Version classiqueVersion mobile

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Chapitre 2. Une révolution imposée par la tête

Texte intégral

1La pyramide des obédiences instaurée lors des années précédentes a une importance décisive sur le processus révolutionnaire de 1810. Plus qu’une véritable rupture, dans la mesure où elle constitue l’une des solutions possibles à la crise, la formation d’une junte de gouvernement en mai 1 810 représente la volonté des élites de Buenos Aires de s’imposer comme centre du pouvoir. Si leurs références ne sont pas, dans un premier temps, révolutionnaires, leurs méthodes le sont en ce qu’elles instaurent une nouvelle définition de l’autorité et de la participation des cités à son exercice. À côté de la façon dont les dirigeants s’arrogent les attributions du vice-roi et captent à leur profit la domination de la capitale, nous étudierons l’enjeu crucial que constitue dans ce contexte la question de la représentation des pueblos et la difficile mise en place d’un régime représentatif durant les trois premières années de la Révolution.

La révolution de Mai

La décision de la capitale

  • 1 A. M. de Velasco, La formación de la Junta Central, Pampelune, 1972 ; F.-X. Guerra,Modernidad e in (...)
  • 2 Archiva del doctor Gregorio Funes, Buenos Aires, 1944, t. 2, p. 69.

2La crise de la Monarchie connaît un nouveau rebondissement au début de l’année 1810, lorsque les armées françaises envahissent l’Andalousie. À Cadix, la Junte centrale prononce sa dissolution le 31 janvier, au profit d’un Conseil de régence qui s’installe au large de la ville, dans l’île de León1. Ces péripéties replongent l’Empire dans la situation d’août 1808 : toutes les élites craignent la perte de l’Espagne et connaissent à nouveau l’attente angoissée des nouvelles. « Il n’y a plus rien à espérer, écrit à son oncle le neveu de Gregorio Funes, l’Espagne est irrémédiablement perdue et sous peu, il deviendra indispensable de délibérer sur notre sort »2.

  • 3 J. Comadrán Ruiz, « Notas para un estudio sobre fidelismo, réformisme y séparatisme en el Rio de la (...)

3Suite à l’arraisonnement d’une frégate anglaise à Montevideo, ces nouvelles sont connues le 16 mai à Buenos Aires. Même si l’on croit l’Espagne perdue, il faut se prononcer sur le changement de pouvoir qui vient de s’y produire. Deux possibilités s’offrent alors : la première consiste à reconnaître dans le Conseil de régence une représentation valide de l’autorité royale. Cela revient à conserver la dépendance administrative vis-à-vis de la péninsule et à maintenir en place les vice-rois et les capitaines généraux ; c’est la reconduction de la formule adoptée en 1808 et 1809 au Rio de la Plata. La seconde consiste à infirmer l’autorité du Conseil de régence et à lui substituer une « solution américaine », incarnée soit par la régence de Charlotte de Bourbon, soit par la formation d’une junte de gouvernement3. Dans un cas comme dans l’autre, la décision prise par la capitale est censée s’appliquer à l’ensemble du vice-royaume, du fait de la hiérarchie administrative mise en place par la Couronne. Cette logique est cependant contrecarrée par un autre principe, celui de l’allégeance des cités américaines à l’égard du souverain, manifestée à de nombreuses reprises au cours des deux années précédentes. Ce lien direct avec le roi leur permet, le cas échéant, de se prononcer indépendamment de la décision de la capitale à propos du Conseil de régence. Le choix qu’opère Buenos Aires en mai 1 810 comporte donc des répercussions imprévisibles dans l’ensemble du vice-royaume.

  • 4 R. Levene, Ensayo histórico sobre la Revolución de Mayo y Mariano Moreno, Buenos Aires, 1920-1921 ; (...)
  • 5 S. Salcedo, Las primeras formas de eligir y los actuales sistemas électorales : régimen politico de (...)
  • 6 J. C. Chaves, « El orador del cabildo abierto », Historia, 4 (1960), p. 32-42 ; E. Petit Muñoz, « L (...)

4Le 18 mai, Cisneros tente d’apaiser les esprits en proposant d’organiser, avec les autres vice-royaumes, une représentation du souverain à l’échelle de l’Empire. Dans le même temps, quelques personnalités obtiennent des échevins la convocation d’un cabildo abierto : l’assemblée, réunie le 22, ouvre le processus des journées de mai4. Malgré la gravité de l’enjeu, la réunion mobilise curieusement peu de monde : sur les 450 personnes convoquées, à peine plus de la moitié se rassemble autour des échevins. Militaires et commerçants sont les plus nombreux, aux côtés des clercs, des fonctionnaires et des vecinos 5. Le débat qui s’engage concerne la nature de l’autorité et le sort du vice-roi : le Conseil de régence exerce-t-il une représentation légitime du souverain ? La dissolution de la Junte centrale rend-elle caduc le mandat de Cisneros ? Dans un exposé célèbre, le jeune avocat Castelli apporte à ces questions une rigoureuse formulation théorique : après avoir exposé la crise juridique qui affecte la Monarchie depuis 1808, il démontre l’invalidité de la Junte centrale et l’illégitimité du Conseil de régence, formé sans l’accord des représentants américains. Sa démonstration se conclut sur la rétrocession de la souveraineté au peuple et le droit des habitants de Buenos Aires de se doter d’un gouvernement propre6. Quoique discuté dans ses modalités, c’est ce point de vue qui l’emporte : en dépit de l’opposition farouche des tenants du statu quo, les partisans de la destitution obtiennent 155 voix. À l’issue du vote, l’autorité de Cisneros est confiée au cabildo. Dès lors, l’autorité royale cesse d’être représentée au Rio de la Plata dans sa version traditionnelle, par le biais d’un fonctionnaire directement nommé par le souverain.

  • 7 R. H. Marfany, « La renuncia de la primera Junta », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 4, p. 91- (...)
  • 8 Primer acuerdo del 25 de Mayo de 1810, dans Ideario de Mayo, N. Binayan dir., Buenos Aires, 1960, p (...)

5Deux jours plus tard, le cabildo confie l’autorité reçue du vice-roi à une junte de cinq membres présidée par... Cisneros lui-même. Cette disposition est significative : fonder une junte issue de la société en plaçant à sa tête le représentant de l’autorité royale revient à concilier l’initiative politique imposée par les circonstances avec le désir de demeurer fidèle à l’ordre monarchique. Cisneros est ici davantage considéré comme le symbole de la continuité que comme la pièce maîtresse de la hiérarchie administrative, laquelle se trouve fortement remise en question. Toutefois, cette solution de compromis ne durera que vingt-quatre heures7. Le 25 mai, la Junte fait part au cabildo d’une agitation populaire dirigée contre Cisneros et demande à être relevée de ses fonctions8. Malgré la présence des émeutiers qui ont envahi la salle afin de faire valoir leurs réclamations, le cabildo opte tout d’abord pour la fermeté : il déclare à la Junte que lui ayant délégué sa propre autorité, il n’a pas le pouvoir de la destituer et qu’il lui appartient de contrer elle-même cette agitation, fût-ce par la force. Les échevins prennent toutefois le parti de consulter les commandants des milices, qui leur dressent un tableau très sombre de la situation, renforcé par les interventions intempestives des émeutiers. Devant la gravité apparente des événements, le cabildo fait volte-face et ordonne la démission de Cisneros.

6Là-dessus, des porte-parole envoyés par les émeutiers reviennent à la charge et exigent la formation d’une nouvelle junte. Afin de gagner du temps, le cabildo les prie de formuler leurs demandes par écrit et de rassembler le peuple sur la place. Peu après, les délégués reviennent, porteurs d’une pétition en bonne et due forme : les échevins n’ont alors plus d’autre issue que de gagner le balcon et de procéder devant la foule à la lecture des propositions, chacune étant entérinée par acclamation. À travers le témoignage des greffiers, on perçoit aisément la confusion des esprits et les atermoiements des échevins aux prises avec le « peuple » rassemblé sur la place. Celui-ci est majoritairement composé des corps de milices et de leurs partisans, appelés et encadrés par les lieutenants French et Beruti. Par le biais de la pétition « populaire », ce sont en fait les radicaux qui imposent leurs exigences au cabildo, lequel est obligé de céder devant cette démonstration de force, faute de quoi sa légitimité s’en trouverait atteinte.

  • 9 Sur le caractère censément « populaire » et « démocratique » de cette journée, cf. T. Halperin Dong (...)

7De fait, il se dégage de cet épisode un schéma que nous retrouverons. Au-delà de la lutte des clans, on assiste à une confrontation entre deux modes de représentation de la cité : le mode traditionnel, incarné par la médiation du cabildo, et celui qui se manifeste à l’occasion des convulsions révolutionnaires. Ce dernier consiste en une expression directe du peuple, rassemblé sous la conduite de ses chefs, selon le modèle du prommciamiento. Dans ce cas, la médiation est incarnée par les délégués des émeutiers, que l’on appelle ici les « députés du peuple »9. La victoire des radicaux se reflète dans la composition de la nouvelle junte. S’y trouvent réunis les principales figures du mouvement, Belgrano, Castelli, Azcuénaga, Alberti, Paso, les marchands canariens Larrea et Matheú, ainsi que Mariano Moreno, qui a défendu l’année précédente les hacendados et le commerce libre. C’est la victoire conjointe des progressistes du Consulat des marchands et des jeunes avocats de Charcas. Mais avec la nomination à la présidence de Cornelio de Saavedra, commandant général de la place, la journée du 25 mai marque surtout la prédominance des officiers de la milice, qui se sont imposés depuis les invasions anglaises comme une pièce maîtresse de l’échiquier politique.

Le statut juridique des cités dans la Révolution

  • 10 Cf. P. Vilar, « Patrie et Nation dans le vocabulaire de la guerre d’indépendance espagnole », dans (...)

8Depuis 1808, la théorie du pacte liant le roi au peuple a permis de justifier la création des juntes, au nom de la rétrocession de la souveraineté. Celle-ci s’est faite au bénéfice des différentes composantes de la société, que l’on appelle déjà la Nation10. Elle a permis aux Espagnols de mener la guerre contre Napoléon d’une manière plus efficace et plus légitime que ne l’aurait fait une régence. En Amérique, cette logique de la rétrocession s’est trouvée doublement entravée. D’une part, à cause de la présence des vice-rois qui étaient juridiquement en mesure d’assurer la représentation du souverain ; de l’autre, à cause de l’accélération des événements qui a réduit à néant les efforts de la Junte centrale pour intégrer en son sein des députés américains.

9La formation de juntes en Amérique était donc difficile à imposer dans les années 1808 et 1809, face à des vice-rois jaloux de leurs prérogatives, comme le montre la répression menée contre les juntes du Haut-Pérou et de Quito. En revanche en 1810, la position de ces derniers se trouve fragilisée, relançant la question de la rétrocession de la souveraineté au peuple. Désormais, celle-ci peut être opérée non seulement en raison de l’absence du roi (qui n’est pas un fait nouveau), mais du fait de l’invasion de la péninsule et de l’empêchement consécutif du pouvoir central. Cette théorie, déjà présente dans l’avis du 18 mai, justifie entièrement la formation des juntes, ainsi qu’en témoignent les actes du cabildo, notamment celui du 25 mai déclarant que le peuple,

  • 11 Segundo acuerdo del 25 de Mayo de 1810, dans Ideario de Mayo, op. cit., p. 40-47.

« [...] ayant réassumé l’autorité et les facultés qu’il avait concédées, est en droit de révoquer et d’ôter toute valeur à la junte érigée et proclamée dans l’avis daté d’hier, [que de fait] il la révoque, l’annule et exige que le cabildo procède à nouveau au choix des membres qui doivent constituer la junte de gouvernement. »11

10Dans le message adressé aux provinces, la souveraineté est très clairement réassumée par l’ensemble des cités (pueblos), Buenos Aires n’ayant pris qu’une décision provisoire dictée par l’urgence de la situation :

  • 12 Oficio del cabildo de Buenos Aires..., ibid., p. 47.

« [Le peuple de Buenos Aires] sait que l’union réciproque de toutes les provinces est l’unique moyen par lequel elles seront conservées ; il sait que pour cimenter la confiance, les vœux de tous doivent être entendus et que doit être établi un gouvernement découlant de la volonté générale de ceux qui devront lui obéir. »12

  • 13 Cf. S. W. Medrano, « La conducción política y jurídica en la revolución de Mayo », dans Tercer Cong (...)

11Considérer la Junte comme organe supplétif de la souveraineté n’est pas une idée neuve au Rio de la Plata. Envisagée dès 1808, elle est mise en pratique la même année à Montevideo et l’année suivante dans le Haut-Pérou, tandis que le cabildo tente de l’imposer dans la capitale. Ce qui crée la nouveauté et change le sens de la formule en 1810, c’est la situation de la péninsule qui place l’Amérique dans une autonomie de fait, comparable à la situation d’acéphalie que la Monarchie a connue en 1808. Dès lors que l’autorité légitime est empêchée, la formation d’un gouvernement provisoire issu de la société n’est plus considéré comme un acte de rébellion, mais comme une preuve de loyauté. C’est là le principal argument des partisans de la Junte, qui trouveront rapidement des détracteurs13.

  • 14 Cf. C. Segreti, El unitarismo argenlino. Notas para su estudio en la etapa 1810-1819, Buenos Aires, (...)
  • 15 J. Comadrán Ruiz, « Notas para un estudio sobre fidelismo... », art. cité.

12La rétrocession de la souveraineté est donc acquise en tant que principe ; il reste – c’est le point crucial – à définir le « peuple ». Le problème se pose dans toute son acuité lors de la réunion du 22 mai. Si la destitution du vice-roi impose comme solution la rétrocession de la souveraineté, il convient en effet d’en définir le sujet, l’entité politique qui en sera le dépositaire. Tous les participants raisonnent en fait comme Cisneros, assimilant la vice-royauté – donc une entité administrative – à une communauté naturelle, qui constituerait le « peuple » ou la « société » (par opposition à la sphère du pouvoir). Mais une divergence cruciale apparaît quant à la manière dont cette société devra exprimer sa volonté14. Rapidement, trois positions se font jour15. Partageant les vues de Cisneros, le procureur de l’ Audience Villota expose la nécessité de convoquer au plus tôt des représentants des différentes cités :

  • 16 Extrait du mémoire rédigé par Cornelio de Saavedra, dans R. Levene dir., Historia de la Nación arge (...)

« [Le fiscal Villota déclara] que Buenos Aires n’avait en elle-même aucun droit de se prononcer sur la légitimité du Conseil de régence et encore moins de se doter d’un gouvernement souverain, ce qui reviendrait à briser l’unité de la Nation et à y établir autant de souverainetés que de pueblos. »16

  • 17 J. C. Chaves, « El orador del cabildo abierto », art. cité.

13En opposition à ce jugement, Castelli démontre dans son discours l’illégitimité du Conseil de régence et le droit qu’a Buenos Aires de former une junte, à l’instar des villes espagnoles en 180817. Juan Nepomuceno Sola soulève alors le problème des modalités de la représentation du « peuple » : pour lui, le mandat du vice-roi doit revenir au cabildo en attendant la formation d’une junte par des députés de tout le vice-royaume. Juan José Paso lui rétorque alors que la junte doit être immédiatement constituée, car Buenos Aires doit être en mesure de protéger le vice-royaume des dangers qui le menacent.

14Les aspects sous-jacents du conflit renvoient au problème du statut juridique et politique des cités. Au contraire de Cisneros et Villota qui cherchent une solution valable pour toute la Monarchie, les partisans de la junte raisonnent dans le cadre de la vice-royauté et considèrent la situation respective des cités au sein de cet ensemble fictivement clos. Pour Sola et ses partisans, les circonstances nouvelles et la rétrocession de la souveraineté opèrent une sorte de table rase qui fait sauter le verrou administratif et place tous les pueblos sur le même plan. Du fait de leur commune qualité de cités – privilège concédé à une communauté d’habitants –, celles-ci doivent participer de manière égale à la représentation du vice-royaume. Face à eux, Castelli et surtout Paso vont jusqu’au bout de la logique administrative et prennent appui sur la hiérarchie symbolique des cités. Leur vision combine trois types d’arguments : en tant que siège de la hiérarchie administrative, les décisions de Buenos Aires s’appliquent à l’ensemble ; en tant que première cité du royaume, Buenos Aires peut prétendre représenter les autres ; étant donné le rôle de rempart qu’elle a déjà joué en 1806 et 1807, elle se doit d’agir ainsi pour assurer la sauvegarde de l’ensemble.

La pyramide des obédiences 1808-1814

La pyramide des obédiences 1808-1814
  • 18 Oflcio de la Junta a los cabildos, 27/05/1810, dans R. J. Freyre, Tucumán en 1810. Noticia históric (...)

15Ce qui est capital dans ce débat, c’est qu’il engage pour l’avenir un type de rapports entre Buenos Aires et les autres cités. Soit la capitale agit en lieu et place des pueblos et s’arroge la souveraineté en assurant à elle seule la représentation de l’ensemble ; soit la souveraineté est dévolue à une assemblée représentative des pueblos, quitte à ce que celle-ci sanctionne a posteriori la décision prise par la capitale lors des journées de mai. Si la conciliation entre les deux tendances l’emporte le 22 mai, tout semble remis en cause le 25 avec la victoire des partisans de Castelli et Paso. La Junte va-t-elle renoncer à convoquer les représentants des provinces ? En réalité, elle ne peut se le permettre, tout d’abord parce qu’elle ne jouit pas d’un appui suffisant au sein même de la capitale, ensuite parce que la crise espagnole a ancré l’idée que le peuple souverain est composé des pueblos. Les vainqueurs du 25 mai n’ont pas les moyens politiques de dénier aux cités de l’Intérieur le droit d’exercer leur souveraineté par le biais de la représentation. Leur tactique consiste à concilier les deux termes du débat afin de s’assurer un maximum de ralliements. Dans la circulaire expédiée le 27 mai18, les cités reçoivent l’ordre de se prononcer sur la décision de la capitale, de manifester leur adhésion à la Junte et d’élire au plus vite un représentant pour le Congrès des provinces. Afin de garantir le bon déroulement de ces opérations, la Junte annonce en même temps l’envoi vers l’Intérieur d’une expédition armée, dite « auxiliaire », chargée de maintenir l’ordre et de veiller à ce que les vecinos expriment leur choix avec toute la tranquillité voulue.

16Ces dispositions sont remarquables par leur totale ambiguïté. Elles prétendent en effet concilier la libre expression des pueblos avec un simple processus de ratification placé sous la surveillance d’hommes en armes. Ce faisant, elles font se rejoindre les deux principes contradictoires du 22 mai : d’un côté, les pueblos sont reconnus comme peuple souverain et doivent nommer des représentants ; de l’autre Buenos Aires s’arroge l’initiative politique et le contrôle des opérations. Bien sûr, le message passera d’autant plus facilement s’il demeure univoque et sans contradicteur : ce que la Junte tente d’obtenir, c’est l’adhésion unanime des cités avant que ne s’éclaire le sort du Conseil de régence. Une fois la légitimité de la Junte acquise, confortée par l’adhésion des autorités et l’élection des représentants, elle sera en position de force pour dénier à la régence le droit de représenter le roi. C’est donc l’urgence avec laquelle elle doit assurer sa position qui pousse la Junte à adopter cette attitude ambiguë, s’assurant d’une part la coopération des autorités traditionnelles, adoptant elle-même un discours extrêmement légaliste, utilisant d’autre part la force armée de la capitale qui est son atout principal et reprenant d’une main aux provinces la souveraineté qu’elle semble leur offrir de l’autre. C’est à ce prix qu’une poignée de radicaux parvient à se substituer au vice-roi, avec la ferme intention d’appliquer son programme politique.

Buenos Aires hérite du pouvoir « vertical » (1810-1812)

17Malgré leur volonté de rompre avec l’ordre ancien, les nouveaux dirigeants profitent de cet appareil centralisé, qui leur permet de jouer sur l’obédience hiérarchique, pour conforter leur position dans la capitale et rallier le reste du vice-royaume. Mais l’opposition d’autres agents de la Couronne érode vite cette légitimité purement administrative ; aussi les dirigeants misent-ils également sur la hiérarchie symbolique des cités. Le fait d’avoir été élus par le « peuple de Buenos Aires » constitue un argument de toute première importance. Dès l’annonce de la Révolution, il s’opère donc une identification entre le pouvoir du nouveau gouvernement et celui de la capitale, dont il est l’émanation. Si les dirigeants utilisent avec profit l’appareil administratif de la vice-royauté, ils tentent néanmoins, une fois leur autorité installée, d’en modifier les principes. Ils affrontent alors deux défis majeurs, celui du partage des fonctions de gouvernement, qui pose la question de la nature du pouvoir, et celui de l’implantation à long terme de leur légitimité, qui renvoie au problème de l’opinion publique.

La Junte s’impose dans l’intérieur

18Les principes énoncés par Castelli et Paso, donnant la possibilité à Buenos Aires de statuer pour le vice-royaume, se heurtent à un impératif essentiel, celui de sauvegarder l’unité de l’ensemble. Or, la capitale se trouve rapidement confrontée à la campagne que lancent contre elle les autorités du Haut-Pérou, de Montevideo et de Córdoba. Avant que les armes n’interviennent, cette guerre est celle des informations et des invocations. C’est dans ce conflit idéologique et dans les arguments que la Junte emploie pour fonder sa légitimité que se révèle la nature de l’autorité qu’elle exerce durant les premiers mois de la Révolution.

19Les principes mis en avant par la Junte pour convaincre les cités du bien-fondé de son installation s’inscrivent entièrement dans la logique de sauvegarde instaurée depuis 1806. Cette apparence traditionnelle s’explique par la recherche d’une adhésion unanime. Afin de maintenir coûte que coûte l’unité du vice-royaume, elle utilise les deux registres qui ont contribué jusqu’alors à créer un lien entre les différentes cités. Le premier, utilisé durant les premières semaines, est d’ordre administratif et sollicite la pyramide des responsabilités. Vis-à-vis des autorités locales, la Junte se présente comme l’héritière du vice-roi, le nouveau sommet de la hiérarchie des emplois. La dissolution de la Junte centrale ayant annulé le mandat de Cisneros, celui-ci, par la volonté du pueblo de Buenos Aires, a été confié au cabildo, puis à la Junte. Assez semblable à la nomination de Liniers en 1806, ce processus est susceptible d’être admis par les gouverneurs-intendants. Or, leur adhésion est capitale pour entraîner, par l’obéissance des subalternes, celle de tous les fonctionnaires provinciaux. Le second registre utilisé est celui de la loyauté vassalique, utilisé pour emporter l’adhésion des pueblos. L’invocation du roi est essentielle dans ce processus de légitimation ; en effet, chaque cité se sent liée à la personne du souverain et cette allégeance commune est leur principal facteur d’unité. Vis-à-vis des communautés urbaines représentées par les cabildos, la Junte se présente comme l’héritière de la Junte centrale. La représentation de Ferdinand qu’exerçait cette dernière est revenue, du fait de la situation, aux cités américaines ; en tant qu’organe provisoire, elle exerce cette représentation en leur nom, jusqu’à la réunion du Congrès des provinces.

20Par ailleurs, l’argumentaire de la Junte, empruntant au loyalisme le plus traditionnel, repose tout entier sur les événements de la péninsule. Elle cherche en effet à imposer à tout prix l’idée d’une continuité avec l’Espagne :

  • 19 Circular de la Junta, 10/06/1810, dans Archiva General de la República Argentina, A. P. Carranza di (...)

« L’unique objectif de cette décision [la création de la Junte] conforme à la conduite des cités d’Espagne étant de conserver à Sa Majesté (...) Ferdinand VII ses augustes droits, dans la sécurité et l’intégrité de si précieux domaines, sans [opérer] aucun démembrement, afin qu’ils ne deviennent pas la proie innocente des intrigues et des ambitions d’un quelconque pouvoir illégitime, la Junte a cru devoir vous assurer qu’elle compte sur votre fidélité, sur votre amour et votre loyauté à l’égard de notre légitime souverain (...) se fondant sur les preuves sensibles que vous en avez données et le crédit des services remarquables que vous avez rendus au roi et la Patrie... »19

21L’habileté de la Junte consiste à présenter, dans le récit des événements, la décision de la capitale comme la seule issue possible pour faire face à la situation. Sa justification joue beaucoup sur le registre de l’urgence et sur les périls supposés qui menacent le vice-royaume. Les allusions, savamment distillées dans les discours, à une possible intervention de Napoléon ou à une invasion portugaise imminente sont destinées à provoquer un réflexe de « défense monarchique ».

22Or, le gouverneur-intendant de Córdoba, Juan Gutiérrez de la Concha, n’est sensible à aucun des arguments de la Junte et tente très tôt de saper les efforts de celle-ci en lançant sa propre campagne d’information dans les provinces. S’il part des mêmes prémisses – la situation de la péninsule –, il refuse de souscrire au caractère inéluctable de la « solution américaine ». Ayant directement reçu des nouvelles d’Espagne, Gutiérrez de la Concha annonce à ses subordonnés, les 1er et 2 juin, l’amélioration de la situation militaire en Europe et l’installation du Conseil de régence. Puis, après avoir reçu les plis officiels de Buenos Aires, il leur envoie un démenti formel des nouvelles qu’ils vont recevoir, auquel il joint ses propres consignes – refuser de reconnaître la Junte et attendre ses ordres. Le 17 juin, d’autres informations en provenance d’Europe achèvent de convaincre Gutiérrez de la Concha. Ayant donné l’ordre de reconnaître la régence dans sa juridiction, il fait part à la Junte de la résolution prise par Córdoba :

  • 20 Oficios de Juan Gutiérrez de la Concha a los cabildos de Mendoza y Tucumán, 17/06/1810, AHM Ind., 6 (...)

« Premièrement : si Buenos Aires, en tant que capitale du royaume, s’est crue autorisée à destituer les chefs, à en mettre d’autres à la place et à les faire reconnaître indépendants de l’Espagne par le district, en prétendant conserver ces domaines pour le seigneur don Ferdinand, Córdoba, en tant que capitale de cette province, se considère autorisée à soutenir les autorités légitimement instituées et à se maintenir indépendante de Buenos Aires, tout en conservant cette province pour le seigneur don Ferdinand.
Secondement : si Buenos Aires doute de la fidélité du Suprême Conseil de régence, parce qu’il s’est installé au moment de la fuite et de la dispersion de la Junte centrale, Córdoba, qui voit cette autorité reconnue par l’Espagne et les puissances alliées, ne doute pas qu’elle constitue le ferme dépositaire des droits sacrés du Monarque. Elle a décidé en conséquence de lui jurer obéissance ce jeudi 21, avec une messe d’action de grâce dans la Sainte église cathédrale et trois jours d’illumination... »20

23Ce texte remarquable rassemble tous les motifs d’opposition aux arguments déployés par la Junte. Gutiérrez de la Concha réfute le manque de légitimité de la régence en arguant de sa reconnaissance par les cités espagnoles ; il conteste par là même la validité de la Junte comme autorité suprême et refuse d’accorder le moindre crédit à sa promesse de conserver les droits du roi. Il ne voit dans celle-ci qu’une tentative pour se soustraire à la domination de la métropole, à l’instar des juntes rebelles du Haut-Pérou écrasées l’année précédente. Mais le conflit n’est pas uniquement présenté en termes de légitimité et d’autorité : il renvoie également à un affrontement entre cités rivales et aux rapports de Buenos Aires avec les villes subalternes. Ce que Gutiérrez de la Concha met directement en cause, c’est la prétention de la capitale à décider pour les autres : il y oppose fermement la capacité de Córdoba à prendre sa propre décision. La souveraineté des pueblos n’est toutefois pas invoquée ; Gutiérrez de la Concha se contente de retourner contre la Junte ses propres arguments, fondés sur la hiérarchie administrative et la loyauté vassalique des cités.

  • 21 Sur les « loyalistes », cf. J. Mariluz Urquijo, « El fidelismo como elemento decentralizador. Un ca (...)
  • 22 Oficio de Paula Sanz à Cisneros, 27/06/1810, dans R. Levene, Ensayo histórico sobre la Revolución d (...)

24Face à la Junte qui fonde sa stratégie sur la rapidité, Gutiérrez de la Concha mise sur l’attitude des autres autorités. Ce haut fonctionnaire de la Couronne raisonne dans le cadre de l’Empire ; il n’a cure du sort de la « Patrie » identifiée au vice-royaume. La position des intendants du Haut-Pérou montre qu’il n’est pas isolé21. Paula Sanz et Nieto prévoient en effet la constitution d’une vaste zone de Lima à Córdoba, placée sous l’autorité du vice-roi Abascal et destinée à mener la lutte contre « le cancer de l’insurrection et de l’insubordination »22. Le 13 juillet, leurs provinces sont rattachées au Pérou, tandis qu’ils annoncent au début du mois d’août la mise en place d’une contre-expédition, organisée depuis Lima et Montevideo, destinée à encercler Buenos Aires.

  • 23 Circular de la Junta á los cabildos, 27/06/1810, dans Archiva General de la República Argentina, op (...)
  • 24 Oficios de la Junta al cabildo de Mendoza, 27/06 et 9/07/1810, AHM Ind., 601-6 et 20 ; Circular de (...)

25À cette date, le gouverneur de Córdoba n’en a plus pour longtemps à vivre. La Junte, qui est en passe de prendre de vitesse ses ennemis, a adapté son discours et ses méthodes à la contre-offensive loyaliste. Ayant abandonné le registre « administratif », elle mène désormais l’offensive contre les fonctionnaires de la Couronne (los mandones), qu’elle accuse de vouloir préserver leurs prérogatives au détriment de l’union et de la sauvegarde des pueblos. Gutiérrez de la Concha, qui en est l’archétype, est compté au nombre des périls qui ont justifié la création du nouveau pouvoir : en tant que ferment de dissolution, son action s’apparente à celle de Napoléon, les « visées personnelles du gouverneur » s’opposant directement aux droits du Monarque. La désignation de l’ennemi permet au discours de la Junte d’évoluer vers plus de radicalisme. Gutiérrez de la Concha est conspué car « il préfère une dissolution générale de l’État à toute innovation qui mettrait un terme à l’oppression et à la violence dues à l’ignorance et à la nullité de quelques-uns des mandataires de l’ancien pouvoir »23. Ainsi, en reprenant le thème familier des « mauvais gouvernants », la Junte esquisse une assimilation entre ces personnages et l’ancien pouvoir, celui de l’Espagne, qui fait contraste avec le nouveau pouvoir, le sien. Cette radicalisation du discours est rapide : pour justifier l’intervention de l’armée « auxiliaire », la Junte ne parle bientôt plus que de l’oppression et du despotisme exercés par les mandones. Par ailleurs, l’invocation au roi est désormais complétée par la référence à une entité politique nouvelle, formée de l’ensemble des cités. Le « service du roi et de l’État », les « droits du roi et le bien de l’État », « les droits du roi et de la Patrie » s’imposent dans les esprits comme étant indissociablement liés. Le discrédit jeté sur les anciens fonctionnaires relance le thème de la souveraineté des pueblos, principal appui théorique de la Junte et instrument par lequel le vice-royaume devra être doté « de la forme de gouvernement qui lui convient »24. Cependant, il faut d’abord venir à bout de l’ennemi : à la suite des missives et des imprimés, les soldats de l’Expédition auxiliaire arrivent dans les provinces en ce début du mois de juillet 1810.

  • 25 E. Bidondo, La expedicion de auxilio a las provincias interiores (1810-1812), Buenos Aires, 1987.
  • 26 Proclama impresa de los contondantes de la expedición, dans Mayo documental, R. Caillet-Bois dir., (...)

26Forte de 500 hommes, l’expédition prévue par les émeutiers du 25 mai25 est placée sous la direction du colonel Francisco Antonio Ortiz de Ocampo, chef du bataillon des arribeños. Celui-ci reçoit des directives précises : il devra veiller à la discipline de ses soldats, entretenir leur flamme envers le roi et la Patrie et les convaincre de ne pas se comporter en envahisseurs. L’expédition est accompagnée de deux commissaires, Balcarce et Vieytes, chargés de contrôler la troupe, de sonder l’opinion des cités et d’y imposer l’adhésion au régime de la Junte. Dans chaque cité, les gouverneurs suspects seront ainsi destitués et envoyés à Buenos Aires, les milices locales incorporées à l’armée et les cabildos sommés d’apporter une aide financière à l’entreprise. Cette action politique a pour but de raffermir l’union des pueblos et de les placer sous la dépendance étroite de la Junte en attendant la réunion du Congrès. Forts de ces instructions, les commissaires prononcent devant la troupe un discours, aussitôt reproduit et diffusé, qui annonce le but de l’expédition ainsi que le sort réservé à Córdoba. Les troupes ne viennent pas combattre les habitants, mais ceux qui les oppriment ; elles viennent défendre les droits conjoints du roi et des cités. Le discours multiplient les déclarations pacifiques : « Nous venons en frères et non en conquérants ; nous recherchons l’union, la concorde et la paix »26. À la lecture de ces textes, l’Expédition auxiliaire apparaît bel et bien comme le bras armé de la Junte, chargé de réaliser le programme de celle-ci : destituer les anciennes autorités, imposer le nouveau pouvoir et « les droits sacrés des cités », c’est-à-dire rendre effective par l’élection des représentants la rétrocession de la souveraineté. Il s’agit, en somme, d’imposer par la force des armes un ordre présenté comme naturel dans le discours. Ce projet se situe dans la dynamique créée par les invasions anglaises. En effet, ce sont les corps de milices, non démobilisées depuis 1807, qui ont permis, dans un premier temps, la victoire des radicaux dans la capitale. Dans un deuxième temps, les nouveaux dirigeants utilisent cette force pour s’imposer à l’échelle du vice-royaume. L’Expédition auxiliaire contribue ainsi à étendre aux provinces le processus de militarisation de la capitale.

  • 27 Cf. C. A. García Belsunce, « La Revolución de 1 810 en Córdoba. Gobiemo de Pueyrredón », dans Terce (...)
  • 28 Circulat de la Junta a todos los gobernadores y cabildos, 27/06/1810 ; Oficio de la Junta a la Junt (...)
  • 29 El gobernador-intendente de Córdoba á sus habitantes, 16/08/1810, dans Archiva General de la Repúbl (...)
  • 30 Oficio de Pueyrredon al cabildo de Mendoza, 23/08/1810, AHM Ind., 645-6.

27Fin juin, tandis que l’Expédition se met en route, la Junte prépare les esprits en prévenant les cités du sort qui attend les réfractaires de Córdoba27. La circulaire du 27 juin, largement diffusée, jette l’anathème sur le gouverneur Gutiérrez de la Concha et annonce, d’une formule destinée à frapper les imaginations, qu’elle soumettra les rebelles à un « châtiment exemplaire », autant destiné à impressionner les autorités subalternes que les gouverneurs du Haut-Pérou qui préparent leur contre-offensive28. Fin juillet, le coup de grâce est donné : Gutiérrez de la Concha et ses partisans (l’ancien vice-roi Liniers, réfugié à Córdoba, l’évêque Antonio de Orellana, l’assesseur de gouvernement Victorino Rodríguez, le colonel Santiago Alejo de Allende et l’officier de la Couronne Joaquín Moreno) devront être irrémédiablement passés par les armes. Entre-temps, les conjurés ont pris la fuite. Malgré les réserves d’Ocampo, qui met en garde ses supérieurs contre les risques d’une sévérité excessive, notamment vis-à-vis de l’évêque, les dirigeants, sûrs de leur fait, dépêchent Castelli pour exécuter la sentence. Le 26 août, les conjurés sont arrêtés et fusillés au lieu dit Cabeza del Tigre, à l’exception de l’évêque en faveur duquel plusieurs personnalités de la ville ont intercédé. Mis sous escorte, il est envoyé sous bonne garde à Buenos Aires. Durant tout le mois d’août, Córdoba vit sous le contrôle des hommes en armes. Après l’exécution des conjurés, la mise au pas concerne surtout le cabildo, qui présente ses hommages le 12 août au commandant de l’expédition. Le lendemain, six échevins proches de l’ancien gouverneur sont destitués sur ordre de la Commission. Peu après, Juan Martin de Pueyrredon est nommé gouverneur-intendant. Dans son discours d’installation, il promet aux habitants, dont il vante les mérites et les vertus, de jeter un voile sur les violences passées29. Promettant une paix perpétuelle sous les auspices du nouveau régime, il décrète peu après une amnistie générale destinée à « rétablir la confiance publique »30.

28Toute résistance ayant été écrasée, l’heure de la conciliation a sonné pour Córdoba et les autres cités. La Junte leur adresse dans ce sens le manifeste du 9 septembre, destiné à justifier la répression exercée. Cependant, à travers les événements de Córdoba, la Junte montre son vrai visage. Dans le discours, elle crée de toutes pièces, par la seule violence du verbe, la figure du despote qui lui permet de justifier son action. Significativement, Gutiérrez de la Concha est déclaré « ennemi public de l’Etat », héritant de la fonction jusqu’alors occupée par Napoléon, afin de renforcer l’union des pueblos non plus dans le cadre de la Monarchie, mais dans celui du vice-royaume. Sous couvert d’un message de paix et de libération, la Junte frappe au cœur des cités pour assurer sa victoire. Il lui appartient désormais de consolider celle-ci sur le long terme.

  • 31 Instrucciones reservadas..., ibid.
  • 32 Oficio de Chiclana a la Junta, 1/09/1810, dans R. Levene, Ensayo histórico sobre la Revolución de M (...)
  • 33 Ibid.

29Dans leurs instructions, les chefs de l’Expédition avaient reçu l’ordre de remplacer tous les gouverneurs suspects par des hommes de confiance31. À ces partisans de la Junte placés à la tête des cités incombe la tâche délicate d’installer le nouveau régime. Nommé gouverneur-intendant de Salta après avoir exécuté le « châtiment exemplaire », Chiclana adresse à la Junte un rapport détaillé sur l’état de l’opinion dans la cité. Celle-ci compte, selon lui, une majorité d’opposants ou d’indifférents, « timides, égoïstes, incapables de se décider ni d’agir s’il encourent un quelconque danger32 ». Passant en revue l’attitude des principaux vecinos, il signale que plusieurs d’entre eux se sont réfugiés dans leurs haciendas, où ils attendent la suite des événements. Afin de retourner l’opinion en sa faveur, il suggère que la Junte adresse aux personnalités de la région des félicitations pour leur patriotisme, en y joignant « des éloges sur celui de la cité tout entière, car c’est le moyen le plus approprié de les rallier à nos idées et de couper court à la division et aux partis qui se sont manifestés et qui pour l’heure se trouvent anéantis »33.

  • 34 Ibid.
  • 35 Cf. F.-X. Guerra, Modernidade independencias, op. cit., p. 79 et suiv.

30Trois mois plus tard, les instructions qu’il laisse à son successeur donnent une idée de la tâche qui incombe aux nouveaux chefs. L’essentiel consiste à aider l’armée, ce qui suppose de procéder à des campagnes de recrutement, de raffermir sans cesse le patriotisme des habitants en luttant contre leurs divisions et de développer le plus possible les richesses de la région – notamment les mines et l’agriculture – en regroupant et en équipant la main-d’œuvre indienne34. Action patriotique et recrutement se retrouvent partout, ainsi que le soin accordé à la provision des emplois. Ceux-ci devant être confiés à des hommes de confiance, on en exclut massivement les péninsulaires, soupçonnés d’être partisans de l’ancien ordre. Cette lutte contre les mandones vise également à attacher les Créoles au régime : la priorité dans l’accès aux charges constituait en effet l’un des principaux « griefs américains » (agravios americanos), ravivés à la fin de la période coloniale35.

31Dans l’ensemble, les nouveaux dirigeants sont assez mal acceptés dans les cités. Si les manières brusques de José Moldes, à Mendoza, lui valent l’inimitié de tout le vecindario, les rapports ne sont guère meilleurs entre l’élite de Córdoba et ses premiers gouverneurs. Malgré la tentative de Juan Martin de Pueyrredon pour se concilier l’opinion, celle-ci lui demeure hostile. Après son remplacement, en février 1811, il livre cette réflexion désabusée sur la position délicate des premiers gouverneurs, évoquant

  • 36 Oficio de J.M. de Pueyrredon a la Junta, 10/04/1811, dans R. Levene, Las Provincias Unidas del Sud (...)

« (...) les grandes difficultés que doit vaincre celui qui commande pour être, de manière générale, accepté par les pueblos dans un contexte où il faut, chez les uns, modérer les excès d’un patriotisme exalté, extraire avec adresse, chez les autres, cette noble vertu, en extrayant sa fibre intacte des nœuds de l’avidité ou de l’ambition, réfréner habilement, chez d’autres encore, les élans d’une idée mal comprise de la liberté, en blesser beaucoup sans pour autant leur laisser de cicatrices trop douloureuses, manier enfin avec tact et sagesse les passions des hommes, diverses et contraires, lorsque celles-ci s’affrontent en un choc convulsif, de manière à leur faire servir une fin unique sans pour cela risquer de les altérer. Je crois qu’à ce jour cela n’est pas donné à beaucoup d’hommes, et je sais au moins que ce n’est pas fait pour moi. »36

32Les relations entre le pouvoir central et les cités, après le coup de force de 1810, ne sont donc pas aisées, d’autant plus qu’elles sont soumises aux aléas politiques de la capitale.

Buenos Aires, centre du pouvoir politique

33En tant que cité, Buenos Aires tire largement parti de la formation de la Junte et de l’imposition de son pouvoir dans l’ensemble de la vice-royauté. Réciproquement, le nouvel organe de gouvernement fonde une bonne part de sa légitimité sur le fait d’avoir été instauré par « la volonté du pueblo de Buenos Aires », identifié à la volonté générale. Cet argument n’a au départ qu’une valeur provisoire, mais l’adhésion des cités et l’intégration de leurs représentants à la Junte à la fin de l’année 1 810 confirment de manière éclatante le choix de Buenos Aires. Il s’opère donc une sorte d’identification entre la Junte et la cité, celle-ci pouvant enfin pleinement jouer le rôle de capitale auquel elle aspire depuis 1807. Au-delà du contrôle de la force armée, c’est cette combinaison d’intérêts entre les dirigeants et la communauté urbaine qui explique que la Junte ait pu se maintenir en place. L’Audience et le cabildo appuient sa formation autant par contrainte que par souci de défendre, aux yeux des autres cités, la cohésion de la communauté. Par la suite, cette confusion entre le pouvoir central et la cité capitale ne cesse d’apparaître dans le discours comme dans la pratique, ce qui oblige à prendre en compte les transformations du pouvoir, au gré des crises qui jalonnent la vie politique de la capitale en 1811 et 1812.

  • 37 Proclama impresa de los comandantes, dans Mayo documentai, op. cit., t. 11, p. 238.

34Dans les premiers temps de la Révolution, en se présentant comme le choix de la capitale, la Junte reprend à son compte la légitimité que Buenos Aires a acquise lors des invasions anglaises. Dans les plis expédiés à la fin du mois de mai, la capitale est présentée comme un rempart et un guide ; son exemple est invoqué pour amener les autres cités à l’imiter. L’intervention militaire dans l’Intérieur est elle-même justifiée par la décision de la capitale. Les commandants de l’Expédition déclarent fortement, en jouant sur l’ambiguïté entre le peuple et la cité : « Nous sommes l’organe de la volonté de ce pueblo fidèle et généreux »37. En tant que représentants des communautés, les cabildos se montrent particulièrement sensibles à ces arguments : leur décision est souvent justifiée par le désir de rester en harmonie avec la capitale. Dans un premier temps, le choix de la Junte de miser sur la solidarité des pueblos plutôt que sur l’obéissance des gouvernants remporte donc un succès d’autant plus franc qu’elle exploite de vieilles rancœurs et flatte le désir d’émulation de ces cités.

35L’invocation de Buenos Aires comme détenteur de l’initiative politique réapparaît au cours des deux années suivantes, lorsqu’il s’agit de justifier les changements au sommet. Même lorsque ceux-ci sont imposés par des émeutes, comme en avril 1811 ou en octobre 1812, la volonté de la capitale, en tant que protecteur des provinces, sert à garantir le bien-fondé des décisions. Ce recours constitue un point d’ancrage essentiel de la légitimité du pouvoir central, qui utilise à son profit la hiérarchie des cités tout en permettant à Buenos Aires de se poser en primus inter pares. L’adhésion du cabildo aux nouveautés politiques de la période constitue une garantie indispensable pour les implanter dans les autres cités, surtout à partir de septembre 1811, lorsque le pouvoir s’affaiblit du fait des luttes de factions dans la capitale.

  • 38 Francisco Antonio Ortiz de Ocampo comunica quedar enterado del nombramiento de Don Juan Martin de P (...)

36Toutefois, le primat de Buenos Aires et les responsabilités qu’elle s’arroge sont une arme à double tranchant. En effet, malgré la force symbolique de sa position, ses relations avec les autres cités ne sauraient être unilatérales. D’une part, parce qu’elle a besoin d’elles pour continuer la guerre ; son succès dépend du maintien de l’unité. D’autre part, parce qu’elle a usé dans cette optique de la théorie de la rétrocession de la souveraineté aux pueblos. La relation qui s’établit entre la capitale et les autres villes a donc l’allure d’un pacte sans cesse renégocié. En même temps qu’elles vantent la position de Buenos Aires comme rempart du vice-royaume, les autorités tentent de prendre en considération les droits des autres cités. Cela consiste d’une part à présenter l’Expédition non comme une conquête, mais comme une libération vis-à-vis de l’ancien pouvoir. D’autre part, la Junte s’emploie à accréditer l’image d’un gouvernement de type nouveau, radicalement différent par sa conduite et ses visées bénéfiques. Ainsi, Pueyrredon s’efforce-t-il de convaincre les habitants de Córdoba de la « tendresse paternelle » de la Junte, qui a envoyé l’armée à leur secours et n’a pour l’avenir que des « intentions bénéfiques »38. À cet égard, l’image du gouvernement tend à se confondre avec celle de la capitale. Une différence dans leur position vis-à-vis des pueblos apparaît cependant dans l’usage des métaphores familiales. Comme le roi, la Junte a toujours un rôle paternel : chargée du « soin » des cités, elle est le dispensateur du bien commun et prend les décisions qui s’imposent. En revanche, Buenos Aires s’inscrit dans le registre de la fratrie : la métaphore sert à justifier l’intervention armée, dont elle atténue le caractère arbitraire en plaçant la capitale sur le même plan que les autres. La rétrocession de la souveraineté conserve ainsi son entière validité, comme le proclame le cabildo :

  • 39 Oficio del cabildo de Buenos Aires al de Tucumán, 29/05/1810, dans R. Freyre, op. cit., p. 70-77.

« La cité de Buenos Aires ne prétend pas usurper les droits des autres cités du vice-royaume, mais les défendre [au contraire] contre les usurpateurs. (...) Le peuple lui-même a demandé que [l’autorité supérieure] soit provisoire et que tous ses frères soient convoqués pour la nomination des députés... »39

Par une confusion entretenue avec l’image de Buenos Aires, la Junte s’infiltre ainsi dans l’ordre existant entre les cités. Sur le plan théorique, la rétrocession de la souveraineté les place toutes sur le même plan : nulle distinction n’est faite lorsque sont évoqués leurs « droits sacrés » et leur « union nécessaire ». La hiérarchie réapparaît dans la pratique, Buenos Aires jouant alors le rôle du frère aîné qui donne l’exemple et prête secours aux autres. Par une identification subtile avec la capitale – laquelle, en tant que cité, y trouve son compte – le nouveau pouvoir récupère donc à son profit les liens d’obédience unissant les cités.

37Le langage des cités est à l’unisson de ces discours, mêlant l’obéissance envers le supérieur, la confiance envers le gouvernement et le désir d’imiter la ville capitale. À travers les correspondances des autorités locales, on voit clairement que le rapport établi entre les cités et le pouvoir est de nature pactiste : le gouvernement obtient l’obéissance requise à la condition de respecter les droits des cités. Toutefois, la réciprocité de l’engagement rend cette formule extrêmement sensible à la conjoncture. Or, malgré l’apparence qu’il s’efforce de donner, ce pouvoir ne possède pas une grande cohérence : les aléas auxquels il est soumis rejaillissent directement sur les relations qu’il entretient avec les cités et sur la marge de manœuvre dont celles-ci disposent à son égard.

Création et fluctuations des gouvernements révolutionnaires

38Durant les années 1811 et 1812, les dirigeants successifs tâtonnent à la recherche d’une formule de gouvernement stable, sous la pression des luttes de clans dont Buenos Aires est le théâtre. Au-delà des simples oppositions d’individus, ces hommes s’affrontent sur deux questions cruciales, la répartition des pouvoirs d’une part, l’organisation de la représentation de l’autre. Le nœud du conflit se situe autour de l’opposition entre pluralité et unicité dans l’exercice de la souveraineté.

  • 40 Sur Mariano Moreno, cf. R. Levene, Ensayo histórico sobre la Revolución de Mayo..., op. cit. ; J. D(...)
  • 41 Cf. J. Ramallo, Los grupos politicos en la Revolución de Mayo, Buenos Aires, 1974 ; E. de Gandía, H (...)

39Au sein même de la Junte de Mai, deux tendances ne tardent pas à apparaître quant à la conception du pouvoir et de la représentation. L’homme fort du régime, Mariano Moreno40, estime que Buenos Aires doit représenter l’ensemble des cités, d’une part parce qu’elle comporte un plus grand nombre d’esprits éclairés, d’autre part parce qu’il est préférable de concentrer l’exercice du pouvoir. S’il est favorable à la réunion d’un Congrès, il refuse que les députés de l’Intérieur soient intégrés dans la Junte. Pour lui, celle-ci doit compter le moins de membres possible, afin que leurs dissensions éventuelles n’entravent pas sa capacité d’action. Face à lui, le président Saavedra41 est favorable à l’intégration des députés, qui se réalise finalement le 18 décembre 1810. La formation de cette « Grande Junte » (Junta Grande) s’opère après un bras de fer qui a entraîné la destitution et l’exil de Moreno, donnant le signal d’un changement de cap. La tendance menée par Saavedra s’impose définitivement lors des journées d’avril 1811, qui permettent à la faction dominante de démanteler l’opposition conjointe du cabildo et des partisans de Moreno. La Junte elle-même est épurée de ses éléments morénistes, tandis qu’est instauré un comité de Salut Public, chargé de lutter à la fois contre les loyalistes et contre les radicaux.

  • 42 Oficio de la Junta al gobierno executivo, 28/10/1811, dans A. E. Sampay, Las constitutiones de la A (...)

40Ceux-ci reprennent l’offensive au bout de quelques mois. Face aux députés attachés à la forme collective du pouvoir, les morénistes et le cabildo critiquent les pesanteurs du gouvernement d’assemblée. Ils réclament la création d’un organe exécutif chargé d’expédier rapidement les affaires courantes, notamment celles touchant à la conduite de la guerre. Du 12 au 19 septembre, de nouvelles « journées » marquent l’affrontement des deux clans. Sous la pression des événements, la Junte se dote du pouvoir législatif et confie l’exécutif à un Triumvirat de trois morénistes élus par les émeutiers. Rebaptisée « conservatrice des droits de Ferdinand », la Junte continue à se considérer comme seule détentrice de la souveraineté. À ce titre, elle promulgue le 22 octobre 1811 un Règlement portant justement « sur la division des pouvoirs », qui met le feu aux poudres. Au nom du libéralisme politique, celui-ci place en effet le Triumvirat sous la stricte dépendance de la Junte, définit chacune de ses attributions et crée un pouvoir judiciaire indépendant. Or, pour les triumvirs, les périls de la situation et la conduite de la guerre imposent un regroupement des pouvoirs au sein d’un seul organe de gouvernement. Face à la résistance de la Junte qui les traite de « corporation subalterne »42, leur réponse sera simple et brutale : le 7 novembre 1811, la Junte est dissoute et plusieurs de ses membres emprisonnés.

  • 43 C. R. Melo, « La revolución argentina y la forma de gobierno entre 1 810 y 1820 », dans Tercer Cong (...)

41Au sommet de la pyramide des obédiences, il ne semble donc y avoir de place que pour un seul clan à la fois ; c’est la principale faiblesse du nouveau régime. Malgré ces aléas qui amènent de brusques changements dans les orientations du pouvoir, celui-ci opère, durant ces deux années, une transformation des principes et des institutions dans un sens révolutionnaire. Au début de l’année 1811, les députés s’efforcent en effet de créer, au-delà du discours, un nouveau style de gouvernement43. À la souveraineté unique du monarque, reflétée dans la personne du vice-roi et celle du gouverneur-intendant, doit se substituer la souveraineté plurielle des pueblos. Incarnée au sommet par le gouvernement collectif de la Junte, celle-ci décide d’étendre le principe aux cités de l’intérieur. Le décret du 10 février 1811 remplace donc les gouverneurs-intendants par des juntes provinciales, en présentant le gouvernement collectif comme le meilleur antidote contre l’absolutisme :

  • 44 Orden de la Junta Superior, 10/02/1811, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 97.

« L’autorité qui n’est pas contenue par l’attention sourcilleuse et zélée des autres collègues manque rarement de corrompre les meilleures intentions. (...) De l’abus des lois au despotisme, le chemin est court. (...) [Mais] si le gouvernement se trouve entre plusieurs mains, c’est le contraire qui se produit. Le flux et le reflux continuels de l’autorité forgent des mœurs publiques qui tempèrent l’acrimonie du pouvoir. »44

42Toutefois, avec la création du Triumvirat au mois de septembre, une inflexion se fait nettement sentir : le but recherché est désormais de conférer à la machine gouvernementale une plus grande efficacité, notamment à cause du contexte de guerre. La circulaire adressée aux provinces fait apparaître les nouveaux impératifs du pouvoir : l’« unité d’action », « l’énergie », la « vigilance », la « rapidité » et la « pratique du secret » s’opposent à la « modération » et à la « volonté de transparence » des équipes précédentes. En prêtant serment au nouvel organisme, les cités sont invitées à se mettre à l’unisson du pouvoir :

  • 45 Circular del Triunvirato, 25/09/1811, AHC Gob., 33-744 ; AHM Ind., 602-90.

« Nous ne pouvons compter sur nos seules forces si les cités ne contribuent pas de leur côté à donner un nouveau cours aux affaires publiques. (...) Seules les passions peuvent détruire notre œuvre, et le gouvernement n’exige rien d’autre des pueblos qu’une juste obéissance à ses résolutions et un oubli définitif des divisions et des partis qui nous ont fait tant de mal. »45

  • 46 Estatutoprovisional, 22/11/1811, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 117-119.

43Resté seul après la dissolution de la Junte, le Triumvirat promulgue à son tour un Statut provisoire46, qui va dans le sens d’une concentration du pouvoir. Pour être efficace, celui-ci suppose en effet un exécutif fort, placé sous le contrôle « de la Raison et de la Loi ». À l’inverse du Règlement de la Junte qui donnait la primauté au pouvoir législatif, le Statut affirme donc l’indépendance du Triumvirat. La tâche qu’il se donne est de faire appliquer les lois – sans que ne soit instauré de pouvoir législatif – et d’assurer la défense et la sauvegarde de la Patrie. Afin de prévenir les abus, il instaure une rotation régulière de ses membres, dont l’élection est confiée à une « assemblée générale », composée du cabildo et de représentants des cités. En outre, cette assemblée est destinée à faire contrepoids au gouvernement, qui ne peut sans son accord prendre de décision sur les « grandes affaires de l’État », ni modifier le Statut.

  • 47 Decreto de la Libertad de Imprenta, 26/10/1811 ; Decreto de Seguridad Individual, 23/11/181, ibid., (...)

44Les principes que le Triumvirat met au premier plan dans ses textes sont « la liberté et l’indépendance civiles ». Malgré leur imprécision, ils définissent le programme de la nouvelle équipe : « contenir les périls » et « diriger le patriotisme », c’est-à-dire mener à bien la guerre par la mobilisation de toute la société ; « fixer les bases de la liberté civile », c’est-à-dire organiser les institutions selon les principes du libéralisme. En accord avec ce deuxième point, le Statut est complété par deux décrets. Le premier garantit la « Sécurité des individus », définie comme la protection de leur vie, de leur honneur, de leur liberté et de leurs propriétés. Ses neuf articles instaurent l’habeas corpus, ce qui constitue une avancée considérable par rapport à l’Ancien Régime. Le second décret instaure la liberté de la presse, dans un sens qui rejoint les visées du gouvernement : « Propager les lumières, former l’opinion publique et consolider l’unité des sentiments »47. La majeure partie du texte concerne toutefois les limites fixées à cette liberté d’expression : les principes fondamentaux de l’organisation politique et sociale que sont les droits des individus, l’ordre public, la religion catholique et la constitution de l’État sont déclarés inviolables. Une « Commission protectrice de la presse » est chargée de traquer les manquements à cette règle, tandis que les ouvrages sur la religion restent soumis à la censure ecclésiastique.

  • 48 Decreto del Triunvirato, 23/12/1811, ibid., p. 99.
  • 49 Règlement sur l’administration judiciaire, 23/01/1812, dans La Gaceta de Buenos Aires, Buenos Aires (...)

45Le Triumvirat complète son dispositif institutionnel par la dissolution des juntes provinciales – pour des motifs exactement opposés à ceux qui avaient présidé à leur création48 – et par la promulgation d’un Règlement sur l’administration judiciaire49. Toujours dans une logique de rupture avec l’Ancien Régime, le texte supprime l’Audience au profit d’un Tribunal d’appel (Camara de Apelaciones), réorganise la hiérarchie et les compétences des tribunaux et crée dans les provinces une nouvelle institution, le Tribunal de Concorde. Composé de trois à cinq personnalités, cet organe est chargé de maintenir la paix civile au sein des cités en jugulant les querelles de factions, menace permanente à l’autorité du pouvoir. C’est également pour affaiblir les autonomies locales – mais aussi pour généraliser le principe de l’amovibilité des charges – que la vénalité des emplois capitulaires est supprimée le 18 août : désormais, les échevins seront élus par leur concitoyens. Toutes ces nouveautés sont répercutées et appliquées dans les cités sous la haute surveillance du pouvoir central.

  • 50 O. Beltrán, Historia del periodismo argentino, Buenos Aires, 1945 ; A. S. Vásquez, « La imprenta y (...)

46Dès le début de la Révolution, les dirigeants s’efforcent de diffuser leurs principes le plus largement possible dans la société, en combinant une attitude conciliatrice – c’est le thème du gouvernement « doux et paternel »– et une grande fermeté dans l’application des décisions. En 1810, l’implantation du régime est tout entière confiée aux chefs de l’Expédition auxiliaire et aux nouveaux gouverneurs, soutenus par les missives et les imprimés que la Junte adresse sans répit aux autorités locales. Par la suite, le gouvernement continue de diffuser ses principes et ses ordres par le biais du courrier officiel, souvent accompagné d’imprimés et d’exemplaires de la Gazeta de Buenos Aires, organe officiel de la Junte fondé le 2 juin 181050. Sur place, le relais est pris par les patriotes locaux, notamment les députés lorsqu’ils s’adressent à leurs électeurs. Les gouverneurs, eux, sont directement chargés de faire de la propagande en faveur du régime et de maintenir autant que faire se peut une « unité de sentiments » parmi les vecinos. La surveillance de l’opinion, qui est l’une des tâches essentielles des autorités, prend plusieurs formes. Les gouverneurs envoient à Buenos Aires des rapports circonstanciés où ils détaillent la composition des factions – dénigrant les uns, recommandant les autres – et narrent par le menu les méfaits des opposants et les circonstances où ils se sont manifestés.

  • 51 Cf. H. Galmarini, « Los españoles de Buenos Aires después de la Revolución de Mayo : la suerte de u (...)
  • 52 Circular del Triunvirato a los cabildos, 13/07/1812, AHM Ind., 603-28 ; AHT Adm. 22- 227.

47Lorsque le gouvernement se sent menacé par ces troubles et ces divisions, il intervient en rappelant fermement à l’ordre les autorités dissidentes, voire en ordonnant une enquête. Menées à l’encontre d’individus suspects, notamment les Européens, celles-ci peuvent être confiées au gouverneur ou à une autorité quelconque : officier de milice, échevin ou magistrat indépendant. Celui-ci convoque un certain nombre de vecinos, censément proches du suspect et enregistre la déposition détaillée de chacun. C’est à partir de ces dossiers que les dirigeants se font une idée plus précise de la position qu’adoptent à leur égard les élites de l’intérieur. Les Espagnols péninsulaires n’en restent pas moins les boucs émissaires du nouveau régime : exclus des emplois publics dès 1810, ils deviennent les cibles privilégiées des prélèvements forcés et des attaques du pouvoir51. En mars 1811, au plus fort de la lutte entre « morénistes » et « saavédristes », la Junte décrète l’expulsion de tous les Européens célibataires résidant dans la capitale. L’année suivante, en butte aux attaques conjointes des radicaux de la Société patriotique et des loyalistes menés par Álzaga, le Triumvirat lance l’offensive : le 10 juillet, Álzaga et ses partisans sont arrêtés et exécutés, tandis qu’est forgé le mythe du « complot des Européens ». La nouvelle est diffusée dans les provinces avec un luxe de détails et la recommandation expresse de débusquer les réseaux pouvant exister dans l’intérieur52. Les autorités locales réagissent à l’affaire avec un enthousiasme peut-être forcé, en tout cas unanime : elles saluent la victoire de la « liberté américaine » sous les auspices du gouvernement et organisent des cérémonies solennelles pour marquer l’événement.

48À travers les tâtonnements et les redéfinitions des premières années de la Révolution, les dirigeants révolutionnaires apparaissent donc comme les héritiers progressistes, libéraux, de l’administration vice-royale. Outre le partage des fonctions de gouvernement entre les différentes instances, vécu comme une rivalité pour la détention ultime du pouvoir, l’autre question cruciale réside dans ce qui constitue le fondement de leur légitimité, à savoir la part de souveraineté qui revient aux cités et qui doit être institutionnalisée par la mise en place d’une assemblée représentative.

La représentation congrue des pueblos (1810-1812)

49Même si leur pouvoir n’est jamais ouvertement contesté, la légitimité des nouveaux gouvernants durant les premières années de la Révolution a des assises relativement faibles. En effet, à l’exception des membres de la Junta Grande, leur nomination échappe souvent aux cités de l’intérieur. Plusieurs équipes sont mises en place lors des « journées » révolutionnaires de la capitale, par quelques centaines d’émeutiers qui, au nom du « peuple », soutiennent l’un ou l’autre des clans se disputant le pouvoir.

50Or, les dirigeants tiennent à préserver la cohésion du vice-royaume, rapidement mise à l’épreuve par la perte du Paraguay, du Haut-Pérou et par la sécession de Montevideo. La stratégie des armes ayant rapidement fait long feu, l’adhésion des cités dépend, dans une large mesure, de la place que leur accorde le pouvoir dans la refonte des institutions. La rétrocession de la souveraineté aux pueblos, principal fondement théorique du nouveau régime, constitue donc un enjeu de premier ordre dans les débats des dirigeants, comme dans les relations instaurées avec les cités. Cependant, les ambitions des pueblos menaçant à terme le pouvoir central, celui-ci s’efforce d’en limiter l’impact.

Les élections à la Junte de Mai : un vote sous influence

  • 53 Instrucciones reservadas para la Expédition, dans Archiva General de la República Argentina, op. ci (...)

51Évoquée tout au long des journées de mai, la nomination de représentants destinés à former un congrès constituant traduit en actes la réversion de la souveraineté au peuple. Toutefois, la manière dont ces élections se déroulent les prive de leur sens originel d’acte souverain. La circulaire du 27 mai 1 810 ordonne l’élection des députés comme corollaire de l’adhésion à la Junte, en même temps qu’elle annonce l’envoi de l’Expédition auxiliaire. Rien dans ce texte ne fait donc apparaître le choix des représentants comme l’exercice de la volonté du peuple. Du reste, la Junte veille à ce que ces élections soient sans surprise : elles se déroulent en effet sous la haute surveillance de l’Expédition. Celle-ci intervient d’abord à Córdoba, où le commandement reçoit l’ordre d’éloigner le gouverneur et les échevins « comme condition nécessaire de la liberté du peuple dans l’exercice du vote »53. En cas de résistance, il est prévu de faire intervenir la troupe, ce qui met en évidence les limites concédées à ladite « liberté ».

52En réalité, cette surveillance effective ne s’exercera qu’à Córdoba : dans les autres cités, les élections ont lieu dans le courant du mois de juin, avant l’arrivée de l’Expédition. Conformément aux ordres reçus, les autorités locales organisent le vote après avoir reconnu la Junte. L’unique référence dont elles disposent est l’acte du 25 mai, ordonnant aux cabildos de l’Intérieur

  • 54 Segundo acuerdo del 25 de Mayo de 1810, art. 11 et 12, dans Ideario de Mayo, op. cit., p. 47-50.

« (...) de convoquer au moyen d’invitations la partie principale et la plus saine du vecindario, afin que se forme une assemblée composée uniquement de ceux qui auront été ainsi convoqués, qu’ils élisent leurs représentants et que ceux-ci se rendent dans les plus brefs délais à la capitale pour établir la forme de gouvernement convenant le mieux [à la situation présente], »54

  • 55 Ibid.
  • 56 V. Tau Anzoátegui, E. Martiré, Manual de historia de las instituciones argentinas, Buenos Aires, 19 (...)
  • 57 Circular de la Junta a las villas del Interior, 16/07/1810, AHC Gobierno, 33-7, doc. 50.

Comme preuve de leur délégation de pouvoir, les électeurs conféreront aux députés un pouvoir par lequel ceux-ci devront jurer « de ne pas reconnaître d’autre souverain que le seigneur don Ferdinand VII et ses légitimes successeurs, selon l’ordre établi par les lois, et de rester subordonnés au gouvernement qui les représente de manière légitime »55. Par la suite, la Junte précise ces dispositions électorales : le 19 juin, le vote est élargi à « tous les vecinos résidant dans la cité, sans qu’il ne soit fait de différence entre les célibataires et les hommes mariés », et il est signalé que « l’assistance devra se dérouler sans étiquette ni ordre de placement pour éviter toute contestation et tout retard »56. En outre, la circulaire du 16 juillet limite le vote aux capitales de district57, ce qui indique implicitement que le décret du 6 octobre 1809 a été reconduit. Du reste, en ce qui concerne les qualités du futur député, la Junte cite ledit décret dont elle ordonne la lecture publique lors de l’élection.

  • 58 Cf. E. O. Acevedo, « La Revolución de Mayo en Salta », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 6, p.  (...)
  • 59 Acta del cabildo abierto celebrado en Salta el 30 de junio de 1810, dans J. V. GOnzález,Filiación (...)

53Les assemblées électorales réunissent chacune une centaine de participants. La liste des personnes convoquées par le cabildo de Salta montre la parfaite ordonnance de la réunion58. Toutes les corporations, le clergé, l’administration royale, les militaires, les avocats et les principales familles envoient leurs représentants ; l’assemblée est donc composée des échevins, des autorités ecclésiastiques, des hauts fonctionnaires, des officiers et des personnalités les plus illustres de la cité59. Bien qu’il ne vote pas, le gouverneur-intendant, surtout s’il vient d’être remplacé, peut être présent. Après la lecture des textes réglementaires, suivie parfois d’une exhortation engageant les citoyens à bien voter, on procède au scrutin proprement dit. D’après le peu d’informations que livrent les comptes rendus, le mode de suffrage paraît variable. Certains textes décrivent un vote secret : les électeurs, appelés un à un, sont inscrits sur une liste par les greffiers du cabildo et chacun place dans une urne un bulletin portant le nom de son candidat. Au terme du vote, ceux-ci sont dépouillés et les résultats proclamés par les autorités principales (premier alcalde et gouverneur). Lorsque aucune majorité franche n’est dégagée, un deuxième tour est organisé pour départager les candidats ayant obtenu le plus grand nombre de voix. D’autres actes semblent attester la pratique du vote public, par des formules telles que « ils dirent d’un commun accord qu’ils choisissaient pour député don Manuel Felipe Molina » (à Tucumán), ou bien par le détail du vote de chacun des électeurs (à Córdoba).

54Il arrive également que les deux pratiques soient attestées dans la même cité. C’est par exemple le cas à Salta, où le vote du 30 juin est à bulletin secret, tandis que celui du 29 août se déroule par acclamation. De plus, dans ce dernier cas, le suffrage s’accompagne d’une déclaration des dons que chaque individu octroie au bénéfice de l’Expédition. Si le secret du suffrage n’est pas forcément de mise dans le premier cas, le vote par acclamation est attesté dans le second et correspond à la logique voulue par les dirigeants, consistant à rallier l’élite des cités. La proclamation correspond en effet à une déclaration d’adhésion au nouveau régime. De plus, elle entraîne au sein de l’assemblée un phénomène d’autocensure et de contrôle qui protège l’élection des luttes de factions. Les exhortations préélectorales mettent également l’accent sur cet aspect : il est recommandé aux votants d’écarter de leur choix des considérations particulières et de se prononcer en fonction de l’intérêt général de la communauté.

  • 60 Nomina que formo el cabildo de Salta con las personas que serian convocadas..., 23/06/1810, dans J. (...)

55Cette exigence se retrouve partiellement dans les résultats du vote, puisqu’on constate à Salta comme à Córdoba une très forte majorité en faveur de l’un des candidats : 82 voix sur 106 dans un cas, 103 voix sur 107 dans l’autre. Il est donc manifeste que l’unanimité l’emporte ici sur les logiques de factions. Toutefois, ce résultat peut fort bien avoir été « préparé » par le cabildo au niveau de la convocation des électeurs. Dans le cas de Salta, il est possible de comparer la liste des personnes convoquées le 23 juin, pour une élection qui n’aura finalement pas lieu, et celle des électeurs du 29 août. Les différences relevées entre les deux montrent que contrairement aux affirmations des comptes rendus, on ne convoque pas l’ensemble des électeurs potentiels, mais seulement une partie, sans doute sélectionnée sur des critères politiques60. De fait, les candidats proposés par les électeurs sont tous dotés des qualités requises : ils font partie des plus grandes familles de la cité et sont pour la plupart dotés d’un titre universitaire. Toujours dans le cas de Salta, qui offre l’éventail de noms le plus large, on remarque que les candidats sont jeunes, occupent souvent des fonctions importantes dans la cité (officiers de milices ou avocats) et ne font pas forcément partie du groupe des électeurs. Autrement dit, en dehors des considérations de clans, ces derniers proposent effectivement des personnes qu’ils croient capables d’assumer la tâche proposée.

  • 61 Cf. B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, 1995 ; P. Rosanvallon, Le peuple intr (...)

56Cette constatation d’un « profil » commun des candidats va de pair avec l’unanimité suggérée ou la présence du vote par acclamation : ces pratiques sont l’indice d’un vote ancré dans la conception ancienne de la représentation. Le caractère individuel du suffrage est en fait démenti par plusieurs facteurs. Tout d’abord, la convocation par corps fait que l’individu ne s’exprime pas en son nom mais représente la volonté du groupe auquel il appartient. Ensuite, le caractère unanimiste du vote révèle le sens donné à l’élection, qui ne consiste pas à exprimer une préférence individuelle mais à sélectionner la personne que l’on juge la plus apte à représenter l’ensemble de la communauté61. Un indice supplémentaire du sens donné à ce vote est la pratique de la délégation : il arrive assez fréquemment que des électeurs, en guise de suffrage, s’en remettent au choix des autorités, qu’il s’agisse du cabildo ou de l’évêque lorsqu’il est présent. Tout cela montre amplement le caractère fictif du suffrage individuel. Le vote dans son ensemble est donc l’expression d’une volonté collective, le sujet de la représentation n’étant pas l’individu autonome, mais la cité en ses corps.

57C’est ce qui donne à la représentation des pueblos un caractère extrêmement ambigu. Telles que nous venons de les décrire, ces élections fonctionnent comme une adhésion supplémentaire aux nouvelles instances de pouvoir. Pourtant, elles sont présentées comme un acte conduisant à l’exercice de la souveraineté puisque les représentants ainsi choisis sont censés former un congrès constituant. Le sens moderne de la représentation politique – une médiation permettant aux citoyens d’exercer leur part de souveraineté – est donc greffé sur une pratique ancienne de la représentation, confiant aux « meilleurs » le soin d’exercer l’autorité. La désignation dans toutes les cités de partisans déclarés de la Junte rejoint le soin que met celle-ci à orienter leur choix : au nom de leur souveraineté retrouvée, les cités entérinent le coup de force de la capitale. En échange, celle-ci semble disposée à leur accorder une certaine autonomie.

La Junta Grande et le débat sur le statut des cités

  • 62 Cf. R. Levene, Historia de la Nación argentina, op. cit., t. 5, vol. 1, p. 343-402 ; C. Segreti, «  (...)
  • 63 Cf. C. Segreti, El unitarismo argentino, op. cit., p. 27-29 ; J. C. Chiaramonte, « ¿Provincias o Es (...)

58Pendant toute l’année 1811, la Junta Grande gouverne le pays et réforme le régime grâce à la légitimité que lui confère la présence en son sein des représentants des cités62. Toutefois, au sein de la fraction modérée qui prend le dessus après les journées d’avril, les esprits ne tardent pas à se diviser sur la question du statut des pueblos. Opposés à la confiscation de la souveraineté par la capitale que prône les morénistes, ils considèrent que le changement de régime doit affecter la façon dont les cités sont administrées. Mais les vues divergent sur la forme et l’extension à donner à cette nouvelle organisation : s’agit-il simplement d’assouplir la position du pouvoir central vis-à-vis des autorités locales, ou de décréter l’autonomie des provinces au nom de la souveraineté retrouvée ? Ce débat, qui est au cœur des sessions de la Junte, a pour chefs de file le doyen Gregorio Funes, député de Córdoba, et le chanoine Juan Ignacio Gorriti, député de Jujuy63.

59Le premier lance le débat en présentant à l’assemblée, à la fin du mois de janvier, un projet émanant du cabildo de Córdoba, qui donnera lieu quelques jours plus tard à la création des juntes provinciales. Le projet en question est significatif de la tension provoquée dans les cités de l’Intérieur par l’arrivée de gouverneurs peu au fait des situations locales et débordant de zèle révolutionnaire. Le doyen Funes plaide pour que soient nommées comme dirigeants des provinces des personnalités locales, nées ou résidant sur place. Au-delà des arguments invoqués (une bonne connaissance des enjeux locaux favoriserait une meilleure administration), il s’agit évidemment d’une tentative d’émancipation à l’égard de l’ancien système, où la nomination de gouverneurs originaires de la province était interdite pour préserver l’administration royale de l’influence des réseaux personnels.

  • 64 Orden de la Junta Superior..., 10/02/1811, op. cit.

60Le décret établissant les juntes provinciales répond dans une certaine mesure à ce désir d’autonomie, tout en le maintenant dans de strictes limites. Il est en effet convenu que des juntes seront formées dans les capitales d’intendances (juntes provinciales) ainsi que dans toutes les cités possédant le droit de suffrage (juntes subalternes). Elles comprendront deux à quatre membres élus par les vecinos, mais seront présidées par un fonctionnaire nommé par le pouvoir central (gouverneur dans les capitales d’intendance, lieutenant ou subdélégué ailleurs). Cette disposition est significative du contrôle que le gouvernement entend exercer sur les cités, du moins tant que l’organisation définitive du régime n’a pas été établie. Le décret stipule que ces juntes détiennent « toute l’autorité du gouvernement de la province » mais qu’elles demeurent « dans une entière subordination vis-à-vis de la Junte Supérieure »64.

  • 65 Ibid.

61Cette nouveauté institutionnelle ne modifie donc que très peu l’ordre existant. Elle harmonise effectivement, comme c’était son intention, la forme du gouvernement local et celle du pouvoir central, avec la garantie de modération que comporte, selon ses auteurs, l’exercice du pouvoir par plusieurs individus, chacun servant de frein à la tyrannie potentielle des autres. Par l’élection des membres, elle introduit une dose de principe représentatif dans les rouages de l’administration locale. Toutefois, sans que le décret ne le mentionne expressément, le représentant du pouvoir central conserve, en tant que président de cette assemblée, la réalité du pouvoir. Il est même possible d’envisager que l’institution soit en réalité destinée à légitimer, dans un contexte a priori hostile, le maintien de fonctionnaires étrangers aux cités. Quoi qu’il en soit, cette mesure apparaît néanmoins comme une première concession de la capitale à la souveraineté théoriquement recouvrée des pueblos. La timidité de cette ouverture se manifeste également par le fait que les juntes subalternes « reconnaîtront à leurs capitales respectives la subordination due jusqu’alors par les cités [concernées] »65. C’est dire que la pyramide des obédiences demeure intacte et que seule change la représentation du pouvoir, ce qui contredit fortement la prétention des dirigeants à rompre avec l’Ancien Régime.

62Or, la rétrocession de la souveraineté aux pueblos est censée replacer ceux-ci sur un pied d’égalité. C’est la qualité de cité en elle-même, et non son rang dans l’ordre administratif, qui la consacre comme partie constitutive de la « Nation » et détentrice à ce titre d’une part de la souveraineté. Cet argument constitue le cheval de bataille du chanoine Gorriti, dans sa controverse avec Funes au sujet du statut des pueblos. Il n’est pas sans importance, remarquons-le, que le premier représente une cité subalterne et le second une capitale d’intendance. Farouchement opposé au projet de juntes provinciales, le chanoine mène campagne pour l’égalité et l’autonomie des pueblos, avec le soutien sans faille de ses concitoyens. En réponse au décret du 10 février, il expose à l’assemblée un projet de réforme de l’administration des pueblos signé du cabildo de Jujuy. De manière frappante, le texte renvoie à la Junte, qu’il flatte au passage, les divers arguments que celle-ci a utilisés pour se faire reconnaître. Ainsi, c’est au nom de la restauration de ses droits naturels que la cité s’arroge l’initiative politique :

  • 66 Oflcio del cabildo de Jujuy a la Junta de Buenos Aires, 19/02/1811, dans R. Levene, Las Provincias (...)

« Si l’univers entier juge que cette grande partie de la Nation est autorisée à veiller sur sa propre conservation, ce cabildo ne voit aucune raison qui empêcherait cette cité de promouvoir la grandeur à laquelle elle est en mesure d’aspirer, sous les auspices d’un gouvernement obéissant aux meilleures maximes de rectitude, de zèle infatigable et d’amour de ses semblables. »66

  • 67 Ibid.

De même, le texte pousse jusqu’au bout la logique de la critique contre les mandones qui a servi de fondement au nouveau pouvoir. Cela lui permet de justifier ses propositions en vue d’établir un régime d’administration des pueblos radicalement opposé à l’ancien. L’audacieux projet de réforme qui s’ensuit est à la mesure du changement invoqué : chaque cité, libérée du système des intendances, serait comme une « petite République » dotée de son propre gouvernement et « d’une Constitution propre, [rédigée] dans un langage courant, intelligible même par la plèbe la plus grossière », tout en conservant des liens d’« amitié, [de] secours mutuel et [de] parfaite fraternité avec les autres cités du royaume »67. L’administration locale serait assurée par un « prêteur », tandis que les cabildos verraient augmenter leurs prérogatives traditionnelles, notamment en matière financière et militaire (la défense de la frontière intérieure contre les Indiens est, comme dans beaucoup d’autres provinces, un enjeu crucial de la politique locale).

63À travers un langage en mutation, qui s’adapte aux valeurs prônées, c’est l’ancienne aspiration des cités à s’émanciper du carcan des intendances qui s’exprime et se combine avec un souci élémentaire de défense et de développement des richesses. Dans la suite du texte, Jujuy formule d’ailleurs explicitement le vœu d’être détachée de l’intendance de Salta et se livre à une longue critique de ce système, totalement identifié à l’ordre ancien et à ses maux. Les attaques du chanoine contre les juntes provinciales se font encore plus précises dans une réclamation qu’il adresse à la Junte au début du mois de mai. Pour lui, il ne fait aucun doute que la rétrocession de la souveraineté impose de reconnaître une égalité de condition entre les cités. Prenant aux pied de la lettre les déclarations de ses collègues qui affirment vouloir restituer aux pueblos leurs prérogatives originelles, il démontre que la création des juntes ne répond pas du tout à cette attente, parce qu’elle ne fait que renforcer le déséquilibre existant entre les capitales d’intendances et les cités subalternes. L’argument qu’il emploie est d’un importance capitale dans le débat sur le statut des pueblos et dans le déplacement des centres de pouvoir au début de la révolution de Mai. Comparant le système des juntes avec celui des anciens gouverneurs, il écrit sans ambages :

  • 68 Oficio del Diputado de Jujuy Juan Ignacio de Gorriti a la Junta, 4/05/1811, dans R. Levene, Las Pro (...)

« À l’époque où plusieurs cités obéissaient à un gouverneur, la capitale ne jouissait pas, vis-à-vis des villes subalternes, d’une prééminence autre que celle d’être le siège ou la résidence ordinaire du chef de la province ; mais de cité à cité, les droits de la capitale étaient égaux à ceux de la subalterne, la première n’exerçant aucun acte de pouvoir ni de juridiction sur les secondes. Au contraire à présent, en vertu des articles 2 et 9 [du décret du 10 février 1811], la capitale exerce des actes de réelle domination sur les cités subalternes. Le droit exclusif d’élire et de constituer le gouvernement de la province appartient au peuple de la capitale, de sorte que chacun de ses vecinos se trouve être un gouverneur potentiel et chaque habitant du district un sujet naturel du précédent. »68

64Il s’agit naturellement d’une interprétation quelque peu abusive du décret du 10 février, qui ne confère aucun droit particulier à la cité capitale et étend le principe de l’élection aux juntes subalternes. Cette vision est néanmoins extrêmement révélatrice de l’enjeu réel du débat, à savoir le degré de souveraineté accordé aux pueblos, par l’intermédiaire d’un organe de gouvernement partiellement élu. En invoquant leurs « droits », Gorriti continue à raisonner en termes de privilèges accordés aux cités. Ce qu’il remet violemment en cause dans cette diatribe, c’est l’inégalité de condition qu’entraîne le nouveau système, lequel, par le biais de l’élection, confère aux habitants de la capitale un pouvoir de décision qui échappe aux autres. De l’égalité revendiquée entre les communautés en termes de privilèges, il en arrive donc à défendre celle des individus en termes de statut juridique. Son discours permet de saisir le moment d’alchimie subtile où la représentation ancienne de la société, par le biais de la revendication d’égalité, laisse place à sa conception moderne, fondée sur l’uniformisation des statuts.

65Un mois plus tard, sa motion n’ayant toujours pas été discutée en séance, le chanoine réitère ses plaintes auprès de la Junte, toujours au nom des « droits » de sa cité « violés par le règlement des juntes provinciales ». Une fois encore, Gorriti renvoie les révolutionnaires à leur propre logique, au discours et à la stratégie employés par la Junte en 1810, qui a joué la carte des communautés contre celle des anciens fonctionnaires, laissant par là même libre cours à l’exercice de la souveraineté :

  • 69 Circular de Gorriti a las ciudades, 19/06/1811, AHT Adm., 21 -235.

« [La Junte] ne s’est pas adressée aux gouvernements des capitales pour que celles-ci ou leurs chefs interprètent, comme des tuteurs, la volonté des cités. Elle s’est adressée aux pueblos eux-mêmes, et aux cabildos, leurs représentants, comme à des personnes émancipées, en droit de délibérer de leur propre sort. Les liens qui attachaient les cités aux gouvernements provinciaux furent alors rompus ; chaque communauté délibéra pour elle-même, calcula ses intérêts et prit une résolution dans l’affaire la plus grave, la plus intéressante et la plus importante qui puisse jamais être proposée à un corps politique. »69

66Ce passage permet de reconstituer la pénétrante analyse du chanoine au sujet des incidences de la Révolution sur le statut des cités. Selon lui, tout se passe comme si l’action menée par la Junte de Mai avait dissocié la hiérarchie des cités de l’ordre administratif, replaçant les premières sur un pied d’égalité, ce que le lexique révolutionnaire nomme « restitution des droits ». Libérées de la tutelle étatique, les cités s’exprimèrent alors comme des sujets souverains, non point pour l’ensemble mais chacune pour elle-même : la notion de volonté générale se trouve ici circonscrite à la communauté. Par la suite, le gouvernement était censé codifier cet état de fait, c’est-à-dire faire coïncider le nouvel ordre institutionnel avec cette configuration de la société, formée d’éléments souverains et égaux entre eux. Or, et c’est la dernière étape du raisonnement, le règlement des juntes a fait exactement l’inverse en rétablissant un ordre administratif hiérarchisé et en introduisant dans la sphère de la société, par le biais du principe électif, une inégalité qui en était auparavant absente.

67Cette construction théorique montre le champ ouvert par la révolution de Mai du point de vue du sujet de la souveraineté et de son exercice. Durant l’année 1811 se dessine une palette qui va de l’option centraliste défendue par les morénistes Castelli et Paso (la souveraineté revient aux cités mais la capitale l’exerce en leur nom) à l’option autonomiste de Gorriti. La tendance majoritaire de la Junta Grande se rallie à une version médiane qui articule l’unité du pouvoir d’État avec une reconnaissance partielle du droit des cités. Cette tentative de conciliation entre deux principes contradictoires, l’un imposé par le haut et l’autre émanant de la base, constitue précisément le talon d’Achille du nouveau régime. Le gouvernement de la Junta Grande se trouve donc, à bien des égards, prisonnier de la question du statut des pueblos dont il a fait son cheval de bataille face aux morénistes. Le retour de ceux-ci sur le devant de la scène, à la fin de l’année 1811, a pour effet de bloquer pendant plusieurs mois l’institutionnalisation de la souveraineté des cités, encore théorique.

L’ajournement de l’Assemblée constituante

68La dimension théorique du conflit qui éclate à la fin du mois d’octobre 1811 entre le Triumvirat et la Junte pose la question du détenteur légitime de la souveraineté. Pour la Junte, aucun doute n’est permis : puisqu’elle est composée de représentants des pueblos, et que ce sont eux qui ont recouvré le pouvoir souverain, elle seule peut en être le dépositaire. Face à l’offensive conjointe du Triumvirat et du cabildo, elle se pose en représentante et en garante exclusive du droit des cités :

  • 70 Oficio de la Junta Conservadora al Gobierno Executive), 28/10/1811, dans A. E. Sampay,op. cit., p. (...)

« Les pueblos nous ont élus, nous ont conféré leurs pouvoirs, nous ont chargés de veiller à leur félicité et leur bien-être, enfin, ont déposé en nous leur confiance ; voici l’unique et la véritable origine de l’autorité. (...) Vouloir que le mandat absolu soit ramené aux mains de trois personnes non élues par les pueblos est leur faire injure. (...) Les pueblos en qui réside originairement le pouvoir souverain, les pueblos, uniques auteurs du gouvernement politique et qui sont seuls à attribuer le pouvoir confié à leurs magistrats, seront toujours les interprètes de leur contrat et les seuls qui puissent établir un nouvel ordre des choses. [Or], depuis notre incorporation dans le gouvernement, nous sommes ces pueblos. »70

69Cet appel vibrant aux principes de la souveraineté du peuple et du régime représentatif reflète la stratégie d’un organe de pouvoir qui tente de s’arroger, en s’identifiant à ce peuple, la légitimité qui en découle. Dans sa contre-attaque, le Triumvirat ne s’y trompe pas, qui accuse la Junte de monopoliser abusivement la souveraineté, sans toutefois user d’arguments théoriques. C’est qu’il est déjà impossible de remettre en cause l’étroite adéquation qui s’est opérée entre représentation des pueblos et légitimité du pouvoir souverain. Pour s’imposer, le Triumvirat est donc obligé de biaiser, en arguant du caractère « imparfait » ou « imaginaire » de la souveraineté que prétend détenir la Junte, en dénonçant haut et fort son caractère despotique et en conférant au peuple de Buenos Aires, « centre de la Révolution », l’initiative de modifier l’ordre existant. Les termes du conflit montrent que la source de la légitimité ne se trouve plus dans l’exercice d’un pouvoir hérité du vice-roi, mais bel et bien dans la représentation des pueblos. L’opprobre jetée sur les mandones a bel et bien condamné l’exercice d’un pouvoir personnel non délégué par les communautés. C’est pourquoi le Triumvirat se voit contraint de respecter la représentation des pueblos. Le Statut provisoire, promulgué à la suite de la dissolution de la Junte, prévoit que les représentants des cités interviendront dans l’élection des futurs triumvirs et que la convocation du Congrès sera organisée au plus tôt. Mais les atermoiements politiques de l’année 1812 transforment ces vœux pieux en véritable marathon électoral.

  • 71 Estatuto provisional del Superior gobierno de las Provincias Unidas del Rio de la Plata, 22/11/1811 (...)
  • 72 Reglamento que da forma à la Asamblea Provisional... 19/02/1812, dans Asambleas Constituyentes arge (...)

70Dans un premier temps, la circulaire du 18 janvier 1812 ordonne aux cités d’envoyer un représentant à l’assemblée qui nommera le prochain triumvir. Celle-ci sera formée « du cabildo. des représentants nommés par les cités et d’un nombre considérable de citoyens élus par le vecindario de la capitale »71. L’énorme inégalité de représentation entre la capitale et les autres communautés est confirmée par le Règlement du 19 février72 : les cités ne nomment qu’un seul député, ce qui représente un total de vingt personnes, alors que la capitale ne désigne pas moins de trente-trois représentants. Le Triumvirat cherche à s’assurer un contrôle étroit sur l’assemblée : celle-ci n’a pas le droit de siéger de manière permanente ; elle est convoquée sur son ordre, pour traiter des affaires qu’il lui confie expressément ; les votes sont publics ; les triumvirs peuvent assister aux séances et ce sont eux qui appliquent les décisions.

71Ces dispositions ne manquent pas de soulever des protestations. Le cabildo est le premier à plaider en faveur de la représentation des pueblos, retrouvant pour l’occasion les accents du protecteur naturel des communautés :

  • 73 Acuerdo del cabildo de Buenos Aires, 2/03/1812, ibid., p. 641.

« Toutes les cités sont des parties intégrantes et constitutives du corps social, qui reçoit d’elles la vigueur et la vie. Par conséquent, malgré la plus grande importance politique que la capitale, de par sa position, possède à tous égards, les inégalités les plus flagrantes doivent disparaître. »73

  • 74 Ibid, p. 698.

Par ailleurs, il défend l’indépendance de l’assemblée sur deux points essentiels. D’une part, celle-ci doit avoir le droit, pour ses prochaines sessions, de modifier à sa convenance le règlement formé par le gouvernement. De l’autre, elle doit pouvoir débattre de n’importe quel sujet d’intérêt public en dehors des points fixés par le gouvernement. Le 9 mars, le Triumvirat accède à cette demande. Réunie début avril, l’assemblée nomme Pueyrredon comme remplaçant de Juan José Paso, puis lance immédiatement un grand débat sur la nature de son autorité. Chacun des membres ayant donné son avis sur la question, la majorité proclame le caractère « suprême [de l’assemblée] sur toute autre autorité constituée dans les Provinces Unies »74. À l’issue de cette journée, le cabildo, instigateur de ce débat, semble avoir remporté la première manche, mais la réponse du Triumvirat ne se fait pas attendre : le soir même, il prononce la dissolution de l’organe représentatif qui prétend lui disputer la prééminence.

72Un long manifeste expose au public les détails de l’affaire. Comme la Junta Grande, l’assemblée est accusée d’avoir cédé à l’influence des factions et outrepassé les limites fixées à son autorité. Les pueblos, par la reconnaissance du Statut provisoire et les pouvoirs confiés à leurs représentants, sont censés avoir limité les attributions de l’assemblée aux points prévus par les textes. Cette dernière s’est donc abusivement arrogé la souveraineté, trahissant à la fois le mandat confié par les pueblos et la confiance du gouvernement, ce qui justifie l’énergique mesure prise par ce dernier. La souveraineté et la représentation des pueblos sont donc, une fois encore, au cœur de la lutte entre les deux instances rivales. Lorsque l’assemblée, pour justifier ses prétentions, invoque la légitimité que lui confère la représentation, le Triumvirat s’y oppose en détournant cette dernière à son profit. En réalité, les cités n’ont fait qu’apporter leur adhésion à des dispositions entièrement dictées par le Triumvirat ; leur initiative n’est en rien sollicitée dans le bras de fer qui oppose les factions rivales de la capitale. La souveraineté des pueblos n’est que l’instance légitimante d’un simple conflit d’intérêts.

73Trois jours plus tard, le Triumvirat convoque une nouvelle assemblée. Malgré la reconduction des textes (Statut de 1811, circulaire du 18 janvier, règlement du 19 février), il a tiré la leçon des événements. Ceux-ci ont montré que le danger d’opposition ne provenait pas des députés provinciaux, mais des instances rivales de la capitale. Celle-ci ne dispose donc plus que de cinq députés (cabildo compris), contre deux pour les capitales de province et un pour chaque cité subalterne. C’est donc au tour du Triumvirat de se proclamer champion du droit des cités et de retourner cette arme contre le cabildo. Cette tentative sera pourtant étouffée dans l’œuf. Début octobre, l’atmosphère est tendue dans la capitale : les opposants s’organisent au sein de la Société patriotique et de la Loge Lautaro, que viennent de rejoindre Carlos de Alvear et José de San Martín, deux jeunes officiers fraîchement rentrés d’Espagne. Il importe pour eux de priver le Triumvirat du soutien éventuel de la nouvelle assemblée : la « journée » du 8 octobre constitue le dénouement de ce conflit de pouvoirs. Le scénario en est maintenant familier : les habitants et les corps de milice, conduits notamment par San Martin et Alvear, se pressent sur la Place et protestent contre les irrégularités commises dans la réunion de l’assemblée. Le gouvernement cède devant l’émeute et le cabildo, qui est à la tête des opérations, nomme un nouveau Triumvirat qu’il fait acclamer par le peuple. Celui-ci annonce immédiatement la convocation d’un congrès : c’est chose faite avec le règlement électoral du 24 octobre, expédié dans les provinces qui, entre-temps, ont reconnu sans coup férir le nouveau pouvoir.

74L’exposé de ce conflit et de son dénouement amène plusieurs remarques. Tout d’abord, bien que la lutte des factions soit circonscrite à la capitale, la question de la représentation des pueblos représente un énorme enjeu en termes de légitimité. La réunion d’un congrès constituant, annoncée dès 1810, est retardée pendant deux ans à cause de l’hésitation des dirigeants, qui ne savent quelle place lui allouer dans la configuration générale du partage des pouvoirs. Les événements qui suivent la création du Triumvirat montrent que le caractère inaliénable prêté à la souveraineté rend impensable ou impossible une quelconque répartition des fonctions de gouvernement. Tandis que le Triumvirat cherche à s’assurer une mainmise sur l’assemblée, celle-ci s’appuie sur son origine élective pour revendiquer la souveraineté pleine et entière. Dans ce débat, la distinction théorique entre la souveraineté originelle du peuple, indivisible et inaliénable, et la souveraineté d’exercice concédée aux dirigeants, dont les fonctions peuvent être confiées à des organes différents, n’est jamais mentionnée. Au contraire, la stratégie de toutes les entités rivales consiste à fusionner ces deux aspects pour se doter d’une plus grande légitimité. Ce caractère indivisible du pouvoir, héritage de l’Ancien Régime, est renforcé par l’exclusivité qui domine les luttes de factions : aucune place n’est laissée à la négociation et à la conciliation, l’un des deux camps doit s’imposer entièrement à l’autre. C’est ce qui explique le mouvement de balancier qui caractérise la conjoncture des années 1811 et 1812, au cours desquelles celui à qui revient l’initiative relance toujours la question de la représentation des pueblos.

75Dans cette évolution, bien que les droits des pueblos soient proclamés par toutes les parties, la pratique de pouvoir inaugurée en 1 810 se maintient, Buenos Aires conservant l’entière maîtrise des changements politiques. Ceux-ci se produisent invariablement à la suite de « journées » où le peuple de Buenos Aires apparaît comme l’incarnation de la volonté générale et, par conséquent, comme le détenteur de l’initiative politique. Il existe donc une immixtion profonde entre l’organisation du pouvoir central et l’attitude de la capitale en tant que communauté urbaine. Le cabildo, qui la représente, s’impose d’ailleurs comme une troisième force incontournable dans les conflits qui opposent les instances gouvernementales. A bien des égards, la capitale adopte vis-à-vis des cités de l’Intérieur un comportement semblable à celui de l’Espagne envers les provinces américaines dans les premières années de la crise. La transformation de l’acte du vote en simple mécanisme d’adhésion, le déni d’une quelconque initiative politique, l’inégalité flagrante de la représentation dans les dispositions de février 1812 en sont autant de signes.

  • 75 Oficio del cabildo de Córdoba al Supremo Gobierno, 14/02/1812, AGN Gob. Cba., X-5-2- 4 ; Acta del c (...)

76Malgré cela, les cités connaissent, durant l’année 1812, une activité politique plus intense qu’à l’ordinaire à cause des multiples élections qui s’y déroulent. À première vue, on est frappé par la docilité avec laquelle elles entérinent sans coup férir les atermoiements du pouvoir central. Les incohérences du Triumvirat ne semblent pas entamer sa légitimité. Destinées à renforcer celle-ci à chaque changement de cap, par un renouvellement de l’adhésion, les élections ne sont guère susceptibles d’être utilisées par les cités comme un moyen de faire entendre leurs revendications. En effet, les élections de l’année 1812 ne laissent pas aux cités la marge d’expression qui leur est normalement concédée par le choix d’un mandataire porteur des doléances de la communauté. La circulaire du 18 janvier limite le vote au cabildo et à douze électeurs nommés par les échevins, ce qui exclut une large participation des vecinos et impose le choix d’un élu résidant dans la capitale. L’application de cette mesure dans les cités en montre très bien l’incidence en termes de défaut de représentation. Si Salta et Tucumán élisent des compatriotes illustres résidant dans la capitale, Mendoza porte son choix sur Hipolito Vieytes, l’un des commissaires de l’Expédition auxiliaire. Faute de pouvoir élire l’un des siens, elle accorde sa confiance à un patriote reconnu et prestigieux, attentif aux questions de développement économique. Córdoba va encore plus loin puisqu’à l’issue du scrutin, elle confie son vote... au cabildo de Buenos Aires. Cette décision étonnante montre que l’enjeu de cette élection n’est pas perçu en termes de défense des intérêts locaux. C’est pourquoi Córdoba joue sur un autre registre de la représentation, laissant à un corps qu’elle reconnaît implicitement comme supérieur le soin de décider à sa place75.

  • 76 El gobierno a los pueblos, 24/10/1812, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 137-140.

77Cette dimension de défense des intérêts locaux est à nouveau perceptible dans les élections qui suivent le renversement du premier Triumvirat. Le Règlement électoral du 24 octobre élargit en effet le vote à l’ensemble des vecinos, toutes catégories confondues (y compris les employés civils et militaires)76. La représentation respecte la hiérarchie des cités, sans apporter d’inégalité flagrante : six députés pour la capitale, deux pour les capitales d’intendance, un pour les cités subalternes. Dernier point sur lequel les dirigeants entendent innover : il n’est apporté aucune limite à la concession des pouvoirs. Chaque citoyen a le droit de confier personnellement au député de la cité les suggestions et réclamations qu’il juge nécessaires. La promotion de la souveraineté des pueblos par cette équipe, la plus radicale depuis 1810, consiste donc à restaurer la formule ancienne de la représentation, consistant en une délégation impérative du pouvoir par l’ensemble de la communauté urbaine. Elle permet enfin la réunion d’une véritable assemblée représentative, promise dès les premiers jours de la Révolution.

L’Assemblée, « unité centrale des opinions »

  • 77 E. Heredia, « La Constitutión de Cádiz en Salta », Nuestra Historia, 15/30 (1982), p. 359- 370.
  • 78 Rappelons que l’adjectif « libéral » est employé pour la première fois en Espagne pour désigner les (...)

78L’ouverture solennelle de l’Assemblée générale constituante a lieu à Buenos Aires le 31 janvier 1813. La veille, la cité de Salta, toujours occupée par les troupes royalistes du général Tristan, a prêté serment à la Constitution espagnole de mars 181277. Au-delà de l’anecdote, la coïncidence des dates fait apparaître la similitude des processus en cours au Rio de la Plata et dans la métropole. L’instauration et l’œuvre de l’Assemblée générale constituante vont dans le même sens que le travail des Cortès de Cadix : démanteler la société d’Ancien Régime pour lui substituer un ordre fondé sur les principes du libéralisme politique78.

  • 79 J. Canter, « La Asamblea General Constituyente », dans Historia de la Nación Argentina, op. cit., v (...)

79Malgré son œuvre législative considérable, l’Assemblée constituante de 1813 a peu retenu l’attention des historiens79. Ceux-ci ont souvent mis l’accent sur les instructions de la Bande orientale, qui constituent le programme « fédéral » d’Artigas et négligé de prendre en compte l’apport des autres pueblos. Or, il existe un décalage entre la conception de la représentation qui s’impose au sein de l’Assemblée, dominée par les membres de la Société patriotique, et celle qui prévaut dans les provinces. Le problème qui se pose alors est celui de concilier une représentation d’Ancien Régime, fondée sur une conception impérative du mandat, avec l’activité constituante dévolue aux représentants.

  • 80 Maniflesto inaugural del ’Redactor de la Asamblea’, 27/02/1813, dans Asambleas Constituyentes argen (...)
  • 81 Ibid.
  • 82 Ibid.

80Dès leur première réunion, les représentants décident d’ouvrir les sessions au public et d’en rendre compte dans le Redactor de la Asamblea, confié à la plume du député Cayetano Rodriguez. Le premier numéro, intitulé « Réflexions sur l’installation de l’Assemblée générale constituante », est une interprétation de l’événement destinée à l’édification des citoyens. Placée dans la perspective de l’histoire américaine, la réunion de l’Assemblée est présentée comme le point d’inflexion de la révolution, un terme qu’il convient de poser, en substituant aux hasards de l’émeute la rigueur des institutions. Ce propos s’ancre dans le cadre plus général de l’affrontement entre les lois de l’histoire et celles de la nature, voulues par Dieu. Si les premières conduisent les hommes et les peuples vers la décadence, les secondes font régner l’ordre et la perfection. Se conformer à l’ordre naturel impose donc de mettre un terme aux excès de la révolution, en leur opposant « le silence de la loi » et la « norme invariable de sa conduite »80. Sous ses auspices, les membres de l’Assemblée devront « concentrer le flux de l’opinion et donner aux intérêts particuliers la direction qui convient à l’intérêt public »81. L’Assemblée n’est donc pas conçue comme un lieu où doivent se confronter des positions contradictoires, mais celui d’où doit jaillir l’unanimité. Afin de pallier les dangers de la démocratie directe, la souveraineté est reconnue au peuple, mais l’initiative politique est confiée aux représentants. En effet, tant que le peuple jouait le rôle principal dans la Révolution, il a été livré à l’égarement, aux passions et aux accès de violence. Avec la fondation de l’Assemblée, il confie ce rôle à ses mandataires et à « l’unité centrale de leurs opinions »82. Dans l’imaginaire révolutionnaire, l’ouverture de l’Assemblée représente donc un moment d’une extraordinaire importance, où la reconnaissance de la souveraineté des pueblos, qui s’opère par le biais de la représentation, est tempérée par la volonté de forger une opinion unanime.

  • 83 Cf. E. DE Gandía, Historia de las ideas politicas en la Argentina, op. cit., t. 2 et 3 ; J. L. Rome (...)

81Durant les huit mois où elle siège régulièrement, de février à septembre 1813, l’Assemblée bénéficie d’un contexte favorable sur le plan militaire. La victoire de Belgrano à Salta libère les provinces du Nord-Ouest et permet au front de se stabiliser pendant quelques mois, tandis que Sarratea et Rondeau poursuivent le siège de Montevideo. Durant cette période d’accalmie, l’Assemblée déploie une activité fébrile dans tous les domaines de l’administration et de la société, sans toutefois mener à son terme le projet d’indépendance et de Constitution conçu par la Société patriotique83.

La représentation et l’exercice de la souveraineté

  • 84 Cf. F. Suárez, El proceso de convocatoria a las Cortès (1808-1810), Pampelune, 1982 ; F.-X. Guerra, (...)

82Le décret du 24 octobre 1812 situe la convocation de l’Assemblée constituante dans le contexte de la crise de la Monarchie : selon les nouveaux dirigeants, « l’éternelle captivité de Ferdinand VII a fait disparaître ses droits jusqu’au dernier ». Autrement dit, la formule de la « conservation des droits » a vécu ; il s’agit désormais d’affirmer sans détours que le peuple est souverain. Ce processus est identique à celui qui a amené les membres de la Junte centrale, en Espagne, à convoquer les Cortès dès l’été 1 810 : étant donné la prolongation de l’acéphalie, la souveraineté rétrocédée à la société devait s’exprimer par la réunion d’une assemblée représentative, qui renforcerait la légitimité d’un gouvernement issu de la crise et procéderait à des réformes structurelles84.

  • 85 Decreto de la Asamblea General Constityente, 8/03/1813, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 141 ; El Re (...)

83Bien que la réunion de l’Assemblée constituante soit le signe d’une rupture institutionnelle avec l’Espagne, marquée par la politique d’exclusion des Européens, cette amorce de régime représentatif peut donc se lire à la lumière de l’expérience péninsulaire. À l’instar des Cortès de Cadix, l’Assemblée générale constituante opère la grande mutation libérale qui permet au Rio de la Plata de rompre avec l’ Ancien Régime et de rendre effectif le transfert de souveraineté. Le règlement de l’Assemblée déclare que c’est en elle-même, et non dans la Nation, que réside la souveraineté. Proclamer la souveraineté nationale signifierait, en effet, se désolidariser complètement de l’Espagne et s’affranchir de l’appartenance à la Monarchie : les esprits ne sont manifestement pas prêts à franchir ce pas. Une avancée est pourtant tentée par le décret du 8 mars 1813, par lequel les représentants sont déclarés « députés de la Nation en général »85. Par cet artifice, on arrive à instaurer une souveraineté nationale « par défaut ».

  • 86 Nous reprenons ici l’expression de François-Xavier Guerra qui parle de « vice-peuple » pour soulign (...)

84Ce décret est extrêmement important du point de vue politique. Il représente en effet l’abandon d’une logique « sectionnaire » de la représentation au profit d’une conception unifiée et intégrée du peuple souverain. La représentation nationale n’est plus conçue comme la réunion de fragments territoriaux et sociaux, porteurs d’intérêts divers et hétérogènes. Elle suppose un processus de transmutation, de fusion symbolique de cet agrégat en un tout cohérent et unifié, porteur d’un intérêt commun. Proclamer la souveraineté nationale suppose en ce sens une transformation préalable et profonde de la façon dont les élites d’Ancien Régime conçoivent la société et le pouvoir. Or, les députés réunis en 1813 sont loin de partager cette conception, ou ne sont pas en mesure de l’exercer du fait de leur mandat impératif. Plus que l’avènement de la nation moderne, ce décret représente une limite posée à la défense des intérêts particuliers et à ce que les pueblos considèrent comme leurs droits. Les députés ne sont plus censés représenter, comme par le passé, des entités séparées et concurrentes dans la recherche de privilèges particuliers, mais incarner symboliquement la cohésion et l’unité des Provinces Unies. Tout se passe comme si les gouvernants projetaient, par la structure conférée à la représentation, le modèle de société qu’ils souhaitent voir advenir : par là même, l’Assemblée devient une sorte de vice-nation86.

  • 87 El Redactor de la Asamblea, n° 3, 13/03/1813, op. cit., p. 9.
  • 88 Ibid.

85Mais ce processus comporte de sérieuses limites, car cette entité nationale à construire ne correspond à aucune réalité sociale ou culturelle dans l’ensemble des Provinces Unies. Les références identitaires pouvant servir de cadre à une construction politique sont, d’une part, la Monarchie espagnole, qu’aucun gouvernement n’a remise en cause depuis 1 810 et, de l’autre, les cités, à partir desquelles est redéfinie la souveraineté. Dans la mesure où l’on commence, précisément, à se désolidariser de la Monarchie, il est impossible d’abandonner la cité comme entité souveraine et sujet de la représentation. C’est pourquoi le décret ajoute une nuance de poids à la formule, en précisant que les députés, bien qu’étant « de la Nation », doivent continuer à porter le nom de leur province. Dans son commentaire du décret, le Redactor de la Asamblea s’efforce d’articuler ces différents niveaux d’appartenance87. Aucune dissonance n’est réellement envisagée entre le « bien commun » d’une province et celui des Provinces Unies, mais il est néanmoins affirmé que « l’intérêt commun de la Nation » l’emportera toujours sur « l’intérêt partial d’une cité »88. Le problème de la définition de la Nation par rapport aux cités s’en trouve ainsi relancé : souveraineté et représentation oscillent entre ces deux pôles, tandis que les membres influents de l’Assemblée, bien qu’ils soient incapables de trancher, s’efforcent d’imposer une autorité unique, suprême, s’imposant à tous indistinctement.

  • 89 J. E. Burucúa, « Influencia de los tipos iconográficos de la Revolución francesa en los paises del (...)
  • 90 A. E. Sampay, op. cit., p. 131 et 157-159.
  • 91 Oficio de José Gascón al Tesorero, 27/04/1813, AHT 23-209 ; Oficio del cabildo de Córdoba al Suprem (...)
  • 92 Cf. H. Vogel, « Fiestas patrias y nuevas lealtades », Todo es Historia, 287 (1991) ; G. Verdo, « La (...)
  • 93 A. E. Sampay, op. cit., p. 157-159.

86Le signe le plus visible du transfert de la souveraineté réside dans l’adoption de symboles patriotiques. L’Assemblée et le pouvoir exécutif se dotent d’un écusson, où figurent des éléments empruntés à la tradition iconographique révolutionnaire89 : la pique coiffée du bonnet phrygien, les deux mains qui se croisent, la couronne de lauriers et le soleil levant. Certains de ces éléments se retrouvent sur le drapeau national, fondé au même moment par Belgrano, et sur les nouvelles pièces de monnaie. Celles d’argent portent sur l’avers la mention des « Provinces Unies du Rio de la Plata » et sur le revers la formule « Dans l’union et la liberté », correspondant aux allégories de la poignée de main et du bonnet phrygien. Sur les pièces d’or viennent s’ajouter, au pied de la pique, des trophées militaires, deux drapeaux, des canons et un tambour. Les figures essentielles du patriotisme auxquelles s’identifie la nouvelle nation – l’union des provinces, la lutte pour la liberté et l’espoir de la victoire – figurent donc sur ces objets destinés à être diffusés sur tout le territoire90. Le décret du 24 avril ordonne que les armes du roi, conservées sur les drapeaux et les étendards, soient remplacées par celles de l’Assemblée dans les lieux publics et les sièges des corporations, ce qui donne lieu à plusieurs cérémonies officielles91. Autres éléments d’une symbolique patriotique, le 25 mai, date anniversaire de la création de la Junte, est déclaré « fête civique » ou « fête nationale »92, tandis qu’est publié l’hymne composé par Blas Parera et Vicente López y Planes, dont les neuf couplets reprennent à l’envi la thématique révolutionnaire : il est question de liberté, d’égalité et de chaînes rompues, mais surtout du Lion terrassé (emblème de l’Espagne), de tyrans sanguinaires, de victoires militaires et de lauriers à venir dans toute l’Amérique93.

  • 94 Decreto de la Soberana Asamblea general, 6/02/1813, dans A. E. SAMPAY, op. cit., p. 135.
  • 95 Cf. J. MORALES Álvarez, Los extranjeros con carta de naturaleza de las Indias durante la segunda mi (...)
  • 96 H. Vogel, « New Citizens for a New Nation : Naturalization dans Early Independent Argentina », HAHR(...)

87La création d’une citoyenneté américaine constitue un autre jalon dans le transfert de la souveraineté. La distinction politique entre les partisans de l’absolutisme et les libéraux favorables au système des juntes a évolué, depuis 1810, vers une opposition entre Américains et Européens, deux communautés définies par leur lieu de naissance. Il s’agit alors de définir une nouvelle forme d’appartenance, en lien avec l’entité nationale que l’on s’efforce de faire émerger. Les Espagnols américains sont considérés d’emblée comme des nationaux, tandis que les péninsulaires doivent acquérir ce statut. À l’instar de la nationalité définie par la Constitution de Cadix, la tradition espagnole du jus sanguinis est remplacée par le principe du jus soli et le caractère volontaire de l’inclusion dans la communauté nationale. Dans ce sens, l’Assemblée promulgue le 6 février 1813 un décret sur la naturalisation des agents de l’État originaires de la péninsule94. La logique est la même que celle qui a présidé, en 1810, à l’exclusion des fonctionnaires royaux : cela permet aux dirigeants d’avoir un meilleur contrôle sur le personnel administratif et de barrer définitivement la route aux serviteurs de l’Ancien Régime. Le service de l’État est donc le premier domaine où le principe d’une nouvelle nationalité est appliqué. Peu à peu, la condition de nationalité est étendue à d’autres catégories de la population, comme les notaires, les ecclésiastiques ou les commerçants. Ce faisant, les députés ne font ainsi que reconduire une pratique de l’époque coloniale où, pour devenir serviteur de la Couronne en Amérique, les étrangers devaient se voir attribuer une « carte de citoyenneté » identique à celle que l’on exige désormais des péninsulaires95. Ceux-ci, comme les étrangers, doivent faire la preuve de leur adhésion active au régime en présentant à l’Assemblée un dossier contenant une demande motivée, un récit de leurs actions patriotiques depuis 1 810 et différents témoignages émanant des autorités civiles et militaires. Cette nationalité est conçue à la fois comme le choix d’un camp, dans un contexte de guerre civile entre sujets d’une même monarchie, et comme un lien d’obédience vis-à-vis de l’Etat en construction. A souligner toutefois que la naturalisation continue, jusqu’en 1816, d’être concédée au nom du roi ; elle reste ainsi théoriquement compatible avec le maintien du Rio de la Plata dans la Monarchie espagnole96.

  • 97 R. Di STEFANO, L. ZANATTA, Historia de la Iglesia argentina desde la conquista hasta finales del si (...)
  • 98 El Redactor de la Asamblea, n° 10, 12/06/1813, n° 11, 26/06/1813 et n° 12, 27/07/1813, op. cit., p. (...)

88Les affaires ecclésiastiques forment un domaine où le transfert de souveraineté s’affirme plus nettement97. Le 4 juin est votée une loi décrétant l’indépendance des Provinces Unies vis-à-vis de toute autorité ecclésiale existant en dehors de son territoire. Le pouvoir du Nonce résidant en Espagne est aboli et les évêques recouvrent leurs facultés premières (nommer aux emplois et aux bénéfices) en attendant que les relations avec le Saint-Siège soient normalisées. Trois commissaires et un vicaire général sont nommés pour administrer les affaires religieuses98. Ce régime s’applique également au clergé régulier, qui ne dépend plus de prélats extérieurs, les vicaires provinciaux devant désormais être élus.

89Dans l’esprit des dirigeants, le transfert de souveraineté, dans ses différentes déclinaisons, constitue un prélude à des réformes plus poussées. Celles-ci comportent quatre orientations principales : la refonte du statut juridique des citoyens, la mise en œuvre d’un projet de développement inspiré des Lumières, une réorganisation des institutions et une reformulation du lien entre État et société. Comme en 1810, le transfert de la souveraineté se justifie à la fois par la défense du pouvoir légitime, désormais celui du peuple, et par la régénération politique qui rend possible cette « conservation des droits ».

  • 99 A. E. Sampay, op. cit., p. 125.
  • 100 Décrets du 12 mars et du 1er septembre 1813, ibid., p. 128.

90La première tâche à laquelle s’attelle l’Assemblée est le démantèlement de la société d’Ancien Régime, par l’abolition des statuts particuliers et la proclamation de l’égalité des citoyens devant la Loi. Ces mesures sont en étroite corrélation avec la Constitution espagnole de 1812. Toutefois, la version américaine du démantèlement concerne en premier lieu la société de castes et cela est d’autant plus vrai au Rio de la Plata où il n’existe pratiquement aucune noblesse. L’Assemblée consacre ses premiers travaux à la condition des esclaves, à cause de l’importance symbolique du problème. La « liberté des ventres » est proclamée et l’on décrète que tout esclave deviendra libre par le seul fait de fouler le sol des Provinces Unies. Ces décrets soulignent le caractère conféré à la Patrie, devenue « terre de liberté » par la réunion de l’Assemblée99. Seconde catégorie considérée comme victime du despotisme, les Indiens sont libérés des contraintes inhérentes à leur ancien statut (corvées, tribut) et sont proclamés égaux en droits avec les autres habitants100. Cette confirmation de l’appartenance des Indiens à la communauté nationale constitue le pendant des mesures d’exclusion à l’encontre des Espagnols européens. Une société plus homogène du point de vue juridique est donc esquissée.

  • 101 Décret du 15 février, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 130.
  • 102 Décrets des 15 février et 3 mars, règlement du 9 avril, projet de loi du 29 avril, décrets du 4 mai (...)

91Parallèlement, on veut assurer le développement des richesses et du bien-être social, dans la lignée des réformes bourboniennes et des principes de l’économie politique. L’Assemblée se préoccupe de démographie, de santé publique, du développement de l’instruction. Elle s’efforce également de favoriser le commerce, « la prospérité et l’augmentation des richesses [devant] constituer le principal objectif du législateur »101. Les députés entendent effacer les dernières traces du monopole : les taxes sur l’exportation sont supprimées pour les grains et les métaux (à l’exception de l’or et de l’argent) ; les étrangers reçoivent les mêmes droits que les nationaux pour exploiter les mines. En revanche, le commerce local est protégé : les commerçants étrangers sont tenus de sous-traiter leurs affaires avec des négociants nationaux ou naturalisés, dont le Consulat est chargé d’établir une liste102.

  • 103 El Redactor de la Asamblea, n° 6, 10/04/1813 et n° 14, 14/08/1813, op. cit., p. 22 et 54 ; Oficio d (...)

92L’Assemblée légifère également dans des domaines plus strictement politiques, le lien des citoyens à la Patrie, l’organisation des pouvoirs et celle des institutions. Les députés se préoccupent en effet de récompenser les cités qui ont le plus contribué à l’effort de guerre. Celles-ci sont invitées à ouvrir un « registre civique » où seront inscrits les noms des soldats blessés ou morts au champ d’honneur. Une pension sera versée aux veuves, tandis que les soldats blessés ou invalides continueront à toucher leur solde en récompense des services rendus. Dûment contrôlée par le gouvernement, cette « liste civique » fera l’objet d’une lecture publique lors de la fête du 25 mai. La récompense et la commémoration sont exprimées comme un dû de la Patrie envers ses fils103.

93Même s’il s’exprime de manière privilégiée sur le champ de bataille, le patriotisme doit également être récompensé dans la vie civile, par l’octroi d’emplois publics. L’exclusion des Européens de l’administration civile, militaire et ecclésiastique libère des postes qui sont autant de moyens pour les gouvernants de stimuler l’ardeur patriotique et de s’attirer des fidélités, le mérite patriotique remplaçant les anciens critères de sélection. Les députés s’octroient un contrôle accru sur la nouvelle administration en décrétant un juicio de residentia général pour tous les magistrats ayant exercé jusqu’alors des charges de gouvernement. Cette opération, qui complète l’exclusion des Européens, est présentée comme une volonté de transparence entre le pouvoir et la société :

  • 104 Ibid, n° 3, 13/03/1813, p. 10.

« [Ainsi] le peuple américain connaîtra les mains entre lesquelles il remet son sort, et connaîtra aussi celles qui s’apprêtent à resserrer ses chaînes. C’est là l’un des plus sûrs moyens de remplir au plus tôt la dernière page de la Révolution et de restituer à la grande famille américaine les douceurs de la paix et de la liberté. »104

  • 105 Ibid., ?. 144-146.

94Enfin, l’Assemblée tente d’organiser une séparation des fonctions de gouvernement. Le Statut du pouvoir exécutif, adopté le 27 février, stipule que celui-ci sera exercé par un Triumvirat, dont les membres seront nommés pour une durée de six mois et ne pourront être jugés et démis que par les députés. On y retrouve les fonctions traditionnelles d’un pouvoir exécutif : faire exécuter les lois, commander les forces armées, diriger la politique extérieure, nommer les hauts fonctionnaires, administrer les finances, assurer l’ordre intérieur et la défense de l’État, et intervenir, selon des modalités bien précises, dans la sphère d’action des autres pouvoirs105.

  • 106 Décrets des 15 février, 19 mai et 9 août 1813, ibid., p. 127 et 149.
  • 107 Ibid, p. 149-152. Cf. R. Zorraquín Becú, Historia del derecho argentino. Buenos Aires, 1966-1969 ; (...)

95Le règlement du pouvoir judiciaire, promulgué le 1er septembre, s’inscrit davantage dans le démantèlement de la société ancienne, comme le montre l’abolition de l’inquisition, de la torture et du serment préalable dans les procès106. Pour le reste, le texte reprend l’essentiel de l’organisation existante107, notamment au niveau des juridictions de première instance dont le titre premier éclaircit la répartition des facultés. Le second règle les procédures d’appel et détaille le règlement des deux Tribunaux d’appel (Camaras de Apelaciones) qui remplacent les Audiences de Buenos Aires et de Charcas. Le troisième concerne le personnel des Tribunaux et les appointements qu’ils peuvent percevoir. Une volonté de limiter les abus est affirmée avec force, certaines taxes étant supprimées et une disposition spéciale permettant aux plus pauvres d’intenter gratuitement une action en justice.

  • 108 Proyecto de Constitución de la Sociedad Patriótica para las Provincias Unidas del Rio de la Plata e (...)

96Cet effort de rationalisation et de codificatión entrepris par l’Assemblée apparaît comme un préalable à ce qui constitue sa principale mission, doter le pays d’une Constitution. Cette perspective a été discutée et farouchement défendue, depuis l’année précédente, par les membres de la Société patriotique. Les projets constitutionnels représentent donc le dernier volet de l’activité des députés. Deux textes vont émaner de ces réflexions : celui de la Commission spécialement formée au sein de l’Assemblée pour rédiger un projet et celui de la Société patriotique, écrit en parallèle108. Les deux projets s’accordent sur la forme du régime, qui devra être républicain, sur le principe de l’unicité de la puissance souveraine et sur le partage des fonctions de gouvernement. Le pouvoir législatif est confié à un Congrès, composé d’une Chambre des représentants et d’un Sénat. La Commission conserve un exécutif collectif avec un Directoire de trois personnes tandis que la Société patriotique, préfigurant l’évolution ultérieure, propose un pouvoir unipersonnel confié à un Président de la République. Ces choix semblent dictés par la volonté des patriotes de se démarquer le plus possible de l’ancienne métropole. Les deux textes s’efforcent en outre de donner une définition rigoureuse de l’État, ce qui pose à nouveau le problème de l’articulation entre cette construction abstraite et la réalité des cités. Pour la Société patriotique, l’État est formé de l’ensemble des provinces, réunies dans un « acte solennel d’association générale, par l’intermédiaire de leurs représentants ». La Commission le définit comme une « République libre et indépendante », constituée à la fois par les provinces et « les hommes libres de la République ». L’ambiguïté sémantique du terme « république » invite toutefois à la prudence, car s’il est possible d’y voir un gouvernement fondé sur la souveraineté du peuple, décrété dans le paragraphe suivant, on peut aussi l’entendre dans son sens traditionnel de communauté politique organisée.

97Outre l’organisation des pouvoirs, les principes libéraux sont présents dans la formulation d’un État de droit. Dans le texte de la Société, les droits de l’homme sont explicités en sept articles, la liberté de conscience est proclamée, ainsi que les principes de l’habeas corpus et de liberté de la presse. La Commission réduit la déclaration des droits à deux petits articles qui proclament la liberté et la sécurité des individus face aux pouvoirs exécutif et judiciaire et l’égalité de tous face à la loi. Concernant, enfin, l’exercice de la citoyenneté, le projet de la Société patriotique accorde le droit de vote à tous les hommes libres nés et résidant sur le territoire, au moyen d’un suffrage indirect. Les membres du Congrès et le Président de la République lui-même seront élus par les provinces. La Commission décrète pour sa part que chaque citoyen peut être électeur et éligible et établit également un système indirect à trois degrés. Chez elle, néanmoins, le pouvoir exécutif est élu par les Chambres, selon un système plus en accord avec l’orthodoxie libérale.

98Durant les quelques mois de fonctionnement régulier de l’Assemblée, celle-ci parvient donc à mener à bien une œuvre législative et constitutionnelle de grande ampleur. Cela est dû au fait que les députés forment un groupe réduit numériquement, d’une cohérence remarquable sur le plan des idées et des pratiques, et que le souci de l’organisation commune de l’État semble l’emporter largement sur la défense des intérêts particuliers de leurs communautés. Durant toute la période, le nombre des députés siégeant à l’Assemblée oscille entre vingt-trois et trente, selon les arrivées, les démissions et les départs éventuels. Ceux des cités de Salta, Córdoba, Tucumán et Mendoza, que nous avons étudiés en détail, représentent un tiers du groupe. Ce sont des hommes d’âge moyen (autour de 40 ans), dont le profil professionnel est typique des représentants de l’époque : cinq juristes (dont l’un est devenu publiciste), deux militaires, un homme d’Église et un commerçant. Leur caractéristique la plus remarquable est qu’il s’agit, pour la plupart, de personnages ayant déjà une envergure « nationale ». Celui qui possède le plus fort enracinement « local » est le chanoine Baygorri, né et diplômé à Córdoba où il a une paroisse. Il en va de même pour le juriste Nicolas Laguna, qui se distingue par sa grande culture, son charisme et ses idées avancées. Bien qu’ils soient également des hommes de l’intérieur, José Moldes et Bernardo Monteagudo appartiennent au groupe des jeunes patriotes « éclairés » (ils n’ont que 25 ans) dont la destinée se confond avec celle de la Révolution. Les porteños, enfin, ont été élus grâce à leur rôle important sur la scène politique et à leurs accointances éventuelles avec l’intérieur. Le prestige de chef militaire de Juan Ramon Balcarce et ses relations avec l’élite de Tucumán, où il réside depuis l’arrivée de l’Expédition (devenue Armée du Nord), expliquent aisément son élection.

  • 109 Décret du 10 mars 1813, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 141-142.
  • 110 Décrets du 12 mai, 15 juin et du 13 novembre 1813, ibid., p. 141-143.

99Le statut de ces députés est codifié par une série de décrets : déclarés représentants « de la Nation en général », ils bénéficient de l’immunité juridique et parlementaire109. Le député désireux de quitter son emploi doit exposer ses motifs devant l’Assemblée, qui est en droit d’accepter ou non sa démission. Les électeurs peuvent également demander la suspension des pouvoirs ou le renvoi pur et simple de leur député, laissé à l’appréciation de l’Assemblée. Le collège électoral doit d’ailleurs rester en fonction durant toute la durée du mandat, afin de pouvoir remplacer le député en cas de défaillance110. Ces dispositions cherchent à imposer une conception moderne de la représentation. L’immunité parlementaire s’impose au vu des débats qui ont lieu au sein de l’Assemblée, où chaque député est libre de proposer une motion ou d’émettre son opinion sur un thème discuté. Toutefois, c’est une version absolue de la représentation qui transparaît à travers ces décrets : l’Assemblée a la mainmise sur ses membres, aussi bien lorsqu’il s’agit d’accepter leur démission ou leur renvoi que lorsqu’il s’agit de les juger.

  • 111 Cf. A. R. Bazán, Historiadel Noroeste argentino, Buenos Aires, 1986, p. 96 et 149.

100Or, ce monopole s’exerce à l’encontre de la représentation des cités : les députés sont déclarés « de la Nation en général » ; leurs indemnités sont payées par le Trésor public (c’est-à-dire les caisses de Buenos Aires) et l’Assemblée impose son autorité face à la souveraineté des pueblos. Ainsi, en mai 1813, elle annule la décision du cabildo abierto de Salta qui s’est réuni, après la libération de la ville, pour se prononcer sur l’élection des députés réalisée à Tucumán pendant l’invasion. Au cours de cette réunion, les vecinos ont ratifié l’élection de Moldes et refusé celle d’Agrelo, auquel ils ont préféré Lorenzo Villegas, l’assesseur du gouvernement111. Toutefois, ce n’est pas à cause de l’ancrage trop local du candidat que cette nomination est refusée, mais parce qu’on leur reproche d’avoir empiété sur les facultés de l’Assemblée :

  • 112 Oficio del Supremo Poder Executivo al gobernador-intendente de Salta, 22/05/1813, AGN Gob. Salta, X (...)

« C’est surtout en considérant que [Moldes et Agrelo] ont été élus dans les conditions et les délais impartis par le décret de convocation, et qu’ils ont été qualifiés par l’autorité nationale unique, à qui ce droit de sanction appartient exclusivement, que [ce deuxième vote apparaît comme] un abus notoire qui porte atteinte à la dignité et à la conduite de l’Assemblée Générale. »112

101La souveraineté des cités subsiste donc sous une forme extrêmement réduite, voire symbolique : les députés continuent à porter le nom de leur province, à être dotés d’un mandat impératif (quoique les pouvoirs conférés soient extrêmement larges) et les électeurs peuvent demander à l’Assemblée la cessation de leur mandat. Autant de signes qui apparaissent comme de simples concessions à la souveraineté des pueblos. Or, dans l’imaginaire des élites de l’intérieur, c’est à partir de celle-ci que doit se former « la Nation », justement dénommée « Provinces Unies ». Dans ce contexte où la cité demeure l’entité politique de base, où prédomine une conception ancienne de la représentation et où le processus d’intégration nationale est balbutiant, les tentatives de l’Assemblée pour forger une représentation nationale ex nihilo, en cassant le lien fondamental qui relie les députés à leur cité, ne peut apparaître que comme la tentative de domination d’une cité sur les autres – en l’occurrence Buenos Aires, qui continue de se confondre avec le pouvoir.

102Cette tentative entraîne du reste la réaction d’un certain nombre de députés. Le plus acharné est un homme qui a déjà fait preuve, en 1810, d’idées très avancées au sujet de la représentation des habitants de la campagne. Il s’agit du député de Tucumán, Nicolas Laguna. Taxé de fédéral avant l’heure, il s’efforce en fait de préserver une représentation authentique des cités, contre les empiètements des « nationaux » qui se confondent avec les représentants de Buenos Aires et les membres de la Société patriotique. Il s’élève ainsi contre la motion d’Alvear proposant de nommer les représentants « députés de la Nation », au nom du serment prêté à l’Assemblée et d’une conception plurielle de cette même nation. Sa déclaration, rapportée par Posadas dans ses Mémoires, vaut d’être intégralement rapportée :

  • 113 C. Páez de la Torre, Historia de Tucumán. Buenos Aires, 1987, p. 206.

« S’ils ne comprenaient pas ce que signifient les mots “Provinces Unies”, ceux qui leur ont prêté serment l’ont fait de manière sacrilège. Celui qui a prêté serment aux Provinces Unies n’a pas prêté serment à l’unité des provinces. Celui qui a juré fidélité et déclaré les “Provinces” en “Union” n’a pas reconnu l’unité ni l’identité, mais la confédération des cités. Les termes “unies” et “union” viennent du verbe “unir” et le mot “unité” de l’adjectif “un”, auquel correspond l’expression philosophique de “l’identité”. D’où il découle que le mot “unité” désigne un individu, une substance sans relation avec des parties, un tout ; tandis que “l’union” signifie le contact de parties réellement distinctes et séparées, [ce qu’illustre en politique] la fédération des États-Unis anglo-américains. »113

Cette étonnante mise au point sémantique souligne l’opposition entre deux camps : d’un côté, les tenants de l’unité absolue, partisans d’une fusion des souverainetés provinciales en un organe unique ; de l’autre, les partisans de la souveraineté active des pueblos, devant s’exprimer par le biais des représentants dans la rédaction d’une Constitution.

103Laguna, homme de caractère, résiste de toutes ses forces à la tentative de domination de la capitale sous couvert de la « nationalisation » des députés. Lors de la convocation, il avait été décidé que leurs indemnités seraient payées non par les cités, mais par les caisses de l’État, contrôlées par la capitale. Au nom de ce qu’il considère comme une entrave, Laguna refuse de toucher son indemnité, comme il s’en explique auprès de ses commettants :

  • 114 Oficio de Laguna al cabildo de Tucumán, 26/04/1813, AHT Adm., 23-316.

« La raison de mon refus tient à ce que ces assignations du Trésor Public [constituent] une décision du système qui doit gouverner ces provinces, avant même que l’on ait arrangé et mis en place ledit système. Ce qui en substance n’est rien de plus que de vouloir cueillir les fruits avant de mettre le projet à exécution. Ce dont je vous fais part pour votre information. »114

  • 115 Ibid.

Le fond de son raisonnement repose sur le caractère provisoire de l’Assemblée. Laguna refuse que soient prises des décisions importantes concernant l’avenir du pays tant qu’une Constitution n’est pas adoptée. Par ailleurs, il refuse la logique de la représentation absolue, comme il le montre en envoyant à ses électeurs une copie des projets constitutionnels présentés aux députés. Pour lui, la représentation qu’il assure comporte une limite importante, le risque que son opinion personnelle ne trahisse la volonté de ses commettants : « Mes lumières sont réduites, explique-t-il, et la distance est trop grande qui me sépare de ma cité, pour pouvoir être un interprète authentique de sa volonté positive, unique boussole qui me gouverne en matière de Constitution »115. Lui-même a un avis favorable sur les deux projets, mais aucun ne fait référence au système nord-américain qui, selon ses instructions, doit servir de modèle à l’établissement d’une Constitution pour les Provinces Unies. Laguna demande donc aux électeurs de lui dicter la position qu’il devra adopter dans les discussions. Par ces trois exemples, nous voyons en quoi Laguna se démarque du projet mis en œuvre au sein de l’Assemblée. À la représentation absolue qu’on tente d’établir, il oppose la vigueur du mandat impératif et la « liberté des Anciens » : en dernière instance, c’est au peuple de se prononcer. À une souveraineté unitaire et centralisée, il oppose l’agrégat des souverainetés provinciales. Et surtout, il attaque le régime par son point faible : son incapacité à se doter d’une Constitution.

  • 116 Les seules instructions connues à ce jour sont celles de Tucumán, Córdoba, Jujuy, San Luis, La Rioj (...)
  • 117 Acta del cabildo de Córdoba, 11/12/1812, dans Actas capitulares, op. cit., livre 46, p. 540- 554.

104Exceptionnelle par sa fermeté, la position de Laguna ne l’est pourtant pas par son contenu. Les quelques textes d’instructions qui nous sont connus révèlent tous le souci d’articuler la défense des intérêts de la cité avec la création d’un Etat fondé sur l’union des provinces, formalisée par une Constitution116. Quelques instructions révèlent aussi une méfiance par rapport à Buenos Aires et au pouvoir exécutif, tant il est clair que les deux se confondent (Tucumán, Jujuy). D’autres refusent la déclaration de l’indépendance qu’ils jugent prématurée (Tucumán, San Luis). Des propositions s’y égrènent, qui se retrouvent dans les lois de l’Assemblée : l’abolition de l’esclavage, la formation d’un code civil et criminel, le développement des mines, l’ouverture d’écoles, ou encore le juicio de residencia des fonctionnaires en place117. Autrement dit, il ne s’agit en aucun cas d’opposer des cités repliées sur elles-mêmes et confinées dans la tradition à une capitale ou à une élite « nationale » ralliées à la modernité. Le fossé qui sépare les deux camps tient uniquement à la façon de concevoir l’entité souveraine.

105Malgré la précision des instructions, les députés ont le champ libre pour œuvrer comme ils l’entendent. En effet, les pouvoirs conférés sont le plus souvent « généraux et sans aucune limite », étant donné le caractère exceptionnel de la mission qui leur a été confiée. L’origine des députés est le second facteur qui atténue considérablement l’impact du mandat impératif et explique l’écart entre la position majoritaire au sein de l’Assemblée et les conceptions en vigueur dans les provinces. Comme nous l’avons observé, la plupart des députés, s’ils ont séjourné dans l’intérieur, ont une envergure « nationale » et un enracinement local beaucoup moins prononcé que ceux élus en 1809 et 1810. Ces deux caractéristiques, pouvoirs larges et faible enracinement local, assurent aux députés une plus grande marge de manœuvre et leur permettent de faire prévaloir au sein de l’Assemblée la conception d’une représentation nationale et absolue. Moyennant quoi, leur statut n’est pas toujours d’une grande clarté pour leurs électeurs. Si les députés « nationaux » restent d’une grande cordialité vis-à-vis de leurs mandataires, le salut de l’État passe toujours, dans leurs propos, avant celui de la cité. D’où une certaine confusion, par exemple chez les échevins de Córdoba, qui prient leurs représentants en avril 1813 d’activer les négociations correspondant à leurs instructions, en leur demandant s’il ne serait pas nécessaire, le cas échéant, de nommer un fondé de pouvoir. Cela montre bien les difficultés que l’évolution du mandat impératif occasionne chez les commettants.

106C’est donc bien une représentation « nationale », quoique fictive, qu’incarne l’Assemblée constituante, permettant ainsi aux dirigeants libéraux d’opérer une réforme en profondeur des institutions, correspondant au transfert de la souveraineté au peuple. Pourtant, malgré la convergence des instructions et l’activité déployée par les députés, aucun texte constitutionnel définitif ne vient parachever ce travail : au contraire, tout se passe comme si l’équipe dirigeante qui a convoqué l’Assemblée s’efforçait, au bout de quelques mois, de lui ôter l’initiative politique. À la différence de 1811, cette mise sous tutelle de la représentation s’explique moins par la lutte des factions que par un blocage interne du régime révolutionnaire, qui l’empêche de traduire ses principes dans des institutions.

Un régime autoritaire et menacé

107Comme nous venons de le voir, l’Assemblée est en butte à une difficulté théorique, celle d’articuler la représentation des provinces avec l’image d’une souveraineté une et indivisible. La proclamation de la souveraineté nationale et la définition des représentants comme députés de la Nation sont une tentative pour résoudre ce paradoxe. Néanmoins, cet artifice finit par vider de son sens la représentation des provinces, tandis que le pouvoir exécutif, en proie aux exigences de la guerre, évolue vers une concentration de plus en plus poussée, sous l’influence de la faction qui dirige le gouvernement.

  • 118 Décréta del Supremo Poder Executive provisorio, 31/01/1813, dans A. E. Sampay,op. cit., p. 124-125
  • 119 Estatuto dado al Supremo Poder Executivo, 27/02/1813, ibid., p. 144-145.
  • 120 El Redactor de la Asamblea, op. cit., n° 5, 8, 10 et 12.
  • 121 Ibid., n° 9, p. 35.

108L’établissement d’une assemblée représentative et la proclamation de sa souveraineté pose à nouveau dans toute son acuité le problème de ses rapports avec le pouvoir exécutif. Malgré l’apparence de souveraineté qui lui est concédée, avec notamment le choix des membres du Triumvirat, l’ Assemblée reste étroitement dépendante de l’équipe qui a présidé à sa réunion. Ce sont les triumvirs qui lui donnent son règlement, le 31 janvier 1813 et qui constituent le bureau avec Carlos de Alvear, membre influent de la Société patriotique, comme président et deux députés de la capitale comme secrétaires118. De février à août 1813, la souveraineté proclamée de l’Assemblée semble respectée, du moins dans les formes, par le Triumvirat, qui accepte, entre autres, le Règlement du pouvoir exécutif119. La soumission de ses projets à l’Assemblée montre également ce respect des formes établies : à plusieurs reprises, de mars à juin, l’Assemblée donne force de loi à des propositions du Triumvirat120. Cet hommage rendu à la souveraineté de l’Assemblée se marque sur le plan symbolique par la cérémonie des félicitations que les membres de l’exécutif, suivis de toutes les autorités de la capitale, viennent adresser aux députés le 25 mai 1813. Le discours des triumvirs loue les succès militaires du moment et l’hommage rendu à la représentation apparaît étroitement lié à ce contexte favorable121.

109Toutefois, la pratique du pouvoir dément rapidement l’ordonnance des formes. Même si elle nomme effectivement les membres de l’exécutif, l’Assemblée n’a pas les moyens de faire respecter les règles qu’elle a édictées et sa capacité d’agir sur les autres organes de gouvernement apparaît d’emblée très limitée. La meilleure preuve en est qu’il n’existe aucun conflit connu entre les deux pouvoirs : les députés approuvent systématiquement les propositions du Triumvirat, ce qui tend à prouver soit une totale soumission de l’Assemblée, soit une prise de décision extra muros, en tout cas un contournement du rapport posé entre la représentation et l’exercice de la souveraineté. Cette faille apparaît au grand jour dès le mois de septembre 1813, où l’on constate une évolution de l’équilibre entre les pouvoirs, le renforcement de l’exécutif allant de pair avec un étouffement progressif de l’Assemblée.

  • 122 El Redactor de la Asamblea, op. cit., n° 16, p. 64.
  • 123 El Redactor de la Asamblea, op. cit., n° 17 et 18.

110Lors de la session extraordinaire du 8 septembre, le pouvoir exécutif, soucieux d’agir « dans une indépendance absolue », obtient la suspension des séances de l’Assemblée122. L’argument invoqué est celui de la situation militaire, auquel les défaites de Vilcapugio et Ayohuma donneront bientôt raison. Le 15 novembre, après que les sessions ont repris durant quelques semaines, la suspension est à nouveau votée. Le « Règlement sur la suspension des séances »123, adopté le 18, décide la mise en place d’une Commission permanente de cinq membres pour assister le pouvoir exécutif. Après la création de cet organisme, l’Assemblée est muselée et n’existe que comme chambre d’enregistrement des décisions du gouvernement. A trois reprises, celui-ci convoque les députés dans des situations où leur blanc-seing s’avère nécessaire pour consolider le régime ou approuver sa politique.

111La première de ces sessions publiques extraordinaires a lieu du 21 janvier au 8 février 1814. Il s’agit d’abord de modifier la loi qui, l’année précédente, avait décrété que les esclaves serait libérés par le seul fait de fouler le sol des Provinces Unies. Cette générosité n’est plus de mise : la Cour du Brésil a protesté, les commerçants étrangers aussi ; un amendement à la loi tenant compte de ces cas d’exception est donc voté. En second lieu, l’Assemblée a été réunie pour valider la transformation du pouvoir exécutif. Celui-ci sera désormais exercé par une seule personne, le Directeur suprême, assisté d’un Conseil et de secrétaires d’État au Gouvernement, aux Finances et à la Guerre. Une seconde session a lieu du 25 au 31 août, sur demande du Directeur suprême, qui a besoin de l’aval de l’Assemblée pour réorganiser les fronts dans l’intérieur, après la prise de Montevideo et le repli des royalistes dans le Nord-Ouest et pour mener à bien les négociations qu’il a entreprises en Europe. La dernière, enfin, a lieu du 5 au 25 janvier 1815 : Posadas a convoqué l’Assemblée pour lui présenter sa démission et laisser officiellement la place à son neveu Alvear, devenu l’homme fort du régime depuis que San Martin a quitté la capitale. Bien que cette session se termine, comme les précédentes, sur la décision de prolonger les réunions, l’Assemblée a cessé d’exister. Aucune annonce pourtant, dans les comptes rendus, de ce projet de dissolution : là encore, la partie a été jouée en sous-main, probablement au sein de la Société patriotique.

112Parallèlement à cette évolution, le pouvoir exécutif n’a cessé de se renforcer et de contrôler plus étroitement la « base » que constituent les cités et l’armée. La création de la Commission de l’intérieur, au début du mois de septembre, est le signe de cette reprise en main : les deux commissaires, Ugarteche et Álvarez Jonte, reçoivent des instructions qui en font des autorités intermédiaires entre l’exécutif et les gouverneurs, sans que l’Assemblée ne puisse intervenir dans leur champ d’action. La seconde étape a lieu le 8 septembre, avec la concession de facultés exceptionnelles au gouvernement et la décision de suspendre les réunions de l’Assemblée. Ce même jour, le député Larrea fait voter une loi qui autorise un membre du Triumvirat à commander l’armée de la capitale, donnant ainsi aux dirigeants les moyens d’imposer leur régime par les armes. L’étape ultime est la création du Directoire en janvier 1814. Tous les pouvoirs du Triumvirat sont concentrés en la personne du Directeur, qui reçoit les honneurs et les marques de distinction propres à son rang : une escorte, l’écharpe bicolore et une confortable indemnité. Cette concentration de l’autorité s’accompagne d’une personnalisation accrue du pouvoir, sensible dans les décrets de l’année 1814 où le Directeur accorde tour à tour sa grâce ou ses honneurs, et reçoit les félicitations des cités lors des victoires militaires. L’apogée est atteinte avec la nomination d’Alvear, qui réunit en sa personne le prestige de l’officier et du chef politique.

  • 124 C. Segreti, El unitarismo argentino, op. cit.
  • 125 Estatuto dado al Supremo Poder Executivo, 27/02/1813, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 144.

113Il nous reste à tenter d’expliquer cette dérive autoritaire, en étudiant d’abord la façon dont les acteurs eux-mêmes justifient une évolution si contraire aux promesses d’octobre 1812, puis les raisons profondes qui sous – tendent cette évolution, liées à la nature même du régime révolutionnaire. Le trait le plus marquant de l’évolution du régime est la non-réalisation des objectifs que s’étaient fixés les conjurés du 8 octobre 1812. Leur programme tenait en trois mots : congrès des provinces, indépendance, Constitution. Or, malgré l’ouverture rapide de l’Assemblée, malgré son œuvre législative et les projets de Constitution à l’étude, ce programme n’est que très partiellement accompli en 1814. Au lieu de stabiliser le régime et de doter le nouvel État d’une existence juridique, les dirigeants retardent le processus d’institutionnalisation et maintiennent en vigueur le statut ambigu qui régit l’État depuis 1810. Le vote de la Constitution étant sans cesse repoussé, l’adjectif « provisoire » accolé à toutes les décisions politiques finit par se constituer en système de gouvernement, fort justement qualifié de provisoriato124. Entre autres exemples, le règlement du 27 février déclare que le pouvoir exécutif « restera délégué aux trois personnes qui l’administrent, et cela jusqu’à la sanction de la Constitution ».125

114La réunion de l’Assemblée et la perspective d’une Constitution constituent pourtant le fondement de la légitimité du régime ; il est donc important d’examiner les motifs qui poussent les dirigeants à refuser un moyen de renforcer leur assise dans le pays. L’argument qu’ils invoquent sans cesse est celui du contexte militaire, et il s’opère, au fil du discours, une curieuse jonction entre l’évolution de la guerre et celle du régime. Tout se passe comme si les victoires militaires permettaient la poursuite du processus d’institutionnalisation, tandis que les menaces ou les défaites devaient au contraire arrêter celui-ci et prolonger le provisoriato.

  • 126 El Redactor de la Asamblea, op. cit., n° 17 et 18.

115Ce problème en recèle un autre, qui touche directement à la représentation. Selon Monteagudo, la Constitution ne peut être votée tant que l’ensemble des Provinces Unies ne sera pas représentée : autrement dit, l’incorporation des députés du Haut-Pérou et de la Bande orientale est nécessaire à la poursuite du processus. Le règlement du 15 novembre sur la suspension des séances dit par exemple que celle-ci devra durer jusqu’à la « restauration et à l’incorporation des députés du Haut-Pérou »126. En opposition avec le statut du 8 mars 1813, qui fait des députés les représentants de la Nation tout entière, l’argument invoqué est celui de l’incomplétude du territoire et de sa représentation, qui interdit de sanctionner un état de fait. En ce sens, la Constitution ne pourra être votée que lorsque le territoire des Provinces Unies – celui de l’ancien vice-royaume, hormis le Paraguay – sera entièrement contrôlé par Buenos Aires. La construction de l’État semble donc subordonnée aux ambitions géostratégiques des dirigeants, qui ont pour objectifs les mines de Potosí et le port de Montevideo, mais n’ont cure en revanche d’Asunción. C’est pourquoi les aléas du contexte militaire et international sont si présents dans les justifications officielles du provisoriato.

116De fait, les inflexions de la situation intérieure et internationale se répercutent directement sur l’évolution du régime. L’année 1813 est pour la Révolution, du moins en ses débuts, celle de tous les espoirs : après les victoires de Belgrano à Tucumán et Salta, tout danger d’invasion royaliste semble écarté et la reconquête du Haut-Pérou redevient possible. Dans la Bande orientale, San Martin remporte le 3 février l’importante victoire de San Lorenzo, tandis que le siège de Montevideo se poursuit sous de meilleurs auspices après le remplacement de Sarratea par Rondeau. Cette belle conjoncture ne tarde pas à se retourner. Ayant mal préparé son expédition de reconquête, Belgrano est écrasé à Vilcapugio le 1er octobre et à Ayohuma le 9 novembre. L’Armée du Nord, qui perd le tiers de ses effectifs, n’est plus à même de protéger les provinces de Jujuy et de Salta, envahies en janvier 1814 par les armées royalistes de Pezuela. C’est dans ce contexte qu’est créé le Directoire et que San Martin est désigné comme successeur de Belgrano. Son départ pour le Nord-Ouest laisse le champ libre à Alvear, qui a démissionné de sa charge de député pour devenir général en chef des forces de la capitale. Le 3 février 1814, il obtient la dissolution de l’état-major et s’occupe désormais seul de l’organisation et de la discipline des troupes.

117Pendant les huit mois de l’invasion royaliste, ce qui reste de l’Armée du Nord, repliée à Tucumán, est réorganisé avec ardeur par San Martin et ses auxiliaires, qui mobilisent à cet effet les forces vives de la région. Pendant ce temps, à Buenos Aires, Alvear recrute et entraîne les troupes qui doivent aller renforcer le siège de Montevideo. Une escadrille navale, créée de toutes pièces et commandée par l’amiral Brown, représente un appoint décisif dans le conflit : fin mars, ses cent vingt-deux navires bloquent la rade de Montevideo et barrent la route aux bâtiments adverses. Le 17 mai, le combat naval de Buceo se solde par la destruction de la flotte royaliste. Affamée par deux mois de blocus, vaincue militairement par Alvear, Montevideo ne tarde pas à se rendre. Un armistice est signé le 20 juin avec le gouverneur Vigodet ; trois jours plus tard, la ville est aux mains des patriotes.

118Mais l’ennemi royaliste n’est pas le seul que combattent les dirigeants de Buenos Aires. Durant ces deux années, Artigas est passé du rang d’auxiliaire à celui de rival des révolutionnaires porteños. Capitaine d’un corps de milice rural, les Blandengues, il a combattu avec ses troupes pendant toute l’année 1811, mais a repoussé l’armistice signé avec le Portugal. En 1812, Artigas refuse d’incorporer ses troupes à l’armée de Buenos Aires, commandée par Sarratea. Le remplacement de Sarratea par Rondeau en février 1814 contribue à améliorer la situation. Les deux hommes signent le 19 avril un traité de confédération entre les Provinces Unies et la Bande orientale, au nom duquel celle-ci s’engage à envoyer des députés à l’Assemblée. C’est le signal d’une rupture bien plus profonde entre les deux régions.

  • 127 A. D. González, Las primeras formulas constitucionales en los paises del Plata (1810- 1814), Montev (...)
  • 128 El Redactor de la Asamblea, op. cit., n° 10, p. 39-40. Cf. C. A. Duomarco, « La diputación oriental (...)
  • 129 E. Narancio, La independencia de Uruguay, Madrid, 1992, p. 142-144.

119En effet, l’élection et les instructions des députés « orientaux » révèlent une conception de la souveraineté bien différente de celle prônée par les dirigeants de Buenos Aires127. Artigas prend la souveraineté des pueblos au pied de la lettre : pour lui, la construction d’un État républicain doit se faire dans le cadre de la province, autour des cités pourvues de cabildos. Plus que la forme du régime, la proclamation de l’indépendance et de la souveraineté dans le cadre provincial heurte de plein fouet les visées unificatrices et centralisatrices des dirigeants morénistes. Au vu de leurs instructions, les députés de la Bande orientale sont donc refusés par l’Assemblée le 11 juin, sous prétexte d’un vice de forme dans leur élection128. Ce renvoi équivaut naturellement à une déclaration de guerre. Aucune des négociations menées durant le reste de l’année n’aboutit à un résultat. Ainsi, le congrès de la Capilla del Maciel, tenu le 8 décembre dans le campement de Rondeau, prévoyant l’élection de nouveaux députés et d’un gouvernement provincial, est-il rejeté par Buenos Aires qui considère la Bande orientale comme une intendance dépourvue de toute autonomie. Parallèlement, la lutte contre Artigas s’intensifie : un décret de Posadas du 2 février 1814 le déclare « infâme, privé de son emploi, hors-la-loi et ennemi de la Patrie »129. La tête du caudillo est mise à prix, tandis que celui-ci s’efforce d’obstruer les communications de l’armée avec la capitale.

120Après la reddition des royalistes en juin, Alvear, fort de sa victoire, retourne ses troupes contre Otorgués, le second d’Artigas. Pendant ce temps, celui-ci mène des pourparlers avec les cabildos de l’Entre Rios et de Santa Fé, d’autant plus sensibles à ses arguments qu’eux-mêmes se sont soulevés contre les porteños. Après qu’un chef militaire de l’Entre Rios, Hereñu, eut mis en déroute les troupes de la capitale, le cabildo de Corrientes a proclamé son indépendance et s’est mis sous la protection d’Artigas. Buenos Aires a aussitôt envoyé des émissaires, qui ont signé, le 23 avril, un traité reconnaissant l’autonomie de la Bande orientale et de l’Entre Rios. Mais les dirigeants, qui ne sont pas disposés à perdre la rive droite du Paraná, ont refusé d’entériner les négociations. Durant toute l’année 1814, Artigas étend donc son influence sur les provinces du Littoral et parvient à s’imposer comme « Protecteur des Provinces Libres ». Désormais, les dirigeants de Buenos Aires sont directement menacés sur ce qu’ils considèrent comme leur domaine réservé.

  • 130 B. Hamnett, La politica espanola en una época revolucionaria, 1790-1825, Mexico, 1985, p. 173-228.
  • 131 E. Heredia, art. cité ; T. Anna, España y la independencia de América, Mexico, 1986.
  • 132 C. Segreti, La máscara de la monarquía. Contribución al estudio crítico de las Ilamadas gestiones m (...)

121À ces rivalités internes au camp révolutionnaire s’ajoute le retournement de situation en Europe. En vertu du traité de Valençay, signé en décembre 1813, les troupes françaises quittent l’Espagne et Ferdinand VII est libéré. À peine revenu sur le trône, il accuse la Junte centrale et les représentants de Cadix d’avoir usurpé son nom pour mener à bien leurs réformes et abolit, par le décret du 4 mai 1814, la Constitution de Cadix. L’absolutisme est donc rétabli en Espagne avec ses corollaires, la censure, l’inquisition et la répression contre les opposants130. Les insurgés américains n’ont donc plus rien à espérer du retour du roi, d’autant plus que celui-ci envisage rapidement d’envoyer des expéditions de reconquête en Amérique131. La nouvelle est propagée à Buenos Aires dès le mois d’août 1814 et provoque un raidissement du Directoire, qui bat le rappel des troupes en direction de la capitale. Parallèlement, Rivadavia et Belgrano sont envoyés en Europe pour tenter de trouver un terrain d’entente avec l’Espagne, grâce à la médiation de la Grande-Bretagne132.

122Le contexte militaire des années 1813 et 1814 joue donc un rôle non négligeable dans l’inflexion centraliste et autoritaire du régime. Cependant, la mise en coupe réglée de l’Assemblée s’explique surtout par la nature même du pouvoir révolutionnaire. L’influence de la faction moréniste enlève peu à peu toute réalité à la séparation des pouvoirs et ne fait que retarder l’avènement d’un ordre constitutionnel stable, dont les dirigeants estiment qu’il ne peut être établi en temps de guerre. Il est à noter cependant que même si les discours officiels tentent de lui conférer une envergure « nationale » et d’en faire le laboratoire de l’unité, la fonction de légitimation de l’Assemblée, fondée sur la souveraineté des pueblos, ne lui est jamais déniée. Au contraire, plus le régime se renforce et plus les réunions de l’Assemblée sont destinées à lui servir de caution. Toutefois, les comptes rendus du Redactor permettent d’analyser le fonctionnement interne de l’Assemblée, où l’initiative des lois, les débats et le travail des commissions sont aux mains d’une douzaine d’individus. Ce groupe, qui mobilise presque la moitié des députés, réunit des représentants élus par différentes provinces mais dont la plupart sont originaires de Buenos Aires. Parmi eux, huit sont membres de la Société patriotique ou appartiennent à la tendance moréniste. Étant donné le nombre restreint des représentants, ces hommes n’ont aucun mal à exercer un véritable magistère d’opinion, à proposer puis à faire adopter les lois qu’ils jugent nécessaires. C’est ainsi, par exemple, qu’Alvear parvient à être nommé chef des armées de la capitale, bien qu’il soit membre de l’exécutif. Monteagudo, autre figure de premier plan, est celui qui propose, à deux reprises, la suspension des séances de l’Assemblée. Les commissions permanentes qui œuvrent à sa place sont constituées des membres les plus actifs du groupe.

123Cette constatation éclaire d’un jour nouveau la notion d’assemblée représentative et la question des rapports entre les pouvoirs. Le fait que ces députés représentent plusieurs cités du vice-royaume résulte de deux mouvements contraires. Certains députés de l’Intérieur se sont insérés dans les réseaux politiques de la capitale ; c’est le cas de Nicolas Laguna, que l’on trouve impliqué dans ce groupe bien qu’il soit un ardent défenseur de la souveraineté des pueblos. Dans le sens inverse, plusieurs cités de l’Intérieur ont élu des personnalités de la capitale : Alvear pour Corrientes, Larrea et Posadas pour Côrdoba, Monteagudo pour Mendoza. Que ces élections soient dues au prestige de ces personnages ou qu’elles aient été « préparées » par une soigneuse propagande, tout se passe comme si la Société patriotique avait étendu son influence à l’échelle du pays tout entier. La représentation des pueblos est donc assurée par les membres d’un groupe qui prétend incarner et diriger l’opinion révolutionnaire. C’est en ce sens qu’il faut entendre la fonction de représentation incarnée par l’Assemblée : ce n’est pas la volonté des cités qui s’exprime ici, mais une volonté générale sanctionnée par le vote et captée par une faction qui s’en fait le garant et l’interprète. Celle-ci conserve envers les cités la position édictée lors du 22 mai 1 810 : la capitale, et en son sein la Société, a le droit de prendre des initiatives au nom de l’ensemble des cités.

124Influente au sein de l’Assemblée, la Société se confond avec le pouvoir exécutif : les triumvirs qui se succèdent, Juan José Paso, Nicolas Rodriguez Peña, Antonio Álvarez Jonte, Juan Larrea et Gervasio Posadas, sont tous membres de la Société patriotique. Ce sont les mêmes hommes que l’on retrouve à l’Assemblée, dans la Commission de l’Intérieur et au Triumvirat. Parler de séparation des pouvoirs a donc peu de sens dans la mesure où les deux organes de gouvernement sont aux mains d’une seule faction. Ce n’est pas le pouvoir exécutif en tant que tel qui entrave l’exercice de l’Assemblée, mais la Société patriotique qui, après l’avoir instaurée, décide d’en suspendre les sessions afin de préserver sa propre influence. Elle entend continuer à diriger l’État en dépit des revers militaires ; or, la présence d’un autre organe de gouvernement, doté d’une légitimité équivalente, voire supérieure à celle du Triumvirat, constitue une menace potentielle à son hégémonie. L’Assemblée risque en effet de se transformer, tôt ou tard, en tribune pour les opposants, aussi minoritaires soient-ils.

  • 133 N. Goldman, « Les Jacobins au Rio de la Plata : modèle, discours et pratiques (1810- 1811) », dans (...)
  • 134 Cf. M. K. Baker, « Esprit public », dans Dictionnaire critique de la Révolution française, M. Ozouf(...)

125Bien que la référence au jacobinisme ait surtout été employée et discutée pour l’année 1810133, les membres de la Société patriotique ont ici une pratique jacobine du pouvoir, en ce qu’ils sacrifient les principes libéraux au magistère d’une opinion unanime, dont ils sont à la fois les représentants et les auteurs134. C’est ainsi que s’expliquent les inflexions de leur politique au cours de l’année 1813, dont l’Assemblée constitue une chambre d’écho. Au moment de l’ouverture, la défense des idées libérales apparaît comme un moyen de se démarquer des gouvernements précédents et de se doter d’une légitimité accrue en étant à l’unisson de la souveraineté du peuple. Pour mettre fin aux oppositions et forger un véritable esprit public, les membres de la Société patriotique parient sur la définition et la limitation de la sphère de chacun des pouvoirs, d’où l’importance accordée par l’ Assemblée à l’organisation des pouvoirs exécutif et judiciaire.

126Pour autant, les nouveaux dirigeants vont très rapidement admettre que si les principes libéraux peuvent sembler acquis, la conjoncture, elle, reste fluctuante et exige qu’on s’y adapte. Cette constatation apparaît dans un compte rendu du Redactor sur la consignation des commerçants étrangers, qui justifie ainsi cette entorse à la liberté du commerce :

  • 135 El Redactor de la Asamblea, 3/03/1813, op. cit., p. 7.

« La décision de la loi ne peut pas toujours être conforme aux principes généraux adoptés, au sommet des grands empires (...), par des penseurs sereins que la nature destine au bien de leurs semblables. L’empire des circonstances particulières de chaque État détermine les calculs du législateur... »135

L’exception à la règle est donc, une fois de plus, érigée en pratique politique, et l’ordre constitutionnel totalement subordonné aux aléas de la guerre. L’adhésion inconditionnelle aux dirigeants se révèle, dans ce contexte, bien plus important que la rédaction d’une Constitution. Dans le discours que les députés prononcent le 25 mai 1813, devant les corporations urbaines venues les féliciter, ils déclarent que ce sont les victoires militaires qui permettront de fonder des pouvoirs stables et, partant, un nouveau pacte entre les provinces. La fin de guerre, qui se confond avec la perspective d’une reconstitution du vice-royaume, sanctionne donc le terme de la révolution et le début d’un ordre politique fondé sur de nouvelles bases.

127Bien que l’Assemblée soit proclamée détentrice de la souveraineté, sa domination par une faction liée aux intérêts de la capitale l’éloigne, dans la pratique, de la représentation des pueblos. La fiction unitaire qu’elle prétend incarner n’a que peu de répercussion sur l’identité politique des cités. Le contexte de guerre, en revanche, rend celles-ci beaucoup plus dépendantes du Triumvirat, qui met en œuvre une politique exigeante d’encadrement du territoire. La solidarité qui se crée entre les cités durant les années 1813 et 1814 résulte davantage de cette mobilisation à grande échelle que de l’accès à la souveraineté.

Notes

1 A. M. de Velasco, La formación de la Junta Central, Pampelune, 1972 ; F.-X. Guerra,Modernidad e independencias, Madrid, 1992 ; « Lógicas y ritmos de las revoluciones hispánicas », dans Las revoluciones hispánicas : independencias americanas y liberalismo español, F.-X. Guerra dir., Madrid, 1995, p. 13-46 ; J. A. Vaca de Osma, La guerra de la Independencia, Madrid, 2002.

2 Archiva del doctor Gregorio Funes, Buenos Aires, 1944, t. 2, p. 69.

3 J. Comadrán Ruiz, « Notas para un estudio sobre fidelismo, réformisme y séparatisme en el Rio de la Plata, 1808-1816 », dans Cuarto Congreso International de Historia de América, Buenos Aires, 1966, t. 7, p. 449-499 ; E. DE Gandía, Historia de las ideas politicas en la Argentina, Buenos Aires, 1960-1968.

4 R. Levene, Ensayo histórico sobre la Revolución de Mayo y Mariano Moreno, Buenos Aires, 1920-1921 ; Historia de la Nación argentina, Buenos Aires, 1936-1942, vol. 5, t. 1, p. 11-40 ; E. Corbellini, La Revolución de Mayo, Buenos Aires, 1950 ; R. Marfany, El pronunciamiento de Mayo, Buenos Aires, 1958 ; Episodios de la Revolución de Mayo, Buenos Aires, 1966.

5 S. Salcedo, Las primeras formas de eligir y los actuales sistemas électorales : régimen politico de las provincias argentinas, Buenos Aires, 1948, p. 20 ; C. SÁNCHEZ VIAMONTE, Historia institucional argentina, Buenos Aires, 1948, p. 47.

6 J. C. Chaves, « El orador del cabildo abierto », Historia, 4 (1960), p. 32-42 ; E. Petit Muñoz, « La doctrina junídica de la révolutión hispanoamericana en el derecho público positivo español e indiano », dans Tercer Congreso Internacional de Historia de América, Buenos Aires, 1961, t. 3, p. 115-237 ; P. R. Paesa, « El concepto hispánico de ‘soberanía’ en el cabildo del 22 de Mayo de 1810 », ibid., t. 4, p. 167-191 ; R. Zorraquín Becú, « La doctrina jurídica de la Révolution de Mayo », RIHD, 11 (1960), p. 47-68.

7 R. H. Marfany, « La renuncia de la primera Junta », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 4, p. 91-102.

8 Primer acuerdo del 25 de Mayo de 1810, dans Ideario de Mayo, N. Binayan dir., Buenos Aires, 1960, p. 40-47.

9 Sur le caractère censément « populaire » et « démocratique » de cette journée, cf. T. Halperin Donghi, Révolution y guerra. Formatión de una elite dirigente en la Argentina criolla, Buenos Aires, 1972, p. 185 ; F.-X. Guerra, « Le peuple souverain, fondements et logiques d’une fiction », dans Quel avenir pour la démocratie en Amérique Latine ?, G. Couffignal dir., Toulouse, 1989, p. 19-54.

10 Cf. P. Vilar, « Patrie et Nation dans le vocabulaire de la guerre d’indépendance espagnole », dans Actes du colloque Patriotisme et nationalisme en Europe à l’époque de la Révolution française et de Napoléon, Paris, 1973, p. 167-199.

11 Segundo acuerdo del 25 de Mayo de 1810, dans Ideario de Mayo, op. cit., p. 40-47.

12 Oficio del cabildo de Buenos Aires..., ibid., p. 47.

13 Cf. S. W. Medrano, « La conducción política y jurídica en la revolución de Mayo », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 4, p. 193-204 ; R. H. Marfany, « Filiación política de la revolución de Buenos Aires », Anuario de Estudios Americanos, 21 (1961), p. 235-253.

14 Cf. C. Segreti, El unitarismo argenlino. Notas para su estudio en la etapa 1810-1819, Buenos Aires, 1991.

15 J. Comadrán Ruiz, « Notas para un estudio sobre fidelismo... », art. cité.

16 Extrait du mémoire rédigé par Cornelio de Saavedra, dans R. Levene dir., Historia de la Nación argentina, Buenos Aires, 1940, t. 5, vol. 1, p. 27.

17 J. C. Chaves, « El orador del cabildo abierto », art. cité.

18 Oflcio de la Junta a los cabildos, 27/05/1810, dans R. J. Freyre, Tucumán en 1810. Noticia histórica y documentas inéditos, Tucumán, 1909, p. 67-69.

19 Circular de la Junta, 10/06/1810, dans Archiva General de la República Argentina, A. P. Carranza dir., Buenos Aires, 1894-1898, t. 1, p. 3-4.

20 Oficios de Juan Gutiérrez de la Concha a los cabildos de Mendoza y Tucumán, 17/06/1810, AHM Ind., 645-3 et R. J. Freyre, op. cit., p. 77-80.

21 Sur les « loyalistes », cf. J. Mariluz Urquijo, « El fidelismo como elemento decentralizador. Un catecismo político y seis proclamas fidelistas de Pedro Vicente Cañete », RIHD, 24 (1978), p. 179-203 ; J. Comadrán Ruiz, « Notas para un estudio sobre fidelismo... », art. cité.

22 Oficio de Paula Sanz à Cisneros, 27/06/1810, dans R. Levene, Ensayo histórico sobre la Revolución de Mayo..., op. cit., t. 1, p. 381. Cf. J. A. de la Puente Candamo, « Buenos Aires y el Peru en el tiempo de Abascal (1806-1816) », dans Sexto Congreso internacional de Historia de América, Buenos Aires, 1980, t. 5, p. 135-143.

23 Circular de la Junta á los cabildos, 27/06/1810, dans Archiva General de la República Argentina, op. cit., p. 7.

24 Oficios de la Junta al cabildo de Mendoza, 27/06 et 9/07/1810, AHM Ind., 601-6 et 20 ; Circular de la Junta a los gobernadores y cabildos, 27/06/1810 ; Oficios a la Junta de Comision, 10 et 13/08/1810, dans Archiva General de la República Argentina, op. cit., p. 7, 25,131.

25 E. Bidondo, La expedicion de auxilio a las provincias interiores (1810-1812), Buenos Aires, 1987.

26 Proclama impresa de los contondantes de la expedición, dans Mayo documental, R. Caillet-Bois dir., Buenos Aires, 1961, t. 11, p. 238.

27 Cf. C. A. García Belsunce, « La Revolución de 1 810 en Córdoba. Gobiemo de Pueyrredón », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 6, p. 153-175.

28 Circulat de la Junta a todos los gobernadores y cabildos, 27/06/1810 ; Oficio de la Junta a la Junta de Comision de la Expedicion..., 28/07/1810, dans Archiva General de la República argentina, op. cit., t. 1, p. 7, 25.

29 El gobernador-intendente de Córdoba á sus habitantes, 16/08/1810, dans Archiva General de la República argentina, op. cit., t. 2, p. 212-215.

30 Oficio de Pueyrredon al cabildo de Mendoza, 23/08/1810, AHM Ind., 645-6.

31 Instrucciones reservadas..., ibid.

32 Oficio de Chiclana a la Junta, 1/09/1810, dans R. Levene, Ensayo histórico sobre la Revolución de Mayo..., op. cit., p. 401.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Cf. F.-X. Guerra, Modernidade independencias, op. cit., p. 79 et suiv.

36 Oficio de J.M. de Pueyrredon a la Junta, 10/04/1811, dans R. Levene, Las Provincias Unidas del Sud en 1811 : consecuencias inmediatas de la Revolución de Mayo, Buenos Aires, 1940, p. 190.

37 Proclama impresa de los comandantes, dans Mayo documentai, op. cit., t. 11, p. 238.

38 Francisco Antonio Ortiz de Ocampo comunica quedar enterado del nombramiento de Don Juan Martin de Pueyrredon, 16/08/1810, dans Archiva General de la República argentina, op. cit., t. 1, p. 126.

39 Oficio del cabildo de Buenos Aires al de Tucumán, 29/05/1810, dans R. Freyre, op. cit., p. 70-77.

40 Sur Mariano Moreno, cf. R. Levene, Ensayo histórico sobre la Revolución de Mayo..., op. cit. ; J. Delgado, « El pensamiento politico de Mariano Moreno », Revista de Indias, 26 (1946), p. 841-890 ; E. de Gandía, Las ideas politicas de Mariano Moreno, Buenos Aires, 1946 ; C. Galván Moreno, Mariano Moreno, el múmen de la Revolución de Mayo, Buenos Aires, 1960 ; B. Lewin, Mariano Moreno, su ideologia y su pasión, Buenos Aires, 1971. Pour une approche récente en termes d’analyse du discours, cf. N. L. Goldman, El discurso como objeto de la Historia, Buenos Aires, 1989.

41 Cf. J. Ramallo, Los grupos politicos en la Revolución de Mayo, Buenos Aires, 1974 ; E. de Gandía, Historia de las ideas politicas en la Argentina, op. cit., t. 3.

42 Oficio de la Junta al gobierno executivo, 28/10/1811, dans A. E. Sampay, Las constitutiones de la Argentina, Buenos Aires, 1975, p. 114.

43 C. R. Melo, « La revolución argentina y la forma de gobierno entre 1 810 y 1820 », dans Tercer Congreso..., op. cit., vol. 4, p. 257-285.

44 Orden de la Junta Superior, 10/02/1811, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 97.

45 Circular del Triunvirato, 25/09/1811, AHC Gob., 33-744 ; AHM Ind., 602-90.

46 Estatutoprovisional, 22/11/1811, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 117-119.

47 Decreto de la Libertad de Imprenta, 26/10/1811 ; Decreto de Seguridad Individual, 23/11/181, ibid., p. 120-121.

48 Decreto del Triunvirato, 23/12/1811, ibid., p. 99.

49 Règlement sur l’administration judiciaire, 23/01/1812, dans La Gaceta de Buenos Aires, Buenos Aires, 1910, vol. 4, p. 35. Cf. V. Tau Anzoátegui, La codificatión en la Argentina (1810-1870) : mentalidad social e ideas jurídicas, Buenos Aires, 1977 ; Id., Las ideas jurídicas en la Argentina (siglo xix-xx), Buenos Aires, 1977.

50 O. Beltrán, Historia del periodismo argentino, Buenos Aires, 1945 ; A. S. Vásquez, « La imprenta y el periódico en la Révolution de Mayo », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 3, p. 295-308 ; E. de Gandía, « Las ideas politicas de la ‘Gazeta de Buenos Aires’ en 1 810 », ibid, t. 1, p. 297-440.

51 Cf. H. Galmarini, « Los españoles de Buenos Aires después de la Revolución de Mayo : la suerte de una minoría deposeida del poder », Revista de Indias, 46/178 (1986), p. 561-592.

52 Circular del Triunvirato a los cabildos, 13/07/1812, AHM Ind., 603-28 ; AHT Adm. 22- 227.

53 Instrucciones reservadas para la Expédition, dans Archiva General de la República Argentina, op. cit., p. 82.

54 Segundo acuerdo del 25 de Mayo de 1810, art. 11 et 12, dans Ideario de Mayo, op. cit., p. 47-50.

55 Ibid.

56 V. Tau Anzoátegui, E. Martiré, Manual de historia de las instituciones argentinas, Buenos Aires, 1975, p. 462.

57 Circular de la Junta a las villas del Interior, 16/07/1810, AHC Gobierno, 33-7, doc. 50.

58 Cf. E. O. Acevedo, « La Revolución de Mayo en Salta », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 6, p. 9-151.

59 Acta del cabildo abierto celebrado en Salta el 30 de junio de 1810, dans J. V. GOnzález,Filiación histórica del gobierno representativo argentino, Buenos Aires, 1937, t. 2, p. 452- 454 ; Acta del cabildo abierto celebrado en Salta el 29 de agosto de 1810, dans R. Levene,Ensayo histórico sobre la Revolución de Mayo..., op. cit., p. 441-448.

60 Nomina que formo el cabildo de Salta con las personas que serian convocadas..., 23/06/1810, dans J. V. Gonzalez, Filiación histórica..., op. cit., t. 2, p. 449 ; Acta del cabildo abierto celebrado en Salta el 30 de junio de 1810, ihid. ; Acta del cabildo abierto celebrado en Salta el 29 de agosto de 1810, ibid.

61 Cf. B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, 1995 ; P. Rosanvallon, Le peuple introuvable. Histoire de la représentation démocratique en France, Paris, 1998.

62 Cf. R. Levene, Historia de la Nación argentina, op. cit., t. 5, vol. 1, p. 343-402 ; C. Segreti, « La Junta Grande del 18 de diciembre de 1 810 al 13 de abril de 1811 », Anuario del Departamento de Historia, Universidad de Córdoba, 2-3/2 (1964-1965), p. 615-710.

63 Cf. C. Segreti, El unitarismo argentino, op. cit., p. 27-29 ; J. C. Chiaramonte, « ¿Provincias o Estados ? Los orlgenes del fédéralisme rioplatense », dans Las revoluciones hispánicas..., F.-X. Guerra dir., op. cit., p. 167-205.

64 Orden de la Junta Superior..., 10/02/1811, op. cit.

65 Ibid.

66 Oflcio del cabildo de Jujuy a la Junta de Buenos Aires, 19/02/1811, dans R. Levene, Las Provincias Unidas del Sud en 1811, op. cit., p. 146.

67 Ibid.

68 Oficio del Diputado de Jujuy Juan Ignacio de Gorriti a la Junta, 4/05/1811, dans R. Levene, Las Provincias Unidas del Sud en 1811, op. cit., p. 204.

69 Circular de Gorriti a las ciudades, 19/06/1811, AHT Adm., 21 -235.

70 Oficio de la Junta Conservadora al Gobierno Executive), 28/10/1811, dans A. E. Sampay,op. cit., p. 115-116.

71 Estatuto provisional del Superior gobierno de las Provincias Unidas del Rio de la Plata, 22/11/1811, ibid.

72 Reglamento que da forma à la Asamblea Provisional... 19/02/1812, dans Asambleas Constituyentes argentinas, E. Ravignani dir., Buenos Aires, 1937-1939, t. 6, p. 631-633.

73 Acuerdo del cabildo de Buenos Aires, 2/03/1812, ibid., p. 641.

74 Ibid, p. 698.

75 Oficio del cabildo de Córdoba al Supremo Gobierno, 14/02/1812, AGN Gob. Cba., X-5-2- 4 ; Acta del cabildo de Córdoba, 14/02/1812, dans Actas capitulares, Cordoba, 1960-1968, p. 418.

76 El gobierno a los pueblos, 24/10/1812, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 137-140.

77 E. Heredia, « La Constitutión de Cádiz en Salta », Nuestra Historia, 15/30 (1982), p. 359- 370.

78 Rappelons que l’adjectif « libéral » est employé pour la première fois en Espagne pour désigner les partisans d’une rupture avec l’Ancien Régime au moment de l’invasion napoléonienne. Cf. A. Derozier, Manuel Josef Quintana et la naissance du libéralisme en Espagne, Paris, 1968-1970 ; M. E. Martínez Quintero, Los grupos liberales antes de las Cortes de Cadix, Madrid, 1977 ; F.-X. Guerra, M.-D. Demélas-Bohy, « Un processus révolutionnaire méconnu : l’adoption des formes représentatives modernes en Espagne et en Amérique (1808-1810) », Caravelle, 60 (1993), p. 5-57.

79 J. Canter, « La Asamblea General Constituyente », dans Historia de la Nación Argentina, op. cit., vol. 6, p. 29-250 ; L. Gianello, « Realidad y esperanza en la Asamblea del año XIII », BANH, 34 (1964), p. 589-610 ; E. J. Fitte, « Los comienzos de nuestra administratión pública », Investigaciones y Ensayos, 21 (1977), p. 61-89.

80 Maniflesto inaugural del ’Redactor de la Asamblea’, 27/02/1813, dans Asambleas Constituyentes argentinas, op. cit., p. 13.

81 Ibid.

82 Ibid.

83 Cf. E. DE Gandía, Historia de las ideas politicas en la Argentina, op. cit., t. 2 et 3 ; J. L. Romero, La ideaspoliticas en Argentina, Buenos Aires, 1975.

84 Cf. F. Suárez, El proceso de convocatoria a las Cortès (1808-1810), Pampelune, 1982 ; F.-X. Guerra, M.-D. Demélas-Bohy, « La révolution de Cadix », La pensée politique, 1 (1993), p. 154-176.

85 Decreto de la Asamblea General Constityente, 8/03/1813, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 141 ; El Redactor de la Asamblea, n° 3, 13/03/1813, Buenos Aires, 1913, p. 9.

86 Nous reprenons ici l’expression de François-Xavier Guerra qui parle de « vice-peuple » pour souligner le caractère essentiellement symbolique de la représentation nationale : « Les avatars de la représentation au XIXe siècle », dans Réinventer la démocratie. Le défi latino-américain, G. Couffignal dir., Paris, 1992, p. 78.

87 El Redactor de la Asamblea, n° 3, 13/03/1813, op. cit., p. 9.

88 Ibid.

89 J. E. Burucúa, « Influencia de los tipos iconográficos de la Revolución francesa en los paises del Plata », dans Imagen y recepción de la Revolución francesa en la Argentina, Buenos Aires, 1990, p. 129-140.

90 A. E. Sampay, op. cit., p. 131 et 157-159.

91 Oficio de José Gascón al Tesorero, 27/04/1813, AHT 23-209 ; Oficio del cabildo de Córdoba al Supremo Poder Executivo, 18/05/1813, AGN Gob. Cba., X-5-2-5.

92 Cf. H. Vogel, « Fiestas patrias y nuevas lealtades », Todo es Historia, 287 (1991) ; G. Verdo, « La bannière, le sabre et le goupillon ; les cérémonies patriotiques dans l’indépendance du Rio de la Plata (1808-1821) », Revue Historique, CCXCVI-2 (1997), p. 401-429.

93 A. E. Sampay, op. cit., p. 157-159.

94 Decreto de la Soberana Asamblea general, 6/02/1813, dans A. E. SAMPAY, op. cit., p. 135.

95 Cf. J. MORALES Álvarez, Los extranjeros con carta de naturaleza de las Indias durante la segunda mitad del siglo XVIII, Caracas, 1980.

96 H. Vogel, « New Citizens for a New Nation : Naturalization dans Early Independent Argentina », HAHR, 71-1 (1991), p. 107-131.

97 R. Di STEFANO, L. ZANATTA, Historia de la Iglesia argentina desde la conquista hasta finales del siglo xx, Buenos Aires, 2000 ; V. Ayrolo, « Córdoba : une République catholique. Haut clergé, politique et gouvernement dans la province de Córdoba de l’indépendance à la Confédération (1810-1852) », thèse de doctorat, Université Paris I, 2003.

98 El Redactor de la Asamblea, n° 10, 12/06/1813, n° 11, 26/06/1813 et n° 12, 27/07/1813, op. cit., p. 23, 38 et 45.

99 A. E. Sampay, op. cit., p. 125.

100 Décrets du 12 mars et du 1er septembre 1813, ibid., p. 128.

101 Décret du 15 février, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 130.

102 Décrets des 15 février et 3 mars, règlement du 9 avril, projet de loi du 29 avril, décrets du 4 mai et du 23 juin 1813, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 128-133.

103 El Redactor de la Asamblea, n° 6, 10/04/1813 et n° 14, 14/08/1813, op. cit., p. 22 et 54 ; Oficio del Supremo Poder Executivo al gobernador de Córdoba, 10/08/1813, AHC Gobierno, 35-497 ; Oficio del gobernador de Córdoba al teniente-gobernador de Mendoza, 19/08/1813, AHM Ind., 645-119.

104 Ibid, n° 3, 13/03/1813, p. 10.

105 Ibid., ?. 144-146.

106 Décrets des 15 février, 19 mai et 9 août 1813, ibid., p. 127 et 149.

107 Ibid, p. 149-152. Cf. R. Zorraquín Becú, Historia del derecho argentino. Buenos Aires, 1966-1969 ; V. Tau Anzoátegui, La codificatión en la Argentina. op. cit.

108 Proyecto de Constitución de la Sociedad Patriótica para las Provincias Unidas del Rio de la Plata en la América del Sud ; Proyecto de Constitución para las Provincias del Rio de la Plata, formado por una Comision especial…, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 177-205.

109 Décret du 10 mars 1813, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 141-142.

110 Décrets du 12 mai, 15 juin et du 13 novembre 1813, ibid., p. 141-143.

111 Cf. A. R. Bazán, Historiadel Noroeste argentino, Buenos Aires, 1986, p. 96 et 149.

112 Oficio del Supremo Poder Executivo al gobernador-intendente de Salta, 22/05/1813, AGN Gob. Salta, X-5-7-3.

113 C. Páez de la Torre, Historia de Tucumán. Buenos Aires, 1987, p. 206.

114 Oficio de Laguna al cabildo de Tucumán, 26/04/1813, AHT Adm., 23-316.

115 Ibid.

116 Les seules instructions connues à ce jour sont celles de Tucumán, Córdoba, Jujuy, San Luis, La Rioja, Buenos Aires, la Bande orientale et Potosí. Cf. C. Segreti, El unitarismo argentino, op. cit., p. 59-65.

117 Acta del cabildo de Córdoba, 11/12/1812, dans Actas capitulares, op. cit., livre 46, p. 540- 554.

118 Décréta del Supremo Poder Executive provisorio, 31/01/1813, dans A. E. Sampay,op. cit., p. 124-125.

119 Estatuto dado al Supremo Poder Executivo, 27/02/1813, ibid., p. 144-145.

120 El Redactor de la Asamblea, op. cit., n° 5, 8, 10 et 12.

121 Ibid., n° 9, p. 35.

122 El Redactor de la Asamblea, op. cit., n° 16, p. 64.

123 El Redactor de la Asamblea, op. cit., n° 17 et 18.

124 C. Segreti, El unitarismo argentino, op. cit.

125 Estatuto dado al Supremo Poder Executivo, 27/02/1813, dans A. E. Sampay, op. cit., p. 144.

126 El Redactor de la Asamblea, op. cit., n° 17 et 18.

127 A. D. González, Las primeras formulas constitucionales en los paises del Plata (1810- 1814), Montevideo, 1955 ; C. A. Tagle, « El labor institucional de la Asamblea del año XIII : las instituciones argentinas y orientales », Revista de la Junta de Estudios Históricos de Córdoba, 1966, p. 133-153.

128 El Redactor de la Asamblea, op. cit., n° 10, p. 39-40. Cf. C. A. Duomarco, « La diputación oriental a la Asamblea Constituyente del año XIII », dans Tercer Congreso..., op. cit., t. 4, p. 311-335.

129 E. Narancio, La independencia de Uruguay, Madrid, 1992, p. 142-144.

130 B. Hamnett, La politica espanola en una época revolucionaria, 1790-1825, Mexico, 1985, p. 173-228.

131 E. Heredia, art. cité ; T. Anna, España y la independencia de América, Mexico, 1986.

132 C. Segreti, La máscara de la monarquía. Contribución al estudio crítico de las Ilamadas gestiones monárquicas bajo la Revolución de Mayo, 1808-1819, Cordoba, 1994.

133 N. Goldman, « Les Jacobins au Rio de la Plata : modèle, discours et pratiques (1810- 1811) », dans L ’Image de la Révolution française, M. Vovelle dir., Paris, 1989, t. 2, p. 909- 918.

134 Cf. M. K. Baker, « Esprit public », dans Dictionnaire critique de la Révolution française, M. Ozouf et F. Furet dir., Paris, 1992, p. 165-180.

135 El Redactor de la Asamblea, 3/03/1813, op. cit., p. 7.

Table des illustrations

Titre La pyramide des obédiences 1808-1814
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/44053/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 53k

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search