Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Un art sans frontières

 | 
Gérard Monnier
, 
José Vovelle

II. Paris et l'Europe

Paris - Berlin - Cracovie : Feliks Manggha Jasienski (1861-1929), un collectionneur polonais au début du xxe siècle

Agnieszka Kluczewska-Wójcik

Texte intégral

  • 1 Félix (F. Jasienski), Manggha. Promenades à travers le monde, l’art et les idées, F. Vieweg, Paris (...)

1“Ich schreibe nicht euch zu gefallen”, ces quelques mots de Gœthe ouvrent Manggha, un livre de Feliks Jasienski1 ; “Je n’écris pas pour vous plaire” — il serait difficile de trouver une meilleure définition pour caractériser non seulement ce livre mais aussi l’auteur lui-même. Pendant toute sa vie, ne ménageant jamais ni ses mots ni ses actes, il n’a rien fait pour plaire aux autres. Et pourtant il a fait énormément de choses : il fut écrivain et journaliste, conférencier et critique d’art, compositeur et musicologue, japoniste fervent et promoteur de l’art graphique, mécène et animateur de nombreuses associations artistiques. Grâce à une formation intellectuelle, acquise à Berlin et à Paris pendant les années 1885-1895, il devint un éminent propagateur des nouveaux courants artistiques en Pologne, à Varsovie et surtout à Cracovie, durant les années 1900-1920. Il fut aussi, surtout et avant tout, un collectionneur, un des plus grands qu’ait connu l’histoire de l’art polonais. Sa personnalité, si complexe, ses activités, si variées, méritent une monographie. Dans le cadre de cet article nous ne pourrons qu’esquisser la description de la partie de son œuvre qui lui paraissait la plus importante : sa collection.

Le collectionneur

2Feliks Jasienski est né le 7 juillet 1861 à Grzegorzewice (près de Varsovie), dans une riche famille de propriétaires fonciers. Après avoir terminé sa scolarité au lycée de Varsovie (Varsovie se trouvait dans une partie de la Pologne incorporée alors à la Russie), il commence des études de musique, philosophie, économie politique et histoire de l’art à l’Université de Dorpat (aujourd’hui Tartu, Estonie), pour les continuer ensuite à Berlin où, entre 1884 et 1885, il suit à l’Université les cours d’Ernst Curtius. Il quitte “la capitale musicale” pour “la capitale artistique” et, en mars 1885, arrive à Paris. Auditeur libre à la Sorbonne et au Collège de France, où il apprécie spécialement les cours d’Ernest Renan, Jasienski continue son éducation tout en essayant de l’approfondir par des contacts personnels dans les milieux artistiques parisiens (il profite des relations de sa famille - son grand-oncle Ludwik Wolowski, économiste, fondateur du Crédit Foncier et sa grand-tante Mme Léon Faucher née Wolowska). Il lit beaucoup, fréquente les musées, les expositions, les salles de vente. S’il a choisi Paris, et non pas Munich, comme lieu de ses études, c’était pour y retrouver les grands courants artistiques à leur source même. C’est à Paris, au milieu des années 1880, au moment où se poursuivent les combats des impressionnistes, post-impressionnistes et symbolistes contre l’art académique, où les arts graphiques vivent leur renaissance, et où l’intérêt pour l’art japonais atteint son apogée, que Jasienski forme ses idées et ses goûts artistiques.

3Contraint d’abandonner ses études à cause d’une grave maladie des yeux, Jasienski se consacre à l’activité de collectionneur. Son choix artistique se porte vers l’art japonais et les arts graphiques. Des estampes -d’abord du xixe siècle, ensuite de périodes plus anciennes, au fur et à mesure que ses connaissances et son expérience grandissent - et d’autres objets d’art japonais vont constituer une collection d’une grande valeur artistique. Collection qui n’est pas dépourvue d’un objectif scientifique car elle est complétée par de nombreux ouvrages sur l’histoire et l’art du Japon.

Fig.1. Leon Wyczolkowski, Portrait de Feliks Jasienski, 1911, pastel, 85 x 98 cm, Musée National de Cracovie (photographie du musée).

4Il en est de même pour la deuxième partie de sa collection parisienne, constituée d’œuvres des arts graphiques européens. Goya, les gravures et les lithographies contemporaines françaises, allemandes, anglaises, les meilleures éditions des fac-similés d’œuvres graphiques de Durer et Rembrandt sont également accompagnés de livres sur l’histoire et sur les techniques des arts graphiques.

  • 2 Ibid.
  • 3 J. Lorentowicz, “Un livre sur la France (compte rendu de Manggha de Feliks Jasienski), La Critique (...)
  • 4 Lettre de M. Klinger à F. Jasienski du 7.09.1901, Bibliothèque Czartoryski, n° 633/90.

5Ses deux grandes passions n’empêchent pas Jasienski de s’intéresser aux autres manifestations artistiques et à la vie culturelle de Paris. Son livre intitulé Manggha, promenades à travers le monde, l’art et les idées - publié, en français, simultanément à Paris et à Varsovie en 1901 - en témoigne2. Manggha (en l’honneur de Hokusai qu’il adorait) est un volume de mille pages de notes sur la peinture et la sculpture moderne (réalisme, impressionnisme, symbolisme, préraphaélites), la littérature et la critique littéraire, la musique, le théâtre, les événement politiques. “Un livre sur la France” (selon l’expression du critique franco-polonais Jean Lorentowicz3) qui, bien que jamais traduit, est largement discuté dans les milieux progressistes polonais (ainsi qu’à l’étranger car l’auteur l’envoie à ses relations, notamment à Max Klinger4, dont l’œuvre est commenté dans Manggha) et contribue à la propagation, en Pologne, des nouveaux courants culturels.

6Vers 1890, Jasienski s’installe définitivement en Pologne, d’abord à Varsovie puis à partir de 1902 à Cracovie, tout en gardant ses contacts et en faisant encore de nombreux séjours à l’étranger : Italie, Afrique du Nord, les capitales européennes — Berlin, Vienne, Londres, Copenhague et surtout Paris. Il commence alors sa “mission” : européaniser et moderniser les goûts et les besoins esthétiques des Polonais - ce qui va faire de lui un important défenseur et propagateur de l’art moderne en Pologne.

  • 5 F. Jasienski, “Muzyka. Kilka slów ogólnych. - Uwagi o ruchu muzycznym w I-szem pólroczu”, Chimera.(...)
  • 6 Zycie i Sztuka (sup. de Kraj), 1901, n° 28, p. 322-323.
  • 7 F. Jasienski, “W kwestii drobnego nieporozumienia”, Chimera, 1901, vol. I, cahier 2, p. 354-356.

7Collaborateur de la revue artistique Chimera (Chimère) de Miriam-Przesmycki, Jasienski est non seulement son critique de musique attitré mais aussi un membre très actif de la rédaction de cette revue (vraie édition de prestige) qui voulait être le berceau du modernisme polonais. C’est lui qui signe l’article manifeste pour le renouveau de la musique polonaise5 ; c’est lui également qui prête des livres, des gravures et des objets d’art de sa collection pour qu’ils servent d’illustrations à la revue et pour qu’ils soient présentés pendant les expositions artistiques organisées, en 1901, dans les locaux de Chimera (Durer, Piranèse, Rivière...). Simultanément, Towarzystwo Zachety Sztuk Pieknych (la Société d’Encouragement des Beaux-Arts) de Varsovie présente toute la collection japonaise de Jasienski. Bien que l’exposition - la première de ce genre en Pologne - attire les Varsoviens, les réactions sont aussi mauvaises que possible. L’irritation des adversaires de cet “art pour les boîtes de thé” s’aggrave encore à cause d’une défense, assez particulière, entreprise par Jasienski, qui met, à côté des objets exposés, des écriteaux : “pas pour le bétail” ou “thé chinois et art japonais sont deux choses différentes”6. D’ailleurs, ses articles polémiques très agressifs ont déjà fait connaître sa passion et son engagement pour la défense de l’art moderne ( sa critique sur le peintre académique Gerson, coryphée du milieu artistique officiel varsovien, en constitue un bon exemple7). A la suite d’une campagne de presse dépréciant non seulement l’exposition mais aussi toute sa collection, il renonce à son projet de léguer celle-ci à Zacheta et, rebuté par une ambiance défavorable, quitte Varsovie.

8En 1902, Jasienski s’établit avec toute sa collection à Cracovie - ville où il passe le reste de sa vie et où il meurt le 6 avril 1929 - la capitale culturelle de la Galicie ; dans cette partie de la Pologne incorporée à l’Autriche et jouissant d’une plus grande autonomie, le climat intellectuel lui semble plus propice. A Cracovie, le centre du modernisme polonais, autour de la revue artistique Zycie (Vie) de Stanislaw Przybyszewski, de Towarzystwo Artystow Polskich “Sztuka” (la Société des artistes polonais “Art”) et de l’Académie des Beaux-Arts, récemment réorganisée par Julian Falat, se regroupaient les peintres, critiques et écrivains progressistes. Il organise au Musée national une présentation des estampes japonaises et dans le local de la Société des amis des Beaux-Arts une exposition de sa collection d’art contemporain polonais. Toutes les deux obtiennent un grand succès, tant auprès de la critique qu’auprès du grand public.

  • 8 F. Jasienski, “Manggha. Urywek z rekopisu (t. 2)”, Miesiqcznik Literacki i Artys-tyczny, 1911, n° (...)

9Jasienski continua cette activité de “conférencier” durant toute sa vie. Il organisa, de 1901 à 1920 plus de quarante expositions : à Varsovie, Lwow, Cracovie, et même à Kiev (où il passe les années de la Grande Guerre), en présentant à un public, le plus large possible, les estampes et objets d’art japonais, les gravures européennes, ainsi que les tableaux et sculptures du modernisme polonais, qui, à partir de 1890, commencent à enrichir sa collection. Ces expositions sont toujours accompagnées de conférences (leurs textes constitueront le deuxième volume de Manggha, publié en feuilleton dans la revue Miesiecznik Literacki i Artystyczny8) et de nombreux articles dans la presse, par lesquels Jasienski tente de familiariser le public polonais avec les nouveaux courants artistiques et d’éveiller son intérêt, voire son amour, de l’art. C’est sa manière personnelle de contribuer à la formation des conditions d’un renouveau de l’art en Pologne.

10Jasienski était une personnalité très connue dans le milieu artistique de Cracovie. Son appartement, à la fois musée et salon, est devenu un lieu de rencontres pour les artistes, critiques et amateurs d’art intéressés par la création de la vie culturelle moderne. Certaines de ces initiatives ont pris une forme institutionnelle comme, par exemple, la Société des Amis du Musée National de Cracovie, fondée par Jasienski en 1903 selon le modèle français. Il a été aussi un des fondateurs du cabaret littéraire Zielony Balonik (Petit Ballon Vert) - créé en 1905 et unique en Pologne - qui réunissait l’élite intellectuelle de la ville pour les manifestations artistiques les plus diverses.

11Sa collection et son immense bibliothèque sont toujours à la portée de tous ceux qui sont intéressés : artistes, critiques... Il a réussi à leur transmettre sa passion pour l’art japonais en même temps qu’il leur a transmis les estampes de sa collection (les collections de Wyczólkowski, Pankiewicz, Mehoffer étaient en grande partie composées d’estampes provenant de la collection de Jasienski). Sa collection était “portraiturée” presque aussi souvent que lui-même (les objets de la collection de Jasienski ou les motifs des estampes lui appartenant sont présents sur de nombreux tableaux et gravures) (fig. 1 et 3) et les portraits de Jasienski, créés par tous les artistes importants et représentatifs de l’époque - notamment Boznanska, Laszczka, Krzyzanowski, Malczewski, Pankiewicz, Weiss, Wyczolkowski (fig. 1) - pourraient servir d’illustrations pour l’histoire de l’art polonais du début du xxe siècle.

  • 9 Lettre de L. Wyczóljkowski à F. Jasienski, non datée (1902 ?), Bibliothèque Czartoryski n° 633/86 (...)
  • 10 Teka Stowarzvszenia Grafikow Polskich, éd. F. Jasienski, Cracovie 1903, Musée National de Cracovie (...)
  • 11 Lettre de F. Jasienski à O. Redon (copie), Archives du Musée National de Cracovie, non datée, non- (...)
  • 12 Wystawa drukarska w Krakowie, catalogue d’exposition, Towarzystwo Polska Sztuka Stosowana, Cracovi (...)

12L’intérêt pour l’art japonais est en Pologne, comme en France, lié à la reconnaissance des arts graphiques. Jasienski, qui a recueilli un très bel ensemble d’estampes, est en grande partie responsable de la renaissance de la gravure originale polonaise. C’est lui qui patronne (à partir de 1895) les premiers essais graphiques de Pankiewicz, achète vers 1901-1902 (probablement à Paris) la presse graphique pour son ami Wyczolkowski9 et, en 1903, édite le premier album graphique10. Initiateur de la création, en 1902 à Cracovie, de l’Association des Peintres-Graveurs Polonais, il se charge également d’entretenir les contacts internationaux de cette association (notamment sa correspondance avec Odilon Redon11). Quand en 1904 Towarzystwo Polska Sztuka Stosowana (la Société d’Art appliqué polonais) organise à Cracovie une grande exposition sur l’art du livre et de l’imprimerie, la partie étrangère de la présentation est composée presque uniquement d’œuvres provenant de la collection de Jasienski : livres de Morris, Crane, éditions de Bradley, albums de Hokusai, revues L’Image, The Studio, Pan, Kokka, etc.12

13Intéressé par l’art contemporain, Jasienski reste durant toute sa vie très proche des artistes. Beaucoup plus qu’un collectionneur, il était leur mécène, “imprésario” et même - comme c’était le cas avec Wyczolkowski, Pankiewicz, Podkowinski - leur ami.

14Depuis sa virulente défense au début des années 1890, des “premiers impressionnistes polonais”, Podkowinski et Pankiewicz, par ses nombreuses actions soutenant l’art de la Jeune Pologne, jusqu’à la fondation, en 1921, auprès de l’Académie Polonaise des Sciences, d’un prix pour les jeunes artistes polonais (pour la meilleure œuvre de musique, de sculpture ou d’arts graphiques exécutée ou exposée à Cracovie) il reste fidèle à sa mission de propagateur - « simple travailleur dans le domaine de l’art sans épithète », comme il le formulait souvent lui-même.

15Journaliste, Jasienski travaille comme critique d’art, de musique et de théâtre dans le journal cracovien Glos Narodu (Voix de la nation) et, à la fin de sa vie, comme feuilletoniste dans Ilustrowany Kurier Codzienny (Courrier quotidien illustré). En 1913, en collaboration avec Michal Paw-likowski, Jasienski fonde sa propre revue, nommée Lamus (Débarras) — qui se veut la continuation de Chimera - et devient son rédacteur artistique. Il est aussi le rédacteur artistique d’une autre revue Miesiecznik Literacki i Artystyczny (Mensuel littéraire et artistique), qui ne paraît qu’un an, en 1911.

  • 13 Sztuka polska. Malarstwo, rééd. A. Lada-Cybulski, F. Jasienski, éd. H. Altenberg, Lwow 1904.

16Son plus grand succès reste néanmoins l’édition de Sztuka Polska (Art polonais), la première monographie de la peinture polonaise contemporaine, réunissant des illustrations en couleurs et des textes critiques sur les auteurs des tableaux13. Jasienski, corédacteur avec A. Lada-Cybulski, est également auteur de plusieurs articles sur les œuvres de Maslowski, Michalowski, Pankiewicz, Podkowinski et Wyczolkowski.

La collection

  • 14 Lettres de M. Klinger à F. Jasienski, Bibliothèque Czartoryski, n° 633/90.
  • 15 Factures dans les Archives du Musée National de Cracovie, non-numérotées.
  • 16 Lettres de S. Debicki à F. Jasienski, Bibliothèque Czartoryski, n° 633/11, et lettre de P. Ettinge (...)

17Collectionneur passionné, Jasienski élargit au cours du temps les domaines de son intérêt pour l’art. A Paris, il recueille surtout l’art japonais et les œuvres des arts graphiques français et européens ; à Varsovie et à Cracovie, l’art contemporain polonais (peinture, sculpture et arts graphiques). Dans la période précédant la Première Guerre mondiale, il s’intéresse à l’art du textile (tissus anciens, tapis orientaux, polonais et russes, ceintures traditionnelles polonaises) et, après la guerre, à l’art populaire de la région de Podhale (en Tatras), des Carpates orientales (Ukraine) et des Kaschoubes (au nord de la Pologne). En même temps, il profite de chaque occasion pour enrichir sa bibliothèque, son fonds d’estampes japonaises et de gravures européennes (agrandi par une collection d’affiches et de gravures russes). Il les achète, soit directement aux artistes (comme le prouve sa correspondance, notamment avec Klinger14) soit aux marchands et éditeurs (à Paris - chez Bing, Vignier, Vollard -, à Berlin, Leipzig, Londres, Amsterdam etc.15) ou par l’intermédiaire d’agents (à Moscou et à Tokyo16). Quand il s’agit de peintres polonais, il échange avec eux parfois des estampes contre des tableaux.

  • 17 Acte de donation et correspondance de Jasienski avec la direction du Musée National de Cracovie, D (...)

18Jasienski a légué en 1920 toute sa collection au Musée national de Cracovie (l’idée de la donation est née beaucoup plus tôt, les premières démarches datent de 1903)17 devenant en même temps, et ceci jusqu’à la fin de sa vie, le conservateur du Musée.

  • 18 Cet inventaire fait partie de l’inventaire général du Musée National de Cracovie, Département de l (...)

19Au moment de la donation, la collection était composée de quatre grands ensembles : l’art de l’Extrême-Orient (surtout japonais), les arts graphiques polonais et européens, la peinture et la sculpture polonaises de la fin du xixe et du début du xxe siècle, les étoffes. Elle comptait, selon l’inventaire préparé en 1929-193018, plus de quinze mille références, dont beaucoup englobaient plusieurs œuvres distinctes (notamment des albums de gravures et d’estampes), possédant aujourd’hui chacune son propre numéro d’inventaire.

L’art de l’Extrême-Orient

20Jasienski a amassé cinq mille estampes (dont 500 perdues pendant la guerre), livres, albums, surimonos, signés par plus de 170 artistes, notam-ment Harunobu, Koryusai, Kunisada, Kuniyoshi, Masanobu, Morunobu, Shunsho, Sharaku, Toyokuni, Outamaro et les deux préférés du collec-tionneur : Hokusaï et Hiroshige. La peinture est représentée par les œuvres de Kunisada, Kuniyoshi, Seitei, Renzan, entre autres ; la sculpture par de nombreux objets en bronze, terre cuite et bois, et des laques. Parmi les petits accessoires on remarquera surtout l’ensemble de 680 tsubas (gardes de sabres ornementées), kodzukes (manches de poignards) et des inros avec des netsukes. A cela s’ajoutent des armures, céramiques, émaux, masques d’acteurs, ainsi que quelques exemples d’art chinois.

Fig.2. Odilon Redon, Yeux clos, 1890, lithographie, 31,2 x 24,2 cm, Musée National de Cracovie (photographie du musée).

Les arts graphiques (plus de huit mille estampes et mille dessins)

21Le fonds de gravures polonaises présente tous les peintres-graveurs et toutes leurs œuvres les plus significatives pour l’histoire des arts graphiques polonais de 1895 à 1920. On y trouve des gravures, souvent en plusieurs états, de Jablczynski, Jasinski, Makowski, Pankiewicz, Stanislawski, Wojtkiewicz (fig. 4), Wyczolkowski, Wyspianski, (fig.3) pour ne citer que quelques noms ; et tous les albums, notamment ceux édités par Jasienski.

Fig. 3. Stanislaw Wyspianski, Vue sur la butte de Kosciuszko, 1904, pastel, 92x60 cm, Musée National de Cracovie (photographie du musée).

22L’estampe française est représentée, entre autres, par les œuvres de Bonnard, Carrière, Corot, Degas, Denis, Fantin Latour, Gauguin, Manet, Méryon, Monet, Lepère, Puvis de Chavannes, Renoir, Rivière, Rodin, Rops, Pissaro, Sisley, Signac, Toulouse-Lautrec, Valloton, Vuillard, Whistler. Particulièrement présent dans la collection est l’œuvre gravé d’Odilon Redon - un des artistes préférés de Jasienski - : onze (parmi les 13) séries graphiques et de nombreuses planches isolées (en noir et blanc et en couleurs) (fig. 2).

  • 19 M. Klinger, Und doch, (album Vom Tode, 1888), Musée National de Cracovie, n° III-ryc-4436.

23Parmi les peintres-graveurs allemands, il faut citer surtout Max Klinger, représenté par onze (dont 2 incomplets) cycles graphiques et beaucoup d’autres planches (une avec une dédicace de l’auteur à Jasienski19). On y trouve également des œuvres de Behrens, Eckmann, T. T. Heine, Käthe Kollwitz, Leibl, Leistikow, Liebermann, Menzel, entre autres.

Fig. 4. Witold Wojtkiewicz, Psyché, 1904, lithographie. 50 x 38 cm. Musée national de Cracovie (photographie du musée).

Fig. 5. Edvard Munch, Le Soir (Angstgefühl), 1896, lithographie en couleurs, 100 x 67 cm, Musée National de Cracovie (photographie du musée).

24Ensuite viennent les œuvres des artistes anglais (Brangwyn, Came-ron, Nicholson, Seymour-Haden, Pennell), belges et néerlandais (Ensor, Toorop), Scandinaves (Munch, fig. 5), russes (Bakst, Benois, Lanceray, Faworski, Falijew, Gerasimow, Krawczenko, Sierow, Pawlow) et, bien sûr, Goya avec ses quatre cycles graphiques, ainsi que l’ensemble d’affiches françaises et russes.

L’art Polonais de la fin du xixe et du début du xxe siècle.

25Parmi trois cent treize toiles, on trouve les œuvres de tous les artistes de l’époque, notamment Axentowicz, Chelmonski, Boznanska, Debicki, Max et Aleksander Gierymski, Falat, Kamocki, Malczewski, Mehoffer, Michalowski, Pankiewicz, Podkowinski, Ruszczyc, Sichulski, Stanislaws-ki, Slewinski, Weiss, Witkiewicz et Wyczolkowski. La sculpture est représentée par soixante-cinq œuvres de Biegas, Dunikowski, Konieczny, Laszczka, Ostrowski, Wittig, etc.

Les étoffes

  • 20 Pièce assez importante de tissu, 300-400 cm x 30-40 cm, le plus souvent en soie, parfois en fils d (...)

26Un ensemble, unique dans son genre, de deux cents ceintures polonaises20 constitue la base de cette partie de la collection à laquelle il faut ajouter un recueil de tapisseries et de tapis orientaux, russes et polonais (kilims), plusieurs pièces d’étoffes anciennes et orientales, des chasubles brodées et en soie, des coiffes et des broderies populaires.

27La collection de Jasienski contient, en plus, des miniatures (flamandes, françaises, polonaises, russes), des icônes, un grand nombre de céramiques (européennes, polonaises et céramiques populaires), de pendules, d’instruments de musique et de meubles, des photographies et une très riche bibliothèque, avec des incunables et des éditions de luxe.

28En dehors des tableaux et des sculptures exposés en deux endroits du Musée, la galerie de Sukiennice et la galerie de Nowy Gmach — la base de la présentation de l’art de la Jeune Pologne au Musée national de Cracovie -, d’autres œuvres provenant de la collection de Jasienski sont inaccessibles au public. Tel est aussi le cas de la collection japonaise, la meilleure de l’Europe de l’Est. De plus, la correspondance de Jasienski reste inédite (à quelques exceptions près) et il n’existe aucune monographie consacrée à sa personne. Sa collection n’a pas été inventoriée dans tout son ensemble et le nom du donateur ne lui est plus attaché...

29La personnalité de Feliks Jasienski a fortement marqué la scène artistique en Pologne pendant les années 1890-1920. Beaucoup plus qu’un collectionneur et critique d’art, il fut avant tout un grand animateur de la vie culturelle.

30Il a vécu pendant une époque décisive qui était, plus qu’un tournant du siècle, une étape déterminante pour les structures et les institutions artistiques modernes, ainsi que pour les attitudes et formes d’activité nouvelles. Ouvert aux influences les plus diverses, se situant sciemment au carrefour de différents modèles culturels, il fut lui-même, grâce à ses multiples activités, grâce aussi à son engagement, un des créateurs de cette époque.

Notes

1 Félix (F. Jasienski), Manggha. Promenades à travers le monde, l’art et les idées, F. Vieweg, Paris, 1901, J. Fischer, Varsovie, 1901.

2 Ibid.

3 J. Lorentowicz, “Un livre sur la France (compte rendu de Manggha de Feliks Jasienski), La Critique Indépendante, octobre 1901.

4 Lettre de M. Klinger à F. Jasienski du 7.09.1901, Bibliothèque Czartoryski, n° 633/90.

5 F. Jasienski, “Muzyka. Kilka slów ogólnych. - Uwagi o ruchu muzycznym w I-szem pólroczu”, Chimera. 1901, vol. II, cahier 4-5, p. 341.

6 Zycie i Sztuka (sup. de Kraj), 1901, n° 28, p. 322-323.

7 F. Jasienski, “W kwestii drobnego nieporozumienia”, Chimera, 1901, vol. I, cahier 2, p. 354-356.

8 F. Jasienski, “Manggha. Urywek z rekopisu (t. 2)”, Miesiqcznik Literacki i Artys-tyczny, 1911, n° 1-11.

9 Lettre de L. Wyczóljkowski à F. Jasienski, non datée (1902 ?), Bibliothèque Czartoryski n° 633/86 et lettre de J. Hermann à F. Jasienski du 2.12.1905, Archives du Musée National de Cracovie, non-numérotée.

10 Teka Stowarzvszenia Grafikow Polskich, éd. F. Jasienski, Cracovie 1903, Musée National de Cracovie, n° III-ryc-2102-2127.

11 Lettre de F. Jasienski à O. Redon (copie), Archives du Musée National de Cracovie, non datée, non-numérotée, et lettre de Redon à Jasienski, Bibliothèque Czartoryski, n° 164.164.

12 Wystawa drukarska w Krakowie, catalogue d’exposition, Towarzystwo Polska Sztuka Stosowana, Cracovie, 1904.

13 Sztuka polska. Malarstwo, rééd. A. Lada-Cybulski, F. Jasienski, éd. H. Altenberg, Lwow 1904.

14 Lettres de M. Klinger à F. Jasienski, Bibliothèque Czartoryski, n° 633/90.

15 Factures dans les Archives du Musée National de Cracovie, non-numérotées.

16 Lettres de S. Debicki à F. Jasienski, Bibliothèque Czartoryski, n° 633/11, et lettre de P. Ettinger à F .Jasienski du 5.11.1908, Archives du Musée National de Cracovie, non-numérotée.

17 Acte de donation et correspondance de Jasienski avec la direction du Musée National de Cracovie, Département de l’Inventaire du Musée National de Cracovie, TD Jas 1-32.

18 Cet inventaire fait partie de l’inventaire général du Musée National de Cracovie, Département de l’Inventaire.

19 M. Klinger, Und doch, (album Vom Tode, 1888), Musée National de Cracovie, n° III-ryc-4436.

20 Pièce assez importante de tissu, 300-400 cm x 30-40 cm, le plus souvent en soie, parfois en fils d’or ou d’argent, qui, nouée à la taille, accompagnait le costume traditionnel de la noblesse polonaise.

Table des illustrations

Légende Fig.1. Leon Wyczolkowski, Portrait de Feliks Jasienski, 1911, pastel, 85 x 98 cm, Musée National de Cracovie (photographie du musée).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/437/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Fig.2. Odilon Redon, Yeux clos, 1890, lithographie, 31,2 x 24,2 cm, Musée National de Cracovie (photographie du musée).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/437/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Fig. 3. Stanislaw Wyspianski, Vue sur la butte de Kosciuszko, 1904, pastel, 92x60 cm, Musée National de Cracovie (photographie du musée).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/437/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 4. Witold Wojtkiewicz, Psyché, 1904, lithographie. 50 x 38 cm. Musée national de Cracovie (photographie du musée).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/437/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Fig. 5. Edvard Munch, Le Soir (Angstgefühl), 1896, lithographie en couleurs, 100 x 67 cm, Musée National de Cracovie (photographie du musée).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/437/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site