Versión clásicaVersión móvil

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Introduction

La cité comme sujet politique ou l’indépendance par la base

Texto completo

  • 1 J. Mariluz Urquijo, « El Congreso de Tucumán ; las instrucciones a los diputados salteños », Revist (...)

« Tu trouves maintenant mille inconvénients au fait que le Congrès se tienne à Tucumán. Et où veux-tu donc qu’il ait lieu ? Tu ne sais donc pas qu’ils refusent tous de venir dans une cité qu’ils considèrent comme l’oppresseur de leurs droits et qui, selon eux, n’aspire qu’à les subjuguer ? (...) Ignores-tu donc que le nom de Buenos Aires est honni dans les Provinces Unies – ou plutôt désunies – du Rio de la Plata ? »
Lettre du député Cayetano Rodriguez, 18161

  • 2 Cf. F. Devoto dir., La historiografia argentina en el siglo XX, Buenos Aires, 1993.
  • 3 J. C. Chiaramonte, « El mito de los orígenes en la historiografia latinoamericana », Cuadernos del (...)
  • 4 F.-X. Guerra dir., Las revoluciones hispánicas : independencias americanas y liberalismo español, M (...)

1À l’instar de la Révolution française, la période des indépendances hispano-américaines a servi de mythe fondateur aux nouvelles nations qui se sont forgées tout au long du XIXe siècle, à la suite du démantèlement de l’empire espagnol des Indes. En Argentine comme dans le reste de l’Amérique latine, cette rupture fondamentale a suscité une historiographie abondante, empreinte du souci de conférer un sens univoque à la construction nationale2. À contre-courant de cette histoire patriotique, une génération d’historiens soucieux de revaloriser l’histoire politique s’est attachée, depuis une vingtaine années, à forger une nouvelle lecture des indépendances. Celle-ci consiste à démonter ce « mythe des origines »3 et à réinscrire le processus d’ensemble dans la perspective plus générale des « révolutions hispaniques »4.

  • 5 F.-X. Guerra, « Le peuple souverain, fondements et logiques d’une fiction », dans Quel avenir pour (...)
  • 6 Sur l’avancée de ces questions pour l’Amérique latine, cf. Problemas de la formación del estado y d (...)

2 Les travaux de François-Xavier Guerra5, principalement, ont établi que les indépendances hispano-américaines constituent un épisode particulier de la crise qui secoue, à partir de 1808, l’ensemble du monde hispanique. En Espagne comme en Amérique, la question posée par l’invasion napoléonienne est celle du transfert de souveraineté du roi à la Nation, qui recouvre le problème des modalités de ce transfert et de la définition de cette nation6. Plus que le résultat d’une mutation des économies et des sociétés, les mouvements d’indépendance sont donc des processus essentiellement politiques, à analyser comme tels. Ces processus qui marquent l’avènement de la modernité politique, tout au moins dans la manière de concevoir la souveraineté et son exercice, affectent des sociétés d’Ancien Régime, qui continuent à se penser sur le mode de la pluralité. La rencontre, voire le choc entre ces nouveaux principes et les réalités sociales anciennes constitue une matrice fondamentale pour repenser le politique en Amérique latine à l’époque contemporaine.

  • 7 Cf. F.-X. Guerra, « El soberano y su reino. Reflexiones sobre la génesis del ciudadano en América L (...)
  • 8 A. Annino, « Soberanías en lucha », dans De los Imperios a las Naciones, op. cit., p. 229- 253.

3Parmi les nombreux apports de cette nouvelle lecture, l’un des principaux concerne le sujet de la souveraineté. En analysant de près la pluralité de sens que recouvre, à l’époque, le terme pueblo, François-Xavier Guerra a montré qu’il ne désignait pas seulement le « peuple » au sens moderne et abstrait du terme – celui que les Constitutions instaurent comme le nouveau sujet de la souveraineté – mais aussi, et surtout, la communauté d’habitants qui, dans les faits, réassume la souveraineté en lieu et place du roi. En ce sens, le pueblo correspond souvent à la cité, entité politique dotée d’un statut juridique propre7. Ces cités occupent une place de choix parmi les corps intermédiaires qui structurent la société d’Ancien Régime et qui se trouvent puissamment réactivés par la crise de 18088.

  • 9 J. C. Chiaramonte, « La cuestión régional en el proceso de gestación del Estado nacional argentino  (...)
  • 10 J. C. Chiaramonte, « El fédéralisme argentine en la primera mitad del siglo xix », dans Federalismo (...)

4Dans le cas particulier de l’Argentine, cette nouvelle perspective a été développée par José Carlos Chiaramonte, qui fut le premier à constater l’absence d’un sentiment national « argentin » au moment de l’indépendance et à en mesurer toutes les conséquences. Ayant montré qu’il n’existait, au moment de la crise de 1808, aucun facteur d’unité nationale, notamment d’un point de vue économique et social, il a mis en évidence la pluralité des modes d’identité et, parmi elles, le primat de l’appartenance à la cité9. En mettant en exergue le rôle de celles-ci dans le processus de construction nationale, José Carlos Chiaramonte a contribué à renverser la perspective traditionnelle : au lieu de voir dans les événements de 1820 (proclamation de l’indépendance dans les différentes provinces de la future Argentine) un « éclatement » des structures coloniales, il a proposé de les considérer comme l’aboutissement du rôle politique joué par les cités à partir de 181010.

  • 11 Sur la confrontation des conceptions ancienne et moderne de nation dans les révolutions hispaniques (...)

5C’est en suivant la piste de la réversion de la souveraineté, au moment de la Révolution, que l’on prend la mesure de la force des cités comme acteurs politiques. Toutefois, cette souveraineté des pueblos se heurte sans cesse à l’idée moderne de souveraineté nationale, que les dirigeants révolutionnaires essaient, dans le même temps, de faire advenir11. La question de la représentation politique se situe à la jonction de ces deux projets. Ayant d’abord pour but de représenter la société en l’absence du roi, contre l’usurpation de Joseph Bonaparte, elle devient ensuite, aux mains des radicaux péninsulaires et américains, l’instrument du changement de régime. Rendue indispensable par la menace de la dissolution sociale et la nécessité de maintenir l’unité du corps politique, cette représentation est dès l’origine marquée d’une profonde ambiguïté : est-elle l’expression des cités ou celle de la nation « moderne » ? Quel est le « peuple » que l’on proclame comme le véritable dépositaire de la souveraineté ? Existe t-il déjà sous les traits du pueblo, ou doit-il être créé de toutes pièces ?

6Dans le contexte du Rio de la Plata, ces questions se déclinent ainsi : comment un pouvoir formé à Buenos Aires en 1810 – la Junte de Mai – parvient-il à imposer son autorité aux autres cités ? Par quel biais cette junte tente-t-elle d’affermir sa légitimité et d’articuler son pouvoir avec la fidélité au souverain ? Cela passe non seulement par l’octroi de la représentation politique, mais par la multiplication des liens entre le gouvernement révolutionnaire et les cités. Héritiers du pouvoir dévolu au vice-roi, les dirigeants révolutionnaires doivent en effet composer avec l’affirmation d’une souveraineté rétrocédée aux pueblos. La représentation est donc, d’emblée, porteuse de deux projets contradictoires : traduire en actes la souveraineté des pueblos, tout en sauvegardant l’existence d’une autorité unique et reconnue par tous. Indispensable à la légitimation du pouvoir révolutionnaire, la représentation se trouve sans cesse bridée et amputée, de manière à empêcher l’affirmation d’une véritable souveraineté des cités. Nous avons exploré les multiples conséquences de cette contradiction fondamentale, notamment sur le plan de l’élaboration constitutionnelle et de l’organisation des pouvoirs et ce, jusque dans le cadre des indépendances provinciales.

7La trame principale de cette étude est donc constituée des rapports qu’instaure Buenos Aires avec les cités du vice-royaume, notamment à travers la représentation politique et la mobilisation patriotique. L’enquête est circonscrite aux intendances de Córdoba, Salta, Tucumán et Mendoza, que l’on appelle couramment l’« Intérieur ». En effet, contrairement aux autres régions du vice-royaume (Haut-Pérou, Paraguay, Bande orientale et zone du Littoral), cet espace reste sous l’obédience de Buenos Aires pendant toute la période, en fournissant l’essentiel de l’effort de guerre sur le front andin. Or, c’est cette obédience même qu’il convient d’interroger pour appréhender correctement le processus d’ensemble. Rien, en effet, n’aurait pu empêcher ces cités de l’Intérieur de se soustraire précocement à l’autorité de Buenos Aires, comme l’ont fait Asunción ou Montevideo. Si elles ne le font pas, il faut supposer qu’il existe de leur part une volonté de rester sous une autorité commune. L’étude des formes que revêt la légitimité montre en effet que le pouvoir de Buenos Aires ne va pas de soi, mais résulte d’une adhésion active de la part des cités, d’une négociation perpétuelle entre le « sommet » et la « base ».

8Ces constatations invitent à relire la période en partant des cités, en étudiant la façon dont s’y réorganise la vie politique au travers des bouleversements de la Révolution et de la guerre. En appréhendant ces communautés comme des acteurs politiques à part entière, il s’agit de montrer comment leurs réactions, leurs stratégies, leurs initiatives et leur imaginaire participent pleinement à l’élaboration d’une politique moderne au Rio de la Plata.

9Si ce choix d’une histoire « par la base » découle de présupposés théoriques, il comporte également un important enjeu historiographique. En effet, une fois mis en évidence que la cité était un sujet politique de premier plan et que plusieurs chemins pouvaient mener à la Nation, cette « révolution historiographique » restait inachevée tant que ces propositions ne trouvaient pas à s’incarner dans une nouvelle lecture de l’indépendance. Il convenait donc de poursuivre l’entreprise de « démythification » en faisant apparaître le rôle actif de l’Intérieur durant cette période et en analysant les ressorts de la domination politique de Buenos Aires, qui reste une constante de l’histoire argentine. Il s’agissait de montrer comment, dès l’origine, la capitale s’est efforcée de capter à son profit la souveraineté et la direction de l’ensemble du processus révolutionnaire.

  • 12 Cette tendance débute avec les travaux des grands historiens libéraux de la fin du XIXe siècle, not (...)

10Cette assimilation de la révolution d’indépendance et de la construction nationale à Buenos Aires, présente dans le discours de l’époque, a évidemment trouvé un écho dans l’historiographie. Celle-ci s’est longtemps bornée à relater les événements en cours dans la capitale comme s’ils constituaient l’essence même du processus12. Si l’on faisait mention des provinces, c’était toujours dans le sens d’une participation à des initiatives prises par Buenos Aires. Les cités du vice-royaume n’apparaissaient donc pas comme des acteurs du changement politique, mais comme de fidèles exécutants des volontés de la capitale.

  • 13 Parmi la production de ces dernières décennies, l’ouvrage fondamental de Tulio Halperin Donghi, Rev (...)

11Une approche critique s’avérait d’autant plus nécessaire que ces tendances continuent à prévaloir dans l’historiographie actuelle13. Les travaux sur les provinces existent, mais sont toujours conçus et considérés comme de simples études régionales. À aucun moment on n’a, en les lisant, le sentiment d’être dans une histoire d’envergure nationale alors que toute étude fondée sur l’exemple de Buenos Aires se considère de facto comme valable pour l’ensemble du territoire. Cette réalité, qui ne fait que refléter dans le champ historiographique la domination culturelle de la capitale – et le monopole qu’elle continue d’exercer sur l’identité nationale –, rendait d’autant plus pertinente une démarche qui redonne tout son sens à l’activité politique des cités.

  • 14 Sur la situation de celles-ci, cf. G. Verdo, « Archives provinciales en Argentine : la dette intéri (...)

12Dans la constitution du corpus, notre objectif a été de privilégier les sources manuscrites, peu exploitées pour l’intérieur, sinon dans un but strictement monographique. Notre intention était de confronter les recueils de sources imprimées, monuments de l’histoire patriotique, au matériel de première main recueilli dans les archives provinciales14 et de construire notre raisonnement à partir de cette base documentaire. Cela nous paraissait être l’unique moyen de substituer une interprétation « globale » et complexe de la période à celle forgée par et à partir de Buenos Aires. Nous avons donc dépouillé de manière exhaustive la correspondance administrative de ces cités avec le gouvernement central, à travers les fonds dits « de gouvernement » (gobierno) et de « correspondance avec les gouverneurs de province ». Nous y avons ajouté, pour ce qui est des cités, les actes municipaux (actas de cabildos), et, pour l’étude du pouvoir révolutionnaire, les fonds sur le Congrès entreposés à l’Archiva General de la Nación et aux archives de la province de Buenos Aires.

13Comme nous l’avons suggéré, la tendance « uniformisante » de l’historiographie découle en partie du discours de l’époque, où les autorités s’efforçaient de gommer tout ce qui relevait du local et du particulier afin d’y substituer le langage de l’« intérêt général », reflet d’un idéal unanimiste. En partant des sources, nous avons au contraire cherché à montrer les oppositions, les dissonances et les cheminements heurtés qui faisaient apparaître le projet révolutionnaire non comme une ligne droite, mais comme une structure feuilletée ; non comme le résultat de l’unanimisme ou de la pure soumission, mais celui d’adhésions raisonnées et de négociations incessantes.

14Dans l’analyse de ce corpus, composé essentiellement de lettres et d’actes administratifs, de débats publics et de discours officiels, nous avons tenté de confronter, autant que possible, les ressorts du discours aux pratiques constatées par ailleurs. Cela nous a d’abord conduit à analyser, dans le lexique, la façon dont étaient désignées les figures du politique (le « peuple », la « cité », la « Patrie », le pouvoir central, les autorités, le Congrès). Nous y avons cherché, à un premier niveau de lecture, les mécanismes par lesquels le discours cherche à justifier des décisions, à légitimer un pouvoir, à insuffler des nouvelles valeurs dans le corps social. À un second niveau, nous nous sommes intéressés aux représentations sous-jacentes, à l’imaginaire politique reflété par ces textes. Nous avons mis à jour certains motifs récurrents – les rapports d’obédience, la hantise de la dissolution sociale, le primat de l’union, la recherche de l’unanimité, la figure de l’ennemi – qui nous ont servi de socle pour élaborer une grille de lecture.

15Par la suite, nous avons cherché à analyser avec précision, à chaque étape de son évolution et aux différentes échelles proposées, la nature et la structure du pouvoir exercé, les lieux de ce pouvoir, le jeu des obédiences et des alliances, pour tenter de comprendre par quels moyens et dans quelles limites une autorité parvient à s’imposer aux autres. Que ce soit, dans un premier temps, la cité de Buenos Aires, et, dans un second temps, plus bref, le Congrès de Tucumán, une étude du contexte humain dans lequel s’exerce ce pouvoir, la connaissance des enjeux, des rivalités, des échéances militaires, s’est avérée nécessaire pour mesurer la portée des discours et des décisions – voire celle de leur absence.

16Un second principe qui a guidé notre travail a consisté à prêter une attention soutenue aux acteurs et à leur inscription dans différents réseaux. En systématisant les informations obtenues sur chacun d’eux – notamment le personnel politique des cités –, nous avons cherché à reconstituer les parentèles, à expliquer les équilibres locaux, à comprendre le jeu des factions dans les différentes cités. Ces informations nous ont en outre servi à analyser les stratégies d’implantation et de maintien du pouvoir révolutionnaire au niveau local. Elles nous ont enfin permis d’étudier avec précision les liens existant entre les notables des cités, les gouverneurs et les députés, les uns incarnant la souveraineté en exercice et les autres, la représentation.

17Munis de ces outils d’analyse, nous avons travaillé à deux échelles différentes, en étudiant les effets du transfert de souveraineté au « sommet », dans l’organisation du pouvoir révolutionnaire, puis à la « base », dans la vie politique des cités. Nous avons, en outre, cherché à éclairer les relations entre ces deux niveaux de l’organisation politique en portant notre attention sur les acteurs intermédiaires qui les mettent en relation. Nous nous sommes intéressés à l’imposition des principes et de l’ordre révolutionnaires, à la surveillance de l’opinion et à l’organisation de la guerre, autour de la figure des gouverneurs. A l’inverse, nous avons étudié les diverses formes de représentation et les pratiques qui se nouent autour des élections et de la figure centrale des mandataires et des députés.

18Enfin, nous avons eu le souci constant de rendre son poids à l’événement, au sens où la complexité et la simultanéité des faits expliquent, dans bien des cas, des phénomènes d’accélération ou, au contraire, de blocage relatif dans la transformation des pratiques. Cette caractéristique des périodes révolutionnaires est d’autant plus importante à prendre en compte lorsque l’on tente, comme nous l’avons fait, de rendre intelligible un processus qui se déroule sur plusieurs théâtres d’opérations.

19Ce poids de l’événement a imposé une démarche chronologique dans l’organisation de l’ouvrage. Celui-ci se divise en sept chapitres restituant les trois grandes étapes de ce processus. Après avoir présenté l’espace du vice-royaume et l’ordonnance des cités, nous montrerons l’empreinte laissée par les bouleversements des années 1806-1809 (chapitre 1). Puis, de 1 810 à 1814, nous étudierons le transfert de souveraineté, l’organisation du régime représentatif et la mobilisation patriotique engendrés par la Révolution, en distinguant ce qui relève de la direction du mouvement (chapitre 2) et de la réaction des cités (chapitre 3).

20La divergence croissante entre le sommet et la base amenant à la rupture du pacte en 1815, Buenos Aires s’efforce alors de refonder l’union sur la base d’une véritable représentation (chapitre 4). Le congrès de Tucumán, qui en résulte, est étudié du point de vue de ce qu’il révèle vis-à-vis de l’imaginaire politique, de sa composition et de son rôle politique (chapitre 5). Dans un troisième temps, nous analyserons l’impasse de cette tentative, allant de pair avec les nouveaux enjeux stratégiques qui expliquent la chute du régime en 1820, l’affirmation des souverainetés provinciales et leurs efforts pour refonder l’union sur la base d’une représentation des pueblos (chapitres 6 et 7).

Notas

1 J. Mariluz Urquijo, « El Congreso de Tucumán ; las instrucciones a los diputados salteños », Revista del Instituto de Historia del Derecho, 17 (1966), p. 17-40.

2 Cf. F. Devoto dir., La historiografia argentina en el siglo XX, Buenos Aires, 1993.

3 J. C. Chiaramonte, « El mito de los orígenes en la historiografia latinoamericana », Cuadernos del Instituto Ravignani, 2 (1991), p. 18-39.

4 F.-X. Guerra dir., Las revoluciones hispánicas : independencias americanas y liberalismo español, Madrid, 1995.

5 F.-X. Guerra, « Le peuple souverain, fondements et logiques d’une fiction », dans Quel avenir pour la démocratie en Amérique Latine ?, Toulouse, 1989, p. 19-54 ; « Révolution Française et révolutions hispaniques : filiations et parcours », Problèmes d’Amérique Latine, 94 (1989), p. 3-26 ; « Les avatars de la représentation au XIXe siècle ». dans Réinventer la démocratie. Le défi latino-américain, G. Couffignal dir., Paris, 1992, p. 49-84 ; Modernidad e independencia. Ensayo sobre las revoluciones hispánicas, Madrid, 1992 ; avec M.-D. Demélas-Bohy, « Un processus révolutionnaire méconnu : l’adoption des formes représentatives modernes en Espagne et en Amérique (1808-1810) », Caravelle, 60 (1993), p. 5-57 ; « La desintegración de la Monarquia hispánica : revolución e independencias », dans De los Imperios a las Naciones, A. Annino, L. Castro Leiva, F.-X. Guerra dir., Saragosse, 1994, p. 195-227.

6 Sur l’avancée de ces questions pour l’Amérique latine, cf. Problemas de la formación del estado y de la nación en Hispanoamérica, I. Buisson dir., Cologne, 1984 ; America Latina : dallo stato coloniale allo stato nazione (1750-1940), Milan, 1987 ; F.-X. Guerra, M. Quijada dir., « Imaginar la Nación », Cuadernos de Historia Latinoamericana, 2 (1994).

7 Cf. F.-X. Guerra, « El soberano y su reino. Reflexiones sobre la génesis del ciudadano en América Latina », dans H. Sabato dir., Ciudadanla política y formación de las naciones. Perspectivas históricas de América Latina, Mexico, 1999, p. 33-61 ; J. C. Chiaramonte, « Ciudadanía, soberamía y representación en la génesis del Estado argentine (1810-1852) », ibid., p. 94-116.

8 A. Annino, « Soberanías en lucha », dans De los Imperios a las Naciones, op. cit., p. 229- 253.

9 J. C. Chiaramonte, « La cuestión régional en el proceso de gestación del Estado nacional argentino », dans La unidad nacional en América Latina. Del regionalismo a la nacionalidad, M. Palacios dir., Mexico, 1983, p. 51-85.

10 J. C. Chiaramonte, « El fédéralisme argentine en la primera mitad del siglo xix », dans Federalismos latinoamericanos : Mexico, Brasil, Argentina, M. Carmagnani coord., Mexico, 1993, p. 81-132.

11 Sur la confrontation des conceptions ancienne et moderne de nation dans les révolutions hispaniques, voir F.-X. Guerra, Modernidady independencias, op. cit., p. 319-327.

12 Cette tendance débute avec les travaux des grands historiens libéraux de la fin du XIXe siècle, notamment Bartolomé Mitre (Historia de Belgrano y de la independencia argentina, Buenos Aires, 1858) et Vicente Fidel López.

13 Parmi la production de ces dernières décennies, l’ouvrage fondamental de Tulio Halperin Donghi, Revolución y guerra. Formatión de una élite dirigente en la Argentina criolla, (Buenos Aires, 1972) constitue une exception notable en ce qu’il couvre l’ensemble de l’ancien vice-royaume.

14 Sur la situation de celles-ci, cf. G. Verdo, « Archives provinciales en Argentine : la dette intérieure », Histoire et Sociétés de l’Amérique latine, 4 (1996), p. 43-52.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search