendus] par des milliers de natifs du pays », de « l’immensité des sommes collectées », de « la misère et de l’indigence où se trouvent toutes les classes qui composent la société ». La participation du plus grand nombre à l’effort de guerre rend insupportable le fait que le pouvoir subsiste aux mains d’une poignée d’hommes : le « peuple vaillant, généreux et plein de vertus [...] qui a posé les fondations de la société américaine » ne saurait être « rabaissé, opprimé et dégradé par la petite faction d’hommes immoraux qui composent le gouvernement que représente le général Alvear ». La fiction que constitue la représentation des pueblos par une assemblée moribonde est également évoquée de manière implicite.

  • 29 Ibid.

23Mais ce que les officiers condamnent le plus violemment, c’est l’attitude adoptée vis-à-vis d’Artigas. Celui-ci est loin d’être unanimement perçu comme un rival ; nombreux sont ceux, surtout chez les militaires, qui voient plutôt en lui un combattant héroïque et un allié indispensable contre la menace d’une invasion, qu’elle provienne de la péninsule ou, une fois encore, du Brésil. Pour Alvarez Thomas et les autres officiers, Artigas est l’agent de leur libération. Selon eux, « les troupes orientales n’ont qu’une seule intention, celle de mettre les provinces en état de nommer librement leur gouvernement et de retourner ensuite sur leur territoire »29. En vertu de son titre, l’armée « Auxiliaire de Buenos Aires et Protectrice de sa Campagne » décide donc de demeurer autonome tant qu’un nouveau gouvernement n’aura pas été élu par le peuple de la capitale.

  • 30 Oficio de Álvarez Thomas a Alvear, 14/04/1815 ; Oficio de Artigas a Álvarez Thomas, 6/04/1815, ibid (...)
  • 31 Ces cinq membres sont Antonio Sáenz, Esteban Agustín Gascón, José Mariano Serrano, Pedro Medrano et (...)

24Premier exemple de pronunciamiento important au Rio de la Plata, ce manifeste est signé par Alvarez Thomas et les cinquante-cinq autres officiers qui commandent les deux divisions de l’armée auxiliaire. Quelques jours plus tard, les chefs des Grenadiers d’infanterie apposent également leur signature. Faisant ainsi une démonstration de la force qu’il a réunie derrière lui, Alvarez Thomas accule le Directeur à la démission. Cette armée de Buenos Aires que ce dernier a lui-même organisée et dont il a voulu faire l’instrument de son pouvoir lui fait donc défection. Alvear a d’autant moins les moyens de riposter qu’Artigas, naturellement, est prêt à soutenir les mutins30. Ces documents sont également envoyés au cabildo, très hostile au gouvernement d’Alvear. À peine les a-t-il reçus qu’il les fait publier et appelle les habitants à une réunion extraordinaire, afin de sanctionner « l’heureuse révolution d’avril ». Le 16, au milieu du tumulte provoqué par la réunion du cabildo abierto, l’Assemblée est dissoute et le cabildo réassume le pouvoir. Le lendemain, Alvear est destitué et banni, tandis que ses principaux partisans sont emprisonnés ; tous seront jugés et condamnés à l’exil. Le 18 avril, le cabildo fixe les modalités de l’élection d’un nouveau gouvernement par les citoyens de la capitale. Ceux-ci nommeront en outre une « Junte d’Observation » chargée de donner au régime un Statut provisoire et de veiller au rétablissement des libertés fondamentales. Trois jours plus tard, une assemblée composée du cabildo et de douze électeurs désigne les cinq membres de la Junte d’Observation31 et attribue le poste de Directeur à Rondeau. En l’absence du titulaire, qui se trouve toujours à Salta, Alvarez Thomas est chargé d’occuper la fonction à titre provisoire.

  • 32 José Artigas (...) al muy benemerito pueblo de Buenos Aires, 29/04/1815, dans La Revolución de Mayo (...)
  • 33 Ibid.

25Résorber la crise en colmatant le vide de pouvoir ne suffit pourtant pas ; encore faut-il que les citoyens reconnaissent les décisions qui ont été prises. C’est ce à quoi s’emploie le cabildo dans le manifeste du 30 avril, qui fait suite à une adresse d’Artigas à la cité de Buenos Aires. L’un cherche la réhabilitation, l’autre l’assentiment, mais les deux textes répondent au même impératif : forger une « version officielle » des événements et écarter le risque de guerre civile. Dans son adresse, Artigas se contente de rejeter sur l’ennemi déchu l’entière responsabilité de la lutte entre Buenos Aires et les troupes orientales. Artigas y réaffirme ce qu’il avait déjà assuré à Alvarez Thomas après Fontezuelas, à savoir qu’il n’est pas l’ennemi de la cité de Buenos Aires, mais du système choisi par ses gouvernants. Cette profession de foi est indispensable pour démolir l’image véhiculée par l’ancien gouvernement – celui de traître à la Patrie, ayant juré la perte de Buenos Aires – et pour permettre une réconciliation. Artigas rend donc un vibrant hommage « à cette généreuse cité qui fut la première à proclamer la dignité du peuple »32. Cette révérence lui permet un appel à la concorde, dominé par la métaphore de la fraternité, qui replace les deux pueblos – le portègne et l’oriental – sur un pied d’égalité, sous les auspices du « Dieu tutélaire de l’amitié des peuples »33.

  • 34 Maniflesto del Excmo Ayuntamiento de Buenos Ayres sobre la feliz revolución del 16 de abril de 1815 (...)

26Le manifeste du cabildo34, qui insiste également sur la nécessité de conférer un sens aux événements, comporte une étonnante évocation des ressorts secrets du pouvoir révolutionnaire, notamment de la captation de la représentation et de la logique des factions. Après avoir rappelé la dissolution de la Junta Grande et des assemblées qui lui ont succédé, le texte révèle l’inféodation de l’Assemblée constituante à l’exécutif et le rôle souterrain joué par les membres de la Société patriotique, déplorant « la nullité d’un Congrès arbitrairement érigé en souverain par un complot d’agents inconnus des électeurs eux-mêmes » et ajoutant :

  • 35 Ibid.

« Nous ne pouvons manquer d’évoquer avec douleur cette trame noire en vertu de laquelle les lois étaient dictées en prévision des desseins du pouvoir exécutif ; celui-ci était couvert par la décision des législateurs tandis que ceux-là étaient à l’abri de la force qu’ils servaient. »35

27Le texte poursuit le dévoilement des rouages du pouvoir en évoquant le fonctionnement factieux du régime, notamment dans l’attribution des postes :

  • 36 Ibid.

« (...) comme si la Patrie était une fiction insignifiante que l’on pouvait soutenir par la ruine de ses enfants, l’Assemblée et le gouvernement se bornaient à représenter une farce qui se révélait aussi tragique pour les cités qu’avantageuse pour les projets du parti. »36

  • 37 Cf. F. Herrero, « Buenos Aires año 1816. Una tendencia confederacionista », BIHAA, 12 (1995), p. 7- (...)
  • 38 À la suite de Carlos Segreti (El unitarismo argentino. Notas para su estudio en la etapa 1810-1819, (...)

28Cette critique, sorte de bilan des expériences menées depuis 1810, se conclut sur le risque de dérive vers le despotisme que comporte la concentration du pouvoir. Le texte énumère ensuite les erreurs politiques imputées à l’équipe d’Alvear, comme si le cabildo cherchait à amplifier les murmures longtemps contenus. S’il expose tour à tour la situation et les griefs de la Bande orientale, de Santa Fé, de Córdoba et de Mendoza, c’est pour mieux souligner que Buenos Aires a connu elle aussi son lot d’infamies et que toutes les cités ont souffert sous le même joug. C’est là un point essentiel du message qu’il adresse à l’intérieur, même si le rôle principal revient une fois encore au « peuple héroïque » de Buenos Aires. Cette fraternité dans le malheur permet au cabildo de donner son sens à l’« heureuse révolution » : celle-ci doit renforcer l’union des provinces, si durement mise à l’épreuve. La suprême habileté du cabildo de Buenos Aires consiste donc à accuser le pouvoir défunt d’avoir cherché à désolidariser les provinces. En exploitant au mieux l’impopularité de cette équipe, il espère provoquer un nouveau réflexe d’union autour de la capitale. En effet, à cette date, les quatre provinces du Littoral font partie de la Ligue fédérale ; Córdoba et le Cuyo ont proclamé l’autonomie et les intendances du Nord-Ouest, bien que tenues par l’Armée du Nord, peuvent faire de même. Les soulèvements des mois précédents ont montré que l’armée elle-même n’offrait plus la garantie d’une totale subordination au pouvoir central. À Buenos Aires même, le courant fédéral compte de nombreux adeptes, comme en témoigne l’émissaire Vargas, qui en fait d’ailleurs partie37. Pour remporter la manche, le cabildo doit donc obtenir des cités qu’elles adhèrent librement à la solution unitaire38 qu’il leur propose.

  • 39 Circular del Exemo Ayuntamiento de Buenos Aires a los cabildos, 17/05/1815, AHM Ind. 607-154 et AHT (...)

29Ce projet d’union est annoncé dans la circulaire datée du 17 mai39, qui accompagne les deux textes précédents et le Statut provisoire élaboré par la Junte d’Observation. La tactique employée par les autorités de la capitale s’appuie largement, comme en 1810, sur le discours. Il s’agit de convaincre les élites de l’Intérieur que la chute d’Alvear constitue une table rase, à partir de laquelle les cités peuvent passer un nouveau contrat. Dans cette situation, comme nous l’avons suggéré, Buenos Aires est présentée comme profondément solidaire des autres cités. Il s’agit d’atténuer les conséquences d’une décision politique prise, une fois de plus, par les vecinos de la seule capitale :

  • 40 Circular del Exemo Ayuntamiento de Buenos Aires a los cabildos, 21/04/1815, AHM Ind. 607-130 et AHT (...)

« Les citoyens de Buenos Aires ne seront pas en paix et ne pourront se réjouir de leur œuvre tant que leurs frères des autres cités n’auront pas ratifié spontanément et généreusement une élection qui n’aurait jamais eu lieu sans leur participation, si celle-ci avait été possible. Buenos Aires n’aspire pas à conserver une prépondérance funeste sur les autres cités ; elle respecte leur opinion, elle défend leurs droits et espère entendre leur voix pour leur promettre que rien ne pourra rompre les liens qui la rattachent à elles. »40

D’où un appel pressant à la ratification, fondée toutefois sur une expression libre des parties concernées :

  • 41 Ibid.

« Si les autres cités trouvent le moindre inconvénient à l’élection [d’Alvarez Thomas] ou à celle du général de l’Armée du Pérou, Buenos Aires s’en remettra volontiers au vote de ses frères, sans orgueil ni sans ressentiment. Elle n’a rien fait d’autre que de placer une tête au sommet de l’État pour rétablir provisoirement l’ordre et la tranquillité. »41

  • 42 Estatuto provisional para la dirección y administratión del Estado, dado por la Junta de Observatió (...)
  • 43 Fait notable, ces droits concédés à tous les « habitants de l’État » ne sont pas rattachés aux pers (...)
  • 44 Ibid., section I, chap. 6, art. 5.

30D’après la circulaire du 17 mai, le Statut proposé à l’appréciation des cités est destiné à « renforcer les maillons de la chaîne qui doit entraver les bras puissants du despotisme »42. Il est divisé en sept sections. La première, consacrée à « l’homme en société », comporte une définition précise des droits de l’homme et du citoyen43, droits issus du contrat social (la liberté, l’égalité, la propriété, la sécurité), auxquels on a ajouté des droits communément reconnus comme « naturels » (la vie, l’honneur). Comme par le passé, la religion catholique est religion d’État et le respect de ses prescriptions constitue une loi fondamentale. La principale innovation, par rapport au Statut de 1811 et au décret du 24 octobre 1812, se trouve dans les chapitres consacrés à la citoyenneté, dont toutes les conditions sont largement détaillées, et dans ceux consacrés aux « devoirs du citoyen et du corps social ». L’ajout de ces articles est largement en rapport avec le contexte : il s’agit d’inscrire dans la Constitution ce que les gouvernements successifs n’ont cessé de réclamer, la soumission à la Loi, l’obéissance aux autorités et le sacrifice pour la Patrie. S’y ajoutent des considérations d’ordre moral, tendant à promouvoir dans la sphère privée l’harmonie que l’on s’efforce d’atteindre dans la sphère publique : chaque citoyen doit « mériter le titre honorable d’homme de bien en se montrant un bon père de famille, un bon fils, un bon frère et un bon ami »44. À l’inverse, le rejet du despotisme pousse à affirmer les devoirs de l’État envers les citoyens, dont il doit défendre les droits, soulager la misère, développer l’instruction et les moyens de prospérer.

  • 45 Ibid., section III, chap. 1, art. 1.
  • 46 Lors de la session extraordinaire du 3 février 1814, l’Assemblée donne force de loi au règlement pr (...)

31La seconde section se résume à un article unique renvoyant au Congrès l’organisation du pouvoir législatif, car celui-ci « réside originairement dans les pueblos », dont la souveraineté est ainsi réaffirmée. En revanche, la troisième section concernant l’exécutif est beaucoup plus longue et comporte un chapitre consacré au limites de ce pouvoir. Ses dispositions ne diffèrent guère, toutefois, des textes précédents, sauf en ce qui concerne son élection, « pratiquée selon un règlement qui devra être formé sur la base du libre consentement des provinces et de la plus grande conformité aux droits de celles-ci »45. Le pouvoir judiciaire conserve son mode d’organisation ; on se contente de réaffirmer son indépendance par rapport à l’exécutif, en référence aux facultés extraordinaires qu’avait concédées l’Assemblée aux anciens gouvernants46. Les deux grandes nouveautés du texte font l’objet de la cinquième et de la sixième sections, consacrées aux élections et à l’armée, dispositions qui révèlent l’évolution constatée chez les acteurs comme dans la pratique politique. Deux éléments essentiels soulignent cette évolution : la généralisation du principe électif pour la nomination des autorités, y compris les gouverneurs et le Directeur suprême, et l’incorporation de tous les habitants de l’État, y compris les étrangers et les esclaves, dans les milices civiques.

32Le texte proposé comme base du nouveau contrat, en attendant la réunion du Congrès constituant, reformule donc les règles générales de l’administration et prend acte des transformations du corps politique. Toutefois, aucun pas n’est esquissé vers un changement de la forme du régime ou du dépositaire de la souveraineté. Considérant que c’est au Congrès d’en décider, les rédacteurs observent sur ces questions brûlantes un silence total, ce qui revient à perpétuer l’option centraliste. Ce mélange de conservatisme et d’ouverture est surtout destiné à convaincre les provinces que la reconnaissance du texte, à titre provisoire, ne comporte pas d’inconvénient majeur et ne remet pas en cause la perspective d’un changement radical avec la réunion du Congrès.

  • 47 Ibid, p. 131 et 412.

33Pour que son contrat de confiance soit accepté, Buenos Aires doit passer, pour la première fois, sous les fourches caudines du jugement des pueblos. Tout en reconnaissant les nouvelles autorités et le Statut, ceux-ci soulignent toutefois le caractère provisoire et conditionnel de leur adhésion. À Mendoza, l’« heureuse révolution » est accueillie et fêtée comme une victoire militaire. San Martin, à qui la chute de son rival donne les plus grands espoirs, félicite le cabildo au nom de toutes les cités libérées, et ordonne l’organisation d’une cérémonie patriotique. Après avoir appris l’élection des dirigeants, San Martin convoque les citoyens pour procéder à la ratification demandée et réunit une nouvelle fois la Junte de guerre. Les officiers épousent les vues de leur chef quant à l’appréciation de la situation : le gouvernement provisoire est l’unique remède contre l’acéphalie et l’anarchie ; il doit en outre permettre une réconciliation générale entre les cités et entre les citoyens. Ils reconnaissent donc l’autorité de Rondeau et d’Alvarez Thomas, à la condition expresse qu’un Congrès soit immédiatement convoqué, conformément à la circulaire envoyée par la capitale47. Cette attitude se retrouve dans les lettres de Vargas, qui insiste sur le caractère provisoire du gouvernement, allant jusqu’à conseiller aux échevins la plus grande prudence dans leur réponse :

  • 48 Oficio de Juan de la Cruz Vargas al cabildo de Mendoza, 21/04/1815, AHM Ind. 607-126.

« Lorsque vous féliciterez le nouveau chef de l’État (...), si Votre Excellence, comme on doit s’y attendre, ratifie par son vote le gouvernement provisoire, qu’elle le fasse d’une manière qui ne contredise pas le système fédératif que nous adopterons sûrement par la suite. »48

  • 49 Idem, 13/05/1815, AHM Ind. 607-146.
  • 50 Oficios de San Martin al cabildo de Mendoza, 25/04/1815, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 420 ; Oficio (...)

34Le lendemain, le cabildo abierto confirme sans coup férir la décision de la Junte de guerre. Mendoza est donc la première cité à faire part de son adhésion aux autorités de la capitale, qui lui manifestent en retour une reconnaissance non dissimulée. Témoin du soulagement provoqué par l’arrivée des courriers, Vargas écrit malicieusement : « Vos résolutions sont une leçon pour les autres villes et tous les [responsables] politiques sont en train d’applaudir Mendoza. »49 L’examen du Statut provisoire, plusieurs fois ajourné, complète l’adhésion au nouveau gouvernement. Début juin, sept représentants sont élus pour donner leur avis sur le texte50. Si celui-ci est reconnu, au même titre que les autorités, comme un palliatif au vide institutionnel, il n’est pas exempt de critiques. Dans ses lettres, Vargas avait donné le ton en déclarant :

  • 51 Oficio de Juan de la Cruz Vargas al cabildo de Mendoza, 17/05/1815, AHM Ind. 607-152.

« Le Statut est sage et bien ficelé, mais qui sait s’il n’usurpe pas une partie de ce sur quoi doit statuer le Congrès des Provinces libres ? Je dis “une partie”, car plusieurs de ses propositions concernent les cités, qui n’ont pas pris part à son élaboration. »51

  • 52 Acta del cabildo de Tucumán, 2/05/1815, AHT Actas.

35Tucumán est la deuxième cité à reconnaître les autorités investies par la capitale. Cette ratification s’opère de manière indirecte, puisque le cabildo se prononce au nom de la cité lors de la séance du 2 mai et décide de convoquer ultérieurement les vecinos52. Deux circonstances ont motivé le ralliement sans conditions des autorités : la présence de Rondeau à la tête de l’Armée du Nord, qui en fait une personnalité familière et, surtout, la pression des circonstances. Comme l’écrit le cabildo aux autorités de Buenos Aires :

  • 53 Oficios del cabildo de Tucumán al ayuntamiento de Buenos Aires y a Álvarez Thomas, 24/05/1815, AGN (...)

« Tucumán a su voir l’habileté et la finesse du sens politique à l’œuvre dans l’élection de Rondeau et de Votre Excellence, malgré l’urgence des circonstances qui exigeaient une mesure rapide et efficace pour éviter l’acéphalie de la province. »53

36Malgré cette harmonie de façade, la sanction du Statut provisoire occasionne un affrontement sans précédents entre le cabildo et le gouverneur, dans une cité jusqu’alors caractérisée par la relative cohésion de ses élites. Dans cette affaire se lit la tension entre deux réactions possibles aux événements en cours – l’autonomie ou le maintien forcé de l’obédience à la capitale. Aráoz manque en effet de la souplesse et de l’habileté politique de San Martin, qui a accepté le détour par l’autonomie pour mieux rallier ensuite le patriciat à une solution unitaire. Alors que lui entend maintenir coûte que coûte l’obédience envers la capitale, les échevins se montrent plus nuancés, et proches des positions de José Javier Díaz. Reconnaître Rondeau comme Directeur ne signifie pas, dans leur esprit, retomber sous la coupe de la capitale. L’Armée du Nord est perçue comme une force autonome, tandis que de grands espoirs sont placés dans le Congrès.

  • 54 Oficios de Bernabé Aráoz y de Nicolas Laguna a Álvarez Thomas, 24/06 et 26/06/1815, AGN Gob. Tue., (...)
  • 55 Acta capitular de la ciudad de Tucumán, 30/06/1815, AHT Actas.

37L’élection des représentants chargés de juger le Statut provisoire a lieu le 23 juin, en parfait accord, semble-t-il, avec Aráoz. Pourtant, dès le lendemain, celui-ci dénonce le noyautage de cette élection par les « fédéraux », qui veulent en profiter pour déclarer l’indépendance. L’accusation n’est pas tout à fait dénuée de fondements : parmi les élus figure l’ancien député Nicolas Laguna, partisan depuis 1 810 d’une conception radicale de la souveraineté des pueblos. C’est lui qui dirige la faction des opposants à Aráoz, qu’il traite d’« héritier d’Alvear » et accuse de multiples abus de pouvoir54. Afin de contrer cette opposition, Aráoz organise une autre réunion le 30 juin, où sont convoqués des habitants de la campagne et une partie des vecinos. Une résolution en six points est adoptée par acclamation : l’union avec Buenos Aires, la dépendance administrative et la reconnaissance des autorités suprêmes sont puissamment réaffirmées, tandis qu’Aráoz et les échevins sont confirmés dans leurs fonctions. Enfin, trois députés sont élus, à la fois pour se prononcer sur le Statut et pour représenter la province au Congrès55. L’acte est ensuite soumis à l’approbation des corporations urbaines, ce qui déclenche une vive réaction chez les représentants élus le 23, auxquels se rallient finalement les échevins.

38Durant tout le mois de juillet, les deux clans s’affrontent et en appellent au jugement d’Alvarez Thomas. Chacun tente de faire annuler l’élection réalisée par l’autre ; Aráoz conteste de surcroît la sanction du Statut réalisée par le cabildo et les représentants. À ce sujet, il fait part au Directeur de ses critiques sur le texte, portant principalement sur l’élection des gouverneurs et le rétablissement du décret de sécurité individuelle. L’une et l’autre de ces dispositions ne peuvent que favoriser, selon lui, les tendances centrifuges qu’il s’efforce de maîtriser. Il donne à ce sujet un avis définitif, qui résume tout à fait sa position face à ses adversaires :

  • 56 Oficio de Bernabé Aráoz a Álvarez Thomas, 4/07/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.

« Il n’est pas encore temps de donner tant de liberté, finissons-en [d’abord] avec les ennemis, jetons les bases de notre destinée [politique] et, dans l’intervalle, conservons l’union à tout prix. Tucumán a toujours été la cité la plus pacifique et la plus soumise au gouvernement ; si je relâche ma surveillance, qui sait si elle ne rejoindra pas ceux de Córdoba... »56

  • 57 Oficios de Álvarez Thomas a Nicolas Laguna y Bernabé Aráoz, 15/07 et 19/07/1815, 19/09/1815, AGN Go (...)

39Appelé à jouer le rôle d’arbitre propre à sa fonction, Alvarez Thomas fait preuve de beaucoup de doigté : assurant aux députés que le Congrès va tout arranger, il conseille à Aráoz de temporiser. Lui faisant part, comme à San Martin, de certaines de ses réserves sur le Statut, il lui suggère de procéder, en accord avec le cabildo, à une nouvelle élection des députés au Congrès57.

  • 58 Sur l’attitude de Salta face aux autorités de la capitale, cf. A. Cornejo, Historia de Güemes, Salt (...)
  • 59 Actas capitulares de la ciudad de Salta, 9/05, 10/05 et 11/05/1815, dans Güemes documentado, L. GÜE (...)
  • 60 Oficio del cabildo de Salta al ayuntamiento de Buenos Aires, 11/05/1815, AHM Ind. 660-2.

40C’est à Salta que l’on possède l’information la plus complète sur l’appréciation du Statut provisoire par des élites de l’intérieur58. Les 9 et 10 mai, un cabildo abierto nomme neuf représentants chargés de se prononcer avec les échevins sur l’attitude à adopter. Au terme de la séance, la reconnaissance du nouveau régime est acquise, quoique assortie d’une importante condition : si le Congrès n’était pas réuni dans les cinq mois, la province aurait le droit de revenir sur son adhésion et de déclarer l’indépendance. Il est également décidé de faire part de cette position aux autres municipalités des Provinces Unies59 : en agissant ainsi, Salta retourne ses propres armes contre Buenos Aires en répondant à la domination provisoire par une adhésion provisoire60.

  • 61 Acta capitular de la ciudad de Salta, 3/07/1815, Revista del Archiva General de la Nación, 3 (1973) (...)

41Lorsque les exemplaires du Statut parviennent début juin, neuf autres représentants sont élus pour examiner le texte. Ceux-ci déclarent le 3 juillet qu’ils conservent de nombreux doutes quant au Statut lui-même, mais qu’ils acceptent de le reconnaître moyennant l’adjonction de trois points. Tout d’abord, le gouverneur ne pourra engager des dépenses exceptionnelles qu’avec l’accord d’une junte provinciale des Finances (junta provincial de hacienda), composée du gouverneur lui-même, de l’Assesseur de gouvernement, du premier Alcalde, du Syndic et des officiers de Finances. Ensuite, les fonds du ramo de sisa, de plus en plus couramment versés dans les caisses de l’État, devront être définitivement rendus à la municipalité. Enfin, les corps de milices formés pour le combat seront maintenus par la suite en qualité de milices civiques61. Le Statut est donc nettement infléchi dans le sens des intérêts financiers et militaires de la cité. Le 10 juillet, trois jours avant la cérémonie du serment, les représentants font paraître un manifeste où il livrent le détail de leur analyse. Ils commencent par resituer le texte dans le cours de la Révolution afin d’en souligner la portée. Eux aussi reviennent sur les abus commis contre la représentation des pueblos et dénoncent avec beaucoup d’acuité le phénomène duprovisoriato :

  • 62 Manifiesto del Muy Ilustre cabildo y de los diputados para examinar el Estatuto provisorio, a sus c (...)

« Une fois l’ordre ancien déchu, il était indispensable d’y substituer un nouveau pour uniformiser la conduite des magistrats, instruire les citoyens de leurs droits et de leurs devoirs et stimuler l’esprit public (...). À force de passer de faction en faction, non seulement le gouvernement suprême perdit de vue ce but fondamental, mais il laissa, à dessein, l’opinion publique s’égarer et opposa tous les obstacles possibles et imaginables à l’établissement d’un ordre et d’une règle. »62

42Ce processus ayant atteint un stade extrême, seule la barrière de la Loi pouvait lui être opposée ; ce que représente le Statut, c’est ce coup d’arrêt, ou plutôt, ce premier pas vers la fondation d’un ordre institutionnel stable. Les représentants justifient leur avis favorable en arguant que le Statut est un palliatif, un pis-aller, comportant tout de même quelques dispositions susceptibles de protéger les citoyens contre les abus du gouvernement. L’élection des gouverneurs libérera les cités des agents de la faction au pouvoir, tandis que l’élection des échevins leur conférera une plus grande représentativité, donc plus de poids. Les citoyens sont en outre assurés qu’il n’y aura plus, sauf cas exceptionnel, de contributions, d’emprunts forcés ni d’arrestations arbitraires. Les droits des individus comme des communautés seront donc mieux protégés par l’application de ce texte. L’exposé s’achève sur une série d’injonctions morales et un vibrant appel au civisme, au respect d’autrui et à l’union de tous, attitude indispensable à une mise en pratique des dispositions contenues dans le texte.

43L’autonomie est présente dans tous les cas que nous venons de présenter, soit comme une menace, soit comme une alternative à l’égard du pouvoir central. À cet égard, la position de Córdoba n’est guère différente de celle des autres cités, si ce n’est que le processus d’autonomie y est plus poussé et que la proximité d’Artigas empêche un ralliement total à la capitale. Pour autant, l’offre d’union de Buenos Aires n’est pas repoussée, bien que Díaz y réponde en prêtant à la capitale des intentions proches des siennes :

  • 63 Oficio de José Javier Díaz al ayuntamiento de Buenos Aires, 25/04/1815, dans DHSM, op. cit., t. 2, (...)

« Le peuple de Córdoba (...) accepte avec toutes les effusions de sa tendresse l’union et la fraternité avec laquelle Votre Excellence l’a invité (...) En suivant les mêmes traces que celles qui vous ont guidé (...) il a déjà proclamé son indépendance provinciale, mais tout sera facile à arranger pourvu que l’on procède de bonne foi, en vertu de principes communs, reconnus de part et d’autre. »63

44Díaz ne cache pas qu’il entend œuvrer de concert avec Artigas, mais il pense pouvoir réconcilier les parties adverses. Cet élan initial est pourtant rapidement freiné : face à l’élection de Rondeau et d’Alvarez Thomas, Díaz se voit obligé de réserver sa réponse. Plein de circonspection, le pli qu’il adresse à Buenos Aires le 8 mai montre que le gouverneur de Córdoba, pris entre deux feux, cherche à gagner du temps :

  • 64 Ibid, 8/05/1815, p. 116.

« Ce sont les dangers et les difficultés de notre convalescence qui révèlent le mieux la nature de nos maux. Il n’est pas permis à l’homme de reconstruire en un jour ce qu’on a essayé de perdre en cinq ans (...) Quelle promesse d’avenir la raison peut-elle formuler, qui soit capable de satisfaire un peuple sans défense venant de recouvrer sa liberté ? »64

45Par là même, Díaz exprime tout haut ce que les autres cités ne font que suggérer, à savoir que Buenos Aires n’offre aucune garantie sérieuse de ce que ses promesses seront tenues :

  • 65 Ibid.

« Nous sommes assis sur un volcan dont le cratère principal se trouve dans votre ville et il est impossible d’extirper en un jour des opinions forgées au cours d’une oppression si prolongée. Córdoba ne craint rien de Buenos Aires, mais tout du parti qui y existe. Elle ne craint pas non plus le chef qui y a été élu, mais elle ne peut pour autant lui prêter une confiance aveugle, qui compromettrait ses droits. »65

  • 66 Oficios de José Javier Díaz al Supremo Director de la Provincia de Buenos Aires, 31/05/1815, AGN Go (...)
  • 67 Ibid.

46Vis-à-vis de l’organisation du régime, enfin, Díaz persiste dans son attentisme. Désireux de conserver une bonne entente avec les autorités, il adresse au Directeur « de la Province de Buenos Aires » ses compliments au sujet du manifeste du 30 avril et du Statut, disant du premier qu’il est « la meilleure preuve du juste ressentiment et des réclamations des provinces contre l’oppression et la tyrannie de l’ancienne administration », et du second qu’il apporte « un témoignage public et sûr des nobles sentiments et des idées libérales que cette vertueuse cité à toujours portés en elle »66. Toutefois, son alliance avec Artigas l’empêche, là encore, de reconnaître d’emblée les nouvelles institutions. Il déclare devoir attendre les résultats de l’assemblée convoquée par le Protecteur, qui doit décider de l’attitude à adopter face à Buenos Aires. Néanmoins, Córdoba continue à participer à l’effort de guerre et désire cultiver, selon le gouverneur, « l’union et la fraternité » avec la capitale. Il confirme ainsi la participation de Córdoba au Congrès qui se réunira à Tucumán, où « la souveraineté américaine décidera des idées et du système des Provinces Unies et établira la sage Constitution qui doit nous régir »67.

47Quels que soient leurs choix politiques et l’opinion de leurs élites, c’est donc avec une réserve non dissimulée que les cités répondent à l’offre d’union de Buenos Aires. Le Statut est accepté comme une solution provisoire et un palliatif au vide de pouvoir, mais la véritable refondation du pacte est attendue d’un Congrès constituant, formé par la représentation des pueblos. Cette adhésion négociée traduit un renforcement politique des provinces, qui se sentent à présent en mesure d’imposer leurs conditions à la capitale. À côté de l’alternative que représente Artigas, cette attitude est le résultat de l’effort de guerre et de ses conséquences politiques, et principalement de l’importance nouvelle des armées et des gouverneurs dans l’organisation des Provinces Unies.

Le poids de la guerre sur l’évolution politique

L’armée s’impose comme acteur politique

48À la faveur de la crise de 1815, les liens tissés au cours des années précédentes entre l’Armée du Nord, ses officiers et les populations révèlent tout leur potentiel politique, à savoir, la capacité de ces chefs militaires d’incarner, au niveau des cités, un pouvoir souverain légitime. De plus, à partir de 1815, le Rio de la Plata est la seule zone où les armées royalistes n’aient pas repris pied, ce qui donne à la lutte un caractère décisif et renforce l’attachement des élites à la défense de la cause commune. La guerre prend alors véritablement le pas sur la révolution, d’où l’importance de l’armée comme acteur de cette nouvelle donne politique.

49Au cours des années 1815 et 1816, la guerre se poursuit sur deux théâtres d’opérations de plus en plus distincts, dont Córdoba constitue le point d’articulation. Tandis que de difficiles négociations se poursuivent entre Buenos Aires et la Bande orientale, mettant toujours davantage en question le sort des provinces du Littoral, la situation du Nord-Ouest se renverse totalement, obligeant les chefs militaires à modifier en profondeur leur stratégie de défense. La guerre contre les ennemis extérieurs se double d’une lutte interne entre les centralistes et les fédéralistes, respectivement ralliés à Buenos Aires et à Artigas.

  • 68 Cf. E. Narancio, op. cit., p. 149-167.

50Après leur défaite de janvier 1815, les troupes de Buenos Aires ont évacué la Bande orientale, tandis que celles d’Artigas ont imposé leur influence jusqu’à Santa Fé et Córdoba. Une fois en place, le nouveau pouvoir entame des pourparlers avec le chef des Orientaux, dans lesquels Córdoba tente de s’imposer comme médiateur et de régler ainsi sa propre situation. Les discussions achoppent cependant sur le refus de Buenos Aires de rendre les armes prises lors du siège de Montevideo et de verser un dédommagement pour l’occupation militaire qu’elle a fait subir à la province68. Les propositions de la capitale montrent toutefois qu’elle est prête à admettre l’existence d’une entité séparée et indépendante, gouvernée par des choix idéologiques différents des siens. Cependant, le Paraná demeure pour elle une ligne de démarcation infranchissable ; la nouvelle équipe refuse obstinément d’entériner le ralliement de Santa Fé et de Córdoba au bloc fédéral. En parfaite contradiction avec son action de Fontezuelas, Alvarez Thomas envoie ainsi à Santa Fé une « Armée d’Observation » dirigée par Viamonte. Le succès de l’expédition, avec la restauration d’un gouverneur favorable à la capitale, provoque début août la rupture des négociations et le départ précipité des émissaires de la Bande orientale.

  • 69 Cf. C. Segreti, « José Javier Díaz y el plan americano », art. cité.
  • 70 Oficio de José Javier Díaz a Álvarez Thomas, 10/10/1815, dans La Revolución de Mayo a través de los (...)

51Seul, José Antonio Cabrera reste à Buenos Aires afin de négocier directement un accord entre la capitale et la cité de Córdoba. Avant son départ, il a en effet reçu de Díaz des instructions secrètes et des pouvoirs lui permettant, le cas échéant, de reconnaître le gouvernement d’Alvarez Thomas et de traiter seul avec lui69. Les termes du contrat sont simples : Díaz promet de rester sous l’obédience de la capitale si celle-ci accepte de reconnaître son autonomie et de lui donner les moyens de se défendre. La stratégie du gouverneur de Córdoba devient ici parfaitement lisible : loin d’être totalement soumis à Artigas, il cherche à profiter de la position de sa province pour s’affranchir de la domination de Buenos Aires. Malgré la nouveauté indéniable de l’option « fédérale », le mobile profond du choix de Córdoba reste cette ancienne aspiration à l’autonomie, dont la cité fait preuve depuis le début de la Révolution, et que son gouverneur, dans un message à Alvarez Thomas, appelle « l’indépendance dans l’union »70.

  • 71 Le manifeste par lequel Díaz Velez justifie son action présente d’ailleurs de grandes similitudes a (...)

52Si Buenos Aires parvient ainsi, dans un premier temps, à rétablir l’influence centraliste à Santa Fé et Córdoba, cet équilibre ne dure que quelques mois. En mars 1816, à Santa Fé, un nouveau soulèvement accule Viamonte à la capitulation ; le gouverneur est déposé et remplacé par le fédéral Mariano Vera. Le scénario de Fontezuelas se reproduit alors à l’identique : Buenos Aires envoie une expédition de reconquête, dont le commandant pactise avec les fédéraux, provoquant ainsi la chute d’Alvarez Thomas et son remplacement à titre provisoire par Antonio González Balcarce71. Celui-ci dépêche aussitôt à Santa Fé une mission de conciliation, que Vera accueille favorablement malgré les ordres contraires d’Artigas. Le 28 mai, une paix signée en présence de Miguel Calixto del Corro, envoyé par le congrès de Tucumán, établit l’indépendance de la province. Cependant, au sein du Congrès, la reconnaissance de cette indépendance se heurte à la politique d’obstruction des députés de Buenos Aires. Deux autres missions de conciliation ne parviennent pas à restaurer l’alliance, par ailleurs violemment combattue par Artigas. Principale conséquence de ce désaccord : ni la Bande orientale ni les provinces du Littoral n’enverront de représentants au congrès de Tucumán, ce qui condamne à long terme leur intégration dans l’État, tout comme la perspective de réorganiser celui-ci sur la base de la souveraineté des provinces.

  • 72 Cf. F. Herrero, art. cité.

53La relative modération dont les gouvernants font preuve envers Santa Fé s’explique par le progrès des idées fédérales au sein de la capitale. En juin 1816, la lutte des factions met aux prises les partisans de Balcarce et ceux de Pueyrredon, qui vient d’être nommé Directeur suprême par le Congrès. Pour les premiers, Buenos Aires doit cesser d’être capitale de l’État et proclamer son indépendance, à l’instar de la Bande orientale et de Córdoba. Les seconds, influencés par les députés Sáenz et Anchorena, soutiennent l’option centraliste dont Pueyrredon est le nouveau défenseur. Le 11 juillet, après trois semaines de tensions qui menacent de dégénérer en affrontements armés, le cabildo et la Junte d’Observation prononcent la destitution de Balcarce. Quelques jours plus tard, le nouveau Directeur fait son entrée dans la capitale72.

  • 73 Cf. E. Celesia, op. cit., t. 1 ; C. Segreti, « José Javier Díaz y el plan americano », art. cité, p (...)

54À Córdoba, Díaz s’efforce vainement de maintenir une position intermédiaire entre fédéralisme et centralisme, qui consiste à reconnaître les nouvelles autorités tout en préservant l’indépendance de sa province. C’est ainsi qu’il tente de s’opposer à la nomination de Pueyrredon, avant de se plier à la volonté souveraine du Congrès. Lorsqu’il accueille, au mois de juillet 1816, le nouveau Directeur en route vers Buenos Aires, Díaz, fidèle à son rôle de médiateur, lui demande d’empêcher le départ d’une nouvelle expédition vers Santa Fé. Celle-ci aura tout de même lieu et c’est à cette occasion que les « fédéraux » de Córdoba, conduits par le jeune officier Juan Pablo Pérez Bulnes, tentent de faire basculer leur province dans le camp d’Artigas. À la fin du mois d’août, ils demandent à Díaz l’autorisation et les moyens d’aller porter secours aux soldats de Santa Fé. Devant le refus du gouverneur qui tente désespérément de ne pas se laisser déborder, ils exigent sa destitution, avant de passer à l’attaque73. Tout comme Mariano Vera à Santa Fé, José Javier Díaz, partisan d’une voie moyenne, finit donc par céder aux pressions contradictoires auxquelles il est soumis. Après son retrait, les deux forces antagonistes se retrouvent face à face à Córdoba, où le nouveau gouverneur, Ambrosio Funes, doit à son tour affronter Bulnes, qui n’est autre que son gendre. Pueyrredon et San Martin, qui orientent en grande partie la politique du Congrès, se montrent inquiets de la situation de Córdoba et du danger que représente cette instabilité.

55La fragilité du régime, due à l’opposition irréductible entre Artigas et le gouvernement de Buenos Aires, s’aggrave avec l’invasion de la Bande orientale par les Portugais, en août 1816, tandis que les royalistes menacent une nouvelle fois le Nord-Ouest. Le souci d’assurer la défense du territoire provoque l’habituel réflexe de centralisation du pouvoir : c’est alors qu’est voté le rapatriement du congrès de Tucumán à Buenos Aires. La guerre pèse donc de tout son poids dans l’évolution interne du régime, qui refuse de prendre en compte la forte aspiration des provinces à l’autonomie. En effet, les chefs militaires, et en premier lieu San Martin, défendent fermement l’option centraliste du gouvernement. Le front du Nord-Ouest reste relativement protégé pendant l’année 1815. Tandis que Rondeau et son armée se mettent en marche vers le Haut-Pérou, le général royaliste, Pezuela, commence à se replier après sept mois d’un siège infructueux. Le 15 avril, les patriotes parviennent à conforter leurs positions grâce à la victoire inespérée du Puesto del Marqués, où les troupes de Güemes jouent un rôle essentiel. Toutefois, l’avancée de Rondeau reste lente et il ne cherche pas à coordonner son action avec les mouvements de guérilla du Haut-Pérou. À l’inverse, Güemes entend profiter de la victoire pour mener une série d’attaques rapides et repousser définitivement les royalistes. Cette divergence tactique commence à l’éloigner de Rondeau. Lorsque Güemes s’empare, de sa propre initiative, d’une cargaison de fusils laissée à Jujuy par l’Armée du Nord, les relations entre les deux hommes s’enveniment jusqu’à la rupture. Ces dissensions empêchent l’Armée du Nord de profiter de son avantage stratégique. Après une station de quatre mois à Potosí, ayant reçu le renfort des troupes arrivées de Buenos Aires sous la conduite d’Arenales, Rondeau se décide enfin à affronter Pezuela. C’est peine perdue : son armée est totalement mise en déroute lors de la bataille de Sipe Sipe, le 29 novembre 1815.

  • 74 Cf. E. Bischoff, Córdoba y la campaña de los Andes, Córdoba, 1952 ; A. Ravina de Luzzi, « San Marti (...)

56Cette défaite constitue un tournant de première importance dans la conduite de la guerre, car elle marque la fin de la stratégie de conquête du Haut-Pérou. Conscient de l’épuisement des forces patriotes, San Martin envisage en effet de renoncer à une percée décisive dans le Haut-Pérou et de conquérir Lima par la voie maritime, ce qui suppose de libérer le Chili reconquis par les royalistes. Ce « plan continental », traduction militaire du patriotisme américain, ne devient toutefois effectif qu’à partir du moment où Pueyrredon décide de lui apporter son soutien. Cette adhésion se produit officiellement en juillet 1816, lors d’une entrevue entre les deux hommes à Córdoba, ce qui explique le renforcement, à partir de cette date, de la politique centraliste74. Le principal objectif du régime consiste désormais à soutenir cette opération militaire de grande envergure. Sur le plan stratégique, sa mise en œuvre entraîne une réorganisation des fronts qui n’est pas sans rapport avec l’évolution politique des régions concernées. C’est ainsi que les dirigeants se soucient de rétablir l’ordre à Córdoba, tandis que le Nord-Ouest et le Cuyo mobilisent les ressources et les populations au service de la cause commune. La principale modification consiste à inverser le rôle respectif des deux régions. Salta devient un pôle strictement défensif, tandis que tout le potentiel d’attaque est désormais concentré à Mendoza.

  • 75 Cf. M. de Eghazu Lezica, « El encuentro de Güemes y Pueyrredon en Taríja y su circunstancia históri (...)
  • 76 Cf. A. Cajal, Guerra de la independencia en el norte del Virreinato del Rio de la Plata, Buenos Air (...)
  • 77 Acta capitular de la ciudad de Salta, 6/07/1816 ; session secrète du Congrès, 1/08/1816, dans Güeme (...)

57Après son élection comme Directeur suprême en mai 1816, Pueyrredon organise une rencontre avec Güemes et passe avec lui un accord qui prolonge les dispositions prises par San Martin75. Le chef de la province et ses milices de gauchos défendront la frontière nord en utilisant les tactiques de guérilla à l’œuvre depuis deux ans. Quant à l’Armée du Nord, dont Belgrano prend la tête en juin 1816, elle se replie sur Tucumán d’où elle servira de force d’appoint à San Martin, ou à Güemes s’il se trouve menacé76. Suite à l’éloignement de son rival, Güemes, prévoyant une riposte des royalistes, s’efforce de mettre sur pied une expédition avec l’aide des autorités. Déjà sollicité par San Martin, Pueyrredon promet d’envoyer 2 500 ou 3 000 pesos. De son côté, le Congrès ordonne de lui verser le produit de l’emprunt exceptionnel levé à Tucumán et Córdoba77. En octobre pourtant, la situation n’a guère évolué : relatant sa prochaine visite à l’avant-garde, le gouverneur de Salta confie ses craintes à Belgrano :

  • 78 Oficio de Güemes a Belgrano, 5/10/1816, dans Documentas para la historia intégral argentina, Buenos (...)

« Je n’ai pas un seul peso à leur donner, ni aucun moyen de m’en procurer, car ma cité est un squelette décharné, privé d’échanges et de commerce. La patience me fait défaut, et je songe parfois à employer des recours plus violents. »78

Belgrano se fait l’écho de ces difficultés auprès du Directeur :

  • 79 Oficio de Belgrano a Pueyrredon, 22/10/1816, ibid., p. 288.

« J’en suis moi-même réduit à emprunter de l’argent pour manger. La troupe du gouverneur Güemes est en loques, affamée et sans solde, comme nous tous. C’est la principale raison qui le pousse à faire la guerre à l’ennemi. J’en aurais bien fait de même, mais je suis très loin et j’ai peur de perdre en chemin la moitié de ce que l’on appelle [encore] l’Armée [du Nord]... »79

  • 80 Acta capitular de la ciudad de Salta, 9/11/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 206.

Malgré les 3 000 pesos versés par le Congrès, Güemes en est réduit, début novembre, à imposer une contribution forcée pour payer les uniformes et le ravitaillement de ses soldats80. Par la mobilisation de tous les hommes en âge de combattre, il réunit une armée qui atteindra 6 000 hommes, commandée par 270 officiers, dont 17 colonels. C’est plus que n’en a jamais eu l’Armée du Nord.

58L’expédition projetée n’a pourtant pas le temps de voir le jour, car au début du mois de novembre, les troupes du général La Sema avancent dans le Haut-Pérou. Cette invasion est la plus importante qui ait été organisée depuis Lima. La stratégie de Pezuela, qui a remplacé Abascal, est en quelque sorte la réplique royaliste du « plan continental » : il s’agit d’utiliser les renforts envoyés par Morillo depuis le Venezuela pour attaquer les troupes de Güemes et de Belgrano, détourner San Martin de son objectif et opérer une jonction avec les forces qui stationnent au Chili pour marcher définitivement sur Buenos Aires. L’avant-garde de Güemes, commandée par le colonel Fernández Campero, est défaite à Yavi au début de l’année 1817 ; Jujuy est bientôt occupée et le 15 avril, les troupes royalistes entrent une nouvelle fois à Salta.

  • 81 Oficios de Aráoz al Director Supremo, 9/01 et 18/01/1816, AGN X-5-10-7 et AHT Adm., 25-2. L’expédit (...)
  • 82 Oficio de Rondeau al cabildo de Tucumán, 27/01/1816 ; Oficio d’Aráoz al cabildo, 27/02/1816, AHT Ad (...)

59Pendant ce temps, Tucumán et Córdoba ne cessent de fournir un appui considérable à la réorganisation du front. Le gouvernement de la première vit dans un état de banqueroute permanente qui l’oblige de plus en plus fréquemment à taxer les vecinos. Aráoz s’en plaint auprès du Directeur en janvier 1816 : ayant dépensé 25 000 pesos pour permettre l’envoi d’une l’expédition auprès de l’Armée du Nord, et n’ayant reçu que 4 000 pesos au lieu des 20 000 qui lui avaient été promis, il a financé le reste par un emprunt forcé auprès des commerçants. Ceux-ci devaient être remboursés par les caisses de l’État, mais l’information vient d’être démentie. Cette défection de Buenos Aires, souligne-t-il, nuit gravement à la réputation du pouvoir central et à la sienne propre ; aussi presse-t-il Alvarez Thomas d’honorer ses engagements81. Cette demande est d’autant plus pressante que la cité doit faire face à de multiples urgences liées au repli de l’Armée du Nord. Fin janvier, Rondeau demande une souscription en bétail pour ravitailler l’armée qui stationne à Humahuaca. Le mois suivant, sur ordre du Directeur, Aráoz et le cabildo organisent l’accueil des « émigrés » du Haut-Pérou, c’est-à-dire des invalides et des blessés évacués du front, bientôt rejoints par le reste de la troupe. Bientôt, les autorités de la cité ont en charge de loger, de nourrir, de vêtir et d’équiper quelques 1 500 personnes, auxquelles viennent s’ajouter les députés du Congrès qui arrivent en ville à partir du mois de janvier82.

  • 83 Cf. R. A. Leoni Pinto, « Emprestito y comercio en Tucumán. Introducción a su estudio (1810-1825) » (...)
  • 84 Oficio de Aráoz al Director Supremo, 10/08/1816, AGN Gob. Tuc, X-5-10-7 ; Oficio de Aráoz al cabild (...)

60La charge financière continue à peser sur les commerçants, qui renâclent de plus en plus devant l’effort demandé au fur et à mesure que leurs possibilités s’amenuisent. Début juillet, ils ne sont que trois à répondre à l’emprunt ordonné par Aráoz : son frère Cayetano, qui offre 3 000 pesos pour donner l’exemple, le député de Commerce José Gramajo, qui donne 500 pesos, et Manuel Posse, l’homme le plus riche de la ville, qui fournit également 500 pesos. Les autres commerçants, qui jusqu’alors contribuaient régulièrement, déclarent qu’ils n’ont plus de liquidités, et se plaignent auprès du pouvoir central de l’abus des souscriptions. Craignant – à juste titre – de ne pas être remboursés, ils font en quelque sorte la « grève de l’emprunt »83. Pour tenter de pallier leur réticence, Aráoz a recours à un mécanisme traditionnel de compensation : il adresse au Directeur un état des services rendus par sa cité, en demandant en retour un privilège honorifique. Dans le même sens, le Congrès lui demande une liste de tous ceux qui ont participé à la contribution patriotique ordonnée en septembre84. L’effort consenti par la cité du Nord-Ouest est donc exceptionnel, et repose presque entièrement sur les capitaux privés. Le pouvoir central, en proie à une pénurie chronique de moyens, a de plus en plus de mal à faire face à ses obligations, d’autant plus qu’il doit également soutenir le deuxième front qu’organise San Martin au Cuyo.

  • 85 Cf. F. A. Gentiluomo, San Martin y la provincia de Cuyo, Tucumán, 1950 ; J. Draghi Lucero, « El Gen (...)
  • 86 Bandas de Gobierno, 12/01, 30/08, 4/10, 28/10.1816, AHM Ind. 283-54 et 57 ; 4-37, 4-41.
  • 87 Bandos de Gobierno, 12/01, 19/02, 13/09/1816, AHM 283-55, 58, 59, 60 et 4-38 ; Oficio de San Martin (...)
  • 88 T. Halperín Donghi, Argentina de la révolution de independencia a la confédératión rosista, Buenos (...)

61Après avoir été confirmé dans sa charge au début de 1815, San Martin consacre son énergie et les ressources de la province à former et à équiper l’armée qui lui permettra de traverser les Andes85. Le scénario ressemble beaucoup à celui évoqué pour Tucumán lors des années 1812-1814. Le noyau de départ est constitué des compagnies de milices de la cité, qui regroupent environ 1 500 hommes, auxquels s’ajoutent les réfugiés chiliens ainsi que des renforts envoyés depuis Buenos Aires. À l’égal de ce qui Güemes réalise à Salta, San Martin ordonne l’incorporation dans l’armée ou la milice de tous les hommes en âge de combattre. Cette mobilisation s’accompagne d’une répression qui s’accroît au fur et mesure des préparatifs : en 1816, ceux qui tentent de se soustraire sont menacés d’être arrêtés et envoyés pour cinq ans dans les bataillons de ligne. L’exemption accordée jusque-là pour les fils des veuves est supprimée. Quant aux Européens et aux opposants déclarés, ils sont soumis à un couvre-feu, avant d’être relégués dans la province de San Luis. Les vecinos eux-mêmes doivent demander une autorisation pour s’éloigner de plus de cinq lieues de la cité86. À côté des vecinos, les vagabonds et surtout les esclaves sont enrôlés massivement dans l’armée régulière. La mobilisation commence par la réquisition des esclaves appartenant aux opposants déclarés du régime, puis la mesure s’étend au reste de la population. Les esclaves de 14 à 45 ans – puis de 12 à 60 ans – sont sélectionnés en fonction de leurs capacités physiques, étant entendu qu’ils seront affranchis au terme de cet engagement. La plupart sont enrôlés dans les régiments d’infanterie de l’Armée, mais certains serviront dans les milices sous les ordres de leurs maîtres. Ceux-ci sont invités à les livrer spontanément, et l’on constate de leur part une attitude de coopération : début septembre, les vecinos de Mendoza et de San Juan décident de céder à l’armée les deux tiers de leurs esclaves87. Fin 1816, l’armée qui s’apprête à franchir les Andes compte 5 500 hommes, 1 500 chevaux, 9 000 mules et 18 canons88.

  • 89 Representación de Manuel Ignacio Molina al Director Supremo, 25/01/1816 ; Oficio del cabildo al Sec (...)
  • 90 Oficio del cabildo al Secretario de Hacienda, 14/02/1816, AGN Gob. Men., X-5-5-7.
  • 91 Cf. J. Comadrán Ruiz, « Cuyo y la formación del ejército de los Andes », art. cité, p. 593.

62En ce qui concerne l’équipement de cette armée, Buenos Aires n’accorde, faute de moyens, qu’une aide limitée, malgré les requêtes de San Martin et de l’élite locale, ce dont témoigne l’envoi en mission du député Molina à la fin de 1815. Dans la supplique qu’il adresse au Directeur, celui-ci rappelle l’ampleur des sacrifices consentis par sa cité, plaide pour ses compatriotes qui n’en peuvent mais et estime inique que ce soient les provinces, et non l’État, qui financent l’essentiel de l’effort de guerre. Toutefois, ce qu’il désigne par « État » renvoie explicitement à la province de Buenos Aires. Cette assimilation se retrouve chez Alvarez Thomas qui lui répond que cette dernière supporte un poids beaucoup plus important que les autres et explique par là même la faiblesse de l’aide consentie : un envoi immédiat de 6 000 pesos (alors que la contribution des vecinos de Mendoza a été de 24 000 pesos pour les deux mois précédents) et une allocation mensuelle de 5 000 pesos par mois. En ce qui concerne le problème du bétail, le Directeur lance le mois suivant une souscription auprès des éleveurs de la campagne. Le discours qu’il leur adresse à cette occasion est retransmis à Mendoza, afin de convaincre les élites du Cuyo de l’aide effective que leur apporte la capitale89. Ces tractations montrent bien que l’organisation de la guerre ne comporte aucune dimension « étatique » ou « nationale », mais qu’elle résulte d’accords entre des entités distinctes. Significativement, le cabildo de Mendoza remercie le Directeur de « la générosité avec laquelle il souhaite tendre la main et venir au secours de [leur] province attaquée par l’ennemi »90. Après la nomination de Pueyrredon, qui a promis son soutien à San Martin, l’aide en provenance de Buenos Aires s’accentue. Néanmoins, l’essentiel de l’équipement est fabriqué sur place et financé, comme à Tucumán, par des expédients divers : impôts et taxes nouvelles, contributions volontaires, emprunts forcés, réduction du traitement des fonctionnaires, confiscations de biens et réquisitions, notamment auprès des ordres religieux et des confréries91.

63Les quelques artisans non mobilisés fournissent ce qu’ils peuvent ; les femmes elles-mêmes sont mises à contribution pour coudre les uniformes. Cette mesure, qui comporte évidemment une dimension symbolique, est caractéristique du volontarisme de San Martin face aux problèmes d’équipement, tels qu’il les expose à Godoy Cruz :

  • 92 Bando de gobierno, 1/04/1816, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 295 ; Carta de San Martin a Godoy Cruz, (...)

« Mais qui fabriquera les chaussures, me direz-vous ? [Eh bien] nous irons en sandales, cela vaut mieux que de se faire pendre, ou pis encore, de perdre son honneur national. Et qui fait le pain à Buenos Aires ? Les femmes, et sinon nous ne mangerons que de la viande, rien d’autre. »92

L’organisation des cités 1814-1819

L’organisation des cités 1814-1819

Cet effort pèse sur l’économie locale, mais San Martin prend des mesures en faveur de l’agriculture et du commerce qui permettent de soulager en partie les grands producteurs. Cette politique éclairée lui assure, à l’inverse de Güemes, le soutien sans faille de l’élite locale, dont Tomas Godoy Cruz est le porte-parole au Congrès. Ces vecinos avaient manifesté dès 1814 le souci de se défendre à n’importe quel prix contre une possible invasion royaliste (ce qui contraste, là encore, avec l’attitude de conciliation des patriciens de Salta vis-à-vis des occupants) ; leur coopération est l’une des clés de la réussite de l’entreprise. C’est avec une fierté non dissimulée que le cabildo de Mendoza dresse en avril 1816 le bilan de l’effort conjugué de la cité et de son chef, qui a mobilisé les troupes de vétérans, organisé et entraîné les milices, préparé les vivres, les munitions, les montures et les uniformes, créé une fabrique de poudre, vérifié l’état des chemins et maintenu des contacts étroits avec le Chili :

  • 93 Oficio del cabildo de Mendoza al Congreso, 24/04/1816, AGN, Comunicaciones Congreso-Gobierno 1816-1 (...)

« Il est impossible de donner une idée exacte de toutes les dispositions, des efforts consentis en préparatifs de guerre et des moyens économiques projetés pour mener à bien une si grande œuvre, sans autres ressources que les maigres entrées du Trésor (quasiment réduites à néant par la cessation du commerce avec le Chili) et les contributions par lesquelles les vecinos ont participé aux efforts héroïques de leur gouverneur. »93

  • 94 C’est la thèse que soutient Tulio Halperín Donghi dans Révolution y Guerra, Buenos Aires, 1982 et d (...)

64La mobilisation des cités durant ces deux années charnières n’est pas seulement caractérisée par sa plus grande ampleur par rapport aux années précédentes. Elle résulte d’initiatives prises à l’échelle des provinces, combinant les ressources de la cité et celle de la campagne, donnant plus de vigueur à l’affirmation d’une identité provinciale. Elle permet également de souligner la place de l’armée dans le jeu politique et de mesurer l’évolution de ses rapports avec le pouvoir central et avec les cités. En 1815-1816, la place de la guerre dans la définition même de la Révolution s’est inversée par rapport à 1810. Au moment de la Révolution de Mai, l’armée n’était qu’un des moyens de suppléer au discours pour imposer ce projet révolutionnaire. Cinq ans plus tard, la construction d’un régime politique unifié est entièrement subordonné à l’impératif militaire. Or, le provisoriato est en grande partie justifié par le fait que la guerre constitue un moment exceptionnel, qui empêche de fonder des institutions solides. Il en résulte une tension difficilement surmontable entre l’impératif de stabilité et la nécessaire adaptation aux circonstances. La guerre, que l’on aurait voulu courte, s’est installée dans les pratiques de gouvernement et a modelé en profondeur les réalités sociales et politiques de l’État comme des provinces94 .

65Du fait de l’importance nouvelle de la guerre dans la définition de la Révolution, l’armée devient un acteur à part entière de la souveraineté, dont les collusions avec le pouvoir central sont de plus en plus fréquentes. La capacité d’initiative politique de ses officiers s’affirme avec force dans le soulèvement de Fontezuelas. Dès lors, ces hommes apparaissent comme la meilleure alternative aux dirigeants impopulaires ; c’est à eux que revient la tâche de défendre les droits des cités contre un pouvoir arbitraire. C’est le langage que tient Alvarez Thomas, pour qui la légitimité de son action provient de son étroite interaction avec la volonté des pueblos :

  • 95 Oficio del cabildo de Salta al ayuntamiento de Buenos Aires, 11/05/1815, AHM Ind. 660-2 ; Oficio de (...)

« L’armée libératrice a eu la gloire d’être la première à lever l’étendard de la rébellion contre l’oppresseur Alvear, persuadée que toutes les cités qui ont combattu pour leur liberté et leur indépendance suivraient le même chemin, en vertu de leurs droits et au nom de l’humanité affligée. »95

  • 96 Oficio de José Javier Díaz a Rondeau, 23/04/1815, dans C. Segreti, « La independencia de Córdoba en (...)

C’est également le sens de la démarche de José Javier Díaz lorsqu’il apprend la chute d’Alvear et se tourne aussitôt vers Rondeau. Ignorant que celui-ci vient d’être nommé Directeur suprême, il lui annonce que Córdoba restera indépendante tant qu’un Congrès n’aura pas été réuni, et confie aux « armées combinées [du Nord et de la Bande orientale] le soin d’en désigner le lieu ». Face à Artigas, il fait de Rondeau un autre « protecteur des peuples », « dépositaire de la force qui doit garantir notre justice »96. Salta agit de même lorsqu’elle se place sous la protection de l’Armée du Nord pour rejeter l’autorité d’Alvear.

66Cette reconnaissance d’une autorité supérieure chez les chefs militaires, qui leur permet d’intervenir dans la sphère politique, est porteuse d’une ambiguïté manifeste dans le cas de Rondeau, à la fois chef de l’Armée et de l’État. Sa brouille avec Güemes, qu’il a déclaré « traître à la Patrie » (épithète jusqu’alors réservée à Artigas), l’amène, au début du mois de mars 1816, à marcher sur Salta avec ses troupes. Par de nombreuses adresses, il s’efforce de persuader les habitants de la coopération qui existe entre les deux entités : en échange de l’accueil qu’elle recevra, l’armée assurera la protection de la province, quitte à intervenir dans son gouvernement. Or, l’affrontement entre Rondeau et Güemes est souvent présenté comme une mésentente entre l’Armée du Nord, identifiée à Buenos Aires, et les milices de la province de Salta. Le conflit entre les deux hommes se répercute sur leurs troupes, chacune se rattachant à une cité. La réaction du cabildo de Salta devant l’avancée de Rondeau le montre bien : craignant une attaque, il envoie des émissaires auprès du général, comme si celui-ci représentait un territoire ou une puissance étrangère. C’est exactement la façon dont Córdoba s’était comportée face à Artigas. Les armées et leurs chefs sont donc perçus comme des entités autonomes, capables de fraterniser ou, au contraire, de soumettre les habitants des régions où elles interviennent. C’est cette perception que tente vainement de démentir Rondeau, par exemple dans sa réponse au cabildo :

  • 97 Ibid., 13/03/1815, p. 323.

« Votre discours repose sur un étrange présupposé : le mouvement de l’armée aurait pour but d’attaquer la vaillante ville de Salta (...) Et bien quoi ? L’armée de la Patrie, qui endure au fil des années peines et privations, ne pourrait plus rechercher un asile, un court repos, une subsistance assurée dans la généreuse capitale de Salta ? (...) Je vais convaincre cette population généreuse de la sincérité de mes intentions et effacer cette image injurieuse par laquelle vous me dénigrez. »97

  • 98 J. C. Chiaramonte, « Formas de identidad en el Río de la Plata luego de 1810 », BIHAA, 1 (1989), p. (...)

67Le pacte de Cerrillos, finalement signé entre Güemes et Rondeau le 22 mars, scelle la paix entre l’Armée du Nord et la province de Salta, la seconde continuant d’équiper et de ravitailler la première. Le discours de Rondeau annonçant la signature du pacte s’adresse aux « habitants de Salta [et aux] troupes des Provinces Unies, tous Américains du Sud », conjonction signifiant que les deux parties sont réconciliées sous la bannière d’une œuvre commune, la guerre d’indépendance. Ces adjectifs renvoient aux trois strates de l’identité mises en évidence par José Carlos Chiaramonte – la cité-province, une entité intermédiaire, les Provinces Unies, et l’Amérique qui constitue de plus en plus l’horizon du patriotisme98. La pratique des pactes, qui existe déjà entre les cités, s’applique désormais aux relations entre les provinces et les armées, preuve que ces dernières sont devenues des acteurs politiques à part entière, capables d’élaborer et d’imposer leurs propres choix indépendamment de leur rattachement à une quelconque entité territoriale.

68Parfois extérieures, voire opposées aux cités, les armées jouent également un rôle essentiel au sein des communautés auxquelles elles s’identifient. C’est le cas des milices transformées en armées provinciales, comme les gauchos de Güemes, ou encore l’Armée des Andes au Cuyo. Dans ces régions entièrement consacrées à l’effort de guerre, la figure du citoyen-soldat s’impose comme fondement de l’identité provinciale. Comme San Martin le déclare aux habitants du Cuyo en juin 1815 :

  • 99 Proclama de José de San Martin al pueblo de Mendoza, 5/06/1815, dans Biblioteca de Mayo, Colección (...)

« Désormais, nous sommes tous des soldats. Chacun devient la sentinelle de sa propre vie. Celui qui ne l’offrirait pas en entendant l’alarme sera traité comme un parricide et un ennemi public. Je me réjouis de parler à des hommes qui veulent être libres. »99

  • 100 Oficio de Nicolas Laguna al Director Supremo, 3/07/1815 ; Oficio de los représentantes al Director (...)
  • 101 Oficio de Bemabé Aráoz al Director Supremo, 11/07/1815, AGN Gob. Tue., X-5-10-3.

69L’écart entre les citoyens et les soldats étant réduit au minimum, les militaires interviennent dans la vie politique de la cité, non comme un élément exogène, mais comme un acteur trouvant sa place dans le jeu du pouvoir. Ils peuvent jouer un rôle en tant que détenteurs d’une partie de la souveraineté, soit comme citoyens, soit comme représentants de la cité, au même titre que les échevins. C’est le sens des « juntes de guerre » que San Martin prend l’habitude de convoquer parallèlement aux cabildos abiertos. Représentants du peuple ou de leurs troupes, les officiers sont parfois utilisés comme force d’appoint lorsqu’ils apportent leur soutien à un pouvoir menacé. C’est le rôle que jouent les commandants de milice dans le bras de fer entre Aráoz et le cabildo de Tucumán en juin 1815. Leur participation à la journée du 30 juin, attestée par les témoignages et leurs signatures en bas de l’acte, est indéniable. Bemabé Aráoz a mobilisé les officiers qui lui sont fidèles et a rallié grâce à eux les citoyens de la juridiction. Pour l’opposant Nicolas Laguna, cette présence des militaires constitue un coup de force et invalide la nomination des représentants qui en a résulté. Selon lui, les décisions n’ont pas été votées, mais imposées par les proches du gouverneur qui, « pour se donner de la légitimité, [auraient] fait signer les officiers au nom de leur compagnie »100, avant de descendre en ville où les corporations et les vecinos auraient ratifié l’acte sous la menace des armes. Naturellement, les témoignages réunis par Aráoz nient qu’il ait été fait usage de la force101. La confrontation des deux versions permet toutefois de souligner le rôle capital qu’a joué l’élément militaire dans cette lutte de factions, en se rangeant aux côtés du gouverneur. Cet épisode met également en relief le poids politique acquis par ce personnage dans la cité.

L’évolution du rôle des gouverneurs

70L’ampleur de la mobilisation et la crise du régime révèle en effet l’importance des gouverneurs, qui ne sont plus de simples agents du pouvoir central mais participent pleinement à la vie de la cité, dont ils assurent le gouvernement et une part de la représentation dans l’ensemble des Provinces Unies. En ce sens, ils remplissent, au même titre que les officiers de l’Armée, un rôle d’organisateur au sein des provinces et d’intermédiaire entre elles et le pouvoir central. Cette importance nouvelle procède de l’accroissement de leurs responsabilités militaires et d’une modification de leurs rapports avec leurs administrés.

  • 102 J. Comadrán Ruiz, « La Real Ordenanza de Intendentes del Rio de La Plata », Anuario de Estudios Ame (...)
  • 103 Selon Juan Marchena Fernández, ce cumul des fonctions est déjà une réalité au XVIIIe siècle où prat (...)
  • 104 Oficio de San Martin al Secretario de Hacienda, 19/04/1815 ; Oficio de Manuel Corvalán algobernador (...)

71Les gouverneurs-intendants n’ont aucun rôle militaire proprement dit, mais ils sont tenus d’assurer tout ce qui a trait au financement de la guerre. Il doivent notamment s’occuper du logement, du ravitaillement et de l’entretien de la troupe, ainsi que du paiement des soldes102. C’est dans ces deux domaines que leur champ d’activités se déploie le plus, les poussant à utiliser pleinement l’étendue de leurs attributions, telles que les définit l’Ordonnance des Intendants de 1782. À cela s’ajoute le fait que la plupart d’entre eux sont des officiers et cumulent les responsabilités civiles et militaires103. L’évolution se situe également dans la position respective de ces gouverneurs militaires vis-à-vis du pouvoir central et des provinces dont ils ont la charge. Sous l’Ancien Régime, les intendants se contentaient d’appliquer les ordres du vice-roi, responsable des opérations militaires. Après 1810, ce modèle a été conservé par les dirigeants de Buenos Aires, qui décident seuls de la conduite de la guerre. C’est sur ce point qu’une évolution se fait sentir à partir de 1815 : après la défaite de Sipe Sipe, on constate une plus grande autonomie des gouverneurs, sans que cela aille toutefois jusqu’à la rupture avec le pouvoir central. Quelques indices de cette évolution : en mars 1815, à l’annonce de l’expédition de reconquête péninsulaire, San Martin tient ses troupes prêtes à partir défendre la capitale, mais il signale qu’il lui faudrait organiser un emprunt forcé pour couvrir les frais de l’expédition. Cette capacité à organiser ses troupes et à trouver des sources de financement, il les mettra au service de son projet après juin 1815. De même, lorsque Manuel Corvalán crée à San Juan le corps des Gauchos de la Invención, il en fait part à San Martin et demande l’octroi d’une centaine de lances pour armer la compagnie. San Martin ne peut accepter sans soumettre la proposition au commandant de la place, à l’inspecteur général et au ministre de la Guerre. Lorsqu’il commence à mettre sur pied l’Armée des Andes quelques mois plus tard, San Martin informe toujours le Directeur de ses décisions, mais dispose d’une marge d’action infiniment plus étendue104.

72Cette volonté d’autonomie vis-à-vis du pouvoir central se double, dans le Nord-Ouest, d’une rivalité des gouverneurs avec le chef de l’Armée du Nord. En septembre 1816, Aráoz se plaint auprès de Pueyrredon de ce qu’un ordre concernant la trésorerie de sa province lui a été donné directement par Belgrano, au lieu de transiter par Buenos Aires. À cette occasion, il réaffirme avec fermeté son obédience vis-à-vis du pouvoir central et son indépendance vis-à-vis du général :

  • 105 Oficio de Bernabé Aráoz al Director Supremo, 9/09/1816, AGN X-5-10-7.

« En tant que gouverneur-intendant de cette province, j’ai la responsabilité de la distribution des fonds publics et je ne reconnais pas d’autre chef que la suprême autorité de Votre Excellence, à qui je dois répondre de mes moindres faits et gestes. »105

  • 106 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/09/1815, AGN X-4-1-2.
  • 107 Ibid.

73Du fait de ses responsabilités militaires, Güemes a une attitude plus complexe. Son désir d’indépendance dans la conduite de la guerre se manifeste aussi bien vis-à-vis de Rondeau, dont il veut être reconnu comme l’égal, que vis-à-vis du pouvoir central. En septembre 1815, il tente ainsi de s’opposer à l’envoi d’une expédition conduite par le lieutenant French depuis Buenos Aires. Ses arguments sont d’abord stratégiques : il fait valoir le coût de cette expédition, son caractère inopportun (l’ennemi étant en pleine phase de repli) et surtout, la supériorité tactique de son armée, beaucoup mieux adaptée au terrain d’opération. Ce qu’il cherche à obtenir, c’est qu’on lui confie le soin et qu’on lui donne les moyens de prêter secours à l’Armée du Nord. Dans son discours réapparaît l’éventualité d’un affrontement armé entre Buenos Aires et les provinces : Güemes craint que l’expédition de French n’ait pour but d’envahir Salta et de le contraindre à rendre les fameux fusils pris à l’Armée du Nord. En contrepoint, il ne cesse d’affirmer que sa province est capable, sous sa conduite, de se défendre seule. Il déclare ainsi au Directeur qu’il s’estime responsable, en tant que gouverneur, de la sécurité et de la tranquillité de la province, et qu’il refuse de voir se former « un corps militaire indépendant de ce gouvernement et uniquement rattaché à cette lointaine capitale, [par crainte de voir] éclater une division, un tumulte ou une guerre civile »106. C’est également au nom de la défense de la province qu’il refuse de rendre les fusils, allant jusqu’à accuser le gouvernement de vouloir « désarmer les cités de la même manière que s’il s’agissait des ennemis péninsulaires »107. Alvarez Thomas réplique en accusant Güemes de désobéissance et en lui ordonnant une fois de plus de rendre les fusils, qui « appartiennent à toutes les provinces », autrement dit à l’État. Il y a donc, au niveau de la conduite de la guerre, une sérieuse concurrence entre les provinces et la capitale, dans laquelle les gouverneurs, qui représentent l’une et l’autre de ces entités, sont pleinement impliqués.

  • 108 Oficio de Güemes a Pueyrredon, 5/10/1816, AGN Gob. Salta, X-5-7-4.

74En effet, au fur et à mesure qu’ils prennent leurs distances vis-à-vis du pouvoir central et qu’ils constituent des armées dans le cadre de leurs provinces, les gouverneurs militaires se rapprochent des populations locales et se sentent de plus en plus responsables devant elles. Étranger au Cuyo tant par son origine que par ses visées militaires à l’échelle de l’Amérique, San Martin n’en est pas moins proche de ses administrés, auxquels il rend un vibrant hommage en octobre 1816. Dans le cas de Güemes, originaire de Salta, cette proximité est encore plus poussée. Avec ses gauchos qu’il a lui-même recrutés, Güemes établit un rapport empreint de fierté et de paternalisme, se définissant lui-même comme « chef, père et compatriote » de ses hommes108. Tout comme Artigas, auquel il est parfois comparé, Güemes a avec ses soldats un rapport personnel, fondé sur un échange réciproque de protection et de loyauté. En rétribution de leur dévouement à la cause, il leur accorde le fuero gaucho, c’est-à-dire un fermage gratuit sur les terres des grands propriétaires, puis le fuero militar, qu’il fait reconnaître par le pouvoir central. A travers son discours s’impose l’idée d’une union fusionnelle entre lui et ses soldats ; sous la conduite de son chef, l’armée et la province de Salta deviennent totalement invincibles :

  • 109 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/09/1815, AGN X-4-1-2.

« Ce sol sur lequel je suis né et qui m’a confié son gouvernement ne sera plus foulé par les tyrans : les errances passées, qui ont ruiné plusieurs familles jusqu’à les réduire à la mendicité, ne se répéteront pas ; les sacrifices incomparables qui ont été consentis ne seront pas inutiles, pas plus que ne seront stériles le sang et les larmes versés par ces gens innocents et vertueux (...) Le terrain sera disputé pouce par pouce. Ma province manque d’armes et de moyens pour organiser une expédition, mais sa défense intérieure est inexpugnable. »109

  • 110 La dimension locale est présente dans l’organisation même de cette armée : chaque district a son ba (...)

75L’armée et le patriotisme ont ici une dimension strictement provinciale110 , et la proximité de Güemes avec les habitants vient naturellement de sa position de commandant. On retrouve ici la représentation traditionnelle de l’autorité : les habitants de la province forment un corps dont Güemes est la tête. Quelques mois plus tard, son élection au poste de gouverneur-intendant complète, sur le plan civil, le pouvoir dont il dispose déjà sur le plan militaire. En effet, ce rapport nouveau qui s’instaure entre les gouverneurs et les habitants est dû en partie à leurs responsabilités militaires, mais aussi à leur mode de désignation. Les événements de l’année 1815 provoquent une modification d’importance dans la vie des cités en introduisant le principe de l’élection des gouverneurs. Cette pratique, qui s’instaure spontanément, est directement liée à la crise du pouvoir central, mais elle traduit la réaction de méfiance, voire d’hostilité, dont les cités font preuve vis-à-vis de la capitale. Une fois entérinée par le Statut provisoire, l’élection des gouverneurs permet-elle pour autant d’éviter les tensions qui les ont traditionnellement opposés aux cabildos ? Cela amène, plus profondément, un questionnement sur la nature même de la fonction : une fois élu, le gouverneur est-il toujours un agent de l’État et du pouvoir central, ou devient-il un représentant des cités, éventuellement tenté de défendre leur autonomie ?

  • 111 Oficio del cabildo a Ocampo, 30/03/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2 ; Acta capitular de la cuidadde Cór (...)

76Dans le contexte de 1815, l’élection d’un gouverneur par les vecinos peut apparaître comme un signe de rupture ou du moins de réserve vis-à-vis de la capitale et de la faction au pouvoir. C’est le cas à Córdoba avec la nomination de José Javier Díaz, qui résulte de la démission forcée du gouverneur en titre. Le choix des vecinos est plus tactique qu’idéologique : le ralliement à Artigas leur permet de choisir leur magistrat et de se soustraire aux exigences d’Alvear. Cette souveraineté du peuple de la cité s’exerce aussi bien dans le choix de la personne que dans la définition de sa juridiction : le 30 mars 1815, c’est l’assemblée des vecinos qui statue sur la nature du mandat accordé à Díaz, après qu’Ocampo eut tenté de limiter celui-ci à la cité de Córdoba. L’autorité dont émane le gouverneur a changé de nature : la cité affirme haut et fort sa capacité à s’administrer elle-même111. Pour autant, comme on l’a vu, Córdoba ne tombe pas dans le camp fédéral : pour la majorité des vecinos, il ne s’agit pas de changer de maître, mais de conquérir une autonomie attendue depuis 1811.

  • 112 Acta del cabildo de Salta, 6/05/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 364.

77À Salta, l’élection de Güemes intervient dans un contexte un peu différent : le gouverneur en titre, Hilarión de la Quintana, n’est pas véritablement destitué, puisqu’au moment des faits il est en train de combattre aux côtés de Rondeau. Lors de son départ, le mandat civil a été confié au cabildo. Lors du cabildo abierto qui suit l’annonce de Fontezuelas, le syndic Pedro Antonio Arias Velásquez présente aux échevins une pétition émanant « du peuple », c’est-à-dire de quelques vecinos, qui demande la nomination d’un gouverneur intérimaire en attendant la reconstitution d’un pouvoir stable au sommet de l’État. Le cabildo tente d’abord de faire reconnaître les nouvelles autorités élues à Buenos Aires, mais la foule assemblée insiste et l’élection est aussitôt organisée. C’est à cette occasion que Güemes est désigné par acclamation, et se voit accorder le droit de se nommer un assesseur112. Le choix de Pedro Antonio Arias Velásquez, le calme et l’unanimité de l’assemblée incitent à penser que le processus a été soigneusement préparé par les partisans du colonel. Si tel est le cas, le nombre des participants (plusieurs centaines) compense leur manque de spontanéité et oblige le cabildo à s’incliner devant leur décision.

  • 113 Oficio de Güemes al Director Supremo, 28/09/1815, AGN Gob. Salta X-5-7-4.

78Le vide de pouvoir créé par Fontezuelas permet donc au peuple assemblé d’exercer sa souveraineté en choisissant son gouverneur. La cité de Salta étant déclarée « libre, indépendante et en pleine possession de ses droits »113, les échevins, lorsqu’ils annoncent la nouvelle au cabildo de Buenos Aires, la placent dans une position d’égalité avec la capitale :

  • 114 Oficio del cabildo de Salta al cabildo de Buenos Aires, 6/05/1815, dans Güemes documentado, op. cit (...)

« L’enlacement des provinces étant si étroit, leurs intérêts si réciproques, et l’entente qu’elles doivent conserver si mutuelle, ce cabildo annonce [cette nomination] à votre Excellence afin que vous vous entendiez désormais avec ce Monsieur dans vos communications officielles et que vous puissiez compter sur l’aide et les secours nécessaires à la cause commune et à la félicité de votre province comme de la nôtre. »114

  • 115 Acta del cabildo de Salta, 20/05/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 370.

79Comme à Córdoba, le problème se pose de l’extension du mandat conféré au nouveau gouverneur, mais les échevins de Salta réagissent de manière différente : soulignant le fait qu’elle n’a pas participé à cette élection et que celle-ci a découlé d’une situation d’urgence, ils déclarent que la cité de Jujuy est libre de nommer, si bon lui semble, un gouverneur à sa convenance. Arias Velásquez est toutefois envoyé en émissaire pour imposer définitivement le choix de Güemes115.

  • 116 Oficio del cabildo a San Martin, 21/02/1815, AHM Ind. 746-85 ; Acta del cabildo de Mendoza, 21/04/1 (...)
  • 117 Le premier des six points soumis au vote des citoyens proclame « l’union éternelle et la dépendance (...)

80À Mendoza et Tucumán, en revanche, la tentative d’autonomie est moins prononcée, et les gouverneurs en poste avant Fontezuelas ne sont pas remplacés. Pourtant, le vide de pouvoir créé par l’événement et l’importance du rôle assumé par ces magistrats rendent presque obligatoire la confirmation de leur autorité par le suffrage populaire. Après avoir déclaré l’indépendance provisoire, le cabildo abierto de Mendoza proroge San Martin dans ses fonctions ; son mandat est une nouvelle fois confirmé après la reconnaissance des autorités provisoires de la capitale116. À Tucumán, Aráoz est maintenu dans sa charge le 30 juin, lors de la fameuse réunion de la Citadelle, confirmée ensuite par les vecinos rassemblés dans la salle du cabildo. La forte contestation que suscite cette réunion porte sur l’élection des représentants, mais ne remet pas sérieusement en cause la validité du mandat d’Aráoz. Ici, l’adhésion populaire au gouverneur ne va pas dans le sens d’une quelconque autonomie : le maintien d’Aráoz signifie au contraire le maintien d’un lien de subordination vis-à-vis de la capitale, confirmé lors de la même réunion117.

  • 118 Estatutoprovisional..., section V, chap. 1, art. unique, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 219.

81Dans le cadre du pacte qu’il passe avec les cités, le nouveau pouvoir accepte, pour se maintenir, de leur concéder cette importante prérogative. Le Statut de mai 1815 avalise la réforme imposée par la pratique : désormais, les gouverneurs de provinces figurent au nombre des emplois pourvus par élection118. Pourtant, dans les cités, ce changement n’est pas du goût du tous. Aráoz en s’en cache pas, qui confie au Directeur suprême :

  • 119 Oficio de Aráoz a Álvarez Thomas, 3/07/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.

« À côté des bonnes choses que comporte le Statut, il y en a aussi de mauvaises. La pire de toutes, qui met déjà les pueblos en mouvement, est l’élection par le peuple des gouvernements. Cette faculté régalienne me paraît réservée à l’autorité suprême, et quand bien même on nommerait des gouverneurs natifs de la province concernée, si celle-ci comporte des sujets capables, [certains risquent] de soulever les habitants et de leur faire commettre mille excès au nom d’une liberté mal comprise. »119

Principal acquis du mouvement d’autonomie de 1815, cette importante mesure se présente sous un jour ambivalent : garante, pour les uns, d’une plus grande stabilité, dans la mesure où les communautés se dotent librement de leurs autorités, elle est pour les autres un facteur de désunion, car elle livre la magistrature à l’ambition rivale des factions. Il reste à se demander si l’élection des gouverneurs a effectivement transformé leurs rapports avec les vecinos et si les relations avec les cabildos s’en sont trouvées améliorées.

  • 120 Acta de la Ilustre Municipalidad y del buen pueblo de Jujuy, exclamando contra la violencia y atent (...)
  • 121 A. R. Bazán, op. cit., p. 219.
  • 122 Actas capitulares de la ciudad de Salta, 23/06 et 16/11/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. (...)

82C’est dans les cités de Salta et de Tucumán que les relations entre les gouverneurs et leurs administrés sont les plus tendues, mais pour des raisons différentes. À Salta, l’opposition la plus grave à Güemes provient de la cité voisine de Jujuy, dont les vecinos n’acceptent pas de reconnaître une obédience qui leur a été imposée, sans avoir toutefois les moyens militaires de s’y opposer. C’est pourquoi ils montent en épingle l’affaire des fusils et recherchent un appui auprès de Rondeau au moment où celui-ci marche sur Salta en mars 1816. Ralliant sans peine tous les suffrages, les partisans de l’autonomie obtiennent au cours d’un cabildo abierto que Güemes ne soit plus reconnu comme gouverneur légitime et que ses ordres cessent d’être appliqués à Jujuy120. Dans l’affaire des fusils, puis dans la querelle qui l’oppose à Rondeau et même au Directeur suprême, le cabildo de Salta prête à Güemes un appui inconditionnel, car toutes ces affaires mettent en jeu les intérêts et le prestige de la cité, dont les deux autorités sont partie prenante. Durant l’année 1815, le cabildo participe aux décisions politiques comme porte-parole des vecinos. Il soutient par exemple auprès de la junte des finances, présidée par Güemes, la pétition des commerçants pour une diminution de la taxe extraordinaire sur l’eau-de-vie121. En retour, Güemes consulte ses administrés sur les affaires en cours : le 23 juin, les vecinos sont convoqués pour dire s’il convient de rendre les fusils à Rondeau. Après délibération, ils répondent que cette décision revient à Güemes ; celui-ci est donc assuré, sur cette épineuse question, du soutien de la population, que le cabildo réitère dans son acte du 16 novembre122.

83Cette bonne entente avec le cabildo n’implique pas une adhésion sans failles de l’ensemble des élites. Güemes, issu d’une grande famille, s’inscrit dans un réseau de solidarités et d’alliances qu’il renforce par son mariage avec la fille du riche commerçant et officier Domingo Puch. Or, pour ce faire, il a rompu ses fiançailles avec la fille du colonel Saravía, ce qui lui vaut l’inimitié de cette grande famille. L’opposition à Güemes procède donc d’une rivalité de parentèles, mais il arrive que partisans et adversaires se trouvent au sein d’un même clan. Ainsi en est-il de José Ignacio Gorriti, qui est un ami personnel de Güemes, alors que son frère le chanoine et son beau-frère Facundo Zuviría en sont des ennemis déclarés, l’un à Jujuy, l’autre à Salta même. Ces rivalités s’exaspèrent du fait de la présence de Rondeau, qui offre aux détracteurs un accueil complaisant :

  • 123 Manuscrite del doctor Redhead, 29/02/1816, ibid., p. 308.

« Dans l’Armée, on avalait tous les mensonges, ou alors on faisait mine de leur accorder du crédit. L’ingénu qui disait que Salta était calme était traité sans ménagement ; l’unique moyen de se faire bien voir était d’aller à Potosí et de récriminer contre Güemes. C’était aussi le moyen le plus sûr d’obtenir le paiement des mules et des vaches vendues à l’Armée... »123

  • 124 L’historiographie concernant Güemes est elle-même empreinte de jugements de valeur à l’égard du per (...)

Bien que très partisan lui-même, ce document révèle les avantages que les habitants de la province pouvaient tirer de la rivalité entre les chefs. Cela n’exclut pas le sentiment de suspicion que nourrit l’élite à l’égard d’un gouverneur dont le pouvoir repose sur la mobilisation du petit peuple et les liens personnels qu’il entretient avec ses soldats. L’effort économique demandé à ces riches commerçants et propriétaires, assorti de mesures telles que le fuero gaucho, contribue à creuser le fossé entre eux et le gouverneur. Celui-ci conserve néanmoins suffisamment de prestige et d’appuis pour se maintenir au pouvoir jusqu’en 1821124.

  • 125 Oficios de Aráoz a Álvarez Thomas, 2/07, 3/07 et 4/07/1815, AGN Gob. Tuc. X-5-10-3.

84À Tucumán, en revanche, le conflit qui oppose Aráoz et le cabildo se double d’une lutte avec les « fédéraux », qui tentent de proclamer l’indépendance de la province. L’affrontement avec le cabildo vient de ce qu’Aráoz empiète sur ce que les échevins considèrent comme une prérogative : nommer des représentants pour juger le Statut provisoire. Dans cet épisode, comme nous l’avons vu, la tension entre le cabildo et le gouverneur se traduit par une mise en scène physique du rapport de force : grâce aux officiers de la campagne, Aráoz rassemble sur la Citadelle plusieurs milliers de personnes qu’il fait ensuite descendre en ville. Par la suite, Aráoz n’a de cesse que de faire reconnaître son coup de force comme expression légitime de la communauté : c’est pourquoi il plaide auprès du Directeur pour que l’élection pratiquée par le cabildo soit annulée125. Naturellement, les échevins procèdent de même de leur côté, dénonçant l’usage de la force et les atteintes au principe de la représentation. Cette manifestation intempestive organisée par le gouverneur, plaident-ils, met en jeu l’honneur de l’institution municipale, c’est-à-dire de la communauté tout entière :

  • 126 Oficio del cabildo a Álvarez Thomas, 9/08/1815, AGN Gob. Tuc, X-5-10-3.

« La ratification [de l’acte du 30 juin] dans les salles du cabildo a été menée avec violence et usage de la force ; [elle représente] un outrage pour le vecindario et beaucoup de déshonneur pour le cabildo. Si ces excès ne sont pas corrigés avec la sévérité et le mépris [qu’ils méritent], nos sacrifices ne nous auront pas fait avancer d’un pouce. Le plus fort soumettra toujours les pueblos ; ceux-ci n’auront jamais de dignité ni ne cesseront jamais d’être esclaves. »126

  • 127 Oficio del cabildo a Álvarez Thomas, 25/09 et 4/10/1815 ; Oficio de Aráoz al cabildo y repuesta del (...)

Malgré la faiblesse initiale de sa position, Alvarez Thomas se voit immédiatement confier le rôle traditionnel d’arbitre. Pourtant, le cabildo ne se laisse pas facilement convaincre : fin novembre, il accuse le Directeur de jouer double jeu en soutenant le gouverneur, et le menace à mots couverts de lui retirer son allégeance. Pour accentuer la pression, les échevins font circuler parmi les vecinos un pli officiel envoyé par le Directeur. Cet appel à l’opinion publique, par lequel le cabildo entend « défendre les devoirs de sa fonction de représentation », est la réplique de la journée du 30 juin. Il s’agit d’une autre forme de mobilisation du peuple, où ce n’est pas le nombre, mais la qualité du public qui permet au cabildo de s’imposer face au gouverneur127 .

  • 128 Oficio del cabildo de Mendoza algobernador-intendente, 29/12/1815, AHM Ind., 747-37.

85Les relations entre les gouverneurs et les vecinos sont beaucoup plus harmonieuses à Córdoba et à Mendoza. Dans le premier cas, l’élection de Díaz remplit parfaitement sa fonction de légitimation ; le nouveau magistrat gouverne en accord avec le cabildo et le patriciat. Les tensions qui se font jour ne sont donc pas des rapports de forces traditionnels, mais la traduction locale des luttes pour le pouvoir central : Díaz, comme nous l’avons vu, est en butte à la double opposition des partisans de Buenos Aires et des « fédéraux » ralliés à Artigas. À Mendoza, enfin, l’harmonie est totale entre les habitants, les échevins et le gouverneur. Celui-ci n’incarne pas la prédominance d’une faction, mais la volonté collective de la communauté de repousser l’ennemi, comme l’indique le fait qu’il est confirmé dans sa charge à plusieurs reprises. À cela s’ajoute la participation pleine et entière du cabildo à l’effort entrepris, ce qui place les deux autorités en position de coopération et non de concurrence. Outre le caractère effectif de cette participation, la dimension honorifique est soigneusement entretenue par San Martin, à qui le cabildo, sensible à ces marques d’estime, rend volontiers la pareille. En réponse à l’une d’elles, San Martin est significativement remercié « au nom de la Patrie et du vecindario »128 : le prestige de la cité passe toujours par le service de la cause commune.

86À travers ces exemples se profile une image idéale du gouverneur qui repose sur la proximité avec les habitants, ce qui suppose de sa part d’assumer plusieurs types de responsabilité. Le gouverneur-modèle, comme par le passé, cumule les fonctions de commandement, incarnant en sa personne l’unicité et l’efficacité du pouvoir au sein de sa province. Bien que le cabildo, dans le meilleur des cas, coopère largement à l’action entreprise, il n’en arrive jamais à exercer des fonctions de gouvernement. Ce cumul est en effet l’un des attributs essentiels du gouverneur, comme le rappelle Pueyrredon lorsqu’il vante, à la même époque, l’alliance des vertus politiques et militaires de San Martin, qui permettent d’assurer à la fois l’ordre intérieur et la défense de la province. Le gouverneur-modèle est en effet celui qui assure avant tout le bien-être de sa juridiction. Sur ce point, l’appréciation de Pueyrredon rejoint celle des échevins de Mendoza, qui utilisent la métaphore classique du capitaine bravant la tempête et sauvant sa province du naufrage :

  • 129 Oficio del cabildo a San Martin, 29/12/1815, AHM 747-37. Les études les plus récentes soulignent le (...)

« Grâce à une conduite si sûre, les citoyens ont été honorés de prendre part au service public. Le soin vigilant et l’élan industrieux de Votre Seigneurie ont assuré le respect [à la province du] Cuyo et la célébrité à ses habitants. C’est spécialement à vous que le Cuyo doit son expansion et sa puissance, pour lui avoir fait découvrir, au moment le plus critique de sa ruine, des ressources qui n’étaient pas à la portée de tout le monde. »129

  • 130 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/10/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 45.

87Une autre dimension importante apparaît toutefois dans l’analyse de cette figure : sa responsabilité et son champ d’action ne se cantonnent pas au niveau local. Comme le met en avant Pueyrredon dans les hommages qu’il lui rend, San Martin, grâce à ses qualités, fait le lien entre la province et l’État Sa démarche concilie profondément les deux appartenances : grâce à son action, la cité de Mendoza inscrit sa destinée dans celle, plus générale, des Provinces Unies. Güemes va plus loin encore dans l’affirmation d’une responsabilité « nationale » des gouverneurs. Dans un passage de sa correspondance avec Alvarez Thomas, il explique comment, en prenant les armes puis en acceptant sa charge, il est passé du statut de « citoyen particulier » à la sphère publique, conférant par là même une dimension nouvelle à son action : « En tant que dépositaires de la confiance générale [nous, les employés publics] sommes les principaux artisans chargés de créer et de poser la pierre angulaire du nouvel et magnifique édifice auquel nous aspirons. »130 Dans ce cadre, il confère une importance particulière aux chefs militaires, sans l’action desquels la représentation serait vidée de son sens :

  • 131 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/09/1815, AGN X-4-1-2.

« Il ne sert à rien que les pueblos fassent état de leur volonté par le biais de leurs représentants et concluent solennellement leur pacte social, si nous, les chefs militaires, guidés par l’héroïsme de la vertu, n’employons pas d’un commun accord les forces qui sont à notre charge pour défendre l’institution. »131

88Il n’est pas fortuit de constater qu’à cette date, tous les chefs militaires, à l’exception de Belgrano, sont en même temps gouverneurs de province et qu’à l’inverse, tous les gouverneurs sont des officiers en exercice. On mesure de la sorte l’évolution de la fonction de gouverneur autour de l’année 1815. Celui-ci n’est plus, à proprement parler, un agent du pouvoir central parachuté dans les cités ; il apparaît plutôt comme un représentant de la communauté, qui possède également une envergure « nationale ». Cette articulation se trouve renforcée lorsque le gouverneur est issu de la cité qu’il dirige, comme c’est le cas pour Güemes, Aráoz et Díaz. Mais la remarque vaut aussi pour San Martin, que les vecinos de Mendoza ne considèrent jamais comme un intrus, mais comme le pourvoyeur de leur prestige, bien que San Martin ne partage en rien les conceptions autonomistes mais soit, au contraire, très engagé dans la Constitution de l’État et la défense de la Patrie.

  • 132 Cf. J. C. Chiaramonte, « Legalidad constitucional o caudillismo : el problema del orden social en e (...)

89Il est possible de voir dans ces gouverneurs élus par les citoyens une préfiguration des caudillos qui vont diriger les provinces lors des décennies suivantes. Güemes, en particulier, a souvent été désigné ainsi et comparé à Artigas. Dans l’analyse classique, les caudillos cumulent, dans la plupart des cas, des fonctions militaires et civiles, le règne du caudillo se caractérisant par une privatisation des ressources et une pratique autoritaire du pouvoir. Cependant, des travaux récents ont montré que les caudillos, contrairement à ce que l’on a longtemps affirmé, agissaient dans un certain respect du cadre constitutionnel existant, en utilisant toute la marge de manœuvre que celui-ci leur laissait132. Les cas que nous étudions répondent en partie à cette caractéristique : tout en restant fidèles aux institutions – tous reconnaissent les autorités centrales et le Statut provisoire –, les gouverneurs utilisent pleinement les possibilités que leur confèrent l’ordonnance des Intendants, notamment en matière financière et militaire. Dans leur pratique politique, peut-on pour autant les assimiler à des caudillos ? D’une part, ces gouverneurs sont des chefs militaires, issus de l’appareil d’État et souvent nommés par lui. Or, le terme de caudillo renvoie à un type de relation entre un chef de guerre et ses soldats qui repose sur des liens de personne à personne. Cette dimension est indéniablement présente dans le cas de Güemes qui, pour récompenser la fidélité de ses gauchos, leur octroie le fermage gratuit sur les terres des propriétaires, puis le fuero militar normalement réservé aux soldats de l’armée régulière. Ce charisme et cette forme d’engagement se trouvent également chez San Martin et, dans une moindre mesure, chez Díaz et Aráoz. D’autre part, l’une des caractéristiques du caudillo est de gouverner selon les codes de la société d’Ancien Régime. Or, les relations des gouverneurs avec les communautés dont ils ont la charge s’inscrivent pour une bonne part dans cet imaginaire ancien. Ils apparaissent à la fois comme les protecteurs et les seigneurs naturels de leur province, qui les reconnaît comme tels par l’élection ; en échange de quoi celle-ci bénéficie de leur prestige et de leur renommée. Les rapports qu’ils entretiennent avec les cabildos reposent sur d’incessantes négociations : sans aller jusqu’à céder à ces derniers une part du commandement, les gouverneurs prennent leurs décisions en fonction de l’intérêt de la communauté, laquelle n’hésite pas, en cas de conflit, à se mobiliser pour faire pression sur le magistrat. Le troisième critère à prendre en compte, dans le contexte du Rio de la Plata, est la dimension provinciale de la sphère d’action du caudillo. Les gouverneurs, élus par les cités capitales, exercent leur mandat dans le cadre de l’intendance – ce que contestent les cités rivales, La Rioja, Santiago del Estera ou bien encore Jujuy. Toutefois, leur action conserve une réelle perspective « nationale », avant tout du point de vue militaire, mais aussi du point de vue constitutionnel, celui-ci étant subordonné à la logique de guerre.

  • 133 T. Halperín Donghi, « El surgimiento de los caudillos en el cuadro de la sociedad rioplatense postr (...)

90Ces gouverneurs sont donc tout à fait représentatifs de l’évolution qui fait surgir les caudillos sur la scène politique au fur et à mesure de la décomposition progressive des structures coloniales133. À partir de 1815, ils apparaissent de plus en plus comme l’élément qui articule deux projets contradictoires : le maintien d’un pouvoir central, qui continue d’être identifié à Buenos Aires, et la rétrocession de la souveraineté aux pueblos. Autrement dit, le patriotisme est toujours un élément essentiel de l’imaginaire politique des acteurs, mais il n’est plus généré par la seule capitale et émane désormais des cités.

Les cités : vers l’autonomie de gouvernement ?

L’esquisse d’une solidarité transversale

91À partir de 1816, on assiste à une « nouvelle donne » politique, qui se caractérise par l’existence de liens transversaux, établis entre les provinces : liens matériels, imposés par les impératifs de la guerre, désormais doublés de liens politiques, issus de la crise de 1815. C’est sur cette base que s’élabore une nouvelle appartenance des cités, fondée sur la notion d’une destinée commune. Celle-ci est fortement sous-tendue par les mutations que connaît la représentation à la faveur de la crise de 1815. En effet, le blocage des relations entre Buenos Aires et les provinces indique que l’ancien modèle de subordination a vécu. Le renouvellement du pacte que propose la capitale se traduit, comme en 1810, par la reconnaissance de la souveraineté des pueblos et l’organisation de leur représentation. D’où l’importance acquise par ses diverses formes, notamment le suffrage, dans la résolution de la crise.

  • 134 Oficio de José Javier Díaz al gobernador de Tucumán, 23/04/1815, AHC Gobierno, 42- 295 ; Oficio de (...)

92La chute d’Alvear, par la situation d’acéphalie qu’elle provoque, entraîne un certain nombre de propositions d’union de la part des cités, où Córdoba joue un rôle moteur. José Javier Díaz lance une véritable offensive en direction des autres cités, en leur proposant de se placer sous la protection de Rondeau si celui-ci se déclare partisan de « la vraie liberté », autrement dit, de l’autonomie des provinces par rapport à Buenos Aires134. Proposition à laquelle le cabildo de Salta répond de manière enthousiaste, en soulignant la similitude de leurs conditions :

  • 135 Oficio del cabildo de Salta a José Javier Díaz, 28/04/1815, ibid., p. 113.

« Des circonstances égales ou analogues à celles qui ont amené la libération de votre cité ont favorisé celle de notre province, afin qu’elle secoue le joug de fer qu’elle endurait sous le despote tyrannique et factieux qui gouvernait Buenos Aires. (...) La cause de votre province et celle de la nôtre n’en forment qu’une ; leurs désirs et leur but sont les mêmes. »135

  • 136 Oficio del cabildo de Salta a José Javier Díaz, 2/05/1815, ibid., p. 114 ; Oficio de Bernabé Aráoz (...)

93À l’unisson avec Díaz, le cabildo de Tucumán l’informe qu’il est également en pourparlers avec Rondeau, seul garant contre l’acéphalie et le désordre. Quelques temps après, Aráoz exprime à San Martin sa satisfaction devant l’élection de Rondeau comme Directeur et l’assure de la communauté d’idées et de sentiments entre les habitants de Tucumán et ceux du Cuyo136. Face à la tyrannie d’Alvear, les autorités des différentes provinces présentent donc un front commun et entendent œuvrer dans l’harmonie la plus totale.

  • 137 Oficio de José Javier Díaz al general Rondeau, 23/04/1815, ibid., p. 111.
  • 138 Actas capitulares de la ciudad de Salta, 10 et 20/05/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, (...)

94Pour tous, cette reconstitution politique est incarnée par le Congrès, qui apparaît comme une garantie face aux tentatives de domination de la capitale. Díaz déclare ainsi que Córdoba « est résolue à ne pas renoncer [à son indépendance] jusqu’à ce qu’un Congrès général, réuni librement à l’endroit que ces armées combinées auront jugé bon de désigner, sanctionne et établisse la forme de gouvernement qui devra régir l’Amérique »137. De même, Salta pose comme condition à sa reconnaissance que le Congrès soit réuni dans les cinq mois ; elle en informe les autres cités en leur demandant ce qu’elles ont elles-mêmes résolu. Dans cette adhésion conditionnelle, la volonté commune des provinces prend donc le pas sur l’obédience traditionnelle envers la capitale138.

  • 139 Bases de convenio sobre las cuales Córdoba hace el reconocimiento espontaneo del Gobierno provisori (...)

95La volonté de se lier sur des bases plus égalitaires transparaît également dans la mission de José Antonio Cabrera, émissaire de Córdoba auprès d’Artigas et d’Alvarez Thomas. Comme nous l’avons vu, celui-ci a reçu des instructions spéciales pour négocier directement avec Buenos Aires en cas d’échec de la mission orientale. Ces propositions visent à garantir l’autonomie de Córdoba : Buenos Aires devra reconnaître tout ce qui a été institué depuis l’indépendance de la province ; le gouverneur sera élu et proposera les candidats aux emplois civils et ecclésiastiques ; une junte provinciale sera chargée de lever les impôts et contributions exceptionnelles ; la cité aura la haute main sur la composition de ses bataillons et la nomination de leurs officiers, et Buenos Aires devra lui fournir 300 fusils pour assurer sa défense intérieure. En cas de changement de régime ou de manquement à ces conditions, Córdoba recouvrerait automatiquement son indépendance139. En dépit de cet accord, les relations se détériorent entre les deux cités : à Alvarez Thomas qui le rappelle à l’ordre, Díaz signifie qu’il ne lui est plus subordonné et que sa légitimité, issue d’une élection, est identique à la sienne. En renvoyant le Directeur au nouveau contrat qu’il a proposé aux cités, Díaz met en évidence les contradictions de ce dernier :

  • 140 Oficio de José Javier Díaz al Director Supremo, 10/10/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

« Dans les principes constitutionnels du gouvernement de Votre Excellence, je ne vois qu’une libéralité presque illimitée, dans laquelle on n’exige rien des pueblos, qui demeurent dans la pleine possession de leurs droits, si ce n’est l’intérêt commun, auquel chacun pourra participer librement sans engager sa responsabilité. »140

96Se dévouer à la cause commune étant le seul impératif, Díaz s’insurge contre le fait que Buenos Aires ne reconnaisse pas l’indépendance de Córdoba, alors que celle-ci a toujours participé à l’effort de guerre. Il s’efforce de démontrer que l’indépendance provinciale est loin de s’opposer à l’union :

  • 141 Ibid.

« L’union est bien sûr indispensable à la défense commune ; sans elle il est très difficile, voire impossible d’assurer notre sauvegarde. Mais quelle [forme] de dépendance [doit régner] au sein même de cette union ? Il faut veiller à ne pas se tromper sur les mots ni sur leur sens ; il apparaîtra alors clairement que Córdoba, bien qu’indépendante, se maintient et désire rester dans la plus parfaite union et harmonie avec la cité et le gouvernement de Buenos Aires »141.

97Le même jour, Güemes envoie à Alvarez Thomas une protestation qui va exactement dans le même sens, s’indignant que Buenos Aires ait reconnu « les droits » – c’est-à-dire l’autonomie – de la Bande orientale, et non ceux des autres provinces, qui l’auraient pourtant mérité par leur bonne conduite et leurs sacrifices. Il laisse clairement entrevoir ce qu’il redoute : l’éventualité que Buenos Aires, au lieu de laisser les cités s’unir librement, ne rétablisse à son profit un État centralisé. Cet abus de pouvoir, assimilé à une reconquête des provinces, mettrait Buenos Aires sur le même plan que les royalistes et supprimerait l’ascendant que lui confère son statut de capitale :

  • 142 Oficio de Güemes a Alvarez Thomas, 11/10/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 45. À ce (...)

« Peut-on imaginer un seul instant que la cité qui était la tête de la révolution de l’État, campée à la face du monde comme un modèle de perfection et de réforme, pourrait devenir l’auteur des crimes les plus horribles, qui font trembler l’humanité ? Non, non, je ne puis croire, ni même penser à de telles infamies, qui attireraient l’abomination et l’exécration générale contre Buenos Aires et contre nous tous qui avons suivi son système. »142

  • 143 Acta capitular de la ciudad de Salta, 15/11/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 399.

Plus tard, il met en garde son correspondant contre des rumeurs qui parlent d’une armée envoyée par la capitale pour soumettre les provinces et empêcher le Congrès de se réunir. Authentique ou pas, cette crainte rappelle la façon dont la Junte a imposé son pouvoir en 1810, et la faible part qu’elle a concédée aux représentants des provinces dans l’organisation de l’ État. Cette méfiance se retrouve lors de la réunion du 15 novembre, où les électeurs, tout en rejetant la solution de l’indépendance provinciale, prolongent de manière provisoire la soumission de Salta à Buenos Aires143.

  • 144 Pour une critique de cette interprétation traditionnelle du fédéralisme, cf. C. Segreti, El unitari (...)
  • 145 Oficio de Cabrera a José Javier Díaz, 25/07/1815, AHC Gobierno, 42-134.

98L’imaginaire politique qui s’exprime dans la crise de 1815 a donc pour fondement l’autonomie des cités et leur union sur une base égalitaire. À la suite de Ravignani et Levene, l’historiographie a classiquement considéré cet imaginaire comme l’expression d’un « fédéralisme », ce qui semble impropre144. En effet, si ce mouvement s’affirme en réaction au centralisme imposé par Buenos Aires, il n’entraîne pas l’exigence d’une souveraineté des provinces, qu’Artigas est le seul à formuler sur le plan théorique. Dans les cités, comme nous l’avons vu, la revendication de l’autonomie se conjugue avec l’appartenance à un ensemble politique plus vaste. Elle s’inscrit, de fait, dans un imaginaire pactiste : l’autonomie doit être accordée en échange du dévouement des cités à la cause commune. Les ennemis les plus acharnés du centralisme porteño n’envisagent la déclaration de l’indépendance que comme un pis-aller. Davantage qu’un maître à penser, ils voient en Artigas une autorité supérieure, un substitut du Directeur suprême qui leur propose une organisation politique plus conforme à leurs vœux. José Antonio Cabrera évoque ainsi « le caractère libéral du système oriental, qui, par respect de la volonté et des droits sacrés des pueblos, a accordé par un article exprès à tous ceux qui se trouvent sous sa protection la liberté de se séparer de son alliance à partir du moment où ils le souhaitent ou le jugent conforme à leurs intérêts »145. Mais le fédéralisme tel que l’envisage Artigas, sous la forme d’une confédération de provinces indépendantes, est pour eux synonyme d’une dissolution du lien social, comme l’exprime clairement Güemes :

  • 146 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/09/1815, AGN Gob. Salta, X-4-1-2.

« Quand la souveraineté est répartie entre tous, il ne peut y avoir ni ordre, ni lois, ni gouvernement, ni liberté, ni souveraineté, mais seulement de l’anarchie et une interminable guerre civile. »146

  • 147 C. Páez de la Torre, Historia de Tucumán, op. cit., p. 230-231.

99Si les cités rejettent la domination de Buenos Aires qu’elle jugent peu conforme au respect de leurs droits, elles ne remettent pas totalement en cause la pyramide des obédiences. Craignant une dissolution politique complète, les cités capitales s’efforcent en effet de freiner le mouvement à l’intérieur des intendances, ce qui entraîne des conflits avec certaines cités subalternes. Le cas de Jujuy, que nous avons déjà évoqué, n’est pas isolé. A partir du mois de mai 1815, Tucumán est confrontée à l’agitation de Santiago del Estera, après que Bernabé Aráoz eut remplacé le lieutenant Pedro Domingo Isnardi par l’un de ses fidèles. Dans la réclamation qu’ils adressent au Directeur récemment nommé, les vecinos de Santiago remettent en cause leur dépendance envers Tucumán et traitent Aráoz de despote. Cette protestation débouche, début septembre, sur une action armée : ayant pris d’assaut la caserne, Juan Francisco Borges dépose le nouveau lieutenant et se proclame gouverneur provisoire, avant d’être écrasé par une expédition envoyée par Aráoz147.

100Dans le compte rendu qu’il adresse au Directeur après son intervention, Aráoz dénonce l’abus que les pueblos font de leurs droits, qui menace la cohésion de toute la société. Son discours, remarquons-le, est identique à celui que tient Alvarez Thomas vis-à-vis de Córdoba et de Salta :

  • 148 Oficio de Bernabé Aráoz a Álvarez Thomas, 9/09/1815, AGN Gob. Tuc, X-5-10-3.

« Les pueblos dénués de vertus (...) se sont persuadés que la souveraineté populaire peut s’acquérir par la mutation volontaire des autorités, au mépris du respect [de l’ordre] social et en dépassant les limites légales qui les assignent à une subordination. (...) Si de tels excès, aux conséquences si fatales, ne sont pas contenus, nous atteindrons sans tarder (...) le point extrême où tout le monde commande et où personne n’obéit. »148

San Martin ne tient pas un autre langage lorsqu’il intervient contre les autonomistes de San Juan qui refusent, fin mai, le rattachement à l’intendance, après la parenthèse de l’indépendance provinciale :

  • 149 Oficio de San Martin al Director Supremo interino, 24/05/1815, AGN Gob. Men., X-5-5-5. L’indépendan (...)

« Ne nous leurrons pas, Monsieur, une trop grande libéralité vis-à-vis de certains peuples habitués à traîner les boulets de la servitude et ignorant les limites de l’état de liberté, qu’ils viennent de découvrir, ne peut avoir pour nous que de funestes conséquences. »149

  • 150 A. R. Bazan, Historia de La Rioja, Buenos Aires, 1979, p. 249. En avril 1816, les adversaires de Br (...)

101Bien qu’indépendante, la province de Córdoba n’échappe pas à la règle et doit faire face, après l’élection de Díaz, à la sécession de La Rioja. Le 24 mai, sans doute sous l’influence d’Ortiz de Ocampo, un cabildo abierto déclare l’indépendance et nomme comme gouverneur Ramón Brizuela y Doria150. Les tentatives de Díaz pour restaurer son autorité soulignent l’attitude contradictoire des capitales d’intendance vis-à-vis de la souveraineté des pueblos, selon qu’il s’agisse d’elles ou des cités subalternes. Brizuela y Doria reprend cet argument avec force lorsqu’il sollicite l’aide de San Martin :

  • 151 Oficio de Brizuela y Doria a San Martin, 24/12/1815, AGN Gob. Men., X-5-5-6.

« La Rioja n’a rien fait d’autre que de suivre l’exemple de Córdoba, au nom des mêmes droits incontestables, sans toutefois aller jusqu’à la séparation absolue avec la Capitale de Buenos Aires ; elle a mérité l’approbation de Votre Excellence, elle est restée tranquille, elle a travaillé au bénéfice de la cause commune sans faire de scandale... »151

Cet exemple précise les contours de l’idéal politique du moment, qui conjugue l’autonomie des cités et la défense de la cause commune. En ce qu’elle multiplie les relations inter-provinciales, qui ne transitent plus nécessairement par Buenos Aires, la guerre est un facteur absolument déterminant dans la réorganisation politique de l’année 1815.

  • 152 AHC Gobierno 35-295, AHM Ind., 675-4 ; DHSM, op. cit., t. 2, p. 120-128.

102L’abondante correspondance qu’entretiennent les gouverneurs de province montre que ceux-ci suivent avec attention la situation du front du Nord-Ouest et la progression de l’armée de Rondeau. L’annonce de la victoire de Puesto del Marqués illustre bien le fonctionnement de ce réseau de communications. La bataille, qui a lieu le 13 avril au soir, est conduite par Francisco Fernández de la Cruz, qui en informe Rondeau dès le lendemain. Celui-ci envoie aussitôt un pli à Tucumán et Córdoba ; Aráoz retransmet la nouvelle à Mendoza le 22 avril, soit une semaine après la bataille. Díaz et San Martin sont donc informés quinze jours après l’événement, la réponse du premier datant du 2 mai. Le récit détaillé de la bataille, que Fernández de la Cruz rédige le 15 avril, leur est envoyé par Rondeau les 22 et 23 avec d’autres nouvelles du front152. Cette attention et le suivi des progrès de l’Armée se maintiennent durant toute l’année 1815, jusqu’au désastre de Sipe Sipe. Outre les nouvelles du front, l’essentiel des relations entre les provinces, telles que le révèle la correspondance entre les autorités, est constitué par la surveillance ou la poursuite des éléments contre-révolutionnaires, ainsi que par l’échange de montures, de marchandises, d’armes et d’équipements, qui ne cessent de transiter d’une province à l’autre. Soucieux de préserver l’effort de guerre des convulsions internes et/ou de s’assurer des alliés, gouverneurs et cabildos se tiennent soigneusement au courant des péripéties politiques qui affectent les provinces voisines. Après son élection, José Javier Díaz informe régulièrement les autres capitales de la situation de sa cité ; Bernabé Aráoz fait de même au sujet de la journée du 30 juin.

103Cet accroissement des relations interprovinciales modifie peu à peu l’organisation territoriale héritée de la colonie. Il se crée ainsi une véritable géographie patriotique, dont Buenos Aires ne constitue plus le centre incontesté. Tel qu’il est perçu et pratiqué, l’espace s’organise bien plus autour des lieux où sont conçues et d’où partent les expéditions militaires, essentiellement le Nord-Ouest et, surtout après Sipe Sipe, Mendoza. Par ailleurs, les tensions dans la zone du Littoral accaparent l’effort militaire de la capitale, ce qui contribue à creuser un fossé entre cet espace et celui qui gravite autour des cités andines : cette configuration naissante explique l’importance que revêtent les choix politiques de Córdoba dans la construction de la future nation.

Les mutations de la représentation

104Outre le fait qu’il sanctionne le retour à une représentation des pueblos (par opposition à la tentative de 1813 de fonder une représentation « nationale »), le Statut provisoire de mai 1815 introduit plusieurs réformes importantes dans le champ de la représentation. Il s’efforce par là même de canaliser certaines pratiques spontanément mises en œuvre par les cités durant les mois de mars et d’avril. Ces nouveautés institutionnelles reflètent la volonté des dirigeants d’instaurer une « nouvelle donne » vis-à-vis des provinces. Les précisions quant à l’organisation du vote et, plus encore, l’extension de la sphère électorale sont l’indice d’une mutation dans les modes de légitimation du pouvoir et dans la façon dont le peuple souverain participe aux décisions politiques. Néanmoins, la confrontation des dispositions et des pratiques en cours durant l’année 1815 montre, d’une part, que le champ de la représentation ne se cantonne pas à l’élection et, de l’autre, que les innovations du Statut sont loin d’être assimilées par les acteurs traditionnels.

  • 153 Les études menées sur les premières élections en Amérique hispanique montrent que le vecino reste l (...)
  • 154 Cf. R. García Martínez, « La Constitución española de 1812, como antecedente constitucional argenti (...)

105La première de ces innovations consiste en une définition de la citoyenneté et de ses limites, dans la première section du texte. Jusqu’alors, le citoyen se confondait avec la figure du vecino, sans que cela n’exige de précisions supplémentaires. Le règlement du 24 octobre 1812 appelait ainsi au suffrage tous les vecinos libres et patriotes, seules conditions exigées pour voter et être élu153. Les conditions énoncées en 1815 sont beaucoup plus précises et rappellent la Constitution de Cadix154. Pour être citoyen, les deux conditions intrinsèques sont la liberté juridique et les liens avec l’État que constituent la naissance et la résidence sur son territoire. En outre, ce droit ne peut être exercé qu’à partir de l’âge de 25 ans (section 1, art. 2). Notons que le citoyen est défini comme « membre de la souveraineté du peuple » : il n’est donc pas reconnu comme un individu, mais comme l’élément d’une communauté, d’une entité unique qui s’identifie avec la Nation.

  • 155 Projet de la Commission, chap. VI, art. 1 et 2 ; Projet de la Société Patriotique, chap. IV, art. 1 (...)
  • 156 Cf. P. Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, 1992, p.  (...)

106Les conditions concernant les étrangers et les castas, qui n’apparaissaient pas dans le décret d’octobre 1812, sont en revanche très proches de ce que prévoyaient les projets constitutionnels de 1813155. Pour voter, les premiers doivent compenser le droit naturel que constitue la naissance en apportant des preuves « positives » de leur attachement à la Patrie et de leur intégration dans l’État : ils doivent y résider depuis plus de quatre ans, avoir acquis un patrimoine d’au moins 4 000 pesos ou exercer un art ou une profession déclarée « utile », et savoir lire et écrire (art. 3 et 4). Les Espagnols européens, qui ne sont pas considérés comme des étrangers mais comme des ennemis, font l’objet d’un traitement spécial. Une « carte de citoyenneté » leur est accordée s’ils ont fait preuve de leur adhésion à la cause patriotique, mais ils ne pourront faire usage de leur droit de vote que lorsque la situation juridique du nouvel État sera normalisée, c’est-à-dire, lorsqu’il aura été reconnu par l’Espagne elle-même (art. 5 et 6). Enfin, l’article 7 sur les descendants d’esclaves accorde le droit de vote au individus nés de parents libres ou qui ont moins d’un quart de sang noir. La suspension est de mise pour les mineurs et les malades mentaux, les débiteurs de l’État, les auteurs de délits ayant mérité une peine corporelle, les domestiques et ceux qui n’ont ni propriété, ni emploi lucratif ou utile au pays. Ces conditions correspondent à trois cas de figure classiques dans les constitutions libérales : le défaut de jugement, dû à l’âge ou à la maladie ; le défaut d’utilité ou l’existence d’une « dette » envers l’État et la société ; la dépendance envers un tiers, qui frappe les domestiques. Les dispositions concernant la perte de la citoyenneté renvoient au lien qui unit chaque individu à l’État : la situation de faillite, la condamnation à une peine afflictive ou infamante privent le citoyen de son droit, tout comme son allégeance à un autre État par le biais de la naturalisation ou de l’acceptation d’un privilège quelconque, emploi, pension ou titre de noblesse156.

107En dessinant les contours de la citoyenneté, ces dispositions font apparaître celle-ci de manière positive, comme la relation étroite existant entre l’État et les individus dotés des qualités nécessaires. Celles-ci sont de trois ordres : l’appartenance « naturelle » à cet État par le biais de la liberté, de la naissance et de la résidence renvoie à une définition politique de cette communauté, essentiellement fondée sur la notion de territoire. La seconde qualité du citoyen est son utilité pour le pays, par les services qu’il rend à la « cause », par la détention d’un capital ou par l’exercice d’une profession « utile ». Ces facteurs, qui renvoient aux modèles du citoyen-propriétaire et du citoyen-soldat, constituent une définition matérielle de l’État, par les activités qui le fondent. Enfin, le dernier critère constitutif du citoyen est l’autonomie du jugement, ainsi que son « indépendance » morale et matérielle, qui se manifestent par l’absence de dettes et de condamnation judiciaire. La figure du citoyen telle qu’elle se dégage de ce texte est donc celle d’un individu enraciné, autonome et impliqué dans la construction politique et matérielle de sa communauté.

  • 157 Cf. A. Annino dir., Historia de las elecciones..., op. cil.
  • 158 Estatuto provisional..., 5/05/1815, section 1, chap. 5 et 6, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 213. O (...)
  • 159 Cf. P. Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

108Au-delà de cette évocation générique, il reste à expliquer cette tentative de définition de la citoyenneté. L’étude des pratiques montre pourtant que la concordance entre le citoyen et le vecino, qui jusqu’alors avait suffi à déterminer les acteurs du vote, n’a rien perdu de sa validité157. Cette attention portée à la citoyenneté est à mettre en rapport avec deux autres phénomènes étroitement corrélés entre eux. D’une part, la concession du droit de vote aux habitants des campagnes multiplie le nombre de citoyens dans les assemblées primaires et oblige à fixer plus rigoureusement les conditions d’exercice du suffrage. Le chapitre sur la citoyenneté s’ouvre sur la recommandation expresse faite aux municipalités de dresser des listes électorales comprenant les noms de tous les citoyens en exercice, avec mention de leur âge et de leur origine, ainsi que la liste des suspendus et des exclus du vote. Le but est de favoriser un contrôle des autorités sur l’acte électoral et d’empêcher au maximum les tentatives de fraude et les pressions exercées sur les électeurs, qui commencent à se multiplier. D’autre part, cette volonté de définir plus précisément et de manière plus abstraite ce qui sanctionne l’inscription des individus dans la communauté politique reflète le projet de mise en place d’un Etat moderne. Celui-ci suppose en effet l’inscription sur un territoire défini, l’uniformité juridique des administrés (incarnée ici par la condition de liberté), ainsi qu’un lien de dépendance réciproque entre l’État et les citoyens, qui chapeaute les diverses conditions d’« utilité ». Dans le même sens, les chapitres 5 et 6 sont consacrés aux « devoirs de l’individu dans l’État » (obéir et respecter la Loi, se sacrifier pour la Patrie, payer ses impôts, observer une conduite vertueuse) et aux « devoirs du Corps Social » (garantir le respect des droits de l’homme, soulager la misère des citoyens et leur donner les moyens de prospérer)158. Enfin, l’État moderne exerce sur ses sujets une autorité suprême et exclusive, d’où il résulte que l’allégeance à une autre nation entraîne la perte irréversible des droits politiques159.

109L’importance accordée au suffrage comme mode privilégié de la participation politique se reflète dans la cinquième section du texte, qui fait le point sur l’organisation des assemblées électorales. Le règlement de 1812, très circonstanciel, se bornait à indiquer que les assemblées primaires avaient lieu par section (cuartel), chacune présidée par un alcalde de barrio, et que les électeurs se réunissaient ensuite dans la salle du cabildo pour procéder au vote définitif. Ces scrutins étaient publics et s’effectuaient par oral, garantissant ainsi l’unanimité. En 1815, l’organisation des assemblées primaires pour l’élection des députés, qui concerne pour la première fois la campagne, exige un recensement préalable de la population. Dans les cités et les villas le système change peu, si ce n’est la création du bureau présidé par un échevin et comprenant deux alcaldes de barrios et un notaire, ou à défaut deux témoins. Pour la campagne, le suffrage au premier degré s’effectue au niveau de la paroisse (sección de proporción) et les résultats sont dépouillés dans le chef-lieu du district (sección de número). Dans les deux cas, le bureau est constitué du fonctionnaire en place (le juge de paix), du curé et de trois vecinos choisis pour leur probité. Les votes peuvent être écrits ou oraux, secrets ou publics ; ils sont de toute façon reportés sur des bulletins, recueillis dans des urnes qui sont ensuite apportées au chef-lieu. Cette disposition renforce les précautions prises contre la fraude : chaque électeur doit se retirer de la salle après avoir voté (chapitre 2, art. 8), et les irrégularités doivent être signalées (art. 9). Le second degré des élections se déroule dans les assemblées dites « électorales », qui siègent dans les capitales de province. Celles-ci comportent peu de nouveautés, si ce n’est qu’elles réunissent un nombre plus important d’électeurs et que les échevins n’en font plus partie, sauf s’ils ont été choisis par les sections. Après avoir nommé un président, les électeurs procèdent au vote. Le député doit être élu à la majorité ; si celle-ci n’est pas atteinte au bout de trois tours, on procède à un tirage au sort entre les deux candidats ayant obtenu le plus de voix.

  • 160 Acta del cabildo de Salta, 1/03/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 4, p. 177.

110Ces élections représentent une charge financière supplémentaire pour les cités, puisqu’il est prévu, contrairement à 1813, qu’elles supporteront les frais de leur représentation. Cette disposition indique clairement le retour à une représentation des provinces. Chacune a alors recours à des expédients financiers : à Tucumán, on alloue aux deux représentants 1 500 pesos par an et on crée des impôts indirects sur les activités commerciales, afin d’éviter aux habitants de nouvelles contributions jugées « odieuses ». Des mesures identiques sont prises à Córdoba, où un emprunt est toutefois levé pour avancer aux députés l’argent du voyage. Cette disposition est vivement critiquée par Ambrosio Funes, qui accuse les députés de s’enrichir au dépens de leurs concitoyens : en effet, ils ont touché rapidement leurs indemnités et ne se sont pas mis en route, et certains continuent de percevoir d’autres revenus. C’est précisément pour pallier ce type d’abus que le cabildo de Salta décrète l’interdiction du cumul des rentes ; les députés devront donc choisir entre leur appointements habituels et leurs indemnités160.

  • 161 Circular del Congreso a los pueblos, 26/11/1816, AHM Ind., 657-27 et DHSM, op. cit., t. 2, p. 144.

111Si l’élection de députés est ancrée depuis 1809 dans la pratique politique des cités, le Statut de 1815 introduit une véritable nouveauté en généralisant le principe électif comme mode de désignation des gouvernants. En vertu du premier chapitre de la cinquième section, toutes les autorités se voient soumises à la sanction du suffrage populaire, aussi bien celles placées au sommet de l’État (Directeur suprême et Junte d’Observation) que celles qui dirigent les provinces (gouverneurs et échevins). L’élection des cabildos, instaurée par un décret du Triumvirat du 18 août 1812, est confirmée par le Statut ; celle des gouverneurs, imposée par la pratique des cités durant la vacance du pouvoir, est également institutionnalisée. Cette importante nouveauté apparaît clairement comme une façon de désamorcer la crise, une main tendue en direction des pueblos. Plus généralement, l’extension du principe électif à toutes les fonctions de gouvernement sanctionne le triomphe (théorique !) de la souveraineté du peuple. Elle signifie que la volonté des citoyens est considérée, in abstracto, comme le fondement unique de la légitimité. Dans la pratique, c’est la souveraineté des pueblos et non celle des individus qui est reconnue. C’est ce que soulignera le Congrès au moment de la révision du Statut, lorsqu’il déclarera avoir « investi les cabildos de prérogatives qu’ils ne peuvent exercer sans recevoir leur autorité du peuple même, [par le biais de la représentation] »161.

  • 162 A Córdoba, sur les 18 électeurs nommés en août pour l’élection des députés, 12 sont reconduits pour (...)
  • 163 Oficio de Bemabé Aráoz al Director Supremo, 9/10/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.
  • 164 Oficio de Álvarez Thomas a Bernabé Aráoz, 3/11/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3 ; Oficio de Bernabé Ar (...)

112De fait, c’est durant les années 1815 et 1816 que l’élection des cabildos semble réellement s’ancrer dans la vie politique des cités. Les citoyens de la cité et de la campagne, réunis une première fois pour l’élection des députés, sont convoqués une nouvelle fois pour conférer aux électeurs des pouvoirs spéciaux leur permettant d’élire les échevins. Ils ont également la possibilité de nommer d’autres électeurs à cet effet, comme c’est le cas à Salta et partiellement à Côrdoba162. À Tucumán, l’élection du cabildo constitue un épisode supplémentaire de la lutte entre les autorités. Bemabé Aráoz dénonce en septembre 1815 la contradiction entre l’esprit de la réforme, visant à ouvrir les charges municipales à tous les citoyens, et les pratiques qu’il a vues à l’œuvre aussi bien à Tucumán que dans les cités subalternes de Santiago et Catamarca. Trois échevins ont été reconduits et de multiples pressions, qu’il nomme « relations particulières », ont été exercées sur les électeurs163. Cette protestation ne fait qu’illustrer un fait d’évidence, à savoir que l’élection des cabildos représente un enjeu majeur pour les élites locales et, partant, un terrain de prédilection pour l’affrontement des factions. À la suite de la journée du 30 juin, vis-à-vis de laquelle il n’a toujours pas obtenu gain de cause, le cabildo de Tucumán s’efforce de barrer la route aux candidats du gouverneur et mobilise sa clientèle. Appelé une fois de plus à arbitrer la situation, le Directeur suprême sacrifie les principes de la réforme aux réalités de la lutte : tout en reconnaissant auprès d’Aráoz les irrégularités qui ont été commises dans les élections du cabildo, il confirme celles-ci pour ramener le calme. Puis, pour faire bonne mesure, il décrète, par la circulaire du 3 novembre 1815, que les élections capitulaires seront soumises à la sanction des gouverneurs. Il tente ainsi d’empêcher que les deux pouvoirs, issus de l’élection, ne soient placés sur un pied d’égalité, ce qui risquerait, en cas de conflit, de paralyser la gestion des affaires. Naturellement, c’est à Tucumán que la mesure est la plus vivement critiquée par les échevins, qui prétendent que ce droit de censure « ne va pas dans le sens des intérêts des pueblos ». Elle ne sera toutefois pas mise en cause plus sérieusement164.

  • 165 L’idée en elle-même n’est pas nouvelle. Elle est défendue dès 1810 par des révolutionnaires radicau (...)
  • 166 H. J. Pianetto, La situatión social de la campaña de Córdoba durante el periodo de la revolución (1 (...)

113L’autre innovation importante du Statut est la concession du droit de vote aux habitants des campagnes165. En réalité, il ne s’agit pas d’une extension du suffrage au sens strict, tel que le constitue, par exemple, le passage d’un suffrage censitaire à plusieurs degrés au suffrage universel et direct. En effet, la multiplication du nombre de citoyens n’est pas le signe d’une ouverture sociologique de la représentation : le vote à deux degrés continue d’assurer sa fonction de « filtre social » et le profil des élus reste le même. Le véritable changement se situe dans la conception même de la représentation : faire voter les campagnes sanctionne l’abandon du principe de la représentation par le sommet, selon lequel la cité votait pour l’ensemble de sa juridiction. Cela signifie, d’une part, une reconnaissance de la campagne face à la cité, ce qui s’explique aisément par l’importance de l’effort de guerre, auquel les habitants de la province participent largement, tant par le biais du recrutement que par celui du ravitaillement en montures et en vivres166. D’autre part, la mesure traduit la lente imposition du principe de la représentation proportionnelle, face à la représentation qualitative jusque-là à l’œuvre dans les élections.

  • 167 Sur cette double dimension de la démocratie électorale (identification et sélection), cf. P. Manin, (...)
  • 168 Nous employons cette expression pour désigner la représentation d’Ancien Régime, fondé sur une conc (...)

114Ce changement de conception est déjà perceptible dans les divers épisodes de la crise de 1815. A Salta comme à Córdoba, l’élection du gouverneur pose le problème de l’extension géographique de son mandat et de la représentation qui doit fonder sa légitimité. La chute d’Alvear étant vécue par les cités comme une nouvelle table rase, du point de vue de la souveraineté des pueblos, le principe selon lequel la cité représente sa juridiction (soit la campagne environnante, soit, du fait de son statut de capitale, l’ensemble de l’intendance) ne va plus forcément de soi. Il s’agit donc de redéfinir l’entité dont doit émaner le pouvoir du gouverneur, et les mécanismes de représentation qui la régissent. Dans la plupart des cas, comme nous l’avons vu, les cités capitales imposent le principe d’une décision prise en leur sein et valable pour l’ensemble de la province. Quoique jamais mis en œuvre, le principe d’une représentation égalitaire des cités est toutefois évoqué à plusieurs reprises. On en revient sur ce point aux débats de l’année 1809 suscités par les élections à la Junte centrale : la représentation doit-elle être le fait des capitales administratives ou de toutes les cités pourvues de cabildos ? L’élection est-elle une simple fonction étatique ou un attribut intrinsèque de la souveraineté, appartenant en propre à la société et à ses composantes « naturelles » que sont les pueblos ? Face à cette question essentielle167, les capitales de province réagissent de la même façon que Buenos Aires en 1810, en faisant prévaloir la hiérarchie administrative tout en promettant aux cités subalternes la possibilité d’une expression libre. Une fois de plus, bien qu’à l’échelon inférieur, la conception pyramidale et « métonymique »168 de la représentation l’emporte sur la conception horizontale et égalitaire que réclament les pueblos.

  • 169 Acta del cabildo de Salta, 26/10/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 394.
  • 170 Oficio de San Martin al Director Supremo, 3/09/181, AGN Gob. Men., X-5-5-7.
  • 171 Bando de San Martin al pueblo, 16/06/1815, AHM Ind., 283-33. Le compte rendu déclare que l’élection (...)
  • 172 Sur les quinze électeurs nommés en août dans la campagne de Córdoba, huit résident en ville. Sur le (...)
  • 173 Oficios de la junta électoral de la parroquia del Rio Seco al gobernador y a la Junta electoral de (...)

115De fait, lors de ces premières élections, les campagnes apparaissent bien comme une annexe de la cité, appliquant elles-mêmes le principe de la « représentation par le sommet ». Le cas de Salta est particulièrement exemplaire : à la fin du mois d’octobre, les habitants de la campagne sont convoqués dans la cité pour nommer leurs électeurs en vue des élections au Congrès. Naturellement, ce ne sont pas tous les habitants qui se rendent en ville, mais principalement les gauchos des milices de Güemes, qui font office de représentants « naturels » de leurs communautés. Par la suite, ceux-ci déclarent ne connaître personne dans la cité et délèguent leur représentation aux officiers qui les accompagnent. Ce sont donc ces derniers qui nomment les neuf électeurs, ce choix étant ensuite ratifié, dit le texte, « par la campagne qui se trouvait présente », expression qui montre bien le jeu des délégations successives et le caractère « métonymique » de la représentation169. Cet épisode s’inscrit totalement dans la vision des élites, qui considèrent que le vote des campagnes est un facteur de troubles, eu égard au nombre et au « manque d’instruction » de ses habitants. C’est certainement la raison pour laquelle le cabildo de Mendoza interprète le Statut de manière très restrictive et n’organise pas d’élections dans sa juridiction. San Martin évoque l’influence néfaste des contre-révolutionnaires qui y sévissent, contre laquelle la population, « misérable portion d’hommes élevés dans la servilité », ne peut se défendre170. Son bando sur les élections se borne à signaler que « tout habitant de la campagne qui voudrait participer au vote dans la cité pourra le faire dans la section de son choix »171. De fait, le problème se pose partout de trouver dans la campagne des personnes capables de remplir les fonctions de représentant. En général, on a recours à des vecinos connus, qui résident autant en ville que sur leurs terres, ou bien ce sont les personnalités du lieu, souvent les curés, qui sont élus172. Cette rareté de l’offre ne va pas sans poser problème : en 1816, le commandant de la Frontière du Rio Seco, électeur de la paroisse du même nom, demande à être relevé de ses fonctions car il ne peut se rendre à Córdoba en laissant le fort à la merci des Indiens. Ses pouvoirs sont donc transférés au curé de la paroisse, mais un curé ne saurait davantage s’absenter sans dommages : c’est ce qu’explique celui de La Punilla, en faisant valoir le manque de prêtres dans la région, l’étendue de sa paroisse et les nécessités spirituelles de ses ouailles. À l’inverse du cas précédent, il sera remplacé par un vecino de Córdoba173.

116Outre l’application stricte du Statut, principalement pour élire les députés au Congrès, l’élection et le débat autour de la représentation font largement partie du sursaut de la souveraineté qui s’opère dans les cités à la faveur de la crise de 1815. Celui-ci prend diverses formes, du conflit autour de la représentation à l’importance accrue de celle-ci, en passant par une interrogation sur sa véritable nature.

L’hybridation des pratiques

  • 174 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la sociét (...)
  • 175 Cf. F.-X. Guerra, « Le peuple souverain, fondements et logiques d’une fiction », dans Quel avenir p (...)

117La crise de 1815 occasionne dans les cités une véritable inflation du principe électif, qui traduit les progrès de la représentation du « peuple » sous sa forme moderne. En tant que telle, la représentation de la cité n’est pas une idée neuve, mais elle s’est jusqu’alors exprimée sous d’autres formes, relevant de ce que Habermas nomme la « sphère publique structurée par la représentation »174 La plus courante d’entre elles est le « spectacle urbain », où les habitants assistent et donnent sens aux actes politiques (processions, prestations de serment, formation d’une junte) mis en scène par les corporations, les principaux vecinos et les autorités municipales175. Or, durant l’année 1815, le peuple élit à plusieurs reprises des représentants pour assurer des fonctions autrefois dévolues au cabildo. On assiste par là même, dans le cadre de la cité, à une mutation de la représentation : celle-ci est à la fois davantage médiatisée sur le plan formel et plus spécialisée qu’auparavant. Les différentes fonctions accordées aux représentants obligent en effet à se pencher sur ces notions connexes que sont l’électeur, le « fondé de pouvoir » (apoderado) et le député au sens strict du terme.

  • 176 Le congrès de Paysandú, réunissant les représentants des provinces sous la domination d’Artigas, es (...)
  • 177 J. C. Chiaramonte, « Vieja y nueva representación : los procesos électorales en Buenos Aires, 1820- (...)
  • 178 L’absence de séries complètes pour les assemblées primaires ne permet pas un calcul rigoureux du no (...)

118La médiatisation formelle de la représentation, qui passe par l’organisation d’assemblées primaires et la nomination d’électeurs, est la conséquence du vote à deux degrés. Or, bien que ce système fonctionne depuis 1812, il arrive qu’il soit contesté : à Córdoba, le 29 mai 1815, l’une des assemblées primaires demande que le député au congrès de Paysandú176 ne soit pas choisi par des électeurs, mais par un cabildo abierto. De même à Tucumán le 30 juin 1815, les citoyens réunis à la Citadelle élisent les députés au suffrage direct. Dans l’un et l’autre cas, il subsiste une forme de médiation : dans le premier, le cabildo abierto ne réunit pas tout le peuple mais « sa partie la plus importante et la plus saine » ; dans le second, les élections sont canalisées par les officiers des bataillons de milice. Ce que José Carlos Chiaramonte interprète comme « une alternative entre la démocratie directe et le régime représentatif »177 nous apparaît plutôt comme deux résolutions successives du problème de la médiatisation, l’une de type ancien et assurée par les autorités « naturelles » de la société, l’autre institutionnelle, dans un contexte où le suffrage est théoriquement octroyé au plus grand nombre178.

  • 179 Cf. S. Salcedo, Las primeras formas de eligir..., Buenos Aires, 1948 ; V. Tau Anzoateguí, E. Martir (...)
  • 180 Oficios de la junta électoral del partido de Macha al gobernador-intendente y de la parroquia de Tu (...)

119Dans ce contexte, la figure de l’électeur prend une importance capitale et connaît, du fait des nouveautés introduites par le Statut, une évolution significative. En effet, une distinction est faite dans la nature du mandat confié aux électeurs, selon qu’ils doivent nommer les députés au Congrès ou les membres du cabildo. Les premiers sont des électeurs proprement dits, alors que les seconds sont considérés comme des fondés de pouvoir (apoderados) 179. La différence est soulignée par les citoyens du district de Macha, dans la province de Córdoba : ceux-ci expliquent aux autorités qu’au mois d’août 1815, ils ont nommé un premier électeur pour le Congrès, et que celui-ci n’étant plus disponible en décembre, ils en ont choisi un second pour le cabildo. A cet égard, ils précisent que les pouvoirs confiés à l’un et à l’autre ne sont pas de même nature : le second a pour mandat d’élire les échevins et d’exprimer une revendication propre à la circonscription (qu’on en fasse partir les officiers royalistes prisonniers, qui se livrent à une propagande contre-révolutionnaire). La mission du premier, en revanche, « est totalement distincte [de l’autre] et ne lui est liée en aucune manière, puisqu’il s’agit d’un acte de souveraineté »180. C’est donc la fin ultime de la délégation qui fonde la différence entre l’électeur et l’apoderado. La fonction dévolue au premier est de même nature que celle du député envoyé au Congrès : elle est l’expression de la part de souveraineté dont les citoyens réunis en assemblée électorale sont fictivement les détenteurs. Notons qu’il ne s’agit pas de cette souveraineté abstraite et unique, celle de la Nation, dont l’incarnation et l’exercice seraient l’apanage des seuls députés. Le passage à un régime pleinement représentatif n’est toujours pas accompli, comme le montre la concession des pouvoirs et instructions. Pourtant, les limites de ce mandat impératif sont de plus en plus repoussées, si bien qu’une distinction s’impose désormais entre les députés (et leurs électeurs) et les apoderados, alors que les deux fonctions se confondaient encore en 1812.

  • 181 Aráoz dit que les élus du 23 sont des « députés », et non des « représentants du peuple » (Oficio d (...)
  • 182 Oficio de Bernabé Aráoz a San Martin, 30/06/1815, AHM 657-4 e.
  • 183 Oficio del gobernador Ambrosio Funes al cabildo de la Villa de la Conceptión del Rio Cuarto, 21/10/ (...)

120Bernabé Aráoz s’appuie sur cette distinction pour dénoncer les représentants nommés le 23 juin 1815, qu’il accuse de vouloir élire les députés au Congrès, alors qu’ils n’ont pour mission que de juger le Statut. Il les considère comme des fondés de pouvoir qui, à ce titre, ne peuvent prétendre exprimer la volonté du peuple181. C’est la raison qu’il donne à sa réunion du 30 juin, où il fait nommer des représentants qui sont à la fois des apoderados et des députés. Ceux-ci reçoivent en effet deux types de pouvoir : l’un « ample, celui requis pour qu’ils représentent [les droits de la cité] au Congrès général », et l’autre « spécial, pour qu’ils puissent prendre des mesures [en vue d’assurer] la paix, la tranquillité et la félicité au le cas où les circonstances l’exigeraient »182. Le cumul des fonctions que pratique Aráoz n’est pas un cas isolé. À Córdoba, les vecinos qui désignent Díaz le 29 mars sont appelés à nommer des « représentants permanents », mi-électeurs, mi-députés, qui auront pour fonction de s’exprimer à leur place. L’institution, qui compte 21 membres à sa création, vise expressément à remplacer le cabildo abierto et devient permanente. Lors d’une nouvelle réunion un mois plus tard, une pétition est votée qui réduit le nombre de ses membres à cinq. Ceux qui restent sont les plus proches partisans de Díaz et deviennent en quelque sorte des secrétaires de gouvernement, par analogie avec ceux qui entourent le Directeur suprême. Trois assemblées électorales « classiques » sont ensuite formées au cours de l’année : la première fin mai, pour l’envoi du député au Congrès oriental de Paysandú ; la seconde en août, pour élire les députés au congrès de Tucumán et la dernière en décembre, pour renouveler le cabildo. La formule inaugurée en mars 1815 ne tombe pourtant pas en désuétude : l’année suivante, confronté à l’insurrection de Juan Pablo Pérez Bulnes, Díaz appelle les habitants de la cité à élire des représentants pour juger la situation. À cette fin, le mandat des fondés de pouvoir se limite strictement à décider s’il y a lieu ou non d’intervenir militairement contre Santa Fé. Cette assemblée consultative joue donc, une fois de plus, le rôle d’un cabildo abierto. Deux mois plus tard, le nouveau gouverneur Ambrosio Funes ordonne la formation d’assemblées électorales permanentes dans les campagnes, afin d’éviter aux citoyens d’avoir à délaisser leurs occupations domestiques pour aller voter. Les membres de ces assemblées seront dotés de pouvoirs suffisamment larges pour statuer sur toutes les affaires qui leur seront présentées183.

121Dans ces différents exemples, la Liberté des Modernes semble prendre le pas sur celle des Anciens. Toutefois, du fondé de pouvoir limité par un mandat impératif à l’électeur-député doté de pouvoirs larges, plusieurs versions de la représentation se donnent à voir de manière concomitante. Les assemblées élues par les cités peuvent selon les cas être soit purement consultatives, soit mettre en jeu l’exercice de la souveraineté. Cette distinction explique en partie le caractère « inflationniste » des élections en 1815, que nous avons constaté dans le cas de Córdoba, mais qui se vérifie également à Salta. Suivant que la campagne est ou non représentée, ces assemblées comptent de cinq à vingt personnes, choisies dans un cercle limité de notables. À Mendoza, sur les sept représentants appelés à juger le Statut, deux seront renommés pour l’élection au Congrès, et trois seront précisément élus députés. L’élite est ici très restreinte et cohérente, au contraire de Tucumán, où l’assemblée du 23 juin est clairement l’expression d’une faction. À Salta, six des neuf représentants qui sanctionnent le Statut sont les mêmes que ceux qui ont reconnu Rondeau un mois auparavant. Quatre d’entre eux sont renommés en décembre, sur un total de douze. De même, sur les six électeurs de la campagne, trois siègent dans d’autres assemblées, tandis qu’un quatrième, sera élu député. À Córdoba, on constate une relative dispersion qui est le fait d’une élite numériquement plus importante : sur les 21 représentants élus en mars, on en retrouve trois pour le Congrès de Paysandú, deux pour le congrès de Tucumán et trois pour le cabildo. Le seul à être renommé à chaque fois est José de Isasa, qu’Ambrosio Funes décrit comme l’âme damnée du gouverneur Díaz...

122Ces progrès du principe représentatif dans la pratique politique des cités est certes à mettre en relation avec la crise du pouvoir, qui impose l’appel au peuple comme instance de légitimation. Par rapport à 1 810 où ce recours était déjà pratiqué sous la forme des cabildos abiertos, on fait davantage appel aux citoyens qu’au « peuple-communauté » représenté par le cabildo ou les principaux vecinos. Tout se passe comme si cette forme de représentation ancienne, dans ce qu’elle comporte d’implicite, ne suffisait plus à remplir son rôle de légitimation. La représentation doit donc être refondée, sans renier la « sélection naturelle » qu’impose la hiérarchie sociale, mais en étayant celle-ci d’une technique – l’élection – qui part d’une base individuelle pour confirmer les élites dans leur rôle.

  • 184 Oficio de Bernabé Aráoz a San Martin, 30/06/1815, AHM Ind., 657-4 e.
  • 185 Oficio de Nicolas Laguna al Director Supremo, 3/07/1815 ; Oficio de los représentantes al Director (...)
  • 186 Oficio de Aráoz al Director Supremo, 11/07/1815. AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.
  • 187 Ibid, 4/07/1815.
  • 188 Oficio del Director Supremo a Aráoz, 15/07/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.

123Cette évolution atteint directement les cabildos, dont l’une des principales fonctions était d’assurer la représentation de la communauté, jusqu’à entrer en concurrence avec les députés dans certains cas extrêmes que nous avons signalés. Désormais, c’est à l’intérieur même de la communauté que cette prérogative est remise en cause, du fait de la multiplication des assemblées représentatives. Cela contribue à expliquer les conflits qui se nouent autour des élections, dont le principal a lieu à Tucumán. Outre la lutte de factions déjà évoquée, l’affrontement du gouverneur et du cabildo lors de la journée du 30 juin a pour enjeu fondamental la « libre expression du peuple ». À la Citadelle, la représentation du peuple est d’essence tout à fait ancienne ; il ne s’agit pas d’une consultation électorale mais d’une mobilisation de la population, encadrée par ces autorités « naturelles », quoique nouvelles dans le paysage social, que sont les commandants de milice. Aráoz lui-même affiche une grande méfiance envers les élections, alléguant que ce « type de réunions sont toujours dangereuses »184. C’est la raison pour laquelle il fait nommer des représentants pourvus d’un double mandat, à la fois apoderados destinés à juger le Statut et électeurs devant nommer les députés. Lui-même est conscient qu’une telle pratique, imposée par le sommet, est d’ores et déjà dépourvue de légitimité ; d’où l’insistance avec laquelle il a recours à l’arbitrage du Directeur pour confirmer sa décision. La bataille qui s’ensuit tourne autour de ce problème de légitimité. Comme nous l’avons vu, les détracteurs d’Aráoz assimilent la mobilisation à de la coercition pure et simple, incompatible avec la libre représentation du peuple. Interprétant les événements selon les principes modernes de la représentation, ils parlent d’un « ensemble de crimes contre la liberté, la sécurité et la souveraineté de ce peuple, tels que [le vote par] acclamation, obtenu par des séductions et des pressions »185. Ce qu’ils dénoncent comme des atteintes aux principes sont en fait les formes anciennes de la représentation. Aráoz réplique en convoquant plusieurs témoins, qui attestent que la journée du 30 s’est déroulée sans violence et que la liberté d’expression du peuple a bien été respectée186. Aráoz lui-même joue sur cette opposition entre représentation ancienne et moderne, lorsque n’arrivant pas à ses fins, il finit par retourner ses attaques contre le cabildo, en arguant que celui-ci n’était pas en droit de faire reconnaître le Statut « par les seules corporations », comme cela s’est produit le 23 juin. Plaidant une fois de plus pour « la libre expression de la volonté du peuple », il déclare que la nature même des textes constitutionnels, fondateurs du lien civique, exige qu’ils soient sanctionnés par tous les citoyens ou leurs représentants. Selon lui, seuls les députés du 30 disposent de cette faculté, parce qu’ils ont été élus par l’ensemble des habitants de la juridiction et non par les seuls vecinos 187. En dépit de ces efforts, le Directeur conteste la validité de l’élection du 30 et conseille à Aráoz de procéder à une nouvelle élection, en accord avec le cabildo188.

  • 189 Appliqué au Venezuela dans le règlement du 11 juin 1 810 pour l’élection des députés au Congrès, le (...)
  • 190 Estatuto provisional..., op. cit., section 5, chap. 2, art. 3.
  • 191 Gabriella Chiaromonti signale une disposition identique dans la loi électorale de 1861 au Pérou. Cf (...)

124L’évolution vers les formes modernes de la représentation se vérifie enfin à travers la lente progression de la proportionnalité, qui correspond à une représentation individuelle en vertu du principe : « un homme, une voix ». Ce principe est affirmé pour la première fois dans le Statut de 1815189 pour la nomination des députés. En ville, chaque section nomme un électeur pour 5 000 citoyens ; s’il n’y a pas assez d’habitants, la population entière est considérée comme une seule section190. À la campagne, le second échelon des assemblées primaires (sectión de número) obéit à la même règle. Dans sa totalité, la province a droit à un député par tranche de 15 000 habitants. Dans l’un et l’autre cas, on définit des fractions à partir desquelles on peut élire un représentant supplémentaire : 2 500 voix pour un électeur et 7 500 voix pour un député. Il existe toutefois une notable exception au principe, celle des paroisses de la campagne qui restent cantonnées dans le registre ancien, puisque chacune d’entre elles nomme un électeur, quelle que soit l’importance de sa population191. La distinction opérée pour les assemblées primaires entre les secciones de proportión (les paroisses) et les secciones de número (les districts proprement dits) reflète bien cette ambivalence entre une représentation de type corporatiste maintenue dans les paroisses et une représentation individuelle à l’échelle du district. D’autre part, l’existence même de deux régimes électoraux, l’un pour la cité et l’autre pour la campagne, montre que l’on continue à concevoir ces deux espaces comme des communautés distinctes.

  • 192 Dans certains cas, les sources donnent très précisément le détail des circonscriptions, dont les li (...)
  • 193 Oficio de la junta electoral del partido de Macha al gobernador-intendente, 15/12/1815, AHC Gobiern (...)
  • 194 Actas del cabildo de Salta, 23/09/1815 et 1/03/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 38 (...)

125Dans la pratique, le principe de proportionnalité tente d’être appliqué, mais s’impose difficilement dans les mentalités. Suivant les résultats des recensements en cours depuis 1813, Córdoba se dote de cinq députés, tandis que Salta en a trois et Mendoza deux. Aráoz ayant fait nommer trois députés pour Tucumán voit ce chiffre contesté et ramené à deux en 1816. Le principe est également appliqué à l’intérieur des cités, divisées en circonscriptions précises dotées en théorie du même nombre d’habitants192. Cette logique s’oppose à la manière ancienne de considérer la cité comme une entité organique, indépendamment de l’importance de sa population. Toutefois, la proportionnalité est appliquée comme une consigne électorale et non comme un principe ; dans l’imaginaire des acteurs, la représentation demeure d’essence qualitative. Beaucoup réagissent comme les citoyens du district de Macha, dans la province de Córdoba : l’élection étant jugée impossible à cause de l’absence de deux électeurs, les autres déclarent que le district est « suffisamment représenté par les [électeurs] présents », et imposent le passage au vote193. Au niveau des provinces, on constate une permanence de la représentation qualitative dans le sort réservé à la représentation de la campagne : rappelons qu’à Mendoza, la cité élit les députés au Congrès pour l’ensemble de la juridiction. On hésite parfois entre les deux principes : le cabildo de Salta laisse le choix à la petite ville de La Rinconada d’élire son propre député, auquel elle a droit, ou bien d’envoyer des électeurs à l’assemblée de la province. En fin de compte, c’est la représentation qualitative qui l’emporte : le 1er mars 1816, le cabildo de Salta interdit aux villes sans municipalité de nommer un député, quel que soit leur nombre d’habitants, et annule l’élection de La Rinconada194 . On en revient à la règle en vigueur depuis 1809, qui n’accorde le privilège de la représentation qu’aux véritables cités, dotées de cabildos.

  • 195 Acta del cabildo de Salta, 26/10/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 394.
  • 196 Oficio del cabildo de Córdoba al Director Supremo, 23/12/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

126Dans le cadre même de la représentation proportionnelle, la logique ancienne est encore à l’œuvre, parfois de manière flagrante : on l’a constaté lors de la nomination des électeurs de Salta par les commandants des bataillons de gauchos, qui représentaient l’ensemble de la campagne195. Par ailleurs, le prestige de l’élu garde toute son importance, comme le montre l’insistance avec laquelle les vecinos de Córdoba tentent de faire accepter sa nomination au doyen Funes, jusqu’à demander au Directeur d’intercéder en leur faveur196. Bien qu’il ait longtemps encouragé son frère à persister dans son refus, Ambrosio lui conseille finalement d’accepter le poste et de dicter ses conditions. Il lui suggère entre autres d’exiger d’être le seul représentant de Córdoba, puisque ses qualités propres dépassent celles des autres députés réunis. Cette hypothèse remarquable du représentant unique est également envisagée par le gouverneur Luzuriaga à propos de l’élection de San Luis. Celle-ci a été annulée parce que la cité a désigné le même député que Mendoza. Or, Luzuriaga considère que le départ imminent de l’expédition des Andes est peu propice à l’organisation d’un nouveau scrutin, toujours susceptible de dégénérer en émeute. Il plaide donc pour que Godoy Cruz reste le député de San Luis, qui l’a unanimement élu. Selon lui, il n’y a pas d’incompatibilité à ce qu’il exerce conjointement les deux mandats, car rien n’interdit aux représentants de recevoir leurs pouvoirs d’individus ou de corps différents, tant qu’ils ne sont pas contradictoires. Poussant le raisonnement jusqu’à son terme, il affirme :

  • 197 Oficio de Luzuriaga al Director Supremo, 21/11/1816, AGN Gob. Men., X-5-5-7.

« Tous les pueblos de l’Un ion vouent un intérêt général et identique à la grande cause de notre Constitution et auraient installé leur législatión sur des bases solides s’ils l’avaient confiée à un seul homme, comme les Athéniens [l’ont fait avec] Solon, les Crétois [avec] Minos ou les Lacédémoniens [avec] Lycurgue »197.

127L’idée d’une représentation unique, commune à toutes les cités, est aux antipodes du principe de représentation individuelle, proportionnelle à la population, que le Statut tente d’instaurer. Elle reflète pourtant la persistance d’un imaginaire organiciste et unanimiste qui se retrouve dans la façon dont ces acteurs conçoivent le Congrès. Cette institution est tout empreinte de l’hybridation entre les principes modernes, qui en font le détenteur légitime de la souveraineté, et la réalité ancienne de la société dont elle émane.

128La crise de 1815 peut être qualifiée de « second acte » de la Révolution en tant qu’elle renouvelle le pacte conclu en 1 810 : une nouvelle fois, les cités ratifient une décision prise par la capitale, touchant à l’organisation du pouvoir. Trois évolutions capitales doivent cependant être constatées. En premier lieu, l’initiative échappe en partie aux élites de la capitale. C’est une armée qui se soulève, et bien qu’explicitement liée à la province de Buenos Aires, elle s’appuie davantage sur les campagnes que sur la cité. En second lieu, le motif et le contexte de la révolution ne sont pas de même nature : bien qu’affublé des mêmes qualificatifs de despotisme et de tyrannie que ceux employés à l’encontre des mandones, le pouvoir renversé en 1815 est issu de la Révolution elle-même, et le motif de l’intervention est la guerre que ce pouvoir a déclarée à une autre armée patriote : on est loin de la manœuvre juridique et politique qui a justifié la formation de la Junte en 1810.

129Troisième évolution enfin : si plusieurs éléments familiers se retrouvent dans ce processus, telles la réaction radicale de Córdoba ou l’importance que revêt la question de l’information, l’adhésion des cités est cette fois négociée de manière explicite. L’ancienne pyramide des obédiences a été puissamment retravaillée par les principes relevant des « droits des cités » : Buenos Aires se s’impose plus d’emblée comme tête de l’ensemble ; elle doit négocier son rôle et le régime provisoire qu’elle propose n’est accepté qu’en échange d’une représentation authentique des pueblos. Ce qui confère aux cités ce pouvoir de négocier, c’est la présence d’une alternative possible dans le camp des patriotes – Artigas – et, surtout, l’intervention de l’armée comme acteur autonome, susceptible d’œuvrer contre le pouvoir en place. Loin d’être une simple répétition de 1810, la « nouvelle donne » de 1815 est donc l’indice d’une mutation décisive dans l’ordonnance des forces politiques. Placée sous le mot d’ordre de l’autonomie et de l’union, celle-ci se reflète dans les conceptions et les pratiques de la représentation, qui articulent sans cesse des intérêts communautaires avec la volonté de fonder une nouvelle appartenance, la Nation. Vote qualitatif ou représentation proportionnelle, fondés de pouvoir ou députés, représentation par le cabildo ou par l’assemblée des électeurs : la coexistence de réalités relevant de registres différents est l’indice probant de cette évolution. Cette dualité qui caractérise la représentation trouve son expression politique dans le Congrès de 1816 : celui-ci incarne, sur un plan symbolique, les nouvelles solidarités issues de la guerre et de la crise de 1815, en même temps qu’il constitue la première assemblée véritablement représentative des Provinces Unies, ayant à charge de fonder, sur le plan juridique, le nouvel État.

Notes

1 Cf. E. Acevedo, Artigas, jefe de los orientales y protector de los Pneblos Libres. Alegato histórico, Montevideo, 1950 ; R. Caillet-Bois, « Artigas, defensor de la Revolución de Mayo y símbolo de la hermandad rioplatense », BANH, 46 (1973), p. 111-124 ; W. Reyes Abadie, Artigas y el federalismo en el Rio de la Plata, Montevideo, 1975 ; B. Bosch, « El artiguismo y su influencia », Revista del Notariado, 790 (1983), p. 1-12 ; E. Azcuy Ameghino, Artigas en la historia argentina, Buenos Aires, 1986 ; P. Pasquali, « La expansión artiguista (1813-1815), objetivos y accionar », Res Gesta, 22-23 (1987-1988).

2 Cf. E. Narancio, La independencia de Uruguay, Madrid, 1992, p. 142-144.

3 Le terme de « fédéralisme », employé par les acteurs de l’époque, désigne en fait une union confédérale sur la base de la souveraineté des provinces. Cf. J. C. Chiaramonte, « El federalismo argentine en la primera mitad del siglo XIX », dans Federalismos latinoamericanos : Mexico, Brasil, Argentina, M. Carmagnani dir., Mexico, 1993, p. 81-132.

4 Oficio del cabildo de Santa Fé al Ministro de Hacienda, 25/03/1815, dans Archive Artigas, Montevideo, 1990, t. 20, p. 258.

5 Cf. F.-X. Guerra, Modernidade independencias, Madrid, 1992, p. 151.

6 El Director Supremo del Estado a todos los habitantes de las Provincias Unidas, 31/03/1815, dans La Revolución de Mayo a través de los impresos de la época (1809-1815), A. E. Maillé dir., Buenos Aires, 1965, p. 389.

7 Ibid.

8 C’est notamment l’optique de l’ouvrage classique d’Ernesto H. Celesia, (Federalismo argentine. Apuntes historiées, 1815-1821, Córdoba-Buenos Aires, 1932, 3 vol.) que nuance Carlos A. Segreti dans ses travaux. Cf. « La independencia de Córdoba en 1815 », dans Cuarto Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, 1966, t. 2, p. 443- 483 ; « José Javier Díaz y el plan americano », ibid., t. 7, p. 317-352 ; « Algunos aspectos del fédéralisme argentine, 1810-1830 », BANH, 44 (1971), p. 159-173.

9 Actas del cabildo de Córdoba, 28/03 et 29/03/1815, dans Actas capitulares, Cordoba, 1965- 1968, livre 47, p. 238-248.

10 Oficio del cabildo a Artigas, 29/03/1815, AHM 645-151 ; Oficio del cabildo al Supremo Director, 30/03/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

11 Oficio de Ocampo a Artigas, 30/03/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

12 Oficio de Ocampo al cabildo, 30/03/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

13 Oficio de Ocampo al Teniente-gobernador de La Rioja, 31/03/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

14 Oficios de Ocampo al cabildo y del cabildo a Ocampo, 30/03/1815 ; Oficio de Ocampo al Teniente-gobernador de La Rioja, 31/03/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2 ; Acta del cabildo, 30/03/1815, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 428.

15 Oficio de Artigas a José Javier Diaz, 8/04/1815, dans C. Segreti, « La independencia de Córdoba en 1815 », art. cité, p. 467.

16 Bando de José Javier Díaz, 17/04/1815, ibid., p. 480.

17 Oficio del Dean Funes a José Javier Díaz, 18/05/1815, dans Archivo del doctor Gregorio Funes, Buenos Aires, 1944, t. 2, p. 203 ; Papel de Ambrosio Funes, avril 1815, IEA, doc. n° 6262. Le détail des votes du 29 mars permet d’avoir une idée de qui sont, en revanche, les partisans de Díaz.

18 Oficio de Díaz, Salguero y Sarachaga a la Asamblea provincial, 12/09/1815, AHC Indice Gobierno ; Oficio de Salguero a Díaz, 12/09/1815, AHC Gobierno 45-75.

19 Acta del cabildo, 28/04/1815, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 258.

20 Bando de José Javier Díaz, 20/04/1815, dans C. Segreti, art. cité, p. 474.

21 Acta del cabildo, 7/04/1815, dans Actas capitulares, op. cit., p. 353.

22 Acta del cabildo, 30/03/1815, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 352.

23 Actas del cabildo, 29/05 et 2/06/1815, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 264-266.

24 Oficios del cabildo al gobernador-intendente, 21/02 et 22/02/1815, AHM 746-85 et 86.

25 Oficio de Ocampo a San Martin, 28/03/1815, AHM Ind. 645-150 d ; Oficio de San Martin al Director Supremo, 16/04/1815, AGN Gob. Men., X-5-5-5.

26 Acta del cabildo abierto del 21 de abril de 1815, dans DHSM, Buenos Aires, 1953-1960, t. 2, p. 133-137.

27 Oficio de José Javier Díaz a San Martin, 13/05/1815, dans ibid., t. 2, p. 107.

28 Manifiesto del Ejército Auxiliador de Buenos Aires, y protector de su campaña, 3/04/1815, dans La Revolución de Mayo a través de los impresos op…, cit., p. 391.

29 Ibid.

30 Oficio de Álvarez Thomas a Alvear, 14/04/1815 ; Oficio de Artigas a Álvarez Thomas, 6/04/1815, ibid., p. 392.

31 Ces cinq membres sont Antonio Sáenz, Esteban Agustín Gascón, José Mariano Serrano, Pedro Medrano et Tomas Manuel Anchorena. Tous sont naturellement des opposants à Alvear et tous seront élus députés au congrès de Tucumán quelques mois plus tard.

32 José Artigas (...) al muy benemerito pueblo de Buenos Aires, 29/04/1815, dans La Revolución de Mayo a través de los impresos..., op. cit., p. 424.

33 Ibid.

34 Maniflesto del Excmo Ayuntamiento de Buenos Ayres sobre la feliz revolución del 16 de abril de 1815, ibid., p. 413-422.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 Cf. F. Herrero, « Buenos Aires año 1816. Una tendencia confederacionista », BIHAA, 12 (1995), p. 7-32.

38 À la suite de Carlos Segreti (El unitarismo argentino. Notas para su estudio en la etapa 1810-1819, Buenos Aires, 1991), nous employons le terme « unitaire » pour désigner les acteurs qui prônent l’union des provinces tout en admettant leur autonomie, à la différence des « centralistes » qui souhaitent un maintien de la pyramide des obédiences et de la prééminence de Buenos Aires.

39 Circular del Exemo Ayuntamiento de Buenos Aires a los cabildos, 17/05/1815, AHM Ind. 607-154 et AHT Adm., 24-134.

40 Circular del Exemo Ayuntamiento de Buenos Aires a los cabildos, 21/04/1815, AHM Ind. 607-130 et AHT Adm., 24-125.

41 Ibid.

42 Estatuto provisional para la dirección y administratión del Estado, dado por la Junta de Observatión, 5/05/1815, dans A. E. Sampay, Las constituciones de la Argentina, Buenos Aires, 1975, p. 211-232.

43 Fait notable, ces droits concédés à tous les « habitants de l’État » ne sont pas rattachés aux personnes, mais au territoire de cet État : chacun de ceux qui y résident, « américain ou étranger, citoyen ou non », en bénéficie donc. Ibid., section I, chap. 1.

44 Ibid., section I, chap. 6, art. 5.

45 Ibid., section III, chap. 1, art. 1.

46 Lors de la session extraordinaire du 3 février 1814, l’Assemblée donne force de loi au règlement proposé par l’exécutif à la Commission permanente, statuant sur son intervention dans les recours en seconde instance et dans les cas d’« injustice notoire » (El Redactor de la Asamblea, n° 20, Buenos Aires, 1913, p. 77).

47 Ibid, p. 131 et 412.

48 Oficio de Juan de la Cruz Vargas al cabildo de Mendoza, 21/04/1815, AHM Ind. 607-126.

49 Idem, 13/05/1815, AHM Ind. 607-146.

50 Oficios de San Martin al cabildo de Mendoza, 25/04/1815, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 420 ; Oficio del cabildo de Mendoza a San Martin, 15/06/1815, AHM Ind. 747-8 a ; Acta capitular de la ciudad de Mendoza, 3/06/1815 ; Oficios de San Martin y del cabildo de Mendoza a Álvarez Thomas, 4/06 et 5/06/1815, AGN Gob. Men. X-5-5-6.

51 Oficio de Juan de la Cruz Vargas al cabildo de Mendoza, 17/05/1815, AHM Ind. 607-152.

52 Acta del cabildo de Tucumán, 2/05/1815, AHT Actas.

53 Oficios del cabildo de Tucumán al ayuntamiento de Buenos Aires y a Álvarez Thomas, 24/05/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3. ’

54 Oficios de Bernabé Aráoz y de Nicolas Laguna a Álvarez Thomas, 24/06 et 26/06/1815, AGN Gob. Tue., X-5-10-3.

55 Acta capitular de la ciudad de Tucumán, 30/06/1815, AHT Actas.

56 Oficio de Bernabé Aráoz a Álvarez Thomas, 4/07/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.

57 Oficios de Álvarez Thomas a Nicolas Laguna y Bernabé Aráoz, 15/07 et 19/07/1815, 19/09/1815, AGN Gob. Tuc X-5-10-3.

58 Sur l’attitude de Salta face aux autorités de la capitale, cf. A. Cornejo, Historia de Güemes, Salta, 1971, p. 167-202 ; J. Mariluz Urquijo, « El Congreso de Tucumán : las instrucciones a los diputados salteños », RIHD, 17 (1966), p. 17-40 ; L. Miller Estrada, « La gobernación-intendencia de Salta en 1815. Primer año del gobiemo de Güemes », Boletin del Instituto Güemesiano de Salta, 7 (1983), p. 165 et suiv.

59 Actas capitulares de la ciudad de Salta, 9/05, 10/05 et 11/05/1815, dans Güemes documentado, L. GÜEMES dir., Buenos Aires, 1980, t. 2, p. 365-367.

60 Oficio del cabildo de Salta al ayuntamiento de Buenos Aires, 11/05/1815, AHM Ind. 660-2.

61 Acta capitular de la ciudad de Salta, 3/07/1815, Revista del Archiva General de la Nación, 3 (1973), p. 216.

62 Manifiesto del Muy Ilustre cabildo y de los diputados para examinar el Estatuto provisorio, a sus comitentes ciudadanos, 10/07/1815, AGN VII-10-3-3.

63 Oficio de José Javier Díaz al ayuntamiento de Buenos Aires, 25/04/1815, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 113.

64 Ibid, 8/05/1815, p. 116.

65 Ibid.

66 Oficios de José Javier Díaz al Supremo Director de la Provincia de Buenos Aires, 31/05/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

67 Ibid.

68 Cf. E. Narancio, op. cit., p. 149-167.

69 Cf. C. Segreti, « José Javier Díaz y el plan americano », art. cité.

70 Oficio de José Javier Díaz a Álvarez Thomas, 10/10/1815, dans La Revolución de Mayo a través de los impresos..., op. cit., p. 340.

71 Le manifeste par lequel Díaz Velez justifie son action présente d’ailleurs de grandes similitudes avec celui d’avril 1815, rédigé par Álvarez Thomas.

72 Cf. F. Herrero, art. cité.

73 Cf. E. Celesia, op. cit., t. 1 ; C. Segreti, « José Javier Díaz y el plan americano », art. cité, p. 345-352 ; N. L. Pavoni, « Córdoba y los movimientos de Juan Pablo Pérez Bulnes en los años 1816 y 1817 », Investigaciones y Ensayos, 8 (1970), p. 357-406.

74 Cf. E. Bischoff, Córdoba y la campaña de los Andes, Córdoba, 1952 ; A. Ravina de Luzzi, « San Martin, Pueyrredon y la cuestión artiguista », Primer Congreso Internacional Sanmartiniano, Buenos Aires, 1978, t. 3, p. 365-383.

75 Cf. M. de Eghazu Lezica, « El encuentro de Güemes y Pueyrredon en Taríja y su circunstancia histórica », Investigaciones y Ensayos, 39 (1989), p. 431-450.

76 Cf. A. Cajal, Guerra de la independencia en el norte del Virreinato del Rio de la Plata, Buenos Aires, 1970 ; A. J. Pérez Amuchastegui, San Martin y el Alto Peru en 1814, Tucumán, 1976 ; E. A. Bidondo, La guerra de la independencia en el Alto Perú, Buenos Aires, 1979 ; A. R. Bazán, Historia del Noroeste argentine, Buenos Aires, 1986, p. 193-195.

77 Acta capitular de la ciudad de Salta, 6/07/1816 ; session secrète du Congrès, 1/08/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 407-416.

78 Oficio de Güemes a Belgrano, 5/10/1816, dans Documentas para la historia intégral argentina, Buenos Aires, 1981, vol. 3, p. 257.

79 Oficio de Belgrano a Pueyrredon, 22/10/1816, ibid., p. 288.

80 Acta capitular de la ciudad de Salta, 9/11/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 206.

81 Oficios de Aráoz al Director Supremo, 9/01 et 18/01/1816, AGN X-5-10-7 et AHT Adm., 25-2. L’expédition de French, bloquée à Salta par Güemes qui pense qu’elle a été envoyée pour le destituer, ne rejoindra jamais l’Armée du Nord.

82 Oficio de Rondeau al cabildo de Tucumán, 27/01/1816 ; Oficio d’Aráoz al cabildo, 27/02/1816, AHT Adm., 25-78 et 87. Cf. C. Pâez de la Torre, Historia de Tucumán, Buenos Aires, 1987, p. 226-239.

83 Cf. R. A. Leoni Pinto, « Emprestito y comercio en Tucumán. Introducción a su estudio (1810-1825) » et M. A. Duarte, « Contribuciones y emprestitos de San Miguel de Tucumán, Santiago del Estero y Catamarca a los gastos de la independencia (1810-1815) », dans Primer Congreso de Historia argentina y régional (Tucumán, 1971), Buenos Aires, 1973, p. 165- 178. D’après la liste des emprunts concédés de 1811 à 1815, Maria Amalía Duarte a calculé que Tucumán a consacré plus de 100 000 pesos à la cause commune.

84 Oficio de Aráoz al Director Supremo, 10/08/1816, AGN Gob. Tuc, X-5-10-7 ; Oficio de Aráoz al cabildo, 8/11/1816, AHT Adm., 25-335.

85 Cf. F. A. Gentiluomo, San Martin y la provincia de Cuyo, Tucumán, 1950 ; J. Draghi Lucero, « El General San Martin en Cuyo », Revista de la Facultad de Ciencias Económicas de la Universidad nacional de Cuyo, 6 (1950) ; J. Comadrán Ruiz, « Cuyo y la formación del ejército de los Andes. Consecuencias socio-económicas », dans Primer Congreso International Sanmartiniano, op. cit., t. 7, p. 575-609.

86 Bandas de Gobierno, 12/01, 30/08, 4/10, 28/10.1816, AHM Ind. 283-54 et 57 ; 4-37, 4-41.

87 Bandos de Gobierno, 12/01, 19/02, 13/09/1816, AHM 283-55, 58, 59, 60 et 4-38 ; Oficio de San Martin al Director Supremo, con el oficio del cabildo de San Juan, 15/11/1816, AGN Gob. Men., X-5-5-7. Il faut toutefois distinguer l’armée proprement dite des corps de milices, qui stationnent dans la province et servent d’arrière-garde. Ceux-ci comptent environ 1 500 hommes.

88 T. Halperín Donghi, Argentina de la révolution de independencia a la confédératión rosista, Buenos Aires, 1989, p. 132-136.

89 Representación de Manuel Ignacio Molina al Director Supremo, 25/01/1816 ; Oficio del cabildo al Secretario de Hacienda, 13/03/1816, AGN Gob. Men., X-5-5-7 ; Proclama del Director a los habitantes de la campaña, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 160.

90 Oficio del cabildo al Secretario de Hacienda, 14/02/1816, AGN Gob. Men., X-5-5-7.

91 Cf. J. Comadrán Ruiz, « Cuyo y la formación del ejército de los Andes », art. cité, p. 593.

92 Bando de gobierno, 1/04/1816, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 295 ; Carta de San Martin a Godoy Cruz, 12/05/1816, op. cit.

93 Oficio del cabildo de Mendoza al Congreso, 24/04/1816, AGN, Comunicaciones Congreso-Gobierno 1816-1819, X-3-9-4.

94 C’est la thèse que soutient Tulio Halperín Donghi dans Révolution y Guerra, Buenos Aires, 1982 et dans Guerra y finanzas en los origenes del Estado argentino (1791-1850), Buenos Aires, 1982.

95 Oficio del cabildo de Salta al ayuntamiento de Buenos Aires, 11/05/1815, AHM Ind. 660-2 ; Oficio del Director Supremo al cabildo de Mendoza, 1/05/1815, AHM 607-132.

96 Oficio de José Javier Díaz a Rondeau, 23/04/1815, dans C. Segreti, « La independencia de Córdoba en 1815 », art. cité, p. 476.

97 Ibid., 13/03/1815, p. 323.

98 J. C. Chiaramonte, « Formas de identidad en el Río de la Plata luego de 1810 », BIHAA, 1 (1989), p. 71-92.

99 Proclama de José de San Martin al pueblo de Mendoza, 5/06/1815, dans Biblioteca de Mayo, Colección de obras y documentas para la historia argentina, Buenos Aires, 1960, t. 15, p. 14307.

100 Oficio de Nicolas Laguna al Director Supremo, 3/07/1815 ; Oficio de los représentantes al Director Supremo, 9/07/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.

101 Oficio de Bemabé Aráoz al Director Supremo, 11/07/1815, AGN Gob. Tue., X-5-10-3.

102 J. Comadrán Ruiz, « La Real Ordenanza de Intendentes del Rio de La Plata », Anuario de Estudios Americanos, 11 (1954), p. 543.

103 Selon Juan Marchena Fernández, ce cumul des fonctions est déjà une réalité au XVIIIe siècle où pratiquement tous les gouverneurs sont des militaires et prennent une part active dans les questions de défense (Oficiales y soldados en el ejército de América, Séville, 1983, p. 7-12). Constatation largement vérifiée au Rio de La Plata, où 20 des 25 intendants de la période coloniale étudiés par John Lynch (sur un total de 37) sont des officiers (Administración colonial española, 1782-1810, Buenos Aires, 1962, p. 272-280).

104 Oficio de San Martin al Secretario de Hacienda, 19/04/1815 ; Oficio de Manuel Corvalán algobernador-intendente, janvier 1815, AGN Gob. Men., X-5-5-5.

105 Oficio de Bernabé Aráoz al Director Supremo, 9/09/1816, AGN X-5-10-7.

106 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/09/1815, AGN X-4-1-2.

107 Ibid.

108 Oficio de Güemes a Pueyrredon, 5/10/1816, AGN Gob. Salta, X-5-7-4.

109 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/09/1815, AGN X-4-1-2.

110 La dimension locale est présente dans l’organisation même de cette armée : chaque district a son bataillon, qui élit ses sous-officiers. Les 6 000 hommes de cette milice couvrent ainsi l’ensemble du territoire de la province et connaissent parfaitement le terrain qu’ils défendent. Cf. A. R. BAZÁN, Historia del Noroeste argentino, op. cit., p. 198.

111 Oficio del cabildo a Ocampo, 30/03/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2 ; Acta capitular de la cuidadde Córdoba, 31/03/1815, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 250.

112 Acta del cabildo de Salta, 6/05/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 364.

113 Oficio de Güemes al Director Supremo, 28/09/1815, AGN Gob. Salta X-5-7-4.

114 Oficio del cabildo de Salta al cabildo de Buenos Aires, 6/05/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2.

115 Acta del cabildo de Salta, 20/05/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 370.

116 Oficio del cabildo a San Martin, 21/02/1815, AHM Ind. 746-85 ; Acta del cabildo de Mendoza, 21/04/1815 ; Oficio de San Martin al cabildo, 6/05/1815, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 133 et 413.

117 Le premier des six points soumis au vote des citoyens proclame « l’union éternelle et la dépendance provisoire, jusqu’aux délibérations du Congrès, envers l’immortelle Buenos Aires ». Acta del cabildo de Tucumán, 30/06/1815, dans AHT, Actas.

118 Estatutoprovisional..., section V, chap. 1, art. unique, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 219.

119 Oficio de Aráoz a Álvarez Thomas, 3/07/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.

120 Acta de la Ilustre Municipalidad y del buen pueblo de Jujuy, exclamando contra la violencia y atentados del intruso gobernador de Salta don Martin Güemes, 15/03/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 294-302.

121 A. R. Bazán, op. cit., p. 219.

122 Actas capitulares de la ciudad de Salta, 23/06 et 16/11/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 376 et 402.

123 Manuscrite del doctor Redhead, 29/02/1816, ibid., p. 308.

124 L’historiographie concernant Güemes est elle-même empreinte de jugements de valeur à l’égard du personnage, quand elle ne verse pas dans l’hagiographie pure et simple. Tout en reconnaissant qu’il associe le cabildo à certaines de ses décisions, Armando Raúl Bazán parle à son sujet de « dictature » (op.cit., p. 198) ; Ramón Leoni Pinto l’accuse d’avoir agi à l’encontre d’une politique d’envergure nationale qu’il ne comprenait pas (« El plan continental del general José de San Martin y Tucumán », dans Primer Congreso International Sanmartiniano, op. cit., vol. 8, p. 261). Quant à l’œuvre de son descendant Luis Güemes, vaste compilation de documents, elle est systématiquement destinée à mettre en valeur l’action du grand homme.

125 Oficios de Aráoz a Álvarez Thomas, 2/07, 3/07 et 4/07/1815, AGN Gob. Tuc. X-5-10-3.

126 Oficio del cabildo a Álvarez Thomas, 9/08/1815, AGN Gob. Tuc, X-5-10-3.

127 Oficio del cabildo a Álvarez Thomas, 25/09 et 4/10/1815 ; Oficio de Aráoz al cabildo y repuesta del cabildo, 27/09 et 29/09/1815 ; Oficio de Aráoz a Alvarez Thomas, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.

128 Oficio del cabildo de Mendoza algobernador-intendente, 29/12/1815, AHM Ind., 747-37.

129 Oficio del cabildo a San Martin, 29/12/1815, AHM 747-37. Les études les plus récentes soulignent le redémarrage de l’économie du Cuyo à partir de 1817. Cf. J. Comadrán Ruiz, « Cuyo y la formación del ejército de los Andes... », art. cité, p. 591-592 ; C. Segreti, « La repercusión en Mendoza de la politica comercial porteña en la primera decada revolucionaria », JGSJVGL, 19 (1982), p. 183-222 ; S. Amaral, « Comercio libre y economias régionales : San Juan y Mendoza 1780-1820 », JGSWGL, 27 (1990), p. 1-67.

130 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/10/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 45.

131 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/09/1815, AGN X-4-1-2.

132 Cf. J. C. Chiaramonte, « Legalidad constitucional o caudillismo : el problema del orden social en el surgimiento de los estados autonomes del litoral argentino en la primera mitad del siglo xix », Desarrollo Económico, 102 (1986), p. 175-196 N. Goldman, « Legalidad y legitimidad en el caudillismo. Juan Facundo Quiroga y La Rioja en el interior rioplatense (1810-1835) », BIHAA, 7 (1993), p. 31-58 ; S. Romano, « Usage de la force et ordre légal. Cordoba dans la première moitié du XIXe siècle », Histoire et Sociétés de l’Amérique latine, 5 (1997), p. 69-93.

133 T. Halperín Donghi, « El surgimiento de los caudillos en el cuadro de la sociedad rioplatense postrevolucionaria », Estudios de Historia Social, 1 (1965), p. 121-149.

134 Oficio de José Javier Díaz al gobernador de Tucumán, 23/04/1815, AHC Gobierno, 42- 295 ; Oficio de José Javier Díaz al gobernador de Mendoza, 13/05/1815, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 107.

135 Oficio del cabildo de Salta a José Javier Díaz, 28/04/1815, ibid., p. 113.

136 Oficio del cabildo de Salta a José Javier Díaz, 2/05/1815, ibid., p. 114 ; Oficio de Bernabé Aráoz algobernador de Mendoza, 10/05/1815, AHM Ind., 657-4 a.

137 Oficio de José Javier Díaz al general Rondeau, 23/04/1815, ibid., p. 111.

138 Actas capitulares de la ciudad de Salta, 10 et 20/05/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 366 et 370.

139 Bases de convenio sobre las cuales Córdoba hace el reconocimiento espontaneo del Gobierno provisorio establecido en Buenos Aires, s.d., dans C. Segreti, « José Javier Díaz y el plan americano », art. cité, p. 325-326.

140 Oficio de José Javier Díaz al Director Supremo, 10/10/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

141 Ibid.

142 Oficio de Güemes a Alvarez Thomas, 11/10/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 3, p. 45. À cette date, Güemes refuse toujours de rendre les fusils que lui réclame Rondeau et s’apprête à faire barrage à l’expédition de French envoyée en renfort de l’Armée du Nord.

143 Acta capitular de la ciudad de Salta, 15/11/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 399.

144 Pour une critique de cette interprétation traditionnelle du fédéralisme, cf. C. Segreti, El unitarisme argentino, op. cit. ; J. C. Chiaramonte, « El federalismo argentino en la primera mitad del siglo xix », art. cité.

145 Oficio de Cabrera a José Javier Díaz, 25/07/1815, AHC Gobierno, 42-134.

146 Oficio de Güemes a Álvarez Thomas, 11/09/1815, AGN Gob. Salta, X-4-1-2.

147 C. Páez de la Torre, Historia de Tucumán, op. cit., p. 230-231.

148 Oficio de Bernabé Aráoz a Álvarez Thomas, 9/09/1815, AGN Gob. Tuc, X-5-10-3.

149 Oficio de San Martin al Director Supremo interino, 24/05/1815, AGN Gob. Men., X-5-5-5. L’indépendance provinciale entraînant la rétrocession de la souveraineté aux pueblos, San Juan proclame le 26 avril son autonomie vis-à-vis de Mendoza et remplace le lieutenant Manuel Corvalán par José Ignacio de la Roza, ce que San Martín accepte. Lorsque Roza et le cabildo décideny le rattachement à l’intendance, ils se heurtent à l’opposition des autonomistes, ce qui provoque fin mai l’intervention armée de San Martin (cf. H. Videla, Historia de San Juan, Buenos Aires, 1984, p. 108-109).

150 A. R. Bazan, Historia de La Rioja, Buenos Aires, 1979, p. 249. En avril 1816, les adversaires de Brizuela y Doria parviennent à le destituer et proclament le rattachement à l’intendance.

151 Oficio de Brizuela y Doria a San Martin, 24/12/1815, AGN Gob. Men., X-5-5-6.

152 AHC Gobierno 35-295, AHM Ind., 675-4 ; DHSM, op. cit., t. 2, p. 120-128.

153 Les études menées sur les premières élections en Amérique hispanique montrent que le vecino reste la figure centrale de la citoyenneté, quel que soit le texte constitutionnel en vigueur. Cf. A. Annino dir., Historia de las elecciones en Iberoamérica. Siglo XIX, Buenos Aires, 1995 ; H. Sabato dir., Ciudadanía politica y formatión de las naciones, Mexico, 1999.

154 Cf. R. García Martínez, « La Constitución española de 1812, como antecedente constitucional argentino », Revista de Estudios Politicos, 138 (1964), p. 191-201 ; B. Clavero, J. M. Portillo, M. Lorente, Pueblos, Natión, Constitution (en torno a 1812), Vitoria, 2004.

155 Projet de la Commission, chap. VI, art. 1 et 2 ; Projet de la Société Patriotique, chap. IV, art. 17 et 18, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 178 et 192.

156 Cf. P. Rosanvallon, Le sacre du citoyen. Histoire du suffrage universel en France, Paris, 1992, p. 45-130.

157 Cf. A. Annino dir., Historia de las elecciones..., op. cil.

158 Estatuto provisional..., 5/05/1815, section 1, chap. 5 et 6, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 213. On trouve la trace, dans l’énoncé des « devoirs », du préambule de la Constitution française de 1795.

159 Cf. P. Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours, Paris, Seuil, 1990.

160 Acta del cabildo de Salta, 1/03/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 4, p. 177.

161 Circular del Congreso a los pueblos, 26/11/1816, AHM Ind., 657-27 et DHSM, op. cit., t. 2, p. 144.

162 A Córdoba, sur les 18 électeurs nommés en août pour l’élection des députés, 12 sont reconduits pour l’élection du cabildo en décembre (AHC 44-544 et 47-197/208, Actas capitulares, op. cit., livre 47, p. 304). A Salta, les citoyens nomment simultanément des électeurs pour le Congrès et pour le cabildo ; seul un nom sur six se retrouve dans les deux listes. Une entorse au Statut est toutefois commise, dans la mesure où le cabildo est élu par les seuls électeurs de la cité (Actas del cabildo de Salta, 6 et 15/12/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 407 et 410).

163 Oficio de Bemabé Aráoz al Director Supremo, 9/10/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.

164 Oficio de Álvarez Thomas a Bernabé Aráoz, 3/11/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3 ; Oficio de Bernabé Aráoz al cabildo, 15/11/1815, AHT Adm. 24-276 ; Acta del cabildo de Tucumán, 26/06/1816, AHT Actas.

165 L’idée en elle-même n’est pas nouvelle. Elle est défendue dès 1810 par des révolutionnaires radicaux tels que Nicolas Laguna ou Bernardo Monteagudo. Cf. N. Goldman, Historia y Lenguaje. Los discursos de la Revolución de Mayo, Buenos Aires, 1992 ; J. C. Chiaramonte, « Ciudadanía, soberanía y representación en la génesis del Estado argentino (1810-1852) », dans Ciudadania politica..., H. Sabato dir., op. cit., p. 99.

166 H. J. Pianetto, La situatión social de la campaña de Córdoba durante el periodo de la revolución (1810-1814), Córdoba, 1968.

167 Sur cette double dimension de la démocratie électorale (identification et sélection), cf. P. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, 1995, p. 108-134 ; P. Gueniffey,Le Nombre et la Raison, Paris, 1993, p. 116-146 ; P. Rosanvallon, Le peuple introuvable, Paris, 1998, p. 31-46.

168 Nous employons cette expression pour désigner la représentation d’Ancien Régime, fondé sur une conception organiciste de la société, où la « tête » représente l’ensemble du « corps » social.

169 Acta del cabildo de Salta, 26/10/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 394.

170 Oficio de San Martin al Director Supremo, 3/09/181, AGN Gob. Men., X-5-5-7.

171 Bando de San Martin al pueblo, 16/06/1815, AHM Ind., 283-33. Le compte rendu déclare que l’élection s’est faite « conformément au règles du Statut et à la méthode suivie à Buenos Aires pour l’élection du Directeur ». Or, l’assemblée électorale réunie le 21 avril pour élire Rondeau et Álvarez Thomas ne comprenait, conformément à la convocation du cabildo, que des électeurs de la cité.

172 Sur les quinze électeurs nommés en août dans la campagne de Córdoba, huit résident en ville. Sur les sept autres, trois sont les curés de la paroisse qui les a élus (ABC Gobierno, 47- 38/51).

173 Oficios de la junta électoral de la parroquia del Rio Seco al gobernador y a la Junta electoral de de Córdoba, 9/09/1816, AHC Gobierno, 45-52 et 49-533 ; Oficios del elector y de la junta électoral del partido de La Punilla a la junta électoral de Córdoba, 30/10 et 10/11/1816, AHC Gobierno, 49-512.

174 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, 1978.

175 Cf. F.-X. Guerra, « Le peuple souverain, fondements et logiques d’une fiction », dans Quel avenir pour la démocratie en Amérique Latine ?, Toulouse, 1989, p. 19-54 ; Id., « Les avatars de la représentation au XIXe siècle », dans Réinventer la démocratie. Le défi latino-américain, G. Couffignal dir., Paris, 1992, p. 49-84.

176 Le congrès de Paysandú, réunissant les représentants des provinces sous la domination d’Artigas, est réuni en juin 1815 pour se prononcer sur le changement de régime qui a eu lieu à Buenos Aires.

177 J. C. Chiaramonte, « Vieja y nueva representación : los procesos électorales en Buenos Aires, 1820-1820 », dans Historia de las elecciones en Iberoamérica, op. cit., p. 19-63.

178 L’absence de séries complètes pour les assemblées primaires ne permet pas un calcul rigoureux du nombre de votants. Selon nos estimations, ce chiffre ne semble guère excéder celui des participants qui votent lors des cabildos abiertos (de 100 à 250 personnes). L’institutionnalisation de la médiation ne change donc rien au fait que ce sont les mêmes personnes, les vecinos, qui continuent à voter.

179 Cf. S. Salcedo, Las primeras formas de eligir..., Buenos Aires, 1948 ; V. Tau Anzoateguí, E. Martiré, Manual de historia de las instituciones argentinas, Buenos Aires, 1975 ; J. Roels, « Le concept de représentation politique au xviiie siècle français », Anciens Pays et Assemblées d’États, 45 (1969), p. 1-179.

180 Oficios de la junta électoral del partido de Macha al gobernador-intendente y de la parroquia de Tulumba a la junta électoral de Côrdoba, 15/12/1815, AHC Gobiemo, 49-513 et 45-46.

181 Aráoz dit que les élus du 23 sont des « députés », et non des « représentants du peuple » (Oficio de Aráoz al Director Supremo, 3/07/1815, AGN Gob. Tue., X-5-10-3). Cette précision nous montre à quel point la terminologie reste fluctuante : les apoderados sont couramment appelés « députés », tandis que les députés sont désignés comme « représentants ». En revanche, le terme d’« électeur » tend à se fixer.

182 Oficio de Bernabé Aráoz a San Martin, 30/06/1815, AHM 657-4 e.

183 Oficio del gobernador Ambrosio Funes al cabildo de la Villa de la Conceptión del Rio Cuarto, 21/10/1816, AHC Gobiemo, 47-212.

184 Oficio de Bernabé Aráoz a San Martin, 30/06/1815, AHM Ind., 657-4 e.

185 Oficio de Nicolas Laguna al Director Supremo, 3/07/1815 ; Oficio de los représentantes al Director Supremo, 9/07/1815, AGN Gob. Tue., X-5-10-3

186 Oficio de Aráoz al Director Supremo, 11/07/1815. AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.

187 Ibid, 4/07/1815.

188 Oficio del Director Supremo a Aráoz, 15/07/1815, AGN Gob. Tuc., X-5-10-3.

189 Appliqué au Venezuela dans le règlement du 11 juin 1 810 pour l’élection des députés au Congrès, le principe du vote par tête s’impose en Espagne lors de la convocation des Cortès à l’été 1810. Cf. F.-X. Guerra et M.-D. Demélas-Bohy, « Un processus révolutionnaire méconnu : l’adoption des formes représentatives modernes en Espagne et en Amérique (1808-1810) », Caravelle, 60 (1993), p. 5-57.

190 Estatuto provisional..., op. cit., section 5, chap. 2, art. 3.

191 Gabriella Chiaromonti signale une disposition identique dans la loi électorale de 1861 au Pérou. Cf. « Andes o Nación : la reforma electoral de 1896 en Perú », dans Historia de las elecciones..., op. cit., p. 328.

192 Dans certains cas, les sources donnent très précisément le détail des circonscriptions, dont les limites sont souvent constituées par les demeures des échevins qui président les assemblées, ou d’autres vecinos importants (cf. AHC Gobiemo, 45-104 et AHM Ind., 747-8).

193 Oficio de la junta electoral del partido de Macha al gobernador-intendente, 15/12/1815, AHC Gobierno, 49-513.

194 Actas del cabildo de Salta, 23/09/1815 et 1/03/1816, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 388 et t. 4, p. 177.

195 Acta del cabildo de Salta, 26/10/1815, dans Güemes documentado, op. cit., t. 2, p. 394.

196 Oficio del cabildo de Córdoba al Director Supremo, 23/12/1815, AGN Gob. Cba., X-3-5-2.

197 Oficio de Luzuriaga al Director Supremo, 21/11/1816, AGN Gob. Men., X-5-5-7.

Table des illustrations

Titre L’organisation des cités 1814-1819
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/44063/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search