Version classiqueVersion mobile

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Chapitre 3. L’engagement des cités dans la Révolution

Texte intégral

1Dans le processus révolutionnaire imposé depuis 1 810 par les élites de la capitale, les cités de l’Intérieur semblent se cantonner dans un rôle passif, consistant en une simple adhésion aux changements décidés par Buenos Aires. Pourtant, elles ne se contentent pas de réagir face aux nouvelles envoyées par la capitale. Les soubresauts révolutionnaires qui en proviennent se greffent sur des situations locales complexes, où les rapports de force entre clans rivaux se réorganisent en intégrant les apports de la Révolution. À côté de l’impact direct des changements politiques, ceux-ci constituent un socle où prennent appui les trajectoires des acteurs locaux.

2À rebours de l’historiographie traditionnelle de l’indépendance, la participation des cités à la Révolution doit donc être envisagée de manière active, en questionnant les situations locales selon trois angles privilégiés. D’une part, l’attitude d’adhésion qu’adopte la plupart d’entre elles au cours de ces deux années ne reflète pas un simple processus d’obéissance à un autorité reconnue. Elle est le produit de stratégies parfois contradictoires émanant des acteurs urbains et renvoie à des attentes profondes de la part des communautés. Celles-ci, en effet, sont loin de rester indifférentes aux bouleversements en cours, notamment lorsqu’il s’agit de redéfinir un pacte social. Autrement dit, ces adhésions de façade ne sont jamais gratuites, et il est nécessaire d’en décoder les enjeux en fonction du contexte local. D’autre part, on peut tenter de mesurer l’impact des événements révolutionnaires – notamment celui de l’incessante invocation de la souveraineté des pueblos – – sur la vie politique des cités : comment ces changements imposés par le sommet sont-ils accueillis et vécus par les communautés, à quelles stratégies donnent-ils naissance ? Enfin, le contexte de guerre, qui place les populations de l’Intérieur sous la coupe du pouvoir exécutif et de l’armée, se révèle un élément indispensable pour comprendre la façon dont les cités vivent les bouleversements induits par la Révolution, notamment en ce qui concerne leur conception du patriotisme.

L’adhésion au changement : réactions et stratégies des cités (1810)

La reconnaissance de la Junte : une adhésion intéressée

3Le problème posé aux cités de l’Intérieur par les nouvelles de Buenos Aires réside moins dans la création de la Junte que dans le refus du gouverneur de Córdoba de la reconnaître. Malgré son caractère inédit, la solution juntiste est en effet bien implantée dans l’univers mental des créoles. En revanche, le démenti qu’apporte Concha aux informations de la capitale met en cause la légitimité du nouvel organe et brouille les pistes de l’obédience. Pendant quelques semaines, les cités hésitent à se rallier à leur supérieur immédiat plutôt qu’à l’autorité de la capitale.

  • 1 Oficio del cabildo de Córdoba al gobernador-intendente, 8/06/1810, dans Mayo documental, Buenos Air (...)

4Prise en tenailles entre les ordres du gouverneur et ceux de la Junte, Córdoba est la première à devoir réagir face à l’annonce des événements. Un cabildo abierto réuni les 6 et 8 juin parvient à s’accorder sur la conduite à suivre, véritable chef-d’œuvre de temporisation et de prudence. Tout en déclarant à la Junte qu’« il a toujours reconnu et reconnaîtra toujours les autorités constituées en vertu de ce qu’ordonnent les lois », le cabildo l’assure que la cité est très tranquille et n’a nul besoin de l’expédition annoncée. Puis, habileté suprême, il annonce qu’il va transmettre ces nouvelles dans le Haut-Pérou, à Lima et à Santiago, « afin d’améliorer le service du roi, l’observation des lois et la subordination à leurs légitimes magistrats »1.

5Le 11 juin, c’est au tour de Tucumán, dépendant de Salta, de réunir un cabildo abierto. Là encore, la prudence est de mise et le respect de la hiérarchie l’emporte sur l’adhésion immédiate, afin d’éviter tout risque inutile :

  • 2 Acta del cabildo de Tucumán, 11/06/1810, AHT Actas.

« Sans vouloir nier l’obédience due maintenant à ladite Junte et exigée de nous au nom du roi, étant donné que cette cité est subalterne et sujette en tout à son supérieur immédiat, [elle a résolu] d’en rendre compte au gouverneur-intendant de la province (...) afin que celui-ci avertisse et prévienne cette cité de ce qu’elle doit faire en de si critiques et si urgentes circonstances (...), les véritables et fidèles vassaux de cette cité et de sa juridiction ne voulant pas endosser la responsabilité de conséquences [qui pourraient s’avérer funestes]. »2

6À Mendoza, où elle arrive le 13 juin sans avoir été transmise par la voie hiérarchique, la circulaire de Buenos Aires éveille la méfiance des échevins. De fait, les ordres du gouverneur de Córdoba, connus deux jours plus tard, contredisent directement ceux de la Junte, plongeant la cité dans une grande indécision. Le cabildo abierto censé se prononcer est reporté plusieurs fois, tandis que les deux camps en présence se radicalisent. Alors que Concha, dans sa circulaire du 17 juin, ordonne à toutes les cités de sa juridiction de reconnaître la Régence, on apprend de source sûre que la situation s’est stabilisée à Buenos Aires et que l’Expédition auxiliaire est en marche vers l’intérieur.

  • 3 E. O. Acevedo, « La Revolución de Mayo en Salta », dans Tercer Congreso Internacional de Historia d (...)
  • 4 A. R. Bazán, Historia del Noroeste Argentine, Buenos Aires, 1986, p. 96.

7Contrairement, aux espoirs de Concha, Salta ne rejoint pas le camp de la résistance3. Les plis de Buenos Aires y parviennent le 16 juin et les vecinos, réunis le 19, expriment des avis où se mesure l’effet de la convocation par corps : les avocats se rallient à l’autorité de José Gavino Blanco, qui s’en remet, comme les échevins, à la position du cabildo de Buenos Aires. Le colonel Pedro José Saravía, également favorable aux événements, se prononce pour l’ensemble des officiers de la milice. L’évêque Nicolas Videla del Pino, au nom du clergé, se conforme à la décision de l’assemblée et au choix de la capitale4. À l’issue de la réunion, Salta, capitale d’intendance, reconnaît donc le nouveau régime, permettant aux cités dépendantes d’elle de se prononcer à leur tour. Les échevins de Tucumán convoquent une seconde assemblée le 25 juin, où les participants confirment unanimement le choix de leur capitale et adhèrent au système mis en place par Buenos Aires. Deux jours plus tard, ils élisent comme député Manuel Felipe Molina.

8La décision se révèle évidemment plus difficile à prendre dans l’intendance de Córdoba. À Mendoza, les vecinos réclament la tenue de l’assemblée sans cesse différée ; le cabildo la convoque finalement le 23 juin. Devant une cinquantaine de vecinos, le curé donne lecture des différents plis reçus de Buenos Aires et de Córdoba. Il est décidé, à l’instar du cabildo de Córdoba, de répondre avec prudence aux différentes autorités. En même temps, l’assemblée se propose d’élire un député si les autres cités du vice-royaume font de même, contrevenant ainsi aux ordres du gouverneur. Deux jours plus tard, une nouvelle assemblée désigne Bernardo Ortiz, doyen des échevins. Une réponse est alors envoyée à Buenos Aires, qui expose franchement le dilemme provoqué par les ordres de Concha et la résolution finale de la cité. Quant à Córdoba, siège de la contre-révolution, elle ne se rallie qu’à la mi-juillet, sous le choc de l’exécution du gouverneur et de ses partisans, et contrainte par la présence en ses murs de l’ Expédition auxiliaire. C’est donc d’une adhésion forcée dont il s’agit dans ce dernier cas, ce qui amène, par effet de ricochet, à s’interroger sur les véritables motifs qui ont amené les autres cités à reconnaître sans coup férir le changement établi dans la capitale.

9L’adhésion des cités au nouveau régime est toujours présentée par l’historiographie traditionnelle comme le signe de leurs velléités révolutionnaires, qui n’attendaient qu’une occasion pour s’exprimer. En réalité, c’est presque l’inverse qui se produit. Pour une bonne part, les cités se rallient au nouveau régime parce qu’en apparence, il ne modifie en rien l’ordre existant. Le caractère traditionnel des références l’atteste, comme le montre la réponse d’Isasmendi :

  • 5 Oficio del gobernador de Salta al cabildo de Tucumán, 20/06/1810, dans R. J. Freyre,Tucumán en 181 (...)

« Salta ne vit que pour maintenir la tranquillité, l’observance de la sacrosainte Religion et l’obéissance aux autorités qui nous gouvernent avec une grande sûreté, conformément aux causes et aux motifs qui ont rendu nécessaire l’installation de ladite Junte provisoire de gouvernement de ces Provinces, au nom de notre Monarque adoré, le Seigneur don Ferdinand VII. »5

À travers les documents produits, les journées de mai apparaissent pour ce qu’elles prétendent être, une tentative de réponse loyaliste à la situation de la péninsule et de la Monarchie. La création d’une junte, formule éprouvée en Espagne, ne semble pas plus illégitime que la réunion d’un congrès. La rétrocession de la souveraineté aux pueblos et son expression par le biais de représentants élus apparaissent en 1 810 comme des acquis de la pratique politique, du fait de l’empêchement royal.

10Les cités ne s’étonnent pas davantage de la destitution du vice-roi, d’une part parce que celui-ci semble avoir apporté sa caution au changement, mais aussi parce que le cas s’était déjà produit lors des invasions anglaises. Il est d’ailleurs significatif de voir resurgir dans les textes de 1 810 l’imaginaire des années 1806 et 1807 : face au danger encouru par la Monarchie, Buenos Aires est désignée comme le défenseur du vice-royaume et le rempart de l’Amérique. On lui reconnaît, en échange, le droit d’adopter les mesures qui s’imposent pour mener à bien sa mission. C’est pourquoi les vecinos se réfèrent souvent au choix du cabildo de Buenos Aires ; celui-ci est toujours considéré comme le modèle à suivre, en tant que représentant suprême des communautés urbaines. Cela confirme l’imbrication, dans ce processus d’adhésion, entre l’obédience due aux autorités administratives et celle provenant de la hiérarchie des cités.

  • 6 Cf. R. Caillet-Bois, La propaganda revolucionaria en el interior, Buenos Aires, 1939.

11Troisième élément qui contribue à expliquer la prompte adhésion des cités vers la fin du mois de juin, le désir de conserver ce qu’elles appellent « leur tranquillité ». L’arrivée de l’Expédition auxiliaire ne va pas sans provoquer des craintes et des remous. Les vecinos savent bien qu’en fait d’aide, l’Expédition leur imposera ses vues par la force. L’exemple du châtiment infligé à Córdoba suffit à calmer toute velléité de résistance. Pourtant, on ne peut en conclure que ce choix est absolument contraint. Au pire, il est le signe d’une relative indifférence vis-à-vis du changement ; au mieux, il constitue une issue favorable pour des intérêts locaux. La notion de « tranquillité » invoquée par les acteurs renvoie en fait à la cohésion de leur communauté, sans cesse tiraillée par les rivalités des factions. Dans le cadre de petites cités où l’élite ne rassemble qu’une trentaine de familles, reliées entre elles par des intérêts divers, un événement de quelque ampleur menace immédiatement l’équilibre existant. C’est pourquoi tous s’efforcent de parvenir à l’unanimité dans la solution choisie, afin de préserver l’intérêt supérieur de la communauté. Cette unanimité est donc une attitude de façade ; elle exprime le choix de la communauté mais ne signifie aucunement que tous ses membres soient d’accord. L’historiographie traditionnelle évoque l’existence, au sein de chaque cité, d’un petit nombre de vecinos précocement ralliés aux idées révolutionnaires, qui auraient été le fer de lance du ralliement6. Il est certain que des jeunes gens, dotés de la meilleure éducation et ayant fréquemment séjourné en Europe, diffusent les idées nouvelles dans leur milieu d’origine. Mais, outre que le niveau de culture et la modernité des références n’induit pas forcément une opinion révolutionnaire, ce type d’individus reste très minoritaire. Cette explication ne paraît pas plus convaincante que la traditionnelle division entre créoles et péninsulaires. En réalité, c’est en suivant la trace des tensions anciennes, antérieures aux événements décrits, que s’explique la genèse des « clans » qui se prononcent pour ou contre la Junte. A Salta, on retrouve, entre les partisans déclarés de la Junte et ceux qui « se cachent dans leurs haciendas », l’opposition qui divise les grandes familles depuis 1807 tandis qu’à Córdoba, les Funes se trouvent à la tête des partisans de la Junte à cause de leur hostilité envers le clan du gouverneur. Enfin et surtout, les cités n’ont nul besoin d’être travaillées par la propagande radicale pour trouver un intérêt dans le ralliement à la Junte. Outre l’effet d’inertie entraîné par la hiérarchie, il existe des facteurs positifs qui expliquent leur choix. Tout d’abord, le désir toujours vif de manifester son loyalisme et de se conduire en fidèles vassaux, désireux de sauvegarder les intérêts du Monarque et l’intégrité de ses domaines. Les réflexes de défense éprouvés lors des invasions anglaises et de la crise de 1808 jouent une fois de plus dans le même sens, celui de la solidarité avec la capitale.

  • 7 Cf. E. O. Acevedo, « Factores económicos régionales que produjeron la adhesión a la Revolución de M (...)
  • 8 Pacte du 1/07/1810, cité par J. Comadrán Ruiz, « Mendoza en 1810 », dans Tercer Congreso Internatio (...)

12Par ailleurs, le ralliement direct au sommet du pouvoir est une réponse à la hantise, partagée par toutes les communautés, de voir se disloquer l’organisation sociale. L’obsession de l’union, martelée par les textes officiels, est largement partagée par les élites des cités qui ne craignent rien tant que la perspective d’une dissolution totale de la Monarchie, consécutive à l’absence du roi. Cette crainte, sans cesse présente depuis 1808, constitue un ressort essentiel de l’imaginaire politique des élites créoles. Elle contribue à expliquer leur adhésion à la Junte et le rejet par les cités subalternes des ordres du gouverneur Concha. Toutefois, cette attitude de stricte obéissance n’exclut pas la poursuite d’intérêts particuliers, notamment chez les cités subalternes mécontentes de leur sort. Toutes espèrent obtenir du nouveau régime les privilèges auxquels elles aspirent, intention qui n’est pas absente de leurs débats et de leurs décisions. Les cités souhaitent mettre en valeur leurs ressources minières et agricoles, développer le commerce et les richesses de leur province, ce qui suppose un allègement des taxes douanières et un lien plus étroit avec le port de Buenos Aires7. Mais surtout, les cités subalternes qui supportent mal le régime d’intendance voient dans l’adhésion directe à la Junte un moyen de rejeter l’obédience vis-à-vis de leur capitale. Mendoza comprend très vite le parti qu’elle peut tirer du conflit entre le gouverneur de Córdoba et la Junte. Sous prétexte de maintenir l’ordre et de préserver l’unité, elle se libère de la tutelle de Córdoba et constitue, le 1er juillet, un embryon de gouvernement autonome8. Formé par le cabildo et le Commandant de la place, celui-ci prétend siéger de manière provisoire jusqu’à l’issue du changement de régime. Par là même, la cité tente d’imposer au nouveau pouvoir un état de fait sur lequel il ne pourra pas revenir : au travers de la mutation politique qui affecte le vice-royaume, Mendoza rend effectif son désir d’autonomie.

13À la faveur du changement, malgré la prudence des cités et le respect affiché des préséances, l’intérêt politique des communautés l’emporte donc largement sur l’obédience administrative, d’autant plus que celle-ci est mise à mal par le discours de la Junte contre les mandones, d’une part, et par le châtiment des insurgés de Córdoba, de l’autre. L’anathème lancé contre les fonctionnaires royaux a pour effet de supprimer les échelons intermédiaires entre les pueblos et la capitale, identifiée au pouvoir. Les justifications des nouvelles autorités rejoignent les préoccupations des élites locales – désir d’ordre et de cohésion, zèle vassalique –, tandis que la convocation du Congrès offre une issue favorable à leurs doléances. En effet, dans une société où les acteurs, individuels ou collectifs, voient leur statut rigoureusement défini par des interdictions ou des privilèges, l’élection d’un représentant destiné à œuvrer à l’élaboration du nouveau régime signifie pour chaque cité la possibilité d’améliorer sa condition. La représentation des intérêts des pueblos par l’élection de députés est donc la cheville ouvrière du changement de régime. Garantie supplémentaire à la cohésion du vice-royaume, elle offre aux cités de l’Intérieur l’occasion de participer à la refonte des institutions.

Les promesses de la représentation

14Cette première expérience représentative à l’échelle du vice-royaume se situe entièrement dans un univers d’Ancien Régime, ce qui donne au lien entre l’élu et ses commettants un caractère extrêmement concret. Celui-ci est matérialisé par un mandat de type impératif, qui comporte la concession de pouvoirs, d’instructions et d’indemnités, autant d’éléments qui contribuent à éclairer la nature de cette représentation.

15La mission confiée au représentant possède une double dimension. Elle comporte une part de représentation traditionnelle, qui consiste à défendre « les droits et les actions de la cité au sein de la Junte provisoire de gouvernement », c’est-à-dire ses privilèges intrinsèques et la légitimité de ses actes et de ses décisions, en exposant et en justifiant ses revendications. C’est à cet aspect que renvoie la concession d’un mandat impératif : outre le pouvoir que lui concèdent les électeurs, le député se doit d’agir, selon la formule consacrée, « conformément aux instructions et aux missives qu’on lui enverra, sans être obligé d’en faire part ». En ce sens, son rôle s’apparente à celui d’un avocat, d’un apoderado (le terme est souvent présent dans les textes), tandis que la formule de son pouvoir est souvent celle d’un mandat de droit privé. À cette fonction traditionnelle vient s’adjoindre une modalité totalement nouvelle de la représentation, qui concerne le pouvoir constituant. Par l’acte du 25 mai, les députés sont en effet appelés à participer à l’établissement d’une nouvelle forme de gouvernement. C’est à cette fin que les électeurs, conscients du caractère inédit de la mission, confèrent à leurs représentants des mandats « larges et suffisants », selon la formule usitée. Bien qu’ils ne se défassent en rien de leur pouvoir de décision au profit du député – on est loin, en ce sens, de la représentation nationale –, cette députation d’un type nouveau, imposée par les circonstances, amène les commettants à explorer les limites du mandat impératif, en avalisant a priori les initiatives de leur député :

  • 9 Acta capitular de la ciudad de Mendoza, 22/09/1810, AHM Col. 18.

« Lorsqu’au sein de cette Junte on traitera du nouveau gouvernement, ou lorsqu’il y aura lieu de le faire, [le député] exposera au nom de la cité tout ce qu’il juge utile à [la défense] de ses droits, même si cela l’amène à s’éloigner des instructions, car il est difficile d’avoir présents à l’esprit tous les points qui peuvent et doivent être traités en la circonstance. »9

16Bien qu’elle participe à cette mission inédite qu’est la refonte du pouvoir souverain, la députation ne change donc pas de nature : l’élu reste très étroitement lié à ses commettants dans la mesure où il est leur porte-parole. Cette concession du mandat en la personne d’un seul, doté des qualités et des vertus qu’on juge les plus dignes, est en réalité le dernier maillon d’une chaîne de délégations successives, procédé caractéristique de l’Ancien Régime. Le député représente le cabildo et les électeurs qui l’ont choisi, mais le cabildo est lui-même le représentant naturel de la communauté, tandis que les électeurs en sont « la partie principale et la plus saine ». Par extension, le député représente donc l’ensemble des habitants de la communauté.

17Le maintien du mandat impératif n’empêche nullement l’évolution du concept de représentation au cours des deux premières années du nouveau régime, sans que la relation entre le député et la cité ne soit remise en cause. On mesure cette évolution à travers la participation des habitants à la rédaction des instructions. À Córdoba, au début du mois de janvier 1811, les vecinos sont invités à adresser au cabildo, sur de simples papiers signés de leur main, « toutes les préventions et les points qu’il jugent utiles au meilleur service de la Patrie », afin que les échevins envoient leurs instructions au doyen Funes qui siège à la Junta Grande. L’année suivante, la révolution du 8 octobre érige cette consultation des habitants en principe. Désireuse de se démarquer du premier Triumvirat qui cherchait au contraire à restreindre l’objet de la représentation, la nouvelle équipe stipule dans le décret du 24 octobre que

  • 10 Règlement électoral, 24/10/1810, dans A. E. Sampay, Las constituciones de la Argentina, Buenos Aire (...)

« (...) les pouvoirs des députés seront conçus sans aucune limitation, leurs instructions ne connaîtront pas d’autres bornes que celle de la volonté des commettants [et] en vertu de ce principe, chaque citoyen pourra légalement indiquer aux électeurs qui confèrent les pouvoirs et instructions aux députés ce qu’il juge conforme à l’intérêt général, au bien-être et à la félicité commune et territoriale. »10

  • 11 Ibid.

Par là même, le second Triumvirat prétend « élever les pueblos à une existence et à une dignité qu’ils n’ont jamais connues et [les faire participer] à l’organisation de l’État »11. Autrement dit, la visée des dirigeants se situe entièrement dans une acception moderne de la représentation (exister en tant que peuple, participer à l’élaboration du pouvoir souverain), mais passe par la réactivation de la pratique du mandat impératif. Cette contradiction n’est en réalité qu’apparente : dans une société où l’abstraction du peuple, fondement de l’idée de représentation nationale, n’existe pas, confier directement ses doléances au député apparaît comme la meilleure manière d’exprimer la volonté générale.

  • 12 P. Gueniffey, Le nombre et la raison. La Révolution française et les élections, Paris, 1993, p. 151 (...)

18Par ailleurs, on s’éloigne par un autre biais de la forme traditionnelle de la représentation. Le mandat impératif subsiste ; cependant, d’après les termes du décret, il ne doit plus concerner les intérêts locaux, mais ceux d’une entité plus large, la Patrie, ce qui amène les citoyens à transcender leurs simples réclamations domestiques. L’articulation de ces deux sphères (la cité et la Patrie) se retrouve dans le choix des deux adjectifs, « commune » et « territoriale », qui renvoient non seulement à deux échelles mais à deux acceptions qualitatives de la représentation. Celle limitée à la communauté, – la représentation « sectionnaire », pour reprendre les termes de Patrice Gueniffey12 – et celle s’appliquant à une entité abstraite, la Nation, formée de la fusion des communautés en une alchimie génératrice de la volonté générale.

19Ressentie par les cités comme une restauration de leurs droits, la consultation des citoyens pour la concession des instructions est largement pratiquée à la fin de l’année 1812. Nous n’en connaissons toutefois le résultat que dans le cas de Tucumán. Les instructions confiées à Nicolas Laguna et Juan Ramón Balcarce le 7 décembre prennent largement le contrepied de la ligne politique qui s’est imposée à Buenos Aires. Ces recommandations visent surtout à assurer l’indépendance de l’Assemblée constituante face au gouvernement et à protéger les droits des pueblos face aux empiètements de la capitale. À l’exception d’une brève allusion aux problèmes propres à la cité, les commettants situent leurs prescriptions dans le cadre de la réorganisation générale de l’État. On est donc loin, dans ces instructions, du modèle traditionnel de la cité défendant ses seules prérogatives ; le caractère constituant de l’Assemblée suscite une réflexion sur le devenir commun des provinces.

  • 13 Oficio del diputado de Tucumán al Superior Gobierno, 23/04/1811, AHT Adm., 20-252
  • 14 Oficio de la Junta Grande al Tesorero de Tucumán, 22/05/1811, AHT Adm., 20-254 ; Oficio del diputad (...)

20Malgré cette évolution, la députation reste conçue comme un contrat liant la communauté et son représentant, trouvant sa consistance dans la concession d’un pouvoir validant le mandat, d’instructions précisant son objet ainsi que dans l’octroi d’une indemnité. Les sommes accordées au député doivent lui permettre de voyager jusqu’à la capitale et de couvrir sur place les frais nécessaires à sa subsistance et la tenue de son rang. Or, dans ces cités déjà éprouvées par l’aide accordée à la capitale et à la métropole depuis plusieurs années, le versement de telles sommes n’est ni aisé, ni rapide. Dès 1810, le principe d’un financement par les cités s’impose comme corollaire de l’élection par le cabildo et les principaux vecinos ; la communauté devant assurer elle-même l’entretien de son représentant. Les principales taxes municipales (propios et arbitrios) se révèlent toutefois insuffisantes ; plusieurs cités en viennent à consacrer le produit du ramo de sisa (impôt sur les marchandises entrant en ville) au financement des indemnités, effort qui n’empêche pas la multiplication des incidents : en avril 1811, le député de Tucumán n’a reçu que la moitié des 3 000 pesos auxquels il a droit13. La Junta Grande s’empare de l’affaire, réclame 600 pesos à la mi-mai, qui ne sont toujours pas versés début juin. Dans le même temps, elle rappelle à l’ordre l’ensemble des provinces, prouvant par là même que le cas de Tucumán n’est pas exceptionnel14.

21Au-delà de ces aspects matériels, la relation entre le député et sa communauté repose sur des liens complexes assurant un rapport de confiance, élément essentiel du mécanisme de la représentation. La mission de porte-parole et d’avocat que l’on confie à ces hommes implique qu’ils aient les compétences nécessaires pour la remplir correctement, mais qu’ils soient de plus suffisamment informés et concernés par les intérêts de la cité pour être les plus « représentatifs » possible. La personnalité même des individus choisis est donc un élément décisif du processus de représentation.

  • 15 Bando del cabildo de Salta, 08/1810, dans J. V. González, Filiación histórica del gobierno représen (...)

22Les divers éléments que nous venons de considérer montrent que la représentation est conçue sur le mode de l’identification : le député est en quelque sorte présenté comme l’incarnation même de la communauté. Or, l’efficacité de ce rôle d’interprète dépend étroitement des compétences de l’individu, qui doivent primer sur les autres attributs de sa personne. Le cabildo de Salta recommande ainsi aux électeurs « d’oublier toute considération personnelle et intérêt particulier et de fixer [leur] attention sur le bien public en élisant un individu dont le bon sens et le patriotisme garantissent l’aptitude et le mérite »15. Dans la même logique, le député de Tucumán, Manuel Felipe Molina, évoque le contrat de confiance engagé auprès de ses électeurs, qui suscite son dévouement le plus total :

  • 16 Proclama de don Manuel Felipe de Molina, 8/11/1810, ibid., p. 469-471.

« La reconnaissance et la gratitude auxquelles me lie la préférence dont vous m’avez honoré (...) stimulent si vivement mon amour et ma fidélité à ma chère patrie que rien ne me sera plus doux que de mourir pour elle (...) en consacrant tous mes soins, mes peines et mon ardeur à assurer son bonheur, à honorer tous mes concitoyens et à leur être utile. »16

L’autre aspect du discours réside dans la connaissance intime que possède le député de la communauté qu’il représente. Récemment installé à Tucumán, Molina vante les mérites de la cité et son attitude face aux événements récents. Il lie étroitement la qualité de sa prestation à l’attachement qu’il éprouve envers cette communauté si vertueuse, transformant par là même son mandat public en une relation inter-personnelle :

  • 17 Ibid.

« Vous n’ignorez pas les connaissances que je possède sur tout ce qui peut assurer votre bonheur ; [vous savez] que je connais individuellement le mérite et les qualités de tous les vecinos et habitants et que je les aime tous, sans exception, avec la même tendresse et la même sincérité. Existe-t-il un meilleur moyen de m’assurer un succès total dans ma mission ? (...) Votre mérite est remarquable et digne de considération ; cela m’attirera la faveur et la protection dont a besoin le gouvernement (sic) pour vous avantager dans tous les domaines susceptibles de faire progresser vos lumières, votre commerce, vos arts et vos industries. »17

23Cette relation n’est pas sans évoquer, dans son expression, une solidarité de type familial étendue à l’ensemble de la communauté. C’est pourquoi les électeurs préfèrent naturellement confier leur mandat à l’un de leurs concitoyens. Outre qu’un natif de la cité sera a priori mieux informé de ses besoins, la connaissance de l’élu, de ses qualités et de ses compétences est indispensable à la confiance qu’on doit lui accorder. Cette familiarité, d’autant plus grande que les élus sont souvent des jeunes gens (mieux à même de supporter le voyage et dépourvus de charges familiales), permet également de mieux contrôler leurs actions et d’exiger d’eux qu’ils rendent des comptes.

24En effet, une fois installés dans la capitale, les députés conservent un lien actif avec leur cité pendant toute la durée de leur mandat. Recevant des échevins des instructions et des subsisdes, ils leur adressent des comptes rendus de leurs activités et des événements en cours dans la capitale. Les cités sont ainsi informées, par un autre canal que les organes officiels, des soubresauts politiques qui ponctuent la période.

25Au rôle d’informateur que joue le député s’ajoute celui de formateur de l’opinion dans sa cité, qui découle de sa position sociale et de sa culture. Cette tâche d’éducation politique a cependant pour limite les propres convictions du député, qui interprète les événements en fonction de ses engagements et du rôle qu’il joue au sein des coteries de la capitale. Cet aspect de la députation est si bien connu des dirigeants qu’il leur arrive de demander des comptes au député concernant l’attitude de sa cité. En octobre 1811, le Triumvirat somme ainsi le doyen Funes, influent au sein de la Junta Grande, de s’expliquer sur le silence du cabildo de Córdoba, qui a négligé de prêter serment à la nouvelle institution. Sur le ton de la polémique, Funes rétorque :

  • 18 Oficio del Dean Funes al Gobierno, 12/10/1811, dans R. Levene, Las Provincias Unidas del Sud en 181 (...)

« Selon vous, ma responsabilité provient du fait qu’étant député, j’aurais forcément dû être informé du silence du cabildo et aurais négligé de vous en exposer le motif. Je vous répondrai que je viens seulement de comprendre qu’à la qualité de député est attachée l’obligation de savoir quand le cabildo qu’il représente répond ou ne répond pas, et quelles sont les causes qui influent sur sa conduite. »18

  • 19 Cf. R. Levene, « La Revolución de Mayo y el Deán Funes », BANH, 23 (1950), p. 47-79.
  • 20 Un dossier regroupant ces différentes requêtes se trouve dans AGN Gob. Cba., X-3-5-4.

La suite des événements prouve néanmoins que les choix politiques de Córdoba ne sont pas sans rapport avec l’influence qu’y exerce le doyen19. Son emprisonnement, qui fait suite à la dissolution de la Junte, suscite la réaction et l’appui indéfectible des vecinos de Córdoba. Tandis que des subsides lui sont envoyés, les requêtes en sa faveur se multiplient, émanant des corporations auxquelles il est le plus lié, tels le Collège de Monserrat, plusieurs corps de l’Université, un séminaire, des couvents, des bataillons de milice, et du cabildo lui-même qui tente d’envoyer une délégation à Buenos Aires pour plaider sa cause20. Cette situation de crise montre à quel point la cité se sent concernée par le sort réservé à son représentant : d’une part, celui-ci se trouve au centre de plusieurs réseaux de fidélité qui entrent tous en action pour le soutenir ; d’autre part le jeu de la représentation fait rejaillir l’offense sur l’ensemble de la communauté. La double dimension du représentant, à la fois membre de la cité et incarnation de celle-ci, se révèle ici de manière éclatante.

26Bien qu’étant par excellence une délégation publique, la relation du député et de ses commettants intègre donc, tout comme le contrat qui lui donne forme, des éléments relevant de la sphère privée et de la subjectivité tels que la confiance, la connaissance, la solidarité. Ces éléments expriment l’essence d’une relation inter-personnelle, renvoyant à un tissu de solidarités et à une communication directe entre les acteurs. On assiste par là même à l’émergence d’une forme hybride de l’expression politique, où la souveraineté du peuple se fond dans la délégation d’une communauté de type ancien. Dans le même temps, la lente évolution que connaît la représentation au cours des premières années reflète les mutations que le mouvement révolutionnaire provoque dans ces communautés.

La tentation de l’autonomie (1811)

27L’adhésion que les cités prêtent à la Junte en 1 810 provient en partie du caractère traditionnel des références invoquées et des espoirs que provoque l’installation d’un gouvernement autonome. Le centre du pouvoir apparaît plus proche, plus accessible, et les cités sont invitées à prendre part à son exercice. L’épuration des anciens fonctionnaires et la proclamation des principes révolutionnaires libèrent des forces nouvelles dans l’espace politique des cités, provoquant à la fois un bouleversement des équilibres et une recomposition des anciennes appartenances autour des enjeux et des institutions implantés par le nouveau régime. Cependant, la rétrocession de la souveraineté se révèle être une arme à double tranchant dont peuvent user les élites locales. Si les luttes de factions se réorientent en fonction des situations locales que crée la politique révolutionnaire, elles ne sont pas sans rapport avec celles qui, dans la capitale, influent sur les destinées du pouvoir. En ce sens, ces rébellions peuvent signifier une mise en cause directe de l’attitude des dirigeants.

La greffe révolutionnaire sur des sociétés traditionnelles

28La vie politique des cités, circonscrite à quelques centaines de vecinos, est essentiellement placée sous le signe des rivalités entre les différents clans que forment les grandes familles et leurs clientèles. Ces querelles intestines n’empêchent pas ces habitants de posséder une très forte conscience communautaire, qu’ils protègent contre tout ce qui la met en péril. C’est cette cohésion qui est mise à l’épreuve par le discours et la pratique révolutionnaires, qui désignent et exigent un autre type d’appartenance. Toutefois, à suivre l’évolution de cette implantation, on ne peut que constater la formidable capacité d’adaptation des communautés à ces nouveaux impératifs. Comme nous l’avons montré, il existe un abîme en 1 810 entre la modération des discours de la Junte et la sévérité de ses méthodes. Plus que la nouveauté des principes, c’est cette violence qui perturbe l’ordonnance des cités en suscitant des prises de position marquées et des affrontements entre les clans. Or, eu égard à l’importance qu’elles accordent à leur « tranquillité », c’est précisément ce genre de tensions que les communautés redoutent le plus. Malgré la formation des clans, elles tentent donc de concilier l’adhésion à la Junte avec le maintien des équilibres locaux.

29On constate en effet que dans la plupart des cas, les élites s’efforcent de trouver la voie du compromis pour éviter les affrontements. À Salta, le conflit pourtant sérieux entre le cabildo et le gouverneur n’empêche pas l’adoption d’une attitude unanime vis-à-vis du nouveau pouvoir. C’est à Mendoza que cette tentative est la plus manifeste, à cause des pressions contradictoires auxquelles est soumise la cité. Tandis que le commandant de la place, Faustino Ansay, envisage d’aligner sa conduite sur celle de son supérieur Gutiérrez de la Concha, les échevins font preuve d’une prudence et d’une habileté remarquables pour désamorcer le conflit. Après la réunion d’un cabildo abierto le 23 juin, le cabildo prend en mains les affaires de la cité, qu’il déclare sous l’obédience de la Junte. Le pas est donc pris sur les fonctionnaires de la Couronne. Forcé d’accepter sa destitution, le commandant Ansay se voit accorder en échange la protection du cabildo, qui expose à la Junte sa stratégie de conciliation :

  • 21 Oficio del cabildo de Mendoza a la Junta, 27/06/1810, dans J. Comadrán Ruiz, « Mendoza en 1 810 », (...)

« Votre Excellence doit comprendre que cette cité n’ayant aucun motif de soupçonner la conduite de son commandant militaire don Faustino Ansay, elle a seulement considéré que celui-ci étant un officier, obligé en vertu de ses ordonnances d’obéir à son chef immédiat, il ne pouvait se soustraire aux ordres que celui-ci lui adressait ; la cité a donc essayé de lui épargner ainsi cet embarras sans porter atteinte à son honneur. »21

  • 22 Ibid, p. 353-358.

En décidant unilatéralement de destituer le commandant, le cabildo a donc trouvé une issue au conflit interne provoqué par les ordres contradictoires de Concha et de la Junte. Après une tentative de rébellion, le cabildo temporise une nouvelle fois : le 29 juin, Ansay s’engage à cesser ses menées contre-révolutionnaires, en échange d’une tentative de négociation avec Córdoba et d’« un oubli total de tout le passé ». Le traité signé le lendemain formalise cet accord, en vue de « réconcilier les opinions divisées, de réunir les esprits et d’assurer la tranquillité publique ». C’est à cet effet que se crée le « gouvernement provisoire » réunissant le cabildo et le commandant22. Au prix d’une grande souplesse, le cabildo sort gagnant de l’affaire : tout en reconnaissant le nouveau régime, il s’est assuré une position de force dans la cité et a réussi à éviter aussi bien un conflit avec l’ancien magistrat qu’une commotion populaire.

  • 23 Ibid., p. 348.
  • 24 Oficio de Ocampo a la Junta, adjuntando una lista de los patriotas de Córdoba, 10/08/1810, dans Arc (...)

30Cette formule de conciliation interne à la cité ne résiste pourtant pas aux visées conquérantes de la Junte, aiguisées par la contre-révolution de Córdoba. Au fur et à mesure de son avancée, l’Expédition auxiliaire impose des prises de position radicales, très minoritaires dans la plupart des communautés. Sollicitées à titre individuel, les adhésions divisent les familles, ébranlent les solidarités traditionnelles, recomposent les alliances. Les cités doivent s’adapter en un temps très court à ce nouveau type d’obédiences qui bouleverse leur univers. Dès l’annonce des événements, des clans se sont formés en faveur de la Junte, réactivant dans la plupart des cas les anciennes factions. À Salta, les jeunes avocats rejoignent les échevins pour lutter contre le gouverneur ; à Mendoza, le mouvement est animé par une poignée de vecinos qui se réunissent chez le second alcalde et adoptent l’écharpe blanche comme signe de ralliement23. Parmi les partisans cordobais de la Junte se trouvent des membres de grandes familles opposées à Concha, les Corro, Bulnes, Cabrera, Paz, ainsi que les neveux du colonel Allende, l’un des conjurés24. L’existence de ces clans crée sans doute un climat de tension dans les cités, sans aller jusqu’à menacer la paix civile. Dans la plupart des cas, c’est l’intervention des armées de Buenos Aires qui contribue à cristalliser les conflits. D’abord par les épurations auxquelles se livrent les commissaires, comme dans le cas de Córdoba, puis par l’imposition de nouveaux gouvernants au mépris de l’avis des citoyens.

31Pour reprendre l’exemple de Mendoza, l’arrivée de Juan Bautista Morón, émissaire de la Junte, contribue à faire voler en éclats le consensus précédemment établi. Celui-ci ordonne en effet la levée de troupes destinées à lutter contre Concha, ce qui invalide l’accord du 1er juillet, dénoncé trois jours plus tard. Dans la foulée, Ansay et les autres fonctionnaires royaux sont destitués, tandis que la Junte ordonne début août de réunir les habitants afin de récompenser les patriotes. Comme dans les autres cités, l’arrivée de l’Expédition provoque derechef une radicalisation des positions qui rend impossible le maintien du compromis. Mais Mendoza n’est pas au bout de ses désillusions. Comme nous l’avons suggéré, son patriciat avait choisi de prêter son adhésion à la Junte dans l’espoir de se voir libéré de la pesante tutelle de Córdoba. Les quelques semaines précédant l’arrivée de Morón avaient permis au cabildo d’occuper la position de force qu’il appelait de ses vœux. La perspective d’un ordre nouveau, confirmée par l’élection du député, allait dans le sens de l’autonomie de gouvernement. Or, les premiers actes de la Junte, par l’intermédiaire de son émissaire, contrecarrent totalement ces aspirations.

  • 25 Oficio de la Junta al gobernador-intendente de Córdoba, 27/09/1810, AHC Gobierno, 32- 276.

32Le coup de grâce est porté au mois de septembre. Ayant considéré la demande d’autonomie émanant du cabildo, qui a cessé dans les faits d’obéir à Córdoba, la Junte fait savoir aux parties concernées « que les ordres du gouvernement [de Córdoba] doivent être appliqués dans ce district, celui-ci demeurant dans la même dépendance qu’auparavant »25. La reprise en main est complétée par la nomination de José Moldes, pourvu du titre redouté de lieutenant-gouverneur que Mendoza avait refusé en 1809. Le nouveau magistrat, doté des quatre pouvoirs, est de surcroît responsable de la milice, ce qui rabaisse le cabildo à un rôle de simple exécutant. D’un caractère difficile au demeurant, Moldes est mal reçu par les patriotes de Mendoza, ulcérés d’avoir été trahis dans leurs attentes. Informée de ces dissensions, la Junte réagit avec fermeté en décrétant l’exil des principaux meneurs :

  • 26 Oficio de la Junta al gobernador-intendente de Córdoba, 26/10/1810, AHC Gobierno, 32- 325.

« Les nombreuses enquêtes menées sur le sujet ont révélé que l’origine de ces discordes est antérieure à l’arrivée de l’actuel Lieutenant-gouverneur et se poursuivraient avec n’importe quel chef, car elles dépendent des caprices personnels de quelques individus qui œuvrent pour un intérêt opposé au bien général. »26

Il est significatif que les trois patriciens frappés de bannissement, tout en étant partisans de la Junte, ont joué un rôle de premier plan durant la brève période où la cité a fait sécession avec Córdoba. Bien que ralliés au nouveau régime, ils s’opposent à la nomination de Moldes qui va contre leurs espoirs et sont considérés dès lors comme potentiellement perturbateurs. Ce châtiment sert d’avertissement pour l’ensemble du patriciat.

33L’exemple de l’implantation du nouveau pouvoir à Mendoza permet d’apprécier tout ce qui sépare les attentes et les pratiques des cités de la stratégie employée par la Junte. En quelques semaines, celle-ci impose à Mendoza une autorité que l’Ancien Régime n’avait pas réussi à faire accepter. L’autonomie que le cabildo s’est octroyée à la faveur des événements doit céder devant la volonté de la Junte d’assurer sa domination dans l’intérieur. La stratégie des élites provinciales se fondait, elle, sur un imaginaire pactiste : en échange de leur adhésion, les vecinos espéraient voir leurs revendications satisfaites. Mais le nouveau pouvoir adopte d’emblée une attitude centralisatrice, en vue de réformer la société selon les principes conformes à son idéologie. L’autre conséquence de l’attitude de la Junte, c’est qu’elle rend impossible le maintien du compromis négocié entre les autorités locales, qui conservent un imaginaire pactiste. Par son discours et ses actes, la Junte opère une sélection rigoureuse entre ses partisans et ses ennemis, favorisant les premiers et châtiant les seconds. Cette conception exclusive de l’engagement politique fait irruption dans les cités et perturbe les réseaux traditionnels, qui ne tardent cependant pas à se recomposer en fonction de ces nouveaux impératifs du pouvoir.

34L’un des premiers changements qui affecte la vie des cités est la destitution de plusieurs fonctionnaires d’origine péninsulaire, ou trop manifestement liés à l’ancien système. Il faut en effet se garder d’assimiler les péninsulaires aux absolutistes et les créoles aux réformistes, des individus des deux origines se trouvant dans chacun des camps. Néanmoins, la Junte parachève la politique du fait accompli en décrétant, le 3 décembre 1810, que les emplois seront désormais réservés aux créoles. Outre sa portée symbolique évidente, puisqu’elle répond à l’une des principales revendications américaines de la fin du XVIIIe siècle, la mesure constitue pour le régime un moyen de s’assurer des fidélités dans les cités. Les réorganisations administratives des années 1811-1812 débrident en effet les ambitions des élites locales et contribuent par là même à relancer les luttes de factions. L’accès aux charges a en effet toujours constitué un enjeu essentiel dans les affrontements des parentèles et des clientèles, compliqués depuis 1775 par la multiplication des postes dans l’administration royale et l’arrivée de nombreux fonctionnaires péninsulaires.

35La correspondance d’Ambrosio Funes et de son frère Gregorio offre un témoignage précieux sur l’ébullition que suscite l’accès aux charges dans les cités. La création de la junte provinciale représente un enjeu majeur, dans lequel chaque camp s’engage à fond, ne regardant pas aux procédés employés pour contrecarrer l’adversaire :

  • 27 Ambrosio Funes a su hermano, 30/03/1811, dans Archiva del doctor Gregorio Funes, Buenos Aires, 1944 (...)

« Il y a eu de telles bagarres, une telle pagaille, en plus des mensonges d’une bande de vauriens qui ont introduit la discorde au sujet de cette junte provinciale avant qu’elle ne soit établie qu’il s’est même trouvé un écervelé pour écrire à Santa Fé que Cabrerita et moi avions l’intention de nous soulever ici contre la Junte Supérieure. L’affaire a été si loin que Santa Fé s’est déchaîné contre moi ; ils ont flanqué une belle frousse à un gars que j’avais envoyé là-bas (...). Son sang-froid a calmé les esprits, et il a découvert l’imposture d’un dénommé Soto, qui est celui qui a écrit d’ici [cette dénonciation]. Il paraît que sa lettre a été envoyée à la Junte. Pourvu qu’elle paraisse pour me venger ; défends-moi, car je dois lui faire payer ça. Les manigances de Cabrerita ont aussi contribué à [envenimer] toute cette histoire. »27

À la suite de cette affaire, Ambrosio feint de se retirer de la vie publique ; il n’en garde pas moins un œil attentif sur les événements et en informe régulièrement son frère. Le poste de gouverneur de la province continue d’attiser les ambitions ; chacun rassemble ses partisans, ce qui brouille les cartes des appartenances traditionnelles :

  • 28 Ambrosio Funes a su hermano, 5/05/1811, ibid.

« Par les papiers [que je t’envoie], tu t’apercevras du parti que tente de former Pueyrredon pour qu’on le soutienne au gouvernement. Si ce que j’entends depuis le fin fond de ma maison est vrai, même des mulâtres et des femmes en feraient partie. Quelle indécence ! Il paraît que José Díaz l’appuie. Dire qu’il existe des gouvernements où on accepte des hommes comme celui-là ! Et qu’à l’époque de notre régénération nous soyons dirigés par un Cabrerita ou d’autres têtes brûlées dans son genre ! Enfin... On dit que le clergé est désuni, et que Baygorri fait des siennes en faveur de Pueyrredon. Corro, Lascano et d’autres sont pour le cabildo et la partie la plus saine du peuple. Le cabildo aussi paraît divisé ; le procureur, lui, au moins, a choisi son camp. Il faudrait débarrasser cette ville de tous ces hommes ridicules et imbéciles ! »28

  • 29 T. Halperin Donghi, Revoluciôn y guerra. Formación de una elite dirigente en la Argentina criolla, (...)

36Dans ces rivalités autour des fonctions et des charges, la question des parentèles revient régulièrement sur le devant de la scène. Les complaisances familiales et le népotisme, vieilles pratiques tenant à l’organisation même de la société d’Ancien Régime, ont toujours constitué un motif de plainte de la part de ceux qui s’en trouvaient lésés. Mais le discours révolutionnaire proclame désormais l’avènement d’autres critères de sélection tels que l’instruction, les qualités morales ou le patriotisme. En revanche, les collusions familiales sont dénoncées comme autant d’attitudes factieuses, alors que la composition des élites locales les rend dans bien des cas inévitables. Comme le souligne Tulio Halperín Donghi, « les solidarités de type familial ont formé la trame même de l’élite coloniale ; le fait qu’elles soient encore tellement présentes annonce qu’elles résisteront mieux que les autres à la dissolution de l’ordre ancien »29. Ainsi, l’élection de Manuel Felipe de Molina à Tucumán en juin 1812 est contestée par l’échevin Miguel Pérez Padilla. Ses arguments tiennent non seulement à la position politique de Molina, qui a été membre de la Junta Grande, mais au noyautage de l’assemblée électorale par ses parents :

  • 30 Oficio de Miguel Pérez Padilla al Superior Gobierno, 22/06/1812, AGN Gob. Tuc., X-5-10-1.

« Nous nous sommes aperçus que les membres de ce corps [l’assemblée électorale], qui sont les frères, le beau-frère, les neveux, les cousins et les petits-cousins du docteur Molina, ont mis en œuvre tous leurs efforts pour voir se réaliser une perspective si favorable ; par une collusion répréhensible, ils ont réussi à faire élire des membres de leur faction, qui prédomine toujours dans cette cité, du fait de l’influence que lui assure son ancienne prépondérance. »30

37Le réveil général des factions, ainsi que les tentatives des clans pour contrôler les charges locales durant les années 1811 et 1812 apparaissent comme une réponse dynamique aux changements imposés par le pouvoir, mais se conjuguent mal avec les principes que prône le nouveau régime. Parmi ceux-ci, le plus souvent invoqué est l’union, avec son corollaire, la paix civile. Le primat de l’union s’explique aussi bien sur le plan idéologique – par opposition au pluralisme de l’ancienne société – que sur le plan pratique – le pouvoir cherche à s’assurer une adhésion sans failles des citoyens. Or, les affrontement locaux détournent les vecinos de leurs devoirs civiques et brouillent la relation entre les sujets et le pouvoir. Tout ferment de dissension dans le corps social devant être combattu, l’anathème est donc lancé contre les stratégies familiales.

38Dans ce contexte où les appartenances se recomposent, la promotion des principes révolutionnaires peut parfois prendre un tour positif. L’implantation des nouvelles institutions – provenant essentiellement de la réforme du système judiciaire – est propice à l’instruction civique des citoyens. Après avoir prêté serment au Règlement d’administration de la Justice, la junte subalterne de Mendoza convoque à leur tour

  • 31 Oficio de la junta subalterna de Mendoza al Gobierno, 18/02/1812, AGN Gob. Men., X-5- 5-2. La Chamb (...)

« (...) toutes les autorité civiles et militaires ainsi que les autres magistrats, afin qu’ils prêtent serment à la dite Chambre et qu’ils soient ainsi avertis non seulement de la manière dont doivent se dérouler les procès, mais aussi des limites de chacune de leurs juridictions. »31

L’instauration du Règlement et des Tribunaux de concorde suscite des interrogations qui sont autant de manières de se familiariser avec les nouveaux principes en vigueur. Composés de quelques sujets méritants et expérimentés, les Tribunaux de concorde ont vocation à régler les litiges mineurs et à faire respecter la paix civile. Ils œuvrent donc à mi-chemin entre la justice de première instance, qu’ils sont censés soulager, et le contrôle social qu’impose l’idéologie révolutionnaire.

39L’introduction des nouveaux principes peut également provoquer des réactions hostiles dans les cités lorsqu’ils heurtent trop violemment les préjugés politiques et sociaux des élites. Ainsi en va-t-il du décret sur la Sécurité des individus, qui complète le Statut provisoire de novembre 1811. Largement diffusé dans les provinces, le décret doit faire entendre à tous les habitants qu’ils sont égaux devant la loi et devant la protection du gouvernement. À noter que dans la retransmission de l’ordre, le terme d’« individu » ou d’« habitant » est souvent remplacé par celui de vecino ou de « citoyen », renvoyant implicitement à la catégorie la plus favorisée de la population.

40Le cabildo de Tucumán ne tarde pas, au nom de l’ordre social, à lancer l’offensive contre ce décret. Le 28 janvier 1812, il adresse au Triumvirat une protestation contre l’interprétation, trop stricte à son goût, qu’en fait la junte subalterne, exprimant sans détours une indignation et une crainte tout aristocratiques :

  • 32 Oficio del cabildo de Tucumán al Gobierno, 28/01/1812, AGN Gob. Tuc. X-5-10-1.

« Vous savez bien que de tels abus laissent une grande marge de manœuvre à la multitude pour persister dans ses désordres avec encore plus d’ardeur. Afin que de telles compromissions (...), qui touchent au plus sacré de notre représentation, ne laissent présager de manière certaine des conséquences tapageuses, vous daignerez prendre le parti de notre intérêt afin de régler ces affaires. »32

  • 33 Oficio del cabildo de Tucumán al Gobierno, 10/02/1812, AGN Gob. Tuc. X-5-10-1.

Quelques jours plus tard, ils reviennent à la charge de manière encore plus violente. Selon eux, la Junte entend appliquer le décret « à des hommes reconnus comme de véritables criminels, à des femmes qui se prostituent et à des jeunes gens des deux sexes qui vivent parmi les dangers d’une éducation perverse et que les alcaldes placent dans des maisons honorables et vertueuses »33. En réalité, la junte subalterne accuse le premier alcalde d’avoir enlevé à sa famille une petite Indienne d’un village des environs, pour la mettre au service d’un de ses parents. Au nom de la protection des individus, la junte propose d’interdire ce type de pratiques, courantes chez les notables, et de châtier les responsables. Les abus et les passe-droits auxquels se livrent les échevins sont dénoncés sans ambages :

  • 34 Oficio de la junta subalterna de Tucumán al Gobierno, 10/02/1812, AGN Gob. Tuc., X-5- 10-1.

« On a établi dans toutes les cités des Défenseurs des Pauvres et des Indiens sans que ceux-ci n’interviennent jamais pour prendre leur défense, car ces emplois sont régulièrement confiés à des jeunes gens dépourvus de caractère, qui s’affairent auprès des échevins pour obtenir l’année suivante un autre emploi plus prestigieux, de telle sorte que le vecino dans le malheur a perdu toute confiance dans la loi et les fonctionnaires publics. Toutefois, avec le décret et les articles sur la sécurité individuelle, tous ces maux peuvent facilement trouver remède. »34

  • 35 Cf. F.-X. Guerra, « Pour une nouvelle histoire politique : acteurs sociaux et acteurs politiques », (...)

Cette affaire suggère bien que l’application des nouveaux principes vise à réorganiser la société dans le sens d’une égalité de tous devant la loi, ainsi qu’à établir une relation de confiance entre les citoyens et le pouvoir. La réaction des échevins montre bien, à l’inverse, la résistance qu’opposent à ce projet les représentants de l’ordre ancien, dont l’imaginaire social demeure hiérarchique et inégalitaire35. Les élites des cités acceptent les nouveaux principes uniquement dans la mesure où ceux-ci ne remettent pas en cause leur prééminence sociale.

41Ces divergences et ces désunions latentes obligent le pouvoir à exercer un contrôle étroit sur les cités de l’intérieur, qui constitue en même temps un élément-clé du jeu politique local. Cette mainmise passe d’abord par un encadrement étroit des autorités étatiques et municipales. Les fonctionnaires mis en place en 1 810 sont d’ardents partisans de la Junte ; zélateurs du pouvoir, ils propagent le discours officiel qui présente Buenos Aires et ses dirigeants comme les sauveurs du vice-royaume. Par la suite, toutes les nominations, même municipales, restent soumises à l’approbation du pouvoir central. Les autorités continuent donc de dépendre étroitement de celui-ci ; elles s’efforcent d’en diffuser les principes et tiennent les dirigeants informés de tout ce qui leur semble digne d’intérêt, notamment en ce qui concerne l’attitude politique de leurs concitoyens.

42L’attribution des emplois constitue pour le gouvernement un des moyens les plus courants pour s’assurer la fidélité de membres éminents des grandes familles et accroître ainsi son influence dans la vie politique locale. La concession des charges relève d’un jeu compliqué visant à maintenir l’équilibre entre les différents clans tout en récompensant les actes de patriotisme. À cet égard, il importe de ne pas considérer la sphère locale et celle du pouvoir comme rigoureusement distinctes. En réalité, de multiples passerelles existent entre les dirigeants et les élites des cités : la correspondance des frères Funes en est un exemple manifeste, mais loin d’être unique. Par leurs propres expériences et les informations qu’ils reçoivent, les membres des différents gouvernements connaissent bien les réseaux locaux et la façon dont il convient de les utiliser.

43Par ailleurs, en tant qu’autorité suprême, le gouvernement est souvent appelé à se poser en arbitre des conflits internes aux cités. Les parties en présence lui soumettent systématiquement leurs versions des faits, chacune essayant d’emporter le jugement en prétendant défendre les principes du régime. Durant les années 1811 et 1812, il est surtout sollicité au sujet des élections – qui donnent lieu à des exposés aussi détaillés qu’instructifs sur les réseaux familiaux et factieux – et des affrontements entre les gouverneurs et les cabildos. À cette occasion, les dirigeants utilisent adroitement leur influence pour maintenir les équilibres locaux, en favorisant tour à tour un clan, puis l’autre. Lors des innombrables querelles d’étiquette entre les cabildos et les juntes provinciales, les premiers demandent souvent aux dirigeants de statuer en définissant soigneusement les prérogatives de chacun des corps. Là encore, c’est l’attribution et la répartition de privilèges qui sont en jeu, donnant l’occasion au pouvoir de s’attirer des fidélités.

44En vertu du pacte qui le lie aux citoyens, le pouvoir a enfin pour mission de répondre aux demandes de réformes de plus grande ampleur. Quoique déçues dans leurs premières attentes, les cités s’efforcent de jouer cette carte dans les premières années de la Révolution.

La lutte des pueblos pour leurs droits

45Avec la formation de la Junta Grande fin 1810, les cités sentent le pouvoir mieux disposé à leur égard. Aussi tentent-elles, en échange de leur adhésion au régime, d’obtenir une plus grande marge de manœuvre dans la gestion de leurs affaires. En juillet 1811, les échevins de Mendoza adressent à la Junte une requête commençant ainsi :

  • 36 Oficio del cabildo de Mendoza a la Junta de Buenos Aires, 10/07/1811, dans R. Levene,Las Provincia (...)

« Ce cabildo a jugé qu’il manquerait [à ses devoirs] si durant une période si favorable aux pueblos, il ne soumettait pas les droits de celui-ci au sage gouvernement qui les dirige et dont nous avons lieu d’espérer qu’il leur accordera la protection dont ils sont dignes. »36

La formulation montre à l’évidence que les cités inscrivent les principes révolutionnaires dans un imaginaire pactiste, et qu’ils sont conscients, en 1811, de vivre une conjoncture favorable à leurs ambitions. Sous l’invocation de ces principes – rupture avec l’ordre ancien, rétrocession des droits – elles font parvenir au pouvoir central, directement ou par le biais de leurs représentants, des demandes particulières. Les principales d’entre elles concernent leur situation administrative. Ce sont des propositions émanant de cabildos qui génèrent le débat sur le statut des cités au sein de la Junta Grande. Celui de Córdoba est l’auteur du projet des juntes provinciales, daté du 31 janvier 1811 et défendu par le doyen Funes, tandis que le cabildo de Jujuy est à l’origine du programme présenté peu après par le chanoine Gorriti.

  • 37 Oficio del cabildo de Jujuy a la Junta de Buenos Aires, 19/02/1811, dans R. Levene, Las Provincias (...)

46Celui-ci, rappelons-le, consiste à créer un gouvernement autonome exercé conjointement par un magistrat, le « prêteur », et par le cabildo. Sa tâche consisterait à assurer l’ordre public et la défense de la province, à activer l’industrie et à augmenter la prospérité grâce à des impôts spéciaux levés dans la juridiction. Diverses dispositions sont suggérées quant à la répartition de la population et des terres, au déplacement des réductions indiennes et à l’organisation de la frontière. Mais surtout, la séparation d’avec l’intendance de Salta est demandée, au motif que ce mode de gouvernement manque d’efficacité, étant données la taille de la juridiction et la rivalité entre les cités, laquelle, à terme, risque d’entraver l’application des mesures imposées par la capitale. Mieux vaut obliger les cités à payer elles-mêmes leurs fonctionnaires, ajoute le texte, plutôt que de les voir se déchirer en rivalités stériles. Il s’agit donc d’un plan raisonné de gouvernement, qui traduit parfaitement les soucis et les aspirations de cette province andine37. Le cabildo de Jujuy va jusqu’à suggérer qu’il existe un lien étroit entre ses propositions et le succès de la cause révolutionnaire :

  • 38 Ibid. Le ramo de sisa, taxes sur les ventes de marchandises, avait été transféré aux caisses royale (...)

« Si, au vu de ces lignes, Votre Excellence ne restitue pas rapidement au cabildo le ramo de sisa, n’intervient pas immédiatement et activement pour vérifier l’état de ses frontières, nommer des personnes de confiance qui puissent les défendre, décider jusqu’où l’on doit avancer les fortifications, payer les troupes et surveiller leur activité, alors tout l’effort que fera ce gouvernement pour tenter de remédier à l’état d’esclavage de cette cité se révélera inutile. »38

De leur côté, les commerçants de Mendoza demandent que la liberté du commerce soit restreinte au port de Buenos Aires et que la vente des marchandises en provenance d’Europe soit purement et simplement interdite dans l’Intérieur :

  • 39 Presentación de comerciantes de Mendoza al Consulado de Buenos Aires, 29/05/1811, ibid., p. 239-242

« Vous savez bien que le bonheur des peuples constitue la première loi des États et personne ne sait mieux que vous que l’on doit mettre autant d’ardeur à rechercher les moyens de le développer et de le conserver qu’à éliminer les causes et les motifs connus pour provoquer sa ruine. Avant toute chose, la petite industrie doit être protégée, car elle est une source pérenne de richesses (...) par conséquent, tout ce qui peut lui causer un tort quelconque doit être strictement interdit. »39.

47Sur le plan politique, Mendoza se fait l’écho de Jujuy en demandant sa séparation d’avec l’intendance de Córdoba, allant jusqu’à réclamer, à défaut d’une intendance particulière, son rattachement direct à Buenos Aires ! Comme leurs collègues de Jujuy, les échevins font rimer efficacité et proximité : pour eux, seule la juridiction immédiate de l’intendance est bien administrée, les autres étant laissées à l’abandon. Mais le principal argument qu’invoque Mendoza est le préjudice qu’elle estime avoir subi :

  • 40 Ibid.

« (...) la raison et la justice plaident en faveur d’une cité qui s’est toujours montrée digne de la protection du gouvernement et qui réclame [la reconnaissance] de droits anciens de plus de deux siècles, droits dont elle s’est vue dépouillée avec tous les préjudices [qui en découlent], entravant la croissance de sa population et [contrevenant aux] intérêts de ses habitants. »40

  • 41 Oficio de la junta subalterna de Mendoza a Manuel Ignacio Molina, 14/10/1811 ; Oficio de Manuel Ign (...)

48Dans le même ordre d’idées, mais selon une approche plus économique, la junte provinciale fait parvenir au député Molina un épais dossier exposant l’organisation des habitants dans la lutte contre les Indiens et la question du coût de l’entretien de la frontière, qui dans cette province n’a jamais été imputée aux finances royales. Les gouverneurs proposent la création d’une taxe sur certaines marchandises, spécialement destinée aux garnisons des forts de San Miguel et San Carlos. En échange de cette participation, les marchands bénéficieraient d’une plus grande sécurité dans leur transit vers le Chili. Dans sa réponse, Molina propose de taxer plusieurs autres produits afin de payer les employés de la cité et d’augmenter l’aide financière accordée au titre de l’effort de guerre. La dissolution de la Junta Grande empêche toutefois ce projet d’être mené à son terme41.

49L’année 1811 est exceptionnelle pour les cités dans la mesure où leurs représentants sont aux commandes de l’État et fondent la légitimité de leur action sur le respect des droits des pueblos, face aux attaques des « morénistes ». Sur le plan local, les échevins tentent de profiter de cette conjoncture favorable pour reprendre en main les rênes de la vie politique. Les gouverneurs installés par la Junte en 1 810 n’ont pas été appréciés par leurs administrés, loin s’en faut. À certains endroits, ils ont même été l’objet de véritables cabales, comme à Córdoba où Juan Martin de Pueyrredon s’est mis à dos les principales familles, ou encore à Mendoza où José Moldes s’est rendu particulièrement impopulaire, provoquant une série de troubles jusqu’à sa destitution en février 1811. En réaction contre ces magistrats parachutés depuis la capitale, les cités entendent proposer leurs candidats au pouvoir central, et non se les voir imposer. Cette aspiration est prise en compte par les députés modérés, qui en font un de leurs chevaux de bataille. À la suite des journées d’avril 1811, une grande consultation est organisée dans l’Intérieur pour que les vecinos puissent exprimer leur avis sur leurs gouverneurs. Réunis en assemblée, les citoyens doivent se prononcer pour le maintien ou la destitution du magistrat en poste, dont il est prévu qu’il serait à l’avenir originaire de la cité. Entre-temps a eu lieu, dans le courant du mois de mars, l’élection des juntes provinciales et subalternes créées par le décret du 10 février 1811. Bien qu’elles ne soient pas une remise en cause radicale de l’ordre existant – le président reste nommé par le pouvoir et la structure des intendances est maintenue – ces juntes transposent vers la base le changement opéré au sommet du pouvoir. De plus, elles offrent aux élites locales la possibilité de participer étroitement au gouvernement de leur cité. En effet, l’élection des membres par l’ensemble des citoyens, y compris les ecclésiastiques, crée un rapport de proximité entre ceux-ci et leurs gouvernants, eux-même issus du vecindario.

  • 42 E. L. Martín de Codoni, « El intenta de gobierno de juntas en 1811 en el Rio de La Plata », Anuario (...)
  • 43 Cf. J. Heers, Les partis et la vie politique dans l’Occident médiéval, Paris, 1981.
  • 44 Proclama de don Miguel Perez Padilla, 2/03/1811, AHT Adm., 21-160.

50Malgré son caractère innovateur, l’expérience va pourtant tourner court42. Tout d’abord, la création des juntes se heurte à la logique des factions qui lui est exactement opposée. Celle-ci est en effet une logique exclusive : loin d’admettre le partage des fonctions et la création de contrepoids, elle vise bien au contraire à monopoliser le pouvoir et à en exclure le clan adverse43. L’augmentation du nombre de charges ne fait que renforcer le désir des différents clans de se les approprier toutes. D’où les innombrables tentatives de subornation opérées par les grandes familles, malgré les consignes électorales qui recommandent de voter « librement, sans prévenir ni restreindre la volonté des participants (...) pour des personnes dotées des qualités notoires et ayant manifesté leur adhésion au système actuel »44. Le curé de Tucumán, Pedro Miguel Aráoz, conteste ainsi l’élection de Domingo Villafañe et de Francisco de Ugarte. Ayant dénoncé leur collusion avec Domingo García, commandant de la place et futur président de la junte, l’auteur montre avec un grande finesse en quoi cette conjonction d’intérêts est contraire à l’esprit de l’institution, tel qu’il s’exprime dans le décret de fondation :

  • 45 Carta de Pedro Miguel Aráoz, 2/03/1811, AHT Adm., 21-160

« La relation amicale et la déférence aveugle [de Villafañe à l’égard de García] ne lui laisseront aucune latitude pour s’opposer à ses jugements ; il ne sera pas en mesure de faire contrepoids à ses décisions ; loin d’être un collègue, comme le demande votre circulaire, il sera un organe inerte qui retransmettra fidèlement la voix du président (...) [Quant à Ugarte], c’est un filleul du commandant ; leurs maisons, leurs affaires et leurs intérêts sont dans une telle dépendance réciproque que, sans aller plus loin, [on voit] qu’on a affaire à une union civile et politique qui empêchera toujours [Ugarte] de remettre en cause l’uniformité de ses sentiments [avec ceux de García] (...) Cette unité de vues doit apparaître au vecindario comme un funeste présage, [celui] de voir ses droits ramenés au principe du despotisme, dont la vigilance de Votre Excellence tente d’arracher les pesantes racines. »45

51Après quoi, il dénonce les multiples irrégularités constatées lors du vote : les six électeurs nommés par les circonscriptions étaient tous apparentés aux élus ; le commandant, qui présidait l’une des circonscriptions, a vanté les qualités d’un candidat auprès des électeurs, tandis que dans deux autres circonscriptions on aurait directement invité les citoyens à voter pour Ugarte et Villafañe. Ces actes de coercition et le résultat des élections ont été dénoncés par plusieurs habitants auprès du cabildo.

  • 46 Cf. H. R. Lobos, « Los cabildos y la dinámica revolucionaria en el Rio de la Plata. Un esfuerzo de (...)

52Le second facteur d’échec réside précisément dans l’hostilité que manifestent les cabildos envers les juntes. Profitant d’une conjoncture favorable, ceux-ci sont en effet en train d’étendre leur champ d’action, ce qui les oppose de plus en plus vivement aux instances de gouvernement. Cette ancienne rivalité, déjà constatée sous l’Ancien Régime, est ravivée par le contexte de mobilisation révolutionnaire et par le discours sur la rétrocession des droits aux pueblos, dont les cabildos sont les représentants naturels46. Lors de l’installation des juntes, les cabildos ont le sentiment d’avoir affaire à un adversaire affaibli par rapport aux anciens gouverneurs, ce qui provoque de leur part une véritable offensive contre la nouvelle institution. Les raisons de cette croyance sont multiples : la forme collective du pouvoir le fait apparaître d’emblée comme plus faible ; il est également moins lié à la personnalité de son détenteur. Ensuite il s’agit d’une institution nouvelle, d’une légitimité moindre que l’échevinage qui se targue d’être aussi ancien que la cité. Enfin, de par sa forme collective comme de par son recrutement local, la junte de gouvernement ressemble beaucoup à l’institution capitulaire. Or, la tentation est grande pour les cabildos d’accaparer les fonctions de gouvernement, d’autant plus qu’il arrive couramment que les premiers alcaldes soient nommés gouverneurs par intérim. De ce pressentiment de faiblesse découle une série de conflits qui présentent partout des caractéristiques communes.

  • 47 Oficio del cabildo de Córdoba a la junta provisional, 19/03/1811 ; Nota de la junta, 5/04/1811, AGN (...)
  • 48 Oficio de la junta provincial de Córdoba a la subalterna de Mendoza, 16/06/1811, AHM Ind., 645-38.

53Le plus classique d’entre eux est la querelle de préséances entre les deux institutions. De manière générale, les cabildos font preuve d’une répugnance marquée à l’égard de tout ce qui peut rappeler leur soumission vis-à-vis des juntes. Bien que celles-ci bénéficient « des mêmes privilèges, prérogatives et facultés que celles des anciens gouverneurs-intendants »47, la coutume consistant pour les échevins à aller chercher puis à raccompagner les membres du gouvernement lors des cérémonies se trouve partout remise en question. Malgré leurs plaintes, les cabildos ne gagneront que sur un point : le gouvernement confirme que le jour de la fête de l’Étendard, où la cité célèbre sa fidélité au souverain, le rôle principal sera tenu par l’alferez real et que ce sera à la junte d’aller chercher le cabildo. Ce jour-là au moins, la supériorité de la communauté civile sur le pouvoir politique sera reconnue48 .

  • 49 Oficio de la junta provincial de Córdoba a la Junta Executiva, 2/06/1811, AGN Gob. Cba., X-3-5-3.
  • 50 Oficio del cabildo de Córdoba a la Junta Executiva, 1/11/1811, AGN Gob. Cba., X-3-5-3.
  • 51 Ibid.

54Plus significatif encore est le conflit qui oppose les deux institutions à Córdoba, à la suite de la célébration du 25 mai 1811. Lors de ladite fête, le cabildo a refusé de respecter le protocole sur un certain nombre de points : il a effectué la procession de l’Étendard à pied – non à cheval – et a refusé de venir chercher la junte à son siège, prenant appui sur une cédule retrouvée dans ses archives et arguant du caractère provisoire de la junte. Celle-ci n’est pas sans ignorer les motivations réelles de son adversaire, qui cherche selon elle « à pousser à bout la patience du gouvernement et à compromettre l’ordre public »49. Ainsi, le cabildo de Córdoba fait mine d’ignorer si les emplois capitulaires doivent être approuvés par la junte, et demande si celle-ci a le droit d’exiger la consultation de ses registres, pratique infamante dont il a déjà demandé l’abolition50. Derrière la querelle de préséances, c’est bien d’un conflit de pouvoirs dont il s’agit, la junte affirmant que « l’autorité limitée du cabildo ne fut jamais comparable à celle des intendants de l’ancien régime, et bien moins encore à celle qui à ce jour réside dans les juntes provinciales »51. Dans sa version des faits, le cabildo s’appuie entièrement sur les anciens droits de la cité, que la Révolution invite à restaurer, et qui l’emportent sur toutes les décisions qu’on cherche à lui imposer :

  • 52 Oficio del cabildo de Córdoba a la Junta Executiva, 15/06/1811, AGN Gob. Cba., X-3-5-3.

« Ce cabildo connaît l’étendue des droits de sa cité, qui est indépendante, libre et souveraine de par l’extinction du pouvoir monarchique qui la gouvernait (...) Les cabildos sont un abrégé des cités elles-mêmes (...) celles-ci auraient-elles déposé en vous tous leurs droits sans en réserver quelques-uns pour censurer les abus lorsqu’ils existent ? Cette concession absolue est opposée à la liberté, et l’homme ne peut aliéner celle-ci. Par conséquent, cette junte subalterne, créée par le cabildo, doit [se voir imposer] davantage de restrictions, et doit exercer l’autorité limitée qui lui a été concédée uniquement pour exécuter des lois qui ne s’opposent pas à la situation présente. »52

Ces propos montrent que le cabildo ne se borne pas à attaquer la junte ; c’est le régime lui-même qu’il remet en cause. Ce que réclament les échevins de Córdoba, c’est une véritable reconnaissance de la souveraineté des cités, comprise comme la restauration de leurs anciens privilèges. Dans ce processus, le pouvoir exécutif doit se limiter à faire fonctionner la machine administrative, tandis qu’il reviendrait aux échevins, en tant que représentants naturels des communautés, d’exercer la véritable souveraineté, c’est-à-dire de dicter et de dire la loi.

  • 53 M. E. Pérez Amat, G. Facinetti, L. S. Calderoni, « Conflictos entre Buenos Aires y el interior (181 (...)

55L’offensive des cabildos pour défendre les droits des pueblos ne se limite donc pas à contrecarrer l’expérience des juntes provinciales53. Déjà perceptible dans ces conflits, la mise en cause du pouvoir central se manifeste ouvertement à Córdoba lors de la dissolution de la Junta Grande, qui amène l’emprisonnement du député Gregorio Funes. À l’occasion de la promulgation du Statut de novembre 1811, le cabildo adresse au Triumvirat un pli où il rappelle le rôle joué par Buenos Aires depuis 1 810 pour la défense des droits des cités. Au nom de ces droits bafoués par la mise à l’écart du député, le cabildo confronte le gouvernement au pacte que représente la Révolution :

  • 54 Oficio del cabildo de Córdoba al Superior Gobierno, 9/12/1811, AGN Gob. Cba., X-3-5-4.

« Il est possible que notre député (...) ait outrepassé sa mission et trahi ses devoirs, mais il ne faudrait pas croire que cette cité aurait par là même perdu son droit d’être représentée et entendue dans une affaire si importante. Celui-ci est [en effet] un privilège par lequel la nature nous enrichit tous et met sur un pied d’égalité le faible et le puissant. Le premier objet de la confédération civile est de nous protéger réciproquement, et de constituer une autorité. Si celle-ci mérite effectivement notre respect, c’est en échange de la façon dont elle considère l’inviolabilité de nos droits. »54

Poursuivant son raisonnement en évoquant l’exercice de ces droits, il déclare que seuls les habitants rassemblés ont la faculté de reconnaître le Statut, puisque leur député n’a pas participé à son élaboration :

  • 55 Ibid.

« Vous avez décidé d’invalider notre député dans sa toute-puissante représentation ; le cabildo, par ailleurs, ne la possède pas ; il est donc obligatoire que ce soit le peuple lui-même qui exprime sa volonté et ratifie un acte qui, sans son consentement, n’aurait aucune valeur. »55

Il suggère enfin qu’il appartient aux mêmes citoyens de se prononcer sur l’invalidation du député, puisque ce sont eux qui lui ont conféré ses pouvoirs. Le coup de force du Triumvirat est ainsi totalement délégitimé ; le cabildo lui reproche d’ailleurs de soumettre le pays à la rivalité d’opinions particulières, avant de réaffirmer sa fidélité à Buenos Aires comme centre du pouvoir.

56L’exemple de Córdoba montre bien que les factions peuvent facilement se mobiliser autour d’enjeux qui dépassent le cadre local. Au vu de ces manifestations, le Triumvirat ne tarde pas à réagir, afin de désamorcer la puissance subversive du discours sur le droit des pueblos et de réaffirmer son autorité dans les cités.

La remise au pas des cités (1812-1814)

  • 56 Cf. S. Wahnich, « La logique de l’exclusion révolutionnaire », dans La guerre civile entre histoire (...)

57Dès l’installation du Triumvirat, et plus encore au cours des années 1813 et 1814, les urgences de la situation militaire entraînent un contrôle renforcé du pouvoir central sur les cités. Celui-ci passe par l’application au niveau local de la ligne politique décidée au sommet de l’État, qui se traduit par l’exclusion de tous ceux que le régime considère comme suspects, les étrangers, tout d’abord, mais aussi les factieux56. Dans le même temps, les autorités, étroitement surveillées, sont chargées de diffuser les valeurs révolutionnaires prônées par la Société patriotique et de promouvoir « l’esprit public ». Le durcissement du pouvoir est imposé dès le mois de novembre 1811 par le Triumvirat. À la suite du coup de force contre la Junta Grande, les discours de la nouvelle équipe mettent l’accent sur le contexte troublé et les dangers qui menacent le pays. Toute l’année 1812 est placée sous le signe de ce péril latent, qui justifie l’adoption de mesures autoritaires. Seul le risque de voir la Révolution anéantie permet en effet de contrecarrer l’exigence des cités vis-à-vis du respect de leurs droits.

58La menace a toutefois des fondements bien réels. Après les premiers succès de la fin 1810, 1811 est l’année des revers pour l’Expédition auxiliaire : le Paraguay est définitivement perdu à partir de mars ; le Haut-Pérou menace de l’être après la défaite de Castelli en juin. Revenu à Montevideo avec un titre de vice-roi, Javier de Elío déclare la guerre en février 1811 et fait bientôt intervenir les Portugais. Malgré le ralliement de plusieurs cités de la Bande orientale, Buenos Aires doit céder devant la supériorité navale de ses ennemis : le 21 octobre, un armistice est signé avec les Portugais, ce qui n’empêche pas les loyalistes de Montevideo de poursuivre le combat. Le Triumvirat, qui se constitue à ce moment-là, entend se donner les moyens de repousser une éventuelle invasion des armées loyalistes, qu’elles proviennent du Pérou ou de la Bande orientale. Son action politique est donc placée sous le signe d’un renforcement du pouvoir central, qui passe par la concentration des pouvoirs, la lutte contre les divisions intestines, une surveillance accrue de l’opinion et des mesures d’exclusion à l’encontre des Espagnols européens.

  • 57 Oficio de Pedro José Saravía al Superior Gobierno, 6/02/1812, AGN Gob. Salta, X-5-7-3.
  • 58 Acta del cabildo de Córdoba, 22/01/1812, dans Actas capitulares, Cordoba, 1960-1968, livre 45, p. 4 (...)
  • 59 AGN Gob. Cba., 5-5-4.

59La première incidence de cette politique dans les cités est la suppression des juntes provinciales, décrétée le 12 décembre 1811 dans la foulée de la dissolution de la Junta Grande. À la faiblesse du pouvoir collectif, rendu responsable de toutes les désunions et de tous les maux, on substitue au sommet comme à la base l’autorité personnelle d’un ou plusieurs individus, qui concentrent tous les pouvoirs. De manière générale, la nomination d’hommes sûrs à la tête des provinces assure une reprise en main ferme et rapide. À Salta, Pedro José Saravía annule toutes les nominations aux emplois militaires effectuées par la junte provinciale, au motif que seul le pouvoir central possède cette faculté57. La même consigne est appliquée dans les autres cités, où les listes des emplois publics sont remises à jour en vertu du décret du 27 janvier 1812. À Córdoba, Santiago Carrera ouvre une enquête au sujet de la reconnaissance du Triumvirat : le cabildo est sommé de remettre tous ses actes des mois d’octobre et de novembre 1811, ainsi que la correspondance qu’il a échangée avec le député Gregorio Funes58 ; pour appréhender les autres suspects, un questionnaire est constitué à l’intention de leurs proches59. Le retour des gouverneurs marque donc la défaite des cabildos et de leurs partisans dans leur tentative de conquête du pouvoir local. Le décret du 18 août 1812 va encore plus loin en supprimant la perpétuité des charges capitulaires et en établissant l’élection des échevins. La mesure a pour but de favoriser la rotation de ces postes-clés et de diminuer la force des cabildos comme noyaux d’opposition au pouvoir. Par leur action autoritaire répondant aux ordres du Triumvirat, les gouverneurs parviennent donc à calmer les oppositions qui s’étaient manifestées au cours de l’année 1811. En quelques mois, l’union patriotique semble l’emporter sur le désir d’autonomie des élites urbaines, bien que les témoignages révèlent surtout la façon dont on renvoie aux dirigeants leur propre discours afin d’éviter les représailles. Cela montre aussi que les opposants de 1811 ont souvent été remplacés par leurs rivaux aux postes de commande.

  • 60 Acta del cabildo de Córdoba, 18/03/1813, dans Actas capitulares, op. cit., livre 46, p. 140.

60Dans le cadre de cette reprise en main par le pouvoir central, l’orthodoxie politique des agents de l’État fait l’objet d’une étroite surveillance. Au début de l’année 1813, le cabildo de Córdoba est invité à fournir « une liste circonstanciée des employés qui, par leur conduite offensive et contraire au système de l’Amérique, méritent d’être privés de leur [poste], où doivent être placés les fils méritants de cette province, que leurs aptitudes et leurs vertus rendent dignes des attentions du gouvernement »60. Toutefois, pour juger si les fonctionnaires sont dignes d’occuper leur emploi, les échevins prennent autant en compte la compétence dont ils font preuve dans l’exercice de leur charge que leur conduite personnelle, publique ou privée, ainsi que l’avis de l’entourage quant à leur patriotisme. La méthode est sujette à caution, car elle soumet l’administration, théoriquement dévouée au bien commun, aux opinions particulières. Après avoir défendu un personnage que ses collègues, se fondant sur la rumeur publique, considèrent comme un opposant, l’un des échevins ne manque pas de souligner le manque d’objectivité de ces déclarations, qui font et défont les patriotes au gré des solidarités locales :

  • 61 Ibid, p. 200.

« Le cabildo devrait faire en sorte que le Gouverneur ait connaissance des [liens] de parenté et autres types de relations [que peuvent avoir] les sujets qui l’informent en faveur ou contre les opposants, afin qu’une malice dépravée de ces derniers ne porte pas préjudice à la justice [qui doit être faite aux] plus méritants. »61

61L’année suivante, un équilibre semble avoir été trouvé par le pouvoir exécutif dans la concession des emplois, le problème étant toujours d’accorder un certain nombre de postes aux locaux tout en évitant de favoriser les luttes de factions, voire une attitude sécessionniste à l’égard du pouvoir central. Dans le décret du 13 avril 1814, la préférence donnée aux natifs de la province dans l’attribution des postes relève autant de la tactique que d’un stimulant au patriotisme :

  • 62 Nicolas Herrera a Juan Florencio Terrada, 13/04/1814, AHM Ind., 605-88 ; Nicolas Herrera al cabildo (...)

« Étant du suprême intérêt de l’État que la distribution des honneurs et des emplois dans toutes les branches de l’administration publique se fasse toujours sur la base de l’égalité et de la justice, afin que le patriotisme soit stimulé et que la vertu ait une juste récompense (...), j’ordonne que dans la distribution des honneurs et des emplois dans une province (...) les natifs de celle-ci soient préférés à ceux des autres provinces, à égalité de mérite et de condition, tout en me réservant le droit de faire exception à cette règle pour les [plus hautes] charges de la hiérarchie, au cas où l’exigeraient la sécurité et l’ordre intérieur de l’État. »62

  • 63 Cf. H. J. Tanzi, « El clero patriota y la Revolución de Mayo », Revista de Indias, 37/147- 148 (197 (...)
  • 64 Expediente sobre elpadre Fray Manuel Burgos, 1814, AHC Gobierno, 40-96.
  • 65 IEA, doc. n° 9111 ; Oficio del Obispo de Córdoba al Teniente-gobernador de Mendoza, 22/02/1813, AHM (...)
  • 66 Oficios de Fray Domingo Garcia al Teniente-gobernador, 31/08/1813 et 28/01/1814 ; Oficio del Tenien (...)
  • 67 Oficio de Fray Diego de Olivera al gobernador-intendente, 10/10/1814 ; Fray Pedro Juan Maure al mis (...)

62En tant qu’employés de l’État, les membres du clergé font l’objet d’un régime de surveillance particulièrement pointilleux63. Pour les dirigeants, le clerc est le principal artisan de la contagion contre-révolutionnaire, puisqu’il a été un instrument au service de l’Ancien Régime, « le fanatisme [s’étant] servi de ce qu’il y a de plus sacré pour rendre perpétuel l’esclavage des peuples »64. Au début de 1813, l’évêque de Córdoba est chargé de mener une enquête dans les provinces afin de débusquer les ecclésiastiques contre-révolutionnaires65. Dans les rapports fournis par les autorités, seules La Rioja et San Luis sont unanimes sur la bonne conduite de leurs pasteurs. Dans toutes les autres provinces, des ecclésiastiques sont mis à pied et se voient interdits de confesser et de prêcher66. Une autre enquête, menée à la fin de 1814, entraîne une nouvelle vague de dénonciations. Les supérieurs des couvents de Mendoza accusent des membres de leurs communautés, tandis que le cabildo de Córdoba met en cause l’attitude politique de plusieurs ecclésiastiques67. Les accusations se fondent sur des propos tenus par les suspects lors de conversations publiques ou privées et sur la façon dont ils abordent le thème de la Patrie dans leurs sermons, en application des ordres du gouvernement. Le rôle de la religion comme arme de combat et l’importance de l’ecclésiastique comme directeur de conscience et médiateur des idées politiques apparaissent pleinement dans cette croisade idéologique.

  • 68 Oficios del cabildo al Superior Gobierno, 3/08/1812 ; Representación de Nicolas de Aguirre al Super (...)

63Une seconde catégorie de la population, directement assimilée à l’ennemi, fait l’objet d’une surveillance particulière : il s’agit des Espagnols européens. La campagne de répression qui suit la découverte du complot d’Álzaga à Buenos Aires, en juillet 1812, connaît une importante répercussion dans les provinces. Invitées à accroître leur surveillance, les autorités en profitent pour manifester un zèle patriotique apte à faire oublier, dans le cas des cabildos, les désaccords passés. À Córdoba, Carrera met sur pied une Junte de vigilance qui confisque les armes des particuliers et traque les suspects. À Mendoza, le cabildo emprisonne plusieurs individus à la suite de la tentative de soulèvement du mois d’août, mise en relation avec celle de la capitale. Outre l’ancien député Molina, l’Européen Antonio López, soupçonné de collusion avec Álzaga, fait partie des victimes. On découvre chez lui une forte somme d’argent provenant des dons de divers compatriotes, qu’on lui confisque pour la verser dans les caisses de l’État. Faute de preuves convaincantes, il est remis en liberté un mois plus tard68.

  • 69 Oficio de Alexo Nazarre al Superior Gobierno, 7/03/1813, AGN Gob. Men., X-5-5-11. Oficio del gobier (...)
  • 70 Oflcios del Teniente-gobernador al Superior Poder Executivo, 12/10/1813 et 5/12/1813, AGN Gob. Men. (...)

64Aux Européens suspects s’ajoutent les opposants déclarés, exilés dans les provinces, ainsi que les réfugiés des zones occupées par les royalistes. La région du Cuyo combine ces différents cas de figure. Les provinces de San Luis et San Juan, bientôt rattachées à la juridiction de Mendoza, sont en effet un lieu de relégation très prisé par le pouvoir central. Nombreux sont les suspects confiés à la surveillance du gouverneur, dont font partie les opposants exilés par les dirigeants chiliens69. Ces éléments étrangers à la cité sont toujours accusés d’être les auteurs des troubles sporadiques qui s’y produisent. En octobre 1813, le gouverneur fait état d’un complot des « ennemis de la Patrie », qui envisageaient de prendre d’assaut la réserve d’armes. Après avoir arrêté deux suspects, un Anglais et un pardo, il fait exiler par mesure de précaution tous les Européens célibataires de la ville. Le gouvernement lui conseille en retour d’envoyer les plus dangereux dans la juridiction de Salta, où la présence de l’Armée du Nord et des milices leur ôteront toute possibilité de nuire. Deux péninsulaires, chez qui on trouve d’importantes réserves d’armes et de munitions, sont finalement dénoncés, arrêtés et livrés à la justice avec leurs dépendants70.

  • 71 Oflcios del Teniente-gobernador de Mendoza al Superior Poder Executivo, 9/03, 7/04, 5/05, 17/04 et  (...)

65Tout au long des années 1813 et 1814, les autorités de Mendoza suivent de près la situation du Chili, menacé par l’entreprise de reconquête menée par Abascal depuis Lima. Des rumeurs d’invasion des Provinces Unies à partir de Santiago circulent sporadiquement ; chaque retard de courrier fait craindre un retournement de la situation. Les autorités s’efforcent de ne laisser aucun Européen franchir la frontière, afin que le Cuyo ne serve pas de base de repli. Ceux qui parviennent à Mendoza sont immédiatement confinés dans la province de San Luis, d’où ils ne peuvent retraverser les Andes71. Cette surveillance se renforce après la victoire des royalistes à La Rancagua, le 1er octobre 1814. Le courrier des émigrés chiliens est sévèrement contrôlé ; on redoute notamment les échos trop favorables de la reconquête, dont donne l’exemple cette épouse d’émigré, qui s’efforce de faire revenir son mari :

  • 72 Oficio del gobernador al Director Supremo, 23/10/1814, AGN Gob. Men., X-5-5-4.

« Les troupes du roi ont fait preuve envers chacun de la plus grande modération (...) Dès leur arrivée, nous avons pu constater les intentions pacifiques qui les animent (...) Vous n’avez rien à craindre, je suis sûre que l’esprit général est à la paix et que tous les bruits que les articles [des journaux] propagent contre ces troupes sont faux. »72

  • 73 Oficios de San Martin al Director Supremo, 5 et 30/11/1814, 26/12/1814, AGN X-5-5-4. Lista de los D (...)
  • 74 Oficio de Felix José de Matos al Teniente-gobernador, 28/10/1813 ; Oficio de José Gascón al Superio (...)

66Lorsqu’il est nommé gouverneur du Cuyo en octobre 1814, San Martin réagit face aux conséquences de la reconquête royaliste. Constatant les troubles occasionnés en ville par la multiplication des réfugiés chiliens, il prend des mesures sévères pouvant aller jusqu’à la mort. Un corps de décurions est chargé d’effectuer des rondes de surveillance et d’assurer la police municipale73. Par ailleurs, il s’efforce de limiter au maximum les échanges entre les deux régions : tout individu doit présenter spontanément le courrier qu’il reçoit du Chili. En décembre, l’arrestation d’un suspect permet de découvrir un réseau de courrier clandestin, qui fonctionne grâce à la complicité de l’Administrateur des Postes, Manuel Sáenz, en cheville avec ses collègues de Santiago et de Lima. La même ambiance de suspicion, tissée de dénonciations et de conspirations réelles ou imaginaires, se retrouve dans les autres régions. À Tucumán, la présence d’Espagnols et d’autres suspects fait craindre qu’ils ne servent d’informateurs à l’ennemi tout proche ; aussi sont-ils périodiquement exilés dans la province de Córdoba74. La lutte contre les ennemis du régime mobilise donc l’attention et les efforts des autorités locales, surtout dans les régions où la proximité de l’ennemi fait de l’ordre intérieur un préalable nécessaire à la victoire militaire.

  • 75 Oficio de Santiago Carrera al Superior Gobierno, 3/03/1812, AGN Gob. Cba, X-5-5-4.
  • 76 Oficio de Santiago Carrera al Superior Gobierno, 19/07/1812, IEA, dossier n° 8294 ; Oficio de Santi (...)
  • 77 Oficio del Superior Poder Executivo al cabildo de Buenos Aires, 10/03/1813, AHC Gobierno 35-331.

67À côté d’une surveillance active des suspects, les gouverneurs s’efforcent d’éviter les troubles liés aux luttes de factions. Celles-ci, toujours aussi vives, conservent souvent l’allure d’un affrontement entre les cabildos, qui coalisent les intérêts des patriciens, et les représentants d’un pouvoir central de plus en plus autoritaire. À Córdoba, Santiago Carrera déclare la guerre aux partisans de Gregorio Funes. Dans les résultats de son enquête, il distingue trois catégories d’« ennemis » et les peines prévues à leur encontre : la relégation en des lieux isolés pour les chefs du mouvement, un exil temporaire ou une amende pour cinq de leurs fidèles et une sévère mise en garde pour « l’immense multitude des jeunes gens mal élevés et des propres à rien, animés d’un esprit d’adulation, qui se sont manifestés en faveur de leur système »75. Les soupçons du gouverneur se confirment dans les mois qui suivent. Lors de son installation, les principaux suspects s’étaient retirés à la campagne, laissant la cité dans un calme apparent. Mais au bout de quelques temps, revenus en ville, ils tiennent des réunions secrètes et n’hésitent pas à manifester publiquement leur opposition, en arborant par exemple des cocardes noires lors de la célébration du 25 mai76 ou en refusant de féliciter le Triumvirat pour les victoires du Nord-Ouest et l’ouverture de l’Assemblée constituante77. Tout cela laisse supposer l’existence d’un groupe organisé qui s’exprime dans les réunions de famille ou dans les tertulias des patriciens.

  • 78 Oficio de Santiago Carrera al Superior Gobierno, 1/06/1812, AGN Gob. Cba., X-5-5-4.
  • 79 Oficios de Carrera al Suprenio Poder Executivo, 18/02/1813 et 2/05/1813, AGN Gob. Cba., X-5-2-5.
  • 80 Ibid.

68Devant le défi lancé par ces adversaires, qui ont pour but de faire nommer Gregorio Funes à sa place, le gouverneur affirme « qu’il est nécessaire d’anéantir cette tumultueuse et minable faction qui sera toujours, dans cette ville, à l’origine des dissensions, de la rivalité et de l’opposition au système de gouvernement adopté par cette capitale »78. Tout en demandant conseil au gouvernement sur l’attitude à adopter, il souligne que ce groupe est « plus nuisible que les sarrasins »79, exprimant par là une idée de plus en plus courante, à savoir que les patriotes opposés au régime en place sont plus dangereux que les contre-révolutionnaires ou les armées royalistes. Les divisions internes en effet, paralysent le système et ralentissent considérablement l’effort de guerre. Ainsi, les frères Moyano qui devaient conduire des troupes à Mendoza avec le gouverneur se désistent sous la pression des partisans de Funes, rejoints dans leur décision par le corps de milice des « Artilleurs Urbains ». Des rumeurs ne cessent de circuler, annonçant la chute imminente du pouvoir exécutif. Carrera est conscient d’avoir affaire à un véritable mouvement de contestation, cherchant selon lui à provoquer « la ruine de l’État »80. En réalité, les partisans de Funes expriment leur désaccord avec la faction moréniste qui gouverne le pays depuis la capitale.

  • 81 Oficio de Santiago Nazarre al Superior Poder Executivo, 30/07/1813, AGN Gob. Mza., X- 5-5-11.
  • 82 Larrea est également nommé membre du Triumvirat le 5 novembre, en remplacement de José Julián Pérez (...)
  • 83 Oficios del gobernador-intendente al cabildo, 3/12/1813 et 20/01/1814, AHC Gobierno 40- 360 et 367  (...)

69Partout ailleurs, la rivalité du gouverneur et du cabildo reste un cas de figure classique. Les manifestations d’indépendance des cabildos sont assimilées par les gouverneurs à des conduites factieuses, contraires à la recherche du bien commun dictée par le pouvoir central. À Mendoza, le gouverneur Santiago Nazarre se plaint de ce que le cabildo engage des dépenses publiques sans le consulter ou sans tenir compte de son avis, comme cela se produit avec l’adjudication décidée pour la construction d’un bassin d’irrigation, en contradiction expresse avec ce que Nazarre avait conseillé. Ne pouvant accepter de tels manquements à son autorité, celui-ci en appelle à l’intervention du pouvoir central81. À Córdoba, un affrontement grave oppose le cabildo et le gouverneur à l’occasion des élections de septembre 1813, destinées à choisir le remplaçant d’Antonio Posadas. A l’issue du vote, deux candidats se trouvent à égalité, les électeurs ayant voté presque unanimement pour l’un et les échevins pour l’autre, rendant ici manifeste l’opposition de deux groupes. Le cabildo tente alors de faire annuler l’élection en dénonçant des vices de forme dans la nomination des électeurs, dont plusieurs sont apparentés ou membres du même clan. Ceux-ci, ralliés au gouverneur, usent des mêmes arguments auprès du pouvoir central, qui finit par trancher l’affaire en leur faveur, avant de se rétracter devant l’insistance des échevins, qui s’appuient sur les décisions de l’Assemblée. Dès lors tout se dénoue très vite : les deux camps ayant mesuré leurs forces, le remplacement de l’autre député, Juan Larrea, se déroule quelques jours plus tard sans le moindre incident82. Face aux autres tentatives d’empiètement du cabildo, le gouverneur réaffirme sans relâche son pouvoir en s’appuyant sur l’Ordonnance des Intendants, à peine retouchée par le pouvoir révolutionnaire. Le gouverneur appelle de ses vœux un système législatif centralisé et uniforme, seul remède, selon lui, aux divisions internes des communautés83. En cela, il rejoint tout à fait le projet du Triumvirat, dont l’aspect idéologique consiste à créer, dans tout le pays, une appartenance politique commune.

  • 84 Cf. H. J. Tanzi, « Interpretaciôn de la Revolución de Mayo según oraciones de sacerdotes contemporá (...)
  • 85 Informe del Ayuntamiento de Córdoba al gobernador, 13/05/1812, AGN Gob. Men., X-5- 5-2.
  • 86 Oficio del cabildo de Salta al Superior Gobierno, 20/06/1812, AGN Gob Salta, X-5-7-3.
  • 87 Cf. C. Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834), Madrid, 1988 ; J. C. Chiara (...)

70Dans les cités, les gouverneurs prennent le relais de la mobilisation patriotique. La formation de l’opinion apparaît ainsi comme le revers positif de la surveillance qu’ils doivent exercer sur leurs subordonnés. Dans ce cadre, un rôle particulièrement important est dévolu aux ecclésiastiques84. À partir de juin 1812, ceux-ci sont invités à consacrer tout ou partie de leurs sermons à l’explication et à l’exaltation des principes révolutionnaires. Le prieur des Dominicains de Mendoza, frère Matías José del Castillo, consacre ainsi les prêches du Carême de 1812 à des thèmes tels que les droits de l’homme, la souveraineté des pueblos, la liberté et ses limites, l’amour de la Patrie, ou encore l’obéissance due au gouvernement85. Les sermons prononcés à l’occasion des fêtes patriotiques, notamment le 25 mai, prennent l’allure de véritables manifestes politiques, comme celui de frère Gervasio Monterroso, que le cabildo de Salta propose à la publication « afin qu’il serve d’instrument public contre les ennemis de notre cause »86. Cette coopération des pouvoirs civils et religieux, héritée du regalismo87, est renforcée par une analogie non fortuite entre le discours révolutionnaire et les valeurs chrétiennes : les thèmes du sacrifice, de l’union, de la fraternité et de l’obéissance aux autorités naturelles font depuis longtemps partie du registre courant des sermons.

71Le rôle des autorités civiles dans la diffusion de l’idéologie révolutionnaire n’est guère différent : elles répercutent un discours et des thèmes qui leur parviennent par les plis officiels, qui ont parfois l’allure de véritables catéchismes révolutionnaires, comme le montre par exemple la circulaire qui accompagne le Statut provisoire de novembre 1811 :

  • 88 Oficio del Superior Gobierno a los cabildos, 27/11/1811, AHM Ind., 602-114.

« Les deux points qui doivent en tous temps et dans toute circonstance stimuler le zèle des peuples en faveur de leur liberté sont les suivants : que l’exercice de l’autorité n’en arrive jamais à constituer le bien propre d’aucun citoyen, et que la jouissance des trois premiers droits de l’homme que sont la propriété, la sécurité et la liberté demeurent soumis à certaines règles qui garantissent le respect de tout individu. Ce sont précisément ces deux biens féconds que le gouvernement a la satisfaction d’offrir à tous les peuples qu’il dirige dans le Statut imprimé qui vous est adressé. »88

  • 89 Oficio del gobernador de Tucumán al Superior Poder Executivo, 22/02/1813 ; Oficio del cabildo de Tu (...)

Ces textes officiels sont complétés par la Gazeta de Buenos Aires, organe officiel du gouvernement et seul journal à être diffusé dans les provinces. Si les dirigeants recommandent parfois expressément de le faire circuler parmi « les chefs et les corporations », c’est-à-dire les principaux vecinos, les récits des événements et les débats d’idées sont suivis avec intérêt dans les cités. En février 1813, le gouverneur de Tucumán demande ainsi qu’on lui envoie quelques exemplaires du supplément à la Gaceta daté du 1er janvier, où figure la conclusion d’une série d’articles de Blanco White menée sous la forme d’une dispute. Toutefois, les journaux ne sont diffusés qu’après avoir été dûment visés par les autorités, qui craignent plus que tout la propagation d’écrits subversifs89.

72Enfin, l’activisme patriotique est lui-même prôné et pratiqué, notamment dans les occasions exceptionnelles, telle la campagne que prépare Belgrano à la fin de l’année 1812. À cette occasion, le Triumvirat exhorte le cabildo de Tucumán en ces termes :

  • 90 Oficio del Superior Gobierno al cabildo de Tucumán, 6/11/1812, AHT Adm., 22-328.

« La Patrie réclame aujourd’hui impérieusement que vous ranimiez et stimuliez l’enthousiasme avéré des dignes habitants de Tucumán, afin qu’ils emboîtent le pas à l’Armée [du Nord] en se mêlant à leurs compatriotes, jusqu’à triompher de l’oppresseur de Salta. (...) Le gouvernement vous recommande de vous convaincre de la grande importance de cette campagne afin d’enflammer l’âme généreuse de ces vaillants citoyens et de les décider à offrir à la Patrie de nouveaux jours de gloire, en anéantissant d’un même coup le despotisme et le dernier espoir des ennemis. »90

  • 91 Oficio del cabildo de Tucumán al Superior Gobierno, 24/11/1812, AGN Gob. Tuc., X-5- 10-1.

Les échevins répondent sur le même ton en évoquant les recrutements effectués et « l’enthousiasme qu’ils ont répandu dans le district (...) en recommandant aux curés de la campagne d’électriser les paysans par leurs exhortations (sic), de les décider à suivre l’armée sur leurs chevaux et de rapporter à la terre de Tucumán la somme d’actions glorieuses qui lui ont été destinées »91.

  • 92 Acta del cabildo de Cordoba, 3/06/1814, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47-48, p. 177.
  • 93 Oficio del Secretario de Gobierno al Secretario de Guerra, 7/09/1814, AHM Ind., 606-26 ; Oficio de (...)

73Dans la mise en scène de l’action collective, les vecinos ont essentiellement un rôle de pourvoyeurs de fonds, ce qui permet au gouvernement d’user de cette contrainte comme d’un châtiment ou d’une récompense liés à l’attitude patriotique. Tandis que les Européens sont les principales victimes des réquisitions, un citoyen méritant peut voir sa part de contribution notablement diminuée92. Dans le même sens, le Directeur ordonne en septembre 1814 que soient établies les listes des donataires dans les cités, afin qu’elles soient publiées dans la Gaceta de Buenos Aires et que ces patriotes « reçoivent, par l’estime générale de leurs concitoyens, le prix le plus digne de leur générosité et de l’intérêt qu’ils portent à la cause sacrée de la Patrie »93.

74Face aux divisions qui minent leur autorité et menacent l’ordre public, les gouverneurs continuent de prôner l’union et l’obéissance dues au gouvernement. Leurs discours témoignent d’un combat idéologique destiné à défendre la doctrine de la Société patriotique, comme le montre ce décret du gouverneur de Mendoza, publié en mai 1813 :

  • 94 Bando del Teniente-gobernador de Mendoza, 1/05/1813, AHM Ind., 4-7.

« L’esprit public se trouve presque perdu et anéanti, réduit à néant par la diversité des opinions qui s’opposent entre elles et détruisent le système de la liberté nationale, [de sorte] qu’aucun individu, de quelque classe ou dignité qu’il soit, ne pourra, sous peine d’être traité comme un ennemi de l’État, remettre en question la justice de notre cause, celle-ci étant déjà sanctionnée par l’opinion impartiale et générale... »94

Dans le même sens, son successeur Juan Florencio Terrada enjoint les vecinos d’enterrer leur querelles et d’œuvrer de concert à la cause commune :

  • 95 Bando de Juan Florencio Terrada, 29/01/1814, AHM Ind., 4-10.

« Le gouvernement actuel souhaitant qu’il n’y ait plus aucune division ni parti parmi les habitants de cette cité, et qu’il n’existe [désormais] qu’une seule opinion et un seul système, (...) je confie aux vecinos le soin de rejeter dans l’oubli tous les ressentiments particuliers qui auraient subsisté, afin qu’ils parviennent à réaliser, au prix de l’ultime sacrifice, la réunion de tous les citoyens pour soutenir un même système, selon les principes de Liberté, de Souveraineté et d’indépendance de la Nation américaine. »95

  • 96 Cf. M. K. Baker, « Esprit public », dans Dictionnaire critique de la Révolution Française, M. Ozouf(...)
  • 97 Oficio del cabildo de Santiago del Estero al cabildo de Tucumán, 7/08/1813, AHT Adm., 23-272.

75Ce type de rhétorique prend une tournure définitive dans les années 1813 et 1814. Les divisions internes, inhérentes aux sociétés qu’ils administrent, apparaissent de plus en plus aux responsables politiques comme le ver dans le fruit de la Révolution. Contrairement à la Junta Grande, qui avait laissé une certaine marge d’expression aux opinions particulières des pueblos, les membres de la Société patriotique réagissent de la même façon que les jacobins français. À ces opinions particulières, divergentes et menaçantes pour l’ordre social, ils prétendent substituer un « esprit public » unanime, insufflé depuis le sommet de l’État et entièrement orienté vers la défense de l’unité96. A cette fin, les preuves de patriotisme sont publiquement encensées et encouragées, les dirigeants étant les premiers à montrer l’exemple. Le geste de Belgrano, qui offre sa récompense pour construire des écoles dans les villes de l’intérieur, est abondamment commenté et considéré comme le modèle d’une conduite vertueuse, désintéressée, entièrement dévouée au bien commun97.

  • 98 Oficio de Juan de la Cruz Vargas al Teniente-gobernador, 8/01/1813, AHM Ind., 235-1 ; Oficio del ca (...)

76L’exemple de la Société patriotique, fondée en 1812 pour forger et encadrer l’opinion publique naissante, fait des émules en province. À Mendoza, une Société littéraire et patriotique est fondée sur ordre du Triumvirat en février 1813, afin de former l’opinion des citoyens et de propager « les justes fondements sur lesquels repose le système actuel de notre continent américain ». Cette création annonce une évolution dans les rapports de pouvoir au sein de la cité, puisque les échevins déclarent qu’ils assisteront aux réunions « en simples citoyens », ce qui suppose une mise à l’écart volontaire de la fonction et des préséances qu’elle implique habituellement. Le 2 février, la population est convoquée en assemblée par le gouverneur pour ratifier cette décision et élire les membres de la Société. A l’issue du vote, celle-ci est confiée sans surprise à deux hommes de loi et deux hommes d’Église, reconnus comme les plus aptes à ancrer dans les esprits le message de la Révolution98.

77Le Triumvirat, et à travers lui la Société patriotique, instaurent donc un régime orienté vers la défense de l’ordre public et l’encadrement idéologique des populations. Les gouverneurs, choisis pour leur fidélité à l’équipe dirigeante, s’efforcent de traduire en actes cette politique, malgré les oppositions qu’ils rencontrent de la part des patriciats locaux. Cette mobilisation des populations est le reflet, sur le plan idéologique, des exigences de la guerre et d’une présence plus marquée de l’État dans l’intérieur.

Les cités au cœur de l’effort de guerre

78Dès 1810, la Révolution impulsée par les patriotes de Buenos Aires s’identifie avec la lutte armée contre les partisans de l’Ancien Régime. Dans ce dispositif stratégique, les cités de l’Intérieur tiennent une place essentielle, dans la mesure où elles constituent un énorme réservoir de forces et de richesses dans lequel les dirigeants entendent puiser. Mais cet engagement a surtout une signification politique. C’est en effet la guerre qui fournit au nouveau régime l’essentiel de sa légitimité pendant les premières années de la Révolution. En ce sens, la mobilisation des cités apparaît comme une forme de participation au pouvoir. Elle permet de renforcer le lien existant entre ces différentes communautés et la capitale, et de créer un ensemble de valeurs communes qui se confondent avec celles de la Révolution. L’aspect matériel de la mobilisation est donc indissociable de son aspect idéologique.

La mobilisation des cités

  • 99 Cf. T. Halperin Donghi, Revoluciôn y guerra, op. cit., p. 88-90 ; Id., Guerra y finanzas en los orí (...)

79Lors de la formation de la Junte, en 1810, les cités sont sur le pied de guerre depuis déjà quatre ans. La mobilisation des hommes et des richesses fait partie des occupations presque ordinaires des cabildos. Toutefois, avec la mise sur pied de l’Expédition auxiliaire, cette participation va être sollicitée sur une échelle sans précédent99. Non seulement les donations spontanées sont complétées par des réquisitions rigoureusement organisées, mais les villes du Nord-Ouest deviennent le théâtre des opérations militaires, ce qui leur confère un rôle d’exception dans la défense de la Révolution.

  • 100 Sur l’action de Castelli dans le Haut-Pérou, Cf. J. C. Chaves, Castelli, el adalid de Mayo, Buenos (...)
  • 101 Cf. J. C. Chaves, « Belgrano y el Paraguay », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 5, p. 37- 93.

80À la fin de 1810, après avoir imposé le nouveau régime à Córdoba et fait le plein de recrues, l’Expédition auxiliaire poursuit sa route vers le Haut-Pérou, où elle doit prendre de court les armées envoyées depuis Lima. Conduite par Castelli, l’expédition se déroule sous les meilleurs auspices, notamment après la victoire de Suipacha, le 7 novembre, qui entraîne le ralliement des principales cités de la région. Castelli y sème la bonne parole de la Révolution, notamment auprès des Indiens qu’il libère du tribut et du service personnel et à qui il octroie le droit de vote100. Les forces loyalistes parviennent cependant à reprendre le dessus et l’armée des patriotes est totalement défaite à Huaqui, le 20 juin 1811. La Junta Grande prononce alors la déchéance de Castelli, ramené à Buenos Aires pour y être jugé, tandis que le reste de l’armée est cantonné à Salta. Au cours de ces quelques mois, Belgrano a essuyé contre le gouverneur d’Asunción une série de défaites qui le poussent à demander l’armistice en mars 1811101. Au même moment, Buenos Aires entre en guerre contre ses voisins de la Bande orientale et leurs alliés portugais. Grâce à l’aide d’Artigas, le siège est mis devant Montevideo, mais Buenos Aires, dont la flotte est bombardée à plusieurs reprises, se voit contrainte de signer un armistice avec les Portugais en octobre 1811. En juin 1812, Sarratea prend le commandement des troupes et reprend le siège devant Montevideo. Cette tentative occasionne d’importantes campagnes de recrutements et de contributions, d’autant plus qu’au même moment se prépare une action décisive sur le front du Nord-Ouest.

81En effet, depuis la nomination de Belgrano comme général en chef en mars 1812, l’intendance de Salta vit dans l’espoir d’une revanche. Or, lorsque les troupes du général Tristan envahissent la province au mois d’août, le Triumvirat ordonne à Belgrano de se replier sur Córdoba sans livrer bataille. Salta est alors envahie par les troupes loyalistes ; Tristan prend le commandement de la province et place ses partisans aux postes de commande. Belgrano envoie alors son aide de camp à Tucumán afin de préparer une contre-offensive. Grâce à cette levée en masse, il remporte une première victoire à Las Piedras le 3 septembre, puis une seconde, le 24 septembre, au Campo de las Carreras. Cette bataille, dite de Tucumán, constitue un tournant capital dans la mobilisation patriotique des cités de l’intérieur. Elle couronne de succès la stratégie de Belgrano, suivie en février 1813 d’une troisième victoire dans la campagne de Salta, qui amène la reddition des loyalistes. L’Armée du Nord mène alors une série d’offensives victorieuses dans le Haut-Pérou, avant de subir un revers cuisant en octobre et novembre 1813, lors des défaites de Vilcapugio et Ayohuma. Salta tombe à nouveau aux mains des contre-révolutionnaires, qui l’occupent de janvier à octobre 1814.

82Ces aléas militaires placent les cités de l’Intérieur au cœur d’un vaste dispositif de mobilisation et d’approvisionnement des troupes destinées à soutenir ces différents fronts. Cette organisation, qui repose sur l’aide spontanée des cités durant les premiers mois, est rapidement prise en charge par le pouvoir exécutif, notamment après la formation du Triumvirat. Parfois organisées spontanément comme preuve d’adhésion au régime, les campagnes de recrutement sont le plus souvent ordonnées par le pouvoir central. Les contingents des cités de l’Intérieur sont affectés à l’Armée du Nord, tandis que ceux de la campagne de Buenos Aires vont plutôt combattre dans la Bande orientale. Les troupes envoyées au front sont constituées des corps de milice existant déjà dans les cités, ou de nouvelles compagnies civiques créées par les juntes provinciales et les cabildos. Les vecinos qui s’engagent participent également à cette organisation militaire, comme en témoignent les chefs des compagnies civiques de Mendoza :

  • 102 Representación de los Oficiales de las Companías cívicas de la ciudad de Mendoza al Gobierno, 1812, (...)

« L’intérêt que nous portons et la peine que nous prenons pour le service de la Patrie sont si manifestes que tout le monde nous a vus aller recruter des hommes pour les conduire à la capitale, assurer à nos frais des gardes permanentes pour surveiller les recrues dans la caserne des hallebardiers (...) et nous charger de tout sur la place d’armes, sans pour autant interrompre les exercices d’instruction et de discipline militaire dont nous nous sommes occupés sans relâche. »102

83Les autorités sont toutefois soucieuses de ne pas affecter outre mesure l’économie de leur région en la privant de ses bras. Sensible à cet argument, le gouvernement ordonne que les vagabonds et les gens sans emploi reconnu soient enrôlés en priorité, ce qui permet en outre de préserver l’ordre public. Néanmoins, les circonstances obligent parfois à décréter la levée en masse, comme c’est le cas à Salta au moment de l’invasion loyaliste d’août 1812 :

  • 103 Oficio del gobernador Domingo Garcia al cabildo de Salta, 19/08/1812, AHT Adm., 22- 304.

« Vous ne devez pas hésiter à recruter tous les jeunes gens sans exception ni faveur personnelle, sans distinguer le commerçant du fils unique, [ni] le fils de la veuve du jeune époux. Faites-leur comprendre qu’à Salta il ne reste pas un seul lieutenant-colonel ni un seul colonel de vétérans à la retraite qui ne se trouve déjà au quartier général et qu’il est plus avantageux pour eux de travailler un mois pour vivre éternellement tranquilles que de se terrer chez eux en se laissant aller à la peur et à l’angoisse. »103

  • 104 Oficio del gobernador José Bolaños al Superior Gobierno, 4/07/1812 ; Oficio del cabildo de Mendoza (...)
  • 105 Acta del cabildo de Córdoba, 17/07/1812, dans Actas capitulares, op. cit., livre 45, p. 483.

84À cette date, les effectifs commencent à faire défaut dans toutes les provinces. Le cabildo de Mendoza n’ayant pas réussi à trouver dans la campagne le nombre de recrues demandées, faute de volontaires, il se demande s’il doit faire usage de la force104. Celui de Córdoba évoque pour sa part « le dépeuplement de sa juridiction, dû aux ponctions continuelles [effectuées] lors des années précédentes » : craignant également pour son économie, il décide d’effectuer un dernier envoi de 200 hommes à Buenos Aires et de limiter la relève à trente hommes par an105.

  • 106 Circuler del Triunvirato a los gobernadores, 29/01/1814, AHM Ind., 605-17 ; Decreto del Director Su (...)

85Les quantités mobilisées sont toutefois largement érodées par les désertions, qui commencent à être prises en compte et punies à la fin de 1812. Face à l’aggravation du problème à la suite des revers de Vilcapugio et Ayohuma, le pouvoir central souffle le chaud et le froid. Le décret du 29 janvier 1814 constate l’inefficacité des peines appliquées et ordonne le remplacement systématique de chaque déserteur par un célibataire de la même famille ou, à défaut, de la même communauté (cité, village ou district), tandis qu’à la mi-juin, face à la nécessité de renouveler les effectifs du siège de Montevideo, le Directeur suprême décrète une nouvelle amnistie, qui est également une manière d’inciter les fugueurs à préférer le camp des patriotes106.

  • 107 Oficio del cabildo a la junta subalterne de Mendoza, 2/03/1812 ; Oficio de la junta subalterna al S (...)
  • 108 Acta del cabildo de Tucumán, 25/06/1812, AHT Actas.
  • 109 Oficio del Triunvirato al gobernador-intendente de Córdoba, 5/03/1813, AHC Gobierno 35-328 ; Estado (...)

86L’efficacité du recrutement passe par un effort de rationalisation dans la gestion des effectifs, afin d’assurer à l’Armée du Nord des recrues régulières. Le recensement général de la population, entrepris en 1812 et relancé par le décret du 5 février 1813, mobilise les énergies. Malgré la promptitude réclamée par les dirigeants, les autorités locales se heurtent à de nombreuses difficultés, que le cabildo et la junte subalterne de Mendoza sont les premiers à exposer : plus des deux tiers de la population vivent en dehors de la ville, sur une juridiction étendue où l’habitat est dispersé du fait de la culture de la vigne. Or, les fonctionnaires ruraux n’ont pas les compétences nécessaires, ce qui oblige les responsables à vérifier soigneusement les relevés et, le cas échéant, à les faire refaire. Quant aux personnes assez instruites pour mener à bien la tâche, elles résident dans la cité et ne peuvent être employées, faute de moyens pour les rémunérer107. On peut soupçonner les mêmes difficultés à Tucumán, où seulement trois districts ont été recensés à la fin du mois de juin 1812, dont celui constitué par la cité108. De même, malgré les injonctions du gouvernement, les résultats de Córdoba ne sont livrés qu’en décembre 1813. Le document distingue, dans la population, les clercs et les laïcs ; les premiers sont au nombre de 272 dans la juridiction, tandis que les seconds représentent un total de 72 043 personnes, ventilées par statut (Espagnols, Indiens, castas libres, esclaves, Européens), par sexe et par paroisse. La ville regroupe 14,7 % de ce total et l’ensemble des curatos 85,3 %. Ce tableau donne un bon indice de la structure de cette population, avec une majorité de créoles aussi bien en ville qu’à la campagne (respectivement 38,6 % et 60,3 % du total). La seconde catégorie est celle des castas libres (affranchis et métis), qui représentent 35 % de la population urbaine et 23 % de la population rurale. Les esclaves comptent respectivement pour 25 % et 7 %. Les Européens, enfin, ne sont qu’une poignée d’environ 200 personnes, dont la plupart résident en ville109.

  • 110 El Redactor de la Asamblea, n° 10, 12/06/1813, Buenos Aires, 1913, p. 37.
  • 111 Sur l’esclavage à cette période, Cf. R. Zavalía Matienzo, « La esclavitud en Tucumán después de la (...)
  • 112 Oficios del gobernador de Mendoza al Superior Poder Executivo, 24/03/1813, 7/06/1813, 25/10/1813, 1 (...)
  • 113 Oficio del Gobierno al cabildo de Mendoza, 27/11/1811, AHM Ind., 602-97.

87À mi-chemin entre la contribution forcée et le recrutement, l’enrôlement des esclaves dans l’armée est de plus en plus pratiqué. En juin 1813, l’Assemblée et le Triumvirat110 décident de créer un régiment composé d’esclaves rachetés à leurs propriétaires, tout en veillant à ce que les haciendas ne soient pas dépourvues de main-d’œuvre111. Les esclaves seront libérés à l’issue d’une période de cinq ans, à la suite de quoi ils pourront renouveler leur engagement. D’autres procédés s’ajoutent à ce rachat forcé, tels la capture des esclaves en fuite, la capture systématique des vagabonds ou la commutation des peines pénales en service militaire obligatoire112. Une fois enrôlés, les soldats sont une nouvelle fois recensés. Les officiers qui commandent les régiments doivent tenir à jour des listes des recrues, avec leur provenance et leur fonction, de manière à pouvoir faire connaître l’identité des victimes et signaler leur sacrifice à leurs cités d’origine113. Cette disposition montre les efforts que mettent en œuvre Alvear et San Martin, après l’installation du second Triumvirat, pour créer une armée moderne, sur le modèle de l’armée espagnole où ils ont combattu pendant plusieurs années.

  • 114 Créés à l’échelon local, ces derniers servent surtout à assurer la défense interne des provinces, n (...)
  • 115 Instrucciones del Superior Poder Excutivo al Coronel don Francisco Javier Viana, gobernador de Córd (...)

88Dans ce cadre, un grand soin est apporté à l’organisation interne des corps de vétérans et de milice114. Dans les instructions confiées au nouvel intendant de Córdoba en juin 1813, l’objectif principal est de « développer l’esprit militaire »115. Le gouverneur doit lever des corps de milices dans toute la juridiction, sur la base des recensements, en ayant soin d’y intégrer les meilleurs éléments, ayant fait leurs preuves depuis le début de la Révolution. Le manque d’armes oblige à développer d’autres tactiques, notamment l’utilisation massive de la cavalerie et du combat à l’arme blanche, dont sont coutumières la plupart des recrues de la campagne. Pour l’organisation des troupes, l’ancien règlement du 14 janvier 1801 est reconduit avec quelques aménagements. Un régiment de « volontaires » comptera 1 600 hommes, répartis dans des compagnies de 100 recrues. Les membres de ces corps seront dotés du fuero militar, normalement réservé à l’armée régulière, pendant toute la durée de leur service.

  • 116 T. Halperin Donghi, « Gastos militares y economía régional : el ejercito del norte, 1810- 1817 », D (...)

89Toutefois, le point le plus important de cette organisation n’est pas d’ordre tactique, mais moral. Pour les responsables, la meilleure parade contre la désertion consiste à insuffler à ces recrues une discipline rigoureuse et une conscience de corps, en leur inculquant les valeurs patriotiques de base (l’amour de la liberté et du gouvernement, l’obéissance aux lois, le respect des magistrats et des chefs), avec à la clé une promesse de récompense, peut-être sous forme de butin. Une attention toute particulière est recommandée dans le choix des officiers, qui devront allier l’instruction aux qualités morales, la naissance n’étant plus un élément essentiel de prestige. Quant à l’équipement et à la solde des combattants, ils ne sont que très partiellement pris en charge par l’État, qui n’a pas les moyens de faire face à une telle dépense et ne paye que les soldats de l’armée régulière. Les recrues, notamment les volontaires, doivent payer elles-mêmes leur uniforme et assurer leur subsistance, souvent avec l’aide de leurs concitoyens116.

La situation des fronts 1810-1814

La situation des fronts 1810-1814

90Les contributions en argent et en nature sont donc le complément indispensable de la mobilisation. En 1810, on constate, comme lors des années précédentes, un afflux de donations spontanées. Les grands marchands de mules mettent ainsi à la disposition de l’armée des attelages pouvant atteindre 200 têtes, en réponse à l’appel vibrant des autorités locales :

  • 117 Proclama del cabildo de Tucumán, 11/09/1810, dans R. J. Freyre, Tucumán en 1810, op. cit., p. 101-1 (...)

« Soyez prêts à suivre les pas de vos frères [de Buenos Aires]. Ceux-ci offrent de bon cœur leurs personnes et leurs biens ? Vous ne serez pas moins nombreux, habitants de Tucumán, à manifester votre libéralité par des contributions volontaires. (...) Vous connaissez les besoins du Trésor et les énormes dépenses que suscite l’Expédition auxiliaire. Donnez donc la preuve de votre générosité en lui venant en aide par vos contributions. »117

  • 118 Oficio del cabildo de Tucumán al gobernador, 11/05/1812 ; Oficios de Francisco de Ugarte al Superio (...)

91Toutefois, ces donations spontanées cessent vite et les biens, comme les hommes, ne tardent pas à être réquisitionnés. En mai 1812, le Triumvirat ordonne la levée d’un « plan de contributions » de 638 000 pesos : chaque cité est invitée à dresser son propre plan, afin de s’acquitter mensuellement de la part qui lui revient. Le montant consenti par Tucumán est de 500 pesos par mois, payés par les habitants de la cité mais aussi, à brève échéance, par ceux de la campagne. En comptant l’indemnité versée aux députés, la cité déclare consacrer 15 000 pesos par an au service de la Patrie, dont 12 000 proviennent de la contribution. Le gouverneur poursuit cet effort en mobilisant ce qui reste des fonds municipaux, puis en sollicitant un emprunt de 10 500 pesos auprès des commerçants à la fin du mois de juin, avant d’imposer une nouvelle contribution extraordinaire aux boutiquiers et aux pulperos dans le courant du mois d’août118.

  • 119 Cf. A. R. Bazán, « Las provincias del norte en 1814 », Investigaciones y Ensayos, 34 (1983), p. 253 (...)
  • 120 Oficio del Teniente-gobernador de Tucumán al Superior Poder Executivo, 2/12/1813, AGNGob. Tuc., X-5 (...)

92En 1813 et 1814, un vaste plan d’approvisionnement est mis en place dans le Nord-Ouest afin de repousser les assauts contre-révolutionnaires119. Les provinces de l’Intérieur sont appelées à fournir des vivres, des toiles pour les uniformes, des chaussures, des armes, des munitions et des montures. Les défaites de Vilcapugio et Ayohuma remettent Tucumán sur le pied de guerre : aidé du colonel de milices Bemabé Aráoz, le lieutenant-gouverneur Beruti lève une expédition de 400 hommes, pour laquelle il fait fabriquer des armes et des affûts de canon, acheter des chevaux et des mules, construire des selles et des charrettes120.

  • 121 Le pouvoir exécutif prend deux décrets sur la réduction des traitements des employés publics les 17 (...)
  • 122 Oficio de San Martin al cabildo de Mendoza, 12/12/1814, DHSM, op. cit., p. 374.
  • 123 Oficio del Tesorero José de Ayala al cabildo de Tucumán, 6/02/1813, AHT Adm.. 23-35 ; Oficio del ca (...)

93Toutefois, l’équipement et le transport des troupes coûtent cher, et si le gouvernement se montre encore capable, en septembre 1811, d’avancer aux provinces les frais d’envoi du contingent, il n’en va plus de même en août 1812. Par la suite, la pénurie progressive des ressources entraîne une concurrence de plus en plus marquée entre les fonds publics et les fonds municipaux. Outre une restriction drastique des appointements de ses agents (ecclésiastiques, civils et militaires)121, le pouvoir central confisque les ressources des cités pour financer la guerre. En juillet 1813, les cabildos reçoivent l’ordre de transférer les fonds du ramo de sisa dans les caisses de l’Etat ; en décembre 1814, ils doivent livrer un état complet de leurs revenus et de leurs rentes, avec leur provenance et leur méthode de gestion122. Le cabildo de Tucumán tente de plaider sa cause en soulignant l’absolue nécessité de ces fonds pour l’entretien et les équipements publics de la ville, dont la sécurité laisse à désirer : la police est mal organisée ; la prison, qui ne désemplit pas, est à peine surveillée. Les routes de campagne, quant à elles, sont la proie des déserteurs et des malfrats qui attaquent les voyageurs et nuisent au commerce déjà défaillant123. Peine perdue : les réalisations locales sont subordonnées aux exigences de la guerre, à laquelle sont consacrés aussi bien les dons des particuliers que les finances publiques.

  • 124 Oficios de Juan Florencio Terrada al Superior Poder Executive, 18/01/1814, 5/02/1814, 2/03/1814, 7/ (...)

94À la fin de 1813, une nouvelle contribution extraordinaire est levée pour réorganiser l’Armée du Nord, les versements devant être adressés directement à l’état-major. Le gouverneur du Cuyo en fixe le montant à 25 000 pesos, répartis entre les cités de Mendoza, San Juan et San Luis. Cela apparaît insuffisant au pouvoir central qui en exige presque le double. Mais les cités, déjà durement taxées en juillet 1813 (30 000 pesos pour Mendoza et San Juan), renâclent à payer : en juin 1814, seuls 3 000 pesos ont pu être récoltés à San Juan au titre du versement du premier tiers, et le mécontentement des habitants commence à se faire sentir. La situation est identique à Mendoza où les habitants quittent la ville, refusent de payer, ou menacent les échevins chargés de la collecte. Ceux-ci, après avoir péniblement réuni la somme correspondant aux mois de mai et juin, refusent de poursuivre cette mission qu’ils jugent déshonorante124.

  • 125 Acta del cabildo de Salta, 29/10/1814, dans Güemes documentado, L. Güemes dir., Buenos Aires, 1980, (...)
  • 126 Oficio de Rondeau a Fernández Cornejo, 7/08/1814, ibid., p. 159.

95Au même moment125, le cabildo de Salta dresse un sombre bilan de l’invasion et s’interroge sur les moyens de relever la région. Les exactions commises par les troupes d’occupation – contributions et prêts forcés, confiscation de biens, pillages en tous genres – ainsi que l’aide apportée aux milices de Güemes ont ruiné la ville et sa campagne. Les échevins proposent donc de créer une taxe sur les produits importés qui permettrait de renflouer provisoirement les caisses. Mais c’est sans compter, là encore, sur les exigences militaires : envoyé comme administrateur provisoire, le colonel Femández Cornejo doit assurer le ravitaillement de l’Armée du Nord qui reprend ses quartiers à Salta. Les biens des patriotes sont réquisitionnés à titre d’emprunt, tandis que ceux des royalistes sont purement et simplement confisqués126.

96Que l’on consacre à la défense de la Patrie ses biens ou sa personne, l’effort de guerre entraîne une large mobilisation de la population qui concerne toutes les couches sociales. La guerre contribue donc à ouvrir la sphère de participation des populations à la « cause commune », à rapprocher la campagne de la cité et à l’intégrer dans un même univers, malgré les difficultés qui subsistent quant à l’appréhension des espaces ruraux par les élites urbaines, particulièrement visible lors des recensements. La guerre accentue en effet la présence et le rôle des agents de l’État, civils et militaires, dans les cités de l’intérieur.

L’encadrement administratif

97Tandis que les cités de Salta et Tucumán, durant les années 1812 et 1813, servent de quartier général et de base pour les opérations militaires, les autres cités, plus éloignées des fronts, s’occupent de gérer les déplacements d’hommes. À cette date, des milliers de soldats arpentent dans tous les sens les routes de Lima et de Santiago, qu’il s’agisse des troupes circulant entre le Chili et Buenos Aires, des compagnies de recrues envoyées vers le Littoral, ou des convois de prisonniers qui, notamment après la bataille de Tucumán, sont acheminés depuis le Nord-Ouest en direction de la capitale. Outre les problèmes d’intendance, les gouverneurs doivent assurer la prise en charge de ces cohortes par leurs collègues des juridictions voisines, ce qui les oblige à de nombreuses démarches. Une autre tâche qui incombe aux autorités est la surveillance des frontières, celle du Chili pour Mendoza, chargée d’arrêter les Européens qui essaieraient de la traverser, soit, plus généralement, les « frontières intérieures » qui séparent les communautés espagnoles des Indiens. Le recrutement en masse a en effet dégarni les forts et les autorités craignent par-dessus tout les attaques indiennes, ce dont témoigne abondamment le courrier administratif de la période.

98Mais la plus grande préoccupation demeure celle des ressources nécessaires à l’effort de guerre. Les cités, nous l’avons vu, sont soucieuses de conserver sur place les agriculteurs et les artisans, car le financement des contributions est essentiellement assuré par des taxes commerciales ou par des emprunts auprès des détaillants. Or, les campagnes répétées ont de lourdes conséquences sur l’économie de ces provinces, notamment dans le Nord-Ouest. L’intendant de Salta constate ainsi les dégâts occasionnés dans les campagnes :

  • 127 Oficio de Domingo Garcia al Gobierno, 11/10/1812, AGN Gob. Tuc., X-5-10-1. Cf. H. J. Pianetto, La s (...)

« Tucumán a servi de quartier général au pays alors que l’Armée n’a pas les moyens de supporter de tels frais. Je continue à me soucier et à m’occuper du recrutement, de la préparation des montures et du fourrage, et mon désarroi augmente à la vue des fermiers et de leurs familles plongés dans le malheur, dont beaucoup se retrouvent sans vaches, sans chevaux, sans bœufs, leurs récoltes condamnées et de ce fait réduits à la plus grande misère. »127

99L’une des conséquences majeures de la transformation des cités du Nord-Ouest en base d’opérations est l’importance que prennent les militaires dans la vie civile, une collaboration étroite s’imposant entre officiers et administrateurs. C’est ainsi qu’à son arrivée à Tucumán, en mars 1812, Belgrano obtient des échevins et du nouveau lieutenant-gouverneur qu’ils prêtent un serment d’obéissance à l’intendant de Salta. Au moment de l’invasion loyaliste, celui-ci est remplacé par Chiclana, qui a déjà occupé la charge deux ans auparavant. Le 15 décembre, dans la salle du cabildo de Tucumán où se sont repliées les autorités de l’intendance, celui-ci prête un serment solennel au général Belgrano, avant de recevoir celui des échevins : l’épisode montre bien l’ascendant pris par le commandement militaire sur les autorités civiles. Après la libération de Salta, le colonel Hilarion de la Quintana en prend la tête en novembre 1814, tandis que Bemabé Aráoz devient gouverneur de la nouvelle intendance de Tucumán. À cette date, Rondeau a remplacé San Martin à la tête de l’Armée du Nord, ce dernier devenant gouverneur du Cuyo. L’administration des provinces du Nord-Ouest est donc pratiquement confondue avec la direction de l’Armée du Nord, aux mains d’une poignée d’hommes qui se connaissent bien et sont en relation constante avec le pouvoir central.

100La proximité et la familiarité des militaires qui administrent la région n’empêchent pas les conflits de pouvoir, notamment entre les généraux et Martin Güemes, à qui San Martin a confié le soin de harceler l’ennemi sur le front avec ses milices. Güemes se refuse à dépendre d’une autre autorité que celle du général en chef, ce qu’il exprime clairement dans une lettre au gouverneur intérimaire de Salta, lequel a refusé de lui envoyer les troupes dont il avait besoin pour une escarmouche :

  • 128 Ofïcio de Güemes a Fernández Cornejo, 21/08/1814, dans Güemes documentado, op. cit., p. 166.

« Jamais on ne vous a présenté comme mon chef, et par conséquent je n’ai pas à être à vos ordres et encore moins à leur obéir, car je sais que vous n’êtes que le gouverneur intérimaire de Salta et que vos fonctions sont sans rapport avec les miennes en tant que chef de l’avant-garde. (...) Je vous avertis que c’est moi, et pas vous, qui suis responsable de ce qui se passe dans les différents points occupés par les troupes de l’avant-garde. »128

  • 129 Oficio del Director Supremo a Rondeau, 15/10/1814, AGN X-4-1-1, Revista del Archiva General de la N (...)

Un autre conflit a lieu au mois d’octobre entre le même Güemes et le colonel Martin Rodriguez, commandant des « Dragons de la Patrie », à la suite d’un incident entre les deux corps d’armée. L’affaire prend une telle ampleur que le directeur Posadas intervient et recommande à Rondeau de ramener le calme par tous les moyens possibles. Les divisions internes à l’armée la rendent en effet pratiquement inefficace sur le terrain. En l’occurrence, il suggère d’éloigner Güemes en lui confiant, dès que l’occasion s’en présentera, une mission importante qui l’obligera à se rendre à Buenos Aires129.

101Officiers et gouverneurs qui stationnent dans le Nord-Ouest sont les artisans d’une vaste mobilisation des ressources humaines et matérielles de la région, au bénéfice d’une armée qui compte entre 2 000 et 4 000 hommes. Cette entreprise nécessite la mise au point, par le pouvoir central et ses agents, de pratiques administratives jusqu’alors balbutiantes mais dont l’urgence de la situation va imposer rapidement l’usage et la diffusion. Afin de poursuivre la guerre, le pouvoir central s’efforce en effet de rationaliser l’appareil d’État dont il a hérité. Le souci d’être davantage présent dans l’intérieur, pour encadrer et exploiter le territoire de manière plus efficace, l’amène à mettre en œuvre une réforme de l’administration destinée à faciliter la lourde tâche des gouverneurs. Au niveau local, ce besoin de réformes se fait cruellement sentir, l’un des problèmes cruciaux étant le manque de personnes compétentes pour assumer les tâches administratives qui se multiplient dans les campagnes, comme le montrent les difficultés de réalisation du recensement.

  • 130 Ofîcio del Superior Poder Executive) a la Asamblea General Constituyente, 31/08/1813, AGN X-3-8-10. (...)

102En septembre 1813, cette volonté du gouvernement de reprendre en main l’administration de l’intérieur, de renforcer l’esprit public et de tirer le meilleur parti des ressources se traduit par l’envoi d’une Commission, chargée de mener à bien cette réorganisation sur le terrain. Le maintien du pacte avec les provinces exige que le gouvernement remette en état l’économie et les finances des régions dévastées. Pour cela, une bonne connaissance des affaires locales est nécessaire, d’où la nomination de l’ancien triumvir Antonio Álvarez Jonte et de Francisco de Ugarteche, député de La Rioja130. Les instructions données aux commissaires rendent compte de l’étendue de leur tâche. Dans les régions libérées, c’est-à-dire le Haut-Pérou, ils doivent s’efforcer de rallier les élites au système révolutionnaire, de proposer au Triumvirat des candidats aux postes vacants et de s’occuper des établissements publics et des infrastructures. L’autre volet concerne l’administration des finances, dont ils sont chargés de dresser un inventaire complet. Par ailleurs, ils doivent enquêter sur le patrimoine des établissements ecclésiastiques et des particuliers, opérer un séquestre des propriétés royalistes et réorganiser les terres des communautés indiennes.

  • 131 Bemabé Aráoz est nommé gouverneur-intendant en remplacement du lieutenant-colonel Francisco Fernand (...)

103Si les défaites de Vilcapugio et Ayohuma empêcheront les commissaires de mener à bien l’essentiel de leur tâche dans le Haut-Pérou, ils s’en acquittent pleinement durant leur séjour à Córdoba, en octobre et novembre 1813. Conformément à leurs instructions, Jonte et Ugarteche mènent une grande enquête, avec l’aide des autorités locales, sur les ressources et les patrimoines des corporations et des particuliers. C’est sur cette base qu’ils calculent la répartition de l’emprunt patriotique entre les différentes catégories de revenus et d’activités. Un plan détaillé de cette contribution, secteur par secteur, est apposé le 22 novembre dans les lieux d’affichage habituels de la ville. Dans l’enceinte de la cité, les plus taxés sont les commerçants, suivis des importateurs de bétail et des boulangers. À Tucumán, où ils arrivent début janvier 1814, les commissaires s’occupent de remettre en état la province et l’armée aux côtés de San Martin, qui vient d’être nommé général en chef en remplacement de Belgrano. Tandis que des hommes sûrs sont nommés aux principaux emplois131, des ordres de mobilisation partent dans la juridiction et les provinces voisines ; le ravitaillement des hommes et des montures est organisé ; la création d’un hôpital militaire est décidée, tandis que des matières premières sont acheminées à Córdoba pour achever la construction de la fabrique de poudre. Les commissaires poursuivent leur stricte gestion des finances publiques, multipliant les emprunts forcés et appliquant à la lettre les mesures d’économies dictées par le Triumvirat : ils font fermer la Trésorerie de Tucumán et destituent le lieutenant-gouverneur Beruti, étant donné la présence sur place du gouverneur-intendant. Toutefois, ayant pris conscience des difficultés économiques de la province, ils décident de verser dans ses caisses le produit de l’emprunt forcé collecté dans le Haut-Pérou avant la défaite. Malgré les raisons invoquées, le directeur Posadas s’oppose formellement à cette mesure : le sens des réalités et la logique même de la Commission de l’Intérieur viennent s’échouer sur le centralisme inflexible de la capitale. Or, ce qui est ici en jeu n’est rien moins que le lien entre le pouvoir et l’armée : faute de moyens, les soldats ne sont plus ni équipés, ni payés, ce qui réduit à néant les principes invoqués par l’Assemblée et le gouvernement l’année précédente. Il n’est plus question de récompenser ceux qui se sont dévoués à sauver la Patrie, ni d’assurer la prise en charge matérielle des anciens combattants.

  • 132 Cf. H. Videla, « Nacimiento y disolución de la Intendencia de Cuyo (1813-1820) », BANH, 50 (1977), (...)
  • 133 Oficio del Triunvirato al cabildo de Mendoza, 29/11/1813, AHM Ind., 604-117.
  • 134 Oficio del cabildo de Mendoza al Director Supremo, 7/10/1814, Oficio del Secretario de Gobierno al (...)

104Le second volet de la réorganisation administrative opérée par le Triumvirat est la création des nouvelles intendances. Tout en maintenant le cadre institutionnel en vigueur, le pouvoir lâche un peu de lest en répondant aux attentes les plus vives des cités : c’est l’un des sens que l’on peut donner à la création, le 29 septembre 1813, de l’intendance du Cuyo132 . La principale raison invoquée par le décret est un principe d’équilibre, selon lequel l’extension d’une juridiction doit être proportionnelle à sa population et aucun des points trop distant du centre où siègent les autorités. Il s’agit ici de la vision classique du bon gouvernement, respectueux des proportions et de l’harmonie des juridictions : le texte évoque a contrario « les effets pernicieux qu’ont sur l’État la difformité et la disproportion du corps politique »133 . Ces arguments, remarquons-le, sont exactement ceux qu’invoquait la cité de Mendoza lorsqu’elle réclamait, quelques années auparavant, le privilège d’être érigée en capitale d’intendance. De fait, cette réforme représente une promotion pour la cité, qui accède à un rang supérieur : c’est ce que met en avant le cabildo lorsqu’il demande, l’année suivante, de voir ses membres passer de six à douze et d’avoir un règlement identique à celui du cabildo de Buenos Aires, faveurs reconnues et acceptées par l’exécutif134.

  • 135 Decreto del Director Supremo, 8/10/1814 ; Oficio de Nicolas Herrera al gobernador de Salta y al cab (...)

105En réalité, c’est surtout la menace d’une reconquête royaliste au Chili qui pousse les dirigeants à renforcer les frontières andines par une administration plus proche. L’intendance est d’ailleurs confiée à un officier qui revient du front de la Bande orientale, le colonel Juan Florencio Terrada, dont la nomination constitue à la fois une récompense personnelle et une garantie pour le pouvoir. La création de l’intendance de Tucumán, en octobre 1814, est également liée au contexte militaire : les différentes invasions et le repli des autorités sur Tucumán ont en quelque sorte créé un état de fait. Le décret de création met en avant cette situation et la nécessité de réparer les dégâts causés par la guerre. Mais là encore, l’intention honorifique n’est pas absente : la promotion de Tucumán au rang de capitale d’intendance est dans la droite ligne des récompenses accordées à la cité « héroïque » depuis le 24 septembre 1812. Dans le commentaire qu’ajoute le Secrétaire à l’intention des intéressés, on retrouve la trace de cet idéal d’un gouvernement aux justes proportions, accompagné d’une volonté d’efficacité qui passe par la concentration du pouvoir135. En toute logique, c’est Bernabé Aráoz, gouverneur-intendant de Salta depuis avril 1814, qui prend la tête de la nouvelle intendance. Membre de la grande famille des Aráoz, ce personnage jouit d’une forte assise locale et d’une fortune considérable. Dévoué depuis 1808 à l’effort de guerre, il a notamment fait ses preuves lors de la bataille de Tucumán où il a lui-même levé et dirigé un bataillon de milices. La confiance que les gouvernants lui accordent est renforcée par le zèle qu’il a déployé comme intendant de Salta jusqu’à la libération de ces territoires. Une fois revenu à Tucumán, il se lance avec acharnement dans l’organisation administrative de la nouvelle juridiction.

106En même temps qu’elle renforce la présence de l’État sur l’ensemble du territoire, la vaste entreprise de mobilisation des années 1813 et 1814 confère à l’élément militaire une place prédominante dans la vie des cités. Cette importance provient, dans les cas de Salta et de Tucumán, de la présence effective des troupes sur le territoire et, ailleurs, du dévouement des gouverneurs aux tâches militaires ainsi qu’à l’enrôlement des habitants dans les corps de milice afin de renforcer les rangs de l’Armée du Nord. Cette omniprésence de la guerre a naturellement pour conséquence de conférer un nouveau contenu à l’esprit révolutionnaire et à la teneur même du patriotisme.

Le patriotisme comme substitut de la représentation

107C’est sur le terrain du patriotisme que se rejoignent les tentatives des dirigeants de Buenos Aires pour ancrer dans le pays une nouvelle légitimité et le zèle des cités qui y trouvent un exutoire à leur soif d’ostentation et de distinction. Le patriotisme ancien, qui se manifeste depuis plusieurs années à l’égard du roi et de la monarchie, commence à évoluer à partir du moment où les conspirateurs de Córdoba et les mandones deviennent la cible des attaques de la Junte. Les dirigeants mettent alors tout en œuvre pour que patriotisme et révolution soient peu à peu confondus. À partir de 1812, les impératifs militaires prennent le pas sur le contenu idéologique, mais la signification du patriotisme reste identique : en permettant aux cités d’exprimer leur dévouement à la cause commune tout en faisant valoir leurs qualités propres, il joue un rôle très comparable à celui de la représentation politique, entendue dans son sens ancien. En cela, il permet de comprendre comment le régime contrôlé depuis Buenos Aires parvient, malgré son caractère autoritaire et intrusif, à conserver son ascendant dans l’intérieur.

Du patriotisme monarchique au patriotisme révolutionnaire

  • 136 Sur la notion révolutionnaire de Patrie, Cf. P. Vilar, « Patrie et Nation dans le vocabulaire de la (...)

108Un véritable programme est mis en place à partir de 1 810 pour forger une identité patriotique qui se confonde avec la cause révolutionnaire, c’est-à-dire qui s’articule autour d’idées et de projets nouveaux136. Ce programme peut être appréhendé à travers les initiatives du pouvoir et dans la façon dont les autorités locales sont invitées à poursuivre sur le terrain les efforts des gouvernants.

109L’un des principaux biais par lequel se forge la nouvelle identité politique est la désignation par le pouvoir, arbitre en la matière, de qui est patriote et de qui ne l’est pas. Outre le besoin qu’ont les dirigeants de s’assurer des appuis solides, la récompense des partisans et le châtiment des opposants participent entièrement de cette création d’un nouveau type d’appartenance. Dès 1810, les emplois publics sont confiés à des partisans déclarés de la Junte, afin qu’ils soient à la fois les zélateurs et les garants des nouveaux principes. Au moment de la reprise en main par le Triumvirat, l’arme de la concession des postes, comme on l’a vu, est utilisée tout autant pour s’assurer des fidélités en place que pour stimuler le patriotisme. Il n’est d’ailleurs pas rare que les partisans ou les opposants du régime arborent eux-même des signes distinctifs : un ruban blanc sur les chapeaux des vecinos de Mendoza favorables à la Junte en juin 1810, une cocarde noire chez les opposants de Córdoba en mai 1811. La méthode du pouvoir qui gracie ou châtie selon l’appartenance va exactement dans le même sens : il s’agit de greffer sur un imaginaire ancien (la désignation des factions, des « partis », connus de tous) un nouveau contenu qui est l’attitude par rapport au régime. Un qualificatif de portée générale, valable pour tous les habitants du vice-royaume, est donc accolé sur un type d’appartenance propre à un contexte local.

  • 137 Circular de la Excma Junta Gubernativa, 24/01/1811, AHM Ind., 602-27.
  • 138 Cf. C. Bayle, Los cabildos seculares en la America española, Madrid, 1952.
  • 139 Circular de la Excma Junta Gubernativa, 24/01/1811, op. cit.
  • 140 Oficio de Bernabé Aráoz al cabildo de Tucumán, 29/04/1814, AHT Adm., 23-444 ; Acta del cabildo de C (...)

110La principale initiative du nouveau régime est la création des fêtes de mai, qui célèbrent dès 1811 l’anniversaire des journées où le peuple de Buenos Aires, par la déposition du vice-roi et la création des juntes, a provisoirement réassumé la souveraineté. Le but assigné dans la circulaire du 24 janvier 1811 est très précisément celui d’une commémoration : « Les 24 et 25 mai formant une grande époque dans l’histoire de l’Amérique, il est indispensable de transmettre la mémoire et d’en laisser à la postérité une impression éternelle. »137 Pour autant, le texte ne prévoit pas de rituel inédit, qui traduirait dans les gestes et les symboles la rupture chronologique, l’avènement d’un temps nouveau que l’on cherche pourtant à ancrer dans les consciences. L’anniversaire du 25 mai conserve au contraire le protocole des anciennes cérémonies, notamment la procession de l’Étendard royal, ordinairement de mise lorsque l’on célèbre l’anniversaire du monarque ou la fête du patron de la cité. Or, le texte précise que « la pompe et la solennité » de la nouvelle célébration doivent être égales à celles déployées lors de la fête du patron, qui est de loin la plus importante pour les cités138. En contrepartie, celle-ci se trouve réduite « à la seule cérémonie religieuse avec la messe et le sermon de circonstance, mais [ne doit] en aucun cas [donner lieu] à la procession de l’Étendard »139. Cette modification parle d’elle-même : tout en conservant la procession de l’Étendard comme symbole de la fidélité aux autorités légitimes, l’adhésion au nouveau régime tend à se substituer à celle due au monarque. Au niveau local, les autorités prennent le relais de la promotion incessante du patriotisme, dont le 25 mai constitue un moment privilégié. À l’occasion du quatrième anniversaire de la Révolution, le gouverneur de Tucumán Bernabé Aráoz annonce ainsi au cabildo qu’il prendra en charge les frais de la cérémonie religieuse, dans un geste d’évergétisme patriotique. À Córdoba, ce sont les commerçants et les corps de métiers qui financent la fête par leurs donations : le cabildo les remercie chaleureusement et souligne leur dévouement à la cause de la Révolution140.

  • 141 Les deux registres peuvent évidemment se rejoindre : en juillet 1812, le gouvernement charge le dom (...)
  • 142 Cf. C. Martínez Shaw, El Siglo de las Luces : las bases intelectuales del reformismo, Madrid, 1996.

111L’autre registre utilisé par le pouvoir pour susciter l’union et créer une identité collective est celui de la culture141. Une initiative importante à cet égard est le projet de fondation d’un musée d’histoire naturelle en juin 1812. Les dirigeants y renouent avec la curiosité scientifique des Lumières espagnoles, qui avait motivé l’envoi de grandes expéditions pour découvrir les richesses encore inexplorées des paysages et de la nature américains142. Ils revendiquent d’ailleurs cette filiation, en soulignant l’intérêt que portent les savants européens aux minerais, à la flore et à la faune du continent. Mais dans l’ordre de la nature comme dans celui de l’histoire, cet héritage doit à présent revenir aux Américains. Il est donc demandé à chaque province de fournir des échantillons des particularités de son patrimoine naturel, tant animal que végétal ou minéral. Afin que l’œuvre concerne le plus grand nombre, les citoyens sont eux-mêmes invités, s’ils possèdent certaines curiosités, à en faire don au gouvernement, qui en conservera « la mémoire perpétuelle ».

  • 143 Ce thème d’une nature américaine opulente et bienfaisante, extrêmement fréquent dans la littérature (...)

112La dimension patriotique est tout entière présente dans cette action, d’abord parce qu’elle diffuse les Lumières dans le pays, ensuite parce qu’elle tente de réunir en un même lieu des éléments provenant des différentes provinces, en plaçant celles-ci sur un pied d’égalité. Ces éléments eux-mêmes ne sont pas fortuits, car les productions du sol, de la flore et de la faune constituent par essence le bien commun des Américains, dotés par le Créateur d’un patrimoine naturel d’une richesse et d’une variétés infinies143. L’annonce de la création de ce musée permet donc d’ancrer des valeurs telles que l’égalité naturelle des provinces et de leurs habitants, ou la Révolution comme facteur de progrès, en même temps qu’il incite les habitants à contribuer, sur un autre plan que celui de la guerre, à une œuvre commune pour la gloire de leur Patrie. Les réponses adressées au gouvernement, comme celle du gouverneur de Tucumán, vont dans le même sens :

  • 144 Oficio de Francisco de Ugarte al Superior Gobierno, 12/07/1812, AGN Gob. Tuc., X-5- 10-1.

« À la lecture des lettres où Votre Excellence me parle de l’établissement du Musée dans cette capitale, mon caractère patriotique reconnaît en Votre Excellence les sentiments paternels avec lesquels vous tentez d’éclairer et d’instruire les peuples de l’Amérique du Sud : cette collection est sûrement le monument le plus visible de notre régénération politique. »144

  • 145 Cf. N. Souto, art. cité, J. C. Chiaramonte, « Formas de identidad en el Rio de la Plata luego de 1  (...)
  • 146 Bando del cabildo de Salta, août 1810, dans J. V. Gonzalez, op. cit., t. 2, p. 455.

Cette « régénération politique » affecte naturellement le contenu du patriotisme, qui conjugue le sentiment d’appartenance à une communauté et le respect d’une forme de légitimité. Dans les premières années de la Révolution, celui-ci change à la fois de cadre et de système de valeurs. En 1810, l’imaginaire patriotique conserve l’allure des années précédentes : c’est un patriotisme de vassaux, de cités, qui commence occasionnellement à revêtir une dimension américaine. Les textes de 1 810 invoquent invariablement le roi et la Patrie, ce qui renvoie tantôt à la Monarchie espagnole, tantôt au vice-royaume comme partie de cet ensemble. Le terme peut également désigner la cité et les deux sens sont parfois employés simultanément145. La convocation adressée par le cabildo de Salta à ses habitants, en août 1810, s’ouvre ainsi sur l’évocation des « hautes visées (...) de Buenos Aires en faveur du roi et de la Patrie » et se termine sur la perspective d’« ajouter aux exploits qui honorent [la] Patrie la réputation de sagesse dans ses résolutions »146

  • 147 Oficio del cabildo de Tucumán al de Buenos Aires, 26/06/1810, dans R. J. Freyre, Tucumán en 1810, o (...)
  • 148 Oficio de la Junta de Gobierno a la junta subalterna de Mendoza, 1/09/1811, AHM Ind., 602-74 ; Ofic (...)

113Le patriotisme des débuts de la Révolution s’articule donc autour de deux axes : l’un horizontal, celui des communautés, qui connaît différentes échelles, de la cité à la Monarchie en passant par le reino ; l’autre vertical, qui relie ces communautés au roi par un lien de type vassalique. En vertu de celui-ci, chaque sujet et chaque communauté se trouvent liés de manière directe et personnelle, tandis que la réciprocité du pacte implique que les cités soient récompensées de cette fidélité qu’elles expriment inlassablement : « Les démonstrations auxquelles se livre cette population ne cessent de témoigner de son patriotisme et de l’amour du souverain qui l’anime », écrit ainsi le cabildo de Tucumán147. Avec la fidélité et la générosité, la principale qualité attendue du vassal est la subordination aux autorités légitimes. Il en résulte une première inflexion dans le contenu du patriotisme, qui a tendance à se confondre avec l’adhésion à la Junte, dans la mesure où celle-ci se pose en représentante du roi et en garante de la Monarchie. Le nouveau régime s’installe dans les cadres de la loyauté traditionnelle, ce qui permet à celle-ci de subsister quelque temps : tout au long de l’année 1811, l’invocation au roi demeure dans les actes officiels ; son anniversaire continue d’être célébré et des prières publiques sont organisées pour sa libération. Toutefois, comme dans d’autres régions de l’Amérique espagnole, 1812 constitue une année de radicalisation idéologique et un tournant vis-à-vis de Ferdinand VII, dont la trop longue absence érode la légitimité. Ainsi, tandis que le vice-roi Elío est accusé en 1811 d’« oublier ses devoirs de fidèle vassal de la Monarchie espagnole », le général Tristan est qualifié, l’année suivante, de « Tyran de la Patrie »148.

  • 149 J. C. Chiaramonte, « Formas de identidad... », art. cité.
  • 150 Manifiesto de la Junta a los pueblos, 9/09/1810, dans Archiva General..., op. cit., p. 230.

114L’évolution qui s’opère au cours des deux premières années de la Révolution passe par la distinction entre Européens et Américains149. La référence à l’Amérique est déjà présente en 1810, mais celle-ci est considérée comme une possession de la Couronne que ses habitants doivent défendre, ce qui se retrouve dans l’expression « ces domaines » (estos dominios), d’un usage très fréquent. Le premier ennemi désigné par la Junte n’est pas le péninsulaire à proprement parler, mais le fonctionnaire d’Ancien Régime, coupable d’avoir trahi sa mission : « Les sujets qui ont commis ces crimes (...) n’étaient pas des hommes étrangers à notre pays, qui dans leur tentative aveugle, auraient pu considérer nos malheurs avec indifférence », écrit la Junte en septembre 1810150. La distinction commence à apparaître à la faveur de la guerre dans la Bande orientale, en 1811. L’invasion portugaise est en effet l’occasion d’affirmer une identité spécifique à l’Amérique, non plus comme partie de la Monarchie mais comme région autonome, capable de se défendre par elle-même :

  • 151 Oficio de la Junta de Gobierno a la junta subalterna de Mendoza, 1/09/1811, ibid.

« Le moment est venu de montrer au monde entier que les vertus de valeur, de zèle et de patriotisme qui distinguent d’autres peuples dans les mêmes circonstances se découvrent à l’identique chez les habitants de cet hémisphère. »151

Ces valeurs propres au contexte de guerre rejoignent les principes qui régissent la nouvelle forme d’appartenance politique : la fidélité des cités au pacte passé avec le pouvoir ; l’attachement aux droits des pueblos et à la liberté des individus, pouvant aller jusqu’au sacrifice. La forme originelle du pacte vassalique est conservée, mais le fondement de la légitimité est désormais « l’indépendance civile », c’est-à-dire l’autonomie de gouvernement et les principales libertés publiques.

  • 152 Cf. J. DE Viguerie, art. cité ; S. Wahnich, art. cité.

115C’est en 1812 que le fossé entre Américains et Européens se creuse définitivement et que la figure de l’ennemi se dédouble entre les « ennemis extérieurs »– les loyalistes du Haut-Pérou et de la Bande orientale – et les « ennemis intérieurs » – les contre-révolutionnaires qui multiplient leurs complots contre le Triumvirat152. La découverte de la conspiration d’Álzaga « contre la Patrie et la liberté américaine », en juillet 1812, est célébrée dans les cités avec un grand enthousiasme. Cet épisode conduit à une assimilation entre les deux types d’ennemis et constitue un moment important dans la cristallisation du sentiment patriotique : dans l’ordre du discours, les péninsulaires sont mis au ban de la communauté et dans celui des faits, comme nous l’avons vu, ils sont les principales cibles du zèle des autorités.

  • 153 Proclama de Francisco de Ugarte a su pueblo, 11 /08/1812, AGN Gob. Tuc., X-5-10-1.

116Cette fracture entre Européens et Américains sanctionne la disparition, au sein de la majorité des élites, du sentiment de loyauté vassalique à l’égard du roi : désormais, c’est très clairement au gouvernement des Provinces Unies que l’on fait allégeance. Cette évolution rapide est principalement due à la guerre et à son utilisation par le pouvoir en termes idéologiques. En 1812, la référence patriotique se confond avec l’identité américaine et les principes politiques sont entièrement subordonnés à la lutte : il s’agit avant tout d’obéir aux autorités et de se sacrifier pour défendre sa terre. Dans une adresse à la population, le gouverneur de Tucumán appelle les patriotes « les légitimes souverains du Nouveau Monde », qui font des soldats « libres, disciplinés et vertueux ». Il lui oppose l’ennemi par excellence sous les traits du général Tristan, le « caudillo anti-américain », « le tyran qui a juré de mener à son terme la désolation et l’extermination de tout Américain »153. Le transfert des allégeances est ici très lisible : contre le nouveau Napoléon que représentent tour à tour les généraux du Haut-Pérou (Tristan ou Goyeneche), on ne défend plus les droits du roi sur ses domaines, mais l’Amérique elle-même et ses nouveaux souverains.

  • 154 Oficio de Bernabé Aráoz al Director Supremo, 31/05/1814, AGN Gob. Tue., X-5-10-2.
  • 155 J. C. Chiaramonte, art. cité.

117Cette identité américaine procède du rejet explicite des Espagnols européens, confondus avec les partisans de l’absolutisme, et de la promotion des Américains assimilés aux patriotes. On la voit s’affirmer de plus en plus durant les années 1813 et 1814, en raison du caractère idéologique conféré au combat et du lien entre le sort des Provinces Unies et celui des régions voisines. La relation étroite avec le gouvernement du Chili, qui lutte contre les mêmes ennemis et félicite le gouvernement de Buenos Aires pour chaque victoire obtenue, témoigne de la construction d’une solidarité patriotique à l’échelle du continent. L’américanité repose avant tout sur la fraternité conquise dans la lutte : évoquant le sort des réfugiés du Haut-Pérou, Aráoz écrit que « l’âme la plus impartiale et la plus indifférente est émue et consternée de voir une portion de l’Amérique condamnée à l’abandon total de ses intérêts et de sa fortune, sans avoir commis d’autre faute que celle d’avoir partagé le sort des armes de la Patrie »154. Par ailleurs, la « construction du système actuel du continent américain » conjugue la lutte contre l’absolutisme avec la construction de régimes fondés sur les principes de la modernité politique. À l’intérieur de l’ancien vice-royaume, l’américanité participe donc de la création du nouvel État, comme le montre l’attribution systématique des emplois aux citoyens des Provinces-Unies. Pourtant, comme l’a souligné José Carlos Chiaramonte155, les formes d’identité collective qui s’affirment le plus à la faveur la guerre sont l’appartenance à la cité et la dimension américaine, bien plus que le rattachement à une patrie qui correspondrait à l’ancien vice-royaume, espace de souveraineté du nouveau pouvoir.

118Le contexte de guerre fait apparaître le patriotisme comme le lien le plus fort existant entre le nouveau pouvoir et les cités. Par l’invocation patriotique, en jouant sur les ressorts anciens de la fidélité aux autorités et de l’exemple illustre de Buenos Aires, les dirigeants obtiennent des cités l’aide dont ils ont besoin pour repousser les assauts loyalistes. De leur côté, les cités y voient un moyen plus sûr que l’élection d’un député pour faire montre de leurs qualités et obtenir un certain nombre de distinctions. C’est pourquoi le patriotisme, dans ses valeurs comme dans ses manifestations, peut fonctionner durant cette période comme un substitut à la représentation politique. À travers les descriptions des cérémonies, il apparaît que le patriotisme, tel qu’il est vécu et interprété par les cités, offre le prétexte d’une certaine ostentation. L’identité d’une cité passe en effet par les titres et les qualités qu’on lui octroie ou qu’elle s’attribue elle-même. Or, le contexte de la crise, puis de la guerre, offre à celles du Rio de la Plata une magnifique possibilité de faire valoir leurs mérites. L’attitude politique d’une communauté est directement interprétée à l’aune de ses qualités, dont l’évocation devient un passage obligé du discours officiel. Ces vertus, que les textes gouvernementaux et les sermons patriotiques ne cessent d’exalter, renvoient toujours au modèle de la vassalité : l’obéissance aux autorités supérieures, la fidélité à la parole donnée, la générosité dans l’aide apportée, sont les canons à l’aune desquels sont jugés aussi bien les individus que les communautés.

119Durant les premières années, la donation volontaire constitue certainement le geste le plus révélateur dans la manifestation du patriotisme, parce qu’il exprime en même temps la générosité et la soumission aux autorités. Venir en aide au roi ou au gouvernement permet aux différentes cités, comme à chacun de leurs membres, de rivaliser avec les autres sans prétendre les dominer. Ce geste concilie l’émulation des différents acteurs et leur commune soumission à leur condition de vassal. Par là même, il correspond parfaitement à un imaginaire qui condamne le geste isolé de l’individu, toujours soupçonné d’orgueil, et trouve son accomplissement dans la convergence vers l’unanimité des attitudes particulières. Les premières campagnes de donations révèlent cette « généreuse rivalité » vis-à-vis de l’exemple donné par la capitale :

  • 156 Proclama del cabildo de Tucumán con motivo de la subscripción del vecindario, 11/09/1810, dans R. J (...)

« Habitants de Tucumán, vous ne serez pas moins nombreux [que ceux de Buenos Aires] à manifester votre libéralité au moyen des contributions. Soyez généreux, ainsi qu’en témoignent les glorieuses démonstrations, supérieures à vos forces, que vous avez faites jusqu’à présent. Restez subordonnés, car grâce à cette attitude vous avez conservé la plus profonde et tranquille harmonie au milieu des convulsions politiques. L’union de ces vertus a forgé dans la ville de Tucumán un corps politique digne d’envie qui fera honneur à la postérité la plus lointaine. »156

120Cet exemple montre que c’est l’identité même de la cité qui prend sens à travers ces gestes, et ce processus reste valable quelle que soit la nature de la donation. On la retrouve à l’identique dans la campagne que lance le Triumvirat en 1812 pour l’ouverture d’un musée d’histoire naturelle. La dimension patriotique de cette collecte est manifeste, tant de la part du gouvernement qui entend créer par cette initiative un sentiment d’appartenance commune, que de la part des cités qui donnent pour le bien commun ce qu’elles possèdent de plus précieux et de plus distinctif dans leur patrimoine. Le sens de la démarche n’est au fond pas très différent de la contribution et du recrutement : il s’agit d’un appel à la générosité des citoyens pour qu’ils contribuent par leurs richesses à la sauvegarde et au progrès de la Patrie.

  • 157 Acta del cabildo de Tucumán, 20/05/1811, AHT Actas.

121Une autre circonstance dans laquelle se déploient l’ostentation et le zèle patriotique des cités est bien sûr celui des cérémonies, qui tendent à se multiplier avec l’avènement du nouveau régime. En plus des anciennes fêtes « régulières », notamment religieuses, on célèbre les épisodes importants liés à l’évolution du pouvoir – l’anniversaire du 25 mai, mais aussi les changements institutionnels qui donnent lieu à des prestations de serments – et, de plus en plus, les événements liés à la guerre. Toujours ordonnées par le pouvoir, les célébrations sont l’occasion pour la cité de faire montre de son adhésion au régime, ce qui passe d’abord par la parade qu’elle s’efforce de déployer pour l’occasion, également destinée à impressionner et à rallier les spectateurs. À propos de la fête de mai, le cabildo de Tucumán évoque ainsi « des festivités qui, pour imprimer [dans les esprits] le sens et le souvenir éternel d’un si digne objet », doivent donner lieu à des « démonstrations publiques et extraordinaires, avec tout le train, l’ostentation et de la pompe que permet la situation [financière] de la cité »157. Si le rituel des fêtes reste celui pratiqué sous l’Ancien Régime, les nouveaux principes sont exprimés par les discours, dont la cité veille à ce qu’ils ne tombent pas dans l’oubli. Une pratique courante consiste à adresser au gouvernement le texte des déclarations patriotiques et des sermons prononcés lors d’une fête importante, afin qu’ils soient imprimés dans la capitale pour l’édification des autres citoyens. La gloire des orateurs rejaillit alors sur la communauté dont ils sont originaires. Derrière le prétexte pédagogique, les discours comme les actes protocolaires s’inscrivent dans une même démarche d’ostentation, d’affirmation d’une identité communautaire.

122Le triomphe dont peut s’enorgueillir la cité atteint toutefois son apogée lorsqu’elle est partie prenante des événements militaires, car la guerre est ce qui donne son sens et motive profondément le patriotisme naissant des Provinces Unies. À cet égard, Tucumán occupe une place tout à fait exceptionnelle durant l’année 1812. Quartier général de l’Armée du Nord, rempart contre l’invasion royaliste, la cité joue un rôle sans précédent dans la conduite des combats. Si l’armée qui livre bataille le 24 septembre sous la direction de Belgrano regroupe des escadrons de plusieurs provinces, Tucumán s’attribue une grande part des mérites de la victoire. Aussitôt, un culte patriotique s’organise autour de celle-ci. Tucumán se voit couverte d’éloges par le Triumvirat et le cabildo de Buenos Aires :

  • 158 Oficio del Superior Gobierno al cabildo de Tucumán, 26/10/1812 ; Oficio del cabildo de Buenos Aires (...)

« Cette action est de celles dont l’extraordinaire grandeur (...) ne peut être vraiment louée que par le silence expressif de l’admiration. Tandis que les peuples de tout le continent américain rendent hommage à celui que vous représentez, ce cabildo le congratule cordialement et se réjouit de voir déjà inscrit le nom de Tucumán parmi les premiers héros à qui la postérité américaine devra sa liberté et sa renommée. »158

Peu après, la cité reçoit le titre de « Sépulcre de la Tyrannie » et se voit exemptée de la contribution extraordinaire instaurée en juillet « pour services rendus à la Patrie » :

  • 159 Aviso del Superior Gobierno, 26/11/1812, AHT Adm., 22-376.

« Le patriotisme attesté de cette cité, ses grands efforts, l’ardente ténacité qu’elle a toujours montré, en particulier lors du 24 septembre dernier, le vif désir de liberté qu’elle a opposé aux insultes et aux agressions du tyran exigent impérieusement que certaines considérations [soient prises] en sa faveur, qu’il est indispensable de lui concéder pour la distinguer des autres villes et cités qui ne se sont pas trouvées dans une telle situation et n’ont pas consenti autant de sacrifices. »159

Le but de l’ostentation est ici atteint : mériter, par la déploiement de son zèle et la démonstration de ses vertus, d’être non seulement récompensé, mais distingué, reconnu digne d’accéder à un statut plus prestigieux, placé au-dessus des autres.

  • 160 Le Provisor José de Zavala, en charge de l’Évêché, donne son accord au projet, ainsi que l’Assemblé (...)

123Il est pourtant périlleux d’aller trop loin en ce sens, car les dirigeants et la capitale sont jaloux de leur prééminence. L’année suivante, Tucumán envisage ainsi de créer une fête patronale pour célébrer l’anniversaire du 24 décembre. Placé sous le double signe de la guerre et de la religion, ce projet est typique de la sensibilité patriotique de la période, mais correspond également à une affirmation de l’identité de Tucumán, puisqu’il s’agit d’une fête strictement locale. Or, toutes les fêtes célébrant des épisodes guerriers et des dates anniversaires sont sous l’obédience étroite du pouvoir central, qui entend contrôler soigneusement le contenu et les manifestations du patriotisme. Le projet de Tucumán représente une entorse à la création d’un sentiment commun à toutes les provinces, ainsi qu’une atteinte directe à la prééminence du pouvoir en matière de création de fêtes. Accepté par les autorités religieuses, le projet est donc repoussé par le gouvernement160. Tucumán mérite certes des louanges, mais ne saurait pour autant sortir de son rang de cité subalterne. Cet exemple permet de souligner ce qui est à l’œuvre dans le patriotisme des cités : une émulation, une manifestation de différentes qualités, qui visent à obtenir en retour honneurs et privilèges. La représentation de la communauté, au sens ancien du terme, conjugue l’affirmation d’une identité particulière avec l’alignement sur des canons valables pour toutes les cités (soumission aux autorités, courage, générosité, fidélité). Le contexte révolutionnaire et guerrier des années 1810-1812 ne fait que renforcer l’implication des cités dans cet élan patriotique commun.

124Le caractère particulier de l’engagement que nous venons de décrire permet de suggérer qu’il peut servir de palliatif à la représentation politique proprement dite. Certes, les manifestations et les buts du patriotisme diffèrent de ceux qui sont à l’œuvre dans les élections : dans un cas il s’agit essentiellement de défendre son roi, puis sa terre, par des dons ; dans l’autre il s’agit de défendre ses intérêts par le biais d’une médiation, en choisissant le porte-parole le plus digne de la confiance que lui accorde la communauté. Mais dans l’un et l’autre cas, ce sont les ressorts de la représentation ancienne qui sont en jeu, et qui s’expriment à travers la question des vertus et de l’honorabilité. Élire un député doté des qualités requises n’est pas seulement une manière de voir ses intérêts bien défendus, c’est s’assurer qu’il donnera une « bonne image » de la cité. Le « représentant » de la cité l’est au plein sens du terme : il en est l’incarnation, censée refléter les vertus de sa communauté d’origine. Or, la même logique est à l’œuvre dans les démonstrations de patriotisme, qui toutes qualifient la communauté dont elles émanent et la rendent digne d’éloges et de récompenses. Par là même, le patriotisme constitue pour la cité un moyen d’obtenir des avantages ou de voir ses revendications prises en compte, de manière peut-être plus efficace que ne le ferait un député. Au fond, non dans son but mais dans ses conséquences, l’action patriotique rejoint la députation. C’est l’une des raisons qui expliquent à notre sens que les cabildos, si acharnés à défendre les droits des cités durant l’année 1811, se calment durant l’année 1812 aux endroits où les conflits avaient été le plus violents (Córdoba, Mendoza). C’est qu’au-delà de la reprise en main du pouvoir, le contexte militaire offre aux échevins une occasion de valoriser leur cité aux yeux du pouvoir central en participant largement à l’effort de guerre – ce qui suppose de leur part une attitude de collaboration vis-à-vis des gouverneurs.

Du patriotisme révolutionnaire au patriotisme guerrier

125L’effort intense consenti par les cités de l’Intérieur à partir de 1812 modifie la nature de l’adhésion qu’elles prêtent au régime et fait passer la guerre au premier plan de leurs préoccupations. De ce fait, les formes de l’appartenance collective se départissent peu à peu du contenu idéologique qu’elles avaient au début de la période pour se confondre entièrement avec une guerre de plus en plus sacralisée. Le réflexe de défense de la Monarchie que les cités ont manifesté durant la période 1806-1810 ressurgit avec une force renouvelée, mais le territoire à défendre est à présent circonscrit aux limites du vice-royaume, ou s’étend aux dimensions de l’Amérique, « terre de liberté ». Cette identité patriotique plurielle, à la fois militaire, religieuse et politique, constitue un lien puissant entre les diverses communautés et continue, en ce sens, à servir de substitut à une représentation politique défaillante.

  • 161 Oficio del Teniente-gobernador de Mendoza al Superior Poder Executivo, 8/03/1813, AGNGob. Men., X-5 (...)

126Le contexte militaire des années 1813 et 1814 modifie tout d’abord le contenu des célébrations patriotiques, où le thème de la guerre croît en importance. L’enthousiasme populaire et l’attachement au régime se mesurent désormais à l’aune des progrès des armes patriotes, qui marquent les temps forts de ce calendrier festif. Le début de l’année 1813 est marqué par la bataille de San Lorenzo, remportée par San Martin devant Montevideo le 3 février et, surtout, par la bataille de Salta du 20 février, où Belgrano repousse l’invasion du général Tristan. Ces victoires sont annoncées dans les provinces à grands renforts d’enthousiasme ; les gouverneurs retransmettent sans coup férir ces nouvelles, qui constituent autant d’occasions de célébrer le régime. Le Triumvirat prend soin de raconter lui-même les péripéties du siège de Montevideo, car c’est d’abord au pouvoir exécutif que s’adressent les félicitations des subordonnés. Dans les remerciements qu’il leur envoie en retour, celui-ci ne manque pas de relater les manifestations auxquelles l’événement a donné lieu dans la capitale. La simple annonce d’une victoire, quel que soit l’endroit où elle ait eu lieu, est donc un moyen de fortifier le lien d’obédience entre le pouvoir central et ses sujets, mais aussi entre la capitale et les autres cités. Les célébrations qui s’ensuivent gardent une facture traditionnelle, avec des réjouissances profanes qui ont lieu en général sur la place et la cérémonie religieuse où l’on chante le Te Deum. Malgré son importance nouvelle, l’élément militaire garde sa place habituelle : à Mendoza, les corps de milices défilent sur la place sous les acclamations et les vivats, tandis que les salves des fusils se mêlent aux volées de cloches. Telle que les comptes rendus la décrivent, l’attitude de la foule est toutefois porteuse d’une signification politique. Le cabildo écrit ainsi : « Ce vecindario, convaincu des avantages que cette fameuse journée doit apporter au système, s’est déchaîné dans des transports de réjouissance. Les démonstrations publiques que l’image prometteuse de la LIBERTÉ arrache des poitrines vertueuses n’ont pas cessé depuis ce jour. »161

  • 162 Oficio del Superior Poder Executivo al cabildo de Mendoza, 4/03/1813 ; AHM Ind., 604- 35 ; Oficio d (...)

127Derrière le ton ampoulé et conventionnel des formules, il apparaît que la réaction des habitants procède aussi bien de la raison – ils décryptent l’importance de l’événement pour la cause de la Révolution – que de l’émotion, mais ce débordement passionnel est tolérable car il est orienté dans le bon sens et se trouve canalisé par la cérémonie religieuse. Par ailleurs, il est important que ces manifestations soient « publiques », puisque c’est un sentiment collectif que l’on s’efforce d’encourager. Enfin, « l’image de la Liberté » représente l’allégorie d’un principe que l’on tente d’inculquer. À travers le compte rendu, les échevins offrent donc des garanties de la bonne conduite de leurs compatriotes et prouvent par là même qu’ils remplissent correctement leur mission de propagande162.

  • 163 Circular del Director Supremo, 24/06/1814, AHC Gobiemo 38-525. En réalité, ce sont plusieurs victoi (...)

128L’autre grand événement militaire de la période est la prise de Montevideo, en juin 1814, à l’issue d’un siège qui a duré presque trois ans. Les cérémonies organisées autour de cette victoire doivent se lire comme une tentative du pouvoir central pour restaurer son prestige. En effet, les célébrations ne sont en rien spontanées : l’ordre de fêter la victoire, donné par la circulaire du 24 juin, prescrit les éléments rituels de la célébration (salves, illumination, volées de cloches, Te Deurn)163 et s’accompagne du récit détaillé de la bataille, rédigé par Alvear lui-même, qui devra être publié par voie d’affiche. La victoire est fêtée à grands renforts de solennité jusque dans les plus petites cités, dont les cabildos font montre de leur patriotisme et de leur respect de la hiérarchie, tel celui de La Carlota, dans la juridiction de Córdoba :

  • 164 Oficios del cabildo de la villa de La Carlota al gobernador-intendente, 27/06 et 13/09/1814, AHC 40 (...)

« Ce vecindario fut rempli de joie et confirma par de nombreuses manifestations de réjouissance son véritable patriotisme, son adhésion à la juste cause de sa liberté civile et le grand intérêt qu’il prend aux succès des armes nationales. Il fit tout cela conformément aux idées de Votre Seigneurie, en exécutant ses ordres. »164

  • 165 Oficios del gobernador y del cabildo de Córdoba al Director Supremo, 2/07/1814, AGN Gob. Cba., X-5- (...)
  • 166 Oficio del cabildo de Mendoza al Director Supremo, 28/10/1814, AGN Gob. Tuc., X-5- 10-2. Il s’agit (...)

129Une fois de plus, les félicitations ne sont pas adressées aux militaires victorieux mais au Directeur suprême, qui apparaît comme l’incarnation de la Patrie et de l’État. Les qualificatifs qui le désignent allient toutefois les vertus de l’officier à celles du chef d’État : le cabildo de Tucumán déclare ainsi à Posadas que « sa respectable personne unit la valeur et la compétence militaire de Washington avec l’habileté, la prévoyance et la prudente sûreté de Franklin »165. En réalité, le prestige rejaillit sur le véritable héros de la victoire, Alvear, et prépare son accession au pouvoir quelques mois plus tard. L’alliance de l’oncle Directeur et du neveu général forge une figure bicéphale qui représente l’essence du pouvoir exécutif. Mais surtout, les félicitations fonctionnent comme un renouvellement du pacte entre les cités et le pouvoir central. Si les unes renouvellent leur adhésion, le second se voit rappeler ses obligations : juste après la défaite des patriotes chiliens à La Rancagua, le cabildo de Mendoza envoie ses félicitations à Posadas pour une victoire obtenue dans la Bande orientale, tout en lui rappelant que la cité a d’urgence besoin de son aide pour repousser « les tentatives d’un ennemi victorieux, proche et entreprenant »166. Dans la même circonstance, les généraux de l’Armée du Nord et les autorités de la région prient le Directeur de reporter ses efforts sur le front du Haut-Pérou.

  • 167 Acta del cabildo de Tucumán, 26/03/1813, AHT Actas 1813 ; Oficio del gobernador de Córdoba al cabil (...)

130À côté du lien renforcé entre les cités et le pouvoir, les cérémonies liées aux événements militaires sont également révélatrices d’une alliance étroite, presque d’une communion, entre la population et l’armée. Il n’est pas rare, dans les documents en provenance de Salta ou Tucumán, que les autorités parlent de « leur » armée. Outre le fait qu’une partie importante de cette Armée du Nord est composée de recrues de la région, la proximité même du front familiarise la population à l’élément militaire et la conduit à s’y identifier. C’est pourquoi les moindres événements de la lutte sont célébrés au même titre que les victoires : on fête aussi bien l’arrivée d’une cargaison d’armes que le moindre recul de l’ennemi sur le front. L’évacuation de Potosí et Chuquisaca par les royalistes, après la victoire de Salta, est saluée avec illumination et Te Deum à Tucumán comme à Córdoba. L’année suivante, toutes les nouvelles qu’envoie Rondeau de son avancée dans le Haut-Pérou sont retransmises jusqu’à Córdoba et Mendoza où elles donnent lieu à des célébrations167.

  • 168 Oficio del diputado Nicolas Laguna al cabildo de Tucumán, 9/03/1813, AHT Adm., 23- 46 ; Oficios del (...)
  • 169 El Redactor de la Asamblea, 8/03/1813, op. cit., p. 9.
  • 170 Acta del cabildo de Tucumán, 29/03/1813, AHT Actas 1813 ; Oficio de José Gascón al Superior Poder E (...)
  • 171 Oficio del diputado Gervasio de Posadas al cabildo de Córdoba, 10/04/1813, AHC Gobierno 36-564 ; Ac (...)
  • 172 Oficios de Herrera al gobernador del Cuyo, 1/09 et 17/09/1814, AHM Ind., 606-18 et 283-2.
  • 173 Oficio de San Martin al cabildo de Mendoza, 10/12/1814, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 374.

131À côté des cérémonies, le bénéfice des victoires rejaillit sur les populations de l’Intérieur par les honneurs et les récompenses accordés aux acteurs du combat, que ce soit à titre individuel, par ce que reçoivent les soldats et les officiers, ou collectif, par les hommages rendus aux cités elles-mêmes. Les dispositions de l’Assemblée sur les hommages à rendre aux soldats morts pour la Patrie, ainsi que sur l’aide aux invalides et aux anciens combattants, sont appliquées au cours de l’année 1813, quoique de manière irrégulière en raison du manque d’argent168. En tant que chef de l’Armée du Nord, Belgrano reçoit un sabre au manche incrusté d’or, portant mention de l’hommage de l’Assemblée, ainsi qu’une somme de 40 000 pesos qu’il décide de reverser aux cités du Nord-Ouest pour qu’elles construisent des écoles169. À côté des autres hommages qui lui sont rendus, un mémoire rappelant les sacrifices consentis par la cité de Tucumán est publié dans la Gaceta afin de servir d’exemple aux autres cités170. Celles-ci ne sont pourtant pas en reste : Córdoba reçoit les félicitations de son député Posadas pour sa participation à la campagne, et se voit offrir par Belgrano des médailles d’argent qu’il a fait frapper à Potosí en souvenir des deux batailles. Celles-ci sont placées dans la salle du cabildo pour servir de support au culte patriotique. La mémoire des héros locaux est également honorée : en octobre, la cité fait ériger dans le centre-ville un monument à la mémoire du capitaine Bemardo Vélez171. En 1814, la prise de Montevideo profite avant tout à la capitale, qui accorde un titre honorifique à l’armée de reconquête et fait ériger une pyramide en mémoire de l’événement172. La capitale agit donc exactement comme les autres cités, avec le souci de marquer son rang et de retremper son orgueil communautaire au bénéfice de la victoire. Toutefois, elle donne à son action une dimension qui recouvre tout le territoire : à ce titre, les trophées ramenés après la prise de Montevideo sont redistribués dans les cités comme marques d’estime et outils de propagande173.

  • 174 É. Hobsbawm, Nations et nationalismes depuis 1780, Paris, 1992, p. 111.
  • 175 Cf. pour le cas andin, M.-D. Demélas-Bohy, « La guerra religiosa como modelo », dans Las revolucion (...)
  • 176 Domingo Garcia al gobernador de Mendoza, 18/05/1813 ; Fray Mariano Sayos al mismo, 21/08/1813, AHM (...)

132Ce patriotisme militaire, qui s’impose à partir de 1813, a pourtant fort peu à voir avec l’invention d’une « religion civile », selon la formule rousseauiste reprise par Éric Hobsbawm174. Les comptes rendus des cérémonies révèlent au contraire l’omniprésence de l’élément religieux dans la définition du patriotisme175. Comme nous l’avons vu, la propagande est largement confiée aux membres du clergé, qui encadrent les manifestations religieuses autour de la guerre, telles que les actions de grâces ou les prières en faveur des armes de la Patrie176. Les victoires s’inscrivent dans la perspective d’une histoire gouvernée par la Providence ; elles sont interprétées comme le signe de la protection divine accordée aux patriotes et à la Révolution. Il est fréquent que l’élément divin soit paré des attributs de la guerre : on trouve ainsi dans les textes d’innombrables mentions du « Dieu des armées », du « Seigneur des batailles » ou des « Vierges générales ».

133Une lettre de Belgrano à San Martin, au moment où ce dernier prend la tête de l’Armée du Nord, explicite certains aspects du rapport non fortuit que les patriotes établissent entre la guerre et la religion. Celle-ci permet en effet à la guerre d’être acceptée par les populations locales :

  • 177 Carta de Belgrano a San Martin, 6/04/1814, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 43.

« Là-bas [dans l’intérieur], vous ne faites pas seulement la guerre avec des armes, mais aussi avec l’opinion, et il faut toujours consolider celle-ci [en faisant appel aux] vertus naturelles, chrétiennes et religieuses, car les ennemis nous ont combattus en nous traitant d’hérétiques et c’est par ce moyen qu’ils ont amené les gens frustres à prendre les armes, en leur disant que nous attaquions la religion. »177

La même stratégie doit être adoptée pour maintenir la discipline au sein de l’armée :

  • 178 Ibid.

« [Je vous conseille] de conserver le drapeau que je vous ai laissé et de l’arborer lorsque les rangs se forment, de ne pas cesser d’implorer Notre Dame de la Merci, de toujours l’appeler ‘Notre Générale’ et de ne pas oublier les scapulaires pour la troupe. Laissez les autres ricaner ; les résultats vous dédommageront du rire des imbéciles qui prennent tout cela de haut. Rappelez-vous que vous être un général chrétien, apostolique et romain, veillez à ce que jamais, même dans les conversations les plus triviales, on ne parle sans respect de notre sainte religion. »178
Le projet de Tucumán de créer une fête patronale pour commémorer le

  • 179 Oficios del cabildo de Tucumán, 31/08/1813 et 20/11/1813, AGN Gob. Cba., X-5-10-2.

24 septembre s’inscrit dans cette consécration de la victoire militaire et de la guerre en général. La fête prévue est bel et bien d’essence religieuse : il s’agit de consacrer ce jour à la Vierge de la Merci pour la protection qu’elle a accordée aux habitants de Tucumán. Le cabildo propose la célébration d’une messe solennelle, le matin, dans l’église dédiée à cette Vierge, puis une commémoration, dans l’après-midi, sur le champ de bataille de Las Piedras179. Derrière l’intention religieuse, c’est l’événement militaire qui est ainsi consacré et incorporé, par le biais de la fête religieuse, aux annales municipales. L’aspect remarquable du projet réside moins dans la création d’un nouveau culte que dans l’appropriation par la cité d’un événement qui concerne la Patrie tout entière, raison pour laquelle le pouvoir exécutif s’y oppose farouchement.

  • 180 Cf. J. de Viguerie, art. cité.

134Dans le sens inverse, le patriotisme lui-même tend à devenir une sorte de culte180 : la cause patriotique est couramment présentée comme « sacrée » ; les dates des victoires rejoignent celles des journées révolutionnaires dans le calendrier des cérémonies, aux côtés des fêtes religieuses. La perception d’ensemble est celle d’une histoire cyclique, dont la révolution et la guerre ne constituent qu’un épisode. Les perspectives du culte patriotique rejoignent ainsi celles de la religion, l’avenir de la Révolution constituant une ligne d’horizon où l’histoire profane tend à se confondre avec le jugement dernier :

  • 181 Oficios del cabildo de Tucumán, 31/08/1813 et 20/11/1813, AGN Gob. Cba., X-5-10-2.

« La bataille du 24 septembre (...) est un signe de cette protection divine que les fils de la Patrie doivent graver dans leurs cœurs et dans leurs annales, afin d’exhorter la dévotion chrétienne dans les âges à venir. Un monument si chrétien électrisera les âmes lorsque le retour des temps fermera la marche des événements, si grands soient-ils. »181

Rien n’est plus éloigné d’une vision linéaire de l’histoire, où les faits humains transcenderaient le sacré ; la lutte pour la Patrie est au contraire pensée comme un épisode essentiel de l’histoire sainte, une réconciliation entre les destinées de l’homme et le projet divin.

135Le projet de fête de Tucumán offre ainsi l’exemple d’un combinaison entre deux référents, l’un fortement lié à une identité particulière, puisqu’il s’agit d’une victoire et d’un culte local, l’autre à vocation universelle, qui est le monde chrétien. Constatons une fois encore qu’aucun des deux n’a pour cadre cette Patrie aux mesures de l’État que le pouvoir central s’efforce de construire.

136Tout en conservant les marques traditionnelles de l’obédience, les cités de l’Intérieur font donc preuve d’une remarquable capacité de réaction et d’adaptation face aux événements qui bouleversent leur univers à partir de 1810. Si le ralliement à la Junte s’effectue au nom d’une légitimité traditionnelle, on ne peut se contenter d’y voir une simple marque d’obéissance de la part des élites locales. Il s’agit, au contraire, d’un choix bien pesé, orienté vers la défense des intérêts locaux. L’attitude des cités subalternes, notamment, est tout à fait significative : elles jouent l’allégeance à la Junte en espérant se libérer de l’obédience due aux capitales d’intendance. Dans un second temps, bien que le nouveau régime s’efforce d’uniformiser les conditions et les valeurs, on assiste dans les cités à une réactivation des réseaux de fidélité, voire à leur déchaînement autour des enjeux nouveaux que représente, par exemple, la création des juntes provinciales. Loin d’éradiquer les anciennes, l’imposition par la Révolution d’un nouveau système d’appartenance sert de prétexte à une recomposition des liens. On constate enfin une persistance des relations de type pactiste entre le pouvoir et les pueblos. Toute manifestation d’adhésion suppose en échange une concession du pouvoir en faveur des intérêts locaux ; c’est ce qui donne son caractère explosif à la question de la représentation des cités. En 1811, tandis que les communautés défendent activement leurs droits, le pouvoir prend conscience du danger que constitue cette question pour la cohésion de l’ensemble. D’où le revirement qu’opère le Triumvirat à la fin de 1811, consistant à mettre l’accent sur les périls extérieurs et à justifier l’ensemble de son action par la nécessité de se défendre. Cela lui permet de réduire au minimum la représentation des pueblos et la marge d’autonomie qui leur avait été concédée.

137En contrepartie, une mobilisation patriotique sans précédent, largement justifiée par l’avancée royaliste dans le Nord-Ouest, a pour effet de pallier ce déficit de participation politique. La guerre a pour principale conséquence un renforcement du pouvoir central et une progression de l’appareil administratif dans les provinces de l’intérieur. Dans un souci d’efficacité et de rentabilité, le territoire et les populations sont explorés, mesurés et encadrés, tandis que les hommes sont surveillés, embrigadés et endoctrinés. La mobilisation des provinces de l’Intérieur va de pair avec une promotion de l’« esprit public », censé garantir leur cohésion morale et matérielle. De fait, une véritable solidarité s’élabore entre les cités de l’intérieur, en lien avec la proximité du front. Celle-ci s’exprime à la fois sur le plan matériel, par l’organisation effective des convois de recrues, de matières premières et de ravitaillement et, sur le plan symbolique, par la promotion d’un patriotisme militaire qui confère à ces cités le sentiment d’une destinée commune. Les aléas du contexte militaire font toutefois apparaître une disjonction croissante entre, d’une part, les exigences du pouvoir central, l’ampleur de la mobilisation, l’épuisement financier des provinces, et, de l’autre, une fragilité grandissante du régime, liée à un déficit effectif de la représentation des provinces et à un blocage du processus institutionnel. L’effort consenti par les cités ne trouvant pas de compensation en matière institutionnelle, le pacte s’en trouve menacé, ce qui explique que le pouvoir s’effondre en 1815 et que les provinces reprennent leur destin en mains.

Notes

1 Oficio del cabildo de Córdoba al gobernador-intendente, 8/06/1810, dans Mayo documental, Buenos Aires, 1961, t. 11, p. 258-259.

2 Acta del cabildo de Tucumán, 11/06/1810, AHT Actas.

3 E. O. Acevedo, « La Revolución de Mayo en Salta », dans Tercer Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, 1961, t. 6, p. 9-151.

4 A. R. Bazán, Historia del Noroeste Argentine, Buenos Aires, 1986, p. 96.

5 Oficio del gobernador de Salta al cabildo de Tucumán, 20/06/1810, dans R. J. Freyre,Tucumán en 1810. Noticia históricay documentas inéditos, Tucumán, 1909, p. 82.

6 Cf. R. Caillet-Bois, La propaganda revolucionaria en el interior, Buenos Aires, 1939.

7 Cf. E. O. Acevedo, « Factores económicos régionales que produjeron la adhesión a la Revolución de Mayo », Revista de la Junta de Estudios Históricos de Mendoza, 1 (1961), p. 107-133.

8 Pacte du 1/07/1810, cité par J. Comadrán Ruiz, « Mendoza en 1810 », dans Tercer Congreso International de Historia argentinay americana, Buenos Aires, 1961, t. 6, p. 356.

9 Acta capitular de la ciudad de Mendoza, 22/09/1810, AHM Col. 18.

10 Règlement électoral, 24/10/1810, dans A. E. Sampay, Las constituciones de la Argentina, Buenos Aires, 1975, p. 97-99.

11 Ibid.

12 P. Gueniffey, Le nombre et la raison. La Révolution française et les élections, Paris, 1993, p. 151 et suiv.

13 Oficio del diputado de Tucumán al Superior Gobierno, 23/04/1811, AHT Adm., 20-252

14 Oficio de la Junta Grande al Tesorero de Tucumán, 22/05/1811, AHT Adm., 20-254 ; Oficio del diputado de Tucumán al Superior Gobierno, 1/06/1811, AHT Adm., 21-233 ; Oficio de la junta provincial de Córdoba a la de Mendoza, 16/06/1811, AHM Ind., 645-39.

15 Bando del cabildo de Salta, 08/1810, dans J. V. González, Filiación histórica del gobierno représentative argentine, Buenos Aires, 1937, t. 2, p. 455.

16 Proclama de don Manuel Felipe de Molina, 8/11/1810, ibid., p. 469-471.

17 Ibid.

18 Oficio del Dean Funes al Gobierno, 12/10/1811, dans R. Levene, Las Provincias Unidas del Sud en 1811 : consecuencias inmediatas de la Revolución de Mayo, Buenos Aires, 1940, p. 292.

19 Cf. R. Levene, « La Revolución de Mayo y el Deán Funes », BANH, 23 (1950), p. 47-79.

20 Un dossier regroupant ces différentes requêtes se trouve dans AGN Gob. Cba., X-3-5-4.

21 Oficio del cabildo de Mendoza a la Junta, 27/06/1810, dans J. Comadrán Ruiz, « Mendoza en 1 810 », art. cité, p. 350-351.

22 Ibid, p. 353-358.

23 Ibid., p. 348.

24 Oficio de Ocampo a la Junta, adjuntando una lista de los patriotas de Córdoba, 10/08/1810, dans Archiva general de la República Argentina, A. P. Carranza dir., Buenos Aires, 1894-1898, t. 1,p. 112-114.

25 Oficio de la Junta al gobernador-intendente de Córdoba, 27/09/1810, AHC Gobierno, 32- 276.

26 Oficio de la Junta al gobernador-intendente de Córdoba, 26/10/1810, AHC Gobierno, 32- 325.

27 Ambrosio Funes a su hermano, 30/03/1811, dans Archiva del doctor Gregorio Funes, Buenos Aires, 1944, p. 138. « Cabrerita » est le surnom donné au premier alcalde José Antonio Cabrera, gendre d’Ambrosio Funes.

28 Ambrosio Funes a su hermano, 5/05/1811, ibid.

29 T. Halperin Donghi, Revoluciôn y guerra. Formación de una elite dirigente en la Argentina criolla, Buenos Aires, 1972, p. 165.

30 Oficio de Miguel Pérez Padilla al Superior Gobierno, 22/06/1812, AGN Gob. Tuc., X-5-10-1.

31 Oficio de la junta subalterna de Mendoza al Gobierno, 18/02/1812, AGN Gob. Men., X-5- 5-2. La Chambre d’appel – Camara de Apelaciones – est la principale création du règlement ; elle se substitue à l’Audience de Buenos Aires.

32 Oficio del cabildo de Tucumán al Gobierno, 28/01/1812, AGN Gob. Tuc. X-5-10-1.

33 Oficio del cabildo de Tucumán al Gobierno, 10/02/1812, AGN Gob. Tuc. X-5-10-1.

34 Oficio de la junta subalterna de Tucumán al Gobierno, 10/02/1812, AGN Gob. Tuc., X-5- 10-1.

35 Cf. F.-X. Guerra, « Pour une nouvelle histoire politique : acteurs sociaux et acteurs politiques », dans Structures et cultures des sociétés ibéro-américaines. Au delà du modèle socio-économique, Actes du colloque international en hommage au professeur François Chevalier, Paris, 1990, p. 245-260.

36 Oficio del cabildo de Mendoza a la Junta de Buenos Aires, 10/07/1811, dans R. Levene,Las Provincias Unidas del Sud en 1811, op. cit., p. 256-260.

37 Oficio del cabildo de Jujuy a la Junta de Buenos Aires, 19/02/1811, dans R. Levene, Las Provincias Unidas del Sud en 1811, op. cit., p. 146-152.

38 Ibid. Le ramo de sisa, taxes sur les ventes de marchandises, avait été transféré aux caisses royales, avant d’être affecté à l’indemnisation des députés.

39 Presentación de comerciantes de Mendoza al Consulado de Buenos Aires, 29/05/1811, ibid., p. 239-242.

40 Ibid.

41 Oficio de la junta subalterna de Mendoza a Manuel Ignacio Molina, 14/10/1811 ; Oficio de Manuel Ignacio Molina a la junta subalterna, 31/10/1811, AGN Gob. Men., X-5-5-2.

42 E. L. Martín de Codoni, « El intenta de gobierno de juntas en 1811 en el Rio de La Plata », Anuario de Estudios Americanos, 31 (1974), p. 843-953.

43 Cf. J. Heers, Les partis et la vie politique dans l’Occident médiéval, Paris, 1981.

44 Proclama de don Miguel Perez Padilla, 2/03/1811, AHT Adm., 21-160.

45 Carta de Pedro Miguel Aráoz, 2/03/1811, AHT Adm., 21-160

46 Cf. H. R. Lobos, « Los cabildos y la dinámica revolucionaria en el Rio de la Plata. Un esfuerzo de comprensión a través del caso cordobés », Anuario de Estudios Americanos, 46 (1989), p. 383-407.

47 Oficio del cabildo de Córdoba a la junta provisional, 19/03/1811 ; Nota de la junta, 5/04/1811, AGN Gob. Cba., 3-5-3.

48 Oficio de la junta provincial de Córdoba a la subalterna de Mendoza, 16/06/1811, AHM Ind., 645-38.

49 Oficio de la junta provincial de Córdoba a la Junta Executiva, 2/06/1811, AGN Gob. Cba., X-3-5-3.

50 Oficio del cabildo de Córdoba a la Junta Executiva, 1/11/1811, AGN Gob. Cba., X-3-5-3.

51 Ibid.

52 Oficio del cabildo de Córdoba a la Junta Executiva, 15/06/1811, AGN Gob. Cba., X-3-5-3.

53 M. E. Pérez Amat, G. Facinetti, L. S. Calderoni, « Conflictos entre Buenos Aires y el interior (1810-1812). Esbozo de las primeras tendencias federalistas », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 3, p. 485-495.

54 Oficio del cabildo de Córdoba al Superior Gobierno, 9/12/1811, AGN Gob. Cba., X-3-5-4.

55 Ibid.

56 Cf. S. Wahnich, « La logique de l’exclusion révolutionnaire », dans La guerre civile entre histoire et mémoire, Nantes, 1995, p. 65-75.

57 Oficio de Pedro José Saravía al Superior Gobierno, 6/02/1812, AGN Gob. Salta, X-5-7-3.

58 Acta del cabildo de Córdoba, 22/01/1812, dans Actas capitulares, Cordoba, 1960-1968, livre 45, p. 405.

59 AGN Gob. Cba., 5-5-4.

60 Acta del cabildo de Córdoba, 18/03/1813, dans Actas capitulares, op. cit., livre 46, p. 140.

61 Ibid, p. 200.

62 Nicolas Herrera a Juan Florencio Terrada, 13/04/1814, AHM Ind., 605-88 ; Nicolas Herrera al cabildo de Tucumán, 13/04/1814, AHT Adm., 23-422 ; Oficio del gobernador de Mendoza al Superior Poder Executivo, 2/05/1814, AGN Gob. Men., X-5-5-4.

63 Cf. H. J. Tanzi, « El clero patriota y la Revolución de Mayo », Revista de Indias, 37/147- 148 (1977), p. 141-158.

64 Expediente sobre elpadre Fray Manuel Burgos, 1814, AHC Gobierno, 40-96.

65 IEA, doc. n° 9111 ; Oficio del Obispo de Córdoba al Teniente-gobernador de Mendoza, 22/02/1813, AHM Ind., 645-72 ; Oficio de Domingo Garcia al mismo, 5/01/1813, AHM Ind., 60-13 ; Oficio del Superior Poder Executivo al gobernador de Córdoba, 27/05/1813, AHC Gob., 35-413).

66 Oficios de Fray Domingo Garcia al Teniente-gobernador, 31/08/1813 et 28/01/1814 ; Oficio del Teniente-gobernador a Fray Matias del Castillo, 9/12/1813, AHM Ind., 60-26, 36, et 41 ; Oficio del Superior Poder Executivo al gobernador-intendente de Córdoba, 26/11/1813, AHC Gobierno, 35-643.

67 Oficio de Fray Diego de Olivera al gobernador-intendente, 10/10/1814 ; Fray Pedro Juan Maure al mismo, Fray José Manuel Roco al mismo, 11/10/1814 ; Fray José Manuel Roco al mismo, 16/12/1814 ; Fray Matías José del Castillo al mismo, 10/01/1815 ; Fray Domingo Garcia al mismo, 26/07/1815 ; AHM Ind., 60-58, 59, 60, 62, 73, 75 et 90. Acta del cabildo de Córdoba, 24/12/1814, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47-48, p. 197.

68 Oficios del cabildo al Superior Gobierno, 3/08/1812 ; Representación de Nicolas de Aguirre al Superior Gobierno, 1/09/1812 ; Oficio de Manuel Ignacio Molina al Superior Gobierno, 28/10/1812, AGN Gob. Men., X-5-5-3.

69 Oficio de Alexo Nazarre al Superior Gobierno, 7/03/1813, AGN Gob. Men., X-5-5-11. Oficio del gobierno de Chile a Mendoza, 19/03/1813, AHM Ind., 701-19.

70 Oflcios del Teniente-gobernador al Superior Poder Executivo, 12/10/1813 et 5/12/1813, AGN Gob. Men., X-5-5-11 ; AGN Gob. Men., X-5-5-4.

71 Oflcios del Teniente-gobernador de Mendoza al Superior Poder Executivo, 9/03, 7/04, 5/05, 17/04 et 5/12/1813, AGN Gob. Men., X-5-5-11.

72 Oficio del gobernador al Director Supremo, 23/10/1814, AGN Gob. Men., X-5-5-4.

73 Oficios de San Martin al Director Supremo, 5 et 30/11/1814, 26/12/1814, AGN X-5-5-4. Lista de los Decuriones de los onze quarteles de esta ciudad, 1814, AHM Ind., 746-48 ; Oficio de San Martin al cabildo de Mendoza, 8/10/1814, dans DHSM, Buenos Aires, 1953- 1960, t. 2, p. 358.

74 Oficio de Felix José de Matos al Teniente-gobernador, 28/10/1813 ; Oficio de José Gascón al Superior Poder Executivo, 6/11/1813 ; Oficio del gobernador-intendente al Director Supremo, 4/03/1814, AGN Gob. Tuc, X-5-10-1 et X-5-10-2.

75 Oficio de Santiago Carrera al Superior Gobierno, 3/03/1812, AGN Gob. Cba, X-5-5-4.

76 Oficio de Santiago Carrera al Superior Gobierno, 19/07/1812, IEA, dossier n° 8294 ; Oficio de Santiago Carrera al Superior Gobierno, 15/08/1812, AGN Gob. Cba, X-5-5-4.

77 Oficio del Superior Poder Executivo al cabildo de Buenos Aires, 10/03/1813, AHC Gobierno 35-331.

78 Oficio de Santiago Carrera al Superior Gobierno, 1/06/1812, AGN Gob. Cba., X-5-5-4.

79 Oficios de Carrera al Suprenio Poder Executivo, 18/02/1813 et 2/05/1813, AGN Gob. Cba., X-5-2-5.

80 Ibid.

81 Oficio de Santiago Nazarre al Superior Poder Executivo, 30/07/1813, AGN Gob. Mza., X- 5-5-11.

82 Larrea est également nommé membre du Triumvirat le 5 novembre, en remplacement de José Julián Pérez. Cf. AGN X-23-5-3 et AGN Gob. Cba., X-5-2-5.

83 Oficios del gobernador-intendente al cabildo, 3/12/1813 et 20/01/1814, AHC Gobierno 40- 360 et 367 ; Oficio del mismo al Superior Poder Executivo, 31/12/1814, AGN Gob. Cba., X- 5-2-5.

84 Cf. H. J. Tanzi, « Interpretaciôn de la Revolución de Mayo según oraciones de sacerdotes contemporáneos del suceso », Investigaciones y Ensayos, 14 (1973), p. 557-576 ; Id., « El clero patriota y la Revolución de Mayo », Revista de Indias, 37/147-148 (1977), p. 141-158.

85 Informe del Ayuntamiento de Córdoba al gobernador, 13/05/1812, AGN Gob. Men., X-5- 5-2.

86 Oficio del cabildo de Salta al Superior Gobierno, 20/06/1812, AGN Gob Salta, X-5-7-3.

87 Cf. C. Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834), Madrid, 1988 ; J. C. Chiaramonte, La Ilustración en el Rio de la Plata. Cultura eclesiástica y cultura laica durante el Virreinato, Buenos Aires, 1989.

88 Oficio del Superior Gobierno a los cabildos, 27/11/1811, AHM Ind., 602-114.

89 Oficio del gobernador de Tucumán al Superior Poder Executivo, 22/02/1813 ; Oficio del cabildo de Tucumán al Teniente-gobernador, 9/04/1813, AGN Gob. Tue., X-5-10-1. Blanco White est un publiciste libéral espagnol, réfugié à Londres et fondateur de l’hebdomadaire, El Español, où il commente l’actualité hispano-américaine. Ses articles sont amplement reproduits et discutés en Amérique. Cf. A. Pons, Blanco White et la crise du monde hispanique, thèse de doctorat d’État, Paris III, 1990.

90 Oficio del Superior Gobierno al cabildo de Tucumán, 6/11/1812, AHT Adm., 22-328.

91 Oficio del cabildo de Tucumán al Superior Gobierno, 24/11/1812, AGN Gob. Tuc., X-5- 10-1.

92 Acta del cabildo de Cordoba, 3/06/1814, dans Actas capitulares, op. cit., livre 47-48, p. 177.

93 Oficio del Secretario de Gobierno al Secretario de Guerra, 7/09/1814, AHM Ind., 606-26 ; Oficio de San Martin al cabildo de Mendoza, 19/09/1814, dans Documentas del Archiva de San Martin, Museo Mitre, Buenos Aires, 1910-1911, t. 2, p. 355 ; Oficio de Bernabé Araoz al Superior Gobierno, 22/09/1814, AGN Gob. Tue., X-5-10-2.

94 Bando del Teniente-gobernador de Mendoza, 1/05/1813, AHM Ind., 4-7.

95 Bando de Juan Florencio Terrada, 29/01/1814, AHM Ind., 4-10.

96 Cf. M. K. Baker, « Esprit public », dans Dictionnaire critique de la Révolution Française, M. Ozouf et F. Furet dir., Paris, 1992, p. 165-180.

97 Oficio del cabildo de Santiago del Estero al cabildo de Tucumán, 7/08/1813, AHT Adm., 23-272.

98 Oficio de Juan de la Cruz Vargas al Teniente-gobernador, 8/01/1813, AHM Ind., 235-1 ; Oficio del cabildo al mismo, 9/01/1813, AHM Ind., 746-18 ; Oficios de José Maria Garcia y de Juan Martinez de Rozas al mismo, 13/01/1813, AHM Ind., 234-25 et 26 ; Oficio del Teniente-gobernador al Superior Poder Executivo, 2/02/1813, AGN Gob. Men., X-5-5-11. À l’issue de cette création, les sources ne font plus mention de cette institution. La mort du président Juan Martinez de Rozas, quelques mois après, marque peut-être la fin de l’expérience.

99 Cf. T. Halperin Donghi, Revoluciôn y guerra, op. cit., p. 88-90 ; Id., Guerra y finanzas en los orígenes del estado argentino (1790-1852), Buenos Aires, 1982.

100 Sur l’action de Castelli dans le Haut-Pérou, Cf. J. C. Chaves, Castelli, el adalid de Mayo, Buenos Aires, 1957 ; E. Fitte, « Castelli y Monteagudo, derrotero de la primera expedición al Alto Perú », Historia, 21 (1960), p. 43 et suiv. ; J. Chassin, « Comment rallier les foules à la révolution ? Les discours de Juan José Castelli dans l’expédition libératrice du Haut-Pérou (1810-1811), Caravelle, 54 (1990), p. 153-163 ; N. Goldman, Historia y Lenguaje, los discursos de la Revolución de Mayo, Buenos Aires, 1992.

101 Cf. J. C. Chaves, « Belgrano y el Paraguay », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 5, p. 37- 93.

102 Representación de los Oficiales de las Companías cívicas de la ciudad de Mendoza al Gobierno, 1812, AGN Gob. Men., X-5-5-3.

103 Oficio del gobernador Domingo Garcia al cabildo de Salta, 19/08/1812, AHT Adm., 22- 304.

104 Oficio del gobernador José Bolaños al Superior Gobierno, 4/07/1812 ; Oficio del cabildo de Mendoza al Gobierno, 12/08/1812, AGN Gob. Men., X-5-5-2.

105 Acta del cabildo de Córdoba, 17/07/1812, dans Actas capitulares, op. cit., livre 45, p. 483.

106 Circuler del Triunvirato a los gobernadores, 29/01/1814, AHM Ind., 605-17 ; Decreto del Director Supremo, 27/06/1814, AHC Gobierno 38-524 et AHM Ind., 605-133.

107 Oficio del cabildo a la junta subalterne de Mendoza, 2/03/1812 ; Oficio de la junta subalterna al Superior Gobierno, 5/03/1812, AGN Gob. Men., X-5-5-2.

108 Acta del cabildo de Tucumán, 25/06/1812, AHT Actas.

109 Oficio del Triunvirato al gobernador-intendente de Córdoba, 5/03/1813, AHC Gobierno 35-328 ; Estado general de la población de la ciudad de Córdoba y curatos de su distrito, 14/12/1813, AGN Gob. Cba., X-5-2-5.

110 El Redactor de la Asamblea, n° 10, 12/06/1813, Buenos Aires, 1913, p. 37.

111 Sur l’esclavage à cette période, Cf. R. Zavalía Matienzo, « La esclavitud en Tucumán después de la Asamblea de 1813 », Investigaciones y Ensayos, 14 (1973), p. 295-323 ; H. Moyano, « Los artesanos esclavos en Córdoba, 1810-1820 », Investigaciones y Ensayos, 33 (1982), p. 429-461.

112 Oficios del gobernador de Mendoza al Superior Poder Executivo, 24/03/1813, 7/06/1813, 25/10/1813, 17/12/1813, AGN Gob. Men., X-5-5-11 ; Oficio del gobernador-intendente de Salta al Director Supremo, 4/03/1814, AGN Gob. Tuc., X-5-10-2.

113 Oficio del Gobierno al cabildo de Mendoza, 27/11/1811, AHM Ind., 602-97.

114 Créés à l’échelon local, ces derniers servent surtout à assurer la défense interne des provinces, notamment contre les attaques d’indiens qui se produisent sporadiquement. En cas d’expédition importante, les corps de milice peuvent être intégrés dans l’armée régulière. Cf. H. R. Lobos, « La frontera norte de Cordoba (1810-1820) », Investigaciones y Ensayos, 21 (1977), p. 367-412.

115 Instrucciones del Superior Poder Excutivo al Coronel don Francisco Javier Viana, gobernador de Córdoba, 10/06/1813, AHC Gobierno, 35-429.

116 T. Halperin Donghi, « Gastos militares y economía régional : el ejercito del norte, 1810- 1817 », Desarrollo Económico, 11-41 (1971), p. 87-99 ; Id., Guerra y finanzas, op. cit.

117 Proclama del cabildo de Tucumán, 11/09/1810, dans R. J. Freyre, Tucumán en 1810, op. cit., p. 101-103.

118 Oficio del cabildo de Tucumán al gobernador, 11/05/1812 ; Oficios de Francisco de Ugarte al Superior Gobierno, 11/06 et 23/06/1812, AGN Gob. Tuc., X-5-10-1 ; Acta del cabildo de Tucumán, 11/08/1812, AHT Actas. Cf. M. A. Duarte, « Contribuciones y emprestitos de San Miguel de Tucumán, Santiago del Estera y Catamarca a los gastos de la independencia », dans Primer Congreso de Historia argentina y régional (Tucumán, 1971), Buenos Aires, 1973, p. 149-164.

119 Cf. A. R. Bazán, « Las provincias del norte en 1814 », Investigaciones y Ensayos, 34 (1983), p. 253-289 ; Id., « La guerra de independencia en el norte : consecuencias geopolitícas », Investigaciones y Ensayos, 36 (1987), p. 343-363 ; E. Bldondo, « LOS ejercitos de la revolución : 25 de mayo de 1810-9 de julio de 1816 », Investigaciones y Ensayos, 37 (1988), p. 337-378.

120 Oficio del Teniente-gobernador de Tucumán al Superior Poder Executivo, 2/12/1813, AGNGob. Tuc., X-5-10-1.

121 Le pouvoir exécutif prend deux décrets sur la réduction des traitements des employés publics les 17 mars et 1er mai. Par le décret du 17 novembre, les appointements sont à nouveau réduits d’un tiers. Oficio del cabildo de Córdoba al Ministro principal de Hacienda, 19/05/1813, IEA doc. n° 3851 et 3853 ; Oficio del Secretario de Hacienda al gobernador-intendente de Córdoba, 3/12/1813, AHM Ind. 645-126 c.

122 Oficio de San Martin al cabildo de Mendoza, 12/12/1814, DHSM, op. cit., p. 374.

123 Oficio del Tesorero José de Ayala al cabildo de Tucumán, 6/02/1813, AHT Adm.. 23-35 ; Oficio del cabildo de Tucumán al Triunvirato, 25/07/1813, AGN Gob. Tue., X-5-10-1 ; Oficio de Nicolas Laguna al cabildo de Tucumán, 1/08/1813, AHT Adm., 23-273 ; Oficio del Teniente-gobernador de Tucumán al Superior Poder Executivo, 10/08/1813, AGN Gob. Tue., X-5-10-1.

124 Oficios de Juan Florencio Terrada al Superior Poder Executive, 18/01/1814, 5/02/1814, 2/03/1814, 7/06/1814, AGN Gob. Men., X-5-5-4 ; Oficio del cabildo de Mendoza al gobernador, 4, 11 et 13/08/1814,30/09/1814, AHM Ind., 746 43, 44, 45 et 49.

125 Acta del cabildo de Salta, 29/10/1814, dans Güemes documentado, L. Güemes dir., Buenos Aires, 1980, t. 2, p. 246.

126 Oficio de Rondeau a Fernández Cornejo, 7/08/1814, ibid., p. 159.

127 Oficio de Domingo Garcia al Gobierno, 11/10/1812, AGN Gob. Tuc., X-5-10-1. Cf. H. J. Pianetto, La situación social de la campaña de Córdoba durante el periodo de la revolución (1810-1814), Córdoba, 1968.

128 Ofïcio de Güemes a Fernández Cornejo, 21/08/1814, dans Güemes documentado, op. cit., p. 166.

129 Oficio del Director Supremo a Rondeau, 15/10/1814, AGN X-4-1-1, Revista del Archiva General de la Nación, 1973, p. 196.

130 Ofîcio del Superior Poder Executive) a la Asamblea General Constituyente, 31/08/1813, AGN X-3-8-10. Cf. C. Segreti, « La misión Jonte-Ugarteche 1813-1814. Un intento de reactivación economico-fmanciera del Interior », dans Primer Congreso, op. cit., p. 119-147.

131 Bemabé Aráoz est nommé gouverneur-intendant en remplacement du lieutenant-colonel Francisco Fernandez de la Cruz, qui obtient une promotion dans l’armée. D’autres postes stratégiques sont confiés aux porteños présents sur place, Dorrego, Bustamante et Alvarez Jonte. Oficio de San Martin al Director Supremo, 30/03/1814, dans DHSM, op. cit., t. 2. p. 58.

132 Cf. H. Videla, « Nacimiento y disolución de la Intendencia de Cuyo (1813-1820) », BANH, 50 (1977), p. 281 -294.

133 Oficio del Triunvirato al cabildo de Mendoza, 29/11/1813, AHM Ind., 604-117.

134 Oficio del cabildo de Mendoza al Director Supremo, 7/10/1814, Oficio del Secretario de Gobierno al cabildo de Mendoza. 27/11/1814, AGN Gob. Men., X-5-5-4.

135 Decreto del Director Supremo, 8/10/1814 ; Oficio de Nicolas Herrera al gobernador de Salta y al cabildo de Tucumán, 19/10/1814, AHT Adm., 23-476. Naturellement, les cités de Córdoba et de Salta se sentent, à l’inverse, amputées de leurs prérogatives : Salta conteste ainsi la juridiction de Tucumán sur le pueblo de Santa Maria, dans la province de Catamarca (Oficio de Bemabé Aráoz al Director Supremo, 7/12/1814, AGN Gob. Tue., X-5-10-2).

136 Sur la notion révolutionnaire de Patrie, Cf. P. Vilar, « Patrie et Nation dans le vocabulaire de la guerre d’indépendance espagnole », dans Actes du colloque « Patriotisme et nationalisme en Europe à l’époque de la Révolution française et de Napoléon », Paris, 1973, p. 167-199 ; N. Souto, « Naciôn, pueblo, patria, provincia, pais en la Gazeta de Buenos Aires, 1810-1813 », inédit ; J. DE Viguerie, « Étude sur l’origine et sur la substance du patriotisme révolutionnaire », Revue Historique, 597 (1996), p. 83-104.

137 Circular de la Excma Junta Gubernativa, 24/01/1811, AHM Ind., 602-27.

138 Cf. C. Bayle, Los cabildos seculares en la America española, Madrid, 1952.

139 Circular de la Excma Junta Gubernativa, 24/01/1811, op. cit.

140 Oficio de Bernabé Aráoz al cabildo de Tucumán, 29/04/1814, AHT Adm., 23-444 ; Acta del cabildo de Córdoba, 3/06/1814 dans Actas capitulares, op. cit., livre 47-48, p. 160.

141 Les deux registres peuvent évidemment se rejoindre : en juillet 1812, le gouvernement charge le dominicain Julián Perdriel d’écrire « une histoire des événements de l’Amérique du Sud depuis l’époque de son esclavage » (AGN Gob. Cba., X-5-5-3). L’œuvre sera finalement réalisée par l’infatigable Gregorio Fîmes. Cf. G. Verdo, « L’entrée dans l’histoire du Rio de la Plata : l’Essai d’histoire civile du doyen Gregorio Funes (1816) », dans Actes du colloque « Entre narration et philosophie morale, aux origines du XIXe siècle, de Cuoco à La San Felice, Paris/Naples et retour », (Paris, 19-20 janvier 2001), à paraître.

142 Cf. C. Martínez Shaw, El Siglo de las Luces : las bases intelectuales del reformismo, Madrid, 1996.

143 Ce thème d’une nature américaine opulente et bienfaisante, extrêmement fréquent dans la littérature de l’époque, résulte à la fois des explorations mentionnées et de la volonté de répondre à l’entreprise de dénigrement à laquelle se sont livrés les savants du XVIIesiècle, notamment Cornélius de Paw. Au moment de l’indépendance, il devient l’un des thèmes constitutifs d’une identité américaine, opposée à l’Espagne. Cf. A. Gerbi, La disputa del Nuevo Mundo, Mexico-Buenos Aires, 1960.

144 Oficio de Francisco de Ugarte al Superior Gobierno, 12/07/1812, AGN Gob. Tuc., X-5- 10-1.

145 Cf. N. Souto, art. cité, J. C. Chiaramonte, « Formas de identidad en el Rio de la Plata luego de 1 810 », BIHAA, 1 (1989), p. 71 -91.

146 Bando del cabildo de Salta, août 1810, dans J. V. Gonzalez, op. cit., t. 2, p. 455.

147 Oficio del cabildo de Tucumán al de Buenos Aires, 26/06/1810, dans R. J. Freyre, Tucumán en 1810, op. cit., p. 89.

148 Oficio de la Junta de Gobierno a la junta subalterna de Mendoza, 1/09/1811, AHM Ind., 602-74 ; Oficio del Superior Gobierno al cabildo de Tucumán, 6/11/1812, AHT Adm., 22- 328.

149 J. C. Chiaramonte, « Formas de identidad... », art. cité.

150 Manifiesto de la Junta a los pueblos, 9/09/1810, dans Archiva General..., op. cit., p. 230.

151 Oficio de la Junta de Gobierno a la junta subalterna de Mendoza, 1/09/1811, ibid.

152 Cf. J. DE Viguerie, art. cité ; S. Wahnich, art. cité.

153 Proclama de Francisco de Ugarte a su pueblo, 11 /08/1812, AGN Gob. Tuc., X-5-10-1.

154 Oficio de Bernabé Aráoz al Director Supremo, 31/05/1814, AGN Gob. Tue., X-5-10-2.

155 J. C. Chiaramonte, art. cité.

156 Proclama del cabildo de Tucumán con motivo de la subscripción del vecindario, 11/09/1810, dans R. J. Freyre, Tucumán en 1810, op. cit., p. 100.

157 Acta del cabildo de Tucumán, 20/05/1811, AHT Actas.

158 Oficio del Superior Gobierno al cabildo de Tucumán, 26/10/1812 ; Oficio del cabildo de Buenos Aires al de Tucumán, 26/10/1812, AHT Adm., 22-321 et 322.

159 Aviso del Superior Gobierno, 26/11/1812, AHT Adm., 22-376.

160 Le Provisor José de Zavala, en charge de l’Évêché, donne son accord au projet, ainsi que l’Assemblée. Oficio de Zavala al Superior Poder Executivo, 12/09/1813 ; Oficio de la Asamblea General Constituyente al Superior Poder Executivo, 24/09/1813, AHT Adm., 23- 309 et 315. Oficio de Zavala al Superior Poder Executivo, 20/11/1813 ; Oficio del Superior Poder Executivo al cabildo de Tucumán, 18/02/1814, AGN Gob. Tuc., X-5-10-2.

161 Oficio del Teniente-gobernador de Mendoza al Superior Poder Executivo, 8/03/1813, AGNGob. Men., X-5-5-11.

162 Oficio del Superior Poder Executivo al cabildo de Mendoza, 4/03/1813 ; AHM Ind., 604- 35 ; Oficio del cabildo de Mendoza al Superior Poder Executivo, 23/02/1813, AGN Gob. Men., X-5-5-11.

163 Circular del Director Supremo, 24/06/1814, AHC Gobiemo 38-525. En réalité, ce sont plusieurs victoires qui sont fêtées les unes à la suite des autres : la victoire navale de l’amiral Brown au Buceo, le 14 mai 1814 ; la prise de Montevideo proprement dite, du 20 au 23 juin, puis les victoires d’Alvear sur Otorgués, le lieutenant d’Artigas, le 24 juin et le 8 octobre .

164 Oficios del cabildo de la villa de La Carlota al gobernador-intendente, 27/06 et 13/09/1814, AHC 40-40 et 49.

165 Oficios del gobernador y del cabildo de Córdoba al Director Supremo, 2/07/1814, AGN Gob. Cba., X-5-2-7.

166 Oficio del cabildo de Mendoza al Director Supremo, 28/10/1814, AGN Gob. Tuc., X-5- 10-2. Il s’agit de la victoire de Marmajará, où Otorgués est battu pour la seconde fois.

167 Acta del cabildo de Tucumán, 26/03/1813, AHT Actas 1813 ; Oficio del gobernador de Córdoba al cabildo, 29/03/1813, AHC Gobierno 34-35 ; Oficios de Bernabé Aráoz a los gobernadores de Córdoba y de Cuyo, sept.-nov. 1814, AHC Gobierno 35-117 à 122 ; AHM Ind., 657-3 a et 283-18.

168 Oficio del diputado Nicolas Laguna al cabildo de Tucumán, 9/03/1813, AHT Adm., 23- 46 ; Oficios del Superior Poder Executivo al gobernador de Córdoba, 21/05/1813 et 10/08/1813, AHC Gobiemo 35-405 et 497.

169 El Redactor de la Asamblea, 8/03/1813, op. cit., p. 9.

170 Acta del cabildo de Tucumán, 29/03/1813, AHT Actas 1813 ; Oficio de José Gascón al Superior Poder Executivo, 8/04/1813, AGN Gob. Tue., X-5-10-1.

171 Oficio del diputado Gervasio de Posadas al cabildo de Córdoba, 10/04/1813, AHC Gobierno 36-564 ; Acta del cabildo de Córdoba, 5/05/1813, dans Actas capitulares, op. cit., livre 46, p. 38 ; Oficio del Superior Poder Executivo al gobernador de Córdoba, 27/10/1813, AHC Gobierno 35-596.

172 Oficios de Herrera al gobernador del Cuyo, 1/09 et 17/09/1814, AHM Ind., 606-18 et 283-2.

173 Oficio de San Martin al cabildo de Mendoza, 10/12/1814, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 374.

174 É. Hobsbawm, Nations et nationalismes depuis 1780, Paris, 1992, p. 111.

175 Cf. pour le cas andin, M.-D. Demélas-Bohy, « La guerra religiosa como modelo », dans Las revoluciones hispánicas : independencias americanas y liberalismo español, F.-X. Guerra dir., Madrid, 1995, p. 144 et suiv.

176 Domingo Garcia al gobernador de Mendoza, 18/05/1813 ; Fray Mariano Sayos al mismo, 21/08/1813, AHM Ind., 60-15 et 24. Sur le rôle du clergé dans l’indépendance argentine, Cf. A. Piaggio, Influencia del clero en la independencia argentina (1810-1820), Barcelone, 1912 ; L. García de Loydi, Los capellanes del ejercito, Buenos Aires, 1965.

177 Carta de Belgrano a San Martin, 6/04/1814, dans DHSM, op. cit., t. 2, p. 43.

178 Ibid.

179 Oficios del cabildo de Tucumán, 31/08/1813 et 20/11/1813, AGN Gob. Cba., X-5-10-2.

180 Cf. J. de Viguerie, art. cité.

181 Oficios del cabildo de Tucumán, 31/08/1813 et 20/11/1813, AGN Gob. Cba., X-5-10-2.

Table des illustrations

Titre La situation des fronts 1810-1814
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/44058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 59k

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search