Version classiqueVersion mobile

L’indépendance argentine entre cités et nation (1808-1821)

 | 
Geneviève Verdo

Remerciements

Texte intégral

1Ce livre a mis longtemps à s’accomplir. Le moment vint après l’échappée belle et les chantiers collectifs, après les enfants et les larmes du deuil. Rédigé dans la solitude, il rencontra sur la fin du parcours de bonnes fées qui facilitèrent son achèvement.

Merci donc à Armelle Enders pour le poisson cru, à Fabrice Melka pour les heures supplémentaires, à Élodie Richard pour la rue des Relateurs, à Alain Chatriot pour la salle 503, à Anne Pellus pour les bons points.

Ma gratitude va également à Annick Lempérière, pour ses encouragements et ses conseils précieux, ainsi qu’à Pierre Rosanvallon, pour sa bienveillance et l’intérêt qu’il a toujours porté à mes travaux.

Au-delà, ma reconnaissance va aux collègues et aux étudiants qui ont su, par leurs attentes et leur attention, donner à l’entreprise son sens définitif.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search