Version classiqueVersion mobile

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Chapitre 1. La pyramide des obédiences

Texte intégral

  • 1 Cf. F.-X. Guerra, « L’Amérique Latine et la Révolution Française », Problèmes d’Amérique Latine, 92 (...)

1Parce qu’elles sont pensées sur le mode de la rupture1, les révolutions hispano-américaines du début du XIXe siècle comportent, dans leurs récits de fondation, des dates clés qui correspondent généralement à la formation des gouvernements locaux. C’est ainsi qu’en Argentine, presque toutes les histoires nationales font de l’année 1 810 une césure fondamentale. La période qui précède est classiquement considérée comme l’époque « coloniale », celle de la domination espagnole, tandis que le 25 mai 1 810 inaugurerait « la période indépendante », prélude à « l’histoire nationale ».

  • 2 Cf. T. Halperin Donghi, Révolution y guerra. Formatión de una élite dirigente en la Argentina criol (...)
  • 3 Cf. P. Chaunu, « Interprétation de l’indépendance de l’Amérique latine », Travaux de l’institut d’É (...)

2Il serait certes absurde de nier l’importance de la mutation qui s’opère cette année-là avec la destitution du vice-roi et la formation d’une junte de gouvernement. Toutefois, bien des historiens ont souligné l’importance des invasions anglaises de 1806 et 1807, en raison de l’autonomie qu’acquiert le Rio de la Plata vis-à-vis de la métropole2. La défense des habitants de Buenos Aires contre les Anglais a été interprétée comme le signe avant-coureur d’une indépendance désirée par bon nombre de créoles, processus qui trouverait son aboutissement en 1810. Cette lecture ne résiste cependant pas à l’hypothèse, à présent largement vérifiée, d’une rupture « accidentelle » avec l’Espagne, essentiellement due à la crise profonde que traverse la Monarchie à partir de 18083. Raisonner en termes d’origines ou de stricte causalité revient donc à suivre une fausse piste. Il convient plutôt d’étudier soigneusement le terrain dans lequel vont essaimer les événements de la péninsule à partir de 1808, et de prendre la température de ce moment particulier qui précède la création du gouvernement autonome.

3Cela conduit à évoquer les particularités du Rio de la Plata au début du XIXe siècle. Il s’agit d’un espace longtemps resté marginal et qui, bien que doté d’un appareil administratif parmi les plus modernes de l’empire, apparaît encore comme peu consolidé en regard, par exemple, du royaume du Pérou. Pourtant, face aux invasions anglaises, puis lors de la crise de la Monarchie, il fait preuve d’une remarquable cohésion. C’est ce paradoxe que nous tenterons d’éclaircir, à travers les réponses qu’apporte le vice-royaume aux nouveautés de la période : en premier lieu sa propre défense, puis celle de la péninsule attaquée par les Français ; ensuite sa participation au processus de représentation instauré en l’absence du roi ; enfin et surtout, ses choix face aux différentes instances qui prétendent se substituer à l’autorité traditionnelle, ce qui permettra de situer les événements de 1 810 dans une perspective bien différente de celle d’une indépendance préméditée.

4Nous étudierons donc la lente construction de cet espace sur le plan économique et administratif, ainsi que la mise en place d’une véritable pyramide d’obédiences entre les autorités comme entre les cités. Construction qui, si elle n’efface pas l’hétérogénéité du vice-royaume, prouve sa solidité lors des bouleversements qui affectent la région dans les premières années du XIXe siècle.

La construction du Rio de la Plata

5Dans les premières années du XIXe siècle, le vice-royaume du Rio de la Plata apparaît comme un espace en voie de consolidation. Dernière pièce en date du puzzle administratif que constitue l’empire espagnol des Indes, cette région a d’abord été une sorte de bout du monde, un espace « par défaut » constitué des marges de l’empire, sur lesquelles est venue se greffer la manne argentifère du Haut-Pérou.

Un espace créé de toutes pièces

6Tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles, on assiste à une intégration et à une réorientation économique de l’espace constitué par les juridictions (gobernaciones) du Cuyo, du Tucumán, du Paraguay et de Buenos Aires. L’ensemble formé par ces différentes régions est marqué par une grande hétérogénéité, tant du point de vue géographique et climatique que du point de vue du peuplement. Les cités qui le structurent depuis la Conquête ont été fondées, dans des régions de fort peuplement indigène, par des expéditions en provenance d’Espagne (création de Buenos Aires et d’Asunción en 1536- 1537), ou à partir du Pérou dans la seconde moitié du XVIe siècle (fondations de Santiago del Estero, Tucumán, Mendoza, San Juan, Córdoba, Salta, La Rioja et Jujuy).

  • 4 J. Lynch, Administration colonial española (1782-1810). El sistema de intendencias en el Virreinato (...)

7Au cours du XVIIe siècle, à l’exception des cités du Cuyo rattachées à Santiago du Chili, l’ensemble est placé sous la dépendance économique et administrative du Pérou4.

Les intendances du Rio de la Plata 1782-1814

Les intendances du Rio de la Plata 1782-1814

John Lynch, Administraciôn colonial española, Buenos Aires, 1962,p. 170

  • 5 La Couronne espagnole pratique un système de monopole commercial qui réserve l’autorisation de comm (...)
  • 6 J. Piel, « Région et nation en Amérique Latine : le cas du ‘Norte’ argentin (Tucumán, Salta, Jujuy) (...)
  • 7 On désigne par cette expression les produits manufacturés importés de la péninsule.
  • 8 Concolocorvo, El Lazarillo de ciegos caminantes, Madrid, 1959.

8Tandis que Buenos Aires, maintenue à l’écart du commerce officiel par le système de l’exclusif5, sert de port de contrebande à l’argent du Potosí, la « route de Lima », qui relie entre elles toutes les cités du Nord-Ouest, constitue un axe commercial de première importance6. Sans cesse parcourue par des convoyeurs qui transportent, en charrette ou à dos de mule, les productions de l’Intérieur vers le Pérou et, en sens inverse, l’argent de Potosí et les « effets de Castille »7 vers les cités du Rio de la Plata, cette route est le premier élément qui structure l’espace de la future vice-royauté8.

  • 9 E. F. Studer, La trata de negros en el Rio de la Plata durante el siglo XVIII, Buenos Aires, 1958.
  • 10 H. J. Tanzi, « Estudio sobre la población del Virreinato del Rio de la Plata en 1790 », Revista de (...)

9La réorientation de cet espace vers le littoral atlantique débute dans la seconde moitié du XVIIe siècle, sous l’effet conjugué d’une contrebande en plein essor, de la traite d’esclaves (la Couronne ayant octroyé une concession à la Compagnie française de Guinée) et de la crise de l’argent péruvien. Celle-ci entraîne une aggravation de la pénurie chronique de numéraire, une réduction des échanges régionaux et une polarisation des flux commerciaux vers Lima et Buenos Aires. Le transfert de la barrière douanière (aduana seca) de Córdoba à Jujuy, en 1696, favorise l’essor des relations économiques entre les cités du Nord-Ouest et le port atlantique. Cette tendance s’accentue au cours du siècle suivant. Ayant obtenu par le traité d’Utrecht (1713) le monopole de la traite négrière, les Anglais donnent un essor sans précédent à ce commerce ainsi qu’à l’importation illicite des produits européens9. La Couronne avalise en quelque sorte la situation, lorsqu’on 1740 elle intègre Buenos Aires au système de l’exclusif. À cette date, la cité en pleine croissance ajoute au bénéfice de ses anciens trafics l’exportation des cuirs et des peaux, conséquence de l’expansion de l’élevage dans la zone littorale. Les cités de l’intérieur profitent à la fois des retombées de l’intégration légale dans le commerce avec l’Europe et de la reprise de la production d’argent. Cela se marque par une progression notable de l’élevage et du commerce des mules, allant de pair avec un dynamisme démographique qui accroît l’exploitation agricole et les besoins en main d’œuvre10.

  • 11 O. G. Munilla, El Rio de la Plata en su politica internacional. Génesis del Virreinato, Séville, 19 (...)

10Parallèlement à son développement économique, la façade atlantique bénéficie d’un regain d’intérêt de la part de la Couronne, pour des raisons essentiellement stratégiques. La menace que représentent les ambitions anglaises et surtout portugaises amène le roi Charles III à envisager la création d’un nouvelle entité administrative11. En 1776, il envoie au Rio de la Plata une expédition dirigée par Cevallos, doté du titre de vice-roi, avec une juridiction englobant les gouvernements de Buenos Aires, du Paraguay, du Tucumán, de Santa Cruz, de Potosí et de l’Audience de Charcas. L’année suivante, le vice-royaume du Rio de la Plata est officiellement créé, au grand dam des commerçants de Lima farouchement opposés à la montée en puissance de leur rivale atlantique.

11Cette construction politique achève de détourner vers l’Atlantique le commerce des produits andins, notamment lorsque Cevallos, prenant fait et cause pour les marchands de Buenos Aires, interdit en août 1777 l’exportation de l’argent par le Pérou. Cette mesure audacieuse, qui inverse la prééminence de Lima sur Buenos Aires, est complétée par la suppression des taxes entre les provinces du vice-royaume. L’année suivante, le Règlement du Commerce Libre, qui ouvre au commerce de nombreux ports péninsulaires et américains, libère les échanges entre les provinces, abolit le système des licences pour les navires et diminue les taxes sur les marchandises, normalise définitivement les relations commerciales entre le Rio de la Plata et la métropole. La nouvelle capitale devient le champ d’expérimentation privilégié des réformes « éclairées » mises en œuvre par Charles III. Afin de transformer Buenos Aires et Montevideo en importantes bases militaires, la Couronne favorise l’essor économique de la région : le Tribunal des Douanes est créé dès 1778, le Tribunal de commerce en 1794, tandis que les marchands de Buenos Aires sont désormais autorisés à se livrer au trafic d’esclaves. En devenant un site primordial pour la défense de l’empire, Buenos Aires, jusqu’alors délaissée par la Couronne, supplante en quelques années sa rivale liménienne.

  • 12 J. C. Garavaglia, « Economic Growth and Régional Différentiations : The River Plate Région at the e (...)
  • 13 C. S. Assadourian, « El sector exportador de una economía régional del interior : Córdoba, 1800-186 (...)

12Principale conséquence de ces réformes, le Littoral connaît à partir de 1780 une croissance accélérée : les exportations de bétail et de produits dérivés (cuirs et peaux) augmentent de près de 70 % entre 1779 et 179612, tandis que la population de Buenos Aires double dans le même laps de temps. Des commerçants péninsulaires, souvent agents des maisons de Cadix, ont pris le relais entre le commerce atlantique et l’intérieur. Dans le sens inverse, si la « route de Lima » garde son importance, c’est désormais vers Buenos Aires que les villes de l’Intérieur exportent majoritairement leurs produits, peaux tannées et toiles de laine pour Córdoba, vins et eaux-de-vie pour San Juan et Mendoza. Contrairement à une idée reçue, les travaux les plus récents ont démontré que le Règlement de 1778 n’avait pas eu de conséquences particulièrement néfastes sur les économies de l’intérieur13.

  • 14 J. Lynch, op. cit., p. 66.

13Vis-à-vis de ces régions, la création du vice-royaume s’impose comme une table rase. En intégrant à la nouvelle juridiction le Haut-Pérou et le Cuyo, l’ordonnance de 1776 brise la cohérence des espaces chilien et péruvien, privant Lima d’une part considérable de sa puissance. Elle crée de toutes pièces un agglomérat de régions dont la seule cohésion provient de leur rattachement à l’axe Buenos Aires-Lima. Si le Haut-Pérou, au sein de cet ensemble, constitue un exemple extrême d’hétérogénéité, les autres cités n’ont guère plus de liens entre elles : le commerce interprovincial est très peu développé, les échanges se faisant essentiellement avec le Haut-Pérou et Buenos Aires. Cette dernière devient donc la capitale d’un ensemble hétérogène, dont l’unité réside précisément dans cette soumission à un centre politique. Comme l’écrit John Lynch, le vice-royaume est « un mélange d’entités connaissant des situations hiérarchiques diverses et des traditions différentes »14. La cohérence de cet espace et l’identité politique issue de cette construction posent donc problème.

  • 15 J. C. CHIARAMONTE, « Modificaciones del pacto impérial », dans De los Imperios a las Naciones, A. A(...)
  • 16 J. Comadrán Ruiz, « La Real Ordenanza de Intendentes del Rio de La Plata », Amario de Estudios Amer (...)

14Le réformisme politique de la Couronne franchit toutefois un nouveau pas avec l’instauration du système des intendances. Appliquée en Castille depuis 1749, l’institution traduit bien les aspirations du temps à diffuser, depuis le sommet du pouvoir, les principes de rationalité et d’efficacité capables de transformer la Monarchie15. En tant que nouvelle entité administrative, le Rio de la Plata apparaît comme un terrain d’expérimentation tout trouvé. L’impératif stratégique qui a conduit à la création du vice-royaume reste de mise : la nécessité d’une valorisation économique de la région, capable de soutenir la présence d’une importante garnison, suppose la mise en place d’une administration efficace et modernisée. L’ordonnance des Intendants, promulguée le 28 janvier 1782 et réformée par l’Ordre royal du 5 août 1783, instaure huit intendances en lieu et place des anciennes gobernaciones16. Un principe a guidé cette réorganisation : celui de faire coïncider géographiquement les centres de pouvoir et de fixer la hiérarchie des tutelles. Chaque intendance est gouvernée par une capitale qui regroupe le siège du gouverneur-intendant et les bureaux de l’administration. L’ensemble est placé sous la domination de Buenos Aires, où le vice-roi fait office de Gouverneur suprême, chargé du mandat administratif et militaire, tandis que les affaires financières sont confiées à un surintendant général qui dépend directement de Madrid. La capitale bénéficie en outre de la création d’une Audience. Responsables dans les quatre domaines (causas) de l’administration, de la guerre, de la justice et des finances, les gouverneurs-intendants sont soumis au vice-roi pour les deux premiers, à l’Audience pour le troisième, et au surintendant pour le dernier. Sous leur autorité se trouvent les fonctionnaires des finances et les subdélégués, chargés de les représenter dans les villes subalternes, ainsi qu’un teniente asesor qui les assiste pour les affaires juridiques. L’intention hiérarchique et centralisatrice se lit clairement dans cette organisation des pouvoirs. Plus encore que le vice-royaume, l’ordonnance des Intendants achève sur le plan administratif ce que l’évolution économique des XVIIe et XVIIIe siècles avait suscité : une tendance à la captation et à la domination de tout l’espace subandin par Buenos Aires.

  • 17 E. O. Acevedo, « La reforma de intendentes entre teoría y realidad », Historiografia y Bibliografïa (...)

15Cette construction se trouve toutefois confrontée à la réalité des pouvoirs en place et de ceux qui les exercent17. Les autorités traditionnelles, juridiques et ecclésiastiques, se sentent attaquées dans leurs prérogatives par les nouveaux représentants du pouvoir. La création des intendances accentue en effet le contrôle de l’autorité civile sur les affaires religieuses : le vice-roi hérite du patronato royal et surveille de près la nomination des évêques. Dans l’ensemble, toutefois, les réformes n’occasionnent pas de conflit grave entre les autorités civiles et religieuses, le « régalisme » des clercs (qui a gagné du terrain depuis l’expulsion des Jésuites en 1767) sauvegardant l’union entre l’Église et les représentants de la Couronne. En revanche, la réforme porte gravement atteinte au prestige de l’Audience de Charcas, qui détenait jusqu’alors une prééminence incontestée dans la hiérarchie des pouvoirs de la région. C’est cette position qu’elle tente de conserver au prix d’une lutte acharnée contre les intendants de la zone. Il est d’ailleurs symptomatique que cette fonction soit assurée, dans la juridiction de Charcas, par le président de l’Audience en personne. Ce cumul montre que la répartition des pouvoirs entre l’Audience et l’intendance, prévue et soigneusement détaillée dans l’ordonnance de 1782, se révèle impossible à mettre en œuvre. On pourrait voir dans ce conflit l’impossibilité de concilier le pouvoir traditionnel de l’Audience, fortement personnalisé et enraciné dans les rapports sociaux, avec le nouveau pouvoir des intendants, à qui il manque, pour acquérir de la légitimité, de s’implanter dans un réseau de relations. Or, le même phénomène de rivalité existe au sommet de la hiérarchie, entre deux entités nouvellement créées et directement soumises à Madrid, à savoir le vice-roi et le surintendant. Au-delà de la querelle de personnes entre le vice-roi Loreto (1784-1790) et le surintendant Francisco de Paula Sanz (1783-1788), c’est la cohérence du système qui est mise à l’épreuve : le vice-roi, représentant du souverain et autorité suprême de la région, ne saurait être privé de la prérogative financière sans qu’une partie essentielle de son prestige ne lui échappe. Il n’est donc guère surprenant que l’arrêté royal du 9 mai 1788 abolisse la fonction de surintendant et en confie les attributions au vice-roi. Regroupant désormais les quatre causas, celui-ci devient ainsi la plus haute autorité après le roi, dont il est désormais l’unique représentant.

16La mise en place du vice-royaume et des intendances crée donc de toutes pièces un cadre administratif qui coiffe, et parfois désorganise, un espace anciennement structuré par les échanges commerciaux. Ce dernier est encore fortement marqué par l’hétérogénéité, bien qu’une réorientation effective des flux commerciaux vers la côte atlantique et le développement de la zone littorale aient précédé la construction d’un ensemble politiquement unifié. Localement, l’imposition d’un système hiérarchique et centralisé, ainsi que les pouvoirs conférés aux intendants modifient les relations entre les cités et, en leur sein, entre leurs habitants.

La trame des cités au début du XIXe siècle

  • 18 J. C. Chiaramonte, « Ciudadanía, soberamía y representación en la génesis del Estado argentino (181 (...)

17Dans l’ensemble, les cités de l’Intérieur ont plutôt bénéficié de l’essor économique du dernier tiers du XVIIIe siècle et de la mise en place des intendances. Dans les premières années du XIXe siècle, elles forment de petites communautés relativement prospères. Communauté est bien le terme qui convient, la ville et sa juridiction (comarca) formant une entité dotée d’une existence juridique et politique18. Au-delà de cet essor se pose toutefois la question des rapports de pouvoir en leur sein et entre elles : l’institution des intendants a-t-elle contribué à faire du vice-royaume un espace de souveraineté plus homogène ?

18Les petites villes qui constituent le cœur de ces cités présentent toutes la même configuration, typique de l’urbanisation coloniale espagnole. Organisées autour d’une place bordée par l’église et le bâtiment municipal (cabildo), elles comptent quelques rues principales, séparant les manzanas où résident les grandes familles qui forment l’élite urbaine. Celle-ci est partout divisée en clans familiaux qui se disputent l’accès aux magistratures municipales, aux postes administratifs et aux charges honorifiques. Outre les maisons particulières, cet espace urbain fait évidemment la part belle aux édifices religieux. Les estimations que nous possédons permettent de mesurer la faiblesse démographique de ces communautés : les villes de Córdoba, Salta, Tucumán et Mendoza comptent entre 5 500 et 7 000 habitants vers 1810, alors que la population de Buenos Aires est estimée à la même époque à 50 000 personnes. La croissance économique de la fin du XVIIIe siècle s’accompagne toutefois d’une légère augmentation de la population, du fait de nouvelles installations en provenance de la péninsule et de l’acheminement d’esclaves en nombre croissant. La société de castes persiste partout, même si le nombre d’affranchis est proportionnellement plus important dans les villes de l’Intérieur que dans la capitale (respectivement 1 sur 4 à Tucumán contre 1 sur 10 à Buenos Aires). Ceux-ci, notamment par leur intégration dans le secteur de l’artisanat, connaissent une ascension sociale mal ressentie par les créoles indigents, lesquels sont pris en charge par l’Église et la Couronne.

  • 19 L. B. Romero Cabrera, « Algunos aspectos de las relaciones comerciales en el Interior en los años 1 (...)
  • 20 E. O. Acevedo, « Observaciones sobre el comercio mendocino (1806-1814) », dans Primer Congreso..., (...)

19Dans chacune d’entre elles, le prestige et la richesse des grandes familles proviennent de l’exploitation des terres, des activités commerciales et de leurs liens à la route de Lima19. Salta continue de fonder sa prospérité sur le commerce des mules : quelques 50 000 têtes transitent chaque année dans la vallée de Lerma en direction du Pérou. Ce commerce lucratif est à la base de solides fortunes, comme celles des Puch, des Gorriti ou des Gurruchaga. Non loin, la région de Tucumán exporte en abondance les produits de son agriculture, de son élevage et de son artisanat, dont les charrettes sont la spécialité. Cette activité explique la présence d’une élite de riches marchands (les Posse, les Velarde, les Villafañe), sans que l’on puisse toutefois parler comme à Salta d’une « aristocratie », car la propriété du sol est assez divisée dans la juridiction, et ces commerçants ne sont donc pas forcément de grands hacendados. Plus au sud, Mendoza présente à peu près la même configuration économique et sociale. La ville possède une quinzaine de maisons de commerce, ce qui, rapporté au nombre d’habitants, laisse entrevoir l’importance de cette activité. Celle-ci repose essentiellement sur l’exportation des produits de la vigne, qui, malgré un tassement relatif, se maintiendra jusqu’en 181720. Avec les autres produits qui transitent par la ville (céréales, bétail d’embouche), commerçants et convoyeurs (un habitant sur dix !) profitent de l’essor des échanges entre le Chili et la façade atlantique, consécutif au Règlement de 1778.

  • 21 J. C. Garavaglia, art. cité.
  • 22 Nous francisons ainsi l’adjectif porteño, qui signifie « de Buenos Aires ».
  • 23 F. Cornejo, « El comercio de mulas de Salta con el Litoral, Córdoba, alto y bajo Perú, 1800-1810 », (...)
  • 24 C. R. Melo, « Carlos IV y el pais argentine, 1788-1808 », Investigaciones v Ensayos, 17 (1974), p.  (...)
  • 25 T. Halperín Donghi, Révolutión y guerra, op. cit., p. 59.

20Quant à Córdoba, son extraordinaire croissance économique dans les premières années du XIXe siècle a été mise en évidence par Juan Carlos Garavaglia, qui parle d’un véritable « décollage » entre les années 1788- 1792 et 1800-180321. Celui-ci est essentiellement dû au développement des exportations de bétail et de produits textiles (notamment les tissus de laine) vers Buenos Aires. Cette région est donc mieux intégrée que les autres dans l’hinterland portègne22, malgré l’existence de dynasties de marchands (les Díaz, Piedras, Bravo, Funes, Martinez, Allende, Tejerina) liées au commerce des mules23. Ces notables possèdent en outre l’apanage de la culture, grâce à la présence de l’université, fondée en 1664 par les Jésuites, autour de laquelle se nouent d’importants enjeux. Les Franciscains, qui ont remplacé les Jésuites après leur expulsion, se trouvent en butte à l’hostilité du clergé séculier, lequel finit par obtenir gain de cause en 1800, lorsque Charles IV écarte les Franciscains et donne à l’université le rang de Mayor24. Ces dispositions seront appliquées en 1807 par le vice-roi Liniers, tandis que Gregorio Funes, récompensé des efforts engagés dans la lutte, reçoit le titre de recteur. Si la bataille autour de l’université revêt une telle importance, c’est que les élites de l’intérieur, renouvelées par l’arrivée de péninsulaires dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, se distinguent autant par l’ancienneté de leur installation que par leur accès privilégié à la culture, qui leur permet de briguer les hautes charges de l’administration. L’occupation de postes-clés permet évidemment à telle ou telle famille de renforcer son assise économique : ainsi, à Tucumán, les commerçants Huergo et Monteagudo obtiennent, grâce à leurs liens avec le cabildo, la perception de l’impôt de sisa sur les eaux-de-vie andines, ce qui leur assure un monopole sur le produit et ruine les petits détaillants dont ils étaient auparavant les fournisseurs25. Puissance économique et prestige social se renforcent donc mutuellement, le second s’exprimant à travers les multiples privilèges et dispositions protocolaires qui règlent la vie des habitants de la cité.

  • 26 J. C. Chiaramonte, La Ilustración en el Rio de la Plata. Cultura eclesiástica y cultura laica duran (...)
  • 27 E. O. Acevedo, « Un corresponsal y sus noticias sobre la situación rioplatense », Revista de Histor (...)
  • 28 C. Thibaud, Les avocats de Charcas, 1776-1809. mémoire de maîtrise, Université Paris I, 1992.

21La culture de ces élites reste donc empreinte, à l’aube du XIXe siècle, des codes et des valeurs de l’ Ancien Régime hispanique. Pourtant, à des degrés divers, les idées des Lumières commencent à pénétrer ces sociétés de l’intérieur. Mises à l’honneur par les Bourbons, les « nouveautés » philosophiques ou économiques modifient lentement le substrat scolastique de l’enseignement universitaire. La création d’une chaire de droit à l’université de Córdoba, en 1790, est l’indice d’une certaine sécularisation des enseignements26. Cette inflexion de la pensée « officielle » est largement dépassée par la curiosité des individus « éclairés » qui voyagent, lisent, échangent des opinions et mettent en pratique les idées du temps. Les érudits possèdent tous des ouvrages interdits, clandestinement importés d’Europe, qui circulent sous le manteau et sont commentés au sein des tertulias. Les théories inspirées de l’économie politique, véhiculées par les « innovateurs » du Consulat des marchands de Buenos Aires, se diffusent dans le vice-royaume, tandis que des copies des premiers journaux (le Telégrafo Mercantil en 1801, le Semanario de Agricultura, Industria y Comercio en 1802, le Correo de Comercio en 1810) circulent dans l’intérieur, notamment par le biais des correspondances privées et commerciales27. L’un des hauts lieux de l’activité culturelle de l’époque, où l’évolution officielle des enseignements se mêle au bouillonnement de lectures clandestines et de sociabilités pré-modernes, est l’université de Charcas et sa célèbre Académie de jurisprudence. Si les Cordobais préfèrent étudier sur place, notamment après 1790, et si les jeunes gens de Mendoza fréquentent plutôt l’université San Felipe de Santiago, ceux de Salta et de Tucumán, mais aussi de Buenos Aires, reçoivent couramment leur formation à Charcas28. Une fois revenus dans leur cité d’origine, ces étudiants y deviennent les propagateurs des idées nouvelles. Par ailleurs, leur rassemblement en un même lieu d’étude leur confère une sorte de « profil » social et intellectuel et leur permet de tisser entre eux des liens de sociabilité qui, par la suite, révéleront leur importance.

22L’installation des intendants dans certaines de ces cités a bien sûr entraîné des bouleversements dans l’organisation traditionnelle des pouvoirs. Rappelons que Córdoba et Salta sont promues capitales d’intendance en 1783, tandis que Mendoza et Tucumán accueillent chacune un subdélégué aux ordres du gouverneur. Plus efficace que celle des anciens gouverneurs et des corregidores, l’institution des intendants renforce la tutelle des agents royaux sur les juridictions qui leur sont confiées. Du point de vue formel, aucune latitude n’est laissée aux municipalités. Celles-ci sont soumises à l’autorité de l’intendant qui préside les fêtes, les séances du cabildo, et contrôle les activités de ses membres. La gestion de leurs biens revient à une junte municipale distincte du cabildo, bien que composée d’échevins. L’administration de la justice, qui était le domaine de compétence originel du cabildo, est désormais confiée à l’intendant (et dans la pratique à un teniente asesor nommé par le roi et confortablement rémunéré). Il n’y a que dans les cités subalternes où les cabildos se voient favorisés par la réforme, puisqu’ils récupèrent certains des pouvoirs judiciaires du corregidor.

  • 29 Memoria de Gobierno del Marqués de Sobremonte, dans C. Garzón, Crónica de Córdoba, Córdoba, 1898, v (...)

23Cependant, plus qu’une énumération de ces pouvoirs, c’est leur fonctionnement et leur impact en termes de rapports sociaux qu’il importe d’évoquer. Affaiblis par le manque de ressources et la vénalité des charges, les cabildos ne semblent guère ressentir, dans un premier temps, l’action des intendants comme une concurrence. Au contraire, la période de mise en place est plutôt caractérisée par une attitude de coopération entre les nouveaux représentants de la Couronne et les élites locales. Un cas exemplaire de cette tendance est celui du marquis de Sobremonte, qui dirige l’intendance de Córdoba de 1783 à 1797. Durant son long mandat, il se montre particulièrement actif, appliquant à la lettre les directives du « despotisme éclairé » : il réorganise l’administration, entreprend une série de travaux dans la capitale et visite par trois fois sa juridiction, où il favorise le développement de l’agriculture et de l’instruction publique. Il y gagne une excellente réputation auprès de l’oligarchie locale, qui lui apporte un soutien sans faille, réaffirmé lors des événements de 1806. À la même période, l’intendant de Salta, Pizarro, gouverne sa juridiction de manière semblable29. Toutefois, il n’existe pas de lien véritable entre la mise en place des intendants et l’amélioration économique qui caractérise la période, davantage due au Règlement de 1778.

  • 30 Cf. Tio Vallejo, Gabriela, « Los “vasallos más distantes”. Justicia y gobierno. La afirmación de la (...)
  • 31 E. O. Acevedo, « La Revolución de Mayo en Salta », dans Tercer Congreso international de Historia d (...)

24À terme, l’institution contribue à redynamiser les pouvoirs locaux30. En associant étroitement les cabildos à leurs activités, les intendants leur donnent une nouvelle impulsion. Les grandes familles qui y participent et ont coopéré avec les premiers intendants aspirent à conserver l’influence qu’elles ont acquise, attisant les conflits avec les factions rivales. Cette réalité – sans doute jointe à des querelles personnelles, tant il est vrai que cela concerne une poignée d’individus – explique la nette dégradation des rapports entre les intendants et les notables locaux dans les premières années du XIXe siècle. Tandis qu’à Córdoba plane l’ombre de Sobremonte, l’officier de la Real Armada Juan Gutiérrez de la Concha, nommé en décembre 1807, se heurte à l’hostilité et à la méfiance du clan Funes, qui brigue la domination de l’université. Il en va de même à Salta, où la mort de l’intendant Rafael de la Luz, en mai 1807, inaugure une période de troubles qui agitent profondément la cité, dans le contexte tendu de la crise de la Monarchie. La nomination de Nicolas Severo de Isasmendi, pourtant natif de Salta, ne désarme pas l’opposition qui l’accule à la démission en 181031. Ces conflits ne sont pas le fait d’intendants qui empiéteraient sur les pouvoirs locaux, mais résultent de l’affrontement des factions, dans lesquelles les nouveaux arrivants sont impliqués de gré ou de force. La mise en place des intendants ravive donc les luttes d’influence qui constituent l’ordinaire de la vie politique des cités.

25Si les troubles que nous venons d’évoquer sont circonscrits aux capitales d’intendance, la nouvelle organisation influe également sur les relations entre les cités. Tant que le Rio de la Plata faisait juridiquement partie de l’ensemble péruvien, celles-ci jouissaient d’une relative autonomie. Avec la création du vice-royaume et des intendances, c’est une véritable hiérarchie qui est mise en place, avec la distinction de trois degrés : cité subalterne, capitale d’intendance et capitale du vice-royaume. Cette organisation administrative a des répercussions importantes sur les rapports entre les cités, dont l’enjeu se pose en termes de préséance et d’obédience. En témoigne clairement la querelle engendrée par le choix des capitales d’intendance : l’ordonnance de 1782 qui divise l’ancienne gobernación de Tucumán en deux juridictions désigne San Miguel de Tucumán comme capitale de la première et Mendoza, récemment détachée de Santiago, comme capitale de la seconde. Ce n’est qu’après avoir reçu les avis contraires des autorités consultées que le roi les remplace, en 1783, par Salta et Córdoba. Ce choix n’est pas fondé sur une différence objective entre ces villes, pas plus qu’il n’entérine une tradition puisque la capitale de l’ancienne gobernación était San Miguel de Tucumán.

  • 32 Ibid., p. 24.
  • 33 J. Comadrán Ruiz, « Mendoza en 1 810 », ibid., p. 287-374.

26C’est donc à juste titre que la décision est interprétée comme un pur privilège royal, concédé d’une manière quelque peu arbitraire. Les deux capitales d’un jour, se sentant injustement dépouillées, en conçoivent une grande rancœur vis-à-vis de leurs rivales, d’autant plus vive que celles-ci n’hésitent pas à leur rappeler crûment leur position. Ainsi le cabildo de Salta, dans une adresse au roi, met-il l’accent sur l’infériorité relative de sa « petite sœur » Tucumán, qui est à Salta « ce que (...) Mantoue était à Rome, aux temps heureux de l’Empereur Auguste »32. En cela, l’orgueilleuse assemblée se révèle tout à fait consciente des manœuvres que tentent l’une et l’autre des cités spoliées pour recouvrer leur rang. Le cabildo de Salta soupçonne son intendant de comploter avec les notables de Tucumán afin que cette dernière redevienne capitale. Dans le même sens, Mendoza se bat inlassablement pour devenir capitale d’une nouvelle intendance. Après avoir été défendue en 1783 par le surintendant Francisco de Paula Sanz, la cité revient à la charge en 1 810 en présentant un mémoire auprès de la Junte centrale. Le texte demande la création d’une intendance séparée ou, faute de mieux, le retour dans la juridiction de Santiago, préférable selon elle à l’administration inefficace de Córdoba33.

27Dans ce jeu d’influences où le statut juridique, marque de la grâce royale, fonde l’importance politique des acteurs, les dés ne sont jamais définitivement jetés, un nouvel accommodement restant toujours à espérer. Nous avons donc affaire à un espace en voie de consolidation, où les hiérarchies, même si elles s’affirment, sont encore mouvantes et où subsistent des fissures permettant d’envisager des changements. Par exemple, afin d’éviter les embarras et les procès qui s’y rapportent, la Couronne s’efforce d’éviter les empiètements entre les juridictions civiles et ecclésiastiques. Préoccupation bien connue des acteurs, sur laquelle ils ne cessent de jouer. Mendoza demande à plusieurs reprises la création d’un évêché du Cuyo séparé de celui de Córdoba, privilège qu’obtient Salta en 1809 : le territoire du nouveau diocèse correspond à celui de l’intendance, ce qui renforce naturellement le prestige et la puissance de la capitale.

  • 34 Z. Moutoukias, « Comercio colonial y espacio económico, 30 anos de historiografia », dans Historiog (...)
  • 35 E. O. Acevedo, « Política, religión e ilustración en las intendencias altoperuanas : regionalismo f (...)
  • 36 L. B. Romero Cabrera, José Miguel de Tagle, un comerciante americano del siglo XVIII y XIX, Córdoba (...)
  • 37 Cf. J. Piel, art. cité.

28Si le vice-royaume du Rio de la Plata constitue, depuis les mesures de Cevallos, un espace économiquement délimité -sans être clos34 – soumis à un ordre administratif unique, il n’est guère possible de voir dans l’institution des intendants un facteur décisif d’homogénéité ou d’intégration des différentes régions, ce que prouve a contrario l’exemple extrême du Haut-Pérou35. Les échanges, tant dans le domaine administratif que judiciaire ou ecclésiastique, s’opèrent de manière verticale entre les trois niveaux de responsabilité que sont les cités subalternes, les capitales d’intendance et Buenos Aires. Du point de vue économique, les cités se présentent comme des îlots de production faiblement reliés entre eux, mais fortement dépendants des grands marchés que sont le Pérou, le Chili, le Paraguay et surtout Buenos Aires. Ces liaisons se doublent naturellement de relations et parfois d’alliances familiales entre les commerçants. Un cas connu est celui des Anchorena de Buenos Aires, qui ont des maisons et des agents dans toutes les cités de l’intérieur, ainsi qu’une foule de commissionnaires itinérants qui vont vendre un peu partout pour le compte de la maison-mère. Ces réseaux personnels se superposent aux routes commerciales et relient entre elles les grandes villes marchandes36. De fait, s’il est un domaine où les échanges entre cités sont très développés et sont à la base de véritables solidarités régionales, c’est celui des réseaux de sociabilité que tissent les membres des oligarchies locales. Entre deux villes voisines, comme le sont Salta et Jujuy, Salta et Tucumán, ou encore Mendoza et San Juan, les rapports entre autorités locales (surtout lorsqu’ils sont conflictuels) comportent souvent cette part, si visible à l’échelle d’une cité, de relations entre personnes du même monde, qui se connaissent, partagent les mêmes valeurs et nourrissent les mêmes ambitions37. L’exemple du cabildo de Salta soupçonnant Tucumán d’appuyer les manœuvres de son intendant en témoigne bien : nous sommes bien là au sein d’un seul et même univers.

29Dans cet espace en cours de consolidation et de hiérarchisation, la cité capitale ne cesse d’affirmer, sur le plan symbolique, sa grandissante prééminence. Les événements de 1806-1807 lui fournissent en ce sens un excellent canevas idéologique.

L’affirmation de la prééminence de Buenos Aires

30Un épisode de la guerre opposant l’Angleterre à l’alliance franco-espagnole (conclue en 1804) se déroule sur les côtes du Rio de la Plata et s’inscrit dans la ligne des tentatives anglaises pour s’assurer le contrôle de la zone. Cet événement, connu sous le nom d’« invasions anglaises », a des répercussions politiques majeures dans la région. En juin 1806, une escadre de 1 600 hommes conduite par Sir Home Popham (qui agit de sa propre initiative) débarque à Quilmes et attaque la ville de Buenos Aires. Pris au dépourvu, le vice-roi Sobremonte s’enfuit à Córdoba où il prétend lever des troupes pour repousser l’ennemi. Tandis que la plupart des notables portègnes accueillent l’envahisseur et entérinent le changement politique, une poignée de vecinos organise la résistance. Grâce au renfort de la garnison de Montevideo et au soutien d’une partie de la population, Jacques de Liniers, un officier d’origine française, parvient à livrer une bataille décisive le 12 juillet. En août, la « reconquête » de la ville est assurée.

  • 38 P. González Bernaldo, « Producción de una nueva legitimidad : ejército y sociedades patrióticas en (...)
  • 39 T. Halperín Donghi, « Militarización revolucionaria en Buenos Aires, 1806-1815 », dans El ocaso del (...)

31La plèbe urbaine, qui a combattu les armes à la main, manifeste son hostilité à l’égard de Sobremonte, accusé d’irresponsabilité face aux événements. Ce mouvement est savamment exploité par le cabildo38 qui obtient du vice-roi qu’il cède son mandat à Liniers, nommé commandant par un cabildo abierto le 14 août 1806. Avec l’aide du cabildo, ce dernier enrôle dans les corps de milice tous les habitants âgés de 16 à 50 ans, créant ainsi une force armée de plus de 8 000 hommes39. Dans l’intervalle, l’Angleterre a entériné l’initiative de Popham : une seconde, puis une troisième expédition débarquent à Montevideo au début de 1807, accompagnées de 70 navires de marchandises. Lors de l’attaque de Buenos Aires, les Anglais se heurtent au plan de défense élaboré par Liniers, qui livre bataille le 5 juillet et prouve de nouveau sa supériorité. Vaincu, le chef de la garnison se rend ; un traité de paix est signé deux jours après.

  • 40 V. Murga, « Las invasiones inglesas y Tucumán », Revista de la Junta de Estudios Históricos de Tucu (...)

32Pour mener à bien l’enrôlement des milices et financer l’effort de guerre alors que les caisses de l’État étaient pratiquement vides, les autorités de la capitale ont fait appel dès 1806 aux villes de l’intérieur. Les plus importantes fournissent une contribution en numéraire, en hommes, en armes et en munitions, mais toutes n’ont pas la même réaction face aux événements. Ayant accueilli le vice-roi Sobremonte auquel elle voue un soutien indéfectible, Córdoba réagit négativement à l’annonce de sa destitution. À l’inverse, Tucumán se montre particulièrement zélée dans l’aide apportée à la capitale assiégée40. Le commandant de la place, Garmendia, avance les 3 000 pesos nécessaires à l’envoi de la « Première compagnie de volontaires de San Miguel de Tucumán », dont il prend lui-même la tête en juillet 1806. Il en reviendra sans avoir livré bataille, mais avec près de 200 prisonniers anglais. L’année suivante, le cabildo finance lui-même la levée de deux compagnies de volontaires et organise une souscription, à laquelle participent tous les vecinos, qui rapporte 8 624 pesos. Fort de son succès et des remerciements que le cabildo de Buenos Aires lui a déjà adressés, le corps municipal prend une initiative supplémentaire. Le 10 février, il écrit aux cabildos de Salta, Jujuy et Catamarca, en proposant de collecter leurs contributions en armes et en argent et d’acheminer le tout, à ses frais, jusqu’à la capitale. Les cinq compagnies envoyées par Tucumán sont intégrées au régiment des Arribeños où ils participent à la bataille victorieuse des 5 et 6 juillet. Une quinzaine d’hommes n’en reviendront pas.

33Plusieurs éléments d’analyse se dégagent de cet épisode. Tout d’abord, c’est la première fois que Buenos Aires fait appel à l’Intérieur pour sauvegarder le vice-royaume. Il se crée par là même entre la capitale et les cités un lien d’interdépendance qui constitue un embryon de pacte politique. Celui-ci est en effet posé en termes de réciprocité : Buenos Aires constitue le rempart du vice-royaume, qu’elle protège contre les agressions extérieures, mais l’aide des autres cités lui est indispensable pour remplir cet office. Cet échange se produit naturellement dans le but de défendre une partie de l’Empire et de servir le roi, mais il instaure un type de relations entre les cités qui se révélera décisif par la suite. Cette solidarité contribue indéniablement à unifier le vice-royaume et à lui conférer une identité patriotique. En même temps que Buenos Aires, sous la pression des événements, fonde ce lien de dépendance, elle s’impose comme « tête » du vice-royaume. La fuite du vice-roi a en effet créé un vide de pouvoir dont profitent le cabildo et les forces militaires. Or, ces deux entités ne représentent pas le pouvoir royal, mais la cité de Buenos Aires, qui devient par là-même un acteur de premier plan. Fait remarquable, la Couronne avalise cet état de fait en confirmant Liniers dans sa charge à la fin de 1807. Ce faisant, elle reconnaît implicitement comme légitime la décision de la cité.

  • 41 G. Furlong, Historia y bibliografia de las primeras imprentas rioplatenses. 1700-1850, Buenos Aires (...)

34Vis-à-vis des autres cités, Buenos Aires assume donc pleinement son rôle de capitale. C’est son cabildo qui réclame aux autres villes leurs contributions et leur adresse, par la suite, remerciements et récompenses. Parallèlement, cette élite urbaine veille à contrôler l’information, tant pour prévenir les troubles que pour diffuser une sorte de « version officielle » des événements. Les nouvelles servent à attiser un sentiment patriotique assimilé à la défense de l’empire, dans lequel Buenos Aires s’octroie un rôle de premier plan. Cette entreprise se manifeste à la lecture des imprimés en circulation, qui augmentent considérablement pendant cette période41 et proviennent tous de la capitale, seule ville à posséder une imprimerie. Sa mise en œuvre semble avoir joué un rôle important dans le « retournement » de l’élite qui, rappelons-le, avait d’abord acclamé les envahisseurs avant de les combattre.

  • 42 Ibid., p. 480.

35L’étude de ces publications révèle la constitution, étonnamment rapide, d’une mémoire des événements, sous forme de récits, souvent versifiés, des épisodes de la Reconquête, et dédiés au héros de ces journées, Liniers. Celui-ci manifeste explicitement le contrôle qu’il entend garder sur ces écrits, en ordonnant que tous lui soient envoyés, et en commandant une « relation de la Reconquête » publiée en date du 26 août. C’est cette dernière qui figure dans les « Circulaires adressées aux cités du Royaume » dès la fin de 1806, dont l’abonnement est vendu au prix de six pesos. Le triomphe de Buenos Aires est également salué dans les réjouissances qui célèbrent la victoire finale, organisées aussi bien dans la capitale elle-même que dans d’autres villes du vice-royaume et dans le reste de l’empire, au Chili, au Pérou, en Nouvelle-Grenade et jusqu’au Mexique. Si elle donne le premier rôle à Buenos Aires, cette « mémoire officielle » ne s’y limite pas. La participation des autres cités est évoquée par les listes de leurs donations, qui les associent à la victoire de la capitale. Le lien de dépendance que nous avons évoqué s’exprime sans détours dans les commentaires qui accompagnent ces publications. Le cabildo fait ainsi publier le 30 décembre 1807 une « Liste des donations qu’en réponse à la circulaire du Très Illustre cabildo de cette Capitale, datée du 27 janvier de cette année, les provinces du Royaume lui ont fait parvenir jusqu’à ce jour (...), lesquelles sont exposées au public afin de satisfaire ceux qui ont contribué et de faire montre de la loyauté et du noble enthousiasme avec lequel ces fidèles et généreux habitants ont sacrifié leurs intérêts à la défense de cette capitale et au maintien, dans l’ensemble de ce vaste continent, de la douce domination du meilleur des Monarques »42.

  • 43 M. Moreno, Escritos, Buenos Aires, 1943, vol. 1, p. 162-163.

36Au terme de cet épisode, on constate qu’il s’est produit un transfert décisif quant à la figure incarnant l’autorité. Ce n’est plus le vice-roi, incapable d’agir, qui défend les intérêts du souverain, mais le cabildo, représentant de la cité et le vecindario qui se sent doté d’une légitimité suffisante pour désigner son remplaçant. Autrement dit, la représentation du roi se trouve absorbée par celle de la cité, ce qui explique l’importance politique dont celle-ci se sent investie à l’issue de l’événement. Grâce à cette victoire, Buenos Aires s’impose sur le plan symbolique comme rempart du vice-royaume, ce qui permet à son cabildo d’étendre sa juridiction à l’ensemble du territoire. En cela, cet organisme participe pleinement de la « résurrection » des institutions municipales qui commence à se faire sentir dans les premières années du XIXe siècle, lorsque la deuxième promotion des intendants se heurte à leurs prérogatives renaissantes. C’est dans cette perspective et en récompense des services rendus que l’échevinage prie la Couronne, en décembre 1807, de lui octroyer le titre de « défenseur de l’Amérique du Sud et protecteur des cabildos du vice-royaume du Rio de la Plata »43. Il demande par là même de pouvoir décider en leur nom, puisque dans la conception ancienne de la représentation, l’autorité de la « tête » vaut pour l’ensemble des parties subordonnées. Cette faveur briguée par le cabildo de Buenos Aires est extrêmement révélatrice : elle montre tout d’abord que l’instauration d’une hiérarchie entre les cités du vice-royaume, par le biais des réformes bourboniennes, est un processus arrivé à maturité. Elle signifie en outre que la capitale (ou plus concrètement les élites dirigeantes regroupées dans les centres de pouvoir que sont les milices et le cabildo), est prête à assumer la direction politique du pays en cas de vacance de l’autorité traditionnelle.

37L’épisode n’a-t-il profité qu’à la capitale ? Rien n’est moins sûr, si nous revenons sur l’exemple du zèle déployé par Tucumán pour l’interpréter à la lumière de la querelle qui l’oppose à Salta. L’aide demandée par la capitale fournit à Tucumán un excellent prétexte pour affirmer son identité de cité et recueillir les parcelles de prestige qui lui sont nécessaires pour détrôner sa rivale. En témoignent l’orgueil suscité par les remerciements du cabildo de Buenos Aires ainsi que les discours des notables qui révèlent, par-delà la loyauté vassalique, une dimension très locale de la patrie, celle « de la terre natale [patrio suelo], des domaines et des propriétés » qu’il s’agit de défendre.

38La principale conséquence des invasions anglaises, dans l’ensemble du vice-royaume, est donc de révéler les cités comme acteurs politiques et d’éprouver le lien de dépendance réciproque entre Buenos Aires et les autres villes. Ce lien ne fonctionne qu’en rapport avec la hiérarchie des intendances, dans laquelle la cité-capitale, surtout lorsque le vice-roi fait défaut, détient la prééminence. Mais il sert aussi les intérêts des villes subalternes : Tucumán joue clairement la carte de la capitale, en renforçant son allégeance à l’égard de Buenos Aires dans l’espoir de contrecarrer celle qui la soumet à Salta. Par ailleurs, il faut souligner que c’est la première fois que le vice-royaume se voit attaqué et que les villes de l’Intérieur envoient en un même lieu des bataillons de soldats. Les invasions donnent l’occasion à plusieurs cadets et jeunes officiers d’entrer en relation et de combattre côte à côte avec des habitants d’autres cités. Ils font ainsi l’expérience des pratiques instituées dans les régiments de milices (telles l’élection des officiers) et assistent aux événements en cours dans la capitale (notamment la destitution du vice-roi). Dans un contexte où les décisions politiques sont le fait, dans chaque cité, d’une poignée d’individus, ce décloisonnement est un fait important pour l’avenir. Du fait de ces conséquences fondamentales (résistance politique et militarisation de la capitale, rapports instaurés avec l’intérieur), l’épisode des invasions anglaises appartient déjà au processus de transformation de la représentation et de la souveraineté. Il contribue indiscutablement à mettre en place une configuration qui influe sur la façon dont le Rio de la Plata accueille les grands bouleversements des années 1808 et 1809.

Le transfert d’obédience (1808-1809)

39À peine le danger anglais s’est-il éloigné des rives du Rio de la Plata que celui-ci se trouve une nouvelle fois ébranlé par la guerre européenne. Cette fois, la puissance espagnole n’est pas frappée dans ses marges mais en son cœur même, par son allié du moment. Napoléon Bonaparte. Cette crise considérable modifie radicalement la structure de la Monarchie, posant pour l’ensemble comme pour chacune des parties la question cruciale de la représentation du roi. Plusieurs solutions se présentent, l’adoption de l’une ou de l’autre étant soumise au jeu des forces locales. Celle qui prévaut au Rio de la Plata, consistant à reconnaître la Junte centrale espagnole comme organisme souverain, inaugure dans ces provinces un processus de représentation politique.

L’onde de choc de la crise espagnole

  • 44 Sur les implications politiques de la crise, B. Hamnett, La politica española en una época revoluci (...)
  • 45 A.M. de Velasco, La formación de la Junta Central, Pampelune, 1972.

40La crise que traverse la Monarchie espagnole dans les années 1808 et 1809 peut se caractériser comme une invasion militaire doublée d’une crise dynastique, qui entraîne un processus de réorganisation politique. Les principaux épisodes en sont désormais bien connus : en mars 1808, tandis que les armées napoléoniennes marchent vers Madrid, une révolution de palais, le motín de Aranjuez, renverse le valido Godoy et pousse le roi Charles IV à abdiquer au profit de son fils, le prince des Asturies. Celui-ci, qui devient roi sous le nom de Ferdinand VII, est triomphalement accueilli à Madrid, par une population qui place en lui tous ses espoirs44. Début mai, tandis la famille royale a rejoint Napoléon à Bayonne, le peuple de Madrid se soulève contre les troupes de Murat. La répression qui s’ensuit met le feu aux poudres : partout dans le royaume, les villes forment des juntes de gouvernement pour repousser l’invasion et refuser l’usurpation du trône. A Bayonne en effet, Napoléon a contraint les deux souverains à abdiquer une nouvelle fois avant de faire proclamer roi son propre frère, Joseph Bonaparte. Si la haute administration, dans son ensemble, accepte de se rallier au nouveau régime, le mouvement des juntes ne désarme pas. Plusieurs d’entre elles demandent la création d’un organe fédérateur, d’une Junte suprême, rôle que la Junte de Séville s’attribue abusivement pendant quelques semaines. Le 25 septembre, enfin, une « Junte centrale de gouvernement de l’Espagne et des Indes », formée de délégués envoyés par les différentes provinces, s’ouvre à Aranjuez45.

  • 46 J.-P. Aymes, La guerre d’indépendance espagnole (1808-1814), Paris, 1973 ; G. H. Lovett, La guerra (...)

41Entre-temps, la situation a évolué sur le plan militaire. À peine Joseph Bonaparte est-il arrivé à Madrid qu’il doit se replier précipitamment, à cause de la victoire que les Espagnols remportent à Bailén le 21 juillet. La défaite de Junot, quelques semaines plus tard, au Portugal, enflamme les résistants qui ne sont toutefois pas assez nombreux pour repousser l’ennemi. Madrid est reprise en novembre, obligeant la Junte centrale à s’installer à Séville, puis à Cadix. Durant les années 1809 et 1810, les Français progressent jusqu’à atteindre l’Andalousie. Grâce à l’aide anglaise, toutefois, le conflit connaît un tournant important en 1812 et s’achève par la déroute de Joseph Bonaparte à Vitoria, le 21 juin 1813. Cette « guerre d’indépendance » espagnole a des répercussions politiques majeures, puisqu’elle permet l’avènement d’un régime libéral en Espagne et déclenche en Amérique le processus qui va aboutir aux indépendances46. Une nouvelle configuration politique résulte donc de ce bouleversement, tant en ce qui concerne la nature de l’autorité que le jeu des diverses obédiences.

  • 47 G. Furlong, op. cit.

42Vue d’Amérique, la situation est d’abord génératrice d’inquiétude, de trouble et de confusion. La distance et les difficultés de communication, dues entre autres au blocus continental, révèlent ces événements à travers un prisme déformant. Dès lors, il s’ensuit une attente angoissée des nouvelles. La méfiance qu’elles inspirent est à la mesure de l’importance qu’on leur accorde : l’information est toujours susceptible d’avoir été manipulée ; sa rareté même la rend difficile à vérifier. Les nouvelles sont souvent contradictoires, parfois teintées de rumeurs – quand ce ne sont pas les acteurs eux-mêmes qui taxent de rumeurs des nouvelles qui ne leur paraissent pas vraisemblables. L’ensemble forme un écheveau dans lequel il est malaisé de distinguer le vrai du faux. La source première des informations est la métropole, d’où parviennent de manière aléatoire, avec un retard d’environ quatre mois, journaux et publications officielles. La plupart de ces écrits sont réimprimés à Buenos Aires et circulent ensuite dans le vice-royaume : en 1808, la moitié des textes imprimés à Buenos Aires sont des réimpressions de textes espagnols ; ils ne sont plus qu’un tiers l’année suivante47. Dans cette transmission de l’événement officiel, la capitale tente de s’imposer comme l’intermédiaire obligé, afin de mieux contrôler la circulation des nouvelles et de prévenir les troubles.

  • 48 Oficio del gobernador de Córdoba, sobre el Real décréta del 19 de marzo de 1808, AHC Gobierno, 30-4 (...)
  • 49 Actas del cabildo de Córdoba, 7/08-9/09/1808, dans Actas del cabildo de Córdoba, Córdoba, 1967, liv (...)

43La première information importante arrive au Rio de la Plata à la fin du mois de juillet 1808. L’imprimé contient le décret d’abdication de Charles IV, en date du 19 mars et un décret de Ferdinand, en date du 10 avril, ordonnant de lui prêter serment selon les règles48. Rien n’est dit, pour l’instant, de la situation agitée que vit la péninsule. Informée directement depuis Madrid, Córdoba a procédé de son propre chef, le 8 août, à la reconnaissance du nouveau souverain. Mais lorsqu’elle reçoit, quelques jours plus tard, l’annonce officielle parvenue de Buenos Aires, elle organise une nouvelle cérémonie afin de respecter la hiérarchie des pouvoirs49. Les autres cités apprennent le changement de souverain par un décret de Liniers daté du 15 août, qui comporte également la nouvelle de l’invasion napoléonienne, arrivée entre-temps à Buenos Aires. Les cérémonies qui se déroulent dans le courant du mois de septembre sont donc empreintes d’un loyalisme exacerbé : tout en jurant fidélité et obéissance au nouveau roi, on lui promet également d’aider la métropole à se défendre.

  • 50 Actas del cabildo de Córdoba, dec. 1808, ibid., p. 510-512 ; Oficio del cabildo de Buenos Aires al (...)

44Cette promesse se traduit immédiatement par la levée de contributions, qui prolongent les efforts fournis les deux années précédentes. On assiste d’abord à des donations spontanées, puis très vite à des réquisitions en numéraire. Les demandes qu’envoie régulièrement la métropole sont retransmises par la capitale, qui fixe un montant attribué à chacune des intendances en fonction de leurs capacités démographiques et économiques50. La première vague de contributions a lieu au début du mois de septembre 1808, après la réception des premiers décrets et circulaires, suivie d’une seconde début octobre après l’arrivée de l’émissaire Goyeneche. Une troisième se produit en janvier 1809 lors de la reconnaissance de la Junte centrale et une quatrième en septembre-octobre, en réponse au décret du 12 mars 1809. L’aide ainsi fournie est évidemment perçue comme une preuve de patriotisme de la part des cités, dûment remerciées par leur supérieur hiérarchique (le cabildo de Buenos Aires pour les capitales et le gouverneur-intendant pour les cités subalternes). L’uniformité du langage des comptes rendus et des félicitations révèle l’extraordinaire cohésion de la pyramide d’obédiences que forment les cités du Rio de la Plata. Chacune met un point d’honneur à répondre avec empressement aux sollicitations de l’entité supérieure, capitale d’intendance ou de vice-royaume.

  • 51 M. Gómez Imaz, LOS periódicos durante la guerra de la Independencia (1808-1814), Madrid, 1910 ; R. (...)

45L’enthousiasme patriotique, si manifeste soit-il, comporte néanmoins un enjeu trop important pour être livré à la seule spontanéité des foules. Son contenu et ses manifestations sont de fait guidés par un véritable programme, qui rejoint un sentiment très vif dans la population. Cette propagande patriotique, partie intégrante de la lutte contre Napoléon, se manifeste très tôt en Espagne où la presse, libérée de facto par les bouleversements politiques, connaît un essor sans précédent. Les imprimés et les journaux de la métropole véhiculent une interprétation des événements que les capitales américaines répercutent dans leur province51. Les autorités américaines s’engagent étroitement dans la campagne de soutien à la Monarchie. Tout ce que le vice-royaume compte d’élites politiques, religieuses, militaires et civiles, se trouve engagé dans un formidable élan de patriotisme, organisant les contributions, donnant l’exemple et galvanisant leurs compatriotes par des harangues et des adresses publiques.

46Dans cette mobilisation, il s’agit avant tout de maintenir intact l’ordre politique et d’assurer à la métropole le soutien de l’empire. Pour ce faire, les autorités jouent sur deux cordes sensibles du patriotisme créole, en stimulant tout d’abord leur attachement à la personne du roi, puis en flattant leur orgueil de cité. Les cérémonies de reconnaissance sont l’occasion d’exalter l’amour des sujets pour leur souverain, en exposant à leur dévotion les objets qui symbolisent la présence royale, tels l’étendard (pendón), mais plus encore, lorsqu’il parvient dans ces lointaines contrées, le portrait de Ferdinand VII, roi d’autant plus adulé qu’il n’a jamais régné. L’identité des cités est par ailleurs exaltée au même titre que le loyalisme des sujets. Ainsi, dans les remerciements qu’il adresse à Mendoza, l’intendant de Córdoba souhaite que

  • 52 Oficio del gobernador-intendente de Córdoba al cabildo de Mendoza, 15/11/1808, AHM Col., 42-127.

« (...) ce noble vecindario, source de gloires indéfectibles, suive l’exemple de son Illustre Corps [municipal], [et continue à contribuer] avec tout l’honneur dont il est capable, [lui] donnant ainsi la douce satisfaction d’être à la tête d’une province qui manifeste largement sa gratitude et sa reconnaissance. »52

  • 53 Théorisée au XVIe siècle par les juristes de l’École de Salamanque, celle-ci stipule que le roi reç (...)
  • 54 L. Sánchez Agesta, Historia del constitucionalismo espanol, Madrid, 1978.

47À côté de l’aspect stratégique de cet effort d’exaltation, l’analyse du discours révèle le souci de conférer un sens aux événements en cours. L’absence du roi, communément exprimée dans la littérature du temps par les métaphores de l’acéphalie et de l’orphelinat, traduit l’anomalie de la situation et l’angoisse des sujets devant le bouleversement d’un ordre séculaire. C’est cette incohérence que la parole des autorités du vice-royaume essaie de pallier. Le schéma le plus répandu, calqué sur les discours péninsulaires, met en scène trois figures principales. Napoléon, qui représente l’ennemi absolu, est décrit sous les traits d’un monstre cruel et assoiffé de violence, coupable de traîtrise et d’usurpation, impie et profanateur. Ses exactions, décrites avec un luxe de détails, permettent d’insister par contraste sur l’innocence et la pureté du jeune Ferdinand, victime par excellence mais porteur de tous les espoirs de son peuple, pour qui il est « le Bien Aimé » (el Deseado). Ce peuple, précisément, est appelé à lui porter secours. Dans la mise en scène de la situation, ce sont les sujets du jeune roi qui doivent l’aider à vaincre l’ennemi, inspirés et soutenus par le bras armé de la Providence. Face à Napoléon, la religion se trouve autant en péril que la monarchie ; c’est donc au nom de Dieu et du roi que s’organise la résistance. S’il est présenté comme l’adjuvant suprême, Dieu passe par l’intermédiaire du peuple pour redonner son pouvoir au roi. L’ancienne formule du pactum translations53 revient ici en vigueur, dans une acception renouvelée due aux libéraux adeptes du « constitutionnalisme historique », partisans d’un retour aux « libertés anciennes » de la Monarchie hispanique54. Selon eux, Dieu reste le dispensateur de la souveraineté, mais la société reprend de la puissance face à l’entité royale, clôturant ainsi le cycle de l’absolutisme castillan qui avait rogné peu à peu les privilèges et l’autonomie relative des anciens corps et des royaumes.

48En Amérique, ce schéma est d’autant plus vivace qu’il fait ressurgir l’idée d’un statut particulier de l’empire, directement rattaché, du fait de la Conquête, à la Couronne de Castille. Les textes américains préfèrent évoquer, au lieu du soutien que les territoires d’outre-mer doivent à la métropole, le lien direct reliant les pueblos et le roi. Ce lien s’exprime par le recours constant à la notion de vassalité pour définir le statut des créoles, notamment vis-à-vis des péninsulaires considérés comme des égaux, ce qu’indique la métaphore récurrente de la fratrie. Ce patriotisme de vassaux, nous l’avons vu, se double d’une affirmation qui ne correspond pas à l’échelle du vice-royaume (on ne se revendique pas sujets du Rio de la Plata), mais à celle de la cité. Dans cette mise en scène, la désignation de l’ennemi a pour but de mettre en relief la triste situation du roi et de lui assurer la sympathie de ses sujets. Cette condamnation sans appel permet de souligner a contrario les qualités du peuple espagnol qu’on appelle à défendre son souverain. Enfin, s’il est important de distinguer l’usurpateur du souverain légitime, c’est que le Rio de la Plata, comme le reste de l’Amérique, est l’objet de nombreuses convoitises.

49Bien avant 1808, comme nous l’avons vu, l’empire des Indes intéressait d’autres puissances que l’Espagne, principalement l’Angleterre et son allié portugais, avides de conquérir de nouveaux marchés, fût-ce au prix de l’émancipation des colonies espagnoles. La position stratégique du Rio de la Plata en faisait une zone particulièrement exposée. La crise de 1808, si elle renverse les alliances, ne soustrait pas l’empire aux visées étrangères, bien au contraire. Aux intérêts économiques viennent s’ajouter les ambitions des princes, qui profitent du contexte troublé de la péninsule et du relatif isolement de l’Empire. Ce contexte, et l’immense problème de légitimité que soulève l’absence du roi Ferdinand, créent durant ces quelques mois une ambiance très particulière, marquée par l’instabilité, la contradiction et la duplicité.

Les pistes brouillées de la légitimité

50L’absence du roi plonge l’ensemble de la Monarchie dans une situation d’acéphalie qui rend urgent l’établissement d’une entité capable de pallier de manière légitime ce vide de pouvoir. Le loyalisme exacerbé des provinces américaines les place devant un choix crucial, celui de prêter allégeance, en l’absence de tout ordre souverain, à une nouvelle autorité. Face à chacune des solutions qui se font connaître après l’emprisonnement de Ferdinand VII, il s’agit d’abord d’en éprouver la légitimité, la validité de sa prétention à remplacer le roi, mais également de mesurer la part de changement que cet établissement pourrait entraîner.

  • 55 M. Belgrano, « El emisario impérial, el Marqués de Sassenay », dans Historia de la Nación Argentina(...)

51Au mois d’août 1808, tandis que les habitants du vice-royaume prêtent serment à Ferdinand VII, les autorités de la capitale apprennent la nouvelle de son emprisonnement et reçoivent, en quelques jours, plusieurs propositions de la part d’entités qui prétendent le remplacer. Le 10, Charlotte de Bourbon, sœur de Ferdinand et épouse du régent du Portugal, s’autoproclame régente de l’Espagne et des Indes depuis le Brésil où elle est réfugiée. Le 13, le marquis de Sassenay, émissaire de Napoléon55, arrive à Buenos Aires. Le 26 enfin, le vice-roi retransmet aux provinces l’ordre de mission de José de Goyeneche, envoyé par la junte de Séville. Face à l’éventail de ces propositions, des camps se forment, tandis que Liniers s’efforce de choisir la solution la plus adaptée à la sauvegarde de l’ordre existant. Beaucoup redoutent qu’il n’engage le vice-royaume dans le camp de Bonaparte, au nom de l’obédience vassalique et du fait de ses origines françaises qui le rendent éminemment suspect. Après tout, la cession de la couronne à l’Empereur est une décision du souverain et Joseph Bonaparte a été proclamé roi d’Espagne. Pourtant, conformément à la condamnation unanime de l’invasion et de l’usurpation napoléoniennes, le vice-roi repousse fermement les propositions de Sassenay avant de l’expulser en bonne et due forme. La principale crainte des loyalistes est donc rapidement écartée.

  • 56 Un abondant matériel se trouve dans Mayo documental, R. Caillet-Bois dir., Buenos Aires, 1961, vol. (...)

52Bien qu’elles comportent la menace d’une hégémonie portugaise, les prétentions de Charlotte de Bourbon sont beaucoup plus justifiées en regard de la tradition dynastique. De plus, l’infante ne ménage pas sa peine pour s’imposer comme la représentante naturelle de la Couronne. Grâce aux bons soins de son secrétaire Rodriguez Peña, elle est parvenue à se rallier les progressistes du Consulat des marchands, qui espèrent ainsi promouvoir les réformes qu’ils appellent de leurs vœux. Dans le reste du vice-royaume, la princesse a constitué un vaste réseau de correspondances et sa proclamation a été largement diffusée56. Pourtant, Liniers ne se laisse pas fléchir et les autorités provinciales ne peuvent rien décider sans son ordre : ayant reçu les plis de l’Infante, le gouverneur de Salta réaffirme le loyalisme de ses administrés envers Ferdinand VII tandis que le gouverneur de Córdoba demande s’il doit y répondre. La légitimité éventuelle de la solution carlotine est donc contrariée par la position du vice-roi et la soumission des autorités.

  • 57 Actas del cabildo de Côrdoba, op. cit., p. 463-478 ; AGN Gob. Cba, IX-6-1-4 ; AHT Adm., leg. 19.

53Au même moment arrive José de Goyeneche, envoyé par la junte de Séville pour informer les Américains de la situation et lever des fonds pour la guerre. Datée du 17 juin, la proclamation de cette junte qui s’est abusivement octroyée le titre de « Suprême d’Espagne et des Indes » fait croire qu’un gouvernement unifié s’est installé en Espagne. L’allégeance qu’elle réclame représente une troisième modalité de la représentation du roi absent, les autorités vice-royales jurant obéissance à un organe central de gouvernement. La junte de Séville est parfaitement consciente de cet enjeu lorsqu’elle ordonne à son émissaire de confirmer dans leurs charges tous les dignitaires et agents de la Couronne. De fait, Liniers reconnaît sans coup férir l’autorité de la junte de Séville, qui n’implique aucun bouleversement à court terme. Tout au long de son voyage vers Lima, Goyeneche suscite des flambées d’enthousiasme en faveur du roi, et les vecinos de l’Intérieur l’accueillent comme le représentant d’une entité souveraine57.

54La dernière solution est celle qui a prévalu en Espagne, où des juntes se sont spontanément créées pour mener la lutte et former un gouvernement contre l’envahisseur. Moins naturelle que la régence en regard de la tradition juridique de la Monarchie, cette solution s’appuie sur la théorie du pacte entre le roi et la Nation, qu’invoque par exemple la junte de Séville dans sa proclamation. Or, ce pactisme trouve un certain écho chez les élites américaines, moins ralliées aux doctrines de l’absolutisme bourbonien. C’est ainsi qu’une junte est créée le 21 août dans la cité de Montevideo, sous l’autorité du gouverneur Elío. Outre le désir d’unisson avec la péninsule, cette décision révèle un choix tactique que permet le caractère exceptionnel d’une situation où les pistes de la légitimité sont brouillées et où plusieurs types d’allégeance sont possibles. En réalité, il s’agit tout autant de se soustraire à l’autorité de Buenos Aires que de faire montre de loyalisme. Par la formation de la junte, la cité de Montevideo s’investit de l’autorité nécessaire pour se gouverner elle-même tandis qu’Elío s’affranchit de l’obéissance due à Liniers, envers qui il nourrit de solides préventions. Dès lors, la formation de juntes dans les cités du Rio de la Plata s’impose comme une solution possible à la crise de la souveraineté.

55Comme dans le reste de l’empire, la solution qui l’emporte au Rio de la Plata dans les tous premiers mois de la crise n’est donc pas la plus traditionnelle, mais sans doute la plus conservatrice. En raison des remous provoqués par la disparition du roi, l’attitude qui prévaut est la fidélité absolue au serment prononcé, et une méfiance vis-à-vis de tout ce qui pourrait entraîner un changement de régime. L’atmosphère de la période est toute empreinte, nous l’avons vu, de suppositions, de rumeurs, d’extrême sensibilité à la subordination et à la tromperie. L’usurpation de Joseph Bonaparte choque autant que l’emprisonnement de Ferdinand, et retient la plupart des sujets de prêter allégeance à une autre tête couronnée, fût-elle de la dynastie légitime. Mais surtout, l’attitude qui prévaut est le respect de la hiérarchie administrative. Ce qui permet de maintenir la cohésion de l’ensemble, c’est l’obéissance des gouverneurs à leur supérieur, considéré sur place comme le représentant du roi. Ceci malgré plusieurs éléments de fragilité, le caractère relativement récent de l’institution dans cette région, les circonstances de la nomination de Liniers, les suspicions et les attaques dont il est l’objet. Quant à lui, bien qu’il fasse montre d’un loyalisme sans faille, il préfère reconnaître un gouvernement qui lui assure sa charge plutôt qu’une Infante soutenue par ses propres ennemis. Pour assurer sa survie politique, le fonctionnaire de la Couronne, fidèle au régime en place, l’emporte en lui sur le vassal dévoué à la loyauté dynastique.

56Toutefois, Montevideo a ouvert une brèche en saisissant l’opportunité offerte par la crise d’affirmer ses propres choix politiques. Elle ouvre la voie à une tentative semblable qui a lieu à Buenos Aires même, où les conflits locaux viennent se greffer sur l’incertitude du contexte. Les forces en présence sont au nombre de trois, chaque camp soupçonnant l’autre de vouloir trahir le roi. Le premier est formé par Liniers et ses partisans, majoritairement des commerçants favorables à l’ouverture du port. Le deuxième est celui des partisans de Belgrano, ennemis du vice-roi et favorables à Charlotte de Bourbon qu’ils croient davantage acquise aux réformes. Face à eux, le cabildo cherche à renforcer le pouvoir acquis lors des invasions anglaises et voit dans son allié de la veille un concurrent gênant, qu’il cherche à éliminer. Son allié le plus sûr est bien entendu Elío, qui partage ses préventions envers Liniers et entend conforter son pouvoir acquis de facto. S’ils ne parviennent pas à convaincre l’Audience de destituer le vice-roi, ils rallient en revanche à leurs vues Goyeneche, qui plaidera pour eux auprès de la junte de Séville. Sur la toile de fond que constitue l’affrontement de ces groupes, la question de la représentation du roi se trouve une nouvelle fois posée. Depuis le 25 septembre, il existe en effet en Espagne un véritable organe de gouvernement, la « Suprême Junte centrale de l’Espagne et des Indes ». Le pli annonçant sa création et ordonnant sa reconnaissance part de Madrid le 7 octobre ; le 16 décembre, le cabildo de Buenos Aires en accuse réception et se dispose à la cérémonie de reconnaissance.

  • 58 R. Levene, « Asonada del 1° de enero de 1809 », dans Historia de la Nación Argentina, op. cit., t. (...)

57C’est dans ce contexte qu’a lieu le coup de force du 1er janvier 180958. À l’occasion de son renouvellement, le cabildo a rassemblé ses partisans sur la grand-place. Parmi eux figurent les corps de milices, pour la plupart péninsulaires, placés sous sa protection et le commandement de ses membres. Fort de sa position, le corps municipal envisage de déposer le vice-roi et de former une junte, à l’instar de Montevideo. Mais tandis que les autorités rivales discutent pour parvenir à un arrangement, d’autres bataillons, protégés par Liniers et en conflit ouvert avec les précédents, occupent la place. Ils accordent leur soutien à leur protecteur, sauvant ainsi le pouvoir chancelant de l’administration royale. Les échevins avaient-ils l’intention d’opposer la légitimité d’une junte locale à celle de la Junte centrale, où cherchaient-ils plus simplement à se soustraire, par le biais d’une junte, à l’autorité d’un vice-roi qu’ils cherchaient à défaire depuis plusieurs mois ? Toujours est-il que leur tentative échoue et qu’une fois de plus, la continuité l’emporte. Les chefs de milice créoles défendent certes en Liniers le vainqueur de 1807 et leur bienfaiteur, mais aussi et surtout le représentant légitime du roi.

58La nouvelle de l’installation de la Junte centrale sert, dans un premier temps, les intérêts de Liniers, qui trouve enfin une autorité valable à qui faire montre de son obéissance et de sa loyauté, afin de se laver des accusations dont on l’a accablé. De plus, la nature du nouveau pouvoir et sa position en regard du roi est clairement définie par la Junte elle-même. L’adhésion qu’elle demande aux provinces américaines annule les errements précédents puisqu’elle consiste à

  • 59 Oficio del Serenisimo Señor Conde de Floridablanca, Aranjuez, 26 septembre 1808.

« (...) reconnaître et [à] obéir sans retard à l’autorité souveraine de [leur] bien aimé roi Ferdinand VII, et à celle de cette Junte Suprême de gouvernement de l’Espagne et des Indes qui en est le dépositaire jusqu’à son rétablissement dans la plénitude du pouvoir, de la splendeur et de la dignité qui lui reviennent, réprouvant et annulant tout serment ou acte contraire qui aurait été prêté par peur, du fait de pressions ou par manque d’information et de liberté. »59

Profitant de l’impulsion donnée par sa victoire, le vice-roi annonce que la cérémonie de reconnaissance de la Junte centrale aura lieu le 8 janvier dans la capitale. Il donne l’ordre aux autorités provinciales d’y procéder également et les informe officiellement de ce qui s’est produit le 1er janvier, afin de couper court à d’éventuelles rumeurs. Par contraste avec les intentions du cabildo, l’obédience directe à la Junte centrale est présentée comme la seule voie légitime, celle qui équivaut à rester fidèle à Ferdinand VII. Pour garder son pouvoir, et en bon serviteur de l’appareil étatique, Liniers impose en fin de compte au vice-royaume, par le biais de la hiérarchie administrative, sa version de la représentation, qui est celle expérimentée et dictée par la métropole.

59Le début de l’année 1809 voit donc se reproduire, du fait de l’installation de la Junte, les manifestations d’allégeance à Ferdinand VII qui avaient rythmé l’année précédente. En arrière-plan du roi et de la Junte, on voit se profiler la thématique essentielle de la Nation comme participant à la souveraineté. Cette image d’une Espagne unifiée, tenant tête à l’envahisseur, dont la Junte est l’expression, s’est évidemment forgée au cours des semaines précédentes et contraste avec la conception traditionnelle et hétérogène d’une Monarchie formée de plusieurs royaumes. Deuxième élément capital, la Nation est présentée comme l’acteur qui confère, par l’exercice de sa volonté, son existence et sa légitimité à la Junte. On retrouve ici le thème du pacte et de la rétrocession de la souveraineté du roi à la Nation, laquelle est libre d’en investir l’organe de son choix. Enfin, cette nation va de pair avec un ensemble de valeurs (la religion, le système monarchique, les lois fondamentales) dont la Junte est présentée comme le garant. Cet organe, qui représente le roi, est donc investi par la Nation pour en préserver les fondements. À côté de l’autorité traditionnelle du roi et de celle, plus nouvelle, de la Junte, les élites du vice-royaume apprennent ainsi à déchiffrer le langage de la souveraineté nationale.

Une nouvelle tête pour la Monarchie

60Aussitôt installée, l’une des premières tâches de la Junte centrale consiste à redéfinir ses rapports avec l’empire des Indes. Dans un contexte de guerre et d’affaiblissement du pouvoir, malgré le loyalisme dont ont fait preuve les provinces américaines, le risque demeure de voir certaines d’entre elles faire sécession au profit d’une autre puissance. Le thème de l’union territoriale et spirituelle de la Monarchie est omniprésent dans la pensée politique de l’époque. Afin de préserver cette union, la Junte utilise un outil à double tranchant, qui correspond à sa double prérogative. D’une part, en tant que gouvernement, elle s’efforce de reprendre en main les territoires où le pouvoir est chancelant ; de l’autre, en tant que dépositaire de la souveraineté, elle a pour tâche de redéfinir la participation des pueblos à son investiture.

  • 60 D. Pérez Guilhou, La opinion pública española frente a la emancipación americana, Buenos Aires, 198 (...)
  • 61 R. Levene, Las Indias no eran colonias, Buenos Aires, 1951 ; T. Halperin Donghi,Tradición politica (...)
  • 62 J. V. González, Filiación histórica del gobierno représentative argentino, Buenos Aires, 1937-1938  (...)

61En cette année 1809, les cités du Rio de la Plata poursuivent leur effort patriotique. La Junte centrale ayant lancé en mars une nouvelle campagne de souscriptions, celle-ci est répercutée à partir du mois d’août par Buenos Aires, qui donne sans relâche l’exemple. Malgré les difficultés qu’elles commencent à éprouver, les cités se montrent unanimes dans le soutien qu’elles accordent à la péninsule. Les contributions sont perçues comme l’équivalent du combat armé que mènent les péninsulaires, elles matérialisent le lien entre les vassaux et leur souverain. Cette constatation, inlassablement répétée par les autorités et la presse60, devient un lieu commun de l’opinion publique espagnole et impose assez vite de repenser la situation relative de l’Amérique et de l’Espagne. En effet, la participation active de l’Amérique à la lutte rend impossible le maintien de la vision qui prévalait depuis les réformes bourboniennes, celle de domaines soumis à une métropole. Idéalement, l’empire prouve par ses efforts son appartenance pleine et entière à la Monarchie ; plus prosaïquement, la péninsule ne peut se passer de l’argent américain : quoi qu’il en soit, les Indes ne peuvent plus être considérées comme des « colonies »61. Quelques mois après son installation, la Junte centrale s’attache donc à transformer ces rapports et à consolider son pouvoir en s’ouvrant à la représentation américaine. Son décret du 22 janvier 180962 précise, en effet, la nature juridique des liens unissant l’Amérique et la péninsule : par une formule célèbre quoique maladroite, l’empire est déclaré partie intégrante de la Nation :

  • 63 Real orden de la Junta Central... dans J. V. González, op. cit., vol. 1, p. 267-269.

« Les vastes et précieux domaines que l’Espagne possède aux Indes ne sont pas, à proprement parler, des colonies ou des factoreries comme celles des autres nations, mais une partie intégrante et essentielle de la Monarchie espagnole. »63

  • 64 Ibid., p. 282.

62Ce décret constitue pour les Américains un véritable camouflet car il confirme que les Indes étaient jusqu’alors vues comme de simples colonies et reconnaît implicitement la dépendance de l’Amérique vis-à-vis de l’Espagne. L’intégration dans la Nation et la représentation au gouvernement lui sont d’ailleurs octroyées non comme un droit, mais comme une concession politique, destinée à « resserrer de manière indissoluble et le plus étroitement possible les liens qui unissent ces dominions et à répondre à la loyauté héroïque et au patriotisme dont ils viennent de donner une preuve si éclatante à l’Espagne »64. Malgré cette réserve, les provinces américaines sont bel et bien appelées à participer à la souveraineté du roi et à celle de la Nation par le biais de représentants élus, destinés à faire partie de la Junte. Les conditions du vote sont soigneusement prescrites dans la suite du décret, puis dans un second texte daté du 6 octobre 1809. Cette organisation électorale révèle une conception ancienne de la représentation, loin de toute idée de confrontation des opinions. Chaque province américaine n’envoie qu’un seul député, ce qui montre qu’elle est représentée en tant que corps, et non en fonction des individus qui la composent. Ce représentant de la province doit en donner la meilleure image possible, la plus fidèle et la plus prestigieuse.

  • 65 Cf. B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, 1995, p. 171-191.

63Le décret de janvier met donc un place un système de sélection du plus apte à remplir ce rôle. Les capitales de juridiction, par le biais de leur cabildo, opèrent un premier choix. Les trois candidats qu’elles désignent doivent être des « patriotes zélés », mais surtout « de bons citoyens », c’est-à-dire d’honorables habitants de la cité, dont la réputation doit s’appuyer sur des preuves écrites (testimonios) fournies par les échevins. Cet impératif se renforce au niveau du vice-royaume : parmi les élus provinciaux, le vice-roi doit choisir les trois qu’on lui a le plus chaudement recommandés, ou mieux encore, ceux dont il peut répondre personnellement. L’élection finale se fait, elle, par tirage au sort : les noms des trois candidats sont soumis à la main innocente d’un petit enfant aux yeux bandés. Ce procédé de désignation est tout à fait adapté au type de société concerné65, où les candidats forment une poignée d’hommes dotés des mêmes qualités et où le vote se voit soumis aux aléas des relations personnelles, des alliances ou des luttes de clans. Le tirage au sort couronne un processus de sélection aristocratique en assurant, par l’intervention du hasard, une relative neutralité à l’égard des intérêts factieux ou, plus prosaïquement, une égalité des chances entre les clans rivaux. Le décret du 6 octobre a pour but d’adapter le plus possible la représentation à la réalité sociale : le représentant du vice-royaume doit obligatoirement y être né ou y posséder de solides attaches matérielles et familiales. Il doit être indépendant de la sphère du pouvoir, pour mieux représenter la société : les fonctionnaires royaux sont donc exclus de la candidature. Enfin, l’article 3 ouvre le vote à toutes les villes dotées de cabildos et non plus aux seules capitales (cabezas de partido), afin de

  • 66 Real Orden de la Junta Central..., op. cit., p. 267.

« (...) prévenir les doutes qui sans cela ne manqueraient pas de surgir, [par exemple sur le fait de] savoir si telle cité est ou n’est pas capitale de district, étant donné qu’il arrive fréquemment que l’une le soit dans l’ordre économique, mais pas pour les affaires civiles et religieuses, ou inversement. »66

Cette explication renvoie aux tentatives inachevées de la Couronne pour rationaliser l’organisation administrative de l’empire en faisant coïncider les différents types de juridictions. Elle confirme également que les cités, en tant que communautés, sont bien le sujet de la représentation, et que leur nombre ou leur statut importe peu, puisqu’elles ne forment que le premier échelon d’un vote qui est essentiellement d’ordre qualitatif. Malgré la timidité du décret, l’Amérique n’en est pas moins invitée, pour la première fois, à participer à l’exercice d’une souveraineté en passe de devenir nationale.

  • 67 AHC Gobierno, caja 30 ; AGN IX-6-1-4 et IX-6-1-5 ; J. V. González, op. cit., p. 143-182.

64Au Rio de la Plata, les prudentes dispositions de ces textes se trouvent bien malmenées dans leur application. Seules les capitales d’intendance sont concernées, avant que le décret du 6 octobre n’étende la représentation à dix autres cités. Le peu d’information dont nous disposons permet de mesurer le poids des comportements de type ancien dans la pratique des acteurs. Le premier indice en est la durée du processus : Córdoba ne met pas moins de sept mois à élire son représentant, durant lesquels l’affaire mobilise les intérêts locaux, amenant une plus grande participation et un affrontement entre les clans rivaux67. En dernier ressort, le vice-roi est appelé à trancher entre deux candidats. La même logique se retrouve à Buenos Aires où l’obstruction exercée par le cabildo, du fait de sa rivalité avec le vice-roi, empêche l’élection de se réaliser.

65Les dispositions de la Junte centrale sont ici démenties sur deux points : tout d’abord, loin de calmer les ardeurs factieuses, l’élection les déchaîne. Ensuite, l’indépendance des cités par rapport à la sphère officielle est mise en défaut par les arbitrages successifs du vice-roi, qui, à Buenos Aires, finit par fixer autoritairement la composition de la terna. Le 17 janvier 1810, près d’un an après la date de la convocation, le tirage au sort désigne Gregorio Funes, doyen de la cathédrale de Córdoba, comme représentant pour le Rio de la Plata. Dans tous les cas cependant, les candidats élus par les cités participent de la logique aristocratique décrite ci-dessus. Gregorio Funes, à Córdoba, passe pour être l’homme le plus instruit de la ville ; il jouit d’un grand prestige, notamment en tant que réformateur de l’université. Salta désigne le plus riche propriétaire foncier de la région, le marquis de Valle del Toxo. Quant à Mendoza, elle se représente en la personne de Santiago Córvalan, membre prestigieux d’une des trois « familles régnantes du Cuyo ». Un riche marchand, un marquis hacendado, un recteur de l’université : les cités ne pouvaient pas trouver de plus dignes représentants.

66La durée du processus électoral et ses piètres résultats pour le Rio de La Plata, où il n’arrive pas à terme, annulent presque totalement son objectif premier qui était de légitimer le gouvernement de la Junte centrale. Celle-ci utilise donc le registre ancien de l’autorité, celui de la soumission pure et simple des fonctionnaires au pouvoir du roi, sans que la contrepartie de la représentation accordée en janvier 1809 ne joue son rôle. La domination de la Junte centrale s’exerce dès le moment de sa reconnaissance, et se maintient tout au long de l’année 1809, jusqu’à sa dissolution au début de 1810. Établi sur des bases incertaines, dans une période d’affaiblissement et de mutation de l’autorité, ce gouvernement se caractérise par un mélange habile de conciliation et de fermeté, qui tente de sauver ce qui importe le plus aux yeux de la métropole : la cohésion des différentes provinces du vice-royaume, l’acheminement régulier des contributions et de l’argent du Haut-Pérou.

  • 68 Oficio del Virrey Cisneros al cabildo de Tucumán, 27/09/1809, AHT Adm, 19-559 ; J. Comadrán Ruiz, « (...)

67Informée de la sécession de Montevideo et du conflit entre le cabildo et le vice-roi, la Junte entend tout d’abord assainir la situation et mettre un terme à l’ambiguïté du mandat de Liniers. Elle nomme son propre représentant en la personne de Balthasar Hidalgo de Cisneros, qui débarque le 29 juin 1809 à Montevideo. Après avoir négocié avec Elío, remplacé par Vicente Nieto, et reçu l’allégeance de Liniers et du cabildo de Buenos Aires, il fait son entrée dans la capitale, où son installation est célébrée en grande pompe le 27 juillet. Les félicitations qu’il reçoit des autorités et des corporations des cités, cabildos en tête, expriment le soulagement éprouvé devant l’impression d’un retour à la normale et les espoirs de réformes placés en lui. De fait, son attitude est celle d’un conciliateur. Vis-à-vis de Montevideo, dont la junte vient d’être dissoute, il désamorce le conflit en lavant la cité de toute accusation de rébellion, confirmant que son choix d’août 1808 était l’une des attitudes possibles en la circonstance, et en lui concédant un ensemble de faveurs. Indulgence qui sert à merveille les intérêts de la Junte centrale, dont le cabildo de Montevideo vante désormais les mérites. Usant de la même mansuétude à l’égard des cités de l’intérieur, Cisneros suspend solennellement la contribution imposée par Buenos Aires en juillet 1808. Les réclamations des mêmes cités sont écoutées : le cabildo de Tucumán est doté de deux nouveaux postes, tandis que Mendoza, qui refuse farouchement de se voir attribuer un lieutenant-gouverneur, obtient gain de cause auprès du vice-roi68.

68Si le représentant de la Junte centrale fait preuve d’une grande souplesse auprès des cités dont la loyauté lui est acquise, il n’hésite pas à user de fermeté avec les rebelles. Or, depuis le mois de mai 1809, celles du Haut-Pérou sont en révolte ouverte. Ces insurrections ne sont pas sans rapport avec la sécession de Montevideo, dont elles recherchent d’ailleurs l’appui : il s’agit essentiellement de désavouer les autorités en place. À Charcas, l’Audience profite de la crise pour reconquérir le pouvoir qu’elle a perdu avec l’installation des intendants : ayant prêté serment à Ferdinand VII, elle tente de s’en arroger la représentation en refusant de reconnaître la Junte de Séville, puis en accusant Goyeneche de complicité avec Charlotte de Bourbon. Lorsque le 27 mai 1809, l’intendant, excédé, tente d’arrêter quelques-uns de ses membres, l’Audience le destitue et s’empare du gouvernement. Au moment où Cisneros arrive à Buenos Aires, le mouvement a gagné La Paz, où le cabildo a destitué les autorités et créé une Junte de gouvernement, présidée par le commandant de la place, Pedro Domingo Murillo. Craignant un embrasement révolutionnaire, les autorités royales sont promptes à réagir. Cisneros nomme Vicente Nieto intendant de Charcas et lui confie le soin de rétablir l’ordre avec l’aide de Francisco de Paula Sanz, intendant de Potosí. À La Paz, c’est Goyeneche qui intervient, à la tête de 5 000 hommes envoyés par le vice-roi du Pérou Abascal : le 25 octobre, la révolte est écrasée.

  • 69 A. Cornejo, « Trascendencia de las revoluciones de Chuquisaca y La Paz de 1809 en la historia del n (...)
  • 70 Circular del cabildo de La Paz, AHM Col., 49-47 et AHT Adm., 19-596.

69La riposte combinée des vice-rois a été aussi rapide que sanglante. La politique du représentant de la Junte centrale ne se distingue pas de celle d’Abascal, champion de l’absolutisme. L’un et l’autre visent avant tout le maintien de l’ordre existant ; rien ne les inquiète davantage que le risque de diffusion des mouvements radicaux. Or, nul n’ignore que l’effervescence intellectuelle qui règne à Charcas en fait un foyer d’idées subversives, menaçant directement le Haut-Pérou, c’est-à-dire l’approvisionnement en argent (du reste suspendu pendant les événements) et risquant de s’étendre vers le Pérou, le Chili et le Rio de La Plata. L’écho des révoltes et de la répression est du reste perceptible à Salta, où Cisneros recommande au gouverneur une surveillance accrue de l’opinion, effectivement agitée par quelques jeunes libéraux récemment rentrés d’Espagne, parmi lesquels José Moldes et les frères Gurruchaga69. Ailleurs dans le vice-royaume, on ne manque pas de faire circuler les plis du cabildo de La Paz, postérieurs à la répression, où celui-ci abjure ses erreurs, proclame sa fidélité à la Monarchie et expose en détails la version contre-révolutionnaire des événements70.

70L’ordre règne donc sur le vice-royaume au début de l’année 1810, avant que n’arrivent d’autres funestes nouvelles d’Espagne. Un ordre qui a été sérieusement ébranlé par les invasions anglaises et la crise de la Monarchie, mais qui n’en reste pas moins assez semblable au système d’allégeance traditionnel. La souveraineté du roi auquel on a prêté serment, loin d’être remise en cause, est au contraire puissamment réaffirmée. Quant à la représentation des royaumes, censée agir comme un levain à l’égard de cette souveraineté, elle s’est trouvée diminuée dans son principe et anéantie dans sa mise en pratique. Si l’équilibre est préservé, cet ordre politique commence néanmoins à se transformer lentement de l’intérieur. Non, loin s’en faut, dans le sens d’une quelconque modernité. L’effet d’érosion de la crise exhume au contraire les comportements les plus typiques d’une société organique : exaltation du lien vassalique, vision cyclique des événements, structuration de la société en corps, conception ancienne de la représentation, luttes de factions rivales. Plusieurs faits nouveaux font pourtant évoluer la façon dont on conçoit le pouvoir. Tout d’abord, la situation d’acéphalie confère aux autorités traditionnelles le soin de protéger la cohésion de l’ensemble. Ensuite, la multiplicité des prétendants à la représentation du roi ouvre un large éventail d’obédiences possibles et relativise la notion de légitimité. Cela permet d’envisager sérieusement la possibilité de promouvoir des réformes tout en restant dans le cadre de la loyauté due au souverain. Enfin, la prééminence acquise par Buenos Aires sur les autres cités contribue à expliquer la relative cohésion que conserve le vice-royaume durant les années 1808 et 1809 et constitue une des clés essentielles pour interpréter les événements de l’année 1810.

Notes

1 Cf. F.-X. Guerra, « L’Amérique Latine et la Révolution Française », Problèmes d’Amérique Latine, 92 (1989), p. 3-7 ; « Révolution française et révolutions hispaniques : filiations et parcours », ibid., 94 (1989), p. 3-26.

2 Cf. T. Halperin Donghi, Révolution y guerra. Formatión de una élite dirigente en la Argentina criolla, Buenos Aires, 1972.

3 Cf. P. Chaunu, « Interprétation de l’indépendance de l’Amérique latine », Travaux de l’institut d’Études latino-américaines de l’Université de Strasbourg, 3 (1963), p. 5-25, ainsi que les différents travaux de François-Xavier Guerra. Précisons que nous employons dans tout l’ouvrage le terme de Monarchie (avec une majuscule) pour désigner l’ensemble territorial dépendant de la Couronne de Castille, soit l’Empire et l’Espagne péninsulaire.

4 J. Lynch, Administration colonial española (1782-1810). El sistema de intendencias en el Virreinato de La Plata, Buenos Aires, 1962, p. 62 ; R. Zorraquín Becú, La organización política argentina en el periodo hispánico, Buenos Aires, 1959.

5 La Couronne espagnole pratique un système de monopole commercial qui réserve l’autorisation de commercer à un nombre limité de ports péninsulaires et américains.

6 J. Piel, « Région et nation en Amérique Latine : le cas du ‘Norte’ argentin (Tucumán, Salta, Jujuy) de 1778 à 1914 », Bulletin de l’IFEA, 18-2, p. 299-350.

7 On désigne par cette expression les produits manufacturés importés de la péninsule.

8 Concolocorvo, El Lazarillo de ciegos caminantes, Madrid, 1959.

9 E. F. Studer, La trata de negros en el Rio de la Plata durante el siglo XVIII, Buenos Aires, 1958.

10 H. J. Tanzi, « Estudio sobre la población del Virreinato del Rio de la Plata en 1790 », Revista de Indias, 107-108 (1967), p. 143-156 ; J. Comadrán Ruiz, Evolución demográfica argentina durante el periodo hispano (1535-1810), Buenos Aires, 1969 ; E. Maeder,Evolución demográfica argentina de 1 810 a 1869, Buenos Aires, 1969.

11 O. G. Munilla, El Rio de la Plata en su politica internacional. Génesis del Virreinato, Séville, 1949 ; E. Soares da Veiga Garcia, « Buenos Aires en la coyuntura borbónica », Anuario de Estudios Americanos, 35 (1978), p. 197-210 ; A. Abadie Aicardi, « La idea del equilibrio y el contexto geopolitico fundacional del virreinato rioplatense », JGSWGL, 17 (1980), p. 261-296.

12 J. C. Garavaglia, « Economic Growth and Régional Différentiations : The River Plate Région at the end of the Eighteenth Century », Hispanic American Historical Review, 65-1 (1985), p. 51-89.

13 C. S. Assadourian, « El sector exportador de una economía régional del interior : Córdoba, 1800-1860. Esquema cuantitativo y formas de producción », Nova Americana, 1 (1978), p. 57-104 ; S. Amaral, « Comercio libre y economias régionales : San Juan y Mendoza (1780-1820) », JGSWGL, 27 (1990), p. 1-67.

14 J. Lynch, op. cit., p. 66.

15 J. C. CHIARAMONTE, « Modificaciones del pacto impérial », dans De los Imperios a las Naciones, A. Annino, L. Castro Leiva, F.-X. Guerra dir„ Saragosse, 1994, p. 107-128 ; A. Guimera dir., El reformismo borbónico : una visión interdisciplinar, Madrid, 1996.

16 J. Comadrán Ruiz, « La Real Ordenanza de Intendentes del Rio de La Plata », Amario de Estudios Americanos, 11 (1954), p. 519-559.

17 E. O. Acevedo, « La reforma de intendentes entre teoría y realidad », Historiografia y Bibliografïa Americanistas, 17-3 (1973), p. 183-195.

18 J. C. Chiaramonte, « Ciudadanía, soberamía y representación en la génesis del Estado argentino (1810-1852) », dans Ciudadania politica y formación de las naciones. Perspectivas históricas de America Latina, H. SABATO dir., Mexico, 1999, p. 94-116.

19 L. B. Romero Cabrera, « Algunos aspectos de las relaciones comerciales en el Interior en los años 1817-1822 », dans Primer Congreso de Historia argentina y regional, Buenos Aires, 1973, p. 201-210.

20 E. O. Acevedo, « Observaciones sobre el comercio mendocino (1806-1814) », dans Primer Congreso..., op. cit., p. 335-346 ; Investigaciones sobre el comercio cuyano 1800-1930, Buenos Aires, 1981 ; S. Amaral, art. cité.

21 J. C. Garavaglia, art. cité.

22 Nous francisons ainsi l’adjectif porteño, qui signifie « de Buenos Aires ».

23 F. Cornejo, « El comercio de mulas de Salta con el Litoral, Córdoba, alto y bajo Perú, 1800-1810 », dans Cuarto Congreso national y regional de historia argentina (Mendoza-San Juan, 1977), Buenos Aires, 1980, vol. 1, p. 366-367 ; H. R. Lobos, « Los Fragueiro. Una familia de comerciantes cordobeses de fines del siglo xvm y principios del XIX », ihid., p. 429 et suiv.

24 C. R. Melo, « Carlos IV y el pais argentine, 1788-1808 », Investigaciones v Ensayos, 17 (1974), p. 69-89.

25 T. Halperín Donghi, Révolutión y guerra, op. cit., p. 59.

26 J. C. Chiaramonte, La Ilustración en el Rio de la Plata. Cultura eclesiástica y cultura laica durante el Virreinato, Buenos Aires, 1989.

27 E. O. Acevedo, « Un corresponsal y sus noticias sobre la situación rioplatense », Revista de Historia Americana y Argentina, 3-4 (1958-1959), p. 147-189.

28 C. Thibaud, Les avocats de Charcas, 1776-1809. mémoire de maîtrise, Université Paris I, 1992.

29 Memoria de Gobierno del Marqués de Sobremonte, dans C. Garzón, Crónica de Córdoba, Córdoba, 1898, vol. 1, p. 350-391. Sur l’intendant Pizarro, cf. J. De la Torre Revello, « Relación de la visita hecha a la intendencia de Salta del Tucumán », Boletin del Instituto de Investigaciones Históricas, 13 (1931), p. 69.

30 Cf. Tio Vallejo, Gabriela, « Los “vasallos más distantes”. Justicia y gobierno. La afirmación de la autonomia capitular en la época de la intendencia. San Miguel de Tucumán », dans Dinámicas de Antiguo Régimen y orden constitucional, M. Bellingeri dir., Turin, 2000, p. 217-260.

31 E. O. Acevedo, « La Revolución de Mayo en Salta », dans Tercer Congreso international de Historia de América, Buenos Aires, 1961, vol. 6, p. 9-152.

32 Ibid., p. 24.

33 J. Comadrán Ruiz, « Mendoza en 1 810 », ibid., p. 287-374.

34 Z. Moutoukias, « Comercio colonial y espacio económico, 30 anos de historiografia », dans Historiografia argentina (1958-1988), Buenos Aires, 1988, p. 74-84.

35 E. O. Acevedo, « Política, religión e ilustración en las intendencias altoperuanas : regionalismo frente a unidad en el virreinato rioplatense », dans Problemas de la formatión del estadoy de la nación en Hispanoamérica, I. BUISSON dir., Cologne, 1984, p. 33-54.

36 L. B. Romero Cabrera, José Miguel de Tagle, un comerciante americano del siglo XVIII y XIX, Córdoba, 1973 ; S. Socolow, The merchants of Buenos Aires, 1778-1810. Family and commerce, New York, 1978.

37 Cf. J. Piel, art. cité.

38 P. González Bernaldo, « Producción de una nueva legitimidad : ejército y sociedades patrióticas en Buenos Aires entre 1 810 y 1813 », Cahiers des Amériques Latines, 10 (1990), p. 177-195.

39 T. Halperín Donghi, « Militarización revolucionaria en Buenos Aires, 1806-1815 », dans El ocaso del orden colonial en Hispanoamérica, 1978, p. 121-158 ; Guerra y finanzas en los orígenes del Estado argentino (1791-1850), Buenos Aires, 1982.

40 V. Murga, « Las invasiones inglesas y Tucumán », Revista de la Junta de Estudios Históricos de Tucumán, 1 (1968), p. 123-138.

41 G. Furlong, Historia y bibliografia de las primeras imprentas rioplatenses. 1700-1850, Buenos Aires, 1955-1959, t. 2.

42 Ibid., p. 480.

43 M. Moreno, Escritos, Buenos Aires, 1943, vol. 1, p. 162-163.

44 Sur les implications politiques de la crise, B. Hamnett, La politica española en una época revolucionaria, 1790-1820, Mexico, 1985 ; F.-X. Guerra, Modernidad e independencias, Madrid, 1992 et Las revoluciones hispánicas : independencias americanas y liberalismo español, Madrid, 1995 ; R. HOCQUELLET, Résistance et révolution durant l’occupation napoléonienne, 1808-1812, Paris, 2000.

45 A.M. de Velasco, La formación de la Junta Central, Pampelune, 1972.

46 J.-P. Aymes, La guerre d’indépendance espagnole (1808-1814), Paris, 1973 ; G. H. Lovett, La guerra de la independencia y el nacimiento de la España contemporánea, Barcelone, 1975 ; J. A. Vaca DE Osma, La guerra de la Independencia, Madrid, 2002.

47 G. Furlong, op. cit.

48 Oficio del gobernador de Córdoba, sobre el Real décréta del 19 de marzo de 1808, AHC Gobierno, 30-438.

49 Actas del cabildo de Córdoba, 7/08-9/09/1808, dans Actas del cabildo de Córdoba, Córdoba, 1967, livre 44, p. 450-462.

50 Actas del cabildo de Córdoba, dec. 1808, ibid., p. 510-512 ; Oficio del cabildo de Buenos Aires al cabildo de Tucumán, 26/09/1808, AHT Adm., 19-261.

51 M. Gómez Imaz, LOS periódicos durante la guerra de la Independencia (1808-1814), Madrid, 1910 ; R. Hocquellet, op. cit. ; F.-X. Güerra, Modernidad e independencias, op. cit., p. 227-274.

52 Oficio del gobernador-intendente de Córdoba al cabildo de Mendoza, 15/11/1808, AHM Col., 42-127.

53 Théorisée au XVIe siècle par les juristes de l’École de Salamanque, celle-ci stipule que le roi reçoit son pouvoir de Dieu par l’intermédiaire du peuple, ce qui fait de ce dernier le rempart contre la tyrannie et le dépositaire de la souveraineté en cas d’empêchement du monarque.

54 L. Sánchez Agesta, Historia del constitucionalismo espanol, Madrid, 1978.

55 M. Belgrano, « El emisario impérial, el Marqués de Sassenay », dans Historia de la Nación Argentina, Buenos Aires, 1936-1942, t. 5, vol. 1, p. 77-90.

56 Un abondant matériel se trouve dans Mayo documental, R. Caillet-Bois dir., Buenos Aires, 1961, vol. 1-5.

57 Actas del cabildo de Côrdoba, op. cit., p. 463-478 ; AGN Gob. Cba, IX-6-1-4 ; AHT Adm., leg. 19.

58 R. Levene, « Asonada del 1° de enero de 1809 », dans Historia de la Nación Argentina, op. cit., t. V, vol. 1, p. 469-488 ; T. Halperin Donghi, Revolución y guerra, op. cit, p. 147- 161.

59 Oficio del Serenisimo Señor Conde de Floridablanca, Aranjuez, 26 septembre 1808.

60 D. Pérez Guilhou, La opinion pública española frente a la emancipación americana, Buenos Aires, 1981.

61 R. Levene, Las Indias no eran colonias, Buenos Aires, 1951 ; T. Halperin Donghi,Tradición politica española e ideologia revolucionaria de Mayo, Buenos Aires, 1961 ; F.-X. Güerra, Modernidad e independencias, op. cit. ; J. C. CHIARAMONTE, « Modificaciones del pacto imperial », art. cité.

62 J. V. González, Filiación histórica del gobierno représentative argentino, Buenos Aires, 1937-1938 ; F.-X. Guerra, op. cit., p. 134-135.

63 Real orden de la Junta Central... dans J. V. González, op. cit., vol. 1, p. 267-269.

64 Ibid., p. 282.

65 Cf. B. Manin, Principes du gouvernement représentatif, Paris, 1995, p. 171-191.

66 Real Orden de la Junta Central..., op. cit., p. 267.

67 AHC Gobierno, caja 30 ; AGN IX-6-1-4 et IX-6-1-5 ; J. V. González, op. cit., p. 143-182.

68 Oficio del Virrey Cisneros al cabildo de Tucumán, 27/09/1809, AHT Adm, 19-559 ; J. Comadrán Ruiz, « Mendoza en 1 810 », art. cité, p. 304-305.

69 A. Cornejo, « Trascendencia de las revoluciones de Chuquisaca y La Paz de 1809 en la historia del norte argentino », BANH, 30 (1959), p. 123-149 ; R. Caillet-Bois, La propaganda revolucionaria en el Interior : formación de los nucleos revolucionarios, Buenos Aires, 1939 ; A. R. Bazán, Historia del Noroeste argentino, Buenos Aires, 1986, p. 81-90.

70 Circular del cabildo de La Paz, AHM Col., 49-47 et AHT Adm., 19-596.

Table des illustrations

Titre Les intendances du Rio de la Plata 1782-1814
Crédits John Lynch, Administraciôn colonial española, Buenos Aires, 1962,p. 170
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/44048/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search