Version classiqueVersion mobile

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Le laboratoire argentin

Pierre Rosanvallon

Texte intégral

1Ceux qui tournent ces pages ne seront pas déçus. Ils ont entre les mains un ouvrage vraiment important, qui fera, j’en suis persuadé, pour longtemps référence.

2Il s’adresse évidement au premier chef aux spécialistes de l’histoire argentine. Geneviève Verdo propose en effet là une histoire politique de l’indépendance de ce pays complètement neuve. En ayant notamment dépouillé de façon méticuleuse la correspondance administrative entre le gouvernement central de Buenos Aires et les autorités des cités provinciales, elle est conduite à remettre en cause toute une historiographie traditionnelle, de type « uniformisante », pour reprendre son expression, qui n’avait globalement considéré l’évolution du pays qu’à partir des initiatives et des discours du centre.

3Geneviève Verdo a ainsi pris ses distances avec les travaux routiniers qui réduisaient de fait l’histoire politique des provinces à de simples réalités régionales et locales sans consistance et sans originalité propres, comme si la constitution de la Nation en son autonomie et l’établissement d’un gouvernement représentatif n’avaient procédé que d’un seul mouvement du centre ; comme si, également, le modèle politique de la constitution de la nouvelle souveraineté argentine s’était imposé avec une double évidence conceptuelle et institutionnelle. Ce travail suggère que la réalité doit être comprise de façon plus subtile, moins univoque. Il montre en effet que l’affrontement entre Buenos Aires et les cités ne peut pas seulement être banalement interprété comme une tension entre un centre et sa périphérie. C’est en effet la définition même de la souveraineté qui fait l’objet de ce qu’il faut considérer comme une interaction ouverte. L’intérêt de l’exposé de Geneviève Verdo réside à cet égard dans la finesse avec laquelle il superpose constamment deux échelles d’analyse : celle de l’appréhension d’un processus « global » de transfert de la souveraineté du monarque espagnol au peuple, et celle de la formation « locale » d’une vision du politique dans son rapport au social.

4C’est pour cette double raison d’objet et de méthode que cet ouvrage passionnera tous ceux qui s’intéressent à l’histoire de la démocratie. A distance des deux modèles français et américain d’émancipation et d’invention du régime représentatif moderne, le cas argentin offre en effet une perspective originale. Il se trouve à bonne « distance comparative » de ces deux cas, permettant du même coup d’en approfondir par ricochet la compréhension.

5 Geneviève Verdo, à rebours en cela de la vision paresseuse d’une indépendance une et indivisible, met l’accent sur la dynamique politique propre des cités. Ces cités se comprennent comme les premiers bénéficiaires de l’émancipation de la tutelle de Madrid. L’organisation du territoire favorise cette perspective. Vers 1810, les villes de Cordoba, Salta, Tucuman et Mendoza comptent en effet une population qui oscille entre 5 500 et 7 000 habitants. Dans chaque cas, les notables qui structurent la ville ne constituent donc qu’un très petit groupe, assez fortement soudé, à l’identité bien dessinée. Chaque ville forme un petit monde sur un territoire immense et presque vide. Buenos Aires est loin, et ne renferme par ailleurs guère plus de 50 000 habitants à la même époque. Pour les élites de l’intérieur, aucune image d’une nation globale ne s’impose donc pour donner corps à leur représentation de la souveraineté. La cité, le pueblo, s’impose pour eux avec évidence comme l’entité politique de référence. L’idée de « Provinces Unies » constitue ainsi à leurs yeux le cadre naturel d’une vision politique élargie. La différence entre cette perception et celle d’un « grand tout national » qui triomphait vingt ans plus tôt dans les esprits français est frappante. Il y a bien eu deux perceptions presque opposées de la constitution du politique et de la Nation. Mais cette différence ne peut être comprise sans que soient prises en compte les variables démographiques et géographiques. Sur un beaucoup plus petit territoire, la France d’alors est forte de vingt-cinq millions d’habitants qui forment un monde sensiblement beaucoup plus compact. Entre ces deux modèles, les États-Unis de 1787 sont aussi traversés par une tension entre le sentiment d’une souveraineté des États locaux et l’idée d’un peuple américain dans laquelle les townships jouent un rôle essentiel pour exprimer une identité politique. Dans l’Argentine des années 1810, la perspective n’est nullement celle d’un « fédéralisme », Geneviève Verdo y insiste à juste titre. L’horizon d’une autonomie des cités reste essentiel et la perspective du dévouement à une cause commune n’en altère nullement le caractère. C’est un « imaginaire pactiste » qui en constitue plutôt le prolongement naturel.

6« Esprit de cité » et « esprit national » coexistent ainsi sans s’exclure, en s’épaulant même. On est donc, là encore, bien loin de la perspective intégratrice à la française dans laquelle la question de l’identité est appréhendée comme un jeu à somme nulle, toute réalité « intermédiaire » étant suspectée de saper le contrat social. Le bicamérisme argentin, institué en 1819, trouvera sa légitimation dans cette dualité de souveraineté, traduisant la coexistence des deux forces contradictoires à l’œuvre dans le mouvement révolutionnaire de l’indépendance. « D’une part, note Geneviève Verdo, la souveraineté des pueblos, autonomiste et plurielle, à tendance centrifuge ; de l’autre une souveraineté proto-étatique, qualifiée de “nationale”, qui se veut centraliste et unitaire. » Les sénateurs vont représenter « l’esprit national » et les députés être considérés comme garants de « l’esprit de cité ». On trouvera sur ce point des pages passionnantes qui retracent les conditions dans lesquelles cette souveraineté fragmentée a fait en permanence l’objet d’entreprises qui visaient à la surmonter (rôle de l’armée, jeu des gouverneurs considérés comme des intermédiaires entre la sphère du pouvoir et la réalité des cités). D’où une longue période de tâtonnements qui a eu pour corollaire la lenteur mise à élaborer une constitution.

7Sur ces questions de l’appréhension de la souveraineté et de l’identité collective, l’exposé du cas argentin permet de compliquer de façon fort stimulante les termes dans lesquels ont été abordés les problèmes politiques et constitutionnels dans les révolutions américaine et française. Les notions d’unité et le sentiment des différences y prennent en effet des formes diverses et suscitent des répulsions ou des enthousiasmes qui se distinguent dans les trois cas. Entre le monisme français et le fédéralisme américain, l’Argentine ne dessine pas seulement ce qui pourrait apparaître comme une « troisième voie » : elle fait aussi ressortir avec éclat les fragilités et les contradictions de chacun des deux autres modèles. Sans doute n’est-il même pas exagéré de considérer qu’elle en grandit la part d’ombre, jusqu’à, peut-être, en condenser les apories. Au-delà de ce que peut enseigner l’histoire socio-économique du XXe siècle, il y a d’ailleurs probablement aussi dans cette perspective un fil pour comprendre la fragilité du pays.

8Le troisième grand objet traité par Geneviève Verdo est celui des conceptions et des pratiques de la représentation politique. Elle met sur ce point ses pas dans ceux de François-Xavier Guerra pour souligner le hiatus qui existe entre une philosophie politique de la liberté et des droits, héritée des horizons américain et français, et une appréhension de la société qui reste communautaire et hiérarchique. En témoigne au premier chef le flou sémantique, commun à toute l’Amérique latine, de la notion de pueblo. Le pueblo désigne en effet à la fois le peuple et la cité. Dans tous les cas, la vision d’une société d’individus souverains est introuvable. La conception de la représentation reste en conséquence « archaïque » : elle s’ancre dans l’idée de l’existence première d’un corps social. Les seules différentiations admises sont celles que dessinent des territoires ou des fonctions sociales : ville et campagne d’une part, « corporations » de l’autre. Dans ce cadre, le suffrage censitaire n’exprime nullement une conception capacitaire, comme dans la France de la Restauration ou de la monarchie de Juillet. Les seuls « citoyens actifs » sont les vecinos, notables qui sont supposés « exprimer », en quelque sorte, l’identité et la réalité du corps social dans son ensemble. Si la révolution politique semble se faire au nom des grands idéaux libéraux et démocratiques venus d’Europe, les grands auteurs de ces traditions étant avidement lus, les représentations du social sont héritées de Bonald et non de Guizot ou de Sieyès. Dans l’Argentine des années 1 810 et 1820 se lient ainsi de façon exemplaire le vieux et le neuf. D’ où la particularité des élections pendant cette période fondatrice, le manque d’intérêt pour leur organisation technique et l’indifférence apparente aux irrégularités qui pourraient en découler. L’élection sert à manifester une identité ; elle n’est nullement conçue comme une machine à recueillir et à additionner des opinions et destinée en fin de compte à prendre des décisions. L’idée d’une légitimité qui serait fondée sur le nombre est ainsi totalement absente. C’est en fait le présupposé d’une unanimité souhaitable et normale du corps social qui gouverne les esprits.

9Geneviève Verdo propose là un ensemble de données tout à fait fascinantes sur la difficile sortie d’une vision « ancienne » du politique. Si le processus argentin constitue sur ce point un laboratoire remarquable, ce n’est cependant pas parce qu’il présenterait des traits absolument singuliers. Car en France et aux États-Unis également, la constitution d’une « politique moderne » fondée sur la reconnaissance du pluralisme et le sacre de l’individu-citoyen ne s’opère en fait que progressivement, comme y ont insisté nombre de travaux récents à rebours de la vision traditionnelle de la diffusion progressive d’un noyau de modernité originellement constitué en sa complétude. L’Argentine de cette période permet en quelque sorte de « grossir le trait » et d’éclairer en retour les histoires française et américaine du politique.

10Si l’importance d’un ouvrage se mesure aux échos qu’il produit et aux réflexions qu’il suscite au-delà de son champ d’étude immédiat, force est de considérer que le travail de Geneviève Verdo mérite ce qualificatif. C’est pourquoi il faut lui souhaiter beaucoup de lecteurs chez les historiens, les philosophes et les sociologues du politique. L’usage de ce « miroir argentin » les aidera tous à éclairer leurs propres objets d’étude.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search