Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un art sans frontières

 | 
Gérard Monnier
, 
José Vovelle

II. Paris et l'Europe

La tapisserie en Pologne (1900/1940) : renaissance nationale et apports internationaux

Renata Mirocha-Halgas

Texte intégral

1La conception de l’art décoratif change radicalement à la fin du xixe siècle. Les arts artisanaux, grâce aux nombreuses initiatives dans toute l’Europe sont remis en valeur, réorganisés et renouvelés afin de s’opposer au mauvais goût et à la qualité médiocre des objets fabriqués par la production mécanique à la chaîne.

2L’exemple vient d’Angleterre avec l’action de John Ruskin et William Morris au sein du mouvement Art and Crafts Movement (à partir de 1843).

  • 1 Huml, J. (l’Art Appliqué Polonais du xxe siècle), Varsovie, Wydawnictwo Artystycze i Filmowe, 1978

3En Pologne,1 des recherches semblables visent la création d’un art harmonieux, conditionné par « la joie et la beauté ». Les écrits de Ruskin sont traduits en polonais et les idées de la réhabilitation du travail manuel et de la coexistence entre les « grands » arts et les arts jusqu’alors appelés mineurs traversent les esprits de nombreux artistes polonais de l’époque. Ils cherchent l’inspiration dans l’art populaire de différentes régions de la Pologne dans l’espoir de créer un style national. L’art des montagnards de Zakopane, dans la région des Tatras, se révèle très riche et il influence fortement l’art de la décoration intérieure. Le style de Zakopane fut découvert et propagé par Stanislaw Witkiewicz, qui en arrivant en 1886 à Zakopane fut frappé par la beauté et l’originalité de la construction des maisons. A partir de ce moment-là il réalise avec les maçons locaux de nombreuses villas dans le style régional, il écrit en faveur du nouveau style qu’il proclame le vrai style national polonais. Son action bien qu’irréaliste attire l’attention sur le folklore.

4En 1901, un groupe d’artistes s’organise autour de Jan Warcholowski en créant Towarzystwo Polska Sztuka Stosowana (la Société de l’Art Appliqué Polonais) qui s’intéresse à l’application de l’art populaire à tous les domaines artistiques. Les enthousiastes du renouveau des arts artisanaux sont très rapidement rejoints par les artistes et les architectes tels que Stanislaw Wyspianski, Jozef Mehoffer, Jozef Czajkowski, Edward Trojanowski, Karol Tichy...etc. A partir de 1902 la Société dispose de sa propre maison d’édition et elle publie des illustrations et des commentaires concernant l’art populaire et l’art contemporain.

  • 2 Les vestiges archéologiques témoignent de la présence des tissus artistiques datant du x et du xie(...)

5Les artistes de la Société de l’Art Appliqué Polonais s’intéressent aux créations artistiques liées à la vie quotidienne comme la tapisserie, la céramique, la polychromie. Leur objectif est de ramener l’attention du créateur sur l’étude des techniques artisanales d’une part, et d’autre part, sur la recherche des sources locales d’inspiration, en refusant l’imitation aveugle des modèles étrangers. La tapisserie qui de tout temps a été un ornement convoité dans les demeures seigneuriales, mais aussi dans les maisons modestes des paysans polonais, retrouve peu à peu le prestige des années passées. Les artistes puisent dans les deux sources, leurs projets sont inspirés par les compositions florales des « kilims » (petites tapisseries) seigneuriaux et par les motifs géométriques des « kilims » populaires, le tout retravaillé avec une douceur et un raffinement de la ligne propre au style 19002.

  • 3 14 nov. 1903, la société expose des « kilims » au Musée de la Technique et de l’Industrie à Cracov (...)
  • 4 Jastrzebowski, W, « Geneza, program i wyniki dzialalnosci Warsztatow Krakows-kich i Ladu » (la gen (...)
  • 5 Le style et la technique français étaient connus et admirés grâce aux tapisseries, appelées en Pol (...)

6A partir de 1901, les artistes de la Société commencent un travail régulier avec l’atelier d’Antonina Sikorska à Czernichow et cette alliance va être à l’origine de la fabrication de nombreuses tapisseries d’une grande valeur artistique. La plupart de ces « kilims » sont exécutés sur un métier de basse lice à la main. Le 28 janvier 1902, la Société organise une exposition au Musée National de Cracovie qui réunit l’art populaire, l’interprétation contemporaine et l’héritage historique. De nombreux « kilims » populaires y sont présentés ainsi que les « pasy kontuszowe », (ceintures à la redingote polonaise) du xviiie siècle. En octobre 1902, l’exposition part à Varsovie où elle est présentée dans le pavillon d’expositions « Zacheta ». A partir de 1903, les arts appliqués, sous l’influence des Salons parisiens, sont exposés avec la peinture3. Dès 1910, l’importance et l’envergure des créations de laine apparaissent avec évidence avec la prolifération des ateliers de tissage et l’effet immédiat de leur popularité. (« Kilim » à Zakopane et « Kilim » à Cracovie en 1910). Les plus importants, parmi les ateliers qui continueront le chemin tracé par J. Warcholowski sont Warsztaty Krakowskie4 (les Ateliers de Cracovie) créés en 1913. Bien avant ces années-là, les artistes s’étaient déjà intéressés aux techniques du tissage5 et aux qualités propres du matériau mais dorénavant ils décident de rompre avec l’usage traditionnel selon lequel l’artiste-créateur se limitait à la préparation d’un carton, laissant sa réalisation à l’artisan. Le carton ne décidera plus de l’aspect final de l’œuvre, seul le processus du tissage le déterminera. Les exigences du métier à tisser et les caractéristiques de la facture sont désormais prises en compte dès la phase de conception. Ceci va entraîner des conséquences inestimables pour le développement futur de la tapisserie polonaise et les voies qu’elle allait choisir.

  • 6 La Pologne ne retrouve sont indépendance qu’en 1918, en 1900 elle est partagée entre l’Autriche, l (...)
  • 7 Herscher, Art nouveau à Vienne : le Wiener Werkstätte, Paris, 1990.
  • 8 Tolstoï, V, Art déco soviétique 1917-1937, Paris, Editions du Regard, 1989.

7Au début du xxe siècle, la majorité des artistes polonais complète leur formation artistique à l’étranger, surtout à Vienne et à Munich6. L’action et le programme des Deutsche Werkstätte (les ateliers d’Allemagne), créés en 1900 et surtout du Deutscher Werkbund (le groupe allemand de travail), qui leur succèdent en 1907, sont bien connus en Pologne. Surtout les leaders de ce dernier, Herman Muthesius et Henry Van Velde, bénéficient de beaucoup d’autorité en Pologne. Les écrits de Muthesius furent traduits en polonais par J. Warcholowski en 1919. Cracovie, sous l’occupation autrichienne est fortement liée avec Vienne, la capitale de l’Art Nouveau dans la peinture mais aussi dans l’art décoratif comme en témoignent la création de Wiener Werkstätte7 (les ateliers de Vienne) par un groupe d’artistes, tels que J. Hoffmann, K. Moser, A. Loos, G. Klimt, E. Schiele, O. Kokoszka... Les Ateliers de Vienne deviennent une vraie institution commerciale et culturelle. Par les contrats de licence avec les fabricants de tissu et de papier peint et par la création de nombreux points de vente, ils ont ouvert le passage du nouveau style en Autriche mais aussi en Europe. Les Ateliers de Cracovie se nourrissaient des idées et des expériences de ses grands correlâts voisins. Ils entretenaient également des contacts avec la Société « Artiel », créée en 1911 à Prague et avec les deux centres russes8 : « Talaschkino »(près de Smolensk), dominé par la personnalité de S. Malutin, et « Abramcevo », près de Moscou, dirigé par M. Wasnie-tow et M. Wrubel. Ces derniers s’intéressent particulièrement à l’art paysan russe en récoltant précieusement des modèles et des motifs originaux. Ce mouvement européen a donné de l’élan et de l’enthousiasme aux artistes polonais. Les idées générales, telle la réhabilitation du travail manuel, la création des formes nouvelles, l’émergence d’un art total qui s’appliquent à tous les domaines des arts plastiques sont reprises dans tous les centres artistiques. La réussite de Wiener Werkstätte montre les solu-tions pratiques d’une telle entreprise. Néanmoins en Pologne la tapisserie, grâce à son héritage historique et à sa présence intense dans l’art populai-re, prendra un élan considérable à la suite du travail des artistes des Ateliers de Cracovie mais aussi d’autres centres, émergés dans toute la Pologne : à Kossowo, à Lwow, à Nowy Sacz, à Zakopane. L’atelier de « Kilim », déjà cité, fut l’un des plus importants. Ainsi, à partir des années 1920, le tissu artistique polonais se distingue de plus en plus de celui de la tapisserie traditionnelle, même si les motifs et les influences stylistiques sont les mêmes que dans les autres pays d’Europe. On note cependant certaines règles et restrictions, dues en grande partie à la construction même du métier à tisser. Certaines tapisseries exécutées sur un métier de basse lice se caractérisent par une ornementation géométrique simple, à l’image de vieux « pasiaki », et celles de haute lice avec des motifs plus variés, traités aussi plus librement. La majorité des teintes sont obtenues à l’aide de teintures naturelles qui ont l’avantage d’offrir une gamme de couleurs plus riches et plus nuancées que les teintures industrielles de l’époque.

8A la différence de la Société de l’Art Appliqué Polonais, les Ateliers de Cracovie s’intéressent à l’art populaire compris dans son intégrité et non comme l’inspiration dans la stylisation de certains motifs isolés. Le motif est analysé comme une entité de la forme liée à sa structure, en exploitant toutes les possibilités données par les matériaux et les outils par le travail commun des artistes et des artisans. Les tapisseries de haute lice de Wojciech Jastrzebowski, les reliures de Bonaventura Lenant et les travaux dans le métal à froid, sous la direction de Kazimierz Niodzia-nowski se situent parmi les succès les plus importants des Ateliers de Cracovie. En 1914, les Ateliers de Cracovie et la Société de l’Art Appliqué Polonais décident de former un seul et unique groupe. Celte date vient clore, d’une part, la première étape de l’histoire de l’art nourri de la cohésion des idées issues de la tradition nationale et de la fonction moderne, et d’autre part, la fin de la deuxième étape, après celle du style de Zakopane, dans l’histoire des arts appliques polonais.

  • 9 Olszewski, A.K. Dzeieje Sztuki polskej 1890-1980 (l’histoire de l’art polonais). Varsovie, Interpr (...)

9Après 1918, l’art décoratif polonais, ayant mûri les idées de l’art appliqué à l’industrie, passe dans sa dernière phase. Son style consiste essentiellement dans la combinaison des motifs de l’art populaire de la région montagnarde et de la géométrisation cubiste. Ce type de motifs folkloriques re-modernisé par le traitement cubiste se retrouve non seulement dans la tapisserie mais aussi dans l’architecture et la décoration d’intérieur de l’époque9.

  • 10 Wroblewska, D. « Ewolucja tkaniny artystycznej i jej miejsce w programie warszawskiej ASP » (l’évo (...)

10Après la fin de la Première guerre mondiale, le 11 novembre 1918, la Pologne redevient un état souverain. Dans beaucoup de villes on crée des Ecoles Supérieures d’Arts Plastiques qui propagent les idées du renouveau des arts artisanaux. Citons seulement l’Ecole de Poznan qui par son programme s’approche le plus de celui du Bauhaus en Allemagne et surtout l’Académie des Beaux-Arts de Varsovie10. Dès sa création en 1905, l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts s’intéresse aux liaisons possibles entre l’art et l’industrie. En 1923, dans une Pologne libre, on inaugure solennellement l’Académie des Beaux-Arts, une institution nationale, avec un programme unifié et à sa tête Jozef Czajkowski comme directeur. La nouvelle synthèse de l’art aspire à l’égalisation de tous les domaines artistiques des Beaux-Arts et des arts appliqués dans le cadre supérieur de l’architecture. L’idée de l’harmonie interne de l’œuvre s’étend sur son environnement, une œuvre d’art est pars pro toto un élément d’un ensemble. Le programme de l’Ecole rejoint aussi celui du Bauhaus bien qu’en Pologne on ait davantage étudié la nature intrinsèque du processus du tissage. Par contre ce programme est complètement différent de l’initiative de Jean Lurçat et des peintres-cartonniers qui ont actualisé la tapisserie par son alliance avec la peinture moderne mais dont l’expérience se limitait à la première phase de la création d’une tapisserie, à la préparation d’un carton.

11Le Ministère des Beaux-Arts, créé en 1919, coordonne l’action culturelle à l’échelle nationale. Les Ateliers de Cracovie qui cultivent principalement les idées du style national sont dotés d’un mécénat de la part du gouvernement qui est à la recherche des propagateurs d’un style officiel.

  • 11 Catalogue de l’exposition, Section Polonaise. Paris 1925.

12Le plus grand succès de l’art décoratif polonais et sa renaissance internationale ont lieu durant l’Exposition Universelle des Arts Décoratifs et de l’Industrie à Paris11. Le Pavillon Polonais, que créa J. Czajkowski était en forme de tour composée de losanges et de triangles en verre. Les exposants sont choisis par Jan Warchalowski dans toutes les branches artistiques qui se sont développées grâce à l’action de la Société et des Ateliers de Cracovie : les meubles, les « kilims », les vitraux, les reliures et les divers objets de la vie quotidienne. De nombreux prix sont décernés aux artistes polonais. Après ce succès parisien un comité est formé en Pologne sous le nom de « Towarzystwo Krzewienia Sztuki na Obczyznie » TOSSPO (la Société de l’Expansion de l’Art Polonais à l’Etranger) à Varsovie. Un climat très favorable pour la création artistique s’installe en Pologne. De nombreuses expositions (organisées avec le concours de TOSSPO) sur place et à l’étranger en témoignent.

  • 12 Catalogue de l’exposition par J. Warcholowski. Paris 1927.

13En 1927, La Société de l’Expansion, dont J. Warcholowski est nom-mé directeur, organise en coopération avec La Société Polonaise d’Echanges Artistiques entre la Pologne et la France, dirigée par le peintre J. Pankiewicz à Paris, l’exposition « Le Tapis, première exposition de l’Europe septentrionale et orientale »12 au Musée des Arts Décoratifs, au Palais du Louvre. L’exposition est accompagnée d’un catalogue écrit par J. Warchalowski sur l’histoire de la tapisserie, et plus particulièrement des « kilims » en Pologne.

  • 13 1927- Exposition à Prague. 1928- Exposition à Vienne, en Belgique, en Hollande. 1930- Exposition d (...)

14Après 1925, la participation de la Pologne aux expositions allemandes, belges, tchèques, Scandinaves, donne aux artistes étrangers la possibilité de comparer leurs expériences dans la voie de réhabilitation de la tapisserie à celle des Polonais. D’autre part, cette démarche est intéressante parce qu’elle constitue un contrepoids à l’hégémonie française et montre d’autres possibilités jusqu’alors inexploitées dans ce domaine13.

15Le climat général change dans les années trente, l’avant-garde gagne du terrain : la pensée fonctionnaliste de Le Corbusier, les idées de Théo Van Dœsburg et surtout le constructivisme russe trouvent un écho très favorable en Pologne, au détriment de l’art classique traditionnel et de l’art populaire. Le développement de la tapisserie est assuré grâce aux ateliers tels que « Kilim Polski » de Varsovie, créé en 1921, « Tarkos », créé en 1922 à Zakopane par Wanda Kossecka et « Lad » (ordre) de Varsovie en 1926. Ce dernier, forme par des artistes et des pédagogues du milieu varsovien, assure d’une certaine façon la continuité des idées lancées par la Société de l’Art Appliqué Polonais et les Ateliers de Cracovie (qui cessent d’exister en 1926), en les interprétant dans l’esprit du temps. La tapisserie prend une place importante dans les réalisations du groupe grâce aux artistes tels que Helena Bukowska, Zofia Czasznicka, Eleonora Plutynska, Lucjan Kintopf. A partir de 1930, les artistes du groupe « Lad » ont l’occasion de confronter leurs propositions avec les groupes avant-gardistes durant les Salons annuels organisés par l’« Instytut Propagandy Sztuki » (Institut de la propagation de l’art), créé en 1930. Dans le domaine de la tapisserie les artistes s’intéressent aux différentes techniques : les « kilims », les « Gobelins », les tapis à points noués, les jacquards, les tapisseries à double trame. La technique du jacquard devient le mode d’expression privilégié du groupe. Cette technique semi-mécanique permet le tissage rapide de grandes tentures façonnées en lin, en soie ou en laine. Ils redécouvrent les vieux procédés du tissage et de la teinture à l’aide des pigments naturels dans des ateliers installés à cet effet. La tapisserie prend une place importante dans l’organisation de l’espace architectural. Les motifs, empruntés à la stylistique des « pasy kontuszowe » (les ceintures à la redingote polonaise) du xviiie siècle influencent durablement la composition.

16Parallèlement, Mieczyslaw Szymanski entreprend des recherches dans le domaine des tapisseries du type « Gobelin » monumental n’hésitant pas à introduire de la broderie et de l’application sur les tapisseries. Cet artiste veut renouer avec la grande tradition de la tapisserie figurative à l’image des tapisseries françaises et des « kobierce » (les tapis polonais du xviiie siècle). Une de ses œuvres monumentales (12m sur 3.5m) « Jan Sobieski », exécutée dans les ateliers de « Lad » avec le concours de Maria Bujakowa est présentée à l’Exposition Universelle de 1937 à Paris et reçoit le Grand Prix. Les artistes polonais établissent une liaison entre la modernité, la tradition et la tradition locale. La poussée de l’avant-garde se fait sentir surtout dans la conception d’une œuvre d’art tissée. D’autre part, les réflexions sur la forme ont accentué davantage l’intérêt porté, déjà depuis le début du siècle, à la facture et à son apport dans l’expression artistique.

17Au début du xxe siècle dans beaucoup de pays d’Europe on observe une intensification de la vie artistique. Les idées nouvelles sur les arts artisanaux et sur la cohabitation de tous les domaines artistiques passent les frontières et relient les pays de cultures diverses. Les traditions locales permettent une interprétation différente. La Pologne, de par sa situation géographique, subit d’une manière directe les influences autrichiennes, allemandes et russes. Les artistes, en défendant l’identité nationale s’inspirent du passé et de l’art populaire.

18La célèbre exposition des Arts Décoratifs de 1925 à Paris constitue un événement notable pour la tapisserie polonaise. C’est la première grande occasion de montrer à l’étranger les résultats du travail et des recherches des artistes polonais. L’enthousiasme et l’intérêt que les œuvres tissées ont éveillé à Paris permettent à la Pologne d’exposer à l’étranger et d’établir des échanges artistiques. Le style des tapisseries polonaises apporte un vaste éventail d’éléments nouveaux et originaux dans la composition ainsi que les accords subtils et harmonieux dans la gamme des couleurs. Le mélange avec la broderie et avec l’application crée une facture différente et ouvre la voie à toute une série d’expériences. La tapisserie se découvre un nouveau langage et de nouvelles caractéristiques d’expression qui bientôt la libéreront de l’emprise du mur pour la laisser s’épanouir dans l’espace. A ce moment-là on parlera de « l’école polonaise » qui prend ses racines dans le mouvement du renouveau des arts artisanaux du début du xxe siècle.

19L’explosion de la deuxième guerre mondiale met fin à ces échanges artistiques. Après 1945, le changement radical de la situation politique en Europe et dans le monde ne les facilitera guère. Il faudra attendre la création de la Biennale de Lausanne de 1962 pour qu’à nouveau l’Europe puisse porter un regard sur la création textile polonaise et que les échanges artistiques reprennent.

Notes

1 Huml, J. (l’Art Appliqué Polonais du xxe siècle), Varsovie, Wydawnictwo Artystycze i Filmowe, 1978.

2 Les vestiges archéologiques témoignent de la présence des tissus artistiques datant du x et du xie siècles. Il s’agit de fragments de vêtements parmi lesquels de petites tapis-series rayées aux motifs géométriques, les « zapaski » et les « pasiaki ». Ces étoffes popu-laires jouissaient d’un grand succès au xiiie siècle et leur usage s’est conservé dans la tradition populaire.
La Pologne, située au carrefour de l’Orient et de l’Occident, subissait les deux influences. Des ceintures en soie mêlées de fils d’or étaient très appréciées sur la terre polonaise, de même que les tapis persans et turcs. Dès le xviie siècle, de nombreuses manufactures des magnats polonais (à Brody, à Biala Podlaska, à Slonim) fabriquaient sur place de somptueuses tapisseries, « kobierce »(tapis polonais), nées à la fois des influences des tapis persans, et « Gobelins ».C’est aussi au xviie siècle qu’apparaît le « kilim ». Celte technique était probablement originaire des frontières sud-orientales de la Pologne, inventée par les paysans ruthènes. Les « kilims » se sont très vite répandus dans la noblesse ; ils décoraient les murs, les tables, le dessus des divans, les portes et le sol.

3 14 nov. 1903, la société expose des « kilims » au Musée de la Technique et de l’Industrie à Cracovie. 1905 l’exposition de 1903 se déplace à Varsovie. 1912 (juin-octobre) les tapisseries à « l’Exposition de l’Architecture et de l’Art de l’Intérieur dans l’environnement du jardin » à Cracovie et ensuite à Varsovie. 1913 « L’Exposition nationale des « kilims » anciens et contemporains » à Lwow.

4 Jastrzebowski, W, « Geneza, program i wyniki dzialalnosci Warsztatow Krakows-kich i Ladu » (la genèse et les résultats de l’action des Ateliers de Cracovie et de « Lad »). (l’art populaire polonais). Varsovie, Janv./Fév. 1952, pp. 13-22.

5 Le style et la technique français étaient connus et admirés grâce aux tapisseries, appelées en Pologne des « Gobelins » et des « Arras », qui ornaient le château royal de Wawel à Cracovie depuis le xvie siècle. D’autre part, on faisait venir des pays comme l’Italie ou l’Allemagne des « Koltryny » (en Italien « rideau ») et des « Sfery » (les sphères). Ensuite, les artisans-liciers lyonnais sont venus en Pologne en améliorant davantage les connaissances des artisans polonais sur les procédés techniques des ateliers français.

6 La Pologne ne retrouve sont indépendance qu’en 1918, en 1900 elle est partagée entre l’Autriche, l’Allemagne et la Russie.

7 Herscher, Art nouveau à Vienne : le Wiener Werkstätte, Paris, 1990.

8 Tolstoï, V, Art déco soviétique 1917-1937, Paris, Editions du Regard, 1989.

9 Olszewski, A.K. Dzeieje Sztuki polskej 1890-1980 (l’histoire de l’art polonais). Varsovie, Interpress, 1988.

10 Wroblewska, D. « Ewolucja tkaniny artystycznej i jej miejsce w programie warszawskiej ASP » (l’évolution de la tapisserie artistique et sa place dans le programme de l’Académie de Varsovie), (cahiers scientifiques), ASP, Varsovie. 1/7/1984.

11 Catalogue de l’exposition, Section Polonaise. Paris 1925.

12 Catalogue de l’exposition par J. Warcholowski. Paris 1927.

13 1927- Exposition à Prague. 1928- Exposition à Vienne, en Belgique, en Hollande. 1930- Exposition de la Technique et des Arts Décoratifs à Liège. 1930- Exposition à Copenhague. 1933- Exposition à Stockholm. 1936- Concours « Les jeux olympiques dans l’art » à Berlin. 1937- Exposition Universelle, « L’art et l’Industrie » à Paris. 1938- Exposition de l’Artisanat à Berlin. 1939- Exposition en Suède.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site